Sort by *
13, rue Cambon
75100 PARIS CEDEX 01
T +33 1 42 98 95 00
www.ccomptes.fr
QUATRIÈME CHAMBRE
DEUXIÈME SECTION
S2023-0498
OBSERVATIONS DÉFINITIVES
(Article R. 143-11 du code des juridictions financières)
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
Juin 2023
Le présent document, qui a fait l’objet d’une contradiction avec les destinataires concernés,
a été délibéré par la Cour des comptes, le 13 avril 2023.
En application de l’article L. 143-6 du code des juridictions financières, la communication de ces
observations est une prérogative de la Cour des comptes, qui a seule compétence pour arrêter la liste des
destinataires.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
2
TABLE DES MATIÈRES
TABLE DES MATIÈRES
..............................................................................................
2
SYNTHÈSE
......................................................................................................................
5
RECOMMANDATIONS
................................................................................................
7
INTRODUCTION
...........................................................................................................
8
1
DES EVOLUTIONS IMPORTANTES AU COURS DE CES DERNIERES
ANNEES
................................................................................................................
10
1.1
Les conseils de prud’hommes : des juridictions à l’activité importante
..........
10
1.2
Des évolutions juridiques récentes avec un fort impact sur la justice
prud’homale
......................................................................................................
14
1.2.1
Des évolutions fortes des règles régissant les relations entre
salariés et employeurs
.............................................................................
14
1.2.2
Les évolutions des règles régissant l’activité prud’homale
.....................
15
1.2.2.1
L’encadrement de certaines décisions prises par les CPH et l’instauration de
minimums et maximums pour la fixation des indemnités de licenciement
............
15
1.2.2.2
Les évolutions substantielles de la procédure prud’homale
...................................
16
1.2.2.3
Les modifications relatives à la gestion et au statut des conseillers
prud’hommes
..........................................................................................................
17
1.2.2.4
Les évolutions de l’organisation judiciaire
.............................................................
17
2
UNE GOUVERNANCE ECLATEE
.....................................................................
18
2.1
La mission difficile des présidents et vice-présidents
......................................
18
2.1.1
Les prérogatives d’un président de CPH
.................................................
18
2.1.2
Sa désignation
.........................................................................................
19
2.1.3
Le rôle central du greffe
..........................................................................
20
2.2
La participation des tribunaux judiciaires à la justice prud’homale
.................
24
2.2.1
La participation des juges départiteurs aux jugements des CPH
............
24
2.2.1.1
Une augmentation tendancielle du départage et des taux très variables entre
CPH
24
2.2.1.2
Des situations et des pratiques très diverses en matière de départage
....................
26
2.2.2
La mutualisation de greffes avec ceux des tribunaux judiciaires en
2020
.........................................................................................................
27
2.3
La double mission des cours d’appel en matière de justice prud’homale
........
28
2.3.1
Les cours d’appel : juridictions d’appel des décisions des CPH
.............
28
2.3.1.1
Avec un taux d’appel élevé, les appels de jugements des CPH constituent
une part importante de l’activité civile des cours d’appel
......................................
28
2.3.1.2
Les moyens consacrés en cour d’appel au traitement des appels contre les
décisions des CPH
..................................................................................................
30
2.3.1.3
Une durée du traitement des affaires en appel en augmentation malgré la
diminution de leur nombre
.....................................................................................
30
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
3
2.3.2
Les responsabilités des chefs de cour relatives au bon
fonctionnement des CPH
.........................................................................
32
2.4
La mission de pilotage des administrations centrales
......................................
34
2.4.1
La direction générale du travail
...............................................................
35
2.4.2
Les directions du ministère de la justice
.................................................
35
2.5
La place insuffisante du conseil supérieur de la prud’homie
...........................
38
3
LES CONSEILLERS PRUD’HOMMES : DES MAGISTRATS NON
PROFESSIONNELS
..............................................................................................
41
3.1
Le nouveau mode de désignation
.....................................................................
42
3.2
La déontologie et la discipline
..........................................................................
44
3.3
La formation
.....................................................................................................
45
3.3.1
La formation initiale
................................................................................
45
3.3.1.1
L’organisation de la formation initiale
...................................................................
46
3.3.1.2
Le coût de la formation initiale
..............................................................................
48
3.3.1.3
L’évaluation de la formation initiale
......................................................................
50
3.3.2
La formation continue
.............................................................................
50
3.3.2.1
L’organisation générale de la formation continue
..................................................
51
3.3.2.2
Le coût budgétaire de la formation continue
..........................................................
51
3.3.2.3
Le suivi et l’évaluation de la formation continue par la DGT
................................
52
3.4
L’indemnisation des conseillers
.......................................................................
54
4
LES DIFFICULTES PERSISTANTES DES CONSEILS DE
PRUD’HOMMES
..................................................................................................
58
4.1
Le résultat insatisfaisant de la mise en
œ
uvre des dispositions du décret
de 2016
.............................................................................................................
58
4.2
Des indicateurs de performance ne montrant, pour la plupart, pas de
progrès
..............................................................................................................
59
4.2.1
La durée des procédures
..........................................................................
61
4.2.1.1
Des durées en augmentation constante
...................................................................
61
4.2.1.2
Des durées excessives à l’origine d’un coût pour l’État
.........................................
64
4.2.2
Les taux d’appel et leur corolaire, la qualité des jugements
...................
64
4.2.2.1
Des taux d’appel stabilisés à un niveau encore très élevé
......................................
65
4.2.2.2
Les jugements en appel mettent en évidence une légère amélioration de la
qualité des jugements de premier ressort
................................................................
66
4.2.2.3
Des améliorations à mettre en
œ
uvre
.....................................................................
68
4.3
Un déficit considérable en matière de système d’information et de
pilotage
.............................................................................................................
70
4.3.1
Le système d’information et les infrastructures informatiques
...............
70
4.3.1.1
Winges
, système d’information actuel des conseils de prud’hommes destiné
à être remplacé par
Portalis
, encore en développement
.........................................
70
4.3.1.2
Les infrastructures et les bases documentaires
.......................................................
71
4.3.2
Les données de pilotage, les statistiques et les études
.............................
72
4.3.2.1
Les données de pilotage et les statistiques
..............................................................
72
4.3.2.2
Les études portant sur la justice prud’homale
........................................................
73
4.4
Une accessibilité traitée sous l’angle unique de la proximité
géographique
....................................................................................................
74
4.4.1
L’accessibilité physique et numérique
....................................................
74
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
4
4.4.2
Les défenseurs syndicaux et l’aide juridictionnelle
................................
75
4.5
Une modification de la répartition des postes de conseillers entre
sections et conseils pour 2023 imparfaite
.........................................................
77
CONCLUSION
..............................................................................................................
81
ANNEXES
......................................................................................................................
82
Annexe n° 1.
Liste des sigles utilisés
..........................................................
83
Annexe n° 2.
Les tribunaux de commerce
..................................................
84
Annexe n° 3.
Logigramme de traitement des affaires
.................................
86
Annexe n° 4.
Les juridictions à l’étranger traitant les affaires
prud’homales
87
Annexe n° 5.
Informations relatives à la formation initiale
........................
89
Annexe n° 6.
Informations relatives à la formation continue
.....................
92
Annexe n° 7.
Principales publications de la SDSE et du pôle Pharos
portant sur la justice prud’homale
....................................................................
98
Annexe n° 8.
Le formulaire « papier » de saisine du conseil de
prud’hommes
...............................................................................................
99
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
5
SYNTHÈSE
Des juridictions paritaires dont le volume d’activité est important
Les 211 conseils de prud’hommes (CPH) constituent, comme les tribunaux de
commerce, des juridictions civiles de première instance particulières dans la mesure où les
jugements sont rendus par des magistrats non professionnels, exerçant leur activité à temps
partiel. Les deux autres caractéristiques principales de ces juridictions sont l’importance des
effectifs de conseillers (14 512 pour le mandat 2018-2022) et le principe de parité, puisque toute
décision est prise par des juges, appartenant pour moitié au collège salarié et pour l’autre au
collège employeur. Enfin, depuis 2018, les conseillers prud’hommes sont désignés par les
organisations syndicales et professionnelles en fonction de la représentativité de celles-ci, puis
sont nommés par le ministère de la justice, celui-ci devant assurer le pilotage du dispositif, en
association avec le ministère chargé du travail.
Les décisions des CPH portent sur les différends entre les salariés et leur employeurs
relatifs à l’exécution du contrat de travail en cas d’échec de la conciliation. Les affaires portées
devant les CPH bien qu’en forte diminution ces dernières années, restent nombreuses, environ
100 000 par an, avec des volumes très variables selon les conseils.
Des réformes substantielles aux effets limités sur la performance de
la justice prud’homale
Les CPH ont connu, depuis 2008, des évolutions importantes liées à des modifications
du droit du travail, telle que l’instauration de la rupture conventionnelle, de procédures ou
d’organisation. Ces réformes avaient, pour la plupart, comme objectif d’améliorer, de façon
directe ou indirecte, le fonctionnement de la justice prud’homale. Elles ont eu pour conséquence
de réduire le nombre d’affaires mais n’ont en revanche guère amélioré ses performances.
La durée de traitement des affaires demeure en effet excessive : elle est, en 2021, en
moyenne de 16,3 mois, en augmentation régulière (cette durée était de 9,9 mois en 2009) alors
que leur nombre a été divisé par plus de deux durant la même période. Le taux d’appel, qui
reflète la perception par les justiciables de la qualité de la justice prud’homale de première
instance, est particulièrement élevé, de l’ordre de 60 % sur les jugements au fond, bien plus
important que pour les autres contentieux civils. En conséquence, les affaires prud’homales
représentent en 2021 près de 17 % des affaires nouvelles des cours d’appel, alors qu’elles
représentent moins de 10 % des affaires civiles en première instance. L’importance de ce taux,
combinée à une durée des affaires prud’homales en appel importante (25 mois), contribue à
augmenter leur durée totale.
Le constat n’est pas nouveau et des propositions de réformes ont déjà été formulées.
Elles n’ont pas toujours été mises en
œ
uvre et lorsqu’elles l’ont été, comme dans le cas de la
conciliation, elles n’ont été ni accompagnées ni évaluées en l’absence d’un pilotage réel.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
6
La nécessité d’améliorer l’efficacité en assurant un pilotage effectif
de ces tribunaux
Le contrôle réalisé par la Cour des comptes montre la nécessité de renforcer le pilotage
du dispositif, tant au niveau local qu’au niveau national. En effet, au niveau national, la pluralité
des acteurs impose d’avoir une approche transversale, entre les trois principales administrations
centrales concernées : les directions des services judiciaires et des affaires civiles et du sceau
du ministère de la justice et la direction générale du travail en s’appuyant sur un Conseil
supérieur de la prud’homie dont le rôle et la structure doivent évoluer.
Au niveau local, les relations avec les cours d’appel, qui assurent le traitement des
affaires en appel et le pilotage des CPH de leur ressort, et les tribunaux judiciaires, qui
interviennent en cas de partage de voix et avec lesquels les CPH partagent leur greffe, sont
insuffisantes et ne permettent pas une diffusion des bonnes pratiques. Enfin, les modalités
d’exercice du mandat de président et de vice-président des conseils ne permettent pas de mener
des actions dans la durée, indispensables pour faire évoluer le dispositif.
Le redressement de cette situation passe par une pluralité d’actions qui incluent la
définition d’indicateurs pertinents et fiables, une connaissance et un suivi des effectifs au sein
de greffes en vue de renforcer ceux en difficultés, un travail plus approfondi et organisé entre
les CPH et les tribunaux judiciaires, d’une part, les cours d’appel d’autre part.
Des améliorations sont aussi nécessaires quant à la formation des conseillers
prud’hommes. Si la formation initiale instaurée en 2018 est un succès, la formation continue,
dont les orientations et l’évaluation ne sont pas formalisées ou même sont inexistantes, doit
impérativement être réformée. La professionnalisation du fonctionnement des prud’hommes est
un enjeu qui rend également indispensable l’accès des conseillers à un système d’information
performant. Il doit notamment permettre la dématérialisation des dossiers des affaires traitées.
Enfin, il est nécessaire de revoir la répartition des conseillers entre conseils et sections,
sans s’interdire de regrouper certains CPH, afin que tous les conseils et les sections les
constituant atteignent une taille suffisante pour assurer leur fonctionnement dans des conditions
satisfaisantes. Le Conseil supérieur de la prud’homie, dont la composition gagnerait à être
élargie à des professionnels de terrain, doit être saisi pour faire des propositions en la matière.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
7
RECOMMANDATIONS
Recommandation n° 1.
(DSJ, DGT) : allonger la durée minimale de mandat de président et
de vice-président et renforcer leur rôle dans la programmation et le suivi des formations initiale
et continue des conseillers.
Recommandation n° 2.
(DSJ) : réaliser annuellement un état des effectifs des greffes par
conseil de prud’hommes.
Recommandation n° 3.
(DACS, DSJ) : inciter les chefs de cours et de juridictions à conclure
des protocoles avec les conseils de prud’hommes afin de renforcer leurs articulations
(départage, appels, retours d’appel) et de préciser les conditions de fonctionnement de ces
derniers (objectifs et moyens).
Recommandation n° 4.
(DSJ, DGT) : élargir la composition du conseil supérieur de la
prud’homie à un magistrat d’une cour d’appel, un magistrat d’un tribunal judiciaire et un
greffier.
Recommandation n° 5.
(DGT, DSJ, DACS, ENM) : réformer le dispositif de formation
continue des conseillers prud’hommes en confiant à l’École nationale de la magistrature
l’élaboration d’un schéma directeur et l’évaluation qualitative et quantitative du dispositif de
formation.
Recommandation n° 6.
(DSJ, DACS) : faire un bilan de la mise en
œ
uvre par les conseils de
prud’hommes des modifications apportées en matière de conciliation et de mise en état des
affaires et accompagner les conseillers prud’hommes par la diffusion de guides
méthodologiques et de bonnes pratiques, ainsi que des notes d’analyse de jurisprudence.
Recommandation n° 7.
(SG, DSJ, DACS) : établir pour chaque conseil de prud’hommes des
indicateurs de qualité permettant d’apprécier les taux d’appels, d’infirmation et de confirmation
des jugements.
Recommandation n° 8.
(SG, DSJ)
:
donner aux conseillers prud’hommes l’accès à
Portalis
et aux bases documentaires nécessaires à leur mission dans le respect des règles de sécurité du
ministère de la justice.
Recommandation n° 9.
(DGT, DSJ)
:
engager la refonte de la carte des conseils des
prudhommes et des sections qui les composent en envisageant les regroupements des conseils
et sections dont l’activité est trop faible ; solliciter à cet égard les propositions du Conseil
supérieur de la prud’homie.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
8
INTRODUCTION
La justice prud’homale règle les différends apparus entre un salarié et son employeur
relatifs à l’exécution du contrat de travail, d’abord par voie de conciliation puis, si nécessaire,
par une décision tranchant le litige. Ces décisions sont prises par des magistrats non
professionnels (à l’effectif théorique de 14 512) dans une configuration respectant la parité
entre les conseillers des deux collèges, salarié et employeur. La justice prud’homale, pilotée
conjointement par le ministère de la justice et le ministère chargé du travail, est régie par des
dispositions particulières du code du travail
1
.Ses décisions ont un impact économique fort
puisqu’elles portent annuellement sur plusieurs centaines de millions d’euros.
Elle fait l’objet de critiques régulières relatives à la durée des procédures, souvent
excessive, et au fort taux d’appel, qui peut être considéré comme le signe d’une absence de
confiance des justifiables quant à la qualité des décisions de première instance. Plusieurs
rapports lui ont été consacrés ces dernières années, en particulier celui de A. Lacabarats en
2014
2
, partiellement mis en
œ
uvre, et celui du Sénat en 2019
3
.
Les états généraux de la justice (EDJ), dont les conclusions ont été rendues publiques
en juillet 2022, ont proposé de transformer les conseils des prud’hommes (CPH) en tribunaux
du travail en conservant la composition paritaire mais en les rattachant au tribunal judiciaire.
Ils ont aussi proposé de simplifier leur organisation interne et de confier leur pilotage au seul
ministère de la justice. Pour réduire les délais de jugement, un nouvel équilibre procédural a été
proposé à travers un renforcement du rôle des greffes dans la mise en état et l’orientation
ab
initio
des affaires soit vers la conciliation, soit vers une audience paritaire, soit vers une
audience présidée par un magistrat professionnel. Enfin, ils ont proposé de renforcer la
formation des juges du travail en lien avec l’école nationale de la magistrature (ENM) et de
déployer des équipes de collaborateurs autour des juges du travail. Dans le même temps, les
partenaires sociaux, qui n’ont pas participé au sous-groupe thématique des EDJ, ont formulé
plusieurs propositions portant sur les modalités de désignation et de formation des conseillers
prud’hommes et sur les moyens affectés à la justice prud’homale
4
.
Aucun de ces différents travaux ne remet en cause le caractère paritaire de la justice
prud’homale, auquel l’ensemble des partenaires sociaux est attaché. C’est dans cette même
logique que s’est inscrit le contrôle de la Cour des comptes. Réalisé auprès des acteurs centraux
(ministères de la justice et du travail, conseil supérieur de la prud’homie), il a également reposé
sur l’examen de sept CPH
5
choisis pour illustrer la diversité des situations locales, en associant
les tribunaux judicaires auxquels les greffes de ces conseils sont rattachés et les cours d’appel
correspondantes.
1
Articles L. 1411-1 à L. 1471-1 pour la parte législative et R. 1412-1 à R. 1422-4 pour la partie réglementaire.
2
L'avenir des juridictions du travail : Vers un tribunal prud’homal du XXIème siècle, rapport à la garde des sceaux,
ministre de la justice, de M. Alain Lacabarats, président de chambre à la Cour de cassation, juillet 2014.
3
Rapport d’information n° 653 fait au nom de la commission des affaires sociales et de la commission des lois
constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d’administration générale (2) du Sénat sur
la justice prud’homale, par Mmes Agnès Canayer, Nathalie Delattre, Corinne Féret et Pascale Gruny, sénateurs,
10 juillet 2019.
4
Propositions paritaires pour une justice renforcée, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO, CPME, MEDEF et U2P.
5
Avranches, Bobigny, Bordeaux, Colmar, Creil, Dijon et Toulon.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
9
Les observations qui en découlent décrivent rapidement les juridictions prud’homales
et les évolutions intervenues ces dernières années (1), analysent l’organisation de la justice
prud’homale et les missions des différents acteurs (2), et examinent les conditions de la
désignation des conseillers prud’hommes, de leur formation et de leur gestion (3) ainsi que la
performance de la justice prud’homale (4).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
10
1
DES EVOLUTIONS IMPORTANTES AU COURS DE CES
DERNIERES ANNEES
L’organisation et le fonctionnement particuliers des CPH (1.1) ont donné lieu à des
évolutions juridiques substantielles depuis 2015 (1.2).
1.1
Les conseils de prud’hommes : des juridictions à l’activité importante
Les 211 CPH sont des juridictions spécialisées de première instance de l’ordre judiciaire
dont la mission est de régler les différends entre employeurs et salariés portant sur les contrats
de travail, les cas de rupture étant les plus fréquents. Le ressort de chaque tribunal judiciaire
comprend un ou plusieurs CPH
6
, le nombre le plus élevé étant dans le ressort de celui de
Versailles qui en compte cinq.
Chaque CPH est une juridiction paritaire, composée de deux collèges d’effectif égal,
celui des employeurs et celui des salariés. La présidence et la vice-présidence des CPH sont
assurées alternativement par un conseiller employeur et un conseiller salarié, élus chaque année
par leur collège en assemblée générale du CPH.
Les conseillers prud’hommes, dont l’effectif théorique total est de 14 512, ne sont pas
des professionnels du droit et exercent leur activité à temps partiel comme les juges des
tribunaux de commerce. Ils sont désignés par le ministère de la justice, sur proposition des
organisations syndicales et professionnelles, en fonction de la représentativité de leur
organisation d’appartenance et en respectant la parité hommes-femmes. Pour les conseillers
salariés, en fonction du temps consacré à leurs activités prud’homales, l’État rembourse les
rémunérations à leurs employeurs, tandis que les conseillers employeurs sont indemnisés.
Comparaison des tribunaux de commerce avec les conseils de prud’hommes
Le nombre de CPH (211) est beaucoup plus élevé que celui des tribunaux de commerce
134), comme celui des conseillers prud’hommes (14 512) qui est plus élevé que celui des juges
consulaires (3 491).
Contrairement aux conseillers prud’hommes, les juges consulaires, élus par leurs pairs,
remplissent leur mission bénévolement et sont soumis, en plus de leur obligation de formation
initiale, à une obligation de formation continue (de deux jours). Les conseillers prud’hommes ont,
comme les juges consulaires, des obligations déontologiques.
Une description plus détaillée des tribunaux de commerce est donnée en annexe n° 2.
Les CPH sont de tailles très diverses puisque les plus petits conseils comptaient en 2021
32 conseillers
7
et que le plus important, Paris, 832. Cet écart est un héritage de l’histoire,
6
Parmi les 164 tribunaux judiciaires, 110 possèdent un CPH dans leur ressort, 36 deux CPH, six trois CPH, un
(Lille) quatre CPH et un (Versailles) cinq CPH.
7
Sans tenir compte du CPH de Saint-Pierre-et-Miquelon (20 conseillers) et Mamoudzou (30 conseillers).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
11
notamment en de matière couverture géographique, dans le but de maintenir une justice de
proximité
8
. Mais c’est aussi la conséquence de la concentration des entreprises puisque, pour
les sociétés comportant plusieurs établissements, le salarié peut saisir le CPH du lieu où
l'employeur est établi
9
.
Carte n° 1 :
Implantation des conseils de prud’hommes
Source : DSJ
8
Ainsi, les départements de l’Ardèche, de l’Aveyron, de la Corrèze, des Côtes-d’Armor, de la Dordogne et de la
Haute-Saône comportent deux CPH et celui de l’Allier trois. À l’inverse, le département de Seine-Saint-Denis
n’en comporte qu’un.
9
Article R. 1412-1 du code du travail.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
12
Malgré les différences de taille substantielles, les CPH sont tous régis par les mêmes
règles du code du travail, hormis quelques différences minimes
10
.
Un CPH est divisé en cinq sections autonomes
11
, qui traitent chacune des affaires
relevant d’un secteur d’activité (industrie, commerce, agriculture et activités diverses) ou des
affaires concernant les cadres (section encadrement), quel que soit leur secteur d’activité. Un
conseiller ne relève que d’une seule section, mais il peut, de façon temporaire, être affecté à
une section autre que sa section d’appartenance. Chaque section
12
comporte deux bureaux :
-
le bureau de conciliation et d’orientation (BCO), où siègent un conseiller employeur et un
conseiller salarié. La mission de ce bureau est de proposer une solution amiable au litige
(conciliation) ;
-
le bureau de jugement (BJ), où siègent deux conseillers employeurs et de deux conseillers
salariés. La mission de ce bureau est de trancher, par un jugement, le litige en cas d’échec
de la tentative de conciliation.
Le CPH comporte également une formation de référé, où siègent un conseiller
employeur et un conseiller salarié, qui traite les affaires urgentes. Les référés correspondent à
environ 12 % des affaires nouvelles. Celles-ci naissent pour plus d’un tiers d’entre elles de
différends dans le domaine du commerce.
En cas de partage de voix, c’est-à-dire lorsque les nombres de voix « pour » et « contre »
une décision sont égaux, l’affaire est renvoyée devant le même bureau (de conciliation et
d’orientation ou bureau de jugement) ou la même formation de référé, présidé, afin de dégager
une majorité, par un juge du tribunal judiciaire, appelé juge départiteur
13
. Le taux de départage
était, en 2020, de 11 %.
Tableau n° 1 :
Données clés de la justice prud’homale pour l’année 2021
Agricul-
ture
Indus-
trie
Com-
merce
Encadre
-ment
Activités
diverses
Total
Affaires nouvelles hors référés (nombre)
1 413
19 630
34 519
24 373
23 062
101 922
Affaires nouvelles hors référés (%)
1,4%
19,3%
33,9%
23,9%
22,6%
100,0%
Référés
-
-
-
-
-
14 382
Nombre théorique de conseillers*
1 470
3 366
4 002
2 874
2 800
14 512
Source : Cour des comptes (données SDSE – C1666 et décret de 2008)
Note : (*) tous les postes de conseillers ne sont pas pourvus
10
Subdivision des sections en chambre (cf. ci-après) et indemnités des présidents et vice-présidents.
11
Certaines sections, pour les CPH les plus importants, sont subdivisées en chambres.
12
Ou chaque chambre d’une section lorsqu’une section comporte plusieurs chambres.
13
Les logigrammes de traitement d’une affaire sont présentés en annexe n° 3.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
13
Pour les affaires ayant donné lieu à une décision en 2020
14
(85 422 au total) :
9,3 % ont
constaté un accord des parties
15
, 39,5 % consistaient en une acceptation totale ou partielle de
la requête à l’origine de l’affaire et 20,6 % en un rejet. En 2019
16
, la durée d’une affaire
17
est
en moyenne de 13,0 mois : 16,5 mois pour une affaire au fond (33,6 mois en cas de départage)
et 2,3 mois en moyenne pour un référé (5,9 mois en cas de départage). Les indemnités octroyées
par les CPH représentent des montants élevés : bien qu’aucune statistique n’existe, un calcul
très approximatif montre que ce montant se situerait entre 400 et 800 M
pour l’année 2019
18
.
Les appels des décisions des prud’hommes sont jugés par la chambre sociale de la cour
d’appel du ressort. La durée d’une affaire en appel, terminée en 2019, est en moyenne de
24,6 mois, c’est-à-dire que la durée totale d’une affaire, en cas d’appel, est en moyenne d’un
peu moins de quatre ans.
En première instance, les salariés peuvent se défendre seuls ou se faire assister ou
représenter, soit par un défenseur syndical dont le coût est pris en charge par l’État, soit par un
avocat. L’employeur peut aussi se faire représenter ou assister par un avocat. En revanche, en
appel, la représentation est obligatoire : par un avocat pour l’employeur ou, pour le salarié, par
un avocat ou un défenseur syndical.
La justice prud’homale à l’étranger
Le rapport d’information du Sénat de 2019 sur la justice prud’homale
19
mettait en évidence
l’exception française en Europe en matière de justice prud’homale.
La comparaison avec les différents pays européens fait ressortir les points suivants :
-
certains pays ne disposent pas de juridictions spécialisées en droit du travail, et les litiges
relatifs au contrat de travail sont jugés par des magistrats professionnels, dans le cadre de
juridictions ordinaires ou dont la compétence dépasse le droit du travail ;
-
d’autres pays ont recours à des juges issus du monde du travail, mais les formations de
jugement comprennent toujours au moins un magistrat professionnel.
Le rapport précise que la Belgique, qui était proche du modèle français, s’en est éloignée
depuis 1967 avec la création des tribunaux du travail échevinés, associant des magistrats
professionnels.
Le détail de la comparaison est donné en annexe n° 4 du présent rapport.
14
Références statistiques justice 2020, chapitre 4.
15
Conciliation, homologation ou constat d’accord, acquiescement des défendeurs, retrait conjoint du rôle,
désistement des demandeurs
16
En matière de durée, l’année 2020 est atypique du fait de la crise sanitaire.
17
Références statistiques justice 2019, chapitre 4.
18
En 2019, les CPH ont rendu 63 757 décisions statuant sur les demandes, avec un taux d’acceptation (totale ou
partielle) de 62,6 %. Le montant moyen d’une décision calculé dans la cadre des présents travaux étant pour Creil
de 9 136
(pour l’année 2019) et pour Colmar de 19 727
(pour les six premiers mois de 2022, en considérant
que les montant par requête n’ont que peu varié entre 2019 et 2022), la fourchette 400-800 M
est raisonnable.
Néanmoins, une analyse plus précise serait facilement réalisable.
19
La justice prud’homale au milieu du gué, rapport d’information (n°653-2018-2029) de Mmes Agnès Canayer,
Nathalie Delattre, Corinne Féret et Pascale Gruny, fait au nom de la commission des affaires sociales et de la
commission des lois, déposé le 10 juillet 2019.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
14
1.2
Des évolutions juridiques récentes avec un fort impact sur la justice
prud’homale
L’activité des CPH qui, porte sur l’application des règles régissant les relations entre
salariés et employeurs est encadrée par celles organisant son propre exercice. Ces différentes
règles ont fortement évolué ces dernières années, avec des conséquences importantes sur le
volume et les conditions d’exercice de l’activité prud’homale.
1.2.1
Des évolutions fortes des règles régissant les relations entre salariés et
employeurs
Dans la mesure où les litiges liés à la rupture des contrats de travail sont à l’origine de
la majorité des contentieux portés devant les CPH (entre 87 et 95 % selon les années), comme
le montre le tableau ci-après, les évolutions du cadre juridique en la matière sont susceptibles
d’avoir des conséquences sur le volume de leur activité.
Tableau n° 2 :
Motivation des demandes formées devant les conseils de prud’hommes
2016
2017
2018
2019
2020
2019 /
2016
1 - Salariés ordinaires
142 512
120 295
113 864
112 680
98 792
-20,9%
Demande liée à une rupture de contrat de travail
140 011
118 285
105 858
101 971
88 761
-27,2%
Contestation du motif de licenciement
120 326
103 367
90 211
85 901
76 055
-28,6%
Pas de contestation du motif de licenciement
19 685
14 918
15 647
16 070
12 706
-18,4%
Demande non liée à une rupture de contrat
2 501
2 010
8 006
10 709
10 031
+328,2%
2 - Salariés protégés
134
147
286
295
201 +120,1%
Contestation du motif de licenciement
69
83
109
128
86
+85,5%
Sans contestation du motif de licenciement
65
64
177
167
115 +156,9%
3 – Apprentis
171
179
158
159
112
-7,0%
4 – Employeurs
1 939
2 024
924
213
54
-89,0%
5 - Demande formée dans le cadre d'une procédure
de redressement ou de liquidation judiciaire
3 131
2 413
2 245
2 468
2 026
-21,2%
6 - Autres demandes
339
178
754
1 427
686 +320,9%
Total
148 226
125 236
118 231
117 242
101 871
-20,9%
Source : SDSE (références statistiques justice)
Note : l’évolution est calculée sur la période 2016-2019, l’année 2020 n’étant pas significative (crise sanitaire)
L’instauration, en 2008
20
, de la possibilité de rupture conventionnelle
21
, qui permet à
l’employeur et au salarié de mettre fin, à l’amiable, au contrat de travail liant les deux parties
sans que le salarié perde ses droits en matière d’indemnités de chômage, a ainsi réduit le recours
20
Donc antérieur à 20016 (première année des données présentées par le tableau), mais dont l’effet a continué à
se faire sentir les années suivantes.
21
Loi n° 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
15
par l’employeur au licenciement, et a donc modifié l’activité des CPH. Cette modification
constitue un des facteurs expliquant la baisse de plus de 30 % des saisines des CPH liées à un
licenciement et, par suite celle, de même niveau, de l’ensemble des saisines.
1.2.2
Les évolutions des règles régissant l’activité prud’homale
Les modifications des règles régissant l’activité prud’homale apportées ces dernières
années peuvent être schématiquement classées en quatre catégories : celles portant sur
l’encadrement de certaines décisions prises par les CPH, avec l’instauration d’un barème pour
la fixation des indemnités de licenciement, celles portant sur la procédure prud’homale, celles
portant sur le statut et la gestion des conseillers prud’hommes et enfin celle portant sur les liens
des CPH avec les autres juridictions et le rôle des greffes judiciaires.
1.2.2.1
L’encadrement de certaines décisions prises par les CPH et l’instauration de
minimums et maximums pour la fixation des indemnités de licenciement
Si le salarié considère que son licenciement est injustifié et porte l’affaire devant le CPH,
le juge peut proposer la réintégration et, si celle-ci est refusée attribuer au salarié une indemnité
à la charge de l'employeur. L’ordonnance du 22 septembre 2017
22
a établi un « barème » fixant,
en fonction de l'ancienneté du salarié et de la taille de l'entreprise, un montant minimum et un
montant maximum pour la détermination de cette indemnité
23
par le CPH. L’objectif de cette
mesure, tel que présenté par l’étude d’impact, était notamment «
de sécuriser juridiquement des
situations actuellement insatisfaisantes
». L’étude d’impact mettait en avant plusieurs éléments
à corriger : des différences de montants dans les indemnités versées selon les CPH qui
traduiraient «
notamment des traitements différenciés par les juges dans des situations
comparables
», un délai moyen de traitement des affaires de 14,7 mois, un taux de recours au
départage de 25 % et un taux d’appel de 62 %. Au regard de ce diagnostic, l’encadrement des
dommages et intérêts dus en cas de licenciement abusif visait deux objectifs :
-
«
lever les freins au recrutement, en accroissant la prévisibilité des décisions rendues et
en sécurisant les entreprises, notamment les TPE-PME, au regard des risques liés à la
rupture du contrat de travail
» ;
22
Article 2 de l’ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des
relations de travail.
23
Cette mesure a suscité un long débat juridique sur sa conformité au droit international qui a été conclu par la
décision du 11 mai 2022 de la cour de cassation qui confirme que le barème d’indemnisation du salarié licencié
sans cause réelle et sérieuse n’est pas contraire à l’article 10 de la convention n°158 de l’Organisation
internationale du travail, que le juge français ne peut écarter, même au cas par cas, l’application du barème au
regard de cette convention internationale et que la loi française ne peut faire l’objet d’un contrôle de conformité à
l’article 24 de la Charte sociale européenne, qui n’est pas d’effet direct (le comité européen des droits sociaux a
d’ailleurs conclu, dans sa décision publiée le 26 septembre 2022, que l’instauration du barème constituait une
violation de l’article 24.b de la Charte).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
16
-
«
renforcer l’égalité de traitement devant la justice et faciliter la résolution des litiges,
notamment en incitant à la conciliation et en diminuant le taux d’appel (taux supérieur à
60 %)
».
Le rapport 2021 d’évaluation des ordonnances du 22 septembre 2017
24
présente les
premiers résultats des études réalisées sur la mise en
œ
uvre de ce barème. Il relève que «
le
barème est majoritairement appliqué par les juges et qu’il a un effet maximal à la baisse sur le
montant des indemnités pour les salariés ayant entre 2 ans et 5 ans d’ancienneté dans les
entreprises de 11 salariés ou plus. Ce sont pour ces salariés que l’intérêt (financier) à agir
s’affaiblirait d’abord. L’effet est moindre pour les salariés ayant une ancienneté au-delà de 5
ans. Ces résultats montrent aussi « qu’il y a relativement peu d’écarts entre les décisions des
CPH et les cours d’appel, y compris avant l’instauration du barème. Sur le panel d’arrêts
concernant des affaires antérieures à 2017, et pour les 107 arrêts pour lesquels le montant de
l’indemnité initial est mentionné, la moitié des indemnités versées en cour d’appel sont d’un
montant équivalent à celles décidées en première instance dans les conseils des prud’hommes,
l’autre moitié se partageant également entre montants inférieurs (25 %) et montants supérieurs
(26 %).
»
L’intérêt (financier) à agir moindre des salariés devrait conduire à diminuer le nombre
de demandes portées devant les CPH. S’il n’existe encore aucune étude en la matière, les CPH
font état de demandes moins nombreuses mais plus complexes déposées par les salariés
contestant les licenciements, notamment en faisant valoir des situations de discrimination ou de
harcèlement, qui font obstacle à l’application du « barème ».
1.2.2.2
Les évolutions substantielles de la procédure prud’homale
Plusieurs modifications de la procédure prud’homale ont été introduites par la loi du
6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques
25
avec l’objectif
de réduire la durée des affaires traitées par les conseils de prud’hommes. Ces évolutions,
précisées par le décret du 20 mai 2016
26
, portent sur la création de circuits courts pour réduire
les délais de jugement, sur la mise en état des affaires et l’affectation prioritaire de conseillers
pour la conciliation
27
.
Par ailleurs, ce même décret, dans l’objectif affiché d’harmoniser la procédure d’appel
portant sur les décisions des CPH avec les procédures relatives aux autres contentieux civils,
prévoit une représentation obligatoire en appel.
24
Évaluation des ordonnances du 22 septembre 2017 relatives au dialogue social et aux relations de travail,
rapport 2021
, décembre 2021, France Stratégie.
25
Articles 258 et 259 de la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances
économiques.
26
Décret n° 2016-660 du 20 mai 2016 relatif à la justice prud'homale et au traitement judiciaire du contentieux du
travail.
27
L’article R. 1454-7 du code du travail prévoit en effet que le règlement intérieur établit un roulement au sein du
bureau de conciliation et d'orientation entre tous les conseillers prud'hommes salariés et employeurs mais qu’il
peut prévoir l'affectation de certains conseillers prud'hommes par priorité à ce bureau.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
17
Enfin, un formulaire de requête a été conçu par le ministère de la justice
28
pour la mise
en
œ
uvre de l’article. R. 1452-1 du code du travail, qui réduit l’oralité de la procédure en
précisant que la demande en justice est formée soit par une requête, soit par la présentation
volontaire des parties devant le bureau de conciliation et d'orientation
29
.
1.2.2.3
Les modifications relatives à la gestion et au statut des conseillers prud’hommes
La loi du 5 août 2015 (cf. ci-dessus) a aussi modifié les dispositions relatives à la gestion
et au statut des conseillers prud’hommes, en définissant des règles déontologiques
30
, avec
notamment l’interdiction de tout mandat impératif, en instaurant une formation initiale
obligatoire des conseillers prud’hommes
31
, en créant des règles disciplinaires et une
commission nationale de discipline
32
. Ces dispositions répondaient essentiellement aux
recommandations visant à professionnaliser les conseillers prud’hommes formulées par le
rapport Lacabarats.
Par ailleurs, l’ordonnance du 31 mars 2016
33
a profondément modifié le mode de
désignation des conseillers prud’hommes, et ceci à compter du renouvellement des conseillers
prud’hommes intervenu le 1
er
janvier 2018. Ils ne sont plus élus tous les cinq ans par leurs pairs
dans le cadre d'une élection générale au suffrage universel direct mais proposés par les
organisations professionnelles et syndicales, les nombres de sièges étant déterminés en fonction
la représentativité de ces organisations. Puis ils sont nommés pour quatre ans par arrêté conjoint
du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre chargé du travail. Cette réforme avait
été justifiée, selon l’étude d’impact de la loi d’habilitation, par la nécessité de renforcer la
légitimité de la juridiction prud’homale, critiquée en raison d’un taux d’abstention de plus en
plus élevé.
1.2.2.4
Les évolutions de l’organisation judiciaire
Alors la réforme de la carte judiciaire de 2008 avait conduit à supprimer 62 CPH, seuls
deux changements ont été apportés ces dernières années à l’organisation judiciaire en matière
de justice prud’homale : la mutualisation des greffes des tribunaux judiciaires avec ceux des
conseils de prud’hommes en 2020
34
(cf.
infra
) et la création du conseil de prud’hommes à
Mayotte en 2022.
28
Formulaire CERFA n°15586*09 de requête aux fins de saisine du conseil de prud'hommes par un salarié.
29
Le décret n°2019-1333 du 11 décembre 2019 - art. 36 a ensuite encore réduit l’oralité en ne prévoyant plus que
l’accès par requête.
30
Articles L. 1421-2 et 11 du code du travail.
31
Article L. 1442-1 du code du travail.
32
Articles L. 1442-13-1 à 1442-16-2 du code du travail.
33
Ordonnance n° 2016-388 du 31 mars 2016 relative à la désignation des conseillers prud'hommes.
34
Article 95 de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice
(LPJ).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
18
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les conseils de prud’hommes sont des juridictions de l’ordre judicaire dont les membres
représentent un effectif important (14 512). Ceux-ci, issus des organisations syndicales et
professionnelles, ne sont pas des magistrats professionnels et sont très attachés à
l’indépendance de leur juridiction.
La mission sociale des conseils de prud’hommes est centrale puisque ceux-ci prennent,
chaque année, des décisions relatives aux conditions de rupture de près de 100 000 contrats de
travail. De nombreuses évolutions juridiques sont intervenues depuis 2015 modifiant
sensiblement les conditions d’exercice de l’activité prud’homale.
2
UNE GOUVERNANCE ECLATEE
La présidence des CPH est alternée entre les collèges salarié et employeur et l’action du
greffe contribue à la continuité des méthodes (2.1). Les CPH sont des acteurs à part entière de
l’organisation judiciaire, en lien avec les tribunaux judiciaires (2.2) et les cours d’appel (2.3),
et fonctionnent avec des règles définies par les administrations centrales du ministère de la
justice et du ministère chargé du travail (2.4). Enfin, le rôle du conseil supérieur de la
prud’homie (2.5), chargé de donner son avis sur les projets de texte, est de fait limité.
2.1
La mission difficile des présidents et vice-présidents
2.1.1
Les prérogatives d’un président de CPH
Le code du travail, dans ses parties législative et réglementaire, définit les prérogatives
du président d’un CPH : il est responsable de l’organisation du conseil
35
et de son animation
36
;
il assure la gestion des conseillers
37
et enfin il rend compte de l’activité du conseil aux chefs de
la cour d’appel. En revanche, le président n’exerce pas, sauf pour les quelques CPH à greffe
autonome, le contrôle du greffe, puisque celui est assuré, depuis 2020, par le président du
tribunal judiciaire du ressort
38
.
35
Affectation temporaire d’un conseiller à une autre section que sa section d’appartenance, attribution d’une affaire
à une section dès lors que l’attribution pose difficulté, fixation d’audiences supplémentaires.
36
Convocation d’une assemblée générale, établissement du procès-verbal.
37
Contrôle de la discipline, validation des temps passés à leurs activités.
38
Cf.
supra
et article L. 123-1 du code de l’organisation judiciaire et R. 1423-37 du code du travail. La formulation
de ce dernier article est d’ailleurs trompeuse, car elle présente le cas des greffes autonomes comme général, alors
qu’il s’agit d’un cas très particulier (11 greffes sur 211).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
19
Le vice-président est associé à ce pilotage, les décisions du président nécessitant, pour
la plupart d’entre elles, un avis conforme de sa part.
Par ailleurs, comme pour les autres juridictions, le président et le vice-président n’ont
aucune compétence en ce qui concerne la qualité des jugements, notamment en matière de
rédaction, puisque celles-ci sont produites sous la seule responsabilité du président d’audience
qui signe la décision. Mais, contrairement aux autres juridictions, le président et le vice-
président n’ont pas de regard sur la formation continue des conseillers, dont une des finalités
est d’améliorer la qualité des décisions rendues, puisque cette formation n’est pas obligatoire
et que lorsqu’une formation est suivie, ils n’en sont pas informés. Ils n’ont enfin qu’un rôle
limité sur l’organisation de leur juridiction, celle-ci étant fixée par le code
39
.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice a indiqué qu’il pourrait être
porté à la connaissance des présidents et vice-présidents les formations suivies par les
conseillers et qu’un état des lieux pourrait être présenté en assemblée générale annuelle. Même
si cette évolution est mise en
œ
uvre, cette organisation laisserait au président du CPH, peu de
leviers pour renforcer l’efficacité de sa juridiction.
2.1.2
Sa désignation
Les présidents et les vice-présidents sont issus alternativement du collège salarié et du
collège employeur. Ils sont élus pour une année par leur collège respectif.
En général, les organisations patronales s’entendent pour que le même conseiller soit
renouvelé en tant que président et vice-président sur toute la mandature, ce qui n’est pas le cas
pour le conseiller élu par le collège salarié, celui-ci n’étant en général renouvelé au maximum
qu’une fois. En effet, les organisations syndicales souhaitent que la présidence ou vice-
présidence soit tournante, ce qui a pour effet que le président ou vice-président issus du collège
salarié ne reste en place que deux années au maximum. Cette organisation a pour inconvénient
de ne permettre aux présidents ni de mettre en place des actions dans la durée ni de s’impliquer
dans le pilotage de leur juridiction.
En réponse aux observations provisoires de la Cour, la direction des services judiciaires,
consciente de ces difficultés, a formulé la proposition de faire élire deux présidents (un par
collège) en début de mandat pour quatre années en leur confiant alternativement les
prérogatives de président et vice-président chaque année pour renforcer la stabilité de la
présidence de la juridiction tout en conservant son caractère paritaire. Cette proposition
gagnerait à être discutée avec le conseil supérieur de la prud’homie.
Par ailleurs, le mode de la désignation, par élection, des présidents et vice-présidents
n’est pas de nature à garantir qu’ils possèdent les compétences nécessaires à l’exercice de la
fonction de management de leur conseil. La formation initiale n’aborde pas spécifiquement, à
l’attention des présidents et des vice-présidents, les sujets relatifs à la gouvernance des CPH et
les programmes de formation continue ne semblent pas, non plus, les aborder. De plus,
l’absence de transparence, d’évaluation de la formation continue et d’information sur la
participation effective des personnes pour lesquelles cette formation serait nécessaire (cf.
infra
)
39
Le code du travail habilite les présidents à prononcer des réaffectations de conseillers en cas de difficulté d’une
section, les chefs de Cour pouvant se substituer à eux si nécessaire (article L1423-10)
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
20
ne permet pas d’avoir d’assurance sur la maîtrise des compétences de management par les
présidents et vice-présidents. Par ailleurs, plus généralement, les présidents ne disposent
d’aucune visibilité sur les formations suivies par les membres de la juridiction qu’ils dirigent.
Enfin, la charge que représente la présidence ou la vice-présidence d’un conseil qui
s’ajoute à celle des activités de jugement et de rédaction des décisions, restreint le nombre de
candidats à ces fonctions. Le tableau ci-après illustre que le temps maximum indemnisable
s’échelonne entre deux et 12 jours par mois.
Tableau n° 3 :
temps maximal indemnisable par mois
pour un président de conseil de prud’hommes (h)
Temps maximal
indemnisables par mois
Conseils comportant 40 conseillers ou moins
17
Conseils comportant de 41 à 60 conseillers
26
Conseils comportant 60 conseillers ou plus
39
Conseils de Bobigny, Lyon, Marseille et Nanterre
60
Conseil de Paris
100
Source : article R. 1423-72 du code du travail
2.1.3
Le rôle central du greffe
En raison des particularités du CPH, son greffe a un positionnement différent de celui
d’une autre juridiction. En effet, au-delà des spécificités des contentieux relevant du droit du
travail, le statut des conseillers prud’hommes, qui ne sont pas, pour la majorité d’entre eux, des
professionnels du droit, qui exercent leur activité à temps partiel
40
et sont renouvelés
globalement par moitié lors des renouvellements généraux
41
limitant ainsi leur expérience, fait
que le positionnement du greffe est central. Ainsi, seul le greffe des CPH assure la continuité
tant au niveau du personnel que des méthodes. Cette situation le conduit, par exemple, à
apporter un appui aux conseillers, en assurant souvent une relecture des jugements, notamment
en ce qui concerne les motivations. Ainsi, les conditions d’exercice de ses missions sont
différentes de celles des autres greffes, même si ces missions sont elles-mêmes identiques
42
.
40
Pour les conseillers du collège employeur, selon les calculs faits par la Cour, 122 heures en moyenne, soit un
peu plus de 15 jours, la médiane étant assez proche.
41
Tel était le cas pour le renouvellement de 2018. Une même proportion est attendue pour 2023.
42
L’article 4 du décret n° 2015-1275 du 13 octobre 2015 portant statut particulier des greffiers des services
judiciaires prévoit que « les greffiers sont des techniciens de la procédure. Ils assistent les magistrats dans les actes
de leur juridiction et authentifient les actes juridictionnels dans les cas et suivant les conditions prévues par le code
de l'organisation judiciaire, le code du travail et les textes particuliers.
Les greffiers exercent également des fonctions d'assistance des magistrats dans le cadre de la mise en état et du
traitement des dossiers ainsi que dans le cadre des recherches juridiques. Selon les directives des magistrats, ils
rédigent des projets de décisions et de réquisitoires (…) »
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
21
Ces différentes raisons font que, encore bien plus que pour les autres juridictions, les
CPH ne peuvent remplir leurs missions convenablement dès lors que leur greffe n’est pas
suffisamment étoffé ou qu’il présente des dysfonctionnements. Or l’effectif des greffes est très
variable. Un greffe ne peut comprendre qu’un seul agent. Pour ces conseils, la moindre absence
du greffier ou difficulté rencontrée avec lui compromet l’activité de la juridiction. Le conseil
de prud’hommes d’Avranches constitue un bon exemple de ces difficultés.
.
Les difficultés du conseil de prud’hommes d’Avranches
Le département de la Manche est couvert par deux tribunaux judiciaires : celui de Cherbourg, dont
le ressort ne comprend qu’un seul CPH, et celui de Coutances, dont le ressort comprend deux CPH,
celui de Coutances et celui d’Avranches. Le greffe du CPH d’Avranches a été fusionné au 1
er
janvier 2020 avec ceux du tribunal de proximité, du tribunal judiciaire et du CPH de Coutances
pour n’en constituer qu’un seul, celui du tribunal judiciaire de Coutances, dont le siège est situé à
52 km d’Avranches.
Le CPH d’Avranches est un petit CPH, constitué de 38 conseillers (huit par section, sauf pour la
section agriculture, qui n’en comporte que six) et qui n’est saisi que d’une centaine d’affaires par
an (sauf en cas de séries, comme en 2020 et en 2021), soit une vingtaine d’affaires par section en
moyenne et quatre affaires par conseiller. Cette faible activité constitue un risque, dans la mesure
où elle rend difficile, pour les nouveaux conseillers, l’acquisition d’une compétence suffisante en
matière contentieuse.
La présence d’un greffe performant est donc indispensable, mais sa situation est particulièrement
critique. Le greffe n’est en effet constitué que d’un seul agent. Il s’agit, en 2022, d’une adjointe
administrative de catégorie C, qui n’est pas greffière et qui, à son affectation au CPH d’Avranches,
n’avait pas expérience en conseil de prud’hommes. Cette situation est expliquée par le départ en
retraite en 2020 du prédécesseur et par les arbitrages effectués par la cour d’appel. Elle est
amplifiée par les difficultés relationnelles entre la titulaire du poste et le président et le vice-
président de la juridiction. L’éloignement du CPH du tribunal judiciaire de Coutances ainsi que la
faiblesse de l’effectif du greffe du tribunal de proximité d’Avranches ne permet pas de réelle
mutualisation. Cet éloignement limite aussi fortement l’appui que le directeur de greffe du tribunal
judiciaire pourrait apporter au greffe du CPH.
Cette situation se cumule avec d’autres difficultés rencontrées par le conseil :
l’absence régulière de certains conseillers prud’hommes aux audiences, notamment
pour les sections « agriculture » et « activités diverses », qui nécessite des
remplacements au pied levé et met à mal le jugement par les pairs ;
une forte concentration de l’activité sur quelques conseillers, notamment pour la
rédaction des jugements. Ainsi, trois conseillers du collège employeur participent à
quasiment toutes les décisions et leurs vacations représentent près des deux tiers des
vacations du collège employeur. Cette situation s’est traduite notamment par le fait
que l’indemnisation du président du CPH d’Avranches faisait partie, en 2021, des dix
indemnisations les plus élevées en France et ceci malgré la petite taille du CPH ;
l’absence du juge départiteur pendant plusieurs mois en 2020 ;
des problèmes de discipline avec une affaire de violation du secret d’un délibéré qui a
donné lieu à la transmission de l’affaire à la commission nationale des conseils de
discipline. Cette commission a constaté, par décision du 5 juillet 2022, la faute
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
22
disciplinaire du conseiller prud’homme sans prononcer de sanction disciplinaire du fait
de sa démission ;
un équipement en matière informatique insuffisant : le CPH n’est pas doté
d’ordinateurs (excepté le greffe) permettant un accès à la documentation de la cour
d’appel et à la jurisprudence, ce qui oblige les conseillers prud’hommes à travailler
uniquement sur leur ordinateur portable.
À l’opposé, les effectifs des greffes des conseils de taille importante sont élevés. Ainsi,
Paris, avec un effectif de 92 ETP
43
, constitue un cas extrême, avec des enjeux radicalement
différents de ceux des petits CPH.
Au plan national, l’effectif total des greffes des CPH était au 31 décembre 2019 de 984
(66 agents de catégorie A, 525 greffiers, 2 secrétaires administratifs et 391 agents de catégorie
C). Depuis 2020, il est impossible de disposer de données précises. La fusion des greffes
intervenue en 2020 a eu pour conséquence de donner aux greffes des tribunaux judiciaires une
compétence d’affectation au sein des greffes des CPH. La DSJ n’a pas mis en place de dispositif
de suivi ou de remontée d’informations sur les choix d’organisation faits au plan local. Elle ne
dispose donc plus de visibilité sur la situation des effectifs des CPH et les tensions qui peuvent
exister alors même que, dans ces juridictions, les greffe ont un rôle capital.
Si aucune dégradation significative n’a été constatée pour les greffes des CPH visités
dans le cadre du présent contrôle, certains effectifs de greffes d’autres CPH ont diminué, comme
à Paris où l’effectif réel est passé de 95 au 31 décembre 2019 à 92 au 5 octobre 2022.
Par ailleurs, la modification d’organisation des greffes est intervenue après une
décroissance régulière de leurs effectifs, comme le montre le graphique suivant : ils ont ainsi
diminué de plus de 25 % entre 2008 et 2019.
Graphique n° 1 :
Évolution des effectifs des greffes entre 2008 et 2019
Source : Cour des comptes d’après données de la DSJ
Pendant la même période, le nombre de conseillers prud’hommes n’a pas varié mais le
nombre d’affaires nouvelles à quant à lui aussi fortement baissé, passant de 197 000 à 117 000,
43
Au 5 octobre 2022, le greffe du CPH de Paris avait un effectif réel de 87, avec un renfort d’un contractuel de
catégorie B et de trois contractuels de catégorie C, soit 92 ETP.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
23
sans toutefois que cette diminution ne reflète la variation réelle de l’activité des CPH, du fait
de l’évolution de la complexité des dossiers.
L’absence de visibilité sur les effectifs des greffes depuis 2020 est à l’origine d’un point
de crispation entre la DSJ et les membres du conseil supérieur de la prud’homie. Il est
indispensable que le ministère de la justice objective la situation, en faisant régulièrement un
état des lieux des effectifs des greffes au sein des CPH, leur rôle étant particulièrement
important dans ces juridictions
44
.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice a indiqué que l’outil de suivi
des effectifs de greffe RCMG
45
traite globalement les effectifs de greffe affectés sur les
missions « contentieux social », sans distinguer les agents affectés aux CPH. Il précise que cet
outil va être modifié en 2023 pour identifier les effectifs affectés au sein des CPH, en rappelant
néanmoins que l’information qui sera produite restera tributaire de la qualité des déclarations
faites par les directeurs de greffe. Il envisage d’effectuer annuellement un état des lieux des
effectifs des greffes des CPH à partir des informations produites par cet outil.
Cette démarche est indispensable. Elle permettra un suivi qui fait aujourd’hui défaut.
Elle restera malgré tout perfectible puisque fondé seulement sur des données déclaratives.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La présidence des CPH, assurée par un président issu d’un collège et un vice-président
issu de l’autre collège, renouvelés chaque année, est originale. Si elle permet de mettre en
œ
uvre la parité, elle se fait au détriment de l’efficacité du pilotage et ne permet pas les actions
dans la durée. Pour répondre à cette critique, , le ministère de la justice a indiqué lors de la
phase de contradiction qu’il envisageait de faire évoluer les textes pour faire élire, en début de
mandat, et pour quatre ans, un président par collège en leur confiant alternativement la
prérogative de président et de vice-président. Une telle disposition serait de nature à améliorer
le pilotage des CPH par leurs présidents et vice-présidents.
L’action du greffe, essentielle, contribue à la continuité des méthodes et une attention
particulière doit y être apportée.
Recommandation n° 1.
(DSJ, DGT) : allonger la durée minimale de mandat de
président et de vice-président et renforcer leur rôle dans la programmation et le suivi des
formations initiale et continue des conseillers.
44
Par CPH, effectif théorique et effectif réel au 31/12/2019, en 2022 puis annuellement effectif nécessaire selon
« OutilGREF » et effectif réel.
45
Pour « référentiel des métiers et des compétences des greffes ».
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
24
Recommandation n° 2.
(DSJ) : réaliser annuellement un état des effectifs des greffes
par conseil de prud’hommes.
2.2
La participation des tribunaux judiciaires à la justice prud’homale
Les tribunaux judiciaires interviennent à deux titres en matière prud’homale : les juges
départiteurs sont des juges du tribunal judiciaire du ressort et le greffe d’un CPH constitue un
service du greffe du tribunal judicaire.
2.2.1
La participation des juges départiteurs aux jugements des CPH
2.2.1.1
Une augmentation tendancielle du départage et des taux très variables entre CPH
Au niveau national, même si le nombre d’affaires en départage se réduit
46
,
principalement sous l’effet de la diminution du nombre d’affaires portées devant les conseils
de prud’hommes, le nombre de décisions prises par un juge départiteur ramené au nombre total
d’affaires terminées
47
augmente tendanciellement sur la période 2008-2020, globalement de
deux points.
Graphique n° 1 :
Évolution du rapport entre le nombre de décisions d’un juge départiteur
et le nombre total d’affaires terminées
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (Stat_IT_CPH_r_W_t4)
Note : la droite représente la tendance (augmentation de 0,17 point par an)
46
Diminution moyenne du nombre d’affaires en départage de 400 par an depuis 2008 (données SDSE).
47
Le taux de départage est légèrement différent puisqu’il s’agit du rapport entre le nombre d’affaires terminées
avec départage et le nombre d’affaires. Ce taux, qui n’est pas disponible pour les années récentes, suit néanmoins
la même tendance (9,7 % en 2004, 10,9 % en 2009, 11,5 % en 2014, 10,3 % en 2016, 11,7 % en 2017 et 12,9 %
en 2018) (
les affaires prud’homales dans la chaîne judiciaire de 2004 à 2018 baisse des demandes, concentration
des litiges, juridictionnalisation de leur traitement
, rapport établi en collaboration avec Evelyne Serverin, 2018)
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
25
Ce taux est d’ailleurs très variable en fonction des CPH. Il va d’un taux nul pour
quelques conseils à un taux de 40,7 %
48
, comme le montre la répartition donnée par le graphique
suivant.
Graphique n° 2 :
classement des CPH en fonction du rapport entre le nombre de décisions du juge
départiteur et le nombre total d’affaires terminées
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (Stat_IT_CPH_r_W_t4)
Le renvoi en départage a pour conséquence un allongement de la durée des affaires,
qu’il est nécessaire de réaudiencer. Ainsi, en 2021
49
, la durée des affaires, avec un jugement au
fond, en départage était en moyenne de 35,0 mois, soit 18,9 mois de plus qu’un jugement sans
départage
50
. Tous jugements confondus, avec et sans départage, cette durée était de 18,1 mois,
et pour ceux sans départage, de 16,1 mois : le départage, qui ne concerne que moins de 10 %
des affaires terminées, conduit donc à augmenter la durée moyenne des affaires, toutes affaires
confondues, de deux mois.
Le départage peut aussi représenter une activité importante pour les juges des tribunaux
judiciaires
51
: 2,8 ETP de juges pour le tribunal de Bobigny
52
, 0,5 ETP pour celui de Toulon,
environ 3 ETP pour celui de Bordeaux, 0,2 ETP pour celui de Dijon et 6 ETP pour celui de
Paris
53
. Une autre conséquence de l’augmentation du taux de départage est donc un
accroissement substantiel de la contribution des tribunaux judiciaires à l’activité des CPH.
48
En excluant le taux pour le CPH d’Amiens (63,8 %), expliqué par une série de 832 affaires, qui ont toutes donné
lieu à un renvoi en départage.
49
Selon les données de la SDSE pour 2021 (affaires selon la formation de jugement et leur durée moyenne en
2021).
50
Alors que l’article R. 1454-29 du code du travail prévoit que l’audience de départage, présidée par le juge
départiteur, est tenue dans le mois du renvoi.
51
À mettre certes en regard de l’activité des tribunaux.
52
Sans prendre en compte les trois juristes assistants.
53
Il n’existe pas en 2022 de référentiel national évaluant le temps des juges des tribunaux judiciaires consacré au
départage mais la DSJ a indiqué que son élaboration était en cours pour aboutir en fin d’année 2022.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
26
Les 10 000 affaires en départage en 2019
54
correspondent, selon le référentiel établi par
la conférence nationale des présidents de tribunaux judiciaires, à l’activité de 48 juges
départiteurs à plein temps.
Il importe donc que le taux de départage soit maitrisé et que le délai de tenue de
l’audience de départage soit réduit au maximum.
2.2.1.2
Des situations et des pratiques très diverses en matière de départage
Les textes prévoient que le renvoi d’une affaire en départage ne peut résulter que de
l’égalité des voix pour et contre une décision. Des juges départiteurs et des conseillers ont
souligné qu’un renvoi en départage peut aussi résulter d’une opposition «
dogmatique
» entre
conseillers peu enclins à mettre en
œ
uvre un processus de décision reposant sur une analyse
juridique objective et à appliquer la jurisprudence. Le départage peut aussi résulter de difficultés
juridiques posées par les affaires examinées, celles-ci pouvant présenter, par le nombre
conséquent de demandes ou de pièces à analyser, une trop grande complexité. Enfin il peut
s’expliquer par un temps important nécessaire à la rédaction des jugements.
Hors situation objectivable pouvant l’expliquer
55
, un taux élevé et persistant de
départage est souvent le signe d’un mauvais fonctionnement d’un CPH. À l’inverse, un faible
taux de départage peut-être le signe que les conseillers prud’hommes sous-évaluent les
difficultés juridiques posées par certaines affaires.
Le fait de renvoyer en départage des affaires posant des difficultés juridiques, bien que
non prévu par les textes, peut toutefois présenter un intérêt, à condition que les conseillers
prud’hommes à l’origine du départage tiennent compte, pour les affaires ultérieures, du
raisonnement mis en
œ
uvre par le juge départiteur. Or en cas de départage, la composition de
la formation présidée par le juge du tribunal judiciaire n’est pas nécessairement la même que
celle ayant renvoyé l’affaire en départage : un conseiller peut se faire remplacer
56
et, même si
cette formation est incomplète, le juge départiteur peut statuer. L’effet d’apprentissage, gage
d’une baisse ultérieure d’un recours au départage, peut donc être limité.
À ce titre, deux bonnes pratiques ont été identifiées. À Dijon, en cas de difficultés
juridiques sur un dossier, les conseillers prud’hommes peuvent consulter un juge départiteur du
tribunal judiciaire pour que celui-ci explique le raisonnement qu’il mettrait en
œ
uvre sur un tel
dossier. À Bobigny
57
, un séminaire de travail a été organisé en décembre 2021 entre conseillers
et juges départiteurs sur différents points donnant lieu à de fréquents renvois en départage afin
que ces conseillers puissent, à l’issue du séminaire, traiter les affaires semblables sans
54
L’année 2020, en raison de la crise sanitaire, n’est pas représentative.
55
Comme par exemple un renvoi en départage d’affaires constituant une série, comme à Amiens en 2020 (cf. note
ci-dessus).
56
La partie réglementaire du code du travail (art. R. 1454-32) précise même que lorsque le conseil de prud’hommes
a été renouvelé, l’affaire est reprise, suivant le cas, devant le bureau de jugement ou la formation de référé dans
leur composition nouvelle sous la présidence du juge départiteur.
57
Le code du travail prévoit d’ailleurs (art. R. 1454-1-1 2°) que le bureau de conciliation puisse renvoyer une
affaire directement en bureau de jugement en formation de départage et non en formation paritaire.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
27
départage
58
. De telles initiatives permettent la consolidation d’une véritable jurisprudence et
gagneraient à être diffusées et encouragées (cf.
infra
)
En définitive, une bonne organisation des relations entre le CPH et le tribunal judiciaire
est indispensable pour que l’activité de départage se déroule dans des conditions satisfaisantes,
permettant autant de maîtriser les délais nécessaires au départage que les taux de départage eux-
mêmes. Certaines conditions sont nécessaires pour le bon déroulement du départage et pour en
limiter le recours. Elles ne sont pas toujours respectées :
-
pour que le recours au juge répartiteur soit plus efficace, il est nécessaire que celui-ci ait
connaissance des sujets ayant motivé le départage ;
-
pour éviter le renvoi de dossiers présentant des caractéristiques semblables, il est
nécessaire que les conseillers à l’origine du renvoi participent à l’audience présidée par le
juge départiteur ;
-
la disponibilité des juges départiteurs doit être suffisante, ce qui n’était pas le cas, par
exemple, pour le CPH d’Avranches (tribunal judiciaire de Coutances).
Sur l’ensemble de ces points, une organisation réfléchie entre le tribunal judicaire et le
CPH est indispensable pour rendre plus efficace et utile la fonction de départage.
2.2.2
La mutualisation de greffes avec ceux des tribunaux judiciaires en 2020
La loi de programmation de la justice (LPJ) de 2019, qui a procédé à la création des
tribunaux judiciaires
59
, a aussi prévu la réunion des greffes du tribunal judiciaire et du conseil
de prud’hommes, dès lors que ce dernier a son siège dans la même commune que le siège d'un
tribunal judiciaire ou de l'une de ses chambres de proximité
60
. Cette réforme a été effective au
1
er
janvier 2020, c’est à dire quelques semaines avant la survenue de la crise sanitaire.
L’objectif de la réforme était de placer, sous une direction unique, non seulement les
greffes du tribunal de grande instance et ceux des tribunaux d’instance réunis au sein du tribunal
judiciaire, mais aussi ceux du conseil de prud’hommes, afin de mieux assurer la continuité de
service de greffe en cas de problème de personnel dans l’un ou l’autre service et de mutualiser
certaines fonctions, comme l’accueil ou la gestion budgétaire. Le ministère de la justice a
indiqué, lors de la phase de contradiction, que des mesures ont été prises au niveau national
pour décliner la réforme
61
. Mais elle ne s’est pas accompagnée du développement de protocoles
58
Le tribunal judiciaire souhaite que de tels séminaires aient lieu annuellement.
59
Les tribunaux judiciaires ont été créés à partir des tribunaux d’instance et de grande instance. La réforme est
revenue sur l’existence du tribunal d’instance de manière un peu différente selon que les tribunaux d’instance se
situaient au siège du tribunal de grande instance ou à l’extérieur du siège du tribunal de grande instance. Lorsqu’ils
étaient au siège du tribunal de grande instance, ils ont été supprimés et intégrés au tribunal judiciaire, lorsqu’ils
étaient à l’extérieur du siège du tribunal de grande instance, ils sont devenus tribunaux de proximité.
60
L’article 95 de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice
prévoit que « le greffe du tribunal judiciaire comprend, d'une part, les services de greffe de cette juridiction et,
d'autre part, le service de greffe du conseil des prud'hommes, dans des conditions propres à garantir le bon
fonctionnement du conseil de prud'hommes » et que « le président du conseil de prud'hommes est consulté sur
l'organisation du service de greffe du conseil de prud'hommes. »
61
Inscription dans le code de l’organisation judiciaire de l’attention particulière qui doit être portée au CPH et à
son bon fonctionnement (art. L. 123-1 et R. 123-16), note « d’accompagnement ressources humaines de la fusion
des greffes de première instance « du 19 septembre, diffusion d’un guide pratique d’appui à la fusion des greffes.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
28
conclus entre les deux juridictions pour identifier les besoins, définir les effectifs alloués aux
greffes prud’homaux et, le cas échéant prévoir des mécanismes de remplacement ou de soutien
en cas d’absences prolongées. La conclusion de tels protocoles, qui relève certes des chefs de
juridictions, gagnerait à être préparée et encouragée par la DSJ car les greffes ont dans les CPH
un rôle essentiel qu’il convient de préserver et de valoriser. Significativement, leurs difficultés
constituent un point de crispation notamment entre la DSJ et le conseil supérieur de la
prud’homie.
2.3
La double mission des cours d’appel en matière de justice prud’homale
Les cours d’appel participent à la justice prud’homale à deux titres : les chefs de cour,
assurent le pilotage des CPH de leur ressort et les cours constituent les juridictions d’appel
contre les décisions des CPH. Ces fonctions sont complémentaires : par le traitement des appels
les cours sont en mesure d’apporter une appréciation sur la qualité de jugements des CPH.
Significativement, parmi les indicateurs de qualité de la justice en première instance, figure
notamment le taux d’appel.
2.3.1
Les cours d’appel : juridictions d’appel des décisions des CPH
À quelques exceptions près prévues par le code du travail, toutes les décisions des CPH
ont susceptibles d’appel
62
. En matière de justice prud’homale, l’objectif de la loi de 2015 dite
loi Macron
63
était d’améliorer et accélérer le traitement des litiges opposant salarié et employeur
en matière de contrat de travail. Le décret relatif à la justice prud'homale et au traitement
judiciaire du contentieux du travail
64
pris en 2016 en l’application de cette loi a modifié la
procédure d’appel. Ainsi, alors qu’auparavant l’appel était jugé selon la procédure orale et sans
représentation obligatoire, il suit désormais une procédure écrite avec représentation
obligatoire, les parties devant nécessairement recourir à un avocat ou un défenseur syndical
pour les représenter.
2.3.1.1
Avec un taux d’appel élevé, les appels de jugements des CPH constituent une
part importante de l’activité civile des cours d’appel
Avec plus d’une décision sur deux faisant l’objet d’un appel, les CPH constituent les
juridictions pour lesquelles le taux d’appel est le plus élevé, très loin devant les ex-tribunaux
62
Sauf lorsque la valeur totale des prétentions d'aucune des parties ne dépasse 5 000
ou que la demande porte
sur la remise, même sous astreinte, de certificats de travail, de bulletins de paie ou de toute pièce que l'employeur
est tenu de délivrer, à moins que le jugement ne soit en premier ressort en raison du montant des autres demandes
(article R. 1462-1 du code du travail). Même s’il n’existe pas de données permettant d’évaluer avec précision le
nombre de décisions pour lesquelles les CPH statuent en dernier ressort., il semblerait que peu de décisions de
CPH ne soient pas susceptibles d’appel.
63
Loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques.
64
Décret n°2016-660 du 20 mai 2016.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
29
de grande instance sur jugements en premier ressort. De manière plus significative, pour une
justice rendue par des juges non professionnels, le taux d’appel pour les tribunaux de commerce
est très inférieur : 15 % en 2019 contre 60 % pour les CPH.
Tableau n° 4 :
Taux d’appel des jugements prononcés au fond selon la juridiction d’origine
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019*
Tribunal de grande
instance sur jugements
en premier ressort
16,3
20,2
19,7
18,7
19,7
20,8
21,4
21,4
21,6
21,5
23,7
14,3
Tribunal d'instance
4,0
5,7
6,6
5,1
5,6
5,4
6,2
6,0
5,7
5,8
7,5
Conseil de prud'hommes
sur jugements en
premier ressort
60,4
59,4
60,8
64,0
67,0
67,7
68,3
67,8
66,7
59,9
59,7
60,1
Tribunal de commerce
sur jugements en
premier ressort
10,7
12,3
12,1
12,8
13,2
13,7
14,7
13,7
14,5
14,6
12,9
15,3
Source : IGJ (rapport sur les cours d’appel, 2019) et chiffres clés de la justice pour 2018 et 2019
Note : * La méthode de calcul des taux d’appel a évolué pour 2019 et rend non-pertinente la comparaison avec
ceux des années précédentes.
La conséquence de ce fort taux d’appel est que les décisions prud’homales représentent
une part importante des affaires civiles traitées par les cours d’appel. Elle est bien plus élevée
que celle des affaires traitées par les CPH dans le total des affaires civiles de premier ressort.
Tableau n° 5 :
La part des affaires prud’homales dans les affaires nouvelles en appel en matière
civile
2009
2016
2018
2021
Ensemble des affaires nouvelles en appel
231 016
251 496
230 143
209 619
Affaires prud’homales (nombre)
47 430
60 191
41 963
34 835
Part des affaires prud’homales (taux)
20,5 %
23,9 %
18,2 %
16,6 %
Source : IGJ (rapport sur les cours d’appel, 2019) et références justice 2021
Ce fort taux d’appel contribue aux difficultés de fonctionnement régulièrement
dénoncées des juridictions d’appel statuant au civil et dont le rapport de synthèse des récents
états généraux de la justice a souligné l’acuité. Évoquant le «
lent déclassement de la justice
civile
» de premier ressort (p. 42) et ses traductions en termes de délais de jugement et de stocks,
le rapport en a souligné les effets sur les cours d’appel qu’il a présentées comme « saturées ».
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
30
2.3.1.2
Les moyens consacrés en cour d’appel au traitement des appels contre les
décisions des CPH
Le rapport de l’IGJ de 2019 sur le bilan des réformes de la procédure d’appel en matière
civile, commerciale et sociale analyse les moyens mis en
œ
uvre par les cours d’appel pour le
traitement des appels. S’il fait la distinction entre les moyens consacrés par les cours d’appel
aux jugements en matière civile et pénale, avec une part des effectifs consacrés à l’activité en
matière civile qui a baissé entre 2009 et 2017, passant de 62,9 % à 58,9 %, le rapport n’identifie
pas les moyens consacrés par les cours d’appel au contentieux prud’homal.
Néanmoins l’ordre de grandeur de l’effectif en charge du contentieux prud’homal en
cour d’appel serait en 2018 de 145 magistrats, en considérant que la charge d’une affaire en
appel est identique pour tous les types de contentieux
65
.
2.3.1.3
Une durée du traitement des affaires en appel en augmentation malgré la
diminution de leur nombre
Porter une affaire en appel a bien évidemment des conséquences sur le délai nécessaire
pour rendre la décision définitive. En matière prud’homale, dès lors que l’on fait appel, la durée
moyenne d’une affaire passe, en 2018, de 16,9 mois
66
à 37,3 mois, soit plus du doublement.
La durée des affaires prud’homales en appel (20,4 mois) est bien plus importante en
2018 que la durée moyenne de l’ensemble des affaires civiles (13,5 mois). Cet écart a d’ailleurs
augmenté entre 2009 et 2018, passant de 2,3 mois à 6,9 mois. Il montre la dégradation plus
importante du traitement par les cours d’appel des affaires prud’homales que celui des autres
affaires civiles.
Tableau n° 6 :
Évolution du nombre d’affaires terminées et de leur durée
Ensemble des affaires civiles en
appel terminées
Affaires prud’homales
2009
2018
Écart
2009
2018
Écart
Nombre d’affaires
229 341
238 204
+8 863
48 649
51 657
+3 008
Proportion / nb total
100,0 %
100,0 %
-
21,2 %
21,7 %
Durée moyenne (mois)
11,4
13,5
+2,1
13,7
20,4
+6,7
1
er
quartile (25%)
4,5
3,7
-0,8
8,5
11,5
3,0
2
ème
quartile (50%)
9,9
11,3
1,4
12,1
20,5
8,4
3
ème
quartile (75%)
15,6
20,7
5,1
17,9
27,1
9,2
Écart interquartile
11,1
17,0
5,9
9,4
15,6
6,2
Source : IGJ (rapport sur les cours d’appel, 2019)
65
L’effectif localisé de magistrats en cour d’appel était en 2018 de 1231, dont 58,9 % pour l’activité civile, les
affaires prud’homales représentant environ 20 % des affaires civiles totales.
66
Délai moyen hors référé, d’après les statistiques RSJ civil 4.1 pour l’année 2018.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
31
C’est dans les cours d’appel les plus importantes que les durées de jugement sont les
plus élevées, et notamment à Paris avec une durée de 22 mois en 2018.
Par ailleurs, le passage à une procédure avec représentation obligatoire en 2016
67
pour
les affaires prud’homales n’a pas diminué, en première analyse, la durée des affaires, puisque
celle-ci a continué à augmenter entre 2016 (15,6 mois) et 2018 (17,6 mois).
Le nombre d’affaires en appel constaté entre 2016 et 2018 a diminué de l’ordre de 10 %,
notamment en raison de la baisse du nombre de jugements rendus par les CPH. Les données
plus récentes de la sous-direction du secrétariat général du ministère de la justice en charge des
statistiques font apparaître que la baisse s’est poursuivie en 2019, l’année 2020 n’étant pas
significative en raison de la diminution de l’activité liée à la crise sanitaire. Mais cette
diminution du nombre d’affaires (nouvelles et terminées) ne s’est pas traduite par une
diminution de la durée des affaires, comme le montre le graphique suivant.
Graphique n° 3 :
Évolution du nombre d’appels de décisions prud’homale, de décisions rendues en
appel et de la durée des affaires
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (stat. RSJ civil 4.1)
Deux facteurs pourraient être à l’origine de ce constat, sans que l’on puisse en retenir
un avec certitude : l’augmentation de la complexité des dossiers, à l’image de ce qui est constaté
en CPH, et la diminution des moyens consacrés au contentieux prud’homal par les juridictions
d’appel.
L’augmentation de la durée des appels des décisions prud’homales devrait conduire la
DSJ à mieux en analyser les causes en vue, le cas échéant, d’identifier les pratiques des cours
quant à la hiérarchisation des contentieux selon leur type et les arbitrages corrélatifs en termes
d’allocation des moyens.
67
Représentation obligatoire par avocat ou défenseur syndical (cf.
supra
).
0,0
5,0
10,0
15,0
20,0
25,0
30,0
0
10 000
20 000
30 000
40 000
50 000
60 000
70 000
Total des demandes
Total des décisions
Durée moyenne (en mois)
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
32
2.3.2
Les responsabilités des chefs de cour relatives au bon fonctionnement des
CPH
De par les missions confiées par le code du travail aux cours d’appel et à leurs chefs,
ceux-ci assurent le pilotage des CPH de leur ressort
68
: la partie législative du code prévoit que
les cours d’appel ou leurs chefs interviennent lorsqu’un CPH ne peut se constituer (art. L. 1423-
8) ou qu’il est en mesure de fonctionner de nouveau (art. L. 1423-9), en cas de
dysfonctionnement d’une section ou d’un CPH (art. L. 1423-10, 10-1), pour rappeler aux
conseillers leurs obligations ou pour saisir la commission nationale de discipline ou encore
proposer la suspension d’un conseiller prud’homme (art. L. 1442-13-1, 13-3 et 16).
La partie réglementaire du code du travail précise ces dispositions en listant les
prérogatives des chefs de cour, en particulier sur les points suivants : la constitution des
chambres des CPH, pour laquelle le premier président intervient (art. R. 1423-10), les procès-
verbaux des assemblées générales et les rapports d’activité (états de l’activité) établis par les
greffes accompagnés des éventuelles observations du président et du vice-président qui sont
communiqués aux chefs de cour (art. R. 1423-13 et 42), la contestation de l’élection des
présidents et vice-présidents des conseils et des sections (art. R. 1423-19), les assemblées
générales, qui peuvent être réunies à la demande du premier président (art. R. 1423-23),
l’approbation par les chefs de cour ou le premier président du règlement intérieur ainsi que des
horaires d’ouverture du greffe (art. R. 1423-26 et 36), les inspections des CPH réalisées par les
chefs de cour visant à s’assurer de leur bon fonctionnement, pour lesquels ils rendent compte
au garde des sceaux (art. R. 1423-30
69
), les difficultés rencontrées par les présidents de CPH ou
les directeurs de greffe en matière d’états des vacations (art. R. 1423-70), le contrôle par le
premier président de l’exécution, par les conseillers prud’hommes, de la formation obligatoire
(art. D. 1442-10-1), les démissions de conseillers prud’hommes et la vacance de postes (art. D.
1442-17 à 20).
L’échantillon des sept cours d’appel rencontrées dans le cadre du présent contrôle
montre que ces dispositions, lorsqu’elles sont mises en
œ
uvre, ne permettent pas de garantir un
bon fonctionnement des CPH de leur ressort :
-
les informations nécessaires au pilotage sont insuffisantes. Les documents prévus par les
textes (notamment les procès-verbaux des assemblées générales et les états d’activité) ne
sont en général pas transmis par les CPH et ne sont d’ailleurs pas demandés par les cours
d’appel. Les informations statistiques, tels les tableaux de bord de
Pharos
, sont produits
avec un délai ne permettant pas de s’assurer du bon fonctionnement des CPH. Ils ne
comportent d’ailleurs pas toutes les données stratégiques, tels les taux d’appel. De plus,
les CPH ne produisent pas systématiquement un rapport d’activité
70
, ou, lorsqu’il est
produit, il est souvent incomplet alors qu’un tel rapport pourrait être un bon support pour
les chefs de cour pour échanger avec le président et le vice-président du CPH ;
68
Un ressort de cour d’appel comprend, en France métropolitaine, entre deux CPH (Bastia) et 16 (Douai), avec
une moyenne de 6,8 (cf. carte en partie 1).
69
Dispositions prévues aussi par l’article R. 312-66 du code de l’organisation judiciaire pour toutes les juridictions
de leur ressort.
70
Les rapports d’activité ne sont pas d’ailleurs prévus par les textes.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
33
-
les inspections prévues par le code du travail et le code de l’organisation judiciaire sont
très peu fréquentes. Ainsi, sur les sept cours d’appel rencontrées, trois seulement avaient
procédé à des inspections de CPH depuis 2018
71
, d’ailleurs en nombre limité (au plus
deux). Mais certains chefs de cour pensent que ces inspections peuvent les mettre en
position inconfortable, devant à la fois animer le réseau de CPH du ressort et se comporter
en service d’inspection. Par ailleurs, certaines cours d’appel souhaiteraient pratiquer des
contrôles thématiques, qui permettraient d’examiner certains sujets pour l’ensemble des
CPH de leur ressort.
En revanche, l’échantillon des sept cours d’appel rencontrées dans le cadre du présent
contrôle montre que les regroupements fonctionnels, c’est-à-dire les rencontres des chefs de
cour avec les présidents et les vice-présidents des CPH, constituent le moyen privilégié pour
échanger sur les difficultés et faire évoluer les pratiques. Mais ces échanges, d’ailleurs non
prévus par les textes, sont insuffisants car trop peu fréquents (au mieux annuels). L’absence de
prise en charge de ces rencontres au titre de l’activité prud’homale (en temps de vacation et en
frais de déplacement) explique probablement qu’elles n’aient pas lieu plus souvent.
Cet échantillon montre aussi que l’organisation retenue pour le suivi des CPH est
variable d’une cour d’appel à l’autre : quelquefois celui-ci est exercé directement par le premier
président, quelquefois avec l’appui d’un conseiller placé auprès de lui, quelquefois par le
président de la chambre sociale. Parfois, un juriste assistant peut, comme à la cour d’appel
d’Amiens, apporter son appui à l’animation du réseau des CPH du ressort, par exemple en
expliquant aux conseillers la jurisprudence, en commentant les décisions rendues en appel.
Enfin, il faut conserver à l’esprit la difficulté qui peut exister pour les chefs de cour,
professionnels du droit, à assurer un contrôle de juridictions indépendantes, constituées de
magistrats non professionnels désignés par leurs organisations syndicales ou professionnelles
et dont les modes de raisonnement et d’analyse peuvent prendre en considération d’autres
paramètres que la stricte application du droit.
Pour aider les cours d’appel à exercer leur rôle, ni le ministère de la justice ni celui du
travail n’ont développé de réelle politique d’accompagnement. La seule action d’animation au
niveau central à l’attention des cours d’appel identifiées par la Cour est la mission de soutien et
d’accompagnement à la réforme de la justice prud’homale, confiée à Madame Christine
Rostand en 2017. Mais elle n’a pas eu de prolongement.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Malgré l’indépendance des CPH, le lien avec les autres juridictions, tribunaux
judiciaires et cours d’appel, est fort (pour les départages, les greffes et les appels) et le bon
fonctionnement de la justice prud’homale, notamment en matière de durée des affaires et de
qualité de la justice en est tributaire.
Du fait de la proximité géographique entre le CPH et le tribunal judiciaire, et de la
proximité fonctionnelle résultant de la fusion des greffes et de l’intervention des juges
départiteurs, le président du tribunal judiciaire contribue à une meilleure insertion des CPH à
la justice civile. Il est nécessaire de mieux formaliser l’organisation des relations entre les deux
71
Les cours d’appel de Colmar, Bordeaux, et Amiens.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
34
juridictions, sous la forme de protocoles, allant au-delà des dispositions énoncées par le code
du travail, pour définir les modalités de fonctionnement communes : dimensionnement du
greffe, fixation des dates d’audience, délais de mise à disposition des dossiers, locaux pour
accueillir les juges départiteurs, bilan annuel quantitatif et qualitatif du départage…
Pour leur part, au-delà de leurs missions juridictionnelles, les cours d’appel ont une
mission essentielle de contrôle des CPH et d’animation de leur réseau. Plus que les chefs de
juridiction, les chefs de cour doivent être les garants du bon fonctionnement des CPH puisqu’ils
sont les plus à même de comparer la situation des différents CPH de leur ressort, d’identifier
des défaillances ou des bonnes pratiques en cohérence avec la jurisprudence d’appel et de
proposer des évolutions d’allocations de moyens et d’organisation. Or l’exercice de cette
mission est aujourd’hui très inégal. Il est donc indispensable de le renforcer en établissant une
contractualisation entre les cours et les CPH. Fixant des objectifs en termes de nombre et délais
de jugements, de tels contrats permettraient d’identifier des leviers pour améliorer le
fonctionnement des CPH et la qualité de leurs jugements à travers la diffusion d’outils
méthodologiques, de bonnes pratiques mais aussi des renforts en moyens humains, greffiers
placés ou personnels contractuels, lorsque c’est nécessaire pour soutenir les conseillers, juges
non professionnels.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice mentionne quelques pistes
envisagées répondant aux besoins identifiés par la Cour des comptes, en précisant qu’il a fait,
dans le cadre du diagnostic organisationnel d’un conseil de prud’hommes de groupe 1, des
constats conduisant aux mêmes conclusions. Ces évolutions, que la Cour encourage,
confirment la nécessité de renforcer les liens entre cours d’appel, tribunaux judiciaires et CPH,
levier indispensable pour l’amélioration de la justice prud’hommale, dans le respect de ses
spécificités. La conclusion de protocoles entre les cours, les tribunaux et les conseils de
prud’hommes permettraient d’en assurer la déclinaison en fonction des situations locales.
Recommandation n° 3.
(DACS, DSJ) : inciter les chefs de cours et de juridictions à
conclure des protocoles avec les conseils de prud’hommes afin de renforcer leurs
articulations (départage, appels, retours d’appel) et de préciser les conditions de
fonctionnement de ces derniers (objectifs et moyens).
2.4
La mission de pilotage des administrations centrales
Le pilotage, la gestion et le contrôle des CPH relève de deux ministères : le ministère
chargé du travail, et plus spécifiquement la direction générale du travail (DGT), et le ministère
de la justice, avec essentiellement l’intervention de la direction des services judiciaires (DSJ)
et la direction des affaires civiles et du sceau (DACS).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
35
2.4.1
La direction générale du travail
La direction générale du travail (DGT) assure en matière de justice prud’homale
essentiellement trois missions :
-
en amont de la désignation des conseillers prud’hommes, elle détermine le nombre de
sièges attribués, par section de CPH, à chacune des organisations syndicales et
professionnelles, en application des règles de représentativité. Jusqu’au renouvellement
général des conseillers en 2018, c’était la DGT qui était responsable de l’ensemble du
processus de désignation des conseillers, la dernière élection ayant eu lieu en 2008 ;
-
elle est en charge du financement de la formation continue des conseillers prud’hommes
(cf.
infra
) ;
-
elle est aussi en charge du financement des défenseurs syndicaux (cf.
infra
).
Par ailleurs, la DGT assure le secrétariat du conseil supérieur de la prud’homie.
Enfin, les dispositions juridiques relatives à la justice prud’homale sont définies par le
code du travail
72
.
Le financement des différentes actions de la DGT relatives à la justice prud’homale est
assuré par l’action 2 - Qualité et effectivité du droit du programme 111 - Amélioration de la
qualité de l'emploi et des relations du travail
73
. Le montant de cette action prévu par PLF pour
2022 est de 16,8 M
.
2.4.2
Les directions du ministère de la justice
L’articulation des compétences des différentes directions du ministère de la justice est
fixée par l’article 18 de l’arrêté du 30 décembre 2019 relatif à l'organisation du secrétariat
général et des directions du ministère de la justice. Au niveau central, le secrétariat général, la
direction des affaires civiles et du sceau (DACS) et la direction des services judiciaires (DSJ)
interviennent pour le pilotage et le fonctionnement des CPH.
En ce qui concerne le secrétariat général, participent, par leurs travaux, au
fonctionnement et l’animation de la justice prud’homale notamment la sous-direction des
statistiques et des études (SDSE), en charge de la gestion du répertoire général civil (cf.
infra
),
et le service du numérique (Snum), qui assure la maîtrise d’
œ
uvre des systèmes d’information
(
Winges
et
Portalis
, cf.
infra
, ainsi que le système d’information pour le traitement des
candidatures aux fonctions de conseillers prud’hommes
SI-Candidature
).
Pour la DACS, la sous-direction du droit civil élabore les textes législatifs et
réglementaires pour les matières non expressément dévolues à une autre sous-direction,
notamment le droit processuel en matière prud’homale et concourt à l'élaboration des textes
relatifs au droit du travail et au droit social. Elle conseille les autres administrations publiques
(notamment la DGT) dans les matières de droit privé relevant de sa compétence.
72
Pour les dispositions législatives : livre IV- la résolution des litiges - Le conseil de prud'hommes, articles
L. 1411-1 à L. 1471-1.
73
Programme dont le responsable est le directeur général du travail.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
36
La DSJ est en charge des questions de détermination des compétences juridictionnelles,
d’organisation et de gestion du corps des conseillers prud’hommes et, en relation avec le
secrétariat général, de localisation territoriale, de l’organisation interne et du contrôle des
dotations des juridictions. Au sein de la DSJ, plusieurs bureaux ou sous-directions
interviennent :
-
le bureau des magistrats exerçant à titre temporaire et des juges élus ou désignés (RHM4),
créé en 2017 au sein de la sous-direction des ressources humaines de la magistrature
lorsque la gestion de la nomination des conseillers prud’hommes, à l’origine assurée par
la DGT, a été transférée au ministère de la justice. Ce bureau est en charge de toute la
gestion des conseillers prud’hommes
74
mais aussi des juges des tribunaux de commerce,
des assesseurs des pôles sociaux, des délégués de procureurs et des magistrat exerçant à
titre temporaire, soit au total environ 25 000 personnes, dont les 14 512 conseillers
prud’hommes. L’importance relative des conseillers prud’hommes au sein de ce bureau
fait qu’il constitue en quelque sorte un point focal, au sein de la DSJ, des questions relatives
à la justice prud’homale ;
-
les autres sous-directions de la DSJ interviennent pour les domaines qui les concernent
(greffes, système d’information, données de pilotage avec
Pharos
, budget, immobilier…).
Les dépenses relatives au CPH sont financées, pour ce qui relève de la DSJ, programme
166 - justice judiciaire, dont le responsable est le directeur des services judiciaires.
Enfin, la DSJ avait piloté l’organisation des juridictions judiciaires pendant la crise
sanitaire de 2020, organisation qui avait fait l’objet de critiques, notamment en ce qui concerne
les CPH.
Les difficultés de pilotage : les conseils de prud’hommes pendant la crise sanitaire
Le rapport de la Cour des comptes de mai 2021 sur le plan de continuité des activités judicaires
pendant la crise sanitaire liée à l’épidémie de covid-19
75
relevait que les CPH, comme les tribunaux
de commerce, n’ont pas été formellement destinataires de la trame du plan de continuité d’activité
type
76
diffusée le 2 mars 2020 par la DSJ. Bien qu’un message adressé à ces juridictions par le
directeur des services judiciaires ait tenté de réparer cet oubli dans les jours suivants, ces
juridictions sont restées dans l’incompréhension de cette exclusion première de la liste des
missions dites essentielles. Au plan pratique, cette exclusion a eu pour conséquence l’arrêt total de
l’activité de la quasi-totalité des CPH dès le 16 mars 2020.
Informée de cette situation, la DSJ a adressé, le 14 avril 2020, aux chefs de cour une dépêche leur
rappelant qu’ils devaient s’assurer que les contentieux urgents, notamment les référés, soient
traités afin de garantir la protection des salariés tout en rappelant les dispositions procédurales -
74
Contrôle de la recevabilité des propositions faites par les organisations syndicales et professionnelles,
désignation, indemnisation, formation initiale, avec notamment le pilotage de la prestation de l’école nationale de
la magistrature (ENM))
75
Le plan de continuité d’activité des juridictions judiciaires pendant la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid
19, communication de la Cour des comptes à la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle
budgétaire de l’Assemblée Nationale, mai 2021.
76
Le PCA-type définit quatre catégories de missions considérées comme essentielles : l’activité pénale essentielle
au maintien de l’ordre public, les référés, le traitement et jugement des contentieux civils ayant un caractère
d’urgence, la protection des personnes les plus vulnérables et les missions liées au placement des mineurs.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
37
dont certaines issues des ordonnances de mars 2020 - autorisant le transfert de l’activité ou les
dossiers du CPH empêché ou connaissant de graves difficultés, à une autre juridiction du ressort.
Les travaux réalisés dans le cadre du présent contrôle confirment que l’activité des CPH a été, pour
les juridictions visitées, totalement arrêtée jusqu’en avril, et que le redémarrage a été très variable,
certains CPH n’ayant repris une activité, hors référé, qu’en septembre
77
.
Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce redémarrage tardif :
-
la non-prise en compte par la chancellerie, au commencement de la crise sanitaire, des affaires
prud’homales (cf. ci-dessus) ;
-
l’absence générale de moyen techniques en CPH permettant de travailler à distance : le système
d’information des CPH,
Winges
, ne permettant qu’une utilisation locale ; l’absence
d’ordinateurs portables à disposition des greffiers ainsi que de moyens de visio-conférence ;
-
et enfin une proportion importante des conseillers prud’hommes est âgée
78
et constituait à ce
titre une population vulnérable, ce qui a eu pour conséquence de les tenir durablement éloignés
de leur mission prud’homale.
Cette crise a aussi mis en évidence des dysfonctionnements plus structurels de l’organisation de la
justice prud’homale
79
:
-
au niveau local, les difficultés de pilotage des moyens nécessaires pour faire fonctionner le
CPH : présence du greffe, participation des conseillers aux audiences, disponibilité des
moyens sanitaires, autorisation d’ouverture du conseil par le président du tribunal judiciaire
ou les chefs de cour ;
-
l’absence quasi générale de gestion partagée, entre le président du CPH, celui du tribunal
judiciaire et le premier président de la cour d’appel, de la crise sanitaire en ce qui concerne
les affaires prud’homales ;
-
le fonctionnement très dégradé du conseil supérieur de la prud’homie, puisque celui-ci ne
s’est jamais réuni pendant le premier confinement, ni en comité permanent, ni en visio-
conférence et que la première réunion de ce conseil n’a été organisée, en audio-conférence,
que le 17 juin 2020, soit plus d’un mois après la fin du confinement. Des séances du conseil
auraient pourtant été utiles pour examiner les mesures prises et à prendre pour assurer la
continuité de la justice prud’homale. Il s’est ensuite réuni, à une fréquence réduite (en 2020
une fois en plus de la réunion du 17 juin et trois fois en 2021), en audio ou visio-conférence.
Enfin, l’inspection générale de la justice (IGJ) est susceptible de réaliser des travaux
relatifs aux CPH et à la justice prud’homale (inspection et contrôle de fonctionnement de CPH,
mission d’appui, contrôle dans le cadre de l’inspection du travail). Depuis 2017, l’IGJ a travaillé
sur les sujets suivants :
-
fonctionnement du CPH de Fort-de-France (contrôle de fonctionnement avec un rapport
établi en 2017) ;
-
réforme du droit du travail (mission d’appui, avec un rapport établi en 2017) ;
77
Parmi les CPH visités lors du contrôle de la Cour, le CPH d’Avranches était dans cette situation. Le CPH de
Toulon n’a repris les bureaux de jugement en juin mais les bureaux de jugement seulement en septembre.
78
35 % des conseillers étaient âgés de 60 ans ou plus au 31 décembre 2020.
79
Le procès-verbal de la réunion du conseil supérieur de la prud’homie du 17 juin fait le bilan du fonctionnement
des juridictions prud’homales durant la crise sanitaire.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
38
-
application de la réforme de la procédure prud’homale (mission thématique, avec un
rapport établi en 2018) ;
-
inspections du travail portant sur les CPH de Narbonne, Roanne et Tours (rapports établis
en 2021).
Ainsi, hormis les inspections du travail, qui ne sont pas spécifiques à la justice
prud’homale, les travaux de l’IGJ portant sur les CPH commencent à être anciens. Mais elle a
réalisé, dans un cadre différent, des travaux qui, par certains de leurs aspects, ont concerné la
justice prud’homale. Tel est le cas du bilan des réformes de la procédure d’appel en matière
civile, commerciale et sociale et perspectives
80
en 2019, qui a traité notamment des appels des
décisions des conseillers prud’hommes. Ce rapport, s’il relève la durée excessive des affaires
prud’homales (premier degré et appel), ne formule néanmoins aucune recommandation
spécifique à la procédure prud’homale.
Enfin, elle a entrepris une révision du guide rédigé par elle pour permettre aux chefs de
Cour de réaliser les inspections dont ils sont chargés sur les CPH.
2.5
La place insuffisante du conseil supérieur de la prud’homie
Le conseil supérieur de la prud’homie est défini par l’article L. 1431-1 du code du travail
comme un organisme consultatif placé auprès du garde des sceaux et du ministre chargé du
travail.
Ses missions sont définies dans la partie réglementaire du code du travail
81
: ainsi cette
instance « formule des avis et suggestions » et « réalise des études sur l’organisation et le
fonctionnement des conseils de prud’hommes » et « propose au garde ses sceaux, ministre de
la justice, et au ministre chargé du travail toutes mesures qu’il juge utile ». Il est notamment
consulté sur les projets de loi et de règlement relatifs aux conseils de prud’hommes
(compétence, organisation, fonctionnement, procédure, création, suppression, fixation,
modification ou transfert de leur ressort et de leur siège) et aux conseillers prud’hommes
(désignation, statut et formation).
Outre les cinq représentants de l’État, représentant les ministres de la justice, du travail
et de l’agriculture, le conseil comprend 11 membres représentant les salariés et 11 les
employeurs, désignés sur proposition des organisations respectivement syndicales et
professionnelles représentatives sur le plan national. Certains des représentants des
organisations syndicales et professionnelles sont par ailleurs conseillers prud’hommes.
Pour la période sous revue, le conseil a été présidé :
-
de 2007 à 2017 par M. Jean-François Merle, conseiller d’État ;
-
de 2017 à 2022 par M. Patrick Quinqueton, conseiller d’État
82
;
80
Bilan des réformes de la procédure d’appel en matière civile, commerciale et sociale et perspectives, rapport
n° 049-19, Ω n° 2019/00045, juillet 2019.
81
Articles R. 1431-1 à R. 1431-3-1.
8282
Si le décret de juillet 2022 nommant son successeur indique que celui-ci remplace M. Quinqueton, la dernière
séance du conseil supérieur de la prud’homie présidée par ce dernier est celle du 16 octobre 2020. Ainsi,
M. Quinqueton n’a pas assuré la présidence du conseil d’octobre 2020 à juillet 2022. La présidence a alors été
assurée par un représentant du ministre de la justice, en général par l’adjoint au directeur des services judiciaires
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
39
-
depuis juillet 2022, par M. Jérôme Marchand-Arvier, conseiller d’État.
Les membres du conseil participent avec assiduité à ses réunions, auxquelles
quelquefois sont invitées des personnes extérieures (directeur de l’école nationale de la
magistrature, représentants de la société en charge de l’application de gestion des nominations
des conseillers…).
Le conseil s’est réuni, dans sa composition plénière, de façon moins fréquente dans la
fin de la période contrôlée (2018-2021), avec deux ou trois réunions annuelles, qu’à son début
(2016-2017), avec cinq ou six réunions annuelles.
Le code du travail, dans sa partie réglementaire, prévoit la constitution d’une
commission permanente. Il est fait un usage particulièrement limité de cette possibilité puisque
cette commission ne s’est réunie que deux fois en 2019 et une fois en 2021.
Certains textes font l’objet d’une consultation écrite, sous forme électronique, des
membres du conseil, essentiellement pour les textes pour lesquels les avis du conseil sont
urgents.
Le code du travail prévoit aussi la possibilité de constituer des groupes de travail en son
sein. Cette disposition a été mise en
œ
uvre notamment pour l’élaboration du recueil
déontologique en 2017 (cf.
infra
), l’indemnisation des conseillers prud’hommes en 2018 (cf.
infra
) et la répartition des conseillers prud’hommes par section et par conseil en 2020 (cf.
infra
).
Les points à l’ordre du jour des séances du conseil portent essentiellement sur des projets
de textes pour lesquels un avis du conseil supérieur est nécessaire
83
. Dans les faits, cette
demande d’avis peut être strictement formelle, dans la mesure où même lorsqu’un projet de
texte fait l’objet un avis unanimement négatif ou quasi-unanimement négatif, il est adopté
84
.
Lorsque les textes examinés ne font pas l’objet d’un avis négatif, il est souvent tenu compte des
modifications demandées par le conseil.
Quelques autres sujets, ne répondant pas à une obligation réglementaire, ont été
néanmoins traités : les questions d’indemnisation des conseillers prud’hommes, la mise en
œ
uvre de l’application de gestion des nominations des conseillers, la présentation et le bilan
des campagne de désignation des conseillers prud’hommes, la présentation et le bilan des
sessions de formation initiale des conseillers prud’hommes, la présentation de
Portalis
,
nouveau système de gestion des affaires dans les CPH, le fonctionnement des CPH pendant le
confinement.
En revanche, certains sujets, relatifs au fonctionnement de la justice prud’homale, ne
sont jamais traités :
83
Cet avis est d’ailleurs obligatoire et doit être sollicité dans des conditions satisfaisantes, comme l’a rappelé le
conseil d’État dans sa décision n° 405793 du 24 avril 2019 lorsqu’il a annulé certaines dispositions de l’arrêté du
5 mai 2017 portant attribution des sièges de conseillers prud’hommes et calendrier de dépôt des candidatures à la
fonction de conseiller prud’homme pour le mandat prud’homal 2018-2021, au motif que les membres du conseil
supérieur de la prud’homie n’avaient pas disposé d’un délai suffisant ni de toutes les informations nécessaires pour
valider le texte.
84
Comme pour l’avis défavorable sur le projet de décret favorisant le recours à la médiation et portant application
de la loi pour la confiance dans l’institution judiciaire émis par le conseil supérieur de la prud’homie lors de sa
séance du 3 décembre 2021.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
40
-
le bilan annuel de la justice prud’homale n’a jamais été présenté. La présentation d’un tel
bilan aurait d’ailleurs permis de relever que les informations, collectées par la SDSE sont
insuffisantes et très tardives ;
-
la performance des CPH, et la définition d’indicateurs permettant de l’évaluer et de la
suivre. Ainsi, par exemple, les questions de durées moyennes des affaires, de taux de
départage ou de taux d’appel ne sont jamais abordées ;
-
les questions de départage, d’appel et de cassation ne sont jamais examinées. Ces processus
font pourtant partie du processus global d’élaboration des décisions de justice prud’homale
et expliquent, en partie, la durée des affaires. Ainsi, les résultats des travaux de l’inspection
générale de la justice sur le bilan des réformes de la procédure d’appel en matière civile,
commerciale et sociales, n’ont, en ce qui concerne le contentieux prud’homal, jamais été
exposés au conseil ;
-
la situation des greffes (par exemple leur effectif) n’est quasiment jamais traitée ;
-
si le sujet de la formation initiale dispensée par l’ENM a fait l’objet de plusieurs
présentations au conseil, celui des objectifs et du bilan de la formation continue, confiée
aux organismes de formation dépendants ou conventionnés par les organisations
syndicales et professionnelles (cf.
infra
), et de son articulation avec la formation initiale
(autre que la question de leur synchronisation) est totalement absent des travaux du conseil
sur la période examinée
85
;
-
la question des bonnes pratiques professionnelles et de leur diffusion n’est pas abordée.
Enfin, l’ordre du jour des séances est proposé par le secrétariat du conseil et le temps
consacré aux points divers, demandés par les membres du conseil autres que l’administration
et traités en fin de séance, n’est en général pas suffisant pour permettre de véritables échanges.
Au cours de la phase de contradiction, le président du conseil supérieur de la prud’homie a
néanmoins indiqué que les « points divers » sont, depuis mi-2022, inscrits à l’ordre du jour et
traités en tant que tels.
Par ailleurs, les magistrats des tribunaux judiciaires et des cours d’appel
86
ainsi que les
greffiers, qui participent à part entière ou contribuent à la formation des décisions de justice
prud’homale, ne sont jamais associés aux travaux du conseil.
85
En effet, entre 2017 et 2021, le sujet de la formation continue n’a été abordé que sur les aspects suivants :
- obligation ou non de conditionner la participation d’un conseiller à la formation continue à sa participation
préalable à la formation initiale (point abordé à de multiples reprises) ;
- formation continue pour les conseillers prud’hommes du conseil de Mayotte (une fois en 2019 et deux fois en
2020) ;
- conséquences de la crise sanitaire pour la formation continue – formations non réalisées en 2020 (une fois en
2020 et une fois en 2021) ;
- conventionnement des organismes de formation et versement des subventions (une fois en 2018, une fois en
2020, une fois en 2021).
86
Les deux membres du conseil supérieur de la prud’homie issus de la DSJ et de la DACS sont les deux
représentants du ministre de la justice et ne peuvent donc être considérés comme des représentants des magistrats
des tribunaux judiciaires et des cours d’appel.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
41
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les acteurs contribuant au niveau central au pilotage des CPH sont nombreux, sans
qu’un d’entre eux soit clairement désigné comme garant du bon fonctionnement de ces
juridictions, et cette mission exercée
de facto
par le bureau RHM4 de la DSJ, n’est pas réalisée
à un niveau hiérarchique suffisant. La dimension « métier » de la justice prud’homale n’est
ainsi prise en compte par aucun de ces acteurs nationaux, situation d’autant plus paradoxale
qu’elle est exercée par des juges non professionnels.
Par ailleurs, les travaux de l’inspection générale de la justice (IGJ) portent très peu sur
l’activité prud’homale et l’action du conseil supérieur de la prud’homie se cantonne trop
souvent aux avis à rendre sur les projets de textes relatifs à la justice prud’homale.
Un renforcement du pilotage et de l’animation est donc indispensable. La pluralité des
acteurs impose d’avoir une approche transversale, entre la DSJ, la DACS et la DGT en
s’appuyant sur un conseil de la prud’homie dont le rôle et la composition doivent évoluer, en y
faisant participer, en tant que membres, un magistrat d’une cour d’appel et un autre d’un
tribunal judiciaire ainsi qu’un greffier, le caractère paritaire des CPH ne constituant pas un
obstacle à leur présence au sein du conseil.
Lors de la phase de contradiction, le président du conseil supérieur de la prud’homie,
a présenté d’autres options, soit dans une logique d’invités permanents, soit en augmentant le
nombre d’interventions extérieures lors de séances du conseil, notamment par des magistrats
judiciaires. Cette option pouvant être mise en
œ
uvre sans modification réglementaire, il a
précisé qu’il avait l’intention de la proposer aux membres du conseil. Si cette option est
confirmée, il conviendrait de veiller à ce que le positionnement au sein du conseil supérieur de
la prud’homie de ces nouveaux participants ne conduise pas à dévaloriser leurs interventions.
Enfin, pour donner au conseil un rôle plus actif, il pourrait être mandaté dès à présent
pour formuler des propositions sur la carte des conseils de prud’hommes, le nombre et la
répartition des conseillers ainsi que les modalités de leur indemnisation.
Recommandation n° 4.
(DSJ, DGT) : élargir la composition du conseil supérieur de la
prud’homie à un magistrat d’une cour d’appel, un magistrat d’un tribunal judiciaire et un
greffier.
3
LES CONSEILLERS PRUD’HOMMES : DES MAGISTRATS
NON PROFESSIONNELS
Le mode de désignation des conseillers prud’hommes, magistrats non-professionnels, a
changé en 2018 (3.1). Ils sont tenus de respecter des règles déontologiques et, en cas de faute
disciplinaire, peuvent être sanctionnés par une commission nationale de discipline (3.2). Ils
bénéficient depuis 2018, en plus des stages de formation proposés par les organisations
syndicales et professionnelles, d’une formation initiale organisée par l’école nationale de la
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
42
magistrature (3.3). Enfin, leurs activités prud’homales donnent lieu à une indemnisation, selon
des modalités distinctes en fonction de leur collège d’appartenance (3.4).
3.1
Le nouveau mode de désignation
L’ordonnance du 31 mars 2016
87
a profondément modifié le mode de désignation des
conseillers prud’hommes, et ceci à compter du renouvellement intervenu le 1
er
janvier 2018
88
.
Ce nouveau mode de désignation mis en place pour renforcer la légitimité de la juridiction
prud’homale, fragilisée en raison d’une abstention de plus en plus forte, peut conduire à une
moindre motivation des nouveaux conseillers prud’hommes qui sont moins mobilisés que s’ils
étaient élus.
En raison de la crise sanitaire et afin de permettre à la DGT de réaliser la mesure de la
représentativité dans les très petites entreprises (TPE), le mandat des conseillers prud’hommes
devant s’achever en 2021 a été prolongé d’une année (2017-2021) et le mandat suivant ne
débutera qu’en 2023, tout en conservant le même terme (2025), c’est-à-dire que sa durée sera
réduite à trois ans. Compte tenu des enjeux financiers et organisationnels liés à la formation
d’un conseiller prud’homme (formation initiale et formation continue) ainsi qu’au temps
nécessaire à la montée en compétence pour l’exercice de ces fonctions, cette décision de réduire
le prochain mandat des conseillers prud’hommes à trois ans
89
risque de renforcer les difficultés.
L’opération de renouvellement général
90
des mandats des conseillers prud’hommes de
2018 s’est conclue par la publication d’un arrêté de nomination, contresigné par le ministre de
la justice et le ministre du travail. L’arrêté du 14 décembre 2017 a ainsi nommé 13 482
conseillers prud’hommes sur les 14 512 postes ouverts à la désignation dans les 210 conseils
de prud’hommes
91
. L’écart s’explique par une absence de candidatures.
L’âge moyen des conseillers est élevé, avec un faible écart entre les deux collèges : il
est, au 31 décembre 2021, de 54 ans pour ceux du collège salarié et de 56 ans pour ceux du
collège employeur.
87
Ordonnance n° 2016-388 du 31 mars 2016 relative à la désignation des conseillers prud'hommes.
88
Pour mettre en place le nouveau mode de désignation des conseillers prud’hommes, le mandat des conseillers
élus le 3 décembre 2008 a été prorogé deux fois pour s’achever le 31 décembre 2017. Leur mandat a ainsi été
d’une durée effective de neuf ans.
89
Alors que le mandat précédant celui de 2018 avait été de neuf années (2009-2017).
90
Le processus de désignation des conseillers prud’hommes comprend deux phases ; une phase de répartition des
sièges entre les organisations syndicales de salariés et les organisations professionnelles d’employeurs, relevant
de la compétence conjointe du ministère du travail et du ministère de la justice ; une phase de dépôt et de contrôle
des candidatures aux fonctions de conseillers prud’hommes par le ministère de la justice
91
Le CPH de Mamoudzou n’était alors pas encore créé.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
43
Graphique n° 4 :
Pyramide des âges des conseillers prud’hommes
Source : Cour des comptes d’après données de la DSJ
À l’issue du renouvellement général, et tout au long du mandat d’une durée théorique
de quatre ans, une à deux opérations de désignation complémentaire par an sont conduites par
la DSJ afin de pourvoir les postes vacants ou devenus vacants du fait de la démission de
conseillers.
Environ 8 % des sièges sont vacants de façon récurrente. Les organisations
professionnelles pour lesquels les postes vacants sont les plus nombreux sont celles qui
représentent des entreprises avec des effectifs faibles de salariés : la confédération des petites
et moyennes entreprises (CPME), la fédération des particuliers employeurs de France
(FEPEM), l’union des entreprises de proximité (U2P) et l’union des employeurs de l’économie
sociale et solidaire (UDES) cumulent 55 % des 840 sièges vacants pour le collège des
employeurs et les 45 % restants concernent l’activité agricole. Selon la DSJ
92
, cette situation
devrait conduire à une révision de la clé de répartition des sièges afin de réduire le nombre de
sièges de ces organisations professionnelles. La DSJ propose de donner un poids plus important
aux organisations professionnelles regroupant des entreprises avec des effectifs de salariés plus
élevés.
Dans certaines sections de conseils de prud’hommes, comme à Paris où, du fait de
l’importance du CPH, le phénomène est d’ailleurs amplifié, le profil des conseillers
prud’hommes issus des organisations professionnelles comme la FEPEM principalement
désignés en section « activités diverses » est décorrélé de la nature des litiges qu’ils sont appelés
à trancher entre employeurs et salariés du milieu médical, paramédical, professions
intellectuelles supérieures telles que les bureaux d’études et l’ingénierie de conseil. Le système
de répartition des sièges dans la section « encadrement » du collège employeurs conduit
également à attribuer des sièges à la FEPEM dans cette section alors que le secteur d’activité
de cette organisation professionnelle ne compte par définition que peu de cadres.
92
Note non datée du DSJ au DGT.
0
50
100
150
200
250
300
350
2429313335373941434547495153555759616365676971737577798183858789
Age au 31/12/2021
Collège employeur
Collège salarié
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
44
Cette situation fragilise le principe de jugement par les pairs et doit conduire à des
ajustements lors du renouvellement général des conseillers prud’hommes du mandat 2022-
2025, c’est-à-dire en 2026.
3.2
La déontologie et la discipline
Afin de renforcer l’indépendance, l’impartialité et l’intégrité des conseillers
prud’hommes et pour faire suite aux propositions 10, 13 et 14 du rapport Lacabarats de 2014
93
,
la loi du 6 août 2015 a instauré les règles de déontologie et de discipline applicables aux
conseillers prud’hommes. Elle a introduit une définition des obligations déontologiques des
conseillers : indépendance sans entrave extérieure
94
, impartialité, dignité et probité, ainsi
qu’une restriction au droit de grève «
lorsque le renvoi de l’examen d’un dossier risquerait
d’entraîner des conséquences irrémédiables ou manifestement excessives pour les droits d’une
partie
» (article L. 1421-2 du code du travail).
Le décret n° 2016-1948 du 28 décembre 2016 relatif à la déontologie et à la discipline
des conseillers prud’hommes a inséré dans le code du travail l’article R. 1431-3-1 qui confie au
conseil supérieur de la prud’homie la mission d’élaborer un recueil de déontologie des
conseillers prud’hommes. Ce recueil a été diffusé le 15 mars 2018 par le conseil supérieur de
la prud’homie avec pour objectif d’offrir à l’ensemble des conseillers prud’hommes un outil de
référence afin de les accompagner au quotidien dans leur fonction de juges prud’homaux.
Ce décret a aussi défini la procédure disciplinaire applicable aux conseillers
prud’hommes et a créé une commission nationale de discipline.
La commission nationale de discipline des conseillers prud’hommes
95
exerce le pouvoir
disciplinaire sur les conseillers (article L. 1442-13-2 du code du travail). Elle examine les
situations dont elle est saisie, soit sur l’initiative du garde des sceaux, ministre de la justice, soit
sur celle des premiers présidents de cour d’appel et sanctionne les comportements ou
manquements contraires à la déontologie qu’appellent les fonctions de juge prud’homal.
La commission nationale de discipline a rendu 17 décisions disciplinaires en quatre ans :
deux en 2017, six en 2018, quatre en 2019, deux en 2020 et trois en 2021. Ce nombre, peu élevé
au regard de l’effectif de conseillers (14 512), peut être expliqué par le fait que les conseillers
93
Recommandation n° 10 « appliquer par principe aux juges prud’homaux les règles relatives aux droits et
obligations des juges ; recommandation n°13 « fixer des principes déontologiques analogues à ceux des juges
professionnels » ; recommandation n°14 « prévoir une procédure disciplinaire comparable à celle des juges
professionnels ».
94
L’indépendance se traduit notamment par l’interdiction du mandat impératif visé à l’article L.1442-11 du code
du travail qui dispose que « l’acceptation par un conseiller d’un mandat impératif avant ou après son entrée en
fonction et sous quelque forme que ce soit, constitue un manquement grave à ses devoirs. Ce fait entraîne la
déchéance du mandat de l’intéressé ».
95
La commission est présidée par le président de la chambre sociale de la Cour de cassation et composée de
membres titulaires issus du Conseil d’État, de cours d’appel, de conseils des prud’hommes. Le mandat de ses
membres est de quatre ans.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
45
prud’hommes démissionnent de leurs fonctions avant que ces décisions soient rendues
96
. Mais
cette explication n’est que très partielle puisque le nombre de saisines de la commission, sur la
période 2017-2022, est déjà lui-même faible (22). Une autre explication est la procédure pré-
disciplinaire de mise en garde, confiée depuis 2015 aux premiers présidents de cour d’appel,
qui leur permet de rappeler les conseillers prud’hommes à leurs obligations. Cette procédure
constitue un moyen de contenir le nombre de saisines de la commission de discipline
97
.
Afin d’accentuer la portée pédagogique et préventive des décisions rendues, celles-ci,
une fois anonymisées, sont mises en ligne sur le site internet de la Cour de cassation.
Les dispositifs mis en place (recueil de déontologie élaboré par le conseil supérieur de
la prud’homie ; sensibilisation faite en formation initiale et continue) permettent d’assurer la
prévention en matière déontologique. Dans la pratique, celle-ci reste néanmoins difficile en
raison des freins, pour des juges non professionnels, à intérioriser l’exigence d’impartialité et
d’indépendance que requière leur office. Le renforcement de la formation propice à une
véritable acculturation est sur ce point particulièrement nécessaire.
3.3
La formation
3.3.1
La formation initiale
Pour faire suite à la proposition n° 11 du rapport Lacabarats « rendre obligatoire pour
les juges prud’homaux une formation initiale et continue, pour partie commune, sous l’égide
de l’ENM avec le concours de l’ENG », la loi du 6 août 2015 a créé une obligation de formation
initiale pour les conseillers prud’hommes qui est traduite par l’article L. 1442-1 du code du
travail
98
.
L’organisation de la formation initiale des conseillers prud’hommes a été confiée à
l’école nationale de la magistrature (ENM)
99
par le décret du 28 avril 2017. Ce décret fixe à
15 mois le délai pour réaliser la formation initiale obligatoire de cinq jours et réserve cette
formation aux conseillers nouvellement désignés et n’ayant jamais exercé de fonction
prud’homale. Tout conseiller prud'homme qui n'a pas satisfait à l'obligation de formation
96
Au CPH d’Avranches et au CPH de Caen, deux affaires renvoyées devant la commission nationale de discipline
ayant donné lieu à décision, mentionne la démission des conseillers prud’hommes concernés avant que la décision
intervienne.
97
Les questions de discipline peuvent être traitées par des voies alternatives. Ainsi, les chefs de cour peuvent
demander qu’une inspection soit diligentée par l’inspection générale de la justice (IGJ) dans le cadre du dispositif
de contrôle rapide. Ainsi, suite aux dysfonctionnements constatés au CPH de Bergerac au sein d’une section et à
la mésentente entre la présidente et le vice-président de cette section, la première présidente de la cour d’appel de
Bordeaux a demandé qu’une inspection soit réalisée.
98
Article L. 1442-1 du code du travail : « L'État organise, dans des conditions déterminées par décret, la formation
des conseillers prud'hommes et en assure le financement. Les conseillers prud'hommes suivent une formation
initiale à l'exercice de leur fonction juridictionnelle et une formation continue. La formation initiale est commune
aux conseillers prud'hommes employeurs et salariés. Elle est organisée par l'État. »
99
C’est le département des formations professionnelles spécialisées (DFPS) au sein de l’ENM qui supervise la
formation initiale.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
46
initiale dans ce délai est réputé démissionnaire par constat du premier président de la cour
d'appel, informé préalablement par la direction des services judiciaires, et ne peut de nouveau
candidater qu’à l’issue d’un délai de quatre ans.
Le dispositif de formation initiale obligatoire est effectif depuis le 1
er
février 2018 pour
les conseillers prud’hommes nommés à l’issue du renouvellement général de 2018
100
.
3.3.1.1
L’organisation de la formation initiale
La formation vise la professionnalisation des conseillers prud’hommes. Elle a pour
objectif de leur permettre d’acquérir les connaissances procédurales et les techniques et
méthodologies utiles à l’exercice de leur fonction. Le programme de formation, défini par
arrêté
101
, porte sur l’organisation administrative et judiciaire, le statut, l’éthique et la
déontologie du conseiller prud’homme, le procès devant le conseil de prud’hommes, la tenue
de l’audience et la rédaction des décisions.
Pour chaque désignation de conseillers prud’hommes, une session de formation est
organisée. La première session, pour la désignation initiale, a été la plus importante (7 303
conseillers à former). Elle a été suivie de six sessions, une pour chacune des désignations
complémentaires.
Le parcours de formation est composé de trois jours de formation à distance ou «
e-
learning
», qui est essentiellement théorique, et d’une formation en présentiel de deux jours
consécutifs, sous forme d’ateliers pratiques, avec un effectif de 35 stagiaires maximum,
regroupant les conseillers des collèges salarié et employeur. Un dispositif d’autorisation
d’absence et d’indemnisation est mis en
œ
uvre pour permettre aux conseillers prud’hommes de
suivre leur formation
102
.
Pour l’e-formation, le conseiller reçoit par messagerie sa convocation à la formation en
distanciel permettant de se connecter à la plateforme en ligne. Il dispose de quatre mois à partir
de sa première connexion pour achever sa formation à distance. Pour finaliser sa formation dans
le délai de 15 mois, le conseiller prud’homme nommé lors du renouvellement général a pu
accéder à la plateforme du 1
er
février 2018 au 30 avril 2019 par période de quatre mois,
entrecoupée de période d’inaccessibilité de deux semaines.
La formation en présentiel délivrée sous forme d’ateliers collectifs sur deux jours est
principalement axée sur les techniques de rédaction des décisions prud’homales à partir de cas
100
L’article D. 1442-10-1 du code du travail mentionne « sont soumis à l’obligation de formation initiale prévue
à l’article L. 1442-1 les conseillers prud’hommes nouvellement désignés n’ayant jamais exercé de mandat
prud’homal. Le conseiller doit avoir commencé à suivre la formation initiale pour suivre la formation continue. »
101
Arrêté du 28 avril 2017 fixant le contenu du programme de la formation initiale obligatoire des conseillers
prud’hommes.
102
L’article L. 1442-2 du code du travail prévoit que « les employeurs accordent aux salariés de leur entreprise
membres d’un conseil de prud’hommes des autorisations d’absence rémunérées par l’employeur qui peuvent être
fractionnées, dans la limite de 5 jours par mandat, au titre de la formation initiale ». L’article D.1442-10-3 précise
que « les autorisations d’absence mentionnées au 1° de l’article L.1442-2 sont accordées aux salariés à leur
demande dès leur nomination et jusqu’au terme de la période de 15 mois mentionnée au 2° alinéa de l’article
D.1142-10-1 ».
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
47
pratiques. Les intervenants, formés par l’ENM, ont animé, pour la première session,
143 stages
de formation sur le territoire national du 1
er
juin 2018 au 29 février 2019
103
.
Le bilan de la formation initiale de la première session
104
mentionne un taux de
réalisation de la formation initiale des 7 303 conseillers prud’hommes nouvellement nommés
pour la mandature 2018-21 de 98 %. L’absence de formation a conduit à considérer comme
démissionnaires 157 conseillers prud’hommes. Les données fournies par l’ENM sur l’étalement
de la première promotion formée en distanciel et en présentiel (cf. annexe n° 5) mettent en
évidence un certain nombre de constats que ne relève pas le bilan mentionné ci-dessus.
Ainsi, concernant la formation en distanciel, sur les 7 148 conseillers ayant réalisé la
formation initiale, un peu moins des deux tiers (soit 4 575) l’ont réalisée au 1
er
et 2
ème
trimestre
2018 et un peu plus d’un tiers postérieurement, dont 1 175 au 1
er
et au 2
ème
trimestre 2019 ; ce
qui, pour une formation théorique initiale nécessaire pour exercer rapidement la fonction de
conseiller prud’homme, reste trop étalé dans le temps, d’autant plus que plus de la moitié des
conseillers a été renouvelée et que la formation en distanciel ne demande aucune organisation
spécifique
105
autre que l’envoi des convocations. Le tableau n°1 de l’annexe n° 5 indique que
la moitié des conseillers prud’hommes a suivi la formation en distanciel au début du 4
ème
trimestre 2018 soit six mois après le début de la formation.
La formation en présentiel, pour des raisons d’organisation, n’a démarré qu’en juin
2018. La moitié de l’effectif de la première promotion a été formée en présentiel après le 17
octobre 2018, soit plus de neuf mois après le début de leur mandat, ce qui est particulièrement
tardif au regard de la durée du mandat (quatre ans).
L’ENM précise que 1 001 conseillers prud’hommes ont validé leurs trois jours de
e-
learning
après la réalisation des ateliers présentiels. Les textes n’obligent pas à suivre la
séquence théorique, en distanciel, avant celle pratique, en présentiel, bien que, pour suivre les
ateliers en présentiel de façon efficace, il est nécessaire d’avoir effectué préalablement la
formation en distanciel, qui permet de comprendre le rôle et les missions du juge prud’homal.
Ainsi, la moitié de l’effectif de la première promotion était formée, c’est-à-dire que les
conseillers concernés avaient suivi la formation en distanciel et en présentiel, au 9 novembre
2018, soit près de 10,5 mois après le début de leur mandat, ce qui signifie que l’autre moitié
n’avait pas, à cette date, achevé sa formation.
Dans la perspective du renouvellement général des conseillers prud’hommes de 2023,
l’ENM prévoit d’organiser la formation initiale selon les mêmes modalités que le
renouvellement précédent (cf. encadré ci-dessous).
103
Les 32 sites de formation sont : Amiens, Annecy, Basse-Terre, Belfort, Bordeaux, Bourges, Brest, Caen,
Cayenne, Chambéry, Clermont-Ferrand, Dijon, Fort-de-France, Gap, Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Metz,
Montpellier, Nantes, Nice, Niort, Paris, Pau, Rennes, Rodez, Rouen, Saint-Denis de la Réunion, Strasbourg,
Toulouse et Valence.
104
Bilan de la formation initiale des conseillers prud’hommes établi par le bureau RHM4 de la DSJ en juillet 2019
pour le renouvellement général des conseillers prud’hommes de 2018-2021.
105
Comme la réservation de salles, la formation de formateurs,.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
48
Illustration de l’organisation mise en
œ
uvre par l’ENM dans la perspective du
renouvellement général des conseillers prud’hommes de 2023
Le ministère estime à 5 800 le nombre de nouveaux conseillers prud’hommes à former. Le délai
de formation débutera le 1
er
février 2023 pour s’achever le 30 avril 2024. Le parcours
e-learning
sera ouvert à compter du 1
er
février 2023 et jusqu’au terme du délai fixé pour la formation initiale
obligatoire.
Les ateliers en présentiel débuteront le 1
er
juin 2023 avec 173 ateliers de formation programmés
entre le 1
er
juin 2023 et le 31 janvier 2024 sur 31 sites situés en métropole et en Outre-Mer (Basse-
Terre, Fort de France et Saint Denis de la Réunion). Une vingtaine d’ateliers doits de rattrapage
est prévue sur la période 1
er
février 2024 au 30 avril 2024.
L’ENM dispose d’un vivier de 40 magistrats formateurs (un recrutement est en cours afin de porter
le nombre de formateurs à 70
106
.
Si le taux de réalisation de la formation initiale obligatoire est très satisfaisant,
l’étalement dans le temps de la formation en distanciel et en présentiel ne l’est pas, ce qui ne
permet aux nouveaux conseillers prud’hommes d’être opérationnels rapidement
107
. Il est
nécessaire de resserrer les délais de formation initiale non plus à 15 mois
108
mais à un délai bien
plus court, par exemple de l’ordre du semestre, afin que les nouveaux conseillers soient en
mesure d’exercer rapidement leur fonction après leur désignation.
Par ailleurs, une formation spécifique à destination des présidents et vice-présidents
pourrait être organisée afin de les aider à mieux maîtriser les outils nécessaires au pilotage et à
l’animation d’un CPH, ce qui ne figure pas dans le programme actuel de la formation initiale.
3.3.1.2
Le coût de la formation initiale
La mise en place de la formation initiale obligatoire des nouveaux conseillers
prud’hommes s’est organisée autour d’une équipe de 12 personnes dédiées au pôle de formation
des conseillers prud’hommes qui ont travaillé à la conception et à la production des outils de
formation à distance ainsi qu’à la conception des outils de formation en présentiel et à la
106
Les formateurs suivront une formation à Paris de 2 jours organisée par l’ENM leur permettant de s’approprier
le scénario et les outils pédagogiques du module de formation présentielle.
107
Plusieurs présidents et vice-présidents de CPH (Bobigny, Bordeaux, Dijon) regrettent que la formation initiale
ne soit pas dispensée dès l’arrivée des nouveaux conseillers leur permettant d’être opérationnels très rapidement
et notamment de rédiger des décisions. Ils sont inquiets pour le renouvellement de 2023 car la formation initiale
ne débutera qu’en févier 2023 pour s’achever en avril 2024, ce qui leur semble trop tardif pour intégrer et rendre
opérationnels tous les nouveaux conseillers désignés.
108
Il ressort des travaux préparatoires du décret 2017-684 du 28 avril 2017 relatif à la formation initiale des
conseillers prud’hommes, que le délai de formation a été porté à 15 mois eu égard aux estimations de volumétrie
de conseillers à former (estimés à 10 000 au départ) qui impliquaient une gestion logistique lourde pour l’ENM
nécessitant de pouvoir étaler dans le temps la tenue des sessions (210 ateliers de formation sur l’ensemble du
territoire national, en métropole et outre-mer). Ils étaient finalement 7303 conseillers soumis à l’obligation de
formation et ont été 7146 non démissionnaires à la fin du délai de formation le 30 avril 2019, à valider les cinq
jours de formation initiale.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
49
formation du vivier des 40 magistrats formateurs. L’ENM a mis en
œ
uvre ainsi une véritable
ingénierie de formation.
Le tableau ci-dessous permet de retracer les dépenses effectuées
109
par l’ENM pour
l’organisation de la formation initiale des conseillers prud’hommes.
Tableau n° 7 :
Le coût de la formation initiale dispensée par l’ENM pour les conseillers
prud’hommes sur la période 2016-2022
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Total
Masse salariale
0
588 218
790 221
787 781
477 514
438 239
3 081 973
Locaux (Cardinal
Lemoine)
7 950
134 522
188 608
200 503
221 656
17 160
770 399
Autres locations
0
4 752
63 312
62 220
4 080
0
134 364
Frais de mission
0
6 730
48 256
16 905
4 585
3 521
79 997
Prestations diverses
0
88 104
301 705
94 175
12 583
12 583
509 150
Total
7 950
822 326
1 392 102
1 161 584
720 418
471 503
4 575 883
Source : Cour des comptes (données ENM)
Entre la préfiguration de la formation initiale lancée en février 2018 et l’année 2022
(année de préparation du prochain renouvellement des conseillers prud’hommes en 2023), le
coût pour l’ENM est 4,6 M
110
. En y incluant les vacations pour les conseillers du collège
employeur et les conseillers du collège salarié sans emploi ainsi que les remboursements des
salaires aux employeurs pour les conseillers du collège salarié (cinq jours de formation de sept
heures, soit trente-cinq heures), d’un montant total de 3,0 M
111
, le coût total de la formation
initiale est de 7,6 M
pour l’ensemble des conseillers de la mandature 2018-2022, hors frais de
déplacement pour la formation en présentiel. Ce coût est relativement faible comparé au coût
annuel de la formation continue (cf.
infra
), d’autant plus qu’il comprend le remboursement des
salaires des conseillers salariés et le versement des vacations des autres conseillers, qui ne sont
pas compris dans le coût de la formation continue.
109
Elles se décomposent en quatre grands postes de dépenses ; la location de salles (pour les ateliers en présentiel)
et des locaux occupés par l’équipe de l’ENM en charge de l’organisation de la formation des conseillers
prud’hommes ; la masse salariale comprenant les honoraires des formateurs (magistrats) et le personnel de l’ENM
en charge de l’organisation de la formation ;
des frais de missions liés pour l’essentiel aux déplacements et à
l’hébergement des formateurs pour la formation en présentiel ; et des prestations diverses relatives à l’assistance
technique en ligne de la plateforme de formation en distanciel et à l’impression des supports de formation
110
Sans inclure les remboursements liés à l’indemnisation du temps consacré à la formation initiale figurant à
l’article R. 1423-55 du code du travail. Pour la formation à distance l’indemnisation des trois jours s’effectue à
hauteur d’un plafond de sept heures maximum sous forme de remboursement à l’employeur (durant le temps de
travail) ou sous forme d’indemnité horaire de vacation (durant le temps personnel) pour les salariés du collège
« salariés » et sous forme d’indemnité horaire de vacation pour les conseillers
du collège « employeurs ». Pour la
formation en présentiel, l’indemnisation du conseiller ou de son employeur s’effectue en fonction du temps réel
consacré au suivi de la formation et justifié par la convocation.
111
Le détail du calcul est donné en annexe n° 5.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
50
3.3.1.3
L’évaluation de la formation initiale
La formation est évaluée par les conseillers prud’hommes formés, d’une part, dès la fin
des ateliers en présentiel et, d’autre part, à la fin de la formation en distanciel. Elle est aussi
évaluée, en ce qui concerne la pertinence et la qualité des outils utilisés durant les ateliers, par
les magistrats formateurs.
Une synthèse des évaluations effectuées par l’ENM montre l’appréciation positive
portée par les conseillers prud’hommes sur la formation en distanciel. Concernant la formation
en présentiel, les ateliers sont appréciés pour les cas pratiques et leurs corrigés
ainsi que la
possibilité de retrouver en atelier des conseillers appartenant aux deux collèges (salarié et
employeur). Mais les conseillers en formation regrettent de ne bénéficier de la formation en
présentiel que tardivement et considèrent que les deux jours d’ateliers sont trop denses et
insuffisants pour maîtriser les techniques liées à la rédaction des décisions.
Cette appréciation est confirmée par la Cour. La plateforme de formation en distanciel
de l’ENM est lisible, ergonomique et pédagogique et les conseillers rencontrés ont même, pour
certains, regretté que la formation n’ait pas été étendue à tous les conseillers en exercice, de
façon à leur permettre de disposer de connaissances homogènes. La limite de l’évaluation
réalisée par l’ENM est qu’elle a été faite « à chaud » sans évaluer les effets de la formation sur
l’activité effective des conseillers.
Par ailleurs, une évaluation en fin de parcours de la formation initiale pourrait être
envisagée notamment pour savoir si le conseiller prud’homme est en capacité de rédiger une
décision, et s’il appréhende bien les règles déontologiques et le rôle du juge. La formation
initiale pourrait davantage insister sur l’obligation de rédaction durant le mandat d’un conseiller
prud’homme et être étendue aux conseillers prud’hommes déjà en place.
La formation initiale est actuellement organisée sur une obligation de moyens et non sur
une obligation de résultat ; ce qui en atténue la portée. Elle se heurte en effet à l’ambition de
former des juges prud’hommes, non professionnels, en cinq jours alors qu’un auditeur apte à
exercer le métier de magistrat est formé en 25 mois à l’ENM, même si le périmètre de la
formation est différent.
3.3.2
La formation continue
Conformément aux dispositions de l’article L. 1442-1 du code du travail, l’État organise
et finance la formation continue des conseillers prud’hommes. Celle-ci est assurée, s’agissant
des conseillers du collège salarié, par des établissements publics d'enseignement supérieur
(instituts du travail) et par des organismes privés
dépendant des organisations syndicales, et
s’agissant des conseillers du collège employeur, par ceux dépendant des organisations
professionnelles. Ces organismes de formation sont agréés par le ministère en charge du travail
au titre de l'article R. 1442-2 du code du travail
112
et représentent un coût budgétaire moyen
annuel de l’ordre de 7 M
, sans que l’évaluation de la formation soit faite.
112
L’arrêté du ministère du travail du 30 mars 2018 fixe la liste des organismes agrées pour assurer la formation
continue des conseillers prud’hommes pour les années 2018 à 2021. L’arrêté du 18 mars 2009 en fixait la liste
pour la période précédente.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
51
3.3.2.1
L’organisation générale de la formation continue
L’organisation de la formation continue est définie par des conventions cadres
quadriennales établies entre le ministère du travail et chaque organisme de formation. Ces
conventions fixent notamment le montant de l’aide financière, les obligations pédagogiques et
les modalités de l’évaluation du dispositif. Les thématiques de formation et la liste des
intervenants dispensant les formations sont définies par les organismes lors de leur demande
d’agrément. Les formations sont organisées par journées ou demi-journées au niveau national,
régional ou départemental. Elles poursuivent l’objectif d’initier et de perfectionner les
conseillers prud’hommes à leur fonction à travers des connaissances théoriques, des cas
pratiques et des jeux de rôle
113
. À la différence de la formation initiale dispensée par l’ENM,
chaque organisme de formation ne s’adresse qu’aux conseillers d’un collège (salarié ou
employeur), donc sans aucune mixité.
Il n’existe pas d’obligation de formation continue pour les conseillers prud’hommes.
Les conseillers prud’hommes du collège salarié bénéficient pour cette formation
d’autorisations d’absence dans la double limite de six semaines par mandat et de deux semaines
par an et leur rémunération continue à être prise en charge par leur employeur. Par ailleurs,
lorsque les conseillers prud’hommes du collège employeur sont chefs d’entreprise, le temps
consacré à la formation réduit leur temps de présence dans l’entreprise sans aucune
compensation.
La formation continue peut être suivie quand bien même les conseillers prud’hommes
n’auraient pas débuté leur formation initiale
114
.
3.3.2.2
Le coût budgétaire de la formation continue
Le montant de la subvention du ministère du travail sur la durée de la convention
115
est
calculé à partir d’un prix forfaitaire journalier de formation de 161,20
versé pour chaque jour-
homme
116
de formation réalisée
117
, couvrant les frais dits « variables », auquel s’ajoute le
montant destiné à couvrir les frais de structure, dits frais « fixes ». Les conventions ne
mentionnent pas le détail de ce que les frais variables et les frais fixes sont censés financer mais
les budgets prévisionnels et comptes de résultats déposés par les organismes professionnels
permettent d’identifier les charges fixes (documentation, fournitures, location de salles, frais de
113
Les thématiques abordées dans les programmes de formation continue sur la période 2018-2021 sont distinctes
selon les organismes professionnels mais concernent principalement : l’initiation à la fonction de conseillers
prud’homme ; les litiges de la rupture, la méthode et des exercices pour rédiger un jugement, le droit applicable
au litige prud’homal, la tenue de l’audience de jugement, la tenue du BCO et du BJ… Les programmes sont validés
par des commissions pédagogiques propres à chaque organisme professionnel.
114
L’article 1442-10-1 du code du travail prévoyait à l’origine que le conseiller prud'homme devait avoir
commencé à suivre la formation initiale pour suivre la formation continue, mais cette disposition a été supprimée
par le décret n° 2021-562 du 6 mai 2021.
115
La subvention est imputée sur les crédits du programme 111, action 2, sous-action 1 du budget du ministère du
travail.
116
Ainsi, pour un stage de formation, la subvention (partie variable) est calculée en multipliant la durée du stage
par le nombre de participants au stage (volume en jours-hommes) puis par 161,20
.
117
Une journée de formation se définit par chaque jour entier de formation comptabilisé par stagiaire.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
52
personnel administratif) et les charges variables (frais de déplacements et de séjour des
stagiaires, rémunération des formateurs), néanmoins de façon partielle du fait des documents
manquants (cf.
infra
).
La subvention fait l’objet chaque année de trois versements : le premier est effectué lors
de la notification de l’arrêté financier correspondant à 50 % des formations prévues ; et le
deuxième constitue un versement intermédiaire s’il est constaté qu’à la date du 30 septembre
de l’année le nombre de formations réalisé dépasse 50 % des formations prévues (correspondant
au premier versement). Le solde est versé au premier trimestre de l’année suivante après
réception et acceptation par le ministère du rapport retraçant les dernières formations dispensées
(entre le 1
er
octobre et le 1
er
décembre), accompagnés des feuilles d’émargement, et après
réception du rapport annuel de stage et du compte rendu financier provisoire. Le solde est
calculé à partir du au nombre de jours-hommes de formations effectivement dispensés.
Si moins de la moitié des formations ont été effectuées, un remboursement des avances
versées est nécessaire. Lors de la crise sanitaire, les instituts du travail, très impactés, ont moins
dispensé de formation. La DGT a alors accepté de signer des avenants aux conventions,
autorisant les formations en distanciel.
Le tableau ci-dessous retrace l’évolution des subventions sur la période 2016-2021.
L’augmentation en 2018 correspond au renouvellement des conseillers prud’hommes, soit
60 % de nouveaux conseillers prud’hommes et à la nécessité d’une formation continue pour le
renouvellement des conseillers après 10 ans de mandature. Dans les conventions quadriennales
2018-2021 il est mentionné un nombre plus important de journées de formation la première
année pour former davantage de nouveaux conseillers.
Tableau n° 8 :
Subventions allouées par le ministère du travail aux organismes de formation
pour la période 2016-2021 (M
)
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2016-2021
Institut du travail
0,12
0,11
0,33
0,44
0,33
0,33
1,66
Associations syndicales
3,64
3,43
5,35
5,66
5,45
4,75
28,28
Associations professionnelles
1,72
1,51
2,22
2,63
2,73
1,31
12,12
Total
5,48
5,05
7,9
8,73
8,51
6,39
42,06
Source : Cour des comptes d’après données DGT
3.3.2.3
Le suivi et l’évaluation de la formation continue par la DGT
La DGT effectue le suivi des engagements mentionnés dans les conventions, et, pour ce
faire, les conventions prévoient qu’elle est destinataire de divers informations et documents :
nombre de journées de formation délivrées, programmes de formation, documents comptables
et pédagogiques et l’évaluation des dispositifs de formation.
Tous les documents et informations censés être transmis ne le sont pas ou sont
incomplets (cf. annexe n° 6), sans que la DGT effectue les relances nécessaires. Selon la DGT,
la situation constatée par la Cour résulte des difficultés d’organisation liées à la crise sanitaire,
autant pour les organismes de formation que pour la DGT elle-même.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
53
Pour ce qui concerne les données quantitatives (jours-stagiaires), la DGT contrôle les
feuilles d’émargement par rapport au programme prévisionnel. Le tableau ci-dessous retrace le
nombre total de jours-homme de formation et le nombre moyen de jours de formation par
conseiller pour l’année 2019 pour chacun des deux collèges.
Tableau n° 9 :
Volume de formation par collège pour l’année 2019
Collège
employeur
Collège
salarié
Ensemble
Jours-hommes de formation dispensés
12 635
27 345
39 980
Nombre moyen de jours de formation par conseiller*
2,1
4,5
3,3
Source : Cour des comptes (données DGT
Note : (*) en prenant en compte tous les conseillers, qu’ils aient ou non bénéficié d’une formation
Le nombre de jours-hommes de formation dispensés pour le collège salarié est deux fois
plus élevé que celui pour le collège employeur. Si la moyenne de jours-hommes de formation
pour le collège salarié est satisfaisante par rapport à la moyenne d’ensemble, il n’en est rien
pour le collège employeur qui a un nombre moyen de jours de formation insuffisant. Cette
situation laisse supposer que les conseillers du collège salarié sont mieux formés que ceux du
collège employeur.
Il n’est pas possible, pour chacun des organismes de formation, de savoir combien de
conseillers prud’hommes ont été effectivement formés, un conseiller étant comptabilisé autant
de fois qu’il a suivi une formation. Ainsi, si la DGT est capable d’établir le nombre total de
jours-hommes de formation (journées de formation stagiaire) elle ne dispose pas des
informations permettant de connaitre le nombre de conseillers prud’hommes formés et celui de
conseillers n’ayant suivi aucune formation
118
.
En matière d’évaluation qualitative, les rapports transmis par les organismes de
formation au titre de la période 2018-2021 constituent des bilans des actions menées sans
analyse des attentes, de l’intérêt des thématiques abordées, des résultats atteints et des
améliorations nécessaires et ne peuvent ainsi pas être considérés comme des évaluations. La
DGT n’effectue pas de synthèse de ces rapports ni de bilan pédagogique du dispositif de
formation continue, ni des modalités de suivi et de pilotage de la formation dispensée par les
organismes. Selon la DGT, cette situation résulte, d’une part, de l’hétérogénéité des documents
transmis par les organismes de formation et, d’autre part, du manque de moyens pour réaliser
cette synthèse. Lors de la phase de contradiction, elle indique partager « l’avis de
la Cour sur
le besoin de renforcement de l’évaluation qualitative de la formation continue ».
Plus largement, la question des enjeux de formation continue des conseillers
prud’homaux n’est jamais abordée par le conseil supérieur de la prud’homie.
118
La DGT a l’intention de proposer pour les conventions qui vont être signées pour 2023-2025 de mentionner
dans les documents déposés par les organismes professionnels le nombre de conseillers formés sur la période mais
les organismes professionnels ne sont pas tous en mesure de faire remonter actuellement le nombre de conseillers
formés car que leur système d’information ne leur permet pas de suivre cette information (cf. annexe n° 6 tableau
n° 3).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
54
Enfin, en matière budgétaire, la préoccupation de la DGT est de veiller à l’adéquation
des plans de formation de chaque organisme avec la répartition des sièges de conseillers
prud’hommes.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La formation initiale des conseillers prud’hommes est un préalable nécessaire à
l’exercice de leurs missions. Celle-ci est appréciée positivement des conseillers et a représenté
un défi pour l’ENM dans sa mise en place ; mais elle reste trop étalée dans le temps et limitée
aux nouveaux conseillers. L’absence d’une évaluation « à froid » permettant d’en évaluer le
résultat, une fois sa mise en application par les conseillers, limite la portée du dispositif.
La formation continue n’est pas structurée par un schéma directeur et n’est pas
articulée avec la formation initiale. Les deux dispositifs de formation restent cloisonnés.
L’organisation de la formation continue ne prévoit pas de définition d’objectifs partagés entre
les différents acteurs de la justice prud’homale, en incluant les tribunaux judiciaires (juges
départiteurs) et les cours d’appel (juges en appel) Le suivi administratif des conventionnements
avec chaque organisme de formation est insuffisant et aucun bilan d’évaluation qualitative
(absence de connaissance des capacités effectives des formateurs, résultats de la formation non
connus) et quantitative (nombre de conseillers effectivement formés) n’est établi.
Enfin, l’ENM apparaît plus légitime pour former les conseillers sur les questions de
procédure (mise en état, techniques de conciliation) et de management des CPH (pilotage du
CPH par le président et vice-président) dans le cadre de la formation continue que les
organismes de formation agréés.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice et la DGT ont confirmé
qu’une meilleure articulation doit être trouvée entre formation initiale et continue et que, pour
celle-ci, l’intervention de l’ENM doit être organisée. Le ministère de la justice esquisse même
un dispositif de formation continue, complémentaire à celui des partenaires sociaux,
comportant deux volets, l’un faisant intervenir l’ENM et l’autre mis en
œ
uvre au niveau des
cours d’appel et des tribunaux judiciaires. Si cette piste répond partiellement aux critiques
exprimées par la Cour, elle doit s’accompagner d’un rôle plus central donné à l’ENM pour
définir un schéma directeur d’ensemble et procéder à des évaluations qualitatives comme
quantitatives.
Recommandation n° 5.
(DGT, DSJ, DACS, ENM) : réformer le dispositif de formation
continue des conseillers prud’hommes en confiant à l’École nationale de la magistrature
l’élaboration d’un schéma directeur et l’évaluation qualitative et quantitative du dispositif
de formation.
3.4
L’indemnisation des conseillers
Les modalités d’indemnisation des conseillers prud’hommes prévues par le code du
travail font coexister deux régimes selon leur collège. Lorsque le conseiller prud’homme est
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
55
salarié, le principe est le maintien du salaire du conseiller pour l’exercice des
fonctions prud’homales pendant son temps de travail et, en dehors du temps de travail, une
indemnisation sous forme de vacation horaire
119
.
Lorsque le conseiller prud’homme appartient au collège employeur, il est rémunéré au
taux de vacation horaire fixé à 8,40
bruts lorsque les activités prud’homales sont exercées
avant 8 heures et après 18 heures (ou s’il a cessé ses activités). Lorsque les conseillers
prud’hommes exercent leur activité prud’homale aux horaires habituels d’activité, c’est-à-dire
entre 8 heures et 18 heures, ils perçoivent des vacations au taux double (16,80
bruts). Il est
d’ailleurs difficile de comprendre pourquoi certains conseillers, âgés de plus de 70 ans,
perçoivent des vacations au taux double alors qu’ils devraient avoir, du fait de leur âge, le statut
de retraité.
L’évolution du taux horaire brut depuis 1983 ainsi que celle du SMIC horaire sont
données par le graphique suivant.
Graphique n° 5 :
Évolutions comparées du taux horaire et du SMIC
Source : ministère de la justice
Le taux horaire est donc inférieur au Smic, l’écart augmentant régulièrement depuis
1983.
Par ailleurs, le faible niveau d’indemnisation ne permet pas de compenser, pour les chefs
de petites ou très petites entreprises, le temps passé à l’exercice de leur activité prud’homale au
détriment de leur activité professionnelle, ce qui les exclut de fait des missions de conseillers
prud’hommes.
119
En dehors des cas de salaire maintenu, des vacations peuvent être versées aux conseillers prud’hommes
lorsqu’ils ont cessé leur activité professionnelle ; lorsqu’ils sont demandeurs d’emploi. Le taux de vacation horaire
est alors le même que celui des conseillers du collège employeur (taux simple de 8,40
bruts).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
56
Pour les deux collèges, les conseillers prud’hommes sont affiliés au régime général de
la sécurité sociale
120
et paient la part salariale des cotisations, ramenant l’indemnisation de leur
vacation horaire à 6,76
et 13,52
net.
Par ailleurs, les conseillers prud’hommes sont indemnisés de leurs frais de transport
entre le siège du conseil des prud’hommes, qui constitue leur résidence administrative, et leur
domicile, résidence familiale, ou leur lieu de travail habituel, sans qu’il soit possible, en
l’absence de données, de connaître le coût budgétaire de cette indemnisation.
Les dépenses correspondant aux remboursements des salaires maintenus des conseillers
prud’hommes, des vacations et des remboursements de frais de déplacements sont supportées
par le budget régional du ressort de chaque cour d’appel
121
. Le circuit de transmission des fiches
de vacations, de remboursement des salaires maintenus, des états frais de déplacement entre le
greffe du CPH et le service administratif régional (SAR) donne régulièrement lieu à un décalage
dans le temps (et du retard) dans le paiement des conseillers prud’hommes
122
.
Tableau n° 10 :
Retard de paiement des indemnités versés au conseillers prud’hommes
2018
2019
2020
2021
2022 (S1)
Paiements au titre de l'année N (M
)
6,17
6,50
3,48
5,93
1,90
Paiements au titre de l'année N-1 (M
)
0,00
3,62
2,68
2,96
3,63
Nombre moyen de mois au titre de N-1 payés en N
4,4
3,5
5,5
4,6
Retard de paiement (mois)
2,4
1,5
3,5
2,6
Source : Cour des comptes (données de paie)
Note : le nombre normal de mois au titre de N-1 payés en N devrait être deux (le mois de novembre devrait être
payé fin janvier et celui de décembre fin février). Le retard de paiement est donc compris entre 1,5 et 3,5 mois
L’évolution des dépenses de vacations et de remboursement aux employeurs des salaires
maintenus des conseillers prud’hommes sur la période 2016-2021 (cf. tableau ci-dessous)
résulte des journées indemnisées au titre de la formation obligatoire dispensée par l’ENM à
partir de 2018 ; du passage en titre 2 au 1
er
janvier 2018 avec en corollaire une revalorisation
du taux de vacation des conseillers prud’hommes (de 7,10
à 8,40
brut) ; de la diminution du
nombre d’affaires portées devant les CPH ; ainsi qu’en 2020 de la baisse d’activité en raison de
la crise sanitaire.
120
Depuis le 1
er
janvier 2018, en application du décret du 30 décembre 2015 modifié par le décret n°2016-744 du
2 juin 2016 relatif à l’affiliation au régime général de la sécurité sociale des personnes participant de façon
occasionnelle à des missions de service public.
121
Suite au décret n°2016-744 du 2 juin 2016 soumettant à compter du 1
er
janvier 2018 les vacations des conseillers
prud’hommes aux cotisations du régime général de la sécurité sociale, ils relèvent d’une gestion en paie
(programme 166, titre 2) et non plus d’une gestion par le pôle Chorus du SAR de la cour d’appel (programme 166,
titre 3).
122
Les états mensuels des vacations signés du président ou vice-président du CPH sont transmis au SAR ; les états
de remboursement des salaires maintenus sont transmis au SAR après vérification auprès de l’employeur et signés
du président ou vice-président du CPH ; les états de frais de frais de déplacement sont transmis trimestriellement
signés du président ou vice- président du CPH.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
57
Tableau n° 11 :
Évolution des dépenses de vacations et de remboursement aux employeurs des
salaires maintenus des conseillers prud’hommes (M
)
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Paiement vacations
8,88
8,53
9,98
13,87
8,46
12,16
Remboursement aux employeurs
des salaires maintenus
10,14
7,98
7,64
8,25
7,68
7,13
Total
19,02
16,52
17,61
22,12
16,14
19,29
Source : DSJ
Note : les vacations correspondent aux indemnités des conseillers du collège employeur et, lorsqu’ils sont sans
activité professionnelle ou lorsqu’ils exercent leurs activités prud’homales e dehors des heures de traval, aux
indemnités des conseillers du collège salarié.
D’une manière générale, l’indemnisation des conseillers prud’hommes est perçue
comme symbolique, et plus particulièrement pour les vacations attribuées aux conseillers du
collège employeur (et aux conseillers du collège salariés lorsqu’il sont indemnisés par des
vacations).
Un groupe de travail spécifique « indemnisation des conseillers prud’hommes » du
conseil supérieur de la prud’homie associant les partenaires sociaux et les représentants des
directions concernées du ministère de la justice a été mis en place à l’initiative de la DSJ courant
2018. Les conclusions du groupe de travail
123
ont été présentées en fin d’année 2018 et
considérées comme pertinentes et utiles par la DSJ. Mais, en dépit de la modestie des
revalorisations proposées, les arbitrages budgétaires n’ont pas permis de mettre en
œ
uvre les
mesures proposées, ce qui s’explique sans doute en partie par le nombre élevé de conseillers
concernés.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Le faible niveau de leur indemnisation participe de la moindre attractivité, pour les
chefs de petites et très petites entreprises, de la fonction de conseillers prud’hommes, et amplifie
le risque de se couper de leurs compétences et de ne n’avoir plus que des retraités, éloignés du
milieu du travail. Dès lors que le conseiller n’est pas salarié, ce niveau d’indemnisation
transforme la fonction de conseiller prud’hommes en activité quasi bénévole.
Par ailleurs, l’absence d’évolution du dispositif d’indemnisation des conseillers a
constitué un frein à la mise en
œ
uvre des procédures modifiées par le décret de 2016.
Le dispositif d’indemnisation des conseillers prud’hommes ne pouvant en aucun cas
rester en l’état
,
le conseil supérieur de la prud’homie doit être saisi pour actualiser les
propositions qu’il avait formulées au ministère de la justice en 2018, en évaluer de façon
précise le coût
et les articuler avec la nécessaire réflexion sur la carte et l’organisation des
CPH notamment en termes de sections et de nombre de conseillers aujourd’hui très élevé.
123
Notamment la revalorisation du taux horaire de vacation de 8,40
à 10
brut, la création d’une nouvelle activité
prud’homale à savoir la participation à des audiences ou des réunions à des fins de formation sur une ou deux
journées par an avec autorisation des chefs de cour et l’indemnisation du président pour la préparation des
audiences de référé portée de 30 minutes à une heure.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
58
4
LES DIFFICULTES PERSISTANTES DES CONSEILS DE
PRUD’HOMMES
La mise en
œ
uvre de la réforme de 2015 est d’abord analysée (4.1). L’évolution des
indicateurs évaluant la performance des CPH (4.2) est ensuite examinée, ainsi que la
disponibilité des informations relatant leur gestion, les systèmes d’information, facteurs
potentiels d’amélioration de la performance (4.3). Il est fait ensuite le point sur l’accessibilité
des CPH (4.4) et la nouvelle répartition des conseillers prud’hommes pour le mandat
commençant en 2023, dont l’objectif principal est d’améliorer la performance de la justice
prud’homale (4.5).
4.1
Le résultat insatisfaisant de la mise en
œ
uvre des dispositions du décret
de 2016
Les principales dispositions du décret du 20 mai 2016 visent à réduire les délais de
jugement, avec l’introduction de l’instance par requête afin de formuler la demande de façon
détaillée, l’instauration d’une procédure de mise en état des dossiers avec la possibilité d’une
ordonnance de clôture pour réduire le nombre de renvois, la création de circuits allégés pour les
affaires simples, la possibilité d’instruction des affaires par des conseillers rapporteurs…
Les données disponibles ne permettent pas de constater une amélioration des délais de
traitement des affaires, constat globalement partagé par les organisations syndicales et
professionnelles. Néanmoins, il est difficile d’isoler les effets du décret du 20 mai 2016,
notamment en distinguant celui de la complexification intrinsèque des affaires et celui de la
diminution régulière de leur nombre.
Les différents échanges ayant eu lieu dans le cadre des travaux de la Cour permettent
cependant de formuler les observations suivantes.
En premier lieu, certaines dispositions n’ont pas été ou ont très peu été mises en
œ
uvre,
comme celles relatives aux conseillers rapporteurs, ou mises en
œ
uvre de façons très diverses,
quelquefois même au sein d’un même conseil. Cette inertie a plusieurs origines :
-
le défaut d’accompagnement de la réforme, notamment en matière de formation, en
particulier pour la conciliation et les procédures, sujets pour lesquels l’intervention de
l’ENM serait légitime, bien que relevant plutôt de la formation continue, dont sont chargées
les organisations syndicales et professionnelles. Il s’agit en effet de questions relatives à la
procédure et non au droit du travail proprement dit ;
-
l’absence de retour d’expérience pour identifier les bonnes pratiques afin de les généraliser
(rétro planning pour la mise en état des affaires, convention avec le barreau pour éviter les
renvois multiples, mise en
œ
uvre de l’ordonnance de clôture…) ainsi que les freins afin
d’ajuster les textes ;
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
59
-
l’absence de réel suivi de la mise en
œ
uvre de la réforme, au-delà de la mission de suivi
réalisée en 2017 par Mme. Christine Rostand
124
, qui avait eu une appréciation favorable de
la réforme. En effet, l’élan initié par cette mission ne semble pas avoir été poursuivi ;
-
l’arrêt des juridictions en 2020 lors de la crise sanitaire, qui a suivi le renouvellement des
conseillers de 2018. Cet arrêt a pu casser les nouvelles dynamiques.
Par ailleurs, ces mesures n’étaient, pour certaines, pas suffisantes. Ainsi :
-
il n’était pas prévu d’indemniser le temps nécessaire à la prise de connaissance du dossier
par les conseillers autres que le président de la formation et le temps indemnisé pour celui-
ci était insuffisant (30 mn ou 1 h en fonction de la formation, selon les articles D. 1423-55
et 65 du code du travail). Cette prise de connaissance des dossiers avant les audiences
permet, notamment lors du bureau de conciliation et d’orientation, de faciliter la
conciliation et donc de réduire les délais, en ciblant les réels points de désaccord ;
-
l’intérêt de la requête introductive d’instance était que les conseillers siégeant au bureau de
conciliation et d’orientation disposent de l’ensemble des informations utiles à la
conciliation, mais le demandeur n’avait pas l’obligation de transmettre les pièces. De plus,
le formulaire de requête était (et reste) peu compréhensible, et donc difficile à compléter
sans assistance.
De plus, certaines mesures, lorsqu’elles étaient mises en
œ
uvre imparfaitement, ont eu
un effet contre-productif. Il en est ainsi de la possibilité de représentation des parties lors du
bureau de conciliation, les avocats pouvant être tentés de prolonger l’affaire en n’adhérant pas
à la démarche de conciliation ou lorsque les conseillers ont eu un recours trop fréquent à un
deuxième bureau de conciliation et d’orientation pour la mise en état des affaires, ce qui a eu
pour effet d’allonger de façon injustifiée la procédure.
Enfin, lorsque le barreau n’a pas été bien associé à la mise en place de la procédure de
mise en état des affaires et les présidents de formation ont été insuffisamment exigeants envers
les avocats, les demandes successives de renvoi ont dégradé les délais.
4.2
Des indicateurs de performance ne montrant, pour la plupart, pas de
progrès
Le plan annuel de performance du programme 166 –
justice judiciaire
, qui finance la
justice prud’homale (hors formation continue des conseillers prud’hommes, cf.
supra
),
comporte deux indicateurs relatifs à celle-ci : le délai moyen de traitement des affaires (hors
référés) et le délai théorique d'écoulement du stock des procédures, indicateur qui mesure le
stock d’affaires en cours au 31 décembre.
124
Mission de soutien et d’accompagnement de la réforme de la justice prud’homale, rapport à monsieur le premier
ministre, Christine Rostand, magistrat honoraire, 19 avril 2017
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
60
Tableau n° 12 :
délai moyen de traitement des procédures civiles, hors procédures courtes (mois)
2019
Réalisation
2020
Réalisation
2021
Prévision
PAP 2021
2021
Prévision
actualisée
2022
Prévision
2023 Cible
Cour de Cassation
16,7
17,9
16,5
17,5
16,5
15,5
Cours d’appel
15,8
17
15,3
16,5
15,5
14,5
Tribunaux judiciaires (dont
tribunaux de proximité)
11,4
13,8
11,0
13,0
11,5
10,5
Contentieux du divorce
22,7
24,8
22,0
24
23,0
21,5
Contentieux de la
protection
6,3
7,9
6,0,0
7,0
6,5
5,5
Conseils de prud’hommes
16,4
18,1
15,5
17,0
16,5
15,0
Tribunaux de commerce
9,0
9,5
8,7
9,0
8,5
8,0
Source : indicateur 1.1 du PAP 2022 du programme 166 – justice judicaire
Tableau n° 13 :
délai théorique d'écoulement du stock des procédures (du point de vue du citoyen)
(mois)
2019
Réalisation
2020
Réalisation
2021
Prévision
PAP 2021
2021
Prévision
actualisée
2022
Prévision
2023 Cible
Cours d'appel - civil
14,1
18,3
13,7
15,0
14,0
13,0
Tribunaux judiciaires
10,5
14,4
10,3
11,5
10,5
9,5
Conseils de prud'hommes
15,7
25,7
15,2
16,0
15,0
14,0
Cour d'assises
12,3
19,8
12,0
13,0
12,0
11,5
Source : indicateur 1.4 du PAP 2022 du programme 166 – justice judicaire
Les indicateurs relatifs aux conseils de prud’hommes ne reflètent que partiellement les
performances de la justice prud’homale car ils excluent la procédure en appel et ne rendent pas
compte de la qualité des décisions. Les deux principaux aspects de la performance de la justice
prud’homale sont développés ci-après : la durée des procédures, y compris en appel, et la qualité
des décisions rendues.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
61
4.2.1
La durée des procédures
4.2.1.1
Des durées en augmentation constante
Sur la période 2009-2021
125
, la durée des affaires terminées (y.c. référé) a cru
constamment en tendance, comme le montre le graphique suivant, avec néanmoins un
ralentissement régulier : la durée moyenne est de 16,3 mois en 2021, alors qu’elle était de 9,9
mois en 2009.
Graphique n° 6 :
Évolution trimestrielle de la durée des affaires terminées des CPH
(yc référés) sur la période 2009-2021 (mois)
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (tableaux de bord civils, déclarations trimestrielles des
juridictions – Stat_IT_CPHr-W-t4)
Note : la courbe en pointillés représente la courbe de tendance
Le nombre des affaires nouvelles a pourtant fortement et régulièrement diminué depuis
2008 : il a en effet été divisé tendanciellement par 2,5 (cf. graphique ci-dessous).
125
2021 est la dernière année connue pour ce qui concerne la durée des affaires terminée en CPH.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
62
Graphique n° 7 :
Évolution du nombre des affaires nouvelles par an
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (tableaux de bord civils, déclarations trimestrielles des
juridictions – Stat_IT_CPHr-W-t4)
Note : la droite en pointillés représente la tendance
Cette diminution, expliquée par les différentes réformes intervenues depuis 2008 (cf.
supra
), aurait dû permettre, dans un contexte de snombre de conseillers, une diminution de la
durée des affaires, ce qui n’a pas été le cas.
De plus, la proportion d’affaires qui donnent lieu à une décision du bureau de
conciliation et d’orientation, dont les délais de traitement sont plus courts que ceux des bureaux
de jugement, avec ou sans départage, a fortement augmentée depuis 2016 (cf. tableau ci-
dessous).
Tableau n° 14 :
nombre d’affaires selon la formation de jugement
2016
2017
2018
2019
2020
Bureau de conciliation et d’orientation –
BCO- (sans départage)
11 903
12 404
10 769
11 271
10 493
Bureau du jugement (sans départage)
119 065
106 987
73 403
67 485
44 649
Référé (sans départage)
26 332
19 721
19 912
18 916
15 504
Formations avec départage
15 123
15 893
12 531
10 414
8 567
Total
172 423
155 005
116 615
108 086
79 213
Part des décisions du BCO
6,9 %
8,0 %
9,2 %
10,4 %
13,2 %
Source : Cour des comptes (données Références statistiques justice)
Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de cet écart entre la situation constatée et la
situation qui était attendue, sans que de réelles études puissent apporter une explication
objective : la réforme de la conciliation et de la mise en état, non maîtrisée, n’a pas produit les
effets escomptés ; les affaires sont, depuis les différentes réformes, plus complexes (cf.
infra
) ;
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
63
la nécessité de déposer une requête introductive d’instance selon un modèle, particulièrement
difficile à établir (cf.
supra
), a découragé les salariés dont l’affaire, d’un niveau de complexité
peu élevé, représentait un enjeu faible ; et enfin, l’organisation des CPH fait que la répartition
des affaires, et la rédaction des jugements, est concentrée sur quelques conseillers, ce qui peut
donner lieu à des retards dès lors que l’un de ces conseillers rencontre des difficultés.
Par ailleurs, la durée moyenne des affaires terminées est très variable d’un conseil à
l’autre, comme le montre le graphique suivant.
Graphique n° 8 :
Durée moyenne des affaires terminées en fonction du nombre d’affaires terminées
des CPH en 2021
Source : Cour des comptes d’après données SDSE (tableaux de bord civils, déclarations trimestrielles des
juridictions – Stat_IT_CPHr-W-t4)
Cette durée moyenne des affaires varie ainsi de 5,5 (Lure
126
) à 30,1 mois (Saint-Dié-
des-Vosges). Si aucune corrélation forte n’existe entre la taille du CPH, mesurée en nombre
d’affaires terminées par an, et la durée moyenne des affaires, on constate néanmoins que pour
les CPH les plus importants, c’est-à-dire ceux avec plus de 1 400 affaires terminées par an
127
,
la durée moyenne des affaires est de l’ordre de la moyenne nationale ou supérieure à cette
moyenne. Ces 15 CPH, avec 50 000 affaires terminées par an, représentent près de la moitié
des affaires France entière. Une amélioration de leur situation aurait un effet significatif sur la
durée moyenne des affaires France entière.
126
Commune du département de la Haute-Saône (8 046 hab.).
127
Paris (15,2), Bobigny (22,6), Lyon (28,5), Nanterre
(24,4), (18,8), Créteil (20,7), Bordeaux (16,5),
Toulouse (18,1), Boulogne-Billancourt (18,1), Montpellier (21,0), Lille (23,7), Meaux (24,9), Nantes (15,3),
Grenoble (12,8) et Longjumeau (16,5).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
64
4.2.1.2
Des durées excessives à l’origine d’un coût pour l’État
Outre que la durée excessive des affaires est incompatible avec les attentes des
justiciables, elle représente maintenant un coût significatif au regard des autres coûts de la
justice prud’homale. Sur le fondement de l’article L. 141-1 du code de l’organisation judiciaire,
l'État peut être tenu de réparer le dommage causé par le fonctionnement défectueux du service
public de la justice. Les réclamations des usagers relatives aux dysfonctionnements des CPH
s’inscrivent dans deux circuits procéduraux différents :
-
lorsqu’une requête amiable est déposée, et traitée par la DSJ
128
, elle peut faire l’objet d’une
indemnisation du préjudice lié au délai excessif à l’exclusion des autres demandes selon le
barème défini, c’est-à-dire 200
par jour de retard. Le nombre de requêtes
précontentieuses, faible, est néanmoins en augmentation (49 requêtes en 2019, 102 en 2021
et 104 au 31 mai 2022) et les montants, s’ils étaient peu importants jusqu’en 201 (de l’ordre
de 5 à 10 000
par an) représentent, au 31 mai 2022, de sommes d’un autre ordre de
grandeur (100 000
) ;
-
dès lors qu’une assignation est délivrée, la requête est traitée par le secrétariat général
129
et
l’agent judiciaire de l'État (AJE). La DACS
130
indique que le nombre d’assignations en
2021 était de 754, multiplié de deux à trois par rapport aux années précédentes (2016-
2019), avec un montant moyen par condamnation de 4 400
en 2021, soit un coût total de
1,96 M
. Tant en matière de requêtes que de condamnations, la part relative à la justice
prud’homale est très largement prépondérante (entre la moitié et les deux tiers selon les
années).
4.2.2
Les taux d’appel et leur corolaire, la qualité des jugements
Les taux d’appel contre les décisions des conseils de prud’hommes sont, parmi les
différentes natures de contentieux, les plus élevés (cf.
supra
). Si la possibilité d’appel constitue
une garantie pour le justiciable, son utilisation trop fréquente traduit des difficultés des
juridictions de première instance et nuit, par l’allongement des procédures, au bon déroulement
de l’exercice de la justice. L’amélioration significative des taux d’appel, ne passant pas par une
restriction de ce droit, est donc un impératif pour la justice prud’homale.
128
Bureau des frais de justice et de l'optimisation de la dépense (FIP4).
129
Bureau du contentieux judiciaire et européen.
130
En application de l'article 22 de la loi organique n° 2007-287 du 5 mars 2007 relative au recrutement, à la
formation et à la responsabilité des magistrats, le Parlement est annuellement destinataire d'un rapport fournissant
des statistiques sur les condamnations de l'État en matière de dysfonctionnement du service public de la justice,
mais ce rapport n’est pas rendu public.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
65
4.2.2.1
Des taux d’appel stabilisés à un niveau encore très élevé
Après une augmentation jusqu’en 2014
131
, le taux des appels contre les décisions de
CPH a diminué à partir de 2015 pour se stabiliser à 60 %, avec une diminution forte en 2017.
Tableau n° 15 :
Évolution des taux d’appel des décisions sur le fond, du nombre de demandes et de
décisions en appel
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Taux
d'appel
62,6%
62,7%
66,0%
66,7%
67,1%
66,8%
65,4%
60,2%
59,7%
60,1%
63,0%
Demandes
en appel
51 970
54 466
56 122
59 014
58 730
58 049
58 700 52 989 40 762 39 465 25 662
Décisions
en appel
43 024
43 865
46 431
45 423
49 523
47 039
50 358
54 486
47 168
43 131
28 625
Source SDSE - exploitation statistique du Répertoire général civil) et SDSE (Stat-RSJ_civil_4,1_2019 et 2020)
pour les demandes et décisions en appel
Cette diminution est antérieure à la mise en
œ
uvre du décret de 2016 portant sur la
procédure prud’homale (cf.
supra
) et à l’application de l’encadrement des indemnités par les
CPH en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse en 2017 (dont les effets en appel sont,
de plus, décalés). La marche de 2017 est expliquée par la modification intervenue portant sur
la procédure en appel prévue pas ce décret, durcissant les conditions pour faire appel, en
introduisant l’obligation de représentation par avocat ou défenseur syndical (cf.
supra
). Cette
diminution du taux d’appel n’est donc pas liée à une amélioration des jugements en premier
ressort. Les autres sous-jacents de cette diminution n’ont pas été identifiés par l’IGJ dans ses
travaux de 2019 sur les cours d’appel ni par la DACS.
Comme le montre le tableau suivant, le taux d’appel des jugements est plus élevé pour
ceux prononcés par les CPH en formation de départage. Cette situation peut être expliquée par
le fait que les décisions prises en départage portent sur des affaires plus complexes que les
autres, ayant donné lieu à l’origine à des appréciations divergentes parmi les conseillers
prud’hommes, et dont l’issue en appel est ainsi moins prévisible, avec, pour la partie pour
laquelle la décision en première instance n’est pas favorable, un intérêt à faire appel.
131
Cette augmentation se combinait d’ailleurs avec l’augmentation du nombre d’affaires portées devant les CPH,
contribuant à augmenter fortement le nombre d’affaires prud’homales en appel.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
66
Tableau n° 16 :
Nombre et taux de décisions CPH en appel selon l'année de décision CPH et la
formation ayant rendu la décision
Formations paritaires
Formations de
départage
Toutes formations
Nb
Taux
d'appel
Nb
Taux
d'appel
Nb
Taux
d'appel "
2010
43 495
62,1%
5 696
45,9%
49 191
59,7%
2011
41 803
59,2%
7 720
63,1%
49 523
59,8%
2012
44 351
62,4%
8 607
66,4%
52 958
63,0%
2013
40 844
59,4%
12 842
81,7%
53 686
63,6%
2014
43 596
62,9%
9 938
69,6%
53 534
64,0%
2015
44 698
62,1%
9 767
72,6%
54 465
63,8%
2016
42 852
59,5%
9 093
70,3%
51 945
61,2%
Moyenne 2010-2016
43 091
61,1%
9 095
67,7%
52 186
62,2%
Source : DACS
4.2.2.2
Les jugements en appel mettent en évidence une légère amélioration de la qualité
des jugements de premier ressort
Parmi les indicateurs de qualité de la justice en première instance, figurent, en plus du
taux d’appel, notamment les taux de confirmation et d’infirmation des jugements du premier
ressort. Le tableau ci-dessous présente les taux d’infirmation totale, de confirmation totale et
d’infirmation ou de confirmation partielle. Le taux d’infirmation ou de confirmation partielle
est difficile à exploiter, dans la mesure où une décision qualifiée d’infirmée (ou confirmée)
partiellement peut avoir été infirmée sur un chef de demande substantiel ou accessoire. En
examinant les taux d’infirmation et de confirmation totales sur la période 2010-2016, on
constate que 20,6 % des décisions sont infirmées totalement (proportion relativement stable sur
la période) et 29,8 % confirmées totalement (proportion aussi stable sur la période).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
67
Tableau n° 17 :
Nature des décisions en appel selon l'année de décision CPH et la formation ayant
rendu la décision (%)
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
moyenne
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
%
%
sur
les
DSD
*
Décisions
sur les
décisions
de
formation
paritaire
(A)
Décisions ne statuant pas sur la
demande**
32,6
-
29,4
-
23,7
-
27,5
-
28,5
-
29,7
-
30,8
-
29,4
-
Décisions
statuant
sur la
demande
Infirmation totale
15,0
22,2
15,5
22,0
13,9
19,3
16,2
22,3
15,0
20,9
14,5
20,7
14,8
21,4
15,3
21,7
Infirmation
confirmation partielle
31,0 46,0 32,5 46,1 32,0 44,3 35,5 49,0 37,5 52,3 36,4 51,8 34,4 49,7 34,8 49,4
Confirmation totale
21,4
31,8
22,5
31,9
17,3
23,9
20,8
28,7
19,1
26,7
19,3
27,5
20,0
28,9
20,4
29,0
total
67,4
100,0
70,6
100,0
63,2
87,5
72,5
100,0
71,5
100,0
70,3
100,0
69,2
100,0
70,6
100,0
Décisions
sur les
décisions
de
formation
de
départage
(B)
Décisions ne statuant pas sur la
demande**
35,1
-
39,7
-
30,8
-
28,9
-
28,2
-
30,3
-
26,4
-
30,1
-
Décisions
statuant
sur la
demande
Infirmation totale
7,3
11,3
11,4
18,9
11,1
16,0
11,7
16,5
7,9
11,0
8,5
12,2
12,0
16,3
10,1
14,5
Infirmation
confirmation partielle
30,3
46,6
28,6
47,4
34,2
49,4
35,3
49,6
37,8
52,7
37,3
53,5
35,8
48,7
35,3
50,5
Confirmation totale
27,3 42,1 20,3 33,6 23,9 34,5 24,1 33,9 26,1 36,3 23,9 34,3 25,8 35,0 24,5 35,0
total
64,9
100,0
60,3
100,0
69,2
100,0
71,1
100,0
71,8
100,0
69,7
100,0
73,6
100,0
69,9
100,0
Décisions
sur
l'ensemble
des appels
(A+B)
Décisions ne statuant pas sur la
demande**
32,7
-
30,6
-
27,8
-
27,7
-
28,4
-
29,8
-
30,0
-
29,5
-
Décisions
statuant
sur la
demande
Infirmation totale
14,7
21,9
15,1
21,7
15,4
21,3
15,5
21,5
13,6
18,9
13,4
19,1
14,3
20,4
14,6
20,6
Infirmation
confirmation partielle
31,0 46,0 32,1 46,2 36,4 50,5 35,5 49,1 37,5 52,4 36,6 52,1 34,6 49,5 34,9 49,5
Confirmation totale
21,6
32,1
22,3
32,1
20,4
28,2
21,3
29,4
20,5
28,6
20,2
28,7
21,0
30,1
21,0
29,8
total
67,3
100,0
69,4
100,0
72,2
100,0
72,3
100,0
71,6
100,0
70,2
100,0
70,0
100,0
70,5
100,0
Source : DACS
Note :
* décision statuant sur la demande
** radiation, désistement, irrecevabilité, retrait du rôle…
Les décisions faisant intervenir les juges départiteurs sont confirmées plus fréquemment
que lorsque les décisions sont rendues par une formation paritaire (35,0 % contre 29,0 %), mais
la sélection des affaires traitées par les juges départiteurs (cf. ci-dessus) est probablement à
l’origine d’un biais, rendant cette comparaison peu pertinente.
D’autres données fournies par la DACS permettent un examen de l’évolution des taux
de confirmation et d’infirmation totales des décisions des CPH sur une période plus récente.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
68
Graphique n° 9 :
Évolution des taux d’infirmation et de confirmation totales des décisions des CPH
sur la période 2011-2021
Source : Cour des comptes d’après données DACS
Elles font apparaître une stabilité du taux de confirmation des décisions et une
diminution continue et significative du taux d’infirmation totale, signe d’une certaine
amélioration de leur qualité.
4.2.2.3
Des améliorations à mettre en
œ
uvre
La question de l’amélioration des taux d’appel n’est pas suffisamment considérée
comme centrale comme le montrent l’absence de calcul systématique des taux d’appel par
CPH
132
et les erreurs de calcul du taux tel que présenté sur les états
Winges
(cf.
infra
). Si on
souhaite que les CPH s’approprient cette donnée et en fassent un indicateur sur l’acceptabilité
de leurs décisions, il est indispensable que cette information soit disponible plus rapidement
avec une plus grande fiabilité.
Ensuite, l’amélioration de la qualité des décisions du premier ressort contribue à leur
acceptabilité, et par conséquent à la diminution du taux d’appel, dans la mesure où cette
amélioration permet aux parties de mieux comprendre la motivation des décisions.
L’amélioration de la qualité des décisions permet aussi d’augmenter le taux de confirmation en
appel des décisions, et par conséquent, dans la cadre d’une boucle vertueuse, est susceptible de
dissuader à l’avenir les parties à faire appel. En effet, tant que le taux de confirmation restera
peu élevé, la partie perdante aura statistiquement toujours intérêt à faire appel de la décision du
CPH.
Plusieurs actions ont été identifiés et pourraient faire l’objet de plans d’action :
-
instaurer une relecture des jugements par un autre membre de la formation délibérante à
des fins de contrôle qualité, qui devra être matérialisée sous une forme adéquate. Cette
132
La SDSE n’a pas été en mesure de fournir cette information dans le cadre du présent contrôle. La DACS a
communiqué des données sur les taux d’appel, mais pour un nombre restreint de CPH et pour des années
maintenant éloignées.
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
% Confirmation totale
% Infirmation totale
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
69
matérialisation devra être prévue par une disposition spécifique à la procédure
prud’homale, pleinement justifiée par la particularité de celle-ci ;
-
améliorer l’accompagnement des conseillers prud’hommes par un renforcement de la
formation sur la procédure, et notamment sur la rédaction des motivations des jugements
ainsi que l’utilisation de la bibliothèque de motivations
133
et par la mentorisation des
conseillers ayant encore peu d’expérience dans la rédaction des jugements par ceux plus
expérimentés
134
;
-
accélérer les décisions en appel et les communiquer systématiquement aux conseillers
ayant pris part au délibéré de première instance dans le cadre d’une boucle d’amélioration.
En effet, il ressort des travaux menés lors de cette enquête que les conseillers n’ont pas
systématiquement et facilement accès aux décisions d’appel relatives aux jugements
auxquels ils ont pris part.
Enfin, le renforcement de la solennité des audiences donnerait plus confiance aux
justiciables sur la qualité des jugements. Le remplacement de la médaille
135
par le port de la
robe contribuerait à ce renforcement. Une solution devrait être trouvée pour diminuer le coût
de cette mesure, comme par exemple la mise en place d’un dispositif de prêt.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les informations disponibles permettant d’évaluer les performances de la justice
prud’homale montrent que la durée des procédures a continué à se dégrader mais laissent
apparaitre, en ce qui concerne la qualité, une très légère amélioration qui est néanmoins
impossible d’attribuer aux réformes intervenues, dont la mise en
œ
uvre n’a pas fait l’objet d’un
réel suivi dans la durée.
Les données quantitatives, notamment pour celles qui portent sur les appels, sont
notoirement insuffisantes. La diminution du taux d’appel, qui doit être obtenue par des mesures
autres que celles restreignant son accès, notamment l’amélioration de la qualité des jugements
de premier ressort, est un impératif.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice a indiqué qu’il envisageait
trois actions pour que les conseillers prud’hommes soient mieux informés des décisions prises
en appel, : l’instauration d’un retour d’expérience par les cours d’appel expliquant les
décisions réformées, la réalisation d’une enquête par la sous-direction statistique du ministère
permettant une analyse fine des décisions d’appel et la mise à disposition sur le site du ministère
de la justice des données sur les décisions d’appel à un niveau fin (local).
Ces actions vont dans le sens d’un meilleur accompagnement des CPH que la Cour
appelle de ses v
œ
ux. Elles doivent être complétées par un bilan de la mise en
œ
uvre des
procédures de conciliation et par la déclinaison d’une politique de soutien des CPH en la
matière. Elle requiert notamment la définition d’indicateurs de qualité sur leur activité..
133
La DSJ (programme
Portalis
) a élaboré une bibliothèque de motivation à destination des conseillers
prud’hommes. Il s’agit de paragraphes reprenant les articles fréquemment utilisés du code du travail, articulés
autour de motivations standard. La poursuite des travaux (élargissement à d’autre branches du contetieux) et la
mise à jour des paragraphes existants sont assurées par deux magistrats.
134
Une telle mentorisation devrait alors être considérée comme indemnisable au titre des activités juridictionnelles.
135
Les conseillers ne portent pas de robe, mais seulement une médaille.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
70
Recommandation n° 6.
(DSJ, DACS) : faire un bilan de la mise en
œ
uvre par les
conseils de prud’hommes des modifications apportées en matière de conciliation et de
mise en état des affaires et accompagner les conseillers prud’hommes par la diffusion de
guides méthodologiques et de bonnes pratiques, ainsi que des notes d’analyse de
jurisprudence.
Recommandation n° 7.
(SG,
DSJ,
DACS) :
établir
pour
chaque
conseil
de
prud’hommes des indicateurs de qualité permettant d’apprécier les taux d’appels,
d’infirmation et de confirmation des jugements.
4.3
Un déficit considérable en matière de système d’information et de
pilotage
4.3.1
Le système d’information et les infrastructures informatiques
La gestion des affaires prud’homales et des audiences est assurée dans les conseils de
prud’hommes par
Winges
, application informatique qui leur est spécifique. Cette application
doit être prochainement remplacée par un module (ou « brique ») du système d’information
Portalis
, qui couvrira l’ensemble de la justice civile (« chaîne civile »).
4.3.1.1
Winges
, système d’information actuel des conseils de prud’hommes destiné à être
remplacé par
Portalis
, encore en développement
Le système d’information actuel,
Winges
, développé dans les années 1990, n’offre que
des fonctionnalités limitées, ne permettant notamment pas la dématérialisation des dossiers.
Celle-ci serait d’autant plus utile que le travail distant constitue une caractéristique de l’activité
des conseillers de prud’hommes. Ces limitations, communes à l’ensemble des activités civiles
des juridictions, ont conduit à remplacer les différents systèmes d’information de la justice
civile par
Portalis
dont les modules
(« briques »)
couvent chacun des types de contentieux.
C’est en raison de la stabilité des procédures de la justice prud’homale, très peu modifiées par
la loi de programmation de la justice de 2019, que
Winges
fait l’objet du premier type de
contentieux géré par
Portalis
.
Le programme
Portalis
rencontre des difficultés importantes, concrétisées par des
retards conséquents et des surcoûts élevés, non maîtrisés puisque réévalués tous les ans. Cette
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
71
situation résulte de plusieurs facteurs, que la Cour des comptes avait analysés en 2021
136
.ces
difficultés ont concerné aussi la
« brique » relative au CPH.
Le programme annuel de performance (PAP) pour l’année 2020 prévoyait ainsi un
déploiement du module permettant la gestion du contentieux prud’homal en CPH en 2020,
prévision revue par le PAP pour l’année 2022, avec un déploiement annoncé pour cette même
année. À l’automne 2022, le module CPH n’était déployé que sur trois sites pilotes
137
et
plusieurs prérequis restaient à satisfaire pour décider d’une date de généralisation. Dans
l’attente de cette généralisation, le ministère a pris la décision d’augmenter à l’été 2022 le
nombre de sites pilotes (nouveau CPH dans le même ressort de cour d’appel que les CPH
avaient déjà déployés, CPH dans des ressorts dynamiques).
Dans les deux CPH sites pilotes visités par la Cour,
Portalis
n’a pas donné lieu à un
rejet de la part des utilisateurs et, sous réserve de l’effectivité des améliorations annoncées, leur
apporte satisfaction, Néanmoins, le passage complet sous
Portalis
pour l’ensemble des CPH
dans des conditions satisfaisantes nécessite des travaux conséquents (fonctionnalités
manquantes, prise en considération des appels,..).
Surtout, la finalité principale de Portalis étant la dématérialisation, la question de l’accès
des conseillers à l’application est déterminante. Or il n’est pas prévu que les conseillers, autres
que les présidents et vice-présidents des CPH, disposent d’un accès à
Portalis
, ces accès
nécessitant une adresse de messagerie « @justice.fr » et, pour les connexions à distance, la mise
à disposition d’un ordinateur portable équipé d’un VPN
138
(cf.
infra
). L’examen des affaires et
la rédaction des jugements conduiront ainsi à « rematérialiser » les dossiers, en totale
contradiction avec l’objectif premier de
Portalis
.
4.3.1.2
Les infrastructures et les bases documentaires
Chaque CPH est équipé d’un serveur hébergeant l’application
Winges
et les dossiers des
affaires du conseil. Le personnel de greffe, le président et le vice-président du conseil disposent
d’un poste de travail permettant l’accès à l’application, avec un accès limité à la consultation
pour ces deux derniers. Depuis la crise sanitaire, le personnel de greffe a été progressivement
équipé d’ordinateurs portables permettant un accès à distance.
Il existe par ailleurs, dans les CPH, quelques postes informatiques mis à disposition des
autres conseillers prud’hommes. Mais ces postes, lorsqu’ils sont fonctionnels
139
, ne permettent
pas d’accéder à l’intranet du ministère. Ainsi, les conseillers prud’hommes autres que les
présidents et vice-présidents n’ont pas accès aux ressources documentaires du ministère de la
justice (codes, circulaires, jurisprudence, bibliothèque de motivations pour les jugements
136
Améliorer le fonctionnement de la justice – point d’étape du plan de transformation numérique du ministère de
la justice
, communication à la commission des finances du Sénat, janvier 2022. Le projet a notamment été arrêté
un an en 2021-2022 du fait du retard pris pour le renouvellement du marché de maîtrise d’
œ
uvre du développement.
137
Bordeaux, Dijon et Nantes.
138
Virtual private network
, ou réseau privé virtuel.
139
Au CPH d’Avranches, les postes n’étaient pas opérationnels, le CPH ne disposant pas des codes de connexion.
À Bobigny, les postes à la disposition des conseillers n’étaient pas connectés à internet.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
72
prud’homaux
140
). Ils ne disposent pas non plus d’une adresse de messagerie « justice ». Ils
utilisent le plus souvent leur propre matériel informatique lorsqu’ils en disposent.
Le ministère de la justice a indiqué, lors de la phase de contradiction, que le portail
documentaire de la chancellerie devrait être accessible par internet au premier trimestre 2023,
et qu’ainsi les conseillers prud’hommes disposeront des circulaires et notes du ministère de la
justice. Il précise aussi que depuis le 30 novembre 2022, les conseillers prud’hommes ont accès,
avec leurs ordinateurs personnels ou ceux qui sont à leur disposition dans les CPH, à la nouvelle
version de la base
Lexis-Nexis
, avec les différents outils permettant de les accompagner pour
leur permettre de prendre en main cette base.
L’impossibilité, pour les conseillers autres que les présidents et les vice-présidents,
d’avoir accès à l’intranet du ministère de la justice et à
Portalis
à l’avenir, résulte de la politique
de sécurité informatique qui restreint, sauf exception, cet accès aux seuls agents du ministère.
Cette situation n’est pas satisfaisante. L’exclusion des conseillers prud’hommes, qui exercent
une mission de justice et ne doivent pas être considérés comme des usagers
141
mais comme des
acteurs à part entière, est un frein important à leur professionnalisation et à l’amélioration de la
qualité de la justice prud’homale.
4.3.2
Les données de pilotage, les statistiques et les études
4.3.2.1
Les données de pilotage et les statistiques
Les données de pilotage et les statistiques relatives à la justice prud’homale sont
produites à partir de plusieurs sources et consolidées essentiellement par deux acteurs : la DSJ
avec l’infocentre
Pharos
et la sous-direction des statistiques et des études (SDSE) avec le
répertoire général civil. Certaines cours d’appel disposent d’un poste de statisticien
142
et
produisent périodiquement des états statistiques destinés au pilotage des CPH de leur ressort.
Pour
Pharos
comme pour le répertoire civil ; les remontées se font mensuellement avec,
pour ce dernier, quelques redressements. La SDSE complète ces informations par une enquête
trimestrielle auprès des CPH. Elles ne couvrent pas l’ensemble du périmètre, notamment en
matière d’appel, puisqu’il n’est pas possible, sans travaux spécifiques, de déterminer, par CPH,
le taux d’appel
143
et la nature des décisions rendues par les cours d’appel (confirmation,
140
L’élaboration de la bibliothèque de motivations (cf.
supra
) se fait en lien avec l’ENM, qui en assure la diffusion
lors de la formation dispensée aux conseillers prud’hommes. La diffusion est actuellement également assurée par
le site intranet du projet
Portalis
, ainsi que par communication directe aux directeurs de greffe des conseils de
prud’hommes pour pallier l’absence d’accès des conseillers prud’hommes à l’intranet du ministère.
141
Pour lesquels la Cour, dans son rapport cité
supra
sur le plan de transformation numérique, avait recommandé
de différer le chantier des saisines numériques jusqu’à l’achèvement de la refonte des applications civiles
(recommandation n° 2).
142
Parmi les cours d’appel visitées : Aix-en-Provence, Bordeaux Colmar, et Paris sont dotées d’un statisticien,
mais la cour d’appel de Paris ne produit pas d’état statistique spécifique aux CPH.
143
Cette information est aussi produite par les CPH, mais son calcul est erroné, le taux étant calculé en rapportant
le nombre de décisions faisant l’objet d’un appel au nombre total d’affaires terminées, y compris suite à
désistement ou radiation, conduisant à minimiser sensiblement le taux d’appel.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
73
infirmation partielle ou infirmation totale). Par ailleurs, en raison d’un problème informatique,
les informations relatives aux stocks des affaires des CPH en surévaluent le volume
144
.
Il n’existe aucune remontée d’information et donc de consolidation relative à la
quantification de l’activité des conseillers prud’hommes, ce qui interdit toute étude sur ce sujet,
tant en nombre d’affaires traitées et qu’en temps passé. Le périmètre restreint des informations
statistiques publiées, ainsi que leur publication tardive, font que la direction générale du travail
ne dispose que d’une information très réduite, ne lui permettant pas d’avoir une vision suffisante
de l’activité de la justice prud’homale.
4.3.2.2
Les études portant sur la justice prud’homale
Outre les productions périodiques de la SDSE et du pôle
Pharos
145
, peu d’études
relatives à la justice prud’homale sont réalisées par le ministère de la justice. La dernière étude
publiée est une étude produite en 2019 par la DACS (pôle d’évaluation de la justice civile) « les
affaires prud’homales dans la chaîne judiciaire de 2004 à 2018 »
146
.
Néanmoins, des études plus ponctuelles ou locales peuvent être réalisées, telle que celle
sur les 252 décisions rendues par la cour d’appel d’Amiens sur des recours exercés contre les
jugements du CPH de Creil en 2018 et 2019.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les systèmes d’information actuels, très insuffisants, doivent être remplacés
prochainement par un nouvel outil, Portalis, pour lequel plusieurs hypothèques doivent encore
être levées pour que le système soit réellement opérationnel. Mais sa contribution à
l’amélioration du fonctionnement des CPH est conditionnée par l’accès de tous les conseillers
au système d’information, qui n’est pas à ce jour envisagé. Cette extension aux conseillers
prud’hommes de l’accès au système d’information est nécessaire, et doit être réalisée en
respectant les règles de sécurité informatique du ministère et en optimisant son coût.
La justice prud’homale souffre pas ailleurs de la faiblesse des informations statistiques
relatives à son fonctionnement, préjudiciable à son pilotage au niveau local, au niveau du
ressort de la cour d’appel ou au niveau national.
144
Cette surévaluation serait de l’ordre de 10 %.
145
Ces productions périodiques sont présentées en annexe n° 7.
146
Les affaires prud’homales dans la chaîne judiciaire de 2004 à 2018
, direction de affaires civiles et du sceau,
pôle d’évaluation de la justice civile, rapport établi en collaboration avec Evelyne Serverin, directeur de recherche
émérite au CNRS, juillet 2019.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
74
Recommandation n° 8.
(SG, DSJ)
:
donner aux conseillers prud’hommes l’accès à
Portalis
et aux bases documentaires nécessaires à leur mission dans le respect des règles
de sécurité du ministère de la justice.
4.4
Une accessibilité traitée sous l’angle unique de la proximité
géographique
4.4.1
L’accessibilité physique et numérique
La question de la proximité et de l’accessibilité de la justice aux justiciables a constitué
un objectif de loi de la modernisation de la justice du 18 novembre 2016, objectif réaffirmé par
la loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice qui, dans le rapport annexé,
parle d’«
une organisation judiciaire adaptée à ces évolutions conjuguant proximité et
compétence
». Ces notions doivent aussi couvrir l’accès à l’information (effectuer une saisine ;
suivre la procédure) et les modalités offertes aux personnes (notamment les plus modestes) pour
faire valoir leur droit en justice (recours au défenseur syndical, à l’aide juridictionnelle).
Sur le plan numérique, l’information relative au conseil de prud’hommes n’est pas
suffisamment lisible et est même très largement insuffisante. Le site d’information du ministère
de la justice (portail informatif du justiciable
www.justice.fr
) présente les modalités de saisine
du conseil de prud’hommes en renvoyant vers de nombreuses informations en cascade, sans
expliciter de façon claire la procédure. Des informations sont également accessibles sur le site
« service public.fr », mais sans renvoi au portail de la justice
www.justice.gouv.fr.ainsi
. Le site
du ministère du travail (travail-emploi.gouv.fr) fournit une information plus complète et
détaillée (de la saisine au déroulement de la procédure), mais qui ne renvoie pas sur le site du
ministère de la justice.
Par ailleurs, la recherche sur internet d’un CPH donné conduit à une page du site internet
de la cour d’appel, avec seulement l’adresse et les heures d’ouverture du CPH, sans aucune
information sur les missions du CPH ou les modalités de saisine ni renvoi sur le site du ministère
de la justice ou du ministère du travail. Le « design » en matière d’information et de
communication vers le public n’est pas assez abouti. L’utilisateur n’est pas suffisamment pris
en compte sur le plan numérique alors que la justice de proximité est mise en avant par le
ministère de la justice.
Lors de la phase de contradiction, le ministère de la justice a indiqué qu’un travail a été
entamé en 2023 pour simplifier l’articulation entre ces différents sites, et qu’une application
mobile sera proposée. Il indique aussi envisager une refonte du site
justice.fr
qui prendrait
mieux en compte l’expérience utilisateur et améliorerait son référencement.
Pour leur part, les formulaires « papier » de saisine du CPH
147
(pour un salarié ou un
employeur), avaient été critiqués, dans une première version, par les organisations syndicales
et professionnelles lors de leur instauration en 2016, au motif qu’ils réduisaient l’accessibilité
147
Requête aux fins de saisine du conseil de prud'hommes (CPH) par un salarié (formulaire CERFA 15586*09).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
75
de la justice prud’homale. S’ils ont été modifiés, ils restent insuffisamment explicites
148
(cf.
annexe n°8) et limitent de fait l’accès à la justice prud’homale.
Enfin matière d’accueil physique
,
l’information accessible aux justiciables varie d’un
ressort à un autre en fonction de l’organisation judiciaire territoriale. Le service d’accueil
unique du justiciable (SAUJ
149
) n’est pas toujours compétent en matière de justice prud’homale.
Un accueil est effectué mais il renvoie systématiquement sur le CPH en donnant des
informations partielles (délivrance des formulaires de saisine). À Bordeaux, le service d’accueil
unique du justiciable du tribunal judiciaire n’effectue aucune fonction d’accueil du CPH et le
public s’y présentant est renvoyé vers la cour d’appel qui abrite le CPH, où l’accueil du CPH
est pris en charge par le guichet unique de greffe (GUG) . À Colmar, le SAUJ renvoie les
personnes directement vers le CPH qui n’est pas localisé au tribunal judiciaire ni d’ailleurs à la
cour d’appel. A l’inverse, dans le cas de la cité judicaire de Dijon, le SAUJ fonctionne bien car
le CPH est localisé au sein de la cité judiciaire et il peut donner les informations sur la saisine
du CPH ou le déroulement d’une affaire.
4.4.2
Les défenseurs syndicaux et l’aide juridictionnelle
Devant le conseil de prud’hommes, le ministère d’un avocat n’est pas obligatoire. Les
parties ont toutefois la possibilité de se faire assister ou représenter. Le défenseur syndical, que
la loi du 6 août 2015 a substitué au délégué syndical, peut être l’un de ces représentants
150
,. La
fonction de défenseur syndical est compatible avec celle de conseiller prud’homal, mais un
défenseur syndical ne peut exercer devant le CPH dont il est membre
151
.
Selon les données communiquées par la direction générale du travail, 4 250 défenseurs
syndicaux sont inscrits sur les listes arrêtées par les préfets de région au 1
er
mars 2021. Le projet
148
Le précédent formulaire de requête introductive d’instance avait déjà été simplifié du fait de sa complexité
comme le précise le rapport du 19 avril 2017 de Christine Rostand, magistrate honoraire relatif à la mission de
soutien et d’accompagnement à la réforme de la justice prud’homale en 2016.
149
Le SAUJ est l’un des éléments de la réforme de modernisation de la justice du 21
ème
siècle consacrée par l’article
de la loi du 18 novembre 2016. C’est un accueil centralisé et renforcé pour faciliter les démarches des citoyens
implanté au siège de chaque tribunal judiciaire, dans les tribunaux de proximité et de certains conseils de
prud’hommes. Ses missions sont d’accueillir et d’orienter les justiciables, délivrer une information générale sur
les procédures judiciaires, apporter des informations personnelles quant aux procédures en cours (date d’audience,
de renvoi ou de délibéré), réceptionner les demandes et les pièces justificatives fournies par le justiciable et les
transmettre à la juridiction compétente au sein de l’arrondissement judiciaire. Le déploiement du SAUJ
s’accompagne de la mise à disposition du portail informatif du justiciable (www.justice.fr) lancé en mai 2016.
150
Aux termes de l’article L. 1453-4 du code du travail, le défenseur syndical exerce, à titre gratuit, les fonctions
d’assistance ou de représentation devant les conseils de prud’hommes et, en matière prud’homale, devant les cours
d’appel. Il doit être inscrit sur une liste régionale sur proposition d’une organisation syndicale ou patronale sans
que le nombre de défenseurs syndicaux proposés par chaque organisation ne soit limité. La décision n° 2021-928
du 14 septembre 2021 du Conseil constitutionnel suite à la question prioritaire de constitutionnalité (QPC)
supprime la référence à la représentativité des organisations syndicales ou professionnelles au niveau national et
interprofessionnel, national et multiprofessionnel ou dans au moins une branche, pour la désignation des
défenseurs syndicaux.
151
Il est également précisé que l’absence d’exercice de sa mission pendant une durée d’un an entraîne le retrait
d’office de la liste des défenseurs syndicaux (article D.1453-2-5 du code du travail).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
76
annuel de performance annexé au projet de loi de finances pour 2022 prévoit une dépense de
3,71 M
au titre de l’indemnisation des défenseurs syndicaux
152
.
Le rapport du Sénat de 2019 indiquait qu’aucune donnée précise ne permet de quantifier
l’activité des défenseurs syndicaux dans le contentieux prud’homal ; ce qui est toujours le cas
même si le conseil supérieur de la prud’homie suggère la mise en place d’un dispositif de
mesure de l’activité des défenseurs syndicaux
153
. Les remboursements effectués par l’agence
de services et de paiement (ASP), chargée par l’État du paiement des dossiers de demande de
remboursement aux employeurs et d’indemnisation des défenseurs syndicaux, permet de
retracer une partie de leur activité, en montants dépensés et non en nombre d’affaires traitées.
Tableau n° 18 :
Indemnisations de l’activité des défenseurs syndicaux par l’agence de services et de
paiement (ASP) sur la période 2018 à 2021 (
)
2018
2019
2020
2021
Remboursement aux employeurs
325 465
414 912
270 367
353 078
Frais de déplacement
16 556
28 153
20 724
24 061
Sous-total
342 021
443 065
291 091
377 139
Frais de gestion
230 602
139 281
126 583
140 038
Total
572 623
582 346
417 674
517 177
Source : Cour des comptes d’après données DGT
Au regard des prévisions de dépenses, le dispositif de défenseur syndical est très peu
utilisé. L’intervention des défenseurs syndicaux
154
est complémentaire à l’aide juridictionnelle,
elle aussi peu utilisée en matière de justice prud’homale
155
.
Par ailleurs, la sincérité budgétaire du dispositif d’indemnisation des défenseurs
syndicaux est insuffisante. En 2017 une avance de 5,7 M
a été versée à l’ASP pour assurer
l’indemnisation de l’activité des défenseurs syndicaux et, les remboursements effectifs étant
nettement inférieurs à cette avance, aucun versement n’a été ensuite été effectué. Tous les ans
des crédits sont néanmoins inscrits en PLF, pour, selon la DGT, donner de la visibilité politique
au dispositif, sans que les crédits votés en LFI soient consommés en gestion. Le solde de
152
Ces crédits permettront de financer : le maintien du salaire pendant les heures de délégation pour l’exercice de
leurs fonctions, dans les établissements d’au moins onze salariés et dans la limite de 10 heures par mois. Ces heures
font l’objet d’un remboursement des employeurs par l'État et sont assimilées à une durée de travail effective ; des
autorisations d’absence pour les besoins de formation, dans la limite de deux semaines par période de quatre ans.
Ces absences sont rémunérées par l'employeur et admises au titre de la participation au financement de la formation
professionnelle.
153
Séance plénière du conseil supérieur de la prud’homie du 28 septembre 2021.
154
Le bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Seine-Saint-Denis relève que les défenseurs syndicaux sont
utiles car ils donnent de l’information et orientent face aux besoins et que cela conforte la place des organisations
syndicales au sein de la justice prud’homale. Le travail des défenseurs syndicaux est complémentaire du travail
des avocats.
155
L’admission des contentieux à l’aide juridictionnelle pour les conseils de prud’homme représente 2,9 % en
2019 et 2020 des admissions en matière civile (cf. les
chiffres clés de la justice
pour 2020 et 2021 de la sous-
direction de la statistique et des études du ministère de la justice).
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
77
trésorerie de l’ASP est de 3 M
au 31 mai 2022. Pour 2023, le montant inscrits en PLF a
néanmoins été revu à la baisse à hauteur de 1 M
(il était de 3,7 M
en 2022).
4.5
Une modification de la répartition des postes de conseillers entre
sections et conseils pour 2023 imparfaite
L’absence de modification des sections et de leurs effectifs respectifs en conseillers
depuis 2008, alors que la répartition par section des affaires avait évolué, notamment sous l’effet
des changements économiques et des modifications des règles de rattachement des entreprises
aux sections, conduisant en particulier à réduire le nombre d’entreprises relevant du secteur
agriculture, a eu pour effet d’augmenter la dispersion du nombre d’affaires nouvelles par an et
par conseiller (calculé pour chacune des sections des conseils). En effet, ce nombre d’affaires
nouvelles est très variable :
-
il est très faible pour certaines sections, ce qui conduit à une sous-activité préjudiciable à
la professionnalisation des conseillers. C’est notamment vrai pour les sections agriculture
(dans 178 CPH, le nombre d’affaires nouvelles par an et par conseiller est inférieur à cinq),
encadrement (108 CPH concernées), moins pour les sections industries (92 CPH), activités
diverses (66 CPH) et commerce (45 CPH). Une autre conséquence de cette sous-activité
est le désintéressement des candidats à ces postes, ce qui a pour conséquence d’aboutir à
des postes « structurellement vacants » ;
-
il est très fort dans d’autres sections, avec pour conséquence un taux d’activité des
conseillers trop élevé, en contradiction avec la nécessité pour eux de conserver une activité
professionnelle substantielle, et pouvant les conduire à consacrer moins de temps que
nécessaire au traitement des affaires.
Un groupe de travail a donc été constitué en 2019 au sein du conseil supérieur de la
prud’homie avec des représentants des organisations syndicales et professionnelles, des agents
de la DSJ, du ministère du travail et de l’agriculture.
Les options retenues par le groupe de travail ont été les suivantes :
-
le seuil minimal annuel d’affaires nouvelles par conseiller a été fixé à neuf, c’est-à-dire
qu’un conseiller doit juger au minimum 36 affaires par an, dans la mesure où une même
affaire est traitée par quatre conseillers
156
, et doit rédiger au minimum cinq motivations de
décision. En deçà de ce seuil, le groupe de travail considérait que la professionnalisation
des conseillers était difficile ;
-
le plafond maximal annuel d’affaires nouvelles par conseiller a été fixé à 15, c’est-à-dire
qu’un conseiller doit juger en moyenne au maximum 60 affaires par an, et doit rédiger au
maximum 15 motivations de décision. Au-delà de ce plafond, le groupe de travail
considérait que la charge de travail était incompatible avec le caractère partiel de l’activité
de conseiller ;
-
le nombre total de conseillers n’était pas modifié, restant fixé à 14 512 ;
156
Sauf pour le bureau de conciliation et d’orientation, dont les affaires ne sont traitées que par deux conseillers.
LES CONSEILS DE PRUD’HOMMES
78
-
aucun conseil de prud’hommes n’était supprimé. Mais cette hypothèse n’a été retenue que
postérieurement au début des travaux.
En revanche, aucune règle qui distinguerait la complexité des affaires en fonction de la
section n’a été retenue, bien que les affaires des sections encadrement et commerce présentent
en général plus de difficultés que celles des autres
157
.
Sur la base de ces options, le groupe de travail, qui s’est réuni huit fois de juin 2019 à
mars 2020, a formulé la proposition suivante :
-
il serait procédé au regroupement étendu des sections agriculture au sein d’un CPH du
département
158
, conduisant à la diminution de 76 du nombre de sections agriculture ainsi
qu’au regroupement des sections encadrement dans certains départements, à l’image de ce
qui existe pour les sections agriculture, conduisant à la diminution de 52 du nombre de
sections encadrement. Ces regroupements auraient permis de réaffecter un peu plus de
1000 postes aux sections pour lesquelles le nombre de conseillers est insuffisant ;
-
le nombre de conseillers par section serait proportionnel au nombre d’affaires nouvelles.
Néanmoins, pour les sections avec un volume d’affaire important, un abattement pouvant
aller jusqu’à 30 % serait appliqué ;
-
il serait tenu compte des affaires « en série » pour déterminer le nombre de conseillers par
section, ce qui conduirait à réduire le nombre total de conseillers de 122.
Cette proposition a été présentée par le DSJ aux chefs de cour en novembre 2020 ,
charge à eux de consulter les présidents et les vice-présidents des conseils. Les retours des chefs
de cour, ainsi que la position du syndicat de la magistrature et du conseil national des barreaux
(CNB) qui s’étaient exprimés respectivement en janvier et en juillet 2020 sur un projet non
finalisé, et la position du comité technique spécial de service placé auprès du DSJ, ont conduit
le DSJ à proposer une autre solution. Elle n’envisageait plus le regroupement des 76 sections
agriculture et 52 sections encadrement, le redéploiement des postes de conseillers prud’homaux
au profit des sections en suractivité ayant été réalisé en réduisant l’effectif des sections en sous-
activité. Ainsi, 210 sections ne seraient composées que de trois conseillers par collège, ce qui
rendrait nécessaire la présence, pour que les audiences se tiennent, pour chaque collège, de
l’effectif total diminué d’un conseiller.
157
Ainsi, au premier trimestre 2022, la durée moyenne d’une affaire jugée au fond par les sections encadrement et
commerce était respectivement de 25,4 et 23,8 mois, contre 16,1, 19,2 et 21.1 mois pour les sections agriculture,
activités diverses et industrie.
158
Ce regroupement est déjà effectif au sein du ressort de certains tribunaux judiciaires.