Sort by *
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
6 décembre 2022
AUDIT FLASH
TRACER LES CONTACTS DES PERSONNES CONTAMINÉES PAR
LA COVID 19 :
UNE FORTE IMPLICATION DE L’ASSURANCE MALADIE,
UNE EFFICACITÉ INCERTAINE
Entre 2020 et août 2022, 34,5 millions de cas de contamination à la covid 19 ont été
identifiés en France (hors résultats des auto-tests). Plus de 150 000 personnes sont
décédées, dont près de 126 400 à l’hôpital. Le
contact tracing
, déployé à partir de mai 2020
à la sortie du premier confinement, est l’un des outils de lutte contre cette épidémie. Il a
consisté à joindre par téléphone, par SMS ou par courriel, les personnes dépistées positives
afin qu’elles recensent les personnes avec lesquelles elles ont été en contact, puis à prendre
l’attache de ces dernières pour les informer - tout en préservant l’anonymat des individus
positifs -, et leur communiquer des consignes de prévention. Depuis sa mise en place,
l’assurance maladie a joint plus de 32 millions de personnes dépistées positives à la covid 19
et près de 22,7 millions de personnes contact.
L’implication de l’assurance maladie dans une mission de santé publique inédite, de
grande ampleur et évolutive
Dans l’urgence, l’assurance maladie a créé ce système d’information, mis en place des
plateformes départementales d’enquêteurs, recruté des milliers de contractuels à durée
déterminée puis indéterminée, et adapté continûment son dispositif. Depuis mai 2020,
l’organisme a joint plus de 32 millions de personnes dépistées positives et près de 22,7 millions
de personnes contact, d’abord par téléphone puis essentiellement par SMS ou par courriel.
Au total, les dépenses liées au
contact tracing
, notamment de personnel, pourraient dépasser
600 M€ au titre des années 2020 à 2022.
Une efficacité globale incertaine
Sans le
contact tracing
, il est vraisemblable que les contaminations auraient été plus
nombreuses ou rapides et leur incidence plus forte sur les hôpitaux, mais ces impacts ne
peuvent être quantifiés en l’absence d’évaluation scientifique.
L’assurance maladie est
parvenue à joindre plus de neuf personnes sur dix dépistées positives, ou qui lui ont été
déclarées comme cas contact, et plus de 90% des personnes positives jointes l’ont été dans les
24 heures suivant l’annonce du résultat du test. En revanche, seules 70 à 80% des personnes
contact ont été jointes dans les 24 heures suivant leur recensement. Seule une partie des
personnes cas contact a pu être recensée - en moyenne, une personne dépistée positive sur
deux ne lui a déclaré aucune personne contact en 2020 et en 2021. Les vagues épidémiques
successives ont augmenté la charge de travail de l’assurance maladie et l’ont donc conduit à
alléger les procédures de recherche des cas contact, ce qui a sensiblement atténué leur impact.
En effet, l’envoi aux personnes positives de SMS les invitant à télédéclarer leurs contacts sur un
site internet a entraîné moins de déclarations de cas contact que les appels téléphoniques.
Ainsi, au premier semestre 2022, près de 90% des personnes positives n’ont déclaré aucun
contact.
Un dispositif en voie d’extinction, des enseignements à tirer
La vaccination est devenue le principal instrument de lutte contre l’épidémie, alors que le
contact tracing
ne recense plus qu’une part réduite des personnes contact (moins de 0,5 en
moyenne par personne positive en juillet 2022, contre près de 2,5 en novembre 2021). La loi
du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie liée
à la covid 19 conduit à interrompre ce dispositif au 31 janvier 2023. Les effectifs consacrés par
l’assurance maladie au
contact tracing
ont été fortement réduits (350 ETP de CDD-CDI en
septembre 2022, contre 6 500 en moyenne en 2021). Il apparaît cependant essentiel que les
outils, procédures et effets d’apprentissage du
contact tracing
soient valorisés pour l’avenir.
Dans l’éventualité de la survenance de nouvelles épidémies de grande ampleur, il conviendrait
de permettre aux pouvoirs publics d’activer rapidement un dispositif opérationnel et plus
performant dans l’attente d’une couverture vaccinale efficace. Ainsi, la Cour recommande qu’à
partir d’une évaluation scientifique de l’impact du
contact tracing
sur les chaînes de
contamination de la covid 19, un dispositif de crise puisse être activé puis désactivé dans des
délais rapides afin de rompre ces chaînes.
Lire le rapport
CONTACT PRESSE :
Julie Poissier
Responsable des relations presse
T
01 42 98 97 43
06 87 36 52 21
julie.poissier@ccomptes.fr
@Courdescomptes
ccomptes
Cour des comptes
Cour des comptes