Sort by
COMMISSION PERMANENTE DE
CONTRÔLE DES SOCIÉTÉS DE
PERCEPTION ET DE RÉPARTITION
DES DROITS
Quatorzième rapport annuel
Avril 2017
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de
répartition des droits est présidée par M. Alain PICHON, président de
chambre honoraire à la Cour des comptes.
Elle comprend pour membres :
M. Alain GIRARDET, conseiller à la Cour de cassation ;
M. François HURARD, inspecteur général des affaires culturelles ;
M Jean-Pierre JOCHUM, inspecteur général des finances ;
M. Jacques LEGER, conseille
r d’État
honoraire.
Le présent rapport, présenté par le rapporteur général, M. Yves
ROLLAND, conseiller maître à la Cour des comptes, a été délibéré et arrêté
au cours de la séance du 21 avril 2017.
Il est la synthèse de contrôles faits par les rapporteurs suivants :
M. Sébastien DOUMEIX, premier conseiller à la Chambre régionale
des comptes d’Ile
-de-France ;
Mme Isabel de FRANCQUEVILLE, conseillère référendaire à la
Cour des comptes ;
M. Nicolas HAUPTMANN, auditeur à la Cour des comptes ;
Mme Marianne LUCIDI, conseillère référendaire à la Cour des
comptes ;
M. Julien OGER, conseiller à la Chambre régionale des comptes de
Bourgogne, Franche-Comté ;
Mme Marie-Laure ROLLAND-GAGNE, premier conseiller à la
Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, Auvergne ;
M. Alexis ROUQUE, conseiller référendaire à la Cour des comptes.
Mme Muriel SOLIGNAC, conseillère référendaire à la Cour des
comptes.
Le secrétariat de la commission a été assuré par Mme Marie DIAWARA
CAMARA, chargée de mission.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
SOMMAIRE
Première partie
.................................................................................
13
La répartition aux ayants droit (2010 à 2015)
................................
13
Chapitre I L’évolution des droits répartis entre 2010 et 2015
......
17
I - Évolution des droits répartis au regard des droits perçus
..................
17
A - Analyse comparative
......................................................................
17
B - Analyse par SPRD
..........................................................................
19
II - Passage des droits à répartir bruts aux droits affectés aux ayants droit
......................................................................................................................
27
A -
Observations d’ordre général
.........................................................
27
B - Analyse par sociétés
.......................................................................
30
III - Le coût des opérations de répartition
................................................
48
A - Observation générale
......................................................................
48
B - Couts engagés par chacune des SPRD
............................................
51
Chapitre II Les bénéficiaires de la répartition
...............................
61
A - Evolution des membres des sociétés entre 2010
et 2015
...............
61
B -
L’identification des répertoires confiés aux
sociétés d’auteur par les
ayants droit
...........................................................................................
68
C - Montant de bénéficiaires par sommes réparties
..............................
72
Chapitre III Les règles de répartition
.............................................
85
I - Les organes chargés de déterminer les règles de répartition
..............
85
A - Le système « censitaire » de la SACEM
........................................
86
B - Le rôle central de la commission de la répar
tition de l’ADAMI
....
90
C
-
La
surreprésentation
des
musiciens
au
sein
du
conseil
d’administration de la SPEDIDAM
......................................................
91
II -
Les principales règles de répartition des œuvres
...............................
92
A -
Le processus de répartition sur base forfaitaire des droits d’auteur en
gestion collective
..................................................................................
93
B -
Répartition des droits pour des œuvres ayant fait l’objet d’une
exploitation autre qu’audiovisuelle
.......................................................
96
III - Le système complexe et coûteux de la pesée pour la répartition des
droits dévolus aux producteurs de phonogrammes
.................................
97
A - La pesée relative aux ventes pour la répartition de la copie privée
sonore et une partie de la rémunération équitable
................................
97
B - La pesée relative aux diffusions pour la rémunération équitable
....
98
IV - La répartition entre les différents ayants droit
...............................
100
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
A - Le calcul des rémunérations individuelles au titre de la copie privée
audiovisuelle par l’ADAMI
................................................................
101
B - La spécificité des règles de répartition de la SPEDIDAM
............
103
Chapitre IV La mise en œuvre pratique de la répartition
..........
107
I -
L’identification des œuvres
.................................................................
107
II -
L’identification des ayants droit
........................................................
112
A -
Observations d’ordre général
.......................................................
112
B - La SPEDIDAM
: des procédures d’identification des ayants droit
peu
efficaces
..............................................................................................
112
III -
Le traitement des œuvres non identifiées
........................................
118
IV - Les modalités de paiement des droits
..............................................
119
A - La SACEM
...................................................................................
120
B - La SACD
......................................................................................
120
C - La SCAM
......................................................................................
121
D -
L’ADAGP
....................................................................................
122
E -
L’ADAMI
.....................................................................................
122
F - La SPEDIDAM
.............................................................................
122
G - La SCPP
.......................................................................................
123
H - La SPPF
........................................................................................
123
V -
Les systèmes d’information mis en œuvre pour la répartition
.......
123
A - Observation générale
....................................................................
124
B - La SACEM
...................................................................................
124
Chapitre V Les délais de la répartition
.........................................
129
I - Observations générales
........................................................................
129
II - Observations par sociétés
...................................................................
130
A - La SACEM
...................................................................................
130
B - La SACD
......................................................................................
134
C - La SCAM
......................................................................................
137
D -
L’ADAGP
....................................................................................
139
E -
L’ADAMI
.....................................................................................
140
F - La SPEDIDAM
.............................................................................
141
G - La SCPP et la SPPF
......................................................................
142
III - Les nouvelles dispositions du CPI
....................................................
143
Chapitre VI Les opérations de contrôle interne et externe
.........
147
I - Certaines SPRD doivent mieux formaliser ou améliorer leurs
procédures internes
...................................................................................
147
A - La SACEM : des procédures internes à formaliser
.......................
148
B - La faiblesse des procédures à la SPEDIDAM
..............................
149
II - Les opérations de contrôle interne
....................................................
155
A - La SACEM
...................................................................................
155
B - La SPEDIDAM
.............................................................................
158
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Chapitre VII
L’information des ayants droit et les voies de
recours
.............................................................................................
163
I -
L’information des ayants droit
...........................................................
163
A - La SACEM
...................................................................................
163
B - La SCAM
......................................................................................
167
C -
L’ADAGP
.....................................................................................
169
D -
L’ADAMI
.....................................................................................
171
E - La SPEDIDAM
.............................................................................
172
II - Traitement des réclamations, voies de recours et contentieux
........
173
A - Observation générale
....................................................................
173
B - La SACEM
...................................................................................
174
Deuxième partie
..............................................................................
191
Les suites données aux recommandations de la Commission
permanente
......................................................................................
191
(Rapports annuels 2012 et 2013)
...................................................
191
Chapitre I Les droits liés aux utilisations audiovisuelles et les
relations avec les diffuseurs
...........................................................
195
I - Les contrats généraux
..........................................................................
196
A -
Le partage des compétences entre sociétés d’auteurs
...................
196
B -
L’existence de la SDRM
...............................................................
197
II - Observations et constats relatifs aux relations avec les diffuseurs . 199
A - Les actions entreprises par les sociétés de droits voisins face à la
mauvaise qualité des relevés de diffusion
...........................................
199
B - Les obligations déclaratives des diffuseurs
...................................
203
III - Les partages intersociaux
.................................................................
205
A -
Le partage intersocial entre les sociétés d’auteurs
........................
205
B -
Le partage intersocial entre l’ADAMI et la SPEDIDAM
.............
206
C -
Le partage des ressources d’origines a
udiovisuelles entre les sociétés
de producteurs
....................................................................................
208
IV - La répartition aux ayants droit
........................................................
209
A -
La répartition aux ayants droit par les sociétés d’auteurs
.............
209
B -
La répartition aux ayants droit par les sociétés d’artistes
-interprètes
............................................................................................................
211
C - La répartition par les sociétés de producteurs
...............................
213
............................................................................................................
213
G.
Le respect du principe
de proportionnalité par l’ANGOA
.........
213
V - Perspectives et débats
.........................................................................
214
A -
Les accords généraux avec les sociétés d’auteurs dans le domaine de
la vidéo à la demande
.........................................................................
214
B - La contestation par la SPEDIDAM du régime de la rémunération
équitable
.............................................................................................
216
............................................................................................................
216
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
C -
Les divergences entre sociétés de producteurs et sociétés d’artistes
interprètes en matière de licence légale
..............................................
217
Chapitre II Le patrimoine et la gestion immobilière
...................
223
I - Recommandations relatives aux situations immobilières
.................
223
A - Recommandation adressée à la SACEM et à la SDRM
...............
223
B - Recommandations à la SACD
......................................................
225
C - Observation à la SCAM
................................................................
228
D - Observation à la SACEM et la SACD
..........................................
229
E - Recommandation à la SCAM et la SACD
....................................
233
II - Recommandations relatives à la gestion immobilière
......................
236
A - Recommandation à la SCAM
.......................................................
236
B.
Observation à la SPEDIDAM
....................................................
238
III - Recommandations relatives aux charges immobilières
.................
239
A - Observations et recommandation à la SCAM
..............................
239
B -
Recommandations à l’ADAMI
.....................................................
243
IV -
Recommandations relatives à l’utilisation des locaux
....................
244
A - Observation à la SDRM
................................................................
244
B - Recommandation à la SACD
........................................................
245
C - Recommandations à la SCAM
......................................................
246
D -
Recommandations à l’ARP
..........................................................
247
E -
Recommandation à l’ADAGP
......................................................
249
F -
Recommandation à l’ADAMI
.......................................................
250
G - Recommandation à la SCPP
.........................................................
250
H - Recommandation à la SPPF
.........................................................
251
I - Observation à PROCIREP-ANGOA
..............................................
252
Troisième partie
..............................................................................
255
La transposition en droit français de la directive 2014/26/UE du
26 février
2014 sur la gestion collective des droits d’auteur et des
droits voisins
....................................................................................
255
Chapitre I Les principaux effets pour les organismes de gestion
collective et les organismes de gestion indépendante
...................
257
A -
Dates d’effet
de la nouvelle ordonnance
......................................
258
B -
Deux types d’organisme
...............................................................
259
C - Les nouvelles dispositions relatives aux statuts
............................
259
D - Les nouvelles règles relatives à la répartition des droits
...............
264
E - Les dispositions spécifiques aux droits en ligne
...........................
265
F - Les contrôles
.................................................................................
265
Chapitre II Les conséquences pour la Commission permanente267
I - Les missions et la composition de la Commission de contrôle
..........
268
A - Les trois missions de la commission de contrôle
..........................
268
B - La composition de la commission de contrôle
..............................
271
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
II - Règles de fonctionnement et de procédures
.....................................
273
A - Le fonctionnement de la commission de contrôle
........................
273
B - Les règles de procédure
................................................................
274
Réponses de la SPEDIDAM
...........................................................
279
- des affectations légales réduisent le montant des sommes à répartir de
façon substantielle
..............................................................................
280
La SPEDIDAM s’interroge donc sur l’homogénéité des calculs effectués
et appliqués aux différentes
sociétés et souhaite attirer l’attention de la
commission permanente sur ce point.
.................................................
282
2.
Sur révolution des effectifs de la SPEDIDAM, Chapitre I, III, B
« Coûts engagés par chacune des SPRP » (page 31 du document
communiqué):
...................................................................................
282
3.
Sur une prétendue « surreprésentation des musiciens au sein du
conseil d’administration de la SPEDIDAM, Chapitre
III, I, C (page 39 du
document communiqué) :
...................................................................
283
4.
Sur l’absence d'une commission de répartition dans les statuts
Chapitre III, I, C (page 39 du document communiqué) :
....................
285
5.
Sur « la spécificité des règles de répartition de la SPEDIDAM »
Chapitre III, IV, B (page 42 du document communiqué) :
.................
285
Ce n’est donc en réalité que sur ces 10,8% qu’une répartition « au réel
»
est possible.
.........................................................................................
287
6,
Sur les règles de répartition et les « ponctions » de la SPEDIDAM
Chapitre III, IV, B (page 45 du document communiqué) :
.................
288
7.
Sur l’identification des avants droit et la feuille de présence.
Chapitre IV, II B 1 (page 53 du document communiqué):
.................
289
13.1.
....................................................................................................
301
13.2
.....................................................................................................
301
Or ces documents ont bien été fournis en décembre 2016.
.................
302
13.4
.....................................................................................................
302
LISTE DES SPRD
..........................................................................
309
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
L’article L. 321.13
-III du code de la propriété intellectuelle (CPI)
1
dispose que la Commission permanente de contrôle des sociétés de
perception et de répartition des droits «
présente un rapport annuel au
Parlement, au Gouvernement et aux assemblées
générales
» de ces
sociétés.
Depuis 2008, la Commission permanente examine régulièrement les
suites données aux recommandations formulées dans ses rapports et aux
engagements éventuels pris par les sociétés dans leurs réponses. Ce
contrôle, conduit tous les deux ans en alternance avec l’analyse opérée des
flux et ratios financiers, a donné lieu, cette année
, à l’examen des
recommandations formulées dans le rapport annuel 2012 portant sur les
droits liés aux utilisations audiovisuelles et aux relations avec les diffuseurs
et dans celui de 2013 portant sur le patrimoine et la gestion immobilière
des sociétés.
La Commission permanente a décidé d’examiner, au titre de la
campagne de contrôles conduite en 2016, les modalités m
ises en œuvre par
certaines SPRD pour assurer la répartition aux ayants droit des sommes
perçues. Elle a décidé de
limiter ce contrôle à quatre sociétés d’auteurs
(SACEM, SACD, SCAM et
ADAGP), aux deux sociétés d’artistes
interprètes (ADAMI et SPEDIDAM) et aux deux sociétés de producteurs
phonographiques (SCPP et SPPF). Le présent rapport actualise,
approfondit et complète les observations formulées en 2005 et qui avaient
fait l’objet d’un suivi de recommandations en 2008
.
Enfin, la Commission permanente a souhaité éclairer le lecteur de
ce rapport général sur les conséquences, pour les sociétés de perception et
de répartition des droits et pour la Commission permanente, des nouvelles
dispositions du code de la propriété intellectuelle introduites par
l’ordo
nnance n° 2016-1823 du 22 décembre 2016 portant transposition de
la directive 2014/26/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février
2014 concernant la gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins
et l’octroi de licences multiterritoriales de droits sur des œuvres musicales
en vue de leur utilisation en ligne dans le marché intérieur
1
Dans sa rédaction antérieure au 22 décembre 2016. Cf. troisième partie.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Pour arrêter le texte de son rapport, et comme le CPI le prévoit, la
Commission permanente a suivi une procédure contradictoire portant
successivement sur les rapports de vérification établis pour chaque société
puis sur le projet établi en vue du présent rapport annuel. À chacune de ces
deux étapes, les sociétés concernées ont été invitées à faire connaître leurs
observations et, s’ils le souhaitaient, leu
rs dirigeants ont pu être entendus
lors d’une audition par la commission.
Cette procédure achevée, la Commission permanente a délibéré et
approuvé le texte final du rapport auquel sont annexées les observations
que les sociétés ont souhaité rendre publiques.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Première partie
La répartition aux ayants droit
(2010 à 2015)
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Introduction
Depuis son rapport annuel 2005, la Commission permanente ne
s’était plus intéressée à l’activité de
répartition des SPRD. Elle a donc
souhaité, plus de dix ans après, porter à nouveau son attention sur cette
mission essentielle des SPRD. En étudiant la période 2010-2015, la
Commission permanente a porté son attention sur l’ensemble du circuit de
ces répartitions. Dans un premier temps (chapitre I), elle a procédé à une
analyse
économique de cette répartition en étudiant l’évolution des
sommes réparties entre 2010 et 2015, la façon dont les SPRD distinguent
les sommes brutes à répartir, les droits à répartir et les montants
effectivement affectés aux ayants droit. Dans ce premie
r chapitre, elle s’est
également intéressée
à l’évolution des coûts de gestion de cette répartition
.
Après avoir étudié
l’évolution du nombre de bénéficiaires (chapitre II)
et
leur évolution au cours de la période sous contrôle, la Commission
permanente a procédé à une analyse des règles de répartition (chapitre III)
en mettant essentiellement l’accent sur la transparence des règles adoptées
et sur la bonne information des adhérents
. Elle s’est ensuite intéressée aux
modalités pratiques
de mise en œuvre de
ces règles (chapitre IV) afin de
vérifier la qualité avec laquelle les SPRD procédaient aux opérations
d’identification des œuvres puis des bénéficiaires et de mise en paiement
des sommes dues, et dans quels délais (chapitre V). Elle a ensuite contrôlé
les dispositifs de contrôle interne et externe mis en place (chapitre VI).
Enfin, la Commission permanente a cherché à identifier les conditions dans
lesquelles l’information des ayants droit et les voies de réclamation ou de
recours étaient mises en œuvre
(chapitre VII).
L’étude ne porte que sur
huit SPRD que la Commission permanente
a considérées comme étant les plus représentatives en matière de montants
de répartition effectuées.
Elle a retenu les quatre sociétés d’auteurs
(SACEM, SACD, SCAM et ADAGP), les
deux sociétés d’artistes
-
interprètes (ADAMI et SPEDIDAM) et, enfin, les deux sociétés de
producteurs de phonogrammes (SCPP et SPPF).
Les développements qui suivent ont été élaborés à partir des rapports
de vérification particuliers propres à chacune des
SPRD prévus à l’article
R. 325-
3 du CPI qui ont fait l’objet d’une contradiction avant
communication à la société et au ministre chargé de la culture. Il s’agit
d’une synthèse non exhaustive des informations figurant dans ces rapports
particuliers des SPRD que la Commission permanente invite à
communiquer dès que possible à leurs membres, notamment lors des
assemblées générales, ou par une mise en ligne.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Chapitre I
L’évolution des droits répartis entre
2010 et 2015
Les droits répartis par les huit SPRD étudiées dans le présent rapport
ont connu une forte hausse dont les composantes méritent une analyse
approfondie (I). La Commission permanente a par ailleurs souhaité
comparer la façon dont les huit SPRD appréhendaient les notions de droits
à répartir et de droits effectivement affectés aux ayants droit, ce qui conduit
à analyser l’évolution des sommes irrépartissables (II). Elle a ensuite
procédé à l’étude de l’évolution du nombre de bénéficiaires et des revenus
que ceux-
ci ont pu retirer de la répartition (III) avant de tenter d’évaluer le
coût par SPRD de la gestion de cette activité de répartition (IV).
I - Évolution des droits répartis au regard
des droits perçus
L’étude de l’évolution des droits répartis au regard de
s droits perçus
a été menée de façon comparative (A) puis par sociétés (B). La
Commission permanente a effectué cette comparaison en retenant les
montants communiqués par les SPRD au titre des droits répartis aux seuls
ayants droit à l’exclusion donc des montants affectés à d’autres SPRD ou
à des sociétés de droit étrangères.
Analyse comparative
De façon globale, comme l’indique le tableau n° 1, au cours des cinq
dernières années, le montant des droits répartis a, en volume, fortement
augmenté pour les soc
iétés d’auteur dont le taux de croissance des sommes
réparties a augmenté plus vite que celui des sommes perçues. Ceci est plus
nettement visible pour la SACEM et la SCAM. En revanche, les deux
sociétés
d’artistes
interprètes
et
les
deux
sociétés
de
produc
teurs de phonogrammes n’ont pas réussi
à augmenter leurs droits
répartis au même rythme que leurs perceptions.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La période 2010-2015 a été marquée par une forte progression des
perceptions enregistrées par ces SPRD comme la Commission permanente
l’a montré
dans son rapport annuel publié en 2016
2
. Les huit SPRD ont
donc été capables d’absorber cette croissance des sommes perçues et
d’assurer une répartition des droits dus aux ayants
-droit sans accumuler
trop de retard.
Tableau n°1 : Évolution des perceptions et des répartitions versées aux
seuls ayants droit par société entre 2010 et 2015
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
%
SACEM
Droits perçus
819,6
819,4
802,6
834,8
829,7
862,2
+5,2 %
Droits répartis
494
491
499
515,8
506,9
538,1
+8,9 %
SACD
Droits perçus
219,7
204
195
215
217
222
+0,9 %
Droits répartis
148,5
183,9
164,0
170,3
184,5
194,9
+31,2 %
SCAM
Droits perçus
97,1
99,2
97,1
101,9
100,9
109,2
+ 12,5 %
Droits répartis
66,7
72,2
79,6
81,5
80,8
80,8
+21,1 %
ADAGP
Droits perçus
25,3
26,7
28,8
30,8
31,6
36,3
+ 43,3 %
Droits répartis
18,7
18,6
19,3
19,4
20,8
25,9
+38,5 %
ADAMI
Droits perçus
58,3
65,5
64,7
83,1
77,8
81,9
+ 40,5 %
Droits répartis
35,7
31,7
35,5
43,3
47,0
44,1
+23,5 %
SPEDIDAM
Droits perçus
36,0
37,6
41,6
49,6
46,8
53,9
+ 49,7 %
Droits répartis
19,2
21,7
19,9
29,7
27,6
24,8
+29,1 %
SCPP
Droits perçus
66,7
73,8
71,7
80,2
80,2
87,9
+ 31,8 %
Droits répartis
47,1
42,6
52,7
47,9
55,8
60,8
+ 29,1 %
SPPF
Droits perçus
22,8
22,3
27,8
31,3
35,3
38,6
+ 69,3 %
Droits répartis
14,9
14,2
17,2
18,7
22,5
21,8
+46,3 %
Source : Commission permanente de contrôle
2
Commission permanente de contrôle des SPRD, Rapport annuel 2016, deuxième
partie, Les perceptions, pages 92 et ss, La Documentation française, 2016.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Toutefois, l’évolution du ratio entre droits perçus et droits répartis,
année par année, ne traduit pas une croissance de même ampleur. Si, pour
la SACD, en passant de 67,6 % en 2010 à 87,8 % en 2015, ce ratio
progresse de 30 %, cette croissance est plus faible pour la SACEM (3,5 %)
tandis que pour les autres SPRD, le ratio constaté en 2015 est nettement
inférieur à celui de 2010. Ceci est plus particulièrement le cas pour les deux
sociétés d’artistes interprètes et les deux sociétés de producteurs de
phonogrammes.
L’analyse par SPRD ci
-
dessous permettra d’expliquer cette faible
croissance du ratio alors que les montants en volume ont fortement
augmenté.
D’ores et déjà, il est à noter que l’année 2015 marque pour un
bon nombre de SPRD une détérioration de ce ratio par rapport à son niveau
de 2014, ce qui s’explique par le fort niveau de perceptions réalisées en
2015.
Tableau n° 2 : Évolution du ratio « droits répartis sur droits perçus »
2010
2011
2012
2013
2014
2015
SACEM
60,3 %
59,9 %
62,2 %
61,8 %
61,1 %
62,4 %
SACD
67,6 %
90,1 %
84,1 %
79,2 %
85,0 %
87,8 %
SCAM
68,7 %
72,8 %
81,9 %
80,0 %
80,1 %
74,0 %
ADAGP
73,9 %
69,7 %
67,0 %
63,0 %
65,8 %
71,3 %
ADAMI
61,2 %
48,4 %
54,9 %
52,1 %
60,4 %
53,8 %
SPEDIDAM
53,3 %
57,7 %
47,8 %
59,9 %
59,0 %
46 %
SCPP
70,6 %
57,7 %
52,7 %
59,7 %
69,6 %
69,2 %
SPPF *
65,3 %
63,7 %
61,9 %
59,7 %
63,7 %
56,5 %
Source : Commission permanente de contrôle
*Pour la SPPF, le ratio est calculé hors avances financières
La Commission permanente ne peut qu’encourager
les SPRD à
améliorer nettement ce ratio
qui va dans le sens d’un meilleur service rendu
à leurs adhérents.
Analyse par SPRD
La SACEM
Représentant près de 660 M€ en 2015, le montant des droits répartis
aux ayants droit
(538,1 M€) et aux sociétés étrangères (121 M€)
a
enregistré une progression dynamique entre 2010 et 2015 (+10,4 %) %)
pour un ratio global droits répartis/droits perçus qui ressort à 76,5%,
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
malgré le net recul des droits issus des supports physiques (phonogrammes
et vidéogrammes) dont la part est passée de 16,8 % à 7,8 % du total des
droits répartis.
Toutefois, le rythme de progression
de l’ensemble des
droits répartis
demeure nettement en deçà (plus de 10 points d’écart) de celui des droits
versés au financement du compte de gestion (+ 21,6 % entre 2010 et 2015),
notamment en raison de la forte croissance des irrépartissables
(+ 50 %).
Première source de droits répartis, les droits issus du secteur
télévisuel (hors chaînes étrangères) ont continué de progresser au cours de
la période sous revue (+ 4 points) et constituent à eux seuls un tiers des
droits répartis en 2015 (33 %).
Les droits issus du
streaming
audio, quasi nuls en 2010, ont
enregistré une très nette progression (34 M€), soit 4 % du total des droits
répartis en 2015. A l’inverse, les droits issus des supports physiques –
qu’
il
s’agisse des phonogrammes (
-4,6 points) ou des vidéogrammes (-4,4
points)
ont connu une baisse très prononcée, témoignant de la croissance
rapide des modes de consommation en ligne.
La SACD
La hausse de 46
M€
des sommes réparties aux seuls ayants droit,
observée en cinq ans traduit majoritairement celle des perceptions, mais
relève
également,
pour
environ
un
quart
de
ce
montant,
du
raccourcissement des délais de traitement, soit d’une contraction du
volume des droits en suspens.
Les droits répartis par la SACD
aux ayants droit (194,9 M€) et aux
sociétés étrangères (29,48 M€) atteignaient 224,38 M€ en 2015, montant
supérieur de plus de 40 % à celui de 2010 (158,71 M€).
Tableau n° 3 : Répartition par répertoire entre 2010 et 2015
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Audiovisuel
107,69 143,35 130,08 138,01 146,88 160,97
Spectacle vivant
50,83
59,90
56,01
56,22
59,96
63,12
Ecrit
0,19
0,21
0,17
0,17
0,22
0,29
Total
3
158,71 203,46 186,26 194,40 207,06 224,38
Source : SACD
3
Montants bruts avant retenues statutaires et prélèvements sociaux.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Cette progression correspond en partie à celle des perceptions, aux
délais de répartition près : le décalage atteint environ une année pour le
secteur audiovisuel, en raison d’un processus de répartition plus long
;
il est minime pour les droits relatifs au spectacle vivant, répartis dans le
mois suivant leur perception. Dans les deux secteurs, les répartitions ont
augmenté chaque année, à l’exception de 2012.
Dans le domaine audiovisuel, la forte progression des perceptions
en 2010 (+29,3
%) s’est traduit
e par une hausse significative des
répartitions en 2011 (+33,11 %). Le recul des perceptions en 2011
(-8 %) explique celui des répartitions en 2012 (-9,26 %). En revanche,
malgré un nouveau recul des perceptions en 2012 (-6 %), les répartitions
progressaient de 6,1 % en 2013, du fait de la hausse des perceptions de
l’année (+13,5
%) et d’efforts déployés par les services pour réduire la
masse des droits en suspens
4
. En 2014, le phénomène de hausse des
répartitions s’est renouvelé (+6,43%), conformément au
décalage évoqué.
Enfin, en 2015, l’accélération des traitements en anticipation du
raccourcissement des délais de traitement imposé par le droit européen
5
conduisait à une nouvelle progression sensible des répartitions (+9,59 %),
malgré des perceptions 2014 en baisse et des perceptions 2015 en hausse
modérée (+1,8 %).
Les répartitions au titre du spectacle vivant ont également sensiblement
progressé en 2011 (+17,8 %), dans un contexte de baisse des perceptions,
en raison de l’intégration de treize répartiti
ons mensuelles destinée à
aligner la comptabilisation des encaissements de la SACD sur l’année
civile. Cet élément technique explique le recul des répartitions en 2012 (-
6,49 %), supérieur à celui des perceptions
(-
1,2 %). Entre 2013 et 2015, l’évolution
des perceptions était conforme à
celle des perceptions.
La SCAM
Entre 2010 et 2015, la SCAM a enregistré une progression de 12,5%
de droits perçus et de plus de 21% des droits répartis.
4
Droits provisoirement portés sur un compte interne en attente des éléments permettant
leur répartition.
5
Directive 2014/26/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 février 2014
concernant la gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins et l’octroi de
licences multiterritoriales de droits sur des œuvres musicales en vue de leur utilisation
en ligne dans le marché intérieur.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 4 : Droits perçus et répartis de 2010 à 2015
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Perceptions
97,06
99,20
97,14
101,87 100,95
109,18
+12,5%
Répartitions
77,97
84,08
92,96
95,36
94,29
94,86
+21,3%
Source : SCAM
Les montants de droits versés ont augmenté de plus de 20 % entre
2010 et 2015, soit légèrement moins que les montants répartis (+21,6 %),
en raison d’un taux de versement sur les répartitions nettes (96,5
% en
2015) qui s’est essoufflé en cours de période, en raison des facteurs de
décalage, voire de blocage.
En 2015, la ré
partition de la rémunération des droits issus d’une
exploitation télévisuelle représentait près des trois quarts (74 %) du total
des sommes réparties dans l’année, et presque autant du total des sommes
affectées. Sur cette enveloppe, 97 % des sommes étaient réparties au titre
d’une gestion confiée par les ayants droit, essentiellement collective.
Tableau n° 5 : Droits répartis et effectivement versés par la SCAM aux
auteurs et autres ayants droit
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Montants
versés
60,14
64,33
72,72
74,64
71,75
72,32
+20,25 %
Montants
bruts répartis
77,97
84,08
92,96
95,36
94,29
94,56
+21,66 %
Montants
nets répartis
61,60
66,42
73,44
75,33
74,49
74,94
+21,66 %
Montants
versés /
montants
nets répartis
97,63%
96,85%
99,03%
99,08%
96,32%
96,50%
Source : Commission
permanente d’après données SCAM
Note : Le montant net réparti correspond au montant brut diminué de la retenue statutaire
et des cotisations sociales précomptées sur le paiement fait aux auteurs.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Recommandation n° 1 : Maintenir un taux de versement
moyen constant, aligné sur la croissance des perceptions et
des répartitions.
L’ADAGP
Les droits perçus par l’ADAGP
ont augmenté de 43,3 % entre 2010
et 2015. Ils atteignaient plus de 36 M€ fin 2015. La répartition des droits a
connu parallèlement une croissance globale de 45,5 %. En 2015, ces droits
ont été affectés pour 82 % à des ayants droit, et pour seulement 18 % à des
sociétés de gestion françaises ou étrangères. Ce poids des droits affectés
aux ayants droit a cependant connu un léger repli sur la période puisqu’il
atteignait 86 % du total des droits répartis en 2010.
Tableau n° 6 : Droits perçu
s et répartis par l’ADAGP (2010 à
2015)
E
n M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Droits perçus
pendant l’année N
25,30
26,74
28,80
30,85
31,61
36,27
+43,36 %
Droits primaires
transitant par une
autre société en
accord avec elle
-
2,91
5,31
6,37
6,09
6,22
-
Droits perçus par
l’intermédiaire
d’une autre société
perceptrice dont
c’est l’objet social
8,21
2,84
2,63
2,87
4,08
5,54
-32,52 %
Montants perçus
en provenance de
l’étranger (export
compris)
6,29
8,4
9,09
9,44
9,90
11,76
+86,96 %
Droits répartis aux
ayants droit ou à
d’autres sociétés de
gestion collective
21,72
22,32
22,71
22,89
25,42
31,62
+45,58 %
Droits affectés aux
ayants droit
18,7
18,66
19,27
19,44
20,78
25,89
+38,45 %
Droits affectés à
des sociétés
françaises de
gestion collective
0,06
0,87
0,31
0,27
1,22
1,11
+1750 %
Droits affectés à
des sociétés
étrangères
2,96
2,79
3,13
3,18
3,42
4,62
+56,08 %
Droits restant à
répartir au 31/12/N
4,30
4,19
3,6
4,88
3,5
6,39
+48,60 %
Source : ADAGP
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Malgré une augmentation de 48 %, entre 2010 et 2015, des sommes
de droits restant à répartir à la fin de l’exercice de perception, leur poids au
regard du total des perceptions est resté relativement stable sur la période
(15 % en moyenne)
; ils représentent l’équivalent de 18
% des perceptions
de l’exercice en 2015.
L’ADAMI
Sur la période considérée, les droits perçus annuellement ont
augmenté de plus de 40 %. La baisse a été relativement continue entre 2010
et 2013.
En 2014, le montant total des droits perçus par l’ADAMI
enregistrait
un recul de 6,42 %. Compte tenu du décalage d’une année sur
l’autre entre la perception et la répartition, le montant des droits bruts mis
en répartition en 2015 a baissé de 4,8 % avec 70,73 M€ contre 74,33 M€
en 2014.
Mais l’année 2015 a marqué une repris
e significative de cette
croissance.
Le rythme de croissance des sommes réparties a été plus faible
(+33 %). En conséquence, le ratio « droits répartis/droits perçus
» s’est
légèrement dégradé entre 2010 et 2015 (- 5 %). Ceci est dû notamment à
un doublement des sommes irrépartissables sur ladite période.
La SPEDIDAM
Le ratio des droits répartis sur droits collectés est faible et a connu
une forte régression (de 72 % en 2010 à 49 % en 2015). La SPEDIDAM
remplit de manière imparfaite sa mission légale de répartition des droits,
compte tenu de la faiblesse de ses taux de répartition et des méthodes
utilisées. Sa
trésorerie ne cesse de croître, pour s’établir fin 2015 à 151 M€,
soit l’équivalent de trois années de perceptions.
La SPEDIDAM estime que cette analyse est partiale dans la
mesure où la Commission permanente ne tiendrait pas compte, selon elle,
du fait que les sommes réparties pendant l’année 2015 correspondent à
douze mois de perceptions sur les années 2013 à 2014, années pendant
lesquelles les perceptions ont été substantiellement inférieures aux
perceptions de 2015 avec lesquelles elles sont comparées. La SPEDIDAM
souligne que 2015 a été une année atypique aux perceptions
particulièrement élevées car comportant des arriérés très importants de
percep
tions d’années antérieures au titre de la rémunération pour copie
privée (3,44 M€ pour la copie privée sonore et 1,15 M€ pour la copie privée
audiovisuelle) portant le montant total des perceptions à 53,86 M€, de
15,15% supérieur à l’exercice 2014 pendant
lequel une partie des sommes
réparties en 2015 a été perçue.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La SPEDIDAM souligne
que, dans le cadre de l’accélération de
son rythme de répartition, elle a réparti en 2016 de façon exceptionnelle
une somme de 63 M€ soit supérieure
à ses perceptions de l’année et qu’à
compter de 2017, elle effectuera deux répartitions générales par an.
Les droits à destination des artistes interprètes non identifiés ont
fortement progressé entre 2010 et 2015 (+ 190 %), pour s’établir à 33,1
M€.
A ce montant, qui relève de la prescription quinquennale, il convient
d’ajouter 1,9 M€ qui relèvent de l’ancienne prescription décennale.
Les droits étrangers en attente d’identification depuis plus de deux
ans, nuls en 2010, sont de 0,67 M€ en 2015, en progression continue sur la
péri
ode. Il en va de même des droits affectés mais non versés, de 16,4 M€
en 2015 (+76 %) ou des sommes perçues et non réparties (58 M€ en 2015,
+ 33 %).
En revanche, les droits en attente d’identification, d’environ
20
M€ jusqu’en 2014, ont connu une baisse d
e 24 % en 2015, à
14,8 M€.
Tableau n° 7 : Montant des rémunérations dues aux artistes interprètes
au 31 décembre 2015 et non payées
(
En M€)
Rémunération équitable
6,80
Rémunération pour copie privée sonore
6, 29
Rémunération pour copie privée audiovisuelle
2, 73
Droits exclusifs
0,19
Autres
0,34
TOTAL
16, 35
Source : SPEDIDAM
La concomitance de règles complexes à appliquer, de personnels
insuffisants et
peu expérimentés, et d’une très faible informatisation des
procédures
sont indubitablement à l’origine de
cette insuffisante
répartition, d’autant plus
préoccupante
qu’elle est au cœur de la mission
d’une SPRD.
La SCPP
Le montant des répartitions de la SCPP a augmenté de 31 % entre
2010 et 2015 et s’établit à 84 M€ en 2015 (64 M€ en 2010). Ce montant
reste légèrement inférieur sur l’ensemble de la période à celui des
perceptions qui s’établit à
88 M€ en 2015 (67 M€ en 2010). L’écart entre
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
le niveau de pe
rceptions et de montants mis en répartition par la société n’a
pas évolué entre 2010 et 2015 puisque les montants mis en répartition en
2010 et 2015 représentaient 96 % des montants perçus la même année.
Si la répartition de certains droits s’effectue rap
idement compte tenu
de l’identification rapide du bénéficiaire et du montant à verser, comme les
droits relatifs à la diffusion des vidéomusiques (facturation directe titre par
titre), d’autres, en revanche, tels que les droits de rémunération équitable
ou
ceux de la copie privée, nécessitent d’importants développements
(constitution de bases de données, élaboration de règles de répartition et
conclusions d’accords avec l’autre société de perception et de répartition
des droits de producteurs de phonogramme, la SPPF) qui génèrent des
délais importants de paiement aux ayants droits.
La SPPF
Entre 2010 et 2015, le montant des droits répartis est passé de
15
M€ à 21 M€, soit une hausse de 50
%. Cette croissance est cependant
moins forte que celle des percepti
ons (23 M€ en 2010 et 39 M€ en 2015,
soit une hausse de 70 %).
L’écart entre le niveau de perceptions et de montants mis en
répartition par la société s’est creusé entre 2010 et 2015 puisque les
montants mis en répartition en 2010 représentaient 66 % des montants
perçus la même année tandis que ceux mis en répartition en 2015 ne
représentaient plus que 54 % des montants perçus cette année-là. La
diminution observée en 2015 s’explique par des régularisations perçues en
2015 réparties en 2016. La SPPF indique que l
e ratio de 2016 s’établit à
64,8 %.
Ce décalage entre les montants perçus et la répartition de ces
derniers se manifeste dans le niveau de trésorerie qui a plus que doublé,
passant de 22 M€ en 2010 à 49 M€ en 2015 et qui représente en 2015 le
montant de plus de deux années de droits répartis.
La croissance de la trésorerie s’explique en
partie par le niveau des
perceptions en progression régulière depuis 2010 et également par la
croissance des réserves pour titres en cours d’identification dont le
montant
passe de 5 M€ en 2010 à plus de 14 M€ en 2015. En second lieu, le montant
des subventions accordées au titre des actions d’intérêt général restant à
payer augmente de manière importante, passant de 3,5 M€ en 2010 à 10,5
M€ en 2015. De même, les rés
erves complémentaires augmentent de
manière important
e puisqu’elles représentent 4,5 M€ en 2015 alors qu’elles
n’en représentaient que 1,7 M€ en 2010.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La SPPF estime que le dispositif mis en œuvre par les ayants droit
de la SPRÉ afin de mieux identifier les relevés de diffusion (dans un
premier temps sur les relevés les moins précis, comme ceux de Radio
France et des télévisions) devrait accélérer les travaux d’identification et
donc le règlement des droits aux associés d’une part et, d’autre part,
permettre le paiement des droits sur 100 % des identifications.
La Commission permanente prend acte de cette prévision de la
SPPF qu’elle vérifiera la réalisation lors de ses prochains contrôles.
Recommandation n° 2 : accélérer le paiement des titres en
cours d’identification afin de réduire le montant de la
trésorerie qui a plus que doublé en cinq ans.
II - Passage des droits à répartir bruts aux droits
affectés aux ayants droit
L’intégralité des sommes perçu
es,
a priori
toutes répartissables aux
ayants droit
6
, ne sont, en réalité, pas intégralement affectées à ces derniers.
En effet, les SPRD déduisent de ces droits répartissables un certain nombre
de prélèvements qui sont, soit légaux, soit statutaires. Par ailleurs, un
certain nombre de sommes à répartir ne peuvent pas être réparties du fait
d’un manque d’identification des bénéficiaires. Ces sommes, dites
irrépartissables, sont exclues des droits affectés aux ayants droit.
Observations d’ordre général
Les prélèvements légaux et statutaires
Les SPRD opèrent des retenues pour financer leurs charges de
gestion. Les taux de cette retenue pour charge de gestion sont variables
d’une SPRD à l’autre et peuvent également varier dans le temps. Sont
ensuite opérées des retenues dites statutaires notamment pour financer les
actions sociales de certaines SPRD.
6
À l’exception de celles spécifiquement non répartissables en raison d’une disposition
législative (25% de la rémunération pour copie privée, une partie de la rémunération
équitable des phonogrammes du commerce).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Par ailleurs, les SPRD qui bénéficient de perceptions issues de la
copie privée opèrent, du fait de la loi (article L. 321-9 du CPI) un
prélèvement de 25 % sur cette ressource pour financer des actions
artistiques et culturelles.
Enfin, les sociétés de droits voisins musicaux n’ont pas le droit de
répartir aux ayants droit de certains phonogrammes, la rémunération
équitable (article L. 214-2 du CPI).
Le tableau n°8 dresse une comparaison des retenues pratiquées par
chacune des SPRD sur les montants de droits traités par la répartition en
2015.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 8 : Comparaison des prélèvements pratiqués en 2015 par les
SPRD sur les droits traités par la répartition
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Les droits restant à répartir et irrépartissables
Les sommes irrépartissables continuent à progresser globalement
pour toutes les SPRD. L’une des causes en est dans la forte augmentation
ces dernières années des collectes liées au développement de nouveaux
supports de diffusion notamment audiovisuelle et sur internet des œuvres.
Or, ces nouveaux services ne fournissent pas aux SPRD la même qualité
d’information sur les œuvres qu’elles diffusent
que les chaînes historiques
de télévision et de radio. Les SPRD se sont donc trouvées concomitamment
confrontées à un effet volume des droits perçus et à un effet perte de qualité
pour l’affectation aux ayants droit
.
Analyse par sociétés
La SACEM
Par rapport au total des droits traités par les services de la SACEM
en vue de la répartition, la part des droits qui sont effectivement répartis
aux ayants droits est restée globalement stable (76,6 % en 2015 contre 77 %
en 2010).
En revanche, le rythme de progression des sommes réparties aux
ayants droits apparaît sensiblement moins dynamique comparativement à
la croissance des montants affectés au financement du compte de gestion
(+ 21,6 %) dont + 50,1 % pour les seuls droits irrépartissables versés au
compte de gestion.
La SACEM explique cette croissance notamment par le fait que les
années 2009 et 2010 ont enregistré une forte augmentation des collectes
liée d’une part, au développement
des chaînes thématiques et TNT,
d’autre
part, au développement des collectes de droits d’auteur au titre de la
distribution de contenus incluant de la musique auprès des opérateurs
câble, satellite et ADSL (TV sur ADSL, sur mobile et sur PC). Au-delà de
l’effet volume de cette double croissance, la SACEM fait valoir que les
comptes d’attente ont augmenté en raison de la moins bonne qualité
des
programmes remis par les chaînes thématiques et TNT
7
par rapport à ceux
des chaînes historiques. Les montants liés à des œuvres non identifiées sont
7
La SACEM souligne que ces structures «
étant de taille modeste, comparativement
aux chaînes historiques, elles disposent de moyens opérationnels et humains limités
pour fournir des programmes de qualité
».
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
venus alimenter les comptes d’attente de niveau 3.
8
Ainsi, ces sommes sont
passées de 5 M€ à 29 M€ pou
r la seule famille « télévisions thématiques et
TNT
» entre 2010 et 2015. L’augmentation des comptes d’attente de
niveau 3 à partir de 2010 s’est traduite, à compter de 2013, par
l’augmentation des irrépartissables.
La
SACEM
souligne
que
cette
«
hausse
sensible
des
irrépartissables
» a conduit le conseil d’administration à créer en 2014 un
«
groupe de travail sur les comptes d’attente et les irrépartissables
» dont
les analyses et recommandations sont mises en place progressivement. La
SACEM fait valoir que les irrépartissables affectés au compte de gestion
en vertu de l’article 8b2 de ses statuts sont estimés inférieurs à 40 M€ en
2016 et à 35 M€ en 2017.
La SACD
a)
Les retenues statutaires
La SACD ne pratique pas de retenues spécifiques sur les répartitions
qui complèteraient d’autres retenues appliquées à la perception des droits.
Elle applique des retenues globales rémunérant l’ensemble de l’activité de
perception et de répartition. Ces retenues sont comptabilisées selon les cas
à la répartition (pour le spectacle vivant) ou à la perception (pour
l’audiovisuel) et, dans ce dernier cas, sous forme provisionnelle, avec
réajustement au regard des montants réels prélevés aux auteurs sur leurs
droits lors de la répartition.
Tout au long de la période sous contrôle, la SACD a maintenu le
prélèvement spécifique instauré en 2004 pour assurer le rééquilibrage des
ressources d’exploitation de la société. Depuis le 1
er
juillet 2007, ce taux
est de 0,5 %.
Les
retenues
effectuées
sur
les
montants
répartis
sont
communiquées aux bénéficiaires de la répartition sur le relevé de paiement
systématiquement joint au bordereau de droit. Le taux de cette retenue varie
selon le type de droit ou selon l’origine géographique de l’exploitation
comme l’indique le tableau n°
9.
8
Comptes d’attente utilisés au stade de la répar
tition contrairement aux comptes
d’attente de niveau 1 et 2 utilisés au stade de la collecte.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 9 : Taux de retenue pratiqués par la SACD en 2015
selon les modes d’exploitation des œuvres
Type de droits
Taux
Spectacle
vivant
Paris
9 %
France (hors Paris), Belgique et Luxembourg
13 %
Suisse, Canada, étranger
7 %
Primes de commande
2 %
Audiovisuel
Droit de représentation et de reproduction mécanique (France)
10,6
%
Copie privée (France, Belgique)
11 %
Droit de représentation et de reproduction mécanique (Belgique,
Canada)
11 %
Droit de représentation et de copie privée (étranger)
7 %
Vidéogrammes et phonogrammes
3 %
Contrats particuliers Radio-France
2,5 %
Contrats particuliers TV ou cinéma*
10 %
Droit de reprographie Belgique
5 %
Droit de reprographie France
7 %
Source : SACD
* taux ramené à 5,5 % pour les renouvellements
b)
Les droits « en suspens » et irrépartissables
Si les déclarations sont encore en cours au moment de la répartition,
si un litige portant sur les clés de partage entre co-auteurs
n’est pas résolu,
ou encore si une succession n’est pas régularisée entre héritiers, la mise en
répartition des droits aboutit à leur blocage au cours du traitement. La
société distingue deux cas de figure, selon la nature des droits concernés.
Les droits dits « en suspens » font référence à des droits issus de la
gestion volontaire qui n’ont pu être répartis. Ils sont affectés au compte de
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
gestion de la société à l’issue d’u
n délai de 10 ans (délai ramené à 5 ans en
application de la loi du 11 mars 2014, dont les premiers effets se feront
sentir en 2019).
Les droits dits « irrépartissables » désignent des droits issus de la
gestion collective obligatoire, affectés à l’action
artistique et culturelle en
application de l’article L. 321
-9 du code de la propriété intellectuelle à
l’issue d’un délai de prescription de 10 ans (également ramené à 5 ans dans
les conditions précitées). Cette catégorie se limite aux droits audiovisuels
secondaires, c
’est
-à-dire issus des collectes portant sur le câble et la copie
privée. Les irrépartissables ne concernent donc pas le répertoire « spectacle
vivant ».
Un stock important mais stabilisé de droits bloqués
Le montant des droits en suspens et irrépartissables est
particulièrement élevé
: 54,4 M€ fin 2015
9
, à raison de
9 M€
pour le
spectacle vivant et 45,3 M€ pour l’
audiovisuel, soit un quart environ de la
trésorerie.
Ce montant était respectivement de 54,9 M€ en 2011, 53,2 M€ en
2012, 53,4 M€ en 2013 et 53,6 en 2014. Il s’est donc stabilisé, après une
forte hausse en 2010 (
+4 M€ consécutifs
selon la société au changement de
SI qui a monopolisé les équipes) et 2011 (
+6 M€
consécutifs à la forte
hausse des répartitions :
+45 M€
entre 2010 et 2011).
Cette stabilisation, qui contraste avec la progression des répartitions
sur la même période (+10,28 % entre 2011 et 2015), repose à la fois sur
une diminution du flux et du stock. Ce dernier
s’
est constitué au fil de dix
années, durée qui correspondait
jusqu’en 2014 au délai de prescription des
sommes non réclamées. À
la différence d’autres SPRD, la SACD a
interprété jusqu’à présent ce délai de façon stricte, y compris pour les droits
résultant de la gestion collective obligatoire et dont les sommes
irré
partissables, devant être exclusivement affectées aux dépenses d’action
artistique et culturelle, pouvaient être utilisées dès la fin de la cinquième
année de détention.
D’une part, le ratio «
droits mis en suspens / droits répartis
» s’est
réduit d’année en année, pour atteindre 6 % en 2015 (13,8 M€ /
224,1 M€).
9
40,6 M€ de droits en suspens, 13,8 M€ d’irrépartissables.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
D’autre part, le «
taux de vidage » du stock de suspens progresse.
Fin 2015, il s’élevait à 70 % au bout de 4 ans (mais 50 % seulement pour
les irrépartissables). La SACD considère qu’au
-delà de cette durée, la
probabilité de répartir les droits en suspens devient très faible.
Compte tenu de la réduction du délai légal de prescription (5 ans à
compter de 2014), le montant des droits en suspens devrait décroître de
manière significative au cours des prochaines années.
Par ailleurs, en considérant que 6 % des droits à répartir sur un
exercice sont mis en suspens et que les diligences de la société permettent
de répartir ultérieurement les deux tiers de ces droits suspendus, environ
2
% des droits à répartir sont
in fine
affectés au compte de gestion de la
société ou à l’action culturelle. Appliqué à l’exercice 2015, ce ratio
conduirait à un total de 4,5
M€, dont une très large
part alimenterait le
compte de gestion
10
.
Les droits en suspens abondent la trésorerie courante de la société
qui, si elle est importante en valeur absolue (171 M€ en moyenne annuelle
en 2015, soit moins d’une année de perception), fait l’objet d’une gestion
prudente, qui génère, actuellement, peu de produits financiers.
La Commiss
ion permanente appelle l’attention de la SACD sur
l’intérêt qui pourrait s’attacher à un fléchage différent des droits «
en
suspens
», permettant d’affecter une partie des droits prescrits à ce titre non
pas à son compte de gestion, mais à son action artistique et culturelle.
La
Commission
permanente
souhaite
formuler
cette
recommandation à l’ensemble des SPRD
.
Recommandation n° 3
: Considérer la possibilité d’affecter
une partie des droits « en suspens » prescrits non pas au
compte de gestion, mais à l’action
artistique et culturelle.
Une mobilisation pour réduire les droits bloqués
Depuis 2011, le pilotage des droits en suspens repose sur le suivi
d’un indicateur spécifique,
produit après chaque répartition, sur une base
mensuelle. Il restitue leur niveau et les variations résultant des entrées et
10
Au titre de l’exercice 2015, 3,017 M€ de droits en suspens ont été affectés au compte
de gestion, co
ntre 575 k€ de droits irrépartissables affectés à l’action culturelle.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
sorties. Il est utilisé comme outil de gestion pour les services, mais
également comme support de l’information de la gouvernance, puisque
présenté chaque fin d’année à
la commission de contrôle du budget
(constituée des administrateurs en charge de la bonne réalisation du
budget), et depuis 2016 au conseil d’administration
11
.
Par ailleurs, depuis 2009, l’accord d’intéressement de la société
comporte un objectif de maîtrise des flux de droits suspendus, qui renvoie
à une performance collective des équipes (cf.
infra
).
L’action de la société en la matière porte d’abord sur les déclarations
de droits, car les motifs de blocage sont principalement les suivants :
-
En spectacle vivant, 90 % des sommes bloquées proviennent de
déclaration d’œuvre
s en cours, 7 % concernent des successions
non régularisées, et 3 % renvoient à des motifs divers, tels que les
litiges.
-
En audiovisuel, 95 % des sommes en instance ont trait à des
déclarations
d’œuvre
s en cours, 3 % aux successions non
régularisées et le solde de 2 % renvoie à des motifs divers.
La société cherche donc à accélérer la finalisation des déclarations
d
’œuvres (récupération des bulletins auprès des déclarants, récupération
des pièces manquantes etc.), et plus subsidiairement à suivre la résolution
de litiges.
Pour cela, le service chargé des répartitions communique des
récapitulatifs des suspens aux deux directions chargées des relations avec
les ayants-droit, à charge pour elle de faire les relances nécessaires à
l’élaboration ou à la finalisation des bulletins de déclaration.
La SACD travaille parallèlement sur un projet de mise en ligne des
suspens (œuvres non identifiées ou e
n cours de déclaration), conformément
aux recommandations de la directive européenne portant sur le droit
d’auteur. Elle espère que ce futur service numérique permettra de réduire
les suspens, à travers l’indication de champs obligatoires, un processus
simplifié pour les œuvres multi
-auteurs (déclaration par le premier auteur
déclaré puis envoi aux co-auteurs pour signature), et la mise à disposition,
sur l’espace en ligne de chaque auteur, de la liste des œuvres en cours de
déclaration et, à compter de 2018, des droits en attente.
11
Le support d’information présenté au CA de décembre 2015, fourni aux rapporteurs,
apporte sur ce point une information claire et complète.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La SCAM
a)
Les retenues statutaires
Le versement aux ayants droit se fait après le prélèvement de
plusieurs retenues sur les droits à répartir.
Une retenue statutaire sur les répartitions (article 11 des statuts de la
SCAM) intervient lors de la mise en répartition des droits et son taux varie
(de 0 à 13 %) selon la nature des droits. Cette retenue finance le budget de
fonctionnement de la société.
De même, une retenue au titre de l’aide sociale (article 39 de ses
statuts) est destinée au financement des actions sociales en direction des
auteurs (fonds de solidarité, financement de pension retraite). La SCAM
applique également la retenue au titre d
e l’action culturelle, en application
de l’article L.321
-9 du CPI (25 % sur les sommes provenant de la
rémunération pour copie privée).
Au total, entre 2010 et 2015, le montant global de prélèvement
appliqué sur les droits par la SCAM a augmenté de plus de 13 %, passant
de 10,96
M€ à 12,43
M€.
Tableau n° 10 : Montants des prélèvements sur les perceptions et les
répartitions de la SCAM
E
n M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Prélèvements
sur perceptions
1,36
1,39
1,35
1,41
1,14
1,2
-1,8%
Prélèvement sur
répartitions
9,6
10,29
10,89
9,93
10,17
11,23
+17,0%
Total
10,96
11,68
12,24
11,34
11,31
12,43
+13,4%
Source : SCAM
b)
Les droits restant à répartir et irrépartissables
La SCAM affiche un niveau de trésorerie moyen d’environ 140 à
145 M € sur la période. Cette trésorerie est directement liée aux soldes
comptables des comptes d’auteurs au passif du bilan.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Elle est constituée des perceptions reçues et non encore réparties en
fonction du calendrier (montant estimé à une année de perception soit
environ 100 M€) ainsi que des sommes qui ont été réparties mais non
payées aux ayants droit suivants :
-
auteurs non-
membres en attente d’adhésion, soit 4,4 M€ au
31/12/2015 ;
-
ayants droit créditeurs (adresse inconnue, décédés, étrangers
n’ayant pas fourni de document fiscal, sommes inférieures à
10 € pour un virement et 80 € pour un paiement par chèque),
soit 3,8 M€ au 31/12/2015 ;
-
ayants-droit dont le règlement est en attente (blocages
juridiques,
absence
de
déclarations
ou
déclarations
incomplètes, attente des clés de partage entre coauteurs), soit
2,3 M€ au 31/12/2015.
Soit au total, plus de 10
M€ pour lesquels la SCAM rencontre des
difficultés de paiement aux ayants-droit, malgré les efforts de son pôle
relation auteurs.
Elle est également constituée de sommes anciennes (plus de 10 ans
pour certaines) reçues et non réparties, pour lesquelles un important travail
d’analyse doit être mené pour permettre de procéder à d’éventue
ls
compléments
de
répartition
ou
à
leur
inscription
en
montants
irrépartissables. Il s’agit pour l’essentiel de sommes perçues après la
réalisation
des
soldes
des
droits
(rattrapage,
sommes
perçues
rétroactivement), de réserves provisionnées lors du calcul des tarifs, non
utilisées, de sommes réparties en compte d’attente, finalement sans
adhésion des auteurs concernés, ou de sommes non réparties du fait d’une
impossibilité fonctionnelle (non obtention de la documentation, etc.).
Les principales raisons expliquant ces sommes non réparties sont,
selon la SCAM :
Le délai de réception et d’analyse de la documentation, d’autant
que le répertoire comporte de multiples œuvres de format court qu’il faut
identifier une par une ;
L’absence de documentation ou s
a mauvaise qualité, si bien que
l’indentification des ayants droit en est fortement ralentie, voire empêchée
;
La régularisation de perceptions, consécutive à l’aboutissement
d’une négociation qui s’est étalée sur plusieurs années, le plus souvent dans
l
es tout derniers jours de l’année civile
;
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La nécessité de constituer des réserves afin de faire face aux
déclaratio
ns tardives d’œuvres (malgré des
campagnes d’information
incitant à déclarer dans le délai de 3 mois après diffusion).
Le stock de « dette auteurs » de la SCAM est enregistré, en
comptabilité, dans le même compte que les sommes perçues et en attente
de répartition selon le calendrier normal. Ces sommes sont majoritairement
mises en répartition à terme. Elles sont inscrites au passif du bilan
comptable de la société, au titre des « droits à répartir aux auteurs ». Les
irrépartissables sont isolés et comptabilisés quant à eux au passif du bilan
à la ligne « irrépartissables imputables sur la gestion courante ».
L’
ADAGP
a)
Les retenues statutaires
Les retenues pratiquées par l’ADAGP sont encadrées par les statuts
et sont approuvées par son conseil d’administration. Aux termes de l’article
23 des statuts, «
les redevances ou toutes autres indemnités perçues par la
Société sont réparties aux membres après prélèvement de la contribution
aux frais et des retenues statutaires
». Ces retenues correspondent à un
pourcentage appliqué sur les droits perçus.
Pour les auteurs membres directs de l’ADAGP, les pourcentages (ou
taux) de prélèvement statutaire sont les suivants :
-
droit de suite : 12 % ;
-
droits de reprographie, de prêt bibliothèque, contrat de commande
et copie privée : 10 % ;
-
droit au nom : 15 % ;
-
droits perçus de l’étranger
: de 0 à 30 % selon les droits (0 % pour
le droit de suite, 30 % pour
les perceptions à l’étranger effectuées
depuis la France sans société sœur).
S’agissant des droits de l’étranger, les accords conclus entre
l’ADAGP et ses 47 sociétés sœurs étrangères font l’objet de contrats de
représentation (unilatérale ou réciproque), mentionnant notamment les
taux de prélèvement pour frais de gestion de chacune des sociétés.
Les taux pratiqués en cas d’export, c’est
-à-dire lorsque les droits
sont perçus directement par l’ADAGP à l’étranger, dans des pays pour
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
lesquels elle ne dispose p
as de société sœur relais, sont aussi définis par le
conseil d’administration :
-
droit de suite : 12 % ;
-
tous autres droits : 30 %.
Les prélèvements statutaires opérés par l’ADAGP pour financer ses
missions de SPRD ont connu une augmentation, en volume, de
35,7 % entre 2010 et 2015. Ils ont toutefois répondu à un taux moyen de
prélèvement sur droits perçus en baisse, passé de 11,78 % en 2010 à
11,15 % en 2015.
Tableau n° 11 : Évolution des prélèvements sur les droits perçus par
l’ADAGP
E
n M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Montants
prélevés
2, 98
3, 13
3, 69
3, 66
3, 68
4, 04
+35,7%
Taux de
prélèvement
pratiqué
11,78%
11,71%
12,8%
11,9%
11,6%
11,15%
-5,34%
Source
: Commission permanente d’après données ADAGP
b)
Les droits restant à répartir et irrépartissables
Au 31 décembre 2015, la « dette auteurs
», c’est
-à-dire les droits
perçus et non encore reversés et/ou non répartis, représentait 13, 26
M€
sur
un passif total de 33,25 M
€, soit 36,5
% du montant des perceptions de
l’année 2015, ou l’équivalent de 4,4 mois de perception.
Tant que les irrépartissables n’ont pas été qualifiés comme tels par
une décision du conseil d’administration de l’ADAGP, ils sont
comptabilisés dans les comptes de l
a dette auteurs. Dès lors qu’ils ont été
qualifiés d’irrépartissables, ils font l’objet d’une imputation sur un compte
spécifique identifié parmi les produits exceptionnels. Ils sont affectés à
l’action culturelle conformément aux dispositions du CPI. En 2
014 et 2015,
ce compte affichait un montant nul.
L’ADAGP déclare qu’elle s’efforce de réduire au maximum les
délais existant entre la répartition et le versement effectif des droits
(72 jours en moyenne en 2015).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
L’ADAGP a mis en place depuis 2015 un cont
rôle annuel
permettant de déterminer les droits n’ayant pas été répartis, les droits
répartis sur le compte d’un auteur mais non encore versés suite à un blocage
(en attente de nouvelles coordonnées bancaires ou d’un relevé de
domiciliation fiscale pour le
s auteurs habitant à l’étranger, etc.). Ce
contrôle complémentaire permet d’apurer les potentiels blocages
rencontrés.
Pour les droits non répartis, le contrôle annuel prend la forme d’une
requête informatique auprès d’
un outil de contrôle de gestion. Il
s’agit alors
d’étudier pour chacune des sommes extraites les raisons qui ont empêché
la répartition des sommes en temps voulu ou éviter un oubli de droits non
répartis. Les régularisations induites sont menées dans des délais
relativement courts et concernent des sommes minimes.
Concernant des droits déjà répartis en attente de paiement sur le
compte d’un ayant droit, le premier contrôle prend de nouveau la forme
d’une requête informatique. La comptabilité de l’ADAGP se trouve
généralement face à l’une des
situations suivantes :
-
adresse d’envoi du chèque de règlement non actualisée ;
-
compte bancaire clos et nouvelles coordonnées bancaires non
transmises ;
-
compte en attente de la réception du formulaire d’exonération
de la retenue à la source pour les ayants droit habitant à
l’étranger, dans les pays ayant signé une convention fiscale avec
la France ;
-
en attente de réception de l’acte notarié dans le cas de
successions.
À
ce stade du processus de régularisation, l’ADAGP réexamine
chaque dossier individuellem
ent, afin de pouvoir contacter l’ayant droit, le
cabinet notarial, etc.
L’
ADAMI
L’ADAMI pratiq
ue une retenue statutaire de 14
% pour l’ensemble
des sommes à répartir qu’il s’agisse de la copie privée ou de la
rémunération équitable. Le taux applicable aux droits exclusifs répartis par
l’ADAMI (accords de câblodistribution, accords cinéma et rémunérations
gérées par l’ADAMI en application de la convention collective) varie en
fonction des accords. En moyenne sur l’exercice 2015, un taux de 6 % peut
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
être retenu. Enfin, elle prélève une retenue de 10 % sur les sommes
réparties en provenance de l’étranger.
Les droits en attente d’identification ont progressé de 48 % au cours
de la période sous-
revue, pour se fixer à un montant de 51,8 M€ fin 2015,
soit 63 % de l
’ensemble des droits perçus au cours de cette même année.
Ce montant, augmenté des réserves relatives aux réclamations, également
en augmentation (+ 58 %), concoure à gonfler encore une trésorerie déjà
élevée et elle-même en progression. Elle représente ainsi, en 2015, environ
150 % des droits perçus.
Si le taux de reconnaissance des phonogrammes, grâce aux
progiciels modernes développés par l’ADAMI,
est acceptable, en
revanche, une faiblesse demeure dans l’identification des bénéficiaires sans
adresses.
La gestion des bénéficiaires sans adresse reste en effet une question
importante
pour l’ADAMI. Ainsi, sur la période 2010
-2015, le nombre de
comptes sans adresse et les montants inscrits à ces comptes ont progressé
de respectivement 7,2 % et 15%. Le solde total des comptes sans adresse
s’élève à 8,5 M€
fin 2015.
Tableau n° 12 : Nombre de comptes et montant des bénéficiaires sans
adresse
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Nombre de comptes
créditeurs sans adresse
32 465
32 375
38 421
32 553
32 795
34 818
Total des soldes des
comptes créditeurs sans
adresse (en M
€)
7, 40
7, 08
7, 43
7, 23
7, 53
8, 50
Source : ADAMI
Afin d’améliorer le ratio des sommes réparties et effectivement
payables
aux
ayants-droit,
l’ADAMI
développe
des
actions
de
communication multiples (lettre d'information, newsletter, mailing…), afin
d’inciter les ayants droit à se déclarer d’eux
-mêmes auprès de la société
via
le site relation artiste. À ce jour, plus de 22 000
comptes d’artist
es ont été
ouverts depuis octobre 2015, date de mise en production de cet outil.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Les actions engagées par l’ADAMI en direction de cette
population d’ayants droits
, variées, ne permettent toutefois
pas d’enrayer
la croissance des sommes en attente
d’affectation. L’efficacité de ces
actions reste, de fait, insuffisante.
Consciente de cette difficulté, la société poursuit ses efforts
internes en termes de systèmes d’information en planifiant de nouveaux
projets : extension du référentiel sonore au domaine audiovisuel, poursuite
des développements du site artiste, refonte de ses systèmes de comptabilité
et de paiement. Sa participation active aux projets nationaux et
internationaux (VRDB2, RIAD, etc.) est également une source potentielle
d’amélioration.
La SPEDIDAM
La SPEDIDAM pratique un taux de retenue de 8,89 % sur les
sommes issues de la copie privée et de la rémunération équitable et de
12 % sur les droits exclusifs.
En ce qui concerne les sommes non réparties dans l’année, le tableau
n°13 ci-dessous fait apparaître une forte évolution des droits restant à
utiliser à la fin de chaque exercice (+ 11,14 % entre 2010 et 2015) alors
que les droits affectés aux ayants-droit (français et étrangers) sont restés
stables et que les droits perçus dans l’année
ont augmenté de près de 50 %
entre 2010 et 2015.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 13 : Évolution des droits à utiliser et des droits affectés aux
ayants droit
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Droits restant à utiliser au
31/12/n-1 (1)
90,87
84,60
91,56
94,30
99,97
100,99
Droits perçus dans
l’année :
(2)
35,98
37,59
41,63
49,59
46,77
53,86
Droits à utiliser (3) = (1) +
(2)
126,85
122,19
133,19
143,89
146,74
154,85
Droits restant à utiliser au
31/12/n (4)
84,60
91,56
94,30
99,97
100,79
109,00
Montant des droits utilisés
(5) = (3) - (4)
42,25
30,63
38,89
43,92
45,75
45,85
Droits affectés aux ayants
droit ou à d'autres sociétés
de gestion collective
26,19
22,42
27,96
29,82
27,68
26,16
Droits affectés aux ayants
droit
20,19
21,98
19,83
29,66
27,65
24,82
Droits affectés à des sociétés
étrangères
6
0,44
8,13
0,16
0,03
1,34
Ressources
œ
uvres sociales
et culturelles
15,73
6 ,88
9,22
12,37
16,46
18,93
Charges de gestion globale
4,33
4,67
5,41
4,85
5,15
5,28
Trésorerie au 31/12
108,87
110,92
113,14
127,60 135,66
151,23
Source : SPEDIDAM
La SCPP
Une retenue statutaire sur les droits perçus est effectuée avant la
répartition et permet de couvrir les frais de gestion de la société. Les taux
de la retenue statutaire sont fixés par l’assemblée générale des sociétaires.
Depuis le 1er janvier 2001, la retenue statutaire est considérée comme
acquise lors de l’émission de l’avis de crédit quelle que soit la nature de
droit.
Ces taux de retenues établis pour chacun des types de droit en
fonction de leur coût de gestion évoluent chaque année. Le taux de retenue
moyen de la SCPP est, en 2015, de 8,8 % (9,3 % en 2014).
Au-delà des retenues réalisées sur les droits perçus par la SCPP, un
certain nombre de montants ne sont pas répartis soit parce qu’ils constituent
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
des réserves réglementaires, soit parce qu’une partie d’entre eux sont
légalement consacrés à des dépenses d’actions d’intérêt général (
copie
privée), soit enfin parce
qu’il n’a pas été possible de les répartir (droits dits
« non répartissables »)
12
. Dans ce dernier cas, ces montants sont légalement
consacrés à des actions d’intérêt général.
Le tableau n°14 présente, à partir des droits perçus auxquels ont été
soustraits les montants des retenues consacrées aux dépenses de gestion, la
ventilation des montants mis en répartition et non répartis par secteurs de
droit en 2015.
Tableau n° 14 : Ventilation des droits répartis en 2015
Secteurs de
droits répartis
Dates
Montants
bruts
Retenues
statutaires
Aides à la
création
Non
répartis-
sables
Producteurs
Rémunération
équitable
Juillet -
novembre
2015
34,5
3,9
-
8,2
22,4
Copie privée
Mars
-
juillet -
novembre
Décembre
2015
26,5
2,2
6,6
2,4
17,7
Vidéomusiques
2015
17,0
1,0
-
-
16,0
Droits
d’autoriser
Juillet
novembre
2015
5,9
0,6
-
-
5,4
Total droits
mis en
répartition
2015
84,1*
7,6
6,7
8,2
61,6
Source
: rapport d’activité SCPP 2015
* : i
l convient d’ajouter 0,2 M€ au titre des produits financiers générés en 201
5, soit un montant
total réparti, net de frais de gestion et hors aides versées à la création, de 61,8 M€ en 2015
.
12
À
titre d’exemple, tous les phonogrammes fixés aux États
-Unis diffusés en
radio, télévision ou dans les lieux sonorisés génèrent des droits qui ne doivent
pas être réglés aux producteurs. Les rémunérations calculées pour ces
phonogrammes sont dites « non répartissables ».
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Ainsi, parmi les montants non versés directement aux producteurs,
on
trouve les
retenues
statutaires
pour
un
montant
de
7,6 M€, les aides à la création pour 6,7 M€ et les montants «
non
répartissables
». Ils représentent 8,2 M€ en 2015.
Les non réparti
ssables en raison de la disparition ou de l’absence de
l’adresse du bénéficiaire sont négligeables.
Les droits « non répartissables » à proprement parler correspondent
aux droits de la rémunération équitable correspondant à des phonogrammes
qui relèvent du
domaine public ou dont le premier enregistrement n’a pas
été fixé dans l’un des
États membres de l
’Union
européenne élargie aux
pays membres de l’AELE ou dans l’un des
États ressortissants de la
Convention de Rome par un producteur ressortissant de cette Convention.
Au cours des différents contrôles automatiques et manuels de la
SCPP, un certain nombre de phonogrammes déclarés par plusieurs
déclarants de la SCPP sont décelés par cette dernière. Les droits générés
par ces phonogrammes sont affectés dans un compte de « réserves » dans
l’attente d’un accord entre les sociétés revendicatrices.
Par ailleurs, la SCPP et la SPPF travaillent depuis 1999 sur
l’identification et le traitement des doublons «
externes » qui peuvent
conduire à bloquer certains droits.
L’annexe 2 du protocole d’accord
« Répartitions II » du 15 juillet 2011 est consacrée à la détection et au
traitement des doubles déclarations de phonogrammes dans les répertoires
de la SCPP et de la SPPF.
Enfin, le protocole d’accord signé entre la SCPP e
t la SPPF le
10 mars 2000 prévoit dans son article 2 que les sommes non répartissables
sont évaluées globalement au niveau du collège « producteur », par secteur
de droit et par année de droit, à l’issue des répartitions effectuées en
commun par la SCPP et la SPPF. Ces sommes sont ensuite partagées entre
les deux sociétés au prorata de leur poids respectif évalués sur les sommes
répartissables.
La SPPF
L
’assemblée générale des
associés de la SPPF réunie le
28 juin 2007 a adopté à l’unanimité dans sa résol
ution n°7 la modification,
à compter de l’année de droit 2007 (jusqu’à l’année de droit 2010), des taux
de retenue suivante :
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
-
taux passant de 8 % à 9,5 % pour la rémunération équitable, la
copie
privée
sonore
ainsi
que
le
droit
exclusif
des
phonogrammes ;
-
taux passant de 3 % à 6 % pour la copie privée audiovisuelle, le
droit exclusif des vidéogrammes et les droits de diffusion des
vidéomusiques.
L’assemblée générale exceptionnelle des
associés, réunie le
14 juin 2011,
a modifié l’article 20 du règlement gé
néral qui prévoit
dorénavant que c’est le conseil d’administration qui fixe le taux de retenue
statutaire afférent aux rémunérations perçues par la SPPF.
Ainsi, pour l’année de droit 2011, le taux de retenue a été révisé à
8,6 % pour les phonogrammes et inchangé pour les vidéogrammes
(6 %). Pour les années de droit 2012 à 2014, le taux de retenue a été révisé
à 6,5 % pour les phonogrammes et inchangé pour les vidéogrammes. Pour
l’année de droit 2015, le taux de retenue a été révisé à 5,5
% pour les
phonogrammes et inchangé pour les vidéogrammes (6 %).
Au-delà des retenues réalisées sur les droits perçus par la SPPF, un
certain nombre de montants ne sont pas répartis soit parce qu’ils constituent
des réserves réglementaires, soit parce qu’une partie d’entre eux sont
légalement consacrés à des dépenses d’actions d’intérêt général (copie
privée), soit enfin parce qu’il n’a pas été possible de les répartir (droits dits
« non répartissables »). Dans ce dernier cas, ces montants sont également
légalement co
nsacrés à des actions d’intérêt général.
Le tableau n°15 ci-après présente, à partir des droits perçus auxquels
ont été soustraits les montants des retenues consacrées aux dépenses de
gestion, la ventilation des montants mis en répartition et des montants non
répartis par secteurs de droit en 2015.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 15 : Ventilation des droits répartis en 2015
En
M€
Montants bloqués
et/ou mis en
réserve
Montants
affectés au
budget des
aides
Secteurs de
droits répartis
Périodes
Montants
répartis
aux
ayants
droits
Droits
bloqués
Réserve /
Retenue
Musiciens
Non
répartis
sables
Non
reconnus
Rémunération
équitable
2009
-
2014
9,1
-
0,2
3,3
1,1
Copie privée
2008
-
2015
6
-
1,3
2,4
-
Vidéomusiques
4,4
-
0,2
-
-
Droits
d’autoriser
2008
-
2014
1,5
-
0,1
-
-
Total droits
mis en
répartition
21*
-
1,8
5,8
1,1
Source
: rapport d’activité SPPF 2015
*
: il convient d’ajouter 0,4 M€ au titre des produits financiers générés en 2014, soit
un montant total réparti, net de frais de gestion, de 21 406
724 € en 2015.
Ainsi, parmi les montants non répartis, figurent :
-
les montants bloqués ou mis en réserves qui représentent
1,7 M€ en 2015 (0,9 M€ en 2014) et correspondent notam
ment
à la retenue « musiciens » ;
-
les montants « non répartissables » :
5,8 M€ en 2015
(6,7
M€
en 2014) ;
-
les montants non reconnus :
1,1 M€ en 2015 (0,8 M€ en 2014).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Au cours des différents contrôles automatiques et manuels de la
SPPF, un certain nombre de phonogramme déclarés par plusieurs
déclarants de la SPPF sont décelés par cette dernière. Les droits générés
par ces phonogrammes sont affectés dans un compte de « réserves » dans
l’attente d’un accord entre les sociétés revendicatrices.
Le décalage entre les montants bruts perçus et les montants versés
ou « répartis » augmente compte tenu de la croissance continue et
importante de la rémunération brute et du décalage du versement des
montants (versement définitif établi en N+5).
III - Le coût des opérations de répartition
La Commission permanente a cherché à évaluer les coûts engagés
par les huit SPRD pour effectuer les opérations de répartition.
Observation générale
La Commission permanente
n’a
pu que partiellement mener cette
évaluation dans la mesure où toutes les SPRD, et non des moindres, ne
disposent pas d
’un
e comptabilité analytique suffisamment détaillée pour
établir un coût complet de chacune de leurs activités.
C’est ainsi que la
SCAM n’a pas été en mesure de renseigner le tableau n°1
6 ci-après. Cette
société indique être tout à fait consciente de ses obligations aux termes des
nouveaux articles du CPI
et mettre tout en œuvre pour se doter dans les
meilleurs délais d’un système de comptabilité analytique qui permettra de
connaître les coûts complets relatifs aux principales activités (répartition,
action artistique et culturelle, action sociale notamment).
Le tableau n°16 compare pour chaque SPRD les effectifs, la masse
salariale, les charges de fonctionnement, et les dépenses d’investissement
consacrés à la répartition en 2015.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n°16 : Part des dépenses des SPRD consacrées en 2015 à
l’activité de répartition
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La Commission permanente regrette cette situation dans la mesure
où elle estime que les retenues statutaires décidées par les SPRD pour
couvrir leurs coûts de gestion devraient pouvoir être appréciées au regard
de la réalité des coûts engagés. La Commission permanente rappelle donc
la nécessité pour les SPRD de mettre en place des systèmes de comptabilité
analytique permettant de dégager des coûts complets pour leurs principales
activités et notamment la répartition.
Cette urgence d’action est renforcée par le fait que l’ordonnance du
22 décembre 2016 a introduit dans le code de la propriété intellectuelle un
nouvel article L. 324-10 ainsi rédigé :
« Les organismes de gestion collective ne sont pas autorisés
à
utiliser les revenus mentionnés au 1o de l’article L. 324
-9 à
des fins autres que leur répartition aux titulaires de droits.
Toutefois, ils peuvent déduire des revenus à répartir certaines
sommes, correspondant notamment à leurs frais de gestion,
dans les conditions fixées dans le cadre de la politique
générale définie par l’assemblée générale des membres.
Ces déductions doivent être justifiées au regard des services
rendus aux titulaires de droits.
Les sommes déduites au titre des frais de gestion ne peuvent
excéder les coûts justifiés supportés par l’organisme pour la
gestion des droits patrimoniaux qui lui est confiée. (…)
»
Cette nouvelle rédaction suppose donc que les SPRD soient à même
de justifier que les frais de gestion déduits des sommes à répartir
n’excèdent les coûts justifiés supportés.
Une comptabilité analytique est
de nature à répondre à cette disposition du code de la propriété
intellectuelle.
Certaines sociétés font remarquer que la mise en place d’une
comptabilité analytique aurait pou
r effet d’accroître les effectifs des
services comptables et donc d’accroître les coûts de gestion des SPRD qui
ne leur semblent pas justifiés dès lors que le coût des services rendus autres
que la répartition est clairement identifié.
La Commission permanente prend acte de cette remarque mais
relève que, au-delà des nouvelles dispositions du CPI, les sommes en jeu
rendent indispensable une transparence des coûts de gestion. Elle est prête
à examiner toute autre méthode que les sociétés pourraient mettre en place
pour assurer cette transparence.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Recommandation n° 4 : Assurer une transparence des coûts
de gestion
notamment par la mise en place d’une
comptabilité analytique de nature à apporter la preuve que
les prélèvements destinés à couvrir les frais de gestion décidés
n’excèdent pas les coûts réellement supportés.
Couts engagés par chacune des SPRD
Coûts engagés par la SACEM pour ses activités de répartition
Alors que des frais de gestion sont spécifiquement prélevés au titre
de l’activité de répartition, la SACEM ne dispose pas d’un outil d’analyse
des coûts lui permettant de déterminer précisément les moyens mobilisés
au titre de cette activité.
a)
L’évolution dynamique des prélèvements au titre de la répartitio
n
Passés de 42,41 M€ à 47,92 M€ entre 2010 et 2015, les montants
prélevés sur les droits répartis ont crû de 13 %, à un rythme légèrement
supérieur à celui du total des droits répartis aux ayants droit au cours de la
même période (+ 10 %, cf. tableau n° 17).
Bien que les montants prélevés sur les droits de reproduction
mécanique aient enregistré la progression la plus dynamique (+ 28 % entre
2010 et 2015), les sommes retenues au titre du droit d’exécution publique
constituent toujours plus de 74 % du total des prélèvements en 2015.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 17
:
Évolution des prélèvements sur montants répartis entre
2010 et 2015
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Evol.
Répartition des droits
d’exécution publique
(DEP)
31,21
33,26
34,60
33,5
8
34,17
33,23
6 %
Répartition DEP
sociétés étrangères
1,47
1,94
1,61
1,52
1,53
2,26
53 %
Répartition droits de
reproduction
mécanique
9,71
8,91
9,15
10,9
9
12,00
12,42
28 %
Total
42,40
44,11
45,37
46,0
9
47,70
47,92
13 %
Source : SACEM
Comme le montre le tableau n°18, la croissance des montants
prélevés au titre de la répartition a également été supérieure à
l’évolution
globale des charges de gestion de la SACEM (+ 10 %) sur la même période.
Tableau n° 18 : Évolution des charges de gestion de la SACEM
(E
n M€)
Source : SACEM
b)
Un outil d’analyse des coûts à développer
La SACEM n’évalue pas le coût global du processus de répartition.
Elle estime en effet qu’il serait artificiel d’isoler le seul traitement de
répartition, qui interagit étroitement avec les processus situés en amont que
sont l’admission (les apports des membres) et la documentation des œuvres
(clés de partage selon leurs contextes d’utilisation). La reconstitution du
coût annuel de ces trois processus s’établit ainsi à 28,3 M€ en 2015, dont
87 % pour les rémunérations et charges sociales.
La société ne dispose pas non plus d’une approche permettant
d’évaluer le coût des différentes étapes du processus de répartition. Elle
indique que le développement d’un outil de comptabilité analytique,
envisagé en 2014 après des approches sectorielles exploratoires, a depuis
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Evol.
192,20 192,01 196,72 200,50 206,90 211,10 9,83%
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
été reporté compte tenu de l’importance du portefeuille de projets
informatiques en cours et des priorités stratégiques et règlementaires de la
société. Par ailleurs, la SACEM indique que les informations obtenues
grâce à un outil de comptabilité analytique «
apporteraient probablement
un éclairage supplémentaire sur la performance de la gestion de la
SACEM mais à court terme l’acquisition (ou le développement) puis
l’intégration et la maintenance
d’un outil de comptabilité analytique
structuré
n’apparait
pas
stratégique
au
regard
des
enjeux
de
modernisation et développement de la société. »
La SACEM fait également valoir que malgré l’absence de
comptabilité analytique, elle dispose «
de données et de méthodes
d’analyse qui lui permettent de mesurer les coûts des activités de collectes
et de répartition
» au travers d’études conduites
:
-
par typologie de collecte avec l’ensemble des indicateurs
associés en termes de volumétrie ou d’affaires (nombre
de
clients, contrats, factures, règlements, etc.) ;
-
par traitement ou tracé de répartition ;
-
par projet (informatique ou non) à travers un suivi
budgétaire détaillé des ressources et des coûts internes ou
internes.
La Commission permanente prend acte de
l’existence de ces outils
mais rappelle que ces études ponctuelles ne sauraient toutefois se substituer
à un véritable outil de comptabilité analytique, dont la SACEM devrait se
doter au vu des sommes en jeu dans le cadre du processus de répartition.
La Commission permanente invite la SACEM à développer un outil
de comptabilité analytique qui permettra d’évaluer le coût de chacune des
étapes du processus de répartition, du traitement des déclarations au
versement des droits, en passant par l’identification des œuvres exploitées
et partant, d’établir le coût réel du processus de répartition.
Recommandation n° 5
: Évaluer le coût réel de l’activité de
répartition
grâce
au
développement
d’un
outil
de
comptabilité analytique.
Ce coût pourra ainsi servir de fondement aux prélèvements opérés
sur les montants répartis qui ont tendance aujourd’hui à augmenter de
manière plus rapide (+ 13 % entre 2010 et 2015) que les charges de gestion
globales de la SACEM (+ 10 % entre 2010 et 2015).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Recommandation n° 6
: Asseoir l’évolution des prélèvements
pour répartition sur l’évolution du coût réel de l’activité de
répartition
.
L’identification des coûts analytiques de la répartition devrait
également perme
ttre de mieux évaluer l’efficacité et la performance des
activités de la société, en mettant en regard les moyens et les résultats
obtenus, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, comme en atteste l’absence de
mesure précise des gains de productivité permis par les nouveaux systèmes
d’information.
Tableau n° 19: Coût du processus admission, documentation et
répartitition
2015 (en K€)
Charges de
personnel
20 782
Documentation/Admission/Répartition/CI
18 011
Service des Vérifications
2 525
Services musicaux (Activité partielle)
246
Achats et
charges
externes
1 780
Amortissement
des outils
informatiques
2 026
ULYSS
175
FELIX
898
MIPS
34
OCTAV
870
OSCAR
39
CATEL
10
TOTAL
24 588
Source : SACEM
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Les moyens mis
en œuvre par la SACD
: un effort notable
de productivité
a)
Les effectifs
L’effectif total de la SACD s’élevait en 2015 à 252,9 ETP (222,4 en
2010). Sur ce total, 11,5 personnes sont rattachées à la mission de
répartition, principalement pour l’audiovisuel.
Pour le spectacle vivant, le service de la répartition individuelle
comporte deux personnes : un cadre et un collaborateur. Pendant la période
sous revue, les effectifs ont diminué
: 3,8 collaborateurs jusqu’en 2009
,
puis 2,8 personnes
à la faveur du déploiement du système d’information
PIMENT, 2,4 en 2012 après la mise en production informatique de
nouvelles fonctionnalités, puis finalement 2 personnes. Dans le même
temps, les droits répartis sont passés de 50,8 M€ en 2010 à 63,1 M€ en
2015 (+ 24,6 %).
Pour l’a
udiovisuel, avant le lancement de PIMENT en 2009,
l’équipe de la répartition collective
comportait 11,5 personnes : un cadre,
10 collaborateurs et 50
% du temps d’un directeur adjoint. L’équipe est
aujourd’hui constituée de 8 coll
aborateurs
13
, soit un total de 9,5 personnes.
La diminution des effectifs est la résultante de l’optimisation informatique
liée au nouveau progiciel. Dans le même temps, le nombre de diffusions
géré a crû significativement (de 135 000 en 2011 à 271 000 en 2014, soit
+100 %)
. En termes de droits répartis, les sommes sont passées de 108 M€
en 2010 à 161 M€ en 2015
(+49 %).
Le changement, puis l’évolution, du système d’information a donc
permis de gérer la croissance de l’activité (doublement du nombre
d’œuvres
reconnues) tout en réduisant les moyens humains qui lui sont
affectés.
La SACD a communiqué à la Commission permanente les derniers
accords d’intéressement en vigueur (2012
-2014 et 2015-2017), qui ont tous
deux inclus un objectif lié au processus de répartition
en l’espèce, la
13
La répartition des missions de ces 8 collaborateurs est la suivante : 1 traite
les f
lux en provenance de l’étranger, 1
collaborateur traite la répartition de la
VoD/SVoD et les 6 autres collaborateurs se répartissent les différentes chaînes
de manière attitrée.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
maîtrise des droits mis en suspens, reflété par un ratio pesant pour 20 % du
total des indicateurs, et qui rapproche les droits mis en suspens au titre de
la gestion volontaire (individuelle et collective) et au titre de la gestion
collective obligatoire (droits irrépartissables) au cours de l’année, d’une
part, et les droits répartis bruts (avant retenue statutaire) au cours de
l’année, d’autre part. L’objectif est atteint à 100 % si le ratio est inférieur à
6,75 % (
i.e.
si moins de 6,75 % des droits collectés hors Canada et Belgique
dans l’année sont mis en suspens), non atteint s’il est supérieur à 7,25 %
(cf.
infra
la question des droits en suspens). Dans les faits, et compte tenu
de ces critères, cet objectif était atteint en intégralité en 2015 (6,70 %) et
aux deux tiers en 2013 (6,93 %) et 2014 (6,99 %).
La Commission permanente recommande donc à la SACD de fixer
dans le cadre de son a
ccord d’intéressement des objectifs
qui reflètent un
niveau d’ambition qui ne soit pas inférieur à ce qui est d’ores et déjà atteint.
Recommandation n° 7 : Fixer
, dans le cadre de l’accord
d’intéressement, des
objectifs de réduction des droits mis en
suspens qui reflètent un niveau d’ambition qui ne soit pas
inférieur à ce qui est d’ores et déjà atteint.
b)
Le coût global de la répartition
La SACD suit le coût analytique de la répartition dans le cadre de
son contrôle de gestion,
mais il n’est constitué que des coûts de ressources
humaines, et sans affectation de quote-part de fonctions support. La SACD
a produit à ce titre les éléments chiffrés recensés dans le tableau n°20.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 20 : Évolution et ventilation des coûts de gestion
de la répartition
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Coût de la répartition « gestion
individuelle »
0,21
0,19
0,14
0,17
0,17
0,18
Coût de la répartition « gestion
collective »
0,46
0,47
0,49
0,48
0,49
0,49
Coût de la répartition « gestion
collective »
Part chef de service
0,05
0,06
0 ;04
0,06
0,05
0,05
Coût de la répartition « gestion
collective » - total
0,51
0,52
0,53
0,54
0,54
0,55
Coût total de la répartition
0,72
0,72
0,68
0,71
0,71
0,74
Total des charges d’exploitation
47,19
45,24
47,67
48,74
47,38
42,32
- autres charges d'exploitation
(action culturelle et libéralités)
11,34
7,55
8,02
7,82
9,05
8,60
+ intéressement
0,26
0,45
-0,01
0,50
0,31
0,46
Montant total des frais de gestion
36,12
38,14
39,64
41,43
38,64
34,18
dont dotations aux provisions
5,11
5,42
7,03
8,77
2,25
0,59
Part des coûts de répartition dans les
frais de gestion
2,00 %
1,88 %
1,71%
1,72 %
1,85 %
2,17 %
dont gestion individuelle
0,58 %
0,51 %
0,35%
0,41 %
0,44 %
0,55 %
dont gestion collective
1,42 %
1,37 %
1,35%
1,31 %
1,40 %
1,6 2%
Source : SACD
La SCAM
Au sein de la société, six services sont plus particulièrement
mobilisés pour la gestion du processus aboutissant au paiement des droits
aux ayants droit.
Les activités de perception et de répartition sont intégrées dans deux
services distincts, dans la mesure où les processus de perception et de
répartition sont parallèles mais dissociés en gestion pour la SCAM.
En revanche, en l’état de ses systèmes d’information et de
comptabilité, la société n’est pas en mesure de valoriser le coût complet de
gestion des droits au sein de sa structure.
En matière d’outils de pilotage de la gestion, la SCAM ne dispose
pas d’un indicateur de suivi des versements effectifs de droits. Lors
de la
phase du vote du budget de l’année N, la société présente un ratio de suivi
des montants répartis par rapport aux perceptions de l’année N
-1.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
L’ADAGP
L’ADAGP consacre un peu plus d’un million d’euros par an, en
dépenses de fonctionnement (dépenses salariales incluses
hors service
adhésion), aux activités de répartition et de versement des droits aux
auteurs et autres ayants droit, lesquelles mobilisent la majeure partie de ses
services. Depuis 2010, le coût total de ces missions est estimé, par le
service financier (sans recours à une comptabilité analytique, mais sur la
base d’une consolidation des postes de dépenses) à 6,24
M€.
En 2014, la société a créé un poste de directeur administratif et
financier afin d’optimiser l’organisation de son servi
ce comptable et le
versement des droits. Une campagne de collecte des coordonnées bancaires
des membres de l’ADAGP a été lancée afin de réduire les paiements par
chèque et de sécuriser les règlements.
L’ADAGP est organisée de manière à identifier les utili
sations des
œuvres de ses auteurs et à établir un lien entre les œuvres et leurs auteurs.
Le travail d’établissement de ce lien mobilise :
-
une équipe de quatre personnels assurant un « visionnage »
audiovisuel ;
-
deux documentalistes dont le travail est d’
identifier le cas échéant
les œuvres ;
-
d’un certain nombre d’autres compétences internes à l’ADAGP
(iconographes, personnel ayant reçu une formation en histoire de
l’art ou en école d’art, etc.).
Les dépenses d’investissement ont été réalisées essentielle
ment en
2014 (pour l’achat de la licence
fingerprinting)
et en 2015 (déploiement du
projet
fingerprinting),
et sont estimées au total à 125 792
€.
L’ADAMI
Le cout des actions de répartition
pour l’ADAMI, s’élève à environ 6,7
M€,
soit presque 50 % des charges de gestion globales et environ le montant
a
nnuel des charges de personnel. L’ensemble
du personnel déployé par la
société pour effectuer les opérations de répartition, ainsi que les logiciels
spécifiques développés en appui expliquent ce coût plutôt élevé.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Neuf personnes sont affectées au service de la répartition (étude et
statistique : 2 personnes ; calcul de la répartition : 3 ; internationale : 2 ;
direction : 2 personnes).
Il convient d’ajouter les 15 personnes en charge
des opérations de documentation et les trois personnes affectées à la
répartition des droits exclusifs soit un total de 27 personnes.
La SPEDIDAM
La SPEDIDAM n’a pas été en mesure de communiquer un budget
global spécialement affecté à la répartition.
En 2000, le service répartition de la SPEDIDAM était composé de
20 agents. C’est toujours le cas aujourd’hui alors que le nombre d’ayants
droit et le montant des droits à répartir ont plus que doublé. Cette évolution
ne traduit pas un gain réel de productivité mais plutôt la dégradation de la
fonction de répartition.
Entre 2010 et 2015, la société a vu une augmentation de quasiment
50
%
des
droits
perçus,
passant
de
39,97
M€
en
2010
à
53,86 M€ en 2015. Or, sur la même période, le personnel dédié à la
répartition n’a progressé que
de 3 effectifs, passant de 18 à 21 personnes.
En
2016,
sur
un
effectif
de
21
personnes, 6
entrées
et
5 sorties (dont deux démissions et une rupture conventionnelle) ont été
enregistrées. En outre, le taux de renouvellement de ce personnel est élevé,
avec seulement neuf salariés encore présents depuis 2010. Ainsi, en 2016,
plus de la moitié de l’effectif a moins de 5 ans d’ancienneté.
L’insuffisance des moyens et le fort taux de renouvellement du
personnel
14
constituent un environnement dégradé en termes de maîtrise
des risques des activités de répartition de la SPEDIDAM.
La SCPP
Les ressources dédiées à l’identification des enregistrements au
sein de la SCPP représentent 4,5 ETP. Elles sont réparties de la manière
suivante :
14
Ce point est contesté par la SPEDIDAM. Voir sa réponse en annexe du présent
rapport (pages 288 et suivantes).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
-
deux personnes sont affectées
tout au long de l’année au
travail d’identification lié à la rémunération équitable et aux
autres droits exclusifs
(attentes, sonorisateurs,…)
;
-
s’agissant de la copie privée sonore sur ventes, les chargés de
répertoire, chargés de missions et responsables y travaillent
périodiquement. Cela représente à temps plein l’équivalent de
deux personnes ;
-
pour les vidéomusiques, le travail d’identification est estimé à
0,5 ETP.
La SPPF
Six personnes sont chargées des travaux d’identification des
œuvres exploitées a
u sein de la SPPF réparties de la manière suivante :
-
deux personnes pour la rémunération équitable et autres droits
exclusifs ;
-
trois personnes pour les déclarations des phonogrammes et
des ventes de la copie privée sonore ;
-
une personne pour les vidéomusiques.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Chapitre II
Les bénéficiaires de la répartition
La Commission permanente a examiné
l’évolution du nombre de
bénéficiaires de la répartition au regard de l’évolution des membres des
huit SPRD au cours de la période de contrôle (2010-
2015) et de l’évolution
de leur répertoire. Elle a étudié également dans quelle mesure les revenus
perçus p
ar les ayants droit variaient en fonction de la catégorie d’adhérent
auxquels ils appartiennent. Enfin, elle s’est intéressée aux évolutions de ces
revenus dans le temps.
Evolution des membres des sociétés entre 2010
et 2015
La SACEM
La SACEM compte 157 810 membres en 2015 (contre 93 236 au 31
décembre 2004, soit une progression de 69 %) dont 19 062 de nationalité
étrangère dans 162 pays distincts (contre 13 767 au 31 décembre 2004, soit
une progression moins soutenue de 38 %). Six pays concentrent près de 40
% des adhérents étrangers.
15
Comme le montre le tableau n°21, il existe une forte proportion de
compositeurs parmi les adhérents : plus de 70 % des membres ont adhéré
en tant que compositeurs (30 % du total) ou compositeurs-auteurs (42 %)
alors que les éditeurs, catégorie beaucoup plus concentrée, représentent 4
% des membres.
La SACEM verse également des droits aux héritiers de ses
membres. Ils étaient 32 840 en 2015.
15
L’Égypte, le Maroc, l’Algérie, l’Italie, la Belgique et les Etats
-Unis comptent 7 524
membres, soit 39 % du total des membres de nationalité étrangère.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Aux termes de l’article 18 du règlement général de la SACEM, sauf
application de l’
article 15 du même règlement
16
, celui qui acquiert le fonds
d’un éditeur membre ne devient pas, de ce fait, membre de la SACEM. Il
devient cessionnaire et ne touche qu’en cette qualité les droits produits par
les œuvres faisant partie de ce fonds. En 2015,
la SACEM compte ainsi 16
cessionnaires de droits.
Tableau n° 21 : Membres de la SACEM en 2015
Catégories d'adhésion
Nombre
Part/total
Compositeurs
47 901
30%
Compositeurs/Auteurs
66 978
42%
Compositeurs/auteurs/réalisateurs
730
0,5%
Compositeurs/réalisateurs
174
0,1%
Auteurs
32 728
21%
Auteurs/réalisateurs
406
0,3%
Réalisateurs
3 063
2%
Editeurs
5 830
4%
Total des membres de la SACEM
157 810
100%
Source : SACEM
La SACD
La SACD comprend
trois catégories d’associés : 1) les auteurs et
compositeurs, 2) les héritiers et légataires, 3) les cessionnaires admis à
adhérer à la Société.
La catégorie des auteurs et compositeurs comporte trois grades : 1)
les sociétaires, 2) les sociétaires adjoints, 3) les adhérents.
Le nombre des associés a augmenté de plus de 13 % sur la période
sous contrôle
comme l’indique le
tableau n°22.
16
Lorsque par suite de décès, ou de vente, ou de cession de son fonds de commerce,
notamment en cas de fusion par absorption, un éditeur personne physique ou personne
morale cesse d’être Membre en cette qualité, son suc
cesseur dans le commerce peut,
s’il est agréé par le Conseil d’administration, être admis et nommé en la même qualité
que son prédécesseur.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 22
:
Évolution
du nombre d’associés,
de sociétaires-adjoints et de sociétaires de la SACD
2010
2011
2012
2013
2014
2015
%
Associés
51 393
52 955
53 915
55 436
57 130
58 539
+13,9
Sociétaires
- adjoints
3 422
3 848
3 650
3 776
3 937
4 098
+19,5
Sociétaires
5 017
5 277
5 323
5 545
5 862
6 157
+22,7
Source : rapports annuels de la SACD
Pour être admis au grade de sociétaire, les auteurs et compositeurs
doivent justifier cumulativement : d’un répertoire constituant 5000 parts
17
,
d’un cumul de droits nets perçus égal à trois fois le plancher d’affiliation à
l’AGESSA, d’une ancienneté de deux ans au grade soci
al de sociétaire-
adjoint.
Pour être admis au grade de sociétaire adjoint, les auteurs et
compositeurs doivent justifier cumulativement : d’un répertoire constituant
2 500 parts, d’un cumul de droits nets perçus égal à 1,5 fois le plancher
d’affiliation à l’AGESSA.
Chaque œuvre représentée donne effet droit à un nombre de parts en
fonction d’un barème figurant dans le règlement général de la SACD.
La SCAM
Les membres de la SCAM se répartissent entre les différents
répertoires de la société : audiovisuel,
œuvres sonores e
t radiophoniques,
écrit, œuvres de journalistes, images fixes, œuvres multimédia interactives
ou non.
17
Le règlement général de la SACD prévoit en effet que chaque œuvre représentée
engendre des parts qui sont définies par le même règlement générale en fonction de la
discipline (par exemple, théâtre, danse, cinéma, etc.) et par activité (auteur, réalisateur,
chorégraphe, etc.). L’attribution des parts est modulée en fonction de la durée de
l’œuvre dans les disciplines p
our lesquelles la répartition des droits ne repose pas sur
un barème. Quand il existe un barème (télévision par exemple), la modulation dépend
dudit barème et de la durée de l’œuvre.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La SCAM accueille en son sein des auteurs ou leurs héritiers, mais
aucun cessionnaire d’auteur. Elle se compose de quatre catégories
d’as
sociés : les sociétaires, les sociétaires stagiaires, les adhérents, les
héritiers et légataires.
Tableau n° 23 : Évolution de la population des membres de 2010 à 2015
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Audiovisuel
19 884
20 856
22 018
22 893
24 133
25 182
27 %
Radio
3 968
4 190
4 516
4 773
5 145
5 543
40 %
Ecrit
3 867
3 932
4 002
4 254
4 596
4 743
23 %
Images fixes
261
266
273
278
286
300
15 %
Total
27 980
29 244
30 809
32 198
34 160
35 768
28 %
Source : SCAM
Note : hors décédés et démissionnaires.
En 2015, le secteur de l’audiovisuel rassemblait 70% des membres
de la SCAM, loin devant les autres champs du répertoire social.
Tableau n° 24: Typologie des associés/membres de la SCAM en 2015
Sociétaires
Sociétaires
stagiaires
Adhérents
Total
%
du total
Audiovisuel
4 777
3 903
16 502
25 182
70,40 %
Radio
1 369
850
3 324
5 543
15,50 %
Écrit
1 758
967
2 018
4 743
13,26 %
Images fixes
100
66
134
300
0,84 %
Total
8 004
5 786
21 978
35 768
Source : SCAM
Note : hors membres décédés et démissionnaires.
La majorité des auteurs, pour qui la SCAM perçoit des droits et dont
les œuvres constituent son
répertoire, sont des membres qui, en tant que
tels, participent à la vie sociale et à la prise de décisions au sein de
l’assemblée générale.
Lorsqu’elle délivre une autorisation d’exploiter via un contrat
général, la SCAM traite pour son propre répertoire mais également pour
les répertoires d’autres sociétés d’auteurs avec lesquelles elle est liée par
un contrat de représentation. Ces répertoires représentés sont traités dans
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
les mêmes conditions que son répertoire propre dans la mesure des droits
concernés, et les droits sont versés à la société de gestion collective
concernée qui les répartit à son tour.
La SCAM peut inter
venir pour le bénéfice d’ayants
droit autres que
ses propres membres. Ainsi, celle-ci propose parfois que lui soit confié un
mandat de p
erception/répartition de la part d’auteurs réticents à s’engager
dans une société de gestion collective dont ils deviendraient membres, ou
qui ne peuvent apporter que certains droits limités sur certaines œuvres.
Ces cas, minoritaires, correspondent, le plus souvent, soit à une
perception de droits pour une œuvre isolée (exemple
: l’entretien d’un
chercheur radiodiffusé s’étant vu reconnaître la qualité d’œuvre au terme
d’une écoute), soit à une perception de droits en gestion individuelle pour
une exploitation précise alors que la réalisation et la diffusion, anciennes,
n’avaient pas fait l’objet d’une déclaration au répertoire,
soit, enfin, à des
perceptions pour les journalistes de la presse écrite bénéficiaires de la
rémunération pour copie privée ou des droits de reprographie.
De même, dans le secteur de l’écrit, en raison de l’origine de la
société, née de la Société des gens de lettres, la SCAM se voit confier des
mandats par les éditeurs littéraires membres de la SCELF (ou l’ayant
mandatée) pour pe
rcevoir et répartir des droits au titre de l’exploitation par
les diffuseurs, ou dans le cadre de spectacles, des œuvres littéraires non
fictionnelles proches de son répertoire dont les auteurs ont cédé les droits
d’exploitation à l’éditeur.
Les mandants, extérieurs à la société, ne sont pas convoqués aux
assemblées. En revanche, ils sont assujettis aux mêmes frais de gestion et
règles de répartition que les membres et pourraient, dans les mêmes
conditions qu’un membre, contester le montant de leurs droits
en recourant
à la procédure mise en place en interne à cet effet.
L’ADAGP
Le nombre total des membres de l’ADAGP a augmenté de plus de
21 % entre 2010 et 2015. Cette croissance a été principalement portée par
l’augmentation des auteurs (+28,4
%) et des auteurs qui sont aussi héritiers
ou légataires/cessionnaires (+23,4 %). Au total, ces deux catégories
d’ayants droit représentent 71% des membres de l’ADAGP en 2015 contre
67 % en 2010.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 25 :
Évolution de la population des membres de l’ADAGP
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Evol.
Auteurs
6 375
6 587
6 849
7 239
7 734
8 187
+ 28,4 %
Héritiers,
légataires
/cessionnaires
3 218
3 304
3 343
3 394
3 440
3 434
+ 6,7 %
Auteurs et
héritiers et
légataires
/cessionnaires
188
225
220
221
224
232
+23,4 %
Total des
membres
9 781
10 116
10 412
10 854
11 398
11 853
+21, 2%
Source
:
ADAGP
18
Les auteurs représentés par la société, ayants droit au sens large,
étaient au nombre de 133
619 au terme de l’exercice 2015. Leur
effectif,
en augmentation de 24 % par rapport à 2010, a connu une croissance plus
forte que celle des seuls membres.
Tableau n° 26
: Évolution des auteurs représentés par l’ADAGP
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Auteurs membres
directs
8 995
9 294
9 734
10 140
10 693
11 292
Auteurs des
sociétés sœurs
98 365
102 365
105 667
107 540
108 923
110 378
Photographes
d’agences
photographiques
NR
NR
NR
7 435
11 154
11 949
Total des
auteurs
représentés par
l’ADAGP
107 360
111 659
115 401
125 115
130 770
133 619
+ 24%
Source : ADAGP
Note : NR = non reconstitué.
Les deux sociétés d’artistes
-interprètes
Sur la période, le nombre
des associés de l’ADAMI a augmenté
de
près de 20 % comme l’indique
le tableau n° 27 tandis que celui des associés
18
Une différence peut exister entre le nombre d’auteurs représentés (1129
2 auteurs) et
le nombre de membres directs de la société (11 853 membres), certains auteurs étant
représentés par plusieurs ayants droit.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
de la SPEDIDAM a crû
d’un peu plus de 13 % entre 2010 et 2015 avec un
rythme annuel relativement régulier.
Tableau n° 27 : Evolution du nombre
d’associés de l’ADAMI
et de la SPEDIDAM
2010
2011
2012
2013
2014
2015
ADAMI
25 162
25 978
26 836
27 586
28 672
29 745
SPEDIDAM
30 372
31 084
31 859
32 758
33 586
34 391
Source : ADAMI et SPEDIDAM
Les sociétés de producteurs de phonogrammes
Le nombre d’associés de la SCPP a crû de 62 % entre 2010 et 2015
tandis que celui des associés de la SPPF
n’
a augmenté que de 15 % comme
l’indique le tableau n°
28.
Tableau n° 28 : Évolution
du nombre d’associés de la SCPP
et de la SPPF
Année civile
SCPP
SPPF
2010
1 422
1 338
2011
1 582
1 369
2012
1 747
1 483
2013
1 935
1 457
2014
2 101
1 516
2015
2 295
1 542
Source : SCPP et SPPF
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
L’identification des répertoires confiés
aux sociétés d’auteur par les ayants droit
Les dispositions du code de la propriété intellectuelle, dans sa
version
antérieure
à
l’entrée
en
vigueur
de
l’ordonnance
du
22 décembre 2016, faisaient obligation aux sociétés de perception et de
répartition des droits de tenir à la disposition des utilisateurs éventuels le
répertoire complet des auteurs et compositeurs français et étrangers qu'elles
représentent.
La SACEM : la publicité des accords conclus par avec des sociétés
étrangères
La SACEM gère les œuvres musicales de ses membres avec ou sans
pa
roles, d’origine française ou étrangère, ainsi que les œuvres faisant
l’objet de contrats de représentation réciproque ou unilatéraux conclus
entre la SACEM et les SPRD étrangères.
Parmi les œuvres gérées par la SACEM, il convient de distinguer les
œuvres
directement déclarées par les membres de la société (le répertoire
de la SACEM proprement dit) et les œuvres étrangères que la SACEM
représente sur son territoire de gestion.
Le répertoire de la SACEM
stricto sensu
se compose de 6 838 000
œuvres déclarées
dont notamment 32 000 réalisations portant sur des
œuvres audiovisuelles à caractère essentiellement musical (documentaires
à caractère musical, émissions de divertissement, clips, etc.). Le dépôt des
œuvres en ligne a été introduit tardivement, en 2014. À titre d’exemple, en
2015, 188
763 œuvres nouvelles ont été enregistrées dont 67
645 ont fait
l’objet d’un dépôt en ligne (soit 36 % du total).
Le répertoire international de la SACEM se compose de plusieurs
millions d’œuvres. Les informations relatives à
ces œuvres émanent de
deux sources distinctes :
-
d’une part, les données fournies par les sociétés étrangères grâce
au réseau mis en place par la Confédération internationale des
sociétés d’auteurs et de compositeurs (CISAC). Cette base
contient la
documentation des œuvres de 93 sociétés, soit des
données relatives à plus de 118 millions d’œuvres
;
-
d’autre part, les déclarations faites par les éditeurs membres de la
SACEM lorsqu’ils agissent en qualité de représentant éditorial
(sous-
éditeur) d’une œuvre ou d’un catalogue d’œuvres étrangères
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
pour les territoires de gestion de la SACEM. En 2014, la SACEM
a ainsi enregistré la déclaration par ses membres éditeurs de
1 421
241 œuvres étrangères.
Ainsi que le stipule l’article 34 des statuts de la SACEM,
un auteur
ou un compositeur dispose de la possibilité de confier à cette dernière la
gestion de tous ses droits ou de seulement certaines catégories de droits,
listées à cet article 34, et ce pour certains territoires ou pour tous les
territoires du monde.
Dans ce dernier cas, la SACEM est investie du pouvoir de
représenter les droits qui lui sont ainsi confiés dans le monde entier et de
collecter les redevances de droit d’auteur dues au titre de leur exploitation.
Pour les exploitations multi-territoriales notamment dans le secteur
online
, la SACEM délivre elle-
même les autorisations pour l’exploitation
des œuvres de ses membres dans d’autres territoires que la France,
Monaco, le Luxembourg et le Liban, qualifiés de territoires d’exercice de
la SACEM.
C’est le cas, par exemple, des autorisations délivrées aux
fournisseurs de services en ligne (comme iTunes, Microsoft, Spotify) qui
couvrent parfois jusqu’à 128 pays.
Pour les exploitations géographiquement limitées, dites nationales
ou locales, la SACEM confie la gestion des droits de ses membres aux
organismes de gestion collective locaux, pouvant alors se reposer sur
l’organisation mise en place par les autres organismes de gestion collective
sur leurs territoires.
En 2015, la SACEM fait état d’accords c
onclus avec des sociétés
étrangères dans 96 pays distincts.
Mise en place tardivement (en 2014), la déclaration d’œuvres en
ligne progresse rapidement (36 % du total des œuvres déclarées en 2015).
Il existe néanmoins une forte marge de progression au regard des gains de
productivité attendus en termes de traitement des déclarations.
La conclusion d’accords avec des SPRD étrangères dans 96 pays à
travers le monde permet à la SACEM de garantir une très large couverture
des droits à ses membres. La liste des pays couverts par la SACEM
gagnerait toutefois à être publiée sur le site internet de la société pour
permettre une complète information du public (adhérents comme non
adhérents).
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Recommandation n° 8 : Publier sur le site internet de la
société la liste des pays dans lesquels la SACEM peut
percevoir des droits pour le compte de ses membres.
La SACEM indique qu’elle mettra en œuvre cette recommandation
qui pourra également «
renforcer l’attractivité de la SACEM pour les
postulants à l’adhésion
».
La SACD et la SACEM :
le répertoire des œuvres d’humour
S’agissant de la délimitation du répertoire de la SACEM en fonction
de la nature des œuvres
représentées, il existe des intersections avec le
répertoire
d’autres SPRD
. Ainsi, entre la SACEM et la SACD, ces
intersections concernent les répertoires de
s œuvres
d
’humour
, des
comédies musicales et du théâtre musical. La SACEM indique que «
le
choix opéré par les créateurs de déposer leurs œuvres d’humour est
respecté, tout en veillant à assurer une gestion fluide de ces dossiers
». La
SACEM précise que des échanges ont lieu périodiquement avec la SACD
pour identifier les doubles déclarations et partant éviter, les doubles
paiements.
Il n’existe cependant pas de contrôle systémat
ique.
En l’absence de moyen de contrôle systématique
et afin de prévenir
les risques de double paiement
,
la Commission permanente recommande
aux deux sociétés de conclure un accord prévoyant la systématisation des
échanges de fichiers et la mise en place de contrôles réguliers.
Recommandation n° 9 : Conclure un accord entre la SACEM et
la SACD s’agissant du répertoire de l’humour, visant à
organiser des échanges de fichiers réguliers et à systématiser les
contrôles opérés en la matière.
La SACD indique partager cette recommandation et mettre en place
les procédures nécessaires qui pourraient être formalisées. Par ailleurs, elle
estime qu’il convient de veiller à ce qu’il n’existe pas de confusion entre
l’activité d’une société d’auteurs consistant à autoriser l’utilisation d’une
œuvre et son activité dans le domaine de l’act
ion artistique et culturelle,
dont l’objet est de favoriser la création et la diffusion de œuvres. La SACD,
qui indique s’en tenir à cette règle, pour ce qui la concerne, considère que
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
«
toutes les sociétés d’auteurs devraient s’y tenir surtout s’il existe
une
disproportion notable entre elles sur le plan des ressources qu’elles
peuvent affecter à l’action artistique et culturelle
».
La SCAM
Le répertoire de la SCAM est le suivant au 31 décembre 2015 :
-
télévision : 665 370 œuvres
;
-
radio : 107 648 œuvres
;
-
images fixes : 409 377 œuvres
;
-
écrit : la SCAM ne dispose pas encore d’une base exhaustive.
Toutefois, dans la mesure où pour ce répertoire l’essentiel des
droits administrés est constitué par des droits à rémunération, le
recours à la base « Electre » de la Bibliothèque nationale de France
avec laquelle la SCAM a conclu un contrat, lui permet de connaître
les œuvres sur lesquelles fonder les répartitions.
-
web : 106 œuvres multimédias interactives ont été déclarées
auprès de la SCAM à ce jour.
Néanmoins
, certaines de ces œuvres n’ont pas encore fait l’objet
d’une répartition de droits, ceci soit dans l’attente d’une validation
juridique (absence de contrat, problèmes liés à la désignation des auteurs
notamment), soit en raison d’une mise en ligne récente
, soit dans les cas où
l’auteur de l’œuvre est un journaliste professionnel permanent ou assimilé
qui a cédé ses droits d’exploitation à son employeur dans des conditions
excluant la gestion collective de ses droits.
S’agissant des utilisations de son répe
rtoire, la société a
connaissance du volume de diffusion télévisuelle et radiophonique des
œuvres sur la base des droits versés. Elle a ainsi réparti, en 2015, des droits
correspondant à 182 589 heures d’œuvres audiovisuelles ayant fait l’objet
d’une ou plusieurs diffusions en 2014, et 44 725 heures d’œuvres
radiophoniques au titre des diffusions 2014 sur les radios françaises.
En revanche, dans le domaine de l’écrit et des images fixes, la
SCAM n’est pas en mesure d’évaluer précisément les utilisations fa
ites des
œuvres, dans la mesure où elle n’intervient qu’après les sociétés faîtières
et où les montants de droit demeurent limités. De même, dans le champ des
« accords journalistes » signés par la SCAM pour la gestion secondaire des
droits des journaliste
s salariés de diffuseurs ou d’agences de presse, les
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
droits sont le plus souvent mutualisés au sein de la rédaction. Dans ce cas
de figure, la société ne dispose pas d’un suivi précis des exploitations.
Montant de bénéficiaires par sommes réparties
Les chiffres communiqués par les différentes sociétés montrent que
si le nombre des bénéficiaires de répartition au cours d’une année a plutôt
eu tendance à progresser depuis 2010, les montants individuels restent
modestes pour la très grande majorité des ayants droit et ont plutôt eu
tendance à se réduire entre 2010 et 2015. Cette concentration des sommes
versées les plus élevées sur un faible nombre de bénéficiaires est observées
sur l’ensemble des sociétés.
La SACEM
En 2015, la SACEM a versé des droits d’auteur
s à 293 000 auteurs,
compositeurs et éditeurs de musique membres de la SACEM ou d’autres
sociétés de gestion collective en France et dans le monde.
Le tableau n° 29 établit la répartition de ces sommes entre les
membres de la SACEM et les autres bénéficiaires de la répartition. La part
des membres de la SACEM dans cette répartition est restée stable à 76 %
de l’ensemble des sommes réparties.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
29 : Evolution des sommes réparties aux différents bénéficiaires
En M€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
. Sociétés
sœurs
(
SACD, SCAM
,
ADAGP
)
5,27
5,94
5,61
5,61
5,56
5,42
. Sociétés d'auteurs
étrangères
98,07
104,97 111,41 106,88 105,00 115,82
. Sociétaires
493,98 490,91 499,06 515,81 506,93 538,08
Œuvres sociales et
culturelles
49,68
47,98
46,57
45,47
46,43
48,88
Répartition aux
ayants droit
647,00 649,80 662,65 673,77 663,92 708,20
Part sociétaires
Sacem
0,76
0,76
0,75
0,77
0,76
0,76
Répartition pour
l'action culturelle
22,11
24,30
16,20
20,83
22,60
25,36
Total
669,12 674,10 678,85 694,60 686,52 733,56
Source : SACEM
Le tableau n°30 indique la part respective de chaque catégorie
d’adhérent dans la répartition effectuée en 2015.
Si 34 % de l’ensemble des membres vivants de la SACEM ont
bénéficié de la répartition effectuée en 2015, ce taux est nettement
supérieur pour les sociétaires définitifs (95,4 %) et les sociétaires
professionnels (94,2 %). Seuls 36,2 % des adhérents ont bénéficié de la
répartition. Ces différences s’expliquent bien évidemment par le nombre
d’adhérents (131
200), très nettement supérieur à celui des sociétaires
définitifs (2 400) et professionnels (2 530). Il est donc plus facile
d’atteindre un fort taux de bénéficiaire pour une catégorie dans laquelle le
nombre de membres est réduit. Il en va ainsi des cinq compositeurs-
alisateurs sociétaires professionnels qui, ayant tous bénéficié d’une
répartition en 2015, permettent d’afficher un taux de 100 % pour cette
catégorie. Cette même remarque peut être effectuée pour les différentes
catégories d’adhérents
: plus le nombre de membres est faible dans une
catégorie, plus il est facile d’afficher des taux élevés de bénéficiaires (il en
va ainsi des éditeurs en comparaison des auteurs-compositeurs). Ces
bénéficiaires peuvent, en outre, avoir des rôles multiples.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 30 : Nombre de bénéficiaires de la répartition en 2015
par catégorie d’adhérents de la SACEM
Ratio B / A
Rôles
Nombre de sociétaires
Rôles
Nombre de sociétaires
Adhérent
131 222
Adhérent
47 542
36,2%
Auteur
23 653
A
5 816
24,6%
Auteur-Compositeur
60 573
A,C
22 148
36,6%
Auteur-Compo-Réalisateur
626
A,C,R
391
62,5%
Auteur-Réalisateur
312
A,R
145
46,5%
Compositeur
37 915
C
14 450
38,1%
Compositeur-Réalisateur
164
C,R
98
59,8%
Editeurs
5 133
E
3 194
62,2%
Réalisateur
2 846
R
1 300
45,7%
Sociétaire définitif
2 403
Sociétaire définitif
2 293
95,4%
Auteur
294
A
270
91,8%
Auteur-Compositeur
1 235
A,C
1 192
96,5%
Auteur-Compo-Réalisateur
72
A,C,R
71
98,6%
Auteur-Réalisateur
28
A,R
24
85,7%
Compositeur
457
C
425
93,0%
Compositeur-Réalisateur
11
C,R
10
90,9%
Editeurs
251
E
250
99,6%
Réalisateur
55
R
51
92,7%
Sociétaire professionnel
2 530
Sociétaire professio
2 384
94,2%
Auteur
379
A
339
89,4%
Auteur-Compositeur
1 232
A,C
1 186
96,3%
Auteur-Compo-Réalisateur
50
A,C,R
50
100,0%
Auteur-Réalisateur
27
A,R
21
77,8%
Compositeur
511
C
478
93,5%
Compositeur-Réalisateur
5
C,R
5
100,0%
Editeurs
253
E
248
98,0%
Réalisateur
73
R
57
78,1%
Total général
136 155
Total général
52 219
38,4%
Sociétaires vivants 2015 (A)
Sociétaires vivants ayant perçus des droits (B)
Source : SACEM
Le tableau n° 31
mesure l’évolution entre 2012 et 2015 de cette
répartition entre bénéficiaires.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Tableau n° 31: Part des répartitions servies aux sociétaires
de la SACEM
2012
2013
2014
2015
S tatu ts / Rôle s
Ad h é re n t
35,8%
36,2%
36,1%
36,2%
Auteur
24,8%
24,6%
24,3%
24,6%
Auteur-Compos iteur
38,1%
37,5%
37,1%
36,6%
Auteur-Compo-Réalis ateur
60,2%
62,3%
59,6%
62,5%
Auteur-Réalis ateur
40,4%
48,4%
45,8%
46,5%
Compos iteur
38,6%
38,1%
38,0%
38,1%
Compos iteur-Réalis ateur
56,8%
59,2%
59,3%
59,8%
Editeur
54,7%
55,1%
57,2%
62,2%
Réalis ateur
38,2%
41,6%
39,6%
45,7%
S oc ié taire d é fin itif
93,8%
94,4%
95,6%
95,4%
Auteur
90,6%
90,8%
92,0%
91,8%
Auteur-Compos iteur
94,6%
95,7%
96,7%
96,5%
Auteur-Compo-Réalis ateur
96,3%
97,5%
98,7%
98,6%
Auteur-Réalis ateur
82,1%
82,1%
85,7%
85,7%
Compos iteur
91,0%
91,3%
93,2%
93,0%
Compos iteur-Réalis ateur
91,7%
75,0%
81,8%
90,9%
Editeur
98,9%
98,6%
99,3%
99,6%
Réalis ateur
92,9%
94,6%
94,6%
92,7%
S oc ié taire p rofe s s ion n e l
93,5%
94,6%
94,4%
94,2%
Auteur
87,0%
89,5%
89,7%
89,4%
Auteur-Compos iteur
95,7%
96,7%
96,2%
96,3%
Auteur-Compo-Réalis ateur
98,3%
98,3%
100,0%
100,0%
Auteur-Réalis ateur
82,8%
79,3%
71,4%
77,8%
Compos iteur
93,0%
94,0%
94,1%
93,5%
Compos iteur-Réalis ateur
100,0%
100,0%
100,0%
100,0%
Editeur
98,0%
97,7%
97,3%
98,0%
Réalis ateur
76,6%
81,6%
81,6%
78,1%
T otal g é n é ral
38,4%
38,6%
38,4%
38,4%
Nb re d e b é n é fic iaire s
45 023
48 486
50 755
52 219
Source : SACEM
La SACD
La distribution des revenus entre les titulaires de droits - auteurs et
compositeurs, héritiers et légataires, cessionnaires -
s’avère très disparate,
quels que soient les grades sociaux
19
et les répertoires considérés. Seule une
minorité (moins de 3 %) compose les tranches les plus élevées (supérieures
à 50
000 € par an). Chaque année, environ 80
% des bénéficiaires touchent
moins de 5000 € de droits. Parmi c
eux-ci, la proportion des bénéficiaires
de la tranche inférieure (moins de 1 000
€), largement majoritaire en 2010
(54,9 %), a encore progressé pour atteindre 60,6 % en 2015.
19
La catégorie des auteurs et compositeurs comporte trois grades : sociétaire, sociétaire
adjoint et adhérent (article
7 des statuts de la SACD). L’accès aux grades plus élevés
est conditionné par le volume des droits des œuvres déclarées, et va donc de pair avec
une rémunération plus élevée.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Graphique n° 1 : Répartition des bénéficiaires par tranche
de revenu
Source : Commission perm
anente, d’après les données produites par la SACD.
Les auteurs ou ayants droit relevant exclusivement du spectacle
vivant se concentrent en général sur les tranches de revenus les plus faibles,
alors que les auteurs ou ayants droit exclusivement audiovisuels sont plus
nombreux à figurer dans les tranches de revenus élevées. Les auteurs
mixtes (multi-répertoires) sont ceux dont la ventilation dans les diverses
tranches de revenus est la plus régulière.
La période 2010-2015 enregistre une progression du nombre global
de bénéficiaires de répartitions, passés de 16 257 à 21 599 (+32,8 %) pour
les seuls auteurs vivants et de 22 391 à 30 604 (+36,7
%) pour l’ensemble
des ayants droit (auteurs vivants et successions confondus). Cette tendance,
à rapprocher de l’évolution globale du nombre d’associés de la SACD, en
amplifie sensiblement l’impact puisque le nombre des associés, passé de
51 393 au 31 décembre 2010 à 58
539 à la fin 2015, n’a progressé que de
13,9 %.
En part relative, le nombre des bénéficiaires d’au mo
ins une
répartition dans l’année rapporté au nombre total des associés a progressé
d’environ 5 points entre 2010 et 2015, pour ce qui est des seuls auteurs
vivants (passant de 31,6 % à 36,9
%) et de près de 9 points pour l’ensemble
des ayants-droit (passant de 43,5 % à 52,3 %). Cela traduit une plus large
54,9%
60,6%
15,5%
5,9%
6,2%
2,6%
1,7%
2,0%
1,3%
1,0%
1,4%
0,7%
0,9%
0,3%
0,0%
20,0%
40,0%
60,0%
80,0%
0 à 1000 €
1 000 à 3 000 €
3 000 à 5000 €
5 000 à 10 000 €
10 000 à 15 000 €
15 000 à
20 000 €
20 000 à
30 000 €
30 000 à
40 000 €
40 000 à
50 000 €
50 000 à
75 000 €
75 000 à 100 000 €
100 000 à 200 000 €
200 000 € et plus
2015
2010
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
distribution des revenus en nombre de bénéficiaires, même si les
dispersions ou concentrations selon les répertoires évoquées plus haut ont
beaucoup moins évolué sur la période.
La SCAM
Au total, le nombre
d’ayants
-
droit ayant bénéficié d’une répartition
a augmenté de plus de 30% au cours dernières années. Ils représentaient
30 011 bénéficiaires en 2015, membres inclus.
Tableau n 32
: Nombre d’
auteurs ayant
bénéficié d’une répartition
2010
2011
2012
2013
2014
2015
22 910
22 951
24 053
26 216
29 523
30 011
+ 31 %
Source : SCAM
En 2015, les membres de la société constituaient plus de 92% de ces
bénéficiaires.
Tableau n° 33 : Typologie des bénéficiaires en 2015
Proportion du total
Membres
92,58 %
Mandat (auteurs)
0,55 %
Mandat (éditeurs)
0,80 %
Mandat (SPRD)
6,07 %
Source : SCAM
Environ 30 000 ayants droit ont perçu un versement en 2015, contre
29 523 en 2014. En 2015, 93,26 % des versements ont porté sur des droits
relevant d’une gestion
collective volontaire, 6,20 % sur la gestion
collective obligatoire et 0,07 % sur la gestion individuelle volontaire. Des
versements sont intervenus au titre d’excédents de gestion à hauteur de 0,47
% du total des répartitions sur l’exercice.
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
Cette même année, près de 72 % des ayants droit ont touché des
sommes inférieures à 1000€, contre 69,8
% en 2010, tandis que seulement
7,8 % ont perçus des montants supérieurs à 10
000 €, contre 8,4
% en
2010 (voir la ventilation des montants ci-dessous).
Graphique n° 2 :
Nombre d’
ayants droit par tranche de sommes
réparties en 2010 et en 2015
Source
: Commission permanente d’après données SCAM, rapports d’activité
Entre ces deux exercices, la proportion des sommes réparties par
ayant droit est restée stable sur les montants de répartition les plus élevés
(supérieurs à 1
000 €), alors
que celle concernant les montants les plus
faibles (de 0 à 1000 €) a évolué de mani
ère plus différenciée.
La part des très faibles versements (moins de 100 €) a été
significativement réduite, parallèlement à l’introduction de seuils de
déclenchement des paiements (cf
. infra
).
L’ADAMI
L’ADAMI n’a pas communiqué un nombre d’associés bénéf
iciaires
chaque
année
de
la
répartition.
Elle
a
fourni
le
tableau
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
ci-
dessous qui indique l’évolution du nombre de comptes crédités, un
associé pouvant émarger sur plusieurs comptes (copie privée audiovisuelle,
copie privée sonore et rémunération équitable) chaque année.
Tableau n°34 : Évolution du nombre des bénéficiaires des licences légales
entre 2010 et 2015
Nombre de comptes crédités
2010
40 849
2011
37 207
2012
44 185
2013
55 726
2014
60 215
2015
68 522
Source : ADAMI
Entre 2010 et 2015, le
nombre de comptes d’associés de l’ADAMI
au titre de la répartition a augmenté de près de 68 % avec une croissance
plus significative à partir de 2013 que sur les trois années antérieures.
La moyenne des versements effectués
par l’ADAMI sur la période
est r
elativement stable, puisqu’elle varie entre 828 € pour la plus basse, et
1134 € pour la plus haute, pour une moyenne de 980 € environ.
Tableau n° 35 : Moyenne des versements effectués
aux artistes interprètes
En €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Moyenne
951,30
888,36
828,34
999,82
1 133,66
1 080,59
Source : ADAMI
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017
La SPEDIDAM
Pour la SPEDIDAM, le nombre de comptes bénéficiaires a
également fortement augmenté (+ 29 % de 2010 à 2015) comme l’indique
le tableau n° 36 ci-
dessous. Comme pour l’ADAMI, la progression est plus
prononcée à partir de 2013.
Tableau n° 36 : Évolution
du nombre de comptes d’associés crédités au
titre de la répartition
Nombre de comptes crédités
2010
62 364
2011
66 168
2012
69 050
2013
75 962
2014
75 876
2015
80 399
Source : SPEDIDAM
Comme l’indiquent les chiffres du tableau n°
37, la moyenne des
rémunérations brutes versées aux artistes-interprètes associés de la
SPEDIDAM ont fortement augmenté depuis 2010.
Tableau n° 37 : Moyenne et médianes des rémunérations brutes versées
aux artistes interprètes associés de la SPEDIDAM
En €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Moyenne
191
383
584
254
380
421
Médiane
55
105
86
37
85
98
Source : SPEDIDAM
Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits
Rapport annuel - avril 2017