Sort by
Le Président
lettre recommandée avec A.R.
500, avenue des États du Languedoc
CS 70755
34064 MONTPELLIER CEDEX 2
T +33 4 67 20 73 00
lrmp@crtc.ccomptes.fr
ROD2 - CA de Montpellier
CONFIDENTIEL
Le 13 octobre 2016
Réf. :
GR / 16 / 1733
Monsieur le Président,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives arrêtées
par la chambre régionale des comptes sur la gestion de la communauté d’agglomération de
Montpellier.
Il est accompagné de la réponse reçue à la chambre dans le délai prévu par l’article L.
243-5, alinéa 4,
du code des juridictions financières (le nom de la magistrate, page 22 du document de réponses, a été
masqué, le questionnaire étant une procédure interne).
Ce rapport a un caractère confidentiel qu’il vous appartient de protéger jusqu’à sa communication à
l’assemblée délibérante.
Il vous revient de communiquer ce rapport et la réponse jointe à votre assemblée délibérante.
Conformément à la loi, l’ensemble doit
:
-
faire l’objet d’une inscription à l’ordre du jour de la plus proche réunion de l’assemblée
;
- être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres ;
- donner lieu à débat.
En application des dispositions de l’article R.
241-18 du code précité, ce document peut être publié et
communiqué aux tiers dès la tenue de la première réunion de l'assemblée délibérante suivant sa
réception. À cet effet, je vous demande de me faire connaitre la date de la plus proche réunion de votre
assemblée délibérante en transmettant au greffe l’ordre du jour à l’adresse de courriel suivante
:
crcgreffe@lr.ccomptes.fr.
Ce rapport d'observations définitives sera également transmis par la juridiction aux maires des
communes-
membres de l’établissement immédiatement après la présentation qui en sera faite à
l'organe délibérant de ce dernier. Ce document est présenté par le maire de chaque commune au plus
proche conseil municipal et donne lieu à un débat
.
André PEZZIARDI
Monsieur Philippe SAUREL
Président de Montpellier Méditerranée Métropole
50 Place Zeus - CS 39556
34961 MONTPELLIER CEDEX 2
1/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Rapport d
observations définitives
n° GR/16/1733 du 13 octobre 2016
COMMUNAUTÉ D
AGGLOMÉRATION DE MONTPELLIER
Exercices 2010 et suivants
S O M M A I R E
1.
Organisation de la collectivité et compétences exercées
...................................................
7
1.1.
Historique
........................................................................................................................
7
1.2.
Compétences exercées
...................................................................................................
8
2.
La fiabilité des comptes
.........................................................................................................
9
2.1.
Une information financière et budgétaire satisfaisante
.....................................................
9
2.2.
Une fiabilité des comptes perfectible
.............................................................................
10
2.2.1.
L’actif
.................................................................................................................
10
2.2.2.
Le suivi du patrimoine
........................................................................................
10
2.2.3.
La pratique du rattachement des charges à l’exercice
........................................
12
2.2.4.
Les immeubles productifs de revenus
................................................................
13
2.2.5.
Les restes à réaliser
...........................................................................................
14
2.2.6.
Une application du principe de prudence à améliorer
.........................................
16
3.
L’analyse financière
.............................................................................................................
17
3.1.
Les performances financières annuelles
........................................................................
19
3.1.1.
La capacité d’autofinancement brute
..................................................................
19
3.1.2.
Le financement des investissements
..................................................................
29
3.2.
La situation bilancielle
...................................................................................................
32
3.2.1.
Le stock de dettes
..............................................................................................
32
3.2.2.
La structure de la dette
......................................................................................
33
3.2.3.
Le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
............
34
3.3.
Risques financiers externes
...........................................................................................
36
3.3.1.
L’actionnariat
......................................................................................................
39
3.3.2.
Les partenaires majeurs subventionnés
.............................................................
41
3.3.3.
Les garanties d’emprunts des opérateurs HLM
..................................................
42
4.
Les ressources humaines
....................................................................................................
44
4.1.
L’évolution des effectifs au cours de la période
.............................................................
45
4.2.
Le temps de travail
........................................................................................................
48
4.2.1.
L’organisation du temps de travail
......................................................................
48
4.2.2.
L’absence au travail
...........................................................................................
55
4.3.
La gestion des ressources humaines
............................................................................
57
2/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
4.3.1.
L’existence d’une gestion prévisionnelle des emplois, effectifs et compétences
(GPEEC)
............................................................................................................
57
4.3.2.
L’évaluat
ion professionnelle
...............................................................................
57
4.3.3.
La gestion des carrières
.....................................................................................
58
4.4.
Les primes et indemnités
...............................................................................................
59
4.4.1.
Une prime de responsabilité au DGS sans délibération
.....................................
59
4.4.2.
Une prime annuelle sans base légale
.................................................................
59
4.4.3.
La nouvelle bonification indiciaire (NBI) largement accordée
.............................
61
4.5.
L’action sociale
..............................................................................................................
61
4.6.
L’évolution de la masse
salariale
...................................................................................
62
5.
Les frais de voyages, déplacements, missions et réceptions
...........................................
62
5.1.
Le cas particulier de Bos Voyages
.................................................................................
62
5.2.
Une gestion des frais de voyages, déplacements et mission des élus perfectible
..........
63
5.3.
Les mis
sions à l’international en 2012
...........................................................................
64
5.4.
Des frais de réception en progression constante
...........................................................
65
6.
Montpellier Unlimited
...........................................................................................................
65
6.1.
Le processus de création de « Montpellier Unlimited »
..................................................
65
6.2.
Les composantes du coût global de la marque
..............................................................
67
6.2.1.
Le périmètre d’analyse
.......................................................................................
67
6.2.2.
Le cadre contractuel
...........................................................................................
68
6.2.3.
L’identification des prestations relatives à la marque «
Montpellier Unlimited » .. 69
6.3.
Le chiffrage (évolutif) réalisé par la collectivité : de 718 000
€ à 2
564 000
TTC
.........
72
6.4.
Conclusion
....................................................................................................................
73
7.
Subventio
n
versée
à
l’Association
de
promotion
des
flux
touristiques
et
économiques (APFTE)
................................................................................................................
74
7.1.
La situation
....................................................................................................................
75
7.2.
Analyse aux plans comptable et budgétaire
..................................................................
75
7.2.1.
Une imputation comptable erronée
....................................................................
75
7.2.2.
Une information peu explicite
.............................................................................
76
7.2.3.
Des incohérences avec les comptes de l’APFTE
...............................................
77
7.3.
Analyse juridique
...........................................................................................................
79
7.3.1.
Le rappel de la réglementation applicable
..........................................................
79
7.3.2.
L’application au cas d’espèce
............................................................................
80
7.3.3.
Les risques encourus
.........................................................................................
82
7.3.4.
Conclusion
.........................................................................................................
83
8.
L’usine de méthanisation Amétyst
......................................................................................
84
8.1.
Historique
......................................................................................................................
84
8.1.1.
La co
nstruction de l’usine Amétyst
.....................................................................
85
8.1.2.
La conclusion de la première convention de DSP
..............................................
85
8.1.3.
La réception des travaux et le sinistre incendie du 13 septembre 2010
..............
86
8.2.
L’exécution d
e la DSP
...................................................................................................
87
8.2.1.
Le cadre contractuel initial
..................................................................................
87
8.2.2.
Les avenants
......................................................................................................
88
8.3.
Les
résultats d’exploitation
............................................................................................
90
8.4.
Le contrôle du délégataire par la CAM
...........................................................................
92
8.4.1.
Les moyens du contrôle
.....................................................................................
92
3/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
8.4.2.
Les rapports annuels du délégataire sur la période 2010-2014
..........................
93
8.4.3.
La cession des actions de la société délégataire
................................................
94
8.4.4.
La perte de la moitié du capital social de la société Amétyst
..............................
96
8.5.
La conclusion d’une nouvelle DSP
................................................................................
97
8.5.1.
La procédure de résiliation du premier contrat
...................................................
97
8.5.2.
La conclusion du nouveau contrat
......................................................................
99
8.6.
Bilan global : approche du coût de la méthanisation pour la CAM
...............................
103
8.6.1.
Le coût des travaux de construction
.................................................................
103
8.6.2.
Les coûts d’exécution du premier contrat
.........................................................
104
8.6.4.
Les projections du nouveau contrat
..................................................................
106
8.7.
Conclusion
..................................................................................................................
109
9.
Suivi des recommandations du précédent contrôle
........................................................
110
ANNEXES
...................................................................................................................................
116
GLOSSAIRE
...............................................................................................................................
137
4/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
SYNTHÈSE
Devenue au 1
er
janvier 2015 Montpellier Méditerranée Métropole, la communauté
d
agglomération de Montpellier (CAM), constituée de trente-et-une communes membres, exerçait
à cette date quatre compétences obligatoires, cinq compétences optionnelles et neuf compétences
facultatives.
Afin de parfaire la fiabilité de ses comptes, la métropole doit veiller au recensement
exhaustif de son patrimoine en collaboration avec le comptable, rectifier les anomalies encore
constatées dans la pratique du rattachement des charges à l
exercice et mieux prendre en compte
les risques financiers par une pratique systématique des provisions. Par ailleurs la méthode
retenue pour la comptabilisation des restes à réaliser d
emprunts ne permet pas de les justifier.
Enfin, la création du budget annexe transport en 2015, quoique tardive, doit permettre de
régulariser au plus vite les amortissements non encore pratiqués sur les investissements portés
par la CAM.
Avec une évolution des produits de gestion comparable à celle des charges de gestion
(+ 4 % de variation moyenne annuelle) et un excédent brut de fonctionnement équivalent, sur la
période, à 30 % de ces produits de gestion (près de 125
M€ en 2014), la situation financière de la
collectivité apparaît saine, malgré l
augmentation sensible des subventions de fonctionnement
versées (+ 20 %). Si le résultat financier est négatif et en augmentation de 18,7 à 26,9
M€ (en
2014), la capacité d
autofinancement brute s
est toutefois maintenue autour de 25 % des produits
de gestion.
En dépit d
une baisse sensible des dépenses d
équipement sur les deux derniers
exercices, le financement propre disponible n
en couvre qu
environ 60 %, de sorte que le besoin
de financement est demeuré constant sur la période.
Avec une capacité de désendettement proche de neuf ans et un encours de dette
représentant plus du double du montant annuel de ses produits de gestion, le niveau
d
endettement de la collectivité apparaît relativement important : il représentait, en 2014, plus de
2 000
€ par habitant.
Le fonds de roulement a progressé de 4,9
M€ à 13,4
M€ entre 2010 et 2014, ce qui,
associé à un besoin en fonds de roulement constamment négatif sur la période, permet de
conserver une trésorerie positive, de surcroît adossée à des crédits de trésorerie significatifs.
Néanmoins, un facteur de risque financier peut provenir des satellites. Si le stock de
garanties d
emprunt octroyées est généralement évalué autour de la moitié de la dette propre,
celui de la CAM atteint quasiment les 100 % en 2014.
Or, plusieurs des organismes bénéficiaires
de ces garanties connaissent une situation financière fragile.
En matière de ressources humaines, la collectivité doit s
attacher à fiabiliser les
données résultant de ses comptes administratifs et de ses rapports d
activité, notamment en
termes d
évolution de ses effectifs. L
instance décisionnelle doit en effet disposer de données
concordantes pour fonder ses choix budgétaires pour la gestion des effectifs et le pilotage de la
masse salariale.
Si les postes permanents représentent toujours la majorité des emplois, un glissement
est observé vers les emplois non permanents occupés par des non titulaires, dont le nombre
augmente. Au sein de la collectivité, le temps de travail effectif (1 520 h/an) apparaît inférieur à la
durée légale de 1 607 h/an. Le taux d
absentéisme a progressé, représentant un coût évalué
5/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
autour de 4,9
M€ par an. Le recours aux heures supplémentaires demeure important
, ce qui
pourrait justifier une réflexion sur l
annualisation du temps de travail, d
autant que la masse
salariale progresse d
environ 3,5 % par an.
En revanche, le régime indemnitaire, la gestion prévisionnelle des emplois, l
attribution
des logements et l
évaluation professionnelle n
appellent pas d
observations.
La chambre a chiffré le coût global du développement de la marque ombrelle
« Montpellier Unlimited » à plus de 2,6
M€, en cohérence avec les estimations finales produites
par les services de la collectivité. Ce coût significatif, associé aux objectifs d
une telle marque
économique, interroge, malgré les justifications avancées par la collectivité, sur l
opportunité d
y
mettre un terme vingt mois seulement après son lancement alors que la collectivité disposait d
un
droit de propriété de dix ans et en l
absence d
outil d
évaluation des résultats escomptés.
Sur les subventions versées à l
Association de promotion des flux touristiques et
économiques (APFTE), la chambre retient l
existence d
un risque financier et juridique procédant
de leur incompatibilité potentielle avec la réglementation européenne sur les « aides d
État ». Le
principe de prudence commande de notifier préalablement à la Commission européenne tout
nouveau projet de versement d
une subvention de fonctionnement à l
APFTE.
Enfin, suite à la conclusion d
une nouvelle délégation de service public (DSP) en 2014
concernant l
usine de traitement des déchets par méthanisation Amétyst, la chambre a examiné
les résultats d
exploitation du premier contrat ainsi que les conditions de déroulement de la
nouvelle procédure d
appel d
offres.
Il en ressort qu
au terme de la précédente DSP, la méthanisation n
a pas produit les
résultats escomptés, sous l
effet conjugué d
un processus technique encore mal maîtrisé, d
erreurs
de conception et de construction qui ont affecté la capacité de traitement de l
usine, d
un choix
d
implantation en zone urbanisée générateur de fortes contraintes techniques ainsi que du sinistre
incendie survenu en septembre 2010.
La réception finale des travaux, intervenue en mars 2012 (soit près de quatre ans
après la mise en service), a fixé le coût total de construction de l
usine à plus de 105
M€
TTC.
Ajouté aux incidences financières des nombreux avenants (dix au total), ainsi qu
au coût
supplémentaire de résiliation du premier contrat (4,7
M€), ce mode de valorisati
on des déchets
ménagers aura, au final, pesé beaucoup plus lourdement que prévu sur les finances de la
collectivité. En effet, le coût global de la méthanisation des déchets ménagers résiduels ressort,
selon la chambre, à 163
TTC par tonne traitée.
En dépit des améliorations escomptées du nouveau contrat (notamment en termes de
bilan matière et d
optimisation du taux de refus), les limites intrinsèques à cette technique auraient
mérité, lors de la nouvelle procédure d
appel d
offres, un débat plus complet devant l
assemblée
délibérante notamment sur l
exhaustivité des coûts à prendre en compte (en particulier les charges
d
amortissement de l
usine et les frais de traitement des refus). La procédure d
appel d
offres
n
appelle en revanche aucune observation.
6/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
RECOMMANDATIONS
1.
Améliorer la fiabilité des comptes par la régularisation des amortissements qui
auraient dû être pratiqués sur les investissements désormais rattachés au budget annexe des
transports.
Non mise en œuvre.
2.
Parfaire la fiabilité des comptes en assurant le recensement exhaustif et
contradictoire des éléments constitutifs du patrimoine afin d’être en mesure de produire, en
collaboration avec le comptable, des documents concordants, ainsi qu’en prenant en compte les
risques par une pratique plus systématique des provisions.
Non mise en œuvre.
3.
Fiabiliser le suivi et l’enregistrement comptable des restes à réaliser d’emprunts.
Non mise en œuvre.
4.
Formaliser
la politique globale de recrutement afin d’en faire un réel levier de
maîtrise des coûts.
Non mise en œuvre.
5.
Afin de se conformer aux dispositions légales sur le temps de travail, reconsidérer
notamment les jours supplémentaires de permanence et engager une réflexion permettant de
compléter cette démarche par d’autres mesures correctrices.
Non mise en œuvre.
6.
Engager une réflexion sur les moyens d’optimiser la gestion du temps de travai
l
des personnels, particulièrement dans les services à activités saisonnières ou fortement variables,
notamment par une annualisation de leur temps de travail.
Non mise en œuvre.
7.
Analyser les causes de l’absentéisme du personnel afin d’élaborer un plan en vue
de sa limitation.
Non mise en œuvre.
8.
Améliorer le suivi global de l’évolution des effectifs en fiabilisant les données
comparées des comptes administratifs et rapports d’activité.
Non mise en œuvre.
9.
Mettre en cohérence la politique d’avancement automatique des agents à la durée
minimum et la nécessité de disposer de leviers d’action au regard de l’évolution de la masse
salariale.
Non mise en œuvre
.
10.
Notifier préalablement à la Commission européenne tout nouveau projet de
versement d’une subvention à l’APFTE et convenir avec celle
-
ci, qui bénéficie d’une subvention
annuelle d’environ 400
000
€, d’une évaluation do
cumentée des retombées économiques de ses
actions de promotion
.
Non mise en œuvre.
11.
Exiger du délégataire de l’usine de traitement des déchets qu’il produise des
rapports d’activité enrichis (notamment par la mention du coût à la tonne et une présentation pluri
annuelle des données), en respectant une permanence de présentation conforme aux stipulations
contractuelles.
Non mise en œuvre.
7/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Aux termes de l
article L. 211-8 du code des juridictions financières « l
examen de la
gestion porte sur la régularité des actes de gestion, sur l
’économie des moyens mis en œuvre et
sur l
évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par l
assemblée délibérante ou
par l
organe délibérant. L
opportunité de ces objectifs ne peut faire l
objet d
observations ».
La chambre régionale des comptes a examiné la gestion communauté d
agglomération
de Montpellier pour les exercices 2010 et suivants.
L
examen de la gestion de communauté d
agglomération de Montpellier (CAM)
a été
ouvert le 9 avril 2015 par lettre du président de la chambre adressée à M. Philippe Saurel,
ordonnateur en fonction. Un courrier a également été adressé le 9 avril 2015 à M. Jean-Pierre
Moure, précédent ordonnateur.
En application de l
article L. 243-1 du code des juridictions financières, les entretiens
préalables ont eu lieu les 3 et 17 décembre 2015.
Lors de sa séance du 28 janvier 2016, la chambre a arrêté des observations
provisoires qui ont été transmises à M. Philippe Saurel. M. Jean-Pierre Moure, en qualité
d
ordonnateur précédent, en a également été destinataire pour la partie afférente à sa gestion.
Des extraits les concernant ont été adressés aux tiers.
Après avoir examiné les réponses reçues, la chambre, dans sa séance du 7 juillet
2016, a arrêté les observations définitives présentées ci-après.
1.
ORGANISATION DE LA COLLECTIVITE ET COMPETENCES EXERCEES
Suite au dernier recensement, la population de la seule ville de Montpellier s
élevait, au
1
er
janvier 2015, à 272 345 habitants. Sa croissance démographique demeure l
une des plus
élevées de France. La CAM, pour sa part, comptait 434 309 habitants
1
en 2014.
1.1.
Historique
Le 1
er
août 2001, le district de Montpellier, composé de 15 communes, a choisi de se
transformer en communauté d
agglomération, les conditions de constitution d
un tel établissement
public de coopération intercommunal (EPCI) étant remplies. Le périmètre du territoire
intercommunal a été étendu à 38 communes par arrêté préfectoral du 26 décembre 2001, puis
réduit à 32 communes par un nouvel arrêté du 1
er
janvier 2004 et enfin à 31 (arrêté du 1
er
janvier
2005) suite à la sortie de la commune de Palavas-les-Flots, privant la CAM d
une grande partie de
sa façade littorale.
1
Donnée issue de www.collectivités-locales.gouv.fr.
8/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Par adoption au conseil d
agglomération du 24 octobre 2014, l
agglomération de
Montpellier est devenue Montpellier Méditerranée Métropole au 1
er
janvier 2015, regroupant 92
élus pour représenter les 31 communes-membres
2
.
Le présent examen de gestion porte exclusivement sur la CAM, de sorte que les
conditions et incidences de sa transformation en métropole, tenant compte notamment des
nouvelles compétences qui lui ont été ou lui seront transférées, n
ont pas été examinées.
1.2.
Compétences exercées
Aux termes de l
article L. 5216-5 du code général des collectivités territoriales (CGCT),
les communautés d
agglomération exercent, en lieu et place des communes-membres, des
compétences obligatoires
3
, optionnelles (en l
espèce notamment la lutte contre la pollution de l
air
et les nuisances sonores, le soutien aux actions de maîtrise de la demande d
énergie, ainsi que
l
élimination et la valorisation des déchets ménagers) et facultatives, dont :
- les activités funéraires, notamment la gestion du crématorium ;
- l
étude et la réalisation de toutes opérations et travaux susceptibles de favoriser le
développement de l
agglomération de Montpellier ;
- la fourrière des animaux errants ;
- les travaux d
aménagement hydraulique en faveur de la lutte contre les inondations
dans la basse vallée du Lez et dans la vallée de la Mosson ;
- l
étude générale en vue de l
élaboration d
un schéma global de lutte contre les
inondations dans les secteurs habités des zones urbanisées ;
- l
animation et les études d
’intérêt général pour la mise en œuvre des plans d’
action
du schéma d
aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Lez-Mosson-étangs palavasiens et du
programme d
actions de prévention des inondations (PAPI) à l
échelle du bassin versant Lez-
Mosson-étangs palavasiens ;
- diverses compétences exercées à l
échelle du bassin versant ou de la zone humide
de l
étang de l
Or (études sur la politique globale de l
eau, plans d
action de prévention contre les
inondations, actions de conservation de la biodiversité, gestion, fonctionnement et entretien des
ouvrages hydrauliques départementaux, etc.) ;
- le développement et la gestion des réseaux d
acheminement de l
eau brute du Bas-
Rhône et du Languedoc ;
- l
établissement et l
exploitation de nouveaux réseaux à très haut débit ; l
étude sur la
définition d
’une stratégie en vue de la mise en œuvre d’
une politique de développement des
télécommunications à très haut débit à l
échelle communautaire, chaque commune-membre
restant compétente pour toute étude relative au développement du très haut débit sur son territoire
propre (depuis le 1
er
juin 2010).
2
Baillargues, Beaulieu, Castelnau-le-Lez, Castries, Clapiers, Cournonsec, Cournonterral, Le Crès, Fabrègues, Grabels, Jacou,
Juvignac, Lattes, Lavérune, Montaud, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Murviel-lès-Montpellier, Pérols, Pignan, Prades-le-Lez,
Restinclières, St-Brès, St-Drézéry, St-Génies-des-Mourgues, St-Georges-d
Orques, St-Jean-de-Védas, Saussan, Sussargues,
Vendargues, Villeneuve-les-Maguelone.
3
La CAM exerce les quatre compétences obligatoires définies par le législateur, à savoir le développement économique,
l
aménagement de l
espace communautaire, l
équilibre social de l
habitat et la politique de la ville. L
intérêt communautaire
concernant ces quatre compétences a été défini par une délibération n° 4846 du conseil de communauté du 18 septembre 2002.
9/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
En outre, le législateur a subordonné l
exercice de ces compétences à la définition de
« l
intérêt communautaire ». Cette notion consacrée par la loi dite « Chevènement »
4
, a été définie
par une circulaire du ministère de l
intérieur du 5 juillet 2001 comme « la ligne de partage au sein
d
une compétence entre les domaines d
action transférés à la communauté et ceux qui demeurent
au niveau communal ».
Sur l
ensemble de la période de contrôle, les compétences facultatives exercées par la
CAM n
ont pas évolué. Seule l
extension d
une compétence transférée a été réalisée en 2012 (les
travaux d
aménagement hydraulique ci-après précisés), ce qui explique l
absence de commission
locale d
évaluation des charges transférées (CLECT) et de modification de l
attribution de
compensation.
Pour assurer l
exercice de ces compétences, les organigrammes en vigueur sous la
présidence de M. Jean-Pierre Moure n
ont que peu évolué sous la présidence de M. Philippe
Saurel.
2.
LA FIABILITE DES COMPTES
L
appréciation de la qualité de l
information financière et comptable permet
d
appréhender la sincérité budgétaire et la régularité comptable. Elle est le complément nécessaire
à une démarche de contrôle interne.
2.1.
Une information financière et budgétaire satisfaisante
Même s
il n
emporte aucune décision formelle, le DOB est un élément essentiel de
cadrage du futur budget primitif (BP) et d
information tant de l
assemblée délibérante que du
public. Les documents portant débat d
orientation budgétaire (DOB) ont été produits pour chacune
des années sous contrôle. Globalement, leur présentation n
appelle aucune observation.
Le taux d
exécution budgétaire de la CAM sur la période souligne la fiabilité des
données soumises au vote.
Source : données CAM
Les annexes doivent permettre d
apporter une information complémentaire sur des
éléments substantiels du bilan et du « hors bilan » (engagements reçus ou donnés envers des
tiers). Concernant la CAM, globalement, la qualité de ces informations ne fait pas défaut (à
l
exception de l
observation développée infra concernant l
identification de l
Association de
promotion des flux touristiques et économiques (APFTE) comme bénéficiaire de subventions.
4
Loi n° 99-586 du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale.
Taux d'exécution
budgétaire
2010
2011
2012
2013
2014
Dépenses
77%
85%
68%
71%
84%
Recettes
74%
85%
67%
71%
80%
Dépenses
98%
96%
97%
97%
97%
Recettes
103%
101%
101%
102%
103%
Investissement
Fonctionnement
10/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Dans les engagements hors bilan du compte administratif, la CAM a régulièrement fait
le suivi des autorisations de programmes (AP) et crédits de paiements (CP).
Sur ce point, la CAM produit une information budgétaire et comptable justifiant aux
exigences de transparence.
Un tempérament à ce constat positif peut cependant être trouvé dans l
absence de
mention dans les DOB des données résultant des plans pluriannuels d
investissements (PPI), alors
que ceux-ci sont élaborés avec précision par la CAM. Dès lors que les données de ces plans
constituent un outil de pilotage autorisant une vision pluriannuelle des investissements, elles
pourraient permettre d
enrichir utilement les DOB.
2.2.
Une fiabilité des comptes perfectible
2.2.1.
L
actif
L
indice de qualité comptable est noté en 2014 à 17,2/20 par la direction générale des
finances publiques, indice stable sur la période et équivalent au résultat national. Malgré cela, le
suivi de la gestion patrimoniale demeure perfectible. En effet, l
efficience de celui-ci repose sur la
concordance entre l
inventaire établi par l
ordonnateur et l
état de l
actif tenu par le comptable. En
l
espèce, si la CAM a produit un inventaire arrêté au 31 décembre 2014 très volumineux (1 983
pages), elle a indiqué que l
état de l
actif à cette même date serait déposé prochainement par le
comptable. Toutefois, ce dernier a répondu qu
« un travail de fond était en cours afin d
intégrer les
inventaires de la CAM dans Hélios ». Pour lui cependant : « l
intégration des opérations
d
investissements dans l
état de l
actif Hélios constitue jusqu
à maintenant un point de blocage
(
) ». Aucune explication complémentaire n
a été produite sur la nature de ce « blocage ».
Cette situation est préjudiciable à la sincérité de l
évaluation du patrimoine de la CAM.
Or, une correcte évaluation de ses actifs conditionne la gestion dynamique de son patrimoine et,
de fait, la programmation de ses investissements.
2.2.2.
Le suivi du patrimoine
Le détail du rapport 2014 sur l
indice de qualité comptable précise que l
intégration des
immobilisations et les écritures de mise à disposition d
un bien demeurent perfectibles dans la
mesure où :
- l
intégration des constructions au patrimoine de la CAM ne passe pas toujours dans
un délai raisonnable (moins de trois ans) à leurs comptes définitifs ;
- les transferts patrimoniaux entre une commune et le groupement, résultant de la
dissolution du SIVOM
5
, n
ont pas été régulièrement réalisés dans l
année de celle-ci.
La CAM a indiqué qu
elle s
attacherait à régulariser les transferts d
actif résultant de la
dissolution de ce SIVOM.
5
L
opération à l
origine de l
anomalie comptable renvoie au transfert de compétences suite à la dissolution du SIVOM (par arrêté
préfectoral du 31/12/2012), avec transfert de l
actif et du passif aux communes-membres (réalisé courant 2013) et transfert de la
gestion du centre d
enfouissement des déchets sur la commune de Pignan à la CAM (opérations de dévolution réalisées fin 2014).
11/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Par ailleurs, tout en précisant s
attacher à transférer les écritures comptables des
comptes 23 aux comptes 21, la CAM a reconnu que le solde des comptes 23 demeurait important
(1 395 057 379
€ en 2014). Elle
l
a expliqué par des difficultés rencontrées dans le transfert des
travaux de réalisation des lignes de tramway et les contraintes de suivi en résultant dans Hélios
6
.
En effet, après achèvement, les immobilisations doivent passer du compte 2318 « Autres
immobilisations corporelles » à plusieurs comptes définitifs (2111 « Terrains nus », 21538 « Autres
réseaux », etc.) et non au compte 218 « Autres immobilisations corporelles ». Le problème
rencontré par la CAM et le trésorier proviendrait du blocage du logiciel de gestion des
immobilisations qui ne permet pas une telle ventilation.
Selon la collectivité, la création du budget annexe transports et les transferts d
actifs
subséquents devraient permettre de résoudre ces difficultés. En effet, la transformation en
métropole au 1
er
janvier 2015 a été l
occasion de constituer un budget annexe transports
permettant désormais d
isoler la dette liée aux transports urbains (511,2
M€ au 1
er
janvier 2015),
hors transports scolaires et voirie. Ce budget a été bâti en intégrant les dépenses afférentes à
cette compétence transports (contribution financière du délégataire, avances sur travaux,
dépenses d
accessibilité, acquisition de matériel, masse salariale) et les recettes de transport, les
subventions liées au tramway et une subvention d
équilibre du budget principal. La CAM reste en
attente d
une réponse du trésorier sur les modalités d
étalement ou de transfert à la section
d
investissement des subventions d
équipement inscrites en section de fonctionnement.
Sur ce point, il convient de rappeler qu
aux termes de l
instruction budgétaire et
comptable M14
7
, l
équilibre des services publics industriels et commerciaux s
obtient par leurs
recettes d
exploitation, de sorte que : « la connaissance du coût du service, indispensable pour
fixer le niveau de la redevance qui les finance, nécessite l
individualisation de leurs dépenses et de
leurs recettes dans un budget distinct (article L. 2224-1 du CGCT) et équilibré. Les services
publics de nature industrielle et commerciale doivent en conséquence disposer d
un budget
particulier
(…) et appliquent, à raison de leur qualification, (…) l’
un des plans comptables
spécifiques à certains secteurs d
activité
: (…) M43 pour les services de transport
».
Au regard de ces dispositions, la chambre relève le caractère tardif de la création de ce
budget annexe dédié aux transports.
De surcroît, dès lors que les investissements en ce domaine sont portés par la CAM, le
maintien prolongé dans son compte 23 d
une partie substantielle de ces derniers interdit une
pratique régulière des amortissements. La fiabilité de ses comptes s
en trouve nécessairement
amoindrie.
Par ailleurs, l
attribution par la collectivité de subventions au délégataire désigné
8
pour
la période 2010-2017 demeure importante, comme l
illustre le tableau ci-après produit par la CAM.
6
Hélios est le nom donné à l
application informatique de gestion comptable et financière des collectivités locales et des établissements
publics locaux, mise à la disposition des comptables de la direction générale des finances publiques.
7
Tome 3, titre 3, point 2.4.
8
Il s’agit du
groupement d
entreprises (GME) constitué de Transdev et de la TAM, cette dernière demeurant la structure pilote et le
partenaire direct de la CAM puisqu
elle détient 37,79 % de son capital.
12/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Source : données issues des fichiers de mandats et des réponses de la CAM
Entre 2010 et 2014, la part des subventions de la CAM sur les produits d
exploitation
du GME s
établissait autour de 60 %. Si les subventions versées ont augmenté de 30 % sur la
période, les produits des ventes de titres ont progressé dans les mêmes proportions.
L
augmentation des subventions n
apparait donc pas comme le palliatif d
une dégradation des
recettes de billetterie.
Selon la collectivité, l
augmentation de sa subvention forfaitaire d
exploitation résulte
des révisions contractuelles annuelles tenant compte de l
évolution de l
offre commerciale du
délégataire. Elle fait aussi observer que ces conditions financières peuvent être révisées par
avenant afin de prendre en compte l
évolution des conditions d
exécution du contrat.
Quant à la « compensation tarifs sociaux et scolaires », la CAM indique qu
étant
directement corrélée aux ventes de tickets bénéficiant de tarifs sociaux, son augmentation
s
explique par la hausse de ces ventes résultant essentiellement de l
élargissement de l
offre et
des difficultés économiques.
Recommandation
1.
Améliorer la fiabilité des comptes par la régularisation des amortissements
qui auraient dû être pratiqués sur les investissements désormais rattachés au budget
annexe des transports.
N
on mise en œuvre
.
2.2.3.
La pratique du rattachement des charges à l
exercice
Concernant les charges rattachées, le tableau ci-après compare
les données des
comptes de gestion et celles des comptes administratifs.
Comptes de la TAM
2010
2011
2012
2013
2014
Evolution
2010-2014
Subventions (tri des mandats par l'équipe)
47 087 384 €
46 421 245 €
50 887 923 €
56 010 526 €
57 434 891 €
22%
Subventions forfaitaires d'exploitation
32 446 000 €
34 459 000 €
37 209 000 €
40 813 000 €
42 221 000 €
30%
Taxes au réel
2 701 000 €
2 253 000 €
2 361 000 €
2 545 000 €
2 385 000 €
-12%
Compensation tarifs sociaux et scolaires
9 617 000 €
10 773 000 €
11 761 000 €
12 776 000 €
13 595 000 €
41%
Indemnisations tarifaires
497 000 €
782 000 €
188 000 €
NA
Sous-total
44 764 000 €
47 485 000 €
51 828 000 €
56 916 000 €
58 389 000 €
30%
Ventes de titres de transport (GME)
28 173 000 €
29 981 000 €
33 165 000 €
35 707 000 €
35 527 000 €
26%
Recettes publicitaires
226 000 €
180 000 €
195 000 €
184 000 €
207 000 €
-8%
Vélomagg'
94 000 €
108 000 €
155 000 €
156 000 €
157 000 €
67%
Parcs relais et pôles d'échange
247 000 €
247 000 €
371 000 €
385 000 €
434 000 €
76%
Autres recettes
1 152 000 €
2 005 000 €
2 312 000 €
2 787 000 €
3 789 000 €
229%
Autres produits d'exploitation
2 029 000 €
3 379 000 €
1 676 000 €
115 000 €
-
1 600 000 €
-21%
TOTAL
76 685 000 €
83 385 000 €
89 702 000 €
96 020 000 €
100 103 000 €
31%
Subventions (tri mandats)/total
61%
56%
57%
58%
57%
Subevntions forfaitaires/total
58%
57%
58%
59%
58%
13/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Si quelques discordances subsistent entre les deux comptes, elles ne sont pas
significatives.
La chambre recommande en revanche à la CAM de modifier la présentation des
tableaux III
A de ses comptes administratifs en y faisant apparaître le montant des ICNE
rattachés au titre de l
exercice, afin que le total mentionné au bas de la colonne « Charges
rattachées » corresponde à l
addition des lignes de celle-ci.
Il convient également de signaler le paiement de quelques factures émises au titre
d
exercices antérieurs. Si cela reste sans conséquence eu égard aux montants des sommes
engagées, le principe de l
indépendance des exercices budgétaires impose un rattachement
exhaustif des dépenses consommées au titre d
un exercice et,
a fortiori
, l
obligation de payer les
factures reçues au cours d
un exercice au plus tard à la clôture de celui-ci.
Certaines demandes de remboursements de frais de déplacements sont également
tardives.
2.2.4.
Les immeubles productifs de revenus
Concernant les immeubles productifs de revenus, l
article R. 2321-1 du CGCT précise
que ceux-ci doivent être amortis
9
et que cette dépense est obligatoire
10
. Parallèlement, chaque
immobilisation répertoriée à l
état de l
actif et à l
inventaire doit mentionner sa valeur d
origine ou
historique, le montant cumulé des amortissements et sa valeur nette comptable.
Or, l
inventaire de la CAM au 31 décembre 2014 a fait ressortir qu
aucun des
immeubles concernés (immeubles de rapport pour 14
M€ et immeubles de rapport sur sol d’
autrui
pour 1,2
M€), entrés au patrimoine à compter du 31 décembre 1999, n’
était amorti. Seuls les
travaux réalisés sur ces bâtiments l
ont été pour un montant de moins de 58 000
€.
En cours d
instruction, la collectivité a reconnu cette anomalie en précisant que « la
métropole va s
attacher à régulariser ces amortissements dans le cadre d
une évaluation globale
des amortissements réalisés ».
9
Sauf si ces immeubles sont dédiés à l
usage du public ou à l
exécution d
un service public administratif (cf. circulaire comptable M14).
10
Compte 2132 « Immeubles de rapport » et compte 2142 « Constructions sur sol d
autrui - Immeubles de rapport ».
CHARGES RATTACHEES A L'EXERCICE
2010
2011
2012
2013
2014
408 - Fournisseurs factures non parvenues
7 885 419,96 €
7 002 512,10 €
10 953 709,53 €
7 807 866,89 €
4 271 658,84 €
4486 - Autres charges à payer
110 729,20 €
30 194,98 €
2 662 806,27 €
1 024 657,43 €
659 867,38 €
4286 - Personnel autres charges à payer
16 450,00 €
-
502,16 €
66 017,45 €
70 000,00 €
4386 - Sécurité sociale autres charges à payer
-
-
130 731,52 €
7 112,80 €
743,82 €
4686 - Débiteurs divers charges à payer
86 395,38 €
213 426,93 €
91 531,36 €
1 195 576,02 €
1 144 552,88 €
TOTAL
8 098 994,54 €
7 246 134,01 €
13 839 280,84 €
10 101 230,59 €
6 146 822,92 €
Rappel total charges de gestion
247 986 017,12 €
248 190 651,58 €
273 204 117,15 €
280 924 114,03 €
290 122 278,80 €
Taux de charges rattachées
3%
3%
5%
4%
2%
Compte administratif - III A
2010
2011
2012
2013
2014
Dépenses
8 098 994,54 €
7 246 134,01 €
22 042 002,15 €
17 824 839,41 €
13 766 874,88 €
déduction des ICNE inclus dans le total
-
-
8 151 224,46 €
7 864 428,82 €
7 620 051,96 €
Total net charges rattachées (hors ICNE)
8 098 994,54 €
7 246 134,01 €
13 890 777,69 €
9 960 410,59 €
6 146 822,92 €
14/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
2.2.5.
Les restes à réaliser
Aux termes de l
article R. 2311-11 du CGCT, les restes à réaliser correspondent :
- en section d
investissement, aux dépenses engagées non mandatées et aux recettes
certaines n
ayant pas donné lieu à l
émission d
un titre ;
- en section de fonctionnement, aux dépenses engagées non mandatées et non
rattachées, ainsi qu
aux recettes certaines n
ayant pas donné lieu à l
émission d
un titre et non
rattachées.
Dès lors que ces restes à réaliser en dépenses et en recettes sont pris en compte dans
la détermination du résultat du compte administratif, ils doivent être établis de manière sincère en
s
appuyant sur la comptabilité d
engagement de la collectivité.
En pratique, l
ordonnateur établit un état détaillé des dépenses engagées non
mandatées pour justifier le solde d
exécution de chaque section. Un exemplaire est adressé au
comptable pour permettre l
exécution des dépenses et recettes. La justification des restes à
réaliser permet de déterminer le niveau réel de déficit de la collectivité et de mesurer le niveau des
engagements juridiques pesant sur le nouveau budget.
Pour la CAM, sur la période, les restes à réaliser se présentent comme suit :
Source : données issues des comptes administratifs
Classiquement, les restes à réaliser ne sont proportionnellement significatifs qu
en
section d
investissement, particulièrement au titre de l
exercice 2013 où ils représentaient plus de
13 % des dépenses et près de 19 % des recettes réalisées.
Le comptable a été invité à justifier de la réalité des recettes attendues pour cette
section et de l
émission effective des titres correspondants.
Il ressort de sa réponse qu
à l
exception des recettes hors emprunt pour 2013, les
inscriptions de restes à réaliser en recettes d
investissement constatées aux comptes
administratifs ne sont pas suivies de l
émission des titres correspondants.
2010
2011
2012
2013
2014
Fonctionnement
241 250 €
221 650 €
1 055 083 €
1 444 972 €
592 833 €
Investissement
35 381 571 €
37 988 165 €
30 588 386 €
36 350 562 €
23 098 743 €
Fonctionnement
-
-
-
-
-
Investissement
35 404 222 €
38 051 628 €
30 662 214 €
36 353 852 €
23 099 033 €
RAR dépenses-recettes
Investissement
22 651 €
-
63 463 €
-
73 828 €
-
3 290 €
-
290 €
-
Fonctionnement
0,1%
0,1%
0,3%
0,4%
0,1%
Investissement
6,9%
7,2%
6,8%
13,1%
6,3%
Fonctionnement
0,0%
0,0%
0,0%
0,0%
0,0%
Investissement
6,9%
7,2%
7,9%
18,8%
7,9%
Poids rec à réaliser / rec
réalisées
Montants des restes à réaliser
Restes à réaliser
en dépenses
Restes à réaliser
en recettes
Poids dép à réaliser /
dép réalisées
2010
2011
2012
2013
2014
4 000 €
13 122 €
5 200 €
60 915 €
60 915 €
61 000 €
302 124 €
24 939 307 €
18 005 573 €
17 936 977 €
17 068 991 €
50 010 €
672 018 €
269 036 €
2 404 661 €
319 898 €
10 400 000 €
19 300 000 €
12 390 000 €
16 880 000 €
22 427 000 €
Détails des recettes à réaliser
Logement
Aménag et services urbains,
Action économique
Dettes et autres op° financières
Culture
Sport et jeunesse
15/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Le trésorier a précisé : « les emprunts n
étant pas affectés, les titres émis en N+1 ne
peuvent coïncider avec les sommes inscrites en restes à réaliser de l
exercice N. Les titres
identifiés relatifs aux emprunts ont été inscrits dans le tableau mais il n
y a pas de lien entre la
prévision et l
émission ».
Cette explication témoigne, d
une part, de l
impossibilité de valider la juste inscription
de ces recettes en restes à réaliser et, d
autre part, de l
absence d
incitation du comptable à
l
ordonnateur à remédier à cette difficulté.
Sollicités sur ce point, les services financiers de la collectivité ont produit les tableaux
ci-après.
Source : CAM
Il ressort de ces tableaux les deux observations suivantes :
Concernant les restes à réaliser en recettes d
investissement hors emprunts
L
écart entre les titres émis en N+1, afférents à l
exercice N, et les RAR inscrits à la
clôture de celui-ci, était significatif de 2010 à 2012 (entre 17 et 22
M€). C
e constat confirme qu
à
due concurrence de cet écart, l
inscription des RAR était contestable puisqu
elle n
a pas donné lieu
à l
émission d
un titre au cours de l
exercice suivant.
La CAM s
en est expliquée en faisant valoir le report sur plusieurs années de
l
encaissement effectif de certaines recettes (récupération de la TVA relative à la construction de
l
unité de méthanisation, subvention du conseil départemental pour la ligne 3 du tramway et soldes
de subventions de l
ADEME et du FEDER par exemple).
Pour autant, ces éléments ne sont pas de nature à justifier de la correcte inscription
des RAR correspondants. En effet, dès lors qu
un doute subsiste sur la possibilité d
émettre le titre
concerné au cours de l
exercice suivant, le principe de prudence commande de ne pas inscrire en
RAR la recette en cause puisque celle-ci est prise en compte dans le résultat de l
année N.
16/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Concernant les restes à réaliser en recettes d
emprunt
Corroborant l
explication fournie par le trésorier, la CAM a mentionné dans le second
tableau la totalité des titres de recettes d
emprunts émis au cours de l
exercice N+1. Elle reconnaît
n
être pas en mesure d
identifier ceux qui correspondent aux RAR inscrits à la clôture de l
exercice
précédent. Dans ces conditions, l
inscription de ces derniers apparaît également contestable.
La CAM a indiqué : « Concernant les titres sur emprunts, les reports de recettes
d
emprunt sont largement couverts par les enveloppes disponibles contractualisées auprès
d
’établissements bancaires (…). Le
montant des titres émis chaque année est supérieur au
montant des emprunts reportés. Il correspond au besoin relatif aux crédits de l
année et aux crédits
reportés ». Ces explications, corrélées avec le tableau ci-après comparant le total des RAR
d
investissement en dépenses et en recettes (qui démontre leur quasi-équilibre sur la période),
confirment que la CAM utilise ces RAR comme une recette d
ajustement.
Source : données issues des comptes administratifs
Cet argumentaire ne suffit pas à valider la comptabilisation de ces RAR sauf à
considérer que la collectivité serait fondée à inscrire, à la clôture d
un exercice, autant de RAR que
souhaités dans la limite de sa capacité d
emprunt de l
exercice suivant. Les RAR ne peuvent pas
être utilisés comme un levier d
ajustement du résultat, mais doivent être strictement comptabilisés
conformément aux dispositions rappelées ci-dessus. En conséquence, si le contrat d
emprunt a
été signé au cours de l
année N mais que le titre correspondant n
a pas été émis à la clôture de
l
exercice, il doit être inscrit en totalité en RAR et non pas seulement à concurrence du montant
des dépenses restants à réaliser (étant observé que si l
emprunt a été souscrit, c
est
nécessairement pour couvrir un besoin de financement identifié puisqu
il ne peut pas être
contracté à des fins d
équilibre budgétaire).
2.2.6.
Une application du principe de prudence à améliorer
La constatation de provisions est une obligation résultant du principe comptable de
prudence. De plus, aux termes de l
article L. 2321-2 du CGCT, certaines dotations aux provisions
constituent des dépenses obligatoires.
En l
espèce, dans la comptabilité de la CAM, les comptes 4161 et 49 ne sont pas
mouvementés. Quant au compte 15 (provisions pour risques et charges), qui enregistre les
provisions destinées à couvrir des risques et charges nettement précisées quant à leur objet et
que des évènements survenus ou en cours rendent probables, il n
est mouvementé que pour les
seules garanties d
emprunts accordées par la CAM.
Ces constats sont le signe d
une fiabilité perfectible des comptes, ce que l
indice de
qualité comptable souligne chaque année, considérant la qualité du provisionnement et du suivi
des créances douteuses comme insuffisant.
La CAM s
est expliquée sur ses pratiques de provisions pour risques contentieux en
indiquant que, logiquement, les recours sans demande indemnitaire n
étaient pas provisionnés,
tandis que les contentieux des expropriations (chantiers de tramway et lutte contre les inondations
Montants des RAR
en investissement
2010
2011
2012
2013
2014
En dépenses
35 381 571 €
37 988 165 €
30 588 386 €
36 350 562 €
23 098 743 €
En recettes
35 404 222 €
38 051 628 €
30 662 214 €
36 353 852 €
23 099 033 €
Dépenses-recettes
22 651 €
-
63 463 €
-
73 828 €
-
3 290 €
-
290 €
-
17/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
notamment) faisaient l
objet d
une consignation auprès de la caisse des dépôts et consignations.
Pour les autres dossiers, l
estimation de l
issue finale et, de fait, l
évaluation des sommes à
provisionner, restent aléatoires.
Malgré tout, conformément aux dispositions légales, une provision
a minima
dès le
début de la procédure reste nécessaire, ne serait-ce que pour couvrir les frais de celle-ci.
La collectivité a indiqué que, suite aux observations provisoires de la chambre, elle
avait constitué une provision
a minima
de 200
k€
, puis tenu compte de ses préconisations dans le
cadre de son budget 2016, au titre des provisions pour risques de créances douteuses et
contentieux.
Par ailleurs, lorsque la créance douteuse devient irrécouvrable, elle doit être transférée
au compte 654 « Créances irrécouvrables » et, parallèlement, le comptable doit solliciter son
admission en non-valeur. Dans le cas de la CAM, le comptable a estimé que « les règles
appliquées en matière d
admission en non-valeur ne permettent pas de couvrir les dépréciations
des comptes de redevables ». En effet, en l
absence de dotation aux provisions, des sommes sont
inscrites au budget afin de couvrir les dossiers présentés en non-valeur, mais « elles sont sans lien
avec la réalité des dossiers. De fait en 2013 et 2014, les demandes d
admission présentées sont
restées sans réponse »
11
.
Recommandations
2.
Parfaire la fiabilité des comptes en assurant le recensement exhaustif et
contradictoire des éléments constitutifs du patrimoine afin d
être en mesure de produire, en
collaboration avec le comptable, des documents concordants, ainsi qu
en prenant en
compte les risques par une pratique plus systématique des provisions.
N
on mise en œuvre.
3.
Fiabiliser le suivi et l
enregistrement comptable des restes à réaliser
d
emprunts.
N
on mise en œuvre.
3.
L
ANALYSE FINANCIERE
L
intégralité des données présentées sont issues du logiciel Anafi
12
d
après les
comptes de gestion pour la période 2010-2014. Les tableaux sont joints en annexe1. Il convient de
préciser que les références à différentes moyennes de strates ont pour simple objectif de situer la
collectivité, sans visée analytique.
Le budget de la CAM se compose du budget principal (plus de 470
M€ de recettes de
fonctionnement en 2014) et de cinq budgets annexes (environ 38,6
M€ de recettes de
fonctionnement en 2014), dont le plus important est celui de l
assainissement, représentant plus de
26
M€ de recettes de fonctionn
ement.
11
Réponse écrite du comptable le 18 mai 2015.
12
Logiciel d’analyse financière utilisé par les chambres dans le cadre de leurs contrôles des comptes des collectivités.
18/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Source : données issues des comptes administratifs
Compte tenu de l
importance relative des budgets annexes (moins de 9 % du budget
principal) et de la difficulté à retraiter leurs données aux fins d
éventuelle consolidation (les
budgets annexes relevant des nomenclatures M4 et M49), une approche portant sur le seul budget
principal a été favorisée dès lors qu
elle ne fausse pas l
analyse financière de la CAM.
EAU BRUTE (balance comptes de gestion)
2010
2011
2012
2013
2014
Production (c/70 à 73)
6 348,20 €
72 914,42 €
102 220,52 €
207 695,49 €
217 724,04 €
Valeur ajoutée (production - c/60 à 62)
17 073,94 €
-
10 143,64 €
36 367,49 €
72 735,40 €
80 988,93 €
Excédent brut d'éxecution (VA + 74 - c/63 et 64)
17 073,94 €
-
10 143,64 €
36 367,49 €
72 735,40 €
80 988,93 €
ASSAINISSEMENT (balance comptes de gestion)
2010
2011
2012
2013
2014
Production (c/70 à 73)
20 316 803,03 €
19 284 124,28 €
19 380 521,40 €
18 896 787,40 €
19 558 731,18 €
Valeur ajoutée (production - c/60 à 62)
18 089 928,16 €
17 064 263,20 €
17 006 396,91 €
16 208 592,22 €
17 781 941,01 €
Excédent brut d'éxecution (VA + 74 - c/63 et 64)
19 885 436,21 €
18 622 531,26 €
18 396 858,88 €
17 651 657,01 €
18 873 244,91 €
SPANC (compte administratif)
2010
2011
2012
2013
2014
Production (c/70 à 73)
12 665,00 €
49 417,50 €
59 131,88 €
41 622,50 €
43 937,00 €
Valeur ajoutée (production - c/60 à 62)
9 960,56 €
47 845,26 €
57 176,97 €
38 885,18 €
43 329,19 €
Excédent brut d'éxecution (VA + 74 - c/63 et 64)
32 962,74 €
-
6 266,37 €
-
65 029,97 €
44 845,18 €
48 469,19 €
POMPES FUNEBRES (compte administratif)
2010
2011
2012
2013
2014
Production (c/70 à 73)
4 169 165,62 €
4 432 479,18 €
4 691 221,48 €
4 518 512,19 €
5 047 393,91 €
Valeur ajoutée (production - c/60 à 62)
2 976 750,86 €
3 328 096,21 €
3 471 385,01 €
3 263 963,15 €
3 573 847,29 €
Excédent brut d'éxecution (VA + 74 - c/63 et 64)
777 004,10 €
1 232 184,38 €
1 355 233,67 €
1 056 715,95 €
1 281 028,63 €
Excédent brut d'exécution des budgets annexes
21 956 439,95 €
21 048 639,46 €
23 116 725,36 €
21 920 633,97 €
25 146 424,56 €
BUDGET PRINCIPAL (balance comptes de gestion)
2010
2011
2012
2013
2014
Production (c/70 à 73)
257 013 706,23 €
267 658 697,05 €
284 519 816,52 €
301 955 505,97 €
348 182 600,90 €
Valeur ajoutée (production - c/60 à 62)
166 527 060,80 €
172 189 474,37 €
172 432 181,13 €
195 854 969,26 €
234 194 818,02 €
Excédent brut d'éxecution (VA + 74 - c/63 et 64)
197 410 966,09 €
213 034 093,10 €
208 380 792,16 €
228 804 092,79 €
261 278 399,18 €
Poids des budgets annexes sur le budget principal
10,01%
8,99%
9,99%
8,74%
8,78%
19/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.1.
Les performances financières annuelles
3.1.1.
La capacité d
autofinancement brute
(a) Produits « flexibles » : s
entendent des ressources fiscales propres (nettes des restitutions et reversements) et des ressources
d
exploitation, pour lesquelles
la collectivité dispose de marges de manœuvre.
(b) Produits « rigides » : les dotations et participations reçues et la fiscalité reversée, dont le levier appartient à l
État et aux autres
collectivités que celle contrôlée.
Variation annuelle moyenne : à partir des données enregistrées aux bornes de la période (2010 et 2014), l
évolution moyenne au fil
des quatre années intermédiaires est constatée, permettant d
amoindrir l
impact de toute année atypique dans l
appréciation de cette
variation.
Avec une évolution des produits de gestion au même rythme que celle des charges de
gestion (soit + 4 % de variation moyenne annuelle) et un excédent brut de fonctionnement
équivalent, sur la période, à 30 % de ses produits de gestion, la situation financière de la
collectivité apparaît saine.
CAF brute (en €)
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres (nettes des restitutions)
237 115 746
266 407 829
281 244 312
298 636 287
306 363 293
6,6%
+ Ressources d'exploitation
24 302 190
24 215 205
26 295 154
25 155 074
28 665 487
4,2%
= Produits "flexibles" (a)
261 417 936
290 623 034
307 539 466
323 791 362
335 028 780
6,4%
Ressources institutionnelles (dotations et participations)
85 239 586
93 574 151
91 443 508
91 482 793
86 522 692
0,4%
+ Fiscalité reversée par l'Etat
7 703 165
-10 077 745
-10 029 201
-8 453 238
-6 590 513
N.C.
= Produits "rigides" (b)
92 942 751
83 496 406
81 414 307
83 029 555
79 932 179
-3,7%
Production immobilisée, travaux en régie (c)
0
0
0
0
0
N.C.
= Produits de gestion (a+b+c = A)
354 360 686
374 119 440
388 953 774
406 820 917
414 960 959
4,0%
Charges à caractère général
94 765 860
98 378 781
115 585 561
109 693 394
113 987 261
4,7%
+ Charges de personnel
50 071 867
49 819 974
51 996 040
54 940 764
56 639 324
3,1%
+ Subventions de fonctionnement
83 041 599
81 428 366
86 930 702
96 946 481
100 157 280
4,8%
+ Autres charges de gestion
20 106 691
18 563 531
18 691 813
19 343 475
19 338 415
-1,0%
= Charges de gestion (B)
247 986 017
248 190 652
273 204 117
280 924 114
290 122 279
4,0%
Excédent brut de fonctionnement (A-B)
106 374 669
125 928 789
115 749 657
125 896 803
124 838 680
4,1%
en % des produits de gestion
30,0%
33,7%
29,8%
30,9%
30,1%
+/- Résultat financier (réel seulement)
-18 793 619
-23 004 282
-26 850 763
-25 170 217
-26 971 484
9,5%
- Subventions exceptionnelles versées aux services publics
industriels et commerciaux
0
0
0
186 237
175 595
N.C.
+/- Solde des opérations d'aménagements de terrains (ou
+/- values de cession de stocks)
-4 599
0
-931
-48
-522
-42,0%
+/- Autres produits et charges excep. réels
8 289 059
1 082 381
5 331 854
-316 451
-1 032 974
N.C.
= CAF brute
95 865 510
104 006 887
94 229 817
100 223 849
96 658 104
0,2%
en % des produits de gestion
27,1%
27,8%
24,2%
24,6%
23,3%
20/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.1.1.1.
L
évolution des produits de gestion « flexibles »
Les ressources fiscales propres (nettes des restitutions et reversements)
Les ressources fiscales propres de la CAM ont progressé de plus de 29 % sur la
période, de 237,1
M€ en 2010 à 306,4
M€ en 2014. Cependant, à l’
instar de la tendance nationale,
cette variation ne reflète qu
imparfaitement une évolution qui tend au tassement progressif de ces
recettes, avec un palier en 2014, la hausse n
étant plus que de 3 % au lieu de 8 % par an en
moyenne sur les exercices précédents (1,2 % en 2014 au niveau national contre 3,9 % par an en
moyenne de 2010 à 2013)
13
.
L
analyse de l
évolution de ces ressources nécessite en premier lieu de tenir compte
des conséquences de l
entrée en vigueur de la réforme de la fiscalité directe locale.
Jusqu
en 2009, la CAM percevait le produit de la taxe professionnelle. En 2010, suite à
la suppression de cette taxe, elle a perçu une compensation relais de 126,9
M€. Sur ce point, le
comptable a précisé que « des recalculs effectués en 2011 et 2013 avaient permis le versement
de 665 296
supplémentaires »
14
.
À partir de 2011, la CAM a pu voter les taux additionnels et percevoir les produits
correspondants de la taxe d
habitation, des taxes foncières (sur le foncier bâti
15
, le foncier non bâti
ainsi que la taxe foncière additionnelle sur le foncier non bâti) et de la cotisation foncière des
entreprises (CFE), l
une des composantes de la contribution économique territoriale (CET).
En outre, elle perçoit des impôts de répartition sur lesquels elle n
a pas de pouvoir de
taux, à savoir les deux autres composantes de la CET (la cotisation sur la valeur ajoutée des
entreprises
CVAE, et l
imposition forfaitaire des entreprises de réseaux
IFER). Enfin, de
nouvelles mesures fiscales ont complété son panier de recettes : il s
agit principalement
(provenant de transferts de l
État vers les collectivités locales) de la part État des droits de
mutation à titre onéreux (DMTO) et de la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM). La CAM
a cependant précisé qu
elle ne percevait pas de droits de mutation à titre onéreux.
En second lieu, il est nécessaire de déduire les restitutions et reversements sur impôts
locaux effectués au profit des communes-membres.
Les impôts locaux
Le montant des impôts locaux est passé de 129,8
M€ en 2010 (année atypique c
ar de
« transition fiscale ») à 172,5
M€ en 2014, avec un maximum de 179,9
M€ en 2012 (cf.
annexe1).
Entre 2010 et 2011, puis entre 2011 et 2012, la progression a été forte avec + 17 % et + 19 %.
Les produits des impôts locaux directs (hors produits de répartition visés ci-après) sont
constitués à près de 40 % de la TH, 30 % de la CFE et 30 % de la taxe d
enlèvement des ordures
ménagères (TEOM). Sous l
effet de l
augmentation des bases nettes d
imposition, en lien direct
avec la progression démographique caractéristique de la région, la CAM a vu ses produits
13
Données Cour des Comptes et direction générale des finances publiques.
14
Ce montant est la somme d
un versement de 490 603
€ supplémentaires au titre de la compensation relais 2011 et d’
un versement
de 174 693
€ supplémentaires au titre du solde définitif de la compensation relais en juin 2013.
15
L
objectif de stabilisation de la pression fiscale sur le territoire de la CAM est un élément important qui a conduit la collectivité à ne
pas supprimer les exonérations de droit en matière de TFPB (celle en zone franche ou quartiers prioritaires et celle des deux ans
pour tous les locaux d
habitation).
21/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
augmenter (+ 26 % entre 2011 et 2014 pour la TH et + 11 % pour la TEOM), tout en conservant
des taux quasi constants.
En effet, fixé à 11,08 % en 2011, le taux de la TH a été porté à 12,08 % en 2012 et
maintenu à ce niveau depuis. Il est resté toutefois supérieur à la moyenne départementale de
11,96 %, à la moyenne régionale de 11,23 % et à la moyenne nationale de 8,80 % (moyennes
2014). S
agissant de sa politique en matière d
abattements, la CAM a précisé les taux
actuellement pratiqués sur son territoire (s
échelonnant de 7 %
abattement général à la base, à
17 %
abattement pour charge de famille au-delà de la 2
ème
personne), en indiquant que : « son
objectif de stabilisation de la pression fiscale sur son territoire (...) conduisait à une perspective de
maintien de cette politique d
abattement ».
À l
inverse le taux de la TEOM, constant à 11,25 %, est inférieur de plus d
un point aux
moyennes départementale et régionale. Cependant il demeure supérieur de plus de deux points à
la moyenne nationale. L
écart se creuse encore concernant le taux de la CFE (36,58 %), proche
des moyennes départementale et régionale mais supérieur de près de dix points à la moyenne
nationale.
En 2014, la participation fiscale de chaque habitant de la CAM représentait 180
€ pour
la TH, 125
€ pour la CFE et 157
€ pour l’
enlèvement des ordures ménagères (148
€ au titre de la
TEOM et 9
€ au titre de la redevance spéciale comme détaillé dans le tableau suivant).
Source : balances des comptes et données comptables
Sur l
ensemble de la période, les produits de répartition sont composés à 80 % de la
CVAE (plus de 28,3
M€), à 15
% de la TASCOM (5,6
M€) et à 5
% de la part IFER
16
(près de
1,5
M€). Ces deux derniers impôts ont enregistré respectivement 20
% et 16 % d
augmentation de
leurs produits entre 2011 et 2014. La collectivité a expliqué ces taux :
- s
agissant de la TASCOM, par les augmentations successives du coefficient
multiplicateur pratiquées en 2011 puis 2012
17
, ainsi que par une augmentation de 6 % du nombre
de redevables ;
- s
agissant de l
IFER, par une augmentation de 20 % du nombre de redevables, la
collectivité ne disposant, contrairement à la taxe précédente, d
aucun pouvoir de modulation sur
celle-ci.
16
Dont transformateurs électriques et stations radioélectriques.
17
À compter du 1
er
janvier 2011, la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) est perçue au profit des communes ou de l
EPCI sur
le territoire duquel sont situés les établissements imposables. Les collectivités peuvent appliquer à cette TASCOM, dont le taux et les
bases demeurent fixés par l
État, un coefficient multiplicateur compris entre 0,8 et 1,2. La CAM a décidé, par délibération du
29 septembre 2011, de fixer ce coefficient à 1,05, puis à 1,1 par délibération du 19 juillet 2012.
Ordures ménagères de la CAM
2010
2011
2012
2013
2014
Evolution
2011-2014
EMA
Produits de la TEOM
55 994 342 €
58 178 582 €
60 464 145 €
62 561 641 €
64 312 049 €
11%
3%
en € / hab. de la CAM
135 €
140 €
144 €
148 €
148 €
6%
2%
Produits de la RS-EOM
2 916 200 €
3 227 277 €
3 483 580 €
3 635 096 €
3 786 669 €
17%
5%
en € / hab. de la CAM
7 €
8 €
8 €
9 €
9 €
12%
4%
Produits des ordures ménagères
58 910 542 €
61 405 859 €
63 947 725 €
66 196 737 €
68 098 718 €
11%
4%
en € / hab. de la CAM
142 €
148 €
152 €
157 €
157 €
6%
2%
22/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Le coefficient d
intégration fiscale
Le coefficient d
intégration fiscale (CIF) permet de mesurer l
intégration d
un EPCI par
le rapport entre la fiscalité qu
il lève et la totalité de la fiscalité levée sur son territoire par les
communes et leurs groupements. Il constitue un indicateur de la part des compétences exercées
au niveau du groupement.
Sur l
ensemble de la période, le CIF de la CAM évolue de 46 % à plus de 48 %, quand
la moyenne pour les groupements à fiscalité propre de même strate reste inférieure à 34 %.
Les ressources d
exploitation
Globalement, entre 2010 et 2014, les ressources d
exploitation ont progressé pour
s
établir à 28,7
M€, sans que cette progre
ssion soit constante sur la période, les produits des
services du domaine, des ventes diverses et les remboursements des frais variant d
une année à
l
autre. Ces produits représentent la moitié des ressources d
exploitation de la CAM.
La seconde moitié se compose pour près de 90 % de revenus locatifs et redevances et
pour 10 % des redevances des SPIC (cinq budgets annexes), inscrites au compte 757
« Redevances versées par les fermiers et concessionnaires ».
En outre, malgré la taille de la collectivité et le nombre d
agents dans ses services
techniques, la CAM a déclaré ne pas effectuer de travaux en régie, son personnel n
assurant que
le petit entretien. Les prestations de travaux et de gros entretien des bâtiments, des installations
techniques et du matériel sont attribuées à des tiers dans le cadre de marchés publics. Les
dépenses correspondantes sont alors directement imputées en section d
investissement.
Au final, la progression des produits de gestion « flexibles » sur la période (de
261,4
M€ à 335
M€) tient essentiellement à l’
augmentation des ressources fiscales (6,6 % de
variation moyenne annuelle), provenant du dynamisme des bases d
imposition.
Selon la direction générale des collectivités locales, cette tendance est générale pour
les EPCI entre 2013 et 2014 (sauf évolution de périmètre ou de statut juridique). Pour cette
direction, le taux d
évolution de l
ensemble des trois taxes ménages fixé à 1,89 % s
explique pour
1,71 point par l
effet base et pour 0,18 point par l
effet taux
18
.
3.1.1.2.
L
évolution des produits de gestion « rigides »
Les dotations et participations reçues
Provenant de l
État, des collectivités locales et de la Communauté européenne,
l
évolution de ces ressources est globalement atone sur la période (+ 1,5 %). Elles s
établissaient à
86,5
M€ en 2014 et étaient composées à 87
% de la dotation globale de fonctionnement.
La baisse constante depuis 2011 des participations et dotations de l
État a été
compensée par une augmentation significative (+ 69 %) des « autres » participations, à savoir
18
Bulletin d’information statistique de la DGCL,
n° 105, avril 2015, repris par la Cour des comptes,
Les finances publiques locales
,
octobre 2015, p. 48.
23/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
celles inscrites au compte 7478
19
, ainsi que des attributions de péréquation et de compensation au
titre de la fiscalité (+ 49 %).
Les participations du compte 7478 sont, pour l
essentiel, des soutiens financiers de
valorisation des déchets provenant d
Eco-emballages
20
. Également, en 2012, ce compte a
enregistré des participations de tiers pour les missions de la CAM conduites en Europe, au
Québec, en Chine et en Russie.
La fiscalité reversée
La réforme de la fiscalité a été mise en place avec la garantie que les ressources de
chaque collectivité locale soient préservées. Ce principe de compensation intégrale, instauré par la
loi de finances pour 2010, s
est traduit notamment par la mise en place de mécanismes de
péréquation horizontale. En 2011, les fonds nationaux de garantie individuelle des ressources
(FNGIR) ont été instaurés afin d
assurer une compensation intégrale des pertes répertoriées par
chaque collectivité. Les FNGIR permettent aux collectivités dites « perdantes » du fait de la
réforme de recevoir une compensation (via un reversement) par le biais d
un prélèvement sur les
collectivités dites « gagnantes ». En 2012, le fonds national de péréquation des ressources
intercommunales et communales (FPIC) a permis d
organiser cette péréquation au niveau
national.
Si, à l
instar d
un mouvement national enregistré depuis la création du FPIC en 2012
21
,
la CAM bénéficie de plus en plus de ce fonds puisque les produits obtenus ont plus que triplé entre
2012 et 2014, elle reste globalement contributrice au système au regard de sa contribution nette
aux FNGIR à hauteur de 18,6
M€ en 2014.
La réforme de la fiscalité a donc eu des conséquences sur les produits rigides qui ont
diminué de 14 % sur la période du fait de la contribution versée aux FNGIR. Néanmoins, ces
ressources, avec près de 80
M€ en 2014, représentaient encore près de 20
% des produits de
gestion de la CAM.
Le résultat financier, les subventions exceptionnelles versées aux services publics
industriels et commerciaux (SPIC) et les autres produits et charges exceptionnels réels
Sur la période, le résultat financier s
est dégradé (- 26,97
M€ en 2014 contre
- 8,79
M€
en 2010) en raison de l
augmentation des intérêts et des pertes sur change. En 2014, ce poste
était particulièrement élevé (- 2,1
M€ contre
- 0,2
M€ l’
année précédente), du fait de l
incidence de
la renégociation d
un emprunt libellé en francs suisses
22
.
Le poids des produits et charges exceptionnels réels
23
a nettement varié. Le résultat
exceptionnel, positif en 2010 (8,3
M€), est devenu négatif à hauteur de 1
M€ en 2014. Il est
19
Le compte 7478 « Autres organismes » enregistre les remboursements de tiers ou de compagnies d
assurance en cas de sinistre
ainsi que les dédommagements
.
20
Une fois triés par standard de matériaux, les déchets d
emballages ménagers peuvent être vendus par les collectivités territoriales.
Les recettes de cette vente des matériaux issus de la collecte sélective réduisent d
autant le coût de la gestion des déchets.
21
Les ressources globales de ce fonds ont été fixées respectivement à 150
M€ (2012), 360
M€ (2013), 570
M€ (2014) et 780
M€
(2015). Il est prévu qu’elles s’élèvent à 1 Md€ en 2016 puis, à compter de 2017, à 2
% des ressources fiscales communales et
intercommunales.
22
Il s
agissait d
un prêt à taux fixe (4,83 %) de 12,4 millions de francs suisses, qui a été réaménagé (taux réduit à 4,6 %) et libellé en
euros, ce qui a conduit à la constatation d
une perte de change (1,895
M€
) représentant l
écart entre le capital restant dû (8,422
M€
)
au cours de change du jour de la transformation et celui d
origine. Ce nouvel emprunt est classé 1A dans le référentiel Gissler.
23
C
est-à-dire hors subventions exceptionnelles et produits de cession d
immobilisation, pris en compte ultérieurement dans le calcul du
financement propre disponible.
24/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
essentiellement lié à la forte diminution des produits exceptionnels. La CAM a expliqué que leur
niveau particulièrement élevé en 2010 était consécutif à un remboursement de TVA de 6,4
M€ au
titre de sa contribution au financement de la TAM sur la période 2006 à 2009.
3.1.1.3.
La structure de coûts des charges de gestion courante
3.1.1.3.1.
L
évolution des charges à caractère général
Si l
évolution des charges à caractère général a enregistré une tendance à la hausse
(+ 20 % entre 2010 et 2014 pour atteindre près de 114
M€), deux périodes se dessinent
: jusqu
en
2011, ces charges étaient inférieures à 100
M€ mais depuis, elles dépassent les 110
M€. Ce
tte
progression provient de deux postes :
- le poste « autres services extérieurs », qui a augmenté de manière importante entre
2011 et 2014, passant de 7,67
M€ à 17,35
M€ (+
126 %). Les dépenses engagées au profit des
sociétés de propreté (Méditerranéenne de nettoiement, Nicolin, Derichbourg et Véolia) et de
communication (affichages, presse, imprimerie, événementiel) sont à l
origine de cette évolution ;
- le poste « contrats de prestations de services avec des entreprises », qui représentait
57,41 % du total en 2014. Après un « pic » à plus de 71
M€ en 2012, ces dépenses, dont les plus
importantes ont été réalisées au profit de la société Méditerranéenne de nettoiement, d
Amétyst et
de la SITA Provence (comme détaillé
infra
), se sont stabilisées autour de 65
M€ en 2013 et 2014.
En 2013, le montant des mandats émis au titre des prestations de services s
est élevé
au profit du MAHB à 933
k€ et à 900
k€ au profit du MHRC. Cette même année, ces deux clubs
bénéficiaient de subventions à hauteur de 1,67
M€ pour le premier et 2,63
M€ pour le second. Des
marchés négociés sont conclus chaque semestre
24
entre la CAM
25
et les deux clubs. L
examen
des mandats conduit à signaler, malgré l
importance relative des sommes en jeu, deux
insuffisances dans l
exécution de ces contrats :
- l
absence de traçabilité des places distribuées ;
- un calcul de liquidation de la TVA peu transparent.
L
appréciation des besoins de la CAM en termes de nombre de places achetées serait
réalisée en fonction du nombre annuel de matchs, de la capacité d
accueil des espaces réservés,
du nombre des principaux acteurs institutionnels et économiques « à la fois au niveau local,
national et international pour la partie abonnements notamment » et du nombre d
associations sur
le territoire.
La CAM a globalement évalué ses besoins à « 200-260 places par club et par saison
sportive », soit 80 à 90 pour les acteurs institutionnels et ceux du monde économique (places et
prestations en loges, corbeille, tribune présidentielle, affaires) et 100 à 180 pour le grand public.
Cette évaluation, qui peut paraître élevée, relève de la liberté d
appréciation de la collectivité.
24
Ils détaillent le nombre, la catégorie des places acquises et les prestations publicitaires fournies. Le premier semestre de l
année
civile correspond à la seconde moitié d
une saison, le second semestre de l
année civile correspondant à la reprise de la saison
suivante.
25
La collectivité justifie l
intérêt communautaire d
achats de places à ces « clubs d
’élite aux niveaux national et européen (…) afin de
renforcer son attractivité et son image auprès des principaux acteurs du développement économique et de l
aménagement du
territoire à la fois au niveau local, national et international. Ces achats permettent également de contribuer à l
action sociale et
solidair
e pour les citoyens, les associations et les acteurs du territoire, qui participent activement à la mise en œuvre des
compétences de la métropole, et de récompenser les gagnants de jeux concours ou de tirage au sort, organisés lors des actions de
communication grand public ».
25/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Toutefois, il convient de rappeler que ces achats interviennent dans le cadre de
marchés publics de prestations de services relevant des dispositions de l
article 28 du code des
marchés publics. Bien qu
au regard de leur nature ceux-ci soient dispensés de toute publicité et
mise en concurrence préalables, ils doivent, à l
instar de tout marché public, reposer sur une
évaluation préalable des besoins, une définition des objectifs poursuivis et une évaluation du
respect de ces derniers. Or, en l
espèce, les motivations de ces achats de places apparaissent
faiblement étayées.
Par ailleurs, les services de la CAM doivent être en mesure d
assurer de manière
précise et fiable le suivi de l
attribution de ces invitations afin d
éviter toute dérive. Or, en l
espèce,
si la collectivité a précisé que l
attribution de places était effectuée sur demande et traitée par les
services du cabinet ou la direction des sports, il n
apparaît pas qu
un suivi individualisé des invités
soit réalisé.
Dans ces conditions, la chambre recommande à la CAM de définir plus précisément
les objectifs poursuivis par ces achats de places et de revoir les modalités de suivi de leur
attribution, dans le sens d
une plus grande transparence et d
une meilleure traçabilité.
La collectivité a indiqué qu
elle avait pris acte de ces recommandations, d
une part, en
travaillant à l
élaboration d
une nouvelle procédure permettant de coordonner l
ensemble des
services concernés par l
estimation des besoins en places et, d
autre part, par la mise en place,
depuis février 2016 , d
une gestion centralisée de celles-ci au sein d
un même service, directement
piloté par le cabinet du président. L
attribution des invitations fera désormais l
objet d
un tableau de
suivi incluant le nom du demandeur, le nombre de places demandées et le nombre de places
réellement distribuées après arbitrage.
Concernant le régime de TVA applicable aux prestations de services délivrées par les
sociétés à objet sportif, il convient à titre liminaire de rappeler que :
- les sociétés commerciales à objet sportif sont soumises au régime commun de la
TVA ; les prestations de service effectuées à titre onéreux, c
est-à-dire moyennant le versement
d
une contrepartie par le bénéficiaire du service, sont imposables ; ainsi, les prestations
publicitaires proposées sont assujetties à la TVA (art. 256, I et art. 256-A du CGI), tandis que les
recettes de la billetterie ne sont pas imposables (art. 261-E3° du CGI) ;
- le taux normal en 2013 était de 19,60 % (art. 278 du CGI). Le taux réduit de 5,5 %
s
applique aux opérations de vente d
eau, de boissons non alcooliques et de produits destinés à
l
alimentation humaine, à l
exception des confiseries, produits à base de cacao, margarines et
graisses végétales, caviar et boissons alcooliques pour lesquels le taux normal s
applique (art.
278-0 bis du CGI). Le taux réduit de 7 % s
applique lorsque ces produits sont consommés sur
place.
En l
espèce, il apparaît que pour les prestations dites de réception (dont aucun détail
n
apparaît ni dans la délibération ni dans les pièces du marché), les clubs facturent différemment :
- le MHRC applique deux taux distincts : 20 % de ses prestations « hospitalité »
(places loge, corbeille, officielle et affaire) sont taxées à 19,6 %, et 80 % de ces prestations à 7 % ;
aucun détail concernant ces prestations ne permet de justifier la bonne liquidation de la TVA ;
- le MAHB en revanche applique le seul taux de 19,6 % pour les mêmes prestations.
Cette discordance ne repose sur aucun élément factuel et demeure à ce stade
inexpliquée.
26/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
La collectivité s
est engagée à réunir les directions des sociétés sportives concernées
afin d
éclaircir cette problématique relative au mode d
application de la TVA sur les prestations
concernées.
3.1.1.3.2.
L
évolution des charges de personnel
Sur la période, les charges totales de personnel ont progressé de 13 %, s
élevant à
56,6
M€ en 2014. Elles ont représenté de manière constante près de 20
% des charges de
gestion. La part des personnels non titulaires se stabilise aux alentours de 20 % du montant de la
rémunération des agents de la CAM. Ces agents bénéficient d
une augmentation moins rapide de
leur rémunération (principale et indemnitaire) que les 80 % de titulaires.
Les charges brutes de rémunération du personnel ont progressé d
environ 3,5 % par
an, évolution qui prend en compte le glissement vieillesse-technicité (GVT)
26
, à savoir en moyenne
+ 1 % d
évolution annuelle, mais qui révèle en outre une politique volontariste de recrutement
(partie développée
infra
).
Cette donnée est à rapprocher du montant des atténuations de charges qui comprend
notamment les indemnités journalières, indicateur du niveau d
absentéisme au sein de la CAM, en
forte progression (+ 130 % entre 2010 et 2014).
3.1.1.3.3.
L
évolution des subventions de fonctionnement versées par la CAM
Les charges liées au versement de subventions par la CAM ont augmenté de plus
de 20 % sur la période, dépassant les 100
M€ en 2014. La progression du montant des
subventions aux personnes de droit privé, flexible par nature, est particulièrement significative
(+ 5 % de variation annuelle moyenne). En 2014, elles représentaient 90 % du montant des
subventions versées. Ce point est approfondi ci-après au titre de l
analyse des risques externes.
Le tableau ci-après détaille les principaux bénéficiaires sur la période 2010-2014
(retenus comme ceux ayant perçu, en cumul, plus de 1 M
€ sur la période).
La TAM a bénéficié de près de 60 % des subventions versées (soit en cumul de près
de 260
M€), l’
opéra et l
orchestre national de Montpellier 12 % (plus de 55
M€) et le syndicat mixte
des transports en commun de l
Hérault un peu plus de 10 % (près de 47
M€).
26
GVT : progression de la rémunération liée soit à l
avancement dans les échelons (variable vieillesse) soit à une promotion ou réussite
dans un concours (variable technicité).
27/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Source : données issues des fichiers de mandats de la CAM
3.1.1.4.
L
évolution de l
excédent brut de fonctionnement
Premier élément permettant d
apprécier l
équilibre financier de la collectivité, l
excédent
brut de fonctionnement (EBF) a représenté pour la CAM environ 30 % de ses produits de gestion
sur la période. Il a connu un pic à près de 34 % en 2011, suite à la progression plus rapide des
produits que des charges de gestion (5,6 % contre 0,1 %), avant de redescendre à 29,8 % en
2012 en raison d
une inversion de la tendance (+ 4 % des produits contre + 10 % des charges).
S
élevant à près de 125
M€ en 2013, le niveau de l’
EBF ne laisse apparaître aucune difficulté
majeure dans l
équilibre financier de la collectivité.
Tiers bénéficiaires
2010
2011
2012
2013
2014
Total
général
Evolution
2010-2014
TAM
47 087 383,54 €
46 421 244,97 €
50 887 922,87 €
56 010 526,32 €
57 434 891,40 €
257 841 969,10 €
22%
OPERA ET ORCHESTRE NATIONAL MPT
10 050 000,00 €
10 000 000,00 €
10 396 667,00 €
12 200 000,00 €
13 171 470,00 €
55 818 137,00 €
31%
SMTCH
9 127 072,00 €
9 324 324,00 €
9 498 724,12 €
8 830 394,50 €
9 918 692,97 €
46 699 207,59 €
9%
MONTPELLIER RUGBY CLUB
2 699 340,00 €
1 899 340,00 €
2 249 340,00 €
2 634 680,00 €
2 599 340,00 €
12 082 040,00 €
-4%
MHB MONTPELLIER HAND BALL
1 964 044,00 €
1 376 756,00 €
1 439 756,00 €
1 676 756,00 €
1 766 756,00 €
8 224 068,00 €
-10%
MONTPELLIER DANSE
1 369 600,00 €
1 369 600,00 €
1 619 000,00 €
1 619 000,00 €
1 654 000,00 €
7 631 200,00 €
21%
MONTPELLIER HERAULT SPORT CLUB
1 270 300,00 €
1 270 300,00 €
1 270 300,00 €
1 270 300,00 €
1 267 500,00 €
6 348 700,00 €
0%
GIHP DELEGATION
975 000,00 €
1 050 000,00 €
1 075 000,00 €
1 160 000,00 €
1 188 000,00 €
5 448 000,00 €
22%
BASKET LATTES MONTPELLIER AGGLO
1 280 000,00 €
960 000,00 €
960 000,00 €
960 000,00 €
960 000,00 €
5 120 000,00 €
-25%
MUC VOLLEY BALL
900 000,00 €
900 000,00 €
900 000,00 €
900 000,00 €
950 000,00 €
4 550 000,00 €
6%
THEATRE DES TREIZE VENTS
1 171 500,00 €
753 750,00 €
753 750,00 €
753 750,00 €
750 750,00 €
4 183 500,00 €
-36%
FESTIVAL CINEMA MEDITERRANEEN
400 000,00 €
430 000,00 €
460 000,00 €
493 000,00 €
453 000,00 €
2 236 000,00 €
13%
CASSC
363 000,00 €
436 500,00 €
449 050,00 €
460 500,00 €
482 000,00 €
2 191 050,00 €
33%
MLJAM MISSION LOCALE JEUNES AGGL
377 490,00 €
490 737,00 €
377 490,00 €
410 490,00 €
425 535,00 €
2 081 742,00 €
13%
FESTIVAL RADIO FRANCE ET MTP LR
350 000,00 €
300 000,00 €
394 000,00 €
394 000,00 €
394 000,00 €
1 832 000,00 €
13%
MHSC ASSOCIATION
300 000,00 €
300 000,00 €
300 000,00 €
300 000,00 €
300 000,00 €
1 500 000,00 €
0%
MUC NATATION
305 000,00 €
275 500,00 €
270 000,00 €
270 000,00 €
300 000,00 €
1 420 500,00 €
-2%
MONTPELLIER WATER POLO
150 000,00 €
200 000,00 €
250 000,00 €
350 000,00 €
350 000,00 €
1 300 000,00 €
133%
FISE
250 000,00 €
250 000,00 €
250 000,00 €
250 000,00 €
250 000,00 €
1 250 000,00 €
0%
SAOS MONTPELLIER VIPERS HOCKEY
180 000,00 €
185 000,00 €
270 000,00 €
240 000,00 €
188 334,00 €
1 063 334,00 €
5%
(…)
(…)
(…)
(…)
(…)
(…)
(…)
Total général
84 316 962,60 €
81 711 212,97 €
87 044 202,35 €
95 849 821,29 €
100 155 379,53 €
449 077 578,74 €
19%
en €
2010
2011
2012
2013
2014
Produits de gestion (A)
354 360 686
374 119 440
388 953 774
406 820 917
414 960 959
Charges de gestion (B)
247 986 017
248 190 652
273 204 117
280 924 114
290 122 279
Excédent brut de fonctionnement (A-B)
106 374 669
125 928 789
115 749 657
125 896 803
124 838 680
en % des produits de gestion
30,0%
33,7%
29,8%
30,9%
30,1%
+/- Résultat financier (réel seulement)
-18 793 619
-23 004 282
-26 850 763
-25 170 217
-26 971 484
- Subventions except versées aux SPIC
0
0
0
186 237
175 595
+/- Solde des opérations d'aménagements de terrains
-4 599
0
-931
-48
-522
+/- Autres produits et charges excep. réels
8 289 059
1 082 381
5 331 854
-316 451
-1 032 974
= CAF brute
95 865 510
104 006 887
94 229 817
100 223 849
96 658 104
en % des produits de gestion
27,1%
27,8%
24,2%
24,6%
23,3%
Source : Logiciel ANAFI d'après les comptes de gestion
28/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.1.1.5.
L
analyse de la capacité d
autofinancement brute et du résultat de
fonctionnement
Sur l
ensemble de la période, le niveau de la capacité d
autofinancement (CAF) brute
s
est établi entre 94
M€ et 104
M€. Le maintien de l’
EBF à un fort niveau a permis à la CAF de
représenter entre 23 % et 28 % des produits de gestion malgré un résultat financier négatif
d
environ 26
M€ sur les trois derniers exercices et un résultat exceptionnel qui devient également
négatif à compter de 2013
.
Les charges d
intérêts (charges financières) ont représenté moins de
9 % des charges courantes. La CAM n
est pas dans une situation d
alerte ou de difficulté d
accès
au crédit, le niveau de ses charges d
intérêts étant le résultat d
une politique d
investissement
dynamique.
29/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.1.2.
Le financement des investissements
Point sur les autorisations de programme et crédits de paiement
La CAM suit la procédure des autorisations de programme et crédits de paiement
(AP/CP). Ce dispositif, permettant de distinguer les crédits nécessaires à l
engagement juridique
de la dépense (AP) de ceux requis pour son mandatement (CP), constitue à la fois un instrument
de prévision (la planification pluriannuelle des investissements) et un instrument de gestion (la
programmation financière des dépenses).
Le suivi des opérations en cours de réalisation permet de déterminer les crédits de
paiement qui seront nécessaires année après année. Cette information doit permettre à la
collectivité de définir sa capacité d
investissement pour les années à venir. La collectivité a produit
un tableau de suivi qui offre une lisibilité suffisante sur la situation à la fin de chaque exercice
Financement des investissements (en €)
2010
2011
2012
2013
2014
C umul sur les
années
CAF brute
95 865 510
104 006 887
94 229 817
100 223 849
96 658 104
490 984 167
- Annuité en capital de la dette
64 887 696
29 223 941
46 265 050
38 481 548
40 001 541
218 859 776
= CAF nette ou disponible (C)
30 977 814
74 782 946
47 964 766
61 742 301
56 656 564
272 124 391
Taxes locales d'équipement et d'urbanisme
0
0
0
0
0
0
+ Fonds de compensation de la TVA (FCTVA)
7 410 379
6 459 646
5 985 332
4 059 607
-10 870 909
13 044 055
+ Subventions d'investissement reçues
55 421 668
35 954 088
54 759 966
15 431 459
16 537 023
178 104 205
+ Produits de cession
7 752 692
27 369
211 755
2 615 716
2 446 893
13 054 425
+ Autres recettes
16 500
0
0
2 000
0
18 500
= Recettes d'inv. hors emprunt (D)
70 601 240
42 441 103
60 957 054
22 108 782
8 113 007
204 221 185
= Financement propre disponible (C+D)
101 579 053
117 224 049
108 921 820
83 851 083
64 769 571
476 345 576
Financt propre dispo / Dépenses d'équipm (y c. tvx en régie)
40,9%
44,4%
60,7%
91,4%
65,3%
- Dépenses d'équipement (y c. travaux en régie )
248 147 018
264 089 424
179 441 473
91 719 176
99 225 669
882 622 760
- Subventions d'équipement (y c. subventions en nature)
13 731 530
14 242 870
19 838 009
29 235 636
40 111 939
117 159 983
+/- Dons, subventions et prises de participation en nature,
reçus ou donnés
-5 619 086
1 086 169
-1 176 405
-312 503
-18 857 845
-24 879 670
- Participations et inv. financiers nets
577 022
-1 091 879
1 159 835
-1 063 770
-1 546 952
-1 965 744
+/- Variation de stocks de terrains, biens et produits
0
0
0
0
0
0
- Charges à répartir
0
0
0
0
0
0
+/- Variation autres dettes et cautionnements
-1 928
130
6 663
-2 750
-30
2 085
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement propre
-155 255 503
-161 102 664
-90 347 755
-35 724 706
-54 163 210
-496 593 838
+/- Solde des affectations d'immobilisations
0
0
0
0
0
0
+/- Solde des opérations pour compte de tiers
0
21 359
0
0
0
21 359
- Reprise sur excédents capitalisés
0
0
0
0
0
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement
-155 255 503
-161 081 305
-90 347 755
-35 724 706
-54 163 210
-496 572 480
Nouveaux emprunts de l'année (y compris pénalités de
réaménagement)
149 000 000
162 527 532
103 300 000
30 000 000
53 992 173
498 819 705
Mobilisation (-) ou reconstitution (+) du fonds de roulement
net global
-6 255 503
1 446 226
12 952 245
-5 724 706
-171 037
2 247 225
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
30/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
puisque la collectivité présente, pour chaque AP affectée, le montant engagé depuis l
ouverture de
l
AP et le montant restant effectivement à engager.
En 2014, le taux moyen de réalisation des investissements en dépenses dans le cadre
de la procédure AP/CP dépassait les 90 %. Au 31 décembre 2014, le stock des engagements de
la CAM s
élevait à 600
M€, représentant 72
% des AP. En conséquence, le faible taux d
AP
soldées (moins de 30 %) pèse sur les budgets à venir, en réduisant d
autant la marge de
manœuvre de la collectivité.
3.1.2.1.
La CAF nette et le financement propre disponible
L
évolution de la CAF nette est sinusoïdale sur la période. Entre 2010 et 2011, elle a
progressé de plus de 140 % sous l
effet conjugué d
une légère hausse de la CAF brute (+ 8,5 %)
et d
une baisse significative des remboursements de l
annuité de la dette (- 55 %)
27
. Cette
tendance s
est inversée en 2012 en raison de l
augmentation de l
annuité en capital de la dette
consécutive aux nouveaux emprunts souscrits en 2011.
En 2014, la CAF nette a atteint 56,6
M€, soit 14
% des produits de gestion, ce qui a
représenté une progression de 83 % entre 2010 et 2014.
La diminution du montant des subventions d
investissement reçues et, dans une
moindre mesure, du fonds de compensation de la TVA, a entraîné une baisse très sensible du
financement propre disponible sur la période (64,7
M€ en 2014 contre 117,2
M€ en 2011
).
La baisse du FCTVA s
explique par la modification intervenue dans le régime de
récupération de la TVA afférente aux dépenses de construction de l
usine de méthanisation. En
effet, jusqu
en 2009 la CAM a estimé pouvoir récupérer cette TVA par le biais du FCTVA. Puis, par
courrier du 12 février 2010, l
administration fiscale lui a indiqué que le mécanisme du FCTVA
n
était pas applicable dès lors que son délégataire était redevable de la TVA et que, par suite, seul
le mécanisme du transfert du droit à déduction était utilisable. La CAM a donc suspendu ses
demandes de remboursement auprès du FCTVA, puis remboursé les 14
M€ de TVA récupérés
auprès de ce fonds jusqu
en 2009 et enfin transféré à son délégataire la totalité du montant
actualisé de sa TVA déductible, soit 18,6
M€
(titre émis en 2014). L
écart entre le mandat et le titre
s
explique par la TVA courue depuis 2009 que la CAM avait choisi de ne pas récupérer dans
l
attente du transfert définitif de son droit à déduction au délégataire.
Rapporté aux dépenses d
équipement, la part du financement propre est, en moyenne
sur la période, de 61 %.
27
La baisse de 55 % est liée au remboursement d
un emprunt
revolving
en 2010 d
un montant de 40 000 000
au compte 16441
« Op
érations afférentes à l’emprunt
» puis à des correctif et annulation de titres qui viennent diminuer le total des remboursements
d
annuités (741 750,33
en 2010 puis 17 092 0156,34
et 1 092 156,34
€ en 2011). La CAM a expliqué que l’
écriture correctrice de
17
M€
passée en 2011 correspondait à l
annulation d
un titre afin de le réémettre au bon tiers (la TPM CA LYON).
31/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.1.2.2.
Le besoin de financement, la variation de l
endettement et du fonds de
roulement net global
Sur la période, les dépenses d
équipement ont représenté, cumulées, 882,6
M€ contre
117,2
M€ pour les subventions d’
équipement (soit 13 %). Globalement, ces dépenses, d
un
montant très significatif en 2010 et 2011, sont en sensible diminution au cours des deux derniers
exercices.
Par ailleurs, l
accroissement des subventions à compter de l
année 2012 est lié à
l
édification de la future gare TGV, qui absorbe 96 % des subventions versées au bénéfice de
Réseau ferré de France.
Source : réponses de la CAM
Le besoin de financement est constant sur la période même s
il s
est réduit fortement à
compter de 2012 en raison d
une contraction tout aussi significative des dépenses d
équipement,
son point le plus bas étant 2013 (35,7
M€ contre 161
M€ en 2011).
En 2011 et 2012, la CAM a fait appel à des emprunts supérieurs à ses besoins, surtout
en 2012, ce qui lui a permis de reconstituer son fonds de roulement net global (FRNG) à hauteur
de près de 13
M€. En revanche à compter de 2013, la collectivité a réduit fortement son recours à
l
emprunt (30
M€ pour une moyenne de 138
M€ au cours des trois e
xercices qui précédaient), ce
qui l
a contrainte à mobiliser substantiellement son FRNG cette année-là. En 2014, le besoin de
financement de 54,2
M€ est assuré dans sa quasi
-totalité par de l
emprunt.
Cette tendance reflète la situation nationale puisque, si de 2010 à 2012 les EPCI ont
pu renforcer leur fonds de roulement, depuis ils ont été conduits à les mobiliser afin de compléter
la couverture de leur besoin de financement.
Montant
opération
Participation
CAM
2010
2011
2012
2013
2014
CUMUL
PART
Contournement Nîmes-Montpellier
2 milliards d'€
99 M €
500 000,00 €
1 383 303,00 €
5 586 146,00 €
13 371 012,00 €
23 466 971,00 €
44 307 432,00 €
96%
Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan
62,35 M €
2,025 M €
-
749,00 €
465 469,00 €
162 187,00 €
359 766,00 €
988 171,00 €
2%
Pôle d'échange multimodal Baillargues
8 M €
1,87 M €
-
48 675,00 €
95 213,00 €
564 119,00 €
-
708 007,00 €
2%
Pôle d'échange multimodal Sablassou
NR
NR
11 639,00 €
-
-
-
-
11 639,00 €
0%
511 639,00 €
1 432 727,00 €
6 146 828,00 €
14 097 318,00 €
23 826 737,00 €
46 015 249,00 €
100%
Engagements financiers au bénéfice de Réseau Ferré de France
CUMUL
Montants mandatés
32/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.2.
La situation bilancielle
3.2.1.
Le stock de dettes
Principaux ratios d
alerte
2010
2011
2012
2013
2014
Charge d
intérêts et pertes nettes de change
18 939 276
23 060 220
27 017 511
25 234 258
27 030 380
Encours de dettes du BP net de la tréso hors cpt de ratt.
656 728 463
788 207 905
796 871 028
813 302 862
829 284 957
Capacité de désendettement BP, trésorerie incluse en
années (dette BP net de la tréso / CAF brute du BP)
6,9
7,6
8,5
8,1
8,6
Encours de dette du BP au 31 décembre
669 332 639
802 636 099
859 664 386
851 185 588
866 870 288
Capacité de désendettement BP en années (dette / CAF
brute du BP)
7,0
7,7
9,1
8,5
9,0
Encours de dette agrégé (yc. budgets annexes)
794 826 465
921 200 650
975 491 512
961 373 058
972 519 888
Capacité de désendettement BP + BA en années (dette
agrégée / CAF brute du BP)
8,3
8,9
10,4
9,6
10,1
La collectivité bénéficie, depuis 2008, d
un contrat d
accompagnement personnalisé
avec le cabinet « Finance Active » aux fins d
analyse des propositions des établissements
bancaires, d
accompagnement dans la négociation et de suivi régulier de l
encours.
L
encours de dette
28
a évolué entre 585,2
M€ au 1
er
janvier 2010 et 972,5
M€ au
31 décembre 2014. Une des explications de cette évolution est le financement direct par la CAM
de la construction des lignes de tramway.
En 2014, près de 54
M€ d’
emprunts ont été mobilisés, dont un emprunt de 10,3
M€
destiné au refinancement en euros d
un emprunt libellé en francs suisses.
28
Dans le premier tableau, l
encours de dette au 31 décembre 2013 diffère de celui au 1
er
janvier 2014 à hauteur de 490 000
. Cette
somme correspond au remboursement anticipé au 31 décembre 2013 d
un emprunt obligataire remboursable
in fine
, non pris en
compte par le logiciel car les comptes 16311 et 1632 sont activés par une opération d
ordre semi-budgétaire.
Stock de dettes (en €)
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Encours de dettes du BP au 1er janvier
585 218 407
669 332 639
802 636 099
859 664 386
851 185 588
9,8%
- Annuité en capital de la dette (hors remb tempo d'emprunt)
64 887 696
29 223 941
46 265 050
38 481 548
40 001 541
-11,4%
- Remboursements temporaires d'emprunts
0
0
0
0
0
N.C.
- Var. des autres dettes non financières (hors
remboursements temporaires d'emprunts)
-1 928
130
6 663
-2 750
-30
-64,7%
+ Intégration de dettes (contrat de partenariat, emprunts
transférés dans le cadre de l'intercommunalité...)
0
0
0
490 000
2 184 037
N.C.
+ Nouveaux emprunts
149 000 000
162 527 532
103 300 000
30 000 000
53 992 173
-22,4%
= Encours de dette du BP au 31 décembre
669 332 639
802 636 099
859 664 386
851 675 588
867 360 288
6,7%
- Trésorerie nette hors compte de rattachement avec les BA,
le CCAS et la caisse des écoles
12 604 176
14 428 194
62 793 358
38 372 725
38 075 331
31,8%
= Encours de dette du BP net de la trésorerie hors
compte de rattachement BA
656 728 463
788 207 905
796 871 028
813 302 862
829 284 957
6,0%
Montant des emprunts refinancés dans l'année
0
0
0
0
8 422 475
Vérification variation de l'encours de dettes
0
0
0
490 000
490 000
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
33/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Également, 1,7
M€ de dette a été transféré à la CAM suite à la dissolution du SIVOM
du Salaison.
Sur la période, la capacité de désendettement de la CAM s
est située entre 7 et 9 ans
(en 2014) pour la seule dette du BP et entre 8,3 et 10 ans pour la dette agrégée. Cette capacité,
même si elle reste aux yeux de la CAM « en dessous des niveaux d
alerte et des niveaux
maximum acceptés par les prêteurs, en particulier la BEI (13 ans) », reste en deçà de la moyenne
nationale des groupements à fiscalité propre qui évoluait entre 3,8 années en 2010, 4,2 années en
2012
29
, et 4,9 années en 2014. Cette dernière comparaison doit être néanmoins relativisée eu
égard aux différences de périmètre entre les groupements considérés.
Au 31 décembre 2014, l
encours de dette au seul BP était de 867
M€ (972,5
M€
d
encours de dette agrégé). Cet encours représentait plus du double du montant annuel des
produits de gestion perçus depuis 2010.
La chambre appelle l
attention de la collectivité sur son niveau d
endettement car, s
il
ne franchit pas le niveau d
alerte, il représentait en 2014 plus de 2 000
€ par habitant de la CAM.
En comparaison et sous les réserves précitées, la même année, le montant moyen par habitant de
la dette des communautés d
agglomérations de plus de 100 000 habitants était de 1 088
€.
Quoique relatif, ce ratio comparatif mérite d
être pris en compte.
La CAM fait toutefois observer que la dette de son budget principal inclut les
investissements réalisés en matière de transport alors que pour d
autres agglomérations celle-ci
est inscrite dans un budget annexe.
3.2.2.
La structure de la dette
La durée de vie moyenne des emprunts est de 11 ans et la durée de vie résiduelle de
l
emprunt le plus long, actuellement en cours, est de 20 ans. Cette dette relativement jeune est
notamment liée au développement récent des lignes de tramway. Six prêteurs couvrent près de
90 % de l
encours
30
.
Les risques liés aux produits structurés sont surveillés et minimisés. Au 31 décembre
2014, 57 % de la dette était à taux fixe et 43 % à taux variable, dont 8,5 % seulement sous forme
d
emprunts structurés.
En 2012, la CAM a réaménagé un emprunt de 6,37
M€ à taux fixe (
4,42 %) indexé sur
la parité
€/$. Désormais, l’
indexation est assise sur le T4M afin de sécuriser l
encours.
En 2014, un emprunt à taux fixe libellé en francs suisses (CHF) a été réaménagé.
Même s
il n
était pas, pour autant, indexé sur un taux de change, cette opération a permis de
transformer cet emprunt en le libellant en
€, de diminuer son taux fixe (4,60
% contre 4,83 %) et de
conclure un second emprunt à 2,45 % sur 15 ans.
Au 31 décembre 2014, plus de 97 % de l
encours était classé 1A (90 %), 2A et 1B sur
la charte Gissler. Quant aux deux emprunts classés 3E, qui représentaient un encours de 27,8
M€,
selon la collectivité, ils ne présenteraient pas de risque particulier.
29
Données du rapport thématique de la Cour des comptes,
Les finances publiques locales
, octobre 2014, p. 32.
30
La BEI pour 25 %, la Caisse d
épargne pour 17 %, la Caisse française de financement local pour 13 %, la Société générale et la CDC
chacune pour 12 % et le Crédit agricole pour 10 %.
34/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
La CAM n
a pas de produits de couverture de la dette
31
. Jusqu
en 2012, la collectivité
disposait de délibérations cadres autorisant le recours à de tels instruments de couverture. Depuis,
elle déclare privilégier une gestion active de sa dette.
Au final, compte tenu de la nature des emprunts, de la répartition équilibrée entre prêts
à taux fixe et à taux variable ainsi que du niveau moyen des taux assez bas (2,76 % en moyenne
et jusqu
à 1 % pour la CDC et 0,627 % pour la BEI), le risque d
emprunt apparaît maîtrisé au sein
de la CAM.
3.2.3.
Le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
31
La couverture de dette est un système de garantie qui, par le jeu du taux variable d
un emprunt et le taux fixe de l
assurance, peut
permettre de générer des produits et ainsi se protéger des fluctuations de marché. La circulaire du 25 juin 2010 relative aux produits
financiers offerts aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics (NOR : IOCB1015077C) attire l
attention sur les
utilisations spéculatives de ces produits.
Fonds de roulement (au 31 décembre en €)
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
mo yenne
Dotations, réserves et affectations
930 882 903
1 021 894 545
1 118 869 516
1 200 763 552
1 265 957 436
8,0%
+ Droit de l'affectant
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Différences sur réalisations
4 022 536
4 025 831
4 029 601
4 722 332
4 912 680
5,1%
+/- Résultat (fonctionnement)
84 551 997
90 989 639
77 832 429
77 268 153
72 702 865
-3,7%
+ Subventions
344 910 205
368 434 679
409 762 122
411 776 299
413 947 580
4,7%
dont subventions transférables
268 765 307
284 625 063
322 409 925
323 805 631
321 794 097
4,6%
dont subventions non transférables
76 144 898
83 809 616
87 352 197
87 970 668
92 153 482
4,9%
+ Provisions pour risques et charges
1 657 217
2 407 217
3 407 217
4 507 217
5 707 217
36,2%
dont provisions pour R&C sur emprunts
0
0
0
0
0
N.C.
= Ressources propres élargies
1 366 024 857
1 487 751 911
1 613 900 884
1 699 037 553
1 763 227 777
6,6%
+ Dettes financières (hors obligations)
669 332 639
802 636 099
854 764 386
846 285 588
861 970 288
6,5%
+ Emprunts obligataires
0
0
4 900 000
4 900 000
4 900 000
N.C.
= Ressources stables (E)
2 035 357 496
2 290 388 010
2 473 565 269
2 550 223 140
2 630 098 065
6,6%
Immobilisations propres nettes (hors en cours)
691 241 705
710 263 172
755 400 334
818 116 824
925 422 513
7,6%
dont subventions d'équipement versées
54 894 937
63 550 376
75 775 626
95 932 016
125 832 271
23,0%
dont autres immobilisations incorporelles
19 259 957
22 375 275
28 544 032
35 765 334
25 118 683
6,9%
dont immobilisations corporelles
586 336 237
594 678 826
620 262 145
656 664 714
746 263 751
6,2%
dont immobilisations financières
30 750 574
29 658 695
30 818 531
29 754 760
28 207 809
-2,1%
+ Immobilisations en cours
1 043 698 054
1 278 282 234
1 403 370 086
1 423 036 173
1 395 057 379
7,5%
+ Encours de production et travaux stockés
0
0
0
0
0
N.C.
+ Immobilisations nettes concédées, affectées, affermées ou
mises à disposition
277 543 157
277 543 157
277 543 157
277 543 157
277 543 157
0,0%
+ Immo reçues au titre mise à dispo ou affectation
17 947 634
17 947 634
17 947 634
17 947 634
18 666 700
1,3%
+ Immo sous mandats ou pour compte de tiers (hors BA)
21 359
0
0
0
0
-100,0%
+ Charges à répartir et primes de rembment des obligations
0
0
0
0
0
N.C.
= Emplois immobilisés (F)
2 030 451 908
2 284 036 196
2 454 261 211
2 536 643 788
2 616 689 749
6,5%
= Fonds de roulement net global (E-F)
4 905 587
6 351 814
19 304 059
13 579 352
13 408 316
28,6%
en nombre de jours de charges courantes
6,7
8,5
23,5
16,2
15,4
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
35/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Les ressources propres ont évolué au même rythme que les dettes financières, soit
environ + 29 % sur la période. Par ailleurs, la proportion des ressources propres et des dettes
financières au sein des ressources stables est restée globalement équivalente (soit près de 67 %
pour les premières et 33 % pour les secondes).
Quant aux immobilisations propres, elles ont enregistré une croissance continue sur la
période. Plus particulièrement, les subventions d
équipement versées ont progressé de 130 %
entre 2010 et 2014 (de 54,9
M€ à 125,9
M€). Ce point est à rapprocher de l’
analyse des risques
financiers externes présentée ci-après.
Le fonds de roulement net global, différence entre ressources stables et emplois
immobilisés, a augmenté sur la période de plus de 170 % pour s
établir à 13,4
M€ en 2014, soit 15
jours de charges courantes. Eu égard à la taille de la CAM, ce solde n
appelle pas d
observation
particulière dans la mesure où la collectivité bénéficie de crédits de trésorerie infra-annuels (c
est-
à-dire soldés en fin d
exercice) à hauteur de 120
M€ lui permettant d’
assurer sa gestion.
* Présentation en valeur absolue.
** Un solde créditeur (+) diminue le BFR, un solde débiteur (-) l
augmente.
en €
2010
2011
2012
2013
2014
M oyenne
Stocks
0
0
0
0
0
0
+ Redevables et comptes rattachés
5 826 463
4 927 273
12 683 839
9 219 477
8 506 569
8 232 724
Dont redevables
5 142 373
4 026 221
10 077 063
5 348 042
6 487 562
6 216 252
Dont créances irrécouvrables admises par le juge
des comptes
0
0
0
0
0
0
- Encours fournisseurs
19 095 825
13 685 720
29 004 822
25 700 852
23 193 462
22 136 136
Dont fournisseurs d'immobilisations
851 192
407 925
7 852 037
3 930 216
1 358 947
2 880 063
= Besoin en fonds de roulement de gestion
-13 269 362
-8 758 447
-16 320 983
-16 481 376
-14 686 893
-13 903 412
en nombre de jours de charges courantes
-18,1
-11,8
-19,8
-19,6
-16,9
-17
- Dettes et créances sociales
-47 038
-150 903
-187 705
-707 788
347 571
-149 173
- Dettes et créances fiscales
-547 273
-889 946
-2 682 433
-2 165 351
-1 732 473
-1 603 495
- Autres dettes et créances sur Etat et collectivités
(subventions à recevoir, opérations particulières,
charges à payer)
-9 107 151
-6 397 678
15 291 027
-1 490 970
-1 417 668
-624 488
- Autres dettes et créances
5 589 010
9 690 611
24 941 990
26 761 420
26 851 429
18 766 892
Dont dépenses à classer ou régulariser (qui
augmentent le BFR)*
39 046
45 774
83 478
124 349
104 560
79 441
Dont recettes à classer ou régulariser (qui
diminuent le BFR)*
4 462 939
3 943 954
10 900 682
7 680 168
6 802 906
6 758 130
Dont autres comptes créditeurs (dettes
d'exploitation qui diminuent le BFR)*
1 446 160
480 718
1 097 141
1 405 217
1 326 056
1 151 058
Dont autres comptes débiteurs (créances
d'exploitation qui augmentent le BFR)*
8 989 801
4 962 811
3 683 618
5 342 612
1 478 161
4 891 401
Dont compte de rattachement avec les budgets
annexes**
(ici budget annexe de l'assainissement)
1 458 321
2 934 151
10 194 562
14 085 314
14 068 737
8 548 217
Dont compte de rattachement avec le CCAS et la
Caisse des écoles**
0
0
0
0
0
0
= Besoin en fonds de roulement global
-9 156 909
-11 010 531
-53 683 861
-38 878 687
-38 735 752
-30 293 148
en nombre de jours de charges courantes
-12,5
-14,8
-65,3
-46,4
-44,6
* présentation en valeur absolue
** un
36/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Le besoin en fonds de roulement, différence entre les créances et les dettes à court
terme, est resté négatif sur toute la période et a constitué donc une ressource pour la collectivité,
principalement due au budget annexe de l
assainissement ainsi qu
à des recettes à classer
significatives. L
examen de ses composantes souligne la rupture intervenue au cours de l
année
2012 avec une augmentation significative du poste « redevables et comptes rattachés » (environ
160 %), compensée par une progression encore plus importante (en valeur) de l
encours
fournisseurs, qui s
est établi à 29
M€ (soit +
110 %).
Les créances fiscales apparaissent supérieures aux dettes fiscales. Pour l
essentiel, la
CAM a précisé qu
il s
agissait de crédits de TVA en cours d
instruction et d
écritures en cours de
régularisation. Également, le trésorier a fait le choix d
inscrire les écritures de diverses taxes (taxes
foncières ou taxes générales sur les activités polluantes) au compte 447 « Autres impôts, taxes et
versements assimilés ».
En outre, les recettes à classer ou régulariser se sont élevées, en moyenne sur la
période, à 6,7
M€. Bien qu’
effectivement encaissés, ces produits ne sont pas pris en compte dans
le résultat puisqu
ils ne sont pas affectés. Le solde de ce compte est demeuré donc significatif sur
l
ensemble de la période alors qu
il est nécessaire de l
apurer dès que possible par imputation des
recettes concernées à un compte de produit définitif.
La CAM justifie cette situation en invoquant des cessions dont les montants n
ont pas
encore été comptabilisés suite au problème d
imputation dans Hélios précédemment exposé
(biens que la CAM avait acquis dans le cadre de la convention de mandat de la ligne 2 du
tramway, inscrits au compte 23 et non transférés au compte 21).
La trésorerie de fin d
exercice représente la différence entre le fonds de roulement et le
besoin en fonds de roulement. Son niveau au 31 décembre est nettement positif sur l
ensemble de
la période, atteignant un pic de 72,9
M€ en 2012 pour se réduire à 52,1
M€ en 2014.
Ce niveau
équivaut à 60 jours de charges de gestion courante.
La CAM a précisé piloter sa trésorerie selon deux axes : une prévision annuelle (plan
de trésorerie annuel, avec un suivi mensuel et une analyse semestrielle des écarts entre les
prévisions et les réalisations) et une prévision quotidienne, sur la base d
échanges au jour le jour
avec la recette municipale dans le but de parvenir à une trésorerie zéro. Sur la base des
informations ainsi obtenues et de ses anticipations des recettes et dépenses, la CAM tente de
déterminer quotidiennement le montant de la ligne de trésorerie à mobiliser ou à rembourser.
3.3.
Risques financiers externes
Depuis 2003, la CAM a mis en place un dispositif de contrôle de ses partenaires
reposant sur une cartographie des satellites référencés par importance (degré d
implication ou
Trésorerie (au 31 décembre en €)
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Fonds de roulement net global
4 905 587
6 351 814
19 304 059
13 579 352
13 408 316
28,6%
- Besoin en fonds de roulement global
-9 156 909
-11 010 531
-53 683 861
-38 878 687
-38 735 752
43,4%
=Trésorerie nette
14 062 497
17 362 345
72 987 919
52 458 040
52 144 067
38,8%
en nombre de jours de charges courantes
19,2
23,4
88,7
62,5
60,0
Dont trésorerie active
14 045 819
17 362 345
72 987 919
52 458 039
52 144 067
38,8%
Dont trésorerie passive
0
0
0
0
0
N.C.
37/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
degré d
intégration de la CAM vis-à-vis de la structure externe). Ce référentiel permet de
déterminer ses priorités de contrôle. Les risques financiers externes s
articulent autour de trois
axes : l
actionnariat, les partenaires majeurs subventionnés (associations et sociétés) et les
organismes HLM bénéficiant de garanties d
emprunts.
Aux 31 décembre 2013 et 31 décembre 2014, le total des engagements financiers
externes de la CAM s
élevait respectivement à près de 835
M€ et 987 M€ (+
18 %)
répartis comme
suit :
Source : données des annexes des CA 2013 et 2014
Engagements financiers externes au 31 décembre 2013
Montants
globaux
Délégation de service public (concessions et affermages)
71 379 891 €
Détention d'une part du capital
18 197 742 €
Garanties ou cautionnements d'emprunts
677 803 690 €
Subventions de + 70 000 € ou représentant + 50 % des produits du bénéficiaires
67 243 009 €
Total
834 624 332 €
Engagements financiers externes au 31 décembre 2014
Montants
globaux
Délégation de service public (concessions et affermages)
75 721 583 €
Détention d'une part du capital
18 197 742 €
Garanties ou cautionnements d'emprunts
814 510 647 €
Subventions de + de 70 000 € ou représentant + 50 % des produits du bénéficiaire
78 695 096 €
Total
987 125 068 €
38/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
La CAM et son environnement
Source : CAM
39/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Référentiel d
implication ou d
intégration de la CAM
Source : CAM
3.3.1.
L
actionnariat
Le suivi et le contrôle de l
actionnariat de la CAM sont réalisés par des fiches de
gouvernance, des tableaux de bords (notamment financiers) et une participation systématique des
services administratifs aux instances des entreprises publiques locales (EPL) (assemblée générale
ou conseil d
administration). L
actionnariat se présente comme suit :
- neuf entreprises publiques locales pour un capital investi de 18
M€ en 2013 et en
2014 (forte intégration) ;
- cinq sociétés anonymes pour un capital investi de 227 k
€ (faible représentativité)
;
- un office public de l
habitat.
40/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
À titre d
exemple, après clôture des comptes 2013
32
, il ressort de l
analyse de la CAM
que le résultat net comptable de la SAEML Montpellier Events (ex-Enjoy) était déficitaire à hauteur
de 3,3
M€ avec des dettes financières représentant 115
% du montant des capitaux propres.
Concernant la SERM, ce dernier taux dépassait les 400 % et les 4 000 % pour la société
d
aménagement de l
agglomération de Montpellier (SAAM
33
), avec des ratios de productivité et de
rentabilité dégradés. Concernant ces trois exemples, le total des engagements financiers de la
CAM est détaillé comme suit :
Source : données des annexes au CA 2013
Malgré ces indicateurs qu
elle reconnaît fragiles, la CAM considère que le risque
financier induit par ses engagements n
est pas élevé dès lors que la solvabilité générale de ces
sociétés n
est pas en cause. Elle fait valoir notamment l
augmentation de capital dont a bénéficié la
société Montpellier Events en 2015 et les ratios d
endettement importants rencontrés
classiquement dans les sociétés d
aménagement.
32
L’équipe de contrôle ne dispose pas au moment du rapport de l’analyse de la CAM des résultats 2014.
33
La SAAM a notamment en charge les projets d’urbanisme tels la ZAC ODE ou le projet OZ.
Partenaires
Montant de
l'actionnariat
Intégration
de la CAM
Montpellier Events
13 M€
37%
TAM
1,2 M€
27,79%
SERM
1,6 M€
27,61%
SFMA
1 M€
82,64%
SOMIMOM
0,1 M€
42%
BRL
0,024 M€
0,11%
Sous-total
16,924 M€
SAAM
0,9 M€
50,51%
LRAD
0,012 M€
33,24%
Or Aménagement
0,011 M€
3,57%
Sous-total
0,923 M€
17,847 M€
SORIDEC
Aéroport Montpellier
SACICAP
HLM SFHE
SCIC
REPLIC
0,227 M€
HLM
OPHLM
ACM
18,074 M€
SAEML
EPL
ACTIONNARIAT
Total partiel
Total partiel
Source : données extraites des tableaux de bord et du CA 2013 de la CAM
Non renseigné
SA
SA
SPL
TOTAL
Non renseigné
Structure
Nature de l'engagement
Montants
Enjoy
Détention du capital
13 104 059 €
Sous-total
13 104 059 €
Détention du capital
1 627 504 €
Garanties d'emprunts
40 204 965 €
Sous-total
41 832 469 €
Détention du capital
899 000 €
Garanties d'emprunts
8 000 000 €
Sous-total
8 899 000 €
63 835 528 €
Total des exemples
SERM
SAAM
41/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
3.3.2.
Les partenaires majeurs subventionnés
Les partenaires majeurs subventionnés contrôlés par la CAM sont définis comme ceux
recevant annuellement au moins 70 000
€, c
e qui représente 90 % du montant du concours global
alloué par la CAM aux associations. Intervenant principalement dans les domaines sportif et
culturel, ces partenaires représentent :
- dix associations culturelles recevant environ 14
M€ (parmi lesquelles l’
opéra et
l
orchestre national, le festival international de danse, le théâtre des Treize vents et le festival
Radio France) ;
- douze associations sportives (et sociétés liées) pour 9
M€ (M
HRC, MAHB, MHSC,
FISE par exemple) ;
- cinq associations diverses représentant 3,5
M€ (mission locale d’
insertion et office du
tourisme notamment).
Le pôle externe du contrôle de gestion réalise des analyses juridico-financières et
développe des tableaux de bords sur les risques potentiels de ces partenaires.
Le dernier tableau de bord produit par la collectivité (établi à la clôture des comptes
2013) conclut que, sur l
ensemble des partenaires majeurs subventionnés, dix sont considérés
comme ayant une « santé financière critique en raison de fonds propres négatifs» :
Source : tableaux de bord de la CAM
L
analyse de ces données montre que les 2/3 des subventions versées viennent
soutenir des structures considérées par la CAM comme étant en situation critique.
En conclusion, malgré une volonté de parfaire l
utilisation des subventions versées
comme d
améliorer le contrôle et le pilotage de ses partenaires, leur versement n
en constitue pas
moins un risque financier extérieur réel pour la CAM. En effet, une subvention s
entend de toute
contribution financière à une opération initiée et menée par un tiers en conformité avec son objet
social, lorsque cette intervention est justifiée par l
intérêt général. Cependant en l
espèce, les
sommes versées par la CAM relèvent davantage d
un soutien structurel à ses partenaires. Dans
ces conditions, la marge de manœuvre de la CAM semble extrêmement réduite dès lors qu’
en
l
absence de versement, la viabilité de ces associations pourrait être directement compromise.
En réponse, la collectivité a indiqué qu
elle avait essentiellement vocation à s
assurer
de la bonne utilisation, par la structure, de la subvention versée. Dans ces conditions, il est difficile,
Partenaires majeurs
subventionnés
Montant des
subventions
Ratio
de dépendance
Observations
Handball
2,7 M€
32,60%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Hockey sur glace
240 K€
44,40%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Gymnastique
100 K€
33,14%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Waterpolo
350 Ke
39,01%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Athlétisme
100 K€
16,60%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Sports extrêmes
250 K€
26,05%
santé financière critique car fonds propres négatifs + revoir procédure (CRC)
Opéra et orchestre nat.
13,180 M€
58,65%
Région LR en retrait, risque insolvabilité élevé, transformation EPCC suspendue
Cinéma méditerranéen
460 K€
36,88%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Internationales Guitare
100 K€
9,61%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Théatre des 13 vents
750 K€
20,31%
santé financière critique car fonds propres négatifs
Total "à risque"
18 M€
Calcul du ratio
=
(subvention CAM /
produits d'exploitation)
42/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
selon elle, de parler de soutien structurel alors que, dans les faits, les subventions versées ont été
versées conformément à leur objet social. De même, elle indique que seule une analyse
pluriannuelle par la chambre aurait permis de porter le jugement relatif à un tel soutien structurel.
Cet argument n
est pas recevable dès lors que les bilans de ces structures arrêtés au
31 décembre 2013 (données les plus récentes produites par la collectivité) sont le reflet de
l
évolution de leur situation financière jusqu
à cette date. Par ailleurs, seules ont été prises en
compte les données résultant des propres tableaux de bord de la collectivité.
Enfin, bien que la CAM tienne de tels tableaux de suivi, il conviendrait qu
elle exploite
davantage les comptes et rapports d
activité produits pour introduire dans ses conventions les
leviers d
action nécessaires au rétablissement de la situation de la structure, par exemple au
travers de la définition d
objectifs et ce, sans méconnaître le principe de non-immixtion dans la
gestion de cette dernière.
3.3.3.
Les garanties d
emprunts des opérateurs HLM
Les opérateurs HLM dont les emprunts sont garantis sont détaillés ci-après :
Source : CAM
Le pôle du contrôle de gestion externe de la CAM réalise une analyse financière de
chacune de ces structures. En 2014, les analyses ont révélé certaines situations fragiles.
Garanties d'emprunts dans
les structures HLM
Nb logements
en 2010
Garantis
en 2010
Répartition
en 2010
Nb logements
en 2014
Garantis
en 2014
Répartition
en 2014
ACM-OPAC
6 921
311 M€
70,07%
8 539
837,5 M€
69,07%
Hérault Habitat
1 226
22,2 M€
4,99%
2 542
43,2 M€
3,56%
Nv logis méridionnal
381
22,7 M€
5,12%
1 019
54,9 M€
4,53%
FDI Habitat
412
22,5M€
5,08%
839
51,1 M€
4,22%
DOMICIL
152
15,6 M€
3,50%
NR
32 M€
2,64%
ICF sud est méditerranée
292
15 M€
3,37%
497
30,3 M€
2,50%
APEI
25
0,5 M€
0,11%
67
1,8 M€
0,14%
ALPAIM
43
1,2 M€
0,26%
Petites sœurs des P
84
4,6 M€
1,04%
84
4,6 M€
0,38%
GAMMES
18
0,5 M€
0,10%
95
2,4 M€
0,20%
Compagnons de M
40
1,1 M€
0,25%
59
1,4 M€
0,11%
Arche Jean Vannier
13
0,3 M€
0,07%
31
1,2 M€
0,10%
ADAGES
96
2,6 M€
0,59%
136
3,7 M€
0,30%
AVITARELLE
95
0,9 M€
0,20%
95
0,9 M€
0,07%
ERILIA
244
18,9 M€
4,26%
612
45,8 M€
3,78%
SFHE
144
4,3 M€
0,97%
369
23,5 M€
1,94%
L'OUSTAL
16
0,7 M€
0,06%
Mutualité française 34
105
3,1 M€
0,26%
AERS Chauliac Rauzy
NR
27 k€
0,00%
Un toit pour tous
425
37,6 M€
3,10%
Immobilière Méditerranée
93
8,1 M€
0,67%
FDI Promotion
99
11,1 M€
9,20%
FDI SACICAP
28
2,8 M€
0,23%
PROMOLOGIS
212
14,8 M€
1,22%
TOTAL
10 186
443,9 M€
15 962
1,240 Md€
57%
179%
Evolution 2010-2014
43/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
Garanties d
emprunts dans les
structures HLM
Garantis en 2014
Sté Nouveau logis méridional
54,9 M€
Les dettes financières représentaient 74 % du
passif et les charges d
intérêts près de 20 % du
chiffre d
affaires.
FDI Habitat
51,1 M€
Les dettes financières représentaient 77 % du
passif et les charges d
intérêts 22 % du chiffre
d
affaires.
Les petites sœurs des pauvres
4,6 M€
Résultat déficitaire net de 2,7
M€ avec tous les
ratios de gestion fortement dégradés.
Sté Erilia
45,8 M€
Les dettes financières représentaient 71 % du
passif et les charges d
intérêts 18 % du chiffre
d
affaires.
Sté SFHE
23,5 M€
Les dettes financières étaient à hauteur de 73 %
du passif et les charges d
intérêts représentaient
19,2 % du chiffre d
affaires.
Association L
Oustal
0,7 M€
Le déficit était de 57
k€ avec un FDR négatif
(- 396
k€).
Sté Un toit pour tous
37,6 M€
Les dettes financières représentaient 77 % du
passif et les charges d
intérêts 20 % du chiffre
d
affaires.
Sté Immobilière Méditerranée
8,1 M€
Les dettes financières représentaient 74 % du
passif.
FDI Sacicap
2,8 M€
Le déficit était de 41
M€
; pour autant le niveau de
FDR semblait écarter tout risque financier majeur.
Sté Promologis
14,8 M€
Les dettes financières représentaient plus de
70 % du passif.
Total
243,9 M€
Provision à 1 %
2,4 M€
La collectivité considère néanmoins qu
il n
existe aucun risque financier lié à la
situation de ces structures eu égard, notamment, à leur niveau de solvabilité générale
(actif/dettes), nettement supérieur à 100 %. Or, selon elle, en matière de risque relatif aux
garanties d
emprunt, ce ratio apparaît comme le critère de référence. Elle souligne également que
69 % du volume des garanties accordées au titre du logement social concerne l
opérateur ACM.
Si la situation financière globale de la CAM apparaît satisfaisante, ses satellites
représentent toutefois un facteur de risque qui ne peut être négligé. En effet, alors que le stock de
garanties d
emprunt octroyées est généralement évalué autour de la moitié de celui de la dette
propre
34
, celui de la CAM était évalué à plus de 80 % du montant global de sa dette propre en
2013 et jusqu
à 98 % en 2014.
Le poids économique de ces garanties d
emprunt en fait la première forme d
aide aux
organismes extérieurs. La chambre recommande à la CAM de prendre en compte ces risques de
manière objective afin d
optimiser leur maîtrise.
La collectivité a indiqué qu
elle prenait note de cette recommandation qui l
alertait sur
le volume et le poids économique de ces garanties d
emprunt sur son budget.
34
Gestion financière des collectivités territoriales
, Michel Klopfer et Christian Escallier, territorial éditions, 6
ème
éd.
44/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
4.
LES RESSOURCES HUMAINES
Sur la période, deux rapports sur l
état de la collectivité (REC) ont été produits (2011 et
2013), conformément aux dispositions statutaires
35
. Ces données ont été complétées par celles
des comptes administratifs (budget principal et budgets annexes) et des rapports d
activité. La
collectivité a également été invitée à produire des chiffres actualisés.
Au final, même en tenant compte des méthodes d
élaboration différentes de ces
documents, leur étude a révélé une disparité importante entre les informations présentées. La
présentation ci-après synthétise les écarts constatés sur le décompte des effectifs (les tableaux
détaillés figurent en annexe 2) :
ÉTAT DU PERSONNEL (titulaires + non titulaires)
différentiels dans les données
2010
2011
2012
2013
2014
Données issues des rapports d
activité
1 383
1 383
1 409
1 423
1 447
Ecart rapports d
activité et CA
-115
-168
NA
-97
-127
Données issues des comptes administratifs
1 498
1 551
NA
1 520
1 574
Ecart les CA et les REC
53
-34
Données issues des REC
1 498
1 554
Ecart rapports d
activité et REC
-115
-131
Source : données issues des REC, des CA et rapports annuels d
activité de la CAM
Au 31 décembre
2010
2011
2012
2013
2014
Evol°
Titulaires
1 097
1 130
1 144
1 164
1 200
9%
Non titulaires
378
359
412
407
400
6%
Nb total d
agents
1 475
1 489
1 556
1 571
1 600
8%
Source : données issues des réponses de la CAM en cours d
instruction
Différentiels
2010
2011
2012
2013
2014
Écart données CAM et rapports annuels d
activité
92
106
147
148
153
Écart données CAM et CA
-23
-62
NA
51
26
Écart données CAM et REC
-9
17
La principale conséquence dommageable est l
insuffisante fiabilité des informations
présentées aux élus. Or, l
instance décisionnelle doit disposer de données exhaustives et vérifiées
pour fonder ses choix budgétaires en matière de gestion des effectifs et de pilotage de la masse
salariale.
La collectivité s
est déclarée en accord avec cette recommandation et a indiqué qu
à
l
occasion de l
élaboration de son REC 2015, elle ferait évoluer ses outils de suivi afin
d
établir un
bilan social pouvant servir de référence à d
autres documents (notamment ses rapports d
activité).
35
A
rticle 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires de la fonction publique territoriale.
45/138
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
:
Communauté d’agglomération de Montpellier (34)
ROD2 - CA de Montpellier
4.1.
L
évolution des effectifs au cours de la période
La croissance des effectifs des collectivités est un facteur important d
augmentation
des dépenses de rémunération. Le rapport d
octobre 2014 de la Cour des comptes a souligné la
forte croissance des effectifs au sein du bloc communal (+ 26 % de 2000 à 2011). Les pratiques
de recrutement sont au cœur des enjeux des politiques des ressources humaines au premier rang
desquels figure la maîtrise de la masse salariale.
En l
espèce, afin de faciliter l
interprétation des données recueillies et eu égard aux
difficultés de cohérence précitées, l
approche à partir des seuls REC a été favorisée, considérés
comme la source la plus rigoureuse.
La première analyse concerne la répartition des agents selon leur catégorie, leur
statut et leur filière d
emploi.
Par principe, les emplois permanents des collectivités territoriales doivent être occupés
par des fonctionnaires. Le recours aux agents non titulaires doit être exceptionnel et est
strictement encadré. Sur la période, les effectifs de la CAM ont connu une légère progression
(+ 4 %). L
augmentation du nombre de non titulaires a été plus importante que celle des titulaires
(+ 6 % contre + 3 %). Au sein des titulaires, les filières administrative et culturelle se sont partagé
la quasi-intégralité de ces postes supplémentaires. Alors que les nouveaux agents de la filière
administrative sont de catégorie A, la filière culturelle a recruté autant de catégories B que C.
Au sein des non titulaires, les postes permanents ont représenté 55 % des emplois en
2013 ; un glissement vers les emplois non permanents est constaté sur la période puisqu
ils
concernent la majorité des nouveaux non titulaires.
L
évolution du coût de ces non titulaires a suivi la même courbe pour atteindre
800 000
€ par mois à l’
été 2014. Entre 2010 et 2014, les coûts chargés annuels de ces agents ont
progressé de 26 %.
Source : CAM
L
article 3 de la loi du 26 janvier 1984 portant statut de la fonction publique territoriale
précise qu
il est possible de recruter des agents non titulaires sur des emplois non permanents de
manière temporaire afin de faire face à :
-
un accroissement temporaire d
activité, pour une durée maximale de douze mois,
compte tenu, le cas échéant, du renouvellement du contrat, sur une même période de dix-huit
mois consécutifs ;
janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
août
septembre
octobre
novembre
décembre
Cumul
2014
487 263,00 €
512 253,00 €
501 819,00 €
536 643,00 €
602 572,00 €
542 231,00 €
796 144,00 €
790 652,00 €
532 451,00 €
596 011,00 €
628 771,00 €
554 491,00 €
7 081 301,00 €
2013
501 310,00 €
500 786,00 €
518 646,00 €
502 523,00 €
597 175,00 €
510 987,00 €
686 535,00 €
729 325,00 €
490 996,00 €
545 498,00 €
560 468,00 €
494 582,00 €
6 638 831,00 €
2012
431 672,00 €
440 256,00 €
430 614,00 €
452 518,00 €
581 967,00 €
510 774,00 €
737 611,00 €
759 519,00 €
532 206,00 €
502 147,00 €
578 150,00 €
506 839,00 €
6 464 273,00 €
2011
401 698,00 €
398 045,00 €
423 183,00 €
431 201,00 €
524 628,00 €
461 492,00 €
642 474,00 €
700 695,00 €
491 256,00 €
454 311,00 €
555 101,00 €
444 073,00 €
5 928 157,00 €
2010
382 551,00 €
386 765,00 €
409 903,00 €
400 870,00 €
474 205,00 €
444 688,00 €
624 331,00 €
640 687,00 €
467 475,00 €
438 718,00 €
508 234,00 €
443 126,00 €
5 621 553,00 €
Evolution
2010-2014
27%
32%
22%
34%
27%
22%
28%
23%
14%
36%
24%
25%
26%
Coût chargé des agents non titulaires sur postes non permanents