Sort by *
Publications

Publications

Société publique locale d'exploitation de la Tour Eiffel (SETE), Ville de Paris

CRC ÎLE-DE-FRANCE

Le contrôle sur la Société d’exploitation de la Tour Eiffel a été achevé pendant la période légale de réserve électorale prévue par l'article L. 243-6 du code des juridictions financières. Inscrit à l’ordre du jour du conseil de Paris des 23 et 24 juillet 2020 afin que celui-ci puisse en débattre, ce rapport reproduit ci-après est désormais communicable.

La chambre régionale des comptes d’Ile-de-France a contrôlé les comptes et la gestion de la Société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE). Ce contrôle a été mené avant la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Le rapport de la chambre n’en examine pas l’impact sur l’organisme contrôlé.

L’exploitation de la Tour Eiffel, monument emblématique de Paris et de la France, souffre de la longueur des délais d’attente qui provoque l’insatisfaction de ses visiteurs et dégrade son image, également altérée par des fermetures fréquentes. Ainsi, le nombre de visites de la Tour Eiffel a fortement baissé en 2018 et 2019 malgré les bons résultats de la fréquentation touristique en l’Île-de-France.

L’insatisfaction des visiteurs a aussi été accentuée par la hausse des tarifs de 47 % en 2017, qui devait financer la réalisation d’un centre d’accueil. Or, prévue depuis une dizaine d’années pour améliorer les conditions d'attente et de visite, celle-ci a été sans cesse différée. Désormais, l’absence de centre d’accueil rend urgent d’accélérer la vente des billets en ligne avec l’attribution de créneaux horaires.

En fait, dans un contexte social difficile, la hausse des tarifs a servi à financer l’accroissement des effectifs, en l’absence d’efforts de gestion, et la hausse des salaires dont le niveau est pourtant élevé.

La SETE s’est récemment dotée d’un service de contrôle de gestion mais d’importants progrès reste à accomplir en la matière.

La chambre invite la Ville de Paris à s’interroger sur le mode de gestion le plus adapté au monument. La forme juridique de la société publique locale (SPL) lui permet de déléguer la gestion de la Tour Eiffel sans mise en concurrence à condition d’exercer sur la SETE un contrôle analogue à celui qu’elle exerce sur ses propres services, mais ce n’est pas le cas en pratique. De fait, le statut de la SETE, qui la libère des contraintes juridiques et financière du secteur public sans l’exposer aux contrainte commerciales du secteur privé, n’est pas propice à une gestion plus rigoureuse.

À lire aussi

Les autres publications qui pourraient vous intéresser :