Sort by
Publications

Publications

Centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes (Îlle-et-Vilaine)

CRC BRETAGNE

La chambre a rendu public le 27 juin 2018 son rapport d’observations définitives sur la gestion, pour les exercices 2011 et suivants, du centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Implanté sur cinq sites principaux, dans des bâtiments représentant plus de 325 000 m² de surface, le CHU dispose d’environ 700 M€ de produits par an et emploie plus de 7 000 personnels médicaux et non médicaux en équivalent temps plein.

L’évolution de l’activité du CHU est globalement cohérente avec celle de la démographie. En raison de sa position plutôt dominante sur son territoire sanitaire et de sa zone d’attractivité, il dispose d’un statut d’établissement de recours et de référence qui s’avère contraignant, et il se trouve confronté à un vieillissement de la patientèle et à des pathologies lourdes. Il fait face à une concurrence significative du secteur privé, en particulier sur le bassin rennais et notamment en chirurgie.

Les données d’activité sont en amélioration, la productivité et les coûts ne présentent pas de problèmes majeurs, malgré un pilotage interne incomplet et de réelles contraintes immobilières.

La situation financière du CHU ne s’est redressée qu’en apparence : il présente un déficit d’exploitation structurel, qui se dégrade de nouveau depuis 2014.

Malgré des efforts de maîtrise, les dépenses de personnel médical augmentent plus rapidement que l’activité. S’agissant des personnels non médicaux, la chambre a recommandé de rapprocher encore la durée annuelle de temps de travail effectif de la durée réglementaire.

En matière immobilière, le suivi du patrimoine peut être renforcé. La politique de cessions est bénéfique et la gestion des parkings a été améliorée.

Au regard des possibilités financières de l’établissement et de l’évolution constatée de son activité, le plan de financement des investissements et le schéma directeur sont à envisager avec prudence. En particulier, l’établissement s’est engagé dans un projet majeur de reconstruction (578 M€) de toute l’activité MCO sur le site de Pontchaillou. Les hypothèses d’activité et de ressources financières propres sur lesquelles repose le plan de financement du projet apparaissent optimistes, alors que le calendrier et le périmètre sont contraints.

À lire aussi

Les autres publications qui pourraient vous intéresser :