Sort by *
25, rue Paul Bellamy B.P. 14119 Nantes cedex 01 - www.ccomptes.fr
Le présent document, qui a fait
l’objet d’une contradiction avec
les destinataires concernés,
a été délibéré par la chambre le 2 juin 2020.
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
ET SA RÉPONSE
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
(Département de la Vendée)
Exercices 2014 et suivants
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
1
TABLE DES MATIÈRES
SYNTHÈSE
...............................................................................................................................
3
RECOMMANDATIONS
...........................................................................................................
5
INTRODUCTION
......................................................................................................................
6
1
LA COMMUNE ET LA COMMUNAUTE DE COMMUNES
...........................................
7
1.1
Des transferts de compétences
........................................................................................
7
1.1.1 Le suivi des recommandations du précédent rapport
........................................................
7
1.1.2 De nouveaux transferts à réaliser
......................................................................................
8
1.1.3
L’incidence financière des transferts de compétences
......................................................
8
1.2
La mutualisation de services
...........................................................................................
8
1.2.1 Des informations financières insuffisantes
.......................................................................
9
1.2.2 Des incidences financières défavorables aux ressources de la commune
.........................
9
1.2.3 De nouvelles perspectives de mutualisation à examiner
.................................................
10
2
LA QUALITE DE L’INFO
RMATION BUDGETAIRE ET FINANCIERE
.....................
10
2.1
Le débat d’orientation budgétaire
.................................................................................
10
2.1.1 Le respect des délais
.......................................................................................................
11
2.1.2
Les informations présentées lors du débat d’orientation budgétaire
(DOB)
..................
11
2.2
La publicité des informations budgétaires et financières
..............................................
12
2.2.1 La publicité des documents budgétaires et financiers
.....................................................
12
2.2.2 La mise en ligne des comptes rendus des séances du conseil municipal
........................
12
2.2.3 La publication des données essentielles des conventions de subvention
........................
12
2.3
L’exécut
ion budgétaire
.................................................................................................
13
2.3.1 Les réalisations budgétaires
............................................................................................
13
2.3.2 La reprise des restes à réaliser
........................................................................................
14
2.4
La qualité de la production des états annexes
...............................................................
14
2.4.1 Le suivi de la recommandation n°2 du précédent rapport
..............................................
14
2.4.2 Les observations pour la période à compter de 2014
......................................................
14
3
LA FIABILITE DE L’IN
FORMATION COMPTABLE
...................................................
16
3.1
Les informations patrimoniales
.....................................................................................
16
3.1.1
Le rapprochement entre l’inventaire et l’état de l’actif
..................................................
16
3.1.2 Les dotations aux amortissements
..................................................................................
17
3.2
Les cessions d’immobilisations
....................................................................................
18
3.3
Les provisions
...............................................................................................................
19
3.3.1 Des provisions pour gros entretien
.................................................................................
19
3.3.2 Des provisions pour compte épargne-temps (CET)
........................................................
20
3.4
Le rattachement des charges et des produits
.................................................................
21
4
LA SITUATION FINANCIERE
.........................................................................................
21
4.1
Analyse rétrospective
....................................................................................................
22
4.1.1
L’évolution de la situation financ
ière du budget principal
.............................................
22
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
2
4.1.2
La politique de financement des dépenses d’investissement
..........................................
22
4.1.3 La situation bilancielle
....................................................................................................
23
4.1.4
Éléments de comparaison avec d’autres collectivités
.....................................................
24
4.2
Éléments d’analyse prospective
....................................................................................
25
4.2.1
L’apport du débat d’orientation budgétaire pour 2019
...................................................
25
4.2.2 Le budget primitif 2019
..................................................................................................
26
5
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
.............................................................
26
5.1
Le suivi des recommandations du précédent rapport
....................................................
26
5.2
L’évolution des effectifs et des dépenses de personnel
................................................
26
5.2.1
L’évolution des effectifs
.................................................................................................
26
5.2.2
L’évolution des dépenses de personnel
..........................................................................
27
5.2.3
La régie d’avances pour frais de protocole et de rep
résentation de la ville
....................
28
5.3
Observations sur les modalités de recrutement
.............................................................
28
5.3.1 Le suivi de la recommandation n° 4 du précédent contrôle
............................................
28
5.3.2 Observations sur quelques recrutements de collaborateurs
............................................
29
5.4
Le temps de travail
........................................................................................................
30
5.4.1
Dispositions générales du protocole d’accord en vigueur au 1
er
janvier 2019
................
30
5.4.2
Éléments d’appréciation du protocole et de sa mise en œuvre
.......................................
31
5.4.3
Les autorisations d’absence exceptionnelles
..................................................................
33
5.5
Les rémunérations accessoires
......................................................................................
34
5.5.1 La prime annuelle
...........................................................................................................
34
5.5.2 Les rémunérations accessoires servies au personnel de cabinet
.....................................
35
6
OBSERVATIONS COMPLEMENTAIRES SUR DES PRATIQUES DE GESTION
......
35
6.1
Des méthodes et outils pour une gestion plus sécurisée
...............................................
35
6.1.1 Un défaut de procédures dans la gestion quotidienne
.....................................................
35
6.1.2 La gestion du patrimoine immobilier
..............................................................................
35
6.2
Des risques juridiques induits par des conflits d’intérêt potentiels
...............................
37
6.2.1
Un cadre juridique appelant à éviter les risques de conflit d’intérêts
.............................
37
6.2.2 Des op
érations comportant des risques de conflit d’intérêts
..........................................
37
6.3
Les subventions aux associations
..................................................................................
40
6.3.1 Le suivi des recommandations du précédent contrôle
....................................................
40
6.3.2 Le dispositif juridique support au festival « les nuits courtes »
......................................
41
7
LA RESTAURATION COLLECTIVE
..............................................................................
45
ANNEXES
...............................................................................................................................
46
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
3
SYNTHÈSE
Avertissement : l’instruction de ce rapport et la procédure contradictoire se sont déroulées
avant la déclaration de l’état d’urgence sanitaire liée à l’épidémie de Covid
-19 instauré par la
loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 entrée en vigueur le 25 mars 2020. Les possibles incidences
de la crise sanitaire sur les comptes et la gestion la commune de Fontenay-le-Comte
n’ont donc
pu être prises en compte dans les observations qui suivent.
La
commune
de
Fontenay-le-Comte
est
située
entre
trois
grands
pôles
(La Roche-sur-Yon, Niort et La Rochelle). Sous-préfecture du Sud Vendée, sa population de
14 128 habitants, en 2016, en fait la principale ville de la communauté de communes Pays de
Fontenay-Vendée.
Sur la période 2014-2018 sous contrôle, la situation financière de la commune demeure
satisfaisante bien que, notamment,
la dotation globale de fonctionnement versée par l’État et
l’attribution de compensation par la communauté de communes, aien
t diminué de
respectivement 0,9 et 1,47 M€. La baisse tendancielle de l’aut
ofinancement est compensée par
un recours plus important à l’emprunt en fin de période, induisant une hausse de la dette par
habitant. Toutefois, les données de comparaison relativisent le niveau atteint. En matière
fiscale, jusqu’en 2017 également, la sit
uation de la commune est favorable en matière de bases
nettes imposées et de taux. Avec l’augmentation de 16 % du taux de taxe foncière en 2018, la
commune a utilisé pour partie la marge de manœuvre dont elle disposait. Ces constats pris dans
leur ensemble appellent une certaine vigilance.
Cette appréciation de la situation financière s’entend en l’état de la fiabilité des comptes
qui n’apparaît pas encore pleinement acquise. En ce sens, l’inventaire des biens immobiliers est
incomplet, aucune provision n’est constituée et les pratiques en matière d’amortissement sont
perfectibles. La chambre recommande donc de remédier sans délai à ces constats.
La commune, cependant, a tenu compte du précédent rapport de la chambre, ayant
transféré à la communauté de communes, pour tout ou partie, les compétences qui en relèvent.
Ce processus demeure à poursuivre. La création de services communs s’est traduite, compte
tenu également des transferts de compétences, par la réduction sensible de l’attribution de
compensati
on. Faute d’informations suffisantes, le rapprochement entre la diminution des
dépenses et des ressources associées est resté partiel et n’a pu mettre en évidence les économies
attendues. La chambre estime donc que la transparence doit être renforcée.
Concernant la gestion des ressources humaines, la chambre recommande une rigueur
accrue. Pour l’essentiel, le respect de la durée annuelle légale du travail n’est pas garanti, le
régime d’autorisation d’absence est plus favorable que celui de l’État et des irr
égularités sont
constatées en matière de rémunération accessoire et de recrutement.
Par ailleurs, la chambre invite la commune à améliorer les outils de suivi de son
important patrimoine (le seul compte 21 retraçant les immobilisations corporelles atteint
124,8
M€ en 2017). Il peut en effet générer des ressources conséquentes (3 M€ de cessions sont
constatés) mais induire également des dépenses urgentes et massives en l’absence d’entretien
régulier suffisant (par ex. la restauration de l’Église Saint Jean
-Baptiste en 2017).
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
4
Au regard de quelques constats en ce domaine, la chambre recommande à la commune
de mettre en place une politique de prévention des conflits d’intérêt
s.
Le dispositif liant la commune à l’association Fontenay en Scène pour l’organisatio
n du
festival « les nuits courtes » est à sécuriser sur le plan juridique.
Enfin, un
volet s’intégrant à une
enquête des juridictions financières sur la restauration
collective, à vocation nationale, complète ce rapport.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
5
RECOMMANDATIONS
Recommandation n°
1
:
Présenter sys
tématiquement au conseil municipal l’incidence
financière des transferts de compétences et des mutualisations de services, en application
notamment de l’article D. 2312
-3 du code général des collectivités territoriales (CGCT).
Recommandation n°
2
:
Améliorer l’information à
destination des élus et citoyens en
renseignant les annexes du compte administratif conformément à la réglementation (articles
L 2313 1 et R. 2313-3 du CGCT, instruction budgétaire et comptable M14
Tome II, Titre 1,
chapitre 4, point 1.2.1.4).
Recommandation n°
3
:
Fiabi
liser dans les meilleurs délais l’inventaire en cohérence avec les
comptes
de gestion du comptable, en application des dispositions de l’instruction comptable
M14 (tome 2, titre 4, chapitre 3).
Recommandation n°
4 :
Renforcer la fiabilité des comptes notamment en complétant la liste
des biens amortissables (article R. 2321-1 du CGCT) et en constituant des provisions pour gros
entretien ainsi
qu’au titre des comptes épargne
-
temps, dans le respect de l’article R. 2321
-2 du
CGCT et de l’instruction budgétaire et comptable M14.
Recommandation n°
5 :
Garantir l’effectivité de la durée légale annuelle du
temps de travail
(décret n° 2000-
815 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la
fonction publique d’État et dans la magistrature).
Recommandation n°
6 :
Définir et mettre en œuvre une politique de prévention des conflits
d’intérêt (loi n° 2013
-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique et
article L. 1111-1 du CGCT).
Recommandation n°
7 :
Sécuriser l’architecture juridique du dispositif support à l
a réalisation
du festival « Les nuits courtes ».
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
6
INTRODUCTION
PROCÉDURE
La chambre régionale des comptes Pays de la Loire a inscrit à son programme annuel
2018 l’examen de la gestion de la commune de Fontenay
-le-Comte (département de la Vendée)
à compter de
l’exercice 2014
.
L’ouverture du contrôle a été notifiée par courrier du 26 octobre 2018 aux deux
ordonnateurs successifs, M. Jean-Michel Lalère élu maire le 4 avril 2014, à la suite de
M.
Hugues Fourage. L’entretien de début de contrôle s’est tenu le 15 novembre 2018. Le recueil
d’informations et des entretiens complémentaires avec des représentants des
services de la ville
ont suivi. Les entretiens de fin de contrôle organisés avec le maire actuel, le 27 juin 2019 et
l’ancien ordonnateur, le 28 juin 2019 ont clos la période d’instruction. Le rapport d’instruction
a été délibéré le 22 août 2019.
Le rapport d’observations p
rovisoires a été notifié le 25 septembre 2019, à
M. Jean-Michel Lalère, ordonnateur en fonction, et à M. Hugues Fourage,
qui l’a précédé
. Des
extraits ont été notifiés le même jour aux tiers mis en cause c’est
-à-dire des personnes physiques
mais aussi les entités «
Le petit Tonneau », SPEDIDAM ainsi que l’association « Fontenay en
scène ». Le rapport d’observations définitives tient compte des réponses présentée, le cas
échéant. Il a été délibéré le 2 juin 2020.
PRÉSENTATION DE LA COMMUNE
La commune de Fontenay-le-Comte est située à 59 km de La Roche-sur-Yon, à 32 km
de Niort et à 51 km de La Rochelle, soit entre trois grands pôles appartenant au Sud Vendée,
elle est limitrophe de la région Nouvelle Aquitaine. La population est de 14 128 habitants en
2016,
soit 5 % de moins qu’en 2011 selon l’INSEE. La population
fontenaisienne vieillit
sensiblement sur la même période ; la part des 60 ans et plus est de 35,3 % en 2015 soit 4,3 %
en sus, et celle des moins de 45 ans diminue de 4,2 %.
Sous-préfecture de la Vendée, Fontenay-le-Comte fait partie de la communauté de
communes
«
Pays
de
Fontenay-Vendée
»
(établissement
public
de
coopération
intercommunale, EPCI) créée le 1
er
janvier 2017 suite à la fusion des communautés de
communes du Pays de Fontenay-le-Comte et
du Pays de l’Hermenault.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
7
1
LA COMMUNE ET LA COMMUNAUTE DE COMMUNES
1.1
Des transferts de compétences
1.1.1
Le suivi des recommandations du précédent rapport
Recommandation n° 3
La chambre a émis la recommandation suivante à l’issue du précédent contrôle :
« Mettre un terme à l'exercice de compétences, censées être transférées à la communauté de
communes du Pays de Fontenay le Comte, en particulier le développement économique ».
Le transfert à la communauté de communes de la compétence « développement
économique » semble désormais effectif. Le précédent rapport invitait également à « une
clarification de la répartition des compétences, avec un partage des charges de centralité ». Les
accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Graines de soleil et l’Espace juni
ors ont été
transférés à effet du 1er janvier 2019 à la communauté de communes au regard de la compétence
suivante : « gestion et organisation d’accueils de loisirs extrascolaires et des mercredis en
période scolaire ». À l’opposé, si dans le cadre de la compétence optionnelle de l’EPCI, le
transfert de l’école municipale de musique et de danse devrait être effectif en 2020 selon la
commune, l’espace culturel de congrès « René Cassin –
La gare » dont la capacité d’accueil et
les équipements motivent à eux seuls un intérêt extra communal-
n’a pas été transféré. De
même, la crèche multi accueil, malgré la compétence facultative de l’EPCI, n’a pas suscité un
« souhait de prise de compétence » de sa part, selon la commune. La recommandation est donc
partiellemen
t mise en œuvre.
Recommandation n° 7
La chambre a formulé la recommandation suivante : « Rationaliser les critères de
répartition de la gestion des équipements sportifs entre la commune et la communauté de
communes en vue d'assurer une complémentarité efficiente de leurs actions dans le domaine
sportif ».
La communauté de communes est compétente pour la construction, l’entretien et le
fonctionnement d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire. Des équipements
ont donc été transférés en ce sens depuis 2016 selon la commune et pour ce qui la concerne, la
salle Bel Air a été mise à disposition à effet du 1er juillet 2016. La situation du club de football
(VVF) n’a pas évolué contrairement à ce que suggérait la chambre. La recommandation est
don
c partiellement mise en œuvre.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
8
1.1.2
De nouveaux transferts à réaliser
L’arrêté préfectoral n° 2018
-DRCTAJ/3 du 18 novembre 2018 modifie les statuts de la
communauté de communes Pays de Fontenay-Vendée dont elle fixe les compétences à effet du
1er janvier 2019.
Parmi les compétences optionnelles au sens de l’article L. 5214
-16 II du code
général des collectivités territoriales (CGCT), la communauté de communes doit notamment
gérer les « services de centre multi-accueil » ; la situation constatée appelle une régularisation.
Par ailleurs, dans le cadre du contrat de ville, la commune met en œuvre des actions relevant de
« l’économie sociale et solidaire ». La communauté de communes exerce quant à elle, à titre
facultatif selon l’arrêté précité, une compétence intitulée « Politique de la ville : (…) animation
et coordination des dispositifs contractuels (…) d’insertion économique et sociale ; programmes
d’actions définis dans le contrat de ville » et intervient également en faveur de « l’insertion
sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans ». La gestion des actions relevant de
l’insertion économique et sociale pourrait être clarifiée (répartition des rôles plus précise pour
une thématique commune et sans segmentation des bénéficiaires). Enfin, concernant la gestion
des équipements sportifs, la situation du club de football (VVF) pourrait être examinée.
La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la
République (loi NOTRé) attribue, à titre obligatoire, la compétence « assainissement » à la
communauté de communes à compter du 1
er
janvier 2020. La communauté de communes a
délibéré en ce sens le 6 mai 2019 puis la commune le 25 juin suivant.
1.1.3
L
’incidence financière des transferts de compétences
En application de l’article 1609 nonies C du code général des impôts, l’attribution de
compensation versée par la communauté de communes est réduite du montant des charges
résultant des compétences transférées. Leur incidence financière sur les comptes d’exploitation
n’apparaît pas suffisamm
ent lisible dans les documents budgétaires, bien que, au total,
l’attribution de compensation ait diminué entre 2014 et 2018, de 1,47 M€.
Au regard de l’ensemble des observations ci
-dessus, la chambre, relève que ses
recommandations sur la thématique du transfert des compétences ont été globalement suivies
et invite la commune à poursuivre les efforts en ce sens.
1.2
La mutualisation de services
À compter de 2015, la commune et la communauté de communes ont mis en place par
voie conventionnelle des services com
muns en application notamment de l’article L. 5211
-4-2
du CGCT, voie distincte du transfert de compétences (L. 5211-4-1 du même code). Les
directions mutualisées portent sur les domaines des ressources humaines, finances, achats,
systèmes et réseaux informatiques, prospective et optimisation des ressources, études
techniques, marchés publics ainsi que sécurité et prévention. En 2018, les effectifs de l’EPCI et
de la commune, dits mutualisés représentent 38 ETP.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
9
1.2.1
Des informations financières insuffisantes
La
commune et l’EPCI ont signé une charte de la mutualisation de services fonctionnels
pour « développer une culture territoriale partagée » et des « services plus efficients ». Le
remboursement des frais du service mutualisé s’effectue sur la base d’un coût
unitaire de
fonctionnement pour chaque service composé de charges directes et indirectes selon l’article 5
auquel s’applique une clef de répartition. Selon les conventions, seul le coût unitaire est porté
à la connaissance de la commune bien qu’un état ann
uel dédié au remboursement des frais soit
établi. Le plus souvent, un pourcentage répartit le coût unitaire.
La chambre n’a pu accéder aux données déterminant les coûts unitaires ainsi qu’aux
états annuels. À titre de comparaison, les dispositions de l’art
icle D. 5211-16 du CGCT dédiées
au calcul des modalités de remboursement des frais de fonctionnement des services mis à
disposition dans le cadre de l’article L. 5211
-4-1 du CGCT (transfert de compétences) prévoient
outre le coût unitaire, un « état annuel indiquant la liste des recours au service, convertis en
unités de fonctionnement » fondant ainsi une répartition des charges au regard de l’utilisation
réelle des services. Il résulte de l’ensemble des constats ci
-dessus un certain manque de
transparence.
1.2.2
Des incidences financières défavorables aux ressources de la commune
La gratuité de certaines prestations réalisées par les services mutualisés à destination
des autres communes
Le rapport sur l’état de la mutualisation au titre de 2018, précise la répart
ition des
charges afférentes aux services communs entre la commune et l’EPCI et fait état de prestations
réalisées pour les autres communes, sans contrepartie financière (services achats, prospective
et optimisation des ressources, études, marchés publics).
Or, les conventions correspondantes ne prévoient ni la réalisation de prestations pour
les autres communes, ni leur gratuité. L’exécution des conventions n’est pas donc pleinement
conforme à leur objet. Par ailleurs, cette organisation n’est pas cohérente avec le principe d’un
service commun qui suppose que « chaque partie bénéficiaire l’abonde en ressources diverses
(humaines, matérielles, financières), à hauteur de l’usage qu’elle en fait » comme le rappelle le
ministère de l’intérieur (question n° 989
60, Assemblée nationale, publiée au Journal officiel le
16 mai 2017). La commune de Fontenay finance indûment des prestations à destination des
autres communes.
La réduction de l’attribution de compensation
Sur la période 2014-
2018, l’attribution de compensation a été réduite de 1,47 M€ soit
environ un tiers de sa valeur initiale. Ce volant substantiel de ressources doit toutefois être
rapproché des dépenses transférées au titre des compétences mais également de la création de
services communs. Considérant les informations disponibles, il a porté uniquement sur les
dépenses de personnel.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
10
En 2018, le montant total des dépenses des personnels mutualisés atteint 1,67 M€ dont
la quote-part de 59 % résulte des agents de la commune de Fontenay-Le-Comte. Or, comme
l’indique le tableau n°
1 (annexe n° 1), hormis en 2016, le montant supporté par la commune
via l’attribution de compensation est toujours supérieur à celui qu’elle aurait connu en l’absence
de services mutualisés. Pourtant, la nouvelle organisation issue de services mutualisés devrait
être plus efficiente ; le montant porté en atténuation de l’attribution de compensation devrait
être inférieur au coût actuel de fonctionnement des services communaux.
1.2.3
De nouvelles perspectives de mutualisation à examiner
Le rapport sur la mutualisation des services au titre de 2018 ne prévoyait aucune
évolution en 2019. La chambre invite la commune, en lien avec la communauté de communes,
à engager une réflexion complémentaire concernant l’équipe de direction. Par ailleurs
, les
mutualisations pourraient donner lieu à un suivi renforcé sur le plan financier mais aussi en
matière d’activité (volume et qualité des services rendus) sans indicateur de suivi à ce jour.
Au regard de l’ensemble des observations concernant cette pre
mière partie du rapport,
la chambre formule la recommandation suivante :
Recommandation n°
1 : Présenter systématiquement au conseil municipal l’incidence
financière des transferts de compétences et des mutualisations de services, en
application notamment de l’article D. 23
12-3 du code général des collectivités
territoriales (CGCT).
2
LA
QUALITE
DE
L’INFO
RMATION
BUDGETAIRE
ET
FINANCIERE
2.1
Le débat d’orientation budgétaire
Selon l’article L. 2312
-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT), modifié
par la loi n° 2015-991 du 7 août 2015, le maire présente au conseil municipal, dans un délai de
deux mois précédant l'examen du budget, un rapport sur les orientations budgétaires, les
engagements pluriannuels envisagés ainsi que sur la structure et la gestion de la dette. Ce
rapport donne lieu à un débat au conseil municipal.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
11
2.1.1
Le respect des délais
Le tableau n° 2 (annexe n° 2
) retrace à compter de 2014, l’exécution du calendrier
budgétaire. Le
rapport d’orientation budgétaire est présenté conformément à la réglementation.
D
e même, le vote du budget primitif respecte les échéances du CGCT. Depuis l’exercice 2016,
le budget est présenté et voté l’année qui le précède.
2.1.2
Les informations présentées lors du débat d’orientation budgétaire (DOB)
2.1.2.1
Le suivi de la recommandation n°1 du précédent contrôle
La chambre a recommandé de « renforcer les outils de programmation pluriannuelle et
assurer une plus grande transparence des informations qu’ils permettent d'élaborer, dans le
cadre en particulier du débat d'orientation budgétaire ». La ville de Fontenay le Comte a mis en
œuvre cette recommandation dès le DOB pour 2016, en présentant un plan pluriannuel
d’investissement actualisé chaque année et décliné en « catalogue d’investissement » lors du
vote du budget primitif.
2.1.2.2
Observations complémentaires sur les informations présentées
Le présent contrôle a porté plus particulièrement sur le rapport d’orientations
budgétaires (ROB) le plus récent à disposition, soit celui de 2019.
Les informations communiquées aux élus lors du débat d’orientatio
n budgétaire 2019
sont globalement conformes aux dispositions des articles L. 2312-1 et D. 2312-3 du CGCT.
Toutefois, la ville pourrait compléter ou modifier utilement sa présentation :
les
hypothèses retenues en matière d’évolution des tarifs municipaux n’ont pas été précisées
;
le
montant correspondant au GVT n’est pas mentionné ; le budget prévisionnel pourrait donc
être complété et faire état des dépenses non reconduites (comparativement au budget
précédent), de la valorisation des mesures nouvelles (créations de postes) et de l’incidence
des variations des taux de cotisations sociales ;
l
’information
relative à la dette est incomplète. L’encours de dette est établi au 1
er
janvier et
non pas au 31 décembre de sorte que ni la dette contractée ni la perspective au terme de
l’exercice au titre duquel le débat est engagé ne sont connues. De plus, la réglementation
prévoit des informations sur la structure et la gestion de l’encours de dette c
ontractée ainsi
que le profil de l’encours de dette visé par la collectivité ;
les principales évolutions relatives aux relations financières entre la commune et la
communauté de communes ne font pas l’objet de développements spécifiques
. Les
informations communiquées sont,
en l’état
, éparses. Elles ne permettent pas de comprendre
pleinement l’évolution de l’attribution de compensation résultant des transferts de
compétences et de la mutualisation de services.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
12
2.2
La publicité des informations budgétaires et financières
2.2.1
La publicité des documents budgétaires et financiers
Des dispositions législatives et réglementaires (articles L. 2313-1, L. 2121-12 et
R. 2313-
8 du CGCT) précisent, d’une part, les documents de présentation devant être joints en
appui aux budgets, comptes administratifs et projets de délibérations soumis au conseil
municipal devant être accessibles sur le site internet de la commune et, d’autre part, les
modalités de cette mise en ligne.
Le nouveau site internet mis en fonctionnement à effet du 1
er
février 2019 paraît
conforme à l’attendu. La commune a ainsi remédié aux carences de l’ancien site internet (dont
la partie portant sur les documents budgétaires a été créée le 30 novembre 2016), comme le
précise le tableau n° 3 (annexe n° 2).
2.2.2
La mise en ligne des comptes rendus des séances du conseil municipal
L’article L. 2121
-
25 du CGCT dispose : « Dans un délai d’une semaine, le compte
-rendu
de la séance du conseil municipal est affiché à la mairie et mis en ligne sur le site internet de la
commune,
lorsqu’il existe ».
En janvier 2019, quelques comptes rendus sommaires (CRS) faisaient défaut sur
l’ancien site internet, mais le nouveau site dispose de tous les documents attendus.
2.2.3
La publication des données essentielles des conventions de subvention
La loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique prévoit (art. 18)
la publication des données essentielles des conventions de subvention obligatoires dès lors que
leur montant excède 23 000 €. Le décret n° 2017
-77 du 5 mai 2017 pris en application de la loi
précitée dispose que les subventions versées aux associations sont listées annuellement et
publiées par la personne morale de droit public les ayant attribuées, sous forme électronique
(site internet ou tout autre support numérique).
La publicité des décisions accordant subvention donne la possibilité à toute personne
ayant intérêt à agir de former des recours devant les juridictions administratives, comme le
rappelle l’avis n° 428040 du 29 mai 2019 du Conseil d’État.
Or, le site internet de la ville ne comportait en janvier 2019, aucune des données
essentielles pour toutes les subventions supérieures à 23 000 € recensées (cf. tableau n°
4,
annexe n° 2
). À l’invitation de la chambre, la collectivité a remédié à la situation. Les aides e
n
nature font toutefois défaut.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
13
2.3
L’exécution budgétaire
Outre son budget principal, la commune ne gère plus qu’un seul budget annexe, celui
de l’assainissement, depuis 2016 (cf. tableau n°
5, annexe n° 2). En 2018, le budget annexe de
l’assainissement, ne représente qu’une faible part du budget global de la collectivité (3,57 %).
De ce fait, il n’a été intégré ni dans l’appréciation de la qualité de l’information financière et
comptable, ni dans l’examen de la fiabilité des comptes.
2.3.1
Les réalisations budgétaires
2.3.1.1
La section de fonctionnement
Concernant les dépenses et recettes inscrites en section de fonctionnement, les taux de
réalisation budgétaire du budget principal sont importants, avec un taux moyen de 97 % en
dépenses et de 99 % en recettes, charges et produits rattachés inclus (cf. tableau n° 6, annexe
n° 2).
2.3.1.2
La section d’investissement
En ce qui concerne la section d’investissement (cf. tableau n°
7, annexe n° 2), le taux
de réalisation budgétaire en dépenses est satisfaisant sur la période examinée, avec un taux
compris entre 78 % en 2015 et 92 % en 2017 (restes à réaliser inclus), à l’exception de l’année
2014 où le taux n’est que de 64 %. Ce taux faible résulte de crédits annulés pour un montant
total de 3,6 M€, soit 36 % des prévisions des dépenses
d’investissement
,
dont 2,6 M€ en
dépenses d’équipement et 1 M€ au compte 16 emprunts et dettes assimilées. Dans le cadre de
la procédure contradictoire, l
’ordonnateur
alors en fonction a précisé que les crédits annulés
correspondaient à des projets de l’
ancienne majorité non maintenus.
En revanche, l’exécution des recettes d’investissement se traduit par un taux d’exécution
moyen de 66 % (avec les RAR) du fait de taux très faibles constatés en 2015 (39 %) et en 2016
(46 %). Ce constat résulte principalement des crédits annulés au compte 16 chaque année, soit
en totalité (de 2014 à 2016), soit partiellement (en 2017), comme l’indique le tableau n°
8,
annexe n° 2. La part des emprunts annulés représente au total, sur la période 2014 à 2017, 67 %
du montant
total prévu pour ce mode de financement et 31 % de l’ensemble des recettes
prévisionnelles d’investissement.
La collectivité a précisé que les emprunts inscrits au budget primitif sont pour tout ou
partie destinés
à équilibrer la section d’investissement.
Le montant prévisionnel est ajusté au
budget supplémentaire qui prend en compte l’affectation du résultat positif du compte
administratif au titre de l’exercice précédent. Par ailleurs, le montant contracté au final est fixé
selon l’exécution des dépenses.
Ces pratiques visent à remédier aux constats du précédent
rapport de la chambre (réalisation d’emprunts sans un réel besoin de financement externe). La
mise en place des outils de programmation, tels que les autorisations de programme et crédits
de paieme
nt (AP/CP) et un plan pluriannuel d’investissement (PPI) à compter du débat
d’orientation budgétaire 2016 (fin 2015) s’inscrit également en ce sens.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
14
La chambre invite donc la commune à ajuster sa pratique budgétaire en limitant les
prévisions budgétaires
en matière d’emprunts aux seules opérations dont la réalisation est très
probable dans l’année budgétaire, afin de réduire le montant des annulations de crédits au
compte 16.
2.3.2
La reprise des restes à réaliser
Sur l’ensemble de la période, les restes à réaliser, tant en dépenses qu’en recettes
d’investissement, inscrits au compte administratif de la commune de Fontenay
-le-Comte ont
bien été repris dans le budget primitif suivant (pour 2015) ou dans le budget supplémentaire
(pour les années 2014, 2016 à 2018).
2.4
La qualité de la production des états annexes
Les articles L. 2313-1 et L. 2313-1-1 du CGCT complétés par les articles R. 2313-1 à
R. 2313-
7 du même code et par les maquettes de l’instruction comptable M14, précisent les
informations à annexer aux documents budgétaires et aux comptes administratifs.
2.4.1
Le suivi de la recommandation n°2 du précédent rapport
La chambre a recommandé de « Procéder à une tenue plus rigoureuse des états annexés
au compte administratif, afin de favoriser la transparence de l'information, et remédier ainsi aux
nombreuses anomalies constatées (irrégularités au regard des articles L. 2313-1 et R. 2313-3
du CGCT, ainsi que de l’instruction M14) ».
Le contrôle des annexes du compte administratif 2017 a mis en évidence que certaines
d’en
tre elles font encore
défaut et que d’autres sont incomplètes ou erronées. La collectivité n’a
donc pas pleinement respecté la recommandation.
2.4.2
Les observations pour la période à compter de 2014
L’examen du dernier compte administratif à disposition (2017)
a mis à nouveau en
évidence l’absence de plusieurs états ainsi que l’incomplétude et/ou le caractère erroné d’autres
(voir détail au point n°1 de l’
annexe n° 3).
En réponse à l’observation de la chambre sur les annexes, l’ordonnateur alors en
fonction, s’est engagé dans le sens d’une vigilance accrue, « dès le budget primitif 2020 ».
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
15
Les états manquants :
Au total, sept états font totalement défaut. Ils portent notamment sur la ventilation des
dépenses et recettes des services assujettis à la TVA, les charges transférées, les recettes grevées
d’une affectation spéciale ainsi que les contributions directes.
En particulier, l’état C2 relatif aux organismes dans lesquels la collectivité a pris un
engagement financier n’est pas joint alors que, notamment, la commune a recours à des
délégations de service public (DSP) pour le Pôle d’Échange Multi Usage (SOVETOUR
S) ainsi
que pour l’assainissement collectif et qu’elle détient une part du capital de trois sociétés
d’économies mixtes (SEM locale du Pôle Innovation Automobile Sud Vendée, Vendée
Expansion et SAEML Oryon). Dans le prolongement des observations de la chambre dans la
première partie du rapport, l’état C3.6 relatif à l’identification des flux croisés entre la commune
et le groupement à fiscalité propre n’a pas été transmis. Depuis les vérifications de la chambre,
seul l’état C2 a été ajouté en annexe du com
pte administratif 2018.
Les états incomplets ou erronés :
L’état A2.2 relatif à la répartition par nature de la dette fait apparaître des discordances
avec les données enregistrées dans le compte de gestion 2017 du comptable. L’écart global est
de
489 6
42,68 € par rapport au compte de gestion dont –
484 844,48 € au compte 1641 et
4
798,20 € du fait de l’absence du compte 165 sur l’état annexé au compte administratif. Le
capital restant dû au 1
er
janvier 2018 (budget primitif 2018) au compte 1641 est identique à
celui au 31 décembre
2017. L’ordonnateur n’apporte aucune explication sur l’écart de
484
844 € sur l’état de la dette.
L’état B1.7 relatif aux concours attribués à des tiers paraît incomplet après comparaison
du total général de l’état annexé a
u compte administratif avec les données du compte de
gestion ; un écart global de
300 611,16
€ est constaté comparativement aux données
comptables. Par ailleurs, les prestations en nature (aides indirectes) dont bénéficient les
associations n’ont pas été
indiquées sur l’annexe jointe au compte administratif alors même que
les aides indirectes sont valorisées pour les associations sportives et devraient l’être pour les
autres associations. Ce sujet, évoqué au cours de l’instruction, a été suivi d’effet puisque l’état
B1.7 annexé au compte administratif 2018 a bien été complété des prestations en nature pour
les associations bénéficiaires.
Des observations concernent également les annexes portant sur les organismes de
regroupement ainsi que sur les liens entre les budgets.
Considérant qu’une bonne information du conseil municipal est essentielle, ce à quoi
doivent contribuer les annexes, la chambre formule la recommandation suivante :
Recommandation n°
2 : Améliorer l’information à destination des élus et citoyens en
renseignant les annexes du compte administratif conformément à la réglementation
(articles L. 2313-1 et R. 2313-3 du CGCT, instruction budgétaire et comptable M14
Tome II, Titre 1, chapitre 4, point 1.2.1.4).
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
16
3
LA FIABILITE DE L’IN
FORMATION COMPTABLE
L’examen par
la chambre de la fiabilité des comptes a porté sur le budget principal et
les exercices 2014 à 2018, sauf exception.
L’
imputation des immobilisations en cours, et les
opérations à classer ou à régulariser
n’appellent pas d’
observation.
L’attention de la commune
est en revanche
appelée sur les informations patrimoniales, les cessions d’immobilisations, les
provisions ainsi que les rattachements des charges et des produits.
3.1
Les informations patrimoniales
3.1.1
Le rapprochement entre l’inventaire et l’état de l’actif
L'instruction comptable M14 dispose que :
« La responsabilité du suivi des
immobilisations incombe, de manière conjointe, à l’ordonnateur et au comptable.
L’ordonnateur est chargé plus spécifiquement du recensement des biens et de l
eur identification
(…). Le comptable est responsable de leur enregistrement et de leur suivi à l’actif du bilan
(…)
»
. En toute logique, les deux documents doivent correspondre mais des écarts substantiels
ont été constatés. Le précédent rapport de la chambre appelait déjà la collectivité à remédier à
la situation.
Le rapprochement des documents financiers a mis en évidence, à titre principal, des
valeurs d’acquisitions et des amortissements cumulés au 31 décembre 2017 très inférieurs dans
l’inventaire aux montants enregistrés en comptabilité (à hauteur de 4,6 M€ pour les valeurs
d’acquisitions et de 1,5 M€ pour les amortissements cumulés), comme l’indique le tableau n°
11 (annexe n° 3). La collectivité incluant à tort dans son inventaire le compte 4818 « charges à
étaler », les données fournies ont été retraitées. Par ailleurs, comme mentionné dans le précédent
rapport de la chambre, la valeur nette comptable calculée par l’ordonnateur est erronée. Ainsi,
le total général de l’inventaire de la collectivité i
ndique une valeur nette comptable (VNC) au
31 décembre 2017 de 136,03 M€ au lieu de 136,72 M€, soit une différence en moi
ns de 0,69
M€
(cf. tableau n° 12, annexe n° 3).
Dans le cadre de la procédure contradictoire, l’ordonnateur
alors en fonction s’est eng
agé à corriger « dès le budget primitif 2020
», l’erreur de
comptabilisation relevée par la chambre, portant sur le compte 4818.
Dans l’inventaire 2017 de la collectivité, en comparaison aux données de l’état de l’actif
du comptable, il manque 2,7 M€ au compte 21 « Immobilisations corporelles », 1,3 M€ au
compte 23 « Immobilisations en cours » et 0,7 M€ au compte 24 « Immobilisations affectées,
concédées, affermées ou mises à disposition ». Les écarts de l’inventaire sont dus à trois causes
principales selon la collectivité : les cessions partielles, les rejets ou annulations de mandats sur
l’exercice 2015, le remplacement à compter du 1
er
janvier 2015 de son inventaire par l’état de
l’actif du comptable établi au 31 décembre 2014.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
17
Outre que cette dernièr
e opération est inopportune, aucune copie de l’inventaire
remplacé n’a été conservée par la commune ; une perte d’informations en résulte. En ce sens,
la commune indique avoir constaté lors de cessions, l’absence à l’inventaire de biens
immobiliers, acquis depuis plusieurs années. Dans ce contexte, des cessions ont été
comptabilisées au compte 7788 « produits exceptionnels » entre 2016 et 2018 (dont des ventes
de parcelles) au lieu du compte 775 « produits de cessions d’immobilisations » (cf. paragraphe
n° 3.2 et tableau n° 13, annexe n° 3)
, pratique erronée selon la collectivité qui s’est engagée à
la rectifier
. La qualité des comptes patrimoniaux et d’exploitation de l’institution est donc
altérée.
La chambre émet donc la recommandation suivante :
Recommandation n°
3 : Fiabiliser dans les meilleurs délais l’inventaire en cohérence
avec les comptes de gestion du comptable, en application des dispositions de
l’instruction comptable M14 (tome 2, titre 4, chapitre 3).
3.1.2
Les dotations aux amortissements
Les dotations aux amortissements font partie des dépenses obligatoires des communes
de plus de 3 500 habitants, suivant l’article L. 2321 2 du CGCT. Le précédent rapport de la
chambre appelait la commune à remédier à certains constats.
3.1.2.1
Les points restants à améliorer par l’or
donnateur
Une liste des biens amortissables incomplète
La chambre relève que la liste des biens concernés demeure incomplète, les biens
immeubles productifs de revenu comptabilisés au compte 2132 « immeubles de rapport »
n’étant pas mentionnés. Or, la comm
une dispose de onze immeubles de rapport dont quatre
seulement ont fait l’objet d’amortissements sur 15 ans. La collectivité a précisé que les sept
autres n’ont pas été amortis, en application de la délibération du 15 décembre 1995, incomplète.
Le conseil municipal devrait donc délibérer à nouveau afin de compléter la liste des biens
amortissables.
Des pratiques qui s’écartent des règles fixées par délibération
La chambre relève que les durées d’amortissement pratiquées par la commune ne sont
pas toujours c
onformes à la délibération du 16 décembre 2014. Ainsi, à titre d’illustration, parmi
les «
autres agencements et aménagements de terrains »
(compte 2128), deux acquisitions en
2015 n’ont pas fait l’objet d’amortissement, alors que la durée d’amortissement
est de 20 ans
selon la délibération de 2014. De même, concernant les extincteurs enregistrés dans
« autre
matériel et outillage d’incendie et de défense civile »
(compte 21568), sur sept biens enregistrés
à compter de 2015, cinq ont une durée d’amortisseme
nt de 10 ans au lieu de six ans selon la
délibération de 2014.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
18
En application de l’article R. 2321
-1 du CGCT, le conseil municipal a fixé un seuil
unitaire en deçà duquel les immobilisations de peu de valeur, ou dont la consommation est très
rapide, s’amortissent en un an. Ce seuil a été fixé à 500 € TTC par délibération du
12 septembre
2002, repris dans la délibération du 16 décembre 2014. Or, l’inventaire a fait
ressortir que des biens d’un montant inférieur à 500 € (hors logiciels) ont été amortis sur d
es
durées très supérieures à un an.
La commune devra donc veiller à appliquer les règles qu’elle se donne, ce à quoi elle
s’est engagée.
La délibération du 15 décembre 1995 reprenait le barème indicatif issu de l’instruction
M14 pour les immobilisations incorporelles (logiciels) et pour les immobilisations corporelles.
Les durées d’amortissement (minimales et maximales, le plus souvent) ont été alors approuvées
par le conseil municipal qui a également autorisé le maire à fixer les durées effectives par type
d’immobilisation, mais la décision idoine fait défaut.
3.1.2.2
Les points restants à améliorer par le comptable en lien avec l’ordonnateur
Certaines durées d’amortissement portées sur l’état de l’actif du comptable diffèrent de
celles constatées sur l’inventaire
de la commune. Sont notamment concernés les comptes
suivants : 21318 pour une vidéo protection fibre optique de février 2016, 2031
« frais d’études
»
de 2015 à 2017 (10 cas), 2051 pour le logiciel de la cuisine centrale de mai 2017 et 2135
« installations générales, agencements, aménagements des constructions »
pour une acquisition
de juin 2015.
Par ailleurs, la valeur brute d’un terrain synthétique de foot, comptabilisé dans le compte
2128 pour un montant de 778 387,74 € est différente de celle portée sur l’inventaire de la
commune avec un montant de 794 630,94
€. De plus, la durée d’amortissement est nulle au lieu
de 10 ans dans l’inventaire de la commune, ce qui est conforme à la délibération de 2014 pour
un équipement sportif.
3.2
Les cessions d’immobilisa
tions
La vente d’immobilisations donne lieu à plusieurs écritures d’ordre entre les sections
d’investissement et de fonctionnement dont l’objectif est de sortir le bien vendu de l’actif de la
collectivité et de transférer les plus ou moins-values de cessio
n à la section d’investissement.
Le tableau n° 14
de l’annexe n°
3
compare pour chaque exercice l’équivalence entre les charges
et les produits de cession d’actifs. En 2017, un écart de 16 065 € est constaté. Il résulte d’une
régularisation (par mandat au compte 673 et titre au compte 7761) sur une opération de cession
de 2014. L’erreur portait sur la TVA sur marge qui réduit ainsi la plus
-value comptabilisée en
2014.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
19
Par ailleurs, du fait d’un inventaire incomplet, des cessions d’immobilisations ont é
comptabilisées, au compte 7788 « Produits exceptionnels divers » au lieu du compte 775
«
Produits des cessions d’immobilisations », selon la commune. Par la suite, le comptable a
conseillé à la collectivité de recréer l’immobilisation pour procéder à sa
sortie régulière au
compte 775, ce à quoi s’est engagée la collectivité. Si le montant cumulé de ces cessions
(cf. tableau n° 13, annexe n° 3
) s’élève de, 2016 à 2018, à 22 389,12 € ce qui est assez faible,
les constats précités constituent des irrégularités qui entachent la qualité (exhaustivité,
précision) des états comptables. À titre d’illustration, la section d’investissement n’a pas été
renseignée de la sortie du bien, ni des plus ou moins-values de cession.
3.3
Les provisions
En application du principe comptable de prudence, une provision doit être constituée
dès qu’apparaît un risque susceptible d’induire une sortie de liquidités significative. L’article
R. 2321-
2 du CGCT l’impose même dans certains cas, par exemple lors de l’ouverture d’un
contentieux
en première instance. Sur la période examinée, aucune provision n’a été constatée
bien que la chambre ait relevé plusieurs motifs de nature à fonder leur création.
3.3.1
Des provisions pour gros entretien
Aucune provision pour gros entretien n’est constituée. Selon l’instruction comptable
M14 (tome 1), les « provisions pour charges à répartir sur plusieurs exercices » justifiées par
un plan pluriannuel d’entretien, ont vocation à couvrir tout ou partie, par exemple, des travaux
d’entretien des couvertures et tr
aitement des charpentes, des travaux de peinture des façades,
traitement, nettoyage (hors ravalement avec amélioration). Or, le patrimoine de la commune est
important.
L’ordonnateur précise qu’il « privilégie l’intervention annuelle via le compte 615221,
c
e qui revient de fait à un étalement des charges ». Il s’appuie en ce sens sur un document de
suivi établi sur trois ans dont l’exercice budgétaire à venir. Si la gestion du patrimoine justifie
en premier lieu, selon lui, d’identifier les biens susceptibles d’être vendus et donc les moyens à
leur consacrer, la démarche actuelle ne repose pas sur une connaissance exhaustive du
patrimoine immobilier et des dépenses d’entretien à engager pour le maintenir en bon état à
moyen et long terme. De ce fait, la colle
ctivité n’est pas en mesure de déterminer si le montant
des ressources financières consacrées annuellement à leur entretien est suffisant au regard des
besoins actuels et futurs des bâtiments. Des perspectives précises, en matière de dépenses à
venir, permettraient de constituer des provisions en amont de la réalisation possible de risques
et de sorte que les dépenses d’entretien du patrimoine soient lissées sur une période
suffisamment longue et donc plus facilement supportées par les finances locales. La
présentation du budget primitif 2019, et les échanges qui ont suivi, illustrent l’actualité de la
problématique d’une partie du patrimoine tombé en déshérence, nécessitant la mobilisation de
ressources financières nouvelles. La non réalisation de certaines
dépenses d’entretien est
assimilable à un report de charges et la commune est susceptible de faire face à des charges
imprévues, urgentes et importantes.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
20
En réponse aux observations de la chambre, l’ordonnateur
alors en fonction met en avant
que depuis 2014, chaque année, la ville mobilise des moyens importants, pour des travaux de
restauration des églises et l’entretien des couvertures et huisseries des immeubles municipaux,
qui s’inscrivent dans une logique pluriannuelle de préservation du patrimoine.
Cependant, en
l’absence d’une connaissance exhaustive de l’état du patrimoine, il n’est pas
possible de
déterminer le volume de ressources à consacrer à son entretien, de sorte que, au final,
nonobstant la mobilisation de moyens financiers même conséquents,
la collectivité s’expose à
des dépenses imprévues et potentiellement plus élevées.
3.3.2
Des provisions pour compte épargne-temps (CET)
La ville de Fontenay-le-
Comte n’a constitué aucune provision relative aux jours
épargnés par les agents sur leur compte épargne-temps (CET).
Le décret n° 2004-878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction
publique territoriale prévoit l’obligation pour les collectivités et établissements publics locaux
de mettre en place un CET pour leurs agents, mais l’organisation de l’utilisation du CET est
laissée au choix de l’assemblée délibérante qui peut décider d’indemniser les jours épargnés
dans la limite de ce qui se pratique pour les agents de l’État.
Le règlement de la ville en vigueur à compter du 1
er
janvier 2011 ne prévoit pas
l’indemnisation ou la prise en compte au titre du régime de retraite additionnelle
de la fonction
publique (RAFP) des droits épargnés. Ainsi, les jours accumulés doivent être utilisés sous forme
de congés. Un avenant à effet du 1er ja
nvier 2019 prévoit désormais l’indemnisation financière
des droits épargnés au bénéfice des agents quittant la collectivité, au motif de leur retraite pour
cause d’invalidité.
Or, selon l’instruction comptable M14,
« Des provisions sont constituées pour couvrir
les charges afférentes aux jours épargnés sur CET par l’ensemble des personnels. Elles sont
reprises pour couvrir le coût que le service supporte du fait des conditions de consommation
des droits ouverts aux personnels concernés (indemnisation, congés, prise en compte par le
régime de retraite additionnelle de la fonction publique…) ».
Au cas d’espèce, d’une part les jours épargnés peuvent désormais dans certaines
situations donner lieu à indemnisation (retraite pour invalidité) et d’autre part, nono
bstant la
politique des ressources humaines (de non remplacement des collaborateurs pendant la durée
de mobilisation de leur CET), il ne peut être exclu que l’absence d’un agent soit suivie de
dépenses afin de garantir la continuité du fonctionnement d’un
service. En tout état de cause,
les jours inscrits sur les comptes épargne-temps, même non monétisables, constituent un passif
social devant être retracé en comptabilité. Dès lors, quelles que soient les conditions de
consommation des droits ouverts aux personnes concernées, il résulte des jours épargnés un
coût potentiel qui motive la constitution d’une provision en application des dispositions
comptables et réglementaires applicables (article R. 2321-2 du CGCT et instruction M14, Tome
1, titre 1, chapitre 2).
Au 31 décembre 2018, le nombre de jours épargnés par l’ensemble du personnel
représente 477,5 jours et un risque évalué à 39 412,50 €, après revalorisation à compter de 2019
des jours inscrits sur un CET (cf. tableaux n° 15 et 16, annexe n° 3). Un défaut de
provisionnement est donc constaté à cette hauteur au 31 décembre 2018.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
21
Au regard de l’ensemble des ob
servations ci-dessus, la chambre estime que la commune
doit à l’avenir se conformer pleinement au principe de provisionnement des risques.
3.4
Le rattachement des charges et des produits
La procédure de rattachement des charges et des produits résulte du principe
d’indépendance des exercices. Elle a pour finalité de faire apparaître dans le compte de résultat
l’intégralité des charges ayant donné lieu à
service fait au cours d’un exercice, ou des produits
ayant donné lieu à service rendu, même si les pièces comptables correspondantes n’ont pas
encore été reçues ou émises.
Pour la période sous revue, le tableau n° 17 (annexe n° 3) retrace les montants et les
taux de rattachement à l’exercice. Si la commune rattache les charges et produits à recevoir à
l’exercice concerné sur toute la période examinée, elle confirme négliger l
es charges et produits
constatés
d’avance. La chambre invite donc la commune à rem
édier à ce constat.
Considérant l’ensemble des observations ci
-dessus relatives à la fiabilité perfectible des
comptes de la commune, la chambre formule la recommandation suivante :
Recommandation n°
4 : Renforcer la fiabilité des comptes notamment en complétant la
liste des biens amortissables (article R. 2321-1 du CGCT) et en constituant des
provisions pour gros entretien ainsi qu’au titre des comptes épargne
-temps, dans le
respect de l’article R. 2321
-
2 du CGCT et de l’instruction budgétaire et comptable M14.
4
LA SITUATION FINANCIERE
Les développements suivants sont centrés sur le budget principal. Les observations sur
la période 2014 2018 sont issues des tableaux financiers extraits du retraitement de la chambre
(données au 1
er
avril 2019 ; taux d’évolution exprimés,
sauf exception, en variation annuelle
moyenne). Les tableaux supports (n° 18 à 32
) constituent le point n° 1 de l’annexe n°
4.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
22
4.1
Analyse rétrospective
4.1.1
L’évolution de la situation financière du budget principal
La gestion sur la période sous revue est marquée par la réduction significative de la
dotation globale de fonctionnement (0,9 M€) et de l’attribution de compensation (1,47 M€). Par
suite, la difficulté de la gestion tient notamment dans la capacité de la commune à ajuster ses
recettes et dépenses d’exp
loitation.
Le résultat de la section de fonctionnement diminue de 8,2 % sur la période examinée.
Il s’élève à 1,67 M€ en 2014 puis décroît jusqu’à 1,19 M€ en 2018 (soit 29 % de moins au
total). En 2015 et 2017, il est inférieur à 0,86 M€.
Les charges de g
estion diminuent de 0,89 M€ soit 1,5 %, ce qui est insuffisant
comparativement à celle des produits de gestion (1 M€ soit 1,6 %). La diminution des charges
de gestion est la conséquence de moindres dépenses de personnel (0,69 M€) et d’une baisse des
subven
tions de fonctionnement versées (0,25 M€ au total et 0,2 M€ entre 2017 et 2018).
Les ressources fiscales propres (nettes des restitutions) atteignent 8,34 M€ en 2018 soit
1,03 M€ (3,4 %) de plus qu’en 2014, grâce aux impôts locaux (notamment taxes foncièr
es et
d’habitation) : 0,85 M€ en sus soit 3,1 %. Les ressources d’exploitation augmentent quant à
elles de 0,25 M€ soit 4,5 %.
À l’opposé, les ressources institutionnelles et la fiscalité renversée diminuent de
2,19
M€ entre 2018 et 2014. La dotation glob
ale de fonctionnement est inférieure de presque
0,9 M€ en 2018 comparativement à 2014. L’attribution de compensation brute diminue de
1,47
M€ sur la période d’examen. Le fonds de péréquation et de solidarité supérieur de 0,2 M€
atténue le manque à gagner.
Le résultat financier est similaire en 2018 à celui constaté en 2014. La collectivité, a
mobilisé ses ressources propres avant de recourir à nouveau à l’emprunt en 2017 et 2018. Les
charges d’intérêt ont temporairement diminué.
Les ressources de la collect
ivité bénéficient de l’écart favorable des produits et charges
exceptionnels notamment en 2015 (0,56 M€ dont 0,35 M€ de remboursement d’assurance) et
dans une moindre mesure en 2017 (0,18 M€). Cet écart est toutefois inférieur à 50 000 € pour
les autres exercices.
Les dotations aux amortissements des immobilisations sont majorées de 0,29 M€ sur la
période 2014 2018 et déterminent l’augmentation de 0,31 M€ des dotations nettes aux
amortissements.
4.1.2
La politique de financement des dépenses d’investissement
Les
dépenses d’équipement s’élèvent au total à 24,58 M€ sur la période 2014 2018.
Outre les ressources internes (autofinancement), la collectivité a mobilisé des emprunts en fin
de période soit 7,7 M€ au total.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
23
Ces ressources ont été mobilisées notamment pour
les Halles (5,53 M€), la voirie et les
réseaux
(3 M€), la Transfontena
isienne
(2 M€) et l’école Florence Artaud (1,77 M€).
Dans une évolution pluriannuelle défavorable au regard de la diminution du résultat de
la section de fonctionnement de 8,2 %, la cap
acité d’autofinancement (CAF) brute est en 2018
légèrement inférieure au montant atteint en 2014. Elle diminue de 1,7 % sur la période
examinée. En 2015 et 2017, elle n’atteint pas 2 M€ soit
a minima
20 % de moins qu’en 2014.
Or, la CAF nette complétée d
es recettes d’investissement hors emprunt détermine le
financement propre disponible qui représente 65,3 % des dépenses d’équipement en 2018. Ce
ratio décroît sur la période d’examen, s’élevant à 119,4 % en 2014. Hormis en 2016 et 2018, la
commune a complé
té les ressources, issues de l’exploitation, de produits de cession importants
(3,08 M€ au total).
Au regard des dépenses et de subventions d’équipement augmentant sensiblement à
compter de 2016, un besoin de financement important est constaté. Le montant moyen sur la
période 2016-
2018 atteint 2,97 M€ contre 0,49 M€ en moyenne sur les deux exercices
précédents, l’exercice 2015 connaissant déjà un besoin de financement d’environ 1,4 M€. Après
la mobilisation conséquente du fonds de roulement en 2015 et 2016
(le montant cumulé s’élève
à 4,81 M€), la commune a recours à l’emprunt en 2017 et 2018 (7,7 M€ au total). Elle a par
ailleurs procédé en 2017 à une reprise sur excédents capitalisés de 0,6 M€.
L’encours de la dette du budget principal atteint 14 M€ en 201
8 marquant ainsi une
rupture avec les diminutions constatées de 2014 à 2016. La variation annuelle moyenne (VAM)
est de 9,7 % de 2014 à 2018. Par suite, la capacité de désendettement est portée de 3,8 en 2014
à six années en 2018, niveau qui ne paraît pas toutefois excessif.
4.1.3
La situation bilancielle
D’une valeur moyenne de 2,44 M€ sur la période 2014 2015, le fonds de roulement net
global est ensuite négatif (1,36 M€) en 2016. Il diminue de façon importante soit 29,5 % (VAM)
entre 2014 et 2018. En 2017, l
e volume d’emprunts nouveaux excède de 1,98 M€ le besoin de
financement ; le fonds de roulement redevient positif. En 2018, il est inférieur à 0,8 M€ alors
que les ressources stables s’élèvent à 142,28 M€. En nombre de jours de charges courantes, le
fonds de roulement est de 20 en 2018 contre 76,2 en 2014. Sur la période de contrôle, les
emplois immobilisés sont majorés de 20,45 M€ et les ressources stables de 18 M€ ; l’indicateur
est mécaniquement dégradé.
En effet, les emplois immobilisés ont augmenté en
2016 de 10,8 M€. En 2017, une
nouvelle augmentation de 5,3 M€ est constatée, traduisant une politique d’investissement
toujours dynamique. Les projets associés à l’augmentation sensible des immobilisations
corporelles (5,99 M€ en 2016 et 3,54 M€ en 2017) et des immobilisations en cours (8,3 M€ en
sus en 2018 comparativement à 2014) mais aussi l’évolution des subventions d’équipement
versées notamment (1,94 M€ en 2014 augmentant jusqu’à 3,48 M€ en 2018) déterminent au
final une augmentation de 4 % (VAM) de l
’emploi immobilisé.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
24
De l’ensemble des données ci
-dessus découle une trésorerie nette, au 31 décembre de
chaque exercice, en diminution (134,7 jours de charges courantes en 2014, 73,3 jours en 2018)
mais toutefois importante. L’exercice 2016 est un point
bas consécutif à la politique de
financement des investissements (32,9 jours). En toute logique, le montant de la trésorerie au
31 décembre 2017 soit 1,99 M€ doit être rapproché du montant d’emprunt contracté en 2017,
supérieur de 1,98 M€ au besoin de fina
ncement.
Dans le cadre de la procédure contradictoire, la collectivité évoque sa démarche de
réduction de la trésorerie estimée trop forte en 2014 qui l’a conduite, en lien avec les besoins
de financement des investissements, à différer la contractualisation de nouveaux emprunts. La
chambre qui a déjà relevé la diminution de la trésorerie entre 2014 et 2018 (à hauteur de 49 %)
et son volume toujours important en fin de période, attire néanmoins l’attention sur la croissance
constatée au cours des deux derniers exercices examinés.
Au regard de l’ensemble des données examinées, la situation financière de la commune
apparait satisfaisante mais appelle une certaine vigilance.
4.1.4
Éléments de comparaison avec d’autres collectivités
Les données extraites du site du ministère de l
’action et des comptes publics
portent sur
la période 2014-2017 et fournissent des données de comparaison exprimées en euros par
habitant avec les communes de la même strate d’appartenance (10 000 –
20 000 habitants) pour
le budget principal. Les tableaux n° 33 à 38 sont portés en annexe n° 4, point n° 2.
4.1.4.1
Les principaux indicateurs financiers
Il en ressort notamment que les produits de fonctionnement de la commune sont
relativement moins importants en matière de fiscalité locale. Les charges de fonctionnement
sont inférieures aux données moyennes de la strate à l’exception en 2017 des achats et charges
externes de la commune. De ce fait et de façon constante, les ressources d’exploitation propres
à la commune évaluées au moyen de l’excédent brut
de fonctionnement et de la CAF brute sont
inférieures aux données moyennes de la strate. Le constat est moins affirmé en matière de CAF
nette, considérant les données 2014 et 2016, en lien avec le désendettement de la collectivité et
le montant de l’annui
té de la dette, systématiquement inférieur au montant moyen de la strate.
L’encours total de la dette est inférieur aux données moyennes jusqu’en 2016. En 2017,
la valeur de référence est de 893 € par habitant ce qui est légèrement inférieur au montant
(907
€) atteint par la commune de Fontenay
-Le-Comte.
La politique d’investissement de la commune de Fontenay
-Le-Comte en matière de
dépenses d’équipement se traduit par un montant nettement supérieur à compter de 2016 aux
données moyennes de la strate. En 20
17, les dépenses d’équipement représentent 614 € par
habitant contre 300 € par habitant en moyenne pour la strate.
4.1.4.2
La fiscalité locale (bases nettes et taux d’imposition)
Les bases nettes imposées au profit de la commune sont,
à l’exception de celle dédiée
au foncier non bâti, inférieures aux données moyennes de la strate.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
25
Un constat similaire est dressé pour l’ensemble des taux mais essentiellement en matière
de taxe d’habitation. La commune dispose alors d’un levier pour disposer de nouvelles
ressources.
En ce sens, le rapport d’orientation budgétaire pour 2018 a mis en évidence une
épargne nette négative de 329 012
€ toutes choses égales par ailleurs et motivé une
augmentation de 3 % de la taxe foncière. Le montant des recettes attendues s’élève alors à
0,56
M€, déterminant une épargne nette de 229 356 €. Au final, le taux de la taxe foncière sur
les propriétés bâties est porté de 21,84 % à 25,34 % soit une augmentation de 16 % et les
ressources induites atteignent 0,6 M€ en 2018 selon la collectivité.
Dès lors, ce taux devient en
2018, significativement supérieur à la valeur moyenne de la strate (écart de 2,58 %). La
collectivité a donc pour partie utilisé la marge de manœuvre dont elle disposait.
4.2
Éléments d’analyse prospective
4.2.1
L’apport du débat d’orientation budgétaire pour 2019
Dans le cadre du rapport d’orientation budgétaire pour 2019, la collectivité rappelle des
objectifs de la loi de programmation des finances publiques pour la période 2018-2022 dont
l’objectif d’évolution des dépenses réel
les de fonctionnement des collectivités locales fixée à
1,2 % par an, le maintien attendu des concours de l’État aux collectivités locales (dont la
dotation globale de fonctionnement), le dégrèvement accru de la taxe d’habitation en faveur des
ménages neut
ralisé par une prise en charge de l’État et la revalorisation des bases fiscales.
Comparativement au budget 2018, la collectivité prévoyait pour 2019, une faible
évolution des recettes de fonctionnement (- 0,56 %) mais des dépenses réelles de
fonctionnemen
t réduites de 3,3 %. L’effort porte alors sur les charges à caractère général
(0,25
M€), les charges de personnel (0,2 M€) et dans une moindre mesure, les charges de
gestion courante (0,06 M€).
Sur cette base, la collectivité souligne la réduction des recettes réelles de fonctionnement
de 2,5 M€ depuis 2014 et des dépenses réelles de fonctionnement de 0,9 M€. L’épargne brute
est inférieure de 0,62 M€ et l’épargne nette de 0,83 M€ en raison du remboursement du capital
de la dette, accru de 0,2 M€. La perspe
ctive 2020 était meilleure au vu de
l’augmentation de
1,7 % des recettes réelles de fonctionnement et la quasi-stagnation des dépenses réelles. Avec
ces hypothèses, l’épargne nette prévisionnelle
devait atteindre
0,9 M€.
Le plan pluriannuel d’investissement comprend des dépenses d’investissement de
3,5
M€ en 2019 et 1,56 M€ en 2020 ainsi que le recours à l’emprunt à hauteur respectivement
de 0,65 M€ et 0,55 M€. L’endettement de la collectivité serait maximal en 2019 (14 M€) et
s’établirait à 13,5 M€ en 2020
soit environ 2,8 M€ (26,3 %) de plus qu’en 2014. La dette par
habitant (942 €) serait par suite supérieure de 31,2 % à son niveau 2014.
Les données de prospective sont peu développées se limitant à l’exercice 2020 soit la
fin du mandat en cours. Les hypothèses de construction de cette simulation auraient dû être
précisées.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
26
4.2.2
Le budget primitif 2019
Le budget primitif 2019 soumis à la délibération du conseil municipal le
20 décembre 2018 est présenté équilibré à hauteur du budget primitif 2018 ; le montant total
des dépenses et recettes de fonctionnement s’élève à 16,05 M€ contre 15,99 M€ en 2018. Le
financement des dépenses d’investissement comprend notamment des emprunts nouveaux à
hauteur de 0,71 M€ et des produits de cession de 2,43 M€. La collectivité est
ime toutefois que
le volume des emprunts sera réduit, voire annulé, à l’occasion du budget supplémentaire tenant
compte du résultat positif du compte administratif 2018.
Lors de l’instruction, la commune a fourni des informations tendant à confirmer le
caractère plausible des produits de cession qui demeurent toutefois prévisionnels.
5
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
5.1
Le suivi des recommandations du précédent rapport
Recommandation n° 5
La chambre recommandait à la collectivité : « Entamer une réflexion partagée avec la
communauté de communes de Fontenay-le-Comte concernant la confection d'outils de gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences ».
Aucun des documents remis par la collectivité n’étaye la mise en place d’une gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences, malgré une réflexion initiée au début de
l’exercice 2016. La recommandation de la chambre n’a
donc
pas été suivie d’effet.
5.2
L’évolution des effectifs et des dépenses de personnel
5.2.1
L’évolution des effectifs
Il est admis qu’une bo
nne connaissance quantitative des effectifs est cruciale pour
maîtriser les dépenses de personnel. Pourtant, en considération de l’absence de données fiables
pour la période examinée, une estimation a été réalisée en lien avec les services de la
collectivité
; elle a permis à l’exception de l’exercice 2016 de définir un nombre de postes
réellement occupés probant et concordant (cf. annexe n° 5, tableaux n° 39 à 41).
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
27
Des écarts importants apparaissent avec les données du compte administratif, en
particulier en 2014 et en 2016 (respectivement 16,5 et 35,49 postes). Pour ce dernier exercice,
un écart substantiel demeure avec les données actualisées de la direction des ressources
humaines.
Sur la période 2014-2018, le nombre des postes tel que défini a diminué de presque
40 unités (274,5 postes en 2014 et 235 en 2018). La diminution résulte notamment de la
démarche de mutualisation des postes avec la communauté de communes (23 postes concernés).
Des efforts ont donc été réalisés par la collectivité. En ce sens, le procès-verbal de présentation
du compte administratif pour 2016 fait état de départs en retraite et de fins de contrats non
remplacés. La présentation du budget
primitif 2018 évoque la transformation de l’effectif des
17 postes de contrats aidés dont la titularisation de deux d’entre eux, la suppression de six postes
et la transformation de six autres pour accueillir des agents du CCAS réintégrés.
Le précédent rapport de la chambre avait souligné les difficultés alors rencontrées par
la collectivité pour fournir des états fiables. Le contrôle sur la période à compter de 2014 conclut
dans le même sens ; la chambre appelle à nouveau l’attention de la collectivité.
5.2.2
L
’évolution des dépenses de personnel
Sur la période 2014-
2018, les charges totales de personnel du budget général (9,47 M€
en 2014 et 8,78 M€ en 2018) ont diminué de 695 525 € soit 7,3 %. Alors que le montant des
rémunérations du personnel titulaire est qu
asi constant (diminution inférieure à 0,1 M€), celui
des personnels non titulaires (sous contrats de droit public) ainsi que les « autres
rémunérations
» correspondant aux contrats aidés, ont diminué d’environ 414 000 €. Les
charges sociales ont baissé de
219 236 €.
Outre la mutualisation des effectifs qui a permis une réduction des dépenses supportées
par la commune de 853 677 € (selon ses données), d’autres éléments sont relevés. Le rapport
d’orientation budgétaire pour 2019 met en perspective plusieurs
facteurs contributeurs
(cf. annexe n° 5, tableaux n°42 et 4
3) et l’incidence de l’augmentation du point d’indice
(90 000
€ en 2019). En début de période, selon les documents budgétaires de la collectivité, des
dépenses dues au titre des exercices antérieurs ont été régularisées (en 2014, nouvelle
bonification indiciaire :
21 000 €, garantie individuelle du pouvoir d’achat
:
27 500 €, autres :
46
500 € ; en 2016
,
heures supplémentaires pour le fonctionnement de l’espace culturel René
Cassin :
50 000 €). Par ailleurs, l’intégration des agents du CCAS et l’évolution de l’effectif
des contrats aidés ont généré un coût supplémentaire de 174 000 € en 2018. De ce fait
notamment, la rémunération du personnel titulaire est supérieure de 0,25 M€, soit 5 %, au
montant atteint en 2017. Le compte administratif 2016 fait état de départs non suivis de
recrutements ayant une incidence budgétaire à hauteur de 260 000 €.
La chambre invite la commune à procéder à une présentation systématique et mieux
structurée de l’évolution des dépenses de personnel incluant la valorisation du glissement
vieillesse technicité, des augmentations des cotisations sociales, des mesures nouvelles et de la
mutualisation des effectifs.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
28
5.2.3
La régie d’avances pour frais de protocole et de représentation de la ville
Une régie d’avances est instituée à compter du 1er novembre 2015 afin de procéder
isolément au paiement des frais de représentation et de protocole de la ville. Les dépenses
concernées sont les frais de transport, les frais de restauration et d’hébergement ainsi que des
achats de présents protocolaires. Sur la période 2015-
2018, le montant annuel moyen s’élève à
28 590 € (cf. annexe n°
5, tableau n° 44).
Le montant annuel des dépenses n’appelle pas d’observations particulières. En terme de
bonnes pratiques, la chambre invite toutefois la collectivité à :
indiquer sur les factures et tickets le nom des participants aux différents repas dont le prix est
supporté par la commune ;
r
especter l’acte constitutif de la régie qui ne doit supporter que des dépenses conformes à son
objet (constat de l’imputation des frais de déplacement et de formation du directeur général
des services au compte dédié 6532 « indemnités et frais de mission et de formations des
maires, adjoints et conseillers » et hors de représentation et de protocole) ;
ne plus recourir au compte 6256
« Missions »
qui retrace selon l’instruction M14, l’ensemble
des frais exposés à l’occasion de l’envoi en mission d’un agent, dès lors qu’elle n’est pas
conforme à l’objet de la régie.
En réponse aux observations provisoires, l’ordonnateur alors en fonction s’engage, dans
le prolongement de la création de la régie, à améliorer encore les pratiques de la collectivité.
5.3
Observations sur les modalités de recrutement
5.3.1
Le suivi de la recommandation n° 4 du précédent contrôle
Cette recommandation est formulée ainsi : « Étant donné les coûts directs et indirects
engendrés par des situations non maîtrisées, sécuriser les procédures de recrutement pour les
rendre plus respectueuses de la réglementation, et plus performantes ».
L’ordonnateur a communiqué les procédures de recrutement désormais identiques pour
la commune et l’EPCI. Elles sont appliquées
pour les agents de catégorie A et B selon le
directeur général des services (DGS) actuel. L’examen de neuf dossiers permet de conclure
globalement dans le sens du respect de cette procédure mais des observations sont toutefois
relevées ci-dessous.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
29
5.3.2
Observations sur quelques recrutements de collaborateurs
Des discordances entre le profil de poste et le candidat retenu
La chambre relève les incohérences suivantes :
le poste de responsable du pôle urbanisme (catégorie A) est pourvu par un collaborateur de
catégorie C ;
le poste de chargé de mission eau et assainissement est désormais pourvu par un collaborateur
catégorie A (et non plus B) au terme d’un processus de recrutement s’apparentant à une
promotion (changement de grade). Le grade requis pour ce poste semble motivé par des
considérations externes au niveau de qualification requis pour réaliser les missions
attendues ;
le poste de « social média manager » a été pourvu sans publication. Le candidat recruté est
employé avec un statut (catégorie C) ne correspondant pas avec les missions de conception
et de pilotage ou encore avec la sujétion attendue (catégorie A). La commune assure au
lauréat un régime indemnitaire comparable à celui d’un agent d’encadrement supérieur.
Le recrutement irrégulier d’une colla
boratrice de cabinet
Le décret n° 87-1004 du 16 décembre 1987 relatif aux collaborateurs de cabinet des
autorités territoriales précise les modalités de recrutement dont l’inscription préalable de crédits
soumise à la décision de l’organe délibérant (article 3). Cette disposition n’a pas été respectée.
Par ailleurs, la signature du contrat le 9 juin 2014 intervient très largement après la date de prise
de fonctions (le 7 avril de la même année).
Le non-
respect des règles de cumul d’emplois et d’activités
Un agent non titulaire à temps plein été recruté à compter du 1
er
juillet 2014 par la
commune de Fontenay-le-Comte, pour une durée de trois ans renouvelable par reconduction
expresse (art. 5 de son contrat) sur un emploi permanent de cadre informatique. Il a par ailleurs
exercé, en même temps, une activité accessoire à la communauté de communes du Pays de
Fontenay le Comte, pour une durée hebdomadaire de sept heures afin de faire face à un
accroissement temporaire d’activité. Ce contrat d’un an, a été renouvelé jusqu’au 30 juin 2016.
En contravention avec l’article 3 du décret n° 88
-145 du 15 février 1988, le contrat ne
comporte pas en annexe la fiche descriptive du poste vacant ainsi que les certificats de travail
délivrés par les autorités territoriales et leurs établissements publics.
L’exercice pendant deux ans au sein de la communauté de communes afin de satisfaire
un besoin lié à un accroissement temporaire d’activité est irrégulier au regard de l’article 3 de
la loi n° 84-53 qui en limite la durée à 18 mois.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
30
Ni l’intéressé en tant qu’agent non titulaire, ni la commune, ne peuvent se prévaloir des
dispositions du décret n° 91-298 du 20 mars 1991 portant dispositions statutaires applicables
aux fonctionnaires territoriaux nommés dans des emplois permanents à temps non complet. En
tout état de cause, son article 8 dispose que
« la durée totale de service qui en résulte n’excède
pas de plus de 15 % celle afférente à un emploi à temps complet »
;
au cas d’espèce
, la quotité
atteint 20 %.
Une autorisation de cumul a été accordée par le maire de Fontenay-le-Comte en date du
26 juin 2014 au regard de l’emploi de
cet agent au sein de la communauté de communes, mais
elle n’est pas conforme à la réglementation (art. 2 et 3 du décret n° 2007
-658 modifié). Par
ailleurs,
l’agent en cause
a été responsable d’une société de « conseil pour les affaires et conseil
de gestion » qui a cessé d’exister à la date du 31 décembre 2015. Aucune demande n’a été
présentée à la commune de Fontenay-le-
Comte afin d’être autorisé à ex
ercer cette activité de
« conseil », en application du décret n° 2007-658.
Pour conclure, considérant l’ensemble des observations ci
-dessus, la chambre invite la
commune à une plus grande rigueur en matière de recrutement, ce à quoi elle s’est engagée en
réponse aux observations provisoires.
5.4
Le temps de travail
Le conseil municipal a délibéré le 8 novembre 2011 sur un protocole d’accord
« aménagement et réduction du temps de travail » ensuite modifié à cinq reprises, la dernière
fois le 20 décembre 2018.
5.4.1
D
ispositions générales du protocole d’accord en vigueur au 1
er
janvier 2019
Ce protocole définit deux durées annuelles du temps de travail : 1 607 heures
(« formule 1 ») et 1 591 heures (« formule 2 ») pour « le personnel soumis par obligation de
service à des modulations annuelles pour tenir compte de la saisonnalité du travail ». Pour
chacune d’elles, le protocole (article 2) fixe des durées journalières de travail (respectivement
7,16 heures et 7,09 heures). Les heures effectuées au-delà de ces obligations constituent des
«
heures libérées ARTT » susceptibles de « récupération » selon l’article 8, dans un plafond de
126 heures par an soit « 7 heures x 18 jours » (art. 8.1 du protocole). En pratique, un fichier
Excel
mis à disposition des agents permet de s
uivre le nombre d’heures de travail effectuées et
les heures à récupérer.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
31
5.4.2
Éléments d’appréciation du protocole et de sa mise en œuvre
Des congés annuels au-delà des 25 jours réglementaires
Le nombre de congés annuels est de 28,5 jours. Les 3,5 jours extra légaux se composent
de 2 « journées du maire » et de 1,5 jours de « congés spéciaux ARTT ». Si leur octroi appartient
en opportunité à la collectivité, la mise en place des 35 heures a généré des jours ARTT en
nombre (selon les obligations hebdomadaires appliquées).
La durée journalière
La durée journalière est définie afin de tenir compte des jours de congés supplémentaires
accordés ; elle excède donc 7 heures. Elle ne permet pas de respecter la durée légale du temps
de travail fixée à 35 heures hebdomadaires (article 1 du décret n° 2000-815 et article 11 du
décret n° 2001-
623) pour un décompte du temps de travail réalisé « sur la base d’une durée
annuelle de travail effectif de 1 607 heures maximum ». S’il est admis, en général, que l’écart
à la durée légale de 35 heures hebdomadaires détermine le nombre de jours ARTT en vigueur,
cette modalité ne peut être appliquée au cas d’espèce et le protocole en vigueur est en cela
dérogatoire.
Toutefois, le Conseil d’État (décision n° 246771 du 30 juillet 2003), a
ctualisable suite
à la création de la journée de solidarité, a statué ainsi :
« dans l'hypothèse où les agents d'un
service ou d'un établissement public administratif de l'État bénéficiaient antérieurement à
l'entrée en vigueur de ce décret de jours de congés excédant les jours de congés légaux et où
l'administration déciderait de leur conserver cet avantage, il appartient à l'autorité compétente
de définir une organisation des cycles de travail qui concilie cette décision avec le respect de
la durée annuelle de 1 600 heures du temps de travail ; qu'aucune disposition du décret ne fait
obstacle à ce que, dans cette hypothèse, un cycle de travail hebdomadaire excédant trente-cinq
heures soit arrêté »
.
La fixation et le suivi des obligations hebdomadaires
Pourtant, le protocole précité ne fixe pas les cycles hebdomadaires et renvoie aux chefs
de service la validation des plannings annuels de leurs collaborateurs, dans le respect des
horaires d’ouverture des services au public le cas échéant, avec des modulati
ons éventuelles
« sur décision du directeur général des services et du maire » a ajouté la collectivité. Ainsi,
l’organisation des services de la commune n’est pas fixée sur ce point par l’organe délibérant
ce qui paraît pourtant de nature à garantir un traitement égalitaire des agents, soumis à un
ensemble homogène de règles et de pratiques, en cohérence avec les besoins de la collectivité
et de ses usagers.
Le protocole déroge à la réglementation, la compétence générale du conseil municipal
en matière d’o
rganisation du temps de travail (dont les conditions de mise en place des cycles
selon l’art. 4 du décret n° 2001
-
623) n’étant pas respectée. Au surplus, les cycles mis en œuvre
n’ont pas été soumis préalablement au comité technique
-selon la réponse du 9 mai 2019 de la
collectivité- en contravention avec la réglementation.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
32
Le respect de la durée annuelle du travail repose sur le planning prévisionnel élaboré en
concertation entre l’agent et son responsable hiérarchique direct. Sauf absence
, par exemple
pour maladie, la durée prévisionnelle fixée en début d’année est considérée effectuée. La
collectivité ne mesure donc pas la durée de travail effective et de ce fait, elle ne garantit pas que
l’obligation légale
soit respectée. Aucun dispositif (informatisé ou non) ne mesure les écarts
habituellement constatés entre la durée journalière prévue et le temps de travail réellement
effectué.
En réponse aux observations provisoires, la collectivité précise en particulier : « en
aucun cas la durée prévisionnelle f
ixée en début d’année n’est considérée comme effectuée
automatiquement sans contrôle du chef de service/pôle ». Elle ajoute par ailleurs que « la mise
en place d’une badgeuse (…) ne peut garantir une effectivité du travail sans une surveillance
de proximité ».
Il n’est
cependant pas contesté que le dispositif en vigueur ne recense pas les
heures de
départ et d’arrivée des agents donc le temps de travail effectif,
ce qui est
habituellement qualifié
de bonne gestion. Enfin, le cas échéant, l’installation d’un
système de
gestion automatisé complète mais ne se substitue pas à
l’action des chefs de service. La chambre
maintient donc ses observations.
Des dispositions à actualiser ou à compléter
Le même protocole (art. 2) prévoit que certains services sont exonérés de celui-ci mais
ni l’Espace culturel et de congrès « René Cassin –
La gare » ni la police municipale n’ont eu de
régimes spécifiques. En 2015, le conseil municipal a délibéré dans le sens du paiement d’heures
supplémentaires (5 486 soit 3,4 ETP) effectuées et non payées depuis plusieurs années par
l’ensemble du personnel de l’Espace culturel ci
-
dessus pour un montant d’environ 50 000 €. La
collectivité a augmenté depuis, le plafond par agent, de même que pour la police municipale
sans toutefois que le protocole leur soit applicable. En réponse à ces observations provisoires,
la collectivité prévoit d’étendre en décembre 2019, le champ d’application du protocole aux
services précités à l’exception des assistants d’enseignement artistique de l’Ecole municip
ale
de musique et de danse.
L’article 5.1 du protocole prévoit que les horaires d’ouverture du public « sont ceux
figurant dans le livret d’accueil remis au personnel ». Seul le protocole adopté en 2001 les
recensait. Au regard de leur rôle dans l’organisa
tion des services et du temps de travail, le
protocole devrait en toute logique les mentionner, renforçant ainsi leur caractère opposable. Les
plannings individuels organisent « la présence effective suffisante des agents pendant les heures
d’ouverture au public » (art. 6), laquelle n’est pas définie. À titre complémentaire, le protocole
ne fixe pas la durée du temps de pause (art. 7) réputée appliquée à hauteur du minimum légal
selon la collectivité. Dans son ensemble, le protocole a promu une organisation décentralisée
mais sa déclinaison par service (art. 12.1) n’a pas été formalisée.
L’installation d’un comité chargé du suivi et du contrôle de la mise en place de l’ARTT
(art. 13) n’est pas effective. La collectivité n’a pas fourni de documents de synthè
se sur les jours
ARTT générés pour l’ensemble de la collectivité en raison certainement du retraitement à
opérer de l’ensemble des plannings individuels.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
33
En réponse aux observations de la chambre, la collectivité fait également valoir que
depuis les entretiens au cours du contrôle, elle a mis en place « une procédure pour formaliser
les bonnes pratiques concernant le temps de travail » (révision des fichiers types de planning,
mode d’emploi des plannings pour garantir une application uniforme au sein
des services,
recensement des agents et de leur situation statutaire, service par service pour s’assurer d’une
parfaite application du protocole à chaque agent, la formation des chefs de service et des
référents de chaque service pour application)
. Elle s’
est engagée « à moyen terme », à fixer par
délibération du conseil municipal et après avis du comité technique, les cycles de travail tels
qu’actuellement pratiqués, rappeler les horaires des services et définir formellement le temps
de pause fixé actuellement à 20 minutes. La révision ou la refonte du protocole ARTT et la
mise en place d’un dispositif de contrôle, selon ses termes, sont renvoyées à la prochaine
mandature.
Pour conclure, il apparaît que la collectivité a défini et déployé une organisation très
décentralisée, reposant notamment sur une planification annuelle et individualisée du temps de
travail, mais elle ne dispose pas des moyens (humains et informatiques) permettant de procéder
au contrôle systématique des plannings individuels et d’opére
r un pilotage plus global et
centralisé. Cette organisation ne permet pas de garantir que la durée annuelle et légale du travail
est respectée. Outre la révision du protocole pour remédier aux constats précités, l’installation
d’un système de gestion autom
atisé pourrait être étudiée. La chambre formule donc la
recommandation suivante :
Recommandation n°
5 : Garantir l’effectivité de la durée légale annuelle du temps de
travail (décret n° 2000-
815 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail
dans la fonction
publique d’État et dans la magistrature).
5.4.3
Les autorisations d’absence exceptionnelles
Le conseil municipal a fixé la liste des autorisations exceptionnelles d’absence, leur
durée et les modalités de leur sollicitation par les agents auprès de leur responsable.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
34
Le tableau n° 45 (annexe n° 5), met en évidence une conception extensive du dispositif
avec un plus grand nombre de motifs d’absence que dans la fonction publique d’État. Bien que
la circulaire ministérielle DGCL/P4 n° 30 du 30 août 1982 prévoie des modalités similaires à
celles de la fonction publique d’État pour la garde d’enfants, la collectivité a défini un régime
propre, axé principalement sur l’hospitalisation. Par ailleurs, les agents de Fontenay
-le-Comte
peuvent s’absenter en raison de leurs propres besoins « d’examens médicaux et soins
hospitaliers ». Comme l’indique la circulaire du ministère de la fonction publique du
31 mars
2017 relative à l’application des règles en matière de temps de travail dans les trois
versants de la fonction pub
lique, « le chef de service ou l’autorité investie du pouvoir de
nomination est appelé à privilégier le recours aux facilités horaires compensées ou aux jours de
réduction de temps de travail (RTT) quand ils existent », les autorisations spéciales d’absenc
e
accordées ayant une incidence sur le nombre d’heures effectivement travaillées. Grâce à une
analyse partielle (sur 49 agents, services administratifs, techniques et culturels), la collectivité
a quantifié le volume moyen par an des autorisations d’absenc
e exceptionnelles accordées à
hauteur de 1,3 jour par agent. Le seul motif des examens médicaux et soins hospitaliers à subir
par l’agent représente plus de 28 % du nombre total des jours d’absence.
La chambre estime que le dispositif en vigueur dans la commune est plus favorable que
dans la fonction publique d’État et devrait être révisé, ce dont convient la collectivité en réponse
aux observations provisoires.
5.5
Les rémunérations accessoires
5.5.1
La prime annuelle
Le conseil municipal a délibéré le 23 mars 1987
en faveur du versement d’une prime
« annuelle, forfaitaire et non hiérarchisée ». La loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 portant
dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale prévoit expressément
(art. 111) le maintien des avantages ac
quis en matière de rémunération. Si l’antériorité de la
prime est établie, les modalités de sa réactualisation (art. 1) « tous les ans au 1
er
décembre selon
l’évolution de l’indice 100 des traitements de la fonction publique » n’ont pu être précisément
étayées par une délibération préalable à la loi précitée ou encore grâce aux archives de la ville
et du comité des œuvres sociales comme l’a précisé la commune. Or, le Conseil d’État (décision
n° 118653 du 12 avril 1991, commune de Louvres) a jugé illégales les revalorisations de la
prime annuelle selon des modalités qui n’avaient pas été fixées avant l’entrée en vigueur de la
loi. En 2018, le montant total annuel versé s’élève à près de 141 000 €. À titre de simulation, le
nombre de bénéficiaires (246) multip
lié par la valeur de la prime individuelle (434,48 € en
1987) détermine un montant d’environ 107 000 € et par suite un écart s’élevant à 34 000 €. Par
ailleurs, l’antériorité des autres dispositions de la délibération de 1987 n’a pu être vérifiée.
La chambre considère que la collectivité devrait régulariser sa situation en ne versant au
titre de la prime annuelle que le montant initialement défini, sans revalorisation.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
35
5.5.2
Les rémunérations accessoires servies au personnel de cabinet
Le décret n° 87-1004 du 16 décembre 1987 relatif aux collaborateurs de cabinet des
autorités territoriales précise les modalités de fixation de la rémunération (au moyen de la
décision initiale de recrutement, art. 5).
La pratique de la collectivité consiste à prendre des arrêtés accordant des rémunérations
accessoires immédiatement après et souvent en contradiction avec l’arrêté portant recruteme
nt.
C
ette pratique n’est pas conforme avec le décret précité. La chambre invite donc la collectivité
à y remédier.
6
OBSERVATIONS
COMPLEMENTAIRES
SUR
DES
PRATIQUES DE GESTION
6.1
Des méthodes et outils pour une gestion plus sécurisée
6.1.1
Un défaut de procédures dans la gestion quotidienne
À plusieurs reprises, la collectivité a indiqué ne pas disposer de procédures
opérationnelles de gestion à caractère financier (par exemple sur la gestion du patrimoine, la
soumission des biens à l’amortissement, etc.). Il en résulte une certaine fragilité dans la gestion
quotidienne en raison des risques d’oubli de transmission d’informations, de réalisation de
certaines opérations, encore accrus lorsque des collaborateurs expérimentés connaissent une
mobilité. L’adoption par le conseil municipal d’un règlement budgétaire et financier
(obligatoire pour certaines collectivités territoriales) pourrait constituer un socle utile.
6.1.2
La gestion du patrimoine immobilier
6.1.2.1
Mise en perspective des constats en matière de gestion immobilière
L’examen de la fiabilité des comptes a mis en évidence des faiblesses notamment en
matière d’inventaire, d’amortissement des biens immobiliers
et de constitution de provisions
pour gros entretien.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
36
Au-
delà de ces constats, l’incomplétude de l’inventaire minore sensiblement la
connaissance du patrimoine de la commune et donc son contrôle sur une partie de ses
ressources. En ce sens, lors de cessions de biens immobiliers, la direction des finances indique
recourir à d’autres directions afin de recueillir les informations nécessaires. Incidemment, cette
pratique illustre la fragilité du système d’information de la commune en matière de gestion
patrimoniale. Les informations des différentes directions concernées (finances, urbanisme,
technique notamment) ne sont pas regroupées et accessibles via un système d’information
global et partagé. Or, la gestion annuelle et prévisionnelle d’un patrimoine
implique de mettre
en regard des données juridiques (droits de propriété), techniques (vétusté, entretien) et
financières (inventaire, dépenses associées -assurances, petit et gros entretien- mais aussi
valorisation économique du patrimoine dans la perspective de cessions), lesquelles doivent
servir une stratégie immobilière formalisée.
La chambre invite la collectivité à parfaire son système d’information et à formaliser sa
stratégie immobilière dans une logique pluriannuelle.
6.1.2.2
Un projet de cession d’une pa
rcelle insuffisamment préparé
Le conseil municipal a délibéré à plusieurs reprises, dans le sens de la cession de
parcelles (dont une en indivision) et d’un bâtiment, à une société privée. Le prix de cession a
été porté de 600 000 € à 840 000 € en considération, d’une part, du montant estimé des travaux
d’aménagement d’un rond
-
point existant ou de création d’un nouveau afin de favoriser
l’accessibilité commerciale et, d’autre part, de la réalisation de l’opération d’aménagement par
la commune. Enfin, le con
seil municipal a autorisé la société s’étant portée acquéreur à démolir
le bâtiment avant qu’elle
en soit effectivement propriétaire (un nouvel acte notarié étant requis
pour le traitement de l’indivision).
Indépendamment des conditions d’acquisition
alléguées par l
’ordonnateur
alors en
fonction, l
a commune n’a pas été suffisamment prudente à l’occasion de la préparation de cette
cession. L’intérêt public des travaux afférents au rond
-point peut être questionné, quand bien
même le prix de vente de la parcelle serait majoré. En ce sens, le procès-
verbal de l’instance
réunie le 4 octobre 2016, précise que les travaux de démolition sont interrompus, le contexte de
l’indivision non résolue empêchant la vente effective de la parcelle. Autoriser la démolition
avant même que la cession soit effective ne paraît pas respectueux du droit de propriété et
expose la commune à des contentieux.
La chambre estime
qu’à l’avenir la collectivité devrait être plus précautionneuse en vue
de mener à terme ses projets de cession.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
37
6.2
Des risques juridiques induits par des conflits d’intérêt potentiels
6.2.1
Un cadre juridique appelant à éviter les risques de conflit d’intérêt
s
La loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique
dispose (art. 1) : « (…)
les personnes titulaires d'un mandat électif local ainsi que celles chargées
d'une mission de service public exercent leurs fonctions avec dignité, probité et intégrité et
veillent à prévenir ou à faire cesser immédiatement tout conflit d'intérêt » ainsi défini (art. 2) :
« (…) toute situation d'interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui
est de nature à influencer ou à paraître influencer l'exercice indépendant, impartial et objectif
d'une fonction ».
Les trois situations développées ci-
après appellent l’attention de la collectivité sur les
conflits d’intérêt potentiels résultant de comportements d’élus à tout le moins inopportuns, et
susceptibles d’être sanctionnés par les juridictions administratives (par ex. : l’annulation
de
délibérations illégales fondée sur l’art. L. 2131
-11 du CGCT) et/ou judiciaires (par ex. : la prise
illégale d’intérêt en référence à l’art. L. 432
-12 du code pénal). Le tribunal correctionnel de La
Roche-sur-
Yon a statué en premier ressort sur l’une d’
elles.
6.2.2
Des opérations comportant des risques de conflit d’intérêt
s
6.2.2.1
L’attribution du bar convivial des Halles à la société Le Petit Tonneau
Le procès-verbal du conseil municipal du 24 avril 2018, retranscrit des échanges portant
sur la décision du maire d’autoriser l’entreprise SARL « Le Petit Tonneau » à occuper un espace
public situé au sein du marché couvert, pour une activité de débit de boissons et de dégustations
alimentaires. En effet, un conseiller municipal, salarié de la SARL et en lien apparent de parenté
directe avec ses gérants, a présenté le dossier de candidature de la SARL à la commission de
sélection réunie le 19 février 2018, dans le cadre d’une procédure engagée
-selon les
dispositions de l’ordonnance n° 2017
-562 du 19 avril 2017 relative à la propriété des personnes
publiques (article 3) -
pour exploiter l’espace « bar/dégustation » du marché couvert. Au terme
de la procédure de sélection (publicité portant appel à candidatures, examen de l’éligibilité des
candidatures et notation des dossiers après audition), la SARL « le Petit Tonneau » a été choisie.
La décision d’attribution du maire est conforme au classement de la commission.
La commune soutient que
l’élu en cause
a présenté le dossier en sa qualité de salarié de
la SARL. Pour autant,
aucun des documents remis ne l’atteste. Le document de présentation de
la candidature de la SARL prévoit la mise à disposition de
l’intéressé
pour le fonctionnement
du bar convivial. En tout état de cause, les différentes qualités de
l’intéressé
(conseiller
municipal mais aussi salarié et fils des gérants) ne paraissent pas conciliables dans cette
procédure de sélection. En effet, il paraît directement intéressé par une décision prise par le
maire dont il est
un adjoint après qu’un avis a
été rendu par une
commission où siègent d’autres
adjoints. Au surplus, la décision d’attribution porte sur la période du 21 avril 2014 au
21 avril 2021 soit au-delà du mandat politique en cours. Le dossier de candidature de la SARL
« le Petit Tonneau » aurait dû être présenté par une autre personne
. L’élu en cause
, par sa
présence en tant que porteur de la candidature de la SARL est susceptible d’avo
ir influencé
l’avis rendu, or son intérêt personnel n’est pas nécessairement celui de la collectivité.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
38
En réponse aux observat
ions provisoires, l’élu
en cause dont le comportement est
susceptible de générer un conflit d’intérêt
s soutient que,
d’une part
, son statut
n’a pas influencé
la décision de la commissio
n d’attribution et
,
d’autre part
, que
la collectivité n’a pas été lésée
.
Les gérants de la société attributaire de l’autorisation d’occuper l’espace public estiment n’avoir
tiré aucun avantage de la qualité d’élu de leur fils. L’ordonnateur alors en fonction souligne que
l’élu n’était pas membre de la commission municipale ch
argée de la sélection, ce qui, pour la
chambre, aurait constitué une circonstance aggravante mais n’est pas une condition nécessaire
pour induire un risque de conflit d’intérêt
s.
6.2.2.2
L’attribution d’une subvention à l’association Fontenay en Scène
Le conseil m
unicipal, réuni le 26 septembre 2017, a délibéré en faveur de l’attribution
d’une subvention à l’association Fontenay en Scène pour l’organisation de la première édition
du festival « Les nuits courtes ». Le procès-verbal de la réunion fait état de la présence de
l’adjointe à la culture qui est également administratrice de l’association. Ses propos sont
retracés sans qu’il soit possible d’identifier à quel titre
elle
s’exprime, ce qui témoigne d’une
certaine confusion des rôles. Depuis, le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon a statué en
premier ressort, qualifiant puis sanctionnant l’action de l’adjointe en faveur de l’association.
Un appel de ce jugement est actuellement pendant. Quelle
qu’en soit l’issue et au
-delà
de ce cas individuel, se pose un problème de procédure interne relevant de de la collectivité.
Au regard des dispositions législatives et réglementaires susmentionnées, la commune devrait
inscrire dans le règlement intérieur du conseil municipal, l’obligation pour tout élu ou toute
perso
nne présente susceptible d’être intéressée, de quitter la réunion au moment de l’examen
des points dont l’objet la concerne. Par ailleurs, le procès
-verbal ne précise que le nombre et les
noms des conseillers municipaux ayant voté en défaveur du projet de subventionnement de
l’association ; il ne permet pas d’identifier ni l’intégralité des votants ni le sens de leur vote.
Or, l’article L. 2121
-20 du CGCT dispose que les délibérations se prennent à la majorité absolue
des suffrages exprimés dont sont de ce fait exclus les bulletins blancs et abstentions.
Formellement, il ne peut être déduit du nombre de votes défavorables et du nombre de présents
que la majorité absolue des suffrages exprimés est acquise. L’article L. 2121
-21 du CGCT
prévoit quant à lui que
le registre des délibérations comporte « le nom des votants et l’indication
du sens de leur vote » ; ces informations sont donc nécessairement requises. Par ailleurs, au cas
d’espèce, si en début de séance l’administratrice de l’association intéressée a
été invitée à ne
pas prendre part au vote, le procès-verbal ne confirme pas le respect de cette modalité.
L’ensemble de ces constats devrait inciter la commune à adopter une ré
daction plus précise des
procès-verbaux en mentionnant pour chaque délibération, le nombre total de votants, de votes
favorables et défavorables, le nombre d’abstentions s’en déduisant. Ces informations
traduiraient la mise en œuvre des dispositions du règlement intérieur dont l’instance s’est dotée
(article 19) pour le vote à main levée, mode de votation ordinaire par opposition au vote à
bulletin secret.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
39
6.2.2.3
L’opération foncière –
alignement rue du Désert
Dans le procès-verbal du conseil municipal du 14 mars 2017, il apparaît
qu’un
de ses
membres,
« intéressé à l’affaire en objet, se
retire de la salle et ne prend pas part au vote ».
En
effet, le conseil municipal doit se prononcer sur le projet de reprofilage de la rue du désert
impliquant l’acquisition de parcelles à l’euro symbolique et la réalisation de travaux
d’aménagement, qui jusqu’alors étaient à la charge des propriétaires parmi lesquels
le conseiller
municipal en cause
. La part des travaux qui le concernent s’élève à 7 032 €. Si la décision de
quitter la salle est opportune, il apparaît également que
l’élu
est membre de la commission
«
travaux, voirie, éclairage public » qui a selon toute logique préparé l’opération foncière.
La collectivité a précisé qu’elle ne dispose ni de procès
-verbaux ni de compte rendu
pour les différentes commissions de sorte que la chambre n’a pu vér
ifier si
l’élu en cause
a
participé aux travaux préparatoires à la délibération qui le concerne pour partie. Il aurait été
souhaitable que la collectivité soit en mesure d’affirmer à tout le moins en matière
d’organisation, qu’un règlement interne proscrit
une telle situation.
6.2.2.4
Mise en perspective des situations de risque de conflit d’intérêt
S
ur un plan général, sous réserve de l’appréciation des juridictions administratives et
judiciaires, les situations ci-
dessus révèlent des comportements d’élus à tout
le moins
inopportuns.
Depuis la loi n° 2015-
366 du 3 mars 2015 visant à faciliter l’exercice par les élus locaux
de leur mandat, l’article L. 1111
-1-1 du CGCT dispose que
« Les élus locaux (…) exercent leur
mandat dans le respect des principes déontologiques consacrés par la présente charte de l'élu
local »
laquelle attire l’attention sur la poursuite du seul intérêt général,
« à l’exclusion de tout
intérêt qui lui soit personnel » ; « l’élu local veille à prévenir ou faire cesser immédiatement
tout conflit
d’intérêt ».
Il est attendu (article L. 2121-7) que
« Lors de la première réunion du
conseil municipal, immédiatement après l'élection du maire et des adjoints, le maire donne
lecture de la charte de l'élu local prévue à l'article L. 1111-1-1. Le maire remet aux conseillers
municipaux une copie de la charte de l'élu local et du chapitre III du présent titre. »
En réponse aux observations provisoires,
l’ordonnateur alors en fonction reconnaît
l’existence d’un risque. Il ajoute, au cas général, qu’il «
convi
ent d’être particulièrement
vigilant avec [les] potentielles situations de conflits d’intérêt
» et engage la ville à proposer une
formation aux élus à l’issue des élections municipales à venir, sur leurs devoirs et
l’identification des situations de conflits d’intérêt
s. La chambre estime que sa recommandation,
ci-
après, formulée au regard de l’ensemble des observations,
est donc
d’autant plus fondée.
Recommandation n°
6 : Définir et mettre en œuvre une politique de prévention des
conflits d’intérêt
s (loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la
vie publique et art. L. 1111-1- du CGCT).
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
40
6.3
Les subventions aux associations
6.3.1
Le suivi des recommandations du précédent contrôle
Recommandation n° 6
La chambre a recommandé de : « Réviser certaines pratiques conventionnelles avec les
associations à des fins de sécurité juridique, et assurer un suivi plus systématique et rigoureux
de l'usage des subventions accordées ».
La commune a mis en avant plusieurs actions dans le sens de la recommandation. Une
nouvelle maiso
n des associations devrait être ouverte en fin d’année 2019 dont « la vocation, à
terme, est le contrôle de l’intégralité des facilités (subvention ou autres) octroyées aux
associations », selon la collectivité. À ce jour, les subventions aux associations sportives sont
mieux suivies, démarche qui demeure à étendre pour celles destinées aux associations
culturelles. La
mise en œuvre de la recommandation est donc toujours en cours.
Recommandation n° 8
La recommandation est formulée ainsi : « Assurer systématiquement la valorisation des
concours en nature aux associations dans le cadre de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000, et
procéder à une consolidation de l'ensemble des financements, directs (subventions) et indirects
(mise à disposition d'équipement et prise en charge de leurs coûts de fonctionnement), dont
bénéficient les associations sportives ».
Outre le recensement des aides directes et indirectes, le conseil municipal a délibéré le
20 décembre 2018 en faveur de la mise en place dès 2019 d’une convention d’objectifs et de
moyens à destination des associations recevant un montant total d’aides supérieur à 23 000 €.
L’instance ne s’est pas positionnée sur la « convention cadre » à destination des associations
dont l’ensemble des aides est inférieur à 23 000 €. À ce jour, comme indiqué précédemment,
les subventions versées aux associations culturelles se limitent aux aides numéraires. La mise
en œuvre de la recommandation n’est donc pas achevée.
Recommandation n° 9
Cette recommandation est libellée ainsi : « Procéder à une simplification des dispositifs
de versement de subventions aux associations sportives, permettant de renforcer la transparence
des critères suivis, et de mieux les articuler aux objectifs de la politique sportive de la
commune ».
La commune a réduit de 8 à 3 les dispositifs de soutien aux associations sportives
(fonctionnement, haut niveau et exceptionnel), ce qu’illustre la délibération n° 2018
-06-17
portant modification des critères pour le versement de la prime dite « haut niveau ». Cette
délibération renvoie également aux règles applicables au cas général en matière de
subventionnement. La collectivité précise que les aides directes s’élèvent en 2018 à 0,19 M€
contre 0,26 M€ en 2013. La recommandation a donc été suivie.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
41
6.3.2
Le dispositif juridique support au festival « les nuits courtes »
Le conseil municipal a délibéré le 26 septembre 2017 en faveur d’un soutien financier
de 30 000 € à l’association « Fontenay en Scène » pour l’organisation du festival « les nuits
courtes » du 20 au 22 octobre 2017. Une convention est établie à cette fin. Il est précisé que la
ville soutient en collaboration avec la SPEDIDAM (société de perception et de distribution des
droits des artistes interprètes) la première édition de ce festival organisé par l’assoc
iation
précitée et qui s’inscrit dans le dispositif des festivals labellisés Réseau SPEDIDAM.
Dès lors, la question fondamentale posée est bien celle de la pertinence du mode de
gestion choisi.
6.3.2.1
L’éventail des possibles –
réglementation et jurisprudence
L’
article L. 1111-2 du CGCT dispose :
« Les communes, les départements et les régions
règlent par leurs délibérations les affaires de leur compétence. Ils concourent avec l'État à
l'administration et à l'aménagement du territoire, au développement (…) culturel (…) ».
Le
cadre juridique pour la mise en œuvre opérationnelle de la compétence « développement
culturel » renvoie à des modes d’organisation non spécifiques.
En ce sens, le Conseil d’État (décision n° 284736, Commune d’Aix
-en-Provence)
rappelle le principe de liberté de gestion des collectivités et développe des considérants de
principe brièvement synthétisés ci-après :
1-
lorsqu'elles sont responsables d'un service public, les collectivités publiques peuvent
confier la gestion à un tiers et en principe conclure un contrat de délégation de service
public ou, selon les modalités de rémunération, un marché public de service.
« Elles
peuvent toutefois ne pas passer un tel contrat lorsque, (…) le tiers auq
uel elles s'adressent
ne saurait être regardé comme un opérateur sur un marché concurrentiel »
;
2
lorsqu'elles sont responsables d'un service public, des collectivités publiques peuvent
aussi décider d'en assurer directement la gestion, au moyen d’une régie ou d’un organisme
créé à cette fin, à l'objet statutaire exclusif et si elles exercent sur cet organisme un
contrôle comparable à celui qu'elles exercent sur leurs propres services ;
3
par ailleurs, lorsqu'une personne privée exerce, sous sa responsabilité et sans qu'une
personne publique en détermine le contenu, une activité dont elle a pris l'initiative, celle-
ci peut
« se voir reconnaître un caractère de service public, alors même qu'elle n'a fait
l'objet d'aucun contrat de délégation de service public procédant à sa dévolution, si une
personne publique, en raison de l'intérêt général qui s'y attache et de l'importance qu'elle
revêt à ses yeux, exerce un droit de regard sur son organisation et, le cas échéant, lui
accorde, dès lors qu'aucune règle ni aucun principe n'y font obstacle, des financements »
.
6.3.2.2
Éléments d’appréciation
sur
l’organisation fontenaisienne
Le tableau (n° 46, annexe n° 6
) compare la situation examinée par le Conseil d’État avec
l’organisation constatée à Fontenay
-le-Comte. Les considérants de principe constituent les
critères d’analyse dont les observations suivantes résultent.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
42
L’absence de service public culturel et de dévolution de mission de service public
Sous réserve de l’appréciation du juge administratif, il ne peut être consid
éré que la
commune ou les autres collectivités contributrices aient décidé de faire du festival « les nuits
courtes », un service public culturel.
Il apparaît également que l’association « Fontenay en Scène », personne privée, exerce
sous sa responsabilit
é propre et sans qu’une personne publique en détermine le contenu, une
activité dont elle a pris l’initiative pour reprendre le 3ème considérant de la décision du Conseil
d’État. Elle ne peut donc, en tout état de cause, être regardée comme bénéficiant de la part d’une
personne publique, de la dévolution d’une mission de service public.
En l’absence de contrôle –tel qu’apprécié ci
-dessus- ou de droit de regard sur son
organisation, il ne semble guère envisageable de reconnaître à l’activité de l’associatio
n un
caractère de service public. Compte tenu de son objet statutaire (non exclusif), de ses modalités
d’organisation (non liées explicitement aux collectivités et sans contrôle comparable à un de
leurs services) ainsi que de son financement (émanant partiellement seulement des collectivités
publiques), l’activité de l’association ne saurait pas plus être qualifiée de service public
administratif. Les possibilités offertes par les considérants 2 et 3 sont ainsi écartées.
L’association Fontenay en Scène et la qualification d’opérateur sur marché
concurrentiel
Si la création de ce festival comble certainement un besoin de la population locale - des
jeunes notamment - le bilan des actions de communication 2017 met en évidence une campagne
de communication importante, multi supports (flyers, affichages, insertions papier, web,
publicité radio), dépassant très largement le contexte local. L’article de presse reproduit évoque
« un nouveau festival d’envergure nationale ». La finalité culturelle
- prise dans une conception
large - épouse alors strictement le domaine du spectacle et ne semble guère relever de la sphère
locale. En ce sens, lors de la réunion du conseil municipal
l’adjointe à la culture et
administratrice de l’association
précise : « si nous n’avions p
as saisi la balle au bond, le festival
se faisait mais ailleurs ». L’association « Fontenay en Scène », bien que la SPEDIDAM soit
plus fréquemment citée, apparaît ainsi comme un opérateur ou un promoteur de spectacles dont
la commune a décidé de saisir la proposition : « il est rare de voir un acteur qui apporte un projet
et mette sur la table 225 000 € pour créer un nouveau festival » selon l’élue. Le recours à des
associations locales aurait également renforcé cette dimension du projet.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
43
Selon le document de présentation « festival de Fontenay, 1
ère
édition », une équipe de
production de la SPEDIDAM accompagne chaque association locale. Le budget réalisé 2017
met en évidence, que les recettes issues du festival (billetterie, bar, etc..) représentent 32 % du
montant total des produits (0,53 M€), l’apport (« subventions organismes professionnels ») de
la SPEDIDAM, 42 % et les subventions publiques 23 %. En 2018, la part des recettes issues du
festival s’élève à plus de 43 %. Parmi les charges inscrites dan
s les budgets réalisés, certaines
sont induites par les prestations des artistes (48 %), le recours à des personnels et moyens
techniques (17 %), des charges de fonctionnement (14 %) dont salaires bruts production,
prestation AJAP (non explicitée).
Quant
à la convention cadre (pour 2017 et 2018), l’engagement de l’association vis
-à-
vis de la commune porte sur une prestation comprenant la préparation du festival, l’organisation
générale et logistique, la rémunération de tous les intervenants ainsi que la réalisation de tous
les dossiers et documents relatifs à la sécurité et à l’accessibilité du festival. Le versement de la
subvention n’est prévu qu’à l’issue de la manifestation. La convention signée en 2018 prévoit
un versement à hauteur de 75 % dès sa noti
fication à l’association.
Pour conclure, il ne peut être exclu que l’association « Fontenay en Scène » puisse être
considérée comme un opérateur économique, écartant ainsi la dernière possibilité offerte par le
premier considérant de la décision du Consei
l d’État. Par ailleurs, l’article 9
-1 de la loi
n° 2000-321 du 12 avril 2000 rappelle que les actions, projets ou activités liés à une subvention
sont initiés, définis et mis en œuvre par les organismes de droit privé bénéficiaires, et que « ces
contributions ne peuvent constituer la rémunération de prestations individualisées répondant
aux besoins des autorités ou organismes qui les accordent ».
Au regard de l’ensemble des observations ci
-dessus, le montage auquel la commune
recourt pour l’organisation du
festival « les nuits courtes » ne correspond à aucune des situations
envisagées par le Conseil d’État, pour ce qui relève de l’intervention d’une association, mode
de gestion choisi par la commune. L’absence de contrôle ou de droit de regard sur l’associat
ion
apparaît comme un trait particulièrement saillant. Au final, le dispositif mis en place par la
commune de Fontenay-le-Comte paraît inapproprié et appelle des ajustements.
Au terme de la procédure contradictoire, à titre liminaire, la chambre constate que
l’association « Fontenay en Scène » n’a pas accusé réception des envois d’extraits du rapport,
à son attention.
La SPEDIDAM a, pour sa part, rappelé
les fonctions et les missions qu’el
le exerce de
par la législation, bien que le rapport ne les conteste pas. En effet, la chambre interroge
essentiellement
le lien entre la collectivité et l’association
Fontenay en Scène, au regard de
principes généraux de fonctionnement des entités publiques.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
44
La commune de Fontenay le Comte, quant à elle,
malgré l’appui de
jurisprudences de
la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE), ne démontre pas que
l’activité de
l’association est distincte de celle d’un opérateur économique
. Tirant par ailleurs parti de la
rédaction de la chambre sur la cré
ation d’un festival comblant certainement un besoin de la
population locale, la collectivité en déduit l’absence d’initiatives privées, donc de secteur
concurrentiel et par suite d’obligations de mise en concurrence.
En tout état de cause, la
chambre maintient que
l’objet de l’association (« la production d’évènements musicaux
(festivals, concerts, master class, ateliers pédagogiques) ») ou encore la prestation prévue dans
la convention cadre pourraient relever d’opérateurs du secteur privé lucratif. Or, il
ne peut être
déduit de l’absence d’opérateurs locaux, le cas échéant, en mesure de mobiliser des
professionnels de dimension internationale notamment, l’absence de secteur concurrentiel. La
« gratuité » du festival, ne paraît pas établie au vu des recettes générées et les subventions
importantes versées.
Puisque le premier considérant de la décision précitée du Conseil d’Etat expose des
dispositifs auxquels une collectivité doit recourir en principe, il paraît fondé qu’elle soit
pleinement en mesure de mo
tiver l’emploi de voies d’exception, le cas échéant. Au final, la
chambre prend note de l’engagement d’une réflexion par la Commune pour améliorer la
convention avec l’association Fontenay en Scène.
La chambre estime donc fondée la recommandation suivante :
Recommandation n°
7 : Sécuriser l’architecture juridique du dispositif support à la
réalisation du festival « Les nuits courtes ».
6.3.2.3
Observations complémentaires
La loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations
avec les administrations dispose (art. 10) :
« L'autorité administrative ou l'organisme chargé
de la gestion d'un service public industriel et commercial mentionné au premier alinéa de
l'article 9-1 qui attribue une subvention doit, lorsque cette subvention dépasse un seuil défini
par décret, conclure une convention avec l'organisme de droit privé qui en bénéficie,
définissant l'objet, le montant, les modalités de versement et les conditions d'utilisation de la
subvention attribuée ».
La commune a produit deux conventions en
vue de l’organisation des deux spectacles
(en 2017 et 2018). En contravention avec ces dispositions, les conventions mentionnaient
essentiellement le montant de l’aide numéraire (30 000 € en 2017 et 45 000 € en 2018) et non
pas de façon exhaustive les aides en nature. La commune a produit des estimations
complémentaires à hauteur de 34 249,75 € en 2017 et 31 604,75 € en 2018. Par suite, le montant
total des subventions est estimé par la commune à 74 249,75 € en 2017 et à 76 604,75 € en
2018).
La chambre inv
ite la commune à veiller à l’avenir, dans un souci de bonne gestion, à la
complétude des conventions portant subvention dès lors que les aides en nature sont évaluées.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
45
7
LA RESTAURATION COLLECTIVE
Ce volet du présent rapport
s’est inscrit
dans le cadre d’une
enquête nationale des
juridictions financières (Cour des comptes et chambres régionales de comptes) relative à la
« Gestion de la restauration collective au sein du bloc communal ». Cette enquête visait à
examiner de façon globale et approfondie la gestion de ce service public facultatif par les
communes et structures intercommunales, caractérisé par une multitude d’acteurs, une hausse
de la demande, des changements sociétaux, des impératifs de réduction des coûts, la
concurrence entre les groupes délégataires, les profondes évolutions des attentes et le poids
croissant des normes (sanitaires, équilibre alimentaire, etc.). L’annexe n°
7 présente des
informations fournies par la collectivité concernant son service de restauration collective, dont
les principaux traits sont résumés ci-après. Ce service, géré en régie, repose sur une cuisine
centrale desservant en liaison froide sept sites communaux de restauration. À titre
complémentaire, des structures externes, sont également clientes. Le nombre total de repas
servis par an a diminué de 5,3 % sur la période 2013-
2017. Il s’élève à 137 550 en 2017 dont
79 % à destination des écoliers de son territoire.
Selon la commune, l’accès à la restauration collective ne donne lieu à aucune restriction
pour des motifs religieux ou de santé. Si la qualité des repas dépend de plusieurs facteurs, la
commune souligne avoir mis l’accent sur le recours aux
produits « bio » à hauteur de 13 % et
locaux (taux global porté à 38 %).
Sur le plan financier, le coût de revient total est, sur la période 2013-2017, compris entre
0,62 et 0,68 M€. Ce montant, rapporté au nombre de repas servis, détermine un coût unitai
re de
4,55 € en 2017. Les recettes résultant de la vente des repas sont insuffisantes pour couvrir le
coût de revient total. Le reste à charge de la commune est ainsi estimé entre 0,33 à 0,35 M€
selon les années.
Dans le contexte d’un outil de production vieillissant et d’un fonctionnement
intercommunal croissant, l’enjeu stratégique pour la commune réside dans le transfert de la
restauration collective à la communauté de communes, au titre de sa compétence « action
sociale d’intérêt communautaire ».
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
46
ANNEXES
Annexe n° 1. Commune et intercommunalité
.......................................................................................
47
Annexe n° 2. L
a qualité de l’information financière et budgétaire
.......................................................
48
Annexe n° 3.
La fiabilité de l’information comptable
..........................................................................
54
Annexe n° 4. Analyse financière
..........................................................................................................
58
Annexe n° 5. La gestion des ressources humaines
................................................................................
70
Annexe n° 6. Observations complémentaires sur les pratiques de gestion
...........................................
75
Annexe n° 7. La restauration collective
................................................................................................
77
Annexe n° 8. Glossaire
.........................................................................................................................
96
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
47
Annexe n° 1.
Commune et intercommunalité
Evolution comparée des dépenses de personnel
2015
2016
2017
2018
Montant (€) des charges de personnel ex commune (1)
161 229
486 078
872 764
853 677
Montant
(€) des charges de personnel quote
-part ville après
mutualisation (2)
450 038
477 186
894 705
989 498
Solde (2-1)
288 809
-
8 892
21 941
135 821
Source
: CRC, d’après les données DRH, commune de Fontenay
-le-Comte
[...]
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
48
Annexe n° 2.
La qualité
de l’information financière et budgétaire
Calendrier budgétaire
2014
2015
2016
2017
2018
2019
Date présentation DOB
commission municipale
Commission pas
installée alors (mais lors
du Conseil du
24/04/2014)
03/02/2015
17/11/2015
08/11/2016
07/11/2017
20/11/2018
Date présentation DOB
Conseil Municipal
24/04/2014
03/03/2015
24/11/2015
15/11/2016
14/11/2017
27/11/2018
Date présentation
Budget Commission
municipale
Commission pas
installée alors (mais lors
du Conseil du
24/04/2014)
17/03/2015
11/12/2015
13/12/2016
12/12/2017
11/12/2018
Date vote du budget
Conseil municipal
29/04/2014
31/03/2015
22/12/2015
20/12/2016
19/12/2017
20/12/2018
Source : tableau complété par la ville de Fontenay-le-Comte et modifié par la CRC pour la date de vote du
BP 2019 (changement de date : 20/12/2018 au lieu du 18/12/2018, suite problème informatique).
Publicité des documents budgétaires sur le site internet de la ville
Documents budgétaires
(au 30/01/2019)
2016
2017
2018
2019
Présentation brève et synthétique
Budget Primitif (BP)
néant
néant
mise en ligne
néant
Compte administratif (CA)
néant
mise en ligne
sans objet
sans objet
Rapport (débat sur les orientations
budgétaires)
néant
mis en ligne
mis en ligne
mis en ligne
Note explicative de synthèse
Budget Primitif (BP)
néant
Note intégrée dans
la délibération mise
en ligne sur le BP
néant
néant
Compte administratif (CA)
Note intégrée dans
la délibération mise
en ligne sur le CA
Note intégrée dans
la délibération mise
en ligne sur le CA
(des tableaux
mais
pas d'explication
)
sans objet
sans objet
Source : CRC, après consultation du site internet de la ville de Fontenay-le-Comte au 30 janvier 2019
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
49
Subventions versées ou prévues > 23
000 €
Subventions > 23 000 €
versées à des associations
CA 2016
CA 2017
BP 2018
BS 2018
BP+BS
2018
BP 2019
Date de vote des documents budgétaires
20/06/2017
24/04/2018
19/12/2017
18/09/2018
20/12/2018
Compte 657 « Subventions »
Subv.
versées
Subv.
versées
Subv.
prévues
Modif.
Subv.
prévues
Subv.
prévues
ODDAS
(office de développement
associatif et social)
157 000,00
152 290,00
152 290,00
0,00
152 290,00
152 290,00
COS de Fontenay
48 173,91
46 729,00
46 729,00
0,00
46 729,00
46 729,00
OGEC Sainte-Trinité
149 904,80
138 111,07
153 000,00
-127 000,00
26 000,00
32 346,00
dont subvention pour la restauration
26 000,00
0,00
26 000,00
32 346,00
dont participation obligatoire au fonct.*
127 000,00
-127 000,00
0,00
0,00
Judo Kendo Club Fontenaisien
23 135,00
23 415,00
22 775,00
0,00
22 775,00
21 675,00
Vendée Fontenay Foot
67 170,00
82 580,00
68 820,00
-22 867,50
45 952,50
40 180,00
Fontenay en Scène
0,00
30 000,00
45 000,00
0,00
45 000,00
45 000,00
Source : documents budgétaires de la ville de Fontenay-le-Comte
Note : *sur information du comptable,
changement d’imputation au BS 2018 de la contribution obligatoire versée
à l’OGEC
(c/6558 au lieu du c/657, utilisé par erreur).
Budget consolidé - commune de Fontenay-le-Comte
Libellé budget
Libellé de l'organisme
Nomenclature
Recettes de fonctionnement
2018 (en €)
%
Budget principal
FONTENAY-LE-COMTE
M14
16 848 809
96,43%
Budget annexe
ASSAINISSEMENT DE FONTENAY LE COMTE
M49
624 454
3,57%
Budget annexe
SCE EAU DE FONTENAY LE COMTE
M49
0
0,00%
Budget annexe
ACTIONS ECONOMIQUES FONTENAY LE COMTE
M14
0
0,00%
Budget annexe
HALLES ET MARCHES A FONTENAY LE COMTE
M14
0
0,00%
17 473 263
100,00%
Source
: CRC, d’après les comptes de gestion
Note : les budgets annexes « eau » et « actions économiques » ont été clos le 31 décembre 2015 et celui intitulé
« halles et marchés », le 31 décembre 2014.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
50
Le taux de réalisation budgétaire en fonctionnement (budget principal)
Fonctionnement
(en €)
2014
2015
2016
2017
Moyenne
Dépenses réelles
-prévisions
15 719 127
16 043 971
15 534 374
14 692 588
15 497 515
-réalisations
14 604 422
15 422 039
14 391 390
13 911 031
14 582 220
-RAR ou charges rattachées
641 104
365 687
239 541
306 953
388 321
Taux d'exécution
97%
98%
94%
97%
97%
Recettes réelles
-prévisions
17 967 593
17 375 144
16 875 296
15 958 312
17 044 086
-réalisations (hors c/775)
17 569 243
17 096 727
16 824 467
16 104 012
16 898 612
-RAR ou produits rattachés
0
112 843
0
9 463
30 576
Taux d'exécution
98%
99%
100%
101%
99%
Source : comptes administratifs
Le taux de réalisation budgétaire en investissement (budget principal)
Investissement
(en €)
2014
2015
2016
2017
Moyenne
Dépenses réelles
-prévisions
10 174 747
8 910 935
11 221 757
12 907 311
10 803 687
-réalisations
4 933 617
4 498 770
6 153 783
8 997 507
6 145 919
- RAR
1 609 116
2 414 910
3 208 610
2 903 044
2 533 920
Taux d'exécution sans RAR
48%
50%
55%
70%
57%
Taux d'exécution avec RAR
64%
78%
83%
92%
80%
Recettes réelles
-prévisions (hors produits cessions-
chap. 024)
8 082 263
4 346 128
8 231 521
11 924 525
8 146 109
-réalisations
5 990 315
1 299 157
3 216 613
8 712 123
4 804 552
-RAR
912 128
391 481
567 873
510 754
595 559
Taux d'exécution sans RAR
74%
30%
39%
73%
59%
Taux d'exécution avec RAR
85%
39%
46%
77%
66%
Source : comptes administratifs
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
51
Crédits annulés au compte 16
Années
(en M€)
Prév. Rec.
Réelles invest.
totales
(hors chap.024)
Prévisions
c/16
Réalisations
c/16
Crédits
annulés
c/16
Taux
annulation
c/16 sur
prév. totales
2014
8,1
1,0
0,0
1,0
12%
2015
4,3
2,6
0,0
2,6
60%
2016
8,2
3,8
0,0
3,8
46%
2017
11,9
7,8
5,0
2,8
24%
TOTAL
32,5
15,2
5,0
10,2
31%
Taux annulation
c/16
de 2014 à 2017
67%
Source : comptes administratifs
1.
Observations relatives au paragraphe n°2.4.2 - à compter de 2014.
Les états manquants :
-
Les états A7.2.1 et A7.2.2
relatifs à la ventilation des dépenses et recettes des
services assujettis à la TVA, l’un pour la section de fonctionnement, l’autre pour la
section d’investissement n’ont pas été produits alors que la collectivité a complété
l’état C3.4 «
liste des services assujettis à la TVA et non érigés en budget annexe
».
-
L’état A8
relatif aux charges transférées fait défaut alors que des charges liées à la
grêle ont été transférées au compte 4818
« Charges à étaler »
pour un montant total
de 274 393
€ afin d’amort
ir cette charge sur cinq ans
1
, à raison de 54 878,60
par
exercice (de 2015 à 2019) par imputation au compte 6812 «
Dotations aux
amortissements des charges de fonctionnement à répartir »
;
-
L’état B3
relatif aux recettes grevées d’une affectation spéciale
n’est pas disponible
alors que des
«
Fonds affectés à l’équipement, non transférables
» ont été perçus par
la collectivité pour un total de 109 702
€ dont 56
818
€ de dotation pour équipement
des territoires ruraux, 50 196
€ d’amendes de police et 2
688
de participation pour
voirie et réseaux ;
-
L’état C2
relatif aux organismes dans lesquels la collectivité a pris un engagement
financier
n’est pas joint
alors que, notamment, la commune a recours à des
délégations de service public (DSP) pour le Pôle d’Ech
ange Multi Usage
(SOVETOURS), pour l’assainissement collectif (VEOLIA) et pour l’eau potable
(VEOLIA EAU) et qu’elle détient une part du capital de trois sociétés d’économies
mixtes (SEM locale du Pôle Innovation Automobile Sud Vendée, Vendée
Expansion et SAEML Oryon) ;
1
Délibération 2015-03-23-Budget 2015-Etalement des charges liées à la grêle
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
52
-
L’état C3.6
relatif à l’identification des flux croisés entre la commune et le
groupement à fiscalité propre
n’a pas été
transmis ;
-
L’état D1
relatif aux décisions en matière de taux des contributions directes n’a pas,
non plus, été communiqué.
L
’ordonnateur
a confirmé
que ces états n’étaient pas joints aux précédents comptes
administratifs, et s’est engagé à y remédier lors de la présentation du compte administratif
2018
». Contrairement à ce qu’indique l’ordonnateur, seul l’état C2
a été ajouté en annexe du
compte administratif 2018 approuvé lors de la réunion du conseil municipal du 14 mai 2019.
Les états incomplets ou erronés :
-
L’état A2.2
relatif à la répartition par nature de la dette fait apparaître des
discordances avec les données enregistrées dans le compte de gestion 2017 du
comptable. L’écart global est de
- 489 642,68
€ par rapport au comp
te de gestion
dont - 484 844,48
€ au compte 1641 et
- 4 798,20
€ du fait de l’absence du compte
165 sur l’état annexé au compte administratif.
Le capital restant dû au
1
er
janvier 2018 (budget primitif 2018) au compte 1641 est identique à celui au
31 décembre 2017.
Discordances entre le compte de gestion et l’état de la dette
(en €)
Compte de
gestion 2017
Etat A2.2 annexé
au CA 2017
Ecart
(annexe CA-CG)
Capital restant dû au 31/12/2017
(c/1641)
12 949 399,80
12 464 555,32
-484 844,48
C/165 -dépôts et cautionnements reçus
4 798,20
0,00
-4 798,20
c/16878 - CAF
1 346,96
1 346,96
0,00
Total général
12 955 544,96
12 465 902,28
-489 642,68
Source : compte de gestion et compte administratif
Toutefois, l’ordonnateur n’apporte aucune explication sur l’écart de
- 484 844
€ sur
l’état de la dette annexé au compte administratif 2017, comparé au compte de gestion.
Pour ce qui relève des cautions,
la commune s’est engagée à intégrer cette donnée dans
l’état de la dette.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
53
-
L’état B1.7
relatif aux concours attribués à des tiers paraît incomplet après
comparaison du total général de l’état annexé au compte administratif avec les
données du compte de gestion :
Les concours attribués à des tiers
Subventions de fonctionnement
et d'équipement (budget principal) (en €)
2017
Subv. de fonctionnement (compte de gestion)
6573- subventions aux organismes publics
245 000,00
6574- subventions aux associations et autres personnes de droit privé
700 490,57
Total c/657
945 490,57
Subv. d'équipement (compte de gestion)
2041- subventions aux organismes publics
311 448,00
2042- subventions aux personnes de droit privé
175 400,00
Total c/204
486 848,00
Montant des subventions versées - compte de gestion (c/657 + c/204)
1 432 338,57
Montants des subventions versées - annexe B1.7 du compte administratif
1 131 727,41
Ecart
300 611,16
Source : compte de gestion et compte administratif 2017
Sur l’écart global de
- 300 611,16
€ constaté sur l’annexe B1.7 par rapport aux données
comptables, l’ordonnateur renvoie vers l’éditeur de son logiciel.
Par ailleurs, les prestations en nature (aides indirectes) dont bénéficient les associations
n’ont pas été indiquées sur l’annexe jointe au compte administratif alors même que les
aides indirectes sont valorisées pour les associations sportives et devraient
l’être pour
les autres associations. Ce sujet, évoqué au cours de l’instruction, a été suivi d’effe
t
puisque l’état B1.7 annexé au
compte administratif 2018 a bien été complété des
prestations en nature pour les associations bénéficiaires.
-
L’état C3.1
relatif aux organismes de regroupement auxquels adhère la commune
fait apparaître à tort trois sociétés
d’économies mixtes qui sont d’une autre nature.
Or, ces sociétés apparaissent à juste titre dans l’état C2 joint au compte administratif
à compter de l’exercice 2018.
-
L’état C3.5
relatif à la présentation agrégée du budget principal et des budgets
annexes a été complété pour la première partie (points 1 à 3). Par contre, la deuxième
partie concernant les flux réciproques et la présentation consolidée (points 4 et 5)
n’a pas été renseignée.
À
nouveau, l’ordonnateur renvoie vers son éditeur
informatique.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
54
Annexe n° 3.
La fiabilité de l’information comptable
Rapprochement entre l’état de l’actif et l’inventaire 2017
(en euros)
Valeur
acquisitions
Amortissement
cumulés
Provisions et
dépréciations
cumulées
Valeur nette
comptable au
31/12/2017
Etat de l’actif 2017
152 115 317,31
12 403 304,22
1 406,70
139 710 606,39
Inventaire (Commune)
147 805 071,66
11 078 124,91
0,00
136 031 112,18
Retrait du c/4818
299 947,00
187 630,80
0,00
112 316,20
Inventaire commune
hors c/4818
147 505 124,66
10 890 494,11
0,00
135 918 795,98
Ecarts entre état de l’actif
et inventaire
4 610 192,65
1 512 810,11
1 406,70
3 791 810,41
Source
: état de l’actif et inventaire de l’ordonnateur
Détail des écarts entre l’état de l’actif et l’inventaire 2017
(en euros)
Etat de l'actif
(comptable)
Inventaire 2017
(collectivité)
Ecart entre état
actif et inventaire
c/20- immobilisations incorporelles
5 357 160,41
5 350 327,03
6 833,38
c/21- immobilisations corporelles
127 444 014,69
124 778 272,81
2 665 741,88
c/23- immobilisations en cours
7 360 600,39
6 078 906,51
1 281 693,88
c/24- immobilisations affectées, concédées,
affermées ou mise à disposition
11 891 135,76
11 235 212,25
655 923,51
c/26- participations et créances rattachées
à des participations
60 798,00
60 798,00
0,00
c/27- autres immobilisations financières
1 608,06
1 608,06
0,00
Total c/2 (valeur brute)
152 115 317,31
147 505 124,66
4 610 192,65
Total c/28
(cumul amortissements)
12 403 304,22
10 890 494,11
1 512 810,11
Total c/29- provision pour dépréciation
(c/29752-dépôts et cautionnements versés)
1 406,70
0,00
1 406,70
Total c/2 (valeur nette)
139 710 606,39
136 614 630,55
3 095 975,84
Source
: état de l’actif 2017 du comptable et inventaire de la collectivité
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
55
Cessions imputées à tort au compte 778
N° pièce
N° bord.
Date pièce
Libellé
Montant C.A.
1275
132
12/08/2016
MATERIAUX FERREUX-NON FERREUX
ET ALUMINIUM
1 347,20
1574
158
03/10/2016
VENTE PARCELLE AX 317 920m²
non repertorié dans les immo vu
avec le Domaine : cédé ds les annés 80 / mandat CC 1522
2 382,80
2141
212
21/12/2016
VENTE PARCELLE AT 291 AT 292
NON REPERTORIE DS ACTIF
600,00
TOTAL 2016
4 330,00
827
89
10/07/2017
TERRASSE EN BOIS
-
immo 2315-2009-VOI0002 sortie totalement en
2016
300,00
1666
177
22/11/2017
RECYCLAGE MATERIEL REFORMÉ
99,12
2046
207
26/12/2017
VENTE VOIRIE POUR ROND-POINT
AV MITTERRAND
- surface
de 246 m² X 10 € (au lieu de 242 m²) absent ds l'act
2 460,00
TOTAL 2017
2 859,12
231
32
08/03/2018
PIERRE TOMBALE DATANT FIN
XIXéme siècle pour concession
familiale GEOFFRIAULT
200,00
826
116
25/06/2018
VENTE AW 484 - AW 487 - AW 488 - BD DUGUESCLIN-RTE DE
NIORT NON REPERTORIE
15 000,00
TOTAL 2018
15 200,00
Source : Commune de Fontenay-le-Comte
Cessions d’immobilisations
Cessions d'immobilisations
(en €)
2014
2015
2016
2017
2018
Valeur comptable des immobilisations cédées + diff. positive
1 084 297
457 405
169 398
1 821 441
96 070
Produit des cessions d'immobilisations + diff. négative
1 084 297
457 405
169 398
1 837 505
96 070
Anomalie en cas d'écart
0
0
0
-16 065
0
Source
: CRC, d’après les comptes de gestion
NB
:
Le tableau vérifie pour chaque exercice l’équivalence entre les charges et les produits de cession d’actifs : D 675
+ D 676 = C 775 + C 776.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
56
Compte épargne temps (CET)
de 2014 à 2018
Nombre de
jours épargnés
2014
2015
2016
2017
2018
Valorisation
financière
avant 2019
2014
en €
2015
en €
2016
en €
2017
en €
2018
en €
Catégorie A
68,00
90,00
67,00
79,00
45,50
Catégorie A
(125 € brut/jour)
8 500,00
11 250,00
8 375,00
9 875,00
5 687,50
Catégorie B
99,00
92,00
85,00
63,00
58,00
Catégorie B
(80 € brut/jour)
7 920,00
7 360,00
6 800,00
5 040,00
4 640,00
Catégorie C
355,00
256,00
322,00
288,00
374,00
Catégorie C
(65 € brut/jour)
23 075,00
16 640,00
20 930,00
18 720,00
24 310,00
Total
522
438
474
430
477,5
Total
39 495,00
35 250,00
36 105,00
33 635,00
34 637,50
Compte épargne-temps (CET) en 2018
Nombre de
jours épargnés
2018
Valorisation financière
à c/ 01/01/2019
2018
(en €)
Catégorie A
45,50
Catégorie A
(13
5 € brut/jour)
6 142,50
Catégorie B
58,00
Catégorie B
(9
0 € brut/jour)
5 220,00
Catégorie C
374,00
Catégorie C
(75
€ brut/jour)
28 050,00
Total
477,50
Total
39 412,50
Source : DRH
Fontenay-le-Comte et CRC
Note : arrêté du 28 novembre
2018 modifiant l’arrêté du 28
août 2009 pour la valorisation des jours épargnés
Fontenay-le-Comte
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
57
Le rattachement des charges et des produits
Rattachements
(en €)
2014
2015
2016
2017
2018
Fournisseurs - Factures non parvenues
432 021
217 184
239 541
306 953
303 441
+ Personnel - Autres charges à payer
0
0
0
0
0
+ Organismes sociaux - Autres charges à payer
0
0
0
0
0
+ Etat - Charges à payer
0
0
0
0
774
+ Divers - Charges à payer
57 095
0
0
0
0
+ Produits constatés d'avance
0
0
0
0
0
= Total des charges rattachées
489 116
217 184
239 541
306 953
304 215
Charges de gestion
14 808 168
15 352 547
14 129 339
13 766 241
13 916 067
Charges rattachées en % des charges de gestion
3,3%
1,4%
1,7%
2,2%
2,2%
Produits non encore facturés
0
92 843
0
9 463
24 659
+ Personnel - Produits à recevoir
0
0
0
0
0
+ Organismes sociaux - Produits à recevoir
0
0
0
0
0
+ Etat - Produits à recevoir
0
20 000
0
0
78 309
+ Divers - Produits à recevoir
0
0
0
0
0
+ Charges constatées d'avance
0
0
0
0
0
= Total des produits rattachés
0
112 843
0
9 463
102 968
Produits de gestion
17 658 791
16 911 009
16 684 861
15 878 949
16 586 538
Produits rattachés en % des produits de gestion
0,0%
0,7%
0,0%
0,1%
0,6%
Source
: CRC, d’après les comptes de gestion
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
58
Annexe n° 4.
Analyse financière
1.
Tableaux supports à l’analyse financière
Les tableaux suivants sont extraits du logiciel ANAFI de la CRC
, d’après les comptes
de gestion.
La capacité d'autofinancement brute
La structure de coût des charges de gestion courante
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres (nettes des restitutions)
7 308 716
7 519 076
7 593 833
7 673 019
8 343 522
3,4%
+ Ressources d'exploitation
1 292 689
1 223 673
1 463 765
1 437 019
1 542 822
4,5%
= Produits "flexibles" (a)
8 601 405
8 742 749
9 057 598
9 110 038
9 886 344
3,5%
Ressources institutionnelles (dotations et
participations)
4 314 687
4 037 283
3 530 879
3 367 195
3 385 670
-5,9%
+ Fiscalité reversée par l'interco et l'Etat
4 544 775
4 031 194
3 991 502
3 307 373
3 281 874
-7,8%
= Produits "rigides" (b)
8 859 462
8 068 477
7 522 381
6 674 568
6 667 544
-6,9%
Production immobilisée, travaux en régie (c)
197 924
99 783
104 882
94 343
32 651
-36,3%
= Produits de gestion (a+b+c = A)
17 658 791
16 911 009
16 684 861
15 878 949
16 586 538
-1,6%
Charges à caractère général
4 070 086
4 738 546
4 011 737
3 809 935
3 999 527
-0,4%
+ Charges de personnel
9 476 046
9 511 334
9 017 267
8 741 145
8 780 521
-1,9%
+ Subventions de fonctionnement
1 006 905
833 241
840 267
945 491
754 816
-7,0%
+ Autres charges de gestion
255 131
269 426
260 068
269 670
381 204
10,6%
= Charges de gestion (B)
14 808 168
15 352 547
14 129 339
13 766 241
13 916 067
-1,5%
Excédent brut de fonctionnement (A-B)
2 850 623
1 558 463
2 555 522
2 112 709
2 670 471
-1,6%
en % des produits de gestion
16,1%
9,2%
15,3%
13,3%
16,1%
+/- Résultat financier
-351 428
-327 631
-296 441
-320 306
-353 520
0,1%
dont fonds de soutien - sortie des emprunts à
risques
0
0
0
0
0
N.C.
- Subventions exceptionnelles versées aux services
publics industriels et commerciaux
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Solde des opérations d'aménagements de
terrains (ou +/- values de cession de stocks)
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Autres produits et charges excep. réels
22 446
565 187
39 338
186 195
37 042
13,3%
= CAF brute
2 521 640
1 796 019
2 298 419
1 978 597
2 353 993
-1,7%
en % des produits de gestion
14,3%
10,6%
13,8%
12,5%
14,2%
Source : Logiciel ANAFI d'après les comptes de gestion
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Structure moyenne
Charges à caractère général
4 070 086
4 738 546
4 011 737
3 809 935
3 999 527
28,0%
+ Charges de personnel
9 476 046
9 511 334
9 017 267
8 741 145
8 780 521
61,8%
+ Subventions de fonctionnement
1 006 905
833 241
840 267
945 491
754 816
6,0%
+ Autres charges de gestion
255 131
269 426
260 068
269 670
381 204
1,9%
+ Charges d'intérêt et pertes de change
351 436
327 631
296 441
320 306
353 520
2,2%
= Charges courantes
15 159 604
15 680 177
14 425 780
14 086 547
14 269 587
Charges de personnel / charges courantes
62,5%
60,7%
62,5%
62,1%
61,5%
Intérêts et pertes de change / charges courantes
2,3%
2,1%
2,1%
2,3%
2,5%
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
59
Le résultat de la section de fonctionnement
Le financement des investissements
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
CAF brute
2 521 640
1 796 019
2 298 419
1 978 597
2 353 993
-1,7%
- Dotations nettes aux amortissements
848 542
988 293
1 085 303
1 124 270
1 165 206
8,3%
- Dotations nettes aux provisions
0
-15 000
0
0
0
N.C.
+ Quote-part des subventions d'inv. transférées
0
15 467
0
0
0
N.C.
+ Neutralisation des amortissements des
subventions d'équipements versées
0
0
0
0
0
N.C.
= Résultat section de fonctionnement
1 673 098
838 193
1 213 116
854 328
1 188 787
-8,2%
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Cumul sur les
années
CAF brute
2 521 640
1 796 019
2 298 419
1 978 597
2 353 993
10 948 668
- Annuité en capital de la dette
992 028
786 478
818 286
913 126
1 124 418
4 634 336
dont remboursement des emprunts obligataires
exigibles in fine
0
0
0
0
0
0
= CAF nette ou disponible (C)
1 529 612
1 009 542
1 480 132
1 065 471
1 229 575
6 314 332
TLE et taxe d'aménagement
255 039
112 669
104 441
178 778
138 428
789 355
+ Fonds de compensation de la TVA (FCTVA)
595 142
338 187
137 863
1 184 716
1 120 234
3 376 143
+ Subventions d'investissement reçues
1 044 455
751 788
208 680
879 691
682 691
3 567 305
+ Fonds affectés à l'équipement (amendes de police
en particulier)
162 960
54 092
63 901
215 272
212 949
709174
+ Produits de cession
962 301
334 591
79 562
1 625 978
81 500
3 083 933
+ Autres recettes
0
0
0
0
0
0
= Recettes d'inv. hors emprunt (D)
3 019 898
1 591 327
594 447
4 084 435
2 235 803
11 525 910
= Financement propre disponible (C+D)
4 549 510
2 600 869
2 074 579
5 149 906
3 465 378
17 840 242
Financement propre dispo / Dépenses
d'équipement (y c. tvx en régie)
119,4%
78,2%
46,0%
67,5%
65,3%
- Dépenses d'équipement (y compris travaux en régie
)
3 809 833
3 327 632
4 507 909
7 631 735
5 306 932
24 584 041
- Subventions d'équipement (y compris subventions
en nature)
326 145
442 486
915 636
486 848
765 804
2 936 918
+/- Dons, subventions et prises de participation en
nature, reçus ou donnés
0
-44 500
10 931
13 169
-11 179
-31 580
- Participations et inv. financiers nets
0
0
0
-23 805
1 000
-22 805
+/- Variation de stocks de terrains, biens et produits
0
0
0
0
0
0
- Charges à répartir
0
274 393
0
0
0
274 393
+/- Variation autres dettes et cautionnements
-1 366
-1 079
7 097
-1 509
463
3 607
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement
propre
414 899
-1 398 063
-3 366 994
-2 956 532
-2 597 642
-9 904 332
+/- Solde des affectations d'immobilisations
0
0
0
0
0
0
+/- Solde des opérations pour compte de tiers
0
-45 115
0
0
0
-45 115
- Reprise sur excédents capitalisés
0
0
0
59475,72
0
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement
414 899
-1 443 179
-3 366 994
-3 016 007
-2 597 642
-10 008 924
Nouveaux emprunts de l'année (y compris pénalités
de réaménagement)
0
0
0
5 000 000
2 700 000
7 700 000
Mobilisation (-) ou reconstitution (+) du fonds de
roulement net global
414 899
-1 443 179
-3 366 994
1 983 993
102 358
-2 308 924
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
60
Le stock de dettes
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Encours de dettes du BP au 1er janvier
10 677 925
9 687 263
8 901 864
8 867 162
12 955 545
5,0%
- Annuité en capital de la dette (hors remboursement
temporaires d'emprunt)
992 028
786 478
818 286
913 126
1 124 418
3,2%
- Remboursements temporaires d'emprunts
0
0
0
0
0
N.C.
- Var. des autres dettes non financières (hors
remboursements temporaires d'emprunts)
-1 366
-1 079
7 097
-1 509
463
N.C.
+ Intégration de dettes (contrat de partenariat,
emprunts transférés dans le cadre de
l'intercommunalité...)
0
0
790 682
0
-483 738
N.C.
+ Nouveaux emprunts
0
0
0
5 000 000
2 700 000
6 650,8%
= Encours de dette du BP au 31 décembre
9 687 263
8 901 864
8 867 162
12 955 545
14 046 926
9,7%
- Trésorerie nette hors comptes de rattachement avec
les BA, le CCAS et la caisse des écoles
3 756 361
1 664 871
-744 898
846 043
1 280 824
-23,6%
= Encours de dette du BP net de la trésorerie
hors compte de rattachement BA
5 930 902
7 236 994
9 612 061
12 109 502
12 766 102
21,1%
Principaux ratios d'alerte
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Charge d'intérêts et pertes nettes de change
351 436
327 631
296 441
320 306
353 520
0,1%
Taux d'intérêt apparent du budget principal (BP
3,6%
3,7%
3,3%
2,5%
2,5%
Encours de dettes du BP net de la trésorerie hors
comptes de rattachement
5 930 902
7 236 994
9 612 061
12 109 502
12 766 102
21,1%
Capacité de désendettement BP, trésorerie
incluse* en années (dette Budget principal net
de la trésorerie*/CAF brute du BP)
2,4
4,0
4,2
6,1
5,4
Encours de dette du budget principal au 31 décembre
9 687 263
8 901 864
8 867 162
12 955 545
14 046 926
9,7%
Capacité de désendettement BP en années
(dette / CAF brute du BP)
3,8
5,0
3,9
6,5
6,0
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
61
Le fonds de roulement
au 31 décembre en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Dotations, réserves et affectations
97 067 207
99 238 209
107 518 302
110 094 911
112 223 966
3,7%
+ Droit de l'affectant
0
0
0
0
0
N.C.
- Neutralisations des amortissements, provisions et
dépréciations et régularisation en situation nette des
provisions pour R&C sur emprunts à risques
0
0
0
271 582
2 924 931
N.C.
+/- Différences sur réalisations
1 084 927
963 926
-549 020
-342 808
-310 593
N.C.
+/- Résultat (fonctionnement)
1 673 098
838 193
1 213 116
870 392
1 188 787
-8,2%
+ Subventions
14 679 822
15 470 235
16 074 676
17 169 639
18 056 124
5,3%
dont subventions transférables
15 467
0
43 031
687 703
108 788
62,9%
dont subventions non transférables
14 664 355
15 470 235
16 031 644
16 481 936
17 947 337
5,2%
+ Provisions pour risques et charges
16 407
1 407
1 407
1 407
1 407
-45,9%
dont provisions pour R&C sur emprunts
0
0
0
0
0
N.C.
= Ressources propres élargies
114 521 460
116 511 971
124 258 480
127 521 960
128 234 760
2,9%
+ Dettes financières (hors obligations)
9 687 263
8 901 864
8 867 162
12 955 545
14 046 926
9,7%
+ Emprunts obligataires remboursables in fine (à
compter de 2013)
0
0
0
0
0
N.C.
+ Autres Emprunts obligataires
0
0
0
0
0
N.C.
= Ressources stables (E)
124 208 723
125 413 835
133 125 643
140 477 505
142 281 687
3,5%
Immobilisations propres nettes (hors en cours)
108 057 152
110 059 778
116 788 651
120 460 277
119 663 134
2,6%
dont subventions d'équipement versées
1 945 680
2 173 390
2 843 407
3 038 194
3 487 832
15,7%
dont autres immobilisations incorporelles
300 177
286 318
355 075
306 238
333 226
2,6%
dont immobilisations corporelles
105 725 085
107 513 860
113 503 958
117 053 438
115 778 671
2,3%
dont immobilisations financières
86 211
86 211
86 211
62 406
63 406
-7,4%
+ Immobilisations en cours
1 614 172
2 449 853
5 668 954
7 360 600
9 914 446
57,4%
+ Encours de production et travaux stockés
0
0
0
0
0
N.C.
+ Immobilisations nettes concédées, affectées,
affermées ou mises à disposition
11 415 897
10 951 463
11 864 908
11 864 908
11 864 908
1,0%
+ Immobilisations reçues au titre d'une mise à
disposition ou d'une affectation
0
0
0
0
0
N.C.
+ Immobilisations sous mandats ou pour compte de
tiers (hors BA, CCAS et caisse des écoles)
-45 115
0
0
0
0
-100,0%
+ Charges à répartir et primes de remboursement
des obligations
2 559
222 073
167 195
112 316
57 438
117,7%
= Emplois immobilisés (F)
121 044 664
123 683 168
134 489 708
139 798 101
141 499 925
4,0%
= Fonds de roulement net global (E-F)
3 164 059
1 730 667
-1 364 065
679 403
781 761
-29,5%
en nombre de jours de charges courantes
76,2
40,3
-34,5
17,6
20,0
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
62
La trésorerie
Détail des ressources fiscales
au 31 décembre en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Fonds de roulement net global
3 164 059
1 730 667
-1 364 065
679 403
781 761
-29,5%
- Besoin en fonds de roulement global
-2 429 077
-2 176 066
-2 666 029
-1 314 457
-2 085 264
-3,7%
=Trésorerie nette
5 593 136
3 906 733
1 301 964
1 993 861
2 867 026
-15,4%
en nombre de jours de charges courantes
134,7
90,9
32,9
51,7
73,3
Dont trésorerie active
5 593 136
3 906 733
1 301 964
1 993 861
2 867 026
-15,4%
Dont compte de rattachement, ie trésorerie mise à
disposition du BP (+) ou en provenance du BP (-)
-1 836 776
-2 241 863
-2 046 862
-1 147 818
-1 586 202
-3,6%
Dont trésorerie passive
0
0
0
0
0
N.C.
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Impôts locaux nets des restitutions
6 645 177
6 825 050
6 816 986
6 784 111
7 532 975
3,2%
+ Taxes sur activités de service et domaine
87 881
125 720
189 775
159 813
176 233
19,0%
+ Taxes sur activités industrielles
329 151
318 326
320 303
320 809
307 827
-1,7%
+ Taxes liées à l'environnement et l'urbanisation
0
0
0
0
0
N.C.
+ Autres taxes (dont droits de mutation à titre onéreux,
DMTO)
246 508
249 981
266 769
408 286
326 487
7,3%
= Ressources fiscales propres (nettes des
restitutions)
7 308 716
7 519 076
7 593 833
7 673 019
8 343 522
3,4%
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Impôts locaux
6 645 604
6 839 890
6 834 473
6 799 091
7 548 817
3,2%
- Restitution et reversements sur impôts locaux (hors
péréquation)
427
14 840
17 487
14 980
15 842
146,8%
dont prélèvement pour reversement d'attribution de
compensation
0
0
0
0
0
N.C.
dont prélèvement pour reversement de dotation de
solidarité communautaire
0
0
0
0
0
N.C.
= Impôts locaux nets des restitutions
6 645 177
6 825 050
6 816 986
6 784 111
7 532 975
3,2%
Dont à partir de 2012 :
Taxes foncières et d'habitation
6 645 604
6 839 890
6 746 572
6 774 397
7 503 206
3,1%
+ Cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE)
0
0
0
0
0
N.C.
+ Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom)
0
0
0
0
0
N.C.
+ Imposition forfaitaire sur les entreprises de
réseau (IFER)
0
0
0
0
0
N.C.
+ Autres impôts locaux ou assimilés
0
0
87 901
24 694
45 611
N.C.
Dont à partir de 2016 :
Prélèvements au titre de la contribution pour le
redressement des finances publiques
0
0
0
0
0
N.C.
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
63
Détail de la fiscalité reversée
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Attribution de compensation brute
4 433 919
3 882 703
3 815 489
3 009 723
2 967 158
-9,6%
+ Dotation de solidarité communautaire brute
0
0
0
0
0
N.C.
+ Reversement net du prélèvement du bloc communal
0
0
0
0
0
N.C.
+ Dotation à l'investissement territorial
0
0
0
0
0
N.C.
+ Reversements conventionnels de fiscalité
0
0
0
0
0
N.C.
+ Fonds de péréquation (FPIC)et de solidarité
110 856
148 491
176 013
297 650
314 716
29,8%
+/- Contribution nette des fonds nationaux de garantie
individuelle des ressources (FNGIR)
0
0
0
0
0
N.C.
+ Fonds départemental des DMTO pour les
communes de - 500 hab,
0
0
0
0
0
N.C.
+ Reversement du prélèvement de l'Etat sur le produit
brut des jeux
0
0
0
0
0
N.C.
= Fiscalité reversée par l'Etat et l'interco
4 544 775
4 031 194
3 991 502
3 307 373
3 281 874
-7,8%
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
64
Détail des ressources d'exploitation
Détail des ressources institutionnelles
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Ventes de marchandises et de produits finis autres
que les terrains aménagés
9 014
9 208
109 398
10 501
11 800
7,0%
+ Domaine et récoltes
42 357
44 413
71 441
60 079
51 553
5,0%
+ Travaux, études et prestations de services
790 347
742 172
703 902
749 511
676 064
-3,8%
+ Mise à disposition de personnel facturée
5 303
41 573
13 488
23 345
11 230
20,6%
+ Remboursement de frais
135 425
23 389
82 678
89 545
273 314
19,2%
= Ventes diverses, produits des services et du
domaine et remboursements de frais (a)
982 446
860 754
980 907
932 980
1 023 961
1,0%
+ Revenus locatifs et redevances (hors délégation de
service public )
310 243
338 919
424 824
414 670
432 971
8,7%
+ Solde des flux avec les budgets annexes à
caractère administratif
0
0
0
0
0
N.C.
+ Excédents et redevances sur services publics
industriels et commerciaux (SPIC)
0
24 000
58 034
89 369
85 890
N.C.
= Autres produits de gestion courante (b)
310 243
362 919
482 858
504 039
518 861
13,7%
Production stockée hors terrains aménagés (c)
0
0
0
0
0
N.C.
= Ressources d'exploitation (a+b+c)
1 292 689
1 223 673
1 463 765
1 437 019
1 542 822
4,5%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Dotation Globale de Fonctionnement
3 347 906
3 008 940
2 564 461
2 410 298
2 449 920
-7,5%
Dont dotation forfaitaire
2 639 429
2 260 294
1 819 550
1 604 844
1 575 937
-12,1%
Dont dotation d'aménagement
708 477
748 646
744 911
805 454
873 983
5,4%
Autres dotations
0
0
0
0
6 000
N.C.
Dont dotation générale de décentralisation
0
0
0
0
6 000
N.C.
FCTVA
0
0
0
10 496
12 049
N.C.
Participations
507 286
586 776
600 270
498 230
464 221
-2,2%
Dont Etat
202 965
265 681
275 464
165 008
45 067
-31,4%
Dont régions
25 770
5 000
4 000
1 005
3 500
-39,3%
Dont départements
8 897
39 031
20 297
13 469
15 585
15,0%
Dont communes
6 676
6 893
5 334
0
3 249
-16,5%
Dont groupements
0
0
0
0
69 607
N.C.
Dont fonds européens
0
0
0
0
0
N.C.
Dont autres
262 978
270 172
295 175
318 749
327 213
5,6%
Autres attributions et participations
459 495
441 567
366 148
448 171
453 480
-0,3%
Dont compensation et péréquation
446 312
428 400
352 576
435 416
432 647
-0,8%
Dont autres
13 183
13 167
13 572
12 755
20 833
12,1%
= Ressources institutionnelles (dotations et
participations)
4 314 687
4 037 283
3 530 879
3 367 195
3 385 670
-5,9%
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
65
Détail de postes de charges à caractère général
Détail d'autres postes de charges hors personnel
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Charges à caractère général
4 070 086
4 738 546
4 011 737
3 809 935
3 999 527
-0,4%
Dont achats autres que les terrains à aménager (y
c. variations de stocks)
2 414 378
2 432 107
2 215 800
2 079 969
2 345 162
-0,7%
Dont crédit-bail
0
0
0
0
0
N.C.
Dont locations et charges de copropriétés
174 489
181 897
152 154
161 094
215 671
5,4%
Dont entretien et réparations
384 457
960 391
407 004
422 912
461 154
4,7%
Dont assurances et frais bancaires
101 067
111 365
106 154
107 932
56 167
-13,7%
Dont autres services extérieurs
77 835
105 613
105 828
61 634
110 769
9,2%
Dont remboursements de frais (BA, CCAS,
organismes de rattachement, etc.)
3 041
16 303
1 136
1 168
4 884
12,6%
Dont contrats de prestations de services avec des
entreprises
58 828
24 743
24 173
22 169
18 233
-25,4%
Dont honoraires, études et recherches
70 272
118 984
61 953
140 280
82 688
4,2%
Dont publicité, publications et relations publiques
213 299
256 631
223 514
197 367
235 830
2,5%
Dont transports collectifs et de biens (y c. transports
scolaires)
371 748
295 921
332 422
298 570
252 445
-9,2%
Dont déplacements et missions
21 135
17 879
19 043
24 631
21 500
0,4%
Dont frais postaux et télécommunications
139 412
139 455
132 365
114 244
119 656
-3,7%
Dont impôts et taxes (sauf sur personnel)
40 126
77 257
230 191
177 963
75 367
17,1%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Charges à caractère général
4 070 086
4 738 546
4 011 737
3 809 935
3 999 527
-0,4%
- Remboursement de frais
135 425
23 389
82 678
89 545
273 314
19,2%
= Charges à caractère général nettes des
remboursements de frais
3 934 661
4 715 157
3 929 059
3 720 390
3 726 213
-1,4%
en % des produits de gestion
22,3%
27,9%
23,5%
23,4%
22,5%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Autres charges de gestion
255 131
269 426
260 068
269 670
381 204
10,6%
Dont contribution au service incendie
0
0
0
0
0
N.C.
Dont contribution aux organismes de regroupement
18 645
22 948
6 423
20 160
6 556
-23,0%
Dont autres contingents et participations
obligatoires (politique de l'habitat par exemple)
547
974
1 229
1 326
125 040
288,9%
Dont déficit (+) ou excédent (-) des budgets
annexes à caractère administratif
0
0
0
0
0
N.C.
Dont indemnités (y c. cotisation) des élus
203 797
203 193
203 514
210 892
223 748
2,4%
Dont autres frais des élus (formation, mission,
représentation)
4 557
8 164
7 170
7 096
9 676
20,7%
Dont frais de fonctionnement des groupes d'élus
0
0
0
0
0
N.C.
Dont pertes sur créances irrécouvrables
(admissions en non-valeur)
4 902
0
0
19 324
3 626
-7,3%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Subventions de fonctionnement
1 006 905
833 241
840 267
945 491
754 816
-7,0%
Dont subv. aux établissements publics rattachés :
CCAS, caisse des écoles, services publics (SPA ou
SPIC)
240 000
100 000
190 000
170 000
120 000
-15,9%
Dont subv. autres établissements publics
4 000
0
0
75 000
75 000
108,1%
Dont subv. aux personnes de droit privé
762 905
733 241
650 267
700 491
559 816
-7,4%
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
66
Détail des charges de personnel
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Subventions exceptionnelles versées aux
services publics industriels et commerciaux
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Autres pdts et charges exceptionnels réels
22 446
565 187
39 338
186 195
37 042
13,3%
Dont subv. exceptionnelle perçue
0
0
0
0
0
N.C.
Dont subv. exceptionnelle aux personnes de droit
privé (-)
0
0
0
0
0
N.C.
Dont titres annulés (-)
15 079
3 449
8 026
20 799
41 539
28,8%
Dont mandats annulés (+)
4 073
30 876
5 000
8 186
36 726
73,3%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Rémunération principale
4 389 504
4 382 420
4 272 391
4 197 061
4 352 507
-0,2%
+ Régime indemnitaire voté par l'assemblée, y
compris indemnités horaires pour heures
801 384
809 609
732 625
702 165
802 388
0,0%
+ Autres indemnités
147 939
128 163
120 027
112 018
108 343
-7,5%
= Rémunérations du personnel titulaire (a)
5 338 828
5 320 192
5 125 043
5 011 244
5 263 238
-0,4%
en % des rémunérations du personnel*
80,7%
80,1%
81,0%
82,7%
85,9%
Rémunération principale
1 030 693
1 041 179
978 429
899 902
836 163
-5,1%
+ Régime indemnitaire voté par l'assemblée, y
compris indemnités horaires pour heures
0
0
0
0
0
N.C.
+ Autres indemnités
0
0
0
0
0
N.C.
= Rémunérations du personnel non titulaire (b)
1 030 693
1 041 179
978 429
899 902
836 163
-5,1%
en % des rémunérations du personnel*
15,6%
15,7%
15,5%
14,9%
13,6%
Autres rémunérations (c)
246 927
280 264
224 742
147 137
27 454
-42,3%
= Rémunérations du personnel hors
atténuations de charges (a+b+c)
6 616 448
6 641 635
6 328 214
6 058 283
6 126 854
-1,9%
Atténuations de charges
46 177
23 893
49 115
32 113
10 702
-30,6%
= Rémunérations du personnel
6 570 271
6 617 742
6 279 099
6 026 171
6 116 152
-1,8%
* Hors atténuations de charges
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Rémunérations du personnel
6 570 271
6 617 742
6 279 099
6 026 171
6 116 152
-1,8%
+ Charges sociales
2 725 000
2 688 960
2 561 164
2 538 604
2 505 764
-2,1%
+ Impôts et taxes sur rémunérations
141 323
147 094
138 364
141 836
142 566
0,2%
+ Autres charges de personnel
3 074
1 744
0
0
0
-100,0%
= Charges de personnel interne
9 439 668
9 455 541
8 978 626
8 706 611
8 764 482
-1,8%
Charges sociales en % des CP interne
28,9%
28,4%
28,5%
29,2%
28,6%
+ Charges de personnel externe
36 378
55 793
38 641
34 535
16 039
-18,5%
= Charges
totales de personnel
9 476 046
9 511 334
9 017 267
8 741 145
8 780 521
-1,9%
CP externe en % des CP total
0,4%
0,6%
0,4%
0,4%
0,2%
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Charges totales de personnel
9 476 046
9 511 334
9 017 267
8 741 145
8 780 521
-1,9%
- Remboursement de personnel mis à disposition
5 303
41 573
13 488
23 345
11 230
20,6%
= Charges totales de personnel nettes des
remboursements pour MAD
9 470 743
9 469 761
9 003 779
8 717 801
8 769 291
-1,9%
en % des produits de gestion
53,6%
56,0%
54,0%
54,9%
52,9%
COMMUNE DE FONTENAY-LE-COMTE
67
Détail des dotations aux amortissements
2.
Données de comparaison avec la strate d’appartenance
Les tableaux suivants sont extraits des comptes individuels des collectivités locales
publiés sur le site www.collectivites-locales.gouv.fr. Les données 2018 ont été ajoutées au
cours de la phase contradictoire. La première colonne correspond aux données de la commune
de Fontenay-le-Comte.
Les produits de fonctionnement
2014
2015
2016
2017
2018
Montants en €
Euros
par
habitant
Moyenne
de la strate
Euros par
habitant
Moyenne
de la strate
Euros
par
habitant
Moyenne
de la strate
Euros par
habitant
Moyenne
de la strate
Euros par
habitant
Moyenne
de la strate
Produits
de
fonctionnement
1 263
1 337
1 214
1 355
1 178
1 382
1 257
1 334
1 172
1 336
Dont impôts locaux
447
516
461
532
475
546
475
550
526
554
Autres
impôts
et
taxes
52
98
57
106
66
107
83
108
79
112
DGF
225
227
203
206
179
186
169
177
171
178
en €
2014
2015
2016
2017
2018
Var. annuelle
moyenne
Dotations aux amortissements des immobilisations
818 614
933 414
1 030 424
1 069 391
1 110 328
7,9%
+ Dotations aux amortissements des charges à
répartir (y c. remboursement d'emprunts et primes
d'émission des obligations)
29 928
54 879
54 879
54 879
54 879
16,4%
- Reprises sur amortissements des immobilisations
0
0
0
0
0
N.C.
= Dotations nettes aux amortissements
848 542
988 293
1 085 303
1 124 270
1 165 206
8,3%