Sort by
Rapport d’observations définitives – Commune de Gérardmer – Chambre régionale des comptes Grand Est
Les observations définitives présentées dans ce rapport
ont été arrêtées par la Chambre régionale des comptes Grand Est,
lors de sa séance du 13 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES
COMMUNE DE GERARDMER
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
1/46
SOMMAIRE
SYNTHÈSE
..................................................................................................................
3
1.
PROCEDURE
.......................................................................................................
4
2.
LA COMMUNE, SON ENVIRONNEMENT COMMUNAUTAIRE ET LES SUITES
DONNEES AU PRECEDENT CONTROLE
..........................................................
4
2.1
La commune de Gérardmer
................................................................................
4
2.2
Le contexte communautaire
................................................................................
4
2.3
Les mutualisations avec la communauté de communes
.....................................
5
2.4
Les suites données au précédent contrôle de la Chambre
.................................
5
3.
LA GOUVERNANCE ET LA CONDUITE DES SERVICES ADMINISTRATIFS
....
6
3.1
La gouvernance
..................................................................................................
6
3.2
L’information délivrée au conseil municipal
.........................................................
6
3.3
L’information des habitants
.................................................................................
7
3.4
Le pilotage des services
.....................................................................................
7
3.4.1
L’organisation des services
............................................................................
7
3.4.2
L’appréhension de certains risques par la commune
.....................................
8
3.4.2.1
La sécurité informatique
............................................................................
8
3.4.2.2
Les carnets de bord des véhicules
............................................................
8
3.4.2.3
Les régies
..................................................................................................
8
4.
LA GESTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE
....................................................
9
4.1
L’information budgétaire délivrée au conseil municipal
.......................................
9
4.1.1
Débat et rapport d’orientation budgétaire
.......................................................
9
4.1.2
Les états annexés aux documents budgétaires
.............................................
9
4.2
Le périmètre budgétaire
....................................................................................
10
4.3
La fiabilité et la sincérité des comptes du budget principal
...............................
10
4.3.1
Les prévisions budgétaires
...........................................................................
10
4.3.2
Les restes à réaliser et l’affectation du résultat
............................................
12
4.3.3
Le rattachement des charges et des produits à l’exercice
...........................
12
4.3.4
Les provisions
..............................................................................................
13
4.3.5
La gestion du patrimoine et son suivi comptable
.........................................
13
4.3.5.1
Le patrimoine et son suivi comptable
......................................................
13
4.3.5.2
Le suivi des immobilisations
....................................................................
14
4.3.5.3
Les flux entre le budget principal et certains budgets annexes
...............
14
5.
LA SITUATION FINANCIÈRE
.............................................................................
14
5.1
Les orientations du conseil municipal et le champ de l’analyse financière
.......
14
5.2
Le budget principal
............................................................................................
15
5.2.1
Les produits de gestion du budget principal
.................................................
15
5.2.1.1
Evolution globale sur la période
...............................................................
15
5.2.1.2
L’évolution des ressources fiscales propres
............................................
16
5.2.1.3
La fiscalité reversée par l'Etat
..................................................................
17
5.2.1.4
Les dotations et participations et autres ressources d’exploitation
..........
18
5.2.2
Les charges de gestion du budget principal
.................................................
18
5.2.2.1
L’évolution globale entre 2012 et 2017
....................................................
18
5.2.2.2
L’évolution des charges de personnel et des charges à caractère
général
.....................................................................................................
18
5.2.2.3
Les subventions de fonctionnement versées par la commune
................
18
5.2.3
Les consommations d’énergie
......................................................................
19
5.2.4
L’évolution de l’autofinancement et la formation du résultat
.........................
19
5.2.5
Le financement des investissements
...........................................................
21
5.2.6
Le fonds de roulement et la trésorerie
..........................................................
21
5.3
L’exploitation de la station de ski
......................................................................
22
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
2/46
5.3.1
L’évolution des résultats
...............................................................................
22
5.3.2
Les indicateurs de performance
...................................................................
22
5.3.3
Les charges d’exploitation
............................................................................
23
5.3.4
Les perspectives
..........................................................................................
23
5.4
L’exploitation du bowling
...................................................................................
24
5.4.1
L’équipement
................................................................................................
24
5.4.2
Les résultats économiques et financiers
......................................................
24
5.5
Le budget consolidé
..........................................................................................
26
5.5.1
L’évolution globale du budget consolidé
......................................................
26
5.5.2
La dette consolidée de la commune
.............................................................
27
5.5.2.1
La répartition et l’évolution de l’encours
..................................................
27
5.5.2.2
Les caractéristiques de la dette
...............................................................
28
5.5.2.3
La capacité de désendettement
...............................................................
28
5.5.3
Les perspectives
..........................................................................................
29
6.
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
................................................
29
6.1
Les suites réservées au précédent contrôle de la chambre
..............................
29
6.2
L’évolution des charges de personnel
...............................................................
30
6.2.1
Les charges de personnel
............................................................................
30
6.2.2
La gestion des comptes épargne temps
......................................................
30
6.3
La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences
........
31
6.3.1
Les effectifs
..................................................................................................
31
6.3.2
La formation
.................................................................................................
32
7.
LES SERVICES À LA POPULATION
.................................................................
33
7.1
La police municipale
.........................................................................................
33
7.1.1
Les évolutions des effectifs et des missions
.................................................
33
7.1.2
Le port et la conservation des armes
...........................................................
33
7.2
Les actions en faveur du logement
...................................................................
34
7.2.1
Les interventions en faveur de l’accession à la propriété en résidence
principale
......................................................................................................
34
7.2.2
Les programmes d’amélioration de l’habitat
.................................................
35
7.3
La carte « service plus »
...................................................................................
35
7.3.1
Le soutien aux associations
.........................................................................
36
7.3.1.1
Le cadre général
......................................................................................
36
7.3.1.2
Les relations de la commune avec l’association de la maison de la culture
et des loisirs (MCL)
..................................................................................
37
7.4
Le complexe sportif et le projet de sa reconstruction
........................................
38
7.4.1
Le complexe sportif
......................................................................................
38
7.4.2
L’utilisation de l’actuelle piscine par les collégiens et les lycéens
................
38
7.4.3
Le futur centre aquatique et de bien être
.....................................................
38
RAPPELS DU DROIT
................................................................................................
40
RECOMMANDATION
................................................................................................
40
ANNEXE 1 : Tableaux relatifs à la situation financière de la commune
.....................
41
ANNEXE 2 : Suivi des recommandations du précédent rapport de la chambre
........
45
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
3/46
SYNTHÈSE
Troisième commune du département des Vosges, Gérardmer, 8 276 habitants
(surclassée dans la catégorie 10 000 à 20 000 habitants du fait de ses activités touristiques),
a néanmoins connu une baisse démographique de 5,5 % entre 2009 et 2014, déclenchant
des fermetures de classes. Une des spécificités de Gérardmer réside dans la part de
résidences secondaires, s’établissant à 35 % en 2014. Sa situation touristique et son cadre
de vie recherché ont accru la pression foncière.
Le projet de développement municipal est fondé notamment sur le tourisme, en
particulier les activités de montagne et l’offre d’équipements et de services publics. La
commune conduit une politique volontariste en appui du tissu associatif local, contribuant
ainsi à l’attractivité de son territoire et aux services rendus à la population. La diminution des
produits de gestion sur la période 2012-2017 est principalement due à la baisse des dotations
et participations (1,1 M€), que n’ont pas compensé complètement les ressources fiscales
propres. Les charges courantes ont augmenté du fait de la masse salariale, tandis que les
charges à caractère général ont diminué, montrant la volonté de la commune de Gérardmer
de poursuivre son rôle d’employeur local, tout en assurant la maîtrise de ses dépenses de
fonctionnement. Néanmoins, ces efforts n’ont pas permis d’enrayer la diminution de
l’autofinancement au sein du budget principal.
Si les grands équilibres de la situation financière de la commune restent maîtrisés,
le recours récurrent à l’emprunt pour assurer le financement de ces investissements conduit
à un niveau élevé d’endettement rapporté au nombre d’habitants et altère la capacité de
désendettement de la collectivité. Cette situation financière dépend fortement de la
conjoncture climatique et touristique. La commune est en effet propriétaire de l’ensemble des
infrastructures de la station de ski, qu’elle gère en régie, et dispose d’un important niveau
d’équipements pour une commune de sa strate. Voulant sécuriser son développement
touristique et se prémunir contre les mauvaises années d’enneigement, la commune de
Gérardmer conduit une stratégie de développement touristique en toute saison.
La transformation de l’actuel complexe sportif en centre aquatique et de bien-être,
qui constitue le projet d’équipement le plus important de la ville et dont le coût est estimé à
12,5 M€ HT au stade de l’avant-projet définitif, a été lancé sans que soient connues les
subventions d’équipement prévues au plan de financement. Fondées sur l’hypothèse d’un
équilibre financier obtenu par une augmentation de la fréquentation et des recettes, les
prévisions d’exploitation recèlent des incertitudes et sous-estiment les risques financiers pris
sur la commune.
De façon plus générale, et au regard de l’importance des projets qu’elle conduit, la
commune gagnerait en visibilité et en efficience en se dotant d’outils de planification
pluriannuelle de ses investissements les plus importants et en renforçant le pilotage
stratégique de ses services.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
4/46
1.
PROCEDURE
Le contrôle des comptes et de la gestion de la commune de Gérardmer a porté sur
les exercices 2012 et suivants. Les lettres d’ouverture du contrôle ont été adressées le
17 juillet 2017 au maire de la commune en fonction depuis mars 2014 et à son prédécesseur.
Les entretiens préalables prévus par l’article L. 243-1 du code des juridictions
financières avec le maire de la commune de Gérardmer, ordonnateur en fonction, ainsi
qu’avec son prédécesseur, ont eu lieu le 28 février et le 1
er
mars 2018.
Le rapport d’observations provisoires de la chambre a été communiqué le
4 septembre 2018 au maire de la commune. Des extraits de ce rapport ont été également
adressés à son prédécesseur et au président de la communauté de communes des Hautes
Vosges. Lors de la séance du 13 décembre 2018, la chambre a examiné les réponses reçues
et arrêté les observations définitives suivantes qui portent notamment sur la fiabilité des
comptes, la situation financière, les outils de pilotage, les ressources humaines, ainsi que les
services à la population dans des domaines liés aux spécificités de Gérardmer.
2.
LA COMMUNE, SON ENVIRONNEMENT COMMUNAUTAIRE ET LES SUITES
DONNEES AU PRECEDENT CONTROLE
2.1
La commune de Gérardmer
Gérardmer,
troisième
commune
du
département
des
Vosges,
comptait
8 276 habitants en 2017, soit 2,2 % de la population départementale pour 3,3 % des
logements vosgiens. La part de résidences secondaires y est particulièrement développée,
atteignant 35 % en 2014 alors que dans le département et la région, elles s’établissent
respectivement à 9 % et 3 %.
Classée ville de montagne, Gérardmer représente un pôle d’attraction touristique tout
au long de l’année, du fait de son domaine skiable et de son lac naturel, mais aussi de par
la tenue de manifestations sportives et culturelles portées par un tissu associatif riche et
dynamique, dont certaines de renommée internationale.
Malgré la disparition d’entreprises locales importantes dans les années 1980, le
deuxième pilier de développement de la ville, après le tourisme, reste son industrie. Sa
situation économique s’est toutefois détériorée, le taux de chômage s’accroissant de 9,9 %
en 2009 à 14 % en 2014 (16 % pour le département des Vosges en 2014).
Surclassée démographiquement dans la catégorie 10 000 à 20 000 habitants du fait
de ses activités touristiques, Gérardmer a connu une baisse démographique de 5,5 % entre
2009 et 2014, et a vu la structure de la population évoluer. Ces quinze dernières années, le
nombre d’enfants scolarisés en école primaire a chuté de 900 en 2002 à 590 en 2017. En
2014, les retraités représentaient 35,8 % des habitants de plus de 15 ans, contre 27 % en
France métropolitaine, du fait, d’une part du vieillissement de la population vivant à
Gérardmer, et d’autre part de l’installation de nouvelles personnes au moment de leur
retraite.
Outre la station de ski gérée en régie, la ville de Gérardmer dispose d’un fort niveau
d’équipements au regard de sa taille, dont un complexe sportif pour lequel une opération de
restructuration complète a été récemment engagée.
2.2
Le contexte communautaire
Le paysage intercommunal dans lequel s’inscrit la commune de Gérardmer a
considérablement évolué depuis 15 ans.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
5/46
Depuis 2003, la commune de Gérardmer a été membre de trois communautés de
communes. La première, créée en 2003, était composée de cinq communes, pour une
population d’un peu moins de 12 000 habitants. Depuis le 1
er
janvier 2017, la commune de
Gérardmer est membre de la « communauté de communes des Hautes Vosges », la plus
importante du département, née de la fusion de trois communautés de communes et
comptant 36 800 habitants.
La communauté de communes des Hautes Vosges, sans être dotée de la fiscalité
professionnelle unique, exerce les compétences obligatoires d’aménagement de l’espace
communautaire, de développement économique, d’aménagement entretien et gestion des
aires d’accueil des gens du voyage, de collecte et traitement des déchets des ménages et
déchets assimilés, de gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations. Elle
exerce également la protection et la mise en oeuvre de l’environnement, ainsi que la politique
du logement et cadre de vie initialement gérées par les trois anciennes communautés de
communes la constituant.
La perspective de prise en charge de la compétence « construction, entretien et
fonctionnement des équipements culturels et sportifs et d’équipements de l’enseignement
préélémentaire et élémentaire » par la communauté de communes des Hautes Vosges, qui
concerne directement la ville de Gérardmer s’agissant de son école de musique, de sa
médiathèque et de son complexe sportif, ne s’est pas réalisée en 2018. Cette situation,
deux ans après la création de la communauté de communes, interroge sur les modalités de
mises en oeuvre du projet communautaire.
2.3
Les mutualisations avec la communauté de communes
De 2004 à fin 2016, la commune de Gérardmer a exercé différentes missions
communautaires : la tenue de la comptabilité, l’élaboration et le suivi budgétaire et de la
dette, l’établissement des bulletins de paie et le suivi de la carrière des agents, l’entretien et
la réparation de la flotte automobile et l’entretien de locaux.
Début 2017, la communauté de communes des Hautes Vosges a choisi de confier
les deux premières missions à ses propres services sans mutualiser avec la commune qui a
dû réajuster les missions des agents concernés.
La réalisation de prestations par la commune pour le compte de la communauté de
communes relatives à l’entretien technique de l’aire d’accueil des gens du voyage, l’entretien
et la réparation de la flotte automobile ou des locaux, suscitant un volume d’activité réduit
(762 heures) et des flux financiers peu significatifs (18 442 € facturés) sont maintenues et
formalisées dans une convention conclue le 20 octobre 2017.
En matière de mutualisation, les relations de la commune avec la communauté de
communes s’inscrivent par conséquent à rebours des orientations du législateur.
2.4
Les suites données au précédent contrôle de la Chambre
Le rapport d’observations définitives transmis le 27 avril 2011 à l’ordonnateur relevait
les corrections nécessaires à l’amélioration de la qualité des comptes et de la gestion des
ressources humaines, ainsi que la nécessité de sécuriser la commande publique.
En dehors de celles relatives à la fiabilité des comptes et aux ressources humaines
traitées dans les chapitres qui suivent, la chambre, à la
faveur du présent contrôle, constate
que les recommandations concernant les procédures et le pilotage de la commande publique
ont été mises en oeuvre au sein de la commune
1
.
1
cf annexe 2
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
6/46
Le pilotage des procédures de commande publique a été renforcé du fait de
l’élaboration et du suivi de tableaux de bords. L’établissement d’un guide en 2012, non
soumis à l’approbation du conseil municipal mais régulièrement mis à jour, contribue
également à cette amélioration.
Sur l’évaluation préalable des besoins, la chambre note que pour les 141 marchés
passés au cours de la période 2012-2017, la plupart des avenants qui sont intervenus
relevaient d’ajustements ou d’aléas techniques, sans incidences financières significatives,
montrant globalement une bonne évaluation en amont.
En matière de commande publique, la commune de Gérardmer applique désormais
des procédures écrites, pertinentes, complètes et actualisées et met en oeuvre un pilotage
globalement performant.
3.
LA GOUVERNANCE ET LA CONDUITE DES SERVICES ADMINISTRATIFS
3.1
La gouvernance
Le conseil municipal, installé le 4 avril 2014, se compose de 29 élus, dont huit adjoints
et six conseillers délégués. Il se réunit six fois par an et a instauré six commissions
municipales
2
, ainsi que deux commissions extra-municipales
3
incluant des acteurs locaux.
La composition et le fonctionnement du bureau et des commissions, des délégations
de l’assemblée délibérante au maire et de celles du maire aux adjoints, le règlement intérieur,
l’élection des membres du conseil municipal et celle de délégués pour siéger au sein
d’organismes extérieurs, ainsi que les indemnités versées aux élus sont conformes aux
dispositions du code général des collectivités territoriales (CGCT), et n’appellent pas
d’observation.
La chambre constate que l’objectif de formation que s’est donné la collectivité pour
ces élus n’a pas été atteint. Alors qu’une somme 1 200 € par élu, soit un total de 34 800 €,
avait été fixée par délibération du 6 juin 2014 pour la durée de la mandature, seuls 3 000 €
ont été inscrits chaque année sur la période 2014-2017. La consommation des crédits s’est
établie à 426 € en moyenne par an, pour la totalité des 29 élus.
3.2
L’information délivrée au conseil municipal
La commune de Gérardmer est membre de deux syndicats, dont le syndicat mixte
départemental d’électricité des Vosges.
L’article L. 5211-39 du CGCT dispose que « Le président de l'établissement public
de coopération intercommunale adresse chaque année, avant le 30 septembre, au maire de
chaque commune membre un rapport retraçant l'activité de l'établissement, accompagné du
compte administratif arrêté par l'organe délibérant de l'établissement. Ce rapport fait l'objet
d'une communication par le maire au conseil municipal en séance publique au cours de
laquelle les délégués de la commune à l'organe délibérant de l'établissement public de
coopération intercommunale sont entendus ». Or, ces dispositions n’ont été que
partiellement mises en oeuvre, les rapports du syndicat mixte d’électricité n’ayant pas été
communiqués au conseil municipal en 2014, 2015 et 2016, du fait, selon le maire, qu’ils
n’avaient pas été transmis.
2
sports ; éducation, animation, jeunesse et culture ; finances et vie économique ; travaux et réseaux ; terrains et
développement durable ; solidarité et action sociale
3
exploitation du lac, sécurité des pistes de ski
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
7/46
La chambre invite en conséquence le maire à s’assurer, auprès du président de ce
syndicat, de la transmission régulière des rapports annuels, en vue d’une présentation au
conseil municipal.
3.3
L’information des habitants
L’article L. 2141-1 du CGCT dispose notamment que « le droit des habitants de la
commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les
concernent, indissociable de la libre administration des collectivités territoriales, est un
principe essentiel de la démocratie locale. » A Gérardmer, cette information est transmise,
pour l’essentiel, via le bulletin communal et le site Internet.
Le bulletin communal, « Gérardmer grandeur nature », diffusé aux habitants et
accessible sur le site Internet de la commune, contient notamment des informations pratiques
ou liées à l’actualité de la commune. Celui qui suit le vote du budget inclut des informations
sur chacun des budgets et mentionne les principaux investissements. Il respecte le droit
d’expression de l’opposition municipale, conformément aux dispositions de l’article
L. 2121- 27-1 du CGCT.
Si le site Internet de la commune est riche en informations sur les équipements et
services, il est en revanche plus difficile d’y trouver les documents d’informations
budgétaires. Or, le décret n° 2016-834 du 23 juin 2016 relatif à la mise en ligne par les
collectivités territoriales et par leurs établissements publics de coopération de documents
d'informations budgétaires et financières indique que ces documents doivent être mis en
ligne sur le site Internet de la commune, « lorsqu’il existe », dans des conditions garantissant
« leur accessibilité intégrale et sous un format non modifiable », « leur conformité aux
documents soumis à l’organe délibérant de cette collectivité» ainsi que « leur bonne
conservation et leur intégrité ». Ils doivent être également accessibles « gratuitement » et
« facilement » par le public, « pour leur lecture comme pour leur téléchargement », pour
permettre aux citoyens de bénéficier d’informations « claires et lisibles ».
La mise en ligne de ces informations doit, par ailleurs, intervenir « dans un délai d’un
mois » à compter de l’adoption par le conseil municipal des délibérations auxquelles elles se
rapportent. Cela concerne le rapport sur les orientations budgétaires de l’exercice, le rapport
annexé au budget primitif et le le rapport annexé au compte administratif.
A la faveur du contrôle, la commune a réorganisé en février 2018 le classement des
procès-verbaux des conseils municipaux, rendant la consultation plus aisée. Toutefois, les
intitulés ne permettent pas de distinguer ceux qui sont relatifs aux données budgétaires.
La chambre prend note de l’engagement du maire à mettre en ligne à partir de 2019
les rapports qui font défaut, dans un délai d'un mois à compter de l'adoption par le conseil
municipal des délibérations s'y rapportant.
3.4
Le pilotage des services
3.4.1
L’organisation des services
Les services sont placés sous l’autorité d’une directrice générale qui n’a pas de
délégation de signature du maire. Elle est assistée d’un directeur général adjoint auquel sont
directement rattachés l’école de musique, la médiathèque, les missions sport et jeunesse.
Au cours de la période examinée, les réunions les plus importantes n’ont pas donné
lieu à ordre du jour ni compte-rendu. Au sein des services, la circulation des informations
s’effectue via la diffusion des comptes rendus des réunions des élus (bureau municipal,
commission…), la production de notes de service, l’affichage, la tenue de réunions
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
8/46
thématiques, et à travers les instances consultatives : comité technique, comité d’hygiène,
de sécurité et des conditions de travail, réunions avec les assistants de prévention.
La direction générale et les responsables de pôles ou chefs de services disposent de
tableaux de bords pour suivre différentes données, comme le niveau de consommation de
produits ou l’évolution des dépenses.
En revanche, il n’existe pas de tableaux de pilotage sur les suivis de projets. Des
projets complexes, d’envergure, à réalisation pluriannuelle et impliquant plusieurs pôles étant
conduits par la commune, la chambre l’invite à se doter d’outils de planification.
3.4.2
L’appréhension de certains risques par la commune
3.4.2.1 La sécurité informatique
La collectivité a subi deux importantes attaques informatiques en janvier et avril 2017,
entraînant la disparition de fichiers bureautiques postérieurs à 2013, dont la reconstitution,
notamment par le biais des pièces jointes des messageries, a été chronophage. Des
données ont été irrémédiablement perdues sous leur forme dématérialisée et ne pourront
être reconstituées qu’à partir de documents papiers.
En réaction, le service informatique a matériellement renforcé le volume des
sauvegardes et la protection des données. Le maire précise qu’en outre, un dispositif a été
déployé pour protéger les serveurs et le réseau des utilisateurs contre les attaques.
Le 20 juin 2017, un courriel relatif au blocage des clés USB a été adressé aux
utilisateurs d’outils informatiques, cette règle ayant été appliquée entre le 3 et le 31 juillet
selon les services. Le 19 juillet, une note du maire adressée à tous les agents a indiqué les
premières mesures à respecter en attendant la mise en place d'un protocole de sécurité.
Au regard des enjeux et de la répétition des attaques informatiques, les réponses
apportées au niveau des pratiques des utilisateurs apparaissent tardives. Consciente de
cette fragilité, la commune a décidé de faire effectuer un audit complet de sa sécurité
informatique par un prestataire spécialisé. La chambre invite la commune à mettre en place
les dispositions et procédures nécessaires à la sécurité de ses systèmes d’information, et à
les intégrer comme un principe normal de fonctionnement des services.
3.4.2.2
Les carnets de bord des véhicules
La commune de Gérardmer compte dans son parc plus de soixante véhicules, tous
dotés d’un carnet de bord. Ces derniers devraient cependant être régulièrement renseignés
pour permettre à la commune d’exercer les contrôles nécessaires à la bonne utilisation de
son parc automobile.
A la faveur du présent contrôle, depuis décembre 2017, les carnets des véhicules
affectés à des agents en vertu d’une autorisation de remisage à domicile du fait de leurs
missions distinguent clairement les trajets domicile-travail, assurant ainsi une forme de
traçabilité.
La chambre prend note de l’intention du maire de mettre en place un règlement
intérieur sur l’utilisation des véhicules de service.
3.4.2.3 Les régies
La commune gère en interne ses services à la population. De nombreuses régies
sont donc nécessaires. Tous budgets confondus, 21 étaient répertoriées par le comptable au
31 décembre 2017 dont 14 de recettes, 2 d’avances et 5 mixtes. La régie « aire d’accueil des
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
9/46
gens du voyage » a vocation à être supprimée en raison du transfert de cette compétence à
la communauté de communes au 1
er
janvier 2017.
L’article R. 1617-5-2 du CGCT dispose que « le régisseur est assisté de mandataires.
L'acte constitutif de la régie prévoit le recours à des mandataires. Ceux-ci sont nommés par
l'ordonnateur sur avis conforme du comptable et du régisseur ».
Or, début 2018, le fonctionnement de la régie d’avance et de recettes de la
bibliothèque-médiathèque n’était pas conforme aux règles de la comptabilité publique
(instruction codificatrice n° 06-031-A-B-M du 21 avril 2006). Si un arrêté nommant le
régisseur et son mandataire avait bien été régulièrement pris le 13 août 2012, différentes
autres personnes intervenaient dans les opérations usuelles d’encaissement. De telles
pratiques, outre leur irrégularité, ne garantissaient pas un fonctionnement sécurisé de cette
régie. A la faveur du contrôle, cette situation a été régularisée en octobre 2018.
La chambre invite la commune, qui s’est dotée d’outils de contrôle interne,
notamment en matière de commande publique, à poursuivre cette démarche de sécurisation.
Il s’agira d’identifier en amont les points de fragilité dans le fonctionnement des services, afin
de prévenir les risques sur l’ensemble des domaines potentiellement sensibles.
4.
LA GESTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE
4.1
L’information budgétaire délivrée au conseil municipal
4.1.1
Débat et rapport d’orientation budgétaire
L’article L. 2312-1 du CGCT rend obligatoire pour les maires des communes de plus
de 3 500 habitants, la présentation d’un rapport d’orientations budgétaires au conseil
municipal dans les deux mois qui précèdent l’examen du budget. Il porte « sur les orientations
budgétaires, les engagements pluriannuels envisagés ainsi que sur la structure et la gestion
de la dette ».
Le débat d’orientation budgétaire se tient à Gérardmer sur la base d’un rapport. En
revanche, le contenu de ce dernier s’avère incomplet au regard des informations qu’il doit
comporter en application de l’article D. 2312-3 du CGCT, afin de permettre au conseil
municipal « d'évaluer l'évolution prévisionnelle du niveau d'épargne brute, d'épargne nette et
de l'endettement à la fin de l'exercice auquel se rapporte le projet de budget ».
Ainsi, le rapport présenté au conseil municipal du 23 février 2018 comporte une
rétrospective débutant en 2010, mais ne dispose pas d’élément prospectif au-delà de
l’exercice à venir. En outre, il n’aborde pas la situation de certains budgets annexes et reste
peu précis sur des postes stratégiques ou à risque tels que les investissements pluriannuels
ou la dette.
La chambre prend note de l’engagement du maire d’établir le rapport conformément
à l'article D. 2312-3 du CGCT à l’occasion du prochain débat d’orientations budgétaires.
Rappel du droit n° 1 :
Etablir le rapport d’orientation budgétaire conformément à l’article
D. 2312-3 du code général des collectivités territoriales.
4.1.2
Les états annexés aux documents budgétaires
L’article L. 2313-1 du CGCT, dispose que dans les communes de 3 500 habitants et
plus, les documents budgétaires sont assortis d’annexes destinées à compléter les données
contenues dans les documents budgétaires. L’examen du compte administratif 2017 révélant
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
10/46
l’absence ou le contenu parcellaire de quelques annexes
4
, la commune est invitée à se
référer à l’instruction budgétaire et comptable M 14 en vigueur pour s’assurer de la
conformité de ces documents budgétaires, ce que le maire s’est engagé à faire à partir de
2019.
4.2
Le périmètre budgétaire
Au 31 décembre 2017, le périmètre budgétaire de la commune de Gérardmer se
composait du budget principal (16 M€, soit 63 % des recettes du budget consolidé) et de
10 budgets annexes. Les comptes annexes hors M14 concernent l’eau et l’assainissement
(M49, services publics d'assainissement et de distribution d'eau potable), le transport (M43,
services publics locaux de transport de personnes), le bar-bowling, les pompes funèbres et
la gestion de la station de ski (M4, services publics à caractère industriel et commercial -
SPIC).
L’exploitation des pistes et des remontées mécaniques relève du budget « gestion
ski » dans le compte de gestion, et du budget « régie Gérardmer ski » dans le compte
administratif. Pour ce qui concerne la gestion de l’ensemble du patrimoine bâti et non bâti
nécessaire à l’exploitation du domaine skiable alpin, les intitulés diffèrent également. La
chambre invite en conséquence la commune à harmoniser, en liaison avec le comptable, les
dénominations de ces deux budgets annexes.
Les budgets de la commune
Budget
Nomenclature
Recettes de fonctionnement
2017
en €
en
%
Budget Principal
M14
16 064 037
62,9
Budget annexe eau
M49
1 050 336
4,1
Budget annexe assainissement
M49
702 020
2,7
Budget annexe bar-bowling
M4
259 042
1,0
Budget annexe transport
M43
124 037
0,5
Budget annexe loueur de locaux
M14
168 884
0,7
Budget annexe forêt
M14
293 300
1,1
Budget annexe lotissement
M14
201 234
0,8
Budget annexe pompes funèbres
M4
26 253
0,1
Budget annexe gestion ski
M4
4 672 278
18,3
Budget annexe immobilier ski
M14
1 993 286
7,8
Total
25 554 708
100
Source : comptes de gestion
4.3
La fiabilité et la sincérité des comptes du budget principal
4.3.1
Les prévisions budgétaires
Sur la période 2012-2017, le taux d’exécution en section de fonctionnement avoisine
105 % pour les recettes et s’établit à 92 % s’agissant des dépenses, montrant des prévisions
empreintes, de façon constante, d’une grande prudence.
4
Annexes A2.2. (pas d’indication sur le compte 165) ; annexe A10.3 (cessions d’immobilisations) ; annexe C1.2
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
11/46
Les taux d’exécution des recettes et dépenses de fonctionnement du budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
recettes réelles
de
fonctionnement
Prévisions
15 026 236
15 186 218
15 405 606
15 309 332 14 855 600
14 840 101
Exécution
16 125 797
15 833 398
15 757 809
15 761 600 15 369 574
15 939 112
Taux
d’exécution
en %
107
104
102
103
103
107
dépenses
réelles de
fonctionnement
Prévisions
13 900 567
14 359 555
15 036 948
14 719 700 14 752 181
14 847 300
Exécution
13 175 232
13 451 446
13 810 600
13 619 534 13 085 176
13 626 736
Taux
d’exécution
en %
95
94
92
93
89
92
Source : comptes de gestion
En dehors d’une projection à court terme de sa capacité d’auto-financement ou des
possibilités d’emprunt, la collectivité n’élabore pas de plan pluriannuel d’investissement
(PPI). L’analyse de l’exécution de la section d’investissement du budget principal, entre 2012
et 2017, fait apparaître qu’en moyenne 64 % des crédits ouverts en recettes et 55 % des
crédits ouverts en dépenses ont été consommés, ce qui est plutôt faible. En 2016, le niveau
de réalisation particulèrement bas des recettes provient de la non-mobilisation d’emprunts
inscrits à hauteur de 4,6 M€.
Les taux d’exécution relatifs aux recettes en investissement en 2016
Chapitre
Recettes en €
Total prévisions
Recettes
Différence
Taux d'exécution
en %
13
Subventions d'investissement
2 155 635
442 407
- 1 713 228
20,5
16
Emprunts et dettes assimilées
4 595 320
838
- 4 594 482
0
23
Immobilisations en cours
116 534
16 534
- 100 000
14,2
27
Autres immobilisations financières
80 000
0
- 80 000
0
Source : comptes de gestion
En dépenses d’investissement, la faiblesse des taux d’exécution résulte notamment
de la démarche consistant, en l’absence d’autorisations de programme (AP) et de crédits de
paiement (CP), à ouvrir sur un seul exercice l’ensemble des crédits d’investissement relatifs
à un projet qui sera mené sur plusieurs années ou le cas échéant reporté, ce qui conduit à
une surestimation des montants à inscrire.
Au regard de l’importance de ses projets, notamment du futur complexe sportif, dont
le coût est estimé à 12,5 M€ HT au stade de l’avant-projet définitif, la chambre invite
l’ordonnateur à se doter d’outils de planification pluriannuelle de ses investissements les plus
importants.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
12/46
Les taux d’exécution des recettes et dépenses d’investissement du budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
recettes réelles
d’investissement
Prévisions
8 580 047
7 573 283
8 407 328
12 038 901
9 300 002
9 740 819
Exécution
6 870 331
4 967 208
5 907 207
10 223 493
2 962 890
5 321 877
Taux
d’exécution
en %
80
66
70
85
32
55
dépenses
réelles
d’investissement
Prévisions
8 782 509
8 907 499
9 111 346
14 837 210
14 761 640 12 142 057
Exécution
6 011 357
5 612 898
4 785 952
7 810 174
6 523 002
5 988 397
Taux
d’exécution
en %
68
63
53
53
44
49
Source: comptes de gestion
Recommandation n° 1 :
Améliorer les prévisions budgétaires en investissement en
mettant en place une gestion en autorisations de programme/crédits de paiement pour les
investissements pluriannuels les plus importants.
4.3.2
Les restes à réaliser et l’affectation du résultat
Les restes à réaliser de la section d’investissement arrêtés à la clôture de l’exercice
doivent correspondre aux dépenses engagées non mandatées et aux recettes certaines
n’ayant pas donné lieu à l’émission d’un titre (article R. 2311-11 du CGCT). La comptabilité
d’engagement, tenue de façon exhaustive par la commune de Gérardmer, fait apparaitre des
restes à réaliser nombreux pour un montant total conséquent.
Les restes à réaliser en section d’investissement
En
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Restes à réaliser en dépenses
2 055 849
1 903 222
2 586 870
2 528 761
2 404 422
4 309 316
Restes à réaliser en recettes
1 166 093
1 293 479
1 014 299
2 051 619
1 981 797
1 894 841
Source : comptes administratifs
La seule remarque à formuler porte sur une recette de 123 891 €, inscrite de façon
erronée en restes à réaliser au compte 27 « autres immobilisations financières » alors qu’elle
correspond au remboursement par la communauté de communes d’un emprunt contracté
par la commune pour l’aire d’accueil des gens du voyage.
Les conditions d’affectation du résultat de l’exercice n’appellent pas d’observation au
regard des dispositions des articles R. 2311-11 et R. 2311-12 du CGCT.
4.3.3
Le rattachement des charges et des produits à l’exercice
En application du principe d'indépendance des exercices et des dispositions de
l’instruction budgétaire et comptable M14, la procédure de rattachement des charges et des
produits est obligatoire pour les collectivités de plus de 3 500 habitants.
La commune procède au rattachement des charges et des produits ainsi que des
intérêts courus non échus quels que soient leurs montants, selon des modalités n’appelant
pas de remarque.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
13/46
4.3.4
Les provisions
Afin de respecter le principe de prudence, en application des articles L.2321-2 et
R.2321-2 du CGCT, la commune doit apprécier la nécessité de constituer des provisions dès
l’apparition d’un risque avéré et en fixer le montant.
La commune n’a pas constitué de provision à ce titre. Or, concernant les créances
compromises, l’état des restes à recouvrer au 31 décembre 2017 laissait notamment
apparaître des soldes débiteurs de 260 388 € au compte 4111 « redevables amiables », de
13 148 € au compte 4116 « redevables contentieux », soit 5 % du montant des redevables
amiables.
Les restes à recouvrer du comptable au budget principal au 31 décembre 2017
compte
Intitulé
Montant total en €
4111
Redevables-amiable
260 388
4116
redevables-contentieux
13 148
4141
Locataires-acquéreurs et locataires amiable
35 109
4146
locataires-acquéreurs et locataires-contentieux
1 847
46 721
débiteurs divers-amiable
15 562
46 726
débiteurs divers-contentieux
476
En outre, aucune provision pour dépréciation de créances n’a été constituée sur les
budgets annexes « eaux » et « assainissement ».
Le défaut de provisionnement avait déjà fait l’objet d’observations de la chambre
concernant les loyers en crédit-bail (budget annexe). La commune aurait dû constituer des
provisions lorsque les difficultés de recouvrement des créances relatives à ces crédits baux
se sont révélées certaines et non pas procéder, comme elle l’a fait, à des inscriptions
budgétaires.
Ainsi, une créance de loyers impayés a fait l’objet d’une inscription budgétaire de
12 000 € à l’article 654 « Pertes sur créances irrécouvrables » reconduite chaque année à
partir de 2012. La créance devenue irrécouvrable a été finalement prise en charge en 2017
par une admission en non-valeur de 15 811,17 €. De même, à la suite d’une liquidation
judiciaire survenue fin 2016, une inscription budgétaire à l’article 678 « Autres charges
exceptionnelles » est intervenue en 2017.
La chambre prend note de l’engagement du maire de constituer des provisions dès
l’apparition d’un risque avéré.
Rappel du droit n° 2 : Constituer des provisions dès l’apparition d’un risque avéré, en
application de l’article R. 2321-2 du code général des collectivités territoriales.
4.3.5
La gestion du patrimoine et son suivi comptable
4.3.5.1
Le patrimoine et son suivi comptable
Une image sincère du patrimoine communal suppose une étroite collaboration entre
les services de la ville et ceux du comptable. Ainsi, l’ordonnateur doit tenir à jour l’inventaire
des biens et équipements dont la ville est propriétaire et le comptable l’état de l’actif de la
commune qui détaille selon leur valeur nette comptable, les différentes immobilisations
comptabilisées au bilan.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
14/46
Lors du précédent contrôle, la chambre avait constaté des anomalies et demandé de
veiller à l’exhaustivité des inscriptions des entrées et sorties d’immobilisations au compte
administratif, ainsi qu’à la correcte imputation des immobilisations dans le budget dont elles
relèvent. Des corrections ont été apportées par la commune, de concert avec le comptable.
4.3.5.2 Le suivi des immobilisations
En application des dispositions de l’instruction M14, les frais d’études imputés au
compte 2031 n’ont pas vocation à y demeurer. Si ces études ne sont pas suivies de
réalisation, elles doivent être amorties sur une période inférieure à cinq ans et sorties du bilan
dès qu’elles sont totalement amorties. Les frais d’études générales qui ne sont pas menées
en vue de la réalisation d’un investissement doivent s’imputer au compte 617 « études et
recherches ».
Or, le bilan fait apparaître 10,7 M€ d’immobilisations corporelles en cours (compte
23) sur le budget principal au 31 décembre 2017, dont une partie aurait vocation à être
transférée au compte 21 afin d’être, le cas échéant, amortie. La chambre invite en
conséquence la commune à poursuivre la mise à jour de ses immobilisations.
4.3.5.3
Les flux entre le budget principal et certains budgets annexes
La chambre avait précédemment invité la commune à corriger l’imputation erronée
d’une somme de 803 190 € au compte 27638 « créances sur les autres établissements
publics » du budget principal, correspondant à des avances à des budgets annexes et non à
des créances détenues auprès d’autres collectivités. Elle prend note de la régularisation
prévue de cette situation par le transfert annoncé au compte 274 « Prêts » d’un prêt de
373 000 € accordé en 2008 pour 30 ans au budget ski.
5.
LA SITUATION FINANCIÈRE
5.1
Les orientations du conseil municipal et le champ de l’analyse financière
Les orientations de la municipalité, telles qu’elles ressortent des débats d’orientations
budgétaires 2016 et 2017, et du bulletin municipal de début 2015, portent sur :
-
la poursuite des efforts de rationalisation des dépenses de fonctionnement ;
-
le maintien des taux des quatre taxes locales (inchangés depuis 2009), du tarif
communal du m
3
d’eau (inchangé depuis 1991) et d’assainissement (inchangé depuis
1998) ;
-
la maîtrise de l’annuité de la dette, tous budgets confondus, avec l’objectif qu’elle ne
dépasse pas 15 % des recettes réelles de fonctionnement, (cet objectif était
initialement fixé à 12 % en début de mandat « avec l’objectif continu de ne pas
dépasser 13 % ») ;
-
le maintien des services à la population et la poursuite du soutien à l’économie locale.
Compte tenu de la faible part des dépenses de certains budgets annexes dans le
total, l’analyse financière a porté essentiellement sur le budget principal et le budget annexe
gestion ski, dont la part a sensiblement augmenté dans le total des recettes de
fonctionnement (13,5 % en 2012 puis 18,3 % en 2017). Une attention particulière a été
également portée au budget « bar-bowling », du fait des travaux qui sont prévus sur le
complexe sportif dont il fait partie avec la piscine et la patinoire. L’ensemble couvre plus de
82 % des recettes de fonctionnement consolidées en 2017.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
15/46
Par conséquent, l’analyse de la situation financière prend successivement en
considération le budget principal, le budget annexe gestion de la station de ski, le budget
annexe du bowling et enfin le budget consolidé pour disposer d’une analyse de la dette
consolidée et de la situation financière de la commune.
5.2
Le budget principal
5.2.1
Les produits de gestion du budget principal
5.2.1.1
Evolution globale sur la période
Les produits de gestion (ressources fiscales et d’exploitation, dotations et
participations, fiscalité reversée, travaux en régie) sont passés de 15,5 M€ en 2012 à 15,3 M€
en 2017, diminuant de 1,5 %. Leur évolution résulte de la baisse significative des dotations
et participations (- 24 %, soit plus d’1 M€), qui n’a été que partiellement compensée par
l’augmentation des ressources fiscales propres et des ressources d’exploitation (+ 7,2 %
représentant moins de 0,8 M€).
Les productions immobilisées (travaux en régie), ont connu un niveau
exceptionnellement bas en 2014, où le total n’atteint pas la moitié de la moyenne de la
période (68 847 € pour une moyenne à 138 565 €), du fait de la forte mobilisation des
équipes pour l’accueil du Tour de France cycliste cette année-là.
L’évolution des produits de gestion
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
en
%
Ressources fiscales
propres (nettes des
restitutions)
8 971 156
9 195 677
9 069 030
9 265 876
9 474 874
9 733 516
762 360
8,5
+ Ressources
d'exploitation
1 706 155
1 954 317
1 875 675
1 968 105
1 814 670
1 715 792
9 637
0,6
= Produits "flexibles"
(a)
10 677 311
11 149 994
10 944 705
11 233 981
11 289 544
11 449 309
771 997
7,2
Ressources
institutionnelles
4 482 595
4 317 499
4 212 178
3 851 100
3 521 555
3 408 599
- 1 073 996
- 24,0
+ Fiscalité reversée
par l'interco et l'Etat
216 121
216 121
219 972
219 972
219 972
362 656
146 535
67,8
= Produits "rigides"
(b)
4 698 716
4 533 620
4 432 150
4 071 072
3 741 527
3 771 255
- 927 461
- 19,7
Production
immobilisée, travaux
en régie (c)
171 015
199 285
68 847
146 544
146 935
98 763
- 72 252
- 42,2
= Produits de gestion
(a+b+c)
15 547 043
15 882 899
15 445 702
15 451 597
15 178 006
15 319 327
-
227 716
- 1,5
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
16/46
5.2.1.2
L’évolution des ressources fiscales propres
L’augmentation de 8,5 % des ressources fiscales propres de Gérardmer entre 2012
et 2017 est essentiellement due aux contributions directes (+ 496 023 €, soit + 6,9 %), et aux
droits
de
mutation
(+ 182 044 €,
soit
+ 57,6 %)
qui
connaissent
une
évolution
particulièrement favorable depuis 2015. Les taxes sur les activités de services ont augmenté
de façon moindre, que ce soit en valeur (+ 83 805 €), ou en pourcentage (5,8 %). L’ensemble
ne parvient toutefois pas à compenser la baisse des dotations.
L’évolution des ressources fiscales propres
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
en
%
Impôts locaux nets des
restitutions
7 208 434
7 430 757
7 368 035
7 637 244
7 629 647
7 704 457
496 023
6,9
+ Taxes sur activités de
service et domaine
1 446 483
1 451 072
1 431 914
1 302 999
1 408 664
1 530 287
83 805
5,8
+ Autres taxes (dont
droits de mutation à titre
onéreux, DMTO)
316 240
313 848
269 080
325 633
436 563
498 772
182 044
57,6
= Ressources fiscales
propres
8 971 156
9 195 677
9 069 030
9 265 876
9 474 874
9 733 516
762 360
8,5
Source : comptes de gestion
La hausse du produit des contributions directes provient majoritairement des taxes
foncières et d’habitation, dont la recette augmente de 448 000 €, ainsi que de la taxe sur les
surfaces commerciales
5
(TASCOM) qui augmente de 56 000 €. Cette hausse provient de
l’augmentation des bases de la taxe d’habitation et de la taxe foncière sur les propriétés
bâties.
L’évolution des impôts locaux nets des restitutions
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012 -2017
en valeur
en
%
Impôts locaux nets des
restitutions
7 208 434
7 430 757
7 368 035
7 637 244
7 629 647
7 704 457
496 023
6,9
Dont :
Taxes foncières et
d'habitation
6 549 940
6 783 315
6 702 974
6 943 922
6 919 115
6 997 917
447 977
6,8
Cotisation sur la
valeur ajoutée (CVAE)
548 998
530 436
511 068
521 864
538 573
521 213
- 27 785
- 5,1
TASCOM
67 317
67 317
103 319
121 374
121 374
123 609
56 292
83,6
IFER
6
42 179
49 689
50 674
50 084
50 585
48 087
5 908
14
Autres produits
fiscaux
0
0
0
0
0
13 631
13 631
-
Population totale légale
9 393
9 387
9 250
9 123
8 996
8 988
- 405
- 4,3
impôts nets par
habitants
767
792
797
837
848
857
90
11,7
Source : comptes de gestion
5
La taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) est versée par les commerces exploitant une surface de
vente au détail de plus de 400 m², et réalisant un chiffre d'affaires hors taxe à partir de 460 000 €.
6
Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
17/46
Par délibération du 18 octobre 2013, la commune a mis en oeuvre les dispositions de
l’article 106 de la loi n° 2012-1509 du 29 décembre 2012 réduisant la durée minimale de
vacance pour l’assujettissement à la taxe d’habitation sur les logements vacants ; ainsi, à
compter de 2013, les logements vacants depuis plus de deux années au premier janvier de
l’imposition sont assujettis à la taxe d’habitation, pour la part communale. En 2014 et selon
l’INSEE, la part des logements vacants était à Gérardmer de 6,7
% (10,9
% dans les
Vosges).
Les taux des différentes taxes sont restés constants entre 2012 et 2017, et
s’établissent comme suit :
-
taxe d’habitation : 28,15 % ;
-
taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,62 % ;
-
taxe foncière sur les propriétés non bâties : 40,48 % ;
-
contribution foncière des entreprises : 23,11 %.
Ils sont à rapprocher des taux d’imposition appliqués par la communauté de
communes. En 2017, à Gérardmer, le taux consolidé de la taxe d’habitation est plus élevé
comparativement aux moyennes régionale et nationale, tandis que la contribution foncière
des entreprises est très proche de la moyenne nationale.
Les taux d’imposition sur le territoire de la commune en 2017
En %
commune et
communauté de
communes
Moyenne
régionale
Moyenne
nationale
Taxe d’habitation
30,11
27,76
25,44
Taxe foncière sur les propriétés bâties
19,88
19,85
21,49
Taxe foncière sur les propriétés non bâties
42,90
39,05
65,50
Contribution foncière des entreprises
24,70
21,62
24,92
Source : DGFIP
5.2.1.3
La fiscalité reversée par l'Etat
La fiscalité reversée par l’Etat a augmenté de 146 000 € car la ville de Gérardmer est
éligible au fonds national de garantie individuelle des ressources (FNGIR), qui garantit à
chaque échelon de collectivités territoriales le maintien du montant des ressources fiscales
perçues en 2010. Elle a en outre bénéficié en 2017 du fonds national de péréquation des
ressources communales et intercommunales (FPIC) pour un montant de 142 304 €.
L’évolution de la fiscalité versée par l’Etat
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
Fonds de péréquation
(FPIC)et de solidarité
0
0
0
0
0
142 304
142 304
-
+/- Contribution nette
des FNGIR
216 121
216 121
219 972
219 972
219 972
220 352
- 4 231
- 1,9
= Fiscalité reversée
par l'Etat
216 121
216 121
219 972
219 972
219 972
362 656
146 535
67,8
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
18/46
5.2.1.4
Les dotations et participations et autres ressources d’exploitation
L’ensemble des dotations et participations a diminué de 24 % entre 2012 et 2017,
passant de 4,5 M€ à 3,4 M€, essentiellement du fait de la baisse de près d’un million d’euros
de la dotation globale de fonctionnement (DGF). Alors que celle-ci représentait 76 % des
ressources institutionnelles en 2012, elle n’en représente plus que 71 % en 2017.
Les ressources d’exploitation de la commune ont très légèrement augmenté de
0,6 %, en raison de la facturation des frais de personnel mis à disposition du centre
communal d’action sociale (CCAS).
5.2.2
Les charges de gestion du budget principal
5.2.2.1
L’évolution globale entre 2012 et 2017
Les charges de gestion ont progressé de 2,3 % sur la période (+ 285 000 €). Les
charges à caractère général ainsi que des subventions de fonctionnement ayant diminué,
cette évolution résulte de l’augmentation des charges de personnel ainsi que des charges
d’intérêt.
L’évolution des charges de gestion
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Evolution
2012-2017
en valeur
en %
Charges de
gestion
12 331 483
12 944 678
13 207 991
12 941 034
12 152 055
12 616 678
285 196
2,3
Source : comptes de gestion
5.2.2.2
L’évolution des charges de personnel et des charges à caractère général
Les charges de personnel, déduction faite des remboursements au titre des mises à
disposition facturées, ont augmenté de 10,2 %. Nettes des remboursements de personnel
mis à disposition, elles représentent 48,7 % des charges de gestion en 2017, pour 43,5 %
en 2012, en raison à la fois de l’augmentation de la masse salariale et de la baisse de 1,5 %
des recettes perçues à ce titre au cours de la période.
Les charges à caractère général ont, en revanche, baissé de 2,2 % entre 2012 et
2017. Alors que certains postes augmentent (entretiens et réparations, locations, publicité et
relations publiques), des baisses en volume significatives sont notamment observées sur les
achats (- 110 000 €), les assurances et frais bancaires (- 50 900 €), les honoraires d’études
et de recherches (- 36 100 €) et les contrats de prestations de service (- 32 400 €).
5.2.2.3
Les subventions de fonctionnement versées par la commune
Les subventions de fonctionnement versées par la commune constituent un important
poste de dépense bien qu’il ait diminué de plus de 13 % sur la période.
L’évolution globale sur la période concerne une augmentation de 160 000 € des
subventions aux établissements ou services rattachés (CCAS, budgets annexes), et une
baisse de 243 088 € des subventions aux autres établissements publics principalement en
raison du transfert en 2015 de l’office de tourisme vers l’intercommunalité, et de 93 292 €
aux personnes de droit privé. La forte augmentation (+ 300 000 €), en 2014, des subventions
versées aux associations locales, découle de l’organisation de l’accueil du Tour de France
cycliste à Gérardmer.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
19/46
L’évolution des dépenses de subventions de fonctionnement
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
Subventions de
fonctionnement
1 322 338
1 359 327
1 720 660
1 236 359
1 095 679
1 145 958
- 176 380
- 13,3
Dont subv. aux
établissements publics
rattachés
68 000
66 000
60 000
160 000
204 000
228 000
160 000
235,3
Dont subv. autres
établissements publics
495 124
580 418
647 863
317 509
207 751
252 036
- 243 088
- 49,1
Dont subv. aux
personnes de droit privé
759 213
712 909
1 012 797
758 849
683 928
665 922
- 93 292
- 12,3
Source : comptes de gestion
5.2.3
Les consommations d’énergie
La commune a procédé à un certain nombre de changements dans ses types de
chauffage, réduisant ainsi, entre 2012 et 2016, de 17 % ses consommations en
kilowatt/heures sur la période pour les sept bâtiments qui ont été équipés en chaufferie gaz
à condensation. Les économies les plus importantes concernent les ateliers municipaux.
Vétustes, dispersés sur la commune et mal isolés, devenus insuffisamment fonctionnels.
Leur réfection s’est accompagnée d’économies importantes en matière de consommation
énergétique, de l’ordre de 50 % entre 2012 et 2016, alors que la surface chauffée a été
multipliée par trois, passant de 780 m
2
en 2012 à 2 350 m
2
après 2015.
Un agent consacre en moyenne une journée par semaine à des missions de gestion
centralisée thermique sur l’ensemble des 80 bâtiments communaux, régulant ainsi au mieux
les consommations énergétiques.
5.2.4
L’évolution de l’autofinancement et la formation du résultat
Sur la période 2012-2017, l’excédent brut de fonctionnement, la capacité
d’autofinancement et le résultat se sont dégradés.
L’excédent brut de fonctionnement, dégagé par la différence entre les produits et les
charges de gestion avant la prise en compte des charges d’intérêt, a diminué de 16 % à la
suite d’une augmentation maîtrisée des charges et d’une diminution des produits. En
proportion des produits de gestion, son taux s’est réduit de 20,7 % en 2012 à 17,6 % en
2017.
Figure 1 :
L’évolution des produits et charges de gestion
Source : comptes de gestion
10 000 000
12 000 000
14 000 000
16 000 000
18 000 000
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Produits de gestion
Charges de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
20/46
L’évolution de l’excédent brut de fonctionnement
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
En %
Produits de gestion (A)
15 547 043
15 882 899
15 445 702
15 451 597
15 178 006
15 319 327
- 227 716
- 1,5
Charges de gestion (B)
12 331 483
12 944 678
13 207 991
12 941 034
12 152 055
12 616 678
285 196
2,3
Excédent brut de
fonctionnement (A-B)
3 215 560
2 938 221
2 237 711
2 510 563
3 025 951
2 702 649
- 512 911
- 16,0
en
% des produits de
gestion
20,7
18,5
14,5
16,2
19,9
17,6
0
- 14,7
Source : comptes de gestion
La capacité d’autofinancement (CAF) brute constitue la principale ressource
permettant de financer les investissements. Son niveau traduit la faculté de la commune à
assurer le renouvellement des immobilisations et, le cas échéant, à conduire une politique
de développement. En diminution tendancielle sur la période, la capacité d’autofinancement
brute du budget principal a baissé de 29,6 % de 2012 à 2017.
L’évolution de la CAF brute
en €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
En
%
Excédent brut de
fonctionnement
3 215 560
2 938 221
2 237 711
2 510 563
3 025 951
2 702 649
- 512 911
- 16,0
+/- Résultat
financier
- 432 520
- 398 867
- 419 032
- 429 741
- 685 916
- 544 074
- 111 554
25,8
+/- Autres produits
et charges excep.
réels
178 660
- 6 729
13 522
- 1 295
43 048
- 72 135
- 250 795
- 140,4
= CAF brute
2 961 700
2 532 624
1 832 200
2 079 527
2 383 083
2 086 439
- 875 260
- 29,6
en
% des produits
de gestion
19
15,9
11,9
13,5
15,7
13,6
-
-
Source : comptes de gestion
Logiquement, le résultat de la section de fonctionnement a connu une évolution
analogue sur la même période (- 44,6 %).
L’évolution du résultat de fonctionnement
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
CAF brute
2 961 700
2 532 624
1 832 200
2 079 527
2 383 083
2 086 439
- 875 260
- 29,6
- Dotations nettes aux
amortissements
641 492
649 801
660 877
703 199
738 989
789 819
148 327
23,1
+ Quote-part des
subventions d'inv.
transférées
58 571
19 751
28 904
29 514
29 976
21 610
- 36 961
- 63,1
= Résultat section de
fonctionnement
2 378 778
1 902 574
1 200 227
1 405 842
1 674 069
1 318 230
- 1 060 548
- 44,6
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
21/46
5.2.5
Le financement des investissements
Sur la période 2012-2017, 29,4 M€ de dépenses d’équipement ont été réalisées sur
le budget principal. Les opérations individuellement les plus significatives sont la rénovation
des ateliers municipaux, pour 3,1 M€, ainsi que la restructuration et l’extension de la caserne
des pompiers, pour 1,6 M€.
La CAF nette du remboursement des emprunts, qui représente l’autofinancement
disponible pour les investissements nouveaux, a diminué de 34,4 % sur la même période,
après avoir atteint en 2014 son niveau le plus faible.
L’évolution de la CAF nette
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Evolution
2012-2017
En valeur
En
%
CAF brute
2 961 700
2 532 624
1 832 200
2 079 527
2 383 083
2 086 439
- 875 260
- 29,6
- Annuité en
capital de la dette
1 261 439
1 322 142
1 308 600
1 464 657
1 048 249
971 580
- 289 858
- 23
= CAF nette ou
disponible (C)
1 700 261
1 210 482
523 600
614 871
1 334 834
1 114 859
- 585 402
- 34,4
Source : comptes de gestion
Les ressources propres de Gérardmer couvrant de façon variable selon les années,
entre 28,7 % et 70,8 %, les dépenses d’équipement, la collectivité a eu recours à l’emprunt
et à son fonds de roulement pour financer ses investissements.
Néanmoins, hormis en 2016 où la commune n’a pas emprunté, le recours à l’emprunt
a été chaque année supérieur aux besoins. En 2015, le fonds de roulement aurait pu être
mobilisé en partie pour limiter le recours à l’emprunt qui s’établi à 8 M€, alors que le besoin
en financement s’élevait à 4,7 M€. Le choix de la commune d’emprunter bien au-delà de ses
besoins en 2015, afin de bénéficier de conditions jugées intéressantes (taux fixe à 2,45 %)
en anticipant le financement de différentes opérations (extension de la caserne des
pompiers, place du Vieux Gérardmé, aménagement du carrefour de la Croisette, maîtrise
d’oeuvre pour le projet de nouveau centre aquatique) a donc eu pour conséquence d’abonder
inutilement le fonds de roulement, en mobilisant des emprunts de façon prématurée.
5.2.6
Le fonds de roulement et la trésorerie
Au 31 décembre 2017, le fonds de roulement net global s’élevait à plus de 4 M€ et
représentait 112 jours de charges courantes. Le niveau de la trésorerie a été multiplié par
plus de 9 entre 2012 et 2017, représentant presque 4 mois de charges courantes.
L’évolution de la trésorerie
Au 31 décembre
en €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation 2012-2017
en valeur
en
%
Fonds de roulement
net global
2 886 332
2 243 815
3 409 705
6 758 983
4 082 506
4 054 294
1 167 962
40,5
en nombre de jours
de charges courantes
82,5
61,4
91,3
184,5
116,1
112,4
-
-
- Besoin en fonds de
roulement global
2 409 507
1 196 978
1 241 906
2 053 220
979 689
- 250 500
- 2 660 007
- 110,4
=Trésorerie nette
476 825
1 046 838
2 167 799
4 705 762
3 102 817
4 304 794
3 827 969
802,8
en nombre de jours
de charges courantes
13,6
28,6
58,1
128,5
88,2
119,3
-
-
Source : Comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
22/46
5.3
L’exploitation de la station de ski
5.3.1
L’évolution des résultats
A la suite d’un incendie des locaux techniques en mai 2010, le bâtiment abritant la
location de ski et le garage des ateliers a été rénové, et les capacités totales augmentées
afin d’y inclure des sanitaires publics et la garderie. L’installation d’un télésiège débrayable
a accru le débit des skieurs et donné un accès direct aux pistes de ski nordique en hiver. La
station de ski dispose ainsi d’infrastructures répondant aux besoins de la clientèle, et à ceux
des services d’exploitation. Sur la période 2012-2017 les résultats d’exploitation ont été, à
l’exception de 2014, excédentaires, leur moyenne s’établissant à 124 121 €.
Evolution du résultat d’exploitation
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Résultat d'exploitation de l'exercice
110 188
79 779
- 5 056
73 482
95 546
390 789
Source : comptes de gestion
Ce budget ne supportant pas d’emprunt, ni d’opérations d’investissement, ces
résultats d’exploitation annuels ont permis de résorber progressivement les déficits
antérieurs. En outre, l’avance de financement de 373 000 € octroyée par le budget principal
a, durant cette période, permis de conserver un résultat d’ensemble positif.
Les résultats à la clôture de l’exercice
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Résultats de clôture de la section
d'investissement
373 000
373 000
373 000
373 000
373 000
373 000
Résultats de clôture de la section de
fonctionnement
- 317 357
- 237 578
- 242 633
- 169 152
- 73 606
317 183
résultat de clôture total
55 643
135 422
130 367
203 848
299 394
690 183
Source : comptes de gestion
5.3.2
Les indicateurs de performance
Le chiffre d’affaires de la station de ski provient des différentes prestations proposées
à la clientèle : la vente des forfaits de remontée mécanique, la location d’équipements et de
matériels, les ventes en boutique et d’assurances.
Les résultats de la station restent cependant tributaires des conditions
d’enneigement. Ainsi, en 2014, année de faible enneigement, le chiffre d’affaires a reculé de
1,4 M€ (- 38 %) par rapport à 2013, et le résultat brut d’exploitation a été négatif de près de
300 000 €.
La commune qui adhérait au fonds de solidarité entre les stations à domaines
skiables de France
7
, a bénéficié d’une compensation de 292 000 €, venant atténuer cette
perte. A l’inverse, le chiffre d’affaires exceptionnel de 2017 est dû aux conditions climatiques
qui ont permis de recourir aux canons à neige tôt dans la saison.
L’évolution des indicateurs de performance, extrêmement fluctuants à l’exception du
fonds de roulement et de la trésorerie qui s’améliorent tendanciellement, sont le reflet des
variations des conditions climatiques et d’enneigement constatées sur la période 2012-2017.
7
Le coût d’adhésion à ce fonds s’élève à 7 862 € en 2017.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
23/46
Les indicateurs de performances financières annuelles
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Chiffre d'affaires
3 045 135
3 685 852
2 271 618
3 659 798
3 540 757
4 283 288
Valeur ajoutée
1 070 143
1 246 200
595 493
1 178 853
1 139 234
1 592 107
en % du produit total
35,1
33,8
26,2
32,2
32,2
37,2
Excédent brut d'exploitation
- 6 895
76 708
- 297 221
74 599
67 873
390 527
en % du produit total
- 0,2
2,1
- 13,1
2,0
1,9
9,1
CAF brute et CAF nette
110 188
79 779
- 5 056
73 482
95 546
390 789
en % du produit total
- 3,6
2,2
-0,2
2,0
2,7
9,1
Fonds de roulement net global
55 643
135 422
130 367
203 848
299 394
690 183
en nombre de jours de
charges courantes
6,4
13,2
17,9
20,2
30,5
62,4
Trésorerie nette
156 285
166 593
13 610
251 076
585 631
591 387
en nombre de jours de
charges courantes
18,1
16,2
1,9
24,8
59,6
53,5
Source : comptes de gestion
5.3.3
Les charges d’exploitation
Les charges à caractère général, qui constituent le premier poste des charges
courantes, ont augmenté de 693 000 € sur la période, soit 37 %. Elles sont pour l’essentiel
composées :
-
du loyer à verser au budget annexe immobilier ski, calculé sur la base du
chiffre d’affaires réalisé et des investissements réalisés ;
-
de fournitures d’électricité ;
-
du transport de biens, qui varie en fonction des nécessités de transporter de la neige
pour maintenir le domaine.
Les charges de personnel représentent entre 36 % et 40 % des charges courantes.
La station de ski a recours à des intérimaires, qu’elle mobilise en tant que de besoin, se
prémunissant ainsi contre des charges de personnel incompressibles en cas de conditions
météorologiques défavorables.
Les charges courantes
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation 2012-
2017
en
valeur
en %
Charges à caractère
général
1 883 551
2 333 108
1 608 280
2 350 479
2 294 149
2 576 691
693 140
36,8
+ Charges de personnel
1 273 620
1 424 275
1 050 648
1 337 693
1 286 899
1 460 599
186 978
14,7
+ Autres charges de gestion
776
575
770
0
2 779
2
- 774
- 99,8
= Charges courantes
3 157 947
3 757 958
2 659 698
3 689 226
3 583 832
4 037 292
879 344
27,8
Charges de personnel /
charges courantes
40,3%
37,9%
39,5%
36,3%
35,9%
36,2%
-
-
Source : comptes de gestion
5.3.4
Les perspectives
La commune de Gérardmer est attentive aux évolutions climatiques et aux risques
de manque de neige qui pourraient en découler. Elle s’est équipée de canons à neige selon
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
24/46
une configuration d’implantation technique qui va lui permettre d’en augmenter la capacité à
moindre frais au niveau de ses installations. En outre, l’acquisition d’un télésiège débrayable
lui permet d’améliorer la fluidité d’accès aux pistes en hiver, de renforcer la sécurité, et de
proposer des activités touristiques au sein de la station pendant toutes les saisons.
L’exploitation de la station de ski, dont les charges courantes en 2017 (4 M€) représentaient
32 % des dépenses consolidées tous budgets (23,3 M€), demeure toutefois un enjeu
financier important.
5.4
L’exploitation du bowling
5.4.1
L’équipement
Depuis le début des années 1980, la ville de Gérardmer est dotée d’un complexe
sportif municipal comportant une piscine, une patinoire et un bowling. Seul ce dernier est
géré en budget annexe.
Exploité auparavant en gérance, le bowling a été repris en régie par la commune au
début des années 2000. Il a été entièrement rénové en 2003-2004, pour être réinstallé au
rez-de-chaussée en vis-à-vis de la piscine, de la patinoire et du lac. Trois emprunts à taux
fixes ont été contractés à cette période pour un montant total de 550 000 € pour le
financement de ces travaux d’aménagement dans ce nouvel espace. Le capital restant dû à
ce titre au 31 décembre 2017 s’établissait à un peu plus de 144 000 €.
5.4.2
Les résultats économiques et financiers
Les données comptables de la période 2012-2017 montrent une nette détérioration
tant du résultat annuel d’exploitation que des résultats de clôture dont le déficit s’amplifie
nettement.
Les résultats d’exploitation de l’exercice
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Résultat d'exploitation de l'exercice
3 701
- 7 788
- 495
- 24 649
- 9 931
- 14 562
Résultats de clôture de la section
d'investissement
- 15 543
- 9 319
- 9 026
- 8 149
- 7 774
- 7 399
Résultats de clôture de la section de
fonctionnement
3 701
- 7 788
- 8 283
- 32 932
- 42 863
- 57 425
résultat de clôture total
- 11 842
- 17 107
- 17 309
- 41 081
- 50 637
- 64 824
Source : comptes de gestion
L’ensemble des indicateurs de performance montre également une situation qui se
dégrade sur cette période. Le chiffre d’affaires du bowling a décru de 5,9 %. La CAF nette
est négative depuis 2015. Le fonds de roulement net global s’établit à - 64 835 € en 2017, la
trésorerie nette à - 62 053 €.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
25/46
L’évolution des indicateurs de performances financières annuelles
en €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Chiffre d'affaires
265 614
255 981
272 682
222 382
251 033
249 888
Valeur ajoutée
184 097
172 598
189 451
155 580
169 416
179 624
en % du produit total
69,3
67,4
69,5
70,0
67,5
71,9
Excédent brut d'exploitation
46 795
36 696
41 912
15 678
28 790
23 049
en % du produit total
17,6
14,3
15,4
7,0
11,5
9,2
CAF brute
35 681
26 667
33 018
7 894
22 111
17 480
en % du produit total
13,4
10,4
12,1
3,5
8,8
7
CAF nette
4 014
- 5 000
1 351
- 23 773
- 9 556
- 14 187
en % du produit total
1,5
- 2
0,5
-10,7
- 3,8
- 5,7
Besoin (-) ou capacité (+) de
financement propre
- 8 900
- 5 266
- 202
- 23 773
- 9 556
- 14 187
Fonds de roulement net global
- 11 841
- 17 107
- 17 309
- 41 081
- 50 637
- 64 825
en nombre de jours de charges
courantes
- 19,2
- 27,7
- 26,8
- 71,4
- 82,3
- 103,9
Trésorerie nette
- 9 666
-12 227
- 17 785
- 47 374
- 64 746
- 62 053
en nombre de jours de charges
courantes
- 15,7
- 19,8
- 27,6
- 82,3
- 105,2
- 99,4
Source : comptes de gestion
Alors que les charges à caractère général ont diminué de 14,7 % sur la période, les
charges de personnel ont augmenté de 14,1 %, du fait notamment de la nécessité de
remplacer du personnel absent pour motifs médicaux, représentant désormais 68 % des
charges courantes de ce service. Bien qu’ayant un poids limité dans le budget total de la
commune, le suivi des dépenses de personnel du bowling doit constituer un point d’attention
particulier pour la collectivité.
Les charges courantes
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
en %
Charges à caractère
général
76 919
79 381
79 110
62 368
77 245
65 642
- 11 276
- 14,7
+ Charges de personnel
136 894
135 514
147 149
139 513
139 977
156 153
19 259
14,1
+ Autres charges de
gestion
408
388
390
390
649
423
15
3,7
+ Charges d'intérêt et
pertes nettes de change
11 114
10 002
8 894
7 784
6 679
5 569
- 5 545
- 49,9
= Charges courantes
225 334
225 285
235 543
210 055
224 551
227 787
2 453
1,1
Charges de personnel /
charges courantes
60,8%
60,2%
62,5%
66,4%
62,3%
68,6%
-
-
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
26/46
Pour contenir la masse salariale, les amplitudes horaires ont été réduites, le bowling
fermant en semaine à 23 h au lieu de 2 h le matin. Néanmoins, en l’absence de statistiques
fiables sur la fréquentation de l’équipement, la commune n’était pas en mesure de s’assurer,
début 2018, au regard des économies réalisées, de la pertinence de cette mesure en termes
d’évolution du chiffre d’affaires.
La commune serait dès lors fondée, malgré la modicité des masses financières en
jeu au regard de l’ensemble des budgets de la commune, à s’interroger sur la viabilité et les
conditions d’exploitation de cet équipement.
La chambre prend note des orientations indiquées par le maire, visant à rationaliser
l’exploitation du bowling à la faveur de l’utilisation des nouveaux équipements du futur centre
centre aquatique et de bien être.
5.5
Le budget consolidé
5.5.1
L’évolution globale du budget consolidé
En fonctionnement, le budget communal total s’établit en 2017 à 25,6 M€ en recettes,
dont 16,1 M€ pour le seul budget principal et à 23,6 M€ en dépenses.
Entre 2012 et 2017, tandis que les recettes de fonctionnement agrégées
n’augmentaient que de 1,1 %, les dépenses de fonctionnement progressaient de 6,5 %.
Nettes des flux en dépenses et recettes intervenant entre le budget principal et les budgets
annexes, ces évolutions sont identiques : + 1 % pour les recettes de fonctionnement et
+ 6,4 % pour les dépenses de fonctionnement.
L’évolution des recettes et dépenses de fonctionnement consolidées de Gérardmer
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
en
%
Recettes agrégées
25 269 425
25 025 981
22 351 369
24 444 160
23 715 623
25 554 708
285 283
1,1
- Recettes et
dépenses réciproques
284 597
380 321
410 592
492 744
375 973
323 704
39 107
13,7
= Recettes
consolidées, tous
budgets (A)
24 984 828
24 645 660
21 940 777
23 951 417
23 339 650
25 231 004
246 176
1,0
Dépenses agrégées
22 146 340
22 370 676
21 309 063
22 775 372
21 959 783
23 586 013
1 439 672
6,5
- Recettes et
dépenses réciproques
284 597
380 321
410 592
492 744
375 973
323 704
39 107
13,7
= Dépenses
consolidées, tous
budgets (B)
21 861 743
21 990 355
20 898 471
22 282 628
21 583 810
23 262 308
1 400 565
6,4
Résultat de l'exercice,
tous budgets (A-B)
3 123 085
2 655 304
1 042 306
1 668 788
1 755 840
1 968 696
- 1 154 389
- 37,0
+ Report
718 992
835 050
1 582 067
1 215 284
1 110 629
1 103 599
384 607
53,5
= Résultat consolidé
de l'exercice, tous
budgets
3 842 077
3 490 355
2 624 372
2 884 072
2 866 469
3 072 295
- 769 782
- 20,0
Source : comptes de gestion
L’année 2014 reste atypique avec, à la fois, une diminution sensible des recettes et,
dans une moindre mesure, une réduction des dépenses. Elles résultent du faible
enneigement de la station de ski durant cette période et de la baisse importante du chiffre
d’affaires de la station de ski (- 38,4 % entre 2013 et 2014) qui s’est rétabli à partir de 2015.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
27/46
Le résultat consolidé a connu sur la période une baisse marquée, de l’ordre de 20 %,
passant de plus de 3,8 M€ en 2012 à moins de 3,1 M€ en 2017.
5.5.2
La dette consolidée de la commune
5.5.2.1
La répartition et l’évolution de l’encours
L’encours total de dette de la ville de Gérardmer s’établissait à 41,1 M€ au
31 décembre 2017, la dette du budget principal en représentant près de la moitié.
La répartition de la dette par budget
Budgets
Montant en €
En
% du total
Budget annexe Domaine Skiable Alpin
20 312 508
49,4
Budget Principal
17 958 645
43,6
Budget annexe Loueur Locaux Nus
1 440 127
3,5
Budget annexe de l'Eau
895 937
2,2
Autres (bowling, forêt, régie de transports)
523 803
1,3
TOTAL
41 131 019
100
Source : commune de Gérardmer
L’encours de dette atteint désormais un niveau élevé et peut constituer un facteur de
risque pour la commune. Il a augmenté de 15,2 M€ depuis 2012 (soit + 57 %) et représentait
une dette par habitant de 4 651 € fin 2017. Si l’augmentation de la dette par habitant du
budget principal a été importante en 2015 en raison de la mobilisation d’un emprunt de 8 M€,
le niveau d’endettement de la commune dépend largement de l’évolution de la dette portée
par le budget annexe du domaine skiable.
L’évolution de l’encours de la dette, tous budgets
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
en
%
Encours de dette
consolidé
26 651 074
27 151 322
29 586 633
41 010 852
40 006 978
41 804 540
15 153 466
56,9
Population
9 393
9 387
9 250
9 123
8 996
8 988
- 405
- 4,3
Dette par habitant
2 837
2 892
3 199
4 495
4 447
4 651
+ 1 814
63,9
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
28/46
Figure 2 :
L’évolution de la dette par habitant (en €)
Source : comptes de gestion
5.5.2.2
Les caractéristiques de la dette
Au 31 décembre 2017, les emprunts de la commune étaient majoritairement à taux
fixe (80,4 % représentant 34 des 38 emprunts). La dette de Gérardmer se caractérise par
une proportion élevée (89,6 %) d’emprunts ne présentant pas de risque particulier de taux
(type A1 selon la classification de la charte de bonne conduite entre les établissements
bancaires et les collectivités locales) et, dans une proportion limitée, des emprunts utilisant
des index monétaires de la zone euro comportant un risque de taux limité (types B1 et E1).
Les deux emprunts structurés souscrits par la commune, l’un pour le budget du domaine
skiable, l’autre sur le budget principal, ont été renégociés entre 2012 et 2015.
Le taux apparent de la dette, obtenu par le rapport entre les frais financiers et
l’ensemble des dettes, a légèrement baissé sur la période, s’établissant à 3,1 % en 2017.
Le taux apparent de la dette consolidée
En %
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Taux apparent de la dette consolidée (tous budgets)
3,5
3,7
3,4
2,6
3,8
3,1
Source : comptes de gestion
5.5.2.3 La capacité de désendettement
Bien qu’en légère amélioration depuis 2015, la capacité théorique de désendettement
de Gérardmer, qui correspond au nombre d’années qu’il faudrait pour que la commune
rembourse l’intégralité de sa dette si elle y consacrait la totalité de son autofinancement brut,
s’établissait fin 2017 à un peu plus de 10 ans, tous budgets confondus. Toutefois, en ne
prenant en compte que la capacité d’autofinancement du budget principal, le seul à disposer
de ressources stables contrairement aux budgets de la station de ski qui demeurent très
dépendants des aléas climatiques, la capacité de désendettement qui en résulte s’établit à
des niveaux nettement plus défavorables (20 ans).
0
1 000
2 000
3 000
4 000
5 000
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Dette par habitant budget principal
Dette par habitant tous budgets
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
29/46
L’évolution de l’endettement consolidé (tous budgets)
en €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En %
Encours de la dette
consolidée (tous
budgets) (A)
26 651 074 27 151 322
29 586 633
41 010 852
40 006 978
41 804 540
15 153 465
56,9
CAF brute consolidée
tous budgets (B)
4 461 863
4 268 914
2 576 553
3 370 918
3 513 138
4 047 870
-
413 993
- 9,3
Capacité de
désendettement en
années (A/B)
5,97
6,36
11,48
12,17
11,39
10,33
4
73
CAF brute du budget
principal (C)
2 961 700
2 532 624
1 832 200
2 079 527
2 383 083
2 086 439
-
875 260
- 29,6
Capacité de
désendettement en
années (A/C)
9,00
10,72
16,15
19,72
16,79
20,04
11
122,7
Intérêts des emprunts
et dettes
942 597
996 219
1 004 848
1 051 980
1 508 502
1 275 172
332 575
35,3
Source : comptes de gestion
5.5.3
Les perspectives
Malgré un niveau d’endettement déjà significatif, la stratégie de développement de la
commune de Gérardmer, qui vise à soutenir directement l’économie locale, notamment par
son activité de loueurs de locaux, et le tourisme par l’exploitation en régie de la station de
ski, s’est traduite au cours de la période par un recours soutenu à l’emprunt, portant
l’endettement global à des niveaux élevés pour une commune de cette taille.
La volonté de la municipalité de consolider le développement touristique de la
commune, en diversifiant son offre d’activités afin de se prémunir des mauvaises années
d’enneigement, l’a conduite au projet de modernisation du complexe sportif que la commune
exploite aussi en régie. Or, la réalisation d’un tel projet nécessitera à nouveau, vu la
diminution tendancielle des capacités d’autofinancement de la commune, un recours
conséquent à l’emprunt.
6.
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
6.1
Les suites réservées au précédent contrôle de la chambre
Lors de son dernier contrôle, la chambre avait émis huit recommandations, dont la
majorité ont été mises en oeuvre. Il s’agit notamment de la mise à jour des effectifs
budgétaires et de l’état du personnel non titulaire, de l’élaboration des fiches de poste, de
l’actualisation des délibérations sur les primes et indemnités, des modalités d’attribution des
avantages en nature ou des logements de service, ainsi que de la mise à jour les règles
d’octroi des autorisations d’absence.
La chambre note que l’actualisation du document unique n’a été décidée par
délibération du conseil municipal qu’en juin 2016 et engagée en 2017 avec le soutien du
centre de gestion départemental. Elle relève l’absence d’évolution concernant le temps de
travail. Bien qu’une réflexion sur cette question ait été initiée à l’occasion du comité technique
du 19 septembre 2017, la chambre observe que la journée de solidarité n’est toujours pas
prise en compte dans le calcul de la durée légale du temps de travail.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
30/46
6.2
L’évolution des charges de personnel
6.2.1
Les charges de personnel
Les charges totales de personnel, nettes des remboursements pour mise à
disposition, ont augmenté de 10 ,2 %, passant de 6,8 M€ en 2012 à 7,5 M€ en 2017, sans
modification substantielle du périmètre d’actions de la commune. Cette hausse est continue
sur la période avec une variation annuelle moyenne de 2 % et due pour l’essentiel au
glissement vieillissement technicité (GVT), à l’évolution des charges sociales,
et à l’impact
de la refonte des grilles indiciaires et de la revalorisation du point d’indice intervenue au
1
er
janvier 2017.
Si le montant total net des rémunérations servies au personnel communal a
progressé à un niveau moindre sur la même période (+ 6,6 %), la part des rémunérations
des agents non-titulaires a significativement augmenté, notamment du fait de la mise en
place des nouvelles activités périscolaires (NAP), puisqu’elle représentait 17 % des
rémunérations totales en 2017 contre 12 % en 2012, celle des agents titulaires diminuant
dans les mêmes proportions.
L’évolution de la rémunération du personnel et de la proportion des non titulaires
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
en valeur
En %
Rémunérations du personnel
titulaire (a)
4 291 060
4 283 294
4 377 503
4 488 572
4 373 709
4 396 794
105 733
2,5
Rémunérations du personnel
non titulaire (b)
586 591
744 631
786 296
887 422
811 256
929 295
342 704
58,4
en % des rémunérations
du personnel hors atténuation
de charges
12,0
14,8
15,2
16,4
15,3
17,0
-
-
Autres rémunérations (c)
6 477
18 784
14 339
45 414
107 262
130 325
123 847
ns
Rémunérations du personnel
hors atténuations de charges
(a+b+c)
4 884 129
5 046 709
5 178 137
5 421 408
5 292 227
5 456 413
572 284
11,7
Atténuations de charges
97 576
83 054
160 193
221 652
215 315
352 319
254 743
261,1
Rémunérations du personnel
4 786 553
4 963 655
5 017 945
5 199 755
5 076 912
5 104 094
317 542
6,6
Source : comptes de gestion
6.2.2
La gestion des comptes épargne temps
En vertu de l'article 7-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 et du décret n° 2004-878
du 26 août 2004 modifié, les modalités de mise en oeuvre du compte épargne temps (CET)
doivent être fixées par le conseil municipal. Le compte épargne temps a été mis en place à
Gérardmer par délibération du 21 novembre 2014 après avis du comité technique.
Conformément à cette réglementation, la délibération précise que le CET ne peut
être alimenté que par les jours de congés annuels, les jours de fractionnement et les journées
de réduction du temps de travail (RTT), les jours de compensation des heures
supplémentaires n'étant pas concernés. Les modalités d'utilisation s’effectuent selon le choix
de l’agent, sous forme de congés, d'indemnisation (à compter du 21
ème
jour), ou au sein de
la retraite additionnelle de la fonction publique (à compter du 21
ème
jour).
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
31/46
En revanche, cette délibération n’indique rien au sujet des jours de congés épargnés
avant l’ouverture de ce dispositif, ce qui peut conduire à des situations irrégulières. En effet,
si le décret n° 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines dispositions relatives au compte
épargne temps dans la fonction publique territoriale fixe à 60 jours le nombre maximum de
jours pouvant être placés sur un CET, cette limite n’a pas été respectée pour certains agents,
qui disposaient d’un nombre très important de jours épargnés avant la mise en place du CET.
Ces agents ont bénéficié d’indemnisations conséquentes au titre des jours de CET tout en
maintenant un stock de jours épargnés au 1
er
janvier 2017 très élevé. Sur l’année 2016, les
indemnisations versées à ces agents (10 800 €) représentait 42 % de la somme totale versée
aux 16 agents ayant monétisé une partie de leur CET (25 780 €).
La situation de trois agents au titre du CET
Agent A
Agent B
Agent C
nombre de jours épargnés avant la mise en oeuvre du CET
169
105
88
nombre total de jours versés au CET au 31 décembre 2016
51
88
62
soit en moyenne par an
17
29
20
nombre de jours payés depuis la mise en place du CET
120
120
100
rémunération pour une journée de CET en €
80
125
65
rémunération liée au CET depuis 2014 en €
9 600
15 000
6 500
nombre de jours du CET au 1
er
janvier 2017
100
73
50
Source : commune de Gérardmer
Rappel du droit n° 3 :
Respecter les règles d’alimentation et de plafonnement des comptes
épargne temps, conformément au décret n° 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines
dispositions relatives au compte épargne temps dans la fonction publique territoriale.
6.3
La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences
6.3.1
Les effectifs
Fin 2017, le tableau des emplois de la commune indiquait un effectif, hors vacataires,
de 208 agents, en diminution de 5 % sur la période, ce chiffre se montant à 219 en 2012. Le
nombre de titulaires a baissé de 13 % sur la période, leur part dans les effectifs totaux
passant de 93 % en 2012 à 85 % en 2017.
Les niveaux d’encadrement ont peu évolué : en 2012, les emplois pourvus
comprenaient 10 agents de catégorie A et de 30 agents de catégorie B. En 2017, les chiffres
sont respectivement de 11 et 34 ; ces variations correspondant à des promotions internes en
cohérence avec les fonctions occupées.
Le taux d’emploi des personnes porteuses d’un handicap varie sur la période entre
12,6 % et 7,2 %, s’établissant en 2017 à 10,4 %, respectant ainsi l’obligation de taux
minimum de 6 %.
La politique de la collectivité en matière d’effectifs consiste à évaluer, à chaque
départ, le maintien, la suppression ou l’évolution du poste devenu vacant. Cette démarche
est notamment mise en oeuvre lors des départs en retraite des agents territoriaux spécialisés
des écoles maternelles (ATSEM), qui ne sont pas systématiquement remplacés compte tenu
de la baisse des effectifs scolaires et des fermetures de classes.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
32/46
6.3.2
La formation
Les demandes de formation sont exprimées par les agents au moment de leur
entretien d’évaluation et sont transmises par l’intermédiaire de leur supérieur hiérarchique
direct au directeur des ressources humaines, qui procède à l’ensemble des inscriptions,
après validation de l’autorité territoriale, y compris lorsque celle-ci se fait en ligne pour le
Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT). En outre, des formations sont
réalisées avec la commune de La Bresse, telles que l’habilitation à la conduite des engins
de déneigement ou la conduite sur routes glissantes.
Depuis la première attaque informatique de 2017, il n’existe plus de document tenu
à jour par la collectivité récapitulant l’ensemble des formations suivies, la direction des
ressources humaines se référant si besoin à l’historique du CNFPT, qui recense depuis 2014
les formations suivies par les agents. La reconstitution des données perdues restait en cours
fin 2018.
La commune de Gérardmer a consacré 89 000 € pour la formation des agents en
2015, soit une augmentation de 32 % depuis 2013 essentiellement due aux frais de
déplacement à la charge de la collectivité, pour un nombre de journées de formation qui n’a
augmenté que de 12 %.
L’évolution des frais de formation entre 2013 et 2015
2013
2015
Montants
en €
Nombre
de jours
stagiaire
Coût/
journée
de
formation
en €
Montants
en €
Nombre
de jours
stagiaire
Coût/
journée
de
formation
en €
CNFPT au titre de la
cotisation obligatoire
46 390
401
116
48 836
398
123
CNFPT au-delà de la
cotisation obligatoire
(formations payantes)
4 960
62
80
3 775
64
59
Autres organismes
14 704
118
125
9 648
116
83
Frais de déplacement à la
charge de la collectivité
1 450
26 642
Total
67 504
518
-
88 901
578
-
Source : commune de Gérardmer, bilan social 2015
Le précédent rapport de la chambre régionale des comptes indiquait l’amorce d’une
gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) au sein de la
collectivité. Au-delà de l’élaboration des fiches de poste, la commune de Gérardmer n’a pas
développé d’outil particulier pouvant contribuer, à la fois, à une maîtrise de sa masse salariale
et au maintien des services à la population, qui constituent des priorités de la municipalité.
Prenant note de l’engagement du maire de mettre en place une gestion prévisionnelle des
emplois et des compétences, la chambre souligne que cette démarche restait à conduire fin
2018.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
33/46
7.
LES SERVICES À LA POPULATION
Les services à la population ont été abordés sous l’angle des spécificités de la
commune de Gérardmer en matière d’activité touristique, de logement, d’accès de sa
population aux infrastructures, et de relations avec le tissu associatif local. Dans ce cadre, la
chambre a plus particulièrement examiné l’exercice des missions de la police municipale, la
conduite de la politique locale de logement, la carte « service plus », le soutien aux
associations, ainsi que le projet du futur centre aquatique de loisirs et bien-être.
7.1
La police municipale
7.1.1
Les évolutions des effectifs et des missions
L’article L. 2212-2 du CGCT dispose que « La police municipale a pour objet
d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques ».
Les missions exercées par le service de police municipale à Gérardmer font l’objet
d’un recensement exhaustif dans un bulletin de service annuel. Elles relèvent, pour
l’essentiel, de la sécurité des biens et des personnes, et de la tranquillité publique. En 2016,
36 % du temps a été dédié à des opérations de patrouille, 26 % à du temps d’accueil et
administratif, et 12 % au service des écoles.
Si le dimensionnement et les missions du service sont liés à l’accueil de la population
touristique, ses effectifs ont évolué à la fois en termes de grade et de nombre d’équivalent
temps plein (ETP). En 2012, le service était dirigé par un chef de service de classe
supérieure, remplacé à son départ par un membre de l’équipe titulaire du grade de brigadier-
chef principal. Les personnes recrutées comme agents de surveillance de la voie publique
(ASVP) ont été titularisées en tant que gardiens, bénéficiant ainsi d’une évolution de carrière
accompagnée par la commune.
Tous grades confondus, les effectifs des policiers municipaux ont été diminués de
2 ETP sur la période, et celui de secrétaire a été réduit de moitié, à 0,5 ETP, la commune
souhaitant conserver ce format en adaptant les missions dévolues au service. Les congés et
temps de travail sont scrupuleusement suivis et respectés au sein de ce service, nécessitant
que des ajustements soient opérés en fonction des absences, qui ne sont pas remplacées.
Les effectifs de la police municipale, en équivalent temps plein
Grade
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Chef de service de classe supérieure
1
0
0
0
0
0
Brigadier-chef principal
2
2
1
2
2
2
Brigadier
1
1
1
1
1
Fusion des
grades
4
Gardien
1
1
3
4
3
Gardien stagiaire
0
2
2
0
0
ASVP
2
2
0
0
0
Secrétaire
1
1
1
1
0,5
0,5
TOTAL
8
9
8
8
6,5
6,5
Source : commune de Gérardmer
7.1.2
Le port et la conservation des armes
L’article L. 511-5 du code de la sécurité intérieure dispose notamment que « les
agents de police municipale peuvent être autorisés nominativement par le représentant de
l'Etat dans le département, sur demande motivée du maire, à porter une arme, sous réserve
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
34/46
de l'existence d'une convention de coordination des interventions de la police municipale et
des forces de sécurité de l'Etat ».
Le port d’armes par les agents de la police municipale est conforme aux dispositions
du code de la sécurité intérieure. Les agents sont dotés d’armes de catégories mentionnées
à l’article R. 511-12 du code de la sécurité intérieure et autorisées par l'arrêté préfectoral
n° 149/2015 du 26 mars 2015. Chacun des agents de la police municipale dispose d’un arrêté
nominatif l’autorisant à porter ce type d’armes et une convention de coordination avec l’Etat
a été signée le 21 mai 2014 conformément aux dispositions des articles L. 512-4 et R. 512-5
du code de la sécurité intérieure.
Par ailleurs, l’article R. 511-32 du code de la sécurité intérieure dispose que « sauf
lorsqu'elles sont portées en service par les agents de police municipale ou transportées pour
les séances de formation prévues par l'article R. 511-22, les armes mentionnées à l'article
R. 511-12 et les munitions doivent être déposées, munitions à part, dans un coffre-fort ou
une armoire forte, scellés au mur ou au sol d'une pièce sécurisée du poste de police
municipale ». La chambre attire l’attention du maire sur la nécessité de se conformer à cette
règlementation.
En revanche, un registre d'inventaire des armes, éléments d'armes et munitions,
permettant leur identification est tenu conformément à l’article R. 511-33 du code de sécurité
intérieure, ainsi qu’un état journalier retraçant les sorties et les réintégrations des armes et
munitions figurant au registre d'inventaire.
7.2
Les actions en faveur du logement
Outre le nombre de résidences secondaires, la ville de Gérardmer se caractérise par
un taux plutôt faible de logements sociaux et par un coût élevé de l’accession à la propriété.
Selon les données du ministère de l’Intérieur, le nombre de logements sociaux à Gérardmer
varie peu sur la période : 735 en 2012, 745 en 2017, soit environ 12 % en regard des
résidences principales. Parallèlement, le prix médian pour l’achat d’un appartement à
Gérardmer s’élevait à 1 830 €/m² en 2017 selon le baromètre immobilier des notaires contre
900 €/m
2
en moyenne dans le département des Vosges.
La commune de Gérardmer, sans relever des dispositions de la loi n° 2000-1208 du
13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) visant à
l’augmentation de la part des logements sociaux dans certaines communes, conduit
différentes actions en la matière, non remises en cause depuis l’évolution du contexte
intercommunal.
7.2.1
Les interventions en faveur de l’accession à la propriété en résidence principale
En 2011, et après la disparition du prêt d’accession sociale pass-foncier
8
, le conseil
municipal a décidé d’octroyer une aide pour faciliter l’acquisition d’un logement ou la
construction d’une maison à usage de résidence principale aux ménages à revenus
modestes. L’aide communale s’établit à 3 000 € si le nombre d’occupants du logement est
inférieur ou égal à 3, à 4 000 € si le nombre d’occupants du logement est supérieur ou égal
à 4. Elle est attribuée, sous conditions de ressources, aux primo-accédants. Le dispositif qui
s’est traduit par 71 aides attribuées de 2011 à 2017 pour un montant total de 233 000 € dont
46 000 € en 2017, monte en puissance depuis 2015, l’objectif annuel de 10 aides ayant été
dépassé en 2016 et 2017 avec 14 dossiers annuels financés.
8
Le pass-foncier permettait à des ménages modestes de devenir propriétaire d'une maison sans avoir encore
acquis le terrain par un système de remboursement échelonné de deux prêts immobiliers. Le terrain était d'abord
la propriété du 1% logement. Une fois la maison remboursée, le ménage commençait alors à rembourser le terrain
à l'organisme.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
35/46
Par ailleurs, la commune a créé en 2016 un lotissement composé de onze parcelles
viabilisées proposées à des tarifs fixés en fonction de la situation et de l’exposition des
terrains, entre 45 et 60 € TTC le m². Fin 2017, sept parcelles avaient été vendues.
7.2.2
Les programmes d’amélioration de l’habitat
En octobre 1990, la commune avait instauré une prime pour les ravalements de
façades sur le hameau de Kichompré dans le cadre d’un programme d’intérêt général destiné
à majorer les aides en matière de rénovation des logements existants dans les cités textiles.
Cette aide municipale a évolué au fil du temps, le conseil municipal ayant notamment
étendu en 1997 le périmètre à l’ensemble du territoire communal. Il a décidé de supprimer
cette prime fin 2016, l’objectif d’embellissement du cadre de vie ayant été atteint. Cet effort
a été redirigé en faveur du programme « Habiter Mieux ».
Le programme ravalement de façades
Année
2012
2013
2014
2015
2016
Total
Nombre de dossiers
42
44
30
40
50
206
Montant attribué par la
commune en €
35 675
35 959
29 840
32 467
42 180
176 121
Source : commune de Gérardmer
Le programme national « Habiter Mieux » a pour objet la lutte contre la précarité
énergétique et la promotion de la rénovation de l’habitat ancien, comme levier de
développement économique et social sur l’ensemble du territoire. La commune de
Gérardmer s’est impliquée dans ce dispositif depuis le 1
er
janvier 2017, en contractualisant
avec l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) via le Pays de la Déodatie. Sont éligibles, sous
conditions de ressources, les propriétaires occupant un logement de plus de 15 ans
souhaitant réduire leur facture énergétique en améliorant le confort de leur habitation.
Il est prévu que la commune verse 500 € pour un gain énergétique de 25 %, 1 500 €
pour un gain énergétique de 45 % et 3 000 € pour un gain énergétique de 55 %. En 2017,
13 familles gérômoises à revenus modestes ont pu bénéficier de ce dispositif, la commune
ayant contribué pour sa part à hauteur de 9 000 € sur l’année.
La chambre note cependant qu’en dehors des apports qui ont pu en être directement
retirés par les bénéficiaires, la mise en oeuvre de ces différentes actions n’a pas donné lieu
de la part de la collectivité, au-delà des orientations générales, à la définition préalable
d’objectifs quantifiés en termes de réalisation, de calendrier et de financement. De la sorte
et même si les moyens consacrés sont restés mesurés, il paraît difficile pour la collectivité
de s’assurer de l’efficacité réelle de ces interventions.
7.3
La carte « service plus »
La carte « service plus », gratuite et personnelle, permet de bénéficier, en fonction
du niveau des revenus, d’un tarif préférentiel sur une gamme d’activités proposées par la
commune : ludothèque, bibliothèque, piscine, bowling, ski nordique… Les modalités de
calcul du quotient familial sont alignées depuis le 1
er
janvier 2017 sur celles de la caisse
d’allocation familiale des Vosges, ce qui permet une simplification de l’attribution des cartes
entre les différentes catégories de revenus. En effet, la carte distingue cinq catégories de
revenus, de A à E. A titre d’exemple, la location de chaussures au bowling peut être gratuite
ou facturée à 1,90 € selon la catégorie, le coût hors carte « service plus » s’établissant à
1,90 €. En 2017, plus de 1 200 cartes ont été établies, dont 22 % pour les catégories A et
17 % pour les B, qui concernent les personnes aux ressources les plus faibles.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
36/46
La chambre relève néanmoins que cette gradation est beaucoup plus relative
s’agissant des tarifs d’accès pratiqués pour les détenteurs de cette carte. Pour le bowling,
les catégories A et B sont regroupées, ainsi que les D et E. Concernant la piscine, la patinoire
et le mur d’escalade, les catégories C, D et E sont regroupées, tandis que pour le sauna, ce
sont les D et E. Ces constats interrogent sur la pertinence de ce dispositif de tarification,
notamment dans la perspective d’un futur centre aquatique et de bien-être.
7.3.1
Le soutien aux associations
7.3.1.1 Le cadre général
L’attractivité touristique de Gérardmer provient aussi d’une politique d’animations à
laquelle les associations locales contribuent fortement. Le tissu associatif, dense et
dynamique, compte plus de 100 associations, dont 70 environ ont bénéficié en 2017 d’une
subvention ou d’un concours en nature (mise à disposition de local ou de matériel) de la part
de la commune, certaines recevant ces deux types de soutien.
Les dossiers de demande de subvention qui doivent être déposés au 15 janvier de
l’année en cours, sont instruits par les services, et font l’objet de décisions du conseil
municipal selon des modalités n’appelant pas de remarque. Néanmoins, les aides en nature
attribuées aux associations pourraient utilement faire l’objet d’une valorisation dans le cadre
des annexes budgétaires, s’inscrivant ainsi dans une démarche de transparence à l’égard
du conseil municipal et des habitants, ce que le maire s’engage à faire dès 2019.
Certaines de ces associations portent des événements de renommée nationale, voire
internationale. L’association qui a pour objet l’organisation du festival international du film
fantastique, a ainsi reçu une subvention annuelle de la commune de 66 500 € en moyenne
sur la période.
L’évolution des subventions aux associations
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
Interventions diverses
888 750
923 508
1 230 652
703 821
699 174
709 479
- 179 271
- 20
Social
8 080
6 930
7 420
8 370
7 470
7 320
- 760
- 9
Education culture
11 645
11 345
10 580
10 845
11 745
11 565
- 80
- 1
Fonds d’intervention
culturel
27 550
25 800
26 100
26 200
12 500
10 000
- 17 550
- 64
Sports
71 050
12 600
23 645
33 485
19 200
26 000
- 45 050
- 63
Source : comptes administratifs
Parmi les associations subventionnées par la commune, quatre bénéficient d’un
financement dépassant 23 000 €. Conformément aux dispositions du décret n° 2001-495 du
6 juin 2001 pris pour l’application de l’article 10 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 et relatif
à la transparence financière des aides octroyées par les personnes publiques, elles ont signé
une convention avec la commune.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
37/46
7.3.1.2
Les relations de la commune avec l’association de la maison de la culture et des
loisirs (MCL)
La maison de la culture et des loisirs de Gérardmer a pour buts la création, la gestion
et l’animation de la maison de la culture de Gérardmer. Depuis 1972, elle conduit en
partenariat avec la commune une action socio-culturelle concertée et perçoit à ce titre, outre
une subvention annuelle de fonctionnement, différents concours financiers dédiés à des
actions spécifiques. Le montant total des concours annuels qui s’est établi sur la période
entre 335 000 et 425 000 €, est tendanciellement en baisse depuis 2015.
Evolution des concours financiers versés à la MCL
en €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012
2017
En valeur
En %
Subv fonctionnement
321 000
356 000
304 500
327 369
268 224
273 302
- 47 698
- 15
Animation scolaire
17 060
17 060
17 060
17 060
20 000
20 000
2 940
17
Saison culturelle
18 000
18 000
18 944
16 085
19 000
18 512
512
3
PTEA
4 300
4 300
4 300
2 859
4 300
- 4 300
- 100
Saison culturelle estivale
12 769
13 000
11 530
11 530
Participation système ciné
8 400
-
-
Participation équipement
matériel
5 900
4 037
11 973
0
Participation subv
exceptionnelle
76 558
23 872
0
Musiques actuelles
10 100
10 100
10 100
Exposition
1 500
1 896
1 896
Total
368 760
401 260
425 399
411 987
336 124
335 339
- 33 421
- 9
Source : compte administratif
Une convention « portant contrat d’objectifs et de programme pluriannuel » a été
signée le 4 janvier 2010 entre la commune de Gérardmer et la MCL, pour une durée de neuf
années allant du 1
er
janvier 2010 au 31 décembre 2018.
Alors que les statuts de l’association, dans leur article 12, disposent que le maire (ou
son représentant) est membre du droit du conseil d’administration, la convention, en son
article 11.2, mentionne « des conseillers municipaux membres du conseil d’administration ».
Dans les faits, deux membres du conseil municipal siègent au conseil d’administration de la
MCL, l’un d’eux uniquement prenant part au vote. La chambre invite le maire à s’assurer de
la compatibilité de la représentation de la commune au sein du conseil d’administration avec
les statuts de l’association.
L’objet de la subvention de fonctionnement versée par la commune est indiqué à
l’article IV.1. de la convention. Elle est attribuée pour :
-
les frais de fonctionnement de l’association qui comprennent les charges du bâtiment
mis gratuitement à sa disposition ; l’association disposant depuis 2012, de deux salles
de l’école de musique également mises à sa disposition ;
-
le financement du personnel de l’association, soit en 2017, sept emplois à temps
plein, un emploi à mi-temps et trois à temps partiel ; l’association bénéficiant en outre
d’un agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM) mis à disposition ;
-
le financement des frais de comptabilité ;
-
la participation au financement du poste de directeur.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
38/46
La chambre relève néanmoins qu’une somme de 93 703 € a été attribuée, de façon
complémentaire, par voie de subventions exceptionnelles en 2014 et 2015, pour la prise en
charge du licenciement du directeur (42 103 €) et pour les départs en retraite de deux
employés de l’association (51 600 €). Si la commune a pu considérer que ces interventions
faisaient partie des charges de personnel de l’association qu’elle finance habituellement, le
recours à des subventions exceptionnelles pour permettre le financement de ces mesures
individuelles témoigne d’une appréhension incomplète par la commune du fonctionnement
de l’association lors de la fixation de la subvention annuelle de fonctionnement.
La chambre rappelle que la convention pluriannuelle, à son article IV.3, autorise la
commune à procéder à un contrôle des subventions qu’elle verse à l’association. Au regard
de l’importance et de la prépondérance des concours financiers qu’elle accorde et des
dépassements précités, la commune serait fondée à mettre en oeuvre cette disposition.
7.4
Le complexe sportif et le projet de sa reconstruction
7.4.1
Le complexe sportif
La commune dispose d’un complexe sportif, datant des années 1980, qui comprend
une piscine, une patinoire en sol plastique, un bowling, un mur d’escalade et un espace
sauna. Cet équipement montre ses limites en termes d’étanchéité et d’usure des matériaux,
malgré l’entretien qui a pu être fait. La piscine et les vestiaires nécessiteraient d’être
totalement reconstruits. Parallèlement, la commune estime que les comportements en
termes de loisirs ont évolué, les clients des piscines recherchant aussi aujourd’hui des
espaces dédiés au bien-être.
7.4.2
L’utilisation de l’actuelle piscine par les collégiens et les lycéens
L’utilisation d’une piscine municipale par les élèves de collèges ou de lycées doit faire
l’objet d’une convention entre la collectivité propriétaire et le département ou la région. En
application des articles L. 1311-15 du CGCT et L. 214-4 du code de l’éducation, ces
conventions prévoient les modalités financières de mise à disposition des équipements pour
la réalisation des programmes scolaires de l’éducation physique et sportive. Les conventions
tripartites ont été signées entre la commune, la région et les lycées, mais elles sont venues
à échéance au 31 décembre 2017. En outre, aucune convention n’a été signée avec le
département et les collèges. La chambre prend note de l’engagement du maire de régulariser
ces situations.
7.4.3
Le futur centre aquatique et de bien être
La restructuration et l’extension du complexe sportif qui représentent un
investissement prévisionnel de 12,5 M€ constitue le projet le plus important sur lequel la
collectivité est actuellement engagée.
Ce projet qui consiste à transformer le complexe en centre aquatique et de bien-être
a été engagé par la commune qui souhaite ainsi proposer une offre plus en phase avec les
besoins de la clientèle, qu’elle soit touristique ou gérômoise. Il a donné lieu, jusqu’à présent,
pour l’attribution de la maîtrise d’oeuvre, à un concours d’architecture dont la procédure
n’appelle pas de remarque.
Une réunion publique s’est tenue le 16 mars 2018 pour présenter le projet aux
habitants. L’équipement verra sa surface passer de 5 000 à 7 430 m². Il sera totalement mis
aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et comprendra la patinoire,
un bowling climatisé, un espace bien être (sauna, hammam, salle de cardio-training, et
bassin nordique, salle de cardio fitness) et une nouvelle piscine équipée d’un toboggan
extérieur, d’un espace jeux d’eau, d’un bassin double et d’une pataugeoire ludique.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
39/46
En l’état, ce projet appelle différentes remarques de la chambre.
En premier lieu, en l’absence de comptabilité analytique, la gestion de l’actuel
complexe sportif au sein du budget principal ne facilite pas la lisibilité de cette opération de
reconstruction et son impact sur les finances communales. Selon les données dont dispose
la commune, le déficit de fonctionnement de l’ensemble piscine, patinoire, mur d’escalade,
bains douches, peut être estimé en 2017 à 592 000 € et le déficit total avec les dépenses
d’équipement à environ 662 000 €.
Or, une connaissance précise des coûts de fonctionnement et de maintenance de
l’équipement existant aurait permis à la collectivité de fixer des orientations quant au niveau
de déficit prévisionnel et à la charge de remboursement de l’équipement (amortissement des
installations et des emprunts) qu’elle estimait pouvoir prendre en charge.
En deuxième lieu, l’avant-projet sommaire et l’avant-projet définitif ont été présentés
au conseil municipal début 2018, alors que les subventions d’équipement prévues au plan
de financement n’étaient pas connues. Il était pourtant prévu que les travaux, dont le coût a
été estimé à 12,5 M€ au stade de l’avant-projet définitif, débutent fin 2018 et se terminent fin
2020.
En troisième lieu, les travaux de prospective sur l’exploitation de ce nouvel
équipement qui étaient, en février 2018, en phase de finalisation recèlent des incertitudes
notables. Ils reposent sur le seul modèle de la régie directe, privilégié par la municipalité,
dont l’équilibre économique et financier serait assuré grâce à une augmentation très
substantielle de la fréquentation.
Néanmoins, les caractéristiques techniques et architecturales de l’équipement et
l’application des normes en vigueur, notamment en matière d’hygiène et de sécurité se
traduiront probablement par des coûts supplémentaires. Ainsi, par rapport aux 15 agents
(14,1 ETP) affectés au complexe, les premières analyses produites sur le fonctionnement du
nouvel équipement font apparaître un besoin de 3,2 ETP supplémentaires : 1,2 pour
l’entretien, et 2 pour surveiller les bassins.
En termes de recettes, la commune fonde ses hypothèses sur une augmentation
continue de la fréquentation et sur sa politique tarifaire. Une hausse de 10 % du nombre
d’entrées par rapport à l’année 2017 est prévue, traduisant le regain d’attractivité produit par
le nouvel équipement, puis de 5 % les années suivantes, générée par la poursuite du
développement touristique de la commune. En outre, une progression des tarifs de 2 % par
an est projetée à compter de 2020, correspondant à l’estimation de l’augmentation annuelle
des coûts d’exploitation. Concernant plus spécifiquement le bowling, le chiffre d’affaires
prévisionnel mentionne une hausse volontariste s’établissant à 10 % en 2020, 5 % en 2021
puis 2,5 % chaque année.
La chambre relève enfin que le projet de fonctionnement présenté au conseil
municipal n’a pas intégré des variations autour de différentes hypothèses, hautes, moyennes
et basses. En ne retenant qu’un seul scénario fondé sur l’absence de coût pour le
contribuable, la commune a minoré le risque économique et financier lié à la réalisation et
l’exploitation d’un tel équipement. Au surplus, et au regard du périmètre d’attractivité du futur
centre aquatique et de bien-être, qui s’étend au-delà des seuls habitants de Gérardmer, la
question de l’intérêt communautaire de cet équipement aurait eu vocation à se poser.
*
*
*
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
40/46
RAPPELS DU DROIT
n° 1. Etablir le rapport d’orientation budgétaire conformément à l’article D. 2312 3 du code
général des collectivités territoriales.
n° 2. Constituer des provisions dès l’apparition d’un risque avéré, en application de l’article
R. 2321-2 du code général des collectivités territoriales.
n° 3. Respecter les règles d’alimentation et de plafonnement des comptes épargne temps,
conformément au décret n° 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines dispositions
relatives au compte épargne temps dans la fonction publique territoriale.
RECOMMANDATION
n° 4. Améliorer les prévisions budgétaires en investissement en mettant en place une
gestion en autorisations de programmes/crédits de paiements pour les investissements
pluriannuels les plus importants.
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
41/46
ANNEXE 1 :
Tableaux relatifs à la situation financière de la commune
L’évolution des ressources d’exploitation du budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
Ventes de marchandises
et de produits finis autres
que les terrains aménagés
6 867
3 132
6 345
5 636
7 429
6 142
- 725
- 10,6
+ Domaine et récoltes
87 230
90 663
57 560
94 183
66 616
63 291
- 23 939
- 27,4
+ Travaux, études et
prestations de services
638 496
707 535
610 347
649 505
636 669
586 849
- 51 647
- 8,1
+ Mise à disposition de
personnel facturée
202 838
240 460
244 048
263 730
320 797
339 298
136 460
67,3
+ Remboursement de
frais
547
1 440
1 916
1 066
858
7 671
7 124
1301,8
= Ventes diverses,
produits des services et
du domaine et
remboursements de frais
(a)
935 978
1 043 230
920 216
1 014 120
1 032 368
1 003 251
67 273
7,2
Revenus locatifs et
redevances (hors
délégation de service
public )
498 387
539 301
555 459
554 182
482 421
472 634
- 25 753
- 5,2
+ Solde des flux avec les
budgets annexes à
caractère administratif
272 000
372 000
400 000
400 000
300 000
240 000
- 32 000
- 11,8
= Autres produits de
gestion courante (b)
770 387
911 301
955 459
954 182
782 421
712 634
- 57 753
- 7,5
Ressources d'exploitation
(a+b)
1 706 365
1 954 531
1 875 675
1 968 302
1 814 789
1 715 885
9 520
0,6
Source : comptes de gestion
L’évolution des charges courantes du budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2012-2017
En valeur
En
%
En valeur
En
%
Charges à
caractère général
3 238 926
3 424 872
3 196 721
3 461 898
2 880 506
3 166 571
24,1
- 72 355
- 2,2
+ Charges de
personnel
6 968 095
7 339 440
7 461 118
7 742 797
7 665 106
7 793 414
59,2
825 319
11,8
+ Subventions de
fonctionnement
1 322 338
1 359 327
1 720 660
1 236 359
1 095 679
1 145 958
8,7
- 176 380
- 13,3
+ Autres charges
de gestion
802 125
821 040
829 492
499 980
510 764
510 736
3,9
- 291 389
- 36,3
+ Charges
d'intérêt et pertes
de change
432 770
398 867
419 032
429 741
685 916
549 236
4,2
116 466
26,9
= Charges
courantes
12 764 253
13 343 545
13 627 023
13 370 775
12 837 971
13 165 915
100
401 662
3,1
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
42/46
L’évolution des charges de personnel
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation 2012-2017
En valeur
En
%
Charges totales de
personnel
6 968 095
7 339 440
7 461 118
7 742 797
7 665 106
7 793 414
825 319
11,8
- Remboursement de
personnel mis à
disposition
202 838
240 460
244 048
263 730
320 797
339 298
136 460
67,3
= Charges totales de
personnel nettes des
remboursements pour
mise à disposition
6 765 257
7 098 980
7 217 070
7 479 067
7 344 309
7 454 116
688 859
10,2
en
% des produits de
gestion
43,5
44,7
46,7
48,4
48,4
48,7
-
-
Source : comptes de gestion
L’évolution des charges à caractère général
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation 2012-2017
en valeur
en %
Charges à caractère
général
3 238 926
3 424 872
3 196 721
3 461 898
2 880 506
3 166 571
- 72 355
- 2,2
Dont achats autres
que les terrains à
aménager (y c.
variations de stocks)
1 624 850
1 663 783
1 551 580
1 532 018
1 344 078
1 514 806
- 110 044
- 6,8
Dont locations et
charges de copropriétés
215 802
212 229
213 425
352 255
270 290
274 037
58 235
27,0
Dont entretien et
réparations
362 003
415 779
291 653
444 653
375 836
484 991
122 988
34,0
Dont assurances et
frais bancaires
127 642
175 466
174 597
194 819
146 714
76 813
- 50 830
- 39,8
Dont autres services
extérieurs
115 154
107 672
99 626
116 276
114 683
116 704
1 550
1,3
Dont
remboursements de frais
(BA, CCAS, organismes
de rattachement, etc.)
0
0
0
0
865
1 213
1 213
-
Dont contrats de
prestations de services
avec des entreprises
95 050
134 162
104 296
88 500
25 800
62 697
- 32 354
- 34,0
Dont honoraires,
études et recherches
60 224
41 838
26 228
56 011
35 040
24 131
- 36 093
- 59,9
Dont publicité,
publications et relations
publiques
218 571
237 520
304 229
242 801
221 493
248 839
30 268
13,8
Dont transports
collectifs et de biens (y c.
transports scolaires)
128 849
119 828
118 908
106 389
75 903
98 861
- 29 988
- 23,3
Dont déplacements et
missions
24 986
28 306
29 945
26 417
25 578
18 914
- 6 073
- 24,3
Dont frais postaux et
télécommunications
106 373
108 112
116 950
118 939
99 409
83 437
- 22 936
- 21,6
Dont impôts et taxes
(sauf sur personnel)
159 420
180 175
165 284
182 819
144 819
161 129
1 708
1,1
Source : comptes de gestion
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
43/46
L’évolution du financement propre disponible et du recours à l’emprunt
En €
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Cumul
2012-2017
Financement propre
disponible
2 982 244
2 742 822
2 375 687
1 832 530
2 927 839
2 853 965
15 715 087
Financement propre
dispo / Dépenses
d'équipement
62,4 %
62,0 %
70,8 %
28,7 %
53,1 %
57,1 %
-
- Dépenses
d'équipement
4 776 482
4 422 908
3 355 150
6 374 045
5 512 575
5 002 361
29 443 522
- Subventions
d'équipement
67 675
63 959
85 987
65 012
83 820
70 237
436 690
+/- Dons,
0
180 000
0
0
0
0
180 000
- Participations et inv.
financiers nets
- 321 700
- 79 657
- 31 326
45 005
7 448
- 39 535
- 419 765
+/- Variation autres
dettes et cautionnements
-73
- 1 871
- 14
- 811
473
-886
- 3 182
= Besoin (-) ou
capacité (+) de
financement propre
- 1 540 140 - 1 842 517
- 1 034 110
- 4 650 722
- 2 676 477
-2 178 213 - 13 922 178
Nouveaux emprunts
de l'année
3 000 000
1 200 000
2 200 000
8 000 000
0
2 150 000
16 550 000
Mobilisation (-) ou
reconstitution (+) du
fonds de roulement
net global
1 459 860
- 642 517
1 165 890
3 349 278
- 2 676 477
- 28 212
2 627 822
Fonds de roulement
net global
au 31
décembre
2 886 332
2 243 815
3 409 705
6 758 983
4 082 506
4 054 294
-
Source : comptes de gestion
La structure de la dette au 31 décembre 2017 par type de taux
Stock au 31/12/2017
Taux Fixe
Taux Variable
Taux Structuré
TOTAL
Encours en €
33 067 074
3 750 000
4 313 944
41 131 018
Pourcentage global en %
80,4
9,1
10,5
100
Durée de vie moyenne
8 ans, 8 mois
14 ans, 11 mois
7 ans, 4 mois
9 ans, 2 mois
Nombre d’emprunts
34
1
3
38
Annuité en €
2 695 167
80 520
421 495
3 197 182
Taux moyen de l'exercice
en %
3,35
2,01
3,57
3,25
Source : commune de Gérardmer
Le montant des encours en fonction des taux
Taux effectif global
Encours
Montant en €
En
%
1 à 2 %
6 750 000
16,4
2 à 3 %
13 836 803
33,6
3 à 4 %
11 345 477
27,6
4 à 5 %
6 329 460
15,4
5 à 6 %
2 869 279
7,0
TOTAL
41 131 018
100
Source :
commune de Gérardmer
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
44/46
Le niveau de risques selon la charte de bonne conduite entre les établissements
bancaires et les collectivités locales
Catégorie
En valeur en €
En
%
A1
36 824 741
89,6
B1
2 945 848
7,1
E1
1 360 429
3,3
Total
41 131 018
100
Source :
commune de Gérardmer
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
45/46
ANNEXE 2 : Suivi des recommandations du précédent rapport de la chambre
Libellé des recommandations
cotations
Totalement
mise en
oeuvre
Mise en
oeuvre
incomplète
Mise en
oeuvre
en cours
Non
mise en
oeuvre
Refus
de mise
en
oeuvre
Devenue
sans
objet
En matière de fiabilité des comptes
Effectuer des inventaires et veiller à l’exhaustivité des
inscriptions des entrées et sorties d’immobilisations au
compte administratif ainsi qu’à la correcte imputation des
immobilisations dans le budget dont elles relèvent.
x
Mettre à jour l’état des créances immobilisées.
x
Veiller à la bonne inscription des écritures de location en
crédit-bail.
x
Provisionner les contentieux en première instance et les
risques financiers, notamment sur les locations
d’immeubles en crédit-bail.
x
Actualiser l’état des méthodes et respecter les règles
d’amortissement définies dans cet état.
x
Veiller à la nature des travaux imputés en régie et
recenser précisément les heures de main-d’oeuvre pour
l’évaluation des travaux en régie.
x
Veiller à l’application de la TVA dans le cadre de la
facturation de prestation entre deux services assujettis à
la TVA.
x
Mener une réflexion sur l’architecture financière de
l’activité liée au domaine skiable.
x
En matière de gestion prévisionnelle des ressources humaines :
Mettre à jour les effectifs budgétaires et l’état du
personnel non titulaire.
x
Actualiser les délibérations sur les primes et indemnités
ainsi que le régime indemnitaire de la titulaire de l’emploi
de directeur de cabinet.
x
Respecter les règles d’attribution des avantages en
nature.
x
Appliquer les dispositions de l’article R101 du code du
domaine de l’Etat.
x
Mener une réflexion sur l’organisation du temps de travail.
x
Mettre à jour les règles d’octroi des autorisations
d’absence et faire délibérer le conseil municipal.
x
Centraliser la mise à jour du document unique.
x
Poursuivre l’élaboration des fiches de postes.
x
En matière de commande publique
Observations définitives
Commune de Gérardmer
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
46/46
Veiller à la bonne évaluation des besoins.
x
Etablir un règlement de l’achat public.
x
Structurer l’organisation de la commande publique.
x
Mettre en oeuvre un plan annuel de formation à la
commande publique.
x
Mettre en oeuvre les dispositions relatives à la publicité
des besoins de la commune.
x
Veiller au choix des procédures, à la nature et au montant
des marchés passés.
x
Mentionner les critères de choix dans les avis d’appel
public à concurrence.
x
Mettre en oeuvre une procédure de suivi des dépôts des
offres et de conservation des pièces des marchés.
x
Pondérer systématiquement les critères de choix et
respecter les modalités de pondération des critères
définies dans le règlement de consultation.
x
Distinguer les critères de choix des candidatures et les
critères de sélection des offres et motiver le choix du
candidat retenu.
x
Veiller au respect de la jurisprudence du conseil d’Etat
relative à la limitation des avenants en pourcentage du
marché initial.
x
Veiller au respect des délais d’exécution mentionnés
dans les AAPC et les règlements de consultation.
x
Veiller au respect de la chronologie des marchés.
x
TOTAL
20
3
2
2
0
2
En % du total
69
10
7
7
0
7