Sort by
3-5, rue de la Citadelle
57000 METZ

T
+33 3 54 22 30 49
grandest@crtc.ccomptes.fr
Les observations définitives présentées dans ce rapport
ont été arrêtées par la Chambre régionale des comptes Grand Est,
lors de sa séance du 11 septembre 2018.
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES
GRAND EST
COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION DE FORBACH PORTE DE FRANCE
CONTROLE DES COMPTES ET DE LA GESTION
(à compter de l’exercice 2011)
RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
1/45
SOMMAIRE
SYNTHÈSE
......................................................................................................................................
3
1.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE
.................................................................................................
5
2.
PROCÉDURE ET CHAMP DU CONTRÔLE
............................................................................
5
3.
FIABILITÉ
.................................................................................................................................
5
3.1
Les états annexes
...................................................................................................................
6
3.2
Les immobilisations en cours
..................................................................................................
7
3.3
Les imputations comptables
...................................................................................................
8
3.4
Les provisions
.........................................................................................................................
8
4.
LES LIENS FINANCIERS ENTRE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION ET LES
COMMUNES MEMBRES
................................................................................................................
8
4.1
La dotation de solidarité communautaire (DSC)
.....................................................................
9
4.1.1
La réglementation
..............................................................................................................
9
4.1.2
L’application de la DSC par la communauté d’agglomération de Forbach Porte de
France
..............................................................................................................................
10
4.2
La mutualisation
....................................................................................................................
11
4.2.1
La réglementation
............................................................................................................
11
4.2.2
La situation à la communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
..................
12
4.2.3
Le service autorisation droit des sols
...............................................................................
13
5.
SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE
.............................................................................
14
5.1
Le cadre budgétaire
..............................................................................................................
14
5.1.1
Les débats d’orientation budgétaire
.................................................................................
14
5.1.2
Les taux d’exécution budgétaire
......................................................................................
15
5.2
Le périmètre du contrôle
.......................................................................................................
15
6.
ÉQUILIBRE FINANCIER DU BUDGET PRINCIPAL
..............................................................
17
6.1
La section de fonctionnement
...............................................................................................
18
6.1.1
Les produits de fonctionnement
.......................................................................................
19
6.1.1.1
Les ressources fiscales propres et les ressources d’exploitation
................................
19
6.1.1.2
L’évolution des dotations et de la fiscalité reversée
....................................................
20
6.1.2
La structure des charges de fonctionnement de l’agglomération
.....................................
21
6.1.3
Evolution des charges de gestion
....................................................................................
22
6.1.4
L’excédent brut de fonctionnement et la capacité d’autofinancement brut
......................
22
6.2
Le financement des investissements
....................................................................................
22
6.2.1
Le financement disponible
...............................................................................................
23
6.2.2
Le financement des investissements
...............................................................................
23
6.3
Situation bilancielle
...............................................................................................................
23
6.3.1
Le stock de dette
..............................................................................................................
23
6.3.2
Structure du bilan
.............................................................................................................
25
7.
LA COMPÉTENCE DÉCHETS
...............................................................................................
25
7.1
Contexte
...............................................................................................................................
25
7.2
La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
.......................................................
26
7.2.1
La mise en place de la TEOM à la CAFPF
......................................................................
26
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
2/45
7.2.2
La notion de service rendu.
..............................................................................................
26
7.3
Evolution financière
..............................................................................................................
27
8.
LES RESSOURCES HUMAINES
...........................................................................................
28
8.1
Les effectifs
...........................................................................................................................
28
8.2
Le temps de travail
...............................................................................................................
29
8.2.1
L’absence de règlement du temps de travail
...................................................................
29
8.2.2
L’absentéisme
..................................................................................................................
29
8.3
Les avancements de grade
..................................................................................................
29
8.4
La mise à disposition de personnels auprès d’associations
.................................................
30
8.4.1
Le contexte
......................................................................................................................
30
8.4.2
La réglementation des mises à disposition
......................................................................
30
9.
LA GESTION DE LA PISCINE COMMUNAUTAIRE
...............................................................
31
9.1
Présentation générale
...........................................................................................................
31
9.1.1
La piscine de Forbach est un équipement remarquable, mais qui nécessite une
adaptation aux usages actuels
.........................................................................................
31
9.1.2
Gestion et usages
............................................................................................................
31
9.2
Le fonctionnement de la piscine
...........................................................................................
32
9.2.1
L’exploitation de l’équipement
..........................................................................................
32
9.2.2
Le régime indemnitaire des maîtres-nageurs
...................................................................
35
9.2.3
L’organisation de la sécurité et des secours
....................................................................
35
9.2.4
Les conditions de travail
...................................................................................................
35
9.2.5
L’accessibilité
...................................................................................................................
36
9.2.6
La propreté et la qualité de l’eau
......................................................................................
36
9.3
Le coût du service et son financement
.................................................................................
37
9.4
Les travaux de réhabilitation de l’équipement
......................................................................
38
9.4.1
La rénovation de la toiture en 2011
..................................................................................
38
9.4.2
Une rénovation générale prévue en 2014 et repoussée en 2018
....................................
38
9.4.3
Les mesures de publicité.
................................................................................................
40
ANNEXE 1 : Compétences de la communauté d’agglomération Forbach Porte de France
..........
42
ANNEXE 2 : Evolution des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères
.......................
43
ANNEXE 3 : Les centres nautiques du secteur de Forbach
..........................................................
44
CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES
GRAND EST
COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION DE FORBACH PORTE DE FRANCE
CONTROLE DES COMPTES ET DE LA GESTION
(à compter de l’exercice 2011)
RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
3/45
SYNTHÈSE
La communauté d’agglomération de Forbach Porte de France (CAFPF) compte près de
80 000 habitants. Au cours de la période 2011 à 2016, l’agglomération a conservé un périmètre
géographique stable avec 21 communes dont Forbach est la ville principale, avec 22 000 habitants.
La communauté d’agglomération dispose d’un champ de compétence étendu et d’un niveau
d’intégration fiscal relativement élevé. Cela conduit l’agglomération à gérer un budget global, en
2016, représentant 45 M€ en dépenses de fonctionnement et 16M€ en investissement.
La fiabilité des comptes ne comporte pas d’anomalie majeure mais elle reste perfectible,
notamment au niveau de la qualité de l’information financière et de la constitution des provisions.
La situation financière de la communauté d’agglomération est restée stable au cours de la
période. Elle se caractérise par une stabilité de la CAF (capacité d’autofinancement) brute
consolidée. Cette dernière s’établit à près de 7 M€ au 31 décembre 2016 contre près de 6,9 M€ au
31 décembre 2012, soit une progression de 0,5 %. L’endettement consolidé a augmenté de 12,1 %
en variation annuelle de 2012 à 2016. Ceci s’explique par le fait que la communauté d’agglomération
de Forbach détient depuis le 11 janvier 2016 la compétence complète «
assainissement
» et que ce
transfert s’accompagne, du transfert d’une dette supplémentaire de 11,7 millions d’euros
1
.
Suite au précédent contrôle, la communauté d’agglomération s’était engagée à ce que le
budget annexe «
déchets ménagers
» soit à l’équilibre en 2014. Cela n’a été le cas qu’en 2016, sous
l’effet de l’augmentation de 1,5 M€, entre 2012 et 2016, de la taxe d’enlèvement des ordures
ménagères (TEOM) et de la subvention du budget général. La collectivité envisage à court terme de
mettre en place une TEOMI (Taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative).
Le budget principal repose sur des bases plus stables grâce à une évolution maitrisée des
charges de personnel. La capacité de désendettement consolidée se dégrade et s’établit à 9,2 ans
au 31 décembre 2016, contre 4,6 ans au 31 décembre 2012. Cette dégradation continue depuis
2012 n’est pas soutenable sur le long terme et nécessite la mise en oeuvre de mesures de correction
rapides et pérennes, plus particulièrement concernant le budget annexe ordures ménagères.
La fonction ressources humaines apparait insuffisamment maitrisée. Ainsi, les effectifs
progressent sensiblement au cours de la période sous revue, sans que le non remplacement de
départs en retraite soit envisagé. L’absentéisme pour raisons médicales croît significativement, sans
que des mesures de prévention des arrêts maladie soient prises. L’absence d’un règlement intérieur
complet et d’une sélectivité réelle dans les avancements de grade sont par ailleurs préjudiciables.
Compétente en matière de gestion des grands équipements sportifs, la collectivité a fait
construire en 1978 et exploite depuis cette date la piscine olympique Jean-Eric Bousch.
L’exploitation de l’équipement est satisfaisante, la fréquentation s’accroit continûment au cours de
la période.
1
Délibération du 3 mars 2016 sur le débat d’orientation budgétaire page 4.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
4/45
La chambre rappelle que les leçons de natation constituant une mission ordinaire des
maîtres-nageurs, elles ne peuvent donner lieu à une rémunération complémentaire dans le cadre
de leur temps de travail.
L’exploitation de la piscine laisse un reste à charge de 1,7 M€ à la communauté
d’agglomération. Le déficit global s’est accru au cours de la période. Toutefois, l’augmentation de la
fréquentation a permis de réduire le coût net par visiteur passé de 19,60 € en 2011 à 14,47 € en
2016. Le coût net moyen de la piscine communautaire se rapproche du niveau moyen national qui
s’établit à 12 €.
Le soin apporté à l’entretien de l’équipement a permis de le conserver dans un bon état
d’usage. Toutefois, certains équipements sont devenus vétustes et d’autres, comme les vestiaires,
ne sont plus adaptés aux usages. Pour ces raisons, l’agglomération envisage des travaux de
rénovation à compter de 2018.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
5/45
1.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE
Créé par arrêté préfectoral le 17 juin 1970, le district de Forbach fut initialement
composé de vingt communes représentant une population d’environ 80 000 habitants. En
décembre 1996, le district de Forbach accueille en son sein une vingt-et-unième commune :
Morsbach. Depuis lors, la composition n’a pas été modifiée.
Ce district s'est transformé en «
Communauté de communes de l'Agglomération de
Forbach
» le 1
er
janvier 2002 (à la suite de la loi n° 99-586 du 12 juillet 1999, dite loi
Chevènement, relative au renforcement et à la simplification de la coopération
intercommunale). Enfin, le 1
er
janvier 2003 a marqué la naissance de la «
Communauté
d'agglomération Forbach Porte de France
».
Les compétences de l’agglomération sont présentées en annexe.
2.
PROCÉDURE ET CHAMP DU CONTRÔLE
Les observations provisoires ont été communiquées au président de la communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France (CAFPF), ainsi qu’à son prédécesseur, par
courrier du 11 mai 2018. Des extraits de ce rapport ont également été transmis le même jour
aux présidents de la communauté de communes de l’agglomération de Freyming-Merlebach,
du syndicat mixte du schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Val de Rosselle, et des
clubs sportifs Subaquatic Club de Forbach, Triathletic Club de Forbach et Forbach
Agglomération Natation.
Dans sa séance du 11 septembre 2018, la chambre a examiné les réponses reçues et
adopté les observations définitives suivantes qui portent sur les suites données au précédent
contrôle, la fiabilité des comptes, les liens financiers entre la communauté d’agglomération et
les communes membres, la situation financière, l’équilibre financier du budget principal, la
compétence déchets, les ressources humaines et la gestion de la piscine communautaire.
3.
FIABILITÉ
La fiabilité est entendue au sens de la régularité et de la sincérité comptable. La
régularité s’apprécie au regard de l’application des lois et règlements. Cela implique
notamment le respect de méthodes, la juste appréciation des éléments de l’actif et du passif
du bilan de l’entité, ainsi que des règles pour l’affectation et la reprise des résultats. Au sens
de la sincérité, la comptabilité doit donner des informations
« adéquates, loyales, claires,
précises et complètes »
, avec pour objectif d’apprécier le caractère significatif des anomalies.
L’exigence de fiabilité et de sincérité des comptes publics est d’ordre constitutionnel
depuis que la loi n° 2008-724 du 23 juillet 2008, entrée en vigueur le 25 suivant, a inséré un
article 47- 2 dans la Constitution qui dispose que «
les comptes des administrations publiques
sont réguliers et sincères. Ils donnent une image fidèle du résultat de leur gestion, de leur
patrimoine et de leur situation financière
». Cette disposition vient consacrer au niveau
constitutionnel les principes de l’image fidèle et de sincérité des comptabilités locales qui
revêtaient auparavant une valeur réglementaire, puisqu’ils figuraient déjà dans les instructions
budgétaires et comptables applicables au secteur local. Ces principes ont été réaffirmés par
le décret du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique, notamment
à son article 57 qui précise les exigences auxquelles doivent répondre les comptes publics.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
6/45
Dans son précédent rapport, en date du 24 juin 2010, la chambre avait fait plusieurs
observations relatives à la fiabilité des comptes de la communauté d’agglomération et avait
recommandé leur régularisation et, notamment de :
-
procéder à la révision annuelle de la concordance des postes comptables entre le
compte de gestion et le compte administratif ;
-
s’assurer du rattachement des charges à chaque exercice ;
-
s’assurer de la concordance entre l’inventaire tenu par la collectivité et l’état de
l’actif tenu par le comptable ;
-
procéder à la provision des jours accumulé sur les CET (Comptes Epargne
Temps).
Si la chambre n’a pas relevé d’erreur significative concernant le rattachement des
charges et produits à l’exercice sur la période objet du présent contrôle et si elle a également
constaté que les recommandations relatives à la provision des comptes épargne temps
avaient été mises en oeuvre, elle relève les anomalies suivantes.
3.1
Les états annexes
Les états annexes des comptes administratifs ne sont pas conformes aux maquettes
du ministère de l’Intérieur. Cette absence de concordance ne facilite pas la lecture des états
financiers. De plus, les annexes des budgets et comptes administratifs sont incomplètes, voir
manquantes. L’absence de certaines annexes et la discordance des informations présentées
en annexe du compte de gestion ont été relevées à de multiples reprises par les services
préfectoraux à l’occasion des opérations de contrôle de la légalité.
L’absence de l’annexe relative aux concours et subventions est d’autant plus
préjudiciable à la qualité de l’information financière que la communauté de communes a
attribué 5,9 M€ de subventions en moyenne annuelle sur la période, soit plus de 20 % des
dépenses de fonctionnement du budget principal en 2015. De même, l’absence des annexes
relatives à l’identification des flux croisés ne permet pas une lecture simplifiée du
fonctionnement des différents budgets de la collectivité.
Les annexes relatives à la présentation de l’état de la dette ont été considérablement
fiabilisées au cours de la période sous revue, qu’il s’agisse de l’encours de la dette ou de
l’annuité de la dette payée au cours de l’exercice.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
7/45
Tableau 1 : Ecart encours de la dette au budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
Solde compte 164
17 922 504,59
17 590 796,08
17 462 778,44
17 299 336,30
Annexe CA A2.2 "
capital restant dû
au 31/12/N
"
16 777 349,84
17 590 978,59
17 455 315,89
17 299 336,29
Ecart entre compte Administratif
et compte de Gestion
- 1 145 154,75
182,51
- 7 462,55
- 0,01
Ecart en % du compte de gestion
- 6 %
0 %
0 %
0 %
Source : Compte de gestion et compte administratif
Tableau 2 : Ecart sur l’annuité de la dette versée au 31/12 de chaque année par le budget principal
En €
2012
2013
2014
2015
CG : Débit compte 1641 "
emprunts en euros'
1 773 324,27
1 681 708,51
1 582 669,58
1 663 503,62
CA : Annexe Compte
administratif "
annuité en capital
de l'exercice
" A2.2 répartition
par nature
3 593 785,86
1 712 146,73
1 577 891,95
1 663 503,72
Ecart compte administratif et
compte de gestion
1 820 461,59
30 438,22
- 4 777,63
0,10
Ecart en % par rapport au
compte de gestion
103 %
2 %
0 %
0 %
Source : Compte de gestion (CG) et compte administratif (CA)
Les documents financiers de la collectivité faisaient apparaître des discordances avec
les écritures du comptable public. Ainsi, en 2012, un écart de 1,1 M€ concernant l’encours de
la dette, soit 6 % de l’encours total par rapport aux écritures du comptable inscrites au compte
de gestion avait été relevé. De même, en 2012, il existait un écart de 1,8 M€ concernant
l’annuité de remboursement de la dette, soit une différence de plus de 100 % avec le compte
de gestion du comptable.
Les comptes arrêtés, notamment celui au 31 décembre 2015, ne présentaient plus de
discordance sur ces points.
3.2
Les immobilisations en cours
Seules les immobilisations en cours doivent être comptabilisées au compte 23
« Immobilisations en cours ».
Une fois la construction achevée, l’immobilisation doit être
transférée au compte 21
« Immobilisations corporelles »
par opération d’ordre. Suivant sa
nature, le bien doit alors être amorti.
L’absence d’amortissement majore d’une part le résultat de fonctionnement et minore
celui d’investissement. D’autre part, elle fausse le bilan de la valeur d’un bien figurant pour sa
valeur d’origine sans tenir compte de son éventuelle dépréciation.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
8/45
Les immobilisations en cours, au 27 octobre 2016, représentaient 6 % de l’actif net de
la communauté d’agglomération de Forbach Porte de France, soit plus de 5,4 M€. Près de
80 % des immobilisations en cours à cette date avaient moins de deux ans. Ces éléments
témoignent d’une nette amélioration de la fiabilité de l’état de l’actif puisque au
31 décembre 2015, près de 24 % de l’actif de la collectivité, soit près de 20 M€ était enregistré
comme
« immobilisations en cours ».
3.3
Les imputations comptables
L’imputation des recettes issues de la fiscalité n’est pas opérée correctement par la
communauté d’agglomération, ce qui nuit à la lisibilité de ses états financiers. Depuis l’exercice
2013, la totalité des produits de la fiscalité encaissée par l’agglomération sont imputées au
compte 73111 «
taxes foncières et d’habitation
». L’agglomération perçoit des recettes au titre
de la fiscalité des entreprises, notamment de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des
entreprises) lesquelles sont comptabilisées au compte 7311 au lieu du compte 73112 –
«
cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises
». Ainsi, il n’est pas possible de mesurer
l’évolution de la fiscalité issue des entreprises au sein du budget de l’agglomération.
3.4
Les provisions
Les provisions sont destinées à couvrir les risques auxquels doit faire face l’organisme.
Lors de son précédent contrôle
2
, la chambre avait relevé l’absence de provisions. Elle
avait recommandé à la collectivité de prendre une provision pour couvrir l’alimentation des
comptes épargne temps de ses agents.
Si la dernière recommandation a été mise en oeuvre par l’agglomération, des risques
ne sont pas couverts par des provisions. Il en est ainsi de plusieurs contentieux ayant déjà fait
l’objet de recours devant différentes juridictions. Le Code Général des Collectivités
Territoriales
3
(CGCT) dispose pourtant dans son article L. 5211-36, renvoyant à l’article
L. 2321-2, qu’une provision doit être impérativement constituée par délibération de
l'assemblée délibérante dans ce cas.
La chambre prend note de l’engagement de l’ordonnateur à proposer au conseil
communautaire une délibération cadre relative à la constitution de provisions.
Recommandation n° 1 : prendre une délibération cadre relative à la constitution des
provisions, notamment pour les provisions facultatives, et constituer des provisions pour
couvrir ses risques les plus importants, en particulier pour le contentieux ayant une
procédure en cours.
4.
LES LIENS FINANCIERS ENTRE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION ET LES
COMMUNES MEMBRES
L’étendue des compétences transférées par les communes et l’importance de la
coopération mise en oeuvre au niveau de l’agglomération peut être mesurée à l’aune de la
fiscalité perçue et reversée par les différentes entités.
2
Examen de la gestion du 24 juin 2010.
3
Article L. 2321-2 alinéa 29 et article R. 2321-2 du CGCT.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
9/45
Tableau 3 : Reversements de fiscalité
En €
2012
2013
2014
2015
2016
731
Contributions directes
12 081 667 €
12 496 981 €
11 952 813 €
12 586 662 €
13 779 087 €
7325
Fonds de péréquation des
ressources intercommunales et
communales (FPIC)
154 572 €
374 263 €
560 196 €
753 099 €
965 225 €
Fiscalité perçue par
l'agglomération (A)
12 236 239 €
12 871 244 €
12 513 009 €
13 339 761 €
14 744 312 €
7321
Attribution de
compensation (AC)
338 549 €
349 666 €
355 165 €
355 165 €
355 165 €
73921
Prélèvements pour
reversements de fiscalité
AC
4 926 979,00
4 926 979,00
4 853 638,00
4 853 638,00
4 853 638,00
73922
Prélèvements pour
reversements de fiscalité
DSC
821 079,00
823 800,00
523 494,00
464 607,49
Total des reversements aux
communes membres (B)
4 588 430,00
5 398 392,00
5 322 273,00
5 021 967,00
4 963 080,00
Impôts locaux nets des
restitutions ( A
B)
7 647 809 €
7 472 852 €
7 190 736 €
8 317 794 €
9 070 902 €
Part de la fiscalité reversée
37 %
42 %
43 %
38 %
33 %
Source : comptes de gestion
Le coefficient d’intégration fiscale (CIF) mesure l’intégration de l’établissement public
de coopération intercommunale (EPCI) au travers du rapport entre la fiscalité qu’il décide de
lever et l’ensemble de la fiscalité levée sur son territoire (communes, EPCI, syndicat). Il reflète
l’importance des charges transférées à l’établissement public de coopération intercommunale,
ainsi que de la fiscalité nécessaire à leur financement, et il est retraité des «
dépenses de
transfert
» versées par la communauté à ses communes membres. Le CIF est utilisé dans le
calcul de la dotation globale de fonctionnement (DGF), notamment dans la répartition de la
dotation d’intercommunalité.
La part des reversements opérés au profit des communes membres (attribution de
compensation et dotation de solidarité communautaire) est en moyenne de 38,6 % pour la
CAPFP, ce qui représente 24 % des dépenses du budget principal de l’agglomération.
4.1
La dotation de solidarité communautaire (DSC)
4.1.1
La réglementation
Lors de son précédent contrôle
4
, la chambre avait relevé l’institution d’une DSC qui
n’avait pas fait l’objet d’une délibération de principe expliquant les objectifs et les modalités.
De plus, la chambre avait fait remarquer que les critères d’attribution de la DSC n’étaient pas
conformes aux dispositions du CGI
5
(code général des impôts) dans la mesure où le seul
critère de la population était pris en compte. La chambre avait ainsi souligné que le choix de
cet unique critère limitait considérablement l’effet de péréquation de la redistribution opéré par
la DSC.
4
P24 – 4.3 stratégie fiscale à clarifier.
5
Article 1609 nonies C du CGI.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
10/45
Depuis lors, la situation a évolué. En effet, la loi de programmation pour la ville et la
cohésion urbaine du 21 février 2014 rend les pactes financiers et fiscaux obligatoires pour
l’ensemble des communautés signataires d’un contrat de ville. La communauté
d’agglomération Forbach Portes de France a signé un contrat de ville en 2015, et, à ce titre,
doit, comme elle s’y est engagée, mettre en place le pacte susmentionné.
A défaut d’avoir élaboré un tel pacte au plus tard un an après l’entrée en vigueur du
contrat de ville, la communauté est tenue d’instituer une dotation de solidarité communautaire
au profit des communes concernées par les dispositifs prévus dans ce contrat de ville. Dans
ce cas, le montant de la DSC est au moins égal à 50 % de la dynamique de fiscalité
professionnelle constatée par rapport à l’année précédente
6
.
4.1.2
L’application de la DSC par la communauté d’agglomération de Forbach Porte
de France
La communauté d’agglomération de Forbach Porte de France a institué une dotation
de solidarité communautaire (DSC) depuis un certain nombre d’années, comme l’avait
mentionné le rapport de la chambre de 2009. Néanmoins, aucune délibération cadre n’avait
été prise.
Ce n’est que par la délibération du 9 juin 2016 que le conseil d’agglomération a fixé les
modalités de calcul de la DSC comme suit :
« La dotation de solidarité résulte de 2 enveloppes :
- la première, de 5 € par habitant, est basée sur la population effective au 31 décembre
de l’année N-1,
- la seconde, dite « d’initiative économique », vise à récompenser les communes en
fonction de la variation positive de la fiscalité levée par la Communauté d’Agglomération sur
son territoire, depuis sa création. S’ajoute à cette enveloppe, 50 % du produit des éoliennes,
réparti entre les 3 communes limitrophes concernées par ces implantations »
Le contrat de ville, signé en 2015, mentionne les engagements de la communauté
d’agglomération Forbach Portes de France qui doit
« mettre en place un pacte de solidarité
financier et fiscal, à travers une dotation de solidarité communautaire votée en assemblée
délibérante, dont la répartition s’appuie sur des critères sociaux »
(page 158 du contrat de
ville).
Depuis la signature du contrat de ville, le calcul de la DSC ne correspond pas à ce qui
a été mentionné dans le contrat de ville.
Les critères retenus par la délibération précitée ne sont pas sociaux mais
économiques.
La signature de ce contrat de ville aurait dû être pour la collectivité l’occasion de
remettre à plat cette dotation comme l’avait déjà demandé la chambre en 2009.
Faute d’avoir mis en place un pacte financier et fiscal, elle est tenue conformément à
la loi, notamment au VI de l’article 1609 nonies C du code général des impôts, de
« procéder
à la mise en place
,
au profit des communes concernées par les dispositifs prévus dans ce
contrat de ville, d’une dotation de solidarité communautaire, dont le montant est au moins égal
à 50 % de la différence entre les produits des impositions mentionnées au I et aux 1 et 2 du I
bis du présent article au titre de l'année du versement de la dotation et le produit de ces mêmes
impositions constaté l'année précédente. Cette dotation est répartie selon les critères de
6
INSTRUCTION N° CGET/DVCU/PP/2017/87 du 10 mars 2017 relative à la concrétisation des engagements de
droit commun dans les contrats de ville, NOR VJSV1708347J, annexe 2.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
11/45
péréquation définis aux alinéas suivants, afin de réduire les disparités de ressources et de
charges entre les communes.
Ces critères sont déterminés notamment en fonction :
a. de l'écart du revenu par habitant de la commune au revenu moyen par habitant de
l'établissement public de coopération intercommunale ;
b. de l'insuffisance de potentiel fiscal ou financier par habitant de la commune au regard du
potentiel fiscal ou financier communal moyen par habitant sur le territoire de l'établissement
public de coopération intercommunale ».
Par ailleurs, le IV du même article 1609 nonies C du code général des impôts prévoit
qu’« il est créé entre l'établissement public de coopération intercommunale soumis aux
dispositions fiscales du présent article et les communes membres une commission locale
chargée d'évaluer les transferts de charges. Cette commission est créée par l'organe
délibérant de l'établissement public qui en détermine la composition à la majorité des deux
tiers. Elle est composée de membres des conseils municipaux des communes concernées ;
chaque conseil municipal dispose d'au moins un représentant ».
Cette commission n’a été mise en place qu’en janvier 2018.
Rappel du droit n° 1 : Mettre en place un pacte financier et fiscal conforme au contrat de
ville et, jusqu’à l’entrée en vigueur de ce pacte mettre en place une DSC calculée
conformément à l’article 1609 nonies C du code général des impôts.
4.2
La mutualisation
4.2.1
La réglementation
Un EPCI et ses membres peuvent se doter de services communs dans le cadre de
conventions, conformément à l’article L. 5211-4-2 du CGCT.
Le schéma de création de service commun est le suivant :
-
avant projets de délibérations et de conventions et création de fiches d’impact ;
-
passage en comité technique paritaire (CTP) ;
-
commission administrative paritaire (CAP) ou bien commission consultative paritaire ;
-
délibérations concordantes des assemblées ;
-
signature des conventions de service commun.
Une fiche d’impact décrivant notamment les effets sur l’organisation et les conditions
de travail, la rémunération et les droits acquis pour les agents, est établie avant la signature
de la convention à laquelle elle est annexée.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
12/45
4.2.2
La situation à la communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
Tableau 4 :
Services communs crées par la CAFPF durant la période sous revue.
Nom du service
Date de création
Nombre d’agents
concernés
Financement
Commentaires
Autorisation droit
des sols
11/12/2014
3
Par les
communes
(facturation
directe depuis
2017, 2,08 € par
habitant)
Service mis à la
disposition
gracieuse du
syndicat mixte
SCOT Val de
Rosselle. Chargé
de l’instruction
des dossiers
Archives
09/06/2016
1 (poste créé)
Réparti entre les
7 membres
utilisateurs du
service
Pas de
convention
Informatique
09/06/2016
5
Facturation sur
dotation de
compensation
mais modifié à
partir du
01/01/2017
Source : Chambre régionale des comptes
Des fragilités juridiques ont été relevées. D’une part, aucune convention n’a été signée
entre les communes et l’EPCI pour la création du service commun d’archives.
D’autre part, aucun document des trois services communs créés ne mentionne des
fiches d’impact. Ceci est d’autant plus important pour le personnel travaillant au service du
droit des sols qui est mis gracieusement à disposition du syndicat mixte Scot Val de Rosselle.
Par ailleurs, la communauté d’agglomération de Forbach Porte de France facture aux
communes adhérentes les services rendus. Si cette façon de procéder est légale, le paiement
de ces sommes pourrait transiter par l’attribution de compensation.
Ces dispositions sont reprises à l’article L. 5211-4-2 du CGCT « les
effets de ces mises
en commun sont réglés par convention après établissement d'une fiche d'impact décrivant
notamment les effets sur l'organisation et les conditions de travail, la rémunération et les droits
acquis pour les agents. La fiche d'impact est annexée à la convention. Les accords conclus
sont annexés à la convention. La convention et ses annexes sont soumises à l'avis du ou des
comités techniques compétents. Pour les établissements publics soumis au régime fiscal
prévu à l'article 1609 nonies C du code général des impôts, ces effets peuvent également être
pris en compte par imputation sur l'attribution de compensation prévue au même article. Dans
ce cas, le calcul du coefficient d'intégration fiscale fixé à l'article L. 5211-30 du présent code
prend en compte cette imputation ».
Rappel du droit n° 2 :
appliquer les dispositions de l’article L. 5211-4-2 du CGCT sur les
mises à disposition de personnel dans le cadre de la création de service commun, et
notamment en établissant une fiche d’impact.
Recommandation n° 2 :
financer les services rendus par les services mutualisés par
l’attribution de compensation plutôt que par le système de facturation entre l’EPCI et les
communes membres.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
13/45
4.2.3
Le service autorisation droit des sols
A compter du 1
er
juillet 2015, la loi du 24 mars 2014, dite «
loi ALUR
», a mis fin à la
gratuité de la mise à disposition des services déconcentrés de l’Etat pour l’instruction des
autorisations du droit des sols. Aussi, la communauté d’agglomération de Forbach Porte de
France a-t-elle créé, par une délibération du 11 décembre 2014, un service mutualisé dans le
cadre des dispositions de l’article L. 5211-4-2 du CGCT.
Le conseil communautaire a mis le service commun
« autorisation droit des sols »
à la
disposition du syndicat mixte du Val de Rosselle compétent pour le Schéma de Cohérence
Territorial (SCOT), dans les conditions fixées par une convention signée entre les deux parties
le 26 mai 2015. Les communes ont toutes signé des conventions avec la communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France.
Aussi, c’est le syndicat mixte Val de Rosselle qui assure l’instruction des autorisations
du droit des sols pour les communes, celles-ci ayant gardé la compétence
« urbanisme »
.
Chaque commune adhérente au service doit payer une somme par habitant à la communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France, cette somme devant couvrir le coût de gestion
du service.
L’article R. 423-15 du code de l’urbanisme prévoit que l’autorité compétente peut
charger des actes d’instructions :
-
les services des communes ;
-
les services d’une collectivité territoriale ou d’un groupement de collectivités ;
-
les services d’un syndicat mixte ne constituant pas un groupement de collectivités […].
La communauté d’agglomération gère le service, tant en matière de personnel qu’en
terme d’administration. C’est la communauté d’agglomération qui paie l’hébergement de ce
service pour un coût annuel de 11 000 € répercuté sur les communes, le syndicat mixte du Val
de Rosselle agissant comme un prestataire de service.
Le service mutualisé, qui comprend trois personnes mises à disposition par la
communauté d’agglomération de Forbach Porte de France, et deux personnes mises à
disposition par la communauté d’agglomération de Freyming Merlebach, accompagne les
communes dans leurs missions d’instruction des actes d’urbanisme.
Le service est sous la responsabilité d’un agent de la communauté d’agglomération de
Freyming Merlebach. La communauté d’agglomération de Forbach Porte de France ne
supporte pas le poids du salaire d’un responsable de service d’instruction. A cela s’ajoutent
les économies logistiques réalisées.
Toutefois, en application du principe de spécialité, un EPCI ne peut réaliser des
prestations de services pour le compte d'autrui que s'il est expressément habilité à le faire.
La loi a progressivement attribué aux différentes catégories d’EPCI à fiscalité propre
une habilitation générale en matière de prestations de services : les dispositions concernant
les communautés urbaines existant depuis leur institution par la loi du 31 décembre 1966,
codifiées à l’article L. 5215-27 du CGCT, ont été rendues applicables aux communautés
d’agglomération par l’article 48 de la loi du 27 février 2002 dite « démocratie de proximité »,
codifié à l’article L. 5216-7-1 du CGCT.
Désormais, les communautés urbaines et les communautés d’agglomération
bénéficient de par la loi d'une habilitation générale qui leur permet de réaliser des prestations
de services.
L’article L. 5111-1 du CGCT dispose que des conventions ayant pour objet la
réalisation de prestations de services peuvent être conclues entre des établissements publics
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
14/45
de coopération intercommunale ou entre communes membres d’un même établissement
public de coopération intercommunale à fiscalité propre. Ces conventions sont conclues afin
de permettre l’association de collectivités territoriales pour l’exercice de leur compétence.
Suite à la convention signée le 20 mai 2015 entre la CAFPF et le syndicat mixte du Val
de Rosselle, le syndicat mixte agit comme un prestataire de service pour le compte de la
communauté d’agglomération. La CAFPF assume le coût d’hébergement de ce service, d’un
montant de 11 000 € annuel, coût répercuté ensuite sur les communes membres.
Toutefois, les communes membres de la CAFPF n’ayant pas délégué la compétence
relative à l’instruction du droit des sols vers la communauté d’agglomération, cette dernière
était incompétente pour conventionner avec le syndicat mixte du Val de Rosselle.
Par ailleurs, la création même d’un service commun mutualisé par le syndicat mixte
SCOT Val de Rosselle n’est pas possible juridiquement. En effet, l’article L. 5211-4-2 du CGCT
indique que
« en dehors des compétences transférées, un établissement public de
coopération intercommunale à fiscalité propre, une ou plusieurs communes membres et, le
cas échéant, un ou plusieurs établissements publics rattachés à un ou plusieurs d’entre eux
peuvent se doter de services communs [..] »
.
Or, un syndicat mixte n’est pas un EPCI à fiscalité propre, il ne peut donc pas se doter
d’un service commun pour procéder à l’instruction de l’autorisation du droit des sols.
L’ordonnateur indique que le syndicat mixte du SCOT du Val de Rosselle, la
communauté de communes de Freyming-Merlebach et la CAFPF ont décidé de créer , un
service unifié d’instruction des autorisations droit des sols. La convention correspondante a
fait l’objet d’une délibération du conseil communautaire en date du 31 mai 2018.
La chambre relève que cette convention contrevient aux dispositions du CGCT :
- les syndicats mixtes ne font pas partie des cocontractants possibles d’une telle convention
avec un EPCI, au sens du troisième alinéa de l’article L. 5111-1 du CGCT ;
- les communes au nom desquelles les autorisations du droit des sols sont instruites doivent
êtres parties signataires à toute convention de mutualisation, conformément au II de l’article
L. 5111-1-1 du CGCT ;
- le remboursement des frais de fonctionnement du service mis à disposition s’effectue sur la
base d’un coût unitaire de fonctionnement multiplié par le nombre d’unités de fonctionnement
constatées et non sur la base d’un forfait, conformément au I de l’article R. 5111-1 du CGCT.
Rappel du droit n° 3 :
mettre fin à la prestation de services pour le compte de la CAFPF et
de ses communes membres par le syndicat mixte Val de Rosselle qui contrevient aux
dispositions des articles L. 5111-1 du CGCT.
5.
SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE
5.1
Le cadre budgétaire
5.1.1
Les débats d’orientation budgétaire
La communauté d’agglomération de Forbach Porte de France organise chaque année
un débat d’orientation budgétaire avant l’examen du budget primitif. Aux termes de l’article
L. 5211-36 du CGCT, renvoyant à l’article L. 2312-1 du même code, elle doit y présenter,
notamment, «
ses orientations générales à retenir pour l’exercice à venir ainsi que ses
engagements pluriannuels envisagés
».
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
15/45
Les rapports soumis aux débats d’orientation budgétaire (DOB) au cours de la période
sous revue sont complets et peuvent permettre à l’assemblée délibérante d’appréhender les
enjeux majeurs de l’agglomération. Ils ont été enrichis au cours de la période sous revue.
Ainsi, le document remis dans le cadre de la présentation du DOB 2017, était conforme
aux dispositions de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale
de la République (NOTRé), modifiant l’article L. 2312-1 du CGCT.
L’analyse des DOB sur la période fait ressortir les priorités suivantes :
-
stabilité des taux de la fiscalité locale hors taxe sur les ordures ménagères ;
-
volonté de stabiliser l’endettement ;
-
concernant les investissements chaque DOB fait mention de projets prévus dans
l’année et de l’état d’avancement des projets pluriannuels.
Chaque DOB présente les projets en cours suivant les différentes politiques publiques
mises en oeuvre par l’établissement (développement des zones d’activité, gestion de l’eau,
des déchets, etc.)
5.1.2
Les taux d’exécution budgétaire
Les taux d’exécution de la section de fonctionnement sont satisfaisants (en moyenne
sur la période : 94% pour les dépenses et 97 % pour les recettes). Les prévisions de la
communauté d’agglomération au niveau de la section de fonctionnement apparaissent
sincères.
En revanche, le taux moyen de réalisation budgétaire de la section d’investissement
pourrait être amélioré. Le taux moyen de réalisation des recettes sur la période sous revue est
de 68 %. Concernant les dépenses, il s’établit en moyenne, durant la période sous revue, à
59 %. Ce taux s’explique en partie par des opérations pluriannuelles d’investissement,
notamment l’aménagement de l’Eurozone Forbach-Nord, de l’hôtel d’entreprises de la zone
franche urbaine de Behren-lès-Forbach ou le déploiement de la fibre optique.
Tableau 5 :
Exécution budgétaire des dépenses réelles d’investissement
Source : Comptes de gestion
Cette surévaluation récurrente des prévisions mobilise des ressources inutilement. La
prévision pourrait être significativement améliorée par la mise en place d’une programmation
pluriannuelle des investissements et le recours aux autorisations de programme et crédits de
paiement (AP/CP).
5.2
Le périmètre du contrôle
Au 1
er
janvier 2016, le budget de la communauté d’agglomération était composé, outre
du budget principal, de trois budgets annexes :
-
budget annexe eau ;
-
budget annexe assainissement ;
-
budget annexe déchets.
2012
2013
2014
2015
2016
Prévisions
16 834 141,89 €
12 642 204,77 €
17 319 411,53 €
10 854 151,04 €
13 720 064,84
Réalisation
8 981 391,15 €
7 147 258,90 €
13 426 077,19 €
5 206 766,36 €
6 597 072,00
Taux
53%
57%
78%
48%
48%
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
16/45
La communauté d'agglomération a mis en place un service de transport. Ce service
étant doté d’une autonomie juridique et financière, n’est pas inclus dans le périmètre de la
présente analyse financière.
Tableau 6 : Répartition des masses budgétaires au 31/12/2016
Exercice 2016
Nomenclature
Fonctionnement
Investissement (Hors restes à
réaliser)
Dépenses
Recettes
Dépenses
Recettes
Budget principal
M14
29 376 747 €
28 630 346 €
7 148 683 €
8 151 022 €
Budget Annexe
déchets ménagers
M14
11 763 967 €
12 673 529 €
2 712 392 €
5 469 922 €
Budget Annexe
Assainissement
M49
2 615 770 €
4 363 489 €
3 290 918 €
1 370 829 €
Budget Annexe eau
M49
1 617 486 €
2 143 614 €
2 462 585 €
2 479 697 €
Total
45 373 970 €
47 810 978 €
15 614 578,€
17 471 470 €
Part du budget
principal dans le
total (en %)
65 %
60 %
46 %
47 %
Source : Comptes de gestion
Le budget principal de la communauté d’agglomération concentre 65 % des dépenses
de fonctionnement et seulement 46 % des dépenses d’investissement. Le budget annexe
déchets ménagers est le budget annexe le plus important en terme de fonctionnement. Mais,
en terme de dépenses d’investissement, c’est le budget annexe assainissement qui est le plus
important.
La capacité d’autofinancement (CAF) consolidée a diminué de 42 % entre 2012 et
2015 du fait notamment du budget principal et de celui des ordures ménagères. Elle s’est
améliorée en 2016, pour atteindre un niveau légèrement supérieur à celui de 2012, lorsque la
communauté d’agglomération a pris l’ensemble de la compétence assainissement,
génératrice de ressources nouvelles et que les recettes du budget annexe déchets ménagers
ont progressé.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
17/45
Tableau 7 : Fonctionnement consolidé (BP + BA)
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var. annuelle
moyenne
Fonctionnement
Recettes agrégées
43 315 240
42 328 565
41 546 545
43 148 894
47 810 978
2,5 %
- Recettes et dépenses
réciproques
4 541 872
4 658 186
5 118 489
4 730 786
5 846 183
6,5 %
= Recettes consolidées, tous
budgets (A)
38 773 367
37 670 379
36 428 056
38 418 108
41 964 795
2,0 %
Dépenses agrégées
40 117 580
40 531 528
40 704 774
43 653 379
45 373 970
3,1 %
- Recettes et dépenses
réciproques
4 541 872
4 658 186
5 118 489
4 730 786
5 846 183
6,5 %
= Dépenses consolidées, tous
budgets (B)
35 575 707
35 873 341
35 586 285
38 922 593
39 527 786
2,7 %
Résultat de l'exercice, tous
budgets (A-B)
3 197 660
1 797 038
841 771
- 504 485
2 437 008
- 6,6 %
Source : Comptes de gestion
De ce fait, la capacité de désendettement consolidée s’établit, en 2016, à 5,8 ans.
Tableau 8 : Encours de la dette consolidée
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var. annuelle
moyenne
= Encours de la dette
consolidée (tous budgets)
25 810 698
25 305 247
26 054 931
26 725 249
40 765 920
12,1 %
/ CAF brute consolidée tous
budgets
6 891 738
5 406 443
4 535 786
3 991 692
7 034 405
0,5 %
= Capacité de
désendettement en années
(dette consolidée/CAF brute
consolidée)
3,75
4,68
5,74
6,7
5,8
Source : comptes de gestion
6.
ÉQUILIBRE FINANCIER DU BUDGET PRINCIPAL
Le budget principal retrace les dépenses et les recettes d’une part importante des
compétences et politiques publiques communautaire, et notamment :
-
le développement économique et l'aménagement de l'espace communautaire ;
-
l'équilibre social de l'habitat sur le territoire communautaire et la politique de la ville;
-
l’accueil des gens du voyage ;
-
la construction, l'aménagement, l'entretien et la gestion d'équipements culturels et
sportifs d'intérêt communautaire dont fait partie la piscine ;
-
la création ou l'aménagement et l'entretien de la voirie d'intérêt communautaire et des
parcs de stationnement d'intérêt communautaire ;
-
la politique petite enfance (Création et gestion d'un Relais Parents – Assistants
Maternels, Création et gestion d'un Lieu d'Accueil Parents-Enfants).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
18/45
6.1
La section de fonctionnement
Tableau 9 : Evolution de la section de fonctionnement du budget principal
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var.
annuelle
moyenne
Ressources fiscales
propres (nettes des
restitutions)
8 123 853
8 153 104
7 943 187
8 822 446
10 089 610
5,6 %
+ Ressources
d'exploitation
1 760 351
1 811 962
1 788 553
2 013 396
1 473 166
- 4,4 %
= Produits "flexibles"
(a)
9 884 205
9 965 066
9 731 739
10 835 842
11 562 777
4,0 %
Ressources
institutionnelles (dotations
et participations)
11 091 490
10 769 772
10 363 680
9 841 079
9 045 212
- 5,0 %
+ Fiscalité reversée par
l'intercommunalité et l'Etat
4 600
239 051
874 955
623 386
835 785
267,1 %
= Produits "rigides"
(b)
11 096 090
11 008 822
11 238 635
10 464 465
9 880 997
- 2,9 %
Production immobilisée,
travaux en régie (c)
0
0
0
0
0
N.C.
= Produits de gestion
(a+b+c = A)
20 980 294
20 973 888
20 970 375
21 300 307
21 443 774
0,5 %
Charges à caractère
général
3 301 578
3 386 422
3 561 687
3 743 192
3 338 104
0,3 %
+ Charges de personnel
4 077 206
4 189 343
4 415 644
4 416 345
4 748 595
3,9 %
+ Subventions de
fonctionnement
5 529 650
5 604 872
6 523 001
6 123 658
7 013 676
6,1 %
+ Autres charges de
gestion
3 558 102
3 696 002
3 597 983
3 499 944
3 496 508
- 0,4 %
= Charges de gestion
(B)
16 466 536
16 876 639
18 098 316
17 783 139
18 596 883
3,1 %
Excédent brut de
fonctionnement (A-B)
4 513 759
4 097 250
2 872 059
3 517 168
2 846 891
- 10,9 %
en % des produits de
gestion
21,5 %
19,5 %
13,7 %
16,5 %
13,3 %
+/- Résultat financier (réel
seulement)
- 773 888
- 738 052
- 697 546
- 659 064
- 460 496
- 12,2 %
- Subventions
exceptionnelles versées
aux services publics
industriels et
commerciaux
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Solde des opérations
d'aménagements de
terrains (ou +/- values de
cession de stocks)
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Autres produits et
charges excep. réels
225 599
46 506
92 947
3 882
- 332 235
N.C.
= CAF brute
3 965 470
3 405 703
2 267 460
2 861 986
2 054 161
- 15,2 %
en % des produits de
gestion
18,9 %
16,2 %
10,8 %
13,4 %
9,6 %
Source : Logiciel ANAFI d'après les comptes de gestion
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
19/45
6.1.1
Les produits de fonctionnement
6.1.1.1
Les ressources fiscales propres et les ressources d’exploitation
Pour financer ses compétences, la communauté d’agglomération de Forbach Porte de
France dispose d’une part de la taxe d’habitation et des différentes parts de la fiscalité touchant
les entreprises. En effet, depuis la suppression de la taxe professionnelle en 2010, les
communautés d’agglomération perçoivent une partie de la cotisation foncière des entreprises
(CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). La taxe sur les ordures
ménagères est comptabilisée dans un budget annexe.
Les ressources fiscales propres de la communauté d’agglomération ont progressé,
principalement du fait de l’application d’une taxe sur le foncier bâti à compter de 2016.
Tableau 10 :
Produits des taxes locales de 2012 à 2016
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Taxe d'habitation
4 982 000
5 131 000
5 181 000
5 424 000
5 259 000
Taxe sur le foncier bâti
0
0
0
0
1 322 000
Taxe sur le foncier non
bâti
11 000
11 000
12 000
12 000
12 000
Taxe additionnelle sur
le foncier non bâti
43 000
52 000
55 000
55 000
53 000
Source : DGFIP - Fiches AEFF
Sur la période, les taux de la fiscalité sont restés stables.
Tableau 11 : Taux de la fiscalité locale
Taux
du
groupement
2016
Moyenne
nationale 2016
Taxe d’habitation
7,76 %
8,81 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties
2 %
1,98 %
Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les
propriétés non bâties
2,78 %
4 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties
37,60 %
34,53 %
Cotisation foncière des entreprises
22,20 %
26,51 %
Source : DGFIP - Fiches AEFF
A compter de 2016, la communauté d’agglomération a introduit une taxe additionnelle
sur le foncier bâti au taux de 2 %.
Les taux des différentes taxes votées par le groupement sont plus faibles que la
moyenne nationale hormis pour la taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non
bâties, dont le taux est de 37,6 % pour le groupement contre 34,53 % pour les groupements
de strate démographique équivalente au niveau national
7
.
7
Source : fiches AEFF – DGFIP.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
20/45
Les bases d’imposition sont nettement inférieures aux groupements de même strate
que ce soit au niveau national ou régional. A titre d’exemple, elles étaient inférieures, en euros
par habitant, de 38 % pour la taxe d’habitation et 52 % pour la CVAE (cotisation sur la valeur
ajoutée des entreprises), par rapport aux EPCI de strate démographique équivalente sur le
plan national.
Tableau 12 : Bases d’imposition 2016
BASES
D'IMPOSITION
2016
Communauté
d'agglomération
de Forbach
Moyenne
régionale de la
strate
Moyenne
nationale de
la strate
(en euros par habitant)
Taxe d'habitation
838
1 171
1 352
Fiscalité professionnelle
194
417
403
Source : DGFIP – fiches AEFF
Les bases de la taxe d’habitation progressent de plus de 3 % en moyenne annuelle
sur la période. En revanche, les bases relatives à la fiscalité professionnelle ont baissé au
cours de la période sous revue de 1 %.
La communauté applique un abattement général à la base de taxe d’habitation de
10 %. Cette mesure a entrainé un manque à gagner pour l’EPCI de plus de 800 000 € en
2016, soit l’équivalent de 7 % de la totalité des produits des impôts locaux.
Les recettes d’exploitation fluctuent fortement sur la période avec une baisse sensible
en 2016. Entre 2011 et 2016, elles ont baissé de 4,4 % en moyenne annuelle. L’ensemble des
produits dits «
flexibles
» de la communauté a progressé de 4 % en moyenne annuelle.
6.1.1.2
L’évolution des dotations et de la fiscalité reversée
Le produit de la dotation globale de fonctionnement (DGF) a diminué de 6,5 % en
moyenne annuelle sur la période. Les autres participations reçues des collectivités publiques
(Etat, région, département, etc.) ont globalement enregistré une hausse de près de 120 000 €
sur la période, alors que les attributions de compensation au titre de la péréquation sont
restées stables (545 000 € en 2016).
L’ensemble des ressources institutionnelles a régressé de 5 % en moyenne annuelle
sur la période, soit une baisse de 2 M€.
Le produit de la fiscalité reversée par l’agglomération
8
a progressé de 1,8 % sur la
période. Il s’établit à 5,3 M€ pour l’année 2016. L’attribution de compensation a diminué de
plus de 63 000 € en 2014, elle s’établissait à 4 M€ en 2016. La dotation de solidarité a été
réduite d’un montant équivalent, elle s’élevait à 172 000 € en 2016.
Au total, l’ensemble des produits de gestion, qui s’est élevé à 21,4 M€ en 2016, a
progressé à un rythme moyen annuel de 0,5 % de 2012 à 2016.
8
Tous reversements, y compris reversements aux collectivités locales, prélèvements au titre de la contribution
pour le redressement des finances publiques, loi SRU, etc. (solde débiteur compte 7391 + solde débiteur compte
73921 + solde débiteur compte 73922).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
21/45
6.1.2
La structure des charges de fonctionnement de l’agglomération
La structure des charges de gestion est restée stable sur la période.
Tableau 13 : Structure des dépenses de fonctionnement
Source : compte de gestion
Chapitre
Libellé du chapitre
Compte de gestion 2016
Structure
011
Charges à caractère
général
3 338 104,17 €
11 %
012
Charges de personnel
4 870 991,89 €
17 %
014
Reversement de
fiscalité
5 806 558,42 €
20 %
65
Autres charges de
gestion courante
10 510 183,17 €
36 %
66
Charges financières
603 163,03 €
2 %
67
dépenses
exceptionnelles
503 458,30 €
2 %
042
Dotations aux
amortissement
3 733 183,81 €
13 %
Total section de fonctionnement
29 365 642,79 €
100 %
Source : compte de gestion
Charges à
caractère
général
12%
charges de
personnel
17%
Reversement de
fiscalité
20%
Autres charges
de gestion
courante
36%
Charges
financières
2%
Dotations aux
amortissement
13%
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
22/45
La fiscalité reversée aux communes membres représente 20 % des dépenses de
l’EPCI tandis que les dépenses à caractère général et les charges de personnel cumulées
représentent 28 % des dépenses de fonctionnement. Les autres charges de gestion courante,
qui comprennent les subventions, représentaient 36 % des charges totales de fonctionnement.
6.1.3
Evolution des charges de gestion
Les charges à caractère général ont connu une évolution mesurée sur la période. Elles
enregistrent globalement une hausse de 0,3 % en moyenne annuelle, soit près de 37 000 €.
Les postes de dépenses importants, comme les achats, sont maîtrisés.
Les dépenses de personnel ont progressé de 3,9 % en moyenne annuelle. Cette
hausse globale trouve son origine dans la progression du nombre d’agents titulaires
9
, du fait
de l’extension des compétences. L’agglomération comptait 60 agents fonctionnaires titulaires
10
au 1
er
janvier 2012 contre 88 en 2016.
Les charges au titre des subventions de fonctionnement ont augmenté de 6,1 % en
moyenne annuelle sur la période. Le montant total versé en 2016 atteignait 7 M€.
Les subventions aux établissements publics rattachés représentaient 5,3 M€, soit 76
% du montant total des subventions. L’essentiel de cette somme est alloué à la régie des
transports, service public industriel et commercial dotée de la personnalité morale. Cette
dépense sur l’ensemble de la période enregistre une augmentation de 6,7 %.
L’évolution globale du poste subvention s’explique par une hausse de 234 000 € des
subventions aux associations sur la période.
Au total, l’ensemble des charges de gestion, d’un montant de 18,6 M€ en 2016, a
progressé à un rythme de 3,1 % en moyenne annuelle depuis 2012.
6.1.4
L’excédent brut de fonctionnement et la capacité d’autofinancement brut
L’excédent brut de fonctionnement (EBF) est calculé par la différence entre le total des
produits de gestion et le total des charges de gestion. L’EBF de la communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France s’est fortement dégradé au cours de la période,
passant de 4,5 M€ à 2,8 M€, pour atteindre 13,3 % des produits de gestion en 2016.
La hausse des subventions de fonctionnement qui croissent de 5,5 M€ en 2012 à 7 M€
en 2016, et la baisse des ressources d’exploitation et des dotations (moins 2 M€ de 2012 à
2016) sont à l’origine de cette dégradation.
La capacité d’autofinancement (CAF) de la communauté d’agglomération de Forbach
Porte de France s’est nettement dégradée sur la période, elle représentait près de 9,6 % des
produits de gestion en 2016 contre 19 % en 2012. La baisse des intérêts de la dette de 12,2 %
en moyenne annuelle sur la période 2012 à 2016 n’a pas compensé la dégradation de l’EBF.
Si le niveau de la CAF brute apparait satisfaisant, la tendance observée sur la période
n’apparaît pas soutenable.
6.2
Le financement des investissements
La communauté d’agglomération finance ses investissements avec des ressources
propres (CAF, produits des cessions, etc.), des emprunts.
9
Source : Fichiers de la paye.
10
Agents titulaires et en stage de titularisation (1
er
emploi de fonctionnaire).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
23/45
6.2.1
Le financement disponible
Le financement propre disponible est constitué par la somme de la CAF nette, du fonds
de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA), des taxes d’urbanisme, des
subventions d’investissement reçues et des produits de cession d’immobilisation.
La capacité d’autofinancement nette (CAF nette) est calculée par déduction de la CAF
brute de l’annuité en capital des emprunts remboursés au cours de l’exercice.
Tableau 14 : La CAF nette
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Cumul sur les années
CAF brute
3 965 470
3 405 703
2 267 460
2 861 986
2 054 161
14 554 780
- Annuité en capital
de la dette
1 773 324
1 681 709
1 578 018
1 663 504
1 760 952
8 457 506
= CAF nette ou
disponible
2 192 146
1 723 994
689 443
1 198 482
293 209
6 097 274
Source : Comptes de gestion
De 2012 à 2016, le niveau de la CAF brute était suffisant pour couvrir l’annuité en
capital de la dette. La CAF nette cumulée sur la période (6,1M€) a permis de financer à elle
seule plus de 31,3 % du montant cumulé des dépenses d’équipement (19,4 M€) sur la période.
Durant ces cinq années, les subventions d’investissement reçues et la CAF ont
représenté les principales ressources du financement propre à hauteur de 60,4 %. Pour
l’avenir, la structure de ces ressources peut constituer une difficulté pour la communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France dans la mesure où une part importante de ces
flux, produits de cession et subventions d’équipements, est volatil.
6.2.2
Le financement des investissements
Le financement propre cumulé 2012-2016 s’est élevé à 16,6 M€ et a financé 85 % des
dépenses d’équipement de la collectivité sur la période (4 M€ en moyenne par an). Ce ratio
est favorable et témoigne de la capacité de l’agglomération à financer sur ses propres
ressources une part déterminante de ses équipements
6.3
Situation bilancielle
6.3.1
Le stock de dette
Au 31 décembre 2016, l’encours de la dette était composé uniquement d’emprunts
sans risque particulier (taux fixes simples, taux variables simples plafonnés ou encadrés, etc.),
classés A1 au sein de la charte de bonne conduite entre établissements bancaires et
collectivités locales
11
.
11
La typologie permettant la classification des produits de financement figure en annexe 4 de la circulaire
interministérielle du 25 juin 2010 relative aux produits financiers offerts aux collectivités territoriales et à leurs
établissements publics.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
24/45
Tableau 15 : Encours de la dette
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var.
annuelle
moyenne
Encours de dette du BP au
31 décembre
18 084 191
17 624 467
17 463 752
17 301 821
18 943 199
1,2 %
Encours de dette BP /
habitant 31 déc.
221
216
215
214
235
1,5 %
Moyenne nationale de la
strate
383 €
397 €
396 €
378 €
Source : Comptes de gestion
Au cours de la période sous revue, l’encours de la dette est resté stable. Il s’établit à
18,9 M€ au 31 décembre 2016 contre 18,1 M€ en 2012.
La soutenabilité de la dette se mesure à la capacité de désendettement, rapport entre
l’encours de la dette et la capacité d’autofinancement brute.
Graphique n° 1 :
Capacité de désendettement en années (dette / CAF brute)
Source : Comptes de gestion
La contraction de la CAF brute sur la période et la relative stabilité de l’endettement
aboutit à une dégradation du ratio. En 2016, ce ratio atteint 9,2 ans, La communauté
d’agglomération de Forbach Porte de France dispose encore de marges de manoeuvre pour
financer de futurs investissements. Néanmoins, la collectivité doit veiller à maintenir un niveau
de CAF suffisant, notamment en mettant un terme à la dégradation observée sur la période.
18
18
17
17
19
4,6
5,2
7,7
6,0
9,2
0,0
1,0
2,0
3,0
4,0
5,0
6,0
7,0
8,0
9,0
10,0
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
2012
2013
2014
2015
2016
Nombre d'années pour éteindre la dette
Millions €
Encours de dette du BP au 31 décembre
Capacité de désendettement BP en années (dette / CAF brute du BP)
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
25/45
6.3.2
Structure du bilan
La situation bilancielle globale de la communauté d’agglomération de Forbach Porte
de France n’appelle pas d’observation, la structure financière est équilibrée. Le fond de
roulement net global est positif tout au long de la période, ce qui signifie qu’il existe
suffisamment de ressources stables pour financer les emplois stables.
Tableau 16 : Evolution des principaux éléments du bilan
au 31 décembre en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var. annuelle
moyenne
Fonds de roulement net global
3 949 921
4 452 288
1 425 104
3 655 792
3 867 268
- 0,5 %
- Besoin en fonds de roulement global
-960 841
-1 543 568
-988 371
1 187 585
-108 392
- 42,0 %
=Trésorerie nette
4 910 762
5 995 856
2 413 475
2 468 207
3 975 660
- 5,1 %
en nombre de jours de charges
courantes
104,0
124,2
46,9
48,8
76,1
Source : comptes de gestion
De 2012 à 2014, la communauté a dégagé un besoin négatif (il s’agit donc d’une
capacité) en fonds de roulement du fait d’un montant de ses dettes à court terme restant à
payer régulièrement supérieur au montant des créances à recouvrer en fin d’exercice. Le
niveau de trésorerie moyen constaté en fin d’exercice est suffisant pour que la collectivité
puisse faire face à ses charges courantes.
7.
LA COMPÉTENCE DÉCHETS
7.1
Contexte
La compétence déchets est une compétence de l’agglomération depuis sa création.
Les recettes et dépenses relatifs à cette compétence sont retracées au sein du budget annexe
«
déchets ménagers
».
La collecte des ordures ménagères est assurée par différents prestataires titulaires
des différents lots du marché public, sauf sur le territoire de la commune de Forbach qui assure
elle-même le ramassage avec son matériel et ses propres agents puis refacture la prestation
à l’agglomération. Une convention lie la communauté d’agglomération de Forbach Porte de
France et la commune de Forbach. La convention a été signée le 28 juin 2001, puis modifiée
à plusieurs reprises par avenants principalement pour des augmentations de tarif.
Cette organisation atypique est conforme aux dispositions de l’article L. 5216-7-1 du
CGCT qui étendent aux communautés d’agglomération les dispositions de l’article L. 5215-27
du même code. Ce dernier article dispose que :
« la communauté urbaine peut confier, par
convention avec la ou les collectivités concernées, la création ou la gestion de certains
équipements ou services relevant de ses attributions à une ou plusieurs communes membres,
à leurs groupements ou à toute autre collectivité territoriale ou établissement public ».
Le traitement des ordures ménagères et le recyclage des déchets est assuré par le
SYDEME.
Les dépenses relatives au traitement facturées par le SYDEME représentent en
moyenne près de 70 % des charges de gestion du budget annexe. Ainsi, la communauté
dispose de peu de marges de manoeuvre sur l’évolution des dépenses de cette compétence.
La ressource principale du budget est le produit de la taxe d’enlèvement des ordures
ménagères (TEOM). La collectivité envisage à court terme de mettre en place une TEOMI
(Taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
26/45
7.2
La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
7.2.1
La mise en place de la TEOM à la CAFPF
La TEOM a été mise en place dans la communauté d’agglomération de Forbach Porte
de France par une délibération en date du 12 octobre 2005 prévoyant une zone de taxation
pour chaque commune en vue de proportionner le coût de la taxe à l’importance du service
rendu. La délibération 8 décembre 2005 l’a complétée par l’instauration de plusieurs zones de
tarification différentes sur le territoire des communes de Behren-Les-Forbach, Cocheren,
Schoeneck, Spicheren et Théding.
Selon le rapport sur le débat budgétaire de 2016, il existe 28 taux différents de TEOM
allant de 11,10 % pour Morsbach, jusqu’à 25,76 % pour Cocheren
12
.
7.2.2
La notion de service rendu.
Depuis 2005, les communes et EPCI qui ont institué la TEOM ont compétence pour
voter le taux de cette taxe, en application des dispositions du 1 du III de l’article 1636B sexies
du code général des impôts.
Le 2 du III de ce même article précise que « les collectivités peuvent définir des zones
de perception de la taxe sur lesquelles il est possible de voter des taux différents en vue de
proportionner le montant de la taxe à l’importance du service rendu, apprécié en fonction des
conditions de réalisation du service et de son coût ».
Il convient, dans ce cas, que la délibération qui fixe les différents taux puisse les définir
« selon l’importance du service rendu qui peut être appréciée non seulement en fonction de
ses conditions mais également en fonction de son coût ». Ces critères peuvent correspondre
à des critères physiques relatifs aux conditions de réalisation du service (tels que la fréquence
de ramassage, la proximité du service de ramassage, les modalités, etc. )
13
.
Dans le cas de l’agglomération de Forbach Porte de France, il n’y a pas eu de
délibération fixant les zones depuis l’instauration de la TEOM, c’est-à-dire depuis 2005. Cette
absence a été relevée dans le rapport du cabinet qui assiste la communauté d’agglomération
de Forbach Porte de France dans le cadre de sa réflexion sur la TEOMI.
Le traitement des déchets étant assuré par le SYDEME pour l’ensemble de la
communauté, la seule différence de service rendu ne peut concerner que la collecte.
Le calendrier de collecte, disponible sur le site internet de la communauté
d’agglomération, mentionne que chaque commune ou zone est ramassée une fois par
semaine, sauf le centre-ville de Forbach pour lequel le ramassage a lieu deux fois par semaine.
Pour 27 des 28 zones, il n’y a aucune différence de service rendu pouvant justifier les
différences de taux, qui sont dès lors irrégulières.
La chambre observe par ailleurs que la zone de Forbach, où les usagers bénéficient
de deux collectes par semaine contre une seule collecte pour l’ensemble des autres zones, se
voit appliquer un taux de TEOM de 13,9 %, inférieur au taux moyen pondéré qui s’établit à
15,19 %.
Rappel du droit n° 4 : respecter les dispositions de l’article 1636 du code général des impôts
relatifs à la notion de service rendu pour la fixation du ou des taux de TEOM.
12
Voir les différents taux votés en annexe.
13
BO des impôts BOI-IF-AUT-90-30-20-20140527 (disponible en ligne http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9563-PGP).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
27/45
7.3
Evolution financière
A l’occasion du précédent contrôle, la chambre avait observé que les charges avaient
plus augmenté que les recettes, ce qui avait conduit à une CAF nette négative sur ce budget.
Dans ce cadre, la collectivité avait fait part de son projet de revaloriser la TEOM afin d’accroitre
les recettes. La hausse prévue devait, selon les prévisions de la communauté d’agglomération,
permettre un retour à l’équilibre dans les 3 ans, soit des exercices équilibrés à compter de
2014.
Tableau 17 :
Formation de la CAF du BA déchets ménagers
en €
2012
2013
2014
2015
2016
Var. annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres (nettes des
restitutions)
8 653 439
8 875 391
8 875 392
9 460 331
10 193 392
4,2 %
+ Ressources d'exploitation
236 559
249 390
204 154
320 452
1 707 892
63,9 %
= Produits "flexibles" (a)
8 889 998
9 124 781
9 079 546
9 780 783
11 901 284
7,6 %
Ressources institutionnelles (dotations et
participations)
699 419
1 213 225
1 126 363
1 110 175
739 401
1,4 %
+ Fiscalité reversée par l'intercommunalité et l'Etat
0
0
0
0
0
N.C.
= Produits "rigides" (b)
699 419
1 213 225
1 126 363
1 110 175
739 401
1,4 %
Production immobilisée, travaux en régie (c)
0
0
0
0
0
N.C.
= Produits de gestion (a+b+c = A)
9 589 417
10 338 006
10 205 910
10 890 959
12 640 686
7,2 %
Charges à caractère général
8 794 239
9 519 789
9 648 875
10 742 518
10 686 266
5 %
+ Charges de personnel
369 445
372 585
356 710
415 538
470 621
6,2 %
+ Subventions de fonctionnement
0
0
0
0
0
N.C.
+ Autres charges de gestion
279 050
275 799
416 313
421 258
419 556
10,7 %
= Charges de gestion (B)
9 442 734
10 168 173
10 421 898
11 579 314
11 576 443
5,2 %
Excédent brut de fonctionnement (A-B)
146 683
169 833
- 215 988
- 688 355
1 064 242
64,1 %
en % des produits de gestion
1,5 %
1,6 %
- 2,1 %
- 6,3 %
8,4 %
+/- Résultat financier (réel seulement)
- 61 379
- 65 924
- 63 676
- 64 524
- 65 150
1,5 %
- Subventions exceptionnelles versées aux
services publics industriels et commerciaux
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Solde des opérations d'aménagements de
terrains (ou +/- values de cession de stocks)
0
0
0
0
0
N.C.
+/- Autres produits et charges excep. réels
2 794
3 169
94
106
13 134
47,3 %
= CAF brute
88 098
107 078
- 279 570
- 752 774
1 012 226
84,1 %
en % des produits de gestion
0,9 %
1 %
- 2,7 %
- 6,9 %
8 %
Source : comptes de gestion
Principale ressource du budget annexe déchets ménagers, la TEOM a été augmentée
à plusieurs reprises. Son produit a progressé de 4,2 % en moyenne annuelle, soit une hausse
1,5 M€ entre 2012 et 2016, sous l’effet d’une augmentation des taux et des bases. Pour autant,
les marges d’augmentation sont réduites, le taux moyen du groupement étant de 16,08 % en
2016, contre 10,52 % pour la moyenne régionale des groupements de même strate
démographique et 9,84 % au niveau national.
En 2016, l’agglomération a augmenté la subvention au budget annexe de près de
850 000€ par rapport à 2015. Elle s’établit à 1,15 M€ en 2016. Cela a permis de rétablir
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
28/45
l’excédent brut de fonctionnement et la CAF brute (1 M€ en 2016) qui étaient négatifs en 2014
et 2015.
L’évolution des produits de gestion (7,2% par an) a été supérieure à celle des charges
de gestion qui ont progressé de 5 % en moyenne annuelle sur la même période, soit une
hausse de 2,1 M€ principalement due à celle du coût des prestations de service.
Les 4 premiers fournisseurs de prestation de service
14
représentaient à eux seul 91 %
des charges de gestion du budget annexe en
2016.
Tableau 18 : Prestataire de service BA déchets en 2015
Prestataires
Montant payé en
2015 (en €)
évolution du
montant entre
2012 -2015 (en €)
en %
SYDEME
7 844 723,28
2 091 339,66
36 %
VEOLIA PROPRETE ONYX
EST
1 332 372,75
- 52 727,44
- 4 %
SITA
573 826,71
25 561,95
5 %
COMMUNE DE FORBACH
456 300,00
38 044,97
9 %
Source : Comptabilité de l’agglomération
Entre 2012 et 2015 le prix payé au SYDEME s’est accru de 2 M€, soit une hausse de
36 %. Au cours de la même période, le montant facturé par la commune de Forbach a
augmenté de 9 % tandis que les prestations relatives aux marchés publics d’enlèvement ont
globalement diminué de 13 000€.
Ainsi, c’est la partie traitement des ordures ménagères qui pèse le plus fortement sur
les comptes du budget annexe.
Afin d’inciter les ménages à réduire leur production de déchets ménagers, la
communauté d’agglomération envisage un système double avec la mise en place de la TEOMI
(taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative). Conformément aux dispositions de
l’article 1522 bis du code général des impôts, cette taxe est divisée en deux : une partie fixe
minimale de 55 % et une partie variable comprise entre 10 et 45 %. Les bacs de collecte ont
été équipés du dispositif électronique nécessaire.
8.
LES RESSOURCES HUMAINES
8.1
Les effectifs
Les effectifs de la CAFPF ont progressé de 18 % entre 2012 et 2016, passant de 99 à
117 agents. Ces effectifs se répartissent entre 94 agents à temps complet, 19 agents à temps
non complet, représentants 9,37 équivalents temps plein (ETP) et 4 agents à temps partiel,
représentant 3,3 ETP. 88 agents de la CAFPF sont titulaires (75 %) pour 29 non titulaires
(25%).
La croissance des effectifs s’explique très largement par des recrutements dans les
domaines de l’aménagement et des services urbains et de l’environnement.
Le nombre d’agents non titulaires décroit au cours de la période sous revue, passant
de 34 en 2012 à 29 en 2016.
14
Compte 611 «
prestations de service
».
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
29/45
Au cours des années 2016, 2017 et 2018, 11 agents ont été ou seront en situation de
faire valoir leurs droits à la retraite. Ils sont remplacés poste pour poste.
8.2
Le temps de travail
8.2.1
L’absence de règlement du temps de travail
Si la CAFPF a mis en place un système automatisé de contrôle du temps de travail de
ses agents, elle ne dispose pas d’un règlement intérieur complet, précisant les cycles de travail
de la totalité des agents, les modalités pratiques de comptabilisation du temps de travail et
d’exercice du droit à congés ou encore les motifs d’autorisations d’absence.
Seule la délibération du 11 décembre 2001 définit sommairement les conditions du
passage de 39 à 35 heures travaillées hebdomadairement et indique le cycle de travail des
agents rattachés au centre administratif et, de manière imprécise, celui des agents affectés à
la piscine. Ce texte, qui n’a pas été actualisé depuis 2001, ne prend notamment pas en compte
les agents affectés au conservatoire ou mis à disposition de l’Eurodistrict SaarMoselle.
La chambre prend note de la définition d’un régime des autorisations d’absence par
une délibération du conseil communautaire du 8 décembre 2016.
8.2.2
L’absentéisme
Si le nombre total de journées d’absence connait des fluctuations importantes, selon
les années, en fonction de la prise de congés maternité/paternité ou de l’importance de l’effort
de formation, le nombre de jours d’arrêt maladie connait une forte croissance.
En 2013, 639 jours pour maladie ordinaire et 70 jours pour accident du travail ont été
comptabilisés, soit un total de 709 jours. En 2015, 879 jours pour maladie ordinaire et 8 jours
pour accidents du travail ont été recensés, soit 887 jours au total. La progression constatée
en deux ans est de 25 %.
L’ordonnateur a indiqué n’avoir effectué aucun bilan qualitatif de l’absentéisme. Seul
un bilan quantitatif est présenté tous les deux ans lors de l’élaboration du bilan social.
Si un contrat de prestation de services avec une société a été signé le 18 octobre 2015,
afin d’organiser des contre-visites médicales en cas d’arrêt de travail pour maladie, ce
prestataire n’a été mobilisé qu’à 4 reprises depuis 2015.,
8.3
Les avancements de grade
En application de l’article 49 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984, des ratios
d’avancement doivent être fixés pour chacun des grades, après consultation du comité
technique paritaire (CTP), pour déterminer le nombre de fonctionnaires promouvables à un
grade supérieur par rapport à l’ensemble des effectifs du grade.
Ces taux de promotion déterminent un chiffre plafond de promotions, l’autorité
territoriale restant libre de nommer ou non les agents au grade supérieur.
Une délibération du 5 décembre 2007 fixe à 100 % le taux de l’effectif des
fonctionnaires promouvables au grade supérieur, en subordonnant cet avancement de grade
aux besoins de la collectivité et à l’évaluation professionnelle de l’agent.
Dans les faits, les avancements de grades ont systématiquement été accordés, dès
lors que les agents remplissaient les conditions statutaires et que l’avis favorable du centre de
gestion avait été obtenu.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
30/45
8.4
La mise à disposition de personnels auprès d’associations
8.4.1
Le contexte
Des maitres-nageurs, fonctionnaires de la communauté d’agglomération de Forbach
Porte de France, sont mis à disposition de diverses associations sportives.
Ils s’occupent principalement des entrainements. L’ensemble de ces mises à
disposition de ces fonctionnaires a fait l’objet d’une convention avec chacune des quatre
associations concernées.
8.4.2
La réglementation des mises à disposition
Les articles 61 à 63 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 prévoient et encadrent la mise
à disposition de fonctionnaires titulaires auprès d’associations. L’article 61-1 fixe la liste
limitative d’organismes auprès desquels la mise à disposition d’un agent public est possible.
Ainsi, cela est possible dans les organismes intergouvernementaux et les organismes
contribuant à la mise en oeuvre d’une politique de l’Etat, des collectivités territoriales ou de
leurs établissements publics administratifs, pour l’exercice des seules missions de service
public confiées à ces organismes.
Les modalités de mise à disposition doivent être définie par une convention, transmise
pour accord à l’agent concerné avant signature des parties et comportant les mentions
obligatoires suivantes :
-
la nature des fonctions prévues : le poste de l’agent doit être décrit précisément ainsi
que les fonctions qui sont confiées ;
-
les conditions d’emploi : cette notion, très large, intègre divers éléments tels que les
horaires et la durée du travail, le lieu d’exercice des activités, le contexte hiérarchique,
etc ;
-
les modalités de contrôle et d’évaluation des activités : la convention doit indiquer
l’autorité qui, au sein de l’association, sera chargée de contrôler les activités de l’agent
et d’établir le rapport sur sa manière de servir ;
-
les modalités de remboursement de la rémunération ;
-
les missions de service public confiées à l’agent.
Le décret n° 2008-580 du 18 juin 2008 relatif au régime de mise à disposition applicable
aux collectivités territoriales et aux établissements administratifs locaux indique au II de son
article 2 que «
l'organisme d'accueil rembourse à la collectivité territoriale ou à l'établissement
public d'origine la rémunération du fonctionnaire mis à disposition, les cotisations et
contributions y afférentes, ainsi que les charges mentionnées au deuxième alinéa du III de
l'article 6, dans les conditions qui y sont prévues. En cas de pluralité d'organismes d'accueil,
ce remboursement est effectué au prorata de la quotité de travail dans chaque organisme. Les
modalités de remboursement de la charge de rémunération par le ou les organismes d'accueil
sont précisées par la convention de mise à disposition ».
Si les mises à disposition d’agents de la communauté à des associations entrent dans
le champ fixé par la loi précitée, le dispositif de conventionnement appelle les observations
suivantes.
D’une part, aucune convention n’avait été signée avant 2016.
D’autre part, aucune des conventions signées au titre de l’exercice 2016 ne prévoit le
remboursement des rémunérations, cotisations et contributions y afférentes des agents mis à
disposition.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
31/45
Enfin, l’agent mis à disposition auprès de l’association Forbach Agglomération
Natation, est le président de l’association. Cet agent étant mis à disposition à temps complet,
il revient à l’association de l’évaluer, ce qui signifie que l’évaluateur est en même temps
l’évalué, et aucune disposition de la convention n’évoque cette question.
Rappel du droit n° 5 :
respecter le décret n° 2008-580 en demandant aux associations le
remboursement des salaires des personnels mis à disposition.
9.
LA GESTION DE LA PISCINE COMMUNAUTAIRE
9.1
Présentation générale
9.1.1
La piscine de Forbach est un équipement remarquable, mais qui nécessite une
adaptation aux usages actuels
La piscine olympique Jean-Eric Bousch, est la piscine communautaire de Forbach.
Ouverte en 1978, elle a été totalement détruite par un incendie en 1979, reconstruite à
l’identique et réouverte en 1981. Elle se compose d’un bassin olympique de 50 mètres, de 3
bassins ludiques et d’une fosse de plongée. Il s’agit d’un équipement à l’architecture
remarquable, très lumineux qui a reçu le prix de la plus belle piscine de France en 1987.
Au-delà de l’entretien et des réparations courantes la piscine a subi un grand chantier
de restauration de la toiture en 2011-2012. Hormis cette réfection, aucun chantier d’ampleur
n’a été réalisé depuis 1981. La qualité de la conception et l’entretien régulier ont permis de
conserver l’équipement dans un état d’utilisation relativement satisfaisant. Toutefois, une
rénovation d’ampleur apparaît nécessaire afin d’adapter l’équipement aux usages.
Les prochains travaux d’importance sont prévus en 2018 et devraient faire évoluer la
physionomie actuelle des bassins à usage ludique. Néanmoins, à la date du contrôle, la
collectivité gestionnaire n’avait pas arrêté la nature exacte des modifications qu’elle souhaitait
apporter à son équipement.
9.1.2
Gestion et usages
La piscine communautaire de Forbach est un équipement public, comme plus de 80
% des piscines existantes à l’échelle nationale. Cet équipement est géré en régie directe par
la communauté d’agglomération.
La piscine communautaire fait partie des compétences historiques du district. Il s’agit
de l’unique équipement sportif administré par la communauté.
Le seul bassin olympique occupe une surface de 1 050 m² et nécessite un volume de
2 100 m
3
d’eau en conditions normales de fonctionnement. En plus des trois bassins ludiques,
l’équipement dispose d’une fosse à plongeons dotée de différents plongeoirs :1, 3 et 5 m.
Cette fosse est également utilisée pour la plongée.
La Fédération Française de Natation (FFN) estime
15
que les besoins en matière de
bassins à vocation sportive ou d’apprentissage est de 1 375 m² pour une population de 80 000
habitants comme la communauté d’agglomération de Forbach Porte de France. La surface
totale des bassins pouvant être utilisés pour des besoins sportifs ou d’apprentissage est de
1 381m², soit une surface totale suffisante pour couvrir les besoins des 81 000 habitants de
l’agglomération.
La surface totale des bassins, hors pataugeoire, est de 1 514m².
15
FFN, Les piscines, aide à la conception pour les maitres d'ouvrages, 6
ème
éd., 2015.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
32/45
Par ailleurs, l’équipement dispose d’un espace bien-être et détente de plus de 600 m²
et propose différents équipements : saunas, jacuzzi extérieur, hammam, baignoires balnéo et
un lit massant hydro jet.
Si cet équipement est l’unique piscine publique de l’agglomération, il existe six autres
structures nautiques dans un rayon de 20 km (présentées en annexe).
Cette concurrence d’équipements à proximité directe pour les usages liés à la détente
comme le sauna/hammam et également à certaines activités comme l’aquagym, l’aqua bike
n’est pas sans effet sur la fréquentation de l’équipement et donc les recettes encaissées. La
communauté d’agglomération n’a jusqu’à présent, diligenté ou commandé, aucune étude pour
mesurer les effets de cette concurrence sur son équipement.
L’agglomération de Freyming-Merlebach dispose d’une piscine communautaire,
davantage orientée vers les loisirs. Un rapprochement est envisagé entre les deux
communautés.
16
. Si des échanges existent, aucune coopération formalisée n’est mise en
place entre les deux établissements aquatiques et cette hypothèse n’est pas prise en compte
dans le cadre de la rénovation engagée pour 2018.
9.2
Le fonctionnement de la piscine
9.2.1
L’exploitation de l’équipement
Au cours de la période sous revue, la structure a été, en moyenne, ouverte 285 jours
par an.
Les fermetures annuelles concernaient essentiellement des fermetures pour vidange
et nettoyage des bassins. Hormis pour 2011, année de travaux de réhabilitation de la toiture.
Tableau 19 : Amplitude d’ouverture et fermetures annuelles
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Nombre de jours
d'ouverture dans l'année
(a)
219
295
301
313
310
274
Fermeture pour entretien:
133
57
51
39
42
78
Source : CAFPF
Les piscines et centres aquatiques publics sont des équipements sportifs, même si
leurs utilisations sont désormais plus diversifiées.
Les articles L. 100 et L.100-2 du code du sport posent le principe du libre accès aux
activités sportives pour tous et à tous les niveaux et fixent quatre objectifs à la pratique des
activités nautiques et aquatiques :
-
un objectif de politique de santé publique : la pratique de la natation et des autres
activités aquatiques concourent à la santé publique ;
-
un objectif éducatif : l’apprentissage de la natation est une priorité nationale inscrite
dans le socle commun de connaissances. Outre le développement personnel de
l’enfant, cet apprentissage vise à prévenir les noyades.
-
un objectif de contribution à la vie sociale et à la réduction des inégalités sociales et
culturelles ;
16
Cf. étude des conséquences financières d’un rapprochement -17 octobre 2016- KPMG.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
33/45
-
un objectif de développement du sport de haut niveau, notamment à travers le soutien
apporté aux clubs de sport utilisant ces équipements (natation, natation synchronisée,
plongeon, plongée, water-polo etc).
Dans ce cadre, l’équipement est amené à recevoir un public varié avec des attentes
parfois très différentes pouvant créer des conflits d’usages. Il n'existe pas de décompte fiable
de la fréquentation des piscines mais des évaluations régulières réalisées à partir de sondages
ou des données des acteurs institutionnels (ministère de la jeunesse et des sports, FFN).
Schématiquement, la vingtaine de millions de personnes se rendant chaque année
dans les piscines françaises peuvent être réparties en trois grandes catégories, lesquelles
recouvrent souvent plusieurs sous-catégories :
-
le public individuel ;
-
les scolaires ;
-
les membres d'une association sportive.
La piscine communautaire de Forbach accueille ces trois grandes catégories et les
créneaux réservés permettent d’identifier la répartition des usages. La piscine organise
également diverses activités qui occupent les créneaux horaires de certains bassins
(aquagym, aquabike, etc.). Toutefois, l’utilisation de la piscine par des associations et clubs
de sport est difficile à établir précisément dans la mesure où la taille de l’équipement et la
diversité des bassins permet une utilisation concomitante de l’équipement par le grand public,
les clubs et associations. A titre d’illustration, une association peut utiliser pour quelques
heures la fosse à plonger ou une ligne d’eau alors que le reste de l’équipement est disponible
pour le grand public. Toutefois, une estimation a pu être établie par les services
communautaires.
Tableau 20 : Répartition des créneaux horaires 2016 par typologie des usages
Public
61 %
Scolaire
18 %
Association
11 %
Activités
6 %
Autre
4 %
Source : CAFPF
La piscine olympique de Forbach est principalement utilisée par le grand public qui
représente 61 % des usages.
L'utilisation de la piscine par les scolaires est fortement encadrée. Tout au long de la
scolarité
17,
de la maternelle à la terminale, les élèves bénéficient en principe de plusieurs
séances de natation (apprentissage et perfectionnement) ; en plus de l’apprentissage dans les
classes élémentaires, la natation peut être également enseignée dans le cadre de l’éducation
physique et sportive (EPS) dans les collèges et les lycées.
A l’issue du cursus d’apprentissage et avant l’entrée au collège, les enfants passent
un test d’évaluation comportant différents niveaux :
-
le palier 1 : se déplacer sur une quinzaine de mètres sans aide à la flottaison et sans
reprise d’appui. Sauter seul dans le grand bain. Se déplacer brièvement sous l’eau
pour passer sous un objet flottant. Se laisser flotter un instant et regagner le bord.
17
Circulaire n° 2011-090 du 7 juillet 2011 du ministre de l'éducation nationale
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
34/45
-
le palier 2 : se déplacer sur une trentaine de mètres sans aide à la flottaison et sans
reprise d’appui. Sauter ou plonger. Se déplacer pour passer dans un cerceau immergé.
Réaliser un sur-place de 5 à 10 secondes et regagner le bord.
Les résultats des tests d’apprentissage sont les suivants :
Tableau 21 : Résultat des tests 2015-2016
Nombre total
d’élèves
Sans palier
Palier 1
Palier 2
Agglomération de
Forbach
871
305
162
404
35 %
19 %
46 %
Ensemble Moselle
10 036
2 303
2 599
5 134
23 %
26 %
51 %
Source : données Education nationale
Le taux d’échec sur la piscine communautaire de Forbach (35%) est significativement
plus élevé que celui du département, puisque plus d’un tiers des enfants ne réussit pas le test
de natation avant l’entrée au collège, contre près d’un quart pour l’ensemble des enfants du
département.
La piscine communautaire de Forbach compte quatre associations utilisatrices
régulières de l’équipement :
-
une association essentiellement tournée vers l’apprentissage et la pratique sportive de
la natation ;
-
une autre proposant la pratique de la nage avec palmes, pratique qui peut s'ouvrir à la
compétition ;
-
un club de triathlon qui s'adresse aux sportifs confirmés désireux d'allier natation,
course à pied et cyclisme ;
-
une association dispensant des formations permettant d’obtenir différente qualification
relatives au sauvetage aquatique.
L’utilisation de la piscine communautaire en fonction du nombre d’entrées est la
suivante :
Tableau 22 : Fréquentation par nature
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Entrées individuelles tarif normal (1
entrée, 10 entrées, 20 entrées, etc.)
12 743
20 440
20 696
21 521
22 338
20 405
Entrées individuelles tarif réduit (1
entrée, 10 entrées, 20 entrées, etc.)
16 922
26 011
25 865
28 178
30 852
28 634
Leçons individuelles
1 939
2 480
3 913
4 914
5 434
4 875
Scolaires (écoles primaires et collèges)
18 525
27 067
26 453
28 970
27 351
24 914
Entrées Club
9 562
15 149
18 563
18 528
17 763
16 339
Entrées activité piscine et abonnements
CE
11 004
16 493
15 208
17 307
18 909
16 954
Entrées gratuites
4 501
5 790
5 656
6 140
6 620
5 452
Total entrées
75 196
113 430
116 354
125 558
129 267
117 579
Nombre jours ouverture
219
295
301
313
310
274
Nombre d'entrées moyen par jour
d'ouverture
343
385
387
401
417
429
Source : CAFPF
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
35/45
Au cours de la période, le nombre moyen d’entrées par jour à la piscine a constamment
augmenté. Le nombre de jours d’ouverture de l’équipement a une incidence sur le nombre
d’entrées annuel. La hausse de la fréquentation trouve son origine dans l’accroissement des
entrées individuelles payantes et des activités de la piscine (aquabike, etc.).
Le nombre d’entrées annuel a augmenté de 2011 à 2015 et baissé en 2016, la piscine
ayant été fermée un plus grand nombre de jours que les années précédentes.
9.2.2
Le régime indemnitaire des maîtres-nageurs
Les leçons individuelles de natation étant dispensées en dehors du temps
hebdomadaire de travail, l’agglomération a pris la décision
18
de répartir le produit des leçons
de la façon suivante :
- 85 % pour le maître-nageur ;
- 15 % pour l’agglomération.
Tableau 23 : Montant des leçons de natation versés aux maîtres-nageurs de 2012 à 2016
2012
2013
2014
2015
2016
Leçon de natation
15 782,80 €
26 499,60 €
34 707,20 €
37 196,00 €
30 355,20 €
Source : Paye- Xémélios
Les leçons de natation sont inscrites dans la liste des missions fixées par le statut
particulier de ces agents (I de l’article 3 du décret n° 2011-605). L'encaissement du coût des
prestations assurées, à savoir les cours de natation payants, constitue la recette d'un service
public.
Les leçons de natation que les membres du cadre d'emplois des éducateurs
territoriaux des activités physiques et sportives, titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif
des activités de la natation (BEESAN), peuvent être amenés à effectuer dans le cadre de leur
service et de leur temps de travail n'ont pas à donner lieu à rémunération complémentaire,
comme le précise la réponse du ministre de la fonction publique à la question d’un
parlementaire
19
.
Rappel du droit n° 6 : mettre fin à la perception par les maitres-nageurs d’une part du produit
des séances de natation qu’ils dispensent, celles-ci relevant de leurs missions ordinaires,
conformément à l’article 3 du décret 2011-605.
9.2.3
L’organisation de la sécurité et des secours
La piscine dispose d’un plan d’organisation de la surveillance et des secours (POSS)
dont la dernière mise à jour date de 2016. Par ailleurs, les visites de contrôle en matière de
sécurité incendie ne font pas état de dysfonctionnement.
Au cours de la période sous revue, la piscine n’a connu ni incident majeur ni noyade.
9.2.4
Les conditions de travail
Les vestiaires des personnels de la piscine sont inadaptés.
18
Délibération du 20-06-2001, modifiés par délibération du 21 février 2007.
19
Réponse du Ministère de la fonction publique, de la réforme de l'Etat et de l'aménagement du territoire publiée
dans le JO Sénat du 17 juillet 2003 - page 2304 sur la question écrite 00394 de M. Pierre Hérisson
(Haute-Savoie - UC) publiée dans le JO Sénat du 11 juillet 2002 - page 1534.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
36/45
Ces locaux sont exigus, situés sous le bassin principal, sans fenêtre et non ventilés. Il
y règne en permanence une forte humidité et la seule issue de secours débouche sur une
grille fermée à clé afin d’éviter les intrusions.
Par ailleurs, le système de filtration de l’eau des bassins, constitué de réservoirs
remplis de sable par lesquels circule l’eau à filtrer, est situé au sein du bâtiment. Le
remplacement du sable ne peut s’effectuer qu’à la main, sans possibilité d’intervention de
machines.
Cette situation, connue de la communauté doit être prise en compte dans le projet de
rénovation de la piscine.
9.2.5
L’accessibilité
Le principe posé par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 est que toute personne
handicapée, quel que soit le type de handicap (physique, sensoriel, cognitif, mental ou
psychique), doit pouvoir accéder aux établissements recevant du public existants, y circuler et
y recevoir les informations qui y sont diffusées, dans les parties ouvertes au public.
L’information diffusée au public doit l’être par des moyens adaptés aux différents handicaps.
Au-delà des personnes handicapées, toutes les personnes à mobilité réduite (personnes
âgées, parents avec poussettes, etc.) sont à prendre en considération.
La piscine communautaire de Forbach accueille régulièrement des compétitions
handisports. A titre d’illustration, il a accueilli en 2010 et 2012 le championnat de France
handisport de natation.
Des vestiaires accessibles aux personnes ayant un handicap physique existent et
répondent aux normes. Néanmoins, la disposition actuelle est complexe et ne facilite pas
l’accueil de personnes en situation de handicap.
Selon, une étude, commandée sur ce sujet par l’agglomération en 2014, l’accès à
l’établissement, aux vestiaires et aux bassins ne pose pas de difficulté majeure.
Elle relève, toutefois, que l’accès aux bassins pourrait être amélioré pour faciliter
l’utilisation de l’équipement par les personnes en fauteuil roulant et les personnes ayant des
déficiences visuelles. Le rapport note également que l’établissement ne dispose pas de boucle
magnétique. L’absence d’un tel dispositif ne permet pas d’accueillir dans les meilleurs
conditions les personnes malentendantes appareillées.
L’accès à l’espace détente situé à l’étage et au sous-sol n’est pas possible pour les
personnes à mobilité réduite. Le projet de réaménagement prévu pour 2018 prévoit de régler
ce problème par la mise en place d’un ascenseur.
9.2.6
La propreté et la qualité de l’eau
Dans une piscine, il existe deux cycles majeurs, dont la coordination technique est
indispensable et doit être étroitement contrôlée : le cycle de l’eau et le cycle de l’air. Cette
coordination passe par l’approche intégrée de quatre systèmes : le système de production
d’eau de chauffage, le système de traitement de l’air, le système de traitement de l’eau et le
système de production d’eau chaude sanitaire. A la piscine de Forbach, les deux cycles sont
coordonnés.
Le cycle de l’eau est géré et régulé automatiquement par un outil de gestion centralisé.
Le dispositif mesure également en permanence le chlore, le PH et la température de l’air et de
l’eau. Au cours de l’année 2015, la température du bassin olympique était en moyenne de
28°C et de 28,5°C pour le bassin adulte dédié aux loisirs et apprentissage. Or, il est
recommandé une température de 25 à 27° pour les bassins sportifs et de 27 à 29° pour les
bassins d’apprentissage ou de loisirs, une température supérieure pouvant entraîner une
surconsommation et des risques accrus de développement microbien.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
37/45
La qualité de l’eau est un point essentiel dans les équipements aquatiques. Pour
s’assurer d’une qualité de l’eau optimale, le premier maillon repose sur l’hygiène corporelle
des
baigneurs,
ce
qui
suppose
une
attention
particulière
portée
à
la
zone
vestiaires-douches-sanitaires, ainsi que l’existence de consignes claires et leur respect par les
usagers.
Dans ce cadre, la piscine communautaire a établi un dépliant spécifique à l’attention
de ses usagers. Les règles d’hygiène sont rappelées dans le règlement intérieur et par les
clubs utilisateurs. Des contrôles quotidiens sur la qualité de l’eau sont menés par les agents
de la piscine. Des contrôles inopinés sont également réalisés par l’agence régionale de santé
(ARS) dans le cadre de sa mission de contrôle.
Au cours de la période sous revue, aucune anomalie significative de la qualité de l’eau
n’a été relevée.
9.3
Le coût du service et son financement
Tableau 24 :
Evolution des charges et produits de fonctionnement 2011 à 2016
(En €)
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Dépenses de fonctionnement
Autres charges de
gestion courante
25 948 €
10 618 €
15 928 €
4 270 €
14 186 €
9716
Charges à caractère
général
592 175 €
737 117 €
703 362 €
808 134 €
804 325 €
789 980 €
Charges de personnel et
frais assimilés
1 092 511 €
1 105 449 €
1 195 943 €
1 206 497 €
1 281 177 €
1 228 561 €
Charges exceptionnelles
16 013 €
-
16 €
-
Total général
1 710 634 €
1 869 197 €
1 915 234 €
2 018 917 €
2 099 688 €
2 028 258
Recettes de fonctionnement
Produit des activités
175 860 €
264 038 €
237 284 €
287 959 €
335 674 €
306 205 €
Subvention du
département
3 663 €
2 109 €
-
9 926 €
8 165 €
… €
Autres recettes
57 493 €
6 620 €
783 €
471 €
-
19 614 €
Total général
237 016 €
272 768 €
238 067 €
298 356 €
343 839 €
325 819 €
Reste à charge de la
collectivité
- 1 473 618 €
- 1 596 429 €
- 1 677 167 €
- 1 720 561 €
- 1 755 849 €
- 1 702 439 €
Coût net par jour
d’ouverture
6 729 €
5 412 €
5 572 €
5 497 €
5 664 €
6213 €
coût net par visiteur
- 19,60 €
- 14,07 €
- 14,41 €
- 13,70 €
- 13,58 €
- 14.47 €
Source : Communauté d’Agglomération de Forbach Porte de France
Au cours de la période sous revue, les charges ont progressé de 18,5 % soit une
hausse de 310 000 €. Cette augmentation s’explique pour 55 % par la progression des
charges à caractère général et pour 45 % des charges de personnel.
La hausse des charges à caractère général s’explique par la forte hausse des coûts
liés à l’énergie.
Les charges de personnel représentent la dépense la plus importante de l’équipement.
En moyenne sur la période, elles représentaient 60 % des dépenses. En 2012 et 2016, la
piscine compte deux agents supplémentaires. La hausse globale des charges de personnel
s’explique essentiellement par l’augmentation du régime indemnitaire des agents de
l’agglomération et le GVT (glissement vieillesse technicité). En novembre 2016, l’équipement
comptait 38 agents.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
38/45
Au cours de la période sous revue, les recettes de la piscine ont nettement augmenté,
l’exercice 2015 marque un niveau jamais atteint jusqu’alors avec 335 674 € de recettes.
L’année 2016 est en deçà de l’exercice précédent compte tenu notamment du plus grand
nombre de jours de fermeture. Toutefois, la hausse produite n’est pas suffisante pour absorber
la hausse des dépenses. Ainsi, le reste à charge pour la collectivité s’est accru de 230 000 €
sur la période, il s’établit à 1,7 M€ pour l’exercice 2016.
Le déficit global de l’équipement s’est accru au cours de la période, mais
l’augmentation de la fréquentation de la piscine a permis de réduire de façon constante le coût
net par visiteur jusqu’en 2015. Ainsi, le coût net résiduel par visiteur est passé de 19,60 € en
2011 à 13,58 €. Il remonte en 2016 du fait du nombre de jours de fermeture. Le coût net moyen
national s’établit à 12 €.
9.4
Les travaux de réhabilitation de l’équipement
L’entretien général assuré par la collectivité a permis de maintenir l’équipement dans
un bon état d’usage mais certains équipements sont devenus vétustes et d’autres, comme les
vestiaires ne sont plus adaptés aux usages. L’agglomération estime que les travaux de
réparation et d’entretien effectués chaque année représentent 100 000 € par an.
9.4.1
La rénovation de la toiture en 2011
Suite à des problèmes d’infiltrations d’eau, la couverture de l’équipement a été
renouvelée en 2011. Des travaux conséquents ont également concerné la ventilation et le
chauffage. Il s’agissait, depuis sa réouverture en 1981, des premiers travaux de rénovation de
la piscine.
Les travaux ont nécessité une fermeture totale de l’équipement entre septembre 2011
et janvier 2012. Le montant initialement prévu de 2,34 M€ a été respecté, la dépense effective
finale étant de 2,35 M€.
La communauté n’a pas été en mesure de préciser les économies d’énergie générées
par ces travaux.
Il est regrettable que des travaux de rénovation d’ensemble n’aient pas été réalisés à
l’occasion de la réfection de la toiture. Des rénovations complémentaires ont été en effet
prévus pour 2015. Une programmation pluriannuelle des travaux aurait probablement permis
de réaliser l’ensemble des travaux sur une unique période et ainsi limiter la période
d’indisponibilité de l’équipement.
9.4.2
Une rénovation générale prévue en 2014 et repoussée en 2018
L’agglomération a entamé le projet de rénovation fin 2014 en attribuant un marché de
maîtrise d’oeuvre.
La communauté a décidé de mettre fin au projet, après réalisation de 50 % de la
mission de maîtrise d’oeuvre suite à la découverte d’amiante dans les colles de carrelage et
dans les enduits, essentiellement dans les vestiaires et les blocs sanitaires.
Compte tenu des propositions de travaux de démolition et du coût supplémentaire
entrainé par la présence d’amiante ainsi que les modifications dans le planning des travaux et
dans la durée de fermeture de la piscine, la communauté a fait le choix de différer dans le
temps son projet afin d’envisager un projet qui tienne compte de ces nouvelles contraintes
techniques et qui soit compatible avec ses contraintes financières.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
39/45
Dans le cadre d’une nouvelle procédure, le projet de la collectivité vise notamment :
-
à moderniser l’espace d’accueil. Le rendre plus fonctionnel en tenant compte des
problématiques d’accessibilité, y compris l’espace détente aujourd’hui très difficilement
accessible ;
-
à moderniser les vestiaires du rez-de-chaussée et du 1
er
niveau qui, dans leur
aménagement actuel, sont encore des espaces d’origine. Cette modernisation
concerne concomitamment les installations sanitaires ;
-
à prendre en considération, dans les vestiaires, les problèmes récurrents de
décollement des revêtements de sol d’origine (carrelage) posés avec des colles
comportant de l’amiante, de même que les problèmes de dégradation des
faux-plafonds et d’écoulement des eaux ;
-
à prendre en considération le même type de problème dans l’espace des bassins ainsi
que dans les divers espaces utilisés par le personnel ;
-
à prendre en compte la présence de plomb dans certaines peintures ;
-
à mettre aux normes l’accès aux plongeoirs ;
-
à moderniser l’espace «
parents-enfants
» situé dans l’espace des bassins ;
-
à valoriser certains espaces aujourd’hui inutilisés par manque de fonctionnalité
(pataugeoire enfants) ;
-
à remplacer l’actuelle passerelle de séparation du bassin olympique de 50 m, vétuste,
peu fonctionnelle voire dangereuse d’un point de vue sécuritaire et posturale pour le
personnel, par un nouvel aileron d’utilisation plus pratique, plus ergonomique et
permettant l’homologation d’un bassin de 25 m ;
-
à mettre aux normes les bords des bassins.
Par délibération en date du 6 juillet 2017, le conseil communautaire a approuvé le
projet de rénovation et de modernisation de la piscine communautaire pour un montant de
4 141 365 € HT.
Les avant projets définitifs des différents lots de rénovation font état d’options pour trois
lots :
-
le lot 4 «
menuiseries extérieures aluminium
» tranche ferme 135 450 € et tranche
optionnelle 775 000 € ;
-
le lot n° 6 « cabines casiers » tranche ferme 220 000 € et tranche optionnelle de 7900 €
(billetterie pour mise en réseau avec un ordinateur superviseur) ;
-
le lot chauffage-ventilation-plomberie-sanitaire tranche ferme de 585 000 € et tranche
optionnelle de 90 000 € (système indépendant alimentation pataugeoire).
La somme inscrite sur la délibération de l’assemblée délibérante correspond à
l’estimation des travaux sans les options. Dès lors, retenir les options impliquera de présenter
une nouvelle délibération devant le conseil communautaire.
En effet, l’article 59 du décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatifs aux marchés
publics précise «
l'acheteur vérifie que les offres qui n'ont pas été éliminées en application du
IV de l'article 43 sont régulières, acceptables et appropriées.
Une offre irrégulière est une offre qui ne respecte pas les exigences formulées dans les
documents de la consultation notamment parce qu'elle est incomplète, ou qui méconnaît la
législation applicable notamment en matière sociale et environnementale.
Une offre inacceptable est une offre dont le prix excède les crédits budgétaires alloués au
marché public tels qu'ils ont été déterminés et établis avant le lancement de la procédure.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
40/45
Une offre inappropriée est une offre sans rapport avec le marché public parce qu'elle n'est
manifestement pas en mesure, sans modification substantielle, de répondre au besoin et aux
exigences de l'acheteur formulés dans les documents de la consultation. »
9.4.3
Les mesures de publicité.
L’article 34 du décret 2016-360 indique que pour les marchés publics ne dépassant
pas les seuils européens, il appartient à l’acheteur d’apprécier si
«
compte tenu de la nature
du montant des fournitures, des services ou des travaux en cause, une publication dans un
journal spécialisé correspondant au secteur économique concerné ou au journal officiel de
l’Union européenne est en outre nécessaire pour garantir l’information des opérateurs
économiques raisonnablement vigilants pouvant être intéressés par le marché public ».
Afin de déterminer si le projet peut intéresser des entreprises d’autres pays de l’union
européenne, l’acheteur doit se baser sur un faisceau d’indices.
Aussi, dans sa communication interprétative de 2006, la Commission européenne
précise qu’il convient de se fonder, sur une « évaluation des circonstances spécifiques de
l’espace, telles que l’objet du marché, son montant estimé, les caractéristiques particulières
du secteur en cause (taille et structure du marché, pratiques commerciales, etc.), ainsi que du
lieu géographique d’exécution du marché ».
Ce projet de rénovation de piscine est susceptible d’intéresser des opérateurs des
pays limitrophes.
Recommandation n° 3 : publier l’appel d’offres des travaux de rénovation de la piscine dans
les pays limitrophes.
*
*
*
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
41/45
RAPPELS DU DROIT
n° 1 : mettre en place un pacte financier et fiscal conforme au contrat de ville et, jusqu’à l’entrée
en vigueur de pacte, mettre en place une dotation de solidarité communautaire calculée
conformément à l’article 1609 nonies C du code général des impôts.
n° 2 : appliquer les dispositions de l’article L. 5211-4-2 du CGCT sur les mises à disposition
de personnel dans le cadre de la création de service commun, et notamment en établissant
une fiche d’impact.
n° 3: mettre fin à la prestation de services pour le compte de la CAFPF et de ses communes
membres par le syndicat mixte Val de Rosselle qui contrevient aux dispositions des articles
L.
5111-1 du CGCT.
n° 4 : respecter les dispositions de l’article 1636 du code général des impôts relatives à la
notion de service rendu pour la fixation du ou des taux de taxe d’enlèvement des ordures
ménagères (TEOM).
n° 5 : respecter le décret 2008-580 en demandant aux associations le remboursement des
salaires des personnels mis à disposition.
n° 6 : mettre fin à la perception par les maitres-nageurs d’une part du produit des séances de
natation qu’ils dispensent, celles-ci relevant de leurs missions ordinaires, conformément à
l’article 3 du décret n° 2011-605.
RECOMMANDATIONS
n° 7 : prendre une délibération cadre relative à la constitution des provisions, notamment pour
les provisions facultatives et de constituer des provisions pour couvrir ses risques les plus
importants, en particulier pour le contentieux ayant une procédure en cours.
n° 8 : financer les services rendus par les services mutualisés en passant par la dotation
intercommunalité plutôt que par le système de facturation entre l’EPCI et les communes
membres.
n° 9 : publier l’appel d’offres des travaux de rénovation de la piscine dans les pays limitrophes.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
42/45
ANNEXE 1 : Compétences de la communauté d’agglomération Forbach Porte de
France
Compétences obligatoires :
le développement économique ;
l'aménagement de l'espace communautaire ;
l'équilibre social de l'habitat sur le territoire communautaire ;
la politique de la ville ;
accueil des gens du voyage ;
collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés.
Compétences optionnelles :
eau potable ;
assainissement collectif : collecte, transport et traitement des eaux usées
domestiques et assimilées ;
la protection et la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie ;
la construction, l'aménagement, l'entretien et la gestion d'équipements culturels
et sportifs d'intérêt communautaire ;
la création ou l'aménagement et l'entretien de la voirie d'intérêt Communautaire
et des parcs de stationnement d'intérêt communautaire.
Compétences facultatives :
le transport et le traitement des eaux usées domestiques et assimilées ;
l'enseignement supérieur (construction d'un institut universitaire de technologie
(IUT) et soutien au développement des filières) ;
aménagement numérique du territoire ;
petite enfance ;
création et gestion d'un Relais Parents – Assistants Maternels (RAM) ;
création et gestion d'un Lieu d'Accueil Parents-Enfants (LAPE) ;
tourisme ;
réalisation aménagement gestion d'équipements touristiques structurants ;
gestion des Milieux Aquatiques et Protection des inondations (animation et
concertation) ;
participation facultative, en particulier, aux animations culturelles, sportives ou
touristiques d'intérêt communautaire (animations ayant un rayonnement communautaire, et
supra-communautaire) ;
création, aménagement, gestion, participation à la mise en place de structures
de services d'intérêt communautaire ou de structures de services transfrontalières (Maison
Ouverte des Services pour l’Allemagne).
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
43/45
ANNEXE 2 : Evolution des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères
Source : Débat d’orientation budgétaire 2016
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
44/45
ANNEXE 3 : Les centres nautiques du secteur de Forbach
Typologie des piscines
Nom piscine
Ville
Distance
par
rapport
à la
piscine
de
Forbach
Type de bassins
Autres
équipements
Activités
Piscine
Olympique de
Forbach
Forbach
-
1 bassin
Olympique
(50mX21m) avec
8 couloirs,
3 bassins ludiques,
1 fosse de plongée
sauna,
solarium,
bassin de
balnéothérapie.
cours de natation pour adultes et
enfants
- cours de perfectionnement
- séances d'aquabike
- cours d'aquazumba
- aquagym
- aquagym tonic.
• Piscine à
Lixing-lès-
Rouhling
Lixing-lès-
Rouhling
8 km
1 bassin extérieur
ouvert uniquement
l'été
• Piscine
Aquagliss
Freyming
Merlebach
7 km
2 bassins sportifs
de 25m (un
extérieur, un
intérieur), un
bassin ludique, une
pataugeoire et un
toboggan de 100m
- sauna
- hammam
- bain
bouillonnant
- douches
massantes
école de natation,
- jardin aquatique,
- aquabiking,
- plongée en piscine,
- activités pour femmes
enceintes.
• Piscine
Calypso
Saarbrücken
7 km
un bassin
découvert, bassin
sportif de 25
mètres avec 6
couloirs et
nombreux
équipements
ludiques (
banquettes à bulles
d’air, de geysers,
d'un espace enfant
sur le thème des
pirates avec
toboggan , etc)
plusieurs
saunas
(finlandais, de
bouleau, bain
vapeurs aux
herbes
aromatiques...)
L'établissement
propose des
soins,
gommages et
des massages
bébé nageur,
- cours de natation pour enfants
et adultes,
- différents cours d'aquagym :
aquabalance, aquafit,
aquajogging, aquapilates,
aquapower...
- plongée.
• Centre
nautique -
Piscine de
Sarreguemines
Sarreguemines
15 km
3 bassins dont un
ludique
un sauna, un
hammam, des
solariums, des
baignoires
balnéo
Cours d'aquagym, leçons de
natation
· Leçons de natation
• Stade
nautique -
Piscine de
Creutzwald
Creutzwald
21 km
A l'intérieur :un
bassin de 25 m (6
lignes d’eau,
possibilité 2
couloirs de 50m),
un bassin ludique,
une pataugeoire
pour enfants
A l'extérieur : un
bassin à forme
libre, une
pataugeoire
extérieure et un
parc de verdure.
Fosse à
plongée,
Solarium
cours de natation, des séances
d'aquagym,
des cours
d'aquarunning, de duathlon
et
cours d'aquabiking.
Rapport d’observations définitives
Communauté d’agglomération de Forbach Porte de France
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES GRAND EST
45/45
• Stade
Nautique -
Piscine de
Saint-Avold
Saint-Avold
17 km
4 bassins
· Pataugeoire
Sauna
Aquabiking
· Jardin Aquatique
· Leçons de natation
· Préparation à la naissance
Source : CRC Grand Est
Répartition géographique des piscines