Sort by *
3-5, rue de la Citadelle
57000 METZ

T
+33 3 54 22 30 49
grandest@crtc.ccomptes.fr
Les observations définitives présentées dans ce rapport
ont été arrêtées par la chambre régionale des comptes Grand Est,
lors de sa séance du 13 juin 2018.
RAPPORT D’OBSE
RVATIONS DEFINITIVES
Service départemental d’incendie et de secours
du Haut-Rhin
CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES
GRAND EST
SERVICE DEPARTEMENTAL D’INCENDIE ET DE SECOURS DU HAUT
-RHIN
EXAMEN DE LA GESTION
(à compter de l’exercice 20
11)
RAPPORT D’OBSERVATIONS
DEFINITIVES
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
1/78
SYNTHESE
..................................................................................................................................
5
1.
PROCEDURE
........................................................................................................................
7
2.
PRESENTATION GENERAL
E DE L’ETABLISSEMENT
........................................................
7
2.1
Le cadre général
..................................................................................................................
7
2.2
Caractéristiques et spécificités du SDIS du Haut-Rhin
.........................................................
7
3.
LA GOUVERNANCE DU SD
IS ET L’ORGANISATION
DES SERVICES D’INCE
NDIE ET
DE SECOURS
.......................................................................................................................
9
3.1
La gouvernance du SDIS
.....................................................................................................
9
3.1.1
Les organes délibérants
..................................................................................................
9
3.1.2
La direction du SDIS
.......................................................................................................
9
3.2
L’organisation des services d’incendie et de secours
.........................................................
10
3.2.1
Le schéma départemental d’analyse et
de couverture des risques (SDACR)
................
10
3.2.1.1
Les SDACR instaurés dans le département du Haut-Rhin
........................................
10
3.2.1.2
Le contenu et l’évaluation des objectifs des SDACR de 2009 et de 2013
.................
10
3.2.1.3
L’adéquation du SDACR avec le schéma régional d’organisation des soins
- projet
régional de santé (SROS-PRS)
................................................................................
12
3.2.2
Le règlement opérationnel (RO)
....................................................................................
12
3.2.3
Le plan d’équipement et le plan pluriannuel d’investissement des infrastructures
.........
13
3.2.3.1
La portée du plan d’équipement
................................................................................
13
3.2.3.2
Le programme d’acquisition d’engins du SDIS
..........................................................
13
3.2.3.3
Le plan pluriannuel d’investissement des infrastructures du SDIS
............................
14
3.2.3.4
Les perspectives d’une nouvelle programmation des équipements et des
infrastructures.
..........................................................................................................
14
3.2.4
Le projet d’établissement
...............................................................................................
14
3.2.5
Les conventions financières pluriannuelles avec le Département
..................................
15
3.2.6
Les mutualisations et coopérations
...............................................................................
16
3.2.6.1
Les mutualisations et partenariats
............................................................................
16
3.2.6.2
La coopération internationale
....................................................................................
16
3.3
L’organisation territoriale et opérati
onnelle
.........................................................................
17
3.3.1
L’organisation territoriale
...............................................................................................
17
3.3.1.1
Le classement des centres d’incendie et de secours et leur activité
..........................
17
3.3.1.2
Le réseau des centres de première intervention non intégrés (CPINI)
......................
18
3.3.2
L’organisation opérationnelle
.........................................................................................
19
3.3.2.1
Le rapport d’activité du SDIS du Haut
-Rhin
...............................................................
19
3.3.2.2
L’évolution de l’activité opérationnelle et son évolution
.............................................
20
3.3.2.3
L’activité opérationnelle au n
iveau du corps départemental
......................................
20
3.3.2.4
L’activité opérationnelle des CPINI
...........................................................................
22
4.
LES DEPENSES DE PERSONNEL ET LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
....
24
4.1
Les coûts de personnel
......................................................................................................
25
4.1.1
Les documents de programmation des dépenses de personnel
....................................
25
4.1.2
Les prévisions budgétaires des dépenses de personnel
...............................................
25
4.1.3
L’évolution des coûts
.....................................................................................................
25
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
2/78
4.1.3.1
Les charges de personnel
.........................................................................................
25
4.1.3.2
Les facteurs d’évolution des charges de personnel
...................................................
27
4.2
Les effectifs et leur gestion
................................................................................................
27
4.2.1
Le mode de gestion des ressources humaines à travers le système d’information de
gestion des ressources humaines (SIRH)
.....................................................................
27
4.2.2
L’effectif des personnels d’incendie et de secours dans le département du Haut
-
Rhin
..............................................................................................................................
28
4.2.3
L’évolution des effectifs du corps départemental (2011
-2016)
.......................................
28
4.2.3.1
L’effectif des sapeurs
-pompiers
................................................................................
28
4.2.3.2
Le personnel administratif, technique et spécialisé (PATS)
.......................................
29
4.2.4
Les effectifs du SDIS du Haut-Rhin en comparaison avec les moyennes nationales
.....
30
4.2.5
La gestion des ressources humaines
............................................................................
31
4.2.5.1
Les évolutions catégorielles intervenues depuis 2012 et leurs conséquences
..........
31
4.2.5.2
La gestion prévisionnelle des effectifs
.......................................................................
32
4.2.5.3
Les flux annuels d’entrée et de sortie des personnels titulaires (SPP
et PATS)
........
32
4.2.5.4
La carrière des SPP
..................................................................................................
33
4.2.5.5
Les mesures catégorielles en faveur des sapeurs-pompiers volontaires
...................
34
4.2.5.6
Les personnels administratifs, techniques et spécialisés (PATS)
..............................
35
4.3
La rémunération
.................................................................................................................
36
4.3.1
Les rémunérations versées au personnel titulaire
.........................................................
36
4.3.2
L’évolution de la rémunération nette moyenne des titulaires
.........................................
36
4.3.3
Les rémunérations versées aux sapeurs-pompiers volontaires
.....................................
37
4.3.3.1
Evolutions sur la période
...........................................................................................
37
4.3.3.2
Les indemnités versées aux SPV en tant que formateur
...........................................
39
4.3.3.3
L’indemnisation des astreintes
..................................................................................
39
4.3.4
Les SPP sous double statut
..........................................................................................
39
4.3.4.1
La situation au sein du SDIS du Haut-Rhin
...............................................................
39
4.3.4.2
La gestion des SPP à double statut
..........................................................................
40
4.4
Le régime indemnitaire
......................................................................................................
41
4.4.1
Les indemnités versées aux sapeurs-pompiers professionnels
.....................................
41
4.4.1.1
L’évolution des montants
..........................................................................................
41
4.4.1.2
Les modalités d’attribution de ces indemnités
...........................................................
42
4.4.1.3
Le maintien de compléments de rémunération au titre des avantages
collectivement acquis
................................................................................................
43
4.5
Les prestations de fin d’activité des sapeurs
-pompiers volontaires
....................................
44
4.5.1
L’évolution des dispositifs
..............................................................................................
44
4.5.2
L’évolution du coût des prestations pour le SDIS
..........................................................
44
4.5.3
La prise en charge de l’allocation de vétérance des volontaires des CPINI par le
SDIS
.............................................................................................................................
45
4.5.3.1
Les dispositions en vigueur et le régime mis en place par le SDIS
............................
45
4.5.3.2
Les évolutions prévues et mises en œuvre
...............................................................
46
4.6
Les avantages en nature
...................................................................................................
47
4.6.1
L’attribution des logements de fonction
.........................................................................
47
4.6.2
Les véhicules de service mis à disposition
....................................................................
47
4.7
Le temps de travail des agents du SDIS du Haut-Rhin
......................................................
48
4.7.1
Le cadre légal et l’organisation générale du temps de travail
........................................
48
4.7.2
La durée du temps de travail
.........................................................................................
48
4.7.3
Le régime des autorisations spéciales d’absence facultatives
.......................................
49
4.7.4
Les heures supplémentaires
.........................................................................................
49
4.7.4.1
La gestion des heures supplémentaires au sein du SDIS
.........................................
49
4.7.4.2
La situation des SPP postés en équipes spécialisées
...............................................
50
4.8
Le temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels
.................................................
51
4.8.1
Le cadre légal
................................................................................................................
51
4.8.1.1
La définition du temps de travail des SPP
.................................................................
51
4.8.1.2
La notion de temps d’équivalence
.............................................................................
51
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
3/78
4.8.2
Les durées de temps de travail
.....................................................................................
52
4.8.3
Les autres régimes de service des sapeurs-pompiers professionnels
...........................
52
4.8.4
Les régimes de garde
....................................................................................................
53
4.8.5
Le contrôle du temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels
..........................
54
4.8.5.1
Les modalités de contrôle du temps de travail
..........................................................
54
4.8.5.2
La question du service hors rang (SHR)
...................................................................
54
4.8.5.3
Les contrôles opérés sur les gardes postées et les personnels soumis à un
régime mixte
.............................................................................................................
54
4.8.6
Le temps consacré aux interventions
............................................................................
55
4.8.6.1
L’évolution globale des interventions
........................................................................
55
4.8.6.2
L’analyse des moyens dans les centres de secours principaux
................................
55
4.9
Le temps de travail des personnels administratifs, techniques et spécialisés et des SPP
en régime hors rang
...........................................................................................................
57
4.9.1
La durée légale et la durée théorique du temps de travail effectif
..................................
57
4.9.2
Les renforts de PATS au centre de traitement de l’alerte –
Centre opérationnel
départemental du service d’incendie et de secours (CTA
-CODIS)
................................
57
4.10
Le temps de travail des sapeurs-pompiers volontaires du corps départemental
.................
57
4.11
Les motifs d’absence
.........................................................................................................
58
4.11.1
L’évolution et le niveau de l’absentéisme
......................................................................
58
4.11.1.1
L’évolution de l’absentéisme
.....................................................................................
58
4.11.1.2
Le niveau de l’absentéisme
......................................................................................
58
4.11.2
Le coût de l’absentéisme
...............................................................................................
59
5.
LA GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE, ET LA SITUATION FINANCIERE DU
SDIS
....................................................................................................................................
59
5.1
L’organisation budgétaire et comptable
..............................................................................
59
5.2
La qualité de l’information budgétaire et comptable
...........................................................
60
5.2.1
La gestion de certaines opérations
d’investissement en programmes
...........................
60
5.2.2
La comptabilisation des restes à réaliser sur les opérations d’investissement gérées
en AP/CP
......................................................................................................................
60
5.3
L’exécution des dépenses et recettes
................................................................................
61
5.4
Evolution des dépenses et des recettes de fonctionnement
...............................................
61
5.4.1
Evolution des dépenses de fonctionnement
..................................................................
61
5.4.2
Evolution des recettes de fonctionnement
.....................................................................
62
5.4.3
Les contributions du département, des communes et des EPCI
....................................
63
5.5
Les investissements
...........................................................................................................
64
5.5.1
Evolution des dépenses réelles d’investissement
..........................................................
64
5.6.3
L’évolution du financement propre et du besoin de financement des investissements
... 66
5.6.4
L’évolution de la dette
...................................................................................................
67
5.6.5
Le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
.......................
68
5.7
Conclusions sur la situation financière du SDIS et la dépense par habitant consacrée
aux services d’incendie et de secours
................................................................................
69
5.7.1
La situation financière du SDIS au terme de l’exercice 2016
.........................................
69
5.7.2
La dépense de secours et d’incendie dans le Haut
-Rhin
...............................................
69
RAPPELS DU DROIT
.................................................................................................................
70
RECOMMANDATIONS
...............................................................................................................
70
ANNEXE 1 : Dépenses de personnel et gestion des ressources humaines
................................
71
Tableau 1 : Niveau d’exécution des cha
rges de personnel (compte 64)
......................................
71
Tableau 2 : Nombre d’officiers affectés en état
-major et dans les services de soutien
................
71
Tableau 3 : Effectifs SPP, SPV, SSSM professionnels, SSSM volontaires, en ETPT en 2015
....
72
Tableau 4 : Effectifs PATS en ETPT en 2015
.............................................................................
72
Tableau 5 : Flux annuels d’entrée et de sortie des SPP (en ETPT)
.............................................
73
Tableau 6 : Flux annuels d’entrée et de sortie des PATS (en ETPT)
...........................................
74
Tableau 7 : Le rythme de
promotion des SPP du SDIS en nombre d’agents, hors SSSM, en
2016
..................................................................................................................................
75
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
4/78
Tableau 8 : Affectation de SPP sur un poste PATS
.....................................................................
75
Tableau 9 : Situation des SPP sous double statut
.......................................................................
76
Tableau 10 : Nombre d’heures d’indemnités SPV des SPP sous double statut selon le taux
......
76
Tableau 11 : Autorisations spéciales d’absence facultatives
.......................................................
76
Tableau 12 : Les heures supplémentaires
..................................................................................
77
Tableau 13 : Dépassement du contingent mensuel d’heures supplémentaires en 2016
..............
77
Tableau 14 : Evolution 2011-
2016 des jours d’absence du service
.............................................
78
CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES
GRAND EST
SERVICE DEPARTEMENTAL D’INCENDIE ET DE SECOURS DU HAUT
-RHIN
EXAMEN DE LA GESTION
(à compter de l’exercice 20
11)
RAPPORT D’OBSERVATIONS
DEFINITIVES
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
5/78
SYNTHESE
Le SDIS du Haut-Rhin faisait partie,
selon le classement du ministère de l’Intérieur en vigueur
jusqu’en 2016
, des 25 SDIS de 2
ème
catégorie, et se plaçait parmi l’ensemble des SDIS au 28
ème
rang à cette période. En raison de la superficie du département du Haut-Rhin, la population couverte
par le SDIS présentait la densité la plus élevée des SDIS de 2
ème
catégorie (216 habitants au km
2
),
mais en équivalent habitant défendu elle était, après celle du Vaucluse, la plus faible au sein de ce
groupe de SDIS.
Le territoire sur lequel le SDIS du Haut-Rhin intervient, se caractérise aussi par un réseau
particulièrement de
nse de centres d’incendie et de secours (CIS) en raison de la présence de
nombreux centres de première intervention communaux ou intercommunaux (CPINI)
qui n’ont pas
été intégrés dans les services départementaux depuis la loi du 3 mai 1996 relative aux services
d’incendie et de secours. Bien que leur nombre ait progressivement diminué depuis 20 ans, il
demeurait 214 CPINI dans le Haut-Rhin au 1
er
octobre 2017, représentant à eux seuls environ 18%
de l’ensemble des CPINI
de métropole
à cette période. L’exist
ence de ce réseau de centres de
secours communaux explique l’importance de l’effectif des sapeurs
-pompiers volontaires (SPV)
dans le Haut-Rhin (5 815 au 31 décembre 2016, dont 3 187 appartenant aux corps communaux).
L’activité opérationnelle du SDIS a
baissé de 14 % de 2011 à 2016, cette évolution provenant
de la diminution du nombre des interventions diverses pour la protection des biens, tandis que les
secours à la personne continuaient de croître, représentant en fin de période plus de 60 % de
l’ense
mble des interventions du SDIS.
En parallèle et malgré leur nombre et l’importance de l’effectif
de SPV qu’ils représentent, la contribution des CPINI à ces missions est
restée faible et concentrée
sur un nombre réduit de centres de secours communaux. Ces constats appellent à un réexamen de
l’organisation opérationnelle des services de secours et d’incendie et à une rationalisation du r
éseau
des centres de première intervention.
La gouvernance et le pilotage
de l’établissement
ont pâti durant la période examinée
d’une
insuffisance de cadre stratégique et de perspectives pluriannuelles. Le schéma départemental de
couverture et d’analyse des risques
(SDACR) a été établi en 2013 sans objectif précis, quantifiable
et mesurable, le règlement opérationnel n’a pas été actualisé depuis 2010, le SDIS ne s’est pas doté
d’un véritable plan d’équipement au sens de la réglementation et le projet d’établissement
initié en
2014 n’a pas abouti, ce qui a justifié pour le département l’arrêt du conventionnement pluriannuel
avec le SDIS, pourtant légalement obligatoire.
Par ailleurs si les règles relatives à la gestion du personnel sont le plus souvent formalisées
dans le règlement intérieur des services du SDIS, la gestion prévisionnelle des ressources humaines
est restée lacunaire au cours de la période. Pourtant, dans le même temps, tant les charges de
personnel (+ 10 %) que l’effectif des sapeurs
-pompiers professionnels (+ 3 %) ont augmenté dans
un contexte de faible mobilité de l’effectif des professionnels et de diminution globale du
nombre
d’interventions.
La chambre relève
l’absence de cadre et de suivi
de
l’emploi des sapeurs
-pompiers
professionnels également engagés comme volontaires et un régime de congés et des modalités
d’accomplissement d’heures supplémentaires qui ne sont pas
conformes à la réglementation. Elle
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
6/78
souligne que le
régime d’équivalence des temps de travail
favorise le régime de garde de 24 heures,
mais limite la disponibilité opérationnelle des centres de secours concernés à certaines périodes et
recommande de définir dans le règlement intérieur les différents régimes de travail hebdomadaire
applicables aux personnels administratifs, techniques et spécialisés. Enfin, la chambre observe que
le financement de l’allocation de vétérance des volontaires des corps communaux dont le coût est
croissant,
continue d’être
supporté par le SDIS, contrairement à ce que la réglementation a prévu
depuis plusieurs années.
La chambre a constaté une évolution maîtrisée des charges de gestion
de l’établissement et
un financement des investissements couvert par une épargne de gestion élevée et la mobilisation
de réserves sur le fonds de roulement. Le SDIS disposait au
terme de l’exercice 2016 d’une situation
financière saine, caractérisée notamment par un endettement réduit et un niveau de fonds de
roulement lui offrant des marges de manœuvre
. La capacité du SDIS à conserver cette situation
favorable sur le moyen terme
dépend néanmoins des orientations qui seront retenues sur l’évolution
de sa section de fonctionnement et du volume des investissements à réaliser sur les infrastructures,
le parc des véhicules et engins et les réseaux dès lors que le prochain SDACR pourrait se traduire
par un effort de rattrapage sur certains postes d’équipement
.
Si la dépense par habitant pour le SDIS du Haut-Rhin restait en 2016 inférieure à la moyenne
des SDIS de 2
ème
catégorie, cet indicateur n’est pas
, du fait du nombre élevé de CPINI, représentatif
du coût des services d’incendie et de secours pour les collectivités du Haut
-Rhin. En effet,
d’une
part, il n’intègre pas les dépenses liées aux CPINI supportées par les communes et les syndicats
locaux, d’autre part, le budget du SDIS
supporte directement ou indirectement des coûts
supplémentaires liés au nombre élevé de ces centres de secours.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
7/78
1.
PROCEDURE
La présidente du
conseil d’administration du
s
ervice départemental d’incendie et de
secours (SDIS) du Haut-Rhin et ses prédécesseurs ont été informés par lettres du
9 janvier 2017, puis du 20 septembre 2017, de la procédure de contrôle des comptes et de la
gestion
de l’établissement
, qui a porté sur les exercices 2011 et suivants
. L’entretien de fin de
contrôle avec
l’ordonnateur et ses prédécesseurs, prévu par l’article L.
243-1 du code des
juridictions financières, a eu lieu le 18 décembre 2017.
Les observations provisoires ont été communiquées à la présidente du conseil
d’administration du SDIS et à ses pr
édécesseurs par courrier du 20 mars 2018. Dans sa
séance du 13 juin 2018, la chambre a examiné les réponses reçues et adopté les observations
définitives suivantes qui portent sur la gouvernance,
l’organisation et la gestion opérationnelle
,
la rémunération et le temps de travail des personnels, la qualité des comptes et la situation
financière.
2.
PRESENTATION GENERALE
DE L’ETABLISSEMENT
2.1
Le cadre général
Le SDIS du Haut-Rhin fait partie des établissements publics départementaux
constitués dans chaque département (métropole et outre-mer, hors Paris et départements de
la petite couronne) en application de
l’article L.1424
-1 du code général des collectivités
territoriales (CGCT) et qui ont pour mission la prévention, la protection et la lutte contre les
incendies, ainsi que les se
cours d’urgence aux personnes et
le concours à la protection et à
la lutte contre les autres accidents, sinistres ou catastrophes.
La loi n° 96-
369 du 3 mai 1996 relative aux services d’incendie et de secours
et le
décret n° 97-1225 du 26 décembre 1997, ont confié au SDIS la compétence générale en
matière de gestion des personnels, des biens, et des moyens financiers destinés au
fonctionnement des services d’incendie et de s
ecours dans le département.
Placés pour leurs interventions sous l’
autorité du maire ou du préfet agissant dans le
cadre de leurs pouvoirs de police respectifs (art. L.1424-3 du CGCT), les SDIS sont
administrés et voient leurs moyens définis par le conseil d’administration (CASDIS) dont le
président est ordonnateur des dé
penses et des recettes de l’établissement.
2.2
Caractéristiques et spécificités du SDIS du Haut-Rhin
Les différents SDIS
étaient jusqu’en 2016
classés
par le ministère de l’Intérieur
en cinq
catégories par ordre décroissant d’importance, en fonction de la popu
lation du département,
des contributions versées au
budget de l’établissement et des effectifs du corps
départemental
des sapeurs-pompiers
1
.
En application de l’arrêté du 20 mars 2015
, le SDIS du Haut-Rhin faisait partie des 25
SDIS rangés en 2
ème
catégorie
2
. Par ailleurs, le classement national des SDIS établi par la
1
Article R. 1424-1-
1 du CGCT et arrêté du ministre de l’Intérieur du 2 août 2001 fixant les critères de classement
des services départementaux d’incendie et de secours.
2
Les autres SDIS classés en 2
ème
catégorie : Ain, Aisne, Calvados, Charente-
Maritime, Côtes d’Armor, Doubs,
Drôme, Eure, Finistère, Indre-et-Loire, Loiret, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Meurthe-et-Moselle, Morbihan, Puy
de Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Sarthe, Savoie, Somme, Vaucluse, Vendée.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
8/78
direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC) du ministère de
l’Intérieur plaçait le SDIS du Haut
-Rhin au 28
ème
rang en 2016
3
.
L’arrêté du ministre de l’Intérieur du 2 janvier 2017 définit un nouveau classement des
SDIS, fondé désormais sur la seule population du département, telle que définie à
l’article
L. 3334-2 du CGCT. Les établissements sont classés en catégorie A pour les
départements ayant une population égale ou supérieure à 900 000 habitants, en catégorie B
pour les départements ayant une population comprise entre 400 000 et 899 999 habitants, en
catégorie C pour les départements ayant une population inférieure à 400 000 habitants. Le
SDIS du Haut-Rhin avec une population de 760 134 habitants (donnée INSEE 2014) fait partie
des SDIS de catégorie B.
Le SDIS du Haut-Rhin présente par ailleurs des spécificités.
En premier lieu, avec une superficie de 3 525 km2, le territoire couvert par le SDIS du
Haut-Rhin a la densité de population (216 habitants au km2) la plus élevée au sein des
25 SDIS qui appartenaient à la 2
ème
catégorie
4
. A cet égard, la DGSCGC prend en
considération dans ses données
la notion d’équivalent habitant
défendu
5
pour mesurer
l’étendue sur laquelle
est répartie la population et appréhender les temps de trajet des services
d’incendie et de secours (SIS). En l’occurrence
la population couverte par le SDIS du Haut-
Rhin en équivalents habitants défendus (soit 478 742 pour 2016) est après celle du Vaucluse
(359 259) la plus faible au sein des SDIS de la 2
ème
catégorie
6
.
En second lieu, le maillage du département du Haut-Rhin en centres
d’incendie et
de
secours (CIS) est particulièrement dense en raison de
l’existence
de nombreux centres de
première intervention non intégrés (CPINI). Les CPINI sont des centres de secours
communaux ou intercommunaux qui n’ont pas été intégrés dans les services départementaux
d’incendie et de secours
depuis la loi n° 96-369 du 3 mai 1996
relative aux services d’incendie
et de secours et qui disposent, par conséquent, d’un corps communal ou intercommunal de
sapeurs-pompiers volontaires (SPV). Bien que leur nombre ait progressivement diminué
depuis 20 ans, il existait 236 CPINI en 2016 dans le Haut-Rhin, ceux-ci représentant à eux
seuls 18% de l’ensemble des CPINI recensés en France par la DGSCGC
7
. Au 1
er
octobre
2017, 214 CPINI étaient recensés sur le département du Haut-Rhin.
Du fait
de la présence de nombreux corps communaux rattachés à ces CPINI, l’
effectif
total des personnels de secours et d’incendie présent dans le département du Haut
-Rhin est,
au 31 décembre 2016, avec 6 549 personnes, très important. Il regroupe :
-
407 sapeurs-pompiers professionnels (SPP) ;
-
2 628 sapeurs-pompiers volontaires (SPV) intégrés dans le corps départemental ;
-
3 187
sapeurs-pompiers
volontaires
(SPV)
des
corps
communaux
et
intercommunaux ;
-
215 sapeurs-pompiers (SPP et SPV) du service de santé et de secours médical
(SSSM) ;
-
112 personnes affectés aux fonctions administratives, techniques et de service
(PATS).
3
Source
: Statistiques 2016 des services d’incendie et de secours
- DGSCGC
4
Dans cette catégorie, les densités de population s’établissent pour les autres départements entre 65 hab./km
2
(Saône et Loire) et 155 hab./km2 (Vaucluse), pour une moyenne (Haut-Rhin compris) de 112 hab./km
2
.
5
L’équivalent habitant défendu est calculé comme suit
: population DGF x (surface du SIS / surface moyenne des
SIS)
6
En équivalent habitant, la population moyenne couverte par les 25 SDIS de 2
ème
catégo
rie s’établit à 747
900
habitants en 2016 (source
: Statistiques 2016 des services d’incendie et de secours –
DGSCGC)
7
Source
: Statistiques 2016 des services d’incendie et de secours
- DGSCGC
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
9/78
L’activité opérationnelle
des
services d’incendie
et de secours dans le Haut-Rhin
représentait, tous types confondus, 40 120 interventions en 2016 ; le nombre global des
interventions diminuant tendanciellement depuis 2011 (46 451 interventions). Toutefois, le
nombre des interventions pour secours aux personnes restait relativement stable (25 068 en
2016) et représentait près des deux tiers de l’acti
vité opérationnelle mesurée.
3.
LA GOUVERNANCE
DU SDIS ET L’ORGANI
SATION DES SERVICES
D’INCENDIE ET
DE SECOURS
3.1
La gouvernance du SDIS
3.1.1
Les organes délibérants
Le SDIS, placé pour emploi sous l’autorité du préfet, ainsi que du maire pour l’exercice
de son pouvoir de police, est administré par un organe collégial disposant du pouvoir
délibérant, le conseil d’a
dministration du SDIS (CASDIS), présidé par le président du conseil
départemental et composé de représentants du département, des communes et des EPCI
compétents en matière de secours et de lutte contre l’incendie.
En application de l’article L. 1424
-29 du CGCT, l
e conseil d’administration
règle les
affaires propres à son organisation et à son fonctionnement et notamment le vote du budget.
Aux termes
de l’article L. 1
424-27 du CGCT, il peut déléguer certaines de ses attributions à
un bureau composé du président et de trois vice-présidents
, à l’exception de celles concernant
les décisions budgétaires. En application de la délibération n° C 2015/III-05 du CASDIS du
12 mai 2015, le bureau avait reçu
délégation du conseil d’administration
dans les domaines
de la tarification, des subventions et versements divers, des marchés publics, contrats et
conventions, du contentieux, de la gestion du patrimoine mobilier et immobilier et des
ressources humaines.
Le CASDIS, installé le 23 avril 2015, se composai
t d’un collège des membres
ayant
voix délibérative parmi lesquels les représentants du conseil général, des communes non
membres
d’un EPCI, représentants des présidents d’EPCI et d’un collège des membres
ayant
voix consultative dont les représentants des sapeurs-pompiers, le directeur départemental du
SDIS, le médecin-chef du SSSM, ainsi que le préfet et le payeur départemental du Haut-Rhin.
Le bureau du CASDIS du Haut-Rhin a été renouvelé le 27 septembre 2017 suite au
changement de président. Il conserve, avec la présidente, trois vice-présidents délégués et un
assesseur, la même composition. Une commission consultative comprenant cinq élus
municipaux ou départementaux est associée aux travaux du bureau.
Outre ces instances, les autres organes participant à la gouvernance de
l’établisseme
nt se réunissent périodiquement : la commission administrative et technique des
services d’incendie et de secours
8
, le comité consultatif départemental des sapeurs-pompiers
volontaires, le comité technique paritaire, la commission administrative paritaire des
professionnels et le comité d’hygiène et de sécurité.
Les modalités d’organisation et de fonctionnement de ces différentes instances
n’appellent pas d’autre commentaire.
3.1.2
La direction du SDIS
Conformément à l’article L.
1424-32 et suivants du CGCT, la direction opérationnelle
du SDIS est exercée par un directeur départemental (DDSIS)
, sous l’autorité du p
réfet, nommé
8
Article L. 1424-31 du CGCT
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
10/78
par un arrêté conjoint du ministre de l’intérieur
et du président du CASDIS. Il assure la direction
opérationnelle du corps départemental des sapeurs-pompiers, la direction des actions de
prévention relevant du SDIS, la coordination et le contrôle des corps communaux et
intercommunaux,
la mise en œuvre opérationnelle des moyens de secours.
Sous l’autorité du
président du CASDIS, il exerce
la direction administrative et financière de l’établissement
public. Il a autorité sur l’ensemble du personnel du SDI
S. Le DDSIS est assisté par un directeur
adjoint.
La chambre relève que les fonctions de directeur départemental du SDIS
ont fait l’objet
d
’une période d’intérim
de deux ans et demi,
d’octobre 2014 à mars 2017,
alors même que le
SDIS connaissait l’échéance de fin des fonctions du précédent directeur, du fait de son
départ
en retraite.
3.2
L’organisation des services d’incendie et de secours
3.2.1
Le
schéma départemental d’analyse et de couverture des risques
(SDACR)
3.2.1.1
Les SDACR instaurés dans le département du Haut-Rhin
Le schéma départemental d'analyse et de couverture des risques, dont l’élaboration
est rendue obligatoire par l’article L. 1424
-7 du CGCT, est
l’
un des outils de pilotage
stratégique du SDIS. Arrêté par le représentant de l'État dans le département sur avis
conforme du conseil d’administration du SDIS et après avis du conseil
départemental, ce
document dresse l'inventaire des risques et détermine les objectifs de couverture de ces
risques.
Depuis la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de
la République
qui a modifié les dispositions de l’article L
. 1424-7 précité, la révision du schéma
intervient désormais tous les cinq ans et elle
est précédée d’une évaluation des objectifs du
précédent schéma.
L
article L. 1424-7 ne définit pas, pour un département comme le Haut-Rhin, de
contenu spécifique pour le SDACR, hormis
l’inventaire des risques pour la sécurité des
personnes et des biens et la détermination des objectifs permettant de les couvrir. Toutefois,
les conséquences opérationnelles, organisationnelles et financières de ces objectifs ont
nécessairement vocation à être identifiées dans le SDACR, accompagnées le cas échéant
d’une
analyse
du coût et de l’efficacité des mesures à mettre en œuvre. En intégrant ces
développement
s, le SDACR peut pleinement jouer son rôle d’orientation pluriannuelle
en vue
d’une
gestion efficiente des services d’incendie et de secours
dans le département.
Le premier SDACR, établi le 30 avril 1998, a été révisé en septembre 1998, puis en
2002. Le SDACR suivant a été arrêté par le préfet du Haut-Rhin le 21 juillet 2009. Le SDACR
actuellement en vigueur a été fixé par un arrêté préfectoral du 22 mars 2013. Conformément
aux dispositions précitées, une révision de ce schéma devrait intervenir très prochainement
pour déterminer les objectifs applicables à la période 2018-2022.
A la fin de l’année 2017, l
a
direction du SDIS prévoyai
t d’élabor
er le nouveau schéma au cours du 1
er
semestre 2018 en
vue d’une approbation à l’été 2018.
3.2.1.2
Le contenu et l’évaluatio
n des objectifs des SDACR de 2009 et de 2013
En 2013, un bilan
de la mise en œuvre du SDACR de 2009 a été soumis au CASDIS
9
.
Il
ne s’agissait pas d’une évaluation d’ensemble de l’atteinte des objectifs de couverture définis
9
Rapport n° C 2013/I-03 du 25 fé
vrier 2013 relatif aux propositions d’actualisation du SDACR du Haut
-Rhin
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
11/78
par le schéma, au sens des dispo
sitions de l’article L 1424
-
7 précitées, mais d’un bilan d
e
l’exécution des programmes d’équipement en matériel ou en infrastructures
et des prévisions
de renforcement des personnels affectés aux services d’incendie et de secours découlant du
SDACR de 2009. A ce titre, ce bilan intégrait des orientations pour la période 2013-2015 en
matière de recrutement de sapeurs-
pompiers professionnels, d’acquisition de matériels et de
construction de centres mais sans référence précise aux objectifs de couverture des risques
énoncés dans le SDACR, notamment en matière de réponse opérationnelle.
Même si cette démarche restait facultative, il convient de constater que la mise en
œuvre du SDACR
de 2009
n’a
pas été mesurée avec les indicateurs qualifiés
10
définis à cette
période
par les services du ministère de l’
Intérieur.
Selon les dispositions du SDACR de 2013
, la mise en œuvre de ses objectifs
devait
être évaluée par un contrôle interne et les résultats obtenus périodiquement présentés au
préfet et au CASDIS.
Ce dispositif de contrôle n’a, toutefois, pas été mis en place
et la mesure
de l’atteinte des objectifs du schéma n’a pas donné lieu à un suivi formalisé
. Pour autant, le
SDACR
fournit un constat détaillé de l’organisation de la couverture des risques à l’
échelle
des territoires et relève les points forts et les points faibles de cette organisation. Par ailleurs,
selon le SDIS, les objectifs du SDACR sont atteints en termes de population couverte (99 %)
et de temps d’intervention (moins de 20 minutes).
Dans la perspective de la préparation du SDACR 2018-2022, un bilan de la mise en
œuvre du SDACR
de 2013 a été engagé par le SDIS. Prenant en considération les limites
identifiées de l’actuel schéma, en particulier l’absence d’objectif précis, quantifiable et
mesurable,
l’un
e des orientations dans le cadre du futur SDACR consisterait à améliorer
l’organisation opérationnelle
des services d’
incendie et de secours, en rationalisant le réseau
des CPINI
11
et en repensant le
mode d’organisation
des services départementaux afin de
remédier aux problèmes de disponibilité constatés dans certains centres de secours.
D’autres
axes de travail tels que
l’augmentation du nombre de casernes avec des
effectifs en pos
ition de garde ainsi que l’autorisation des départs pour les personnes en
astreinte dans un délai de 10 minutes à partir de l’alerte au
lieu des huit minutes actuelles sont
également
à l’
étude. En effet, cette évolution permettrait
d’agrandir les périmètre
s du
recrutement de SPV tout en garantissant une couverture à moins de 20 minutes observable
a
minima
à 90 % du temps, donnée de référence en matière de qualité de la couverture
opérationnelle.
Dans le domaine des risques particuliers qui recouvrent les 24 sites classés Seveso
12
recensés dans le département et pour lesquels les objectifs du SDACR de 2013 apparaissent
peu explicites, il reviendrait au prochain SDACR de quantifier la réponse opérationnelle et de
préciser les délais d’intervention des services
de secours.
La présidente du CASDIS précise
à cet égard que le dispositif de suivi des objectifs du nouveau SDACR sera amélioré par la
mise en place d’outils et de moyens humains dédiés et que ce schéma précisera les délais
d’intervention et les moyens à c
onsacrer aux risques particuliers.
10
Les indicateurs nationaux des SIS classés en quatre rubriques (qualité d’exécution et de réalisation des missions,
optimisation de l’emploi des SPP et des PATS, optimisation de l’a
ctivité du volontariat, optimisation et lisibilité des
coûts et fonctionnements) et publiés annuellement par la DGSCGC dans une publication « Statistiques SDIS ».
11
Soit une fusion de CPINI afin d’obtenir une taille critique permettant d’assurer une vérita
ble permanence de la
réponse opérationnelle, soit une fermeture de CPINI, soit une départementalisation de certains CPINI.
12
La directive Seveso est le nom générique d'une série de directives européennes qui imposent aux États membres
de l'Union européenne d'identifier les sites industriels pressentant des risques d'accidents majeurs, appelés « sites
SEVESO », et d'y maintenir un haut niveau de prévention.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
12/78
3.2.1.3
L’adéquation du SDACR avec le schéma régional d’organisation des soins
-
projet régional de santé (SROS-PRS)
Comme le rappelle la circulaire interministérielle DHOS/O1/DDSC/BSIS n°2007-457
du 31 décembre 2007, les autorités concernées doivent veiller à la mise en cohérence du
SDACR avec le SROS-PRS établi par
l’Agence régionale de santé
(ARS) et dont
l’objectif est
de définir, en s’appuyant
sur les besoins de santé de la population, la répartition territoriale
des activités
et des équipements lourds, et de mettre en œuvre un principe de graduation des
soins.
La mise en cohérence du SROS et du SDACR peut prendre
la forme d’un document
élaboré conjointement sous l’autorité du préfet et du directeur de l’ARS. Ce document se
compose des éléments analytiques du SDACR et de la répartition des structures des
urgences, des
services d’aide médicale urgente (
SAMU) et des
services mobiles d’urgence et
de réanimation (SMUR), en articulation avec la permanence des soins. Ce document peut
prendre la forme d’une cartographie qui superpose les moyens du SDIS et les moyens
des
structures de médecine d’urgence.
Ce document de « mise en cohérence
» n’existe pas formellement au niveau du
département du Haut-Rhin. Cependant, le SDIS fait valoir la régularité et la qualité de ses
échanges avec les autorités sanitaires. A
titre d’illustration,
le SDIS a été associé aux travaux
concernant la fermeture des urgences du centre hospitalier de Thann
ainsi qu’à la création
d’un
cahier des charges
d’un
centre de soins non programmé prenant le relais des services
d’urgence fermés.
Pendant la période transitoire, en attendant la prise en charge des urgences
non vitales par la nouvelle structure, l’ARS a participé au financement de 12 postes de
sapeurs-pomp
iers contractuels permettant ainsi d’absorber les conséquences de la fermeture
des urgences.
Néanmoins, l’articulation du SDACR avec le SROS
-PRS reste, malgré les difficultés
de l’exercice,
d’autant plus indispensable que l’activité prédominante du SDIS es
t désormais
le secours à la personne,
et toute réorganisation de l’offre des soins a nécessairement des
répercussions sur l’activité du SDIS.
Dans le cadre de l’élaboration du prochain SDACR, l
e SDIS souhaite renforcer les
orientations en mat
ière d’organis
ation des soins sur le territoire départemental en les articulant
avec l’analyse des risques
courants et exceptionnels auxquels la population est exposée.
Toutefois,
cet exercice doit intégrer les facteurs de complexité que constituent l’apparition en
différents endroits du département de déserts médicaux,
la difficulté d’organisation de la
permanence des soins ambulanciers et les incertitudes
sur l’avenir
de certains établissements
hospitaliers.
3.2.2
Le règlement opérationnel (RO)
En application de l’article L.
1424-4 du CGCT, le règlement opérationnel du SDIS fixe,
dans le cadre des dispositions légales en vigueur, les conditions dans lesquelles le préfet ou
les maires, agissant dans le cadre de leurs pouvoirs respectifs de police et plus
particulièrement lors
des opérations de secours, mettent en œuvre
les moyens relevant du
SDIS.
Selon l’ar
ticle R. 1424-42 du CGCT, le règlement opérationnel, arrêté par le préfet
après avis du comité technique départemental, de la commission administrative et technique
des serv
ices d’incendie et de secours et
du CASDIS, prend en considération les risques
reconnus dans le SDACR
et définit l’organisa
tion des secours du département en fixant les
consignes opérationnelles relatives aux différentes missions des services d’incendie et
de
secours et en déterminant obligatoirement l’effectif minimum
et les matériels nécessaires dans
le respect des prescriptions
de l’article précité.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
13/78
Même si la règlementation ne définit pas les modalités de révision du règlement
opérationnel, une actualisation de ce document doit logiquement intervenir
à l’occasion d’une
révision du SDACR et, le cas échéant, si les règles de
mise en œuvre opérationnelle
évoluent.
La chambre constate que le règlement opérationnel du SDIS du Haut-Rhin date de
2010 et se réfère toujours au précédent SDACR couvrant la période 2008-2012. Bien que le
SDACR 2013
n’ait
pas remis en cause les principes d
’organisation d
e la réponse
opérationnelle des services d’incendie et de secours
, le règlement actuellement en vigueur
n’apparaît plus totalement en cohérence avec les orientations définies par le SDACR de 2013.
Néanmoins, le SDIS avait engagé fin 2017 une révision du règlement opérationnel (RO), en
concomitance et en cohérence avec celle du SDACR. La présentation au CASDIS de ce
nouveau règlement devait intervenir au mois de juin 2018.
A cet égard, les principales difficultés identifiées par le SDIS concernent
l’atteinte des
potentiels opérationnels journaliers (POJ) et les disponibilités des sapeurs-pompiers
volontaires. Conformément au RO, le SDIS assure tous les jours, 24h / 24h, un potentiel
opérationnel constitué par des sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires en garde,
présents dans les
centres d’incendie et de secours (
CIS) et prêts à partir en intervention dans
un délai de mobilisation de trois minutes et des sapeurs-pompiers volontaires en astreinte non
loin d’un CIS prêts à partir en intervention dans un délai de mobilisation de huit minutes.
Actuellement, les POJ
n’apparaissent plus
adaptés aux sollicita
tions opérationnelles ainsi qu’à
la réalité de la disponibilité des personnels.
Les évolutions envisagées consisteraient notamment à améliorer la réponse
opérationnelle par une augmentation des gardes postées en journée, la déterminat
ion d’
un
POJ prenant en considération des compétences spécifiques ou associées et permettant la
mise en place d’un plan de déploiement dont l’objectif est de lisser la charge opérationnelle
(POJ)
sur des zones géographiques d’intervention
proches. Par ailleurs, un développement
des départs rapides en mode dégradé associé à un renfort en provenance des centres de
secours (y compris les CPINI) les plus proches serait étudié.
3.2.3
Le plan d’équipement
et le plan pluriannuel d’investissement
des infrastructures
3.2.3.1
La portée du plan d’équipement
Conformément à
l’article L. 1424
-12 du CGCT, un plan d'équipement est arrêté par le
CASDIS en fonction des objectifs de couverture des risques fixés par le SDACR. A ce titre, le
plan d’équipement découle également de l’organisation des services d’incendie et de secours
fixée par le règlement opérationnel et détermine, le cas échéant, les matériels mis à la
disposition des centres d'incendie et de secours relevant des communes et des établissements
publics de coopération intercommunale. Il sert de support
à l’élaboration des prospectives
budgétaires, lesquelles permettent notamment une approche pluriannuelle des contributions
des collectivités territoriales, département, communes et intercommunalités prévues
à l’article
L. 1424-35 du CGCT.
L’élaboration et la définition d’un plan d’équipement doit être précédée, au niveau du
CASDIS, d’une évaluation des résultats atteints par le plan précédent. Le plan adopté a, en
outre, vocation à être révisé périodiquement afin de répo
ndre à l’évolution des priorités et des
besoins opérationnels en fonction des orientations budgétaires retenues par le SDIS et les
collectivités qui le financent.
3.2.3.2 Le
programme d’acquisition d’engins
du SDIS
Le SDIS dispos
ait jusqu’à la fin de l’année 2017
, mais sans que ce document ait été
expressément validé par le CASDIS,
d’un programme d’acquisition d’engins
élaboré pour la
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
14/78
période 2013-2020 qui ne répondait pas toutefois
à la notion de plan d’équipement définie à
l’article
L. 1424-12 précité. En effet, son contenu ne permettait pas de déterminer la dotation
en moyens matériels des différents
services d’incendie et de secours, y compris
ceux relevant
des communes et des établissements publics de coopération intercommunale. Par ailleurs, il
n
’explicitait
pas la politique de renouvellement des équipements
par famille et par type d’engin
en fixant leur durée
d’amortissement
.
En pratique
, ce programme d’acquisition n’
avait
qu’
une portée indicative puisque les
orientations en matière d’équipement en véhicules
et moyens de secours étaient définies et
révisées dans le cadre de la convention de partenariat entre le SDIS et le département. Ainsi
le chapitre 5 de la convention du 31 janvier 2013 portant sur la période 2013-2015 précisait
les conditions de réalisatio
n des acquisitions d’engins et de véhicules prévues dans le cadre
du SDACR de 2009. Il en ressortait
en particulier l’abandon de certaines acquisitions et le
rééchelonnement sur une période ultérieure, pour des raisons budgétaires, d’investissements
programmés en 2013-2015. Au total, et par rapport aux prévisions ressortant du SDACR 2009,
le taux de réalisation des acq
uisitions d’engins couvrant les risques courants s’établissait à
19% sur la période 2009-2012 et à 13% sur la période 2013-2015. Par ailleurs, les acquisitions
d’équipement prévues pour couvrir les risques particuliers restaient à réaliser à partir de 2013.
3.2.3.3
Le plan pluriannuel d’investissement des infrastructures du SDIS
La programmation des travaux dans les bâtiments et les centres de secours du SDIS
obéissait aux mêmes principes, avec une programmation pluriannuelle de ces investissements
sur la période 2012-2022
actualisée au fil de l’eau
, intégrant les opérations réalisées et un
échéancier prévisionnel et chiffré des opérations engagées ou prévues à l’horizon 2022.
Néanmoins, elle ne fournissait pas de cadre à la politique du SDIS en matière de bâtiment ou
d’équipement immobilier
, les orientations en la matière ressortant de la convention de
partenariat avec le département. La convention du 31 janvier 2013 fixait à cet égard une
enveloppe à consacrer aux travaux de maintenance lourds ou urgents et les moyens pouvant
être affectés à la construction ou à la restructuration des casernes de Mulhouse,
Cernay/Wittelsheim et Altkirch pour la période 2013-2015.
3.2.3.4 Le
s perspectives d’une nouvelle
programmation des équipements et des
infrastructures.
La chambre note cependant que le SDIS a procédé, en vue de la redéfinition du
SDACR et du RO et dans le cadre du budget 2018, à une révision de la programmation de ses
investissements (bâtiments, véhicules,
systèmes d’information et de communication,
matériels
médicaux).
Il résulte des autorisations de programme votées en février 2018 par le CASDIS,
une planification sur 5 ans (2018-2022) des investissements à consacrer aux véhicules,
é
quipements informatiques et médicaux, représentant une enveloppe de 13 M€ sur cette
période.
3.2.4
Le projet d’établissement
La mise en œuvre
d’un
projet d’établissement
ne constitue pas une obligation
réglementaire pour les SDIS. Cette démarche présente néanmoins un intérêt indéniable pour
le service car il peut lui permettre de définir des orientations stratégiques pour le
fonctionnement des
services d’incendie et de secours dans le département des
orientations
stratégiques. Le projet d’établissement
établi en cohérence avec le SDACR et le RO énonce
ainsi les objectifs retenus au sein du corps départemental, pour assurer à la population des
secours efficaces dans un cadre organisationnel efficient.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
15/78
La préparation d’un projet d’établissement pour la période
2015-2017 a été initiée fin
2014 avec l’assistance d’un cabinet spécialisé
, par le président du CASDIS et le directeur du
SDIS en fonctions à cette période. Les objectif
s envisagés consistaient, d’une part, à
renforcer
la synergie entre les centres de secours départementaux et les CPINI en vue d
’une
amélioration de la réponse opérationnelle
, d’autre part, à faire évoluer l
es régimes de gardes
et astreintes dans les centres de secours départementaux afin d’améliorer le potentiel
opérationnel (POJ). Cette démarche qui a suscité de très fortes réticences en interne,
n’a pas
pu être poursuivie.
La présentation au CASDIS
d’un nouveau projet d’établissement est
prévue au cours
de l’année 2018
après que les documents stratégiques (SDACR, RO, plans pluriannuels)
auront été définis. L’une des questions qui pourrait être traitée dans ce projet est celle de la
réorganisation des groupe
ments fonctionnels et territoriaux qui n’a pas évolué depuis 20 ans.
Cette démarche serait conduite en association avec la totalité des personnels du SDIS ainsi
que des représentants du département, des communes et des établissements publics de
coopération
intercommunale compétents en matière de secours et de lutte contre l’incendie.
3.2.5
Les conventions financières pluriannuelles avec le Département
La convention pluriannuelle
prévue à l’article L
. 1424-35 du CGCT définit les conditions
du partenariat et de l’engagement du Département auprès de l’établissement public
, en
particulier sa contribution
13
au budget du SDIS fixée, chaque année, par une délibération du
conseil départemental au vu du rapport sur l'évolution des ressources et des charges
prévisibles du service au cours de l'année à venir, adopté par le CASDIS.
Même
si
le
niveau
de
participation
du
département
du
Haut-Rhin
est
proportionnellement moins élevé que celui constaté en moyenne dans les SDIS de
2
ème
catégorie (55 %), le département du Haut-Rhin est resté le partenaire financier le plus
important du SDIS puisque sa contribution a représenté, de manière quasi-constante sur la
période 2011-2016,
49 % de l’ensemble des participations
reçues par l’établissement
. Elle
représentait 23,4 M€ en 2016.
Si des conventions pluriannuelles entre le Département et le SDIS ont été conclues
pour les périodes 2010-2012 et 2013-2015, celles conclues depuis 2016 ne portent, à la
demande du conseil départemental,
que sur une durée d’un an,
contrairement au principe de
pluri-annualité figurant au CGCT. Cette restriction a été justifiée par le délai nécessaire à la
définition du projet d’établissement du SDIS en concertation avec ses différents partenaires et
financeurs.
A l’instar de l
a convention 2010-2012 qui comportait des objectifs de gestion
budgétaire et
de mise en œuvre des objectifs fixés
par le SDACR de 2009 et prévoyait les
modalités de leur suivi, la convention 2013-2015 déterminait des engagements financiers
chiffrés du SDIS en contrepartie de la contribution financière du Département. Elle prévoyait
également
des dispositifs de partenariat non financier dans les domaines tels que l’assistance
technique pour la conduite des projets bâtimentaires du SDIS, la mise à disposition de locaux
du SDIS pour l’organisati
on des réunions, la promotion du volontariat chez les sapeurs-
pompiers, la conduite d’actions de prévention dans les collèges.
Cette convention de
partenariat mentionnait les modalités
14
de suivi de réalisation des engagements financiers
sous forme de point
s d’étape annuels.
La chambre note que si d
eux points d’étape
, portant sur les exercices 2013 et 2014,
ont été réalisés et formalisés par des notes de « bilan intermédiaire », le bilan tiré du troisième
point d’étape concernant l’exercice 2015 n’a
, en revanche, donné lieu à aucune restitution.
13
Article L. 1424-35 du CGCT
14
Article 3.4 de la convention de partenariat 2013-2015 entre le Département et le SDIS.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
16/78
La convention annuelle du 6 avril 2016, concernant la seule année 2016, reprend les
clauses relatives à la collaboration fonctionnelle entre les services du SDIS et du département
et ne mentionne
en termes d’engagements financiers que le montant de la participation du
département pour l’exercice 2016.
La convention établie le 23 mars 2017
pour l’exercice 2017
a le même contenu.
En
l’absence
de
projet
d’établissement
, la démarche de
conventionnement annuel actuellement mise
en œuvre
aurait logiquement vocation à se
poursuivre.
La chambre relève que le département
n’était pas fondé à soumettre
la conclusion
d’une convention pluriannuelle à la
conclus
ion préalable d’un projet d’établissement dont il
é
tait également partie prenante et qui n’a finalement pas abouti.
Rappelant que le caractère
pluriannuel de la convention a pour but de sécuriser les moyens financiers à consacrer au
SDIS dans une perspective de moyen terme et en cohérence avec les objectifs définis par le
SDACR, elle
prend note de l’intention
déclarée par la présidente du conseil départemental
d’inscrire à nouveau les relations entre le département et le SDIS dans le cadre de conventions
triennales.
3.2.6
Les mutualisations et coopérations
3.2.6.1 Les mutualisations et partenariats
Le SDIS a formalisé les partenariats en matière de partage de compétences, de
savoirs et de moyens
qu’il a mis en place avec l
es SDIS d'autres départements limitrophes
(Bas-Rhin, Territoire de Belfort) conformément à l'article R. 1424-47 du CGCT, et ceux conclus
avec des centres hospitaliers ainsi que la société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône.
Le massif des Vosges formant une barrière naturelle restreignant les possibilités
d’assistance
réciproques en raison des délais
d’intervention à prévoir des deux côtés, aucune
convention d’assistance mutuelle n’a été mise en place avec le SDIS des Vosges d
ans le
cadre de la gestion du risque courant. Néanmoins, deux conventions ont été conclues pour la
mise en place d’un disposi
tif spécifique au col de la Schlucht en période estivale et la prise en
compte du risque spécifique
constitué par l’exploitation
du tunnel Maurice Lemaire.
3.2.6.2 La coopération internationale
Le territoire couvert par le SDIS du Haut-Rhin est bordé à son versant est, le long du
Rhin, par le land du Bade-Wurtemberg (66 kilomètres de frontières) et au sud par les cantons
suisses du Jura, de Soleure, de Bâle-Campagne et de Bâle-Ville (78 kilomètres de frontières).
L’existence de différents risques
spécifiques sur le territoire, en particulier la présence de
six établissements « SEVESO », la centrale nucléaire de Fessenheim et la soumission de
cette zone à un fort risque sismique, justifient les démarches engagées.
Des modes de coopération transfrontalière ont été mises en place sous forme
d’arrangement
s administratifs conclus par le préfet avec des autorités locales suisses. Elles
concernent l’organisation
des interventions et de
l’information mutuelle
en cas de sinistres
présentant un danger pour la population, le
s biens et/ou l’environnement
sur des équipements
particuliers, tels que les installations de la décharge industrielle de Bonfol en Suisse. En outre,
un accord a été conclu avec les autorités cantonales de Bâle-Ville
afin d’autoriser les services
de secours cantonaux à intervenir sur les trois kilomètres du réseau suisse des tramways
implantés en territoire français.
Parallèlement,
dans le cadre d’une alerte TRINAT, dispositif tri
-national associant la
France, l’Allemagne et la Suisse, un officier de liais
on est chargé de renseigner les autorités
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
17/78
françaises et de proposer aux deux pays frontaliers, les moyens de renforts français
susceptibles d’être engagés en cas d’événement dont l’impact tant visuel qu’opérationnel
pourrait avoir une répercussion sur la zone frontalière française.
En outre, le SDIS du Haut-Rhin participe au groupe de travail « Entraide en cas de
catastrophe » de la Conférence
15
du Rhin supérieur
et aux cinq groupes d’experts ayant pour
objet des thématiques
telles que l’amélioration de la communication, le secours sur le Rhin,
l’intervention et l’état
-major TRINAT, les exercices et les techniques de transmission.
3.3
L’organisation territoriale et opérationnelle
3.3.1
L’organisation territoriale
3.3.1.1 Le classement
des centres d’incendie et de secours
et leur activité
Les articles L. 1424-1 et R. 1424-39 du CGCT prévoien
t que les centres d’incendie
et
de secours sont classés en trois catégories. Chaque centre d'incendie et de secours dispose,
selon la catégorie à laquelle il appartient, d'un effectif lui permettant au minimum d'assurer la
garde et les départs en intervention dans les conditions définies par les textes
16
.
Les effectifs mobilisables théoriques nominaux
17
ainsi que les effectifs mobilisables
théoriques minimums
18
prévus par le règlement opérationnel de 2010 pour chaque catégorie
de centres d’incendie et de secours
sont conformes aux niveaux réglementaires
19
.
L'organisation territoriale du SDIS, prévue par le SDACR et arrêtée dans le règlement
opérationnel, est fondée sur quatre groupements territoriaux (nord, centre, Mulhouse-Rhin et
sud), alors qu’en
moyenne les SDIS de 2
ème
catégorie en comptent trois tout en ayant une
superficie plus étendue. Le corps départemental est constitué de trois centres de secours
principaux (Colmar, Mulhouse, Saint-Louis), de 30 centres de secours et sept centres de
première intervention, selon le classement des
centres d’incendie et de secours
réalisé au
1
er
octobre 2017 par le SDIS du Haut-Rhin.
Selon la présidente du CASDIS, l’organisation
fonctionnelle et territoriales du SDIS a vocation à évoluer dans le cadre de la refonte du
SDACR et du nouveau projet d’éta
blissement.
Au corps départemental, s’ajoutent les corps communaux
et intercommunaux
rattachés aux centres de première intervention non intégrés (CPINI) dont le nombre élevé tend
néanmoins à diminuer progressivement. En 2015, le département du Haut-Rhin comptait
243 CPINI
20
et en dénombrait 214 au 1
er
octobre 2017, 22 CPI ayant été notamment dissous
entre 2015 et 2017.
En 2015, le Haut-
Rhin avec ses 283 centres d’incendie et de secours f
aisait partie des
13 départements qui disposaient de plus de 100 CIS, alors que la moyenne nationale
s’établissait à
70 CIS par SDIS. Il faisait partie des cinq départements (Ain, Aube, Haute-
Marne, Haute-Saône) dont le maillage territorial correspondait à plus de 4 CIS pour
10 000 habitants (en population DGF (dotation globale de fonctionnement), la moyenne
nationale étant de 1,4 CIS pour 10 000 habitants.
15
La conférence franco-germano-suisse du Rhin supérieur constitue le cadre institutionnel de la coopération
transfrontalière dans le Rhin Supérieur. Elle est issue d’un accord gouvernemental conclu en 1975 entre
l’Allemagne, la
France et la Suisse.
16
Article R. 1424-42 du CGCT.
17
L’effectif mobilisable nominal est l’effectif permettant de couvrir ordinairement les risques du secteur couvert par
le centre d’incendie et de secours
.
18
L’effectif mobilisable minimum est l’effectif en dessous
duquel la couverture du risque ne peut être garantie.
19
Article R. 1424-42 du CGCT : centres de secours principaux entre 14 et 18 SP ; centres de secours entre soit 8
(6) et 2 SP, soit entre 4 (3) et 2 SP ; centres de première intervention 2 SP.
20
Source SDIS 68 et InfoSdis.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
18/78
Le volume d’interventions du SDIS du Haut–
Rhin en 2015 (40 741) est comparable à
ceux du Loiret (38 093) et du Maine-et-Loire (37 593), départements proches en termes de
population mais ayant une superficie beaucoup plus importante que celle du Haut-Rhin, alors
même que le réseau de CIS dans ces deux départements, avec 78 et 92 centres, est beaucoup
moins dense.
Par ailleurs, le SDIS du Bas-Rhin assurait 73 683
d’interventions en 2015 avec un
réseau départementalisé comprenant 261 CIS, soit un nombre de centres de secours un peu
moins élevé mais avec une population supérieure de 45 % à celle du département du Haut-
Rhin.
3.3.1.2
Le réseau des centres de première intervention non intégrés (CPINI)
La situation du Haut-Rhin
La densité du réseau et le nombre élevé de CPINI constituent une spécificité du
département du Haut-Rhin. En 1998 et deux ans après la loi du 3 mai 1996 relative aux
servi
ces d’incendie, réforme d
ite de « départementalisation », le Haut-Rhin comptait 316
CPINI. Près de 20 ans plus tard, leur nombre a été significativement réduit, mais restait très
élevé avec 214 CPINI en 2017, pour une moyenne nationale de 14 CPINI par département
21
en 2015. La diminution du nombre des CPINI dans le Haut-Rhin résulte,
en l’absence
d’intégration dans le corps départemental,
soit du regroupement de CPINI
afin d’atteindre
une
taille critique permettant d’assurer
une activité opérationnelle minimale
22
, soit de la dissolution
des corps communaux et intercommunaux. Elle
n’a
pas eu
d’effet
majeur sur l’
activité
opérationnelle de ces centres de secours au vu des données recueillies par le SDIS.
Si les résultats
constatés s’inscrivent dans le sens d’une rationalisation progressive du
réseau des CPINI, la situation du Haut-Rhin reste en décalage avec celle des départements
des SDIS de 2ème catégorie qui, en 2015, comptaient en
moyenne 97 centres d’incendie et
de secours dont 30 CPI et 27 CPINI. Les SDIS du Loiret et du Maine-et-Loire disposaient de
deux fois moins de CIS et aucun CPINI tout en intervenant sur un territoire deux fois plus
étendu. En outre, le département du Bas-Rhin comparable à celui du Haut-Rhin du point de
vue socio-économique et culturel, ne comptait que 11 CPINI sur son territoire, le nombre de
CPI intégrés
s’établissant à
224.
La participation des CPINI
au service d’incendie et de secours
La participation des CPINI aux missions du SDIS du Haut-Rhin est définie dans le
règlement opérationnel de 2010 (article 23). En effet, le SDIS peut être substitué, complété,
ou doublé dans sa mission par un service communal ou intercommunal, dans la limite des
missions qui leur sont imparties par le règlement opérationnel. Selon
l’ar
ticle 25 du règlement
opérationnel, les CPINI sont classés
par engagement de l’autorité de l’emploi (maire ou
président de structure intercommunale) en fonction de leur potentiel opérationnel, humain et
matériel, permettant ainsi de déclencher des secours
et d’adapter au mieux la réponse
opérationnelle.
Le logiciel de réception et
de diffusion de l’alerte
mis en œuvre par le centre de
traitement de l’alerte (CTA)
déclenche
l’intervention
des centres de secours via le VPN (réseau
21
Source InfoSDIS.
22
Exemple : le CPINI du Chauvelin qui est le regroupement de cinq CPINI.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
19/78
privé virtuel), puis au
moyen d’A
NTARES
23
et enfin grâce au réseau téléphonique commuté
(RTC). Ce dispositif qui permet une information en temps réel de la disponibilité opérationnelle
des centres de secours et des personnels du corps départemental
n’intègre toutefois que
les
CPINI pouvant disposer de la capacité opérationnelle souhaitable
24
.
Cinq
25
bassins expérimentaux ont été retenus sur le département afin de conforter les
dispositifs visant à améliorer les services de secours de proximité face aux problèmes de
disponibilité des SPV en journée
26
et d’interventions conjointes du corps départemental et des
CPINI.
Cette démarche a été engagée à la suite d’une étude rendue en 2013 par un
cabinet
conseil
sur l’évolution
de la couverture opérationnelle. Le bilan de cette expérimentation qui
reste en cours devrait permettre au SDIS de définir
de nouvelles orientations s’agissant
de la
généralisation du dispositif
d’alerte
aux CPINI. En tout état de cause, la généralisation de cet
outil de gestion de l’alerte
à l’ensemble
des CPINI,
s’accompagnera d’une modification
profonde de leurs modes de fonctionnement.
3.3.1.3
Les perspectives d’évolution
La chambre note qu’à la faveur
des réflexions
engagées sur l’évolution de
l
’organisation territoriale
dans le prochain SDACR, le SDIS souhaite la poursuite de la
réduction du nombre de centres de première intervention, par voie de dissolutions, de fusions
ou, le cas échéant, de départementalisation de certains CPINI, cette démarche de
rationalisation pouvant effectivement contribuer au maintien d’une réponse
opérationnelle
efficiente.
Ces évolutions devant néanmoins intégrer les problèmes de disponibilité réelle des
SPV appartenant à ces centres de secours et le besoin de recrutement de sapeurs-pompiers
disponibles en journée,
des mesures d’a
ccompagnement sont privilégiées : le développement
de conventions avec des employeurs permettant de mobiliser des sapeurs-pompiers pendant
leur temps de travail, ou la modification des algorithmes de départ des équipes de secours en
améliorant la complémentarité des engins et en répartissant la couverture opérationnelle entre
plusieurs CIS.
3.3.2
L’organisation opérationnelle
3.3.2.1
Le rapport d’activité du SDIS du Haut
-Rhin
Le SDIS publie un rapport d’activités
censé restituer
l’activité opérationnelle,
administrative ou technique des différents groupements territoriaux ou rattachés à l’ét
at-major
du SDIS, ainsi que du service de santé et de secours médical (SSSM). La dernière édition de
ce rapport remonte à 2016 et prend en considération
l’activité de l’année 2015.
Bien que détaillant avec précision les différents aspects du fonctionnement des
groupements territoriaux ou fonctionnels, le rapport d’activité gagnerait beaucoup à restituer
les données départementales ressortant de
l’activité opérationnelle des services d’incendie et
de secours et leurs évolutions par rapport aux années précédentes, informations qui ne
figurent pas dans les dernières éditions.
23
Acronyme de « Adaptation nationale des transmissions aux risques et aux secours » et qui est le réseau
numérique des services publics concourant aux missions de sécurité civile.
24
Par exemple, un véhicule de soutien sanitaire ou un poste médical avancé.
25
Muntzenheim et Turckeim, St-Amarin, Fessenheim, Magstatt-le-Bas.
26
Forte disponibilité entre 6h et 11h ; faible disponibilité entre 11h et 17h.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
20/78
3.3.2.2
L’évolution de l’activité opérationnelle et son évolution
Sur la période 2011 à 2016, le nombre total des interventions des services du SDIS a
baissé de 14 % principalement du fait de la diminution des interventions pour la protection des
biens et opérations diverses (- 46 %) et de celles pour incendies (- 27 %) ; le nombre des
interventions pour secours à la personne continuant en revanche à croître (+ 7%), ainsi que,
mais dans une moindre mesure, les interventions pour accidents (+ 3%). La baisse sensible
des interventions pour protection des biens et des opérations diverses provient pour partie des
révisions et réactualisations intervenues en 2013, puis en 2015, de la tarification des
interventions facultatives ou non-urgentes assurées par les services du SDIS.
Tableau 1 :
Nombre d’interventions annuelles assurée
s par le SDIS
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Incendies
3892
3983
3293
3285
3379
2853
Secours à la personne
23447
24869
25812
26393
25727
25068
Accidents
2938
3174
2802
2957
2975
3027
Protection des biens et
opérations diverses
15350
10456
7715
7490
8660
8297
Interventions diverses
27
824
694
741
717
760
875
Total
46 451
41 006
40 363
40 842
41 501
40 120
Source : SDIS
La croissance tendancielle des secours à la personne est, selon le SDIS, la
conséquence de la désertification médicale croissante que connaissent certains secteurs du
département, amplifié dans certains endroits, soit par une carence de l’activité
ambulancière,
soit par une réduction de l’accueil en urgence assuré par les structures hospitalières
.
Alors que
l’activité na
tionale des SDIS mesurée
en nombre total d’interventions
par la
DSCGC
28
augmente de 5 % sur la période 2011-
2015, l’activité opérationnelle du SDIS Haut
-
Rhin baisse sur la même période de 11 %.
L
a répartition de l’activité opérationnelle
du SDIS du Haut-Rhin est aussi sensiblement
différente de celle constatée au niveau national. Ainsi, la part des interventions diverses et
pour protection des biens restait en 2015 beaucoup plus élevée (21 %) dans le Haut-Rhin
(11 % au niveau national), tandis que la part des interventions pour secours à la personne
était, avec 63 %,
moins élevée qu’au niveau national (71 %).
3.3.2.3 L
’activité opérationnelle au niveau du
corps départemental
Le centre de traitement de l’alerte (CTA
-CODIS)
27
Interventions des équipes spécialisées du SDIS et interventions dans les établissements répertoriés.
28
Statis
tiques des services d’incendie et de secours –
édition 2016.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
21/78
L
’organisation opérationnelle des services d’incendie et de secou
rs
met en œuvre
un
système de gardes en 24 heures et en 12 heures assurées par les SPP et une sollicitation des
SPV majoritairement par le
régime d’astreinte
.
Conformément à l’artic
le 56 du règlement opérationnel,
les règles d’engagement pour
chaque type de sinistre, catastrophe ou accident sont définies par un protocole de départs
types définissant
un volume d’engins et de personnels
prédéterminé et conforme aux guides
nationaux de référence et adapté aux particularités du département.
Seul le CTA déclenche et recense les interventions.
En cas d’alerte locale, le
centre
de secours informe avant engagement et sans délai le CTA en application du règlement
opérationnel. En 2015, le CTA a reçu 166 334
d’appels
dont 36 492 (22 %)
n’ont pas suscité
une intervention du SDIS car tra
nsférés à d’autres
services (police, gendarmerie, SAMU).
Cette proportion est supérieure à celle mesurée au niveau national (16 %).
La mesure
de l’
activité opérationnelle
Parmi les quatre groupements territoriaux, celui de Mulhouse-Rhin
avait l’activité la
plus importante, avec 36 % des interventions
29
réalisées par les centres du corps
départemental en 2016.
En 2015
30
, l
e délai moyen de traitement d’
alerte
s’écoulant entre le décroché au CTA
-
CODIS et le transfert au CIS concerné, est de 2,13 minutes, situant le SDIS du Haut-Rhin dans
les délais constatés pour les SDIS comparables du Loiret et du Maine-et-Loire (1,95 et
2,25 minutes) et à un niveau proche du délai moyen des SDIS de la 2
ème
catégorie
(2,06 minutes). Le délai
31
moyen d’intervention sur zone, qui s’entend comme le temps écoulé
entre la diffusion de l’alerte et l’arrivée du premier véhicule,
était de 8,6 minutes, nettement
inférieur à ceux des SDIS du Loiret et du Maine-et-Loire (respectivement 11,6 et
10,85 minutes) et à la moyenne nationale de la catégorie (11,8 minutes).
Le degré d’implication des SPV dans les missions à caractère opérationnel
du SDIS
s’élevait à
67 %, à un niveau proche de celui mesuré pour les SPV au niveau national (69 %
en 2015). Pour le SDIS du Haut-Rhin, la moyenne annuelle
d’heures d’interventions
est de 67
heures pour
l’ensemble des sapeurs
-pompiers, soit 204 heures pour les SPP non-officiers et
45 heures pour les SPV
32
.
Les sorties d’engins
et les départs en sous-effectif
L
’article 63 du règlement opérationnel
prévoit qu’un engin dont l’équipage est
incomplet en nombre et/ou en qualification peut être engagé en prompt secours. Le CTA-
CODIS renforce alors le départ selon le dispositif opérationnel applicable.
Lorsqu’un engin
dont l’équipage est incomplet en nombre ou en qualification se présente sur intervention, il ne
peut s’engager que pour des mesures immédiates de sauvegarde
en attendant les renforts.
Selon les données du SDIS pour 2015 et 2016 et après intégration des moyens et des
interventions des CPINI, le nombre d
engins par interventions
s’établissait respecti
vement à
1,2 engin et 1,3 engin par opération soit au même niveau que la moyenne nationale.
Pour cette même période, les départs en sous-effectif au niveau des services du SDIS
sont restés stables, entre 1,1 % et 1,2 %. Plus de la moitié de ces départs concernent les
engins d’incendie, véhicules de premiers secours incendie et le reste se rapporte aux
véhic
ules de secours et d’assistance aux victimes.
Le SDIS ne dispose pas en revanche
29
Sur les 39 108 sorties enregistrées pour les 4 groupements territoriaux : GT Nord 9 707, GT Centre 8 511, GT
Mulhouse-Rhin 13 890, GT Sud 7 000.
30
Source InfoSdis.
31
Source InfoSdis.
32
Source SDIS 68
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
22/78
d’informations complètes sur ces départs au niveau des CPINI car la plupart ne sont pas reliés
au dispositif de gestion individuelle du CTA-CODIS.
L’effectivité de l’activité
des SPV
Le taux des SPV du corps départemental ayant une activité effective, mesurée par le
versement
d’indemnités, s’établissait à 92 % en 2016. Ce taux est à peu près constant depuis
2011 (entre 91 et 94 %). Afin de ne pas maintenir dans le corps départemental des SPV sans
activité
, le SDIS procède régulièrement à des résiliations d’engagement de SPV
constatés
comme inactifs. 131 résiliations ont été prononcées en 2016, portant le total pour la période
2011-2016 à 447 résiliations.
3.3.2.4 L
’activité opérationnel
le des CPINI
Les modalités d’organisation des CPINI
Les
centres d’incendie et de secours
qui relèvent des communes et des établissements
publics de coopération intercommunale ont la qualité
de service d’incendie et de secours se
lon
l’article L. 1424
-1 du CGCT, le SDIS ayant une mission de coordination et de contrôle des
corps communaux et intercommunaux,
ainsi que dans la mise en œuvre opérationnelle de
l’ensemble des moyens de secours et de lutte contre l’incendie.
C’est à ce ti
tre que les
modalités
d’intervention opérationnelle de
s CPINI sont déterminées par le règlement
opérationnel du SDIS.
Afin de faciliter le déclenchement des secours et d’adapter au mieux la réponse
opérationnelle, les CPINI sont classés par engagement de l
’autorité d’emploi en fonction du
potentiel du corps. Les CPINI exercent leurs activités opérationnelles sur le territoire de la
collectivité dont ils relèvent et doivent être en mesure de réaliser les missions qui leur sont
dévolues en fonction de leurs capacités en personnel et matériel, telles que déterminées par
le règlement opérationnel. Les autres missions sont réalisées avec le concours des moyens
du SDIS.
Le règlement opérationnel prévoit également que chaque CPINI dispose
d’un
règlement intérieur fixant les modalités de fonctionnement du corps et les obligations de
service de ses membres. Le SDIS, à travers un guide du chef de corps, propose un modèle
type de règlement intérieur aux autorités gestionnaires de CPINI.
Néanmoins, l’effectivité de
la pr
ésence de ce règlement ne peut être vérifiée qu’à l’occasion du contrôle que le SDIS
effectue périodiquement (actuellement tous les cinq ans) auprès de chaque CPINI.
L’activité opérationnelle
des CPINI
Pour 2015 et 2016,
l’activité opérationn
elle des CPINI exprimée en nombre de sorties
représentait respectivement 12 071 et 11
676 d’interventions
. Toutefois, les interventions
assurées par les seuls CPINI sans appui des centres de secours du corps départemental se
limitaient respectivement à 4 598 et 3 804.
Le nombre de refus de sorties en intervention des CPINI, selon les données issues
des fiches de suivi des interventions du CTA-CODIS, représente pour 2015-2016 environ
1,6 % du total des interventions. Dans 38 % des cas la cause principale du refus de sortie est
l’insuffisance de l’effectif
des SPV présents. Cependant, le nombre de départs en intervention
en sous-effectif
au niveau des CPINI n’est pas mesuré
par le SDIS en raison de l’absence de
généralisation du dispositif de gestion individuelle pour ces centres de secours.
Avec 9 % du total des interventions réalisées en 2016 par l’ensemble des services, les
CPINI n’assurent donc, malgré leur nombre
élevé et l
’effectif important des
SPV qui y sont
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
23/78
attachés, qu’une part très réduite des missions d’incendie et de secours à l’échelle du
département. Les centres de première intervention ayant assuré plus de 100 interventions en
2016, soit avec un centre de secours départementalisé, soit de façon autonome, se limitaient
à 23 sur les 230 CPINI existant à cette période. Ces mêmes 23 CPINI représentaient 45 % de
l’activité opérationnelle totale de l’ensemble des CPINI en 2016,
tandis que 100 autres centres
avaient assuré de 0 à 20 interventions au cours de la même année. Selon la présidente du
CA
SDIS, l’or
ganisation opérationnelle et le réseau des CPINI seront réexaminés et
rationnalisés progressivement dans le cadre du nouveau schéma global de pilotage du SDIS.
Au sein du territoire de la communauté d’agglomération mulhousienne (
M2A,
271 000 habitants en 2016) et de ses 33 communes, les cinq CPINI les plus actifs, en pratique
ceux assurant au moins une intervention par jour parmi les 19 existant, assuraient 64 % de
l’ensemble des interventions (soit 3
825) réalisées par ces centres de secours en 2016, dont
seulement 30 % étaient assurées par le CPI seul, principalement pour des prestations non
urgentes (PNU).
Tableau 2 : Activité opérationnelle des CPINI
de l’agglomération mulhousienne
Commune
Interventions en 2016
Autonomie
Total
dont PNU
CPI seul
du CPI
Baldersheim
86
26
31
36 %
Battenheim
66
14
16
24 %
Brunstatt-Didenheim
364
59
108
30 %
Eschentzwiller
37
15
17
46 %
Flaxlanden
49
17
34
69 %
Galfingue
35
9
19
54 %
Habsheim
153
34
43
28 %
Heimsbrunn
57
13
29
51 %
Kingersheim
528
73
137
26 %
Lutterbach
217
43
68
31 %
Morschwiller-le-Bas
126
30
49
39 %
Pfastatt
204
41
74
36 %
Reiningue
78
28
33
42 %
Richwiller
146
47
33
23 %
Riedisheim
464
93
143
31 %
Rixheim
762
64
168
22 %
Ruelisheim
53
18
29
55 %
Sausheim
312
39
76
24 %
Zillisheim
88
22
33
38 %
Total
3825
685
1140
30 %
Parallèlement, les trois centres de secours départementalisés (Mulhouse, Wittenheim
et Illzach) avaient assuré 13 297 interventions en 2016, ce chiffre comprenant les interventions
effectuées en renfort des CPINI.
Au total, les trois centres de secours départementalisés assuraient 78 % du volume
global des interventions des centres de secours
de l’agglomération mulhousienne
et, avec les
cinq CPINI les plus actifs du secteur (Brunstatt-Didenheim, Kingersheim, Riedisheim, Rixheim
et Sausheim), 92 % des interventions. Ces données montrent que même dans un secteur
urbanisé où la population est plus dense que dans d’autres parties du département, la
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
24/78
contribution effective de la majorité des CPINI à la couverture des risques et à la réalisation
des interventions est très réduite.
L’évaluation des CPINI
En application du règlement opérationnel, le directeur départemental ou les officiers
de l’état
-major procèdent au contrôle périodique des CPINI afin
de s’assurer de leur
capacité
à réaliser les missions pour lesquels ils peuvent être mobilisés et, par conséquent, de
l’exactitude du classement qui leur a été donné par l’autorité de gestion compétente (maire ou
président d’EPCI)
. Ces évaluations, réalisées tous les cinq ans aux termes du règlement
opérationnel, sont communiquées aux autorités préfectorales.
Ces évaluations portent notamment sur les moyens humains, la disponibilité et les
qualifications des SPV et l’état des
matériels et engins. Les résultats de ces évaluations ne
s’imposent
pas
aux
autorités
de
gestion
concernées
(maires
ou
présidents
d’intercommunalités)
mais les sensibilisent aux exigences de la réglementation
33
et, le cas
échéant, peuvent les inciter à classer le centre de secours en adéquation avec ses capacités
opérationnelles réelles.
Elles peuvent conduire les autorités de gestion, soit à prendre les mesures visant à
pérenniser le CPI, soit à le dissoudre.
Outre les évaluations périodiques des CPINI, la formation initiale délivrée par le SDIS
aux SPV de ces centres permet de connaître leur niveau de qualification. Toutefois, en
l’absence de la gestion individuelle,
le SDIS
n’est pas en mesure de connaître
en temps réel
les compétences disponibles et donc la capacité opérationnelle effective de ces centres.
L’autre
limite de l’exercice d’évaluation des CPINI par le SDIS est qu’il n’
aborde pas la
dimension budgétaire de ces centres de secours
. Le SDIS ne dispose ainsi d’aucune donnée
lui permettant, d’une part, d’avoir des informations sur les moyens fina
nciers que les
communes ou intercommunalités peuvent allouer à leurs centres de secours, d’autre part, de
mesurer les écarts pouvant exister entre les collectivités à ce sujet, et par voie de
conséquence, de cerner les démarches locales les plus appropriées ou les plus économes.
Dans ces conditions et malgré le nombre élevé de CPINI existant dans ce
département, ni le SDIS, ni le conseil départemental, ni le préfet, ni les ordonnateurs locaux
ne disposent de données concernant le coût global, pour le SDIS et pour les autorités locales
de gestion, des services d’incendie et de secours dans le département du Haut
-Rhin.
Néanmoins,
les données ressortant de l’activité opérationnelle des services d’incendie
et de secours en 2015 et 2016 montrent que la contributi
on des CPINI à l’exercice de ces
missions est réduite et que
l’activité des CPINI se concentre
sur un nombre restreint de centres
(10 à 12 % de l’ensemble). Ces constats appellent nécessairement à
une rationalisation de la
carte des CPINI à la faveur de la révision du SDACR.
4.
LES DEPENSES DE PERSONNEL ET LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
Les développements
qui suivent s’inscrivent dans le cadre d’une enquête nationale
conduite par la Cour des comptes et les chambres régionales des comptes sur la rémunération
et le temps de travail des personnels de la sécurité civile.
33
Adéquation compétence et emploi opérationnel, visite médicale.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
25/78
4.1
Les coûts de personnel
4.1.1
Les documents de programmation des dépenses de personnel
Le SDIS
n’avait mis en place
jusqu’en 2016, à l’exception d
es prévisions de création
d’emploi
s retenues dans le cadre du SDACR, aucune programmation pluriannuelle en matière
de dépenses de personnel. Les seuls éléments dont il dispose en la matière figurent
, d’une
part, dans les
rapports d’orientations budgétaires
présentés au CASDIS et les indica
tions qu’ils
comportent sur
l’évolution des ressources et des charges prévisibles pour l’année N+1
et,
d’autre part,
dans la convention conclue avec le département en 2013 pour la période
2013-2015 et prorogée pour un an en 2016 et en 2017. Cette dernière mentionne des objectifs
de maîtrise des charges de personnel par la réduction du recours aux remplacements et
l’étalement d
u recrutement des 15 SPP prévu au SDACR.
Le pilotage des dépenses de personnel au sein du SDIS est réalisé, dans le cadre du
budget voté, par un suivi mensuel des mouvements de personnels, des évolutions statutaires
et fonctionnelles
et des situations individuelles. L’identification des besoins futurs en emplois
et en qualification pour les différentes catégories de personnels (sapeurs-pompiers
professionnels, volontaires, personnels administratifs, techniques et spécialisés
) n’est à ce
stade pas formalisée dans un document de référence. Cependant, une prospective
quinquennale des dépenses de personnel prévisibles a été mise en place au cours du second
semestre 2017 par le groupement des ressources humaines.
En outre, le
SDIS qui disposait jusqu’en 2017 d’un plan de formation triennal de ses
personnels, prévoit à la faveur de la révision du SDACR et en parallèle à la programmation
pluriannuelle des investissements, un nouveau
plan de formation sur cinq ans afin d’améliorer
les éléments de programmation à moyen terme sur ce domaine.
4.1.2
Les prévisions budgétaires des dépenses de personnel
L’examen de la consommation
34
des crédits affectés aux charges de personnel du
compte 64 sur la période 2012-2016 révèle des prévisions cohérentes avec la réalité des
besoins réels du service, les taux de consommation s’établissant au cours de c
es exercices
entre 95 % et 100 %.
4.1.3
L’évolution des coûts
4.1.3.1 Les charges de personnel
En application de l’instruction budgétaire et comptable M61, les charges de personnel
sont inscrites au chapitre 012 « charges de personnel et frais assimilés » qui comprend
principalement les rémunérations et charges sociales des personnels (comptes 64), les frais
de personnel extérieur au service (compte 621) et les impôts et taxes sur les rémunérations
(compte 63). Sur la période 2011-2016, ces charges ont augmenté de 10 %
tandis que l’effectif
progressait de 1 %, soit de 32 équivalents temps plein travaillés (ETPT)
35
.
L’évolution de ces
charges est contrastée selon les différents grades ou catégories de personnel.
34
cf. annexe 1, tableau 1.
35
Calcul au prorata de l’ensemble des personnels.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
26/78
Tableau 3 : Evolution 2011/2016 du coût salarial annuel
par catégorie de personnel
Sapeurs-pompiers professionnels (SPP)
Coût 2011
Coût 2016
Evolution
%
2016/2011
Officiers supérieurs
[2]
2 060 778
2 593 533
26 %
Officiers subalternes
[3]
4 195 583
4 042 252
- 4 %
Sous-officiers
[4]
12 357 839
14 205 357
15 %
Gradés et sapeurs
[5]
2 733 767
2 901 361
6 %
Evolution globale SPP (hors service de secours
et de santé médical-SSSM)
21 347 967
23 742 503
11 %
SSSM professionnel (tous grades)
377 877
488 659
29 %
Sapeurs-pompiers volontaires (SPV)
Officiers supérieurs
61 689
48 481
- 21 %
Officiers Subalternes
557 075
618 683
11 %
Gradés et sapeurs
2 177 538
1 564 748
- 28 %
Sous-officiers
1 257 780
1 845 333
47 %
Evolution globale SPV (hors SSSM)
4 054 082
4 077 245
1 %
SSSM volontaire (tous grades)
335 735
363 940
8 %
Personnels
administratifs,
techniques
et
spécialisés (PATS)
Catégorie A
1 064 069
1 379 382
30 %
Catégorie B
1 073 956
1 370 532
28 %
Catégorie C
2 319 907
2 245 563
- 3 %
Evolution globale PATS
4 457 932
4 995 477
12 %
Source : SDIS
En 2015, les charges de personnels représentaient 83 % des dépenses réelles de
fonctionnement du SDIS du Haut-Rhin, soit un niveau proche de celui de la moyenne nationale
des SDIS
36
qui s’élevait à 82
% en 2015. Elles constituent ainsi le principal poste de dépense
du service.
Le SDIS du Haut-Rhin enregistrait en 2016 des charges de personnel par habitant de
47
€, légèrement inférieures
à la valeur moyenne enregistrée pour les SDIS de la
2
ème
catégorie
37
pour l’année 2015
, soit
49€
. Cependant, cette comparaison doit être
relativisée en raison du nombre important de CPINI dans le département
et des écarts qu’ils
peuvent susciter pour le SDIS en termes de charges de personnel par habitant par rapport à
d’autres SDIS.
[1].
Y compris les charges sociales.
[2]
Grades de commandant, lieutenant-colonel et colonel.
[3]
Grades de major, de lieutenant et de capitaine.
[4]
Grades de sergent, de sergent-
chef, d’adjudant et d’adjudant
-chef.
[5]
Grades de sapeurs de 1
ère
et de 2
ème
classe, de caporal et de caporal-chef.
36
Statistiques SDIS 2015, édition 2016.
37
Statistiques SDIS 2015, édition 2016.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
27/78
4.1.3.2
Les facteurs d’évolution des c
harges de personnel
L’évolution des charges de personnel
résulte des mesures
générales d’augmentation
de la valeur du point d’indice des agents de la fonction publique, des mesures catégorielles et
de l’effet
du glissement vieillesse technicité (GVT solde). Ce dernier intègre les effets
d’ancienneté et de promotion et l’effet des flux d’entrée et de sortie des effectifs consistant à
remplacer des partants par des agents en principe moins bien rémunérés en début de carrière.
En 2016, l
’augmentation du coût salarial annuel de
s personnels du SDIS liée au seul
GVT
s’établissai
t à 0,41 % pour les SPP et à 0,12 % pour les PATS ; la revalorisation du point
d’indice des fonctionnaires
en application du décret n° 2016-670 du 25 mai 2016 intervenue
au 1
er
juillet 2016, ayant représenté sur cet exercice une augmentation de 0,3 %.
Tableau 4 : GVT solde des personnels du SDIS en 2015 et 2016
2015
2016
SPP
0,45 %
0,41 %
PATS
0,13 %
0,12 %
Source : SDIS
Outre les hausses successives sur la période du taux de cotisation employeur à
la CNRACL
38
(+ 12 %), les mesures catégorielles liées aux dispositions relatives à
la modernisation de la filière des sapeurs-pompiers professionnels
39
de 2012 et les créations
d’emplois de
SPP non-officiers
intervenues dans le cadre de la mise en œuvre du SDACR de
2009 et du règlement opérationnel de 2010 (+ 23 postes) constituent les autres facteurs
d’augmentation des cha
rges de personnel de 2011 à 2016.
Le coût salarial annuel du SSSM professionnel entre 2011 et 2016 a augmenté de
29 %, notamment à la suite des mesures de revalorisation fixées par les décrets n° 2016-1176
et n° 2016-1177 du 30 août 2016 reclassant les infirmiers d'encadrement des SPP en
catégorie A.
Le coût salarial annuel des SPV entre 2011 et 2016 est resté globalement stable
(+ 1 %) avec des fortes variations selon les grades :
28 % pour les gradés et sapeurs, + 47 %
pour les sous-officiers
; ces évolutions résultant de l’augmentation du nombre de sous
-officiers
au sein de l’effectif des SPV en application du décret n° 2013
-412 du 17 mai 2013
(+ 148 000
€)
. En outre, la mise en
œuvr
e du décret n° 2012-492 du 16 avril 2012 relatif aux
indemnités des SPV
s’est traduite par un coût supplémentaire pour le SDIS évalué à
303 000
€.
Le coût salarial annuel des PATS a augmenté de 12 % entre 2011 et 2016 tandis que
l’effec
tif concerné progressait de 4 %.
L’effectif des agents des
catégories A et B a augmenté
respectivement de 31 % et de 36 %, tandis que celui des catégories C baissait de 13 %.
4.2
Les effectifs et leur gestion
4.2.1
Le mode de gestion des ressources humaines
à travers le système d’information de
gestion des ressources humaines (SIRH)
Outre l’application START qui gère l’activité
opérationnelle des SPP et SPV, le SIRH
du SDIS est composé de différentes applications permettant
d’assurer
la gestion des différents
aspects des ressources humaines. Ces applications (GEOSIS, Civitas, GEEF, MEDISAP,
38
Le taux est passé de 27,30 % en 2011 à 30,60 % en 2016.
39
Décrets n°2012-519 à 526 du 20 avril 2012 portant dispositions communes à l'ensemble des SPP.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
28/78
Horoquartz) gèrent les carrières, la paie, ainsi que le suivi du temps de travail, du recrutement,
de l’aptitude médicale
et de la formation des différentes catégories de personnels du SDIS
(SPP, SPV, PATS).
Ainsi,
le SDIS est doté de l’ensemble des outils informatiques lui permettant d’assurer
une gestion adéquate de ses ressources humaines. Il dispose néanmoins de marges de
progrès pour utiliser pleinement leurs différentes fonctionnalités.
4.2.2
L’effectif des
personnels
d’incendie et de secours
dans le département du Haut-Rhin
Au 31 décembre 2016
, l’effectif total
(en ETPT pour les agents titulaires) des
personnels d’incendie et de secours dans le Haut
-
Rhin s’élevait à 6
549. Cet effectif prend en
compte, d’une part, 2
628 SPV intégrés dans le corps départemental et, d’autre part,
3 187 SPV rattachés aux corps communaux et intercommunaux. Les 771 SPV du corps
départemental, également engagés comme SPV des corps communaux, ne sont
comptabilisés qu’une fois dans cet effectif total. L’effectif des SPV reflète le nombre important
des CPINI présents sur le territoire départemental.
Tableau 5 : Répartition des effectifs au 31 décembre 2016
Source : SDIS
Les effectifs rattachés au corps départemental (PATS compris) représentait un tout
petit plus de la moitié (51,5 %) de cet effectif total.
4.2.3
L’évolution des effectifs du corps départemental (2011
-2016)
4.2.3.1
L’effectif des
sapeurs-pompiers
Pour la période sous revue, l’
effectif (en ETPT) de SPP (hors SSSM) a augmenté de
3 % alors que le volume annue
l d’interventions a baissé de 14
% (cf. supra). La hausse du
volume annuel d’interventions de seco
urs à personnes et de celui des accidents explique pour
partie
l’augmentation des effectifs de SPP car ce type d’interventions,
plus complexes,
mobilise des personnels de secours plus nombreux et qualifiés.
SPP
SPV intégrés
SPV non intégrés
SSSM
SPV
SSSM
SPP
Total
SP
PATS
Total
Engagement
unique
Double
engagés
Engagement
unique
Double
engagés
407
1857
771
3187
771
209
6
6437
112
6549
2628
3958
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
29/78
Tableau 6 : Evolution 2011-2016 des effectifs de sapeurs-pompiers (en ETPT)
Hors SSSM
SSSM
Contractuels
SPP
SPV
Professionnels
Volontaires
2011
2016
2011
2016
2011
2016
2011
2016
2011
2016
Off. Sup.
23
27
15
16
5
5
17
15
0
0
Off. sub.
67
60
183
233
1
1
212
194
0
1
S. Off
238
240
748
1084
0
0
0
0
0
7
Sapeurs
et gradés
72
80
1654
1295
0
0
0
0
0
5
Total
396
407
2600
2628
6
6
229
209
0
13
Source : SDIS
Par ailleurs, la hausse des effectifs de SPP
n’
apparaît pas liée au moindre recours aux
SPV
puisqu’au contraire, l
es effectifs de SPV ont augmenté de 1 %
et le nombre d’heures
qu’ils ont effectuées
de 39 %
. La présence de 13 contractuels dans l’effectif en 2016
correspond au recrutement de 12 SPP non officiers destinés à couvrir
l’accroissement de
l’activité « secours à personnes »
à la suite de la fermeture des urgences du centre hospitalier
de Thann
et d’un
officier chargé de mission au groupement prévisions-opérations.
L
’a
ugmentation des effectifs de SPP et de SPV n
’a pas, s’agissant des officiers,
conduit à un renforcement des effectifs au niveau de l’état
-
major et des services d’intervention,
puisque celui-ci a diminué au cours de la période
40
, passant de 90 à 87.
Pour le SDIS,
l’effectif des officiers et le taux d’encadrement qu’il détermine découlent
de la présence des CPINI qui, avec plus de 3 000 SPV locaux, suscitent un surcroît d
’activité
en matière de formation et de gestion des carrières.
4.2.3.2
Le personnel administratif, technique et spécialisé (PATS)
Entre 2011 et 2016, les effectifs de PATS ont progressé de 4 %
, sous l’effet de la
hausse des effectifs des agents de catégories A et B (+ 30 %). Les 108 emplois budgétaires
ouverts en 2011 étaient pourvus à 98 % et les 112 postes ouverts en 2016 à 100 %.
Tableau 7 : Evolution 2011-2016 des effectifs de PATS (en ETPT)
En ETPT
Effectifs 2011
Effectifs 2016
Evolution en %
Catégorie A
16,83
22,08
31 %
Catégorie B
22
30
36 %
Catégorie C
68
59
- 13 %
Total des effectifs PATS
106,83
111,08
4 %
Autres personnels administratifs ou
techniques (saisonniers)
25
12
- 52 %
Source : SDIS
40
Cf. annexe 1, tableau 2.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
30/78
Bien que l’effectif des agents de cette catégorie ait globalement diminué sur la période,
quatre
postes d’agents d’entretien destinés à assurer l’entretien
des locaux ont été créés en
2016 par délibération du 19 novembre 2015 instaurant, après expérimentation, un nettoyage
en régie directe des locaux.
L
’effectif des agents saisonniers
a été réduit de moitié au cours de la période afin de
limiter ces recrutements aux besoins avérés des services dans un contexte budgétaire
contraint. En 2016,
12 agents ont été recrutés sur des postes d’adjoints administratifs et
d’adjoints techniques de 2
ème
classe, répartis pour moitié entre des missions à caractère
administratif de base (classement, archivage, standard, saisie de données sur des logiciels
professionnels) et entre différents travaux au sein des services techniques (peinture,
entretien,
…)
.
En 2016, huit non titulaires occupaient des emplois permanents non pourvus par des
fonctionnaires titulaires dans des domaines tels que le développement et la commercialisation,
la psycholo
gie du travail, l’entretien ou
la logistique.
4.2.4
Les effectifs du SDIS du Haut-Rhin en comparaison avec les moyennes nationales
L’effectif de
l’ensemble des
sapeurs-pompiers du corps départemental (y compris le
SSSM)
s’établissait à
408 ETPT pour 100 000 habitants en 2015 pour le SDIS du Haut-Rhin.
Cette valeur était inférieure de la moyenne des SDIS de 2
ème
catégorie
41
qui s’établissait
à
423 ETPT pour 100 000 habitants la même année. Les SDIS de 2
ème
catégorie comprennent
toutefois des services départementaux qui regroupent l’ensemble de l’effectif des SPP et SPV
du département
; ce qui n’est pas le cas du Haut
-Rhin.
En 2015, l’effectif de
s SPP du SDIS y compris les SSSM
s’établissait à
54 ETPT pour
100 000 habitants alors que la moyenne nationale est de 58 ETPT pour les SDIS de 2
ème
catégorie pour la même année. S’agissant des SPV (SSSM inclus), l’effectif s’établiss
ait à 354
ETPT pour 100 000 habitants, soit un niveau plus élevé que la moyenne des SDIS de 2
ème
catégorie (313 ETPT) en 2015.
Par ailleurs, le taux de PATS
42
au sein des services du SDIS du Haut-Rhin (3,5 %)
était inférieur à la moyenne des SDIS de 2
ème
catégorie (3,8 %).
Au titre de l’année 2015, le nombre d’interventions pour 100 000 habitants assuré par
le SDIS du Haut-
Rhin s’établissait à 5
394, tandis que pour la moyenne des SDIS de 2ème
catégorie, le nombre s’établissait à 5 731 interventions.
Il res
sort de ces comparaisons que l’effectif (en ETPT) des SPP et des PATS du SDIS
du Haut-Rhin est, au regard de la population du département, légèrement plus faible que celui
des SDIS comparables. En revanche, le niveau des effectifs de SPV pour 100 000 habitants
pour le SDIS du Haut-Rhin est de manière surprenante plus élevée, alors même que le
département, en raison de la présence de nombreux corps locaux, dispose d’un effectif de
SPV non départementalisé déjà très important. En effet, avec un effectif de 3 187 mesuré fin
2016, le nombre de SPV locaux
s’élevait à 414 pour 100
000 habitants dans le Haut-Rhin.
41
Statistiques SDIS 2015, édition 2016.
42
Pourcentage de l’effectif non sapeur
-
pompier par rapport à l’effectif sapeur
-pompier (SPP, SPV, SSSM).
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
31/78
4.2.5
La gestion des ressources humaines
4.2.5.1
Les évolutions catégorielles intervenues depuis 2012 et leurs conséquences
La réforme
des cadres d’emplois des SPP
instaurée par les décrets n° 2012-519 à 526
du 20 avril 2012 et entrée en vigueur
le 1
er
mai 2012, a modifié les règles statutaires issues
des décrets du 25 septembre 1990 relatifs aux sapeurs-pompiers professionnels. Cette
réforme se déroule en deux étapes : une phase de reclassement
et d’application de
mesures
transitoires avant
l’entrée en
vigueur progressive des mesures pérennes.
Après reclassement des personnels dans leurs nouveaux grades et échelles
indiciaires
, avec conservation de l’ancienneté acqu
ise et ajustement du régime indemnitaire
par arrêté du président du CASDIS, les dispositions transitoires
ont été mises en œuvre
sur
une période de sept
ans, c’est
-à-
dire jusqu’au 1er mai 2019. Les mesures pérennes entreront
progressivement en vigueur à compter de cette date. Le coût de cette réforme pour la période
2012
2019 a été évaluée à 295
300 €, dont 83
000 € au titre des mesures immédiates.
Tableau 8 :
Incidence budgétaire de la réforme des cadres d’emploi des SPP de 2012
Année
Coût de la réforme SPP 2012
Mesures immédiates
Mesures de la période transitoire
2012-2019
83 000
212 300
TOTAL
295 300
Source : SDIS
Les mesures immédiates correspondent à l
’int
égration dès 2012 des SPP de catégorie
B et C (sous-officiers et sapeurs) dans les nouveaux grades. Le SDIS a estimé le coût annuel
43
de cette mesure à 83 000
€ dont 43
000
€ pour
les 28 agents de catégorie C et 40 000
€ pour
les 30 agents de catégorie B.
Les mesures mises en œuvre dans le cadre
de la période transitoire correspondent à
la nomination au grade de sergent de 43 caporaux (coût de 44
000 € sur cinq ans
),
la
nomination de 32 sergents chefs au grade d’adjudant
(coût de 90 000
€ sur trois ans
),
la promotion au grade de lieutenant de 1
ère
classe de 24 lieutenants de 2ème classe (coût de
73 500
€ sur trois ans
) et à la promotion au grade de lieutenant hors classe (4 800
).
La filière du SSSM a également bénéficié de mesures de revalorisation
44
, notamment
en 2016 dont le coût p
our le SDIS s’est élevé à 36
057
€.
L
a mise en œuvre dan
s la fonction publique territoriale, de 2017 à 2019, du protocole
relatif aux « parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR) se traduira par un
coût supplémentaire de 729
176 € sur la période
pour le SDIS.
43
Rapport au CASDIS N° C 2014/II-08 :
Point d’étape sur l’applicat
ion de la réforme de la filière des
sapeurs-pompiers professionnels.
44
Décrets n°2016-1176 et n°2016-1177 du 30 août 2016, reclassa
nt les infirmiers d’encadrement des SPP
en catégorie A.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
32/78
Tableau 9 : Coût prévisionnel du PPCR pour les SPP et les PATS
Année
Coût prévisionnel PPCR
SPP
Coût prévisionnel PPCR
PATS
2017
143 581
31 197
2018
217 008
44 138
2019
241 671
51 580
TOTAL
602 261
126 915
Source : SDIS
4.2.5.2
La gestion prévisionnelle des effectifs
Hormis les besoins identifiés dans le SDACR ou des prévisions de remplacement des
départs
, le SDIS n’a
vait pas mis en place
jusqu’au début de l’année 2017
de dispositif de
gestion prévisionnelle des effectifs à moyen ou long termes. Le SDIS prévoit cependant, à la
faveur de la révision du SDACR en 2018 et de la redéfinition de ses documents stratégiques,
d’établir
pour les SPP, les SPV et les PATS un état des lieux des besoins en emplois actuels,
des effectifs disponibles et des compétences dont dispose le service. Les orientations qui
pourraient en découler s’appuieraient sur une meilleure utilisation du
potentiel opérationnel
journalier, un réexamen des régimes de temps de travail et du recours aux SPV.
4.2.5.3 Les f
lux annuels d’entrée et de sortie des
personnels titulaires (SPP et PATS)
Sur la période 2011-
2016, l’effectif
des SPP
n’a pas enregistré d’évolution marquée en
raison du flux de départs relativement limités
45
. En 2016, le taux de rotation de l’emploi des
SPP était de 4 %
46
, taux assez faible correspondant à une structure qui
n’est pas confrontée
à des difficultés internes particulières.
Le nombre assez élevé de contractuels recrutés en 2016, résulte de circonstances
extérieures au SDIS puisque les 12 SPP non officiers recrutés étaient destinés à renforcer
l’activité «
secours à personnes » à la suite de la fermeture des urgences du centre hospitalier
de Thann.
La convention triennale 2013-2015 avec le conseil départemental prévoyait la création
de 15 postes de SPP pour renforcer les centres de secours de Mulhouse et de Saint-Louis
confrontés à une augmentation de leur activité opérationnelle. La mise en œuvre de cette
mesure a été étalée sur la période triennale de la convention afin de lisser ses effets sur
l’évolution de
la masse salariale du SDIS. Ainsi, 10 recrutements ont été réalisés en 2014 et
5 en 2015.
Le taux de rotation des effectifs des PATS est, en revanche, beaucoup plus élevé. En
2016,
il s’établissait à
18 %. Ce taux de rotation provient notamment du recrutement dans des
proportions significatives d’agents
contractuels temporaires ou pourvoyant des postes restés
vacants
47
et du remplacement de ces agents contractuels à l’issue de leur contrat
.
45
cf. annexe 1, tableau 5.
46
La rotation de l'emploi est la moyenne arithmétique du nombre de salariés partis et du nombre de salariés arrivés
au cours d'une période donnée, divisée par le nombre initial de salariés en début de période.
47
Agents d’entretien, mécanicien.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
33/78
4.2.5.4 La carrière des SPP
L’avancemen
t
Aux termes de l’article 78 de la loi n° 83
-54 du 26 janvier 1984 en vigueur depuis le 1
er
janvier 2016, l'avancement d'échelon est accordé de plein droit
à l’agent et
a lieu de façon
continue d'un échelon à l'échelon immédiatement supérieur. Il est fonction de l'ancienneté.
L’avancement d’échelon jusqu’en 2016 était
effectué au sein du SDIS à la durée minimale
statutaire modulée par les critères tels que la manière de servir et la discipline.
L’avancement au grade supérieur
est subordonné aux conditions fixées par le statut
particulier du cadre d’emplois concerné et notamment celles d’anc
ienneté et de validation des
unités de formation. Le nombre maximum de fonctionnaires pouvant bénéficier d’un
avancement de grade est déterminé par l’application d’un taux de promotion à l’effectif des
fonctionnaires qui remplissent les conditions requises. Ce taux est fixé par le CASDIS après
avis du comité technique.
Le CASDIS a retenu pour les SPP un ratio promus / promouvables de 100 %, ce ratio
représentant
le nombre d’agents pouvant être promus à un grade par rapport au nombre
d’agents remplissant les
conditions d’accès à ce grade
. Néanmoins, tous les agents
remplissant les conditions d’ancienneté et de formation ne bénéficient pas automatiquement
d’un avancement de grade, puisque la promotion dépend également des fonctions occupées
et des quotas réglementaires définis par le CGCT
48
.
Au sein du SDIS, l’avancement au grade de caporal, de caporal
-chef et de sergent,
dès lors que les agents remplissent les conditions statutaires, est effectué à l’ancienneté
minimale. 11 SPP ont bénéficié de cet avancement de grade en 2016. Le nombre de postes
d’adjudants
étant contingenté
49
, l’inscription au tableau d’avancement est liée aux postes
disponibles et à l’avis du supérieur hiérarchique
, et intervient r
arement à l’ancienneté
minimale. La situation des officiers est similaire
: les tableaux d’avancement prennent en
compte les postes disponibles au regard des quotas opérationnels
50
fixés pour chaque grade,
et
l’avis hiérarchique
,
et les avancements n’interviennent pas à l’ancienneté minimale
51
.
Entre 2011 et 2016, la part des officiers promus aux grades de capitaine, commandant,
lieutenant-colonel et colonel, a représenté 16 % du nombre de candidats promouvables au
sein du SDIS durant la période.
La mobilité des personnels
Le
personnel d’encadrement du SDIS
(SPP et PATS) se caractérise par une
ancienneté assez élevée, résultant
d’
une grande stabilité de la carrière professionnelle de ces
agents au sein du service. Ainsi, 53
% du personnel d’encadrement de SPP
avait une
ancienneté
d’au moins 10
ans au sein du SDIS du Haut-Rhin.
Tableau 10 :
Mobilité de l’encadrement
Ancienneté au sein du SDIS (ou dans un corps communal du
département)
Plus de 10
années
Plus de 15
années
Plus de 20
années
Officiers de SPP (en %)
53 %
45 %
0,02 %
Cadre A PATS (en %)
50 %
34 %
0,06 %
48
cf. annexe 1, tableau 7.
49
Délibération n° C 2014/II-08 du CASDIS en séance du 24 mars 2014 fixant, au sein du quota global de
sous-offici
ers, l’effectif des adjudants à 129 pour tenir compte d’une part, des emplois de chef d’agrès incendie et
d’autre part, des emplois particuliers en groupements fonctionnels et territoriaux.
50
Article R. 1424-23-1 du CGCT.
51
En 2016, 3 agents ont été promus au grade de capitaine et de commandant.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
34/78
Source : SDIS
Entre 2011 et 2016, aucune mobilité
d’
officier de SPP vers un autre SDIS ou vers une
autre entité de la sécurité civile
n’est intervenue
suite à une promotion au grade supérieur
dans un autre SDIS
, ce qui n’a néanmoins pas gelé les évolutions de
carrière. En effet,
17 officiers promus sont restés au sein du SDIS du Haut-Rhin : un officier a été affecté sur un
poste créé, cinq sur des postes vacants et 11 ont été maintenus sur leurs postes.
Tous grades confondus, avec 13 agents recensés sur la période 2011-2016,
la proportion de SPP ayant rejoint un autre SDIS ou une autre entité de la sécurité civile, est
restée faible. En 2016, 2 %
de l’effectif total de SPP
avait connu une mobilité géographique.
La pyramide des âges
L’âge moyen des sapeurs
-pompiers professionnels au sein du SDIS du Haut-Rhin était
de 38 ans en 2011 et de 40 ans en
2016, valeurs proches de l’estimation de la moyenne d’âge
des sapeurs-pompiers professionnels au niveau national qui est de 41 ans en 2015
52
. De 2011
à
2016, l’âge moyen
des SPP a augmenté de 5 % à 7 % selon les grades ; la faible mobilité
des personnels en fonction ayant contribué à cette évolution.
Tableau 11 : Age moyen des SPP
2011
2016
Evolution %
Age moyen des sapeurs et gradés
29
31
7 %
Age moyen des sous-officiers
41
43
5 %
Age moyen des officiers
44
47
7 %
Effectifs de sapeurs et gradés de - de 30 ans
47
70
49 %
Source : SDIS
Pour autant, les capacités d’intervention ne se sont pas dégradées si l’on considère
qu’un effectif jeune de
sapeurs et de gradés conditionne la capacité opérationnelle des unités.
En effet, si 65 % des sapeurs et gradés étaient âgés de moins de 30 ans en 2011, les moins
de 30 ans représentaient, suite aux recrutements de la période, 88 % des SPP de ces grades
en 2016. La proportion des sapeurs de moins de 30 ans tous grades confondus a ainsi
augmenté, représentant 12
% de l’effectif total des sapeurs
-pompiers professionnels en 2011
et 17
% pour l’année 2016.
A titre de comparaison, 10 % des SPP (hors SSSM) étaient âgés
de 30 ans et
moins au niveau de l’ensemble des SDIS en 2015.
4.2.5.5
Les mesures catégorielles en faveur des sapeurs-pompiers volontaires
Le décret n° 2013-
412 du 17 mars 2013 a réformé le cadre d’emploi des SPV
et leurs
conditions d’avancement et
ouvert des recrutements directs aux grades de lieutenant et de
capitaine.
Le SDIS a mis
en œuvre
ces dispositions par des
mesures d’accès au grade de
lieutenant des adjudants chefs de groupe et chefs de centre, selon les conditions prévues aux
articles 23 et 84 du décret, la limite de 15
% d’officiers n’étant pas atteinte
, et par
l’augmentation du quota de sous
-officiers à 50 % maximum (article 21 du décret et délibération
du bureau du CASDIS du 7 octobre 2013).
Entre 2014 et 2016, les mesures statutaires prises par le SDIS
liées à l’a
ugmentation
du quota de sous-officiers ont bénéficié à 842 volontaires am
enant le taux d’encadreme
nt en
52
Statistiques SDIS 2015, édition 2016.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
35/78
sous-officiers de SPV à 36 %
53
des effectifs du corps départemental
. L’incidence budgétaire
de cette mesure a été évaluée à 148 083
€, soit 175,83
€ par
agent et par an.
En revanche, l’incidence
des mesures
d’accès au grade de lieutenant des adjudants
chefs de groupe et chefs de centre n’a pas pu être
établie par le SDIS en raison de la difficulté
à identifier rétrospectivement les officiers SPV nommés dans le cadre de ces mesures, la base
de données des SPV ne précisant pas à quel titre cet avancement a eu lieu, soit dans le cadre
du statut (article 23 du décret du 2013), soit en application de la mesure spécifique figurant à
l’
article 84 du décret.
Le dépassement du quota des sous-officiers retenu par le SDIS
54
ne concerne que les
CSP et les CS et reste dans la limite globale de 50 %
. Cette mesure a été justifiée, d’une part,
par les risques de pénurie de chef
s d’agrès incendie
, ces postes étant désormais réservés aux
adjudants (accès au grade en 12 ans) alors qu’ils pouvaient être tenus par
des sergents (accès
au grade en 6 ans) d’autre part, par une moindre
disponibilité des SPV, en particulier en zone
frontalière.
4.2.5.6
Les personnels administratifs, techniques et spécialisés (PATS)
La mutualisation avec le département
Si les conventions pluriannuelles conclues avec le département précisent les secteurs
où les services départementaux et ceux du SDIS sont appelés à collaborer, aucun dispositif
de mutual
isation n’a été fonctionnellement mis en place entre l
e SDIS et le département
s’agissant notamment de la gestion des personnels administratifs ou techniques
.
Les PATS ayant un engagement de SPV
Le SDIS emploie une quinzaine de PATS qui sont également sapeurs-pompiers
volontaires. Ils représentent 14
% de l’effectif total des PATS au sein du SDIS.
Le SDIS du Haut-Rhin a déterminé depuis 2007 dans son règlement intérieur les
conditions d’emploi des PATS en tant que
SPV. Les modalités ainsi définies, notamment pour
ce qui concerne les activités ouvrant droit pour ces agents au versement d’inde
mnités de SPV,
au regard de la disponibilité de ces agents pendant leur temps de travail, apparaissent
équilibrées car elles restent incitatives et elles garantissent une mobilisation adaptée de ces
personnels sur leur temps de travail.
Tableau 12 : Indemnisation des PATS exerçant en tant que SPV
Situation
Pour les PATS SPV
Maintien du salaire
Indemnités SPV
Activités opérationnelles sur le temps
de travail (TT)
X
X
Activités programmées sur le TT
X
Activités fonctionnelles sur le TT
X
X
Activités de formation sur le TT
X
Activités de formation en dehors de TT
X
53
Délibération du bureau du CASDIS B 2013/IX-06 du 7 octobre 2013. En 2016, 2628 SPV+ 407 SPP et 1084 SPV
sous-officiers.
54
Délibération du bureau du CASDIS n°B 2013/IX-06 du 7 octobre 2013
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
36/78
Source : SDIS
Les SPP installés sur un poste de PATS
L’occupation par un SPP d’un poste de PATS est
une situation marginale au sein du
SDIS du Haut-Rhin. Entre 2011 et 2016, le SDIS a créé 3 postes de reclassement en vue de
l’affectation de sapeurs
-pompiers professionnels non officiers
à la suite d’
une inaptitude au
service opérationnel
55
. Depuis 2011, un poste de PATS est occupé par un sapeur-pompier
professionnel non-officier (SPPNO) en inaptitude opérationnelle. Ce poste, fléché au
groupement des ressources humaines, est mis à disposition de la pharmacie à usage interne
(PUI). En 2015, le SDIS a créé deux autres postes de reclassement de SPPNO en inaptitude
opérationnelle.
Dans l’attente de reclassement à réaliser
, ces deux postes sont actuellement
occupés par des agents PATS contractuels.
4.3
La rémunération
4.3.1
Les rémunérations versées au personnel titulaire
De 2011 à 2016, les dépenses de rémunérations des personnels titulaires du SDIS
(SPP et PATS) ont augmenté globalement de près de 12 %, ce qui représentait une
progression annuelle moyenne d’environ
2,2 %.
Tableau 13 : Evolution des rémunérations du personnel titulaire
en Euros
2011
2012
2013
2014
2015
2016
évolution
Rémunération principale (64111)
10 595 225
10 836 075
10 975 825
11 303 545
11 625 135
11 742 347
10,8 %
SFT et indemnité de résidence
(64112)
354 718
368 832
353 010
354 938
365 734
373 140
5,2 %
NBI (64113)
103 947
111 087
117 226
121 487
127 870
128 464
23,6 %
Autres indemnités (64118)
7 457 516
7 740 750
7 979 530
8 209 736
8 302 261
8 408 710
12,8 %
Total
18 511 406
19 056 743
19 425 591
19 989 706
20 420 999
20 652 661
11,6 %
Source : comptes administratifs et de gestion
Au sein de cet ensemble, les rémunérations principales représentent la part la plus
importante (57 % en 2016). Les indemnités versées aux agents titulaires constituaient 41 %
du total des rémunérations en 2016, soit une proportion nettement plus élevée que pour les
différentes collectivités territoriales
56
. Cet écart provient,
d’une part
, de la structuration des
emplois de titulaires au sein du SDIS composés très majoritairement de personnels occupant
des fonctions techniques, spécialisées ou
d’encadrement, d’autre part, du régime indemnitaire
propre aux SPP.
4.3.2
L’évolution de la rémunération nette moyenne des titulaires
Entre 2011-2016, la rémunération nette moyenne (dépense annuelle rapportée au
nombre d’ETPT de la
catégorie) versée aux officiers supérieurs a augmenté de 7 %, celle des
55
Cf. annexe 1, tableau 8
56
Dans son rapport public annuel de 2016 sur les finances publiques locales (chapitre IV, page 192), la Cour des
comptes indiquait que la part du régime indemnitaire dans la rémunération des titulaires (hors charges sociales)
s’élevait en moyenne à 15 % pour les communes, 18 % pour les intercommunalités, 18,5 % pour les départements
et 21 % pour les régions.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
37/78
officiers subalternes de 5 %. La progression la plus significative du montant moyen annuel de
la rémunération concerne les sous-officiers (+ 11 %).
A l’inverse
, la rémunération nette
moyenne annuelle des sapeurs et gradés a baissé de 4 %
en raison des recrutements d’agents
en début de carrière intervenus sur ces grades au cours de la période.
Sur la même période, la rémunération nette moyenne versée aux PATS de catégorie
A est restée stable (+ 1 %), celle des agents de la catégorie C a augmenté de 15 %, tandis
que celle des agents de catégorie B a diminué de 9 %, également pour des raisons de
renouvellement de l’effectif dans ce grade.
Tableau 14 : Variation 2011-2016 de la rémunération nette moyenne versée au personnel titulaire
SPP (SSSM compris)
PATS
Montant moyen
annuel 2011*
Montant
moyen annuel
2016*
Evolution
Montant moyen
annuel 2011*
Montant
moyen annuel
2016*
Evolution
en %
Officiers
supérieurs
51 893
55 461
+ 7 %
A
37 308
37 520
+ 1 %
Officiers
subalternes
36 296
37 952
+ 5 %
Sous-officiers
29 208
32 295
+ 11 %
B
27 830
25 318
- 9 %
Sapeurs et
gradés
20 624
19 711
-4 %
C
18 037
20 683
- 15 %
Source : SDIS
Les
causes d’évolution, positive ou
négative, de la rémunération nette moyenne sont
liés aux avancements
d’échelons
ou de grades, aux créations ou suppressions de postes, aux
mesures gouvernementales (a
ugmentation de point d’indice
, réforme de la filière SPP, PPCR
fin 2016 pour catégorie B), au décalage entre les départs et les
recrutement d’agents
et à
l’
effet noria
(recrutement d’agents en début de carrière en remplacement d’agents en milieu
ou fin de carrière).
4.3.3
Les rémunérations versées aux sapeurs-pompiers volontaires
4.3.3.1 Evolutions sur la période
Les SPV sont des agents publics contractuels rémunérés à la vacation. Le décret
n° 2012-492 du 16 avril 2012 modifié, relatif aux indemnités des sapeurs-pompiers volontaires,
précise les missions donnant lieu à indemnités. Le taux applicable à celles-ci a été fixé en
dernier lieu par
l’
arrêté ministériel du 30 mai 2016
fixant le taux de l’indemn
ité horaire de base
des sapeurs-pompiers volontaires. La répartition des indemnités versées aux SPV du SDIS
du Haut-Rhin, selon leur taux a globalement peu évolué au cours de la période
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
38/78
Tableau 15 :
Nombre d’heures d’indemnités SPV selon le taux
Taux des indemnités SPV
3 %
4,50 %
9 %
40 %
50 %
60 %
75 %
80 %
100 %
120 %
150 %
200 %
250 %
2011
1 304 946
128 795
6 642 69 147
43 16 858 86 182 113 717 155 471 36 633 18 366 31 284
1 042
2012
1 707 106 144 551 28 500 69 582
65
56 81 189
19 145 241 163 26 381 15 997 28 724
602
2013
1 844 345 135 732 25 576 67 655
80 553
1 045 253 580 25 418 16 267 27 553
611
2014
2 061 888 141 741 27 095 64 753
82 771
35 250 235 31 016 18 883 27 303
542
2015
1 898 406 153 634 29 703 66 226
82 183
243 574 32 107 16 603 27 813
714
2016
2 126 745 144 391 30 561 60 279
188
78 963
35 214 739 26 829 16 438 28 859
594
Source : SDIS
La stabilité relative de la répartition des indemnités se conjugue avec une faible
augmentation du volume annuel des indemnités versées au SPV au cours de la même période,
celui-ci étant en 2016 plus élevé de 2,3 % que celui de 2011, même si les exercices 2014 et
2015 font apparaître des augmentations plus marquées. La baisse des indemnités versées au
titre de la formation de maintien des acquis qui a été ramenée de 40 à 24 heures, a contribué
selon le SDIS à cette stabilisation des indemnités versées.
Tableau 16 : Montant des indemnités annuelles versées aux SPV
Année
Montant des indemnités SPV
versées
(en €)
Montant des
indemnités
employeurs
(subrogation)
Total
(en €)
2011
4 389 815
3 056
4 392 871
2012
4 401 227
50 304
4 451 531
2013
4 401 366
41 863
4 443 229
2014
4 590 972
58 930
4 642 902
2015
4 608 744
46 697
4 655 441
2016
4 441 183
53 740
4 494 923
Source : SDIS
Toutefois, le montant moyen annuel des indemnités versées par SPV ayant perçu une
indemnité progresse plus nettement, passant de 1
249 € en
2011 à 1
395 € en 2016
(+ 11,7 %).
Tableau 17 : Evolution des indemnités et des effectifs de SPV
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Evolution
Indemnités versées
(c/64141)
4 389 815
4 401 227
4 401 366
4 590 972
4 608 744
4 441 183
+ 1,2 %
Effectifs SPV
3 514
3 376
3 297
3 200
3 299
3 183
- 9,4 %
Source : SDIS
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
39/78
4.3.3.2
Les indemnités versées aux SPV en tant que formateur
L
es SPV agissant en tant que formateurs peuvent bénéficier d’une majoration de
l’indemnité horaire de base dans la limite de 20
% de l’indemnité horaire
afférente au grade
conformément à l’article 5 du décret n°
2012-492 relatif aux indemnités des sapeurs-pompiers
volontaires. Le SDIS pratique cette majoration pour les actions de for
mation à l’école
départementale ainsi que les formations de secourisme, comme le prévoit son règlement
intérieur.
347 SPV dont 151 SPP sous double statut (SPP-SPV) intervenaient en qualité de
formateurs pour la période sous contrôle. La part de SPV exerçant cette activité était de 10 %
de
l’effectif moyen de
s SPV de la période.
L’amplitude des volumes h
oraires individuels
effectués était de 1 à 923 heures et la moyenne des heures consacrées aux formations était
de 79 heures pour les SPP sous double statut et de 67 heures pour les SPV. Le volume horaire
de 923 heures identifié correspond à une situation individuelle atypique connue du SDIS.
Le
pourcentage d’heures de formation assurées par les SPP sous
double statut
représente 48 % du total du volume horaire consacré à cette mission de formation. Selon le
règlement intérieur, les SPP formateurs exercent, soit sur leur temps de congés et sont
indemnisés à ce titre comme un SPV, soit sur leur temps de travail et, dans ce cas, ne sont
pas indemnisés.
4.3.3.3
L’i
ndemnisation des astreintes
Les astreintes peuvent donner lieu à perception d’i
ndemnités calculées dans la limite
de 9
% du montant de l’indemnité horaire de base du grade
en application de l’article 7
du
décret du 16 avril 2012 précité. Le SDIS appliquant le taux de 9 % pour les infirmiers du SSSM
et 4,5 % pour les astreintes des SPV chefs de groupe ou de colonne, et pour les autres cas
3 % en application du règlement intérieur, c
es modalités n’appellent pas d’observation
.
4.3.4
Les SPP sous double statut
4.3.4.1
La situation au sein du SDIS du Haut-Rhin
Les SPP
ont la faculté d’
exercer également une activité de SPV. Ce double statut SPP-
SPV est autorisé par le décret n° 2013-412 du 17 mai 2013 relatif aux sapeurs-pompiers
volontaires
, mais suppose nécessairement que l’autorité d’emploi –
en l’occurrence le SDIS –
fixe des règles et des limites en la matière, c
e qui n’est pas
formellement
le cas s’agissant du
SDIS du Haut-Rhin.
Le SDIS a précisé avoir informé les chefs des centres de secours employant des SPP
de la préconisation du Conseil national des sapeurs-pompiers volontaires recommandant de
ne pas utiliser les SPP en double statut en qualité de SPV dans les centres de secours dans
lesquels ils exercent en tant que professionnels. Toutefois, la chambre
constate qu’en
l’absence de règles
formelles encadrant ce cumul, le SDIS du Haut-Rhin ne disposait en 2017
ni d’une
doctrine, ni d’objectif clairs quant à l’emploi des SPP à double statut, alors même
que
leur proportion dans le corps départemental est très élevée.
En effet, 380 SPP disposaient du double statut en 2016, soit 92 %
de l’effectif to
tal des
SPP
57
, à comparer à une moyenne nationale
d’
environ 40 %. Ce taux est à peu près constant
sur la période.
57
cf. annexe 1, tableau 9.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
40/78
En 2016, les indemnités de volontaires versées aux SPP sous double statut (soit
393 503
€)
représentaient 9 % du total des indemnités versées aux SPV. Depuis 2011, la
baisse de 13 % du volume des indemnités
versées aux SPP sous double statut s’est
accompagnée
d’une
hausse de 6 % du nombre de vacations exprimées en heures en raison
de l’évolution du barème d’indemnisation
58
.
4.3.4.2
La gestion des SPP à double statut
Le SDIS est informé des SPP sous « double statut » intervenant en tant que volontaires
sur d’autres départements (principalement le Bas
-Rhin ou le Territoire de Belfort) ou
inversement. Cette information dépend néanmoins du signalement de sa situation par
l’intéressé.
Des modalités de suivi et de gestion ont été mises en place à ce sujet avec les
SDIS voisins après information mutuelle dès
qu’un
SPP se signale comme volontaire.
Dans le Haut-Rhin, la majorité des SPP sous double statut ont été volontaires avant
d’être
professionnels et ont souhaité conserver leur engagement. Certains ont également
contracté un engagement de manière à pouvoir intervenir, dans le cadre des dispositions du
règlement intérieur, en tant que formateur pour éviter
d’imputer sur leurs
temps de travail des
actions de formation destinées aux volontaires
étant précisé qu’un
SPP disposant du double
statut, ne peut pas assurer une formation en tant que volontaire à l’égard de stag
iaires SPP.
En outre, pour le SDIS, ce dispositif permet une gestion plus souple des effectifs car si la
réalisation par les SPP d’actions de formation ne
devait se faire que sur le temps de travail,
des créations de postes de professionnels devraient être envisagées.
L
e fort niveau d’engagement des SPP en tant que volontaires n’affecte pas
, selon le
SDIS,
l’organisation de l’activité opérationnelle du service départemental
mais au contraire la
renforce
. En effet, les SPP mobilisés en tant que volontaires sont le plus souvent d’astreinte
ou de garde dans des centres de secours ayant instauré ce dispositif en accord avec le SDIS,
et leur présence permet de garantir le potentiel opérationnel journalier et apporte à certains
centres de secours des compétences techniques. Cette organisation permet donc de limiter
dans certains centres de secours le besoin en professionnels.
Pour autant, l
e SDIS n’a pas fixé
dans le règlement intérieur
le nombre d’heures
maximum pouvant être réalisées par un SPP en tant que volontaire. Or, au regard du
contingent horaire annuel de travail
59
par agent fixé par le règlement intérieur du SDIS, la
chambre a relevé quelques situations de SPP assurant, en tant que SPV, des volumes
horaires manifestement excessifs. Ainsi quatre SPP ont réalisé en 2016 entre 2 649 et
4 513 heures de volontaires, ce qui correspondait à des durées de travail de 169 à 288 %
supérieures au contingent annuel horaire.
Tableau 18 : Heures effectuées par les SPP en qualité de SPV en 2016
Nom
Prénom
Heures effectuées
% d’heures effectuées par
rapport à la durée du
temps de travail
Vacations perçues
Wolfs
Aristide
4 513
288 %
11 915
Werey
Kévin
3 027
193 %
9 465
Glardon
Thomas
2 670
171 %
4 132
Knibiely
Olivier
2 649
169 %
3 999
Source : SDIS
58
cf. annexe 1, tableau 10.
59
Correspondant à la durée théorique du temps de travail effectif de 1 565 heures
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
41/78
Au plan organisationnel, l
’encadrement des
activités des SPP sous double statut
permettrait également de clarifier, au niveau du SDIS, les modalités de suivi du repos
compensateur chez les SPP à double statut.
En l’absence d’outil
communiquant à la direction
départementale les plannings de service, le contrôle réalisé par le service gestionnaire des
personnels du SDIS se limite à des contrôles par sondage des activités de volontaires
accomplies par des SPP sous double statut (plages horaires, respect du temps de repos), ces
démarches ne pouvant être en l’état systématisées.
La chambre recommande par conséquent au SDIS
, d’une part,
de fixer des règles
d’
emploi des SPP à double statut, permettant au service de conserver les avantages que ce
dispositif apporte pour l’organisation opérationnelle, tout en s’assurant que ces profes
sionnels
seront mobilisés dans le respect des règles de repos, d’autre part, de se doter d’outils de suivi
de ces règles.
Elle prend note à cet égard des prochaines modifications du règlement intérieur
indiquées par la présidente du CASDIS, visant notamment
à préciser les conditions d’exercice
de sapeur-pompier volontaire par les agents statutaires du SDIS (SPP et PATS) et à la mise
en place d’un suivi des durées d’activités cumulées au regard de la limite annuelle de 2
256
heures fixée par les directives européennes.
Recommandation n° 1 : Fixer l
es règles d’
emploi des SPP à double statut et se doter
d’outils de suivi de ces règles
4.4
Le régime indemnitaire
4.4.1
Les indemnités versées aux sapeurs-pompiers professionnels
4.4.1.1
L’évolution des montants
La rémunération des sapeurs-pompiers professionnels comprend un traitement
indiciaire,
complété de l’indemnité de résidence et, le cas échéant, du
supplément familial de
traitement. A cette rémunération
peut s’ajouter
, sur délibération du CASDIS, un régime
indemnitaire spécifique défini aux articles 6-3 à 6-7 du décret n° 90-850 du 25 septembre 1990.
Ce régime comprend une prime de feu (au taux unique de 19 %), une indemnité de
responsabilité (variable en fonction du grade et de l’emplo
i), une indemnité de spécialité et
une indemnité de logement pour les sapeurs-pompiers professionnels non logés
S
’y ajoute, le cas échéant, l’
indemnité forfaitaire de lutte contre les feux de forêt dont
les modalités sont définies par
l’arrêté ministériel du 9 décembre 1988
.
Outre ces indemnités spécifiques, les sapeurs-pompiers professionnels sont éligibles,
dans les conditions prévues par le décret du 25 septembre 1990, aux indemnités des autres
filières de la fonct
ion publique territoriale : l’
indemnité horaire pour travaux supplémentaires
(IHTS),
l’
indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires (IFTS), et
l’
indemnité
d’administration et de technicité (IAT). Il appartient au
CASDIS de fixer, dans la limite
des maxima en vigueur, les taux applicables aux différentes indemnités,
ce qu’a fait celui du
Haut-Rhin.
Au niveau national, le montant total des indemnités précitées a progressé de près de
7 % entre 2011 et 2014, alors que les effectifs de SPP ne progressaient que de 0,7 % sur la
même période. Cette évolution différenciée est constatée également pour le SDIS du Haut-
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
42/78
Rhin, les dépenses correspondant au régime indemnitaire des SPP
60
ayant augmenté (+ 11 %)
dans des proportions plus importantes que le nombre des ETPT (+ 3 %).
Tableau 19 : Évolution des IFTS, IR, IAT et IS versées aux SPP entre 2011 et 2016
IFTS
Indemnité de
responsabilité
IAT
Indemnité de
spécialité
Total
2011
456 197
1 436 223
560 092
477 335
2 929 847
2012
448 464
1 470 646
577 065
496 317
2 992 492
2013
468 250
1 489 482
691 729
500 246
3 149 707
2014
481 477
1 517 241
689 187
498 259
3 186 164
2015
503 170
1 547 858
683 296
499 394
3 233 718
2016
512 095
1 537 210
712 504
502 895
3 264 704
Evolution en %
12 %
7 %
27 %
5 %
11 %
Source : SDIS
Selon le SDIS
, l’augmentation des dépenses de 2011 à
2016 pour ces indemnités, en
particulier celle de l’IAT, est liée à la revalorisation pour
interventions dans les zones urbaines
sensibles
et, en ce qui concerne l’IFTS,
à la suppression du logement des officiers.
4.4.1.2 L
es modalités d’attribution de ces indemni
tés
L’indemnité d’administration et de technicité
Instituée par le décret n° 2002-61 du 14 janvier 2002 modifié, l'indemnité
d'administration et de technicité (IAT) est une prime modulée pour tenir compte de la manière
de servir de l'agent dans l'exercice de ses fonctions. Les sapeurs-pompiers professionnels qui
ne bénéficient pas de l'indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires peuvent percevoir
l’IAT
.
L’attribution individuelle est liée à la valeur professionnelle des agents
et aux autres
critères
de répartition individuelle retenus par l’organe délibérant. Selon ces critères, l’autorité
de gestion
détermine le montant individuel de l’IAT qui ne peut dépasser 8 fois le montant de
référence du grade considéré.
Le
s modalités d’attribution définies
dans le règlement intérieur du SDIS mis à jour par
l’arrêté du président du CASDIS
du 22 décembre 2016
n’appellent pas d’observation
. Le
contrôle des IAT versées pour les années 2011 et 2016 au regard des seuils réglementaires,
à partir des listes annuelles nominatives de versement des primes et indemn
ités, n’a pas
révélé d’anomalie ou d’irrégularité
.
L’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires
En cas de dépassement d’horaire, les sapeurs
-pompiers professionnels
, à l’exception
des agents logés par nécessité absolue de service et selon leur niveau indiciaire, peuvent
percevoir
l’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires dans les conditions fixées par le
décret n° 2002-63 du 14 janvier 2002 modifié
. Le montant de l’IFTS varie suivant le supplément
60
IFTS, indemnité de responsabilité, IAT, indemnité de spécialité.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
43/78
de travail fourni et l’importance des sujétions auxquels l’agent
fait
face dans l’exercice effectif
de ses fonctions.
L’octroi de
cette indemnité est soumis à
une décision de l’assemblée délibérante qui
f
ixe les conditions d’attribution et le taux moyen (article 2 du décret
n° 91-875 modifié du
6 septembre 1991), en précisant le cas échéant des critères de modulation individuelle, dans
le respect du principe de parité avec les plafonds applicables aux fonctionnaires de l'Etat
61
.
Par délibération du 3 décembre 2009, le bureau a approuvé par délégation du CASDIS
le régime indemnitaire des personnels statutaires du SDIS intégré dans le règlement intérieur,
dont l
es dispositions relatives à l’IFTS. Elles s’appli
quent aux officiers de catégorie A (à partir
du grade de capitaine). Les officiers du SDIS, sans distinction, sont soumis à des contraintes
horaires qui résultent des besoins du service et de la pluralité des emplois qu’ils occupent :
activité opérationnelle, maintien de la capacité opérationnelle, emploi managérial et/ou
technico-administratif.
L’organe délibérant a ajouté des critères de modulation individuelle de l’IFTS fondés
sur la maîtrise du poste, à savoir les compétences et la valeur professionnelle et un volume
annuel supplémentaire de travail.
L’IFTS attribuée aux officiers non logés peut ainsi s’établir
au coefficient 2 ou au coefficient 6.
Les officiers non logés bénéficient d’
une IFTS au
coefficient
6 dès lors qu’ils effectuent en contrepartie
un volume annuel supplémentaire de
travail de 288
heures pour les chefs de groupe (soit l’équivalent de 36 journées de service
hors rang), de 160 heures pour les chefs de colonne (soit l’équivalent de 20 journées de
service hors rang), de 104 heures pour l
es chefs de site (soit l’équivalent de 13 journées de
service hors rang). Ces dispositions apparaissent conformes à la finalité de cette indemnité.
Tableau 20 :
Modalités d’octroi des IFTS aux officiers
Pas d’IFTS
IFTS à 2
IFTS à 6
Officier logé
1665 h
Officier non
logé
Groupe
1565 h
1853 h
Colonne
1565 h
1725 h
Site et SHR
1565 h
1669 h
Source : SDIS
Le contrôle par sondage des IFTS versées pour les années 2011 et 2016 au regard
des seuils réglementaires, à partir des listes annuelles nominatives de versement des primes
et indemnités, n’a pas révélé d’anomalies ou d’irrégularités
.
4.4.1.3
Le maintien de compléments de rémunération au titre des avantages collectivement
acquis
En application de l’article L. 1424
-41 du CGCT et de façon dérogatoire, le maintien au
profit des personnels transférés vers les SDIS, de complément de rémunération en vigueur
dans les services locaux d’incendie et de secours
avant la départementalisation instaurée par
la loi n° 96-369 du 3 mai 1996, est de droit à la condition que les bénéficiaires appartiennent
au 1
er
janvier 1996 à un corps communal ou intercommunal de sapeurs-pompiers au profit
duquel ce complément de rémunération avait été institué, et que ce complément soit plus
favorable que celui instauré par le SDIS.
Ce dispositif n’est pas mis en œuvre au sein des SDIS du Haut
-
Rhin, l’ensemble des
personnels percevant la prime de fin d’année en vigueur au sein du SDIS
.
61
CAA Bordeaux 28 mai 2001 n°97BX00169
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
44/78
4.5
Les
prestations de fin d’acti
vité des sapeurs-pompiers volontaires
4.5.1
L’évolution des dispositifs
La loi du 13 août 2004 relative à la modernisation de la sécurité civile a institué, en
remplacement de l’allocation de vétérance
créée par la loi n° 96-370 du 3 mai 1996, la
prestation de fidélisation et de reconnaissance (PFR)
permettant l’acquisition de droits à
pension exprimés en points et versés sous forme de rente viagère, avec effet à partir du
1
er
janvier 2005. La PFR est destinée à encourager la fidélité au service des SPV et à
reconnaître leur engagement
à l’égard
de la collectivité.
Les SPV ayant cessé leur activité avant le 1
er
janvier 2004 continuent de bénéficier de
l’allocation de vétérance. Ceux
qui sont partis entre le 1
er
janvier 2004 et le 31 décembre 2004,
perçoivent l’a
llocation de fidélité, système transitoire instauré pour les SPV ayant cessé leur
activité entre les deux dispositifs. Les SPV des corps communaux et intercommunaux
perçoivent la PFR si la collectivité qui les emploie a adhéré au dispositif. A défaut, ils perçoivent
l’allocation de vétérance.
La prestation de fin de service des SPV prend donc successivement plusieurs formes :
l’allocation de vétérance, l’allocation de fidélité, dispositif transitoire destiné aux SPV ayant
cessé le service en 2004 et la prestation de fidélisation et de reconnaissance attribuée aux
SPV ayant arrêté leur activité après le 1er janvier 2005.
La PFR ainsi que
l’allocation
de vétérance sont servies aux SPV quittant le service
après 20 années d’activité, dès lors qu’ils sont âgés d’au moins de 55 ans.
Elle est financée
par des cotisations personnelles et les contributions publiques à la charge du service
d’incendie et de secours. Ce régime est de plein droit pour les SPV des corps départementaux
et sur demande d’adhésion de la colle
ctivité publique compétente pour les SPV des corps
communaux et intercommunaux.
La loi du 27 décembre 2016 relative aux sapeurs-pompiers professionnels et aux
sapeurs-pompiers volontaires a créé une nouvelle PFR
au bénéfice de l’ensemble des SPV
des corps départementaux et, de manière optionnelle, pour les SPV des corps communaux et
intercommunaux. Cette nouvelle prestation est financée par les SDIS sur leur budget annuel
avec une
contribution de l’Etat
mais sans cotisation personnelle des SPV. Les modalités de
mise en œuvre de la nouvelle PFR ont été récemment fixées, par le décret n° 2017
-912 du
9 mai 2017.
4.5.2
L’évolution du coût des prestations pour le SDIS
Le coût des prestations de fin de service des SPV (allocation de vétérance, allocation
de fidélité et premier dispositif de PFR) pour le SDIS a augmenté globalement de 9,4 % entre
2011 et 2015, l’exercice 2016 enregistrant une baisse en raison de l’extinction du premier
dispositif de la PFR et le versement à
l’o
rganisme gestionnaire de cette prestation
(CNP Assurances) du solde de la contribution du SDIS. Toutefois, a
ucune provision n’avait
été constituée par ailleurs au titre de la contribution du SDIS au financement de la nouvelle
PFR dans le cadre du budget 20
16 dans l’attente du décret d’application.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
45/78
Tableau 21 : Evolution du coût de
s prestations de fin d’activité
En euros
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Evolution
2011/2016
Allocation de vétérance
1 866 551
1 913 071
1 980 694
1 988 237
2 023 368
2 095 637
+ 12 %
Allocation de fidélité
138 002
161 467
169 176
186 140
203 428
218 870
+ 59 %
PFR
contribution
publique
1 026 000
1 026 000
1 029 000
1 061 625
1 089 375
520 903
ns
Total prestations
3 030 553
3 100 538
3 178 870
3 281 040
3 316 171
2 835 410
Nombre de SPV
bénéficiaires au 31/12
2 736
2 745
2 969
3 017
2 874
nd
Source : SDIS et comptes administratifs
Le dispositif de la PFR mis en place en 2005 avait pour principal objectif de fidéliser
les sapeurs-pompiers volontaires dans leur engagement au sein des services de secours et
d’incendie. Si, avec 15 ans de service au sein du SDIS du Haut
-Rhin, la durée moyenne
actuelle
d’engagement des SPV en activité
reste nettement supérieure à la moyenne nationale
(11
ans et 5 mois), la PFR n’aurait eu
, selon le SDIS,
pas d’effet mesurable sur l’évolution de
l’effectif de SPV et la durée de leur engagement.
4.5.3
La prise en charge
de l’allocation de vétérance des
volontaires des CPINI par le SDIS
4.5.3.1
Les dispositions en vigueur et le régime mis en place par le SDIS
En application de la
loi n° 96-370 du 3 mai 1996 modifiée relative au développement
du volontariat dans les corps de sapeurs-pompiers, l'allocation de vétérance est composée
d'une part forfaitaire et d'une part variable. Le montant annuel de la part forfaitaire est fixé par
un arrêté conjoint du ministre de l'intérieur et du ministre chargé du budget. Le montant annuel
de la part variable est modulé en fonction des services accomplis par le sapeur-pompier
volontaire. Financée obligatoirement pour la part forfaitaire et la moitié de la part variable par
les contributions des collectivités autorités d'emploi des SPV, l'allocation de vétérance est
versée par le service départemental d'incendie et de secours du département dans lequel le
SPV a effectué la durée de service la plus longue, les SDIS percevant les contributions et
versant l'allocation de vétérance aux ayant-droits.
En 1998, le CASDIS décidait que le SDIS assumerait seul
le coût de l’allocation de
vétérance de l’ensemble des sapeurs
-pompiers volontaires du Haut-Rhin. En 2004, restant
dans la continuité de cette démarche, le CASDIS décidait
62
que le SDIS prendrait en charge,
à compter du 1
er
janvier 2004, le coût de la part
variable de l’allocation de vétérance allouée
aux SPV ayant cessé leur activité avant le 1
er
janvier 1998, calculée en fonction du grade de
l’intéressé lors de la cessation de fonction et de la durée de
s services effectués.
Au regard du cadre prévu par la loi du 3 mai
1996, l’organe délibérant du SDIS a
donc
élargi la contribution du SDIS au financement de l’allocation de vétérance des SPV d
ans des
proportions significatives, compte tenu du nombre élevé de SPV ressortant des corps
62
Délibération du CASDIS n°C2004/I-07.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
46/78
communaux et intercommunaux, accroissant une charge dont le législateur
n’
avait pas prévu
qu’elle
soit supportée par le SDIS.
En effet, issues du décret n° 97-1225 du 26 décembre 1997, les dispositions
, d’une
part, de
de l’article R. 1424
-30 du CGCT prévoient que les recettes du SDIS sont constituées,
«
le cas échéant, du remboursement par les communes et les établissements publics de
coopération intercommunale concernés des montants versés au titre de l'allocation de
vétérance
(…)
»
, d’autre part, de l’article R. 1424
-34 de ce code précisent que «
les communes
et les établissements publics de coopération intercommunale qui disposent d'un corps de
sapeurs-pompiers desservant un centre de première intervention conservent à leur charge les
dépenses relatives aux sapeurs-pompiers volontaires relevant du corps communal ou
intercommunal
».
Or, le remboursement par ces collectivités des sommes versées par le SDIS du Haut-
Rhin au titre de l’allocation de vétérance des SPV des corps communaux et intercommunaux,
n’a jamais été mis en œuvre pa
r le CASDIS, imposant à
l’établissement
le financement de
cette dépense sur ses ressources ordinaires.
4.5.3.2
Les évolutions prévues et mises en œuvre
En 2013, la convention pluriannuelle 2013-2015 entre le département et le SDIS
approuvée par la délibération du 28 janvier 2013 du CASDIS stipulait
63
un transfert échelonné
en 2014 et 2015 du coût de l’allocation de vétérance des SPV des corps communaux et
intercommunaux vers ces collectivités. Toutefois, suite à un accord implicite entre le conseil
départemental et le CASDIS, cette mesure n’a pas été mise en œuvre.
Une réforme a minima a cependant été retenue par le CASDIS en 2016. En effet, dans
certains cas, la contribution de la commune ou de l’EPCI
au financement du SDIS pouvait être
inférieure au montant des allocations de vétérance versées par le SDIS aux SPV du corps
local. Selon la délibération du CASDIS du 18 février 2016, 32 communes et syndicats locaux
étaient dans cette situation en 2015,
l’
insuffisance globale de leur contribution ne représentant
toutefois qu’un montant limité (45
340 €).
Ainsi, la délibération fixant les contributions communales et intercommunales au
financement du SDIS pour 2016, instaure désormais un rattrapage en année N de la différence
en faveur des communes et des syndicats entre la contribution versée au SDIS l’année N
-1 et
les allocations de vétérance versées par le SDIS la même année aux SPV de ces collectivités.
Pour autant, cette mesure ne constitue qu’une évol
ution marginale du dispositif de
prise en charge par le SDIS des allocations de vétérance des SPV des corps locaux car le
coût correspondant restait en 2016 croissant et beaucoup plus élevé que la compensation
instaurée. Ainsi, pour des contributions des 267 communes
disposant d’un
CPINI qui
s’élevaient à 4
866 581
€, les
allocations de vétérance versées en parallèle par le SDIS aux
SPV de ces CPINI atteignaient 1 543 414
€. Seules 40 de ces communes avaient une
contribution inférieure aux allocations de vétérance versées par le SDIS, pour un montant
global de 53 762
€ appelé à être imputé sur leurs contributions de 2017.
63
Point 8.3. le financement de
s dispositifs de fin d’activité des SPV.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
47/78
Tableau 22 : E
volution de l’allocation de vétérance pour le corps départemental et les corps
communaux 2014-2016
2014
2015
2016
Evolution
Corps départemental
531 777
378 733
383 179
- 28 %
Corps communaux
et intercommunaux
1 447 157
1 711 267
1 684 544
+ 16 %
Total
1 978 934
2 090 000
2 067 723
+ 11 %
Source : SDIS
Outre son effet limité pour les finances du SDIS, le dispositif de rattrapage décidé par
le CASDIS est inapproprié car il aboutit implicitement à lier le montant de la contribution
ordinaire de la collectivité au SDIS, au montant des allocations de vétérance versées par le
SDIS. Or, les dispositions de l’article R. 1434
-30 du CGCT ne font aucun lien entre eux, en
distinguant, d’une part, les contributions annuelles perçues par le SDIS pour le financement
du service départemental, d’autre part, le remboursem
ent par les communes et EPCI des
allocations de vétérance des SPV des corps locaux versées par le SDIS.
Dans ces conditions, la chambre appelle le SDIS à régulariser le financement des
allocations de vétérance des SPV, en demandant le remboursement aux communes et
syndicats locaux des allocations de vétérance des SPV des corps locaux.
Rappel du droit n° 1 : Demander le remboursement aux communes et syndicats locaux des
allocations de vétérance des SPV des corps locaux (article R. 1434-30 du CGCT)
4.6
Les avantages en nature
4.6.1
L’attri
bution des logements de fonction
En vertu
de l’article 5
du décret n° 90-850 du 25 septembre 1990, les sapeurs-pompiers
professionnels ont droit au logement en caserne, dans la limite des locaux disponibles. Dans
ce cas, ils bénéficient de la gratuité de l'électricité et du chauffage. Ils peuvent également être
logés à l'extérieur des casernements, par nécessité absolue de service. Les SPP non logés
peuvent percevoir
, conformément à l’article 6
-6 du même décret, une indemnité de logement
égale au maximum à 10 % du traitement augmenté de l'indemnité de résidence,
l’indemnité
perçue à ce titre ne pouvant être supérieure au double de celle d'un caporal, 1
er
échelon.
Le logement des
SPP à l’extérieur
par nécessité absolue de service représentant une
charge moyenne de 9
881 € par bénéficiaire, soit près de trois fois le montant de l’indemnité
de logement versée aux agents non logés, le CASDIS a décidé
64
de mettre fin à compter du
1
er
septembre 2016 à ce dispositif, hormis pour le directeur départemental et son adjoint.
L
indemnité de logement versée depuis cette date (37
745 €) représente pratiquement le quart
du coût pour le SDIS des concessions
de logements à l’extérieur des casernements
(148 212
€)
.
Néanmoins, l’économie dégagée par cette mesure,
évaluée à 20 3
00 €, est
moindre car les SPP qui ne bénéficient plus d’une concession de logement perçoivent
désormais l’IFTS.
4.6.2
Les véhicules de service mis à disposition
Les modalités de mise à disposition
et d’utilisation
des véhicules de service aux agents
du SDIS sont définies dans le règlement intérieur du SDIS arrêté le 22 décembre 2016 par le
président du CASDIS. Elles précisent notamment
les conditions d’affectation individuelle des
64
Délibération du CASDIS n° C 2016/III-08
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
48/78
véhicules de service avec autorisation de remisage à domicile, ces attributions étant liées à
des exigences de disponibilité ou à des sujétions particulières.
Comme le prévoit le règlement intérieur, ces attributions ont fait
l’objet d’arrêtés
individuels,
établis ou renouvelés au début de l’année 2017. Ils concernen
t les officiers du
SDIS encadrant les groupements ou commandant des centres de secours, les médecins-
officiers dirigeant le SSSM et le directeur administratif du SDIS. 43 cadres du SDIS disposaient
au vu des arrêtés pris - de ces véhicules en 2011, les arrêtés pris en 2017 concernaient 33
personnes.
4.7
Le temps de travail des agents du SDIS du Haut-Rhin
4.7.1
Le cadre légal
et l’organisation générale du temps de travail
Les agents titulaires du SDIS (SPP et PATS) appartenant à la fonction publique
territoriale, leur temps de travail relève des dispositions de l'article 1
er
du décret n° 2000-815
du 25 août 2000 auquel renvoie le décret n° 2001-623 du 12 juillet 2001. Le temps de travail
des SPP, eu égard à la nature de leurs missions,
fait l’objet de dispositions s
pécifiques fixées
par le décret n° 2001-1382 du 31 décembre 2001. Celui des PATS relève du régime de droit
commun, pour lequel la durée annuelle de temps de travail est fixée à 1 607 heures pour un
agent à temps complet sans préjudice des heures supplément
aires susceptibles d’être
effectuées. Elle tient compte
de l’application de la journée de solidarité pour les personnes
âgées instaurée par la loi n° 2004-626 du 30 juin 2004.
Pour les agents relevant du régime commun, l
’article 7
-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier
1984 et
l’article 2 du décret
du 12 juillet 2001 prévoient néanmoins, sur décision expresse de
l
’organe délibérant et après avis du comité technique paritaire,
deux dérogations à la durée
légale du temps de travail : le maintien des régimes d
’horaires de travail antérieurs à l
a loi
n° 2001-2 du 3 janvier 2001 et la définition de cycles de travail tenant compte des sujétions
liées à la nature des missions de certains agents (travail de nuit, le dimanche, en horaires
décalés, de travaux pénibles ou
dangereux …)
. Ces
dérogations n’ont pas été mise
s
en œuvre
au sein du SDIS.
Le dispositif général défini à l’article 151.2 du règlement intérieur du SDIS, qui tient
compte de la réduction et de l’annualisation du temps de travail, prévoit deux organisa
tions,
selon la nature des missions exercées par les agents
: d’une part, les missions postées
(gardes) ou en régime mixte (gardes, astreintes, service hors rang) effectuées exclusivement
par les sapeurs-pompiers professionnels
; d’autre part, les missions
non postées (service
journalier, service administratif) effectuées exclusivement par les personnels administratifs,
techniques et spécialisés et les sapeurs-pompiers professionnels affectés exclusivement en
service journalier.
4.7.2
La durée du temps de travail
La durée du temps de travail des agents du SDIS du Haut-Rhin est définie par le
règlement intérieur du SDIS. Aux termes de son article 151.1, cette durée est fixée à 1 579
heures, inférieure de 28 heures à la durée légale. Elle intègre,
d’
une part, les deux jours fériés
supplémentaires applicables dans les départements de Moselle, du Bas-Rhin et Haut-Rhin en
vertu
de l’arti
cle L. 3134-13 du code du travail
65
et valorisés 14 heures
, d’autre part
, deux jours
supplémentaires de congés accordés par le président du CASDIS «
en application du principe
de parité avec les agents de l’Etat et au vu du règlement intérieur en vigueur à la Préfecture
du Haut-Rhin
» (14 heures).
65
Le Vendredi Saint et le 26 décembre (Saint-Etienne) sont des jours fériés.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
49/78
La chambre rappelle que le décret n° 85-1250 du 26 novembre 1985 relatif aux congés
des fonctionnaires territoriaux
ne comporte aucune disposition permettant à l’autorité
territoriale d’accorder des jours de congés supplémentaires par rapport à ceux prévus par ce
texte, ceux-ci ne pouvant en outre conduire à une diminution de la durée annuelle légale du
temps de travail.
Au-
delà de son caractère irrégulier, cette mesure n’est financièrement pas neutre.
En
2016, pour un effectif de 525 SPP et PATS
66
, les deux jours de congés supplémentaires
accordés par le président du CASDIS représentaient un volume annuel de 7 350 heures non
travaillées, soit
l’équivalent de
4,6 agents en équivalent temps plein (ETP)
67
. Sur la base du
coût total moyen d’un emploi d’agent titulaire
pour le SDIS (soit 57
300 €), la charge annuelle
correspondante
s’établissait à
environ 263 000
.
Rappel du droit n° 2 : Respecter la règlementation relative aux congés des fonctionnaires
territoriaux (décret n° 85-1250 du 26/11/1985) et à la durée du temps de travail fixée (décrets
n° 2000-815 du 25 août 2000 et n° 2001-623 du 12 juillet 2001).
4.7.3
Le régime
des autorisations spéciales d’absence facultatives
Les articles 59 et 136 de la loi n° 84-53 du 26 précitée
prévoient la possibilité d’accorder
des autorisations spéciales d’absence aux agents «
à
l’occasion de certains évènements
familiaux
»
. En l’absence de décret d’application
de ces dispositions, il revient à l’organe
délibérant de se prononcer sur la nature et la durée de ces autorisations spéciales
d’absence
qui restent toutefois facultatives et
dont l’
octroi tient compte des nécessités de fonctionnement
normal du service.
Le règlement intérieur du SDIS (articles 153.1.1 et suivants) indique, selon les régimes
de travail,
les autorisations d’absence
pouvant être délivrées aux agents selon les
circonstances
68
. Il résulte de ces dispositions que le régime en vigueur au sein du SDIS est un
peu plus favorable que celui pratiqu
é au sein de la fonction publique d’Etat
69
.
4.7.4
Les heures supplémentaires
4.7.4.1
La gestion des heures supplémentaires au sein du SDIS
20 444 heures supplémentaires ont été effectuées en 2016, quasi-intégralement (95
%) par les SPP, pour la plupart travaillant en équipes spécialisées. Si le nombre des heures
supplémentaires a connu une progression mesurée entre 2013 et 2016 (+ 2,4 %), il est élevé
70
et le coût en indemnités horaires pour travaux supplémentaires (IHTS) a augmenté de 8,5 %
sur cette période pour s’établir à
313 132
€ en 2016
. Le volume de ces heures supplémentaires
représentait 12,8 ETP
71
, soit 2,5 % de l’effectif
total du SDIS.
Il résulte du décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 que
l’accomplissement par l’agent
d’heures supplémentaires donne lieu à une compensation sous la forme de repos ou, le cas
66
Effectif au 31 décembre 2016, dont 407 SPP, 6 SSS SPP et 112 PATS.
67
Compte tenu de 1 593 heures de travail effectif annuel (1 607 heures
14 heures correspondant au Vendredi
Saint et à la Saint-Etienne).
68
Cf. annexe 1, tableau 11.
69
Instruction FP n°7 du 23 mars 1950 pour l’application des dispositions du statut général
des fonctionnaires
relatives aux congés annuels et autorisations exceptionnelles d’absence.
70
Cf. annexe1, tableau 12.
71
20 444 heures / 1593 heures.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
50/78
échéant, une indemnisation selon les modalités définies par ce texte. Par ailleurs, le versement
de ces indemnités est subordonné à la m
ise en œuvre par l’employeur de moyens de contrôle
automatisé permettant de comptabiliser de façon exacte les heures supplémentaires
accomplies. Pour les personnels exerçant leur activité hors de leurs locaux de rattachement,
un décompte déclaratif contrôlable peut remplacer le dispositif de contrôle automatisé.
Le régime d’heures supplémentaires en vigueur au sein du SDIS ne
satisfait pas à ces
exigences réglementaires. En effet, le CASDIS
n’a pas défini de
règles quant au recours aux
heures supplémentaires pour les SPP en service hors rang (SHR) et, de façon générale, quant
aux modalités de leur compensation, conduisant le SDIS, ce que le texte précité ne prévoit
pas, à indemniser systématiquement toutes les heures supplémentaires réalisées. En outre,
si les différents sites d’emploi du SDIS disposent d’un moyen de contrôle automatisé
du temps
de travail utilisé par les PATS, les sapeurs-pompiers professionnels ne sont pas soumis à ce
dispositif.
La chambre appelle dès lors le SDIS à intégrer dans son règlement intérieur, les
modalités de recours aux heures supplémentaires et de leur compensation et prend note des
propositions d’évolution qui seront soumises à cet effet au CASDIS dans le courant de l’année
2018.
Rappel du droit n° 3 : Intégrer dans le règlement intérieur les règles applicables aux heures
supplémentaires fixées au décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002.
4.7.4.2
La situation des SPP postés en équipes spécialisées
Conformément au SDACR, des équipes spécialisées de sapeurs-pompiers
interviennent obligatoirement selon la nature des opérations engageant
les services d’incendie
et de secours. Elles concernent notamment le sauvetage aquatique, le risque chimique, le
risque radiologique, le sauvetage-déblaiement, les équipes animalières ou les recherches et
interventions en milieux périlleux. Les sapeurs-pompiers postés en équipes spécialisées
effectuent chaque année des formations obligatoires pour conserver leurs qualifications et
figurer sur la liste
d’aptitude arrêtée chaque année par le préfet
.
Le SDIS du Haut-Rhi
n a fait le choix d’organiser ces
formations en dehors des plages
horaires de travail des agents concernés
, c’est
-à-dire en dehors des temps de garde de ces
sapeurs-pompiers. Les heures ainsi réalisées sont comptabilisées en heures supplémentaires
et indemnisées.
En 2016, 226 SPP ont été indemnisés pour les 16 634 heures supplémentaires
qu’ils
ont effectuées à ce titre, représentant 81 % du volume total des heures supplémentaires du
SDIS et 82 % (soit 256
000 €) des
IHTS attribuées au cours de cet exercice.
En outre, en raison de ces formations réalisées en dehors des temps de garde, certains
SPP postés en équipes spécialisées
72
peuvent effectuer un nombre d’
heures supplémentaires
dépassant le contingent maximum de 25 heures mensuelles fixé par le décret du 14 janvier
2012.
Pour le SDIS, la réalisation de ces formation
s à l’intérieur du temps de service des
SPP conduirait mécaniquement à réduire le nombre de leurs gardes annuelles et, par
conséquent, susciterait un besoin en SPP supplémentaires, évalué à 10,6 ETP sur la base
des 16 634 heures supplémentaires réalisées en 2016 ; l
’indemnisation des heures
72
Cf. annexe 1, tableau 13.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
51/78
supplémentaires restant moins coûteuse
que le recrutement d’une dizaine
de SPP
supplémentaires
(de l’ordre de 600
000 €)
73
.
Cependant, les dérogations prévues par le décret de 2002 à la règle des 25 heures, à
savoir la présence de circonstances exceptionnelles et limitées dans le temps ou une décision
de l’organe délibérant autorisant ce dépassement pour des agents occupant
certaines
fonctions ne peuvent
s’applique
r à ce dispositif.
4.8
Le temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels
4.8.1
Le cadre légal
4.8.1.1
La définition du temps de travail des SPP
Régie par le décret n° 2001-1382 du 31 décembre 2001 modifié relatif au temps de
travail des sapeurs-pompiers professionnels, la durée de travail effectif des sapeurs-pompiers
professionnels comprend le temps passé en intervention, les périodes de garde et les services
hors rang, de sécurité ou de représentation. Les périodes de garde comprennent le
rassemblement qui intègre les temps d
’habillage et de déshabillage,
la tenue des registres,
l’entrainement physique, le
maintien des acquis professionnels,
les manœuvres de la garde,
l’entretien des locaux, des matériels et des agrès
, les éventuelles tâches administratives et
techniques, ainsi que les pauses pour les repas.
Les astreintes ne sont pas comptabilisées dans le temps de travail effectif. En
revanche, la durée d’intervention pendant l’astreinte et, le cas échéant, le déplacement pour
se rendre sur le lieu de travail et en revenir, y sont intégrés.
En application des directives européennes
74
, la durée de travail effectif journalier ne
peut excéder 12 heures consécutives. Toutefois, eu égard aux missions des SDIS et aux
nécessités de service, le CASDIS peut fixer le temps de présence à 24 heures consécutives
(article 3 du décret n° 2001-1382 du 31 décembre 2001). Dans ce cas, le volume horaire
maximal de présence que peut effectuer un sapeur-pompier professionnel est limité, depuis le
décret n° 2013-1186 du 18 décembre 2013, à 1 128 heures par semestre, soit 2 256 heures
par an. Il correspond à 47 gardes de 24 heures par semestre ou 94 gardes de 24 heures par
an.
4.8.1.2 La notion de
temps d’équivalence
Deux durées légales de temps de travail sont applicables aux SPP :
d’une part, le
temps de travail légal fixé à 1 607 heures pour la fonction publique,
d’autre part le temps de
présence annuel légal fixé au maximum à 2 256 heures pour les SPP. Afin de faire
correspondre ces deux temps de travail, le temps de présence est converti par un coefficient
d’équivalence en tem
ps de travail effectif. Le temp
s d’équivalence
est alors celui qui
correspond au temps de travail effectif, même si le temps de présence lui est supérieur. A titre
d’
exemple, si le temps
d’équivalence
d’une
garde de 24 heures représente 18 heures, alors le
temps de travail effectif sera de 18 heures.
Le régime
d’équivalence mis en œuvre au sein du
SDIS est fixé par une délibération
du CASDIS.
73
Le recrutement de 10,6 SPP (en ETP) représenterait une charge annuelle de 637
400 €
environ pour le SDIS à
raison d’un coût moyen de
60
129 € par SPP.
74
Directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003 concernant certains aspects
de l’aménagement du temps de travail.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
52/78
4.8.2
Les durées de temps de travail
Le temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels du SDIS du Haut-Rhin est
défini par le règlement intérieur. Le temps de travail effectif annuel est ainsi fixé à 1 579 heures
(article 331.1). Il tient compte des deux jours de congés non réglementaires accordés par le
président du CASDIS et des deux jours fériés propres aux départements de la Moselle, du
Bas-Rhin et du Haut-Rhin, et intègre une moyenne de 56 heures de formation par an,
lesquelles se traduisent en heures de garde ou de service journalier si elles ne sont pas
utilisées.
Les SPP postés, en gardes de 12 heures ou de 24 heures, bénéficient de manière
automatique de deux jours de congés dits de fractionnement, valorisés 14 heures. Si cette
situation ne contrevient pas aux dispositions du décret n° 85-1250 du 26 novembre 1985, elle
a néanmoins pour effet de ramener la durée de travail effectif théorique de ces SPP de 1 579
heures à 1 565 heures, tandis que les SPP non postés ne peuvent bénéficier de deux jours de
fractionnement que selon les modalités prévues par ce texte.
Le temps de présence annuel applicable aux SPP postés en gardes de 24 heures est
fixé par le CASDIS à 2 112 heures, soit 144 heures de moins que la durée légale maximum. Il
résulte d’un temps d’équivalence à 17,78 heures
appliqué au calcul suivant : (1 565 heures /
17,78) x 24. Il correspond à 88 gardes de 24 heures par an, soit six gardes de moins que le
nombre de gardes maximum prévu par la réglementation.
Par ailleurs, les sapeurs-pompiers postés en gardes de 12 heures effectuent 130
gardes par an, une heure de garde équivalant à une heure de travail effectif. De ce fait, leur
temps de travail effectif est de 1 560 heures, soit 5 heures de moins que le temps de travail
effectif fixé par le CASDIS.
4.8.3
Les autres régimes de service des sapeurs-pompiers professionnels
Plusieurs régimes de service
s’appliquent
aux sapeurs-pompiers professionnels du
SDIS du Haut-Rhin, selon la nature des missions
qu’ils effectuent.
Ces régimes et les temps
de travail qui leurs sont associ
és sont définis à l’annexe 6 du règlement intérieur.
Les sapeurs-pompiers assurant un régime de service mixte (périodes de garde et de
service hors rang ou période
s d’astreinte et de service hors rang
) effectuent un temps de
présence déterminé ainsi : une heure de présence en service hors rang vaut une heure de
travail effectif, une heure de garde 12 heures vaut une heure de travail effectif, une heure de
garde 24 heures vaut 0,74 heure de travail effectif
, une heure d’astreinte vaut 0,125 heure de
travail effectif.
Les sapeurs-pompiers logés par nécessité absolue de service effectuent un temps de
présence qui correspond au régime de service auquel ils sont soumis. Toutefois, leur temps
de travail effectif annuel est majoré de 100 heures.
Le directeur et le directeur adjoint du SDIS sont des sapeurs-pompiers professionnels.
Toutefois, leur temps de travail effectif annuel correspond au régime en vigueur pour les
personnels administratifs, techniques et spécialisés. Par ailleurs, ces officiers supérieurs
assur
ent chacun 26 semaines par an d’astreintes de direction compensées par la concession
d’un logement par nécessité absolue de service.
Le potentiel opérationnel de garde des SPP qui mesure la proportion des SPP
mobilisables instantanément s’établissait à 22
% pour 2015 et 2016. Ce ratio
75
rapportant le
75
Sur un effectif de 318 SPP, le calcul est le suivant 70/318.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
53/78
nombre de SPP de garde par rapport à l’effectif des SPP non officier était légèrement
supérieur
à la moyenne des SDIS de deuxième catégorie (20 %).
4.8.4
Les régimes de garde
Afin d’assurer la permanence de l’interve
ntion et du secours, le traitement des appels
au centre de traitement de l’alerte (CTA) et la conduite des opérations au centre opérationnel
départemental (CODIS), le SDIS du Haut-Rhin est organisé en services de gardes.
Les SPP du Haut-Rhin affectés au CTA-CODIS sont postés en gardes à durée unique
de 12 heures (G12). En 2014
, 63 SDIS avaient choisi ce mode d’organisation en garde à durée
unique pour leurs CTA-CODIS, dont 49 un régime de gardes G12
76
.
Près des deux tiers (64 %) des SPP affectés dans les cen
tres d’intervention et de
secours du Haut-Rhin étaient, en 2016, postés en gardes à durée unique de 24 heures et
10
%, tels les SPP du CS de Wittenheim, relevant d’un régime de garde
de 12 heures. Les
autres SPP postés en centres de secours relevaient d’un
régime mixte (G12 et G24). En 2014,
13 SDIS avaient choisi un
mode d’organisation en garde à durée unique et 6 d’entre eux
le
régime de gardes G24
77
.
Tableau 23 : Effectifs par type de garde
Source : SDIS 68
Il résulte de ces constats que
si le régime de garde de 24 heures n’affecte pas
globalement le potentiel opérationnel journalier des centres de secours départementaux (cf.
supra), ce régime offre moins de souplesse pour ajuster ce potentiel en fonction des variations
constatées selon les heures et certaines périodes de la semaine. En outre, la prédominance
du régime G24 dans les centres de secours du Haut-Rhin ne découle pas de contraintes
opérationnelles avérées.
C’est pourquoi, le SDIS souhaite, à la faveur du prochain SDACR,
accroître les régimes de gardes de 12 heures pour améliorer la réponse opérationnelle en
journée, durant la semaine, dans différents centres. Ces évolutions pourraient conduire à des
redéploiements d’effectifs postés entre certains centres de secours principaux (Mu
lhouse,
Colmar) et d’autres centres de secours.
La chambre ne peut dès lors,
que recommander l’examen des effets d’
un recours accru
au régime de garde de 12 heures sur la disponibilité de certains centres de secours selon les
périodes.
Recommandation n° 2 : Evaluer les conséquences
d’un
recours accru au régime des
gardes de 12 heures sur la disponibilité des centres de secours
76
Source : infoSDIS 2014.
77
Source : infoSDIS 2014.
Effectifs SPP
(hors SSSM)
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Total SPP
402
400
399
409
416
413
Garde 24
259
261
261
261
263
263
Garde 12
33
35
38
40
40
40
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
54/78
4.8.5
Le contrôle du temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels
4.8.5.1
Les modalités de contrôle du temps de travail
Les centres de secours dispose
nt d’
un logiciel permettant aux officiers de préparer les
tableaux de garde des sapeurs-pompiers professionnels postés et de visualiser leurs temps
de garde et d’astreinte
. Néanmoins, ce logiciel étant un outil de gestion opérationnelle et non
un outil de gestion de ressources humaines, le suivi du temps de travail est assuré dans
chaque centre à partir de tableaux Excel, à partir des
relevés nominatifs d’activité
.
Dans ces conditions,
si cet outil permet au SDIS de disposer d’une bonne
visibilité sur
les effectifs disponibles au plan opérationnel, il ne permet pas au groupement du SDIS chargé
des ressources humaines
d’assurer un suivi
global du temps de travail des sapeurs-pompiers
professionnels postés. La direction du SDIS ne peut donc
s’assurer du
respect des temps de
travail et des temps de repos de ces personnels.
4.8.5.2
La question du service hors rang (SHR)
Le décret n° 2001-1382 du 31 décembre 2001 relatif au temps de travail des sapeurs-
pompiers professionnels intègre le SHR dans la dur
ée effective de travail des SPP, mais n’en
définit pas le contenu.
Pour le SDIS du Haut-Rhin, le service hors rang (SHR) comprend les activités
techniques et/ou administratives que l’agent effectue en dehors de l’activité opérationnelle.
Les sapeurs-pompiers non officiers postés peuvent être à ce titre affectés à différentes tâches
techniques : entretien de matériels et de locaux, travaux de rénovation, nettoyage de
véhicules, travaux d’électricité. Les sapeurs
-pompiers officiers postés se consacrent à des
tâches managériales, à la gestion du parc de matériel du SDIS, à la gestion d’une flotte de
véhicules, au contrôle des registres de plannings, à la formation de maintien, d’actualisation
et de perfectionnement des acquis.
Bien que précis et détaillé sur de nombreux points, le règlement intérieur du SDIS et
ses différentes annexes ne précisent pas ce que recouvre le SHR, ce
qui n’apparaî
t pas
constituer une difficulté pour le SDIS. Il est seulement mentionné
dans l’annexe 6 qu’il est
assimilé, en termes de durée de travail, au régime administratif. Néanmoins, la chambre prend
note que, selon la présidente du CASDIS, le nouvel organigramme des services du SDIS et le
nouvel arrêté relatif à l’organisation
du corps départemental permettront
d’identifier les pos
tes
de SPP en SHR et le contenu de leurs activités.
4.8.5.3
Les contrôles opérés sur les gardes postées et les personnels soumis à un
régime mixte
Un contrôle par échantillonnage des gardes de 24 h a été réalisé à partir des relevés
annuels individuels d’activité,
sur un tiers des sapeurs-pompiers des centres de secours de
Colmar, Mulhouse et Saint-Louis, soit 85 agents, la totalité des sapeurs-pompiers
professionnels du Haut-Rhin postés en gardes de 24 heures étant affectés dans un de ces
trois centres. Il fait apparaître que la durée du travail assuré est conforme à la durée fixée par
le règlement intérieur du SDIS.
Le temps de travail effectué par la moitié des sapeurs-pompiers du centre de secours
de Wittenheim et du CTA-CODIS qui regroupent la totalité des SPP postés en gardes de
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
55/78
12 heures, soit 40 agents, a également été contrôlé. Il en résulte que le nombre de gardes
effectuées est conforme au nombre de gardes fixé (130 gardes de 12 heures).
Le régime mixte concerne principalement des officiers placés dans deux positions, soit
en astreinte et en travail de bureau, soit en garde et en travail de bureau. Le contrôle opéré
sur un échantillon de 26 sapeurs-pompiers officiers du SDIS du Haut-Rhin, soit un tiers de
l’effectif concerné,
ne fait pas apparaîtr
e d’écart par rapport aux
durées fixées par le SDIS.
4.8.6
Le temps consacré aux interventions
4.8.6.1
L’évolution
globale des interventions
Dans un contexte de baisse globale du
nombre d’interventions de
14 % entre 2011 et
2016 (cf. supra), l
e nombre d’interventions
de jour a diminué de 19 % entre 2011 et 2016, celui
des interventions effectuées la nuit de 7%. Si
l’effectif moyen de garde n’a pas été ajusté
dans
des proportions équivalentes
puisqu’il n’a baissé que de 3
% la nuit et a augmenté de 2,8 %
le jour, la présidente du CASDIS précise que le potentiel opérationnel journalier (POJ) a
vocation à être adapté dans le cadre du nouveau règlement opérationnel.
Tableau 24 :
L’évolution de l’activité du SDIS
Nombre
d’interventions
de jour
(8h-20h)
Nombre
d’interventions
de nuit
(20h-8h)
Sorties au feu
Effectif moyen de
garde (SPP)
Effectif moyen
disponible (SPP) (1)
jour
nuit
jour
nuit
jour
nuit
2011
33 696
12 755
2 071
1 821
71
64
71
64
2016
28 250
11 870
1 556
1 297
73
62
74
63
Evolution
- 19 %
- 7 %
- 25 %
- 29 %
2,8 %
- 3 %
4,2 %
1,1 %
Source
: SDIS 68 (1) gardes et astreintes (en 2011 pas d’astreinte SPP, en 2016 1 opérateur SPP d’astreinte au
CTA-CODIS + 1 chef de salle les week-end et jours fériés)
4.8.6.2
L’analyse des moyens dans les
centres de secours principaux
Dans les centres de secours principaux de Mulhouse, Colmar et Saint-Louis qui
réunissent l’ensemble des sapeurs
-pompiers professionnels du SDIS postés en gardes de 24
heures, le temps de garde
s’apprécie
en tranches horaires de 1 heure, soit 8 784 tranches
pour l’année 2016
(366 jours de 24h)
. L’effectif disponible
représente les moyens humains
dont dispose le centre
alors qu’il peut déjà être engagé sur une ou plusieurs interventions
simultanément. Le taux de couverture du risque représente le pourcentage du temps au cours
duquel l’effectif disponible
était suffisant pour faire face aux interventions.
Tableau 25 : Proportion de SPP disponibles en gardes de 24 heures pour un engagement
supplémentaire en (2016)
Centre de secours
+ de 50 % de
l’effectif
SPP disponible
+ de 80
% de l’effectif
SPP disponible
Mulhouse
89 % du temps
57 % du temps
Colmar
90 % du temps
62 % du temps
Saint-Louis
91 % du temps
75 % du temps
Source : SDIS 68
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
56/78
Au CSP de Mulhouse, dans 99,8 % des tranches horaires, les effectifs de garde étaient
suffisants pour assurer les interventions de jour en semaine. Cela signifie que le recours aux
effectifs d’astreintes s’est limité à
18 créneaux
d’une heure dans l’année. Ce pourcentage
s’élève à 99,9
% du temps de nuit en semaine et à 100 % du temps le week-end. Pour les
CSP de Colmar et de Saint-Louis, les taux de couverture du risque selon les tranches horaires
ne sont pas fondamentalement divergents.
Tableau 26 : Taux de couverture du risque en 2016
Mulhouse
Colmar
Saint-Louis
Effectifs de garde
30
17*
13
Taux de couverture de jour en semaine
99,8 %
99,2 %
97,9 %
Taux de couverture de nuit en semaine
99,9 %
99,5 %
99,6 %
Taux de couverture de jour le WE
100 %
98,9 %
99 %
Taux de couverture de nuit le WE
100 %
99,8 %
99,1 %
Source : SDIS 68 *sauf de jour en semaine = 20
Ces données montrent que la mobilisation des sapeurs-pompiers
n’est pas
forcément
adaptée à la couverture des risques
selon les périodes d’une journée de 24 heures et selon
les endroits. E
n d’autres termes, le taux de couverture
est moindre de jour et en semaine au
CSP de Saint-Louis et a priori complètement suffisant le week-end (de jour comme du nuit)
pour les trois CSP.
L’hypothèse d’une «
sur-couverture » du risque à certains moments de la semaine ou
à certains endroits doit être rapprochée de l’évolu
tion du nombre et du taux de gardes
blanches
78
et d’astreintes sans rappel (les gardes étant effectuées par les SPP, les astreintes
par les SPV) observé dans les centres de secours en gardes de 24 heures et de 12 heures.
Ces évolutions font notamment apparaître une légère augmentation du nombre et du taux des
gardes blanches dans les centres de secours en gardes de 12 heures.
Tableau 27 : Les gardes sans intervention, les gardes blanches et les astreintes sans rappel
G 24
G 12
Nombre de gardes sans intervention en 2011
0
34
en % du nombre total de gardes effectuées en 2011
-
4 %
Nombre de gardes sans intervention en 2016
0
56
en % du nombre total de gardes effectuées en 2016
-
7 %
Nombre d’astreinte
s sans rappel en 2011
3 684
en % du nombre total d’astreintes effectuées en 2011
34 %
Nombre d’astreinte
s sans rappel en 2016
3 971
en % du nombre total d’astreintes effectuées en 2016
32 %
Source : SDIS 68
78
Le nombre de gardes blanches lors d’une garde de 24 heures indique le nombre de sapeurs
-
pompiers qui n’ont
pas été appelés en intervention au cours de ladite garde.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
57/78
4.9
Le temps de travail des personnels administratifs, techniques et spécialisés et des
SPP en régime hors rang
4.9.1
La durée légale et la durée théorique du temps de travail effectif
Le temps de travail des personnels administratifs, techniques et spécialisés du SDIS
du Haut-Rhin, défini par le règlement intérieur,
s’applique également aux sapeurs
-pompiers
professionnels en régime hors-rang. Il est fixé à 1 579 heures (article 411.1.1), compte tenu
des deux jours de congés supplémentaires accordés par le président du CASDIS et des deux
jours fériés supplémentaires légaux.
Les agents peuvent effectuer une durée hebdomadaire variable, de 35 heures à 39
heures. Selon le régime choisi, au-delà de 35 heures,
des jours d’ARTT sont attribués
afin que
la durée de travail corresponde, sur une année, à un volume hebdomadaire maximal de 35
heures.
Toutefois, les différents régimes applicables et leur correspondance en nombre de
jours d’ARTT
qui ne sont pas définis dans le règlement intérieur, auraient vocation à être
précisés. La chambr
e prend note à cet égard de l’intention de la présidente du CASDIS
d’intégrer ces précisions à la faveur de la mise à jour du règlement intérieur du SDIS.
Recommandation n° 3 : Définir dans le règlement intérieur les différents régimes de travail
hebdomadaire applicables aux personnels administratifs, techniques et spécialisés et les
correspondances en jours annuels d’ARTT.
4.9.2
Les renforts de PATS au
centre de traitement de l’alerte –
Centre opérationnel
départemental du service d’incendie et de secours (
CTA-CODIS)
Aucun agent PATS
n’est affecté
au CTA-CODIS qui est composé exclusivement de
sapeurs-pompiers professionnels.
Toutefois, lors d’opérations multiples liées notamment à des intempéries, certains de
ces personnels prêtent leur concours aux sapeurs-pompiers du CTA-CODIS. Dans ces
circonstances, de nature exceptionnelle, le renfort est effectué pendant le temps de travail de
ces agents (heures ouvrables)
. Cela signifie qu’aucun temps d’équivalence n’est appliqué
à
ce renfort et
qu’il
ne donne lieu à aucune forme de récupération ou de compensation.
La liste des personnels administratifs, techniques et spécialisés du SDIS formés pour
intégrer une salle de débordement comporte 11 noms. Cette organisation
n’
est toutefois mise
en œuvre
que de façon limitée. En 2016, ces situations de renfort se sont produites à 2 reprises
et ont concerné respectivement 4 et 6 PATS.
4.10 Le temps de travail des sapeurs-pompiers volontaires du corps départemental
Le cadre juridique de l’activité des sapeurs
-pompiers volontaires est fixé par le décret
n° 2013-412 du 17 mai 2013. Ces dispositions sont reprises au titre 2 du règlement intérieur
du SDIS.
Les sapeurs-pompiers volontaires sont des agents publics contractuels qui exercent,
dans des conditions qui leur sont propres, la même activité que les sapeurs-pompiers
professionnels, même si cette activité ne constitue pas une profession
79
.
79
Avis Con
seil d’Etat N°353
155 du 3 mars 1993.
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
58/78
Ainsi, aucune norme, autre que les dispositions générales réglementant le temps de
travail, ne fixe celui des sapeurs-pompiers volontaires. Au sein du SDIS du Haut-Rhin, les
sapeurs-
pompiers volontaires sont intégrés à l’organisation générale du temps de travail
prévue pour les sapeurs-pompiers professionnels.
4.11 L
es motifs d’absence
Il n’existe pas de définition réglementaire de l’absentéisme et
différentes approches
peuvent être mises en œuvre
. Celle retenue par la c
hambre prend en considération l’ensemble
des motifs d’
absence, en identifiant néanmoins
les jours d’absence consacrés à la formation.
C
ompte tenu de l’organisation administrative
retenue par le SDIS pour les formations des SPP
appartenant aux équipes spécialisées (cf. supra), le volume des jours d’absence pour
formation et son évolution ne correspondent pas à la totalité des activités de formation
réalisées au sein du service du SDIS.
4.11.1
L’évolution et le
niveau de l’absentéisme
4.11.1.1
L’évolution de l’absentéisme
80
Le nombre de jours d’absence
des agents du SDIS du Haut-Rhin, tous motifs
confondus, a progressé de 28,8 % entre 2011 et 2016 (de 9 218 jours à 11 878 jours). Cette
hausse résulte principalement de l’a
ugmentation de 81
% du nombre de jours d’absence pour
maladie (de 5 552 jours à 10 056 jours), en particulier celles liées aux accidents du travail
(+ 131 %),
l’augmentation
(+ 59 %)
du nombre de jours d’absence pour maladie ordinaire
bien
que significative, restant moindre.
Hors jours de formation, l
e nombre de jours d’absence des
agents du SDIS du Haut-
Rhin est en hausse de 58,6 % entre 2011 et 2016 (de 6 668 jours à 10 579 jours).
L
e nombre de jours d’absence
des sapeurs-pompiers professionnels, hors formation,
a augmenté de 59,5% entre 2011 et 2016 (de 4 628 jours à 7 382 jours). Cette hausse résulte
exclusivement
de l’augmentation
de 76,9 % du nombre de jours
d’absence pour maladie
ordinaire (de 4 016 jours à 7 106 jours). La baisse très importante (- 76,5 %) du nombre de
jours de formation
est liée au contexte particulier de l’année 2011 au cours de laquelle le
nombre important de recrutements sur liste d’aptitude a suscité un volume de formation
exceptionnel.
L
e nombre de jours d’absence
des PATS, tous motifs confondus, a progressé de 24,2
% entre 2011 et 2016 (de 2 803 jours à 3 482 jours). Cette hausse résulte principalement de
l’augmentation de 92
% du nombre de jours d’absence pour maladie (de 1
536 jours à 2 950
jours). En revanche, le nombre de jours de formation a baissé de 62,6 % (de 763 à 285 jours).
4.11.1.2
Le niveau de l’absentéisme
Le taux d’absentéisme, tous motifs confondus
, atteignait 10,2 % au SDIS du Haut-Rhin
en 2016 et à 9,1 % hors formation.
Ces taux se traduisent au niveau du SDIS du Haut-Rhin par
l’absence
annuelle de
53 agents
81
dont 45 pour raisons de santé
82
.
Le taux d’absentéisme des sapeurs
-pompiers
80
Cf. annexe 1, tableau 14.
81
38 SPP (9,2 % /413 ETP) et 15 PATS (14,1 % /111).
82
32 SPP (7,8 % /413 ETP) et 13 PATS (12 % /111).
Observations définitives
SDIS du Haut-Rhin
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
59/78
professionnels, hors formation,
s’élevait à
8,3 % en 2016, soit 3,1
points de plus qu’en 2011,
dont 7,8 % pour les seul