Sort by
Le Président
lettre recommandée avec A.R.
500, avenue des États du Languedoc
CS 70755
34064 MONTPELLIER CEDEX 2
T +33 4 67 20 73 00
crclr@lr.ccomptes.fr
ROD2 - Association OONM
CONFIDENTIEL
Le 22/07/2016
Réf. :
GRM / 16 / 1312
Monsieur le Président,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives
arrêtées par la chambre régionale des comptes sur la gestion de l’association Opéra et orchestre
national de Montpellier.
Il est accompagné des réponses reçues à la chambre dans le délai prévu par l’article L.
243-5,
alinéa 4, du code des juridictions financières.
Ce document final est également transmis à l’exécutif des collectivités territoriales qui ont apporté
un concours financier à l’organisme contrôlé ou qui détiennent une partie du capital ou une partie
des voix dans ses instances de décision.
Dès la plus proche réunion de leur assemblée, ce rapport peut être publié et communiqué aux tiers
dans les conditions fixées par la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 modifiée.
Si vous le souhaitez, vous pouvez également transmettre ce rapport et les réponses jointes à votre
conseil d’administration.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l
assurance de ma considération distinguée.
André PEZZIARDI
Monsieur Didier DESCHAMPS
Président du conseil d’administration
de
l’Opéra et orchestre national de Montpellier
CS 89024
34967 MONTPELLIER CEDEX 2
1/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Rapport d’observations définitives
n° GRM/16/1312 du 22/07/2016
ASSOCIATION OPÉRA ET ORCHESTRE NATIONAL DE MONTPELLIER
Exercices 2009 à 2014
S O M M A I R E
1.
Procédure
................................................................................................................................
5
2.
Présentation de l’OONM
.........................................................................................................
5
2.1.
Les statuts
.......................................................................................................................
5
2.2.
Le label « opéra national en région »
...............................................................................
6
2.3.
L’évolution statutaire
........................................................................................................
6
2.4.
Un financement qui repose à 90 % sur des fonds publics
................................................
7
2.5.
Les audits
........................................................................................................................
7
3.
La vie associative
...................................................................................................................
8
3.1.
L’assemblée générale et le conseil d’administration
........................................................
8
3.2.
Le président du conseil d’administration
..........................................................................
9
3.3.
Le bureau
........................................................................................................................
9
3.4.
Une vie associative qui manque de formalisme
...............................................................
9
4.
La direction de l’association
................................................................................................
10
4.1.
Des statuts en inadéquation avec l’organisation actuelle
...............................................
10
4.2.
L’absence de délégation
................................................................................................
11
4.3.
Des conditions d’emploi et de départ des dirigeants très couteuses
..............................
12
4.3.1.
Le départ à la retraite du surintendant de la musique René Koering
..................
12
4.3.2.
La situation de M. Jean-Paul Scarpitta
...............................................................
14
4.3.3.
La situation du secrétaire général
......................................................................
16
4.3.4.
Le licenciement du directeur musical
.................................................................
17
4.3.5.
L’évolution de carrière de l’administratrice générale
...........................................
18
5.
La situation financière
..........................................................................................................
18
5.1.
Une variation importante du résultat net
........................................................................
18
5.2.
Une baisse des produits depuis 2012
............................................................................
19
5.2.1.
La forte dépendance de l’OONM aux subventions d
es collectivités publiques
....
20
5.2.2.
Les recettes propres
..........................................................................................
21
5.2.3.
Le mécénat
........................................................................................................
22
5.3.
Des charges de structure trop élevées
..........................................................................
22
5.3.1.
Les locations
......................................................................................................
23
5.3.2.
Les dépenses liées aux rémunérations d’intermédiaires et aux honoraires des
avocats
..............................................................................................................
26
5.3.3.
Les déplacements, missions et réceptions
.........................................................
26
2/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
5.4.
Le bilan
..........................................................................................................................
27
5.4.1.
L’année
2015 et les suivantes
............................................................................
27
6.
L’activité de l’association
....................................................................................................
29
6.1.
La programmation
.........................................................................................................
29
6.2.
La fréquentation
............................................................................................................
30
6.3.
Les ventes de spectacle
................................................................................................
31
6.3.1.
Les concerts donnés en région Languedoc-Roussillon
......................................
31
6.3.2.
Les tournées
......................................................................................................
31
6.4.
Le festival de Radio France et Montpellier Danse
..........................................................
32
6.4.1.
Le festival de Radio France
................................................................................
32
6.4.2.
Montpellier Danse
..............................................................................................
33
7.
Les ressources humaines
....................................................................................................
33
7.1.
L’organigramme
............................................................................................................
33
7.2.
Un effectif vieillissant
.....................................................................................................
34
7.3.
Des accords d’entreprise avantageux
............................................................................
36
7.4.
Une rémunération des musiciens attractive pour un temps de travail très réduit
............
38
7.4.1.
La rémunération des musiciens
..........................................................................
38
7.4.2.
Le sous-emploi des musiciens
...........................................................................
39
7.4.3.
Les activités extérieures des musiciens
.............................................................
41
7.5.
Un «
rattrapage d’heures supplémentaires
» en 2012
...................................................
41
7.6.
Le plan de réduction des dépenses de personnel
..........................................................
43
ANNEXES
.....................................................................................................................................
45
GLOSSAIRE
.................................................................................................................................
63
3/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
SYNTHÈSE
L
association Opéra et orchestre national de Montpellier (OONM) est née en 2002 de
la fusion de l
association Orchestre national de Montpellier et de l
association de gestion des
opéras de Montpellier. Le budget de l
association s
élève à 22,76
M€
au 31 décembre 2014, en
repli de 10,9 % par rapport à 2009. Il repose à 90 % sur des subventions publiques, ses recettes
propres étant extrêmement faibles. Entre 2009 et 2014, les subventions ont baissé de près de
10 % en raison essentiellement de la réduction de 5
M€
de la subvention du conseil régional à
partir de 2013. Avec une subvention de 13,2
M€
en 2014, la communauté d
agglomération de
Montpellier est le principal financeur de l
OONM.
Dans son précédent rapport, la chambre avait formulé des recommandations visant à
l
amélioration du fonctionnement institutionnel de l
association et à la mise en cohérence des
statuts. Ces recommandations n
ont pas été suivies d
effet : la vie associative continue de
manquer de formalisme, les statuts sont en inadéquation avec le fonctionnement réel de
l
association, les délégations ne sont pas formalisées et le conseil d
administration reste trop
souvent une chambre d
enregistrement. Ainsi, les modalités de recrutement, de licenciement ou de
mise à la retraite, pourtant particulièrement coûteuses des cadres dirigeants, n
ont pas fait l
objet
d
une information précise et préalable du conseil d
administration. Or, entre 2009 et 2014, les
départs à la retraite et les licenciements ont représenté un coût total chargé de 1,7
M€
.
Devant un tel manque de formalisme du fonctionnement administratif de l
association,
la chambre a renoncé à formuler des recommandations dans l
attente d
une remise en ordre de sa
gestion administrative.
L
association OONM a appauvri sa programmation pour faire face aux versements de
ces indemnités très importantes et à la baisse des subventions. Celles-ci servent aujourd
hui
principalement à financer les dépenses de personnel ainsi que le loyer des salles de spectacle
dont la faiblesse du taux de remplissage est pourtant inquiétante, le taux moyen de fréquentation
des représentations ne dépassant pas 73 % en 2014. L
OONM ne remplit plus véritablement son
objet social qui est de promouvoir l
opéra et l
orchestre de Montpellier, notamment par la création
et la production de toutes activités lyriques, chorégraphiques, symphoniques.
L
effectif de l
association est surdimensionné par rapport à son activité. Le sous-emploi
des musiciens l
illustre, les heures effectuées sur la dernière saison dépassant à peine 50 % du
temps de travail, ce qui leur laisse une grande latitude pour réaliser des prestations extérieures
rémunérées.
Un plan de réduction des effectifs a été décidé qui est en partie financé par le
processus d
activité partielle accordé par la DIRECCTE du 1
er
mars au 31 juillet 2015 et qui a été
reconduit jusqu
en décembre 2015. Ce financement par la DIRECCTE de l
activité partielle
constitue une aide significative de l
État.
Un plan de redressement sur 2016-2018 avec des projections ambitieuses a été
approuvé par le conseil d
administration. Il repose sur le postulat d
une reconduction des
subventions des collectivités publiques et sur un plan de départs volontaires
d’agents
sur trois ans.
L
objectif d
un budget artistique proche de celui de 2009 (6,5
M€
) ne devrait pas être atteint avant
2018.
4/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
RECOMMANDATIONS
Le fonctionnement de l
association non conforme à ses statuts a conduit la chambre à
ne pas formuler, exceptionnellement, de recommandations.
5/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Aux termes de l
article L. 211-8 du code des juridictions financières « l
examen de la
gestion porte sur la régularité des actes de gestion, sur l
’économie des moyens mis en œuvre et
sur l
évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par l
assemblée délibérante ou
par l
organe délibérant. L
opportunité de ces objectifs ne peut faire l
objet d
observations ».
La chambre régionale des comptes a examiné la gestion de l
association Opéra et
orchestre national de Montpellier pour les exercices 2009 à 2014.
1.
PROCEDURE
L
examen de la gestion de l
association Opéra et orchestre national de Montpellier
(OONM) a été inscrit au programme 2014 de la chambre régionale des comptes.
Suite au courrier du président de la chambre en date du 18 septembre 2014, et
conformément aux dispositions de l
article R. 211-2 du code des juridictions financières
1
, le
ministère public a rendu le 17 septembre 2014 un avis favorable sur la compétence de la chambre
régionale des comptes de Languedoc-Roussillon pour examiner la gestion de cette association
2
.
La lettre d
ouverture du contrôle a été adressée le 18 septembre 2014 à
M. Didier Deschamps, président de l
association. MM Constantin, Serrou et Ramette, anciens
présidents, ont également été informés de l
ouverture du contrôle.
Les entretiens préalables facultatifs prévus par l
article L. 243-2 du code des
juridictions financières ont eu lieu le 9 juin 2015 (M. Deschamps) à la chambre et le 29 octobre
2015 par téléphone avec les présidents antérieurs (MM Constantin, Serrou et Ramette).
Lors de sa séance du 25 novembre 2015, la chambre a arrêté des observations
provisoires qui ont été transmises à M. Didier Deschamps. MM Constantin, Serrou et Ramette, en
qualité de présidents précédents, en ont également été destinataire pour la partie afférente à leur
gestion. Des extraits les concernant ont été adressés aux tiers concernés.
Après avoir examiné les réponses reçues et entendu les personnes qui avaient sollicité
une audition, la chambre, dans sa séance du 14 avril 2016, a arrêté les observations définitives
présentées ci-après.
2.
PRESENTATION DE L
OONM
2.1.
Les statuts
L
association OONM est née en 2002 de la fusion de l
association Orchestre national
de Montpellier et de l
association de gestion des opéras de Montpellier. Cette association a pour
objet la « promotion de l
opéra de Montpellier et de l
orchestre national de Montpellier par la
1
Article R. 211-2 du code des juridictions financières : « Le président de la chambre régionale des comptes notifie, après avis du
ministère public, la décision d'engager la vérification des comptes et l'examen de la gestion au représentant légal de l'établissement,
de la société, du groupement, de l'organisme ou de la filiale, conformément au programme annuel des travaux prévu à l'article
R. 212-7 ».
2
Avis n° 2014-06.
6/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
création, la production, l
organisation, l
exploitation, la gestion, et la formation à Montpellier et sa
région, en France et à l
étranger, de toutes activités lyriques, chorégraphiques, symphoniques,
phonographiques, radiophoniques, télévisuelles, cinématographiques ou audiovisuelles et toutes
autres activités conformes à son objet ».
Les statuts initiaux en date du 17 décembre 2001 ont été modifiés les 17 juin 2008 et
17 juin 2013 afin de prendre en compte les changements de composition du conseil
d
administration (article 5 des statuts cf.
infra
§ 3.1).
Fin 2013 (effet rétroactif le 1
er
octobre 2013), l
OONM a absorbé l
association Opéra
junior
3
. Cette fusion-absorption a été validée par l
assemblée générale extraordinaire.
2.2.
Le label « opéra national en région »
La politique conduite par l
État en faveur des orchestres permanents a été mise en
place à la fin des années 60. Notamment en région, elle vise à permettre l
existence et le
développement sur l
ensemble du territoire national, de formations symphoniques professionnelles
de haut niveau disposant de masses artistiques permanentes et ayant pour mission principale de
permettre, pour le plus grand nombre, l
accès à la
connaissance des œuvres musicales, tant
classiques que contemporaines. La plupart de ces formations assurent également des missions
lyriques en lien avec les maisons d
opéras des villes sièges.
L
OONM a obtenu le statut d
opéra national en région depuis 2002
4
. Ce label oblige au
respect d
un cahier des charges défini dans un contrat passé entre l
État et les collectivités
territoriales qui subventionnent l
association. Les objectifs de ce contrat reflètent la politique
culturelle de l
État et sont d
ordre artistique (qualité et programmation couvrant toutes les époques,
y compris contemporaine) ; professionnel (consolidation de l
’orchestre et du chœur,
insertion de
jeunes artistes) ; territorial (diffusion élargie dans les départements de la région Languedoc-
Roussillon et à l
étranger) ; social (sensibilisation de nouveaux publics : jeune public, public
universitaire, populations suburbaines ou rurales).
La première convention a été signée le 21 février 2002 pour la période 2002-2007 et la
seconde le 17 mars 2008 pour la période 2008-2012. À ce jour, la convention n
a toujours pas été
renouvelée
, l’
État
subventionne donc l’association sans base conventionnelle
alors qu’elle
bénéficie du label d’opéra national
. De plus, le bilan artistique et financier des actions liées à
l
exécution de la convention prévu contractuellement n
a pas été réalisé.
L’ordonnateur a précisé en réponse qu’il se rapprochait de la DRAC pour la signature
de la nouvelle convention.
2.3.
L
évolution statutaire
Dès 2007, plusieurs études ont préconisé le passage en établissement public de
coopération culturelle (EPCC). Cette préconisation a été relayée par la chambre dans son
précédent rapport. Cette évolution statutaire devait être effective au 1
er
octobre 2014. Constatant
que la modification du mode de gestion actuel de l
association OONM s
imposait afin de
moderniser la gouvernance de celle-ci et réduire les risques inhérents à la gestion associative, le
3
Le déficit comptable de l’association absorbée s’élève à
- 26 025
€.
4
Il existe cinq opéras nationaux en région : Opéra national de Lyon, Opéra national du Rhin à Strasbourg, Colmar, Opéra national de
Bordeaux, Opéra national de Montpellier, Opéra national de Lorraine à Nancy.
7/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
conseil régional a ainsi approuvé, par délibération du 18 octobre 2013, les statuts de l
EPCC tout
comme la communauté d’agglomération, par délibération du 29 octobre 2013
. Toutefois,
l
établissement n
a finalement pas été créé.
Le contexte de crise financière, artistique et sociale de l
association dont les contours
sont examinés dans le présent rapport, a compromis la transformation de l
OONM en EPCC.
L
évolution de la carte territoriale liée à la fusion des régions et aux décisions de la future grande
région relatives au financement de l
OONM remet également en cause cette évolution statutaire.
Enfin, comme l
a rappelé le préfet de région dans un courrier du 1
er
juillet 2014
«
L
article 16 des statuts actuels de l
association prévoit une solidarité de l
État en cas de
liquidation. Si une telle solidarité est naturelle pour un EPCC dont l
État est membre, elle ne l
est
pas dans le cadre d
une association de droit privé. Je vous demande donc de bien vouloir
convoquer dans les meilleurs délais une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle
sera proposée la modification de cet article, supprimant ainsi cette clause de solidarité
».
2.4.
Un financement qui repose à 90 % sur des fonds publics
L
OONM
est
fortement
dépendante
des
subventions
publiques.
Celles-ci
représentaient près de 90 % de ses produits d
exploitation en 2014 et couvraient 95 % de ses
dépenses de même nature.
En milliers d
euros
(à partir
d’
informations communiquées par
l’
OONM)
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Total subventions publiques HT*
22 274
22 231
22 084
22 397
21 038
19 965
Produits d
exploitation
25 442
24 445
24 419
25 475
23 528
22 345
Part subventions dans produits exploitation
87,55 %
90,94 %
90,44%
87,92 %
89,42 %
89 ,35%
*Hors subventions à l
Opéra junior
Les observations de ce rapport prennent ainsi une acuité particulière, le financement
des dépenses de l
association reposant presqu
exclusivement sur des fonds publics.
2.5.
Les audits
L
OONM a fait l
objet de plusieurs audits dont la chambre a pris connaissance :
- un rapport de l
inspection générale des affaires culturelles du ministère de la culture
et de la communication en 2011 ;
- un rapport du 14 octobre 2013 réalisé par la mission d
expertise économique et
financière de la DRFIP du Languedoc-Roussillon portant plus spécifiquement sur l
analyse des
modalités du passage en EPCC ;
- un rapport d
audit d
octobre 2014 diligenté par
l’agglomération
de Montpellier.
8/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
3.
LA VIE ASSOCIATIVE
3.1.
L
assemblée générale et le conseil d
administration
Selon l
article 5 des statuts, l
association compte 5 membres de droit : l
État (2
représentants), la métropole de Montpellier (9 représentants), le conseil régional de Languedoc-
Roussillon (4 représentants), le conseil départemental de l
Hérault et la ville de Montpellier
(respectivement 1 représentant). Ces 17 représentants composent le conseil d
administration
(art. 6 des statuts
5
). La configuration identique du conseil d
administration et de l
assemblée
générale avait déjà été regrettée par la chambre dans son précédent rapport. Cette particularité
des instances délibérantes demeure. Elle ne favorise pas un fonctionnement démocratique de
l
association. Classiquement, les statuts associatifs prévoient un conseil d
administration qui
présente et propose et une assemblée générale qui statue.
Or,
s’agissant des comptes de l’association,
le conseil d
administration
de l’OONM
arrête les comptes annuels
qui sont approuvés par l’
assemblée générale.
Ainsi, l’assemblée
générale n’exerce aucun contrôle effectif sur le conseil d’administration.
Entre 2008 et 2013, la répartition des sièges au sein de l
association a évolué pour
tenir compte de l
évolution du poids des financements des différentes collectivités publiques.
Désormais principal financeur (64 % des subventions en 2014 soit 17,17
M€
), la métropole de
Montpellier dispose de 53 % des sièges. Bien qu
elle ne possède plus la compétence culturelle
depuis 2003 et donc ne verse aucune subvention à l
OONM, la ville de Montpellier possède
toujours un siège au conseil d
administration. Il en est de même du conseil départemental de
l
Hérault qui a pourtant considérablement réduit son financement (58 000
€ en 2014 contre
610 000
€ en 2008). Ce point est détaillé au
paragraphe sur la situation financière.
En cas de dissolution de l
association et en application du dernier alinéa de l
article 16
de ses statuts, les personnes publiques qui en sont membres seraient appelées à combler le
passif subsistant à la clôture des opérations de liquidation, au prorata du montant de leur
participation au financement de l
OONM, calculé sur la moyenne des trois derniers exercices.
L
article 6-4 précise que le conseil d
administration se réunit autant que de besoin et au
moins une fois par an. L
assemblée générale est convoquée en tant que de besoin par le président
(article 10-2 des statuts). Si elle est assez réduite entre 2009 et 2012, la vie associative s
est
améliorée depuis 2013. Elle a été particulièrement dense en 2013 et 2014 en raison du projet de
transformation en EPCC (sept réunions du CA, une AGO et trois AGE) et de la crise à laquelle
l
association a été confrontée.
5
Article 6-1 des statuts «
le conseil d’administration est composé de l’ensemble des repré
sentants des membres de
droit ».
membres de droit au CA (en
nombre et %) et structure du
financement(en %)
juin-08
en %
part de
subv.
juin-13
en %
part de
subv.
Etat
2
11,76%
4,00%
2
11,76%
15,70%
Région Languedoc Roussillon
4+2
35,29%
33,34%
4
23,53%
20,06%
Montpellier Métropole
3+2
29,41%
49,42%
9
52,94%
63,96%
Département de l'Hérault
1
5,88%
2,68%
1
5,88%
0,28%
Ville de Montpellier
3
17,65%
0,32%
1
5,88%
0,00%
total
17
17
source : statuts
9/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
L
article 6-5 des statuts indique que « le conseil d
administration, sur proposition du
président, nomme le surintendant de la musique. Le conseil d
administration examine toutes les
grandes orientations, les activités de l
association et sa politique artistique présentée par le
surintendant de la musique. Il statue sur toute question qui lui est soumise par le président. Il
arrête les programmes annuels et pluriannuels, les budgets prévisionnels, les comptes annuels de
l
association et le rapport de gestion, qui sont présentés à l
assemblée générale ».
Or, jusqu
en 2014, la lecture des procès-verbaux des réunions du conseil
d
administration révèle que celui-ci fait souvent office de chambre d
enregistrement des décisions
prises en amont par le président et/ou par le directeur général dont la désignation dépend, en
réalité, du principal financeur (soit le conseil régional jusqu
en 2013, et depuis la métropole de
Montpellier). En particulier, le conseil d
administration n
a pas participé aux décisions, pourtant très
coûteuses, relatives aux conditions d
emploi et de départ des dirigeants de l
association. Il en a
simplement été informé
a posteriori
.
En réponse l’ordonnateur reconnait
que les procès-verbaux des réunions du conseil
d’administration ne détaillent que peu ou pas ces décisions
. Il
fait valoir que c’est par souci de
discrétion sur les personnes
, ce qui n’est pas recevable
par la chambre.
3.2.
Le président du conseil d
administration
Quatre présidents se sont succédé à la tête de l
OONM depuis 2012, cette instabilité
de la gouvernance n
a pas favorisé la gestion de l
association. Les pouvoirs statutaires du
président sont étendus (article 7) : il « assure le fonctionnement de l
association conformément aux
statuts. Il a tous les pouvoirs pour représenter l
association dans les actes de la vie civile et pour
ester en justice au nom de l
association. Il assure l
exécution des décisions prises par le conseil
d
administration ».
3.3.
Le bureau
Le conseil d
administration désigne en son sein les membres du bureau. Le dernier
bureau élu lors du conseil d
administration du 13 juin 2014 est composé du président de l
OONM,
de trois vice-présidents dont le précédent président (M. Bernard Serrou), une secrétaire et un
trésorier. L
article 7-2-4 des statuts précise le rôle que doit remplir le bureau et indique que « les
décisions du bureau, au même titre que celles du conseil d
administration, font l
objet de procès-
verbaux ». Les réunions du bureau n
y ont donné lieu
qu’à partir de 2013
.
3.4.
Une vie associative qui manque de formalisme
Au cours du précédent contrôle, la chambre avait relevé l
absence de règlement
intérieur de l
association qui n
avait produit que celui de l
orchestre datant de 1993 et celui de
l
opéra datant de 1997. L
ordonnateur avait alors indiqué qu
un règlement intérieur était en cours
d
élaboration.
L’
OONM n
avait toujours pas établi ce document. Or, selon l
article 15 des statuts, il
revient au règlement intérieur de « fixer les conditions de travail des personnels ainsi que les
engagements des personnels de l
association ». Une bonne partie de la gestion des personnels de
l
association ne repose donc sur aucune base juridique. En effet,
même si l’ordonnateur sou
tient
que les règlements des anciennes associations sont toujours en vigueur, ils ne sont plus
opposables dès lors que les organismes qui les ont édictés n’existent plus.
La chambre acte
l’engagement
renouvelé
de l’association d’élaborer un document unique
.
10/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
4.
LA DIRECTION DE L
ASSOCIATION
4.1.
Des statuts en inadéquation avec l
organisation actuelle
Dans son précédent rapport, la chambre relevait la généralité de la définition des
fonctions du surintendant et de ses conditions de nomination. Les articles 8 et 9 des statuts sont
restés inchangés depuis 2008. Ils précisent d
une part que « le surintendant élabore et propose au
conseil d
administration la politique générale et artistique de l
association, ainsi que les
programmations à mettre en œuvre par les directeurs délégués
» (art. 8) et, d
autre part, que « les
administrateurs mettent en œuvre selon les directives du surintendant de
la musique, la réalisation
des programmations artistiques » (art. 9).
Ces dispositions statutaires ne sont pas en concordance avec l
organigramme actuel
de la direction de l
association. Le titre de surintendant de la musique n
est plus utilisé, une
directrice générale en occupe désormais le poste. De même, les directeurs délégués n
existent
plus depuis 2008 et il ne reste qu
une seule administratrice qui a pris le titre d
administratrice
générale.
Initialement, sous l
autorité du surintendant de la musique, deux directeurs délégués
géraient respectivement l
opéra et l
orchestre, assistés d
une administratrice générale et d
une
administratrice.
En 2008, suite au départ en retraite de l
administratrice générale, un nouvel
organigramme a été adopté. Celui-ci a conduit à la modification des postes de l
administration à
l
opéra et à la suppression des postes de directeurs délégués à l
orchestre et à l
opéra en 2006. Le
poste de directeur délégué n
existant plus, ne subsistaient alors que deux administrateurs (dont
l’un a été
remercié depuis lors).
Aujourd
hui, la directrice générale est secondée par un directeur musical qui gère les
artistes musiciens et les chœurs, d’
un directeur artistique du département Opéra junior assisté de
quatre agents et d
une administratrice générale.
Le trésorier, dont le rôle est pourtant prévu statutairement, n
intervient pas dans la
gestion financière et comptable de l
association. Il ne vise pas les délégations de signature sur les
comptes bancaires (exemple celle du 5 septembre 2014 accordée par M. Deschamps à M. Serrou
vice-président, sans limite de montant). Ce n
est pas le trésorier qui présente un rapport,
permettant, après avis des commissaires aux comptes, au conseil d
administration d
arrêter les
comptes (cf. article 12)
mais l’administratrice générale.
Selon l’ordonnateur une version corrigée des statuts devait être présentée à la réunion
de bureau du 7 mars dernier.
11/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
4.2.
L
absence de délégation
Dans son précédent rapport, la chambre avait recommandé à l
association,
conformément aux souhaits du conseil d
administration (réunion du conseil d
administration du
4 février 2002), de formaliser un système complet de délégations. L
OONM n
a pas suivi cette
recommandation.
Certes, les alinéas 4 et 5 de l
article 7 des statuts (version 2013) précisent qu
« après
consultation du conseil d
administration et du surintendant de la musique, le président nomme les
directeurs délégués à l
opéra et à l
orchestre de Montpellier et leur donne délégation » et que
« tout vote du conseil d
administration arrêtant formellement le projet de programme et de budget
de l
association emporte de plein droit délégation de pouvoir aux directeurs délégués pour la mise
en œuvre desdits programme et budget
». Ces dispositions statutaires sont inopérantes, les
directeurs délégués n
existant plus depuis 2008.
Seules ont été transmises à la chambre :
- une délégation de signature en date du 10 septembre 2014 à
l’
administratrice
générale, limitée aux seuls actes et opérations de commande ;
- une délégation de signature accordée le 1
er
octobre 2014 par la directrice générale au
coordinateur artistique portant sur la signature des contrats d
engagement des musiciens
supplémentaires, techniciens d
orchestre son et vidéo, engagés en CDD pour une durée inférieure
à 15 jours ;
- une délégation de signature accordée le 23 octobre 2014 par la directrice générale à
la directrice de production pour signer en son nom les contrats en CDD relatifs aux productions
lyriques de l
opéra et de l
opéra junior.
Dans les faits, l
administratrice générale engage l
association dans tous les actes
financiers de l
association. De même, les dépenses sont engagées et certifiées par les chefs de
service sans aucune délégation. En effet, la procédure d
engagement de la dépense prévoit qu
un
budget annuel est remis à chacun des services
6
. Dans la limite des budgets alloués, chacun des
chefs de service établit un prévisionnel des dépenses. Les dépenses font l
objet d
un bon de
commande transmis au service comptable. La vérification du service fait est réalisée par le service
demandeur et se matérialise par un accord de « bon à payer » sur la facture. Tous les règlements
sont visés par l
administratrice générale, le service fait étant certifié par le chef de service.
Par exemple, une part importante des dépenses est engagée par le directeur
technique, qui passe directement commande auprès des fournisseurs sans mise en concurrence
et sans aucun contrôle préalable de l
administratrice générale sur les modalités des achats
envisagés, notamment des achats de fournitures d
entretien pour 25 897
€,
des achats de linge et
vêtements de travail pour 9 487
€, ainsi que des dépenses d’
entretien et réparations pour un total
de 57 508
, dont les contrats d
entretien-maintenance pour 37 860
€ et l’
entretien-réparation des
véhicules pour 5 640
€.
Les dispositions de l
ordonnance 2005-649 du 6 juin 2005 s
imposent à l
association et
requièrent qu’elle satisfasse aux principes généraux de la commande publique (liberté d’accès,
égalité de traitement, transparence) selon des modalités qu’il lui appartient de définir en dessous
des seuils des procédures d’appels d’offres.
I
l n’existe cependant aucun
guide des procédures au
sein de la structure.
6
Direction technique avec les sous-
services maintenance et magasin, régie de l’orchestre, service son, direction administrative,
direction artistique chœur et orchestre, service c
ommunication, Opéra junior.
12/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
En réponse l’ordonnateur a indiqué qu’un projet de délégation formalisé devait être
proposé au bureau du 8 mars dernier et s’est engagé à proposer à son conseil d’administration les
modalités de la mise en œuvre de l’ordonnance de 2005 dans l’association.
4.3.
Des conditions d
emploi et de départ des dirigeants très couteuses
Les modalités de recrutement, de licenciement ou de mise à la retraite, pourtant
particulièrement coûteuses, des cadres dirigeants ne font pas l
objet d
une information précise et
préalable du conseil d
administration. Entre 2009 et 2014, le président de l
association a ainsi
engagé financièrement l
association sans accord explicite du conseil d
administration pour des
sommes très importantes.
Plutôt que de veiller à la réduction de ses charges de personnel, l’association a fait le
choix de réduire sa programmation artistique et corrélativement son activité. Contrairement à ce
qu’elle allègue
,
ce n’était pas la seule variable d’
ajustement possible. Ainsi a-t-
elle bénéficié d’une
aide de l’
État
pour la mise en œuvre à partir de 2015 d’un plan de redressement avec réduction
d’effectifs (voir ci
-dessous).
Les subventions publiques ont permis de financer des emplois de dirigeants dans des
conditions très avantageuses et des départs avec des rattrapages d
ancienneté et des versements
d
indemnités substantielles.
Entre 2009 et 2014, les départs à la retraite et les licenciements représentent un coût
total chargé de 1 698 867
(détail en annexe 2). Les plus importants sont :
- en 2010 : le départ à la retraite du surintendant de la musique (M. René Koering)
pour 665 275
;
- en 2012 : la résiliation anticipée du contrat du directeur musical pour 80 000
;
- en 2013 : le licenciement du directeur (M. Jean-Paul Scarpitta) pour 285 884
;
- en 2014 : le licenciement du secrétaire général pour 113 280
€.
La pratique du recours aux transactions est très fréquente dans l
association. Ces
transactions financières n
ont été ni décidées ni délibérées en conseil d
administration.
4.3.1.
Le départ à la retraite du surintendant de la musique René Koering
Le poste de directeur général a été occupé, sous le titre de « surintendant de la
musique », par M. René Koering à partir du 1
er
janvier 2001 dans le cadre d
un contrat à durée
indéterminée non exclusif
7
.
Le précédent rapport de la chambre avait mis en exergue son « niveau
inhabituel de la rémunération
… en 2009, son salaire s’
établissait à 22 925
». Sa rémunération
couvrait toutefois deux activités
: celle de l’opéra national et celle de l’orchestre national, ce qui
était alors rare en France. Il constatait également que « l
indemnité de départ à la retraite fixée à
12 mois dans son contrat est bien supérieure à celle qui lui serait versée par application de la
convention collective (19 ans de contrat dont une partie à temps partiel soit 3 mois et demi de
salaire) ; le versement d
une indemnité fixée à 12 mois de rémunération brute se traduira donc par
un coût financier non négligeable pour l
association, de l
ordre de 276 000
».
7
En 2010, il a perçu un salaire brut mensuel de 23 153,46
€.
13/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
En effet, les articles 1 et 5 de son contrat de travail en date du 21 juin 2003 prévoient
des conditions de calcul de l
ancienneté en cas de départ à la retraite et des modalités de rupture
de contrat particulièrement avantageuses pour l
intéressé et très onéreuse pour l
association :
Article 1 :
« Monsieur René Koering est confirmé dans ses fonctions de surintendant de la
musique depuis le 1
er
janvier 2001 et ce dans le cadre d
un contrat à durée indéterminée, non
exclusif.
Il est néanmoins rappelé que pour le calcul des droits liés à l
ancienneté, cette dernière
est décomptée à partir de sa date d
entrée au sein de l
orchestre philarmonique de Montpellier
Languedoc-Roussillon, à savoir le 1
er
janvier 1990. »
Article 5 :
« En cas de rupture du présent contrat par l
association, pour quelque motif que ce soit
à l
exception de la faute grave, Monsieur René Koering bénéficiera d
un préavis de 6 mois et d
une
indemnité de rupture, et ce indépendamment de la réparation d
un éventuel préjudice, calculée
selon les modalités suivantes :
pour les 1
ère
et 2
ème
années d
ancienneté : 2 mois de salaire par année de présence
au sein de l
association,
pour les 3
ème
et 4
ème
années d
ancienneté : 1 mois de salaire par année de présence
au sein de l
association,
pour les années au-delà de la 4
ème
année d
ancienneté : ½ mois de salaire par année
de présence au sein de l
association.
L
ancienneté prise en compte est celle retenue à l
article 1 du présent contrat étant
précisé que l
assiette de calcul est constituée par la moyenne des rémunérations brutes versées
au cours des 12 derniers mois précédant la rupture (reconstitué en cas de maladie), ou les trois
derniers mois si le calcul s
avère plus favorable au salarié.
Cette indemnité est fixée forfaitairement à 12 mois de rémunération brute en cas de
mise à la retraite par l
association (sur la base du salaire du dernier mois, éventuellement
reconstitué en cas de maladie). »
Dans le CDI du 1
er
septembre 2009 qui engage M. Scarpitta comme directeur désigné,
il est précisé que le conseil d’administration
lui
a proposé de rejoindre l’équipe de direction à
compter du 1
er
septembre 2009, en vue de devenir directeur de l’associa
tion à compter du départ à
la retraite de M. Koering le 1
er
janvier 2012, voire ultérieurement si c
e départ n’intervenait pas à
cette date.
Lors de son audition M. Koering a indiqué qu’il avait envisagé un départ en 2015.
M. René Koering, a atteint l
âge légal de la retraite le 27 mai 2010 (70 ans) et, par lettre
recommandée du 24 décembre 2010, le président de l
association lui a notifié sa mise à la retraite
8
à partir du 31 décembre 2010 pour un coût de 665 275
€ (charges patronales comprises) incluant
une indemnité de mise en retraite avec rupture de contrat (280 619,88
€ bruts), la contribution
URSSAF de mise en retraite (140 309,94
€), les indemnités de préavis (142
709,94
€ bruts) et les
congés payés (26 jours + congés payés préavis soit 39 719,93
€ bruts).
8
L’article L.
237-
5 du code du travail permet à l’
employeur de mettre à la retraite d'office tout salarié ayant atteint l'âge de 70 ans. La
mise à la retraite d’un salarié lui ouvre droit à une indemnité de mise à la retraite au moins égale à l’indemnité légale de
licenciement
prévue à l’article
L. 1234-9 du code du travail (art. L. 1237-6 du code du travail). Cette indemnité ne peut être inférieure à un
cinquième de mois de salaire par année d’ancienneté, auquel s’ajoutent deux quinzièmes de mois par année au
-delà de dix ans
d’ancienneté (art.
R. 1234-2 du code du travail).
14/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Cette lettre
9
précise que cette décision a été prise par le conseil d
administration lors
de sa réunion du 21 décembre 2010 au cours de laquelle il aurait été également acté que
l
intéressé était dispensé d
activité pendant son préavis de six mois.
L’ordonnateur alors en fonctions soutient que M. Koerin
g aurait demandé sa mise en
retraite pour ne pas être soumis au régime fiscal d’imposition des indemnités contractuelles de
licenciement applicable dès l’année 2011
.
Si tel était le cas, l’OONM aurait alors fait le choix de
payer ces indemnités plutôt que
d’attendre le départ volontaire de l’intéressé qui l’
en aurait
exonéré. En effet elles
n’étaient dues, aux termes du contrat, que si l’association avait l’initiative de
la rupture.
Le règlement de ces indemnités a eu une incidence forte sur les finances de
l’association
. Le procès-verbal de la réunion du 21 décembre 2010 a fait référence à l
importance
du coût de ce départ et constate la situation comptable alarmante de l
association avec un déficit
prévisionnel de 983
000€
: «
Ce déficit provient à hauteur de 70 %
d’
un manque de recettes
(- 684 000
) et à hauteur de 30 %
d’
une hausse des dépenses prévisionnelles (+ 298 000
).
:
malgré d
importantes économies réalisées sur les dépenses artistiques, nous avons dû faire face à
une dépense exceptionnelle non prévisible et non budgétée sur cet exercice. Il s
agit de la mise en
œuvre du départ en retraite de Monsieur René K
oering
».
Par ailleurs, les procès-verbaux de réunion du conseil d
administration, et
particulièrement celui du 21 décembre 2010, révèlent que cette instance n
a pris aucune décision
relative à la mise à la retraite de M. Koering mais en a simplement été informée.
4.3.2.
La situation de M. Jean-Paul Scarpitta
M. Jean-Paul Scarpitta a été recruté en mai 2006 en contrat à durée déterminée de
trois ans en qualité d
artiste en résidence au salaire brut mensuel de 3 640
€.
Par avenant du 28 avril 2009 son contrat a été prolongé
jusqu’au 31 août 2009 aux
mêmes conditions d’emploi que le contrat initial, son salaire a cependant plus que doublé,
passant, sans motivation, à 7 500
€ au 1
er
juillet 2009.
Le point 5 du procès-verbal du conseil d
administration du 28 mai 2009 mentionne le
renouvellement du contrat de l
intéressé et précise qu
un contrat lui sera proposé et que « ce point
fera l’objet d’une réunion de bureau prochainement
». Le conseil d’admini
stration et le bureau
n
ont toutefois pas été informés de la forte augmentation de salaire de l
intéressé.
9
«
Monsieur, en application des dispositions de l’article
L. 1237-5 du code du travail
9
, le c
onseil d’
a
dministration de l’
association, lors
de sa réunion du 21 décembre 2010, a pris la décision de procéder à votre mise à la retraite au 31 décembre 2010, puisque vous
avez dépassé l’âge de soixante
-dix ans. Conformément aux stipulations de votre contrat de travail vous bénéficie
z d’un préavis d’une
durée de 6 mois à compter de la présentation de la présente lettre. Néanmoins, suite à nos discussions et à la décision prise lors du
c
onseil d’
administration du 21 décembre 2010, nous vous confirmons notre accord pour vous dispenser d
’activité durant ce délai de
préavis et vous verser l’indemnité compensatrice correspondante de façon globale à titre d’a
compte dès le point de départ du préavis
et non aux échéances normales de paye. De la même manière, nous vous remettrons l’ensemble de
vos documents de fin de contrat
à cette date. Vous cessez en conséquence de faire partie du personnel de l’
association le 30 juin 2011. »
15/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Par contrat du 1
er
septembre 2009 M. Scarpitta a été engagé comme « directeur
désigné
» avec prise d’effet à cette même date (article 1).
À ce titre
et en contrepartie d’un salaire
mensuel brut forfaitaire de 7 500
€,
il :
- élabore la programmation artistique de la saison 2011-2012 et propose les
engagements nécessaires à sa réalisation ;
- assure une mise en scène lyrique par saison et éventuellement une reprise pendant
la période du 1
er
septembre 2009 au 31 décembre 2011 ;
-
participe à la mise en place d’ateliers de mise en scène et conception de décors
;
- contribue activement à la recherche de mécènes.
Le contrat stipule par ailleurs qu’au départ de
M. Koering, M. Scarpitta exercera les
fonctions de directeur général de l’as
sociation pour un salaire mensuel brut forfaitaire de 12 000
€.
À cette époque, M. Koering assurait les fonctions de directeur de l
association et
l
’ordonnateur justifie
cet emploi entre septembre 2009 et décembre 2010 par la nécessité de
préparer les saisons artistiques en
amont. Cet emploi n’est cependant
pas prévu par les statuts et
sa création n
a pas été entérinée par le conseil d
administration.
À ce salaire s
ajoutait la rémunération au titre de son activité de metteur en scène, de
ses droits d
auteur et pour la conception de décors et costumes qui font l
objet de contrats
négociés séparés par spectacle (en 2010, l
intéressé a perçu un salaire annuel brut de 90 000
€ et
5 000
€ au titre de metteur en scène du 3 mai au 9 juin 2010).
M. Scarpitta résidant à Paris,
l
OONM a également remboursé ses frais de déplacement entre Paris et Montpellier et les frais
d
hébergement à Montpellier pour un forfait de 1 000
€ par mois.
Suite au départ à la retraite de M. Koering, M. Scarpitta a été nommé directeur général
à partir du 1
er
janvier 2011. Un avenant au contrat de 2009, signé le 24 janvier 2011, précise, en
son article IV, « qu
en rémunération de ses services, Monsieur Jean-Paul Scarpitta percevra
chaque mois un salaire forfaitaire brut de 14 000
€, primes
et accessoires de salaire inclus ». Là
encore, le conseil d
administration n
a pas été informé et n
a pas entériné cette augmentation de
salaire (en 2012, l
intéressé a perçu un salaire annuel brut de 168 840
€).
Un autre avenant du 1
er
septembre 2011 a octroyé à l
intéressé une ancienneté
acquise au 1
er
mai 2006 et modifié favorablement les clauses de rupture de son contrat (préavis de
six mois et indemnité de licenciement visée à l
article 11.3 de l
accord d
entreprise de mai 1993
10
).
La chambre relève que :
-
la reprise de l’ancienneté
est
contractuelle, sauf cas prévu à l’article
L. 1224-1 du
code du travail qui prévoit la poursuite des contrats de travail en cas de continuation de l’activité
économique par une nouvelle entité juridique ;
- le préavis de six mois en cas de licenciement est plus favorable que ce que prévoit la
convention collective (cinq mois) ;
-
l’indemnité de licenciement est en effet cell
e
prévue par l’accord d’entreprise, dont il
est dit, plus loin
dans le rapport, qu’il est particulière
ment avantageux.
10
Cette indemnité est calculée sur la moyenne de la rémunération brute versée au cours des 12 derniers mois précédant la rupture
(reconstituée en cas de maladie) ou les 3 derniers mois si ce calcul est plus favorable au contractant. Aucune indemnité contractuelle
de rupture à l’initiative de l’employeur n’est prévue.
16/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Le licenciement de M. Scarpitta ne lui a été notifié que le 25 juin 2013 avec effet au
27 décembre 2013 compte tenu de son préavis de six mois. Un protocole d
accord transactionnel a
été signé le 17 juillet 2013 entre l
intéressé et le président de l
OONM (M. Bernard Serrou).
En plus de l
indemnité de licenciement prévue par son contrat de travail (avenant de
2011 précité) d
un montant brut de 107 917
€, l’
OONM a versé à M. Scarpitta une indemnité
transactionnelle d
un montant brut de 114 273
€ (dont 70
000
€ versés en juillet 2013)
, soit un total
de 222 190
€. L’
article 4 du protocole précise : « Sans reconnaître le bien-fondé des contestations
de Monsieur Jean-Paul Scarpitta et ne modifiant pas sa position quant au bien-fondé et à la
régularité du licenciement intervenu, mais afin de mettre un terme à tout litige lié à la conclusion,
l
exécution et/ou à la rupture de son contrat de travail, et en réparation de l
intégralité des
préjudices de quelque nature que ce soit que le salarié estime avoir subi au titre de la conclusion,
de l
exécution et de la rupture de son contrat de travail, l
association OONM verse à Monsieur
Jean-Paul Scarpitta, à titre de dommages et intérêts, une indemnité transactionnelle globale,
forfaitaire et définitive d
un montant brut de 114 273
».
M. Scarpitta a quitté ainsi son poste de directeur général le 27 décembre 2013 mais
est resté salarié de l
association jusqu
au 31 juillet 2014 en qualité de directeur artistique pour
assurer la continuité de la saison conformément à l
article 2 du protocole d
accord. Un contrat
d
une durée de sept mois, conclu le même jour que le protocole d
accord, a fixé ainsi la
rémunération de M. Scarpitta à 14 070
€ mensuel
s bruts et a prévu le versement d
une prime de
précarité de 9 942,80
€ correspondant à 10
% des sept mois de salaires bruts perçus et en sus du
protocole transactionnel.
4.3.3.
La situation du secrétaire général
M.
X…
a été recruté par l
association en qualité de secrétaire général le 16 novembre
2009 jusqu
à sa démission au 31 décembre 2010 pour un salaire mensuel brut de 8 700
€. Le
conseil d
administration a juste été informé
a posteriori
de ce recrutement, et sans aucune
précision sur la rémunération et la justification de cet emploi. Le point 7 du procès-verbal du CA du
16 mai 2012 indique seulement que M. Scarpitta annonce le recrutement d
un secrétaire général
qui « sera placé sous l
autorité du directeur général en collaboration avec Mme
Z…
pour les
négociations et la mise en place du nouveau statut de l
association ».
M.
X…
a démissionné le 31 décembre 2010 mais retrouvé son poste de secrétaire
général à l
été 2012 (27 août 2012). Son CDI, signé le 28 juin 2012, prévoit une rémunération
annuelle brute et forfaitaire de 110 000
€ (9
166,70
€ par mois). L’
article III du contrat précise que
l
intéressé « prendra part à l
’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de l’
OONM et veillera
à son application opérationnelle. Il exercera une fonction de conseil auprès du directeur général.
D
autre part, il sera, en propre, responsable des domaines suivants : ressources humaines et
dialogue social, communication interne et externe, représentation de l
association, affaires
juridiques, mise en place du transfert des activités de l
association à un EPCC. ». En outre, l
article
8 du contrat prévoit que « l
ancienneté du cocontractant est reprise pour la période couverte du
16 novembre 2009 au 31 décembre 2010 ».
La justification de recrutement de ce secrétaire général n
a pas été apportée,
l
administratrice générale disposant des mêmes attributions.
L
article 8 du contrat de travail retient la date d
ancienneté la plus favorable à
l
intéressé et l
article 13 précise qu
il pourra être mis fin au contrat de travail
« par chacune des
parties, sous réserve de respecter les règles fixées à cet effet par la loi et la CCNEAC ». Pour des
raisons qui n
ont pas été clairement exposées et étant précisé que M.
X…
était en congé maladie
17/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
depuis début janvier 2014, un protocole de rupture conventionnelle a été signé le 26 mars 2014
entre le président de l
association (M. Bernard Serrou) et l
intéressé.
L
indemnité conventionnelle de licenciement calculée était de 12 788
€ bruts (cf. page
3 du protocole), l
indemnité de rupture versée à M.
X…
a été de 30 000
€ bruts.
Après la signature du protocole transactionnel, M.
X…
, par lettre recommandée avec
avis de réception du 15 mai 2014, a annoncé à l
association son intention de saisir le conseil des
prud
hommes pour faire constater que, selon lui, son départ était directement lié à ses mauvaises
conditions de travail, aux déclarations qui auraient été faites à son encontre et au stress que cela a
engendré. Il précise qu
il ne remet pas en cause la rupture conventionnelle de son contrat, mais
qu
il entend obtenir des dommages et intérêts pour les préjudices subis. Néanmoins, il indique qu
il
ne souhaite « cependant pas partir dans une bataille longue et compliquée pour tous, je vous
indique que je reste ouvert à toute proposition amiable raisonnable ». Un nouveau protocole
d
accord transactionnel est signé le 27 mai 2014 qui aboutit au versement supplémentaire de
84 000
€ bruts à
M.
X…
.
Curieusement, les comptes de l
association indiquent qu
une somme de 77 280
figurait déjà dans les charges exceptionnelles au 10 avril 2014 sous l
intitulé « CH 9876 CARPA
P.C. » alors que le courrier de l
intéressé date du 15 mai 2014.
Ce chèque, n° 1069876, à l
ordre de la CARPA (caisse autonome de règlement
pécuniaire des avocats), a été émis le 10 avril en comptabilité et débité sur le compte de
l
association le 30 mai 2014. Le 10 avril 2014, l
association semblait donc savoir que M.
X…
menacerait de saisir le conseil des prud
hommes le 15 mai et qu
elle accorderait une indemnité
complémentaire de l
ordre de 80 000
le 27 mai 2014. Il faut encore préciser que l
intéressé
exerçait à l
époque les fonctions de conseiller prud
homal.
Après 16 mois de présence effective sur un poste de secrétaire général dont la
justification n
a pas réellement été établie, M.
X…
a ainsi quitté l
OONM avec une indemnité de
114 000
€.
4.3.4.
Le licenciement du directeur musical
M.
Y…
a été recruté sur CDI du 1
er
septembre 2009 au 30 juin 2013 en qualité de
directeur musical. L
article 6 de son contrat fixe un montant annuel d
honoraires de 60 000
€ pour
sa première mission en qualité de directeur musical, et une rémunération au cachet pour sa
seconde mission en qualité de directeur d
un nombre de concerts précis.
M.
Y…
aurait souhaité anticiper la date d
expiration de son contrat au 30 juin 2012.
Toutefois, ce départ anticipé a été organisé comme une résiliation de contrat à l
initiative de
l
association. En effet, l
OONM a résilié le contrat du directeur musical par lettre recommandée
avec accusé de réception du 21 avril 2011 et un protocole d
accord transactionnel du 30 juin 2011
a décidé du versement à l
intéressé d
une indemnité forfaitaire, transactionnelle et définitive de
80 000
€.
Si M.
Y…
a émis le souhait de quitter
l’association
, rien dans son contrat ne prévoyait
le versement d
indemnités, d
autant que ce dernier dénonce le terme du contrat plus d
un an avant
son départ anticipé. L
article 3 du protocole d
accord transactionnel est assez incohérent eu égard
à la situation : « compte tenu du préjudice que M.
Y…
indique subir du fait de la résiliation
anticipée du contrat d
engagement, l
association ... versera le 30 juin 2012 à M.
Y…
, qui accepte,
une indemnité forfaitaire, transactionnelle et définitive de 80 000
».
18/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
4.3.5.
L
évolution de carrière de l
administratrice générale
Mme
Z…, qui exerçait auparavant les fonctions de comptable à l’orchestre,
a été
recrutée le 3 novembre 1998 par contrat à durée indéterminée avec une rémunération brute
mensuelle de 2 723
€. Elle a ensuite été nommée administratrice au 1
er
janvier 2004 (avenant du
20 janvier 2004) avec un salaire de 3 734
€ bruts mensuels (4
700
€ en 2009) puis administratrice
générale au 1
er
janvier 2011 (avenant du 24 janvier 2011) avec un salaire brut mensuel de 7 800
€.
De 2004 à 2011, son salaire brut mensuel a ainsi augmenté en moyenne de 13,61 % par an et de
66 % entre 2009 et 2011 (+ 3 100
€). En 2014, elle a perçu un salaire brut
annuel de 99 973,82
(8 331,15
€ bruts mensuels).
L’ordonnateur fait valoir que l’augmentation de salaire dont a bénéficié Mme Z…
doit
être mise au regard des responsabilités exercées.
5.
LA SITUATION FINANCIERE
L
analyse de la situation financière de l
OONM concerne les comptes de la période
2009 à 2014 et intègre quelques éléments du budget 2015. Un plan de redressement est en cours,
il porte principalement sur les ressources humaines.
Conformément à l
article L. 612-4 du code de commerce, l
association fait appel à un
commissaire aux comptes pour la certification de ses comptes annuels (bilan, compte de résultat
et annexe). Le commissaire aux comptes a certifié lesdits comptes sans réserves sur toute la
période de contrôle. Il rend également chaque année un rapport spécial sur les conventions
réglementées.
La période est marquée par la fermeture de l
Opéra Comédie entre août 2010 et juillet
2012 pour travaux de rénovation concernant l
espace scénique et la mise en conformité des lieux.
La saison 2010-2011 s
est donc intégralement déroulée au Corum. Globalement, la situation
financière n
a pas pâti de cette fermeture. La diminution des charges de fonctionnement liée à la
fermeture de l
opéra ayant largement compensé la petite baisse de recettes de billetterie et de
ventes de spectacles sur cette période.
5.1.
Une variation importante du résultat net
Le budget de l
OONM s
élevait à 22,76
M€
au 31 décembre 2014, en repli de 10,9 %
par rapport à 2009.
19/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Résultat net (en €)
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Produits d
exploitation
25 441 729
24 445 440
24 418 972
25 474 789
23 527 770
22 344 921
Charges d
exploitation
25 478 843
25 037 098
24 015 515
24 951 082
23 822 418
21 763 844
Résultat d
exploitation
-37 114
-591 658
403 457
523 707
-294 648
581 077
Produits financiers
7 816
1 935
22 356
40 909
310
2 207
Charges financières
5 256
6 012
3 240
75
4 262
4 112
Résultat financier
2 560
-4 077
19 116
40 834
-3 952
-1 905
Résultat courant avt impôts
-34 554
-595 735
422 573
564 541
-298 600
579 172
Produits exceptionnels
100 559
36 126
120 650
158 788
137 720
410 717
Charges exceptionnelles
100 209
122 274
183 896
529 290
404 824
266 344
Résultat exceptionnel
350
-86 148
-63 246
-370 502
-267 104
144 373
Résultat net
-34 204
-681 883
359 327
194 039
-565 704
723 544
Source : OONM
Entre 2009 et 2014, le résultat net a connu une évolution erratique. Après deux
premières années déficitaires, l
opéra a affiché un résultat net positif en 2011 et 2012. En 2011,
l’excédent
s
explique essentiellement par la diminution des charges de personnel liée à la
fermeture de l
opéra
(diminution d’engagements d’artistes invités et intermittents)
. En 2012, il est
lié à l
augmentation des subventions d
exploitation (+ 307 k
€) et des produits des ventes de
spectacle (+ 387 k
€).
En 2013, le résultat était de nouveau déficitaire en raison principalement d
une forte
diminution des produits d
exploitation (- 2
M€
par rapport à 2012), la diminution corrélative des
charges étant moins importante.
L’ordonnateur précise que la baisse,
en cours d’exercice, et sans
signe annonciateur, des subventions versées par les collectivités ne pouvait être que partiellement
répercutée sur les charges puisque les saisons artistiques sont engagées entre 12 et 24 mois à
l’avance.
En 2014, le résultat net était positif (723 514
€) par l’
effet conjugué d
une diminution
des charges d
exploitation liée à la baisse d
activité et de l
encaissement d
une recette
exceptionnelle de 410 k
HT initialement prévue au budget 2013 pour la vente d
un violon à la
communauté d
agglomération de Montpellier qu
elle a remis à disposition gratuitement à
l
association. Cette recette exceptionnelle s
apparente ainsi à une subvention
d’autant que
l’association, ainsi que l’a précisé M. Koering lors de son audition, disposait déjà du violon acquis
grâce à des dons.
5.2.
Une baisse des produits depuis 2012
Entre 2009 et 2014, le total des produits a enregistré une baisse de près de 11 %. Leur
hausse de 4,53 % en 2012 n
a été qu
une petite pause dans leur diminution continue qui s
est
d
ailleurs accélérée en 2013. En 2014, les produits d
exploitation représentaient 98,2 % (99,6 % en
2009) des produits totaux. Sur la période, les produits financiers et les produits exceptionnels sont
restés assez marginaux sauf en 2014, année de la vente du violon.
20/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Source : OONM
En euros
5.2.1.
La forte dépendance de l
OONM aux subventions des collectivités
publiques
Sur la période, les subventions ont représenté entre 88 % et 91 % du montant des
produits d
exploitation, soit une part beaucoup plus importante que celle de la moyenne nationale
(en 2013, la ROF
11
précise que les subventions représentent 81 % du montant des produits hors
Opéra national de Paris).
En 2014, les subventions s
élevaient à 20 592 714
€ (hors subventions accordées à
l
Opéra junior). Elles ont diminué de 9,7 % sur la période en raison principalement de la baisse de
plus de 5
M€
en 2013 de la subvention allouée par le conseil régional (4,13
M€
en 2014 contre
9,25
M€
en 2012).
11
Réunion des opéras de France.
PRODUITS
D'EXPLOITATION
OONMLR
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Produits d’exploitation
25 441 729
24 445 440
24 418 972
25 474 789
23 527 770
22 344 921
Production vendue de
services
2 715 276
1 862 213
2 005 756
2 392 257
2 169 618
1 887 061
Subventions
d’exploitation
22 325 292
22 228 767
22 088 133
22 395 345
21 106 342
20 182 408
87,75%
90,93%
90,45%
87,91%
89,71%
90,32%
Reprises sur amorts,
dépréciations,
provisions et transferts
de charges
158 875
306 295
293 649
168 997
215 811
239 738
Autres produits
242 285
48 165
31 434
518 189
35 999
35 714
Produits financiers
7 816
1 935
22 356
40 909
310
2 207
Produits
exceptionnels
100 559
36 126
120 650
158 788
137 720
400 167
Total des produits
25 550 104
24 483 501
24 561 978
25 674 486
23 665 800
22 747 295
variation des produits (en
€)
-1 066 603
78 477
1 112 508
-2 008 686
-918 505
variation des produits
(en%)
-4,17%
0,32%
4,53%
-7,82%
-3,88%
subventions
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Etat
3 192 124
3 192 684
3 191 724
3 190 820
3 180 244
3 233 244
Région Languedoc Roussillon
7 600 000
9 400 000
9 315 000
9 250 000
4 000 000
4 130 000
Département de l'Hérault
610 000
0
0
0
500 000
58 000
Métropole de Montpellier
11 266 000
10 050 000
10 000 000
10 396 667
13 800 000
13 171 470
Ville de Montpellier
73 550
55 000
40 960
30 000
0
0
autres
54 897
6280,6
total
22 796 571
22 697 684
22 553 965
22 867 487
21 480 244
20 592 714
source : balance générale OONM
en euros
21/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
L’agglomération
de Montpellier, financeur principal de l
OONM, a compensé en partie
cette baisse par une augmentation de sa subvention qui est passée de 11,2
M€
en 2009 à
13,2
M€
en 2014.
En revanche, la participation de l
État a été constante, de l
ordre de 3,2
M€
par an et
représente environ 15 % du montant total des subventions perçues par l
OONM.
Pour sa part, le conseil départemental de l
Hérault n
a versé aucune subvention à
l
OONM entre 2010 et 2012 mais a effectué un versement exceptionnel en 2013 de 500
k€, puis
53
k€ en 2014. Enfin, après une réduction régulière de sa subvention depuis 2009 (de 73
500
€ en
2009 à 30 000
€ en 2012), la ville
de Montpellier a cessé toute participation depuis 2013, en raison
du transfert de la compétence culturelle à la communauté d
agglomération de Montpellier.
5.2.2.
Les recettes propres
(en €)
2011
2012
2013
2014
Produits d
exploitation
24 418 972
25 474 789
23 527 770
22 344 921
dont
billetterie
1 396 925
1 694 798
1 686 575
1 254 894
vente spectacles
423 259
415 074
331 955
379 074
coréalisation
45 032
120 791
recettes phonographiques
20 526
6 617
0
0
prestations de services
68 409
77 748
131 226
114 216
1 954 151
2 315 028
2 149 756
1 748 184
% des recettes propres/produits
d
exploitation
8 %
9,09 %
9,14 %
7,82 %
Source : synthèse financière détaillée OONM
En 2014, les recettes propres représentaient à peine 8 % des produits d
exploitation.
L
enquête annuelle de la ROF constate qu
en 2012, hors Opéra de Paris, les recettes propres et
autres produits représentaient 19 % des produits globaux. L
OONM est très nettement en dessous
de cette moyenne (9,09 % pour cette année). En 2015, les recettes propres seraient en nette
amélioration selon l’association
,
mais elle ne fournit pas d’éléments à l’appui alors qu’elles ne
devaient représenter que 6,5 % du total des recettes
12
.
Les recettes de billetterie ont ainsi baissé d
environ 26 % de 2012 à 2014.
En 2012,
elles correspondaient à 65 % du montant des recettes propres contre 72 % pour la moyenne des
opéras nationaux (source : ROF). Le dossier d
information transmis au comité d
hygiène, sécurité
et conditions de travail (CHSCT) le 1
er
avril 2015 précise ainsi que « ce très faible niveau de
billetterie s
explique par une programmation peu attractive en nombre et qualité de spectacles liée
à la baisse des budgets artistiques et par une volonté des tutelles qui ont toujours soutenu une
politique tarifaire faible afin de donner un accès le plus large possible au public et tenir compte du
bassin de la population locale ». En 2015,
la faiblesse de la programmation n
a pas permis
d
envisager une augmentation tarifaire.
Parallèlement, les ventes de spectacles et les coréalisations se raréfient.
Comptabilisées dans le même compte depuis 2013, elles ne représentaient plus qu
une recette de
379
k€ en 2014 contre 536
k
en 2012. En 2015, elles ne devaient s
élever qu
à 135 k
€.
12
Dossier d’information
-consultation du CHSCT - avril 2015.
22/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Il en est de même des recettes phonographiques qui sont devenues pratiquement
inexistantes.
En 2013, seuls 46 CD édités sous le label Universal Music ont été vendus
représentant une recette de 5 435
€ contre 20
526
€ en 2011. Considérant ce manque de succès,
le producteur Universal Music a supprimé la commercialisation de 19 de ces CD.
5.2.3.
Le mécénat
Sous la direction de M. Koering, le mécénat a été concentré sur le festival de Radio
France. Les recettes liées au mécénat n
ont jamais été très conséquentes et avec la baisse de la
programmation, elles sont désormais limitées au partenariat avec la Société Nicollin (25 000
€ par
an depuis 2012) et avec la CCI (4
114 € en 2014).
En 2014, la fondation de la Société Générale a versé la somme de 15 000
€ pour les
actions menées par l
Opéra junior. Ce partenariat ne sera pas reconduit en 2015.
Par convention du 2 mai 2012, la fondation Aria présidée par M. Scarpitta, qui était à
cette période directeur de l
OONM, s
était engagée à verser à l
association une contribution de
380 000
pour la réalisation des spectacles présentés au cours
de l’année 2012,
qu
elle n
a
jamais payée. Trois représentations de Don Giovanni prévues à Versailles les 23, 25 et 27 juin
2013 ont été annulées, faute de mécénat. Un dédit de 40 240
€ a dû être versé
aux artistes pour
annulation de ces représentations.
Conformément à l’article 7, la résiliation était de plein droit en cas d’inexécution par
l’une de parties
mais contrairement aux stipulations contractuelles, aucune mise en demeure n’a
été adressée à la fondation.
Lors de sa réunion du 27 mai 2015, l
OONM a pris la décision de renoncer
définitivement à toutes poursuites contre la fondation Aria
en faisant valoir que la relance d’une
action serait non seulement vouée à un échec certain, mais aussi contre-productive dans la
mesure où elle engagerait des frais importants et aurait, en outre, un effet dissuasif sur de
potentiels nouveaux mécènes.
E
n réponse, l’ordonnateur justifie la faiblesse du mécénat par
:
- une image de la structure peu porteuse dans les médias ces dernières années et
donc peu incitative pour les mécènes ;
- l
’impact de la crise économique
;
- la structuration du tissu économique local qui ne permet pas une politique de
mécénat classique.
- l
’instabilité institutionnelle.
5.3.
Des charges de structure trop élevées
Entre 2009 à 2014, les charges ont enregistré une baisse de 16 % essentiellement en
raison de la baisse des dépenses de la programmation artistique.
En 2014, les charges fixes (personnel + location) s
élevaient à 18,7
M€
. Elles
représentaient 85,9 % des dépenses d
exploitation et absorbaient 90,7 % des subventions.
23/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Les dépenses de personnel, charges sociales comprises, représentaient 70,5 % des
charges d
exploitation en 2014 contre 65,3 % en 2009. D
un montant de 15,34
M€
en 2014, elles
ont diminué de 8,5 % sur la période, soit une baisse beaucoup moins importante que les autres
charges. Ces dépenses font l
objet d
un examen détaillé au chapitre 7 du présent rapport.
Entre 2009 et 2014, les dépenses de programmation ont diminué de 52,4 %, elles ne
représentent plus que 13,5 % des charges d
exploitation contre 25,7 % en 2009. Ces dépenses
font l
objet d
un examen détaillé au chapitre 6 du présent rapport.
Les autres achats et charges externes représentent le quart des dépenses. Elles sont
passées de 7,1
M€
en 2009 à 5,5
M€
, soit une diminution de 22,26 %. Elles englobent notamment
les dépenses liées aux locations, les rémunérations d
intermédiaires et les honoraires d
avocats.
5.3.1.
Les locations
Les locations constituent le poste de dépense le plus important après les dépenses de
personnel. Elles s
élevaient à 3,35
M€
en 2014 contre 4
M€
en 2009. Elles comprennent la
location des salles de spectacles, des bureaux et des entrepôts pour les décors.
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
LOCATIONS
4 059 191
4 053 401
4 159 387
3 231 046
3 412 115
3 349 354
Source : OONM
CHARGES
D'EXPLOITATION
OONMLR
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Charges d’exploitation
25 478 843
25 037 098
24 015 515
24 951 082
23 822 418
21 763 846
achats de matières
premières et autres
approvisionnements
603 492
265 128
348 704
682 808
280 192
145 504
autres achats et charges
externes
7 115 152
6 914 527
6 682 787
6 400 465
6 270 518
5 531 453
Impôts et taxes
293 960
287 059
272 126
292 051
247 084
236 800
Salaires et traitements
11 998 630
12 208 832
11 744 205
12 143 406
11 920 756
11 170 130
charges sociales
4 640 670
4 788 884
4 495 092
4 791 145
4 482 592
4 170 894
Dotations amort. Sur
immos
190 612
188 093
170 245
206 438
219 146
208 437
dotations aux
dépréciations sur actif
circulant
7 597
16 515
dotations aux provisions
pour risques et charges
238 488
55 021
13 335
0
55 920
Autres charges
397 838
329 555
281 423
434 770
385 615
244 708
Charges financières
5 256
6 012
3 240
75
4 262
4 112
Charges
exceptionnelles
100 209
122 274
183 896
529 290
404 824
266 344
Total des charges
25 584 308
25 165 384
24 202 651
25 480 447
24 231 504
22 034 302
variation des charges en
-418 924
-962 733
1 277 796
-1 248 943
-2 197 202
variation des charges en
%
-1,64%
-3,83%
5,28%
-4,90%
-9,07%
source : comptes de résultat
en euros
24/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
5.3.1.1.
L
opéra Comédie
Entre 2003 et 2012, la communauté d
agglomération de Montpellier a mis gratuitement
l
Opéra Comédie à la disposition de l
association. Dans son précédent rapport, la chambre avait
indiqué qu
en application des articles L. 215-1 et L. 222-7 du code général de la propriété des
personnes publiques (CGPPP), la gratuité ne semblait pas possible. Une convention d
occupation
à titre onéreux a donc été signée le 7 octobre 2012 et fixe le montant de la redevance annuelle à
245 000
€ indexé sur l’
indice du coût de la construction. Or, le loyer est resté à 245 000
€ alors
que l
indexation était favorable à l
association. En effet, le montant du loyer 2013 aurait dû s
élever
à 242 058,82
€ (loyer 2012 x 1
646 / 1 666) et celui de 2014 à 238
382 € (240
735 x 1 621 /
1 637)
13
.
5.3.1.2.
Le Corum
La société Enjoy, qui assure l
exploitation du Corum, a conclu avec l
OONM une
première convention d
occupation en date du 15 mai 2009 pour une durée de quatre ans prenant
effet rétroactivement le 1
er
janvier 2009. La convention porte sur l
occupation annuelle de bureaux
d
une surface approximative de 1 009 m² (449 m² + 560 m²) et de locaux à usage artistique d
une
surface approximative de 1 968 m². Elle porte également sur l
occupation déterminée des
auditoriums à la journée :
- Einstein : 30 jours dont 1 jour de répétition,
- Pasteur : 50 jours dont 12 jours de répétition,
- Berlioz : 170 jours dont 96 jours de répétition.
Cette convention précise que « l
association pourra accueillir sur le compte de ses
réservations toute association ou autre acteur culturel ou artistique contribuant à la politique définie
par les statuts de l
association ». Le loyer annuel, d
un montant de 3 600 000
HT, est indexé
annuellement par référence aux indices Syntex et Ebiq, le coefficient le plus élevé (0,72) étant
appliqué à l
indice Syntex qui évolue le plus vite. Sans considération de l
article L. 112-2 du code
monétaire et financier (modifié par l
article 63 de la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011)
14
, les indices
Syntex et Ebiq
15
n
apparaissent pas être en relation directe avec l
objet de la convention et sont
défavorables à l
OONM.
Suite à une modification de la délégation de service public conclue entre la société
Enjoy et la communauté d
agglomération visant à identifier les utilisations respectives du Corum
par les trois entités culturelles (OONM, Montpellier Danse et le festival de Radio France), une
nouvelle convention d
occupation a été consentie à l
OONM pour une période de quatre ans
prenant effet au 1
er
janvier 2012. Le loyer 2012 est fixé à 2 732 152
HT, la superficie des bureaux
occupés passant à 449 m² et les jours d
occupation étant fortement réduits (auditoriums à la
journée, Einstein 0 jour, Pasteur 21 jours, Berlioz 123 jours).
13
La valeur de l’indice du coût de la construction (ICC) servant d’indice de référence (ICC0) est celui du deuxième trimestre 2
012
(valeur publiée au JO le 7 octobre 2012). Les valeurs de l’ICC communiquées par l’INSEE
pour les trimestres concernés sont les
suivantes : ICC0 = 1 666 ; ICC1 = 1 637 (2
ème
trimestre 2013) ; ICC2 = 1 621 (2
ème
trimestre 2014).
14
Article L. 112-2 du c
ode monétaire et financier (modifié par l’article 63 de la
loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 ) : « Dans les dispositions
statutaires ou conventionnelles
est interdite toute clause d’indexations fondées sur le salaire minimum de croissance, sur le niveau
général des prix ou des salaires ou sur les prix des biens, produits ou services n'ayant pas de relation directe avec l'objet du statut ou
de la convention ou avec l'activité de l'une des parties ».
15
L’indice Syntex est un indice des coûts en ingénierie, services informatiques, études, conseil, recrutement et formation
professionnelle qui est en constante augmentation. L'indice a accéléré en 2011 pour se stabiliser à 0,6 % au premier trimestre 2012.
L’indice E
biq, indice de prix de production de l'industrie française pour le marché français est établi en base 100 en 2010. Son
évolution est beaucoup moins accentuée que le précédent.
25/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
L
OONM peut mettre à disposition des associations « Montpellier Danse » et « Festival
de Radio France », les locaux à usage artistique en organisant les plannings de réservation.
Un avenant, signé le 18 janvier 2013, a matérialisé l
intégration d
Opéra junior dans
l
association par la mise à disposition complémentaire du niveau 3 des loges Berlioz (soit 106 m²)
pour un loyer annuel de 16 252
HT. Cet avenant a pris effet au 1
er
janvier 2013 pour une durée
de trois ans.
Le loyer indexé s
élève 2 801 908
HT en 2013 et à 2 878 423
HT en 2014
(2 823 878
HT compte tenu d
un avoir de 54 545
€ par la société Events suite à un sinistre).
Même s
il a été fortement réduit, le loyer demeure très élevé pour des locaux qui
semblent surdimensionnés au regard de
l’activité.
Avec le loyer de 245 000
€ versé à la métropole d
e Montpellier pour l
occupation de
l
Opéra Comédie, le loyer payé par l
OONM en 2014 s
élevait à 3 123 423
€. Or, les recettes
générées par la billetterie (1 254 894
€) ne parviennent à couvrir que 40,2
% de cette charge. Le
dossier d
information / consultation du CHSCT d
avril 2015 annonce un loyer réévalué à
3 511 997
€ pour 2015.
À titre comparatif, le tableau ci-dessous retrace les montants des loyers versés (ou
estimés) par quatre orchestres opéras nationaux comparables en terme d
effectif musical.
La convention d
accueil de l
OONM au Corum conclue avec Montpellier Events arrive à
échéance le 31 décembre 2017.
L’ordonnateur exclut toute possibilité de renégociation avant le terme de la convention
d’occupation, il en va de même de la métropole qui, elle, n’en envisage la possibilité qu’à
l’issue
de
la DSP qui la lie à Montpellier Events jusqu’au 31 décembre 2018.
La renégociation du contrat devrait donc
être l’occasion d’une révision à la baisse du
loyer compte-tenu de la sous-occupation des locaux. Une réflexion sur une optimisation de
l
occupation des salles de spectacle pourrait être également conduite, notamment en privilégiant la
sous-location.
Le président de l’association précise également que pourraient être revues les
journé
es d’occupation de Berlioz en fonction de la programmation réelle de l’OONM dès lors
qu’une majoration est prévue si l’on dépasse les 123 jours d’occupation.
OONM
orchestre national Pays
de Loire
Opéra de Lyon
Opéra National
de Lorraine
Orchestre National du
Rhin
loyer
en 2012 :
Corum
2 732 152 €HT
opéra Comédie
245 000€
Cité des Congrès : pris en
charge aux 2/3 par la ville
sous forme de subvention et
estimé à une valeur totale de
798 083 € en 2007
loué par la ville 980
k€ annuel 2006-
2011 (subvention
adaptée au loyer)
loué par la ville de
Nancy 752 k€ par
an (2006 à 2012)
mise à disposition par la
ville estimé à 500 k€ par la
CRC (rapport 2013)
capacité d'accueil
Berlioz 2 000 places, Pasteur 740
places, opéra Comédie 1 000
places, salle Molière 360 places
2 000 places, 800 places et
450 places
1 200 places et 200
places
scène de
670 m2
opéra 1014 places
environ 21 300m2 au total
opéra de Strasbourg : 1 142
places
nombre de musiciens
orchestre
94
106
61
70
110
nombre d'artistes des
chœurs
32
31
34
30
40
effectif total
entre 200 et 400
entre 400 et 500
chiffre d'affaire
entre 20 et 30 M€
30 à 40 M€
source : rapports CRC et ROF
26/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
5.3.2.
Les dépenses liées aux rémunérations d
intermédiaires et aux honoraires
des avocats
Compte de r
ésultat (en €)
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Rémunérations intermédiaires honoraires
344 667
636 161
501 451
519 145
423 226
294 998
Source : OONM
D
un montant de 636 k
€ en
2010, elles sont passées à 295 k
€ en 2014. Parmi elles, les
honoraires d
avocats sont en forte augmentation en raison d
un nombre important de contentieux
relatifs au personnel. Ils culminaient à 93 000
€ en 2013, année où a été réalisé un audit
« SECAFI » (33 067
€).
Plusieurs contentieux sociaux sont toujours en cours (contestations des motifs de
licenciement, rupture de promesse d
embauche, revendication de droits d
auteur...). La plupart des
salariés ont été déboutés de leur demande d
indemnisation en premier ressort et cinq instances
sont désormais pendantes en appel. Le total de demandes d
indemnisation est de l
ordre de
764 000
€. Aucune provision n’
a été constituée pour ces litiges
, ce que l’ordonnateur justifie par le
fait que les salariés ont été déboutés en première instance et eu égard à la teneur des conclusions
des dossiers. Il n’en est pas moins tenu de respecter les principes comptables de prudence
régissant les provisions. En 2014, l
OONM a toutefois été condamnée à verser 52 950
€ à une
salariée contestant son motif de licenciement en 2011. Une provision de 60 000
€ antérieurement
constituée a été reprise sur l
exercice. L
association a également été condamnée à verser
18 000
€ pour litige relatif à la contestation d’
un engagement par un metteur en scène. Elle a fait
appel de cette décision et une provision a été constituée.
5.3.3.
Les déplacements, missions et réceptions
Ils représentent environ 10 % du montant total des charges externes sur les deux
dernières années.
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Déplacements missions et réceptions
907 014
656 848
545 981
808 804
585 134
555 178
Voyages et missions c/62522-23
287 030
196 483
212 866
227 710
214 098
175 115
Réception bar restaurants c/62570
59 900
54 571
27 035
37 679
45 256
32 763
Réception hôtels c/62571
163 339
113 575
66 042
187 481
92 285
67 231
Journalistes c/62572
9 465
7 683
9 763
21 864
11 760
10 071
Source : OONM
Bien qu
en baisse tendancielle, les frais de missions et de réceptions restent
conséquents. Les frais de voyages et de missions ont fluctué entre 907
k€ en 2009 et 5
55 k
en
2014. L
agence BOS Voyages est le prestataire de service principal de l
OONM.
La forte augmentation des frais de restauration en 2012 par rapport à 2011 s
explique
notamment par la fréquentation des restaurants des frères Pourcel. De même, les frais d
hôtel
triplent en 2012 par rapport à l
année précédente.
L’ordonnateur fait valoir en réponse que les frais d’hôtel comme les frais de mission
dépendent de la programmation artistique puisque l’hébergement des artistes invités est
contractuellement à la
charge de l’association. Il n’en demeure pas moins qu’elle a le choix des
hôtels et restaurants proposés.
27/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
5.4.
Le bilan
Le bilan de l
association est caractéristique des organismes culturels de ce type, sans
dettes réelles ni capitaux propres.
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Fonds de roulement
-1 108 798
-1 713 612
-1 253 031
-1 426 031
-2 131 916
-1 274 407
Créances
1 464 990
3 974 940
1 514 022
1 535 738
913 823
1 506 060
Dettes
4 042 562
5 872 696
3 548 937
4 482 120
4 181 243
4 130 121
Besoin en fonds de roulement
-2 577 572
-1 897 756
-2 034 915
-2 946 382
-3 267 420
-2 624 061
Trésorerie
1 468 774
184 144
781 884
1 520 351
1 135 504
1 349 654
Source : OONM
Entre 2009 et 2014, le fonds de roulement de l
OONM a été négatif en raison du
niveau peu important de passif lié aux faiblesses des résultats repris dans le report à nouveau.
Rapportée aux charges réelles d
exploitation, la trésorerie a permis de couvrir en 2014
au mieux 0,8 mois de charges, ce qui est assez faible et peut conduire, en cas de retard dans le
paiement des subventions d
exploitation, à créer de fortes tensions de trésorerie pour l
association.
Ce scénario a été vécu par l
OONM suite à un retard de versement de la région qui souhaitait la
transformation de l
association en EPCC. Une procédure d
alerte a ainsi été lancée par le
commissaire aux comptes en septembre 2014, qui a pris fin le mois suivant par le vote du conseil
régional de la subvention attendue.
5.4.1.
L’année 2015 et les suivantes
Le budget 2015, voté avec retard en conseil d
administration du 26 février 2015, a été
augmenté de 0,12 % (21,73
M€
) par décision modificative validée par le conseil d
administration
du 27 mai 2015.
en € retraitement à partir
données OONM
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Trésorerie (A)
1 468 774
184 144
781 884
1 520 351
1 135 504
1 348 652
total des charges réelles
d'exploitation (B)*
25 049 743
24 793 984
23 824 338
24 744 644
23 603 272
21 555 407
couverture en nombre de
jours (C=A/B*360)
21,1
2,7
11,8
22,1
17,3
22,5
couverture en nombre de
mois (C/30)
0,7
0,1
0,4
0,7
0,6
0,8
*déduction des dotations aux amortissements et aux provisions
28/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
En application de
la mise en œuvre de l’
activité partielle acceptée par la DIRECCTE
16
(cf.
infra
§ 7.6), l
OONM a prévu en 2015 une diminution des charges de personnel de 15 % afin
d
augmenter ses dépenses artistiques (+ 15,5 % par rapport au réalisé de 2014). Au total, les
charges ne sont réduites que de 1,35 % par rapport aux dépenses réalisées en 2014 alors que les
produits baissent de 4,4 %. En effet, si l
OONM a prévu une légère augmentation de ses recettes
de billetterie, ses recettes propres totales sont plus faibles qu
en 2014 (- 7,7 %). Les subventions
prévues sont, en outre, en léger retrait (- 1,5 % par rapport au compte de résultat 2014).
Un plan de redressement avec des projections sur 2016-2018 a été approuvé par le
conseil d
administration du 27 mai 2015. Ces projections sont plutôt ambitieuses. Elles s
appuient
sur le postulat d
une reconduction des subventions des collectivités publiques, sur un plan de
départs volontaires qui s
étaleraient sur trois ans de 2015 à 2017 et la renégociation à la baisse du
loyer des auditoriums du Corum. L
objectif d
un budget artistique proche de celui de 2009 (6,5
M€
)
ne pourra être atteint qu
en 2018.
La réforme territoriale pose la question du maintien de deux opéras au sein de la
grande région. La mutualisation des productions lyriques pourrait être envisagée. La région Midi-
Pyrénées versait environ 609 000
€ par an à l’
Orchestre national de Toulouse (budget de 34
M€
)
alors que la contribution de la région de Languedoc-Roussillon à l
OONM s
élevait à 4
M€
.
M. Ramette fait valoir que la nouvelle organisation territoriale et les changements
intervenus tant à la métropole qu’à la ville doivent être une occasion pour faire évoluer la structure.
Selon lui, il paraît difficile, dans un environnement national marqué par un argent public plus rare,
de continuer à faire vivre une association qui dépense chaque année 25
M€
financés à hauteur de
92 % par des
subventions de l’
État et des collectivités territoriales.
16
Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.
Budget 2015+DM1 (en €)
Pour mémoire
compte de
résutat 2014
Buget 2015
DM1
Total des produits
22 747 297
21 710 134
21 736 255
dont
Recettes propres
1 748 184
1 416 800
1 614 321
Subventions
20 182 408
20 043 334
19 871 933
Total des charges
22 034 302
21 710 134
21 736 255
dont
Personnels
15 341 024
13 543 569
13 003 569
location des locaux
3 349 354
3 225 567
3 225 567
Dépenses artistiques
2 939 842
3 110 998
3 397 119
(source OONM
29/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
6.
L
ACTIVITE DE L
ASSOCIATION
6.1.
La programmation
Les dépenses de programmation sont passées de 6,55
M€
en 2009 à 2,940
M€
en
2014 et ne représentent plus que 13,51 % des dépenses d
exploitation.
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Charges d
exploitation
en k€
25 479
25 037
24 016
24 951
23 822
21 764
Dépenses de programmation
en k€
6 552
5 214
5 031
6 173
4 907
2 940
Ratio programmation/charges
25,72 %
20,83 %
20,95 %
24,74 %
20,60 %
13,51 %
Source : OONM
L
OONM a réduit sa programmation pour faire face à la baisse des subventions et aux
versements d
indemnités de départ à la retraite ou de licenciement de ses dirigeants. La hausse
enregistrée en 2012 s
explique par la décision de mettre l
accent sur les nouvelles productions au
détriment des co-productions et locations de spectacles ayant un coût plus faible.
Le budget annuel de la programmation (année civile) permet d
appréhender les
contours de l
activité artistique de l
OONM.
À l
exception de l
Opéra junior et les actions pédagogiques, tous les autres secteurs
d
activité de l
association ont régressé. Secteur le plus onéreux, le budget consacré au lyrique est
aussi le plus touché avec une baisse de 66,2 % passant de 4,2
M€
en 2009 (soit 65 % du coût de
la programmation) à 1,5
M€
en 2014. Sa part dans le coût annuel de la programmation est
également en repli passant de 65 % à 51 % sur la période.
L’ordonnateur précise
que l’année 2009 est une année exceptionnelle pour les
déplacements des artistes avec trois représentations de la Flûte Enchantée au Châtelet et la mise
à disposition des
chœurs
à Monaco pour la production de Turandot et de Bordeaux.
Bien que d
un poids financier moindre, il faut également souligner la forte régression
sur la période de l
activité danse (- 44,6 %) ainsi que des tournées et spectacles décentralisés
(- 56,15 %).
Un extrait des données analytiques pour tous les opéras et concerts présentés sur la
saison 2014-2015 précisant le coût de chaque production est joint en annexe 3.
2009
2010
2011
2012
2013
2014
6 552 460
5 213 939
5 031 242
6 172 904
4 907 283
2 939 842
4 205 482
3 703 044
3 366 314
4 212 725
3 314 099
1 464 908
672 521
679 622
641 009
875 369
832 151
596 256
26 487
17 445
12 063
152 500
136 195
144 697
168 460
155 444
219 816
174 326
177 988
85 000
87 850
94 303
93 173
100 912
109 181
122 918
97 741
104 121
101 065
20 825
17 894
30 070
13 573
1 059 654
300 271
569 171
687 186
407 165
464 623
139 753
72 299
60 000
30 000
danse
actions pédagogiques
productions phonographiques
décentralisation et tournées
résidence
coût annuel de la programmation
frais de productions
lyrique
symphonique et amadeus
jazz
opéra junior
30/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
6.2.
La fréquentation
Pour les concerts symphoniques et les concerts Amadeus, le taux moyen d
occupation
en 2014 était de 74 % (contre 79 % en 2013). C
est un concert gratuit qui a connu le taux de
remplissage le plus faible (29,7 % concert de musique contemporaine donné à la salle Berlioz le
8 février 2014). De même, sur les sept concerts baroques (réintroduits en octobre 2014) un seul a
une fréquentation supérieure à 50 % (52,7 %).
Les concerts doublés réintroduits dans la programmation sur la saison 2012-2013,
n
ayant pas permis d
augmenter le niveau de la fréquentation, ont été abandonnés pour la saison
2014-2015.
Pour le lyrique, le taux moyen de remplissage était de 72 % en 2014 contre 83 % en
2013. Il faut noter l
annulation pour cause de grève de la 1
ère
représentation de La Traviata (perte
de recette d
environ 30 k
€).
L’ordonnateur fait toutefois valoir que la qualit
é de la politique
culturelle ne peut se mesurer à la seule aune de la fréquentation,
a fortiori
pour un établissement
national soumis à un cahier des charges contraignant en termes de programmation.
L
association calcule le taux de remplissage en y intégrant les invitations et les autres
exonérations (partenariat, musiciens, autres…) qui représentent environ 9
% des places éditées.
Selon l’ordonnateur, pour la saison 2014
-
2015, le nombre d’invitations s’est élevé à 3,3
% des
places éditées.
Pour les spectacles lyriques, le taux moyen d
occupation « payant » comme calculé
dans l
avant dernière colonne du tableau ci-après, est de 68,6 % pour la saison 2013-2014. Il était
de 83,2 % pour la saison lyrique 2011-2012.
taux de fréquentation
concerts doublés
taux de
remplissage
nombre de places
vendues
2013/2014
0
taux de fréquentation Corum
jauge 1 859 places, soit 3 718
pour la série)
0
1er cct
61%
1 130
2ème cct
55%
1 018
total places vendues
2 148
2012/2013
taux de fréquentation Corum
jauge 1 859 places, soit 3 718
pour la série)
1er cct
69%
1 283
2ème cct
69%
1 276
total places vendues
2 559
taux de fréquentation Comédie
jauge 1 050 places, soit 2 100
pour la série)
1er cct
67%
705
2ème cct
59%
617
total places vendues
1 322
2011/2012
2010/2011
taux de fréquentation Corum
jauge 1 917 places, soit 3 834
pour la série)
1er cct
53%
985
2ème cct
35%
651
total places vendues
1 636
source : synthèse financière OONM
suppression des concerts doublés
31/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Par ailleurs, les abonnements lyriques 2013-2014 ont enregistré une baisse de 315
abonnés par représentation (2 041 places en moins) soit - 25,6 % par rapport à la saison 2012-
2013.
L’ordonnateur explique cette baisse par l’évolution des pratiques culturel
les des spectateurs
avec le développement de la vente sur internet au coup par coup.
6.3.
Les ventes de spectacle
6.3.1.
Les concerts donnés en région Languedoc-Roussillon
Des concerts sont donnés par les musiciens et choristes de l
OONM dans la région. Le
prix de vente de ces prestations varie de 200 à 10
000 €. En 2014, ils représent
aient une recette
de 114 254
€ contre 187
152
€ en 2013. Leur coût en 2014
était de 248 350
€ contre 237
957
€ en
2013.
Les productions lyriques en région ne sont plus organisées en raison du coût qu
elles
représentent. En effet, en septembre 2012, trois représentations lyriques des Noces de Figaro ont
été données au théâtre de l
Archipel de Perpignan et au théâtre municipal de Nîmes. Le prix de
vente de ces prestations a été de 109 000
€ au total. Or, elles ont coûté 276
326
€ à l’
OONM, soit
un reste à charge de 167 326
€ bien que le taux de remplissage ait avoisiné les 100
%.
6.3.2.
Les tournées
En 2014, les tournées ont dégagé un différentiel positif de 8 195
€ (224
468
€ de
recettes pour 216 273
€ de dépenses). En 2013, ce gain était de 38
772
€ (211
330
€ de recettes
et 172 558
€ de dépenses).
Par ailleurs, l
OONM a signé une convention en avril 2014 avec les Chorégies
d
Orange pour interpréter l
opéra Nabucco les 9 et 12 juillet à Orange. À cette occasion, l
OONM a
32/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
mis à disposition 84 musiciens, 29 choristes, un chef de chœur et 5 accompagnateurs régie
, soit
un total de 119 personnes.
Les choristes, le chef et l
accompagnateur se sont déplacés à Orange du 27 juin au
13 juillet 2014 ; les 84 musiciens et 4 accompagnateurs du 4 au 13 juillet.
Le budget prévisionnel, estimé à 166 887,36
HT, a été pris en charge par les
Chorégies. Toutefois, un surcoût de 34 666
€ a été
supporté par l
OONM correspondant dans sa
presque totalité aux primes concédées au personnel de l
OONM et non incluses dans la
convention collective dont :
- prime menus frais orchestre : 13
690 €
;
- prime tournée régie orchestre : 3
449 €
;
- demi-heures supplémentaires orchestre : 2
660 €
;
- p
rime menus frais chœurs
: 10
414 €
;
- transferts Montpellier-Orange : 4 453
€.
6.4.
Le festival de Radio France et Montpellier Danse
6.4.1.
Le festival de Radio France
Créé en 1985 à l
initiative de Radio France et de la ville de Montpellier sous la direction
de M. René Koering (depuis le 1
er
septembre 2014, M. Jean-Pierre Rousseau), le festival de Radio
France est un festival annuel qui se déroule en juillet, organisé principalement avec le concours de
la ville de Montpellier et de la communauté d
agglomération.
Chaque année, l
OONM met
ses musiciens et ses chœurs
gratuitement à disposition
du festival de Radio France
17
. Seuls les frais supplémentaires engagés sont refacturés. En 2013,
le festival a ainsi occupé l
’Opéra Comédie pour la production de quatre concerts, trois œuvres et
un spectacle en coréalisation. L
OONM n
a refacturé au festival que 8 824
HT pour fais divers
(nettoyages, heures de nuit, sécurité) et 26 923
HT pour les frais liés à l
engagement de
musiciens supplémentaires. De même, l
occupation de l
Opéra Comédie par le festival a concerné
un concert et deux œuvres qui n’
ont donné lieu au remboursement que de 3 605
HT pour frais
divers et de 13 052
HT pour suppléments d
emploi.
Depuis le 25 juillet 2014, une convention spécifique de mise à disposition des artistes
et techniciens de l
OONM a été signée entre l
ONNM et le Festival de Radio France. Ce dernier
prend en charge les droits de retransmission pour le chœur qui s’
élèvent à 1 750
€ bruts (62
,50
€ x
28 choristes) ainsi que tous les frais annexes liés aux déplacements éventuels et tous les frais liés
à l
’exécution des œuvres programmées (musiciens ou choristes supplémentaires, suppléments
d
emplois, dépassements horaires
…) dus en application des accords collectifs en vigueur au sein
de l
OONM. Toutefois, l
orchestre est toujours mis à disposition à titre gracieux.
Le coût pour l
OONM de cette mise à disposition gracieuse, qui, selon le directeur de
Radio-France est pratiquée pour tous les orchestres français et étrangers, est évalué à 469 833
au titre de 2013 et 271 178
€ en 2014.
17
La rémunération du chef
d’orchestre
est prise en charge par Radio-France.
33/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
6.4.2.
Montpellier Danse
Un contrat de coréalisation est signé chaque saison avec l
association Montpellier
Danse. L
OONM met à disposition de Montpellier Danse l
Opéra Comédie et l
Opéra Berlioz ainsi
que le personnel d
accueil et les techniciens, et intègre le festival dans sa plaquette. Il verse aussi
une participation financière de 85 000
HT (86 785
TTC).
En contrepartie, un partage de recettes est effectué à raison de 5 % au bénéfice de
l
OONM, après déduction des droits d
auteurs, soit un versement de 7 228,61
TTC sur la saison
2012-2013 et de 11
096,87 € TTC sur la saison 2013
-2014.
7.
LES RESSOURCES HUMAINES
7.1.
L
organigramme
Entre le 1
er
janvier 2009 et le 1
er
janvier 2015, l
effectif théorique de l
OONM est stable
et compte 237 employés permanents (97 musiciens, 34 choristes, 74 personnels administratifs et
32 techniciens dont 19 détachés de Montpellier Méditerranée Métropole)
18
. La fusion des
structures orchestre et opéra s
étant effectuée sans aucune mutualisation des services, les
personnels administratifs représentent 31 % des effectifs et sont particulièrement nombreux.
18
Ce nombre comprend les postes artistiques gelés et non pourvus, soit pour 2015 : 6 postes non pourvus et 2 gelés pour les
musiciens ; 2 postes gelés, 1 poste non pourvu et 1 congé sans solde pour les choristes ; 1 poste gelé au service comptable. Par
ailleurs l’absorption
en 2013 de l’association Opéra
junior a entraîné le transfert de 6 salariés permanents (3,92 ETP).
Festival de Radio France
Valorisation de la mise à diposition de Orchestre, Chœurs et techniciens
Année 2013
Œuvres
Total
Nb de jours
Valorisation *
Nb de jours
Valorisation
Nb d'heures
Valorisation
Mass - Berstein
-
5
118 285
118 285
Madame Sans Gêne - Giordano
11
58 520
7
165 599
224 119
La Vivandière
- Godard
-
5
118 285
118 285
Accueils Opéra Comédie
381
9 144
9 144
469 833
Année 2014
Œuvres
Nb de jours
Valorisation *
Nb de jours
Valorisation
Nb de jours
Valorisation
Catarina Cornaro - Donizetti
6
31 920
6
141 942
173 862
La fête du Violon
4
94 628
94 628
Accueils Opéra Comédie
112
2 688
2 688
271 178
* sur l'hypothèse d'un salaire journalier moyen
Chœur
Orchestre
Techniciens
34/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
L
administration de l
association est organisée autour de quatre pôles animés chacun
par un directeur (cf. annexe 4 : organigramme 2014) : le pôle « production artistique » (25
emplois), le pôle « technique et maintenance » (48 emplois), le pôle « finances, ressources
humaines et informatique » (10 emplois), le pôle « communication et relations publiques » (15
emplois + une équipe d
hôtesses d
accueil et contrôleurs).
Cet organigramme n
apparaît pas très efficient au regard de l
activité réelle de
l
association. Ainsi, la nomination par avenant au 1
er
septembre 2014 d
une « community
manager » pour une rémunération (32 243
€ en
2014) dans la « fourchette haute » du métier
19
et
avec une qualification (BTS tourisme) qui ne correspond pas tout à fait à ce type de poste, ne
s
explique pas vraiment.
7.2.
Un effectif vieillissant
Le
turn-over
sur la période est très faible (inférieur à 3 % sur la période) toutes
catégories de salariés confondues. Cette stabilité des effectifs explique l
ancienneté importante du
personnel, 62 % du personnel ayant intégré la structure (initialement l
orchestre ou l
opéra) depuis
plus de 20 ans et 35 % depuis plus de 30 ans
20
.
19
Selon un article du magazine Challenges du 19 juin 2014, cette profession passe majoritairement pour 57 % par une école de
communication, 38 % par le
marketing
en école de commerce. Ils sont 87 % à avoir une licence (Bac+3) et 53 % à posséder un
Master 2 (Bac+5). Le salaire médian du
community manager
est de 30 150
bruts annuels à Paris. En région, il est de 23 710
bruts
annuels.
20
Analyse à partir
d’un tableau produit par l’OONM retraçant la liste du personnel en activité, le service et l’âge de chacun au 1
er
octobre
2014.
évolution du personnel OONM
en nombre
en ETP
personnel administratif
74
71,2
musiciens
97
96,5
choristes
34
34
techniciens
32
32
total
237
233,7
personnel administratif
75
72,3
musiciens
97
96,5
choristes
34
34
techniciens
32
32
total
238
234,8
personnel administratif
74
70,52
musiciens
97
96,5
choristes
34
34
techniciens
32
32
total
237
233,02
source : réponse OONM 23/12/2014 questionnaire 2 point 17
au 1er janvier 2009
au 1er janvier 2012
au 1er janvier 2015
35/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Fin 2014, les plus de 50 ans représentaient 65 %
21
des salariés de l
OONM contre
40,5 % en 2009. En 2015, 24 salariés ont atteint 65 ans, mais la réglementation leur permet de
rester jusqu
à l
âge de 70 ans et il n
y aura aucun départ à l
âge légal avant 2016.
Un accord d
entreprise relatif à l
emploi des séniors a été conclu en 2009 pour une
durée indéterminée (avenant du 28 décembre 2011) par lequel la direction de l
association
s
engage à maintenir un taux minimum d
emploi des salariés de 55 ans et plus à 15 % des
effectifs, sauf départ à l
initiative du salarié, et s
engage à améliorer les conditions de travail et
prévenir les situations de pénibilité
(de 15,2 % en 2009, ce taux est passé à 39 % en 2014)
.
Ce vieillissement peut être préjudiciable à l
OONM en fonction de la catégorie de
personnel (cf. annexe 6 : la pyramide des âges par catégorie). Ainsi, 74 % des techniciens ont plus
de 50 ans (34 des 48 techniciens dont 19 entre 55 et 60 ans et 6 plus de 60 ans). Or, cette
catégorie de personnel connaît une certaine pénibilité au travail
22
. Le rapport SECAFI rédigé en
2013 et produit par l
association souligne d
ailleurs que la moitié des accidents de travail concerne
le personnel technique.
De même, sur les 30 choristes présents, seuls 4 ont moins de 50 ans en 2014. Or, les
choristes peuvent rencontrer un certain nombre de problèmes liés à l
âge. Un article d
Art et
Culture de février 2012 relatif à « la mue, une transformation naturelle de la voix : ses mécanismes
et ses conséquences » explique que « chez les femmes, la tonalité peut s
abaisser sous l
influence
des modifications endocriniennes lors des règles ainsi qu
à la ménopause. Le vieillissement vocal
se manifeste par une perte de souplesse du tonus musculaire. La voix des hommes monte. La voix
des femmes descend mais cette aggravation est contre-balancée par la fonte du muscle vocal :
c
est ainsi que beaucoup de femmes âgées ont un filet de voix aiguë ».
Pareillement, sur un effectif réel de 92 musiciens seuls 28 ont moins de 50 ans (27
entre 55 et 60 ans et 9 plus de 60 ans). Là encore, l
âge peut être source de difficultés dans
l
exercice de leur art. Ainsi, une étude « Médecine du travail et ergonomie - les troubles de santé
des musiciens » de 2003 précise : « Les capacités fonctionnelles sont modulées par la condition
physique, l
âge, le stress et des facteurs individuels. Les troubles musculo-squelettiques sont au
premier plan, et aucune famille instrumentale n
est épargnée, seules diffèrent leurs localisations. Il
faut remarquer tout particulièrement les dystonies de fonction dont la symptomatologie apparaît
uniquement lors de la réalisation de certains gestes professionnels très précis. La prévalence des
21
Sur un total de 237 salariés, 64 sont âgés de 50 à 55 ans (30 % de
l’effectif) dont un CDD (Opéra j
unior) et 90 sont âgés de plus de
55 ans (39 %
de l’effectif) dont 28 plus de 60 ans et 6 plus de 65 ans.
22
Préparer le matériel et le câblage son ou lumière, en machinerie, préparer le plateau et l'ensemble du matériel scénique, gérer le
montage, mettre en place les appareils de sonorisation ou d'éclairage ou implanter les éléments de machinerie scénique et de décor
en fonction des demandes d’exploitation et gérer le démontage, le
rangement et le stockage du matériel.
36/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
anomalies de l
audition est également importante ainsi que les manifestations de la sphère buccale
et les problèmes stomatologiques particulièrement fréquents chez les instrumentistes à vent ».
Ce vieillissement des effectifs a également un impact sur l
absentéisme qui reste
important sur la période et sur le recours à des intermittents techniques (77 en 2014) et artistiques
(239 en 2014). Les baromètres publiés annuellement par Alma Consulting Group sur
l
absentéisme des salariés du secteur privé permettent de constater un absentéisme un peu plus
élevé à l
OONM que la moyenne annuelle nationale.
En 2015, 22 salariés sont en congé maladie longue durée (8 musiciens, 4 choristes, 6
administratifs et 4 techniciens)
7.3.
Des accords d
entreprise avantageux
La convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles et ses
annexes (CCNEAC) règle les rapports entre le personnel artistique, technique et administratif de
l
opéra (exception faite des personnels des collectivités territoriales) et l
OONM. Chaque année, au
plan national, en juin, se déroulent des négociations annuelles obligatoires (NAO) de branche sur
les salaires. À cette occasion, sont notamment examinées l
évolution économique et la situation de
l
emploi dans la branche, son évolution et les prévisions annuelles ou pluriannuelles
principalement pour les contrats à durée déterminée et les missions de travail temporaire.
L’ordonnateur précise que l’association a mis en œuvre dans le plan de redressement
la dénonciation des accords d’entreprise (novembre 2015) et que de nouveaux accords devront
être conclus au plus tard en février 2017.
À ces garanties assurées par la CCNEAC s
ajoutent les revalorisations des salaires et
primes octroyées par les accords d
entreprise. Les NAO de branche ont permis l
obtention de
nouvelles primes et des salaires en constante augmentation (cf. annexe 7). Pourtant, dès 2001, le
rapport de l
IGAC dénonçait « l
accumulation des pratiques injustifiées et onéreuses dans la
gestion des ressources humaines » et précisait que « la révision des accords d
entreprise devait
être mise à profit pour modifier nombre de leurs dispositions injustifiées et réduire le poids financier
direct et indirect qu
elles font peser sur l
institution ».
L’ordonnateur précise que les négociations annuell
es obligatoires menées en interne
au cours des trois dernières années ont été faites dans le même esprit que les négociations de la
branche et n’ont conduit à aucune augmentation des
salaires réels.
Les accords d
entreprises sont néanmoins particulièrement favorables et les primes
versées à tous les employés sont nombreuses. Parmi elles, on peut notamment relever la prime de
fin d
année et de vacances d
un montant de 1 129,11
€ par an, la prime
« fusion EUTERP » de
130,57
€ mensuelle et la prime de transport d’
un montant de 25
€ par mois en 2014
, soit un coût
arrêts maladie
2010
2011
2012
2013
2014
nombre de jours d'arrêt maladie
4072
4647
4724
3658
3861
de moins de 3 jours
111
116
85
77
117
nombre de jours/effectif au 31/12
17
20
20
16
16
moyenne des jours d'absence/salarié du
secteur privé(Baromètre d'Alma
Consulting Group)
14,5
14
16,6
15,6
non publié
sources : données OONM et retraitement CRC
37/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
annuel de 45 600
bruts
23
. Cette dernière est attribuée à tous les agents ne bénéficiant pas de
places de parking, y compris aux agents résidant à proximité immédiate de leur lieu de travail. En
outre, l
OONM participe à hauteur de 45,60
€ à
la location de places de parking pour 39 employés
dont 15 ont leur résidence à Montpellier.
L’ordonnateur indique que la multiplicité des primes versées provient de la fusion des
deux établissements et pour certaines d’un héritage de la fonction publique, l’opéra ayant été
exploité sous forme de régie municipale avant sa transformation en association.
Les primes et indemnités spécifiques allouées aux musiciens, choristes et techniciens
sont forfaitisées et particulièrement avantageuses. Parmi elles, on peut notamment citer le
complément indemnitaire artistique, versé mensuellement pour 61,51
€, l’
indemnité vestimentaire
mensuelle de 21,52
€, la prime de tournée, accordée au technicien de scène permanent qui, dans
le cadre d
une tournée, a la responsabilité d
un spectacle (110,97
€ brut par jour pour les non
-
cadres et 53,87
€ pour les cadres et les régisseurs), la prime pour frais annexes avec découché
effectif de 18
€ par jour, la prime de panier 18,37
€ (qui remplace le ticket restaurant lors d’
un
déplacement), la prime de défraiement Ile-de-France (22
€ bruts par jour), la prime audiovisuelle
musiciens de 1 530
€, les primes TV allant de 24,15
€ à 73,47
€, la prime «
feu costumé Opéra »
(36,74
€), et «
feu non costumé Opéra » (18,37
€), la prime de servi
ce volontaire, etc.
De plus, les 15 techniciens détachés affectés à la filière technique bénéficient des
mêmes avantages indemnitaires que le personnel de l
OONM et pour « harmoniser » leur
rémunération avec celle des contractuels qui était plus favorable, l
association a institué des
primes complémentaires compensatoires comme celle de « technicien de console » dont
bénéficient deux agents.
L
importance de ce régime de primes spécifiques a notamment pu être illustrée lors de
la représentation de l
opéra Nabucco à Orange assurée en juillet 2014 par l
OONM sur deux jours.
En application de la convention conclue à cette occasion, les Chorégies d
Orange ont pris en
charge la totalité des frais engagés par l
OONM sur la base de la convention collective. Or,
l
OONM a dû assumer un surcoût résultant de ses accords d
entreprise généreux d
un total de
34 666
€.
L
importance du salaire des cadres administratifs mérite d
être soulignée. À titre de
comparaison, si les salariés étaient soumis à la grille indiciaire de la fonction publique territoriale,
au moins cinq cadres administratifs de la nouvelle structure seraient déjà hors échelle, en
particulier l
administratrice générale dont le salaire brut mensuel (8 331
€ bruts mensuels pour le
mois de décembre 2014) dépasse le hors échelle G (6 950,08
€). De même, la responsable des
ressources humaines, qui avait été recrutée en 2001 en qualité d
assistante à la gestion du
personnel, a vu son salaire brut mensuel augmenter en moyenne de 20,07 % par an entre 2003 et
2011.
23
En décembre 2014, cette prime a été attribuée à 69 administratifs, 23 choristes et 89 musiciens.
38/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
7.4.
Une rémunération des musiciens attractive pour un temps de travail très
réduit
7.4.1.
La rémunération des musiciens
Sur la saison 2013-2014, le coût moyen annuel chargé par musicien est de 61 449
contre 60 772
€ en 2011
-2012. En 2013, 81 musiciens ont perçu un salaire brut supérieur à 40
k€
dont 38 musiciens supérieur à 50
k€.
Les accords d
entreprise prévoient notamment le paiement aux musiciens de
suppléments d
emplois. Sur les trois dernières années, ils se sont élevés en moyenne 191 379
€ et
tendent à augmenter alors que l
activité de l
OONM se réduit. Ces suppléments sont octroyés
principalement lorsque les musiciens utilisent des instruments spéciaux non prévus dans leur
contrat de travail.
Les modalités d
application de ces suppléments sont précisées dans les accords de
fusion du 17 décembre 2002 : « Les divers suppléments ne sont pas cumulables.
a/ supplément de 75 % par service (trompette en ré, trombone alto, viole d
amour, cor
de basset, flûte en sol, contrebasson, trompette basse, hautbois d
amour, petite clarinette en la b
aigu, tuben) ;
b/ supplément de 50 % par service (clarinette en ut, quand l
ouvrage le nécessite, et
après que la direction aura sollicité l
avis du chef d
orchestre puis donné son accord, clarinette
basse ut grave) ;
c/ supplément de 10 % par service (flûte jouant la petite flûte, hautbois jouant le cor
anglais, clarinette jouant la clarinette basse, basson jouant du contrebasson, trompette jouant le
cornet à piston, contrebasse jouant la contrebasse à 5 cordes, quand un instrumentiste joue deux
instruments dans un même service) ».
De plus, un supplément de 100 %, non prévu par les accords d
entreprise, d
un
montant de 2 623,20
€ bruts a été versé à
trois musiciens pour utilisation d
un « sacqueboute »,
ancêtre du trombone, au cours de la représentation d
Orfeo les 24, 27, 29 septembre et 1
er
octobre
2013 (cf. annexe 8).
Cette représentation a aussi nécessité 41 heures de clarinette en ut (+ 50 %),
78 heures (deux musiciens) de trompette jouant le cornet (+ 10 %) et 94 heures (deux musiciens)
de hautbois jouant le cor anglais (+ 10 %).
En réponse l’ordonnateur fait valoir que ces suppléments d’emplois rel
èvent des
accords d’entreprise et qu’il s’agirait d’une pratique nationale.
Par ailleurs, les suppléments d
emploi forfaitaire et forfaitaire spéciaux sont alloués par
contrat aux musiciens dès lors qu
ils sont détachés de la formation « orchestre ».
L’ordonnateur
s’engage à réviser le montant de ces cachets lors de la renégociation des accords d’entreprise.
Période
SUPPL.
EMPLOI 10
%
SUPPL.
EMPLOI
50%
SUPPL.
EMPLOI
75%
SUPPL.
EMPLOI
100%
SUPPL.
EMPLOI
FORFAIT
SUPPL.
FORFAIT
SPEC.
MATERNELLES
TOTAL
année 2012
7 633,83
3 648,60
44 232,01
0,00
1 470,51
99 585,66
18 898,92
175 469,53
année 2013
7 083,88
5 163,37
35 905,27
2 623,20
1 731,46
131 387,16
16 495,11
200 389,45
année 2014 (fin novembre)
5 346,70
8 669,83
27 400,75
0,00
1 024,52
125 884,14
13 428,18
181 754,12
source : payesOONM
39/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Sans perdre en qualité, la programmation artistique de l
OONM devrait pouvoir être
dimensionnée à sa situation financière et éviter à chaque fois que possible le recours à ces
suppléments de traitements octroyés aux musiciens quan
d ils sont détachés de l’orchestre
.
Par ailleurs, les musiciens sont amenés à percevoir des primes de service volontaire
dont le versement est prévu à l
article 4-23 de l
accord d
entreprise de mai 1993. Cette prime est
attribuée lorsqu
une modification du service est « hors délai »
24
, c
est-à-dire moins de 5 jours
francs avant la date considérée. Ces services « volontaires », s
ils sont acceptés par l
orchestre,
« sont pris en compte dans le total mensuel et, en outre, donnent lieu au paiement d
une indemnité
égale à 50 % du prix de l
heure par demi-heure indivisible de travail décalé ».
7.4.2.
Le sous-emploi des musiciens
Entre la saison 2010-2011 et la saison 2013-2014, la moyenne des heures annuelles
par pupitre a baissé globalement de 23,3 %, l
écart le plus important étant constaté sur les pupitres
timbales et percussions (- 32,5 %).
L
article XV-2 CCNEAC prévoit que : « la période de référence de l
aménagement du
temps de travail s
étend sur 12 mois, en principe du 1
er
septembre au 31 août de l
année suivante,
sauf accord d
entreprise spécifique fixant des conditions différentes de l
aménagement dans les
limites prévues du présent titre. L
horaire annuel de référence d
un artiste est de 1 224 heures.
L
aménagement du temps de travail s
effectue sur un horaire annuel déterminé en tenant compte
de la durée collective du travail de chaque formation instrumentale, diminuée des heures de
congés légaux et conventionnels octroyés aux artistes (chaque jour étant comptabilisé pour 5
heures). Sous réserve de ce principe, l
horaire effectif annuel des artistes est de 1 076 heures. Il
pourra être aménagé différemment dans chaque formation instrumentale par accord d
entreprise.
24
Les musiciens sont convoqués individuellement conformément à un plan de programmation et à un tableau de service. Le plan de
programmation indique, pour chaque production, les noms des œuvres et leur durée, l'effectif n
écessaire à leur exécution, la date et
le lieu du concert, la date prévisible de la générale et celle de la première répétition. Le plan de programmation est affiché pour les
trois mois qui suivent. Au début de chaque mois, le tableau de service est affiché pour le mois suivant ; il indique le programme, la
nature, la date, la durée et le lieu de chaque service pour le mois considéré.
moyenne des heures
par saison par pupitres
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
baisse des heures
saison
2013/saison2010
violons
1 741,5
1 469,5
1 470,0
1 333,0
-23,46%
altos
833,5
656,0
702,5
651,0
-21,90%
violoncelles
793,5
626,0
704,0
596,0
-24,89%
contrebasses
723,0
635,0
649,0
598,0
-17,29%
flûtes
739,5
611,0
654,0
522,0
-29,41%
hautbois
717,0
602,5
595,5
598,0
-16,60%
clarinettes
689,0
613,5
601,5
526,0
-23,66%
bassons
704,5
618,5
623,5
517,0
-26,61%
cors
684,5
580,5
599,5
563,0
-17,75%
trompettes
713,0
650,0
676,0
547,0
-23,28%
trombonnes
622,0
441,0
606,5
524,0
-15,76%
tubas
729,0
519,5
602,5
542,5
-25,58%
timbales et percussions
915,5
681,5
739,5
618,0
-32,50%
total
10 605,5
8 704,5
9 224,0
8 135,5
-23,29%
source : données produites par l'OONM
40/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Il est entendu entre les parties que l
artiste doit individuellement 1 076 heures de travail
annuel effectif à savoir :
- temps de travail au pupitre ;
- temps en tournée ;
- temps de transport (déplacement et tournée) ;
- temps en résidence ;
- et toutes autres activités conformes à l
objet social de la formation instrumentale ».
Partant de cet horaire effectif annuel de 1 076 heures (diminué des heures de congés
légaux et conventionnels), le nombre moyen annuel d
heures payées non réalisées par les
musiciens est passé de 47 826 pour la saison 2008-2009, ce qui représente un temps de travail de
39 musiciens en équivalent temps-plein, à 58 053 en 2013-2014, soit le temps de travail de 47
musiciens (cf. annexe 9).
Selon l’ordonnateur cette approche globale et statistique ne tient toutefois pas compte
de la spécificité des différents pupitres. Fort de ce constat, la saison 2015-2016 connaitrait une
forte progression de levers de rideau, ce qui induirai
t une nette augmentation de l’activité de
l’ensemble des équipes.
Tous pupitres confondus, les heures effectuées sur la saison 2013-2014 dépassent à
peine 50 % du temps de travail attendu. Sur les deux dernières saisons, les 89 musiciens ont donc
globalement travaillé à mi-temps, soit 17 heures par semaine, avec un salaire à temps complet.
Ainsi, pour la seule saison 2013-2014, 40 musiciens sur 89 travaillent à moins de 50 %
du temps réglementaire, 43 entre 50 % et 60 % et 6 seulement entre 60 % et 65,56 % (cf. détail en
annexe 10). Il s
agit pourtant des musiciens les mieux rémunérés.
Les éléments produits par l
association ont permis de calculer approximativement le
« manque à gagner » de l
employeur consécutif aux heures non travaillées pour les trois dernières
saisons :
saison
Heures
pupitre +
voyages
Abs+*
Abs-**
Total
général
nbre
de
musici
ens
moyenne
par
musicien
heures
convention
congés
annuels
inclus
différen
ce par
pers
total heures
non faites
équivalent
temps
plein
2008-2009
59 682
514
4 586
64 782
92
704
1 224
-520
-47 826
-39
2009-2010
61 180
224
5 745
67 137
90
746
1 224
-478
-43 023
-35
2010-2011
63 330
914
5 109
69 353
91
762
1 224
-462
-42 032
-34
2011-2012
51 924
656
5 154
57 733
91
634
1 224
-590
-53 652
-44
2012-2013
55 280
865
6 241
62 361
93
671
1 224
-553
-51 472
-42
2013-2014
48 874
1 042
5 962
55 779
93
600
1 224
-624
-58 053
-47
* Congé sans solde, déprogrammation hors délais, tourne delegation.
** Accident du travail, autre motif, congé avec solde, congé mariage, congé maternité, congé parental, congé
paternité, décès d'un proche, déprogrammation cause absence, maladie, maladie allié 1er degré, maladie
ascendant, maladie enfant, mi-temps thérapeutique, récupération congés payés, sans motif.
41/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Sur les trois dernières saisons, le « manque à gagner » pour l
OONM lié à ces heures
non réalisées peut être évalué en moyenne à 2,7
M€
par an, ce qui correspond à un surcoût de
salaires d
environ 50 %.
7.4.3.
Les activités extérieures des musiciens
Parmi les musiciens les mieux rémunérés et réalisant le temps de travail le plus faible,
nombreux sont ceux qui exercent des prestations extérieures rémunérées. Des musiciens exercent
au sein des écoles de musique des communes limitrophes, au conservatoire à rayonnement
régional, et se produisent dans des festivals régionaux (Voix d
Orgues à Bédarieux, festival de
musique de Saint-Flour-du-Pompidou, Master Class à La-Grande-Motte, etc.). Une demande de
communication de données fiscales individuelles a été transmise aux services fiscaux sur un
échantillon sélectionné de onze musiciens parmi les mieux rémunérés pour un temps de travail à
l
OONM inférieur à 60 %.
Tous ont une activité extérieure déclarée en revenus non commerciaux, sans
précision.
Un
des
musiciens
exerce
aussi
à
Perpignan
Méditerranée
Communauté
d
Agglomération (conservatoire à rayonnement régional Perpignan Méditerranée). Le montant
déclaré en 2013 perçu à PMCA correspond à 44 % du montant déclaré perçu à l
OONM. Si l
on
rapporte ce ratio à son temps de travail, il est surprenant que ce musicien, payé pour un temps
complet à l
OONM, puisse exercer pour 40 % supplémentaire à PMCA.
L’ordonnateur justifie ces pratiques en faisant valoir qu’elles
sont admises au niveau
national. Cette tolérance revient à considérer qu
e l’intérêt indi
viduel des musiciens est en
contradiction avec celui de la structure à laquelle ils appartiennent puisqu’ils sont d’au
tant mieux
rémunérés que celle-ci a une faible activité.
7.5.
Un « rattrapage d
heures supplémentaires » en 2012
Fin 2012, l
OONM a procédé au paiement de sommes importantes à 29 employés en
rattrapage de 10 342 heures supplémentaires qui auraient été effectuées depuis 2007 pour un
total de 238 538,90
€ (cf. annexe
10). Aucune décision du président ou du directeur de
2011-2012
2012-2013
2013-2014
coût moyen chargé annuel par
musicien
60 771,85
61 313,28
61 448,57
nombre ETP manquant
44
42
47
salaires et charges payés "en surplus"
2 673 961,35
2 575 157,93
2 888 082,79
salaire musiciens brut annuel
4 096 978,58
4 271 262,49
4 234 658,01
charges
1 372 487,82
1 430 872,93
1 418 610,43
salaires annuels chargés
5 469 466,40
5 702 135,42
5 653 268,44
salaires moyens chargés payés "en
surplus"/total salaires chargés
48,89%
45,16%
51,09%
source : OONM
en euros
42/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
l
association n
a autorisé le paiement de ces heures et le conseil d
administration n
en a pas été
informé.
L
association a produit un tableau précisant les montants payés par bénéficiaire ainsi
que des états individuels de badgeage pour chaque bénéficiaire et des attestations des supérieurs
hiérarchiques pour les équipes qui ne le font pas afin de justifier du service fait.
Elle n
a toutefois apporté aucune explication à ce paiement tardif d
heures
supplémentaires. En décembre 2012, un courrier signé par le secrétaire général a été envoyé aux
intéressés pour leur annoncer le paiement « des reliquats d
heures effectuées les années
antérieures à la saison en cours » sur le salaire de décembre 2012
.
L
article 3-4 de l
accord collectif prévoit le paiement des heures supplémentaires pour
les cadres. Chacun des contrats stipule généralement que la durée du travail correspond à « un
horaire hebdomadaire moyen de 35 heures » exception faite de l
avenant du 5 septembre 2013 au
contrat du régisseur général, qui précise que l
intéressé ne sera plus soumis au badgeage.
Le principe veut que les heures supplémentaires effectuées par le salarié soient
rémunérées dès lors qu
elles sont effectuées à la demande de l
employeur ou qu
elles sont
effectuées directement par le salarié, sans que l
employeur ne s
y oppose (accord implicite)
25
. En
cas de litige, la preuve doit être apportée par le demandeur, ce qui ne semble pas avoir été le cas,
et l
article L. 3171-4 du code du travail précise que « Si le décompte des heures de travail
accomplies par chaque salarié est assuré par un système d
enregistrement automatique, celui-ci
doit être fiable et infalsifiable ».
Eu égard au nombre d
heures supplémentaires maximal annuel autorisé par la
convention collective, soit 130 heures et exceptionnellement 180 heures, certains dépassements
ont été irrégulièrement retenus pour certains salariés :
Des protocoles d
accord ont, en outre, été conclus pour trois salariés, dont la directrice
de production et le directeur technique, qui ont respectivement perçu un rappel forfaitaire d
heures
supplémentaires de 35 000
€ et 60
000
€.
Les protocoles d
accord relatifs à ces deux salariés ne précisent pas le nombre
d
heures et indiquent que les intéressés ont engagé courant juin 2012 des pourparlers pour obtenir
le paiement d
heures supplémentaires qu
ils estimaient avoir effectué et qui ne leur auraient pas
été payées. En préambule les protocoles soulignent que « L
employeur ne contestait pas que
25
L’article
L. 3121-22 du code du t
ravail fixe les contreparties aux heures supplémentaires et la jurisprudence précise qu’un salarié n’a
droit au paiement que des heures supplémentaires qui ont été accomplies avec l’accord au moins implicite de l’employeur (Soc.
20
mars 1980 : JS UIMM 1980. 412).
NOMS.
SALAIRE
BASE au ler
/12/2012
Salaire
mensuel
Solde des Heures
de 09/2007-
1/09/2010
Solde des
Heures
2010 / 2011
Solde des
Heures
2011/2012
REEL
PAIEMENT
MONTANT
BRUT
2515,75
16,58
214,00
85,00
160,00
459h21
460,00
7626,80
2845,85
18,76
392,00
44,00
79,00
514h58
515,00
9661,40
5077,91
33,48
451,00
450h49
451,00
15099,48
3078,09
20,29
121,00
85,00
187,00
392h03
393,00
7973,97
2515,75
16,58
0,00
31,00
188,00
221h11
222,00
3680,76
3706,35
24,43
754,00
378,00
404,00
1535h15
1536,00
37524,48
1842,66
12,14
185,00
185h39
186,00
2258,04
2015,57
13,28
687,00
687h08
688,00
9136,64
source : extraction tableau OONM
43/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
certaines heures supplémentaires pouvait être dues, mais sollicitait un délai pour pouvoir étudier le
décompte fourni par le salarié, qui lui semblait excessif ».
Les trois protocoles d
accord ne précisent pas le nombre d
heures payées aux
intéressés. Les états récapitulatifs de chaque badgeuse retracent un nombre d
heures respectif de
2 396 heures, 1 482 heures et 495 heures. Le nombre d
heures supplémentaires indiqué sur ces
états est supérieur à celui qui semble avoir été payé à chaque employé, estimé, sur la base de leur
salaire horaire respectif, à 2 056 heures, 1 209 heures et 308 heures. Aucune précision sur le
calcul et la négociation du montant des sommes en cause n
a été apportée par l
OONM.
Ces protocoles d
accord ont été signés les 21 septembre et 30 octobre 2012 par le
secrétaire général, qui ne détenait pourtant aucune délégation de signature pour engager
juridiquement l
OONM. Aucun support de négociation n
a été produit et les protocoles ne
mentionnent aucun chiffre relatif au nombre d
heures considérées.
7.6.
Le plan de réduction des dépenses de personnel
L
OONM a pris conscience de la nécessité de redimensionner ses effectifs en fonction
de son activité. Des réductions de postes sont envisagées par les départs volontaires de 19
salariés (6 musiciens, 10 administratifs et 3 techniciens), la réintégration de 8 salariés (6
techniciens et 2 administratifs) détachés de Montpellier Méditerranée Métropole, proches de la
retraite, et la suppression de 7 postes gelés d
agents administratifs non pourvus. Au total, la
réduction d
effectif porterait sur 32 postes, étant précisé qu
est prévue la création d
un poste de
harpiste.
Six à sept personnes se portent actuellement volontaires, pour un objectif d
une
dizaine de départs par an pendant trois ans. Le coût du plan de départs volontaires est évalué à
1,5
M€
, en raison du coût élevé des licenciements et des ruptures conventionnelles prévus par les
accords d
entreprise, à savoir par exemple de 80 000 à 110 000
€ pour un musicien présent
depuis la création de l
association.
Les salariés ayant prévu une reconversion ou la création d
une entreprise
bénéficieraient du contrat de sécurisation professionnelle pour une durée maximale de 12 mois.
Quant aux salariés pouvant prétendre à une retraite à taux plein, ils percevraient une indemnité
égale à 150 % de l
indemnité conventionnelle de départ à la retraite, avec un « plancher » de
10 000
€ pour ceux dont l’
ancienneté est inférieure à 20 ans et de 15 000
€ pour ceux dont
l
ancienneté est supérieure ou égale à 20 ans. Par ailleurs, des aides à la formation, à la création
d
entreprise et à la mobilité géographique seraient mises en place.
Pour commencer à financer les indemnités des premiers départs et conserver une
production lyrique fin 2015, l
association a mis en place un processus d
activité partielle en accord
avec la DIRECCTE, du 1
er
mars au 31 juillet 2015, qui est reconduit jusqu
en décembre 2015.
L
activité partielle est un dispositif qui permet aux entreprises confrontées à une
conjoncture économique difficile de réduire temporairement leur activité (ici, il s
agit d
acter de la
sous-activité), tout en assurant aux salariés une indemnisation en compensation de la perte de
rémunération qui en découle et en garantissant à l
employeur une prise en charge partielle de
cette indemnisation par l
État. La structure bénéficie d
une part d
une exonération des charges sur
la rémunération versée au titre de l
activité partielle et d
autre part d
un remboursement de la
DIRECCTE de 7,74
€ de l’
heure par salarié.
44/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
La réduction du temps de travail est modulée en fonction des catégories : 10 % pour
les techniciens et 20 % pour le personnel administratif pour perte de salaire de 3,4 % au maximum
(1,7 % pour les techniciens de scène), 30 % pour les choristes et 40 % pour les musiciens (pour
une perte de salaire de 4,5 % maximum).
Le dossier d
information / consultation du CHSCT d
avril 2015 précisait que le recours
à l
activité partielle devait permettre de générer, du 1
er
mars au 31 juillet 215, une économie de
780 k
€ dont 230
k
€ d’
aide de l
État. L
estimation de
l’
économie réalisée par l
association annoncée
lors du conseil d
administration du 27 mai 2015 n
est plus que de 540 k
€. Un certain nombre de
salariés protégés ont refusé d
adhérer au dispositif.
Pour la deuxième période d
activité partielle applicable jusqu
en décembre, aucune
réduction de salaire n
est opérée. L
accord de la DIRECCTE constitue une aide significative de
l
État.
Selon l
OONM, les différents accords d
entreprise devraient, en outre, faire l
objet d
une
renégociation, les économies envisagées pourraient s
élever à 500 000
€.
Le plan de départ
volontaire aurait
atteint l’objectif fixé de 24 départs venant s’ajouter à la suppression de neuf
postes gelés ou non pourvus, soit un total de 33 postes, cible fixée dans le plan de redressement
soumis au conseil d’administration.
45/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
ANNEXES
Annexe 1
46/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
47/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
48/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
49/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
50/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
51/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 2
52/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 3
53/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 4
54/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 5
55/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 6
56/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 7
57/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 8
58/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
59/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
60/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
61/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 9
62/64
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations
définitives : Association Opéra et orchestre national de Montpellier (34)
ROD2 - Association OONM
Annexe 10
NOMS
.
ENTRES
SALAIRE BASE
au
le r /12/2012
Salaire mensuel
Solde des
Heures de
09/2007-
1/09/2010
Solde des
Heures
2010 / 2011
Solde des Heures
2011/2012
REEL
PAIEMENT
MONTANT BRUT
Date de
paiement
ANDRE
Danielle
janv- 85
3669,67
24,19
0,00
0,00
42,00
41h30
42,00
1015,98
ANTUNES
2515,75
16,58
214,00
85,00
160,00
459h21
460,00
7626,80
ARCIDET
2845,85
18,76
392,00
44,00
79,00
514h58
515,00
9661,40
CHANUZ
2960,86
19,52
159,00
7,00
25,00
190h58
191,00
3728,32
FERRIER
4034,31
26,59
18,00
75,00
99,00
191h12
192,00
5105,28
GANIVET
3706,35
24,43
185,00
104,00
100,00
388h46
389,00
9503,27
LAFFARGUE Anne *
nov- 97
5077,91
33,48
451,00
450h49
451,00
15099,48
LOPEZ Pierre
avr- 94
3256,64
21,47
131,00
55,00
145,00
331h09
332,00
7128,04
LUCAS BOUGETTE Emilia
juin- 84
2718,72
17,92
119,00
77,00
12,00
207h27
208,00
3727,36
ROCHE Fabienne
janv- 06
3078,09
20,29
121,00
85,00
187,00
392h03
393,00
7973,97
ROUX Romain
oct- 06
2913,93
19,21
0,00
0,00
70,00
69h15
70,00
1344,70
RUDELLE
2515,75
16,58
0,00
31,00
188,00
221h11
222,00
3680,76
SERVEL Alain
avr- 09
2706,65
17,84
0,00
0,00
17,00
16h54
17,00
303,28
SIDOIT
2642,41
17,42
0,00
0,00
59,00
58h43
59,00
1027,78
SUZUKI
3706,35
24,43
754,00
378,00
404,00
1535h15
1536,00
37524,48
MERINON- VERNHES
4034,31
26,59
0,00
0,00
100,00
100h00
100,00
2659,00
Non Cadres
AIGOUY
1932,94
12,74
54,00
53h16
54,00
687,96
BARTHELEMY
2001,73
13,19
48,00
47h16
48,00
633,12
BOUSCAREL
2001,73
13,19
82,00
82h46
83,00
1094,77
CHAPEAU
1842,66
12,14
185,00
185h39
186,00
2258,04
CHAUVE
2450,11
16,15
226,00
12,00
108,00
345h34
346,00
5587,90
KARCZEWSKI Myriam
janv- 00
2337,73
15,41
20,00
19h46
20,00
308,27
LEHEC
1954,82
12,88 '
28,00
28h04
29,00
373,52
SLIM
2337,73
15,41
41,00
40h56
41,00
631,94
TAILAME
1778,34
11,72
97,00
96h31
97,00
1136,84
VITOU
2015,57
13,28
687,00
687h08
688,00
9136,64
Négociation
HELAYEL
4426,31
29,18
0,00
0,00
0,00
0
0,00
60000,00
JOLY
4390,61
28,95
0,00
0,00
0
0,00
35000,00
ANDRE
2285,44
15,07
0,00
0
0,00
4580,00
TOTAL
6769,00
238538,90
* Salaire 2010
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/1
2
/
2
012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
31/12/2012
30/11/2012
30/09/2012
31/10/2012
HEUR