Sort by
Chapitre VI
Les soins bucco-dentaires : une action
publique à restaurer, une prise en
charge à refonder
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
_____________________
PRÉSENTATION
_____________________
Avec
un
montant
de
10,6 Md€,
les
soins
bucco-dentaires
représentaient en 2014 5,6 % de la consommation totale de soins et de
biens médicaux. Cette dépense, qui concentre une part importante des
dépenses de soins de ville (21,2 %), connaît une progression constante.
Dans son rapport sur la sécurité sociale de 2010
228
, la Cour avait
appelé les pouvoirs publics à définir de manière urgente une stratégie
globale et explicite articulant l’ensemble des problématiques relatives à ce
secteur pour remédier à une situation préoccupante. Elle constatait en effet
un désengagement financier de l’assurance maladie, l’échec de la politique
conventionnelle à endiguer la dérive des coûts et des disparités
importantes d’accès aux soins tant du point de vue géographique que
financier.
Six ans plus tard, la Cour a souhaité revenir sur ce secteur pour
examiner les évolutions intervenues depuis lors, tant au regard des enjeux
de santé publique qui s’y attachent que de l’égalité d’accès aux soins des
assurés sociaux dans le contexte d’une érosion continue des prises en
charge par l’assurance maladie obligatoire.
Cette dernière ne prend en effet désormais plus en charge que 33 %
des dépenses dentaires, les assurances complémentaires 39 % - elles en
sont ainsi devenues le premier financeur - et les ménages 25 %.
La Cour a constaté un attentisme des pouvoirs publics face aux
conséquences de ce désengagement qui s’aggravent pour les assurés
sociaux. En particulier, le renoncement aux soins pour raisons financières
touche près d’un patient sur cinq.
La prise en charge des soins bucco-dentaires par l’assurance
maladie continue à se dégrader, non sans conséquences fortes en termes
d’accès aux soins et de situation sanitaire d’une partie de la population (I).
Les acteurs publics demeurent en effet dans une relation de faiblesse avec
les professionnels (II). L’organisation des soins bucco-dentaires et leurs
modalités de financement doivent ainsi être repensées en profondeur (III).
228
Cour des comptes
, Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité
sociale pour 2010,
chapitre XIII : les soins dentaires, p. 317-350, La Documentation
française, septembre 2010, disponible sur www.ccomptes.fr.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
248
I -
Une prise en charge par l’assurance maladie
qui continue à se dégrader
Le domaine des soins bucco-dentaires est caractérisé par une
participation limitée de l’assurance maladie obligatoire (AMO) à la prise en
charge des dépenses individuelles. Ce désengagement concourt avec les
disparités territoriales d’implantation des chirurgiens-dentistes à des
inégalités marquées dans l’accès aux soins. Dans ce contexte, l’état de santé
de la population apparaît médiocre au regard des données disponibles, en
dépit des progrès constatés en termes de prévention chez les enfants.
A -
Des dépenses mal connues, mal maîtrisées
et dont l’assurance maladie ne finance plus que le tiers
1 -
Une érosion accentuée de l’intervention de l’assurance maladie
obligatoire, un transfert accru sur les assurances maladie
complémentaires devenues le premier financeur
La dépense de soins dentaires est estimée, pour 2014, à près de
10,6 Md€, soit 5,6 % de la consommation totale de soins et de biens
médicaux
229
totale qui s’élevait à 190,6 Md€
230
.
Des dépenses imparfaitement connues
Seules les dépenses relatives aux actes remboursables par
l’assurance maladie obligatoire de base à tarif opposable (consultations,
soins conservateurs et chirurgicaux, radiologie, prévention), c’est-à-dire
pour lesquels les dépassements d’honoraires sont prohibés, sont connues
de manière précise. Les dépassements d’honoraires sur des actes
remboursables par l’AMO, mais sans que ces dépassements soient
remboursés par cette dernière, sont recalculés à partir des données globales
de remboursement. Les dépenses liées aux actes non remboursables par
l’AMO (implants, orthodontie adulte, blanchiment) font quant à elles
l’objet d’estimations assez sommaires.
229
CSBM : valeur totale des biens et services qui concourent au traitement d’une
perturbation provisoire de l’état de santé. Elle comprend tous types de dépenses
remboursables
ou
non par
l’assurance
maladie
et
présentées
ou
non
au
remboursement.
230
Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
249
Le degré de liberté des chirurgiens-dentistes dans la fixation des
honoraires et le niveau de la prise en charge des dépenses par l’AMO
varient en fonction de la nature des actes pratiqués.
Tableau n° 58 :
prise en charge des dépenses de soins bucco-
dentaires par l’assurance maladie obligatoire par type d’acte
Type d’acte
Tarif applicable
Remboursement AMO
Consultations, soins
conservateurs et
chirurgicaux,
radiologie, prévention
Tarifs fixés
conventionnellement.
Dépassements prohibés
sauf exceptions
Oui, à hauteur de 70 %
du tarif
Soins prothétiques et
orthodontie < 18 ans
Tarif conventionnel SS
+ Dépassements autorisés
fixés librement par le
praticien
Oui pour la part
conventionnelle, à
hauteur de 70 %
Non pour la part
correspondant à des
dépassements
Actes non
remboursables
(implants, orthodontie
adulte, blanchiment)
Honoraires libres
Non
Source : Cour des comptes d’après la convention nationale des chirurgiens-dentistes.
Comme le montre le graphique ci-après, la dépense non
remboursable par l’assurance maladie obligatoire de base, soit 6 Md€,
représente une part prépondérante de la dépense totale (57 %). Elle est
constituée de dépassements d’honoraires sur des actes remboursables par
l’AMO (4,7 Md€) et d’actes non remboursables (1,3 Md€).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
250
Schéma n° 1 :
décomposition de la dépense dentaire et de ses sources
de financement (2014)
Source : Cour des comptes d’après les données de la DREES.
L’assurance maladie obligatoire de base joue un rôle minoritaire
dans le financement total de la dépense. En 2014, elle ne prenait plus en
charge que 33 % des dépenses dentaires (3,5 Md€ environ), contre 39 %
pour les assurances complémentaires (4,1 Md€) et 25 % pour les ménages
(2,7 Md€)
231
. Les 3 % restants (0,3 Md€) relevaient de financements
publics
232
.
Entre 2006 et 2014, la part des dépenses prises en charge par
l’AMO a baissé de 36 % à 33 %. Cette diminution a été largement
mécanique, dès lors que la dépense a progressé plus rapidement sur des
segments qu’elle finance peu, comme l’orthodontie, ou pas du tout,
comme les implants ou le traitement des maladies de la gencive.
231
En Allemagne, l’assurance maladie a au contraire un rôle prépondérant, avec 68 %
des dépenses, contre 22 % pour les assurances privées et 10 % pour les ménages.
232
Dépenses liées à la CMU-C et à l’aide médicale de l’État notamment.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
251
Graphique n° 18 :
évolution de la prise en charge des dépenses
dentaires par type de financeur (2006-2014)
Source : Cour des comptes d’après données DREES.
Les organismes d’assurance maladie complémentaire (AMC) sont
ainsi devenus, depuis 2008, les premiers financeurs des soins dentaires,
avec un montant remboursé de 4,1 Md€ en 2014. Les mutuelles en
prennent en charge la plus grande part (50 %). Les sociétés d’assurance et
les institutions de prévoyance en couvrent chacune 25 %, leurs dépenses
progressant très rapidement (+52 % entre 2006 et 2014).
En 2014, la dépense directe des ménages a atteint près de 2,7 Md€,
soit le quart de la dépense dentaire estimée. Cette part, quoique stable
depuis 2008, représente un reste à charge conséquent pour les assurés
sociaux
233
et, ce faisant, un motif essentiel du renoncement aux soins
dentaires par ces derniers.
233
Évalué en 2013 à 240 € pour une couronne métallique, 500 € pour une couronne
céramo-métallique et à 700 € pour une prothèse uni-maxillaire par l’Union nationale
des organismes complémentaires d’assurance maladie (UNOCAM).
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
40%
45%
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
AMO
Autres financements publics
AMC
Ménages
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
252
La couverture des soins dentaires dans d’autres pays européens :
les exemples de l’Allemagne et des Pays-Bas
En Allemagne, pour les 70 millions de personnes affiliées au
régime légal d´assurance maladie (soit 85 % de la population), la prise en
charge des soins dentaires est plus généreuse que celle des affiliés au
régime général en France.
D’une part, la part de la dépense dentaire prise en charge par
l’assurance maladie légale (l’équivalent de l’AMO), est plus importante en
Allemagne qu’en France puisqu’elle se monte à 12,4 Md€, sur un total de
18,2 Md€ (soit 68 %), le reste étant pris en charge par les assurances
privées à hauteur de 3,9 Md€ (soit 22 % du total) et directement par les
ménages à hauteur de 1,8 Md€ (soit 10 % du total). D’autre part, le panier
de soins dentaires pris en charge est plus étendu puisqu’il couvre les soins
chirurgicaux et conservateurs, les soins de prévention (notamment pour les
mineurs, les personnes handicapées et les personnes fragiles), les soins
d´orthodontie pour les mineurs et les soins parodontaux.
Aux Pays-Bas, depuis la réforme du système de santé de 2006, un
régime unique obligatoire de couverture maladie a été créé. Il inclut les
soins dentaires pour les enfants et jeunes de moins de 18 ans et les soins
dentaires spécialisés pour les personnes âgées. L’assurance maladie
obligatoire néerlandaise couvre les soins dentaires tels que les soins
préventifs, applications de fluor jusqu’à deux fois par an à partir de l'âge
de
six
ans,
plombages,
mais
ne
comprend
pas
les
traitements
orthodontiques (appareils dentaires), ni les couronnes et bridges. À partir
de 18 ans, les adultes doivent prendre une assurance complémentaire pour
se faire rembourser les frais des soins dentaires. Le taux de remboursement
dépend de l'assurance contractée. Pour les prothèses dentaires, elles sont
relativement bien remboursées dans la mesure où le patient n’assume que
25 % du prix, le reste étant couvert par l’assurance maladie.
2 -
Des dépenses tirées par les soins prothétiques
et les dépassements d’honoraires
La dépense dentaire estimée a progressé de 2 % en moyenne
annuelle entre 2006 et 2014, moins vite cependant que la dépense globale
de soins de ville (+3 %). Si cette dépense a légèrement baissé en 2014
(-0,1 %, du fait d’une réduction de 1,2 % du nombre d’actes), elle est
repartie fortement à la hausse en 2015 (+2,7 %), sous l’effet de
revalorisations tarifaires intervenues pour l’essentiel en juin 2014, à la suite
d’un nouvel avenant à la convention nationale des chirurgiens-dentistes
234
.
234
Avenant n° 3 du 31 juillet 2013, publié au Journal officiel le 30 novembre 2013.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
253
Les
honoraires
235
perçus
par
les
chirurgiens-dentistes
(orthodontistes et omnipraticiens) ont représenté plus de 9 Md€ en
2014
236
, soit un montant moyen par praticien, toutes spécialités
confondues, de 246 400 €. S’il ne dépasse que légèrement l’inflation
237
, le
taux de croissance annuel moyen des honoraires depuis 2005 (+1,8 %)
recouvre de fortes disparités entre spécialités.
Les honoraires annuels moyens des orthodontistes ont été, en 2014,
plus de deux fois plus élevés que ceux des omnipraticiens (488 300 €
contre 230 900 €) et ont augmenté plus de trois fois plus vite depuis 2005
(+5,1 % par an en moyenne contre +1,4 % pour les omnipraticiens).
Les dépassements d’honoraires ont atteint 4,7 Md€ en 2014,
représentant 52 % du total des honoraires (contre moins de la moitié en
2005). Ils constituent 67 % des honoraires des orthodontistes, contre 51 %
pour les omnipraticiens.
Les actes prothétiques, beaucoup plus rémunérateurs en raison des
dépassements d’honoraires pouvant être pratiqués, représentent 62 % des
honoraires des omnipraticiens, mais 12 % seulement de leurs actes ; les
soins conservateurs et chirurgicaux (détartrage, traitement d'une carie,
dévitalisation, etc.) 25 % des honoraires, mais 53 % des actes.
La liberté tarifaire étendue accordée aux chirurgiens-dentistes a
pour conséquence des écarts de prix très importants entre professionnels
et entre zones géographiques. On relève ainsi, en moyenne, un surcoût de
26 % des tarifs pratiqués par les chirurgiens-dentistes parisiens par
rapport à leurs confrères de province, comme le montre le tableau ci-
dessous. Elle concourt par ailleurs à de fortes inégalités de revenus entre
praticiens (voir encadré).
235
Il s’agit ici des honoraires hors ceux liés à des actes hors nomenclature.
236
CNAMTS (système national inter-régimes de l’assurance maladie).
237
Soit +1,6 % ; INSEE Indice des prix à la consommation harmonisé - Ensemble des
ménages (Métropole + DOM).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
254
Tableau n° 59 :
tarif moyen d’une couronne céramo-métallique
facturé par décile de chirurgiens-dentistes
En € (2015)
Source : CNAMTS (DCIR 2015).
Ces tarifs sont à mettre en regard d’un prix d’achat moyen au
prothésiste de 115 €
238
.
D’importantes disparités de revenus entre praticiens
Les écarts de revenus déclarés
239
entre chirurgiens-dentistes
sont considérables : au titre des bénéfices non commerciaux (BNC),
50 % ont déclaré en 2014 des résultats fiscaux annuels inférieurs à
75 000 € et les 10 % ayant les résultats les plus élevés un résultat
fiscal moyen de 305 000 €, avec un maximum de 2,7 M€.
Tableau n° 60 :
répartition par décile des revenus fiscaux
(BNC des chirurgiens-dentistes)
En € (2014)
Décile
Minimum
Moyenne
Maximum
1
1
13 189
23 334
2
23 335
30 824
37 644
3
37 646
43 854
50 068
4
50 074
56 238
62 205
5
62 213
68 500
75 049
6
75 057
81 786
88 931
7
88 936
97 549
107 086
8
107 095
119 014
132 814
9
132 842
154 585
184 506
10
184 542
304 777
2 663 956
Source : DGFIP (fichier des redevables professionnels 2014.
238
ALCIMED, étude des modalités de tarification des soins prothétiques et de
l’information des assurés, novembre 2012.
239
Pour appréhender le revenu net des praticiens, il convient de défalquer des
honoraires perçus, le montant des charges des cabinets dentaires (en moyenne, 66 %
pour un chirurgien-dentiste omnipraticien et 56 % pour un orthodontiste).
Décile
Paris
Île-de-France
hors Paris
France métropolitaine
hors IDF
1
369
339
327
2
504
454
413
3
559
502
446
4
602
536
469
5
636
563
490
6
670
588
510
7
711
612
533
8
764
640
558
9
834
675
592
10
1 090
772
686
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
255
Les revenus des chirurgiens-dentistes libéraux sont, à quelques
exceptions près, inversement proportionnels à leur densité sur un territoire
donné : plus celle-ci est importante, moins les revenus moyens sont élevés.
À l’inverse, dans les départements où la densité de libéraux est
particulièrement faible, les revenus estimés sont supérieurs à la moyenne
B -
De profondes inégalités d’accès aux soins
en fonction des revenus et des lieux de vie
1 -
Un renoncement aux soins pour des motifs financiers
deux fois plus élevé en France qu’en Europe
17,7 % des assurés sociaux déclaraient avoir renoncé à des soins
dentaires pour raisons financières en 2012
240
, soit près d’un assuré sur
cinq. À titre de comparaison, le renoncement aux soins d’optique et aux
consultations de médecins concernait respectivement 9,8 % et 5,5 %
d’entre eux. Les soins dentaires concentraient à eux seuls près de la
moitié (47,1 %) des renoncements à des soins pour des motifs
financiers
241
.
C’est aux implants et prothèses, c’est-à-dire aux soins les plus
coûteux, que les Français
242
renoncent le plus : sur l’ensemble des
personnes ayant déclaré avoir renoncé à au moins un soin dentaire en
2012, 68 % avaient renoncé à la pose d’une couronne, d’un bridge ou
d’un implant dentaire et 18 % à des soins conservateurs. Rapporté à la
population globale, ce sont près de 4,7 millions de personnes qui auraient
renoncé à des soins prothétiques en 2012.
240
Selon l’enquête « santé et protection sociale » (ESPS) menée par l’Institut de
recherche et documentation en économie de la santé (IRDES). Cette enquête de
référence sur la santé, l'accès aux soins et la couverture maladie en France est
effectuée tous les deux ans auprès d'un échantillon de 8 000 ménages, soit
22 000 personnes, représentatif d'environ 97 % de la population vivant en France
métropolitaine.
241
Selon une étude récente, la peur des soins constitue le second motif de
renoncement aux soins dentaires (25,2 %) après les raisons financières. Cf. Sabine
Chaupain-Guillot, Olivier Guillot, Éliane Jankeliowitch-Laval Le renoncement aux
soins médicaux et dentaires, Économie et statistique, n° 469-474, juillet 2014,
242
Population métropolitaine âgée de 18 et plus.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
256
Selon l’enquête Eurobaromètre CSA/Europ Assistance 2013, qui
mesure le renoncement aux soins en ce domaine dans huit pays européens
et aux États-Unis, la France occupe la première place du classement, avec
un taux de renoncement plus de deux fois supérieur à la moyenne
européenne. L’importance de la dépense restant à la charge de l’assuré en
est la cause principale. En octobre 2015, le réseau de santé Santéclair a
publié une évaluation auprès de ses membres
243
du lien entre les niveaux
de renoncement aux soins prothétiques et de reste à charge (RAC) : pour
un RAC nul, le renoncement s’élève à 20 % ; pour un RAC compris entre
1 000 et 2 000 €, il atteint 47,7 %.
L’absence d’assurance maladie complémentaire aggrave ce
phénomène. Le renoncement aux soins dentaires des personnes ne
disposant pas d’une couverture complémentaire dépasse 41 %, contre
16 % pour celles qui en bénéficient
244
, comme le montre le graphique ci-
après.
Graphique n° 19 :
incidence de la couverture complémentaire
sur le renoncement aux soins pour des raisons financières (2012)
Source : IRDES (ESPS 2012).
243
3 240 dossiers analysés.
244
IRDES,
op.cit.
16,2%
8,8%
4,8%
4,0%
21,6%
15,1%
7,8%
5,8%
41,4%
23,8%
14,9%
15,0%
0,0%
10,0%
20,0%
30,0%
40,0%
50,0%
Soins dentaires
Achat de lunettes,
lentilles…
Consultations de
médecin
Autres soins
Bénéficiaires d'une complémentaire santé privée
Bénéficiaires de la CMU-C
Non-bénéficiaires d'une complémentaire santé
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
257
L’introduction de la CMU-C au 1
er
janvier 2000 a cependant joué à
cet égard un rôle protecteur majeur. Le taux de renoncement aux soins
des bénéficiaires de la CMU-C a été, en effet, divisé par deux depuis lors.
Il continue cependant à s’inscrire à un niveau élevé (21,6 % en 2012) :
pour une part, les bénéficiaires de la CMU-C ne sont pas toujours en
mesure d’exercer leurs droits. En outre, un grand nombre de bénéficiaires
potentiels de la CMU-C n’en font pas la demande
245
.
Plus récemment, la généralisation de l’assurance complémentaire
pour les salariés au 1
er
janvier 2016
246
a permis de couvrir environ
400 000 assurés qui ne l’étaient pas (dans le cadre de l’entreprise ou à
titre individuel) et d’apporter des garanties accrues à une partie des
salariés déjà couverts
247
.
Le « tourisme dentaire »
Quoique fortement médiatisé, le « tourisme dentaire » à l’étranger
constitue un phénomène marginal.
En 2014, les soins dentaires réalisés à l’étranger - essentiellement
de nature prothétique - ont représenté un montant de 11,7 M€
248
, dont
2,7 M€ à la charge de l’assurance maladie (soit 0,1 % seulement du
montant des remboursements de soins dentaires réalisés en France).
Plus de la moitié des actes ont été réalisés en Hongrie (3,2 M€), en
Espagne (2,7 M€) et au Portugal (1,7 M€). La dépense moyenne par
patient dépasse 1 000 € en Hongrie (1 428 €) et en Roumanie (1 033 €).
245
Cour des comptes
, Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité
sociale pour 2015,
chapitre XII : l’accès aux soins des ménages défavorisés : un bilan
en demi-teinte, une action à mieux cibler, p. 415-448, La Documentation française,
septembre 2015, disponible sur www.ccomptes.fr.
246
Instaurée par la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi.
247
Un décret du 8 septembre 2014 a en effet fixé comme plancher de garanties par les
assurances maladie complémentaires la prise en charge intégrale du ticket modérateur
et d’au moins 125 % des tarifs servant de base au calcul des prestations d’assurance
maladie obligatoire relatives aux soins prothétiques et orthodontiques.
248
Rapport d’activité 2014 du Centre national de soins à l’étranger, géré par la CPAM
du Morbihan.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
258
2 -
Des territoires délaissés
En
2015,
la
densité
des
chirurgiens-dentistes
en
France
métropolitaine
249
était de 63,6 praticiens pour 100 000 habitants et de
41,4 dans les départements d’outre-mer. Cette moyenne recouvre de très
fortes disparités géographiques, avec une surdensité marquée à Paris
(106) et dans le Sud et le pourtour méditerranéen (114 dans les Alpes-
Maritimes, 89 en Haute-Garonne, 83 en Corse du Sud, contre 32 dans la
Somme, 36 dans la Creuse ou 37 dans la Manche).
Carte n° 3 :
densité des chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants,
en 2014, en France métropolitaine
Source : Cour des comptes d’après les données du RPPS.
249
Calculée sur la population totale des chirurgiens-dentistes en activité, telle que
recensée dans le RPPS (répertoire partagé des professionnels de santé).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
259
Ces disparités ne résultent pas de l’évolution globale de la
démographie des chirurgiens-dentistes (voir encadré
infra
) : alors que des
études menées par la DREES en 2007 sur la démographie des professions
de santé anticipaient une chute de la densité moyenne des chirurgiens-
dentistes, de 65 pour 100 000 habitants en 2006 à 40 pour 100 000 en
2030, elle est demeurée stable à ce jour.
Elles induisent de fortes inégalités pour l’accès aux soins dentaires,
qui risquent de s’aggraver encore sous l’effet d’une pyramide des âges
très défavorable dans certains départements déjà en sous-densité. En effet,
dans un quart des départements, d’ici à 2030, plus de la moitié des
chirurgiens-dentistes auront atteint 66 ans.
Pour corriger ces disparités, seules ont été mises en oeuvre à ce jour
des mesures incitatives à l’installation dans les zones déficitaires, à
l’instar des dispositifs en vigueur pour les infirmiers libéraux et les sages-
femmes. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 est allée
cependant plus loin en posant les bases d’un conventionnement
conditionnel (voir
infra
).
La démographie des chirurgiens-dentistes
L’effectif des chirurgiens-dentistes - 40 410 en 2014 - est stable
depuis le début des années 2000, après avoir doublé en trente ans, passant
de 20 000 environ en 1970 à plus de 40 000 à l’aube de l’an 2000.
Divisé par plus de deux entre les années 1970 et les années 1990, le
numerus clausus s’est stabilisé à 800 étudiants dans les années 2000 puis a
augmenté régulièrement pour atteindre près de 1 300 places en 2015-2016.
Si la part des diplômés à l’étranger reste faible (5,1 % en 2014),
elle augmente rapidement : parmi les nouveaux inscrits à l’Ordre, 35 %
sont titulaires d’un diplôme étranger (dont 8 % de Français) ; 43 % d’entre
eux l’ont obtenu en Roumanie, 26 % en Espagne.
84 % des chirurgiens-dentistes exercent exclusivement en libéral.
Les salariés, qui représentent moins de 11 % du total des praticiens,
exercent pour 9,8 % dans des centres de santé et pour 1,2 % seulement
dans des établissements hospitaliers
250
.
250
Le solde, soit 5 %, est employé dans des établissements d’enseignement, des
organismes de sécurité sociale, etc.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
260
3 -
Les centres de santé dentaire et les réseaux de soins :
des alternatives indispensables mais contestées
a)
Les centres de santé dentaires
En 2016, près de 700 centres dentaires
251
offrent des possibilités de
soins dans des zones urbaines ou rurales souvent désertées par les
praticiens libéraux et pratiquent des tarifs plus abordables pour des soins
prothétiques, d’implantologie ou d’orthodontie. Ils représentent 9 % de
l’activité réalisée par les chirurgiens-dentistes (en nombre d’actes comme
en honoraires).
Tableau n° 61 :
répartition des centres dentaires selon leur statut
juridique et leur date d’ouverture
Statut
Nombre
%
Dont ouverts
depuis la loi
HPST
%
Mutualiste
488
70 %
86
46 %
Associatif
115
16 %
90
48 %
Organisme de sécurité
sociale
65
9 %
6
3 %
État / collectivité
territoriale
18
3 %
3
2 %
Autres*
13
2 %
1
0,5 %
Total
699
100 %
186
100 %
*Autres : établissement public, fondation, comité d’entreprise…
Source : données DREES (extraction FINESS février 2016).
Plus d’un quart des centres dentaires (80 % pour les centres
associatifs) ont ouvert après l’entrée en vigueur de la loi portant réforme
de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires du
21 juillet 2009 (HPST), qui a supprimé l’agrément préfectoral préalable.
251
Données FINESS (février 2016) : centres exerçant exclusivement ou explicitement
une activité dentaire. La CNAMTS comptabilise pour sa part 805 centres dentaires ou
polyvalents auxquels elle règle au moins 10 000 € de dépenses de soins par an.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
261
Les centres dentaires se sont développés dans les territoires où les
tarifs sont particulièrement élevés ou qui sont sous-dotés en chirurgiens-
dentistes. Ainsi, 61 % des centres associatifs ouverts depuis 2010 l’ont été
en Île-de-France (55), dans des zones à tarifs élevés plutôt que dans les
zones sous-dotées (à l’exception de la Seine-Saint-Denis). Pour leur part,
la plupart des centres mutualistes récemment ouverts l’ont été dans des
agglomérations petites ou moyennes
252
.
La répartition de l’activité des centres dentaires entre soins
conservateurs et chirurgicaux d’une part et soins prothétiques d’autre part
(respectivement 52 % et 13 % des actes), est semblable à celle constatée
chez les praticiens libéraux et ne fait pas apparaître de surpondération des
soins prothétiques. Dans les 87 centres associatifs dont l’activité a été
analysée par la Cour, les proportions sont strictement identiques. Seuls 32
des 805 centres dentaires ou polyvalents recensés par la CNAMTS
253
, tant
mutualistes qu’associatifs ou gérés par une CPAM, ont une activité
prothétique représentant plus d’un quart de leur activité. Cette
surpondération peut s’expliquer dans certains cas par le profil des patients
et la structure locale de l’offre de soins dentaires ; dans d’autres cas, elle
peut être le signe d’une dérive visant à favoriser les soins les plus
rémunérateurs.
b)
Les réseaux de soins
Compte tenu de leur place croissante dans le financement des soins
et prothèses dentaires, les organismes complémentaires d’assurance
maladie ont créé des réseaux de soins afin de peser sur l’organisation de
l’offre, le coût des soins prothétiques et l’orientation des patients.
En instaurant des tarifs plafonds conjugués à des critères de
qualité, les réseaux permettent d’endiguer la progression des coûts des
soins prothétiques. Les tarifs négociés par les réseaux les plus importants
sont ainsi d’environ 10 à 15 % inférieurs aux tarifs moyens constatés hors
réseau pour les soins prothétiques hors implant et jusqu’à 40 % pour la
pose d’implants dentaires.
252
Comme Nontron en Dordogne, Falaise dans le Calvados, Thann dans le Haut-Rhin,
Fumay dans les Ardennes…
253
Dont le périmètre, qui comprend les centres polyvalents, est plus large que celui
des 699 centres recensés dans le tableau
supra
.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
262
Bien qu’il réponde à un besoin de santé publique avéré pour une
partie de la population, le développement des centres de santé dentaires
est fortement contesté par les organisations professionnelles.
Des évolutions combattues par l’Ordre des chirurgiens-dentistes
Le conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes a intenté
plusieurs actions à l’encontre de centres de santé associatifs auprès des
tribunaux civils et correctionnels ou des juridictions ordinales, notamment
pour non-respect du code de déontologie. Les actions ordinales visaient
notamment à faire respecter l’interdiction de la publicité qui s’impose aux
professions libérales. En février 2016, la Cour d’appel de Paris a néanmoins
admis les centres de santé à afficher à l’extérieur leurs horaires d’ouverture, les
modalités d’orientation des patients en cas de fermeture, et leurs tarifs.
Selon une décision de l’Autorité de la concurrence (février 2009)
confirmée par la Cour d’appel de Paris puis par la Cour de cassation
(juin 2011), le conseil national et plusieurs conseils départementaux de l’Ordre
se sont rendus coupables de pratiques anticoncurrentielles, en tentant d’évincer
du marché, par des appels au boycott et la menace de sanctions disciplinaires à
l’encontre des praticiens adhérents, l’un des réseaux de soins dentaires.
C -
Des conséquences sensibles
en termes de santé publique
Quoique lacunaires, les éléments d’analyse disponibles font
apparaître un état de santé bucco-dentaire médiocre de la population
française par rapport à la moyenne européenne. Ce constat a suscité la mise
en oeuvre d’actions de prévention, mais uniquement ciblées en direction de
publics prioritaires et omettant de surcroît une partie d’entre eux.
1 -
Une situation sanitaire qui, selon les indicateurs disponibles,
apparaît globalement médiocre
Malgré la fréquence des affections bucco-dentaires et leur
incidence possible sur l’état de santé général, il n’existe pas de données
épidémiologiques récentes sur ce sujet. Le dernier plan national de
prévention bucco-dentaire 2006-2009 reposait sur des données de 1993 et
ne comportait aucune disposition pour mesurer l’état de santé bucco-
dentaire des adultes, dont plusieurs données convergentes montrent
pourtant combien il est médiocre.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
263
Un tiers seulement des Français déclaraient avoir toutes leurs dents
naturelles en 2010
254
, contre 41 % pour la moyenne des Européens. Les
Français consultent peu et trop tard leur chirurgien-dentiste : selon les
données de l’assurance maladie, ils ne sont que 41 % à avoir
effectivement consulté au moins une fois un chirurgien-dentiste en 2012,
bien qu’ils soient 63 % à déclarer l’avoir fait
255
. Près d’un tiers consulte
en urgence (soit deux fois plus que la moyenne européenne) et 37 %
seulement pour un contrôle ou un détartrage (contre 50 % pour la
moyenne européenne)
256
.
À cet égard, l’efficience de la dépense dentaire, qui peut être
appréciée en rapprochant l’indice CAO
257
et la part du PIB consacrée aux
soins dentaires, apparaît médiocre : la France consacre 0,45 % de son PIB
aux soins dentaires pour un indice CAO de 1,2 ; avec une dépense du
même ordre (0,5 % du PIB), la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont des
indices bien meilleurs (0,7 et 0,9 respectivement).
Ce constat d’une situation sanitaire française médiocre en matière
bucco-dentaire par rapport à la moyenne européenne gagnerait à être
davantage précisé par des études. L’absence d’enquête épidémiologique
périodique visant à connaître l’état de santé bucco-dentaire des Français
de plus de dix-huit ans fait obstacle à la définition d’une stratégie de santé
publique assortie d’objectifs précis et d’un plan d’actions à laquelle la
Cour avait appelé en 2010.
2 -
Des progrès sensibles inégaux selon les publics concernés
Depuis bientôt dix ans, l’état de santé bucco-dentaire des enfants
s’est significativement amélioré, sous l’effet de plusieurs facteurs :
politique de prévention à travers le programme « M’T Dents » proposé
depuis 2007 par l’assurance maladie aux âges clé pour les risques de carie
(6, 9, 12, 15 et 18 ans), progrès de l’hygiène bucco-dentaire, usage de
dentifrices fluorés, campagnes pour la réduction de la teneur en sucre
dans l’alimentation, etc. Bien que difficilement quantifiable, le plan
national de prévention bucco-dentaire 2006-2009 a eu, sur cette
population, un effet réel.
254
Eurobaromètre
pour le compte de la direction générale de de la santé.
255
Baromètre santé 2014, INPES,
Évolutions n°
35
, mars 2016.
256
Eurobaromètre,
op. cit
.
257
L’indice CAO (nombre de dents cariées, absentes ou obturées) est utilisé par
l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation de coopération et de
développement économique (OCDE) pour mesurer le niveau d’atteinte carieuse d’une
population donnée.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
264
Selon l’OMS, l’atteinte carieuse est faible lorsque le CAO se situe
en deçà de 1,2 pour les enfants de 6 ans et de 2,6 pour les enfants de
12 ans, ce qui est le cas, en France, pour les deux tranches d’âge
considérées (0,64 à 6 ans et 1,15 à 12 ans en 2010). L’état de santé bucco-
dentaire des enfants dépend cependant de leur milieu social
258
: à l’âge de
six ans, la proportion d’enfants ayant déjà eu au moins une carie est près
de 4 fois supérieure chez les enfants d’ouvriers que chez ceux de cadres
(30 % contre 8 %). Ces inégalités sociales révèlent des disparités d’accès
aux soins, mais aussi des différences d’exposition aux facteurs de risque.
Les actions de prévention devraient être plus fortement ciblées en
direction des populations dont l’état de santé est très dégradé.
Sur les autres segments de population identifiés comme prioritaires
par le plan de prévention dentaire 2006-2009, seules les femmes enceintes
ont bénéficié de mesures de prévention, sous la forme d’un examen
gratuit à partir du 4
ème
mois de grossesse, effectif toutefois seulement
depuis janvier 2014.
Pour les personnes handicapées, les établissements spécialisés
restent peu sensibilisés aux questions de santé dentaire. Les dentistes
libéraux formés à soigner les patients handicapés ne sont en outre pas
identifiables par les familles puisque la mention d’une telle compétence
sur leur plaque ou site professionnel leur est interdite.
La prévention et le suivi des personnes âgées en EHPAD sont
nettement insuffisants : 80 % des résidents n’ont pas bénéficié d’une
consultation dentaire depuis 5 ans. Les expériences engagées en 2007
dans quelques EHPAD d’examen dentaire systématique n’ont pas été
poursuivies.
Enfin, les mesures de prévention prévues en direction des détenus,
notamment
la
réalisation
d’un
examen
bucco-dentaire
lors
de
l’incarcération et les actions de réduction du risque infectieux associé aux
soins
259
, sont restées inappliquées. Sur le premier point, la loi du
26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a cependant
prévu une expérimentation dans un nombre limité d’établissements
pénitentiaires.
258
DREES, Études et Résultats n° 847, juillet 2013, « Santé bucco-dentaire des
enfants : des inégalités dès le plus jeune âge ».
259
Plan sur la « politique de santé pour les personnes placées sous main de justice »
(2010-2014).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
265
Pour la majeure partie de la population, la prévention demeure
insuffisante, avec des conséquences qui dépassent le seul domaine de la
santé dentaire : ainsi, l’incidence des cancers buccaux
260
est, en France, la
plus forte d’Europe après l’Allemagne, avec environ 8 000 nouveaux cas
par an, diagnostiqués trop tardivement (35 % de survie à cinq ans).
II -
La faiblesse persistante des pouvoirs publics
et de l’assurance maladie
face aux professionnels de santé
En l’absence de détermination par l’État d’objectifs de santé
bucco-dentaire à moyen terme, et compte tenu de son désengagement
financier progressif, les mesures adoptées par l’assurance-maladie ne
présentent pas de cohérence d’ensemble. Elles ont davantage répondu aux
attentes des chirurgiens-dentistes qu’elles n’ont favorisé l’accès des
assurés sociaux aux soins.
A -
Des relations conventionnelles déséquilibrées
Les relations entre les chirurgiens-dentistes et les caisses
d’assurance maladie sont régies par la convention nationale des
chirurgiens-dentistes, conclue pour une durée de cinq ans entre les
principaux syndicats représentatifs de la profession et la CNAMTS.
Approuvée par arrêté du 14 juin 2006 et reconduite en juin 2011, elle a
été modifiée à trois reprises par la voie d’avenants (juillet 2007,
juillet 2012 et novembre 2013).
La convention et ses avenants successifs sont caractérisés par un
profond
déséquilibre :
les
engagements
pris
par
la
profession
n’apparaissent pas à la hauteur des efforts, notamment financiers,
consentis par l’assurance maladie ; de surcroît, ils n’ont pas été respectés.
La position de faiblesse de l’assurance maladie obligatoire dans les
négociations, sans doute favorisée par son rôle décroissant dans la prise
en charge des soins, n’a pas eu pour corollaire une montée en puissance
de l’institution représentative des assureurs complémentaires, l’Union
260
Le plus souvent liés à la consommation excessive d’alcool ou de tabac.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
266
nationale
des
organismes
complémentaires
d’assurance
maladie
(UNOCAM). Créée par la loi de réforme de l’assurance maladie d’août
2004, elle n’est d’ailleurs partie à la convention dentaire que depuis
l’avenant de 2013. L’assurance maladie et les assureurs complémentaires
n’ont pas su définir des objectifs communs de nature à rééquilibrer les
termes de la négociation avec les professionnels de santé.
1 -
Des efforts financiers importants de l’assurance maladie
À travers la convention et ses avenants successifs, l’assurance
maladie a eu pour objectif constant de favoriser un rééquilibrage entre la
croissance des dépenses de soins prothétiques et celle des soins
conservateurs. À cette fin, les soins conservateurs, chirurgicaux ou
radiologiques ont fait l’objet de trois revalorisations tarifaires en 2006,
2012 et 2013, pour un montant annuel cumulé de 160 M€.
En outre, le plafond d’honoraires alors en vigueur a été supprimé
en 2006 pour les deux actes prothétiques les plus fréquents (l’inlay-
core
261
et la couronne céramo-métallique).
Les praticiens sont par ailleurs incités financièrement depuis 2012
à s’implanter dans les zones sous-dotées. Malgré l’avantage financier
qu’il procure aux praticiens qui y adhèrent (sous la forme d’un apport de
15 000 €), ce dispositif n’a pas atteint ses objectifs, les professionnels
concernés étant quatre fois moins nombreux que prévu (soit 50 praticiens
en 2014 pour un objectif de 200).
Enfin, une grande partie des cotisations sociales des chirurgiens-
dentistes est prise en charge par l’assurance maladie.
261
L’inlay-core est une pièce en métal coulé, scellée dans la racine d’une dent très
délabrée et servant de support à la prothèse.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
267
La prise en charge d’une grande partie des cotisations sociales
des chirurgiens-dentistes par l’assurance maladie
En application de la convention dentaire, les chirurgiens-dentistes
bénéficient de la prise en charge d’une part importante de leurs cotisations
sociales
262
par l’assurance maladie. Pour 2015, le coût de cette prise en
charge s’élève à 289 M€ -176 M€ au titre de la maladie et 113 M€ au titre
de la retraite complémentaire.
Pour la couverture du risque maladie, la prise en charge de leurs
cotisations est presque intégrale : jusqu’à la réforme intervenue en loi de
financement de la sécurité sociale pour 2016, sur un taux de cotisations
maladie de 9,81 %, l’assurance maladie en prenait 9,7 % à sa charge et le
professionnel 0,11 %. La réforme intervenue au 1
er
janvier 2016, qui
modifie les assiettes et les taux de cotisations, a un caractère neutre pour
les professionnels au moment de son entrée en vigueur selon l’étude
d’impact du projet de loi.
Pour la couverture complémentaire du risque vieillesse, la
convention prévoit une prise en charge des deux-tiers des cotisations du
régime de prestations complémentaires de vieillesse (qui constitue un
deuxième étage de retraites complémentaires propre aux praticiens et
auxiliaires médicaux), le dernier tiers restant à la charge des chirurgiens-
dentistes.
2 -
Des contreparties nettement insuffisantes de la profession
À travers les organisations signataires de la convention et de ses
avenants, les chirurgiens-dentistes se sont engagés à ne pas pratiquer de
dépassements d’honoraires sur tarifs conventionnels, à favoriser les
reconstitutions dentaires plutôt que les prothèses dans un objectif de
modération tarifaire des soins prothétiques, à participer aux campagnes de
prévention et à la permanence des soins, à coder leurs actes selon la
classification commune des actes médicaux (CCAM), ainsi qu’à
communiquer à leurs patients un devis-type établi de concert avec
l’assurance maladie.
262
Cour des comptes,
Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité
sociale pour 2012,
chapitre X : la prise en charge par l’assurance maladie des
cotisations
sociales
des
professionnels
libéraux
de
santé,
p. 287-308,
La
Documentation française, septembre 2012, disponible sur www.ccomptes.fr.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
268
Sur différents points, la convention a marqué une avancée sensible,
bien que souvent de manière tardive : l’engagement de la profession dans
la campagne de prévention M’T Dents ; la mise en oeuvre de la CCAM au
1
er
juin 2014 ; l’organisation d’une permanence des soins arrêtée dans
toutes les régions depuis seulement le 1
er
janvier 2016.
Pour le reste, les objectifs convenus n’ont pas été atteints.
En contradiction avec l’engagement de modération des honoraires,
sont facturés de plus en plus de dépassements. Leur part dans le total des
honoraires a continûment progressé, passant de 47,9 % en 2005 à 52,5 %
en 2014 (soit 4,7 Md€).
En dépit des engagements conventionnels visant à privilégier, à
efficacité
comparable
263
,
les
stratégies
thérapeutiques
les
moins
onéreuses, l’inlay-core a supplanté les actes de reconstitution de la dent
après que son tarif a été déplafonné. Alors que la convention prévoyait de
porter de 8 en 2006 à 8,8 en 2011 le nombre de reconstitutions dentaires
pour 10 inlay-core, leur proportion a au contraire chuté à 5,8 en 2013. En
2015, les reconstitutions de dents ne font même plus partie des dix soins
les plus fréquents, tandis que l’inlay-core est devenu le premier des dix
actes à tarif non opposable les plus fréquents. L’assurance maladie n’a
ainsi pas su prendre la mesure des effets pervers, à moyen terme, de ses
décisions de tarification sur les choix thérapeutiques des praticiens, et ce
en dépit des mises en garde de certaines organisations représentatives de
la profession dentaire.
Plus généralement, aucune mesure de maîtrise médicalisée de la
dépense n’a été mise en oeuvre. L’avenant d’avril 2012 à la convention l’a
de fait cantonnée à la prévention « qui dans ce domaine a apporté la
preuve de son efficacité et demeure à ce jour le meilleur outil de maîtrise
médicalisée ».
Par ailleurs, les professionnels contreviennent fréquemment à
l’obligation qui leur incombe, depuis 2011, d’établir un devis-type en vue
de la réalisation de soins prothétiques et d’indiquer à leur patient le prix
de vente de la prothèse et son origine. À l’occasion d’une enquête menée
en 2013 auprès de 553 chirurgiens-dentistes répartis dans 22 régions, la
direction générale de la concurrence, de la consommation et de la
répression des fraudes (DGCCRF) a relevé un taux d’infraction de 83 %.
263
Circulaire n° 59-2006 du 15 décembre 2006 de la CNAMTS.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
269
Les sanctions prévues par la convention ne sont pas appliquées
264
.
Leur mise en oeuvre obéit à des règles complexes. De fait, la constatation
de dépassements d’honoraires abusifs sur soins conservateurs n’a, à ce
jour, jamais débouché sur des sanctions.
B -
Les reculs successifs des pouvoirs publics
Les pouvoirs publics ont renoncé à utiliser plusieurs outils qui
permettraient de mieux encadrer la qualité et la sécurité des soins bucco-
dentaires ainsi que le coût de ces derniers.
1 -
Un défaut de mesure et d’appréciation de la qualité
et de la sécurité des soins
La Haute Autorité de santé (HAS) est trop peu saisie par le
ministère des affaires sociales et de la santé et consacre peu de ses
travaux aux questions dentaires. Si elle a produit, par le passé, des
évaluations relatives à certaines pratiques professionnelles en plein
essor
265
, elle n’a pas publié d’études sur les questions dentaires entre
2011 et 2015, alors que les techniques évoluent rapidement. La qualité et
la sécurité des soins dentaires en cabinet mériteraient pourtant d’être
évaluées par des indicateurs objectifs, partagés et rendus publics.
264
À la suite de la constatation, par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM),
de la méconnaissance de règles conventionnelles, le chirurgien-dentiste dispose de
multiples possibilités de régulariser la situation. C’est à la CPAM qu’il revient,
in
fine
, de décider d’éventuelles sanctions, qui peuvent aller d’une suspension plus ou
moins longue (de 3 à 12 mois) à un retrait du conventionnement.
265
Telles que la restauration dentaire par matériau incrusté -inlay onlay-,
l’environnement
technique
des
actes
d’implantologie
orale,
le
traitement
endodontique, les prothèses dentaires à infrastructure céramique…
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
270
Une qualité des soins à évaluer plus régulièrement
Des enquêtes – anciennes - ont montré des marges de progrès en
matière de qualité des soins :
-
- près de 40 % des chirurgiens-dentistes ne stérilisaient pas les porte-
instruments rotatifs selon une enquête de 2007 de la direction générale
de la santé sur les questions d’hygiène ;
-
- plus d’un acte de soins sur cinq devait être repris selon deux enquêtes
de la CNAMTS de 2003 et 2009 ;
-
- 10 % des couronnes (prévues pour durer 15 à 20 ans) étaient à refaire
dans les cinq ans, selon une analyse menée par le RSI (juin 2010) sur
plus de 10 000 couronnes.
2 -
Des devis prothétiques moins transparents qu’en 2009
Alors que la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » du
21 juillet 2009 prévoyait une information du consommateur sur le prix
d’achat des prothèses - ce qui avait pour effet de faire apparaître sur le
devis le montant de la marge bénéficiaire du dentiste sur la prestation
d’adaptation et de pose des prothèses -, la loi du 10 août 2011 qui l’a
modifiée est revenue sur cette disposition en n’imposant plus que la
mention du prix de vente au patient.
Sous la pression de la profession, il a ainsi été renoncé à ce qui
constituait indéniablement un progrès sensible dans l’information du
patient, pour s’assurer l’adhésion des praticiens au devis-type. Or, comme
vu
supra
, ce dernier n’est pas pour autant appliqué par les professionnels,
ni promu par leurs instances représentatives.
3 -
L’absence de plafonnement des dépenses de soins dentaires
prises en charge dans le cadre des contrats responsables
La loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a prévu que
les conditions de prise en charge des frais exposés pour les dispositifs
d’optique médicale comme pour les soins dentaires prothétiques ou
orthodontiques par les contrats d’assurance complémentaire bénéficiant
d’aides fiscales et sociales (« contrats responsables ») peuvent désormais
comprendre non seulement des seuils, mais aussi des plafonds, fixés par
décret.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
271
Cependant, à ce jour, seuls les tarifs des dépenses d’optique ont été
plafonnés par un décret du 18 novembre 2014. Ainsi, en l’absence de
plafonnement, aucun frein ne s’exerce sur la dynamique de hausse des
tarifs de soins prothétiques et orthodontiques.
C -
La faiblesse des contrôles et des sanctions
1 -
L’absence de sanction au défaut d’affichage des honoraires
Un grand nombre de chirurgiens-dentistes se sont longtemps
soustraits, et certains persistent à le faire, à l’obligation légale d’afficher
de façon visible et lisible dans leur salle d’attente leurs honoraires - y
compris les dépassements -, ainsi que les tarifs de remboursement par
l’assurance maladie.
En 2010, la DGCCRF avait effectué une enquête auprès de
250 chirurgiens-dentistes pour vérifier le respect de cette obligation.
Aucun des professionnels contrôlés n’affichait ses tarifs. Trois ans plus
tard, lors d’une seconde enquête, le taux d’infraction constaté était encore
de 28 %, malgré l’annonce préalable de leur visite par certains
enquêteurs.
À ce jour, l’autorité préfectorale, habilitée à poursuivre et à
sanctionner tout manquement à cette obligation, n’a jamais engagé de
poursuites
266
.
2 -
Des contrôles de l’assurance maladie insuffisants
Les contrôles de l’assurance maladie sur les professionnels
libéraux sont peu nombreux : en 2014, elle a procédé au contrôle de
521 dentistes libéraux.
266
La DGCCRF dispose de la même faculté depuis la loi de modernisation de notre
système de santé du 26 janvier 2016.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
272
En exploitant les données du système national d’information inter-
régimes de l’assurance maladie (SNIIRAM)
267
, l’assurance maladie serait
pourtant en mesure de détecter de manière systématique des pratiques
abusives qui doivent être sanctionnées, comme les dépassements
d’honoraires sur actes à tarif opposable. Quoique prohibés, ces
dépassements sont particulièrement fréquents en Île-de-France et dans les
départements d’outre-mer. En Île-de-France, ils se conjuguent à des
montants moyens de dépassements élevés.
Une pratique prohibée mais courante : les dépassements
d’honoraires sur actes de soins conservateurs
Une exploitation des données du SNIIRAM réalisée spécifiquement
à la demande de la Cour a fait apparaître les constats suivants.
Pour l’extraction d’une dent, 5 % des dentistes facturent des
dépassements, mais ils sont 20 % à Paris et plus de 50 % dans les DOM.
Le taux de dépassement tarifaire est de 57 % en moyenne (soit +19,30 €
pour un acte coté 33,44 €), mais de 140 % à Paris (soit +47 €) et 84 %
dans les Hauts-de-Seine (+28 €).
Pour la dévitalisation d’une molaire, 2,4 % seulement des dentistes
dépassent le tarif conventionné, mais ils sont 17 % à Paris et entre 18 et
85 % dans les DOM. Le taux de dépassement tarifaire moyen est de 138 %
(soit +113 € pour un acte coté 81,94 €), mais atteint 225 % à Paris (soit
+184 €) et 571 % dans la Drôme (soit +468 €).
Pour un détartrage, 13,9 % des chirurgiens-dentistes pratiquent des
dépassements. À Paris, c’est près d’un praticien sur deux ; dans les autres
départements d’Île-de-France entre 18 et 28 %, dans les DOM entre 47 et
90 %. Le taux de dépassement est en moyenne de 63 % (soit +18 € pour
un acte coté 28,92 €), mais atteint près de 100 % à Paris (soit +27 €). Les
abus les plus manifestes concernent les Alpes-de-Haute-Provence (300 %,
soit +85 €) et la Haute-Loire (près de 200 %, soit +55 €).
267
Sur le SNIIRAM, voir Cour des comptes,
Communication à la commission des
affaires sociales et à la mission d’évaluation et de contrôle des lois de financement de
la sécurité sociale de l’Assemblée nationale
, Les données personnelles de santé gérées
par l’assurance maladie : une utilisation à développer, une sécurité à renforcer, mars
2016, disponible sur www.ccomptes.fr.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
273
Pour une libération occlusale (ou pose de gouttière), plus d’un tiers
des dentistes pratiquent des dépassements, mais ils sont près de deux tiers
à Paris, 48 à 58 % dans les autres départements de l’Île-de-France, et 35 à
75 % dans les DOM. Le taux de dépassement tarifaire
268
sur cet acte est en
moyenne de 80 % (soit +137 € pour un acte coté 172,80 €), mais atteint
127 % à Paris (+217 €), 119 % dans les Hauts-de-Seine (+205 €) et 80 à
86 % dans les autres départements d’Île-de-France.
Pour l’évacuation d’un abcès parodontal, les dépassements sont
moins fréquents (2 % en moyenne), mais atteignent entre 8 et 54 % dans
les DOM, 10 % à Paris et entre 3 et 5 % dans les autres départements
d’Île-de-France. Le taux de dépassement tarifaire est de 78 % (soit +32 €
(pour un acte coté 40 €), mais dépasse largement 100 % dans 5 des
8 départements de l’Île-de-France. C’est toutefois en Haute-Loire qu’il est
le plus élevé (854 % soit +285 €) pour une fréquence de 13 %.
La fréquence des irrégularités constatées par la Cour paraît traduire
un dysfonctionnement systémique, qui interroge : les dépassements
d’honoraires sur actes de soins conservateurs constituent des pratiques
tarifaires irrégulières que ne saurait justifier l’allégation que ces actes
auraient été insuffisamment revalorisés.
3 -
Les limites de fait à l’autocontrôle de la profession
Le renforcement des contrôles de l’assurance maladie est d’autant
plus nécessaire que ceux diligentés par les agences régionales de santé
269
,
trop rares, se limitent souvent à transférer les plaintes et les demandes de
contrôle aux conseils départementaux de l’Ordre.
Ces derniers peuvent contrôler si les conditions exigées pour
l’exercice de l’activité professionnelle sont remplies, notamment la
qualité et la sécurité des soins et le respect des règles d’hygiène et
d’asepsie. Ils donnent lieu pour l’essentiel à l’envoi de questionnaires aux
praticiens et à des « visites confraternelles » en cabinet, lesquelles sont
cependant tributaires de l’accord du praticien concerné.
268
Calculé comme le montant facturé au patient par rapport au tarif de responsabilité
fixé par la convention nationale des chirurgiens-dentistes.
269
Les ARS sont dotées d’une compétence générale pour diligenter des contrôles
relatifs à la qualité et la sécurité des soins, qu’ils soient dispensés par des médecins ou
par des chirurgiens-dentistes.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
274
La réalité des contrôles varie fortement d’un conseil départemental
à l’autre, mais ils sont dans l’ensemble largement insuffisants, voire
inexistants. Entre 2005 et 2014, soit sur dix années, la moitié des
95 conseils départementaux ont visité moins de 10 % des cabinets de leur
ressort ; seuls 15 % des conseils les ont tous visités.
La faiblesse des contrôles de l’Ordre en matière déontologique
n’est pas sans poser question sur la pertinence d’un dispositif reposant sur
la profession elle-même.
III -
Un mode d’organisation
et de financement à repenser
La mise en oeuvre d’une politique active de santé bucco-dentaire et
la fixation d’objectifs conventionnels beaucoup plus ambitieux sont les
conditions sans lesquelles aucun progrès ne sera possible en matière de
plus grande équité dans l’accès aux soins, d’amélioration de l’état de
santé dentaire et de plus stricte maîtrise des coûts.
La prochaine renégociation de la convention nationale des
chirurgiens-dentistes offre l’opportunité de déterminer un cadre de
régulation efficace, et donc contraignant. Si elle n’y parvenait pas, il
existe un risque réel que les soins dentaires connaissent la même
évolution que l’optique
270
. Un décroisement des responsabilités et des
financements entre l’assurance maladie obligatoire et les assurances
complémentaires, comme la Cour l’évoque dans le cadre de son analyse
sur la participation des assurés au financement de leurs dépenses de
santé
271
, pourrait alors constituer un scénario d’évolution à envisager.
A -
Définir un socle d’objectifs communs
en vue du nouveau cadre conventionnel
Une
régulation
efficace
du
secteur
appelle
la
définition
d’orientations claires de santé publique par l’État et d’objectifs partagés
ambitieux
entre
l’État,
l’assurance
maladie
et
les
organismes
complémentaires dans leurs rapports avec la profession dentaire.
270
Cour des comptes
, Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité
sociale pour 2013,
chapitre XIV : la prise en charge par les organismes de protection
sociale de l’optique correctrice et des audioprothèses, p. 393-420, La Documentation
française, septembre 2013, disponible sur www.ccomptes.fr.
271
Voir chapitre IV La participation des assurés au financement de leurs dépenses de
santé : une charge croissante, une protection maladie à redéfinir.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
275
1 -
Adopter une stratégie de santé publique
couvrant l’ensemble de la population
Le plan de prévention bucco-dentaire de 2006 est arrivé à échéance
en 2010, sans faire l’objet d’un bilan. Depuis lors, aucun nouvel objectif
pluriannuel de santé publique n’a été fixé pour le domaine bucco-
dentaire. Or, la politique menée à ce jour assure une prévention effective
uniquement pour les moins de 18 ans et les femmes enceintes et laisse de
côté près de 80 % de la population.
À partir d’une évaluation préalable de l’état sanitaire de la
population, notamment des catégories à risque élevé, devrait être élaborée
une stratégie globale de santé bucco-dentaire, axée sur la prévention et le
suivi pour tous, aux objectifs lisibles et mesurables et mobilisant
l’ensemble des acteurs concernés, comme la Cour l’a déjà recommandé.
Améliorer la qualité et la sécurité des soins dentaires
En matière de soins bucco-dentaires, il n’existe pas de recueil
d’indicateurs de la qualité et de la sécurité des soins comme celui mis en
place en 2008 par la Haute Autorité de santé (HAS) pour les
établissements de santé. Seules ont été établies des fiches de bonnes
pratiques en matière d’asepsie, assorties d’une grille d’autoévaluation
destinée aux praticiens, par la direction générale de la santé et le conseil
national
de
l’Ordre
des
chirurgiens-dentistes.
L’évaluation
est
recommandée mais non obligatoire, les résultats n’en sont pas connus et
l’avis des patients n’est pas recueilli.
La technicité et le caractère parfois invasif des gestes réalisés
justifieraient pourtant qu’un recueil de ce type soit adopté et que les
résultats en soient rendus publics. La HAS pourrait être chargée, en
relation avec la profession, d’en établir les indicateurs.
La vérification du respect par le praticien d’un tel recueil pourrait
relever d’une procédure d’accréditation, à l’instar de celle instaurée
pour les laboratoires de biologie médicale par une ordonnance du
13 janvier 2010.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
276
2 -
Maîtriser impérativement la dérive des coûts
des soins prothétiques
Compte tenu de l’échec des dispositifs non contraignants de
modération
tarifaire
des
soins
prothétiques que
les
précédentes
conventions ont tenté d’instaurer, il apparaît indispensable, pour endiguer
la dérive des tarifs de ce type de soins, de rétablir un plafonnement du
tarif des actes prothétiques les plus fréquents, comme la couronne
céramo-métallique et l’inlay-core.
Parallèlement, les dispositions de la loi de financement de la
sécurité sociale pour 2014 autorisant la fixation de plafonds de prise en
charge de certains actes dentaires dans les contrats dits « responsables »
devraient être appliquées à un niveau qui permette d’enrayer la
progression des dépenses prothétiques et orthodontiques à laquelle
poussent les prises en charge actuelles.
Toujours aux fins de maîtrise de la dépense prothétique, un contrat
d’accès aux soins pourrait être envisagé pour les dentistes libéraux, à
l’instar de celui instauré pour les centres de santé dentaires. Les centres
qui s’engagent à stabiliser leur taux de dépassement sur soins
prothétiques et orthodontiques bénéficient d’une contribution financière
proportionnelle aux honoraires perçus sur les soins conservateurs et
chirurgicaux.
3 -
Renforcer l’effectivité des contrôles et la capacité de contrôle
de l’assurance maladie
Certaines fraudes sont d’une ampleur telle qu’elles nécessitent des
contrôles à l’échelle de l’ensemble des données de facturation, et non à
l’occasion d’une analyse individuelle d’activité.
Alors
qu’elle
dispose
d’outils
extrêmement
puissants
lui
permettant de cibler précisément ses contrôles en détectant les atypies de
l’activité des professionnels, la CNAMTS n’en fait encore qu’un usage
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
277
très limité dans le cadre de la lutte contre la fraude
272
. Elle devrait
fortement accentuer ses actions de contrôle, en particulier en analysant
systématiquement, via des requêtes automatisées, les données d’activité
atypiques ou suscitant des interrogations quant à la réalité des actes
pratiqués, en étendant ses contrôles à un nombre accru de praticiens et en
accélérant les procédures des enquêtes. Elle devrait aussi assurer un
meilleur suivi des instances en cours et veiller à se constituer partie civile
dans les délais les plus brefs.
Ces contrôles nécessitent l’intervention, au côté des agents chargés
d’élaborer et d’exploiter les requêtes des bases de données de l’assurance
maladie, de chirurgiens-dentistes conseil, ce qui suppose que la
CNAMTS veille à maintenir un flux de recrutement adéquat
273
.
Enfin, il importe de revoir les dispositions conventionnelles
relatives aux sanctions, pour accélérer les procédures de constatation des
manquements et rendre les sanctions réellement dissuasives.
4 -
Améliorer l’information des patients et des financeurs
L’opacité de l’information qui caractérise le secteur dentaire nuit
avant tout au patient qui ne dispose, notamment en matière tarifaire, que
d’informations limitées et difficiles à comparer en interrogeant le service
d’information grand public de la CNAMTS
274
. Cette dernière s’est
opposée à plusieurs reprises à la réutilisation de ces données par des
opérateurs privés qui souhaitaient notamment effectuer et diffuser des
comparaisons d’honoraires des praticiens.
La loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de
santé ouvre de nouvelles perspectives pour l’utilisation des données
publiques relatives à l’activité des professionnels de santé. Ainsi, la
réutilisation de données comme les tarifs, n’est plus soumise à
272
Cour des comptes,
Communication à la commission des affaires sociales et à la
mission d’évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale de
l’Assemblée nationale : les données personnelles de santé gérées par l’assurance
maladie, une utilisation à développer, une sécurité à renforcer
, mars 2016, disponible
sur www.ccomptes.fr.
273
Les effectifs de chirurgiens-dentistes conseils de la CNAMTS ont été réduits de
plus d’un tiers en 10 ans (186 en 2015 contre 292 en 2005).
274
www.annuairesante@ameli.fr.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
278
l’obligation de recueillir l’accord des professionnels
275
. Elle est confortée
par la loi du 28 décembre 2015 sur la gratuité et les modalités de
réutilisation des informations du secteur public qui instaure un « droit à la
réutilisation des informations publiques » dans un standard ouvert et
facilement réutilisable. Elle devrait être appliquée par priorité au secteur
dentaire.
Par ailleurs, il conviendrait de rétablir les dispositions de la loi du
21 juillet 2009, qui rendaient obligatoires l’information du patient sur le
prix d’achat de sa prothèse dentaire. La disparition de cette information et
l’opacité du calcul du prix de vente, qui comporte, sans qu’on puisse en
distinguer les composantes, le prix d’achat, des quotes-parts d’autres frais
variables et de frais fixes et la marge du dentiste font reculer la
transparence des prix au détriment des patients.
Enfin, l’information à destination des financeurs sur les actes
pratiqués et les montants facturés est également insuffisante. La
classification commune des actes médicaux mise en oeuvre en 2014
améliore en principe la connaissance des pratiques professionnelles et de
leurs évolutions. Tous les actes doivent désormais être codés, qu’ils
soient pris en charge par l’assurance maladie obligatoire ou pas. Or seuls
sont à ce jour transmis à l’assurance maladie les codes des actes qu’elle
rembourse. Les autres actes financés exclusivement par les assureurs
complémentaires ou par les patients restent inconnus.
Le progrès par rapport à la situation antérieure est donc ténu.
L’information de l’assurance maladie reste insuffisante, celle des
pouvoirs publics aussi. La codification des actes non pris en charge
devrait être obligatoirement transmise à l’assurance maladie. En cas de
non-respect de cette obligation, la prise en charge d’une partie des
cotisations sociales des chirurgiens-dentistes devrait être suspendue. Cette
mesure doit également bénéficier aux organismes d’assurance maladie
complémentaire
qui
ne
disposent
toujours
pas
aujourd’hui
de
l’information détaillée sur les soins qu’ils remboursent.
275
Le nouvel article L. 1461-2 du code de santé publique ne fait plus référence à
l’alinéa 1 de l’article 13 de la loi de 1978 sur l’accès aux documents administratifs.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
279
B -
Faire évoluer l’organisation de la profession
Le modèle du cabinet dentaire comportant un unique praticien,
exerçant sans assistant et se fournissant auprès d’un artisan prothésiste est
appelé à évoluer.
L’évolution du métier de prothésiste dentaire
Les prothésistes dentaires ne sont pas des professionnels de santé,
mais ont le statut d’artisan. Sous la pression des syndicats dentaires, leur
activité a été étroitement circonscrite par la jurisprudence
276
. En 2013, on
dénombrait 3 800 laboratoires de prothèses et 17 900 prothésistes, dont ¾
de salariés. Le secteur connaît une concentration croissante : en dix ans, le
nombre de prothésistes a baissé de 16 % et celui des laboratoires de 28 %.
L’activité des prothésistes est également confrontée à une évolution
technologique rapide (numérisation, impression 3D). 41 % des laboratoires
sont équipés d’un dispositif de conception et de fabrication assistée par
ordinateur (CFAO) et 38 % utilisent au moins une usineuse
277
.
Si aujourd’hui 2 % seulement des chirurgiens-dentistes sont
équipés de technologies similaires de numérisation 3D, 38 % envisagent
de s’équiper prochainement en CFAO. Le nombre de prothésistes
dentaires et l’organisation de la profession pourraient s’en trouver
sensiblement modifiés dans les prochaines années.
1 -
Élargir le champ de compétence des assistants dentaires
Les assistants dentaires ont un statut de salarié et exercent leur
profession sous la responsabilité et le contrôle effectif d’un chirurgien-
dentiste. Seuls deux tiers des cabinets dentaires emploient un ou plusieurs
assistants.
276
Ont ainsi été considérés, par la Cour de cassation, comme un exercice illégal de
l’art dentaire : l’adaptation, la poste et la réparation de prothèses dentaires, la prise
d’empreinte et la vente directe de prothèses. En revanche, le nettoyage des prothèses
amovibles, dès lors qu’il peut être effectué au quotidien par les porteurs d’appareils
eux-mêmes, peut être proposé par les prothésistes.
277
UNPPD, rapport 2015
« Unir pour tracer notre avenir ».
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
280
Avant 2016, la profession d’assistant était encadrée par la
convention collective nationale des cabinets dentaires qui en définissait
les tâches (décontamination, nettoyage, stérilisation et rangement des
instruments, assistance opératoire du praticien quel que soit le type de
soin,
développement
des
clichés
radiologiques,
collaboration
à
l’éducation des patients en matière d’hygiène bucco-dentaire, etc.).
Elle est désormais définie par le code de la santé publique.
L’assistant dentaire assiste le chirurgien-dentiste dans son activité
professionnelle, sous sa responsabilité et son contrôle effectif. Dans ce
cadre, il contribue aux activités de prévention et d’éducation pour la
santé. La liste des activités ou actes qu’il peut se voir confier est fixée par
un décret en Conseil d’État pris après avis de l’Académie nationale de
médecine et de l’Académie nationale de chirurgie dentaire.
Pour autant, l’assistant dentaire n’est pas un auxiliaire médical qui
pourrait exercer en pratique avancée, à l’instar des infirmiers,
kinésithérapeutes, orthoptistes, pédicures-podologues, ergothérapeutes,
etc. L’inscription de la profession dans le code de la santé publique n’a
pas conduit à étendre ses attributions. Elle constitue à cet égard une
occasion manquée de redéfinir les actes, non médicaux, susceptibles de
lui être délégués. Cette question mériterait d’être rouverte à l’avenir.
2 -
Favoriser le développement des réseaux de soins dentaires
Le développement des réseaux de soins dentaires est de nature à
rendre le secteur plus transparent et plus concurrentiel, dans un domaine
où la formation du prix des actes prothétiques n’obéit pas à des
mécanismes de marché efficients et conduit à des niveaux de tarification
qui ne sont pas supportables par la majorité des patients.
La loi du 27 janvier 2014
278
a conforté les réseaux de soins en
étendant aux mutuelles le droit, déjà reconnu aux sociétés d’assurance et
aux institutions de prévoyance, de pratiquer des remboursements bonifiés
pour les adhérents qui choisissent librement de se faire soigner dans le
cadre des réseaux qu’elles ont constitués avec des professionnels de santé.
278
Loi relative aux modalités de mise en oeuvre des conventions conclues entre les
organismes d’assurance maladie complémentaire et les professionnels, établissements
et services de santé.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
281
Les contraintes pesant sur le fonctionnement des réseaux seraient
cependant à desserrer afin de leur garantir un accès intégral à l’ensemble
des données de facturation, de leur permettre de s’assurer de la réalité des
actes facturés aux organismes d’assurance complémentaire et de les
autoriser à contacter directement leurs adhérents.
3 -
Introduire un conventionnement sélectif
La CNAMTS, dont les efforts pour obtenir la modération des tarifs
des soins prothétiques et l’amélioration de l’accès aux soins n’ont pas été
payés de retour, devrait se saisir de la possibilité d’un conventionnement
sélectif de chaque praticien ouverte par la loi de financement de la
sécurité sociale pour 2016 (article 72)
279
.
Cette modalité nouvelle de conventionnement devrait prendre
appui sur un cahier des charges précis garantissant l’adéquation
territoriale et sanitaire de l’offre de soins aux besoins de la population,
facilitant l’accès de celle-ci aux soins bucco-dentaires et organisant le
contrôle du respect de l’obligation légale de formation continue. Le non-
respect éventuel de ses dispositions devrait être effectivement sanctionné.
C -
Envisager, en cas de persistance des dérives
constatées, un scénario de nouvelle répartition
des responsabilités et des financements
entre l’assurance maladie obligatoire
et les assurances maladie complémentaires
Si les partenaires de la négociation conventionnelle ne parvenaient
pas à enrayer les dérives constatées, c’est le cadre conventionnel lui-
même qui serait en cause. Il pourrait alors être envisagé d’examiner
comment l’assurance maladie pourrait s’inscrire pleinement à moyen
terme dans un nouveau cadre, fondé sur un partage clair et assumé des
compétences et des financements avec les assurances complémentaires,
l’une responsable de la prévention et des soins conservateurs et
chirurgicaux, les autres des soins prothétiques à tarifs plafonnés.
279
L’article L. 162-9 du code de la sécurité sociale prévoit désormais que la
convention nationale des chirurgiens-dentistes a, entre autres objets, de fixer « les
conditions à remplir… pour être conventionné, notamment celles relatives aux
modalités de leur exercice professionnel et à leur formation, ainsi que celles relatives
aux zones d'exercice définies par l'agence régionale de santé », dans le cadre du projet
régional de santé, en fonction de l’excès ou de l’insuffisance de l’offre de soins.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
282
1 -
Confier à l’assurance maladie obligatoire le financement
d’un parcours obligatoire de prévention et de soins
Des parcours de soins pourraient être organisés par l’assurance
maladie obligatoire, dont le respect par les patients conditionnerait le
niveau de remboursement par les assurances maladie complémentaires de
soins prothétiques ultérieurs.
La France s’inspirerait en cela des politiques mises en oeuvre en
Allemagne et en Suède qui visent au maintien en bonne santé dentaire et
au dépistage précoce afin d’éviter ou de différer le plus longtemps
possible des soins plus lourds.
Deux exemples européens de parcours de prévention
L’Allemagne a introduit un suivi dentaire annuel obligatoire tout au
long de la vie, dont le respect conditionne le niveau de couverture des
soins prothétiques par l’assurance maladie : la prise en charge est
maximale pour le patient qui respecte ce suivi et minimale pour celui qui
s’y soustrait. La caisse d’assurance-maladie légale assure une prise en
charge forfaitaire qui couvre la moitié des coûts usuels. Si le patient
démontre qu´avant le démarrage des soins, il s´est soumis régulièrement à
des contrôles et soins de prévention durant les 5 (ou 10) années
précédentes, cette prise en charge peut aller jusqu’à 70 %, voire 80 %.
En Suède, la loi garantit la gratuité des soins dentaires pour les
moins de 20 ans. Après cet âge, la prise en charge des soins dentaires par
l’assurance maladie est modulée et assortie d’une franchise : sur la base
d’un panier de soins dentaires qui comprend le traitement des caries, la
pose de plombages, les couronnes dentaires et autres prothèses, les
dépenses sont à la charge du patient en deçà de 320 € de soins dentaires
par an (franchise), couvertes à hauteur de 50 % pour un montant de soins
annuels compris entre 320 et 1 600 € et à 85 % au-delà de ce montant.
Ces parcours pourraient prendre la forme de visites périodiques
permettant un suivi régulier par le praticien et la mise en place d’un
programme de soins individualisé obligatoire (détartrage, traitement des
caries, soin des gencives). Ces visites, ainsi que les soins conservateurs
correspondants, pourraient être prises en charge à 100 % par l’assurance
maladie obligatoire.
Pour les moins de 18 ans, la France pourrait s’inspirer des mesures
de gratuité instaurées dans plusieurs pays européens. Un premier pas
pourrait concerner la prise en charge du ticket modérateur des soins
dentaires de cette catégorie de patients, qui représente aujourd’hui 90 M€
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
283
si l’on exclut les soins prothétiques et orthodontiques. Un pas
supplémentaire consisterait à dispenser les familles de l’avance de frais
pour tous les soins des moins de 18 ans (hors prothèses et orthodontie).
Cette dernière mesure ne comporte pas de surcoût pour l’assurance
maladie, mais nécessite un engagement de sa part à respecter des délais
de remboursement rapide des professionnels.
2 -
Confier aux assurances maladie complémentaires le
financement au premier euro des soins prothétiques
En contrepartie de la prise en charge intégrale par l’assurance
maladie obligatoire des dépenses de soins conservateurs et d’examens de
prévention pour tous, les assurances complémentaires se verraient confier
celle des soins prothétiques et orthodontiques au premier euro, dans la
limite d’un plafond tarifaire.
Une telle redistribution des rôles donnerait à chacun des
partenaires, sur son champ propre de compétences, un poids accru face
aux professionnels de santé.
Pour l’assurance maladie obligatoire, la moindre dépense induite
par le transfert intégral des soins prothétiques et orthodontiques aux
assurances complémentaires (dont le coût est estimé à 930 M€) ne
compenserait que partiellement les dépenses supplémentaires quelle
devrait assumer, soit 1,3 Md€ par an (dont 750 M€ pour les visites et
soins de prévention obligatoires et 550 M€ au titre du ticket modérateur
actuellement financé par les assurances complémentaires).
Le financement du surcoût en résultant pour l’assurance maladie
(370 M€ auxquels s’ajoutent les 90 M€ précités de la prise en charge
intégrale du ticket modérateur pour les moins de 18 ans, soit 460 M€ au
total) pourrait emprunter plusieurs voies.
Dans le champ des soins bucco-dentaires, il pourrait être envisagé
de transférer, de l’assurance maladie obligatoire aux organismes
d’assurance complémentaire, la prise en charge d’une partie des
cotisations sociales des chirurgiens-dentistes (soit 289 M€ en 2015).
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
284
Au-delà, il serait envisageable de resserrer le « panier de soins »
pris en charge par l’assurance maladie obligatoire dans d’autres domaines
comme le médicament, l’optique, les transports sanitaires ou les cures
thermales
280
.
Enfin, une autre évolution possible pourrait consister à augmenter
la taxe de solidarité additionnelle sur les cotisations d’assurance
maladie
281
, assise sur les primes et cotisations versées au titre de la
souscription de contrats d’assurance santé, dont la recette est déjà pour
partie affectée à la CNAMTS. Cette mesure serait justifiée par le fait que
les souscripteurs de contrats d’assurance santé, dont les soins
conservateurs et chirurgicaux seraient mieux pris en charge par
l’assurance maladie, devraient en toute logique bénéficier de baisses de
tarifs de la part des organismes d’assurance à due concurrence des
dépenses de soins que ces derniers n’auraient plus à assurer.
À moyen terme, ce décroisement des financements entre assurance
maladie obligatoire et assurance maladie complémentaire pourrait
améliorer sensiblement l’état de santé bucco-dentaire, avec pour
corollaire un moindre recours aux soins prothétiques.
Pour qu’il soit soutenable dans la durée pour les assurances
maladie complémentaires, il devrait s’accompagner dans le même temps
de la mise en oeuvre des mesures de maîtrise des dépenses de soins
prothétiques précédemment évoquées, en particulier le plafonnement des
contrats dits « responsables » et le développement des réseaux.
280
Voir le chapitre IV du présent rapport : la participation des assurés au financement
de leurs dépenses de santé : une charge croissante, une protection maladie à redéfinir.
281
Pour mémoire, 0,1 point de taux de cette taxe représente 30 M€ environ.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES SOINS BUCCO-DENTAIRES : UNE ACTION PUBLIQUE À RESTAURER,
UNE PRISE EN CHARGE À REFONDER
285
__________ CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS __________
En 2010, la Cour avait appelé l’attention sur le désengagement de la
puissance publique du secteur dentaire et les inégalités d’accès aux soins
qu’elle favorise. Six ans plus tard, elle constate que ce désengagement s’est
poursuivi, avec des conséquences préjudiciables sur l’état de santé bucco-
dentaire de la population, souvent médiocre par rapport aux pays
européens comparables. Les difficultés d’accès aux soins et le renoncement
aux soins, principalement pour des raisons financières, qui les accompagne
demeurent très répandus. À cet égard, l’incapacité des partenaires
conventionnels à obtenir une modération tarifaire effective des soins
prothétiques, en dépit des engagements pris par la profession, marque un
échec persistant.
Ces constats appellent les pouvoirs publics et l’assurance maladie à
renforcer la prévention, à améliorer l’information du patient et des
financeurs, à élargir les contrôles de l’assurance maladie et à assurer
l’effectivité des sanctions en cas d’irrégularités détectées, à encourager le
développement des réseaux de soins et à renforcer la maîtrise du coût des
soins prothétiques.
Plus fondamentalement, il conviendrait de mettre en place, dans le
cadre des négociations aujourd’hui engagées sur la nouvelle convention,
un conventionnement sélectif des professionnels, conditionné par des
engagements précis et contrôlables sur la modération des tarifs,
notamment prothétiques, la limitation des dépassements, le codage de
l’ensemble des actes et le respect des obligations en termes de
transparence, d’organisation et de qualité des soins.
Si des engagements conventionnels appropriés et contrôlables ne
venaient pas remédier aux difficultés multiples relevées par la Cour dans
l’accès aux soins bucco-dentaires, il pourrait alors être envisagé de définir
un nouveau cadre de prise en charge. Ce dernier pourrait notamment être
fondé sur le scénario d’un décroisement des responsabilités et des
financements entre l’assurance maladie et les assurances complémentaires,
dans le prolongement des analyses de la Cour sur les évolutions
envisageables des modalités de prise en charge des dépenses de santé.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
286
La Cour formule ainsi les recommandations suivantes :
19.
définir et mettre en oeuvre une stratégie globale en faveur de la santé
bucco-dentaire,
appuyée
sur
des
enquêtes
épidémiologiques
périodiques et déclinée en plans d’action ;
20.
instaurer une procédure d’accréditation garantissant la qualité et la
sécurité des soins délivrés dans les cabinets dentaires, en lien avec
l’établissement d’indicateurs pertinents par la Haute Autorité de
santé ;
21.
instituer
par
une
disposition
législative
une
obligation
de
transmission à l’assurance maladie obligatoire et aux assureurs
complémentaires des informations relatives à l’ensemble des actes, y
compris non remboursables, en conditionnant les prises en charge de
cotisations sociales au respect de cette obligation ;
22.
mettre en place, à partir des bases de données de l’assurance
maladie, des requêtes standardisées et automatisées permettant de
détecter les actes et facturations atypiques et de sanctionner
effectivement les praticiens fautifs ;
23.
plafonner par la voie législative les tarifs des actes prothétiques les
plus fréquents ;
24.
mettre en place un conventionnement sélectif des chirurgiens-
dentistes, comme le permet la loi de financement pour 2016 ;
25.
publier sans délai le décret fixant, dans les contrats responsables,
des plafonds aux tarifs pris en charge par les organismes
d’assurance complémentaire en matière de soins bucco-dentaires ;
26.
lever les obstacles au développement et au fonctionnement des
réseaux de soins bucco-dentaires, notamment en leur garantissant un
accès intégral aux données de facturation.
En reconsidérant plus profondément l’organisation actuelle, la Cour
propose l’orientation suivante :
(i) réorganiser à moyen terme les responsabilités et les
financements entre l’assurance maladie obligatoire et les assurances
maladie complémentaires, à la première revenant de financer à 100 % un
suivi annuel obligatoire et les soins conservateurs associés, aux secondes
de prendre en charge le financement des soins prothétiques au premier
euro, en veillant à la neutralité financière pour l’assurance maladie
obligatoire de ce nouveau modèle.
Sécurité sociale 2016 – septembre 2016
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes