3, place des Grands-Hommes
CS 30059
33064 BORDEAUX CEDEX
Tél : 05 56 56 47 00
Fax : 05 56 56 47 77
Mél : crca@aquitaine-pc.ccomptes.fr
Le Président
Bordeaux, le 07 novembre 2013
RECOMMANDE AVEC A.R.
Monsieur le Président,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations
définitives arrêtées par la chambre régionale des comptes sur la gestion de la SAEML SOREGIES
(Société de revente d’électricité et de gaz, d’investissement et d’exploitation en énergie et de
services).
Il est accompagné de la réponse reçue à la chambre dans le délai prévu par l’article L.
243-5, alinéa 4, du code des juridictions financières.
Ces observations sont également transmises à Monsieur le Président du Syndicat
intercommunal d’électricité et d’équipement du département de la Vienne (SIEEDV) en sa qualité
d’actionnaire public.
Celles-
ci devront être communiquées par l’
exécutif de cette collectivité territoriale à
l’assemblée délibérante au cours de la plus proche réunion dans les conditions de forme prescrites
par l’article L. 243
-5 du code des juridictions financières.
Après cette réunion, les observations seront communicables à toute personne en faisant
la demande.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée.
P.J. : 1
Franc-Gilbert BANQUEY
conseiller maître
à la Cour des comptes
Monsieur le Président du Directoire de la SAEML SOREGIES
78, avenue Jacques Cœur
86068 POITIERS CEDEX 09
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
2/34
RAPPORT D’OBSERVATIONS
DEFINITIVES
SAEML SOREGIES
Années 2004 et suivantes
La chambre régionale des comptes de Poitou-Charentes a examiné la gestion de la Société
d’économie mixte de revente d’électricité et de gaz, d’investissement et d’exploitation en énergies
et de services (SOREGIES) à compter de l
exercice 2004.
Le contrôle a porté sur les prises de participation de la SEM, ses relations avec le syndicat
d’électr
icité du département de la Vienne (SIEEDV) et la société de réseau de distribution (SRD), sa
situation financière, la facturation et le recouvrement de la fourniture d’électricité.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
3/34
SOMMAIRE
LA PROCEDURE
............................................................................................................................................................
4
LA SYNTHESE DU RAPPORT
......................................................................................................................................
5
LA RECAPITULATION DES RECOMMANDATIONS
.............................................................................................
6
1. PRESENTATION DE LA SOREGIES
.......................................................................................................................
7
1.1.
H
ISTORIQUE
.............................................................................................................................................................
8
1.2.
O
BJET SOCIAL
........................................................................................................................................................
10
1.2.1. Exercice de son activité
.................................................................................................................................
11
1.2.2. Actionnariat
..................................................................................................................................................
12
1.2.3. Gouvernance
.................................................................................................................................................
13
2. LES PRISES DE PARTICIPATION
........................................................................................................................
14
2.1.
S
ECTEUR DE LA PRODUCTION
.................................................................................................................................
14
2.2.
S
ECTEUR DE LA DISTRIBUTION
(SAEML
SRD)
......................................................................................................
15
2.3.
S
ECTEUR DE LA COMMERCIALISATION
...................................................................................................................
15
3. LES RELATIONS AVEC LE SIEEDV
....................................................................................................................
17
3.1.
L
E CONTRAT DE CONCESSION
.................................................................................................................................
17
3.2.
L
ES REDEVANCES DE CONCESSION
.........................................................................................................................
18
3.3.
L
ES OBLIGATIONS DU CONCESSIONNAIRE POUR L
INFORMATION DE L
AUTORITE CONCEDANTE
.............................
19
3.4.
L
E CONTROLE DU CONCESSIONNAIRE PAR LE CONCEDANT
.....................................................................................
19
4. LES RELATIONS A CARACTERE FINANCIER AVEC LE SIEEDV
...............................................................
20
4.1.
R
EVERSEMENT DE DIVIDENDES ET GESTION DU COMPTE COURANT D
ASSOCIES
.....................................................
20
4.2.
R
EVERSEMENTS DE LA TAXE LOCALE SUR L
ELECTRICITE
(TLE)
...........................................................................
22
4.2.1. Des reversements tardifs
...............................................................................................................................
22
4.2.2. Frais de gestion
.............................................................................................................................................
23
5. LES RELATIONS AVEC LA SRD
...........................................................................................................................
23
6. LA SITUATION FINANCIERE
...............................................................................................................................
25
6.1.
L
ES PRODUITS D
EXPLOITATION
.............................................................................................................................
26
6.2.
L
ES CHARGES D
EXPLOITATION
..............................................................................................................................
27
6.3.
L
E RESULTAT FINANCIER
........................................................................................................................................
28
6.4.
L’
AFFECTATION DES RESULTATS
............................................................................................................................
29
6.5.
C
APACITE D
AUTOFINANCEMENT ET DETTE
...........................................................................................................
29
7. LA FACTURATION ET LE RECOUVREMENT DE L
A FOURNITURE D’ELECT
RICITE
.........................
31
7.1.
L
A FACTURATION
...................................................................................................................................................
31
7.2.
L
E RECOUVREMENT
...............................................................................................................................................
33
7.2.1. Les impayés
...................................................................................................................................................
33
7.2.2. Les admissions en non-valeur (ANV)
............................................................................................................
33
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
4/34
LA PROCEDURE
L’ouverture du contrôle a été notifiée au
président du directoire de la société par lettre du 23
novembre 2011.
Un entretien préalable a eu lieu le 31 août 2012 avec le directeur général de la société.
Lors de sa séance du 25 septembre 2012, la chambre a formulé des observations provisoires qui ont
été
adressées à l’ordonnateur.
Des extraits ont également été adressés au syndicat d’électricité du département de la Vienne
(SIEEDV) et à la société d’économie mixte de réseau de distribution (SRD).
La SOREGIES a répondu le 15 février 2013, réponse enregistrée au greffe de la chambre le 19
février, et a demandé d’être entendu par la chambre. Le syndicat a répondu le 8 février, réponse
enregistrée au greffe de la chambre le
11 février, et la SRD le 15 février, réponse enregistrée au
greffe de la chambre le 20 février.
Lors de son délibéré du 13 septembre 2013, la chambre a formulé les observations définitives
suivantes.
La loi du 13 décembre 2011 a prévu un nouveau maillage territorial des chambres régionales des
comptes désormais limitées au
nombre de 20, dont six chambres d’outre
-
mer. C’est ainsi que le
décret du 23 février 2012 a regroupé les ressorts des régions Aquitaine et Poitou-Charentes en une
seule chambre régionale des comptes dont le siège a été fixé à Bordeaux. Par arrêté du 21 mars
2012, pris en application de l’article L. 212
-1 du code des juridictions financières modifié par la loi
du 13 décembre 2011, la Cour des comptes a par suite délégué, à compter du 2 avril 2012, à la
nouvelle chambre régionale des comptes d’Aquitaine, Poi
tou-
Charentes l’ensemble des procédures
en cours devant la chambre régionale des comptes de Poitou-Charentes.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
5/34
LA SYNTHESE DU RAPPORT
La Société de Revente d'Electricité et de Gaz, d'Investissement et d'Exploitation en énergie et de
Services (SOREG
IES) est une société anonyme d’économie mixte locale (SAEML), détenue à
83,3% par le syndicat intercommunal d’électricité et d’équipement du département de la Vienne
(SIEEDV), distributeur non nationalisé (DNN) en application de la loi de 1946 sur la nationalisation
de l’électricité et du gaz
.
SOREGIES est, à titre principal, le fournisseur historique d’électricité et le concessionnaire du
service public de la distribution et de la fourniture de gaz sur le périmètre du SIEEDV, qui ne
recouvre pas l’intégr
alité du département de la Vienne.
Après une tentative de rapprochement avec son homologue des DEUX-SEVRES qui a été bloquée
par
des divergences portant sur des choix stratégiques différents en matière d’approvisionnement,
SOREGIES, anticipant la loi NO
ME du 7/12/2010, a, dès fin 2007, élargi son champ d’activités en
acquérant un droit de tirage de 200 MégaWatts sur une centrale à cycle combiné gaz.
Cet investissement financé entièrement par un prêt structuré a conduit fin 2010 à un niveau de dettes
fi
nancières représentant près de cinq fois le montant des capitaux propres de l’entreprise.
La mise en service de la centrale en avril 2010, les montages financiers mis en place pour respecter
les conditions de la convention de prêt, notamment la signature
d’un contrat d’option sur les 33
premiers mois de production avec le propriétaire de la centrale et les contraintes financières
imposées par le prêteur ont permis en deux ans de réduire de 52 M€ l’endettement.
Dans ces conditions, les objectifs du
« business plan »
2011/2016 de revenir à un ratio
d’endettement de 1 et de s’orienter vers une diversification de sources d’approvisionnement semble
plausible.
SOREGIES bénéficie de facilités de trésorerie du SIEEDV, autorité concédante qui compte tenu de
son aisance financière, accepte des reversements tardifs de la
taxe locale d’équipement (
TLE) et
reverse les dividendes qu’il perçoit de SOREGIES sur un compte courant d’associé dont le montant
a toujours excédé la règle du plafonnement fixé à l’article L. 152
2-5 du code général des
collectivités territoriales et dont la vocation (répondre aux conséquences des aléas sur les réseaux)
est devenue inappropriée depuis la séparation des activités de distribution et de fourniture.
Selon SOREGIES, la coordination du
syndicat et des trois sociétés n’implique aucune immixtion
des organes dirigeants d’une société sur une autre, est indispensable au Syndicat qui a en charge le
contrôle de l’efficacité des outils industriels dont il s’est doté. C
ependant cette coordination ne
renvoie pas automatiquement à la volonté affirmée en droit communautaire comme en droit interne
d’une séparation réelle des activités du marché de l’électricité avec des activités ouvertes à la
concurrence (production et fourniture) et des activités régulées (transport et distribution).
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
6/34
LA RECAPITULATION DES RECOMMANDATIONS
Les juridictions financières examinent les suites réservées à leurs recommandations
et les évaluent en fonction du niveau de mise en œuvre.
Les cotations utilisées sont les suivantes :
- «
recommandations totalement mises en œuvre
» ;
- «
recommandations partiellement mise en œuvre" qui ont fait l'objet d'un commencement
d'exécution ou d'un engagement à les mettre en œuvre
» ;
- « recommandations à suivre" qui, pour diverses ra
isons, n’ont pas fait l’objet d'une mise en œuvre
totale ou partielle et qui sont maintenues par la chambre » ;
- « recommandations devenues sans objet ».
Ce suivi intervient soit immédiatement au vu des réponses apportées entre la notification du rapport
d’observations provisoires et celles du rapport d’observations définitives, soit lors du contrôle
suivant.
La présente fiche établit la liste des recommandations de la chambre régionale des comptes
d’Aquitaine, Poitou
-Charentes et des suites qui leur ont été réservées.
LES RELATIONS A CARACTERE FINANCIER AVEC LE SIEEDV :
REVERSEMENTS
DE LA TAXE LOCALE SUR L’ELECTRICITE (TLE)
1.
respecter les dispositions du CGCT pour les délais de reversement de la taxe sur
l’électricité et le règlement des pénalités de
retard
2.
respecter les dispositions du CGCT pour la facturation des frais de gestion
LES RELATIONS AVEC SRD
3.
revoir ses modalités de contractualisation avec SRD, dans le respect du droit
positif, et notamment du droit européen et interne de l’énergie, ai
nsi que de celui de la
commande publique.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
7/34
1.
PRESENTATION DE LA SOREGIES
La Société de Revente d
Electricité et de Gaz, d
Investissement et d
Exploitation en énergie et de
Services (SOREGIES) est une société anonyme d’économie mixte locale (SAEML), déte
nue à
83,3% par le syndicat intercommunal d’électricité et d’équipement du département de la Vienne
(SIEEDV), distributeur non nationalisé (DNN) en application de la loi de 1946 sur la nationalisation
de l’électricité et du gaz.
Elle appartient au « Groupe Syndicat des énergies de la Vienne » (SEV), vocable qui désigne le
SIEEDV et ses trois SEML ou filiales, mises en place pour séparer les activités de production
d’électricité à partir d’énergies renouvelables (SERGIES), de distribution (SRD) et de fourni
ture
(SOREGIES) dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité.
Source : site internet - structure en 2012
Afin de renforcer la gouvernance des structures dites opérationnelles du SIEEDV (SOREGIES,
SRD et SERGIES) deux structures transversales ont été créées par le syndicat en 2009 : le comité
stratégique des présidents et le comité exécutif.
*Le comité stratégique, présidé par le Président du SIEEDV, réunit chaque mois les
présidents des directoires de SOREGIES, SRD et de SERGIES, ainsi que le directeur du
syndicat qui fixe l’ordre du jour et anime la réunion,
pour définir les orientations
stratégiques
à retenir par ces structures et s’assurer de leur cohérence
.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
8/34
* Le comité exécutif rassemble chaque mois les directeurs généraux, ainsi que le
directeur du syndicat qui fixe l’ordre du jour et anime la réunion.
Le comité exécutif
assure la coordination des structures dites opérationnelles (le syndicat plus les trois
SEM) et met en oeuvre les décisions du comité stratégique.
Ce fonctionnement
s’apparente
à c
elui d’un groupe, bien que ce terme ne renvoie à aucune notion
juridique
. Cette impression est d’ailleurs renforcée
par le fait que le syndicat est présent, par son
président ou son directeur et parfois les deux, aux réunions du directoire et du conseil de
surveillance. Six représentants du syndicat siègent également au conseil de surveillance de
SOREGIES.
Il est également prévu que, sur proposition du président du SIEEDV, les conseils de surveillance se
réunissent au moins une fois par an pour une information réciproque des décisions stratégiques
importantes prises dans chacune des sociétés.
La présidence de ces conseils de surveillance est par ailleurs assurée par des représentants du
syndicat. Le président du syndicat préside le conseil de surveillance de SOREGIES.
Dans l
a présentation actuelle du syndicat et des SEM qui lui sont rattachées, telle qu’elle apparaît ci
-
dessus, l
e syndicat n’y est
plus
identifié, et seule l’appellation «
Groupe Energie Vienne » est
présente partout.
Le management groupé du syndicat et des trois sociétés ne correspond pas à la volonté affirmée en
droit communautaire comme en droit interne d’une séparation
réelle des activités du marché de
l’électricité avec des activités ouvertes à la concurr
ence (production et fourniture) et des activités
régulées (transport et distribution).
Selon SOREGIES, cette coordination, qui n’implique aucune immixtion des organes dirigeants
d’une société sur une autre, est indispensable au Syndicat qui a en charge le contrôle de l’efficacité
des outils industriels dont il s’est doté. Elle a également pour but de permettre aux dirigeants qui
rendent compte chaque trimestre devant le Comité du SIEEDV, de connaître les thèmes présentés par
chaque
structure, et d’en mesure
r les conséquences en découlant pour l'entreprise qu'ils dirigent.
La présentation actuelle du syndicat sous la seule appellation « Energies Vienne » et des SEM qui
lui sont rattachées sous celle de « Groupe Energie Vienne », répond certainement à un souhait de
meilleure visibilité de l’ensemble de la structure. Elle génère cependant une difficulté pour identifier
avec certitude l’activité, et ses limites, de chaque composant de cet ensemble.
La chambre note que cette coordination du syndicat et des trois sociétés ne renvoie pas
automatiquement à la volonté affirmée en droit communautaire comme en droit interne d’une
séparation réelle des activités du marché de l’électricité avec des activités ouvertes à la concurrence
(production et fourniture) et des activités régulées (transport et distribution).
1.1.
H
ISTORIQUE
SOREGIES, dont les statuts ont été signés le 7 novembre 2003,
s’est substituée à la régie
d
électricité de la Vienne (REDV) et à la régie d
équipement et de gaz de la Vienne (REGV) à
compter du 1
er
janvier 2004
.
Ses missions essentielles sont centrées sur la gestion des réseaux de
distribution d’électricité et de gaz, d’une part, et la fourniture d’énergie, d’autre part.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
9/34
Fin 2005, les 2 distributeurs non nationalisés (DNN) des départements de la Vienne et des Deux-
Sèvres, respectivement le SIEEDV (syndicat d
électricité de la Vienne) et le SIEDS (syndicat
d
électricité des Deux-Sèvres), ont entamé une réflexion destinée à terme à fusionner leurs
entreprises locales de distribution (ELD), la SOREGIES et la régie du SIEDS.
Un protocole d
accord, dit du 20 mars 2006, relatif au projet de fusion des activités de la Régie du
SIEDS
(devenue SOREGIES
Deux-Sèvres puis SEOLIS) et de celles de SOREGIES a été signé
entre le SIEDS, le SIEEDV
,
la régie du SIEDS et SOREGIES le 22 mai 2006. Il fixait les étapes
nécessaires à la création d’une société d’économie mixte locale (
SAEML)
commune. Il a fait l’objet
d’un avenant en date du 4 décembre 2006
fixant les étapes du rapprochement des deux ELD et
stipulait que chaque étape du rapprochement entre SOREGIES et la régie du SIEDS devait être
approuvée par une décision de chacune des assemblées délibérantes des parties.
Dans le cadre de cet avenant, le SIEDS et SOREGIES ont signé un pacte d’actionnaires le
11/09/2006 portant sur les règles de gouvernance de la société commune à créer, sur les obligations
attachées aux titres sociaux, sur les modalités de réalisation des apports des deux actionnaires (le
SIEDS et la SOREGIES) et sur les principes de leur partenariat opérationnel dans cette future
société.
Dans le même temps, pour sécuriser les approvisionnements à long terme de la future société, les
deux ELD (
SOREGIES et la régie du SIEDS) ont lancé un appel d’offres européen auprès de
producteurs en septembre 2006. Cet a
ppel d’offres, après des négociations engagées avec GDF
SUEZ et ENDESA, a été déclaré infructueux en avril 2007 mais les deux entreprises ont poursuivi
des négociations avec leurs interlocuteurs historiques à savoir Endesa pour SOREGIES et GDF
SUEZ pour SOREGIES Deux-Sèvres.
Le processus de rapprochement institutionnel a conduit à la création le 11 septembre 2006 de la
SAEML SOREGIES Deux-Sèvres. Cette nouvelle société qui a repris les activités de la régie du
SIEDS (distribution et fourniture d’électricit
é et de gaz) le 1
er
janvier 2007 est détenue par le SIEDS
(85%) et SOREGIES (15%) fin 2007. A cette date, la SOREGIES n’avait libéré que 25%
(2 702
850 €) des actions souscrites 1
081 140 actions pour un montant total de 10 811 40
0 €
; le
solde devant être libéré avant la fusion des deux ELD.
Parallèlement, le SIEEDV a créé le 5 juillet 2007 la SAEML Sorégies Réseaux de Distribution
(SRD), dotée d’un capital initial de 40.000
€, détenu à hauteur de 51% par le syndicat et de 49% par
la SOREGIES pour se met
tre en conformité avec l’article 23
-1 de la loi n°2006-1537 du 7 décembre
2006
1
, imposant la séparation juridique des activités de distribution et de fourniture pour les réseaux
de distribution d’électricité ou de gaz naturel desservant plus de 100
000 clients. Cette société a été
transformée en SAS détenue à 100% par SOREGIES au 1
er
janvier 2008.
Le projet de fusion entre les deux ELD a été perturbé par l’annonce du projet d’accord entre
ENDESA France et SOREGIES sans en avoir informé le partenaire des Deux-Sèvres lors du comité
syndical du SIEEDV du 31/01/08.
Le projet avec ENDESA consistait pour SOREGIES à acquérir pour une durée de 25 ans une puissance de
200 MW produits à St AVOLD par une centrale en cycle combiné gaz dont la mise en service était prévue
pour le début 2010.
1
I. - La gestion d'un réseau de distribution d'électricité ou de gaz naturel desservant plus de 100 000 clients sur le
territoire métropolitain continental est assurée par des personnes morales distinctes de celles qui exercent des activités
de production ou de fourniture d'électricité ou de gaz naturel.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
10/34
Cette puissance, représentant 2/3 des besoins de SOREGIES et 30% des besoins de la Vienne et des Deux-
Sèvres, visait, dans le cadre de la suppression à plus long terme des tarifs réglementés de vente (TRV), à
compenser la diminution de la marge commerciale du fournisseur en sécurisant une partie de ses
approvisionnements pour offrir des offres commerciales concurrentielles à l’ensemble de ses clients.
En contrepartie, ENDESA envisageait de prendre 10% du capital de SOREGIES pour un
montant de 22 M€,
sur la base d’une valorisation de l’entreprise de 220 M€, 20 fois supérieure au capital social (11,3 M€) et
de participer à la gouvernance de SOREGIES à raison de deux représentants au conseil de surveillance et
d’un représentant au directoire. L’accord devait être finalisé avant la fin juin 2008 pour un montant total de
153 M€ dont 25 M€ à régler dans les dix jours, le solde à la mise en service de l’usine début 2010.
Cette décision prise sans concertation et sans l’assentiment du SIEDS
a conduit le comité syndical
du SIEDS à rechercher d’autres modalités d’approvisionnement auprès de SUEZ puis à résilier le
pacte d’actionnaires par délibération du 29/09/2008. Ces choix stratégiques divergents ont engendré
par ailleurs le non renouvellem
ent du contrat de licence autorisant l’entreprise des
Deux-Sèvres à
utiliser la marque SOREGIES. Ainsi, la SOREGIES Deux-Sèvres est devenue SEOLIS, au 1
er
novembre 2008.
SEOLIS a décidé d’appeler le solde non libéré des actions souscrites par SOREGIES, s
oit
8 108 550
€, au plus tard le 9
novembre 2009. Cette souscription a été financée par un emprunt
soldé en novembre 2011.
Afin de trouver une solution hors celles dictées par des décisions de justice faisant suite à des
contentieux, les comités syndicaux du SIEDS et du SIEEDV ont décidé respectivement les 20 juin
2011 et 30 juin 2011 de conclure un protocole d
accord valant transaction entre le SIEEDV,
SOREGIES, le SIEDS et SEOLIS, protocole signé le 11 juillet 2011.
Aux termes de celui-ci, la cession de la participation de SOREGIES dans le capital de SEOLIS
devra avoir été réalisée au plus tard le 31 décembre 2011, avec jouissance au 1
er
janvier 2011.
Le montant de la cession s
’élève à 14,5 M€, soit le montant de la cession des 1
081 735 actions (les
actions de SOREGIES plus les actions détenues par les représentants de la Vienne), au prix de 10 €
de valeur nominale avec une prime d’émission de 3
682
650 €.
Le montant de cette transaction, réalisée le 25/11/2011 aux termes de la convention de crédit du
10/10/2008, a autorisé le remboursement de l’emprunt de 8
M€ souscrit pour régler les actions non
libérées et 6
M€ ont été affectés au compte gage
e
spèces ouvert auprès de l’agent d
es sûretés en
application de la convention de prêt du 10/10/2008 (cf. endettement).
1.2.
O
BJET SOCIAL
La SOREGIES a pour objet :
la gestion technique et commerciale de l
acheminement et de la fourniture d
électricité et
de gaz ;
l
équipement et l
exploitation de tout moyen de production ;
les prestations de construction et d
entretien des réseaux et installations d
éclairage public ;
la gestion et l
exploitation de bases de données informatiques d
intérêt public ;
la conception, la gestion et l
exploitation de réseaux d
information et de communication
câblés ou hertziens ;
et d
une façon plus générale, elle pourra accomplir toute opération financière,
commerciale, industrielle, mobilière et immobilière pouvant se rattacher, directement ou
indirectement, à l
objet social ou susceptible d
en faciliter la réalisation.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
11/34
1.2.1.
Exercice de son activité
Sur le périmètre du SIEEDV, qui ne recouvre pas l’intégralité du département de la Vienne,
SOREGIES est le concessionnaire chargée de la fourniture d’électricité
. Elle est également le
concessionnaire du service public de la distribution et de la fourniture de gaz (naturel et propane).
L
’activité gaz
ne concernant que 6 640 clients, elle est en deçà du seuil de 100 000 clients qui
impose
l’obligation de séparer les activités
de distribution et de fourniture.
Elle est aussi délégataire de service public pour la gestion de réseaux de gaz (naturel et propane) en
Indre et Loire (13 communes), en Vendée (20 communes) et en Maine et Loire. Ces clients
représentent 12% du nombre total de clients gaz (880 /7.520).
A titre accessoire, la SOREGIES intervient également
en matière d’éclairage public
, de
télédistribution et de système d’information géographique.
Anticipant l’intervention de la loi NOME du 7/12/2010 qui encourage à horiz
on 2020-2025 les
fournisseurs d’énergie à acquérir des moyens de production pour sécuriser leurs approvisionnements
à moyen terme et faire face à la suppression des tarifs de cession, SOREGIES a conclu le 18
décembre 2007 avec la
société nationale d’énergi
e et de thermique (SNET) un contrat prévoyant la
mise à sa disposition de 200 MégaWatts (MW)
d’électricité produits
par une centrale cycle combiné
gaz, d’une puissance totale de 800 MW, en cours de construction à St
-Avold avec une mise en
service prévue début 2010.
Ce droit de tirage ou droit d’utilisation
visait à la mettre
à l’abri de tout risque industriel puisqu’en
cas de défaillance du site, le cocontractant doit mettre à sa disposition la puissance souscrite quitte à
recourir à ses autres sites de production.
Ce droit de tirage assurera à terme la couverture de 2/3 des besoins de SOREGIES. Le coût de
l’investissement (153 M€), qui représente le droit d’utilisation conféré pour la puissance souscrite
pendant les 25 ans de la durée prévisible de fonction
nement de la centrale, s’analyse en des primes à
l’investissement. Il est important au regard de la valorisation de SOREGIES à hauteur de 220 M€.
Le contrat de droit de tirage prévoit la réalisation du paiement en deux tranches, une première
tranche de 25
M€ en janvier 2008 et le solde versé (128 M€) à la mise en service de la centrale,
début 2010.
Aux termes de deux avenants des 14 mai et 25 juin 2008, la date d’exigibilité du premier versement
a été reportée au plus tard au 15 octobre 2008 pour tenir compte de la complexité de la convention
de crédit souscrite pour assurer le financement de l’intégralité de l’opération.
Le financement de l’opération est assuré dans son intégralité par un crédit st
ructuré assorti de
nombreuses sû
retés en application d’une
convention de crédit du 10 octobre 2008, comportant une
tranche A d’un montant maximum
de
25 M€ et une tranche B d’un montant maximum de
128,34
M€, calées sur le rythme de versement des primes à l’investissement.
La convention de crédit prévoit que l’intégralité de la tranche A devra être remboursée pour le
déblocage de la seconde tranche, à la date de la mise en service de la centrale.
Initialement, le remboursement de la tranche A reposait sur la possibilité pour le producteur d’entrer
au capital de SOREGIES à hauteur de 10% pour un montant de 22 M€ sur la base d’une valorisation
de SOREGIES
à hauteur de 220 M€.
Pour assurer le remboursement de la tranche A, la SNET a proposé à SOREGIES de monter un
contrat d’achat de gaz sous
-jacent au contrat de tirage.
Dans le même temps, la SNET a proposé un nouvel avenant au contrat de tirage modifiant la
formule de fixation du prix du gaz qui impactait le rendement du cycle et le prix proportionnel de
l’électricité facturée in fine à SOREGIES, à hauteur de 11%.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
12/34
Parallèlement la SNET ayant présenté à la SOREGIES
l’intérêt de faire
coter des options de vente
de blocs d’électricité auprès de traders spécialisés dans le marché de l’énergie,
pour renforcer la
rentabilité du droit de tirage, un troisième avenant au contrat de tirage a été conclu le 27 novembre
2009 pour définir une nouvelle formule de fixation du prix du gaz.
Le même jour SOREGIES a
souscrit auprès de la SNET une option de vente de blocs d’électricité
sur les 33 premiers mois de production, soit du 1
er
avril 2010 au 31 décembre 2012 moyennant le
versement d’une prime d’option d’un montant de 56 M€.
Cette vente d’option sur l’électricité à produire est payable à hauteur de 22
M€ par un
« up front »
(paiement d’avance), versé le 1
er
avril
2010 puis par échéances mensuelles pour le solde d’avril
2010 à 2012.
Ces montages financiers, réalisés av
ec l’accord du pool bancaire, ont assuré le remboursement de la
tranche A du droit tirage grâce à la prime d’option de 22 M€ complétée de 3 M€ d’autofinancement.
Par avenant du 19/3/2010, la date de livraison du contrat de tirage a été fixée au 1
er
avril 2010.
La convention de prêt autorise SOREGIES à conclure des contrats de vente d’électricité miroirs au
contrat de tirage SNET avec des ELD dans la limite de 30 mégawatts (MW) moyennant un prix
minimum de 820
000 € le MW. Elle prévoit l’affectation de 50%
des primes à l’investissement ainsi
perçues en remboursement anticipé obligatoire.
Sorégies a conclu des contrats de droit de tirage avec 4 ELD (SICA Pithiviers (20 MW), Gaz de
Barr (4 MW), ENE’O (1
MW) et ESL (1 MW), portant sur 26 MW pour un montant total de
21,32
M€ le 31/12/2011.
Cette opération, outre qu’elle
a contribué
à alimenter le compte gagé ouvert auprès de l’agent de
sûretés, a ouvert
la voie de la diversification des sources d’approvisionnement, retenue dans le cadre
des orientations stratégiques 2010/2015. A ce stade, SOREGIES, fournisseur historique
d’électricité, achète ses approvisionnements au tarif de cession, inférieur au tarif de marché et vend
la fourniture aux tarifs réglementés de vente (TRV). Elle ne peut cependant, dans ce contexte,
utiliser la production issue de ce droit de tirage pour approvisionner sa clientèle.
1.2.2.
Actionnariat
Le capital initial de SOREGIES a été fixé à 37.000
€, divisé en 370 actions de 100 euros
intégralement libérées, composées de 314 actions de catégorie A dont la détention et la propriété
sont réservées aux collectivités territoriales et à leurs groupements et 56 actions de catégorie B dont
la détention et la propriété sont réservées à toutes personnes physiques ou morales de droit privé.
Le capital social est réparti entre le SIEEDV, pour 84,86% des actions, 13,52% à la SERGIES,
1,62% à six personnes physiques.
Celles-ci
ont toutes signé un prêt de consommation d’action
2
le 7 novembre 2003 avec la SERGIES,
chargée de la production d’électricité à partir d’énergies re
nouvelable. Le transfert de propriété a été
constaté par l’inscription en compte d’actionna
ire ouvert au nom de chaque personne physique sans
mouvement de fonds.
Ces prêts d’actions gratuites ont eu pour effet d’accroître le nombre
d’actionnaires et d’atteindre le minimum légal de sept associés exigé par l’article L. 225
-1 du code
de commerce.
2
Le prêt de
consommation a pour effet de transférer à l’emprunteur la propriété des choses prêtées en application de
l’article 1893 du code civil.
Le prêt de consommation d’actions transfert à l’emprunteur la propriété de l’action prêtée. Il
a le droit d’en disposer à titre onéreux ou gratuit pendant toute la durée du prêt. Ce prêt n’est assorti d’aucun intérêt ni
d’obligation de reversement quelconque hormis la restitution en nature.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
13/34
Le capital social a été porté à 11.300.000 €
, soit 96 050 actions pour le SIEEDV, 16 944 pour
SERGIES et six actions pour les personnes physiques,
par l’assemblée générale extraordinaire du
16 avril 2004. Cette augmentation de capital a été réalisée à hauteur de 9 573
600 € par
l’apport en
nature du SIEEDV au titre des différents actifs affectés à l’exploitation du service public concédé à
SOREGIES par le SIEEDV.
L’assemblée générale extraordinaire du 27 juin 2008 a décidé le principe d’une augmentation
à
terme du capital social de 196
200 €, réservée à l’entrée d’
un nouvel actionnaire : le syndicat
intercommunal d
énergies du Maine-et-Loire (SIEML) par création de 1 962 actions nouvelles de
catégorie A au prix unitaire de 100 € avec une prime d’émission d
e 3 103
800 €, soit un coût global
de 3,3 M€, portant le capital social à 11
496
200 €.
Le SIEEDV détenant 85% du capital social, l’entrée au capital d’un autre syndicat intercommunal
aurait eu pour effet de dépasser le plafond de 85% du capital, détenu par les collectivités territoriales
ou leurs groupements, en application de l’arti
cle L. 1522-2 du code général des collectivités
territoriales.
Aussi une convention de prêt de consommation d’actions a
-t-elle été signée le 19 mars 2009 entre le
SIEEDV (préteur) et SERGIES (emprunteur) pour diminuer la participation détenue par le SIEEDV
et augmenter celle de sa filiale. Aux termes de cette convention, le SIEEDV a transféré 295 actions
à SERGIES pour une durée de 15 ans, commençant à courir au 1
er
janvier 2010. Le transfert de
propriété a été constaté par l’inscription en compte d’actionnaire ouvert au nom de SERGIES à la
date de la signature de la convention.
La convention prévoit que le prêt est productif d’intérêts au bénéfice du préteur. Les intérêts d
us par
l’emprunteur s’élèvent annuellement à 1% de la valeur vénale des actions prêtées
sur la base de
1
681,96 € l’unité à compter de la date effective du prêt (incluse) jusqu’à la date de restitution des
actions prêtées (exclue). Ils sont payables en une échéance annuelle à la date anniversaire de la
convention.
A l’issue de ce prêt de consommation d’actions entre le SIEEDV et la SERGIES et de
l’entrée du SIEML au capital de SOREGIES, le capital social
de SOREGIES est réparti à 85% entre
des collectivités territoriales ou leurs groupements (SIEEDV et SIEML) comme le montre le tableau
suivant :
Tableau 1.
Répartition actuelle du capital social
Nombre actions
Catégories
% capital
SIEEDV
95 755
A
83,293%
SERGIES
17 239
B
14,995%
SIEML
1 962
A
1,707%
Personnes physiques
6
B
0,005%
TOTAL
114 962
100,00%
Source : SOREGIES
1.2.3.
Gouvernance
SOREGIES est une société anonyme à directoire et à conseil de surveillance.
Le directoire
, composé au maximum de cinq membres, assure la gestion de la société dans les
limites de son objet social et des pouvoirs expressément attribués par la loi. Il se réunit tous les
mois, présente un rapport trimestriel au conseil de surveillance et propose le rapport annuel présenté
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
14/34
lors des assemblées générales ordinaires par le conseil de surveillance. Il convoque les assemblées
générales et arrête les comptes annuels.
Le directeur général
, nommé au sein du directoire par le conseil de surveillance, est chargé de la
direction opérationnelle de la société
. Il assume tous les pouvoirs de l’employeur, notamment en
matière de recrutement, de licenciement, de pouvoir disciplinaire, préside les institutions
représentatives du personnel et
dispose des pouvoirs de représentation de la société avec les tiers.
Le conseil de surveillance
exerce le contrôle permanent de la gestion de la société. Il vérifie les
comptes annuels, établit le
rapport annuel à l’assemblée générale ordinaire, contenant ses
observations sur le rapport du directoire.
Les membres du conseil de surveillance sont nommés par l’assemblée générale ordinaire.
Les actionnaires détenteurs d’actions de catégorie A, réser
vées aux collectivités territoriales ou à
leurs groupements, disposent de 5 à 7
sièges et les autres actionnaires détenteurs d’actions de
catégorie B de 1 à 3 sièges. Ils doivent être âgés de moins de 75 ans, toutefois les membres du
conseil de surveillanc
e, titulaires d’actions de catégorie A, atteignant cette limite d’âge
postérieurement à leur nomination ne peuvent être démissionnaires d’office. Cette disposition
s’appliquera au président du conseil de surveillance,
président du SIEEDV.
Le conseil de surveillance est composé de 8 membres dont 6 représentent le SIEEDV, un le SIEML
au titre du premier groupe et un la SERGIES, filiale du SIEEDV, au titre du second groupe.
L
’actuel
président du conseil de surveillance de SOREGIES est président du conseil de surveillance
de SRD et président du SIEEDV, actionnaire majoritaire de SOREGIES.
Le conseil de surveillance de SOREGIES se réunit tous les trimestres.
Le Président et le Vice-président du conseil de surveillance sont appelées à présider les assemblées
des actionnaires.
2.
LES PRISES DE PARTICIPATION
La société possède des participations au travers de plusieurs sociétés dans les différents secteurs du
marché de l’électricité
: production, distribution, commercialisation.
2.1.
S
ECTEUR DE LA PRODUCTION
La société possède des participations dans
les différents secteurs du marché de l’électricité
:
production, distribution, commercialisation.
Elle est représentée dans le domaine de la production au travers de trois sociétés :
Elle détient 35% de la SAS HYDROCOP CONCESSIONS au capital de 100
000 €, créée
en 2011 avec d’autres ELD pour répondre aux appels d’offres relatif au renouvellement des
concessions hydrauliques notamment les barrages de la vallée d’Ossau dans les Pyrénées et assurer
la gestion des concessions de centrales hydroélectriques.
Son capital social est réparti entre SOREGIES 35%, la
Société coopérative d
Intérêt Collectif
Agricole de la Région de
Pithiviers
(
SICAP) 25%, la SAEML Energies Services Lannemezan 10%,
la SAEML Energies services Occitans 10%, la SAS Terralis power 15% et la
société d
intérêt
collectif agricole d
électricité (
SICAE) du Carmausin 5%.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
15/34
Elle détient 12,5% de la SAS HYDROCOP au capital de 2 400
000 €, créée le 16
février
2011 dont l’objet social est l’acquisition, la construction et l’exploitation de centrales
hydroélectriques en autorisation (inférieur à 4,5 MW). Son capital social est réparti de façon
uniforme, à 12,5% entre la SAEML Caléo, la SAEML Energies Services Occitans, la SA Enerest
Gaz de Strasbourg, la SAEML Energies Services Lannemezan, la SARL Gaz de Barr, la SICAP de
Pithiviers, SOREGIES et la SAEML Vialis.
Elle détient enfin 60
000 € du capital de la société coopérative d’intérêts collectifs (SCIC)
à capital variable ENERCOOP, ayant pour objet l’achat et la vente d’énergie verte. Cette société
active sur le marché libre s’adresse à des particuliers prêts à payer 30 à 40% plus cher leur
électricité d
ont l’origine «
ENR » est certifiée et identifiée.
Ces participations à des sociétés de production répondent, selon la SOREGIES, à sa volonté
d'adopter une stratégie active en vue d'accéder à la production pour sécuriser la fourniture
d'électricité due à ses clients, dont la majorité est desservie eu titre du service public de la fourniture
aux tarifs réglementés.
2.2.
S
ECTEUR DE LA DISTRIBUTION
(SAEML
SRD)
Détenue auparavant à 100% par SOREGIES,
la SRD ne l’est plus, d
epuis avril 2011, date de sa
transformation en SAEML, qu
’à
34% (3 800
000 €). Le solde du capital social est détenu par le
SIEEDV (66%).
Cette évolution statutaire
s’est
inscrite dans un double objectif.
-
Répondre aux exigences de la commission de régulation de l’énergie qui
encourageait la SRD
à renforcer son indépendance vis-à-vis d
’elle.
- Contribuer
à hauteur de 16,5 M€ au remboursement anticipé obligatoire de la seconde tranche
du prêt structuré en application de la convention de prêt souscrite pour détenir un droit de tirage
sur la production de la centrale de St Avold.
Cette cession s’est accompagnée de la signature de 6 conventions de prêts de consommations
d’actions entre SOREGIES et six personnes physiques pour que SRD atteigne le nombre minimal
de 7 actionnaires exigé par la loi sur les SA.
Les actions de SOREGIES dans SRD étant nanties au profit de la Caisse régionale du crédit
agricole, la banque a donné mainlevée partielle du contrat de nantissement pour permettre à
SOREGIES de céder 250
794 actions au syndicat mais a exigé en contrepartie qu’une parti
e des
actions acquises par le syndicat (57 000) soient nanties à son profit.
La banque a également exigé, par avenant à la convention de crédit, que SOREGIES affecte 50% du
prix de cession, soit 16,5 M€ au remboursement anticipé partiel du crédit.
2.3.
S
ECTEUR DE LA COMMERCIALISATION
SOREGIES est actionnaire majoritaire de deux SAS.
Elle détient 80,97% de la SAS
ALTERNA, dotée d’un capital social de 370
000 €. Cette
SAS est chargée de commercialiser la fourniture d’électricité et de gaz naturel sur tout le
territoire national aux clients qui ont décidé de changer de fournisseur pour aller sur le
marché libéralisé ou clients « élus ».
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
16/34
Le capital social de cette SAS, créée en 2005 en partenariat avec GEG (Gaz et Electricité de
GRENOBLE) SOURCES D’ENERGIES avec
un capital initial de 1
M€, partagé à parts égales
entre les deux fondateurs est réparti actuellement entre la Sorégies, la régie d’Allemont (Isère), la
régie d’Allevard (Isère), la régie municipale d’électricité de Bazas (Gironde), Energie
Développement Service du Briançonnais (Hautes-Alpes), la SICAE du Carmausin (Tarn), la régie
municipale Gaz-Electricité de Carmaux (Tarn), la régie municipale de Cazouls-les-Béziers
(Hérault), la régie de la Ferrière (Isère), Energies Services Lannemezan (Hautes-Pyrénées), la régie
de Martres-Tolosane (Garonne), la régie de Pinsot (Isère), la SICAE de la Région de Pithiviers
(Loiret), la régie syndicale d’Electricité du Sud de la Réole (Gironde), la régie d’Energies de Saint
-
Marcellin (Isère), la régie de Saint-
Pierre d’Allevard (Isère), la régi
e de Séchilienne (Isère), la
régie de Villard-Bonnot (Isère), la régie de Cazeres (Garonne), la régie électrique de la Cabanasse
(Pyrénées Orientales), la régie municipale multiservices de La Réole (Gironde), la régie de
Miramont Les Omminges (Garonne) et la régie Municipale d
Electricité de LOOS (Nord), soit 23
actionnaires répartis sur une grande partie du territoire français.
En octobre 2009, SOREGIES est devenue
l’actionnaire majoritaire de cette société dont le
capital social a été réduit à 170
000 € en janvier 2009.
En octobre 2010, Alterna, recapitalisée à hauteur de 1
M€ pour absorber les pertes
constaté
es, est dotée d’un capital de 370
000 €.
SOREGIES a été, de juin 2008 au 31 décembre 2010, actionnaire unique de la SAS
PICTAVIE ENERGIE SERVICES (PES), société holding, d
otée d’un capital de 300
000 €
et actionnaire unique du groupe BOUTINEAU, comprenant la SAS BOUTINEAU, dotée
d’un capital de 292
842 €, associée unique de la SARL BOUTINEAU ASSISTANCE au
capital de 411 500
€.
Ces sociétés ont pour objet de proposer et réaliser au profit de particuliers ou de professionnels des
solutions écologiques pour mieux maitriser leurs consommations d’énergie en matière de froid,
conditionnement d’air, chauffage, climatisation, traitement d’eau ou photovoltaïque. La SAS
intervient pour les installations et la SARL assure le service après-vente (entretien, maintenance,
dépannage).
Les pertes de l’exercice 2010 du groupe BOUTINEAU ne permettant plus d’assurer le
remboursement de l’empr
unt contracté par PES pour acquérir les titres, SOREGIES a
décidé d’absorber PES
via une transmission universelle du patrimoine (TUP). Cette
absorption s’est notamment traduit
e par la reprise par SOREGIES de la dette résiduelle
d’emprunt (2,5 M€ décomposés en 1,9 M€ de capital et 0.6 M€ d’intérêts).
La SOREGIES
a ainsi repris le passif de cette société.
SOREGIES détient également 2
M€ de la SAEML VIALIS au capital de 20
000 00
0 €
.
Cette société
a pour objet l’exploitation de tout moyen de production électrique. Cette société a été créée
afin de poursuivre l’activité de la Régie Municipale de Colmar, le capital social est réparti entre la ville de
Colmar 55%, Electricité de Strasbourg 12,5%, Réseau GDS 12,5%, SOREGIES 10%, Elyo 5%, Gaz de Barr
2,5%, BECM (Crédit Mutuel) 1,75%, Colmarienne du Logement 0,5% et Banque Populaire d’Alsace 0,25%.
SOREGIES est aussi représentée à hauteur de 8,68% dans le capital de la SAEML ENERGIES
SERVICES OCCITANS au capital de 6 475
000 €, soit 562
310 €.
Cette SAEML a été créée par
transformation de la Régie Municipale gaz électricité de Carmaux (département du Tarn) avec une
activité d’environ 7 000 clients électricité et 10
000 clients gaz auxquels s’ajoutent 600 clients
pour
le réseau de chaleur. Son capital social est réparti entre les villes de Carmaux 84,986%, de Blaye les
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
17/34
Mines 0,003%, de Saint Benoît 0,003%, SOREGIES 8,68%, SAEML Gaz de Bordeaux 3,61%, SA
SERC 1,96%, CRCA 0,004% et la Banque Populaire Occitane 0,75%.
Par ailleurs, lors de sa séance du 14 octobre 2011, le conseil de surveillance a pris une résolution
concernant la prise de participation dans une société d’économie mixte à hauteur de
15%. Cette
société serait portée par le syndicat d’intercommunal d’énergies de l’Indre et Loire (SIEIL) et aurait
pour objet les énergies renouvelables
SOREGIES, composée à plus de 83% de fonds strictement publics, participe au capital d’un grand
nombre de sociétés. Pour des non-
initiés la connaissance de l’ensemble de se
s engagements et de ce
qu’ils recouvrent est mal aisée.
Pour SOREGIES, cette stratégie lui permet d’optimiser au
maximum son activité, et de former un ensemble cohérent dans les secteurs de la production, de la
commercialisation et des services « aval compteur », et de mutualiser les moyens avec ses
partenaires.
Certains membres du directoire sont au comité exécutif de ces sociétés. Pour SOREGIES cette
présence permet de maîtriser la gestion de ces filiales au service des axes stratégiques de
SOREGIES et du syndicat.
La chambre
observe également que SOREGIES est venue au soutien de certaines d’entre elles, dont
l’activité a été un temps déficitaire.
Elle prend acte que leur situation financière s’est redressée
et
que leurs résultats sont redevenus positifs.
3.
LES RELATIONS AVEC LE SIEEDV
SOREGIES présente la particularité d’être à la fois le concessionnaire du SIEEDV (distributeur non
nationalisé) pour la fourniture d’électricité et la distribution et la fourniture de gaz et une filiale du
SIEEDV qui détient plus de 83% du capital social de cette SAEML.
3.1.
L
E CONTRAT DE CONCESSION
Un contrat de concession a été signé le 10 mars 2004, entre le SIEEDV (autorité organisatrice de la
distribution publique d
électricité) et SOREGIES, pour la gestion des services publics de
distribution de l
énergie électrique et du gaz pour une durée de 30 ans. Celui-ci faisait suite au
premier contrat qui avait lié le syndicat à l’ancienne régie d’électricité de 1925 à 2004.
Pour se mettre en conformité avec l’article 23
-1 de la loi n°2006-1537 du 7 décembre 2006 qui
imposait
, pour les réseaux de distribution d’électricité ou de gaz naturel desservant plus de 100
000
clients, la séparation juridique des activités de gestion du réseau de distribution et des activités de
fourniture, le syndicat a créé le 5 juillet 2007 la SAEML Sorégies Réseaux de Distribution (SRD),
dotée d’un capital initial de 40.000
€, détenu à hauteur de 51% par le
syndicat et de 49% par
SOREGIES. Cette nouvelle SEML est chargée d’exploiter, de maintenir et dév
elopper le réseau de
distribution,
et d’assurer les conditions d’accès au réseau.
Cette séparation juridique des activités de gestion du réseau de distribution et des activités de
fourniture a entraîné le transfert des droits et obligations relatifs à l’
activité de gestionnaire des
réseaux de distribution d’électricité déten
us par SOREGIES en sa qualité de concessionnaire à
Sorégies Réseaux de Distribution.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
18/34
Elle a justifié un
transfert d’actifs à hauteur de 278,21 M€ et de passifs à hauteur de 274, 45 M€,
correspondant aux valeurs nettes comptables constatées dans le bilan de SOREGIES au 31
décembre 2007.
Une convention tripartite (SIEEDV, SOREGIES, SRD) a été signée le 30 septembre 2008 qui
comporte une convention de concession cadre énonçant les règles communes applicables aux trois
services publics chargés respectivement de la distribution d’électricité, de la fourniture
d’électricité,
et de la distribution et la fourniture du gaz et trois cahiers des charges spécifiques pour chacune des
activités qui définissent les droits et obligations des parties :
un cahier des charges pour le service public du développement et d’exploitation du réseau de
distribution d
électricité, confié à SRD ;
un cahier des charges pour le service public de fourniture d
énergie électrique aux clients
n
exerçant pas les droits d
éligibilité (relevant des tarifs réglementés), relevant de SOREGIES ;
un cahier des charges pour le service public de la distribution publique de gaz combustible
incombant à SOREGIES.
Ces dispositions conventionnelles reprennent globalement le modèle de cahier des charges de
convention unique de concession pour le service public du développement et de l’exploi
tation du
réseau
de distribution d’électricité et de la fourniture d’énergie électrique aux tarifs réglementés,
établi par la fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et EDF en juillet
2007 pour prendre en compte l’évolution du cadre législa
tif du marché.
Une annexe spécifique au cahier des charges relatif à la fourniture d’électricité traite de la
compétence éclairage public qui porte sur la maîtrise d’ouvrage des travaux neufs et de
renouvellement ainsi que sur la gestion et l’entretien
des ins
tallations d’éclairage public des
communes qui ont adhéré à cette compétence.
La durée de la convention de concession n’est pas modifiée avec une échéance maintenue au 10
mars 2034 (article 13-2).
3.2.
L
ES REDEVANCES DE CONCESSION
Le modèle de cahier des charges de concession pour le service public du développement et de
l’exploitation du réseau de distribution d’électricité et de la fourniture d’énergie électrique aux tarifs
réglementés de la FNCCR présente les redevances des concessionnaires comme la contrepartie des
dépenses supportées par l’autorité concédante au bénéfice du service public.
SOREGIES est concernée uniquement par la redevance dite de « fonctionnement » pour la
fourniture d’électricité (article I.3 du cahier des charges pour le ser
vice public de fourniture
d
énergie électrique aux clients n
exerçant pas les droits d
éligibilité), la redevance de mise à
disposition du réseau incombant au gestionnaire du réseau SRD.
La redevance de « fonctionnement » pour la fourni
ture d’électricité
à tarifs réglementés vise à
financer les dépenses annuelles de structures supportées par l
autorité concédante pour
l
accomplissement de sa mission : contrôle de la bonne exécution du contrat de concession, conseils
donnés aux usagers pour l
utilisation rationnelle de l
électricité et pour la bonne application des
tarifs, etc….
Au titre de la concession de distribution publique de gaz combustible
,
SOREGIES verse également
une redevance de concession qui comporte une partie fonctionnement et une autre relative à
l’
investissement.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
19/34
La SOREGIES a versé au syndicat, au titre de cette redevance 227
121 € en 2009 (181
275 € pour
l’électricité, 45
846 € pour le gaz) et 234
673 € en 2010 (185
796 € pour l’électricité et 48
877 €
pour le gaz). Cependant, la nouvelle convention de concession ayant pris effet à compter de sa
notification à chaque concessionnaire, après transmission au contrôle de légalité, soit le 30
septembre 2008, cette redevance aurait dû être versée pour le dernier trimestre 2008, ce qui n’a pas
été le cas.
Cet avantage financier peut être évalué à environ 45.000 € au titre de la redevance de
« fonctionnement » électricité et à environ 11
000 € pour celle du gaz. Cet avantage procuré à la
SOREGIES s’explique probablement par l’aisance financière de l’autorité
concédante, mais cette
donnée n’avait pas à être prise en compte dans les relations entre le concédant et le concessionnaire.
D’autre part il conviendrait que SOREGIES rectifie l’imputation du versement de cette redevance,
enregistrée sur le compte 6551 « quote-part de bénéfice transféré » alors que le plan comptable
général propose le compte 6511 « redevances pour concessions, brevets, licences, marques,
procédés, logiciels ».
3.3.
L
ES
OBLIGATIONS
DU
CONCESSIONNAIRE
POUR
L
INFORMATION
DE
L
AUTORITE
CONCEDANTE
L’information
à délivrer par la SOREGIES au SIEED
V est définie par l’article L. 2224
-31 du code
général des collectivités territoriales (CGCT) selon lequel « chaque organisme de distribution
d’électricité et de gaz tient à la disposition de chacune des a
utorités concédantes précitées dont il
dépend les informations d’ordre économique, commercial, industriel et financier ou technique utiles
à l’exercice des compétences…
» et la convention de concession tripartite du 30 septembre 2008
qui, en son article 9, prévoit que les concessionnaires fournissent, au plus tard le 30 juin, un rapport
annuel relatif à l
année précédente dont le contenu est précisé dans chaque cahier des charges.
Les rapports d’activité annuels de la SOREGIES contiennent les éléments qui
doivent y figurer.
Il est cependant regrettable que les informations sur la fourniture d’électricité se limit
aient à
des quantités livrées par type d’abonnement et à une grille tarifaire sans mention des masses
financières globales de ces différents abonnements, lesquels auraient été par ailleurs de nature
à faciliter le contrôle de la taxe locale d’électricité.
Il est d’ailleurs tout aussi regrettable que les informations sur la fourniture de gaz se limit
aient
à des quantités livrées par type d’abonnement
et à une grille tarifaire sans mention des masses
financières globales.
SOREGIES a pris acte de cette piste d'amélioration formulée par la chambre, et s'est engagée à
donner les masses financières globales afférentes, tant à la fourniture d'électricité qu'à la fourniture
de gaz, dans son prochain rapport.
3.4.
L
E CONTROLE DU CONCESSIONNAIRE PAR LE CONCEDANT
La convention de concession tripartite du 30 septembre 2008, dans son article 10 indique que « les
agents de contrôle désignés par l
autorité organisatrice peuvent, à tout moment, procéder à toutes
vérifications utiles, pour l
exercice de leur fonction, et en particulier effectuer les essais et mesures
prévus dans les cahiers des charges, et prendre connaissance sur place, ou copie, de tous documents
techniques ou comptables, dans le respect des obligations de confidentialité visées à l
article L.
2224-31 du code général des collectivités territoriales (CGCT). Ils ne peuvent en aucun cas
intervenir dans la gestion du service public par les sociétés concessionnaires. »
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
20/34
Le directeur du SIEEDV, a désigné un agent de contrôle de la distribution publique d
électricité et
de gaz par arrêté du SIEEDV (autorité organisatrice) du 22 juin 2009, qui a prêté serment le 1
er
juillet 2009.
Le dernier rapport de contrôle de la concession, transmis au cours de l
instruction, porte sur
l’exercice 2007, date à
laquelle SOREGIES exerçait à la fois les activités de distribution et de
fourniture en matière d’électricité. Ce contrôle a disparu avec la mise en place au sein du
"groupe"
du Syndicat des énergies de la Vienne regroupant le SIEEDV, la SERGIES, la SRD et SOREGIES,
de deux structures transversales associant le syndicat et ses opérateurs : le comité stratégique et le
comité exécutif. Ces structures, chargées respectivement de la définition et de la cohérence des
orientations stratégiques du groupe et de leur mise en œuvre
, favorisent en effet la diffusion des
informations au sein de toute la filière électrique.
De même, l’intervention régulière des directeurs généraux des
opérateurs lors des réunions du
comité syndical du SIEEDV sur les problématiques de l
eur secteur d’activité (impayés pour
SOREGIES…) et la présence du syndicat aux réunions des directoires et des conseils de
surveillance des opérateurs concourent probablement à la bonne information du concédant.
L
’information diffusée par ces structures, qui participent d’ailleurs à une confusion certaine dans le
rôle de chacun de leurs membres, ne peut remplacer l’apport d’une véritable mission de contrôle, et
ne saurait donc lui être substituée.
C’est pourquoi l
e syndicat a informé la chambre que, pour donner plus de neutralité à ce contrôle et pour
participer à la consolidation des observations effectuées au niveau national par la Fédération Nationale des
Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR), il s'appuiera désormais sur la cellule d'expertise de la
FNCCR qui propose chaque année des thèmes prioritaires d'investigations et qu’il fera appel dès 2013 à un
prestataire externe pour procéder à ce contrôle.
4.
LES RELATIONS A CARACTERE FINANCIER AVEC LE SIEEDV
La SOREGIES entretient normalement des relations financières avec le SIEEDV à plusieurs titres,
notamment par le reversement de dividendes et la gest
ion du compte courant d’associé
et le
reversement de la taxe locale sur l
’électricité au
syndicat.
4.1.
R
EVERSEMENT DE DIVIDENDES ET GESTION DU COMPTE COURANT D
ASSOCIES
Sur la période 2005-2010, le montant moyen annuel des dividendes que SOREGIES a versé au
SIEEDV s’est élevé à 397
657 €. Les dividendes versés sont retrac
és dans le tableau qui suit :
Tableau 2.
Dividendes versés au SIEEDV
En €
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Dividendes versés au SIEEDV 360 188
340 978
427 423
681 955
288 150
287 250
Source : SOREGIES
Ces dividendes sont systématiquement reversés par le SIEEDV à SOREGIES via un compte courant
d
’associé
s. Ce compte permet au syndicat de détenir sur SOREGIES une créance remboursable et
rémunérée qui constitue pour la société un mode de financement assimilable à des quasi fonds
propres.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
21/34
Les apports en compte courant d
’associés ont fait l’objet de plusieurs conventions signées entre le
SIEEDV et SOREGIES dans le respect de l’article L.
1522-5 du code général des collectivités
territoriales (CGCT). Ces conventions précisent
, conformément à l’article précité,
la nature
, l’objet,
la durée de l
apport et ses modalités de remboursement.
*Une première convention du 20 juillet 2005 entre SOREGIES et le syndicat prévoyait que celui-ci
versait
les dividendes de SOREGIES sur un compte courant d’associé
s rémunéré pour une durée
maximale de quatre ans. Elle précisait que les fonds prêtés étaien
t liquides et qu’ils p
ouvaient être
utilisés sur décision du président du SIEEDV pour assurer les éventuelles grosses réparations des
réseaux en cas d’aléas climatiques exceptionnels (temp
ête, neige
). Dans ces conditions précitées,
SOREGIES, qui
à l’époque assurait à la fois la distribution et la fourniture d’électricité, était
autorisée à régler directement les factures des entreprises sous-traitantes en utilisant le fonds de
réserve. A l
’échéance de la convention, l’apport
était remboursé ou transformé en augmentation de
capital
*Une deuxième convention du 13 octobre 2009 présente la
particularité d’être tripartite,
entre le
SIEEDV, SOREGIES (
chargée de la fourniture d’électricité
) et SRD, filiale à 100% de SOREGIES,
chargée de l’exploitation, de l’entretien et
du développement des réseaux.
Elle prévoit le versement d’un apport initial d’un montant de 500.000 € qui était
, aux termes de
l
article 3 de la convention, « le résultat des dividendes des années précédentes » et correspondait
aux besoins pour faire face à un incident climatique de même ampleur que celui de février 2009
(376
000 €).
*Enfin une troisième convention signée le 1
er
/08/2011 a pris en compte la transformation du statut
juridique de SRD
qui, de SAS, s’est transformée en
SAEML. Les termes et
la date d’échéance de
la
précédente convention restent inchangés.
Le tableau ci-dessous retrace, sur toute la période 2005-2010 le montant cumulé des avances. Il a
excédé très largement le plafond de 5% des recettes réelles de fonctionnement du SIEEDV, fixé à
l’ar
ticle L. 1522-5 du CGCT.
Tableau 3.
Apports au compte courant
d’
associés SIEEDV
En €
(au 31/12)
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Principal (c/4551)
360 188
340 978
427 423
681 955
835 343 (1)
287 250
Intérêts (c/4558)
321
14 462
29 719
47 193
1 557
13 136
TOTAL versé cpte courant
360 509
355 440
457 142
729 148
836 900
300 386
Apports cumulés
360 509
715 949
1 173 091
1 902 239
836 900
706 106 (2)
Recettes
réelles
fonctionnement
SIEEDV
4 821 859
5 218 274
5 436 812
5 621 332
6 799 274
8 100 037
% cumul sur RRF
7%
14%
22%
34%
12%
9%
Source : données numérisées
(1)
Cette somme correspond aux dividendes de 2008 pour 2
88.150 €, 47.193 € d’intérêts 2008 et 500.000 € d’
apport
2
e
convention
(2)
C
ompte tenu d’une utilisation de 431
180 € suite à la tempête Xynthia
A la clôture de la première convention en septembre 2009, le remboursement de l’apport
au
SIEEDV
s’est élev
é
à 2.234.659 € décomposés en 2.098.694 € de dividendes cumulés et 135.965 €
d’intérêts cumulés, soit une rémunération de 6%.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
22/34
Le 9 novembre 2009, le syndicat a versé un apport initial de 0,5 M€
, au titre de la deuxième
convention d’apports
, qui représentait plus de 5% (7%) des recettes réelles de fonctionnement du
syndicat (6 799
274 €)
.
De plus, l’apport initial au titre de cette convention a été abondé des
dividendes de l’exercice 2008 et des intérêts (335.343 €) reversés à la clôture de la première
convention, ce qui portait à 12% des recettes réelles de fonctionnement du SIEEDV le montant total
de l’
apport reçu par SOREGIES, là encore en contravention avec les dispositions
de l’article
précité
du CGCT.
L’utilisation du compte courant d’associé
s telle q
u’
elle est pratiquée entre le SIEEDV et la
SOREGIES permet à celle-ci des facilités de trésorerie pérennes accordées par son autorité
concédante, dans des conditions que ne permet même pas la réglementation. Ces avances excèdent
également les besoins pour fa
ire face aux aléas climatiques évalués à environ 0,5 M€, d’autant que
les travaux de remise en état des réseaux ne sont plus de la compétence de la SOREGIES mais, avec
la séparation des activités de fourniture et de distribution, de celle de la SRD.
Si l
a gestion d’un compte courant d’associés
, qui dépassait 5% de ses recettes réelles de
fonctionnement, renvoyait
à un dispositif légalement organisé, l’usage qui en
était fait contrevenait
à ce dispositif. Il permettait
à SOREGIES de bénéficier d’avances de
trésoreries au-delà des limites
législatives et au-
delà des besoins de financement qu’il
était censé couvrir. Au surplus, les
mouvements entre les comptes des différents intervenants échappaient parfois à toute logique ainsi
qu’au respect de la nécessaire
séparation entre leurs activités respectives.
C’est pourquoi l
e syndicat, qui a reconnu le fonctionnement irrégulier de ce compte, a informé la
chambre que, par délibération du 18 décembre 2012, il a décidé de ne pas renouveler la dernière
convention « Fonds de réserve aléas exceptionnels » signée avec SOREGIES et SRD. Une nouvelle
convention
« Fonds de réserve aléas exceptionnels », avec effet au 1
er
janvier 2013, a été établie
avec SRD qui a la responsabilité des travaux de réparation des réseaux d'électricité, ainsi que la
chambre l’avait fait observer.
Cette convention reprend les mêmes modalités que la convention précédente à la différence près que
le fonds n'est plus alimenté par les dividendes versés au Syndicat par SOREGIES mais par des
fonds propres du Syndicat. En outre, elle s'appuie dorénavant sur un compte courant d'associés
ouvert par SRD à cet effet. Le fonds de réserve aléas exceptionnels constitué dans le cadre de cette
nouvelle convention est ainsi
de 437 k€ correspondant au maximum autorisé, à savoir 5% des
recettes réelles de fonctionnement du Syndicat qui se sont élevées en 2011 à 8 751 372,90 €.
4.2.
R
EVERSEMENTS DE LA TAXE LOCALE SUR L
ELECTRICITE
(TLE)
4.2.1.
Des reversements tardifs
L’article
L. 2333-4 du CGCT, dans sa rédaction antérieure à la loi NOME du 7 décembre 2010,
mais que celle-
ci n’a pas modifié
e, avait régi sur les modalités de recouvrement et de reversement
de la taxe locale sur l’électricité (TLE)
, ainsi l
’application
d’intérêt
s de retard au taux légal en cas de
défaut, d’insuffisance, de
retard dans son reversement.
Aux termes de l’article R. 2333
-8 du CGCT, non modifié par la loi NOME, à défaut de convention
entre la commune et le gestionnaire de réseau de distribution ou le fournisseur, le délai de
reversement est de deux mois suivant les perceptions réalisées au cours de chaque trimestre civil.
Une note de service (2005/1) relative à la mise en place de procédures pour les mouvements
financiers entre le SIEEDV et SOREGIES précisait par ailleurs que le montant réel perçu serait
versé au SIEEDV dans les deux mois qui suivaient le trimestre échu.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
23/34
Dans les faits, et selon SOREGIES, le reversement de la taxe intervient sur demande du syndicat,
les versements étant irréguliers mais le montant annuel de la taxe facturée étant bien reversé dans
l’exercice.
Plus que le respect du décret, et accessoirement de
la note de service, c’
est la volonté de
maintenir à SOREGIES une aisance de trésorerie qui semble avoir prévalu.
SOREGIES ne respecte d’aille
urs la réglementation ni dans ses délais de reversement de la TLE au
SIEEDV, ni dans le versement des intérêts de retard au taux légal prévus par le même texte. Leur
montant
, s’ils avaient été appliqués,
aurait été de
l’ordre de 3
200 € en 2010 et moins de 22
000 € en
2009.
SOREGIES
s’est
donc engagée à suivre les recommandations de la chambre.
4.2.2.
Frais de gestion
Il résulte des dispositions combinées de l’article de l’article
L. 5214-24
et de l’article
R. 2333-8 du
CGCT que
« à défaut de convention entre la commune et le gestionnaire de réseau de distribution
ou le fournisseur le taux du prélèvement pour frais de perception au profit du gestionnaire de
réseau de distribution ou du fournisseur est égal à 2% du produit de la taxe reversée »
mais que
« lorsque le taux de la taxe est uniforme sur le territoire du syndicat ou du département, le
gestionnaire du réseau de distribution ou le fournisseur la recouvrent sans frais ».
Sur le périmètre de la concession, le taux de la taxe varie de 7% à 8%. En effet, le SIEEDV, en
qualité d
autorité organisatrice de la distribution publique d
électricité applique depuis 1971 aux
communes rurales
le taux plafond de 8% prévu à l’article L.
2333-4 du code précité. En revanche,
17 communes urbaines ont décidé de percevoir directement la TLE et ont retenu des taux allant de
7 à 8%. Bien que le taux de la taxe ne soit pas uniforme sur le périmètre de la concession, la
SOREGIES ne facture pas de frais de gestion au syndicat mais prélève des frais de recouvrement de
2% sur le produit de la taxe en provenance des dix-sept communes urbaines qui ont décidé de la
percevoir directement.
La chambre recommande à la SOREGIES de respecter
, comme elle s’y est engagée,
les
dispositions du CGCT pour :
* les délais de reversement de la TLE et le règlement des pénalités de retard ;
* la facturation des frais de gestion.
5.
LES RELATIONS AVEC LA SRD
En 2008, SOREGIES, alors actionnaire à 100% de la SAS SRD, et dont elle
n’
est plus actuellement
actionnaire qu
à hauteur de 34%, a signé
deux conventions de prestation de services, l’une pour les
supports administratifs et l’autre pour les supports techniques, pour une durée d’un an reconductible
pendant cinq ans.
Ces activités techniques mobiliseraient 73 ETP en 2010 (sur un effectif de 330 agents) sur la base
du nombre d’heures facturées (117 327 H/1600).
Aux termes de la convention pour les prestations administratives, SOREGIES utilise son propre
système informatique pour la tenue de la comptabilité de SRD et prépare la totalité des déclarations
fiscales incombant à SRD. Elle est également chargée d’animer le processus budgétaire et de suivre
le budget, d’analyser la performance économique des activités de l’entreprise, de fournir à la
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
24/34
direction générale de SRD
des éléments de mesure des coûts et des résultats, et enfin d’administrer
la gestion des temps et des calculs de coût associés.
Sa mission s’étend à tous les actes administratifs de la gestion du personnel y compris la gestion
prévisionnelle. Elle comprend également la réception du courrier de SRD et le suivi de sa diffusion,
ainsi que la gestion de l’ensemble des fournitures nécessaires à l’activité de la société. Elle suit et
traite l’ensemble des questions juridiques liées à l’activité de la société, m
et à sa disposition des
matériels informatiques (il en est de même pour les matériels téléphoniques), assure l’assistance
informatique aux utilisateurs, met un site à sa disposition et en assure la maintenance. Elle est
également chargée de la mise en place et du suivi du système Qualité-Sécurité-Environnement,
assure le suivi, le contrôle et la formation pour l’hygiène et la sécurité des postes de travail. Elle est
enfin chargée de l’important secteur de la coordination, sécurité, protection de la santé su
r les
chantiers. Il s’agit là d’un résumé non exhaustif des prestations visées par la convention.
L’ens
emble de ces prestations donne lieu à une rémunération forfaitaire, individualisée en fin
d’année pour l’année suivante et en fonction de leur caractèr
e (comptabilité, administration, etc.),
estimée à 960 300 € HT pour 2010. Quelques prestations spécifiques donnent lieu à une facturation
non forfaitaire.
Aux termes de la convention pour les prestations techniques, SOREGIES assure l’exploitation (y
compr
is la désignation de ses acteurs : chargés d’exploitation, de conduite, des travaux, …), la
conduite du réseau de distribution, une grande partie de la maintenance et de l’entretien du réseau,
l’ensemble des dépannages à la suite d’incidents, les intervent
ions programmées. De plus,
SOREGIES réalise en son nom et pour le compte de SRD la maîtrise d’œuvre de tous les travaux
confiés à cette dernière, mission qui englobe la passation de commandes d’études et de travaux, la
certification de la conformité des travaux exécutés, la liquidation des factures.
Par cette convention, SOREGIES s’engage également à solliciter les commissaires aux comptes
pour effectuer la revue des comptes, répondre à toute demande de leur part et effectuer d’éventuelles
corrections.
Le
s prestations d’exploitation, de conduite de réseau, de maintenance, de dépannages suite à
incidents et pour les interventions programmées donnent lieu à une rémunération forfaitaire,
individualisée en fin d’année pour l’année suivante, en fonction de la n
ature de la prestation, et
estimée à 13 377 794 € HT pour 2010. Les interventions de SOREGIES pour la maîtrise d’œuvre
donnent lieu à une facturation non forfaitaire. Le montant facturé pour 2010 à SRD au titre de cette
convention s’est élevé à 13 809 174 € HT.
Malgré l’importance des forfaits, rien n’indique que ceux
-ci représentent exactement le montant des
coûts engagés par SOREGIES pour ses prestations. De plus, par les effets de ces conventions, les
effectifs comme une partie des charges d’exploitatio
n de SOREGIES ne sont pas représentatifs des
moyens qui lui sont indispensables pour son activité, puisqu’ils intègrent une très grande partie des
charges d’exploitation de SRD.
Le rapport de 2011 de la commission de régulation de l’énergie (CRE) sur le «
respect des codes de
bonne conduite et indépendance des gestionnaires de réseaux d’électricité et de gaz naturel » a
demandé à SRD de se mettre en conformité avec l’article L. 111
-
61 du code de l’énergie entré en
vigueur le 1
er
juin 2011selon lequel
« L
a société gestionnaire d’un réseau de distribution d’électricité ou de gaz qui dessert, sur le
territoire métropolitain continental, plus de 100 000 clients est soumise aux règles suivantes :
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
25/34
1° Elle assure l’exploitation, l’entretien et, sous réserve des
prérogatives des collectivités et des
établissements mentionnés au sixième alinéa du I de l’article L. 2224
-31 du code général des
collectivités territoriales, le développement des réseaux de distribution d’électricité ou de gaz de
manière indépendante vis-à-vis de tout intérêt dans des activités de production ou de fourniture
d’électricité ou de gaz ;
2° Elle réunit dans un code de bonne conduite, adressé à la Commission de régulation de l’énergie,
les mesures d’organisation interne prises pour prévenir to
ute pratique discriminatoire en matière
d’accès des tiers au réseau. »
Les deux conventions précitées, qui toutes deux peuvent être analysées comme un mandat donné par
SRD à SOREGIES pour réaliser en son nom et pour son compte une grande partie de ses actes
d’administration et de ceux liés à son objet social ont créé dans la gestion de SRD
un lien très fort
vis-à-vis de SOREGIES, et réciproquement conduisent SOREGIES à intervenir dans la gestion
générale de l’activité de SRD, la qualité de son service et
le management de ses effectifs.
Les conditions de résiliation de ces conventions, sauf cas de faute ou de manquements graves et
répétés, sont inexistantes.
Ces conventions sont muettes sur le régime de responsabilité de SOREGIES vis-à-vis de SRD
s’agissant des fautes qu’aurait pu commettre SOREGIES dans le cadre de l’exécution de ces
conventions. Il est probable que le caractère de leur opposabilité ou non à des tiers aurait été posé.
Le régime des assurances respectives pour les deux sociétés était également soulevé.
Au final, ces conventions, datant de 2008 alors que la SOREGIES était actionnaire à 100% de SRD,
donnent l’image d’une gestion partagée dans certains domaines entre SRD et SOREGIES qui assure
en prestation de services une part importante de l
a gestion de cette société, sans qu’il soit possible
d’identifier clairement dans les domaines concernés la nette autonomie dans la gouvernance de ces
SEM que celles-ci ont affirmée.
La chambre recommande en conséquence à SOREGIES de revoir ses modalités de
contractualisation avec SRD, dans le respect du droit positif, et notamment du droit européen
et interne de l’énergie, ainsi que de celui de la commande publique.
6.
LA SITUATION FINANCIERE
L
analyse de la situation financière est limitée aux exercices 2008-2010 pour raisonner à périmètre
constant. En effet,
ce n’est qu’
à compter du 1
er
janvier 2008 que SOREGIES a confié son activité de
gestion du réseau de distribution d
électricité à SOREGIES Réseau de distribution (SRD).
Les comptes de SOREGIES prése
ntent la particularité d’intégrer dans le chiffre d’affaires (CA) de la
fourniture d
’électricité l’activité dite
« trading », qui
consiste à réaliser des opérations d’achat et de
revente de rubans d’électricité qui ne sont pas destinées à alimenter le cons
ommateur final. Bien que
l’électricité ne soit pas stockable, un même KWH est acheté et revendu plusieurs fois avant de parvenir aux
consommateurs finals.
Cette activité de négoce gonfle les masses financières en produits et en charges d’une cinquantaine d
e
millions
d’euros par exercice sans affecter le résultat comme le précise les règles et méthodes comptables
appliquées aux comptes annuels de l’exercice 2008 à 2010 en application du principe de permanence des
méthodes.
De fait, l’impact de cette activité de négoce s’apprécie en termes de marge
.
Sur la période 2008-
2010, le résultat net de l’entreprise a été multiplié par 3, passant de 1,9 M€ en
2008 à 6,2
M€ en 2010 et le résultat courant avant impôt a été multiplié par 4, passant de 2,2
M€ en
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
26/34
2008 à 8,4
M€ en 2010.
Sur la même période, le résultat d
exploitation a été multiplié par 3,4,
passant de 3,80 M€ en 2008 à 13,03 M€ en 2010. Ces résultats, pour être exacts, devraient
évidemment être revus à la hausse à due concurrence du montant de l’erreur de f
acturation des
prestations pour SRD.
Sur la période 2008-2010, les produits d
’exploitation y compris l’activité
trading
progressent de
25%, passant de 199,15 M€ à 248,88
M€.
6.1.
L
ES PRODUITS D
EXPLOITATION
Le chiffre d
’affaires (CA) lié aux ventes d’énergi
e et aux prestations de services représente 99% des
produits d’exploitation (246,14 M€ /248,88 M€) en 2010. Les autres recettes concernent les reprises
sur provisions, la production immobilisée et la production en cours (travaux et éclairage public).
Sur la période 2008-2010, le chiffre d
’affaires de SOREGIES y compris l’activité trading progresse
de 29%, passant de 190,49 M€ en 2008 à 246,14
M€ en 2010.
A périmètre constant, cette augmentation serait limitée à 5% (200 M€ en 2010 contre 190 M€ en
2008). En
effet, l’exercice 2010 se caractérise par l’élargissement du champ d’activité à la
production électrique avec la mise en service de la centrale de St Avold.
En 2010, le chiffre d
affaires global (CA)
est assuré à hauteur de 82% (201,39 M€ /246,14 M€) pa
r
les ventes d
’énergie électrique, de 13% (32,94 M€ /246,14 M€) par les prestations de services et de
5% (11,81
M€ /246,14 M€) par les ventes d’
énergie gaz. Les observations de la chambre sont
centrées sur l’activité électrique.
La comptabilisation de la contribution tarifaire sur l
acheminement (CTA) a été modifiée à compter
de l’exercice 2010.
Cette contribution mise en place en 2005, en application de l
article 18 de la loi n°2004-803 du 9
août 2004 relative au service public de l
électricité et du gaz et aux entreprises électriques et
gazières, permet de financer les droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des personnels
relevant du régime des industries électriques et gazières (IEG). Son taux, appliqué au transport et à
la distribution de l
électricité et du gaz, est fixé par arrêté ministériel, après avis de la Commission
de régulation de l
énergie (CRE).
Les pourcentages actuellement en vigueur datent du 29 décembre 2005, avec un taux de 21% pour
les prestations de distribution d
électricité et 8,2% pour les prestations de transport d
électricité.
A partir de l
exercice 2010, la CTA est traitée comme une taxe en compte de classe 4. Ce
changement de méthode comptable ampute de 3,1 M€ le CA des ventes d’électricité et de gaz
naturel et réduit à due concurrence les dépenses de personnel sans impacter le résultat de l
exercice.
L’évolution du CA est retracée
au tableau ci-dessous :
Tableau 4.
Décomposition du chiffre d’
affaires
En M€
2008
2009
évolution
2009/2008
2010
évolution
2010/2009
évolution
2008/2010
ventes énergie électrique (a)
148,59
155,31
4,5%
201,39
29,7%
35,5%
Vente énergie « électricité »
93,32
98,04
5,1%
104,50
6,6%
12,0%
Vente production (St-Avold)
46,17
Trading
55,27
57,27
3,6%
50,72
-11,4%
-8,2%
ventes énergie gaz (b)
8,38
9,87
17,8%
11,81
19,7%
40,9%
prestations de services (c)
33,52
32,46
-3,2%
32,94
1,5%
-1,7%
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
27/34
Eclairage public
3,07
3,04
-1,0%
2,88
-5,3%
-6,2%
Participations clients
5,20
2,95
-43,3%
3,18
7,8%
-38,8%
Prestations de services SRD
15,42
15,18
-1,6%
14,90
-1,8%
-3,4%
Facturation projets terminés SRD
8,10
9,11
12,5%
9,19
0,9%
13,5%
Autres prestations services
1,73
2,18
26,0%
2,79
28,0%
61,3%
CHIFFRE D
AFFAIRES TOTAL
190,49
197,64
3,8%
246,14
24,5%
29,2%
Source : rapport de gestion du Directoire SOREGIES
La progression de 35,5% (201,39 M€ /148,59 M€) des ventes d’énergie électrique
est imputable à
l’élargissement du périmètre de la SOREGIES avec l’accès à 25% (200 MW) sur la production
de la
centrale de St-Avold.
La vente d
électricité de cet opérateur
s’effectue aux
tarifs réglementés. Ceux-ci présentent la
particularité d’être
inférieurs au prix du marché en raison du coût de la prod
uction d’origine
nucléaire, et
d’être
fixés et contrôlés par l
a commission de régulation de l’énergie
CRE). Ils
dépendent de la puissance souscrite.
Sur la période 2008-2010, les produits des ventes aux tarifs réglementés de vente (TRV) et aux
agents ont augmenté de 12%,
passant de 93,32 M€ à 104,50
M€. Cette progression traduit l’effet
volume (années climatiques plutôt froides, avec des hivers longs) et l’effet prix (augmentations
tarifaires de 2% en 2008, 1,9% en 2009 et 3% en 2010).
La vente d’électrici
té aux consommateurs
finals en 2010 représente 42% du chiffre d
’affaires total de SOREGIES (104,5 M€ /246,14
M€).
L’accès à 25% de la production de la centrale de St
-Avold, à partir du 1
er
avril 2010 a impacté le
chiffre d
’affaires, à hauteur de 46,17 M€
.
Les ventes d
énergie gaz (naturel et propane) progressent de + 40,9% entre 2008 et 2010 en raison
des hausses tarifaires et de l’augmentation du
nombre des clients. Toutefois, en 2010, cette activité
qui totalise 7.520 clients ne représente que 5% du chiffre d
affaires total de SOREGIES
(11,81
M€/246,14 M€).
Le chiffre d
affaires de l
activité « éclairage public
» est en moyenne de 3 M€, sur la période 2008
-
2010. Cette activité est structurellement déficitaire selon SOREGIES (-
0,4 M€ en 2008,
-
0,5 M€ en
2009 et -
0,7 M€ en 2010). Ce déficit structurel pleinement assumé par l’
actionnaire (le SIEEDV)
résulte de la fourniture de prestations gratuites (pose des guirlandes de Noël) et de la sous
facturation des prestations « éclairage public » au bénéfice des communes membres du syndicat
3
.
La chambre, b
ien que le chiffre d’affaires de cette activité soit modeste, considère que celui
-
ci n’a
pas à être fonction de choix de facturation fixés par le SIEEDV.
6.2.
L
ES CHARGES D
EXPLOITATION
Sur la période 2008-2010, les charges d
’exploitation progressent de 21%, passant de 195,34 M€ à
235,85
M€.
A périmètre constant, la progression est limitée à 2,4%
(199,97 M€/195, 34 M€)
compte tenu de l’incidence de la mise en œuvre du droit de tirage sur l’usine de S
t Avold
(31 161 089 au titre
des achats et 4,73 M€ au titre des amortissements).
3
Cf. PV Directoire du 25 septembre 2009.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
28/34
*Les achats d
énergie progressent de 30%
(de 137,58 M€ à 178,29 M€
) essentiellement avec la
mise en service de la centrale cycle combiné gaz de St-
Avold en avril 2010 (+31,16 M€). Ils
représentent 76% des charges d
’exploitation (178,29 M€ /235,85 M€) en 2010.
*Le deuxième poste de dépenses concerne les charges de personnel (rémunérations et charges
sociales) qui s
’élève à 20 M€ en 2010 et représente 8,5% des charges d’exploitation (20,06 M€
/235,85 M€)
.
Le tableau ci-dessous met en parallèle les effectifs au 31 décembre de l
exercice avec les charges de
personnels issues du compte de résultat :
Tableau 5.
Le personnel
au 31/12
2008
2009
2010
Agents statutaires IEG
316
324
321
cadres
43
42
42
agents de maitrise
162
177
176
agents d
exécution
111
105
103
Agents non statutaire
12
11
9
TOTAL effectifs
328
335
330
TOTAL équivalent temps plein (ETP)
324,9
328,7
324,4
taux d’encadrement
13,1%
12,5%
12,7%
rémunérations
11 596 584
12 132 291
12 519 218
charges sociales
9 957 260
10 260 473
7 536 343
TOTAL charges personnel (en €)
21 553 845
22 392 764
20 055 561
Source : SOREGIES
Les dépenses de personnel diminuent de -7%
, l’
augmentation de 8% des rémunérations étant
compensée par une diminution de 24 % des charges sociales, conséquence de la modification de la
comptabilisation de la contribution tarifaire sur l
acheminement (CTA).
Il peut être souligné que ces charges, contenues sur la période, prennent en compte celles
directement liées aux conventions de prestation de service avec SRD et qui représenteraient environ
73 agents.
6.3.
L
E RESULTAT FINANCIER
Sur la période 2008-
2010, le résultat financier varie de 1 M€ (en 2009) à
-
4,6 M€ (en 2010). Le
résultat financier négatif en 2010 s
’explique par le financement par recours à l’emprunt du droit de
tirage sur la centrale de St-Avold.
Si les produits financiers s
’élèvent à 1,65 M€ et 1,71 M€ en 2009 et 2010 à cause de reprises de
provisions sur les placements et sur le risque de la filiale Alterna, les charges financières
s
’établissent à 6,3 M€ en 2010 sous l’
effet de l
emprunt contracté pour le droit d
accès à la
production de la centrale de St-
Avold (dont 4,4 M€ de charges financières à partir du 1
er
avril 2010
au titre du droit de tirage). Les intérêts d
’emprunt ont été multipliés par 10, passant de 0,49 M€ en
2008 à 5,02 M€ en 2010.
La dégradation des résultats financiers est la conséquence du financement par un recours à
l’emprunt de l’activité nouvelle de production
.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
29/34
6.4.
L’
AFFECTATION DES RESULTATS
L
affectation des résultats est délibérée en assemblée générale, le résultat net de l
exercice précédent
est réparti entre les réserves et les dividendes. Les résultats nets sont essentiellement mis en réserves
et une part variable (11% pour 2010, 18% pour 2009) est distribuée au titre des dividendes.
Sur la période 2008-2010, les dividendes versés par action varient du simple au double comme le
montre le tableau suivant :
Tableau 6.
Dividendes versés
En €
2008
2009
2010
Dividendes versés au titre de n-
1 (en €)
802 300
339 000
344 886
Nombre actions en n-1
113 000
113 000
114 962
D
ividende par action (en €)
7,10
3,00
3,00
Source : SOREGIES (AG)
Le résultat de l
exercice 2010
(6.244.423 €) a donné lieu à versement de dividendes à hauteur de
977.177 € (soit 15,6% du résultat 0,98 /6,24) représentant un dividende de 8,50 € par action.
La mise en réserve des résultats net
s s’impose pour renforcer les capitaux propres de l’entreprise et
rétablir les équilibres financiers notamment le ratio d’endettement (capitaux propres /endettement).
Pour la présentation de son résultat d’exploitation, SOREGIES a fait le choix d’isoler
la marge
commerciale sur l
énergie (ventes électricité et
gaz) de l’activité de
trading
. Ce choix vise à mettre
en relief les conséquences de la tarification de l’énergie pour l’entreprise.
Ainsi, sur la période 2008-2010, la marge commerciale sur l
énergie (ventes électricité et gaz) se
réduit de -
17,6% passant de 19,46 M€ à 16,03 M€ tandis que le chiffre d’
affaires énergie progresse
de +14,4%, passant de 101,7 M€ à 116,31 M€. Ces évolutions divergentes traduisent, dans un
contexte de tarifs réglementés, une augmentation des tarifs de cession (électricité vendue par EDF)
plus rapide que celle des TRV aux clients.
L’activité de
trading
a vocation à améliorer la marge commerciale. En effet, la marge dégagée par
cette activité en 2010, plus de 4 M€, excède le
s performances des années 2008 et 2009, même si elle
n’atteint pas
le niveau
constaté en 2007 (5,17 M€). La marge moyenne 2009/2010 (1,86 M€)
s’inscrit dans le cadre de la moyenne annuelle de cette activité de négoce que la société évalue entre
1,5 et 2 M€
.
L’affichage de la marge commerciale et la connaissance des activités qui y concourent est
essentiel
pour SOREGIES, puisque 50% du cash-flow excédentaire de cette activité est affecté au
remboursement anticipé obligatoire de l’emprunt.
L
excédent brut d
’exploitation (EBE) a été multiplié par trois en 2010, passant de 7,78 M€ en 2009
à 21,52 M. Il reflète une progression de la marge brute toutes activités confondues supérieure à celle
des charges d’exploitation.
6.5.
C
APACITE D
AUTOFINANCEMENT ET DETTE
L’act
ivité nouvelle de production a concouru à renforcer la marge commerciale de SOREGIES, son
excédent brut d’exploitation et ses résultats. La société est par ailleurs tenue à une obligation de
résultats d’un certain niveau pour respecter à la fois les condit
ions imposées par sa convention de
prêt et rétablir ses équilibres financiers.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
30/34
Certains éléments rappellent en effet que l’effort doit être maintenu et qu’il est absolument
nécessaire.
Ainsi, si de 2008 à 2010, la capacité d’autofinancement (CAF) brute d
e SOREGIES a
évolué de 6,806
K€ à 12
531 K€, la CAF nette est passée de 6,237 K€ à
- 13
851 K€.
L’augmentation de la CAF brute, due à l'influence du résultat net (6 M€) et des dotations aux
amortissements impactés par la mise en service de l’accès au droit
de tirage de la centrale de St
Avold à hauteur de
4,73M€ à compter d’avril 2010
, est cependant très insuffisante pour couvrir le
remboursement de la première tranche du prêt de
25 M€ comme en témoigne le caractère fortement
négatif de la CAF nette en 2010 (-
13,85 M€)
.
L'encours de la dette, sur la même période, a été multiplié par 3,5 (passant ainsi de 45 M€ en 2008 à
155 M€ en 2010). Cette augmentation de l’endettement est liée à la
convention de crédit du 10
octobre 2008
d’un
montant total maximum de 15
3,34 M€,
auprès d'un pool bancaire composé
notamment de différentes caisses régionales de Crédit Agricole dont 38,84 M€ au titre de la Caisse
REGIONALE de TOURAINE POITOU (CATP), à la fois prêteur initial mais aussi agent des
sûretés, de la SOCIETE GENERAL
E à hauteur de 22,5 M€, et de la CAISSE DES DEPOTS ET
CONSIGNATIONS à hauteur de 25M
et CAYLON, filiale du groupe CA, co-arrangeur, pour
acquérir le droit de tirage sur la centrale de St Avold.
Cette convention de crédit comportait deux tranches : une tr
anche A de 25 M€ maximum débloquée
en octobre 2008 et une tranche B de
128 M€
débloquée à la date de la mise en service de la centrale
de St Avold et conditionnée par le remboursement préalable de la première tranche.
La tranche B, souscrite sur une durée de 25 ans, présentait
la caractéristique d’être indexée sur
l’Euribor 12 mois et d’une marge révisée annuellement en fonction du ratio d’endettement financier,
comprise dans une fourchette allant de 0,8 à 1%. Cette indexation appliquée sur la totalité du
nominal (128 M€) a été assortie de l’obligation de conclure des contrats de couverture sur 75% du
nominal
(96 M€)
pour une durée minimum de 15 ans.
60% des 96 M€ ont fait l’objet d’un contrat
de couverture indexé sur l’Euribor. Les 15% restants ont
fait l
’objet d’un contrat d’échange de taux
d’intérêt plus exotique bien que lié à l’activité de SOREGIES, fonction de évolution de l’Euribor 12
mois <=à 6% et de l’évolution du prix du baril de pétrole par référence au prix du baril de WTI
(WEST TEXAS Intermediate), coté à New York qui doit se situer dans une fourchette comprise
entre 65 et 200 US$ (65 US$ <=WTI <= 200 US$).
Sur la base des taux actuels, le coût global du crédit en année pleine avec un taux de marge
minimale ressortirait à 7,14 M€, selon SOREGIES, assortis de 1,19 M€ de produits financiers soit
une charge nette de 5,96 M€ représentant un taux effectif global de 4,64%.
Compte tenu des remboursements obligatoires, le capital restant dû aura été ramené en deux ans de
128 M€ fin 2010 à 76 M€
.
La progression des réserves, de 8,2 M€ en 2008 à 15,8 M€ en 2010, autorisée par les résultats
excédentaires des exercices, a conduit à une augmentation notabl
e des capitaux propres (de 21,4 M€
à 33,5 M€). Cette augmentation est
nécessaire pour concourir au rétablissement des ratios financiers
notamment le ratio d’endettement (capitaux propres/ endettement).
Les immobilisations incorporelles ont été multipliées
par trois entre 2008 et 2010 (154, 68 M€
contre 29,3 M€ en 2008), c
ette croissance est imputable au droit de tirage acquis sur la centrale de
St Avold.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
31/34
7.
LA
FACTURATION
ET
LE
RECOUVREMENT
DE
LA
FOURNITURE
D’ELECTRICITE
7.1.
L
A FACTURATION
SOREGIES, en qualité de fournisseur historique sur le périmètre du SIEEDV, pratique les TRV
dont l’évolution est fixée et contrôlée par les pouvoirs publics. Elle peut aussi proposer des offres de
marché.
Les tarifs varient en fonction de la puissance souscrite :
le tarif bleu est destiné aux clients dont la puissance souscrite est inférieure ou égale
à 36 kVA pour une alimentation en basse tension ;
le tarif jaune est destiné aux clients dont la puissance souscrite est comprise entre 36
et 250 kVA pour une alimentation en basse tension ;
le tarif vert est destiné aux clients dont la puissance souscrite est supérieure à 250
kW pour une alimentation en haute tension.
La répartition des clients chez SOREGIES est détaillée ci-dessous :
Tableau 7.
Répartition des clients
au 31 /12
2008
2009
2010
Nombre total de clients électricité
134 670
136 680
138 123
nombre de clients tarif bleu
132 504
134 486
135 894
nombre de clients tarif jaune
1 523
1 556
1 584
nombre de clients tarif vert
643
638
645
Source : SOREGIES
Sur la période 2008-2010, le nombre de clients progresse de 2,6%. La clientèle de SOREGIES est
essentiellement classée en tarif bleu à 98% (132.504 /134.670), correspondant à une utilisation
domestique.
Le tableau ci-
dessous présente le chiffre d’affaires électricité en
séparant la part abonnement de la
part consommation.
Tableau 8.
Chiffre d'affaires au titre de la fourniture d'électricité
au 31 /12
2008
2009
2010
Nombre total de clients électricité
134 670
136 680
138 123
Consommation totale d'électricité (en MWh)
1 148 477
1 179 877
1 240 791
CA total vente électricité (en € HT)
89 334 539
95 874 853
100 028 952
dont abonnement
20 338 738
21 099 528
18 638 100
dont consommation
67 728 704
73 468 655
80 032 382
Source : SOREGIES
Sur la période 2008-2010, la consommation
d’électricité a progre
ssé de 8% en raison
principalement des évolutions climatiques.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
32/34
La baisse du chiffre d’affaire
s
constatée en 2010 s’explique par le changement de comptabilisation
de la CTA qui est enregistrée sur un compte de tiers. Le CA résultant des offres de marché est
marginal et accuse une baisse de 67 % entre 2008 et 2010.
Tableau 9.
Chiffre d’affaires «
offres de marché »
En €
2008
2009
2010
Ventes aux clients éligibles
75 168
98 271
25 017
Source : SOREGIES
En complément de ces tarifs, il existe le tarif social dit de « première nécessité » (TPN), attribué au
foyer dont les ressources annuelles sont inférieures au plafond de la CMU (couverture maladie
universelle), soit 7.771 € pour une personne seule au 1
er
juillet 2011.
Le TPN est uniquement applicable lorsque l’usager a souscrit un contrat de fourniture d’électricité,
pour son logement principal, avec le fourniss
eur historique. Il permet de bénéficier d’une réduction
sur le coût de l’abonnement et sur le prix des 100 premiers kWh consommés dans le mois.
L’évolution des bénéficiaires du TPN et l’incidence en CA est retracé
e ci-dessous :
Tableau 10.
Bénéficiaires du TPN
au 31 /12
2008
2009
2010
Nombre de clients TPN
675
986
906
Nombre de factures TPN
2 425
4 440
4 939
consommation totale des clients TPN (en kWh)
553 413
888 426
1 065 801
CA total des clients TPN
en € HTT
(
Hors Toutes Taxes)
65 515,53 €
105 180,05 €
107 502,71 €
Source : SOREGIES
Les charges du TPN sont compensées par la
contribution au service public de l’électricité
(CSPE) et
retracées dans le tableau qui suit :
Tableau 11.
Compensation par la CSPE au titre du TPN
En €
au 31 /12
2008
2009
2010
Perte de recettes
42 253
65 566
68 044
Surcoût de gestion
30 114
30 541
26 330
Compensation au titre du TPN
72 367
96 107
94 374
Source : SOREGIES
La mise en œuvre du décret n° 2012
-309 du 6 mars 2012 relatif à
l’automatisation des procédures
d’attribution des tarifs sociaux de l’électricité et du gaz va imposer une nouvelle procédure de
gestion. L
’automatisation des procédures d’attribution
du TPN pourrait conduire à un triplement du
nombre de bénéficiaires en 2012.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
33/34
7.2.
L
E RECOUVREMENT
7.2.1.
Les impayés
Le décret 2008-
780 du 13 août 2008 relatif à la procédure applicable en cas d’impayés des factures
d’électricité, de gaz, de chaleur et d’eau impose au fournisseur des délais entre la date limite de
paiement de la facture et la première relance de 14 jours, cette dernière ouvre un délai de paiement
de 15 jours. Suit alors en cas de non-paiement la possibilité pour le fournisseur de réduire ou de
couper la fourniture avec un préavis de minimum 20 jours. Les services sociaux peuvent alors être
saisis par le consommateur, et l
es clients bénéficiant d’aides sociales disposent de délais
supplémentaires. La société SOREGIES a mis en place une procédure pour la gestion de ces
impayés décrite ci-dessous :
FACTURE
INFORMATION AUX SERVICES SOCIAUX
DÉPARTEMENTAUX ET COMMUNAUX
CLIENT TPN, TSS, OU AYANT EU AIDE FSL
CLIENT AUTRE
RELANCE 2
RELANCE 1
PRISE DE CONTACT AVEC CLIENT
RELANCE 3
CONTACT ÉTABLI -
RECHERCHE D’UNE DE SOLUTION PAIEMENT
DÉLAI
ÉCHÉANCIER
DEMANDE D’AIDE F.S.L. – MAINTIEN D’ÉNERGIE 3 kVA
AIDE
TOTALE
AIDE
PARTIELLE
AIDE
REFUSÉE
NI SOLUTION
NI ENTENTE
CONTACT
NON ÉTABLI
RELEVÉ DE COMPTE
PAIEMENT
RESTE DÛ
PAS DE
PAIEMENT
PROPOSITION
VALIDATION COUPURE
DÉPLACEMENT POUR COUPURE OU ENCAISSEMENT
PAIEMENT
COUPURE
PAIEMENT
RÉTABLISSEMENT
CLIENT
PARTI
PROCESSUS MIS EN PLACE PAR
SORÉGIES
TRAITEMENT
CAS PAR CAS
TRAITEMENT
AUTOMATISÉ
J+51
J+21
J+51
J+36
J
GESTION DES IMPAYÉS D’ÉNERGIE
Ce schéma permet de constater que pour les impayés, la société SOREGIES, qui au demeurant ne
récupère pas la part acheminement des impayés auprès du distributeur, va au-delà des pratiques
fixées par le décret.
7.2.2.
Les admissions en non-valeur (ANV)
La
gestion des ANV a fait l’objet le 21 mai 2010 d’une note de service. Celles
-ci peuvent provenir
du non recouvrement de créances, de créances déclarées dans des procédures de surendettement de
particuliers, de créances déclarées et non recouvrées dans le cas de procédures collectives comme
les liquidations judiciaires.
Rapport d’observations
définitives - SOREGIES
CRC Aquitaine, Poitou-Charentes - Délibération du 13 septembre 2013
34/34
Le tableau ci-
dessous retrace l’évolution des admissions en non
-valeur :
Tableau 12.
Admissions en non-valeur
En €
2008
2009
2010
Créances Electriques
106 868,85
127 601,58
295 672,11
Créances Gaz
6 941,00
7 762,01
23 298,37
Créances Câble
270,85
590,88
3 345,13
Créances GRD + PDV
13 404,73
4 322,58
39 023,90
TOTAL
127 485,43
140 277,05
361 339,51
Source : SOREGIES
L’évolution de la politique de recouvrement qui prend en compte le coût de celui
-ci a amené la
société à constater une augmentation de la charge des ANV entre 2009 et 2010 de plus de 157,6%.