Sort by *
1/59
CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES
DE PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR
3
ème
section
RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES
sur la gestion
de la commune du Lavandou
(Département du Var)
- Années 2002 et suivantes -
Rappel de procédure
La chambre a inscrit à son programme l'examen de la gestion de la commune du Lavandou, à
partir de l'année 2002. Par lettre en date du 27 octobre 2010, le président de la chambre en a
informé M. Gil Bernardi, maire. Les entretiens de fin de contrôle ont eu lieu le 20 juillet 2011
entre M. Gil Bernardi, d'une part, et le rapporteur, d'autre part.
Après avoir entendu le rapporteur et pris connaissance des conclusions du procureur
financier, la chambre, troisième section, a arrêté, le 4 octobre 2011, les observations
ci-après.
Celles-ci ont été transmises dans leur intégralité à M. Gil Bernardi et pour les parties qui les
concernaient aux tiers mis en cause (Société SAUR, Association La Girelle, Association SOL
Football, Association Lavandou Basket Ball, Mme Corine Tillard, M. Philippe Thorn,
M. Marc Lamazière). Seuls ont répondu l’actuel ordonnateur, M. Gil Bernardi, ainsi que les
associations La Girelle et Lavandou Basket Ball, Mme Corine Tillard et M. Lamazière.
M. Gil Bernardi a été entendu par la chambre à sa demande le 19 avril 2012.
Après avoir entendu le rapporteur et les conclusions du procureur financier, la chambre,
3
ème
section, a arrêté le 19 avril 2012, le présent rapport d’observations définitives.
Le rapport a été communiqué par lettre du 22 juin 2012 à M. Gil Bernardi, maire en
fonctions . Le destinataire disposait d’un délai d’un mois pour faire parvenir à la chambre
leurs réponses aux observations définitives.
M. Bernardi a fait parvenir à la chambre une réponse qui, engageant sa seule responsabilité,
est jointe au présent rapport d’observations définitives.
Ce rapport devra être communiqué par le maire à l’assemblée délibérante, lors de la plus
proche réunion suivant sa réception. Il fera l’objet d’une inscription à l’ordre du jour, sera
joint à la convocation adressée à chacun de ses membres et donnera lieu à un débat.
Ce rapport sera, ensuite communicable à toute personne qui en ferait la demande en
application des dispositions de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978.
2/59
S O M M A I R E
S O M M A I R E
............................................................................................................................................................
2
1. Champ du contrôle
.....................................................................................................................................................
5
2. Présentation de la commune
......................................................................................................................................
5
3.
Evolution de la situation financière
.......................................................................................................................
6
3.1
Situation générale
.............................................................................................................................................
6
3.2
Analyse de l’équilibre du budget principal
....................................................................................................
6
3.2.1
Evolution de l’autofinancement
.............................................................................................................
6
3.2.2
Des insuffisances dans la comptabilisation des immobilisations
.........................................................
8
3.2.3 Les produits de gestion
..................................................................................................................................
8
3.2.4 Les charges de gestion
.................................................................................................................................
10
3.2.5 Les dépenses d’investissement et leur financement
..................................................................................
11
4. Etat et gestion de la dette
.........................................................................................................................................
11
4.1 Le cadre juridique et la prise de décision
.........................................................................................................
11
4.1.1 La délégation encadrant la contractualisation des prêts et la politique d’endettement
........................
11
4.1.2 Le recours à la mise en concurrence entre établissements bancaires
......................................................
12
4.2 L’évolution et la structure de la dette
...............................................................................................................
12
4.3 Le recours à une ligne de trésorerie
..................................................................................................................
14
5. La maîtrise des dépenses
..........................................................................................................................................
14
5.1 Les dépenses de personnel et la gestion des ressources humaines
..................................................................
14
5.2
Dépenses de fonctionnement : les charges à caractère général
...................................................................
20
5.2.1 Les dépenses liées aux festivités
..................................................................................................................
21
5.2.2
Les dépenses liées au fonctionnement courant des services
...............................................................
23
5.3 Les dépenses liées aux investissements
..............................................................................................................
24
5.4 Les budgets annexes de l’eau et de l’assainissement : le contrôle des contrats de délégation
......................
26
6. Des pratiques de gestion approximatives sinon irrégulières
.................................................................................
29
6.1 Des procédures internes qui manquent de rigueur et de formalisation
.........................................................
29
6.1.1
Revenus des immeubles
........................................................................................................................
29
6.1.2 L’attribution des véhicules de fonction
......................................................................................................
30
6.1.3 Le contrôle des régies par l’ordonnateur
...................................................................................................
30
6.2 Des procédures entachées d’irrégularités
.........................................................................................................
31
6.2.1 La prise en charge des frais de missions et de déplacement
.....................................................................
31
6.2.2. La prise en charge des frais de réception
..................................................................................................
31
6.2.3 Le suivi des associations
..............................................................................................................................
32
6.2.4 Les concessions de plage
..............................................................................................................................
34
6.2.5 Des conseillers municipaux directement intéressés aux délibérations
.....................................................
37
6.2.6 Les frais de représentation du maire
..........................................................................................................
38
7. La régie du port
........................................................................................................................................................
38
7.1 Le cadre juridique
..............................................................................................................................................
38
7.2. Le fonctionnement statutaire
............................................................................................................................
39
7.3 La gestion du plan d’eau
....................................................................................................................................
39
7.3.1. Les modalités d’attribution
........................................................................................................................
40
7.3.2 L’association «La Girelle»
..........................................................................................................................
41
7.4 La situation financière
........................................................................................................................................
42
7.4.1 L’équilibre global
.........................................................................................................................................
42
7.4.2 La situation dégradée des comptes clients
.................................................................................................
42
7.4.3 Le fonctionnement de la station d’avitaillement hors comptabilité de stocks
........................................
49
ANNEXES
.....................................................................................................................................................................
50
Annexe 1 : Synthèse de la situation financière du budget principal
.....................................................................
51
Annexe 2 : Endettement consolidé tous budgets
....................................................................................................
53
Annexe 3 : Gestion du personnel
.............................................................................................................................
54
Annexe 4 : Opérations d’investissement
.................................................................................................................
55
Annexe 5 : Les comptes de l’association SOL Football
.........................................................................................
56
Annexe 6 : Synthèse des contrats de délégations
....................................................................................................
58
Annexe 7 : Synthèse de la situation financière de la régie du port
.......................................................................
59
3/59
SYNTHÈSE
La situation financière de la commune du Lavandou s’est améliorée depuis 2008,
essentiellement du fait d’une hausse de la fiscalité. Elle reste néanmoins très sensible aux
effets d’une croissance des charges supérieure à celles des produits de gestion, comme
constaté avant 2008. Ce risque de déséquilibre impose à la collectivité un ajustement plus
strict de ses dépenses à ses perspectives de recettes dans une démarche continue de maîtrise
des charges de fonctionnement. Elle dispose en effet de peu de ressources d’investissement
propres, hormis le recours ponctuel à des cessions d’actifs. Elle ne peut donc financer ses
projets que par le recours à l’emprunt ou la maîtrise de ses charges de fonctionnement, afin de
dégager un autofinancement.
L’endettement, qui atteint 2 991 € par habitant en 2010, reste élevé par rapport au ratio moyen
de la même strate (1 136 €/ habitant). L’encours de la dette cumulée fin 2010, qui s’élève à
20,2 M€, est composé pour 20% par un contrat renégocié en 2007 pour une durée de 20 ans et
dont il faut suivre l’évolution.
La recherche d’un meilleur équilibre économique passe donc par une modification
significative des pratiques de gestion de la collectivité. La chambre a mis en évidence, dans de
nombreux domaines, des marges de progrès importantes pour sécuriser des pratiques de
gestion approximatives sinon irrégulières. Une plus grande rigueur apparaît ainsi nécessaire
pour garantir la sincérité des documents budgétaires, assurer le suivi des régies et veiller à
l’occupation régulière des logements par les agents communaux. La chambre recommande
également le respect de la règlementation en matière de frais de déplacement et de
restauration, ainsi qu’un suivi plus rigoureux des associations.
Les charges de personnel représentent 7,75 M€ (214 emplois) pour l’ensemble des budgets en
2010 et connaissent un ralentissement après une croissance soutenue jusqu’en 2007. Les
compléments de rémunération (NBI et indemnités diverses) atteignent 0,9 M€ en 2010 et
présentent de nombreuses irrégularités.
L’augmentation importante des heures supplémentaires à partir de 2007, alors que les
activités de la commune n’ont pas connu de modification significative, appelle un contrôle
plus strict, d’autant plus qu’elles sont pour la moitié concentrées au centre technique
municipal, et réalisées pendant des heures normales. La chambre a également relevé
l’irrégularité de la revalorisation annuelle de la prime de fin d’année, ainsi qu’un absentéisme
élevé équivalent à 26 agents à temps plein, soit 12 % de l’effectif de la commune.
Les deux contrats de délégation de service public passés avec la société SAUR pour l’eau et
l’assainissement, prochainement soumis à remise en concurrence, font l’objet d’un suivi très
insuffisant de la part de la collectivité. La détérioration continue du rendement du réseau, la
croissance rapide des charges de personnel imputées par le délégataire pour un format
d’équipe constant (constatée dans les deux services) et l’écart croissant entre prévision et
réalisation, n’ont pu être expliqués. Il appartenait pourtant à la commune de s’enquérir auprès
du délégataire de cette dégradation sensible du rapport coût-rendement du service, alors que
les usagers ont subi des hausses tarifaires significatives.
4/59
La gestion des concessions de lots de plages conduit la chambre à observer que, sous le
couvert d’une procédure formalisée mais irrégulière sur de nombreux points, la commune
organise l’attribution des lots de plage au bénéfice d’exploitants déjà implantés sur ces plages
ou à proximité, au détriment de la valorisation économique de son patrimoine. En effet, le
revenu net tiré de ces sous-concessions reste très faible pour la commune, et en tout état de
cause sans comparaison avec la valeur ajoutée dont bénéficient les délégataires : la redevance,
même fixée à 20€ le m2, ne satisfait pas le lien nécessaire avec le résultat d’exploitation des
établissements titulaires des lots. Il conviendrait d’introduire une part de modulation de ces
tarifs, en fonction
des caractéristiques des lots et des résultats de leur exploitation.
Enfin, le contrôle a porté sur la régie du port du Lavandou depuis sa création en 2002, et
relevé le manque de transparence dans la gestion des listes d’attente. La chambre a également
constaté que les conclusions de son précédent rapport d’observations (mars 1997) n’avaient
pas conduit à remettre en cause les avantages illégaux de tarification des anneaux du port
accordés à l’association de plaisanciers «La Girelle», qui bénéficient d’une tarification
préférentielle de 50 % du prix public.
Si la situation financière de la régie reste satisfaisante, la dégradation structurelle des comptes
clients, résultant du contentieux sur les terrasses et de sa gestion, laisse présager des charges
irrécouvrables élevées.
Pour l’ensemble de cette gestion, la chambre prend acte des engagements de progrès formulés
par la collectivité sur certains points mais qui restent toutefois à concrétiser ou à approfondir.
5/59
1. Champ du contrôle
L’examen de la gestion de la commune du Lavandou a porté sur les thèmes suivants :
1.
L’évolution de la situation financière ;
2.
La maîtrise des charges ;
3.
La régularité des pratiques de gestion et des procédures ;
4.
La régie du port.
2. Présentation de la commune
Commune touristique du littoral varois, Le Lavandou
1
compte une population permanente
de 5 837 habitants. Elle est surclassée dans la strate des communes de 20 000 à
40 000 habitants, en raison de son activité touristique, par un arrêté préfectoral du 6 mars
2000.
La faible progression démographique depuis 1990 s’accompagne d’un vieillissement
significatif de la population de la commune, la part des plus de 60 ans se situant en 2007
à 37,2 % (contre 28,5 % en 1990) alors que la part de la population de moins de 15 ans
s’affaiblit à 13,2 % (contre 15,2 % en 1990). Elle comporte en 2007 40,8 % de retraités
(contre 26,2 % en 1990).
Au plan économique, la population active du Lavandou relève majoritairement du secteur
tertiaire (78,9 %) et travaille sur le territoire communal à 68 %, en particulier dans le secteur
du tourisme.
Porté par une politique intensive de développement touristique, le parc de logement de la ville
se caractérise par une part prépondérante de résidences secondaires avec 72,4 % en 2007
(contre 62,7 % en 1990) dont 96 % construites avant 1999, et se compose à 76 % d’habitat
collectif. La part de ménages propriétaires de leur résidence principale est en progression avec
50,8 % (contre 42,2 % en 1990). Le logement locatif social représente environ 14 % des
résidences principales selon la dernière enquête INSEE (recensement de 2008) mais selon la
commune la réalisation du programme d’aménagement d’ensemble village (PAE- village)
devrait faire progresser ce ratio.
La commune du Lavandou adhère à plusieurs structures intercommunales couvrant des
compétences variées, mais aucune à fiscalité propre. La commune n’a pas souhaité rejoindre
la nouvelle communauté de communes Méditerranée Porte des Maures (communes de
Bormes-les-Mimosas, Cuers, La-Londe-les-Maures et Pierrefeu-du-Var), et le projet
d’intercommunalité regroupant les communes du golfe de Saint-Tropez n’a pas abouti.
Le 31 mai 2011, le conseil municipal s’est prononcé pour l’intégration de la commune dans le
périmètre de Toulon-Provence-Méditerranée.
1
Source INSEE, population légale 2009, au 1
er
janvier 2012
6/59
3.
Evolution de la situation financière
2
3.1
Situation générale
Pour la période analysée (2003-2010), le budget de la commune du Lavandou se décompose
en un budget principal, trois budgets annexes
(
assainissement, eau, et depuis 2006 service
public d’assainissement non collectif) et deux régies à seule autonomie financière : régie de
transports publics (depuis 2008) et régie du port de plaisance (depuis 2002).
Même si le fonctionnement et la finalité propres à chacun des budgets conduisent à en mener
une analyse séparée, on peut observer que les mouvements cumulés de dépenses de l’année
2010 se sont élevés à 27,91 M€ et ceux de recettes à 29,63 M€, l’exercice dégageant un solde
cumulé positif de 2,5 M€ (hors restes à réaliser). L’essentiel du solde d’exécution cumulé
provient de la régie du port en 2010.
Le budget principal a, pour sa part, enregistré 21,17 M€ en dépenses et 21,77 M€ en recettes
en 2010, dégageant un solde cumulé de 153 814,25 € après virement de 1,5 M€ à la section
d’investissement.
3.2
Analyse de l’équilibre du budget principal
3.2.1
Evolution de l’autofinancement
Entre 2003 et 2007
3
,
les charges de gestion ont progressé de 4,73 % en moyenne annuelle
tandis que les produits de gestion enregistraient une hausse de 2,22 % en évolution moyenne
annuelle, avec une érosion significative du taux d’épargne de gestion
4
qui est passé de
20,24 % à 12,11 % entre 2003 et 2007. Durant toute cette période, la capacité
d’autofinancement brute (CAF brute) ne permettait pas à la commune de couvrir le
remboursement de la dette en capital (CAF nette constamment négative).
La gestion 2007 a été particulièrement déséquilibrée à la section de fonctionnement puisque
les charges de gestion ont progressé de 9,7 % par rapport à 2006 (et notamment les charges de
personnel de 8,9 % et les charges à caractère général de 12,9 %), alors que les produits de
gestion demeuraient quasiment stables.
Ces évolutions ont directement influencé les ratios d’épargne brute.
Les résultats des gestions 2008 et 2009 montrent l’amorce d’un redressement, avec le début
de la restauration du taux d’épargne de gestion (14,87 % en 2008, 16,10 % en 2009) par le
recours à des recettes fiscales supplémentaires (les taux augmentent de 4 % en 2009). Par
ailleurs, la commune s’abstient de recourir à l’emprunt pendant ces deux années, permettant la
décrue du montant de l’amortissement annuel de la dette. Enfin la réalisation d’actifs
(cessions immobilières) permet de dégager conjoncturellement un résultat exceptionnel
positif.
2
Précision méthodologique : l’analyse financière a été réalisée à l’aide du logiciel Delphi 3 (comptes de
gestion), complétée par les documents fournis à l’appui des comptes. Les autres sources sont citées en tant que
de besoin.
3 Les évolutions sont calculées à partir de 2003 afin de neutraliser les impacts en charges et produits du transfert
de la compétence «Ordures ménagères» au SIVOM Bormes-La Londe-Le Lavandou.
4 Taux d’épargne de gestion = EBE / Produits de gestion
7/59
En 2008 et 2009 la CAF nette est devenue excédentaire après plusieurs exercices
déficitaires.
Cependant, entre 2008 et 2009, l’évolution du poste des charges à caractère
général (+ 7,63 %) reste encore largement supérieure à l’augmentation des produits de
gestion (+ 4,53 %).
Le résultat de la gestion 2010
doit être analysé en tenant compte d’un changement de
périmètre, à savoir la création de l’EPIC
5
Tourisme qui bénéficie du transfert du produit de la
taxe de séjour dès 2010 (- 0,46 M€) et l’arrêt de la subvention de fonctionnement à
l’association Lavandou-Tourisme (0,32 M€ en 2009).
Si les produits de gestion enregistrent un surplus (+ 3,02 % par rapport à 2009) avec
notamment une nouvelle augmentation de 2 % des taux de fiscalité locale, minoré par le
transfert de la taxe de séjour, les charges de gestion sont juste stables (- 0,35 %), en dépit de
l’économie de la subvention, puisque l’évolution constatée du poste des charges à caractère
général (+ 4,68 %) reste toujours supérieure à l’évolution des produits de gestion.
Par ailleurs, la commune a contracté un nouvel emprunt à hauteur d’1 M€, pour les besoins de
reconstruction après la catastrophe de décembre 2008
6
. L’ordonnateur précise que «
les
reconstructions d’infrastructures éligibles aux fonds des catastrophes naturelles, ont permis à
la commune de retrouver, en différé, 50 % de cette dépense au travers de la solidarité
nationale
».
Globalement, fin 2010, la tendance au redressement se poursuit avec la restauration du taux
d’épargne de gestion (18,84 %) et une capacité d’autofinancement nette positive à hauteur
de 1,15 M€, disponible pour le financement d’investissements :
pour
mémoire :
2002
2003
2007
Evol. Moy.
2007/2003
2008
2009
Evol.
2009/2008
2010
Evol.
2010/2009
Produits de gestion
15 184 116
13 228 496
14 443 611
2,22 %
14 592 754
15 254 502
4,53%
15 714 531
3,02%
Charges de gestion
12 419 516
10 551 696
12 694 286
4,73 %
12 423 419
12 797 940
3,01%
12 753 287
-0,35%
Excédent brut de fonctionnement
2 764 601
2 676 800
1 749 325
-10,09 %
2 169 334
2 456 562
13,24%
2 961 244
20,54%
Transferts de charges
120 994
Produits financiers
104 622
113
3 384
-
9 638
635
Charges financières
5 668
1 867
4 324
23,37 %
27 297
9 783
Intérêts
des emprunts
903 359
856 693
824 678
-0,95 %
847 086
756 322
-10,71%
666 147
-11,92%
Résultat financier
-683 410
-858 447
-825 618
-864 745
-766 105
-665 512
Produits exceptionnels
258 859
195 041
1 255 609
349 656
1 964 124
418 744
Charges exceptionnelles
221 072
152 046
879 621
106 968
1 597 344
385 296
Résultat exceptionnel
37 787
42 995
375 988
242 688
366 780
33 448
Dotations aux Amortissements et aux P
381 038
448 174
471 042
523 749
472 649
532 872
Reprises sur Amortissements et Provisions
Résultat de fonctionnement
1 737 939
1 413 174
828 652
-12,49 %
1 023 529
1 584 589
54,82%
1 796 308
13,36%
Capacité d'autofinancement brute
2 094 679
1 837 560
903 490
-16,26 %
1 513 637
2 007 338
32,62%
2 278 283
13,50%
Amort. du capital de la dette
2 417 049
2 533 956
1 235 087
-16,44 %
1 097 130
1 107 104
0,91%
1 132 886
2,33%
Capacité d'autofinancement
disponible
-322 369
-696 396
-331 597
416 508
900 234
116,14%
1 145 397
27,23%
Calcul de l'autofinancement
Pour 2011
,
l’ordonnateur fait valoir la poursuite du redressement financier par la réduction de
l’investissement, la hausse du prélèvement et le dégagement d’un excédent de trésorerie de
l’ordre de 1,7 M€ en fin d’exercice, et un résultat cumulé qui s’élève à 1 033 000 €, alors que
la commune n’a souscrit, sur cet exercice, aucun emprunt
.
En effet, sur la base des comptes de gestion provisoires transmis par la comptable de la
commune, la chambre constate que, sur le budget principal, la CAF nette à fin 2011 reste
positive à hauteur de 918 630 €.
5
EPIC : Etablissement public industriel et commercial
6 Evénements climatiques exceptionnels (fortes précipitations) ayant fait l’objet d’une reconnaissance de
catastrophe naturelle par l’arrêté du 22 avril 2009.
8/59
Cependant, entre 2010 et 2011, les charges de gestion progressent de 2,5 %, la hausse
atteignant 3,5 % pour les charges à caractère général alors que le budget primitif 2011
affichait pourtant une prévision de baisse de 5,9 %. Si les produits de gestion progressent
de 2,6 %, on constate néanmoins une tendance à la stabilisation des recettes fiscales avec une
hausse de 1,6 % (70 % des produits de gestion de la commune).
Les tendances observées en 2010 sont donc à peine infléchies en 2011.
La situation financière de la commune du Lavandou s’est améliorée au cours des
dernières années, essentiellement du fait d’une hausse de la fiscalité. Elle reste
néanmoins très sensible aux effets d’une croissance des charges supérieure à celles des
produits de gestion, telle que constatée avant 2008. Ce risque de déséquilibre impose à la
collectivité un ajustement plus strict de ses dépenses à ses perspectives de recettes dans
une démarche continue de maîtrise des charges de fonctionnement (dont l’impact est
direct sur l’autofinancement) et de son niveau d’endettement ; celui-ci reste en effet
élevé (2 991 € par habitant en 2010) par rapport au ratio moyen de la même strate
(1 136 €/ habitant)
7
.
3.2.2
Des insuffisances dans la comptabilisation des immobilisations
Fin 2008, des écarts importants existaient entre les soldes des comptes d’amortissements dans
le compte de gestion et l’état de l’actif. Fin 2010, avec l’aide de la comptable, ces écarts ont pu
être
résorbés,
à
l’exception
des
comptes
2128
d’immobilisations
corporelles
et
2305 d’immobilisations en cours.
Le contrôle a également révélé un gonflement anormal du compte 23 «immobilisations en
cours», qui n’est pas un compte d’imputation définitive (10,08 M€ fin 2010). Les
immobilisations imputées transitoirement au compte 23 ont vocation à être réimputées sur
leurs comptes d’immobilisations respectifs dès leur réalisation
.
La chambre prend acte de
l’engagement de l’ordonnateur de régulariser cette situation.
Enfin, le bilan annuel des cessions et acquisitions immobilières annexé au compte administratif
de la collectivité fait apparaître des écarts récurrents, provenant pour l’essentiel de décalages
d’une gestion sur l’autre. La chambre invite la commune à produire cette annexe avec une plus
grande rigueur.
La
chambre
rappelle
qu’une
attention
particulière
doit
être
accordée
à
la
comptabilisation des immobilisations, qui conditionne la détermination du montant des
amortissements et par là, la sincérité des comptes présentés au conseil municipal
(notamment la sous-estimation du compte «dotations aux amortissements et provisions»
qui n’est pas sans conséquence sur la détermination du résultat de fonctionnement et de
la CAF).
3.2.3 Les produits de gestion
Les produits de gestion ont globalement peu évolué (+ 2,40 % en moyenne annuelle au cours
de la période 2003-2009) ; ils sont essentiellement composés des recettes fiscales et des
dotations. Les autres recettes, dont les produits des services et du domaine qui représentent
une part résiduelle (inférieure à 8 %), ont marqué un faible dynamisme (voir tableaux détaillés
en annexe 1).
7
Source Bercy Colloc
– Les comptes des communes – Chiffres clés 2010
9/59
En 2010, les produits de gestion sont constitués à 70,51 % de
recettes fiscales, soit une
part devenue prépondérante (56,97 % en 2003), alors que les autres recettes (hors DGF)
ont vu leur part s’amenuiser (9,96 % en 2010 contre 16,65 % en 2003).
head2right
Les recettes fiscales
Les contributions directes
représentent plus de la moitié des recettes de fonctionnement de la
commune. A ce jour, la commune du Lavandou ne fait partie d’aucun groupement
intercommunal à fiscalité propre et perçoit donc directement le produit des quatre taxes.
Compte tenu de la structure de ses recettes, la commune ne disposait de marges de manoeuvre
qu’en matière de fiscalité, par une optimisation du potentiel fiscal. Pour éviter le recours à
l’emprunt et compte tenu des marges offertes par le potentiel fiscal, la commune a augmenté
successivement en 2009 (4 %) et en 2010 (2 %) les taux applicables aux bases des quatre
taxes, qui n’avaient pas évolué depuis 2004.
Les incidences de la réforme de la taxe professionnelle, comme les transferts induits par une
future intégration à une intercommunalité, ne permettent pas d’aller plus avant dans l’analyse
et les projections de politique fiscale à ce stade.
En ce qui concerne les contributions indirectes
, depuis le transfert en 2003 de la TEOM
8
,
l’essentiel provient des ressources suivantes :
-
La taxe additionnelle des droits de mutation
, déjà importante, et qui représentait désormais
près des deux tiers de ces ressources en 2010 ; outre les fluctuations conjoncturelles, le
niveau de cette ressource sera également affecté par les mesures de péréquation découlant
de la réforme.
L’ordonnateur
invoque la baisse du produit des droits de mutation comme un des éléments
d’explication de sa situation financière. Il convient de noter que les fluctuations
d’encaissement de cette taxe pour la commune du Lavandou sont restées limitées (sauf en
2009) :
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Taxe additionnelle droits de mutation
669 745
1 019 300
1 284 152
1 207 139
1 006 694
1 127 542
871 415
1 112 924
1 143 317
-
Les taxes de séjour
font l’objet d’un transfert à compter de 2010 à l’EPIC Tourisme.
L’augmentation de cette recette découle en 2009 d’une modification tarifaire ciblant la
fourchette haute autorisée par les textes (délibération du conseil municipal du 19 juin
2008) et en 2010, d’une amélioration de la qualité du recouvrement, selon la collectivité :
head2right
Les autres produits de gestion
Au cours de la période, le montant global de ces produits évolue peu
(voir annexe 1).
Hors les dotations (DGF notamment), les autres recettes apportent à la commune des
ressources stables mais trop faibles (environ 8 %) pour constituer un levier de
progression ou de diversification de ses ressources.
La part de la dotation globale de fonctionnement représente 19,54 % des produits en 2010.
Les produits des services et du domaine
sont
constitués pour l’essentiel des droits de permis
de stationnement sur la voie publique
(0,19 M€ en 2009), en progression régulière.
8
TEOM : Taxe d’enlèvement des ordures ménagères
10/59
Les autres produits représentent pour la commune en 2009 une ressource qui progresse peu,
principalement composée des redevances des concessions, à savoir la redevance domaniale
versée par la régie du port (0,12 M€) et le produit des sous-traités d’exploitation des
concessions des lots de plages (0,25 M€)
9
.
3.2.4 Les charges de gestion
Au cours de la période 2003-2009
, les charges de gestion progressent en moyenne annuelle
de 3,27 %, soit plus que les produits de gestion mais avec un palier d’inflexion significative
en 2007 (+ 1,12 M€ soit + 9,7 % entre 2006 et 2007) (voir tableaux détaillés en annexe 1).
Cette progression concerne principalement les
charges de personnel
, qui augmentent plus
rapidement en moyenne que les produits de gestion (+ 5,07 %) au cours de la
période 2003-2009, avec également une forte inflexion en 2007 (+ 9 % entre 2006 et 2007)
10
.
L’ordonnateur
explique l’évolution des dépenses de personnel pendant cette période par
«l’ouverture au public de nouveaux services (école de voile, extension de la crèche,
amplitudes horaires de la mairie en soirée et le samedi matin, exploitation directe des
sanisettes, service jeunesse, garde périscolaire, centre aéré et de la jeunesse (LEJ), ainsi que
l’étoffement de la police municipale qui est passée de 7 à 15 agents».
Entre 2010 et 2011, les charges de personnel ont progressé de + 2,2 % (contre 1,61 %
entre 2009 et 2010).
2010
2011
Evolution 2011/2010
Total chapitre 012 (charges de personnel)
6 888 976
6 968 616
+1,2 %
moins
Chapitre 013 (atténuation de charges de personnel)
372 482
308 215
-17,3%
Total charges de personnel
6 516 494
6 660 401
+2,2 %
L’évolution moyenne des
charges à caractère général
apparaît globalement stable au cours
de la période 2003-2009 (+ 0,91 %) avec cependant, une forte croissance de ce poste en 2007.
En 2010
,
les charges de gestion apparaissent stables (- 0,35 %), sous réserve du changement
de périmètre liées à la suppression de la subvention à l’association Lavandou Tourisme
(0,32 M€ en 2009)
11
. De ce fait, le poste des charges à caractère général poursuit sa
progression (+ 4,68 %).
Les
autres charges de gestion
(plus de 20 % du total) comportent :
o
les subventions
: outre les subventions au centre communal d’action sociale et à la caisse
des écoles (0,45 M€ en 2009), les autres subventions (aux associations) pèsent de façon
significative sur le budget (0,63MK€ en 2009) jusqu’en 2009 puisqu’à partir de 2010 la
subvention à l’association Lavandou-Tourisme disparaît du fait de la création de l’EPIC
Tourisme, alimenté par le transfert de la taxe de séjour.
9 Pour déterminer l’avantage net pour la commune, il convient de déduire de cette somme le montant des
charges payées à l’Etat au titre des concessions du domaine public maritime (plages) soit 103 K€ en 2009 ainsi
que les dégrèvements opérés sur le produit des redevances des exploitants de lots de plage soit 7 K€ en 2009.
10
Pour toutes les périodes, la détermination du poste «charges de personnel» intègre le chapitre 012 déduction
faite du chapitre 013 correspondant aux remboursements des contrats aidés.
11 La création de l’EPIC Tourisme est en définitive plus coûteuse pour la commune : la perte d’une taxe de
séjour de 462,5 K€ n’est pas compensée par la suppression d’une subvention de 324 K€ (montant 2009).
11/59
o
autres charges
: il s’agit des contingents obligatoires (notamment le service d’incendie et
de secours (SDIS), 0,85 M€ en 2009) et des contributions à 11 organismes de
regroupement sur les 13 dont la commune est membre, pour 0,42 M€.
Le contentieux qui opposait depuis 2001 la commune du Lavandou et le SDIS du Var sur le
montant de la contribution communale, du fait d’une divergence sur l’estimation de la
population concernée, a été tranché le 2 février 2012 par un arrêt de la cour administrative
d’appel de Marseille. La commune avait
opéré une déduction systématique de la quote-part
de contribution qu’elle estime indue sur les factures trimestrielles émises par le SDIS. Elle
avait toutefois inscrit en 2011 une provision pour risques et charges de 470 000 € à ce sujet.
La chambre rappelle que la provision ne pourra être reprise que quand le conseil
d’administration du SDIS du Var aura établi le nouveau montant de la contribution de la
commune.
3.2.5 Les dépenses d’investissement et leur financement
Pendant la période sous revue, les besoins de financement très importants ont nécessité de
recourir systématiquement et de façon majoritaire à l’emprunt jusqu’en 2008.
La commune dispose de peu de ressources d’investissement propres (hormis le recours
ponctuel à des cessions d’actifs). Elle est dès lors dépendante du niveau de son
autofinancement et donc de la maîtrise de ses charges de fonctionnement :
Investissement - Besoin ou capacité de financement
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Dépenses réelles d'inv. (hors emp.)
4 467 143
4 955 849
3 104 190
3 809 224
5 018 679
3 005 758
2 951 496
4 615 529
Capacité d'autofinancement disponible
-696 396
-475 330
-237 018
-34 863
-331 597
416 508
900 234
1 145 397
FCTVA et subventions
1 632 408
894 481
914 167
1 024 875
1 223 986
1 742 705
1 935 347
1 413 458
Autres recettes
909 835
1 001 512
984 889
519 880
981 931
533 365
1 335 169
133 761
Financement propre disponible
1 845 847
1 420 662
1 662 038
1 509 892
1 874 320
2 692 577
4 170 750
2 692 617
Besoin ou capa. de fint après rbst Dette
2 621 296
3 661 599
1 442 153
2 422 066
3 524 578
745 124
-1 108 667
1 922 912
Emprunts nouveaux de l'année
2 800 000
3 400 000
2 100 000
2 583 755
2 726 747
1 000 500
4. Etat et gestion de la dette
4.1 Le cadre juridique et la prise de décision
4.1.1 La délégation encadrant la contractualisation des prêts et la politique
d’endettement
La dernière délégation accordée au maire par le conseil municipal en mars 2008, prise dans le
cadre de l’article L.2122-22 du CGCT, lui permet de
«procéder à la réalisation des emprunts
dont le montant ne devra pas être supérieur à 1 500 000 € destinés au financement des
investissements prévus par le budget, et aux opérations financières utiles à la gestion des
emprunts, y compris les opérations de couverture des risques de taux et de change ainsi que
de prendre les décisions mentionnées au III de l’article L. 1618-2 et au a) de
l’article L. 2221-5-1, sous réserve des dispositions du c) de ce même article, et de passer à cet
effet les actes nécessaire».
Il convient de noter que cette délégation fixe un seuil qui n’existait
pas auparavant dans la délibération du 17 mars 2001.
12/59
De fait, durant la période sous contrôle, les contrats de prêt successifs ont tous été passés pour
des montants individuels inférieurs au seuil fixé par le conseil municipal, à l’exception d’un
contrat en 2007 pour un montant de 4 050 791,15 €, issu d’un réaménagement de sept autres
contrats existants. Ce réaménagement a donné lieu à une délibération par le conseil municipal
du 29 juin 2007.
Depuis 2008, le maire s’engage dans une politique de réduction de la dette dont l’assemblée
délibérante a été informée
au moment du débat d’orientations budgétaires, du vote du budget
primitif et du vote du compte administratif.
La chambre rappelle les dispositions de la circulaire du 25 juillet 2010
12
relative aux
produits financiers offerts aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics
qui insiste sur la nécessité de formaliser la stratégie en matière d’endettement par une
délibération du conseil municipal.
4.1.2 Le recours à la mise en concurrence entre établissements bancaires
Selon la commune, trois établissements financiers sont mis en concurrence
pour chaque
nouveau contrat d’emprunt.
On constate néanmoins que fin 2009, si l’encours se répartit entre quatre établissements
bancaires, l’établissement DEXIA est prédominant avec environ 49 % de l’encours dont plus
de 80 % résultent de contrats signés depuis 2005. De surcroît, un réaménagement également
conclu avec la société DEXIA en 2007 et facteur de fragilité relative (voir ci-après) n’a pas,
quant à lui, fait l’objet d’une mise en concurrence, ce qui aurait été de bonne gestion.
4.2 L’évolution et la structure de la dette
L’encours de la dette cumulée, tous budgets confondus (budget principal, budgets annexes y
compris régie du port) fin 2010 reste de l’ordre de 20,2 M€ (voir annexe 2).
L’endettement a été soutenu durant la période (nouveaux emprunts de l’ordre de 3 M€ par an en
moyenne), essentiellement sur le budget principal
avec une amorce de décrue en 2008 et 2009
et une stabilisation de l’encours en 2010.
Globalement, l’encours peine néanmoins à baisser significativement puisque seul le non
recours à l’endettement pendant plusieurs exercices le permettrait. En effet, le niveau de
l’encours global ne revient finalement qu’au niveau de celui de la gestion de 2006.
Cet encours
tend à se concentrer sur le budget principal qui représente 87,6 % de la dette, et où la décrue est
de l’ordre de 2,1 M€ depuis 2008 (niveau de 2005). La collectivité a annoncé poursuivre cet
objectif.
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
16 184 458
17 688 180
17 917 154
17 835 800
18 789 226
19 543 162
20 117 611
21 654 686
21 068 738
20 200 528
Capital remboursé
2 339 742
2 771 027
2 881 354
2 760 441
2 446 064
2 109 306
1 335 672
1 205 945
1 233 025
1 271 060
Nouveaux emprunts
2 287 023
3 000 000
2 800 000
3 713 867
3 200 000
2 683 755
2 872 747
450 000
364 816
1 270 500
Encours de dette au 31/12
16 131 739
17 917 154
17 835 800
18 789 226
19 543 162
20 117 611
21 654 686
21 068 738
20 200 528
20 199 968
Variation de l'encours
-52 719
228 974
-81 354
953 427
753 936
574 449
1 537 075
-585 948
-868 209
-560
Endettement Budget consolidé (BP + BA Assainissement + BA Eau + Budget régie du port)
12 Circulaire n° NOR/IOCB1015077C du 25 juillet 2010 prise conjointement par les ministres chargés de
l’intérieur et des collectivités locales, de l’économie et du budget abrogeant les circulaires du 15 septembre 1992
et du 4 avril 2003.
13/59
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
16 184 458
16 131 739
16 714 690
16 980 734
17 862 494
17 765 184
18 363 042
19 854 702
18 927 570
17 820 466
Capital remboursé
2 339 742
2 417 049
2 533 956
2 518 240
2 197 310
1 985 897
1 235 087
1 097 130
1 107 104
1 132 885
Nouveaux emprunts
2 287 023
3 000 000
2 800 000
3 400 000
2 100 000
2 583 755
2 726 747
1 000 500
Encours de dette au 31/12
16 131 739
16 714 690
16 980 734
17 862 494
17 765 184
18 363 042
19 854 702
18 927 570
17 820 466
17 688 081
Variation de l'encours
-52 719
582 951
266 044
881 760
-97 310
597 858
1 491 660
-927 133
-1 107 104
-132 385
Endettement Budget principal
head2right
Le profil de désendettement
o
Capital restant dû au budget principal
La commune devra poursuivre durant plusieurs gestions son effort de désendettement pour
revenir à un niveau plus soutenable.
En effet, la commune a eu recours à des contrats d’une durée moyenne plus longue et
l’essentiel de l’encours actuel est récent. En outre, le réaménagement de 2007 portant sur le
regroupement de sept contrats existants (dont la durée résiduelle moyenne était de 15,4 ans)
pour un encours global de 4 050 791,15 € sur un nouveau contrat d’une durée de 20 ans a
renforcé cet effet.
Ainsi, mécaniquement, le montant du remboursement en capital annuel diminue sensiblement
à partir de 2007 en passant de 1,966 M€ à 1,235 M€, mais ce lissage contraint plus
durablement les finances communales :
Avant 2002
2002-2004
Depuis 2005
Evolution de la durée moyenne des contrats
(au prorata des montants)
15,5 ans
19,2 ans
21,8 ans
Ancienneté de la dette
(en % de l’encours à fin 2009)
11,4 %
31,2 %
57,3 %
Source compte administratif budget principal 2010
head2right
L’identification des risques
L’encours de la dette porte essentiellement sur des contrats classé en 1A dans la charte Gissler
et dont la plupart sont à taux fixe (seuls trois contrats sont à taux variable simple) :
Typologie des risques
Nombre de contrats
% de l’encours
1 A -
Indices en euros
Taux fixe simple :
Taux variable simple. Echange de
taux fixe contre taux variable ou inversement
Echange de taux structuré contre taux variable ou taux
fixe (sens unique)
Taux variable simple plafonné (cap) ou encadré (tunnel)
32
80,33 %
3 E –
Ecarts d'indices zone euro
Multiplicateur jusqu'à 5
1
19,67 %
Source compte administratif budget principal 2010
14/59
Le contrat issu du réaménagement de 2007 est un contrat dont le taux fixe de 4,38 % est
conditionné par l’évolution de l’index EURIBOR 3 mois, avec un coefficient multiplicateur
de 5 en cas de franchissement de la barrière de 5,75 %. La collectivité doit donc en suivre
attentivement l’évolution.
4.3 Le recours à une ligne de trésorerie
La chambre a relevé depuis 2007, le maintien d’une ligne de trésorerie importante supérieure
à 1 M€ (avec 1,3 M€ en 2010, 1,8 M€ en 2011). Le maire la justifie par la saisonnalité de
l’activité des services de la commune, qui impose la programmation et l’exécution des
travaux avant la saison touristique estivale. Il précise que «
l’excédent de trésorerie de
l’exercice 2011 permettra de ne pas avoir recours à la ligne de trésorerie pour 2012
».
La chambre prend acte de cet engagement.
En conclusion, l’encours de la dette ne fait qu’amorcer une baisse que la commune
souhaite poursuivre. Cette décrue est fortement liée aux mesures de maîtrise structurelle
de la dépense que la commune se donnera les moyens de mettre en oeuvre.
5. La maîtrise des dépenses
Le niveau d’endettement encore élevé de la commune, conjugué à des rigidités budgétaires,
implique de donner la priorité à la maîtrise des dépenses sur les postes à enjeux (personnel,
équipement, gestion des services publics) dans une approche permettant un meilleur arbitrage
coût / bénéfice.
La recherche d’un meilleur équilibre économique passe donc par une modification
significative des pratiques de gestion de la collectivité. Ainsi, l’objectif affiché de maîtrise des
charges de fonctionnement (personnel, dépenses liées aux festivités, autres dépenses de
fonctionnement) doit conduire la collectivité à se donner des outils de suivi et d’analyse de
ces dépenses mais aussi à corriger les carences dans le management relevées par la chambre,
qui se traduisent par l’absence de procédures formalisées de contrôle, un défaut de
rationalisation des achats, une programmation des investissements insuffisante et la nécessité
d’un suivi d’exécution plus rigoureux des délégations de service.
5.1 Les dépenses de personnel et la gestion des ressources humaines
Les charges de personnel consolidées (tous budgets) représentent 7,75 M€ en 2010 dont
6,5 M€ au titre du budget principal.
Ces charges ont globalement progressé de manière soutenue jusqu’en 2007, avec une
évolution supérieure à celle du glissement vieillissement technicité (GVT), et connaissent
depuis, un ralentissement:
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Budget principal
Commune
4 765 990
5 107 684
5 344 882
5 494 386
5 988 313
6 254 577
6 413 449
6 516 494
Budget annexe
CCAS
394 080
438 991
502 001
496 761
524 550
482 758
509 299
483 632
Budget annexe
Régie du port
535 252
550 438
590 527
628 791
655 288
670 215
743 943
752 146
Total
5 695 322
6 097 113
6 437 410
6 619 938
7 168 151
7 407 550
7 666 691
7 752 272
évolution n/n-1
7,1%
5,6%
2,8%
8,3%
3,3%
3,5%
1,1%
Consolidation charges de personnel (012 hors atténuation de charges 013)
15/59
A la fin de 2010, les effectifs réels (emplois permanents) consolidés de la commune
s’établissent
à 214 dont 183 pour le budget principal de la commune, 18 pour le budget
annexe du CCAS et 13 pour le budget annexe de la régie du port.
Au budget principal de la commune
, l’évolution des effectifs présentée annuellement au
compte administratif s’établit comme suit :
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Effectifs réels par macrogrades
(emplois permanents)
162
166
166
166
171
165
164
173
183
Non titulaires (cat A) :
3
3
3
3
3
3
3
3
3
Collaborateurs cabinets
2
2
2
2
2
2
2
2
2
Non titulaires catégorie A
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Titulaires :
159
163
163
163
168
162
161
170
180
Emploi fonctionnel DGS
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Emploi fonctionnel DGS adjoint
1
1
1
1
1
Emploi fonctionnel DST
1
1
1
1
1
A
1
1
3
3
3
3
3
3
4
B
4
5
5
5
6
5
6
6
10
C
152
155
153
153
156
152
150
159
164
dont C administratif
32
32
30
30
34
32
31
32
26
dont C police municipale
9
12
11
11
11
10
8
10
10
dont C technique
107
107
108
108
106
105
106
112
121
dont C autres secteurs
4
4
4
4
5
5
5
5
7
Taux d'encadrement
(catégories A et B) (en %)
5,3%
5,8%
7,2%
7,2%
8,3%
7,2%
8,0%
7,5%
10,4%
Budget principal - Extrait tableau des effectifs annuel
Source : Annexes comptes administratifs de la commune
o
Les effectifs réels
(emplois permanents) sont restés relativement stables jusqu’en 2008
mais ont progressé de 12 % entre 2008 et 2010. Cette augmentation s’explique
principalement par la titularisation de contractuels saisonniers de catégorie C technique
(15 effectifs sur 19, soit 79 % de l’augmentation).
o
La structure par filière et par corps
reflète les choix d’organisation et de maintien en régie
de nombreux services par la commune avec des effectifs essentiellement concentrés en
catégorie C (92 % des effectifs réels), plus particulièrement dans la filière technique
(65 %).
o
La présentation au compte administratif ne rend compte que partiellement des emplois
financés par la commune
,
car elle occulte notamment le recours soutenu à des contrats de
non titulaires (hors catégorie A) ou des vacataires correspondant en principe à des emplois
saisonniers, dont le recrutement fait pourtant l’objet d’autorisations successives par le
conseil municipal.
Ainsi, l’analyse des bilans sociaux révèle que les emplois non permanents concernent entre 25
à 30 agents toute l’année, avec des pointes jusqu’à plus de 80 pendant la saison estivale
(juillet – août), correspondant au renforcement des équipes d’animation des centres de loisirs,
de l’école de voile municipale et des surveillants de baignade :
2003
2005
2007
2009
2003
2005
2007
2009
Collaborateurs de cabinet
1
2
2
2
1
2
2
2
Agents non titulaires sur emplois saisonniers
1
15
19
13
1
58
68
61
Contrats aidés
6
6
Autres
10
8
9
12
10
14
29
17
Total
18
25
30
27
18
74
99
80
Source : rapports présentés au CTP sur l'état de la collectivité (bilans sociaux)
Effectifs rémunérés
au 31/12/N
Effectifs ayant travaillé au moins un jour
entre le 1er/01 et le 31/12/N
Autres personnels non titulaires sur emploi non permanent
16/59
Globalement, pendant la période sous contrôle, la part moyenne des rémunérations des non
titulaires représente 15 % du total des rémunérations.
o
D’une manière plus générale, l’élaboration et la présentation du tableau des emplois
annexés au compte administratif manquent de rigueur
:
square4
Le décrochage récurrent et important (50 %) entre le niveau des effectifs autorisés et les
effectifs réels, nécessite une mise en cohérence : si on comprend bien qu’un niveau
frictionnel de vacance ne peut pas être évité et que les prévisions du tableau des effectifs
doivent aussi permettre la souplesse nécessaire à la traduction effective des changements
de grades en cours de gestion, il est plus difficile d’admettre que le décalage entre postes
autorisés et effectifs réels soit aussi important et se concentre de façon significative sur
les grades de pied de corps.
square4
En outre, la chambre a signalé à la commune que le tableau des emplois présenté chaque
année à l’approbation du conseil municipal ne présentait pas le véritable effectif
autorisé. En effet, un simple contrôle de cohérence révèle des écarts significatifs dans
l’enchaînement entre les tableaux d’emplois annuels successifs et la prise en compte des
emplois créés chaque année par délibérations du conseil municipal ; la commune n’a pas
été en capacité d’expliquer l’origine de ces écarts qui perdurent depuis de nombreuses
gestions :
La chambre rappelle que le tableau des emplois annexé annuellement au compte
administratif doit permettre une présentation complète (au 31 décembre de chaque
année) de l’emploi rémunéré par la commune comprenant les titulaires et l’ensemble des
autres statuts d’emplois (non titulaires, vacataires et contrats aidés).
L’ordonnateur indique
«que la commune supprimera les postes autorisés par le conseil
municipal, et non pourvus, afin de clarifier le tableau des emplois».
La chambre prend acte de cet engagement et recommande un suivi plus rigoureux pour
l’établissement de cette annexe aux documents budgétaires.
o
Au plan budgétaire
également, si le poste des rémunérations principales (compte 6411)
s’est globalement maintenu à hauteur du GVT entre 2006 et 2009, du fait de la stabilité
des effectifs, il repart à la hausse en 2010 du fait de l’impact des nouveaux recrutements
en année pleine (+ 6,3%)
(voir annexe 3) ;
o
Enfin, la ligne 64118 «Autres indemnités»
connaît pour la période sous contrôle une
inflation constante
.
Globalement, la part cumulée des compléments de rémunération (comptes 64112 et 64118)
représente 28,7 % du poste des rémunérations principales en 2010 (0,91 M€) contre 20,6 %
en 2003 (0,51 M€).
Afin d’identifier les facteurs de ces évolutions, la chambre s’est plus particulièrement
intéressée à certaines composantes de ce poste :
Les heures supplémentaires
La commune du Lavandou ne dispose pas de règlement intérieur relatif à l’aménagement du
temps de travail. Hormis quelques agents du service des espaces verts dont les horaires sont
annualisés, le régime légal de la semaine de 35 heures s’applique (1 607 heures annuelles, 25
jours de congés annuels et 2 jours de fractionnement).
17/59
En conséquence, la commune a ouvert largement à l’ensemble des agents de catégorie B
(sans limite de grade) et C, titulaires ou non titulaires, la possibilité de percevoir des IHTS.
Par ailleurs, compte tenu de l’activité saisonnière touristique, le conseil municipal a voté deux
délibérations qui permettent de déroger au contingent mensuel de 25 heures d’une part (en
2002) pour les agents du centre technique municipal, des festivités et de la police municipale
durant les mois de juin, juillet et août à hauteur de 55 heures par mois, et d’autre part (en
2004) pour les agents du service animation pour les mois de mars à octobre à hauteur de
50 heures par mois.
Il en résulte une augmentation très importante du recours aux heures supplémentaires
identifiée au travers de l’analyse des bilans sociaux 2007 et 2009 qui montrent une
progression de + 61 % entre les deux gestions. Ce constat doit être mis en relation avec la
mise en oeuvre des mesures d’exonération fiscale introduites par la loi du 21 août 2007 en
faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat (TEPA).
Cependant, le caractère incitatif de ce dispositif doit être examiné au regard des besoins réels
de fonctionnement des services de la commune qui en deux ans n’a pas connu de modification
significative du périmètre de ses activités ou des services rendus à la population
:
évolution
2009/2007
Toutes filières
6389,25
100,0%
10260
100,0%
61%
- Administrative
1702
26,6%
2286
22,3%
34%
- Technique
3681,25
57,6%
6485
63,2%
76%
- Police municipale
902
14,1%
1216
11,9%
35%
- Autres (Sociale, Animation, Sportive)
104
1,6%
273
2,7%
163%
dont Sociale
85
1,3%
69
0,7%
-19%
dont Animation
19
0,3%
144
1,4%
NS
dont Sportive
60
0,6%
Source : rapports présentés au CTP sur l'état de la collectivité (bilans sociaux)
2009
Heures supplémentaires réalisées et rémunérées
2007
En outre, ces données fournies par la commune et figurant aux bilans sociaux sont inférieures
en 2009 au décompte réel relevé par la chambre dans les pièces justificatives de la paye. En
effet, le contrôle de la chambre fait apparaître 12 097 heures supplémentaires (et non
10 260 heures) dont la valorisation se monte à 0,19 M€ pour l’année 2009.
Si l’on peut comprendre le caractère estival des besoins en termes de mobilisation du
personnel qui apparaît dans le bilan (juin à septembre, 51,6 % en volume pour 52,5 % en
valeur), il reste néanmoins surprenant que durant toute l’année, le recours aux heures
supplémentaires reste soutenu même en intégrant le Corso en mars.
En outre, on constate que près de 50 % des heures supplémentaires sont réalisées en période
«heures normales».
Enfin, l’analyse de la consommation des heures supplémentaires par service (mentionnée sur
la fiche de paye) s’établit comme suit :
Festivités Animation Culture
1 322
11%
Police municipale
1 321
11%
Services administratifs
2 129
18%
Enseignement et périscolaire
1 021
8%
Animation sportive (EIS)
107
1%
Complexe sportif évolutif ouvert
85
1%
Centre technique municipal
6 113
51%
12 097
100%
Année 2009
18/59
D’une manière générale, cette forte progression devrait inciter la commune à une
réflexion approfondie sur l’adéquation entre missions et moyens et sur l’organisation du
travail dans l’ensemble des services.
A titre d’exemple, les contraintes d’ouverture au public ne semblent justifier que très
partiellement la consommation constatée pour les services administratifs. En revanche,
la
forte sollicitation du service finances (40 % dont l’essentiel sur l’équipe comptabilité-
patrimoine) et du service urbanisme (20 %) semble dénoter un effectif insuffisant au regard de
la charge de travail et des enjeux, et devrait engager la collectivité à réagir.
A contrario, il est surprenant de constater le fort contingent d’heures supplémentaires
accordées au centre technique municipal compte tenu des effectifs élevés de ce service.
Il en est de même pour les décomptes équivalents d’heures supplémentaires constatés pour le
service de la police municipale et le service des festivités, dont le surplus d’activité est
supposé se concentrer majoritairement sur la saison estivale et dont l’effectif est inférieur de
moitié à celui de la police municipale.
Le contrôle de l’effectivité des heures effectuées est réalisé, selon la commune, par le chef de
service qui appose son visa. Cependant, la réalité et l’effectivité de ce contrôle n’ont pas pu
être vérifiées par la chambre, qui relève des insuffisances dans l’état des heures
supplémentaires 2009 joint à la liasse, s’agissant notamment de leur motivation
:
le format de l’état ne permet pas de distinguer le service d’appartenance de l’agent et
l’objet précis justifiant les heures supplémentaires (même colonne) : au final, pour la
quasi-totalité des agents, c’est la simple mention de leur service qui tient lieu de
justification ;
le détail des dates n’est pas toujours mentionné : pour certains agents aucune justification
de date ne figure dans l’état, s’apparentant davantage à un forfait mensuel impossible à
contrôler.
La chambre a notamment demandé à la collectivité la production de la justification de ces
forfaits pour trois agents du service «Animations Festivités Culture», pratique courante pour
ce service. L’état détaillé mensuel 2009 transmis par la commune est une reconstitution a
posteriori non datée et non signée, parfois discordante avec l’état initial joint aux liasses, et ne
peut tenir lieu de justificatif. En outre, le recours fréquent aux mentions «besoins du service»
ou «animation festivités» (sans autre précision) ne constituent pas des motifs valables, a
fortiori l’absence de motif.
Sur la base de la délibération du conseil municipal qui permet de déroger au contingent
mensuel de 25 heures pour les agents du service animation dans la période de mars à octobre
à hauteur de 50 heures, il y a lieu de penser qu’une forfaitisation systématique intervient
notamment pendant la période hors saison.
Le maire a indiqué à la chambre que
«le service animations a revu son fonctionnement, en
dégrevant les heures supplémentaires de simple permanence entre le montage et le
démontage des spectacles. Le responsable est quant à lui, contraint de veiller sur place au
bon fonctionnement des manifestations. De plus, les animations « en production directe » ont
été réduites, afin de diminuer l’appui technique fourni par les services municipaux. Aussi, le
recours aux heures supplémentaires a-t-il été estimé comme plus économe que le recours à un
contingent
d’emplois
saisonniers
plus
étoffé.
Hormis
les
directives
générales
de
rationalisation et d’économies sur les heures supplémentaires, l’ordonnateur ne peut en
vérifier l’exactitude pour chacun de ses agents, et doit se fier aux chefs de services».
19/59
La chambre rappelle que si depuis 2010, la nouvelle comptable en poste exige que l’objet des
heures supplémentaires effectuées soit mentionné avec plus de précision, conformément à la
réglementation, il appartient à l’ordonnateur de mettre en place un contrôle interne plus
efficace en amont.
La chambre invite la collectivité à fixer des objectifs en matière de fonctionnement de
ses services, afin d’encadrer ces pratiques et maîtriser la progression de ce poste
budgétaire
.
Les astreintes
Plusieurs délibérations successives du conseil municipal ont fixé les modalités d’application
du régime des astreintes, qui s’applique à l’ensemble des agents de la collectivité. Les taux
ont été fixés par la délibération du 29 novembre 2005.
Pour la gestion 2009, le bilan financier du versement des astreintes
13
s’établit à plus de
30 000 €. Ces astreintes sont quasi systématiquement à l’origine d’heures supplémentaires
pour les agents concernés.
La chambre invite la commune à identifier le coût du cumul des deux dispositifs dont la
concomitance doit être contrôlée.
La prime de fin d’année
Une prime de fin d’année est versée à tous les agents communaux en novembre. Cette prime
forfaitaire (proratisée au temps de travail et de présence) a été instituée en 1973 et a été
maintenue par délibération du 18 décembre 1990 au titre des avantages acquis conformément
aux dispositions de la loi du 26 janvier 1984.
En 2001, le conseil municipal avait décidé de moduler son attribution en fonction de
l’absentéisme et des sanctions disciplinaires, et de prévoir sa revalorisation chaque année dans
la limite de l’évolution des salaires. La modulation a été supprimée en 2005 conformément à
la jurisprudence (arrêt CAA Marseille du 19 décembre 2002 commune Pierrefeu du Var)
interdisant ce type de modulation, au motif qu’une collectivité ne peut modifier les conditions
d’attribution de la prime de fin d’année, sans porter atteinte à cet avantage indemnitaire acquis
sur le fondement de l’article 111 de la loi du 26 janvier 1984).
De même, si aucune disposition législative ou règlementaire ne fait obstacle à ce que soit
revalorisée annuellement une prime constituant un avantage indemnitaire collectivement
acquis par le personnel (et qui lui est maintenu en application de l’article 111) la
revalorisation décidée ne peut résulter que de l’application d’une disposition, qui, comme la
prime elle-même, constitue un avantage acquis maintenu. Il était donc nécessaire que cette
revalorisation ait été prévue avant 1984.
Compte tenu du caractère irrégulier de cette indexation, la chambre a demandé à la
commune de mettre fin à cette mesure de revalorisation annuelle. Le maire s’y est
engagé.
13
Dans ce cas également, la comptable en poste a fait mettre en place des états de liquidation des astreintes
individualisées, jointes à chaque bulletin de paye conformément à la règlementation.
20/59
o
La politique de gestion des ressources humaines
Les orientations affichées par le maire consistent à limiter les embauches au remplacement
des départs en retraite de fonctionnaires, et à maintenir un niveau d’effectifs nécessaire au
fonctionnement des services de la commune, qu’il n’est pas prévu d’externaliser (cuisine
centrale, entretien des locaux et des bâtiments, services techniques, service périscolaire pour
la maternelle). Les seules compétences transférées à un EPCI sont l’eau, l’assainissement et la
collecte des ordures ménagères (au SIVOM Bormes-La Londe-Le Lavandou et au
SIA Le Lavandou-Le Rayol Canadel).
Sans remettre en cause ces orientations, la chambre constate que l’objectif de stabilité n’est
plus respecté depuis 2008, puisque les effectifs réels s’accroissent de 19 agents (augmentation
que la commune justifie par la nécessité de pallier un absentéisme élevé, analysé ci-après). La
chambre relève la faiblesse
14
des outils de pilotage opérationnel en matière de gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences et de gestion des carrières.
Les mesures de prévention de l’absentéisme
n’ont pas permis de répondre à l’ampleur du
phénomène et à son développement notamment dans le cas des absences pour maladies
ordinaires. A la fin de 2009, le nombre de jours d’absence correspondait à l’équivalent de
26 agents travaillant à temps plein sur une année (227 jours / an) (voir annexe 3), soit 12 % de
l’effectif de la commune.
Le maire a indiqué avoir mis en place de nombreuses actions de formation et de sensibilisation
afin de réduire les accidents du travail ainsi qu’un contrôle systématique des arrêts de travail
supérieurs à sept jours. Aucun document ne vient toutefois corroborer cet engagement, non
plus que
le projet de «
proposer au prochain comité technique paritaire une mesure de
modulation du régime indemnitaire afin de permettre une retenue sur les primes pour les jours
non travaillés pour cause de maladie».
La chambre engage la commune à reconsidérer certains aspects de sa gestion des ressources
humaines et à engager une démarche d’analyse et de rationalisation de ce poste de dépense qui
représente 51,1 % des charges de gestion en 2010 contre 45,17 % en 2003. Le maire fait valoir
les mesures de réduction prévues (5 agents d’été pour 2012) et un objectif de réduction des
heures supplémentaires.
5.2
Dépenses de fonctionnement
: les charges à caractère général
Dans son analyse des charges à caractère général, la chambre s’est attachée à distinguer les
dépenses liées à l’événementiel touristique, de dépenses plus structurelles relatives au
fonctionnement courant des services gérés en régie. Le regroupement des dépenses relatives à
chacun de ces deux domaines a été opéré par la chambre à partir des pièces comptables. Il n’a
pas un caractère exhaustif compte tenu de la grande dispersion des comptes imputés (voir
tableaux détaillés en annexe 1).
14
En effet, la commune n’a, jusque là, pas entrepris de démarche en matière de GPEEC
avec notamment, pas de
généralisation des fiches de postes et pas de procédure formalisée pour gérer la mobilité du personnel. Concernant
l’identification de ses métiers, l’état des lieux 2009 du CNFPT (mars 2010) constitue le seul document que la
commune a produit la chambre.
Concernant la gestion des carrières, si la notation des agents est effectuée par les chefs de service et directeurs
chaque année, elle ne s’appuie pas systématiquement sur des entretiens d’évaluation dont la mise en oeuvre est
variable en fonction des services.
Le régime indemnitaire tient compte, théoriquement, de la manière de servir et des responsabilités de l’agent dans
la structure mais la commune ne dispose d’aucune procédure formalisée ou instruction à destination du
management sur ce point.
Enfin, le passage d’échelon se fait dans le délai minimum.
21/59
5.2.1 Les dépenses liées aux festivités
Principalement tournée vers le tourisme, la commune du Lavandou organise tout au long de
l’année de nombreux évènements et festivités. Les comptes de charges liés, en tout ou en
partie, à l’évènementiel représentent en moyenne dans la période 18 % des dépenses à
caractère général avec un pic en 2007 à 24 %. Après une baisse enregistrée en 2008 et 2009,
ces dépenses sont reparties à la hausse en 2010 (+ 35 % par rapport à 2009) :
Le Lavandou - évènementiel
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
6042Achats prestations de services
289 163,33
280 737,79
247 669,49
492 513,60
247 832,74
180 504,51
292 514,19
60623Achats alimentation
88 631,77
75 334,52
80 488,33
94 552,18
75 249,40
88 663,11
85 843,84
6232Fêtes et cérémonies
115 625,37
119 654,00
90 836,91
129 455,22
113 459,61
174 297,67
189 931,99
6236Catalogues et imprimés
67 423,20
62 429,22
54 543,25
62 347,64
30 133.8
53 141,36
67 685,88
6238Divers publicité, publications
107 725,51
85 280,90
94 829,76
163 275,44
29 606,92
25 051,48
87 740,59
6257Réceptions
49 814,80
69 589,69
51 166,34
69 590,99
56 475,32
58 721,63
61 994,08
Total des comptes
718 383,90
693 026,12
619 534,08
1 011 735,00
552 757,79
580 379,73
785 710,57
Total charges à caractère général
3 868 895,76
3 967 672,10
3 725 337,51
4 205 814,62
3 440 960,53
3 703 556,83
4 250 078,27
En % des charges
18 %
17 %
17 %
24 %
16 %
16 %
18 %
Source CA Budget principal
Pour l’exercice 2007, la chambre a identifié les dépenses directement liées aux festivités :
outre les comptes 6232 et 6257 qui leur sont entièrement consacrés pour un montant de
199 046 €, les dépenses liées à l’événementiel inscrites dans les autres chapitres atteignent
632 354 €, soit un total de 831 400 € (82,2 % des comptes de charges générales concernées).
Ainsi, la chambre a établi le bilan financier des principaux spectacles et manifestations
programmés par la collectivité durant l’été 2007, soit un montant estimé à 373 676,15 €
détaillé comme suit :
Spectacles
Montant
Fabrice et Fabrice (festival du rire)
6 312,44
Europartistes CESAM- Concert Jimmy Cliff
51 383,27
Europartistes CESAM - Concert John Mayal
30 007,84
Europartistes CESAM - Kid créole
39 239,26
Championnat de France de motonautisme
30 000,00
Europartistes CESAM - Les plastiscines
29 700,75
Europartistes CESAM - The Commitments
30 083,46
Sté Stratège organisation - Spectacle Kaolin
30 511,80
Sté Stratèges organisation - Superbus
52 553,15
Internationaux de France de beach volley
73 884,18
Total spectacles 2007
373 676,15
Bilan spectacles 2007
Ces coûts comprennent au-delà du cachet des artistes, la régie technique (matériels,
sonorisation, éclairage), et les frais de séjour (hébergement, repas et consommations) des
artistes et des techniciens. Ils ne comprennent pas notamment le surcoût en fourniture
d’électricité ni les frais de personnel (heures supplémentaires notamment des personnels
de mairie).
Le bilan financier des manifestations estivales montre que, s’agissant des spectacles payants,
les recettes correspondantes couvrent les dépenses à hauteur de 23 %.
22/59
Le Lavandou – Spectacles payants été 2007
Dépenses
Recettes
Objet
Compte
Montant €
Tickets régie
Montant €
Kaolin
.................................................
6042- 6257
30 511,8
118 à 20 €
2 360,00
Kid Créole
..........................................
6042- 6257
39 239,26
210 à 20 €
4 200,00
Les Plastiscines
...................................
6042- 6257
29 700,75
134 à 15 €
2 010,00
John Mayall
........................................
6042- 6257
30 007,84
453 à 20 €
9 060,00
Superbus
.............................................
6042- 6257
52 553,15
778 à 25 €
19 450,00
Volcano DJ tour
..................................
6042
5 962,00
926 à 5 €
4 630,00
Fabrice et Fabrice (festival du rire)
....
6042 - 6257
6 312,44
49 à 10 €
490,00
Total
...................................................
194 287,24
42 200,00
NB : La seule impression des tickets du Festival du rire a coûté 1 235,46 € et leur vente a
rapporté 1 029 €.
L’évolution de l’évènementiel depuis 2007 pour la saison estivale.
Après 2007, la collectivité a opté pour une politique de gratuité pour les spectacles d’été sans
pour autant renoncer à la densité de la programmation. Ainsi, en 2009, la commune a, entre le
21 juin et le 26 août, offert aux estivants 22 jours de festivités (spectacles musicaux et
pyrotechniques, exposition et animations). Toutefois le coût global estimé de la saison
estivale 2009, 151 539 €, est bien inférieur à celui de la saison 2007 compte tenu d’une
programmation moins prestigieuse et donc de coûts unitaires de spectacles sans commune
mesure avec ceux des spectacles de 2007 ; les spectacles pyrotechniques représentent en 2009
le coût le plus élevé (12 323 € en moyenne par spectacle)
15
.
La diminution des dépenses de manifestations estivales en 2008 et 2009 ne s’est cependant
pas confirmée en 2010, exercice qui voit la programmation de spectacles plus coûteux et des
dépenses de communication en forte progression.
Le maire reconnaît que
l’été 2007 a vu «
une programmation particulièrement dense et de
qualité (…)
qui a paradoxalement rencontré une fréquentation décevante. La multiplication
des spectacles (10) générant en moyenne une perte de 20 000 € par soirée, et entraînant trop
d’heures supplémentaires pour les agents du service des festivités, il a été décidé
d’abandonner les concerts donnés dans le cadre trop excentré du théâtre de verdure, et
d’opter pour deux concerts gratuits –un en juillet, et un en août- afin de tenir compte
également de l’attente des touristes et d’une baisse de pouvoir d’achat en période de crise».
Hors la saison estivale, la chambre s’est intéressée à deux manifestations
16
importantes et
emblématiques qui demeurent payantes
:
checkbld
Le
Corso fleuri
qui a lieu au mois de mars, mobilise fortement le personnel et le budget
communal ;
checkbld
La fête du
Romérage
(fête de Saint-Clair, le saint patron des pêcheurs), a lieu au mois de
septembre.
15 La collectivité a conclu un MAPA avec la société Pyragic pour la fourniture de cinq spectacles
pyrotechniques durant l’été et d’un spectacle pour le 31 décembre. Avec les frais annexes, le coût de ces
spectacles s’établit à 75 991 €.
16 L’élection de miss Lavandou, de moindre importance, donne également lieu à encaissement de recettes
23/59
La chambre s’est attachée à établir le bilan financier 2009 de ces deux manifestations, sachant
que les dépenses afférentes imputées sur de multiples comptes ont donné lieu à un décompte
délicat et loin d’être exhaustif.
Pour le Corso fleuri
, manifestation d’une journée (le 8 mars 2009), la dépense est de
146 397 € et la recette de 42 520 €, la charge pour la collectivité est donc supérieure à
100 000 € sans compter l’utilisation des moyens et du personnel de la collectivité, et les
subventions aux associations pour la confection de chars (entre 1 200 et 8 100 € par
association), qui s’élèvent à 62 000 € en 2009.
S’agissant de subventions affectées à la réalisation d’un char pour le Corso, la chambre
rappelle qu’un compte rendu financier attestant la conformité des dépenses effectuées à
l’objet de la subvention (article 10 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000) doit être fourni à
l’appui de la demande de subvention. Le maire estime
«qu’un trop grand formalisme
découragerait les associations participantes».
Pour la fête du Romérage
, l’impact financier est moindre (de l’ordre de 20 000 €) avec un
reste à charge pour la collectivité supérieur à 13 000 €.
Un autre temps fort de la vie de la commune est le Noël des anciens, la commune comptant
40,8 %
17
de retraités ; il comporte un dîner-spectacle et la remise d’un colis. La fête de 2008
(mandatée en 2009) appelle les remarques suivantes :
-
sur le montant global estimé par la chambre (88 000 €) une partie des dépenses afférentes
est prise en charge par le budget principal de la commune et non par le CCAS ;
-
la collectivité n’a pas été en mesure de fournir les justificatifs établissant qu’elle avait
procédé, conformément au code des marchés publics, à une publicité et mise en
concurrence pour la décoration du COSEC
18
dont le coût s’élève à 12 010,23 € ;
-
de même pour la location de la vaisselle (10 517,42 €), la prestation du traiteur (26 600 €)
et la fourniture des colis de Noël (24 150 €), le CCAS n’a pas apporté de justificatifs
établissant qu’il avait procédé, selon les dispositions du code des marchés publics, à une
publicité et une mise en concurrence. L’assertion du maire, selon lequel « une mise en
concurrence est effectuée pour les colis, auprès d’une dizaine de sociétés spécialisées, par
le CCAS, dont le conseil d’administration procède à l’évaluation gustative de chaque
proposition», ne peut donc être vérifiée.
L’examen détaillé de ces dépenses conduit donc la chambre à relever l’absence de suivi et
d’analyse des coûts de ces manifestations.
L’observation du maire selon lequel «chaque
manifestation fait l’objet d’un «suivi consolidé» par présentation d’un détail des dépenses, par
le DGS au maire», n’est appuyée par aucun document probant.
La chambre recommande également à la collectivité de veiller à la rationalisation des achats
et de respecter les procédures de mise en concurrence prévues par la règlementation.
5.2.2
Les dépenses liées au fonctionnement courant des services
La chambre a examiné certaines dépenses liées au fonctionnement courant des services,
intervenues en 2009, au regard des dispositions du code des marchés publics et des
procédures internes mises en place en la matière par la collectivité
19
.
17 Source INSEE RP 2007
18
COSEC : Complexe sportif évolutif couvert
24/59
En matière d’achat de fournitures et d’entretien la collectivité a formalisé ses procédures dans
une note de service – non datée et non signée - portant sur «la nouvelle procédure de la
commande
publique,
procédures
des
marchés
à
procédure
adaptée»
suite
au
décret n° 2006-975.
Dans la partie II de la note en cause intitulée «guide interne de procédure des marchés à
procédure adaptée de la mairie du Lavandou», il est rappelé comme important que «toute
commande de prestation inférieure à 4 000 € ne nécessite aucune publicité ni mise en
concurrence». Cependant, il est demandé à tous les services de prévenir le service des
marchés publics par téléphone, avant d’effectuer de telles commandes, afin de permettre :
checkbld
La vérification de la commande envisagée (si elle ne rentre pas déjà dans le cadre d’un
marché liant la commune),
checkbld
Le recensement de ces commandes pour envisager, à terme, leur groupement dans un
marché unique, s’il s’avère que le besoin est récurrent.
La note, par ailleurs, présente en annexe une nomenclature adaptée à la collectivité, recensant
l’ensemble des fournitures et services regroupés par famille homogène.
La chambre a vérifié si les préconisations du guide des procédures étaient mises en
application par les services communaux
à travers l’examen d’achats relevant de sous-comptes
du compte 60 «Achats et variation de stocks», qui représente 46 % des charges à caractère
général en 2010 (contre 42 % en 2004).
Cette analyse révèle que des marges de progrès sont nécessaires en matière d’organisation de
la commande publique et de contrôle de la mise en oeuvre des instructions par les services
communaux (services demandeurs comme service des marchés publics). En outre, la chambre
a constaté que lorsque la collectivité passe par un groupement d’achats, les besoins ne sont
pas toujours correctement évalués : les montants de commandes effectives sont inférieurs au
montant minimum des marchés contractés.
En effet, même si la commune affirme que des mises en concurrence systématiques (trois
devis demandés) sont bien mises en oeuvre pour chaque commande, il est nécessaire de
procéder en amont à une analyse de la dépense afin de déterminer les familles de produits
homogènes dont le cumul annuel atteint le seuil des marchés pour organiser les procédures
adaptées. L’ordonnateur fait valoir les réorganisations intervenues dans le service de la
cantine scolaire, et les consignes de rationalisation des achats formulées en ce sens. La
chambre en prend acte.
5.3 Les dépenses liées aux investissements
La commune du Lavandou a investi de manière importante durant la période. Ces dépenses
suivent les tendances observées en matière de fonctionnement : un pic en 2007 suivi d’une
décrue en 2008 et 2009 et d’une reprise en 2010 qui découle des travaux entrepris
à la suite
des intempéries de fin 2008.
19
Il est rappelé que les dispositions du CMP relatives au seuil en deçà duquel le pouvoir adjudicateur peut
décider de passer un marché sans publicité et sans concurrence préalable ont été modifiées par le
décret n° 2008-1356 du 19 décembre 2008 qui a relevé ce seuil de 4 000 € HT à 20 000 € HT.
Toutefois, l’arrêt du conseil d’Etat du 10 février 2010 a annulé le décret du 19 décembre 2008, à compter
du 1
er
mai 2010.
25/59
L’essentiel de ces dépenses sont individualisées au sein d’opérations dédiées :
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Dépenses d'équipement (réel)
4 467 143
4 955 849
3 104 190
3 809 224
5 018 679
3 005 758
2 951 496
4 615 529
dont dépenses identifiées par opérations
4 199 615
4 838 532
2 963 877
3 751 778
4 958 874
2 945 820
2 933 627
4 609 549
dont dépenses hors opérations
267 528
117 316
140 314
57 445
59 805
59 938
17 869
5 980
source comptes de gestion
Globalement, entre 2002 et 2010, la commune a consacré 35,89 M€ à ces opérations dédiées.
Parmi ces opérations, certaines sont de nature récurrente et transversale : études d’urbanisme,
voiries et réseaux, éclairage public, acquisitions de matériels, acquisition de véhicules,
acquisitions d’immeubles (42,7 %), d’autres sont ouvertes en tant que de besoin pour le suivi
d’une opération particulière. Cette double entrée ne permet pas l’évaluation complète des
opérations.
Cependant, en procédant à un reclassement par objet de ces dernières (voir annexe 4), on
obtient une vue synthétique des différents volets de la politique d’équipement de la commune
pour laquelle la part «Aménagement urbain» s’avère prédominante (60,1 % des crédits) par
rapport à des opérations relevant davantage d’acquisition et de valorisation de patrimoine
immobilier :
Total dépenses 2002-2010 (en €)
En %
Opérations d’aménagement
..........................
21 554 794,42
60,10
Dont études urbanisme
....................................
138 484,85
0,40
Dont voirie et réseaux
......................................
5 540 565,88
15,40
Dont éclairage public
......................................
2 985 246,44
8,30
Dont aménagement centre ville
........................
7 647 226,2
21,30
Dont aménagement hors centre
.......................
2 926 800,71
8,20
Opérations patrimoniales
..............................
10 245 060,37
28,50
Dont acquisitions d’immeubles
........................
2 649 970,21
7,40
Dont bâtiments scolaires
..................................
629 386,19
1,80
Dont bâtiments communaux autres
..................
6 965 703,97
19,40
Autres opérations
...........................................
4 094 519,94
11,40
Dont acquisition matériels, outillages
.............
2 323 351,44
6,50
Dont acquisition véhicules
...............................
1 684 062,62
4,70
Total
................................................................
35 894 374,73
100,00
L’essentiel des investissements réalisés par la commune a été motivé par le développement
touristique et la nécessité de renforcer l’attractivité de la commune par des aménagements
appropriés à l’affluence estivale. Ils ont été mis en oeuvre sans programmation pluriannuelle,
malgré leur coût élevé.
L’ordonnateur indique pouvoir ralentir le rythme des investissements désormais sauf à devoir
faire face à des évènements climatiques tels que la tempête de 2008 dont les conséquences
pour la commune ont été très lourdes (une partie des réparations doit être néanmoins prise en
charge par l’Etat au titre des catastrophes naturelles).
26/59
L’enjeu d’actualité pour la commune est le
programme d’aménagement d’ensemble (PAE)
pour le quartier du Village
20
pour lequel, par délibération du 19 décembre 2008, le conseil
municipal a approuvé sa création qui définit les montants des participations des constructeurs
au financement en contrepartie du programme d’équipements publics prévu dans le périmètre.
Le délai de réalisation des équipements du PAE est établi à 10 ans.
Le maire évalue à plus de 50 M€ l’investissement réalisé pendant 12 exercices, qui a permis
de réaménager et embellir la ville. Le ralentissement des investissements a été compensé par
un appel au secteur privé pour faire réaliser 120 logements conventionnés et 45 villas
(dispositif dit «Borloo-Boutin») dans l’éco-quartier du village, via un PAE. Cette même
démarche a été initiée pour la réalisation d’un complexe cinématographique et un pôle
médico-social, sur un terrain communal, via un bail emphytéotique administratif, au rond-
point de « La Baou.
5.4 Les budgets annexes de l’eau et de l’assainissement
: le contrôle des contrats de
délégation
La chambre a examiné la qualité du suivi par les services de la commune des deux délégations
de service public passées avec la société SAUR concernant :
o
le service public de l’eau (contrat du 15 septembre 1978, conclu pour 25 ans, venant à
échéance au 1
er
juin 2013) ;
o
le service public de l’assainissement (contrat du 31 janvier 2004, conclu pour 10 ans,
venant à échéance au 30 janvier 2014).
Le contexte
:
Par délibération du 24 mars 2004, le conseil municipal a approuvé le schéma directeur
d’assainissement collectif et non collectif après enquête publique. Ce schéma couvre les deux
bassins versants qui concernent la commune : Cavalière (capacité 15 000 EH
21
), secteur qui
dépend de la station d’épuration gérée par le SIA Le Lavandou - Le Rayol Canadel et
Batailler (capacité 100 000-120 000 EH) secteur qui dépend de la station d’épuration gérée
par le SIVOM Bormes-La Londe-Le Lavandou.
Le schéma directeur établit le zonage en matière d’assainissement, identifie les travaux de
raccordement restant à réaliser et les zones d’habitat pour lesquelles l’assainissement non
collectif (ANC) s’impose pour des raisons techniques. Sur le territoire du Lavandou, 5 % des
habitations resteraient en ANC, justifiant la création du budget annexe du service public
d’assainissement non collectif (SPANC), à compter du 1
er
janvier 2006 puisque le contrôle
des installations existantes, nouvelles ou réhabilitées entre dans la compétence communale
22
.
20
Le Programme d’Aménagement d’Ensemble (PAE)
envisagé représente 40 344 m² de SHON, dont
28 950 m² affectés au logement et les éventuels services et commerces de proximité, 3 600 m² pour 45 villas
répondant au dispositif dit «Villas Borloo» et 7 794 m² correspondants à 112 logements locatifs conventionnés.
Le coût total des équipements du PAE a été estimé à 7 428 369 € TTC et les recettes attendues sont de
7 428 137 € TTC calculées comme la fraction des coûts des équipements imputables au périmètre du PAE (entre
20 % et 100 % du coût en fonction de la nature des équipements).
A partir du montant théorique de la participation par m² de SHON créé dans le périmètre du PAE (soit
7 428 137 / 40 344 = 184,12 € TTC/m²), la commune a défini une modulation du tarif des participations en
fonction de la nature des bénéficiaires des équipements : 92,06 € TTC/m² de SHON pour les logements locatifs
conventionnés et «Villas Borloo» et 230,71 € TTC/m² de SHON pour l’accession libre et commerces.
En contrepartie du versement d’une participation, les constructions édifiées dans le périmètre du PAE seront
exemptées de la taxe locale d’équipement ainsi que de la taxe de raccordement au réseau d’assainissement.
21
EH : équivalent habitant
22
Articles L. 2224-8 et L. 2224-10 du CGCT
27/59
A ce jour, ce budget annexe n’a jamais enregistré de mouvements comptables.
En effet, ne disposant pas des moyens matériels et humains en interne, la commune a souhaité
faire prendre en charge cette compétence par son délégataire par voie d’avenant pour autant
qu’elle soit en mesure de définir le volume de la prestation, à savoir le nombre et la
localisation des habitations concernées. Pour des raisons liées à un retard de mise à jour des
bases de données cadastrales, l’avenant approuvant la mise en oeuvre effective de ces
nouvelles obligations n’a pu être soumis au conseil municipal que le 14 octobre 2011.
En outre, après mise en demeure
23
par le Préfet du Var, le SIVOM a finalement procédé à la
mise en conformité de la station d’épuration du Batailler afin de respecter les obligations
fixées par la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines (ERU) du 21 mai 1991. La
nouvelle station d’épuration est entrée en fonction au mois de mai 2011.
Le coût de la mise en conformité s’élève à 17 784 520 € TTC dont 5,3 M€ de subventions
(agence de l’eau, conseil général, Etat).
En matière d’eau et d’assainissement, la loi prévoit que l’ensemble des coûts soit supporté par
l’usager. Une nouvelle surtaxe, à hauteur de 0,65 € par m
³
, s’impute donc sur la facture d’eau
depuis 2008 pour permettre la couverture de la charge d’emprunt.
La remise en concurrence de l’actuel titulaire, la société SAUR, devait intervenir en 2012 et
2013 pour l’ensemble des contrats (réseaux d’eau, d’assainissement et station d’épuration)
concernant le SIVOM et les communes membres.
Dans ce contexte de fin de contrat, en amont d’un renouvellement à enjeu, et sur la base des
derniers rapports d’activité produits par le délégataire, la chambre retient les constats
suivants :
Concernant le
service public de l’eau
:
Le réseau est stable voire en légère réduction, avec un volume de consommation à la baisse.
Les volumes importés sont en progression avec une détérioration nette et continue de l’indice
de rendement primaire du réseau, ce qui signifie des pertes en réseau plus importantes. Le
compte annuel de résultat et d’exploitation fait apparaître des charges de personnel
exponentielles depuis 2005 pour un même format d’équipe, et une baisse des charges pour
continuité de service, tandis que l’écart croissant
entre prévisions et réalisations se creuse.
La chambre note l’inscription d’une annuité d’emprunt prise en charge par le délégataire
(99 000 € en 2009), que la collectivité explique, après consultation du délégataire, comme « le
paiement de la redevance du délégataire à la commune délégante », sans que cette possible
erreur de libellé ait été justifiée.
23 Arrêté préfectoral du 30 octobre 2009
28/59
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Réseau (ml)
115 261
113 147
113 101
110 298
110 405
110 590
Volume importé (m3)
1 393 537
1 487 275
1 588 633
1 532 312
1 465 085
1 503 139
Volume mis en réseau (m3) (a)
1 544 389
1 454 616
1 596 992
1 598 037
1 484 838
1 492 361
Volume consommé (m3) (b)
1 390 920
1 273 937
1 373 035
1 303 080
1 287 838
1 254 823
Indice linéaire pertes en réseau (m3/km/j)
3,4
4,5
5,8
7,0
4,9
6,0
Rendement primaire (b)/(a)
93,8%
90,1%
87,6%
86,0%
81,5%
86,7%
84,1%
Extrait du CARE
Charges de personnel (en K€)
275,184
299,984
551,8
546,1
682
680,9
712,9
Composition de l'équipe :
- chef de secteur
1
1
1
1
ND
ND
ND
- chef d'équipe
0
1
1
1
ND
ND
ND
- plombiers
4
4
4
4
ND
ND
ND
Charges de continuité de service
194,432
196,376
198,2
200,2
37,1
45,5
41,7
dont réalisées
ND
ND
ND
ND
18,252
5,499
0
Délégation de service public de l'eau - Extrait du rapport d'activité annuel
o
Concernant le
service public de l’assainissement
:
Le réseau est stable depuis 2006, les travaux de raccordement identifiés dans le schéma
directeur étant pour l’essentiel terminés. Les volumes facturés sont en baisse pour un nombre
d’abonnés quasi stable.
Le compte annuel de résultat et d’exploitation fait apparaître des charges de personnel en
progression depuis 2005 (sauf en 2009) pour un même format d’équipe.
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Réseau (ml)
64 121
64 271
64 738
66 218
66 518
66 516
66 577
Nb de regards de visites
1 584
1 595
1 595
ND
ND
ND
ND
Nb de postes de rélèvement
9
11
11
11
11
10
10
Nb d'abonnés
10 739
10 963
10 768
10 585
10 580
10 613
10 678
Volume facturé (m3)
1 219 919
1 163 061
1 095 267
1 177 110
1 125 051
1 088 386
1 086 217
Extrait du CARE
Charges de personnel (en K€)
105,605
97,006
148,2
135,5
181,5
206,7
169,4
Composition de l'équipe :
- responsable d'exploitation
1
1
1
1
ND
1
ND
- chauffeurs hydrocureurs
3
3
3
4
ND
3
ND
- agents d'assainissement
2
2
2
2
ND
2
ND
Délégation de service public de l'assainissement - Extrait du rapport d'activité annuel
Interrogés sur ces constats, les services de la commune n’ont pas été à même de fournir
d’explications à la chambre que ce soit sur la performance du réseau d’eau, l’évolution du
poste des charges de personnel imputées par le délégataire ou le suivi de l’exécution de la
programmation des charges pour continuité de service.
Arguant de l’ancienneté importante du partenariat avec la société délégataire, qu’elle
considère comme une garantie de qualité, la commune n’assure aucun suivi économique
de ce contrat ; le suivi technique est limité à la réalisation des principaux travaux
d’entretien.
La chambre souligne le risque d’un tel défaut d’analyse critique, compte tenu de l’enjeu
lié au renouvellement de ces deux contrats (remise en concurrence de l’actuel titulaire
en 2012 et 2013) et de l’impact à la hausse de la mise en conformité comme des
investissements à venir sur les réseaux.
Pourtant, un état des lieux apparaît indispensable pour poser les bases des nouveaux
cahiers des charges et s’assurer de la préservation des intérêts des usagers qui ont déjà
connu des augmentations tarifaires significatives :
29/59
Simulation consommation 120 m3
2004
2006
2007
2008
2009
Evol
2009/2004
Prix unitaire moyen m3 TTC
3,58
3,89
4,13
4,3
4,76
33,0%
évolution n/n-1
8,7%
6,2%
4,1%
10,7%
Abonnement HT
202,49
214,66
232,42
239,24
245,62
21,3%
évolution n/n-1
6,0%
8,3%
2,9%
2,7%
Evolution de la tarification - Extrait rapport d'activité annuel
6. Des pratiques de gestion approximatives sinon irrégulières
Dans les domaines d’activité examinés, la chambre a constaté des lacunes en termes
d’organisation (absence de formalisation de procédures et défaut de contrôle) et de
fonctionnement (mise en oeuvre de la règlementation défaillante) susceptibles d’entraîner des
irrégularités. Ces constats devraient conduire la commune à prendre des mesures
d’organisation interne adéquates destinées à sécuriser et à maîtriser son fonctionnement.
6.1 Des procédures internes qui manquent de rigueur et de formalisation
La chambre a procédé à des contrôles sur quelques dossiers pour lesquels elle engage la
commune à sécuriser ses pratiques au plan juridique comme au plan organisationnel.
6.1.1
Revenus des immeubles
La commune dispose d’une vingtaine de logements majoritairement occupés par des agents à
plusieurs titres :
* Des concessions de logement pour nécessité absolue de service
régies par les délibérations du
conseil municipal du 4 décembre 1997 et du 24 mai 2004 concernant cinq logements dont
trois seulement sont à ce jour occupés à ce titre. Il s’agit de logements de gardiens (centre
technique municipal (CTM), COSEC et mairie annexe - centre culturel) pour lesquels un
avantage en nature logement est décompté sur la paye des agents. Les deux autres logements
ont été réaffectés à d’autres usages sans mise à jour des textes.
* Des concessions de logement pour utilité de service régies par plusieurs délibérations dont
une concession pour utilité de service concernant l’occupation du logement dans la caserne
par un sapeur pompier volontaire n’ayant plus lieu d’être (délibération du 30 novembre
1987 antérieure à la départementalisation des SDIS).
Le maire indique qu’un logement en caserne des pompiers a déjà fait l’objet d’une
réactualisation de la redevance (le loyer a été doublé après application du régime normal).
* Des conventions d’occupation précaire
Il s’agit de contrats de bail de six ans renouvelables par tacite reconduction avec une
indexation annuelle (indice INSEE du coût de la construction) mais pour lesquels la
commune n’a pas procédé à l’évaluation des redevances sur la base d’estimations du service
des domaines et dont certains sont anciens et n’ont connu aucune réévaluation.
La commune n’a pas non plus été en mesure de donner les éléments objectifs de fixation des
redevances (valeurs locatives, abattements éventuels conformément aux dispositions de
l’article R.100 du code des domaines de l’Etat).
Pour deux agents, la sous-évaluation importante de la redevance fixée par la commune a été
telle qu’un redressement leur a été appliqué à la suite d’un contrôle URSSAF ; en sus de la
redevance, la commune est désormais tenue de leur décompter un avantage en nature.
30/59
Le maintien de cette situation par la commune est de nature à laisser perdurer une inégalité
de traitement entre, d’une part, les agents de la commune bénéficiant d’un bail dont ils
assument le paiement direct et d’autre part, les agents de la commune «redressés» dont il
conviendrait de revoir le contrat de bail afin de rétablir le bon montant de loyer, a fortiori
s’agissant d’agents dont l’indice de rémunération est plus élevé.
D’une manière générale, la commune devrait s’attacher à mettre en place une procédure de
fixation des redevances basée sur des critères objectifs conformes à la règlementation et au
principe d’équité. Le maire s’y est engagé, au fur et à mesure des travaux de rénovation. En
outre, au regard du constat des difficultés de la commune à lui transmettre des informations
exhaustives sur ces occupations de logements, la chambre préconise la mise en oeuvre d’un
suivi plus rigoureux de ces dossiers.
6.1.2 L’attribution des véhicules de fonction
Par délibération du 4 février 2010, le conseil municipal a décidé d’autoriser l’attribution d’un
véhicule de fonction aux fonctionnaires territoriaux détachés dans l’emploi fonctionnel de
directeur général des services et de directeur des services techniques.
Or, les dispositions de l’article 21 de la loi n° 90-1067 du 28 novembre 1990
24
modifiée par la
loi n° 2007-209 du 19 février 2007 (article 67) limitent cette possibilité au seul directeur
général des services pour les communes de plus de 5 000 habitants.
En conséquence, même si la collectivité a indiqué à la chambre que seul l’arrêté d’attribution
au directeur général des services avait été pris par le maire, la chambre demande une
régularisation de la délibération du 4 février 2010 afin de se mettre en conformité avec la loi, et
prend acte de l’engagement du maire de la mettre en oeuvre au prochain conseil municipal.
6.1.3 Le contrôle des régies par l’ordonnateur
La commune du Lavandou dispose, tous budgets confondus, de 12 régies de recettes et
4 régies de recettes et d’avances d’importance variée, dont pour le seul budget principal
9 régies de recettes et 3 régies d’avances et de recettes.
Ce volume nécessite une implication significative de la part du comptable comme de la part
de l’ordonnateur.
Les dispositions réglementaires en vigueur
25
déterminent les autorités habilitées à exercer un
contrôle sur les opérations des régies de recettes, des régies d'avances et des régies de recettes
et d'avances (article R. 1617-17 du CGCT).
Les régisseurs sont ainsi soumis aux contrôles du comptable assignataire, de l'ordonnateur
auprès duquel ils sont placés et des autorités habilitées à contrôler sur place le comptable
assignataire et l'ordonnateur. Au-delà des vérifications périodiques que doit conduire le
comptable, il appartient également à l’ordonnateur de sécuriser l’organisation et le
fonctionnement des régies qu’il a instaurées au plan administratif comme au plan comptable.
Ces contrôles doivent donner lieu à l’établissement de procès-verbaux de vérification.
24 Loi n° 90-1067 du 28 novembre 1990 relative à la fonction publique territoriale et portant modification de certains
articles du code des communes.
25
Instruction codificatrice n° 06-031-A-B-M du 21 avril 2006 relative aux régies du secteur public local et
notamment son Titre 6 - Contrôle des régies
31/59
Dans le cas de la commune du Lavandou, la chambre a noté (hormis pour la régie du port)
qu’aucun document ou note interne de procédure n’a été produit par la commune à destination
des régisseurs. Interrogé sur les mesures de vérification diligentées par l’ordonnateur, le
directeur général des services a indiqué effectuer un contrôle chaque année mais sans trace
écrite.
En conséquence, la chambre invite l’ordonnateur à mettre en oeuvre, sur la base des
procès-verbaux récents de vérification établis par les comptables, les préconisations
essentielles relatives à la sécurité des fonds ainsi qu’à la mise à jour des textes. Il
convient en effet de mettre fin à certaines incohérences et de réserver le maniement des
fonds aux personnes habilitées.
La collectivité aurait aussi tout avantage à engager une réflexion sur la cartographie de ses
régies, dans un objectif de rationalisation et si nécessaire de regroupement, et de
simplification des contrôles ; le défaut de mise à jour des textes et l’absence de traces écrites
des vérifications sont révélateurs d’un défaut de suivi. La sécurisation du fonctionnement des
régies peut en outre être améliorée par des actions de formation des agents concernés comme
du management.
6.2 Des procédures entachées d’irrégularités
6.2.1 La prise en charge des frais de missions et de déplacement
La chambre a vérifié la régularité de la prise en charge par la commune des frais de missions
et de déplacement et notamment des dérogations au décret du 19 juillet 2001
26
.
Il apparaît que les délibérations soumises au conseil municipal en matière de remboursement
de frais de restauration, d’hébergement et de déplacement, qui ne mentionnent pas
explicitement la dérogation au régime édicté par le décret, ne permettent pas aux élus de
statuer en toute connaissance de cause sur les dépenses prises en charge par la collectivité.
Certaines dépenses sont de surcroît irrégulières (prise en charge de frais au-delà du taux des
indemnités règlementaires, absence de justificatif joint aux mandats pour vérification des frais
effectivement engagés). Le maire les justifie par le souci de ne pas faire supporter aux agents
communaux le surcoût de leurs frais réels par rapport aux montants admis.
La chambre rappelle l’obligation de respecter la réglementation.
6.2.2. La prise en charge des frais de réception
La chambre a vérifié la conformité des dépenses de réception à la circulaire de la comptabilité
publique du 24 septembre 1992 relative à l’assouplissement des règles relatives aux frais de
représentation et de réception.
26
Notamment, l’article 7-1 du décret n° 2001-654 - modifié - fixant les conditions et les modalités de règlement
des frais occasionnés par les déplacements des personnels des collectivités locales et établissements publics
mentionnés à l’article 2 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 (abrogeant le décret n° 91-573 du 19 juin 1991)
dispose que l’assemblée délibérante peut, pour une durée limitée, lorsque l’intérêt du service l’exige et pour tenir
compte de situations particulières, fixer des règles dérogatoires aux taux des indemnités de mission et de stage
qui ne pourront, en aucun cas, conduire à rembourser une somme supérieure à celle effectivement engagée.
32/59
L’examen des pièces comptables des exercices 2008 et 2009 fait apparaître diverses
irrégularités : dans de nombreux cas, l’objet de la réception n’est pas mentionné ; des repas ont
pu réunir uniquement des membres de la collectivité. Le maire, par ailleurs, use fréquemment
de la dispense de production de justificatif en deçà du seuil de 230 €
27
, et a mis en place un
dispositif de «compte ouvert» dans certains établissements de la commune
28
.
La chambre précise que l’objet mentionné pour ces dépenses doit faire apparaître clairement le
lien avec l’intérêt communal et invite la collectivité à une application plus rigoureuse des
textes.
6.2.3 Le suivi des associations
La chambre a examiné le suivi par la commune des associations qu’elle subventionne et la
conformité des procédures au cadre juridique en vigueur
29
.
Pour la période examinée, les crédits alloués aux associations (compte 6574) ont peu évolué
entre 2004 et 2008 (+ 3,4 %). En revanche, entre 2008 et 2009 le montant des subventions a
augmenté de 19,6 %.
La commune octroie des subventions à 63 associations en moyenne. Deux d’entre elles
concentrent à elles seules 67 % des crédits alloués en 2009 : l’association Lavandou Tourisme
(office de tourisme de la commune), qui disparaît en 2010 avec la création de l’EPIC
Tourisme, et l’Olympique football club. L’augmentation des subventions constatée en 2009
profite essentiellement à ces deux associations.
La commune accorde ainsi depuis 2009 plus de 0,3 M€ par an aux associations (hors
Lavandou Tourisme).
Les contrôles conduits par la chambre l’amènent à formuler les observations suivantes :
head2right
la procédure d’instruction
La collectivité utilise un dossier type de demande de subvention bien conçu et conforme à la
règlementation. Toutefois, d’une manière générale, les dossiers que la commune a été en
mesure de fournir à la chambre sont très incomplets et ne respectent pas la règlementation
(non production de bilan financier ou de rapport d’activité).
head2right
le suivi de l’association conventionnée «Sports Olympiques du Lavandou»
Le club de football du Lavandou, régi en association, est né en 1934 et se compose
aujourd’hui d’une équipe sénior et de deux équipes loisir.
Entre 2004 et 2010, la subvention municipale (près de 100 000€) a augmenté de 88 %.
Par
ailleurs selon les termes de la convention qui lie l’association à la commune, cette dernière
met gracieusement à la disposition du club divers locaux (buvette, bureau pour l’entraîneur et
salle de réunion) ainsi que les installations du stade municipal. Restent à la charge du club les
dépenses de fluides et de nettoyage.
27
Décret 80-393 du 2 juin 1980, modifié. C’est ainsi qu’en 2007, tous les mandats en faveur d’une brasserie de
la commune atteignent un total de 2 363 €.
28
Soit 1 513, 50 € en règlement de repas pris d’avril à octobre 2008 dans un établissement et 4 483 € dans une
brasserie de la commune en 2008 et de janvier à août 2009.
29
Art. L. 2313-1 alinéa 5 et L. 1611- 4 du CGCT et annexe à l’article D. 1617-19 du CGCT précisant les pièces
justificatives à produire à l’appui des paiements.
33/59
La subvention municipale constitue entre 46 et 57 % des ressources du club qui parvient à
trouver auprès de quelques sponsors une part non négligeable de ses recettes car les
cotisations représentent seulement 2 % du budget du club.
L’examen des documents fournis par la collectivité relatifs au club appelle les remarques
suivantes :
square4
Les comptes de l’association, qui se résument à la liste des recettes et des dépenses, ne
sont pas fiables :
les déficits indiqués en année N-1 ne sont en général pas repris
en année N et le montant de la subvention municipale n’est pas intégralement retranscrit
notamment pour les exercices 2004, 2007, 2008 et 2009. L’affectation du solde non inscrit
n’est pas précisée.
Le rétablissement des comptes réalisé par la chambre conduit à un résultat positif de 31 111 €
fin 2009 et non à un résultat négatif de 2 889 € tel qu’affiché par l’association (voir annexe 5).
square4
Par ailleurs, pour l’exercice 2009, la collectivité a conclu une
convention de prestation de
service
avec l’association, d’un montant de 9 119,54 € en vue de financer le fonctionnement
du centre de perfectionnement de football et notamment le personnel d’encadrement. Le
financement du centre de perfectionnement aurait pu faire l’objet d’une attribution
complémentaire de subvention sur le compte 6574 et d’un avenant. Pour autant, la
collectivité a versé l’intégralité de la somme prévue alors que seulement 3 457,78 € ont
effectivement été dépensés pour le centre selon le bilan financier 2009 de l’association.
Le maire s’est engagé à demander
«toutes précisions à ce sujet aux dirigeants, lors de
l’instruction de la demande de subvention 2012, en cours de dépôt».
La chambre prend acte de cet engagement et invite la commune à exiger le
remboursement de la différence, le cas échéant.
square4
Enfin,
la collectivité n’a pu fournir aucune demande de subvention et aucune
justification, relative aux subventions complémentaires
qu’elle a accordées au club en
cours d’année, soit : 22 000 € en 2006, 13 000 € en 2008, 20 000 € en 2009.
De même, la collectivité n’a pas communiqué les compte rendus d’activité du club ainsi que
les procès-verbaux de ses assemblées générales pourtant prévus par convention dans les
obligations de l’association.
head2right
le défaut de convention de mise à disposition d’installations sportives
La chambre a appelé l’attention de la commune sur les risques juridiques encourus en cas
d’accident.
Le maire indique vouloir suivre
«
le conseil de conclure une convention avec le club de
basket-ball pour l’utilisation du COSEC, comme l’adjoint concerné l’a fait avec les autres
sociétés sportives».
La chambre recommande à la collectivité d’être plus exigeante vis-à-vis des associations
sur la composition des dossiers de demandes de subventions, la production de rapports
d’activité et de bilans financiers. Elle devra également valoriser la mise à disposition des
locaux.
34/59
6.2.4 Les concessions de plage
La chambre a vérifié que l’exploitation des plages confiée aux sous-concessionnaires était
conforme à la règlementation et notamment que la procédure de délégation de service public
intervenue entre 2007 et 2008 avait respecté l’obligation de mise en concurrence.
Les plages concédées, situées sur le domaine public maritime, sont régies par le décret du
26 mai 2006 qui se substitue à un ensemble de circulaires des années 70. Ce texte réaffirme la
destination fondamentale des plages consistant en leur usage libre et gratuit (article L. 321-9 du
code de l’environnement) ; le décret porte également sur les conditions et les procédures
d’octroi des concessions de plages (conditions de publicité et de mise en concurrence selon la
procédure prévue par la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993, dite loi Sapin). Enfin, le décret
généralise l’obligation de démontage, pour la période hivernale, des installations et
équipements de plage.
La commune du Lavandou dispose de 12 km de littoral le long duquel se situent une douzaine
de plages dont l’exploitation est autorisée, pour la plupart, du 1
er
avril au 31 octobre de
chaque année. Les arrêtés préfectoraux du 5 décembre 2007 accordent à la commune la
concession des plages naturelles de la Fossette, du Layet, de Cavalière et d’Aiguebelle,
pour
la période du 1
er
janvier 2008 au 31 décembre 2019.
Par délibération du 15 novembre 2007, le conseil municipal a approuvé le principe de
l’exploitation des lots de plage (la Fossette 1 – Aiguebelle 1, 2 et 3 – le Layet 1 – Cavalière 1
à 9) dans le cadre d’une délégation de service public, approuvé le contenu des prestations à
assurer par les délégataires, et chargé le maire d’organiser la procédure de publicité et de mise
en concurrence conformément aux dispositions des articles L. 1411-1 et suivants du CGCT.
Les critères de sélection des offres fixés par la collectivité, mais non hiérarchisés,
comprenaient :
xrhombus
les critères environnementaux (embellissement du lot et stockage des déchets),
xrhombus
les moyens mis en oeuvre pour faire face aux obligations de service,
xrhombus
le nombre et la qualification des personnels,
xrhombus
les tarifs des services mis à la disposition des usagers,
xrhombus
la redevance proposée par rapport à un montant minimum fixé par la commune.
Une condition a été fixée par la collectivité
:
les plages ne peuvent pas recevoir de
construction démontable mais uniquement des matelas ou transats et parasols, les candidats
devant justifier de leur capacité à exploiter le lot à partir d’un bâtiment existant situé à
proximité.
Les contrôles conduits par la chambre l’amènent à formuler les observations suivantes :
head2right
Il n’y a aucun lien entre la redevance du m² de plage concédé et le chiffre d’affaires
des délégataires :
en 2008 la redevance au m² fixée par la collectivité s’établit pour la
majorité des délégataires autour de 16 € pour des chiffres d’affaires allant de 60 000 € à
plus d’1 M€ (annexe 6).
Or par définition, la délégation de service public est un contrat par lequel une personne
morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un
délégataire public ou privé, dont la rémunération est substantiellement liée aux résultats de
l’exploitation du service.
35/59
Même si le chiffre d’affaires induit par le lot de plage n’est pas forcément identifiable, la
valeur ajoutée apportée à leurs établissements est réelle pour les exploitants.
Seuls 2 lots sur 14 ont changé d’exploitant dont celui (l’unique) pour lequel une concurrence
a eu lieu avec un montant de redevance proposé beaucoup plus important.
Ainsi, à l’instar du service des domaines qui calcule la redevance domaniale sur la base
d’une part fixe tenant compte de la superficie des lots et d’une part variable, tenant
compte des recettes d’exploitation directes des sous-traités et amodiataires, la chambre
incite la commune à introduire une part de modulation pour chacun des lots qui
constituent autant de contrats différents et pour lesquels un prix identique n’est pas
justifié.
La chambre note que le relèvement de 4 € du m
2
indiqué par le maire ne satisfait pas au
principe du lien nécessaire entre la redevance et les résultats d’exploitation et prend acte de
son engagement d’étudier l’instauration d’une part variable à la redevance lors des
renouvellements des concessions.
head2right
La condition fixée par la collectivité dans le règlement de consultation, de ne pas
autoriser de construction démontable sur les lots de plage
dévolus aux activités de
bain de mer, et d’obliger les candidats à justifier de leur capacité à exploiter le lot
(location de matelas ou de transats et de parasols) à partir d’un bâtiment existant à
proximité
est une façon détournée d’éliminer toute concurrence (de fait inexistante
sur la quasi-totalité des lots).
Les restaurateurs et hôtels déjà installés sur le bord de mer et pour lesquels le lot de plage
concédé a été situé par la commune à l’avant de leur établissement sont ainsi assurés d’être
retenus même en reprenant la proposition de redevance minimale fixée par la collectivité. Or,
l’article 2, alinéa 2 du décret du 24 mai 2006 autorise les structures démontables dès lors
qu’elles sont conçues pour permettre un retour du site à l’état initial en fin de concession
30
.
La chambre estime que rien n’oblige la commune à situer les lots de plage à l’avant
d’établissements bordant la plage si ce n’est la pression exercée par les exploitants en place.
Sur d’autres plages de la commune qui ne disposent pas d’établissements en bordure (plage
du Centre par exemple), les lots de plages destinés aux mêmes activités ont été définis et font
l’objet de structures démontables.
La concurrence ne s’exerce que sur le lot n° 1 de la plage d’Aiguebelle du fait d’un différend
entre le propriétaire du fonds et la propriétaire des murs du restaurant «Le nautique» : ainsi en
2008, la propriétaire des murs (mais également propriétaire d’une propriété attenante) a
obtenu la concession en proposant un prix plus élevé que le prix plancher de 16 € fixé par la
commune, soit 24,47 € le m². En 2011, c’est le propriétaire du fonds qui l’a emporté avec un
prix au m² de 43,81 €, le prix minimal fixé par la collectivité étant de 20 € et celui proposé par
sa concurrente de 28,57 €. Cette surenchère a permis ainsi au nouveau titulaire d’avoir
l’assurance d’être retenu par la commission sans contestation possible.
30
Décret du 26 mai 2006 relatif aux concessions de plage : Article 2, 2°
: A l'exception des installations
sanitaires publiques et des postes de sécurité, lorsque ces derniers ne sont pas situés dans un espace remarquable
au sens de l'article L. 146-6 du code de l'urbanisme, seuls sont permis sur une plage les équipements et
installations démontables ou transportables, ne présentant aucun élément de nature à les ancrer durablement au
sol et dont l'importance et le coût sont compatibles avec la vocation du domaine et sa durée d'occupation. Les
équipements et installations implantés doivent être conçus de manière à permettre, en fin de concession, un
retour du site à l'état initial. Leur localisation et leur aspect doivent respecter le caractère des sites et ne pas
porter atteinte aux milieux naturels.
36/59
Le maire fait valoir
«qu’à la différence des «grandes plages» de Saint-Clair, du Centre Ville
ou de l’Anglade, où la largeur de sable permet à la fois l’installation de bâtiments
d’exploitations précaires et démontables, et de lots pour matelas et parasols sur le Domaine
Public Maritime, les criques situées à l’Est sont plus étroites, et les constructions sont
proches de la mer : elles ne permettent que l’installation de lots pour matelas et parasols sur
le domaine public maritime (…) La relocalisation des lots ne permettrait pas de recevoir à la
fois un bâtiment d’exploitation-arrière ailleurs, et un lot de matelas et parasols,
en parallèle».
La chambre rappelle
que la mention de l’obligation pour les candidats de justifier de
leur capacité à exploiter le lot à partir d’un bâtiment existant situé à proximité, doit être
considérée comme une entrave à la libre concurrence.
Le caractère purement formel de cette procédure est confirmé par la vacuité du procès verbal
de la commission d’analyse des offres, qui ne donne aucune indication sur la qualité des
dossiers présentés et ne fait aucune référence aux critères sur lesquels la commission s’est
prononcée pour retenir chaque délégataire. Seule la mention «dossier complet» est indiquée,
ce qui n’est pas de nature à éclairer le conseil municipal. Par ailleurs, aucune grille d’analyse
basée sur les critères n’est jointe au PV et n’a pu être fournie par la collectivité.
Enfin, la chambre a constaté que les offres en cause n’étaient pas dans les dossiers des
délégataires et la collectivité n’a pas été en mesure de les produire.
head2right
Les délégations de plage ont connu un début d’exécution avant l’autorisation par le
conseil municipal et la signature des contrats par le maire.
Par courriers du 28 avril 2008, le maire a informé les candidats qui avaient été retenus par la
commission du 17 avril pour exploiter les lots de plage et les a autorisés, au motif de
l’imminence de la saison balnéaire, à installer leurs infrastructures alors que le conseil
municipal n’a délibéré sur le choix des délégataires et autorisé le maire à signer les contrats de
délégation que bien plus tard lors du conseil municipal tenu le 19 juin 2008. Les sous-traités
d’exploitation n’ont été signés par le maire que le 25 août 2008.
La lourdeur de la procédure de délégation de service public invoquée par le maire
n’empêchait aucunement d’anticiper le démarrage de la procédure
dès la fin octobre. En effet,
l’analyse des différentes étapes montre que la délibération autorisant le lancement de la
procédure date du 15 novembre et la publication de l’avis du 14 décembre soit un mois et
demi après la libération des lots de plage. Dans ces conditions, le respect du délai global ne
pouvait qu’être compromis. Lors de la procédure suivante, la commission est parvenue à
rendre son avis sur le choix des exploitants le 14 février soit deux mois plus tôt.
head2right
Enfin, aucun compte rendu financier, ni aucun rapport sur les conditions
d’exécution du service public
rendu par les délégataires n’a pu être fourni par la
commune qui ne les exige pas.
En conclusion, sous le couvert d’une procédure formalisée mais irrégulière sur de
nombreux points, la commune organise l’attribution des lots de plage au bénéfice
d’exploitants déjà implantés sur les plages ou à proximité au détriment de la
valorisation économique de ce patrimoine.
37/59
6.2.5 Des conseillers municipaux directement intéressés aux délibérations
L
’article L. 2131-11 du CGCT
dispose que
«sont illégales les délibérations auxquelles ont
pris part un ou plusieurs membres du conseil intéressés à l’affaire qui en fait l’objet, soit en
leur nom personnel, soit comme mandataires».
Sont sanctionnées par le juge administratif, la participation directe à la délibération comme
l’influence effective sur la délibération au travers notamment d’une participation active aux
travaux préparatoires à cette délibération.
C’est dans ce cadre que la chambre a identifié plusieurs faits constitutifs de ces irrégularités
concernant des conseillers municipaux et notamment la conseillère municipale
déléguée aux
plages et au littoral, désignée
par délibération du conseil municipal du 2 avril 2008
Or, cette dernière est gérante de la société qui exploite le lot de plage de la Fossette depuis
2003 et reste en cogérance depuis décembre 2010. En tant que déléguée titulaire, elle a siégé à
la commission de sélection des offres du 17 avril 2008 et sa société a été retenue comme
délégataire pour l’exploitation du lot de plage de la Fossette.
Comme l’indique le procès-verbal de la commission d’analyse des offres, la déléguée a quitté
la commission au moment de l’examen de son dossier et n’a pas pris part au vote lors de la
délibération du 19 juin 2008 portant attribution du délégataire de la plage de la Fossette.
Lors du conseil municipal du 16 septembre 2010, concernant l’engagement de la nouvelle
procédure de délégation de service public pour les sous-traités d’exploitation des plages (dont
celle de la Fossette), le maire a demandé à son adjoint aux finances et à la déléguée aux plages
et au littoral de «
convoquer une commission plage et finance afin d’envisager une modification
des tarifs avant d’engager la consultation».
Le conseil municipal du 19 novembre 2010 a
retenu, sur la base de l’avis émis par cette commission l’augmentation des tarifs des lots de
plage sur la base de 4 €/m
2
, soit 20 €/m
2
au lieu de 16 €/m
2
comme seuil minimum de
la redevance.
Par ailleurs, par délibération du 6 novembre 2008, le conseil municipal a adopté à l’unanimité
la prise en charge par le budget communal de frais de restauration pour des repas pris entre juin
et août 2008 (soit quatre factures pour un montant global de 1 936,20 €) dans l’établissement
cogéré par la conseillère municipale présente lors de la séance et qui a pris part au vote. Le
maire fait valoir qu’il s’agit «
d’une simple erreur administrative»
, l’intéressée ne pouvant
savoir qu’il s’agissait d’un repas pris dans son établissement, le nom de celui-ci n’étant pas
mentionné.
La chambre constate que bien que la présidente de la commission d’analyse des offres se soit
retirée au moment de l’examen de son dossier comme le réaffirment dans leur réponse,
l’ordonnateur comme la conseillère municipale concernée, la participation active de cette
dernière aux travaux préparatoires relatifs aux procédures de délégation est, par contre, restée
effective.
En outre, la chambre constate que la rédaction définitive des délibérations prises par le conseil
municipal (liste détaillée des prestations par objet et fournisseur) ne correspond pas à la réalité
du vote du conseil municipal qui se prononce uniquement sur des montants globalisés et
anonymisés. Il convient de mettre fin à cette pratique irrégulière.
38/59
Enfin, la chambre appelle l’attention sur les cas de conseillers municipaux, membres
dirigeants d’associations pour lesquelles le conseil municipal est amené à voter des
subventions. Il appartient à l’ordonnateur de prendre les mesures nécessaires (votes séparés,
computation correcte des votes et des procurations) pour que la procédure de vote des
délibérations ne soit plus entachée des irrégularités constatées à l’occasion du contrôle.
6.2.6 Les frais de représentation du maire
La chambre a vérifié la production des justificatifs servant de base à la détermination du
montant annuel des frais de représentation du maire et l’information du conseil municipal sur
leur adéquation aux dépenses engagées personnellement par le maire dans l’intérêt communal.
Cette allocation a pour objet de couvrir les dépenses engagées par le maire à l’occasion de
l’exercice de ses fonctions et dans l’intérêt des affaires de la commune. Ainsi en est-il
notamment des dépenses supportées personnellement par le premier magistrat municipal en
raison des réceptions et manifestations qu’il organise ou auxquelles il participe dans ce cadre.
Compte tenu du contrôle susceptible d’être engagé par le juge administratif et le juge des
comptes, il est conseillé aux maires concernés de conserver par devers eux toute pièce
justificative des dépenses qui ont fondé le bénéfice de l’indemnité (réponse ministérielle à la
question écrite 23 037, JO Sénat du 20/07/2006).
En réponse aux observations de la chambre, le maire a précisé que les allocations avaient été
déclarées aux services fiscaux et s’engage à conserver désormais les justificatifs principaux de
l’utilisation des frais de représentation, y compris ceux présentant un caractère de
confidentialité ou d’objet politique.
7. La régie du port
7.1 Le cadre juridique
La commune du Lavandou est concessionnaire de l’Etat pour une durée de 50 ans depuis un
arrêté interministériel du 26 décembre 1967, sur une partie du domaine public maritime pour
l’extension et l’exploitation du port de plaisance. Cet arrêté a fait l’objet de deux avenants
respectivement annexés à l’arrêté préfectoral du 5 mai 1978 (n° 1) et à l’arrêté préfectoral du
25 septembre 1979 (n° 2).
Dans le cadre de la mise en oeuvre des lois n° 83-8 du 7 janvier 1983 et n° 83-663 du 22 juillet
1983 fixant une nouvelle répartition de compétence en matière portuaire, l’arrêté préfectoral
du 5 janvier 1984 portant transfert de compétence, en matière de ports maritimes, au
département du Var pour les ports de commerce et de pêche, et à des communes du Var pour
ceux affectés exclusivement à la plaisance, a confié à la commune la compétence du port de
plaisance du Lavandou, en lieu et place de l’Etat. Puis, un jugement du 20 octobre 1998
(TA de Nice) a annulé les dispositions de l’arrêté du 5 janvier 1984 concernant le port du
Lavandou et en a transféré la compétence au département du Var. Le recours portait sur les
activités de port de commerce (activité de transport touristique de passagers, rotations avec les
îles d’Hyères notamment). Ainsi, par arrêté préfectoral du 10 juin 1999 modifiant l’arrêté
préfectoral du 5 janvier 1984 qui transfère au département la compétence du port de plaisance,
la commune s’est trouvée reconnue comme concessionnaire du département à compter
du 1
er
octobre 1999.
39/59
Enfin, ce conflit de compétence a trouvé son épilogue dans un arrêt de la cour administrative
d’appel de Marseille en date du 1
er
mars 2004 qui a considéré que le port du Lavandou devait
être regardé comme exclusivement affecté à la plaisance et a annulé le jugement du TA de
Nice en date du 20 octobre 1998. C’est donc désormais sous l’empire de l’arrêté préfectoral
du 9 juillet 2004, abrogeant l’arrêté du 10 juin 1999, que la commune a retrouvé sa
compétence sur le port.
7.2. Le fonctionnement statutaire
Les statuts de la régie ont été adoptés par délibération du conseil municipal du 14 novembre
2001 (modifiés le 15 janvier 2003).
La régie du port
est dotée de la seule autonomie financière, chargée d’exploiter, d’entretenir et
de procéder au renouvellement des divers ouvrages, superstructures et bâtiments constitués de
l’ancien port et de l’extension réalisée par la commune. Elle est administrée, sous l’autorité du
maire et du conseil municipal, par un conseil d’exploitation et son président, ainsi qu’un
directeur. Le maire est le représentant légal de la régie et il en est l’ordonnateur.
Conformément aux dispositions du code des ports maritimes, le port du Lavandou dispose des
instances règlementaires et son fonctionnement statutaire (arrêtés de composition, fréquence de
réunions …) n’appelle pas de commentaires particuliers. Ces instances comportent :
Un conseil d’exploitation de la régie portuaire de 9 membres dont 5 délégués de la ville
(conseillers municipaux) et de 4 membres représentants d’associations ayant une activité
en rapport avec le port (Prud’homie de pêche, Plaisanciers du port du Lavandou, Tuna-
club, Club nautique La Girelle) ;
Un conseil portuaire de 12 membres, présidé par le maire, composé de représentants des
usagers du port (comité local des usagers permanents du port,
CLUPP, services nautiques,
construction, réparation, associations sportives et touristiques), représentants du
personnel (2), représentant du conseil général (1), de la CCI (1) et des pêcheurs (1) ;
Une commission d’attribution, émanation du conseil portuaire (voir le § 8.3) ;
Un comité local des usagers permanents du port conformément aux dispositions de
l’article R. 622-3 du code des ports maritimes.
7.3 La gestion du plan d’eau
Le détail des postes du plan d’eau s’établit comme suit :
Amodiés
364
34,4%
3859,5
41,5%
Publics
623
58,9%
5089
54,7%
Pêcheurs
22
2,1%
91,5
1,0%
Saisonniers
48
4,5%
264
2,8%
1057
100,0%
9304
100,0%
Postes
Linéaire en mètre
La part moyenne annuelle des transactions de postes amodiés
31
est de 7 %. La commune du
Lavandou a décidé de laisser les transactions libres, jugeant que
«ces transactions
nécessiteraient l’application commune à tous les ports d’une formule limitant les effets
spéculatifs»
(Conseil portuaire du 30 juillet 2004).
31
Amodiation : droit de mouillage pour un poste d’amarrage dans le port
40/59
Conclus jusqu’au 31 décembre 2028, les contrats d’usage de poste à quai comme les avenants
en cas de transaction mentionnent le prix pouvant permettre à la régie de suivre l’évolution de
la fixation du prix de revente des amodiations. Cependant, questionnée sur les tarifs des
amodiations par la chambre, la directrice de la régie du port a indiqué ne pas suivre cette
information.
7.3.1. Les modalités d’attribution
Lors de sa séance du 11 mai 2005, le conseil portuaire a approuvé la proposition de
changement dans le mode d’attribution des postes annuels et saisonniers, afin de garantir
l’accès aux places du port pour les lavandourains, en mettant fin au dispositif de liste
d’attente. Il a été décidé la mise en place d’une commission d’attribution présidée par le
président du conseil portuaire (le maire) et constituée de 8 membres du conseil portuaire.
La commission d’attribution devra étudier les demandes en fonction des considérations
suivantes :
o
priorité aux résidents, principaux ou secondaires, du Lavandou ;
o
priorité aux plaisanciers ayant vendu leur amodiation pour acheter un autre bateau et
souhaitant une place de location à l’année dans le port, à la condition que la catégorie du
bateau ne soit plus la même.
Par la suite, s’est ajoutée aux critères de la commission la priorité donnée aux saisonniers
permanents pour l’attribution de places annuelles (disparité tarifaire entre le montant d’un
contrat annuel et le cumul des mensualités facturées aux plaisanciers saisonniers).
Lors de sa séance du 9 octobre 2007, le conseil portuaire a adopté la modification du
règlement particulier de police en vigueur (adopté par le conseil portuaire du 3 février 2005)
et notamment son article 4 relatif aux modalités d’affectation des postes. Le dispositif
précédent prévoyait que
«les demandes d’utilisation écrites des installations portuaires sont
inscrites
et numérotées dans l’ordre et à la date de production
sur des registres tenus
informatiquement par l’autorité portuaire. Le listing informatique sera communiqué sur place
à toute personne qui désire en prendre connaissance, il est fait droit aux demandes
selon
l’ordre de leur numéro d’inscription
…»
. Dans la nouvelle rédaction, la numérotation des
demandes et leur attribution dans l’ordre de leur inscription, disparaissent.
Au fil des années de son fonctionnement, le compte-rendu de la commission est devenu de
plus en plus lapidaire : on note l’absence d’informations sur les postes, les dimensions, le nom
du bateau, notamment. Désormais, seule une liste des noms des bénéficiaires des anneaux est
mentionnée au compte-rendu. En outre, la mention systématique apposée à cette liste «sous
réserve de la vérification de la domiciliation et des dimensions du bateau» laisse supposer
qu’il n’y a pas d’instruction en amont de la réunion de la commission et donc pas de contrôle
possible de l’application des critères d’attribution.
Selon le maire, président du conseil portuaire,
«la suppression de la liste d’attente n’a pas
réglé le problème de la rareté du nombre de postes à affecter».
Toutefois, aucun bilan de
cette mesure ne semble avoir été porté à la connaissance du conseil et notamment son
impact sur le pourcentage de demandes satisfaites.
Le maire affirme que «les listes de demandes sont vérifiées par le maître de port, actualisées,
et renseignées auprès des services chargés des taxes foncières et d’habitation. La commission
retient collégialement les candidatures qui sont listées, puis les attributaires sont informés
individuellement».
41/59
La chambre recommande à la collectivité, dans un objectif de pleine transparence, de
mettre en cohérence la rédaction des comptes-rendus de la commission avec le détail des
diligences et des vérifications effectivement accomplies.
7.3.2 L’association «La Girelle»
A l’examen de la convention en cours qui la lie à cette association,
la chambre constate que
la commune a persisté dans une politique de discrimination illégale
(contraire aux
principes d’égalité des citoyens devant les charges publiques)
déjà dénoncée dans le
précédent rapport d’observations
de la chambre
relatif à la convention précédente du
20 mai 1986.
En effet, la convention du 21 octobre 2002 conclue entre la commune du Lavandou et
l’association «La Girelle» définissant les conditions de fixation d’une tarification particulière
pour les membres de l’association disposant d’un anneau au port du Lavandou, reprend à
l’identique les dispositions de la convention du 25 mars 1997 qui :
square4
Mettait à la disposition de l’association, les quais Q et T de l’ancien bassin du port
(90 postes) pour des bateaux dont la longueur n’excède pas 10 mètres (article 1) ;
square4
consentait à l’association une réduction tarifaire de 50 % du prix public portuaire
(article 3) ;
square4
fixait la contrepartie de ces conditions financières particulières comme la participation de
l’association à des animations locales : fête de Saint-Clair (Romérage), concours de pêche
et Corso fleuri ainsi que l’organisation et l’animation de l’école de pêche ouverte aux
enfants scolarisés dans la commune ou fréquentant la station dans le cadre d’échanges
(article 6).
Ainsi, les mêmes observations ont pu être reprises notamment :
square4
sur la perte de recettes engendrées par les avantages consentis à l’association de l’ordre de
780 000 € entre 2002 et 2010 (redevance annuelle pour 2010 = 89 842 € TTC) ;
square4
sur la non recevabilité des arguments avancés pour justifier l’avantage, à savoir la
contrepartie de participations à des activités locales qui ne sont pas chiffrées et ne font
l’objet d’aucune convention avec la commune.
En outre, cet argument est d’autant moins recevable que pour l’une des manifestations, le
Corso fleuri, l’association perçoit chaque année une subvention de la commune au même titre
que les autres associations.
De surcroît, le Corso fleuri et la fête du Romérage sont des manifestations intéressant
l’ensemble de la commune et non pas spécifiquement le port. La «compensation» opérée ne
dédommage donc en rien le budget de la régie du port.
Par ailleurs, des avantages supplémentaires ont été accordés aux membres de l’association
«La Girelle».
Ainsi, alors même que le non respect avéré des dispositions fixées par la convention du
21 octobre 2002 (bateaux ne respectant pas la longueur maximale de 10 mètres,
obligation de
résidence au Lavandou) pouvait motiver la résiliation de cette convention (article 9), un ordre
de priorité dans l’attribution des anneaux du port a été consenti aux contrevenants, constituant
un nouvel avantage exorbitant.
42/59
La chambre invite donc la commune à résilier cette convention compte tenu de son
illégalité et des inégalités qu’elle entraîne vis-à-vis des autres usagers du port,
considérant que les membres de l’association doivent se voir appliquer les mêmes tarifs
que les autres usagers. A charge pour l’association de solliciter sur les budgets respectifs
de la régie du port et de la commune les subventions de fonctionnement général ou
affectées à une action particulière.
Le maire souscrit à cette recommandation, considérant
«l’attribution d’une subvention
permettrait à l’Association de poursuivre ses activités d’animation et de formation des
enfants à la pêche, tout en offrant une meilleure lecture des frais occasionnés par ces activités
au service de la collectivité».
La chambre prend acte de l’engagement de la commune de
résilier cette convention.
7.4 La situation financière
7.4.1 L’équilibre global
La situation financière de la régie apparaît globalement satisfaisante même s’il convient de
noter que l’excédent brut de fonctionnement (EBE) a progressivement mais de façon continue
diminué (16,4 % des produits de fonctionnement en en 2010 contre 27,9 % en 2002).
L’endettement reste mesuré grâce au dégagement régulier d’une capacité d’autofinancement
positive et stable permettant de faire face aux gros travaux de remise en état des installations
portuaires (voir annexe7) :
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Produits des services et du domaine
2 082 242
2 691 964
2 735 213
2 789 306
2 885 593
2 974 729
3 223 763
3 064 987
3 307 389
Autres recettes
713 668
338 413
334 520
314 388
319 049
343 955
301 695
325 527
321 083
Produits de gestion
2 795 910
3 030 377
3 069 732
3 103 694
3 204 642
3 318 684
3 525 458
3 390 514
3 628 472
Charges de personnel
499 150
535 252
550 438
590 527
628 791
655 288
670 215
743 943
752 146
Charges à caractère général
1 059 643
1 503 330
1 627 005
1 582 788
1 701 247
1 671 184
1 912 579
1 761 585
1 997 137
Subventions
Autres charges
456 394
159 654
164 430
180 826
204 222
186 620
194 680
202 257
282 704
Charges de gestion
2 015 186
2 198 236
2 341 874
2 354 142
2 534 260
2 513 092
2 777 475
2 707 785
3 031 987
Excédent brut de fonctionnement
780 723
832 142
727 859
749 552
670 382
805 592
747 983
682 729
596 486
Transferts de charges
Produits financiers
9 340
27 394
3 381
627
Charges financières
Intérêts
des emprunts
56 181
36 984
18 684
12 115
7 545
3 701
17 800
17 439
15 736
Résultat financier
-56 181
-36 984
-18 684
-12 115
-7 545
5 639
9 595
-14 058
-15 110
Produits exceptionnels
27 297
9 304
1 865
821
259
25 001
14 689
45 587
Charges exceptionnelles
1 439
689
21 437
4 987
17 349
32 064
45 289
5 839
dont titres annulés (673)
9 956
16 697
31 669
44 872
3 469
Résultat exceptionnel
25 858
-689
-12 133
-3 122
-16 529
259
-7 064
-30 600
39 748
Dotations aux Amortissements et aux Provisions
325 286
501 773
518 953
534 042
551 304
566 061
482 378
455 536
482 433
dont amortissements immobilisations
325 286
351 773
368 953
384 042
401 824
416 061
422 378
455 536
482 433
dont provisions litiges et contentieux
150 000
150 000
150 000
149 480
150 000
60 000
Reprises sur Amortissements et Provisions
50 000
Résultat de fonctionnement
425 115
292 696
178 089
200 274
95 004
245 429
268 136
182 535
188 690
Capacité d'autofinancement brute
750 401
794 468
697 042
734 315
646 308
811 490
727 979
624 664
607 149
Amort. du capital de la dette
246 622
230 786
122 277
83 245
58 897
33 656
38 187
38 188
39 891
Capacité d'autofinancement disponible
503 779
563 683
574 765
651 071
587 412
777 835
689 792
586 476
567 259
Calcul de l'autofinancement ( Budget régie du port)
7.4.2 La situation dégradée des comptes clients
L’analyse des restes à réaliser sur les différents comptes clients révèle un accroissement des
créances non recouvrées et peut se résumer comme suit
:
43/59
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
4111 Redevables - Exercice courant
734 799,32
619 517,11
576 096,20
405 468,27
440 660,92
568 946,42
561 470,70
620 030,90
981 178,73
en % des émissions (exercice courant)
29,65%
21,38%
21,91%
15,66%
16,94%
21,34%
21,10%
23,32%
30,61%
4112 Redevables - Exercice précédent
161 414,27
164 049,72
79 770,46
68 045,27
80 883,27
135 288,14
95 949,36
122 300,46
en % des émissions (exercice précédent)
6,51%
5,66%
3,03%
2,63%
3,11%
5,07%
3,61%
4,60%
4114 Redevables - Exercice antérieurs
142 844,66
109 651,82
155 238,59
328 535,66
498 833,70
682 413,82
654 895,88
4161 Créances irrécouvrables
335 932,38
394 687,78
302 524,40
143 454,50
-
-
654 Pertes sur créances irrécouvrables (ANV)
8 004,37
24 929,77
-
77 352,28
Régie du port - Extrait balance au 31 décembre : Compte clients
head2right
Le contentieux
A l’origine de cette situation dégradée du recouvrement, un imbroglio juridique, remontant à
l’extension du port (à la construction du nouveau
port), s’explique par plusieurs facteurs :
square4
le régime juridique de l’occupation privative du domaine public par les occupants du
centre commercial a fait l’objet d’une
interprétation erronée
:
En effet, sur la base de l’article 26 de la concession autorisant les amodiations de longue
durée, un contrat d’amodiation a été conclu le 30 décembre 1983 (jusqu’au 1
er
janvier 2029)
entre la commune et la société «Centre européen de promotion France (CEP France)»,
mandataire de la SCI Port du Lavandou. La SCI Port du Lavandou a procédé à l’édification de
plusieurs bâtiments (66 lots) et les a commercialisés (en VEFA) sur la base d’un cahier des
charges régissant cet ensemble de copropriétés «à vocation exclusivement commerciale». En
complément, un règlement de copropriété et un état descriptif de divisions ont été établis.
Par délibérations des 29 mai et 11 septembre 1996, le conseil municipal a voté la résiliation
du contrat d’amodiation passé avec la société CEP France, à la suite de manquements à ses
obligations contractuelles (non respect du permis de construire du 25 juin 1984) et d’autre
part, décidé de régulariser par voie d’acte administratif les droits des commerçants installés
dans le centre commercial. Cette résiliation est effective depuis 2004 et le juge administratif, à
compter de 2007, statuant sur les recours des occupants du centre commercial, a par ailleurs
reconnu la compétence de la commune, en sa qualité de concessionnaire et en vertu des
dispositions du cahier des charges de la concession, pour percevoir des redevances au titre de
l’occupation du domaine public concédé.
square4
de nombreuses modifications intervenues de façon irrégulière
(notamment des
adjonctions par fermeture de terrasses à l’aide de structures en aluminium, sans permis
entre 1985 et 2005) ont conduit à sécuriser la situation de la commune par une
régularisation du permis de construire initial (1984)
:
Le permis de construire en régularisation de l’aménagement du port du Lavandou a été
accordé le 14 février 2005. S’y sont rajoutés deux autres permis concernant des occupants
puisque le nouveau dispositif ne permet plus de modifications sans dépôt de permis.
Toutefois, le nouveau permis a fait porter la régularisation sur la surface globale du bâti établi
par le géomètre-expert à partir de l’extérieur des bâtiments ; la distribution intérieure entre les
différents locaux commerciaux s’est basée sur la distribution initiale et ne tient pas toujours
compte des modifications.
44/59
square4
il demeure une instabilité juridique quant à la collectivité attributaire de la compétence
du port
: la commune n’est reconnue pleinement compétente qu’à compter de 2004.
Plusieurs délibérations sont intervenues successivement au fur et à mesure des résultats des
procédures contentieuses : pour fixer
le tarif des occupations domaniales et pour autoriser le
maire à conclure des conventions d’occupation temporaire du domaine public portuaire
(29 novembre 2004) et autoriser le maire à délivrer à l’ensemble des amodiataires, de façon
unilatérale, un arrêté d’occupation du domaine public (25 septembre 2007).
La délibération de 2007, comme la précédente, approuve le projet d’arrêté-type d’occupation
temporaire du domaine public et fixe à 29 € HT le m² de superficie occupée
32
, la part fixe que
le bénéficiaire de l’AOT
33
devra acquitter en une seule fois et qui sera calculée en fonction de
la surface hors oeuvre nette (SHON) du bâtiment.
Les arrêtés d’AOT unilatéraux pris par l’ordonnateur à l’encontre des occupants (exploitants
ou non) du centre commercial comprennent donc plusieurs composantes :
la part fixe d’AOT permettant la régularisation du bâti au tarif de 29 € HT ;
la facturation, le cas échéant, d’une surface de terrasse au tarif voté par le conseil
municipal chaque année ; cette facturation est réalisée auprès de l’exploitant du local
commercial ;
la part variable de l’AOT correspondant aux charges des amodiataires du port étendues
aux occupants du centre commercial ; ces charges sont déterminées annuellement.
Le maire indique que
«le règlement de cette situation très complexe, née d’un malentendu
initial sur la «propriété» des locaux dès l’origine (titres «Me. Lepoivre»), a été d’autant plus
fastidieux que les amodiataires, regroupés en association de «copropriétaires», ont
systématiquement attaqué les titres émis, multiplié les contentieux, et parfois organisé leur
insolvabilité».
Il note que le contentieux avec le Syndicat des copropriétaires n’est pas éteint, un dernier
appel ayant été audiencé le 13 décembre 2011. Le jugement du Tribunal Administratif de
Nice a été rendu récemment, le 10 janvier 2012.
head2right
Les conséquences financières du contentieux
o
La constitution d’une provision pour risques d’impayés
La provision pour risques et charges (compte 1511 «Provisions pour litiges») s’est constituée
progressivement et a été établie par la régie du port, comme suit
:
32
Interrogée sur les modalités de détermination de ce tarif, la commune a indiqué (courrier du 8 juillet 2011) que
«les amodiataires ayant déjà acquitté leurs droits, il était inconcevable de leur exiger un second. Aussi, la
solution empruntée consistait à répartir les frais de régularisation au prorata des mètres carrés occupés. Les frais
comprenaient les missions d’avocat, de géomètre, d’architecte, d’huissier et de constitution de dossiers».
33
AOT : Autorisation d’occupation temporaire
45/59
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Clients terrasses au Tribunal administratif
74 389,10
146 619,10
335 932,38
394 687,78
302 524,40
143 454,50
-
-
dont compte 4111
62 047,60
72 230,00
dont compte 4112
12 341,50
62 047,60
dont compte 4114
12 341,50
dont compte 4161
335 932,38
394 687,78
302 524,40
143 454,50
Clients impayés terrasses +anneaux
111 239,83
190 142,88
154 649,82
213 370,59
496 894,53
695 538,88
827 968,08
777 196,34
dont compte 4111
54 937,03
87 475,60
66 737,68
50 171,87
dont compte 4112
56 302,80
81 766,19
44 998,00
58 132,00
80 883,27
131 357,54
95 949,36
122 300,46
dont compte 4114
108 376,69
109 651,82
155 238,59
328 535,66
497 443,66
681 846,85
654 895,88
Total bases de calcul de la provision
185 628,93
336 761,98
490 582,20
608 058,37
799 418,93
838 993,38
827 968,08
777 196,34
Inscription au compte 1511
150 000,00
300 000,00
450 000,00
599 480,00
749 480,00
809 480,00
809 480,00
759 480,00
Régie du port - Etat de la provision pour litiges
Source : Régie du Port
La composition de cette provision montre que seule une partie des créances impayées relèvent
de débiteurs ayant fait un recours devant le juge administratif contre la facturation par la
commune de redevances d’occupation du domaine public et notamment pour les «terrasses»,
suspensif des poursuites en recouvrement.
Les premières décisions en faveur de la commune ont été notifiées à partir de 2007 jusqu’en
2008, elles devaient en principe permettre la reprise des poursuites de ses diligences par le
comptable.
Les autres créances portant en partie sur des impayés de location d’anneaux du port (environ
100 K€) et pour l’essentiel sur des impayés «terrasses» d’occupants commerciaux du centre
commercial n’avaient pas fait l’objet de recours contentieux.
o
La mise en oeuvre du recouvrement
La situation du recouvrement est restée longtemps confuse du fait des procédures
contentieuses en cours pour attendre la position définitive du juge en faveur de la
commune.
Avant 2007, les comptes-rendus de séance du conseil portuaire et du conseil d’exploitation
mentionnent peu la question des impayés, seule la procédure contentieuse est évoquée ainsi
que le début de constitution de la provision pour impayés.
Tout au long de la période, la situation a peu évolué en terme de recouvrement et les
communications aux différentes instances sont restées confuses et peu transparentes.
Lors de la séance du conseil portuaire du 12 juin 2009, le maire précise :
«Des échéanciers
ont été conclus et il convient que ces plans d’apurement soient respectés. L’agent comptable
s’assure du respect des engagements pris».
Lors de cette même séance, il a refusé de
communiquer à un membre du conseil le pourcentage de paiement sur les titres impayés.
Lors de la séance du conseil portuaire du 15 juin 2010, le maire indique :
«Au regard des
facilités accordées, il est constaté trois situations :
square4
Les clients qui n’ont rien réglé
square4
Ceux qui ont honoré partiellement l’étalement,
square4
Ceux qui respectent leur engagement
Les terrasses relevant de la 1
ère
catégorie ne pourront pas être renouvelées. Dans les 2 autres
cas, le maire demande à l’agent comptable d’être compréhensif.Ce dernier considère a
contrario du maire que tous doivent respecter leur engagement.
46/59
Transferts d’AOT
(régularisation 29 €/m²) : l’AOT est un acte unilatéral. Il convient de
vérifier que les bénéficiaires de l’AOT ont bien reçu leur titre. Les titres doivent être émis et
recouvrés par l’agent comptable.
Le maire affirme que «toute demande de transfert de droit ne pourrait être autorisée sans que
les créances n’aient été honorées».
Les membres du conseil portuaire devront attendre fin 2010 pour disposer des premières
informations sur les résultats des démarches engagées en vue du recouvrement des créances
.
Cependant, les situations présentées au conseil portuaire du 17 décembre 2010 restent très
partielles. En effet, l’état du 16 décembre 2010 ne porte que sur les impayés des anneaux du
port (environ 100 K€) et des impayés au titre des redevances terrasses mais à hauteur de
100 K€ pour constater que seulement 10 % des sommes ont fait l’objet d’un recouvrement.
La chambre considère que le constat de la situation de l’activité interrompue
(liquidation judiciaire, cessation d’activité, insolvabilité …) pour une majorité
d’exploitants (propriétaires ou gérants) ne permet pas de laisser présager d’importants
recouvrements. La provision constituée pourrait donc se voir transformer pour une part
significative en charge définitive pour le budget de la régie du port sous forme
d’admission en non-valeur.
Dans sa réponse, l’ordonnateur
transmet un nouvel état des recouvrements qui s’établit
comme suit
:
Dette antérieure
à 2011
Dette 2011
Règlement sur
plan
d'apurement
Règlement
sur dette hors
plan
Solde à fin
2011
Nb de plans
signés
Nb de plans
respectés
Titulaire de l'ODP n'exploitant
plus en 2011
294 373,25
-
16 956,34
10 674,08
266 742,83
9
3
Titulaire de l'ODP exploitant
en 2011
191 151,65
90 121,87
67 459,56
18 981,06
194 832,90
11
1
Total
485 524,90
90 121,87
84 415,90
29 655,14
461 575,73
Cet état appelle les observations suivantes :
Il reste très partiel puisque son point de départ 485,5 K€ ne constitue que 62 % de la
somme de 777,4 K€ inscrite au débit du compte 4114 au 1
er
/01/2011 ;
Le recouvrement auprès des créanciers n’exploitant plus, reste marginal ;
Les plans d’apurement signés sont peu respectés
.
Ainsi, la situation à fin 2011 des comptes clients de la régie du port (selon l’extrait de la
balance des comptes transmis par la régie du port) s’établit comme suit :
2010
2011
4111 - Redevables exercice courant
981 178,73
149 961,25
4112 – Redevables exercice précédent
122 300,46
246 505,03
4114 – Redevables exercices antérieurs
654 895,88
620 122,45
Par ailleurs le montant de la provision pour litiges (compte 1511) reste inchangé à 759,480
K€.
On peut donc constater que la situation fin 2011 a peu évolué en termes de recouvrement sur
les créances imputées au 4114. Le montant des recouvrements s’est élevé à 157,2 K€,
soit 20,2 % du débit du compte 4114 au 1
er janvier
2011 (777 406,34 €).
47/59
Enfin, pour les impayés concernant les anneaux du plan d’eau
,
la situation est également
confuse et complexe au plan juridique comme au plan pratique notamment pour le cas des
bateaux «ventouses» pour lesquels le propriétaire ne paie plus mais que le port ne peut pas
déplacer dans une fourrière, puisque cette fourrière prévue au règlement particulier de police
du port n’a pas été mise en place.
A cette situation dont la chambre ne conteste pas la complexité, s’ajoutent des pratiques
irrégulières imputables à l’ordonnateur.
La chambre a examiné les mandats imputés au compte 673 «Titres annulés (sur exercices
antérieurs)» ainsi qu’au compte 654 «Pertes pour créances irrécouvrables». Cet examen
appelle les observations suivantes :
Des annulations de créances (compte 673) pour des contestations hors délai ont été
établies sur des interprétations de bases de liquidation fluctuantes en fonction des
redevables et pour lesquelles aucune pièce justificative valable n’a été jointe au
mandat et n’a pu être produite par l’ordonnateur
34
.
En effet, au vu des constats opérés par la chambre
pour deux créanciers dont le montant initial
des créances étaient respectivement de 126,7 K€ et 100,5 K€ eu 31 décembre 2010, des
annulations (ou réductions) de créances sont intervenues tardivement (plusieurs années après
l’émission des titres de perception), sans pièce justificative régulière (sans procès verbaux
modificatifs de surface ou de tarification (AOT bâti ou terrasse fermée).
Ces annulations s’avèrent importantes (respectivement 80 K€ et 27,4 K€).
Pour ces deux établissements, contrairement aux affirmations du président du conseil
portuaire lors de sa séance du 15 juin 2010 (voir plus haut), le transfert d’AOT s’est effectué
sans que les créances n’aient été effectivement honorées. En effet, dans les deux cas, les
échéanciers conclus avec les repreneurs des sociétés
pour le versement des sommes restantes
n’ont pas été respectés.
Le maire
indique que «
la reprise de l’établissement a été autorisée après acceptation d’un
plan de reprise et d’étalement des impayés par le trésorier, estimant que le paiement d’une
partie importante du passif par le nouvel exploitant était préférable à une liquidation
judiciaire, où la régie perdrait tout. Le trésorier a d’ailleurs soumis son agrément à la
production d’une garantie bancaire qui, n’ayant pas été honorée, vaut rupture de l’accord.
(…) Pour l’autre établissement, la même démarche a été empruntée, conditionnant le
transfert d’A.O.T. à l’acceptation d’un plan d’apurement par le repreneur, assortie de la
remise de chèques au trésorier. Ces chèques étaient sans provision. Le repreneur suivant
s’est vu imposer les mêmes conditions de reprise du passif».
Au travers de ces deux exemples, la chambre constate que la stratégie d’assortir les
nouvelles AOT à des plans d’apurement des créances avec les repreneurs ne s’est pas
traduite à ce jour par des recouvrements suffisants pour apurer la dette.
34
En effet, des mémos internes ainsi que des emails faisant référence à des échanges entre le maire ou son DGS
avec les exploitants ne sauraient tenir lieu de pièces justificatives
48/59
Les admissions en non-valeur (ANV) (compte 654) utilisées de façon
inappropriée
Sur le détail des dossiers présentés en ANV (impayés du centre commercial), la chambre a
constaté un détournement de ce dispositif destiné à pallier les insuffisances de la procédure
d’émission des titres de perception.
Par exemple, c’est le cas de titres émis à l’encontre du
mauvais créancier ou pour des périodes ne correspondant à aucune activité de l’exploitant.
Ces créances non recouvrées ont fait l’objet à tort d’une admission en non valeur alors
qu’elles devaient être annulées puisque sans fondement.
Ainsi, la régie du port ne semble pas toujours assurer un suivi fiable et en temps réel des
émissions, préalable essentiel à l’efficacité des procédures de recouvrement.
Enfin, l’autorisation de poursuivre au-delà du commandement de payer accordée par
l’ordonnateur en date du 9 mai 2011 est la seule qu’a été en mesure de produire l’agent
comptable.
Les informations diffusées aux membres des conseils concernant les
imputations inscrites à ces deux comptes ont été présentées de façon peu
transparente, sinon erronée.
Ainsi, lors de la séance du conseil portuaire du 16 février 2007,
«concernant la signification
du poste «titres annulés»
, la directrice de la régie explique la procédure comptable en
précisant «
qu’il s’agit d’annuler des titres émis sur des exercices antérieurs et de les
réémettre»
et ajoute
«qu’il s’agit la plupart du temps de rectifier le nom du bénéficiaire du
titre».
En l’espèce, il ne s’agissait en aucun cas de modifier le nom du débiteur mais bien d’annuler
des dettes.
Lors de la séance du conseil d’exploitation du 30 mars 2010, un membre du conseil
d’exploitation se voit refuser la transmission du détail des titres de perception annulés.
Lors de la séance du conseil d’exploitation du 12 février 2010, un avis est demandé par
l’agent comptable sur des admissions en non-valeur d’un montant global de 80 818,20 €
concernant des titres impayés pour les gestions 2002 à 2007. Il est refusé à un membre qui le
demande la production des créances en cause au motif que les informations étaient
nominatives. L’état des impayés avait également été présenté globalement lors de la séance du
conseil portuaire du 2 février 2010.
La chambre considère que ces refus d’information sont irréguliers.
Le même niveau d’information doit être accessible à tous les élus de la commune et les
membres des instances appelées à se prononcer ne peuvent se voir refuser l’accès aux
informations détaillées des dossiers.
o
Les coûts induits supplémentaires
Les frais de poursuite
se montent à 5 668,34 € pour la période sous revue.
L’ordonnateur fait l’avance (budget de la régie du port) des frais de poursuite facturés par les
cabinets d’huissiers (hors huissiers du trésor). Cette particularité tient au choix de
l’ordonnateur de maintenir une agence comptable pour la régie du port au lieu d’en demander
le rattachement au poste comptable de la commune (trésorerie du Lavandou). En effet,
l’agence comptable ne dispose pas de moyens comparables en matière de recouvrement et
notamment ne peut faire appel au réseau des huissiers du trésor dont l’imputation des frais est
réalisée sur le budget de l’Etat.
49/59
En théorie, ces frais doivent faire l’objet d’une facturation directe au débiteur par l’huissier.
En l’espèce, c’est l’ordonnateur qui supporte cette charge et la refacture aux créanciers pour
autant qu’ils soient solvables et déjà en mesure de s’acquitter du principal, ce qui n’est pas le
cas pour la plupart.
7.4.3 Le fonctionnement de la station d’avitaillement hors comptabilité de stocks
La régie du port achète trois catégories de carburants (super, gasoil, gasoil détaxé) qu’elle
revend aux usagers du port via la station d’avitaillement. Les volumes de ces transactions
représentent une masse financière non négligeable (27 % des produits de gestion en 2010) :
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
607 - Achats
562 170
633 098
620 821
689 176
760 094
852 855
916 515
803 572
841 819
707 - Ventes
602 377
748 457
684 426
794 874
853 869
953 379
1 041 312
914 667
981 536
Régie du port - Achats et ventes de marchandises (carburants)
La régie du port n’a pas été en mesure de fournir à la chambre la base de calcul du prix du
carburant revendu (par catégorie).
Il a été simplement indiqué oralement que le prix de vente était fixé par comparaison aux prix
pratiqués dans les ports voisins. Cependant, l’infrastructure du port rend l’accès aux réservoirs
de la station d’avitaillement limité à des camions de livraison de taille réduite, ce qui n’est pas
sans impact sur le prix d’achat et donc sur le prix de revente.
S’agissant d’une activité économique significative portant sur des produits à forte
volatilité de prix, la chambre recommande la mise en place d’une comptabilité de
stocks
35
permettant une approche moins empirique de fixation des prix de revente ainsi
qu’une valorisation des stocks au bilan.
35
L’instruction M. 14 rend obligatoire pour toutes les communes quelle que soit leur taille, la tenue d’une
comptabilité de stocks pour le suivi des opérations d’aménagement de terrains et les activités de production.
Cette comptabilité reste facultative pour les autres biens et/ou services.
50/59
ANNEXES
Annexe 1 : Synthèse de la situation financière du budget principal
Annexe 2 : Endettement consolidé tous budgets
Annexe 3 : Gestion du personnel
Annexe 4 : Opérations d’investissement
Annexe 5 : Les comptes de l’association SOL Football
Annexe 6 : Synthèse des contrats de délégations
Annexe 7 : Synthèse de la situation financière de la régie du port
51/59
Annexe 1 : Synthèse de la situation financière du budget principal
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Evo. Moy.
2009/2003
2010
Evolution
2010/2009
Contributions directes
7 197 493
7 803 753
7 869 383
7 980 697
8 119 538
8266638
8894630
3,59%
9305971
4,62%
Autres impôts et taxes
1 452 426
1 805 733
2 028 677
2 301 791
1 943 338
2035934
1917953
4,74%
2249476
17,29%
Reversement de fiscalité(dégrèvement TP)
-12516
eversement de fiscalité (transfert taxe séjour)
-462514
Sous-total recettesfiscales
8649919
9 609 486
9 898 060
10282488
10 062 876
10 302 572
10 812 583
-
11 080 417
2,48%
DGF
2 375 942
2 802 006
2 830 026
2 867 852
2 901 567
2934139
2964040
3,75%
3070236
3,58%
Autres dotations, subv. et participations
915 293
435 515
237839
279 633
311 067
260762
328420
-15,70%
319987
-2,57%
Produits des services et du domaine
753 349
619 462
659397
341 163
586 328
567570
580367
-4,25%
604901
4,23%
Autres recettes
533 993
532 673
595370
538 406
581 773
527712
569093
1,07%
638990
12,28%
Produitsdegestion
13 228 496
13 999 142
14 220 693
14 309 542
14 443 611
14592754
15254502
2,40%
15714531
3,02%
Les produits de gestion (en €)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Contributions directes
54,41 %
55,74 %
55,34 %
55,77 %
56,22 %
56,65 %
58,31 %
59,14 %
Autres impôts et taxes
10,98 %
12,90 %
14,27 %
16,09 %
13,45 %
13,95 %
12,57 %
11,37 %
Sous-total recettes fiscales
56,97%
63,29%
65,19%
67,72%
66,27%
67,85%
71,21%
70,51%
DGF
17,96 %
20,02 %
19,90 %
20,04 %
20,09 %
20,11 %
19,43 %
19,54 %
Autres dotations, subv. et participations
6,92 %
3,11 %
1,67 %
1,95 %
2,15 %
1,79 %
2,15 %
2,04 %
Produits des services et du domaine
5,69 %
4,43 %
4,64 %
2,38 %
4,06 %
3,89 %
3,80 %
3,85 %
Autres recettes
4,04 %
3,81 %
4,19 %
3,76 %
4,03 %
3,62 %
3,73 %
4,07 %
Produits de gestion
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
Structure des produits de gestion (en %)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
733
Taxes utilisation des services publics et du
domaine
167 667
171 831
176 098
449 466
282 265
281 625
291 998
309 508
736
Impôts et taxes spécifiques liés aux activités de
services
348 365
335 230
292 710
368 177
396 182
318 298
448 268
51 406
7362
dont Taxes de séjour
346 568
334 292
291 659
367 164
396 182
318 298
448 268
513 919
739118
Autres reversement de fiscalité
-462 514
7351Taxe sur l'électricité
267 083
279 657
276 052
277 344
258 197
308 468
306 272
313 123
7381Taxe additionnelle droits de mutation
669 745
1 019 300
1 284 152
1 207 139
1 006 694
1 127 542
871 415
1 112 924
Autres impôts et taxes
1 452 426
1 805 733
2 028 677
2 301 791
1 943 338
2 035 934
1 917 953
1 786 962
évolution n/n-1
24,33%
12,35%
13,46%
-15,57%
4,76%
-5,79%
-6,83%
Les contributions indirectes (en €)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
74Dotations et participations
3 291 235
3 237 521
3 067 865
3 147 485
3 212 634
3 194 901
3 292 460
3 390 223
7411
DGF
2 375 942
2 802 006
2 830 026
2 867 852
2 901 567
2 934 139
2 964 040
3 070 236
-
Autres dotations, subv. et participations
915 293
435 515
237 839
279 633
311 067
260 762
328 420
319 987
70Produits des services et du domaine
753 349
619 409
659 365
341 163
586 043
567 570
580 317
604 901
703Redevances et recettes d'utilisation du domaine
393 604
313 116
324 214
70 351
230 033
233 955
260 222
266 857
706Prestations de services
180 983
138 467
153 171
135 302
230 546
199 422
190 872
185 623
708Autres produits
178 762
167 826
181 981
135 510
125 465
134 193
129 223
152 316
722Travaux en régie (immobilisations corporelles)
145 685
117 316
140 314
83 477
99 994
-
-
-
75Autres produits de gestion courante
384 239
408 099
449 027
454 929
481 779
527 712
569 093
638 990
751Redevances concessions, brevets…
189 850
204 116
281 399
287 490
303 356
324 154
353 380
379 537
752Revenus des immeubles
160 169
169 094
127 778
124 059
133 176
150 555
161 410
203 698
757Redevances fermiers et concessionnaires
33 331
34 400
39 825
42 491
44 692
48 955
50 725
51 203
758Produits divers gestion courante
889
489
25
889
555
4 048
3 578
4 553
791Transferts de charges de gestion courante
4 070
7 258
6 030
Autres recettes de fonctionnement
4 578 577
4 389 656
4 322 633
4 027 054
4 380 450
4 290 183
4 441 870
4 634 114
évolution n/n-1
-4,13%
-1,53%
-6,84%
8,78%
-2,06%
3,54%
4,33%
Les autres recettes (en €)
52/59
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Evo. Moy.
2009/2003
2010
Evolution
2010/2009
Charges de personnel
4 765 990
5 107 684
5 344 882
5 494 386
5 988 313
6 254 577
6 413 449
5,07%
6 516 494
1,61%
Charges à caractère général
3 508 134
3 868 896
3 958 835
3 725 338
4 205 815
3 440 961
3 703 557
0,91%
3 876 946
4,68%
Subventions
1 041 547
962 103
957 560
1 006 027
1 101 377
1 127 539
1 083 005
0,65%
879 616
-18,78%
Autres charges
1 236 024
1 186 931
1 292 580
1 345 546
1 398 782
1 600 342
1 597 929
4,37%
1 480 231
-7,37%
Charges de gestion
10 551 696
11 125 614
11 553 857
11 571 297
12 694 286
12 423 419
12 797 940
3,27%
12 753 287
-0,35%
Les charges de gestion (en €)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Charges de personnel
45,17%
45,91%
46,26%
47,48%
47,17%
50,35%
50,11%
51,10%
Charges à caractère général
33,25%
34,77%
34,26%
32,19%
33,13%
27,70%
28,94%
30,40%
Subventions
9,87%
8,65%
8,29%
8,69%
8,68%
9,08%
8,46%
6,90%
Autres charges
11,71%
10,67%
11,19%
11,63%
11,02%
12,88%
12,49%
11,61%
Charges de gestion
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
100,00 %
Structure des charges de gestion (en %)
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
65 Autres charges de gestion courante
2 149 034
2 250 140
2 351 573
2 500 159
2 727 881
2 680 934
2 359 847
651 Redevances concessions, brevets…
56 310
98 826
94 340
84 113
126 946
148 493
119 460
653
Indemnités, frais de mission et de formation des maires,
adjoints et conseillers
155 891
156 303
154 074
157 915
154 975
160 442
162 668
654 Pertes sur créances irrécouvrables
207
8 542
11 754
372
16 287
12 944
655 Contingents et participations obligatoires
974 523
1 028 909
1 085 378
1 156 382
1 318 421
1 272 707
1 181 544
6553
dont Service d'incendie
761 131
778 636
795 689
811 602
821 067
850 379
850 379
6554
dont Contributions aux organismes de regroupement
207 290
246 327
286 567
343 681
496 175
422 328
330 515
657 Subventions de fonctionnement
962 103
957 560
1 006 027
1 101 377
1 127 539
1 083 005
879 616
6573
Subventions de fonctionnement aux organismes publics
450 359
450 781
495 000
581 000
598 370
450 000
490 000
6574
Subventions de fonctionnement aux associations et autres
personnes de droit privé
511 744
506 779
511 027
520 377
529 169
633 005
389 616
évolution n+1/n
-5,6%
4,7%
4,5%
6,3%
9,1%
-1,7%
-12,0%
Les autres charges de gestion courante (en €)
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
60 Achats et variation des stocks
1 623 213
1 697 020
1 615 003
1 889 148
1 621 660
1 578 163
1 779 247
604 Achats d'études, prestations de services
289 163
280 738
247 669
492 514
247 833
180 505
292 514
606 Achats non stockés de matières et fournitures
1 334 050
1 416 283
1 367 333
1 396 635
1 373 827
1 397 658
1 486 733
6061 Fournitures non stockables
358 913
394 127
438 976
444 000
419 919
461 825
448 913
60612
dont Energie-Electricité
272 338
290 652
303 417
299 427
313 314
361 335
339 364
6062 Fournitures non stockées
232 419
253 167
276 994
276 201
302 431
259 393
282 632
60622
dont Carburants
98 788
137 311
138 431
132 259
152 547
121 509
135 148
60623
dont Alimentation
88 632
75 335
80 488
94 552
75 249
88 663
85 844
6063 Fournitures entretien et petit équipement
620 584
619 789
549 458
535 944
505 265
569 021
619 577
60631
dont Fournitures d'entretien
459 085
489 094
450 809
385 092
356 699
410 220
415 385
61 Services extérieurs
1 269 829
1 351 861
1 287 611
1 319 928
1 028 087
1 198 885
1 141 174
611 Contrats de prestations de service
27 219
34 773
70 701
34 314
61 204
35 959
612 Redevances de crédit bail
12 615
12 615
613 Locations
260 381
303 090
288 234
354 318
271 566
437 991
346 755
614 Charges locatives et de copropriété
4 669
10 852
9 140
4 786
3 680
5 952
4 938
615 Entretien et réparations
799 058
743 581
698 225
747 902
524 461
568 787
591 140
6152 Entretien et réparations sur biens immobiliers
437 737
270 063
250 931
496 953
248 020
281 834
292 293
61522
dont Bâtiments
55 658
55 753
47 201
373 958
136 301
89 067
49 205
6155 Entretien et réparations sur biens mobiliers
114 148
216 830
223 983
175 927
220 251
230 415
220 680
61551
dont Matériel roulant
77 343
194 315
208 687
157 172
184 101
204 899
197 726
6156 Maintenance
247 173
256 688
223 312
75 023
56 190
56 538
78 166
- Autres
165 887
246 948
221 310
178 608
167 177
150 196
198 341
62 Autres services extérieurs
889 061
822 213
751 935
920 424
709 388
832 742
860 720
622 Rémunérations d'intermédiaires, honoraires
321 030
230 434
223 031
269 011
246 951
313 866
246 272
6226
dont Honoraires
210 793
163 518
152 202
170 444
174 779
240 373
184 917
6227
dont Frais d'actes et de contentieux
29 518
5 926
7 566
19 579
13 525
9 985
6 281
623 Publicité, publications, relations publiques
350 657
322 829
306 158
433 368
259 858
321 080
419 104
624 Transports de biens et transports collectifs
26 011
29 130
38 959
28 213
22 885
24 990
25 007
625 Déplacements, missions et réceptions
54 953
73 356
60 320
76 597
62 617
70 265
67 455
- Autres
136 410
166 463
123 467
113 236
117 078
102 541
102 883
63 Impôts, taxes et versements assimilés
86 793
87 742
70 789
76 314
81 825
93 767
95 805
Total charges à caractère général
3 868 896
3 958 835
3 725 338
4 205 815
3 440 961
3 703 557
3 876 946
évolution n+1/n
10,3%
2,3%
-5,9%
12,9%
-18,2%
7,6%
4,7%
Les charges à caractère général (en €)
53/59
Annexe 2 : Endettement consolidé tous budgets
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
16 184 458
17 688 180
17 917 154
17 835 800
18 789 226
19 543 162
20 117 611
21 654 686
21 068 738
20 200 528
Capital remboursé
2 339 742
2 771 027
2 881 354
2 760 441
2 446 064
2 109 306
1 335 672
1 205 945
1 233 025
1 271 060
Nouveaux emprunts
2 287 023
3 000 000
2 800 000
3 713 867
3 200 000
2 683 755
2 872 747
450 000
364 816
1 270 500
Encours de dette au 31/12
16 131 739
17 917 154
17 835 800
18 789 226
19 543 162
20 117 611
21 654 686
21 068 738
20 200 528
20 199 968
Variation de l'encours
-52 719
228 974
-81 354
953 427
753 936
574 449
1 537 075
-585 948
-868 209
-560
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
16 184 458
16 131 739
16 714 690
16 980 734
17 862 494
17 765 184
18 363 042
19 854 702
18 927 570
17 820 466
Capital remboursé
2 339 742
2 417 049
2 533 956
2 518 240
2 197 310
1 985 897
1 235 087
1 097 130
1 107 104
1 132 885
Nouveaux emprunts
2 287 023
3 000 000
2 800 000
3 400 000
2 100 000
2 583 755
2 726 747
1 000 500
Encours de dette au 31/12
16 131 739
16 714 690
16 980 734
17 862 494
17 765 184
18 363 042
19 854 702
18 927 570
17 820 466
17 688 081
Variation de l'encours
-52 719
582 951
266 044
881 760
-97 310
597 858
1 491 660
-927 133
-1 107 104
-132 385
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
63 644
56 583
48 927
40 623
131 614
223 493
314 988
304 896
311 380
Capital remboursé
7 061
7 657
8 304
9 009
8 121
8 505
10 093
11 237
16 095
Nouveaux emprunts
100 000
100 000
100 000
17 722
170 000
Encours de dette au 31/12
56 583
48 927
40 623
131 614
223 493
314 988
304 896
311 380
465 285
Variation de l'encours
-7 061
-7 657
-8 304
90 991
91 879
91 495
-10 093
6 485
153 905
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
712 700
612 406
503 450
705 698
1 549 197
1 492 806
1 434 380
1 373 845
1 644 442
Capital remboursé
100 295
108 956
111 619
156 501
56 392
58 425
60 536
76 497
82 189
Nouveaux emprunts
313 867
1 000 000
347 094
100 000
Encours de dette au 31/12
612 406
503 450
705 698
1 549 197
1 492 806
1 434 380
1 373 845
1 644 442
1 662 252
Variation de l'encours
-100 295
-108 956
202 248
843 499
-56 392
-58 425
-60 536
270 597
17 811
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Encours de la dette
Encours de dette au 01/01
780 097
533 475
302 689
180 412
97 167
38 270
50 615
462 428
424 240
Capital remboursé
246 622
230 786
122 277
83 245
58 897
33 656
38 187
38 188
39 891
Nouveaux emprunts
46 000
450 000
Encours de dette au 31/12
533 475
302 689
180 412
97 167
38 270
50 615
462 428
424 240
384 350
Variation de l'encours
-246 622
-230 786
-122 277
-83 245
-58 897
12 344
411 814
-38 188
-39 891
Endettement Budget Régie du port
Endettement Budget Annexe Eau
Endettement Budget principal
Endettement Budget consolidé (BP + BA Assainissement + BA Eau + Budget régie du port)
Endettement Budget Annexe Assainissement
54/59
Annexe 3 : Gestion du personnel
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Total (*)
4 765 990
5 107 684
5 344 882
5 494 386
5 988 313
6 254 577
6 413 449
6 516 494
évolution (n/n-1)
2,3%
7,2%
4,6%
2,8%
9,0%
4,4%
2,5%
1,6%
dont :
641- Rémunérations du
personnel (**)
3 318 038
3 517 933
3 638 706
3 725 455
4 052 502
4 274 924
4 379 894
4 474 881
évolution
2,4%
6,0%
3,4%
2,4%
8,8%
5,5%
2,5%
2,2%
6411- Personnel titulaire
2 459 801
2 504 552
2 708 678
2 774 857
2 847 096
2 921 332
2 991 864
3 179 493
évolution
1,1%
1,8%
8,2%
2,4%
2,6%
2,6%
2,4%
6,3%
64112- NBI, SFT, indemnité
résidence
87 375
89 912
96 874
101 189
98 444
100 403
105 267
105 719
évolution
2,5%
2,9%
7,7%
4,5%
-2,7%
2,0%
4,8%
0,4%
64118- Autres indemnités
419 974
466 368
483 881
525 914
571 900
652 748
718 189
807 023
évolution
19,7%
11,0%
3,8%
8,7%
8,7%
14,1%
10,0%
12,4%
64131- Personnel non titulaire
375 640
484 631
508 958
529 581
648 060
738 504
689 925
548 848
6416- Emplois d'insertion
91 924
86 361
8 529
103 938
évolution
-10,2%
22,1%
-9,4%
2,3%
22,4%
14,0%
-6,6%
-5,4%
Part NBI + indemnitaire sur
rémunération principale
(en %)
20,6%
22,2%
21,4%
22,6%
23,5%
25,8%
27,5%
28,7%
Part rémunérations des non
titulaires sur rémunérations
globales (en %)
14,1%
16,2%
14,2%
14,2%
16,0%
17,3%
15,8%
14,6%
(*) 012 - Charges de personnel
(hors 013 - Atténuation de charges)
(**) hors 6419
Budget principal - Evolution des charges de personnel
en jours moyens
par agent titulaire
2003
(effectif titulaires
= 146)
2005
(effectif titulaires
= 157)
2007
(effectif titulaires
= 160)
2009
(effectif titulaires
= 169)
Toutes absences
(hors autres raisons)
30,7
28,2
31,0
34,4
Maladie ordinaire
13,8
11,9
15,5
16,6
Longue maladie et longue
durée
13,5
12,4
11,1
11,9
Accidents du travail
et maladies professionnelles
3,2
1,0
3,7
5,8
Maternité, adoption
0,2
2,8
0,7
0,1
Total des jours d'absence
4475
4544
5086,5
5895
évolution n/n-1
1,5%
11,9%
15,9%
en nb d'agents à temps
complet (227 jours /an)
19,7
20,0
22,4
26,0
Source : rapports présentés au CTP sur l'état de la collectivité (bilans sociaux)
Evolution de l'absentéisme
55/59
Annexe 4 : Opérations d’investissement
Objet
2002 à 2007
2008
2009
2010
901
Etudes d'urbanisme
112 101,57
14 004,68
5 382,00
6 996,60
138 484,85
138 484,85
0,4%
916
Voirie et réseaux divers
3 700 534,23
330 147,58
278 837,83
1 231 046,24
5 540 565,88
5 540 565,88
15,4%
910
Travaux d'éclairage public
979 036,95
146 440,36
246 736,07
516 264,98
1 888 478,36
921
Opération sous mandat (SIEM + SYMIELEC)
1 096 768,08
1 096 768,08
902
Travaux maritimes (panne Cavalière, balisage estival)
316 030,55
42 545,90
45 796,39
40 599,17
444 972,01
906
Aménagement du front de mer (bvd des dauphins)
197 972,90
197 972,90
934
Confortement du sentier du littoral
26 496,13
81 174,25
107 670,38
956
Parcours des peintres
63 954,90
0,00
63 954,90
948
Aménagement Bd Hubac du Bleu
48 633,14
48 633,14
952
Aménagement front de mer Cavalière
445 809,09
559 599,97
196,14
305 407,23
1 311 012,43
953
Aménagement front de mer St Clair
330 439,59
330 439,59
959
Aménagement chemin des marguerites
4 114,00
79 484,30
83 598,30
960
Aménagement plage du centre
197 495,78
197 495,78
963
Réfection de l'avenue van Rysselbergue
0,00
113 495,44
113 495,44
978
Gestion active des plages
0,00
27 555,84
27 555,84
918
Restructuration Av Charles de Gaulle
4 914,13
4 914,13
925
Restructuration du centre ville
1 228 698,64
1 228 698,64
936
Aménagement du Bd Paul Valéry
147 358,97
147 358,97
937
Parking souterrain en centre ville
2 892 649,25
2 892 649,25
939
Réfection place du marché
518 472,30
518 472,30
943
Aménagement rond point de Kronberg
289 678,56
289 678,56
945
Aménagement Av. Vincent Auriol
656 956,76
656 956,76
946
Aménagement quai G. Péri
715 694,45
715 694,45
951
Aménagement avenue des Ilaires
620 348,15
620 348,15
958
Aménagement parking mistral
456 349,71
456 349,71
972
PAE Village - Eco quartier
0,00
0,00
973
Paysager Rond Point Saint Glinglin
0,00
107 135,28
8 970,00
116 105,28
977
Travaux reconstruction suite catastrophe naturelle
0,00
976 510,08
1 339 960,26
2 316 470,34
2 316 470,34
6,5%
Opérations aménagement urbain
15 050 507,83
1 253 397,04
1 660 593,79
3 590 295,76
21 554 794,42
59,2%
42,5%
56,6%
77,9%
60,1%
913
Acquisition d'immeubles
1 575 230,79
607 074,52
467 664,90
2 649 970,21
2 649 970,21
7,4%
914
Bâtiments communaux
966 347,21
181 102,08
86 533,61
195 617,12
1 429 600,02
920
Extension RDC Mairie
0,00
209 483,56
37 125,44
246 609,00
924
Extension mairie annexe- centre polyvalent
1 504 500,37
1 504 500,37
926
Extension du stade municipal
768 647,22
768 647,22
942
Centre technique municipal - Extension
268 930,29
268 930,29
930
Immeuble santa Cruz Av des Ilaires
181 933,23
181 933,23
941
Acquisition du Château
405 472,32
405 472,32
961
Aménagement belvédère du château
97 099,38
97 099,38
917
Immobilisations Grand jardin
50 415,45
50 415,45
940
Aire de jeu du grand jardin
98 038,22
98 038,22
949
Aménagement propriété Rossi
345 860,19
32 993,59
400,15
379 253,93
954
Travaux du Fougaou (foyer des anciens)
112 958,43
533 716,78
1 708,79
648 384,00
968
Maison des arts
0,00
16 313,44
16 313,44
908
Cimetière Saint Clair aménagement
1 799,66
1 799,66
950
Travaux cimetière
86 704,89
2 624,26
218 235,87
307 565,02
944
OPHLM Les 4 saisons
30 781,69
30 781,69
965
Sanitaires publics
172 783,25
52 665,86
225 449,11
962
Création école de voile
266 131,66
2 400,00
268 531,66
966
Création piscine et salle de spectacle
25 000,00
1 407,21
9 972,75
36 379,96
976
Locaux ex EDF
0,00
0,00
915
Bâtiments scolaires
451 407,52
49 246,95
94 982,89
7 198,72
602 836,08
928
Restructuration cuisine scolaire
3 608,83
3 608,83
935
Aménagement cour école maternelle
22 941,28
22 941,28
Opérations patrimoniales
7 436 591,88
1 426 878,83
860 773,90
520 815,76
10 245 060,37
(acquisitions et valorisation immeubles)
29,3%
48,4%
29,3%
11,3%
28,5%
957
Forage recherche d'eau chaude
87 105,88
87 105,88
964
Energies renouvelables Plan Agir
0,00
0,00
911
Acquisition matériels, outillage et divers
1 765 800,03
220 401,82
173 254,33
163 895,26
2 323 351,44
2 323 351,44
6,5%
912
Acquisition de véhicules
1 065 372,96
45 142,12
239 005,01
334 542,53
1 684 062,62
1 684 062,62
4,7%
source comptes de gestion
25 405 378,58
2 945 819,81
2 933 627,03
4 609 549,31
35 894 374,73
Dépenses
7 647 226,20
21,3%
2 926 800,71
2 985 246,44
8,2%
8,3%
Le Lavandou - Opérations d'équipement depuis 2002
87 105,88
0,2%
Totaux
opérations
Totaux
domaines
en %
629 386,19
1,8%
6 965 703,97
19,4%
56/59
Annexe 5 : Les comptes de l’association SOL Football
SOL FOOTBALL
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Recettes
Bénéfice N-1
3 921
Quote part arbitrage
1 737
2 323
2 354
2 326
2 469
2 016
Cotisations
2 660
2 590
2 375
2 400
2 425
3 410
Membres bienfaiteurs
2 395
Saur
15 000
15 000
Pizzorno
8 000
7 000
Intermarché
21 440
24 930
27 370
3 000
3 000
23 070
Maccagno
800
800
Dons divers
185
884
56
Cartes socio
2 830
3 030
4 546
2 860
2 990
Tombola
1 856
1 418
630
Entrées - buvette
1 120
4 080
1 180
1 360
1 550
1 550
Corso
3 250
3 250
3 250
3 250
3 500
3 500
Subvention municipale
42 500
40 000
62 000
67 000
57 000
82 000
Subvention montée PHA
8 000
Remboursement ELB
4 430
2 870
Publicité
1 450
2 880
Mécénat exceptionnel
9 000
5 000
Assurance dégâts des eaux
3 759
Centre de perfectionnement
9 495
TOTAL RECETTES
89 314
80 203
103 075
107 599
112 128
142 000
Dépenses
Déficit N-1
800,77
3 247,17
570,77
2 750,92
8 835,45
Festivités
8 563,71
6 455,35
5 309,03
5 202,23
3 896,42
3 285,43
Indemnités entraîneurs
7 640,00
7 640,00
7 440,00
8 760,00
9 250,00
10 700,00
Indemnités joueurs
29 732,00
33 805,00
37 885,00
48 536,00
53 332,00
56 370,00
Primes joueurs
18 405,00
6 446,00
17 517,00
17 055,00
20 110,00
23 925,00
Frais d'arbitrage
7 276,57
8 268,54
8 910,80
8 632,00
9 590,50
10 010,88
Essence
610,00
837,90
628,00
1 120,00
1 524,13
Secrétariat
702,50
650,00
906,76
1 168,59
Equipements
3 755,93
2 003,90
5 041,69
1 899,79
1 967,98
7 808,29
Frais district
4 828,18
5 192,00
4 409,88
6 416,30
6 716,01
4 614,00
Frais ligue
1 643,75
2 643,03
2 526,35
3 466,52
2 701,50
3 548,29
Tél. Fax. Portable
2 216,72
2 228,71
2 393,62
2 727,37
1 807,03
2 149,01
Pharmacie
1 224,83
1 375,88
1 488,30
1 350,20
1 224,69
621,81
Frais assurance
518,56
541,18
558,38
578,55
619,15
724,78
Divers
2 301,87
2 096,46
2 808,20
1 021,36
1 419,29
1 755,85
Corso
2 007,60
3 343,35
2 569,70
2 855,83
3 550,70
3 237,83
Frais de restaurant
1 151,55
Centre de perfectionnement
3 457,78
TOTAL DEPENSES
90 114,72
83 450,17
103 645,52
110 349,92
120 962,95
144 888,67
RESULTAT
-800,77
-3 247,17
-570,77
-2 750,92
-8 835,45
-2 889,00
Compte de résultat fourni par l'association SOL Football
57/59
SOL FOOTBALL
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Recettes
Bénéfice N-1
3 921
7 199
4 753
7 429
249
12 165
Quote part arbitrage
1 737
2 323
2 354
2 326
2 469
2 016
Cotisations
2 660
2 590
2 375
2 400
2 425
3 410
Membres bienfaiteurs
2 395
Saur
15 000
15 000
Pizzorno
8 000
7 000
Intermarché
21 440
24 930
27 370
3 000
3 000
23 070
Maccagno
800
800
Dons divers
185
884
56
Cartes socio
2 830
3 030
4 546
2 860
2 990
Tombola
1 856
1 418
630
Entrées - buvette
1 120
4 080
1 180
1 360
1 550
1 550
Corso
3 250
3 250
3 250
3 250
3 500
3 500
Subvention municipale
50 500
40 000
62 000
62 000
75 000
95 000
Subvention montée PHA
8 000
Remboursement ELB
4 430
2 870
Publicité
1 450
2 880
Mécénat exceptionnel
9 000
5 000
Assurance dégâts des eaux
3 759
Centre de perfectionnement
9 495
TOTAL RECETTES
97 314
87 402
107 828
110 028
130 377
167 164
Dépenses
Déficit N-1
Festivités
8 563,71
6 455,35
5 309,03
5 202,23
3 896,42
3 285,43
Indemnités entraîneurs
7 640,00
7 640,00
7 440,00
8 760,00
9 250,00
10 700,00
Indemnités joueurs
29 732,00
33 805,00
37 885,00
48 536,00
53 332,00
56 370,00
Primes joueurs
18 405,00
6 446,00
17 517,00
17 055,00
20 110,00
23 925,00
Frais d'arbitrage
7 276,57
8 268,54
8 910,80
8 632,00
9 590,50
10 010,88
Essence
610,00
837,90
628,00
1 120,00
1 524,13
Secrétariat
702,50
650,00
906,76
1 168,59
Equipements
3 755,93
2 003,90
5 041,69
1 899,79
1 967,98
7 808,29
Frais district
4 828,18
5 192,00
4 409,88
6 416,30
6 716,01
4 614,00
Frais ligue
1 643,75
2 643,03
2 526,35
3 466,52
2 701,50
3 548,29
Tél. Fax. Portable
2 216,72
2 228,71
2 393,62
2 727,37
1 807,03
2 149,01
Pharmacie
1 224,83
1 375,88
1 488,30
1 350,20
1 224,69
621,81
Frais assurance
518,56
541,18
558,38
578,55
619,15
724,78
Divers
2 301,87
2 096,46
2 808,20
1 021,36
1 419,29
1 755,85
Corso
2 007,60
3 343,35
2 569,70
2 855,83
3 550,70
3 237,83
Frais de restaurant
1 151,55
Centre de perfectionnement
3 457,78
TOTAL DEPENSES
90 114,72
82 649,40
100 398,35
109 779,15
118 212,03
136 053,22
RESULTAT
7 199,23
4 752,83
7 429,23
249,08
12 164,55
31 111,00
Compte de résultat de l'association SOL Football corrigé par la chambre