Sort by *

PINTEVILLE de CERNON Jean Baptiste, baron de

Né le 15 juillet 1756 au Coudray-sur-Seine (Coudray-Montceaux, Essonne), décédé le 22 juillet 1837 à Toul (Meurthe-et-Moselle).

Fils de François Antoine de Pinteville de Cernon (Châlons-en-Champagne, Marne, 22/5/1727-3/5/1813 Cernon, Marne), chevalier, châtelain de Cernon, maréchal héréditaire du comté de Chalons, maire de Cernon à son décès, conseiller général de la Marne, chevalier du Saint-Sépulchre, baron d’Empire, et de Marie Louise Constance Marquelet de la Noue (Meaux, Seine-et-Marne, paroisse Saint-Rémy, 11/8/1732-25/3/1814 Mairy-sur-Marne), mariés le 31 août 1750 à Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux (Seine-et-Marne)

Petit-fils de Louis Jérôme Antoine de Pinteville (Chalons-en-Champagne, paroisse de la Trinité, 25/8/1686-14/1/1755 Paris), ancien capitaine au régiment de Champagne, chevalier de Saint-Louis, et de Marguerite Chalons (Sainte-Menehould, Marne, 8/1/1705-1781), mariés le 23 février 1724 à Saint-Quentin-sur-Coole (Marne). Petit-fils de Louis Marie Robert Marquelet, seigneur de la Noüe (Meaux, paroisse Saint-Rémy, 20/12/1695-6/2/1759 Meaux), président et lieutenant général au bailliage et siège présidial de Meaux, administrateur de l’Hopital et de l’Hôtel-Dieu de Meaux, et de Marie Louise Archambault (Paris 1713-30/4/1737 Meaux), mariés le 29 octobre 1729 à Meaux, paroisse Saint-Rémy.

Arrière-petit-fils de Jean Baptiste de Pinteville, écuyer, seigneur de Vaugency et autres lieux, conseiller du roi, lieutenant général et commissaire examinateur au bailliage et siège présidial de Châlons, et de Marguerite Morel, mariés avant 1686. Arrière-petit-fils de Charles Chalons, seigneur de Vaugency (? -av. 1730), et de Louise Lenfant (Sainte-Menehould 24/6/1680-av.1710), mariés le 13 février 1703 à Sainte-Menehould. Arrière-petit-fils de Florent Marquelet, écuyer, seigneur de La Noue (Meaux, paroisse saint-Rémy, 2/2/1656-25/12/1701 Meaux, paroisse Saint-Rémy), et de Marie Françoise Lantenois (Verdelot, Seine-et-Marne 1/3/1671-av. 1729), mariés le 13 janvier 1688 à Coulommiers (Seine-et-Marne). Arrière-petit-fils de François Archambault, sieur des Paisibles (Lesches, Seine-et-Marne, 9/4/1655-1724 ?), conseiller secrétaire du roi, et d’Antoinette Louise Rondin (? -4/6/1754 Paris), mariés avant 1713.

Frère de François de Pinteville de Cernon (Cernon 1762-1827 Toul, Meurthe-et-Moselle), officier, émigré, maire de Meaux en 1813, député d’opposition constitutionnelle de la Marne de 1822 à 1827. Beau-frère de Charles Jacques Désiré Robin de Chateaufer de Coulogne (1752-1817), lieutenant d’artillerie, député au Corps législatif de 1809 à 1815, mariés à sa sœur Marie Jeanne de Pinteville (? -1823 Châlon-en-Champagne). Ancienne famille de Lorraine attestée au XIVème siècle.

Epouse le 25 prairial an IV, 7 juin 1796, à Gouy-le-Catelet (Aisne) Anne Radix de Sainte-Foy (Paris 3/3/1773-ap. 1837 Toul ?), dite Mlle de Neuilly, fille naturelle de Claude Pierre Maximilien Radix de Sainte-Foy (Paris, paroisse Saint-Merry, 13/6/1736-23/6/1810 Bourbonne-les-Bains, Haute-Marne), intendant général du comte d’Artois, futur Charles X, financier, diplomate, spéculateur, propriétaire du château de Neuilly avant 1792, maire d’Ourscamp, et de Marie Jeanne de la Buxière selon son acte de mariage, et plutôt de Jeanne Louise de Durfort de Duras, duchesse d’Aumont et de Mazarin  (1734 ? -1781 ?).

Petite-fille de Claude Mathieu Radix (? -29/12/1732), seigneur de Chevillon, receveur et payeur des rentes de l’Hôtel de Ville, et de Marie Elisabeth Geneviève Denis, mariés le 15 mars 1727. Petite-fille d’Emmanuel de Durfort, duc de Duras (Paris 19/12/1715-6/9/1789 Versailles), premier gentilhomme de la chambre, gouverneur de Franche-Comté, ambassadeur en Espagne, et de Charlotte Antoinette de la Porte-Mazarin (24/3/1719-6/9/1735 Paris), mariés le 1er juin 1733.

Arrière-petite-fille de Claude Mathieu Radix, secrétaire du roi, et de Geneviève Catherine Guillebon, mariés le 27 juillet 1698. Arrière-petite-fille de Jacques Denis (1668-1729), échevin de Paris, trésorier général des bâtiments, et de Marie Geneviève Legras (? -1751), mariés le 15 janvier 1702. Arrière-petite-fille de Jean Baptiste, duc de Duras de Durfort (28/1/1684-8/7/1770 Paris), maréchal de France, et de Marie de Bournonville (25/1/1686-29/9/1764), dame d’honneur de la dauphine Marie-Thérèse, mariés le 6 janvier 1706. Arrière-petite-fille de Paul Jules de La Porte-Mazarin (12/9/1701-30/1/1738 Paris), duc de la Meilleraye, et de Louise Françoise de Rohan-Guéméné (Paris 4/1/1695-27/7/1755 Paris), mariés le 5 mai 1716 à Paris.

Père de Pierre, dit Pèdre de Pinteville, baron de Cernon (Cernon, Marne, 10 fructidor an V, 27/8/1797-2/8/1896 Dijon, Côte-d’Or), garde du corps, colonel de gendarmerie, officier de la Légion d’honneur en 1850, marié le 3 juin 1835 à Dijon à Laurence Joséphine Xavière Villedieu de Torcy (Dijon 12/7/1812-20/8/1892 Dijon), dont quatre enfants.

*

Licencié en droit en 1777.

Avocat au Parlement de Paris, avocat général aux Eaux-et-Forêts de France, membre de l’administration provinciale de Champagne en 1787. Député du bailliage de Châlons-sur-Marne aux Etats-généraux et à la Constituante, le 29 mars 1789, membre du comité des finances, président en 1791, intervient lors des débats qui conduisent à la suppression des chambres des comptes et la création du Bureau de comptabilité. Président du comité de division de la France en départements, maire de Châlons en 1791, démissionne en 1792. Juge de paix et membre de la municipalité de Châlons en 1795. Membre du Tribunat, choisi par le Sénat le 1er germinal an X (4 septembre 1802), plusieurs fois secrétaire et rapporteur, intervient dans la discussion du projet d’établissement de la Cour des comptes. Franc-maçon affilié à la Loge impériale des francs-chevaliers en 1805. Maître des comptes à la création de la Cour le 28 septembre 1807. Démissionne en 1813. (Démission peut être forcée en raison de sa conduite et de ses dettes)

Barbé-Marbois note en 1808 : « Homme d'esprit ayant quelque expé­rience des affaires. Il a semblé au commencement de la Cour qu’il se mettait en avant comme toujours prêt à arrêter les entreprises du Premier président sur les libertés de la compagnie. Mais il n’en a pas eu une seule occasion fondée et chaque jour l’accord s’est de mieux en mieux affermi. Il est capable d’être un bon magistrat, et il remplira mieux ses fonctions aussitôt qu’il les aimera davantage ».

Domicile : 4, boulevard de la Madeleine (9ème), 19, rue de Vendôme (4ème). Propriétaire du château de Cernon (Marne).

Chevalier de l'Empire par lettres patentes du 5 octobre 1808, Chevalier de la Légion d'honneur le 29 prairial an XII (18 juin 1804).

Publications : Outre les nombreux écrits, discours et rapports parlementaires de Pinteville-Cernon sur des sujets économiques et financiers, il a publié en 1790 un Plan de libération générale des finances, des Observations sur la vente des biens nationaux aux particuliers en 1790, et un Dictionnaire géographique de la France en 1792.