Sort by *

HÉLITAS Joseph Thomas Maurice

Né le 5 décembre 1870 à Limoges (Haute-Vienne), décédé le 30 novembre 1934 à Paris (17ème).

Fils d’Emile Mathieu Joseph Hélitas (Chamboret, Haute-Vienne, 26/71843-17/10/1907 Chamboret), préfet, conseiller d’Etat en service extraordinaire en 1904, officier de la Légion d’honneur en 1901, et de Marie Catherine Isabelle Baraton Reugny (Chaptelat, Haute-Vienne, 5/10/1849-1930 Caen, Calvados), mariés le 9 février 1870 à Limoges.

Petit-fils de Joseph Hélitas Desbrosses (Bellac, Haute-Vienne, 18/4/1791-3/5/1869 Chamboret), géomètre, conseiller d’arrondissement, conseiller général de la Haute-Vienne, canton de Nantiat, maire de Chamboret, juge de paix en 1848, révoqué en 1851, qualifié de « socialiste dangereux » par la police, et d’Anne Céline Roumilhac (Berneuil, Haute-Vienne, 17/10/1812-11/12/1882 Chamboret), mariés le 2 septembre 1840 à Chamboret. Petit-fils de François Thomas Baraton (de Reugny) (Vierzon, Cher, 30/7/1807-ap. 1870-av. 1899 ?), avocat, militant républicain en 1848, exilé après le coup d’Etat de 1851, et de Jeanne Sidonie Couty (Limoges 24/9/1819-21/9/1899 Chamboret), professeur de dessin, mariés le 31 août 1840 à Limoges.

Arrière-petit-fils de Jean Baptiste Hélitas, sieur des Brousses (1767-4/7/1844 Chamboret) et de Marie Rose Souveraine Thouraud de Lavignière (1767 ? -6/7/1838 Chamboret), mariés le 22 mai 1787 à Bellac, paroisse Saint-Sauveur. Arrière-petit-fils de Jacques Augustin Roumilhac (Vaulry, Haute-Vienne, 18/2/1786-18/3/1828 Vaulry), propriétaire, et de Marie Forgemol (Berneuil 21/11/1786-19/11/1842 Chamboret), mariés le 7 mai 1807 à Berneuil. Arrière-petit-fils de Jacques Robert Baraton (Vierzon 25/12/1780-14/7/1838 Vierzon), contrôleur des actes, propriétaire, et de Jeanne Rose Sauger (Vierzon 23/2/1778-ap. 1840), mariés le 21 messidor an XIII, 10 juillet 1805, à Vierzon-Ville. Arrière-petit-fils de Jean Baptiste Couty (Bounat, Haute-Vienne, 12/7/1784 -av. 1870 ?), avoué à Limoges, juge de paix du canton de Nieul, et d’Anne Catherine Sauger (Limoges 19 brumaire an V, 9/11//1796 -28/9/1870 Limoges), mariés le 31 août 1814 à Limoges.

Epouse le 17 mai 1900 à Royan (Charente-Maritime) Louise Jeanne Augustine Marie Garnier (Beaucouzé, Maine-et-Loire, 23/9/1872-ap. 1934 ?), fille de Frédéric Jean François Gustave Garnier (Rochefort, Charente-Maritime, 24/2/1836-6/8/1905 Contrexéville, Vosges), maire de Royan, vice-président du conseil général, député républicain en 1889 puis sénateur de la Charente-Inférieure en 1903, chevalier de la Légion d’honneur en 1886, et de Marie Françoise Adeline Doyat (Rouen, Seine-Maritime, 7/9/1846- 30/7/1874 Rochefort) mariés le 29 juillet 1871 à Paris (7ème).

Petite-fille de Gustave Benoit Garnier (Bordeaux, Gironde, registre protestant, 1/5/1792-26/4/1859 Paris 1er ancien), inspecteur général du génie maritime, Grand Officier de la Légion d’honneur en 1858, et de Thérèse Judith Constance Chaumont (Rochefort 12/11/1809-1888 ?), mariés le 16 août 1832 à Vaux-sur-Mer (Charente-Maritime). Petite-fille de Laurent Auguste Jean Doyat (Les Echelles, Savoie, an V, 7/3/1797-17/7/1880 Paris 7ème), inspecteur général des Ponts et Chaussées, officier de la Légion d’honneur en 1848, et de Cornélie Jeanne Marie Guilhem (Angers 27/9/1822-3/7/1850 Beaucouzé, Maine-et-Loire), mariés avant 1846.

Arrière-petite-fille de François Auguste Garnier (Chassors, Charente, 1762 ? - 26/10/1841 Chassors), négociant, propriétaire, et de Suzanne Jacobine Benoist (1766 ? -9/11/1836 Chassors), mariés avant 1792. Arrière-petite-fille de Jean François Chaumont (Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, 6/9/1774-9/1/1856 Vaux-sur-Mer), polytechnicien en 1795, membre de la campagne d’Egypte, ingénieur du génie maritime, directeur des constructions navales à Lorient en 1831, conseiller général, maire de Vaux-sur-Mer de 1846 à 1848 et de 1852 à 1856, chevalier de la Légion d’honneur en 1825, et de Marie Anne Judith Pelletreau (Rochefort 16/2/1784-11/3/1858 Paris 1er ancien), mariés le 28 février 1808 à Rochefort. Arrière-petite-fille de Paul Prosper Guilhem (Brest, Finistère, 19/5/1793-20/9/1885 ?), enseigne de vaisseau, puis négociant, maire de Beaucouzé (Maine-et-Loire) de 1844 à 1848, dont une avenue conserve le nom, chevalier de la Légion d’honneur en 1837, et de Jeanne Marie Bois (Chateaulin, Finistère, 30 pluviôse an VIII, 19/2/1800-16/5/1873 Paris 7ème), mariés le 12 mai 1821 à Chateaulin. Famille protestante.

*

Docteur en droit, thèse : Le vagabondage et les moyens pratiques d’y remédier, Limoges, 1898.

Attaché au cabinet du ministre de l'Instruction Publique Charles Dupuy de 1892 à 1893, chef de cabinet des ministres de l'Intérieur Charles Dupuy, David Raynal, Georges Leygues, Léon Bourgeois, Ferdinand Sarrien et Louis Barthou de 1893 à 1897. Secrétaire général des Basses Alpes le 16 mai 1897, de la Mayenne le 22 janvier 1900, appelé sur sa demande à d'autres fonctions, chef adjoint du cabinet du président du Conseil, ministre de l’intérieur Emile Combes le 17 juin 1902. Sous-préfet de Lisieux (Calvados) le 18 mai 1903, préfet du Cantal le 18 décembre 1910. Préfet du Finistère le 20 mai 1917, puis du Calvados le 5 juillet 1917.

Conseiller maître le 1er mai 1930, décédé en fonctions.

Sportif assidu, pratiquant la gymnastique, son nom a été donné en 1938 à un stade de Caen, à un centre social et et à un parc botanique d’Aurillac.

Extrait de son éloge par le Procureur général Labeyrie : « (…) D’un esprit souple, accommodant, enclin à la conciliation, M. Hélitas s’était acquis, dans les délicates fonctions préfectorales, l’estime et l’affection de ses administrés. Les mêmes qualités lui ont valu, à la Cour, la sympathie de ses collègues ; sa perte nous cause un sincère regret. »

Domicile : 151, avenue de Wagram (17ème).

Officier de la Légion d'honneur le 26 décembre 1929, Officier d’Académie, Médaille des épidémies, médaille de la Mutualité.