Sort by
Le Président
lettre recommandée avec A.R.
500, avenue des États du Languedoc
CS 70755
34064 MONTPELLIER CEDEX 2
T +33 4 67 20 73 00
lrmp@crtc.ccomptes.fr
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
CONFIDENTIEL
Le 12/12/2016
Réf. :
GR / 16 / 2068
Monsieur le Président,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives arrêtées
par la chambre régionale des comptes sur la gestion de la Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
.
Je tiens à vous informer qu’à l’expiration du délai d’un mois prévu par l’article L.
243-5 du code des
juridictions financières, la chambre n’a reçu aucune réponse écrite destinée à être jointe au rapport.
Ce rapport a un caractère confidentiel qu’il vous appartient de protéger jusqu’
à sa communication à
l’assemblée délibérante.
Il vous revient de communiquer ce rapport à votre assemblée délibérante. Conformément à la loi,
l’ensemble doit
:
-
faire l’objet d’une inscription à l’ordre du jour de la plus proche réunion de l’assemblée
;
- être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres ;
- donner lieu à débat.
En application des dispositions de l’article R.
241-18 du code précité, ce document peut être publié et
communiqué aux tiers dès la tenue de la première réunion de l'assemblée délibérante suivant sa
réception. À cet effet, je vous demande de me faire connaitre la date de la plus proche réunion de votre
assemblée délibérante en transmettant au greffe l’ordre du jour à l’adresse de courriel suivante
:
crcgreffe@lr.ccomptes.fr.
Ce rapport d'observations définitives sera également transmis par la juridiction aux maires des
communes-
membres de l’établissement immédiatement après la présentation qui en sera faite à
l'organe délibérant de ce dernier. Ce document est présenté par le maire de chaque commune au plus
proche conseil municipal et donne lieu à un débat
.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l
assurance de ma considération distinguée.
André PEZZIARDI
Monsieur Juan MARTINEZ
Président de la communauté de communes Beaucaire Terre d
Argence
1 Avenue Croix Blanche
30300 BEAUCAIRE
1/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Rapport d
observations définitives
n° GR/16/2068 du 12/12/2016
COMMUNAUTÉ DE COMMUNES BEAUCAIRE TERRE D
ARGENCE
Exercices 2009 et suivants
S O M M A I R E
1.
Présentation de la communauté de communes
...................................................................
5
2.
La gouvernance
......................................................................................................................
6
2.1.
Le périmètre de la communauté de communes est stable dans la durée
.........................
6
2.2.
Une gouvernance exercée selon les obligations prévues
................................................
6
2.3.
Des transferts de compétences successifs
......................................................................
6
2.4.
Un processus d’intégration communautaire qui progresse
...............................................
8
2.4.1.
Un projet de
territoire formalisé mais inégalement mis en œuvre
.........................
8
2.4.2.
La progression du coefficient d’intégration fiscale
................................................
8
2.4.3.
Des prises de compétences partielles
..................................................................
8
2.4.4.
L’exercice des compétences
................................................................................
9
2.4.5.
Des transferts de personnels et des mutualisations limités
..................................
9
2.4.6.
La persistance d’importants reversements aux communes
-membres
................
10
2.4.7.
Le financement des projets par fonds de concours
............................................
10
3.
L’analyse financière et la fiabilité des comptes
.................................................................
11
3.1.
La structure budgétaire
..................................................................................................
11
3.2.
Le périmètre des services externalisés
..........................................................................
11
3.3.
La qualité de l’information budgétaire et financière
........................................................
12
3.3.1.
Le débat d’orientation budgétaire
.......................................................................
12
3.3.2.
Les annexes incomplètes des comptes administratifs
........................................
12
3.3.3.
Le budget annexe « ports de plaisance »
...........................................................
12
3.3.4.
Les amortissements
...........................................................................................
14
3.3.5.
Les provisions
....................................................................................................
14
3.3.6.
Le rattachement des charges et des produits à l’exercice
..................................
14
3.3.7.
L’intégration des immobilisations corporelles en cours
.......................................
15
3.3.8.
Le niveau de réalisation des prévisions budgétaires
..........................................
15
3.3.9.
Les restes à réaliser
...........................................................................................
16
3.3.10.
Complétude et actualisation de l’inventaire
........................................................
16
3.3.11.
Les régies
..........................................................................................................
16
3.4.
L’analyse financièr
e rétrospective
..................................................................................
17
3.4.1.
L’évolution des grandes masses financières consolidées depuis 2009
..............
17
3.4.2.
La section de fonctionnement du budget principal
..............................................
18
3.4.3.
Les charges de gestion du budget principal
.......................................................
20
3.4.4.
L’évolution de la capacité d’autofinancement du budget principal
......................
21
2/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
3.4.5.
La politique d’investissement
.............................................................................
22
3.4.6.
L’endettement
....................................................................................................
23
3.4.7.
Le fonds de roulement et la trésorerie
................................................................
24
3.5.
Les perspectives
...........................................................................................................
25
3.6.
Le budget annexe « environnement »
...........................................................................
26
4.
La gestion des ressources humaines
.................................................................................
27
4.1.
Les effectifs de l’intercommunalité
.................................................................................
27
4.1.1.
L’évolution des effectifs depuis 2009
..................................................................
27
4.1.2.
La politique de recrutement
................................................................................
28
4.1.3.
Le remplacement des départs à la retraite
.........................................................
28
4.2.
L’évolution de la masse salariale
...................................................................................
28
4.3.
Un avancement de grade fixé à 100
% et un avancement d’échelon
intervenant
quasi-exclusivement à la durée minimale
......................................................................
30
4.4.
Un temps de travail réduit
..............................................................................................
31
4.5.
Les heures supplémentaires
..........................................................................................
32
4.6.
L’absentéisme
...............................................................................................................
33
4.7.
Les dépenses d’action sociale
.......................................................................................
34
5.
Le contrat de partenariat public-
privé sur l’éclairage public
.............................................
35
5.1.
Les principales caractéristiques
.....................................................................................
35
5.2.
L’insuffisance de la justification du recours
au PPP
.......................................................
35
5.3.
Le respect de la procédure de mise en concurrence
.....................................................
36
5.4.
L’exécution du contrat de partenariat
.............................................................................
36
5.4.1.
Le bilan
quantitatif de l’exécution contractuelle
..................................................
36
5.4.2.
Le bilan qualitatif de l’exécution contractuelle
.....................................................
37
5.4.3.
Le bilan financier
................................................................................................
37
6.
Le développement économique
..........................................................................................
39
6.1.
Les zones d’activités en projet ou réalisées
...................................................................
39
6.1.1.
Rappel des principes
..........................................................................................
39
6.1.2.
Le projet territorial
..............................................................................................
39
6.1.3.
Le projet de zone d’activités «
Domitia »
............................................................
40
6.2.
Un bilan global contrasté
...............................................................................................
41
6.2.1.
Un niveau de commercialisation globalement satisfaisant
..................................
41
6.2.2.
Un bilan financier plus nuancé
...........................................................................
42
6.2.3.
La ZA de la Mérarde à Beaucaire, une zone potentiellement déficitaire
.............
43
6.2.4.
La ZA de la Salicorne à Bellegarde
....................................................................
43
6.3.
Une information perfectible
............................................................................................
44
7.
Le tourisme
...........................................................................................................................
45
7.1.
L’importance du soutien financier accordé à l’office de tourisme intercommunal
...........
45
7.1.1.
La subvention annuelle
......................................................................................
46
7.1.2.
La taxe de séjour
...............................................................................................
46
7.2.
Des objectifs peu définis
................................................................................................
47
7.3.
Une faible évaluation de la dépense publique
................................................................
48
7.4.
Une politique peu articulée avec l’environnement institutionnel local
.............................
50
7.4.1.
Un territoire à l’autonomie limitée
.......................................................................
50
7.4.2.
Une mise en réseau embryonnaire
....................................................................
50
GLOSSAIRE
.................................................................................................................................
52
3/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
SYNTHÈSE
La chambre régionale des comptes a examiné la gestion de la communauté de
communes Beaucaire Terre d
Argence pour les exercices 2009 et suivants. Les investigations ont
porté sur la situation financière ainsi que sur la gestion des ressources humaines, le contrat de
partenariat public-privé conclu sur l
éclairage public, les compétences développement économique
et tourisme.
Située sur le territoire du Pays des Garrigues et Costières de Nîmes, la communauté
de communes compte 30 392 habitants et regroupe cinq communes. Depuis sa création, elle a
développé plusieurs zones d
activités économiques et s
est progressivement vu transférer de
nouvelles compétences, notamment la collecte et le traitement des ordures ménagères et la
propreté urbaine. Ces évolutions sont le signe d
une intégration communautaire qui progresse
mais qui demeure encore inaboutie, tant en termes de cohérence du champ des compétences
transférées que de mise en œuvre effective de celles
-ci.
La qualité de son information financière et comptable appelle peu de remarques. En
l
absence d
une gestion pluriannuelle des crédits, le niveau de réalisation des prévisions
budgétaires reste faible.
Sa situation financière est satisfaisante. Les charges consolidées progressent au
rythme annuel moyen de 9,7 %, quasi-parallèlement aux produits (8,2 %). Les taux de la fiscalité,
d
un niveau élevé dès 2009, appliqués à des bases elles-mêmes conséquentes, génèrent des
produits de gestion qui apparaissent supérieurs aux besoins. L
excédent brut de fonctionnement
consolidé progresse. La collectivité dispose d
un financement propre suffisant pour faire face à la
hausse de ses dépenses d
équipement. Le recours à l
emprunt a parfois excédé le besoin de
financement, ce qui a abondé le fonds de roulement de 4,5
M€
. Malgré l
ensemble de ces
constats, le maintien du niveau élevé des dépenses d
investissement conjugué à la diminution
programmée des ressources institutionnelles risque de dégrader la situation financière à l
horizon
2018-2019.
La chambre a examiné les conditions de la gestion locale de la fonction publique
territoriale. L
effectif de la collectivité a sensiblement progressé, passant de 64 à 92 agents, sous
l
effet de transferts de postes et du développement des compétences. Les agents intercommunaux
bénéficient d
un temps de travail inférieur à la durée légale.
Signé en 2010, un contrat de partenariat porte sur la conception, la modernisation et la
maintenance du réseau communautaire de l
éclairage public. Le recours à ce type particulier de
montage juridique se révèle insuffisamment justifié. Bien qu
il fasse apparaître un surcoût de 11 %,
fin 2015, le bilan quantitatif et qualitatif de ce contrat est globalement satisfaisant.
S
agissant des zones d
activités économiques, aucun bilan consolidé n
a été
formellement présenté au conseil communautaire. L
ordonnateur s
est cependant engagé à le faire
prochainement. Si la commercialisation de terrains aménagés apparaît bien avancée, le bilan
financier prévisionnel fait apparaître une charge résiduelle nette de 755
k€
pour la collectivité. La
pratique de rééquilibrage financier des budgets annexes de ces zones d
activités par le budget
principal présente des risques juridiques et financiers.
Depuis 2003, la communauté de communes confie la mise en œuvre de sa politique du
tourisme à l
office de tourisme intercommunal. La chambre relève l
importance du soutien financier
accordé à cet opérateur, le manque de définition des objectifs qui lui sont fixés et l
insuffisante
articulation de ses actions avec celles des acteurs institutionnels locaux du secteur du tourisme.
L
ordonnateur s
est engagé à revoir sa politique touristique et le conventionnement avec l
office de
tourisme.
4/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
RECOMMANDATIONS
1.
Développer l’exercice des compétences communautaires, ou à défaut ajuster la
fiscalité communautaire et le recours à l’emprunt au besoin réel de financement découlant des
compétences réellement exercées.
Non mise en œuvre
2.
Respecter les dispositions légales et réglementaires en matière de durée du temps
de travail des agents.
Non mise en œuvre
3.
Établir des bilans annuels des zones d’activités précis en sécurisant au plan
juridique et financier les conventions à conclure avec les futurs acquéreurs de terrains aménagés.
Partiellement mise en œuvre
4.
Intégrer, dans une convention annuelle avec l’office de tourisme intercommunal,
des objectifs précis engageant
les parties, notamment sur les conditions d’utilisation de la
subvention publique attribuée.
Partiellement mise en œuvre
5/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Aux termes de l
article L. 211-8 du code des juridictions financières « l
examen de la
gestion porte sur la régularité des actes de gestion, sur l
’économie des moyens mis en œuvre et
sur l
évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par l
assemblée délibérante ou
par l
organe délibérant. L
opportunité de ces objectifs ne peut faire l
objet d
observations ».
L
examen de la gestion de la communauté de communes Beaucaire Terre d
Argence a
été ouvert le 14 septembre 2015 par lettre du président adressée à M. Juan Martinez, ordonnateur
en fonction. Un courrier a également été adressé le même jour à M. Jacques Bourbousson,
précédent ordonnateur.
En application de l
article L. 243-1 du code des juridictions financières, les entretiens
préalables ont eu lieu successivement le 12 janvier 2016.
Lors de sa séance du 16 février 2016, la chambre a arrêté des observations
provisoires qui ont été transmises à M. Juan Martinez. M. Jacques Bourbousson, en qualité
d
ordonnateur précédent, en a également été destinataire pour la partie afférente à sa gestion.
Des extraits les concernant ont été adressés aux tiers concernés.
Après avoir examiné les réponses reçues, la chambre, dans sa séance du
26 septembre 2016, a arrêté les observations définitives présentées ci-après.
1.
PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES
L
établissement public de coopération intercommunale (EPCI), créé le 20 novembre
2001
1
, regroupe cinq communes
2
, pour une population globale de 30 392 habitants
3
, dont 16 133
pour la seule commune de Beaucaire. Une des caractéristiques en est l
exposition aux risques
naturels (inondation et feux de forêt)
4
.
La communauté de communes fait partie du bassin d
emploi d
Avignon dont le taux de
chômage en 2014 est de 12,2 %
5
. Son territoire compte 12 031 ménages dont 53,7 % sont
imposés (contre 54,7 % pour la moyenne départementale, et 50,2 % pour la moyenne régionale),
et la médiane des revenus disponibles est de 17
k€
.
1
Par arrêté préfectoral n° 2001-324-4.
2
Il s’agit de Beaucaire, Bellegarde, Fourques, Jonqui
ères St-Vincent et Vallabrègues.
3
Source : logiciel ANAFI, au 1
er
janvier 2014.
4
Source : schéma
directeur de l’habitat du Pays, p. 11/86
.
5
Au 1
er
trimestre 2015 - Source :
Pôle Emploi, d’après les zones d’emplois révisées en 2010
.
6/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
2.
LA GOUVERNANCE
2.1.
Le périmètre de la communauté de communes est stable dans la durée
Le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) arrêté le
15 novembre 2011 n
a pas modifié le périmètre de la collectivité
6
, le nouveau SDCI, validé par
arrêté préfectoral du 30 mars 2016, non plus. En 2015, la communauté de communes Beaucaire
Terre d
Argence (CCBTA) adhère à cinq syndicats mixtes. Du fait des évolutions législatives
attribuant de nouvelles compétences aux intercommunalités, la CCBTA adhèrera également :
- au SYMADREM (syndicat mixte interrégional chargé de la gestion des digues du
Rhône et du plan Rhône), au 1
er
Janvier 2018, au titre de la nouvelle compétence gestion des
milieux aquatiques et prévention des inondations, en lieu et place des communes de Beaucaire,
Bellegarde et Fourques ;
- au SMEC (syndicat mixte d
équipement de la zone de Beaucaire) constitué avec la
chambre de commerce et d
industrie de Nîmes, au 1
er
janvier 2017, au titre du transfert de
l
intégralité de la compétence économique, par substitution à la commune de Beaucaire.
La chambre constate la persistance d
organismes nombreux et variés sur le territoire
communautaire et souligne l
intérêt de poursuivre la rationalisation des structures compétentes en
matière d
aménagement de l
espace, de protection de l
environnement et de respect des principes
du développement durable.
2.2.
Une gouvernance exercée selon les obligations prévues
En application des articles L. 2121-8 et L. 5211-1 du code général des collectivités
territoriales (CGCT), il incombe aux EPCI de se doter d
un règlement intérieur organisant librement
leur fonctionnement. Au cours de la période sous revue, deux règlements intérieurs ont été mis en
œuvre
7
. La réglementation applicable y est rappelée.
Conformément à l
article L. 5211-6-1 du CGCT introduit par la loi n° 2010-1563 du
16 décembre 2010, la collectivité a modifié le nombre
8
et les règles de répartition des sièges au
conseil communautaire à partir du scrutin de 2014. De même, le conseil communautaire a élu son
président, fixé le nombre de vice-présidents et désigné ces derniers ainsi que les membres du
bureau.
Seize
commissions
thématiques
communautaires,
en
cohérence
avec
les
compétences exercées, ont été mises en place et leurs membres désignés. Leurs travaux ne font
pas l
objet de développements spécifiques dans les rapports d
activité de l
établissement mais des
procès-verbaux sont établis, quoique de façon non systématique, et transmis aux membres de ces
commissions.
2.3.
Des transferts de compétences successifs
En application de l
article L. 5214-16 III du CGCT, il incombe aux communes-membres
de définir les compétences qu
elles transfèrent à l
EPCI. Elles doivent également déterminer
6
Arrêté préfectoral portant approbation du SDCI au 23 décembre 2011.
7
Délibération du 14 avril 2008, et suite au renouvellement du conseil communautaire en avril 2014, un nouveau règlement a été
adopté par délibération du 16 juillet 2014.
8
L’arrêté préfectoral du 16 avril 2009 a fixé le nombre de délégués à 15 et l’arrêté préfectoral du 3 octobre à 31.
7/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
l
intérêt communautaire qui délimite, au sein des compétences partagées, les domaines d
action
transférés et ceux demeurant au niveau communal.
Depuis sa création, les transferts de charges s
élèvent à 2,457
M€
, et l
attribution de
compensation a diminué de manière équivalente de 8,619
M€
à 6,161
M€
(en 2015). L
adhésion
de la commune de Beaucaire à la CCBTA s
est traduite par plusieurs transferts
9
de compétences
qui représentent 4 270 023
€ en charges et 1
497 861
€ en recettes
10
. Les reversements à cette
commune s
élèvent à près de 6
M€
en 2014 et constituent près de 72 % du montant total des
reversements de la CCBTA à ses communes-membres.
Depuis 2009, les transferts à l
intercommunalité représentent une charge cumulée de
1 237
k€
:
Document 1 : Les transferts à l
intercommunalité depuis 2009
Les compétences obligatoires de la communauté de communes relèvent de deux blocs
distincts : l
aménagement de l
espace communautaire et le développement économique et
touristique.
En sus de ces deux compétences obligatoires, elle exerce deux compétences
optionnelles qu
elle a choisies parmi les blocs de compétences énumérés par l
article 5214-23-1
du CGCT : le logement social d
intérêt communautaire, le logement des personnes défavorisées
ainsi que la collecte et le traitement des ordures ménagères (y compris les déchetteries et la
propreté urbaine). La communauté de communes s
est par ailleurs vue transférer d
autres
compétences optionnelles : l
environnement (gestion des milieux naturels et des cours d
eau,
service public d
assainissement non collectif) ainsi que la culture et le sport.
Elle exerce les compétences facultatives suivantes :
- soutien au projet de création et de réhabilitation du patrimoine ;
- fourrière animale ;
9
Les infrastructu
res portuaires et fluviales, l’office de tourisme, l’éclairage public, la mission locale jeune, les déchets ménagers, les
sites patrimoniaux, le FISAC et les musées et le label « ville art et histoire ».
10
Rapport d’observations définitives sur la gestion
de la commune de Beaucaire - 17 juillet 2014 - p. 8/51
2009
sites patrimoniaux d'intérêts communautaires
123 401
0
123 401
7 339 304
5,00
éclairage public - PPP
501 743
0
501 743
0,00
diagnostic accessibilité et réalisations des PAVE
100 668
0
100 668
2,00
sites patrimoniaux d'intérêts communautaires
134 672
0
134 672
0,00
participation au SDIS
1 106 770
0
1 106 770
0,00
11 438
0
11 438
0,50
-40 745
0
-40 745
sites patrimoniaux d'intérêts communautaires
7 765
0
7 765
0,25
16 955
0
16 955
0,00
428 147
0
428 147
10,75
sites patrimoniaux d'intérêts communautaires
23 295
0
23 295
0,00
2013
FISAC
-15 968
0
-15 968
5 064 564
-0,50
Remboursement participation SDIS
-1 168 623
0
-1 168 623
0,00
Service Commun
7 050
0
7 050
0,50
Total
1 236 568
0
1 236 568
1 113 167
18,50
source : collectivité
ETP
transférés
2012
5 048 596
2014
6 226 137
animations d'opérations collectives de réhabilitation -
environnement - FISAC
animations d'opérations collectives de réhabilitation -
environnement - FISAC
Attribution de
compensation
(en €)
2010
5 495 451
2011
5 516 993
année
dénomination
Charges
transférées (en €)
Recettes
transférées
(en €)
Montant
net (en €)
8/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
- prise en charge du contingent incendie versé au service départemental d
incendie et
de secours ;
- accessibilité des établissements et espaces publics ;
- action sociale : la communauté de communes est substituée aux communes dans les
études et actions organisées par le comité local d
information et de coordination gérontologique
d
Aramon et pour la mission locale jeunes Rhône/Argence ;
- petite enfance : création et gestion du relais d
assistantes maternelles.
2.4.
Un processus d
intégration communautaire qui progresse
2.4.1.
Un projet de territoire formalisé mais inégalement mis en œuvr
e
En 2013, la CCBTA a formalisé un projet de territoire dont les principales thématiques
(aménagement, déplacement, économie, tourisme, commerce et agriculture) sont déclinées en
fiches actions. Certaines de ces fiches ont fait l
objet d
actions concrètes, notamment le
développement d
une offre foncière et immobilière à destination des entreprises, ou encore le
lancement d
un fonds d
intervention pour les services, l
artisanat et le commerce (FISAC). D
autres
fiches actions ont été peu ou prou mis
es en œuvre (construction de logements, mobilité, tourisme).
2.4.2.
La progression du coefficient d
intégration fiscale
En 2015, la communauté de communes exerce 23 compétences
11
. Son coefficient
d
intégration fiscale, de 27,7853 en 2009, a significativement progressé sur la période pour
atteindre 38,411 en 2015. La chambre relève que, par arrêté du 21 octobre 2013, la CCBTA a
abrogé sa compétence en matière de gestion des services d
incendie et de secours (mise en place
avec l
arrêté du 25 février 2010), sur le fondement de la décision du Conseil d
État du 22 mai
2013
12
.
2.4.3.
Des prises de compétences partielles
Si la CCBTA dispose désormais de nombreuses compétences, certaines ne sont
toutefois que partielles.
S
agissant des compétences obligatoires : la prise de compétence « aménagement de
l
espace communautaire » n
a pas en l
état conduit à un transfert en matière de plan local
d
urbanisme. La CCBTA sera toutefois amenée à faire évoluer ses compétences, en application de
la loi ALUR
13
, soit au plus tard le 27 mars 2017
14
.
S
agissant des compétences optionnelles : en matière de logement social, la CCBTA
ne prend en charge ni le logement d
urgence, ni le logement des personnes sans domicile fixe, ni
celui des saisonniers, ni l
accueil des gens du voyage. Avec l
entrée en vigueur de la loi Notre, la
CCBTA verra sa compétence étendue à la réalisation d
équipements en faveur de l
accueil des
11
Fiche Banatic.
12
CE 22 mai 2013 req.354992, la contribution des communes au SDIS constitue une dépense obligatoire qui ne peut être transférée à
l’EPCI. Voir l’arrêté important du 7 février 2011
.
13
Article 136 de la loi n° 2014-
366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi ALUR.
14
Cette disposition s’appliquera sauf opposition d’au moins un quart des communes
-membres représentant au moins 20 % de la
population.
9/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
gens du voyage. En matière de culture et de sport, aucun équipement n
a été transféré. La CCBTA
a cependant participé à des travaux et mené « un plan patrimoine ». Son action en matière
sportive est restée plus restreinte.
Sur les compétences facultatives : la CCBTA dispose d
une compétence « petite
enfance » limitée à la gestion du relais assistants maternels Beaucaire Terre d
Argence (RAM) et à
celle du lieu d
accueil parents-enfants
Babill
âge
(LAPE). Les quatre multi-accueils présents sur le
territoire sont gérés, soit par les communes, soit par des structures privées. En matière d
action
sociale, elle n
a créé aucun centre intercommunal d
action sociale et la politique sociale demeure
essentiellement de niveau communal (cf. CCAS de Bellegarde subventionné pour 31
k€
en 2015
pour des chantiers d
insertion, et le CCAS de Beaucaire
15
).
La chambre demande à la collectivité
d’
approfondir sa réflexion sur la portée et la
cohérence des compétences transférées. Selon l
ordonnateur, la loi Notre permettra de nouveaux
transferts de compétences (assainissement et eaux pluviales, aire d
accueil des gens du voyage)
ainsi que des avancées sur le SMEC.
2.4.4.
L
exercice des compétences
Les compétences communautaires apparaissent, pour certaines
16
, peu mises en
œuvre,
tant en termes de niveau de dépenses qui y sont consacrées que de bilan des actions
17
dont elles relèvent :
Document 2 : Le cumul des dépenses relatives à certaines compétences depuis 2009
Concernant le sport, aucune action n
a été entreprise à l
exception du soutien au grand
prix cycliste de Bessèges. Pour le logement, aucune action « plan local de l
habitat » n
a été initiée
avant 2015. La politique menée en matière de développement agricole (réalisation d
un diagnostic
et d
un projet pour 93
k€
) apparaît coûteuse au regard du contenu des documents produits et de la
faiblesse des réalisations opérationnelles menées par la suite. En réponse, l
ordonnateur met en
avant les engagements pris en faveur d
un programme d
investissement lors du conseil
communautaire du 29 mars 2016, notamment dans les domaines de la culture et des sports.
2.4.5.
Des transferts de personnels et des mutualisations limités
Dans le contexte de maîtrise de la dépense publique locale, l
article L. 5211-4 du
CGCT a permis la création de services communs aux EPCI et à leurs communes-membres, et a
15
ROD commune de Beaucaire.
16
Les compétences « logement social », « sport », « action sociale » et « petite enfance ».
17
Sources
: rapports d’activité CC
BTA.
nature des
compétences
dénomination
Correspondance au CA -
présentation croisée par
fonction
dépenses de
fonctionnement
cumulées (2009 - 2013)
en €
dépenses d'investissement
cumulées (2009 - 2013) en €
logement social d'intérêt
communautaire et logement des
personnes défavorisés
Logement
16 033
418 749
Sport et jeunesse
44 039
0
Culture
2 191 022
4 034 309
action sociale
Interventions sociales et santé
554 942
50 000
petite enfance
Famille
187 937
159 294
sources : CA (RAR 2013 inclus) - présentation croisée par fonction
compétences
optionnelles
compétences
facultatives
culture et sport
10/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
systématisé la réflexion au sein des intercommunalités sur les possibilités de mutualisation. À ce
jour, les évolutions des compétences ont fait l
objet de peu de transferts de personnels, mais aussi
de peu de mutualisations. Depuis 2009, seuls trois domaines sont mutualisés, à savoir les
archives, la direction des finances et l
instruction du droit des sols, pour une masse salariale, par
création de services communs, de l
ordre de 173
k€
.
En application de l
article L. 5211-39-1 dudit code, la communauté de communes
devait adopter son projet de schéma de mutualisation des services avant mars 2016. Si aucune
mise à disposition n
a été consentie, pour autant, un rapport de la CCBTA d
août 2015 sur le projet
de schéma de mutualisation dresse plusieurs pistes telles que les affaires juridiques et
assurances, les ressources humaines, un garage commun, l
entretien des terrains de sports, un
parc commun de véhicules ou encore des patrouilles de sécurité intercommunales. La chambre
invite la collectivité à poursuivre et à concrétiser la démarche engagée.
2.4.6.
La persistance d
importants reversements aux communes-membres
En 2014, le montant global des reversements annuels de la communauté de
communes aux communes-membres s
élève à 8,2
M€
, soit près des deux tiers de la fiscalité levée
par l
intercommunalité. La part de la fiscalité levée par le groupement et conservée par celui-ci
progresse depuis 2009. Elle n
était alors que de 17,4 %, traduisant le caractère peu concret des
compétences transférées à l
’intercommunalité et de leur mise en œuvre effective. Cette
part atteint
jusqu
à 43,2 % en 2013 avant de se situer à 35,4 % en 2014.
Depuis 2015 la CCBTA minore la dotation de solidarité communautaire (DSC) du solde
du fonds de péréquation intercommunale (FPIC) qu
elle reverse intégralement aux communes
(344
k€
), selon un mode de répartition dit « dérogatoire »
18
.
2.4.7.
Le financement des projets par fonds de concours
Dans son rapport public particulier consacré à l
intercommunalité en France (2005), la
Cour des comptes recommandait « d
utiliser avec discernement la possibilité de verser des fonds
de concours car ces cofinancements peuvent générer une dilution des responsabilités et par là
même des surcoûts dans les dépenses ».
Selon la collectivité, durant la période sous contrôle, le montant des fonds de concours
versés (pour neuf projets) s
élève à 1,241
M€
et celui des fonds de concours reçus (pour quatre
projets, avec un amortissement sur cinq ans) à 172
k€
. Ces éléments présentent des écarts avec
les comptes de gestion. En réponse, l
ordonnateur s
engage à ne plus octroyer de fonds de
concours et à développer la maîtrise d
ouvrage directe.
En conclusion, la CCBTA a connu une montée en charge progressive sur certaines de
ses compétences, et une activité encore réduite sur d
autres (logement social, sports, action
sociale, petite enfance). Dans la mesure où elle dispose d
une relative aisance financière, la
CCBTA pourrait donner du contenu à plusieurs de ses compétences. Cette orientation favoriserait
son intégration fiscale. À défaut, elle devrait ajuster la fiscalité communautaire et le recours à
l
emprunt à son besoin réel de financement.
18
Les modalités de cette répartition sont définies aux articles L. 2336-3 et L. 2336-5 du CGCT.
11/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Recommandation
1.
Développer l
exercice des compétences communautaires, ou à défaut ajuster
la fiscalité communautaire et le recours à l
emprunt au besoin réel de financement
découlant des compétences réellement exercées.
Non mise en œuvre
3.
L
ANALYSE FINANCIERE ET LA FIABILITE DES COMPTES
3.1.
La structure budgétaire
Au 31 décembre 2014, les finances de la communauté de communes s
articulent
autour de douze budgets
19
, dont quatre n
ont pas enregistré de recettes de fonctionnement en
2014 : un budget principal, deux budgets annexes pour des activités de service public industriel et
commercial, un budget annexe pour une activité de service public administratif et huit budgets
annexes relatifs à l
aménagement de zones d
activités :
Document 3 : Les budgets en 2014
3.2.
Le périmètre des services externalisés
Le périmètre des services externalisés a évolué durant la période sous revue avec :
- le démarrage d
un partenariat public-privé sur l
éclairage public, le 1
er
juin 2010 ;
- la reprise en régie des tournées de collecte d
ordures ménagères de Fourques, à
compter du 1
er
mai 2011 (2 agents) ;
- le lancement d
un marché d
infogérance du système d
information, le 1
er
mai 2012 ;
- la transformation de l
office de tourisme, de statut associatif, en établissement public
industriel et commercial, au 1
er
août 2013 ;
- le passage d
une régie à une délégation de service public pour la gestion des hauts
de quai des déchetteries, au 1
er
février 2014 (332
k€
HT/an) ;
19
Source : logiciel ANAFI, consolidation BP-BA - 4.
2014 (en €)
%
24300058500030
Budget annexe
PORT DE PLAISANCE
M4
X
566994,14
1,79%
24300058500048
Budget annexe
EXTENSION ZONE COMMERCIALE DE BEAUCAIRE
M4
X
0
0,00%
24300058500055
Budget annexe
ZAE FOURQUES
M4
X
0
0,00%
24300058500063
Budget annexe
SPANC-CC TERRE ARGENCE
M49
X
11145,44
0,04%
24300058500071
Budget annexe
ELIMI VALOR OM - CC TERRES D ARGENCE
M14
X
X
5923738,98
18,73%
24300058500089
Budget annexe
ZAE COSTE ROUGE
M14
X
X
0
0,00%
24300058500097
Budget annexe
ZAC SALICORNE
M14
X
X
0
0,00%
24300058500105
Budget principal
CC TERRES D ARGENCE BEAUCAIRE
M14
X
X
16781088,4
53,05%
24300058500113
Budget annexe
ZAE DE LA BROU
M14
X
X
941500,05
2,98%
24300058500121
Budget annexe
ZAE MERARDE CC TERRES ARGENCE
M14
X
X
1375681,24
4,35%
24300058500139
Budget annexe
Z I DOMITIA SUD
M14
X
X
5850368,72
18,49%
24300058500147
Budget annexe
ZAE DU RIEU CCBTA
M14
X
X
183370,56
0,58%
12
Somme totale :
31633887,5
100,00%
Somme M14 :
31055747,9
98,17%
Recettes de fonctionnement
Source : Logiciel ANAFI d'après les comptes de gestion
Identifiant
Libellé budget
Libellé de l'organisme
Nomenclature
Budgets
retenus pour
l'onglet 2-
conso tous
budgets
Budgets
retenus pour
l'onglet 3-
conso budgets
M14
12/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
- la création d
une société publique locale dont l
activité porte sur les constructions et
les aménagements des zones d
activités.
Selon l
ordonnateur, aucun projet complémentaire d
externalisation n
est à l
étude.
3.3.
La qualité de l
information budgétaire et financière
La fiabilité des comptes de la collectivité est globalement satisfaisante. Des
améliorations seraient cependant à apporter dans plusieurs domaines.
3.3.1.
Le débat d
orientation budgétaire
Une note synthétique présente les éléments de contexte du débat d
orientation
budgétaire avant de fournir les orientations budgétaires locales. Les documents comportent un
bilan de l
exercice antérieur ainsi qu
un cadrage prospectif global chiffré sur les investissements
pour l
ensemble des exercices, sans toutefois les répartir dans le détail. Ils font par ailleurs un
point succinct sur l
évolution de l
endettement (sauf pour l
exercice 2009) et, pour l
exercice 2015,
des dotations d
État.
3.3.2.
Les annexes incomplètes des comptes administratifs
L
instruction comptable M14 précise les annexes devant figurer aux comptes
administratifs (CA) ainsi que leur contenu. La présentation des annexes de la communauté de
communes Beaucaire Terre d
Argence reste perfectible :
- l
état des charges transférées n
est renseigné pour aucun exercice ;
- l
état du personnel n
est pas correctement complété sur les exercices 2012 et 2013
(le tableau, fourni au format « maison », est peu lisible) ;
- l
annexe sur les amortissements n
est pas servie à plusieurs reprises ou incomplète
(2012, 2011, 2010) ;
- l
état des engagements « hors bilan » (annexe IV B.1) n
est pas correctement
renseigné et les tableaux financiers relatifs au PPP sont illisibles alors même que le CA 2013 fait
état
20
de 971
k€
inscrits au c/235 « Part investissement PPP » ;
- pour le CA 2010, l
état des associations subventionnées n
est pas complété.
Dans sa réponse l
ordonnateur mentionne avoir procédé, suite au contrôle, à la
régularisation des annexes du compte administratif afin de bonne complétude de celui-ci.
3.3.3.
Le budget annexe « ports de plaisance »
La CCBTA dispose de deux ports de plaisance à Beaucaire et à Bellegarde d
une
capacité totale de 300 anneaux
21
et d
une halte nautique de 25 emplacements à Vallabrègues.
20
CA 2013 partie III B1, p. 18, par ailleurs le compte de gestion 2013 fait état de 1 006
k€ de débit sur ce compte.
21
Pour un total de 292 bateaux en contrats annuels, Rapport d’activité 2014, p. 57/94.
13/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Les ports de plaisance constituent un service public industriel et commercial (SPIC)
22
et relèvent des dispositions des articles L. 2224-1 et L. 2224-2 du CGCT. Ces articles impliquent
que le fonctionnement des SPIC doit être financé par les redevances perçues auprès des usagers.
Document 4 : L
évolution des soldes du BA « Ports de plaisance » depuis 2010
Le rapport d
activité 2014 de la CCBTA constate la forte sédentarisation des usagers
des ports. Ceux-ci sont majoritairement occupés par une clientèle à l
année, souvent abonnée
depuis plus de dix ans
23
. L
impact de ces équipements, en termes de développement touristique,
en est diminué.
3.3.3.1.
Une diminution artificielle des charges du service
Ce budget annexe ne mentionnait, en 2008, que les dépenses d
un seul agent (sur les
trois réellement affectés). Cette situation qui diminuait les charges du service a été graduellement
régularisée, en ré-imputant au budget annexe un deuxième agent en 2009, puis un troisième en
2010. Par ailleurs, une subvention d
équipement de 674
k€
a été versée par le budget principal en
2007.
3.3.3.2.
Des projets d
investissements qui ne pourront être financés par le seul
budget annexe
La CCBTA a lancé des études pour d
importants travaux sur les ports (mises aux
normes et mise en valeur) pour un montant estimé à 2,08
M€
HT. La prospective financière
mentionne pour les prochains exercices une augmentation des produits du domaine limitée à 2 %
par an. La chambre relève, sur la base de cette prospective, que si les extensions de capacité des
ports génèreront des recettes nouvelles permettant éventuellement la souscription d
un prêt, celui-
ci ne couvrira que pour partie seulement le coût des travaux.
L
ordonnateur envisage de financer le complément par une recette de subvention de
tiers (département et région) et par une recette provenant du budget principal attribuée sous la
forme d
un fonds de concours, à hauteur de 615
k€
. La chambre rappelle que, sauf dérogations
expressément prévues, l
article L. 2224-2 du CGCT interdit aux communes de prendre en charge,
dans leur budget principal, des dépenses effectuées au titre des services publics industriels et
commerciaux exploités en régie ou concédés. Elle observe que l
hypothèse d
un financement
supplémentaire procuré par l
augmentation des tarifs n
a pas été approfondie, et ce alors même
que le montant annuel des produits perçus auprès des usagers s
élève, en moyenne, à 400 k
22
CAA, Bordeaux, 4 mars 2004,
Régie des ports de plaisance de La Rochelle
.
23
Rapport d’activité 2014
- p. 58/94.
en €
2010
2011
2012
2013
2014
cumul sur la
période
dépenses de fonctionnement
473 210
329 610
319 422
379 163
423 812
1 925 217
recettes de fonctionnement
676 206
511 035
552 164
523 294
682 441
2 945 140
solde de fonctionnement
202 996
181 425
232 742
144 131
258 629
1 019 923
dépenses d'investissement
235 270
240 228
446 006
354 185
287 153
1 562 842
recettes d'investissement
21 563
237 846
449 796
290 649
119 534
1 119 388
solde d'investissement
-213 707
-2 382
3 790
-63 536
-167 619
-443 454
source : CA
14/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
environ. La chambre invite la collectivité à explorer toutes les pistes possibles pour financer les
extensions de capacité des ports de plaisance.
3.3.4.
Les amortissements
L
article L. 2321-2 27° du CGCT dispose que les dotations aux amortissements des
immobilisations constituent des dépenses obligatoires pour les communes et leurs établissements
publics dont la population est égale ou supérieure à 3 500 habitants. Sur les exercices 2009 à
2014, les inscriptions au compte administratif en fonctionnement au compte 6811 et celles en
investissement au compte 28 ne présentent pas d
incohérences internes, ni d
écarts significatifs
avec le compte de gestion. Les opérations d
ordre entre sections sont concordantes.
Les durées d
amortissement se réfèrent à des délibérations
24
conformément aux
préconisations de l
instruction M14. Celles-ci prévoient toutefois une durée d
amortissement
particulièrement longue pour certains équipements (50 ans pour les équipements techniques
portuaires fixes et 40 ans pour les bâtiments productifs de revenus). Il conviendrait de s
assurer de
l
adaptation des durées d
amortissement à la nature et au financement des biens en cause.
La chambre relève que des immeubles de rapport (42
k€
en 2014) n
ont pas fait l
objet
d
un amortissement sur la période (c/2132). Il s
agit du siège, loué temporairement et pour partie à
EDF et à une étude d
huissiers.
3.3.5.
Les provisions
Le provisionnement constitue l
une des applications du principe de prudence contenu
dans le plan comptable général
25
. La collectivité doit provisionner en fonction du risque financier
encouru estimé ou dès l
apparition d
un risque avéré. Aucune provision budgétaire ou semi-
budgétaire n
a été inscrite, sur l
ensemble de la période
26
, au budget principal.
La chambre observe qu
un dispositif de compte épargne-temps a été créé pour les
agents du budget principal, et pour ceux des budgets annexes « environnement » et « ports ». Il
représente 481 jours en 2015, soit une charge potentielle estimée à 33
k€
. En application du
principe de prudence, la chambre invite la collectivité à constituer une provision.
Concernant les budgets annexes « environnement » et « ports » l
ordonnateur s
est
engagé, en réponse, à améliorer dès 2016 les provisionnements.
3.3.6.
Le rattachement des charges et des produits à l
exercice
La procédure de rattachement des charges et des produits à l
exercice résulte du
principe d
indépendance des exercices. Elle contribue à la sincérité des résultats. D
une façon
générale, la collectivité recourt à la comptabilisation des dépenses et recettes de l
exercice durant
la journée complémentaire. Des rattachements sont cependant pratiqués, pour des montants
limités, en ce qui concerne le BP ainsi que les BA « ports » et « environnement ».
24
Des 30 mars 2009, 28 juin 2011 et 28 mars 2012.
25
Instruction M14, titre 3 chapitre 4 et article R. 2321-2 du CGCT.
26
Source : annexes du CA 2013 p. 162 et logiciel ANAFI - annexe 12.
15/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
3.3.7.
L
intégration des immobilisations corporelles en cours
Le solde du compte 231 « Immobilisations corporelles en cours » connaît une forte
progression sur la période sous revue. En 2014, ce compte totalise 7,1
M€
:
Document 5 : L
intégration des immobilisations en cours
L
ordonnateur reconnaît que l
apurement du compte 23 a pris du retard, d
où sa forte
progression, et prévoit la régularisation de cette situation.
3.3.8.
Le niveau de réalisation des prévisions budgétaires
L
analyse des taux d
exécution de la section de fonctionnement met en évidence la
capacité de la collectivité à respecter globalement ses objectifs en matière d
autofinancement par
une évaluation prudente de ses dépenses et recettes de fonctionnement
27
.
Le budget principal présente sur les deux derniers exercices (restes à réaliser n-1
inclus) des taux de réalisation compris entre 52 % et 60 % pour les recettes d
investissement, ce
qui traduit le caractère perfectible de la qualité de la prévision budgétaire sur les recettes
d
investissement. La qualité de la prévision pour les dépenses d
équipement progresse en passant
de 58 % à 92 % :
Document 6 : Les taux de réalisation des prévisions du budget principal
Concernant le budget annexe « environnement », les taux de réalisation de dépenses
et de recettes sont globalement bons (rarement inférieurs à 80 %), une fois les RAR intégrés.
Toutefois, concernant le budget annexe « ports », les taux de réalisation de dépenses sont faibles,
en investissement (à plusieurs reprises inférieurs à 70 % et même de 20,8 % en 2012) comme en
fonctionnement (de 48,4 % à 63,7 %). Les taux de réalisation des recettes sont également limités
en investissement (de 4 % en 2010 à 55,1 % en 2013). Considérant que le montant des
27
Hormis pour les dépenses de fonctionnement 2013 à un taux de 76,9 %.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Immobilisations corporelles en cours - Solde (A)
194 253
865 409
1 147 154
2 626 627
4 938 689
7 122 852
Immobilisations corporelles en cours - Flux (B)
116 519
123 565
356 201
1 479 473
2 312 063
2 165 164
Immobilisations corporelles -
Solde (C)
1 630 093
4 462 083
10 055 364
10 926 894
11 281 946
12 178 698
Source : CRC- Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
Fct.
13 859 742
12 524 353
90,4%
13 208 991
13 930 267
105,5%
Inv.
2 264 644
1 311 375
57,9%
2 457 056
608 340
24,8%
Fct.
14 507 597
12 629 225
87,1%
13 622 602
14 006 298
102,8%
Inv.
2 347 150
1 501 345
64,0%
2 764 476
955 319
34,6%
Fct.
14 641 731
13 110 979
89,5%
14 044 455
15 114 640
107,6%
Inv.
3 780 412
3 268 164
86,4%
4 438 113
3 099 285
69,8%
Fct.
16 609 002
13 560 795
81,6%
14 600 509
16 123 596
110,4%
Inv.
7 138 923
6 146 726
86,1%
6 933 648
3 614 616
52,1%
Fct.
18 415 918
14 154 668
76,9%
15 733 326
16 296 933
103,6%
Inv.
8 177 868
7 535 564
92,1%
8 552 880
5 079 400
59,4%
source : CA , *BP+DM+RAR n-1+rattachements (pour les dépenses)
dépenses
en €
crédit
ouverts
recettes
nettes*
taux de
réalisation
recettes
2013
dépenses
nettes*
taux de
réalisation
2011
2012
2009
2010
crédits
ouverts
16/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
investissements reste d
ampleur modeste et que le plus gros projet (les ateliers intercommunaux)
a été réalisé sur deux exercices, la collectivité n
a pas estimé utile de recourir à la procédure
d
autorisations de programme (AP) et de crédits de paiements (CP).
Compte-tenu de la faiblesse des taux de réalisation constatée sur les investissements
et des perspectives de dépenses d
équipement évoquées par l
ordonnateur, la chambre invite la
collectivité à améliorer ses prévisions, notamment en approfondissant la réflexion déjà engagée
sur la future mise en place d
AP/CP.
3.3.9.
Les restes à réaliser
Les restes à réaliser s
élèvent en moyenne à 2,3
M€
en dépenses d
investissement.
Les subventions représentent la part la plus importante, voire l
essentiel pour certains exercices,
des recettes d
investissement inscrites en restes à réaliser au budget principal. Leur
comptabilisation répond dans l
ensemble aux dispositions de l
article L. 2342-2 du CGCT. La
chambre relève toutefois quelques discordances entre les états transmis par la collectivité au
cours de l
instruction et les comptes administratifs.
3.3.10.
Complétude et actualisation de l
inventaire
Les états d
entrées et de sorties d
immobilisations et l
annexe complète relative aux
biens acquis, cédés, détruits ou réformés, ont été régulièrement joints au compte administratif.
Toutefois, le CA 2013, qui constate des entrées à hauteur de 4,37
M€
, mentionne que plusieurs
d
entre elles datent de 2010 et 2011. Il en résulte un retard dans l
amortissement comptable des
biens concernés. L
état des sorties n
est pas renseigné sur cet exercice.
Suite aux rapports d
évaluation des charges de la CLECT des 26 septembre 2011 et
21 novembre 2011, approuvés par l
ensemble des communes-membres du groupement, la
compétence « Château et musée de France ville art et histoire » a été transférée à la CCBTA. Le
patrimoine transmis n
a pas été intégré à l
inventaire de la communauté de communes et les biens
amortissables n
ont pas fait l
objet d
amortissements comptables. Il convient d
intégrer ce
patrimoine à l
inventaire intercommunal et de procéder aux amortissements nécessaires.
3.3.11.
Les régies
L
article R. 1617-17 du CGCT dispose que « les régisseurs de recettes, d
avances, de
recettes et d
avances ainsi que les régisseurs intérimaires et les mandataires sont soumis aux
contrôles
(…) de l’ordonnateur auprès duquel ils sont placés (…)
». La CCBTA dispose de sept
régies et sous régies représentant, en décembre 2015, un total d
encaisse de 6 800
€ et un total
d
avances de 8 645
€. Ces régies font l’
objet d
un contrôle de la part de l
ordonnateur au début de
chaque mois.
Seule la régie « déchetterie » a fait l
objet d
un contrôle durant la période de la part du
comptable
28
qui a relevé la bonne tenue de celle-ci. Cette régie a été clôturée en décembre 2014
suite à son externalisation. La régie courses camarguaises a été également clôturée en 2016.
28
Réponse du comptable au questionnaire III.2.
17/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Toutefois, les comptes d
emplois des tickets
29
n
ont pas été fournis par le comptable,
hormis pour 2013, où aucun écart n
est à relever, et pour la régie déchetterie en 2010 et 2009 où
la balance des valeurs inactives est nulle alors que le compte d
emplois des tickets relève une
somme de 4 900
€.
3.4.
L
analyse financière rétrospective
3.4.1.
L
évolution des grandes masses financières consolidées depuis 2009
Comprenant le budget principal et les budgets annexes de l
environnement et des
ZAE, le budget consolidé de la collectivité s
élève en fonctionnement à environ 13,5
M€
en 2014.
L
augmentation des produits de gestion a accompagné celle des charges de gestion d
où un
excédent brut de fonctionnement stable à 2,2
M€
30
. La CCBTA ayant abrogé sa compétence en
matière de gestion des services d
incendie et de secours en 2013, les produits et charges de
gestion ont été corrigés à la baisse en 2014 :
Document 7 : Les grandes masses financières consolidées depuis 2009
Plusieurs caractéristiques peuvent être mises en évidence :
- la dynamique relative des charges et des produits révèle une progression supérieure
des produits de gestion (+ 5,22
M€
) à celle des charges de gestion (+ 4,92
M€
) jusqu
en 2013
31
,
qui génère une bonne tenue du ratio EBF/produits de gestion ;
- la capacité d
autofinancement brute progresse et assure largement, sur l
ensemble
de la période, la couverture de l
annuité en capital de la dette ;
- la progression des dépenses d
équipement, la politique d
investissement s
est
appuyée sur un financement propre disponible conséquent ;
- du fait d
une capacité de financement propre positive sur l
ensemble de la période, le
recours à l
emprunt (12
M€
sur la période) abonde le fonds de roulement (4,5
M€
sur la période).
29
Pour les régies Pays et ville d’art et d’histoire, musée Auguste Jacquet et musée du cheval et de l’éperonnerie d’art.
30
Concernant le BA « environnement »
, la subvention d’équilibre inscrite au c/75 en 2009 a été basculée au c/774 sur les exercices
suivants, d’où un ajustement apparent de l’EBF (de 1,34
M€
) sans incidence sur la CAF brute consolidée.
31
En 2014, les charges et produits diminuent parallèlement suite à la rétrocession de la compétence « contribution au SDIS »
consécutive à la jurisprudence du Conseil d’État (cf.
infra
).
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annue le
moyenne
Produits de gestion
9 065 680
13 682 935
11 934 423
14 349 527
14 290 216
13 569 002
8,4%
- Produits réciproques
0
0
301 908
0
6 856
134 846
N.C.
Produits de gestion consolidés, budget M14 (A)
9 065 680
13 682 935
11 632 516
14 349 527
14 283 360
13 434 155
8,2%
Charges de gestion
7 028 327
12 999 892
10 517 784
11 864 353
11 954 995
11 297 015
10,0%
- Charges réciproques
0
0
301 908
0
6 856
134 846
N.C.
= Charges de gestion consolidées, budgets M14 (B)
7 028 327
12 999 892
10 215 877
11 864 353
11 948 139
11 162 169
9,7%
Excédent brut de fonctionnement consolidé, budgets M14 (A-B)
2 037 353
683 043
1 416 639
2 485 174
2 335 221
2 271 987
2,2%
= CAF brute consolidée, budgets M14
1 965 838
2 089 980
2 787 147
3 628 671
3 240 156
3 345 319
11,2%
Cumul sur les
années
- Annuité en capital de la dette
183 083
480 926
661 793
684 951
764 119
1 167 495
3 942 367
= CAF nette ou disponible consolidée, budgets M14 (C)
1 782 755
1 609 054
2 125 354
2 943 720
2 476 037
2 177 823
13 114 743
= Recettes d'inv. hors emprunts (D)
619 708
404 396
348 140
559 486
1 349 179
620 696
3 901 605
= Financement propre disponible consolidé, budgets M14 (C+D)
2 402 464
2 013 449
2 473 494
3 503 206
3 825 216
2 798 519
17 016 348
- Dépenses d'équipement (y compris travaux en régie)
1 359 157
1 418 765
2 261 794
3 809 522
4 956 790
3 872 530
17 678 558
- Subventions d'équipement (y compris subventions en nature)
422 424
253 120
71 816
101 194
412 612
603 157
1 864 324
+/- Variation de stocks de terrains, biens et produits
165 766
3 511 657
256 282
276 080
-460 370
874 833
4 624 248
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement propre
455 117
-3 446 572
-116 398
-683 591
-1 293 816
-2 552 001
-7 637 261
Nouveaux emprunts de l'année (y compris pénalités de réaménagem
510 000
3 454 000
2 250 000
2 364 965
2 450 000
1 170 000
12 198 965
Mobilisation(-) ou reconstitution (+) du fonds de roulement net glob
965 117
7 428
2 133 602
1 681 374
1 156 184
-1 382 001
4 561 704
Source : CRC- Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
18/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
3.4.2.
La section de fonctionnement du budget principal
3.4.2.1.
Les produits de gestion
Les produits de gestion progressent de 12,5 % en moyenne annuelle. Ils ont augmenté
de 98 % entre 2009 et 2013, avant une baisse en 2014 (soit une augmentation globale de 80 %
entre 2009 et 2014)
32
. Les ressources institutionnelles et la fiscalité reversée contribuent
majoritairement à cette hausse, également alimentée par les ressources fiscales propres. En 2014,
les produits de gestion s
élèvent à près de 8,2
M€
, soit 273
€ par habitant.
3.4.2.2.
Les conséquences de la réforme de la taxe professionnelle
La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 (à titre transitoire) par une
compensation relais puis, à partir de 2011, par la contribution économique territoriale (CET)
composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée
des entreprises (CVAE). Afin de garantir aux collectivités territoriales le maintien de ressources
comparables à 2010, le dispositif a été complété par une dotation de compensation de la réforme
de la taxe professionnelle versée par l
État et par le fonds national de garantie individuelle des
ressources (FNGIR) abondé par les collectivités dont les ressources après la réforme sont
supérieures aux ressources encaissées avant la réforme.
3.4.2.3.
Une flexibilité des ressources en recul
Les ressources comprennent des produits flexibles constitués des ressources fiscales
votées par l
assemblée délibérante et des ressources d
exploitation, d
une part, et des produits
rigides formés des dotations et participations ainsi que de la fiscalité reversée par l
État, d
autre
part :
Document 8 : L
évolution des produits de gestion du BP depuis 2009
Pour calculer les ressources fiscales propres à l
EPCI, il est nécessaire de déduire les
restitutions et reversements (hors péréquation) sur impôts locaux effectués au profit des
communes-membres par le biais notamment de l
attribution de compensation. Les ressources
fiscales propres votées ont ainsi augmenté de 40 % sur la période. Dans le même temps les
ressources d
exploitation ont été multipliées par près de sept. L
ensemble des produits flexibles a
augmenté de 51 %. Les produits rigides ont doublé sur la période. Compte-tenu de leur volume, ils
32
La baisse des produits constatée en 2014 est liée aux restitutions et reversements SDIS de 1,190
M€
.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres (nettes des restitutions)
1 960 412
3 859 720
2 295 891
3 747 613
3 745 668
2 746 630
7,0%
Ressources d'exploitation
43 603
38 703
322 832
50 260
155 916
288 003
45,9%
Produits "flexibles"
2 004 015
3 898 423
2 618 723
3 797 873
3 901 584
3 034 633
8,7%
Ressources institutionnelles (dotations et
participations)
2 542 189
2 569 945
3 527 173
3 657 654
3 462 685
3 374 727
5,8%
Fiscalité reversée par l'interco et l'Etat
0
0
1 358 454
1 471 663
1 651 962
1 779 306
N.C.
Produits "rigides"
2 542 189
2 569 945
4 885 627
5 129 317
5 114 647
5 154 033
15,2%
Production immobilisée, travaux en régie
7 852
0
0
0
0
0
-100,0%
Produits de gestion
4 554 056
6 468 368
7 504 351
8 927 190
9 016 231
8 188 666
12,5%
Source
: CRC- Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
19/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
ont été le principal moteur de la hausse des produits de gestion. De fait, les produits flexibles ne
représentent plus, en 2014, que 37 % des produits de gestion contre 44 % en 2009.
3.4.2.4.
La politique fiscale
Jusqu
en 2010, l
EPCI percevait uniquement le produit de fiscalité sur les entreprises
(taxe professionnelle unique puis taxes diverses). En 2011, la collectivité a opté pour une fiscalité
mixte, avec le vote de taux en faveur d
une fiscalité sur les ménages. En 2013, la CCBTA a perçu
la contribution foncière des entreprises (pour 4,8
M€
) en lieu et place de ses communes-membres
ainsi qu
une fiscalité additionnelle sur les taxes « ménages » (TH, TFNB, pour 3,4
M€
).
Depuis la suppression de la taxe professionnelle, l
EPCI perçoit la taxe additionnelle à
la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TAFNB pour 49
k€
), les impositions forfaitaires sur
les entreprises de réseau (IFER pour 747
k€
), la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises
(CVAE pour 1,1
M€
) et la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM pour 249
k€
). L
impôt
économique était le seul produit fiscal de l
EPCI avant 2011, et s
élevait à 10,5
M€
avant restitution
en 2009. Il s
élèvait à 9,9
M€
avant restitution en 2013, et demeure avec 74,5 % des produits de
fiscalité de la collectivité
33
sa plus importante ressource fiscale.
Les taux de la fiscalité sur les ménages et de la fiscalité sur les entreprises sont restés
stables depuis 2011 :
Document 9 : Les taux de fiscalité locale depuis 2009
La communauté de communes bénéficie de recettes fiscales supérieures à la moyenne
des communautés de communes de sa strate, en raison de sa politique de taux (taux votés
supérieurs à la moyenne)
34
mais aussi grâce à des bases de CFE élevées
35
. Ses marges de
manœuvre ne résident désormais plus que dans la mise en place de taux additionnels sur la TF
NB
et/ou d
abattements sur la TH :
Document 10 : Les taux moyens d
imposition des communautés de communes
33
Sources : fiches Bercy Colloq.
34
Guide statistique de la fiscalité directe locale - janvier 2016 p. 129/151.
35
485 €/hab. en 2013 contre 392 €/hab. pour les EPCI de la même strate.
Taux des taxes en %
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Taxe Professionnelle Unique
19,75%
Cotisation Foncière des Entreprises
31,64%
33,22%
33,22%
33,22%
33,22%
33,22%
Taxe d'habitation
0%
0%
10,44%
10,44%
10,44%
10,44%
10,44%
Taxe foncière sur les propriétés non bâties
0%
0%
2,73%
2,73%
2,73%
2,73%
2,73%
Taxe additionnelle sur le foncier non bâti
0%
0%
51,84%
51,84%
51,84%
n.c
n.c
Sources : Bercy Colloc et logiciel ANAFI-CRC
taux en 2014
CC BTA
Moyenne CC*
moyenne GMPT**
Taxe d'habitation
10,44%
4,07%
9,05%
Taxe foncière sur les propriétés non bâties
2,73%
10,10%
4,88%
Cotisation Foncière des Entreprises
33,22%
5,59%
26,69%
source : guide statistique de la fiscalité directe locale
* moyenne pour les cc à FPU de 20 à 50 000 habitants
** moyenne de l'ensemble des groupements à FPU
20/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
3.4.3.
Les charges de gestion du budget principal
Les charges de gestion augmentent de 117 % jusqu
en 2013
36
, avant de baisser en
2014 (soit une augmentation globale de 77 % de 2009 à 2014). Cette hausse concerne tous les
postes de charge mais plus particulièrement les charges à caractère général et les charges de
personnel. La variation annuelle moyenne (de 12,1 %) est supérieure à celle des EPCI de même
strate (9,4 %, source ANAFI) :
Document 11 : L
évolution des charges de gestion du BP depuis 2009
Les charges à caractère général, comme celles de personnel, progressent rapidement
(respectivement 12,8 % et 17,1 % par an), à un rythme supérieur à la variation annuelle moyenne
des EPCI de même strate (7,6 % et 13 %). La structure des charges de gestion est également
marquée par le versement, de 2010 à 2013 d
une participation au SDIS.
Par ailleurs la progression des contrats de prestation de services est importante (de
71
k€
en 2009 à 623
k€
en 2014), notamment du fait de la DSP sur les déchetteries.
3.4.3.1.
Les subventions
Le budget principal comporte l
inscription de subventions de fonctionnement versées à
plusieurs budgets annexes, la plus importante étant celle versée à celui de l
environnement, au
titre de la propreté urbaine. Elle est enregistrée comme « remboursement de frais » et non comme
participation au déficit de ce budget annexe. Une subvention d
investissement de 250
k€
a été
versée en 2009 à ce même budget annexe pour l
achat de véhicules. La chambre relève
l
importance des transferts du budget principal vers les budgets annexes.
Document 12 : Les subventions versées aux budgets annexes depuis 2009
3.4.3.2.
Les moyens mis en œuvre pour maîtriser l’
évolution des charges
La note de présentation du budget primitif 2015 indique un souhait de maîtrise des
charges de fonctionnement, dans un contexte de baisses des dotations, de la CFE et de la CVAE,
d
une minoration de la TASCOM, et de la hausse de la contribution au FPIC. L
ordonnateur a
indiqué avoir, en 2014, mis un terme aux cofinancements accordés aux partenaires institutionnels
(chambres consulaires) et associatifs, et limité les externalisations (baisse de l
effectif de la société
publique locale). Par ailleurs, une mutualisation de la fonction de responsable financier entre la
36
Selon l’ordonnateur, l
a forte différence 2013/2014 résulte de la non-prise en charge de la contribution SDIS à compter de 2014 pour
un montant 2013 de 1 168
622,21 € à l’article 6553.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Charges à caractère général
1 615 139
2 279 589
2 324 054
2 702 997
2 912 135
2 952 008
12,8%
Charges de personnel
580 232
755 873
882 453
1 211 115
1 268 515
1 280 028
17,1%
Subventions de fonctionnement
423 195
439 808
571 205
520 766
506 001
506 714
3,7%
Autres charges de gestion
178 465
1 288 892
1 313 116
1 337 119
1 406 701
222 774
4,5%
Charges de gestion
2 797 030
4 764 162
5 090 828
5 771 997
6 093 352
4 961 524
12,1%
Source : CRC- Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
total
1 242 216
1 498 929
1 469 000
1 458 911
1 771 601
1 431 243
source : collectivité
21/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
CCBTA et la commune de Bellegarde a été engagée en 2014. Un service mutualisé
« administration du droit des sols » a été mis en place en 2015. La chambre relève le caractère
limité de ces mutualisations, au regard de l
importance et de la progression des dépenses
réalisées. Elle invite la collectivité à approfondir sa réflexion, et à examiner notamment la mise en
place d
un groupement de commandes avec ses communes-membres.
Dans sa réponse écrite, l
ordonnateur s
engage à proposer en 2016 la création de
services communs marchés publics ainsi qu
une mutualisation de la direction des ressources
humaines.
3.4.4.
L
évolution de la capacité d
autofinancement du budget principal
3.4.4.1.
L
excédent brut de fonctionnement (EBF)
L
EBF de la CCBTA a connu une bonne progression de 2009 à 2014 (+ 12,9 % en
moyenne annuelle). Il se situe à un niveau élevé de 106
€/hab. en 2014 (contre 70
€ pour les
communautés de communes au plan national). Le ratio de l
EBF par rapport aux produits de
gestion est à un niveau élevé (39,4 % en 2014) par rapport aux communautés de communes de la
même strate (19,8 %). Ces éléments sont toutefois à nuancer dans le cadre de l
examen de la
situation financière consolidée.
3.4.4.2.
Les résultats financiers et exceptionnels
Le résultat financier s
est dégradé au cours de la période sous revue, essentiellement
du fait de l
augmentation de l
encours des prêts. Le solde des produits et charges exceptionnels de
2013 s
explique par des titres annulés à hauteur de 186
k€
.
3.4.4.3.
La capacité d
autofinancement brute et nette
Document 13 : L
évolution de l
autofinancement du BP depuis 2009
La capacité d
autofinancement (CAF) brute donne une mesure de la capacité qu
a la
collectivité de dégager de son activité, hors éléments financiers et exceptionnels, des ressources
internes pour financer ses investissements. En 2014, la CAF brute représente près de 35 % des
produits de gestion, niveau qui peut être considéré comme élevé.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Produits de gestion
4 554 056
6 468 368
7 504 351
8 927 190
9 016 231
8 188 666
12,5%
Charges de gestion
2 797 030
4 764 162
5 090 828
5 771 997
6 093 352
4 961 524
12,1%
Excédent brut de fonctionnement
1 757 026
1 704 206
2 413 523
3 155 193
2 922 879
3 227 142
12,9%
+/- Résultat financier (réel seulement)
-44 102
-49 524
-109 129
-256 282
-313 286
-325 173
49,1%
+/- Autres produits et charges excep. réels
1 866
-5 995
26 587
1 267
-190 205
20 301
61,2%
CAF brute
1 714 790
1 648 687
2 330 981
2 900 178
2 419 388
2 922 270
11,3%
Cumul sur les
années
- Annuité en capital de la dette
15 600
39 667
39 838
117 722
160 659
227 544
601 030
CAF nette ou disponible
1 699 190
1 609 020
2 291 143
2 782 456
2 258 729
2 694 725
13 335 263
Source : CRC- Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
22/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Corrigé des frais financiers liés au PPP
37
, la CAF nette
38
connait une progression de
59 % et s
élève, en 2014, à 32,9 % des produits de gestion, niveau reflétant une certaine aisance
financière de la CCBTA.
3.4.5.
La politique d
investissement
3.4.5.1.
Les ressources d
investissement
La CAF nette constitue le principal levier du financement propre des dépenses
d
investissement (hors dette). Pour assurer le financement de la politique d
investissement, la
CCBTA ne dispose pas de réserves foncières ou immobilières pour financer ses investissements
futurs. Toutefois, les recettes d
investissement hors emprunt font apparaître des montants
exceptionnels sur les trois derniers exercices :
- un FCTVA élevé sur ces trois exercices (742
k€
en 2013), qui s
explique par les
travaux engagés sur les exercices précédents ;
- des subventions importantes reçues sur ces exercices, également liés aux travaux
engagés.
Document 14 : L
investissement sur le budget principal depuis 2009
Compte-tenu de la CAF nette et des recettes d
investissement hors emprunts
mentionnés, le financement propre disponible a presque doublé sur la période, et se situe à
3,2
M€
en 2014.
3.4.5.2.
Les emplois d
investissement
Les dépenses d
équipement cumulées de 2009 à 2014 sont de 13
M€
, soit 2,2
M€
en
moyenne annuelle. En 2014, les dépenses d
équipement s
élèvent à environ 116
€/hab. contre
103
€/hab. pour les communauté
s de communes de la même strate
39
. Ces dépenses sont portées
essentiellement par le budget principal et ont fortement progressé sur la période, sans toutefois
excéder le financement propre disponible (le ratio « financement propre disponible sur dépenses
37
Inscrits au c/6618.
38
CAF brute après déduction du remboursement du capital des annuités de la dette.
39
Source : logiciel ANAFI, annexe 11 - fiche AEFF.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Cumul sur les
années
CAF nette ou disponible
1 699 190
1 609 020
2 291 143
2 782 456
2 258 729
2 694 725
13 335 263
Fonds de compensation de la TVA (FCTVA)
56 215
1 938
52 954
252 618
742 457
298 062
1 404 244
Subventions d'investissement reçues
42 656
264 442
62 443
156 052
369 500
235 380
1 130 473
Recettes d'inv. hors emprunt (D)
98 871
266 380
115 398
408 670
1 111 957
533 442
2 534 717
Financement propre disponible (C+D)
1 798 060
1 875 400
2 406 541
3 191 126
3 370 686
3 228 167
15 869 980
Dépenses d'équipement (y compris travaux en
régie )
368 701
626 429
1 381 438
3 443 002
3 728 050
3 540 573
13 088 193
Subventions d'équipement (y compris
subventions en nature)
422 424
253 120
71 816
101 194
412 612
564 448
1 825 615
Participations et inv. financiers nets
0
276 479
0
0
210 000
0
486 479
Besoin (-) ou capacité (+) de
financement propre
1 006 935
719 372
953 287
-353 070
-979 977
-876 853
469 693
Nouveaux emprunts de l'année (y compris
pénalités de réaménagement)
0
0
950 000
1 500 000
1 200 000
1 170 000
4 820 000
Mobilisation (-) ou reconstitution (+) du fonds
de roulement net global
1 006 935
719 372
1 903 287
1 146 930
220 023
293 147
5 289 693
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
23/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
d
équipement » est de 91,2 % en 2014 contre 87,8 % pour les communautés de communes de la
même strate). 17 opérations d
équipements ont été individualisées au compte administratif du
budget principal 2013 pour des crédits ouverts totaux à hauteur de 7,8
M€
. Les six principales
opérations sont relevées dans le document 15.
Document 15 : Les principales opérations d
investissement depuis 2009 inscrites au budget principal
3.4.6.
L
endettement
Le montant du capital restant dû au 31 décembre 2014 du budget principal est de
5,48
M€
, auquel il convient d
ajouter 5,96
M€
correspondant à l
encours inscrit aux budgets
annexes, soit un total de 11,44
M€
pour l
ensemble de l
établissement, soit un encours moyen de
180
€/hab.
40
au budget principal, et de 380
€/hab. en consolidé. Si l’
encours de la dette se situe
dans la moyenne nationale des communautés de communes de la même strate, il a progressé
rapidement, au rythme annuel de 27,4 % :
Document 16 : L
évolution de l
endettement consolidé depuis 2009
Lors du transfert de la compétence des ordures ménagères à la CCBTA, le syndicat
mixte
Sud Rhône Environnement
a transféré, sur le budget annexe environnement, deux emprunts
en francs suisses. Ces deux emprunts ont été renégociés en 2012 (pour un montant de 131
k€
),
sur la base du taux de change en vigueur au jour du basculement, sans versement d
indemnité
compensatrice à la banque, soit une perte de change limitée à 23,8
k€
pour la collectivité.
La CCBTA a contracté, durant la période sous contrôle, un partenariat public-privé
(PPP) pour un montant global de 9,9
M€
HT. L
annexe au compte-administratif consacré aux
engagements hors bilan ne le recense pas. L
arrêté du 16 décembre 2010 relatif à l
instruction
budgétaire et comptable M14 prévoit l
inscription au bilan de la collectivité locale de l
actif faisant
l
objet du contrat de partenariat, ainsi que de la dette correspondante au passif. La CCBTA n
a pas
40
Source : logiciel ANAFI, annexe 11.
Principales opérations d'investissement
(en €)
crédits ouverts en €
(BP+DM+ RAR n-1)
mandats
émis
restes à
réaliser
crédits
annulés
château de Beaucaire
546 505
73 142
473 345
17
travaux siège
699 803
149 007
485 023
65 772
plan patrimoine
622 590
281 483
211 305
129 801
chapelle de broussan
796 467
19 939
700 103
76 424
ateliers intercommunaux
1 883 214
1 734 119
141 843
7 251
accueil commun raymond VII
387 131
12 017
328 988
46 125
Source : CA
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Encours de dettes du BP au 1er janvier
907 033
1 207 242
1 204 006
2 114 168
3 496 446
4 535 787
38,0%
Annuité en capital de la dette (hors
remboursement temporaires d'emprunt)
15 600
39 667
39 838
117 722
160 659
227 544
70,9%
Intégration de dettes (contrat de partenariat,
emprunts transférés dans le cadre de
l'intercommunalité...)
0
36 431
0
0
0
0
N.C.
Encours de dette du BP au 31 décembre
891 433
1 204 006
2 114 168
3 496 446
4 535 787
5 478 243
43,8%
Encours de la dette agrégée
3 406 749
6 389 382
7 950 087
9 750 620
11 480 041
11 440 246
27,4%
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
24/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
non plus procédé aux inscriptions conformes à ce nouveau dispositif. La chambre l
invite à le faire.
Dans l
analyse financière suivante, sauf mention contraire, cette inscription est prise en compte
41
.
La capacité de désendettement de la communauté de communes, pour son budget
principal, est confortable sur toute la période. L
encours en 2014 représente moins de deux
années de CAF brute, ce qui est en deçà du seuil de neuf ans habituellement considéré comme
révélateur d
un risque de solvabilité. L
encours en 2014 agrégé représente trois années et demie
de CAF brute agrégée
42
.
Pour le budget consolidé, l
annuité de la dette, comprenant les intérêts et
l
amortissement du capital, a augmenté de 353
k€
entre 2009 et 2014. Elle se situe à 502
k€
en
2014. En y intégrant le loyer annuel du PPP, comparable à un endettement de long terme
43
, la
charge annuelle est portée à 1 196
k€
.
L
encours est réparti sur cinq contrats
44
ne présentant pas de risque structurel pour la
collectivité. L
EPCI n
est engagé en garantie sur aucun prêt
45
et n
a contracté aucun crédit-bail.
3.4.7.
Le fonds de roulement et la trésorerie
Au 31 décembre 2014, le fonds de roulement s
élève à près de 6,5
M€
sans que des
projets concrets d
investissement, repris dans un document formel, en fournissent une justification.
Un « bas de laine » a ainsi été constitué par la collectivité sur la base d
une fiscalité supérieure à la
moyenne et d
un recours à l
emprunt.
Toutefois le compte 451 du budget principal présente des soldes débiteurs importants,
ce qui signifie que l
excédent de trésorerie de ce budget est utilisé pour alimenter la trésorerie des
budgets annexes et, notamment, celui des zones d
activités (pour 933
k€
au 31 décembre 2014).
Le budget principal porte le foncier des « petites » zones d
activités économiques. Aucune
refacturation des frais financiers aux budgets annexes correspondant aux avances faites par le
budget principal n
est effectuée malgré la finalité économique des opérations en cause
46
.
Le niveau de trésorerie appelle des remarques similaires. La CCBTA n
a pas ouvert de
ligne de trésorerie. L
évolution de la trésorerie en cours d
exercice montre que durant 2014, celle-ci
n
est pas descendue à moins de 4,9
M€
et a pu atteindre jusqu
à 8
M€
. La trésorerie est
surdimensionnée au regard des besoins des budgets annexes :
41
Réponse à la question écrite n° 102171 - 13è législature.
42
Il augmente toutefois sensiblement avec la prise en compte du PPP.
43
La charge d’intérêts du PPP est in
scrite au c/6618 « Intérêts des autres dettes
» à compter de 2011. En 2014 elle s’élève à 135
k€.
La part investissement est inscrite au c/235 pour 338
k€.
44
Pas de c/166 (refinancement) ni de ligne de trésorerie au CA 2013 (c/16449).
45
Source : CA 2013 p. 168.
46
Toutefois sur la ZAE du Rieu, à Bellegarde, aucun prêt ne sera réalisé compte tenu de la vente des neuf lots dès la réception de la
zone. L’absence de frais financiers permettrait de réduire le prix de vente du foncier.
25/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 17 : L
évolution de la trésorerie en 2014
3.5.
Les perspectives
Le débat d
orientation budgétaire 2015 s
est tenu le 12 janvier 2015. Il fait état de
plusieurs tendances :
- la contraction de la DGF (- 800
k€
en 2017), du produit de la CVAE, et du produit de
la CFE ;
- la forte capacité de recours à l
emprunt du budget principal pour soutenir les projets
portuaires, économiques et autres communautaires ;
- la stabilité des effectifs de la CCBTA en 2015 ;
- la maîtrise des charges de fonctionnement par l
arrêt de certains financements
partenariaux et la réduction d
opérations (expositions culturelles par exemple).
Par ailleurs, la note de mars 2015 de présentation du budget primitif mentionne des
perspectives d
évolution à la baisse de la dotation d
intercommunalité, passant de 722
k€
en 2013,
à 662
k€
en 2014 et à 432
k€
en 2015, ainsi que la demande de révision de la TASCOM auprès de
la DGFIP, suite à une opération d
optimisation menée par certaines enseignes, ce qui a entraîné
une perte de recettes d
environ 100
k€
en 2014 et en 2015. D
autres éléments de prospective ont
été fournis par la collectivité.
Sur ces bases, la poursuite de son effort d
investissement consolidé (6,6
M€
en
moyenne annuelle) nécessiterait un besoin annuel de financement de l
ordre de 3,3
M€
. L
EPCI
serait amené à recourir à l
emprunt (8
M€
environ entre 2015 et 2017), sauf mobilisation de sa
trésorerie disponible, ce qui conduirait son encours de la dette à plus que doubler par rapport à
son niveau de 2014
47
. Cette situation financière présenterait des signes de fragilité à l
horizon
2018-2019.
47
11
M€ en 2017 contre
5,4
M€ en 2014 en non consolidé.
26/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
3.6.
Le budget annexe « environnement »
L
évolution des produits et charges de gestion sur la période révèle un excédent brut
de fonctionnement constamment négatif, lié selon l
ordonnateur à l
activité « propreté urbaine » qui
ne peut être équilibrée par des recettes
48
:
Document 18 : L
évolution des grandes masses du BA « environnement » depuis 2009
Si la partie « enlèvement des ordures ménagères » est intégralement financée par la
taxe dédiée, celle relative à la propreté urbaine bénéficie de manière récurrente d
une subvention
du budget principal. En 2014, cette subvention s
élevait à 1,43
M€
. La CAF brute couvre l
annuité
en capital de la dette. Le financement propre disponible (2,6
M€
) permet de financer 56 % des
dépenses d
équipement. Les emprunts souscrits (2,4
M€
) ont conduit à abonder le fonds de
roulement d
environ 350
k€
. Fin 2014, le BA « environnement » présente une situation générale
d
équilibre budgétaire.
48
La subvention d'équilibre est inscrite au compte 75 en 2009 puis au compte 774 sur les exercices suivants.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Produits de gestion
4 345 858
3 499 819
3 714 741
4 057 148
4 349 218
4 335 273
0,0%
Charges de gestion
4 065 531
4 520 982
4 711 625
4 727 167
4 936 876
5 290 428
5,4%
Excédent brut de fonctionnement
280 327
-1 021 163
-996 884
-670 019
-587 658
-955 156
N.C.
Autres produits et charges excep. réels
13 637
1 496 045
1 493 879
1 485 040
1 473 991
1 437 202
153,8%
CAF brute
251 048
441 292
456 166
728 493
820 768
423 049
11,0%
Cumul sur les
années
Annuité en capital de la dette
141 853
384 537
260 398
357 157
389 519
355 889
1 889 353
CAF nette ou disponible
109 195
56 755
195 769
371 336
431 249
67 160
1 231 463
Recettes d'inv. hors emprunt
520 838
138 016
232 742
150 816
237 223
87 254
1 366 889
Financement propre disponible
630 033
194 771
428 511
522 152
668 472
154 414
2 598 352
Dépenses d'équipement (y compris
travaux en régie )
990 456
792 336
880 356
366 521
1 228 740
331 957
4 590 366
Besoin (-) ou capacité (+) de
financement propre
-360 423
-597 565
-451 845
155 631
-560 268
-216 252
-2 030 723
Nouveaux emprunts de l'année (y
compris pénalités de réaménagement)
244 000
729 000
700 000
364 965
350 000
0
2 387 965
Mobilisation (-) ou reconstitution (+) du
fonds de roulement net global
-116 423
131 435
248 155
520 597
-210 268
-216 252
357 243
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
27/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
4.
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
L
analyse de la gestion des ressources humaines a successivement porté sur la
situation des effectifs, l
évolution de la masse salariale, le temps de travail, le régime indemnitaire
et l
action sociale.
4.1.
Les effectifs de l
intercommunalité
4.1.1.
L
évolution des effectifs depuis 2009
Les effectifs sont répartis sur trois budgets : le budget principal, le budget annexe
« environnement » et le budget annexe « ports ». Afin de relever les enjeux globaux pour la
collectivité, ils ont été consolidés.
Les éléments transmis par la collectivité font état, au 31 décembre 2014, de 92 emplois
permanents pourvus, contre 65 au 1
er
janvier 2009 (et 83 au 31 décembre 2009, dont 82 titulaires
et 1 non titulaire). Sur l
ensemble de la période, les effectifs ont été à la hausse (+ 27 agents soit
+ 42 %). Cette progression est essentiellement le résultat de l
augmentation du nombre de
titulaires dans l
ensemble des catégories.
La filière administrative est la plus concernée par cette augmentation, mais suite aux
transferts de compétence, de nouvelles filières de recrutement sont également apparues
(culturelle, médico-sociale, animation). L
évolution est en partie liée au transfert et au
développement des compétences de la communauté de communes (patrimoine, environnement,
petite enfance).
Document 19 : L
évolution des effectifs depuis 2009
Les bilans sociaux réalisés par la collectivité présentent des différences avec ces
éléments
49
. La collectivité doit fiabiliser les documents de suivi de ses effectifs. La loi n° 94-1134
du 27 décembre 1994 dispose que « L
autorité territoriale présente, au moins tous les deux ans au
comité technique paritaire, un rapport sur l
état de la collectivité, de l
établissement ou du service
auprès duquel il a été créé ». Sur la période, ces rapports ont été produits.
49
REC 2009 : 75 emplois permanents titulaires et 3 non titulaires (mais au tableau 1.7.1 en p. 56/118, il y a 3 non titulaires permanents
et 4 non permanents). REC 2011 : 78 emplois permanents titulaires et 2 non titulaires (p. 23) (mais 1 seul p. 26) et 2 non titulaires
non permanents. REC 2013 : au siège 37 agents dont 33 permanents (30 + 3) + 4 non permanents (p. 93/113).
au 31 décembre
réel
%
réel
%
réel
%
réel
%
réel
%
réel
%
réel
%
postes créés
85
80
97
101
104
100
15
17,6%
postes pourvus
83
77
84
93
97
92
9
10,8%
Agents titulaires
82
99%
75
97%
82
98%
91
98%
94
97%
90
98%
8
9,8%
Catégorie A
6
7%
7
9%
8
10%
8
9%
8
8%
8
9%
2
33,3%
Catégorie B
2
2%
2
3%
2
2%
3
3%
4
4%
4
4%
2
100,0%
Catégorie C
74
90%
66
86%
72
86%
80
86%
82
85%
78
85%
4
5,4%
Filières
administrative
11
13%
11
14%
10
12%
15
16%
18
19%
16
17%
5
45,5%
technique
70
85%
63
82%
71
85%
74
80%
71
73%
69
75%
-1
-1,4%
culturelle
2
2%
3
3%
3
3%
3
sportive
animation
1
1%
1
1%
1
1%
1
médico-sociale
1
1%
1
1%
1
1%
1
1%
1
1%
1
1%
0,0%
sécurité
Agents non titulaires
n.c
7
6
6
7
7
Contractuels permanents
1
1%
2
3%
2
2%
2
2%
3
3%
2
2%
1
100,0%
Agents non permanents
n.c
6
4
4
4
5
Agents handicapés
Evolution 2009/2014
2009
2010
2011
2012
2013
2014
28/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
4.1.2.
La politique de recrutement
En termes de postes pourvus, la collectivité a enregistré 34 entrées sur la période dont
18 entrées liées au transfert de compétences :
Document 20 : Les entrées depuis 2009
50
Selon l
ordonnateur, cette évolution s
explique par la création de nouveaux services
(services
ressources humaines, affaires juridiques et marchés, SIG), par la mise en œuvre de
compétences facultatives (relais assistantes maternelles, musée et ville d
art et d
histoire), par le
renforcement de services existants (patrimoine, environnement) ainsi que par une politique de
résorption de l
emploi précaire. La chambre observe que plusieurs compétences restent exercées
par les cinq syndicats mixtes auxquels la CCBTA adhère.
4.1.3.
Le remplacement des départs à la retraite
Sur la période, la collectivité relève 11 départs dont 5 à la retraite, 2 pour mutation, 2
décès, 1 fin de détachement et 1 fin de contrat sur emploi permanent. En 2015, la collectivité ne
prévoit aucun départ à la retraite. Pour 2016 et 2017, le potentiel de départs apparaît également
limité.
4.2.
L
évolution de la masse salariale
La masse salariale progresse de 978
k€
, à la suite du transfert de 18,5 ETP à
l
intercommunalité. Les charges de personnel consolidées du budget principal, du budget annexe
« environnement » et du budget annexe « ports » s
élèvent à 3,6
M€
en 2014. Elles ont augmenté
de 36,5 % sur la période 2009-2014 et représentent 32,6 % des charges courantes de la
collectivité en 2014. La progression des charges de personnel est relativement régulière, sur le
dernier exercice où elles sont restées stables :
Document 21 : L
évolution des charges de personnel depuis 2009
50
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- VII.5.
nb d'entrées
mutations suite à transfert de compétence
18
résorption de l'emploi précaire
9
reprise en régie
2
nouvelles missions (RAM/SIG)
2
Renfort des services finances
2
Mutualisation (archives)
1
total
34
source : collectivité
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
+ Charges de personnel
2 601 752
2 899 771
3 061 407
3 409 231
3 579 684
3 579 032
= Charges courantes
7 153 260
9 668 305
10 252 639
11 125 222
11 749 196
10 988 540
Charges de personnel / charges courantes
36,4%
30,0%
29,9%
30,6%
30,5%
32,6%
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion - retraité CRC BP + BA OM + BA Ports
29/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
La rémunération consolidée du personnel du budget principal, du budget annexe
« environnement » et du budget annexe « ports » s
élève à 2,3
M€
en 2014. Ce sont
essentiellement la progression des rémunérations principales et du régime indemnitaire du
personnel titulaire qui a alimenté la hausse des rémunérations du personnel.
Document 22 : L
évolution de la rémunération du personnel depuis 2009
La communauté de communes a pris une première délibération définissant le régime
indemnitaire applicable aux agents de la collectivité en 2002, qu
elle a actualisée, par filière, en
2014. Il comprend :
- pour la filière administrative : IHTS, IFTS, IAT, IEMP, PFR (pour les attachés, par
substitution à l
IAT et l
IEMP) et un régime spécifique complémentaire pour le DGS ;
- pour la filière culturelle : IHTS, IFTS, IAT, PTF ;
- pour la filière médico-sociale : prime de service, IAT, IFSTC ;
- pour la filière technique : IEMP, IAT, PSR, indemnité spécifique de service.
Les bilans sociaux fournissent des montants légèrement différents de ceux présentés
par ailleurs par la collectivité
51
.
Sur la période, la charge liée au régime indemnitaire voté par l
assemblée a progressé
de 35 %, soit plus rapidement que la rémunération principale.
51
Pour 2009 p. 67/118 : rémunérations titulaires 1 679
295 €, primes
313
154 € (dont 31
432 € de NBI)
; rémunération non titulaires
permanents 52
152 € et 5
595 € de pr
imes, non permanents : 126
401 €.
Pour 2011 p. 67/119 : rémunérations titulaires 1 873
042 €,
primes 378
578 € (dont 32
633 € de NBI)
; rémunérations non titulaires permanents 64
571 € et 20
241 € de pr
imes, non permanents
226
487 €.
Pour 2013 : siège, rémunérations titulaires 782 9
49 €, primes 155
977 € dont 11
817 € NBI
; rémunérations non titulaires
permanents 90
928 € et 8
753 € primes,
non permanents : 38
553 €
.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne 2009-
2013
Rémunération principale
1 281 475
1 398 389
1 453 444
1 580 101
1 578 071
1 656 354
4,6%
Régime indemnitaire voté par l'assemblée
308 482
350 452
391 595
423 341
441 331
441 780
8,6%
Autres indemnités
71 044
73 408
71 858
80 600
78 453
90 223
2,1%
Rémunérations du personnel titulaire
1 661 001
1 822 250
1 916 897
2 084 043
2 097 856
2 188 357
5,3%
en % des rémunérations du personnel*
97,6%
94,6%
93,6%
91,9%
90,1%
93,8%
-1,5%
Rémunération principale
202 872
198 373
205 354
255 275
284 230
251 669
8,0%
Régime indemnitaire voté par l'assemblée
0
0
0
0
0
0
Autres indemnités
0
0
0
0
0
0
Rémunérations du personnel non titulaire (b)
202 872
198 373
205 354
255 275
284 230
251 669
8,0%
en % des rémunérations du personnel*
11,9%
10,3%
10,0%
11,3%
12,2%
10,8%
0,5%
Autres rémunérations (c)
0
30 743
81 470
74 704
98 249
71 861
Rémunérations du personnel hors atténuations
de charges (a+b+c)
1 863 873
2 051 365
2 203 720
2 414 021
2 480 335
2 511 888
6,6%
Atténuations de charges
162 522
125 192
156 485
146 943
151 707
178 625
-1,3%
Rémunérations du personnel
1 701 352
1 926 173
2 047 235
2 267 078
2 328 628
2 333 263
7,4%
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion - retraité CRC BP + BA OM + BA Ports, hors 2014 où seul BP est communiqué
30/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 23 : L
évolution du régime indemnitaire depuis 2009
Plusieurs délibérations accordent un régime indemnitaire spécifique au directeur
général des services (DGS)
52
. Ce régime a connu une progression de 53 % sur la période et a
représenté jusqu
à 37
k€
en 2013
53
, soit 82 % de son traitement indiciaire brut contre 23,3 % en
moyenne dans la fonction publique territoriale
54
.
Document 24 : L
évolution du régime indemnitaire du DGS depuis 2009
La chambre invite la collectivité à adapter le régime indemnitaire spécifique de son
DGS. En réponse, l
ordonnateur a fait valoir, sur la base d
un sondage réalisé par ses soins et
sans que l
échantillonnage ne soit connu ni validé par la juridiction, que celui-ci se situerait dans la
moyenne constatée à poste équivalent, et qu
à régime indemnitaire constant la part relative de
celui-ci diminuera mécaniquement au fur et à mesure de la progression de carrière du DGS. Il
souligne également que le DGS ne bénéficie ni d
un logement ni d
un véhicule de fonction 6/7 CV.
4.3.
Un avancement de grade fixé à 100 % et un avancement d
échelon
intervenant quasi-exclusivement à la durée minimale
La collectivité a fixé
55
les taux de promotions pour les avancements de grade à 100 %
pour la totalité des grades répartis par filière et catégorie, ce qui apparaît peu conforme au principe
de sélectivité. En réponse, l
ordonnateur met toutefois en avant une application différenciée de ces
taux et des cas concrets de refus d
avancement.
De plus, en application des dispositions statutaires, si l
avancement d
échelon à
l
ancienneté maximale est accordé de plein droit, l
avancement d
échelon à l
ancienneté minimale
n
est accordé qu
à un agent dont la valeur professionnelle le justifie. En l
espèce, au sein des
services de la CCBTA, comme l
illustre le tableau ci-après, l
avancement d
échelon s
effectue
52
Délibérations du 25 juin 2002, du 24 novembre 2008 et du 8 décembre 2014.
53
En 2013, source
: réponse de l’ordonnate
ur au questionnaire - VII.6 livre de paye siège, mais les bulletins de paye ne font pas
apparaître l’ensemble de ces éléments.
54
Source : Insee Première - octobre 2015.
55
Délibération du 9 octobre 2013.
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
évolution
2009 / 2014
rémunération principale c/64111
1 281 475
1 398 389
1 453 444
1 580 101
1 578 071
1 599 071
25%
RI voté par l'assemblée c/64118
308 482
350 452
391 595
423 341
441 331
441 780
43%
total C/64112
71 602
73 409
71 858
77 756
75 639
87 392
22%
Dont NBI
32 551
32 478
33 846
38 243
37 520
47 561
46%
Nbr agents NBI
54
55
60
63
62
71
31%
Nbr de points NBI
6 395
6 955
7 310
8 378
8 300
9 161
43%
sources : Logiciel ANAFI, d'après comptes de gestion, NBI : source collectivité
SIEGE + ENVIRONNEMENT + PORT
en €
TIB
primes
ratio primes/TIB
en %
NBI
SFT
Indemnité de
résidence
TB total
2009
42 822
24 510
57%
1 925
2 322
447
72 027
2010
44 229
27 437
62%
1 939
1 320
461
75 327
2011
44 552
30 108
68%
1 944
1 323
464
78 393
2012
45 617
33 459
73%
1 944
999
475
82 496
2013
45 617
37 494
82%
1 944
27
475
85 559
source : collectivité - livre de paye
31/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
quasi-exclusivement à la durée minimale. En 2014, 95 % des agents de la CCBTA ont bénéficié
d
un avancement d
échelon au rythme le plus rapide.
Document 25 : Les avancements d
échelon depuis 2009
Le coût d
une telle pratique est élevé pour la collectivité (49
k€
par an) alors qu
elle
pourrait réserver les avancements d
échelon au rythme le plus favorable à un nombre plus limité
de ses agents.
Il ressort des constats qui précèdent que la gestion des promotions des agents est
coûteuse car elle aggrave les répercussions du GVT (glissement vieillesse-technicité) sur les
charges de personnel. En outre, la collectivité renonce à faire de l
avancement d
échelon un outil
de motivation de ses agents : leur carrière progresse uniformément alors qu
elle devrait, au
contraire, évoluer de manière différenciée en fonction des mérites de chacun.
La chambre invite donc la collectivité à réviser sa politique en matière d
avancement
d
échelon, ce que la collectivité dit, en réponse, envisager.
La chambre relève par ailleurs un léger décalage entre les éléments transmis par la
collectivité et les bilans sociaux
56
.
4.4.
Un temps de travail réduit
La durée du travail dans la fonction publique s
insère
dans plusieurs dispositifs légaux
et réglementaires. Le décret n° 2006-744 du 27 juin 2006 modifiant le décret n° 2000-815 du
25 août 2000 relatif à l
aménagement et à la réduction du temps de travail, qui fixe un volume
annuel de 1 607 heures (hors heures supplémentaires), est applicable à la fonction publique
territoriale. Le Conseil d
État a rappelé à plusieurs reprises que cette durée constitue un plancher.
Les droits à congés annuels sont fixés par le décret n° 85-1250 du 26 novembre 1985 à une durée
égale à cinq fois les obligations hebdomadaires de service. Tout agent doit accomplir 1 607 heures
annuelles de travail et pouvoir bénéficier de 25 jours de congés annuels, éventuellement
augmentés de 1 ou 2 jours au titre du fractionnement des congés pris hors période (c
est-à-dire en
dehors de la période du 1
er
mai au 31 octobre).
56
2009
: 25 avancements d’échelon
; 2011 : 28
avancements d’échelon
; 2013
: 7 avancements d’échelon au siège.
année
effectif réel
effectif ayant
bénéficié
d'un
avancement
d'échelon
2009
75
24
24
100%
0%
0
0%
2010
77,4
38
36
95%
0%
2
5%
2011
86
30
30
100%
0%
0
0%
2012
92,8
39
38
97%
0%
1
3%
2013
96,8
23
20
87%
0%
3
13%
2014
90,1
44
42
95%
0%
2
5%
source : collectivité
avancement à la durée
minimale
avancement à la durée
intermédiaire
avancement à la durée
maximale
32/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
La communauté de communes fait bénéficier ses agents de congés annuels
supplémentaires
57
alors que les collectivités ne peuvent pas, sauf validation de droits acquis
préexistants en application d
une délibération antérieure au décret mentionné, fixer la durée du
travail annuelle en deçà de ces 1 607 heures. En 2014, le temps de travail annuel des agents
permanents s
élevait à 1 551 heures :
Document 26 : La durée du temps de travail
Pour l
ensemble des agents permanents de la communauté de communes, le déficit
d
heures travaillées en 2014 correspond à une moyenne annuelle de 57 h, soit l
équivalent de trois
ETP pour la collectivité (environ 111
k€
58
).
Recommandation
2.
Respecter les dispositions légales et réglementaires en matière de durée du
temps de travail des agents.
Non mise en œuvre
4.5.
Les heures supplémentaires
Les heures supplémentaires, effectuées en dépassement des horaires du cycle de
travail et sur demande du chef de service, sont régies par le décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002
modifié. Leur paiement est subordonné à la mise en œuvre par l’
employeur de moyens de contrôle
automatisé, permettant la comptabilisation exacte des heures supplémentaires accomplies. Pour
les agents effectuant leur activité hors de leurs locaux de rattachement et ceux travaillant sur un
site dont l
effectif est inférieur à dix, un décompte déclaratif peut être utilisé. Cependant, le nombre
des heures supplémentaires accomplies ne peut dépasser un contingent mensuel de 25 heures,
hormis des cas exceptionnels sur des périodes limitées (art. 6). Le cumul des heures
supplémentaires avec certaines primes est également proscrit.
57
Délibération du 6 décembre 2006.
58
Coût moyen d’un agent en 2014
: 37
k€.
au 31 décembre
2009
2010
2011
2012
2013
2014
Durée réglementaire annuelle du travail (en h)
1607
1607
1607
1607
1607
1607
Nombre de jours année civile
365
365
365
366
365
365
Jours hebdomadaires de repos
104
104
104
104
104
104
jours fériés
6
6
6
7
9
9
congés annuels
25
25
25
25
25
25
Nombre de jours de travail réglementaire
230
230
230
230
227
227
congés annuels spécifiques ccbta
3,5
3,5
3,5
3,5
3,5
3,5
jours exceptionnels du maire
2,0
2,0
2,0
2,0
2,0
2,0
jours ARTT
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
Nombre de jours de travail effectif
224,5
224,5
224,5
224,5
221,5
221,5
soit en nombre de semaines
44,9
44,9
44,9
44,9
44,3
44,3
durée hebdomadaire de travail
35,0
35,0
35,0
35,0
35,0
35,0
durée annuelle du travail effectuée
1 571,5
1 571,5
1 571,5
1 571,5
1 550,5
1 550,5
Durée de annuelle de travail payée mais
non
effectuée (en h)
35,5
35,5
35,5
35,5
56,5
56,5
Nombre d'agents concernés (en ETP)
75,0
77,4
86,0
92,8
96,8
90,1
Total heures payées et non travaillées
2 662,5
2 747,7
3 053,0
3 294,4
5 469,2
5 090,7
équivalent ETP
1,7
1,7
1,9
2,1
3,4
3,2
source : collectivité
33/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Les bilans sociaux des exercices 2009, 2011 et 2013 font respectivement état de
6 470, 6 763 et 499 heures réalisées et payées. Les éléments transmis par la collectivité retiennent
un nombre d
heures payées présentant un écart, sensible, avec les données issues des bilans
sociaux.
Document 27 : Les heures supplémentaires payées depuis 2009
Sur la période, les heures supplémentaires payées sont effectuées par un nombre
d
agents relativement stable, entre 74 et 86
59
, en fonction des années, soit régulièrement plus de
la moitié des effectifs globaux de la collectivité. Entre 22 et 39 agents réalisent plus de 100 heures
par an. Le coût annuel moyen des heures supplémentaires payées est de 118
k€
sur la période.
Les personnels du budget annexe « environnement » contribuent pour l
essentiel au coût du
dispositif.
Par ailleurs, le volume annuel d
heures supplémentaires récupérées, par un nombre
d
agents qui varie entre 28 et 40, est en forte augmentation et a connu un pic de 1 629 heures en
2014. L
article 4 du décret n° 2000-815 du 25 août 2000 dispose que la compensation horaire est
le principe, la rémunération doit demeurer exceptionnelle. Or, les heures supplémentaires
rémunérées sur tous les exercices sous revue sont, sans qu
aucun mécanisme automatisé n
ait
été mis en place
60
, supérieures aux heures supplémentaires récupérées.
Constatant l
octroi d
un volume important d
heures supplémentaires conjugué à un
temps de travail des agents inférieur à la durée légale, la chambre invite la collectivité à mettre en
place d
un dispositif autorisant une meilleure maîtrise du cycle de travail. L
ordonnateur s
engage,
en réponse écrite, à diminuer les heures supplémentaires effectuées.
4.6.
L
absentéisme
Le bilan social 2013 fait état de 942 journées perdues pour les seuls agents du siège.
Celui de l
année 2011 mentionne 2 706 jours d
absences, en progression de 29 % par rapport à
2009. Les éléments transmis par la collectivité font état d
un nombre de journées perdues
présentant des écarts sensibles avec les données issues des bilans sociaux, ce que l
ordonnateur
reconnaît et attribue aux paramétrages du logiciel de suivi.
59
Le service environnement a recours à des renforts ponctuels, d’où des effectifs supérieurs au réel.
60
Idem, les heures supplémentaires sont validées, soit par le chef de service, soit par le DGS.
ANNEE
Effectifs
réels
Heures
supplémentaires
nbr agents
concernés
HS >100
HS >
25/mois
Coût (en €)
2009
75
6 813
86
22
0
109 586
2010
74
6 884
76
31
0
108 516
2011
82
7 776
83
39
0
125 154
2012
77
7 378
77
34
0
121 825
2013
79
7 727
75
32
0
132 666
2014
74
6 517
74
27
0
114 999
source : collectivité (BP + BA Environnement + BA Ports)
34/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 28 : Évolution du nombre de jours d
absence des agents titulaires depuis 2009
L
absentéisme moyen par agent (avec un effectif permanent de 90 agents en 2014) est
de 24 jours tous motifs confondus et de 20 jours pour maladie ordinaire. Il existe d
importantes
disparités entre l
absentéisme des titulaires et celui des non titulaires. Avec un coût moyen par
agent de 37,3
k€
, le coût annuel de l
absentéisme peut être chiffré à près de 363
k€
61
en 2014.
En réponse, l
ordonnateur s
engage à améliorer son dispositif de lutte contre
l
absentéisme. Le centre de gestion, après signature d
une convention, a été habilité à constater la
présence de l
agent à son domicile hors des heures de sorties autorisées.
4.7.
Les dépenses d
action sociale
L
article 9 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires,
modifié par la loi du 2 février 2007, dessine les contours de l
action sociale locale. Les prestations
d
action sociale, collectives ou individuelles, sont distinctes de la rémunération des fonctionnaires,
et sont attribuées indépendamment du grade, de l
emploi ou de la manière de servir.
Document 29 : L
évolution des dépenses d
action sociale depuis 2009
Les dépenses d
action sociale ont augmenté globalement de 54 % entre 2009 et 2014,
elles passent de 64
k€
à 99
k€
, soit 1 051
€ par agent en moyenne en 2014. Les bilans sociaux ne
reprennent qu
imparfaitement ces éléments, ce que reconnaît l
ordonnateur
62
qui, en réponse,
s
’engage à corriger les erreurs et mettre un œuvre un su
ivi plus qualitatif des données.
61
Coût hors coût moyen annuel des remplacements. 2 212 journées correspondent à 9,74 ETP (pour 227 jours de travail
réglementaire/an).
62
Réponse de l’ordonnateur au question
naire - VII.29.
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
nb de jours d'absences
2 001
2 025
2 639
2 646
1 934
2 212
2 001
source : collectivité
Dépenses d’action sociale et montant
moyen par agent ( en €)
Montant
/ agent
(77)
Montant
/ agent
(81)
Montant
/ agent
(82)
Montant
/ agent
(95)
Montant
/ agent
(95)
Montant
/ agent
(95)
Montant
/ agent
(92)
Subventions aux « Œuvres sociales » à
destination du personnel
38 500
500
40 500
500
41 000
500
47 500
500
47 500
500
47 500
500
46 000
500
Prestations servies directement par la
collectivité
0
0
0
0
0
0
0
Protection sociale complémentaire
3 230
5 855
5 624
5 572
9 495
10 163
n.c
Chèques-déjeuner
23 180
33 243
37 348
42 761
44 041
42 214
38 302
Total action sociale
64 910
843
79 598
982
83 972
884
95 833
1 008
101 036
1 063
99 876
1 051
n.c
n.c
source : collectivité
2015
2009
2010
2011
2012
2013
2014
35/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
5.
LE CONTRAT DE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE SUR L
ECLAIRAGE PUBLIC
La chambre a étudié les conditions de passation et d
exécution du contrat de
partenariat public-privé (PPP) relatif à l
éclairage public
63
, par lequel une mission globale relative à
la conception, la modernisation et la maintenance du réseau d
éclairage public sur le territoire
communautaire a été confiée à la société ETDE.
5.1.
Les principales caractéristiques
Les principales caractéristiques de ce PPP, signé le 1
er
juin 2010 avec effet au
1
er
octobre, sont :
- une durée de 15 ans ;
- un montant contractuel de 9 071
303 € HT
64
pour la réalisation des travaux initiaux,
soit un loyer annuel moyen de 604
754 €.
À ce montant, s
ajoutent deux tranches conditionnelles
(de 465
724 € en année 3, et 375
645 € en année 6), so
it un coût total de 9 912
672 € HT pour
11 855
556 € TTC.
Les règles comptables rendent obligatoire la comptabilisation des PPP dans les
engagements des collectivités. Ils tendent de fait à aggraver leur endettement et à limiter leur
autofinancement. Des règles de comptabilisation des engagements liés à ce type de contrats ont
été instaurées par l
arrêté du 16 décembre 2010
65
. En l
état, la collectivité ne les a pas mise en
œuvre
.
5.2.
L
insuffisance de la justification du recours au PPP
Dans son rapport public annuel 2015, la Cour des comptes rappelle que,
conformément au CGCT, « Le recours au PPP
contrat dérogeant aux règles classiques de la
commande publique
doit être justifié par l
urgence, la complexité de l
opération et l
efficience
économique, et ne doit pas être un moyen de s
affranchir des contraintes budgétaires »
66
.
Suite à l
extension de la compétence « éclairage publique » en 2009, la CCBTA a
approuvé le recours au PPP et a fait réaliser une évaluation préalable, en assistance à maîtrise
d
ouvrage par le cabinet « Lumière Urbaine », sis à Viroflay (78), pour 4,8
k€
HT (et 36,6
k€
HT au
total). Le rapport remis fait état de l
intérêt du recours à un PPP afin de poursuivre des objectifs de
performance et de partage des risques. Il mentionne des délais de renouvellement du réseau plus
courts dans le cadre d
un PPP, ainsi qu
une gestion juridique sécurisée du fait du recours à un
prestataire unique.
La chambre relève que cette évaluation préalable, qui insiste sur la nécessité d
un
opérateur unique chargé d
une mission globale, n
aborde pas l
hypothèse d
un marché de
construction-maintenance et écarte sommairement celle d
une délégation de service public. Ces
hypothèses alternatives auraient pu également inclure dans la phase de mise en concurrence une
procédure de dialogue compétitif. Elle constate également que, malgré l
argumentaire développé
par la collectivité :
63
Défin
i à l’article L. 1414
-1 du CGCT.
64
CA 2012 p. 120.
65
Cour des comptes - RPA 2015 p. 173.
66
Article L. 1414-2 alinéa 2 du CGCT et RPA 2015 p. 158, les trois critères étant alternatifs et non pas cumulatifs.
36/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
- la complexité de l
opération n
est pas démontrée, l
absence d
expertise interne n
étant
pas suffisante au cas d
espèce. Le recours à l
assistance à maîtrise d
ouvrage permet de lever cet
obstacle dans le cadre d
un marché classique
67
;
- l
urgence de l
opération n
est pas plus démontrée, l
existence d
un retard grave et
préjudiciable des équipements publics et la nécessité de le combler
68
n
étant pas justifiée par
l
urgence d
une intervention sur des armoires électriques. La priorisation des interventions sur
lesdites installations jugées les plus vétustes aurait pu être contractualisée autrement que dans le
cadre d
un PPP
69
. Le code des marchés publics permet la prise en compte de circonstances
exceptionnelles.
Le rapport remis à la CCBTA évalue sur 15 ans le coût global du projet à 14,6
M€
dans
le cadre de marchés, et 12,1
M€
dans le cadre d
un PPP, soit une économie potentielle de 17 %.
La prise en compte des risques et l
actualisation des coûts ne modifient pas substantiellement ce
constat, la valeur actualisée nette du PPP étant alors estimée à 8,1
M€
contre 9,7
M€
dans le
cadre de marchés. L
efficience économique, fondée sur des éléments d
analyse étayés quoique
sommaires, tend à démontrer
a priori
la pertinence de ce critère dans le recours au PPP.
Toutefois, ainsi que le mentionne à plusieurs reprises l
étude préalable, c
est une autre
logique qui a fourni l
argument central du recours à ce type de montage. Au cours des 15 années
précédentes, la dépense cumulée des cinq communes et de la CCBTA avait été de 670
k€
pour
l
éclairage public. Initialement chiffré à 3,88
M€
, le coût de la mise en
œuvre des trois axes
prioritaires
70
retenu dans le programme du PPP se monte à 9,9
M€
HT, au-delà du simple
traitement des équipements les plus vétustes et jugés prioritaires. Ce PPP a été élaboré dans une
logique d
engagement financier de long terme, en faveur d
un programme ambitieux de travaux
d
éclairage public. Ce critère, non prévu par les textes, ne peut toutefois justifier le recours à cette
procédure.
La chambre relève que la collectivité a fait réaliser une étude préalable qui présente
effectivement des arguments en faveur du recours au PPP. Toutefois, l
analyse conduite est
partielle et portée par une intention d
engagement pluriannuel étrangère aux motifs
prévus par la
loi. Aussi, le recours au PPP n
est pas justifié.
5.3.
Le respect de la procédure de mise en concurrence
La délibération du 21 avril 2010 attribue le contrat à ETDE, en approuve les termes,
autorise le maire à le signer ainsi que les actes d
acceptation de créances auprès de
l
établissement bancaire. La procédure de mise en concurrence ne présente aucune anomalie.
5.4.
L
exécution du contrat de partenariat
71
5.4.1.
Le bilan quantitatif de l
exécution contractuelle
Le contrat fait état d
un engagement de 19 % d
économie d
énergie à l
issue des
investissements initiaux (tranche 1), et de 27 % d
économie à l
issue de la tranche conditionnelle
67
Cour des comptes - RPA 2015, p. 158.
68
Arrêt du conseil d’État du 23 juillet 2010, n°
326544,
Lenoir, Syndicat national des entreprises de second œuvre du bâtiment
.
69
Selon que l’urgence est «
simple » ou « impérieuse
» selon l’article 35 du CMP.
70
Suite du rapport d’évaluation p.
8/9.
71
Méthodologie : formation au PPP p. 98/136 et s.
37/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
n° 1 (en année 3 soit dès début 2013) et de 33 % d
économie à l
issue de la tranche conditionnelle
n° 2 (en année 6 soit début 2016)
72
.
Une note interne des services du 21 janvier 2015 relève une baisse de la
consommation électrique de 26 %, soit une économie de 892 MW par rapport à 2009. Par ailleurs,
le nombre de points lumineux a été augmenté de 885. La consommation théorique par point
lumineux a fortement baissée (- 38 %). Les objectifs contractuels quantitatifs apparaissent atteints.
5.4.2.
Le bilan qualitatif de l
exécution contractuelle
Les investissements initiaux devaient être réalisés sur les 24 premiers mois à compter
de la date de début de la mission
73
. L
ensemble des tranches fermes et conditionnelles a été livré
dans le respect du calendrier.
La rémunération du partenaire peut varier en fonction de l
atteinte de critères de
performance. À ce titre, le contrat comporte une clause relative aux modalités de contrôle par la
personne publique de l
exécution du contrat et notamment du respect des objectifs de
performance. En l
’espèce, la CCBTA a été amenée à mettre en œuvre le système de pénalités
prévu contractuellement. Ainsi, par courrier du 24 janvier 2011, la CCBTA a relevé un
manquement aux obligations d
interventions de maintenance et sollicité de la trésorerie
l
application immédiate d
une pénalité pour un montant de 1 020
€.
Pour l
instant, cette pénalité est
unique, ce qui traduit, d
après l
ordonnateur, son efficacité. Cela est confirmé par le taux de service
annuel prévisionnel qui est de 99,88 % dès la première année, et de 99,9 % les années suivantes.
Le bilan qualitatif de l
opération apparaît satisfaisant.
5.4.3.
Le bilan financier
5.4.3.1.
La redevance contractuelle
La rémunération du partenaire privé s
effectue sous la forme d
une redevance
payée
par la personne publique. Elle est étalée sur la durée du contrat mais sa mise en paiement se fait à
compter de la mise à disposition des ouvrages (le partenaire assumant partiellement le
préfinancement des ouvrages)
74
. Dans le cas présent, la proposition de loyer est calculée sur la
base d
un loyer total intégrant un loyer maintenance (G2), un loyer renouvellement (G3) et un loyer
financier (G4)
75
. Ces loyers sont augmentés du versement d
une contribution financière de la
CCBTA sur 24 mois
76
permettant de minorer le poids des intérêts à payer
77
, et constituant ainsi
une forme de versement de pré-redevance. Dès lors, le loyer global prévisionnel annuel s
établit à
hauteur de 604 754
€ pour les travaux
initiaux de la tranche ferme.
Les premiers loyers ont été versés au 2
ème
trimestre 2010, et les montants globaux
versés au titre de l
année 2010 s
élèvent à 476
k€
. En 2013, les travaux de la première tranche
conditionnelle ont été livrés (correspondant à un montant prévisionnel contractuel de 465
k€
HT).
Sur la période sous contrôle
78
, le loyer global exécuté se situe en moyenne à 694 328
€, soit au
-
dessus du loyer prévisionnel d
environ 15 %. Cependant, ce surcoût est à corriger du montant des
72
Synthèse mai 2010.
73
Mémoire financier p. 19/41.
74
Support de formation PPP p. 12/136.
75
Mémoire financier mai 2010 p. 24/41.
76
Idem, p. 25/41.
77
Les conditions du crédit relais sont EONIA avec une marge de 3,50 %.
78
Pour les 22 premiers trimestres soit jusqu’au 31 décembre 2015
-
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- IX.6.4.
38/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
loyers de la tranche conditionnelle, qui n
a pu être déterminé avec précision mais qui se situe à
près de 39
k€
/an (soit 117
k€
sur la période), ce qui ramènerait le surcoût à + 11,3 % fin 2015.
Document 30 : Le montant de l
opération en PPP (tranches fermes)
Les loyers « maintenance » et « renouvellement », contractuellement révisables, n
ont
subi aucune indexation. Concernant les provisions pour vandalisme
79
, le bilan transmis par
l
ordonnateur fait apparaître un report régulier des provisions non consommées
80
.
5.4.3.2.
La récupération de la TVA
Selon l
article L. 1615-12 du CGCT, la CCBTA peut bénéficier du FCTVA pour la part
correspondant à l
investissement réalisé par le partenaire. La CCBTA a bien récupéré le FCTVA
pour 365
k€
sur la période.
En définitive, si le recours à ce contrat de partenariat public-privé n
apparaît pas justifié
au regard des critères de la jurisprudence administrative, la procédure de mise en concurrence
semble régulière et le bilan de son exécution montre que les objectifs quantitatifs et qualitatifs sont
globalement atteints, fin 2015, à un coût supérieur de 11 % à celui prévu.
79
Idem p. 23/41.
80
Extrait RA G3 Vandalisme.
en € H.T
Emplois
3 694 961
coût des investissement initiaux
3 572 324
frais de conseil financier
20 000
commissions (engagement et arrangement)
58 750
frais financiers du crédit relais cession d'escompte
43 887
Ressources
3 694 961
contribution financière CC BTA
351 625
cession d'escompte - refinancement
3 343 336
Loyers globaux sur la durée du projet
8 719 678
dont entretien éclairage public
2 700 000
dont commission de gestion
30 000
Total G2 maintenance
2 730 000
dont renouvellement des points lumineux
1 031 491
dont vandalisme
641 025
total G3 renouvellement
1 672 516
dont principal
3 343 336
dont intérêts
973 826
total G4 financier
4 317 162
contribution financière CC BTA
351 625
montant total de l'opération
9 071 303
source : collectivité - conditions financières du PPP
39/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
6.
LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
La compétence de développement économique, obligatoire, est exercée à travers le
développement des zones d
activités économiques communautaires, des aides aux entreprises et
des opérations de modernisation du commerce et de l
artisanat. La chambre a examiné la politique
d
aménagement de zones d
activités.
6.1.
Les zones d
activités en projet ou réalisées
6.1.1.
Rappel des principes
Au début du cycle de production, la collectivité supporte les dépenses afférentes à la
production du bien. Elles sont répercutées dans le coût du bien et intégrées au prix de vente,
l
opération n
étant finalement équilibrée qu
au moment de la vente. Dans un premier temps, le
budget supporte un déficit de la section d
investissement, déficit qui est résorbé au moment de la
vente. Deux solutions peuvent être utilisées pour équilibrer la section d
investissement : l
emprunt
dont les frais financiers sont intégrés au coût de production jusqu
à l
achèvement des travaux, ou
l
avance remboursable octroyée par le budget principal, les frais financiers sont alors minimisés.
Dans le cas présent, la collectivité a mobilisé la trésorerie du budget principal en faveur
de plusieurs ZA
81
sans que cette contribution ne prenne la forme d
avances remboursables. Le
coût de cette mobilisation de trésorerie est resté entièrement à la charge du budget principal, ce
qui est contraire au principe d
équilibre des budgets annexes. La chambre invite la collectivité à
formaliser les avances remboursables du budget principal aux budgets annexes des zones
d
activités.
6.1.2.
Le projet territorial
L
objectif du projet territorial de la CCBTA, formalisé en 2013, vise le développement
d
une offre foncière à vocation d
activités sur le territoire et s
inscrit dans un contexte d
émergence
de projets voisins, et « plus particulièrement, des projets de parc d
activités du PEM de Manduel et
de la zone MITRA de Saint-Gilles ».
Ce projet souligne par ailleurs que la ZI « Domitia » nécessite d
importantes actions de
requalification, « le diagnostic ayant mis en exergue une dégradation et un vieillissement des
espaces publics et privés », et que la ZA des Salicornes « présente un grand nombre de friches
d
entreprises et de locaux vacants lui conférant une image très négative à proximité immédiate de
l
accès au port de plaisance ». Il indique que douze zones d
activités (ou projets de zones) à
vocation multiple mailleront à terme le territoire et offriront le choix aux entreprises d
une
implantation en zone artisanale, industrielle ou commerciale
82
:
81
Fourques et Salicorne.
82
Diagnostic éco 2015 p. 9/12. Les zones situées à Beaucaire, Fourques, Bellegarde, et Vallabrègues sont éligibles aux aides à finalité
régionale (2007-2013) mais pas celles situées à Jonquières Saint Vincent.
40/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 31 : L
état d
avancement des zones d
activités économiques de la CCBTA
La CCBTA étudie un projet de zone d
activités sur le site de Broussan à Bellegarde,
une entreprise ayant prévu d
y réaliser un projet industriel. Dans cette perspective, elle envisage la
création d
une zone industrielle dédiée à la valorisation des matières. Une provision de 730
k€
pour achat de terrains et premiers travaux d
aménagement a été inscrite au budget 2015. La
CCBTA est en phase d
acquisition de foncier avec des paiements prévus en 2016.
6.1.3.
Le projet de zone d
activités « Domitia »
La CCBTA a plusieurs projets d
acquisitions foncières et d
aménagement de zones en
cours
83
. Celui de la zone d
activités « Domitia » est le plus important d
entre eux.
Selon la délibération du 23 mars 2011, l
aménagement de cette zone, d
une superficie
de 17,2 ha, aura un coût total prévisionnel de 1,478
M€
HT hors acquisitions foncières. En incluant
lesdites acquisitions, le coût du projet est porté à 4,228
M€
HT,
soit 24,6 €/m
2
HT. La note de
synthèse au débat d
orientation budgétaire 2012 mentionne une forte participation de l
État au
projet, ce qui doit permettre à la CCBTA de présenter un prix de commercialisation plus attractif et
d
assumer un portage financier plus long.
Toutefois, la délibération du 9 octobre 2013 précise que la zone a vu son coût de
revient progresser du fait des prescriptions des services incendie, de la police de l
eau, mais aussi
en raison de contraintes techniques. Elle indique par ailleurs que malgré les cofinancements
obtenus (État et conseil général), le bilan financier final de la zone sera déficitaire. La somme de
300
k€
a été inscrite en dépenses au budget principal de 2013 (c/2041512 « Subvention
d
équipement du groupement à fiscalité propre de rattachement ») pour transfert au budget
annexe de la zone d
activités « Domitia » (c/74751 « Participation du GFP de rattachement ») en
recettes réelles d
exploitation.
La note de présentation du budget 2015 indique que la CCBTA dispose de lots libres à
la vente au prix de 26 € HT/m
2
et peut prévoir des cessions de terrain à hauteur de 1 887 652
(pour 72 602 m
2
). Au 31 décembre 2014, le budget annexe de la zone d
activités « Domitia »
mobilise le fonds de roulement du budget principal à hauteur de 666
k€
.
83
ZA Vallabrègues, le Rieu et Domitia
Etat
d'avancement
Nom ZA
commune
surface
(ha)
date de
réalisation
thématique
Broussan
Bellegarde
7,7
2015 industrielle
La Broue 2
Jonquières Saint-Vincent
4
2016 artisanale
Vallabrègues
Vallabrègues
3
2015 artisanale
Le Rieu
Bellegarde
1,4
2015 artisanale
Mérarde
Beaucaire
2,6
2013 mixte
Domitia 1
Beaucaire
17,7
2014 industrielle
Domitia extension
Beaucaire
4
2015 mixte
La Broue 1
Jonquières Saint-Vincent
1,5
2010 artisanale
Les Milliaires
Beaucaire
3
2006 mixte
Coste Rouge
Bellegarde
n.d
n.d
n.d
Ledignan
Fourques
3
2005 artisanale
Salicorne
Bellegarde
2,3
2009
n.d
source : collectivité
opérations en
cours
opérations
clôturées
projets à
l'étude
41/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 32 : Évolution du fonds de roulement net global de la zone d
activités « Domitia »
Par délibération du 10 juillet 2013, la CCBTA a décidé d
acquérir, au prix de 2
€/m
2
,
des réserves foncières pour l
extension de cette zone. Selon la note de présentation du budget
2015, la CCBTA prévoit de confier à la SPL
Terre d
Argence
une phase d
extension comprenant
des acquisitions foncières pour 400
k€
84
, des travaux pour 313
k€
, des frais d
honoraires et
d
études pour 30
k€
, et des remboursements en intérêts et en capital de la dette respectivement
estimés à 47
k€
et à 397
k€
.
6.2.
Un bilan global contrasté
Aucun bilan synthétique d
aménagement et de commercialisation des zones d
activités
précitées n
a été formalisé puis présenté en conseil communautaire.
6.2.1.
Un niveau de commercialisation globalement satisfaisant
Les ZA ont toutes été réalisées en régie. L
ambition de la CCBTA est mesurée puisque
l
opération la plus importante est, de loin, la ZA « Domitia » (18 ha), lancée en 2010. Les autres ZA
sont d
intérêt essentiellement local. Au total, la CCBTA a aménagé 35,23 ha de zones d
activités,
et avec l
aménagement de l
extension de la ZA « Domitia », ce total pourrait être porté à 47,84 ha.
Fin 2015, la CCBTA a commercialisé 17,92 ha, soit la moitié des surfaces aménagées
et plus des deux tiers des surfaces cessibles. Certaines zones dont la commercialisation demeure,
pour l
instant, limitée (Mérarde, Vallabrègues) ou inexistante (Salicorne) ternissent ce bilan
d
ensemble.
84
340
k€ + 60
k€.
au 31 décembre en €
2010
2011
2012
2013
2014
Ressources stables
2 683 731
2 558 866
2 848 794
3 534 853
3 146 370
Emplois immobilisés
2 718 591
2 853 101
3 493 225
3 085 549
3 813 120
Fonds de roulement net global
-34 860
-294 235
-644 431
449 303
-666 751
Besoin en fonds de roulement global
530 111
63 351
139 373
291 858
206 582
Trésorerie sollicitée auprès d'autres
budgets
-564 971
-357 586
-783 804
157 446
-873 333
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
42/54
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Communauté de communes Beaucaire
Terre d’Argence
(30)
ROD2 -
CC Beaucaire Terre d’Argence
Document 33 : Le bilan de commercialisation des zones d
activités
En 2015, les réserves foncières de la CCBTA sont constituées de 1,5 ha sur la zone
d
activités de Vallabrègues (en cours d
aménagement), de dix lots sur la zone d
activités de la
Mérarde, de 2,4 ha sur la zone d
activités de Salicorne à Bellegarde gelés par un risque
d
inondation du Rhône (PPRI) et de 6 ha en partie ouest de la zone d
activités « Domitia » et
2,5 ha en partie est.
La chambre relève que la CCBTA dispose d
informations lacunaires concernant le
nombre d
entreprises et le nombre d
emplois implantés sur ces zones d
activités, alors même qu
il
s
agit d
indicateurs significatifs en matière de développement économique.
6.2.2.
Un bilan financier plus nuancé
Les coûts totaux d
aménagements présentent de grands écarts, de 7,26
€ du m
2
aménagé à près de 84 €. Ces écarts reflètent la variabilité, selon les zones, des coûts d’
acquisition
(de 3 à 28 €/m
2
) et d
’aménagement (de 4 à 48 €/m
2
).
Les recettes de commercialisation (au m
2
cessible) présentent également d
importants
écarts, de 26 à 85 €, qui reflètent globalement, par parallélisme, la volonté de la collectivité de
caler le prix de vente sur le prix de revient, mais aussi de proposer des prix de vente suffisamment
attractifs ainsi que le mentionne le débat d
orientation budgétaire 2013.
Le bilan financier prévisionnel global de l
aménagement et de la commercialisation des
zones d
activités de la CCBTA apparaît, en l
état, peu favorable. Le déficit issu de la
commercialisation de trois zones atteint 1,22
M€
. Le déficit de la ZA « Domitia 1 » (742
k€
) et de la
ZA « Salicorne » (439
k€
) contribuent pour l
essentiel à cette charge, la ZA « Coste Rouge » y
contribuant de manière plus limité (42
k€
). Ces résultats sont pour partie compensés par des
excédents, essentiellement constitués par les ZA de Ledignan et de La Broue 1.
Le bilan financier prévisionnel cumulé des zones d
activités présente une charge
résiduelle nette pour la CCBTA de 755
k€
. Les résultats financiers, zone d
activités par zone
d
activités sont contrastés
85
:
85
L’ordonnateur indique que ces résultats prennent en compte l’ensemble des coûts, intérêts des emprunts compris.
nom ZA
Surface totale
créée (en ha)
surface
cessible
(en ha)
Surface
commercialisée
(en ha)
Surface
disponible
(en ha)
nombre
d'entreprises
implantées
nombre d'emplois
implantés
BROUSSAN
0,00
0,00
0,00
0,00
n.c
n.c
LA BROUE 2
0,00
0,00
0,00
0,00
n.c
n.c
VALLABREGUES
3,00
1,50
0,00
1,50
n.c
n.c
LE RIEU
1,40
0,90
0,90
0,00
n.c
projeté: 20taine
MERARDE
3,20
2,60
0,74
1,86
1
54
DOMITIA 1
18,00
15,73
10,35
5,38
50
43
DOMITIA EXTENSION
12,61
n.c
0,00
n.c
n.c
n.c
LA BROUE 1
1,50
1,15
1,15
0,00
25
50
LES MILLIAIRES
2,73
2,73
2,73
0,00
70
n.c
COSTE ROUGE
0,00
0,00
0,00
0,00
n.c
n.c
LEDIGNAN
3,00
2,05
2,05
0,00
70
185
SALICORNE
2,40
0,00
0,00
0,00
n.c
7
Total
47,84
26,66
17,92
8,74
216
environ 419
source : collectivité