Sort by *
Publications

Publications

Société d’économie mixte (SEM) des Cimes du Mercantour à Isola (Alpes-Maritimes)

CRC PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

 Dans le cadre d’une enquête nationale des juridictions financières relative aux acteurs publics locaux du tourisme face au changement climatique en montagne, la chambre régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d’Azur a contrôlé la société d’économie mixte (SEM) des cimes du Mercantour, chargée par le syndicat mixte des stations du Mercantour (SMSM) de l’exploitation des stations d’Auron et d’Isola 2000.

SYNTHÈSE
 Dans le cadre d’une enquête nationale des juridictions financières relative aux acteurs publics locaux du tourisme face au changement climatique en montagne, la chambre régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d’Azur a contrôlé la société d’économie mixte (SEM) des cimes du Mercantour, chargée par le syndicat mixte des stations du Mercantour (SMSM) de l’exploitation des stations d’Auron et d’Isola 2000. Ses principaux actionnaires sont les communes de Saint-Etienne-de-Tinée et d’Isola.
 La station d’Auron, qui fait partie de la commune de Saint-Etienne-de-Tinée, a été créée en 1937 ; il s’agit d’une station dite de « 1ère génération », c’est-à-dire développée autour d’un village existant et précurseur du tourisme hivernal. Créée en 1971, « Isola 2000 », du nom de la commune dont elle dépend et de son altitude, est quant à elle une station dite « intégrée », le front de neige se situant aux pieds des logements et des commerces.
Une gouvernance originale
 Le mode de gouvernance retenu pour la gestion de ces deux stations est original. En effet, alors que dans les autres massifs, l’investissement est souvent porté par les exploitants, ce n’est pas le cas à Auron où le syndicat mixte et la SEM sont liés par un contrat de « régie intéressée ». La société est rémunérée uniquement pour l’exploitation des installations financées par le syndicat mixte.
 Cette situation est rendue possible par la surface financière importante des deux collectivités membres du conseil syndical, à savoir la métropole de Nice Côte d’Azur et le département des Alpes-Maritimes.
Une exposition aux conséquences du changement climatique a priori moins marquée que pour les autres stations régionales
 Moins exposées à court terme que certaines stations des Alpes du Sud par les conséquences du changement climatique sur l’enneigement en raison d’une altitude et d’une exposition plutôt favorables, mais aussi grâce à leur réseau d’enneigement de culture, les stations d’Auron et d’Isola 2000 n’en demeurent pas moins confrontées à des problématiques similaires. 
Des réflexions ont d’ores et déjà été engagées, notamment à Auron, pour rationaliser le parc des remontées mécaniques et orienter les investissements de façon à favoriser la pratique du ski sur les parties hautes du domaine skiable. L’investissement dans la neige de culture permet de sécuriser l’exploitation, même si la disponibilité de la ressource en eau doit faire l’objet d’une attention particulière.
 
RECOMMANDATION

  • Recommandation unique : Retranscrire les débats et les décisions du conseil d’administration conformément aux statuts de la société.