Sort by *
Publications

Publications

Métropole et commune d'Orléans (Loiret) - Enquête sur "l'adaptation des villes au changement climatique"

CRC CENTRE-VAL DE LOIRE

L’essentiel : Face au défi du changement climatique, la métropole et la commune d’Orléans ont développé leur connaissance des risques et des impacts climatiques, mais aussi adapté leur organisation. Toutefois, si les actions à réaliser sont bien prévues, parfois depuis longtemps, comme la végétalisation des zones urbaines ou la désimperméabilisation des sols, leur mise en œuvre, complexe, gagnerait à être amplifiée.

Feuilleter en ligne

Le contrôle de la politique d’adaptation au changement climatique

Les politiques de transition écologiques reposent sur deux piliers. Premièrement, l’atténuation au changement climatique, qui ambitionne la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Deuxièmement, l’adaptation au changement climatique, qui vise à mieux connaître les effets du changement climatique et à prendre les mesures nécessaires pour en réduire les risques. C’est la mise en œuvre par la commune et la métropole d’Orléans de ce second pilier qui a été examinée par la chambre. Il est complémentaire des nombreuses actions d’atténuation portées par les entités contrôlées.

Le territoire orléanais au défi du changement climatique

Le territoire de la métropole d’Orléans présente une multitude d’écosystèmes qui vont subir les effets du changement climatique : élévation des températures, perturbation du cycle de l’eau, pression sur la biodiversité et risques accrus en zones urbaines.

Or, depuis dix ans, le territoire de la métropole s’artificialise de façon continue, au profit des zones d’habitat ou industrielle et commerciale, érodant ainsi les zones naturelles. Cette urbanisation renforce les risques liés au changement climatique.

Pour autant, la prise de conscience de l’impact de ces phénomènes sur les politiques publiques mises en œuvre au niveau local, s’est faite de façon précoce pour la commune d’Orléans, suivie aujourd’hui par la métropole.

Un plan climat qui ne fait pas l’objet de suivi

Parmi les nombreux documents directeurs dont l’élaboration s’impose aux collectivités locales figure le plan climat air énergie territorial (PCAET). Celui de la métropole, arrêté en 2019, se concentre sur les enjeux énergétiques et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il aborde de façon plus brève l’adaptation au changement climatique.

La chambre relève que le suivi de ce plan n’a jamais été réalisé, alors que la métropole s’était engagée à le faire annuellement. La prochaine actualisation du PCAET pourrait être l’occasion de mieux intégrer les enjeux d’adaptation au changement climatique.

L’articulation du PCAET avec les autres documents directeurs, garantie de la cohérence de l’action publique, souffre de la profusion de ces documents et de leur complexité.

Une gouvernance qui s’adapte à l’enjeu transversal du changement climatique

La métropole et la commune d’Orléans ont progressivement adapté leur gouvernance pour prendre en compte les enjeux transversaux du changement climatique. Pour cela, des actions en termes d’organisation interne et un effort important de formation et de sensibilisation des élus et des agents ont été entrepris.

Les structures ont également cherché à davantage associer le citoyen dans la gouvernance et la prise de décision, même si cette mobilisation achoppe encore sur la difficulté d’impliquer un large public.

Cette gouvernance adaptée aux enjeux transversaux a montré son intérêt lors de la tenue des assises des transitions, démarche originale associant élus, services et acteurs du territoire. Son suivi est assuré par des citoyens et des élus. La métropole et la commune disposent désormais d’un recueil, foisonnant, de près de 500 actions à mener, dont la mise en œuvre est en train d’être intégrée dans le projet d’administration des services.

Des solutions fondées sur la nature mises en œuvre de façon mesurée

Paradoxalement, alors que la commune et la métropole possèdent désormais une bonne connaissance de leur patrimoine naturel, des impacts du changement climatique et des solutions pour s’y adapter, force est de constater que les actions mises en œuvre restent d’ampleur contenue.

Les deux structures devraient renforcer leurs outils – par exemple en établissant un bilan précis des arbres qui n’existe pas actuellement - et formaliser une stratégie globale tenant compte des différents enjeux climatiques. La mise en place d’un observatoire des risques, serait un moyen d’appréhender de manière globale ces enjeux et d’en tenir compte dans l’ensemble des politiques menées.

À l’issue de ce contrôle, la chambre a formulé trois recommandations à destination de la métropole et une à l’adresse de la commune.

 

À lire aussi

Les autres publications qui pourraient vous intéresser :