Trier par *
Publications

Publications

Etablissement public de coopération culturelle Théâtre de Bourg-en-Bresse (01) - rapports d'observations définitives 2016

CRC AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

                                                                     SYNTHESE

L’EPCC Théâtre de Bourg-en-Bresse a été créé le 17 janvier 2005 par la Ville de Bourg-en-Bresse et le Département de l’Ain, sur la base d’objectifs ambitieux et pour rompre avec la gestion précédente, confiée à une association, jugée insatisfaisante par les fondateurs.

L’EPCC s’est structuré progressivement et dispose aujourd’hui d’une équipe qui en assure la gestion dans des conditions globalement satisfaisantes. La programmation éclectique définie, l’augmentation substantielle du nombre de spectacles proposés, les partenariats noués avec les établissements d’enseignement, les actions de délocalisation culturelle menées sur le territoire du bassin de vie de Bourg-en-Bresse, tout comme le travail de médiation culturelle auprès des habitants, sont autant de réalisations qui répondent aux missions qui ont été attribuées à l’établissement. 

Il reste que l’équilibre financier est fragile et ne permet pas d’assurer la pérennité du fonctionnement de l’établissement. Le montant des contributions des membres fondateurs n’est pas fixé par les statuts et les modalités de la mise à disposition des locaux et des matériels à l’EPCC sont à clarifier. La stabilisation des contributions annuelles allouées par les membres fondateurs depuis huit ans ne permet pas de compenser l’augmentation des charges de fonctionnement, et en particulier la progression de la masse salariale. La situation financière de l’établissement se dégrade (dégradation qui aurait été encore plus nette si la taxe sur les salaires dont est redevable l’établissement depuis 2009 avait été budgétée), et le disponible artistique s’amoindrit. L’apport de nouvelles recettes d’activité (mécénat), que l’EPCC cherche à mobiliser, ne peut être que marginal. Le nombre de spectateurs accueillis dans le théâtre historique est contraint par la jauge des salles existantes. Enfin, l’augmentation des tarifs ne peut être que modérée, sous peine d’accentuer la baisse de la fréquentation. 

La baisse tendancielle du nombre des abonnés et des spectateurs observée est à analyser pour en évaluer les causes, et réorienter la stratégie de programmation et de tarification de l’établissement en conséquence. 

Pour aider à la définition d’une stratégie adaptée en conseil d’administration, la connaissance des publics du Théâtre doit être améliorée, et les données de pilotage de l’activité fiabilisées, afin de produire un bilan annuel assis sur des données comparables d’année en année. 

Les attentes des membres fondateurs sur le projet artistique porté par l’établissement méritent d’être plus précisément définies et formalisées dans un cahier des charges qui servira de base aux recrutements des directeurs, à l’élaboration du projet d’orientations artistiques et à son évaluation régulière. Enfin, les articulations entre l’action de l’EPCC et celle des autres structures culturelles présentes sur le territoire de la Ville comme du Département, doivent être renforcées, dans le but d’optimiser les financements publics alloués. 

En réponse aux observations de la chambre, l’ordonnateur s’est d’ores et déjà engagé à entreprendre des actions d’amélioration sur plusieurs des points soulevés, notamment par la mise en place d’outils permettant d’améliorer la connaissance des publics, l’élaboration d’un cahier des charges servant de base au recrutement du futur directeur, ainsi que l’établissement de bilans d’activité précis et harmonisés à l’attention du conseil d’administration.

                                                     RECOMMANDATIONS

  1. Définir et proposer au conseil d’administration une stratégie de programmation et de tarification, à partir d’une meilleure connaissance des publics. 

  2. Présenter au conseil d’administration un bilan par saison homogène assorti d’indicateurs relatifs à la programmation, la fréquentation et aux publics. 

  3. Définir par un cahier des charges les attentes des membres fondateurs envers les directeurs et prévoir une évaluation des résultats obtenus au terme de chaque mandat de direction.

À lire aussi