Sort by *
Publications

Publications

Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Gabriel Martin (La Réunion)

CRC LA RÉUNION

La chambre régionale des comptes de La Réunion publie le rapport d'observations définitives sur la gestion de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Gabriel Martin (La Réunion).
Le contrôle de l’EHPAD Gabriel Martin, ouvert en février 2020, avait été suspendu en raison de la crise sanitaire avant d’être achevé en novembre de la même année. Après contradiction, la chambre régionale des comptes a arrêté ses observations définitives en février 2021.

La CRC de La Réunion est désormais en mesure de publier ses observations et ses quatre recommandations.
L’île de La Réunion se caractérise par un niveau d’équipement en lits d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) très faible. Les délais d’obtention d’une place peuvent dépasser quatre mois.
Dépendant du centre hospitalier ouest de La Réunion (CHOR), l’EHPAD Gabriel Martin est un établissement médico-social qui dispose d’une capacité de 60 lits et d’un pôle d’activité et de soins adaptés (PASA) en cours de création. Installé en centre-ville de Saint-Paul dans les locaux historiques de l’ancienne maison de retraite, il est confronté au respect des normes préconisées depuis plus de 20 ans en matière d’intimité de la personne âgée, notamment dans les espaces privatifs. En dépit de cette carence, l’établissement a pu bénéficier d’une évaluation externe favorable qui a mis en exergue l’engagement sans faille des équipes au service de la qualité de vie des résidents. Une enquête de satisfaction est venue confirmer cette bonne dynamique dans la prise en charge de la personne âgée. Tout comme d’ailleurs la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19 en 2020 au cours de laquelle l’établissement n’a enregistré aucun cas de contamination parmi ses résidents et personnels.
Malgré l’insuffisance de lits à La Réunion, et en dépit d’une liste d’attente, l’EHPAD peine à dépasser un taux d’occupation de 93 % depuis plusieurs années. Sa situation financière s’en trouve très dégradée avec un déficit d’exploitation qui dépasse les 10 % des produits de manière structurelle et dont le cumul vient détériorer le bilan consolidé du CHOR. Dans ce contexte, le gestionnaire aura un intérêt majeur à reconstruire un établissement avec une capacité d’hébergement revue à la hausse, dans le respect du projet régional de santé 2018-2028, d’un schéma départemental de la personne âgée non actualisé depuis plus de trois ans par le conseil départemental et dans la logique de construction d’une véritable filière gériatrique.
Cette reconstruction n’est encore au début de l’année 2021 qu’au stade du principe, sa réalisation prendra au mieux quatre à cinq ans. L’établissement peut d’ores et déjà s’inscrire dans le plan de relance EHPAD qui prévoit la modernisation de 65 000 places particulièrement vétustes d’ici 2025. Dans l’attente, l’établissement devrait entamer une réflexion sur la manière d’optimiser ses organisations notamment soignantes par une mutualisation des effectifs infirmiers la nuit. Il pourrait améliorer son taux d’occupation de manière pérenne, comme il y est parvenu en 2020 par une gestion dynamique de sa liste d’attente, pour redresser sa situation financière.
Pendant le temps de conception et réalisation d’une nouvelle structure, il aura intérêt à poursuivre sa démarche de généralisation des projets personnalisés d’accompagnement des résidents et s’assurer de leur réévaluation régulière. Il devrait veiller à la consultation au moins trois fois l’an, du conseil de la vie sociale (CVS) de manière à mieux associer les résidents et leurs familles aux décisions impactant leur vie au sein de l’institution.
L’EHPAD pourrait exploiter la dynamique qui va présider à la préparation de la reconstruction et sa réalisation et utiliser ses marges de manœuvre notamment dans une meilleure affectation des ressources à l’activité.
En s’appuyant sur un outil de travail moderne, l’EHPAD Gabriel Martin devrait être en mesure de relever avec succès les défis qui se dessinent, conforter son rôle au sein de la future filière gériatrique de l’ouest de l’ile et satisfaire ainsi les besoins croissants des populations en matière de prise en charge des personnes âgées.