Sort by *
Publications

Publications

Communauté de communes de Retz-en-Valois (Aisne)

CRC HAUTS-DE-FRANCE

La communauté de communes Retz-en-Valois (Aisne), dont le siège est à Villers-Cotterêts, a été constituée au 1er janvier 2017 par la fusion de trois territoires. Cet établissement public de coopération intercommunale s’étend sur 54 communes, regroupe 30 000 habitants et dispose d’un budget consolidé de 20 M€. Son effectif d’environ 100 agents est adapté à l’accomplissement de ses missions.

De 2017 à 2022, elle a su rationaliser et harmoniser l’exercice de ses compétences. Pour l’eau potable, l’assainissement et les milieux aquatiques, le nombre d’organismes publics de gestion passe de 35 à 8. Cependant, les communes membres restent compétentes pour l’eau pluviale.
Le plan local d’urbanisme intercommunal structure son projet de territoire, avec une mise en œuvre planifiée sur cinq secteurs géographiques1 et par thématiques. C’est le cas notamment pour l’habitat, le développement économique, la voirie, ou encore pour les infrastructures d’assainissement, pour lesquelles les besoins identifiés sont importants. L’accès des habitants aux services publics a été renforcé avec l’extension des transports en commun, ainsi que par l’ouverture de deux espaces « France services ». A contrario, cette déclinaison opérationnelle devra être réalisée pour les services à la population (sport, enfance, jeunesse, actions sociales, culture), au travers notamment d’une analyse des besoins sociaux.
Ce projet de territoire pourra s’intégrer au schéma de cohérence territoriale en cours d’élaboration et tenir compte de l’ouverture de la Cité internationale de la langue française, à l’automne 2022. Dans ce cadre, le rapprochement des offices de tourisme de l’arrondissement de Soissons apparaît nécessaire pour mieux valoriser la destination du Soissonnais et du Valois. La contractualisation sur la lecture publique avec les communes membres, l’État, la région Hauts-de-France et la bibliothèque départementale de l’Aisne doit aussi être réalisée à court terme pour mieux associer les habitants aux projets culturels.
La communauté de communes est confrontée à une augmentation régulière des quantités de déchets ménagers, dont la gestion constitue son deuxième poste de dépenses. Elle a adopté, à cette fin, un schéma communautaire des déchets, qui prévoit l’instauration d’une redevance incitative en 2024. Le plan local de prévention des déchets devrait être renforcé pour mieux accompagner les habitants dans leur effort de tri et de réduction et lutter contre les dépôts sauvages.
La situation financière entre 2017 et 2021 s’appuie sur une gestion prudente et un niveau d’endettement réduit. Des points d’amélioration de la qualité de l’information comptable sont identifiés. Le niveau de reversement aux communes membres reste élevé, ce qui traduit une intégration communautaire limitée et, par là même, contraint la capacité de l’établissement à déployer des projets structurants et à conforter l’exercice de ses compétences. Au regard de son niveau d’investissement, sa trésorerie est abondante. La mise en œuvre du schéma directeur sur l’assainissement pourrait, dès lors, être accélérée. Le financement des interventions urgentes pourra être assuré sur ses ressources propres, mais un plan de financement dédié sera nécessaire à moyen terme pour garantir le renouvellement régulier des installations.

À lire aussi

Les autres publications qui pourraient vous intéresser :