Sort by *
13, rue Cambon
75100 PARIS CEDEX 01
T +33 1 42 98 95 00
www.ccomptes.fr
TROISIÈME CHAMBRE
TROISIÈME SECTION
S2024-0015-1
RAPPORT PORTANT SUR UNE ENTREPRISE
PUBLIQUE
(Article R. 143-11 du code des juridictions financières)
L’INSTITUT NATIONAL
DE
L’AUDIOVISUEL
Exercices 2015 et suivants
Le présent document, qui a fait l’objet d’une contradiction avec les destinataires concernés,
a été délibéré par la Cour des comptes, le 18 décembre 2023.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
2
TABLE DES MATIÈRES
TABLE DES MATIÈRES
..............................................................................................
2
SYNTHÈSE
......................................................................................................................
6
RECOMMANDATIONS
................................................................................................
9
INTRODUCTION
.........................................................................................................
10
1
DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DANS UN SECTEUR EN
RAPIDE MUTATION
...........................................................................................
11
1.1
La conservation et la mise en valeur du patrimoine audiovisuel au cœur
de la stratégie de l’Ina
......................................................................................
11
1.1.1
Le cadre juridique et le périmètre du fonds d’archives
...........................
12
1.1.1.1
Les différents fonds d’archives
..............................................................................
12
1.1.1.2
Les conventions avec les sociétés de l’audiovisuel public
.....................................
12
1.1.2
Une stratégie affirmée de valorisation des contenus
...............................
14
1.1.2.1
Les succès d’une offre renouvelée mieux adaptée aux usages
...............................
14
1.1.2.2
L’évolution de l’organisation interne
.....................................................................
15
1.1.2.3
Une progression du chiffre d’affai
res confrontée au vieillissement du fonds
d’archives
...............................................................................................................
15
1.2
Le dépôt légal de la télévision et du web, un périmètre en forte
croissance
.........................................................................................................
17
1.2.1
Le cadre juridique
....................................................................................
17
1.2.2
Les modalités d’accès, garantie du dépôt légal
.......................................
17
1.3
Des activités de production d’œu
vres et documents audiovisuels et de
recherche dynamiques
......................................................................................
19
1.3.1
La production soutenue par la stratégie d’éditorialisation des
contenus
...................................................................................................
19
1.3.2
Des activités de recherche significatives
.................................................
19
1.4
La formation confrontée à des évolutions des usages et des besoins
...............
20
1.4.1
Une offre de formation initiale et continue
.............................................
20
1.4.2
Un projet de filialisation q
ui n’a pas prospéré
........................................
22
1.4.3
Un projet INA-Studios-Campus en gestation
..........................................
23
2
UNE STRATEGIE AFFIRMEE REPOSANT SUR UNE GOUVERNANCE
SOLIDE
..................................................................................................................
24
2.1
Du COM 4 au COM 6, un cadre pluriannuel de pilotage intégrant les
enjeux de l’audiovisuel public.
.........................................................................
24
2.2
La mise en place depuis 2015 d’une gouvernance solide
................................
25
2.2.1
Le conseil d’administration et le comité audit et
stratégie
......................
25
2.2.2
Une organisation récemment revue
.........................................................
26
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
3
2.3
D’indéniables progrès dans la gestion
..............................................................
27
2.3.1
Des procédures d’achats et
de marchés strictement encadrées
...............
27
2.3.1.1
Une professionnalisation indiscutable du processus achats
....................................
27
2.3.1.2
Des règles de la commande publique maîtrisées
....................................................
28
2.3.2
Le renforcement des règles relatives aux frais de mission, de
déplacement et de réception
....................................................................
30
2.3.2.1
Un dispositif d’encadrement des dépenses renforcé
...............................................
30
2.3.2.2
Des dépenses contenues
.........................................................................................
31
2.3.2.3
Les déplacements sont correctement suivis
............................................................
32
2.3.3
L’attribution de véhicules de fonction en extinction
...............................
33
2.3.4
L’usage des cartes de paiement est conforme aux règles
........................
34
2.4
La mise en place réussie d’un co
ntrôle interne financier
.................................
34
3
UNE ACTIVITE EN EXPANSION GENERATRICE DE RECETTES
MAIS UN EPIC LARGEMENT TRIBUTAIRE DE
SUBVENTIONNEMENT PUBLIC
......................................................................
35
3.1
Des ressources reposant pour l’essentiel sur des subventions et pour le
reste sur des recettes commerciales
..................................................................
36
3.1.1
Le soutien de l’État à l’activité de l’Ina
..................................................
36
3.1.1.1
Une forte dotation inscrite dans les COM et un soutien en temps de crise
.............
36
3.1.1.2
D’autres activités bénéficient de subventions spécifiques, regardées comme
des recettes commerciales
......................................................................................
37
3.1.2
Un chiffre d’affaires en nette progression, qui ne compense pas le
creusement des charges
...........................................................................
38
3.1.2.1
Un chiffre d’affaires
qui a fortement augmenté)
....................................................
38
3.1.2.2
Des charges qui évoluent au même rythme que le chiffre d’affaires
......................
39
3.2
Une situation financière qui s’est dégradée
......................................................
40
3.2.1
Au bilan, un opportun toilettage des provisions
......................................
40
3.2.2
Des résultats bénéficiaires qui masquent une exploitation
déficitaire
.................................................................................................
41
3.2.3
Une trésorerie sous tension
.....................................................................
43
3.2.3.1
Une première alerte surmontée grâce
au soutien de l’État
.....................................
43
3.2.3.2
Une dégradation qui s’est poursuivie et aggravée en 2023, essentiellement
imputable à une progression continue des charges
.................................................
44
4
UN MASSE SALARIALE DYNAMIQUE EN DEPIT DE LA BAISSE
DES EFFECTIFS PERMANENTS
.......................................................................
46
4.1
Une masse salariale moins contenue qu’en apparence
.....................................
47
4.1.1
Un plafonnement à 67,5 M€ respecté mais à expliciter
..........................
47
4.1.2
Des dépenses réelles de personnels supérieures et croissantes
...............
48
4.1.3
Une politique salariale particulièrement généreuse
................................
49
4.1.3.1
Un accord collectif encore très favorable aux salariés malgré une révision
récente 49
4.1.3.2
Le revenu moyen des salariés augmente chaque année à la limite du plafond
.......
50
4.2
L’intéressement et les prestations du CSE constituent d’autres avantages
pour les salariés, onéreux pour l’établissement
................................................
51
4.2.1
Un accord d’intéressement qui constitue un
complément à la
rémunération non négligeable
.................................................................
51
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
4
4.2.2
Un comité (social) d’entreprise richement doté
......................................
52
4.3
Une réduction des effectifs insuffisante pour maîtriser la masse salariale
dans la durée
.....................................................................................................
53
4.3.1
Une diminution lente des effectifs accélérée par deux plans de
départ volontaire à la retraite
...................................................................
54
4.3.1.1
Un niveau toujours élevé d’effectifs malgré la diminution des CDI
......................
54
4.3.1.2
Un turn-over limité
.................................................................................................
55
4.3.2
L’INA a financé deux plans de départs volontaires à la retraite
.............
56
4.3.3
L’Ina doit pouvoir agir de manière plus volontariste sur ses
effectifs
....................................................................................................
57
4.3.3.1
Une évolution des métiers à prendre en compte
.....................................................
58
4.3.3.2
Cette démarche peut
s’appuyer sur des outils de gestion des ressources issus
du dialogue social
...................................................................................................
59
5
DE LOURDS INVESTISSEMENTS DANS LES SYSTEMES
D’INFORMATION ET L’IMMOB
ILIER
.............................................................
60
5.1
La place toujours centrale des systèmes d’information après
l’achèvement du PSN
.......................................................................................
60
5.1.1
Des investissements et des coûts d’exploitation des systèmes
d’information considérables, à expertiser
...............................................
61
5.1.1.1
Plus de 50 M€ investis sur les quatre dernières années
..........................................
61
5.1.1.2
Plus de 81 M€ de coûts d’exploitation et de maintenance sur 8 ans
.......................
63
5.1.2
Le besoin d’une gouvernance spécifique des systèmes
d’information
...........................................................................................
63
5.2
Une
période marquée par d’importants enjeux immobiliers
............................
64
5.2.1
Une rationalisation du parc locatif malgré le maintien des
délégations régionales
.............................................................................
65
5.2.1.1
Un parc locatif coûteux dont l’Ina s’est opportunément défaussé
..........................
65
5.2.1.2
L’organisation des délégations régionales doit être revue
......................................
66
5.2.2
Une complexe opération immobilière de regroupement à tiroirs
............
68
5.2.2.1
L’opération de rénovation de Bry 1 a fait l’objet de plusieurs changements
..........
68
5.2.2.2
L’extension de Bry 1
: respect de l’enveloppe budgétaire mais dépassement
du calendrier
...........................................................................................................
70
5.2.3
Les incertitudes pesant sur les sites de Bry 2 et de Saint-Rémy
L’Honoré
.................................................................................................
71
5.2.3.1
L’insuffisante maturité du projet de l’Ina de faire du site de Saint
-Rémy
l’Honoré un «
campus du patrimonial audiovisuel »
..............................................
71
5.2.3.2
Le devenir hypothétique du site Bry 2
....................................................................
72
ANNEXES
......................................................................................................................
76
Annexe n° 1.
Liste des personnes rencontrées
............................................
77
Annexe n° 2.
Budgets des délégations régionales
.......................................
79
Annexe n° 3.
Dépenses au titre du Plan de Sauvegarde et de
Numérisation
80
Annexe n° 4.
Décomposition du CA de l’Ina par activités
.........................
81
Annexe n° 5.
Décomposition du chiffre d’affaires et des charges de
l’Ina par direction
.............................................................................................
82
Annexe n° 6.
Bilan de l’Ina 2015
- 2022
.....................................................
83
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
5
Annexe n° 7.
Comptes de résultats de l’Ina 2015
- 2022
............................
84
Annexe n° 8.
Charges d’exploitation de la DSI puis de la Dat
a-Tech
........
85
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
6
SYNTHÈSE
Créé par la loi du 7 août 1974 après la dissolution de l’ORTF, l’I
na est un établissement
public qui répond à un certain nombre de missions fixées par
l’article 49 de la loi n° 86
-1067
du 30 décembre 1986 relative à la liberté de la communication et le décret du 13 novembre
1987 modifié : la conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel ; le dépôt légal de
la télévision et du Web
; la production d’œuvres ou de documents audiovisuels
; la formation
initiale et continue, ainsi que la recherche dans le domaine de l’audiovisuel.
La Cour avait exercé son dernier contrôle sur la période 2007-2014 et fait des
recommandations fortes. Les dysfonctionnements notoires relevés ont conduit à la démission
de sa présidente. Le présent contrôle porte sur la période 2015-2022, qui correspond au mandat
du nouveau président, Laurent Vallet, nommé en 2015 et reconduit pour un deuxième mandat
en 2020.
Cette période a été marquée par des éléments de contexte qui ne doivent pas être
négligés : d
es héritages d’une période mouvementée ayant fragilisé la gouvernance et terni
l’image
de l’I
na ; des évolutions fortes de l
’écosystème de l’audiovisuel et du numérique
; des
difficultés, mais aussi des opportunités, liées à la crise sanitaire ; des incertitudes liées au projet
porté puis abandonné par les pouvoirs publics,
de création d’une entité unique de l’audiovisuel
public, France-Médias
, dans laquelle l’I
na aurait pu jouer le rôle de campus de formation ; la
réforme de la formation professionnelle de 2018.
Malgré cela, l’I
na a su mettre en
œuvre
des transformations en profondeur et adopter
une stratégie qui lui a permis d
e gagner en visibilité ainsi qu’en ressources propres. Le contrôle
de la Cour tombe opportunément, alors que le nouveau
contrat d’objectifs et de moyens (
COM),
sur les années 2024-2028, est en cours de rédaction.
DES PROGRES INCONTESTABLES
La période sous revue a permis d
’indéniabl
es progrès notables, dont certains étaient
demandés par la Cour dans son rapport du 21 septembre 2016.
C’est vrai pour ce qui concerne
la gouvernance, avec un C
onseil d’administration
et un
Comité audit et stratégie actifs et mobilisés. La nouvelle organisation interne mise en place en
2021 semble mieux répondre aux besoins et défis que l’
Ina doit relever et a été bien acceptée.
Les
procédures d’achats et de marchés
ont été revues et sont aujourd’hui beaucoup
mieux encadrées. Il en va de même pour les frais de mission et de réception. À partir de 2017,
un outil de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences a été mis en place. L
’accord
d’entrep
rise de 2012, qui permettait une augmentation de salaire annuelle supérieure aux
normes en vigueur, a été révisé par un avenant du 7 septembre 2020.
Dans l’ensemble
, le
renforcement des outils de gestion et de contrôle est notable et,
s’il reste ici où là quelques sujets
à éclaircir et à améliorer, les progrès sont substantiels.
C’est vrai aussi pour la définition et la mise en œuvre d’
une stratégie fondée sur
l’éditorialisation
.
Si l’I
na
a bénéficié entre 1999 et 2015 d’investissements considérables à
travers un Plan de Sauvegarde et de Numérisation (PSN)
de 193 millions d’euro
s qui lui a
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
7
permis de devenir le fonds d’archives détenu par une structure publique le plus important au
monde, l’I
na
a su s’appuyer sur cet investissement exceptionnel et cet outil technologique de
pointe pour diversifier les extraits d’archives et multip
lier ses supports de diffusion. Entre 2016
et 2022, le nombre de vidéos vues est passé de 220 millions à 1,23 milliard. On ajoutera à cette
valorisation de la marque Ina auprès de nouveaux publics, en particulier des plus jeunes, le
succès de l’offre pédag
ogique LUMNI pilotée avec France Télévision.
Cette inflexion stratégique vers l’éditorialisation a
eu aussi des conséquences
économiques positives, puisque les ressources propres, en baisse de 2010 à 2015, sont passées
de 15,8 millions en 2016 à 22,1 millions
d’euros en 2022.
Enfin, il convient d
e noter l’incontestable dynamisme de
s activités de recherche, en
particulier avec le projet de site data.I
na.fr, outil d’analyse des médias au service de l’action
publique, développé
en réponse à un appel d’offres
du Premier ministre.
MALGRE CES PROGRES, DES POINTS DE FRAGILITE DEMEURENT
En premier lieu, on observera que si, sous la période sous revue, le
chiffre d’affaires
augmente, malheureusement les charges augmentent au même rythme, et cela compte non tenu
des charges d’investissement pourtant considérables.
Cet état de fait
est pour partie lié à une masse salariale qui continue d’augmenter. Si
l’I
na est descendu en 2022 sous la barre symbolique des 1000 ETPT, cette baisse est compensée
partiellement par un recours accru aux CDD et
CDDU. Malgré la révision de l’accord
collectif
d’entreprise
de 2012 et la baisse des effectifs, les dépenses de personnels ne diminuent pas,
sous l’effet d’une politique salariale généreuse.
Les investissements informatiques, pourtant considérables, sont peu documentés, et peu
débattus dans les instances du Comité stratégique et du Conseil d’administration
. L
’achèvement
du PSN ne met en effet pas fin aux investissements dans un contexte de mutations
technologiques rapides. Alors que la part de ce dernier a baissé de 85 % dans la période sous
revue, le budget « collections
» n’a baissé que de 12
%.
Ces investissements se montent, hors
PSN, à 75 millions pour la période sous revue. Les budgets de fonctionnement, qui ont
fortement augmenté ces deux dernières années, représentent plus de 81 millions d’euros sur la
même période. La soutenabilité budgétaire de telles dépenses de fonctionnement et
d’investissement mérite d’être interrogée, les choix opérés mieux éclairés et débattus.
Il est
impératif qu’un comité d’experts indépendants soit créé qui puisse rapporter au conseil
d’administration et lui permettre de mieux instruire ses
décisions.
L’offre de formation initiale et continue, dont la qualité est reconnue par tous et qui
permet un très bon taux d’insertion professionnelle des jeunes
diplômés de l’I
na, ne conduit
pas, même si l’on note une certaine amélioration depuis deux an
s, à mettre un terme à une lente
érosion du chiffre d’affaires et des résultats. Sujet de préoccupation pour l’
Institut, qui a décidé
de muscler son action, cette mission de formation
doit faire l’objet d’une attention toute
particulière et sans doute d’un
e stratégie de rénovation de ses fonctionnements.
Par ailleurs,
s’il faut se féliciter de la rationalisation du parc locatif intervenu
e durant la
période sous contrôle,
avec l’ab
andon des locations de Bry 3 et des locaux de la rue Patay dans
le treizième arrondissement de Paris
, on peut s’inte
rroger sur le maintien de six délégations
régionales, dont la charge
se monte sur la période de contrôle à 18,2 millions d’e
uros. Le projet
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
8
d’agrandissement et de rénovation de Bry 1, su
ccé
dant à d’autres projets de r
egroupements
immobiliers, a beaucoup évolué et pris deux années de retard. Le bâtiment Bry 2 qui va être
libéré devra être cédé, l’Ina n’en ayant plus l’usage. Quant au
projet de regroupement de
conservation avec le CNC et la Cinémathèque sur le site dont
l’I
na est propriétaire à Saint-
Rémy l’Honoré dans les Yvelines,
il doit parvenir à maturité dans les années qui viennent.
Enfin, la poursuite de la mutation des usages numériques (et notamment le recul
probable de la télévision) aura un impact sur la valeur du fonds
d’archives commercialisables
de l’I
na.
Si l’
institut a réussi sa mue au cours des dernières années, ces évolutions pourraient
limiter sa capacité à accroître ses recettes commerciales dans l’avenir.
Aussi devra-t-il trouver
des relais de croissance de ses activités, indispensables pour assurer la soutenabilité de son
modèle économique.
La forte augmentation de la dotation budgétaire de l’Ina prévue en 2024 (+14,3 M€),
dont 4 M€ pour son programme de transformation et 5,4 M€ de compensation
de la suppression
de la redevance audiovisuelle, lui
confère certes une marge de manœuvre importante en gestion,
m
ais ce soutien accru de l’État
, qui devra être très précisément fléché et suivi, ne saurait
dispenser l’Institut de tout effort visant à identifier des leviers d’économies et de gains de
productivité.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
9
RECOMMANDATIONS
Recommandation n° 1.
(Ina) : En lien avec les autres acteurs du secteur, adapter
l’offre de formation tant initiale que continue au nouvel environnement technologique et
numérique.
Recommandation n° 2.
(Ina)
: Contenir l’évolution de la masse salariale
en jouant sur
l’ensemble des leviers
possibles.
Recommandation n° 3.
(Ina, DGMIC et direction du Budget) : Renforcer la
composition du Comité Audit et Stratégie
d’experts indépendants pour qu’il puisse jouer
le rôle
d’un comité d’investissements stratégiques chargé d’expertiser les projets majeurs
et de conseiller l’institut
.
Recommandation n° 4.
(Ina) : Compte tenu de leur poids dans les charges
de l’institut
et de l’évolution de leurs activités
, mettre en place une rationalisation des délégations
régionales.
Recommandation n° 5.
(Ina, DGMIC, direction du Budget) : Entériner l’abandon du
projet Bry 2 et réaliser la cession des actifs existants.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
10
INTRODUCTION
Créé par la loi du 7 août 1974 relative à la radiodiffusion et à la télévision, l’Institut
national de l’audiovisuel (Ina) est un établissement industriel et commercial placé sous la tutelle
du ministre de la culture. Ses missions sont la conservation et la mise en valeur du patrimoine
audiovisuel national, y compris le dépôt légal, la production d’œuvres ou documents
audiovisuels à partir de ces archives, la formation initiale ou continue et les activités de
recherche dans le domaine audiovisuel.
Le précédent contrôle de la Cour, portant sur les exercices 2007 à 2014, avait couvert
une période agitée sous les présidences successives de Mathieu Gallet puis d’Agnès Saal. Il
formulait plusieurs recommandations afin de renforcer le contrôle interne, le rôle du conseil
d’administration en matière budgétaire et d’actualiser le cahier des missions et des charges.
La période couverte par le présent contrôle correspond aux mandats de Laurent Vallet
qui a été nommé président directeur général de l’institut en mai 2015
et renouvelé en 2020 pour
un nouveau mandat de 5 ans. Dès sa prise de fonction, le nouveau président s’est attaché à
mettre en place un cadre de pilotage et de gouvernance solide, tout en déployant une nouvelle
stratégie fondée sur l’éditorialisation des
archives de
l’Ina
.
Le contrôle intervient alors que
l’Ina, comme les autres acteurs de l’audiovisuel public,
est en cours de négociation de son nouveau contrat d’objectifs et de moyens (COM
6).
Le rapport examine en premier lieu les missions de
l’Ina
et leur évolution dans un
secteur bouleversé par les révolutions numériques. Il analyse ensuite sa gouvernance, ses
résultats financiers, puis les différents aspects de sa gestion : ressources humaines, systèmes
d’information, immobilier.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
11
1
DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DANS UN SECTEUR EN
RAPIDE MUTATION
Les missions de
l’Ina
sont définies par l’article 49 de la loi du 30 septembre 1986 relative
à la liberté de communication, qui indique que «
l’Ina
est chargé de conserver et de mettre en
valeur le patrimoine audiovisuel national.
» L’établissement, sur la base de cet article et des
différents textes intervenus depuis, est chargé des missions suivantes. Il :
-
Exploite et valorise les extraits des archives audiovisuelles des sociétés nationales
de programmes ;
-
Peut passer des conventions avec des tiers pour la conservation et l’exploitation de
leurs archives audiovisuelles ;
-
Est seul responsable du dépôt légal pour les documents sonores et audiovisuels radio
ou télédiffusés, ainsi que les services en ligne des services de communication
audiovisuels (télévision et radio)
1
;
-
Contribue à l’innovation et à la recherche dans le domaine de la production et de la
communication audiovisuelle ; procède à des études et expérimentations et à ce titre
produit des
œuv
res et documents audiovisuels ;
-
Contribue à la formation initiale et continue et à toutes formes d’enseignement dans
les métiers de la communication audiovisuelle.
Le cahier des missions et des charges a été fixé par un décret du 21 mars 2007 non
modifié depuis.
L’I
na assume donc trois missions principales :
-
Le dépôt légal de la radio et de la télévision, désormais élargi au web (prérogative
qu’il partage avec la BNF)
; cette mission de service public ne permet aucune
exploitation commerciale.
-
La conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel, métier traditionnel de
ventes d’archives mais qui a connu une dynamique positive depuis 2015
(éditorialisation, visibilité/marque et développement des ressources) ;
-
Les activités de recherche et de formation.
1.1
La conservation et la mise en valeur du patrimoine audiovisuel au
cœur de la stratégie de l’Ina
L’activité de conservation et de valorisation des archives est
centrale pour
l’Ina
. Elle
n’a
cessé d’
évoluer dans le contexte de la transformation du paysage
de l’audiovisuel et de la
révolution numérique. Depuis 2015, une inflexion stratégique forte a été conduite par la
nouvelle présidence pour que
l’Ina
devienne un média patrimonial à part entière.
1
En application des articles L.131-2 et L 132-3 du code du patrimoine.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
12
1.1.1
Le cadre juridique et le périmètre du fonds d’archives
1.1.1.1
Les d
ifférents fonds d’archives
L’Ina
assure la conservation et l’
exploitation des archives des sociétés nationales de
programme
depuis la disparition de l’ORTF en 1974.
Le périmètre de sa mission a cependant
fortement évolué au fur et à mesure de la recomposition du secteur audiovisuel ; il gère
aujourd’hui
plusieurs
fonds d’archives sur lesquels
les droits dont il dispose peuvent être très
différents.
Le « fonds historique » est constitué du :
-
« fonds clos »
: archives de la RTF et l’ORTF, Antenne 2 et France 3 jusqu’à
octobre 1981, TF1 jusqu’à juillet 1982. S’y ajoutent les programmes hors fiction
des TV publiques diffusés entre octobre 1981 et août 1997 ;
-
« fonds ouvert » : les programmes de France 2, France 3, France 5 et France O
depuis le 1
er
août 1997, France 4 depuis le 31 mars 2005 et France Info depuis
le 31 août 2016.
Les « fonds tiers » correspondent aux conventions signées avec des tiers pour
l’exploitation de leurs fonds audiovisuels d’archives
dont
l’Ina
assure la commercialisation
avec partage des recettes. La convention la plus importante est celle avec TF1/LCI. Plusieurs
fédérations sportives ont confié leurs fonds à
l’Ina
: Fédération française de tennis, Automobile
Club de l’Ouest, Amaury Sport Organisation, Fédération française de football et Comité
international olympique.
C’est également le cas de l’Equipe ainsi que de plusieurs
producteurs
audiovisuels (Jacques Martin, Michel Drucker, Thierry Ardisson, Mireille Dumas) ainsi que
l’AFP Vidéo.
Au cours de la période sous revue, le nombre de mandats de commercialisation avec des
tiers s’est peu accru malgré les efforts de l’Ina pour trouver de nouveaux fonds (par exemple
négociation avec LCP non conclusive).
L’activité de valorisation s’appuie sur une architecture complexe de gestion des droits
:
selon la nature des fonds, les droits d’exploitation diffèrent. S’agissant du «
fonds clos »,
l’Ina
a tous les droits qu’il exploite librement. S’agissant du «
fonds ouvert », il bénéficie des droits
d’exploitation à l’expiration d’un délai d’un an à compter de leur première diffusion (FTV
s’interdisant de confier à FTD ou à un tiers les dits droits d’exploitation)
et
FTV dispose d’un
droit de réutilisation de ses programmes.
S’agissant des fonds tiers
,
il s’agit le plus souvent de
mandats de commercialisation avec partage des recettes.
1.1.1.2
Les conventions avec les
sociétés de l’audiovisuel public
Les relations entre
l’Ina
et les sociétés de l’audiovisuel public son
t régies par plusieurs
types de conventions.
L’INSTITUT NATIONAL
DE L
’AUDIOVISUEL
13
-
Des conventions bilatérales avec France Télévisions, Radio France et France
Médias Monde (antennes RFI et France 24). Ces conventions, prévues par les
textes législatifs et les cahiers des charges, précisent les modalités de traitement,
de conservation, de consultation et de réutilisation des archives audiovisuelles
de chacune des sociétés. Compte tenu de la stratification historique des
différents fonds d’archives
(cf. supra), elles détaillent une architecture
complexe de droits pour l’exploitation de ces fonds.
-
Une convention spécifique pour France Info : cette convention signée avec FTV
en juillet 2016 puis en novembre 2022, précise la contribution de
l’Ina
à la
nouvelle chaîne d’information
(fourniture de modules audiovisuels produits à
partir
des
fonds
d’archivages,
pour
des
émissions
quotidiennes
et
hebdomadaires) et la rémunération annuelle attachée.
-
Pour Lumni enseignement
2
, plate-forme regroupant
l’
offre éducative gratuite
numérique développée en commun
par les sociétés de l’audiovisuel public
(FTV, Radio France, FMM, Arte, TV5 Monde) et dont le pilotage a été confié
à FTV et
l’Ina
, des conventions bilatérales avec chacun des partenaires fixent la
liste et les modalités de mise à disposition des contenus éducatifs et les
conditions de leur reprise par
l’Ina
.
-
Un contrat cadre avec Arte permet à
l’Ina
d’exploiter et distribuer en VOD et
SVOD les programmes coproduits avec Arte.
Tableau n° 1 :
Ressources découlant des conventions avec les sociétés de l’audiovisuel
public
Société
Date signature
Montant
annuel (M€)
Prestations
France Télévisions
22/12/17
(5 ans + 1)
8,05
Archivage/conservation 5,8
Consultation/accès 2,105
Provision droits 0,115
Radio France
10/5/21
(5 ans)
3,533
Archivage/conservation 3,483
Provision droits 0,05
France Médias Monde
20/12/17
(5 ans + 1)
0,220
Archivage/conservation
France Info (FTV)
14/11/22
(3 ans)
0,500
Fourniture modules
audiovisuels
Total
12,303
Source : conventions bilatérales (Ina)
Par ailleurs, afin de faire face aux demandes de Radio France (y compris avec des
permanences et un système d’astreinte le week
-end et la nuit) des locaux sont gratuitement mis
à disposition de
l’Ina
dans ses locaux (
l’Ina
prenant en charge les charges locatives). Cette mise
à disposition
est régie par une convention d’occupation régulièrement actualisée. L’Ina
et Radio
2
Lumni a succédé en novembre 2019 à Eduthèque développé par le ministère de l’Education nationale
avec les sociétés de l’audiovisuel public depuis 2013 et dans laquelle l’Ina jouait un
rôle pilote (convention du
5/11/2014 entre l’Ina et les ministères de l’Education nationale et de la Culture).
L’offre Lumni enseignement est
réservée aux enseignants et à leurs élèves après authentification sur un portail dédié.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
14
France collaborent également aux activités du groupe de recherche musicale de
l’Ina
, qui est
basé à la Maison de la Radio. Cette collaboration fait l’objet d’un accord sépa
ré.
1.1.2
Une stratégie affirmée de valorisation des contenus
Les fonds d’archives de l’Ina
sont les plus importants au monde détenus et exploités par
une structure publique. Ainsi BBC Archives, qui constitue en Europe la structure la plus proche
de
l’Ina
, de par la taille et la variété de son fonds,
confie l’exploitation commerciale de ses
archives à une société privée (Getty).
3
L’Ina
bénéficie de l’investissement considérable réalisé entre 1999 et 2015 à travers le
Plan de sauvegarde et de numérisation (PSN) qui a permis la sauvegarde de la quasi-totalité de
la mémoire audiovisuelle de la France, situation sans équivalent dans le monde. Le coût total
de ce plan a été de 193 M€ dont une partie a été financée par des crédits budgétaires dédiés,
l’
État garantissant à
l’Ina
dans le cadre de 3 COM successifs un niveau de ressources permettant
de financer ce plan.
Cette nouvelle stratégie, initiée dès 2016,
a été au cœur du projet d’entreprise déployé
par
l’Ina
en 2019/20
qui s’est traduit par de nouveaux outils
et par une réorganisation des
services.
1.1.2.1
Les succès d’une
offre renouvelée mieux adaptée aux usages
S’agissant de son activité traditionnelle de ventes d’extraits d’archives, outre le service
développé de longue date par
l’Ina
en direction des professionnels, INA Médiapro, la mise en
place en 2020 de la plate-forme MédiaClip, offre de prêt à vendre « clés en mains » (les droits
étant purgés)
a permis d’accélérer et de fluidifier la mise à disposition des extraits d’archives
en sécurisant les droits.
Depuis 2015,
l’Ina
a confirmé et accéléré sa
stratégie d’éditorialisation et de mise en
valeur du fonds d’archives
en s’appuyant sur la multiplication des supports de diffusion dans
l’ère numérique, supports permettant de toucher des
publics plus jeunes et diversifiés. Plutôt
que de vendre des contenus d’archives bruts, l’Ina
a développé la vente de contenus retravaillés
à base d’archives. Sous l’impulsion de son président, l’Ina
se veut un « média patrimonial de
service public » perm
ettant de décrypter et de remettre en perspective l’actualité dans un univers
de plus en plus saturé d’images.
Cette stratégie s’est déclinée sur plusieurs supports : production de modules quotidiens
de décryptage de l’actualité pour France In
f
o, d’une
émission spécifique pour LCP
(Rembob’Ina), participation à Culture Prime depuis 2018, multiplication de chaines dédiées sur
YouTube, Facebook, Tiktok, Instagram et Dailymotion ainsi que sur des réseaux sociaux
spécifiques accroissant significativement la notoriété de la marque Ina. Cette éditorialisation
3
Les extraits audio et vidéo sont vendus par BBC Studios Distribution en partenariat avec Getty Images.
BBC Archives assure tous les autres usages : animation du site dédié, contenus éducatifs, recherche, etc.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
15
est de l’avis général un succès à la fois par le nombre de consultations et en termes de notoriété,
la marque Ina étant désormais identifiée par le public y compris parmi les jeunes. Le nombre
de vidéos vues est ainsi passé de 157 M à 1,3 milliard entre 2015 et 2022.
La refonte complète du site ina.fr a également été conduite en 2021 afin de mieux
l’adapter à la multiplicité des usages et en lien avec la stratégie de valorisation
(notamment
capsules d’archives éclairant l’actualité, et renouvelées très régulièrement).
Le développement d’un service de vidéo à la demande
(VOD) payant, engagé en octobre
2015 avec INA Premium, a été accéléré avec la nouvelle plateforme « Madelen » lancée le
19 mars 2020 et qui a
bénéficié de l’impact favorable du confinement. Facturé 2,99 € par mois,
Madelen avait atteint en 2022 53 500 abonnés actifs, chiffre qui continue à progresser un peu
même s’il s’agit plutôt d’une offre de niche correctement valorisée puisqu’il s’agit d’un
e offre
payante (
ce qui n’existe nulle part ailleurs dans l’audiovisuel public
).
Enfin
l’Ina
a copiloté avec France Télévisions le lancement (en novembre 2019) et la
production de l’offre de Lumni destinée aux enseignants, qui s’est avérée particulièrement
pertinente et a largement dépassé les objectifs fixés.
1.1.2.2
L’évolution de l’organisation interne
Sous l’impulsion de son président et avec le soutien du conseil d’administration
4
, une
importante réorganisation des services a été conduite en 2021. La création
d’une
direction
générale déléguée
à la tête d’un pôle «
contenus
» et d’un pôle «
Exploitation transverse » avait
pour objectif d’adapter l’organisation aux priorités stratégiques de l’Ina
. Le pôle « contenus »
avec la direction du patrimoine et la direction éditoriale, traduit les synergies entre gestion et
enrichissement des fonds d’archives et développement d’offres et de services numériques pour
tous les publics. Cette réorganisation a été conduite en interne sans recours à un cabinet
spécialisé.
La c
réation d’une
véritable rédaction constitue une inflexion importante. Celle-ci est
chargée
de réagir quotidiennement à l’actualité en produisant à partir du fonds d’archives,
des
sujets en formats courts destinés au site Ina.fr ainsi qu
aux clients tels que France Info et Arte
et aux autres supports de distribution des contenus de
l’Ina
.
Ce mouvement s’accompagne d’une
évolution des missions des documentalistes, plus étroitement associés à l’actualité
rédactionnelle et la vie du site ina.fr.
1.1.2.3
Une progression du chiffre d’affaires
confrontée au vieillissement du fonds
d’archives
La capacité de
l’Ina
à fournir désormais des contenus produits plutôt que des archives
brutes a été le principal vecteur de
la progression du chiffre d’affaires
et donc des ressources
4
Point 7 du conseil d’administration du 21 septembre 2021
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
16
propres au cours de la période sous revue. Alors que celles-ci étaient en baisse entre 2010 et
2015
, elles sont passées de 15,8 M€ à 22,1 M€ entre 2015 et 2022.
Cette inflexion stratégique
réussie est à porter à l’actif de l’établissement.
Tableau n° 2 :
Evolution du chiffre d’affaires
« Contenus et Collections » (2015-2022)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
2015/2022
Cessions de contenus
10 978 10 782 11 149 12 109 10 735 10 434 13 465 13 966
27%
Prod° de contenus pour des tiers
2 703
3 208
3 018
3 155
2 921
3 427
3 707
4 579
69%
Diffusion de contenus édités
2 109
1 812
1 563
1 520
1 563
1 870
2 813
3 559
69%
Tableau n° 3 :
Nombre
d’
heures collectées « Archives et Dépôt légal »
(en millions d’heures)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Archives et mandats
commerciaux
2
2
2,07
2,12
2,17
2,23
2,37
2,44
Dépôt légal et mandats
patrimoniaux
12,7
14,2
15,74
17,2
18,7
20,28
21,8
23,39
Source
: Ina, rapports d’activité
et réponse écrite pour 2022
Si l’
augmentation
du chiffre d’affaires généré par ces activités d’éditorialisation et de
valorisation des contenus a été encourageante,
l’on peut néanmoins s’interroger sur la poursuite
d’une trajectoire aussi favorable. Pour les années à venir, l’Ina
se fixe des objectif
s qu’il qualifie
lui-
même « d’ambitieux ».
Or, si la diversification des supports et des formats a certes été une réussite, côté fonds
d’archives valorisables, l’Ina
se heurte aujourd’hui à deux difficultés :
-
l’accès à de nouveaux fonds commercialisabl
es (de facto limité au cours des années
récentes). L’élargissement de l’offre était déjà identifié par le COM 4 comme un enjeu
stratégique mais au cours de la période, le nombre de nouveaux fonds tiers a été limité comme
le montre l’évolution du nombre d’h
eures disponibles dans ce cadre ;
-
la multiplication des images provenant des réseaux sociaux et/ou des particuliers et
qui viennent éroder, dans les utilisations à des fins de production y compris d’information, le
monopole qu’avaient auparavant les dif
fuseurs et en conséquence
l’Ina
. Cette tendance ne peut
que se renforcer dans les années à venir avec le recul de l’audience des télévisions et ses
conséquences sur la valeur des archives commercialisables (provenant des SNP et de TF1).
Face à ces défis, l’établissement a souhaité renforcer sa politique d’acquisition en
l’accompagnant d’offres plus complètes d’éditorialisation adaptées aux nouveaux modes de
diffusion.
Outre l’acquisition déjà à l’œuvre depuis plusieurs années de catalogue
s
indépendants, l’Ina cible les nouveaux producteurs de contenus sur les réseaux sociaux.
L’éditorialisation de catalogues via des chaînes YouTube co
-brandée Ina/détenteurs de
contenus et ses déclinaisons sur les réseaux sociaux devrait apporter plus de revenus et de
visibilité à ces catalogues.
L’Ina attend également beaucoup des solutions d’intelligence
artificielle pour accroître la découvrabilité des collections.
Pour le ministère de la culture,
l’
évolution des usages risque en effet de peser sur la
di
versification et la valorisation du fonds d’archives de l’Ina, appelant impérativement une
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
17
réflexion à mener dans le cadre de la négociation du prochain COM sur les relais de croissance
des activités de l’établissement.
1.2
Le dépôt légal de la télévision et du web, un périmètre en forte
croissance
1.2.1
Le cadre juridique
Le dépôt légal de la radio et de la télévision, instauré par la loi du 20 juin 1992, a été
étendu par la loi du 1
er
août 2006 (dite loi DADVSI
5
) aux signes, écrits, images, sons ou
messages qui
font l’objet d’une communication au public par voie électronique
6
. Le décret du
19 décembre 2011 fixe les conditions de sélection et de consultation des informations
collectées. Sont responsables du dépôt légal qu’ils gèrent pour le compte de l’
État : la BNF, le
CNC et
l’Ina
.
La collecte de ce dépôt légal du web est effectuée par
l’Ina
et la BNF sur la base de la
répartition suivante : la BNF est seule
dépositaire des sites internet d’origine française à
l’exception des sites confiés à l’Ina
c’est
-à-dire les services de communication au public en
ligne et les services de médias à la demande produits ou édités par les services de
communication audiovisuelle (télévisions et radios).
Au cours de la période sous revue, le nombre d’heures collectées au titre du
dépôt légal
a été multiplié par deux, dans le contexte de l’explosion du nombre de chaines de télévision et
de sites web.
L’Ina
collecte 187 chaines de radio et télévision publiques et privées, nationales
et régionales ainsi que les contenus web qui les prolongent (podcast, plateformes-vidéos,
réseaux sociaux…). L’augmentation mécanique annuelle est estimée par l’Ina
à 1,5 million
d’heures.
Le dépôt légal est destiné à la recherche et peut également être utilisé à des fins de
vérification par la justice et les
sociétés de gestion de droits d’auteurs. Aucune utilisation
commerciale n’est possible.
Les fonds patrimoniaux déposés à
l’Ina
par des réalisateurs ou des institutions et
fondations le sont également à des fins de recherche et n’emportent pas d’exploit
ation
commerciale.
1.2.2
Les modalités d’accès
, garantie du dépôt légal
La consultation du dépôt légal est réservée à des chercheurs accrédités par chaque
organisme dépositaire sur des postes individuels de consultation dont l’usage leur est réservé.
5
Loi rel
ative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information
6
Les articles L131-1 à L133-
1 du code du patrimoine précisent les objectifs et le champ d’application
du dépôt légal, ses modalités et organisation.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
18
Aucune exp
loitation commerciale du dépôt légal n’
étant possible, celui-ci doit être protégé de
tout risque de ce type, ce qui impose des modalités de consultation spécifiques
7
.
L’INA
dispose d’un espace dédié à la BNF, l’Ina
Thèque
8
ainsi que de postes de
consultation dans ses 6 délégations régionales (Lille, Strasbourg, Rennes, Lyon, Marseille,
Toulouse). Ce dispositif est complété par des postes de consultation multimédia (PCM) installés
dans des bibliothèques universitaires ou municipales, médiathèques, cinémathèques) fixées par
arrêté ministériel et au nombre de 50 ce qui fournit un bon maillage territorial. Cette croissance
du nombre de lieux de consultation du dépôt légal pour atteindre 50 points était d’ailleurs un
indicateur du COM 4.
Le site dédié au dépôt légal est de grande qualité. Toutefois, le suivi de sa fréquentation
est complexe car les indicateurs de mesures de fréquentation des PCM et de
l’Ina
Thèque ne
sont pas les mêmes.
Pour les postes de consultation InaThèque, sur la période sous revue, 6 282 usagers
uniques se sont rendus en salle.
L’Ina
dispose également d’un indicateur de taux d’occupation
de la salle qui fluctue autour de 40 % avec des pics de rentrée. Pour les PCM les chiffres établis
en nombre de sessions-logs/jour
9
donnent une indication de la fréquentation. Tous PCM
confondus, le nombre de sessions au cours de la période a été de 55 628 (soit une moyenne
annuelle de 6 953 sessions).
L’Ina
indique être
en train d’unifier les dispositifs de fréquentation pour
disposer de
fonctionnalités communes de monitoring.
L
’Ina s’interroge sur une évolution des modalités d’accès (via des emprises virtuelles,
évitant au chercheur de se déplacer pour consulter) qui permettrait à ses yeux un accroissement
de la fréquentation. Ce sujet fait débat, l
’autre acteur
, la BNF, estimant au contraire que compte
tenu des risques cyber, les postes d’accès doivent être contrôlés et sécurisés
,
ce que seuls l’Ina
et la BNF sont en mesure de garantir via leurs postes de consultation (y compris dans les
délégations régionales de l’Ina)
. Cette pratique correspond à celle en vigueur au Royaume-Uni
où le dépôt légal n’est consultable que sur place
et est conforme à la directive européenne.
Par ailleurs,
l’Ina
met l’accent sur les nombreu
x usages du dépôt légal dans le cadre de
ses différentes activités de recherche (cf. infra).
S’agissant des moyens consacrés à cette activité, elle est mutualisée avec les autres
activités de l’entreprise et les moyens ne peuvent donc être isolés.
Malgré la dynamique forte
du dépôt légal découlant de son périmètre,
l’Ina considère que l’augmentation des capacités de
stockage numérique (multiplication par trois de la capacité à l’occasion de la dernière campagne
de migration de supports) permet à
l’établisse
ment
d’absorber l’accroissement des volumes
.
Par ailleurs des travaux ont été engagés par la DGMIC avec les trois dépositaires du
dépôt légal à
l’occasion de l’élaboration du décret d’application de l’article 5 de la loi n°2021
-
1901 du 30 décembre 2021 (
visant à renforcer l’économie du livre et l’équité et la confiance
entre les acteurs). Le ministère de la culture précise que ces travaux portent sur les enjeux
d’adaptation du périmètre des contenus archivés et de sélectivité du dépôt légal
,
7
Le Code du Patrimoine pr
évoit que les archives issues du dépôt légal ne sont consultables qu’au sein
d’emprises des organismes dépositaires.
8
L’InaThèque dispose de 56 places dans son centre de consultation en rez
-de-jardin de la BNF.
9
Le log est la trace de l’ouverture d’une session de travail mais il ne reflète pas le nombre d’usagers
puisque le même usager peut lancer plusieurs sessions.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
19
particulièrement au regard des problématiques de stockage ; ils doivent aboutir en 2024. La
Cour prend acte de ces objectifs.
1.3
Des activités de p
roduction d’œuvres
et documents audiovisuels et de
recherche dynamiques
1.3.1
La production soutenue par la stratégie
d’éditorialisation des contenus
La loi du 30 septembre 1986, consolidée par la loi du 1
er
août 2000, a prévu que l’institut
produit des documentaires ou des films mettant en valeur le patrimoine audiovisuel, c’est
-à-
dire largement basés sur des images d’archives. Il s’agit d’une activité commerciale,
qui
participe de la stratégie de valorisation et de contextualisation des archives de
l’Ina
.
L’établissement peut intervenir selon les modes habituels de production déléguée, co
-déléguée
ou associée.
L’Ina
produit chaque année des documentaires et des podcasts, à partir de son
fonds d’archives.
10
Au cours de la période sous revue, cette activité s’est bien développée dans le contexte
des différents accords passés avec les sociétés de l’audiovisuel public pour la
fourniture
d’émissions à partir d’archives.
Tableau n° 4 :
Chiffre
d’affaire
s
de l’activité de production
de contenus
(en M€)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
CA
2,7
3,2
3
3,2
2,9
3,4
3,7
4,6
Cour des comptes, rapports financiers
1.3.2
Des activités de recherche significatives
La recherche s’appuie sur l’ensemble des contenus archivés par l’Ina
, y compris au titre
du dépôt légal, mais aussi sur les pratiques et technologies des médias. Cette activité s’articule
autour des thématiques suivantes : restauration et numérisation, reconnaissance des formes,
constitution de dictionnaires d’objets sonores et visuels, fouille de données, traitement
sémantique des contenus et analyse des médias.
Les activités de recherche figuraient dans les indicateurs du COM 4
11
ainsi que dans
ceux du COM 5 cette fois sous l’angle du nombre de chercheurs dont les travaux ont été
soutenus par
l’Ina
et dont le corpus des sources est en tout ou partie issu de ses collections.
Les projets de recherche sont généralement effectués par des doctorants et menés dans
le cadre de conventions en partenariat avec des universités et pouvant bénéficier également de
10
À titre d’exemples :
« the state against Mandela » (2018), « Haut les filles » (2019), « Pierrefonds, la
résurrection d’un château
» (2020), «
Toute l’Algérie du monde
» (2021), «
En guerre(s) pour l’Algérie
» (2022)
11
Indicateur n°11A « nombre de publications scientifiques de la recherche. »
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUD
IOVISUEL
20
financements de l’ANR.
Les doctorants sont salariés de
l’Ina
en CDD. Parmi les très nombreux
projets conduits au cours de la période, on peut citer OTMédia (fouille et analyse de données),
INA Speech Segmented (reconnaissance vocale), Signature (logiciel antipiratage de protection
des contenus sous droits), le
Lab
(analyse et traitement de la donnée à partir des corpus issus
du dépôt légal).
En parallèle à ces projets de
recherche
stricto sensu, l’institut participe à de nombreuses
actions de valorisation scientifique : colloques, séminaires de recherche, publications, remise
du Prix de
l’Ina
Thèque. En 2017 deux nouveaux dispositifs de soutien ont été créés : un statut
de chercheur associé et
l’attribution de bourses de recherche dont les lauréats s’engagent à
partager leurs résultats. En 2020
l’Ina
a lancé le projet GEM
12
pour décrire automatiquement
les différences de représentations sur la base de très gros volumes de données.
On peut enfin mentionner INA GRM (groupe de recherches musicales), spécialement
dédié au développement d’activités de création et de recherche en matière de son et de musiques
électroacoustiques. INA GRM bénéficie not
amment de fonds de l’Union européenne
(programme Creative Europe).
L’Ina
a par ailleurs lancé en 2021/22 un projet ambitieux de data-visualisation à partir
des métadonnées de
l’Ina
(collecte liée au dépôt légal, soit environ 24 millions d’heures en
2022).
L’Ina
a répondu à un appel d’offres des services du Premier ministre
en proposant un
nouvel outil d’analyse des médias audiovisuels au service de l’action publique, avec le
développement d’un site dédié data.ina.fr. L’intérêt de ce projet sera d’apporter
, notamment
aux sociétés de l’audiovisuel public mais aussi au grand public,
de nombreuses données
d’analyse sur l’audiovisuel et les médias (par exemple détection de voix hommes/femmes,
reconnaissance de visages) pour objectiver le discours médiatique en temps réel : sujets
prédominants, lieux évoqués, personnalités et experts les plus invités.
Le budget déployé pour ce nouveau site, adossé sur un financement France Relance à
hauteur de 500 K€,
a atteint
930 K€ à ce stade (août 2023). Le projet mobilise 7 E
TP ainsi que
9 ETP prestataires.
L’Ina indique que les coûts (au
-delà de la maintenance et des évolutions du site internet)
resteront limités, la production des données s’appuyant sur l’infrastructure mutualisée de
stockage de l’établissement.
1.4
La formation confrontée à des évolutions des usages et des besoins
1.4.1
Une offre de formation initiale et continue
La mission de formation de
l’Ina
est fixée par le cahier des missions et des charges et
par un arrêté du ministre de la culture définissant le régime des études et fixant les conditions
d’admission et de délivrance des diplômes délivrés par l’Ina
.
13
L’Ina
dispense à la fois des
12
Gender equality monitor
13
L’arrêté du 17 août 2018 remplaçant l’arrêté du 25 novembre 2010 a été modifié par l’arrêté du 29 juin
2021 qui élargit le nombre des formations et intègre le diplôme Classe Alpha.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
21
formations initiales et des formations continues couvrant l’ensemble des domaines de
l’audiovisuel et du son
, tous les cursus d
’I
na
Sup s’inscrivant dans une dynamique d’insertion
professionnelle.
Il faut souligner à cet égard le très bon taux d’insertion professionnelle des
jeunes diplômés de
l’Ina
, en moyenne supérieur à 80 %.
L’offre de Lumni Enseignement participe de l’offre de
formation générale mais ne
relève pas des mêmes moyens que l’offre de formation stricto sensu de l’Ina
.
S’agissant de la formation initiale
, InaSup propose 14 formations diplômantes allant du
Bac +2 au master.
14
S’y ajoute la classe Alpha qui accueille de
puis septembre 2020 des jeunes
de 17 à 25 ans pendant un an, sans condition de diplôme et gratuitement, pour leur permettre
soit de préparer un certificat Ina de compétence métier en vue d’une insertion professionnelle
rapide, soit de poursuivre des études
dans l’audiovisuel en vue d’un BTS. Ce projet pilote
est
soutenu par la Région Île-de-France et plusieurs partenaires
15
qui ont apporté les financements
nécessaires, soit depuis 2020 : 2,181
M€
de la Région
, 330 K€
de Paris Est Marne et Bois,
150
K€ du
CNC.
Par ailleurs, l’Ina a signé fin 2022 une convention avec l’EPEX Paris
-Panthéon-Assas
en vue du développement de cursus communs et d’un accès aux services ouverts par l’université
aux étudiants.
Au cours de la période sous revue, les activités de formation sont restées relativement
stables voire même en baisse, notamment entre 2018 et 2020 dans le contexte de la réforme de
la formation professionnelle qui a complètement bouleversé le marché de la formation. En
particulier, les formations sur catalogue s
emblent moins bien adaptées qu’auparavant à la
demande comme en témoigne la baisse du chiffre d’affaire
s depuis 2015 et en particulier entre
2018 et 2020. La tendance est mieux orientée depuis deux ans, sans retrouver toutefois les
niveaux antérieurs.
Tableau n° 5 :
Evolution des recettes de la formation professionnelle (2015-2022)
CA réalisé
(K€)
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Catalogue
3951
3275
3712
3693
3837
2664
1867
2429
2805
Spécifique
1205
1400
1657
1514
1571
1140
934
1269
1774
TOTAL
5156
4675
5369
5207
5408
3804
2801
3698
4579
Source : Cour, à partir des comptes financiers
Ces difficultés ont alimenté des discussions récurrentes au sein du conseil
d’administration
depuis de nombreuses années (
le chiffre d’affaires de la formation continue
avait déjà baissé de 30 % entre 2006 et 2015). Les organisations syndicales notamment estiment
que les sociétés nationales de programme se sont progressivement détournées de
l’Ina
au profit
d’offres internes ou de prestataires privés. Cependant, l’étude con
duite par la DGMIC en 2015
14
Six diplômes sont attribués de façon autonome par l’Ina, huit autres le sont en partenariat avec d’autres
établissements d’enseignement supérieur
.
15
Etablissement public territorial Paris Est Marne et Bois, mission locale des Bords de Marne, AFDAS,
CNC.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
22
pour examiner si les autres organismes de l’audiovisuel public (notamment France Télévisions
et Radio France) auraient développé une concurrence déloyale avec
l’Ina
en ouvrant leurs
propres dispositifs de formation, a conclu par la négative.
Par ailleurs, une étude de notoriété conduite en 2020 à la demande de
l’Ina
16
a confirmé
que l’institut disposait d’une bonne notoriété (76 % de l’échantillon), notamment en
Île-de-
France, et que son activité de formation est la mieux identifiée après celle de « mémoire de
l’audiovisuel
. » Dans son champ concurrentiel,
l’Ina
est en 2
ème
position des écoles les plus
connues après celle des Gobelins.
L’Ina
reste un partenaire de référence pour France Télévisions et Radio France. En 2022,
la part de
l’Ina
dans les dépenses totales de formation de FTV était de 9,3 % (ciblée notamment
sur les montées en compétences et les parcours de reconversion), en progression sensible par
rapport aux années précédentes. Il faut souligner à cet égard que le contrat
d’objectifs et de
moyens 2020-2022 consacrait son chapitre 1 à des objectifs communs aux entreprises de
l’audiovisuel public, dont le développement de synergies entre les entreprises. La part des
heures de formation réalisées dans un cadre mutualisé figure parmi les indicateurs de suivi
(même si aucune cible n’avait été fixée). Cet objectif est repris par le COM en négociation.
Depuis le changement à la direction de la DG Campus en janvier 2021
, l’Ina
met l’accent
sur l’adaptation de l’offre au nouveau pay
sage de la formation professionnelle et une meilleure
synergie entre les équipes en charge des formation initiale et professionnelle.
Si cette inflexion est bienvenue, les efforts d’adaptation de l’offre de l’Ina devr
aient être
renforcés. Or
l’I
nstitut apparaît peu actif
dans la réflexion d’ensemble
qui a été menée, dans la
perspective de France 2030, sur les besoins du secteur
et l’adaptation des formations
.
S’agissant
ainsi de l
« Etude de besoins formations et métiers » réalisée en 2022
17
qui analyse
l’explosion
des besoins de formation dans
les différentes filières de l’audiovisuel et du cinéma, l’Ina a
indiqué en septembre 2023,
suite à l’interrogation de la Cour
, qu
e ce diagnostic l’avait aidé à
se projeter et qu’il allait «
maintenant affiner cette étude en allant à la rencontre de
l’ensemble
des syndicats professionnels ». Cette démarche paraît en effet essentielle dans un contexte de
transformation rapide de ces métiers avec les nouveaux outils (studios numériques, IA).
1.4.2
Un projet de filialisation
qui n’a pas prospéré
L
e projet de loi pour l’audiovisuel public présenté
en 2018 par le gouvernement
prévoyait la création d’une société
holding « France Médias » réunissant toutes les entreprises
de l’audiovisuel public. S’agissant de l’Ina
, ce projet de loi prévoyait sa transformation en
société anonyme et comportait également un volet formation : en juin 2018, le gouvernement
évoquait ainsi explicitement
la création d’un « campus formation »
. Cet objectif a
immédiatement mobilisé
l’Ina
très favorable à une telle mutualisation, y voyant le moyen de
retrouver une place dominante dans l
’offre de
formation pour les
sociétés de l’audiovisuel
public.
L’Ina
a donc travaillé activement
sur plusieurs schémas dont celui d’une université
d’entreprise du service public avec la création d’une filiale dédiée
.
16
Etude de CDG Conseil : « Ina
formation professionnelle, notoriété et attentes » décembre 2020
17
Etude réalisée par un cabinet extérieur à la demande du CNC et partagée avec les acteurs publics de
l’audiovisuel
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
23
Malgré l’abandon du projet de loi
,
l’Ina
a continué à plaider activement pour la création
d’un centre de formation commun pour l’ensemble de l’audiovisuel public
dont il assurerait le
pilotage.
Toutefois, du côté des entreprises de l’audiovisuel public, l’Ina
est perçu comme ayant
une offre de qualité bien positionnée sur certains créneaux et l
’organisation
actuelle est
considérée comme satisfaisante. L
a création d’une filiale commune n’était
donc pas un objectif
pertinent et a été abandonnée.
À partir de 2022,
l’Ina
a donc cessé de travailler sur un projet de filiale mais a continué
d’
analyser les options juridiques qui lui permettraient de lever les contraintes de la commande
publique, en produisant plusieurs études notamment sur le concept de quasi régie.
18
Il est permis de s’interroger sur l’opportunité qu’il y aurait à poursuivre dans cette voie
(avec les difficultés juridiques qu’elle présente, en cours d’examen par les tutelles), alors
qu
’il
semble que
rien n’empêche aujourd’hui l’Ina
d’améliorer son offre en direction des sociétés
nationales de programmes quand celles-ci mettent en avant, dans leurs critères de choix des
partenaires,
l’adaptation de l’offre à leurs besoins. L’instruction n’a pas permis de déterminer
que l’augmentation des ventes de formation
avec FTV et Radio France bute principalement sur
une contrainte juridique.
Le ministère de la culture partage cette analyse ; il souhaite que le prochain COM
comporte un objectif por
tant sur l’adaptation de l’offre de formation au nouvel environnement
numérique.
1.4.3
Un projet INA-Studios-Campus en gestation
L’I
na
s’est aussi inscrit dans le plan France 2030 dont l’
un des objectifs affichés est de
« préparer la société tout entière à
s’
engager dans les métiers de demain en faisant le pari de
la formation. »
Fin octobre 2022,
l’Ina
a saisi cette opportunité en déposant deux projets visant à
augmenter la capacité d’accueil de studios de tournage et de développer à proximité les
compétences nécessaires.
Le premier projet visait au renforcement des capacités de formation
de son Campus
, s’articulant, à travers une lettre d’intention commune, avec un projet de reprise
et de développement des studios de Bry par un opérateur du secteur. Le second projet
ambitionnait
de déployer, dans un format adapté, la classe Alpha d’I
naSup à Marseille, au sein
de « La Friche de la Belle de Mai ».
Ce second projet a été rejeté (le tissu local disposait déjà de structures poursuivant les
mêmes objectifs qu’
Alpha, elles-mêmes s
outenues dans le cadre de l’AAP
, mais le premier a
été retenu
et est évoqué dans la partie du rapport consacrée à l’immobilier, au point
5.2.3.
18
Etude juridique produite par le cabinet BF2A le 15 juin 2022
; note préparée par l’Ina pour le compte
des entreprises de l’audiovisuel public en avril 2023 sur l’existence d’une situation
de « quasi régie » au sens de
la commande publique. Un lien de quasi régie dispense de toute obligation de publicité et de mise en concurrence
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
24
______________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE _______________________
En charge de trois missions principales que sont le dépôt légal de la radio et de la
télévision, la conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel et la formation, l’Ina a
réussi depuis 2015 à s’adapter
à
l’évolution des usages liée aux nouveaux supports grâce à une
stratégie pertinente d’édi
torialisation des archives. Cette stratégie a permis la progression de
ses ressources commerciales et de la notoriété de la marque Ina.
Toutefois, alors que se multiplient les supports
de production et de diffusion d’images
et que le fonds commercialisable vieillit, le potentiel de progression supplémentaire est
incertain. Par ailleurs, les activités de formation notamment professionnelle, continuent
d’enregistrer des résultats décevants. Les réformes engagées depuis 2021 doivent être
poursuivies et accentuées.
Recommandation n° 1.
(Ina) : En lien avec les autres acteurs du secteur, adapter l’offre
de formation tant initiale que continue au nouvel environnement technologique et
numérique.
2
UNE STRATEGIE AFFIRMEE REPOSANT SUR UNE
GOUVERNANCE SOLIDE
2.1
Du COM 4 au COM 6, un cadre pluriannuel de pilotage intégrant les
enjeux de l’audiovisuel public.
Au cours de la période sous revue, deux COM ont défini les objectifs et les moyens de
l’Ina
. Le COM actuel qui couvrira la période 2024-
2028 est en cours d’adoption
. Depuis le
COM 5, les COM sont alignés
entre les différentes entités de l’audiovisuel public
; le COM 5
s’articule
donc en 2 parties, la première consacrée aux objectifs communs, la seconde aux
objectifs propres de
l’Ina
.
Le COM 4 couvre la période 2015-2019. Négocié avec les tutelles sous la présidence
d’A
gnès Saal, il a été infléchi par Laurent Vallet pour aboutir au document de 78 pages adopté
le 21 décembre 2015.
Aux quatre grands objectifs (renfoncer
l’Ina
comme première ressource patrimoniale de
contenus, proposer une offre diversifiée pour tous les publics, être un laboratoire des médias,
contenus, usages et métiers de l’audiovisuel à l’ère du numérique, transformer l’entreprise en
faisant des directions fonctionnelles un levier stratégique) sont associés 17 indicateurs.
L’exécution du COM a été suivie chaque année, dans l’ensemble les objectifs fixés ont été
atteints à l’exception des niveaux de chiffre d’affaires de la formation (initiale et continue) et
des activités internationales.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
25
Le COM 5 couvrait la période 2020-2022 comme les COM des autres sociétés de
l’audiovisuel public
. Document un peu plus synthétique que le précédent COM, il a été prorogé
par avenant pour couvrir l’exercice 2023. L’avenant reconduit les axes et actualise les cibles
attac
hées. Il s’adosse à une trajectoire financière intégrant une contribution aux surcoûts liés à
l’inflation.
Le document est plus ramassé que le COM 4 mais le nombre d’indicateurs a
augmenté.
Les axes communs à l’audiovisuel public sont au nombre de cinq
: conforter le statut
d’offre de référence pour l’information, renforcer l’offre de proximité, sanctuariser le rôle de
l’audiovisuel public dans la culture et la création, développer l’offre éd
ucative et les contenus
pour la jeunesse, renforcer les actions extérieures et enjeux européens. 11 indicateurs déclinent
les objectifs assignés à l’audiovisuel public dont celui de développer
les synergies entre
entreprises de l’audiovisuel public.
L’Ina
se voit fixer 5 objectifs déclinés en 13 indicateurs.
Le denier bilan du COM 5 produit en 2022 présente un tableau synthétique de suivi des
indicateurs qui sont à nouveau presque tous atteints, à l’exception de ceux concernant Media
Clip (le nombre de cont
rats est le tiers de l’objectif et la marge brute est très déficitaire) et
Culture Prime (le nombre de vidéos vues reste sur toute la période, nettement inférieur à
l’objectif).
À noter que le bilan présente une annexe consacrée aux chantiers de coopération
avec les entreprises de l’audiovisuel public portant à la fois sur les offres communes, mais aussi
sur les moyens (marchés d’achats groupés en progression, coopération informatique,
rapprochements immobiliers notamment entre FTV et
l’Ina
Rennes et Lyon, formation).
2.2
La
mise en place depuis 2015 d’une gouvernance solide
2.2.1
Le conseil d’administration et le comité audit et stratégie
L’Ina
est piloté par un conseil d’administration de 12 membres désignés pour 5 ans
19
.
Le conseil d’administration est assisté
par un Comité Audit et Stratégie (CAS), prévu par le
règlement intérieur du conseil dans son article 6. Ce comité est composé de 2 représentants de
l’
État, 2 personnalités qualifiées et un représentant du personnel élu, nommés pour 2 ans. Le
contrôleur économique est invité aux réunions du comité. Celui-ci se réunit au moins deux fois
par an. L’article 7 du règlement intérieur énumère les différentes missions du Comité et son
rôle auprès du conseil d’administration sur l’ensemble des questions budgétaires,
financières et
stratégiques.
L’examen des PV du conseil d’administration montre une bonne participation des
administrateurs avec des discussions actives sur la base de dossiers bien documentés.
Le dialogue avec les tutelles, et notamment la DGMIC, bénéficie incontestablement de
la continuité dans son
poste d’administrateur depuis avril 2016 du représentant de la DGMIC.
19
4 représentants de l’État, 2 parlementaires désignés par l’AN et le Sénat, 4 personnalités qualifiées
nommées
par l’ARCOM et 2 représentants du personnel élus.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
26
Compte tenu des défaillances du contrôle des gestion et des procédures ayant entrainé
le départ d’A
gnès Saal en avril 2015, la nouvelle présidence a renforcé les outils de contrôle
interne. Plusieurs chantiers ont été présentés aux CAS de juillet, septembre et décembre 2015 :
-
établissement à mi-
année d’un budget rectificatif ainsi que d’un budget
rectificatif en fin d’année en cas de nécessit
é ;
-
renforcement du contrôle comptable et de gestion des dépenses (frais de
mission, de déplacement et de réception) et mise en place d’un contrôle interne
comptable et financier afin de disposer de procédures adaptées de contrôle
interne et de certification du service fait ;
-
a
doption d’un nouveau Règlement intérieur des achats.
Par ailleurs, en application de la circulaire ministérielle sur les dépenses des dirigeants
des établissements publics, une synthèse annuelle de ces dépenses est présentée chaque année
au CAS et au conseil d’administration.
L
a direction de l’Ina est animée par le
Comité exécutif (Comex) composé du PDG, de
l’ensemble des directeurs et du secrétaire général (11 membres), qui se réunit chaque semaine.
Ses réunions ne donnent pas lieu à compte rendu.
L’analyse des PV des réunions du Comité Audit et Stratégie confirme que celui
-ci joue
un rôle actif sur les questions budgétaires, financières et d’audit en soutien au conseil
d’administration. La mise en place des différents outils de pilot
age (y compris cartographie des
provisions, des risques, charte d’audit interne etc…) a permis de sécuriser la gouvernance de
l’établissement et d’enrichir les échanges avec les tutelles et le conseil d’administration
.
Toutefois, sur certains sujets (notamment les investissements informatiques et le
lancement de nouveaux projets comme Ina-Studios Campus), le CAS est très peu intervenu ce
qui pose question compte tenu des enjeux financiers de ces dossiers pour l’établissement.
Ceci vaut également pour le co
nseil d’administration
: la question des systèmes
d’information, pourtant stratégique pour l’Ina, n’est quasiment jamais abordée. De même, si
l’information sur le chantier immobilier est importante, les appels à projets auxquels l’Ina
a
participé dans la période récente sont simplement évoqués pour information mais ne font pas
l’objet d’une discussion. En revanche, les dossiers relatifs à l’organisation de l’entreprise, à son
plan stratégique, à ses ressources et son budget, et à la formation sont largement discutés.
Compte tenu de ce qui précède, et que partagent les tutelles
et l’Ina
, un renforcement du
rôle du CAS sur les projets d’investissements informatiques comme immobiliers est
indispensable
. La composition du CAS, lorsque ces sujets seraient à l’ordre du jour, serait
élargie à des experts indépendants de manière à ce que le comité joue pleinement le rôle
d
’expertise stratégique auprès du conseil d’administration.
2.2.2
Une organisation récemment revue
Une nouvelle organisation de l’Ina présentée au conseil d’administration en septembre
2021 a été mise en place. L’objectif est d’adapter l’organisation de l’entreprise à l’évolution
des missions du média patrimonial Ina, à travers la création d’une di
rection générale déléguée
(DGD) regroupant les pôles contenus (direction des patrimoine et direction éditoriale) et
exploitation (direction data et technologies et direction marketing et communication). La DGD
ainsi que le secrétariat général et la direction générale Campus rapportent directement au PDG.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVI
SUEL
27
Cette nouvelle organisation paraît avoir été bien acceptée,
d’autant qu’elle n’a pour
l’essentiel pas eu d’impact sur les missions des salariés (91 % des postes inchangés). Par
ailleurs, elle a été accompag
née d’actions d’accompagnement et de formation.
2.3
D
’indéniabl
es progrès dans la gestion
À
l’arrivée du nouveau président en 2015, l’Ina
souffrait de plusieurs lacunes en matière
d’achats et de marchés
: la gestion était éclatée entre plusieurs unités de gestion, les seuils
n’étaient pas appréhendés au niveau de l’Institut mais à celui de chaque direction, et les filières
de validation des dépenses ne respectaient pas le processus traditionnel. Le précédent rapport
de la Cour avait mis en évidence ces problème
s et appelé l’organisme à actualiser et renforcer
ses procédures internes issus d’un règlement de 2011 daté et in
adapté.
À
la suite des événements ayant affecté la vie de l’entreprise et en cohérence avec les
objectifs de son COM 4, l’Ina a renforcé et accéléré, conformément à l’instruction ministérielle
du 24 juin 2015, la mise en œuvre de son dispositif de contrôle interne des dépenses de
l’établissement.
2.3.1
Des procédures d’achats et de marchés strictement encadrées
L’encadrement des achats et des marchés constitue un enjeu important de gestion de
l’Ina. En 2016, le montant total des achats atteignait 42,6 M€, soit 75 % des dépenses totales,
et les achats couverts par un marché public représentaient 29,6 M€, soit un t
aux de couverture
global de 69 %.
En 2022, ce taux est monté à 82,5 %, correspondant à 47,1 M€ d’achats.
2.3.1.1
Une professionnalisation indiscutable du processus achats
Un nouveau règlement intérieur des achats a été adopté par
l’Ina
dès le 1
er
octobre 2015,
pu
is une première stratégie d’achats a été mise en place sur la période 2017
-2019.
Un contrôle interne comptable et financier est venu par la suite chapeauter les dispositifs
en place, mais la restructuration des filières de dépenses s’est faite sans attend
re son lancement.
Dès 2016,
l’Ina
a recruté 5 acheteurs experts au département des achats
, ainsi qu’une
cheffe de projet en charge de la mise en œuvre d’une démarche de stratégie achats. Cette
stratégie a commencé à prendre forme fin 2016
début 2017.
De premiers bilans (N-
1) de ces stratégies ont été faits à partir d’avril 2017 tous les ans,
à l’occasion du premier CA de l’année. Ces bilans sont complets et très détaillés, tant en ce qui
concerne la cartographie des achats de l’établissement, que les r
ésultats de sa politique et
l’adaptation de sa stratégie en N+1.
L’I
na
s’est par ailleurs doté de nomenclatures bien tenues à jour, et de process (général
des achats, groupements d’achats, suivi de l’augmentation des prix, etc.)
dont l’évolution est
prése
ntée dans des feuilles de route synthétiques qui témoignent de l’extrême sérieux avec
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
28
lequel la fonction achats est désormais intégrée dans l’établissement et surtout actualisée et
améliorée d’année en année.
En 2019,
l’Ina
a pris l’initiative d’un plan d’achats regroupant les responsables de
l’achat public des six entreprises de l’audiovisuel public, en lien avec leurs contrôleurs
financiers respectifs
, au sein d’un « Club achats
». Le COM 5 de
l’Ina
prévoit ainsi un objectif
de mutualisation des achats e
ntre entreprises de l’audiovisuel public chaque fois que cela est
pertinent. Le bilan 2022 du COM 5 fait état de 43 marchés groupés entre entreprises de
l’audiovisuel public contre 26 en 2020, dont 14 associant l’Ina
.
En quelques années, et alors que la s
ituation précédant l’arrivée de Laurent Vallet n’était
pas satisfaisante,
l’Ina
a donc su mettre en place une organisation bien structurée et
professionnelle, visant notamment à diminuer fortement le
risque d’exécution de
ses marchés.
2.3.1.2
Des règles de la commande publique maîtrisées
À la suite de
la publication de l’ordonnance du 23 juillet 2015 relative aux marchés
publics et son décret d’application du 25 mars 2016, l’Ina
a modifié son règlement intérieur des
achats (RIA)
d’octobre 2015 devenu caduc et a ren
forcé son département des achats par le
recrutement d’une personne chargée de réaliser une cartographie des achats, avec pour objectif
une meilleure identification des dépenses homogènes déclenchant les seuils au sein des
différentes familles de la nomenclature. Le RIA est régulièrement actualisé et ses révisions sont
validées par le conseil d’administration.
Le portefeuille achats de
l’Ina
se répartit de la façon suivante :
Tableau n° 6 :
Marchés de
l’Ina
par nature entre 2018 et 2022
2018
2019
2020
2021
2022
Services
37 876
37 387
32 677
32 243
36 985
Fournitures
8 550
7 499
5 285
5 063
3 808
Travaux
940
2 401
2 689
2 668
11 857
Hors champ
1 428
3 628
4 680
4 303
4 477
TOTAL
48 794
50 915
45 331
44 277
57 127
Source : bilan INA des achats annuels
S’agissant des travaux, le plan France Relance explique le montant de 2022 largement
supérieur aux exercices précédents.
Il a été procédé à un contrôle de ces travaux
effectués dans le cadre d’un marché de
conception-réalisation, en raison des délais étroits dans lesquels était contraint
l’Ina
, pour
vérifier notamment qu’en dépit de cela, les règles de la commande publique avaient bien été
respectées. Il s’avère que si trois candidatures avaient été retenues, une seule entreprise a
présenté une offre, que
l’Ina
a acceptée. Le fait que le marché n’ait pas été déclaré infruct
ueux
s’expliqu
e moins par le fait que
l’Ina
n’avait pas d’autre choix, que par l’acceptabilité technique
et financière de
l’offre au regard de ce qui avait été projeté et des moyens dispo
nibles. Du point
de vue du choix de la procédure et des règles de passation,
l’Ina
a respecté le droit applicable.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
29
Du point de vue de l’exécution du marché, la Cour s’est intéressée
au respect de
l’enveloppe financière, initialement fixé
à
17,62 M€ HT mai
s qui a
atteint 21,6 M€ par l’effet
de travaux modificatifs ou supplémentaires formalisés par voie d’avenants, soit une
augmentation de + 22,58 %.
Tableau n° 7 :
Montant des avenants au marché de conception-réalisation
Objet
Date
Montant
HT
Montant
TTC
Nouveau
montant
HT
Augmentation
%
n°1
Travaux supplémentaires Aile Sud
27/06/2022
2 335 702
2 802 842
19 954 882
13,26%
n°2
Travaux de désamiantage
11/10/2022
189 990
227 988
20 144 872
14,33%
n°3
Travaux désamiantage et autres
22/12/2022
674 845
809 814
20 819 717
18,17%
n°4
Ajout de fourniture, de prestations
dépose et travaux supp.
20/07/2023
778 722
934 466
21 598 439
22,58%
3 979 259
4 775 110
Source : Cour des comptes, à partir des avenants signés
Ce
s montants incluent les honoraires supplémentaires de maîtrise d’œuvre qui
correspondent traditionnellement à une fourchette comprise entre 10 % et 15 % du montant des
travaux.
L’analyse des avenants a montré que la plupart des prestations supplémentaires
avaient
été proposées ou prescrites par le maître d’ouvrage ou le maître d’œuvre et non par le titulaire
du marché. Lorsque les propositions émanaient de ce dernier, il était recouru à l’assistant à
maîtrise d’ouvrage pour juger de leur opportunité et de
leur pertinence technique, financière et
environnementale.
P
lus d’1 M€ des travaux supplémentaires est dû à la détection d’amiante dans les
bâtiments.
La Cour s’est toutefois attachée à vérifier que les dépassements opérés n’étaient pas d
us
à une mauvaise
définition à l’origine du projet, mais
rien parmi les pièces du dossier ne permet
de démontrer que tel soit le cas, du moins pas dans des proportions irraisonnables.
Même si l’opération se poursuit actuellement, l’Ina
considère que l’enveloppe financière
telle qu’arrêtée par le 4
ème
avenant devrait être tenue jusqu’à son achèvement sauf sujétions
imprévues pour
25,9 M€ TTC, soit 3 millions de plus que les crédits alloués par France Relance
(aléas et honoraires de maîtrise d’œuvre inclus), ce surplus étant financé par l’Ina
.
La Cour a contrôlé des marchés de travaux, de fournitures et de prestations
intellectuelles (notamment les marchés de conseils). Les vérifications ont plus particulièrement
porté sur le respect des procédures de passation, le respect des seuils et celui des règles de
consultation, notamment la qualité des rapports d’analyse des offres, ainsi que sur les
procédures de notification des marchés. Quelques avenants ont été ciblés en raison
principalement de leur montant et étudiés sous l’angle de leur formalisme
et sous celui de leur
incidence financière sur le montant du marché pour
vérifier s’ils n’en bouleversent pas
l’économie.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
30
Quant aux achats hors marché, le contrôle des mandats de paiement s’est fait à partir
d’une sélection opérée soit par prestation soi
t par fournisseur, issue des grands livres de
comptes.
Aux termes de ses investigations, la Cour n’a pas d’observation à faire sur les dossiers
contrôlés, et conclut à la bonne tenue et à la bonne gestion des marchés ainsi que des prestations
hors marché
, à l’instar d’ailleurs des avis exprimés par le
Comité
d’a
udit stratégique ou par le
contrôleu
r financier de l’organisme lors des conseils d’administrations
consacrés au sujet.
Enfin, la Cour s’est intéressée aux marchés de conseils, auxquels l’Ina a reco
uru assez
rarement sur la période de contrôle (14). Les six marchés contrôlés ont été ciblés en fonction
de leur montant, trois d’entre eux se situant aux alentours de 100
000 €, donc deux marchés dits
d’accompagnement (de 2020 et 2021), trois de prestatio
ns de communication et le dernier
concernant la recherche. Le contrôle des pièces (dématérialisées) de ces marchés n’appelle pas
d’observations de la part de la Cour.
2.3.2
Le renforcement des règles relatives aux frais de mission, de déplacement et
de réception
Par le passé,
l’Ina
n’a
vait pas été exemplaire dans le pilotage et la gestion des frais de
ses dirigeants : les précédents contrôles de la Cour avaien
t relevé d’importants frais de
consultants et des dépenses considérables pour la rénovation de bureaux ou des insuffisances et
des dysfonctionnements dans la gestion et le suivi des frais de représentation des dirigeants.
2.3.2.1
Un dispositif d’encadrement des dépenses renforcé
Sous l’égide de son conseil d’administration, l’I
na
s’est doté d’outils encadrant les fr
ais
de mission, déplacement et de réception.
Sous la présidence
des précédents présidents de l’Ina
, les frais
des dirigeants de l’Ina
étaient éclatés entre les directions et enregistrées par des assistantes de direction dans les outils
informatiques, sans aucun contrôle préalable.
L
’instruction du ministère de la culture et de la communication en date du 24 juin 2015
a prescrit des règles spécifiques aux dépenses des dirigeants des établissements publics du
secteur culturel
, dont la réalisation d’un
document unique de cadrage (DUC). Celui-ci doit
préciser les règles concernant les moyens mis à disposition des principaux dirigeants, et des
outils de suivi et de contrôle budgétaire, sous forme de tableaux de bord périodiques.
Avant même la parution de la circulaire, et aussitôt après la démission de sa présidente
et la nomination de son successeur, l’Ina a sous l’impulsion de son nouveau président
lancé
sous forme d’appel d’offres formalisé un marché public de prestations de taxis, en vue de
supprimer l
’abonnement sans mise en concurrence initiale qui existait avec
la société Alpha
Taxis depuis 1992 et après
avoir annulé l’abonnement qui le liait à la compagnie G7
(titulaire
du marché actuel).
Immédiatement après la circulaire, le contrôleur de gestion rattaché au secrétariat
général a été missionné pour retracer la totalité des dépenses de représentation et de voyages,
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
31
en lien direct avec le contrôleur économique et financier et s’est attaché à mettre en place un
meilleur contrôle des frais de représentation de la Présidence et des membres du Comex afin de
mieux suivre et de rationaliser cette dépense dans l’entreprise.
Sans attendre le DUC en cours de préparation, l’Ina a mis en place dès juillet 2015 un
reporting mensuel des dépenses de voyages, de déplacements et de restauration de chaque
membre du Comex, dont certains disposent d
’un véhicule de fonction.
Le document unique de cadrage de l’Ina a été soumis au conseil d’administration de
l’établissement et approuvé lors de sa séance du 10 décembre 2015
. Il est à noter que ce
document ne s’applique pas seulement au
x
2 ou 3 principaux dirigeants comme c’est le cas dans
la plupart des établissements publics, mais à l’ensemble des membres du
Comex composé du
président et
d’
une dizaine de directeurs. Un nouv
eau DUC du 23 septembre 2021 s’est substitué
au premier. Lui sont annexées la décision interne relative aux « procédures de voyage et règles
de prise en charge des frais professionnels » et les « procédures taxis. »
Le Comité audit et stratégie et le Conseil général économique et financier (CGEFi)
donnent leur avis à toute actualisation ou modification de ces documents.
2.3.2.2
Des dépenses contenues
L’I
na produit mensuellement des tableaux de bords des dépenses des membres du
Comex, qui distinguent notes de frais
et voyages sur marchés d’agences. Les notes de frais sont
elles-mêmes décomposées en frais de réception (externes, réunions et séminaires) et frais
spécifiques de missions (taxis, parkings, repas, hébergement, utilisation de la carte affaires).
D’un point
de vue général, les frais de mission et de réception de
l’Ina
sont réguliers
dans leurs montants sur la période de contrôle (en dehors de la période de Covid). Ils se situent
aux alentours de 1,1 M€ chaque année.
Tableau n° 8 :
Frais de déplacements, de mission et de réception de
l’Ina
entre 2015 et 2022
(€)
6251
6256
6257
TOTAL
Voyages et
déplacements
Missions
Réceptions
2015
596 788
112 999
424 912
1 134 699
2016
706 731
45 685
430 036
1 182 452
2017
690 511
45 542
409 984
1 146 037
2018
692 336
50 185
436 971
1 179 492
2019
666 008
45 992
760 032
1 472 032
2020
250 349
22 074
226 860
499 283
2021
290 315
21 390
243 281
554 986
2022
631 672
39 833
380 906
1 052 411
TOTAL
4 524 710
383 700
3 312 982
8 221 392
Source : Cour des comptes, à partir des balances des CF
La seule exception concerne l’année 2019 qui a vu une forte hausse du poste réception
.
Cette augmentation est due principalement à deux évènements exceptionnels, ouverts au public
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
32
(avec billetterie), organisés par l’I
na cette année-là, à savoir le Festival InaSound
(155 K€ de
dépenses pour 150 K€ de recettes) et le concert patrimonial en hommage à Alain Baschung
(131 K€ de dépenses pour 140 K€ de recettes).
Bien qu’il s’agisse d’évènements publics (et non de «
manifestations internes »), les
différentes commandes de prestations réalisées pour les besoins de ces deux évènements ont
bien
été engagées, en termes d’imputation dans la nomenclature achats de l’I
na, sur un code
correspondant effectivement à des
«
Prestations d’organisation de manif
estation,
d’évènement, prestation artistique (DJ, scénographie…), prestation de montage d’exposition
»,
code article bien lié à un compte de classe 625 ( 625710).
Ce poste n’appelle donc pas d’autre
commentaire.
2.3.2.3
Les déplacements sont correctement suivis
Sur la période de contrôle, le volume global de ces dépenses est stable.
S’agissant des
membres du Comex
, des tableaux de bord mensuels attestent d’un volume global de dépenses
limité et stable.
Tableau n° 9 :
Principales dépenses
(en €)
des membres du Comex
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
TOTAL
PDG
4 566
19 958
11 277
15 841
16 402
9 163
9 542
11 892
98 641
DCOM (+ intérim)
et DAI
4 337
2 106
9 807
15 484
5 310
14 984
52 028
DDCOL/PAT
2 521
8 516
4 677
14 828
7 992
506
819
2 769
42 628
DDC
4 589
2 907
6 381
7 536
4 258
4 737
30 408
SG
1 227
6 506
5 720
4 868
4 465
3 249
1 308
2 587
29 930
DDERF/DDEFC
et DAI/DG
CAMPUS
5 449
14 658
4 103
7 495
11 177
2 056
4 089
49 027
SG-DRI
19 500
847
20 347
D-EDITORIALE
672
12 315
12 987
DGD
5 242
6 591
11 833
DJ
2 817
1 065
1 224
737
2 275
866
834
973
10 791
TOTAL
45 006
56 563
43 189
66 789
51 879
33 505
20 473
41 216
358 620
Source : Cour des comptes, à partir des tableaux de bord INA
Les règles internes mise en place depuis 2015
pour les personnels de l’Ina ainsi que pour
les dirigeants prévoient que l
’usage
du taxi demeure exceptionnel.
Il est prévu que le président puisse
l’utiliser
de manière occasionnelle, eu égard aux
circonstances (déplacements professionnels en dehors des horaires de travail du chauffeur ou
en soirée, conditions météorologiques, immobilisation du véhicule de service pour révision,
etc.), être amené à recourir à un service de taxis et que, dans ce cas, les courses sont prises en
charge sous forme de remboursement sur présentation d’une note de frais, après validation du
Secrétaire général.
Par ailleurs, dès juillet 2015
, l’Ina
a établi une liste nominative des employés de
l’Ina
autorisés à utiliser les services d’un
abonnement de taxis et a attribué des numéros de code
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
33
individuels pour un meilleur contrôle des dépenses. Cette liste a par la suite été revue en
fonction des accords d’entreprise et des contrats de travail dans le sens de fortes restrictions
.
Tableau n° 10 :
Principales dépenses de taxi sur la période de contrôle
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
TOTAL
PDG
315
1 267
1 465
1 773
1 515
1 236
1 854
1 033
10 458
DDEFC et DAI
1 439
3 367
4 796
9 602
DCOM (+intérim)
et DAI
71
362
1 125
2 210
819
252
4 839
DGD
1 724
2 504
4 228
DDCOL/PAT
175
352
470
836
1 412
111
358
3 714
DDC
40
260
808
812
647
848
3 415
Conseiller PDG
2 642
2 642
Source : Cour des comptes, à partir des tableaux de bord de
l’Ina
Ces dépenses ne sont pas excessives.
S’agissant du PDG de l’I
na, il bénéfici
ait jusqu’en 2020
d’une voiture de service avec
chauffeur
20
,
en conséquence de quoi il n’a
eu
recours au taxi qu’à titre exceptionnel
, dans des
situations où le véhicule de service n’é
tait pas utilisable et à des horaires tardifs, et/ou pour des
trajets avec les gares ou les aéroports.
S’agissant des
membres du Comex
, le président de l’Ina
a annoncé son intention de
préciser dans le document unique de cadrage les règles particulières de recours aux services de
taxis, adaptées à celles issues de la procédure interne du 20 novembre 2015.
2.3.3
L’attribution d
e véhicules de fonction en extinction
L
’I
na
dispose d’une importante flotte de véhicules (40)
pour la plupart acquis en 2013,
dont plusieurs utilitaires. Parmi ces véhicules, quelques-uns ont été attribués à des salariés de
l’établissement
, et il en fait mention dans les contrats de travail, sans toutefois que ce soit
clairement justifié. Or, en vertu du document unique de cadrage, les véhicules de fonction sont
en principe attribués sous réserve que le coût complet soit inférieur au coût d’un abonnement
auprès de la société titulaire du marché public de prestations de taxis. Le contrat de travail du
dirigeant, établi préalablement par la direction chargée des ressources humaines sous visa du
CGEFi, doit en prévoir explicitement la possibilité.
Au sein du comité de direction de
l’Ina, cinq cadres dirigeants disposaient d’un véhicule
de fonction en 2015 : le DERF, le DJ, la DRH, la DDCOL, l
’ancien DCOM et le DSI
.
21
En
2022, seuls
disposent d’un véhicule de fonction
le directeur de la communication, le directeur
juridique, le directeur des services informatiques
(aujourd’hui DDT), la chargée du
20
Véhicule qu’il ne peut utiliser que dans le cadre de ses activités professionnels, du lundi au vendredi,
hors week-ends et jours fériés.
21
Le directeur de l’enseignement, de la recherche et de la format
ion, le directeur juridique, la directrice
des ressources humaines, la directrice des collections, le directeur de la communication et le directeur de systèmes
d’informations
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
34
développement et des missions de la direction des collections, et le responsable des productions
industrielles de la direction déléguée à la diffusion et à l’innovation.
L
’avantage en nature conféré par l’attribution d’un véhicule
est répercuté dans la feuille
de paie du bénéficiaire, et à un montant réaliste.
Par contre, l’usage du véhicule à titre personnel
ou professionnel n’est pas clairement identifié, tout comme l’avantage procuré par la détention
de cartes de carburant.
Dès son arrivée à la présidence de l’établissement en 2015, Laurent Vallet a
mis fin à
l’attribution aux cadres dirigeants nouvellement recrutés de véhicules de fonction et de cartes
carburant
. S’agissant des actuels bénéficiaires,
il est prévu que l’extinction de cet avantage,
dont la suppression nécessiterait une compensation salariale, intervienne au gré de leurs départs
de l’Établissement.
2.3.4
L’
usage des cartes de paiement est conforme aux règles
1
9 directeurs ou salariés de l’Ina disposent d’une carte affaires
(celle-ci permet un
prélèvement différé de deux mois, dans l’attente d’un remboursement éventuel sur note de frais,
avec un plafond autorisé de 2000 € et que les retraits d’espèces peuvent être effectués à titre
exceptionnel, s’ils correspondent à des dépenses prises en charge par l’
Ina),
dont 2 ne l’ont
jamais utilisée (se
pose dès lors la question de l’opportunité de cette détention)
.
Par ailleurs,
6 salariés disposent d’une carte bancaire à l’Ina.
Ces 6 salariés disposent
d’une carte
dite « corporate », qui fait office de carte bancaire et qui a remplacé la carte affaires
en décembre 2019. Cette
carte permet tout paiement dès lors que l’objet s’inscrit strictement
dans le cadre professionnel. Ces paiements sont des avances sur frais qui donnent lieu à
remboursement sur présentation d’une note de frais.
Aucune nouvelle car
te affaire n’a été attribuée depuis mai 2015, et les comptes ont été
régulièrement clôturés au gré des départs de l’entreprise des salariés concernés. Les
vérifications opérées, y compris sur les frais de gestion bancaire, n’appellent pas
d’observations.
L
es contrôles opérés sur les dépenses n’appellent pas d’observation.
2.4
La mise en place réussie
d’un contrôle interne financier
L’absence de contrôle interne avait été relevé par la Cour dans son précédent rapport et
fait l’objet d’une recommandation.
Bien
qu’il ne soit pas soumis aux dispositions du décret n°2012
-1246 du 7 novembre
2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) ni aux textes pris pour son
application,
l’Ina
a souhaité initier à partir de mi-2015 une démarche de contrôle interne
comptable et financier (CICF) largement inspirée de ce cadre réglementaire et renforcée au
premier trimestre 2017 par la création au sein du s
ecrétariat général d’un poste d’auditeur
interne afin d’assurer la réalisation d'audits transverses. La dém
arche CICF repose sur une
évaluation des risques existants, puis la redéfinition correctrice des processus comptables et
financiers et l’actualisation de la documentation correspondante.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
35
À compter de 2016,
l’Ina
s’est progressivement doté
d’un système d’information
intégré achat-gestion-comptabilité. Cette solution, non exempte de pesanteurs pour les
utilisateurs, permet d
’assurer la traçabilité, la cohérence et l’intégrité des données
et ce tout au
long des cycles de la dépense (du marché
jusqu’à la comptabilisation des opérations, en passant
par l’interface avec le portail Chorus) et des produits (commandes, facturations, encaissement).
Elle permet également de garantir le respect des délégations de signature.
Son déploiement a été struc
turant pour l’avancement de la démarche en permettant une
refonte complète des processus et la rédaction d’une documentation exhaustive.
En 2021, face aux difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de recommandations
portant sur des processus transverses ou propres à une direction autre que la DAF et afin
d’
étendre la démarche CICF à toutes les activités de
l’Ina
, il a été créé au sein du Secrétariat
général une fonction de contrôleur interne, chargé de piloter les projets et missions de contrôle
intern
e et de gestion des risques de l’ensemble de l’établissement. Le poste a été pourvu début
2023, ce qui répond au souhait du Comité Audit et Stratégie exprimé fin 2022 que
l’Ina
ayant
aujourd’hui «
atteint un niveau de maturité suffisant » doit pouvoir présenter au Conseil une
matrice complète des risques incluant notamment une véritable cotation du niveau de criticité
des risques identifiés, une analyse de leurs impacts et un plan d’actions associé. »
______________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE _______________________
L’arrivée du nouveau président en 2015 s’est traduite par d’importants progrès dans la
gestion de l’établissement
: procédures d’achats et de marchés strictement encadrées, dispositif
renforcé de suivi des dépenses des dirigeants (frais de déplacements, de mission et de
réception), mise en place d’un contrôle interne financier
comme l’avait recommandé la Cour
dans son précédent rapport.
Les instances de gouvernance (conseil d’administration et comité d’audit et de stratégie
du conseil) fonctionnent de manière satisfaisante, et le dialogue avec la tutelle est facilité par
la longévité dans son poste du représentant de la DGMIC qu’il faut saluer.
3
UNE ACTIVITE EN EXPANSION GENERATRICE DE
RECETTES MAIS UN EPIC LARGEMENT TRIBUTAIRE DE
SUBVENTIONNEMENT PUBLIC
Les ressources de
l’Ina
reposent sur du subventionnement public et sur des recettes
commerciales tirées d
activités nouvelles et en forte croissance sur la période de contrôle. Ce
modèle économique
fortement tributaire d’une ressource
publique ne peut être pleinement
vertueux que
s’il s’accompagne d’une maîtrise des dépenses
de fonctionnement et
d’investissement
. Le COM 6 en cours de préparation devra impérativement fixer à
l’Ina
des
objectifs en ce sens avant que ne soit arbitré le montant de la contributi
on de l’État pour les 3
ou 4 prochaines années.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
36
3.1
Des ressources reposant pour l’essentiel sur des subventions et pour
le
reste sur des recettes commerciales
3.1.1
Le
soutien de l’État à l’activité de l’Ina
3.1.1.1
Une forte dotation inscrite dans les COM et un soutien en temps de crise
Jusqu’en 2022, l’Ina
a perçu
annuellement une dotation de l’État issue d’une partie de
la contribution à l’audiovisuel public (CAP), affectée essentiellement à son fonctionnement et
dans une moindre mesure à ses investissements selon u
ne répartition susceptible d’évoluer
selon les besoins
22
. Le COM 4 de
l’Ina
distinguait en effet CAP de fonctionnement et CAP
d’investissement, ce qui est le cas de peu d’entreprises de l’audiovisuel public, seules l’Ina
et
Radio France étant concernées.
Tableau n° 11 :
Evolution de la contribution de l’État entre 2015 et 2022 (hors plans de relance)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Fonctionnement
76
83,75
83,764
83,45
82,65
84,55
87,89
88,33
Investissement
13
5,25
5,25
5,10
4,70
1,85
0
0,28
TOTAL
89
89
89,01
88,55
87,35
86,40
87,89
88,61
Source : Cour, à partir des CR financiers et des PV de CA
Si le montant global de la dotation de l’État a diminué sur la période, l’Ina a bénéficié
en investissement d’un soutien considérable avec plus de 20 M€ alloués au
titre du plan France
Relance, qui viennent plus que compenser le manque à gagner subi, de même qu’en 2021 et
2022 il a bénéficié d’un soutien spécifique de l’État pour soutenir sa trésorerie (voir infra, point
3.2.3) durant la crise COVID. Il a de ce fait
reçu beaucoup plus que les 89 M€ du COM.
Depuis 2020,
alors que le PSN était en voie d’achèvement, l’Ina
revendique de mettre
fin à la distinction entre redevance d’investissement et de fonctionnement, non pour
bénéficier
d’
une autorisation de dépenses supplémentaires, mais pour favoriser, sans incidence fiscale, le
rétablissement rapide de l’équilibre budgétaire et de la capacité d’autofinancement de
l’entreprise
.
En 2021, l’Ina a comptabilisé l’intégralité de sa dotation publique issue de la CAP en
fonctionnement, ce qui a eu un effet favorable sur son compte de résultat. Le ministère de la
culture a accepté cette modalité dans le contexte particulier de sortie de la crise sanitaire et
d’incertitude sur le niveau de reprise du chiffre d’affaires, alors
que le PSN était en voie
d’achèvement et
après avoir estimé que cela ne se traduirait pas,
de la part de l’Institut
, par un
22
Par exemple, en 2015,
l’Ina
avait initialement budgété la part CAP investisseme
nt à hauteur de 4,5 M€. Avec la
validation du projet immobilier par les tutelles et la signature d’une convention avec l’OPPIC qui prévoyait un versement de
8,5 M€ avant la fin de gestion, il est apparu nécessaire lors de l’élaboration du budget rectificatif n°2, d’accorder une
augmentation exceptionnelle de la CAP investissement à partir de la CAP fonctionnement pour couvrir cet appel de fonds.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
37
relâchement de l’effort de maîtrise de ses charges ou de développement de ses ressources
propres.
Cette question ne s’est pas posée en 2022 et en 2023 puisqu’en l’absence de nouveaux
projets pluriannuels d’investissements structurants, l’État n’a pas fléché de subvention
d’investissement complémentaire au sein de la dotation globale allouée à l’Ina.
Cela a permis à
l’Ina d’atténuer en partie les effets de l’inflation sur ses comptes.
Les tutelles ne sont pas favorables à cette solution : le ministère de la culture
envisage
que dans le cadre du prochain COM, les investissements soient de nouveau précisément fléchés.
Quant à la direction du budget, elle estime que cela irait à l’encontre des principes de spécialité
budgétaire et de sécurité comptable et nuirait à la bonne information du Parlement. Cette
distinction permet aussi de
s’assurer
que
l’Ina ne soit pas tenté d’utiliser s
es crédits
d’
investissement pour renflouer sa trésorerie.
Le montant de la CAP avait été fixé par le COM 4 à 89 M€ durant toute sa durée, ce qui
était moins que le niveau atteint en 2013 (89,9 M€)
,
l’année 2014 ayant été marquée par
la
ponction
de 20 M€ opérée par l’État
pour combler les pertes de France Télévision.
À partir de 2018
, l’État n’a pas
tout à fait honoré son engagement, sans préjudice
toutefois de la part dévolue au fonctionnement.
Une première diminution de 450 000 euros a été imposée par le PLF 2018, inférieure en
proportion à celles enregistrées
par d’autres entreprises de l’audiovisuel public
(0,5 % contre
1 % en moyenne pour les autres sociétés, hors cas particulier de FTV), et la baisse de la CAP
n’a p
orté que
sur l’investiss
ement et non sur le fonctionnement.
En 2019, à la diminution de 450
000 € reconduite s’est ajoutée une ponction de 1,2 M€,
l’État annonçant toutefois lors du CA de décembre 2019 une dotation s’élevant
exceptionnellement à 86,35 millions en 2020 et à 88,35 millions en 2021, engagement qui ne
sera pas tenu dans le contexte de crise sanitaire.
En 2021
toutefois, la part de la CAP fonctionnement est en augmentation de 3,3 M€ par
rapport à l’exercice précédent, compte tenu de l’affectation en fonctionnement de la quote
-part
auparavant dévolue à l’investissement ainsi que de la compensation, pour moitié,
de la
diminution exceptionnelle d’environ 1 M€ d’allocation de la C
AP en 2020.
En 2022, la redevance sur l’audiovisuel public ayant été supprimée, la CAP a été
remplacée par une ressource publique dont le montant se situe toujours en deçà du seuil de
89
M€
prévu par le COM 4 qui devait expirer le 31 décembre 2019. Il reste que la tendance est
à un maintien et même à une augmentation de la part de fonctionnement grâce à la diminution
de celle
dévolue à l’
investissement.
3.1.1.2
D’au
tres activités bénéficient de subventions spécifiques, regardées comme des
recettes commerciales
Dans les recettes commerciales de
l’Ina
sont intégrées les subventions des comptes 74
hors CAP, ainsi que les comptes 75. Ces subventions concernent les facturations auprès du
CNC au titre des productions ainsi que les activités de formation, dont les CIFRE (conventions
industrielles de formation par la recherche).
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
38
Graphique n° 1 :
Autres subventions de
l’Ina
en 2022 (K€)
Source : Cour, rapports de gestion Ina
En 2022, ces subventions s’élèvent à plus de 3 M€.
Celles du CNC concernent les projets de la direction éditoriale (service Création et
conception) ;
le
s versements de la taxe d’apprentissage
émanent de l
’Enseignement supérieur ;
ceux du projet LUMNI
sont versés par le ministère de l’Éducation nationale
;
Enfin, c’est la
Région Île-de-France qui subventionne la Classe Alpha.
3.1.2
Un
chiffre d’affaires
en nette progression, qui ne compense pas le creusement
des charges
Comme le souligne à juste titre l’Ina, la pertinence et l’évolution des charges et
investissements engagés ne doivent pas être appréciés à l’aune du seul critère des ressources
propres, mais aussi à celui de la qualité des missions qui lui sont dévolues. Ainsi, certaines
missions de l’Ina ne produisent pas ou peu de revenus alors qu’elles supposent d’importantes
dépenses (ex. : le dépôt légal
ou l’exploitation des archives
).
3.1.2.1
Un chiffre d’affaires qui a fortement augmenté
)
L’Ina tire
principalement ses recettes de trois grandes activités (2022, annexes n° 4 et 5) :
-
la cession de contenus, diffusion, innovation (52 %) ;
-
la valorisation des collections (29 %) ;
-
l’enseignement et la formation
(18 %).
En 2015, le premier bloc comptait pour 44 % du total, le second pour 33 % et le
troisième pour 22 %. L’évolution traduit donc la part croissante de l’activité de cession de
contenus, tirée par la vente d’extraits ou d’intégrales
(+ 27 %) et la production de contenus pour
les tiers ainsi que par la diffusion de contenus édités (+ 69 %, pour des CA respectifs de 4,6 et
3,6 M€ en 2022).
433,7
1 122
741
164
626
167
21,2
CNC
Lumni
Classe Alpha
Taxe d'apprentissage
Autres subventions de formation
Formation
CIFRE
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
39
L’activité tirée de la valorisation des collections de l’Ina
n’a quant à elle pas évolué sur
la période, mais elle du moins restée stable. Elle repose pour beaucoup sur les conventions-
cadre pluriannuelles conclues avec les grands groupes de l’audiovisuel public.
S’agissant du troisième
bloc
, il subit la diminution de l’activité de formation
professionnelle (- 66 % depuis 2018) compensée par une légère hausse des recettes tirées des
activités d’enseignement (+ 10 %) dont les perspectives d’évolution restent incertaines.
L’analyse de ces tendances par activités et par contenus démontre une certaine atonie
des recettes historiques de
l’Ina
, mais un réel
dynamisme des activités d’édition, sans toutefoi
s
qu’il soit possible de prévoir s’il subsiste des marges de progrès à moyen ou long terme et si la
diminution prévisible des recettes tirées des collections (les négociations pour la conclusion des
conventions-
cadres avec les grands groupes de l’audiovisuel sont de plus en plus âpres et
longues) sera compensée par les ventes ou les éditions de contenus.
Au-delà de cette précision, la prise en compte de la hausse mécanique des charges
induites par cette activité amène à relativiser
les perspectives qu’offre réellement
cette
progression de l’activité de l’Institut
mise régulièrement en valeur auprès de ses instances de
conseil et de gouvernance.
3.1.2.2
Des charges qui évoluent au même rythme que le chiffr
e d’affaires
Le chiffre d’affaires de l’Ina
doit être mis en regard des hausses de charges qui résultent
de l’augmentation de son activité, et il d
evrait
l’être aussi en principe des dépenses
d’investissement
consacrées à la conception et au développement de ses nouvelles missions
porteuses de recettes mais extrêmement coûteuses en termes
d’équipements. Le coût des
investissements sera abordé et développé dans la cinquième partie.
Graphique n° 2 :
Evolutions du CA et des charges d’exploitation
Source/note : Cour, à partir des données financières
L
es charges courantes suivent naturellement l’évolution du chiffre d’affaires, mais à
partir de 2019, alors qu
’elles
étaient jusqu’
alors
supérieures au CA, la tendance s’inverse
(hormis durant la crise sanitaire pendant laquelle
l’activité a diminué sans qu’il en soit de même
des charges).
106 435
107 257
106 476
108 390
105 369
106 592
107 994
112 493
36 221
42 339
0
20000
40000
60000
80000
100000
120000
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Charges courantes
Charges exploit° et personnels
Chiffres d'affaires
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
40
En 2022, le différentiel s’accentue puisque le CA est de 42,3 M€ alors que les charges
de fonctionnement sont de 40,8 M€.
Si dans l’absolu ce point est positif et si l’Ina
d’ailleurs s’en féli
cite lors de ses conseils
d’administration, il doit être mis en regard de l’évolution des
charges sur la même période. Or
celle-ci se caractérise par une hausse sensible des dépenses de personnels (permanents et non
permanents) ainsi que des intermittents (point abordé plus en détail dans la quatrième partie) :
entre 2015 et 2022, les dépenses de personnel ont crû
de plus de 6 M€, soit presque autant que
le chiffre d’affaires (+ 6,1 M€). Conjuguée à la hausse des charges courantes d’exploitation, la
hausse des dépenses de personnel amène donc à une hausse globale supérieure à celle du chiffre
d’affaires.
Bien sûr, cette hausse n’est pas exclusivement due à l’augmentation de l’activité de
l’Ina
, mais aussi
à des effets mécaniques d’augmentation des rémunérat
ions. I
l n’empêche
qu’un écart continue de se creuser entre la progression du chiffre d’affaires, certes positive ces
dernières années, et celle des charges
globales d’exploitation de l’établissement.
Pourtant, dans
sa proposition stratégique aux tutelles en vue du COM 6,
l’Ina
explique tabler sur une inversion
de cette tendance.
Au demeurant, ce constat fait abstraction
des charges d’investissement
(voir infra partie
5 du rapport)
qu’a supportées l’
Institut pour mener à bien ses activités, dont la prise en compte
renforcerait le constat précédent.
3.2
Une situation financière
qui s’est dégradée
L’Ina se conforme en matières budgétaire et financière aux règles en usage dans les
sociétés industrielles et c
ommerciales. N’étant pas doté d’un agent comptable, il a été décidé
que ses comptes soient présentés suivant le plan comptable général.
La synthèse des bilans et comptes de résultat figure en annexes n° 6 et n° 7.
3.2.1
Au bilan, un opportun toilettage des provisions
L’I
na comptabilise dans son bilan des provisions pour risques et charges et des
provisions pour dépréciation. Les premières comprennent les provisions pour litiges, mais aussi
les provisions pour pensions,
dont les dotations correspondent pour l’es
sentiel aux montants
pressentis des indemnités de fin de carrière, ainsi que les provisions sur reversements aux ayants
droits.
Par le passé, des provisions très importantes avaient été constituées sur un certain
nombre de litiges, dont l’examen et le sui
vi fins assurés ces dernières années ont permis une
diminution notable
(de 482 K€ en 2015 à 38 K€ en 2022).
Le poste des provisions pour indemnités de fin de carrière a lui aussi fait l’objet d’un
travail de remise à plat en revoyant ses modalités de calcu
l à partir de l’expertise d’un actuaire
,
ce qui a abouti à les rehausser significativement
. La nature même de ce poste, dès lors qu’il est
correctement dimensionné, empêche en principe des possibilités de reprises.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
41
Il n’en était pas de même des provisions
sur reversements dus aux ayants-droits des
auteurs dont
l’Ina
exploite les fonds pour les commercialiser. Ainsi en 2015,
l’Ina
a procédé à
une reprise de provision de plus de 8,5
M€ afin de
compléter le financement de la première
phase de ses projets immobiliers
, étant rappelé qu’en 2014 sa CAP avait été ponctionnée de
20
M€ pour combler les pertes de France Télévision
. Cette opération a été rendue possible par
le fait que
l’Ina
avait surdimensionné ces provisions faute de les avoir correctement évaluées.
Cette lacune a heureusement été corrigée par une refonte des processus (préconisée par le CAS)
suivie d’un réajustement de leur niveau validé par les
commissaires aux comptes de
l’établissement.
Il a ainsi été mis fin à la possibilité discutable
d’
utiliser ces provisions et les reprises
comme un outil d’équilibrage du compte de résultat.
Si la situation actuelle concernant
l’ensemble de ces postes de provisions est aujourd’hui satisfaisante, ce sujet doit continuer
d’être traité avec la même rigueur
.
3.2.2
Des résultats bénéficiaires qui masquent une exploitation déficitaire
Le budget d’exploitation de l’Ina
s’est accru sur la période, passant en charges de
130,5
M€ à 146,9 M€ et en produits de 132,1 M€ à 147,2 M€. Sur l’ensemble de la période
sous revue, le résultat cumulé est positif (
+ 1,7 M€
).
Graphique n° 3 :
Produits et charges de
l’Ina
entre 2015 et 2022
Source : Cour, comptes financiers
Seule l’année 2020 a connu un résultat déficitaire durant la période sous revue, en raison
de la crise sanitaire : celle-ci a entraîné
un arrêt de l’activité de l’établissement
ayant engendré
une baisse des ventes de presque 3 M€ alors que les charges de personnels
(y compris les
charges sociales)
ont augmenté d’un montant équivalent, les charges exceptionnelles de plus de
400
K€ et les dotations de provisions de plus de 2 M€. Des subventions publiques en hausse de
1,7 M€ et des reprises de provisions en augmentation de 219 K€ ont permis de limiter les effets
de la crise avec un déficit en fin d’année de –
5,2 M€.
Dès 2021 puis en 2022, les comptes de
l’Ina
sont repassés dans le vert, grâce à :
-
un subventionnement de 91 M€ en 2021 et 92,2 M€ en 2022
;
-
une reprise dynamique de l’activité
marquée par des recettes commerciales records.
120 000 000
125 000 000
130 000 000
135 000 000
140 000 000
145 000 000
150 000 000
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Charges
Produits
L’IN
STITUT NATIONAL DE L
’AUDIOVISUEL
42
En gestion, le compte de résultat montre la réalité sous un angle différent.
Tableau n° 12 :
Composantes du compte de résultat en gestion
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Résultat d'exploitation*
-22 442
-5 051
-3 731
-3 451
-4 726
-3 029
-6 859
1 672
-1 504
Résultat financier
22
27
-2
25
17
24
-2
8
35
Résultats exceptionnel
7 909
5 878
5 672
3 585
5 524
4 081
1 606
240
1 943
Résultat avant impôt
-14511
854
1 939
159
815
1 076
-5 255
1 920
474
Intéressement
546
651
1 364
1 774
1 325
0
1 666
968
IS / CICE
1 479
1 585
1 697
1 451
468
742
112
494
Résultat net
-14 511
1 787
2 873
492
492
219
-4 513
365
0
Source : Cour, rapports de gestion de
l’Ina
*
Entendu comme le résultat de gestion, c'est-à-dire supérieur au résultat comptable après prise en
compte des crédits d’impôts.
En effet l’exploitation de l’Ina
apparaît largement déficitaire sauf en 2021 et si le résultat
final est bénéficiaire, c’est en fait
en grande partie grâce au résultat exceptionnel. Or, les
produits de ce dernier sont en majeure partie constitués de la quote-part de la subvention
d’investissement issue des années précédentes, rapportée au résultat, quote
-part qui vient
couvrir les dotations aux amortissements pratiqués sur les investissements réalisés dans le cadre
du PSN et du projet immobilier (respectivement sur 10 et 30 ans).
Si cette neutralisation des investissements est conforme à la réglementation comptable,
il pourrait être opportun sans s’affranchir de son respect de faire évoluer la présentation des
états de gestion pour l’intégrer dans le résultat d’exploitation et ainsi distinguer les opérations
réellement exceptionnelles des activités courantes.
Le déficit du résultat d’exploitation tient aussi pour une large part au poids des dotations
aux provisions et aux amortissements, sans quoi l’excédent brut d’exploitation serait positif.
S’agissant des provisions, le toilettage dont elles ont fait l’objet explique pour partie un taux de
reprise assez faible. Quant aux amortissements, ils sont pour grande partie le reflet des dépenses
de l’Ina dans les systèmes d’information, dont l’obsolescence tend de plus en plus à s’accélérer.
Il ne serait donc pas pertinent en gestion de neutraliser ces deux postes de charges pour
objectiver les performances d’exploitation de l’Ina.
En début de période,
l’
Institut avait pu accumuler une confortable trésorerie. Celle-ci
lui a servi à autofinancer l’extension dite de Bry 1 et l’
Institut a puisé dans le reliquat pour faire
face à des dépenses d’exploitation et d’équipement aggravé
es ces dernières années par le
contexte inflationniste.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
43
3.2.3
Une trésorerie sous tension
3.2.3.1
Une première alerte surmontée grâce au soutien de l’État
En 2020, la trésorerie de
l’Ina
a été fortement fragilisée par les effets de la crise sanitaire
avec une perte nette de 4,5 M€
qui a grevé sa capaci
té d’autofinancement, alors que l’Institut
continuait de financer sur ses fonds propres l
’achèvement
de l’opération d’extension du
bâtiment Bry 1.
En 2022 puis 2023, l’Ina a puisé dans sa trésorerie pour financer les travaux
complémentaires menés sur Bry 1
dans le cadre de l’opération France Relance (voir supra,
tableau n°
7) pour 4,8 M€.
Sa situation de trésorerie était la suivante au 31 décembre 2022 :
Tableau n° 13 :
Evolution de la trésorerie de l’Ina
ANNEE
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Disponibilités
24 702 285
23 929 484
28 745 343
25 962 981
18 335 421
7 228 170
10 275 415
8 189 328
Source : Comptes financiers et rapports de gestion
Les mesures suivantes ont permis à
l’Ina
d’éviter toute rupture de trésorerie en cours
d’exercice et de constater une lég
ère amélioration du solde disponible fin 2021 :
- reprise en MOA directe et ajustement du périmètre et du calendrier de réalisation de
la 2
ème
phase du réaménagement de Bry 1 ;
-
obtention d’une subvention exceptionnelle de 2 M€ issue du plan France
Relance
(enveloppe de 70 M€ dédiée au soutien du secteur audiovisuel public face à la crise sanitaire)
;
-
remboursement d’une créance
de
3 M€ détenue sur l’
État et portée depuis 21 ans par
ARTE France ;
-
emprunt bancaire de 3 M€
(n’ayant porté que sur un
an et destiné à pallier un déficit
infra-annuel de trésorerie).
Sur les 8 M€ disponibles fin 2022 grâce à ces apports de liquidités, une partie (2,89 M€)
était destinée à financer en 2023 le surplus de l’opération immobilière de rénovation
énergétique principalement financée par France Relance.
En 2022, l
’I
na expliquait aussi la détérioration de sa trésorerie par un retournement de
l’équilibre des années précédentes entre
créances clients et dettes fournisseurs, d’où il serait
résulté un besoin en fond de roulement positif depuis 2020, ayant par la suite évolué de
+ 2,54 M€ en 2021 à + 4,04 M€ en 2022.
Ce phénomène ne transparait pas toutefois dans les matrices de la Cour, pas plus que les
précisions apportées par l’établissement ne permettent de corroborer l’exactitude des chiffres
produits qui sont l’objet de nombreux retraitements (passif fournisseur, production
immobilisée, TVA, etc.).
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
44
Conscient que l’analyse de l’évolution passée de sa trésorerie et son anticipation
demande une expertise plus
fine, et à l’issue de travaux confiés au cabinet Deloitte, l’Ina entend
se doter dès que possible des moyens d’établir et communiquer périodiquement ces
informations.
Ceci étant, en 2021 et 2022,
l’Ina
a dégagé une capacité d’autofinancement d’un niveau
supérieur à celui des investissements de modernisation de ses infrastructures
, même s’il n’
était
pas certain qu’il en soit
de même en 2023 avec la fin des soutiens exceptionnels de trésorerie.
Si fin 2022 le niveau de trésorerie était bas par rapport au pas
sé, il n’était alors pas
critique au point de constituer une rupture.
3.2.3.2
Une dégradation qui s’est poursuivie et aggravée en 2023,
essentiellement
imputable à une progression continue des charges
Le niveau de trésorerie de l’Institut et ses perspectives d’atterrissage de fin d’exercice
présentés au conseil d’administration de septembre 2023 apparaît très dégradé. L’I
na prévoit
en effet
une impasse de trésorerie de l’exercice en cours de –
5,9 M€, compte tenu des flux
négatifs de liquidités cumulés sur le dernier quadrimestre :
-
3,4 à 4 M€ seraient dus à une progression du chiffre d’affaires
inférieure à la
prévision ;
-
1,05 M€ au titre du reliquat des dépenses immobilières liées au projet France
Relance (travaux supplémentaires, investissement connexes et révisions de prix
contractuelles) ;
-
1,45 M€ au titre de l’inflation, qui frappe notamment les dépenses technologiques.
Par contre, l’Institut n’évoque plus comme il l’avait fait
auparavant, le décalage entre
créances clients et dettes fournisseurs.
L’Institut demande à l’État le versement avant la fin de l’année d’une dotation de
5,9
M€, ou à tout le moins un engagement de sa part pour pouvoir souscrire un emprunt de
court terme au cas où le versement serait différé à 2024.
L’Ina considère ses charges d’exploitation et de personnel pleinement maîtrisées et
n’envisage pas d’économie à ces titres, pas plus qu’
il ne conçoit de réduction de certains de ses
investissements dans les systèmes d’information.
L’inflation n’explique qu’en partie les difficultés que traverse l’Institut
même si elle a
eu un effet indiscutablement néfaste sur le coût des matières premières et sur les clauses
contractuelles de révision des prix de certains marchés publics.
L’essentiel de la dégradation de la trésorerie
est imputable à
l’activité même de l’EPIC
:
l
e principal facteur est la part qu’a autofinancée l’Ina pour des travaux supplémentaires
d’aménagements qu’il a lui
-
même commandités dans le cadre de l’opération France Relance
pour 4,8 M€ (qui s’ajoutaient au redéploiement déjà opéré de 7 M€ supplémentaires de Bry 2 à
Bry 1).
Par ailleurs, le chiffre d’affaires dont l’exécution devra
it se situer
entre 42,7 M€ et
43,3
M€
(soit en très légère progression par rapport à l’année précédente), présente un écart
important avec l
es prévisions figurant au budget initial de 2023 (46,7 M€). Les charges étant
marquées par une grande inertie, la dégradation de la situation financière était prévisible.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
45
De ce point de vue, la mention par l’Ina que ses perspectives de chiffre d’affaires
aient
été gonflées
23
avec l’accord des tutelles, pour permettre de présenter un budget et un plan de
financement 2023 à l’équilibre, pose question.
Selon le ministère de la culture, la cible de ressources propres inscrite dans le budget
initial aurait été « raisonnablement volontariste »
alors qu’e
n réalité
elle ne l’était pas et
visait
uniquement à présenter un budget équilibré en dépit des difficultés financières de l’institut
.
En fin de gestion, l’
alerte de rupture de liquidités a amené les tutelles à compléter cette
dotation en loi de finances à hauteur de
6,3 M€, après une rallonge de plus d’un million d’euros
accordée par le Parlement. Il reste que la présentation du budget initial ainsi conçu est entachée
d’une forme d’insincérité
et que le fait de ne
renflouer la trésorerie de l’Établissement qu’une
fois celui-ci en difficulté, complique le financement de ses investissements stratégiques.
Le projet de loi de finances pour 2024 prévoit une forte augmentation de la dotation
budgétaire de l’Ina de 14,3 M€, dont 4 M€ pour son programme de transformation et 5,4 M€
au titre de la compensation des effets fiscaux dus à la suppression de la redevance audiovisuelle
et son remplacement par une dotation budgétaire. Cette augmentation reconductible et
amplifiée jus
qu’en 2028 dans le cadre du prochain COM confère à l’Ina
une marge de
manœuvre importante
en gestion, qui nécessite de sa part et de ses tutelles une identification
très précise de l’emploi des crédits alloués.
Ce soutien accru
de l’État ne saurait dispenser l’Institut de tout effort visant à identifier
des leviers d’économies et de gains de productivité.
_________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE____________________
Au cours de la période sous revue, l’Ina a enregistré une nette progression de son chiffre
d’affaires, reflétant le succès de sa stratégie d’éditorialisation des contenus d’archives.
Compte
tenu de la rigidité des charges d’exploitation et des besoins liés
à sa nouvelle stratégie, cette
augmentation des ressources a permis
une amélioration du résultat d’exploitation qui reste
cependant négatif.
La crise de trésorerie de l’Ina est le révélateur d’un établissement qui, malgré la
réussite de sa stratégie commerciale, est confronté
à l’inflation de ses charges.
La question de
la maitrise à court et moyen terme de celles-ci, dans le cadre des discussions en cours sur le
COM 6, est par conséquent centrale.
23
En accord avec ses tutelles et afin de permettre néanmoins à l’INA de présenter un budget et un plan de finance
ment
2023 à l’équilibre (…), il a été décidé de fixer le montant prévisionnel du chiffre d’affaires 2023 au niveau exceptionnellem
ent
élevé de 46,7 M€
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
46
4
UN MASSE SALARIALE DYNAMIQUE EN DEPIT DE LA
BAISSE DES EFFECTIFS PERMANENTS
L’Ina étant un EPIC, ses personnels sont sous statut de droit privé. La plupart sont
embauchés sous CDI et CDD et sont sous accord (entendre l’accord collectif d’entreprise, ou
ACE), et quelques-uns sont recrutés sur des CDDU, hors acc
ord. L’Ina y recourt surtout pour
ses activités d’enseignement et de formation ainsi que pour ses éditions de contenus.
Depuis plus de 20 ans, le niveau global des effectifs de l’Ina était toujours resté supérieur
à 1000 ETPT. Entre 2007 et 2014, l’Institu
t avait eu en moyenne de 1047 ETPT. À partir de
2015 s’observe une décrue puis une évolution irrégulière dans une fourchette se situant entre
1012 et 1015 ETPT. Les effectifs passent sous le seuil symbolique des 1000 ETPT pour la
première fois en 2022.
Graphique n° 4 :
ET
PT de l’Ina entre 2010 et 2022
Source : rapport précédent de la Cour et données (arrondies) INA et CIASSP
(en pointillés : courbe de tendance)
Par ailleurs, la durée hebdomadaire du travail à l’Ina est de 33h50 soit 1510 heures en
moyenne par an. Cette d
urée inférieure à la norme (1607 heures) a été mise en œuvre à l’Ina
depuis l’accord d’entreprise du 28 février 2000 et consolidée par l’accord du 9 novembre 2012.
La Cour dans son précédent rapport, avait constaté que les arguments avancés en 2000 pour
ju
stifier cet avantage et notamment sa contrepartie en termes de modération salariale, n’étaient
pas convaincants au vu des évolutions constatées de la masse salariale suite à l’accord de 2012.
Ce constat d’un avantage substantiel sans contreparties peut êt
re renouvelé dans le cadre
du présent contrôle. Le bénéfice d’une durée réduite du travail s’est installé depuis plus de
20
ans ; il constitue littéralement un « avantage acquis » pour les salariés de l’Institut. A aucun
moment il n’est mentionné dans les
échanges avec les organisations syndicales comme un
élément exceptionnel du statut de l’Ina au bénéfice des salariés. Or lors des conseils
d’administration, les organisations syndicales insistent régulièrement sur l’importance des
efforts demandés aux équipes et évoquent des « effectifs contraints », présentant la situation
comme « à la limite du supportable
24
. »
24
D
éclaration du représentant syndical au conseil d’administration du 20 avril 2023 : « l’effort constant
et minutieux de maîtrise
de ses charges et de ses effectifs qui lui permet finalement d’équilibrer son résultat atteint aujourd’hui la limite du suppo
rtable. »
1031
1013
1036
1025
1043
1021
1016
1017
1019
1014
1016
1012
993
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
47
4.1
Une masse salariale moins contenue qu’en apparence
Sur la période de contrôle, la masse salariale de l’INA a représenté entre 53 et 5
6 % de
ses charges d’exploitation
, soit un niveau qui en fait un enjeu particulièrement important de sa
gestion. Lors des précédents COM était préconisé un maintien du montant des frais de personnel
en deçà de 55
% des ressources totales de l’établissement
25
. En 2014, le ratio charges de
personnel / produits d’exploitation avait atteint 63,5 %, mais plus sous l’effet de l’érosion de
son CA et d’une réduction de la part de CAP qui lui était attribuée que sous celui d’une
augmentation des salaires.
4.1.1
Un plafonnem
ent à 67,5 M€
respecté mais à expliciter
En vertu des COM
4 puis 5, les dépenses de personnel sont plafonnées à 67,5 M€ par
an durant toute leur durée. C
e plafond ne correspond en réalité qu’à une partie de
ces dépenses
de personnel et non à leur poids ré
el dans les charges de l’établissement.
L’indicateur de masse salariale plafonné à 67,5 M€ est la somme
:
-
d’une enveloppe au sein du compte 641
;
-
d’une enveloppe au sein du compte 645 hors intermittents
;
- de deux enveloppes au sein du compte 648, concernant les gratifications aux
stagiaires et les allocations formation…
…Dont est déduite la reprise sur forfait social intéressement
et auquel s’ajoute (afin
que le risque contentieux soit intégré dans les charges de personnel) le solde des provisions
et
des reprises de provisions sur contentieux prud’homaux.
Ces indications mentionnées par la
commission interministérielle d’audit salarial du
secteur public CIASSP dans certains de ses rapports ne sont pas assez clairs et expliquent ses
réserves
26
sur leur pertinence et leur transparence, partagées par la Cour.
En effet, il a été impossible de vérifier les chiffres communiqués par l’INA en les
croisant avec ceux des balances financières. Pour l’Institut, le plafond de 67,5 M€ a toujours
été respecté :
Tableau n° 14 :
Mas
se salariale de l’Ina au sens du COM
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Permanents
64 012
63 565
62 240
63 189
62 424
62 478
62 782
63 999
Non permanents*
2 530
2 483
3 319
3 376
3 215
3 694
3 512
3 456
Total
66 542
66 048
65 559
66 565
65 639
66 172
66 294
67 455
Source : Données INA
25
C
onformément à l’un des indicateurs du programme 845 de la mission « avances à l’audiovisuel
»
visant à assurer la maîtrise de l’emploi et de la masse salariale de l’Ina.
26
Toutefois, la CIAASP n’a pas contesté cet indicateur quant à sa composition, dès lors «
que les tutelles
se satisfont de son auditabilité. »
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
48
*Remplaçants, renforts, alternances
Dans le cadre du contradictoire, l’Ina a communiqué un tableau de passage entre charges
de personnels au sens de la balance comptable et masse salariale au sens du COM et des états
de gestion, et le ministère de la culture a indiqué que la DGMIC s
’attachera
it, en lien avec la
direction du budget et le contrôleur général économique et financier, à clarifier le périmètre du
plafond de manière à s’assurer qu’il reflète pleinement
la réalité des dépenses de personnel de
l’
institut. La Cour en prend acte.
4.1.2
Des dépenses réelles de personnels supérieures et croissantes
La masse salariale entendue de façon exhaustive, hormis la subvention du comité social
d’entreprise du compte 647, offr
e une perspective différente :
Tableau n° 15 :
Masse salariale globale de l’INA
n° de compte
Libellé
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
641
CDI
44 923
45 412
45 696
45 510
45 521
47 223
47 344
48 155
642
CDD et
CDDU
4 073
4 902
4 688
5 143
4 596
5 208
5 685
5 389
645
Charges
sociales
20 040
20 230
20 591
21 054
20 022
20 755
21 032
21 101
648
Stagiaires
88
73
69
63
64
42
102
57
TOTAL
69 124
70 617
71 045
71 770
70 203
73 228
74 163
74 701
Source : Cour, balances de comptes
Quel que soit le poste pris en compte, la période se traduit par une hausse des dépenses :
+ 7 % pour les CDI, + 32,3 % pour les CDD, pour un total toutes catégories confondues de
+ 8,1 %.
Le solde net entre effet volume (diminution des effectifs sur la période) et effet prix
(sous l’effet des clauses de l’accord d’entreprise) n’explique qu’en partie la hausse observée,
qui résulte aussi :
-
de l’évolution des indemnités de fin de carrière (1,4 M€) dont le traitement
comptable a été modifié en 2017
27
;
-
de la provision de congés payés aug
mentée de 1 M€ en 2020 en raison de la crise
sanitaire ;
-
du versement des primes versées dans le cadre des deux dispositifs de départs
volontaires à la retraite (infra), soit une moyenne de 0,7 M€ sur 2020, 2021 et 2022
;
-
de l’attribution en 2022 d’une p
rime « inflation
» de 1 M€ (infra).
27
La charge figurant au compte 64 était auparavant compensée sous ce même compte alors qu’elle l’est
désormais au compte 79.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUD
IOVISUEL
49
4.1.3
Une politique salariale particulièrement généreuse
4.1.3.1
Un accord collectif encore très favorable aux salariés malgré une révision récente
L’accord collectif d’entreprise (ACE) de 2012
avait fixé une augmentation annuelle des
salaires importante, largement supérieure aux normes en vigueur dans la fonction publique et
les établissements publics administratifs durant la même décennie.
En effet, les
mesures
générales
consistaient en une augmentation automatique de la valeur du point de 1,1 % chaque
année, qui correspondait environ à 0,95 point de la rémunération moyenne des personnels en
place (RMPP).
Les
mesures individuelles
garantissai
ent l’attribution à au moins 17 % du personnel sous
contrat à durée indéterminée d’augmenta
tions individuelles (promotions fonctionnelles ou
promotions pécuniaires) dans la limite d’une enveloppe de 0,75 % de la masse salariale. Cela
pouvait correspondre selon les années entre 0,72 et 0,9 point.
La mesure générale d’augmentation de 1,1 % appara
ît comme particulièrement
généreuse, et sa systématicité assez peu adaptée au contexte de désinflation de la période
2015-2020 et d
efforts de maîtrise des comptes publics, même si elle ne jouait que sur le salaire
et le 13
ème
mois
28
, soit environ 84 % de la rémunération totale.
Ce dispositif fort avantageux pour les personnels en place a
contraint l’Ina dans la
mesure où il lui interdisai
t quasiment de freiner l’évolution de la RMPP par un «
effet prix » et
où il limitait
sa marge de manœuvre dans la conduite de sa politique salariale
que des effets de
noria ou de report d’une année sur l’autre viennent par ailleurs compliquer.
Dans ces conditions, il est à mettre au crédit du président de l’Ina d’avoir
immédiatement envis
agé de remettre en cause l’
accord de 2012
29
dans le but
d’en faire un outil
mieux adapté aux importantes transformations à venir, en faisant prévaloir les mesures
individuelles sur les mesures générales.
Après un échec en 2016, de nouvelles négociations ont été lancées en 2020, conclues
par un avenant du 7 décembre 2020 entre l’Établissement et l’organisation syndicale
majoritaire. Cet avenant met fin à l’augmentation annuelle de 1,1 % en la remplaçant par une
augmentation fixe
de 384 € pour tous les salariés, à l’exception de ceux du groupe 6 (plus hauts
salaires). Il modifie par ailleurs les conditions de versement de l’augmentation individuelle en
l’ouvrant à un plus grand nombre de salariés (20 %), mais en supprimant le taux
de 0,75 de
masse salariale auquel il substitue un plafond correspondant au niveau de cadrage salarial.
Sur la base de 1000 salariés, le nouveau mode de calcul de l’augmentation générale
devrait aboutir à la limiter d’environ 150
000 €, au profit de l’augm
entation individuelle
modulable.
28
L’augmentation ne s’applique pas à la majeure partie des primes et indemnités intégrées à la
rémunération fixe (prime indiciaire, prime catégorielle, complément salarial, prime cadre de direction, prime de
fin d’année, prime d’ancienneté, prime de sujétion, prime complémentaire, indemnité différentielle, indemnité
compensatoires, indemnité assistance sociale, primes NAO, primes revalorisation).
29
Accord conclu après 3 ans et demi de négociations par deux organisations syndicales représentant 70%
des salariés. L’article 4.1 prévoit qu’il peut être dénoncé moyennant un préavis de 3 mois, mais avec une période
de survie de 2 ans.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
50
Cette mesure a commencé à produire ses effets dès 2021 puisque la part des mesures
individuelles dans l’augmentation de la RMPP est désormais supérieure à celle de la mesure
générale : 0,92 point en 2021 et 1,04 point en 2022 contre 0,79 point en 2020. La mesure
générale pèse désormais pour 0,64 point en 2022 contre respectivement 0,92 et 0,7 point en
2020 puis 2021.
Pour autant, la masse salariale globale
de l’I
na
continue d’évoluer. C’est qu’en effet la
révision de 2020 n
’a pas été conçue comme un outil
visant à maîtriser les dépenses de personnel,
mais en premier chef comme un moyen de récompenser le mérite, en entretenant la motivation
des personnels tout en préservant le climat social.
4.1.3.2
Le revenu moyen des salariés augmente chaque année à la limite du plafond
Un cadrage salarial applicable aux seuls personnels sous accord collectif est fixé chaque
année par la DGMIC, le plus souvent en milieu de gestion, ce que déplore la direction du budget.
Ce cadrage sert exclusivemen
t à l’application des clauses de l’accord d’entreprise. Les tutelles
donnent systématiquement leur accord à toute exécution ayant pour effet de dépasser son taux.
Ce plafonnement de la rémunération moyenne des personnels en place traduit
l’évolution des s
alaires à effectifs constants.
Tableau n° 16 :
Cadrage prévu / exécuté (%)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Cadrage
1,65
1,78
1,75
1,78
1,75
1,77
1,75
1,75
Exécution
1,79
1,79
1,74
1,83
1,75
1,79
1,78
3,37
Source : INA et CIASSP
Ces évolutions témoignent du dynamisme des rémunérations de la masse salariale de
l’établissement, mais aussi de leur rigidité.
Au salaire de base par essence stable, s’ajoute un treizième mois consistant en une prime
non modulable, ainsi que des primes modulables. À cela se superpose un dispositif
d’intéressement et divers avantages sociaux revêtant une nature salariale. Le salaire de base et
le 13
ème
mois constituent plus de 93 % de l’assiette de la rémunération.
En 2022,
l’écart entre le cadrage notifié et le cadr
age réel est très important (3,37 %
contre 1,75 % prévu). L’INA le justifie par l’enveloppe hors cadrage autorisée
par les tutelles :
-
égalité professionnelle homme/femme (+ 20
000 €)
;
-
augmentations liées à la nouvelle organisation mise en œuvre en 2021
(+ 25
000 €)
-
enveloppe destinée à limiter les effets de l’inflation
(1,1 M€)
.
Là où les établissements publics relevant du ministère de la culture n’ont fait que verser
la prime « inflation » de 100 € accordée par le décret du 11 décembre 2021, l’Ina a déci
d’attribuer en sus une «
mesure d’augmentation générale exceptionnelle
» sur les salaires,
représentant 1,1 M€ en 2022, mesure que l’Institut souhaite reconduire en 2023. L’Ina avait
indiqué en 2022 que cette mesure « serait financée intégralement par l
’établissement
». En
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
51
2023, le financement de cette reconduction est de facto demandé au budget de l’État puisque
son niveau de trésorerie est insuffisant.
Cette attribution discrétionnaire de prime exceptionnelle accordée par l’INA avec
l’accord des tutelles
et
venue s’ajouter pour les salaires nets inférieurs à 2
800 € à la prime
« inflation
» versée par l’État
, confirme encore le caractère extrêmement géné
reux de l’Institut
vis-à-vis de ses salariés, dans un contexte de grande tension de sa trésorerie.
4.2
L’intéressement et les prestations du CSE constituent d’autres
avantages pour les salariés, onéreux
pour l’établissement
4.2.1
Un accord d’intéressement qui const
itue un complément à la rémunération
non négligeable
Un accord d’intéressement avait été signé au sein de l’Établissement le 25 juin 2014 pour les
exercices 2014 à 2016.
Cet accord était insatisfaisant au regard de ses critères d’octroi puisqu’il
le faisait reposer sur le résultat annuel alors que celui-ci dépend aussi de variations de provisions
sans rapport avec l’activité.
L’accord initial a donc été renégocié en 2017 pour aboutir à un nouvel accord triennal
2017-2019 fondé sur le COM et les indicateurs suivants :
trois d’activité que sont l’exécution
du PSN, l’audience numérique globale de l’Ina
et le taux d’insertion des diplômés Ina,
et deux
de gestion : le
taux de progression annuelle du chiffre d’affaires et le résultat budgétaire.
Chaque indicateur pesant
d’un poids égal de 20
% dans la détermination du niveau annuel de
l’enveloppe d’intéressement.
Le fait que le niveau du chiffre d’affaires occupe désormais une place centrale en lieu
et place du résultat net, résulte notamment d’échanges intervenus
fin 2016 entre l’Ina et la Cour
des Comptes. La CIASSP a formulé un avis favorable au projet d’accord, auquel en a succédé
un nouveau (2020-2022) signé le 22 juin 2020.
Tableau n° 17 :
Evolution de la prime d’intéressement
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Assiette
distribuée
455 269
542 206
1 136 329
1 478 396
1 103 968
0
1 388 312
806 650
Ayants droit
1 123
1 093
1 107
1 119
1 109
0
1 147
1 081
Moyenne
405,4
496,07
1 022,8
1 312,96
995,46
0
1 212,63
746,21
Cour des comptes, bilans sociaux.
En 2014,
l’intéressement distribué avait représenté 1,5 M€, soit 3
% de la rémunération
des salariés, alors que le résultat de l’Ina avait été largement déficitaire, il est vrai en raison
d’un prélèvement opéré sur le fond de roulement par le ministère de la cultur
e (ponction de
20
M€ sur la part de CAP).
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
52
En 2017
(sous l’empire du nouvel accord), le nombre de bénéficiaires était d’environ
1 100 salariés, dont un peu moins de 1 000 permanents. Chaque année, le résultat dépend du
temps de présence consécutif des salariés éligibles.
La part de l’intéressement
a atteint 2,3 %
du système de rémunération en 2017 et a plus que doublé par rapport à 2016.
Sur la période 2017-
2019, l’env
eloppe annuelle est globalement stable et permet le
maintien d’un résultat comptable positif.
En 2020, le produit des activités commerciales a été fortement affecté par la crise
sanitaire et malgré l’effort de maîtrise de ses charges courantes et l’attein
te des indicateurs
d’activités, la baisse brutale du chiffre d’affaires, ajoutée aux charges exceptionnelles liées à la
gestion de la situation sanitaire, ont conduit
l’Ina
à enregistrer un résultat net déficitaire
d’environ 4,5 millions d’euros
, qui expli
que qu’aucune prime d’intéressement
n’ait été
attribuée.
L
intéressement constitue en théorie un
élément d’agilité du système de rémunération
de l’Ina. Dans son cas cependant,
ce dispositif vient se superposer à un système de rémunération
déjà particulièrement avantageux qui vient grever
le résultat de l’
institut
alors qu’il est
en quête
de liquidités.
4.2.2
Un comité (social) d’entreprise richement doté
Les dotations au comité d’entreprise et autres avantages se situent en moyenne à 5,4 %
de la masse salariale entre 2014 et 2022.
Tableau n° 18 :
Dotations annuelles du comité d’entreprise
(
K€)
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Contribution INA
2 198
2 712,99
2 639,54
2 237,59
2 350,94
2 322,73
2 303,77
2 169,18
2 059,74
% / masse salariale
5,50 %
5,30 %
5,20 %
5,90 %
5,60 %
5,62 %
5,54 %
5,66 %
5,38
Source : rapports de la CIASSP
La majeure partie
de cette dotation va au restaurant d’entreprise (1,27 M€ en moyenne
sur les trois dernières années) ainsi qu’au comité interentreprises de l’ORTF
(CIORTF) auquel
l’Ina consacre 1,4 % de sa masse salariale
30
.
Bien que les dotations aient diminué en 2021, l’Ina abonde le CE à un niveau bien
supérieur à celui que lui impose la réglementation, et la CIASSP observe dans ses rapports qu’il
se situe dans la fourchette haute des organismes culturels et des sociétés de droit privé en
général.
Le budget du comité d’entreprise de l’Ina est près de 7 fois supérieur
(et non deux fois
comme le soutient l’Ina)
à la moyenne des sociétés de droit privé en France, étant précisé que
selon l’article R. 2315
-
35 du code du travail, les restaurants d’entreprise font partie des activités
sociales et culturelles. Même si la législation ne fixe pas de maximum, la part consacrée aux
œuvres
sociales et culturelles constitue u
n avantage notable pour les salariés de l’établissement
30
La Cour a contrôlé en 2018 le CI ORTF et émis des recommandations sévères quant à sa gestion.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
53
(mais aussi pour l’employeur, qui ne paie pas de charges sociales sur ce budget). Cela vient
s’ajouter au constat général selon lequel les salariés de l’Ina bénéficie
nt de conditions de
rémunération privilégiées.
Le remplacement fin 2019 du comité d’entreprise par le comité social et économique,
nouvelle instance unique représentative du personnel, ne change qu’à la marge les règles
applicables, pour les seules entreprises de plus de 2000 salariés. L’Ina n’est donc pas concerné.
Ce sont les différents comités d’entreprise eux
-mêmes qui adhèrent au comité
interentreprise et non l’entreprise elle
-
même. Dès lors que le CSE de l’Ina cesserait d’en faire
partie, ce dernier ne serait plus tenu par l’obligati
on contractée au titre des accords dits
« Schöller
» conclus le 30 mai 1984 entre les organisations syndicales de l’audiovisuel public
et l’association des employeurs du service public de l’audiovisuel.
Le 29 juin 2010, lors de
l’assemblée générale du CIORTF, les comités d’entreprise de l’audiovisuel public ont décidé
de le maintenir, tout comme son niveau de financement. Or, l’
association patronale ayant
disparu en 2009 lors de la création de France Télévision, ces accords n
’étaient
en principe plus
opposa
bles à l’employeur.
Depuis lors, le CIORTF est devenu le comité des activités sociales et culturelles inter-
entreprises (CASCI) en 2017, chargé de gérer des activités sociales communes au sein de
l’audiovisuel public, ce que les différents CSE des entreprises du secteur ont acté lors d’une
assemblée plénière du 10 décembre 2019. Ces
éléments sont autant d’obstacles à une
modification
par l’Ina
de son taux historique de contribution.
4.3
Une réduction des effectifs insuffisante pour maîtriser la masse
salariale dans la durée
Durant la période sous contrôle, l’INA a traversé de profondes mutations décrites dans
la première partie, qui se traduisent par l’évolution de ses activités et des compétences requises
pour accomplir ses nouvelles missions, dans le cadre d
e l’organisation revue récemment
. La
primauté est désormais moins aux métiers axés sur le PSN qu’à ceux en lien avec le caractère
de plus en plus prégnant de l’INA comme entreprise technologique.
Pour l’heure, cette évolution ne s’est pas traduite par une
diminution significative des
effectifs, malgré une tendance à la baisse et des mesures incitatives de départ.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
54
4.3.1
Une diminution lente des effectifs accélérée par deux plans de départ
volontaire à la retraite
4.3.1.1
Un niveau toujours élevé d’effectifs malgré la di
minution des CDI
4.3.1.1.1
Une diminution sensible des salariés permanents
U
ne indiscutable diminution des CDI s’observe entre 2015 et 2022 (
- 6,7 %), compensée
en partie par un recours accru à des salariés recrutés par contrats à durée déterminée de droit
commun ou
à usage unique (CDDU) non soumis à l’accord collectif. Ainsi,
l’augmentation des
effectifs ETPT pour 2017 est imputable à la sensible reprise des recrutements de CDD de droit
commun, de l’ordre de 41,06 %, ce que l’Ina justifie par le choix assumé de priv
ilégier le
recours aux CDD pour le lancement de certains projets, une transformation ultérieure de ces
contrats en CDI étant envisageable selon leur pérennisation.
Tableau n° 19 :
Evolution des effectifs de l’Ina par statut d’emploi (en ETPT)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
CDI
945,42
925,38
919,26
912,61
912,86
903,07
893,85
881,89
CDD
33,52
33,18
46,81
45,79
43,17
49,89
41,1
42,52
CDDU
21,27
30,78
24,23
30,53
27,09
31,97
44,61
37,67
Fonctionnaires
détachés
1
7,75
7,33
7
7
7
6,67
6
Autres*
19,58
18,58
19,83
23,08
23,5
24,09
26,08
25,32
TOTAL
1020,79
1015,67
1017,46
1019,01
1013,62
1016,02
1012,31
993,12
Source : Cour des comptes, à partir des données CIASSP et INA
* Apprentissage, alternance, doctorants et post-doctorants, contrats de professionnalisation, stagiaires
4.3.1.1.2
Un recours accru aux CDDU
Pour assurer certaines missions l’Ina fait appel à des personnels extérieurs qu’il recrute
par contrat à durée déterminée à usage unique (CCDU) d’une durée de 42 jours en moyenne en
2022.
Deux secteurs y ont plus particulièrement recours : la diffusion et les éditions, et la
formation professionnelle et de l’enseignement. Pour les distinguer, l’INA dénomme ceux qui
évoluent dans le domaine de la formation comme des intermittents, ce qui vu
de l’extérieur
peut
prêter à confusion.
Si les charges correspondantes peuvent être présentées en gestion comme des charges
d’exploitation, elles s’assimilent à des charges de personnel en termes comptables, et peuvent
donc être prises en compte dans cette mesure dans l’appréciation de la masse
salariale de
l’établissement.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
55
Graphique n° 5 :
Charges représentées par les CDDU de l’Ina
Source : Cour, à partir des rapports de gestion
Au-delà des besoins liés à certains projets ponctuels et spécifiques, la direction chargée
de la formation recourt de plus en plu
s à des CDDU pour l’emploi
de ses formateurs externes
plutôt que sous statut de prestataire constitué en travailleur indépendant, en autoentrepreneur
ou en société.
Selon l’Ina, cela lui permet d
e réduire au minimum les risques juridiques
31
attachés au recrutement de collaborateurs occasionnels sous statut de prestataire.
Pour ce faire, la direction juridique a élaboré un guide des bonnes pratiques, diffusé en
2018, en matière de recours à des collaborateurs occasionnels pour les activités de formation et
d
e production de l’Ina.
Les enjeux financiers liés à l’évolution importante de ces modes de recrutement
nécessitent que l’Ina n’en abuse pas en y recourant systématiquement dans des cas où sa
justification n’apparaitrait pas clairement. De ce point de vue,
alors que le département des
productions audiovisuelles en est très consommateur, les recours à des CDDU de la direction
chargée de la diffusion et de l’innovation doivent faire l’objet d’une vigilance accrue.
4.3.1.2
Un turn-over limité
L’INA opère des recruteme
nts externes (45 par an en moyenne sur la période) sans
remplacer
pour autant l’ensemble des postes vacants (entre 15 et 24 par an selon les années)
dont beaucoup sont pourvus par des mouvements internes. Certaines années toutefois (2017,
2020), l’INA a procédé à presque autant de recrutements qu’il y avait eu de sorties.
31
Ces risques sont de nature non seulement prudhommale, par requalification possible du contrat de
prestation en contrat de travail, mais également pénale en raison
d’une possible assimilation à de la sous
-traitance
illégale.
0
1 000
2 000
3 000
4 000
5 000
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Formation
Diffusion-Edition
Communication
Autres
TOTAL
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVI
SUEL
56
Tableau n° 20 :
Turn-over (2015-2022)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Recrutements
83
75
86
64
61
78
110
63
Dont externes
64
32
32
23
21
31
78
25
Dont internes
19
43
54
41
40
47
32
38
Sorties
63
64
56
51
46
47
61
57
Flux
20
11
30
13
15
31
49
6
Source : Cour, à partir des bilans sociaux et des rapports de la CIASSP
Alors que le taux de départ paraît relativement élevé (+ de 6 % en moyenne sur les
8
années de la période sous revue), il n’est dû que pour moitié aux départs à la retraite, soit
moins qu’escomptait l’INA en 2015.
4.3.2
L’INA a financé deux plans de départs volontaires à la retraite
Le COM
4 était fondé sur l’hypothèse du départ en retraite, e
ntre 2015 et 2019, de
250
collaborateurs, soit un quart de l’effectif, alors que seules 150 personnes
ont de fait quitté
l’établissement durant cette période.
L
’Ina étant un EPIC, les contrats de travail obéissent aux règles de droit privé qui
autorisent un salarié à partir beaucoup plus tard que dans un établissement public administratif.
Un salarié de l’Ina peut décider de ne pas faire valoir ses droits à la retraite avant l’âge de
70 ans, même si dans la pratique il lui est demandé quelles sont ses inte
ntions lorsqu’il atteint
l’âge de 65 ans, et qu’en moyenne les départs se sont jusqu’alors produits entre 63 et 65 ans.
Face au constat d’un nombre de départs à la retraite moindre qu’escompté, mais aussi
pour renouveler ses effectifs, l’Ina a donc conçu
en 2020 un plan incitatif de départs volontaires
à la retraite susceptible de concerner une part des 59 salariés répertoriés comme potentiellement
éligibles, dont la moitié ne seraient pas remplacés dans l’optique de la direction.
Le dispositif qui conce
rnait ceux ayant atteint l’âge légal ouvrant droit à une liquidation
à taux plein, a consisté
dans le versement d’une prime exceptionnelle venant en complément de
l’indemnité conventionnelle issue de l’accord d’entreprise. Il était au départ estimé à 1,2 M€.
Ce plan n’ayant pas abouti à un accord
32
, la direction l’a maintenu unilatéralement, ce
qui a permis à quarante salariés de s’inscrire dans le dispositif, impliquant un départ à la retraite
avant le 31 mars 2021.
La direction a décidé de réitérer une pr
oposition de complément d’indemnité de retraite
jusqu’au 31 décembre 2022 correspondant à l’échéance du COM 5, pour les salariés ayant
atteint l’âge légal ouvrant droit à une liquidation de retraite « à taux plein
. »
32
PV de désaccord du 4 juin 2020
: le désaccord a porté sur l’engagement de la direction sur le taux de
remplacement des salariés, souhaité par les organisations syndicales mais considéré insuffisant (au moins un tiers
assuré par l’Ina contre la moitié demandé par les OS).
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
57
Le complément brut
33
de rémunération va de 3 mois (pour une ancienneté de 5 à 14 ans)
à 6 mois pour les salariés ayant une ancienneté supérieure à 35 ans.
Ce dispositif a
in fine
coûté à l’Ina
1,3 M€ en 2020 et 0,9 M€ en 2022. Il a été financé
grâce à un fonds
d’assurance affecté au financement
des indemnités de fin de carrière, qui a
évité l’Ina de puiser dans sa trésorerie.
En termes d’ETPT, cette campagne a permis une baisse des
effectifs, mais il faut
toutefois observer que le nombre de départs à la retraite a fortement diminué par rapport à 2021
et que l’Ina a
connu un nombre de démissions élevé (13, contre 8,7 en moyenne les années
précédentes).
Rien ne permet donc de conclure que le niveau bas atteint en 2022 traduise une tendance
durable, en l’absence de projections fiables sur les sorties et les recrutements à venir. D’après
les documents servant de discussion entre le ministère de la culture e
t l’établissement en vue
du COM 6, l’I
na évoque
d’ailleurs
une évolution de ses ETPT située entre -5 et +10 salariés.
D’après les données de l’Ina,
peu de documentalistes figurent parmi les partants. Par
ailleurs, si les rémunérations des sortants et celles des nouvelles recrues sont connues, cela ne
suffit pas à apprécier la pertinence du dispositif sur le plan financier, alors que celui-ci a
probablement suscité un
effet d’aubaine
chez certains.
Pour l’Ina,
les 24 remplacements et les 10 transformations de poste auxquels il a été
procédé dans ce cadre ont permis d’accompagner le déploiement de sa nouvelle organisation et
de sa stratégie grâce au renouvellement et à l’apport de nouvelles compétences, tout en
contribuant à l’accélération de la croissance du
chiffre d’affaires et au développement de
nouvelles activités. Ces deux dispositifs se sont traduits par une baisse des effectifs des
magasiniers (-48 %) et des techniciens (-38 %), les premiers encore en place ayant par la suite
été formés pour intégration des supports dans les bases, et les seconds ayant vu leurs taches de
numérisation réduite au profit des contrôles de qualité.
Toutefois, très peu de documentalistes ont été concernés par ce dispositif, alors qu
’il n’a
pas été démontré que les activités
d’éditorialisation
occupaient pleinement les personnels qui
se consacraient auparavant au PSN.
4.3.3
L’I
na doit pouvoir agir de manière plus volontariste sur ses effectifs
L’EPIC est confronté à une double difficulté
: il doit élaborer des scénarios précis de
limitation du nombre des recrutements tout en renouvelant les métiers et en maîtrisant bien par
ailleurs le niveau de ses salaires, dans un contexte de sorties à apprécier finement.
En tout état de cause, le fait d’avoir instauré un plafond et maintenu un
système
d’évolution générale des rémunérations impose que l’établissement soit en mesure de mener
une gestion prévisionnelle fine des emplois et des compétences, voire réduise nettement ses
effectifs sous accord collectif, comme la CIASSP l’y a d’ailleurs
, en vain, invité à plusieurs
reprises.
33
Ce complément est assujetti aux cotisations de sécurité sociale ainsi qu’à la CSG et à la CRDS et il est
par ailleurs imposable.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
58
4.3.3.1
Une évolution des métiers à prendre en compte
Dans ses responsabilités d’employeur, l’Ina doit, entre autres, préserver l’emploi en
veillant à garantir l’employabilité de ses collaborateurs. L’institut estime s’être
attaché à
accompagner ses personnels dans les profondes mutations
qu’il traverse d’une part, avec
l’anticipation des évolutions telles que la diminution progressive de la charge liée au PSN au
profit de nouvelles activités technologiques et d’autre part, a
vec le déploiement de parcours de
formation adaptés.
L’achèvement du Plan de sauvegarde et de numérisation (PSN) induit
en effet une
évolution des métiers au sein de l’Ina et notamment le corps des documentalistes qui avaient
été recrutés en nombre pour m
ener à bien le travail d’indexation des contenus archivés.
En
dehors d’eux
, tous les métiers en rapport avec le PSN sont concernés.
L’Ina compte encore 125 cadres
« documentaires », répartis
aujourd’hui
au sein de trois
directions : les patrimoines, les éditions et les contenus.
En 2015, le PSN était en grande partie exécuté, mais il était prévu qu’il continu
ât de
mobiliser pour quelques années encore
une soixantaine d’ETPT (environ 7 cadres, 3 chefs de
projets, 30 techniciens, 10 documentalistes et 10 magasiniers).
Les nouveaux projets numériques symbolisent également l’évolution
inévitable du
métier de documentaliste de la simple indexation des contenus au départ à leur éditorialisation
aujourd’hui
. Cette évolution est à considérer avec
d’autant plus d’
attention
qu’arrivent à
maturité des
solutions d’intelligence artificielle dédiées au travail d’indexation
et aux capacités
insoupçonnées.
Au sein de
l’Ina, le métier traditionnel de documentaliste, consistant à faire de
l’indexation, est donc amené à s’éteindre. L’
Ina a fait le choix de les repositionner sur les
activités d’éditorialisation et les compétences qu’appellent la construction de nouvelles o
ffres,
produits, contenus et usages, la question étant de savoir si ces nouvelles activités suffiront à
occuper l’ensemble des personnels concernés, ce que l’instruction n’a pas permis de déterminer
.
L
a mise en œuvre d’
un plan social destiné à libérer des postes et pourvoir les « métiers
d’avenir
»
n’est pas à l’ordre du jour ni pour l’institut ni pour ses tutelles, et elle ne figurera
donc pas dans la trajectoire retenue pour 2024-2028.
Des réformes sont intervenues ou sont prévues concernant la direction des patrimoines
et notamment son service documentaire qui serait restructuré pour accompagner plus
spécifiquement les évolutions des procédés de description des collections. Dans cette optique,
ce service doit déployer une feuille de route visant à anticiper les futures pratiques, repenser
l’activité de traitement en mode projet, et conduire l’intégration progressive de l’intelligence
artificielle dans les pratiques métiers.
La Cour en prend acte,
tout en observant ne pas être en mesure d’apprécier concrè
tement
la réalité de l’employabilité des personnels reconvertis au sein de l’Ina sur des activités autres
que celles concernant le PSN.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
59
4.3.3.2
Cette démarche peut s’appuyer sur des outils de gestion des ressources
issus du
dialogue social
Jusqu’en 2015, l’Ina
n’avait pas vraiment de politique structurée d’anticipation
individualisée des calendriers de départ, de recrutements et de transmission des savoir-faire
rares. La proximité de l’achèvement du PSN l’a conduit à mettre en place une gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) à partir de 2016 et la fin du PSN en
2020 nécessite de persévérer dans ce sens.
En matière de GPEC, l’Ina fait face à de réels enjeux, progressivement pris en compte.
En effet, la vague prévisible de départs en retrait
e de ses personnels alliée d’une part à un taux
de sortie (hors CDD et retraite) élevé depuis plusieurs années et d’autre part à la nécessité de
préserver et de transmettre les savoir-
faire rares notamment, l’ont conduit à persévérer en ce
sens et permis d
’indéniables avancées.
Finalisée depuis 2018-
2019, la GPEC en vigueur à l’Ina a permis de notables progrès
en matière de gestion de ses ressources humaines. L’Institut doit persévérer dans ce sens face
aux enjeux à venir (départs à la retraite prévisibles, nouvelles compétences recherchées, etc.).
De ce point de vue,
la pyramide des âges offre à l’Ina des opportunités certaines en
matière de réduction et de renouvellement de ses effectifs, puisqu’elle se caractérise par une
proportion importante de salariés âgés entre 46 et 60 ans, et une part élevée de plus de 55 ans
(plus de 1/3 des effectifs).
L’Ina doit tirer parti de cette accélération des départs à la retraite qui
devrait s’amorcer à partir de 2026.
La mise en place par l’Ina d’une démarche de gestion
des emplois et des parcours
professionnels (GEPP), adossée notamment à son observatoire interne paritaire des métiers et
articulée avec son COM, revêt également de réels enjeux de stratégie RH et doit être poursuivie,
en dépit des difficultés de dialogue social qui persistent sur ce sujet.
L’Institut s’est engagé, aux termes du PV de désaccord du 15 mai 2017 concernant la
négociation obligatoire sur la GEPP et la mixité des métiers, détaillé infra, à pourvoir à minima
la moitié des vacances de poste par la mobilité interne, ce qui offre une garantie suffisante aux
partenaires sociaux en termes de préservation de l’emploi tout en limitant le recours à des
recrutements externes, répondant ainsi à la nécessité de jouer davantage sur le levier volume
constitué par la masse des effectifs.
_________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE____________________
Au cours de la période, l’Ina a enregistré une baisse de ses effectifs
dans un contexte de
numérisation des outils et d’évolution des compétences
. Celle-ci ne
s’est pas accompagnée
d’une diminution de ses dépenses de personnel en raison du dynamisme de la masse salariale
assise sur un système de rémunération et d’avantages
(y compris la durée du travail)
particulièrement favorables aux personnels sous accord. L
a renégociation de l’accord
d’entreprise en 2020 a ouvert des perspectives de modulation qui restent cependant
insuffisantes pour faire face aux enjeux de l’
établissement.
Dans les années qui viennent, la gestion de la masse salariale devra s’appuyer
également sur des gains de productivité.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
60
Les plans de départ volontaire à la retraite
mis en œuvre par l’Ina lui ont permis en
partie de réguler le niveau de ses effectifs et de ses métiers. Au regard du bilan détaillé de ces
plans et à titre supplétif, l
’Ina pourra apprécier l’opportunité de réitérer l’expérience
pour
poursuivre ses réformes structurelles.
Recommandation n° 2.
(Ina)
: Contenir l’évolution de la masse salariale
en jouant sur
l’ensemble des leviers
possibles.
5
DE LOURDS INVESTISSEMENTS DANS LES SYSTEMES
D’INFORMATION
ET
L’
IMMOBILIER
Entre 2015 et 2022, le montant total des dépenses d’investissement s’est élevé à 186,9
M€, répartis ainsi qu’il suit.
Graphique n° 6 :
Investissements par activités
de l’Ina (2014
-2022)
Source : Cour, rapports de gestion
5.1
La place toujours centrale des systèmes
d’information
après
l’achèvement du PSN
La période sous revue a vu la poursuite
du PSN lancé en 1999 jusqu’à son
achèvement
prévu en 2020. Pour autant, cela ne signifie pas la fin des investissements de
l’Ina
en matières
informatique et numérique, puisque la poursuite du déploiement de sa stratégie de média
patrimonial en requiert autant, sinon plus, pour permettre la découvrabilité des collections et
des données associées afin de les rendre accessibles au public.
0
10 000
20 000
30 000
40 000
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Collections
Contenus - Diff° et innov°
DDEFC
Directions supports
TOTAL
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
61
Ces investissements sont désormais conduits par la nouvelle direction Data et
Technologies qui a absorbé l’ancienne direction des collections
pour favoriser
l’indispensable
unification de
la gouvernance des systèmes d’information (SI)
dont la dissémination était
sourc
e de doublons et d’inefficience.
Cette direction
compte aujourd’hui plus de 310 salariés,
soit presque le tiers des effectifs de l’
INA.
Cette concentration des
pouvoirs au sein d’une seule direction
aux prérogatives
hautement techniques
est contrebalancée par l’intervention du comité d’investissement (qui
arbitre), du comité de direction générale et des comités relatifs aux chantiers prioritaires.
Toutefois, les enjeux financiers et stratégiques sont tels pour l’Ina qu’une gouvernance
spécifique et indépendante
des systèmes d’information s’impose.
5.1.1
Des investissements
et des coûts d’exploitation des systèmes d’information
considérables, à expertiser
Les investissements informatiques sont essentiellement captés par l’activité liée aux
coll
ections (PSN, numérisation) et aux contenus, à la diffusion et à l’innovation, auxquels
s’ajoutent les investissements «
généraux » supportés par la DSI/Data-Tech.
Ces trois postes représentent 135 M€ entre 2015 et 2022, dont 95,6 M€ supportés par
cette dernière.
Alors que la part du PSN dans les investissements informatiques a fortement diminué
sur la période (-
85 %), passant de 4,3 M€ à 0,65 M€, le budget «
collections
» n’a baissé que
de 12 % (de 5,8 M€ à 5,1 M€) sur la même période.
Les investissements ont donc vu la part liée à la numérisation du PSN diminuer
progressivement pour être en quelque sorte orientée désormais
vers d’autres investissements
techniques, tels que la sauvegarde, la livraison et l’archivage numérique, l’exploitation,
ou les
captations TV et Radio (pour une part assez faible).
En 2019, la majeure partie des investissements « collections » correspond à des charges
de restauration que l’Ina a comptabilisées en production immobilisée au terme d’un travail
ayant permis d’identifier les copies susceptibles d’être valorisées. En 2020, l’arrêt de l’activité
technique durant le confinement dû à la crise sanitaire explique une chute des investissements
de plus de 4,3 M€ due en partie aussi à la fin des numérisations des fonds anciens du PSN
. Les
années 2021 et 2022 correspondent à la reprise de l’activité de l’Ina.
5.1.1.1
Plus de 50 M€ investis sur les quatre dernières années
Avant que la réorganisation n’ait lieu
, les investissements
de l’ex
-DSI se répartissaient
en trois grandes catégories, complétées par des « études » qui, si elles ne sont pas reconduites
chaque année,
peuvent atteindre des montants élevés, comme en 2019 (1,8 M€). Ces trois
familles d’investissement sont
:
-
Les projets techniques, qui
comprennent notamment le plan d’équipement, la gouvernance
des systèmes informatiques et les processus ainsi que le réseau ;
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
62
-
Les projets « métiers », qui
concernent les collections, la diffusion et l’innovation,
l’enseignement, la formation professionnel
le et le conseil ainsi que les besoins des
directions supports ;
-
Et enfin, les projets transverses.
Pour assurer la continuité des données, le choix a été fait par la Cour de conserver les
typologies en vigueur antérieurement à la réorganisation de la direction.
Tableau n° 21 :
Dépenses
d’investissement (réalisé) de
la DSI/Data-Tech
(K€)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Projets techniques
2 419
3 243
3 496
4 234
3 965
3 769
4 908
5 090
Projets métiers
3 380
3 238
4 649
6 014
8 581
6 392
4 677
4 811
Projets transverses
903
1 800
1 643
2 884
1 715
2 206
1 454
1 646
Etudes
33
/
29
205
1 810
258
35
100
TOTAL
6 735
8 281
9 817
13 337
16 071
12 625
11 073
11 646
Source : Cour, à partir des documents financiers
Sur la période, le total des investissements de la DSI/Data-Tech
s’élève à
89
,6 M€, et à
75 M€ hors
PSN, soit en moyenne annuelle respectivement 11,2
M€
et 9,4 M€
.
Il est par ailleurs à noter des écarts entre les montants budgétés et exécutés, qui en soi
peuvent
se justifier en fonction de l’avancement ou de la maturité des différents projets, ainsi
qu’une porosité entre les différents projets selon qu’on les considère du point de vue de leur
budgétisation ou de leur exécution.
Tableau n° 22 :
Dépenses d’investissement budgétées (K€)
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Projets techniques
1 707
3 243
3 082
2 922
4 274
4 098
3 720
4 432
Projets métiers
3 380
3 238
5 005
5 560
6 553
5 922
4 476
5 042
Projets transverses
903
1 800
2 328
2 368
5 408
1 841
2 257
1 761
Etudes
745
200
150
9
707
TOTAL
6 735
8 281
10 615
11 000
16 244
12 568
10 453
11 235
Source : Cour, à partir des rapports de gestion (complété par
l’Ina
pour 2021 et 2022)
Du rapprochement des tableaux précédents, il ressort que si les dépenses totales sont
relativement proches en termes de montants prévus et exécutés, des mouvements se sont opérés
au sein des familles de projets : en 2015 par exemple, si le total exécuté équivaut au total
budgété, la répartition entre les différents projets a passablement évolué, les crédits initialement
prévus pour les études ayant été reroutés vers les projets techniques.
D’autres modifications sensibles sont observables les années suivantes. S’il n’est pas
absurde ni
interdit de reventiler des crédits entre les différents postes en cours d’année en faisant
preuve d’une certaine souplesse, il conviendrait néanmoins que ces
arbitrages internes donnent
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
63
lieu à une information précise et claire des instances de gouvernance étant donné les montants
en jeu.
5.1.1.2
Plus de
81 M€
de coûts d’exploitation et de maintenance
sur 8 ans
Au
budget d’investissement très conséquent
de
l’Ina, s’ajoute le poids des dépenses
informatiques de fonctionnement.
Ces dépenses portent sur trois postes principaux : les « études et le développement »
(maintenance applicative, hébergement, maîtrise d’œuvre de projets métiers) et les
« opérations
» qui recouvrent essentiellement l’exploitation des systèmes informatiques
, mais
aussi la maintenance opérationnelle, les réseaux et les télécommunications, ainsi que les
prestations d’interventions techniques, la transformation des SI, le stockage des données et la
sécurité des SI, notamment.
Tableau n° 23 :
Charges d’exploitation de la DSI/
Data-Tech
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2022
Frais de fonctionnement
16
139
176
4
251
165
35
43
Architecture et innovation
336
589
209
633
445
673
Etudes et développements
3 317
3 316
3 295
3 223
2 293
3 714
3 780
5 465
Opérations
4 627
4 211
3 899
4 435
4 599
5 725
7 142
6 974
Projets techniques et plan
d'équipement
413
346
816
993
974
1 114
858
1 015
Projets métiers
7
16
35
71
476
Projets transverses
37
71
TOTAL
8 417
8 099
8 557
9 315
8 802
11 351
12 260
14 169
Source : Cour, rapports de gestion, compléments INA 2021 et 2022
Certaines prestations informatiques (conception et maintenance informatique,
infogérance) ont connu d’importantes hausses en 2022 dans un marché très concurrentiel et
marqué par des tendances inflationnistes.
Les rapports de gestion donnent plus d’information à leur sujet que
sur les dépenses
d’investissement (voir annexe
n° 8 sur leur objet et leur répartition).
S’il n’est pas du ressort de la Cour d’en apprécier l’opportunité
ou la pertinence, le
constat s’impose que l’équipement informatique et numérique de l’Ina
présente en
fonctionnement un coût considérable qui appelle une vigilance particulière.
5.1.2
Le besoin d
’une gouvernance spécifique des systèmes d’information
En interne, l’Ina assoit sa politique d’investissements sur les outils conçus par la
direction Data et Technologies que sont les schémas directeurs triennaux (2021-2023 puis
2023-
2027) et les bilans qu’elle dresse chaque année au travers de ses «
portefeuilles de projets
stratégiques. »
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
64
Les schémas directeurs se présentent comme des documents pédagogiques qui
concernent essentiellement la sécurité des systèmes d’information, dont le coût est important
(400 K€ en moyenne sur la période) mais ne représente qu’une infime partie des in
vestissements
et des frais d
’exploitation.
Quant aux bilans, ce sont des documents très précis, mais aussi très techniques et
complexes à usage essentiellement interne à la direction Data-Tech, difficilement intelligibles
ou parlants pour des non-initiés.
Les documents financiers, et notamment le rapport de gestion et ses annexes,
comportent peu d’informations sur la nature de ces investissements et la façon dont ils se
répartissent au sein des différents types de projets, ce qui rend difficile d’en appré
hender la
réalité au travers d’exemples concrets. Ceci l’est d’autant plus que d’une année sur l’autre la
présentation des rapports peut changer
, de même que le contenu et le niveau d’information,
sans compter l’impact qu’a eu la réorganisation administrat
ive sur la répartition des dépenses.
Il ressort enfin des procès-
verbaux du conseil d’administration que la question des
investissements dans les technologies numériques et de l’information sont rarement évoqués,
la création du Data Center ayant au moment de son installation été lui-même moins abordé sous
cet angle que sous celui du volet immobilier de Bry 1.
De ce point de vue, il existe un décalage certain entre les informations divulguées sur
l’immobilier et
sur
les systèmes d’information
, alors que ces derniers représentent dans la durée
des enjeux financiers largement aussi
importants pour l’Institut.
À cet égard on peut relever que le CAS, lors de sa réunion du 16 septembre 2021 avait
souhaité qu’une réunion de travail puisse être consacrée «
à l’exa
men du portefeuille des projets
de la direction Data et technologies
». Il est regrettable que cet examen par le CAS n’ait pas eu
lieu au vu des importants enjeux
financiers pour l’établissement de ces projets.
Si concentrer l’ensemble des prérogatives relatives à ces systèmes au sein d’une seule
direction est souhaitable car favorisant la rationalisation des dépenses et le lancement de
campagnes cohérentes en matière d’équipements, il importe que cette
structure ne dispose pas
d’un pouvoir absolu en la mat
ière au vu des enjeux considérables que représenteront dans
l’avenir les technologies du numérique et de l’informatique, notamment
dans le domaine de
l’intelligence artificielle.
L
’Ina et l
e ministère de la culture partagent cette analyse et proposent que ce rôle
d’expertise en matière d’investissements stratégiques soit dévolu au comité d’action stratégique
en accueillant en son sein deux experts indépendants choisis à raison de leur compétence dans
les domaines concernés.
La Cour formule donc la recommandation n° 3 figurant à la fin de la partie 5.
5.2
Un
e période marquée par d’importants enjeux
immobiliers
Le Val-de-Marne a longtemps constitué un site emblématique pour le cinéma avec des
studios à Joinville-le-Pont, Saint-Maurice et Bry-sur-Marne (Ina et Société française de
production), même si
ce n’est plus
autant
le cas aujourd’hui
puisque les principales entreprises
de télévision et de radio se trouvent à l’ouest de Paris (TF1, France Télévisions, Radio France,
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
65
Canal+).
Néanmoins, beaucoup d’acteurs
du milieu du cinéma ou de l’audiovisuel sont encore
implantés dans le secteur de la Seine-Saint-Denis (Cité du cinéma ouverte en 2012, studios de
La Plaine Saint-Denis, École nationale supérieure Louis Lumière) et des projets de synergies
demeurent entre ces entités.
La période sous contrôle a été marquée par une vaste opération immobilière visant à
regrouper les services de l’Ina sur le site de Bry sur Marne et à rationaliser ainsi ses emprises,
mais
l’Institut reste
confronté à de forts enjeux immobiliers concernant les délégations
régionales, le bâtiment de Bry 2 et le site de Saint-
Rémy l’Honoré.
5.2.1
Une rationalisation du parc locatif malgré le maintien des délégations
régionales
À sa création en 1975,
l’Ina
s’est installé
e à Bry-sur-Marne sur un vaste terrain situé à
la limite du plateau briard et du coteau de la Marne, dans trois bâtiments historiquement dédiés
au centre de formation de l’ORTF. Le bâtiment dit Bry 2 a été construit à la fin des années 80
sur un terrain voisin (voir plan masse en annexe n° 2).
L’I
na est propriétaire de ces 4 bâtiments
d’une surface de 36
177 m² et de leur assise foncière (7,09 hectares).
L
e Centre de formation de l’ORTF, d
ésormais dénommé « Bry 1 », constituait à la fois
le bâtiment amiral et
l’entrée principale du site
, mais il ne
pouvait pas accueillir l’ensemble des
personnels de
l’Ina. C’est pourquoi l’Ina
a au début des années 1990 loué des immeubles à Bry
même (Bry 3, destiné aux services de la captation des programmes des chaînes de télévision et
des stations de radio, les catalogueurs et les documentalistes) ou à Paris pour accueillir une
partie de ses effectifs.
L’I
na
est également propriétaire d’un
vaste ensemble situé à Saint-
Rémy l’Honoré, qui
abrite les collections historiques.
5.2.1.1
Un parc locatif coûteux dont
l’Ina
s’est opportunément
défaussé
En 2015,
l’Ina
était locataire de trois immeubles en région Île-de-France :
-
Depuis 1991, un bien abritant seulement 45 agents de la direction déléguée aux contenus
(DDC) situé rue de Patay dans le XIII
ème
Arrondissement de Paris, pour un loyer prohibitif
de 850 K
€ H
T et hors charges par an ;
-
L’
immeuble dit « Bry 3 »
qu’elle occupait depuis 1990 et qui appartenait à une société de
droit privé
34
avant que cette dernière ne le cède à la mairie de Bry sur Marne le 10 juillet
2018. Cet immeuble situé sur un terrain voisin de celui de
l’Ina
comportait 3000 m
2
de
bureaux et plusieurs places de stationnement, loués pour 500 K€ par an
;
-
Depuis le 1
er
août 2013, un immeuble dit «
L’
Open
» d’une surface de 1351 m
2
et doté de
15 places de parking situé à Issy les Moulineaux, moyennant un loyer annuel de
522 K€ HT et hors charges.
34
IDF Industries Marne
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
66
Dans son précédent rapport, la Cour avait estimé que le bail d’Issy
-Les-Moulineaux était
cohérent car lui permettant de rapprocher ses formations des chaines de télévisions clientes.
Quant aux autres baux, la Cour avait recommandé de les rationaliser, notamment celle située
dans le XIII
ème
arrondissement de Paris au regard de son intérêt et de son coût.
Dès son arrivée en 2015, le nouveau président a amorcé un salutaire processus
d’abandon des immeubles de la rue de Patay et de Bry 3, le premier parce qu’il était sous
-
occupé
(sa capacité d’hébergement était de 250 postes de travail, pour 45 occupants
présents),
le second parce qu’il était en mauvais état
, les deux constituant une charge annuelle importante
de + 1,3 M€ pour l’Ina
. Ces orientations étaient assurément de bonne gestion.
C
e processus supposait d’accueillir les agents en les regroupant sur le site de l’Ina
de
Bry, alors que les locaux de Bry 1 et Bry 2
n’éta
ient pas suffisants pour ce faire.
Si l
’abandon de l’immeuble de la rue de Patay réalisé en avril 2016 a permis à l’Ina
de
réaliser une économie de 2,5 M€ sur la durée de bail restant à courir, l’I
nstitut a dû prendre à
bail des bureaux de passage pour accueillir provisoirement les commerciaux de la DDC, mais
aussi les directeurs ou salariés qui avaient émis le souhait de disposer ponctuellement
d’un lieu
de travail ou de réunion à Paris. Cela leur a été accordé en dépit de la charge en résultant pour
l’Institut
.
Jusqu’en mai 2018, l’Ina
a ainsi loué des locaux dans le XII
ème
arrondissement de Paris
qui se sont avérés fort coûteux (loyer annuel de 75
000 € pour 40 m
2
et suppléments liés à la
réservation de salles de réunion) et qui plus est inadaptés aux besoins des salariés.
Une solution de remplacement a été trouvée le 3 septembre 2018 dans le VII
ème
arrondissement de Paris, à une adresse abritant des entreprises dédiées au monde du numérique,
moyennant un sous-loyer annuel de 90
000 €
pour 120 m
2
(accès compris à des salles de réunion
et à un auditorium permettant d’accueillir des manifestations de l’Ina
).
L’I
na a résilié son
contrat de sous-location le 24 novembre 2020 (avec
prise d’effet au 31 décembre
).
Ainsi que le CAS de
l’Ina
a pu s’en étonner, il ne semble pas qu’ait
jamais été étudiée,
pour ces locaux de passage, la faisabilité d’une mutualisation avec des implantations
parisiennes
d’autres entreprises audi
ovisuelles publiques.
La présidente du CAS
avait demandé qu’un bilan global de l’ensemble des
implantations immobilières de l’Institut, incluant également ses six délégations régionales,
puisse être dressé fin 2019 et présenté au Conseil d’administration.
Ce bilan ne paraît pas avoir
été réalisé.
S’agissant du bail de Bry 3, la libération des lieux était tributaire de l’achèvement des
travaux sur le site de Bry 1 lancés en 2015/2016.
5.2.1.2
L
’organisation
des délégations régionales doit être revue
L’I
na dispose de 6 délégations régionales implantées en métropole (voir annexe n° 5),
dont la première (Ina Méditerranée) a été créée en 1978 et la dernière (Ina Atlantique) en 1997.
L
a présence de l’INA en région s’est inscrite dans une volonté de décentralisation de
ses missions de service public (plus particulièrement de la mise à disposition de ses archives à
des fins de recherche ainsi que de sa politique culturelle et éducative) et a été encouragée par
les ministères de tutelle dans les COM 2010-2014 et 2015-2019.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
67
Historiquement, ces délégations étaient chargées de conserver, sauvegarder,
documenter puis numériser les programmes produits et diffusés en région par les chaînes de
télévisions et de radio,
d’assurer l’organisation thématique, l’accès et la communication de ces
fonds et de r
elayer les activités de l’Ina sur le territoire. A partir des années 90
s, ces missions
ont été complétées et étendues à la contribution au développement des activités de distribution
commerciale de l’Ina
dans les territoires en initiant et pilotant notamment des cessions de droits
pour différents acteurs locaux (médias, institutions, entreprises privées, collectivités
territoriales…).
Chaque délégation
est dirigée par un délégué régional assisté d’un adjoint, qui dispose
d’une petite équipe de 3 ou 4 personnes
, soit actuellement 22 CDI et 4 CDD.
Le rapport précédent de la Cour s’était interrogé sur l’utilité de ces entités et avait posé
à
l’Ina
la ques
tion de savoir s’il était concevable de mettre en place une structure permettant de
s’en dispenser. L’Institut lui avait répondu que l
es délégations auraient plus particulièrement
vocation à proposer une offre numérique spécifique de contenu, qu’elles veil
leraient aussi à
engager résolument l’Ina dans des partenariats d’entreprises dans les domaines du Hi Tech, de
la recherche et de l’innovation numérique, offrant ainsi des perspectives commerciales de
progression importantes adaptées aux caractéristiques du marché local et aux possibilités
financières et logistiques des partenaires associés aux projets.
L
es budgets de délégations produits par l’INA (annexe n°
2) font apparaître un déficit
chronique d’environ 2,8 M€ par an lié principalement aux charges de p
ersonnel et à la gestion
immobilière (loyers
35
et charges d’entretien et de sécurité), soit 18,2 M€ sur la période de
contrôle
, bien qu’il faille mettre au crédit de l’Institut d’avoir déjà engagé une réduction des
surfaces des délégations (et donc des loyers), grâce à des mutualisations en région avec des
partenaires des médias et de l’audiovisuel (ex.
: Rennes, Lille/Roubaix et Lyon dernièrement).
La question de la pérennité des délégations est
d’autant légitime qu’elle intervient dans
un
contexte de tension de la trésorerie de l’I
na et que leur
chiffre d’affaires se situe très en deçà
de leurs charges.
La Cour constate la non-réalisation des « importantes marges de progression et
l’engagement résolu de l’Ina
dans des partenariats d’entre
prises »
qu’annonçait l’Ina en 2014
dans sa réponse aux précédentes observations
. En l’état,
la question de la pérennité des
délégations régionales reste plus que jamais
d’actualité
.
Les taches techniques menées au sein des délégations semblent pouvoir être effectuées
à partir du siège, de même que la plupart des activités de prospection locale, qui pourraient être
menées à distance et complétées éventuellement par des missions de plus ou moins courte durée
pour un coût moindre
à celui d’un bail.
Les tutelles
comme l’Ina reconnaissent
que les délégations régionales ne sont
qu’imparfaitement parvenues à atteindre les objectifs
qui leur avaient été fixés : relais de la
politique culturelle et éducative de l’I
na, soutien aux politiques commerciales et de partenariat
de l’Institut dans les champs de la formation continue et de l’offre de service multimédia aux
entreprises, collectivités et institutions publiques ou privées.
Leur contribution au PSN étant achevée (numérisation des programmes de France 3) et
les supports physiques ayant été rapatriés intégralement sur le site de Saint-Rémy-
l’Honoré, un
35
La plupart des baux ont été renouvelés récemment, en 2022.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
68
redimensionnement ou un redéploiement des équipes affectées à ces délégations conforme à
leur charge d’activité
doit être envisagé dans le cadre du prochain COM. Tel
est l’objet de la
recommandation n° 4.
5.2.2
Une complexe opération immobilière de regroupement à tiroirs
Le projet de regrouper les services de
l’Ina
sur un site unique n’
était pas nouveau
puisque les prédécesseurs de Laurent Vallet en avaient déjà projeté plusieurs.
Le 16 décembre 2015,
l’Ina
a
conclu une convention de mandat de maîtrise d’ouvrage
aux termes de laquelle il confie
à l’OPPIC
la mission de mener les études et les travaux en vue
des travaux d’extension et de rénovation de Bry 1,
pour une enveloppe financière prévisionnelle
de travaux 15,41 M€ HT (valeur 2014), et toutes dépenses confondues
(TDC)
de 26,34 M€
TTC
36
, le tout devant se dérouler sur 5 ans à partir de la première délégation d’AE.
5.2.2.1
L
’opération de
rénovation de Bry 1 a fai
t l’objet de
plusieurs changements
Une première phase de travaux de rénovation du bâtiment historique Bry 1 a été lancée
en 2016 sous maîtrise d’ouvrage de l’OPPIC, grâce à une dotation de 2 millions d’euros destinée
également à assurer la maintenance et la remise aux normes des bâtiments dont
l’Ina
était
propriétaire ou locataire. La seconde phase qui devait initialement avoir lieu tout de suite après
la première a d’abord
été dissociée, puis annulée par
l’Ina
.
La phase 1 :
Alors que cette phase de réaménagement partiel était stabilisée en février 2016,
l’Ina
a
demandé des ajustements
après remise de l’APS, dont il
est résulté une augmentation
prévisionnelle des travaux de réaménagement de 328 K€
37
(sans changement sur l’enveloppe
globale TDC). À cette occasion a aussi été actée la scission de cette opération en 2 phases
distinctes, la première ayant lieu avant l’extension, et la seconde après, reposant sur le
calendrier d’achèvement suivant
:
-
Phase 1 : fin septembre 2017
-
Phase 2 : fin novem
bre 2020 (fin de l’opération d’extension
: fin octobre 2019).
D’autres changements ont été demandés par l’Ina
quelques mois après (avenant du
29 novembre 2017 suite à un mouvement de protestation de ses personnels : aménagements
réservés aux documentalistes, conditions de réalisation des travaux sans nuisance sonore pour
les occupants des bureaux, etc., pour un coût supplémentaire d’environ 700 K€).
La suppression du réaménagement des espaces du niveau 2 de l’aile Nord du bâtiment
a par la suite permis une
économie de 150 K€.
36
Incluant donc le coût de la maîtrise d’œuvre, de l’AMO, des aléas, et tablant sur l’hypothèse d’une
prévision d’évolution moyenne de l’index BT01 de 2,7% par an.
37
Avenant du 9 février 2017.
L’INSTITUT NATIONAL DE L’AUDIOVISUEL
69
La première phase des travaux
de réaménagement s’est achevée
le 12 octobre 2018 pour
une première zone, et le 29 février 2019 pour une seconde zone, presque 1 an et demi de plus
que ce qui était prévu au terme de l’avenant n°1.
Elle a
coûté au final environ 778 K€ de plus que prévu, principalement en raison
d’exigences
nouvelles de
l’Ina
.
La phase 2 :
la brusque reprise par
l’Ina
de
la maîtrise d’ouvrage à l’OPPIC ne s’est
pas traduite par les économies annoncées
Afin de loger les act
uels occupants de Bry 2 dans Bry 1 constitué de l’extension et des
anciens locaux en voie de rénovation, l’idée retenue consiste à redensifier ces derniers par des
travaux de réaménagement des espaces intérieurs (salles de formation et bureaux) consistant en
la création de zones de travail en Flex-office et la réduction des surfaces allouées aux salles de
formation de sorte qu’elles soient plus adaptées à leur occupation effective.
La deuxième phase de Bry 1 devait être menée par l’OPPIC et commencer fin
2019-début de 2020,
au terme de l’opération d’extension
, avant que ne survienne la crise
sanitaire.
Selon les propos
de l’Ina
,
«
le contexte économique et sanitaire a réinterrogé
l’Ina
sur
les besoins fonctionnels fondant la phase 2 du réaménagement partiel de Bry »
dont les travaux
devaient commencer une fois l’extension mise en service. Un avenant n°4 à la convention
OPPIC a acté l’abandon de la deuxième phase de cette opération,
avant
d’en modifier le délai
global et d’en ajuster le montant en amoi
n
drissant l’enveloppe financière globale
.
Tableau n° 24 :
Evolution du budget de l’opération de réaménagement de Bry (phases 1 et 2)
Convention
Avenant n°1
n°2
n°3
n°4
Date
16/12/2015
01/09/2017
29/11/2017
13/12/2018
11/12/2020
Enveloppe travaux
(M€
HT)
4,041
4,369
5,066
4,914
1,927
Source : Cour des comptes, à partir de la convention INA/OPPIC et ses avenants
L’Ina justifie sa décision d’assurer
lui-même
la maîtrise d’ouvrage
de la phase 2 de
l’opération de réaménagement, comme la convention de mandat avec l’OPPIC en prévoyait
explicitement la possibilité
(et sans remettre en cause son rôle de maître d’ouvrage délégué)
,
par la nécessité de simplifier l’organisation de l’opération tout en se mén
ageant les marges de
manœuvre nécessaires face aux forts risques que la crise sanitaire avait engendrés sur sa
situation financière.
L’
institut
dresse un bilan positif de cette expérience de maîtrise d’ouvrage, qui lui a
« permis de stopper la dérive de retard enregistré sur le chantier » et de se prémunir de toute
défection d’entreprise en cours de chantier, dans le respect des délais et de l’enveloppe qu’il
s’était fixés. Au demeurant, cela lui a permis de consolider ses propres compétences en la
matière, dont il a par la suite tiré profit pour lancer les travaux financés par le plan France
Relance.
Ce bilan est toutefois plus mitigé qu’il n’y paraît. Au final, le coût de l’opération de
réaménagement du bâtiment Bry 1, toutes phases comprises, s’élève à 33,36 M€ HT, soit 40,03