Sort by *
ORGANISMES BÉNÉFICIANT DE DONS
L’ASSOCIATION
VALENTIN HAÜY
Exercices 2017 à 2020
Juin 2023
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Sommaire
PROCÉDURES ET MÉTHODES
........................................................................................................................
5
SYNTHÈSE
............................................................................................................................................................
7
AVIS DE CONFORMITÉ
...................................................................................................................................
11
RECOMMANDATIONS
.....................................................................................................................................
13
INTRODUCTION
................................................................................................................................................
15
CHAPITRE I DES MISS
IONS D’ASSISTANCE ET
D’ACCOMPAGNEMENT UT
ILES
............
17
I - UNE INSTITUTION CENTENAIRE AU DÉVELOPPEMENT SOUTENU
...........................................
17
A - Des services parisiens assurés par des salariés
................................................................................................
18
B -
Des comités d’accueil et d’accompagnement animés par les bénévoles
..........................................................
19
C - Des établissements actifs dans les domaines de la formation, de
l’emploi et de l’hébergement
......................
20
II - UNE DIRECTION OPÉRATIONNELLE QUI A PEINÉ À SE PROFESSIONNALISER
...........................
22
A -
Une réflexion en cours sur la professionnalisation de l’exécutif
.....................................................................
22
B - Des statuts privilégiant le bénévolat actif
.........................................................................................................
24
C - Un pilotage balbutiant du réseau par le siège
...................................................................................................
25
D - Une gestion des ressources humaines aux compétences limitées
....................................................................
26
III -
L’IMPACT DE LA
CRÉATION DE LA FONDATION VALENTIN HAÜY
.......................................
28
A -
Une donation d’actifs importante, aux conséquences mal mesurées et
dont l’esprit n’a pas été respecté
.......
28
B -
L’adoption des nouveaux statuts de la fondation entravée par l’assoc
iation
..........................................................
30
C -
Des contrôles externes d’intensité inégale
.......................................................................................................
31
D - Un contrôle interne et une maîtrise des risques insuffisamment opérationnels
...............................................
32
E -
Une mise en œuvre de la protection des données personnelles consécutive au contrôle de la Cour
................
33
IV - UN MODÈLE ÉCONOMIQUE NON STABILISÉ
..................................................................................
34
A - Une nette augmentation du bilan, un patrimoine immobilier à mieux prendre en compte
..............................
34
B - Un compte de résultat qui traduit la dépendance aux aléas de la collecte
..............................................................
36
C - Un pilotage budgétaire aboutissant à la reconstitution de réserves sans stratégie explicite
.............................
37
D - Une gestion des placements à professionnaliser
..............................................................................................
37
CHAPITRE II LE RESPECT DES OBLIGATIONS
LIÉES À L’APPEL
À LA GÉNÉROSITÉ DU PUBLIC
....................................................................................................
41
I - UNE DÉCLARATION
PRÉALABLE D’APPEL À
DONS LONGTEMPS INCOMPLÈTE
.........................
41
II - LES OBJECTIFS D
E L’APPEL À LA GÉNÉR
OSITÉ DU PUBLIC CLARIFIÉS
...............................
42
III - UNE CONSTRUCTION COMPLEXE DU COMPT
E D’EMPLOI DES
RESSOURCES
QUI CONDUIT À UNE INFORMATION LACUNAIRE
...............................................................................
43
A - Un CER constitué par agrégation et consolidation de dix comptabilités générales
.........................................
43
B - Une faible part des ressources issues de la générosité du public dans les ressources totales
...........................
43
C - Une imputation contestable de certaines charges
.............................................................................................
45
D -
L’absence de ventilation des ressources issues de la générosité du
public pourtant obligatoire
......................
45
IV - UNE COMMUNICATION FINANCIÈRE ENCORE IMPARFAITE
...................................................
47
A -
Une présentation de l’emploi des ressources de générosité publique à
clarifier
..............................................
47
B - Un ratio de missions sociales insatisfaisant
.....................................................................................................
48
CHAPITRE III LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRÈS DU PUBLIC
..........................
51
I - DES RESSOURCES COLLECTÉES QUI PEINENT À CROÎTRE MALGRÉ DES FRAIS
D’APPEL EN PROGRESSI
ON
..........................................................................................................................
51
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
4
II - LA COLLECTE DES DONS : UNE EXPÉRIENCE À ACQUÉRIR
.......................................................
52
A - Une professionnalisation de la collecte par à-coups
........................................................................................
53
B - Une rentabilité de la collecte en constante dégradation
...................................................................................
53
C -
Une tentative sans lendemain de transférer la collecte au titre de l’IFI à la
fondation Valentin Haüy
.............
54
D - Encaissement des dons et émission des reçus fiscaux : des processus à sécuriser
...........................................
55
III - LES LEGS : DES PROCÉDURES À MODERNISER
.............................................................................
57
A - Un traitement à sécuriser
.................................................................................................................................
57
B - Une articulation complexe entre le siège et les comités
...................................................................................
58
IV - DES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES REFLÉTANT LA MOBILISATION MASSIVE
DE BÉNÉVOLES
.................................................................................................................................................
59
CHAPITRE IV LES EMPLOIS : MISSIONS SOCIALES ET FRAIS
DE FONCTIONNEMENT
..................................................................................................................
61
I - DES EMPLOIS EN MISSIONS SOCIALES ENTIÈREMENT CONSTITUÉS
D’OFFRES
DE SERVICES
.....................................................................................................................................................
61
A - Le financement des services aux bénéficiaires centralisés à Paris : un objectif prioritaire
..............................
61
B - Une importante contribution volontaire en nature du bénévolat, au bénéfice des missions sociales
...............
62
II - DES FRAIS DE GE
STION MARQUÉS PAR L’
ORGANISATION PARTICULIÈRE DE
L’AVH
.......
63
A - Des charges salariales stabilisées
.....................................................................................................................
63
B - Des frais de fonctionnement caractérisés par le recours important aux prestataires extérieurs
........................
64
C -
Une réflexion à mener en matière d’immobilier
..............................................................................................
65
ANNEXES
............................................................................................................................................................
67
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Procédures et méthodes
En application des dispositions des articles L. 111-9 et L. 111-10 du code des juridictions
financières, la Cour des comptes exerce deux missions à l’égard des organismes bénéficiant de dons
:
-
elle contrôle le compte d’emploi des
ressources collectées auprès du public afin de vérifier la
conformité des dépenses engagées aux objectifs poursuivis par l'appel public à la générosité ;
-
elle vérifie la conformité des dépenses financées par des dons ouvrant droit à un avantage fiscal aux
objectifs de l’organisme bénéficiaire
. Ces contrôles ont pour particularité de porter sur des fonds
privés, alors que la plupart des autres missions de la Cour concernent l’emploi de deniers publics.
La procédure et les pouvoirs d’investigation de la Cour
sont définis par le code des juridictions
financières (notamment ses articles R. 143-28 et suivants). Comme pour les autres contrôles, la
procédure est collégiale et contradictoire ;
elle peut comporter l’audition des dirigeants de
l’organisme (article L.
143-0-2). Les observations définitives de la Cour sont adressées au
représentant légal de l’organisme (article
L. 143-2) et publiées (article R. 143-18) avec la réponse de
l’intéressé
. Celui-ci doit communiquer les observations définitives de la Cour au conseil
d’administration et à l’assemblée générale de l’organisme lors de la première réunion qui suit
leur
transmission par la Cour (article L. 143-2).
Lorsque la Cour atteste de la non-conformité des dépenses financées par les dons aux objectifs
de l’appel public à la générosité ou aux objectifs de l’organisme dans le cas de dons ouvrant droit à
un avantage fiscal, elle assortit son rapport d’une déclaration de non
-conformité (article L. 143-2 et
article D. 143-
29), accompagnée d’une synthèse du rapport.
Cette déclaration est rendue publique
(affichage à la Cour des comptes et mise en ligne sur son site internet) et transmise au ministre chargé
du budget et aux présidents des commissions des finances de l’Assemblée nationale et du Sénat. En
application des
dispositions de l’article 1378
octies
du code général des impôts, le ministre chargé du
budget peut, par arrêté publié au Journal officiel, suspendre de tout avantage fiscal les dons, legs et
versements effectués au profit de l'organisme visé dans la déclaration. Dans le cas contraire, il adresse
un rapport motivé au Premier président de la Cour des comptes et aux présidents des commissions
des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat.
Dans ce cadre, la Cour a effectué le contrôle
du compte d’emploi d
es ressources collectées
auprès du public par
l’
association Valentin Haüy au titre des exercices 2017 à 2020 afin de vérifier la
conformité des dépenses engagées, d'une part, aux objectifs poursuivis par l'appel à la générosité
publique et, d'autre part, aux objectifs de l'association.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
6
Le
contrôle a fait l’objet d’une procédure contradictoire.
Un relevé d'observations provisoires
a été adressé au président de l’association le 22 décembre 2022, ainsi qu’aux ministères concernés et
aux personnes citées. Ceux-ci ont répondu entre le
8 et le 16 février 2023. L’audition du président de
l’association s’est déroulée le 24 mars 2023.
Le présent rapport a été délibéré le 24 mars 2023 par la cinquième chambre de la Cour des
comptes, présidée par Mme Démier, présidente de chambre, et composée de Mme Trupin,
MM. Hervio et Rivoisy, conseillers maîtres, ainsi que, en tant que rapporteurs, Mme Latournarie-
Willems, conseillère maître, et Mme Reynier, conseillère maître en service extraordinaire et, en tant
que contre-rapporteur, M. Oseredczuk, conseiller maître.
Le comité du rapport public et des programmes de la Cour des comptes, composé de
M. Moscovici, Premier président, M. Rolland, rapporteur générale du comité, Mme Podeur, M. Charpy,
Mme Camby, Mme Démier, M. Bertucci, Mme Hamayon, M. Meddah, présidentes et présidents
de chambre, MM. Michaut, Advielle, Lejeune, Mmes Bergogne et Renet, présidentes et présidents
de chambre régionale des comptes, ainsi que M. Gautier, Procureur général, a été consulté sur le projet
de rapport le 17 avril 2023. Le premier président en a approuvé la publication le 12 juin 2023.
Les rapports de la Cour des comptes sur les organismes faisant des appels publics à la
générosité sont accessibles en ligne sur le site internet de la Cour des comptes et des chambres
régionales et territoriales des comptes : www.ccomptes.fr
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Synthèse
L’association Valentin Haüy
: une gouvernance originale
qui présente des fragilités
Affirmant que le handicap visuel n’est pas suffisamment pris en charge par les pouvoirs
publics,
l’
association
Valentin Haüy a l’ambition d’apporter des réponses à l’ensemble des
besoins des bénéficiaires déficients visuels, dans un contexte où leur nombre est en forte
croissance. L’association réalise directement ses missions sociales
. Elle a développé des lieux de
formation, d’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle, d’hébergement pour jeunes
et seniors, ainsi que des lie
ux d’accès à la culture, au sport et aux loisirs. Par ailleurs, l’association
produit des services et des outils qui répondent au handicap de la déficience visuelle. Pour réaliser
l’ensemble de ces actions
, elle a rassemblé au fil du temps des entités de nature différente qui
employaient 563 salariés en 2020 et bénéficiaient du concours de près de 3 300 bénévoles.
Les personnes déficientes visuelles sont présentes à parité (entre voyants et déficients
visuels) dans les instances dirigeantes. Le souci de la bonne information des dirigeants déficients
visuels a conduit à une gouvernance qui
privilégie la culture de l’oralité
. La complexité de ce
management doit, de plus,
conjuguer l’action des bénévoles dirigeants et des salariés.
Les instances de gouvernance sont strictement réservées aux « bénévoles actifs ». Ainsi,
selon les statuts actuels de 2006,
l’
assemblée générale
n’est
composée que de membres
« bénévoles actifs » recrutés par cooptation sans représentation des bénéficiaires. La
professionnalisation d
e l’encadrement
,
d’ores et déjà recommandée par l’inspection générale
des affaires sociales (IGAS) en 2015,
reste inaboutie en 2020. L’association a désigné un
directeur général des établissements (DGE) et un directeur général des services (DGS) sans les
p
ositionner pleinement dans leurs fonctions. Le bureau du conseil d’administration garde la
mainmise tant sur le pilotage de l’association que sur la mise en œuvre opérationnelle de ses
actions.
Toutefois, l’association a poursuivi l’effort de professionnal
isation après la période
sous revue. Elle a fusionné les deux fonctions de DGE et DGS en une direction générale unique
en 2021 et en a explicité le rôle dans le projet de statuts déposés le 14 septembre 2021 au
ministère de l’intérieur
, qui ne sont toujours pas approuvés.
En 2015, un rapport de l’IGAS pointait
plusieurs insuffisances : la difficulté à
professionnaliser l’encadrement
,
une stratégie de collecte coûteuse, des frais d’animation et de
communication institutionnelle qui figurent indûment en mission sociale, et un compte
d’emploi qui ne contient pas assez d’information sur les réserves
. Ce rapport recommandait que
le siège exerce davantage son rôle de tête de réseau
ainsi que la mise en place d’
un contrôle
interne. L
’association n’a guère progressé
dans ces différents domaines. Certains engagements
ont été pris et des améliorations apportées ou initiées. Mais une action vigoureuse doit être
engagée pour permettre à
l’association
de répondre aux obligations que lui impose le recours à
la générosité du public.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
8
Une association qui peine à respecter l’indépendance de
sa fondation
Une crise sociale
suite à des déficits successifs de l’association a provoqué une exigence de
financement envers la fondation. Cette crise
a perturbé le fonctionnement de l’as
sociation pendant
la période sous revue (2017-2020). En 2012,
l’association a octroyé une donation d’actifs à la
fondation Valentin Haüy (FVH), pour un montant de 95
M€
. L
’acte de donation indiqua
it que les
revenus de ce patrimoine seraient «
prioritairement
»
versés à l’association
sans que cette
dernière ait
la possibilité de puiser directement dans cette réserve. Or, la succession d’exercices
déficitaires a conduit
à la signature de protocoles entre l’association et la fondation garantissant
des versements réguliers de la seconde à la première. Ces accords de financement dérogeaient par
nature au principe d’indépendance de la fondation à l’égard de sa fondatrice.
Les statuts de la
fondation doivent être impérativement modifiés, malgré les réticences de l’association, pour
écarter à l’avenir tout
risque de dépendance de la fondation.
L’association doit renoncer à tout
contrôle direct ou indirect des décisions de la fondation, et ne pas faire obstacle à ses évolutions
statutaires ni chercher à la contrôler par des dispositions contractuelles.
Des contrôles peu opérants
Pendant la période sous revue, l
’association s’est soumise aux
contrôles du comité de la
charte « Don en confiance », en sus des contrôles usuels du commissaire aux comptes. Les
débuts de mise en place
d’un
contrôle interne ne prennent la forme que de
l’établissement d’une
cartographie des risques qui recourt à une méthodologie imparfaite, faute de moyens suffisants.
Une situation financière non stabilisée
L’
a
ssociation fait état de produits d’exploitation dépassant 35
M€
, dont en moyenne un
quart est issu de la générosité du public.
Pour réaliser ses missions, elle s’appuie d’abord sur
les concours publics. Des subventions à hauteur de 15
M€
permettent de financer les 31,5
M€
employés en missions sociales pour lesquelles la FVH apporte 3,5
M€
. La contribution
volontaire en nature des bénévoles,
d’une ampl
eur exceptionnelle dans le monde associatif, est
valorisée à hauteur de 13
M€
en moyenne par an.
L
e modèle économique de l’
association est fragile. Le financement des charges, qui sont
essentiellement rigides,
puisqu’il s’agit de salaires et non de projets,
repose sur des legs dont
les montants, par nature aléatoires, sont souvent insuffisants. Ses tentatives de préserver un
financement par la fondation rencontrent leurs limites. Il en va de même pour le développement
de la collecte de dons. Dans ce contexte inquiétant,
l’association n’a pas recherché
de renforcer
l’efficience
de ses dépenses, comptant
d’abord
sur des ressources nouvelles. La faiblesse de la
rentabilité des activités de production est manifeste,
d’autant que la gratuité de l’
offre est érigée
en principe dans la plupart des cas. Au terme de la
contradiction avec la Cour, l’association
s’est engagée à produire un effort de ma
îtrise des dépenses et à ouvrir la réflexion sur
l’optimisation de l’
immobilier dont elle est propriétaire, tout en recherchant une meilleure
efficacité de sa collecte de dons.
Une construction du compte d’emploi des ressources complexe
,
une information incomplète des donateurs, un ratio de missions sociales faible
La construction du
compte d’emploi des ressources (
CER) est rendue complexe
par
l’
agrégation et la consolidation
d’une dizaine de
comptabilités générales, dont la plupart sont
déjà des résultats d’agrégations
. Les règles de construction validées par le conseil
d’administration font apparaître des anomalies
: toutes les dépenses des comités sont ainsi
classées par principe et sans justification en missions sociales. De même, une partie importante
des dépenses de communication
est classée en missions sociales, alors qu’elles ont la nature de
dépenses de fonctionnement.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
SYNTHÈSE
9
Par ailleurs, les principes de ventilation des produits entre les différents emplois reposent
sur une notion de «
reste à financer
». Les services se financent par leurs propres produits. Leur
sont ensuite affectées les ressources allouées par la fondation dans le cadre des conventions de
partenariat. Leur est enfin imputée une quote-part de frais généraux. Il en résulte un «
reste à
charge
» pour chaque activité.
L’association
répartit les ressources de générosité du public au
financement de ces «
restes à charge
» qui agrègent, par construction, des dépenses de
fonctionnement et des missions sociales. Ainsi, les ressources issues de la générosité du public
sont employées pour compenser tout besoin de financement non seulement des services
centraux mais également des comités, voire des établissements.
Par suite,
l’association n’est pas en mesure d’informer les donateurs de
la ventilation des
ressources issues de la générosité du public entre ses différentes missions sociales, comme le
requiert pourtant la réglementation.
Par ailleurs, le ratio des missions sociales, même en retenant le niveau surestimé calculé
par l’association elle
-même, et en prenant en compte la survenue de produits exceptionnels que
l’association n’est pas en mesure d’employer l’année même de leur collecte, apparaît trop faible.
Une collecte de dons dont la rentabilité est insuffisante
Jusqu’à une période récente correspondant à l’apparition de résultats déficitaires,
l’association ne s’est pas mobilisée en faveur de la collecte de dons. N’ayant pas d’expérience
en la matière, elle n’a p
as réussi à entrer dans une dynamique de collecte de dons, qui est restée
inférieure à 3
M€
par an, malgré des frais de collecte élevés. Il n’est pas acceptable que la
rentabilité de la collecte puisse rester de l’ordre de 1,5
collecté pour un euro de frais de
collecte engagé. Elle doit poursuivre la professionnalisation de cette activité, entamée courant
2021. L’association bénéficie en revanche de son expérience ancienne en matière de collecte et
de traitement des legs, qui a produit en moyenne 8
M€
de ressources par an pendant la période
sous revue, mais dont le montant est par nature aléatoire.
Une stratégie de constitution de réserves à objectiver et à expliciter
L
’association
, supportant des charges de structure rigides, cherche à se prémunir contre
d’éventuels exercices déficitaires futurs
. Elle a thésaurisé une grande partie de sa collecte
pendant la période sous revue, sans l’affecter à ses missions sociales
. Cette stratégie
n’a jamais
vraiment été explicité
e auprès de ses donateurs. L’association
doit objectiver et calculer au plus
juste le montant souhaitable de ses réserves (trésorerie et placements), compte tenu de ses
charges et de ses ressources. M
ême si elle ne peut pas agir avec la même réactivité qu’une
association qui financerait des projets, elle doit pouvoir augmenter sa capacité à dépenser plus
rapidement et à augmenter par conséquent son ratio de missions sociales.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Avis de conformité
À l’issue de son contrôle, au regard des diligences qu’elle a effectuées et dans la limite
des prérogatives que lui confèrent les articles L. 111-9 et L. 111-10 du code des juridictions
financières, et en application de l’article R.
143-11 du même code, la Cour des comptes constate
que les dépenses engagées par l
’associ
ation Valentin Haüy, au cours des exercices 2017 à 2020,
sont conformes
aux objectifs poursuivis par l’appel public à la générosité, d’une part, et aux
objectifs poursuivis par
l’
associ
ation, d’autre part.
La Cour assortit cet avis des réserves suivantes :
La proportion des fonds collectés par
l’association
Valentin Haüy affectée au financement de
ses missions sociales est trop réduite.
L’association doit assurer une meilleure
information de ses donateurs :
-
l’augmentation du niveau des réserves s’est faite sans information adéquate du public,
que
ce soit dans le contenu des appels à dons ou dans l’information publiée
a posteriori
;
-
les donateurs ne sont pas informés de la ventilation en emplois des ressources collectées
par appel public à la générosité.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Recommandations
La Cour formule les recommandations suivantes :
1.
Respecter l’indépendance de la
fondation Valentin Haüy notamment en supprimant les
dispositions statutaires qui donnent
à l’association le contrôle de la fondation.
2.
Mettre en place une cartographie des risques fondée sur une analyse des procédures écrites
applicables à l’ensemble des processus de l’
association Valentin Haüy, et déployer un
contrôle interne en conséquence à l’horizon 2024.
3.
Poursuivre la mise en conformité de
l’
association Valentin Haüy avec le règlement général
sur la
protection des données personnelles
et la doter des capacités d’en contrôler le respect
dans l’ensemble de ses entités.
4.
Professionnaliser la gestion des placements en mettant en place les procédures nécessaires.
5.
Réintégrer dès la publication des comptes 2023 en frais de fonctionnement, les dépenses
indûment imputées en missions sociales, conformément aux normes applicables.
6.
Assurer une cohérence entre les statuts et les missions sociales, spécialement en ce qui
concerne la mission de sensibilisation et
,
le cas échéant
,
celle de plaidoyer.
7.
Mettre en place dès la publication des comptes 2023
un schéma comptable permettant
d’aboutir à une ventilation appropriée des ressources issues de la générosité du public en
missions sociales identifiées.
8.
Réduire les coû
ts d’appel à dons en se fixant un seuil de rentabilité.
9.
Centraliser au siège et sécuriser la procédure de collecte des dons et d’émission des reçus fiscaux
.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Introduction
La Cour des comptes a procédé, sur le fondement des articles L. 111-6, L. 111-9 et
L. 111-10 du code des juridictions financières, au contrôle des
comptes d’emploi des ressources
collectées auprès du public, au titre des exercices 2017 à 2020, par l
’association
«
Valentin
Haüy au service des aveugles et des malvoyants
», créée le 28 janvier 1889
1
par Maurice
Monnier de la Sizeranne.
Le contrôle s’est déroulé du 10
mars 2022 au 7 novembre 2022, en
parallèle de celui de la fondation éponyme.
Le chapitre premier rend compte du développement continu et des services nombreux
organisés par l’association Valentin Haüy. Bien qu’antérieure à la période sous contrôle, la
création de la fondation Valentin Haüy en 2012 est également évoquée en raison de son impact
durable. Les verrous restant à lever pour sécuriser le texte des statuts sont analysés. La
gouvernance de l’association est ensuite abordée pour comprendre
la façon dont elle a fait face à
la professionnalisation pour gérer un effectif de salariés supérieur à 500 personnes et plus de
3 000 bénévoles répartis sur le territoire. Les processus d
e contrôle aussi bien externes qu’internes
sont analysés dans ce contexte, ainsi que la situation financière et le pilotage budgétaire.
Le deuxième
chapitre est centré sur les obligations liées à l’appel à la générosité du public
et la construction du comp
te d’emplois des ressources. Les particularités d’une association qui
exerce directement ses missions sociales non par des projets mais par l’offre de ses services et
établissements sont exposées ainsi que leurs conséquences sur la communication financière.
Le troisième chapitre s’intéresse aux ressources issues de la générosité du public et à
l’évaluation des montants collectés pendant la période sous revue par rapport aux autres
ressources. Les tentatives de l’association pour collecter davantage de dons
y sont évoquées,
ainsi que la collecte et le traitement des legs.
Le dernier chapitre traite des emplois de l’association, en particulier au bénéfice de ses
missions sociales, tout en détaillant ses frais de fonctionnement.
1
Avant même la parution de la loi du 1
er
juillet 1901 accordant un statut libéral aux associations.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre I
Des missions d’assistance et
d’accompagnement utiles
I -
Une institution centenaire au développement soutenu
L’association
«
Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants
», fondée le
28 janvier 1889
2
par Maurice Monnier de la Sizeranne (1857-1924),
a été reconnue d’utilité
publique le 1
er
décembre 1891. Le nom de l’association fait référence à l’instituteur Valentin
Haüy (1745-1822), fondateur de la première école pour aveugles cent années plus tôt, en 1786,
devenue aujourd’hui INJA (Institut National des Jeunes Aveugles)
3
.
L’association s’est montrée très active depuis sa création. Maurice de La Sizeranne en est
resté secrétaire général
pendant 35 ans
jusqu’à sa mort en 1924. L’après
-guerre connaît
l’ouverture du centre de formation et de rééducation professionnelle (CFRP) en
1949, des centres
d’aide par le travail (CAT) comme en 1952 à Lyon. Dans les années 70, l’association crée le
centre d’enregistrement, le Livre Parlé et la
«
digicassette
» à affichage en braille. L
’audio
-vision
se développe durant les années 1980-1990. Les années 2000 sont marquées par le passage au livre
numérisé en norme DAISY (
Digital Accessible Information System
), la création de la
médiathèque et du centre
d’évaluation et de recherche sur les technologies pour les aveugles et
les malvoyants (CERTAM),
chargé de la mise en œuvre fonctionnelle des nouvelles technologies
.
L’association a ainsi rassemblé des entités de nature très différente au fil du temps
: des
services proposés à Paris (dont un magasin, une imprimerie, une médiathèque, une bibliothèque
numérique en ligne depuis 2013), des comités et des établissements répartis sur 121
implantations (dont 61 comités et permanences, et 16 établissements sanitaires et sociaux sur
huit sites
4
, contre six établissements 10 ans auparavant).
L
e 9 juin 2011, l’assemblée générale de l’
association a créé la fondation Valentin Haüy
(FVH) au profit de laquelle elle a fait donation de la majeure partie de ses actifs, en
décembre 2011.
Ce changement structurel n’a pas modifié ses ambitions, malgré les résultats
déficitaires successifs depuis 2013.
En 2015, le nouveau projet associatif a conservé tous les objectifs antérieurs,
«
l’autonomie physique et numérique, l’accès à la lecture et à la vie sociale et l’accompagnement
vers l’emploi
».
En 2017, le président de l’ass
ociation a proposé un plan de transformation
dénommé «
une vision partagée pour 2020 »
qui préservait encore la totalité des missions malgré
la montée en charge des activités : «
accueillir, accompagner vers l’autonomie, agir pour
l’accessibilité tant phys
ique que numérique
». L
’organisation de l’association est restée
inchangée, ainsi que le nombre de ses bénéficiaires (11 500 malvoyants en 2020) ayant accès aux
offres des services parisiens et aux comités, mais des activités nouvelles ont été introduites. Les
établissements médico-sociaux, pour leur part, accueillent une population de 600 personnes
déficientes visuelles. Le nombre de salariés a atteint 563, contre 500 une décennie auparavant.
2
Avant même l
’intervention
de la loi du 1
er
juillet 1901 accordant un statut libéral aux associations.
3
Louis Braille (1809-
1852), inventeur de l’écriture en points saillants de l’alphabet, a été élève de cette école. Cette écriture
inclut les signes mathématiques jusqu’à la transcription de la musique, un système universel qui porte son nom.
« La revue
braille » paraît en bimensuel dès 1884, la bibliothèque « braille »
ouvre en 1886, l’imprimerie
« braille » en 1910.
4
Cinq d’entre eux sont sous tutelle des autorités de tarification et s’adressent à des bénéficiaires de tous âges.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
18
Carte n° 1 :
implantations de l’association Valentin Haüy
Source : AVH
L’association s’enorgueillit d’une contribution élevée de la part de ses bénévoles, plus de
3 800 en 2019 (en 2020, ce nombre a été affecté par la crise sanitaire et baissait à 3 282).
L’association
a réalisé en 2020 35
M€
de produits d’exploitation
et le total de son
bilan s’établit à
73
M€
. Le montant des legs et dons collectés (8
M€
) représente un quart du montant des produits.
A -
Des services parisiens assurés par des salariés
1 -
Médiathèque et offre numérique
La médiathèque est
l’
un des services majeurs créée p
ar l’association. La
bibliothèque
numérique de livres adaptés proposait, dès son ouverture en novembre 2017, 30 000 livres audio
et 20 000
livres en braille (numérique ou papier). Le nombre d’utilisateurs a progressé
rapidement ; malgré la crise sanitaire, 10 381 personnes ont emprunté 281 024 livres adaptés en
2020. La part des téléchargements a atteint 57 % des prêts en 2019. Le nombre de collectivités et
de bibliothèques partenaires a connu aussi une évolution remarquable : 173 collectivités
partenaires, 374 bibliothèques participantes en 2020
elles étaient 92 en 2017
5
.
5
Le Pôle d’adaptation des
ouvrages numériques (PAON) a permis en 2020 une «
rentrée littéraire accessible pour
tous »
. Les principaux prix littéraires sont proposés en livres audio. Les ouvrages jeunesse sont également présents,
du niveau scolaire jusqu’à celui du lycée.
On dénombre 11 416 nouveaux livres audio (+ 121 % par rapport à
2019). Pour alimenter la médiathèque, la production de livres audio en voix humaine est restée stable, y compris
en 2020 : 1 566 titres ont été mis à la disposition de la médiathèque en 2020 (1 604 en 2019, 1 276 en 2017).
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’AC
COMPAGNEMENT UTILES
19
L’activité de l’
imprimerie est mise en question. Durement impacté par la crise sanitaire,
son
chiffre d’affaires
, voisin de 200 000
en 2019, a chuté à 126 000
en 2020. L’originalité
de l’impression des partitions musicales est cependant à signaler avec
un catalogue de
3 685 partitions en 2020.
2 -
Accessibilité et service du matériel spécialisé
L’activité du
service du matériel spécialisé (SMS), associé au magasin, connaît un chiffre
d’a
ffaires de plus de 2,5
M€
sauf en 2020 (2,1
M€
en 2020 pour 2,7
M€
en 2019). Il fait partie
des missions sociales puisqu’il s’agit de former les bénéficiaires à l’utilisation d’outils de haute
technologie.
L’offre catalogue
avoisine les 500 produits. De plus en plus de comités se dotent
d’une vitrine et proposent
ce matériel adapté et la formation à leur utilisation. Sept boutiques
sont implantées en région (à Angers, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Toulouse et Versailles).
L’aide à l’autonomie par l’accessibilité physique reste
une priorité de l’association
. À
titre d’exemple, u
n partenariat avec une entreprise de santé a permis de développer une
application sur téléphone mobile
permettant d’identifier
les médicaments en scannant le code-
barre présent sur les boîtes. Un partenariat avec
une entreprise d’informatique
utilise
l’intelligence artificielle
et la caméra du téléphone portable pour lire ou identifier un produit,
ou une personne, une autre application fournit une description audio de
l’
environnement et des
informations pour faciliter les déplacements. Autre exemple, les expositions tactiles «
regards
tactiles
»
, qui ont constitué une innovation remarquée d’accès à la culture
en 2019
6
. Le pôle
«
accessibilité
» se charge également, dans le cadre de
l’appartenance de l’AVH à
la CFPSAA
7
,
de la sensibilisation des acteurs de la vie économique et sociale.
B -
Des comités d’accueil et d’accompagnement animés par les bénévoles
L
’association Valentin Haüy mobilise plus de 3
000 bénévoles voyants et déficients
visuels qui animent des comités créés au gré des bonnes volontés locales, sans stratégie
d’implantation
(58 départements sont couverts). Les comités
n’ont pas de personnalité morale.
Le projet stratégique de mai 2017 en précise la composition : une équipe de bénévoles, une
gouvernance tenue par un président et un trésorier. Les présidents, nommés directement par le
conseil d’administration
, ne sont sous la responsabilité
d’aucun
directeur général. Ils sont
coordonnés par une vice-présidente du bureau.
Selon ce projet stratégique, qui distingue entre activités «
prioritaires
,
souhaitables
et
recommandées
8
», les comités doivent se consacrer à la «
recherche de fonds auprès des collectivités
locales, des entreprises et des particuliers avec pour objectif d’avoir un budget à l’équilibre
».
6
Il s’agit de la reproduction de tableaux en matérialisant par le relief la scène qu’
ils représentent et les différentes
couleurs. L’adaptation de tableaux et sculptures dans plusieurs musées en France et en Belgique a pu être réalisé
e
par ce pôle. Un « Tactile Tour » avait été organisé en 2020, reporté en 2022 à cause de la crise sanitaire.
7
L’AVH a réintégré la
Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes (CFPSAA)
au 1
er
janvier 2020.
8
Activités prioritaires : «
accueillir, écouter, informer, conseiller, sensibiliser et former à la déficience visuelle
»
auxquelles s’ajoutent des activités de représentation auprès des administrations publiques, dans les instances en
lien avec les personnes handicapées (MDPH, CCAS, CAP Emploi, etc.). Activités «
recommandées
» :
«
convivialité/sociabilité, conseil et vente de matériels spécialisés, formation des bénéficiaires, diffusion des livres
audio
»
. Enfin les activités sportives, de loisirs, d’enregistrement de liv
res lus, de cours de locomotion sont
considérées comme «
souhaitables
».
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
20
C -
Des établissements actifs dans les domaines de la formation,
de
l’emploi et de l’hébergement
L’association est gestionnaire d’établissements
et de services médico-sociaux répartis sur
huit sites qui mobilisent 250 salariés.
L’implantation et le choix
de ces établissements sont le
produit de l’histoire et n’ont jusqu’ici pas fait l’objet d’une stratégie planifiée par l’association.
Ces établissements sont financés en partie par des concours publics : centres de formation,
établissement ou service d’aide
par le travail (ESAT), service
d’
accompagnement à la vie
s
ociale (SAVS), foyer d’accueil et d’hébergement. L’association s’implique aussi dans le
travail en milieu ordinaire avec deux entreprises adaptées (EA).
Le dernier projet associatif de 2015 ne leur accorde pas de rôle particulier dans le réseau
et le projet stratégique datant de mai 2017 les traite en entités distinctes. L
’objectif essentiel
assumé de l’association est que chacun atteigne la
maîtrise de son budget. La simplification des
outils admin
istratifs et la constitution d’un dossier
de demande de
« frais de siège
»
9
font tout
de même partie de chantiers transversaux.
Organigramme n° 1 :
organisation de la Direction Générale des établissements
Source : AVH
9
Les organismes gestionnaires peuvent demander des frais de siège auprès de l’autorité compétente en apportant la
preuve de l’utilité du siège en gestion quotidienne des établissements et services gérés par l’association et de son
efficacité (arrêté du 10
novembre 2003 fixant la liste des pièces prévues au III de l’article 89 du décret
n° 2003-1010
du 22 octobre 2003 relative à la demande d’autorisation et de renouvellement d’autorisa
tion de frais de siège).
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
21
Cinq des huit établissements sont sous tutelle
d’autorit
és de tarification : CFRP, IMPRO,
SAVS, ESAT du Centre Odette Witkowska (proche de Lyon) et ESAT du Centre Escolore
(proche de Clermont-Ferrand). Leurs directeurs sont nommés par le conseil d'administration
après avis de l'administration de tutelle. L’acti
vité sociale et médico-sociale et les relations avec
la tutelle sont le
domaine réservé des directeurs d’établissement
, sans dialogue de performance
avec le siège de
l’
association.
1 -
SAVS-DV, ESAT, foyers : un écosystème protecteur
Le s
ervice d’accompagnemen
t à la vie sociale spécifique à la déficience visuelle (SAVS-
DV), créé sur autorisation du président du conseil départemental, est financé par le conseil
départemental dans le cadre d'un prix de journée qui prend en charge les frais de coordination,
les frais administratifs et les salaires des intervenants professionnels. Ce service social assure
un apprentissage à l’autonomie adapté aux adultes
déficients visuels.
L’ESAT
, établissement médico-social ou service d'aide par le travail, vise une insertion
professionnelle en milieu adapté. Il relève des dispositions du code de l'action sociale et des
familles. Il rend
compte à l’
agences régionales de santé (ARS) qui verse une dotation globale
annuelle
10
. La production des travailleurs participe à son financement.
ESAT et SAVS-DV sont dotés de foyers
d’hébergement et
de vie comme au centre Odette
Witkowska
11
à Sainte-Foy-Lès-Lyon et Escolore à Egliseneuve-près-Billom.
2 -
Des instituts de formation dotés de leur foyer
d’hébergement
Le centre de formation et de rééducation professionnelle (CFRP) et
l’institut médico
-
professionnel (
IMPRO) sont les deux sites de formation professionnelle de l’AVH
:
-
le CFRP dispense des formations professionnelles post-baccalauréat à Paris. Le projet
stratégique lui
fixe l’objectif
de se développer «
pour pouvoir accueillir un plus grand
nombre de stagiaires
» et de favoriser «
l’adaptation des formations aux métiers d’avenir
».
L’ARS
Île-de-France participe à son financement. Des formations qualifiantes sont prises
en charge par le ministère du travail ;
-
à
l’IMP
rO, la prise en charge individualisée des déficients visuels, surtout quand ils sont
mineurs et polyhandicapés avec des troubles associés, se traduit par un encadrement élevé
et qualifié (un personnel pour un bénéficiaire) et par des
surfaces importantes d’exploitation
de 100 m² par bénéficiaire (36 bénéficiaires pour 3 600 m²).
L’IMP
rO
L’IMP
r
O accueille 36 bénéficiaires de 14 à 20 ans d’origine parfois lointaine comme la Bretagne,
Mulhouse ou la Mayenne, qui y vivent internes pendant la semaine. Ils sont le plus souvent atteints de
progression de déficience visuelle jusqu’à la cécité. Un partenariat est en place avec l’Institut national
des jeunes aveugles (INJA) qui
confie à l’IMPrO
des jeunes souffrant de troubles cognitifs associés aux
troubles visuels.
Ces jeunes en âge scolaire sont accompagnés dans des ateliers préprofessionnels. Le
département finance un Sessad Pro (service d’éducation spéciale et de soins à domicile) offrant dix
places au sein de l’IMP
r
O. L’ARS finance l’organis
me sur la base du prix de journée.
10
Au 1er janvier 2017, le financement des ESAT est assuré par l'objectif national des dépenses d'assurance
maladie. Le budget de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) intègre les dotations destinées à
leur fonctionnement.
11
Odette Witkowska (fille d’un compositeur Lyonnais) a fondé l’académie Braille dont le but est d’enseigner le
braille et de transcrire des livres en braille.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
22
3 -
L’
insertion professionnelle adaptée
L’association gère deux entreprises adaptées
12
:
l’EA la Villette et le CDTD Frères
Francès à Nantes (Centre de distribution de travail à domicile). L’EA de la Villette fournit des
prestations de bureautique et de routage, le CDTD de Nantes des travaux de cannage.
II -
Une direction opérationnelle qui a peiné à se professionnaliser
A -
Une réflexion en cours sur la professionnalisation de l’exécutif
1 -
Le bureau, organe exécutif central de
l’associa
tion
La gouvernance de l’association Valentin Haüy fait intervenir classiquement une assemblée
générale et un conseil d’administration assisté d’un bureau. L’association élit pour quatre ans un
conseil d’administration de 24 membres composé à parité de voy
ants et de déficients visuels, avec
un renouvellement assuré par quart. Le conseil élit en son sein un bureau, également à parité entre
voyants (V) et déficients visuels (DV), de six membres : le président, le secrétaire général, le
trésorier et trois vice-présidents en charge de missions. Ces membres sont élus pour un an
(renouvelable),
à l’exception du secrétaire général et du trésorier
, élus pour quatre ans.
Le bureau, dont les propositions ont été systématiquement validées par le conseil
d’administration pendant la période sous revue, constitue l’organe exécutif de fait, sa continuité
étant garantie par la durée du mandat du secrétaire général et du trésorier. Le principe d’une élection
annuelle du président a, en revanche, contribu
é à l’instabilité prod
uite par la crise sociale interne,
en conduisant à un renouvellement des présidents successifs tous les deux ans depuis 2014. De plus,
la durée de mandat d’un an des vices
-présidents et leur statut de bénévole ne permettent pas la prise
en main effective de la responsabilité opérationnelle qui leur incombe pourtant dans les faits.
À cela s’ajoute le recours important à des cabinets
de conseil, avec pour conséquence une
absence de mémoire collective sur des pans entiers et essentiels du fonctionnement de
l’
association
13
.
Les réunions des instances se sont tenues de façon régulière, deux fois par an pour
l’assemblée générale et six fois par an pour le conseil d’administration.
Ces réunions ont toutes
donné lieu à la rédaction d’un compte
-rendu.
Chaque membre p
résent à l’assemblée générale peut présenter jusqu’à dix pouvoirs. Dans
ces conditions, la présence d’un faible nombre de membres suffit à la prise des décisions. Cette
organisation,
et l’absence de possibilité de participation à distance (non prévue dans
les statuts
de 2006), laissent une marge de manœuvre
14
étendue au bureau en place pour exercer son
influence au sein de l’assemblée générale.
12
. La part importante (plus de 50 %
) de travailleurs handicapés conduit l’État à compe
nser le décalage de
productivité par l’attribution d’aides au poste.
Les instances régionales de coordination des politiques de l’emploi
et de la formation professionnelle assurent un suivi de ces établissements.
13
Ainsi, même des documents tels que les ra
pports triennaux de Don en confiance n’ont pas pu être remis par l’association.
14
PV AG du 6 juin 2018
: le président rappelle qu’ «
un pouvoir en blanc marque la confiance au bureau et …le
bureau a réparti les pouvoirs selon ce qu’il a estimé
»
.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
23
2 -
Un organigramme traduisant l’esquisse d’une
professionnalisation
Face à l’agrégation d’entités différentes dans le
ur nature comme dans leurs missions (les
établissements médico-
sociaux, les comités, les services centraux), la gouvernance de l’association
a choisi de les gérer directement et «
en tuyaux d’orgue
»
, allant jusqu’à exercer les prérogatives
de gestion et d
e contrôle normalement dévolues aux services généraux. L’association présente un
organigramme qui atteste, au vu du positionnement des responsabilités, d’une réflexion inachevée,
qui fusionne et confond dans «
le siège
» les services généraux chargés des fonctions support et
les services centraux accomplissant des missions sociales, comme si le siège de l’association
n’était pas en charge du pilotage de l’ensemble des entités composant l’association.
À la suite du rapport de l’IGAS en 2015
15
, recommandant une plus grande
professionnalisation de son exécutif, l’association a consenti à créer deux fonctions de
directeurs généraux salariés en 2017, un directeur général des établissements (DGE) en exercice
le 1
er
janvier 2017 et un directeur général des services (DGS) le 1
er
mars 2017.
La création de la fonction de directeur général des établissements a été motivée par le
besoin de recourir à un professionnel expert en négociation avec les ARS et les collectivités
locales. Le DGE choisi a été le directeur du plus
gros établissement de l’association.
Cinq
établissements des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France allaient en effet connaître
des réformes de tarification
16
. Le directeur du plus gros établissement, Odette Witkowska de
Lyon, a été choisi pour cette fonction dont la charge salariale a été imputée à hauteur de 30 %
sur les services généraux. Il est donc resté, pour 70 % de son temps, directeur de son
établissement d’origine, ce qui limite l’ambition portée par cette fonction nouvelle. Cette
direction générale a davantage consisté en une expertise placée auprès du bureau et en une
représentation des directeurs d’établissements auprès du bureau, qu’en une direction
responsable du projet de l’association qui aurait mis en œuvre sa politique, et supervisé
les
établissements en gestion, finances et ressources humaines.
Le secrétaire général, bénévole, se trouve dans l’organigramme en responsabilité unique
des services centraux. L’article 10 des statuts le positionne
«
en charge de l’organisation et du
contrôle des services
», avec une responsabilité opérationnelle qui peut difficilement être
assumée autrement que par un salarié à temps plein. Le conseil d’administration du
28 février 2017 a cependant créé une fonction de directeur général des services (DGS), chargé
de la mise en œuvre des orientations stratégiques et de la bonne marche des services du siège.
Mais l’organigramme montre que le DGS n’a prise ni sur les établissements ni sur les comités,
alors que la direction des ressources humaines est placée sous sa responsabilité. Sa compétence,
comme pour la gestion et les finances, est restée limitée aux services centraux et généraux. Par
ailleurs, selon l’association, l’article 10 des statuts est en cours de modification pour placer le
secrétaire général davantage en retrait.
Ce n’est qu’en avril 2021 que l’association a entériné une nouvelle organisation
regroupant services et établissements sous l’autorité d’un directeur général unique
, recruté le 3
mai 2021, après le départ du DGS, et poussée par l’urgenc
e des travaux de mise en conformité
autorisant la réception du public au siège, rue Duroc à Paris. Ce directeur général a depuis été
doté d’une lettre de mission et son rôle a fait l’objet d’une clause d
ans le projet de statuts voté
par l’assemblée général
e le 16 juin 2021.
15
Rapport
de l’IGAS
,
Appel à la générosité du public :
contrôle du compte d’emploi des ressources de
l’association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants
,
exercices 2011 à 2013
, juin 2015.
16
Les cinq établissements médico-sociaux, dès 2017, se sont préparés à la réforme SERAFIN-PH qui porte une
nouvelle nomenclature des besoins, un état prévisionnel des recettes et des dépenses et un nouveau contrat
pluriannuel d’objectifs et de moyens.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
24
Organigramme n° 2 :
o
rganigramme de l’AVH
Source : AVH
B -
Des statuts privilégiant le bénévolat actif
Les statuts, qui dataient de novembre 1998, ont été modifiés par arrêté du 5 décembre 2006.
Le nom de l’
«
Association Valentin Haüy pour le bien des aveugles
» a été modifié en
«
Association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants
», élargissant de façon
significative le public de bénéficiaires potentiels auquel elle s’adresse. Le nombre de malvoyants
progresse en effet avec le vieillissement de la population.
La direction des études de l’évaluation
et des statistiques (DREES) indique que les personnes âgées de 60 ans et plus ont été au nombre
de 15 millions en 2021 et seraient autour de 21 millions en 2030, soit 40 %
d’augmentation
17
.
17
Selon une étude publiée le 3 août 2017 dans la revue scientifique
Lancet Global Health
, 36 millions de personnes
aveugles et 127 millions de personnes malvoyantes étaient recensées dans le monde en 2015, soit 35 % de p
lus qu’en
1990. Les personnes déficientes visuelles n’ont pas été recensées depuis 2000. La publication de la DREES
n° 416
de juillet 2005 du ministère de la cohésion sociale s’appuyait sur l’exploitation de l’enquête HID (Handicaps
Incapacités Dépendances
) réalisée par l’
institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui
repérait 207 000 personnes aveugles, 932 000 malvoyants avec une incapacité visuelle sévère en vision de loin
(difficultés ou incapacité totale à reconnaître un visage à quatre mètres) ou en vision de près (difficultés ou incapacité
totale à lire, écrire ou dessiner) et un total de 1,7 million de personnes déficientes visuelles. Ce n’est que très
récemment, en février 2021, que la fédération des aveugles de France en partenariat avec sept autres associations a
lancé une étude dénommée « Homère » à réaliser région par région, à
laquelle l’Agefiph est associée. L’accès au
questionnaire, régionalisé, a été ouvert jusqu’à fin 2022.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
25
Les stat
uts précisent que la réalisation des objectifs associe l’intervention conjointe dans
la gouvernance de membres voyants et malvoyants : «
Conformément au vœu de son fondateur,
Maurice de la Sizeranne, elle entend, pour la réalisation de ses objectifs, associer des membres
voyants et des membres déficients visuels.
»
. L’article 6 dispose que
«
le nombre de déficients
visuels doit être au moins égal à celui des voyants
»
au sein du conseil d’administration.
L’association a fonctionné depuis la dernière révisio
n des statuts en 2006 avec un président
voyant et un secrétaire général déficient visuel ; le premier président déficient visuel a été élu
le 10 septembre 2020.
L’association
réunit trois catégories de membres : des membres actifs (personnes
physiques conc
ourant bénévolement aux objectifs de l’association), des membres d’honneur
(personnes physiques ou morales qui ont rendu des services éminents), des membres
bienfaiteurs ayant fait preuve d’une générosité particulière. Elle est donc essentiellement une
association de bénévoles. Les statuts précisent que «
Pour être membre de l’association, il faut
être agréé par le conseil d’administration qui décide, sans être obligé de motiver sa décision,
laquelle n’est pas susceptible de recours. Les membres actifs sont
des personnes physiques
concourant bénévolement aux objectifs de l’association désignés à l’article 1 et agréés par le
conseil d’administration
».
Cette qualité de membre
est en réalité quasi définitive car la perte n’est prévue qu’en cas
de démission ou de radiation pour «
motifs graves
»
, et n’est donc pas liée à la disparition du
motif qui a conduit à l’adhésion des
«
personnes physiques concourant bénévolement aux
objectifs de l’association
»
, ni au versement d’une cotisation. L’association le souligne
en
assemblée générale le 8 juin 2017 : «
la question de la révision des statuts est effectivement à
travailler […] se pose en particulier l’opportunité de la sortie des membres qui ont cessé tout
service au profit de l’AVH
». Il en résulte une incertitude majeure sur le nombre exact de
membres et, partant, sur l’effectif du corps électoral composant l’assemblée générale.
L’association enregistr
ait 702 membres au 31 décembre 2020 (685 en 2019).
Le projet de nouveaux statuts déposé au ministère de l’intérieu
r le 14 septembre 2021,
qui avait été adopté par l’assemblée générale de l’association par délibérations du 12 mai et
16 juin 2021, instaure une cotisation et considère que seules les personnes à jour de leur
cotisation resteront membres de l’association,
ce qui répondrait aux observations de la Cour dès
lors que ces statuts seraient approuvés par le ministère de l’intérieur.
C -
Un pilotage balbutiant du réseau par le siège
Le siège ne joue pas le rôle
d’
animateur du réseau constitué par les établissements
médico-sociaux qui emploient 200 salariés et bénéficient à plus de 600 usagers, par les comités
au contact de plus de 11 000 bénéficiaires et par les services aux bénéficiaires centralisés à
Paris, parmi lesquels le service social à lui seul bénéficie à près de 800 déficients visuels.
La présentation que l’association fait d’elle
-même ne contribue guère à placer le siège en
pilote stratégique de l’ensemble
. Elle se présente comme appuyée sur trois piliers : siège,
comités et établissements, confondant en outre le siège et les services aux bénéficiaires
centralisés à Paris. Il y a bien trois piliers constitués par les services experts centralisés, les
comités et les établissements. Le siège, dans son acception véritable, devrait
piloter l’ensemble.
L
’associatio
n, au terme de la contradiction avec la Cour,
s’engage à
tenir désormais compte de
cette observation dans sa communication.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
26
Pendant la période sous revue, l
’association n
e semble pas
du moins d’après les procès
-
verbaux de ses instances
s
’être
préoccupée de la mise en réseau de ses entités. Une forme de
mise en réseau est parfois réalisée localement à
l’
initiative de quelques directeurs
d’établissement ou président
s de comité. Des partenariats
s’organisent parfois
entre comités et
certains acteurs régionaux :
-
à l’initiative
du centre Odette Witkowska, le montage de dossiers communs avec le centre
Escolore et
l’IMPro a été mis en place afin de disposer de la taille critique
pour pouvoir
répondre à des appels à projets ;
-
l’IMPro
prend l’initiative d’écrire
aux comités locaux, qui reçoivent de nombreux
bénéficiaires, pour les informer que des places sont disponibles ;
-
p
lusieurs établissements de l’
association adhèrent à une c
entrale d’achat
de portée
nationale, permettant de bénéficier de conditions plus favorables auprès des fournisseurs.
Les besoins de coordination nationale ne manquent pas. Les logiciels de gestion du temps
et ceux de gestion des dossiers de bénéficiaires pourraient être fournis par
l’association
. Le site
web de chaque établissement pourra
it bénéficier d’une charte commune.
L’IMPro
a, par
exemple,
développé son propre site, l’association n’ayant pas
fourni de portail présentant ses
établissements.
Les directeurs d’établissement n’ont pas de contact organisé par l’association
avec les
présidents des comités. Or, ceux-ci constituent des lieux de repérage des besoins et pourraient
utilement participer à l’information des bénéficiaires et à leur accompagnement dans les
démarches pour bénéficier d’un accueil en établissement
. Les taux de remplissage pourraient
ainsi être améliorés par un dialogue régulier entre les responsables des établissements et les
responsables des comités qui accueillent les demandes sur tout le territoire.
Des progrès ont cependant été observés. S
’agissant de la maintenance
informatique,
chaque ordinateur est identifié par le service central avec une prise en main à distance
possible. Dans le domaine des ressources humaines, le recrutement des cadres supérieurs est
opéré d’un commun accord entre le directeur d’établissement
et le directeur général des
établissements. Concernant la diffusion de
l’information
, une réunion des directeurs
d’établissement est programmée tous les mois et demi
.
Le siège de l
association pourrait davantage remplir son rôle de tête de réseau, imposer
plus
de mise en commun d’outils favorisant la ma
îtrise des fonctions support, démarche propice
aux économies,
tout en laissant une autonomie permettant aux directeurs d’exercer un dialogue
efficace avec leurs tutelles ou financeurs (ARS, collectivités locales).
D -
Une gestion des ressources humaines aux compétences limitées
La direction des ressources humaines (DRH) n’est pas compétente en matière de gestion
des plus de 3 000 bénévoles qui apportent pourtant une contribution volontaire dont le montant,
après
valorisation, représente la première des ressources de l’association. Le périmètre de
compétence de la direction des ressources humaines se limite ainsi aux salariés des services
généraux et des services aux bénéficiaires centralisés à Paris et, dans une moindre mesure, aux
salariés des établissements. Les salariés
de l’association
, ses bénévoles et ses personnels issues
du mécénat d’entreprises sont
donc gérés de façon éclatée.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
27
La composition du personnel salarié n’est pas homogène. Une forte proportion
, soit 60 %
(hors travailleurs des entreprises adaptées
EA -
et établissements ou services d’aide par le
travail - ESAT), est employée dans les établissements. Le « siège » au sens donné par
l’association, c’est
-à-dire incluant les services aux bénéficiaires centralisés à Paris, mobilise,
hors employés EA et ESAT, près d’un tiers des salariés en CDI pendant la période s
ous revue.
20 % des salariés ont le statut particulier de travailleurs en
EA et ESAT de l’association.
Les
effectifs ont été stabilisés ap
rès le choix d’en réduire le nombre exerçant dans les comités
(- 17 %) et dans les établissements (- 7 %).
Tableau n° 1 :
l
es effectifs salariés hors travailleurs d’EA et ESAT
Effectifs de l'AVH
2017
2018
2019
2020
salariés « siège »
111
117
109
113
cdi
109
110
105
110
cdd
2
7
4
3
dont handicapés
22
18
18
19
salariés Établissements
221
212
204
206
cdi
187
192
194
195
cdd
34
20
10
11
dont handicapés
15
21
19
20
salariés comités
47
41
45
39
cdi
44
37
38
37
cdd
3
4
7
2
dont handicapés
9
8
10
8
TOTAL (hors EA et ESAT)
379
370
358
358
TOTAL CDI
340
339
337
342
TOTAL CDD
39
31
21
16
Nbre de handicapés sur le total CDD+CDI
46
47
47
47
Source : DRH, Association Valentin Haüy
Tableau n° 2 :
les travailleurs en milieu adapté et milieu ordinaire
Effectifs de l'AVH
2017
2018
2019
2020
EA
64
64
64
62
ESAT
155
134
144
143
TOTAL EA et ESAT
219
198
208
205
TOTAL des salariés de l’AVH
598
568
566
563
Source : DRH, Association Valentin Haüy
Les effectifs des EA et ESAT se sont maintenus après une baisse du recrutement en ESAT
de 13 % en début de période sous revue.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
28
Le service chargé de la gestion RH du bénévolat est placé auprès du président, en dehors du
champ de la DRH. Une vice-présidence assure au bureau la coordination des comités au sein
desquels sont présents la plus grande partie des bénévoles. Son rôle consiste de fait à faire remonter
au siège les préoccupations de chacun des comités et à repérer les initiatives locales qui pourraient
être développées au plan national. Cette organisation ne garantit pas une gestion unifiée des
bénévoles. Toutefois, la gestion des ressources humaines bénévoles s’est consolidée avec
le
rattachement depuis 2021 de chaque bénévole à un référent. Celui-ci est soit un vice-président, soit
un chef de service, soit le secrétaire général selon le lieu où le bénévole exerce son action.
Sans remettre en cause le fait que bénévoles et salariés relèvent de régimes différents et
ne soient pas gérés par une même entité, l’association doit cependant veiller à disposer d’une
connaissance consolidée et cohér
ente de sa force de travail et à s’assurer d’une gestion
professionnalisée de ses bénévoles. C’est d’autant plus important que, dans le passé récent (voir
infra
), les salariés ont été en conflit avec la gouvernance de l’association, composée de
bénévoles.
L’association s’est engagée en ce sens
dans le cadre de la contradiction avec la Cour.
La diversité des financements comme des métiers ne justifie pas que des fonctions support telle
que les ressources humaines ne soient pas mieux coordonnées au niveau national.
Par ailleurs, les comités locaux, animés par les bénévoles, ne bénéficient en principe
d’aucun soutien financier de l’association, sauf à titre exceptionnel lorsqu’ils sont confrontés à
des difficultés financières importantes ou pour des projets très spécifiques.
III -
L’impact de la
création de la fondation Valentin Haüy
A -
Une donation d’actifs
importante, aux conséquences mal mesurées
et
dont l’esprit n’a pas été respecté
La création de la fondation Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants en
2012
a eu un impact durable sur l’
association.
Le président de l’association avait défini ainsi
les missions de la fondation dans le rapport annuel 2012 : «
Aux côtés de l’Association Valentin
Haüy, la Fondation éponyme va rechercher
de nouvelles sources de financement pour
développer les services, accueillir des fondations dédiées à des projets particuliers, rassembler
les efforts d’autres associations au service des personnes aveugles et malvoyantes
». La
donation d’actifs que l’association a consentie
le 9 juin 2011 pour créer la fondation représentait
une grande partie de son propre patrimoine : 65
M€
de fonds, dont 20
M€
en donation non
consomptible et 45
M€
affectés en fonds de réserve, et 30
M€
de biens immobiliers. Il s’agissait
pour l’association non seulement de s’ouvrir de nouvelles possibilités d’action grâce aux
avantages spécifiques de la fondation, mais aussi, en substance, de se contraindre à ne
désormais plus financer ses déficits sur ses réserves accumulées, mais de bénéficier du soutien
éventuel de la fondation, rendu possible par les produits de placement de la dotation.
L’associatio
n escomptait ainsi bénéficier de revenus réguliers et prévisibles de la part de
la fondation, au risque de méconnaître le principe d’indépendance de la fondation à l’égard de
son fondateur. Elle ne pouvait en effet bénéficier de financements que selon le bon vouloir de
la fondation, sur la base de projets déterminés, sélectionnés parmi d’autres.
L’acte de donation du 15 décembre 2011
prévoyait néanmoins une «
condition particulière
d’affectation
» : «
les biens affectés au fonds de réserve seront gérés à l
ong terme aux fins […]
prioritairement,
dans la mesure de leur disponibilité, en participation ou
au développement des
actions conduites par l’Association
Valentin Haüy
»
. Dans les statuts de la fondation, l’article 13
portant sur les fonds de réserve prévoit, quant à lui, que : «
sa consomptibilité pourra être décidée
[…] afin d’assurer le financement des actions conduites par l’Association
»
.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MI
SSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGNEMENT
UTILES
29
Bien que ce schéma organisât une forme de dépendance de la fondation vis-à-vis de
l’association, cette condition particulière n’a pas été retenue par le ministère de l’Intérieur
(direction des libertés publiques et des affaires juridiques) comme faisant obstacle à la création
et à la reconnaissance de la fondation, vraisemblablement au motif que, facialement, la
fonda
tion restait décisionnaire de l’affectation des financements et que l’adverbe
«
prioritairement
»
n’emportait pas une contrainte sur un niveau de soutien précis.
Mais, dès le 20 décembre 2012, association et fondation ont signé un protocole pour la
période de 2013 à 2015 prévoyant un engagement de financement «
en vue de ne pas mettre en
péril la situation financière de l’Association, la Fondation réglera à l’Association, pendant
trois ans à compter de 2013 une subvention annuelle qui sera calculée dès que le montant exact
des VMP transférées aura été arrêté
»
. Ce protocole s’inscrivait en contravention caractérisée
avec le principe d’indépendance d’une fondation vis
-à-vis de son fondateur.
À l’issue de ce protocole, admis à titre transitoire par la directio
n des libertés publiques et des
affaires juridiques (DLPAJ) du ministère de l’intérieur, et alors que des exercices déficitaires
continuaient de se succéder
18
, les dirigeants bénévoles ont fait le choix de déclencher un plan de
sauvegarde de l’emploi (PSE)
qui a provoqué, dès 2016, de graves troubles internes.
Le plan de sauvegarde de l’emploi prévoyait de supprimer 31 emplois. Dans un contexte
où, depuis 2012 (date de la création de la fondation), 22 emplois avaient été supprimés,
l’association passant de
598 salariés en 2012 à 576 en 2018, un collectif de défense des intérêts
des usagers de l’association s’est créé, s’ajoutant à la contestation interne
: des salariés et des
administrateurs ont mis en cause la donation (malgré son caractère irrévocable), arguant que la
mobilisation des réserves transférées aurait permis d’éviter un PSE.
La direction de l’association n’a pu apaiser la situation qu’en abandonnant le PSE en 2018
et en signant un nouveau protocole 2018-
2020 de financement triennal de l’associat
ion par la
fondation, à nouveau en contravention avec le principe d’indépendance de la fondation.
Dans le protocole d’accord du 18 décembre 2018 approuvé par les conseils
d’administration pour l’AVH, le 17 octobre 2018
, et par la FVH, le 11 décembre 2018, la
fondation s’engageait non seulement à soutenir annuellement les
«
projets ou… activités
» de
l’association au titre des exercices 2018, 2019 et 2020, mais aussi à dédommager l’association
à hauteur de 3,072
M€
pour «
solde de tous comptes
» depuis 2013. Le protocole se terminait
par la mention selon laquelle «
la signature des présentes vaudra renonciation à toute
réclamation ultérieure entre les parties au titre des exercices de 2013 à 2017 »
.
Ce protocole a une nouvelle fois fait l’objet, le 1
er
décemb
re 2017, d’une dérogation
19
du
ministère de l’intérieur
; cependant ce dernier a adressé à la fondation un courrier signalant
l’ir
régularité
de versements à l’association
au titre de son fonctionnement et afin de rétablir sa
situation financière.
Ces turbul
ences ont duré jusqu’en 2019
20
. Il en est résulté une instabilité de gouvernance et
la diminution de la durée en exercice des présidents et des secrétaires généraux de l’association
21
.
18
La publication
de l’association,
l’Esse
ntiel,
en 2015 confessait «
Depuis quelques années, le résultat
d’exploitation, qui mesure la rentabilité économique intrinsèque de l’association, est significativement négatif et
l’équilibre des comptes est recherché grâce à des cessions d’actifs
»
.
19
Courrier du 1
er
décembre 2017 du DLPAJ : «
le protocole relationnel conclu entre la Fondation et l’association
est une dérogation accordée à titre exceptionnel et limité dans le temps (3 années) par le Conseil d’État et le
ministère de l’intérieur,
… est null
e toute clause au protocole prévoyant de verser une subvention de
fonctionnement, de la nature stipulée à l’article 1
er
relatif au dédommagement d’un préjudice
».
20
Le Parisien
, le 25 septembre 2019, «
L’association parisienne d’aide aux aveugles menacée d
e disparition »,
Le
Point
13 mars 2019,
«
AVH 130 ans et quelques tourments ».
21
Présidents : 1996-2007 Patrick Champetier de Ribes, 2007-2014 Gérard Colliot, 2014-2016 Patrice Legrand,
2016-2018 Gérard Colliot, 2018-2020 Gabriel de Nomazy, 2020 Sylvain Nivard ; secrétaires généraux : 2009-
2013 J-M. Cierco, 2013-2018 B. Serre, 2018-2019 P. Duchet-Suchaux, 2019-2020 S. Nivard, 2020 B. Grêlé.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
30
B -
L’adoption des nouveaux statuts de la fondation entravée par l’associatio
n
La fondation pouvait d’autant plus aisément être appelée en soutien de l’association que
,
dans les faits, sa gouvernance lui demeurait étroitement liée. Le processus de séparation de la
gouvernance de l’une et de l’autre a progressé lentement
: association et fondation avaient
initialement les mêmes président et trésorier. C
e n’est qu
e lors de la réunion du conseil
d’administration de la FVH du 12 juin 2018 qu’un nouveau président issu du collège du comité
des parrains a été élu à la tête de la fondation. La fonction de trésorier puis celle de commissaire
aux comptes, au départ communes entre les deux entités, ont aussi fait l’objet d’une séparation.
La fondation est désormais plus autonome dans ses décisions. Mais, son projet de
nouveaux statuts, encore
en discussion, cristallise désormais des oppositions en ce qu’il
permettrait ou non de mettre fin aux possibilités indirectes de contrôle de la nomination des
instances dirigeantes de la fondation par l’association.
En effet, le c
onseil d’administration de
la fondation est constitué de 12 membres répartis
en trois collèges, quatre membres nommés par les fondateurs, quatre personnalités qualifiées et
quatre « amis de la fondation » issus du «
comité des parrains de l’œuvre
». Selon l
’article 6
alinéa 10 du p
rojet de statuts de la fondation (AG du 16 juin 2021), qui reprend en cela l’article
3.3 des statuts actuels, «
L’assemblée générale de l’association
approuve, sur proposition du
conseil d’administration, la liste des membres du Comité des parrains de l'Œ
uvre Valentin
Haüy qui rassemble les personnes physiques et morales, non-
membres de l’association, qui
apportent ou ont apporté une aide significative à l'œuvre précitée
» maintenant majoritaire
l’influence de l’association au sein du conseil d’administrati
on de la fondation. Le ministère de
l’intérieur
a demandé la suppression de cet alinéa le 22 février 2022. Le secrétaire général de
l’association en
a accepté
le principe. En parallèle, la DLPAJ précise que l’association a renoncé
à introduire dans ses propres statuts, également en cours de modification, une référence
expresse à la désignation des membres du comité des parrains par son assemblée générale.
Cependant, l’association continue de souhaiter introduire dans des documents contractuels
avec la fondation, fussent-ils distincts des statuts, des dispositions écrites lui garantissant un niveau
de soutien déterminé de la part de cette dernière, ce qui serait contraire à l’indépendance de
la
fondation.
Encore aujourd’hui
22
, le président de l’association in
siste sur la volonté de percevoir des
revenus de placement des titres objet de la donation de manière massive et garantie : «
Pour ce qui
est du soutien de notre Fondation, il convient de le sécuriser dans la durée. Cela revient simplement
à appliquer la c
harge liée à l’acte de donation initiale qui stipule que les revenus du fonds de
réserve doivent servir à l’action sociale et prioritairement aux actions et projets de l’association.
»
«
Schématiquement avoir la garantie que les actions sociales de l’assoc
iation seront soutenues en
priorité, à concurrence de 80 % des revenus de ce capital désormais à la Fondation, serait une
bonne façon de respecter la charge et de stabiliser cette source de revenu ».
Quelles que soient les modalités retenues, l’association
doit renoncer à tout contrôle direct ou
indirect des décisions de la fondation, qui doit être libre de soutenir des projets de l’association en
toute indépendance. Ainsi, l’association ne doit pas faire obstacle aux évolutions statutaires allant
dans ce sens, ni chercher à introduire par ailleurs de dispositions contractuelles équivalentes.
22
Note adressée à la Cour le 7 octobre 2022.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
31
C -
Des contrôles externes d’intensité inégale
Les contrôles externes exercés sur l’AVH pendant la période sous revue ont émané du
commissaire aux comptes et du comité de la charte (devenu Don en confiance
23
en 2017). Le
contrôle effectué par l’IGAS en 2015, portant sur les exercices 2011 à 2013, est plus ancien
même si nombre de ses conclusions sont encore d’actualité.
Au cours de la période sous revue, les comptes de l’as
sociation ont été certifiés sans
réserve ni observations par le commissaire aux comptes. Compte tenu du suivi des comptes par
un expert-
comptable spécialisé dans l’
économie sociale et solidaire (FITECO) comme du
contrôle exercé par les financeurs publics des établissements, le commissaire aux comptes a
choisi de limiter
ses procédures d’audit à la mise en œuvre de diligences d’audit allégée
s et la
revue analytique des variations significatives. La dispersion des établissements et services
l’oblige néanmoins
à procéder à des tests de corroboration ou de validation
24
.
Dans le cadre de missions intermédiaires, le commissaire aux comptes concentre chaque
année ses investigations sur des entités ou des aspects variés de l’activité de l’AVH
:
établissements (EA La Villette en 2017, Centre Escolore en 2019) ou fonctions (engagement
des dépenses, paie en 2019) au titre de l’audit du contrôle interne, quelques comités en 2017 et
2019 (Rennes, Nouméa),
le processus de remontée d’information financière des comités dans
le logiciel comptable SAGE et la combinaison des comptes en 2018, le processus de collecte
de dons et d’émission des reçus fiscaux en 2020.
L’association
Valentin Haüy a par ailleurs été labellisée organisme « don en confiance »
par le comité de la charte, successivement les 28 septembre 2017 et 25 juin 2020 ; son précédent
agrément datait de 2014
25
. Jusqu’en 2019, cette évaluation n’a pas permis une amélioration
notable du contrôle interne et de la maîtrise des risques.
Malgré «
l’
apaisement
» du climat inte
rne de l’association, après les tensions du début de
période et les progrès accomplis en matière d’organisation et de modes de fonctionnement
relevés par le dernier rapport triennal, établi pour la période 2017-2020, des «
écarts constatés
»
persistent jus
qu’en fin de période sous revue. Ils concernent la cartographie des risques et
l’établissement d’un plan pluriannuel de contrôle des risques
; la stabilisation des relations avec
la fondation ; le suivi du plan de développement de la communication et de la collecte des fonds,
en prêtant attention aux coûts du recours à des prestataires extérieurs pour la collecte ; la
poursuite des réformes touchant à l’organisation des services (service des libéralités, suivi de
la procédure d’appel d’offres). Ces points c
onstituent effectivement des faiblesses de
l’association importantes et persistantes.
23
Il s’agit d’un organisme privé labellisateur.
24
Procédure mise en œuvr
e par l'auditeur pour confirmer les assertions contenues dans les états financiers faisant
l'objet de sa mission en s'assurant qu'il n'existe pas d'inexactitudes ou anomalies importantes.
25
Le consultant bénévole chargé de cette évaluation
le même pendant toute la période sous revue
n’a pas eu
d’autre expérience en la matière que celle relative au contrôle de l’AVH.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
32
D -
Un contrôle interne et une maîtrise des risques
insuffisamment opérationnels
À plusieurs reprises, l’IGAS et le comité de la charte ont recommandé à l’association de
mettre en place un dispositif de contrôle interne et de maîtrise des risques. Cette
recommandation n’a commencé
à être mise en place que tardivement, avec des moyens limités,
et suivant une méthodologie imparfaite, qui peut conduire à douter de la pertinence de la
démarche, voire de son effectivité. L’association n’a pas constitué de comité d’audit
ce qu’au
demeurant le comité de la charte ne lui a pas imposé.
Encore récemment, la gouvernance de l’association ne considérait d’ailleurs pas qu’elle
fût dotée d
’un dispositif d’audit interne pendant la période sous revue
26
.
L’AVH s’est engagée dans une démarche de contrôle interne sous l’effet de
s contraintes
extérieures de
l’IGAS en 2015 et
du comité de la charte.
De longue date, l’association n’a pas consacré d
es moyens suffisants à la mise en place
d’un contrôle interne et d’une cartographie des risques
. Elle a, en effet, privilégié le recours
systématiquement à des collaborateurs sous mécénat de compétences, ou à des prestataires
extérieurs, au détriment
d’
équipes permanentes
27
.
La méthode suivie pour l’établissement de la cartographie des risques ne révèle ainsi
aucun plan d’ensemble
28
, ne serait-ce que pour le siège
29
. Elle laisse apparaître, en réalité, une
absence de reconnaissance de la technicité de la matière voire de son utilité.
A
u sortir d’une crise de plusieurs mois, la gouvernance de l’AVH s’est saisie de la
démarche de cartographie des risques aussi comme d’
un outil managérial donnant à chacun
l’occasion d’exprimer sa propre vision des risques auprès d’un prestataire. Il en est résulté une
carte reflétant les préoccupations parfois disparates des différentes composantes de l’AVH.
Cette méthode présente plusieurs failles potentielles :
l’appréciation erronée de la nature
de certains événements qualifiés
de risques, un manque d’exhaustivité du recensement et une
cotation inappropriée
30
. Par ailleurs, la procédure adoptée par l’AVH ne lui a pas permis de
bénéficier du transfert de connaissances de la part du cabinet qu’elle avait choisi.
26
D’après le secrétaire général de l’AVH
: «
À
notre connaissance, l’association ne disposait pas d’un service
d’audit interne structuré s
ur la période sous revue. Quelques rapports ci-joints ont été produits par des bénévoles
pendant cette
période. Nous avons formellement créé une structure audit interne en mars 2021 avec l’arrivée de
X, mécénat de compétence
[d’une banque française]
. Il es
t chargé de la revue des procédures et de l’audit ponctuel
selon un programme annuel qu’il propose au bureau […]
» (réponse du secrétaire général au questionnaire de la
Cour, 18 mai 2022).
27
La mission des collaborateurs sous mécénat de compétences ne dure que deux ans
ce qui est peu au regard de la
nécessité de connaître en profondeur les entités et activités de l’association pour exercer un contrôle interne efficace.
28
Les travaux à mener par le responsable du contrôle interne ne sont pas définis par un comité autonome dans la
gouvernance de l’association
: la liste de la première série des travaux tournés vers le siège a été définie par le
bureau (polices
d’assurance
s
, reçus fiscaux, documents uniques d’évaluation des risques professionnels
).
De
même, la liste des contrôles diligentés par ce même responsable auprès des comités a été élaborée par le bureau,
la vice-présidence chargée de la coordination des comités, donc en fonction de critères qui ne sont pas
nécessairement déterminés par une analyse objective des risques.
29
Pour des motifs de faisabilité de l’exercice, les ESMS n’ont, depuis l’origine, jamais été inclus dans la réflexion.
30
Ces failles sont décrites en annexe n° 3.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
33
L’AVH n’a pas saisi
l’occasion de l’élaboration de sa car
t
e des risques pour s’ouvrir sur
l’extérieur. La sélection des risques a incombé au bureau et à un comité de pilotage interne, à
partir d’une liste d’une vingtaine de risques retenus par le cabinet d’audit. Des
«
responsables
de risque
»
ont été désignés, avec mission de définir un plan d’action assorti d’un calendrier de
réalisation, sans être accompagné d’un transfert de connaissance par le cabinet à l’association
pour lui permettre de poursuivre la démarche.
En résum
é, au lieu d’en faire un moteur de sa transformation, l’AVH s’est engagée dans
une démarche de cartographie des risques
sans disposer d’une liste exhaustive des procédures
31
,
et sans suivre de façon constante le projet initial, lequel a été modifié presque immédiatement
par le bureau, sans méthodologie rigoureuse ni ouverture à un regard extérieur.
La Cour prend acte de l’engagement de l’association d’entreprendre dès l’été 2023 la mise
au point d’un recueil de toutes ses procédures, dans le but d’améliorer
son contrôle interne, et
de concrétiser la mise en œuvre de ce contrôle par le recrutement d’un salarié disposant des
compétences nécessaires. En toute hypothèse, l’exercice de recueil des procédures devrait
normalement conduire à mieux identifier les risques et donc à mettre à jour leur cartographie.
E -
Une mise en œuvre de la protection des données personnelles
consécutive au contrôle de la Cour
Parmi les progrès à réaliser, identifiés en 2015
par l’IGAS
, figuraient notamment la
«
fixation d’une durée limite
à la conservation des données personnelles des donateurs
» et
l’
»
encadrement des prochains échanges d’adresses de donateurs
», recommandations fondées
sur les dispositions alors en vigueur de la loi dite informatique et libertés
32
.
L’AVH s’est mise
formellement en conformité avec le règlement général sur la protection des données
personnelles (RGPD) en désignant, dès septembre 2018,
l’unique salariée de son service
juridique comme responsable de la protection des données (DPO)
33
.
Néanmoins, les travaux de mise en conformité se sont déroulés sans appel à une expertise
externe,
malgré la technicité de la matière. C’est sans concours extérieur que la
délégation à la
protection des données (DPO)
a élaboré un mémento appliqué à l’association et une première versi
on
de la charte de protection des données personnelles accessible sur le site internet de l’AVH
34
.
Au regard de cette organisation encore fragile, la tâche à accomplir s’avérait immense, en
raison de la multiplicité des fichiers constitués dans les services, les établissements et les
comités. C
ertains d’entre eux contiennent des données sensibles
35
, en particulier des
informations concernant le handicap éventuel des bénéficiaires, des salariés ou des membres de
l’association
36
. Le nombre des personnes
administrateurs, salariés, présidents de comités ou
bénévoles
susceptibles d’accéder à ces données est élevé.
31
L’
élaboration
d’un recueil des procédures serait
envisagée pour l’été 2
023.
32
Loi n° 78-
17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés
.
33
Désignation obligatoire en vertu des dispositions du Règlement général sur la protection des données
personnelles (RGPD), entré en application le 25 mai 2018.
34
Jusqu’en novembre 2022, elle n’a pas suivi de formation lui permettant d’obtenir une certification correspondant au
référentiel de certification des compétences, défini par la CNIL dans sa délibération n° 2018-318 du 20 septembre 2018
portant adoption des critères du référentiel de certification des compétences du délégué à la protection des données.
35
Le I de l’article 6 de la loi informatique et liberté, qui renvoie à l’article 9 du RGPD, interdit le traitement de
données dites sensibles, au nombre desquelles figurent les «
données concernant la santé
»
d’une personne physique.
36
Les statuts prévoient en particulier que : «
le président de chaque comité établit et tient à jour la liste des
bénévoles et des déficients visuels au service desquels est l’ass
ociation
».
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
34
Selon les indications de l’association, un registre spécial pour enregistrer les demandes
d’accès et de rectification aurait été créé à partir de mai 2022, tout comme l’auraient été des
registres des traitements de données personnelles, respectivement pour le siège, les comités et
les établissements. À la date de la finalisation du présent rapport
, aucun d’entre eux n’était
exhaustif
37
, et les accès étaient parfois insuffisamment définis
38
. Certains traitements
enregistrent des données personnelles de santé.
À l’issue du contrôle
dont est issu le présent rapport
, l’association a fait évoluer sa
pratique et a modifié en 2023 la charte de protection des données à caractère personnel
accessible sur son site internet, pour en améliorer la conformité au RGPD dans les domaines du
consentement, de la collecte des données sensibles et de la durée de conservation des données.
Des mesures de sécurité très récemment mises en place visent à éviter que les données ne soient
disséminées sur des supports qui ne présentent aucune garantie de sécurité
notamment sur les
ordinateurs personnels des bénévoles des comités.
Par ailleurs, la Cour prend acte des indications de l’A
VH selon lesquelles, à la suite de
son contrôle, l’association aurait comblé les lacunes que comportaient ses registres des
traitements de données personnelles, et renoncé à gérer de façon déconcentrée la mise à jour
des registres, pour faire peser sur la
DPO la responsabilité d’approuver toutes les modifications
souhaitées par les responsables des services du siège, des établissements et des comités sur les
registres dont ils ont la charge.
Dans ces conditions, il appartient désormais à la gouvernance de l
’AVH de diligenter des
contrôles aléatoires des traitements opérés par ses services, comités et établissements, dont elle
reste pleinement responsable en tant que personne morale.
IV -
Un modèle économique non stabilisé
L’AVH a organisé son activité en menant e
n direct des missions sociales extrêmement
diversifiées avec le concours de 563 salariés et de 3 300 bénévoles. Pour ce faire, elle recourt à
des ressources issues tout autant de subventions publiques que de dons et de legs. La
comptabilité analytique dépl
oyée par l’association ne permet pas d’identifier la destination et
la consommation des ressources de la générosité publique.
En outre, face à des ressources contraintes (des subventions publiques très encadrées) et à une
faible collecte de dons, la constitution des réserves qui ne proviennent que du produit aléatoire
des legs ne répond pas à une stratégie explicite et pleinement conforme aux appels à dons.
A -
Une nette augmentation du bilan, un patrimoine immobilier
à mieux prendre en compte
En quatre ans, le bilan affiche une hausse concentrée sur la fin de la période sous revue
et sur les postes de l’actif circulant, des disponibilités et des valeurs mobilières de placement,
alors qu’au passif, les
« reports à nouveau » négatifs sur les exercices 2017 à 2019 ne se
redressent significativement qu’en 2020.
37
Certains comités étaient absents du registre des traitements des comités ; le registre des établissements ne
répertoriait que les traitements de cinq établissements sur seize (CDTD, O. Witkowska, SAVS, SESSAD,
résidence / ergothérapie). Le re
gistre des services aux bénéficiaires centralisés à Paris et du siège n’était pas
exhaustif (certains fichiers du service social n’y figuraient pas encore)
.
38
Notamment concernant le registre biométrique des accès à l’infirmerie et aux cuisines pour le cen
tre O. Witkowska.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
35
Le tableau suivant montre une progression atypique du bilan. La taille de ce dernier
augmente même si l’on tient compte de la rupture comptable consécutive au passage en 2020
au nouveau règlement ANC 2018-06.
En effet, l’exercice 2020 marque la première application
de cette nouvelle règlementation, qui ajoute au bilan les legs acceptés par le conseil
d’administration et non encore réalisés à la clôture de l’exercice (en immobilisations et
créances). L’augmentation produite par cette nouvelle réglementation est d’un montant de
9,729
M€
en 2020 qu’il convient de soustraire du bilan 2020 pour autoriser le calcul de
l’évolution approchant 30
% du bilan pendant la période sous revue.
Tableau n° 3 :
évolution des principaux postes
d’actifs de 2017 à 2020
Actif net
2017
2018
2019
2020
Immobilisations
27 382 164
26 539 736
25 576 329
31 525 222
Dont constructions
21 450 976
20 937 445
19 791 576
18 365 168
Actif circulant
21 535 681
25 441 010
36 008 186
42 041 645
Dont créances
4 770 960
4 268 503
4 093 366
7 683 407
Vmp
8 543 002
6 692 934
13 244 365
17 800 696
Disponibilités
7 690 503
13 833 828
17 992 752
15 893 195
Stocks
531 216
645 775
677 704
664 347
Total actif
49 134 316
52 212 830
61 786 934
73 777 368
Source : AVH, rapports sur les comptes annuels
Tableau n° 4 :
évolution des principaux postes des passifs de 2017 à 2020
Passif
2017
2018
2019
2020
Fonds propres
33 456 663
37 345 874
45 327 612
42 855 375
Dont Fonds sans droit de
reprise
1 270 648
1 270 648
1 270 648
1 133 478
Autres réserves
45 117 943
46 162 728
45 392 111
43 837 819
Report à nouveau
- 14 928 843
- 18 008 443
- 12 667 839
- 3 054 396
Résultat
- 2 031 272
4 192 500
8 444 976
- 634 833
Provisions réglementées
2 380 127
2 193 956
2 308 649
799 258
Fonds dédiés reportés
962 280
869 490
651 323
12 384 847
Provisions/ risques et charges
3 732 796
3 399 631
3 850 739
4 004 017
Emprunts
5 491 897
4 741 894
5 876 497
7 196 906
Dette à court terme
4 645 989
5 732 920
5 947 306
7 210 647
Produits constatés d'avance
844 691
123 021
133 458
125 575
Total passif
49 134 316
52 212 830
61 786 934
73 777 368
Source : AVH, rapports sur les comptes annuels
En outre, l’association dispose d’un patrimoine immobilier important, avec une
localisation exceptionnelle, qu’elle valorise à sa valeur comptable comme elle y est autorisée,
mais en décalage complet avec une valeur vénale largement supérieure.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
36
L’association, pour informer parfaitement les donateurs en restituant une image fidèle de
sa situation financière, pourrait préciser en annexe des comptes la valeur vénale de ses
immobilisations corporelles, information de surcroît stratégique pour prendre la mesure des
marges dont elle dispose réellement.
B -
Un compte de résultat qui traduit la dépendance aux aléas de la collecte
En 2017, pour un total de 35
M€
de produits d’exploitation, 16
M€
proviennent des
concours publics qui subventionnent les établissements conventionnés ; la production des
services et ventes de marchandises rapportent moins de 8
M€
, les dons et legs environ 7,5
M€
.
L’association enreg
istre dans le même temps 37
M€
de charges d’exploitation dont 20
M€
de
charges salariales et 12
M€
d’achats de marchandises et charges externes
, ce qui aboutit à un
résultat négatif de l’exercice.
Le modèle économique de l’association n’est pas stabilisé
. Les exercices 2018 et 2019 ne
sont bénéficiaires que grâce à des recettes exceptionnelles. Ainsi, le résultat bénéficiaire
enregistré en 2018 (4,1
M€
) est essentiellement dû à un résultat exceptionnel de 4,3
M€
, qui
trouve son origine dans des produits de cessions sur immobilisations et la subvention «
de
dédommagement complémentaire
» versée par la fondation Valentin Haüy.
En régime de croisière, les charges relativement rigides (masse salariale, d’ailleurs
contenue, et achats) ne peuvent être couvertes que si, par exemple, le niveau des legs se
maintient à un niveau proche de 6
M€. Dès 2020, en l’absence de produit exceptionnel, le
résultat déficitaire réapparaît.
Tableau n° 5 :
l
’évolution des principaux postes du compte de résultats de 2017 à 2020
2017
2018
2019
2020
Produits d'exploitation
35 150 637
36 693 301
43 794 700
34 562 349
Vente marchandises et production vendue
6 321 276
6 314 340
5 947 506
5 811 610
Produits d'activité
1 537 897
1 494 673
1 995 004
Dotation et prix de journée
12 819 350
12 202 416
12 103 969
12 553 226
Subventions d'exploitation
3 377 678
1 082 227
939 678
669 591
Dons
2 925 490
2 784 220
2 761 148
2 905 445
Legs encaissés
4 492 158
4 836 695
13 106 233
5 250 790
Autres produits
7 264 677
6 661 497
3 017 138
Contributions financières (FVH)
3 770 914
Charges d'exploitation
37 145 960
36 883 571
37 431 801
34 888 685
Achats approvisionnement
4 122 338
4 565 173
4 885 071
3 586 437
Charges externes/ services extérieurs
8 230881
7 882 415
8 277 979
7 606 416
Rémunération et charges de personnel
20 897 483
20 435 463
20 189 702
20 328 650
Dotations (amortissement, dépréciation, provisions)
2 607 853
2 669 348
2 996 789
2 594 394
Produits financiers
556 072
80 928
1 073 396
378 488
Dont produits sur cession des portefeuille
500 014
8 003
965 264
265 068
Produits exceptionnels
253 554
4 915 375
1 219 341
195 936
Charges financières
203 324
532 054
181 704
573 446
Report ressources non utilisées antérieurement
38 630
215 793
345 606
Engagements à réaliser
- 234 825
- 123 003
- 127 438
Résultat d'exercice
- 1 700 827
4 226 687
8 386 007
- 634 834
Source : AVH, Rapports sur les comptes annuels
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
37
Face à cette situation fragile, l’association a eu jusqu’ici pour seule stratégie, pour l’instant
infructueuse, de développer la collecte de fonds, sans rechercher une meilleure performance
interne ou un recentrage de ses activités, sans doute compte tenu du climat social tendu encore
récemment. Le cons
eil d’administration
a validé début 2018 «
une vision partagée pour l’AVH
des années
2020 » précisant que «
la recherche de fonds par les comités et par le service de
collecte devra représenter une part importante des ressources financières
» puis que «
la
fondation a un rôle à jouer important dans l’obtention des ressources pour l’association
».
Mais la collecte des dons stagne à un niveau qui n’atteint pas 3
M€
par an.
Cette situation est d’autant plus préoccupante que, pendant la période, l’
activité de
production
commerciale s’est érodée dans certains domaines.
La situation la plus critique est
celle de l’imprimerie
, dont
l’activité baisse de façon continue depuis 2018.
C -
Un pilotage budgétaire aboutissant à la reconstitution de réserves
sans stratégie explicite
Au bilan, le montant de l’actif était tombé de 116
M€
en 2012 à près de 55
M€
en 2013
après donation à la fondation. Depuis lors,
le montant de l’actif n’a cessé de diminuer jusqu’en
2017 où il a atteint son niveau le plus bas à 49
M€
, soit 5,6
M€
de moins en trois ans.
Des résultats exceptionnels ont permis ensuite de reconstituer une réserve au bilan sans
trop réduire les activités, et donc les charges. Cette réserve a sans doute vocation de sécuriser
l’association face au caractère aléatoire de ses recettes dans un contexte où elle s’est dessaisie
de l
’essentiel de son patrimoine financier au bénéfice de la fondation.
Pourtant, aucune stratégie n’a été définie au regard du niveau de disponibilités et de
placements nécessaire. L’association doit donc mener une réflexion sur le niveau
-cible de ses
réserves financières de précaution, de ses disponibilités et de ses valeurs mobilières de
placement, en le calculant au plus juste compte tenu de son mode de financement (une partie
de ses activités étant couverte par subvention), et de la valeur réelle de son immobilier. Elle
doit en outre (voir
infra
) informer ses donateurs de cet objectif de constitution de réserves.
Lors de la contradiction avec la Cour, l’association s’est engagée à ce que la
politique de
placements fasse l'objet d'un document interne de référence.
D -
Une gestion des placements à professionnaliser
L’association ne dispose ni d’un directeur des affaires financières ni d’un comité financier,
alors même que le montant des placements pourrait justifier une telle instance. Une commission
« Finances et Fondation » avait été créée en 2017 dans le contexte de la crise sociale qui secouait
l’association
. L
’objectif était
alors
d’objectiver les versements de la fondation vers l’association.
Aucune stratégie de placements ne figure dans les procès-verbaux des séances du conseil
d’administration
. Tout au plus,
une décision d’investissement a été prise lors de la mise en réserve
de certains produits exceptionnels. Le trésorier présente de façon factuelle l’état de la trésorerie
et les placements au conseil d
’administration au moment de la clôture des comptes.
Les montants en cause nécessiteraient que la gestion des placements soit menée selon des
procédures professionnalisées :
définition d’un niveau de risque accepté par le conseil
d’administration, définition de l’horizon de placement en fonction des décaissements anticipés,
choix de l’allocation d’actifs correspondant à cet horizon de placement, sélection des
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
38
gestionnaire d’actifs et des produits permettant d’atteindre les objectifs de rendement/risque sur
l’horizon de placement, par mise en concurrence et en portant la plus grande attention au niveau
des frais et à la qualité du
reporting
, suivi régulier des performances et remise en question
périodique des prestataires et de l’allocation d’actifs tactique.
Ces procédures ne sont pas mises en œuvre par l’association
,
qui s’est longtemps
contentée
d’appliquer la même allocation d’actifs que la fondation, alors que sa réserve n’a,
a
priori
, en aucun cas le même rôle. I
l s’agit pour l’association d’une réserve
de précaution face
aux aléas de collecte de legs, avec un horizon de placement potentiellement court (il suffit que
les legs se tarissent plusieurs années de suite pour qu’il soit nécessaire d’utilis
er la réserve).
L’allocation doit nécessairement être plus prudente que pour l’usage de la dotation de la FVH
,
dont l’horizon de placement a vocation à être lointain.
En effet, d
epuis 2015, l’association a confié à
une société
de gestion d’actifs
la gestion de
son portefeuille de valeurs de placement
via
l’appo
rt au FCP Valentin Haüy Patrimoine,
constitué à l’initiative de la FVH, qui en possède 90
% des parts. De 2017 à 2019, les valeurs
mobilières de placement (VMP) de l’association ont
été constituées à près de 90 % de fonds
placés dans le FCP Valentin Haüy Patrimoine (VHP), investi à près de 50 % en actions. Cette
allocation d’actifs ne se conçoit que dans une optique de long terme, alors que la réserve
constituée par l’association pouvait avoir vocation à être mobilisée rapidement compte tenu du
caractère non stabilisé de sa situation économique.
Après un bref débat au conseil d’administration
le 11 décembre 2019, le choix a été fait
par l’association de placer un surcroît de disponibilités à hauteur de 10
M€
avec une exposition
moindre au marché actions que celle du FCP Valentin Haüy Patrimoine, en créant un nouveau
fonds commun de placement dédié à l’association, le FCP Duroc, avec un objectif d’au moins
80 %
de l’actif investi en obligations. Cette décision aurait dû être l’occasion de constituer une
commission financière, suivi d’un véritable débat
,
qui n’a pas eu lieu
,
sur l’allocation d’actifs
et sur le choix du prestataire.
La présidence de l’association s’est engagée au terme de la contradiction ave
c la Cour à
soumettre à son conseil d’administration la création d’un comité financier au deuxième
semestre de l’année 2023.
Tableau n° 6 :
valorisation des FCP
et disponibilités de l’AVH
VH
Patrimoine
Nombre
de parts
Prix unitaire
(€)
Valorisation
du portefeuille
(M€)
Disponibilités
(M€)
Total
(M€)
01/01/2017
1 054,70
10 439,92
11,011
3,627
14,637
31/12/2017
724,70
10 966,48
7,947
4,246
12,193
31/12/2018
588,70
10 328,04
6,080
10,649
16,729
31/12/2019
588,70
11 818,80
6,958
12,820
19,778
31/12/2020
588,70
12 323,96
7,255
9,244
16,499
31/12/2020
5 000,00
1 016,84
5,084
5,084
Source :
comptes financiers de l’AVH
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
DES MISSIONS D’ASSISTANCE ET D’ACCOMPAGN
EMENT UTILES
39
___________________CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS __________________
L’
association
Valentin Haüy s’est montrée très active
, depuis sa création, dans
l’accompagnement de
s personnes aveugles et
déficientes visuelles, notamment l’apport des
nouvelles technologies. Son
développement soutenu et sa préoccupation de fournir l’accueil et
l’accompagnement
à ses bénéficiaires tout au long de leur vie ont eu pour résultat la
constitution d’un agrégat d’entités de natures différentes
, induisant une complexité en
organisation du fonctionnement et en gestion.
L
a création par l’association de la
fondation Valentin Haüy en 2011 a eu un impact
important de 2017 à 2020. Les résultats déficitaires successifs
de l’association
ont abouti à la
signature de protocoles financiers de financement par l’association, en contravention avec le
principe d’indépendance de celle
-ci.
L’
organigramme
de
l’association
a
longtemps
reflété
une
insuffisante
professionnalisation de l’encadrement, favorisant
le maintien d’une
implication excessive des
bénévoles du bureau
dans la mise en œuvre opérationnelle des décisions
.
Le contrôle interne apparaît peu opérant. Il a surtout pris la f
orme d’une cartographie des
risques,
dont la méthodologie de construction n’a pas pris en compte l’analyse des procédures.
Bien que l
’AVH s
e soit formellement mise en conformité avec les obligations résultant du
RGPD, ses travaux en la matière restent lacunaires.
Le modèle économique de l’association, qui finance avec des legs
par nature aléatoires
des charges rigides, est particulièrement fragile. Pendant la période sous revue, les résultats
d’exercice
n
ont été positifs
que sous réserve d’
apports exceptionnels, soit de la fondation
Valentin Haüy, soit provenant
d’un leg
s important. Dès lors, ayant omis de mettre en question
l’efficience de ses dépenses et de développer de nouvelles recettes, l’association a reconstitué
une réserve de précaution lorsqu’elle bénéficiait d’excédents exceptionnels, mais sans stratégie
bien définie sur le niveau de celle-ci. Au demeurant, cette réserve est gérée, ici encore, sans la
stratégie ni les procédures adéquates.
L’association s’est
cependant engagée au terme de la
contradiction avec la Cour
à créer un comité financier au deuxième semestre de l’année 2023
et à disposer d’un document de référence sur sa stratégie et ses procédures en la matière.
La
réflexion stratégique de l’association sur ses réserves devrait prendre en
compte la valeur
vénale de son immobilier, qui pourrait aussi utilement être portée à la connaissance des
donateurs en annexe aux comptes annuels.
Par ailleurs, cette réserve a été constituée alors que les objectifs exposés dans les
campagnes d’appels à d
ons ou à legs mettent uniquement en avant la nécessité de répondre
aux besoins immédiats d’aide aux aveugles et déficients visuels
.
La Cour formule les recommandations suivantes :
1.
r
especter l’indépendance de la fondation notamment en supprimant les disposi
tions
statutaires qui donnent en pratique à l’association le contrôle de la fondation
;
2.
mettre en place une carte des risques fondée sur une analyse des procédures écrites
applicables à l’ensemble des processus de l’association, et déployer un contrôle int
erne en
conséquence à l’horizon 2024
;
3.
p
oursuivre la mise en conformité de l’association avec le
règlement général sur la
protection des données personnelles
et la doter des capacités d’en contrôler le respect dans
l’ensemble de ses entités
;
4.
professionnaliser la gestion des placements en mettant en place les procédures nécessaires.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre II
Le respect des obligations liées à l’appel
à la générosité du public
I -
Une déclaration préalable d’appel à dons longtemps incomplète
L
es dispositions de l’article 3 de la loi d
u 7 août 1991
39
imposent aux organismes qui
souhaitent faire un appel public à la générosité
d’en
faire la déclaration préalable auprès du
préfet de département lorsque le montant des dons excède un seuil fixé par décret
40
. Pour
l’AVH
, cette déclaration doit être faite auprès de la préfecture de la région Île-de-France. De
façon constante pendant la période sous revue, cette déclaration a été adressée une fois par an
à la préfecture,
ordinairement avant le début de l’année de réalisation de l
a campagne
à défaut,
peu de temps après.
Tableau n° 7 :
déclarations de campagnes et nombre des publipostages
de l’
association Valentin Haüy (2017-2021)
Exercice
Date de la lettre
à la préfecture de région
Date du récépissé
préfecture
Période
des campagnes
2017
25/01/2017
01/02/2017
2017
2018
20/10/2017
08/11/2017
2018
2019
08/11/2018
10/12/2018
2019
2020
06/11/2019
27/11/2019
2020
2021
10/12/2020
13/01/2021
2021
Source : AVH
L’IGAS, en 2015, avait relevé l’absence de caractère préalable des
déclarations
préalables. Toutefois, jus
qu’en 2022, ces déclarations ne faisaient pas mention des dates des
campagnes ni du nombre prévu des publipostages. L’amélioration constatée est donc très
récente.
39
Loi n° 91-772 du 7 août 1991 relative au congé de représentation en faveur des associations et des mutuelles et
au contrôle des comptes des organismes faisant appel à la générosité publique.
40
Seuil désormais fixé à 153 000
€ par les di
spositions combinées du décret n° 2019-504 du 22 mai 2019 et de
l’article D.
612-5 du code de commerce.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
42
Par ailleurs, ces déclarations ne concernent que les collectes du siège. Contrairement à la
réglementation, les collectes annuelles souvent organisées par les comités
au moins les plus
importants d’entre eux –
ne sont pas incluses dans la déclaration préalable. Cette exclusion n’est
pas justifiée, s’agissant de collectes qui représentent enviro
n 10 % de la collecte totale de dons
de l’association, diligentées par des entités dépourvues de la personnalité morale.
À la suite de la contradiction avec la Cour, l’association a déclaré s’être mise en
conformité pour sa déclaration préalable de janvier 2023. À la faveur de la création de la
direction du développement des services associatifs en septembre 2021, tous les processus de
collecte ont été revus.
II -
Les objectifs de l’appel à la générosité du public clarifiés
Les objectifs de l’appel à la générosi
té du public sont exprimés de façon explicite dans les
déclarations préalables et repris dans les appels au don. Ces objectifs se réfèrent aux missions
statutaires visant à «
unir, seconder les personnes et les organisations qui s’occupent des personnes
déficientes visuelles, étudier, propager, appliquer tout ce qui peut concourir à leur instruction, leur
promotion sociale, et tout ce qui peut les aider à surmonter leur handicap, participer à la recherche
médicale et à la vulgarisation de la prophylaxie de la cécité et de la malvoyance
».
Ces objectifs sont restés les mêmes pendant toute la période sous revue. Certains sont peu
mis en valeur dans les appels et, en réalité, peu mis en œuvre –
en particulier la participation à
la recherche médicale
tandis qu
e d’autres –
la vulgarisation de la prophylaxie de la cécité et
de la malvoyance notamment
ont une formulation assez surannée.
Les publipostages de l’association, diffusés de façon prépondérante par courrier et dans
une moindre mesure par courriel, se répartissent en trois catégories : les courriers dits de
«
prospection
»,
traditionnellement les plus nombreux
adressés tout au long de l’année aux
donateurs potentiels, les courriers dits de «
fidélisation
»
auxquels s’ajoute la diffusion du
journal trimestriel «
Valentin Haüy actualités
» (VHA).
L’IGAS, dans son rapport en 2015, avait émis quelques mises en garde sur le contenu des
publipostages, appelant à une «
vigilance accrue des instances quant aux potentielles dérives
marketing sur les messages, suivi plus formalisé des réclamations des donateurs dans la
perspective de sollicitations plus fréquentes, traçabilité plus rigoureuse des quelques dons et
libéralités affectés que reçoit l’association
».
De façon générale, la communication de l’AVH s’est caractérisée, jusqu’à une période
récente, par un style assez daté. La reprise en interne de la communication avec les donateurs
en 2017 a conduit le service de la collecte à réutiliser, parfois sans modification notable, les
messages conçus par une agence spécialisée dans la période précédente.
Au début de la période examinée, une discordance a été observée entre la rédaction de
certains publipostages et l’objet du don figurant sur le bulletin de générosité
. Ainsi, à un texte
très général sur l’autonomie de
s personnes aveugles dans le publipostage correspond parfois
une mention insuffisamment précise sur le périmètre exact de la déductibilité ISF («
dans ce
cas mon don sera affecté aux établissements de l’association, en fonction des besoins
»)
41
. Dans
d’autres cas, le publipostage est entièrement consacré à l’évocation d’une situation très
particulière, en réalité sans rapport avec l’appel à don
s déductibles
de l’ISF
42
. Ainsi, l
’emploi
des sommes collectées n
’a pas toujours été
celui annoncé
dans l’appel à d
ons déductibles de
l’ISF, faute d’être suffisamment
ciblé sur les trois établissements de formation éligibles de
l’association. Cette situation s’est améliorée en fin de période sous contrôle.
41
Par exemple
: vœux de janvier 2017,
mailing
de décembre 2017.
42
Par exemple : une personne âgée perdant la vue en novembre 2017, la rétinite pigmentaire en 2018 dans les
vœux de janvier 2018.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LE RESPECT DES OBLIG
ATIONS LIÉES À L’APP
EL À LA GÉNÉROSITÉ DU PUBLIC
43
III -
Une construction complexe du compte
d’emploi
des ressources qui conduit à une information lacunaire
A -
Un CER constitué par agrégation et consolidation
de dix comptabilités générales
Le CER est établi conformément aux exigences du règlement comptable CRC 2008-12
pour les exercices de 2017 à 2019 et du règlement 2018-06 p
our l’exercice
2020. Les comptes
annuels certifiés comprennent un compte d’emploi annuel des ressources assorti d’annexe
s,
ainsi qu’un compte de résultat par origine et destination (CROD) pour l’exercice 2020. Ces
documents respectent la présentation formelle exigée par les deux règlements comptables
précités. Les hypothèses retenues pour construire le CER
de l’année N
sont validées au conseil
d’administration qui arrête en année N
+1
les comptes de l’année N
.
La structure décentralisée choisie par l’associa
tion pour ses comités, et imposée par les
tutelles pour les établissements, conduit en pratique à des opérations complexes de consolidation
et de retraitement des données. Chaque établissement de l'association tient une comptabilité
distincte qui forme un chapitre spécial de la comptabilité d'ensemble de l'association. Chaque
comptabilité d’établissement peut elle
-
même être issue d’une agrégation, lorsque l’établissement
gère plusieurs entités soumises à des autorisations administratives différentes.
Un cab
inet d’expertise comptable intervient
en appui du service comptable pour le
contrôle de l’enregistrement
des comptes du siège, des services aux bénéficiaires centralisés à
Paris, des comités et des établissements,
pour la consolidation et l’agrégation des
comptes et
pour la neutralisation d
es flux réalisés en interne. L’association a mis en place
, depuis les années
2000, un plan de compte analytique qui distingue chaque établissement et service.
Le CER consolidé de l’association est construit par extraction
s comptables à partir de
l’outil
MyReport
pour le siège, les comités et les services experts. Il est consolidé à partir de ce
premier agrégat dans lequel sont intégrées les données comptables des établissements. Les
produits de ces établissements sont ventilés, selon leur nature, dans les rubriques de ressources
«
subventions et autres concours publics
» (prix de journée ou dotation globale) ou «
produits
d’exploitation
» (ventes, aides au poste).
Dans les rapports des commissaires aux comptes, apparaît ainsi un compte de résultat
«
par entité
» pour dix entités qui sont elles-
mêmes des produits d’agrégation
43
.
B -
Une faible part des ressources issues de la générosité du public
dans les ressources totales
Le compte d’emploi des ressources met en évidence la part
significative des concours et
subventions publics dans les ressources totales
de l’association
: leur montant annuel moyen, de
plus de 15
M€
, représente plus de la moitié du total des produits. Pendant la période sous revue,
les ressources issues de la générosité du public atteignent 8
M€
en moyenne, alors que la période
connaît un produit exceptionnel de 3
M€
qui s’ajoute à la contribution
de l’exercice 2018 de
3,7
M€
, le tout versé par la fondation en 2018, et un legs exceptionnel de 13
M€
reçu en 2019.
43
Les services centraux et le siège avec les comités forment une première entité, suivent ESAT volet
«
Production
» du centre Escolore, ESAT volet «
Production
» du centre Odette Witkowska, EA la Villette, EA
Nantes, puis les établissements sous tutelle CFRP, IMPro, SAVS, volet «
Social
» du centre Odette Witkowska,
volet «
Social »
du centre Escolore.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
44
Tableau n° 8 :
le CER de l’AVH (2017
-
2020) en milliers d’€
2017
2018
2019
2020
Au compte
de résultat
Au
CER
Au compte
de résultat
Au
CER
Au compte
de résultat
Au
CER
Au compte
de résultat
Au
CER
Ressources
38 020
7 241
42 190
9 166
46 432 16 176
35 137
8 268
Dons manuels non affectés
2 522
2 522
2 484
2 484
2 551
2 551
2 905
2 905
Dons manuels affectés
403
403
286
286
210
210
Legs et autres libéralités non affectés
4 372
4 372
4 737
4 737
13 022 13 022
5 250
5 250
Legs et autres libéralités affectés
120
120
99
99
84
84
Mécénat
11
11
Autres produits liés à l'appel à la
générosité du public
-
-
1 684
1 460
-
-
40
40
Autres fonds privés (FVH)
2 480
-
7 128
-
3 714
-
3 771
Subventions & autres concours
publics
15 855
-
15 513
-
15 281
-
15 762
Autres produits
10 284
9 375
11 024
6 899
Reprises des provisions
244
-
668
-
201
-
136
Report des ressources affectées non
utilisées des exercices antérieurs
39
-
216
-
346
-
Variation des fonds dédiés collectés
auprès du public
-
-176
-
99
-
309
325
Insuffisance des ressources
de l'exercice
1 701
Solde des ressources collectées
auprès du public non affectées et
non utilisées en fin d'exercice
-
-
-
2 709
-
11 42
4
10 16
4
Emplois
38 020
7 241
42 190
6 457
46 432
7 461
35 772
9 528
Missions sociales
31 934
4 235
31 591
3 346
31 320
4 104
28 617
5 361
Dont : réalisées directement
31 861
4 172
31 518
3 273
31 233
4 017
28 523
5 267
Versements à d'autres organismes
en France
-
-
-
-
-
-
40
40
Missions sociales à l'étranger
73
63
73
73
87
87
54
54
Frais d'appel à la générosité du public
1 900
1 900
2 055
2 055
2 226
2 226
2 609
2 609
Frais de fonctionnement
3 530
1 106
3 892
1 055
3 831
811
4 157
1 557
Dotations aux provisions
422
-
305
-
542
-
303
-
Engagements à réaliser
sur
ressources affectées
235
-
123
-
128
-
86
Excédent des ressources de l'exercice
-
4 227
-
8 386
-
Source : Cour
des comptes à partir des rapports financiers et CER de l’AVH
Les ressources figurant dans le CER au titre des dons et legs constituent en moyenne
25 %
des ressources totales de l’association. En emploi, les frais de fonctionnement et d’appel à
la générosité publique consomment en première analyse 44,5 % des ressources inscrites au CER.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LE RESPECT DES OBLIG
ATIONS LIÉES À L’APP
EL À LA GÉNÉROSITÉ DU PUBLIC
45
C -
Une imputation contestable de certaines charges
Dans les annexes au CER, les règles d’établissement sont présentées de façon transparente,
mais pas toujours précise. Elles indiquent que :
«
Les frais généraux du Siège n’ont pas été
répartis de façon analytique à l’ensemble des actions menées par l’Association
; ils figurent de
façon globale dans les frais d’Administration Générale. Les frais de fonctionnement des
établissem
ents gérés par l’Association et ceux indispensables engagés par les comités Valentin
Haüy sont directement comptabilisés dans les missions d’actions sociales
»
.
Ainsi, toutes les dépenses des comités sont classées en missions sociales, alors que les
comité
s font juridiquement partie de l’association et supportent des charges qui ont la nature de
frais de fonctionnement.
La ventilation de leurs charges entre les différents types d’emplois est
donc tout à fait concevable comptablement.
De même, 50 % des dépenses de communication interne et 85 % des dépenses de
communication institutionnelle sont classées en missions sociales, alors qu’elles ont la nature
de dépenses de fonctionnement
44
ce que l’association a reconnu au cours de la contradiction
avec la Cour. En particulier, les actions de sensibilisation ne faisant pas encore formellement
partie des objectifs de l’association (puisqu’elles ne sont mentionnées que dans son projet de
nouveaux statuts, qui n’
a pas encore été
adopté), elle ne peut décider d’impute
r en missions
sociales les dépenses correspondantes, sauf à modifier ses statuts en conséquence.
Ces règles de construction inadéquates du CER perdurent malgré le rapport de l’IGAS en
2015, qui signal
ait notamment, à propos des frais d’animation des comité
s et frais généraux des
établissements, que «
des frais généraux et de communication figurent à plus ou moins juste titre
dans les missions sociales
», ou que les frais de collecte des comités figuraient en missions sociales.
Lors de la contradiction avec
la Cour, l’association a fait part de son intention de se
consacrer davantage au plaidoyer. Elle doit donc mentionner cette nouvelle mission sociale
dans son projet de statuts au même titre que celle de sensibilisation, et ne pourra valablement
la conduire que lorsque ceux-ci auront été finalisés et approuvés.
D -
L’absence de ventilation des
ressources issues de la générosité
du public pourtant obligatoire
Les principes de ventilation des produits entre les différents emplois, dans le cadre de la
construction
du compte d’emploi des ressources (CER), reposent sur une notion de
«
reste à
financer
», faisant intervenir successivement plusieurs opérations : les services se financent par
leurs propres produits, notamment les dons dédiés pour certains d’entre eux
; leur sont ensuite
affectées, le cas échéant, les ressources allouées à l’AVH par la
fondation Valentin Haüy ; est
enfin imputée une quote-part de frais généraux.
La fondation, dans les conventions dites «
de partenariat
» conclues à partir de 2018 avec
l’as
sociation, exige que ses contributions financent exclusivement des missions sociales
45
.
Compte tenu du mode de construction du CER, les ressources issues de la générosité du public
prennent nécessairement en charge une proportion notable de frais de structure, dans le cadre
du «
reste à financer
».
44
Selon les règles d’établissement du CER, «
L’activité de sensibilisation du public au handicap visuel, qui
comporte la partie communication institutionnelle, la communication spécifique aux services et pour moitié la
communication de notoriété, fait partie intégrante des missions sociales de l’Association
»
.
45
Dans les tableaux de construction du CER, ce point est expressément indiqué : «
La contribution de la Fondation
qui ne participe pas au financement des frais généraux
» (onglet «
Frais généraux
» des fichiers «
CER2019.xlsx
»
ou «
CER+CROD2020.xlsx
».
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
46
Tableau n° 9 :
restes à financer sur frais généraux en 2019 (
en milliers d’€
)
Référence
Frais
généraux
Revenus financiers
et patrimoniaux
Restes à
financer
442
Gouvernance
- 249,83
118,83
- 130,99
443
Plan et orientations stratégiques
- 104,73
49,82
- 54,92
623
Animation comites de province
- 123,69
58,83
- 64,86
661
Services généraux
- 1 058,45
503,46
- 554,99
662
Direction générale
- 399,50
190,02
- 209,48
663
Informatique
- 442,52
210,49
- 232,03
664
Comptabilité
- 595,89
283,44
- 312,45
665
Ressources humaines
- 587,68
279,53
-3 08,15
- 3 562,29
1 694,42
- 1 867,86
Source : AVH
Jusqu’en 2019, ce
«
reste à financer
» est pris en charge par des prélèvements effectués
sur les ressources de chacune des six lignes de produits : ressources issues de la générosité du
public, produits du magasin et imprimerie, subventions, revenus du centre résidentiel, revenus
des comités, autres produits
46
.
La pratique veut que les comités ne contribuent pas au «
reste à financer
» des services
généraux. La couverture de ces frais incombe donc aux cinq autres sources de produits ayant
vocation à financer les frais généraux, à hauteur de 20 %, dont la générosité du public
47
. Ces
règles de répartition n’ont pas été arrêtées par le conseil d’administration pendant la période
contrôlée. Les donateurs n’en ont pas été informés.
En 2020, la méthode est restée la même : après avoir affiné le pourcentage de
contribution, «
les frais d’administration sont affectés en fonction du degré de leurs utilisations
par les autres services (pourcentage des recettes issues de l’activité)
»
.
Ce choi
x, selon l’institution,
ne permet pas de réaliser
la ventilation de l’utilisation des
ressources de générosité publique entre les différentes missions sociales, comme l’exige
pourtant la réglementation
48
. Au surplus, il est probable qu’il contribue à surest
imer la part des
missions sociales dans l’emploi des ressources de générosité publique.
46
Par exemple, en 2019, les frais de «
gouvernance
»
, d’un mo
ntant de 130 990
, ont été répartis à hauteur de 17 %
chacun, entre ces six sources ; de même pour les frais relatifs au «
plan et orientations stratégiques
», dont le reste à
financer s’élevait à 54
920
, la contribution de chacune de ces sources de fin
ancement s’est élevée à 9
150
.
47
L’annexe n°
2 retrace les modalités de prise en charge en 2019 des frais généraux par les six sources de produits
ayant vocation à les financer.
48
Règlement comptable 2008-
12 de l’ANC
: «
Pour répondre aux objectifs de la
loi du 7 août 1991 et de l’arrêté
du 30 juillet 1993, le compte d’emploi annuel des ressources doit donner la ventilation des ressources collectées
auprès du public, y compris les ressources collectées antérieurement à l’exercice en cours, selon les emplo
is
susvisés : missions sociales, frais de recherche des dons, frais de fonctionnement. Il doit également respecter les
règles et principes d’établissement des comptes résultant notamment des articles 120
-1 et 120-4 du règlement
n°99-03 du CRC.
». Une disposition équivalente existe dans le règlement 2018-06 qui lui a succédé.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LE RESPECT DES OBLIG
ATIONS LIÉES À L’APP
EL À LA GÉNÉROSITÉ DU PUBLIC
47
IV -
Une communication financière encore imparfaite
A -
Une présentation de l’emploi des ressources
de générosité publique à clarifier
La communication financière envers les don
ateurs sur l’emploi des ressources collectées
repose sur la diffusion de «
L’
Essentiel »
qui accompagne chaque année le numéro de
septembre de la publication «
Valentin Haüy actualités
» (VHA).
Le comité de la charte salue régulièrement «
la qualité et l’a
nalyse des documents
adressés aux bienfaiteurs
», et considère que «
l’association délivre une information fiable,
loyale, précise et objective
»
49
non sans suggérer quelques marges d’amélioration pour
l’
Essentiel
, notamment en 2019 : «
Une présentation plus resserrée pourrait être étudiée pour
centrer l’information destinée aux donateurs sur les points principaux ainsi mis en exergue et
renvoyant à des documents complémentaires le détail des activités exercées notamment celles
des établissements. Enfin, le ratio frais de collecte rapporté aux seuls dons aurait sans doute
fourni aux donateurs une utile information complémentaire
».
Dans son agrément triennal de 2020, le comité de la charte réclamait encore des efforts
supplémentaires pour améliorer l’établi
ssement de
l’Essentiel
, en faisant en sorte que ce
document ne se réduise pas «
à la simple collecte par les divers services de l’association d’un
résumé de leur activité annuelle
».
La communication financière envers le donateur consiste en la présentation de
diagrammes circulaires qui reprennent l’essentiel du CER et reflètent la part des ressources de
générosité publique dans les ressources totales de l’association au cours de l’exercice écoulé,
ainsi que la ventilation des dépenses entre les différents
types d’emplois.
Cette présentation présente néanmoins plusieurs imperfections :
-
de façon structurelle, compte tenu des conventions de prise en charge du « reste à financer »
(cf.
supra
), l’association s’estime incapable de délivrer aux donateurs une info
rmation sur
la répartition des missions au financement desquelles il a participé, missions que
l’Essentiel
décrit pourtant précisément
«
accueillir, accompagner vers l’autonomie, agir pour
l’accessibilité
» ;
cette difficulté s’est accrue pendant la péri
ode sous revue, en raison de
l’importance accrue des financements de l’AVH en provenance de la FVH
;
-
sous l’appellation de
«
missions d’action culturelle
», la ventilation entre les emplois mentionne
un type d’emploi particulier, distinct des catégories d’
emplois mentionnées dans le CER ; en
réalité, il faut comprendre que ces missions d’action culturelle, correspondant à l’accès à la
lecture et aux nouvelles technologies, sont une forme particulière des missions sociales ;
-
les diagrammes circulaires font m
asse de l’intégralité des ressources, y compris les
concours publics, et présentent l’intégralité des charges
«
hors établissements
» ; cette
présentation permet au lecteur de connaître le modèle économique de l’association, sans
informer le donateur sur l
’emploi précis des sommes collectées par appel public à la
générosité
sauf en ce qui concerne la proportion des frais de recherche de fonds,
régulièrement mentionnée ;
-
la part des frais d’appel dans l’emploi des ressources de générosité publique collecté
es
mentionnée dans
l’Essentiel
est d’ailleurs parfois erronée
: les proportions données pour
2018 (22,4 %) et 2020 (27 %) sont minorées par rapport aux valeurs découlant du CER
(respectivement 27 % et 31,8 %) ;
-
la présentation est particulièrement confuse en 2020, en omettant de regrouper les dépenses
par grandes catégories d’emplois.
49
Rapport intermédiaire de 2018.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
48
B -
Un ratio de missions sociales insatisfaisant
L’association calcule un ratio de mission sociales,
qui a été pénalisé
par l’augmentation
significative du solde des sommes exceptionnelles collectées auprès du public. notamment en
2019, non affectées et restant
non utilisées en fin d’exercice.
Tableau n° 10 :
ratio des missions sociales selon l’
association Valentin Haüy (2017-2020)
En milliers d’euros
2017
2018
2019
2020
Ressources de générosité publique
7 418
7 607 15 867
8 205
Emplois en missions sociales financés par la générosité publique selon le CER
4 234
3 347
4 104
5 362
Soit un ratio de missions sociales présenté par l’AVH
:
57,1 % 44,0 % 25,9 % 65,4 %
Source : Cour des comptes, à part
ir des CER de l’AVH et des tableaux de construction de celui
-ci
Par ailleurs, comme rappelé ci-
dessus, ce ratio est surestimé par l’imputation incorrecte
en missions sociales de certains frais (frais de fonctionnement des comités, frais de
communication internes et externes), par le mécanisme de prise en charge des frais généraux et
par la logique du « reste à financer ».
Abstraction faite des corrections qui devraient être opérées pour imputer en frais de
fonctionnement une partie des ressources indûment
affectées en missions sociales, et de l’effet
des recettes exceptionnelles mises en réserve, les ratios de missions sociales présentés par
l’association pendant la période sous revue présentent un niveau peu satisfaisant.
Quelle que soit la variabilité de ses ressources, i
l appartient à l’association
d’adapter sa
communication financière afin d’améliorer l’information de
s donateurs, en mentionnant dans
L’Essentiel
le ratio d’emploi en missions sociales des sommes collectées auprès du public, en
excluant des éléments du calcul de ce ratio la part de frais généraux qui y figure indûment. Elle
doit en outre améliorer ce ratio dont le niveau ne peut être considéré comme satisfaisant.
L
’association s’est engag
ée lors de la contradiction avec la Cour à prévoir en 2023 un
minaire de travail avec l’
é
quipe de direction, suivi d’un d
ébat au sein du conseil
d’administration pour mieu
x mettre en cohérence les actions conduites et les messages adressés
aux donateurs.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LE RESPECT DES OBLIG
ATIONS LIÉES À L’APP
EL À LA GÉNÉROSITÉ DU PUBLIC
49
___________________CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS __________________
De façon constante pendant la période sous revue, la déclaration préalable a été adressée
une fois par an à la préfecture. Il reste
à intégrer toutes les campagnes d’appel à dons de
l’association, toutes entités
confondues. Une discordance a parfois été relevée entre la
réda
ction de certains publipostages et l’objet du don figurant sur le bulletin de générosité
. Mais
en général les objectifs de ces appels se sont inscrits dans le
s missions sociales de l’association.
La construction du CER est complexe car il résulte de l’agré
gation et de la consolidation
de dix
comptabilités générales, pour certaines d’entre elles déjà issues d’agrégations de
comptabilités.
Diverses charges (frais généraux et de communication) sont imputées à tort en missions
sociales. Privilégiant la constitution de réserves en fin de période sous revue, l
’association fait
en réalité
montre d’une difficulté à employer les sommes collectées auprès du public au profit
de la réalisation de ses missions sociales et atteint, hors événements exceptionnels, des ratios
de missions sociales qui apparaissent insuffisants, même en tenant compte de conventions qui
conduisent à les surestimer.
Ce ratio se trouve aussi affecté par les principes de ventilation des produits entre les
différents emplois, qui reposent sur une notion de « reste à financer ». Ce principe empêche
également de ventiler les ressources de générosité publique selon les différentes missions
sociales, appauvrissant la communication vers le donateur.
En conséquence, l’information des donateurs a été inc
omplète pendant la période sous revue.
La Cour formule les recommandations suivantes :
5.
réintégrer dès les comptes 2023 en frais de fonctionnement les dépenses indûment imputées
en missions sociales, conformément aux normes applicables ;
6.
assurer une cohérence entre les statuts et les missions sociales, spécialement en ce qui
concerne la mission de sensibilisation et, le cas échéant, celle de plaidoyer ;
7.
mettre en place dès la publication des comptes 2023 un schéma comptable permettant
d’aboutir à une ventila
tion appropriée des ressources issues de la générosité du public en
missions sociales identifiées.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre III
La collecte des ressources auprès du public
Jusqu’à une date récente, l’AVH manifestait peu d’intérêt envers la collecte de dons,
comptant principalement sur un flux de legs principalement issus des bénéficiaires de ses
actions et de leurs proches. En 2011, elle a engagé un plan de développement des dons, qui s’est
poursuivi dans le plan triennal 2017-2020. Ce plan comportait des objectifs de croissance très
ambitieux, de l’ordre de 10
%
par an. Cependant, les résultats de la collecte n’ont pas atteint les
niveaux espérés.
Les ressources de générosité publique reposent essentiellement sur les legs, qui
représentent encore 20 à 25 %
des produits d’exploitati
on.
I -
Des ressources collectées qui peinent à croître malgré
des
frais d’appel en progression
La collecte de dons de l’AVH est restée presque stable au cours de la période sous revue,
pour ne jamais dépasser 3
M€
par an. Seuls les
legs, sur lesquels il n’y
a aucune prévisibilité,
lui apportent épisodiquement une ressource très significative, que l’association n’est pas à
même d’employer au cours de l’exercice.
Graphique n° 1 :
évolution de la collecte de l’
association Valentin Haüy (2017-2020) en
Source : comptes financ
iers de l’AVH
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
52
Pendant la période examinée, la collecte de dons s
’est
très majoritairement fondée
(à 80 %
) sur l’encaissement des chèques, en réponse à des publipostages par courrier.
Les
expériences de digitalisation sont restées très limitées, malgré une tentative sans lendemain et
de piètres résultats en 2019, comme le montre le tableau ci-après. Le nombre des publipostages
par internet est alors passé de quelque 3 % à 13 %
du nombre total des publipostages, mais n’a
guère entraîné qu’une augmentation de
1 % du nombre et de 1,5 % du montant des dons reçus
par ce canal.
Tableau n° 11 :
évolution du nombre des publipostages, nombre et montant des dons
collectés par le siège
de l’AVH, par exercice, selon le canal de collecte (2017
-2020)
2017
2018
2019
2020
2020/2017
Nbre total de publipostages
2 208 514
2 857 142
2 755 395
3 821 308
73,0 %
dont nb par internet
70 293
95 172
373 380
120 510
71,4 %
soit en %
3,2 %
3,3 %
13,6 %
3,2 %
Nbre total de dons
48 036
47 723
48 401
59 886
24,7 %
dont : nb de dons internet
1 750
2 293
2 807
2 980
70,3 %
soit en %
3,6 %
4,8 %
5,8 %
5,0 %
Montant total des dons (€)
2 474 587
2 348 200
2 338 852
2 587 967
4,6 %
dont internet (€)
147 656
249 527
287 719
314 256
112,8 %
soit en %
6,0 %
10,6 %
12,3 %
12,1 %
Source : AVH
Note : ce
s données excluent la collecte effectuée directement par les comités de l’AVH.
Le maintien, pendant une longue période, de modes de collecte traditionnels a contribué
à maintenir les frais d’appel à un niveau élevé, au détriment de la rentabilité de la col
lecte.
Tableau n° 12 :
évolution des frais d’appel à la générosité publique
de l’AVH
de 2017 à 2020 en milliers d’euros
2017
2018
2019
2020
Frais d’appel
1 900
2 055
2 226
2 609
Source :
CER de l’AVH
II -
La collecte des dons : une expérience à acquérir
Le service des legs
dépend directement du président de l’association, sans lien avec le service
chargé de la collecte et, par conséquent, au détriment d’une vision globale, mais aussi, sans doute,
en raison d’une difficulté à acculturer la collecte, aussi bien au siège que da
ns les comités.
La gouvernance bénévole
ne favorise pas l’émergence d’une logique de collecte globale,
sécurisée et efficiente de ressources auprès du public, alors même que
la situation de l’AVH
oblige à la professionnalisation.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRÈS DU PUBLIC
53
A -
Une professionnalisation de la collecte par à-coups
Avant la période sous revue, l’AVH avait conçu un plan de modernisation de son image,
visant à accroître sa notoriété et, partant, à augmenter ses ressources issues de la collecte de
dons. Elle avait à cette fin fait appel à un prestataire extérieur. Les résultats de la collecte étant
restés très inférieurs à ses ambitions, elle a décidé, en 2017, d’internaliser de nouveau
la
conception de ses messages de fidélisation des donateurs, tout en conservant les services du
prestataire extérieur pour la prospection des nouveaux donateurs. Elle a, par ailleurs, fait auditer
le dispositif de collecte de fonds en 2018.
Cette nouvelle organisation a rompu la cohérence des messages reçus par les donateurs
et figé le contenu des publipostages. Par ailleurs, le contexte social mouvementé a entraîné le
départ de quatre collaborateurs sur une période courte en 2018. En outre, pendant toute la
période, les campagnes (radio, télévision, affichage) ont fait l’objet d’une analyse en termes
d’audience, mais pas en termes d’impact, faute de mesure de la notoriété de l’association.
Il lui
a dès lors été impossible de se comparer aux autres organismes faisant appel à la générosité, et
d’adapter sa communication en conséquence.
Devant la poursuite de la stagnation de la collecte et de la dégradation de sa rentabilité,
l’association s’est plus récemment engagée dans un effort de professionnalisation et de
réorganisation de ses propres services, qui jusque-là fonctionnaient avec quatre salariés, parfois
issus de la mobilité interne, et avec le concours de bénévoles.
Ainsi, lors de sa séance du 6 février 2019,
le conseil d’administration a validé un plan de
développement «
collecte et communication
» pour la période 2019-2021, avec trois objectifs :
améliorer durablement les ressources nettes issues de la collecte (avec un objectif de 0,5
M€
supplémentaires à l’horizon 2021), consolider l’existant et les grands principes de collecte,
enfin innover en testant de nouveaux médias et de nouveaux canaux de collecte afin de
construire un nouveau modèle. Le 5 février 2020, le
conseil d’administration a ajouté l’objectif
de doubler le nombre des prélèvements automatiques et tester le porte-à-porte et les collectes
de rue (ces dernières ont été abandonnées en 2020), tout en portant à 10 % le taux de collecte
sur internet. Une stratégie « grands donateurs » a par ailleurs été engagée.
Cependant, certaines des préconisations issues
de l’audit du dispositif de collecte de fonds
de 2018
50
n’ont, en réalité, commencé d’être mises en œuvre qu’en 2022, recommandant de
faire porter les efforts sur le prélèvement automatique et les grands donateurs, et de se préparer
au marketing direct et au tournant digital
en intégrant au demeurant la promotion des legs.
Néanmoins, l’association n’avait toujours pas mis en œuvre pendant la période sous revue
l’une des recommandations de l’audit de 2018, consistant à regrouper, dans un but de cohérence
et de coordination, toutes les modalités d’appel à la générosité (dons et legs) sous l’autorité
d’un même chef de service, pour mettre fin à un fonctionnement cloisonné.
B -
Une rentabilité de la collecte en constante dégradation
Le rapport de l’IGAS, remis en 2015 dans un contexte d’externalisation de la prospection
,
tr
ès différent de celui de la période sous revue, faisait le constat d’un coût élevé des
appels à
dons. Malgré la
reprise d’une grande part des fonctions par les services de l’association, le
constat pendant la période sous revue est sensiblement le même. Le décalage entre le produit
des dons et les frais d’appel
s’est accentué, dégradant continuellement la rentabilit
é de la
collecte, comme l’illustre le tableau suivant.
50
«
Les relais de croissance que sont les legs, le digital, le prélèvement automatique, les grands donateurs,
l’augmentation de la contribution annuelle
, sont encore embryonnaires.
»
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
54
Tableau n° 13 :
rentabilité de la collecte de l’AVH de 2017 à 2020 (en milliers d’euros)
Exercice
Total des
frais
d'appel
(A)
Frais
d’appel à
dons (B)
Dons
manuels
affectés et
non affectés
(C)
Total des
ressources
GP (D)
Solde des ressources
collectées auprès du
public, non
affectées et non
utilisées en fin
d’exercice (E)
A/C :
frais
d’appel
sur dons
(%)
C/B :
1
de frais
d’appel à
dons
rapporte x
de dons
A/D : frais
d’appel sur
total des
ressources GP
(%)
E/D : solde
des ressources
sur collecte
totale (%)
2017
1 900
1 524
2 925
7 417
0
65,0%
1,92
25,6%
0
2018
2 055
1 684
2 770
7 607
2 709
74,2%
1,64
27,0%
35,6%
2019
2 226
1 696
2 761
15 867
11 424
80,6%
1,63
14,0%
72,0%
2020
2 609
2 107
2 905
8 206
10 164
89,8%
1,38
31,8%
123,9%
Source :
CER de l’AVH
Les frais d’appel
51
sont en augmentation, tandis que les produits des dons restent
relativement constants.
Le montant de don collecté pour un euro de frais d’appel se dégrade
continuellement, jusqu’à atteindre le montant très peu satisfaisant de 1,38
en 2020, alors qu’il
atteint couramment 3
dans des associations comparables.
Le mode de rémunération du prestataire des opérations de porte-à-
porte mises en œuvre
depuis 2019 a une incidence directe, quoique temporaire, sur le ratio des frais de collecte par
rapport aux sommes collectées. En effet, le prestataire reçoit l’intégralité de sa commission à
l’issue d’une période de trois mois suivant le consentement du donateur au prélèvement
mensuel, et dans l’hypothèse où cet engagement se poursuit effec
tivement. Cette commission,
dont le montant est forfaitaire et prélevé une seule fois, dégrade le ratio de façon directe et
immédiate lors des premiers versements.
Il n’en demeure pas moins que ce ratio n’est pas satisfaisant, et que sa dégradation ne
peut se poursuivre.
L’association a indiqué s’être fixée des objectifs de rentabilité ambitieux
qu’il est indispensable d’atteindre.
Lors de la contradiction avec la Cour, l’association a précisé que la professionnalisation de la
collecte avait été mise en place :
recrutement en 2021 d’un directeur du développement des services
associatif, rattaché au DG, expérimenté en matière de collecte ;
lancement d’un appel d’offres le 1
er
avril 2022 auprès de cinq agences de collecte de fonds ;
recrutement d’un responsabl
e digital-
collecte le 10 octobre 2022 ;
création d’une fonction de responsable de mécénat en janvier 2022.
C -
Une tentative sans lendemain de transférer la collecte au titre de l’IFI
à la fondation Valentin Haüy
Au sein de l’association, seuls trois
établissements
52
sont susceptibles de bénéficier de
dons collectés au titre de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), devenu impôt sur la fortune
immobilière (IFI) :
le CFRP, l’EA Atelier de la Villette et l’EA Frère Francès
de Nantes. En
réalité, ces établissements ne reçoivent pas dans leur part de budget les sommes collectées à ce
titre, qui sont «
utilisées en général pour atténuer leurs pertes
» et «
pour compenser des
charges supportées par le siège »
53
.
51
Seuls les frais d’appel du siège sont comptabilisés dans le CER, à l’exclusion de ceux des comités qui, comme
tous les frais de ces derniers, sont comptabilisés en missions sociales.
52
BOI 7 S-5-08 n° 61 du 9 juin 2008.
53
Procès-verbal du CA du 6 mars 2018, affectation des sommes collectées et solde de 2017.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRÈS DU PUBLIC
55
Estimant que «
ces établissements n’ont pas un beso
in annuel de financement [
] aussi
important »
et que cette ressource pourrait opportunément abonder le budget de l’association
dans son ensemble, le bureau a proposé en 2017 «
à titre expérimental
», de sous-traiter à la
fondation la gestion individualisée de grands donateurs, afin de personnaliser la relation avec
eux. L’association envisageait aussi po
uvoir disposer
de l’intégralité
des sommes recueillies à
ce titre
pour financer toute activité de l’association
en s’affranchissant des contraintes attaché
es
à la perception de dons déductibles de l’IFI par une association
.
Ainsi, en 2017, l’AVH a conçu avec la FVH une
«
campagne ISF conjointe
» pour la
collecte de dons déductibles de l’ISF auprès des
«
grands donateurs
», sans avoir à en respecter
les condi
tions d’emploi fixées par la loi.
À cette fin, elle a transmis à la fondation un fichier
d’une quarantaine de noms de donateurs ISF ayant fait au moins un don ISF de 5
000
entre
2011 et 2016.
Quoique cette transmission ait été réalisée avant l’entrée en
vigueur du RGPD,
elle n’en méconnaissait pas moins le principe du consentement de la personne découlant des
dispositions alors
en vigueur de l’article 7
de la loi du 6 janvier 1978 dite « informatique et
libertés », comme déjà évoqué.
Les motifs d’ordre fiscal de l’opération conjointe mise en place en 2017 font peu de
doute : «
les dons ISF perçus par l’AVH sont nécessairement dédiés aux trois établissements
autorisés à les recevoir
[…]
En revanche, la FVH peut restituer sous forme de subvention les
dons IS
F collectés afin de financer des actions de l’AVH
».
Cette opération s’est en réalité soldée par un échec, la plupart des donateurs, souvent
d’anciens bénéficiaires de l’association, ayant une relation forte et ancienne avec celle
-ci. Par
suite, seuls neuf
grands donateurs ont adressé leur don au titre de l’IFI à la fondation, les autres
poursuivant leur relation avec l’association, et la collecte totale d’IFI a globalement diminué
par rapport à l’année précédente. Elle n’a donc
pas été renouvelée par la suite.
Cette opération
n’en traduit pas moins une tentative de contournement caractérisé de la
distinction voulue par le législateur entre les avantages fiscaux de véhicules juridiques
différents. La Cour prend acte que l’association s’est engagée, au cours
de la contradiction, à
veiller à ce que les produits de la collecte au titre de l’IFI soient dorénavant intégralement
affectés aux trois établissements éligibles et à renoncer définitivement à sous-traiter cette
collecte à la fondation.
D -
Encaissement des dons et émission des reçus fiscaux :
des processus à sécuriser
Les dons présentent des caractéristiques correspondant au profil du donateur, souvent âgé
et peu familier des nouvelles technologies. Les dons manuels, par chèque, sont majoritaires (80 %
en 2019).
Le prélèvement automatique n’a été mis en place qu’au début de 2019. Ce mode de
paiement présente naturellement davantage de risques d’erreurs que d’autres. Une procédure
écrite a été établie après l’intervention de la loi de 2016 prévoyant la possibili
té, pour les services
fiscaux, de vérifier sur place les reçus fiscaux hors toute vérification de comptabilité.
Jusqu’à une date récente, l’expédition des plis était partiellement externalisée
, à la
différence de la collecte et de l’encaissement des dons. L’existence d’une collecte réalisée par
les comités, autorisée
ou tolérée
par le siège,
est par ailleurs source d’un risque particulier.
En effet, pendant la majeure partie de la période contrôlée, l’impression et le routage des
publipostages étaient e
xternalisés auprès d’un prestataire. En revanche, l’essentiel de la
réception, de la saisie et du traitement des dons était du ressort du service collecte de
l’association, avec l’assistance de deux prestataires successifs notamment pour le traitement
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
56
des
chèques (le second à compter de mai 2020) et la mise à disposition par chacun d’eux d’un
logiciel de suivi. Pour sa part, le service comptabilité procédait, pour une partie des dons, aux
opérations matérielles préalables à l’encaissement des chèques. Le pa
ssage à un nouveau
prestataire en 2020 a permis de mettre en œuvre certaines recommandations du rapport d’audit
du dispositif de collecte réalisé en 2018 par un consultant externe
le développement des dons
par prélèvement et l’internalisation de la base
des donateurs en particulier.
La procédure de traitement des dons n’était pas exempte de risques de fraude et
d’anomalie, quoique le service comptable procédât à des rapprochements systématiques entre
le montant comptabilisé et celui figurant sur les relevés bancaires. En revanche, les opérations
de remise de chèques présentaient un risque du fait de la faiblesse des contrôles portant sur les
bordereaux de remise. Cette procédure a, dès lors, fait l’objet d’audits successifs en 2018 et
2019, de la part d’
un consultant externe
puis dans le cadre d’une m
ission intermédiaire du
commissaire aux comptes.
Cette dernière mission a également permis de mettre en lumière des failles dans
l’émission des reçus fiscaux.
Le commissaire aux comptes a en effet constaté la possibilité,
pour le service collecte du siège, d’émettre des reçus fiscaux supplémentaires. Le fichier produit
étant sous format Word, le service collecte pouvait supprimer la mention «
Duplicata
» sur ce
document, d’où un risque de fraude. Par ailleurs, aucune copie des chèques reçus n’était
conservée, rendant impossible toute justification en cas de contrôle. Le logiciel initial
permettait l’émission des reçus fiscaux avant l’encaissement des chèques, ce qui a nécessité la
mise en place d’un contrôle de l’encaissement préalablement à l’émission de ce reçu. Le service
collecte avait, en outre, la possibilité technique de modifier la date de saisie des dons, de façon
à l’imputer à la fin de l’année précédente, entraînant un risque sur le plan fiscal.
Encore
au printemps 2020, l’émission des reçus fiscaux était identifié dans la carte des
risques
54
.
Ces audits ont concerné la collecte opérée par le siège de l’AVH. Cependant, les
comités
représentent environ 10 %
de la collecte de l’association. La marge de manœ
uvre dont chacun
d’eux dispose est très variable, le comité de Lyon étant le seul à jouir d’une autonomie de fait,
allant jusqu’à l’émission des reçus fiscaux –
sans en avoir juridiquement la compétence, en
l’absence de délégation de signature du président
en ce sens.
Pour la plupart des autres comités, les reçus fiscaux sont signés par le président de l’AVH,
et édités sur une plateforme qui permet au siège d’en maîtriser la production.
L’autonomie de fait acquise par le comité de Lyon, fondée sur des raiso
ns historiques, illustre
à elle seule les risques d’une collecte insuffisamment centralisée.
Les appels à dons sont imprimés
et mis sous pli par l’ESAT Odette Witkowska
; les dons sont retournés au comité par enveloppe
préaffranchie ; les reçus fiscaux son
t édités par le comité, à partir d’une base ACCESS
progressivement atteinte d’obsolescence, dont un seul bénévole, âgé de 83 ans, maîtrise le
fonctionnement. La surveillance exercée par le siège sur les reçus fiscaux émis par le comité de
Lyon consiste à c
ontrôler un reçu fiscal de façon aléatoire, à l’exclusion de contrôles plus poussés.
54
Notamment du
fait d’un
«
risque de mauvaise évaluation des contreparties dans le cadre des opérations de
mécénat de compétence
»
et d’une
«
valorisation erronée des ba
ses retenues pour l’émission des reçus fiscaux
(ex : mécénat de compétences)
» (risque n° 19).
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRÈS DU PUBLIC
57
Bien que le montant des dons ainsi collectés reste modeste
55
, la sécurité de l’encaissement
des dons et de l’émission des reçus fiscaux n’est absolument pas garantie, alo
rs que
d’éventuelles anomalies présenteraient un risque fiscal engageant la responsabilité de
l’association. En outre, cette situation nuit à la fiabilité des comptes, dans la mesure où il est
impossible de faire des contrôles de cohérence entre les dons et les reçus fiscaux. Enfin, la
bonne information des donateurs sur l’emploi fait de leurs dons ne peut être garantie.
III -
Les legs : des procédures à moderniser
A -
Un traitement à sécuriser
Malgré son expérience dans la collecte de legs, l
’association
a connu une érosion du
montant de ceux-ci après 2010. Elle a été conduite à professionnaliser ce secteur en créant un
« service testateurs et promotion des legs » qui comptait, en 2020, cinq personnes, dont deux
notaires bénévoles, un responsable de l’immobilier, un
responsable de la gestion chargé de la
relation avec les testateurs et une responsable de service, juriste de formation.
Une charte des libéralités adoptée par le conseil d‘administration le 26 octobre 2016
définit les règles déontologiques fondant le traitement des legs, donations et assurances vie.
Elle garantit le respect de la volonté du « bienfaiteur ».
Un échantillon de dossiers sélectionnés par la Cour parmi les libéralités reçues de 2017 à
2020 a été examiné. L’ensemble des pièces des dossiers a p
ermis de constater la bonne dévolution
successorale et l’acceptation du legs par l’association. Une trentaine de dossiers sont traités
en
moyenne chaque année. La formalisation de la procédure est finalisée depuis 2016 et a permis
d’aboutir à une réduction
du temps nécessaire à la réalisation des legs reçus. Il reste cependant à
progresser dans le domaine de la dématérialisation. En particulier, les dossiers de legs sont
toujours conservés sous format papier
certains ont été égarés comme l’avait signalé l
e
commissaire aux comptes en 2018 lors de son audit du service, qui avait recommandé un suivi
numérisé pour plus de sécurité. La procédure d’acceptation des legs est encadrée et les
engagements ou les conditions imposées par le donateur ou testateur sont repérés. Les comptes
rendus des réunions du
conseil d’administration font régulièrement état de l’approbation des legs
et relatent la renonciation à certains legs motivée par le caractère déficitaire de la succession.
Tableau n° 14 :
dépenses consacrées à la recherche de legs et legs réalisés
de 2017 à 2020 (en
)
Année
2017
2018
2019
2020
Dépenses consacrées à la recherche de legs
157 000
167 500
268 888
279 000
Legs encaissés
4 492 158
4 836 695
13 106 233
5 250 790
Source : AVH
Note :
l’AVH a reçu en 2019 un legs d’u
n montant exceptionnel.
Le budget consacré à la recherche de legs sur la période sous revue a été en constante
progression
avec une hausse inédite en 2019 et poursuivie en 2020, en raison de l’accès à la
diffusion radiophonique. Ce budget est engagé sur tr
ois types d’action
: actions de
communication auprès des bénéficiaires et donateurs, actions menées auprès de prescripteurs
55
19 598
€ en 2017, 22
090
€ en 2018, 15
769
€ en 2019 et 18
474
€ en 2020.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
58
et actions menées auprès du grand public. Un
mailing
est, par exemple, réalisé auprès de
6 000 ophtalmologistes, opticiens et orthoptistes, leur transmettant un dépliant legs à placer
dans leur salle d’attente.
La communication grand public utilise la presse papier dans une
cinquantaine de magazines grand public à destination des seniors.
L’association a fait appel à un logiciel pour i
ntégrer le profil de ses testateurs et informe
le conseil d’administration de leurs caractéristiques (75
% ont plus de 70 ans, 70 % des
testaments sont olographes). Elle s’est en effet
dotée
d’un
système CRM (
Customer
Relationship Management
) spécifique po
ur les testateurs permettant d’entretenir, dans l
a durée,
la relation avec les personnes ayant la volonté de tester en faveur de l’association. L’association
conduit depuis 2016 une étude approfondie portant sur les origines des demandes
d’information, les
lieux de résidence des demandeurs, le mode d’entrée en relation avec le
responsable des relations testateurs et affine l’analyse des legs perçus. Les testateurs ayant
communiqué leurs coordonnées font l’objet d’actions de fidélisation.
Les demandes
d’information sur les legs en faveur de l’
association
sont passées d’une vingtaine
en 2016 à une
centaine en 2019.
La cession des biens immobiliers légués à l’association est confiée à un bénévole en lien
avec le trésorier. Les biens acquis sont le plus souvent vendus sauf
s’ils sont
jugés utiles à
l’exercice des missions sociales de l’association, par exemple
pour héberger des comités. La
vente des immeubles
est précédée d’une évaluation par deux agences immobilières
. Cette
procédure est claire et n’appelle pas
de remarque particulière.
B -
Une articulation complexe entre le siège et les comités
Dans un courrier adressé aux présidents des comités le 30 janvier 2018, l’association a
rappelé aux comités leurs missions de promotion de versement des legs. Les règles internes
d’affectation des legs ont été présentées
au bureau du 4 avril 2017 en rappelant légitimement
que «
seule l’association peut assurer le suivi, l’acceptation et la réalisation des legs
». Elles
sont été adoptées le 19 avril 2017 par le
conseil d’admini
stration.
Lorsque le testateur mentionne comme légataire le site du comité, l’association s’est
engagée à affecter 50 %
du legs directement sur le compte du comité concerné et place l’autre
moitié sur un compte de réserve ouvert au nom du comité, si bien que le legs bénéficie sur le
principe totalement directement ou de façon différée au comité concerné : «
sur le compte siège
du comité,
les dépenses sont réalisées pour autant qu’elles soient prévues au budget ou sur
autorisation de la coordination des comités. Le compte de réserve du comité, quant à lui, est
utilisé pour le financement des travaux au profit du comité ainsi que pour tout ou partie des
subventions accordées par le siège
».
Si le legs est d’un montant important
«
au regard du budget annuel du comité »
, la
répartition par moitié du legs entre le compte du siège destiné au financement du comité et le
compte du comité est décidée «
au cas par cas par le bureau »
.
L’information quant au suivi de ces legs ne satisfait pas les comités qui comprennen
t mal
les délais importants de leur affectation.
À titre d’exemple, le legs de M. X au bénéfice du
comité d’Amiens a donné lieu à une lettre du notaire datée du 5 novembre 2014. Alors que la
volonté du testateur est explicite et que le legs est destiné à la «
section locale d’Amiens
», le
legs n’était toujours pas affecté le 24 septembre 2020.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRÈS DU PUBLIC
59
IV -
Des contributions volontaires reflétant la mobilisation
massive de bénévoles
La première ressource de l’
association issue de la générosité du public
n’
est pas
financière, mais provient de la contribution des quelque 3 000
bénévoles de l’association qui
agissent principalement dans les comités. La contribution des 3 282 bénévoles recensés en 2020
a été à la hauteur de 216 315 heures, soit un total de 246 ETP valorisé à 7,860
M€
, en recul en
raison de la crise sanitaire par rapport à 2019 où ce montant approchait 13
M€
.
Tableau n° 15 :
les contributions volontaires en nature (bénévoles)
2017
2018
2019
2020
Nombre de bénévoles
3 400
3 564
3 491
3 297
Nombre d'heures
372 432
364 187
344 670
216 315
Nbre d'Équivalents Temps Plein
266
260
246
154
Valorisation en
M€
14,1
13,1
12,7
7,8
Source : AVH
La mobilisation massive de bénévoles, déficients visuels pour nombre d’entre eux, au
service de l’accomplissement des missions sociales
de l’as
sociation
, constitue pour l’AVH une
richesse, signe de l’adhésion aux services rendus.
La valorisation se fonde sur le salaire moyen chargé des salariés en fonction dans les
services centraux et au siège. En conséquence, cette valorisation est relativement élevée du fait de
la qualification présente dans ces services centraux.
L’estimation du coût réel qu'aurait dû payer
l'association si elle avait dû faire appel à un salarié serait à parfaire. Certes, il n’existe pas de
méthode unique de valorisation
(valeur de remplacement, SMIC et ses variantes - brut, net, chargé,
assorti de coefficients, etc.) comme le précise le guide
56
Bénévolat : valorisation comptable
.
Pendant la période sous revue, le montant de ces contributions présente une tendance à la
baisse de 20 %
de 2017 à 2019, en excluant l’année 2020 qui
a connu une chute conséquente
due à la crise sanitaire. Comme l
a méthode de valorisation n’a pas changé
,
il pourrait s’agir
d’un signe d’essoufflement
. Il est aussi difficile de comprendre et préoccupant de constater
l’effondrement des engagements des bénévoles dans la recherche de fonds après 2018
, alors
que l’association a besoin pour sa col
lecte de dons des efforts de toutes les bonnes volontés.
56
Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports,
Bénévolat : valorisation comptable,
Guide
pratique
des règles
comptables
applicables aux associations
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
60
___________________CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS __________________
Dans un contexte de grande fragilité, collecter davantage de dons est devenu crucial. Or,
l’association n’a accordé que très récemment une attention à ce vecteur de ressources.
Manquant d’expérience et de compétence spécialisée pendant la période sous revue, elle a mis
en œuvre des
modes de collecte peu efficaces. La rentabilité de celle-ci se situe à un niveau
inacceptable
et
doit
être
impérativement
améliorée.
Néanmoins,
l’association
a
professionnalisé ce secteur en 2021 et 2022. Elle doit par ailleurs assurer la sécurité de
l’encaissement des dons et de l’émission des reçus fiscaux.
L’association a tenté de déléguer à la fondation la collecte de dons déductibles de l’IFI
afin d’obtenir une meilleure collecte et le reversement de ces sommes sans être contrainte de
les destiner à ses trois établissement
s d’enseignement, en contournement de la législation
.
L’association a une expérience ancienne
de la collecte et du traitement des legs. Ce
secteur a connu une professionnalisation bienvenue mais il lui manque encore des outils de
dématérialisation pour le sécuriser parfaitement.
Une fois valorisée, la première des ressources de l’association est la contribution
volontaire en nature de ses plus de 3 000 bénévoles : elle a atteint 13
M€
en moyenne avant le
net recul de 2020 où elle est passée à moins de 8
M€
en raison de la crise sanitaire, et
représente plus du double de la moyenne des legs encaissés et quatre fois plus que la collecte
de dons.
La Cour formule les recommandations suivantes :
8.
réduire les coûts d’appel à dons en se fixant un seuil de rentabilité
;
9.
centraliser au siège et sécuriser la procédure de collecte des dons et d’émission des reçus fiscaux.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre IV
Les emplois : missions sociales et frais
de fonctionnement
I -
Des emplois en missions sociales entièrement constitués
d’offres de services
L’AVH offre à ses bénéficiaires un ensemble très complet de services et d’activités, allant
de l’accueil et du conseil à l’orientation et la formation professionnelle, en passant par l’accès
à la
mobilité, les activités sportives et culturelles et l’accès à la lecture et aux nouvelles technologies.
A -
Le financement des services aux bénéficiaires centralisés à Paris :
un objectif prioritaire
L’association développe s
es missions sociales
en s’app
uyant sur ses services parisiens,
ses établissements médico-sociaux et ses comités. Les offres de services permises par toutes
ses composantes constituent la totalité des missions sociales. Il est rare qu’un projet soit
programmé en-dehors de ces composantes,
ce qui explique qu’un legs exceptionnel réalisé ne
puisse pas être consommé dans un délai court. Les services ne sont pas suffisamment en
capacité d’amplifier ou de réduire leur
activité en s’adaptant à la variabilité d
es ressources
issues de la générosité du public.
L’association aurait la possibilité d’employer avec réactivité le montant de libéralités
exceptionnelles perçues
bien qu’elle ne dispose d’aucune réserve de projets. En effet, l
es
demandes d
’aides de ses comités n’aboutissent que rarement
a
lors qu’ils peuvent
potentiellement être des pourvoyeurs de projets innovants s’inscrivant parfaitement dans les
missions sociales de l’association (quatre déficients visuels de l’AVH du comité de Caen ont
formé l’équipage d’un voilier sportif pour partici
per à la 13
ème
édition de la régate
inter-
entreprises Norlanda’s Cup en 2022, Opérations tandem, Cécifoot à Nantes, etc.). Ces
projets sont susceptibles de constituer un portefeuille complémentaire aux offres de service des
services parisiens qui pourraient être mis à profit pour engager de façon plus réactive les
ressources issues de la générosité du public, et ce, même s’ils ne sont pas duplicables au plan
national. De plus, valoriser cet apport pourrait être porteur de reconnaissance et de motivation
pour des bénévoles. Or, le projet stratégique du 8 mai 2017 intitulé «
une vision partagée pour
l’association Valentin Haüy des années 2020
» incite comités comme établissements à
s’autofinancer, laissant les ressources de la générosité du public financer en
priorité et
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
62
exclusivement les services rendus à Paris : service social et juridique, médiathèque, service du
matériel spécialisé (SMS), pôle accessibilité numérique, pôle accessibilité physique, pôle
d’adaptation des ouvrages numériques, centre d’enregistr
ement, services historiques
d’imprimerie braille,
de production de livres parlés, centre d'évaluation et de recherche sur les
technologies pour les aveugles et les malvoyants, séjours vacances.
Une telle stratégie pourrait priver l’association des initiatives qui lui permettraient d’être plus
réactive. Elle n’incite pas à une réflexion sur l’efficience et risque de faire perdurer des secteurs
dont la production décline,
pour lesquels une optimisation serait nécessaire, comme l’imprimerie.
Au cours de la co
ntradiction avec la Cour, l’association a fait part de sa réticence à engager
une politique d'investissement qui risquerait d’accentuer la croissance des charges de fonctionnement
mais souligne avoir été en capacité d’engager des projets nouveaux
: la reprise de la BNFA
(bibliothèque numérique francophone accessible) et, en 2022, le partenariat avec le centre national
hospitalier d'ophtalmologie (hôpital des Quinze-
Vingts). Elle adhère aussi à l’idée d’utiliser les
projets de ses comités en procédant par appels à projets et en constituant une dotation spécifique.
B -
Une importante contribution volontaire en nature du bénévolat,
au bénéfice des missions sociales
Les quelque 3 000 bénévoles contribuent à plus de 85 % aux missions sociales de
l’association
. Les présidents des comités adressent au siège le recensement de ces bénévoles et
les heures qu’ils consacrent à l’association. Ces heures sont converties en ETP et réparties en
pied de CER entre « Missions sociales », « Frais de recherche de fonds », « Frais de
fonctionnement et autres charges ». Les établissements bénéficient à la marge de la générosité
du public. Bien que les dépenses des établissements sous tutelle bénéficient de ressources de
concours publics, certains connaissent des résultats déficitaires
compensés par l’association
,
qui impute les sommes correspondantes en missions sociales.
Tableau n° 16 :
concours financiers publics au profit des établissements
M€
2017
2018
2019
2020
Prix de journée, dotation globale
12,819
12,202
12,103
12,553
Subvention d’exploita
tion
3,377
1,082
0,939
0,669
Total concours publics
16,196
13,284
13,042
13,222
Total des produits
36,319
42,190
46,432
35,137
% concours publics
44 %
32 %
28 %
38 %
Source : AVH
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES EMPLOIS : MISSIONS SOCIALES ET FRAIS DE FONCTIONNEMENT
63
Tableau n° 17 :
résultats économiques des entreprises adaptées (EA) de 2017 à 2020
(en
€)
2017
2018
2019
2020
EA Villette
- 15 183
- 66 254
- 253 118
- 166 571
EA Nantes
- 10 715
277
- 71 216
-
90 835
Source : AVH
Tableau n° 18 :
résultats économiques des entités sans tutelle (en
)
Escolore production
OW production
EA Villette
CDTD Nantes
2017
24 946
59 422
- 15 183
- 10 715
2018
27 282
82 122
- 66 254
277
2019
4 192
88 772
- 253 118
- 71 216
2020
- 199
- 126 558
- 166 571
- 90 835
Source :
compte de résultat de l’AVH
Tableau n° 19 :
résultats économiques des entités sous tutelle (en
)
CFRP
IMPRO
SAVS
OW social
Escolore social
2017
493 082
- 136 321
57 006
- 203 589
120 267
2018
125 790
- 73 424
44 650
- 162 063
99 234
2019
- 79 537
186 496
18 174
- 132 474
- 51 628
2020
442 716
288 651
33 495
194 485
58 961
Source :
compte de résultat de l’A
VH
Ces établissements sont caractérisés par le faible nombre de bénéficiaires et par le taux
d’encadrement élevé faisant intervenir une diversité de métiers nécessaire
s à leur mission. Le
financement par concours publics s’avère régulièrement insuffisant e
t les établissements
s’adressent à l’association pour combler leurs déficits. Bien qu’ils s’insèrent dans une offre
concurrentielle et doivent équilibrer leurs comptes sur la base des subventions, l’affectation à la
marge de produits de la générosité publique peut être tolérée si elle finance un surcroît de qualité
du service (ici au travers d’un taux d’encadrement élevé) et si l’information est clairement
délivrée au donateur. Cette deuxième condition ne semble pas être remplie s’agissant de l’AVH.
Dans certains cas, les déficits se sont aggravés. P
our l’entreprise adaptée (EA) de la Villette
,
ils étaient inférieurs à 1 % en 2017, mais ont dépassé 10 % en 2019 et sont restés proches de ce
niveau en 2020. Pour le centre Odette Witkowska, le déficit a atteint plus de 5 % en 2017.
II -
Des frais de gestion marqués
par l’organisation particulière
de l’AVH
A -
Des charges salariales stabilisées
Les dépenses de personnel se sont stabilisées à près de 20,5
M€
. Ils représentent près de
la moitié du total des charges d’exploitation.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
64
Tableau n° 20 :
les dépenses de personnel (en
)
Dépenses de personnel
2017
2018
2019
2020
Moyenne
Rémunérations
13 753 373
13 399 385
13 574 925
13 351 667
13 519 837
Taxes sur rémunération
1 144 353
1 112 690
1 357 367
1 269 827
1 221 059
Charges sociales
5 999 757
5 923 388
5 257 410
5 240 836
5 605 347
Total
21 249 733
20 749 202
20 684 554
20 328 650
20 753 034
Source : AVH
B -
Des frais de fonctionnement caractérisés par le recours important
aux prestataires extérieurs
Les frais de fonctionnement hors charges salariales sont stables pendant la période sous
revue. Ils représentent entre 32 et 34 % du total des charges.
Tableau n° 21 :
évolution des frais de fonctionnement de l’AVH hors charges sal
ariales
de 2017à 2020
(en €
)
En
2017
2018
2019
2020
Total des frais de fonctionnement hors salaires
12 324 172
12 650 026
12 824 794
11 186 713
dont :
achats de marchandises
1 753 233
1 739 342
1 747 643
1 313 663
achats de matières premières
2 369 105
991 073
806 507
669 917
services extérieurs
8 230 881
2 781 770
3 246 486
3 085 625
autres services extérieurs
5 100 645
5 031 493
4 520 791
Source : comptes financiers
de l’
AVH
Note : les comptes 2017 ont une structure différente des comptes ultérieurs et globalisent le montant des services extérieurs et autres services extérieurs
Les achats de services extérieurs, à un niveau moyen de 8
M€
, représentent les deux tiers
des frais de fonctionnement hors salaires, à la fois en valeur absolue et en proportion des charges
de fonctionnement totales. Un peu plus de la moitié est consacrée aux charges de sous-traitance
(communication, encaissement des chèques, poste) et aux charges immobilières (location,
entretien, transports).
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
LES EMPLOIS : MISSIONS SOCIALES ET FRAIS DE FONCTIONNEMENT
65
Graphique n° 2 :
évolution des charges de services extérieurs de l’AVH (2017
-2020) en
Source :
comptes financiers de l’AVH
C -
Une réflexion à mener en
matière d’immobilier
L’association ne dispose ni de responsable de la gestion immobilière ni d’un outil de
planification de la gestion des immeubles ni de l’occupation des bureaux,
malgré des
immobilisations corporelles « construction » évaluées à 20
M€
, montant manifestement très
inférieur à leur valeur vénale.
L’optimisation des surfaces du site du siège et des services centraux sur trois bâtiments
rue Duroc n’a pas jusqu’ici été à l’ordre du jour. L’occupation non permanente par les bénévoles
et la baisse d’activité de certains secteurs seraient propices à une réflexion en ce sens, d’autant
que ces actifs recèlent des plus-values latentes considérables. Lors de la contradiction avec la
Cour, l’association a indiqué ouvrir la réflexion sur le sujet de leur optimisation, qui doit
composer av
ec l’attachement des membres de l’association au site historique, adossé à l’Institut
national des jeunes aveugles.
Depuis 2018, la commission de sécurité a émis un avis de non-conformité sur les locaux du
siège parisien, en raison de la vétusté des immeub
les et de son défaut d’accessibilité. Ces locaux
abritent pourtant non seulement les services du siège, des services aux bénéficiaires, mais aussi
le centre de formation et de rééducation professionnelle et une résidence d’hébergement. Le
conseil d’adminis
tration a autorisé le 12 décembre 2018 des travaux à hauteur de 4
M€
. Alors
que les décisions concernant le financement des travaux ont été prises pendant la période sous
revue, les travaux de remise aux normes n’ont été entrepris que tout récemment.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
66
_______________________________ CONCLUSION ______________________________
Les offres de services proposées
par toutes les composantes de l’association constituent
la totalité de ses missions sociales. Selon l’association, l’emploi des ressources de la générosité
du public serait à réserver en priorité aux services propos
és à Paris. Cependant, l’association
n’écarte pas l’idée
d’avoir recours
à l’avenir
à des appels à projets auprès de ses comités pour
engager plus rapidement les dépenses et s’est engagée dans une politique d’investissement,
en
reprenant la bibliothèque numérique francophone accessible et en finalisant un partenariat
avec l’hôpital des
Quinze-Vingt, malgré la croissance probable des charges de fonctionnement
que ces opérations impliquent.
Pour l’heure, les ressources issues de la générosité du public sont e
mployées pour
compenser tout besoin de financement ou « restes à financer » non seulement des services
centraux mais également des comités, voire des établissements.
Les contributions volontaires en nature
traduisent l’engagement des bénévoles pour la
réalisation des missions sociales, dans les comités, au contact des bénéficiaires.
Les charges salariales sont stabilisées et représentent près de la moitié du total des
charges d’exploitation. Les frais de fonctionnement hors masse salariale traduisent un r
ecours
substantiel à des services extérieurs, qui en représentent les deux tiers. La mise aux normes de
l’immobilier a tardé, et la réflexion sur son optimisation doit s’ouvrir rapidement.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Annexes
Annexe n° 1
: extrait de l’avis de la section de l’intérieur du Conseil d’État sur le projet de décret
de
reconnaissance d’utilité publique de la FVH
................................................................................
68
Annexe n° 2 : prise en charge en 2019 des frais généraux par les six sources de produits ayant,
selon
l’association, vocation à les financer
......................................................................................
69
Annexe n° 3
: des failles potentielles majeures dans l’élaboration de
la cartographie : définition,
recensement et cotation des risques
.................................................................................................
70
Annexe n° 4
: comptes d’emploi des ressources de l’association Valentin Haüy de 2017 à 2020
.........................
73
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
68
Annexe n° 1 :
extrait
de l’avis de la section de l’intérieur du Conseil d’État
sur le projet de décret de reconnaissance d’utilité publique de la FVH
L
’avis de la s
e
ction de l’intérieur du
Conseil d’État
sur le projet de décret de
reconnaissance d’utilité publique de la
fondation Valentin Haüy, le 12 juin 2012, (n° 386.291),
mentionne notamment :
«
La « Fondation Valentin Haüy - fondation au service des aveugles et des malvoyants »,
créée à l'initiative de l'association du même nom, a pour but de développer et de soutenir toute
œuvre d'assistance aux personnes aveugles et malvoyantes. Si son objet est proche de celui de
l'association, qui est son fondateur unique, des missions spécifiques lui sont assignées :
développement des actions de recherche, intégration professionnelle des aveugles devenus
autonomes.
Par ailleurs, si une part des membres du conseil d'administration de la fondation est
constituée de dirigeants de l'association, cette circonstance n'implique pas une dépendance de
la première à l'égard de la seconde, compte tenu du nombre et de la qualité des personnalités
étrangères à l'association pressenties pour faire partie des collèges des amis et des
personnalités qualifiées de la fondation. Le siège de la fondation sera distinct de celui de
l'association.
Enfin, si les statuts de la fondation prévoient que la consomptibilité de son fonds de
réserve pourra être décidée par le conseil d'administration afin d'assurer le financement des
actions conduites par l'association Valentin Haüy et que le projet de budget de la fondation
mentionne une subvention à cette association en compensation de la perte de revenus induite
par la donation à la fondation d'un patrimoine considérable, aucun versement de la fondation
à l'association ne revêt un caractère obligatoire aux termes des statuts, de sorte que
l'autonomie de décision du conseil d'administration est assurée
».
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
ANNEXES
69
Annexe n° 2 :
prise en charge en 2019 des frais généraux par les six
sources de produits ayant, selon l’association, vocation à les financer
Tableau n° 22 :
prise en charge en 2019 des frais généraux (
en milliers d’€
)
Référence
% Magasin
Imprimerie
Montant
Magasin
Imprimerie
%
subvention
Montant
Subventions
Collectivités
% centre
résidentiel
Montant
Centre
résidentiel
% pris en
charge
par
comités
Produits
Comités
% autres
produits
Autres
produits
% pris
en
charge
par GP
Montant
Générosité
du public
442
17 %
- 21,83
17 %
- 21,83
17 %
- 21,83
17 %
- 21,83
17 %
- 21,83
17 %
- 21,83
443
17 %
- 9,15
17 %
- 9,15
17 %
- 9,15
17 %
- 9,15
17 %
-
9,15
17 %
- 9,15
6623
-
40 %
- 25,94
-
60 %
- 38,91
-
-
661
20 %
- 111,00
-
-
-
20 %
- 111
60 %
- 333,00
662
20 %
- 41,90
-
-
-
20 %
- 41,9
60 %
- 125,69
663
20 %
- 46,41
5 %
- 11,60
-
10 %
- 23,20
20 %
- 46,41
45 %
- 104,42
664
20 %
- 62,49
5 %
- 15,62
10 %
- 31,24
15 %
- 46,87
15 %
- 46,87
35 %
- 109,36
665
20 %
- 61,63
5 %
- 15,41
10 %
- 30,81
15 %
- 46,22
15 %
- 46,22
35 %
- 107,85
- 354,41
- 99,57
- 93,05
- 186,20
- 323,38
- 811,30
Source :
Cour des Comptes d’après tableau de construction du CER Excel
AVH
Le montant de 811 300
qui apparaît au CER en emplois, en affectation des ressources
collectées auprès du public à la ligne «
frais de fonctionnement
», résulte de cette ventilation.
L’association Valentin Haüy - juin 2023
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes