Sort by *
25 rue Paul Bellamy BP 19119
44041 Nantes Cedex 01
www.ccomptes.fr
Le présent document, qui a fait
l’objet d’une contradiction avec
les destinataires concernés,
a été délibéré par la chambre le 7 septembre 2021.
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
ET SA REPONSE
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
(Département de Maine-et-Loire)
Exercices 2015 et suivants
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
1
TABLE DES MATIÈRES
SYNTHÈSE
...............................................................................................................................
3
RECOMMANDATIONS
...........................................................................................................
7
INTRODUCTION
......................................................................................................................
8
1
L’EXAMEN DU CONTROLE
INTERNE
...........................................................................
9
1.1
L’environnement de contrôle
..........................................................................................
9
La déontologie et la prévention des atteintes à la probité
.................................................
9
Les
modalités d’administration
.......................................................................................
10
1.2
L’identification des risques au sein des états financiers
...............................................
13
Les garanties d’emprunt accordées par la commune
......................................................
13
Les provisions
.................................................................................................................
13
1.3
L’intégration des activités de contrôle au sein de différents processus
........................
14
Le contrôle de la DSP relatives aux activités socio-éducatives.
.....................................
14
Des principes fondamentaux de la comptabilité publique ne sont pas respectés
............
14
Le suivi des actifs
...........................................................................................................
16
Le rattachement à l’exercice
...........................................................................................
19
Le contrôle du respect des délais de paiement
................................................................
19
La comptabilisation des travaux en régie
.......................................................................
19
La gestion des ressources humaines
...............................................................................
20
1.4
L’information et la communication
..............................................................................
21
La transparence de l’information relative au processus budgétaire
................................
21
Les systèmes d’information
............................................................................................
23
2
LES RELATIONS AVEC L
’EPIC ARENA LOIRE TR
ÉLAZÉ
.......................................
25
2.1
Une définition imprécise des missions confiées à l’EPIC
............................................
25
2.2
Le régime de mise à
disposition des biens par la commune à l’EPIC est imprécis
......
26
2.3
Les flux financiers entre la commune et l’EPIC sont supérieurs aux
montants
contractualisés et contreviennent au principe d’équilibre budgétaire des EPIC
...........
27
Les versements de la commune à l’EPI
C
.......................................................................
27
Les versements de l’EPIC à la commune
.......................................................................
29
3
LA COMMANDE PUBLIQUE
..........................................................................................
31
3.1
L’orga
nisation de la fonction achat - commande publique
...........................................
31
Un service de la commande publique mal positionné et insuffisamment doté
...............
31
Un fonctionnement du processus achat à améliorer
.......................................................
32
3.2
Une maîtrise des risques insuffisante
............................................................................
32
Un déficit d’information et de
transparence en matière d’achat
.....................................
32
Des dispositifs de contrôle interne défaillants
................................................................
34
3.3
La mutualisation des achats de la commune et de l’Aréna Loire
.................................
35
Les marchés publics passés en groupement
....................................................................
35
La confusion des pouvoirs adjudicateurs
entre la commune et l’EPIC Aréna Loire
......
35
3.4
Les irrégularités relevées
..............................................................................................
36
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
2
Des choix de procédures pouvant être inopportuns voire irréguliers
..............................
37
Des anomalies dans l’analyse des offres
.........................................................................
37
Une exécution des contrats peu rigoureuse
.....................................................................
38
4
LES SUBVENTIONS
.........................................................................................................
40
4.1
Les procédures d’octroi et de suivi mises en place à Trélazé
.......................................
40
4.2
Les anomalies relevées par la chambre
.........................................................................
40
La confusion entre subvention et prestation de services
.................................................
40
Des demandes préalables des associations non systématiques
.......................................
42
La rédaction des conventions peu claire rendant difficile le contrôle
.............................
42
L’emploi des subventions versées
doit être contrôlé plus rigoureusement
.....................
43
Les relations avec la Régie des quartiers doivent être mieux encadrées
........................
44
Les subventions ne sont pas retracées clairement dans les comptes
...............................
46
5
LA STRATEGIE EVENEMENTIELLE: LE CLUB PARTENAIRES ET LE
FESTIVAL
..........................................................................................................................
47
5.1
Le club partenaires
........................................................................................................
47
Un club créé par le maire
................................................................................................
47
Un fonctionnement pris en charge par la commune et l’EPIC
.......................................
48
Des entreprises partenaires sont aussi prestataires de la commune
................................
49
5.2
Le festival
......................................................................................................................
49
Des relations entre la commune et l’EPIC
à clarifier
.....................................................
49
Des opérations de mécénat qui comportent des risques pour la commune
.....................
51
5.3
Le soutien à l’emploi
....................................................................................................
53
6
LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE
.......................................................................
55
6.1
L’organisation mise en œuvre pour gérer la crise
.........................................................
55
6.2
Les actions menées
.......................................................................................................
55
6.3
Les conséquences financières de la crise
......................................................................
56
7
LA SITUATION FINANCIERE
.........................................................................................
57
7.1
La formation de l’épargne
.............................................................................................
57
Les produits de gestion sont en hausse de 4,5 % de 2015 à 2019
...................................
57
Les charges sont maîtrisées avec + 1,5 % de 2015 à 2019
.............................................
59
Une capacité d’autofinancement brute en augmentation
................................................
61
7.2
Les dépenses d’investissement et leur financement
......................................................
62
Les dépenses d’investissement
.......................................................................................
62
Le financement de l’investissement
................................................................................
62
Analyse de quelques opérations d’investissement
..........................................................
63
7.3
La situation bilancielle
..................................................................................................
63
7.4
La gestion de la dette
....................................................................................................
64
Un encours élevé, une dette coûteuse
.............................................................................
64
La sécurisation des emprunts structurés
.........................................................................
65
7.5
Exercice 2020 et prospective financière
.......................................................................
67
La formation de l’épargne
..............................................................................................
67
L’investissement et son financement
..............................................................................
68
ANNEXES
...............................................................................................................................
69
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
3
SYNTHÈSE
La chambre régionale des comptes Pays de la Loire a examiné les comptes et la gestion
de la commune de Trélazé pour les exercices 2015 et suivants. La commune compte près de
15 0
00 habitants et disposait en 2019 de recettes de fonctionnement et d’investissement
s’élevant à 27,6
M€.
Le contrôle interne doit être amélioré
L’organisation ne permet pas de créer les conditions favorables à l’élaboration de
procédures de gestion et au
contrôle de leur application. S’il existe des mesures de contrôles,
elles sont parcellaires et souvent défaillantes.
La fiabilité des comptes est à améliorer sur de nombreux points qui avaient déjà fait
l’objet de remarques par la chambre dans son précéden
t rapport de 2014 : la tenue de la
comptabilité d’engagement et la comptabilisation des restes à réaliser, par exemple.
Ces
anomalies faussent le calcul du besoin de financement. La commune doit améliorer la
complétude des informations figurant dans ses comptes.
Des efforts ont été réalisés en matière d’information et de transparence. Il reste toutefois
des améliorations à apporter sur le contenu des rapports d’orientation budgétaire.
La commune veille à maintenir des systèmes d’information conformes aux s
tandards
requis et s’est donné les moyens de lancer sa mise en conformité au règlement général sur la
protection des données (RGPD).
Les relations avec l’EPIC Aréna Loire présentent des risques
Les missions confiées à l’EPIC Aréna Loire
1
ne sont pas définies précisément. Dès lors,
la commune continue à intervenir financièrement et techniquement pour des missions qui
incombent à l’EPIC. Ces interventions contreviennent aux principes de spécialité et d’équilibre
budgétaire des SPIC. La chambre recommande de clarifier le champ des missions confiées à
l’EPIC et de lui facturer les services pris en charge pour son compte.
Les versements effectués par la commune sont parfois en décalage avec le fait
générateur, ce qui laisse penser que l’objectif est de
limiter le
montant du déficit de l’EPIC.
1
Qui a fait l’objet d’un contrôle distinct de la chambre, parallèlement à celui de la commune de Trélazé.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
4
Les modalités de calcul de la redevance que l’EPIC verse à la commune pour l’usage
des locaux ne sont pas établies clairement et son montant s’avère particulièrement faible au
regard de la surface de l’équipement. Selon l’estimation de la chambre, la redev
ance représente
73 centimes au m² par an, ce qui ne correspond à aucune réalité économique. La commune a
délibéré pour prendre en charge sur son budget les emprunts liés à la construction de la salle
Aréna Loire Trélazé, soit 1,2
M€ par an. Elle continue d
e prendre à sa charge les dépenses
d’investissement liés aux bâtiments gérés par l’EPIC sans les refacturer.
Le contrôle concomitant des comptes et de la gestion de l’EPIC Aréna Loire démontre
que l’établissement présente des comptes insincères
masquant la réalité très critique de sa
situation financière et que son modèle économique n’est pas viable. La situation de l’EPIC
présente des risques juridiques et financiers élevés pour la commune qu’elle doit identifier et
prendre en compte.
Des anomalies ont été relevées dans les marchés publics
La chambre relève un déficit important d’information et de transparence en matière
d’achat. Le maire dispose d’une délégation pleine et entière du conseil municipal concernant
les marchés publics quel que soit leur montan
t. Toutefois, il n’effectue pas de compte rendu des
actes pris. Ce point a été corrigé depuis le contrôle de la chambre.
La commune ne s’est pas organisée pour recueillir les besoins en matière d’achat public,
de manière à assurer le respect des seuils de procédures. De nombreuses anomalies voire
irrégularités ont été mises en évidence par les contrôles de la chambre : la commune recourt à
des procédures de marchés adaptés en lieu et place d’appel d’offres, l’analyse des offres n’est
pas toujours réalisée conformément aux modalités retenues initialement et le suivi financier des
marchés est peu rigoureux.
La chambre appelle donc fermement la commune au respect des dispositions du code
de la commande publique.
Des anomalies ont été relevées dans les subventions versées
La procédure d’octroi des subventions mise en place est complète et respecte les
dispositions réglementaires. La commune
s’est dotée de critères d’attribution pour les
associations sportives, ce qui constitue une bonne pratique. Cette
méthodologie n’a pas été
développée pour les associations culturelles ou sociales.
Le suivi des subventions accordées porte essentiellement sur la production des pièces
justificatives rendues nécessaires par les textes réglementaires. La commune ne se donne pas
les moyens de vérifier l’emploi des subventions versées.
Des anomalies ont été relevées portant notamment sur la confusion entre subvention et
prestation de services. Certaines subventions correspondent en réalité à des prestations de
services réalisées par les associations au profit de la commune et auraient dû faire l’objet de
marchés publics.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
5
La politique événementielle : le club partenaires et le festival
La commune de Trélazé mène depuis le milieu des années 1990 une politique
volontariste pour valoriser son image. Cette politique se décline principalement au moyen des
équipements dont la gestion a été confiée à l’EPIC Aréna et du fest
ival annuel gratuit pour les
spectateurs.
Si le festival et la gestion du « club partenaires » (rassemblant les entreprises mécènes
du festival) relèvent de l’EPIC, la commune ne lui en n’a pas confié formellement la
responsabilité et continue dans les faits à intervenir.
Le financement du festival repose sur le mécénat d’entreprises à hauteur de 800
000
€ à
1,3
M€ sur la période et sur un financement direct de la
commune de Trélazé à hauteur de
596 000
€ à 650
000
€ sur la période. Les conditions de mise en œuvre du mécénat par l’EPIC
révèlent des anomalies.
Le nombre de partenaires est en augmentation passant de 332 en 2015 à 451 en 2019,
de même que le montant moyen des dons qui passe de 2 420
€ en 2015 à 2
802
€ en 2019. Sur
la période, 136 partenaires ont également été prestataires de la commune et ont perçu à ce titre
un montant moyen de plus de 129 505
€.
La commune a été réactive dans la gestion de la crise sanitaire
Durant la crise sanitaire, la commune a su trouver une organisation de gestion de crise
pour maintenir les services publics et venir en soutien à la population. Elle a distribué des
masques aux habitants début mai 2020.
Elle a su mobiliser ses partenaires pour conduire des actions visant à limiter les effets
de la crise en organisant des
animations spécifiques durant l’été et en distribuant des ordinateurs
aux familles qui n’en disposaient pas. Cette dernière action a coûté 92
000
€ à la
commune.
La commune a pu estimer pour 2020 les coûts directs des mesures sanitaires (130 000
à sa charge), les moindres recettes (236 000
€) et les dépenses évitées (887
500
€ dont
550 000
€ liés à l’absence de festival). Il est toutefois plus difficile de mesurer les effets à plus
long terme de la crise économique sur les recettes.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
6
La situation financi
ère s’est améliorée
Depuis le dernier contrôle de la chambre en 2014, la situation financière de la commune
s’est améliorée. Les charges de fonctionnement ont été maîtrisées et ont augmenté moins vite
que les produits qui ont bénéficié de la dynamique des
bases fiscales. L’épargne de gestion est
par conséquent en hausse. La commune a adhéré volontairement au dispositif de
contractualisation de l’évolution de ses dépenses de fonctionnement engagé par l’État
, dit
contrat de Cahors.
Le volume des dépenses d’in
vestissement sur la période 2015-
2019 s’élève
à 14
M€, soit une très nette diminution par rapport à la période 2010
-2014 (45,4
M€)
caractérisée par la construction de la salle Aréna Loire qui a coûté 24,58
M€. La commune a
pu continuer à investir grâce à un taux de subventionnement élevé de ses projets, en premier
lieu de l’État.
L’encours de la dette reste élevé, plus de deux fois supérieur à la moyenne de la strate.
Les aides apportées par l’
État
pour sécuriser les prêts risqués permettent d’en diminuer
le coût.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
7
RECOMMANDATIONS
Recommandation n°
1
: Formaliser, dans le règlement intérieur de l’assemblée, les procédures
de prévention des conflits d’intérêts conformément au décret n° 2014
-90 du 31 janvier 2014.
Recommandation n°
2
: Améliorer l’identification et la valorisation des risques dans les états
financiers en ajustant le niveau des provisions aux risques identifiés, conformément à la M14.
Recommandation n°
3
: Tenir la comptabilité d’engagements et la comptabilisation des restes
à réaliser,
conformément à l’article L. 2342
-2 du code général des collectivités territoriales
(CGCT).
Recommandation n°
4
: Comptabiliser les biens reçus ou mis en affectation conformément
aux prescriptions de la M14.
Recommandation n°
5
: Préciser les missions conférées à l’EPIC Aréna Loire.
Recommandation n°
6
: App
liquer la convention de refacturation passée avec l’EPIC pour se
faire rembourser toutes les dépenses exposées en numéraire ou en nature par le budget
communal.
Recommandation n°
7
: Formaliser les procédures applicables en matière de commande
publique et en assurer le contrôle interne.
Recommandation n°
8
: Formaliser le recueil des besoins en matière d’achat public de manière
à s’assurer du respect des seuils
.
Recommandation n°
9
: Formaliser les relations avec l’EPIC Aréna Loire en matière de
commande publique.
Recommandation n°
10
: Respecter l’ensemble des règles de la com
mande publique.
Recommandation n°
11
: : Passer des marchés publics lorsque les associations subventionnées
fournissent des prestations de services, conformément à la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000
relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations.
Recommandation n°
12
: Mettre en place une procédure pour le suivi de l’utilisation des
subventions octroyées.
Recommandation n°
13
: Inscrire le concours du fonds de soutien instauré pour les
collectivités territoriales et certains de leurs établissements publics ayant souscrit des contrats
de prêt ou des contrats financiers structurés à risque en engagement hors bilan au titre des
engagements reçus, conformément à la M14.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
8
INTRODUCTION
Le contrôle des comptes et de la gestion de la commune de Trélazé à compter de 2015
a été inscrit au programme des travaux de la chambre régionale des comptes Pays de la Loire
pour 2020. Les thèmes suivants ont été examinés : les suites du précédent contrôle de 2014, le
contrôle interne, la politique événementielle, la commande publique, les subventions et la
situation financière.
L’ouverture du contrôle a été notifiée le 27
août 2020 à M. Marc Goua, ordonnateur.
Les entretiens de début et de fin de contrôle se sont tenus les 25 septembre 2020 et
4 février 2021.
Un
rapport
d’observations
provisoires
a
é
adressé
le
21 avril 2021
à
Monsieur Marc Goua, maire de la commune. Des extraits ont été adressés le 23 avril 2021 à la
société Veuve Amiot, le 26 avril
2021 à la société Art Gan et à l’association «
régie de quartier »
et le 27 avril
2021 à l’associati
on culturelle des Musulmans de Trélazé. Une communication a
été adressée le 21 avril 2021 à la direction départementale des finances publiques (DDFIP) et
le 8 juin 2021 au comptable public.
Monsieur Marc Goua a sollicité une audition devant la chambre, pré
vue à l’article
L. 243-3 du code des juridictions financières. Elle
s’est tenue le 7
septembre 2021, à la suite de
quoi la chambre a délibéré ce même jour sur les observations définitives.
Avec près de 15 000 habitants, Trélazé est la 3
ème
commune la plus importante de la
communauté urbaine Angers-Loire-Métropole après Angers et Loire-
Authion. L’histoire de la
commune est marquée par l’exploitation de ses ardoisières dont la dernière mine
exploitée en
France a été fermée en 2013. Le passé industriel de la commune
est encore visible aujourd’hui
puisque 50 % de son territoire
est dépourvu d’habitat. La
commune
compte l’un des huit
quartiers « politique de la ville » de la communauté urbaine (le Grand Bellevue). Depuis les
années 1990, la commune
s’est
urbanisée et sa population a augmenté de 50 %.
La situation économique et sociale de la commune n’est pas favorable. Les indicateurs
de revenus de l’INSEE la placent sous la moyenne du département et de la communauté urbaine
en termes de part des ménages fiscaux imposés et de revenu disponible.
La stratégie des élus depuis les années 1990 est de lier l’urbanisation au développement
d’événements marquants pour faire évoluer l’image de la
commune tant auprès de ses habitants
que vis-à-
vis de l’extérieur. L
e sport et la culture sont la pierre angulaire de cette stratégie
événementielle.
En 2010, la commune a
fait le choix de financer la construction d’un équipement
multifonctionnel, la salle Aréna Loire Trélazé, d’une capacité de 6
500 places, ce qui en fait la
plus grande salle du département. L’équipement aura coûté au final 24,5
M€ dont 19,79
M€
uniquement à la charge de la commune. Une régie dotée de la personnalité morale et de
l’autonomie financière assurant une mission de service public industriel et
commercial a été
créée pour gérer cet équipement. Depuis 1996, la commune organise chaque été un festival,
gratuit pour les spectateurs et financé en partie par le mécénat, qui programme des têtes
d’affiches internationales ou nationales.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
9
1
L’EXAMEN DU CONTR
OLE INTERNE
Le contrôle interne est un dispositif par lequel une collectivité territoriale ou un
établissement public organise ses travaux de manière à obtenir l’assurance du respect des
normes qui s’imposent à elle, à supprimer les risques d’erreur ou de
manipulation sur les
données ou des résultats, et plus généralement à assurer la qualité des services
2
.
Le contrôle des marchés publics et des subventions ayant conduit à formuler des
observations substantielles en matière de contrôle interne, celles-ci ont été intégrées dans des
parties dédiées.
1.1
L’environnement de contrôle
La déontologie et la prévention des atteintes à la probité
La réglementation
3
impose aux collectivités de mettre en place des procédures visant à
prévenir et détecter les faits d’attein
tes à la probité.
1.1.1.1
La stratégie en matière de prévention et de détection de faits de corruption
Le code général des collectivités territoriales (CGCT)
4
prévoit
l’adoption en début de
mandat d’une
charte, établissant un cadre déontologique destiné à préciser les normes de
comportement que les élus locaux doivent adopter dans l’exercice de leurs fonctions et que les
citoyens sont en droit d’attendre de la part de leurs représentants
.
Les dispositions prévues en matière de présentation de la charte de l
’élu local
5
ont été
respectées
6
. En outre, cette charte est reprise dans le mémento d’accueil des conseillers
municipaux remis aux élus après les élections de 2020.
2
Cour des comptes, Rapport public annuel 2009, insertion relative aux évolution du pilotage et du
contrôle de la gestion des collectivités locales, page 283
3
La loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la
modernisation de la vie économique, dite « loi Sapin II » et les décrets n° 2017-519 du 10 avril 2017 et n° 2017-564
du 19 avril 2017 sont venus renforcer les dispositifs applicables aux collectivités en matière de transparence et de
prévention des atteintes à la probité des élus et des agents territoriaux.
4
L’article L.
1111-1-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT) dispose que « Les élus
locaux sont les membres des conseils élus au suffrage universel pour administrer librement les collectivités
territoriales dans les conditions prévues par la loi. Ils exercent leur mandant dans le respect des principes
déontologiques, consa
crés par la (…) charte de l’élu local
».
5
La loi n° 2015-366 du 31 mars 2015 prévoit que lors de la première réunion du conseil municipal,
immédiatement après l’élection du maire et des adjoints, le nouveau maire doit donner lecture de la charte de l’élu
local prévue à l’article L. 1111
-1-1 du code général des collectivités territoriales
6
PV du conseil municipal de mai 2020
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
10
1.1.1.2
La prévention des conflits d’intérêts
L’article 2 de la loi du 11
octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique a
défini pour la première fois la notion de « conflit d’intérêts » comme «
toute situation
d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à
influencer ou paraître influencer l
’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction
»
.
Le décret n° 2014-90 du 31 janvier 2014 prévoit une obligation de retrait des élus en
situation de conflit d’intérêts et la formalisation d’arrêtés déterminant les questions
pour
lesquelles la personne intéressée doit s'abstenir d'exercer ses compétences.
Les deux règlements intérieurs de la commune en vigueur sur la période du contrôle de
la chambre
7
n’évoquent pas cette question.
La chambre recommande à la commune de formaliser une procédure de prévention des
conflits d’intérêt et de s’assurer que les élus intéressés
, non seulement ne prennent pas part au
vote, mais également ne prennent pas part à la préparation des délibérations et sortent
physiquement de la salle du conseil municipal lors du vote desdites délibérations. La chambre
engage la commune à prendre des arrêtés déterminant les questions pour lesquelles les
personnes intéressées doivent s’abstenir d’exercer leurs compétences.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué que le
règlement intérieur serait modifié à l’automne 2021 et que des arrêtés individuels seraient pris.
Recommandation n°
1 : Formaliser, dans le règlement intérieur de l’assemblée, les
procédures de prévention des conflits d’intérêts, conformément au déc
ret n° 2014-90
du 31 janvier 2014.
Les
modalités d’administration
1.1.2.1
Les délégations en matière de gestion de dette
Les délégations données au maire en matière de gestion de dette et de trésorerie sont
incomplètes sur la période sous contrôle puisque ce derni
er a signé jusqu’au 26
mai 2020 les
demandes de tirages de trésorerie sans disposer de la délégation afférente.
En outre, le maire n’a pas effectué de rendu
-compte de sa délégation au conseil
municipal, notamment des renégociations de prêts
8
, ce qui est contraire aux prescriptions de
l’article L.
2122-23 du code général des collectivités locales.
7
Adoptés lors des séances des conseils municipaux du 29 septembre 2014 et du 29 juin 2020
8
Exemple : renégociation du prêt n° 00020293602 conclu auprès du crédit Mutuel en 2015 et 2019
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
11
1.1.2.2
Les élus ne sollicitent pas leur droit à la formation
Le code général des collectivités territoriales prévoit un droit à la formation pour les
élus locaux
9
. Un tableau récapitulant les actions de formation des élus financées par la
commune doit être annexé au compte administratif et donner lieu à un débat annuel sur la
formation des membres du conseil municipal. Or, cette information n’est pas renseignée.
La commune a indiqué que des séminaires destinés aux groupes majoritaires ont été
organisés, sans toutefois fournir d’éléments relatifs
au contenu de
ces séminaires à l’exception
de celui organisé en juin 2018.
La chambre relève une amélioration de l’informati
on délivrée aux élus à compter de
2020 sur leur droit à la formation.
1.1.2.3
Une organisation des services à renforcer
L’examen de l’organigramme en vigueur en 2019 montre un éclatement des fonctions
« ressources
» peu propice à l’élaboration et au suivi de procé
dures de gestion cohérentes : les
finances et les ressources humaines sont rattachées à la directrice générale des services qui fait
office de directrice des finances ; un service « administration générale et juridique » est rattaché
à une directrice générale adjointe ; le service des marchés est rattaché à la direction des
« services techniques administratifs ».
1.1.2.3.1
Un faible
taux d’encadrement
Le taux d’encadrement supérieur et intermédiaire pour les communes comptant entre
100 et 349 agents est de 20 %
pour l’année 2017
10
.
À Trélazé, ce taux est passé de 9 % en 2015 à 11 % en 2019 (10 % en 2017). Ce calcul
est basé sur les données déclarées par la commune
11
qui ne distinguent par rigoureusement les
contractuels permanents et non permanents. Si on rapporte
le nombre d’encadrants aux effectifs
physiques au 31/12/N, le taux passe de 8 % en 2015 à 6 % en 2019.
Consciente de la faiblesse de son encadrement, la commune a procédé en 2021 au
recrutement de deux cadres.
9
12/
10
Source : «
10 groupes d’indicateurs repères pour le pilotage des ressources humaines
», étude effectuée
par la fédération des centres de gestion de la FPT et l’association nationale des directeurs et directeurs adjoints des
CDG. La formule retenue est nom
bre d’encadrants (agents de catégorie A et B) / effectif sur emploi permanent au
31/12.
11
La notion de contractuels permanents et non permanents ne semble pas suivie rigoureusement. De plus,
les deux chargées d’emplois cat A ne sont pas retenues par la com
mune dans ce calcul.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
12
En outre, la commune compte six agents de catégorie
C ayant une fonction
d’encadrement. En 2019, l’ajout de ces encadrants porte le taux d’encadrement à 16
% (si on
base le calcul par rapport aux effectifs sur emplois permanents) et 10 % si on le ramène au
nombre d’agents en poste au 31/12. Dès lo
rs, 29 % des encadrants sont des agents de
catégorie C, ce qui
souligne le faible taux d’encadrement de la commune de Trélazé par rapport
à la moyenne de sa strate et le poids important des encadrants de catégorie
C. En outre, cela
crée un décalage avec le statut et le profil de poste. En réponse, la commune a indiqué
encourager via le régime indemnitaire les agents à passer les concours.
1.1.2.3.2
Des recrutements de cadres contractuels sur une base juridique fragile
Les emplois permanents doivent être occupés par des fonctionnaires, sauf dérogation
prévue par une disposition législative
12
.
Selon les données fournies par la commune, les contractuels sur emplois permanents
représentaient 6 % des équivalents temps plein travaillés (ETPT) en 2015 et 18 % en 2019.
Cette augmentation serait due,
d’une part à un remplacement des agents fonctionnaires par des
contractuels, d’autre part à l’augmentation des CDD de remplacement du fait du taux
d’absentéisme élevé (10
% en 2019). Ces derniers passent de 5 ETP en 2015 à 16 en 2019.
Le recrutement de six cadres contractuels a été particulièrement examiné par la chambre
Pour cinq de
ces recrutements, la collectivité n’a pas été en mesure de prouver l’absence d’agent
fonctionnaire pouvant répondre à son besoin et donc de justifier la procédure dérogatoire suivie
de recrutement d’un contractuel.
Deux postes de contractuels de catégorie
A ont été créés par délibérations des
27 juillet 2015 et 19 septembre
2016 dans le cadre du soutien à l’emploi (
cf. infra
). Les
délibérations mentionnent en référence le 1
er
échelon de l’échelle d’attaché, or, un des contrats
est signé en référence au 2
ème
échelon.
Après divers échecs dans le recrutement d’un directeur des finances (absence de
candidats, candidat retenu n
e donnant pas satisfaction, mutation rapide d’un autre, ou encore
départ au bout d’un an d’un agent contractuel correspondant au profil), la mission de direction
des finances a été reprise par la directrice générale des services au 1
er
janvier 2020.
12
Article 3 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
13
1.2
L’id
entification des risques au sein des états financiers
Les garanties d’emprunt accordées par la commune
Les garanties d’emprunt accordées par la commune ont connu une forte augmentation
sur la période, puisque le montant du capital restant dû garanti au 31
décembre de l’année est
passé de 20 468 118,59
€ en 2015 à 56
829 753,38
€ en 2019
13
. Cette évolution est liée à la
politique active de construction de logements, 98 % du montant garanti en 2019 concernant la
construction de logements sociaux.
Les contrôles de la chambre ont porté sur les 159 lignes de garanties recensées au
compte administratif 2019. Après rapprochement avec les données des établissements
bancaires, il ressort que l’identification des emprunts garantis par la commune n’est pas
exhaustiv
e et qu’une partie des informations est inexacte.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune
s’est engagée à
renforcer son contrôle interne en la matière, en fiabilisant la procédure des garanties d’emprunts
données et en en suivant
l’évolution dans le temps (évolution des taux, réaménagement des
emprunts).
Les provisions
Ce point avait
fait l’objet d’une recommandation lors du précédent contrôle.
La commune inscrit des provisions pour risques et charges depuis 2018 d’un montant
peu élevé (12 766
€) et des provisions pour dépréciation des comptes de redevables depuis
2019
pour 261
€.
Les comptes de tiers pour créances douteuses présentent un solde au
31 décembre 2018 de 21 546,27
€ et au 31
décembre 2019 de 88 158
€. Le provisionne
ment de
ces créances passe de 60 % en 2018 à 15 % en 2019. Un réajustement de la provision pourrait
être effectué.
D’autres risques pourraient également être provisionnés dans un souci de bonne
gestion :
les contentieux en cours si leur étude montre un risque financier pour la commune ;
une partie des comptes épargne-
temps (même si la compensation financière n’est pas
possible, la prise des jours peut entrainer le recrutement d’un CDD).
Le recours au provisionnement reste limité et ne fait pas l’objet de révision ou d’étude
régulière quant à son niveau optimum. La recommandation faite lors du précédent contrôle reste
donc
d’actualité.
13
Source : comptes administratifs
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
14
Recommandation n°
2
: Améliorer l’identification et la valorisation des risques dans les
états financiers en ajustant le niveau des provisions aux risques identifiés,
conformément à la M14.
1.3
L’intégration des activités de contrôle au sein de différents processus
Le contrôle de la DSP relatives aux activités socio-éducatives.
Le précédent rapport de la chambre comprenait une recommandation relative à ce
contrat de délégation de service public : « Mettre en place les outils et actions nécessaires pour
un contrôle indépendant et approfondi de la gestion déléguée des activités socio-éducatives ».
Cette recommandation a été mise en œuvre
: un audit a été réalisé et présenté au conseil
municipal de septembre 2019.
Des principes fondamentaux de la comptabilité publique ne sont pas respectés
1.3.2.1
Le suivi des engagements
L’examen des mandats de dépenses 2019 démontre que la procédure d’engagement
n’est pas maîtr
isée par la collectivité :
plus d’un tiers des dépenses testées
14
n’a pas fait l’objet d’un engagement préalable, comme
le prévoit la réglementation
15
;
en l’absence de production de la date d’engagement, il n’est pas possible de vérifier que
l’engagement es
t bien antérieur au mandatement ;
les marchés publics ne font pas l’objet systématiquement d’un engagement au moment de
leur notification.
La chambre invite la commune à améliorer sans délai le suivi de ses engagements, ce à
quoi elle s’est dite disposée.
14
Le test a porté sur les dépenses réelles de fonctionnement du budget principal des comptes 60 à 62
(chapitre 011), 657 et 658 soit 6 419 614
€ et 20
% des dépenses réelles de fonctionnement et les dépenses réelles
d’investissement du budget principal des comptes 20 à 23 soit 4
143 799
€ et 44
% des dépenses réelles
d’investissement
15
Aux termes de l'article 29 du décret n° 62-1587 du 29 décembre 1962 « l'engagement est l'acte par
lequel un organisme public crée ou constate à son encontre une obligation de laquelle résultera une charge. Il doit
rester dans la limite des autorisations budgétaires et demeurer subordonné aux autorisations, avis ou visas prévus
par les lois ou règlements propres à chaque catégorie d'organismes publics ».
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
15
1.3.2.2
Le suivi des restes à réaliser (RAR)
Ce point a fait l’objet d’une recommandation lors du précédent contrôle. La procédure
de suivi des restes à réaliser n’est toujours pas maîtrisée puisque leur montant est sous
-évalué,
ce qui fausse la détermination du besoin de financement.
En dépenses :
les marchés concernant le réaménagement du Dojo Daguerre ont été inscrits en RAR 2019
pour 535 972
€ alors qu’ils ont été notifiés le 29
janvier 2020. La collectivité a confirmé et
expliqué en cours d’instruction que
la signature des marchés avait pris du retard du fait de
diagnostics supplémentaires nécessaires ;
les marchés concernant le réaménagement de la rue des Malembardières ont été inscrits en
RAR à hauteur de 556 528
€. Or, au vu des marchés notifiés et des p
aiements effectués,
l’inscription aurait dû être de 896
045
;
au-delà de la mauvaise évaluation des RAR inscrits au compte administratif, il a été constaté
que tous les RAR ne sont pas rattachés
: par exemple, l’assistance à maîtrise d’ouvrage
et la
maît
rise d’ouvrage pour la réhabilitation de la piscine n’ont pas été inscrits en RAR alors que
les marchés ont été signés en 2018 et 2019. Il en résulte une minoration des restes à réaliser
d’environ 190
000
€.
En recettes :
subvention DTER
16
inscrite en RAR pour 98 030,07
: au vu des pièces justificatives
produites, l’inscription aurait dû être de 52
102,69
;
subvention Région Pays de la Loire pour 47 914
: au vu des pièces justificatives produites,
l’inscription aurait dû être de 65
338
€.
Recommandation n°
3 : Tenir l
a comptabilité d’engagements et la comptabilisation des
restes à réaliser, conformément à l’article L.
2342-2 du code général des collectivités
territoriales (CGCT).
Ces défauts de suivis des restes à réaliser reflètent des difficultés dans le pilotage
financier des projets. Le recours à la technique de gestion en autorisations de programme et
crédits de paiement (AP/CP) permettrait de mieux maîtriser les inscriptions budgétaires des
crédits afférents.
Les autorisations de programme constituent la limite supérieure des engagements qui
peuvent être pris, elles demeurent valables, sans limitation de durée, jusqu’à ce qu’il soit
procédé à leur annulation. Elles peuvent être révisées. Les crédits de paiement constituent la
limite supérieure des dépenses pouvant
être mandatées pendant l’année pour la couverture des
engagements contractés dans le cadre des autorisations de programme correspondantes.
L’équilibre budgétaire s’apprécie en tenant compte uniquement des seuls crédits de paiement.
La gestion en AP/CP est possible pour les communes et groupement de plus de 3 500 habitants
depuis le décret n° 1997-175 du 20 février 1997.
16
Dotation d’équipement des territoires ruraux
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
16
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a manifesté sa
volonté de tester ces modalités de gestion sur une ou deux grosses opérations.
Le suivi des actifs
Les subventions et fonds reçus ont été examinés et sont correctement imputés. L’examen
de l’affectation des résultats n’appelle pas non plus d’observation.
Les processus de gestion des actifs appellent en revanche des observations
substantielles.
1.3.3.1
La cohérence entre l’inventaire, l’état de l’actif et la balance
17
Si l’état de l’actif est cohérent avec la balance des comptes au 31
décembre 2019, il ne
l’est pas avec l’inventaire
, dont la tenue est de la responsabili
té de l’ordonnateur
. Il est relevé
un écart de 9,4
M€ sur la valeur brute (en plus sur l’inventaire) et de 274
186
€ sur la valeur
nette (en moins sur l’inventaire). Ce constat est connu de la
commune. Elle a initié un travail
de mise en cohérence fin 2018
qui doit se poursuivre jusqu’
en 2021,
notamment en procédant
à la sortie de biens inexistants au patrimoine de la collectivité.
17
L’instruction M14 dispose
: «
La responsabilité du suivi des immobilisations incombe, de manière
conjointe, à l’ordonnateur et au comptable. L’ordonnateur est chargé plus spécifiquement du recensement des
biens et de leur identification : il tient l’inventaire physique, registre justifiant la réalité physique des biens et
l’inventaire comptable, volet financier des biens invent
oriés. Le comptable est responsable de leur enregistrement
et de leur suivi à l’actif du bilan : à ce titre, il tient l’état de l’actif ainsi que le fichier des immobilisations,
documents comptables justifiant les soldes des comptes apparaissant à la balance générale des comptes et au
bilan. L’inventaire comptable et l’état de l’actif ont des finalités différentes mais doivent, en toute logique,
correspondre. Cette correspondance repose largement sur la qualité des échanges d’informations entre
l’ordonnateur et le comptable, sur la base de l’attribution par l’ordonnateur d’un numéro d’inventaire aux actifs
immobilisés. Les dispositions ci-après concernent tant les immobilisations dont le centre de gestion est
propriétaire que celles dont elle est affectatair
e ou bénéficiaire au titre d’une mise à disposition.
».
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
17
1.3.3.2
La comptabilisation des biens reçus ou mis en affectation au titre d’une mise à
disposition ou d’un transfert de compétence
En contrariété avec la règlementation
18
, le bilan de la commune ne retrace pas dans les
comptes adéquats les biens mis à disposition :
d’Angers
-Loire-Métropole au titre des transferts de compétences (voirie notamment) ;
de l’association Léo Lagrange au titr
e de la délégation de service public ;
du SPIC Aréna Loire Trélazé (une convention de mise à disposition a été signée en 2014. Les
annexes à cette convention décrivant les biens immobiliers et mobiliers mis à disposition
n’ont pas pu être produites. De mêm
e la mise à disposition du local technique à compter de
2020 a conduit à établir un avenant pour modifier le montant de la redevance mais la
consistance des biens mis à disposition n’a pas été répertoriée dans une annexe). De plus, le
fait que la mise à di
sposition soit à titre onéreux ne dispense pas la collectivité de l’acter dans
ses comptes afin de donner une image fidèle de son actif) ;
d
e l’école de musique intercommunale Henri Dutilleux (locaux Hervé Bazin).
La chambre recommande à la commune de se conformer aux règles comptables en la
matière
, ce à quoi la commune s’est engagée pour l’établissement du compte administratif 2021.
Recommandation n°
4 : Comptabiliser les biens reçus ou mis en affectation
conformément aux prescriptions de la M14.
1.3.3.3
Les comptes d’immobilisati
ons en cours (compte 23)
Le compte 23 « immobilisations en cours
» a pour objet d’inscrire au bilan la valeur des
travaux afférents à des immobilisations non achevées à la fin de l’exercice.
Fin 2019, 1 386 125
€ de travaux pourtant réceptionnés figurent e
ncore dans ces
comptes, à tort, ce qui fausse le montant des amortissements.
18
L’instruction M14 dispose «
le compte
22
enregistre les immobilisations
reçues
en affectation lorsque
l’affectataire est doté de la personnalité morale. La subdivision intéressée du compte 22 est dé
bitée du montant
de la valeur brute de l’immobilisation reçue par le crédit du compte 229 « Droits de l’affectant ». Ce même compte
229 est débité par le crédit des comptes 28 et 16 des amortissements et emprunts éventuellement transférés, voire
des subventions transférées. Le compte
229
« Droits de l’affectant » représente donc la contrepartie nette des
éléments d’actif et de passif reçus en affectation. […] Les immobilisations reçues au titre d’une mise à disposition
dans le cadre d’un transfert de compét
ence obligatoire ou volontaire sont enregistrées au compte 217.
[…]
Toutes les immobilisations appartenant à une collectivité mais affectées, mises à disposition dans le
cadre d’un transfert de compétences, ou encore affermées ou concédées sont comptabilis
ées au compte
24
. »
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
18
Au surplus, 229 580
€ sont en «
en cours » pour la voirie. Cette dernière compétence
relève désormais d’Angers
-Loire-Métropole laquelle a signé avec les communes des
conventions
de prestation transitoire de service dans l’attente du transfert effectif de la
compétence. La convention signée avec la commune de Trélazé précise les modalités
comptables avec l’utilisation de comptes de tiers
19
.
Interrogée sur ces inscriptions en dehors de la convention de gestion, la commune a
indiqué avoir travaillé avec ALM pour augmenter ses dépenses d’investissement «
voirie » dans
le cadre de la convention de gestion. Mais au vu des besoins réels repérés et décidés par la
commune, cette dernière a
convenu avec ALM qu’elle prendrait à sa charge directement une
partie des travaux complémentaires. Sur la période 2020-2023, la commune envisage 4,8
M€
de dépenses hors convention de gestion.
La commune
prend en charge des dépenses d’équipement (voirie) qu
i ne sont plus de sa
compétence, elle devrait utiliser la technique des fonds de concours pour avoir une vision fiable
de son actif. En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué
qu’à compter de 2022, elle ne prendrait plus en
charge de dépenses d’équipement relevant de
la compétence de la communauté urbaine.
1.3.3.4
La valorisation des biens inscrits à l’actif
Il est difficile
20
de reconstituer les informations relatives à la valorisation des biens
inscrits à l’actif dans la mesure où
la commune
ne les suit pas avec un numéro d’inventaire
unique.
La mise en place d’une arborescence de l’inventaire des biens immobiliers de la
collectivité permettrait de fiabiliser la valorisation des plus importants et faciliterait les écritures
de mises à disposition des biens.
1.3.3.5
Les amortissements des immobilisations
La collectivité ne maîtrise pas le calcul des amortissements : la dotation a été minorée
de 0,7
M€ en 2019 (notamment du fait du non amortissement de la voirie, amortissement
facultatif décidé par délibération de 2016). Ce constat a non seulement une incidence sur la
valorisation de l’actif immobilisé mais également sur le résultat de fonctionnement de la
collectivité.
1.3.3.6
Les amortissements des frais d’études et d’insertion (compte 2031 et 2033)
Le précédent contrôle de la chambre avait relevé que la commune n’appliquait pas les
règles en matière d’amortissement des frais d’études et d’insertion.
19
Article 6 : utilisation des comptes 458 - « mandat de voirie pour Angers-Loire-métropole »
20
Un test a été effectué sur le compte 213 « constructions » d’un montant de 82,9 M€ :
- un certain nombre de lignes ne sont raccrochées à aucu
n bâtiment en particulier (pour 2,1 M€) ;
-
PROFAC : 4,4 M€ mais il n’est pas possible de connaitre la valorisation du théâtre de l’avant
-scène par
exemple ;
-
l’ARENA est valorisée pour plus de 20 M€ et les grandes écuries pour 245 817 € (soit 25 % de la
valorisation des constructions).
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
19
Si des écritures de régularisation ont été passées pour corriger les anomalies constatées,
il semble
que la collectivité n’applique toujours pas les règles d’amortissement des frais
d’études et d’insertion non suivis de réalisation. Ces écritures de régularisation ne doivent pas
remplacer les amortissements réguliers de ces frais.
Le rattachement à l’exer
cice
Le rattachement des charges et des produits à l’exercice a fait l’objet d’une
recommandation lors du précédent contrôle de la chambre.
Les données affichées à la balance des comptes et au compte administratif de 2015 à
2019 sont cohérentes. Toutefois,
il n’a pas été possible de réaliser un contrôle précis des
rattachements dans la mesure où la date de service fait n’est pas saisie dans le logiciel financier.
Les intérêts courus non échus ne sont pas comptabilisés correctement. En réponse aux
observations provisoires de la chambre, la collectivité a indiqué avoir procédé à leur
régularisation à l’occasion du vote du budget supplémentaire 2021.
Le contrôle du respect des délais de paiement
Le code de la commande publique
21
prévoit que le délai de mandatement est de 20 jours,
le comptable disposant de 10 jours supplémentaires pour payer.
Si le délai moyen de mandatement et de paiement s’est amélioré sur la période, passant
de 48 jours en 2015 à 24 en 2018, il reste perfectible dans la mesure où un certain nombre de
mandats (au moins 654 en 2019) ne sont pas réglés dans les délais imposés par la loi, soit
30 jours. La plupart des motifs invoqués par la commune durant le contrôle pour justifier le
dépassement ne permet pas de déroger aux règles imposées par le code de la commande
publique. Ainsi, en 2019, la collectivité aurait dû verser au moins 26 000
€ d’indemnité
forfaitaire auquel devraient se rajouter des intérêts moratoires par jour de dépassement.
La comptabilisation des travaux en régie
Les travaux en
régie doivent être suivis dans un compte dédié. Il ressort de l’examen de
la chambre les constats suivants :
une partie des inscriptions ne relèvent pas de l’immobilisation (plantation de vivaces,
réfection de volets roulants, nettoyage de jardins familia
ux…)
;
les coûts imputés en investissement ne sont pas complets (les charges de personnel ne sont
reprises qu’à hauteur de 2/3).
21
Code de la commande publique, L. 2192-10 à L. 2192-14, R. 2192-10 et R. 2192-31 à R. 2192-36
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
20
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué qu’elle
modifiait ses pratiques à compter de septembre 2021 pour reprendre la totalité des charges de
personnel.
Ces constats n’ont pas eu d’impact significatif sur la dotation de FCTVA dans la mesure
où les charges de personnel sont exclues de l’assiette, les charges de fonctionnement, par contre,
sont
prise en charge (voirie et bâtiments publics). Cela n’exonère pas la commune d’améliorer
cette comptabilisation.
La gestion des ressources humaines
La commune n’a pas formalisé ses procédures en matière de ressources humaines ni
même élaboré un tableau de bord permettant le suivi régulier des indicateurs principaux.
1.3.7.1
Les données sur les effectifs sont incohérentes et incomplètes
Les données affichées à l’état du personnel du compte administratif (CA), au bilan social
et celles produites en cours d’instruct
ion ne sont pas toujours cohérentes en ce qui concerne les
équivalents temps plein travaillés (ETPT - suivis dans les comptes administratifs) et les
équivalents temps pleins rémunérés (ETPR - suivis dans le bilan social). Les ETPR passent de
152,3 en 2015 à 186,9 en 2019. Sur la même période, les ETPT passent de 155 à 133. Quand
les ETPT diminuent de 22, les ETPR augmentent de 34,6. Interrogée sur cet écart, la collectivité
évoque une rupture dans le suivi des données liée à un changement de logiciel. Le problème ne
semble pas uniquement imputable à la récupération de données en 2018. En effet, en 2019, la
commune déclare 133 ETPT au CA et 186,9 ETPR au bilan social.
La commune fait une confusion entre les notions de contractuels permanents et
contractuels non permanents. Un contractuel permanent est affecté sur un poste permanent
même à temps non complet (les CDD remplaçants et recrutés sur postes vacants entrent dans
cette catégorie). Un contractuel non permanent intervient sur des missions spéciales limitées
dans le temps en raison de surcroit d’activité ou sous statut d’emplois aidés (avenir, apprentis,
contrat insertion CUIE CIE CAE, etc.).
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué sa
volonté d’améliorer la qualité des
données sur les effectifs.
1.3.7.2
Le temps de travail
La commune a modifié en 2019 le temps de travail pour le ramener à la base légale
22
.
22
Délibération du 25 mars 2019
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
21
Un nouveau protocole de réduction du temps de travail applicable à compter du
1
er
mai
2019 a été mis en œuvre. Ce
protocole fixe la durée effective de travail à 7h32 et le
nombre de jours de récupération à 40 (soit 34 jours de congés annuels et 6 RTT). Si le nombre
total de jours de repos est conforme à la réglementation (normalement 25 jours de congés
annuels + 15 RTT soit 40), la répartition entre congés annuels et RTT est erronée. La commune
n’a pas voulu revenir sur l’avantage acquis des 34 jours de congés annuels. Cette répartition a
toutefois un impact dans la mesure ou les jours de maladies ouvrent droit à congés annuels et
non à RTT. Cet impact sera d’autant plus important à Trélazé
l’absentéisme est relativement
élevé (10 % en 2019). En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a
indiqué sa volonté d’initier prochainement de nouvelles
négociations sur le temps de travail.
1.4
L’information et la communication
La transparence de l’information relative au processus budgétaire
La commune respecte l’obligation
23
de mise en ligne des comptes-rendus du conseil
municipal. De plus, un lien audio per
met d’écouter l’intégralité de la séance avant la mise en
ligne de son procès-verbal.
1.4.1.1
L’information issue des rapports d’orientation budgétaire
Le rapport d’orientation budgétaire
24
ne reprend pas toutes les informations prévues par
la réglementation
25
. Si les informations complémentaires peuvent être retrouvées par les élus
(plan pluriannuel d’investissement, prospectives financières, etc.) dans des documents annexes,
il serait plus aisé, et plus conforme à la réglementation, de mentionner les informations
obligatoires dans le corps du rapport. En outre, ce document étant destiné par ailleurs à informer
le citoyen dans le cadre de sa publication sur le site internet de la commune, un document unique
synthétique serait plus compréhensible.
23
Article L. 2121-25 du CGCT
24
Le contrôle a porté sur le rapport 2020 présenté au conseil municipal le 25 novembre 2019 pour un
vote du budget primitif le 16 décembre 2019.
25
L’article L. 2312
-1 dispose « Dans les communes de 3 500 habitants et plus, le maire présente au conseil
municipal, dans un délai de deux mois précédant l'examen du budget, un rapport sur les orientations budgétaires,
les engagements pluriannuels envisagés ainsi que sur la structure et la gestion de la dette. Ce rapport donne lieu à
un débat au conseil municipal, dans les conditions fixées par le règlement intérieur prévu à l'article L. 2121-8. Il
est pris acte de ce débat par une délibération spécifique.
Dans les communes de plus de 10 000 habitants, le rapport mentionné au deuxième alinéa du présent
article comporte, en outre, une présentation de la structure et de l'évolution des dépenses et des effectifs. Ce rapport
précise notamment l'évolution prévisionnelle et l'exécution des dépenses de personnel, des rémunérations, des
avantages en nature et du temps de travail. Il est transmis au représentant de l'État dans le département et au
président de l'établissement public de coopération intercommunale dont la commune est membre ; il fait l'objet
d'une publication. Le contenu du rapport ainsi que les modalités de sa transmission et de sa publication sont fixés
par décret »
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
22
1.4.1.2
L’information des é
lus lors des conseils municipaux : la note explicative de
synthèse
Pour mettre à disposition des conseillers une information suffisante, leur permettant de
remplir leur mandat, une note explicative de synthèse sur les affaires soumises à délibération
doit être adressée, avec la convocation, aux membres du conseil municipal
26
.
Jusqu’en juin
2020, la production de ces notes n’était pas systématique. Le règlement
intérieur du conseil municipal adopté pour la mandature 2020-2026 prévoit désormais la
confection systématique des notes explicatives conformément à la réglementation.
1.4.1.3
La publicité des documents budgétaires et financiers
La règlementation
27
prévoit qu’une présentation synthétique des informations
financières soit fournie à l’appui du budget primitif et
du compte administratif.
Le site internet de la commune ne fait mention que des chiffres-clés du budget 2020. Le
budget en lui-
même n’est pas disponible. De plus, l’exécution n’est pas documentée (pas de
présentation du compte administratif ni de chiffres clés).
Ces données sont accessibles au travers de la lecture des procès-verbaux des conseils
municipaux.
La création d’un espace dédié au budget et son exécution retraçant les budgets, les
comptes, le rapport d’orientation budgétaire et les notes explicat
ives serait une amélioration
dans l’information des citoyens.
À la suite du contrôle de la chambre, si un tel espace a bien été
créé, il ne comportait pas encore ces documents.
1.4.1.4
L’information donnée au travers des annexes au compte administratif
Ce point
avait fait l’objet d’une recommandation lors du précédent contrôle.
Il ressort du présent contrôle de la chambre que beaucoup d’annexes restent manquantes
ou incomplètes, par exemple le montant de la subvention versée à l’EPIC Aréna Loire n’est
jamais renseigné (le détail figure en annexe). La chambre invite la commune à corriger ces
anomalies sans délai.
26
Article L. 2121-12 du CGCT
27
Selon l’article L. 2313
-1 du CGCT, « Une présentation brève et synthétique retraçant les informations
financières essentielles est jointe au budget primitif et au compte administratif afin de permettre aux citoyens d'en
saisir les enjeux. La présentation
(…) ainsi que le rapport adressé au conseil municipal à l'occasion du débat sur
les orientations budgétaires de l'exercice prévu à l'article L. 2312-1, la note explicative de synthèse annexée au
budget primitif et celle annexée au compte administratif, conformément à l'article L. 2121-12, sont mis en ligne
sur le site internet de la commune, lorsqu'il existe, après l'adoption par le conseil municipal des délibérations
auxquelles ils se rapportent et dans des conditions prévues par décret en Conseil d'État.
» L’article R. 2313
-8 du
CGCT, précise les modalités de la mise en ligne et notamment : « un délai d'un mois à compter de l'adoption, (…)
des délibérations auxquelles ces documents se rapportent. » doit être respecté ».
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
23
1.4.1.5
L’information donnée au travers du plan pluriannuel d’investissement (PPI)
Ce point a fait l’objet d’une recommandation lors du précédent contrôle
: « Améliorer
le suivi des opérations d’investissement, notamment en mettant en place un plan pluriannuel
d’investissement complet prévoyant l’ensemble des dépenses et recettes attendues, en
cohérence avec les annexes budgétaires ».
Cette recommandation reste
d’actualité dans la mesure où le PPI ne mentionne toujours
pas explicitement les recettes prévues pour son financement.
Au cours du contrôle, la commune a précisé qu’il fallait lier le PPI avec
le document
« prospectives financières ». Celui-ci établit les
modalités de financement de l’investissement,
dont l’autofinancement et le recours à l’emprunt si nécessaire.
Les présentations qui en sont
faites lors du rapport d’orientation budgétaire, du vote du budget primitif ou encore du vote du
compte administratif et du budget supplémentaire « déroulent » le budget en faisant
correspondre l’épargne de gestion, l’épargne brute et le besoin de financement des dépenses
d’investissement.
Les diaporamas de présentation pour le débat budgétaire ou le vote du budget primitif
2020 ne font pas référence au PPI global ou à son mode de financement sur cinq ans.
L’information peut être trouvée, mais uniquement en faisant des recoupements entre différents
documents ce qui n’est pas du plus aisé ni une manière très simple d’inf
ormer les élus et les
citoyens.
Le PPI gagnerait donc en lisibilité en présentant le financement prévisionnel complet,
intégrant l’autofinancement et le recours à l’emprunt si nécessaire.
Les systèmes d’information
La commune a élaboré un schéma directeur informatique dont la dernière version
2020-2026 comporte trois priorités : « équiper », « accompagner et former » et « apporter des
solutions ». Une cartographie applicative et une cartographie réseau ont également été réalisées.
Un audit externe a été effectué en octobre 2019 sur les infrastructures de la commune
(câblage et système de communications téléphoniques). Il en ressort que les infrastructures
techniques sont globalement obsolètes, coûteuses, difficiles à gérer, et ne permettent pas de
supporter les avancées nécessaires. Par suite, la commune a intégré les travaux nécessaires dans
son PPI et prévoit d’y affecter 400
000
€ en 2021 et 2022.
La commune
a sollicité l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information
pour bénéficier de son accompagnement, ce qui constitue une bonne pratique.
La collectivité n’a pas produit de plan de reprise ou de continuité d’activité. Elle a
toutefois décrit ses procédures de sauvegarde qui consistent en une sauvegarde incrémentielle
chaque jour et une sauvegarde complète une fois par semaine, avec un historique de deux
semaines. Des tests de sauvegarde et de restauration sont effectués
a minima
trois fois par an.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
24
L’activité administrative a pu être maintenue lors du confinement du printemps 2020.
Le télétravail a
été mis en œuvre avec un accès au serveur de la
commune via un VPN
28
préexistant, les directeurs et un certain nombre d’agents ont pu être équipés de matér
iel
informatique mobile et des outils de visioconférence ont été utilisés.
La commune s’est donné les moyens de lancer sa mise en conformité au règlement
général sur la protection des données (RGPD) en nommant un délégué à la protection des
données dont la
désignation a été transmise à la commission nationale de l’informatique et des
libertés (CNIL). Par suite, elle a confié à l’été 2019 une mission à un stagiaire étudiant ingénieur
pour la mise en place technique du RGDP avec notamment la mise en place du registre des
activités de traitement des données personnelles.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
L’organisation ne permet pas de créer les conditions favorables à l’élaboration de
procédures de gestion et au contrôle de leur application. S’il existe des mesures
de contrôle,
elles sont parcellaires et souvent défaillantes.
La fiabilité des comptes est à améliorer sur de nombreux points qui avaient déjà fait
l’objet de remarques par la chambre dans son précédent rapport
de 2014 : la tenue de la
comptabilité d’engag
ement et la comptabilisation des restes à réaliser, par exemple. Ces
anomalies faussent le calcul du besoin de financement. La commune doit améliorer la
complétude des informations figurant dans ses comptes.
Des efforts ont été réalisés en matière d’infor
mation et de transparence, il reste toutefois
des améliorations à apporter sur le contenu des rapports d’orientation budgétaire.
La commune veille à maintenir des systèmes d’information conformes aux standards
requis et s’est donné les moyens de lancer sa
mise en conformité au règlement général sur la
protection des données (RGPD).
28
Réseau privé virtuel permettant de créer un lien direct entre des ordinateurs distants
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
25
2
LES RELATIONS AVEC L
’EPIC ARENA LOIRE TR
ÉLAZÉ
2.1
Une définition imprécise des missions confiées à l’EPIC
De manière générale, la frontière entre les missions confiées à l’EPIC Aréna Loire et
celles conservées par la commune de Trélazé ne sont pas définies précisément. En effet, peu de
conventions viennent réellement définir et formaliser ce qui incombe à chaque structure.
Certains pans d’activité ou de soutien à l’activité ne sont pas couverts par des conventions.
La commune a entendu confier à l’EPIC la gestion du Festival de Trélazé et
du club
partenaires à compter de 2014, sans que cela ait été formalisé dans les statuts
de l’établissement
ou par une convention dédiée. Or, il s’agit pour l’Aréna Loire d’une mission supplémentaire
qui bouleverse non seulement son activité mais également son modèle financier. Une telle
modification aurait dû être actée formel
lement et soumise à l’approbation des membres du
conseil municipal. Par ailleurs, le festival se tient dans des lieux dont la gestion n’a pas été
confiée à l’EPIC, à l’instar par exemple du parc du Vissoir.
La chambre rappelle que les missions confiées à
l’EPIC par la commune excluent une
intervention de sa part en raison du principe de spécialité des établissements publics
29
. Or, la
définition imprécise des missions confiées à l’EPIC Aréna Loire conduit la commune à
poursuivre ses interventions. La chambre recommande de préciser le champ des missions
confiées afin de clarifier ce qui revient d’une part à l’EPIC et d’autre part à la commune.
En réponse aux observations
provisoires de la chambre, la commune a indiqué qu’une
réflexion était en cours avec la communauté urbaine Angers Loire Métropole pour confier la
gestion et l’exploitation de l’Aréna Loire à une
société publique locale (SPL) dont le capital
serait détenu par la commune de Trélazé et Angers Loire Métropole. Lors de son audition,
l’ordonnateur a
fait état plus précisément
du projet d’intégrer une SPL existante
, ALTEC, qui
gère le parc des expositions et le palais des congrès. Dans ce cadre, la question de la gestion du
festival reste posée et,
tant que l’EPIC perdure, la recommandation demeure d’a
ctualité.
Recommandation n°
5
: Préciser les missions conférées à l’EPIC Aréna Loire.
29
Réponse ministérielle publiée dans le JO du Sénat du 20/20/2005
page 2730 « les établissements
publics doivent s'en tenir à l'exercice de la mission ou des missions connexes qui leur ont été confiées et qui sont
définies en termes précis dans leurs statuts ».
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
26
2.2
Le régime de mise à disposition des biens par la commune à l’EPIC est
imprécis
Le cadre juridique prévoit deux options quant au statut juridique des biens exploités par
l’EPIC
:
le transfert des biens en pleine propriété : dans ce cadre, les biens sont intégrés dans la
dotation constitutive de la régie au sens de l’article R.
2221-13 du CGCT prévoyant que la
dotation initiale « représente la contrepartie des créances ainsi que des apports en nature ou
en espèces effectués par la collectivité locale de rattachement, déduction faite des dettes ayant
grevé leur acquisition, lesquelles sont mises à la charge de la régie » ;
l’affectation (terme retenu dans la nomenclature comptable applicable
M4
comptes 23 et
24 notamment) des biens : les biens restent propriété de la collectivité de rattachement mais
leur jouissance est transférée à la régie (avec les droits et obligations qui s’y rattachent et
notamment la maîtrise d’ouvrage des travaux de
gros entretien et de renouvellement).
En réponse à une question parlementaire
30
, l’administration a confirmé qu’une
« commune peut apporter gracieusement les biens relevant de son domaine sous la forme d'une
mise à disposition sans changement d'affectation. Ces apports constituent la dotation initiale
qui est fixée par délibération du conseil municipal et figurant dans les statuts de la régie ».
Ce point n’a en réalité jamais été véritablement tranché dans la
mesure où la dotation
consentie à l’EPIC ne comprend pas les biens immobiliers, mais uniquement un versement de
100 000
€. La commune reste propriétaire de l’ensemble immobilier
31
en contrepartie d’une
redevance, sous-évaluée (
cf. infra
).
Les comptes de l
a commune et de l’EPIC ne retracent pas cette mise à disposition en
contrariété avec les règles comptables
32
(cf. supra). En réponse aux observations provisoires de
la chambre, la commune s’en engagée à corriger ce point.
30
À la suite de la question écrite n° 00244 de M. MASSON (du 5 juillet 2012), le Ministère de la réforme
de l'État, de la décentralisation et de la fonction publique a répondu « En vertu des articles L. 1412-1 et L. 1412-2
du code général des collectivités territoriales (CGCT), une commune a la possibilité de constituer une régie dotée
ou non de la personnalité morale pour l'exploitation directe d'un service public relevant de sa compétence, après
avoir recueilli l'avis de la commission consultative des services publics locaux prévue à l'article L. 1413-1 du
CGCT. L'article R. 2221-2 du CGCT dispose que « la délibération par laquelle le conseil municipal décide de la
création d'une régie dotée de la personnalité morale et de l'autonomie financière ou d'une régie dotée de la seule
autonomie financière fixe les statuts et le montant de la dotation initiale de la régie ». L'article R. 2221-13 du même
code précise que cette dotation initiale « représente la contrepartie des créances ainsi que des apports en nature ou
en espèces effectués par la collectivité locale de rattachement, déduction faite des dettes ayant grevé leur
acquisition, lesquelles sont mises à la charge de la régie. Les apports en nature sont enregistrés pour leur valeur
vénale. La dotation s'accroît des apports ultérieurs, des dons et subventions et des réserves ». La combinaison de
ces deux articles indique que la commune peut apporter gracieusement les biens relevant de son domaine sous la
forme d'une mise à disposition sans changement d'affectation. Ces apports constituent la dotation initiale qui est
fixée par délibération du conseil municipal et figurant dans les statuts de la régie ».
31
Article 2 d
es statuts de l’EPIC
: « l’ensemble immobilier reste la propriété de la ville de Trélazé ».
32
L’instruction M4 dispose « Les immobilisations reçues à disposition dans le cadre d’un transfert de
compétences sont enregistrées dans les subdivisions du compte
217 « Immobilisations reçues au titre d’une mise
à disposition ». Les immobilisations reçues en affectation par un service doté de la personnalité morale ou un
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
27
2.3
Les flux financiers entre la commun
e et l’EPIC sont supérieurs aux
montants contractualisés et contreviennent au principe d’équilibre
budgétaire des EPIC
Les versements de la commune à l’EPIC
Il ressort des délibérations et des conventions que la commune de Trélazé effectue des
versements
à l’EPIC à trois titres
:
les sujétions spéciales imposées à l’établissement sur l’utilisation des locaux par les services
de la commune ou des associations ;
le financement du Festival ;
des achats de places pour des manifestations exceptionnelles (par exemple : organisation du
TOP 8).
Un tableau en annexe reprend les montants versés par la commune à l’EPIC.
Il peut être observé des décalages importants entre le moment du versement et la
réalisation effective des activités.
Le solde de la participation de l’édition 2014 du Festival a été versé en 2015. Les
montants liés aux sujétions concernant les expositions organisées aux Anciennes écuries pour
les exercices 2014, 2015 et 2016 ont été versés en une seule fois en 2016 et s’
appuient sur une
délibération du conseil municipal en date du 24 octobre 2016 qui mentionne une grille tarifaire
établie par l’EPIC le 20
octobre 2016, soit postérieurement à la tenue des expositions. Des
expositions ont été organisées aux Anciennes écurie
s en 2017, mais n’ont pas fait l’objet de
versements par la commune sur cet exercice.
Ces décalages dans la perception des recettes nuisent au pilotage de l’établissement dont
les comptes ne reflètent pas l’exactitude de l’activité. Les versements de 2015
et 2016 ont
permis de diminuer le déficit de l’établissement alors que le
préfet avait saisi la chambre
régionale des comptes pour déficit excessif des comptes administratifs 2014 et 2015. Les
sujétions versées en 2018 ont permis de diminuer le déficit de
l’exercice qui, sans cette
intervention, aurait dépassé le seuil de 10 % et certainement conduit le préfet à saisir à nouveau
la chambre.
Au total, la commune a versé sur la période 2015-2019 plus de 4 500 000
€ à l’EPIC au
titre des conventions conclues
avec l’établissement.
établissement public local ne figurent pas au compte 21 mais au compte 22 « Immobilisations reçues en
affectation ».
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
28
En dehors du cadre des délibérations votées par le conseil municipal et des conventions
signées, la commune prend en charge sur son budget des dépenses afférentes à l’EPIC. Ce point
a été confirmé par le maire et président du consei
l d’administration de l’établissement qui a
indiqué que le recrutement d’un contrôleur de gestion par les services de la commune visait
justement à mieux tracer ces dépenses.
Le contrôle a permis de reconstituer une estimation basse de ces montants en se fondant
sur la comptabilité analytique de la commune et sur les libellés des mandats. La prise en charge
par la commune de dépenses de fonctionnement et d’investissement afférentes à l’EPIC, sans
que celles-
ci aient fait l’objet d’un conventionnement
peut être évaluée
a minima
à 180 000
de 2015 à 2019. Ces montants ne comprennent ni les frais de personnel relatifs aux agents qui
s’investissent dans le festival et dans la gestion du
club partenaires ni les travaux importants
réalisés sur les bâtiments gérés
par l’EPIC (400
000
€ de 2015 à 2019) ni les charges de la dette
estimées à 1,2
M€ chaque année.
Ces prises en charge contreviennent aux règles d’équilibre des SPIC posées par le
CGCT
33
qui disposent
que le budget d’un SPIC doit être équilibré en recettes et en dépenses et
qui interdit aux communes de prendre en charge dans leur budget propre des dépenses au titre
du SPIC.
Toutefois, il est prévu une exception notamment «
lorsque les exigences du service
public conduisent la collectivité à imposer des contraintes particulières de fonctionnement » et
« lorsque le fonctionnement du service public exige la réalisation d'investissements qui, en
raison de leur importance et eu égard au nombre d'usagers, ne peuvent être financés sans
augmentation excessive des tarifs ».
Dans ce cas, la décision du conseil municipal fait l'objet, à peine de nullité, d'une
délibération motivée. Cette délibération fixe les règles de calcul et les modalités de versement
des dépenses du service prises en charge par la commune, ainsi que le ou les exercices auxquels
elles se rapportent. En aucun cas, cette prise en charge ne peut se traduire par la compensation
pure et simple d'un déficit de fonctionnement
34
.
Le précédent rapport de la chambre observait que le fait que certaines sujétions soient
imposées à la régie (salle mise à disposition de la mairie, des clubs sportifs, écoles et
associations locales) pourrait, éventuellement, s’apparenter à un des cas dérogatoires visés à
l’arti
cle L. 2224-2 du CGCT précité. De même, le coût de la réalisation de la salle pourrait
justifier, en application du 2° du même article, une prise en charge de certaines dépenses par la
commune. Il rappelait à la commune son obligation de prendre une délibération motivée et
limitée dans le temps, l’autorisant à titre dérogatoire et selon des modalités strictement définies,
à prendre en charge de telles dépenses. Cette invitation a été encore rappelée par la chambre
dans son avis budgétaire du 25 août 2015 su
r les comptes de l’EPIC.
33
Articles L 2224-1 et L 2224-2
34
Article L 2224-2 du CGCT
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
29
La commune a pris une délibération le 12 octobre 2015 pour acter le maintien des
emprunts et des amortissements liés à la construction de la salle Aréna Loire dans le budget
principal de la commune. Cette délibération cite expressément « le remboursement des
emprunts et les frais d’amortissement liés à la construction de la salle Aréna Loire
». Les coûts
afférents à la remise en état des anciennes écuries et plus généralement les dépenses
d’investissement ne sont pas citées. Dès l
ors, toutes les autres dépenses exposées par la
commune au profit de l’EPIC (dont la remise en état des anciennes écuries par exemple) doivent
être remboursées par l’EPIC.
Les versements de l’EPIC à la commune
L’EPIC effectue de son côté des versements à l
a commune à trois titres
35
:
le remboursement des charges de personnel d’un agent mis à disposition
;
le versement d’une redevance annuelle en contrepartie de l’utilisation des locaux
;
la refacturation des services techniques.
Concernant le 2
ème
point, la commune
et l’EPIC ont signé une convention de mise à
disposition de biens immobiliers et mobiliers le 10 mars 2014, pour une durée de trois ans
reconductible par avenant. Un premier avenant signé le 30 juin 2017 prolonge la durée de la
convention de trois
ans soit jusqu’en avril
2020. Un deuxième avenant signé le 10 juillet 2020
prolonge la convention de trois ans soit jusqu’en avril
2023.
Cette mise à disposition se fait à titre onéreux pour un montant annuel de 48 000
TTC
réévalué à 48 600
€ TTC en
2020 pour tenir compte de la mise en service du local technique
dont il a été montré plus haut qu’il n’a pas été formellement mis à disposition de l’EPIC.
Les modalités de calcul de la redevance ne sont pas établies clairement et son montant
s’avère particulièrement faible au regard de l’importance de l’équipement. Selon
l’établissement, la superficie de l’Aréna est de 65
568 m² et celle des Anciennes Ecuries de
1 200 m². Un calcul sommaire aboutit à un montant de redevance de 73 centimes au m² par an,
ce qui ne correspond à aucune réalité économique. La chambre rappelle que cette sous-
évaluation manifeste de la redevance contrevient indirectement
au principe d’équilibre
budgétaire des SPIC selon lequel la commune ne peut pas supporter des charges incombant à
un SPIC.
Dans le même temps, selon les grilles tarifaires applicables à la commune de Trélazé, le
coût forfaitaire de location de la salle pour l’exploitation et le montage s’élève à plus de
11 000
€ par jour (hors coûts annexes de manutention, de netto
yage, de régie et de sécurité).
Ainsi, l’organisation des vœux du Maire à l’Aréna en 2019 a coûté à la
commune 15 444
€, soit
le tiers de la redevance annuelle perçue.
35
Tableau en annexe
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
30
La grille tarifaire relative à l’utilisation par la
commune des locaux des Anciennes
écuries fait état d’un tarif forfaitaire de 3
000
€ par tranche de sept jours et de 250
€ par jour.
Ainsi, une exposition durant un mois coûtera à la commune 19 500
€ uniquement pour les frais
de location (incluant également les f
luides, la maintenance, les frais d’entretien)
d’un
équipement qui lui appartient.
Concernant le 3
ème
point, l’EPIC et la commune ont signé une convention de
refacturation des interventions de la commune. Cette convention est entrée en vigueur le
1
er
janvier
2016 mais n’a été signée que le 19
mars
2018. Elle n’est pas appliquée
rigoureusement, dans la mesure où tous les coûts ne sont pas refacturés (par exemple,
l’utilisation des véhicules de services n’est pas refacturée tous les ans
; des prestations, dont
l’assistance sur les marchés publics
, ne sont jamais facturées).
La chambre recommande une application rigoureuse de la convention de refacturation.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune s’est engagée à appliquer
cette
convention dès l’exercice 2021.
Recommandation n°
6
: Appliquer la convention de refacturation passée avec l’EPIC
pour se faire rembourser toutes les dépenses exposées en numéraire ou en nature par le
budget communal.
Le contrôle concomitant des comptes et de la gestion de
l’EPIC Aréna Loire
par la
chambre
démontre que l’établissement présente des comptes insincères
masquant la réalité très
critique de sa situation financière et que son modèle économique n’est pas viable. La situation
de l’EPIC présente des risques juridiques et financiers élevés pour la commune qu’elle doit
identifier et prendre en compte.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les missions confiées à l’EPIC Aréna Loire ne sont pas définies précisément. Dès lors,
la commune continue à intervenir financièrement et techniquement pour des missions qui
incombent à l’EPIC. Ces interventions contreviennent aux principes de spécialité et d’équilibre
budgétaire des SPIC. La chambre recommande de clarifier le champ des missions confiées à
l’EPIC et de lui facturer les services
pris en charge pour son compte.
Les versements effectués par la commune sont parfois en décalage avec le fait
générateur, ce qui laisse penser que l’objectif est de
limiter
le montant du déficit de l’EPIC.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
31
Les modalités de calcul de la redevance que l’EPIC verse à la commune pour l’usage
des locaux ne sont pas établies clairement et son montant s’avère particulièrement faible au
regard de la surface de l’équipement. Selon l’estimation de la chambre, la redevance
représente 73 centimes au m² par an, ce qui ne correspond à aucune réalité économique.
La
commune a délibéré pour prendre en charge sur son budget les emprunts liés à la construction
de la salle Aréna Loire Trélazé, soit 1,2
M€ par an. Elle continue de prendre à sa charge les
dépenses d’investissement liés aux bâtiments gérés par l’EPIC sans les refacturer.
Le contrôle concomitant des comptes et de la gestion de l’EPIC Aréna Loire démontre
que l’établissement présente des comptes insincères
masquant la réalité très critique de sa
situation financière et que son modèle économique n’est pas viable. La situation de l’EPIC
présente des risques juridiques et financiers élevés pour la commune qu’elle doit identifier et
prendre en compte.
3
LA COMMANDE PUBLIQUE
La chambre a contrôlé 23 marchés.
3.1
L’organisation de la fonction achat
- commande publique
Un service de la commande publique mal positionné et insuffisamment doté
Le service de la commande publique est composé d’un unique agent de catégorie
C
positionné au sein de la direction des services techniques administratifs. Un positionnement
plus proche de la direction générale permettrait de placer la gestion des achats et de la
commande publique dans une dimension transversale.
Cet agent est en charge de la rédaction des pièces administratives, de l’ensemble de la
procédure (de la publicité à la notification
l’analyse des offres est effectuée par les services)
et de l’e
xécution financière et administrative des marchés. Il prend également en charge la
passation des procédures pour plusieurs autres entités
: l’EPIC Aréna Loire
, le CCAS et la
caisse des écoles.
Les moyens humains que la commune dédie à la commande publique sont insuffisants
au regard du volume des achats gérés. Au regard des responsabilités, le poste devrait être
valorisé en catégorie B ou A.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la collectivité a indiqué que des
réflexions étaient en cours sur les moyens de ce service et son rattachement à la direction
générale.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
32
Un fonctionnement du processus achat à améliorer
La commune n’a pas formalisé de stratégie en matière de commande publique.
L’organisation des achats est très informelle. Les note
s internes fournies au cours du contrôle
sont, pour l’essentiel, obsolètes et peuvent induire en erreur les services
.
La programmation des marchés publics n’est pas couplée avec la programmation
budgétaire, ce qui limite la vision à moyen et long terme de la programmation des marchés. Ce
point pourrait être amélioré notamment pour les marchés publics couvrant des besoins
récurrents.
Enfin, une partie des achats est effectuée directement dans les services par le bais de
« petites » consultations sans réel contrôle, notamment du montant des achats en fournitures et
services cumulés.
La chambre recommande à la commune de travailler sur la formalisation de ses
processus d’achats afin d’en améliorer la vision globale et de sécuriser l’ensemble du dispositif.
E
n réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué qu’un
guide interne de la commande publique était actuellement en cours de rédaction et qu’une
réflexion sera lancée sur les commandes passées hors contrôle du service de la commande
publique.
Recommandation n°
7 : Formaliser les procédures applicables en matière de
commande publique et en assurer le contrôle interne.
3.2
Une maîtrise des risques insuffisante
Un déficit d’information et de transparence en matière d’achat
3.2.1.1
Les délégations en matière de commande publique
Le maire dispose d’une délégation pleine et entière du conseil municipal concernant les
marchés publics quel que soit leur montant. Le conseil municipal lui délègue sur la période sous
contrôle la faculté « de prendre toute décision concernant la préparation, la passation,
l’exécution et le règlement des marchés et des accords
-cadres ainsi que toute décision
concernant leurs avenants, lorsque les crédits sont inscrits au budget ».
Conformément à l’article L.
2122-23 du code général des collectivités territoriales,
« Les décisions prises par le maire en vertu de l'article L. 2122-22 sont soumises aux mêmes
règles que celles qui sont applicables aux délibérations des conseils municipaux portant sur les
mêmes objets. (…) Le maire doit rendre
compte à chacune des réunions obligatoires du conseil
municipal. (…)
».
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
33
L’examen des procès
-
verbaux du conseil municipal 2019 montre qu’aucun compte
rendu en matière d’achat public n’y est effectué alors même que de grosses opérations ont été
engagées cette année-là (réhabilitation de la piscine tournesol par exemple). Les obligations
d’information des élus en matière de commande publique ne sont, par conséquent, pas remplies.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué que ce rendu-
compte était désormais effectué.
3.2.1.2
La commission d’appel d’offres (CAO) ne dispose que d’une information très
parcellaire
La composition de la CAO et sa présidence sont conformes à la règlementation
36
.
En 2019, elle s’est réunie à deux reprises
: pour ouvrir les plis et attribuer les marchés
relatifs à la fourniture de d
enrées alimentaires et prestations d’assistance technique ainsi que
celui relatif à la fourniture et l’acheminement en électricité et services associés. Peu de marchés
sont
in fine
attribués par la CAO. Cette instance n’a donc qu’une vision très parcellair
e des
achats effectués par la collectivité. L’examen des marchés publics par la chambre a révélé d’une
confusion entre la procédure adaptée et la procédure formalisée, notamment en ce qui concerne
les accords-cadres sans montant minimum et maximum. Ces derniers auraient dû être attribués
par la CAO, ce qui lui permettrait d’avoir une vision plus étendue des achats de la
commune.
3.2.1.3
La publication
des avis d’attribution
des marchés
Un avis d'attribution doit être publié pour tous les marchés passés en procédure
formalisée, ainsi que pour ceux passés en procédure adaptée en raison de leur objet, dont le
montant est supérieur à 214 000
HT (fournitures et services) et à 5 350 000
HT (travaux)
37
.
Lors de son contrôle, la
chambre n’a retrouvé qu’un seul avis d’
attribution sur le profil
acheteur de la commune. En réponse aux observations du rapport provisoire de la chambre,
l’ordonnateur
a indiqué que cet avis restait en ligne deux mois et disparaissait ensuite, sans
toutefois que la réalité de la mise en ligne soit traçable.
36 Articles L.1411-5 et L.1414-2 du CGCT.
37 Article R2183-1 : Pour les marchés répondant à un besoin d'un montant égal ou supérieur aux seuils
européens figurant dans un avis annexé au présent code, l'acheteur envoie pour publication, dans un délai maximal
de trente jours à compter de la signature du marché, un avis d'attribution dans les conditions suivantes :
1° Pour l'État, ses établissements publics autres qu'à caractère industriel et commercial, les collectivités
territoriales, leurs établissements publics et leurs groupements l'avis est publié dans le Bulletin officiel
des annonces des marchés publics et au Journal officiel de l'Union européenne ;
2° Pour les autres acheteurs, l'avis est publié au Journal officiel de l'Union européenne ;
3° Pour les marchés de services sociaux et autres services spécifiques, l'avis est publié au Journal officiel
de l'Union européenne.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
34
Des dispositifs de contrôle interne défaillants
Des outils de suivi existent mais semblent peu partagés. Il s’agit essentiellement de
tableaux de suivi pratiques à usage du responsable commande publique. De plus, ces outils de
suivi ne so
nt pas exhaustifs, augmentant de fait le risque d’erreur ou d’oubli.
À
titre d’exemple,
le marché d’assurance, dont l’exécution est directement suivie par le service support, n’apparaît
pas de ce fait dans le listing des marchés publics récurrents à renouveler.
Les risque juridiques et financiers sont élevés pour la collectivité, en premier lieu en cas
d’absence du responsable de la commande publique sur qui repose la sécurisation de l’ensemble
des procédures et des contrats, et plus globalement, en terme d
e sécurisation de l’ensemble du
processus achat.
La chambre invite la commune à revoir les processus de validation, de mettre en place
des instances de contrôle élargies et d’étendre les compétences en matière de commande
publique à d’autres agents.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune
a indiqué réfléchir à la constitution d’un binôme.
L’examen des fichiers mandats
-titres sur la période a mis en lumière des domaines
d’achat importants non couverts par des procédures de marchés
publics.
Parmi les domaines identifiés, on peut citer les prestations de nettoyage et d’entretien
de sites divers. En effet, si l’association Régie de quartiers est titulaire de plusieurs marchés de
nettoyage, elle se voit également rémunérée pour des prestations identiques hors marché pour
près de 500 000
€ sur la période 2015
-2019. Une autre entreprise intervient sur le même secteur,
pour un montant de 925 636
TTC sur la période, sans référence à aucun marché. La fourniture
de produits d’entretien pour
la cuisine centrale, pour un montant de plus 330 000
TTC, est
effectuée hors marché par une seule entreprise. De plus, plus de 392 000
TTC ont été réglés
à une entreprise pour des prestations de téléphonie. Enfin, les activités de traiteurs ou encore de
fourniture de carburant, sans être attribuées à un seul prestataire, atteignent des sommes
justifiant la mise en œuvre de procédures adaptées voire formalisées.
Une collectivité territoriale doit être en mesure de déterminer si la valeur de ses achats
dépasse les seuils prévus par le code de la commande publique. Le fractionnement des marchés
publics pour échapper aux seuils, de manière volontaire ou non, est interdit, le pouvoir
adjudicateur risquant dès lors de méconnaître les règles d’appréciation de
s seuils. Au regard
des montants importants d’achat hors marché, la chambre recommande la mise en place rapide
d’une nomenclature des achats. Sans être obligatoire, il s’agit d’un outil efficace permettant de
suivre les besoins devant être couverts par des marchés.
Recommandation n°
8
: Formaliser le recueil des besoins en matière d’achat public de
manière à s’assurer du respect des seuils
.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
35
3.3
La mutualisation des achats de la commune
et de l’Aréna Loire
Les marchés publics passés en groupement
Une convention de groupement a
été signée entre la commune de Trélazé, l’EPIC, le
centre communal d’action sociale et la caisse des écoles le 22
juillet 2015, avec la commune
comme coordonnatrice du groupement. Il apparaît que cette convention de groupement est
largement sous-employée.
Interrogée sur ses achats mutualisés avec l’EPIC, la commune de
Trélazé ne fait mention que du marché d’assurance. L’EPIC, quant à lui, fait état de deux
marchés passés en groupement avec la commune : les prestations de chauffage (pour partie) et
les assurances. En réalité,
seul le marché d’assurance a été passé en vertu de la convention de
groupement.
Lorsque la convention de groupement est utilisée, il n’y est pas fait recours de manière
efficiente. Le recensement et la définition des besoins du groupement sont défaillants.
Dans le cas du marché de fournitures administratives et scolaires conclu en 2019, il est
fait mention dans le règlement de consultation d’une convention de groupement de commande
sans plus de précision sur les membres composant ledit groupement. La question se pose donc
d’emblée de l’accès de l’ensemble des membres du groupement, et notamment de l’
EPIC qui
n’est ensuite pas cité, aux fournitures
, objet du marché. Ce marché est composé de trois lots :
lot n° 1 « fournitures scolaires, peinture, travaux manuels », lot n° 2 « librairie » et lot n° 3
« fournitures administratives ». Les lots n° 1 et n° 2 sont fléchés caisse des écoles et le lot n° 3
est fléché mairie de Trélazé. Les autres membres du groupement n’ont donc pas la possibilité
de commander sur ce marché et la commune
comme la caisse des écoles n’ont pas la possibilité
de commander sur tous les lots. Or, des commandes ont été passées hors marché par la
commune
afin d’acquérir auprès du prestataire du lot
n° 2 des livres pour la médiathèque
(2019-2020 : 18 826
€ hors marché). Il aurait été judicieux d’ouvrir
tous l
es lots à l’ensemble
des membres du groupement afin, d’une part, de se conformer à la réglementation en ayant la
possibilité de commander sur marché et, d’autre part, d’
optimiser les coûts et le temps passé
par l’administration à effectuer une consultation. Alertée sur ce point, la commune a indiqué
qu’elle y portera une attention particulière au moment du renouvellement.
La confusion des pouvoirs adjudicateurs entre la
commune et l’EPIC Aréna
Loire
L’EPIC n’est pas autonome dans la passation de ses marchés publics. La commune
intervient à plusieurs étapes des procédures de passation. La gestion du profil acheteur et
l’ensemble des opérations de publicité sont à la charge
de la commune.
Un contrôle de la régularité des pièces administratives est également effectué avant
publication par le responsable commande publique de la commune.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
36
La situation actuelle peut créer dans l’esprit des candidats une confusion, voire une
assimilation entre les pouvoirs adjudicateurs. L’identité de l’établissement partie au contrat, en
tant que personne morale indépendante de la mairie, doit pouvoir être clairement identifiée.
Comme cela a été vu dans la partie précédente, la commune prend directement à sa
charge des dépenses qui devraient être remboursées par l’établissement. Cet état de fait se
retrouve dans la passation de ses marchés publics, la commune passant des marchés de travaux
38
concernant les biens immobiliers confiés à l’EPIC.
Le marché relatif «
aux travaux de chauffage du hall de l’Aréna
» offre un exemple
probant de la confusion entre pouvoirs adjudicateurs. Le devis fourni par l’entreprise
dans le
cadre de cette consultation mentionne le « SPIC Aréna Loire » comme client, or il est signé de
M. Marc Goua en tant que maire de Trélazé. Le titulaire du marché indique, quant à lui, que le
devis est émis conformément au marché n° 2017-02. Or, ce dernier est un marché passé par
l’Aréna.
In fine
, la chambre n’a pu retrouver trace d’exécution du présent marché dans la liste
des mandats de la commune comme dans celle de l’établissement.
En réponse aux observations
provisoires de la chambre, la commune indique que la situation a été régularisée sans toutefois
apporter de pièce à l’appui.
La chambre recommande à la commune et à l’EPIC de clarifier et formaliser leurs
relations en matière de commande publique, ceci étant conditionné au fait que la commune
renforce ses équipes afin de faire face à la charge de travail. La commune a répondu à la
chambre qu’un conventionnement avec refacturation des frais était à l’étude.
Recommandation n°
9
: Formaliser les relations avec l’EPIC Aréna Loire en matière
de commande publique.
3.4
Les irrégularités relevées
Les contrôles ont porté principalement sur les marchés publics passés après 2018. En
effet, les pièces des contrats passés antérieurement ne sont pas numérisées et donc, pour
l’essentiel, non transmissibles aisément. Pour les contrô
les effectués sur les marchés postérieurs
à 2018, si les dossiers ont bien été fournis, il a été constaté que certaines pièces pouvaient
parfois manquer.
La chambre rappelle que l'acheteur doit conserver les pièces constitutives du marché
public pendant une durée minimale de cinq ans pour les marchés publics de fournitures ou de
services et de dix ans pour les marchés publics de travaux, de maîtrise d'œuvre ou de contrôle
technique à compter de la fin de l'exécution du marché public.
39
38
Cf. tableau en annexe
39
Articles R. 2184-12 et R. 2184-13 du code de la commande publique (art. 108, alinéa 1 et 2 Décret n°
2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics)
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
37
Des choix de procédures pouvant être inopportuns voire irréguliers
En premier lieu, pour des fournitures ou services récurrents, des marchés sont passés en
appel d’offres ouvert, donc en procédure formalisée, pour une durée d’une année. C’est le cas
par exemple du marché de «
fourniture de denrées alimentaires et prestations d’assistance
technique
». Un appel d’offre pluriannuel serait de nature à favoriser le jeu de la concurrence,
à améliorer les conditions proposées et à diminuer le coût administratif pour la commune.
En second lieu, plusieurs accords-cadres sans montant minimum ni montant maximum
sont passés en procédure adaptée. Or, ils devraient être passés selon une procédure formalisée
en conformité avec le code de la commande publique
40
. On peut citer le marché de « travaux
de voirie, marquage, signalisation et entretien paysager ». Outre le fait de se conformer à la
réglementation, cela permettrait également à la CAO de jouer plus régulièrement son rôle.
Enfin, certains marchés mentionnent dans les documents de la consultation le recours à
l’appel d’offres ouvert. Or la procédure revêt en réalité les caractéristiques de la procédure
adaptée (procédure mentionnée dans l’avis de publicité, supports et délais de publicité inadaptés
à l’appel d’offres ouvert, CAO non convo
quée). Si en effet,
in fine
, le montant estimé du marché
ne dépasse pas les seuils de procédure formalisée, la chambre invite la commune à ne pas utiliser
le terme d’appel d’offres dans les documents de la consultation ou les pièces du marché quand
il s’agit d’une procédure adaptée. Le code de la commande publique précise les trois cas de
procédures formalisées auxquelles appartient l’appel d’offres ouvert ou restreint
41
, l’appel
d’offres étant la procédure de droit commun. Alertée sur ce point, la commune a
répondu qu’elle
y portera une attention particulière à l’avenir.
Des anomalies dans l’analyse des offres
Afin de sécuriser l’attribution de ses contrats, la commune doit observer une plus grande
rigueur lors de l’analyse des offres. Tout d’abord, l’ensem
ble des offres remises, dès lors
qu’elles sont régulières, doivent faire l’objet d’une analyse, d’une notation et d’un classement.
Pour le marché «
Aménagement de l’accueil périscolaire La Maraîchère –
Lot n° 1 », huit offres
ont été remises, seules quatre ont fait l’objet d’une notation et d’une analyse, sans justification
explicite.
40
Article R. 2121-8 du code de la commande publique : « Pour les accords-cadres et les systèmes
d'acquisition dynamiques définis à l'article L. 2125-1, la valeur estimée du besoin est déterminée en prenant en
compte la valeur maximale estimée de l'ensemble des marchés à passer ou des bons de commande à émettre
pendant la durée totale de l'accord-cadre ou du système d'acquisition dynamique. Lorsque l'accord-cadre ne fixe
pas de maximum, sa valeur estimée est réputée excéder les seuils de procédure formalisée. ».
41
Article L. 2124-2 du code de la commande publique
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
38
Globalement, la négociation est utilisée en méconnaissance du cadre qui la réglemente,
en procédure adaptée comme en procédure formalisée. La chambre rappelle que la négociation
est prohibée en appel d’offres
42
et qu’en procédure adaptée, le recours à la négociation doit être
expressément indiqué, dès le lancement de la procédure de consultation, dans l’avis de publicité
ou dans les
documents de la consultation, afin de permettre aux candidats d’en tenir compte
lors de l’élaboration de leur offre. Or, à titre d’exemple, le rapport d’analyse des offres remises
dans la cadre de la consultation relative à «
l’aménagement et à l’extensio
n du dojo Daguerre »
laisse entendre qu’une négociation a été menée alors même qu’elle n’a pas été prévue dans le
règlement de consultation.
On note également la pratique d’attribution de notes négatives dans l
e cadre du marché
de « Réaménagement et extension du dojo Daguerre ». La chambre rappelle que cette méthode
de notation est prohibée.
43
Alertée sur ce point, la commune a répondu qu’elle y portera une
attention particulière à l’avenir.
Une exécution des contrats peu rigoureuse
Dans la plupart des marchés contrôlés, une confusion est faite entre durée du contrat et
délais d’exécution des prestations, ces derniers faisant office de durée du contrat. Or, la durée
du contrat doit englober l’ensemble des échéances
et obligations contractuelles, y compris les
obligations purement administratives ou financières. En effet, caler la durée du marché sur le
ou les délais d’exécution des prestations conduit souvent à ignorer l’existence d’engagements
satellites. Afin d’assurer la sécurité juridique de l’exécution du contrat jusqu’à son terme,
la
chambre
invite l’acheteur à bien distinguer ces deux notions.
Les modifications apportées aux contrats en cours d’exécution, notamment celles
relatives au montant du marché, ne so
nt pas toujours formalisées par la signature d’un avenant.
Sur le marché « Extension et remise aux normes du groupe scolaire Daguerre », le titulaire du
lot n°
5 (couvertures ardoises, zingueries) s’est vu payer hors marché un montant de 10
169
sur l’opé
ration en question. Si ce paiement avait été rattaché au marché comme cela aurait dû
être le cas, il aurait conduit à une augmentation de son montant de 54 %, ce qui aurait bouleversé
l’économie du contrat et donc nécessité une nouvelle mise en concurrence
.
Ce dernier constat amène à pointer un très important dysfonctionnement dans le suivi
de l’exécution des marchés publics. Pour une majorité des contrats examinés, il a été constaté
que le suivi comptable et financier des marchés n’est pas rigoureux. Deux
types de cas ont été
relevés :
des dépenses qui devraient être rattachées au marché qui les concerne et qui ne le sont pas.
42
Article L. 2124-2 «
L’appel d’offres, ouvert ou restreint, est la procédure par laquelle l’acheteur choisit l’offre
économiquement la plus avantageuse, sans négociation, sur la base de critères objectifs préalablement portés à la connaissance
des candidats ».
43
CE, 18 décembre 2012, Département de Guadeloupe, n° 362532
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
39
C’est le cas du marché de «
fourniture de denrées alimentaires et prestations d’assistance
technique » pour lequel le contrôle a mis en évidence un poids important des dépenses payées
hors marché au titulaire. Ces dépenses concernent particulièrement les achats de denrées pour
le foyer logement alors que celui-ci est bien visé par le marché.
Selon le fichier des mandats, la commune a payé 132 919,87
€ à une entreprise sur la
période 2015-2019 sans que ces dépenses soient rattachées à aucun marché. Interrogée sur ce
point, la commune
a répondu que ces dépenses avaient été effectuées sur la base d’une
convention tripartite d’une duré
e de 13 ans entre la commune, cette entreprise et un bailleur
social pour chauffer deux écoles de la commune situées dans un ensemble immobilier de
logements sociaux. La commune
en tant que personne publique a l’obligation de se soumettre
à la règlementation en matière de commande publique pour satisfaire ses besoins. Une mise en
concurrence était donc nécessaire.
Des dépenses qui ne sont pas rattachées au marché auquel elles devraient l’être.
Le marché relatif à l’«
École maternelle La Maraîchère
restructuration et extension du
groupe scolaire » en est un exemple. En effet, sur le lot n°2 un paiement de 16 689
€ mentionné
au DGD n’est pas imputé sur le marché précité et, sur le lot
n°15, un mandat de 3 971
€ est
imputé sur l’opération et sur le marché précité alors même qu’il concerne l’aménagement des
locaux de l’ensemble du Profac.
La chambre constate que la commune ne respecte pas le code de la commande publique
et lui recommande d
e s’y conformer sans tarder.
En réponse aux observations provisoires, la
commune a indiqué vouloir « faire évoluer ses habitudes de travail en interne, en mettant en
place de nouveaux outils et de nouvelles pratiques, tout en intégrant une législation en évolution
perpétuelle ».
Recommandation n°
10
: Respecter l’ensemble des règles de la commande publique.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La chambre relève un déficit important d’information et de transparence en matière
d’achat. Le maire dispose d’une délégation pleine et entièr
e du conseil municipal concernant
les marchés publics quel que soit leur montant. Toutefois, il n’effectue pas de compte
-rendu des
actes pris. Ce point a été corrigé depuis le contrôle de la chambre.
La commune ne s’est pas organisée pour recueillir les besoins en matière d’achat public
de manière à assurer le respect des seuils de procédures. De nombreuses anomalies voire
irrégularités ont été mises en évidence par les contrôles de la chambre : la commune recourt à
des procédures de marchés adaptés en lie
u et place d’appel d’offres, l’analyse des offres n’est
pas toujours réalisée conformément aux modalités retenues initialement et le suivi financier
des marchés est peu rigoureux.
La chambre appelle donc fermement la commune au respect des dispositions du code
de la commande publique.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
40
4
LES SUBVENTIONS
4.1
Les procédures d’octroi et de suivi mises en place à Trélazé
La chambre a examiné la procédure d’octroi des subventions et relève qu’elle respecte
les dispositions réglementaires. Le circuit d’attribution des
subventions récurrentes est défini
dans les notes de cadrage pour l’élaboration du budget.
La commune s’est dotée de critères d’attribution pour les associations sportives, ce qui
constitue une bonne pratique
qu’elle n’a toutefois pas développée
pour les associations
culturelles ou sociales
pour lesquelles, selon elle, il est difficile d’objectiver des critères
.
Pour les subventions exceptionnelles, une distinction est opérée selon la localisation de
l’association. Si l’association est
située à Trélazé, el
le peut bénéficier d’une aide exceptionnelle
pour des projets spécifiques
44
. La demande de subvention est étudiée par l’adjoint référent, le
maire, puis abordée lors des réunions de la majorité municipale. Elles font ensuite l’objet d’une
délibération par l
e conseil municipal. Lorsque l’association est extérieure à la commune, la
demande suit le même parcours de validation que les subventions exceptionnelles versées aux
autres associations et, à compter de 2020, fait aussi l’objet d’une étude par la commissi
on des
finances.
4.2
Les anomalies relevées par la chambre
La chambre a examiné les subventions accordées à 24 structures durant la période 2015-
2019.
La confusion entre subvention et prestation de services
La loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations
avec les administrations définit dans son article 9-1 la subvention et fixe la distinction à opérer
avec des prestations de services en ces termes : « Ces contributions [subventions] ne peuvent
constituer la rémunération de prestations individualisées répondant aux besoins des autorités
ou organismes qui les accordent. ».
La commune impute en subvention un certain nombre de versements qui sont en réalité
des prestations de services.
44
-
Organisation d’une manifestation par leurs soins ou en partenariat avec d’autres structures (par
exemple : cérémonie commémorative, événementiel sportif).
-
Participation de licenciés sportifs à des compétitions de niveau national et international.
-
Difficulté risquant de mettre la pérennité de l’association en question.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
41
Les mandatements effectués à l’association Léo Lagrange dans le cadre d’une
délégation de service public, à hauteur de 5,8 mil
lions d’euros, ont été indûment inscrits en
subvention alors que la procédure de DSP requiert une comptabilisation en prestation de
service. En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué avoir
procédé au changement d’imputatio
n.
Dans d’autres cas, la mauvaise imputation correspond à une irrégularité : la commune
aurait dû recourir à une procédure de marché public.
Des conventions de partenariat et d’objectifs ont été signées entre
deux clubs sportifs
professionnels et les commune
s d’Angers et de Trélazé.
La commune de Trélazé a financé le premier club à hauteur de 325 000
€ et le deuxième
de 400 000
€ répartis ainsi : 125
000
€ en faveur de l’action dans les quartiers, les écoles, et
600 000
€ comme « support de la
commune de Trélazé pour développer sa notoriété, dynamiser
son image, promouvoir ses atouts et ses potentiels économiques et touristiques ».
Les objectifs et contenus relatifs aux 125 000
€ correspondent peu ou prou à la définition
légale d’une subvention. En revanch
e, les 600 000
€ correspondent davantage à des prestations
publicitaires. En effet, les engagements des clubs démontrent que la prestation relève plus
d’une
logique de marché public de communication que d’une logique de subvention à une action
d’intérêt général. Ainsi, et sous réserve de l’appréciation des juridictions compétentes, cette
partie de financement correspondrait en réalité au prix d’une prestation, et basculerait dans le
champ de la commande publique, soumise aux dispositions de la réglementation des marchés
publics, mais aurait également des conséquences fiscales pour le bénéficiaire.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la collectivité reconnaît qu’elle
aurait dû recourir à des procédures de marché public.
La commune de Trélazé semblait subventionner largement plus que les communes
comparables (190
€ par habitant en 2019 contre 89 pour la strate
45
) mais une fois le retraitement
des sommes inscrites à tort en subvention effectué, le subventionnement de Trélazé par habitant
est presque divisé par deux et se rapproche de la moyenne de la strate (environ 100
€ par
habitant).
La chambre recommande à la commune de respecter la distinction entre subvention et
prestation de service en passant des marchés publics lorsque la réglementation
l’exige.
Recommandation n°
11 : Passer des marchés publics lorsque les associations
subventionnées fournissent des prestations de services, conformément à la loi
n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec
les administrations.
45
Source : fiches individuelles
Bercy Colloc
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
42
Des demandes préalables des associations non systématiques
La loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations
avec les administrations dispose que les subventions sont destinées à la réalisation d’une action
dont
l’association aura pris l’initiative, qu’elle aura définie et qu’elle se propose de mettre en
œuvre. En préalable à toute subvention, il doit donc y avoir une demande de subventionnement
de la part de l’association ou de la structure. Pour ce faire, la collectivité s’est dotée d’une
procédure de demande et de documents type.
Or, les contrôles de la chambre montrent que la procédure et les documents types mis
en place à Trélazé ne sont pas toujours respectés.
En effet, la collectivité n’a pas été en mesure
de produire cette demande initiale dans
certains cas. On peut citer par exemple l’association jeunesse pour l’action et la culture –
AJAC-
(en 2016, 2017 et 2019), la caisse des écoles sur toute la période, les clubs sportifs
professionnels UFAB et l’Etoile d’Or, Coup de Pouce en 2016 et 2017, le foyer de l’espérance
pour les subventions exceptionnelles versées en 2015 et 2016.
La collectivité a également précisé que les demandes de subventions exceptionnelles se
font très souvent lors des échanges avec les élus et agents référents, au cours des rencontres de
suivi et ne font pas systématiquement l’objet de demandes formulées à partir des documents
utilisés habituellement pour les demandes de subvention. De ce fait, ces demandes de
subvention peuvent être formalisées par courriel mais ne sont pas archivées par le service
support. De plus, il peut y avoir des versements supérieurs aux demandes des associations : par
exemple, pour l’AJAC en 2020, le foyer de l’espérance.
Selon les procédures que s’impose la co
llectivité, une demande de subvention doit
s’accompagner d’un certain nombre de pièces pour que le dossier soit recevable. Cette
obligation n’a pas toujours été respectée notamment par l’association culturelle des musulmans
de Trélazé (les demandes 2017, 2019 et 2020 ne sont pas complètes : il manque selon les années
le procès-verbal de la dernière assemblée générale, le résultat prévisionnel ou le résultat
exécuté).
La rédaction des conventions peu claire rendant difficile le contrôle
La rédaction des conventions pourrait être améliorée dans certains cas et la réalisation
de certaines clauses conventionnelles n’est pas vérifiée par la collectivité. Les points les plus
importants relevés sont les suivants :
la rédaction de la convention n’est pas complète d
ans certains cas : par exemple la part
variable versée à Trélazé Gym Club en 2016 n’est pas chiffrée;
la production par l’association de certains documents et indicateurs peut être
prévue à la
convention, en condition suspensive de paiement ou non. La réalité de cette
production n’a
pas toujours pu être constatée par la chambre :
c’est le cas de
la fédération française de
basketball
FFBB et de
l’association Vivre Ensemble (la production d’un compte d’emploi
ou d’un résultat analytique prévue à la convention n’a pas été réalisée)
;
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
43
les conditions des versements de la subvention décrites dans la convention ne sont pas
toujours respectées
: ce constat a été effectué pour la subvention 2020 de l’AJAC (la
commune a précisé que le versement avait été avancé et effectué sans les pièces justificatives
nécessaires pour tenir compte de l’impact de la crise sanitaire), pour la subvention versée à
la fédération française de basketball
FFBB (versements prévus en 2014 et 2015 alors que
la somme globale a été versée en 2015), pour le COS Trélazé (le versement au plus tard
30
jours après le vote du budget n’a pas été respecté en 2015
; la somme versée correspondant
normalement à 1 % de la masse salariale a conduit à un trop versé de 2 814,88
€).
L’emploi des subventions v
ersées doit être contrôlé plus rigoureusement
Différents points ont été relevés à la marge comme par exemple l’absence de clause
suspensive pour les aides à l’emploi en cas de rupture de contrat (associations Trélazé
Handball
et Trélazé Gym Club), un excédent non réclamé à la fin du conventionnement (40 000
€ pour
le COS Trélazé).
Le cas le plus problématique concerne l’association culturelle des musulmans de
Trélazé. La commune a versé 300 000
€ de subvention d’investissement à cette association et
la subvention annuelle de fonctionnement est en constante augmentation (de 5 000
€ en 2016 à
40 000
€ en 2020)
.
Subventions d’investissement
:
Une demande de subvention a été faite en novembre
2017 pour l’agrandissement du
centre culturel (travaux en 2018-2019), travaux dont le coût de la première tranche est estimé à
1 784 698
€ TTC, les adhérents finançant 30
% (540 000
€), le solde étant financé par des
subventions pour un montant de 1 244 600
€. Le plan de l’extension et la répartition selon la
nature de
l’activité sont joints à la demande
.
Par délibération du 25 juin 2018, la commune a octroyé une subvention de 300 000
soit près de 17 % du projet. 50 % des fonds ont été versés en 2018 sur justificatif du début des
travaux, le solde a été versé en 2019 sur attestation de réalisation de 50 % des travaux par le
maitre d’œuvre.
La commune a produit en cours de contrôle un nouveau plan de financement : le coût
est ramené à 1 700 000
€, le financement est réparti entre l’autofinancement à hauteur de
800 000
(47 % du projet), la subvention communale de 300 000
€ (17
% du projet) et un
emprunt à hauteur de 600 000
€ (35
% du projet) garanti par la commune à 50 %.
Ce schéma financier appelle les remarques suivantes :
l’autofinancement de l’association passe de
540 000
€ à 800
000
€ sans que la provenance
des fonds soit justifiée (seuls les adhérents devaient financer cette extension). La commune
n’a pas pris des assurances sur la destination finale du bien (vente à terme par exemple)
;
la commune a garanti un em
prunt sans posséder le bilan de l’association lui permettant de
vérifier sa solidité financière.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
44
Subvention de fonctionnement
La subvention de fonctionnement est passée de 5 000
€ en 2016 à 10
000
€ de 2017 à
2019 et 40 000
€ en 2020.
Les documents produits pour la demande de subvention, notamment en 2020, ne
précisent pas s’il s’agit de financer l’association dans son ensemble ou exclusivement la partie
culturelle dans la mesure où il n’y a pas de budget analytique. La collectivité a i
ndiqué sur ce
point que suite à une réunion entre les services de la commune
et l’association, le
24 novembre 2020, il avait été acté que la subvention était bien fléchée sur la partie culturelle
et que le caractère culturel des activités financées était suffisamment explicite selon elle.
De plus, les comptes de résultat produits (2017 et 2018) ne mentionnent pas la reprise
des bénéfices ou pertes sur exercices antérieurs. Ces deux exercices se sont soldés par un déficit
(6 339
€ cumulé sur ces deux exercices). Le résultat 2019 n’avait toujours pas été produit à la
fin 2020.
En l’absence de bilan, la collectivité n’est pas en mesure de connaitre le niveau du déficit
cumulé et
le niveau de la trésorerie. Le risque d’avoir à financer cette association de manière
beaucoup plus importante n’est pas évalué par la
commune.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune et l’association ont
indiqué que l’hypothèque
de l’immeuble constituait une garantie pour la collectivité. La
commune précise, qu’au vu de sa connaissance de l’association, elle était « confiante » quant à
la capacité de celle-
ci à rassembler l’autofinancement nécessaire. Il n’en demeure pas moins
que les fondements de cette confiance ne sont pas étayés par des données financières précises.
La chambre recommande à la commune de mettre en place une procédure de suivi de
l’utilisation des subventions octroyées.
Recommandation n°
12 : Mettre en place une procédure pour le
suivi de l’utilisation
des subventions octroyées.
Les relations avec la Régie des quartiers doivent être mieux encadrées
De 2015 à 2019, la commune de Trélazé a versé 1,145
M€ à l’association Régie des
quartiers dont 0,715
M€ au titre de prestations de se
rvice (dont 80 000
€ hors marché) et
0,414
M€ au titre de subventions.
4.2.5.1
Sur la durée et l’objet de la convention de subventionnement
En 2010, pour accompagner la fin de l’opération de rénovation urbaine, la
commune de
Trélazé a passé une « convention de partenariat » avec la Régie de quartiers de Trélazé pour
pérenniser l’action du chantier d’insertion. Celle
-
ci a été renouvelée jusqu’en 2018 par simple
avenant. Une nouvelle convention a été conclue en 2019. La durée de huit ans de la convention
de 2010 est excessive, il aurait fallu présenter en conseil municipal une nouvelle convention
dans un délai plus raisonnable.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
45
Le montant annuel conventionné s’élève à 66
100
€. Cependant, le montant versé de
2015 à 2019 s’élève à 414
531
€, soit 84
030
€ de plus que le montant conventionné. L’écart se
décompose comme suit :
66 100
€ versés en 2015 au titre de l’exercice 2014
; le procès-verbal de la séance du conseil
municipal du 27 juillet
2015 qui a acté ce double versement ne permet pas d’en comprendre
les raisons ;
17 930
€ versés en 2019 au titre d’une « subvention exceptionnelle »
46
.
Le contenu de la convention démontre une confusion entre la subvention et la prestation
de service. Les pièces fournies montrent que les subventions sont versées en contrepartie de
« prestations » très précisément décrites avec des objectifs et des résultats à atteindre.
La commune aurait dû passer :
soit un marché réservé
47
dont l’objectif est de restreindre l’accès à la procédure à un type
d’entreprises en particulier, celles emp
loyant des travailleurs handicapés ou défavorisés par
exemple, mais l’objet du marché est bien la réalisation de prestations de services divers. Dans
ce cas, les procédures de passation doivent être conformes aux seuils ;
soit un marché public de services sociaux et autre services spécifiques
48
. L’objet est bien la
qualification et l’insertion professionnelle de personnes en difficulté, sur lequel peut se
greffer, à titre de support, la réalisation de prestations de services. L’objectif n’est donc pas
la qua
lité du service rendu mais bien l’insertion. Ce type de marché peut être passé en
procédure adaptée quel que soit le montant estimé des besoins.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué avoir
passé en février 2021 un marché réservé
qui a été attribué à l’association.
4.2.5.2
Sur l’identification d’un engagement hors bilan dans les comptes de la
commune
La convention de subvention passée en 2019 contient une clause prévoyant : « la
commune
s’engage à confier de façon permanente des travaux
-supports au « chantier
d’insertion
» de la Régie de quartier ».
Cette clause constitue un engagement hors bilan qui devrait être retracé dans l’annexe
dédiée du compte administratif, ce qui sera réalisé, selon la commune, à partir du compte
administratif 2021.
4.2.5.3
Sur les conditions d’occupation des locaux communaux
L’association est logée dans des locaux propriété de la commune. Le contrôle de la
chambre a permis d’identifier qu’une SAS, ART’GAN, créée en 20
19 a son siège à la même
adresse que la Régie des quartiers.
46
Source : PV CM du 23/09/2019
47
Articles L. 2113-12 à L. 2113-16 du CCP
48
Article R. 2123-1 du CCP
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
46
La commune
dit n’avoir pas été
informée de cette occupation et a indiqué en réponse à
la chambre que cette société devrait être dissoute d’ici fin 2021
, ce qui a été confirmé par le
président de la société
. La chambre invite la commune à renforcer ses contrôles sur l’activité
de l’association
.
Les subventions ne sont pas retracées clairement dans les comptes
Pour une meilleure transparence des comptes et des coûts, le montant des subventions
versées et les avantages en nature accordés aux associations doivent être tracés dans les comptes
de la commune dans une annexe dédiée,
ce à quoi la commune s’est engagée.
La commune
demande à l’EPIC Aréna Loire Trélazé de mettre à disposition à titre
gracieux la mini Aréna au bénéfice des clubs sportifs résidents et des écoles et associations
locales notamment sportives et culturelles
49
. La contrepartie de cette mise à disposition gratuite
est financée par la commune au titre de sujétions spéciales. Ces avantages en nature doivent
être également précisés dans les comptes,
ce à quoi la commune s’est engagée également.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La procédure d’octroi des subventions mise en place est complète et respect
e les
dispositions réglementaires. La commune s’est dotée de critères d’attribution pour les
associations sportives, ce qui constitue une bonne pratique. Cette méthodologie n’a pas été
développée pour les associations culturelles ou sociales.
Le suivi des subventions accordées porte essentiellement sur la production des pièces
justificatives rendues nécessaires par les textes réglementaires. La commune ne se donne pas
les moyens de vérifier l’emploi des subventions versées.
Des anomalies ont été relevées portant notamment sur la confusion entre subvention et
prestation de service. Certaines subventions correspondent en réalité à des prestations de
services réalisées par les associations au profit de la commune et auraient dû faire l’objet de
marchés publics.
49
Cette demande est
retracée dans la convention signée entre la commune et l’EPIC (article 5 de la
convention de mise à disposition).
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
47
5
LA STRATEGIE EVENEMENTIELLE:
LE CLUB PARTENAIRES ET LE FESTIVAL
La commune de Trélazé mène depuis le milieu des années 1990 une politique
volontariste pour valoriser son image et dynamiser sa démographie après quatre recensements
négatifs. Cette stratégie est organisée autour des trois axes majeurs que sont le sport, la culture
et l’événementiel avec le déploiement d’événements culturels et sportifs renommés. Cette
politique se décline principalement au moyen d
un équipements structurant dont la gestion a
été confiée à l’EPIC
: Aréna Loire (les anciennes écuries des Ardoisières
transformées en
espace d’art contemporain –
et la salle Aréna Loire pouvant accueillir plus de 6 500 spectateurs)
et d’un festival annuel gratuit pour les spectateurs.
Si la commune connaît un dynamisme démographique certain depuis la fin des années
1990 (elle est passée de 10 539 habitants en 1990, à 14 658 en 2017
50
), il est toutefois difficile
de déterminer précisément ce qui revient à la stratégie liée à l’événementiel.
Selon
la commune, le festival est un vecteur de développement économique et d’emploi.
Or, elle n’a pas réalisé d’étude permettant d’établir les retombées économiques et sociales de
sa stratégie.
5.1
Le club partenaires
La politique de mécénat promue par la commune de Trélazé pour financer son festival
a démarré en 2008 et s’est accentuée en 2014 dans le cadre du «
club partenaires ».
Un club créé par le maire
Le maire de Trélazé est à l’origine de la création du
club partenaires en 2010
51
.
Il s’agit
pour une entreprise de faire un don qui emporte son « adhésion » au club partenaires pour une
année après versement du don. Au fur et à mesure de la structuration des relations avec les
mécènes, le rôle de ce club
s’est élargi au
-delà du seul financement du festival.
50
Source : INSEE
51
Source :
page
consacrée
au
Club
partenaires
sur
le
site
internet
de
la
commune :
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
48
Le site internet de la commune
52
présente les objectifs du club comme suit :
« permettre « aux 450 entreprises partenaires de valoriser et de dynamiser leur image à
travers une offre conjuguant diversité et originalité ;
diversité avec de multiples occasions de communiquer avec pertinence dans le cadre du
Festival de Trélazé, lors des manifestations programmées dans la salle de l’Aréna Loire, du
Théâtre de l’Avant
-Scène ou encore pendant les expositions aux Anciennes Écuries ;
originalité par la richesse de l
’offre qui mêle des événements aux multiples disciplines
artistiques et garantit ainsi la satisfaction de tous les publics ».
Le nombre de partenaires est croissant au fur et à mesure des années passant de 332 en
2015 à 451 en 2019.
Un fonctionnement pris
en charge par la commune et l’EPIC
Le club
partenaires ne dispose pas de structure juridique officielle et n’a donc pas de
statut. La page du site internet de l’EPIC dédiée au
club partenaires présente un membre du
conseil d’administration au titre des per
sonnalités qualifiées comme étant le président du club
partenaires. Cette même page indique le nom d’une «
responsable du club partenaires » avec
une adresse électronique de la mairie. Elle est salariée de l’EPIC, son poste a été créé en 2017,
et sa mission est de recruter et fidéliser les entreprises partenaires. Son bureau est situé à la
mairie et les frais afférents ne font pas l’objet d’une refacturation à l’EPIC.
En réponse aux
observations provisoires de la chambre, la commune s’est engagée à mettre e
n place une
refacturation.
L’animation du
club partenaires fait intervenir la commune
puisqu’une
agent de la
commune, rattachée à la direction de la culture, aide la responsable du club partenaires dans la
collecte et le suivi du versement des fonds. Les conventions conclues entre l’EPIC et les
partenaires dans le cadre du mécénat, consultées durant le contrôle, comportent souvent la
mention manuscrite : « exemplaire à retourner en mairie de Trélazé ».
Une chargée de communication et organisation événementielle à la commune intervient
pour 50 % de son temps pour le festival dont 20 % pour les relations avec les partenaires.
Trois élus de la commune, dont le maire, sont en charge de prospecter les entreprises
pour les inciter à devenir et à rester partenaires. Ils disposent d’ailleurs d’une délégation et
reçoivent les indemnités afférentes, dont une partie peut donc être imputée au titre des coûts de
gestion du club partenaires.
Les entrepri
ses sont démarchées directement par la directrice de l’EPIC, la chargée de
prospection ou les élus en charge qui appuient leur argumentaire à partir d’une plaquette de
communication et du catalogue des « offres partenaires » recensant les contreparties offertes en
fonction du montant du soutien. Il peut être observé que ces documents mettent très clairement
en avant la possibilité de déduction fiscale du montant du soutien à hauteur de 60 %.
Au final, l’animation de ce
club partenaires a coûté au moins 481 000
€ de 2015 à 2019
dont 279 000
€ pour la commune et
202 000
€ pour l’EPIC.
52
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
49
Des entreprises partenaires sont aussi prestataires de la commune
Les flux financiers entre d’une part, la
commune
et l’EPIC, et d’autre part, les
entreprises du club partenaires sont importants.
De 2015 à 2019, les partenaires ont versé globalement 5 320 140
€ à l’EPIC pour
financer le festival.
Sur la même période, certaines entreprises ont effectué des prestations et des travaux
pour la commune
et l’EPIC et ont perçu à ce tit
re plus de 23 500 000
€ (17
600 000
€ en
provenance de la commune et 5 900 000
€ en provenance de l’EPIC). 136 partenaires différents
ont effectué des prestations pour la commune pour lesquelles ils ont perçu 17 612 676
€, soit
en moyenne 129 505
€. Ces ch
iffres incluent les sommes perçues lors des exercices où les
entreprises n'étaient pas encore ou plus partenaires. Si l’on tient compte uniquement des années
où ces entreprises étaient effectivement partenaires, elles ont perçu 12 494 356
€. Ces
entreprises ont perçu en moyenne chaque année entre 17 000
€ et 35
500
€ pour des prestations
effectuées pour le compte de la commune alors qu’elles étaient
dans le même temps partenaires.
Le détail figure en annexe.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune conteste tout lien
pour une entreprise entre la qualité de partenaire et l’attribution de marchés publics. Elle fait
valoir l’absence de corrélation entre le montant perçu dans le cadre de la commande publique
et la participation des entreprises prestataires. Enfin, elle rappelle que la spécificité de la
composition du club partenaires réside dans son ancrage strictement local, qu’il s’agit très
essentiellement de TPE et PME, installées dans le département de Maine-et-Loire.
5.2
Le festival
Des relations entre la commune et l’EPIC à clarifier
5.2.1.1
La mission d’organisation du festival n’est pas confiée formellement à l’EPIC
Créé en 1996, le Festival de Trélazé est un événement musical et culturel qui se déroule
chaque été à Trélazé.
Une de ses pr
incipales caractéristiques est qu’il s’agit d’un festival entièrement gratuit
pour le public. Son financement repose sur le mécénat d’entreprises à hauteur de 800
000
€ à
1,3
M€ sur la période et sur un financement direct de la
commune de Trélazé à hauteur de
596 000
€ à 650
000
€ sur la période
2015-2019.
Porté par la commune
de Trélazé jusqu’en 2013, son organisation est confiée à l’EPIC
à compter de l’édition 2014, sans que cela se soit traduit par la rédaction d’une convention
dédiée ou par la modification des statuts. Le financement direct du festival par la commune de
Trélazé s’appuie sur une délibération annuelle mentionnant
que « la ville de Trélazé a confié
au SPIC ARENA LOIRE TRELAZE l’organisation du Festival Estival ».
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
50
L’examen de ces délibérat
ions et du fichier des mandats amène à constater en début de
période un écart entre les montants conventionnés et délibérés et les montants effectivement
versés. Le détail figure en annexe.
Des conventions ont été établies seulement au titre des années 2014 et 2015 : leur
contenu est minimal, il ne décrit pas l’action financée. Pour les années 2016 à 2019, seule une
délibération matérialise le versement de la subvention.
C’est la
commune
qui est à l’origine de l’activité financée (le festival) et elle en a
confié
l’organisation à l’EPIC. Or, aucun document n’atteste formellement de ce que recouvre
l’organisation du festival.
La convention signée le 21 août 2015 mentionne une démarche de certification des
comptes demandée
par le conseil d’administration de l’
EPIC. Cette expression est abusive dans
la mesure où le cabinet missionné l’était pour établir les comptes et non pas pour les certifier.
Il n'apparaît pas que des bilans financiers du festival soient systématiquement transmis
aux conseillers municipaux à
l’appui de la délibération. En réponse, la
commune a indiqué que
l’opposition disposait de cette information puisqu’elle est représentée au conseil
d’administration de l’EPIC. Or, l’examen des comptes et de la gestion de l’EPIC révèle
qu’aucun bilan financier et d’activité détaillé n’est présenté aux administrateurs.
La question se pose de la nature des versements de la commune
à l’EPIC pour le festival.
Ces versements correspondent davantage à une dotation qu’à une subvention. L’imputation
retenue par la commune, 674- subventions de fonctionnement exceptionnelles
paraît toutefois
adaptée au regard de la M14.
Toutefois, les statuts de l’EPIC ne mentionnent pas explicitement le festival parmi ses
missions et aucune convention
ad hoc
n’étant venue préciser
ce que la commune entend par
«
confier l’organisation du festival » à l’EPIC, le fondement juridique de ces versements
apparaît fragile.
5.2.1.2
Il subsiste une forte intervention de la commune
Selon l’expression utilisée par la directrice de l’EPIC, «
le Festival est une
co-production Ville / Arena Loire ». La direction artistique est assurée conjointement par la
directrice de l’EPIC et par le directeur de l’événementiel de la commune sans que le partage
des rôles soit défini dans une convention.
Une convention de refacturation des prestations effectuées par la commune au profit du
SPIC a été transmise au cours du contrôle. Cette convention prend effet à partir du
1
er
janvier 2015 et est renouvelable par tacite reconduction. Elle ne comporte pas de date de
signature, est autorisée par une délibération du conseil municipal en date du 19 juin 2016 et par
une délibération du conseil d’administration en date du 8
décembre 2016. Elle ne mentionne
pas expressément le festival.
Au cours du contrôle, la directrice de l’E
PIC a reconnu que les dépenses prises en charge
par la commune n’étaient pas retracées et indiqué que le récent recrutement d’un contrôleur de
gestion par la commune permettrait de « connaître précisément les coûts éventuels et procéder
au remboursement, à la suite des décisions politiques en conséquence ».
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
51
Des bénévoles interviennent dans l’organisation du festival. Leur participation est
encadrée par une charte, ce qui constitue une bonne pratique. La chambre observe que cette
charte indique que l’événe
ment est organisé par la commune
qui s’engage notamment à assurer
aux bénévoles le bénéfice d’une assurance responsabilité civile dans le cadre des activités
confiées.
Des opérations de mécénat qui comportent des risques pour la commune
5.2.2.1
Les contreparties proposées aux entreprises
Dans le but d’attirer des partenaires et mécènes, une politique active de contreparties a
été mise en œuvre.
Le mécénat se définit comme « un soutien matériel ou financier apporté sans
contrepartie directe ou indirecte de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne morale
pour l’exercice d’activité
s présentant un intérêt général
53
».
Le don ouvre droit à un avantage fiscal dérogatoire si son bénéficiaire est éligible au
régime du mécénat
54
,
ce qui est le cas des collectivités territoriales et de leurs établissements
publics. Les entreprises assujetties à l'impôt sur le revenu ou sur les sociétés peuvent ainsi
bénéficier d'une réduction d’impôt égale à 60
% du montant du versement, pris dans la limite
de 10 000
€ ou de
cinq pour mille du chiffre d'affaires lorsque le don est plus élevé
55
.
Il est admis par la doctrine fiscale qu’en l’échange de son soutien, le mécène puisse
bénéficier de certaines contreparties qui dépassent la seule association du nom de l’entreprise
donatrice
aux opérations qu’il réalise. Le bénéfice du dispositif en faveur du mécénat peut être
remis en cause s’il n’existe pas une disproportion marquée entre les sommes données et la
valorisation de la « prestation
» rendue par l’organisme bénéficiaire des dons
.
L’appréciation chiffrée de la disproportion ne repose sur aucun texte législatif ou
réglementaire et résulterait plutôt de l’interprétation
, par le ministère de la culture, de la doctrine
fiscale, qui fixe un plafond à 25 % du montant du don.
Les plaquettes de communication du club
partenaires présentent l’adhésion au
club
comme un moyen de valoriser l’image des entreprises, de renforcer leur réseau, de fédérer les
équipes et d’optimiser leur visibilité. Des paliers de dons sont établis et varient d’une a
nnée sur
l’autre, et à chaque montant correspond une «
offre partenaire » qui regroupe les contreparties
afférentes, détaillées autour de deux thématiques « visibilité » et « relations publiques/réseau ».
À titre exceptionnel, et sur demande du partenaire,
les prestations peuvent faire l’objet de
modularité (visibilité, invitations).
53
Arrêté du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière, annexe 1
54
Au titre de la loi du 1
er
août 2003, l’État, ses établissements publics et les col
lectivités territoriales font
partie des structures remplissant les conditions pour bénéficier de cette forme de financement.
55
Article 238 bis du CGI, modifié par la loi n° 2018-1317 du 28 décembre 2018, La précédente version
en vigueur de cet article prévoyait que le droit à la réduction d’impôt était égal à 60 % du montant des versements,
pris dans la limite
de 5 pour mille du chiffre d’affaires.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
52
5.2.2.2
La valeur des contreparties offertes aux partenaires en échange de leur soutien
Dans ses contrôles, la chambre a adopté une approche transversale et globale en
examinant l’ens
emble des contreparties proposées aux entreprises dans le cadre du mécénat.
Elle a évalué le coût global de ces contreparties pour la commune et l’EPIC.
Les contreparties n’étant ni valorisées dans les conventions, ni suivies par l’EPIC, la
chambre a cherché à les reconstituer. Cet examen a permis de détecter des contreparties
financées par la commune
56
, c’est le cas des frais de personnel liés à la politique emploi et de
diverses dépenses à caractère général.
D’autres contreparties ont également été financ
ées par la commune via les subventions
accordées aux clubs sportifs Etoile d’Or Saint Léonard d’Angers et Union Féminine Angers
basket.
Le premier club s’est vu octroyer 400
000
€ de subventions pour les exercices 2015 et
2016. Selon la convention, 300 000
€ étaient fléchés « comme support de la ville de Trélazé
pour développer sa notoriété, dynamiser son image, promouvoir ses atouts et ses potentiels
économiques et/ou touristiques ». Dans ce cadre, les joueurs devaient porter sur leur équipement
« le logo de la ville et/ou le logo du Club partenaires », « faire la promotion de la ville de Trélazé
et du Club partenaires » et « réserver pour les adhérents du Club partenaires de la ville de
Trélazé un certain nombre d’espaces publicitaires destinés à la panneautique de ses
annonceurs ». Les plaquettes 2015 et 2016 du club
partenaires prévoient l’octroi de places du
club en contrepartie de dons pour financer le festival.
La même logique est à l’œuvre pour l’UFAB qui a reçu 325
000
€ pour les exercices
2017 et 2018 dont 150 000
€ fléchés sur des supports de communication intégrant le
club
partenaires. La plaquette 2018 des contreparties du club partenaires mentionne bien les
«
matchs de basket UFAB » dans les « propositions du Club » sans qu’il soit précisé ce que
recouvre ladite proposition.
Il peut en être déduit qu’une des contreparties de l’adhésion au
club partenaires est en
réalité financée par la commune au travers de ces subventions alors que les versements des
entreprises partenaires sont dédiés à l’organisation du festival financé par l’EPIC.
En réponse
aux observations provisoires de la chambre, la commune indique prendre note de ces remarques
et précise que le partenariat avec les clubs sportifs
n’existe plus depuis 2018.
Selon les contrôles opérés par la chambre sur l’ensemble des contreparties proposées
aux partenaires, même en l’absence de seuil légal permettant de déterminer la bascule entre
disproportion et absence de cette dernière, leur valeur est trop importante au regard du soutien
des entreprises.
5.2.2.3
Risque relatif à la commande publique
L’entreprise «
Veuve Amiot » figure parmi les partenaires les plus fidèles et son soutien
est hors de proportion avec ceux des autres entreprises puisque de 2015 à 2019, elle a versé
230 000
€ à l’EPIC au titre du mécénat soit en moyenne 46
000
€ par an.
56
Le détail figure en annexe
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
53
La convention de partenariat 2019 a été examinée par la chambre. En sus des
contreparties habituelles figurent de
ux propositions susceptibles d’être qualifiées de prestations
de publicité et de communication :
placements des outils de communication fournis par la société Veuve Amiot lors des
opérations de relations publiques ;
invitation formalisée aux artistes à venir visiter les caves la veille ou le lendemain de leur
concert à Trélazé.
En outre, le visuel intégré dans le programme 2018 excède l’apposition d’un simple logo
puisque figure une page de publicité avec cette mention : « 5 % de réduction à la cave sur
présentation de ce visuel ».
En réponse aux observations provisoires de la chambre, l’entreprise indique assimiler
ces prestations à des relations publiques classiques.
5.3
Le soutien à l’emploi
La commune
conduit une politique en faveur de l’emploi avec deux
agents dont la
mission est de rapprocher les entreprises du c
lub partenaires des demandeurs d’emploi.
Cette action s’inscrit dans le cadre de la politique de la
commune avec le contrat de
ville
de l’agglomération angevine 2015
-2020 qui concerne les huit quartiers prioritaires de
l’agglomération dont sept se situent à Angers et un à Trélazé, le Grand Bellevue, avec 15
% de
la population trélazéenne
57
mais 34
% des demandeurs d’emploi
58
.
L’emploi et le développement économique constituent le premier pilier de ce contrat
avec l’objectif de réduire les écarts de taux d’emploi entre les territoires prioritaires et
l’agglomération angevine, en particulier au bénéfice des jeunes et des femmes.
Le document
d’évaluation du contrat à mi
-
parcours dresse un panorama du plan d’actions 2018 en faveur du
pilier emploi et développement économique. L’action emploi en lien avec le
club partenaires
fait partie des six actions recensées pour l’axe «
mobilisa
tion de réseau d’entreprises –
accès au
marché du travail
» dont l’objectif est de cibler 900 personnes et 250 entreprises.
Cette action est pensée pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises et faciliter
leur lien avec les demandeurs d’emploi. A
u-delà de la mise en relation, elle prévoit un dispositif
de suivi renforcé aux demandeurs d’emploi sortis des dispositifs classiques d’accompagnement
à l’emploi.
Pour mener à bien cette action, la commune de Trélazé a recruté deux chargées de
mission emp
loi dont l’une est davantage orientée vers la rencontre directe avec les habitants,
l’accompagnement intensif des demandeurs d’emploi et les acteurs de l’insertion et l’autre
davantage orientée vers la mobilisation des entreprises du club partenaires.
57
Source
: contrat de ville de l’agglomération angevine 2015
-2020
58
Source
: annexes du contrat de ville de l’agglomération angevine 2015
-2020, page 137
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
54
La fiche de poste de cette 2ème chargée de mission comporte des missions qui relèvent
davantage de prestations de service RH pour ces entreprises :
organisation de temps spécifiques « emploi » avec des entreprises partenaires en demande
pour leur présenter
les dispositifs existants de l’emploi
;
répondre à leurs demandes spécifiques et à leurs demandes internes de reclassement ;
aide à la rédaction de fiche de poste ;
identification des besoins précis des entreprises ;
accompagnement à la phrase de pré-recrutement.
Selon les bilans financiers fournis à l’appui des demandes de subventions, cette action
emploi a coûté 338 350
€ à la
commune de 2016 à 2019 dont plus de 84 % en charge de
personnel. L’État a subventionné cette action à hauteur de 75
%, Angers-Loire-Métropole à
hauteur de 9
% et plus marginalement la caisse d’allocations familiales. Dès lors, la charge nette
pour la commune
de Trélazé s’est élevée à 13
% des coûts totaux.
Les résultats présentés par la commune font état de 286 candidats habitant le quartier du
Grand Bellevue détectés sur la période dont 40
% l’ont été par approche directe et par les
chargées de mission de la commune. 208 personnes ont été mises en relation avec des
entreprises et 80 ont connu u
n accès à l’emploi. Toutefois, en tenant compte de l’ensemble du
territoire, les résultats sont plus élevés avec 833 offres pourvues sur la période, à 61 % par des
trélazéens.
La chambre observe que cette politique de l’emploi constitue une contrepartie
59
à
l’engagement des entreprises au
club partenaires qui est financée à 75
% par l’État et à 9
% par
Angers-Loire-Métropole. En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune
précise que 40 % des entreprises approchées ne sont pas membres du club partenaires.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La commune de Trélazé mène depuis le milieu des années 1990 une politique
volontariste pour valoriser son image. Cette politique se décline principalement au moyen des
équipements dont la gestion a été confiée à
l’EPIC Aréna et du festival annuel gratuit pour les
spectateurs.
Si le festival et la gestion du club partenaires (rassemblant les entreprises mécènes du
festival) relèvent de l’EPIC, la commune ne lui en n’a pas confié formellement la responsabilité
et continue dans les faits à intervenir.
Le financement du festival repose sur le mécénat d’entreprises à hauteur de 800
000
à 1,3
M€ sur la période et sur un financement direct de la
commune de Trélazé à hauteur de
596 000
€ à 650
000
€ sur la période. Les conditions de mise en œuvre du mécénat par l’EPIC
révèlent des anomalies.
59
Le catalogue des offres partenaires 2018 présente de manière explicite « les prestations RH :
recrutements / conseils » parmi les avantages attachés à la qualité de membre du club partenaires.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
55
Le nombre de partenaires est en augmentation passant de 332 en 2015 à 451 en 2019,
de même que le montant moyen des dons qui passe de 2 420
€ en 2015 à 2
802
€ en 2019. Sur
la période, 136 partenaires ont également été prestataires de la commune et ont perçu à ce titre
un montant moyen de plus de 129 505
€.
6
LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE
6.1
L’organisation mise en œuvre pour gérer la crise
La commune indique avoir activé
l’organigramme du Plan communal de Sauvegarde
dès le jeudi 12 mars
2020. La tenue d’un exercice en 2018, liée au risque de crue de la Loire, a
permis aux équipes de bénéficier d’une expérience en matière de gestion de crise.
Si la nouvelle équipe municipale a été élue le 15 mars
2020, elle n’a été installée
officiellement que le 26 mai 2020. La direction générale des services a transmis durant cette
période intérimaire de l’information par courriel chaque jour aux élus (anciens et nouveaux)
pour les tenir informés de la situation. Les instances internes habituelles de travail et les
instances politiques (commissions et conseils municipaux) ont repris à compter de mai 2020 et
se tiennent en visioconférence depuis septembre 2020.
6.2
Les actions menées
La commune
estime le coût des actions d’ordre sanitaire menées en 2020 pour protéger
les agents et les usagers à environ 185 850
€, compte non tenu du temps passé par les agents
municipaux. Sur cette somme, elle a obtenu un remboursement de l’État d’environ 54
650
.
Les agents ont été équipés en masques à compter de mars-avril et une distribution à la
population a été organisée par du porte-à-porte les 9 et 10 mai
2020. La commune s’est aussi
engagée dans l’achat de masques transparents pour les enseignants et ATSEM
qui devaient être
distribués début 2021.
Les subventions allouées aux associations locales ont été maintenues
60
, quelle qu’ait été
leur activité au cours de l’année.
Des dispositifs visant à équiper les familles en kits ludo-pédagogiques et matériel
info
rmatique ont été déployés, financés par l’État, la commune et par la Caisse des écoles
publiques de Trélazé.
60
Sauf situation particulière de l’AJAC
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
56
Pour lutter contre la fracture numérique et assurer la continuité pédagogique de manière
pérenne, la commune et l’association Régie de Quartiers de Trélazé, l’État et la Direction des
Services Départementaux de l’Éducation Nationale ont déployé un programme en faveur de
50 familles domiciliées sur le quartier prioritaire du Grand Bellevue. Cette initiative a permis
de leur mettre gratuitement à disposition du matériel informatique conforme aux besoins
éducatifs en juin
2020. L’action a pu être mise en place grâce aux crédits spécifiques délégués
par le ministère chargé de la ville et du logement.
Une opération de don de matériel informatique a été d
éployée à partir de l’automne 2020
pour équiper les familles en situation de déconnexion numérique, grâce notamment à un don
d’ordinateurs d’une entreprise. Cette action a fait l’objet d’une convention entre la commune
(financeur), la Régie de quartier (ré
alisation technique de l’opération) et le CCAS (repérage des
familles concernées). Le coût s’élève à 133
000
€ dont 92
000
€ pris en charge par la commune
et 41 000
€ par l’État.
Enfin, en partenariat avec la Préfecture et des associations locales, la commune a mis
en place une action nommée « Convivial’été » pour assurer l’animation du quartier en politique
de la ville pendant la période des vacances scolaires, dans un contexte où de nombreuses
familles, qui habituellement quittent le quartier pour partir
à l’étranger, n’ont pas pu partir, du
fait de la fermeture des frontières.
6.3
Les conséquences financières de la crise
La commune a fait le choix de recourir à l’étalement des charges pour les dépenses liées
à la crise.
À ce jour, la commune indique ne pas ê
tre en capacité de mesurer précisément l’impact
à moyen terme de la crise sur ses recettes. Certaines recettes ont beaucoup diminué en 2020 et
devraient connaître la même évolution en 2021 :
par exemple les recettes de location de salles,
les recettes culturelles
61
, les recettes sportives
62
et les recettes de mise à disposition de personnel
à l’EPIC Aréna Loire. Pour ces recettes, l’écart entre les prévisions et les réalisations 2020
s’élève à 80
500
€.
Les recettes liées à la restauration scolaire ont été plus fortement touchées avec un écart
entre les prévisions et les réalisations 2020 qui s’élève à plus de 156
000
€.
L’
impact sur les recettes fiscales est difficilement estimable à ce jour par les services.
Des dépenses n’ont pas été exposées en raison de la crise en 2020. L’économie estimée
s’élève à 887
500
€ dont 550
000
€ liés à l’absence de festival.
61
École de danse, entrées théâtre, adhésion médiathèque, théâtre municipal
62
Mise à disposition d’équipements sportifs, notamment au lycée professionnel Ludovic Ménard et au
collège Jean Rostand
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
57
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Durant la crise sanitaire, la commune a su trouver une organisation de gestion de crise
pour maintenir les services publics et venir en soutien à la population. Elle a distribué des
masques aux habitants début mai 2020.
Elle a su mobiliser ses partenaires pour conduire des actions visant à limiter les effets
de la crise en organisant des animations spécifiques durant l’été et en d
istribuant des
ordinateurs aux familles qui n’en disposaient pas. Cette dernière action a coûté 92
000
€ à la
commune.
La commune a pu estimer pour 2020 les coûts directs des mesures sanitaires (130 000
à sa charge), les moindres recettes (236 000
€) et
les dépenses évitées (887 500
€ dont
550 000
€ liés à l’absence de festival). Il est toutefois plus difficile de mesurer les effets à plus
long terme de la crise économique sur les recettes.
7
LA SITUATION FINANCIERE
7.1
La formation de l’épargne
Les produits de gestion sont en hausse de 4,5 % de 2015 à 2019
Sur la période sous contrôle, les produits de gestion sont en augmentation de 4,5 % et
atteignent près de 17
M€ en 2019, ils sont constitués cette année
-là à 45,3 % de ressources
fiscales, à 33,7 % de ressources institutionnelles, à 10 % de fiscalité reversée et à 10 % de
ressources d’exploitation.
La dynamique des ressources fiscales a permis de compenser la légère diminution des
ressources institutionnelles et la baisse de 27
% de l’attribution de compensa
tion liée aux
transferts de compétences en 2016 vers Angers-Loire-Métropole.
7.1.1.1
Des ressources fiscales dynamiques grâce à une politique active d’urbanisation
Le produit des ressources fiscales de la commune a augmenté de 2,6 % par an de 2015
à 2019, soit + 11 % sur la période. Elles sont composées en 2019 à 90 % des taxes foncières et
d’habitation, à 7
% des droits de mutations à titre onéreux, 3 % la taxe locale sur la
consommation d’électricité, puis de taxes diverses dont le produit est plus marginal.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
58
La
politique active d’urbanisation de la commune a permis d’augmenter sensiblement
les bases fiscales de 2015 à 2020 : + 18 % pour la taxe sur le foncier bâti et + 20 % pour la taxe
d’habitation. Ainsi, en dépit d’une diminution du taux de la taxe sur le fon
cier bâti en 2019 puis
en 2020, le produit des taxes ménages a augmenté de 9,35 % sur la même période.
Par rapport à la moyenne de la strate, le taux de taxe d’habitation est moins élevé en
2019 (14,98 % contre 16,66 %) et celui de la taxe foncière plus élevé (28,98 % contre 22,58 %).
Le choix de la commune
de conserver un taux modéré de taxe d’habitation la pénalise
dans la mesure où la suppression progressive de la taxe d’habitation décidée en loi de finances
pour 2018 diminuera ses marges de manœuvre en
matière de recettes. Selon le calcul de la
chambre, le point de TH s’élève à environ 173
000
€ en 2019
63
.
Le produit des droits de mutation à titre onéreux a augmenté de 9,8 % par an de 2015 à
2019, soit + 45,3 % sur la période. Cette évolution reflète le dynamisme du marché de
l’immobilier local.
7.1.1.2
La fiscalité reversée
L’attribution de compensation
La
commune
de
Trélazé
perçoit
une
attribution
de
compensation
d’Angers
-Loire-Métropole qui correspond à la différence entre la fiscalité économique et les
charges
transférées. Le montant de l’attribution de compensation est en diminution sur la
période du fait des transferts de compétences successifs à Angers-Loire-Métropole (voirie,
éclairage public, eaux pluviales, GEMAPI
64
, etc.). Il passe de 1 278 719
€ en 2015
à 877 216
en 2019.
La dotation de solidarité communautaire
La dotation de solidarité communautaire correspond à un versement par ALM aux
communes dont le calcul est effectué de la manière suivante :
une part fixe (figée depuis 2000) : la dotation pour fiscalité antérieure
65
(55 % du total) qui
est issue de l’ancien district et ne concerne que les communes adhérentes en 2000
66
;
une part variable: la dotation de solidarité variable (45 % du total) recalculée chaque année
en fonction des données fiscales des communes.
Un tel mode de calcul ne respecte pas l’esprit péréquatif de la dotation et est susceptible
de pénaliser la commune de Trélazé dont le potentiel fiscal et le potentiel financier par habitant
sont inférieurs respectivement de 25 % et 18 % à celui des communes de la strate en 2020.
La loi de finances pour 2020 précise les modalités de calcul de la DSC qui doit
désormais tenir compte majoritairement des indicateurs liés au revenu par habitant et aux
potentiels fiscal et financier par habitant.
63
Calcul : 1/100 x bases nettes de TH
64
Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations
65
Réparti en fonction du poids de chaque commune dans le produit fiscal districal 2000.
66
Cette partie de la DSC vient selon la commune d’Angers compenser un manque à gagner des communes
lors de la mise en place de la TEOM en 2001 (ROD 2019 commune d’Angers).
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
59
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué que des
réflexions sur la définition des modalités de calcul de la DSC ont été engagées par ALM en
2021.
Le fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales
La commune est bénéficiaire de ce fonds dont le montant est en augmentation sur la
période.
7.1.1.3
Des ressources institutionnelles stables
Les ressources institutionnelles sont restées stables sur la période, elles sont composées
en 2019 à 76 % de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et pour le reste de
financements, principalement d’État, sur la prise en charge de contrats aidés, d’actions
financées par la politique de la ville, de soutien aux activités périscolaires et de compensation
de perte de fiscalité.
Le produit de la DGF reste stable sur la période, la diminution de la dotation forfaitaire
jusqu’en 2017 étant compensée par l’augmentation de la dotation de solidarité urbaine et de la
dotation nationale de péréquation. La chambre observe toutefois que le produit total de la DGF
exprimé en € par habitant est en nette diminution, passant de 308
€ en 2015 à 286
€ en 2019.
7.1.1.4
Des ressources d’exploitation en hausse
Les ressources d’exploitation comprennent les redevances liées aux services
périscolaires et
d’enseignement
. Elles sont en augmentation sur la période principalement du
fait du remboursement par ALM des mises à disposition de personnel pour l’éclairage et la
voierie, du remboursement de prestations de services effectuées auprès du CCAS et plus
mar
ginalement du remboursement par l’EPIC Aréna Loire de la mise à disposition d’agents.
Elles correspondent donc pour une large part à des remboursements de dépenses exposées.
Les charges sont maîtrisées avec + 1,5 % de 2015 à 2019
Sur la période sous contrôle, les charges de gestion sont maîtrisées (+ 1,5 %), elles sont
constituées en 2019 à 45 % de charges de personnel, à 30 % de charges à caractère général et à
23,3 % de subventions.
7.1.2.1
La contractualisation avec l’État
Les articles 13 et 29 de la loi de programmation des finances publiques 2018-2022
prévoient que les dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales et de leurs
groupements à fiscalité propre progresseront, dans leur ensemble de 1,2 % par an (base 2017).
Les collectivités et groupements dont les dépenses réelles de fonctionnement sont supérieures
à 60
M€ doivent solliciter la conclusion avec l’État d’un contrat
(dit de Cahors) définissant les
mesures destinées à assurer la compatibilité des perspectives financières avec l’objectif de
c
ontribution à l’effort de réduction du déficit public et de maîtrise de la dépense publique
portant sur les exercices 2018 à 2020. En cas de non-respect, les collectivités peuvent faire
l’objet d’une reprise financière allant jusqu’au montant des dépenses
dépassant le taux
d’évolution de 1,2
%.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
60
La commune de Trélazé, bien que ne relevant pas du périmètre de contractualisation
obligatoire, a adhéré à ce dispositif de manière volontaire
67
. L’objectif est de faire reconnaître
sa capacité à maîtriser ses dépense
s de fonctionnement pour, si possible, bénéficier d’une étude
attentive de ses financements de la part de l’État
68
et également de faire reconnaître ses
spécificités démographiques, socio-économiques et urbanistiques, qui nécessitent le
développement d’acti
ons et de services spécifiques. Un contrat a été signé le 27 juin 2018 entre
l’État et Trélazé, lequel prévoit les dispositions suivantes
:
compte tenu de l’évolution des dépenses de fonctionnement sur la période 2014
-2016
supérieure à celle de l’ensemble
des communes (+ 4,6 % contre - 0,61
%), de l’évolution
annuelle de la population supérieure à la moyenne nationale et du revenu moyen par habitant
inférieur de plus de 20 % à la moyenne des collectivités, le taux directeur retenu est de
1,35 % ;
le besoin de financement (nouveaux emprunts minorés des remboursements de dette) est fixé
à - 1 986 308
M€ en 2018,
- 2 045 955
M€ en 2019 et –
2 108 423
M€ en 2020.
Le périmètre des dépenses de fonctionnement prises en compte inclut les charges de
gestion, les charges financières, les charges exceptionnelles et les provisions. La base de calcul
retenue pour appliquer le taux directeur de 1,35
% est le volume des dépenses de l’année 2017.
Évolution des dépenses réelles de fonctionnement
2017
2018
2019
contrat
13 998
628 €
14 187
609 €
14 379
142 €
réalisé
13 998
628 €
13 635
850 €
13 825
435 €
évolution
-2,59%
1,39%
Source
: CRC, d’après les données fournies par la Préfecture de Maine
-et-Loire
Les objectifs fixés ont été largement atteints dans la mesure où fin 2019, les dépenses
se sont élevées à 553 000
€ de moins que le plafond.
La chambre observe que ce respect a été
facilité par la forte diminution des charges financières dont le montant mandaté en 2017 était
gonflé de 332 054,65
€ du fait du paiement des intérêts 2015 non payés à échéance d’un prêt
69
.
Par ailleurs, la renégociation de certains emprunts en 2016 a conduit à allonger leur durée et
par conséquent à réduire le montant annuel des taux d'intérêt. De ce fait, sauf nouvel emprunt,
le montant des frais financiers diminuera chaque année, ce qui facilite le respect du contrat.
67
Au total, ce sont 16 collectivités qui ont adhéré au dispositif de manière volontaire, selon le rapport sur
les Finances publiques locales 2019 de la Cour des comptes, juin 2019
68
Source : rapport sur les orientations budgétaires 2018
69
Prêt n° MIS277724 EUR ayant f
ait l’objet d’un protocole transactionnel avec la CAFIL le 23
mars 2016
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
61
7.1.2.2
L’évolution des principaux postes de charges
Les charges à caractère général augmentent en moyenne de 1,9 % chaque année avec
un pic en 2016 (+ 12,8
%) qui s’explique en grande partie par des dépenses concernant l’Aréna
Loire (paiement de la taxe foncière, sujétions particulières versées pour l’utilisation des
anciennes écuries), par des prestations d’entretien de terrains et d’esp
aces verts et par la location
de panneaux lumineux pour certaines rues.
Les charges de personnel ont augmenté en moyenne de 1,4 % chaque année. Le manque
de fiabilité des données RH n’a pas permis d’expliciter cette évolution.
Les autres charges de gestion sont en diminution à compter de 2017, principalement
sous l’effet de l’arrêt du versement direct à ALM d’une «
participation pour financer le
transport
» qui a été intégrée à l’attribution de compensation.
Les charges exceptionnelles s’élèvent à plus de
3,3
M€ de 2015 à 2019 dont 95
%
correspondent à la contribution de la commune versée à l’ARENA Loire pour le financement
du festival.
Une capacité d’autofinancement brute en augmentation
L’augmentation plus rapide des produits de gestion (+
1,1 % en moyenne annuelle de
2015 à 2019) que des charges de gestion (+ 0,4 % en moyenne annuelle de 2015 à 2019) induit
une augmentation de la capacité d’autofinancement brute sur la période, qui passe de
2 470 524
€ en 2015 à 3
725 303
€ en 2019.
Toutefois, le poids élevé du remboursement en capital de la dette diminue
significativement la part de l’épargne qui peut être utilisée pour financer les investissements
:
de 2015 à 2019, les deux tiers de cette épargne ont dû être consacrés aux annuités en capital de
la dette.
La capacité d’autofinancement nette était même négative en 2015 (
- 350 537
€), elle est
passée à 1 679 348
€ en 2019 à la faveur de la renégociation et de la sécurisation des emprunts
et grâce à la maîtrise des charges de gestion.
La
dynamique
fiscale
a
beaucoup
pesé
dans
cette
évolution
positive
de
l’autofinancement. Si les ressources fiscales avaient été stables, la capacité d’autofinancement
nette en 2019 aurait été près de deux fois inférieure. En ce sens, la réforme de la fiscalité locale
pourrait « gripper » le modèle financier de la commune
de Trélazé basé sur l’élargissement des
bases.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
62
7.2
Les dépenses d’investissement et leur financement
Les dépenses d’investissement
Le volume des dépenses d’investissement sur la période 2015
-
2019 s’élève à 14
M€ soit
une très nette diminution par rapport à la période 2010-2014 (45,4
M€) caractérisée par la
construction de la salle Aréna Loire qui a coûté à elle-seule 24,58
M€.
La commune a indiqué à la chambre que les besoins d’investissement
étaient moindres
sur la période du fait d’un patrimoine communal neuf ou restauré. Le haut niveau d’endettement
de la commune ne lui aurait de toute façon pas permis de maintenir un haut niveau
d’investissement
car dans le même temps, la commune a remboursé 10
M€ de capital de dettes.
La compétence "solidarités" d'Angers-Loire-Métropole inclut la construction d'écoles et
de restaurants scolaires qui de fait ne relèvent plus de la prise en charge des communes. Trélazé
a été concernée dans la période sous contrôle par la construction de la zone élémentaire du
groupe scolaire Aimé Césaire
70
et la construction d’un groupe scolaire dans le quartier de la
Quantinière
71
dont le coût global estimé des travaux par ALM s’élevait à 4
M€ hors taxes. Cette
intervention d’ALM est d’autant plus déterminante pour Trélazé que la commune compte la
part de moins de 15 ans la plus élevée en comparaison avec la strate : 21,7 % contre 20 % pour
Loire-Authion, 18 % pour les Ponts-de-Cé et 16,4 % pour Avrillé.
Le financement de l’inv
estissement
La première source de financement de l’investissement sur la période est en première
lecture l’endettement (32,25
% des recettes d’investissement sur la période). Or, de 2015 à
2019, le recours à l’endettement n’a pas servi à financer directeme
nt les investissements de la
commune mais la renégociation des emprunts risqués dont les coûts ont été pris en charge par
l’Etat
(voir partie consacrée à la dette).
La deuxième source de recettes d’investissement pour 30,90
% est constituée du fonds
de com
pensation de la TVA, des fonds affectés à l’équipement (taxe d’aménagement, amendes
de police) et des subventions reçues. Viennent ensuite les cessions (11,24 %) et la ponction sur
le fonds de roulement (5 %).
La chambre observe que les recettes issues des cessions ne sont pas forcément
reproductibles à l’avenir à un niveau aussi élevé
, ce à quoi la commune souscrit tout en
indiquant qu’elle dispose d’actifs qui pourraient encore faire l’objet de cessions dans les années
à venir.
70
Rapport d’activité 2014 et 2015 ALM
:
71
Rapport d’activité 2018 ALM
:
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
63
Les subventions d’investissements perçues proviennent en premier lieu de l’État, ensuite
de la Région, des fonds européens, d’Angers
-Loire-Métropole et du département de Maine-et-
Loire. La commune a su capter les recettes issues du fonds de soutien à l’investissement local
(FSIL) créé par la loi de finances pour 2016 et les fonds en augmentation consacrés à la dotation
d’équipement des territoires ruraux (DTER). Ces financements participent de la volonté de
l’État de relancer l’investissement public local.
Analyse de quelques opér
ations d’investissement
Le taux de subventionnement des dépenses d’investissement, c’est
-à-dire le montant des
subventions d’investissement reçues rapporté au total des dépenses d’investissement s’élève
pour Trélazé à 31 % sur la période 2015-2019.
La cham
bre a examiné six opérations d’investissement
72
qui ont représenté à elles-seules
55 % des dépenses de la période 2015-2019, soit 7,75
M€. Ces opérations ont concentré 86
%
des subventions d’investissement perçues sur la période. Le taux de subventionnement
73
s’élève
de 28 % à 72 % avec un taux moyen à 48 %.
Sans l’intervention de ces financeurs extérieurs et en premier lieu l’État, la commune
de Trélazé n’aurait pas pu mener à bien ses investissements. La commune
assume cette stratégie
de mobilisation des financements extérieurs et précise dans les rapports des orientations
budgétaires, que les investissements prévus seront réalisés en fonction
de l’obtention de
financements dédiés.
7.3
La situation bilancielle
L’excédent des ressources stables (réserves,
dotations, dettes financières) sur les
emplois stables (immobilisations) représente le fonds de roulement qui finance le besoin en
fonds de roulement dégagé par le cycle d’exploitation de la commune (différence dans le temps
entre encaissements et décaissements).
Le fonds de roulement a connu un pic en 2017 du fait des opérations de refinancement
de dettes en 2016 et de la comptabilisation du fonds de soutien en charge à répartir. La commune
a pu prélever sur son fonds de roulement en 2017 et 2018 pour financer ses investissements
sans recourir à l’emprunt. Après avoir atteint un niveau très bas en 2018, il est reparti à la hausse
en 2019 sous l’effet d’une augmentation plus rapide des recettes d’investissement que des
emplois.
Le besoin en fonds de roulement négatif depuis 2017 vient conforter la trésorerie.
L’encaissement en 2017 et en 2018 de recettes liées à des ventes de terrain avant l’émission des
titres est venu particulièrement creuser le besoin en fonds de roulement ces années-là.
72
Cf tableau en annexe
73
Taux de subventionnement des dépenses d’investissement = montant des subventions d’investissement
reçues / dépenses d’investissement
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
64
La trésorerie est toujours positive sur la période et représente 54 jours de charges
courantes en 2019, ce qui est satisfaisant.
7.4
La gestion de la dette
Le précédent rapport de la chambre rendu public en 2014 relevait un endettement élevé
avec une exposition importante aux emprunts risqués (38 % de la dette fin 2013). Il comportait
la recommandation d’engager un débat sur la structure de la dette et la politique d’emprunt.
Cette recommandation a été mise en œuvre avec l’organisation d’un débat sur la
structure de la dette lors de la présentation du rapport d’orientation budgétaire qui comporte
une partie documentée sur la dette. Toutefois, le contenu du rapport d’orientation budgétaire
2017 est particulièrement peu disert sur les conséquences financières des renégociations des
emprunts risqués qui se sont tenues en 2016.
Un encours élevé, une dette coûteuse
7.4.1.1
Un encours élevé
De 2015 à 2019, l’encours de la dette de la commune de Trélazé est passé de 25,4
M€ à
25,98
M€, soit une augmentation de 2,29
%, avec un pic à près de 32
M€ en 2016 lié au
refinancement d’un emprunt structuré dont les coûts sont en partie pris en charge par le fonds
de soutien mis en place par l’État. Hors ce refinancement, aucun emprunt nouveau n’a été
contracté. Dans le même temps, le poids des dettes financières dans le bilan s’est accru : il est
passé de 18 % en 2015 à 19,5 % en 2019.
La part des emprunts à risque
s’élevait
à 20 % au 31/12/2019 et sera ramenée à 0 au
31/12/2021 après la sécurisation du dernier emprunt risqué
(cf. infra)
.
La maîtrise de la section de fonctionnement a permis d
’améliorer
la capacité de
désendettement qui s’élève à 7 années d’épargne brute en 2019 contre 10,3 années en 2015.
Exprimé en euros par habitant,
pour l’exercice 2019
74
, l’encours total de la dette est plus
de deux fois supérieur à la moyenne de la strate (1 775
€ contre 850
€), il en va de même pour
l’annuité de la dette (221
€ contre 108
€).
74
Source : DGFIP, fiches individuelles des communes
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
65
7.4.1.2
Une dette coûteuse en frais financiers
Plus de 75 % de
l’encours au 31/12/2019 est exposé à taux fixe et 42
% ayant été
contracté avant 2013, la collectivité n’a pas pu bénéficier à plein de la baisse des taux. De ce
fait, les conditions financières des prêts sont peu favorables comparées aux conditions actuelles
de marché. Si l’on rapporte les frais financiers payés en 2019 au capital restant dû au
31/12/2018, le taux moyen pour 2019 s’élève à 4,24
%, 2,11 % déduction faite du fonds de
soutien. Or, selon l’observatoire de la dette Finance active
75
, le taux moyen des nouveaux
emprunts contractés en 2019 payé par les communes et EPCI de moins de 20 000 habitants
s’élevait à 0,73
%.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, la commune a indiqué à la
chambre qu’elle sollicitait régulièrement des révisio
ns de taux auprès des banques, ce qui lui a
permis fin 2020 de renégocier son dernier emprunt structuré.
7.4.1.3
Le choix des amortissements progressifs accroît les annuités de la dette
Fin 2019, l’encours de dette est composé à 97,26
% de prêt à amortissement progressif :
le montant du capital à rembourser s’accroît d’année en année
et les frais financiers (dépenses
de fonctionnement) décroissent.
Ainsi, le capital à rembourser
(dépenses d’investissement)
passera de 2
M€ en 2019 à
2,6
M€ en 2026 soit une augmentat
ion de 24 %.
La sécurisation des emprunts structurés
7.4.2.1
Fin 2015, les élus ne disposaient pas d’une information claire sur les prêts
risqués souscrits par la commune
Au 31/12/2015, la commune était exposée à des prêts risqués cotés F6, soit des prêts
dont la commercialisation n’est plus autorisée
76
, pour près de 30 % de son encours. Si les
décisions conduisant à cette forte exposition au risque sont antérieures à la période sous contrôle
de la chambre, les informations données aux élus en 2015 étaient très incomplètes.
Les données figurant en annexe du compte administratif 2015 ne reflètent pas
correctement les engagements de la commune en matière d’emprunts risqués puisque des prêts
avaient été
refinancés avec des conditions de durée, de taux et d’indice changées.
75
le-taux-fixe/?abo=1
76
Charte de bonne conduite entre les établissements bancaires et les collectivités locales, dite « Charte
Gissler », 2009
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
66
7.4.2.2
Les renégociations menées en 2016 et l’intervention du fonds de soutien
Le 21 mars 2016, le conseil municipal a autorisé
77
la signature d’un protocole d’accord
transactionnel avec la CAFFIL, la SFIL et Dexia qui prévoit le refinancement de la tranche
risquée
d’un prêt. Si le capital restant dû de ce prêt s’élevait à 3,4
M€, la commune a emprunté
11,4
M€ à 4,96
% pour procéder au paiement partiel de l’indemnité compensatrice dérogatoir
e.
L’indemnité pour remboursement d’emprunt risqué est donc incluse dans les conditions
financières du nouvel emprunt. Les charges liées aux indemnités de remboursement anticipé de
la dette refinancée sont étalées sur 12 ans, soit un montant annuel de 648 333,33
€.
La commune
a sollicité le fonds de soutien pour financer l’indemnité compensatrice
dérogatoire. Une convention avec le préfet de Maine-et-Loire a été signée en date du
24 juin 2016 laquelle prévoit le versement de 7,772
M€ en 13 échéances de 201
6 à 2028 de
0,597
M€.
Cette aide de l’
État correspond à 0,157
M€ près au montant de l’indemnité de
remboursement anticipé. La commune ne prend donc à sa charge que les intérêts du nouvel
emprunt et cette somme de 0,157
M€.
7.4.2.3
La sollicitation du fonds de soutien dans le cadre du dispositif dérogatoire
Pour un autre prêt risqué
78
, le choix a été fait de ne pas renégocier mais de solliciter
l’aide du fonds de soutien dans le cadre du dispositif dérogatoire
79
permettant la prise en charge
partielle des intérêts dégradés pour une période de trois ans. Ce dispositif peut être prorogé par
période de trois ans jusqu’en 2028.
La commune a fait le choix d’activer ce dispositif : une convention avec le
préfet de
Maine-et-Loire a été signée en date du 27 mai 2021 laquelle prévoit le versement de 442 112
en 8 échéances de 55 264
jusqu’en 2028
.
La chambre recommande à la commune d’inscrire le concours du fonds de soutien
instauré pour les collectivités territoriales et certains de leurs établissements publics ayant
souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque en engagement hors
bilan au titre des engagements reçus, conformément à la M14. La commune a indiqué son
accord avec cette recommandation.
Recommandation n°
13 : Inscrire le concours du fonds de soutien instauré pour les
collectivités territoriales et certains de leurs établissements publics ayant souscrit des
contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque en engagement hors bilan
au titre des engagements reçus, conformément à la M14.
77
Délibérations n° 2 et n° 3, séance du 21 mars 2016
78
n° MIS277143EUR
79
Prévu à l’article 6 du décret modifié n°
2014-444 du 29 avril 2014
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
67
7.5
Exercice 2020 et prospective financière
Outre les effets de la crise sanitaire, les années à venir vont être marquées par les effets
de la réforme de la fiscalité locale et des mouvements opérés au sein de la communauté urbaine.
La suppression progressive de la taxe d’habitation sur les résidences principales
jusqu’en 2023 a pour effet de geler les taux au niveau de ceux appliqués en 2019. En 2021, la
perte de cette recette sera compensée par le transfert de la taxe foncière sur les propriétés bâties
affectée jusqu’alors aux départements. Afin de garantir une compensation égale à l’euro près,
un mécanisme sera mis en place par l’État pour neutraliser les sur ou sous
-compensations. La
commune ne pourra
donc pas utiliser à l’avenir le levier de la hausse du taux de taxe d’habitation
pour augmenter ses marges de manœuvre financière.
En réponse aux observations provisoires
de la chambre, la commune précise que le mécanisme de compensation ne tenant pas compte
de l’ensemble des exonérations de taxe foncière sur l’habitat social, elle s’en trouvera pénalisée.
Le transfert de la compétence éclairage public au SIEML
80
depuis le 1
er
janvier 2020, la
prise en charge par ALM de la voierie à compter du 1
er
janvier 2021 auront des effets sur les
montants des flux financiers avec ALM dont les versements vers la commune diminueront
puisque les compétences seront effectivement mises en œuvre au niveau communautaire.
Ces
flux seront neutralisés en dépenses et en recettes.
La commune a abordé la crise sanitaire de 2020 dans une situation financière favorable
avec un autofinancement conforté. Toutefois, la progressivité des remboursements en capital
de la dette limite les marges pour l’avenir et conduit la commune à poursuiv
re la limitation de
ses dépenses de fonctionnement pour dégager suffisamment d’épargne de manière à rembourser
l’emprunt et investir.
La formation de l’épargne
Sous l’effet des conséquences économiques de la crise sanitaire, les ressources
d’exploitation ont fortement diminué en 2020. Il est fait l’hypothèse qu’elles retrouveront leur
niveau de 2019 en 2021.
Selon la prospective financière établie par la chambre jusqu’en 2024,
les produits de gestion qui avaient augmenté de 4,5 % de 2015 à 2019, augmenteraient moins
vite (+ 4,3
%) sous l’effet principalement de la moindre dynamique fiscale. La commune table
sur 18 000
habitants à l’horizon 2030 sachant que les différentes opérations immobilières en
cours seront livrées plutôt à partir de 2025. Pour ces proje
ts, les programmes d’accession privée
sont privilégiés car le développement du parc social est déjà important.
Les charges de gestion devraient connaître une augmentation plus dynamique du fait de
l’évolution des charges de personnel qui devraient
augmenter de 2,5 % par an, notamment pour
tenir compte des remarques de la chambre pour renforcer l’encadrement.
80
Syndicat intercommunal d’énergies de Maine
-et-Loire
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
68
L’accroissement du montant du capital de la dette à rembourser contraindra fortement
la capacité d’autofinancement disponible pour financer les besoins d’investissement. La
capacité d’autofinancement brute (CAF brute) de la commune connaîtrait une légère diminution
dans les années à venir. Le volume important des remboursements en capital d’emprunt
viendrait significativement diminuer la capaci
té d’autofinancement nette, soit l’épargne
affectée directement au financement des investissements, qui serait divisée par trois de 2019 à
2024.
L’investissement et son financement
Le PPI de la commune prévoit un niveau d’investissement 2020
-2024 supérieur à la
période précédente : 20,5
M€ contre 14,18
M€ sur 2015
-2019.
La capacité à réaliser ces investissements supposera
le maintien d’un niveau élevé de
subventions
principalement de l’État, notamment dans le cadre des participations dédiées au
plan de rela
nce. D’ores et déjà, la commune a obtenu des aides dans le cadre du plan de relance
pour trois projets représentant 45 % des dépenses estimées.
______________________ CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Depuis le dernier contrôle de la chambre en 2014, la situation financière de la commune
s’est améliorée. Les charges de fonctionnement ont été maîtrisées et ont augmenté moins vite
que les produits qui ont bénéficié de la dynamique des bases fiscales. L’épargne de gestion est
par conséquent en hausse. La commune a adhéré volontairement au dispositif de
contractualisation de l’évolution de ses dépenses de fonctionnement engagé par l’État
, dit
contrat de Cahors
. Le volume des dépenses d’investissement sur la période 2015
-
2019 s’élève
à 14
M€, soit une très nette diminution par rapport à
la période 2010-2014 (45,4
M€)
caractérisée par la construction de la salle Aréna Loire qui a coûté 24,58
M€. La commune a
pu continuer à investir grâce à un taux de subventionnement élevé de ses projets, en premier
lieu de l’État.
L’encours de la dette re
ste élevé, plus de deux fois supérieur à la moyenne de la strate.
Les aides apportées par l’
État
pour sécuriser les prêts risqués permettent d’en diminuer le coût.
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
69
ANNEXES
Annexe n° 1. Les annexes du compte administratif
..............................................................................
70
Annexe n° 2.
Les relations avec l’EPIC Aréna Loire Trélazé
..............................................................
71
Annexe n° 3. La commande publique
...................................................................................................
72
Annexe n° 4. Le Club partenaires
.........................................................................................................
73
Annexe n° 5. Le Festival
.......................................................................................................................
74
Annexe n° 6. Le mécénat
......................................................................................................................
75
Annexe n° 7.
La politique de l’emploi
..................................................................................................
76
Annexe n° 8. La situation financière
.....................................................................................................
77
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
70
Annexe n° 1.
Les annexes du compte administratif
Analyse des annexes du compte administratif 2019
Annexe
Observations relevées par la chambre
État de la dette - Répartition par nature de dette
(Annexe A 2.2)
La date mobilisation, l’index, la devise, la possibilité de
remboursement anticipé, l’existence d’une couverture ne
sont pas renseignés
État de la dette - Typologie de la répartition de
l’encou
rs (Annexe A 2.4)
Les prêts hors A01 sur la charte Gissler ne sont pas
renseignés
État des dépenses et recettes des services
assujettis à la TVA (Annexe A 7.2)
Annexe non renseignée alors que des opérations sont
inscrites dans les comptes de TVA. De même,
l’annexe C
3.4 n’est pas renseignée
Travaux en régie (annexe A 11)
annexe non renseignée alors qu’il y a des travaux en régie
pour 114 510 €.
État des emprunts garantis par la commune
(annexe B 1.1)
Selon les renseignements obtenus auprès des organismes
bancaires, il y a un écart sur le total du capital restant dû
(1 400
000 €), des différences sur les bénéficiaires et les
termes de l’engagement, il n’a pas été possible de
rapprocher tous les emprunts de la CDC
États des engagements donnés et reçus (annexes
B 1.5 et B 1.6)
ces annexes ne sont pas renseignées
Liste des concours attribués à des tiers en nature
ou en subventions (annexe B 1.7)
annexe non renseignée
État
des recettes grevées d’une affectation
spéciale (annexe B.3)
annexe non renseignée (amendes de police par exemple)
État du personnel (annexe C 1)
Les colonnes « effectifs pourvus sur emplois budgétaires »
ne semblent pas renseignés en ETPT. Le tableau
complémentaire des agents non titulaires au 31/12/N est
incomplet
Actions de formation des élus (annexe C.12
annexe non renseignée alors que le compte 6535 est utilisé
Liste des organismes dans lesquels a été pris un
engagement financier (annexe C.2)
annexe incomplète
Liste des organismes de regroupement auxquels
adhère la commune (annexe C 3.1)
annexe non renseignée
Source : CRC
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
71
Annexe n° 2.
Les relations avec l’EPIC Aréna Loire Trélazé
Recettes versées à
l’EPIC Aréna par la commune de Trélazé
2015
2016
2017
2018
2019
Total 2015-
2019
Subvention festival
578 606
561 398
596 190
596 100
650 000
2 982 294
dont au titre de participation
du festival 2014
290 081
290 081
Sujétions
323 526
495 655
137 168
349 059
181 220
1 486 628
dont sujétions Aréna Loire
323 526
277 225
105 668
298 559
1 004 978
dont sujétions Anciennes
écuries
230 250
50 500
69 747
350 497
dont sujétions
manifestations écoles et
associations
31 500
73 307
104 807
dont sujétions
manifestations ville
22 722
22 722
dont vœux du maire
15 444
15 444
TOP 8
70 953
41 800
112 753
dont convention de
partenariat TOP 8
25 000
25 000
50 000
dont contrat de licence TOP
8
25 000
25 000
dont convention achats de
places TOP 8
20 953
16 800
37 753
TOTAL
902 132
1 057 053
733 358
1 016 112
873 020
4 581 674
Poids des versement de la
ville dans les recettes de
fonctionnement
41,53%
42,11%
29,41%
36,64%
29,35%
35,47%
Source
: CRC, d’après les comptes de l’EPIC
Les flux financiers de l’EPIC à la commune
2015
2016
2017
2018
2019
Mise à disposition d’un agent
61 933
39 150
39 733
44 189
loyer ARENA
39 756
39 291
40 000
40 000
REFACTURATION SCE
TECHNIQUE
18 836
5 817
26 146
Source
: CRC d’après fichier mandats EPIC ARENA
La mise à disposition au titre de l’exercice 2017 a été payée en 2018 et depuis le décalage
persiste.
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
72
Annexe n° 3.
La commande publique
Marchés passés et payés par la commune concernant l’EPIC
objet
titulaire
procédure
base HT
Total TTC
date de
notification
durée
en
mois
MOE local aréna SOUVENIR
D'UN FUTUR
SOUVENIR
MAPA
39
600 €
47
520 €
10/11/2018
24
mission géotechnique ARENA
FONDASOL
MAPA
3 200,00 €
3 840,00 €
14/11/2018
1
mission SPS ARENA
AMC
MAPA
1 400,00 €
1 680,00 €
19/11/2018
24
306_contruction d'un local
multifonctionnel ARENA
SOMBAT
LES FACA
AO
264 750,00 €
321 564,00 €
23/04/2019
5
306 : espace multifonctionnel
ARENA, mission CT
SOCOTEC
CONSTRU
MAPA
2 200,00 €
2
640,00 €
09/05/2019
10
Travaux de chauffage Hall de
l'ARENA
DALKIA
MAPA
39 330,30 €
47 196,36 €
10/09/2019
3
Source : Liste des marchés publics passés par la commune de Trélazé
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
73
Annexe n° 4.
Le Club partenaires
Coût de gestion du Club partenaires
Financement
2015
2016
2017
2018
2019
Charges de personnel
dont Mme X (100% de son
temps)
EPIC
28 779
33 937
31 374
35 571
30 617
dont Mme X (20% de son
temps)
COMMUNE
8 304
9 960
11 397
11 588
12 927
dont Mme x (20% de son
temps)
COMMUNE
2 689
dont Mme X (2/12ème de
son temps)
EPIC
7 836
8 439
8 790
9 029
8 249
Indemnités brutes des élus
en charges du suivi des
partenariats (50% du temps
des 2 conseillers délégués, le
maire n'est pas compris
dans le calcul)
COMMUNE
8 453
8 453
8 453
8 453
8 453
60% des frais de personnel
des chargées de mission
emploi (source : bilan de la
politique emploi Commune
COMMUNE
31 105
44 318
46 391
49 147
Frais généraux
COMMUNE
et EPIC
non indentifiables
TOTAL
61 357
91 894
104 332
112 032
112 082
Montant perçu au titre du
mécénat (compte
administratif)
803 600
960 800
1 140
375
1 151 725
1 263 640
coûts de gestion
7,64%
9,56%
9,15%
9,73%
8,87%
Source
: CRC, d’après fichiers mandats et titres et réponses de la
commune
Montants moyens payés par la commune aux partenaires les années de leur adhésion
au Club partenaires
2015
2016
2017
2018
2019
Nombre de partenaires de N ayant
effectués des prestations pour la
Commune en N
79
95
90
79
91
Montant moyen perçu de la commune par
un partenaire de l’année en €
17 029
20 056
34 283
35 446
33 575
Source
: CRC, d’après les fichiers de l’EPIC pour les listes de partenaires et la liste des mandats de la
commune
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
74
Annexe n° 5.
Le Festival
Montants versés par la commune à l’EPIC
au titre du festival
en €
2015
2016
2017
2018
2019
Total
général
Montant conventionné en
N au titre de l'année N
561 398
596 190
596 100
650 000
2 403 688
en 2015 au titre de 2014
416 139
416 139
en 2016 au titre de 2015
114 805
114 805
total conventionné
416 139
676 203
596 190
596 100
650 000
2 934 632
Montant versé
773 606
561 398
596 190
596 100
650 000
3 177 294
Ecart
versé
-
conventionné
357 467
-114 805
242 662
Source
: CRC d’après les conventions et le fichier des mandats de la
commune
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
75
Annexe n° 6.
Le mécénat
Coûts partiels des contreparties figurant dans les comptes de la commune
Prise en
charge de la
dépense
€ TTC
2015
2016
2017
2018
2019
COMMUNE
frais de personnel des chargées de
mission emploi (60%
81
du total)
31 105
44 318
46 391
49 147
COMMUNE
Dépenses prises à caractère général
prises en charge par la commune
(source : fichier des mandats, objet
comportant le terme "partenaires")
1 628
13 656
14 757
34 363
COMMUNE
Subvention au Club Etoile d’Or Saint
Léonard
d’Angers
200 000
200 000
COMMUNE
Subvention au Club Union féminine
Angers basket
200 000
125 000
COMMUNE
Dépenses à caractère général
Montants non estimés
Source : comptes de la commune, réponse aux questions
81
Selon la commune, 60% des entreprises participant à l’action emploi sont également membres du club
partenaires
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
76
Annexe n° 7.
La politique de l’emploi
Résultats
de l’action emploi sur tout le territoire
2016
2017
2018
2019
2016-2019
nombre d'entreprises contactées
201
358
494
636
1 689
nombre d'offres collectées
143
363
562
778
1 846
nombre de CV transmis
408
1 023
1 455
1 810
4 696
Nombre d'offres d'emploi pourvus
66
172
254
341
833
dont habitants de Trélazé
16
55
192
246
509
dont habitants du QPV Trélazé
13
39
146
182
380
Source : commune de Trélazé
COMMUNE DE TRÉLAZÉ
77
Annexe n° 8.
La situation financière
Produits de gestion
en €
2015
2016
2017
2018
2019
Var.
annuelle
moyenne
Ressources
fiscales
propres
(nettes des restitutions)
7 083 624
7 301 003
7 250 500
7 519 119
7 846 227
2,6%
+ Ressources d'exploitation
1 365 841
1 490 036
1 608 762
1 736 240
1 890 997
8,5%
= Produits "flexibles" (a)
8 449 465
8 791 039
8 859 263
9 255 359
9 737 224
3,6%
Ressources
institutionnelles
(dotations et participations)
5 641 362
5 408 465
5 467 448
5 431 265
5 516 722
-0,6%
+
Fiscalité
reversée
par
l'interco et l'Etat
1 926 026
1 578 257
1 585 765
1 588 249
1 549 634
-5,3%
= Produits "rigides" (b)
7 567 388
6 986 722
7 053 213
7 019 514
7 066 356
-1,7%
Production
immobilisée,
travaux en régie (c)
170 429
185 990
226 673
182 620
114 510
-9,5%
= Produits de gestion (a+b+c
= A)
16 187 281
15 963 752
16 139 150
16 457 493
16 918 090
1,1%
Source
: CRC, d’après les comptes de gestion
La fiscalité reversée
en €
2015
2016
2017
2018
2019
Var.
annuelle
moyenne
Attribution de compensation brute
1 278 719
936 008
945 620
927 123
877 216
-9,0%
+ Dotation de solidarité
communautaire brute
442 196
406 311
411 733
419 905
420 269
-1,3%
+ Fonds de péréquation (FPIC)et de
solidarité
205 111
235 938
228 412
241 221
252 149
5,3%
= Fiscalité reversée par l'Etat et
l'interco
1 926 026
1 578 257
1 585
765
1 588 249
1 549 634
-5,3%
Source
: CRC, d’après les comptes de gestion
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
78
Les ressources institutionnelles
en €
2015
2016
2017
2018
2019
Var.
annuelle
moyenne
Dotation Globale de
Fonctionnement
4 159 451
3 980 977
3 959 729
4 081 618
4 177 900
0,1%
Dont dotation forfaitaire
2 277 260
1 990 669
1 871 849
1 910 345
1 919 947
-4,2%
Dont dotation
d'aménagement
1 882 191
1 990 308
2 087 880
2 171 273
2 257 953
4,7%
Autres dotations
2 808
0
0
0
0
-100,0%
FCTVA
0
0
0
504
2 115
Participations
1 161 110
1 145 380
1 180 671
921 931
838 759
-7,8%
Dont Etat
278 238
233 342
369 884
415 387
353 328
6,2%
Dont régions
500
0
0
0
0
-100,0%
Dont départements
0
0
1 257
3 208
0
Dont communes
800
400
400
800