Sort by *
3-5, rue de la Citadelle 57000 METZ – T 03 54 22 30 49 – E-mail : grandest@crtc.ccomptes.fr
RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES
REGIE HAGANIS
(Département de la Moselle)
Exercices 2013 et suivants
Le présent document a été délibéré par la chambre le 2 mars 2021
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
1/61
SOMMAIRE
SYNTHÈSE
....................................................................................................................................
3
RAPPELS DU DROIT
.....................................................................................................................
4
RECOMMANDATION
.....................................................................................................................
4
1.
PROCEDURE
..........................................................................................................................
5
2.
PRESENTATION DE LA REGIE
..............................................................................................
5
3.
LA GOUVERNANCE
................................................................................................................
7
3.1
Les instances dirigeantes
......................................................................................................
7
3.2
L’organisation des services
....................................................................................................
8
3.3
La politique qualité environnement mise en
œ
uvre par Haganis
............................................
8
4.
LA FIABILITE DES COMPTES
................................................................................................
9
4.1
Le compte financier
................................................................................................................
9
4.2
Le règlement budgétaire et financier
....................................................................................
10
4.3
Les inventaires et les amortissements.
................................................................................
10
4.4
Le rattachement des charges et des produits
.......................................................................
11
4.5
Les restes à réaliser
.............................................................................................................
12
4.6
Les provisions
......................................................................................................................
13
4.6.1
Les provisions pour risques et charges sur emprunts (compte 1521, non budgétaire)
.....
14
4.6.2
Les provisions pour renouvellement des immobilisations (compte 1561 non budgétaire) 15
4.6.3
Les provisions pour gros entretien et grandes révisions (compte 15721, non budgétaire)15
4.7
Le taux d’exécution budgétaire de la période 2013 à 2018
..................................................
16
4.7.1
Le budget réseaux et traitement de l’eau
.........................................................................
16
4.7.2
Le budget traitement des déchets
...................................................................................
17
5.
LA SITUATION FINANCIERE DE LA REGIE
.........................................................................
19
5.1
La situation financière du budget traitement des déchets
.....................................................
19
5.1.1
Le chiffre d’affaires
..........................................................................................................
19
5.1.2
La valeur ajoutée
.............................................................................................................
20
5.1.3
L’excédent brut d’exploitation
..........................................................................................
21
5.1.4
La capacité d’autofinancement
........................................................................................
22
5.1.5
L’encours de la dette au 31 décembre 2018
....................................................................
22
5.1.6
La renégociation des emprunts à risque et les attributions du fonds de soutien
..............
24
5.1.7
Les investissements
........................................................................................................
26
5.1.8
Le fonds de roulement et la trésorerie
.............................................................................
28
5.2
La situation financière du budget réseaux et traitement de l’eau
..........................................
29
5.2.1
Le chiffre d’affaires
..........................................................................................................
30
5.2.2
Les autres ressources d’exploitation
...............................................................................
32
5.2.3
La valeur ajoutée
.............................................................................................................
33
5.2.4
L’excédent brut d’exploitation
..........................................................................................
34
5.2.5
La capacité d’autofinancement
........................................................................................
35
5.2.6
L’encours de la dette au 31 décembre 2018
....................................................................
35
5.2.7
Le fonds de roulement et la trésorerie
.............................................................................
37
5.3
Conclusion sur la situation financière des deux budgets annexes de la régie Haganis
........
38
6.
LA GESTION DES DECHETS
...............................................................................................
39
6.1
Le plan régional de prévention et de gestion des déchets
....................................................
39
6.2
L’évolution du tonnage des déchets entrants
.......................................................................
39
6.3
La valorisation énergétique et l’unité de valorisation énergétique (UVE)
..............................
40
6.3.1
La performance énergétique de l’UVE de la régie Haganis
.............................................
41
6.3.2
Le régime d’autorisation d’exploitation de l’UVE
..............................................................
41
6.3.3
La constitution de garanties financières
...........................................................................
41
6.3.4
L’incinération des déchets
...............................................................................................
42
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
2/61
6.3.5
Le fonctionnement de l’unité de valorisation énergétique
................................................
42
6.3.6
Le traitement et la valorisation des mâchefers
.................................................................
43
6.3.7
Les résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères
....................
44
6.4
Le contrat de fourniture d’eau déminéralisée
.......................................................................
45
6.5
Le contrat de fourniture de vapeur
.......................................................................................
45
6.5.1
La quantité de vapeur produite par l’UVE et vendue à la centrale de Chambière
............
46
6.5.2
Les caractéristiques de la vapeur
....................................................................................
46
6.5.3
Les plans de productions
.................................................................................................
46
6.5.4
Le prix de la fourniture de vapeur
....................................................................................
47
6.6
La tarification
.......................................................................................................................
49
6.7
Les déchèteries
...................................................................................................................
51
ANNEXE 1 : Organigramme de la régie Haganis
..........................................................................
53
ANNEXE 2 : Dépenses liées à la certification
...............................................................................
54
ANNEXE 3 : La fiabilité des comptes
............................................................................................
55
ANNEXE 4 : L’analyse financière
..................................................................................................
57
ANNEXE 5 : Le traitement des déchets
........................................................................................
61
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
3/61
SYNTHÈSE
Le contrôle des comptes et de la gestion de la régie Haganis, située à Metz, a porté sur les
périodes 2013 à 2018.
Depuis sa création en 2001, Haganis, régie autonome de Metz Métropole, est chargée de la
gestion et de l’exploitation de deux services publics à caractère industriel et commercial de nature
distincte, l’assainissement et le traitement des déchets, ce qui est contraire au cadre légal et
réglementaire qui impose l’exploitation d’un seul service public par régie.
Le compte financier présenté en conseil d’administration est incomplet, ce qui nuit à la
complète information de ses membres et des usagers.
Par ailleurs, les restes à réaliser en investissement figurant dans les états établis par
l’ordonnateur ne correspondent pas à la définition donnée par les textes en vigueur et apparaissent
surévalués.
Certaines provisions ne sont pas justifiées et doivent être reprises.
La faiblesse des taux d’exécution budgétaire en dépenses d’investissement traduit une
insincérité des prévisions budgétaires et conduit à la constitution d’excédents disproportionnés.
L’ensemble de ces anomalies a eu pour conséquence de fausser l’information délivrée aux
usagers et à la collectivité de rattachement.
Les excédents d’exploitation ont doublé sur la période. La capacité d’autofinancement du
budget traitement des déchets a progressé de 65 % entre 2013 et 2018 et le fonds de roulement
consolidé représentait 455 jours de charges courantes. En parallèle, la capacité d’autofinancement
du budget assainissement a progressé de près de 65 % sur la période. Le fonds de roulement
représentait plus de deux ans de charges de gestion en 2018. Les recettes des services sont donc
déconnectées des besoins de financement. Il n’existe aucun plan pluriannuel d’investissement qui
pourrait expliquer la constitution de telles réserves.
L’unité de valorisation énergétique contribue depuis 1970 à l’alimentation du réseau de
chauffage urbain de la commune de Metz. L’Usine d’Electricité de Metz achète la vapeur produite
par l’incinération des déchets à la régie Haganis. Cette vapeur a été utilisée à 100 % sur la période
de contrôle
.
Le prix de vente est révisé de façon non conforme aux dispositions contractuelles et
n’est pas corrélé au prix de revient.
Sur la période, l’unité de valorisation énergétique a fait l’objet de contrôles réguliers, tant par
les associations de défense de l’environnement que par la préfecture. Son activité industrielle
s’inscrit dans le cadre des seuils réglementairement prévus.
Pour assurer une meilleure utilisation de ces capacités, elle traite de manière croissante les
déchets d’autres collectivités ou clients privés dans des conditions non conformes à la jurisprudence
notamment concernant la tarification appliquée.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
4/61
RAPPELS DU DROIT
N° 1 : Créer une régie par service public, juridiquement et financièrement autonomes l'une par
rapport à l'autre, conformément à l’article L. 1412-1 du code général des collectivités
territoriales.
...........................................................................................................................
7
N° 2 : Joindre au compte financier la totalité des annexes prévues par l’article R. 2221-51 du
code général des collectivités territoriales afin d’assurer la complète information du conseil
d’administration.
...................................................................................................................
10
N° 3 : Etablir un inventaire physique par budget, conformément aux instructions budgétaires
et comptables M4, Titre 3, chapitre 4, paragraphe 2 Le suivi des immobilisations.
...............
11
N° 4 : En application de l’article R. 2311-11 du code général des collectivités territoriales,
inscrire en restes à réaliser uniquement les dépenses pour lesquelles il existe un engagement
juridique.
..............................................................................................................................
13
N° 5 : Conformément à l’instruction budgétaire et comptable M4, justifier les provisions pour
gros entretien et grandes révisions par un plan pluriannuel d’entretien.
...............................
16
N° 6 : Evaluer de façon sincère les recettes et les dépenses des budgets annexes réseaux et
traitement de l’eau et traitement des déchets, conformément à l’article L. 1612-4 du code
général des collectivités territoriales.
....................................................................................
19
RECOMMANDATION
N° 1 : Fixer un prix de vente de vapeur en lien avec le coût de revient.
................................
48
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
5/61
1.
PROCEDURE
Le contrôle des comptes et de la gestion de la régie Haganis porte sur les exercices
2013 et suivants. Il a été ouvert par lettre du 14 mars 2019 du président de la chambre au
directeur de la régie, en fonction sur toute la période de contrôle. Par courrier du même jour,
le président du conseil d’administration a également été informé de l’ouverture du contrôle.
L’entretien précédant les observations provisoires prévu à l’article L. 243-1 du code
des juridictions financières a eu lieu le 28 janvier 2020 entre le rapporteur et l’ordonnateur en
fonction.
Le rapport d’observations provisoires a été transmis dans son intégralité à
l’ordonnateur en fonction et au président du conseil d’administration le 21 septembre 2020.
Des extraits ont été également transmis aux personnes nominativement ou explicitement
mises en cause.
Après avoir examiné les réponses reçues, la chambre a arrêté le 2 mars 2021 les observations
définitives ci-après qui portent sur la fiabilité des comptes, la situation financière et la gestion
des déchets.
2.
PRESENTATION DE LA REGIE
L’article 1 des statuts définit l’objet de la régie comme suit :
«
La mission de la régie est d'assurer la gestion et l'exploitation technique et commerciale des
services confiés par la communauté d’agglomération de Metz métropole en matière
d’assainissement.
En outre, la régie pourra avoir comme activité le traitement des ordures ménagères, la mise
en décharge des déchets ultimes ainsi que les opérations de transport, de tri ou de stockage
qui s’y rapportent.
La régie Haganis exercera ses missions conformément au plan départemental d'élimination
des déchets ménagers et assimilés, approuvé par arrêté préfectoral n° 2000-AG /2-301
du 26 septembre 2000, à l’arrêté préfectoral modifié n° 2000-AG/2-116 du 20 avril 2000 et à
l’arrêté préfectoral n° 2006-AG-194 autorisant la régie HAGANIS à poursuivre l’exploitation du
centre de valorisation de déchets ménagers et assimilés de Metz.
A cet effet, Haganis pourra conclure des conventions avec des communes non membres de
la communauté d’agglomération Metz Métropole (CA2M) ou des établissements publics
conformément aux articles L. 5216-7-1 et L. 5215-27 du code général des collectivités
territoriales, afin de participer à l’exécution du plan départemental d'élimination des déchets
ménagers et assimilés.
De plus, la régie pourra exercer, dans le respect de la réglementation pertinente en vigueur,
des missions purement accessoires à celles définies ci-dessus. »
La régie assure de fait, depuis sa création en 2001, la gestion de deux services publics
(l'assainissement et le traitement des déchets) de nature distincte.
Or, il résulte des articles L. 1412-1 et L. 1412-2 du code général des collectivités
territoriales que les régies, qu'elles soient dotées de la seule autonomie financière ou qu'elles
bénéficient par ailleurs de la personnalité juridique, n'ont vocation à assurer l'exploitation que
d'un seul service public ; celui-ci pouvant être à caractère administratif ou à caractère industriel
et commercial. Par exception, l’alinéa 2 de l’article L. 1412-1 précité prévoit que
« lorsqu'elle
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
6/61
est assurée à l'échelle intercommunale par un même établissement public de coopération
intercommunale ou un même syndicat mixte, l'exploitation des services publics de l'eau et de
l'assainissement des eaux usées ou de la gestion des eaux pluviales urbaines peut donner
lieu à la création d'une régie unique, dotée de la personnalité morale et de l'autonomie
financière…
».
La gestion du traitement de l’eau et celle du traitement des déchets ne peuvent donc
pas être assurées par une régie unique.
Alors que cette irrégularité avait été relevée dans le rapport d’observations définitives
de la chambre régionale des comptes de Lorraine du 13 septembre 2005, elle n’a pas été
corrigée. Selon les services de la régie, la conservation de la régie unique répondrait à des
objectifs de rationalisation et d’optimisation des deux services publics, assainissement et
traitement des déchets, se rapportant à la santé publique et à la protection de l’environnement
et permettrait le développement de synergies, une évolution de carrière des personnels entre
les deux activités à caractère industriels, et une mutualisation des services supports.
La chambre relève que la création d’une régie par service public ne fait pas obstacle à
ce qu’une réflexion commune soit conduite sur les actions menées par les services réseau et
traitement de l’eau et déchets.
Elle souligne que le respect de cette obligation législative permet de garantir que les
résultats des différents services publics industriels et commerciaux soient conservés au
bénéfice de leurs usagers respectifs, conformément au principe selon lequel le coût d'un
service doit être répercuté sur ses seuls usagers, ces derniers devant pouvoir bénéficier des
résultats excédentaires ou supporter un éventuel déficit de l'activité.
Elle relève que le défaut de création d’une régie dotée de l’autonomie juridique et
financière par activité industrielle et commerciale prive chaque activité d’un conseil
d’administration, d’instances de gouvernance spécifiques et d’une gestion financière séparée.
Elle rappelle l’obligation, conformément à l’article L. 1412-1 du code général des
collectivités territoriales, de créer deux régies distinctes.
L’ordonnateur et le président du conseil d’administration de la régie Haganis
expliquent, dans leur réponse, que cette interprétation de l’article L. 1412-1 est restrictive. La
création de deux régies est, en effet, contestable en droit et s’oppose à la pratique admise
depuis des décennies qui est celle d’une seule régie assurant deux services publics à
caractère industriel et commercial distincts. Créer deux régies distinctes aurait ainsi, selon
eux, pour conséquence de complexifier l’organisation actuellement retenue par Haganis et
d’entraver les capacités de mutualisation et d’énergie.
La chambre précise qu’en l’état actuel du droit, la gestion de deux services publics à
caractère industriel et commercial par une seule régie est contraire aux textes. L’article
L.1412-1 du CGCT prévoit que « les collectivités territoriales, leurs établissements publics, les
établissements publics de coopération intercommunale ou les syndicats mixtes, pour
l'exploitation directe d'un service public industriel et commercial relevant de leur compétence,
constituent une régie soumise aux dispositions du chapitre I
er
du titre II du livre II de la
deuxième partie ». La seule exception admise par le législateur est l’exploitation, par une régie
unique, des services public de l’eau et de l’assainissement des eaux usées ou de
l’assainissement des eaux pluviales urbaines (cf. article L. 1412-1 alinéa 3).
Dans le cas d’Haganis, la création d’une régie unique pour gérer deux services publics
distincts n’est pas autorisée par la loi. L’indépendance financière de chaque service n’est pas
garantie, la trésorerie étant commune à la gestion des déchets, et au traitement des eaux
usées.
La régie Haganis, établissement public à caractère industriel et commercial, se
caractérise également par son principe de spécialité. Il garantit la régie contre les
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
7/61
empiétements éventuels d'autres personnes morales mais il limite également son champ
d'action à chaque mission qui lui est assignée par la collectivité créatrice.
Rappel du droit n° 1 :
Créer une régie par service public, juridiquement et financièrement
autonomes l'une par rapport à l'autre, conformément à l’article L. 1412-1 du code général
des collectivités territoriales.
3.
LA GOUVERNANCE
3.1
Les instances dirigeantes
L’article R. 2221-2 du code général des collectivités territoriales dispose que les régies
dotées de la personnalité morale sont administrées par un conseil d’administration, un
président et un directeur.
D’après les statuts, le conseil d’administration de la régie comporte 28 membres
répartis en deux collèges, 18 membres élus par le conseil communautaire et 10 membres
désignés par ce même conseil, au regard de leur compétence ou de leur situation particulière
en fonction du service public rendu. Parmi ces derniers, au moins un membre est désigné
dans les catégories suivantes :
-
représentants des usagers ;
-
personnes qualifiées ;
-
représentants du personnel.
La chambre constate que ce conseil d’administration est commun aux deux activités.
Cette organisation conduit à réduire de fait la représentation des usagers, des
personnes qualifiées et des représentants du personnel de chaque service géré. Elle implique
aussi que les personnes représentant chacune de ces trois catégories soit, s’expriment sur
des sujets concernant le service autre que celui au titre duquel ils ont été désignés et donc
pour lesquels ils ne sont pas légitimes, soit s’abstiennent sur lesdits sujets.
Les articles L. 2221-10
1
et R. 2221-21
2
du code général des collectivités territoriales
définissent la procédure de nomination d’un directeur d’une régie dotée de la personnalité
morale gérant un service public industriel et commercial qui s’applique également dans le cas
d’un renouvellement de mandat d’un directeur.
Ainsi, la nomination du directeur par le président intervient après la désignation de
celui-ci par délibération du conseil municipal, sur proposition du maire, conformément à l’article
L. 2221- 10 du code général des collectivités territoriales. Le président du conseil
d’administration de la régie se trouve donc en situation de compétence liée.
L’actuel directeur général de la régie a été désigné par délibération du bureau de
Metz Métropole du 10 septembre 2012. Il occupe ses fonctions depuis le 16 octobre 2012.
Par délibération du 23 septembre 2020, le nouveau conseil d’administration de la régie
a reconduit les délégations accordées au directeur général.
1
« Les régies dotées de la personnalité morale et de l'autonomie financière, dénommées établissement public
local, sont créées, et leur organisation administrative et financière déterminée, par délibération du conseil municipal.
Elles sont administrées par un conseil d'administration et un directeur désignés dans les mêmes conditions sur
proposition du maire.
Un décret en Conseil d'Etat détermine, en tant que de besoin, les modalités d'application du présent article ainsi
que les modalités particulières applicables aux régies créées pour l'exploitation de services d'intérêt public à
caractère administratif ».
2
« Le président du conseil d'administration nomme le directeur désigné dans les conditions prévues à l'article
L. 2221-10. Il met fin à ses fonctions dans les mêmes formes, sauf dans les cas prévus à l'article R. 2221-11 ».
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
8/61
3.2
L’organisation des services
Les services de la régie sont placés sous l’autorité du directeur général, supérieur
hiérarchique direct des directeurs et responsables de services. Au 31 décembre 2018,
272 agents étaient employés par la régie, la majorité relevant du régime de droit privé
(180 agents). 92 personnes sont des agents de la fonction publique territoriale mis à
disposition de Haganis par Metz Métropole.
L'organigramme se présente sous forme de "bannière" (ou râteau), distinguant deux
grandes directions, elles-mêmes divisées en départements ou bureaux et un service études
et travaux (annexe 1). Ce dernier, ainsi que la direction des exploitations et la direction
administrative et financière sont directement rattachés au directeur général de la régie.
Les bureaux qualité environnement, sécurité et prévention, communication, affaires
juridiques et ressources humaines sont sous l’autorité directe du directeur général.
La régie Haganis est maître d’ouvrage des travaux réalisés sur les ouvrages et les
réseaux d’assainissement. Le service études et travaux, directement rattaché au directeur
général, assure la maîtrise d’
œ
uvre des projets retenus par le conseil d’administration
d’Haganis. Pour ce faire, il dispose des bureaux études, mesures physiques, S.I.G (systèmes
d’information géographique) et travaux.
La direction des exploitations est la plus importante de la régie. Au 31 décembre 2018,
elle totalisait 219 agents. Divisée en deux départements, assainissement et déchets,
eux-mêmes
partagés
en
pôles,
elle
regroupe
l’essentiel
des
services
dédiés
aux deux missions de service public
3
assurées par la régie.
La direction administrative et financière regroupe l’ensemble des fonctions support
dédiées au fonctionnement de la régie. Elle assure ainsi la direction des bureaux systèmes
d’information, budget, finances et contrôle de gestion, comptabilité, achats/marchés publics,
secrétariat du conseil d’administration et assurances ainsi que l’accueil, courrier, archives et
reprographies. Chacun de ces bureaux est dirigé par un chef de bureau.
3.3
La politique qualité environnement mise en
œ
uvre par Haganis
Exerçant des missions de service public dans des secteurs soumis à la concurrence
(assainissement et traitement des déchets), la régie Haganis a choisi de faire certifier, par un
organisme extérieur
4
(l’Association Française pour l'Amélioration et le management de la
Qualité - AFAQ), son aptitude à assurer son activité, en conformité à la fois aux exigences des
clients, aux prescriptions légales et réglementaires et à la recherche d’économies
énergétiques.
Suite à différents audits menés par AFAQ, la régie Haganis a obtenu les certifications
suivantes, pour les services assainissement et le centre de valorisation des déchets :
ISO 9001
5
, ISO 14001
6
et ISO 50001
7
.
En 2018, Haganis a obtenu le renouvellement
8
de ces certifications pour trois ans. Sur
la période, les dépenses afférentes se sont élevées à un peu plus de 36 000
. Elles sont
supportées par les budgets annexes réseaux et traitement de l’eau et traitement des déchets.
3
Traitement des eaux usées et traitement des déchets.
4
L’organisme qui délivre ces certifications est accrédité par le comité français d’accréditation (COFRAC).
5
Aptitude d'une société ou d’un organisme à répondre aux exigences du client en matière de qualité d'un produit
ou d'un service.
6
Aptitude d'une société ou d’un organisme à maîtriser l'impact de l'activité sur l'environnement.
7
Aptitude à mettre en
œ
uvre un management de l’énergie pour améliorer les performances énergétiques et réaliser
des économies d’énergie.
8
L’audit de renouvellement intervient trois ans après l’audit initial, et ensuite tous les trois ans. Il permet de
renouvellement le certificat de l’entreprise pour trois ans.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
9/61
Rapportées à la moyenne des dépenses réelles de fonctionnement, elles représentent
respectivement 0,002 % et 0,001 % de ces dépenses (cf. tableau annexe 2).
Ainsi, si le processus de certification est souvent long et coûteux, la régie Haganis
inscrit son action et ses missions de service public dans un cadre normalisé, répondant à la
fois aux exigences de ses clients et aux objectifs environnementaux de plus en plus
contraignants.
Par ailleurs, la régie a décidé de faire certifier ses activités pour deux raisons
principales : apporter une réponse adaptée aux critères des offres, en particulier dans le cadre
des marchés publics ou privés liés au traitement des déchets, et réduire le taux de taxe
générale sur les activités polluantes (TGAP) dont s’acquittent les collectivités clientes.
Selon l’ordonnateur, la certification permet également, en mobilisant les agents de la
régie de les fédérer autour de la poursuite de missions de service public de qualité, pour
atteindre des objectifs maîtrisés et compris de tous.
4.
LA FIABILITE DES COMPTES
Une information est fiable si elle est vérifiable, neutre et fidèle c'est-à-dire qu’elle est
conforme à la réalité. A cette fin, la fiabilisation des comptes répond aux fonctions assignées
à la tenue de la comptabilité générale : être un vecteur d’information, un support des outils de
gestion et un support de contrôle.
La comptabilité est la traduction d’un ensemble de flux économiques et patrimoniaux.
La qualité comptable est un moyen d’assurer davantage de transparence sur la situation
financière par une meilleure connaissance des actifs et passifs, par la sincérité du résultat, et
de fournir une information claire, pertinente, lisible et périodique.
La fiabilité est entendue au sens de la régularité et de la sincérité comptable. Les
comptes annuels doivent être réguliers (respecter les lois et les règlements) et sincères,
c’est-à-dire donner des informations « adéquates, loyales, claires, précises et complètes »,
avec pour objectif d’apprécier le caractère significatif des anomalies.
L’article L. 1412-1 du code général des collectivités territoriales soumet les régies
intercommunales aux dispositions applicables aux régies communales. Les régies dotées de
la personnalité morale et de l'autonomie financière, chargées de l'exploitation d'un service
public à caractère industriel et commercial, sous réserve des dispositions qui leur sont propres,
obéissent aux règles de la comptabilité communale
9
.
4.1
Le compte financier
Aux termes de l’article R. 2221-51 du code général des collectivités territoriales, le
compte financier établi par le comptable est constitué de la balance définitive des comptes, du
développement des dépenses et des recettes budgétaires, du bilan et du compte de résultat,
de la balance des stocks établie après inventaire et des annexes prévues par l’instruction
conjointe du ministre chargé des collectivités locales et du ministre chargé du budget.
Ces annexes sont définies par l’instruction budgétaire et comptable M4. Elles
comprennent, notamment, les états de la dette, du personnel, les méthodes utilisées pour les
amortissements, les états relatifs aux provisions et aux dépréciations, à l’équilibre des
opérations financières, des charges transférées, des engagements donnés et reçus par la
régie.
9
Article R. 2221-35 du code général des collectivités territoriales.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
10/61
Seuls les états relatifs aux provisions et dépréciations étaient annexés aux rapports
financiers depuis 2013. L’absence des états réglementaires ne permet pas la complète
information de l’assemblée délibérante.
La chambre rappelle au directeur l’obligation de joindre aux documents de fin d’année
(comptes et rapports financiers) la totalité des annexes prévues par l’article R. 2221-51 du
code général des collectivités territoriales.
La chambre prend note de la réponse de l’ordonnateur qui précise en réponse que ces
annexes, actuellement jointes au budget primitif, figureront également en annexe du compte
financier.
Rappel du droit n° 2 :
Joindre au compte financier la totalité des annexes prévues par
l’article R. 2221-51 du code général des collectivités territoriales afin d’assurer la complète
information du conseil d’administration.
4.2
Le règlement budgétaire et financier
Un règlement budgétaire et financier a pour objectif essentiel de clarifier et de partager
un ensemble de règles dans le domaine financier, en organisant le cycle budgétaire et
comptable.
Ce document décrit principalement les procédures applicables à connaître par
l’ensemble des services, il crée un référentiel commun et une culture de gestion propres aux
directions et aux services de la collectivité qui doivent respecter le principe de permanence
des méthodes.
La régie Haganis n’a pas de règlement budgétaire et financier approuvé par le conseil
d’administration.
Cependant, l’organisme dispose d’un logiciel qui assure la circularisation de
l’information et de l’ensemble des procédures budgétaires et financières aux services de la
régie. Les rôles et les responsabilités entre la direction générale et la direction administrative
et financière sont clairement répartis. L’utilisation du logiciel est maîtrisée et fait l’objet d’un
suivi permanent, le portail évoluant régulièrement.
En outre, les procédures budgétaires et financières se déclinent à travers les
procédures Qual’net et les notes annuelles transmises lors de chaque étape budgétaire.
Si un règlement budgétaire et financier n’est pas obligatoire dans un établissement
public à caractère industriel et commercial, la régie Haganis gagnerait à fixer ses règles
internes de gestion existantes dans un document unique, présenté à son conseil
d’administration.
4.3
Les inventaires et les amortissements.
La régie Haganis n’a pas établi d’inventaire de son patrimoine qui s’élève, fin 2018,
selon les états d’actif du comptable, en valeur brute à 251 M
pour le budget réseaux et
traitement de l’eau, à 92 M
pour le budget traitement des déchets et 0,6 M
pour le budget
principal.
Aux termes de l’instruction budgétaire et comptable M4, le recensement et
l’identification des biens relèvent de la responsabilité de l’ordonnateur de la régie. Celui-ci tient
un inventaire physique justifiant de la réalité des biens inscrits dans l’état des immobilisations
du service. Le comptable est responsable de l’enregistrement de ces biens et de leur suivi au
bilan de la collectivité.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
11/61
L’inventaire doit identifier précisément l’ensemble des biens pour assurer la traçabilité
des charges supportées par chacun des budgets et, ainsi, justifier le niveau des tarifs
supportés par les usagers.
L’absence d’un inventaire des immobilisations recensant l’ensemble des biens inscrits
à son actif nuit à la fiabilité des comptes, notamment en termes d’amortissements. La régie
Haganis doit disposer d’un inventaire exhaustif, conforme à la comptabilité du comptable, et
retraçant l’ensemble de ses biens ainsi que leur valeur nette comptable.
Rappel du droit n° 3 :
Etablir un inventaire physique par budget, conformément aux
instructions budgétaires et comptables M4, Titre 3, chapitre 4, paragraphe 2 Le suivi des
immobilisations.
4.4
Le rattachement des charges et des produits
La procédure de rattachement des charges et des produits à l’exercice résulte du
principe d’indépendance des exercices. Elle a pour finalité de faire apparaître dans le compte
de résultat l’intégralité des charges ayant donné lieu à service fait et des produits
correspondant à des droits acquis au cours d’un exercice, même si les pièces comptables
correspondantes n’ont pas encore été reçues ou émises (factures non établies …). L’objectif
de cette méthode est de garantir l’objectivité du résultat comptable de l’exercice, ce qui
implique que la totalité des éléments de l’année traitée doit être prise en compte. A contrario,
les données qui n’ont pas donné lieu à service fait ou au constat d’un droit acquis ne doivent
pas être prises en considération.
En fin d’année, la direction administrative et financière (DAF) fait parvenir à l’ensemble
des services un planning de clôture des opérations budgétaires de l’exercice en cours, fixant
la date limite d’émission des commandes et la date limite de mandatement des factures tant
en exploitation qu’en investissement.
En début d’année N, une note « engagements non soldés » est envoyée à tous les
services par la DAF, dans laquelle elle les informe que sans justification motivée (bon de
commande, bon de livraison), tout engagement dont la date de création est antérieure au
1
er
novembre sera soldé. Seuls les engagements postérieurs à cette date et dont le montant
est supérieur à 1 000
feront l’objet d’un traitement.
Cette note s’accompagne d’un état récapitulatif des engagements non soldés du
budget attribué à chaque service.
L’examen des états détaillés des rattachements en dépenses n’appelle pas
d’observation.
En revanche, et contrairement à ce qu’affirme l’ordonnateur, le rattachement de la
prime de résultat en recettes du budget annexe du traitement de l’eau n’apparaît pas conforme.
Cette prime est versée l’année N par l’agence de l’eau Rhin-Meuse au titre de l’épuration des
eaux usées de l’exercice N-1, en un seul versement. Le droit n’est acquis que lors
de l’exercice N et non de l’exercice N-1 qui n’est que la période de référence. Elle ne devrait
donc pas donner lieu à rattachement.
Or la régie rattache le montant de la prime estimée au titre de l’exercice en cours. Les
modalités de versement sont récurrentes et les décomptes de l’agence sont établis en fin
d’année N (novembre).
La méthode retenue par la régie entraîne des distorsions au niveau des résultats
d’exploitation. Ainsi le rattachement de la prime versée au titre du traitement des eaux de 2012
à l’exercice a été évalué à 2,1 M
, les encaissements constatés en 2013 n’étaient que de
1,8 M
, soit une surestimation de 0,3 M
du résultat de 2012.
A contrario
, les primes
rattachées aux exercices 2014 à 2016 étaient sous-estimées.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
12/61
Tableau 1 : Primes d’épuration
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Contrepassation rattachement
- 2 115 550
- 1 379 156
- 1 228 451
- 1 363 566
- 1 412 238
- 1 400 000
Primes épuration des eaux usées
au titre de l'exercice précédent
1 773 949
1 353 661
1 369 733
1 599 998
1 466 833
1 391 831
Ecart
- 341 601
- 25 495
141 282
236 432
54 595
- 8 169
Sources : données issues des états des émissions de titres 2013 à 2018
Dans sa réponse, l’ordonnateur estime que cette prime doit être rattachée à l’exercice
N-1, sans attendre sa notification, dans la mesure où elle est la contrepartie de l’amélioration
de la qualité des eaux, évaluée par les services de la régie.
La chambre observe que la prime n’est acquise qu’au cours l’année N et que, dès lors,
elle ne doit pas faire l’objet d’un rattachement sur la base d’un montant évalué en N-1 par la
régie. La méthode retenue par Haganis est de nature à fausser le résultat d’exploitation.
4.5
Les restes à réaliser
Aux termes de l’article R. 2311-11 du code général des collectivités territoriales, « les
restes à réaliser de la section d’investissement arrêtés à la clôture de l’exercice correspondent
aux dépenses engagées non mandatées et aux recettes certaines n’ayant pas donné lieu à
l’émission d’un titre ». Pris en application de l’article L. 2342-2 du même code, l’article 1
er
de
l’arrêté interministériel du 26 avril 1996 précise que « l’engagement juridique est l’acte par
lequel la collectivité ou l’établissement public crée ou constate à son encontre une obligation
de laquelle résultera une charge ». L’inscription d’un reste à réaliser en dépense
d’investissement est donc inhérente à un engagement juridique de la collectivité vis à vis d’un
tiers.
Les restes à réaliser en dépenses, font l’objet d’un certificat administratif signé par le
directeur général en début d’année N (par exemple, le 15 janvier 2019 pour les restes à
réaliser en investissement des budgets réseaux et traitement de l’eau et traitement des
déchets). Ce certificat est ensuite transmis à la trésorerie pour prise en compte de l’état des
restes dans la comptabilité.
Un contrôle des restes à réaliser supérieurs à 20 000
HT a été réalisé.
Tableau 2 : Les restes à réaliser en dépenses (RAR)
En
2013
2014
2015
2016
10
2017
2018
Budget traitement des déchets
Total des RAR
1 864 523
1 322 543
1 239 648
510 645
1 559 278
936 116
RAR >20 000
1 537 922
963 625
870 548
185 958
1 449 491
635 181
En % du total
82,5
72,9
70,2
36,4
93
67,9
Budget réseaux et traitement de l’eau
Total des RAR
2 370 108
877 845
1 071 649
1 647 343
1 384 086
3 015 381
RAR >20 000
1 808 630
545 938
832 250
1 245 067
1 047 948
2 791 252
En % du total
76,3
62,2
77,7
75,6
75,7
92,6
Source : état des restes à réaliser régie Haganis
Les recettes figurant sur les états des restes à réaliser n’appellent pas d’observation
(budgets réseaux et traitement de l’eau et traitement des déchets).
10
2016 est l’année de renégociation des emprunts, la régie a très peu investi.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
13/61
Par contre, une partie des restes à réaliser inscrits en dépenses correspond à des
engagements juridiques postérieurs à la fin de l’exercice et donc ne constituent pas des restes
à réaliser.
Les résultats de la section d’investissement des deux budgets ont été excédentaires
après consolidation avec les restes à réaliser, ce qui n’a pas entraîné d’affectation des
résultats d’exploitation en section d’investissement. Cependant, l’information des usagers
comme celle de la collectivité de rattachement est erronée. En effet, cette surévaluation des
restes à réaliser en dépenses a conduit à une sous-estimation des résultats de chacun des
deux budgets non négligeable (au moins comprise entre 45 000
et 380 000
selon les
exercices pour le budget réseaux et traitement de l’eau et entre 40 000
et 200 000
pour le
budget traitement des déchets cf. annexe 3).
Ainsi, ne doivent être inscrites en reste à réaliser que les dépenses pour lesquelles il
existe un engagement juridique, conformément à l’article L. 2342-2 du code général des
collectivités territoriales et à ses textes d’application.
La chambre prend note de l’engagement de l’ordonnateur à consolider les restes à
réaliser en investissement.
Rappel du droit n° 4 :
En application de l’article R. 2311-11 du code général des
collectivités territoriales, inscrire en restes à réaliser uniquement les dépenses pour
lesquelles il existe un engagement juridique.
4.6
Les provisions
Les provisions sont destinées à couvrir des risques et des charges déterminés que des
événements survenus ou en cours rendent probables. Elles ne doivent pas servir à la
constitution de réserves budgétaires ou de renouvellement de biens, notamment.
Le solde des provisions constituées par la régie a varié sur la période. Les variations
concernent essentiellement le budget annexe du traitement des déchets.
Tableau 3 : Evolution des soldes des comptes de provisions
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Réseaux et traitement de l’eau
Compte 15
706 279
699 963
697 228
695 397
700 484
699 447
Compte 49 dépréciation des créances
111 000
98 183
183 573
165 012
105 000
94 236
Total réseaux et traitement de l’eau
817 279
798 146
880 801
860 409
805 484
793 683
Traitement des déchets
Compte 15
5 759 088
6 919 088
7 819 088
2 074 828
2 424 828
2 424 828
Compte 29125 dépréciation des
terrains bâtis
97 970
97 970
0
0
0
0
Compte 49 dépréciation des créances
18 000
17 619
68 000
59 932
38 000
32 353
Total traitement des déchets
5 875 059
7 034 678
7 887 088
2 134 760
2 462 828
2 457 181
Sources : comptes financiers 2013 à 2018
Les provisions pour dépréciation des créances et celles pour litiges et contentieux
n’appellent pas d’observation.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
14/61
4.6.1
Les provisions pour risques et charges sur emprunts (compte 1521, non budgétaire)
L’article L. 2321-2 du code général des collectivités territoriales impose la constitution
d’une provision pour risques liés à la souscription de produits financiers.
L’avis du conseil de normalisation des comptes publics (CNoCP) n° 2012-04 du
3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des
entités à comptabilité publique, recommande de constituer une provision pour risques
financiers sur des emprunts structurés ou « complexes » dès lors que le taux d’intérêt est
susceptible de devenir très supérieur au taux que le service aurait obtenu en souscrivant à
l’origine un emprunt à taux fixe ou à taux variable simple.
En 2013, une reprise sur les excédents de la section de fonctionnement capitalisés du
budget traitement des déchets a été réalisée pour un montant de 2,9 M
. Cette reprise a
financé, pour partie, la dotation au compte 1521 « provisions pour risques et charges
d’emprunt » de cette même année.
Les articles L. 2311-6 et D. 2311-14 du code général des collectivités territoriales
permettent la reprise de l’excédent d’investissement en section de fonctionnement des
ressources suivantes :
le produit de la cession d'une immobilisation reçue au titre d'un don ou d'un legs, s’il
n’est pas expressément affecté à l'investissement ;
le produit de la vente d'un placement budgétaire limité à la part du placement financée
initialement par une recette de la section de fonctionnement ;
l'excédent de la section d'investissement résultant de dotations complémentaires en
réserves au compte 1068 constatées au titre de deux exercices consécutifs. Cette reprise
en section de fonctionnement doit contribuer à son équilibre.
Si les conditions ne sont pas réunies et dans le cas de circonstances exceptionnelles
et motivées, une décision conjointe des ministres chargés du budget et des collectivités
locales, doit être sollicitée, afin de reprendre l'excédent prévisionnel de la section
d'investissement en section de fonctionnement.
Dans tous les cas, la reprise doit être accompagnée d'une délibération de l’assemblée
délibérante précisant l'origine de l'excédent et les conditions d'évaluation de son montant.
La délibération du 18 décembre 2013 autorisant le directeur général de la régie à
effectuer la reprise ne précise pas l’origine des excédents et elle n’est pas appuyée par une
décision conjointe des ministres chargés du budget et des collectivités locales.
Or la reprise sur les excédents de la section d’investissement n’a pour origine ni le
produit de cession d’un actif, ni celui d’un produit de placement, ni une dotation
complémentaire en réserves. Le conseil d’administration ne pouvait donc pas autoriser le
directeur général de la régie à effectuer cette reprise.
L’ordonnateur indique en réponse que la délibération du 18 décembre 2013 faisait
référence, en motion, au « guide pratique du provisionnement des emprunts à risques ».
La chambre observe que l’objectif de ce guide, édité par le conseil de normalisation
des comptes publics, est de présenter aux collectivités les modalités d’analyse des risques
liés à l’emprunt, et encourager à provisionner les contrats considérés comme « complexes ».
A cette fin, il décrit plusieurs méthodes comptables destinées à retranscrire fidèlement, en
comptabilité, les risques supportés par la collectivité.
Elle souligne également que ce guide, qui n’a pas de valeur législative ou
réglementaire, ne peut en aucune façon être considéré comme permettant à la régie Haganis
de déroger aux articles L. 2311-6 et D. 2311-14 du code général des collectivités territoriales.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
15/61
Ces derniers encadrent strictement la reprise de l’excédent d’investissement en section de
fonctionnement.
En 2014 et 2015, les dotations au compte 1521 se sont élevées respectivement à
1,1 M
et 0,9 M
. Lors de la renégociation de cette dette à risque, la totalité des provisions
constituées a été reprise (5,7 M
, délibération du conseil d’administration du 8 juin 2016).
4.6.2
Les provisions pour renouvellement des immobilisations (compte 1561 non budgétaire)
La Société Messine d’environnement et d’énergie (SOMERGIE) était une société dont
l’actionnaire unique était la régie Haganis. Suite à sa dissolution en 2012, son patrimoine a été
transféré à la régie et les provisions constituées par la société ont été intégralement reprises
dans les comptes de la régie.
Ainsi, une provision pour renouvellement de l’aire de compostage a été transférée au
budget traitement des déchets de la régie pour un montant de 279 588
(délibération du
24 octobre 2012). Son montant est resté inchangé depuis le 30 juin 2012 (date d’arrêté des
comptes de SOMERGIE).
Le 20 février 2019, le directeur général a certifié que « les risques sont toujours
présents ».
Or ce compte ne peut être ouvert que dans la comptabilité de services
concessionnaires.
La chambre relève que ces provisions ne sont pas conformes aux dispositions de
l’instruction budgétaire M4, les provisions n’ayant pas vocation à couvrir des charges de
renouvellement des biens. Ces provisions devront faire l’objet d’une reprise.
La chambre prend acte de la réponse de l’ordonnateur qui indique que cette provision
va être reprise
.
4.6.3
Les provisions pour gros entretien et grandes révisions (compte 15721, non
budgétaire)
Les provisions pour gros entretien et grandes révisions (GER) doivent couvrir des
charges d’exploitation importantes d’entretien ayant pour objet le maintien en bon état de
fonctionnement des installations et d’y apporter un entretien sans prolonger leur durée de vie
au-delà de celle prévue initialement. Les petites dépenses courantes et les dépenses
récurrentes d’entretien sont exclues de ce dispositif.
L’instruction budgétaire et comptable M4 précise que les provisions pour gros entretien
doivent être justifiées par un plan pluriannuel d’entretien. Leur montant correspond aux
dépenses des cinq prochaines années au minimum, inscrites au plan pluriannuel.
La provision est constituée de manière linéaire, de la date d’acquisition de l’installation
ou du dernier entretien jusqu’à la date de l’entretien effectif planifié.
Ce plan est actualisé à chaque clôture d’exercice et le montant des provisions pour
gros entretien est ajusté en conséquence.
Les provisions constituées à chacun des budgets sont restées inchangées sur toute la
période et s’élèvent à 1,8 M
pour le budget du traitement des déchets et 0,6 M
pour le
budget réseaux et traitement de l’eau.
Les 1
er
mars 2017, 23 février 2018 et 20 février 2019, le directeur général a certifié que
« les risques sont toujours présents » et ce en l’absence de production d’un plan de gros
entretien et de grandes révisions.
Les provisions ne répondent donc pas aux dispositions de l’instruction budgétaire et
comptable M4.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
16/61
Tableau 4 : Provisions non justifiées
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Réseaux et traitement de l’eau
GER
569 157
569 157
569 157
569 157
569 157
569 157
Total réseaux et traitement de
l’eau
569 157
569 157
569 157
569 157
569 157
569 157
Traitement des déchets
Renouvellement d'immobilisation
279 588
279 588
279 588
279 588
279 588
279 588
GER
1 795 239
1 795 239
1 795 239
1 795 239
1 795 239
1 795 239
Total traitement des déchets
2 074 828
2 074 828
2 074 828
2 074 828
2 074 828
2 074 828
Total des deux budgets
2 643 985
2 643 985
2 643 985
2 643 985
2 643 985
2 643 985
Sources : comptes financiers 2013 à 2018
La chambre rappelle que, conformément à l’instruction budgétaire et comptable M4
(titre 2, le cadre comptable, chapitre 2 le fonctionnement des comptes, paragraphe 1, les
comptes de capitaux), les provisions pour gros entretien et grandes révisions doivent être
justifiées par un plan pluriannuel d’entretien. Le montant de ces provisions correspond au
montant des travaux identifiés dans ce plan, établi par catégorie de travaux.
La chambre prend note de la réponse de l’ordonnateur qui indique que les deux
provisions, pour renouvellement des imobilisations et pour le compte GER (respectivement
279 588
et 1 795 239
), sont très anciennes et qu’elles vont être reprises.
Rappel du droit n° 5 :
Conformément à l’instruction budgétaire et comptable M4, justifier les
provisions pour gros entretien et grandes révisions par un plan pluriannuel d’entretien.
4.7
Le taux d’exécution budgétaire de la période 2013 à 2018
4.7.1
Le budget réseaux et traitement de l’eau
Les dépenses et les recettes réelles d’investissement prévues au budget sont très
surestimées. Ainsi le taux d’exécution des dépenses n’a jamais atteint 30 %, depuis 2014 alors
que celui des recettes, après avoir atteint 62 % en 2015, n’était plus que de 36 % en 2017 et
41,2 % en 2018.
Tableau 5 : Taux d’exécution budgétaire de la section d’investissement
En %
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Dépenses réelles d'investissement
39,6
26,7
16,2
10,8
12,8
10,1
Recettes réelles d'investissement
40
43,7
62,1
58,7
35,8
41,2
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
Entre 2014 et 2018, le taux d’exécution budgétaire des recettes d’investissement étant
supérieur à celui des dépenses, la section d’investissement a dégagé un excédent cumulé qui
atteignait 12,6 M
fin 2018 contre 0,9 M
en 2013.
Sur la même période, les recettes réelles d’exploitation ont été exécutées à un taux
proche ou supérieur à 100 %. Les prévisions budgétaires en section d’exploitation sont
globalement sincères. L’exécution des dépenses et des recettes réelles est proche des
prévisions.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
17/61
Tableau 6 : Taux d’exécution budgétaire de la section d’exploitation
En %
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Dépenses réelles d’exploitation
93,9
93,9
93,9
95,9
97,4
97,8
Recettes réelles d’exploitation
95,4
97,1
108,1
106,3
106,9
102,5
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
Dès lors, le service a cumulé des excédents disproportionnés par rapport à ses
besoins. La chambre relève que les redevances demandées aux usagers en paiement du
service doivent trouver leur contrepartie directe dans des prestations fournies par le service
public (CE, 7/10 SSR, 30 septembre 1996,
Sté stéphanoise des eaux et ville de
Saint-Etienne
).
Toutefois, la chambre prend acte de la délibération du 11 décembre 2019 produite en
réponse par l’ordonnateur de la régie Haganis, qui a eu pour effet de diminuer les tarifs de
près de 8 % au 1
er
janvier 2020.
L’importance des prévisions budgétaires du virement de la section d’exploitation en
absence de besoin de financement de la section d’investissement constaté au 31 décembre
de chaque année démontre que le budget n’est pas sincère.
Tableau 7 : Prévision de virement à la section d’investissement et besoin de financement
en
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Prévisions chap. 021 budget
primitif
85 000
500 000
360 000
2 156 000
1 284 425
1 855 000
Prévisions chap. 021
décisions modificatives
7 512 533
7 403 872
7 886 864
10 577 298
14 535 708
17 752 027
Total
7 597 533
7 903 872
8 246 864
12 733 298
15 820 133
19 607 027
Résultat cumulé de la
section d’exploitation
7 574 271
8 178 118
10 592 298
14 498 675
17 571 200
20 467 541
Besoin de financement au
31 décembre
0
0
0
0
0
0
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
4.7.2
Le budget traitement des déchets
Comme pour le budget réseaux et traitement de l’eau, les dépenses et les recettes
réelles d’investissement prévues au budget du traitement des déchets sont très surestimées.
Ainsi le taux d’exécution des dépenses a atteint 44 % en 2013 et 56 % en 2016 mais est resté
inférieur à 30 % les autres années. Or, celui des recettes est supérieur à 100 % depuis 2015.
Le taux atteint 967 % en 2018, en raison de l’absence de prévisions budgétaires au chapitre 13
(subventions d’investissement) alors que les titres émis sur ce chapitre ont représenté cette
année-là près de 98 % des recettes réelles d’investissement.
Tableau 8 : Taux d’exécution budgétaire de la section d’investissement
En %
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Dépenses réelles d'investissement
43,9
27,3
21,2
56,3
27,2
23,3
Recettes réelles d'investissement
3,8
86,5
189,3
232,1
101,8
967,7
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
Entre 2014 et 2018, le taux d’exécution budgétaire des recettes d’investissement étant
très supérieur à celui des dépenses, la section d’investissement a dégagé un excédent cumulé
qui atteignait 9,2 M
fin 2015.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
18/61
En 2016, le service a fait face à d’importantes pénalités de renégociations de prêts
structurés qui ont dégradé le résultat de la section d’investissement de l’exercice (- 16,3 M
,
opérations de transfert de charges).
Sur la même période, les recettes réelles d’exploitation ont été exécutées à un taux
proche ou supérieur à 100 %. Les prévisions budgétaires en section d’exploitation sont
globalement sincères. L’exécution des dépenses et des recettes réelles n’appelle pas
d’observation.
Tableau 9 : Taux d’exécution budgétaire de la section d’exploitation
En %
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Dépenses réelles d'exploitation
90,9
98,2
96,2
91,1
99,1
97,4
Recettes réelles d'exploitation
101,6
101,6
98,2
94,9
94,6
104,1
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
Dès lors, le service a cumulé des excédents disproportionnés par rapport à ses
besoins. L’importance des prévisions budgétaires de virement de la section d’exploitation en
l’absence de besoin de financement de la section d’investissement constaté au 31 décembre
de 2013 à 2015, en 2017 et 2018 démontre que le budget n’est pas sincère. Si la section
d’investissement présentait un besoin de financement en 2016, les prévisions budgétaires
étaient supérieures de plus de 4 M
à ce besoin.
La chambre relève que les redevances demandées aux usagers en paiement du
service doivent trouver leur contrepartie directe dans des prestations fournies par le service
public (CE, 7/10 SSR, 30 septembre 1996,
Sté stéphanoise des eaux et ville de Saint-Etienne
).
Toutefois, la chambre prend acte de la délibération du 11 décembre 2019 produite en
réponse par l’ordonnateur de la régie Haganis, qui a eu pour effet de diminuer les tarifs de
près de 15 % au 1
er
janvier 2020.
Tableau 10 : Prévision de virement à la section d’investissement et besoin de financement
en
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Prévisions chap. 021
budget primitif
0
0
468 000
168 000
1 736 000
4 248 000
Prévisions chap. 021
décisions modificatives
2 935 597
4 614 077
4 680 985
11 634 633
4 318 831
6 466 991
Total
2 935 597
4 614 077
5 148 985
11 802 633
6 054 831
10 714 691
Résultat cumulé de la
section d’exploitation
4 972 227
5 463 013
5 430 969
12 320 823
6 479 241
12 156 462
Besoin de financement
au 31 décembre
0
0
0
7 693 692
0
0
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
La chambre observe que les taux d’exécution budgétaire de la section
d’investissement de chacun des budgets annexes sont faibles ce qui traduit une insincérité
des prévisions budgétaires.
Elle rappelle que l’article L. 1612-4 du code général des collectivités territoriales
dispose que le budget est « en équilibre réel lorsque la section de fonctionnement et la section
d'investissement sont respectivement votées en équilibre, les recettes et les dépenses ayant
été évaluées de façon sincère… ». Par ailleurs, une amélioration de la maîtrise de la prévision
budgétaire de la section d’investissement éviterait la mobilisation inutile des ressources
d’exploitation.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
19/61
Rappel du droit n° 6 :
Evaluer de façon sincère les recettes et les dépenses des budgets
annexes réseaux et traitement de l’eau et traitement des déchets, conformément à l’article
L. 1612-4 du code général des collectivités territoriales.
5.
LA SITUATION FINANCIERE DE LA REGIE
Les comptes de la régie sont composés d’un budget principal, et de deux budgets
annexes retraçant les opérations de services à caractère industriel et commercial (SPIC).
Tableau 11 :
Dépenses réelles d’exploitation tous budgets
Montants en
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
Budget principal
2 092 368
1 966 549
1 890 289
1 905 957
1 910 514
1 755 783
1 790 929
Part dans le total
6,5 %
6,1 %
5,9 %
3,6 %
6,7 %
6,2 %
6,3 %
Traitement des
déchets
16 289 888
17 573 675
17 820 504 38 555 479
11
14 864 296
14 372 545
14 490 586
Part dans le total
50,2 %
54,1 %
55,5 %
73,6 %
52,0 %
51,1 %
51,2 %
Réseaux et
traitement de
l’eau
14 045 777
12 936 003
12 416 522
11 916 986
11 829 766
12 014 161
12 031 993
Part dans le total
43,3 %
39,8 %
38,6 %
22,8 %
41,4 %
42,7 %
42,5 %
Total des budgets
32 428 033
32 476 227 32 127 315
52 378 423
28 604 576
28 142 489
28 313 508
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018, données provisoires de 2019
Les dépenses de fonctionnement du budget principal, essentiellement de personnel,
sont remboursées par les deux budgets annexes. Si la clé appliquée à partir de 2015 (45 %
pour le budget annexe réseaux et traitement des eaux et 55 % pour le service déchets)
correspond peu ou prou à la part respective des budgets annexes dans le chiffre d’affaires
total, elle n’est pas justifiée par le service rendu à chacun des deux services. En outre, la part
du budget principal dans le total des budgets est très faible.
5.1
La situation financière du budget traitement des déchets
Les soldes intermédiaires de gestion ont tous progressé au cours de la période 2013
à 2018 (voir annexe 4, tableau n° 1 « L’évolution des soldes intermédiaires de gestion »).
5.1.1
Le chiffre d’affaires
L’évolution du chiffre d’affaires (+ 7,2 %) est en grande partie due à la modification de
l’imputation des recettes de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) imputées au
chapitre 70 depuis 2017 alors qu’auparavant, elles étaient retracées au chapitre 75. Retraité,
le chiffre d’affaires a augmenté de 2,7 %.
11
Renégociation des contrats de dette (cf. partie 7.1.6 infra).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
20/61
Tableau 12 : Le chiffre d’affaires
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Chiffre d'affaires
21 821 448
22 616 397
22 405 480
21 115 126
22 479 053
23 391 266
7,2
TGAP
0
0
0
0
651 407
974 349
Total retraité
21 821 448
22 616 397
22 405 480
21 115 126
21 827 646
22 416 918
2,7
Vente de vapeur
2 698 424
2 834 589
2 809 664
2 904 288
3 109 941
3 194 599
18,4
Vente de produits
résiduels
1 057 558
1 213 680
1 003 981
864 752
842 497
804 735
- 23,9
Prestations de service
18 065 466
18 568 128
18 591 835
17 345 989
17 875 124
18 417 511
1,9
(dont pour Metz
Métropole)
(13 030 798)
(13 446 927)
(13 346 724)
(13 528 752)
(13 092 926)
(13 608 714)
(4,4)
Autres produits
0
0
0
97
84
73
Sources : données issues des comptes financiers et émission des titres 2013 à 2018
La progression, entre 2013 et 2018, du chiffre d’affaires hors TGAP résulte des ventes
de vapeur à l’Usine d’Electricité de Metz (UEM) et des recettes de traitement des déchets de
Metz Métropole.
Ainsi, le produit des ventes de vapeur a augmenté de 18 % sous l’effet de la
progression du prix du MWh (13,50
en 2013, contre 15
en 2018, soit + 11,1 %) et des
quantités vendues (+ 6,5 %).
De même, les recettes de traitement des déchets de Metz Métropole ont progressé de
4,4 % sous l’effet de l’évolution de la tarification, les tonnages traités ayant diminué sur la
période 2013 à 2018.
En 2019, selon les données provisoires, la TGAP a été de nouveau enregistrée au
chapitre 75. Le chiffre d’affaires est passé à 21,7 M
, soit une baisse de 0,4 % par rapport à
2013. Cette baisse résulte de celle des recettes de traitement des déchets, les ventes de
vapeur et de matériaux ayant légèrement progressé.
5.1.2
La valeur ajoutée
La valeur ajoutée décrit la création de richesse brute d’une activité industrielle ou
commerciale. Elle représente la différence entre le chiffre d’affaires et les dépenses liées à
l’exercice de cette activité.
Outre l’évolution du chiffre d’affaires, la baisse des consommations intermédiaires
entre 2013 et 2018 (- 9,2 %) a contribué à la progression de la valeur ajoutée (+ 6,3 %).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
21/61
Tableau 13 : Evolution de la valeur ajoutée
En
2013
2014
2015
2016
2017
Données
12
retraitées
2018
Données
retraitées
Evolution
en %
Total produits (+)
21 821 448
22 616 397
22 405 480
21 115 126
21 827 646
22 416 918
2,7
Consommations
intermédiaires (60+61+62) (-)
6 902 048
6 949 894
6 873 992
5 910 903
6 322 919
6 263 813
- 9,2
Impôts et taxes (-)
498 766
577 581
552 922
550 566
869 183
827 907
66
Valeur ajoutée retraitée
14 420 633
15 088 922
14 978 567
14 653 657
14 635 544
15 325 198
6,3
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
Cependant, sur la même période le poste « impôts et taxes » est passé de 0,4 M
en
2013 à 0,7 M
en 2018. Cette augmentation résulte de la progression des versements de la
TGAP (0,4 M
de 2013 à 2016 contre 0,7 M
à partir de 2017). Jusqu’en 2016, Haganis ne
déclarait pas les refus de tri incinérés. En 2017, la régie a fait l’objet d’un redressement pour
un total de 38 623
. Par ailleurs, les taux de TGAP sont passés de 4,08
/tonne au titre de
2013 à 6,01
/tonne au titre de l’activité incinération d’Haganis pour 2018.
Enfin, la progression des tonnages explique également l’évolution de la TGAP.
Tableau 14 :
Evolution de la TGAP
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
TGAP payée en
381 272
401 841
400 018
393 447
703 521
663 430
74
Dont redressement en
38 623
Taux en
/tonne
4
4,08
4,11
4,13
6
6,01
50,3
Tonnage déclaré N-1
95 413
96 982
97 498
96 385
97 193
110 270
15,6
Refus de tri
redressement en tonnes
9 143
Sources états des déclarations de la TGAP 2013 à 2018
5.1.3
L’excédent brut d’exploitation
L’excédent brut d’exploitation (EBE) permet de déterminer la ressource issue du cycle
d’exploitation. Il a progressé de 19,6 % entre 2013 et 2018.
Tableau 15 :
Evolution de l’EBE
En
2013
2014
2015
2016
2017
Données
13
retraitées
2018
Données
retraitées
Evolution
en %
Valeur ajoutée retraitée
14 420 633 15 088 922 14 978 567 14 653 657 14 635 544 15 325 198
6,3
Charges de personnel (-)
6 154 637
6 288 601
6 232 131
6 296 232
6 309 702
6 389 630
3,8
Subvention d'exploitation (+)
0
0
0
0
0
0
Autres produits de gestion (+)
595 218
627 139
661 937
648 800
943 289
1 031 693
73,3
Autres charges de gestion (-)
750 539
522 715
486 237
368 068
303 344
263 684
- 64,9
Excédent brut d'exploitation
8 110 676
8 904 745
8 922 136
8 638 156
8 965 787
9 703 577
19,6
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
La diminution des autres charges de gestion est due à celle des reversements aux
bénéficiaires des produits de la vente de matériaux issus du tri des déchets.
12
Données retraitées des recettes de TGAP imputées au chapitre 70 (et non 75) en 2017 et 2018.
13
Données retraitées des recettes de TGAP imputées au chapitre 70 (et non 75) en 2017 et 2018.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
22/61
L’augmentation limitée à 3,8 %, entre 2013 et 2018, des charges de personnel résulte
de la réduction des effectifs (tableau n° 4 annexe 4) passés de 129,3 ETP (équivalent temps
plein) en 2013 à 122,6 ETP en 2018. Si les remboursements de frais de personnel au budget
principal et à la collectivité de rattachement sont en baisse, les salaires et primes des
personnels de droit privé ont progressé de 6 %.
Tableau 16 :
Evolution des effectifs
Effectifs en ETP
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Budget principal
33,9
31,2
30,3
29,2
31,2
29,2
Contractuels de droit privé
21,9
22,2
22,3
22,2
23,2
22,2
Fonctionnaires mis à disposition par Metz Métropole
12
9
8
7
8
7
Taux de prise en charge par le budget en %
14
50
50
55
55
55
55
En ETP pris en charge par le budget annexe
16,9
15,6
16,7
16,1
17,2
16,1
Budget traitement des déchets
112,4
116,9
116,8
111,2
108,9
106,5
Contractuels de droit privé
89,4
91,9
93,8
90,2
88,9
86,5
Fonctionnaires détachés
0
2
1
0
0
0
Fonctionnaires mis à disposition par Metz Métropole
23
23
22
21
20
20
Total des effectifs du budget annexe
129,3
132,5
133,5
127,3
126
122,5
Sources : tableaux des effectifs et délibérations annuelles du conseil d’administration sur les budgets 2013 à 2018
5.1.4
La capacité d’autofinancement
La capacité d’autofinancement brute a progressé de près de 65 % entre 2013 et 2018
passant de 6,2 M
à 10,3 M
, sous l’effet de la baisse de la charge des intérêts de la dette.
Le résultat financier est même devenu positif à compter de 2017. En effet, à compter de 2016,
le service a perçu l’annuité du fonds de soutien suite à la renégociation des prêts structurés.
5.1.5
L’encours de la dette au 31 décembre 2018
Entre 2013 à 2018, aucun nouvel emprunt n’a été mobilisé pour le financement des
investissements du budget annexe traitement des déchets. Aussi, l’encours de la dette a
baissé de 28,5 % au cours de cette période. Il s’élève à 15,2 M
au 31 décembre 2018.
A cette date, l’encours est composé de trois contrats de prêts à taux fixe classés 1- A
dans
la
charte
de
bonne
conduite
définie
par
la
circulaire
interministérielle
n° NORIOCB1015077C du 25 juin 2010. Le quatrième contrat, soumis à un taux à barrière
simple dont l’index est l’Euribor trois mois (classé 1-B), a une durée résiduelle d’un peu plus
de deux mois.
Le taux d’intérêt apparent de la dette
15
, après avoir atteint 14,2 % en 2015, n’est plus
que de 4 % en 2018, à la faveur de renégociations en 2016 de trois emprunts structurés.
14
Les clés de répartition des dépenses de personnel du budget principal entre les budgets annexes sont définies
annuellement par délibération du conseil d’administration sur le budget.
15
Rapport entre le capital de la dette restant dû et les intérêts de la dette.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
23/61
Tableau 17 :
Taux d’intérêt apparent de la dette
2013
2014
2015
2016
2017
2018
CAF brute en
6 230 583
6 891 115
6 260 591
8 224 591
9 432 799
10 269 855
Encours de la dette au
31 décembre en
(A)
21 261 534
19 983 911
18 780 190
17 576 468
16 372 746
15 196 424
Encours/CAF brute en années
3,4
2,9
3
2,1
1,7
1,5
Intérêts de la dette (B)
1 905 344
2 053 759
2 667 041
1 582 263
658 319
611 359
Taux d'intérêt apparent de la
dette (B/A)
9
10,3
14,2
9
4
4
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
En 2018, le rapport entre l’encours de la dette et la CAF brute est d’environ 1,5 an. En
théorie, cela signifie qu’à la fin de l’année 2018, le budget annexe traitement des déchets
devait consacrer un an et demi de capacité d’autofinancement brute pour rembourser
l’entièreté de sa dette. Dans les faits, elle devra le faire en 19 ans, compte tenu des contrats
en cours.
Alors que le budget n’a pas mobilisé d’emprunt entre 2013 et 2018, le poids de la dette
rapporté à l’actif net immobilisé est passé de 56 % en 2013 à 60,4 % en 2017, puis à 56 % en
2018.
Tableau 18 : Evolution de l’encours de la dette et de l’actif net immobilisé
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Encours de la dette
(A) en
21 261 534
19 983 911
18 780 190
17 576 468
16 372 746
15 196 424
- 28,5
Total actif net
immobilisé (B) en
38 125 660
36 214 135
33 389 708
30 403 862
27 092 102
27 240 116
- 28,6
A/B en %
55,8
55,2
56,2
57,8
60,4
55,8
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
L’évolution du poids de la dette ramené à l’actif net immobilisé jusqu’en 2017 indique
que l’amortissement comptable est plus rapide que l’amortissement financier.
Au 31 décembre 2018, l’encours de la dette est stable et sécurisé. Le niveau de la
capacité d’autofinancement est suffisant pour assurer le remboursement des emprunts
souscrits. La part de l’annuité de remboursement dans les recettes réelles de fonctionnement
est limitée depuis 2016 alors même que cette part atteignait 17 % en 2015.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
24/61
Tableau 19 :
Evolution de la part de l’annuité d’emprunt par rapport aux recettes réelles
d’exploitation
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Annuité totale en
(A)
3 216 292
3 331 381
3 870 763
2 785 985
1 862 040
1 787 680
Recettes réelles
d'exploitation en
(B)
22 511 946 23 305 171 23 138 203 32 842 399 23 973 392 24 649 530
A/B en %
14,3
14,3
16,7
8,5
7,8
7,3
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
5.1.6
La renégociation des emprunts à risque et les attributions du fonds de soutien
5.1.6.1 Les contrats initiaux
La renégociation des emprunts à risque en 2016 concerne trois contrats
16
en 2007 et
en 2012 pour refinancer de contrats plus anciens. Chaque prêt renégocié comportait une
phase à taux constant et une phase à taux variable fondée sur la parité de devises.
Tableau 20 :
Contrats initiaux
Contrat
Indices des
phases à taux
variable
17
Capital
emprunté
en
Date de
signature
Durée
en
années
Encours en
au 31/12/2015
Encours en
au 31/12/2016
12
USD/Yen
4 857 143
10/04/2007
17
2 571 429
2 285 714
15
/CHF et
/USD
6 429 418
25/10/2007
20,6
4 916 614
4 538 413
20
/CHF
12 610 166
02/01/2012
26
11 155 147
10 670 141
Total
23 896 727
18 643 190
17 494 268
Sources : contrats et état de la dette 2015 et 2016
Les conditions de passage aux phases à taux variable se sont réalisées. Le contrat
n° 20 a été particulièrement sensible. En effet, le taux d’intérêt de 3,95 %, à la date de sa
signature, était de 12,82 % en 2013 (soit des intérêts de 1,6 M
), de 13,85 % en 2015 (soit
des intérêts de 1,6 M
) et de 20,58 % en 2016 (soit des intérêts de 2,3 M
).
Pour les contrats 12 et 15, moins sensibles, les taux étaient respectivement de 4,60 %
et de 4,65 % de 2013 à 2015 inclus.
La part des intérêts des annuités de 2014 à 2016 du contrat 20 excédant ceux dus par
application du taux initial a été consignée par la régie à la Caisse des Dépôts et Consignations
(CDC) pour un total de 4,1 M
(mandats 3/2014, 3/2015 et 3/2016). En effet, pour ces
échéances, l’assemblée délibérante de la régie a décidé de régler les charges financières dans
la limite du taux de 3,95 %.
Cette somme a été déconsignée en 2016 (titres 550 à 552/2016) et remboursée
(mandats 1327 à 1329/2016), à la faveur de la conclusion de la transaction avec le prêteur. La
régie a, en outre, perçu des produits financiers sur ce placement pour un montant de 46 366
(titre 549/2016).
16
Numérotés 12, 15 et 20 sur les états de la dette.
17
USD : dollar américain, CHF : franc suisse.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
25/61
5.1.6.2
Les transactions et le refinancement des contrats
Les 14 janvier et 1
er
février 2013, la régie a contesté, auprès du tribunal de grande
instance de Nanterre, le taux des trois contrats. En 2016, la régie s’est désistée à la faveur de
la conclusion des transactions nécessaires à l’obtention d’aides du fonds de soutien.
La signature de chacune des transactions a été autorisée par la délibération du conseil
d’administration de la régie du 8 juin 2016 (points 7, 9 et 11).
Les contrats de refinancement des trois contrats ont été conclus en juin 2016, le capital
refinancé correspond à celui restant dû.
Une indemnité de remboursement anticipé (IRA) a été fixée pour chaque
contrat : 531 000
, soit 23 % du capital restant dû du contrat 12 (2 285 714
), 3 583 000
,
soit 88,6 % du capital restant dû du contrat 15 (4 538 413
) 21 640 000
, soit 203 % du
capital restant dû du contrat 20 (10 670 141
).
Une part de ces indemnités (respectivement 180 000
, 17 050 000
et 2 460 000
)
a été versée par la régie en une fois, le solde (351 000
, 4 590 000
et 1 123 000
) a été
intégré dans les taux des nouveaux contrats très supérieurs aux taux du marché.
Coût de sortie des emprunts structurés à risque
Au total, pour un encours renégocié de 17,5 M
, le coût de sortie des emprunts
structurés à risque s’est élevé à 25,8 M
, soit 147 % du capital restant dû.
Tableau 21 :
Le coût de sortie des emprunts structurés à risque
En
Contrat 12
Contrat 15
Contrat 20
Total
Encours renégocié
2 285 714
4 538 413
10 670 141
17 494 268
IRA payée
180 000
2 460 000
17 050 000
19 690 000
IRA intégrée au contrat de
refinancement
351 000
1 123 000
4 590 000
6 064 000
Total
531 000
3 583 000
21 640 000
25 754 000
Sources : état de la dette 2016, transactions, contrats renégociés.
5.1.6.3 Le fonds de soutien
La loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 modifiée a créé un
fonds de soutien de 200 millions d'euros par an pendant une durée maximale de quinze ans.
Ce fonds a pour objet d’apporter une aide financière aux collectivités territoriales et à leurs
groupements qui ont souscrit, avant le 30 décembre 2013, des emprunts structurés.
Le décret n° 2014-444 du 29 avril 2014 modifié relatif au fonds de soutien aux
collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de
prêt ou des contrats financiers structurés à risque fixe les conditions d’éligibilité à une aide de
ce fonds.
L’arrêté du 22 juillet 2015 a établi les critères d’attribution.
Les demandes d’aide du fonds ont été déposées par la régie le 9 mars 2015 pour ces
trois contrats.
Le montant et la nature des aides attribuées, contrat par contrat ont été communiqués
par le « service de pilotage du dispositif de sortie des emprunts à risque »
18
, le
18 novembre 2016. Ces attributions sont devenues définitives à la date de la signature des
18
Service créé par le décret n° 2014-810 du 16 juillet 2014 relatif au service à compétence nationale dénommé
« Service de pilotage du dispositif de sortie des emprunts à risque ».
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
26/61
conventions avec l’Etat, le 29 novembre 2016. Les aides obtenues du fonds de soutien au titre
des IRA s’élèvent à 13 M
, soit 50,7 % du total des indemnités transactionnelles.
Tableau 22 :
Les aides du fonds de soutien
En
Contrat 12
Contrat 15
Contrat 20
Total
Encours renégocié
2 285 714
4 538 413
10 670 141
17 494 268
IRA totale
531 000
3 583 000
21 640 000
25 754 000
Aide au titre de l'IRA
56 233
666 080
12 339 128
13 061 441
Taux de l'aide
10,6
18,6
57
50,7
Sources : décisions définitives du 14 novembre 2016 du Service de pilotage du dispositif de
sortie des emprunts à risque.
En outre, l’article 4-I de l’arrêté du 22 juillet 2015 précité, prévoit l’attribution d’une aide
correspondant à la part des intérêts payée au-delà du taux d’usure en vigueur à la date de la
signature de l’emprunt à risque et couvrant la période entre la date de la demande d’aide et
celle de résiliation du contrat (du 9 mars 2015 au 1
er
juillet 2016). A ce titre, la régie a perçu
une aide de 1,5 M
pour le contrat 20, le taux d’usure à la date de la signature du contrat étant
de 5,45 % (2 janvier 2012).
Aucune aide n’a été versée pour les contrats 12 et 15 à ce titre, les taux d’intérêt de
ces prêts constatés (respectivement 4,60 % et 4,65 %) du 9 mars 2015 au 1
er
juillet 2016 étant
inférieurs aux taux d’usure en vigueur à la date de signature des contrats
19
.
Les aides sont versées en annuités égales de plus de 1,1 M
pendant 13 ans à
compter de 2016, soit 14,5 M
. Sur un total des IRA de 25,8 M
, le reste à charge de la régie
sera de 11,2 M
dont 7,8 M
pour le seul contrat 20.
Tableau 23 :
Le reste à charge de la sortie des emprunts à risque
En
contrat 12
contrat 15
contrat 20
Total
IRA
531 000
3 583 000
21 640 000
25 754 000
Aide au titre de l'IRA
56 233
666 080
12 339 128
13 061 441
Intérêts pris en charge entre
le 09/03/2015 et le
01/07/2016
0
0
1 492 426
1 492 426
Montant définitif d’aide
56 233
666 080
13 831 554
14 553 867
Reste à charge
474 767
2 916 920
7 808 446
11 200 133
Sources : conventions du fonds d’aide de 2016
5.1.7
Les investissements
Malgré la progression de la capacité d’autofinancement brute et la baisse des
dépenses d’équipement, le total des emplois a été supérieur à celui des ressources en 2016.
Le transfert des charges financières de renégociation des emprunts structurés (19,7 M
) en
charges à répartir sur plusieurs exercices explique le résultat de la section d’investissement
de cet exercice. Pour les autres années, l’écart ressources et emplois a abondé le fonds de
roulement.
19
6,73 % au 10 avril 2007 (contrat 12) et 7,51 % au 25 octobre 2007 (contrat 15).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
27/61
Tableau 24 : Le financement des investissements
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Capacité d'autofinancement
brute
6 230 583
6 891 115
6 260 591
8 224 591
9 432 799
10 269 855
Subventions d'équipement
22 500
1 086 000
183 160
160 797
160 825
118 819
Autres ressources
18 000
0
0
2 543
0
0
Total ressources (A)
6 271 083
7 977 115
6 443 751
8 387 931
9 593 624
10 388 674
Remboursement dette
1 310 948
1 277 622
1 203 722
1 203 722
1 203 722
1 176 322
Immobilisations
3 660 545
3 235 895
2 564 083
2 635 961
2 496 252
3 266 953
dont immobilisations
incorporelles
59 068
89 324
88 131
76 014
190 843
130 929
dont immobilisations
corporelles
2 301 430
2 895 520
2 454 888
2 518 022
2 305 409
3 131 885
dont immobilisations en
cours
1 300 046
251 051
21 063
41 925
0
4 140
Autres emplois
0
144 515
65 633
19 760 049
70 049
113 894
dont autres immobilisations
financières
0
144 515
65 633
70 049
70 049
113 894
Charges à répartir sur
plusieurs ex.
0
0
0 19 690 000
0
0
Total emplois (B)
4 971 493
4 658 032
3 833 438
23 599 732
3 770 023
4 557 169
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
Les équipements de la période 2013 à 2018 (17,9 M
) ont été financés à hauteur de
9,7 % par des subventions d’investissement, le reliquat par l’autofinancement.
De 2013 à 2017, les dépenses d’équipement ont été inférieures aux dotations
annuelles aux amortissements des immobilisations. Il en résulte que le taux de vétusté
(amortissements sur actif immobilisé) est passé de 51 % en 2013 à plus de 70 % en 2018.
Tableau 25 : Les dépenses d’équipement, les dotations aux amortissements et le taux de
vétusté
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Actif net immobilisé en
38 125 660 36 214 135 33 389 708 30 403 862 27 092 102 27 240 116
- 28,6
Dotation aux
amortissements des
immobilisations corporelles
et incorporelles (A)
5 589 456
5 291 934
5 544 625
5 689 313
5 873 697
3 231 349
- 42,2
Immobilisations de
l'exercice (B)
3 660 545
3 235 895
2 564 083
2 635 961
2 496 252
3 266 953
- 10,8
A-B
1 928 912
2 056 039
2 980 542
3 053 352
3 377 445
- 35 604
Actif brut immobilisé en
(C)
77 598 987 80 856 784 83 321 909 86 025 376 88 557 040 91 919 326
Amortissements en
(D)
39 473 327 44 642 649 49 932 201 55 621 514 61 464 939 64 679 210
Sources : données issues des comptes financiers de 2013 à 2018
L’actif net du budget traitement des déchets est passé de 38,1 M
en 2013 à 27,2 M
en 2018, soit une baisse de près de 29 %.
La chambre relève que sur toute la période la régie a peu investi pour cette activité.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
28/61
5.1.8
Le fonds de roulement et la trésorerie
Le fonds de roulement (FDR) est la différence entre les ressources stables et les
emplois stables. Il s’élevait à 16,5 M
à la fin de l’exercice 2018 et représentait 419 jours de
charges courantes gestion
20
. Important, son montant souligne le niveau des réserves
accumulées par le service. Le fonds de roulement au 31 décembre 2018 représentait plus de
70 % des produits (chapitre 70). Ce niveau s’explique aussi en partie par un faible taux
d’exécution budgétaire en investissement.
Par ailleurs, la régie n’a pas eu recours à l’emprunt sur toute la période.
Depuis 2013, la part de trésorerie issue du service du traitement des déchets est
pléthorique. Elle représente plus d’un an de charges de gestion de 2013 à 2015 et en 2018 et
s’élève à la fin de 2018 à 18 M
, soit 455 jours. Ce niveau résulte de la constitution de réserves
substantielles.
La chambre rappelle que les SPIC sont régis par les règles d’équilibre définies à
l’article L. 2224-1 du code général des collectivités territoriales. Pour réaliser cet équilibre, le
financement du service de traitement des déchets de la régie doit être totalement assuré par
les produits de son activité et, exceptionnellement, par des subventions d’équilibre de la
collectivité de rattachement. Les redevances fixées doivent trouver leur contrepartie directe
dans des prestations fournies par le service public (CE, 7/10 SSR, 30 septembre 1996,
Sté
stéphanoise des eaux et ville de Saint-Etienne
).
Or le service de traitement des déchets n’a pas réalisé de plan pluriannuel
d’investissement qui expliquerait cette accumulation de réserves.
Dans sa réponse, l’ordonnateur fait valoir que ces réserves sont justifiées par un projet
de reconstruction du centre de valorisation des déchets à l’horizon 2035-2040.
Le Conseil d’Etat, dans son arrêt du 9 avril 1996 (Bandol), a énoncé les conditions
permettant de justifier la constitution de réserves sur la section d’investissement d’un SPIC.
En particulier, d’après cette jurisprudence, cet excédent doit être nécessaire au financement
des dépenses d‘investissement devant être réalisées à court terme et il ne peut résulter de la
fixation d’un prix trop élevé, destiné à faire financer par les usagers les dépenses futures.
La chambre relève que le projet de réhabilitation du centre de valorisation des déchets
à l’horizon 2035-2040 ne peut être considéré comme une dépense d’investissement à court
terme.
La chambre observe, d
ès lors, que l’excédent de ce budget est trop important, et que
le niveau des tarifs appliqué n’est pas justifié.
20
Les charges courantes sont égales aux dépenses réelles d’exploitation déduction faite des atténuations de
charges et de produits.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
29/61
Tableau 26 : Evolution du fonds de roulement
, et de la trésorerie
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Produits du service
22 416 666 23 243 536 23 067 418 21 763 926 22 770 934 23 448 611
4,6
Trésorerie
16 191 234 18 935 142 23 311 229
5 241 530 12 113 653 17 923 615
10,7
En nombre de jours de
charges courantes
363
394
478
50
298
455
En % des produits
d'exploitation
72,2
81,5
101,1
24,1
53,2
76,4
Fonds de roulement
10 770 362 12 929 827 14 597 247
5 137 776 10 637 674 16 476 308
53
En nombre de jours de
charges courantes
242
269
300
49
261
419
En % des produits
d'exploitation
48
55,6
63,3
23,6
46,7
70,3
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
5.2
La situation financière du budget réseaux et traitement de l’eau
La régie gère directement la collecte, le transport et le traitement des eaux usées sur
la quasi-totalité du territoire de Metz Métropole. Trois communes
21
de la métropole sont
raccordées à des réseaux d’autres établissements publics de coopération intercommunale
(EPCI).
A contrario
, la régie assure l’assainissement de quatre communes qui ne sont pas
membres de la métropole.
Les redevances perçues pour ces communes extérieures à la métropole ne
représentaient que 0,7 % des recettes d’exploitation de 2018 et les redevances payées pour
les trois communes membres de la métropole raccordées aux réseaux d’autres EPCI, que
0,2 % du total des dépenses d’exploitation de 2018.
21
Communes de Chieulles et de Vany raccordées aux réseaux de la communauté de communes de Rives de
Moselle ; la commune de Coin-sur-Seille, aux réseaux du syndicat mixte d’assainissement de la Seille Aval
(SMASA).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
30/61
Tableau 27 : Les redevances perçues de communes extérieures et les redevances payées à
d’autres EPCI
Redevances perçues en
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Ancy-Dornot
48 230
44 605
48 318
46 684
50 133
51 136
Novéant-sur-Moselle
66 714
69 965
64 432
66 682
68 858
67 778
Sainte-Barbe
12 247
12 475
13 834
14 397
21 895
11 886
Servigny-lès-Sainte-Barbe
13 021
13 343
13 220
15 710
14 348
15 728
Peltre
22
64 015
0
0
0
0
0
Total
204 228
140 389
139 805
143 473
155 235
146 528
En % des recettes
d'exploitation
1,1
0,7
0,7
0,7
0,8
0,7
Redevances payées en
CC Rives de Moselle
26 381
24 336
15 513
22 083
20 828
22 606
SMASA
13 867
9 379
7 700
10 631
14 045
6 250
Total
40 248
33 716
23 213
32 714
34 873
28 855
En % des dépenses
d'exploitation
0,3
0,3
0,2
0,3
0,3
0,2
Sources : données issues des émissions de mandats et de titres et des comptes financiers 2013 à 2018
Les redevances en cause sont donc marginales au regard des recettes et des
dépenses d’exploitation de la régie.
Le traitement des eaux usées s’effectue pour la majeure partie par la station
d’épuration de Metz. La régie gère également quatre petites stations
23
et quatre lagunes
24
qui
traitent les eaux usées de 6 053 habitants, soit 2,6 % de la population totale de
Metz Métropole. Ainsi la station de Metz traite plus de 98 % du total des eaux usées
(26,8 M de
m
3
contre 0,5 M de m
3
en 2018).
Tableau 28 :
Le volume des eaux usées traitée par la régie
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Volume d'eaux usées traitées
station de Metz en m³
29 107 890 23 866 610 22 930 461 26 774 465 22 512 856 26 820 657
Autres installations d'épuration
des eaux usées en m³ (A)
NC
582 219
557 445
738 103
481 131
525 387
Total (B) en m³
24 448 829 23 487 906 27 512 568 22 993 987 27 346 044
A/B en %
2,4
2,4
2,7
2,1
1,9
Sources : données issues des rapports d’activités et collectivité
Le recouvrement des redevances d’assainissement est réalisé par les distributeurs
d’eau. Ces derniers reversent les produits à la régie suivant un calendrier fixé par les
conventions qui en prévoient les modalités.
5.2.1
Le chiffre d’affaires
Le chiffre d’affaires a progressé de 12,2 % entre 2013 et 2018. Cette progression
résulte pour l’essentiel de l’augmentation de la redevance eaux pluviales (+ 5,7 %) à partir de
2014, de la montée en charge des participations financières à l’assainissement collectif
22
Depuis 2014, la commune de Peltre est membre de Metz Métropole.
23
Fey 736 habitants, La Maxe 887 habitants, Pouilly 639 habitants et Pournoy-la-Chétive 648 habitants.
24
Chesny 614 habitants, Marieulles-Vézon 700 habitants, Mécleuves 1 200 habitants et Verneville 629 habitants.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
31/61
(PFAC), mais surtout de la croissance du produit de la redevance d’assainissement collectif
(7,2%).
La redevance eaux pluviales versée par Metz Métropole à la régie a été revue en 2014
(+ 4 %). En 2015, cette redevance a été revalorisée de 35 000
HT
25
, suite à l’intégration de
quatre communes à Metz Métropole, et atteint 2,2 M
. Depuis cette date, le niveau de la
redevance forfaitaire a été reconduit, chaque année, par décisions du conseil d’administration.
La PFAC a été mise en
œ
uvre au 1
er
juillet 2012 (article L. 1331-7 du code de la santé
publique) en remplacement de la participation au raccordement à l’égout (PRE). Elle est due
par les propriétaires des immeubles soumis à l'obligation de raccordement au réseau public
de collecte des eaux usées, lorsque cette participation a été décidée par l’assemblée
délibérante de la collectivité compétente en matière d’assainissement.
Les tarifs ont été reconduits chaque année depuis 2013.
Toutefois, cette participation n’est payable qu’à la date du branchement et non à la
date du permis de construire. Il en résulte un décalage de recettes pouvant atteindre 18 mois
et explique le niveau des recettes de 2013. Elle est, de plus, dépendante de l’activité de
construction.
Tableau 29 : Les tarifs de la PFAC en
par m
2
depuis 2013
Eaux usées domestiques
0 à 150 m
2
7,10
> 150 m
2
12,10
Eaux usées assimilées domestiques
Hébergements hôteliers
10,95
Bureaux
4
Commerces
2
Artisanat
2
Industries
2
Entrepôts
2
Services publics ou d'intérêt collectif, hôpitaux
4
Sources : délibérations annuelles du conseil d’administration sur
les tarifs
Les recettes de la redevance de l’assainissement collectif (AC), qui représentent 90 %
du total des recettes d’exploitation, ont évolué de 7,2 %.
La redevance ne comporte qu’une partie proportionnelle aux consommations d’eau
potable. Elle est fixée annuellement par le conseil d’administration de la régie. Elle est passée
de 1,19
HT/m
3
en 2013, à 1,22
en 2014 et à 1,24
en 2015, soit une progression du tarif
de 4 % entre 2013 et 2015. Ce montant est resté inchangé depuis.
Par ailleurs l’assiette de facturation de la redevance a progressé de 1,6 %.
25
Délibération du conseil d’administration du 17 décembre 2014, point 7.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
32/61
Tableau 30 :
Evolution du chiffre d’affaires
Intitulé
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Travaux
354 860
278 438
266 298
361 502
390 920
405 971
14,4
Redevance AC
14 236 000
14 377 671
15 565 812
15 378 669
15 085 543
15 257 251
7,2
Redevance
modernisation des
réseaux
187 477
48
78
39
0
0
Reversement
redevance
modernisation des
réseaux
- 280 525
0
0
0
0
0
Nombre de m
3
facturés
12 114 714
11 777 253
12 734 333
12 246 279
12 032 420
12 309 108
1,6
Participation
financière AC
32 541
333 757
334 782
559 102
657 880
794 616
2 341,9
Redevance ANC
3 320
4 774
8 990
25 815
25 695
22 463
576,6
Participation eaux
pluviales
2 033 919
2 115 276
2 150 276
2 150 276
2 150 276
2 150 276
5,7
Autres prestations de
service
247 933
296 589
278 135
223 425
187 483
238 136
- 4
Total 706
16 460 665
17 128 114
18 338 073
18 337 326
18 106 877
18 462 743
12,2
En % des RRE
85,8
90,3
90,2
89,3
87,6
90,4
Autres produits
activités annexes
25 402
22 066
23 816
29 069
32 521
32 478
27,9
Chiffre d'affaires
16 840 927
17 428 618
18 628 187
18 727 897
18 530 318
18 901 192
12,2
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018.
5.2.2
Les autres ressources d’exploitation
Constituées des primes à l’épuration des eaux usées versées par l’agence de l’eau,
elles représentent 5,8 % du total des ressources d’exploitation en 2018.
Après avoir fortement progressé de 2013 (1 M
) à 2016 (1,6 M
), elles baissent
fortement ensuite pour atteindre 1,2 M
en 2018, soit une progression globale de 11,9 % entre
2013 et 2018.
Tableau 31 : Evolution des ressources d’exploitation
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Chiffre d'affaires
16 840 927 17 428 618 18 628 187 18 727 897 18 530 318 18 901 192
12,2
Autres produits liés à l'activité (+)
1 037 555
1 206 977
1 504 848
1 648 670
1 454 595
1 160 831
11,9
Ressources d'exploitation
17 878 482 18 635 595 20 133 035 20 376 567 19 984 913 20 062 023
12,2
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
Toutefois, selon les états liquidatifs de l’agence de l’eau, l’évolution est plus erratique,
avec une forte baisse de 2013 (1,7 M
) et 2014 (1,4 M
) puis une hausse jusqu’en 2016
(1,6 M
) suivie d’une baisse pour atteindre 1,4 M
en 2018, soit une évolution globale de près
de 22 %.
La différence entre les états liquidatifs et les comptes financiers provient du mécanisme
de rattachement mis en
œ
uvre par la régie (cf. point sur le rattachement des produits).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
33/61
Tableau 32 :
Evolution des primes versées par l’agence de l’eau Rhin-Meuse
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Eléments polluants kg jour
station d’épuration (STEP) Metz
DCO
26
26 425
26 175
26 216
26 138
25 863
25 883
- 2,1
MES
27
15 622
15 475
15 593
15 531
15 369
15 426
- 1,3
Ngl
28
2 607
2 579
2 613
2 465
2 388
2 423
- 7,1
Pt
29
334
350
348
344
336
343
2,8
Total
44 988
44 578
44 770
44 478
43 956
44 075
- 2
Population raccordée à la STEP
227 256
226 503
225 688
225 018
223 808
222 822
- 2
Primes STEP Metz en
selon les
états liquidatifs en
1 756 612 1 342 905 1 346 743 1 566 171 1 433 882 1 356 239
- 22,8
Primes autres installations Haganis
17 337
10 756
22 990
33 827
32 951
35 592
105,3
Total des primes en
1 773 949 1 353 661 1 369 733 1 599 998 1 466 833 1 391 831
- 21,5
Sources : titres annuels de versement des primes de résultat
Ces évolutions résultent de celles de la quantité des polluants traités par les
installations, liée à celle de la population raccordée, mais également de celle de l’enveloppe
financière annuelle affectée au dispositif.
Les primes versées en 2013 au titre de l’épuration des eaux usées en 2012
dépendaient des conditions financières du 9
ème
programme pluriannuel d’intervention de
l’agence.
Le 10
ème
plan a revu à la baisse les tarifs unitaires appliqués, ce qui explique la baisse
des primes à compter de 2014.
Pour autant, au regard des critères de l’agence de l’eau, les performances des
installations d’épuration de la régie ne sont pas en cause.
5.2.3
La valeur ajoutée
Entre 2013 et 2018, la valeur ajoutée a progressé de 22,6 % à la faveur de la hausse
des produits et de la baisse des consommations intermédiaires. Cette baisse est liée à celle
de la quantité de boues traitées et du volume d’eaux usées épurées qui a évolué de 29 M m
3
en 2013 à 27,3 M m
3
en 2018.
26
DCO : demande chimique en oxygène.
27
MES : matières en suspension.
28
Ngl : azote global.
29
Pt : phosphore total.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
34/61
Tableau 33 : Evolution de la valeur ajoutée
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Produits des services
d'exploitation
17 121 452 17 428 618 18 628 187 18 727 897 18 530 318 18 901 192
10,4
Ressources d'exploitation
17 878 482 18 635 595 20 133 035 20 376 567 19 984 913 20 062 023
12,2
Consommations
intermédiaires (60+61+62) (-)
5 604 220
5 214 739
5 208 427
5 039 272
4 871 757
5 050 232
- 9,9
Impôts et taxes (sauf
personnel) (-)
156 257
157 423
157 891
160 424
161 235
155 512
- 0,5
Valeur ajoutée
12 118 005 13 263 433 14 766 718 15 176 871 14 951 921 14 856 278
22,6
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
5.2.4
L’excédent brut d’exploitation
La progression de l’excédent brut d’exploitation (+ 48 %) résulte, outre de celle de la
valeur ajoutée, de la baisse des charges de personnel (- 8,4 %).
Tableau 34 : Evolution de l’excédent brut d’exploitation
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Valeur ajoutée
12 118 005 13 263 433 14 766 718 15 176 871 14 951 921 14 856 278
22,6
Charges de personnel (chap.
012)
- atténuation des dépenses
de personnel) (-)
7 133 204
6 965 096
6 476 876
6 411 804
6 523 470
6 534 672
- 8,4
Subvention d'exploitation (+)
0
1 166
1 475
1 850
1 550
0
Autres produits de gestion (+)
741 902
247 678
157 647
89 142
105 902
94 269
- 87,3
Autres charges de gestion (-)
60 624
43 082
35 851
37 631
32 677
31 769
- 47,6
Excédent brut d'exploitation
5 666 079
6 504 099
8 413 113
8 818 429
8 503 226
8 384 105
48
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
Les effectifs pris en charge par le budget réseaux et traitement de l’eau en ETP sont
de 144 agents en 2018 contre 156,7, en 2013.
Les charges de personnel affecté par Metz Métropole ont diminué de 27 %. Les
effectifs concernés, de 64 agents en 2018, ont diminué de 30 ETP depuis 2013. Parallèlement,
le nombre d’agents ETP directement rémunérés par le budget du traitement de l’eau est de
67 en 2018 contre 45 en 2013. Enfin, la modification de la répartition de charges du budget
principal a entrainé une baisse de l’effectif pris en charge à ce titre par ce budget annexe de
3,8 ETP sur la période.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
35/61
Tableau 35 :
Evolution des effectifs
Effectifs en ETP
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Budget principal
33,9
31,2
30,3
29,2
31,2
29,2
Contractuels de droit privé
21,9
22,2
22,3
22,2
23,2
22,2
Fonctionnaires mis à disposition par Metz Métropole
12
9
8
7
8
7
Taux de prise en charge par le budget en %
50
50
45
45
45
45
En ETP pris en charge par le budget annexe
16,9
15,6
13,6
13,1
14
13,1
Budget traitement des eaux
139,8
129
129,2
125,4
125,5
130,9
Contractuels de droit privé
42,7
40
42,5
44,5
51,5
65
Fonctionnaires détachés
2
2
1,9
1,9
1,9
1,9
Fonctionnaires mis à disposition par Metz Métropole
95,1
87
84,8
79
72,1
64
Total des effectifs du budget traitement des eaux
156,7
144,6
142,8
138,5
139,5
144
Sources : tableaux des effectifs et délibérations annuelles du conseil d’administration sur les budgets 2013 à 2018
5.2.5
La capacité d’autofinancement
La capacité d’autofinancement (CAF) brute a progressé de près de 67 % entre 2013
et 2018. Elle passe de 5 M
, en début de période, à 8,4 M
en 2018, sous l’effet de la baisse
de la charge des intérêts de la dette et d’un résultat exceptionnel devenu positif grâce à la
perception en 2017 d’une indemnité suite à un contentieux de près de 0,5 M
et en 2018, des
indemnités de sinistre pour 230 000
. Nette des remboursements de la dette, la CAF nette
atteint 7,8 M
en 2018.
Tableau 36 :
La capacité d’autofinancement
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Excédent brut
d'exploitation
5 666 079
6 504 099
8 413 113
8 818 429
8 503 226
8 384 105
48
Résultat financier (+)
- 250 182
- 260 132
- 238 989
- 209 065
- 197 058
- 174 065
- 30,4
Résultat exceptionnel
(+)
- 382 349
- 221 838
- 179 312
- 13 875
483 279
186 743
- 148,8
CAF brute
5 033 549
6 022 129
7 994 812
8 595 489
8 789 448
8 396 784
66,8
Remboursement de la
dette en capital
539 464
544 991
557 075
559 471
561 356
559 687
3,7
CAF nette
4 494 084
5 477 137
7 437 736
8 036 018
8 228 092
7 837 097
74,4
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
5.2.6
L’encours de la dette au 31 décembre 2018
Entre 2013 à 2018, aucun nouvel emprunt n’a été mobilisé pour le financement des
investissements du budget annexe traitement des eaux usées. Aussi, l’encours de la dette a
baissé de 40,8 % au cours de cette période. Il s’élève à 3,7 M
au 31 décembre 2018.
A cette date, l’encours est composé de 14 contrats de prêts dont six sans intérêt
conclus avec l’agence de l’eau. Ces derniers représentent 6 % de l’encours fin 2018.
Deux contrats
30
, conclus en 1997 sont à taux révisables, tous les cinq ans à compter
de mai 1997. La révision se calcule à partir de la moyenne arithmétique de l’indice TEC 5
31
30
Contrats n° 14 et 16078 de l’état de la dette du budget annexe réseaux et traitement de l’eau.
31
TEC cinq taux à échéance constante cinq ans qui représente le taux de rendement actuariel des valeurs du
Trésor sur cinq ans.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
36/61
quotidien du mois de mai des années anniversaires (2002, 2007, 2012 et 2017). En mai 2017,
les taux quotidiens de cet indice ont été négatifs. Ainsi le taux de ces deux emprunts a baissé
par rapport aux conditions initiales. Les taux sont passés de 5,30 % (contrat n° 14) et 5,35 %
(contrat n° 16078) à respectivement à 1,50 % et 1,65 %. Ces prêts seront totalement amortis
en 2022, le taux ne sera donc plus révisé.
Six contrats ont été conclus à taux fixe et n’appellent pas d’observation.
Le taux d’intérêt apparent de la dette
32
, est de 4,7 % en 2018.
Tableau 37 : Taux d’intérêt apparent de la dette
2013
2014
2015
2016
2017
2018
CAF brute en
5 033 549
6 022 129
7 994 812
8 595 489
8 789 448
8 396 784
Encours de la dette au 31
décembre en
(A)
6 282 606
5 959 837
5 402 762
4 843 290
4 281 935
3 722 247
Encours/CAF brute en années
1,2
1
0,7
0,6
0,5
0,4
Epargne brute en
5 666 079
6 504 099
8 413 113
8 818 429
8 503 226
8 384 105
Intérêts de la dette en
(B)
280 918
268 289
243 834
219 986
197 610
174 065
Taux d'intérêt apparent de la
dette (B/A)
4,5
4,5
4,5
4,5
4,6
4,7
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
En 2018, le rapport entre l’encours de la dette et la CAF brute est d’environ 0,4 an. En
théorie, cela signifie qu’à la fin de l’année 2018, le budget annexe traitement des eaux usées
devait consacrer moins de cinq mois de capacité d’autofinancement brute pour rembourser
l’entièreté de sa dette. Dans les faits, elle devra le faire en 15 ans, compte tenu des contrats
en cours.
Alors que le budget n’a pas mobilisé d’emprunt entre 2013 et 2018, le poids de la dette
rapporté à l’actif net immobilisé est passé de 56 % en 2013 à 60,4 % en 2017, puis à 56 % en
2018.
Au 31 décembre 2018, l’encours de la dette est stable et sécurisé. Le niveau de la
capacité d’autofinancement est suffisant pour assurer le remboursement des emprunts
souscrits. La part de l’annuité de remboursement dans les recettes réelles de fonctionnement
est inférieure à 0,1 %.
Depuis 2014, les ressources sont supérieures aux emplois. Cet écart a abondé le fonds
de roulement.
32
Rapport entre le capital de la dette restant dû et les intérêts de la dette.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
37/61
Tableau 38 :
Le financement des investissements
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
CAF
5 033 549
6 022 129
7 994 812
8 595 489
8 789 448
8 396 784
Emprunts
61 600
0
0
0
0
0
Subventions d'équipement
533 529
187 527
29 383
51 097
26 201
27 232
Autres ressources
99 316
64 970
56 611
94 035
19 303
0
Total ressources (A)
5 727 993
6 274 625
8 080 806
8 740 621
8 834 951
8 424 016
Remboursement dette
539 464
544 991
557 075
559 471
561 356
559 687
Immobilisations
5 680 491
3 146 205
1 952 940
1 968 831
3 163 172
2 806 903
Immobilisations incorporelles
103 661
66 812
49 234
69 519
126 931
118 696
Immobilisations corporelles
2 240 406
1 843 959
1 015 415
1 666 154
3 022 333
2 688 208
Immobilisations en cours
3 336 425
1 235 433
888 291
233 158
13 908
0
Autres emplois
0
0
0
0
0
6 000
Total emplois (B)
6 219 955
3 691 196
2 510 015
2 528 302
3 724 528
3 372 591
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
Les équipements (18,7 M
) de la période ont été autofinancés à hauteur de 95 % et à
4,6 % par des subventions d’investissement.
Sur toute la période, les dépenses d’équipement ont été inférieures aux dotations
annuelles aux amortissements des immobilisations. Il en résulte que le taux de vétusté est
passé de 46 % en 2013 à plus de 55 % en 2018.
Tableau 39 : Les dépenses d’équipements et les dotations aux amortissement
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Total actif net
immobilisé en
127 859 341 127 699 817 122 431 861 118 036 390 115 028 801 111 980 103
- 12,4
Dotations aux
amortissements des
immobilisations (A)
6 951 338
7 048 618
7 165 023
6 272 180
6 151 458
5 860 044
- 15,7
Immobilisations de
l'exercice (B)
5 680 491
3 146 205
1 952 940
1 968 831
3 163 172
2 806 903
- 50,6
A-B
1 270 847
3 902 413
5 212 083
4 303 349
2 988 286
3 053 141
Actif brut immobilisé
en
(C )
235 161 769 243 319 029 244 190 682 246 043 461 248 304 999 251 079 706
Amortissements en
(D)
107 302 428 115 619 211 121 758 821 128 007 071 133 276 198 139 099 602
Taux de vétusté D/C
en %
45,6
47,5
49,9
52,0
53,7
55,4
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018.
L’actif net du budget annexe du traitement des eaux usées est passé de 128 M
en
2013 à 112 M
en 2018, soit une baisse de plus de 12 %.
La chambre relève que, comme pour le budget du traitement des déchets, la régie a
peu investi pour cette activité. Comme le montre l’évolution du taux de vétusté des
équipements, supérieur à 50 % en fin de période, le renouvellement du patrimoine du service
n’a pas été assuré.
5.2.7
Le fonds de roulement et la trésorerie
Le fonds de roulement (FDR) est la différence entre les ressources stables et les
emplois stables. Il s’élevait à 33 M
à la fin de l’exercice 2018 et représentait 1 004 jours de
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
38/61
charges courantes gestion
33
. Important, son montant souligne le niveau des réserves
accumulées par le service. Le fonds de roulement au 31 décembre 2018 représentait plus de
175 % des produits du service (chapitre 70). Ce niveau s’explique aussi en partie par un faible
taux d’exécution budgétaire en investissement.
Par ailleurs, la régie n’a pas eu recours à l’emprunt sur toute la période, hormis
l’encaissement d’un reliquat 2012 d’un emprunt de l’agence de l’eau à taux 0 (61 600
).
Depuis 2013, la part de trésorerie issue du service de l’assainissement est pléthorique.
Elle représente plus de deux ans de charges de gestion en 2018 et s’élève à la fin de 2018 à
28 M
. Ce niveau résulte de la constitution de réserves substantielles.
La chambre rappelle que les SPIC sont régis par les règles d’équilibre définies à
l’article L. 2224-1 du code général des collectivités territoriales. Pour réaliser cet équilibre, le
financement du service de traitement des eaux usées de la régie doit être totalement assuré
par les produits de son activité. Les redevances fixées doivent trouver leur contrepartie directe
dans des prestations fournies par le service public (CE, 7/10 SSR, 30 septembre 1996,
Sté
stéphanoise des eaux et ville de Saint-Etienne
).
Or le service de
traitement des eaux usées n’a pas réalisé de plan pluriannuel
d’investissement qui expliquerait cette accumulation
de réserves.
Dès lors, l’excédent de ce
budget est trop important et le niveau des tarifs appliqués n’est pas justifié.
Tableau 40 : Evolution de la trésorerie et du fonds de roulement
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Produits du service
17 121 452 17 428 618 18 628 187 18 727 897 18 530 318 18 901 192
10,4
Trésorerie en
3 858 087
5 534 687 11 497 043 18 928 144 21 741 037 27 915 048
623,5
En nombre de jours de charges
courantes
102
156
338
580
671
849
En % des produits du services
23
32
62
101
117
148
Fonds de roulement en
8 472 128 11 074 691 16 562 827 22 795 537 27 960 886 33 025 669
289,8
En nombre de jours de charges
courantes
225
313
487
699
863
1 004
En % des produits du service
49
64
89
122
151
175
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018
5.3
Conclusion sur la situation financière des deux budgets annexes de la régie Haganis
La chambre relève que les excédents dégagés par chacun des deux budgets annexes
sont trop importants. Les recettes de chacun des services sont déconnectées des besoins de
financement et les tarifs sont, dès lors, injustifiés.
De plus, ni le budget annexe traitement des déchets ni le budget annexe réseaux et
traitement de l’eau ne disposent d’un plan pluriannuel d’investissement alors même que le
niveau des investissements réalisés est insuffisant pour assurer le renouvellement des
installations.
La régie Haganis doit donc assurer l’équilibre des deux budgets annexes en veillant à
répercuter sur les usagers le coût réel des deux services publics dont elle assure la gestion.
33
Les charges courantes sont égales aux dépenses réelles d’exploitation déduction faite des atténuations de
charges et de produits.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
39/61
6.
LA GESTION DES DECHETS
6.1
Le plan régional de prévention et de gestion des déchets
Le conseil régional de la région Grand Est a approuvé le Plan Régional de Prévention
et de Gestion des Déchets (PRPGD) le 17 octobre 2019.
La régie Haganis y est recensée comme installation de gestion des déchets du
bâtiment et travaux publics BTP (pour sa plateforme de regroupement et de tri), comme centre
de tri des recyclables (pour une capacité nominale de 22 000 tonnes et autorisée de 54 000
tonnes) et comme unité de valorisation énergétique. Le plan ne prévoit aucune évolution des
capacités de traitement des installations de la régie Haganis.
6.2
L’évolution du tonnage des déchets entrants
La régie Haganis assure le traitement des déchets ménagers par le tri des collectes
sélectives de matériaux à recycler et la valorisation énergétique des ordures résiduelles. Elle
exploite par ailleurs les huit déchèteries de l’agglomération messine, ainsi qu'une plateforme
de broyage de bois, de compostage et de stockage de verre (PAVD).
L’activité de traitement des déchets est assurée par la direction des exploitations et
plus spécifiquement le département déchets, divisé en deux pôles : le pôle valorisation
énergétique des déchets et le pôle valorisation des matériaux.
Deux unités complémentaires composent le centre de valorisation : une unité de tri et
de conditionnement des matériaux à recycler et une unité de valorisation énergétique des
déchets non recyclables. Une installation spécialisée assure en outre le traitement sur place
des mâchefers d’incinération pour permettre leur valorisation en remblais.
Au cours de la période sous revue, le tonnage général des déchets entrants sur les
différentes structures d’accueil de la régie est en progression de près de 13 %.
Tableau 41 :
Evolution tonnages entrants
En tonnes
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
UVE
Metz Métropole
64 428
64 546
63 808
61 975
59 788
61 259
- 4,9
En % du total UVE
72,1
71,2
70,2
66,6
55,8
57,7
0
« Clients extérieurs »
24 917
26 059
27 145
31 134
47 314
44 893
80,2
En % du total UVE
27,9
28,8
29,8
33,4
44,2
42,3
0
Total UVE
89 345
90 605
90 953
93 109
107 102
106 152
18,8
UTM
18 826
18 997
19 220
17 659
16 386
17 107
- 9,1
Déchèteries (8)
39 686
40 855
38 202
38 879
37 513
38 408
- 3,2
PAVD
19 467
19 890
18 833
21 168
23 950
27 240
39,9
Total déchets entrants
167 324
170 347
167 208
170 815
184 951
188 907
12,9
Source : rapports d’activités traitement des déchets 2013 à 2018
Le tonnage des déchets incinérés provenant de Metz Métropole est en baisse de près
de 5 % sur la période. A contrario, ceux provenant des « clients extérieurs » (annexe 5,
tableau 1) sont en très forte hausse (plus de 80 %), en particulier sur les exercices 2017 et
2018. Cette augmentation s’explique par la prise en compte, pour ces deux années, de la
conclusion de nouveaux contrats au profit de tiers.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
40/61
Cette progression marquée permet à l’UVE de conserver sa pleine capacité industrielle
d’incinération (limitée à 110 000 tonnes par an). Son fonctionnement et sa performance
énergétique sont, en effet, tributaires du tonnage des déchets incinérables réceptionnés.
Le tonnage des déchets triés par l’unité de tri des matériaux est en baisse entre 2013
et 2018.
Les déchèteries concernent l’activité de collecte, et non de traitement, des déchets qui
ne sont pas récupérés par le service de ramassage traditionnel (gravats, encombrants,
déchets verts des particuliers …).
La plateforme d’accueil et de valorisation des déchets accueille les déchets des
professionnels, le bois issu des déchèteries ou apporté par des collecteurs et des
professionnels. Les déchets verts y sont broyés avant d’être envoyés en compostage. La
PAVD permet également de rassembler les déchets non incinérables, le plâtre et les gravats
issus des déchèteries et le verre ménager collecté par Metz Métropole.
Sur la période, la plateforme de valorisation des déchets affiche une progression de
près de 40 % de ses tonnages. Cette hausse s’explique par l’incitation faite aux professionnels
d’utiliser en priorité la déchèterie de la PAVD qui leur est réservée.
Au total, les tonnages entrants sur les quatre structures de traitement des déchets de
la régie Haganis est en hausse de 12,9 % sur la période 2013 à 2018.
L’essentiel de l’activité traitement des déchets de la régie reste l’incinération des
déchets.
6.3
La valorisation énergétique et l’unité de valorisation énergétique (UVE)
La combustion des ordures entraîne la formation de rejets polluants, notamment des
poussières, des dioxines et furanes. Certains métaux lourds, initialement présents dans les
déchets, se retrouvent aussi dans les fumées. L’incinération est donc encadrée par des
normes d’épuration des fumées très strictes définies dans l’arrêté du 20 septembre 2002
34
.
L’article 4 de l’arrêté précité traite de la valorisation énergétique des déchets, levier
important de la transition énergétique impliquant la mobilisation de toutes les sources
d’énergie alternatives.
L’incinération avec une valorisation énergétique performante est un outil de gestion
des déchets permettant de valoriser le potentiel énergétique présent dans les déchets, et donc
de limiter d’autant le recours à d’autres ressources d’origine fossiles et importées, dans le
respect de la hiérarchie des modes de gestion : prévention, réutilisation, recyclage dont
valorisation organique, puis valorisation énergétique. Elle constitue une alternative à
l’enfouissement en installations de stockage.
Une unité de valorisation énergétique est une installation d’incinération des déchets
permettant de produire de l’électricité ou d’alimenter un réseau de chaleur
35
.
L'incinération produit de la chaleur, de la vapeur, des mâchefers
36
, et des résidus de
traitement des gaz
37
.
Pour la régie Haganis, la valorisation énergétique sous la forme de vente de vapeur à
UEM a été mise en
œ
uvre dès 1970.
34
Relatif aux installations d'incinération et de co-incinération de déchets non dangereux et aux installations
incinérant des déchets d'activités de soins à risques infectieux.
35
Source : www.actu-environnement.com/ae/dictionnaire_environnement.
36
Résidus solides de la combustion des déchets, restant en sortie basse de four.
37
Ou REFIOM -résidus de l'épuration des fumées de l'incinération des ordures ménagères.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
41/61
6.3.1
La performance énergétique de l’UVE de la régie Haganis
Celle-ci est évaluée chaque année à partir d’une formule définie par l’arrêté
du 20 septembre 2002 précité. En application de l’article 33-2 du même arrêté, l’incinération
est considérée comme une opération de valorisation et non une simple élimination des déchets
si au moins 65 % du pouvoir énergétique des déchets sont valorisés.
Tableau 42 :
Performance énergétique de l’UVE
En %
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Performance de la valorisation énergétique
79,3
75,7
79,9
79,3
88,3
80,6
Seuils article 33-2 arrêté du 20 septembre 2002
modifié
65
65
65
65
65
65
Source : rapports d’activité traitement des déchets 2013 à 2018
Sur la période 2013 à 2018, la performance énergétique de l’UVE de la régie Haganis
a été constamment supérieure au seuil défini par l’arrêté, pour atteindre plus de 80 % de
valorisation du pouvoir énergétique des déchets en fin de période.
6.3.2
Le régime d’autorisation d’exploitation de l’UVE
Sont soumises à autorisation préfectorale les installations qui présentent de graves
risques ou nuisances pour l'environnement. L'exploitant doit faire une demande d'autorisation
avant toute mise en service, démontrant l'acceptabilité du risque en produisant une étude
d'impact et de dangers. Cette étude d’impact a été réalisée et déposée
en préfecture en 1998
.
Par arrêté préfectoral du 16 avril 2000, le Syndicat Intercommunal à vocation multiple
de l’agglomération de Metz a été autorisé à exploiter un centre de traitement et de valorisation
des déchets ménagers et assimilés à Metz. Le 27 mars 2002, la déclaration de changement
d’exploitant au profit de Haganis a été faite auprès de la préfecture. L’autorisation a été ensuite
modifiée en 2004, 2006, 2011 et plus récemment en 2018. Ces modifications imposent des
prescriptions complémentaires à Haganis, compte-tenu notamment de ses activités et de
l’évolution législative.
Par arrêté du 27 septembre 2012, la préfecture de la Moselle a décidé la création d’une
commission de suivi de sites autour des sites de Haganis, centre de traitement et de
valorisation des déchets ménagers et assimilés et UEM, centrale thermique du site de
Chambière, situés sur le territoire de la commune de Metz.
Le régime d’autorisation et son suivi n’appellent pas d’observation.
6.3.3
La constitution de garanties financières
Pour les activités présentant un risque de pollution, comme le tri et le traitement des
déchets, un nouveau dispositif est entré en vigueur le 1
er
juillet 2012 dans le cadre de la
protection de l’environnement. Il exige des garanties financières pour la mise en sécurité des
sites en fin d’exploitation, en cas de défaillance de l’exploitant, ces installations présentant en
effet des risques de pollution des sols.
Par délibération du conseil d’administration en date du 17 juin 2015, les garanties
financières relative au centre de valorisation des déchets (unité de tri et UVE) et à la
plate-forme de valorisation des déchets ont été réévaluées, suite à l’arrêté préfectoral du
12 février 2015
38
. Elles prennent la forme de la consignation auprès de la Caisse des dépôts
et consignations d’un total de 700 494
TTC sur la période 2016-2022.
La constitution et le dépôt de ces garanties financières n’appellent pas d’observation.
38
Le décret du 3 mai 2012 rend obligatoire cette constitution de garantie.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
42/61
6.3.4
L’incinération des déchets
L’arrêté préfectoral du 16 mai 2006 limite l’incinération à 110 000 tonnes de déchets
par an. L’unité de valorisation énergétique de la régie Haganis incinère les déchets non
dangereux provenant de Metz Métropole (déchets des ménages et déchets banals
d’entreprises, boues et graisses d’épuration urbaines, encombrants, refus de tri ou de
compostage – autorisation préfectorale du 20 avril 2000). Elle incinère également les déchets
de collectivités territoriales et d’autres clients, dans le cadre de marchés.
En revanche, les déchets industriels, les déchets toxiques, les déchets d’activités de
soins médicaux, les cadavres d’animaux, les pneumatiques, les boues de curage d’égouts,
etc. sont interdits. L’ensemble de ces déchets fait l’objet d’un traitement particulier.
Sur la période, l’UVE a incinéré en moyenne 104 145 tonnes de déchets par an, dont
un peu plus de 60 % au profit de Metz Métropole. Par année, le total valorisé par incinération
a augmenté en fin de période (2017 et 2018) et se rapproche de la capacité de 110 000 tonnes
de déchets incinérables par an, voire l’a dépassé en 2017.
Tableau 43 :
Valorisation des déchets par l’UVE
En tonnes
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Moyenne
sur la
période
Evolution
en %
Metz Métropole
64 428
64 546
63 808
61 975
59 788
61 259
62 634
- 4,9
« Clients extérieurs »
24 917
26 059
27 145
31 134
47 314
44 893
33 577
80,2
Sous total
89 345
90 605
90 953
93 109
107 102
106 152
96 211
18,8
Flux déchèteries PAVD
7 823
7 084
6 687
4 414
1 666
988
4 777
- 87,4
Flux UTM refus de tri
3 011
2 917
3 547
3 208
2 973
3 283
3 157
9
Total
100 179
100 606
101 187
100 731
111 741
110 423
104 145
10,2
Source : rapports d’activité traitement des déchets 2013 à 2018
6.3.5
Le fonctionnement de l’unité de valorisation énergétique
L’unité de valorisation énergétique utilise les déchets comme combustible. Ces
derniers sont une source d’énergie hétérogène. Leur quantité varie chaque année notamment
en fonction de l’évolution de la population, du périmètre et des consignes de collecte et leur
potentiel énergétique est fonction de multiples facteurs dont leur composition, les saisons, le
type de population ou d’habitat.
La chaleur dégagée par la combustion des déchets est captée par des tubes d’eau qui
équipent les parois des chaudières de l’UVE. L’eau ainsi chauffée est transformée en vapeur
à haute pression dans un ballon. C’est cette vapeur, surchauffée dans des échangeurs à haute
température, qui alimente le réseau de chauffage urbain messin.
En 2018, par ce procédé, l’UVE de la régie Haganis a valorisé 109 891 tonnes de
déchets qui ont permis de produire 303 163 tonnes de vapeur, soit 2,76 tonnes de vapeur par
tonne de déchets incinérés.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
43/61
Figure 1 : Coupe schématique de l’unité de valorisation énergétique de la régie Haganis
Source : site internet de la régie Haganis
L’UVE est composée de deux lignes de traitement identiques, chaque four possédant
une capacité d’incinération de huit tonnes par heure. Les déchets sont réceptionnés puis
versés dans la fosse de stockage. Ils sont brassés par des grappins, afin de les rendre plus
homogènes, puis versés dans les trémies d’alimentation des fours pour être brûlés à très haute
température.
Les mâchefers extraits au bas des fours sont dirigés dans les installations de l’unité de
valorisation des mâchefers présente sur le site du centre de valorisation des déchets. Affinés,
analysés et commercialisés, ils sont utilisés en sous-couche routière.
Les fumées font l’objet d’un double traitement, par pulvérisation de charbon actif et
injection de bicarbonate de sodium. Les produits sodiques résiduaires résultant de ce dernier
traitement sont recyclés sous forme de bicarbonate de sodium.
Les résidus d’épuration des
fumées d’incinération d’ordures ménagères (REFIOM) formés des cendres et particules, sont
stockés en silos avant transfert pour inertage et stockage en centre spécialisé, ou valorisation
en comblement de mine.
La qualité des rejets atmosphériques par les cheminées sont contrôlés par les
techniciens présents dans la salle de commande et par des analyseurs de gaz en continu.
6.3.6
Le traitement et la valorisation des mâchefers
Le plan régional de prévention et de gestion des déchets a pour objectif de privilégier
l’utilisation des mâchefers comme matières premières secondaires, alternative à l’offre de
matériaux neufs issus de carrière dans un souci d’économie de la ressource des matières
premières.
La régie Haganis s’inscrit dans ce cadre. Elle dispose de sa propre unité de traitement.
Une fois traités sur place et après analyse, les mâchefers valorisables sont ensuite revendus.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
44/61
Ils sont utilisés en chantiers de travaux publics, en couche de forme de terrassement ou en
assise de chaussée routière.
Les mâchefers non valorisables sont ceux constitués essentiellement d’imbrulés. Ils
sont envoyés vers la fosse de stockage des déchets afin d’être une nouvelle fois incinérés.
Sur la période 2013-2018, les tonnages valorisés sont en augmentation de près de
24 %. Aucun lot de mâchefers n’a été déclaré non conforme au cours de la période.
Tableau 44 : Valorisation des mâchefers
En tonnes
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Mâchefers
14 526
17 288
18 808
15 744
19 583
17 107
17,8
Métaux ferreux issus traitement
des mâchefers
1 314
1 454
1 391
1 857
2 297
2 417
83,9
Métaux non ferreux issus
traitement des mâchefers
49
131
212
118
241
158
222,4
Total valorisé
15 889
18 873
20 411
17 719
22 121
19 862
23,9
Mâchefers non conformes
0
0
0
0
0
0
% valorisé
100 %
100 %
100 %
100 %
100 %
100 %
Source : rapports d’activités déchets 2013 à 2018.
6.3.7
Les résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères
Les REFIOM sont constitués pour la majeure partie (jusqu’à 90 %) de substances
minérales dépourvues de nocivité (silice, calcaire) et pour le reste d’une concentration des
polluants contenus dans les déchets incinérés (métaux lourds volatiles, chlore, dioxines et
furanes).
Compte tenu de leurs caractéristiques polluantes, notamment de leur forte teneur en
métaux lourds aisément entraînables dans les lixiviats
39
, les REFIOM ne sont pas mélangés
aux mâchefers, et font l’objet d’un traitement spécifique. Le PRPGD classe ces déchets dans
la catégorie des déchets dangereux.
L’UVE de la régie produit trois catégories de REFIOM :
-
les cendres sous chaudière, valorisées en comblement minier ;
-
les REFIOM, stabilisés, inertés et stockés sur une installation de stockage des
déchets dangereux ;
-
les produits solides résiduels (PSR), valorisés sous forme de saumure.
Sur la période, le tonnage des résidus d’épuration de fumée valorisé est plus important
que le tonnage enfoui et varie de 59 % à 72 %.
39
Liquide résiduel qui provient de la percolation de l'eau à travers un matériau.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
45/61
Tableau 45 :
Traitement des tonnages de REFIOM
2013
2014
2015
2016
2017
2018
REFIOM
695
753
1 026
1 309
1 097
1 036
Total REFIOM enfouis
695
753
1 026
1 309
1 097
1 036
PSR
922
1 052
835
725
828
800
Cendres
839
827
1 014
1 136
1 160
1 174
Total REFIOM valorisés
1761
1 879
1 849
1 861
1 988
1 974
Total
2456
2 632
2 875
3 170
3 085
3 010
REFIOM valorisés en % du total
72
71
64
59
64
66
Source : rapports d’activités traitement des déchets de 2013 à 2018
Ces résidus ne font l’objet d’aucune valorisation financière et le coût de leur gestion
(traitement, transport et surveillance) reste une charge pour la régie, conséquence de son
activité industrielle de valorisation énergétique des déchets.
Tableau 46 :
Coût de gestion des REFIOM
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Total
période
En % du
total
Total
266 055 307 325 359 007 403 644 410 460 379 617 2 126 107
100
dont traitement
194 038 239 481 293 172 303 031 314 777 304 488 1 648 986
77
dont transport
64 582
57 904
59 173
97 646
88 168
72 001
439 474
21
dont surveillance
7 436
9 940
6 662
2 967
7 515
3 127
37 647
2
Source : mandats et titres Haganis 2013 à 2018
De 2013 à 2018, le coût total de gestion des REFIOM s’est élevé à 2,1 M
, dont 1,6 M
pour leur traitement (soit 77 % du total des dépenses). Le transport représente 21 % des
dépenses, et la surveillance 2 %.
6.4
Le contrat de fourniture d’eau déminéralisée
Ce contrat, conclu en 2002, modifié par avenants en 2007 et 2012, a pour objet la
fourniture, par l’UEM, de l’eau déminéralisée nécessaire à Haganis pour l’appoint des fours de
l’UVE. En contrepartie, Haganis s’engage à n’utiliser que cette eau déminéralisée pour la
gestion de l’UVE.
Cette eau répond à des caractéristiques techniques particulières qui garantissent le
bon fonctionnement des installations de l’UEM et fait l’objet d’analyses régulières, à partir
d’échantillons.
Ce fonctionnement assure les caractéristiques techniques de la vapeur et explique
l’absence de son refus par UEM sur la période contrôlée.
6.5
Le contrat de fourniture de vapeur
Une convention relative à la fourniture de vapeur à l’Usine d’Electricité de Metz (UEM),
centrale de Chambière, pour la période 2013 à 2017 a été signée le 1
er
juin 2013. Cette
dernière s’engage à livrer de la vapeur à la centrale et UEM s’engage à acheter à Haganis la
vapeur produite par l’unité de valorisation énergétique. Le prix est fixé à 13,50
HT/MWh
au 1
er
janvier 2013.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
46/61
6.5.1
La quantité de vapeur produite par l’UVE et vendue à la centrale de Chambière
La quantité de vapeur vendue annuellement est estimée par le contrat à 220 000 MWh.
Au cours de la période, les MWh vendus à la centrale de Chambière sont de 210 858 MWh en
moyenne. Ils ont progressé de 6,5 %.
Tableau 47 : Quantité de MWh vendus à la centrale de Chambière et utilisation de la
vapeur
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Moyenne
Evolution
en %
2013-2018
MWh vendus
199 883
209 970
206 593
211 992
223 737
212 973
210 858
6,5
Utilisation vapeur vendue
Chauffage urbain
En %
79,1
72
79,7
76,7
65,1
76,5
- 3,3
Electricité
En %
20,9
28
20,3
23,3
34,9
23,5
12,4
Source : régie Haganis
Les MWh fournis par l’UVE a été la plus basse en 2013 ce qui s’explique par la quantité
de déchets moindre, reçue et traitée par Haganis pour cette année.
Cette vapeur, essentiellement dédiée au réseau de chauffage urbain, contribue
également à produire de l’électricité par cogénération. De 2013 à 2018, la part de vapeur
achetée par l’UEM et injectée dans les réseaux de chaleur messins diminue de 3,3 %, alors
que la part de vapeur utilisée pour produire de l’électricité augmente de 12,4 %. Néanmoins,
la production de vapeur de la régie Haganis est récupérée et valorisée à 100 % par l’UEM.
6.5.2
Les caractéristiques de la vapeur
Définies par l’article 2.3 du contrat, elles prévoient notamment la température de la
vapeur à 325 °C. Cette température peut être inférieure à cette valeur contractuelle, pour la
période d’avril à octobre, sans toutefois descendre en dessous de 300 °C.
Cet article donne la possibilité à l’UEM de refuser la vapeur produite si les
caractéristiques contractuelles ne sont pas respectées sans indemnité pour Haganis.
La température, la pression et le débit de la vapeur livrée à l’UEM sont suivis en continu
et reportés en salle de commande de l’UVE. La feuille d’attachement est établie
mensuellement. Elle fait l’objet d’une signature contradictoire entre Haganis/UVE et l’UEM, qui
certifie l’exactitude des renseignements apportés.
L’éventuel refus de la vapeur produite entraînerait un arrêt en urgence des chaudières,
avant le rétablissement de la situation. Au cours de la période, aucun évènement de production
n’a justifié le refus par UEM de la reprise de la vapeur produite.
6.5.3
Les plans de productions
Conformément à l’article 2.4 du contrat de fourniture de vapeur en date du
1
er
juin 2013, deux plans de production par an sont établis d’un commun accord entre les
parties, un au mois de septembre pour la période d’octobre à avril et l’autre au mois de mars
pour la période de mai à septembre.
Ces plans sont destinés à permettre à Haganis d’assurer la fourniture moyenne de
vapeur la plus constante possible et compatible avec les besoins de l’UEM, en définissant les
périodes et les régimes de consommation. Ils doivent également permettre de mettre en
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
47/61
concordance les impératifs de production et de maintenance de l’UVE et de la centrale de
Chambière
40
.
Les plans sont établis sur la base d’une production moyenne annuelle de
212 000 MWh maximale et d’un débit maximal de 50 t/h.
6.5.4
Le prix de la fourniture de vapeur
6.5.4.1 Le prix initial
Le prix de la fourniture est estimé sur la base d’une quantité estimée à 220 MWh.
Au 1
er
janvier 2013, il est fixé à 13,50
/MWh HT.
Ce prix est ferme sur la première année puis révisable annuellement à la date
du 1
er
janvier.
6.5.4.2
La clause d’actualisation du prix
Un prix révisable est un prix pouvant être modifié à la hausse comme à la baisse pour
tenir compte des variations économiques survenues en cours d’exécution du marché, soit en
fonction d’une référence, soit par application d’une formule représentative de l’évolution du
coût de la prestation, soit en combinant les deux formules. L’article R. 2112-13 du code de la
commande publique prévoit par ailleurs qu’« un marché est conclu à prix révisable dans le cas
où les parties sont exposées à des aléas majeurs du fait de l'évolution raisonnablement
prévisible des conditions économiques pendant la période d'exécution des prestations ».
La délibération du 26 juin 2013 mentionne que la formule de révision du prix vise à être
la plus représentative possible de la structure du coût de revient de Haganis mais que les
indices choisis sont des indices de synthèse dont l’évolution au plan national peut être
différente de l’évolution des prix subie par Haganis. Cette même délibération précise que UEM
n’est pas favorable à l’intégration dans la convention d’une clause de sauvegarde
41
.
L’article 3.2.2 du contrat de fourniture de vapeur prévoit une formule paramétrique
annuelle de révision du prix de la fourniture utilisant deux indices publiés au bulletin officiel de
la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes, correspondant aux frais
et services divers (FSD1) et au coût horaire du travail – Eau, assainissement, déchets,
dépollution (ICHT-E), leur valeur initiale étant celle au 1
er
septembre 2012.
Cependant, sur la période, le prix de fourniture de vapeur a été revu par avenants
successifs et non par application de la formule paramétrique de révision prévue au contrat.
Ainsi, le tarif 2014 n’a pas été révisé et est resté à 13,50
HT comme pour l’année 2013
42
.
Pour les années suivantes (2014-2018), la formule n’a pas été appliquée, au regard
notamment des « bonnes relations commerciales entre UEM et Haganis » mais surtout de la
baisse constatée des indices composant la formule d’actualisation du prix contractuellement
prévue. Pour la période 2018 à 2020, l’avenant n° 5 du 23 février 2018 gèle le tarif à 15
HT.
Chacune de ces délibérations mentionne par ailleurs que « lors de la signature de la
convention en juin 2013, Haganis et UEM convenaient de se rencontrer pour trouver un accord
sur la fixation du prix de la nouvelle période dès lors que l’application de la formule de révision
40
Charges du réseau de chauffage urbain, périodicité de maintenance des groupes à condensation et de leurs
auxiliaires, périodicité de maintenance des chaudières, périodicité de maintenance des fours UVE et de leurs
auxiliaires, périodicité de contrôle de la conduite vapeur, visite réglementaire des appareils à pression UVE et UEM,
étalonnage et entretien des soupapes et vannes régulatrices au point de livraison, contraintes réglementaires.
41
Une clause de sauvegarde est une règle insérée dans un contrat permettant aux parties de ne pas respecter les
termes de l'accord en raison de circonstances qui compromettraient les intérêts essentiels des parties.
42
Délibérations du 26 février 2014 (13,50
HT), 25 mars 2015 (13,60
HT), 23 mars 2016 (13,70
HT),
22 mars 2017 (13,90
HT), et avenant n° 5 du 23 février 2018 (15
HT).
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
48/61
conduirait à un prix de la fourniture de vapeur de la nouvelle période inférieur à celui de la
période précédente ».
Les avenants successifs ont donc pour objet d’augmenter ou de maintenir le prix
malgré la baisse des indices de référence sur la période au profit de Haganis, en l’absence de
toute clause de sauvegarde et sans justification du prix retenu. Chacun des avenants conclus
sur la période mentionne expressément que dès la prochaine date anniversaire (1
er
janvier),
l’ensemble des dispositions prévues à la convention seront appliquées. Or, de 2013 à 2020,
les dispositions contractuelles relatives à la révision tarifaire n’ont jamais été appliquées.
De plus, ni le prix initial ni les prix fixés par avenant ne reposent sur un calcul de coût
de revient.
Tableau 48 : Evolution vente de vapeur UEM
Ventes de vapeur UEM
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Nombre de MWh
199 884
209 970
206 593
211 992
223 737
212 973
11,9
Prix du MWh en
13,50
13,50
13,60
13,70
13,90
15
3
Total des recettes en
2 698 434
2 834 595
2 809 665
2 904 290
3 109 944
3 194 595
15,2
Source : comptes financiers Haganis 2013-2018
Sur la période 2013-2018, les recettes liées à la vente de vapeur à l’UEM ont progressé
de 15,2 % sous l’effet de la hausse du prix de la fourniture de vapeur en MWh et de
l’augmentation du nombre de MWh produits par Haganis.
La chambre recommande à la régie Haganis de fixer un prix de vente de vapeur en
lien avec le coût de revient.
Recommandation n° 1 :
Fixer un prix de vente de vapeur en lien avec le coût de revient.
6.5.4.3
La surveillance de l’unité de valorisation énergétique
-
L’auto surveillance
1 - L’article 8 de l’arrêté du 3 août 2010 modifiant l'arrêté du 20 septembre 2002 relatif aux
installations d'incinération […]
43
prévoit que « l’exploitant doit mettre en place un programme
de surveillance des rejets atmosphériques de ses installations. Les mesures sont effectuées
sous la responsabilité de l'exploitant et à ses frais dans les conditions fixées par l'arrêté
préfectoral d'autorisation ». Il doit également faire réaliser par un organisme indépendant deux
mesures par an des polluants rejetés dans l’atmosphère et mesurer en semi-continu les
dioxines et furanes
44
.
2 - La régie Haganis a mis en place pour son incinérateur un dispositif d’auto surveillance et fait
procéder à deux campagnes de mesures sur les émissions dans l’atmosphère à des
laboratoires indépendants. L’UVE est également équipée d’un système de mesure en
semi-continu des dioxines et des furanes.
-
La commission de suivi de site (CSS)
Cette commission a pour objet de suivre les activités des installations classées pour
lesquelles elle a été créée, de promouvoir pour ces installations l’information du public sur la
43
Et de co-incinération de déchets non dangereux et aux installations incinérant des déchets d'activités de soins à
risques infectieux.
44
Les dioxines et les furanes sont des polluants toxiques formés essentiellement lors de phénomènes de
combustion mal maîtrisés ou dont l’efficacité n’est pas maximale.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
49/61
protection des intérêts mentionnés à l’article L. 511-1 du code de l’environnement
45
et de créer
un cadre d’échange et d’information entre les différents collèges de représentants. Elle est
présidée par le Préfet ou son représentant.
La CSS commune aux sites de Haganis (centrale de traitement et de valorisation des
déchets) et de l’UEM (centrale thermique du site de Chambière) a été créée par l’arrêté
préfectoral du 27 septembre 2012.
Les collèges sont au nombre de cinq (administrations, exploitants, collectivités
territoriales, associations de protection pour l’environnement, salariés). Leurs membres sont
nommés pour cinq ans par le Préfet.
La commission se réunit annuellement. Elle fait l’objet de nombreux échanges entre
l’ensemble
des
participants,
en
particulier
les
associations
pour
les
questions
environnementales, et la régie Haganis. Chaque réunion fait l’objet d’un compte rendu détaillé.
-
Les plans de surveillance
La synthèse de ces plans figure dans les rapports d’activité qui traitent de la
surveillance de l’UVE, en particulier sur le contrôle des gaz émis et le résultat de ces contrôles,
ainsi que l’impact de l’activité de l’UVE sur l’environnement.
L’ensemble des bilans d’analyse est publié dans un dossier d’information du public,
disponible sur le site internet de la régie. Ces données sont également en ligne sur le site de
la préfecture de la Moselle.
6.6
La tarification
La régie Haganis est certifiée ISO 9001, 14001 et 50001. Cette validation par un
organisme extérieur du respect des prescriptions réglementaires environnementales est un
gage de qualité pour les « clients extérieurs » qui souhaitent, notamment, bénéficier d’une
TGAP à taux réduit.
Cette taxe a été fondée sur le principe du pollueur-payeur et porte sur les tonnages de
déchets enfouis ou incinérés. Une distinction est également opérée par le législateur entre
l’incinération sans valorisation énergétique et l’incinération avec valorisation énergétique, la
régie Haganis a bénéficié d’un taux réduit de 4
en 2013, taux qui est passé à 6,01
en 2018
contre respectivement 22
et 33
/tonne enfouie.
La tarification des déchets valorisés aux « clients extérieurs » par Haganis tient compte
de la capacité résiduelle de l’UVE en fonction des tonnages apportés par Metz Métropole et
du seuil réglementaire d’incinération de 110 000 tonnes par an. Les prix établis tiennent
compte des tonnages à traiter au profit du client extérieur, de la durée du marché et de la
solution éventuellement proposée dans le cadre de la concurrence (enfouissement).
Sur un échantillon qui représente entre 94 % et 97 % du total des tonnages traités par
la régie pour des « clients extérieurs » (cf. tableau annexe 5), le prix moyen à la tonne a varié
de 91,77
en 2013 à 82,06
en 2018, soit une diminution de 10,6 %.
Le prix à la tonne facturé à Metz Métropole a progressé de 1,9 %. Il est passé de
106,17
en 2013 à 108,14
en 2018.
L’écart entre ces deux types de tarifs atteignait plus de 25 % en 2017 et était de plus
de 24 % en 2018.
45
« Sont soumis aux dispositions du présent titre […] les installations exploitées ou détenues par toute personne
physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la
commodité du voisinage, soit pour la santé, la sécurité, la salubrité publiques, soit pour l'agriculture, soit pour la
protection de la nature, de l'environnement et des paysages, soit pour l'utilisation rationnelle de l'énergie, soit pour
la conservation des sites et des monuments ainsi que des éléments du patrimoine archéologique
».
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
50/61
Tableau 49 : Evolution des prix moyens des « clients extérieurs » et de Metz Métropole
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en
%
Total des tonnages « clients
extérieurs » (A)
24 917
26 059
27 145
31 134
47 314
44 893
Total des recettes échantillon
en
2 157 791
2 250 984
2 344 890
2 577 684
3 740 704
3 589 484
66,3
Total des tonnages échantillon
(B)
23 514
24 623
25 819
29 794
46 199
43 740
86
en % du total des tonnages des
« clients extérieurs » (B/A)
94
94
95
96
98
97
Prix moyen de la tonne
échantillon en
91,77
91,42
90,82
86,52
80,97
82,06
- 10,6
Prix à la tonne Metz Métropole
en
106,17
108,29
109,26
110,35
108,14
108,14
1,9
Ecart en %
- 13,57
- 15,58
- 16,88
- 21,60
- 25,13
- 24,11
Source : émission des titres 2013 à 2018, délibérations annuelles du conseil d’administration sur les tarifs (Metz
Métropole), services de la régie
La chambre constate que les prix sont très favorables aux « clients extérieurs », par
rapport au tarif appliqué à Metz Métropole.
La pratique du traitement de déchets de « clients extérieurs » à Metz Métropole
apparaît déroger au principe de spécialité territoriale des régies. Toutefois, le Conseil d’Etat
(CE, 7
ème
– 2
ème
chambres réunies, 14 juin 2019,
Sté Vinci construction maritime et fluvial
) a
admis sous conditions qu’une régie puisse se porter candidate à l’attribution d’un contrat de
commande publique pour répondre aux besoins d’une autre personne publique à condition :
-
que cette candidature «
constitue le prolongement d’une mission de service public dont la
régie a la charge, dans le but notamment d’amortir des équipements, de valoriser les
moyens dont dispose le service ou d’assurer son équilibre financier, et sous réserve
qu’elle ne compromette pas l’exercice de la mission. […] Cet amortissement ne doit
toutefois pas s’entendre dans un sens précisément comptable, mais plus largement
comme traduisant l’intérêt qui s’attache à l’augmentation du taux d’utilisation des
équipements de la collectivité, dès lors que ces derniers ne sont pas surdimensionnés par
rapport à ses propres besoins
» ;
-
qu’elle «
ne fausse pas les conditions de la concurrence. En particulier, le prix proposé
par la collectivité territoriale ou l’établissement public de coopération doit être déterminé
en prenant en compte l’ensemble des coûts directs et indirects concourant à sa formation,
sans que la collectivité publique bénéficie, pour le déterminer, d’un avantage découlant
des ressources ou des moyens qui lui sont attribués au titre de ses missions de service
public et à condition qu’elle puisse si nécessaire, en justifier par ses documents
comptables ou tout autre moyen d’information approprié
».
Le traitement de déchets de clients extérieurs constitue bien le prolongement de la
mission dont la régie a la charge et permet d’augmenter le taux d’utilisation des installations
sans compromettre l’exercice de la mission. Toutefois, la chambre relève que la part des
déchets traités pour les clients extérieurs passée de 23 % à 42 % et en augmentation
constante semble traduire un surdimensionnement des installations par rapport aux besoins
de Metz Métropole. Une des conditions posées par le juge administratif pour que cette pratique
soit légale n’apparait donc pas remplie.
De plus, la différenciation tarifaire au profit des clients extérieurs apparait également
contraire à une autre des conditions posées par la Haute assemblée.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
51/61
Compte tenu de ce risque juridique et des réserves financières dont dispose le budget
traitement des déchets, la chambre recommande de revoir les prix appliqués et notamment à
Metz Métropole.
La chambre prend acte de la réponse de l’ordonnateur qui précise que les prix à la
tonne de déchets incinérables ont fait l’objet d’une révision à la baisse successivement au
1
er
janvier 2019 et au 1
er
janvier 2020.
Ainsi, le tarif de la tonne de déchets incinérés et valorisés au profit de Metz Métropole
est de 85
HT/tonne alors que le tarif moyen appliqué aux clients extérieurs est devenu
supérieur de 3,37
HT/tonne depuis le 1
er
janvier 2020 (88,37
HT/tonne).
6.7
Les déchèteries
La régie de recettes des neuf déchèteries a été créée par arrêté en date du
15 juin 2012. Ce dernier a été modifié le 23 janvier 2018. Depuis cette date, les dépôts des
usagers professionnels qui bénéficient d’un « compte client » sur une des déchèteries ne sont
plus pris en charge par la régie de recettes.
La direction administrative et financière établit les titres chaque fin de mois au vu des
justificatifs de passage. Ces titres sont pris en charge par le comptable public qui assure le
suivi de la procédure de recouvrement.
Cette nouvelle méthode explique la baisse des recettes, à compter de 2018 des
produits encaissés par la régie de recettes.
Tableau 50 : Evolution des recettes perçues par le régisseur
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Vente de compost
18 245
21 107
10 727
13 382
8 595
4 948
Traitement déchets autre client
74 882
21 173
0
0
0
0
Traitement déchets verts pro
71 292
127 167
69 428
55 764
43 310
0
Traitement bois pro
68 752
70 176
24 978
15 814
11 103
0
Traitement déblais pro
26 879
38 575
33 619
27 687
37 970
0
Traitement déblais DEC
10 109
347
0
0
0
0
Traitement non incinérable pro
168 272
161 528
138 727
184 464
237 902
0
Traitement autres pro
7 327
8 570
11 706
9 294
13 266
0
Traitement apports pro
déchèterie (DEC) déblai
0
3 856
5 424
3 098
2 882
816
Traitement apports pro DEC
autres
0
43 386
72 143
60 994
48 955
19 075
Traitement plâtre pro
0
0
0
10 153
15 642
0
Traitement balayures pro
0
0
0
0
20 076
0
Traitement non incinérable MM
0
0
0
47 852
37 323
0
Encaissement TGAP
13 064
19 998
17 965
28 715
27 476
0
Autres produits exceptionnels
0
0
0
0
5 820
0
Autres produits exceptionnels
5
7
0
0
224
0
Total régie de recettes
458 826
515 891
384 716
457 217
510 545
24 839
Sources : titres émis de 2013 à 2018
Chaque agent d’accueil de déchèterie est mandataire. A ce titre, il encaisse les fonds
au profit de la régie des seuls professionnels qui ne disposent pas d’un compte ouvert ou émet
un bon de passage pour les autres. Sauf pour la déchèterie de la PAVD réservée aux
professionnels, l’agent d’accueil estime le volume des déchets par demi m
3
déposé.
En 2018, les professionnels habitués à déposer régulièrement leurs déchets dans l’une
des huit déchèteries ont été incités (par mail et sur place) à se rendre à la PAVD. Cette dernière
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
52/61
dispose en effet d’une balance qui permet la pesée des déchets apportés et une facturation
au poids et non forfaitaire.
Les montants encaissés auprès des agents d’accueil des déchèteries et de la PAVD
font l’objet d’un suivi instantané et quotidien par le régisseur via un logiciel de gestion.
Le régisseur est autorisé à conserver un maximum d’encaisse de 3 000
. Le
numéraire et les chèques sont déposés au comptable public tous les 15 jours, le montant de
l’encaisse n’étant jamais atteint.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
53/60
ANNEXE 1 : Organigramme de la régie Haganis
Source : rapport d’activité 2018
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
54/61
ANNEXE 2 : Dépenses liées à la certification
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Total
période
Moyenne DRF
46
période
Traitement des
déchets
Audit certification ISO 14001/2004 ISO 9001/2008
1 906
1 906
Audit certification du 22/09/2014 au 26/09/2014
1 904
1 904
Audit de suivi de certification
3 321
2 372
5 693
Audit ISO 50001
6 840
6 840
Audit de renouvellement ISO 9001/14001
5 016
5 016
Norme ISO NF P11-300
100
100
Audit de suivi de certification
2 717
2 717
Sous total
1 906
1 904
0
6 038
2 372
11 956
24 176
19 912 731
Réseaux et
traitement de
l’eau
Audit certification ISO 14001/2004 ISO 9001/2008
1 906
1 906
Audit de suivi certification
1 941
1 941
Audit de renouvellement ISO 9001/14001
4 104
4 104
Norme ISO 27001 informatique
80
80
Norme ISO 50001
184
184
Norme AFNOR
123
123
Audit renouvellement ISO 9001 ET ISO 14001
3 105
3 105
Achat norme AFNOR N° NF 14778
111
111
Normes AFNOR ISO 9001 ET ISO 14001
92
92
Normes AFNOR ISO 9001 ET ISO 14001
92
92
Norme AFNOR NF X35-702
92
92
Norme AFNOR NF EN 13508 + A1
163
163
Sous total
2 029
0
3 656
0
1 941
4 368
11 994
TOTAL
3 935
1 904
3 656
6 038
4 313
16 324
36 170
12 526 536
Source : mandats et titres 2013 à 2018, comptes financiers 2013 à 2018
46
DRF : dépenses réelles de fonctionnement
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
55/61
ANNEXE 3 : La fiabilité des comptes
Tableau 1 :
Les restes à réaliser en dépenses non justifiés budget traitement des déchets
Année Compte
Objet Engagement
Report
Observations
2013
2051
Logiciel pont bascule PAVD
40 000
Non réinscrit au BP 2014 cause retard dans rédaction
CCTP -> marché non lancé = report du disponible
Total 2013
40 000
2014
2154
Sécurisation - vidéo protection Seille
(Marly) + Houblonnière (Metz Nord)
100 000 Marché A15041 avec SPIE notifié le 28/05/2015
2014
2154
Remplacement clapets et conduites
de fines
30 000
Les travaux programmés durant l'arrêt de la L2 ont été
reportés à 2015 = report du disponible
2014
2154
Changement de poste de travail
73 617
Non réinscrit en 2015 car retard dans le lancement du
marché reporté à début 2015 =
report du disponible
Total 2014
203 617
2015
2154
Changement de poste de travail de
pontier
67 524
Marché en cours d'analyse
Total 2015
67 524
2017
2182
Achat d’un camion Ampliroll poly
benne de 32 tonnes
142 380 Devis UGAP des 8 et 9 mars 2018
Total 2017
142 380
2018
2135
Remise en état des gardes corps et
poteaux assises cabines
62 200
Marché en cours d'analyse ; montant max retenu
62 200
Total 2018
62 200
Total général
515 721
Source : Haganis
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
56/61
Tableau 2 : Les restes à réaliser en dépenses non justifiés budget réseaux et traitement de l’eau
Année Compte
Objet Engagement
Report
total
Observations
2013
21351
Revêtement de sol bio et Densadeg
40 000
Marché A14035 notifié le 06/05/2014 à RCA
2013
21351
Revêtement anti dérapant des passerelles des bassins
30 000
Marché A14035 notifié le 06/05/2014 à RCA
2013
21562
Rénovation du filtre presse 4
134 648
Mandat 3436/2014, AE du 26/2/2014
2013
2183
Projet de téléphonie (IPBX, SWITCH, POE, onduleur)
63 297
BDC n° 2014800106 du 20/01/2014 à l’UGAP
BDC n° 2014800427 du 21/02/2014 à l’UGAP
BDC n° 2014801623 du 30/07/2014 à l’UGAP
2013
2315
La Maxe - étude du raccordement sur la STEP principale
30 000
Marché A14029 notifié le 04/06/2014 à LVRD
Total 2013
297 945
2014
2315
Amanvillers - Grand Rue - déplacement des DO pour suppression
des eaux claires provenant du ruisseau
45 000
Marché A15045 notifié le 27/10/2015 à
MULLER TP
Total 2014
45 000
2015
21562
Achat et mise en place d'un dégrilleur à Chesny
22 000
Mandat 1817/2016 AE signé le 21/03/2016
2015
2315
Woippy - route de Thionville (rd 953) - suppression d'un point
critique entretien
50 000
Le projet a été abandonné.
Total 2015
72 000
2016
2051
Migration de la GTC
100 000
Non engagé en 2016 AE signé le 25/07/2017
2016
21532
Metz - Sablon - avenue François Mitterrand - repose d'un réseau
d'assainissement suite à sinistre
230 000
Marché A17026 notifié le 05/05/2017 à
TELEREP EST
2016
21532
Metz - Patrotte - Pont Faidherbe - réhabilitation de la conduite de
refoulement
50 000
Marché A17051 notifié le 29/11/2017 à
TELEREP EST
Total 2016
380 000
2017
2151
Installation de PAC sur les HV turbo pour le chauffage de l'atelier et
du garage
162 000
Marché A18044 notifié le 20/08/2018 à
MISSENARD
Total 2017
162 000
Total général
956 945
Source : Haganis
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
57/61
ANNEXE 4 : L’analyse financière
Tableau 1 : L’évolution des soldes intermédiaires de gestion du budget annexe traitement des déchets
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
2019
Evolution
2013/2019
en %
Chiffre d'affaires
21 821 448 22 616 397 22 405 480 21 115 126 22 479 053
23 391 266
7,2 21 732 512
0,4
Total produits
21 821 448 22 616 397 22 405 480 21 115 126 22 479 053
23 391 266
7,2 21 732 512
0.4
Consommations intermédiaires
47
(-)
6 902 048
6 949 894
6 873 992
5 910 903
6 322 919
6 263 813
- 9,2
6 352 401
- 8
Impôts et taxes (sauf personnel) (-)
498 766
577 581
552 922
550 566
869 183
827 907
66
827 032
65,8
Valeur ajoutée
14 420 633 15 088 922 14 978 567 14 653 657 15 286 951
16 299 546
13 14 553 079
0,9
Charges de personnel
48
(-)
6 154 637
6 288 601
6 232 131
6 296 232
6 309 702
6 389 630
3,8
6 424 359
4,4
Autres produits de gestion (+)
595 218
627 139
661 937
648 800
291 882
57 344
- 90,4
870 254
46,2
Autres charges de gestion (-)
750 539
522 715
486 237
368 068
303 344
263 684
- 64,9
214 285
- 71.4
Excédent brut d'exploitation
8 110 676
8 904 745
8 922 136
8 638 156
8 965 787
9 703 577
19,6
8 784 689
8,3
Résultat financier (+)
- 1 886 794
- 2 053 759
- 2 667 041
- 416 369
461 210
551 426
548 627
Résultat exceptionnel (+)
6 701
40 128
5 497
2 804
5 803
14 853
121,6
254 070
Capacité d'autofinancement brute
6 230 583
6 891 115
6 260 591
8 224 591
9 432 799
10 269 855
64,8
9 587 386
53,9
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018, données provisoires 2019
47
Compte 60+compte 61+compte 62.
48
Dépenses du chapitre 012, déduction faite des remboursements de dépenses de personnel.
Rapport d’observations définitives -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
58/61
Tableau 2 : L’évolution des soldes intermédiaires de gestion du budget annexe réseaux et traitement de l’eau
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
2019
Evolution
en %
Produits des services d'exploitation
17 121 452
17 428 618
18 628 187
18 727 897
18 530 318
18 901 192
10,4
18 926 973
10,5
atténuation de produits
280 525
0
0
0
0
0
0
Chiffre d'affaires
16 840 927
17 428 618
18 628 187
18 727 897
18 530 318
18 901 192
12,2
18 926 973
12,4
Autres produits liés à l'activité (+)
1 037 555
1 206 977
1 504 848
1 648 670
1 454 595
1 160 831
11,9
896 665
- 13,6
Ressources d'exploitation
17 878 482
18 635 595
20 133 035
20 376 567
19 984 913
20 062 023
12,2
19 823 638
10,9
Total produits
17 878 482
18 635 595
20 133 035
20 376 567
19 984 913
20 062 023
12,2
19 823 638
10,9
Consommations intermédiaires
49
(-)
5 604 220
5 214 739
5 208 427
5 039 272
4 871 757
5 050 232
- 9,9
4 973 014
- 11,3
Impôts et taxes (sauf personnel) (-)
156 257
157 423
157 891
160 424
161 235
155 512
- 0,5
154 148
- 1,3
Valeur ajoutée
12 118 005
13 263 433
14 766 718
15 176 871
14 951 921
14 856 278
22,6
14 696 476
21,3
Charges de personnel
50
(-)
7 133 204
6 965 096
6 476 876
6 411 804
6 523 470
6 534 672
- 8,4
6 586 749
- 7,7
Subvention d'exploitation (+)
0
1 166
1 475
1 850
1 550
0
0
Autres produits de gestion (+)
741 902
247 678
157 647
89 142
105 902
94 269
- 87,3
106 764
- 85,6
Autres charges de gestion (-)
60 624
43 082
35 851
37 631
32 677
31 769
- 47,6
33 174
- 45,3
Excédent brut d'exploitation
5 666 079
6 504 099
8 413 113
8 818 429
8 503 226
8 384 105
48
8 183 317
44,4
Résultat financier (+)
- 250 182
- 260 132
- 238 989
- 209 065
- 197 058
- 174 065
- 30,4
- 150 612
- 39,8
Résultat exceptionnel (+)
- 382 349
- 221 838
- 179 312
- 13 875
483 279
186 743
- 148,8
436 197
- 214,1
Capacité d'autofinancement brute
5 033 549
6 022 129
7 994 812
8 595 489
8 789 448
8 396 784
66,8
8 468 902
68,2
Sources : données issues des comptes financiers 2013 à 2018, données provisoires 2019
49
Compte 60+compte 61+compte 62.
50
Dépenses du chapitre 012, déduction faite des remboursements de dépenses de personnel.
Rapport d’observations définitves -ROD
Régie HAGANIS
C
HAMBRE REGIONALE DES COMPTES
G
RAND
E
ST
59/61
Tableau 3 : Les charges de personnel tous budgets confondus
Consolidé en
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution
en %
Autre personne extérieur
4 708
5 533
6 128
5 904
6 108
6 233
32,4
Personnel intérimaire
534 697
600 904
534 719
530 726
474 084
648 661
21,3
Personnel affecté par BP
2 052 793
1 962 980
1 889 992
1 905 957
1 910 514
1 755 783
- 14,5
Personnel affecté par
collectivité de rattachement
4 927 540
4 791 933
4 444 755
4 212 783
4 097 499
3 746 849
- 24
Salaires et primes
3 895 540
4 030 268
4 226 637
4 270 756
4 399 866
4 523 560
16,1
Total des charges sociales
1 895 324
1 885 110
1 640 894
1 802 831
1 967 930
2 256 790
19,1
Total des dépenses de
personnel
13 310 603 13 276 728 12 743 125 12 728 956 12 856 001 12 937 876
- 2,8
Remboursements de
charges de personnel
22 762
23 031
34 118
20 921
22 829
13 573
- 40,4
Charges nettes de
personnel
13 287 841 13 253 697 12 709 007 12 708 035 12 833 172 12 924 303
- 2,7
en % des charges
d'exploitation
48,7
49,6
48,8
51,3
50,5
50,6
Sources : données issues des comptes financiers et des émissions de titres et de mandats 2013 à 2018
Tableau 4 : Les charges de personnel du budget annexe traitement des
déchets
En
2013
2014
2015
2016
2017
2018
Evolution en
%
Personnel intérimaire
534 697
600 904
534 719
530 726
474 084
645 703
20,8
Personnel affecté par BP
1 026 397
981 490
1 039 495
1 048 276
1 050 783
965 681
- 5,9
Effectif en ETP
16,9
15,6
16,7
16,1
17,2
16,1
- 5,1
Personnel affecté par
collectivité de rattachement
814 750
789 448
802 088
774 843
764 230
739 228
- 9,3
Effectif en ETP
23
23
22
21
20
20
- 13
Salaires et primes
2 539 609
2 695 430
2 831 043