Trier par *
28-30, rue Pasteur
CS 71199 - 21011 DIJON Cedex
T +33 3 80 67 41 50
bourgognefranchecomte@crtc.ccomptes.fr
Dijon, le 18 décembre 2018
Le président
Réf. : 18-ROD2-MLC-38
Objet : notification du rapport d'observations définitives et de sa réponse.
P.J. : 1 rapport d'observations définitives.
Lettre recommandée avec avis de réception
Monsieur le Directeur,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives de la chambre sur la
gestion de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Laignes concernant
les exercices 2012 et suivants ainsi que la réponse qui y a été apportée.
Je vous rappelle que ce document revêt un caractère confidentiel qu’il vous appartient de protéger jusqu’à sa
communication à votre assemblée délibérante
. Il conviendra de l’inscrire à l’ordre du jour de sa plus proche réunion,
au cours de laquelle il donnera lieu à débat. Dans cette perspective, le rapport et la réponse seront joints à la
convocation adressée à chacun de ses membres.
Dès la tenue de cette réunion, ce document pourra être publié et communiqué aux tiers en faisant la demande,
dans les conditions fixées par le code des relations entre le public et l’administration
.
En applicati
on de l’article R. 243
-
14 du code des juridictions financières, je vous demande d’informer le greffe de
la date de la plus proche réunion de votre assemblée délibérante et de lui communiquer en temps utile copie de
son ordre du jour.
Par ailleurs, je vous
précise qu’en application des dispositions de l’article R. 243
-17 du code précité, le rapport
d’observations
et la réponse jointe sont transmis à M. le Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, à Mme la
Directrice régionale des finances publiques Bourgogne-Franche-Comté, à M. le Président du conseil départemental
de la Côte d'Or, à M. le Président du conseil d'administration de l'EHPAD de Laignes et à M. le Directeur de l'agence
régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Directeur, l'assurance de ma considération très distinguée.
Monsieur Marc LE CLANCHE
Directeur de l'établissement d'hébergement pour
personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Laignes
19 rue Porte de Chêne
Pierre VAN HERZELE
21330 LAIGNES
28-30, rue Pasteur
CS 71199 - 21011 DIJON Cedex
T +33 3 80 67 41 50
bourgognefranchecomte@crtc.ccomptes.fr
Le présent document, qui a fait l’objet d’une contradiction avec
les destinataires concernés,
a été délibéré par la chambre le 9 octobre 2018.
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
Établissement d’Hébergement pour
Personnes Âgées Dépendantes de Laignes
(Département de la Côte d’Or)
Exercices 2009 et suivants
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
1/76
TABLE DES MATIÈRES
SYNTHÈSE
...............................................................................................................................
3
RECOMMANDATIONS
...........................................................................................................
4
INTRODUCTION
......................................................................................................................
5
1
LA PRESENTATION DE L
’ORGANISME
........................................................................
6
1.1
La présentation générale
.................................................................................................
6
1.2
La capacité
......................................................................................................................
7
1.3
L’activité, le taux d’occupation et les caractéristiques de la population accueillie
........
7
1.4
L’effectif et l’évolution de la masse salariale
.................................................................
9
1.4.1
L’effectif en équivalent temps plein (ETP)
......................................................................
9
1.4.2
L’effectif en Équivalent Temps Plein rémunéré (ETP
R)
...............................................
11
1.4.3 La masse salariale
...........................................................................................................
12
1.5
Une convention de recherche d’optimisation des dépenses dans le domaine des
charges sociales
.............................................................................................................
13
1.5.1
L’objet et le prix de la convention
..................................................................................
13
1.5.2 Une convention qui ne respecte pas les règles des marchés publics
...............................
13
1.5.3 Un contentieux perdu
......................................................................................................
13
2
LA GOUVERNANCE
........................................................................................................
14
2.1
La mutualisation de la direction, de personnels et de moyens
......................................
14
2.1.1 Un directeur commun pour deux EHPAD
......................................................................
14
2.1.2 La mutualisation des personnels (hors direction) et des moyens
....................................
16
2.2
Les organes décisionnaires
...........................................................................................
18
2.3
Le projet d’établissement, le livret d’accueil, le contrat de séjour et le règlement
intérieur
.........................................................................................................................
18
3
LA CONVENTION TRIPARTITE ET LA TARIFICATION
...........................................
18
3.1
La convention tripartite
.................................................................................................
18
3.2
Le groupe iso-ressource moyen pondéré (GMP) et le pathos moyen pondéré
(PMP)
............................................................................................................................
19
3.2.1 Le GMP
..........................................................................................................................
19
3.2.2 Le PMP
...........................................................................................................................
23
3.3
La tarification
................................................................................................................
23
3.3.1 Les décisions tarifaires
...................................................................................................
24
3.3.2 La controverse sur le calcul de la dotation soins
............................................................
27
3.3.3 Conclusion
......................................................................................................................
28
4
LES BUDGETS PREVISIONNELS ET LE PLAN GLOBAL DE FINANCEMENT
PLURIANNUEL
.................................................................................................................
28
4.1
Les budgets prévisionnels
.............................................................................................
28
4.2
Le plan pluriannuel d’investissement
...........................................................................
28
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
2/76
5
LA FIABILITE DES COMPTES
........................................................................................
30
5.1
La fiabilité des comptes administratifs
.........................................................................
30
5.3
Les mandats annulés (sur exercices antérieurs) ou atteints par la déchéance
quadriennale
..................................................................................................................
32
5.4
Les autres produits exceptionnels
.................................................................................
33
5.5
Le rattachement des charges et des produits
.................................................................
34
5.5.1 Le rattachement des charges
...........................................................................................
34
5.5.2 Le rattachement des produits
..........................................................................................
34
5.6
Les annulations de titres de recettes
..............................................................................
36
5.8
Les résultats
..................................................................................................................
38
5.8.1 La détermination du résultat à affecter
...........................................................................
38
5.8.2
L’affectation des résultats
...............................................................................................
42
5.8.3
Les dépenses refusées par l’autorité de tarification
........................................................
42
5.9
L’inventaire et l’état de l’actif
......................................................................................
43
5.10
Les amortissements
.....................................................................................................
44
5.11
Les dotations
...............................................................................................................
46
5.12
Conclusion
..................................................................................................................
46
6
LA SITUATION FINANCIERE
.........................................................................................
46
6.1
Les soldes intermédiaires de gestion
.............................................................................
47
6.2
Les résultats toutes sections confondues
.......................................................................
48
6.3
So L’évolution des produits et des charges
...................................................................
51
6.3.1
L’évolution des produits
.................................................................................................
51
6.3.2
L’évolution des charges
..................................................................................................
53
6.3.3
La capacité d’autofinancement (CAF)
............................................................................
53
6.3.4 La dette
...........................................................................................................................
55
6.3.5 Le fonds de roulement (FDR), le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
(BFDR)
...........................................................................................................................
61
6.3.6 Conclusion sur la situation financière
.............................................................................
63
7
LA RESTRUCTURATION D
E L’ETABLISSEMENT
.....................................................
64
7.1
Le projet architectural
...................................................................................................
64
7.2
Le plan de financement
.................................................................................................
65
7.2.1 Les plans de financement successifs
...............................................................................
65
7.2.2 Des plans de financement irréalistes
...............................................................................
66
7.3
Un emprunt de 6,5 M€
..................................................................................................
67
7.3.1
L’octroi de la garantie d’emprunt par le conseil départemental de la Côte
-
d’Or et
la
commune de Laignes
......................................................................................................
68
7.3.2 Le versement du prêt
......................................................................................................
68
7.4
Un financement de la restructuration de l’EHPAD qui demeure hypothétique
............
70
ANNEXES
...............................................................................................................................
71
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
3/76
SYNTHÈSE
La chambre régionale des comptes Bourgogne-Franche-Comté a procédé au contrôle
des comptes et de la gestion de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées
dépendantes (EHPAD) de Laignes,
consécutivement à une saisine conjointe de l’agence
régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté et du département de la Côte-
d’Or
préoccupés
par la dégradation financière de l’établissement.
Celui-
ci est doté d’une capacité de 53
lits installés pour 55 lits autorisés. Il partage avec
l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean une direction commune et des conventions de partenariat.
La chambre estime qu’il
est indispensable
pour l’établissement d’établir un nouveau
contrat pluriannuel d’objecti
fs et de moyens (CPOM)
avec l’agence régionale de santé et le
département ; la précédente convention tripartite, couvrant la période 2008 à 2012, étant
obsolète depuis plusieurs années.
Le non-respect des règles budgétaires et comptables atteint un tel ni
veau à l’EHPAD de
Laignes durant la période contrôlée qu’il est de nature à fausser la situation financière de
l’établissement et l’analyse des autorités de tarification. La chambre relève à cet égard :
-
le manque de fiabilité des données relatives à l’ac
tivité, aux effectifs et à la masse
salariale de l’établissement ;
- des budgets prévisionnels insincères ;
-
l’absence de fixation d’une durée d’amortissement pour
le compte 213 « construction
sur sol propre
» alors que l’établissement est en cours de res
tructuration ;
- le rattachement de produits pour des montants significatifs sans fondement ;
- le non-respect des règles relatives aux provisions ;
- des résultats et une affectation des résultats erronés ;
- la constatation fictive de dépenses refusées p
ar l’autorité de tarification, de mandats
annulés sur exercices antérieurs et de produits exceptionnels ;
-
l’absence d’inventaire et l’inexactitude de l’état de l’actif.
Le contrôle a confirmé que l’établissement connait une situation financière très
dégr
adée. Ainsi, entre 2009 et 2016, l’établissement a vu ses charges (+
29 %) augmenter plus
vite que les produits (+ 17
%) en dépit d’un versement en 2016 par l’ARS de 150
000
€ de
crédits non reconductibles. Cette situation est d’autant plus préoccupante que l’EHPAD affiche
des tarifs d’hébergement comparables à ceux de la moyenne des EHPAD du département, ce
qui lui laisse peu de marge de manœuvre.
La capacité d’autofinancement brute est négative depuis 2012 et ne permet plus de
rembourser l’annuité en cap
ital des emprunts.
De surcroît les perspectives de redressement budgétaire sont largement obérées par la
charge financière liée à un emprunt de 6,5
M€ contracté pour la restructuration de
l’établissement. La trésorerie excédentaire de l’EHPAD est trompeuse
puisqu’elle masque une
utilisation de cet emprunt par l’établissement pour régler ses dépenses courantes en
méconnaissance des principes d’une saine gestion.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
4/76
RECOMMANDATIONS
Recommandation n°
1 :
La chambre recommande la présentation de données d’activité
fiabilisées donnant une situation plus exacte et précise.
Recommandation n°
2 :
La chambre recommande la présentation dans les rapports de gestion
et les bilans sociaux de données fiables portant sur les effectifs, les rémunérations et la masse
salariale de l’établissement.
Recommandation n°
3 :
La
chambre recommande la signature urgente d’un contrat
pluriannuel d’objectifs et de moyens, conformément aux dispositions de l’article L
313-2 du
code de l’action sociale et des familles.
Recommandation n°
4 :
La chambre recommande la constitution de provisions respectant les
dispositions de l’instruction M22 et d’instaurer une politique de provisionnement permettant
d’anticiper les charges susceptibles d’altérer significativement le résultat budgétaire.
Recommandation n°
5 :
La chambre recommande de limiter le rattachement des charges et
des produits aux dépenses et recettes présentant un caractère certain.
Recommandation n°
6 :
La chambre recommande à l’établissement de tenir l’inventaire des
biens meubles et immeubles conformément à l’instruction budgétaire et comptable M22
applicable aux établissements médico-
sociaux et de l’ajuster avec le compte de gestion et l’état
de l’actif.
Recommandation n°
7 :
La chambre recommande une détermination des durées et des
modalités d’amortissement des immobilisations corporelles du compte 213 «
construction sur
sol propre » conforme aux préconisations de la comptabilité publique.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
5/76
INTRODUCTION
La chambre régionale des comptes Bourgogne-Franche-Comté a examiné la gestion de
l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)
de Laignes pour
les exercices 2009 et suivants.
Le contrôle a porté principalement sur les points suivants :
- la gouvernance ;
- la convention tripartite et la tarification ;
- les budgets prévisionnels et le plan global de financement pluriannuel ;
- la fiabilité des comptes ;
- la situation financière ;
- l
a restructuration de l’établissement
.
À travers son contrôle, la chambre s’est attachée, compte tenu des objectifs fixés par
l’
établissement
, à évaluer les résultats obtenus et à apprécier l’économie des moyens mis en
œuvre, tout en s’assurant de la régularité des actes de gestion correspondants.
L’entretien préalable prévu par l’article L.
243-1 du code des juridictions financières a
eu lieu le 13 juillet 2017 entre le magistrat rapporteur et M. Jean-Louis Barbotte, ordonnateur ;
ceux avec M. Maurice Grégoire et M. François Hohweiller, anciens ordonnateurs, ont eu lieu
respectivement les 17 juillet et 26 septembre 2017.
Dans sa séance du 16 novembre 2017, la chambre régionale des comptes a formulé des
observations provisoires sur certains des points contrôlés. Après avoir examiné les réponses qui
lui ont été adressées, la chambre a arrêté dans sa séance du 9 octobre 2018 les observations
définitives reproduites ci-après.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
6/76
1
LA PRESENTATION DE L
’ORGANISME
1.1
La présentation générale
L’EHPAD est situé dans une commune de 759 habitants située dans le canton de
Châtillon-sur-
Seine. Il est habilité à l’aide sociale et bénéficie de la dotation budgétaire globale
afférente à la dépendance. Il a vocation à s’occuper des personnes ha
ndicapées vieillissantes et
les résidents peuvent percevoir l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et l’APL (aide
personnalisée au logement). Les personnes âgées hébergées viennent principalement des
environs de Laignes et de Chatillon-sur-Seine.
L’e
xamen de la gestion porte principalement sur celle de M. Maurice Gregoire,
directeur d’établissement sanitaire et social qui a été nommé directeur intérimaire de l’EHPAD
de Laignes à compter du 1
er
septembre 2009. Par arrêté du 15 mars 2012, pris par la directrice
générale du centre national de gestion du ministère de la santé, M. Maurice Gregoire a été
nommé directeur des EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean. M. Gregoire a pris ses
fonctions sur le poste de direction commune le 1
er
avril 2012. Par arrêté du 29 août 2016,
M. Jean-Louis Barbotte a été nommé directeur par intérim de la direction commune des
EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean à compter du 1
er
octobre 2016.
L’établissement a mis en place une mutualisation de personnels et de moyen
s
principalement avec l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean. Il est prévu :
- par convention du 10 décembre 2009, une direction administrative commune des
EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean pour une durée de cinq ans. Un avenant n° 2 a
prorogé la conventi
on jusqu’au 31 janvier 2017
;
-
par convention du 30 juin 2010, la mise à disposition ponctuelle d’agents entre les
EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean ;
- par convention de partage de moyens et de compétences du 23 janvier 2015 entre
l’EHPAD de Laignes et l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean, la mise à disposition de personnel,
de véhicules et d’équipements dans les domaines de la maintenance, de l’administration, de la
blanchisserie, de la restauration et de l’animation pour une durée de deux ans
;
- par
convention du 27 mars 2015, la mise à disposition d’une infirmière hygiéniste
titulaire au centre hospitalier de Semur-en-Auxois pour 8 % de son temps de travail au bénéfice
de l’EHPAD de Laignes. Cette mise à disposition a pris fin suite au décès de l’agent. Il n’y a
pas eu de nouvelle convention.
Un médecin coordonnateur exerce à 0,20 ETP et un cadre de soins à 0,50 ETP.
L’établissement dispose de deux budgets : un budget principal et un budget annexe pour
sa dotation non affectée.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
7/76
1.2
La capacité
Ancien hospice du 19
ème
siècle, l’établissement de Laignes a été transformé en maison
de retraite, par arrêté du 14 octobre 1958, puis en établissement d’hébergement pour personnes
âgées dépendantes pour une capacité de cinquante-
cinq places d’hébergement, par ar
rêté
conjoint n° 2007/384 en date du 17 septembre 2007 du président du conseil général de la Côte-
d’Or et du préfet de la région Bourgogne, préfet de la Côte
-
d’Or.
Les lits de l’
EHPAD de Laignes sont répartis dans vingt-neuf chambres simples et douze
cham
bres doubles ou communicantes, équipées chacune d’un cabinet de toilette et dotées de
lits médicalisés électriques. Sur les cinquante-cinq lits autorisés, 12 sont destinés à des
personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Par arrêté conjoint du 30 décembre 2016 du président du conseil départemental de la
Côte-
d’Or et du directeur général de l’agence régionale de santé de Bourgogne, Franche
-Comté,
l’autorisation de fonctionner de l’EHPAD de Laignes a été renouvelée pour une durée de quinze
ans avec une capacité de cinquante-trois places.
1.3
L’activité, le taux d’occupation et les caractéristiques de la population
accueillie
L’EHPAD de Laignes fonctionne au plein de ses capacités avec un taux d’occupation
moyen proche de 98 %.
Données d’activité de l’établiss
ement
Années
Nombre de lits
installés
Entrées
Nombre de
journées
théoriques
Journées
réalisées
Taux
d’occupation
2009
53
21
19 345
18 741
96,88 %
2010
53
15
19 345
19 002
98,23 %
2011
53
15
19 345
19 098
98,72 %
2012
53
11
19 345
19 275
99,64 %
2013
53
23
19 345
18 896
97,68 %
2014
53
10
19 345
19 072
98,59 %
2015 (prévisions)
53
15
19 345
19 120
98,84 %
2016 (prévisions)
53
16
19 345
18 816
97,27 %
2017 (prévisions)
53
données non disponibles BP 2017 en cours d'élaboration
Source : rapport du directeur-budget prévisionnel-année 2014, 2015 et 2016
Les mêmes
données de l’activité portant sur 2011
-2013 sont reprises dans le projet de
la convention tripartite 2015-2019
s’agissant du nombre de journées théoriques et du nombre
de journées réalisées.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
8/76
Données d’activité de l’établissement
Activité des 3 derniers exercices
2011
2012
2013
Nombre de journées théoriques
19 345
19 345
19 345
Nombre de journées prévisionnelles
18 765
18 765
18 765
Nombre de journées réalisées
19 098
19 275
18 896
Taux
d’occupation
98,72 %
99,64 %
97,68 %
Nombre d’entrées
15
11
23
Durée moyenne de séjour
291
295
242
Nombre de journées d’hospitalisation*
212
405
520
Source : convention tripartite 2015-2019
*
Les journées d’hospitalisation n’entrent pas dans le calcul
des journées réalisées
Pour autant, l’activité réelle de l’établissement n’est pas fiable. En effet, les données
relatives à l’activité réalisée figurant au compte administratif divergent de celles du rapport du
directeur sur le budget prévisionnel et du projet de convention tripartite 2015-2019. Les
éléments des comptes administratifs sont les suivants :
Données d’activité de l’établissement figurant au compte administratif
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Nombre de journées théoriques
19 345
19 345
19 345
19 398
19 345
19 345
19 345
19 398
Nombre de journées
prévisionnelles
18 650
18 765
18 765
18 816
18 765
18 765
18 765
18 816
Nombre de journées réalisées
CA
non
renseigné
19 011
18 885
18 870
18 356
18 305
18 312
18 469
Nombre de réservations CA
non
précisé
281
464
571
536
509
20
Nombre de journées
d'hospitalisation
405
Total CA
19 011
19 166
19 334
18 927
18 841
18 821
18 894
Nombre de journées retenus par
le conseil départemental de la
Côte-d'Or
18 266
19 011
19 166
19 334
pas
d'activité
retenue
19 206
18 821
NC
Taux d’occupation
98,27 %
99,07 %
99,67 %
97,84 %
97,39 %
97,29 %
97,40 %
Pour mémoire nombre de
réservations rapport BP
19 002
19 098
19 275
18 896
19 072
19 120
Écart en nombre de journées
avec les données du rapport du
directeur
-9
-68
-59
-31
231
299
Source : comptes administratifs 2009 à 2016, analyses des comptes administratifs du
département de la Côte-
d’Or de 2009 à 2015, rapports
du directeur sur le budget prévisionnel de 2010 à 2016
Par courrier du 11 décembre 2014, le président du conseil départemental de la Côte-
d’Or
a décidé de ne pas retenir le compte administratif 2013 notamment compte tenu des
incohérences des données relatives à l’activité
.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
9/76
Les caractéristiques de la population accueillie, telles que la convention tripartite
2015-2019 les présente sont indiquées ci-dessous, à la date du 1
er
juillet 2015 :
- moyenne
d’âge : 84,47 ans
;
- répartition par sexe : 70 % de femmes et 30
% d’hommes
;
- nombre de résidents de moins de 60 ans : 1 ;
- n
ombre de résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer ou apparentée : 32
.
Recommandation n°
1: La chambre recommande la présentation de données
d’activité
fiabilisées donnant une situation plus exacte et précise.
1.4
L’effectif et l’évolution de la masse salariale
1.4.1
L’effectif en équivalent temps plein (ETP)
1.4.1.1
L’évolution et la fiabilité des données relatives aux effectifs en ETP
Selon les comptes administratifs, entre 2010 et 2014, les effectifs en ETP sont passés de
30,96 à 47,45, soit une hausse de près de 17 ETP pour revenir en 2016 au niveau des effectifs
autorisés.
Les écarts entre l’effectif autorisé et les effectifs réels proviennent des effecti
fs classés
par le compte administratif dans la catégorie « autre personnel » qui correspondent à des agents
en contrats aidés ou contrats d’avenir ou en contrats à durée déterminée pour le remplacement
de personnel permanent.
Les emplois aidés permettent de percevoir des recettes en atténuation à hauteur de 75 %
la première année, 50
% pour la deuxième et la troisième année par emploi d’avenir pourvu.
Ces emplois ne sont pas comptabilisés dans les effectifs pendant l’attribution de l’aide.
Ces différentes données soulignent ainsi le glissement des tâches de personnels qualifiés
vers des personnels non qualifiés, limitant les coûts de personnel.
Dans le bilan social 2015, l’ordonnateur justifie le recours important aux CDD par un
taux d’absentéisme de 16
%.
A
près neutralisation des contrats aidés et des CDD, l’évolution annuelle moyenne des
ETP entre 2010 et 2016 n’est plus que de 0,97
%. Ce sont les ETP des aides-soignants qui
augmentent le plus, de + 5,45 % en moyenne annuelle.
Par ailleurs, au regard des effectifs autorisés, le cadre de santé présent depuis le
1
er
novembre 2014 n’a pas été correctement
inscrit en qualité de cadre de santé mais dans la
rubrique « direction-administration ».
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
10/76
Cette cadre de santé ayant
quitté l’EHPAD de Laignes pour le centr
e hospitalier de
Tonnerre, une
infirmière diplômée d’État
(IDE) a été recrutée pour faire fonction de cadre de
santé. Ce recrutement
qui n’a donné lieu qu’à une seule candidature
génère le rachat de son
contrat
de
professionnalisation
auprès
du
Centre
Hospitalier
Intercommunal
de
Chatillon-Montbard à hauteur de 64 000
€ étalé sur
deux ans, surcoût atténué par la différence
de rémunération.
Évolution des effectifs en ETP (2009-2016)
Source : comptes administratifs 2009-2016
annexe relative à la répartition des charges relative au personnel
salarié
Enfin la chambre observe que les données relatives aux ETP ne sont pas fiables. En
effet,
des discordances ont été relevées entre les rapports d’activité et le compte administratif
entre 2009 et 2015 (cf. annexe n° 1).
1.4.1.2
Le respect des effectifs autorisés
La convention tripartite 2008-2012 répartissait les 32,46 ETP autorisés entre les sections
de la manière suivante :
- hébergement : 15,09
- dépendance : 6,67
- soins 10,70
La répartition des agents de 2009 à 2016 selon les sections hébergement, dépendance et
soins est présentée dans les tableaux figurant en annexe n°
2 au rapport. Sur l’ensemble de la
période, hors personnels non permanents, l’EHPAD a respecté les effectifs autorisés par la
convention tripartite. Néanmoins pour 2016, la chambre relève :
- que les ETP en surnombre de la section soins sont prélevés sur la section hébergement ;
Fonctions
Effectif autorisé
2009 2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Variation des ETP
(2010-2016)
Direction - Administration
2,70
2,70
2,45
2,50
2,50
2,50
2,25
2,21
-0,49
Cuisine - Service généraux
4,00
4,00
5,11
4,00
4,00
4,00
4,00
4,00
0,00
Animation
1,00
1,00
0,80
0,00
1,00
1,00
1,00
0,70
-0,30
Agent de service
10,56
10,56
14,30
12,50
10,40
9,60
9,60
9,70
-0,86
Aide-soignant
11,00
9,60
11,06
11,30
13,40
15,26
12,43
13,20
3,60
Infirmier
2,00
2,50
2,50
2,50
2,50
2,50
2,85
2,80
0,30
Cadre de santé
0,50
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
Médecin
0,30
0,20
0,20
0,20
0,20
0,20
0,20
0,20
0,00
Psychologue
0,20
0,00
0,20
0,20
0,20
0,00
0,00
0,00
0,00
Auxiliaire para-médicaux
(kinésithérapeute)
0,20
0,20
0,10
0,10
0,20
0,00
0,00
0,00
-0,20
pharmacien
0,20
0,20
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
-0,20
Autre personnel hébergement
0,00
0,00
0,00
0,00
5,90
6,92
0,00
0,00
Autre personnel dépendance
0,00
0,00
0,00
2,16
2,62
0,00
0,00
Autre personnel soins
0,00
0,00
0,00
0,00
4,33
1,00
0,00
0,00
Total
32,46
0,00 30,96 36,92 33,30 34,40 47,45 42,87 32,81
1,85
Total après neutralisation des
contrats aidés et des CDD
32,46
0,00 30,96 36,92 33,30 34,40 35,06 32,33 32,81
1,85
données non disponibles
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
11/76
-
que la convention tripartite prévoit 2 ETP d’infirmier alors que l’effectif en 2016 est
de 2,8 ETP. Lors de l’entretien de fin de contrôle, l’ordonnateur a expliqué que l’EHPAD de
Laignes ne peut pas fonctionner avec un effectif inférieur à 2,8 ETP sans compromettre la
permanence des soins. Les négociations d’un futur contrat d’objectifs et de moyens devront
intég
rer les besoins de l’établissement en personnel infirmier.
- une différence de 0,49 ETP concernant la direction ;
-
l’absence de psychologue ;
-
un dépassement d’effectifs concernant les aides
-soignants ;
- le gel du poste de directeur pour 0,50 ETP.
Comparaison effectif autorisé/ effectif 2016
Source : convention tripartite 2008-2012 et compte administratif 2016 annexe relative à la répartition des
charges relatives au personnel salarié p. 48
1.4.2
L’effectif en Équivalent Temps Plein rémunéré (ETPR)
Le bilan social de 2014 relève une évolution des effectifs en équivalent temps plein
rémunéré (ETPR) de près de 3 % entre 2013 et 2014, essentiellement due au recrutement de
1,3
agent supplémentaire en CDD. À l’inverse, le bilan social de 2015 constate une baisse d
e
l’effectif moyen de
- 0,40 % entre 2014 et 2015 compte tenu du départ de quatre agents en
contrat unique insertion et de -
0,25 ETP d’agent administratif. Les données relatives aux
effectifs ETPR du bilan social n’apparaissent pas fiables en 2015 (42,57
ETP) dans la mesure
où le rapport d’activité relève un nombre d’ETP légèrement inférieur (42 ETP) et l’annexe
relative à la rémunération du personnel salarié indique un nombre d’ETP supérieur (42,87).
Effectifs 2013-2015 en ETPR
2013
2014
2015
Évolution en %
Effectif autorisé en ETP
31,96
31,96
31,96
Effectif permanent en ETPR
34,15
34,15
34,00
Effectif en CDD en ETPR
10,40
11,70
8,57
- 17,60
Total effectif en ETPR
44,55
45,85
42,57
- 4,44
Source : bilan social 2015
En ETP
Fonctions
Total
Hébergement
Dépendance
Soins
Total
Hébergement
Dépendance
Soins
Total
Hébergement
Dépendance
Soins
Direction - Administration
2,70
2,70
2,21
2,21
-0,49
-0,49
0,00
0,00
Cuisine - Service généraux
4,00
4,00
4,00
4,00
0,00
0,00
0,00
0,00
Animation
1,00
1,00
0,70
0,70
-0,30
-0,30
0,00
0,00
Agent de service
10,56
7,39
3,17
9,70
6,79
2,91
-0,86
-0,60
-0,26
0,00
Aide-soignant
11,00
3,30
7,70
13,20
3,96
9,24
2,20
0,00
0,66
1,54
Infirmier
2,00
2,00
2,80
2,80
0,80
0,00
0,00
0,80
cadre de santé
0,50
0,50
-0,50
0,00
0,00
-0,50
Médecin
0,30
0,30
0,20
0,20
-0,10
0,00
0,00
-0,10
Psychologue
0,20
0,20
-0,20
0,00
-0,20
0,00
Auxiliaire para-médicaux
(kinésithérapeute)
0,20
0,20
-0,20
0,00
0,00
-0,20
Total
32,46
15,09
6,67
10,70 32,81
13,70
6,87
12,24
0,35
-1,39
0,20
1,54
Effectif autorisé
2016
Ecart effectif autorisé / effectif 2016
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
12/76
1.4.3
La masse salariale
Les données relatives à la rémunération des effectifs, tirées des comptes de gestion,
indiquent une augmentation de 36,24 % du montant, toutes charges cumulées entre 2009 et
2016 de la masse salariale. Celle-ci passe de 1 051 750
€ en 2009 à 1
432 914
€ en 2016
(+ 381 164
€), soit une hausse de 54
000
€ chaque année en moyenne.
Présentation des comptes de charges du personnel
En €
2 009
2 010
2 011
2 012
2 013
2 014
2 015
2 016
Evol. en
%
Personnel médical
(c/642)
14 900
15 653
15 691
15 691
15 592
15 668
15 772
13 910
-
6,64
Personnel non médical
(c/641)
732 529
763 332
810 572
875 690
903 979
964 489
956 686
933 444
27,43
Charges sociales
(c/645)
288 256
280 959
278 042
297 387
307 995
413 920
386 908
419 675
45,59
Personnes handicapées
(c/646)
-
2 269
-
-
-
269
-
2 013
Autres charges de
personnel (c/643, 647,
648)
16 065
18 418
17 582
21 783
29 623
27 980
82 642
63 872
297,58
Remboursements sur
rémunérations (solde
c/6419)
68 721
79 758
55 837
55 353
71 968
127 308
121 720
174 923
154,54
Total (solde c/64)
1 051 750
1 080 631
1 121 888
1 210 550
1 257 189
1 422 327
1 442 008
1 432 914
36,24
Source : comptes de gestion
Les informations relatives à la masse salariale présentées dans les bilans sociaux par la
direction sont différentes de celles du compte de gestion.
Il est à noter que dans le cadre de l’analyse du compte
administratif 2014 pour la section
soins, l’ARS n’a pas retenu le résultat proposé par l’EHPAD compte tenu d’erreurs dans la
comptabilisation des dépenses de personnel. L’écart de 175
075,16
€ entre le résultat proposé
par l’EHPAD et le résultat retenu par l’ARS s’explique essentiellement par des dépenses de
personnel qui, selon le gestionnaire, s’élèvent à 702
448,78
€ mais qui n’ont été retenues par
l’ARS qu’à hauteur de 475
994,92
€ au titre du personnel salarié et 35
919
€ au titre du
remplacement. Sel
on l’ARS, « la dépense de 113
324
€ pour 2,66 ETP d’assistant de soins en
gérontologie à 100
% sur la section soins ne peut être retenue, l’établissement ne disposant pas
d’un Pôle d’activité et de Soins Adaptés (PASA) labellisé. De plus, l’effectif retenu
de 8,82 ETP
d’aide
-soignant dépasse celui autorisé de 7,7 ETP ».
Par ailleurs, l’ARS n’a pas retenu les contrats d’avenir (30
697,30
€), « ce type de
personnel n’intervenant pas sur les soins » et des crédits complémentaires qui auraient été
accordés dans le cadre de la convention de partage entre les EHPAD de Laignes et de Moutiers-
Saint-Jean (48 500
€).
La chambre relève que l’évolution de la masse salariale n’est pas maîtrisée et rappelle
l’importance de la production d’informations fiables, conformes
à la réalité budgétaire et
comptable de l’établissement.
Recommandation n°
2 : La chambre recommande la présentation dans les rapports de
gestion et les bilans sociaux de données fiables portant sur les effectifs, les rémunérations
et la masse salariale de l’établissement.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
13/76
1.5
Une
convention de recherche d’optimisation des dépenses dans le
domaine des charges sociales
1.5.1
L’objet et le prix de la convention
Le directeur a conclu en 2010 une convention de recherche d’optimisation des dépenses
dans le domaine des charges sociales (hors cotisations accidents du travail) et des taxes assises
sur les salaires avec le cabinet CTR. La convention transmise à la chambre est non datée et non
signée par le représentant du cabinet CTR, mais le bordereau de transmission est daté du
1
er
juillet 2010.
Selon les termes de son article 2, cette convention a pour objet « de fixer les conditions
de l’intervention de CTR auprès de [l’EHPAD] pour une mission visant à rechercher des
possibilités d’optimisation des charges sociales et des taxes assises su
r les salaires, puis à les
mettre en application après acceptation du client ». La convention est conclue pour une durée
initiale de douze mois. L’article 6 relatif à la facturation et aux modalités de règlement précise
que « pour chaque recommandation mis
e en œuvre, la rémunération de CTR sera établie au
taux de rémunération de 20 % sur les régularisations obtenues ou réalisées par le client, ainsi
que sur les économies obtenues ou réalisées pendant douze mois à compter de la date de mise
en œuvre de la re
commandation ».
1.5.2
Une convention qui ne respecte pas les règles des marchés publics
La chambre observe que la
convention avec le cabinet CTR n’a fait l’objet ni de mesures
de publicité ni de mise en concurrence. Or, ainsi que l’a reconnu le tribunal administ
ratif de
Dijon dans un jugement du 14 avril 2011 à propos d’un contrat identique conclu par l’EHPAD
d’Ancy
-le-Franc, ce contrat relève du code des marchés publics dans la mesure où « le contrat
a été passé à titre onéreux ». À cet égard, la jurisprudence a affirmé à de multiples reprises le
caractère onéreux et la soumission aux règles des marchés publics de contrats de la société
CTR.
En l’espèce, au regard des seuils des marchés publics, la prestation aurait dû relever
d’un marché à procédure adaptée.
1.5.3
Un contentieux perdu
Sur les conseils du cabinet CTR, l’EHPAD de Laignes a demandé à l’URSSAF de
Bourgogne le remboursement de cotisations patronales qu’il estime avoir versées à tort. Le
recours est basé sur l’interprétation de l’article L.
241-10 III du code de la sécurité sociale
concernant l’exonération de charges sociales et patronales des rémunérations des aides à
domicile. Le rapport d’audit du cabinet CTR non daté mais vraisemblablement établi au cours
du second semestre 2010 indique un point d’optim
isation concernant les cotisations patronales
pour son personnel effectuant des tâches d’aide à domicile justifiant une régularisation pour un
montant de 190 000
€ sur 36 mois glissant et une économie annuelle de 63
000
€ sans détail
des modalités de calcul.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
14/76
Le 7 juin 2011, la commission de recours amiable de l’URSSAF a confirmé la décision
de l’URSSAF refusant à l’EHPAD le bénéfice de l’exonération. Le 29 avril 2014, le tribunal
des affaires de sécurité sociale (TASS) a rejeté le recours de l’EHPAD de La
ignes qui estimait
avoir versé à tort 184 638
€ de cotisations à l’URSSAF. Par un arrêt du 18 février 2016, la Cour
d’Appel de Dijon a confirmé le jugement du TASS au motif que «
la domiciliation des
personnes au sein de l’EHPAD est une domiciliation colle
ctive et non individualisée comme
l’est une domiciliation dans un logement privatif, ce type d’établissement ayant justement pour
finalité de prendre en charge des personnes âgées dont le maintien à leur domicile est devenu
impossible ». Par arrêt du 30 mars 2017, la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi au motif que
le moyen n’est pas de nature à entraîner la cassation.
Selon l’article 6 de la convention avec CTR, sa rémunération est de 20
% sur les
régularisations ou économies réalisées par l’établissement. Aucune économie n’ayant été
réalisée, l’EHPAD de Laignes n’a rien versé au cabinet CTR. L’EHPAD n’a pas eu à s’acquitter
non plus de frais d’avocat, ces frais étant pris en charge par le cabinet CTR. En revanche,
l’EHPAD a été condamné à payer à l’URSSA
F en première instance 1 500
€, en appel 1
000
et en cassation 3 000
, soit un montant total de 5 500
€ au titre de l’article 700 du code de
procédure civile, lesquels lui ont été remboursés par le cabinet CTR en juin 2018.
2
LA GOUVERNANCE
2.1
La mutualisation de la direction, de personnels et de moyens
2.1.1
Un directeur commun pour deux EHPAD
2.1.1.1
Les discordances entre la convention de direction commune des EHPAD de
Laignes et de Moutiers-Saint-Jean et la convention de mise à disposition de
M. Gregoire
Par convention du 10 décembre 2009, il est instauré pour une durée de 5 ans entre les
deux EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean une direction commune. Les deux
établissements conservent leur autonomie administrative et financière, ainsi que leur
personna
lité morale. L’article 4 de la convention prévoit que la maison de retraite de Laignes
remboursera chaque mois à la maison de retraite de Moutiers-Saint-Jean la moitié des frais de
traitement, charges et coût du logement statutaire, de même que les charges liées aux
déplacements, formations et missions du directeur. Un décompte sera présenté en
accompagnement de la demande de remboursement, avec à l’appui tout document de preuve
jugé nécessaire.
Une seconde convention n° 2011-01 a été signée le 4 février 2011 entre le centre
hospitalier intercommunal (CHI) de Chatillon-
Montbard et l’EHPAD de Laignes qui prévoit
une mise à disposition de M. Gregoire, directeur par intérim de l’EHPAD de Laignes, à partir
du 1
er
février 2011, à hauteur de 40 % puis de 50 % à partir du 1
er
mai. L’article 3.1 de la
convention prévoit que « chaque trimestre, sur présentation d’un titre de recettes et de
l’ensemble des justificatifs, l’EHPAD de Laignes remboursera au CHI les frais engagés se
rapportant à la rémunération mensuelle [de M. Gregoi
re] ». Selon l’article 3.3, « les frais de
déplacement seront directement payés par l’EHPAD de Laignes à M. Gregoire ».
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
15/76
La chambre constate que ces deux conventions de direction commune et de mise à
disposition du directeur de l’EHPAD de Laignes sont con
tradictoires : la convention de mise à
disposition prévoit pour le traitement le remboursement de l’EHPAD de Laignes au CHI, alors
que la convention de direction commune prévoit le remboursement de l’EHPAD de Laignes à
l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean ; de même, les frais de déplacement sont pour la convention
de direction commune remboursés à l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean alors que pour la
convention de mise à disposition, ils sont remboursés à l’intéressé.
2.1.1.2
La prise en charge des frais de déplacements de M. Gregoire
Concernant les frais de déplacement, pendant la période d’intérim et de mise à
disposition, l’EHPAD de Laignes a payé directement à M. Gregoire ses frais de déplacements
pour les besoins de service de l’EHPAD.
Selon l’article 12 du décret n°
92-566 du 25 juin 1992, « assure un intérim l'agent
désigné pour occuper sur place un poste temporairement vacant, situé hors du territoire de la
commune de sa résidence administrative et hors du territoire de la commune de sa résidence
familiale ».
L’alinéa 6° de l’article 2 du décret n°
2006-781 du 3 juillet 2006 définit la résidence
administrative comme « le territoire de la commune sur lequel se situe le service où l'agent est
affecté ou l'école où il effectue sa scolarité. Lorsqu'il est fait mention de la résidence de l'agent,
sans autre précision, cette résidence est sa résidence administrative ». Le 4 février 2011, la
comptable a adressé un courrier à M. Gregoire l’informant que sa nomination, en tant que
directeur des EHPAD de Laignes et de Moutiers-Saint-
Jean, mettrait fin à l’intérim de ces deux
établissements, qu’il disposerait en conséquence de deux résidences administratives et qu’il ne
pourrait plus bénéficier de remboursement de ses frais de déplacements entre les deux EHPAD.
Le 3 mars 2011, le con
seil d’administration de l’EHPAD de Laignes a pris acte de la nouvelle
résidence administrative du directeur de l’EHPAD de Laignes à l’EHPAD de Moutiers
-Saint-
Jean. Cette délibération est dépourvue de fondement juridique, le conseil d’administration ne
dis
posant pas d’un droit d’option pour l’établissement de la résidence administrative de son
directeur.
M. Gregoire a été installé le 1
er
avril 2012 en qualité de directeur des EHPAD de Laignes
et de Moutiers-Saint-
Jean. Le 4 avril 2012, l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean a conclu un
contrat de location longue durée concernant une Mégane pour une durée de trois ans et un loyer
mensuel de 460,61
€. Ce véhicule est utilisé par le directeur pour ses trajets entre les EHPAD
de Laignes et Moutiers-Saint-Jean.
Un avenant n° 1 à la convention du 10 décembre 2009, et non 2010 comme indiqué dans
l’avenant, a été signé le 24 octobre 2014 après approbation par le conseil d’administration le
23
octobre 2014. L’article 1
er
et unique de l’avenant prévoit que « les frais d’utilis
ation du
véhicule de service du directeur feront l’objet de remboursements périodiques à hauteur de
50 % des coûts supportés par la maison de retraite Saint-Sauveur de Moutiers-Saint-Jean
(assurance - carburant - péage - frais annexes) à compter du 1
er
avril 2012 ». Cet avenant qui
intervient moins de deux mois avant la fin de la convention initiale apparait irrégulier compte
tenu du caractère rétroactif de deux ans et demi de prise en charge des frais relatifs au véhicule
de service utilisé par le directeur pour les trajets entre les deux EHPAD.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
16/76
Le 20 août 2015, l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean a conclu un contrat de location
longue durée concernant un Scenic pour une durée de 60 mois et un loyer mensuel de 403,21
€.
La chambre n’a pas été en mesure d’est
imer le coût du véhicule de service utilisé par le
directeur. En effet, sur la base du grand livre de 2015, seuls deux paiements concernant le
véhicule de service utilisé par le directeur auraient été effectués par l’EHPAD de Laignes à
l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean à hauteur de 406
€ et 363,79
€, soit un total de 769,79
€.
La convention de direction commune du 10 décembre 2009 a pris fin à son terme de
5 ans le 10 décembre 2014. Or, le procès-
verbal du conseil d’administration du 22 janvier 2015
indique q
ue « l’avenant à la convention de 2010 (il s’agit encore d’une erreur de date : la
convention initiale date du 10 décembre 2009) prorogeant celle-
ci jusqu’au 31 janvier 2017 »
est approuvé. De même, les membres du conseil de vie sociale ont adopté le 20 janvier 2015,
l’avenant n°
1 à la convention de 2009 concernant la direction commune, prorogeant celle-ci
jusqu’au 31 janvier 2017. La chambre a été destinataire d’un avenant n°
2 du 23 janvier 2015
qui proroge la convention de direction commune du 1
er
janvier 2015 au 31 janvier 2017. La
convention n’a pas été à nouveau prorogée et aucune nouvelle convention n’a été signée.
La chambre invite l’établissement à régulariser ses pratiques afin que les dispositions
conventionnelles soient conformes à la réalité.
2.1.1.3
Une direction commune à optimiser
Depuis 2003, M. Gregoire assurait la direction en intérim de l’EHPAD Saint
-Sauveur
en sa qualité de directeur adjoint du CHI de Chatillon-Montbard. Depuis le 19 aout 2009, il
gérait également l’intérim de l’EHPAD de Laignes
. Il était présent tous les jours sur les deux
sites de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean distants de 40 km. À compter du 1
er
octobre 2016,
M. Barbotte, également directeur des EHPAD d’Ancy
-le-Franc et de Ravières, était présent une
journée entière sur chacun des sites.
La chambre constate que, malgré l’existence d’une convention de direction commune,
l’éloignement entre les deux structures génère des difficultés d’organisation, des déplacements
fréquents et des coûts supplémentaires. Elle invite l’établiss
ement à rechercher des coopérations
géographiquement plus cohérentes.
2.1.2
La mutualisation des personnels (hors direction) et des moyens
2.1.2.1
Les conventions de mutualisation
Une convention de mise à disposition ponctuelle du personnel entre les deux
établissements de Laignes et de Moutiers-Saint-Jean a été mise en place le 30 juin 2010.
Une convention de partage de moyens et de compétence a également été signée le
23
janvier 2015 entre l’EHPAD de Laignes et l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean qui prévoit la
mise à dis
position de personnel, de véhicules et d’équipements dans les domaines de la
maintenance, de l’administration, de la blanchisserie, de la restauration et de l’animation.
L’article 4 de cette convention
précise que « chaque trimestre un décompte sera établi par
chacune des structures. Ce document récapitulera le domaine concerné, le nom de l’agent, le
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
17/76
temps consacré à l’autre EHPAD (déplacement compris), les frais engagés lors des
déplacements, ainsi que les autres éventuelles dépenses concernées. Ce décompte sera valorisé
sur la base des coûts connus de l’agent, sur celle du barème kilométrique national en vigueur
ainsi que sur le coût des autres dépenses éventuellement engagées. Le décompte sera adressé à
l’établissement bénéficiaire pour mise en pai
ement ».
2.1.2.2
La mutualisation du cadre de santé
Sur la base de la convention de mise à disposition ponctuelle entre les EHPAD de
Laignes et de Moutiers-Saint-
Jean de 2010, l’ordonnateur a signé le 17
octobre 2014 une
convention de mise à disposition d’une
cadre de santé supérieure pour une durée de trois ans à
compter du 1
er
novembre 2014. La convention prévoit que l’agent cadre de santé répartit son
activité à 50 % sur les deux EHPAD. Un véhicule de service est mis à sa disposition
régulièrement. L’EHPAD d
e Laignes rembourse tous les mois 50 % des frais engagés par
l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean au titre de la rémunération, des frais de formation, des frais
de déplacements et des frais liés à l’utilisation du véhicule de service du cadre de santé.
En 2015,
l’EHPAD de Laignes a reversé à l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean
43 007,02
€ au titre du cadre de santé.
2.1.2.3
La mutualisation d’un adjoint des cadres hospitaliers
Sur la base de la même convention,
l’
ordonnateur a signé le 1
er
juin 2016 une convention
de mise à disposition d’un adjoint des cadres hospitaliers pour une durée de 3 ans à compter du
1
er
juin 2016. La convention prévoit que l’agent répartit son activité à 50
% sur les deux
EHPAD. Cet agent ne bénéficie pas d’un véhicule de service. L’EHPAD de Laignes rembourse
tous les mois à hauteur de 50
% les frais engagés par l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean au titre
de la rémunération, des frais de formation et des frais de déplacement de l’agent.
2.1.2.4
Le recrutement d’un animateur
L’
ordonnateur a conclu le 26 juillet 2016 un contrat à durée déterminée avec un
animateur pour une durée d’un an à compter du 22 août 2016 à temps partiel (50
%) qui ne
précise pas le lieu d’exercice des fonctions. Sur la première page du contrat figure le l
ogo de
l’EHPAD de Laignes mais les coordonnées en bas de page et sur les pages suivantes sont celles
de l’EHPAD de Moutiers
-Saint-Jean.
L’ordonnateur a précisé que pour ce contrat, l’animateur exerce bien ses fonctions à
l’EHPAD de Laignes et qu’un contrat similaire existe pour un temps partiel à l’EHPAD de
Moutiers-Saint-Jean.
2.1.2.5
L’évaluation de la mutualisation
Au cours de l’instruction, l’ordonnateur a indiqué que de nombreux dossiers
administratifs sont traités en même temps, selon des procédures identiques, par les équipes
administratives, d’où un gain de temps, davantage d’efficacité et de performance de gestion
tout en évitant les doublons et les erreurs. Il en va ainsi des procédures multiples liées à la
gestion des moyens humains, à la comptabilité et aux marchés publics. Les programmes de
formation des équipes soignantes sont réalisés ensemble et des échanges de moyens humains
ont lieu dans le cadre du parc animalier qui compte trois alpagas.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
18/76
Enfin, le 22 janvier 2016 le directeur de l’établissement
a dressé le bilan pour l’année
2015 de l’application de la convention de partage des moyens et compétences entre l’EHPAD
de Laignes et celui de Moutiers-Saint-Jean. Les économies budgétaires constatées pour Laignes
sont évaluées à 44 800
€.
2.2
Les organes décisionnaires
Le conseil d’administration de l’EHPAD de Laignes s’est réuni régulièrement, entre
quatre et sept fois par an sauf en 2016 où il ne s’est réuni que trois fois contrairement aux
dispositions de l’article R.
315-23-1 du CASF aux termes duquel « le règlement intérieur de
chaque établissement fixe le nombre des séances du conseil d’administration qui ne peut être
inférieur à quatre séances par an ».
Il a été constaté à la lecture des procès-
verbaux des conseils d’administration depuis
2009 que la
présence des représentants de l’ARS et du conseil départemental à ces réunions
auxquelles ils ont été conviés était exceptionnelle.
Entre 2012 et 2015, le conseil de la vie sociale (CVS)
s’est réuni au moins trois fois par
an. Une seule réunion a eu lieu en 2016.
2.3
Le projet d’établissement, le livret d’accueil,
le contrat de séjour et le
règlement intérieur
Un projet d’établissement portant sur la période 2014
-2018 a été établi. Il reprend les
données relatives aux procédures de management et de soins au se
in de l’entité.
Il n’existe pas de livret d’accueil des résidents. En revanche, un contrat de séjour repris
par le règlement intérieur a été établi qui détaille de manière exhaustive les conditions
d’admission, les prestations, les conditions financières,
les conditions de résiliation et les
responsabilités respectives de l’établissement et des résidents.
3
LA CONVENTION TRIPARTITE ET LA TARIFICATION
3.1
La convention tripartite
La dernière convention tripartite signée le 28 décembre 2007 par le préfet de la région
Bourgogne, préfet de la Côte-
d’Or, le président du conseil général de la Côte
-
d’Or et le
directeur de l’EHPAD concerne la période 2008 à 2012.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
19/76
Selon l’article 15 de la convention, « huit mois avant le terme quinquennal, les parties
engageront des
négociations sur l’initiative de l’établissement contractant, afin d’arrêter les
conditions dans lesquelles la convention peut être renouvelée ».
L’article L.
313-12 du CASF dans sa version antérieure au 30 décembre 2015 prévoit
que lorsque « la convention pluriannuelle ne peut pas être renouvelée avant son arrivée à
échéance en raison d’un refus de renouvellement par le directeur de l’agence régionale de santé
ou le président du conseil départemental, elle est réputée prorogée pendant une durée maximale
d’
un an ».
À Laignes, la chambre constate qu’en l’absence de refus de renouvellement, la
convention a pris fin en décembre 2012 et qu’aucune nouvelle convention n’a été signée.
L’article 58 de la loi n°
2015-
1776 du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation d
e la
société au vieillissement a modifié l’art L.
313-12 du CASF ; le recours au contrat pluriannuel
d’objectifs et de moyens (CPOM) a remplacé le dispositif des conventions tripartites. Comme
les conventions tripartites, les CPOM ont une durée de 5 ans et
associent l’ARS et le conseil
départemental à l’établissement. De façon plus directe que la convention tripartite, le CPOM
détermine les éléments pluriannuels du budget des établissements et des services. De surcroît,
il fixe les modalités d’affectation d
es résultats en lien avec ses objectifs.
La chambre observe que, pour l’heure, l’absence d’objectifs déterminés par l’ensemble
des partenaires concernés ne facilite pas la gestion de l’établissement et que, dans un contexte
budgétaire difficile et alors qu
e des choix de gestion doivent être faits, la signature d’un CPOM
devient une urgente nécessité qui engagerait au-
delà de l’établissement le président du conseil
départemental de la Côte-
d’Or et le directeur général de l’agence régionale de santé de
Bourgogne, Franche-
Comté, en application de l’article L.
313-12 du CASF.
En réponse aux observations provisoires de la chambre, l’agence régionale de santé et
le département de la Côte d’Or ont informé la chambre que la négociation
du contrat pluriannuel
d’objec
tifs et de moyens est prévue en 2019 pour une effectivité au 1
er
janvier 2020.
Recommandation n°
3 : La chambre recommande la signature urgente
d’un contrat
pluriannuel d’objectifs et de moyens, conformément aux dispositions de l’article
L 313-
2 du code de l’action
sociale et des familles.
3.2
Le groupe iso-ressource moyen pondéré (GMP) et le pathos moyen
pondéré (PMP)
3.2.1
Le GMP
L’évaluation de la perte d’autonomie, réalisée à l’aide de la grille nationale AGGIR,
donne lieu à un classement de chaque personne dans un « groupe iso-ressource » (GIR) ; elle
permet de calculer un niveau de perte d’autonomie moyen des personnes hébergées, dénommé
« groupe iso-ressources moyen pondéré » (GMP).
La répartition selon les années des résidents
de l’EHPAD de Laignes dans
la grille
AGGIR est la suivante :
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
20/76
GIR 2009 à 2016
2009
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
3
1 000
3 000
GIR 2
13
840
10 920
GIR 3
9
660
5 940
GIR 4
12
420
5 040
GIR 5
7
250
1 750
GIR 6
6
70
420
Total
50
27 070
GIR pondéré
541,40
Source
: rapport d’activité 2009, p.5
2010
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
9
1 000
9 000
GIR 2
18
840
15 120
GIR 3
5
660
3 300
GIR 4
12
420
5 040
GIR 5
4
250
1 000
GIR 6
-
70
-
Total
48
33 460
GIR pondéré
697,08
Source
: rapport d’activité 2010, p.4
2011
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
10
1 000
10 000
GIR 2
19
840
15 960
GIR 3
6
660
3 960
GIR 4
8
420
3 360
GIR 5
6
250
1 500
GIR 6
2
70
140
Total
51
34 920
GIR pondéré
684,71
Source
: rapport d’activité 2011 p. 4
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
21/76
2012
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
7
1 000
7 000
GIR 2
13
840
10 920
GIR 3
12
660
7 920
GIR 4
12
420
5 040
GIR 5
8
250
2 000
GIR 6
-
70
-
Total
52
32 880
GIR pondéré
632,31
Source
: rapport d’activité 2012 p. 4
2013
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
8
1 000
8 000
GIR 2
17
840
14 280
GIR 3
11
660
7 260
GIR 4
10
420
4 200
GIR 5
6
250
1 500
GIR 6
-
70
-
Total
52
35 240
GIR pondéré
677,69
Source
: rapport d’activité 2013 p. 4
2014
Nombre de personnes
points
total
GIR 1
5
1 000
5 000
GIR 2
14
840
11 760
GIR 3
12
660
7 920
GIR 4
11
420
4 620
GIR 5
6
250
1 500
GIR 6
1
70
70
Total
49
30 870
GIR pondéré
630,00
Source
: rapport d’activité 2014, p.4
2015
Nombre de
personnes
points
total
GIR 1
5
1 000
5 000
GIR 2
14
840
11 760
GIR 3
12
660
7 920
GIR 4
13
420
5 460
GIR 5
7
250
1 750
GIR 6
1
70
70
Total
52
31 960
GIR pondéré
614,62
Source
: rapport d’activité 2015, p.84
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
22/76
2016
Nombre de
personnes
points
total
GIR 1
5
1 000
5 000
GIR 2
9
840
7 560
GIR 3
12
660
7 920
GIR 4
15
420
6 300
GIR 5
4
250
1 000
GIR 6
5
70
350
Total
50
28 130
GIR pondéré
562,60
Source : compte administratif 2016
L’examen de la répartition des résidents met en évidence une certaine stabilité entre
2010 et 2013 avec une diminution des résidents les moins dépendants. Mais, depuis 2013, les
GIR 1 et 2 baissent régulièrement, ils sont passés de 25 en 2013 à 19 en 2014 et 2015, ce qui a
eu pour conséquence la diminution du GIR moyen pondéré (614,62 au 31 décembre 2015). En
2016, le nombre de GIR 1 et 2 passe à 14, la hausse des GIR 3 et 4 ne permet pas de compenser
la baisse des GIR 1 et 2, ce qui génère une nouvelle baisse du GIR moyen pondéré (562,60 au
31 décembre 2016).
Nombre de personnes selon leur GIR en 2009
Source : rapport d’activité 2009
Nombre de personnes selon leur GIR en 2016
Source : compte administratif 2016
-
5
10
15
GIR 1
GIR 2
GIR 3
GIR 4
GIR 5
GIR 6
-
5
10
15
GIR 1
GIR 2
GIR 3
GIR 4
GIR 5
GIR 6
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
23/76
En réponse aux observations provisoires, le département de la Côte d’Or a indiqué qu’il
juge cette nouvelle évaluation indispensable à l’aboutissement du CPOM à venir, afin d’adapter
les moyens de l’établissement en fonction du ni
veau de dépendance de ses résidents.
3.2.2
Le PMP
Le pathos moyen pondéré (PMP) permet, à l’instar du GIR Moyen Pondéré (GMP), de
déterminer pour un service ou une population le niveau moyen des soins médicaux et techniques
nécessaires. Le PMP de l’établissemen
t est détermin
é́
grâce
à
une « coupe PATHOS » réalisée
par le médecin coordonnateur de l’EHPAD et validée par l’agence régionale de santé
.
Le GMPS (= GMP + PMP) permet d’attribuer aux établissements la dotation « soins »,
financée par l’assurance maladi
e, dans le cadre de la convention tripartite signée par
l’établissement.
Le Pathos Moyen Pondéré (PMP) de l’établissement a été validé par l’Agence Régionale
de Santé de Bourgogne, Franche-Comté à 159 points en septembre 2015. Il était de 136 en
2013.
Selon le procès-
verbal du conseil d’administration du 20 décembre 2016, le directeur a
sollicité le médecin coordonnateur pour faire une coupe PATHOS. Il était envisagé la validation
par l’ARS avant le 30 juin 2017 afin que la dotation soins soit revue pour 2
018. Ce ne fut pas
le cas
: en réponse aux observations provisoires de la chambre, l’agence régionale de santé
Bourgogne-Franche-
Comté a indiqué que lors de la visite de conformité de l’unité Alzheimer,
le 6 février 2017, il a été convenu en présence du directeur par intérim et du médecin
coordonnateur de ne pas procéder à une nouvelle coupe Pathos, car,
alors que l’établissement
pensait à cette époque être tarifé sur une base de 136,
l’estimation du PMP faite par lui n’était
pas supérieure au PMP en vigueur, de 159.
3.3
La tarification
Selon les services du département, les budgets dépendance et hébergement sont
autorisés par reconduction des budgets de l’année précédente auxquels s’applique un taux
d’évolution voté par le conseil départemental. Des mesures no
uvelles peuvent être autorisés à
titre exceptionnel concernant les opérations de restructuration ou de reconstruction pour prendre
en compte l’impact des amortissements et frais financiers.
Pour les soins, l’établissement a opté pour le tarif journalier pa
rtiel, conformément au
décret n° 2014-
652 du 20 juin 2014. L’option tarifaire accordée par le directeur général de
l’ARS de Bourgogne
-
Franche Comté pour l’option partielle concerne :
la rémunération du médecin-coordonnateur et des médecins salariés,
la rémunération des auxiliaires médicaux salariés,
la rémunération des infirmiers salariés et libéraux,
70 % des rémunérations des aides-soignants et aides médico-psychologiques.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
24/76
3.3.1
Les décisions tarifaires
3.3.1.1
La tarification des soins
La dotation globale
de soins versée à l’EHPAD de Laignes pour les exercices examinés
est retracée dans le tableau ci-dessous. La dotation globale de soins 2016 intègre 150 000
€ de
crédits non reconductibles.
Évolution de la dotation globale de soins entre 2009 et 2016
En euros
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Dotation
globale soins
682 820
475 758
477 835
494 432
510 586
520 138
515 191
669 156
Source : arrêtés de l’ARS
Chacune des décisions tarifaires vise la convention tripartite prenant effet le 1
er
janvier
2008.
Les tarifs journaliers fixés par arrêté pour la section soins concernant les GIR 1 et 2,
GIR 3 et 4, GIR
5 et 6 ont été déterminés comme suit par l’ARS, pour l’EHPAD de Laignes :
Évolution du tarif journalier soins entre 2009 et 2016
En euros
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
2016
Tarif journalier soins GIR 1 et 2
37,30 31,99 28,75 30,32 31,88 33,38 35,67
32,82
Tarif journalier soins GIR 3 et 4
33,06 21,00 21,73 23,87 25,34 25,31 25,92
25,90
Tarif journalier soins GIR 5 et 6
18,24 17,54 17,22 17,61 18,81 17,24 16,17
18,98
Tarif pour les moins de 60 ans
31,06 25,34 25,18 27,31
NC
NC
NC
NC
Source : arrêtés de l’ARS
La tarification de la dépendance
Dans chaque établissement, il existe
trois tarifs dépendance correspondant
respectivement aux GIR 1 et 2, aux GIR 3 et 4 et aux GIR 5 et 6. Le classement dans ces deux
derniers GIR n’ouvre pas droit à l’aide personnalisée d’autonomie (APA). La dotation APA
couvre les tarifs des GIR 1 à 4 diminués du ticket modérateur (GIR 5 et 6).
Évolution de la dotation budgétaire globale afférente à la dépendance
en €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Dotation
budgétaire
globale afférente
à la dépendance
114 741,40
107 362,19
125 192,44
121 044,19
144 123,98
154 865,97
172 166,47
167 573,75
Source : arrêtés de dotation budgétaire globale afférente à la dépendance du département de la Côte-
d’Or
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
25/76
Les tarifs journaliers pour la section dépendance ont été fixés par le conseil
départemental de la Côte-
d’Or comme suit
:
Évolution du tarif journalier dépendance entre 2009 et 2017
En euros
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
2016
2017
Tarif journalier dépendance
GIR 1 et 2
19,68 15,69 22,47 20,76 18,04 20,80 20,77
23,34
23,19
Tarif journalier dépendance GIR 3 et 4
12,50
9,96
14,26 13,17 11,45 13,21 13,18
14,78
14,78
Tarif journalier dépendance GIR 5 et 6
5,30
4,22
6,05
5,59
4,85
5,60
5,59
6,29
6,23
Source : arrêtés de tarification de la dépendance par le département de la Côte-
d’Or
Le prix de journée appliqué au 1
er
septembre 2017 est de 23,19
€ par jour pour les GIR
1 et 2, de 14,78
€ pour les GIR 3 et 4 et de 6,23
€ pour les GIR 5 et 6 (
le coût de 6,23
correspond au ticket modérateur que tous les résidents doivent payer, quel que soit leur girage).
3.3.1.2
L
a tarification de l’hébergement
Le prix de journée hébergement recouvre l’ensemble des prestations d’administration
générale, d’accueil hôtelier, de restauration, d’entretien et d’animation de la vie in
térieure de
l’établissement. Certaines charges sont partagées entre deux tarifs, suivant une clef de
répartition fixée actuellement à 70 % et 30
%. Les dépenses liées au maintien de l’autonomie
des personnes accueillies relèvent du tarif dépendance.
Dans l
e calcul du prix de journée pour l’hébergement sont pris en compte
:
-
70 % des fournitures hôtelières ;
-
70
% des produits et matériel d’entretien ;
-
tous les services extérieurs (assurances, eau, gaz, électricité…) ;
-
toutes les dépenses relatives à l’administration, la salubrité… ;
-
les frais de personnel concernant l’administration, l’entretien, l’animation… ;
-
les frais de restauration ;
-
70 % des frais de blanchisserie ;
-
70
% des dépenses d’entretien et du personnel correspondant : ménage, lingerie…
;
-
70 % des amortissements.
Le prix de journée de la section hébergement, autorisé par le conseil départemental a
évolué comme suit :
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
26/76
Prix de journée hébergement
En euros
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Variation
2017/2009
Variation
2014/2013
Tarif proposé par
l'EHPAD pour les + de 60
ans
NC
41,97
38,88
40,74
43,26
54,39
52,17
54,18
55,60
Prix de journée applicable
au 1er janvier pour les + de
60 ans
40,13
41,65
41,55
41,55
41,97
51,27
53,15
53,74
55,57
38,5%
22,2%
Prix de journée applicable
au 1er janvier pour les - de
60 ans
NC
53,11
54,98
55,45
56,67
66,09
68,80
70,10
72,17
16,6%
Tarif journalier
hébergement autorisé pour
les + de 60 ans
41,11
41,68
41,51
41,59
42,50
57,46
52,75
54,23
58,24
41,7%
35,2%
Tarif journalier
hébergement autorisé des -
de 60 ans
54,90
52,33
55,85
55,05
58,91
71,16
68,58
70,85
74,80
36,2%
20,8%
Source : rapports du directeur sur le budget prévisionnel, rapports de tarification et arrêtés de tarification des
prestations d’hébergement par le département de la Côte
-
d’Or
Le prix de journée des personnes âgées de moins de 60 ans est fixé de la manière
suivante : total des dépenses nettes hébergement et dépendance / nombre de journées totales de
l’établissement.
Entre 2009 et 2017, la hausse du prix de journée autorisé en année pleine pour les
personnes de plus de 60 ans a été de 38,5 %, passant de 40,13
€ à 55,57
€. L’arrêté du 27 juillet
2017 n’a pas été appliqué afin d’éviter une trop forte augmentation du prix de journée pour les
résidents sur la fin de l’année. L’arrêté du 26 décembre 2017 a porté le prix de journée pour les
plus de 60 ans à 61
€ en chambre double et 64
€ en chambre simple. Selon le département de la
Côte-
d’Or, l’impact d’une restructuration sur le prix de journée est de 10
€. L’augmentation est
particulièrement marquée en 2014 (+ 22,2 % par rapport à 2013) compte tenu de la
restructuration de l’établissement. Pour les personnes de moins de 60 ans, l’
évolution du prix
de journée présente la même tendance tout en étant un peu plus modérée.
Par délibération du 22 décembre 2016, le conseil d’administration a adopté lors de
l’adoption du budget prévisionnel 2017 la mise en place d’un supplément de 2
€ pour
les 29
chambres à un lit, alors que jusque-là le prix des chambres individuelles était identique à celui
des chambres doubles, ainsi qu’
un supplément de 4,50
€ pour l’ouverture dans les nouveaux
locaux de l’unité spécialisée Alzheimer en janvier 2017 afin
de tenir compte du confort hôtelier
supérieur.
En 2018, le prix de journée hébergement de l’EHPAD de Laignes (64
€ en année pleine)
est à un niveau comparable à la moyenne des EHPAD de Côte-
d’Or qui est d’environ 62
€.
3.3.1.3
Le coût net journalier global par résident
Le coût net journalier global par résident est calculé en rapportant le total des charges
nettes toutes sections tarifaires confondues (charges diminuées des recettes en atténuation) à la
capacité installée de l’établissement.
Compte tenu de la rest
ructuration de l’établissement, le coût net journalier global
observé progresse en 2014 pour s’établir à 110,61
€ mais reste relativement stable depuis, se
situant à 112,41
€ en 2016.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
27/76
Évolution du coût net journalier global par résident
Source : comptes de gestion (balances : solde comptes 6 budget principal et budget annexe)
3.3.2
La controverse sur le calcul de la dotation soins
Les rapports de gestion rédigés par la direction depuis 2011 font état d’une sous dotation
de la partie soins.
Dans le procès-
verbal du conseil d’administration du 27 septembre 2012, il est indiqué
que le directeur estime que la maison de retraite est sous dotée à hauteur de 50 000
€ par an
dans la mesure où le GIR moyen pondéré de référence pour le calcul de la dotation soins est
celui inscrit à la convention tripartite de 2008 (551) seul reconnu par le conseil général, alors
que ce GMP a évolué depuis (677,69 en 2012 selon le directeur mais 632,31 en réalité).
Par une note du 28 septembre 2015, la direction estime que l’étab
lissement a perdu
« près de 400 000
€ en cinq ans », du fait que l’ARS n’aurait pas tenu compte de bons critères
de revalorisation (+2,5
% par an) et d’un pathos moyen et d’un GMP non revalorisés.
Des informations recueillies auprès de l’ARS au cours du contrôle, il s’avère que ses
services ont procédé au calcul de la dotation de soins selon les mêmes critères objectifs retenus
pour tous les établissements similaires, avec les mêmes revalorisations annuelles. Les critères
ayant servi de référence au calcul
des dotations versées à l’établissement sont à la fois le GMP
et le Pathos moyen pondéré.
La chambre constate le bien-
fondé et l’exactitude du montant des dotations notifiées à
l’établissement et que, à supposer même qu’elle ait été convaincue de leur ins
uffisance, la
direction n’a pas engagé de recours contentieux auprès du tribunal interrégional de la
tarification sanitaire et sociale contre la notification des dotations allouées.
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Charges nettes toutes
sections tarifaires
confondues (charges
diminuées des recettes
en atténuation)
1 694 265
1 658 070
1 670 379
1 789 276
1 884 325
2 139 845
2 142 124
2 180 449
Capacité installée (en
lits)
53
53
53
53
53
53
53
53
Coût net journalier
global par résident
EHPAD de Laignes
87,58
85,71
86,35
92,24
97,41
110,61
110,73
112,41
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
28/76
3.3.3
Conclusion
En conclusion, la chambre constate, d’une part que la diminu
tion de la dépendance des
résidents de l’EHPAD de Laignes a provoqué une baisse du GMP sur la période contrôlée et
que les autorités de tarification ont logiquement répercuté ces évolutions sur le calcul des
dotations globales de soins et de dépendance et,
d’autre part que l’établissement a fait le choix
de fixer des tarifs hébergement peu élevés.
4
LES BUDGETS PREVISIONNELS ET LE PLAN GLOBAL DE
FINANCEMENT PLURIANNUEL
4.1
Les budgets prévisionnels
L’examen des budgets prévisionnels et de leur réalisation montre des écarts importants
selon les sections, et selon les exercices comptables. L’établissement semble prévoir avec de
plus en plus de difficulté les recettes d’exploitation, le taux de réalisat
ion des prévisions
budgétaires passant de 103,2 % en 2009 à 84,8 % en 2016.
L’évolution des consommations des crédits budgétaires met également en évidence les
difficultés de pilotage de l’établissement, notamment en ce qui concerne ses investissements
ai
nsi qu’il ressort du tableau ci
-dessous. Ainsi, en 2014 seuls 19,8 % des dépenses
d’investissement prévues ont été réalisés alors que le taux de réalisation des recettes
d’investissement en 2016 s’établit à 147,4 % compte tenu de l’encaissement d’une tranc
he de
3
M€ au lieu de 1,5
M€ prévu concernant le prêt de 6,5
M€ auprès de la
Caisse des Dépôts et
Consignations.
Pourcentage de réalisation des prévisions budgétaires (budget principal)
En %
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Dépenses d'investissement
39,6
51,4
54,9
39,4
56,1
19,8
25,5
58,7
Recettes d'investissement
99,8
66,4
101,3
91,7
103,2
95,5
81,3
147,4
Dépenses d'exploitation
97,1
92,9
96,4
97,9
99,8
99,9
99,0
92,9
Recettes d'exploitation
103,2
93,8
99,2
92,5
89,9
89,3
84,5
84,8
Source : comptes de gestion (état D5)
4.2
Le
plan pluriannuel d’investissement
En dépenses, le plan pluriannuel d’investissement (PPI) de l’EHPAD, établi le
15 janvier 2014 reprend 134 000
€ correspondant à la restructuration de la blanchisserie réalisée
en 2009 et 364 155
€ correspondant au coût de la construction de l’espace famille réalisé en
2011 et arrête les perspectives suivantes :
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
29/76
-
pour les travaux d’extension du bâtiment existant
: 7 005 000
€ dont la plus grande
part est répartie entre 2014 et 2017 : 3
M€ en 2014, 2
M€ en 2015, 1
M€ en 2016
et 0,3 M€ en 2017
;
-
pour l’acquisition de matériels et équipements : 480
000
€, à raison de 30
000
€ par
an entre 2015 et 2030 ;
-
pour le remboursement des emprunts : le montant avoisine les 200 000
€ en
moyenne annuelle entre 2017 et 2030. Au
total le plan pluriannuel d’investissements
indique 3 373 881
€ de remboursement d’emprunts entre 2009 et 2030.
En recettes, pour le financement des investissements jusqu’en 2030, la direction a prévu
de recourir à l’emprunt (7,4
M€), aux subventions (1,2
M€) et à ce qu’elle inscrit comme un
«
disponible d’investissement » qui semble être une probabilité d’excédent de 4,6
M€ entre
2009 et 2030, hypothèse exagérément optimiste car aucune possibilité d’autofinancement ne
ressort de la situation financière de la structure.
Dans ces conditions, la chambre est fondée à mettre en doute la sincérité d’un tel plan
pluriannuel d’investissement tant les propositions de ressources semblent irréalistes.
Concernant les projets immédiats à réaliser, les propositions qu’av
ait faites la direction
dans le cadre de la section d’investissement pour le seul exercice 2015 sont présentées dans les
tableaux ci-dessous. Elles ne correspondent pas du tout au PPI établi le 15 janvier 2014.
Budget prévisionnel 2015
section d’investis
sement
Les dépenses :
LIBELLE DES GROUPES
B.P. 2015
PPI
Remboursement de la dette
60 576
125 575
Investissement courant :
150 000
30 000
Matériel
et
outillage,
matériel
de
transport,
mobilier…
Investissement opérations particulières
2 419 856
2 000 000
Excédent prévisionnel
TOTAL
2 630 432
2 155 575
Les recettes :
N° de
compte
Libellé du compte
B.P. 2015
PPI
1312
Apports - subventions
250 000
592 625
142
Provisions
règlementées
pour
renouvellt des
immo.
16
Emprunt
2 011 981
2 550 000
28
Amortissement des immobilisations
29
Provisions
Emploi d’excédents antérieurs
250 000
TOTAL
2 630 432
3 401 334
118 451
258 709
Source : BP 2015 et PPI du 15 janvier 2014
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
30/76
Alors que le PPI prévoyait, pour 2015, 2 155 575
€ de dépenses et 3
401 334
€ de
recettes, le budget prévisionnel 2015 en est très éloigné.
La chambre relève la difficulté de la direction à mettre en œuvre un plan
d’investissement qui, tel qu’il se présente, ne peut pas servir d’outil sérieux d’aide à la gestion,
comme tenu du peu de fiabilité des données qui y sont inscrites.
5
LA FIABILITE DES COMPTES
Le contrôle de la fiabilité des comptes a été réalisé essentiellement à partir des comptes
administratifs des exercices 2009 à 2016.
5.1
La fiabilité des comptes administratifs
L’examen des comptes administratifs par le départemen
t depuis 2009 fait ressortir
plusieurs anomalies comptables qui ont conduit à une absence de validation des comptes
administratifs de 2011 à 2014 inclus. Pour les autres exercices, seuls les résultats comptables
de l’exercice ont été retenus, étant observé
que pour les sections hébergement et dépendance en
2009 ils divergent de ceux retenus dans le compte administratif (cf. infra 5.9). Ces anomalies
ont également été constatées par la chambre.
De la même manière, l’ARS a relevé des erreurs dans les comptes
administratifs qui
l’ont amenée à modifier le résultat comptable de plusieurs exercices (cf.
infra 5.8).
En conséquence, la chambre constate que les comptes administratifs de l’établissement
ne sont pas suffisamment fiables.
5.2
Les provisions
5.2.1
Les provisions pour créances douteuses
Le montant des créances « usagers contentieux » s’est accru régulièrement entre 2012
et 2016. La créance la plus ancienne date de 2010. La comptable effectue des diligences pour
leur recouvrement. Cependant compte tenu des montants
en jeu, du risque d’insolvabilité des
débiteurs et en vertu du principe de prudence, ces créances auraient dû être provisionnées à
hauteur de la perte probable, ce qui n’a pas été fait par l’établissement.
Créances « usagers contentieux
En €
2009 2010 2011
2012
2013
2014
2015
2016
c/4161 "usagers-
contentieux"
-
-
-
39 286
45 386
24 360
53 373
91 061
Source : comptes de gestion
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
31/76
5.2.2
La provision pour gros entretien (PEG) ou pour grandes révisions
Les provisions de droit commun enregistrées aux comptes de
l’établissement
de 2009 à
2016 ne concernent que le compte 1572 « provisions pour gros entretien ou pour grandes
révisions »
. En application de l’instruction M22
, « pour être traitée comme provision pour gros
entretien ou grandes révisions (PGE), la provision correspondante doit être destinée à couvrir
des charges d’exploitation importantes
ayant pour seul objet de vérifier le bon état de
fonctionnement des installations et d’y apporter un entretien sans prolonger leur durée de vie
au-delà de celle prévue initialement.
Les PGE doivent être justifiées par un plan pluriannuel d’entretien. Le mo
ntant des PGE
correspond au montant des travaux identifiés dans ce plan, établi par immobilisation et par
catégorie de travaux. En fonction de la politique d’entretien décidée par l’établissement, le
montant des PGE correspondra aux dépenses de gros entretien des 2 à 5 prochaines années
inscrites au plan établi dans les conditions précitées.
Ce plan est actualisé à chaque clôture d’exercice et le montant des PGE est ajusté en
conséquence par le jeu :
-
d’une nouvelle dotation en cas de travaux supplémentair
es ;
-
d’une reprise de provision pour les montants utilisés ;
-
d’une reprise en cas de provision devenue sans objet.
Les dépenses récurrentes telles que celles relatives aux contrats d’entretien n’entrent pas
dans l’assiette des PGE ».
Tout d’abord, l
a chambre
constate que l’établissement a constitué en 2009 une provision
de 183 000
€ sur le compte 1572 sans justifier de l’existence d’un
plan pluriannuel
d’entretien
.
Par ailleurs, cette provision provient du résultat excédentaire de la section hébergement
pour l’exercice 2009. En effet, la délibération du conseil d’administration du 21 avril 2010
relative à l’affectation des résultats fait apparaître un résultat de l’exercice de 2
131,33
€ alors
que l’analyse du compte administratif 2009
réalisée par le département de la Côte-
d’Or le
29 novembre 2010 fera ressortir un résultat excédentaire de 192 091,03
€. L’
ordonnateur a
constitué cette provision dès 2009 avant la détermination du résultat et son affectation qui aurait
dû avoir lieu en 2010. Alors que le département de la Côte-
d’Or avait demandé à l’ordonnateur
de soumettre une nouvelle délibération au conseil d’administration présentant le résultat
excédentaire de l’exercice 2009 de 192
091,03
€, il ne l’a jamais fait.
Provisions de droit commun
En €
Montant au début de
l'exercice
Dotations de
l'exercice
Reprise de
l'exercice
Montant à la fin
de l'exercice
2009
17 771
183 000
200 771
2010
200 771
200 771
2011
200 771
200 771
2012
200 771
90 000
110 771
2013
110 771
110 000
771
2014
771
771
-
2015
-
-
-
-
2016
-
-
-
-
c/1572 "provisions
pour gros entretien
ou pour grandes
révisions"
(contrepartie au
c/68742)
Source : comptes de gestion
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
32/76
Enfin, cette provision qui devait servir à financer des travaux de gros entretien ou de
grande révision a été reprise à hauteur de 90 000
€ en 2012, 110
000
€ en 2013 et le reliquat de
771
€ en 2014. La reprise de cette provision a permis
en réalité de minorer
d’autant
les déficits
de chacun des exercices.
5.2.3
L’absence de provision pour compte épargne temps
L’article 4 de l’arrêté du 17 avril 2014 fixant les modalités de comptabilisation et de
transfert des droits au titre du compte épargne-temps des agents titulaires et non titulaires de la
fonction publique hospitalière impose la constatation d’une provision pour chaque jour épargné.
La chambre observe qu’à Laignes,
aucune provision
n’a été
constituée en rapport, bien
que le bilan social de 2015 fasse état de 131 jours stockés sur le compte épargne temps de cinq
agents, au 31 décembre 2015.
Recommandation n°
4 : La chambre recommande la constitution de provisions
respectant les dispositions de l’instruction M22
et d’instaurer une politique de
provisionnement
permettant
d’anticiper
les
charges
susceptibles
d’altérer
significativement le résultat budgétaire.
5.3
Les mandats annulés (sur exercices antérieurs) ou atteints par la
déchéance quadriennale
En 2010, l’EHPAD
de Laignes a émis un titre de recette de 60 000
€ sur le compte 773
« mandats annulés » concernant des cotisations URSSAF qui auraient été trop versées. Un
rattachement a été effectué avec le compte 418 « redevables - produits à recevoir ». Comme le
prévoi
ent les écritures de rattachement, l’établissement a émis début 2011 un titre d’annulation
sur le compte 773 de 60 000 €, lequel a été rattaché au compte 418.
En 2011, l’établissement a émis un titre de recette de 100
000
€ sur le compte 773
concernant des
cotisations qui auraient été versées à tort à l’URSSAF. Un rattachement a été
effectué avec le compte 418 « redevables -
produits à recevoir ». En 2012, un titre d’annulation
a été effectué sur le compte 778 « autres produits exceptionnels » et non sur le compte 773. Le
rattachement a bien eu lieu avec le compte 418.
La chambre estime que l’EHPAD ne pouvait procéder à des annulations de mandats
concernant des charges sociales qui ont été réellement versées à l’URSSAF et ce même en
présence dès 2010 d’une procédure gracieuse puis contentieuse auprès de l’URSSAF pour en
obtenir le remboursement. La comptabilisation de ces recettes de 60 000
€ en 2010 et 100
000
en 2011, sans fondement au compte 773, a gravement altéré la fiabilité et la sincérité des
compte
s de l’établissement.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
33/76
5.4
Les autres produits exceptionnels
En application de la nomenclature M22, le compte 778 enregistre les autres produits
exceptionnels.
Depuis 2011, l’établissement émet des titres au compte 778 qui font l’objet d’un
rattachement avec le compte 4687 « Divers - produits à recevoir ».
Évolution du compte 778
Source : comptes de gestion
En 2014, l’établissement a constaté dans ses recettes un produit exceptionnel de
250 000
€ par l’émission d’un titre n°
828 intitulé « trop versé charges sociales » dont le tiers,
c’est
-à-
dire le débiteur, est l’URSSAF de Bourgogne. Le département de la Côte
-
d’Or avait
d’ailleurs relevé lors de l’analyse des comptes 2014 qu’une somme de 112
500
€ de produits
exceptionnels sur la section hébergement
n’avait pas d’origine.
L’EHPAD de Laignes a demandé à l’URSSAF de Bourgogne le remboursement de
184 638
€ de cotisations qu’il estime avoir versé à tort de juin 2007 à juin 2010 (cf. supra).
Parallèlement, l’URSSAF a demandé à l’EHPAD de verser un rappel d
e cotisations de 2008 à
2010 à hauteur de 29 444
€. En tout état de cause, l’émission du titre de recette n°
828 le
31 décembre 2014 de 250 000
€ à l’encontre de l’URSSAF de Bourgogne était disproportionné
par rapport au moment pouvant être perçu et sans fondement.
Un titre d’annulation n°
8 émis en 2015 a annulé le titre n° 828. Un titre n° 708 a été
émis le 31 décembre 2015 à nouveau sur le compte 778 pour un montant de 250 000
€ puis
annulé par un titre d’annulation le 12 février 2016.
Les émissions de ces titres de recettes et leur rattachement ont largement contribué à
nuire à la fiabilité des comptes de cet établissement, faussant notamment son résultat et ont
permis de prolonger l’irrégularité de la constatation de recettes sans fondement.
Le 9 décembre 2016, la comptable de la trésorerie de Chatillon-sur-Seine a fait parvenir
un courrier à l’ordonnateur de l’EHPAD de Laignes l’informant que le solde du compte 778
était anormalement débiteur de 245 912,73
€ et l’invitant à régulariser cette anomali
e en
émettant un titre à recevoir au compte 778 au moins du même montant ou, si la recette attendue
ne sera pas encaissée, à émettre à la fois un mandat au compte 6718 et un titre au compte 778
du même montant accompagné d’un certificat administratif de l’
ordonnateur.
En €
2011
2012
2013
2014
2015
2016
compte 778
crédit
24 425,33
138 187,14
151 634,99
262 500,00
262 500,00
565 936,00
débit
300,00
124 123,46
138 162,14
150 000,00
262 500,00
495 912,73
solde
24 125,33
14 063,68
13 472,85
112 500,00
0,00
70 023,27
compte 778 - cotisations URSSAF
crédit
10 000,00
130 000,00
150 000,00
250 000,00
250 000,00
250 000,00
débit
0,00
110 000,00
130 000,00
150 000,00
250 000,00
250 000,00
solde
10 000,00
20 000,00
20 000,00
100 000,00
0,00
0,00
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
34/76
Par délibération du 22 décembre 2016, le conseil d’administration a reconnu que suite
à l’arrêt de la Cour d’Appel de Dijon du 18 février 2016, la recette de 250
000
€ ne serait pas
réalisée et qu’il convenait de régulariser les comptes.
Afin
de lisser l’impact de la constatation d’une dépense de 250
000
€ au compte 6718
sur le seul exercice 2016, l’ordonnateur a émis le 31 janvier 2017 un certificat administratif qui
prévoit d’étaler la charge sur trois exercices de la manière suivante :
- 2016 : 83 333,34
€ (mandat n°
1170 au compte 6718) ;
- 2017 : 83 333,33
€ ;
- 2018 : 83 333,33
€.
5.5
Le rattachement des charges et des produits
5.5.1
Le rattachement des charges
L’établissement n’a pas procédé à tous les rattachements de charges.
En effet, la chambr
e note l’absence de rattachement des intérêts courus non échus en
2015 à hauteur de 1 470
€, bien que cette opération ait été passée en 2013, 2014 et 2016.
5.5.2
Le rattachement des produits
En 2010, l’EHPAD de Laignes a enregistré au compte 418 « redevables
- produits à
recevoir » 60 000
€ concernant des cotisations sociales qui auraient été versées en trop à
l’URSSAF. Le titre de rattachement avait été émis sur le compte 773 «
mandats annulés sur
exercices antérieurs ».
En 2011, l’établissement a comptabilisé
175 997
€ sur le compte 418, dont 100
000
concernant les cotisations à l’URSSAF et 75
997
€ au titre de la dotation soins de 2011. Pour
la créance de 75 977
€, le titre de rattachement a été émis sur le compte 7361 « dotation globale
de financement soins » et la créance de 100 000
€ a été émise sur le compte 773.
En 2012, reste au compte 418, la créance de 75 997
€ concernant la dotation soins. En
2013, l’ordonnateur a émis un mandat de 75
977
€ sur le compte 6718
« autres charges
exceptionnelles ». Cett
e dépense a été refusée par l’autorité de tarification le 27 novembre 2015
au motif qu’elle n’était pas justifiée et a fait l’objet d’une demande de l’ARS d’inscription au
compte 114133
« dépenses refusées par l’autorité de tarification », ce que le consei
l
d’administration n’a décidé que le 22 décembre 2016.
Par ailleurs, de 2011 à 2015 inclus, l’établissement a procédé à un rattachement au
compte 4687 « divers produits à recevoir » concernant des sommes réclamées à l’URSSAF au
titre de cotisations sociales qui auraient été trop perçues et pour lesquelles l’EH
PAD a émis des
titres de recettes au compte 778 « autres produits exceptionnels ».
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
35/76
Constatant que la Cour d’Appel de Dijon avait rejeté leur requête de remboursement de
cotisations URSSAF et que la recette de 250 000
€ inscrite en 2016 ne serait pas ré
alisée, le
conseil d’administration a décidé, par délibération du 22 décembre 2016, de le constater dans
les écritures comptables. Cette régularisation a généré un rattachement avec le compte 46721
qui reste débiteur de 166 666,66
€ au 31 décembre 2016, l’
ordonnateur ayant décidé par
certificat administratif du 31 janvier 2017 d’étaler la charge de 250
000
€ sur trois exercices
dont 83 333,34
€ en 2016.
La chambre relève que le rattachement de produits à hauteur de 60 000
€ en 2010,
100 000
€ en 2011, 130
000
€ en 2012, 150
000
€ en 2013 et 250
000
€ en 2014 et 2015
concernant des cotisations sociales qui auraient été trop versées à l’URSSAF ne présentait pas
de caractère certain dans la mesure où toutes les actions menées depuis 2010, gracieuses comme
contentieuses, pour en obtenir le remboursement ont été rejetées. Par ailleurs, contrairement à
ce que prévoit la M22, à la fin de chaque exercice, faute d’avoir recouvré les cotisations auprès
de l’URSSAF, l’établissement n’a pas émis de mandat au compte 6718
« autres charges
exceptionnelles sur opérations de gestion ».
Ainsi, la constatation de produits à recevoir sans fondement a nui gravement à la
sincérité des comptes de l’établissement.
Comptes de rattachement des charges et des produits
En €
Libellé
2 009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
c/1688
ICNE
-
-
-
-
1 470
1 470
-
1 470
c/408
Fournisseurs-factures non
parvenues
-
-
-
3 245
-
-
-
c/418
Redevables-produits à
recevoir
-
60 000
175 997
75 997
4 214
189
20 459
c/4281
Personnel-prime de service à
répartir
-
-
-
-
-
-
c/4282
Dettes provisionnées pour
congés à payer
-
-
-
-
-
-
c/4286
Personnel-Autres charges à
payer
-
-
-
-
-
-
c/4287
Personnel - Produits à
recevoir
-
-
-
-
3 559
1 990
7 361
c/4386
Organismes sociaux-autres
charges à payer
-
-
-
-
-
-
-
c/4387
Organismes sociaux-
produits à recevoir
-
-
-
-
-
-
-
c/4486
Etat-charges à payer
-
-
-
-
-
-
-
c/4487
Etat-produits à recevoir
-
-
-
-
-
-
-
c/4686
Divers-charges à payer
-
-
-
-
-
-
-
c/4687
Divers- produits à recevoir
-
-
24 123
138 162
150 000
262 500
250 000
5 871
Source : comptes de gestion
Recommandation n°
5 : La chambre recommande de limiter le rattachement des
charges et des produits aux dépenses et recettes présentant un caractère certain.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
36/76
5.6
Les annulations de titres de recettes
Sur la période examinée, les annulations de titres de recettes représentent en valeur, sur
la période contrôlée, entre 0,27 % (en 2009) et 19,83 % des titres émis (en 2011).
Entre 2009 et 2016, ce sont 2 443 726
€ qui ont été annulés ou réduits sur 27
524 422
de titres émis, soit une proportion de 9 % en moyenne ; ce qui reflète des difficultés de pilotage
dans la gestion de l’établissement.
Ainsi, en 2011, l’EHPAD de Laignes a annulé 299
700
€ sur le compte 768
« autres
produits financiers » et 160 000
€ sur le compte 773
« mandats annulés (sur exercices
antérieurs) ou atteints par la déchéance quadriennale ».
En 2012, l’annulation a porté sur près de 120
000
€ de dotations et produits de
tarifications. En 2013, 136 000
€ de ces mêmes recettes ont été annulés.
En 2014, l’établissement a procédé à l’annulation d’une recette de 309
731,94
€ sur le
compte 7331111 « produits à la charge du département - secteur des personnes âgées - dotation
globale - quote-part de la dotation globalisée commune des établissements sociaux et médico-
sociaux sous CPOM - s
ervice d’aide et d’accompagnement à domicile ».
Enfin, depuis 2012, l’EHPAD de Laignes rattache en produits à recevoir des cotisations
sociales qui auraie
nt été versées à tort à l’URSSAF de juin 2007 à juin 2010 en émettant en fin
d’exercice un titre de recette au compte 778 «
autres produits exceptionnels », en le rattachant
au compte 4687 « produits à recevoir » et en émettant l’exercice suivant un titre d’annulation
sur le compte 778, rattaché également au compte 4687.
Annulations de titres entre 2009 et 2016, pour le budget principal
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Titres émis au
cours de
l'exercice
2 424 307
2 360 482
2 641 354
2 586 605
2 235 936
4 987 178
4 268 256
6 020 305
Titres annulés
(ou réduits) sur
exercice courant
18 026
485 709
244 346
277 777
535 027
289 816
593 025
Dont titres
annulés sur le
compte 778
300
124 123
138 162
150 000
262 500
495 913
Titres annulés
sur
ex.
antérieurs
(c/673)
6 536
27 892
38 070
2 901
94
2 600
23 099
1 617
% des montants
des titres
annulés /titres
émis
0,27
1,95
19,83
9,56
12,43
10,78
7,33
9,88
Source : Comptes de gestion - Tableaux B 1
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
37/76
5.7
Les restes à recouvrer
Les restes à recouvrer concernant tous types de débiteurs (résidents, caisse de sécurité
sociale, mutuelles, départements) sont passés de 242 539
€ en 2009 à 505
606
€ en 2016.
Le
montant des restes à recouvrer pour 2016 doit cependant être corrigé car au compte 46721 figure
en restes à recouvrer 166 666,66
€ qui correspondent à une partie du titre n°
830 du
31 décembre
2016 émis sur le compte 778 d’un montant de 168
029,09
€ afin de solder le
compte 778 qui était anormalement débiteur de 250 000
€ suite à la pratique utilisée pa
r
l’ordonnateur pour constater en produits à recevoir un trop
-versé de cotisations de charges
sociales auprès de l’URSSAF de Bourgogne
.
Le solde du compte 4114 « département amiable » est élevé chaque année. Il résulte de
l’instruction que ce
solde correspondrait à des créances concernant des résidents considérés
comme bénéficiaires de l’aide sociale par l’établissement et pour lesquels le gestionnaire
n’aurait pas déposé de dossier auprès du département.
Évolution des restes à recouvrer
N° de compte
Libellé
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
4111
usagers amiable
182 622
181 366
132 506
194 018
130 065
148 782
96 595
131 056
41133
caisse SS
4114
département
amiable
48 256
58 550
51 238
54 497
28 873
106 267
62 282
95 581
4115
Autres tiers
payants amiable
531
3 672
4161
usagers
contentieux
39 286
45 386
24 360
53 373
91 061
4164
département
contentieux
3 692
46721
débiteurs divers
amiable
11 661
8 277
5 330
4 776
13 671
12 976
17 458
182 980
46721 après
retraitement
CRC
débiteurs divers
amiable
11 661
8 277
5 330
4 776
13 671
12 976
17 458
16 313
46726
débiteurs divers
contentieux
79
2 191
4 928
242 539
248 193
189 074
296 269
218 605
292 385
235 571
505 606
242 539
248 193
189 074
296 269
218 605
292 385
235 571
338 939
TOTAL DES RAR après
retraitement CRC
TOTAL DES RAR
Source : comptes de gestion
Quant aux non-valeurs passées entre 2009 et 2016, le compte 654 « Pertes sur créances
irrécouvrables », se présente comme suit :
Évolution des pertes sur créances irrécouvrables
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
c/654
0
1 826
-
575
-
-
-
-
Source : comptes de gestion
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
38/76
5.8
Les résultats
À partir des données inscrites dans les comptes administratifs de l’EHPAD de Laignes,
telles qu’elles ont été transmises par la direction, les résultats de l’exercice du budget principal
de l’EHPAD de
Laignes, par section, se présentent comme suit :
Résultats de l’exercice par section du budget principal
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
hébergement
2 131,33
32 723,90
27 993,76
59 962,14
-
54 956,93
-
34 186,97
90 998,73
-
41 391,34
dépendance
62 019,26
-
22 427,49
-
1 565,58
27 469,76
-
11 848,26
26 441,81
-
5 259,47
-
31 904,79
-
soins
192 501,15
26 968,33
17 204,94
-
2 476,46
63 398,00
-
190 952,82
-
127 350,42
-
60 039,40
-
Total
132 613,22
37 264,74
12 354,40
84 955,44
-
106 506,67
-
183 207,66
-
223 608,62
-
50 552,85
-
Source : comptes administratifs
Ces résultats sont toutefois inexacts.
5.8.1
La détermination du résultat à affecter
5.8.1.1
Les
résultats proposés par l’EHPAD et les résultats retenus par les autorités de
tarification
Les autorités de tarification ont relevé dans les comptes administratifs plusieurs
anomalies relatives aux résultats, en particulier dans la répartition des dépenses de
fonctionnement entre sections tarifaires, qui ont conduit le département de la Côte-
d’Or à ne
pas entériner les comptes administratifs des exercices 2011 à 2014 inclus, tout en retenant les
résultats des exercices 2011 et 2012 et l’ARS à modifier les ré
sultats de la section soins. Par
ailleurs, à de nombreuses reprises, les autorités de tarification ont demandé à consulter le
compte de
gestion afin de s’assurer que
les résultats retenus par eux avaient été pris en compte.
L
’évolution des comptes de réser
ves et de reports à nouveau figure en annexe 3 au présent
rapport.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
39/76
Écarts
entre l’EHPAD et les autorités de tarification sur les résultats à affecter
Source : comptes administratifs
Afin de rétablir la sincérité des résultats de l’établissement, la chambre s’est attachée à
rechercher l’origine des discordances relev
ées sur le résultat à affecter.
5.8.1.2
Les résultats reconstitués
L’ARS, le conseil départemental de la Côte
-
d’Or et le directeur en fonctions se sont
réunis le 6 février 2017 afin de faire le point sur les résultats des exercices 2013 à 2015 et
d’affecter les résultats en conséquence
.
Cependant, les anomalies comptables étant plus anciennes, la chambre a tenté de rétablir
les résultats tels qu’ils auraient dû apparaître depuis 2009 en prenant en
compte les remarques
faites chaque année par les autorités de tarification. Le détail de la reconstitution des résultats
figure en annexe 4 du présent rapport.
En €
Proposé par l'EHPAD Retenu par l'autorité de tarification
Différence
Hébergement
2 131,33
192 091,03
189 959,70
-
Dépendance
44 050,52
-
51 010,22
-
6 959,70
Soins
151 557,45
192 501,15
40 943,70
-
Hébergement
6 801,80
6 801,80
-
Dépendance
4 458,73
-
22 427,49
-
17 968,76
Soins
26 968,33
-
26 968,33
Hébergement
39 336,40
2 071,66
37 264,74
Dépendance
15 437,83
-
1 565,58
17 003,41
-
Soins
17 204,94
-
17 204,94
-
-
Hébergement
67 884,25
-
85 884,25
-
18 000,00
Dépendance
49 629,10
-
49 629,10
-
-
Soins
2 476,46
2 799,76
323,30
-
Hébergement
83 585,01
-
Dépendance
34 319,85
-
Soins
63 398,00
-
12 917,62
76 315,62
-
Hébergement
22 302,78
-
Dépendance
78 219,80
-
Soins
190 952,82
-
15 877,66
-
175 075,16
-
Hébergement
143 917,94
-
90 998,73
-
52 919,21
-
Dépendance
57 065,94
-
5 259,47
-
51 806,47
-
Soins
133 642,36
-
126 441,33
-
7 201,03
-
Hébergement
41 391,34
NC
Dépendance
31 904,79
-
NC
Soins
60 039,40
-
NC
CA 2016
Résultat à affecter
Le conseil départemental de la Côte-d'Or n'a pas
retenu les résultats compte tenu des incohérences
d'ordre comptable en particuler dans la répartition des
dépenses de fonctionnement entre sections tarifaires
Le conseil départemental de la Côte-d'Or n'a pas
retenu les résultats compte tenu des incohérences
d'ordre comptable en particuler dans la répartition des
dépenses de fonctionnement entre sections tarifaires
CA 2015
CA 2009
CA 2010
CA 2011
CA 2012
CA 2013
CA 2014
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
40/76
Le tableau ci-dessous synthétise les résultats reconstitués.
Les résultats reconstitués de 2009 à 2016
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
hébergement
192 091,03
32 723,90
2 071,66
59 962,14
-
54 956,93
-
34 186,97
90 998,73
-
41 391,34
dépendance
68 978,98
-
22 427,49
-
1 565,58
27 469,76
-
11 848,26
26 441,81
-
5 259,47
-
31 904,79
-
soins
192 501,15
-
17 204,94
-
2 799,76
12 917,62
15 877,66
-
126 441,33
-
60 039,40
-
Total
315 613,20
10 296,41
13 567,70
-
84 632,14
-
30 191,05
-
8 132,50
-
222 699,53
-
50 552,85
-
compte 7815
83 000,00
-
100 000,00
-
compte 773
60 000,00
-
40 000,00
-
compte 778
10 000,00
-
20 000,00
-
20 000,00
-
100 000,00
-
compte 6718
83 333,34
Total
-
60 000,00
-
50 000,00
-
103 000,00
-
120 000,00
-
100 000,00
-
-
83 333,34
Résultat total
corrigé
315 613,20
49 703,59
-
63 567,70
-
187 632,14
-
150 191,05
-
108 132,50
-
222 699,53
-
32 780,49
lignes non ventilables
Source : données retraitées CRC
Les résultats reconstitués sont toutefois imparfaits et devraient également neutraliser
partiellement les reprises de provisions, en 2012 de 90 000
€ et en 2013 de 100
000
€, pour
compenser le résultat de la section d’hébergement de 2009 reconstitué à haut
eur de 183 000
et correspondant à la constitution de la provision pour gros entretien.
De même, il conviendrait de neutraliser les recettes constatées à tort sur les comptes 773
en 2010 et 2011, et 778 de 2011 à 2014. Ces modifications auraient pour effet de minorer le
résultat pour ces exercices, mais la chambre n’est pas en mesure, faute de données disponibles,
de ventiler ces corrections entre les différentes sections tarifaires. Il faudrait également corriger
le résultat 2016 qui prend en compte la dépense comptabilisée au compte 6718 à hauteur de
83 333,34
€ pour régulariser le compte 778 anormalement débiteur fin 2016.
Sur la base du résultat reconstitué prenant en compte les seules remarques des autorités
de tarification, la chambre constate :
- que pour la section soins le solde de la réserve de compensation des déficits au
31 décembre 2015 est de 71 274,61
€ et ne permet pas de résorber en une seule fois le déficit
de l’exercice 2015 (126
411,33
€) ;
-
qu’à l’inverse le solde de la réserve de comp
ensation des déficits de la section
hébergement au 31 décembre 2016 est de 79 547,21
€ selon les résultats reconstitués alors que
dans le compte de gestion 2016, il n’y a plus de réserve pour cette section à la même date ;
- que pour la section dépendance, le report à nouveau déficitaire reconstitué au
31
décembre 2016 rejoint celui du compte de gestion au 31 décembre 2016 en s’établissant à
119 194,91
€.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
41/76
5.8.1.3
Les délibérations du conseil d’administration
-
Le conseil d’administration s’est prononcé à de
nombreuses reprises sur les résultats
de chaque exercice et parfois tardivement. Il a également adopté des résultats erronés.
Sur les résultats 2009
Les résultats de la section soins de 2009 ont été modifiés par délibération du 3 décembre
2014.
Ainsi, le 3
décembre 2014, le conseil d’administration a modifié les résultats de la
section soins de 2009 en retenant un montant de 158 517,15
€ alors que l’ARS a validé un
résultat de 151 557,45
€.
Le conseil d’administration ne s’est jamais prononcé sur le résul
tat de 2009 de la section
hébergement qui a été retenu par le département de la Côte-
d’Or
, soit un excédent de
192 091,03
€ alors que le conseil d’administration a voté un excédent de 2
131,33
€ le 1
er
avril
2010. Le conseil d’administration n’a pas non pl
us modifié la ventilation entre les sections
hébergement et soins qui auraient dû être respectivement majorées de 6 959,70
€ et minorées
de ce même montant.
Sur les résultats 2010
Les résultats des sections, soins et dépendance de 2010 ont été corrigés à deux reprises.
Le 29
novembre 2012, le conseil d’administration a voté l’inscription de 59
382,67
€ sur les
compte 114133
« dépenses refusées par l’autorité de tarification » concernant le résultat 2010
de la section
soins alors que l’ARS n’a pas notifié d
e dépenses refusées mais a retenu un résultat
nul , contrairement au résultat excédentaire de 26 968,33
€ proposé par l’établissement compte
tenu d’une erreur dans les montants des produits de la tarification soins de 86
351
€.
Sur les résultats 2013
Conc
ernant les résultats de la section soins de 2013, l’ARS a demandé le 27
novembre
2015, l’inscription de 75
997
€ sur le compte 114133 « dépenses refusées par l’autorité de
tarification ». Cette décision n’a été votée par le conseil d’administration que le
22 décembre
2016 par laquelle le conseil d’administration a modifié les résultats de la section soins pour les
exercices 2013 à 2015 et s’est prononcé tardivement sur les résultats de l’exercice 2015.
- Une dernière délibération insatisfaisante
Par délibé
ration du 27 avril 2017, le conseil d’administration a été informé d’une
analyse conjointe de l’ARS et du conseil départemental de la Côte
-
d’Or sur les résultats des
exercices 2013 à 2015. Par délibération du 26 juin 2017, il a adopté les résultats des exercices
2013 à 2015 et les a affectés en accord avec les autorités de tarification.
À l’issue de ses travaux, la chambre constate que cette délibération n’a pas rétabli la
sincérité des résultats de l’EHPAD. La chambre n’est toutefois pas en mesure à partir
des
résultats reconstitués de ventiler certaines dépenses et recettes entre les différentes sections
tarifaires. Compte tenu des divergences constatées, la chambre invite les autorités de tarification
à déterminer de concert ces résultats.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
42/76
Comparaison
résultats retenus par le conseil d’administration les 27 avril et 26 juin
2017 / résultats proposés par la chambre
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
hébergement
54 950,93
-
34 186,97
90 998,73
-
41 391,34
dépendance
11 848,26
26 441,81
-
5 259,47
-
31 904,79
-
soins
12 917,62
15 877,66
-
126 441,33
-
60 039,40
-
Total
30 185,05
-
8 132,50
-
222 699,53
-
50 552,85
-
hébergement
192 091,03
32 723,90
2 071,66
59 962,14
-
54 956,93
-
34 186,97
90 998,73
-
41 391,34
dépendance
68 978,98
-
22 427,49
-
1 565,58
27 469,76
-
11 848,26
26 441,81
-
5 259,47
-
31 904,79
-
soins
192 501,15
-
17 204,94
-
2 799,76
12 917,62
15 877,66
-
126 441,33
-
60 039,40
-
Total
315 613,20
10 296,41
13 567,70
-
84 632,14
-
30 191,05
-
8 132,50
-
222 699,53
-
50 552,85
-
non ventilable
0
-60000
-50000
-103000
120 000,00
-
100 000,00
-
-
83 333,34
Résultat total
corrigé
315613,2
-49703,59
-63567,7
-187632,14
150 191,05
-
108 132,50
-
222 699,53
-
32 780,49
délib. 2017
CA
crc
Source
: délibérations du conseil d’administration du 27 avril et 26 juin 2017 et données retraitées CRC
5.8.2
L’affectation des résultats
Les règles d’affectation du résultat sont prévues par l’article R.
314-51 du code de
l’action sociale et des familles et, au vu des comptes administratifs, les résultats ont été affectés
pour chaque section tarifaire.
La chambre relève que pour toutes les sections les comptes administratifs 2011, 2013 et
2016 ne précisent pas l’affectation des résultats.
Par ailleurs, compte tenu des incohérences dans les montants des résultats à affecter, les
autorités de tarification n’ont pas été en mesure de procéder à l’affectation des résultats. Les
résultats des exercices 2013 à 2015 ont été affectés après « une remise à plat » par le conseil
d’administration le 26 juin 2017.
Enfin, pour les résultats de 2016, il n’y a pas eu de reprise des
déficits des exercices
antérieurs.
5.8.3
Les dépenses refusées par l’autorité de tarification
L'article R. 314-52 du CASF prévoit que « l'autorité de tarification peut, avant de
procéder à l'affectation d'un résultat, en réformer d'office le montant en écartant les dépenses
qui sont manifestement étrangères, par leur nature ou par leur importance, à celles qui avaient
été envisagées lors de la procédure de fixation du tarif, et qui ne sont pas justifiées par les
nécessités de la gestion normale de l'établissement ».
L'application de cet article, qui conduit à augmenter le résultat d'exploitation
excédentaire ou à diminuer le résultat d’exploitation déficitaire, a pour objectif la maîtrise
tarifaire. En effet, la constatation de cette différence a pour conséquence de rendre inopposable
à l'autorité de tarification les dépenses « manifestement étrangères » qui ne seront pas prises en
compte dans le cadre de la procédure de fixation du tarif.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
43/76
La différence entre le résultat comptable constaté par l'établissement et le résultat
réformé d'office par l'autorité de tarification, ce dernier étant nécessairement supérieur, donne
obligatoirement lieu, lors de l'affectation du résultat, à un débit au compte 114 « dépenses
refusées par l’autorité de tarification
», en appli
cation de l’article R.
314-52 du CASF.
L’instruction M22 indique le fonctionnement du compte 114 et ses liens avec les
comptes 12, 110 et 119 mais ne précise pas les modalités d’apurement du compte 11.
À l’EHPAD de Laignes, le solde du compte 114133 «
dép
enses refusées par l’autorité
de tarification -
section tarifaire soins » s’élève à 310
773,45
€ au 31 décembre 2016. Sur ce
montant, seuls 251 072,16
€ (75
997
€ en 2013 et 175
075,16
€ en 2014) correspondent à des
dépenses refusées par l’ARS et qui n’ont
été prises en compte qu’au cours de l’exercice 2016.
Le solde, soit 59 701,29
€ de dépenses refusées par l’autorité de tarification n’est pas justifié,
l’ordonnateur ayant imputé 59
382,67
€ au compte 114133 en 2012 concernant les résultats de
l’exercice 2010 sans demande des autorités de tarification. Par ailleurs, en 2016, l’établissement
a affecté 318,62 € en trop sur le compte 114133.
La chambre considère que l’appréciation du résultat de l’exercice doit inclure les
dépenses refusées
par l’autorité de
tarification, ce qui a pour effet de faire apparaître, sur la base
des résultats reconstitués non ventilés, un résultat pour 2013 de - 226 188,05
€ et pour 2014 de
- 283 207
€.
5.9
L’inventaire et l’état de l’actif
L’EHPAD de Laignes ne dispose pas d’un inven
taire dressé des biens appartenant à
l’établissement, qui auraient été numérotés et suivis dans leur amortissement et leur cession ou
destruction, le cas échéant. La chambre recommande à l’établissement de tenir cet inventaire.
Le dernier état de l’actif produit à la chambre est celui de l’exercice 2015. Sur la base
de ce document, il a été procédé à son rapprochement avec le compte de gestion arrêté au
31 décembre 2015. Au terme de cet examen, la chambre relève des écarts entre les deux
documents et invite
l’EHPAD à se rapprocher du comptable afin de réajuster les documents
relatifs à la comptabilité patrimoniale.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
44/76
Rapprochement de l’état de l’actif avec les montants inscrits en comptabilité au 31
décembre 2015 en €
211
Terrains
11 811,08
11 811,08
0,00
212
Agencements terrains plantations
11 590,65
12 123,82
533,17
2131
Bâtiments
443 782,89
1 069 308,33
625 525,44
2151
Installations complexes spéciales
521 093,42
714 699,72
193 606,30
2153
Installations à caractère
spécifique
10 068,50
28 521,41
18 452,91
2154
Matériel et outillage
124 422,86
272 289,68
147 866,82
215
Installations
655 584,78
1 015 510,81
359 926,03
2181
Installations
14 375,26
73 165,30
58 790,04
2182
Matériel de transport
14 989,66
79 249,97
64 260,31
2183
Matériel de bureau et informatique
17 863,70
103 669,06
85 805,36
2184
Mobilier
21 506,39
183 946,66
162 440,27
2188
Autres immobilisations
corporelles
2 621,32
19 309,46
16 688,14
218
71 356,33
459 340,45
387 984,12
2315
Installations, matériel et outillage
techniques
681 148,95
23151
Restructuration EHPAD
529 086,60
238
Avances
3 876,92
3 876,92
0,00
23
1 214 112,47
1 561 065,17
346 952,70
275
Dépôts et cautionnements
1 717,71
1 717,71
0,00
TOTAL
2 409 955,91
4 130 877,37
1 720 921,46
1 557 188,25
346 952,70
Source :
état de l’actif au 31 décembre 2015 et compte de gestion 2015
Recommandation n°
6 :
La
chambre
recommande
à
l’établissement de
tenir
l’inventaire des biens meubles et immeubles conformément à l’instruction budgétaire
et comptable M22 applicable aux établissements médico-so
ciaux et de l’ajuster avec le
compte de gestion et l’état de l’actif
.
5.10
Les amortissements
Par décision non signée du 4 juin 2014, le directeur a procédé à la détermination des
durées d’amortissement affectant son patrimoine :
les immobilisations aux comptes 205, 2182 et 2183 seront amorties sur une durée de
5 ans ;
les immobilisations au compte 2151, 2153, 2154, 2181 et 2188 seront amorties sur une
durée de 10 ans ;
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
45/76
les immobilisations au compte 2184 seront amorties sur une durée de 15 ans.
La chambre observe que les amortissements des immobilisations corporelles du compte
213 « construction sur sol propre », et notamment du compte 2131
« bâtiment » n’ont pas été
prévues, bien que l’état de l’actif de 2015 indique une durée de 60 ans, correspo
ndant à deux
fois celle préconisée par les règles de la comptabilité publique applicables à l’amortissement
des bâtiments.
Selon l’instruction codificatrice n°
09-006-M22 du 31 mars 2009, « le choix entre les
différentes modalités d’amortissement, notamment entre les modes d’amortissements
progressifs, dégressifs, variables (ou réels) ou linéaires constants relève de la responsabilité de
l’établissement qui doit cependant le préciser dans le cadre du plan pluriannuel de financement
soumis à approbation pré
vu à l’article R.
314-20 et du tableau des surcoûts fixé en annexe de
l’arrêté du 22 octobre 2003 ».
Dans ces conditions la chambre recommande à l’établissement d’indiquer la durée
d’amortissement des bâtiments rentrant dans son patrimoine, d’autant qu’une
opération de
construction est en cours sur la période et que ce point est très délicat compte tenu de son impact
sur les crédits budgétaires.
Les amortissements pratiqués sur les biens sont présentés ci-dessous :
Évolution du montant des amortissements
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
c/28
41 678
53 341
75 800
79 818
105 905
110 891
120 870
118 966
Source : comptes de gestion
Recommandation n°
7 : La chambre recommande une détermination des durées et des
modalités
d’amortissement
des
immobilisations
corporelles
du
compte
213 « construction sur sol propre » conforme aux préconisations de la comptabilité
publique.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
46/76
5.11
Les dotations
La chambre relève deux erreurs d’imputation concernant les dotations :
- la dotation globale de soins en 2015 a été imputée au compte 731118 au lieu du compte
7351111 ;
- la dotation globale dépendance a été imputée en 2014 au compte 731118 et en 2015 et
2016 au compte 733118, au lieu du compte 735212.
5.12
Conclusion
La chambre observe que les graves erreurs de gestion caractérisant la gestion de
l’EHPAD ont contribué à l’insincérité des comptes et que l’opacité organisée
a permis de
dissimuler une situation financière encore plus dégradée qu’en apparence.
6
LA SITUATION FINANCIERE
La situation financière de l’EHPAD de Laignes a été
analysée principalement à partir
des comptes de gestion et des comptes administratifs des exercices 2009 à 2016. Les
observations relatives à la fiabilité des comptes et principalement celles relatives aux
provisions, aux produits exceptionnels et au résultat auraient mérité un retraitement des données
utilisées
pour l’analyse de la situation fina
ncière. Des corrections ayant déjà été signalées plus
haut, la situation financière
n’est pas retraitée mais des
commentaires sont apportés en tant que
de besoin.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
47/76
6.1
Les soldes intermédiaires de gestion
Les soldes intermédiaires de gestion (tous budgets confondus)
EN €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Produits de la
tarification
1 749 165
1 605 575
1 597 294
1 561 687
1 590 948
1 761 526
1 826 899
1 911 599
dont soins
780 099
562 109
477 835
494 432
dont hébergement
747 524
830 104
820 343
813 683
dont dépendance
221 542
213 362
299 116
253 572
Autres produits
1 912
2 343
5 029
21 522
40 671
54 545
59 298
73 187
Produits bruts
d'exploitation
1 751 077
1 607 918
1 602 323
1 583 210
1 631 619
1 816 071
1 886 197
1 984 786
Achats
207 724
235 954
225 202
255 589
235 486
280 835
300 818
250 611
Charges externes
67 327
68 200
59 826
68 259
69 422
80 706
72 755
89 314
Consommations
intermédiaires
281 739
304 153
285 028
323 848
304 908
361 541
373 573
339 925
VALEUR
AJOUTEE
1 469 338
1 303 765
1 317 295
1 259 362
1 326 711
1 454 530
1 512 624
1 644 861
Subventions
d'exploitation
7 407
8 896
9 909
12 281
8 594
7 763
5 835
6 430
Impôts et taxes
878
862
872
813
953
1 503
897
691
Charges de
personnel
1 180 325
1 191 367
1 258 393
1 358 404
1 389 411
1 559 692
1 578 319
1 564 973
EXCEDENT
BRUT
D'EXPLOITAT.
295 542
120 432
67 939
-
87 574
-
55 059
-
98 902
-
60 757
85 627
Autres produits de
gestion courante
15 122
10 914
5 260
5 399
18 081
23 580
27 995
30 096
Autres charges de
gestion courante
3 612
2 336
552
5 520
517
4 100
3 530
9 532
MARGE BRUTE
334 423
129 009
72 647
-
87 696
-
37 495
-
79 422
-
36 292
106 191
Reprise sur
amortissements et
provisions
d'exploitation
-
-
90 000
110 000
771
-
Dotations aux
amortissements et
provisions
d'exploitation
41 678
53 341
75 800
79 818
105 905
110 891
120 870
118 966
RESULTAT
D'EXPLOITAT.
292 744
75 668
-
3 153
-
77 515
-
33 400
-
189 542
-
157 162
-
12 775
Produits financiers
23 653
61
2 041
195
-
-
Charges
financières
11 653
65 835
10 861
17 796
1 920
99 517
41 720
60 411
RESULTAT
COURANT
304 745
9 895
-
11 974
-
95 116
-
35 320
-
289 059
-
198 882
-
73 186
Produits
exceptionnels
33 423
67 964
64 125
14 098
13 473
113 020
2 642
112 923
Charges
exceptionnelles
201 750
40 176
38 872
2 901
80 710
2 600
23 215
85 950
RESULTAT
EXCEPTIONNEL
-
168 327
27 787
25 253
11 197
-
67 237
110 420
-
20 573
26 973
RESULTAT NET
136 418
37 682
13 279
-
83 919
-
102 558
-
178 639
-
219 455
-
46 213
Source: Rapports DGFIP 2009-2012 et 2012-2015 et CG 2013 à 2015 Tableaux A2
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
48/76
Les principaux indicateurs, présentés dans le tableau des soldes intermédiaires de
gestion, d’un niveau positif en 2009
se dégradent, régul
ièrement jusqu’en 2015 avant une
amélioration en 2016, dernier exercice examiné.
L’excédent brut d’exploitation largement positif en 2009 (322
913
€) devient négatif à
partir de 2012 (- 87 575
€) avant de se rétablir en 2016 (85
627
€). Depuis 2012, les re
ssources
ne parviennent plus à assurer la couverture des dépenses de l’établissement.
La valeur ajoutée ne permet plus de couvrir les charges de personnel entre 2012 et 2015.
Dès 2012, la marge brute devient négative et obère la politique d’investissement
de
l’établissement.
En 2009, les charges exceptionnelles de 201 750
€ comprennent la provision de
183 000
€ imputée au débit du compte 68742 « dotations aux provisions réglementées pour
renouvellement des immobilisations ». La constitution de cette provision à partir du résultat
excédentaire de l’exercice 2009 de la section hébergement aurait dû faire l’objet d’une
affectation des résultats au cours de l’exercice 2010 et est sans fondement en l’absence de plan
pluriannuel. En neutralisant cette provision, le résultat exceptionnel passe de - 168 327
€ à
14 673
€ et le résultat net passe de 136
418
€ à 319
418
€.
En 2014, l’EHPAD de Laignes enregistre 113
020
€ de produits exceptionnels. Sur ce
montant, 100 000
€ ne sont pas justifiés étant observé que ce
montant correspond à la différence
entre le crédit de 250 000
€ enregistré au compte 778 et le débit de 150
000
€ au même compte.
Le résultat exceptionnel passe ainsi à 10 420
€ et le résultat net à
- 278 639
€.
En 2016, les produits exceptionnels proviennent principalement des crédits non
reconductibles de l’ARS et de pénalités de retard infligées aux entreprises dans le cadre des
travaux de restructuration de l’EHPAD (42
900
€). Le résultat exceptionnel est minoré par la
prise en charge partielle à hauteur de 83 333
€ du titre de 250
000
€ émis à tort fin 2015 auprès
de l’URSSAF.
En conclusion, ces indicateurs mettent en évidence une situation très dégradée
confirmée par le fait que l’EHPAD ne peut plus financer ses travaux en s’appuyant sur sa
capacité d’
autofinancement, celle-ci étant elle-même négative depuis
2012. L’amélioration
relevée en 2016 provient du versement par l’ARS de 150
000
€ de crédits non reconductibles
ventilés sur les trois sections tarifaires (hébergement : 37 970
€, dépendan
ce : 27 974
€ et soins
:
84 064
€).
6.2
Les résultats toutes sections confondues
Les résultats du budget principal et du budget annexe DNA figurant dans les comptes
de gestion sont les suivants :
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
49/76
Les résultats (budget principal et DNA)
En €
Résultats
Budget
principal
Budget
annexe (DNA)
Total
établissement
Résultat d'exploitation
(1)
288 940
3 805
292 744
Résultat financier (2)
12 001
-
12 001
Résultat courant (3 soit 1+2)
300 940
3 805
304 745
Résultat exceptionnel (4)
168 327
-
-
-
168 327
Résultat de l'exercice
132 613
3 805
136 418
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
-
118 710
-
-
118 710
Résultat budgétaire net
13 903
3 805
17 708
Résultat d'exploitation
(1)
75 251
417
75 668
Résultat financier (2)
65 774
-
-
-
65 774
Résultat courant (3 soit 1+2)
9 478
417
9 895
Résultat exceptionnel (4)
27 787
27 787
Résultat de l'exercice
37 265
417
37 682
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
-
121 817
-
-
121 817
Résultat budgétaire net
84 552
-
417
-
84 135
Résultat d'exploitation
(1)
4 078
-
925
-
3 153
Résultat financier (2)
8 821
-
-
-
8 821
Résultat courant (3 soit 1+2)
12 899
-
925
-
11 974
Résultat exceptionnel (4)
25 253
25 253
Résultat de l'exercice
12 354
925
13 279
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
-
118 322
-
-
118 322
Résultat budgétaire net
105 968
-
925
-
105 043
Résultat d'exploitation
(1)
78 551
-
1 036
-
77 515
Résultat financier (2)
17 601
-
-
-
17 601
Résultat courant (3 soit 1+2)
96 152
-
1 036
-
95 116
Résultat exceptionnel (4)
11 197
11 197
Résultat de l'exercice
84 955
-
1 036
-
83 919
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
-
115 304
-
-
115 304
Résultat budgétaire net
200 259
-
1 036
199 223
-
Résultat d'exploitation
(1)
37 349
-
3 948
-
33 401
Résultat financier (2)
1 920
-
-
-
1 920
Résultat courant (3 soit 1+2)
39 269
-
3 948
-
35 321
Résultat exceptionnel (4)
67 237
-
-
67 237
Résultat de l'exercice
106 507
-
3 948
-
102 558
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
-
197 037
-
-
197 037
Résultat budgétaire net
303 544
-
3 948
-
299 595
Résultat d'exploitation
(1)
193 611
-
4 069
189 542
-
Résultat financier (2)
99 517
-
-
99 517
-
Résultat courant (3 soit 1+2)
293 128
-
4 069
289 059
-
Résultat exceptionnel (4)
109 920
500
110 420
Résultat de l'exercice
183 208
-
4 569
178 639
-
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
229 900
-
-
229 900
-
Résultat budgétaire net
413 108
-
4 569
408 539
-
Résultat d'exploitation
(1)
161 316
-
4 153
157 163
-
Résultat financier (2)
41 720
-
-
41 720
-
Résultat courant (3 soit 1+2)
203 036
-
4 153
198 882
-
Résultat exceptionnel (4)
20 573
-
-
20 573
-
Résultat de l'exercice
223 609
-
4 153
219 455
-
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
413 108
-
-
413 108
-
Résultat budgétaire net
636 717
-
4 153
632 563
-
Résultat d'exploitation
(1)
17 114
-
4 338
12 776
-
Résultat financier (2)
60 411
-
60 411
-
Résultat courant (3 soit 1+2)
77 525
-
4 338
73 187
-
Résultat exceptionnel (4)
26 973
26 973
Résultat de l'exercice
50 552
-
4 338
46 214
-
Reports à nouveau des exercices
antérieurs
328 314
-
328 314
-
Résultat budgétaire net
378 866
-
4 338
374 528
-
2009
2016
2015
2014
2010
2011
2012
2013
Les résultats d’exploitation du budget principal se dégradent régulièrement de 2009 à
2015.
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
50/76
En 2009 concernant le budget principal, le résultat exceptionnel a été minoré de
183 000
€. Il aurait dû s’établir non à hauteur de
- 168 327
€ mais à 14
673
€.
En conséquence,
le résultat de l’exercice devrait s’établir à 315
613
€ soit très largement excédentaire. Compte
tenu du report à nouveau déficitaire de 118 710
€, le résultat budgétaire net aurait été de
196 903
€.
À l’inverse, le résultat exceptionnel du
budget principal de l’exercice 2014 a été majoré
de 100 000
€ compte tenu de l’inscription d’un produit exceptionnel sans fondement. Le résultat
exceptionnel aurait dû s’établir à 9
920
€, le résultat de l’exercice à
- 283 208
€ et le résultat
budgétaire net à - 513 108
€.
L’amélioration relevée en 2016 provient du versement par l’ARS de 150
000
€ de
crédits non reconductibles. Cependant, le résultat 2016 ne tient pas compte des 251 390,78
imputés au compte 114133 « dépenses refusées par l’autorité de ta
rification ».
Le résultat financier relativement contenu en 2016 (60 411
€) va se dégrader en 2017.
En effet, conformément au tableau d’amortissement de l’emprunt de 6,5
M€ auprès de la
Caisse
des Dépôts et Consignations pour la restructuration de l’établ
issement, une seule échéance
d’intérêts était due au titre de l’exercice 2016 à hauteur de 22
114
€. Au cours de l’exercice
2017, le montant total des frais financiers pour ce prêt est estimé à près de 87 000
€. Les frais
financiers des autres prêts en cours sont proches de 38 000
€, soit un montant total des charges
financières pour 2017 de l’ordre de 125
000
€.
Les résultats de chaque exercice, cumulant les résultats d’exploitation, les résultats
courants, les résultats financiers et les résultats exceptionnels, comme indiqués sur
l’histogramme ci
-dessous, suivent tous la même tendance depuis 2009.
Résultats de l’exercice (tous budgets cumulés)
Source : comptes de gestion
-250 000
-200 000
-150 000
-100 000
-50 000
-
50 000
100 000
150 000
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
EN
EUROS
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
51/76
Les résultats budgétaires nets de l’EHPAD de Laignes (tous budgets cumulés) qui
reprennent les reports à nouveaux antérieurs, affichent des valeurs très négatives, qui
s’accentuent en 2015
pour s’établir à
-
633 milliers d’euros.
Résultats budgétaires nets de l’EHPAD de Laignes (tous budgets cumulés) avec les
reports à nouveau des exercices antérieurs
6.3
L’évolution des produits et des charges
6.3.1
L’évolution des produits
6.3.1.1
L’évolution des produits du budget principal
Les recettes de fonctionnement ont augmenté de 17 % entre 2009 et 2016, alimentées
essentiellement par le chapitre 017 « produits de la tarification ».
Évolution des produits du budget principal
Source : comptes de gestion
-700 000
-600 000
-500 000
-400 000
-300 000
-200 000
-100 000
-
100 000
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
EN
EUROS
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Evolution de
2009 à 2016
Total recettes de fonctionnement (classe 7)
1 826 000
1 691 392
1 679 020
1 700 253
1 776 866
1 955 742
1 917 618
2 129 206
17%
017 produits de la tarification
1 749 165
1 605 575
1 597 294
1 561 687
1 590 948
1 761 527
1 826 899
1 911 599
9%
% des produits de la tarification dans les
recttes de fonctionnement
95,79%
94,93%
95,13%
91,85%
89,54%
90,07%
95,27%
89,78%
-6%
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
52/76
6.3.1.2
Les dotations et les produits par secteur soins, hébergement et dépendance
Les produits de la tarification n’ont progressé que de 9
% entre 2009 et 2016. Le GIR
moyen pondéré a baissé dans le même temps, ce qui explique la baisse des dotations octroyées.
Pour tenir compte de la situation financière de l’EHPAD, l’ARS lui a octroy
é
10 894,47
€ de crédits non reconductibles au titre de l’exercice 2012, suite à une demande
spécifique de sa part. Ces crédits ont été accordés pour le remplacement des personnels ou des
dépenses non pérennes de personnel (recours à l’intérim, CDD).
En 20
16, l’ARS a accordé à l’EHPAD 150
000
€ de crédits non reconductibles répartis
sur les trois sections tarifaires (hébergement : 37 970
€, dépendance
: 27 974
€ et soins
:
84 064
€. En 2017, l’aide financière a été portée à 310
972
€, ce qui correspond prat
iquement
au solde du compte 114133 «
dépenses refusées par l’autorité de tarification
-section tarifaire
soins » au 31 décembre 2016, de 310 773,45
.
Évolution des produits de l’activité de l’établissement du budget principal
Source : comptes de gestion
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Compte 731118
Produits à la charge du département - Dotation globale -
Qutote-part del adotation globalisée communes des
établissements et services sociaux - Autres établissements
et services sociaux
154 866
515 191
Compte 73171
Tarif hébergement (E.H.P.A.D.) - Département
184 954
201 878
293 917
251 041
Compte 73172
Tarif hébergement (E.H.P.A.D.) - Hébergé
562 570
628 226
526 426
562 642
Compte 733118
Produits à la charge du département - Dotation globale -
Autres établissements et services sociaux
172 166
155 523
Compte 7341
Tarif dépendance- Tarif dépendance couvert par l’APA
20 544
31 045
32 806
144 226
Compte 7342
Tarif dépendance - Participation du résident au tarif
dépendance
86 257
74 956
101 472
109 346
Compte 7344
Tarif dépendance - Dotation budgétaire globale (APA)
114 741
107 362
164 838
Compte 7361
Tarifs soins (E.H.P.A.D.) - Dotation globale de financement
soins hors forfait journalier relatif aux frais de transport en
accueil de jour
780 098
562 109
477 835
494 433
Compte 7362
Tarifs soins (E.H.P.A.D.) - Hébergé
Compte 73511
Produits à la charge de l’assurance maladie - Quote-part de
la tarification globalisée commune des établissements et
services sociaux et médico-sociaux sous CPOM
510 586
520 138
Compte 7351111
- Accueil temporaire - Accueil avec hébergement
603 220
Compte 7351221
Tarifs soins - Forfait
plan Alzheimer - Part hébergement
53
Compte 73521
Produits à la charge du département - Quote-part de la
tarification globalisée commune des établissements et
services sociaux et médico-sociaux sous CPOM
Compte 735211
Produits à la charge du département - Quote-part de la
tarification globalisée commune des établissements et
services sociaux et médico-sociaux sous CPOM - Part
hébergement
278
Compte 735212
- Part afférente à la dépendance
Compte 73522
Produits à la charge du département - Tarification de
l’hébergement complet
474 747
Compte 735221
-Part afférente à l’hébergement
380 283
502 070
477 013
Compte 735222
-Part afférente à la dépendance
40 529
55 266
73 666
Compte 73531
Produits à la charge de l’usager - Part afférente à
l’hébergement
518 014
594 145
517 944
532 945
Compte 73532
Produits à la charge de l’usager - Part afférente à la
dépendance (tarif GIR 5-6)
63 842
60 497
53 590
59 620
Compte 73533
Produits à la charge de l’usager - Part afférente à la
dépendance (en fonction des ressources)
23 759
11 069
10 341
9 611
Compte 73
DOTATIONS ET PRODUITS DE TARIFICATION
1 749 164
1 605 576
1 597 294
1 561 688
1 590 948
1 761 527
1 826 899
1 911 598
Compte remplacé par le compte 7341 en 2012
Compte subdivisé
Compte remplacé par le compte 73511 à partir de 2013
Compte supprimé
Compte subdivisé
Compte subdivisé
En €
Compte remplacé par le compte 73522 à partir de 2013
Compte remplacé par le compte 73531 à partir de 2013
Compte remplacé par le compte 73521 à partir de 2013
Compte remplacé par les comptes 73532 et 73533 à partir de
2013
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38 en date du 18 décembre 2018
EHPAD de LAIGNES
53/76
6.3.2
L’évolution des charges
Entre 2009 et 2016, les charges ont cru de 29 % (+ 486 372
€), alors que les ressources
n’ont progressé que de 17
% (+ 303 206
€). Dès 2012, les recettes ne permettent plus de couvrir
les charges de l’établissement.
Les charges de personnel ont progressé de 36 % entre 2009 et 2016, passant de
1 051 750
€ à 1
432 914
€ (+
381 164
€) hors remboursements. Elles représentent le premier
poste de charges, soit 66 % du total des dépenses en 2016 contre 62 % en 2009. Il est à noter
que
l’URSSAF a demandé à l’EHPAD de verser un rappel de cotisations de 20
08 à 2010 à
hauteur de 29 444
; un échéancier a été mis en place le 2 août 2016 sur la base de 6 échéances
mensuelles de 4 907
€ et l
e premier paiement est intervenu le 25 août 2016 à hauteur de 4 907
€.
Évolution des charges du budget principal
Source : comptes de gestion
6.3.3
La capacité d’autofinancement (CAF)
Le calcul de la CAF brute tous budgets cumulés est présenté ci-après :
En euros
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Evolution de
2009 à 2016
Total des charges
1 693 385
1 654 129
1 666 665
1 785 208
1 883 371
2 138 928
2 141 227
2 179 757
29%
ACHATS ET VARIATION DES STOCKS (c/60)
207 724
235 954
225 202
255 589
235 486
280 865
300 818
250 611
21%
dont Achats stockés ; autres approvisionnements (c/602)
dont Achats non stockés de matières et fournitures (c/606)
207 724
235 954
225 202
255 589
235 486
280 865
300 818
250 611
21%
SERVICES EXTERIEURS (c/61)
36 262
48 529
34 970
43 587
53 173
61 854
57 614
78 593
117%
AUTRES SERVICES EXTERIEURS (c/62)
46 698
23 484
54 804
53 710
29 276
25 764
21 526
14 962
-68%
dont Prestations de blanchissage à l’extérieur (c/6281)
24 414
123
dont autres (c/6288)
41
100
IMPOTS, TAXES ET VERSEMENTS ASSIMILES (c/63)
92 259
103 843
103 716
115 737
119 195
131 010
129 926
127 818
39%
CHARGES DE PERSONNEL (c/64 sauf 6419)
1 051 750
1 080 631
1 121 888
1 210 550
1 257 189
1 422 327
1 442 008
1 432 914
36%
dont Rémunérations du personnel non médical (c/641 sauf 6419)
732 529
763 332
810 572
875 690
903 979
964 489
956 686
933 444
27%
dont Rémunération du personnel médical (c/642)
14 900
15 653
15 691
15 691
15 592
15 688
15 772
13 910
-7%
dont Charges de sécurité sociale et de prévoyance - Personnel
non médical (c/6451)
286 840
279 334
276 434
295 878
306 516
397 868
381 643
405 457
41%
dont Charges de sécurité sociale et de prévoyance - Personnel
médical (c/6452)
1 415
1 625
1 608
1 509
1 480
16 052
5 264
14 218
905%
AUTRES CHARGES DE GESTION COURANTE (c/65)
3 612
2 336
552
5 520
517
4 100
3 530
9 532
164%
CHARGES FINANCIERES (c/66 sauf 6611 en recettes)
11 652
65 835
10 861
17 796
1 920
99 517
41 720
60 411
418%
CHARGES EXCEPTIONNELLES (c/67)
18 750
40 176
38 872
2 901
80 710
2 600
23 215
85 950
358%
DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS, AUX
DEPRECIATIONS ET AUX
PROVISIONS (c/68)
224 678
53 341
75 800
79 818
105 905
110 891
120 870
118 966
-47%
dont Dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions :
charges
d’exploitation (c/681)
41 678
53 341
75 800
79 818
105 905
110 891
120 870
118 966
185%
Annexe n° 18-ROD2-MLC 38
en date du 18 décembre 2018
RAPPORT D’OBSERVATIO
NS DÉFINITIVES
54/76
Détermination de la capacité d’autofinancement brute
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Crédit net 7
1 830 683
1 695 752
1 683 658
1 705 182
1 781 767
1 961 206
1 922 669
2 134 235
775
30 820
3 600
-
-
-
-
-
777
-
-
-
-
-
-
-
78
-
-
-
90 000
110 000
771
-
Total
1 799 863
1 692 152
1 683 658
1 615 182
1 671 767
1 960 435
1 922 669
2 134 235
Débit net 6
1 694 265
1 658 070
1 670 379
1 789 101
1 884 325
2 139 845
2 142 124
2 180 449
675
2 122
-
-
-
-
-
-
68
224 678
53 341
75 800
79 818
105 905
110 891
120 870
118 966
Total
1 467 464
1 604 729
1 594 579
1 709 283
1 778 420
2 028 954
2 021 254
2 061 483
CAF
332 399
87 423
89 079
94 101
-
106 654
-
68 519
-
98 585
-
72 752
Source : comptes de gestion
Affectation de la capacité d’autofinancement
En €
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Résultat net comptable
136 418
37 682
13 279
-
83 919
-
102 558
-
178 639
219 455
-
46 214
-
DAP nettes des reprises
224 678
53 341
75 800
-
10 182
-
4 095
110 120
120 870
118 966
Produits des cessions
d'éléments d'actif
30 820
3 600
-
-
-
-
-
Valeur des élements d'actifs
cédés
2 122
-
-
-
-
-
subventions d'investissement
virées au résultat
-
-
21 140
-
-
-
-
CAF
332 398
87 423
89 079
-
94 101
-
106 653
-
68 519
-
98 585
72 752
Source : comptes de gestion
CAF nette
En euros
2 009
2 010
2 011
2 012
2 013
2 014
2 015
2 016
Résultat comptable de l'exercice
136 418
37 682
13 279
-
83 919
-
102 558
-
178 639
-
219 455
-
46 214
Capacité brute
d'autofinancement
332 399
87 423
89 079
-
94 101
-
106 654
-
68 519
-
98 585
72 752
Remboursement des dettes
financières (hors CLTR et
cautionnement)
28 850
39 994
72 973
37 805
58 707
59 630
60 576
108 583
Capacité d'autofiancement
nette
303 549
47 429
16 106
-
131 906
-
165 361
-
128 149
-
159 161
-