Sort by
ADMISSION
POST-BAC ET
ACCÈS À
L’ENSEIGNEMENT
SUPÉRIEUR
Un dispositif contesté à réformer
Rapport public thématique
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Sommaire
Délibéré
..........................................................................................................
7
Introduction
...................................................................................................
9
Chapitre I Une innovation utile,
des résultats insatisfaisants
................
15
I - Un objectif initial de simplification pour les usagers à un coût
limité pour l’État
............................................................................................
15
A - Un guichet centralisé et dématérialisé favorable aux utilisateurs
...................
15
B -
Une spécificité française visant à optimiser le processus d’affectation
...........
21
C - Une procédure peu coûteuse
...........................................................................
29
II - Des lacunes restant à corriger dans la conduite de la procédure
..............
33
A - Un grand nombre de formations hors APB
.....................................................
33
B - Un mécanisme opaque pour ses utilisateurs
....................................................
37
C - Un accompagnement des utilisateurs insuffisant
............................................
41
Chapitre II
Un révélateur de l’incohérence des conditions d’accès
à la licence
.....................................................................................................
47
I -
Une utilisation détournée de l’algorithme de classement des
candidatures à la licence
................................................................................
47
A -
L’emploi d’un second algorithme pour réguler
les candidatures à la
licence
...................................................................................................................
47
B -
Des paramètres issus d’une doctrine purement administrative
.......................
52
C - Entre stratégie et hasard : un traitement inéquitable des candidats à la
licence
...................................................................................................................
57
II -
Une régulation officieuse à l’entrée
de la licence
....................................
62
A - APB, miroir de la situation des filières universitaires
.....................................
62
B - Un système inadapté à la résolution des contr
adictions affectant l’accès
à la licence
............................................................................................................
68
Chapitre III Une réforme nécessaire
.........................................................
75
I -
Fiabiliser le cadre juridique d’APB
...........................................................
75
A - Une procédure insuffisamment encadrée
........................................................
75
B -
Mettre en cohérence les pratiques
et le cadre légal de l’entrée en
licence
...................................................................................................................
80
II -
Réorganiser les conditions de gestion de l’outil
.......................................
83
A - Un mode de fonctionnement historique inadapté
...........................................
83
B - Un nouveau modèle à déterminer
...................................................................
86
III -
Faire face aux enjeux de transparence et d’exploitation des
données
..........................................................................................................
87
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
4
A -
Les données d’APB
: une richesse à exploiter pour assurer une
meilleure orientation des élèves
............................................................................
87
B - Relever les défis numériques
..........................................................................
90
Conclusion générale
.....................................................................................
97
Récapitulatif des recommandations
.........................................................
101
Glossaire
.....................................................................................................
103
Annexes
.......................................................................................................
105
Réponse des administrations concernées
.................................................
135
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Les rapports publics de la Cour des comptes
- Élaboration et publication -
La Cour des comptes publie, chaque année, un rapport public annuel et
des rapports publics thématiques.
Le présent rapport est un rapport public thématique.
Les rapports publics de la Cour s’appuient sur les contrôles et les
enquêtes conduits par la Cour des comptes ou les chambres régionales des
comptes et, pour certains, conjointement entre la Cour et les chambres
régionales ou entre les chambres. En tant que de besoin, il est fait appel au
concours d’experts extérieurs, et des consultatio
ns et des auditions sont
organisées pour bénéficier d’éclairages larges et variés.
Au sein de la Cour, ces travaux et leurs suites, notamment la préparation
des projets de texte destinés à un rapport public, sont réalisés par l’une des sept
chambres que comprend la Cour ou par une formation associant plusieurs
chambres.
Trois principes fondamentaux gouvernent l’organisation et l’activité de
la Cour des comptes, ainsi que des chambres régionales et territoriales des
comptes, et donc aussi bien l’exécution de
leurs contrôles et enquêtes que
l’élaboration des rapports publics : l’indépendance, la contradiction et la
collégialité.
L’
indépendance
institutionnelle
des
juridictions
financières
et
statutaire de leurs membres garantit que les contrôles effectués et les
conclusions tirées le sont en toute liberté d’appréciation.
La
contradiction
implique que toutes les constatations et appréciations
ressortant d’un contrôle ou d’une enquête, de même que toutes les observations
et recommandations formulées ensuite, sont systématiquement soumises aux
responsables des administrations ou organismes concernés ; elles ne peuvent
être rendues définitives qu’après prise en compte des réponses reçues et, s’il y
a lieu, après audition des responsables concernés.
La publication d’
un rapport public est nécessairement précédée par la
communication du projet de texte que la Cour se propose de publier aux
ministres et aux responsables des organismes concernés, ainsi qu’aux autres
personnes morales ou physiques directement intéressées. Dans le rapport
publié, leurs réponses accompagnent toujours le texte de la Cour.
La
collégialité
intervient pour conclure les principales étapes des
procédures de contrôle et de publication.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
6
Tout contrôle ou enquête est confié à un ou plusieurs rapporteurs. Leur
rapport d’instruction, comme leurs projets ultérieurs d’observations et de
recommandations, provisoires et définitives, sont examinés et délibérés de
façon collégiale, par une chambre ou une autre formation comprenant au moins
trois magistrats, don
t l’un assure le rôle de contre
-rapporteur, chargé
notamment de veiller à la qualité des contrôles. Il en va de même pour les
projets de rapports publics.
Le contenu des projets de rapport public est défini, et leur élaboration
est suivie, par le comité du rapport public et des programmes, constitué du
Premier président, du Procureur général et des présidents de chambre de la
Cour, dont l’un exerce la fonction de rapporteur général.
Enfin, les projets de rapport public sont soumis, pour adoption, à la
chambre du conseil où siègent en formation plénière ou ordinaire, sous la
présidence du Premier président et en présence du Procureur général, les
présidents de chambre de la Cour, les conseillers maîtres et les conseillers
maîtres en service extraordinaire.
Ne prennent pas part aux délibérations des formations collégiales,
quelles qu’elles soient, les magistrats tenus de s’abstenir en raison des
fonctions qu’ils exercent ou ont exercées, ou pour tout autre motif
déontologique.
*
Les rapports publics de la Cour des comptes sont accessibles en ligne
sur le site internet de la Cour des comptes et des chambres régionales et
territoriales des comptes : www.ccomptes.fr
Ils sont diffusés par
La Documentation Française
.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Délibéré
La Cour des comptes, délibérant en chambre du conseil en
formation ordinaire, a adopté le présent rapport sur
Admission post-bac
et accès à l’enseignement supérieur, un dispositif
contesté à réformer
.
Le rapport a été arrêté au vu du projet communiqué au préalable
aux administrations concernées et des réponses adressées en retour à la
Cour.
Les réponses sont publiées à la suite du rapport. Elles engagent
la seule responsabilité de leurs auteurs.
Ont participé au délibéré :
M. Migaud, Premier président,
MM. Durrleman, Briet, Vachia, Paul, Duchadeuil, Mme Moati,
M.
Morin,
Mme
de
Kersauson,
présidents
de
chambre,
Mme Froment-Meurice, présidente de chambre maintenue en activité,
MM. Racine, Andréani, Mme Morell, MM. Perrot, Barbé, Courtois,
Vivet, Martin, Hayez, Mme Podeur, MM. Mousson, Rousselot,
Rosenau, Delaporte, Aulin, Rolland, Chatelain, Fulachier, Allain,
Lallement, Mme Riou-Canals, MM. Levionnois, Duboscq, conseillers
maîtres, MM. Galliard de Lavernée, Blanchard-Dignac, Mme Revel,
M. Margueron, conseillers maîtres en service extraordinaire.
Ont été entendus :
en son rapport, M. Paul, rapporteur général, rapporteur du
projet devant la chambre du conseil, assisté de Mme Fau, conseillère
référendaire, rapporteure de la chambre chargée de le préparer, et de
Mme Revel, conseillère maître en service extraordinaire, contre-
rapporteure devant cette même chambre ;
en ses conclusions, sans avoir pris part au délibéré,
M. Johanet, Procureur général, accompagné de M. Guérin, avocat
général.
M. Lefort, secrétaire général, assurait le secrétariat de la chambre
du conseil.
Fait à la Cour, le 17 octobre 2017.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
8
Le projet de rapport soumis à la chambre du conseil a été préparé,
puis délibéré le 19 juin 2017, par la troisième chambre, présidée par
Mme Moati, présidente de chambre, et composée de MM. Clément,
Guibert, Miller, conseillers maître, ainsi que, en tant que rapporteures,
Mme
Fau,
conseillère
référendaire,
Mme Monteagle,
rapporteure
extérieure
(jusqu’au
4 septembre 2017), et, en tant que contre-rapporteure,
Mme Revel, conseillère maître en service extraordinaire.
Le projet de rapport a été examiné et approuvé, le 11 juillet 2017,
par le comité du rapport public et des programmes de la Cour des comptes,
composé de M. Migaud, Premier président, MM. Durrleman, Briet,
Vachia, Paul, rapporteur général du comité, Duchadeuil, Mme Moati,
M. Morin, Mme de Kersauson, présidents de chambre, et M. Johanet,
Procureur général, entendu en ses avis.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Introduction
Admission post-bac (APB) est le nom de la plateforme numérique
publique (www.admission-postbac.fr) à partir de laquelle un bachelier peut
formuler des candidatures en vue d’intégrer la première année d’une
formation d’enseignement supérieur en France. Par extension, ce nom est
celui donné à la procédure annuelle qu
i encadre l’utilisation de cet outil,
imposant aux candidats et aux formations concernées un calendrier unique
et des règles du jeu partagées.
En 2017, plus de 864 000
candidats s’étaient inscrits sur APB pour
la procédure normale, majoritairement des élèves de terminale préparant le
baccalauréat (627 000 candidats), mais également des titulaires du
baccalauréat de moins de 26 ans souhaitant se réorienter et s’inscrire à
nouveau en première année d’études supérieures
1
. Tous ces candidats ne
vont pas au bout de la procédure et certains échouent au baccalauréat,
réduisant le nombre initial des inscrits : au 14
juillet 2017, ils n’étaient plus
que 642 135 candidats inscrits sur la plateforme
2
.
À l’issue de la procédure normale 2017, 541
204 candidats avaient
r
eçu d’APB une proposition d’admission dans l’enseignement supérieur.
Au 14 juillet 2017, plus de 86 000
candidats, qu’ils soient bacheliers de
l’année ou en demande de réorientation, restaient sans propo
sition. Le
28 septembre 2017, la ministre a annoncé que 3 729 bacheliers restaient
sans affectation à l’issue de la procédure complémentaire
3
.
Ce dispositif relève d
u ministère chargé de l’enseignement
supérieur, sous la responsabilité de
la direction générale de l’enseignement
supérieur et de l’insertion pr
ofessionnelle (DGESIP). Celle-ci
s’appuie,
pour la gestion des outils informatiques, sur le service des concours
commu
ns polytechniques (SCCP) de l’
Institut national polytechnique de
Toulouse (INP Toulouse)
4
.
1
Source : SIES-MESR,
Orientation
dans l'enseignement supérieur : vœux formulés
pour la rentrée 2017-2018
, Note Flash n° 6, Juin 2017.
2
Source : données officielles du ministère reprises par AEF, Dépêche n° 565678,
15 juillet 2017.
3
Source : dossier de presse de la conférence de rentrée du 28 septembre 2017.
4
Établissement public d’enseignement supérieur installé à Toulouse regroupant
plusieurs
écoles d’ingénieurs.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
10
L’objectif d’APB
: mieux organiser les admissions dans
l’enseignement supérieur
APB a été créé pour gérer les flux de pré-inscriptions des bacheliers
dans l’enseign
ement supérieur : le système
n’
a été
conçu, à l’origine,
ni
comme un outil d’orientation, ni comme un
instrument de sélection. Pour
le mi
nistère chargé de l’e
nseignement supérieur, APB doit servir un double
objectif de simplification pour les bacheliers et d’efficacité pour les
établissements, en les aidant à mieux pourvoir leurs places. La procédure
APB est constituée d’un volet principal,
dénommé « procédure normale »
(20 janvier
14 juillet),
et d’une période d’ajustement, dénommée
« procédure complémentaire » (24 juin
15 septembre
5
), permettant de
pourvoir les dernières places encore disponibles. Cet outil a été généralisé
à tout le territoire en janvier 2009 en vue de la rentrée universitaire
suivante.
Seules les formations publiques ou privées reconnues par l’État
peuvent adhérer au dispositif APB
6
. 12 350 formations étaient présentes
sur la plateforme à la session 2017. Les établissements, dits
« établissements
d’accueil
» dans la terminologie d’APB,
proposent des
formations
que l’on peut ranger dans deux catégories
selon leur mode de
recrutement. Il s’agit d’une part des formations dites
« sélectives » qui
regroupent notamment les classes préparatoires aux grandes écoles
(CPGE), les sections de techniciens supérieurs (STS), les instituts
universitaires de technologie (IUT), un certain nombre d’écoles
post-bac
ainsi que des licences universitaires sélectives
; d’autre part, des format
ions
dites « non sélectives », en réalité uniquement les licences universitaires.
Un processus articulé en trois temps
À l’ouverture de la procédure normale
, les candidats disposent de
deux mois (20 janvier
20 mars) pour enregistrer leurs candidatures ou
«
vœux
»
7
à partir du catalogue des formations disponibles dans l’outil.
Puis s’ouvre la période de sélection des candidats par les
établissements (avril-mai)
. À l’issue de ce processus de sélection, les
5
Dates de la session 2016.
6
En 2017, on recensait 12 350 formations, dont 192 correspondaient à des formations
hors cont
rat non reconnues par l’État. Il s’agit de cas spécifiques intégrés à APB à la
demande des recteurs d’académie, principalement des formations en apprentissage
préparant au diplôme de BTS.
7
U
n vœu est la combinaison d’une formation et d’un établissement,
par exemple « DUT
carrières s
ociales à l’IUT Paris
-Descartes ».
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
INTRODUCTION
11
établissements dressent une liste de candidats aptes à intégrer leurs
formations. Pendant cette même phase, les candidats établissent également
un classement de leurs candidatures par ordre de préférence dans une liste
de vœux, sans savoir à ce stade où ils seront retenus.
Grâce
à
un
algorithme
d’appar
iement
ou
algorithme
d’affectation
8
qui croise les préférences exprimées par les établissements
et par les candidats, APB propose à ces derniers, le 8 juin de chaque année,
une
admission
dans
un
établissement
d’enseignement
supérieur
correspondant au meilleur choix possible pour eux compte tenu des
préférences indiquées et des possibilités existantes. À cette proposition, le
candidat est appelé à répondre
via
la plateforme APB par oui ou non, ou
apporter une réponse conditionnelle, soit « oui, mais » (je prends cette
inscription, mais je reste candidat à une place dans une formation mieux
classée dans ma liste, si une place venait à se libérer au tour suivant), soit
« non, mais » (je refuse cette proposition, mais si une offre mieux classée
dans ma liste vient à se libérer, je prendrai cette nouvelle offre). APB
organise au total trois phases de réponses en procédure normale pour
affiner les ajustements. La dernière de ces phases se tient le 14 juillet, APB
écartant automatiquement de la procédure les candidats ayant échoué au
baccalauréat
9
.
Une procédure complémentaire ouvre fin juin, qui permet aux
formations qui n’ont pas fait le plein et aux candidats qui n’auraient pas
encore trouvé de formation d
’effectuer
les dernières inscriptions. Cette
procédure
est aujourd’hui mise en cause
: elle est considérée à la fois
comme opaque, injuste et inefficace.
Un dispositif
aujourd’hui
en crise
Alors qu’il constituait initialement un progrès par rapport à la
situation antérieure,
APB traverse aujourd’hui une cris
e de légitimité, qui
éclipse complètement ses dimensions positives. En raison de ses règles
complexes,
cet
outil
produit
parfois
des
résultats
difficilement
compréhensibles pour ses utilisateurs. Il est également accusé de ne pas
permettre à chaque bachelier de trouver
un débouché conforme à ses vœux
dans l’enseignement supérieur
.
8
Les deux termes, équivalents, sont utilisés indifféremment dans ce rapport.
9
Les candidats admis à une formation en BTS ne sont pas écartés de la procédure APB
en cas d’échec au baccalauréat
,
sous réserve qu’ils aient suivi une scolarité complète de
terminale,
car la détention de ce diplôme n’est pas obligatoire pour entrer en STS, de
même que les candidats inscrits à la session du baccalauréat de septembre.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
12
Le problème principal
tient au fait qu’
APB a été conçu pour gérer
l’affectation dans
des
filières sélectives de l’enseignement supérieur,
telles
que
l’admission en classes prépa
ratoires pour laquelle il avait été pensé
initialement,
à l’aide d’un algorithme dit «
d’affectation
». À sa
généralisation en 2009, il a dû intégrer
l’admission en licence, filière
majoritairement non sélective,
ce qui a nécessité une adaptation de l’outi
l
grâce à l’introduction
d’un
second algorithme dit « de classement » ayant
pour seule vocation de traiter les candidatures à la licence. Les modalités
de fonctionnement de cet algorithme de classement, fixées par le ministère
chargé de l’enseignement supérieur, sont aujourd’
hui très critiquées : elles
apparaissent peu transparentes et non conformes
au code de l’
éducation.
Or, le fonctionnement de cet algorithme est crucial dès lors qu
’un grand
nombre de mentions de licences, telle que STAPS
10
, médecine, droit ou
psychologie ne disposent pas de capacités d’accueil à la hauteur de la
demande des candidats dans APB.
Cette
difficulté d’APB à gérer l’
admission dans ces licences en
tension a été amplifiée par plusieurs phénomènes. La hausse sensible du
nombre de titulaires du baccalauréat, qui est passé de 607 968 en 2012 à
641 700 en 2017 ainsi que celle de la proportion de
bacheliers s’engageant
dans l’enseignement supérieur
ont contribué à accroître la demande en
licence.
Parmi les différentes formations, c’est
d’ailleurs la licence qui a
absorbé l’essentiel de l’augmentation du nombre d’étudiants.
Le taux
d’échec en L1
où moins de 40 % des étudiants passent en deuxième année
pèse également sur les capacités d’
accueil des universités.
Par
ailleurs,
la
sophistication
progressive
des
règles
de
fonctionnement de la procédure, ayant pour seul objectif de tenter de régler
par APB le problème des licences en tension, a rendu le dispositif
incompréhensible. L
’absence
d’un véritable
accompagnement de ses
utilisateurs, voire la rétention par le ministère
d’
une partie des informations
relatives aux
modalités de fonctionnement d’APB, a contribué à l’opacité
du système,
d’autant moins acceptable qu’il s’agit d’
un choix essentiel de
vie, celui d’
une orientation professionnelle.
Alors qu’
APB ne devrait être
qu’une étape formelle dans le parcours du futur étudiant
, il est devenu un
enjeu
, venant s’ajouter aux éventuelles difficultés des bacheliers pour
formuler un choix d’orientation.
Cette situation critique n’est pas le signe d’une défaillance
intrinsèque
de l’outil, qui peut
toujours être adapté. Sa programmation
n’est que le révélateur des choix ministériels en matière d’accès à
l’enseignement supérieur
, qui ne répondent pas à la réalité de la situation.
10
Sciences et techniques des activités physiques et sportives.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
INTRODUCTION
13
Par une décision du 30 août 2017 (cf. annexe n° 7), la commission
nationale de l’informatique et des libertés (
CNIL) a mis en demeure le
ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
pour plusieurs manquements relatifs au système APB, notamment la prise
de décisions concernant des personnes sur le seul fondement d’un
algorithme
et sans intervention humaine, ainsi qu’
une absence de
transparence dans son utilisation.
En juillet 2017, la ministre de l’enseignement supérieur, de la
recherche et de l’innov
ation a engagé une grande concertation sur les
modalités d’orientation dans l’enseignement supérieur. En septembre
2017, elle a annoncé une réforme profonde de la procédure d’affectation
pour 2018, son changement de nom, ainsi que la suppression du tirage au
sort.
L’enquête
de la Cour
Le présent rapport s’appuie sur
une enquête menée pendant six mois
en 2016 auprès des différents acteurs du système APB, à la fois à Paris et
à Toulouse
, sur le site où est géré l’outil informatique. L’ensemble des
parties prenantes a été entendu : établissements publics et privés
appartenant aux grandes catégories des formations post-bac, fédérations de
parents d’
élèves et associations
d’
étudiants,
acteurs de l’orientation
post-
bac
(conseillers d’orientation, proviseur
s, etc.), administrations centrales et
déconcentrées des différents ministères concernés par APB (éducation
nationale et enseignement supérieur, culture, santé, affaires étrangères
notamment) et représentants en France des systèmes d’enseignement
supérieur d’autres pays de l’
Organisation de coopération et de
développement économiques (OCDE) (
British Council
, Office allemand
d’échange universitaire, etc.). Un grand nombre d’extraction
s de données
de la base de gestion d’
APB a été produit à la demande de la Cour par le
service APB
de Toulouse, dont le rapport fait ici l’analyse
. Le
fonctionnement de
l’algorithme de classement des licences
a été examiné
avec une particulière attention, notamment un extrait du code source,
permettant une description complète des critères appliqués par cet
algorithme, qui est celui
dont l’
application suscite le plus la polémique.
Il ressort de cette
enquête qu’APB
a constitué un progrès technique
pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur
, même si
l’effort de
simplification n’a pa
s produit les résultats attendus (I). Ce dispositif met
néanmoins en lumière les
incohérences des conditions d’
accès au premier
cycle universitaire :
l’algorithme de classement auquel il recourt pour trier
les candidatures à la licence en est le symptôme le plus visible (II). Il
appartient à
l’État
de mieux fonder
l’organisation d’APB en remédiant à
ses principales fragilités : assise juridique insuffisante
de l’outil et des
règles qu’il applique
, conditions de gestion du service inadaptées,
transparence insuffisante (III).
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre I
Une innovation utile,
des résultats insatisfaisants
La mise en place
d’APB
a permis de rassembler en un même lieu
l’ensemble de l’information et des démarches relatives à l’admission
dans
le premier cycle de l’enseignement supérieu
r
, qu’il s’agisse de filières
sélectives
(algorithme d’affectation)
ou non sélectives (algorithme de
classement). Cependant cette procédure est marquée par certaines
faiblesses
intrinsèques
pour
lesquelles
des
mesures
correctrices
s’imposent
.
I -
Un objectif initial de simplification pour les
usagers à un coût limité
pour l’État
A -
Un guichet centralisé et dématérialisé favorable aux
utilisateurs
1 -
Une simplification de l’accès aux études supérieures
APB a été conçu pour instaurer une unité de temps, de lieu et
d’
action pour les bacheliers candidats
à l’enseignement supérieur
et les
établissements recruteurs, dits «
établissements d’accueil
». Il faut mesurer
la simplification que cela a représenté
lors du lancement d’APB en 2009
.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
16
En 2004, un lycéen de l’académie de Nantes qui souhaitait s’inscrire dans
l’enseignement supérieur avait autant de canaux que de filières
: une
application nationale sur Internet pour l’admission en
classes préparatoires
aux grandes écoles (CPGE), les procédures individuelles de chaque institut
universitaire de technologie (IUT), la procédure académique sur minitel
OCAPI pour l’inscription en STS
et à l’université,
les procédures des
écoles et concours communs post-bac ainsi que toutes les autres procédures
académiques dès lors qu’il souhaitait s’inscrire en dehors de son académie
d’origine. APB a largement mis fin à cette dispersion, source de complexité
pour les candidats. Tout bachelier de moins de 26
ans, qu’il réside en
France ou à l’étranger, quelle que soit son année d’obtent
ion du
baccalauréat, peut postuler
via
APB dans les filières sélectives (CPGE,
BTS, etc.) et à
l’université. Toutes les procédures académiques
particulières ont été supprimées.
La mise en place d’APB impose à tous un calendrier unique avec
des dates butoirs
11
, ce qui simplifie la démarche pour les candidats qui
avaient auparavant affaire à de multiples échéances. Ce calendrier se
caractérise par sa stabilité d’une année sur l’autre
, quels que soient les
dimanches ou jours fériés. Cette permanence a contribué à installer APB
dans l’agenda public.
Comparée aux procédures d’admission existant à l’étranger, la
procédure APB se
situe dans la moyenne des délais d’instruction, avec
six
mois pour la procédure normale (mais plus si le premier choix a été refusé).
À titre de comparaison, la procédure équivalente
Universities and colleges
admissions service
(UCAS) au Royaume-
Uni s’étend sur une année
scolaire complète : les élèves doivent formuler leurs candidatures au plus
tard le 15
janvier de l’année n, soit deux mois plus tôt
qu’APB. Si les
réponses des universités arrivent au printemps, elles restent conditionnées
aux résultats effectifs des candidats aux
A-levels
qui ne tombent qu’à la mi
-
août. La majorité des étudiants ne connaissent donc leur affectation
définitive que début septembre (500 000 admissions définitives effectuées
par UCAS au 1
er
septembre
2016), soit près d’un mois et demi après le
dern
ier tour d’APB qui a lieu le 14
juillet. En Allemagne, les étudiants ne
soumettent leurs candidatures
qu’après
avoir reçu leur
s résultats à l’
Abitur
,
c’est
-à-dire à la mi-
juillet, pour une réponse à la fin de l’été.
Ceux-ci pèsent
en effet fortement sur leur admission à l’université.
Par exemple, avant
la généralisation d’
APB, les futurs étudiants en
médecine en Île-de-France, soumis à une procédure particulière de
répartition des effectifs, ne connaissaient que fin septembre leur université
11
Ce calendrier unique est présenté en détail dans l’annexe n°
1 du rapport.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
17
d’affectation. Aujourd’hui,
ces bacheliers connaissent leur établissement
d’affectation dès le 21
juillet.
L
e calendrier d’APB
fonctionne av
ant l’obtention du
baccalauréat
par le candidat, puisque la majorité des préadmissions intervient début juin,
avant même que les candidats ne se soient présentés aux épreuves du
baccalauréat
. L’admission définitive reste
néanmoins conditionnée, pour
bon no
mbre de ces formations, à l’
obtention du grade de bachelier.
2 -
Des règles favorables à un meilleur fonctionnement du
processus
d’admission
Les règles d’APB ont été initialement conçues par opposition au
système dit «
des trois vœux
» qui prévalait auparavant dans plusieurs
filières d’enseignement
.
Le système des «
trois vœux
»
Avant 2003, tout candidat à une classe préparatoire aux grandes
écoles (CPGE) remplissait un dossier papier où il émettait trois vœux
d’établissement
, classés de 1 à 3 par ordre de préférence. Son dossier
circulait ensuite d’une CPGE à l’autre dans l’ordre de ses vœux. Les CPGE
faisaient donc un premier tour d’admission avec les dossiers qui les avaient
placées en premier
vœu, puis, s’il leur restait des places
, un deuxième et un
troisième tour, avec les deuxième, puis troisi
ème vœu
x, une fois que ces
dossiers avaient été écartés
par l’établissement de premier ou de deuxième
vœu
.
Avant 2009, l
es bacheliers résidant à l’étranger, et particulièrement
ceux des lycées français à l’étrang
er, souhaitant rejoindre une université
française, devaient se soumettre à une procédure équivalente dite « des
dossiers bleus »
. Chaque bachelier formulait trois vœux de licence. Les
universités sélectionnaient sur dossier les bacheliers qu’elles souhaita
ient
retenir, en commençant par les bacheliers les ayant placées en premier
vœu.
Ce système n’était optimal ni pour les établissements, ni pour les
candidats. Ainsi, les CPGE faisaient le plein avec les premiers vœux, alors
que de meilleurs candidats pouvaient se présenter au deuxième tour, qui
auraient échoué à l’entrée dans une CPGE trop sélective pour eux. Quant au
candidat, il devait établir une véritable « stratégie »
dans l’ordre de ses
vœux, pour être ni trop ambitieux, ni pas assez, car c’est sur s
on premier
vœu qu’il avait la plus grande probabilité d’être retenu. Pour estimer leur
niveau par rapport aux attentes de la CPGE, les candidats allaient
d’une
opération de « portes ouvertes
» à l’autre
, avec leur dossier scolaire, afin de
faire pré-évalue
r leur chance d’intégrer la CPGE auprès des enseignants qui
recevaient, à la chaîne, élèves et parents.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
18
APB fonctionne selon un ensemble de règles directrices qui visent à
répondre aux défauts du
système d’admission
des «
trois vœux
».
En
premier
lieu,
les
établissements
recruteurs
n’ont
pas
connaissance de l’ordre des vœux des candidats
. En conséquence, ils
n’examinent pas
en priorité les dossiers des candidats qui les auraient
placés en tête et toutes les candidatures sont examinées simultanément par
tous les établissements. Pour un établissement attractif, cela représente une
contrainte importante. Ce principe est favorable au candidat car chaque
établissement rend son verdict indépendamment de celui d’un autre
établissement. Il abolit l’idée qu’il fai
lle rationaliser ses choix en fonction
de sa probabilité d’être retenu,
levant ainsi
les éventuelles inhibitions d’un
candidat. Il est aussi favorable aux établissements qui disposent
immédiatement de l’ensemble des candidatures. Il n’y a plu
s de « liste
principale » ni de « liste complémentaire », mais une liste unique de
candidats classés
par l’établissement dans laquelle l’outil vient puiser
jusqu’au dernier classé pour remplir la formation. E
n 2015, un IUT avait
classé 381 dossiers de bacheliers S pour 47 places offertes ; le dernier
appelé, c’est
-à-dire celui qui a pris la 47
ème
place, était le 176
ème
de cette
liste de candidats classés.
En second lieu, APB permet au ca
ndidat d’enregistrer jusqu’à
24
vœux, dont 12
vœux dans une même filière, par exemple jusqu’à
12
vœux de
CPGE. En 2016, en moyenne, les candidats avaient formulé
7,6
vœux. Ce nombre important de vœux permet à un candidat de panacher
des formations correspondant à des choix forts et à
d’autres
qui le sont
moins. Cela permet aussi de réduire la vacance des places dans les
formations moins demandées puisque les candidats sont encouragés à
postuler largement sans que cela soit un obstacle à la réussite de leurs
candidatures privilégiées.
3 -
Un outil apte à gérer l’ensemble du processus
Dès le 24 juin
12
, une « procédure complémentaire »
s’ouvre, qui
permet de remettre en jeu toutes les places encore restantes dans les
formations et de tenter de satisfaire les derniers candidats sans affectation.
Il existe une multitude de situations individuelles qui échappent aux
procédures d’admission
: candidat ayant été refusé partout, candidat ayant
déménagé tardivement, candidat insatisfait de la proposition reçue, etc.
Auparavant, ces situations individuelles étaient prises en charge au cas par
cas par les établissements et les rectorats. Cette gestion complexe était
12
Date de la session 2016.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
19
pourtant indispensable pour assurer à tous les bacheliers une place dans
l’enseignement supérieur
. Avec sa « procédure complémentaire », APB
intègre désormais la gestion de ces ajustements. À titre
d’exemple,
ce
dispositif a permis de mettre fin à la procédure manuelle dite des « fiches
rectorales » propres à
l’
Île-de-France.
La gestion des admissions tardives en Île-de-France : des
« fiches rectorales » à APB
En Île-de-France, la procédure académique RAVEL fonctionnait
avec un seul tour d’affectation en licence, fin juin. Dès lors,
les bacheliers
pouvaient se retrouver sans affectation pour la rentrée. Ils devaient passer
par la procédure dite de « fiche rectorale » pour obtenir une inscription à
l’
université, coordonnée par le rectorat de Paris au profit des trois académies
franciliennes. Les dernières années de fonctionnement de RAVEL
(2005-2008), environ 2 000 affectations par an en moyenne ont été
prononcées dans le cadre de ce dispositif.
Le descriptif de cette procédure dans les documents rectoraux
rappelle son caractère fastidieux. Courant juillet, le rectorat de Paris faisait
imprimer des fiches cartonnées qui étaient ensuite distribuées aux
universités. Tout bachelier encore sans affectation venait dans les
universités retirer une de ces fiches. Une fois retournées, elles étaient saisies
sur une application informatique spécifique tandis qu’une lettre au ca
ndidat
accusant réception de chaque dossier était envoyée. Elles étaient réparties
entre les trois rectorats, chaque recteur prenant en charge les difficultés
d’accueil non de
sa propre académie, mais de certaines mentions de licences
à l’échelle de la région
13
. Les agents du rectorat devaient ensuite se livrer à
un décompte et à un classement de ces fiches dans différents cartons, selon
divers critères, en complétant ce classement de tableaux de suivi.
L’ensemble avait vocation à appuyer des négociations qui se tenai
ent début
septembre entre les trois recteurs et les présidents des universités
franciliennes,
visant à demander à ces derniers d’ajuster leurs capacités
d’accueil. À l’issue des négociations et en fonction des places obtenues, les
agents du rectorat devaient procéder à l’affectation indivi
duelle des
candidats, opération qui pouvait se révéler compliquée dans les disciplines
les plus demandées. Une fois les listes
d’inscription
arrêtées, celles-ci
étaient transmises fin septembre-
début octobre à l’université pour qu’elle
puisse procéder à l’inscription de ces étudiants supplémentair
es.
13
Le recteur de Créteil gérait ainsi le secteur lettres, langues et arts ; le recteur de Paris
celui du droit, économie, AES, psychologie et sociologie ; le recteur de Versailles celui
des sciences et STAPS.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
20
Dans le cadre d’APB, l’ensemble du processus a été automatisé
et
unifié, faisant totalement disparaître ces manipulations entre acteurs
dispersés.
Les rectorats et les universités
d’
Île-de-France arrêtent dès novembre
de l’année précédente, à partir de l’historique des données disponibles, des
capacités supplémentaires d’accueil, sorte de
« réserves » dont le rectorat
pourra éventuellement faire usage. Courant juin
, APB met en œuvre un tour
d’affectation supplémentaire propre à l’
Île-de-France en intégrant ces
capacités nouvelles, avec des critères spécifiques de sélection des
candidats
14
.
Les affectations tardives en Île-de-
France sont désormais rares. S’il
faut saluer l’efficacité d’APB en la matière, il faut souligner que les
subtilités techniques de cette procédure spécifique à
l’
Île-de-France sont
totalement méconnues des candidats.
Cette procédure complémentaire permet d’augmenter le nombre de
candidats bénéficiant d’une proposition d’admission conforme à leurs
vœux, tout en maximisant le rempl
issage des places des établissements. Si
une formation a épuisé sa liste de candidats classés et qu’il lui reste des
places vacantes, elle peut proposer ces places dans le cadre de la procédure
complémentaire. Ainsi, en 2015, 611 537
propositions d’affecta
tion
avaient été formulées lors de la procédure normale tous candidats
confondus ; ce chiffre a été porté à 779
577 à l’issue de la procédure
complémentaire
15
.
14
Cette proc
édure automatisée propre à l’Île
-de-France est dénommée « PN3bis »,
soit « procédure normale 3bis ».
Contrairement à ce qu’indique son nom, il s’agit d’un
2
ème
tour bis, puisqu’elle
intervient en réalité entre le 2
ème
et le 3
ème
tour d’APB.
APB prend en compte la nouvelle injection de place pour les attribuer prioritairement
aux candidats de l’académie n’ayant
eu aucune autre proposition aux deux tours
précédents. Ainsi, un candidat qui est pris en filière sélective à laquelle il a répondu par
un « oui, mais »
dans les deux premiers tours d’APB, car il a mis dans un vœu de rang
plus élevé une licence en tension, n’est pas pris en compte pour bénéficier de cette
injection complémentaire de capacités.
15
Il s’agit du nombre de propositions cumulées. Un candidat peut avoir reçu
successivement des propositions en procédure normale, puis en procédure
complémentaire.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
21
B -
Une spécificité française visant à optimiser le
processus d’affectation
1 -
L’algorithme d’affectati
on, une singularité française
a)
La coordinati
on des procédures d’admission
:
une tendance de long terme de l’enseignement supérieur
L’idée qu’il soit nécessaire de centraliser ou de synchroniser les
procédures de recrutement dans l’enseignement supérieur exi
ste hors de
France, sous la forme d’un portail officiel d’ac
cès à tout ou partie
de l’offre,
d
’un
calendrier unique ou de procédure
s centralisées auprès d’un office
.
Aux États-Unis, 700 universités, parmi les plus prestigieuses et les plus
sélectives des 4 000 universités américaines, procèdent à leurs admissions
via
un portail commun en ligne,
The common application
16
. En Allemagne,
où l’enseignement supérieur est une compétence des
Länder
, un office
commun
17
est
chargé de gérer l’admission dans certaines fi
lières de
licences particulièrement demandées à une période donnée ou soumises à
numerus clausus
(médecine, pharmacie, vétérinaire, etc.) pour toutes les
universités
allemandes.
Ces
systèmes
visent,
comme
APB,
la
simplification de la procédure pour le cand
idat et l’économie de moyens
pour les universités.
Institué en 1992, le système
Universities and colleges admissions
service
(UCAS) au Royaume-Uni est, avec APB, le système le plus abouti
de « guichet unique » : toutes les universités du royaume y adhèrent, le
calendrier est commun à toutes les universités, le nombre de candidatures
y est limité à cinq et certaines sont incompatibles entre elles
18
. En outre,
comme APB, UCAS fonctionne sur le principe d’unicité de la réponse
: un
candidat ne peut retenir qu’
une seule proposition parmi celles qui lui sont
faites, ce qui favorise le taux de remplissage des établissements en
empêchant les candidats de jouer sur plusieurs tableaux à la fois.
Néanmoins, APB va au-
delà de ce rôle d’interface
car il inclut un
algori
thme d’affectation qui traite les données des candidats et des
16
www.commonapp.org.
17
Die Stiftung für Hochschulzulassung,
fondation pour l’admission à l’université dont
le siège est à Dortmund.
18
Ainsi, le candidat ne peut postuler à la fois à Oxford et à Cambridge.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
22
établissements pour optimiser leur appariement. C’est là une singularité de
notre système qui n’a pas d’équivalent à l’étranger.
b)
L’intégration d’un algorithme d’affectation
:
un élément disti
nctif d’APB
En Allemagne et au Royaume-Uni, le schéma est à peu près
identique : une fois les candidatures transmises à un ou plusieurs
établissements, le cas échéant
via
le guichet unique ou la procédure
commune, le candidat reçoit plusieurs réponses, positives ou négatives à
ses demandes. Il opte pour la formation
qu’il préfère parmi celles qui l’ont
retenu. Le système d’admission en Allemagne est à cet égard le plus
classique :
l’étudiant reçoit un refus ou une proposition pour chaque
université où il a candidaté, selon le calendrier propre à chaque université.
Il dispose en général de 15 jours pour y répondre, faute de quoi sa place
sera remise en jeu. Les places refusées sont ainsi redistribuées aux autres
candidats
. Ce système d’aller
s-retours entre les candidats et les formations
se déroule sur
une période qui s’étend
de la mi-août, date à laquelle arrivent
les résultats du baccalauréat en Allemagne, à la mi-octobre, période de la
rentrée universitaire, voire au-delà. Le système britannique UCAS, qui
démontre un degré de coordination plus élevé entre les établissements,
permet au candidat d’attendre d’avoir reçu toutes ses réponses, pour ensuite
choisir parmi les cinq réponses présentées celle qu
’il préfère
19
.
Système
plus
sophistiqué,
APB
intègre
un
algorithme
d’appariement
dit
aussi
algorithme
d’affectation
20
.
L’algorithme
fonctionne sur le principe suivant : chaque formation et chaque candidat
doivent établir un classement exprimant leurs préférences, par ordre
décroissant. Ainsi, toutes les formations sélectives étudient simultanément
l’ensemble des
candidatures qu’elles ont reçues et établissent une liste de
candidats retenus plus longue que le nom
bre de places qu’elles offrent,
la
pratique étant d’avoir au minimum deux à trois
fois plus de candidats
classés que de places offertes. De leur côté, les candidats sont appelés à
classer par ordre de préférence toutes les candidatures qu’ils ont
transmises, sans savoir où ils sont admis. Les deux parties effectuent donc
leur classement «
à l’aveugle
» sur le seul critère de la préférence.
19
Dans le système UCAS, le candidat retient une proposition principale et une
proposition « de secours » au cas où ses résultats aux
A-levels
, conditionnant
l’admission,
ne seraient pas au niveau attendu
par l’université
.
20
Les différentes étapes de la procédure conditionnant le fonctionnement de
l’algorithme sont présentées à l’annexe n°
3.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
23
L
’algorithme d’affectation
rapproche ces deux classements,
effectuant de manière accélérée les allers-retours entre offre et demande
pour proposer immédiatement, et à un maximum de candidats, la meilleure
proposition possib
le. C’est ainsi qu’en 2016, 80,6
% des candidats à APB
ont
reçu une proposition d’a
dmission dès le premier tour (8 juin)
21
; ce
chiffre est monté à 96 % pour les bacheliers généraux. Ce traitement
algorithmique évite que les meilleurs candidats bloquent l’e
nsemble de la
chaîne d’admission tant qu’ils n’ont pas décidé
quelle proposition ils
retenaient, avec un effet « domino »
sur l’ensemble des candidats et des
établissements.
C
et algorithme d’affectation n’est mis en œuvre que lors de la
procédure normale. Pour la procédure complémentaire, qui vise à pourvoir
les dernières places vacantes, APB fonctionne de manière plus classique,
comme une place de marché
, sans intervention de l’algorithme
d’appariement
.
2 -
Une efficacité vérifiée pour les procédures sélectives
a)
Une procédure avantageuse pour la majorité des candidats
L’algorithme d’affectation utilisé par APB est un algorithme
d’appariement avec acceptation différée, dans la lignée de l’algorithme dit
« des mariages stables » qui a valu à deux de ses auteurs américains,
MM. Shapley et Roth, l
e prix Nobel d’économie en 2012
22
. L’objectif d’un
algorithme d’appariement est d’améliorer sur le plan qualitatif et quantitatif
le processus naturel d’ajustement entre offre et demande, pour des marchés
où la notion de
prix ne peut intervenir. L’article scientifique fondateur, qui
date de 1962, s’attachait d’ailleurs spécifiquement à résoudre la question
de l’affectation à l’université aux États
-Unis
23
.
L’usage d’algorithme
d’appariement est désormais courant dans beaucou
p de pays pour gérer des
problèmes d’allocation dans la sphère publique
24
.
21
Les données, encore provisoires, indique que ce chiffre est stable en 2017.
22
L’annexe n°
4 du présent rapport propose une présentation synthétique du
fonctionnement des algorithmes d’appariement.
23
GALE D., SHAPLEY, L. S.,
The american mathematical monthly
,
College
admissions and the stability of marriage
, Vol. 69, No. 1 (Jan., 1962), 9-15.
24
En France, des outils comme Affelnet
qui gère l’affectation des collégiens au lycée
ou Galaxie
qui affecte les enseignants dans les
établissements d’enseignement
supérieur
s’appuient sur des algorithmes d’appariement qui ont des logiques proches
de celle d’APB.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
24
En 2016, le service APB a effectué une simulation à partir des
données de la campagne APB 2016. Cette simulation permet de mesurer
l’effet de l’algorithme sur le processus d’appari
ement, en comparant la
situation actuelle
avec algorithme
à une situation théorique, sans
algorithme d’affectation, où APB se contenterait d’être une simple
interface dématérialisée entre établissements et candidats. Confrontant les
deux scénarios, le tableau ci-
dessous rend compte de l’impact quantitatif
de l’algorithme d’affectation.
Tableau n° 1 :
propositions faites aux candidats le 8 juin 2016
(premier tour d’APB)
: comparaison entre la situation actuelle
et une situation théorique
sans algorithme d’affectation
25
Situation actuelle avec
mise en œuvre de
l’algorithme
Simulation
sans mise en œuvre de
l’algorithme
Candidats sans proposition à
l’issue du premier tour
148 000
300 000
Candidat ayant reçu au moins
une proposition
614 000
461 000
dont candidats ayant reçu une
seule proposition d’admission
sans objet : APB ne
formule qu’une seule
proposition au
candidat.
267 000
dont candidats ayant reçu deux
propositions d’admission
111 000
dont candidats ayant reçu trois
propositions d’admission
43 000
dont candidats ayant reçu plus
de trois propositions
d’admission
40 000
Candidats ayant reçu une
proposition dans une formation
sélective
274 000
174 000
Source : Cour des comptes à partir des données du service APB, chiffres arrondis au millier.
25
Dans le cadre d’une réflexion générale sur les évolutions possibles d’APB, le service
informatique a utilisé les données du premier tour de la session 2016 pour établir ce que
serait ce premier tour d’affectation si le ministère décidait de renoncer à l’utilisation de
l’algorithme d’affectation. Ces projections théoriques ont été réemployées ici pour
comparer les deux situat
ions, avec et sans mise en œuvre de l’algorithme d’affectation.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
25
Sans mis
e en œuvre de l’algorithme, 300
000
candidats n’auraie
nt
reçu aucune proposition a
u premier tour d’APB, le
8 juin 2016, contre la
moitié avec l’algorithme (148
000). Dans un système sans algorithme, ces
300 000 candidats sans proposition seraient en attente des décisions des
candidats qui ont le choix, c’est
-à-dire de ceux qui ont reçu au moins deux
propositions (194 000 sur 761 000
candidats). L’algorithme d’affectation
permet donc de réduire le processus itératif de proposition/acceptation, en
sortant tôt de l’incertitude un plus grand nombre de candidats qui, sans cet
algorithme, se retrouveraient sans proposition pendant plusieurs semaines.
Or, en 2016, à
l’issue de la procédure normale, seul
ement 56,7 % des
bacheliers (64 % pour les bacheliers généraux) avaient validé une
proposition correspondant à leur premier
vœu, ce qui signifie que près d’un
candidat sur deux n’obtenait pas son premier vœu
« absolu ».
En outre, sur le plan qualitatif, le système traditionnel d’ajustement
dans le temps est sous-optimal en raison du comportement des acteurs qui
diffère selon leur rapport au risque. Le temps d’attente généré par les
candidats qui ont le choix n’est pas nécessairement mis à profit
correctement par ceux qui sont dans l’attente d’une prop
osition. Ainsi, sur
les 267 000
candidats qui n’auront reçu qu’une seule proposition
d’affectation, certains pourront préférer s’inscrire directement dans cette
formation de crainte de perdre la place, en l’absence de garantie leur
permettant de la conserver. Puis, si finalement un de ces candidats reçoit
une offre qu’il préfère parce qu’un candidat mieux placé a refusé une place
dans sa formation de prédilection, il peut créer une perturbation en décidant
de revenir sur sa première acceptation pour préférer cette seconde offre, ce
qui provoque des effets en chaîne.
A contrario
, APB propose aux candidats un système d’affectation
temporaire dans l’attente d’une réponse sur une candidature privilégiée qu
i
permet de gérer l’incertitude
: en répondant « oui mais » à la proposition
que lui fait APB, le candidat s’assure une place dans la formation proposée,
tout en conservant la possibilité de dire « oui »
à une formation qu’il aurait
mieux classée si une place venait à s’y libérer. Ce système du
« oui, mais »,
f
avorable aux candidats, n’est possible que parce que l’ajustement après la
première vague de propositions
est marginal, en raison de l’efficacité de
l’algorithme qui aura dès le premier tour largement satisfait les candidats.
Ainsi, en 2015, les candidats ont reçu 583 645 proposit
ions d’admission
lors de la première phase, contre seulement 16 001 lors de la phase 2 et
11
891 lors de la phase 3. L’essentiel des affectations se joue donc dès le
premier tour, mais ces ajustements à la marge auront permis, pour leurs
bénéficiaires, une amélioration nette de leur sort.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
26
b)
La persistance de candidats sans proposition et de places vacantes
La question des étudiants sans affectation à l’issue de la procédure
APB a pris une résonance nouvelle depuis 2015. Les chiffres indiquent
plutôt une certaine stabilité, avec une augmentation du nombre de
propositions faites par APB permettant d’absorber l’augmentation du
nombre d’inscrits sur la plateforme chaque année.
On notera qu’un même
candidat peut avoir reçu une proposition en procédure normale et en
procédure complémentaire.
Tableau n° 2 :
s
ituation des candidats à l’issue des procédures
normales et complémentaires d’APB (2012
-2016)
Au moins une
proposition
d’admission
Aucune proposition
2012
740 543
140 114
2013
697 743
91 264
2014
750 063
100 558
2015
779 577
104 102
2016
801 118
96 384
Source : Cour des comptes à partir de service APB.
Ces candidats sans proposition relèvent principalement en réalité de
deux profils :
-
les bacheliers de l’année de
s filières professionnelle et technologique :
en 2016, sur les 33 490
bacheliers de l’année toujours sans proposition
en septembre à l’issue de la procédure complémentaire
, on comptait
650 bacheliers généraux, mais 8 500 bacheliers technologiques et
24 200 bacheliers professionnels
26
. Pl
us d’un quart (26,7
% en 2016)
des bacheliers professionnels candidats à APB sont sans proposition à
la fin de la procédure, alors que, pour 90 %
d’entre eux
, ils avaient
formulé
des vœux
vers des filières sélectives (STS et IUT)
correspondant à leur formation antérieure. Ces nouveaux bacheliers
sans proposition continuent en général d’être suivis individuellement
26
Source : SIES-MESR,
APB 2016
: propositions d’admission et réponse des candidats
pour l’année scolaire 2016
-2017,
Note Flash n°17, novembre 2016.
Il s’agit des seuls
candidats en terminale ou en classe de mise à niveau en France (y compris DOM) en
2015-2016 admis au baccalauréat.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
27
par le rectorat à la fermeture d’APB en septembre, en vue de les aider
à trouver une poursuite d’étude
;
-
l
es étudiants déjà inscrits dans l’ensei
gnement supérieur souhaitant
s’inscrire à nouveau en première année d’une formation
, dits
« réorientés ». Aucune statistique officielle ne précise la part des
étudiants en « réorientation » parmi les candidats sans proposition. On
peut néanmoins estimer qu
’ils représent
ent environ la moitié de ces
candidats, alors qu’ils représentent moins du quart des inscrits sur
APB. Cette situation résulte de plusieurs facteurs : du côté des filières
sélectives, les dossiers de ces candidats sont la plupart du temps moins
valorisés que ceux d
es bacheliers de l’année
; du côté des licences non
sélectives, un contingent de places est arrêté pour chaque licence
limitant la réorientation et les critères de régulation sont en défaveur
des candidats qui ont déjà été inscrits d
ans l’enseignement supérieur.
Par ailleurs, lors de la conférence de presse de rentrée du
28 septembre 2017, le ministère annonçait que 3
729 bacheliers n’avaient
pas obtenu d’affectation à l’issue de la procédure complémentaire, chiffre
légèrement supérieur à celui de 2016 (2 517)
27
. Ce chiffre prend
uniquement en compte
les bacheliers de l’année
2017 qui se sont réinscrits
en procédure complémentaire afin d’obtenir une affectation
28
. Il ne
comprend
pas les étudiants en réorientation qui n’auraient pas obte
nu
d’affectation, ni les candidats qui auraient abandonné à l’issue de la
procédure normale
quelle qu’en soit la raison (choix d’une formation hors
APB, abandon du projet d’études supérieures
, etc.).
Si APB optimise le remplissage de
s places, il n’a pas
supprimé la
vacance, comme en témoigne le tableau ci-après.
27
Source : dossier de presse de la conférence de rentrée 2017.
28
Candidats néo-
entrants, titulaires d’un baccalauréat français, qui ont ordonné au
moins un vœu lors
de la procédure normale, ont fait au moins une candidature en
procédure complémentaire et n’ont reçu aucune proposition à l’issue de la procédure.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
28
Tableau n° 3 :
bilan des admissions et des places vacantes en fin de
session APB (2014-2016)
2014
2015
2016
Licences
(y compris licences sélectives)
Admis par APB
245 211
280 222
292 976
Places vacantes
Non déterminées
Non déterminées
Non déterminées
STS
Admis par APB
119 377
124 767
124 711
Places vacantes
24 200
18 702
22 578
Pourcentage des
places vacantes
dans le nombre
de places offertes
17 %
13 %
15 %
CPGE
(y compris CPES)
Admis par APB
41 360
41 958
42 560
Places vacantes
3 666
3 076
2 269
Pourcentage
8 %
7 %
5 %
IUT
Admis par APB
56 688
57 256
57 101
Places vacantes
3 058
1 275
1 396
Pourcentage
5 %
2 %
2 %
Autres
Admis sur APB
32 431
33 627
35 153
Places vacantes
7 219
5 988
6 991
Pourcentage
18 %
15 %
17 %
Source : Cour des comptes à partir des données du service
APB. Il s’agit des places vac
antes
en fin de session APB (15 septembre 2016).
I
l est impossible en l’état de mesurer la vacance des places à
l
’université, c’est
-à-dire le décalage entre le nombre de places offertes et le
nombre de bacheliers admis
via
APB. En effet, les universités ne
paramètrent pas le nombre de places correspondant à leur capacité
d’accueil, dès lors que la mention ne présente
pas de tensions particulières.
Jusqu’en 2017, certaines conservaient la saisie par défaut (9
999) ou
saisissaient des chiffres élevés
afin qu’ils ne soient pas bloquants. C’est
ainsi qu’APB enregistrait 1,7
millions de places offertes en licence pour la
session 2016, ce qui est évidemment un chiffre non significatif pour
mesurer la vacance. Pour la session 2017, les universités ont dû saisir des
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
29
capacités d’accueil
« réelles » pour leur licence, proches du nombre de
candidats retenus, ce qui constitue un progrès, mais le bilan de cette mesure
n’a pas encore été établi.
La catégorie « autres » du tableau n° 3 recouvre des situations
diverses. On y trouve quelques formations paramédicales et sociales, avec
un taux de vacances élevé (28,95 % en 2016 pour 4 255 places offertes
dans APB). Les écoles de commerce post-bac ont également un niveau de
vacance assez élevé, variant de façon non linéaire de 20 % à 30 % depuis
2012, atteignant en 2016 le même niveau qu’en 2013 ou 2014 (28
%). Dans
les deux cas, on peut ém
ettre l’hypothèse que ce niveau s’explique par la
faible présence de formations de ce type sur APB.
Les raisons de cette vacance sont étrangères à APB et résultent du
désajustement structurel entre offre et demande, l’offre (
carte des
formations, contenu, diplôme, etc.) évoluant beaucoup plus lentement que
la demande
29
.
C -
Une procédure peu coûteuse
1 -
Une dématérialisation avancée
La procédure APB s’appuie sur trois sites Internet. En premier lieu,
un portail à destination des candidats (admission-postbac.fr) qui leur offre
deux fonctionnalités :
-
un site d’information
parfaitement à jour et accessible en permanence
à tous, donnant accès à toute l’offre de formation adhérant à la
plateforme. Ce « catalogue » de la formation post-bac, mis à jour par
les établissements eux-mêmes, est un outil précieux pour les acteurs
de l’orientation
;
29
Pour mesurer le nombre de places vacantes, le système d’affectation prend en compte
le nombre de places disponibles dans une formation après déduction de celles qui ont
fait l’objet d’une admission. Il ne peut vérifier si cette admission a été suivie d’une
inscription administrative puis pédagogique, ni
a fortiori
si l’étudiant concerné est
assidu aux cours et aux examens. Dans son rapport public annuel 2015 (p. 443-444), la
Cour a rappelé la nécessité de renforcer le contrôle d’assiduité des étudiants inscrits à
l’université.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
30
-
une application web de candidature
, dont l’accès est soumis à
identification, à travers laquelle le candidat saisit puis suit ses
candidatures. Cette application permet la dématérialisation complète
de la procédure d’admission.
Pour la campagne 2017, le ministère a engagé la disparition
complète du dossier papier, car en 2016 encore 35 % des candidatures
avaient nécessité la transmission d’éléments en papier, souvent un véritable
doublon du dossier électronique.
Le site public est complété par deux sites Internet de gestion : un
pour les établissements (lycées
et établissements d’accueil) et un pour les
rectorats,
c’est
-à-
dire
les
services
académiques
d’information
et
d’orientatio
n (SAIO) qui sont chargés par le recteur du suivi de la
procédure APB. Tous ces acteurs sont donc raccordés à un outil unique,
disposant d’un même niveau d’information.
APB s’est également positionné comme le «
chaînon manquant »
entre les systèmes d’info
rmation du secondaire (bases élèves
30
, logiciel
privé de gestion des notes
31
) et de l’enseignement supérieur
32
, supprimant
les doubles saisies qui prévalaient auparavant. Certaines universités
peuvent par exemple mettre en place un système de préinscription en ligne
du candidat admis sur APB car leur logiciel d’inscription a récupéré
automatiquement toutes ses données. Les notes du baccalauréat sont
automatiquement remontées grâce à un interfaçage avec la base de
l’Organisation des concours et examens académiq
ues et nationaux
(OCEAN)
du ministère de l’éducation nationale.
Ces améliorations ont augmenté
la fiabilité et l’efficacité de la
gestion des processus d’admission. Ainsi, les universités paramètrent
directement leur offre de formation dans le site de gestion, alors que,
jusqu’en 2008, les universités franciliennes devaient corriger des fiches
papier de présentation des formations, qui étaient ensuite saisies par le
rectorat de Paris dans l’outil RAVEL
-Info. La gestion des candidatures est
simplifiée ; la traçabilité est assurée, évitant les pertes de dossiers et les
erreurs humaines. Les établissements qui ont profité de la mise en place
d’APB pour dématérialiser leurs processus d’admission, exploitant au
maximum les potentialités de l’outil, ont réalisé de
s gains de productivité
importants. Ce n’est pas le cas de tous
: certains continuaient en 2016 à
procéder à l’impression des dossiers des candidats.
30
SIECLE.
31
18 logiciels sur 23 actuellement disponibles sur le marché sont compatibles avec APB.
32
APOGEE et SCOLARIX.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
31
Quant aux établissements d’origine, ils n’ont plus à gérer la mise au
point (photocopie des bulletins scol
aires) et l’envoi des dossiers aux filières
sélectives. La fiche pédagogique jointe au dossier pour les filières
sélectives a été entièrement dématérialisée depuis la session 2011
33
.
De leur côté, les rectorats disposent d’un outil leur permettant de
jouer
véritablement leur rôle d’appui et de régulation de l’entrée des
bacheliers dans l’enseignement supérieur. Ainsi, jusqu’en 2008, chaque
bachelier d’Île
-de-
France souhaitant s’inscrire en médecine devait se
rendre en personne au rectorat de Paris après les résultats du baccalauréat
pour retirer, puis rendre un dossier d’inscription
34
. Le rectorat traitait
manuellement une dizaine de milliers de demandes d’inscription en
médecine, dont il assurait la réception par des vacataires et la saisie dans
un outil informatique « maison » par le recours à une entreprise de
sous-traitance, avant de prononcer les admissions dans les UFR de
médecine d’
Île-de-France, comme la réglementation le prévoit. Grâce à
APB, ce processus est désormais entièrement dématérialisé.
2 -
Un coût limité au regard du bénéfice pour les utilisateurs
Le surcoût d’APB, par rapport aux systèmes antérieurs, est
principalement celui du service informatique APB. À l’origine, le ministère
ne finançait que le coût marginal de ce service, certains coûts de structure
restant supportés par l’INP Toulouse. Le coût complet du service APB a
pu être reconstitué : il est inférieur à 1
M€ par an.
33
Au nom du conseil de classe, le proviseur doit donner dans cette fiche une indication
sur le « niveau de la classe »
où se situe l’élève en terminale et son avis (très favorable,
favorable, réservé, défavorable) sur la c
andidature de l’élève pour chaque filière
sélective où celui-ci postule.
34
Dans le cadre de la réglementation, le service inter-
académique d’affectation des
étudiants en première année de médecine (SADEP) assure, sous l’autorité du recteur de
Paris et aux termes de la réglementation, une répartition équitable des bacheliers
franciliens selon leur mention au baccalauréat entre les différentes facultés de médecine
de la région. Cette homogénéisation des profils des candidats est le corollaire de la
fixation d
’un
numerus clausus
pour l’accès aux études médicales au niveau de chaque
université.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
32
Tableau n° 4 :
subvention versée à l’INP Toulouse pour le
fonctionnement du service informatique APB
Subvention
dont salaires et
charges
dont autres
dont frais INP
liés à
l’hébergement
2009
350 000
Détail
non connu
Détail
non connu
Non facturé
2010
450 000
2011
450 000
2012
450 000
2013
550 000
2014
580 000
460 000
120 000
2015
610 000
480 000
130 000
2016
804 000
500 000
182 000
122 000
Source : Cour des comptes à partir des données du ministère. La catégorie « autres » recouvre la
maintenance des matériels et logiciels, l’achat de licence, les achats de prestations externes, les
frais de mission, les amortissements.
En ajoutant à cette subvention les crédits correspondant à la masse
salariale des 2,5 emplois pris en charge sur le budget général de l’INP
Toulouse, on peut estimer à 900 000
€ par an le coût de fonctionnement
du
service informatique APB en 2016, hors investissement exceptionnel
(380 000
€ en 2016 pour l’installation d’un nouveau site de secours
d’APB). Ce coût est entièrement couvert par une subvention de l’État,
intégrée à la subvention pour charges de service public versée à
l’INP
Toulouse
35
.
Le coût de développement de l’outil à l’origine n’est pas
connu, mais il est probablement limité car APB est issu d’un autre outil
informatique utilisé alors par l’INP Toulouse.
Ce coût limi
té s’explique par le fait que l’app
lication est conçue pour
que ses utilisateurs effectuent plusieurs tâches directement en ligne, sans
intervention du service toulousain. Pour les rectorats, les lycées et les
formations d’accueil, il s’agit de tâches qui existaient déjà auparavant pour
eux, mais sous une autre forme.
Si APB a amélioré la qualité du service rendu pour un coût limité, il
n’a pas généré d’économies significatives, mais
a induit une transformation
de la charge de travail, de gestion administrative en accompagnement de la
35
Cette subvention est inscrite dans le programme 150
Formations supérieures et
recherche universitaire
du budget de l’État.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
33
procédure
36
. Chaque rectorat mobilise entre un à trois agents, selon la taille
des académies, pour la procédure APB, soit
a minima
une cinquantaine
d’emplois pour les seules académies métropolitaines,
majoritairement des
emplois de catégorie A.
L
’utilisation de
cet outil pour les candidats est gratuite, ce qui
n’exclut pas cependant qu’ils doivent
éventuellement acquitter des « frais
de dossier » ou des « frais de concours » pour certaines candidatures, au
bénéfice des établissements et non d
u ministère ou de l’
opérateur du
service
APB. De même, il n’y a aucune participation financière des
établissements à la plateforme.
II -
Des lacunes restant à corriger dans la
conduite de la procédure
A -
Un grand nombre de formations hors APB
1 -
L’offre hors APB
: un paysage disparate
En
2017,
le
portail
APB
permettait
de
postuler
dans
12 350 formations relevant de plus de 2 000 établissements. Selon le
ministère, « le critère principal pour qu'une formation soit sur APB est que
cette formation soit reconnue par l'État ». Les formations privées ne
délivrant pas de diplômes visés par l’État
sont donc exclues du dispositif
37
.
À l’inverse, les formations privées relevant de l’enseignement sous
contrat (CPGE, STS), ainsi que les licences proposées dans certains
établissements privés, comme les instituts catholiques de Lille ou de Paris,
recrutent
via
APB. L
’adhésion à APB n’est pas formalisée par une
convention ou un autre type de document contractuel : elle se traduit par
l’apparition de la formation sur la plateforme.
36
Un rectorat a indiqué à la Cour qu’« il [é
tait] peu probable que le dispositif APB ait généré
des économies [...], APB suppose un accompagnement très soutenu des établissements
d’origine et des établissements d’accueil (et des équipes éducatives), ainsi que des candidats
». Ce rectorat conclut plutôt à un « déplacement des moyens du rectorat ».
37
En 2017, 192 formations correspondant à des formations hors contrat non reconnues
par l’État étaient, par exception, présentes sur APB. Il s’agit de cas spécifiques intégrés
individuellement à la demande d
es recteurs d’académie, principalement des formations
en apprentissage préparant au diplôme de BTS.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
34
Ce périmètre présente néanmoins deux inconvénients, qui sont
d’ailleurs liés
:
d’une part, il n’a pas de base juridique de sorte qu’il n’existe
aucune obligation de participer à cette procédure
; d’autre part, toutes les
formations publiques ou privées répondant à ce critère ne sont pas sur APB.
Ainsi, ne figurent pas dans APB la majorité des écoles relevant du
ministère chargé de la culture, un grand nombre de formations sociales et
paramédicales, notamment
les formations d’infirmier, une partie des écoles
post-
bac d’ingénieurs ou de commerce, une partie de l’offre universitaire
(certaines licences sélectives notamment), Sciences Po et les IEP en région,
ainsi que l’université Paris
-Dauphine.
L’annexe n°
2 analyse de façon détaillée cette offre hors APB et les
raisons qui ont conduit à cette situation. De façon schématique, on
distingue trois cas de figure :
1° des formations faisant objectivement face à des obstacles à leur
intégration dans APB, en raison des caractéristiques de leur processus de
recrutement. Certaines formations prévoient
un processus d’admission
long constitué d’une série de filtres successifs.
Elles doivent donc clore leur
liste de candidats tôt. On peut évoquer le cas des formations post-bac
particulières en musique, danse ou art dramatique, de même que Sciences
Po Paris, qui procède à une sélection en trois temps inconciliable
aujourd’hui avec les délais imposés par APB. En effet, APB est compatible
avec toutes les modalités de sélection (concours, entretiens, dossiers) sous
réserve qu’elles respectent son calendrier qui ne connaît aujourd’hui
aucune exception : aucune sélection ne peut démarrer avant le 8 avril, date
à laquelle les établissements récupèrent la liste des candidats, et ne doit
s’achever après le 31
mai, date butoir à laquelle l’établissement d
oit
transmettre sa liste de candidats classés. Les établissements disposent donc
de moins de deux mois pour examiner les candidatures.
Par ailleurs, certaines formations, comme les formations sociales et
paramédicales, actuellement majoritairement proposées hors APB,
organisent deux rentrées scolaires (septembre/février) et donc deux
procédures de recrutement. Les établissements concernés estiment
indispensables ces deux rentrées pour remplir correctement les formations
en tenant compte des aléas de parcours de leurs publics traditionnels de
candidats. Le calendrier unique est donc
en l’état
inadapté à leurs
contraintes. Elles
n’opposent pas de refus de principe à l’adhésion à APB
mais leur rattachement exigerait soit une réingénierie de leur processus
d’admission, soit une adaptation d’APB
;
2° des formations ayant une perception erronée du fonctionnement
de la procédure : un grand nombre de formations hors APB se tient en
marge par méconnaissance du fonctionnement de la procédure, alors que
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
35
leur recrutemen
t est compatible avec APB. C’est le cas des écoles d’art,
dont seulement sept recrutent
via
la plateforme ainsi que des classes
préparatoires aux écoles publiques d’art ou des formations paramédicales.
La réalité du fonctionnement de l’outil est souvent mé
connue et les
préventions de ces établissements pourraient être levées par une
information adaptée ;
3° l
es établissements attachés à l’autonomie de leur
s modalités de
recrutement : pour certains établissements, le fait de se tenir hors APB ne
repose pas sur un motif technique, mais sur la volonté de conserver la
maîtrise complète de leurs procédures
d’admission. C’est en partie le cas
des écoles d’art. C’est aussi celui de l’université Paris
-Dauphine ou des
licences sélectives de certaines universités parisiennes qui ne sont pas
proposées sur
APB. Le bénéfice potentiel de l’adhésion à
cette plateforme
est considéré comme négligeable
par ces établissements, d’autant plus que
les formations concernées ont investi dans des outils informatiques
propres, et adaptés à leurs enjeux de recrutement, et ne connaissent pas de
difficultés de recrutement qui les inciteraient à réévaluer leur position.
2 -
Une situation peu cohérente avec la logique du processus
Le caractère non
exhaustif d’APB p
résente deux difficultés. Le
dispositif
a été conçu selon le principe d’unicité de la réponse
: le candidat
ne peut dire « oui »
qu’à une seule formation, afin d’éviter les
multi-inscriptions des candidats et de garantir un taux de remplissage
optimal. Or, plus l’offre hors APB est importante, moins les listes d’admis
via
cette plateforme sont fiables. En effet, un candidat pourra valider une
proposition d’admission sur APB, tout en menant
hors APB une procédure
dans une formation non présente sur la plateforme. Les statistiques globales
d’une
session
APB
permettent
d’approcher
cette
question
de
«
l’évaporation
» des candidats vers l’offre hors
APB.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
36
Tableau n° 5 :
part des candidats admis et démissionnant de la
procédure APB (2012-2016)
Nombre de
candidats
ayant reçu une
proposition
d’
APB
Nombre de
candidats
admis en fin
de session
Pourcentage
admis/
candidats
Nombre de
démissions de
la procédure
hors échec au
bac
Pourcentage
démission/
candidats
2012
740 543
462 288
62 %
76 952
10 %
2013
697 743
474 097
68 %
67 963
10 %
2014
750 063
504 067
67 %
71 360
10 %
2015
779 577
537 830
69 %
79 642
10 %
2016
801 118
552 501
69 %
94 949
12 %
Source :
maîtrise d’œuvre APB. Il s’agit des candidats ayant
reçu une proposition en procédure normale ou
complémentaire. Les démissions incluent les « démiss
ions d’office
» pour non-réponse à une proposition.
L
es candidats n’
ayant
aucune obligation de démissionner s’ils sont
admis dans une formation hors APB, certains
d’entre eux
peuvent choisir
de répondre « oui »
via
APB pour finalement ne jamais procéder à leur
inscription administrative, situation dont aucune donnée statistique ne rend
compte. La pratique de la surréservation, ou «
surbooking
» dans la
terminologie d’APB, est autorisée jusqu’à 20
%
38
et vise à résoudre en
partie ce problème : pour obtenir 10 inscrits effectifs le jour de la rentrée,
la formation peut faire u
ne proposition d’admission à 12
candidats, en
partant de l’hypothèse que deux d’entre eux
qui auront répondu « oui » ne
viendront en réalité jamais s’inscrire.
De plus, dans le paysage foisonnant des formations post-bac, APB
a vocation à fournir des repères clairs aux candidats. En théorie, la
réduction de l’offre proposée hors de la plateforme
opèrerait da
ns l’intérêt
des candidats.
Soumis à l’impératif annuel de devoir gérer
la campagne de
préinscription, le ministère a néglig
é d’assure
r la promotion de son outil,
convaincu que les formations se rallieraient par un mouvement naturel
d’agrégation autour d’APB.
Or la réputation dégradée
de l’outil,
l’ignorance de la réalité de son fonctio
nnement et ses difficultés à faire face
au problème des licences en tension ont freiné le mouvement attendu. APB
souffre aujourd’hui d’un déficit d’image assez net auprès de ces formations
non-adhérentes, de sorte que se maintenir hors APB est presque perçu
38
Pour le détail, sur le fonctionnement du «
surbooking
», cf. annexe n° 3 sur le
déroulement de la procédure.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
37
comme un atout, tant pour les formations que pour les candidats à ces
formations. Cependant ces formations se privent de certains bénéfices
potentiels de l’adhésion à APB, comme l’élargissement et la diversification
de leur vivier de recrutement et la fi
abilisation de leurs listes d’admis.
B -
Un mécanisme opaque pour ses utilisateurs
1 -
L’effet
déterminant des formations sélectives
sur les
résultats d’APB
La sélection des candidats pour toutes les filières sélectives est le
fait des établissements et non d’APB
. Ce sont les établissements qui jugent
la candidature recevable et lui confèrent un rang de classement sur la base
du dossier scolaire, d’un entretien, d’un concours, etc. L’algorithme d’APB
n’intervient pas dans la mise au point de la liste des candidats
classés. C’est
une donnée qui est fournie au système par l’établissement et sur lequel
l’algorithme d’affectation se fonde.
C’est seulement pour les formations non sélectives, c’est
-à-dire les
licences, qu’APB établit par lui
-même une liste des candidats classés
39
,
via
un autre algorithme dit « de classement ».
L
’arrivée d’APB a
facilité la tâche des établissements sélectifs (STS,
CPGE, etc.), car cet outil leur fournit toutes les données de candidature
(note, appréciation, parcours scolaire, etc.) de façon dématérialisée. Depuis
APB, l’établissement qui reçoit beaucoup de candidats peut commencer
par « dégrossir » sa sélection en extrayant ces données, puis en appliquant
des filtres par tableur, selon le type de baccalauréat, la moyenne dans
certaines matières-clefs, etc. Certains établissements ont aussi mis au point
des critères informatiques de sélection leur permettant de faire un premier
tri dans toutes les
candidatures qu’ils reçoivent. Une formation a ainsi
indiqué à la Cour extraire dans un premier temps 2 000 dossiers des
8 000
reçus, à l’appui d’une batterie de critères,
pour essayer de remplir ses
168 places. Seuls ces 2 000
dossiers feront l’objet d’un examen
systématique. Une autre formation a indiqué extraire en premier lieu un
fichier des candidats ayant reçu un avis « très favorable » du conseil de
classe sur la fiche pédagogique, ce que les fonctionnalités d’APB
permettent de faire beaucoup plus rapidement que le tri à la main qui
s’opérait auparavant.
39
La totalité du deuxième chapitre de ce rapport est consacrée à ce sujet.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
38
Après cette première sélection souvent automatisée, le corps
enseignant procède généralement à la lecture exhaustive de chacun des
dossiers présélectionnés de façon plus classiqu
e. Le site de gestion d’APB
met à leur disposition une interface dite « aide à la décision » qui permet
aux établissements qui le souhaitent de gérer de façon entièrement
dématérialisée cette partie de leur processus de sélection.
C’est en réalité
la question de
l’opacité des processus d’inscription
dans les établissements qui doit être posée. Les établissements
d’ens
eignement supérieur
sont aujourd’hui libres de détermine
r leur
processus de sélection, dont les modalités et les critères sont rarement
publics, de sorte que les candidats ne savent pas comment leur dossier va
être examiné. Les décisions de rejet de dossier de candidature ne sont pas
motivées de façon précise (niveau insuffisant dans telle discipline, prise en
compte de l’avis du conseil de classe, etc.).
Alors que la question de la licence dans APB reçoit un fort écho, la
question des filières sélectives est non moins importante. Parmi les
65 000 candidats sans proposition encore inscrits sur la plateforme au
dernier jour de la procédure normale 2017, 26 651 avaient postulé
uniquement en filières sélectives et la majorité des autres avaient mélangé
candidatures en filière sélective et candidatures en filière non sélective
40
.
En 2016, le nombre de candidats bacheliers de l’année ayant obtenu leur
vœu
1 ou une filière équivalente à leur vœu
1 était de 91,7 % en licence,
mais de 62,4 % en STS et de 57,8 % en IUT
41
.
Si ce processus de sélection est parfaitement logique et légal, les
futurs candidats mériteraient d’être mieux informés à son sujet. L
es
établissements sélectifs devraient ainsi rendre publics leurs critères et leur
processus, afin que chaque candidat dispose du même niveau
d’information sur la « règle du jeu » avant
d’émettre une candidature.
2 -
Classer ses vœux
: une opération exigeante pour les candidats
a)
Une difficulté indéniable
Le
candidat doit classer ses vœux
par ordre de préférence avant tout
retour des établissements sollicités
. L’existen
ce de ce classement préalable
40
Source : « APB 2017 : plus de 38 000 néo-bacheliers toujours en attente de
proposition à la fin de la 3
ème
phase », AEF, dépêche du samedi 22 juillet 2017. Parmi
les 12 000 restant, une partie avait mélangé filières sélectives et non sélectives.
41
Source : MESR-SIES,
APB 2016
: propositions d’admission et réponse des candidats
pour l’année scolaire 2016
-2017,
Note Flash n°17, novembre 2016.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
39
« à
l’aveugle
»
est la condition même de fonctionnement de l’algorithme
d’affectation permettant d’accélérer le
processus de proposition et
d’
acceptation. Cette règle
confère à l’étape du classement des vœux une
importance décisive. Si à partir du 20 mars le candidat ne peut plus
enregistrer de nouvelles candidatures, il peut modifier le classement de ces
candidatures da
ns sa liste de vœux jusqu’au 31
mai. Le calendrier préserve
donc la possibilité pou
r le candidat de changer d’avis
:
ce n’est qu’à huit
jours du premier tour (8 juin) que le candidat doit avoir arrêté ses choix.
La conséquence de ce classement préalable est que le candidat ne
reçoit qu’une seule et unique
proposition
d’affectation le 8
juin, la
meilleure possible au regard de sa liste hiérarchisée de vœux, et non autant
de propositions ou de refus qu’il aura formulé de candidatures.
En outre, si
le candidat a la possibilité de maintenir pour le tour prochain ses
candi
datures sur des vœux mieux placés, toutes les candidatures sur des
vœux moins bien placés dans sa liste sont automatiquement annulées par
APB.
Lorsqu’il est «
classé », le candidat ne connaît pas non plus son rang
de classement dans les listes d’attente de
ses vœux mieux placé
s. À
compter de la session 2017, le ministère a décidé que cette information
serait disponible à la troisième et dernière phase d’admission de la
procédure normale pour les candidats qui n’auraient pas
encore opté pour
une proposition
d’admission définitive. Cette i
nformation constitue un
progrès : elle permettra certainement au candidat de se décider en meilleure
connaissance de cause.
En pure
théorie des algorithmes d’appariement, le candidat n’a pas
besoin de disposer des réponses d
es établissements pour établir l’ordre des
vœux. C’
était
précisément l’objectif
initial
d’APB que d’abolir la
recherche
a priori
de l’adéquation entre la préférence absolue de
l’établissement et la préférence absolue du candidat.
De même, si le
classement reflète les préférences du candidat, il est logique que la
meilleure solution possible
dégagée par l’algorithme le satisfasse. Il n’y a
donc pas de raison d’avoir des regrets pour des vœux moins bien classés,
c’est
-à-
dire, dans la logique d’APB, moins souh
aités que celui pour lequel
on a reçu une proposition. Quant à la connaissance de son rang de
classement dans les listes d’attente, c’est une information sans inci
dence
sur l’usage possible du
« oui, mais ». Cette information est difficile à
interpréter en
l’absence de points de référence disponibles, par exemple sur
le rang du dernier admis l’an
née précédente.
Pourtant, ces critiques acquièrent une certaine pertinence dès lors
que les règles du jeu de l’outil postulent un comportement parfaitement
rationnel de la part du candidat.
Or, faute d’explication, les candidats
n’intègrent pas d’emblée cette logique du classement des vœux qui n’est
pas intuitive.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
40
b)
Une place de l’algorithme d’affectation à expliciter
L’adossement de la plateforme de candidature à u
n algorithme
d’affectation n’a pas fait l’objet d’une décision ministérielle ou
gouvernementale qui préciserait ses objectifs. Les éléments présentés ci-
dessus, montrant l’intérêt théorique d’un tel algorithme, ne résultent
d’ailleurs pas d’une démonstration du ministère, mais d’une analyse de la
Cour à partir des données disponibles.
L’idée que l’on puisse concevoir un
« guichet unique »
sans algorithme, à l’instar du modèle
britannique
UCAS, n’a pas été évoquée puisqu’il s’agissait de réemployer une
technologie disponible qui avait montré une certaine efficacité dans ses
précédents usages.
La procédure APB arrive au
terme d’un premier cycle de huit ans
(2009-2017). I
l n’est pas inutile de reposer la question du rapport
coût/bénéfice de la présence de cet
algorithme au sein d’APB et des
moyens de corriger les difficultés qu
’elle
soulève. Ni le ministère, ni le
service APB
ne sont d’ailleurs insensibles aux critiques adressées à
l’algorithme d’affectation
.
De
s scénarios d’évolution des princip
ales règles et algorithmes du
dispositif d’affectation
peuvent être envisagés afin de répondre à ces
critiques tout en conservant autant que possible l’efficacité de l’algorithme
d’affectation
. On pourrait ainsi envisager de mettre fin à la proposition
unique lors du pr
emier tour d’APB
: le candidat recevrait des réponses sur
toutes ses candidatures
. C’est
seulement après en avoir pris connaissance
qu’il établirait un classement définitif de ses vœux, l’algorithme
d’affectation fonctionnant
alors dans un second temps. Un second scénario,
plus radical, consisterait à faire fonctionner APB comme une grande place
de marché, avec un algorithme d’affectation au rôle réduit, où les candidats
et les établissements seraient simplement tenus par des délais de réponse
pour s’assure
r que toutes les places vacantes sont remises en jeu
régulièrement. Tous ces scénarios vont dans le même sens de réduction,
dans un premier temps, du rôle de l’algorithme d’affectation, en redonnant
plus de places aux candidats et aux établissements. Leur défaut principal
sera de ralentir le processus d’ajustement entre offre et demande, en
augmentant par exemple le nombre de candidats qui, au début du
processus, seront sans proposition.
Quelles que soient les modifications envisagées, ses effets seraient
inopérants si un effort de communication et d’accompagnement des
candidats n’
était
pas mis en œuvre dans le même temps, ainsi qu’une plus
grande transparence sur les procédures d’admission
, permettant de bien
situer les responsabilités de chacun.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
41
Ces scéna
rios d’évolution ont également le mérite de remettre en
cause partiellement le fonctionnement actuel d’un autre algorithme inclus
sur APB, l’algorithme de classement des licences. En effet, l’algorithme
d’affectation demeurera légitimement critiquable tant
que l’ensemble des
problèmes liés à l’algorithme de classement, présentés dans
le chapitre II,
n’aur
a pas été résolu.
C -
Un accompagnement des utilisateurs insuffisant
1 -
Des modalités disparates et peu organisées
Les utilisateurs d’APB relèvent de trois caté
gories : les candidats,
les établissements d’origine (lycées) et des établissements d’accueil qui
recrutent leurs étudiants.
Pour les lycéens, il n’existe aucun cadre particulier
fixant les
responsabilités du lycée d’origine. Ce sont donc les instructions
générales
en matière d’orientation au lycée qui s’appl
iquent
42
. Certains chefs
d’établissement organisent une réunion d’information à destination des
parents ou des élèves ; certains conseils de classe examinent les vœux des
élèves dans APB quand d’autres n
e les regardent pas. La prise en main
d’APB se fait parfois à l’occasion des heures d’
accompagnement
personnalisé (AP) en première et en terminale. Les professeurs et
particulièrement les professeurs principaux
43
disposent d’un accès au
42
Un sociologue donne par exemple la description suivante à l’appui de son observati
on
dans plusieurs lycées de Seine-Saint-Denis : « Si les élèves peuvent se connecter à APB
à domicile sur Internet, le lycée organise plusieurs sessions collectives de saisie par
classe, afin de pouvoir expliquer la procédure aux élèves, contrôler ce que les
enseignants nomment le « réalisme »
des vœux formulés […] et s’assurer que tous ont
validé leurs demandes afin que les dossiers soient effectivement examinés. Dans une
première séance explicative en janvier, il s’agit pour le professeur principal de fai
re
comprendre les règles du logiciel et de présenter les différences entre des filières aux
modes de sélection différents. Les élèves gardent la possibilité de modifier chez eux
leurs vœux. Le conseil de classe a ensuite pour charge de les examiner et d’en
juger la
pertinence. Une seconde session collective est organisée après que les élèves ont pris
connaissance de cet avis qui sert alors d’aiguillage ou d’arbitrage
». TRUONG, Fabien,
La discipline du choix. De l’orientation scolaire après le bac en Seine
-Saint-Denis
,
Tracés, Revue de sciences humaines, mis en ligne le 18 novembre 2015.
43
Circulaire n° 93-087 du 21 janvier 1993 sur le rôle du professeur principal dans les
collèges et les lycées : « en liaison avec le conseiller d'orientation psychologue, [ils
favorisent] l'information des élèves sur les voies de formation après le baccalauréat et
en particulier les voies universitaires ».
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
42
dossier de leurs élèves
44
et en font un usage inégal. Enfin, les conseillers
d’orientation psychologues, qu’ils interviennent dans les lycées ou dans les
centres d’information et d’orientation (CIO), ont vu APB devenir un
élément central de leur activité.
En dehors du lycée,
les candidats disposent d’un guide d’utilisation
et, depuis 2016, d’un tutoriel en ligne. Chaque rectorat produit
également,
à l’échelle académique
,
ses propres supports d’information.
Au niveau national, le ministère met à disposition un formulaire de
contact
qui
a
traité
en
2016
plus
de 137 000 messages,
dont
90 000 messages en provenance des seuls candidats
45
. Depuis 2014, les
candidats bénéficient en outre
d’un
« numéro vert APB » national, ouvert
pendant une partie de la procédure (mars-juillet), et sur des horaires
restreints (lundi - vendredi de 14h30 à 17h00).
Si l’opérateur totalise
24 257 « mises en relation réussies »
, il n’est pas possible de décompter le
nombre d’appels qui n’ont pas été décrochés. La probabilité d’avoir accès
à un conseiller dé
pend des choix d’organisation initiaux des réseaux
téléphoniques de chaque rectorat
46
.
Les candidats identifient mal leurs interlocuteurs APB, à qui ils
s’adressent
via
la messagerie ou le numéro vert. Ce sont généralement
les personnels du rectorat de leur académie, chargés du suivi de la
procédure APB. Cet anonymat contribue à renforcer la perception du
caractère « désincarné » de la procédure.
Enfin, le service informatique APB a développé un site de test
47
,
conçu pour les élèves de première et leurs enseignants, permettant de se
familiariser avec la navigation sur la plateforme. Cette simulation est
incomplète
: pour qu’il y ait une affectation, il faut l’examen du dossier par
l’établissement, ce que le site test ne peut pas faire aujourd’hui.
44
Ce droit d’accès leur permet de saisir leurs appréciations en ligne, et, pour cela de
prendre connaissance des vœux de leurs élèves, mais pas de connaître l’ordre retenu par
l’élève.
45
Les établissements d’accueil ou lycée
s peuvent également utiliser ce formulaire en
cas de difficulté d’utilisation d’APB.
46
En 2016, le rectorat de Versailles avait pu prendre 3 396 appels, grâce à un système
de décrochage téléphonique automatisé vers les CIO, alors que celui d
e Créteil n’en
avait pris que 1 314, pour des populations de candidats comparables.
47
www.simulation-apb.fr.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
43
2 -
Une assistance à renforcer pour tous les utilisateurs
L’accompagnement des utilisateurs à APB souffre aujourd’hui de
deux insuffisances principales : la communication et la formation.
La
politique
de
communication
envers
les
utilisateurs,
essentiellement constituée de guides et de publications académiques
diverses,
n’est pas à la hauteur de l’i
mportance de cette procédure. En se
limitant à des horaires restreints, la disponibilité du numéro vert paraît
nettement insuffisante. Cette communication est aussi inadaptée à son
public cible : APB est absent des réseaux sociaux, alors que la procédure
britannique UCAS dispose d’un compte Twi
tter qui compte plus de
100 000 abonnés, alimenté tous les jours à plusieurs reprises. De même, les
forums d’étudiants, de lycéens ou de
la presse spécialisée deviennent des
lieux majeurs d’échange
s
sur la procédure APB. Beaucoup d’erreurs y sont
partagée
s sans qu’aucune parole officielle ne vienne les corriger.
APB a besoin
d’instaurer
un dialogue en continu avec ses
utilisateurs, à l’appui d’une parole publique et fiable
pour des réponses
concrètes aux élèves.
L’
accompagnement électronique des utilisateurs est
primordial étant donné son importance grandissante comme source
d’information sur la procédure APB
48
. Cette communication doit
éga
lement s’adresser aux autres utilisateurs
: établissements, lycées,
parents d’élèves.
Elle doit permettre de professionnaliser les actions de
communication des rectorats, en les alimentant de supports prêts à
l’emploi.
Cette politique de communication doit développer des synergies
fortes avec les outils de communication de l’ONISEP,
opérateur public de
référence sur l’orientation, avec lequel aujourd’hui il n’existe aucune
relation. Sur ce point, le récent contrat d’objectifs signé entre le ministère
et l’
ONISEP (avril 2017) insiste sur le moment charnière que constitue le
passage vers l’enseignement supérieur et la nécessité pour cet organisme
«
d’accompagner non seulement les élèves mais
également leurs
familles/parents dans la compréhension de la procédu
re d’orientation et de
48
En 2016, une
fédération de parents d’élèves
a demandé aux parents ayant un enfant
en terminale l’année précédente, auprès de qui ils s’étaient informés sur la procédure
APB. C’est le lycée qui arrive en tête des sources d’information (31,3
%), mais Internet
arrive en seconde position (23 %), devant le site APB (17,3 %), les conseillers
d’orientation
-psychologues (COP) et les CIO occupant la dernière place (8,8 %).
Source : questionnaire de rentrée 2016 de la
Fédération des parents d’élèves de
l’enseignement public (
PEEP), 741
parents d’enfants qui étaient en term
inale en
2015-2016.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
44
la pré-inscription sur APB ». Il y a en effet un lien entre le choix
d’orientation de l’élève et sa formalisation dans l’outil.
Par ai
lleurs, il n’existe pas de politique de formation à l’utilisation
d’APB. Du côté des établissement
s et des rectorats, les
utilisateurs d’APB
se forment « sur le tas », souvent avec leurs pairs ou leurs prédécesseurs.
La question de la formation des conseillers d’orientation psychologues est
encore plus sensible dès lors qu’ils
sont censés
présenter l’o
util devant les
élèves, de même que les enseignants de terminale qui ont une vision assez
lointaine de son fonctionnement.
Il paraît donc indispensable que le service APB conçoive et déploie
une offre de formation continue, intégrant les différents plans de formation
du ministère et des établissements, à destination de ces différents publics
pour qui APB est un outil de travail. Le ministère a indiqué à la Cour avoir
engagé ce travail au p
remier semestre de l’année 2017.
__________ CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS __________
Institué en 2009, le dispositif Admission post-bac (APB) est une
procédure sur Internet permettant à un bachelier de moins de 26 ans de
s’inscrire en première année d’études
dans l’enseignement supérieur. Il
a
contribué à améliorer le processus d’admission
dans
l’enseignement
supérieur en rassemblant en un seul lieu et selon un calendrier unique des
procédures auparavant dispersées. Pour la majorité des bacheliers, il
simplifie les démarches et favorise l’
égal accès aux formations. Pour les
établissements, il optimise la qualité des profils recrutés et maximise
l’utilisation
des places disponibles, tout en élargissant leur vivier de
recrutement. Le fonctionnement de l
’outil informatique lui
-même
représente un coût inférieur à 1
M€
par an.
L’adossement de la procédure à un algorithme d’affectation est un
des éléments fondamentaux
de l’optimisation induite par APB
car il permet
de faciliter le processus naturel de rencontre entre offre et demande de
formation. La mise en place de cet algorithme
n’a
pourtant
pas fait l’objet
d’une
décision publique explicite, qui aurait pris en compte les avantages
et inconvénients
d’intégrer un
traitement automatisé à une telle
plateforme. En outre, son rôle exact est mal connu des bacheliers, de sorte
que l’on attribue à cet algorithme des décisions qui relèvent en réalité des
établissements sélectifs eux-mêmes.
Il convient de remédier à l’opacité des
procédures et des critères de sélection de tous ces établissements par une
information détaillée des candidats.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UNE INNOVATION UTILE, DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS
45
Cette situation est également le signe que l’accompagnement des
utilisateurs à la prise en main de cet outil est insuffisant. Le développement
d’u
ne politique de formation
, aujourd’
hui inexistante, et de communication
en
direction
des
publics
concernés
constitue
un
axe
essentiel
d’amélioration du dispositif.
C
et effort en matière d’accompagnement ne suffira pas à répondre
à l
a difficulté de certains candidats à entrer dans la logique de l’algorithme
d’affectation
. En effet, cette logique est p
erturbée par l’adjonction d’un
second algorithme dit « de classement », élaboré pour gérer
l’admission
en licence non-sélective. Lorsque le ministère conseille au candidat de
classer
ses vœux
selon ses préférences,
comme l’exige la théorie des
algorithmes
d’appariement, il
ne tient pas compte de cette perturbation qui
exige au contraire que le candidat développe une véritable stratégie
d’ordonnancement de ses vœux.
Le chapitre suivant analyse de manière
détaillée cette contradiction interne, qu’il convient
de résoudre en priorité
pour rétablir un fonctionnement cohérent de la procédure APB
.
La
mise en cohérence du fonctionnement d’APB ouvrir
a la voie à sa
généralisation
à l’ensemble des formations
. Si seules des formations
publiques ou reconnues par l’État p
euvent adhérer à cette procédure,
beaucoup de formations répondant à cette définition conservent encore
leur processus d’admission en dehors d’APB. À l’exception de quelques
cas particuliers, APB est pourtant compatible avec toutes les formations
post-bac, quelles que soient leurs modalités de sélection. Cette
généralisation s’opérerait à la fois dans l’intérêt des candidats et des
formations.
La Cour formule les recommandations suivantes :
1.
étendre la participation de
l’ensemble des formations publiques o
u
reconnues par l’État
au système d’
affectation dans
l’enseignement
supérieur
, sous réserve de la mise en œuvre préalable d
es mesures
remédiant aux insuffisances actuelles
de l’outil
;
2.
développer et diversifier des actions de communication et de formation
de tous les utilisateurs en vue de mieux accompagner le déroulement
de la procédure ;
3.
assurer la publicité des critères et des procédures de sélection de
chaque formation présente
dans le système d’
affectation dans
l’enseignement supérieur
.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre II
Un révélat
eur de l’incohérence des
conditions d’accès à la licence
APB a été conçu pour gérer des procédures
d’accès à des formations
sélectives. À partir de 2009, i
l a dû s’adapter pour intégrer la licence
, filière
majoritairement non sélective. Cette cohabitation présente une difficulté
technique au
fonctionnement de l’algorithme d’affectation
, qui
n’a pas été
résolue de manière satisfaisante
par la mise en place d’un second
algorithme :
l’algorithme de classement des candidatures à la licence.
C
’est
ce dernier qui
cristallise aujourd’hui les critiques
envers APB.
I -
Une utilisation détourn
ée de l’algorithme de
classement des candidatures à la licence
A -
L’emploi d’un
second algorithme pour réguler
les candidatures à la licence
1 -
Un artifice technique transformé en outil stratégique
L’algorithme d’affectation
suppose l’expression de préférences par
les deux parties : les formations et les candidats établissent un classement
numéroté
. La situation des licences non sélectives n’est donc
a priori
pas
compatible avec APB, puisque les universités, ne procédant pas à une
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
48
sélection des candidatures à la licence, ne les classent pas. Pour pallier cette
difficulté, a été intégré à APB dès 2009 un second algorithme dit « de
classement » chargé
d’attribuer
automatiquement un rang de classement
(1, 2, 3, etc.) à chaque candidature pour chaque licence. Cet algorithme est
distinct de l’algorithme d’affectation, dont il constitue un préalable
technique : le 1
er
juin, le service APB fait d’abord
« tourner »
l’algorithme
de classement des candidatures aux licences non sélectives. Puis, une fois
que l’ensemble des candidatures dans l’ensemble des licences
dispose d’u
n
rang de classement, il lance
l’algorithme général d’affectation.
Tant qu’il y a suffisamment de places pou
r accueillir tous les
candidats, cet algorithme de classement est transparent pour eux : il ne
constitue qu’un simple artifice technique permettant de faire cohabiter
formations sélectives et non sélectives au sein du même algorithme
d’affectation. Dès lors qu’il y a plus d
e candidats que de places en licence,
le jeu de
cet algorithme devient stratégique puisqu’il va être à l’origine
du
rejet de plusieurs candidatures. Cet algorithme de classement trouve alors
une seconde fonction comme instrument de régulation.
Or, les cond
itions d’accès au premier
cycle universitaire sont
encadrées par
l’article
L. 612-3
du code de l’éducation
49
. Celui-ci établit à
la fois des principes généraux (
liberté de choix de l’établissement, priorité
aux bacheliers de l’académie, interdiction de la
sélection), une procédure
en cas de saturation des filières
, dont il prévoit qu’elle doit être
précisée
par une « réglementation » ministérielle et des critères, au nombre de trois :
le « domicile », la « situation de famille du candidat » et « ses
préférences ». La
réglementation d’application
n’ayant pas été établie par
le ministère, le paramétrage d
e l’algorithme de classement es
t donc en
réalité
l’expression de la façon dont l’administration entend appliquer
l’article
L. 612-3
du code de l’éducation
.
49
Article L. 612-
3 du code de l’éducation
: «
[…]
Tout candidat est libre de s'inscrire
da
ns l'établissement de son choix […]
. Il doit pouvoir, s'il le désire, être inscrit en
fonction des formations existantes lors de cette inscription dans un établissement ayant
son siège dans le ressort de l'académie où il a obtenu le baccalauréat ou son équivalent
ou dans l'académie où est située sa résidence. Lorsque l'effectif des candidatures excède
les capacités d'accueil d'un établissement, constatées par l'autorité administrative, les
inscriptions sont prononcées, après avis du président de cet établissement, par le recteur
chancelier, selon la réglementation établie par le ministre chargé de l'enseignement
supérieur, en fonction du domicile, de la situation de famille du candidat et des
préférences exprimées par celui-ci.
Les dispositions relatives à la répartition entre les établissements et les formations
excluent toute sélection
[…]
».
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
49
2 -
Un fonctionnement complexe
Le paragraphe ci-dessous, ainsi que l
’annexe n°
5, présentent de
façon détaillée le fonctionnement de l’algorithme de classement jusqu’à la
session 2016. Ces analyses ont été réalisées à partir du code-source, auquel
la Cour a eu accès. La circulaire du 24 avril 2017 a modifié les critères de
priorité pour le classement des candidats pour la session 2017.
De façon schématique, l’
algorithme de classement comparait
d’abord
les candidatures sur un critère géographique (
académie d’origi
ne
du candidat), puis examinait si le candidat avait déjà été inscrit dans
l’enseignement supérieur (
« réorienté ») ou non (« néo-entrant »). La
combinaison de ces deux paramètres lui permettait de créer des groupes de
candidats plus ou moins prioritaires.
Par ordre décroissant de priorité, il formait donc les groupes
suivants :
1.
les bacheliers d
es lycées français à l’étranger
;
2.
les néo-
entrants de l’académie
;
3.
les réorientés souhaitant une réorientation interne au sein de
l’université
où ils sont déjà inscrits ;
4.
les néo-
entrants en provenance d’une autre académie,
Ex-aequo
avec
4.
les ressortissants européens ;
6.
les
réorientés de l’académie ;
7.
les
réorientés en provenance d’une autre académie.
Au sein de chacun de
ces groupes, l’algorithme
tenait ensuite
compte
de l’ordre du vœu. Ainsi, il
était programmé pour remplir la licence
avec les candidats du groupe le plus prioritaire ayant placé la licence en
vœu
1, puis
, s’il restait
de la place,
en vœu
2, etc. Lorsqu’il a
vait épuisé les
vœux d’un
groupe pour une licence, il passait au groupe suivant, par ordre
de priorité, et procédait
de la même manière, selon l’ordre du vœu
. Une
licence placée en vœu
5 par un ba
chelier de l’académie bénéfici
ait toujours
d’une priorité
supérieure à cette même lic
ence placée en vœu
1 par un
bachelier originaire d’une autre académie.
Si la formation ne permettait
pas d’intégrer la totalité d’un groupe
disposant d’une priorité homogène ayant ordonné le vœu de manière
identique
alors l’algorithme recourrait
à un classement aléatoire ou « tirage
au sort » pour les départager et donc les classer.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
50
L’algorithme s’arrêtait
lorsqu’il a
vait attribué un rang de classement
à toutes les candidatures de toutes les licences.
La circulaire du 24 avril 2017 a modifié ces critères de priorité pour
la session 2017, afin de les mettre en conformité avec les dispositions de
l’article L. 612
-
3 du code de l’éducation.
Critères de classement fixés par la circulaire du 24 avril 2017
«
Sont tout d’abord classés les candidats résidant ou ay
ant obtenu le
baccalauréat ou son équivalent dans l’académie du siège ou du site de
l’établissement proposant la formation en première année de licence ou en
première année commune aux études de santé.
1-
Ces candidats sont classés selon la priorité qu’ils
ont accordée à
cette formation parmi l’ensemble des vœux de première année de licence ou
de première année commune aux études de santé qu’ils ont formulés lors de
la procédure de préinscription. Sont ainsi classés premiers ceux qui ont
placé cette formation en tête de leurs choix de formation de licence ou de
première année commune aux études de santé, en second ceux qui l’ont
placé en deuxième position et ainsi de suite.
2- Pour départager les candidats ayant obtenu le même classement à
l’issue de cette p
remière phase, il est procédé à un second classement de
ceux-
ci, en fonction de la priorité qu’ils ont accordée à cette formation parmi
l’ensemble des vœux qu’ils ont formulés lors de
la procédure de
préinscription.
3-
Si à l’issue de l’examen des deux pré
cédents critères, il reste des
candidats ayant le même rang de classement, une priorité est accordée à
ceux d’entre eux qui sont mariés, ont conclu un pacte civil de solidarité,
vivent en concubinage, ou ont une ou plusieurs personnes à charge.
Il est ensuite procédé au classement des candidats ne résidant pas et
n’ayant pas obtenu le baccalauréat ou son équivalent dans l’académie du
siège ou du site de l’établissement proposant la formation en première année
de licence ou en première année commune aux études de santé selon les
mêmes critères appréciés dans le même ordre.
Si à l’issue du classement établi par application des critères
mentionnés ci-dessus, il est nécessaire, compte-
tenu de la capacité d’accueil
dans la formation de l’établissement considéré, d’arrêter un choix entre des
candidats ayant un même ordre de priorité, il est recouru à un tirage au sort
entre ceux-ci. »
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
51
3 -
Un traitement automatisé remplaçant les pratiques disparates
de l’administration
L
’emploi d’un algorithme pour appuyer le traitement
d’un grand
nombre
de
candidatures
paraît
judicieux.
En
2016,
sur
428 561
propositions d’affectation accepté
es par les candidats sur APB,
219 028, soit 53 %, concernaient la licence. En dépit du caractère
rudimentaire de ses critères, cet algorithme reste une modalité moins
contestable au regard des pratiques antérieures
à la mise en place d’APB
.
Dans les académies dotées de systèmes centralisés d’inscription de type
RAVEL en Île-de-France, les universités procédaient auparavant à de
nombreuses inscriptions en dehors de la procédure centralisée, dans une
logique de « passe-droit » : la Cour les estimait en 2006 à 27 % pour les
trois académies franciliennes. Dans les autres académies où les universités
recevaient directement les inscriptions, elles procédaient de manière
artisanale, par exemple en mettant en œuvre le principe
« premier arrivé,
premier servi », ce qui avantageait les candidats qui réussissaient le
baccalauréat dès le premier groupe d’épreuves ou étaient mieux informés
des modalités d’inscriptio
n.
La plus grande égalité de traitement induite par APB est à prendre
en considération : sa période de déploiement a coïncidé exactement avec
une reprise de la démographie étudiante, absorbée par la licence. Entre
2009 et 2016, le nombre de bacheliers est passé de 539 092 à 630 808, soit
une augmentation de 17 % en 8 ans. Sur la seule période 2012-2016, le
nombre d’admis en première année licence
via
APB a augmenté encore
plus fortement (35 %) en raison de la juxtaposition de deux phénomènes :
l’augmentati
on du nombre de bacheliers depuis 2012
et l’intégration de la
réorientation dans APB à compter de 2014, les deux phénomènes ayant
pesé uniquement sur la licence comme l’indique le
graphique ci-après.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
52
Graphique n° 1 :
nombre de candidats admis dans APB en fin de
session par grandes filières
Source : service APB. Les CPGE incluent les classes préparatoires aux études supérieures
(CPES). La catégorie « autres » recouvre notamment les mises à niveau en arts appliqués
(MANAA), les écoles d’art, d’architecture, les formation
s paramédicales et sociales, les écoles
d’ingénieurs et de commerce
.
Il est donc probable que,
sans APB, les conditions d’admission en
licence ces dernières années auraient été encore moins satisfaisantes.
B -
Des paramètres issus d’une doctrine purement
administrative
Les critères de classement des candidats utilisés par l’algorithme ne
correspondaient pas aux dispositions du code de l’éducation jusqu’à la
session 2016. Ce n’est que par la circulaire du 24 avril 2017 que le
ministère les a modifiés pour mettre en conformité la procédure de
classement avec les textes législatifs, alors même que la campagne 2017
était déjà lancée.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
53
1 -
La priorité académique : un critère ambigu
L’article L.
612-
3 du code de l’éducati
on, issu de la loi de 1984
relative à l’enseignemen
t supérieur
50
, fixe un principe selon lequel « tout
candidat est libre de s'inscrire dans l'établissement de son choix ». Cette
disposition générale est immédiatement tempérée par l’alinéa suivant
:
« [tout candidat] doit pouvoir, s'il le désire, être inscrit en fonction des
formations existantes lors de cette inscription dans un établissement ayant
son siège dans le ressort de l'académie où il a obtenu le baccalauréat ou son
équivalent ou dans l'académie où est située sa résidence ».
L’article
L. 612-3 prévoit aussi que, lorsque le nombre de candidats à une licence
excède les capacités d’accueil, le recteur tien
t compte du « domicile » du
candidat pour procéder à son inscription dans ladite licence.
Le ministère interprète ces dispositions comme instituant un droit de
priorité des bacheliers à être inscr
its dans une université de l’
académie où
ils ont passé le baccalauréat, principe dit de « priorité académique ». Dans
le contexte d’une université de masse, qui diffère des circonstances dans
lesquelles ces dispositions législatives ont été adoptées en 1984, cette
interprétation a abouti à priver d’effet la liberté de choix de l’établissement
pour une large partie des étudiants. La conséquence de cette mécanique est,
par exemple, que les premiers cycles des universités parisiennes sont de
fait réservés aux bacheliers parisiens.
Avant APB, l’application de cette règle n’était pas stricte en
l’absence de moyens de contrôle et d’une centralisation suffisante des
demandes. Pourtant, les mesures pour faire respecter cette priorité étaient
allées assez loin : en Île-de-
France, à l’époque du système RAVEL
(1990-2008), un grand nombre de mentions de licence fortement
demandées faisaient l’objet d’une sectorisation, c’est
-à-
dire qu’une priorité
d’accès étaient donnée en fonction du lycée d’origine. Mais cette apparente
rigidité n’empêchait pas les stratégies de contournement, tolérées par les
universités qui se réservaient le droit d’accu
eillir les bacheliers en dehors
des secteurs déterminés
s’ils justifiaient de bons
résultats scolaires.
APB a donc eu des effets paradoxaux. En rendant accessible et
transparente sur tout le territoire l’information sur toutes les licences
dans
toutes les universités, cet outil
a créé les conditions d’exercice réel de la
liberté du cho
ix de l’établissement. En l’automatisant, i
l a aussi conduit à
rendre plus stricte l’application de la priorité académique
:
tous les vœux
50
Loi n° 84-52 du 26 janvier
1984 relative à l’enseignem
ent supérieur.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
54
de l’académie, quels que soi
ent leurs rangs, seront toujours prioritaires sur
les vœux provenant de l’extérieur
de l’
académie, sans exception possible.
Obtenir un c
hangement d’académie de rattachement
est encore possible
mais pour des motifs strictement limités
51
.
En outre, APB a institué une « super-priorité » académique au
bénéfice des bacheliers résidant à l’étrange
r, sans aucun fondement
réglementaire.
La « super-priorité »
des bacheliers résidant à l’étranger
Avant APB, les bacheliers résidant à l’étranger, et particulièrement
ceux des lycées français à l’étranger du réseau de l’AEFE, candidataient à
l’université par le biais d’une procédure distincte dite
des « dossiers bleus ».
Les universités sélectionnaient sur dossier ces bacheliers
, à l’encontre des
dispositions législatives. Mais le bachelier
disposait également d’un
rattachement fictif à une académie, où il bénéficiait de la « priorité
académique
» comme s’il y résidait
.
En 2009, ces bacheliers ont été intégrés dans la procédure APB. En
vue de renforcer l’attractivité de l’enseignement supérieur français à
l’international
, i
l a été décidé qu’ils bénéficierai
ent de la priorité
académique pour chacune de leur candidature en licence, avec un degré de
priorité supérieur à celui des néo-
bacheliers de l’académie. C’est ainsi qu’un
candidat résidant à Londres peut postule
r en vœu
1 à une université
parisienne et en
vœu
2 à une université bordelaise : il bénéficiera pour
chacun de ses vœux du plus haut
degré de priorité académique. Pour éviter
une distorsion trop favorable à ces candidats, un contingent (10 % des
places) a été fixé, au-delà duquel APB effectue un tirage au sort entre les
candidats AEFE. L’une et l’autre règles n’on
t aucun fondement
réglementaire
52
.
Les candidats bachelier
s de l’étranger sont environ 10
000 chaque
année à présenter un dossier APB.
Cette priorité a été supprimée pour la session 2017 par la circulaire
du 24 avril 2017.
51
R
aison médicale, mutation professionnelle d’un parent
.
52
Autre exception pour ces candidats
: dès lors qu’ils postul
ent en licence, ils ont la
possibilité de bénéficier d’une pr
éadmission (« avis anticipé »), au plus tard le 11 avril.
Seules quelques licences
fortement en tension n’offrent pas cette possibilité.
Elle a été
mise en œuvre pour
« concurrencer » les universités dans les pays où ces candidats
résident.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
55
Par ailleurs, APB n’a pas mis fin à la sectorisation infra
-académique
qui limite la liberté de choix d’un candidat entre les différentes universités
de son académie. Le paramétrage d’APB permet par exemple d’instituer
une priorité « départementale ». Cela dessine parfois une géographie
prioritaire complexe :
la formation STAPS de l’université de Pau
(académie de Bordeaux) implantée à Tarbes (académie de Toulouse),
donne une priorité aux étudiants en provenance des départements des
Pyrénées-
Atlantiques et des Landes de l’académie de Bordeaux, ainsi que
des départements des Hautes-Pyrénées, où est implantée la formation, et
du Gers, qui relèvent de l’académie de Toulouse. Cette sectorisation
, qui
poursuit un objectif d’aménagem
ent du territoire,
s’opère sous le contrôle
des rectorats
. Elle ne s’appuie sur aucune base réglementaire puisque le
code ne connaît que «
l’académie
». Quant au critère légal du domicile du
candidat, il n’est pris en compte
que de manière subsidiaire, lorsque
l’adresse du domicile du candidat se situe en dehors de l’académie où il
passe le baccalauréat (cas des élèves internes, par exemple).
Cette notion de priorité académique, complexe dans son application,
est très mal appréhendée par les principaux concernés, les candidats. Le
dernier rapport du médiateur de l’Éducation nationale recense encore
,
s’agissant de la session 2016 d’APB, un certain nombre de cas où des
candidats n’avaient pas pris en compte ce critère dans leurs vœux, se
retrouvant par la suite dans des impasses
53
.
2 -
Jusqu’en 2016, une distinction selon l’année du baccalauréat
sans fondement légal
Depuis 2014, tout étudiant de moins de 26 ans souhaitant se
réinscrire en première année de licence peut postuler
via
APB
, même s’il a
déjà bénéficié
d’une inscription dans l’enseignement supérieur
54
. APB ne
gère pas toutes les situations de réorientation, mais intervient seulement
53
Rapport du médiateur de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérie
ur pour
l’année 2016, juin 2017.
54
S’agissant d’un étudiant souhaitant repartir sur une autre mention de licence de la
même université, l’université peut choisir de traiter dans ou hors APB ces réorientations
dites « internes ». Par contre, la réorientatio
n « externe », c’est
-à-
dire l’admission dans
une université d’étudiants en provenance d’un autre établissement (université, mais
aussi STS, etc.) souhaitant intégrer une L1, est obligatoirement gérée par APB depuis
la session 2015.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
56
lorsqu’un étudiant souhaite redémarrer une première année d’étude
l’année
universitaire suivante
55
.
Les universités avaient la possibilité de paramétrer chaque licence
dans l’outil de telle sorte que l’algorithme accorde
une priorité moindre aux
candidatures de ces « réorientés » par rapport aux néo-entrants, ce qui
annulait toute probabilité pour les candidats en réorientatio
n d’y accéder
dès lors que la demande était forte. Cette priorisation correspondait à un
objectif ministériel ancien, mais non formalisé, qui visait
à assurer d’abord
à tout nouveau bachelier une première inscription dans l’enseignement
supérieur.
Cette distinction ne reposait sur aucun fondement juridique :
l
’article L.
612-3 du code de l
’éducation ne connaît que les «
bacheliers »,
ignorant les notions de « néo-entrant » et de « réorienté » qui structurent le
traitement des candidatures en licence dans APB. Dans un arrêt devenu
définitif
56
, le Tribunal administratif de Paris a rappelé en 2010 que « les
universités ne [pouvaient], sans méconnaître le principe d’égal accès au
service public de l’enseignement supérieur, traiter de manière différente les
candidats en fonction de
l’année d’obtention du diplôme
».
Au-delà de sa dimension juridique, la question du traitement des
étudiants en réorientation appelait un arbitrage spécifique car elle
représentait, en volume, la part majoritaire des candidats à la licence
demeurant sans affectation à l’issue de la procédure APB
.
La circulaire du 24 avril 2017 a mis fin à la distinction entre les néo-
bacheliers et les étudiants réorientés.
55
Beaucoup d’universités
et d’établissements ont mis en place des procédures de
réorientation en cours d’année, qui visent à éviter que l’étudiant perde une année.
56
TA Paris, 11 juin 2010, Mlle Thine, req. N° 0912446.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
57
C -
Entre stratégie et hasard : un traitement inéquitable
des candidats à la licence
1 -
La prise en compte
de l’ordre des vœux à l’origine
d’une approche
« stratégique »
Une des vertus théoriques
de l’algorithme d’affectation
est d’être
« non manipulable »
57
, c’est
-à-dire de ne pas pouvoir fai
re l’objet de
stratégies de la part des utilisateurs. Cette caractéristique est garantie par la
confidentialité du classement des vœux du candidat. En l’absence d’une
telle confidentialité, les formations seraient tentées de n’examiner que les
dossiers des candidats qui les ont bien classées, pour faciliter leur tâche.
Cela engendrerait par ricochet des stratégies d’ordonnancement des vœux
de la part des candidats.
Si cette règle de confidentialité fonctionne dans les formations
sélectives, APB ne l’applique pas aux licences. En effet, si l’université n’a
pas directement connaissance de l’ordre des vœux, l’algorithme de
classement en a connaissance pour elle : il est programmé pour remplir la
licence avec les candidats de l’académie ayant placé la licence en vœu
1,
puis,
s’il reste de la place, en vœu
2, et ainsi de suite
jusqu’à ce que la
formation soit pleine
58
. Ce raisonnement est exactement celui auquel
l’algorithme APB a mis fin pour les filières sélectives.
Selon le ministère,
ce paramétrage
se déduit de l’article L.
612-3 qui prévoit que le recteur
procède aux affectations dans les licences saturées en tenant compte des
« préférences exprimées
» par le candidat. Il s’agit en réalité d’une
57
« Un mécanisme est dit non manipulable si pour tout problèm
e de choix d’écoles, un
élève ne peut obtenir une meilleure affectation que celle obtenue en soumettant ses
vraies préférences et ce quelles que soient les préférences soumises par les autres élèves
et quels que soient les ordres de priorité des écoles sur
les élèves. Ceci signifie qu’un
[..] élève a toujours intérêt à soumettre sincèrement sa liste d’écoles et ce
indépendamment de l’information dont il dispose concernant les préférences des
autres ». Cette définition est extraite de HILLER, Victor, TERCIEUX, Olivier,
Choix
d’écoles en France. Une évaluation de la procédure Affelnet
, Revue économique
3/2014 (Vol. 65), p. 619-656.
58
E
n 2009 et 2010, l’algorithme de classement ne tenait compte que de l’ordre dit
« relatif » des
vœu
x
. À compter de 2011, l’algor
ithme
de classement a intégré le vœu
1
« absolu », priorisant ainsi les candi
dats plaçant directement en vœu
1 une licence, sur
les candidats qui plaçaient cette même licence après des formations sélectives. Cette
modification a aggravé les biais et poussé encore plus les candidats à développer une
approche stratégique. L’annexe n° 5 présente une illustration de la différence entre
ordre relatif et absolu des vœux.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
58
interprétation contestable de cet
te disposition, dont l’objet serait plutôt
de
s’assurer que le candidat n’est pas i
nscrit dans une formation qui ne
correspond pas à un souhait.
La prise en comp
te de l’ordre des vœux par l’
algorithme de
classement, combinée à la priorité académique, contraint le candidat
souhaitant postuler en licence à développer un raisonnement probabiliste,
et donc une « stratégie », pour établir sa
liste de vœux.
Un candidat qui se
contenterait de classer selon ses préférences, comme il lui est demandé,
pourrait se mettre, sans le savoir, en difficulté.
Quelle stratégie p
our classer ses vœux de lice
nce
dans APB ?
Pour une licence « en tension
», seuls les candidats de l’académ
ie
plaçant cette licence en vœu
1 ont une chance d’y être admis. To
ut candidat
qui mettrait en vœu
1 une licence en tension hors de son académie, par une
mauvaise compréhension du principe de « priorité académique
», n’a
aucune chance d’être retenu, perdant par la même occasion le bénéfice
d’accéder à cette même licence en tension dans son académie, qu’il n’aurait
placée
alors qu’en vœu
2.
De même, le candidat qui souhaiterait tenter sa chance sur une filière
sélective en vœu
1, s’expose, s’il est refusé à la sélec
tion, à être refusé sur
son vœu
pour une licence de son académie qui aurait déjà fait le plein avec
les vœux
1 des autres candidats. Un candidat qui classerait ainsi ci
nq vœux
de classes préparatoires, suivis d’un vœu de licence dans une filière
demandée (droit, science politique, etc.) comme «
vœu de secours
» pourrait
se retrouver sans aucune des
affectations qu’il souhaitait, alors qu’il aurait
pensé, de bonne foi, s’être assuré une inscription dans l’enseignement
supérieur. Cette difficulté explique d’ailleurs probablement que certaines
universités maintiennent leurs filières sélectives hors APB, afin de ne pas
pénaliser les candidats qui souhaiteraient tenter d’être
admis dans leurs
doubles licences.
Cette règle du jeu, pour le moins subtile, est source d’inégalité entre
les candidats qui l’ont comprise et les autres. À cela s’ajoute la
communication simplificatrice du ministère qui peut les induire en erreur.
Son message principal est en effet que le candidat doit classer selon ses
préférences et que l’ordre des vœux ne compte pas dans l’aboutissement
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
59
des candidatures
59
. Ce message inexact, en particulier lorsque le candidat
inclut des licences dans sa liste de vœux,
est repris par tous les organes de
presse spécialisés
60
. En parallèle, le ministère adresse aux candidats des
avertissements ponctuels, sur écran ou dans le guide du candidat, pour
indiquer l’existence d’un traitement spécifique des candidatures à la
licence. La conciliation de ces
injonctions contradictoires est loin d’être
simple pour le candidat qui peut se retrouver en quelque sorte « piégé » par
APB.
Les recommandations adressées aux candidats dans la version 2017
du « guide du candidat APB » montrent que le ministère a cherché à sortir
en partie de l’ambiguïté, avec des avertissements
nettement plus clairs que
dans toutes les versions précédentes
61
. Néanmoins, cette meilleure
information ne résout pas la question de fond,
c’est
-à-dire la contradiction
intrinsèque entre le fonctionnement de
l’algorithme de classement et celui
de l’algorithme d’affectation. C’est pourquoi, la prise en compte de l’ordre
des vœux
dans le fonctionnement actuel de
l’algorithme de classement
n’est pas viable. La confidentialité de l’ordre des vœux des candidats doit
s’appliquer
aussi bien
aux filières sélectives qu’aux licences car elle
constitue un des fondements
du fonctionnement d’APB pour garantir
que
l’algorithme d’affectation n’est pas manipulable et offrir
un maximum de
liberté à chaque candidat
. La mise en place d’autres
modes de régulation
pour la licence, que la Cour appelle de ses vœux, devrait
également
permettre d’éviter à l’avenir
celui du recours au tirage au sort.
59
Le guide du candidat APB 2017 indique par exemple que le candidat a « le droit de
classer
[ses] vœux en toute liberté sans subir une quelconque pression, sachant que les
établissements d'origine et d'accueil n'ont jamais connaissance de [sa] liste ordonnée de
vœux
». Le guide conclut : « vous pouvez modifier le classement de vos demandes de
formations par ordre de préférence et sans autocensure en fonction de vos souhaits, de
votre projet de poursuite d’études,
de votre projet professionnel ».
60
À titre d’exemple sur le site de l’ONISEP
: « Les établissements ont-ils connaissance
de l’ordre des vœux des candidats
? Non, les établissements d'origine, comme les
établissements d'accueil n'ont pas accès à l'ordre des vœux des élèves. Vous ne serez
donc pas pénalisé si vous indiquez une formation en 2
ème
positio
n plutôt qu’en 1
ère
dans
votre liste de
vœux
». Source : www.onisep.fr, Admission post-bac : tout savoir sur la
procédure 2016.
61
Par exemple : «
Il convient de bien comprendre qu’une licence dite «
en tension »
n’est proposée que si elle est classée dans les
premiers vœux du candidat, voire en vœu
n° 1 » (guide du candidat APB 2017).
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
60
2 -
Le recours au tirage au sort, conséquence de
l’
insuffisance
des critères légaux
Après avoir épuisé tous les critères,
l’algorithme
programme un
tirage au sort (« classement aléatoire ») pour départager les candidats
disposant encore d’un même niveau de priorité
.
Le tirage au sort est pratiqué en dehor
s des dispositions de l’article
L. 612-3
du code de l’éducation, ce qu’un requérant n’a pas manqué de
soulever en 2016 devant un tribunal administratif, pour remettre en cause
un refus d’inscription en
STAPS. Dans un jugement
62
-
qui n’est pas
définitif - le tribunal
a constaté que l’article
L. 612-3 prévoyait une
réglementation d’application et que cel
le-
ci n’avait jamais été prise. Il en a
déduit que le recours au tirage au sort était dépourvu de base juridique et
conclu que le refus du recteur de procéder
à l’inscription du candidat au
motif que son nom n’avait pas été tiré au sort par APB était entaché d’erreur
de droit.
Depuis, d’autres tribunaux ont suivi cette voie.
Face à ces enjeux, le ministère n’a pas pris les décisions qui
relevaient de sa respo
nsabilité. Il s’est contenté de préparer
fin 2016 un
projet d’arrêté
qui devait tenir
lieu de réglementation d’application de
l’article L.
612-3,
précisant les critères de l’algorithme et
prévoyant
notamment les conditions du recours au tirage au sort. À la demande du
ministre chargé de l’enseignement supérieur
, ce texte a finalement été retiré
de l’ordre du jour du
Conseil national de l'enseignement supérieur et de la
recherche (CNESER), où il devait être présenté en janvier 2017. À défaut,
une circulaire,
signée par le directeur général de l’enseignement supérieur
et de l’insertion professionnelle
par intérim et reprenant le contenu de cet
arrêté, a été publiée au bulletin officiel du ministère le 27 avril 2017, entre
les deux tours de l’élection président
ielle
63
. Dans un jugement en référé du
21 septembre 2017, estimant que la publication de cette circulaire ne
suffisait pas à fonder juridiquement le tirage au sort, le tribunal
administratif de Bordeaux a
enjoint l’université de Bordeaux d’inscrire
trois étudiants
en L1 STAPS, alors qu’ils en avaient été écartés par tirage
au sort lors de la session 2017.
62
Jugement n° 1504236 du Tribunal administratif de Bordeaux du 16 juin 2016.
63
Cette circulaire fait l’objet de la part d’associations d’un recours pour excès de
pouvoir dont l’issue n’est pas encore connue. Ces mêmes associations avaient
également saisi le Conseil d’État en référé, mais le juge de référé a estimé le 2
juin 2016
que la condition d’urgence n’était pas remplie, précisant même qu’il existait au
contraire « un intérêt public » au maintien de ces dispositions en pleine procédure APB.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
61
Les effets réels de ce tirage au sort dans l’éviction
de certains
candidats restent circonscrits si on considère les volumes trai
tés par l’outil
APB : en 2015, 3 187
bacheliers de l’année
64
n’avaient pu accéder à une
licence de leur choix dans leur académie,
qu’ils avaient placé
e
en vœu
1 en
raison du tirage au sort, alors que plus de 537 830 candidats avaient reçu
une proposition d’admission dans l’enseigne
ment supérieur
via
APB.
Selon la presse, ils étaient 2 465 dans cette situation
à l’issue de la
procédure normale en 2017, alors que 541 204 candidats avaient reçu une
proposition d’APB
65
. Ces candidats ne sont d’ailleurs pas
sans aucune
affectation, puisque la plupart en ont reçu une sur un
autre vœu, moins bien
classé. En 2015, environ 700 candidats ont été effectivement sans aucune
affectation pour ce motif
66
.
L’approche quantitative
ne peut néanmoins rendre compte du
sentiment
d’injustice
légitimement éprouvé par d
es bacheliers privés d’une
poursuite d’étude parfois longuement préparée
et correspondant à leur
souhait. Au-delà de sa dimension juridique, le recours au tirage au sort
soulève en effet des questions de principe quant à
l’équité et à l’efficaci
d’un dispositif de sélection
recourant même de manière résiduelle au
hasard.
Le Gouvernement s’est enga
gé à mettre fin au tirage au sort pour la
session 2018.
64
Néo-
entrants de l’académie ayant placé cette licence en vœu
1 et ayant respecté toute
la procédure.
65
Source : APB 2017 : « 84,3 % des candidats admis, tirage au sort dans 92 licences »,
lemonde.fr, 14 juillet 2017.
66
Source : IGAENR,
L'affectation en première année de licence dans les formations à
capacité d'accueil limitée - État des lieux et propositions
, Rapport n° 2016-004 - Janvier
2016.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
62
II -
Une
régulation officieuse à l’entrée
de la licence
A -
APB, miroir de la situation des filières universitaires
1 -
Une mesure de la saturation des licences
Aux termes de l’article L.
612-
3 du code de l’éducation
67
, la licence
universitaire est accessible à tout bachelier qui peut choisir librement son
établissement
68
. Depuis plusieurs années,
ce droit d’a
ccès se heurte à un
désajustement entre l’offre et la demande
en licence. Plusieurs causes sont
à l’origine de
cette situation, qui peuvent varier localement et se cumuler,
notamment un nombre de places limité, une demande excessive par rapport
aux perspec
tives qu’offre
la licence et une ignorance du contenu réel des
formations.
Les capacités d’accueil des licences sont également réduites
par un fort taux d’échec en L1 qui conduit au redoublement de plus d’un
tiers des étudiants.
Si ces tensions sont plus
anciennes qu’APB, cet outil a permis de
quantifier le phénomène : le ministère définit une licence « en tension »
comme une licence qui n’arrive pas à absorber tous les vœux
1 des
candidats néo-
entrants de l’académie sur APB
69
. En 2015, 189 mentions,
soit 7 % des mentions offertes dans APB cette année-là,
n’avaient pu
absorber cette demande prioritaire contre 78 mentions de licence en 2016
(3 %), dont 28 mentions de STAPS sur les 50 existant en France.
Pour la première fois en décembre 2016, le service statistique du
ministère chargé
de l’enseignement supérieur a produit une analyse
scientifique des résultats de la procédure APB, permettant de disposer de
données inédites et fiables sur ce sujet
, limitées aux bacheliers de l’année
70
.
Le tableau ci-dessous en fournit les résultats pour certaines mentions de
licence représentant,
soit les plus gros effectifs d’étudiants, soit les tensions
67
« Le premier cycle est ouvert à tous les titulaires du baccalauréat et à ceux qui ont
obtenu l'équivalence ou la dispense de ce grade en justifiant d'une qualification ou d'une
expérience jugées suffisantes conformément à l'article L. 613-5 ».
68
« Tout candidat est libre de s'inscrire dans l'établissement de son choix ».
69
Plus exactement de son secteur, mais le secteur est généralement l’académie.
70
MESR-SIES :
APB 2016
: propositions d’admission et réponse des candidats pour
l’année scolaire 2016
-2017,
Note Flash n° 17, novembre 2016.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
63
les plus fortes. C’est ainsi que seulement 47,7
% des candidats de terminale
ayant placé en vœu
1 une licence de science pol
itique l’ont obtenu. Le taux
de satisfaction grimpe à 59,8
% si l’on inclut ceux qui ont obtenu une
licence dans cette mention, mais dans une autre université que celle de leur
vœu
1.
Tableau n° 6 :
satisfaction des candidats de terminale ayant formulé
un vœu 1 en licenc
e en procédure normale dans certaines mentions
(2016)
Nombre de
candidats ayant
demandé cette
mention en vœu 1
Part de ces
candidats ayant
obtenu ce vœu 1
Part de ces
candidats ayant
obtenu un autre
vœu dans la même
mention
Science politique
1 475
47,7 %
59,8 %
Information et communication
2 954
61,7 %
69,1 %
Arts du spectacle
3 614
64,8 %
77,4 %
Sciences et techniques des activités
physiques et sportives
20 750
74,5 %
80,8 %
Économie
2 688
79,8 %
85,2 %
Arts
1 787
80,1 %
82,1 %
Psychologie
13 355
81,7 %
92,3 %
Économie et gestion
7 418
83,1 %
89,8 %
Droit
29 328
83,6 %
95,5 %
Histoire
6 950
84,7 %
90,6 %
Administration économique et
sociale
4 424
90,7 %
96,3 %
Langues étrangères appliquées
10 152
92,0 %
96,9 %
Langues, littératures et civilisations
étrangères et régionales
11 318
95,4 %
98,1 %
Sciences de la vie et de la Terre
2 138
95,6 %
96,7 %
Première année commune aux
études de santé (PACES)
71
37 881
96,7%
99,2 %
Toutes les mentions
200 467
86,1 %
91,7 %
Source : APB 2016
: propositions d’admission et réponse des candidats pour l’année scolaire
2016-2017, Note Flash n° 17, novembre 2016. Candidats en terminale ou en classe de mise à niveau
en France (y compris DOM) en 2015-2016 admis au baccalauréat.
71
La PACES permet ensuite de poursuivre en médecine, pharmacie, odontologie,
maïeutique et, depuis 2016, kinésithérapie.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
64
Ce tableau permet d’identifier les mentions les plus en tension
:
science politique, information-communication, arts du spectacle, économie
et, pour les licences accueillant le plus d’étudiants, STAPS, psychologie,
droit et économie-gestion. En 2016, près de 20 % des candidats à une
licence STAPS n’ont pas obtenu d’inscription à l’université dans cette
mention. La PACES apparaît par comparaison, encore en 2016, relativement
préservée, avec un taux de 99,2
% de candidats ayant obtenu un vœu dans la
mention, peut-être au prix
d’une mobilité géographique forcée pour certains
d’entre eux et d’une forte augmentation des capacités d’accueil. En
moyenne, 86,1 % des candidats en licence ont obtenu le
ur vœu
1 et 91,7 %
une affectation dans une mention de licence corr
espondant à leur vœu
1, mais
pas nécessairement
dans l’établissement qu’il
s privilégiaient. Cela signifie
donc que 8,3 % des candidats à une licence, soit 16 553 candidats en 2016,
n’ont pas obtenu une licence
équivalente
à leur vœu
1
72
.
En 2015, seule année où il a été procédé à une analyse chiffrée
détaillée de la situation des candidats à la licence sans proposition,
l’IGAENR a établi que 113
576 candidats de terminale avaient demandé
en vœu
1 une licence de leur académie. Parmi ceux-là, 40 000 avaient dû
être départagés par tirage au sort par APB en l’absence d’autres critères de
départage, ce qui avait abouti à écarter 3 187 candidatures, dont
1 479 candidatures en STAPS. Ces 3 187 candidats ont dans la majorité des
cas reçu une proposition sur un de l
eurs autres vœux.
Selon la presse, ils
étaient 2
465 dans cette situation à l’issue de la procédure normale en 2017.
2 -
Des licences présentées comme « sélectives » sur la plateforme
La licence n’est pas une catégorie homogène dans APB. Par sa
nomenclature, APB a fixé une carte des grands types de licence qui ne
résulte pas de dispositions juridiques, mais d’un constat pragmatique d’une
forte différenciation de l’offre en licence. Chaque unive
rsité, sous le
contrôle des recteurs, doit paramétrer dans APB le « type de recrutement »
de la licence, avec deux nomenclatures distinctes : une générale et une
spécifique à l’
Île-de-
France (IDF). Le choix d’un type de recrutement
détermine la façon dont les candidatures vont être traitées par la suite par
l’algorithme
de classement des licences.
72
Il convient de souligner que ces statistiques ne tiennent pas compte du critère de
l’origine académique. On peut émettre l’hypothèse que les
candidats non satisfaits sont
les candidats qui relevaient d’une autre académie que celle de l’université où ils avaient
souscrit leur vœu
1, ce qui confirmerait la difficulté des candidats à tenir compte de
cette priorité dans leur liste de vœux.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
65
Tableau n° 7 :
nomenclature des licences offertes aux néo-bacheliers
par type de recrutement dans APB
Interprétation
Type de recrutement
(hors IDF)
Type de recrutement
IDF
L1 ni contingentée, ni
sélective
« Sans limite de
capacité »
L1 IDF de type 1
L1 contingentée mais
non sélective
« Capacité limitée sur
ordre des vœux
»
L1 IDF de type 2
«
Capacité d’accueil
insuffisante pour tous
les bacheliers IDF »
L1 IDF de type 5
« Filière Santé »
« Capacité limitée sur
autre critère
spécifique »
L1 IDF de type 3
« Licence délivrée dans
seulement une ou deux
académies d’IDF
»
L1 sélective
« Capacité limitée avec
étude de dossier »
L1 IDF de type 4
« À modalité particulière
d’admission
»
Source : Cour des comptes à partir des guides de paramétrage APB.
Une licence « avec étude de dossier » en province ou « de
catégorie 4 » en Île-de-
France est une licence où l’université procède à une
sélection comme une CPGE ou un IUT. 58 universités sur 71 disposaient
en 2016 d’au moins une licence de ce ty
pe
73
.
Le processus de sélection connaît autant de variantes qu’il y a
d’universités. Ainsi,
une université organise chaque année un test
d’orientation en langue conditionnant l’accès à des licences
associant une
discipline (droit, économie, histoire) et une
langue. L’université reporte
dans APB la liste des candidats ayant démontré un niveau suffisant au test
de langue
74
, mais elle n’établit pas de classement entre eux. L’algorithme
de classement pour les licences est ensuite utilisé partiellement pour arrêter
la liste des admis parmi ceux ayant satisfait au test.
73
La sé
lection en licence n’est possible que si la mention de licence est dès le départ,
c’est
-à-
dire à l’ouverture d’APB au 20
janvier, paramétrée en ce sens. Techniquement,
il n’est donc pas possible qu’une université puisse procéder à une sélection de dernière
minute en constatant un trop grand nombre de candidats à sa licence.
74
À chaque candidat est associée la mention AC (à classer) ou NC (non classé).
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
66
Les données disponibles dans APB, présentées dans les tableaux ci-
après
75
, permettent à la fois de valider l’hypothèse de l’amplification de ce
phénomène, avec un nombre croissant de mentions de licence sélectives et
d’étudiants dans ces filières, et d’en relativiser l’importance
: en 2016,
278 169 bacheliers avaient opté pour une licence non sélective sur APB
contre seulement 13 381 pour les licences sélectives.
Tableau n° 8 :
évolution du nombre de mentions de licences
non sélectives et sélectives dans APB (2012-2016)
Mentions
2012
2013
2014
2015
2016
Évolution
Mentions
non sélectives
2 121
2 126
2 245
2 287
2 082
- 1,84 %
Mentions
sélectives
232
262
360
386
409
76,29 %
dont
universités
d’
Île-de-
France
106
118
112
130
134
26,42 %
dont
universités
d’autres
régions
126
144
248
256
275
118,25 %
Source : licences sélectionnant les néo-entrants. Cour des comptes à partir des données du
service APB.
Tableau n° 9 :
nombre de candidats ayant accepté une proposition
d’admission en l
icences sélectives et non sélectives sur APB
(2012-2016)
Candidats
2012
2013
2014
2015
2016
Évol.
Licence
sélective
7 810
8 746
10 406
11 773
13 381
+ 71,3 %
Licence
non sélective
208 457
221 072
243 805
268 449
278 169
+ 33,4 %
Source : Cour des comptes à partir des données APB. Le nombre de propositions acceptées inclut
la procédure complémentaire.
75
Des tableaux supplémentaires sur les licences sélectives sont disponibles à
l’annexe
n° 6.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
67
Sur les 409 mentions sélectives de licence en 2016, 55 étaient le fait
d’
établissements privés, à commencer par les instituts catholiques,
préparant à une licence délivrée ensuite par une université partenaire ou par
voie de jury rectoral. En 2016, les universités publiques proposaient donc
354 licences sélectives dans APB.
Ces chiffres restent néanmoins inférieurs à la réalité puis
qu’une
large partie de l’o
ffre de licences sélectives, notamment des universités
par
isiennes, n’
apparaît pas dans APB et ne peut donc être mesurée.
L’augmentation du nombre de licences sélectives est principalement
portée par les universités hors Île-de-France qui ont plus que doublé le
nombre de leurs mentions sélectives, alors que
l’Île
-de-France disposait
déjà d’un socle élevé. Dans l’académie de Lille, il n’existait que quatre
licences sélectives à la rentrée 2007 dans les six universités de l’
académie.
À la rentrée 2015, 43 men
tions de licences s’affichaient comme sélectives.
En Île-de-France, les recteurs sont convenus que la chancellerie de Paris
serait seule à pouvoir autoriser le basculement
d’une licence vers la
catégorie 4 (sélectif), en déterminant des critères
76
,
qui, s’ils n’ont aucun
fondement réglementaire, permettent néanmoins de fixer
un cadre. Cela n’a
pas permis de remettre en cause le « stock » de licences sélectives. Ainsi la
mention « information et communication » est proposée par deux
universités (Paris VIII et Paris XIII) comme licence « sélective » et par
deux autres (Paris III et Paris II) comme licence non sélective pour les
bacheliers d’
Île-de-France, mais « sélective » pour les autres.
En effet,
le paramétrage d’APB permet de moduler le caractère
sélectif
ou non sélectif d’une licence selon le profil du candidat
(néo-
entrant/réorienté, de l’académie/hors
-académie). En 2016, la licence
« sciences pour la santé
» de l’université de Rouen est non sélective pour
les candidats néo-
entrants de l’académie, mais sé
lective pour les
néo-entrants des autres académies. La catégorie 3 des licences en
Île-de-France, pour des licences dites « à recrutement national », consacre
cette pratique : si les néo-entrants des trois académies accèdent de droit à
ces licences, les néo-
entrants non franciliens font systématiquement l’objet
d’une sélection. De même, un nombre de licences en théorie non sélectives
utilise la possibilité offerte dans APB de traiter différemment les étudiants
en réorientation. En 2015, sur 2 287 licences non sélectives, 58 mentions
étaient complètement fermées au recrutement de réorientés extérieurs à
76
Pour devenir sélective, une licence dans les académies de Paris, Créteil et Versailles
doit soit mener à deux mentions (double licence), soit inclure un cursus international,
soit proposer un cursus spécifique.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
68
l’université et 1
172
mentions sélectionnaient les réorientés alors qu’elles
ne sélectionnaient pas les néo-entrants
77
.
Enfin, le paramétrage d’APB introduit
la possibilité de faire apparaître
des « prérequis » pour une licence non-sélective depuis la session 2012, qui
peuvent être soit « informatifs » (232 L1 en 2016), soit contraignants (34 L1
en 2016 dont 28 mentions
de langues de l’université Paris VIII).
B -
Un système inadapté à la résolution des
contradictions affectant l’accès à la licence
1 -
Un outil pour piloter les flux
d’
entrée en licence
Dans la situation actuelle, confuse sur le plan juridique, APB
contribue à donner un cadre au dialogue entre le recteur et le président de
l’université
pour favoriser la résolution des difficultés locales. En effet, aux
termes de l’article L.
612-
3 du code de l’éducation, le recteur et le président
de l’université ont une responsabilité partagée pour gérer l’admission des
bacheliers à l’université dès lors que les capacités d’accueil sont
insuffisantes
78
. Les recteurs organisent à l’automne, c’est
-à-dire pendant la
période de paramétrage d’APB, un dialogue de gestion systématique avec
les universités de leur académie au cours de laquelle sont arrêtées de façon
concertée les capacités d’accueil des licences et leur «
type de
recrutement ».
APB permet à ces acteurs d’anticiper les difficultés qui vont naître
d’un afflux de candidats. Au cours de la procédure, universités et re
ctorats
peuvent suivre au jour le jour l’enregistrement des vœux des candidats et
être avertis des tensions naissantes. En outre, lors des phases de simulation
de l’affectation qui précèdent le premier tour, universités et rectorats ont
une vision immédiate sur le nombre des candidats prioritaires (néo-entrants
du secteur ayant demandé la licence en vœu
1) qui restent en attente sur
leur
vœu
1 de licence. Cela permet éventuellement
d’augmenter
les
capacités d’accueil. Sur ce point, le ministère a d’ailleurs
indiqué à la Cour
77
Les 1 057 autres mentions traitaient réorientés et néo-entrants à égalité, tout en les
soumettant à l’algorithme de classement des L1 où ils ne sont pas prioritaires.
78
« Lorsque l'effectif des candidatures excède les capacités d'accueil d'un
établissement, constatées par l'autorité administrative [le présiden
t de l’université], les
inscriptions sont prononcées, après avis du président de cet établissement, par le recteur
chancelier, selon la réglementation établie par le ministre chargé de l'enseignement
supérieur ».
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
69
que la priorité en 2016 avait été de réduire fortement (- 60 %) le nombre
de licences où la capacité d’accueil ne permettait pas
d’accepter l’ensemble
des vœux
1 des candidats du secteur, c’est
-à-
dire d’augmenter les capacités
d’accueil d’un certain nombre d’entre elles. En 2017, le ministère a
souhaité poursuivre ce mouvement d’augmentation des capacités d’accueil
en fléchant une dotation supplémentaire de 100
M€ pour accompagner
l’augmentation des effectifs étudiants en licence.
2 -
Une utilisation abusive de la procédure
pour surmonter les tensions
Allant au-delà de cette fonction de pilotage global, le ministère a
utilisé APB comme un outil capable de contribuer à résoudre le problème
des licences en tension. Ainsi, depuis 2009, les candidats à une licence en
Île-de-France se voyaient vivement recommander de souscrire à six
licences au total pour s’assurer une inscription. Cette recommandation est
devenue une obligation en 2016, propre aux bacheliers franciliens. Elle vise
à s’assurer que les candidats formulent suffisamment de vœux pour qu’au
moins un puisse fonctionner.
Pour la session 2016 d’APB, deux autres
nouveautés ont été introduites avec ce même objectif : la licence « libre »
et la candidature groupée.
a)
La licence « libre » ou « pastille verte »
Depuis la session 2016, les candidats issus des filières générales ont
l’obligation d’insérer dans leurs vœux
,
à la place qu’ils souhaitent
, une
licence « libre
», c’est
-à-dire une licence non sélective de leur académie,
identifiée comme à
capacité d’accueil suffisante. Ces licences sont
signalées par une pastille verte dans APB, par opposition aux licences à
capacité limitée (pastille orange) et aux licences sélectives (pastille
rouge)
79
. L’enregistrement de ce vœu libre est
obligatoire
, c’e
st-à-dire que
tant qu
’il n’a pas été effectué
, le candidat ne peut formuler aucun autre
vœu
.
79
En Île-de-France, il existe également des « pastilles bleues
». En effet, en vertu d’une
des nombreuses sous règles de la « priorité académique », les bacheliers franciliens sont
prioritaires sur des bacheliers provinciaux pour accéder à un certain nombre de
mentions de licence de l’une des trois
académies (Créteil, Paris, Versailles), même si
ce n’est pas leur académie d’origine.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
70
L’objectif de cette mesure
est
de minimiser le risque qu’un candidat
titulaire du baccalauréat général se retrouve sans poursuite d’étude. La liste
des « licences libres » étant plus ou moins longue selon les académies
80
,
beaucoup de candidats ont été obligés d’inscrire une formation qu’en
réalité ils ne souhaitaient pas obtenir. Cette contrainte est fortement
contradictoire avec la logique originelle
d’APB où le ca
ndidat doit
exprimer des préférences.
Cette obligation a un effet pervers : ces formations, valorisées par
leur « pastille verte » et perçues comme plus accessibles, ont été saturées
de demandes. Ainsi, en 2017, 55 mentions identifiées comme « pastilles
vertes » sur 1 511 « pastilles vertes » au total ont dû recourir au tirage au
sort lors du premier
tour d’APB pour départager des candidats
« prioritaires
» (vœu n°1 de l’académie)
81
. Il reste que cette procédure
contribue à obscurcir le fonctionnement d’AP
B, dans une logique
quantitative qui est incompatible avec le soin qui est attendu de la part des
élèves dans leur choix d’orientation.
Quelques exemples de licence libre « à pastille verte »
À l’université
Paris-Nanterre, où ont été accueillis environ
5 000 étudiants en L1 à la rentrée de septembre 2016, seules cinq mentions
de licence étaient étiquetées comme « libres » par une pastille verte :
sociologie ; histoire ; mathématiques et informatique ; langues étrangères
appliquées, dans deux spécialités : grec-anglais et portugais-anglais ;
langue, littérature et civilisation étrangère et régionale, dans cinq
spécialités : études hispaniques, études italiennes, sociétés germanophones,
études portugaises et brésiliennes, études anglophones.
Dans l’académie de
Paris, sur 113 licences libres proposées,
82 étaient des licences de langue, littérature et civilisation étrangère et
régionale dans diverses langues courantes
, comme l’allemand, l’italien ou
l’espagnol mais aussi dans de nombreuses langues rares, comme l
a licence
de vietnamien à l’université Paris
-Diderot ou celle
d’études nordiques
(danois, norvégien, suédois) à l’université Paris
-Sorbonne. La totalité des
licences de langue proposées par l’Institut national des langues et
civilisations orientales était
dotée d’une pastille verte
: swahili, wolof,
birman, etc. Aucune licence scientifique ne pouvait être choisie dans cette
académie comme licence « libre ».
80
Cette liste a été établie par les SAIO et les universités à partir d’extractions APB de
la campagne 2015.
81
Source : « APB 2017 : 84,3 % des candidats admis, tirage au sort dans 92 licences »,
lemonde.fr, 14 juillet 2017.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
71
b)
La candidature groupée pour certaines filières en tension
À partir de 2016, les candidats à
l’
une des quatre filières identifiées
comme le plus « en tension » (PACES, droit, psychologie, STAPS) ont
obligatoirement dû sous
crire à un vœu groupé unique, déclinant
en
sous-
vœux la totalité des établissements à l’échelle d’une région ou de
plusieurs
régions.
Ainsi,
en
2016,
un
candidat
de
la région
Bourgogne-Franche-Comté devait
opter pour le vœu générique «
droit »,
puis classer les sites de Belfort, Dijon, Nevers et Besançon par ordre de
préférence. L
’objectif de cette contrainte était
de faire primer le choix de
la filière sur la localisation géographique de l’établissement, en partant du
constat que la plupart des tensions en licence sont micro-localisées, mais
qu’à l’échelle d’un bassin élargi, toute la demande peut être absorbée.
Cependant, les licences proposées dans ces mentions en tension dans des
établissements
d’enseignement
supérieur
privés
d’intérêt
général
(ESPIG)
82
n’ont pas été incluses dans la candidature groupée.
Par ailleurs,
les bacheliers du réseau de l’AEFE n’ont pas été soumis à
cette obligation.
La clarté de ce dispositif n’est pas évidente, d’autant que tous les
candidats n’ont pas forcément compris que la priorité académique trouvait
toujours à s’appliquer
au sein de la candidature groupée. Ainsi, des
étudiants franciliens, à qui on demandait de classer indistinctement toutes
les UFR d’
Île-de-France
dès lors qu’ils candidataient dans l’une de ces
quatre filières
, ont pu légitimement penser qu’ils n’étaient pas obligés de
classer les universités de leur académie en premier, ce qui était pourtant le
cas s’ils voulaient bénéficier
pleinement de la priorité académique. Toutes
les places en STAPS à l’université de
Paris-Est Créteil Val de Marne ont
été prises par des étu
diants qui avaient placé en vœu
1 le vœu groupé
STAPS, puis cette université en sous-
vœu
1. E
n ne plaçant qu’en second
cette université, u
n candidat de l’académie de Créteil qui avait raisonné
uniquement selon ses préférences et placé en tête de ses sous-
vœux
l’université de Paris
-Descartes, seule université parisienne à offrir la filière
STAPS, s’est de lui
-même mis en situa
tion d’être mal classé
par
l’algorithme de classement.
Il est difficile de mesurer les effets de la candidature groupée. On
constate qu’en 2016 tous les candidats p
rioritaires (néo-
bachelier, vœu
1,
candidat du secteur) en droit, psychologie et PACES ont reçu une
82
Il s’agit d’un qualificatif institué par la loi du 22
juillet 2013 relative à l'enseignement
supérieur et à la recherche (article L. 732-
1 du code de l’éducation) et attribué par l’État
à l’issue d’une procédure d’inspection, visant à distinguer l’enseignement privé non
lucratif et concourant au service public, du reste de l’enseignement supérieur privé. À
titre d’exemple, les instituts catholiques en bénéficient.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
72
proposition d’admission dans une université au premier tour d’APB 2016,
alors que plusieurs centaines en avaient été écartées en 2015. Si la
candidature groupée a pu jouer un rôle, ce sont les hausses importantes des
capacités d’accueil des universités, consenti
es en cours de procédure, qui
ont surtout permis ce résultat. Le rectorat de Lille a ainsi précisé à la
Cour que «
dès avril [2016], le dialogue de gestion a permis d’augmenter
en 2016 les capaci
tés d’accueil en PACES (+
500 places), en psychologie
(+
100) et en STAPS sur le site de l’université d’Artois (+
25) ».
De façon générale, ces nouveautés ont été mal perçues des
formations qui n’étai
ent pas concernées par elles. Elles y ont vu une
sophist
ication supplémentaire d’une procédure déjà critiquée pour sa
complexité. Le secrétaire général de l’enseignement catholique a indiqué
dans un courrier au ministre en date du 9 mars 2016 que cette mesure
constituait « un net recul de liberté de choix pour les élèves de terminale »
et que ce mécanisme était « de nature à engendrer un certain nombre de
spéculations et de stratégies qui ne manqueront pas de profiter aux plus
initiés ».
____________________ CONCLUSION ______________________
APB a été initialement conçu pour gérer
l’admission en filières
sélectives pour lesquelles l
’emploi d’un algorithme d’affectation est
particulièrement adapté. Ne procédant pas
à l’examen d
es candidatures,
les universités ont une logique de recrutement en licence incompatible avec
le principe même d’un algorithme d’affectation qui suppose l’expression
d’une préférence de la part de la formation. L’intégration des licences
universitaires,
dans le cadre de la généralisation de l’outil
en 2009, a donc
nécessité une adaptation du s
ystème, qui s’est traduite par l’ajout d’un
algorithme de classement des candidatures à la licence. Son objectif est
d’attribuer un rang à chaque candidature
.
Dans un contexte de tensions dans plusieurs mentions de licences
(STAPS, droit, psychologie, science politique, etc.) de certaines
universités, le fonctionnement de cet algorithme a pour conséquence
d’évincer
les candidats dont le rang de classement est supérieur aux
capacités d’accueil de la licence fixée par l’université
. Si le code de
l’éducation p
révoit cette éventualité à son article L. 612-3 dès lors que les
capacités d’accueil de la licence sont atteintes
, ses critères sont
insuffisants pour dépar
tager tous les candidats. C’est ainsi que
l’algorithme
utilise des critères non conformes à la loi. En raison de
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
UN RÉVÉLATEUR DE L’I
NCOHÉRENCE DES CONDI
TIONS D’ACCÈS À LA
LICENCE
73
l’insuffisance des critères de départage, il finalise la
sélection par un tirage
au sort.
Le traitement
auquel procède l’algorithme de classement
est
également contradictoire avec l’un des objectif
s de
l’
algorithme
d’
affectation qui
était d’a
bolir toute approche
«
stratégique
»
dans le
processus de candidature. La stratégie est une nécessité pour le candidat
sauf à risquer de se disqualifier lui-
même ou d’être en situation de
dépendre d’un tirage au sort.
Cette situation n’est pas nouvelle
:
APB n’a fa
it que centraliser et
homogénéiser les pratiques antérieures des rectorats et des universités à
l’entrée en licence.
Il est donc le reflet
d’un problème plus large
dont les
principales causes lui échappent, par exemple les tensions que connaissent
certaines mentions à l’
entrée en licence - souvent celles où la réussite est
la moins élevée -
et la difficulté d’
y appliquer le principe du libre accès des
bacheliers prévu
par le code de l’éducation
. En centralisant le processus
d
’admission
, APB a donné une visibilité nouvelle aux tensions en licence.
Celle-ci a été
accrue par l’augmentation
de la démographie étudiante que
la licence a été la seule à absorber.
Cette situation est d’autant plus
critique qu’en parallèle se développe à l’université une of
fre de licences
sélectives, qui pratiquent le recrutement sur des critères académiques et
de motivation
, mettant au jour les contradictions dans l’interprétation du
principe de libre accès à l’université
.
Le règlement de ces difficultés passe par une clarification des
dispositions législatives régissant l’accès à la licence.
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
Chapitre III
Une réforme nécessaire
Alors qu’APB représente un progrès
relatif pour les candidats à
l’entrée dans l’enseignement supérieur
, il devient impératif de répondre à
l’ensemble des
problèmes soulevés pour garantir la cohérence et la
pérennité d’un
dispositif
d’affectation dans l’enseignement supérieur
.
I -
Fiabiliser le cadre juridique
d’APB
A -
Une procédure insuffisamment encadrée
1 -
Renforcer la base légale
L’article L.
612-
3 du code de l’éducation, qui régit l’accès au
premier cycle de l’enseignement supérieur, n’intègre qu’une allusion à la
procédure APB, évoquant un dispositif de « préinscription » : « tout
candidat est libre de s'inscrire dans l'établissement de son choix,
sous
réserve d'avoir, au préalable, sollicité une préinscription
». Cette précision
intégrée en 2007 dans le cadre du vote de la loi relative aux libertés et
responsabilités des universités, ne prévoit donc pas une procédure
centralisée par le ministère, ni ne détermine de périmètre contraignant à la
participation des formations publiques ou privées à APB. Une procédure
de préinscription mise en place au sein de chaque établissement répondrait
parfaitement à l’exigence légale.
De même, un opérateur privé pourrait, en
l’é
tat du droit, proposer un service de préinscription à plusieurs
établissements
; l’ouverture à venir des codes
-
sources d’APB, abordée
Admission post-bac et accès à l’enseignement supérieur - octobre 2017
Cour des comptes - www.ccomptes.fr - @Courdescomptes
COUR DES COMPTES
76
ci-après, pourrait être un élément déclencheur à des projets alternatifs en
ce sens.
Il n’existe qu’une seule mention réglementaire d