Sort by
124 bd Vivier-Merle
CS 23624
69503 LYON CEDEX 3
T +33 4 72 60 12 12
auvergnerhonealpes@crtc.ccomptes.fr
Lyon, le 13 juin 2017
La présidente
N° D171947
Recommandée avec A.R.
Réf. :
ma lettre n° D171472 du 28 avril 2017
P.J. :
1
Monsieur le Maire,
Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d’observations définitives de la
chambre régionale des comptes concernant le contrôle des comptes et de la gestion de la
commune de Grigny au cours des exercices 2010 à 2015.
A l’issue du délai d’un mois fixé par l’article L.
243-5 du code des juridictions financières, je
vous notifie à nouveau ce rapport, accompagné de votre réponse écrite et de la réponse écrite
qu’a fait parvenir à la chambre, dans ce délai, votre prédécesseur.
En application du même article, vous avez l’obligation de communiquer le rapport
d’observations d
e la chambre, auquel doivent être jointes les réponses écrites, à votre
assemblée délibérante, dès sa plus proche réunion. Il doit faire l’objet d’une inscription à l’ordre
du jour de celle-ci, être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres et donner
lieu à un débat.
Ce rapport devenant publiable et communicable dès cette réunion à toute personne qui en
ferait la demande, conformément aux dispositions de
l’article R.
243-14 du code des
juridictions financières, je vous serais obligée de me faire connaître à quelle date ladite réunion
aura lieu et de me communiquer, en temps utile, copie de son ordre du jour.
En application de l’article R.
243-17 du code des juridictions financières, une copie du rapport
d’observations est, en outre, communiquée au préfet et au directeur régional des finances
publiques
d’Au
vergne-Rhône-Alpes.
Monsieur Xavier ODO
Maire de Grigny
Mairie
3 avenue Jean Estragnat
69520 GRIGNY
2/2
J’appelle votre attention sur les dispositions de la loi n° 2015
-991 du 7 août 2015 portant
nouvelle organisation territoriale de la République et plus particulièrement sur son article 107
introduisant un article L. 243-9 au code des juridictions financières qui prévoit que "...
Dans un
délai d'un an à compter de la présentation du rapport d'observations définitives à l'assemblée
délibérante, l'exécutif de la collectivité territoriale ou le président de l'établissement public de
coopération intercommunale à fiscalité propre présente, dans un rapport devant cette même
assemblée, les actions qu'il a entreprises à la suite des observations de la chambre régionale
des comptes. Ce rapport est communiqué à la chambre régionale des comptes, qui fait une
synthèse annuelle des rapports qui lui sont communiqués. Cette synthèse est présentée par
le président de la chambre régionale des comptes devant la conférence territoriale de l'action
publique. Chaque chambre régionale des comptes transmet cette synthèse à la Cour des
comptes en vue de la présentation prescrite à l'article L. 143-9."
.
En application de ces dispositions, je vous demande de me communiquer, après sa
présentation à l’assemblée délibérante dans le délai légal d’un an
, le rapport relatif aux actions
entreprises à la suite des observations de la chambre.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considérati
on la plus distinguée.
Catherine de Kersauson
RAPPORT D’OBSE
RVATIONS DÉFINITIVES
ET
SES
RÉPONSES
Commune de
Grigny (69)
Exercices 2010 à 2015
Observations
définitives
délibérées le 30 mars 2017
2/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
SOMMAIRE
1-
PRESENTATION
........................................................................................................................
6
2-
LA GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE
..................................................................
7
2.1-
La qualité de l’information financière
........................................................................
7
2.1.1-
Les débats d’orientation budgétaire
........................................................................
7
2.1.2-
La fiabilité des annexes aux documents budgétaires
..............................................
7
2.2-
La qualité du pilotage budgétaire
...............................................................................
8
2.3-
La fiabilité des comptes
................................................................................................
8
2.3.1-
Le suivi des opérations d’investissement
................................................................
8
2.3.2-
Le suivi du patrimoine
............................................................................................
8
2.3.3-
Déficits et débets des comptables et régisseurs
.......................................................
9
2.4-
Conclusion
.....................................................................................................................
9
3-
L’ANALYSE FINANCIERE
....................................................................................................
10
3.1-
La formation de la capacité d’autofinancement
......................................................
10
3.1.1-
L’évolution des produits de gestion
......................................................................
10
3.1.2-
Les charges de gestion et de personnel
.................................................................
12
3.1.3-
La capacité d'autofinancement brute et nette
........................................................
13
3.2-
Le financement des investissements
..........................................................................
13
3.3-
La gestion de la dette
..................................................................................................
14
3.3.1-
La durée de désendettement
..................................................................................
14
3.3.2-
Le refinancement de deux emprunts structurés
.....................................................
15
3.3.3-
Le poids de la dette après renégociation
...............................................................
16
3.4-
Le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
...............
16
3.5-
La consolidation avec les budgets annexes
...............................................................
17
3.6-
Conclusion
...................................................................................................................
17
4-
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
..................................................................
18
4.1-
Les effectifs
..................................................................................................................
18
4.1.1-
L’évolution des effectifs au cours de la période 2010
-2015
.................................
18
4.1.2-
L’évolution de la masse salariale
..........................................................................
19
4.1.3-
L’externalisation des services
...............................................................................
23
4.1.4-
Le bloc communal
.................................................................................................
23
4.2-
Le temps de travail
.....................................................................................................
25
4.2.1-
L’organisation du temps de travail
........................................................................
25
4.2.2-
L’absence au travail
..............................................................................................
26
4.3-
La gestion des ressources humaines
..........................................................................
28
4.3.1-
Le bilan social
.......................................................................................................
28
4.3.2-
L’existence d’une gestion prévisionnelle
..............................................................
28
4.3.3-
La gestion des carrières
.........................................................................................
28
4.4-
Le régime indemnitaire
..............................................................................................
29
4.4.1-
Le régime indemnitaire en place
...........................................................................
29
4.4.2-
La prime de fin d’année
........................................................................................
30
4.4.3-
Les heures supplémentaires
..................................................................................
30
4.4.4-
La nouvelle bonification indiciaire
.......................................................................
31
4.5-
Les avantages en nature
.............................................................................................
31
4.5.1-
L’attribution irrégulière de logements de fonction «
pour nécessité absolue de
service »
................................................................................................................
31
4.5.2-
Un risque financier important pour la commune
..................................................
32
4.5.3-
L’attribution irrégulière de la prime annuelle aux gardiens
..................................
33
5-
LA COMMANDE PUBLIQUE
................................................................................................
33
5.1-
L’organisation de la commande publique
................................................................
33
5.1.1-
Le service en charge des marchés publics
............................................................
33
5.1.2-
L’examen des délégations et de l’informat
ion transmise
......................................
36
5.1.3-
La méthode de notation - recours à des critères pondérés
....................................
36
5.1.4-
Traçabilité des négociations
..................................................................................
37
3/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
5.1.5-
Déclaration sans suite et infructuosité
..................................................................
37
5.2-
Pièces absentes des dossiers de marchés
...................................................................
38
5.3-
Conclusion
...................................................................................................................
38
6-
UNE OPERATION D’AMEN
AGEMENT
LA ZAC DE CHANTELOT
..........................
39
7-
LE CENTRE MUNICIPAL DE SANTE
.................................................................................
39
7.1-
La création du CMS
...................................................................................................
39
7.2-
Le personnel du CMS
.................................................................................................
39
7.2.1-
Le recrutement de médecins à temps non complet sur des emplois permanents ..40
7.2.2-
Le recrutement d’une secrétaire médicale
............................................................
40
7.3-
De la dissolution du budget annexe à la création d’une Maison de Santé
.............
41
8-
LA M@ISON DE LA FORMATION
.......................................................................................
41
4/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
SYNTHESE
La chambre régionale des comptes d’Auvergne
-Rhône-Alpes a examiné la gestion de la
commune de Grigny pour les exercices 2010 à 2015. Ses observations portent sur la gestion
budgétaire et comptable, la situation financière, les ressources humaines, la commande
publique, l’opération d’aménagement de l
a ZAC de Chantelot, la situation du centre municipal
de santé et les relations de la commune avec l'association la M@ison de Grigny.
La situation financière de la commune, sans être dégradée traduit une certaine tension,
notamment en raison d’un niveau d’
endettement élevé et du poids de la masse salariale. Si
l’autofinancement a permis de faire face au remboursement de la dette, il n’a financé que 80
%
de la politique d’équipement.
En 2014, la commune a renégocié deux emprunts structurés jugés toxiques, sécurisant ainsi
sa dette et entamant une politique de réduction de son endettement. Néanmoins, la charge de
la dette par habitant demeure largement supérieure à la moyenne des communes de même
strate démographique.
La masse salariale élevée est demeurée assez stable sur la période, connaissant une
évolution moyenne annuelle de 0,7 %. Cependant, l’effectif, s’agissant surtout des non
titulaires a connu une augmentation notable (+ 84 % de 2010 à 2014). Les non titulaires
représentent 43 % de l’effectif total
.
La durée annuelle de travail du personnel communal, reste bien inférieure à la durée légale
de travail. L’octroi de jours de congés en fonction de l’ancienneté apparaît irrégulier de même
que l’attribution de logements de fonctions et d’une prime de fin
d’année à des personnes ne
faisant pas partie de l’effectif communal.
Le service de la commande publique n’existe en tant que tel que depuis mars 2015. Il a
entrepris un travail de sécurisation des procédures par l’établissement de modèles et d’un
guide
de la passation, en cours de finalisation, qu’il conviendra de soumettre à la délibération
du conseil municipal.
L’opération relative à la ZAC de Chantelot dont le portage financier a pu mettre la commune
en difficulté, doit se solder par le transfert de la ZAC à la Métropole de Lyon, transfert pour
lequel un
différend n’est toujours pas tranché.
La fermeture du Centre municipal de santé conduit la commune à créer une « Maison de la
Santé » pour maintenir une offre de soin sur son territoire tout en n’aya
nt pas la charge de ce
service.
Après la liquidation judiciaire de « La M@ison de Grigny », en remunicipalisant l’activité de
l'association à la médiathèque, la commune met fin au risque juridique lié à ses relations avec
l'association.
5/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
RECOMMANDATIONS
Recommandation n° 1
: respecter la réglementation sur la durée du temps de travail, le
régime des congés et le contrôle des heures supplémentaires.
Recommandation n° 2
: sécuriser les procédures en matière de marchés publics en finalisant
le guide de la commande publique et en mettant en place une nomenclature des besoins.
6/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
La chambre régionale des comptes d
’Auvergne
-Rhône-Alpes a procédé, dans le cadre de son
programme de travail, au contrôle des comptes et
à l’examen de la gestion
de la commune de
Grigny pour les exercices 2010 à 2015, en veillant à intégrer, autant que possible, les données
les plus récentes.
Le contrôle a été engagé par lettres en date du 23 février 2016, adressées à M. Xavier ODO,
maire de la commune depuis avril 2014, et à M. René BALME, maire de la commune de 1992
à 2014.
Les investigations ont porté plus particulièrement sur les points suivants :
la qualité des informations budgétaires et comptables ;
la situation financière ;
les ressources humaines ;
la commande publique ;
l’opération d’aménagement de la ZAC de Chantelot
;
la situation du centre municipal de santé ;
les relations de commune avec l'association « La M@ison de Grigny ».
L’entretien préalable prévu par l’article L. 243
-1 du code des juridictions financières a eu lieu
le 28 septembre 2016, avec M. Xavier ODO et le 30 septembre 2016, avec M. René BALME,
en présence de son avocat.
Lors de sa séance du 26 octobre 2016, la chambre a formulé des observations provisoires qui
ont été adressées le 15 décembre 2016 à M. Xavier ODO, ainsi que, pour celles les
concernant, à M. René BALME et aux personnes nominativement ou explicitement mises en
cause.
Après avoir examiné les réponses écrites et procédé
à l’audition demandée
, la chambre, lors
de sa séance du 30 mars 2017, a arrêté les observations définitives reproduites ci-après.
1-
PRESENTATION
La commune de Grigny qui compte
9 524 habitants
1
, est située au sud du département du
Rhône, à la périphérie des départements de
l’Isère et
de la Loire.
La commune a rejoint la communauté urbaine de Lyon le 1
er
janvier 2007.
Lors de la création de la Métropole de Lyon, le 1
er
janvier 2015, une bande du territoire de la
commune de Millery adjointe pour partie à Grigny et pour partie à Vernaison a permis la
c
réation d’un corridor territorial reliant Grigny à la Métropole.
La ville comptait 28,3 %
2
de logements sociaux en 2013, au-delà de la part exigible de
logements locatifs sociaux, portée de 20 à 25 % par la loi n° 2013-61 du 18 janvier 2013
3
.
Grigny d
ispose d’un tissu économique constitué pour l’essentiel d’entreprises du secteur
tertiaire ; commerce, transport, services, administrations publiques, santé, action sociale
(76
%), et pour le reste d’entreprises du secteur secondaire (construction 25 % et
industrie
1
Source INSEE : Recensement de la population 2013 - Limites territoriales au 1
er
janvier 2015.
2
Source : Insee.fr
tableau LOG T7 -
résidences principales selon le statut d’occupation (logements HLM loués
vides)
année 2013.
3
Relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production
de logement social.
7/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
9 %). Les entreprises situées sur son territoire sont surtout des TPE et des PME. Seul 1,7 %
des établissements comptent plus de 50 salariés, et 68 % n’en ont aucun.
Son taux de chômage s’établit à 11,9 % en 2013 contre 10,1 % au niveau nationa
l.
2-
LA GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE
2.1-
La qualité de l’information financière
2.1.1-
Les débats d’orientation budgétaire
Les obligations légales relatives au débat d’orientation budgétaire sont définies notamment
par les articles L. 2121-12, L. 2312-1 et L. 2121-8 du code général des collectivités territoriales
(CGCT). L'article 107-II-A-4° de la loi NOTRe
4
, précise que le maire présente au conseil
municipal un rapport sur les orientations budgétaires donnant lieu à débat dont il est pris acte
dans une délibération spécifique.
Le débat d’orientation budgétaire est une formalité substantielle dont l’absence est une source
d
’irrégularité dans la procédure d’adoption du budget
5
. Un document de portée trop générale
n’est pas une communication contenant «
les dispositions essentielles sur lesquelles devaient
porter le débat afférent aux orientations budgétaire
», et une note explicative de synthèse
communiquée préalablement au débat doit être «
suffisamment détaillée
»
6
.
Les rapports de présentation des débats d’orientation budgétaire (DOB) produits par la
commune pour les années 2011 à 2016, évoquent des programmes ou une programmation
des investissements, mais ne fournissent aucun détail et aucun plan pluriannuel
d’investissement (
PPI)
chiffré n’est produit et délibéré, malgré la réalisation sur plusieurs
années d’opérations d’investissement.
Depuis le DOB 2017, la commune intègre dans son rapport sur les orientations budgétaires
un PPI listant les opérations d’investissement et donnant le détail des programmes pour la
période 2017-2023.
2.1.2-
La fiabilité des annexes aux documents budgétaires
L’in
struction budgétaire et comptable M14
7
rappelle que les annexes constituent la quatrième
partie du budget et que «
cette partie du budget vise à compléter l'information des élus et des
tiers sur certains éléments patrimoniaux
,. ... La production de ces états est obligatoire.
Certains éléments sont nécessaires aux membres de l'assemblée délibérante pour éclairer et
aider à la prise des décisions relatives au budget
. ».
Les annexes au compte administratif relatives à la variation du patrimoine sont présentes et
renseignées depuis 2014. Elles étaient absentes de 2010 à 2013, mentionnées « sans objet »
sur l’inventaire des comptes administratifs, malgré la constatation d’opérations budgétaires
aux comptes d'immobilisations.
L’annexe relative aux garanties d’
emprunts accordées par la commune (engagements hors
bilan) non conforme au modèle donné par l’instruction M14, ne permet pas de définir
l’engagement donné par la collectivité.
4
Loi n° 2015-991 du 7 août 2015, portant nouvelle organisation territoriale de la République.
5
TA Versailles, 28 décembre 1993, Cne de Fontenay-le-Fleury.
6
TA Nice, 10 novembre 2006, M. Antoine Di Lorio c/ commune de La Valette-du-Var, TA Nice, 19 janvier 2007,
M. Bruno Lang c/ commune de Mouans-Sartoux, CAA Douai, 14 juin 2005, commune de Breteuil-sur-Noye.
7
Tome 2, titre 1, chapitre 4, paragraphe 1.2.1.4.
8/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
L’annexe relative aux concours attribués à des tiers, comporte en 2011 et 2014,
des écarts
avec les comptes de gestion.
L’annexe relative à l’état du personnel ne respecte pas la maquette réglementaire en 2013 et
2014. Elle est incomplète et ne mentionne pas le détail par statut des effectifs pourvus sur
emplois budgétaires en ETPT ni le décompte entre emplois permanents à temps complet et
non complet.
La fiabilité des annexes, attestée par les pièces produites à la chambre, a pu être vérifiée à
compter de l'exercice 2015.
2.2-
La qualité du pilotage budgétaire
En section de
fonctionnement, les taux d’exécution budgétaire de la collectivité montrent une
prévision prudente des recettes de fonctionnement, soit un taux moyen de 102 %, et une
prévision correcte des dépenses, soit un taux moyen de 96 %.
En section d'investissement
, la moyenne des taux d’exécution de 97
% en recettes et de 91 %
en dépenses est satisfaisante.
Tableau 1
: Taux d’exécution budgétaire
En %
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Taux moyen
2010-2015
Fonctionnement
Recettes
101,91
104,08
100,56
101,03
101,01
103,60
102,03
Dépenses
94,44
94,74
96,53
97,97
94,62
93,26
95,56
Investissement
Recettes
93,44
94,35
100,12
93,94
94,87
103,36
96,67
Dépenses
84,86
90,14
96,20
89,76
94,79
88,58
90,72
Source : comptes administratifs 2010-2015.
2.3-
La fiabilité des comptes
2.3.1-
Le suivi des opérations d’investissement
Les comptes administratifs ne reflètent pas le suivi des investissements « en opérations »
qu’assure chaque service gestionnaire par l’intermédiaire du logiciel comptable, voire par un
tableau Excel
complémentaire, et par la comptabilité d’engagement, pour les engagements
d’investissement non soldés.
Outre l’élaboration d’un PPI, ce type d’opérations pourrait donner lieu à l’application de la
procédure facultative des autorisations de programmes (AP) et crédits de paiement (CP), pour
un meilleur suivi des enveloppes budgétaires globales et annuelles.
2.3.2-
Le suivi du patrimoine
Des différences sur l’inventaire, liées à la dissolution de la communauté de communes Rhône
Sud (CCRS) au 31
décembre 2006, ont nécessité des opérations d’apurement, en relation
avec la trésorerie. Malgré des travaux menés entre fin 2013 et 2015 pour mettre l’inventaire
communal en concordance avec celui du comptable, début 2016 l’inventaire n’était toujours
pas conforme. La commune entendait parvenir à une mise à jour au 1
er
janvier
2017.
En ce qui concerne
l’intégration des travaux terminés dans les comptes d’imputation
définitive, on peut relever une intégration tardive en 2013 des travaux réalisés entre 2006 et
2010.
9/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 2 : Intégration des travaux achevés
Immobilisations en cours
2010
2011
2012
2013
2014
Opérations d'ordre D21
31 605,82
0,00
1 102,52
9 798 626,51
660 390,55
Opérations d'ordre C231
0,00
0,00
1 102,52
9 798 626,51
660 390,55
Écart
31 605,82
0,00
0,00
0,00
0,00
Source : balances des comptes de gestion
Xémélios
Pour le marché de l’Agora
8
, l’état d’intégration indique une acquisition de l’immobilisation en
2011 alors qu’elle a été intégrée en 2015, et que le paiement des travaux s’est étalé de 2011
à 2014, année de réception effective des locaux. Ceci traduit aussi une anomalie dans le suivi
des travaux réalisés.
Compte tenu des indications données par la collectivité, la chambre ne peut que l
’encourager
à poursuivre les travaux de fiabilisation de so
n inventaire afin d’avoir une connaissance exacte
de son patrimoine.
2.3.3-
Déficits et débets des comptables et régisseurs
Le solde du compte 429 « Déficits et débets des comptables et régisseurs » comprend un
montant de 2 290,19
provenant :
d’un
vol à la régie du restaurant scolaire du 8 juin 2014 pour 1 414,25
€, auquel
s’ajoute un vol de chèques en 2015
pour 68,22
€, soit un déficit de
1 482,47
;
d’un
vol à la régie des classes de découvertes pour 734,36
€ en 2014 et un vol de
chèques pour 73,36
€, soit un déficit de 807,72 €
.
Pour les deux vols, la force majeure a été reconnue et la responsabilité des régisseurs n'a pas
été mise en jeu. Les décisions du 24 décembre 2015 de la DRFiP constatent la force majeure
et de ce fait déchargent les régisseurs de leur responsabilité. Les dépenses correspondantes
doivent être imputées dans la comptabilité de la commune, à charge pour cette dernière
d’apurer le déficit constaté. À
ce jour, la collectivité n’a to
ujours pas mandaté la somme
correspondante, de 2 290,19
€.
La chambre recommande à la commune de procéder à l’apurement des débets constatés au
compte 429.
2.4-
Conclusion
Les taux d’exécution budgétaire apparaissent satisfaisants, la tenue de la comptabili
d’engagement retrace un bon suivi des restes à réaliser, et le rattachement des charges et
des produits à l'exercice est effectué.
Dans le cadre des DOB 2011-2016
, aucun PPI n’est présenté ou délibéré, alors que la
commune a été amenée à réaliser des o
pérations d’investissement sur plusieurs exercices et
que d’autres sont en cours.
Depuis 2017, la commune détaille un PPI chiffré dans son rapport
d’orientation budgétaire.
La fiabilité des annexes budgétaires
s’est
améliorée. La cohérence avec les comptes de
gestion et la
conformité avec les modèles fournis par l’instruction M14,
ont pu être vérifiées en
2015.
L’intégration des travaux en cours a été réalisée de manière tardive et la commune reconnait
un inventaire ne correspondant pas à sa réalité patrimoniale.
8
Aménagement de locaux administratifs et associatifs au sein de l’ensemble immobilier l’Agora.
10/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
3-
L’ANALYSE FINANCIERE
3.1-
La formation de la capacité d’autofinancement
3.1.1-
L’évolution des produits de gestion
Les produits de gestion sont en moyenne supérieurs de 18 % aux charges de gestion et ont
évolué dans les mêmes proportions. Malgré une volonté de réduction des charges, plus
marquée depuis 2014, le tassement des produits après le pic de 2013, ne permet pas de
dégager des excédents suffisants.
Tableau 3 : Les produits et charges de gestion
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var. annuelle
moyenne
Produits de gestion
11 039 191
11 127 227
11 059 014
11 562 145
11 161 677
10 950 394
-0,2%
Charges de gestion
9 331 705
9 006 479
9 405 272
9 910 124
9 858 228
9 195 295
-0,3%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Les produits perçus par la commune proviennent pour plus de 60 % de la fiscalité, ressources
fiscales propres ou fiscalité reversée.
Tableau 4 : Les produits de gestion
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Ressources fiscales propres
(nettes des restitutions)
4 801 622
5 323 287
5 287 916
5 842 983
5 475 966
5 607 233
3,2%
+ Ressources d'exploitation
621 413
592 560
586 343
630 555
719 201
605 588
-0,5%
+ Ressources institutionnelles
(dotations et participations)
3 668 619
3 325 061
3 320 396
3 213 050
3 121 818
2 925 595
-4,4%
+ Fiscalité reversée par
l'intercommunalité et l'État
1 864 677
1 837 585
1 828 135
1 850 742
1 827 634
1 788 904
-0,8%
= Produits de gestion
11 039 191
11 127 227
11 059 014
11 562 145
11 161 677
10 950 394
-0,2%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
La part des ressources institutionnelles représente en moyenne 30 % des produits et
enregistre une baisse de 4,4 % par an, dont 5,4 % pour la seule DGF.
Tableau 5 : Les ressources institutionnelles
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Ressources institutionnelles
3 668 619
3 325 061
3 320 396
3 213 050
3 121 818
2 925 595
-4,4%
Dont DGF
1 948 779
1 925 460
1 927 190
1 882 603
1 766 996
1 476 259
-5,4%
Dont compensation et
péréquation
299 976
288 478
252 258
271 921
232 626
240 197
-4,3%
Dont Participations
1 413 384
1 104 901
1 137 306
1 055 718
1 116 813
1 209 139
-3,1%
Ressources
institutionnelles/Produits de
gestion en %
33,23%
29,88%
30,02%
27,79%
27,97%
26,72%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
L’autre élément important des ressources fiscales est apporté par la fiscalité reversée par
l’intercommunalité. Sa contribution au
FPIC
9
demeure faible et le versement qu’elle
perçoit de
9
Fonds de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC), mis en place par la loi de finances
pour 2012.
11/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
l’État au titre du f
onds national de garantie individuelle des ressources (FNGIR) reste stable
et peu important.
Tableau 6 : La fiscalité reversée perçue
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Attribution de compensation brute
1 702 254
1 627 016
1 627 016
1 625 464
1 625 464
1 625 464
-0,9%
+ Dotation de solidarité
communautaire brute
162 423
177 199
177 192
182 845
177 863
177 863
1,8%
+ Fonds de péréquation (FPIC) et de
solidarité
0
0
-9 443
9 063
-9 063
-47 793
N.C.
+/- Contribution nette des fonds
nationaux de garantie
individuelle
des ressources (FNGIR)
0
33 370
33 370
33 370
33 370
33 370
N.C.
= Fiscalité reversée par l'État et
l'intercommunalité
1 864 677
1 837 585
1 828 135
1 850 742
1 827 634
1 788 904
-0,8%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Le produit des ressources fiscales propres majoritairement
constitué des taxes d’habitation et
foncières, a augmenté de 3,4 % par an en moyenne annuelle. La baisse de 2014, tient à la
réduction
des taux, alors que l’augmentation
de
2015 résulte de l’effet base, les taux votés en
2014
10
ayant été maintenus.
L’écart
entre 2013 et 2014 est accentué par la baisse des droits
de mutations à titre onéreux.
Tableau 7 : Les ressources fiscales
En €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Impôts locaux nets des restitutions
(a)
4 404 525
4 877 484
4 911 612
5 249 912
5 050 059
5 204 361
3,4%
Dont à partir de 2012 :
Taxes foncières et d'habitation
0
0
4 911 612
5 249 912
5 050 059
5 204 361
N.C.
+ Taxes sur activités de service et
domaine
9 369
9 649
7 283
19 795
5 427
5 795
-9,2%
+ Taxes sur activités industrielles
134 958
146 290
151 572
161 359
166 139
155 841
2,9%
+ Autres taxes (dont droits de
mutation à titre onéreux, DMTO)
252 770
289 864
217 449
411 917
254 341
241 235
-0,9%
= Ressources fiscales propres
4 801 622
5 323 287
5 287 916
5 842 983
5 475 966
5 607 233
3,2%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Malgré la baisse des taux en 2014, le niveau des taux communaux reste particulièrement élevé
par rapport à la moyenne de la strate, excepté pour la taxe foncière non bâtie. En 2015
11
le
produit de la taxe d’habitation était de 224
€ et celui de la taxe foncière de 331
€ par habitant,
contre respectivement 197
€ et 255
€ pour la moyenne de la strate. Le produit fiscal pèse ainsi
essentiellement sur les ménages.
Tableau 8 :
Les taux d’imposition
Taux votés en %
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Taux moyens de
la strate en 2015
Taxe d’habitation
22,55
22,55
22,55
22,55
21,65
21,65
14,71
Taxe foncière bâtie
31,67
31,67
31,67
31,67
30,41
30,41
20,99
Taxe foncière non bâtie
60,57
60,57
60,57
60,57
58,15
58,15
58,52
Sources : Comptes administratifs
Données des communes et groupements (collectivités locales.gouv.fr)
10
Taux également maintenus en 2016.
11
Les comptes des communes
2015 - http:// www.collectivites-locales.gouv.fr/.
12/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
À l’exception du foncier non bâti, les bases des deux autres
contributions locales augmentent
au-delà de la simple revalorisation forfaitaire
12
fixées par la loi de finances.
Tableau 9 : Bases fiscales notifiées
Bases nettes en milliers d’€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var. annuelle
moyenne
Taxe d’habitation
7 998
8 356
8 516
9 021
9 338
9 382
3,2%
Taxe foncière bâtie
7 979
8 402
9 153
9 666
9 968
10 168
5,0%
Taxe foncière non bâtie
30,4
30,9
30,7
29,7
29,8
28
-1,6%
Source : Comptes administratifs
La baisse des
ressources versées par l’État,
essentiellement la DGF qui constitue plus de la
moitié des recettes perçues au titre des dotations
, influe directement sur l’autofinancement.
Conjuguée à des marges de manœuvre fiscales réduites, la baisse des dotations de l’Etat
absorbe les efforts de réduction des charges entrepris par la commune depuis 2014.
3.1.2-
Les charges de gestion et de personnel
Les charges de gestion baissent modérément de 0,3 % par an en moyenne.
Tableau 10 : Les charges de gestion
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Charges à caractère général
2 079 033
1 839 312
1 940 982
2 054 901
1 844 977
1 716 873
-3,8%
+ Charges de personnel
5 985 596
5 661 830
6 005 887
6 230 820
6 437 138
6 194 867
0,7%
+ Subventions de fonctionnement
1 068 345
1 281 996
1 271 364
1 407 356
1 393 660
1 056 627
-0,2%
+ Autres charges de gestion
198 731
223 341
187 039
217 046
182 454
226 928
2,7%
= Charges de gestion
9 331 705
9 006 479
9 405 272
9 910 124
9 858 228
9 195 295
-0,3%
Charges de personnel / charges de
gestion
64,1%
62,9%
63,9%
62,9%
65,3%
67,4%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
La masse salariale, en baisse depuis 2015, représente une part importante des charges de
gestion. Le ratio charges de personnel/charges de fonctionnement
13
est supérieur à la
moyenne de la strate.
Tableau 11 : Les charges de personnel
en milliers d’€
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Charges de fonctionnement
11 218
9 839
10 251
10 718
10 946
9 996
Dont
charges de personnel
5 986
5 662
6 006
6 231
6 437
6 195
Charges de personnel / charges de
fonctionnement
53,36%
57,54%
58,59%
58,13%
58,81%
61,97 %
Moyenne de la strate
50,20%
49,40%
49,65%
49,83%
51,44%
50,67%
Source : Comptes individuels des collectivités - http://www.collectivites-locales.gouv.fr/
Les charges de personnel ajoutées aux contingents que verse la commune et aux charges
d’intérêt
s, sont rapportées aux produits de fonctionnement, et permettent de calculer la
12
1,012 % en 2010, 1,02 % en 2011, 1,018% en 2012 et 2013, 1,009 % en 2014 et 2015, 1,01 % en 2016 (Source
loi de finances).
13
Solde débiteur net de la classe 6.
13/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
« rigidité des charges structurelles », démontrant le
peu de marge de manœuvre
dont elle
dispose.
Elle dépasse par ailleurs le seuil d’alerte de la DGFiP fixé à 56
%.
Tableau 12 : Rigidité des charges structurelles
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Seuil
DGFiP
Ratio de rigidité des charges structurelles
Grigny
56,6%
54,8%
58,2%
57,7%
60,9%
59,8%
56%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
3.1.3-
La capacité d'autofinancement brute et nette
La
capacité d’autofinancement brute (CAF)
a toujours couvert le remboursement du capital de
la dette. Pour autant, de 2010 à 2015, le ratio rapportant la CAF brute aux produits de gestion
du budget principal, a été en moyenne de 10,35 %, soit à un niveau légèrement supérieur à la
valeur de 10 % couramment admise.
La CAF nette, calculée après le remboursement de la dette, demeure insuffisante pour
permettre le financement d’investissements d’envergure.
Tableau 13 : Détermination de la CAF brute et de la CAF nette
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Produits de gestion (A)
11 039 191
11 127 227
11 059 014
11 562 145
11 161 677
10 950 394
-0,2%
- Charges de gestion (B)
9 331 705
9 006 479
9 405 272
9 910 124
9 858 228
9 195 295
-0,3%
= Excédent brut de
fonctionnement (A-B)
1 707 486
2 120 748
1 653 742
1 652 022
1 303 448
1 755 099
0,6%
CAF brute
1 639 494
1 762 452
1 302 217
1 300 992
699 571
1 453 693
-2,4%
en % des produits de
gestion
14,9%
15,8%
11,8%
11,3%
6,3%
13,3%
- Annuité en capital de la
dette
654 105
629 766
582 086
592 116
650 248
669 925
0,5%
= CAF nette ou disponible
985 389
1 132 687
720 131
708 876
49 323
783 768
-4,5%
en % des produits de
gestion
8,9%
10,2%
6,5%
6,1%
0,4%
7,2%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Le coefficient
d’autofinancement permet de mesurer la couverture de l’emprunt par la CAF.
Au-delà de 100 %, cela signifie que la collectivité est incapable de rembourser sa dette avec
son seul autofinancement. Pour la commune, les ratios relevés en sont très proches,
notamment en 2014 du fait du refinancement de la dette évoqué ci-après.
Tableau 14
: Coefficient d’autofinancement courant
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Seuil
DGFiP
Coefficient d'autofinancement courant
92,0%
90,3%
93,9%
94,8%
99,4%
93,4%
100%
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
3.2-
Le financement des investissements
Entre 2010 et 2015, 12,4
M€ de dépenses d’équipement
ont été réalisés, financées à 80 %
par des fonds propres disponibles, complétées systématiquement par
le recours à l’emprunt.
14/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 15 : Le financement des investissements
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Cumul sur
les années
CAF nette disponible (C)
985 389
1 132 687
720 131
708 876
49 323
783 768
4 380 173
+ Recettes d'inv. hors emprunt
(D)
1 779 807
1 186 683
777 080
388 963
740 783
741 102
5 614 418
= Financement propre
disponible (C+D)
2 765 196
2 319 370
1 497 211
1 097 839
790 106
1 524 870
9 994 591
Financement propre dispo /
Dépenses d'équipement (y c. tvx
en régie)
139,0%
88,3%
98,0%
34,9%
43,3%
116,1%
- Dépenses d'équipement (y
compris travaux en régie)
1 989 570
2 625 304
1 527 013
3 143 265
1 825 312
1 313 694
12 424 158
- Subventions d'équipement (y
compris subventions en nature)
0
5 000
72 000
5 000
9 600
24 559
116 159
+/- Variation autres dettes et
cautionnements
0
796
-203
-1 153
-310
-6 926
-7 797
= Besoin (-) ou capacité (+) de
financement propre
775 625
-311 730
-110 600
-2 049 273
-1 044 495
193 541
-2 546 931
Nouveaux emprunts de l'année (y
compris pénalités de
réaménagement)
1 600 000
1 344 000
796 500
1 014 700
745 300
345 000
5 845 500
Mobilisation (-) ou reconstitution
(+) du fonds de roulement net
global
2 375 625
1 032 270
685 900
-1 034 573
-299 195
538 541
3 298 569
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Le recours à l’emprunt a permis, de 2010 à 2013 et en 2015, de reconstituer le fonds de
roulement.
3.3-
La gestion de la dette
3.3.1-
La durée de désendettement
L’encours de la dette
a progressé de 5,3 %
en moyenne annuelle, faute d’un
autofinancement
suffisant pour couvrir le besoin de financement.
Tableau 16 : Endettement
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenn
e
Encours de dettes du BP au 1
er
janvier
8 046 763
8 992 658
9 706 097
9 920 713
10 344 450
10 439 813
5,3%
- Annuité en capital de la dette
654 105
629 766
582 086
592 116
650 248
669 925
0,5%
+ Nouveaux emprunts
1 600 000
1 344 000
796 500
1 014 700
745 300
345 000
-26,4%
= Encours de dette du BP au 31
décembre
8 992 658
9 706 097
9 920 713
10 344 450
10 439 813
10 121 814
2,4%
CAF brute
1 639 494
1 762 452
1 302 217
1 300 992
699 571
1 453 693
-2,4%
Capacité de désendettement BP
en années (dette / CAF brute du
BP)
5,5
5,5
7,6
8,0
14,9
7,0
Montant des emprunts refinancés
dans l'année
0
0
0
0
3 175 999
0
Source : comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes.
Après avoir présenté un niveau convenable de 2010 à 2013, la capacité de désendettement
enregistre en 2014 un pic conjoncturel résultant du refinancement de deux emprunts structurés
qui viennent augmenter le stock de dette. Ce ratio retrouve un niveau satisfaisant en 2015.
15/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
3.3.2-
Le refinancement de deux emprunts structurés
La commune a refinancé en 2014 deux emprunts structurés souscrits en 2008, classés 3E
14
et 4E
15
dans la classification Gissler, et jugés toxiques. Une partie des indemnités de
remboursement a été intégrée dans le capital des nouveaux emprunts
16
.
Les deux emprunts structurés renégociés comprenaient trois phases.
Tableau 17 : Emprunts refinancés
Contrat
Phases
Période
Formule
Taux
N°MPH261398EUR/0277828
FIXMS
emprunt 10801 Classé
3E
1
Du 1/10/2008 date versement
au 31/03/2010
Si CMS Eur30 ans
CMS Eur1 an
0,20%
4,77%
2
Du 1/04/2010 au 30/09/2024
Si CMS Eur30 ans
CMS Eur1 an < 0,20%
5,77% - 5 x
(CMS Eur30
ans
CMS
Eur1 an)
3
Du 1/10/2024 au 30/09/2026
Euribor 3 mois j ouvrés
2 + 0,05%
= taux
N°MPH261400EUR/0277832
FIXGBP10
emprunt 10802
Classé 4E
17
1
Du 1/10/2008 date versement
au 30/09/2011
Si CMS GBP 10 ans
CMS Eur10 ans
-
0,20%
4,72%
2
Du 1/1/2011 au 30/09/2024
Si CMS GBP 10 ans
CMS Eur10 ans < -
0,20%
4,72% - 5 x
(CMS GBP10
ans
CMS
Eur 10 ans)
3
Du 1/10/2024 au 30/09/2026
Euribor 3 mois
18
j ouvrés
2 + 0,05%
= taux
Source
: contrats d’emprunts produits par la commune
Les taux effectivement payés (4,77 % et 4,72
%) indiquent que la commune n’a jamais eu à
supporter la formule de taux de la seconde phase.
Par prudence et les conditions de marché étant favorables, l’ordonnateur a souhaité sécuriser
ces deux emprunts en les refinançant par deux nouveaux emprunts à taux fixe.
Le premier a été signé le 29 janvier 2014 au taux fixe de 4,30 % (TEG de 4,36 %), et le second
le 29 octobre 2014 au taux fixe de 3,75 % (TEG de 3,80 %). La commune a ainsi remboursé
ses deux emprunts structurés pour un total de 3 175 999
€ et souscrit deux nouveaux
emprunts pour un total de 3 920 999
€, dont 255
k€ de pénalités de renégociation.
En janvier 2015, la société de financement local (SFIL)
s’est prononcée sur
l’éligibilité des
deux emprunts au fonds de soutien
19
. En mars 2015, la commune a transmis un dossier à la
préfecture du Rhône afin d
en bénéficier. La décision du 24 juillet 2016 notifie à la commune
un versement de 129 318
20
au titre du dispositif d’aid
e à la sortie des emprunts à risque.
14
Écarts d’in
dices zone euro -
Multiplicateur jusqu’à 5
.
15
Indices hors zone euro. Écart d’indices dont l’un est un indice hors zone euro
-
Multiplicateur jusqu’à 5
. Pour cet
emprunt il s’agit de la livre sterling
- GBP pour Great Britain Pound.
16
Débat d’orientation
budgétaire 2015.
17
Cet emprunt a été souscrit pour refinancer un emprunt structuré contracté en 2007 (première échéance
1
er
janvier, renégocié en octobre) avec des écarts d’indice zone euro avec multiplicateur jusqu’à 5.
18
À titre d’information, l’Euribor 3 mois au 2 janvier 2014 était fixé à 0,284 %. Au 7 juin 2016 il était de –
0,261 %.
19
Fonds créé par la loi de finances initiale pour 2014, visant à apporter une aide aux collectivités et établissements
les plus fortement affectés par les emprunts structurés dont ils resteraient porteurs.
20
64 900
€ et 64
418
€ pour les deux emprunts, montants versés en 13 échéances annuelles de 2016 à 2028.
16/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
3.3.3-
Le poids de la dette après renégociation
La dette de la commune est désormais
constituée d’emprunts non risqués à taux fixe ou
variable avec un indice de la zone euro (classée 1A
21
dans la classification Gissler). Le taux
apparent de la dette, calculé à partir des intérêts payés par la collectivité, outre le pic de 2014
lié au refinancement, confirme le désendettement entrepris par la commune.
Tableau 18 : Taux apparent de la dette
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var. annuelle
moyenne
Charge d'intérêts et pertes nettes de
change
374 341
389 923
394 213
390 182
634 658
354 990
-1,1%
Taux d'intérêt apparent du budget
principal (BP)
4,2%
4,0%
4,0%
3,8%
6,1%
3,5%
Source : comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes.
Le niveau de la dette demeure cependant élevé
au regard de la moyenne de la strate, qu’elle
dépasse de 26,5 %.
Tableau 19 : Niveau de la dette communale
Dette au 31/12
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Dette en euro par habitant
1 036
1 113
1 115
1 143
1 135
1 082
Moyenne de la strate
877
874
881
881
870
862
Sources : comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes. Comptes individuels des
3.4-
Le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie
Excepté en 2010, le fonds de roulement net global (FRNG) est supérieur au seuil prudentiel
de couverture admis (1 mois de charges courantes).
21
Indices zone euro - Taux fixe simple. Taux variable simple. Échange de taux fixe contre taux variable ou
inversement. Échange de taux structuré contre taux variable ou taux fixe (sens unique). Taux variable simple
plafonné (cap) ou encadré (tunnel).
17/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 20 : Du fonds de roulement à la trésorerie
au 31 décembre en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Fonds de roulement net global (a)
647 266
1 679 536
2 365 436
1 330 864
1 031 669
1 570 210
En nombre de jours de charges
courantes
24,3
65,2
88,1
47,2
35,9
60,0
Redevables et comptes rattachés
430 449
363 073
335 786
367 487
336 281
89 545
Dont redevables
341 763
287 944
298 846
334 817
287 784
34 691
-
Encours fournisseurs
238 444
272 309
201 559
263 519
292 649
162 398
= Besoin en fonds de roulement de
gestion
192 005
90 763
134 228
103 968
43 631
-72 853
- Dettes et créances sociales et
fiscales
1 386
6 922
1 220
4 197
1 183
1 287
- Autres dettes et créances sur État et
collectivités (subventions à recevoir,
opérations particulières, charges à payer)
-2 968
-11 363
-26 100
0
-110 897
-55 175
- Autres dettes et créances
804 641
538 051
150 219
233 992
353 852
645 957
Besoin en fonds de roulement global
(b)
-611 055
-442 846
8 888
-134 221
-200 507
-664 921
En nombre de jours de charges
courantes
-23,0
-17,2
0,3
-4,8
-7,0
-25,4
Trésorerie nette (a-b)
1 258 321
2 122 382
2 356 548
1 465 085
1 232 175
2 235 131
En nombre de jours de
charges courantes
47,3
82,4
87,8
51,9
42,9
85,4
Source : Comptes de gestion, retraitement Chambre régionale des comptes
Le ratio financier de trésorerie nette, inférieur au seuil prudentiel de 90 jours de charges
courantes sur l’ensemble de la période, calculé au 31 décembre, ne tient pas compte des
lignes de trésorer
ie souscrites par la commune, à savoir 1,050 M€ de tirages en 2010 et 1,3
M€
en 2011. Le nouveau contrat souscrit en 2014, avec une limite de tirage fixée à 600
k€, n’a
pas été utilisé.
3.5-
La consolidation avec les budgets annexes
La part des budgets annexes dans le résultat consolidé est minime, à l’exception de l’année
2010 (ZAC Chantelot). Le résultat, après avoir fortement baissé entre 2011 et 2014, est reparti
à la hausse en 2015.
Tableau 21 : Le résultat consolidé
en €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Var.
annuelle
moyenne
Fonctionnement
Recettes consolidées, tous
budgets (A)
20 622 763
15 713 548
15 277 184
14 873 956
14 278 445
13 985 347
-7,5%
Dépenses consolidées, tous
budgets (B)
18 609 467
14 343 207
14 395 525
13 987 931
13 974 866
12 891 096
-7,1%
Résultat de l’exercice, tous
budgets (A-B)
2 013 295
1 370 342
881 660
886 025
303 579
1 094 251
-11,5%
Résultat de l'exercice du
budget principal
1 278 161
1 370 342
881 660
884 014
301 241
1 094 874
-3,0%
Écart / résultat tous budget
(%)
36,5%
0,0%
0,0%
0,2%
0,8%
-0,1%
Source : comptes de gestion, retraitement chambre régionale des comptes.
3.6-
Conclusion
La situation financière de la commune traduit certaines difficultés. La masse salariale
représente une part importante des charges de fonctionnement (58 % en moyenne) et est
toujours supérieure à la moyenne de la strate. Malgré une baisse en 2014, le niveau des taux
de fiscalité reste élevé par rapport à la moyenne de la strate.
18/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Le différentiel entre les produits et les charges de gestion ne permet pas de dégager des
excédents suffisants pour financer les investissements. Le niveau de la CAF, même s’il perm
et
de couvrir l’annuité de la dette, ne peut éviter le recours à l’emprunt.
Toutefois, le travail de maîtrise des charges mené depuis 2014 a permis de redresser le niveau
des charges d’exploitation.
Dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat et d
e charges supplémentaires qui lui sont
imposées (rythmes scolaires, hausse du point de l’indice, …) la commune est amenée à
réduire ses investissements pour continuer à se désendetter.
4-
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
4.1-
Les effectifs
4.1.1-
L’évolution des e
ffectifs au cours de la période 2010-2015
4.1.1.1-
L’état des emplois au 31 décembre
Entre 2010 et 2015, les emplois pourvus ont progressé de 18 %, avec pour la première fois
une baisse des effectifs en 2015.
Tableau 22 : Évolution des effectifs de 2010 à 2015
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Emplois budgétaires
186
188
231
232
233
210
dont titulaires
127
127
133
126
134
130
dont non titulaires
59
61
98
106
99
80
Emplois pourvus
176
186
225
231
233
204
dont titulaires
121
125
133
125
132
124
dont non titulaires
55
61
92
106
101
80
Ratios pourvus/budgétaires
94,62%
98,94%
97,40%
99,57%
100,00%
97,14%
Ratios non titulaires/pourvus
31,25%
32,80%
40,89%
45,89%
43,35%
39,22%
Source : données produites par la commune.
L’effectif permanent a lui évolué de
manière erratique, connaissant son plus haut niveau en
2014 (196). Sur la période, on enregistre 42 agents supplémentaires, dont 38 non titulaires. Il
convient de souligner que depuis 2014, l’effectif contractuel est en baisse.
Tableau 23 : Répartition des effectifs permanents au 31 décembre selon le temps de travail et
la catégorie hiérarchique
Source : données produites par la commune.
Catégories
A
B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
Titulaires
6
13
102
121
5
14
105
124
6
17
106
129
6
11
106
123
5
15
112
132
5
15
105
125
-1
2
3
4
Non titulaires
dont :
5
5
0
10
7
6
0
13
9
6
0
15
9
6
18
33
9
3
52
64
6
0
42
48
1
-5
42
38
Emplois de direction
0
0
0
0
0
0
0
0
1
1
1
1
1
0
0
1
Collaborateurs cabinet
1
1
1
1
1
1
1
1
0
0
0
0
-1
0
0
-1
Nombre total des agents
11
18
102 131
12
20
105 137
15
23
106 144
15
17
124 156
14
18
164
196
11
15
147
173
0
-3
45
42
Evolution
2010
2011
2012
2013
2014
2015
19/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
L
e taux d’administration
de la ville de Grigny était au 31 décembre 2015 de 21,4 agents
22
pour
1 000 habitants, contre 17,3
‰ dans les communes de sa strate démographique
23
.
La hausse des emplois permanents en 2014 tient à la création de postes d'adjoints d'animation
dans le secteur périscolaire et à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. La
municipalité a souhaité s'appuyer sur des agents qualifiés en créant des postes permanents
annualisés à temps complet (TC), et à temps non complet (TNC), soit 18 postes créés pour la
rentrée scolaire 2014, avec des ajustements en juin et septembre 2015 conduisant à la
création totale de
23 postes d’animateurs périscolaires
24
.
Tableau 24 :
L’effectif communal en ETPT
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Catégories
A B
C
T
A B
C
T
A B
C
T
A B
C
T
A
B
C
T
A
B
C
T
Emplois
permanents ETP
11 18 102 131 12 20 105 137 15 23 106 144 15 17 124 156 14 16,8 152,89 183,69 10,8 14,4 137,41 162,61
Emplois non
permanents ETP
0 0 45 45 0 0 49 49 0
81 81 0 0 75 75 0
0
37
37
0
0
32
32
Total ETP
11 18 147 176 12 20 154 186 15 23 187 225 15 17 199 231 14 16,8 189,89 220,69 10,8 14,4 169,41 194,61
Source : données produites par la commune.
Depuis 2014, la commune conduit une politique de redéploiements des agents en procédant
à une réduction des effectifs et à une rationalisation ; suppression de services (Démocratie
participative, Centre
Municipal de Santé, …), non renouvellement de contrats (régie des
bâtiments), recrutement de deux ASVP en contrats aidés.
4.1.2-
L’évolution de la masse salariale
Bien que la variation annuelle moyenne des dépenses de personnel soit de + 0,7 % de 2010
à 2015, la masse salariale a connu une augmentation progressive de 2011 à 2014. La
réduction relevée en 2015 tient à la réduction des effectifs contractuels.
22
204 agents pour 9 524 habitants.
23
Chiffres au 31 décembre 2013 « Les collectivités locales en chiffres 2015 ». http://www.collectivites-
locales.gouv.fr/collectivites-locales-chiffres-2015.
24
9 à TC, et à TNC 8 à mi-temps, 5 à 24,5/35
ème
et 1 poste à 28/35
ème
.
20/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 25 : Les dépenses de personnel
Comptes
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Variation
moyenne
annuelle
Rémunérations du personnel
4 181 927
3 930 044
4 158 824
4 244 985
4 414 573
4 229 026
0,2%
6411 - Personnel titulaire (13)
2 927 424
2 768 859
2 946 897
3 008 113
3 262 745
3 174 535
1,6%
64111 - Rémunération principale
2 925 682
2 763 560
2 939 978
2 885 921
2 991 909
2 658 915
-1,9%
64112 - NBI, supplément familial
de traitement et indemnité de
résidence
92
352
0
0
7
66 936
273,5%
64116 - Indemnités de préavis et
de licenciement
0
0
0
0
1 149
23 339
-
64118 - Autres indemnités
1 649
4 946
6 919
122 192
269 679
425 343
203,6%
6413 - Personnel non titulaire (13)
1 232 415
1 189 393
1 255 608
1 356 821
1 187 622
1 142 381
-1,5%
64131
Rémunérations
1 155 370
1 114 333
1 175 873
1 290 869
1 112 563
1 000 518
-2,8%
64136 - Indemnités de préavis et
de licenciement
1 826
0
0
0
0
0
-100,0%
64138 - Autres indemnités
75 219
75 059
79 735
65 951
75 059
141 863
13,5%
6416 -
Emplois d’insertion
42 140
2 196
8 390
0
0
23 093
-11,3%
64161 - Emplois-jeunes
0
0
0
0
0
-
64162 - Emplois d'avenir
0
0
0
0
23 093
-
64168 -
Autres emplois d’insertion
42 140
2 196
8 390
0
0
-100,0%
6417 - Rémunérations des
apprentis (14)
57 042
18 495
0
0
0
3 936
-41,4%
6419 - Remboursements sur
rémunérations du personnel
77 095
48 899
52 072
119 949
35 794
114 920
8,3%
645 - Charges de sécurité
sociale et de prévoyance
1 599 043
1 547 407
1 658 855
1 786 938
1 820 479
1 763 388
2,0%
dont 6459 - Remboursements sur
charges de sécurité sociale et de
prévoyance
1 131
0
0
0
0
0
-100,0%
647 - Autres charges sociales
13 347
19 171
16 373
19 428
19 277
26 637
14,8%
dont 6479 - Remboursements sur
autres charges sociales
0
0
0
0
0
0
-
648 - Autres charges de
personnel
14 044
892
2 428
732
246
848
-43,0%
dont 6480 - Autres charges de
personnel
0
0
0
0
0
0
-
TOTAL
5 808 363
5 497 516
5 836 481
6 052 085
6 254 577
6 019 901
0,7%
Sources : balances des comptes de gestion.
Tableau 26 : Évolution des charges de personnel
En €
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Variation
annuelle
moyenne
Charges de personnel et assimilé
(012)
5 988 531
5 664 802
6 009 008
6 234 084
6 440 345
6 198 042
0,7%
(- 5,4 %)
(+ 6,1%)
(+ 3,7%)
(+ 3,3%)
(-3,8%)
Dont indemnités (NBI, SFT et autres)
*
1 742
5 299
6 919
122 192
270 837
515 620
212,1%
Dont rémunération des non-titulaires
(64131)
1 155 370
1 114 333
1 175 873
1 290 870
1 112 563
1 000 518
-2,8%
Source : comptes de gestion, retraitement chambre régionale des comptes
* La variation relevée est à relativiser dans la mesure où avant 2015, NBI et SFT étaient mal imputés.
4.1.2.1-
Les effectifs de contractuels et leurs conditions de recrutement
4.1.2.1.1-
Les conditions de recours aux personnels contractuels
La loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, portant dispositions statutaires relatives à la
fonction publique territoriale, encadre le recours aux agents non titulaires.
21/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Le recrutement d’agents contractuels sur des emplois non permanents est permis pour faire
face à un besoin lié à un accroissement temporaire
d’activité (article 3 1°)
ou saisonnier
d’activité (article 3 2°).
Le recrutement d’agents non titulaires sur des emplois permanents est également permis pour
remplacement temporaire en raison de congés (article 3-
1), vacance temporaire d’emploi dans
l’attente de recrutement d’un fonctionnaire (article 3
-2), lorsqu'il n'existe pas de cadre
d'emplois de fonctionnaires susceptibles d'assurer les fonctions correspondantes, et pour les
emplois de catégorie A lorsque les besoins des services ou la nature des fonctions le justifient,
sous réserve qu'aucun fonctionnaire n'ait pu être recruté dans les conditions prévues par la loi
(article 3-3).
4.1.2.1.2-
Un recours important à des agents non titulaires
Les agents non titulaires représentent entre 32 % et 46 %
de l’effectif total de la commune
au
31 décembre de chaque exercice (39 % en 2015
25
). En 2015, sur un total de 80 agents non
titulaires, 48 étaient sur des emplois permanents relevant principalement des filières
animation, administrative, technique et médico-sociale.
La place
que prend le personnel contractuel dans l’effectif communa
l comme les indications
données par la collectivité sur la gestion de ces contrats conduisent à plusieurs constats :
la ville de Grigny dispose d’une proportion d’agents contractuels importante et
supérieure à celle constatée dans la fonction publique territoriale. Il apparait que
nombre d’entre eux, notamment dans le cadre périscolaire se trouvent dans une
situation précaire. La DRH l’a reconnu dans une note du
5 mai 2013 relative aux
vacataires : «
La plupart de ces agents, sont rémunérés à l'heure effectuée, ce que
l'on appelle des « horaires », c'est à dire qu'ils sont à la disposition totale de la
collectivité, sans avoir la garantie de leur emploi
» ;
l’application d’un régime de paiement à l’heure
26
, non prévu aux contrats qui sont
reconduits d’un mois sur l’autre, ou par période en fonction des vacances scolaires,
laisse perdurer une certaine précarité, malgré la transformation de certains contrats
pour « besoins occasionnels » en les fondant sur l'article 3-2 de la loi précitée ;
l’établissement d
es contrats périscolaires a posteriori, après service fait donnant lieu
à paiement, contrevient à la règle selon laquelle le contrat doit précéder toute
exécution, cet acte déterminant la durée, le poste occupé, sa catégorie hiérarchique,
les conditions d’
emploi et de rémunération ainsi que les droits et obligations de
l’agent.
4.1.2.2-
Les flux annuels d’entrée et de sortie
De 2010 à 2015, les entrées représentent entre 6 et 15 % des effectifs permanents chaque
année. Elles correspondent principalement aux recrutements de contractuels (entre 42 et
80 %), et selon les années, aux recrutements directs et aux mutations. Les sorties
représentent 8 % des effectifs permanents en moyenne annuelle avec un pic de 18 % en 2015.
La majorité de ces sorties est constituée de départs à la retraite et de fins de contrats.
25
En 2013, la fonction publique territoriale comportait 19,3 % de non titulaires. Fonction publique. Faits et chiffres.
Chiffres-clés 2015. Ministère de la décentralisation et de la fonction publique.
26
Agents «
payés à l'heure sur service fait majoré de 10% de CP
».
22/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 27 :
Évolution des flux d’entrée et de sortie des effectifs permanents de la collectivité
Flux
d’entrée
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Évolution
Concours
2
2
2
2
2
Recrutement direct
27
2
2
1
7
1
-1
Recrutement de contractuels
6
7
16
5
18
6
0
Mutation
1
2
2
1
5
4
Réintégration
28
3
0
Détachement
0
Autres cas
29
0
Total entrées
9
11
20
11
28
14
5
Solde entrées
sorties =
évolution des effectifs au 31/12
-3
2
18
3
21
-14
-11
Flux de sortie
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Évolution
Départ à la retraite
3
3
1
3
4
6
3
Mutation
1
2
1
1
1
5
4
Disponibilité, congé parental
1
-1
Départ en détachement
0
Fin de détachement
0
Démission
2
3
3
Fin de contrat
5
3
4
12
7
Décès
1
1
1
0
Licenciement
1
1
0
Autres cas
30
0
Total sorties
12
9
2
8
7
28
16
Source : données produites par la commune.
Le solde des mouvements de personnels permanents est négatif avec - 11 agents. Il traduit la
baisse du nombre d’agents non titulaires sur emplois permanents, mise en œuvre par la
collectivité pour maitriser l’évolution de la masse salariale.
4.1.2.3-
La politique de recrutement et le remplacement des départs à la retraite
Bien que la politique de recrutement ne soit pas formalisée, la collectivité a défini deux objectifs
principaux : privilégier la promotion et la mobilité interne pour compenser les départs, et
recruter sur des postes à profil en fonction des compétences.
Les emplois à pourvoir donnent lieu à publicité avec descriptif du poste. Sur la procédure de
recrutement, l'ordonnateur indique qu’un premier jury examine les candidatures et
présélectionne les candidats qui sont reçus par un second jury présidé par le maire.
La mise en œuvre de l’objectif de réduction des effectifs passe par une analyse systématique
des besoins, notamment sur la pertinence du remplacement et sur les possibilités de trouver
27
Les recrutements directs sans concours permettent l’accès aux premiers grades des corps de la catégorie C
(adjoint administratif, adjoint technique, adjoint d’animation,
...).
28
Réintégration après mise en disponibilité ou détachement.
29
Réintégration après décharge de service pour exercice de mandats syndicaux, congé formation, départ en congé
de fin d’activité,
...
30
Décharge de service pour exercice de mandats syndicaux, congé formation, départ en congé de fin d’activité,
etc.
23/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
une solution en interne, voire de mutualiser certains postes entre plusieurs services (exemple
d’une collaboratrice de la direction générale intervenant à l’état civil).
Depuis 2013, le service RH établit pour chaque année des tableaux de suivi de la masse
salariale reprenant le coût TTC de chaque agent, pour en estimer le coût annuel, calculer
l’impact budgétaire de chaque départ
(retraite ou mutation), et de chaque recrutement.
Depuis 2014 le service assure un suivi des départs à la retraite. Il a établi une prospective
pour anticiper le départ de plusieurs agents et cadres dont certains ne seront pas remplacés.
Sur la période 2016-2020, 16 agents réunissent les conditions de départ à la retraite, 3 départs
sont programmés à ce jour. Au cours de la période 2010-2015, 20 agents sont partis à la
retraite.
4.1.3-
L’externalisation des services
Seules certaines prestations
font l’objet de
contrats ou de marchés avec des entreprises
(
maintenance des équipements, fourniture de repas aux restaurants scolaires, …
).
La réduction des effectifs en charg
e de l’entretien des bâtiments
, engagée depuis 2014, résulte
selon l'ordonnateur, de la faiblesse des travaux réalisés en régie
31
, conduisant la collectivité à
confier certains travaux
à des entreprises extérieures.
De 2010 à 2015, la commune a procédé à la mise à disposition de deux agents au profit de
« la M@ison de Grigny
», et d’un autre à mi
-temps au profit du CIDEFE
32
. À la suite du dépôt
de bilan et de la liquidation en 2015 de « la M@ison de Grigny », les deux agents mis à
disposition ont été réintégrés dans l’effectif
communal
. L’un des deux est désormais détaché
à mi-temps auprès du Syndicat des Inforoutes de l'Ardèche.
L’agent mis à disposition du CIDEFE a également réintégré l’effectif communal avant d’être
placé en disponibilité pour convenances personnelles.
4.1.4-
Le bloc communal
4.1.4.1-
Les mutualisations entre l’intercommunalité et ses communes membres
La commune, membre de la communauté urbaine de Lyon depuis le 1
er
janvier 2007, puis de
la Métropole de Lyon depuis le 1
er
janvier 2015, ne supporte pas de charges de centralité suite
au transfert de plusieurs compétences à l’intercommunalité (gestion, entretien et exploitation
de la voirie, transports urbains, eau potable et assainissement des eaux usées, collecte et
traitement des déchets).
Aucune mutualisation d’effectif n’a été opérée avec la Métropole de Lyon. En 2013 et 2014,
un poste d'archiviste contractuel sur le cadre d'emploi des assistants de conservation du
patrimoine (B) a été mutualisé avec les communes de Sainte-Foy-lès-Lyon et Pierre-Bénite.
La commune de Grigny employeur principal à temps non complet (14/35
ème
)
de cet agent l’a
titularisé au 1
er
octobre 2016.
4.1.4.2-
L’impact sur les effectifs de la réforme des rythmes scolaires
Avant la réforme des rythmes scolaires, les activités périscolaires étaient déjà en place dans
les écoles communales. La rentrée 2014, a conduit à la création de 27 postes
d’adjoints
31
Crédits du compte 72 « Travaux en régie »
: 23 k€ en 2015,17 k€ en 2014, 25 k€ en 2013, 36 k€ en 2012, 49
k€
en 2011.
32
Centre d'information de documentation d'étude et de formation des élus.
24/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
d’animation de 2
ème
classe, 18 sur emplois permanents à temps non complet (9 pour une
quotité de 24,5/35
ème
et 9 pour 28/35
ème
), et 9 sur emplois non permanents pour des durées
de travail hebdomadaire comprises entre 3 et 12 h sur 36 semaines scolaires.
Du fait de la réforme la collectivité a réorganisé les temps périscolaires et ajusté les effectifs.
Le bilan des coûts directs et indirects qu’établit Grigny, permet de mesurer l’impact de la
réforme sur le budget communal.
Tableau 28 : Coûts directs - Périscolaire
Dépenses
En €
2013
2014
2015
2016
(prévision)
Salaires animateurs
447 252
546 448
618 197
638 729
Salaire coordinateur
63 956
65 198
31 342
34 192
Salaire directeurs d'écoles
11 700
11 700
11 700
11 700
Animations associations
715
4 195
10 800
12 180
Fournitures
3 588
2 938
3 000
3 000
Total des dépenses (A)
527 211
630 479
675 039
699 801
Recettes
En €
2013
2014
2015
2016
(prévision)
PSEJ contrat enfance-jeunesse
82 350
85 415
89 000
89 000
PSO - prestations
60 300
67 520
80 000
80 000
Fonds d'amorçage
60 500
60 500
Inscriptions parents
4 142
10 181
11 500
11 500
Total des recettes (B)
146 792
163 116
241 000
241 000
= Reste à charge de la Ville : C = A-B
380 418
467 363
434 039
458 801
Source : données produites par la commune.
Tableau 29 : Coûts indirects - Périscolaire
Dépenses
En €
2013
2014
2015
2016
(prévision)
30 % salaire directeur de l'éducation
19 608
19 793
19 708
17 427
5 % salaire DGS
4 049
4 052
4 621
4 451
10 % salaire DRH
5 556
5 609
5 585
5 761
15 % salaire responsable ATSEM
5 025
5 178
5 454
5 676
20 % salaire coordonnateur enfance
9 921
10 703
10 639
10 650
1,5 ETP d'un assistant administratif
45 982
49 251
49 948
50 850
Coût d'entretien et réparation des écoles
11 680
14 563
8 670
14 113
Total des dépenses indirectes (D)
101 824
109 152
104 627
108 930
Coût total pour la commune : C + D
482 243
576 515
538 667
567 731
Source : données produites par la commune.
En tenant compte des seules charges directes, la réforme des rythmes scolaires a coûté
434 039
€ en 2015. En y ajoutant les coûts indirects, la
charge est de 538 667
€ et devrait
approcher 568 000
€ en 2016.
25/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
4.2-
Le temps de travail
4.2.1-
L’organisation du temps de travail
4.2.1.1-
La durée annuelle du travail et les congés
Par une note de service du 19 janvier 2007, la collectivité a maintenu un régime de congés
préexistant qui va au-delà des dispositions juridiques applicables en matière de droit à congés
dans la fonction publique territoriale
33
. En supplément des 25 jours légaux, et des 2 jours de
fractionnement possibles, elle accorde 5,5 jours de congés annuels supplémentaires, soit un
total de 32,5 jours.
A ces jours s’ajoutent,
sans fondement réglementaire, des jours de congés en fonction de
l’ancienneté
:
10 ans de service : 1 jour supplémentaire ;
15 ans de services : 1,5 jour supplémentaire ;
20 ans de service : 2 jours supplémentaires ;
à partir de 25 ans de service ou + de 55 ans : 3 jours supplémentaires.
À ce jour, 70 agents
bénéficient de ces journées d’ancienneté qui représentent 147,5 jours de
congés par an, ou 1 032,5 heures, soit 0,7 ETP.
La co
mmune n’a jamais voté de délibération expresse maintenant un régime de travail
antérieur à 2001
34
, plus favorable que le régime de droit commun.
Il n'existe pas de contrôle automatisé du temps de travail des agents. Comme le rappelle
l’ancien maire dans sa réponse au rapport d’observations provisoires, l
es chefs de service
sont garants des plannings et du respect des horaires de travail, sans réel système de contrôle.
La durée de travail théorique de 1 536,5 heures, inférieure de 70,5 heures à la durée légale,
représente 8,54 ETP et un surcoût annuel de 283 971
€.
Au total le non-
respect des règles relatives à la durée de travail représente l’équivalent de 9,24
ETP.
En réponse aux
observations provisoires, le maire en fonctions a indiqué qu’il convenait à
présent de relancer les négociations avec les instances représentatives du personnel sur le
temps de travail dans sa globalité.
33
Décret n° 85-1250 du 26 novembre 1985 relatif aux congés annuels des fonctionnaires territoriaux.
34
Contrat de solidarité
signé avec l’État le 29
septembre 1982, applicable au 1
er
mars 1983, dont la signature a été
autorisée par délibération du 9 février 1982.
26/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 30 : Calcul de la durée théorique de travail
Durée légale de travail
a
1 607,00
Durée de travail théorique de la collectivité (heures)
b
1 536,50
Différence avec la durée légale du travail (1607 heures)
c=a-b
70,50
Effectif pris en compte exprimé en ETP (01/01/2015)
d
194,61
Volume d'heures perdues (différence pour l'ensemble de la collectivité
en heures)
e=d*c
13 720
Sureffectif théorique
f=e/1607
8,54
Charges de personnels (en €, 2014)
g
6 472 932
Coût moyen d'un agent (€)
h=g/d
33 261
Surcoût budgétaire annuel (€)
i=f*h
283 971
Source : calcul CRC à partir des données de la commune de Grigny.
4.2.2-
L’absence au travail
4.2.2.1-
L’évaluation de l’absentéisme
Le taux d’absentéisme
global est passé de 7,3 % en 2010 à 8,3 % en 2015, notamment en
raison de la hausse du nombre de jours d’absences pour
cause de « maladie ordinaire » et de
la « sinistralité en matière d'accidents du travail ».
Il reste néanmoins inférieur au taux relevé dans les collectivités territoriales
35
.
Tableau 31 :
Taux global d’absentéisme
36
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Total
jours d’absence
3 368
2 947
3 148
3 832
4 509
4 044
Dont CLM et CLD
NC
NC
NC
443
587
730
Total effectif équivalents temps
plein
« 180 »*
« 184 »*
« 222 »*
« 231 »*
220,69
194,61
Nombre de jours ouvrés
254
253
253
251
251
252
Taux global d’absentéisme
(%)
7,3
6,3
5,6
6,6
8,1
8,3
Source : calcul CRC à partir des données de la commune de Grigny.
*Estimation de la commune
4.2.2.2-
Les mesures prises pour lutter contre l’absentéisme
Depuis fin 2013, la commune s’est engagée dans une démarche d’amélioration des conditions
de travail pour réduire le taux de « sinistralité en matière d'accidents du travail », par le biais
de différentes mesures :
nomination d'un nouvel assistant de prévention à temps complet ;
travail
avec l'agent chargé des fonctions d’inspection
37
(ACFI) sur les problématiques
d’
hygiène et de sécurité ;
réunions régulières avec le médecin du travail et augmentation du nombre de visites
sur site des postes de travail ;
mise en place d'un programme pluriannuel de formation « hygiène et sécurité » ;
création début 2015 d'un CHSCT, inexistant auparavant ;
35
Taux d’absentéisme global de 8,19 % en 2010, 8,39 % en 2011, 8,43 % en 2012 (Sofcap. Regard sur…
- Les
absences pour raison de santé dans les collectivités territoriales, 2007-2012. Juin 2013), il atteint 9,2 % en 2015
(Sofaxis «
REGARD SUR…les absences au travail pour raison de santé dans les collectivités territoriales
» Juin
2016).
36
Taux global d’absentéisme : (Nombre de jours d'absence ouvrés * 100) / (Effectif en ETP * Nombre de jours
ouvrés sur la période).
37
CDG 69.
27/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
analyse de chaque accident du travail par l'assistant de prévention accompagné d'un
membre du CHSCT ;
centralisation de l'achat des EPI
38
au niveau de la DRH (meilleur suivi et prise en
compte des besoins des agents) ;
implication de l'encadrement dans la prévention des risques professionnels
(formation en collaboration avec le CNFPT) ;
accompagnement par des cabinets spécialisés visant à améliorer les conditions de
travail dans les différents services ;
réflexion sur la modulation du régime indemnitaire.
4.2.2.3-
Les autres formes d’absence
Le règlement intérieur
adopté par la commune accorde aux agents un régime d’autorisations
spéciales plus favorable que celui des agents de l’État
39
.
Tableau 32 : Congés exceptionnels
Grigny
État
Mariage
de l’agent
8 jours
5 jours
de l’enfant de l’agent
2 jours
-
des frères et sœurs de l’agent
2 jours
-
des petits-
enfants de l’agent
1 jour
-
des frères et sœurs du conjoint de l’agent
1 jour
-
des oncles, tantes, neveux et nièces de l’agent
1 jour
-
des parents de l’agent
1 jour
-
des autres ascendants et descendants de l’agent et de son conjoint ou
concubin
1 jour
-
Décès
du
conjoint de l’agent
5 jours
3 jours
des enfants de l’agent
5 jours
3 jours
des parents de l’agent
3 jours
3 jours
des parents du conjoint
3 jours
-
des grands-
parents de l’agent
2 jours
-
des frères et sœurs de l’agent
2 jours
-
des frères et sœurs
du conjoint
1 jour
-
des petits-
enfants de l’agent
1 jour
-
des oncles, tantes, neveux, nièces de l’agent
1 jour
-
Autres ascendants et descendants de l’agent et de son conjoint
1 jour
-
Maladie grave
du conjoint
-
-
de l’enfant (
- de 16 ans) de
l’agent*
10 jours
12 jours (6+6)
partagés
des parents ou beaux-
parents de l’agent
-
-
des grands-
parents, frères et sœurs de l’agent
-
-
autres ascendants et descendants de l’agent et de son conjoint
-
-
Concours
2 jours
-
Déménagement
1 jour
-
* moins de 12 ans selon le règlement intérieur précité, à Grigny.
38
Équipements de protection individuelle.
39
Instruction du ministère de la fonction publique n° 7 du 23 mars 1950
pour l’application des dispositions du statut
général des fonctionnaires relatives aux congés annuels et autorisations exceptionnelles d’absence, toujours en
vigueur. Circulaire n° 1475 du 20 juillet 1982 relative aux autorisations d'absence pouvant être accordées au
personnel de l'administration pour soigner un enfant malade ou pour en assurer momentanément la garde.
28/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
4.3-
La gestion des ressources humaines
4.3.1-
Le bilan social
Le premier bilan social de la
commune a été établi pour l’année 2013. De
puis, la commune
satisfait aux obligations réglementaires
40
et produit un bilan social ainsi qu’un
rapport
sur l’état
de la collectivité au 31 décembre
de l’année concernée.
Ces deux documents présentés au comité technique paritaire, permettent un débat avec les
organisations syndicales.
4.3.2-
L’existence d’une gestion prévisionnelle
La collectivité n’a pas formalisé sa stratégie en matière de gestion prévisionnelle des emplois,
des effectifs et des compétences (GPEEC
) dans un document d‘analyse de prospective
globale. Néanmoins, depuis 2013, une note intitulée « Mobilité interne », formalise les
propositions faites dans ce cadre, et son action se traduit par :
la publication des postes vacants en interne et externe ;
la réception des agents ayant postulé ;
l’indication des critères de choix
;
le traitement des candidatures et l’explication des refus
;
le suivi des agents en recherche de mobilité par la DRH ;
l’accompagnement de la mobilité par la formation
;
l’accomp
agnement lors de la prise de fonctions.
Dans sa réponse aux observations provisoires, l'ordonnateur en fonctions indique que depuis
2014 des objectifs et des principes ont été fixés :
limiter les recrutement externes en privilégiant les solutions internes ;
rechercher la compétence avant tout et procéder aux recrutements de manière
totalement transparente ;
organiser des entretiens de recrutements sur les postes permanents de catégorie C ;
ne
pas recruter les membres de la famille d’élus ou d’anciens élus sur un poste de
titulaire ou de non titulaire ;
ne pas recruter les membres de la famille des cadres de catégorie A ou B de la
commune.
La démarche mise en place par la collectivité
s’apparen
te à une GPEC. Elle mériterait toutefois
d’être mieux formalisée, pour une meilleure adéquation des compétences dont elle dispose
avec ses besoins.
4.3.3-
La gestion des carrières
4.3.3.1-
Les avancements de grade
Le conseil municipal a fixé par délibérations
41
les taux de promotion pour avancements de
grade suivants :
40
Article 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, avant dernier alinéa : «
(…) L'autorité territoriale
présente au moins tous les deux ans au comité technique un rapport sur l'état de la collectivité, de l'établissement
ou du service auprès duquel il a été créé (…)
». Ce rapport doit donner des informations relatives à l'état des
emplois et à leur répartition, à la rémunération, aux conditions d'hygiène et de sécurité, au temps de travail et aux
relations sociales. », et décret n° 97-443 du 25 avril 1997, relatif au rapport prévu par la loi n° 84-53.
41
Délibérations des 30 mai 2007 et 29 septembre 2009.
29/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
50 % des promouvables pour la catégorie C (100 % suite à réussite concours ou
examen professionnel) ;
25 % des promouvables pour les catégories B et A.
La technicité, l'encadrement d'agents, les évaluations annuelles et la manière de servir
devraient être également pris en compte avec l'ancienneté, pour départager les agents. La
commune n'a prévu aucun dispositif particulier pour permettre un avancement de grade plus
rapide.
4.3.3.2-
L’avancement d’éche
lon
Les avancements d'échelon ont lieu à la durée minimale, excepté pour les agents dont la
manière de servir est très insuffisante (en lien avec l'entretien professionnel annuel) ou pour
les agents qui ont été absents au cours de l'année et pour lesquels aucun entretien
professionnel annuel n'a pu avoir lieu. Pour ces agents, l'avancement d'échelon à la durée
maximum (sans saisie de la CAP) est privilégié.
Cependant, en application
de l’article 148 de la loi n°
2015-1785 du 29 décembre 2015 de
finances pour 2016
42
, il n’existe plus désormais qu’une seule cadence d’avancement
, mettant
fin aux avancements à la durée minimale et maximale.
4.4-
Le régime indemnitaire
4.4.1-
Le régime indemnitaire en place
Le régime indemnitaire en vigueur résulte d'une délibération du 4 mai 2005, par laquelle la
collectivité a décidé une mise à jour du régime indemnitaire «
résultant d’un
e succession de
délibérations
». Cette délibération reprend les différentes indemnités
43
octroyées au personnel
et en précise les conditions d’attrib
ution, les bénéficiaires et les montants, pour celles qui sont
assises sur un montant annuel de référence.
Le minimum mensuel de 160
€, régime indemnitaire versé aux agents quel que soit leur poste
ou catégorie, est toujours d’application. Aucune modulation n’est appliquée et le régime
indemnitaire est complété par le versement d’une prime de fin d’année.
Depuis 2005, le régime indemnitaire n’a pas été revu. Des
délibérations ont cependant été
prises pour l'adapter aux évolutions de certaines primes (extension au personnel contractuel
de catégories A et B des ISS et IFTS), pour l’attribuer à de nouveaux cadres d'emplois
(puéricultrices territoriales) ou pour instituer de nouvelles primes (prime de service pour la
filière sanitaire et sociale et prime de sujétions spéciales des personnels de surveillance et
d’accueil de la filière culturelle).
Depuis plusieurs années les représentants du personnel demandent une remise à plat du
régime indemnitaire, en raison de fortes disparités entre agents d’une même cat
égorie
d’emploi. Un groupe de travail a été constitué afin de préparer la mise en place du
RIFSEEP
44
.
Il a pu déterminer les groupes de fonctions, ainsi que les IFSE mensuelles minimum et
maximum par groupe de fonctions et par grade.
42
Modifiant l'article 57 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984.
43
IHTS, IFTS, IAT, IEMP, ISS, Indemnité spéciale mensuelle de fonction des agents de police municipale, IFRSTS,
Indemnité de sujétions spéciales des auxiliaires de puériculture et de soins.
44
Régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel.
30/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
4.4.2-
La prime de fin d’an
née
4.4.2.1-
Les dispositions applicables
Parmi les rémunérations auxquelles peuvent prétendre les fonctionnaires figurent les
indemnités instituées par un texte, législatif ou réglementaire
45
.
Selon l’article 111 de la loi n°
84-53 du 26 janvier 1984, modifiée
46
, les compléments de
rémunération mis en place par les collectivités locales, avant l’entrée en vigueur de cette loi,
sont considérés comme avantages acquis et sont maintenus, pour autant qu’ils soient pris en
compte dans leur budget.
Donc, à cette double condition, le juge administratif a précisé que les communes pouvaient
continuer à verser les indemnités qu’elles avaient créées, sans pouvoir en modifier les
conditions d’attribution
47
, alors qu’elles ont la possibilité de mettre fin à l’avantage
collectivement acquis
48
.
4.4.2.2-
Une prime de fin d’année à intégrer dans le régime indemnitaire
Par délibération du 9 mai 1985, afin de se conformer aux dispositions précitées de l'article 111
de la loi du 26 janvier
1984, la commune a décidé d’inscrire à son budget la prime annuelle
versée au personnel communal.
Cette décision rappelle les dispositions de la loi précitée, permettant la conservation des
avantages collectivement acquis par l’intermédiaire d’organismes à vocation sociale. Elle
ajoute qu’il s’agit d’une prime annuelle «
égale à la valeur du SMIC mensuel brut en vigueur
au 1
er
décembre
de l’année en cours
» concernant le personnel communal de Grigny.
Par une note de service de 2008, relative au montant de la prime de cet exercice, l'ordonnateur
alors en fonctions a précisé les modalités de versement, soit 7/12
ème
en juin et 5/12
ème
en
novembre, pour les agents travaillant à temps complet. Pour les autres agents elle est
proportionnelle au temps travaillé.
Son montant (245 000
€) représente
le quart du régime indemnitaire
49
.
À l’occasion de la mise en place du RIFSEEP, la commune pourra
intégrer cette prime dans
son régime indemnitaire.
4.4.3-
Les heures supplémentaires
4.4.3.1-
La réduction du nombre d’heures supplémentaires payées
De 2010 à 2015, la commune a comptabilisé un total de 6 652 heures supplémentaires, soit
entre 0,6 et 1 ETP par an, pour un total payé de 112
k€.
Sur la période, le nombre d’heures
supplémentaires qui reste peu important, a été réduit de 11 %.
45
Article 20 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires.
46
Par l’artic
le 70 de la loi n° 96-1093 du 16 décembre 1996 relative à l'emploi dans la fonction publique et à diverses
mesures d'ordre statutaire.
47
CE, n° 97549 du 1
er
octobre 1
993, Commune d’Aulnay
-Sous-Bois.
Impossibilité d’introduire un critère relatif à
l’assidui
té.
48
CE, n° 28771 du 28 mars 2008, Commune de Bergheim.
49
En 2014 ; 258 281
€ sur 976
846
€, soit 26,4
%, et en 2015 ; 245 088
€ sur
978 709
€, soit 25
%.
31/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 33 : Les heures supplémentaires
Quantité
Montant versé (€)
ETP
2015
1 015
16 517
0,7
2014
848
15 011
0,6
2013
1 127
16 989
0,7
2012
1 411
23 363
0,9
2011
1 122
17 762
0,7
2010
1 129
22 082
0,7
Total
6 652
111 724
4,3
Source : données de paye Xémélios produites par la commune.
La gestion des heures supplémentaires conduit à constater que la commune :
n’a
pas mis en œuvre de moyens de contrôle automatisé permettant de comptabiliser
précisément les heures supplémentaires accomplies, alors que ce dernier
conditionne normalement leur paiement ;
n’a pas délibéré pour
fixer la liste des emplois dont les missions impliquent la
réalisation d'heures supplémentaires
, comme l’exige la réglementation
;
n’applique pas systématiquement le principe de la récupération des heures
supplémentaires alors que celui-ci constitue la norme.
Suite aux observations provisoires de la chambre, la commune a pris une délibération le
24 février 2017,
fixant la liste des emplois ouvrant droit au versement d’IHTS
50
.
4.4.4-
La nouvelle bonification indiciaire
Instituée par la loi n° 91-73 du 18 janvier 1991, la nouvelle bonification indiciaire (NBI) a pour
but de valoriser certains emplois comportant une responsabilité ou une technicité particulière,
par l’octroi d’un certain nombre de points d’indice majorés.
Le décret n° 96-1156 du 26 décembre 1996 modifié fixant la liste des zones urbaines sensibles
comprend le quartier du Vallon Jayon de la commune.
L’examen des fonctions des
44 bénéficiaires
de la NBI en 2015 n’a pas révélé d’anomalie dans
son attribution.
4.5-
Les avantages en nature
4.5.1-
L’attribution irrégulière de logements de fonction «
pour nécessité absolue de
service »
Trois logements sont attribués à des personnes ayant la qualité de gardien d’immeubles sans
avoir celle d’agent
public.
Par deux convention
s d’engagement signées le 12 juillet 2000 la commune a fixé les conditions
d’exercice de la mission des gardiens (étendue et durée) pour le gardiennage du centre aéré
Auguste Veyret, qu’elle a confié à un couple. Le contrat prévoit la mise à disposition, à
titre
gratuit d’un logement de fonction, en compensation du service de gardiennage
50
Selon l’article 2, 2° du
décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002 relatif aux indemnités horaires pour travaux
supplémentaires,
le versement des IHTS est subordonné à la mise en œuvre
« [
…] de moyens de contrôle
automatisé permettant de comptabiliser de façon exacte les heures supplémentaires […] accomplies.
[…] un
décompte déclaratif contrôlable peut remplacer le dispositif de contrôle automatisé
» pour les personnels exerçant
hors de leurs locaux de rattachement ou les sites comprenant un effectif d'agents susceptibles de bénéficier des
IHTS inférieur à 10.
32/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
La commune a procédé de la même manière pour une autre personne, qui a assuré dans un
premier temps le gardiennage du centre aéré Auguste Veyret puis du Manoir, en signant une
première convention du 12 novembre 1996 au 11 novembre 1999, puis une seconde, le 2 mai
2000 avec effet au 1
er
février, pour l’immeuble «
Le Manoir », en appliquant les mêmes
conditions de logement.
Outre l’attribution «
à titre gratuit par nécessité absolue de service » des deux logements, la
délibération du 18 septembre
2000, comprend la gratuité de la fourniture d’eau, de gaz,
d’électricité et du chauffage.
Selon l’ancien ordonnateur, sans autre justification, le gardiennage du Parc du Manoir
et du
centre aéré était géré de cette manière avant sa prise de fonction, en 1992. Cependant, aucun
document ne permet d’en attester.
Les conditions d'attribution d'un logement de fonction sont régies par les dispositions de
l'article 21 de la loi n° 90-1067 du 28 novembre 1990, modifiée
51
. Si le logement est considéré
comme un logement de fonction, il ne peut être mis à disposition que d’un employé communal,
soit par une convention de logement par nécessité absolue de service, soit par une convention
d’occ
upation précaire avec astreinte.
Au cas d’espèce, si une convention de mise à disposition d’un logement de fonction par
nécessité absolue de service a bien été signée, les bénéficiaires n’ont pas la qualité d’agents
communaux. Aussi, ces mises à disposition semblent avoir été octroyées sans base légale.
Au surplus, les sommes qui leur sont versées en tant qu’avantage en nature (72,40
€ chacun
par mois en
2015) n’en n’
ont pas non plus.
Enfin, le décret n° 2012-752 du 9 mai 2012, portant réforme du régime des concessions de
logement, a supprimé la gratuité des avantages accessoires (eau, gaz, électricité, chauffage).
Aucune modification n’a été apportée aux conventions
après publication de ce dernier.
La chambre recommande à la commune de Grigny de régulariser cette situation en mettant
fin à l’attribution de logements par nécessité absolue de service à des personnes n’ayant pas
la qualité d’employés communaux, donc ne relevant pas du statut de la fonction publique
territoriale.
4.5.2-
Un risque financier important pour la commune
Il découle des conventions que des obligations d’ordre contractuel sont mises à la charge des
gardiens, créant de fait un lien de subordination envers la collectivité, de manière comparable
à celui pouvant exister entre un employeur et un salarié.
Les engagements résultant des clauses des conventions conduisent les gardiens à assurer
une mission de surveillance visant à l’application de la règlementation municipale quant à
l’utilisation des lieux gardés, à intervenir auprès des éventuels
contrevenants et, le cas
échéant, à faire appel aux forces de police, puis à dresser un procès-
verbal de l’incident.
Ils sont tenus à assurer quotidiennement leur mission de surveillance pendant la durée
d’ouverture des lieux gardés. Ils bénéficient d’un
nombre de jours de congés équivalent à celui
du personnel communal, à prendre après accord du Secrétaire général de la commune. Ils
devront dresser un rapport au service compétent faisant état des anomalies relevées
De telles clauses pourraient être de nature à entrainer une requalification, par le juge
administratif, de ces conventions en contrats de travail, pouvant conduire les intéressés à
51
Relative à la fonction publique territoriale et portant modification de certains articles du code des communes.
33/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
demander le versement d’une rémunération
52
. Cette requalification aurait des conséquences
financières importantes, la commune pouvant être amenée à verser rétroactivement, sous
réserve de l’application des règles de prescription, les rémunérations, les charges sociales et
patronales correspondantes. Les intéressés pourraient de surcroit demander une
reconstitution de carrière depuis la signature des conventions les liant à la commune.
4.5.3-
L’attribution irrégulière de la prime annuelle aux gardiens
Par délibération du 12 décembre 2000, la commune a décidé d’attribuer la prime annuelle du
personnel communal, pour un tiers de la prime totale, au personnel chargé du gardiennage
des immeubles « le Manoir » et « centre aéré Auguste Veyret ».
Bien que les
primes et indemnités soient attribuées sur la base d’une décision de l’organe
délibérant, il n’en demeure pas moins que leur attribution est soumise au principe de légalité.
En l’occurrence, les bénéficiaires n’étant pas des agents communaux relevant du s
tatut de la
fonction publique territoriale, ils ne sauraient en bénéficier. Les versements intervenus
apparaissent donc irréguliers.
5-
LA COMMANDE PUBLIQUE
5.1-
L’organisation
de la commande publique
5.1.1-
Le service en charge des marchés publics
De 2010 à 2015, la commune de Grigny a conclu 178 marchés, pour un total de 8 427 789
€,
avec 99 % des marchés attribués selon une procédure adaptée.
Tableau 34 : Montant des marchés publics passés par la commune
178 marchés
(€ HT)
Marchés à prix fermes et définitifs
Marchés à bons de commande
Totaux
Travaux
Fournitures
Services
Fournitures
Services
2010
1 446 916
55 174
93 482
0
0
1 595 572
2011
290 796
142 449
87 458
6 371
0
527 075
2012
427 606
172 167
246 162
31 159
0
877 093
2013
2 194 900
90 346
419 218
34 597
17 109
2 756 171
2014
927 268
84 582
496 741
43 980
46 590
1 599 161
2015
261 075
99 521
566 218
55 689
90 214
1 072 717
Total
5 548 561
644 239
1 909 279
171 796
153 914
8 427 789
Source : commune de Grigny.
Sur la période examinée, seul le
marché concernant l’opération Agora a fait l’objet
d’observations de la part du contrôle de légalité. Ces observations portaient sur l’absence de
pièces pour plusieurs lots et sur une délibération autorisant la signature du marché pour un
montant excédant
l’autorisation donnée au maire.
Avant le 1
er
mars 2015, date de la création du service de la commande publique avec le
recrutement d’
une responsable des marchés et des achats
53
(cadre A à 80 % ETP), aucun
service ad hoc
n’existait pou
r en assurer le suivi. Auparavant, chaque service était responsable
de ses propres marchés (passation-exécution) et un adjoint administratif à mi-temps, rattaché
52
CE 17 février 2010 - CCAS de Talence N° 308852.
53
Recrutée pour rationaliser le service des achats,
sécuriser les procédures et centraliser l’ensemble des
procédures de passation exigeant une mise en concurrence.
34/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
à la direction des finances, était en charge de la partie financière (engagement-mandatement).
L
’incidence
de cette
organisation est encore mesurable aujourd’hui dans l’archivage des
dossiers, avec un éclatement du suivi des marchés entre la partie financière et les pièces
relatives à la passation et au suivi de l’exécution.
La chambre encourage la commune à poursuivre la réorganisation en cours dans le but de
sécuriser les procédures de passation.
5.1.1.1-
L’évaluation des besoins en matière de fournitures et services
L’article 27 du code des marchés publics (CMP) impose de déterminer la valeur totale estimée
du besoin de «
fournitures ou de services qui peuvent être considérés comme homogènes soit
en raison de leurs caractéristiques propres, soit parce qu'ils constituent une unité
fonctionnelle
».
Sur les modalités d’évaluation des besoins
,
l'ordonnateur a admis qu’aucun pr
ocessus de
contrôle interne n’a été mis en place dans la mesure où la priorité a été de sécuriser
juridiquement les achats. En plus du tableau de numérotation des marchés déjà créé, un
tableau de bord de suivi et de passation des marchés publics doit être finalisé.
Contrairement à ce qui existait auparavant, la définition des besoins se veut transversale, dans
une démarche de responsabilisation des utilisateurs, pour une définition opérationnelle des
besoins. Il revient au service gestionnaire de définir ses besoins avec précision avant de
contacter le service de la commande publique qui répondra au mieux aux contraintes du
service opérationnel.
La
nomenclature d’achats
, encore partielle et non intégrée dans le logiciel comptable, a
commencé à être définie fin 2014. Elle distingue bien les achats par familles et sous-familles,
représentant des groupes homogènes au sens de l'article 27 précité du CMP.
La commune n’a pas encore procédé à l’évaluation et à la classification de ses besoins. Une
nomenclature complète permettant de déterminer la valeur estimée de chaque catégorie de
besoins reste à établir.
5.1.1.2-
Identification des achats inférieurs aux seuils de publicité et de mise en
concurrence
En raison de l’absence de nomenclature des besoins, certaines prest
ations réalisées au cours
de la période 2010-2013 ont dépassé les seuils de procédure adaptée en vigueur
54
, sans
respecter les obligations de mise en concurrence préalable et de publicité, sans que soit établi
de contrat écrit comme l’exige l'article 11 du
CMP, et sans notification avant commencement
d’exécution comme le prévoit l'article 81 du même code
.
54
Décret n° 2008-1356 du 19 décembre 2008 relevant le seuil de 4 000 à 20 000
€ HT –
annulé par le Conseil
d’État, ramenant le seuil à 4
000
€ HT au 1
er
mai 2010 - Décret n° 2011-1853 du 9 décembre 2011, portant le
seuil de 4 000 à 15 000
€ HT.
35/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Tableau 35 : Dépenses
payées en l’absence de
MAPA
Année
mandat
Libellé
Montant HT
2010
1375
FAC. 05/5140 DU 01/02/2010
POSE MOTIFS ILLUMINATIONS
21 961,00
2010
1606
FAC. G1T00135 DU 22/03/2010
PARC HDV - CANIVEAUX + STABILISE A BASE DE SABLE SAULT
BRENA
21 640,00
2010
2456
FAC. 2106012 DU 21/06/2010
Feu d'artifice parc du Manoir - 19 juin 2010 suiva nt devis
6 360,00
2010
2464
FAC. 6465 DU 11/06/2010
Pose 6 portes garages basculantes selon devis 2109 /5506- ty
4 680,00
2010
2528
FAC. 1037 DU 30/06/2010
Mise en conformité des installations électriques à
la suite
4 183,45
2010
2714
FAC. 1040 DU 30/06/2010
Mise en conformité des installations électriques à
la suite
4 987,92
2010
2890
FAC. 1007018 DU 27/07/2010
Pose centrale alarme intrusion 2 groupes avec logi ciel télé
4 775,21
2010
3311
FAC. SEPT 10 0151 DU 03/09/201 0
Organisation résidence d'auteur et actions culture lles
8 000,00
2010
3709
FAC. 269 DU 14/10/2010
Remise en service de la porte tranformation renfor t et mise
7 390,00
2010
3911
FAC. FACCO1101000107 DU 14/10/ 2010
Lot : ossature tube rond tente 5x8 - Bâche de toit
blanche
4 180,00
2010
4452
FAC. 269 DU 14/10/2010
Remise en service de la porte tranformation renfor t et mise
7 390,00
2010
4663
FAC. 05/5339 DU 24/12/2010 Pose des motifs dans les rues Pasteur, Mayer, Prés sensé, Fe
4 160,53
2011
4234
FAC. dece 11 1066 DU 24/12/201 1 " L'AUTRE SALON" REMUNERATION DES ARTISTES,
INTERVENANTS ET AUTEURS
15 479,28
2012
3938
FAC. 435FID12011242 DU 08/10/2 012
ETUDE DE FAISABILITÉ JURIDIQUE
15 000,00
Source : données commune de Grigny
Aujourd’hui, le service des marchés effectue le contrôle des
achats hors marchés au moyen
d’extractions du
logiciel comptable. Il identifie les dépenses correspondantes aux marchés et
celles passées hors marchés, avant de les examiner en détail. Lorsque la nomenclature achats
sera achevée, diffusée et intégrée dans le logiciel comptable, le service de la commande
publique sera en mesure d’effectuer des
contrôles plus opérants.
En 2015 et 2016,
à la clôture de l’instruction,
aucune prestation répondant aux conditions de
seuil des MAPA n’a été payée par la commune sans marché ou convention
. Compte tenu de
la création récente du service de la commande publique, la chambre recommande à la
commune de mettre en place une nomenclature des besoins afin de respecter les obligations
de procédure des marchés publics, selon les seuils en vigueur.
5.1.1.3-
L’absence de guide de pas
sation des marchés publics
La collectivité ne dispose pas de guide de la commande publique. Bien que non obligatoire,
ce document à vocation opérationnelle constitue une bonne pratique pour sécuriser
juridiquement les procédures de passation et
d’exécution des marchés publics.
Cependant, depuis son installation la responsable des marchés publics et des achats a assuré
le développement d’une procédure interne
55
et de modèles destinés à sécuriser la commande
publique, afin d’encadrer les procédures
pour généraliser les bonnes pratiques
56
.
Au regard du travail déjà accompli, la chambre recommande à la commune de poursuivre
l’élaboration de son guide de la commande publique et de
le soumettre à délibération au
conseil municipal.
55
Document de travail, pédagogique devant
faire l’objet d‘une traduction en plusieurs documents selon les
montants et les procédures, et de formations pour les services utilisateurs.
56
A l’instar du «
Guide de bonnes pratiques en matière de marchés publics » de la Direction des Affaires Juridiques
du Ministère de l’économie de l’industrie et du numérique
- 26 septembre 2014.
36/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
5.1.2-
L’examen des délégations et de l’information transmise
5.1.2.1-
Les dispositions applicables
Selon l'article L. 2122-22 du CGCT, le conseil municipal peut déléguer au maire, en tout ou
partie et pendant la durée du mandat, un certain nombre de ses compétences. La gestion des
marchés inférieurs aux seuils définis en matière de procédures formalisées peut être déléguée
au maire selon le 4° du même article : «
Le maire peut en outre, par délégation du conseil
municipal, être chargé, en tout ou partie, et pour la durée du mandat :
(…)
4° De prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et le
règlement des marchés et accords-
cadres d’un montant inférieur à un seuil défini par décret
ainsi que toute décision concernant leurs avenants qui n’entraînent pas une
augmentation du
montant initial supérieure à 5 %, lorsque les crédits sont inscrits au budget
»
57
.
L'article L. 2122-23 du CGCT, précise que le maire doit rendre compte des décisions prises
en application de la délégation qui lui est donnée, à chaque réunion obligatoire du conseil
municipal. Cette disposition s’applique évidemment en matière de marchés.
5.1.2.2-
Application du régime de délégation par la commune
Conformément à l’article L. 2122
-22 du CGCT, les deux ordonnateurs en fonction au cours de
la période examinée se sont vus déléguer par le conseil municipal toute décision concernant
la préparation, la passation, l’exécution et le règlement des marchés et accords
-cadres
d’un
montant inférieur à 500 000
€ HT
58
pour M. BALME et à 400 000
€ HT
59
pour M. ODO, ainsi
que toute décision concernant leurs avenants lorsque les crédits sont inscrits au budget.
Pour les marchés d’un montant supérieur au seuil de délégation, l
e conseil municipal autorise
le maire à signer les marchés concernés par délibération spécifique.
À l’examen de l’ensemble des annexes jointes aux comptes rendus de séance du conseil
municipal de la période 2012-2015, il apparait que le maire rend compte uniquement depuis
juin 2015 de la signature des marchés et avenants au conseil municipal, conformément aux
dispositions de l’article L.
2122-23 du CGCT.
La chambre note à ce sujet que le service de la commande publique n’a été créé par la
commune que le 1
er
mars 2015.
5.1.3-
La méthode de notation - recours à des critères pondérés
Selon l'article 53 du code des marchés publics :
«
I-
Pour attribuer le marché au candidat qui a présenté l’offre économiquement la plus
avantageuse, le pouvoir adjudicateur se fonde :
1° Soit sur une pluralité de
critères non discriminatoires liés à l’objet du marché, notamment la
qualité, le prix, la valeur technique […]. D’autres critères peuvent être pris en compte s’ils sont
justifiés par l’objet du marché.
2° Soit, compte tenu de l’objet du marché, sur un seul
critère qui est celui du prix.
II.- Pour les marchés passés selon une procédure formalisée autre que le concours et lorsque
plusieurs critères sont prévus, le pouvoir adjudicateur précise leur pondération.
[…]
Les critères ainsi que leur pondération ou leur hiérarchisation sont indiqués dans l'avis d'appel
public à la concurrence ou dans les documents de la consultation.
».
57
Version en vigueur du 22 décembre 2007 au 19 février 2009.
58
Délibération du 4 juin 2008, modifiée par une délibération du 9 mars 2010.
59
Délibération du 18 avril 2014.
37/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
L’examen des publications de
s MAPA passés entre 2011 et 2014, montre que la commune
applique correctement les règles relatives à la pondération des critères de choix. Elle a aussi
fréquemment recours à l’utilisation de sous
-critères, également annoncés, notamment pour
définir le contenu du critère classique « valeur technique de l’offre »
60
.
5.1.4-
Traçabilité des négociations
Les règlements de consultation des marchés passés par la commune comprennent, en règle
générale, la clause relative à la négociation, possible à l’issue de l’analyse des offres
déposées.
À partir d’un exemple de marché de 2011,
le
rapport d’analyse des o
ffres retient une entreprise
et bien que le règlement de la consultation ne le prévoit
pas, à l’issue de l’ouverture des plis
et de l’analyse des offres, la commune décide de procéder à une négociation
. Elle informe les
candidats, en joignant une convocation à une réunion de négociation, et précise
qu’à l’issue
de la réunion ils pourront proposer une nouvelle offre.
Aucun rapport de négociation n’a été
établi et aucun
rapport n’ayant pu être produit par les services communaux, ceux
-
ci n’ont pas
été en mesure de justifier la traçabilité des négociations conduites sur la période précédant
l’année 2015.
L’organisation actuelle des négociations par la commune de Grigny permet de justifier d’une
procédure transparente garantissant l’égalité de traitement des ca
ndidats.
5.1.5-
Déclaration sans suite et infructuosité
En ce qui concerne les marchés ayant connu des évènements spécifiques, déclaration sans
suite ou infructuosité, les services communaux
n’ont pas été en mesure de produire un suivi
et d’indiquer comment étaient recensés ces marchés. En revanche, à partir de 2015, du fait
de la création du service de la commande publique, un suivi est assuré et la commune a pu
produire les renseignements suivants :
Tableau 36 : Marchés sans suite et infructueux
Source : commune de Grigny.
5.1.5.1-
Une déclaration résultant
d’une
mauvaise appréciation du besoin
La possibilité de déclarer un marché sans suite est ouverte pour tous les marchés
61
, bien que
cette possibilité ne soit expressément autorisée que pour certaines procédures formalisées du
code des marchés publics
62
.
60
Dès lors que les sous-
critères sont susceptibles d’influencer la présentation des offres ils doivent être annoncés
en procédures formalisées comme en MAPA (arrêts Conseil d’État, 18 juin 2010,
Commune de Saint Pal de Mons,
requête n°
337377 et Conseil d’État, 2 août 2011, n° 348711, Syndicat Mixte Vallée Orge Aval requête n°
348711).
61
CE, 8 avril 1998, Préfet de la Sarthe c/ Commune de la Ferté-Bernard, n° 146002.
62
Articles 59-III et 59-IV [
Appel d’offre ouvert], 64
-III et 64-
IV [Appel d’offre restreint], 66
-VI [Procédures négociées],
67-IX et 67-XI [Procédure de dialogue compétitif]).
Service demandeur
Numéro du
marché
Libellé du marché
Procédure
Gestionnaire
Déclaration
Enfance éducation culture
sport vie associative
2015ED12
Prestation de transport en
commun
AOO
Jean Berthier
Sans suite
20/10/2015
Aménagement
2015AM14
Acquisition d'un véhicule
d'occasion
MAPA
Jean Marc
Arnaud
Infructueux
01/10/2015
38/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Le pouvoir adjudicateur a l’obligation d’informer les candidats
63
et de motiver sa décision
64
. La
motivation peut être d’ordre économique et justifiée par «
l’insuffisance de concurrence
» au
motif que «
le pouvoir adjudicateur n'est pas tenu d'attribuer le marché au seul soumissionnaire
jugé apte à y participer.
»
65
.
En l’espèc
e, la déclaration sans suite du marché n°2015ED12 a été motivée par l'ordonnateur,
la seule offre reçue étant jugée élevée par rapport au budget prévisionnel consacré à la
prestation, et la concurrence étant estimée insuffisante. En fait cette déclaration sans suite
résulte d’une erreur d’appréciation de la collectivité quant à la prestation demandée
66
d’où un
budget mal calibré conduisant la CAO à déclarer le marché sans suite.
La commune a lancé une nouvelle procédure
67
qui a
abouti à la signature d’un MA
PA de deux
ans, pour les lots n° 1 (navette quotidienne) et n° 2 (besoins occasionnels), avec la seule
société ayant répondu à l’offre.
Bien que la déclaration sans suite résulte d’une mauvaise appréciation du besoin par la
collectivité, le suivi du marché, comme la suite lui ayant été réservée permettent de constater
l’action engagée par le service de la commande publique dans l’encadrement des procédures.
5.2-
Pièces absentes des dossiers de marchés
Dans le cadre du contrôle de la commande publique, il a été procédé à l’examen des marchés
passés par la commune au cours de la période 2011-2014. Sur 21 marchés examinés,
l’incomplétude des dossiers a conduit la commune à rechercher les pièces manquantes.
Du rapprochement des documents communiqués à la chambre lors de l’instruction, avec les
marchés examinés, il résulte que certaines pièces n’ont pu être produites. Pour
14 marchés
sur 21 manquait le procès-
verbal de la commission d’attribution (commission d’achats). Les
rapports d’analyse des offres n’étaient pas joints pour 9 marchés dont 3 pour lesquels ce
rapport se résume à un tableau de classement des offres. Les lettres adressées aux
entreprises non retenues n’ont pas été fournies pour 7 marchés. Le
s deux tiers des dossiers
de marchés consultés se sont avérés incomplets.
5.3-
Conclusion
Le contrôle conduit par la chambre a révélé un recours quasi exclusif à la procédure adaptée.
Jusqu’en mars 2015, l’
organisation de la commande publique était éclatée entre la direction
des finances et les services acheteurs. La fonction achat était gérée par chaque service qui
définissait ses besoins, et contractait avec les entreprises.
Pour les marchés passés avant 2015, de nombreux documents et procédures faisaient défaut
(définition des besoins, guide, modèles, suivi des marchés). L’éclatement des pièces des
marchés a pu nuire à leur traçabilité.
La création récente du service de la commande publique a d’ores et déjà conduit à la création
de fiches de procédure et de différents modèles diffusés dans les services, en vue de
63
Article 80-II du code des marchés publics.
64
CAA Lyon, 7 janvier 2010, Ministre de l’emploi, de la cohésio
n sociale et du logement contre Association OSER,
n° 07LY00624.
65
CJUE, 16 septembre 1999, Fracasso et Leitschutz, C-27/98 et Rép. min. n° 14701, JOAN 20 juillet 1998.
66
Prévision de bus annulables le jour même sans avoir chiffré le coût de ce service.
67
En recourant
aux dispositions de l’article 27
-
III du code, permettant la mise en œuvre de la procédure adaptée
décrite à l’article 28 pour certains lots.
39/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
l’élaboration d’un guide et à la définition des missions de chacun des agents afin de sécuriser
les procédures.
6-
UNE OPERATION D’AMENAGEMENT –
LA ZAC DE CHANTELOT
La création de la ZAC de Chant
elot, pour aménager et équiper des terrains en vue de l’accueil
d’activités économiques, a été décidée par la Communauté de Communes Rhône Sud
(CCRS) et la commune de Grigny. L’opération devait être conduite par la communauté de
communes qui en assurait le financement pour un montant estimé à
l’origine à
23 000 000 F HT, soit 3
506 327,40 € HT.
A la suite de l’adhésion de la commune à la communauté urbaine de Lyon le 1
er
janvier 2007,
la CCRS a été dissoute. L’extension du périmètre du Grand Lyon à la comm
une de Grigny
comprenait le transfert de ses ZAC et programmes d’aménagement d’ensemble (PAE).
Les délibérations prises, par le Grand Lyon le 2 mai 2006, la commune de Grigny le
14 juin 2006 ainsi que
l’arrêté préfectoral n°
6271 du 22 décembre 2006, précisaient que les
ZAC en cours
d’exécution, dont celle de Chantelot, seraient poursuivies pas les communes,
et que le déficit résiduel serait pris en charge à hauteur de 2
M€
par la communauté urbaine,
et qu’au
-delà, la commune participerait par le versement
d’un fonds de concours.
Un différend oppose la commune de Grigny à la Métropole de Lyon sur les dispositions
financières liées au transfert de la ZAC, notamment en ce qui concerne la prise en charge du
déficit de l’opération au
-
delà de 2 M€.
7-
LE CENTRE MUNICIPAL DE SANTE
7.1-
La création du CMS
Le centre municipal de santé de Grigny est né de la volonté d’offrir un meilleur accès aux soins
sur le secteur Givors-
Grigny, dont l’attractivité est faible pour les professions médicales.
L’ancien ordonnateur a
souhaité préciser que cette création a fait l’objet de demandes de la
population à l’occasion des conseils de quartiers et des rencontres avec les élus.
À la suite d’un «
diagnostic santé intercommunal
» réalisé au printemps 2012, sur l’aire Givors
-
Grigny
, et d’une étude de faisabilité juridique sur la création d’un centre municipal de santé ou
d’une maison de santé, il a été décidé en 2012, de créer un centre municipal de santé.
Le centre municipal de santé Christian Cervantès a ouvert le 15 octobre 2012. Un budget
annexe spécifique a été créé par délibération du 13 novembre 2012.
7.2-
Le personnel du CMS
Trois postes permanents de praticiens à temps non complet, soit un ETP, et un poste
permanent de praticien coordonnateur à temps complet ont été créés.
Par la suite un
poste d’attaché
devant intervenir en tant que chargé de mission « santé » a été
créé à compter du 1
er
janvier 2014. La personne
recrutée pour une durée d’un an a mis
fin à
son contrat après la période d'essai, au 31 mars 2014.
À la ferme
ture du centre, en septembre 2015, l’effectif était constitué de quatre personnes,
l’adjoint administratif et trois médecins dont deux à temps non complet et un assurant des
vacations au cours de l’été 2015.
40/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
7.2.1-
Le recrutement de médecins à temps non complet sur des emplois permanents
Selon l’article L.
6323-1 du code de la santé publique (CSP) : «
Les centres de santé sont des
structures sanitaires de proximité dispensant principalement des soins de premier recours. Ils
assurent des activités de soins sans
hébergement, au centre ou au domicile du patient, (…).
Ils sont créés et gérés
(…)
, soit par des collectivités territoriales ou des établissements publics
de coopération intercommunale, soit par des établissements de santé.
(…).
Les médecins qui exercent en centre de santé sont salariés. ».
La loi n° 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, encadre le recours aux agents non titulaires. Elle
permet le recrutement de non titulaires sur des emplois permanents dans les conditions
définies aux articles 3 et suivants dont l'article 3-3 2°
68
, sur lequel sont fondés les contrats des
médecins non titulaires recrutés par le CMS sur des emplois permanents.
Comme le confirme la secrétaire d’État chargée de la santé en réponse à une question
parlementaire
69
: «
Les professionnels de santé des centres de santé municipaux sont des
agents, en principe contractuels, de la fonction publique territoriale. (…) Il existe par ailleurs,
un cadre d’emploi des médecins territoriaux de la fonction publique territoriale, défini par les
décrets n
os
92-851 et 92-
582 du 28 août 1992. (…) la grille indiciaire de ce cadre d’emploi peut
servir de référence pour les contrats des médecins employés dans les centres de santé
municipaux.
».
Les délibérations prises par la commune pour la création des postes permanents de praticiens
à temps non complet et complet visent le décret n° 92-581 précité, pour définir les missions
des médecins territoriaux.
Parmi ces médecins, l’un d’eux,
coordonnateur du centre de santé, est employé à temps
complet alors que les deux autres le sont à temps non complet.
Les communes peuvent créer des emplois à temps non complet dès lors que leur population
est inférieure à 5 000 habitants
70
, et par exception au-
delà de ce seuil pour l’exercice de
certaines fonctions limitativement prévues
71
, parmi lesquels les médecins ne figurent pas.
La création par la commune de trois emplois de praticiens permanents à temps non complet
est donc irrégulière.
7.2.2-
Le recrutement d’une secrétaire médicale
La délibération créant le centre de santé a prévu le recrutement d’une secrétaire médicale.
Alors que la commune avait initialement créé un poste de rédacteur
72
(catégorie B) pour
assister le médecin coordonnateur, elle a annulé la délibération prise à cet effet pour ouvrir un
poste d’adjoint administratif de 2
ème
classe
73
(catégorie C).
Un premier profil de poste diffusé en janvier 2012, fixe les conditions requises dont un diplôme
de niveau IV (baccalauréat minimum), la connaissance des termes médicaux et de
l’expérience. Dans une seconde
publication, en mars 2012, la condition de diplôme ne figure
plus.
68
Pour des emplois du niveau de la catégorie A, lorsque les besoins des services ou la nature des fonctions le
justifient et sous réserve qu'aucun fonctionnaire n'ait pu être recruté.
69
Question parlementaire - Assemblée Nationale, n° 1629 du 29 novembre 2011, JO du 7 décembre 2011.
70
Article 4 du décret n° 91-298 du 20 mars 1991 portant dispositions statutaires applicables aux fonctionnaires
territoriaux nommés dans des emplois permanents à temps non complet.
71
Article 5-1 du décret n° 91-298 précité.
72
Délibération du 29 mars 2012.
73
Délibération du 22 mai 2012 annulant celle du 29 mars 2012.
41/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
Selon les documents remis par la commune, 138 candidatures ont pu être recensées, parmi
lesquels 66 avaient une expérience de secrétariat médical.
Sur l’e
nsemble de ces dossiers,
3 personnes sont retenues pour un entretien. La première,
titulaire d’un baccalauréat SMS
exerçait des fonctions de secrétaire médicale. La seconde candidate ne disposait pas d’un
baccalauréat mais d’une formation de secrétaire méd
icale et exerçait les fonctions de
gestionnaire de prestations de santé. Enfin, la troisième n’avait ni baccalauréat ni formation
de secrétaire médicale, et exerçait comme gestionnaire de dossiers médicaux des résidents
dans un service de gériatrie.
En dé
pit d’autres candidatures
remplissant toutes les conditions de l’offre, l
a commune a
finalement retenu Mme CHEVILLARD, travaillant comme gestionnaire de dossiers médicaux
dans une maison de retraite à Grigny. Il est également apparu que cette personne avait été
1
ère
adjointe au maire, déléguée aux finances du 1
er
avril 2001 au 23 mars 2008.
Outre les conditions favorables de recrutement dont a bénéficié Mme CHEVILLARD, elle a
perçu une rémunération de 1 716,57
€ net par mois
, hors prime annuelle, sans
qu’il soit
possible d’en connaitre les modalités de liquidation, notamment de prise en compte de son
ancienneté alors qu’elle venait du secteur privé.
En réponse aux observations provisoires
l’ancien ordonnateur,
a précisé que le profil de
l’intéressée correspondait aux critères formulées pour le poste et qu’elle disposait d’une réelle
expérience dans le milieu médical. Il a justifié son recrutement par sa connaissance du tissu
de la population communale dans un contexte social difficile.
7.3-
De la dissolutio
n du budget annexe à la création d’une Maison de Santé
En août 2015, face aux difficultés rencontrées dans la gestion du personnel médical salarié
(départ du médecin coordonnateur, échecs du recrutement de nouveaux médecins, …), le
nouveau maire demande l
’ARS quelles sont les démarches à engager pour fermer le centre
et assurer le suivi des dossiers médicaux des patients.
Le centre de santé a été fermé en septembre 2015. Le budget annexe
a été clôturé, l’actif et
le passif ont été transférés au budget principal.
Afin de pourvoir à l’offre de soins, la commune s’est orientée vers la création d’une «
Maison
de Santé », structure pluridisciplinaire où les locaux sont loués aux praticiens, avec convention
de mise à disposition de matériel. À ce jour elle fonctionne et réunit douze praticiens ; un
médecin généraliste, un psychopraticien, deux infirmières, cinq masseurs kinésithérapeutes,
une diététicienne, un ostéopathe et une orthophoniste (depuis début août 2016).
Par ailleurs, depuis 2016, dans le bâtiment abritant cette « Maison de Santé », se trouve un
relais petite enfance travaillant en collaboration avec le service de protection maternelle et
infantile (PMI) de la Métropole de Lyon. Les locaux, loués à la Métropole (bail du 23 mai 2016)
dans un premier temps, lui ont ensuite été cédés (délibération du 1
er
juillet 2016).
8-
LA M@ISON DE LA FORMATION
L’association
« La M@ison de la formation » déclarée en préfecture le 21 septembre 2006
74
,
a pour objet associatif de «
développer des actions de sensibilisation aux usages des
technologies de l’information et de la communication ; intervenir sur plusieurs domaines de
compétence dont : l’usage citoyen des outils de l’information et de la communication,
l’éducation et la formation aux usages des outils de l’information et de la communication,
74
JO du 14 octobre 2006.
42/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
l’expertise de développement des usages et de formation des acteurs ; l’élaboration et la mise
en volume de projets de développement faisant appel aux T.I.C. ; le développement et la
promotion des logiciels libres.
».
Par une déclaration en préfecture du 16 juin 2008 (JO du 2 août 2008), l’association a changé
de dénomination pour devenir « La M@ison de Grigny ».
La commune de Grigny entretient des relations privilégiées avec cette association :
au 1
er
janvier
2007 l’association a repris l’activité «
plan de développement de la
sensibilisation aux usagers des TIC » lancé en 2002 par la communauté de
communes Rhône Sud (CCRS) ;
le
président de l’association ayant déposé les statuts lors de
la création en 2006, était
agent territorial détaché par la CCRS. Il en a par la suite assuré la direction ;
cette association a exercé une a
ctivité d’intérêt général
et les décisions qu’a pu
pr
endre par la suite la commune illustrent l’intérêt de la collectivité dans le
développement de cette activité.
il existait une relation forte entre la commune et l'association. Son premier président,
agent territorial détaché auprès de l'association, a
été intégré dans l’effectif de Grigny
à la dissolution de la CCRS puis maintenu en détachement dans l’organisme pour en
être le directeur
. Au conseil d’administration siègent
trois représentants de la ville,
désignés par l’exécutif municipal, en tant que membre de droit. L’ancien maire en
faisait partie
75
;
s’agissant d
e son financement et de ses moyens :
ses ressources étaient
majoritairement publiques d’où une absence d’autonomie
par rapport à ses financeurs. Grigny, principal bailleur de fonds, a réduit sa
subvention à partir de 2014 ; elle passe ainsi de 194 468
en 2014 à 50 000
€ en
2015.
Tableau 37 : Subventions
perçues par l’association de 2011 à 2013
Subvention d’exploitation
(€)
2011
%
2012
%
2013
%
État
3 000
0,6
5 000
1,1
5 000
1,2
Grigny
237 150
44,9
222 150
50,9
238 310
55,0
Chambéry
0
0
10 000
2,3
15 000
3,5
Région Rhône-Alpes
76 775
14,5
70 353
16,1
39 294
9,1
FEDER
156 942
29,7
50 180
11,5
85 661
19,8
Grand Lyon
50 000
9,5
75 000
17,2
50 000
11,5
Aide à l’emploi ASP
3 876
0,7
3 490
0,8
0
0
TOTAL
527 743
100
436 173
100
433 265
100
Source : rapports du commissaire aux comptes 2012 et 2013
.
la commune a mis gratuitement à la disposition de l'association les locaux
76
par un
prêt à usage
77
initialement signé pour deux ans,
tacitement reconduit jusqu’à la
liquidation judiciaire de l'association ;
pendant toute son existence l'association a bénéficié de la mise à disposition de
personnel territorial, soit trois
agents (1 B promu A et 2 C) jusqu’en 2012
78
, puis
75
Cf. rapport sur les comptes de l'exercice 2013 au point relatif aux subventions reçues de la collectivité.
76
Soit une surface utile d’environ 389 m².
77
Acte notarié du 14 février 2008.
78
Agent ayant quitté l'association pour une disponibilité pour convenance personnelle. Cette personne a réintégré
l’effectif communal et sa disponibilité a été reconduite jusqu’en 2017.
43/43
Rapport d’observations définitives –
Commune de Grigny
deux agents (catégorie
C), sans qu’aucune
convention de mise à disposition ne
soit signée avant 2013. Par augmentation de la subvention communale, les
salaires étaient intégralement supportés par la commune ;
l'association a récupéré le matériel informatique provenant de la CCRS et bénéficié
en 2008 d’une subvention exceptionnelle pour développer son parc informatique.
La commune décidera
aussi de lui céder pour l’euro symbolique un véhicule.
Le lien de dépendance qu’entretenait l'association avec ses financeurs
,
l’a mise
en difficulté,
en raison de la baisse des subventions en 2014, et faute de ressources propres suffisantes.
Par jugement du 24 mars 2015, le TGI de Lyon a prononcé la liquidation judiciaire de
l'association. La procédure est toujours pendante, la clôture pour insuffisance d'actif n’a pas
encore été prononcée.
La commune de Grigny a réintégré les personnels mis à disposition dans son effectif et
remunicipalisé l’ac
tivité de l'association à la médiathèque.