Sort by
GROUPE PUBLIC DE SANTÉ
PERRAY-VAUCLUSE (75)
Exercices 2008 et suivants
Observations définitives
délibérées le 29 octobre 2015
RAPPORT D’OBSERVATIONS DÉFINITIVES
ET SA RÉPONSE
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
SOMMAIRE
SYNTHÈSE
...........................................................................................................................................................
4
RECOMMANDATIONS
......................................................................................................................................
5
OBSERVATIONS
.................................................................................................................................................
6
1. PROCÉDURE
...................................................................................................................................................
6
2. SITUATION DE L’ÉTABLISSEMENT
.........................................................................................................
6
2.1. Situation géographique et missions principales
...............................................................................................
6
2.2. Organisation interne
.........................................................................................................................................
7
2.3. Capacité et activité
...........................................................................................................................................
8
3. OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES
.........................................................................................................
8
3.1. Certification
.....................................................................................................................................................
8
3.2. Projet d'établissement et projet médical
...........................................................................................................
8
4. FIABILITÉ DES COMPTES
...........................................................................................................................
9
5. ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIÈRE
.........................................................................................
10
5.1. Bilan
...............................................................................................................................................................
10
5.1.1. Soldes du bilan
............................................................................................................................................
10
5.1.2. Actif du bilan
..............................................................................................................................................
10
5.1.3. Passif du bilan
.............................................................................................................................................
11
5.2. Analyse des résultats
......................................................................................................................................
11
5.2.1. Le résultat global et ses composantes
..........................................................................................................
11
5.2.2. La capacité d'autofinancement
....................................................................................................................
14
5.3. Ecart grandissant entre dépenses de fonctionnement et recettes de fonctionnement
......................................
14
5.3.1. Observation générale
...................................................................................................................................
14
5.3.2. Les dépenses
...............................................................................................................................................
15
5.3.3. Les recettes
..................................................................................................................................................
16
6. PERFORMANCE DE L’ÉTABLISSEMENT
..............................................................................................
16
6.1. Comparaison nationale
...................................................................................................................................
16
6.2. Comparaison sectorielle
.................................................................................................................................
17
7. RESSOURCES HUMAINES
.........................................................................................................................
18
7.1. La situation au GPSPV
...................................................................................................................................
18
7.2. Les surcoûts générés par le dispositif local
....................................................................................................
19
7.3. Avancement de grade et d’échelon
................................................................................................................
19
7.3.1. L’avancement d’échelon et de grade des agents travaillant au GPSPV
......................................................
19
7.3.2. L’avancement d’échelon des agents ne travaillant pas au GPSPV
..............................................................
20
7.3.3. Le coût pour les finances de l’établissement
...............................................................................................
20
7.4. Prime de service
.............................................................................................................................................
20
7.5. Le paiement
a priori
des jours de grève
.........................................................................................................
21
7.6. Indemnité compensatrice de jeunes enfants
...................................................................................................
21
7.7. Paiement d’heures supplémentaires
...............................................................................................................
22
S3/2150782/MC
2/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
7.8. Synthèse de l’observation
..............................................................................................................................
23
7.8.1. Récapitulation du coût global des indemnités irrégulières versées au personnel
........................................
23
7.8.2. Les autres économies envisageables
...........................................................................................................
23
7.8.3. Les conséquences pour l’équilibre financier de l’établissement
.................................................................
24
GLOSSAIRE DES SIGLES UTILISÉS
............................................................................................................
26
3/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
SYNTHÈSE
Le groupe public de santé Perray-Vaucluse (GPSPV) est un établissement public de santé
spécialisé en santé mentale de 581 lits et places, desservant une population de plus de
250 000 habitants répartie entre les 7
ème
, 8
ème
et 17
ème
arrondissements de Paris. Doté d’un
budget et d’une direction indépendants, il est membre de la communauté hospitalière de
territoire pour la psychiatrie à Paris (CHT), dont la convention constitutive a été conclue le
30 mars 2011 et pour laquelle une convention de direction commune a été signée les 21 et
28 octobre 2013.
Outre son activité principale de dispensation de soins psychiatriques, l’établissement
possède le pôle Marmottan, spécialisé dans la prise en charge des addictions, et qui intègre
un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), et un
pôle médico-social constitué d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées
dépendantes (EHPAD) de 96 lits et d’une maison d’accueil spécialisée de 60 places. Il
dispose également d’un institut de formation en soins infirmiers d’une capacité d’accueil de
100 élèves par promotion.
Les comptes sont, dans l’ensemble, fiables, surtout depuis les efforts récents réalisés en
matière de provisions.
Le résultat net global décline au cours de la période examinée jusqu’à devenir légèrement
négatif en 2013. Si sa capacité d'autofinancement demeure, au 31 décembre 2013, d’un
peu plus de 4 M€. Elle connaît, elle aussi, une baisse très significative de 40 % depuis
2009. Toutefois, sa structure financière reste assez solide, avec un fonds de roulement net
global stable sur la période, à plus de 32 M€.
Il n’en demeure pas moins que la dégradation de son autofinancement provient d’un fort
effet de ciseaux voyant des dépenses de fonctionnement croissant alors que les recettes
baissent. Il est principalement dû aux dépenses de personnel élevées qui puisent leur
source dans des avantages qui ont été accordés aux personnels, principalement depuis la
mise en oeuvre de la réduction du temps de travail. Le simple retour à la normalité
permettrait de redonner des marges de manoeuvre importantes à l’établissement pour la
réalisation du plan d’investissement
1
.
Si l’on ajoute des économies envisageables dans les domaines de la restauration et de la
blanchisserie, selon la chambre, l’établissement pourrait bénéficier, chaque année, d’au
moins 3,7 M€ de ressources supplémentaires qui viendraient abonder tant le résultat global
que la capacité d'autofinancement.
La participation de l’établissement au Groupe pour l'amélioration de la comptabilité
analytique hospitalière (GACAH) montre d’ailleurs clairement que les coûts de personnel
non médical grèvent sa productivité au regard de celle des autres établissements de taille et
d’activité comparables.
1
Estimées à 2,9 M€ par la chambre contre 3,7 M€ par l’établissement, selon une méthode de calcul différente
mais non contestée au fond par l’établissement.
4/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
RECOMMANDATIONS
Recommandation n° 1 : La chambre recommande à l’établissement de réduire le
nombre de pôles pour une meilleure efficacité de son organisation et une meilleure
responsabilisation des chefs de pôles.
5/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
OBSERVATIONS
1.
PROCÉDURE
La chambre régionale des comptes d’Île-de-France, délibérant en sa 2
ème
section a adopté le
présent rapport d’observations définitives
.
Ce rapport a été arrêté au vu des constatations effectuées dans le cadre de l’examen de la
gestion du groupe de santé mentale (GPS) Perray-Vaucluse, engagé par lettre adressée le
4 mars 2013 à Mme Carole Festa, ancienne directrice. D’autres lettres d’ouverture de
contrôle ont été adressées par la suite : le 5 mars 2013 à Mme Sylvie Wieviorka, présidente
du conseil de surveillance et le 10 février 2015 à M. Jean-Luc Chassaniol, directeur de la
direction commune de la communauté hospitalière de territoire pour la psychiatrie à Paris.
Ces constatations ont été exposées à M. Chassaniol le 4 mars 2015 et à Mme Festa, par
téléphone, le 6 mars 2015.
Ont participé au délibéré, qui s’est tenu le 29 octobre 2015 et qui a été présidé par
M. Pierre Grimaud, président de section,
M. Hervé Beaudin, premier conseiller et
M. Gilles Duthil, conseiller
.
Ont été entendus en son rapport, M. Hervé Beaudin, premier conseiller, assisté de
Mme Françoise Pietri, assistante de vérification ; en ses conclusions, sans avoir pris part au
délibéré, M. le
procureur financier.
Mme Viviane Barbe, auxiliaire de greffe, assurait la préparation de la séance de délibéré et
tenait les registres et dossiers.
2.
SITUATION DE L’ÉTABLISSEMENT
2.1.
Situation géographique et missions principales
Le groupe public de santé Perray-Vaucluse est un établissement public de santé spécialisé
en santé mentale et certifié par la haute autorité de santé en juin 2011.
Le groupe est implanté à Paris et à Epinay-sur-Orge (Essonne). Il dessert une population de
plus de 250 000 habitants répartie entre les 7ème, 8ème et 17ème arrondissements de Paris
(territoires de santé 75-1 et 75-2).
L’établissement satisfait aux missions suivantes : psychiatrie, addictologie sanitaire et
médico-sociale, médico-social personnes âgées et handicapées, formation en soins
infirmiers délivrant un diplôme d’Etat.
L’établissement, doté d’un budget et d’une direction indépendants, est membre d’une
communauté hospitalière de territoire pour la psychiatrie à Paris (CHT), dont la convention
constitutive a été conclue le 30 mars 2011. Cette communauté réunit :
- au titre de « parties à la convention », le centre hospitalier Sainte-Anne, le Groupe Public
de
Santé
de
Perray-Vaucluse
et
l'Etablissement
Public
de
Santé
de
Maison-Blanche ;
- au titre de « partenaires conventionnels », les Hôpitaux de Saint-Maurice et l'Association de
Santé Mentale du 13
ème
arrondissement.
6/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Une convention de direction commune, signée les 21 et 28 octobre 2013, précise les liens
créés entre les « parties à la convention ».
L’objectif de cette communauté hospitalière de territoire est de coordonner les
établissements concernés sur l’ensemble de leurs missions en articulant au mieux les
capacités afin de faciliter l’accès à des soins de qualité.
2.2.
Organisation interne
Douze pôles ont été, en définitive, créés et les contrats de pôle ont été conclus en juin 2012.
Les pôles cliniques, après avoir signé leur premier contrat de pôle, se sont engagés dans
l’élaboration de leurs projets de pôle sur la base du projet d’établissement et du projet
médical commun de la CHT.
a) La psychiatrie est organisée en 7 pôles de soins :
- 4 pôles de psychiatrie générale, sectoriels
- 1 pôle de psychiatrie infanto-juvénile, également sectoriel
- 1 pôle transversal
- Le pôle Marmottan, spécialisé dans la prise en charge des addictions et comprenant un
Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA).
b) Il existe également un pôle médico-social comprenant :
- Un Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) de 96
lits ;
- Une Maison d'Accueil Spécialisée de 60 places.
c) 4 pôles administratifs complètent le dispositif :
- Le pôle « Ressources financières et système d’information »
- Le pôle « Commissions de relations avec les usagers et de vie sociale »
- Le pôle « Logistique et technique »
- Le pôle « Ressources humaines ».
d) L'établissement dispose également d'un Institut de Formation en Soins Infirmiers qui
accueille une centaine d’élèves par promotion en vue de l'obtention du diplôme infirmier.
Le nombre de pôles semble trop important, privant l’établissement des bénéfices de la loi
Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) en matière d’organisation interne. Ainsi la
définition de leur périmètre, largement calqué sur celui des services de l’ancienne
organisation, méconnaît-elle les dispositions de l’article L. 6146-1 alinéa 9 du code de la
santé publique en vertu desquelles le chef de pôle «
organise, avec les équipes médicales,
soignantes, administratives et d’encadrement du pôle, sur lesquelles il a autorité
fonctionnelle, le fonctionnement du pôle et l’affectation des ressources humaines en fonction
des nécessités de l’activité et compte tenu des objectifs prévisionnels du pôle, dans le
respect de la déontologie de chaque praticien et des missions et responsabilités des
structures, services ou unités fonctionnelles, prévues par le projet de pôle
».
7/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
2.3.
Capacité et activité
L’établissement disposait, au 31 décembre 2013, de 581 lits et places, dont 24 lits dans le
foyer de postcure Lemercier ouvert en mai 2012 et 60 places à la Maison d’accueil
spécialisée La Gilquinière ouverte en octobre 2012.
La file active progresse régulièrement depuis 2009, pour atteindre 6 550 patients pris en
charge en 2012 (+ 0.9 %) par rapport à 2011.
Ce chiffre se répartit entre 4 610 patients en psychiatrie adultes et 1 945 patients en
psychiatrie infanto-juvéniles.
L’hospitalisation à temps complet hôpital Henry Ey connaît un renouvellement important.
Ainsi, sur les 1561 patients admis en 2012, 31 % étaient nouveaux.
Le taux d’occupation moyen en EHPAD est de 99 %.
La Maison d’accueil spécialisée accueille 41 résidents en hébergement permanent.
En 2012, le pôle Marmottan a accueilli 2 173 patients pour 75 214 actes réalisés. 978
personnes ont demandé de l’aide au centre de consultations spécialisé sur les addictions.
73,4 % des patients, soit 6 098 patients, sont, en 2013, suivis exclusivement dans l’une des
20 structures ambulatoires de l’établissement. 96 856 actes y ont été réalisés. Selon
l’ordonnateur, ce taux s’est amélioré en 2014, en s’établissant à 80,0 %.
3.
OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES
3.1.
Certification
La certification a été obtenue avec la satisfaction des principales recommandations de la
Haute Autorité de Santé (HAS). Au vu de son rapport de novembre 2014, il reste cependant
deux réserves à lever et six recommandations à satisfaire
2
. Une procédure est en cours pour
lever ces réserves et ces recommandations. Un rapport de suivi a été envoyé à la HAS en
juin 2015.
3.2.
Projet d'établissement et projet médical
Le projet d’établissement met l’accent, d'une part, sur la question de l’accessibilité aux soins
et l’hétérogénéité des organisations mises en place pour l’accueil des patients, et, d'autre
part, sur la faible performance du système de recueil de valorisation de l’activité, que la
direction souhaite d’ailleurs améliorer. Le projet médical de la CHT parisienne pour la
psychiatrie s’insère dans le Plan Psychiatrie et Santé mentale 2011-2015, ainsi que dans les
travaux du Schéma régional d’organisation des soins (SROS IV).
2
Les deux réserves portent sur la politique d’économie de l’énergie, jugée trop timide, et la prise en charge
médicamenteuse du patient à travers l'identification des médicaments à risque, la finalisation du manuel qualité,
les fiches de mission des référents qualité/pharmacie au sein des unités et la procédure de prise en charge
médicamenteuse pour l'hospitalisation à temps partiel et l’ambulatoire. Les cinq recommandations concernent :
l’engagement dans le développement durable, non encore décliné dans le programme pluriannuel ; la sécurité du
système d’information, non assurée ; le respect des libertés individuelles et la gestion des mesures de restriction
de liberté ; l’éducation du patient à la prise en charge de la douleur ne semble pas réalisée en pédopsychiatrie et
dans les structures ambulatoires ; la gestion du dossier patient et l’identification du patient à toutes les étapes de
sa prise en charge.
8/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
La chambre observe qu’il serait important d’atteindre, à l’avenir, l’exhaustivité de l’information
dans le recueil de valorisation de l’activité, notamment celle qui provient des centres médico-
psychologiques.
Selon l’ordonnateur, l’établissement mettrait en oeuvre plusieurs mesures visant à améliorer
le recueil d’informations relatives à son activité, dont le déploiement du logiciel patient
Cortexte depuis avril 2015 et la formation des personnels.
4.
FIABILITÉ DES COMPTES
1°) La fiabilité des comptes s’est améliorée au cours du contrôle, plusieurs réformes ayant
été menées à bien pendant son déroulement. Les réformes ont notamment concerné la
politique du recouvrement.
L’examen des comptes 2008 à 2013 a dénoté un accroissement significatif de la dette des
patients, qui est passée de 1 183 152 € en 2008 à 1 917 520 € en 2013, traduisant une
augmentation de sa part dans le total des produits d’exploitation. Une charte
d’identito-vigilance et une procédure d’identito-vigilance permettant de garantir la fiabilisation
de l’identité du patient ont donc été élaborées en 2012-2013. De même, une procédure de
gestion des admissions précisant les circuits et les documents à recueillir dans le dossier
administratif du patient (carte vitale, pièce d’identité, tout document permettant la facturation)
a été mise en place, un travail de suivi administratif du patient étant effectué, notamment
pour les personnes dénuées de protection sociale et pour les étrangers en situation
irrégulière bénéficiant de l’aide médicale d’Etat.
2°) Plusieurs problèmes demeurent cependant non résolus.
a) Le premier concerne le compte 229 « Droits des concédant », qui connaît depuis plusieurs
années un solde créditeur inexpliqué de 2 892 835 €, que la chambre souhaiterait
comprendre. Dans sa réponse aux observations provisoires, le directeur a déclaré ne pas
pouvoir fournir les explications demandées et vouloir régulariser le compte dans le cadre de
l’entreprise de fiabilisation effectuée en 2015.
b) Le deuxième problème a trait aux comptes de provisions pour risques (compte 151) et à
leur montant, dont l’estimation pourrait être plus précise et pour lesquels les erreurs
observées dans l’imputation devraient être rectifiées. Dans sa réponse aux observations
provisoires, le directeur déclare, sans en apporter la preuve, que ces erreurs ont été
corrigées à la clôture de l’exercice 2014.
A cet égard, l’établissement s’est d’ores et déjà engagé à émettre, à la fin de chaque
exercice, un certificat administratif à l’appui des écritures comptables effectuées au titre des
dotations et de leurs reprises. Il s’est également engagé à conserver la copie des factures
relatives aux reprises sur provisions.
c) Le troisième problème concerne le montant inscrit au compte 491 « Provisions pour
dépréciation des comptes des redevables » qui regroupe les créances douteuses.
La chambre constate tout d’abord que les restes à recouvrer ont doublé alors que les
provisions du compte 491 ont baissé durant le même laps de temps tout en demeurant
suffisantes, pour le moment, pour les couvrir entièrement.
L’analyse du risque de non recouvrement et des pertes probables qui pourraient en résulter
n’est pas, pour l’instant, effectuée chaque année au moment de l’arrêté des comptes
annuels et le montant de la dépréciation, inscrite au compte 491, n’est, en conséquence, pas
ajusté à chaque fin d’exercice. La directrice affirme cependant que la question sera abordée
9/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
dans le cadre du travail de fiabilisation des comptes, probablement cette année. A cette
occasion, sera abordée la question des restes à recouvrer dans leur ensemble.
Par ailleurs, le taux de couverture des restes à recouvrer par l’inscription de provisions au
compte 491, bien que diminuant, demeure supérieur à 100 %, dénotant une couverture du
risque d’impayés qui ne semble aller au-delà de son caractère comptable de couverture de
risques.
Tableau n° 1 : Taux de couverture des restes à recouvrer par les provisions
Taux de couverture des restes à recouvrer par les
provisions
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Provisions pour dépréciation des comptes de redevables
(sc/491)
2 845 067
2 581 024
2 528 901
2 464 155
2 464 155
2 331 682
2 258 529
Restes à recouvrer sur exercices antérieurs (sd/414)
943 098
1 183 152
1 040 206
1 152 291
1 507 164
1 793 858
1 917 520
Couverture du risque de dépréciation d'actif circulant
301,7%
218,1%
243,1%
213,8%
163,5%
130,0%
117,8%
Source
: Comptes financiers
La chambre prend note qu’un audit extérieur devait «
être lancé à l’automne 2015 afin
d’analyser les causes de l’augmentation des restes à recouvrer et proposer des pistes
d’amélioration
».
Les trois établissements de la direction commune se sont engagés en 2014 dans une
réflexion commune sur la fiabilisation et la certification des comptes. Les provisions semblent
occuper une place centrale dans cette réflexion, notamment sur les comptes 151 et 158. En
2015, la réflexion doit se poursuivre en se portant sur le compte 491.
5.
ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIÈRE
5.1.
Bilan
5.1.1.
Soldes du bilan
Le fonds de roulement net global est demeuré à peu près constant sur la période examinée.
L’accroissement du besoin en fonds de roulement a permis de couvrir la baisse de la
trésorerie, qui est passée de 37,5 M€ fin 2010 à 21,5 M€ fin 2013, mais qui, mesurée en
nombre de jours de dépenses courantes, demeure largement supérieure chaque année à la
médiane.
Tableau n° 2 : Soldes du bilan (en milliers d’euros)
Soldes du bilan (en k€)
2009
2010
2011
2012
2013
Fonds de roulement net global
33 730
39 828
34 527
30 302
32 933
Besoin en fonds de roulement net global
1 754
2 261
2 892
6 799
11 218
Trésorerie
31 975
37 567
31 635
23 503
21 715
Source
: Rapport du comptable 2013 - Tableaux Idaho.
5.1.2.
Actif du bilan
Pendant deux années consécutives, en 2011 et 2012, l’établissement s’est efforcé de
renouveler ses équipements. Il a ainsi investi davantage que la médiane des établissements
comparables, diminuant son taux de vétusté de plus de 4 points en deux ans. Celui-ci est, fin
2013, au niveau de la médiane des établissements de même catégorie.
10/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
5.1.3.
Passif du bilan
1) Les
financements stables
sont en forte augmentation sur la période 2009-2013. Ils
passent ainsi de 151,3 M€ en 2009 à 171,8 M€ en 2013. Cette progression provient de
principalement des excédents affectés à l’investissement, en hausse en 2010, 2011 et 2012
de plus de 8,5 M€, des amortissements, qui augmentent de 8,6 M€ entre 2009 et 2013, et
des emprunts et dettes assimilées à long terme, qui, pratiquement inexistantes avant 2012,
s’élèvent à 6,35 M€ fin 2012 et 5,95 M€ fin 2013.
La diminution concomitante des provisions (notamment des provisions pour risques et
charges) et, surtout, du résultat comptable ne suffit pas à inverser cette tendance positive.
2) Les
dettes
(autres que financières) ont diminué en 2012 et 2013. Elles sont en effet
passées de 8 M€ en 2011 à 6,3 M€ en 2012 et 6,2 M€ en 2013. Cette évolution provient
principalement de la baisse des dettes fiscales et sociales, qui passent de 3,77 M€ en 2011
à 2,62 M€ en 2012 et 2,69 M€ en 2013.
Le montant de la dette financière au 31 décembre est
quasi
nul jusqu’au 1
er
janvier 2012. A
compter de 2012, le montant de la dette financière est de 6,35 M€ au 31 décembre 2012 et
de 5,95 au 31 décembre 2013.
Sa durée apparente, qui est égale au rapport, exprimé en mois, entre son montant et la
capacité d'autofinancement de l’établissement, est de 17,7 mois, résultat très inférieur à la
médiane des établissements de même catégorie (55,3 mois).
Il en résulte un taux d’indépendance financière très satisfaisant. Ce dernier, qui est égal au
rapport entre la dette à long terme et le montant des capitaux permanents, est très bas
(6,2 %), qui doit être comparé à la médiane (30,6 %).
Ces ratios sont confortés par la faiblesse de la part du remboursement en capital de la dette
dans les amortissements (2,43 années) au 31/12/2013.
5.2.
Analyse des résultats
L’excédent brut d'exploitation et le résultat d'exploitation ont été, au cours de la période
examinée, pénalisés par des dépenses de personnel importantes.
5.2.1.
Le résultat global et ses composantes
5.2.1.1.
Compte principal
Le résultat global (compte principal et budgets annexes) est négatif en 2013 (– 247 315 €).
Le résultat exceptionnel
3
, ordinairement déficitaire, est, en 2013, excédentaire. Il ne saurait,
par conséquent, expliquer la détérioration du résultat global.
La baisse du résultat global s’explique en réalité par celle du résultat courant (– 436 272 €)
en 2013 contre + 743 764 € en 2012) :
3
Les produits exceptionnels proviennent, pour 73 % d’entre eux, et les charges exceptionnelles, pour 99 %, des
opérations de gestion sur exercices antérieurs (c'est-à-dire principalement des admissions en non-valeur sur
titres de recette considérés comme irrécouvrables).
11/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Tableau n° 3 : Résultat global
TOUS COMPTES CONFONDUS
(en €)
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Résultat d'exploitation
14 638 150
2 293 315
2 622 638
3 623 052
1 238 950
820 140
-225 826
Résultat financier
0
0
0
0
0
-76 377
-210 446
Résultat courant
14 638 150
2 293 315
2 622 638
3 623 052
1 238 950
743 764
-436 272
Résultat exceptionnel
756 796
849 107
126 439
229 489
993 401
-63 981
188 957
Résultat global
15 394 945
3 142 422
2 749 077
3 852 541
2 232 351
679 783
-247 315
Source
: Comptes financiers 2007 à 2013
La cause de ce déclin est double :
– Les frais financiers, inexistants avant l’emprunt de 2012, demeurent très faibles depuis.
Générés par les emprunts nouveaux effectués en 2012, ils ont toutefois provoqué un résultat
financier négatif qui explique 4,9 % de la baisse du résultat global intervenue entre 2011 et
2012 et 8,5 % de celle observable entre 2011 et 2013.
– Une très forte détérioration du résultat d'exploitation qui a baissé en 2013 de 1 045 966 €
(= – 225 826 – 820 140). Ce phénomène touche particulièrement les budgets annexes, au
sein desquels le résultat d'exploitation est passé de de 707 655 € en 2012 à – 268 344 € en
2013, soit une diminution de 975 999 €. Ce facteur est aussi présent, mais à un moindre
degré, au compte principal, où le résultat d'exploitation baisse de 69 967 € en 2013.
Tableau n° 4 : Compte principal
BUDGET HOPITAL (en €)
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Résultat d'exploitation
14 432 251
2 007 895
2 545 490
3 156 284
740 380
112 486
42 518
Résultat financier
0
0
0
0
0
-52 337
-134 209
Résultat courant
14 432 251
2 007 895
2 545 490
3 156 284
740 380
60 119
-91 691
Résultat exceptionnel
763 798
857 523
159 983
243 903
1 008 807
-21 084
107 750
Résultat global
15 196 049
2 865 417
2 705 473
3 400 187
1 749 187
39 035
16 059
Source
: Comptes financiers 2007 à 2013
Tableau n° 5 : Budgets annexes
BUDGETS ANNEXES (en €)
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Résultat d'exploitation
205 899
285 420
77 148
466 768
498 569
707 655
-268 344
Résultat financier
0
0
0
0
0
-24 040
-76 237
Résultat courant
205 899
285 420
77 148
466 768
498 569
683 645
-344 582
Résultat exceptionnel
-7 002
-8 415
-33 544
-14 414
-15 406
-42 897
81 208
Résultat global
198 896
277 005
43 604
452 354
483 164
640 748
-263 374
Source
: Comptes financiers 2007 à 2013
La détérioration du résultat d'exploitation est elle-même due à deux facteurs :
– La diminution de la dotation annuelle de financement, qui explique la baisse des produits
d’exploitation (de 73,7 M€ en 2009 à 71,9 M€ en 2013).
– La hausse des dépenses de personnel
4
, tant pour le compte principal que pour les budgets
annexes, et qui provient pour une grande part de la hausse des impôts et taxes sur
rémunérations, égale à + 18,7 % sur la période examinée, et, pour une autre part, d’un
recours excessif aux dépenses d’intérim et d’heures supplémentaires provoquées en partie
4
La hausse des dépenses de personnel sur la période examinée (+ 11,8 %) demeure cependant inférieure à la
hausse des dépenses d’exploitation (+ 14,8 %).
12/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
par un régime de réduction du temps de travail très favorable et par un taux d’absentéisme
relativement élevé
5
.
Par ailleurs, le poids des amortissements et provisions dans la marge brute est croissant sur
la période examinée, jusqu’à dépasser les 100 % en 2013 (119,3 % précisément). Les
amortissements (114,5 % de la marge brute en 2013) en constituent la part la plus
importante.
L’importance des dotations aux amortissements et provisions, nettes des reprises, et en
hausse de 46,4 % en 2013 (par rapport à 2012) explique le résultat d'exploitation négatif en
dépit d’une marge brute en hausse du fait de l’augmentation des produits de gestion
courante.
Tableau n° 6 : Résultat d'exploitation (en milliers d’euros)
Soldes
2009
2010
2011
2012
2013
= MARGE BRUTE
6 748
7 280
5 446
3 894
4 271
+ Reprises sur amortissements et provisions et transferts
de
charges d'exploitation
450
528
435
1 086
797
- Dotations aux amortissements
3 866
3 905
3 947
3 881
4 892
- Dotations aux provisions et dépréciations
710
280
695
278
403
= RESULTAT d’EXPLOITATION
2 623
3 623
1 239
820
-226
Source
: Rapport du comptable 2013 - Tableaux Idaho
5.2.1.2.
Budgets annexes
Les budgets annexes, qui sont déficitaires en 2013, jouent un rôle important dans la
détérioration des comptes de l’établissement, contribuant à rendre le résultat global négatif
en 2013. Cependant, ce basculement n’a été rendu possible que par la très forte
détérioration du compte principal en 2011 et 2012.
Le résultat négatif de 2013 n’est cependant pas dû au compte principal, mais à l’EHPAD. En
effet, le compte principal connaît un bénéfice de 16 059 € alors que l’EHPAD est déficitaire
de 332 578 € (contre un résultat excédentaire, en 2012, de 258 331 €).
Le déficit de l’EHPAD observé en 2013 (332 573 €) provient, pour les deux tiers (222 633 €),
de la baisse subite de la dotation soins accordée par l’agence régionale de santé cette
année-là du fait des excédents des années précédentes, et, pour le tiers restant, de la forte
progression des dépenses d’entretien et de réparation (c/615), qui passent de 38 987 € à
119 763 €, et des rémunérations brutes (personnels extérieurs et personnel non médical).
Un phénomène similaire, quoique moins prononcé du fait de masses financières inférieures,
concerne le budget annexe de la MAS, en déficit, en 2013, de 134 284 € (contre un excédent
de 134 963 € en 2012).
5
Ainsi peut-on observer, d’après les statistiques d’activité fournies par la direction au cours du contrôle, une
progression du taux d’absentéisme au cours de la période examinée puisque ce taux est passé de 6,4 % en 2007
à 8,9 % en 2010 et 8,0 % en 2012. Les mesures mises en oeuvre pour lutter contre l’absentéisme au sein de
l'établissement sont, selon la direction, d'une part, la contractualisation interne et la réalisation des projets de
pôle, qui auraient permis de développer un management plus participatif pour l'ensemble des équipes de soins,
et, d'autre part, la mise en oeuvre de groupes de travail et de plans d'actions en vue d’améliorer les conditions de
travail.
13/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Ce sont donc principalement les charges de personnel qui expliquent les déficits de ces deux
budgets annexes et, partant, de l’ensemble de l’établissement (compte principal + budgets
annexes).
5.2.2.
La capacité d'autofinancement
La capacité d'autofinancement, élevée en 2009 et 2010, a commencé à décliner en 2011.
Elle s’établit à 4 M€ en 2013. Ce déclin est la conséquence de celui qui a affecté l’excédent
brut d'exploitation.
Tableau n° 7 : Formation de la capacité d'autofinancement
Formation de la capacité d\'autofinancement
2009
2010
2011
2012
2013
Excédent brut d'exploitation
6 104
6 629
4 168
3 300
3 370
+ Transferts de charges d'exploitation
0
0
0
0
0
+ Autres produits d'exploitation
943
1 045
1 379
855
1 112
-
Autres charges d'exploitation
299
394
101
261
210
+ Produits financiers (sauf reprises)
0
0
0
0
0
- Charges financières (sauf dotations )
0
0
0
76
210
+ Produits exceptionnels (sauf reprises et opérations en
capital)
623
949
432
444
740
- Charges exceptionnelles (sauf dotations et opérations en
capital)
604
744
483
487
763
CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT
6 767
7 486
5 395
3 775
4 039
Source
: Rapport du comptable 2013 – Tableaux Idaho
Cette capacité d'autofinancement en déclin a été principalement affectée aux dotations aux
amortissements et provisions.
5.3.
Ecart grandissant entre dépenses de fonctionnement et recettes de fonctionnement
5.3.1.
Observation générale
Les dépenses de fonctionnement du compte principal augmentent sur la période examinée
alors que les recettes de fonctionnement diminuent dans le même laps de temps.
Les principales opérations ayant impacté l’évolution des charges et produits sont les
suivantes :
- En 2007, l’opération sincérité des comptes sur le haut de bilan (provision compte 157) a
majoré, on l’a déjà vu, les produits de titre 3 de 11 400 000 €.
- En 2011, le transfert d’enveloppe au profit de l’EPS Barthélémy-Durand pour les activités
de l’Essonne pour un montant de 3 145 150 € a conduit à la baisse de la dotation annuelle
de financement
et, par conséquent, à celle de l’excédent.
- En 2011, une cession d’éléments d’actifs de 1 056 000 € a majoré les produits de titre 3.
- En 2012, l’opération de fongibilité de la MAS (- 595 490 €) et l’abondement de la DAF
(+ 832 000 €) pour le financement du CIAPA
- En 2013, on a assisté à la poursuite de l’opération de fongibilité de la MAS et augmentation
des recettes de titre 3 en lien avec le remboursement du budget annexe de la MAS.
14/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
5.3.2.
Les dépenses
La progression observée en 2008, 2009 et 2010 provient principalement de l’augmentation
des dépenses de personnel. En 2011 et 2013, les dépenses demeurent stables par rapport à
l’exercice précédent et, en 2012, ce sont les charges hôtelières qui expliquent la hausse des
dépenses.
a) L’augmentation des charges de personnel provient principalement :
- En 2008, des dépenses de personnel intérimaire (790 000 €) et du paiement des jours de
compte épargne temps (400 000 €) ;
- En 2009, du remboursement à l’EPS Barthélémy-Durand des rémunérations du personnel
du centre de crise de Longjumeau (384 338 €) ouvert au 4
ème
trimestre 2009 ;
- En 2010, de l’impact en année pleine de l’ouverture du centre de crise de Longjumeau
(+ 677 332 €) correspondant à trois trimestres supplémentaires et de l’augmentation du point
indiciaire en juillet 2010 et du GVT qui ont compensé la diminution des effectifs de 19 ETP
(hors centre de crise Longjumeau)
6
.
b) L’impact de la hausse des dépenses de personnel a été différent selon les exercices :
- En 2008 et 2010, la hausse des dépenses s’explique principalement par celle des
dépenses de personnel.
- En 2009, la hausse des dépenses de personnel a été compensée par une diminution des
dépenses hôtelières consécutive au départ des unités de psychiatrie de l’hôpital d’Orsay
hébergé temporairement sur le site d’Epinay sur Orge, aux effets prix des marchés
alimentaires du RESAH et à une meilleure maîtrise de la consommation des objets à usage
unique.
- En 2011, l’établissement a bénéficié d’une diminution des dépenses de 0,6 % par rapport à
2010 (- 478 575 €) provenant de la baisse des dépenses de personnel non médical
(– 746 401 €), due à la fin du remboursement à l’EPS Barthélémy-Durand des rémunérations
du centre de crise de Longjumeau (- 1 061 704 €)
7
et à la diminution des dépenses de
personnel intérimaire (- 517 896 €) et diminution des postes vacants, compensée en partie
par l’accroissement des dépenses de personnel médical (+ 311 180 €) provenant d’un
effectif plus élevé qu’en 2010 (moins de postes vacants).
- En 2012, l’augmentation des dépenses (+ 1 350 526 €) s’explique par celle des charges
hôtelières (+ 1 694 789 €), compensée il est vrai par une diminution des dépenses de titre 4
due à la baisse des amortissements et des dotations sur comptes de provisions. Cet
accroissement des charges hôtelières provient principalement de la hausse des dépenses
de travaux (réalisation du plan de maintenance) dont une partie a été financée par une
reprise sur le compte de provisions pour grosses réparations.
Les dépenses de personnel ont été stables en 2013 par rapport à 2012 et les dépenses des
titres 2 et 3 ont baissé. Comme les dépenses totales sont demeurées constantes, le titre 4
s’en est trouvé mieux doté (hausse des amortissements liés à l’impact du PPI et constitution
de provisions) et la fiabilité des comptes, améliorée.
6
Ce qui fait au total une progression des charges de personnel de 626 580 € en 2010.
7
La diminution des dépenses de personnel non médical n’est cependant pas aussi importante car les dépenses
de personnel du GPSPV proprement dit (hors remboursement à l’hôpital Barthélémy-Durand) sont en
augmentation de 1,1 %.
15/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
5.3.3.
Les recettes
En 2008, la baisse très importante des recettes est liée à la reprise effectuée (11,5 M€)
l’année précédente et qui explique le montant particulièrement élevé des soldes
intermédiaires de gestion cette année-là. En contrepartie, la dotation annuelle de
financement a augmenté de 668 512 €.
En 2009, on enregistre une augmentation globale des recettes de 1 045 796 € dont
1 046 353 € pour la dotation annuelle de financement.
En 2010, l’augmentation des recettes s’élève à 1 233 141 €, dont + 230 883 € pour la
dotation annuelle de financement, + 619 666 € pour les produits hospitaliers (hausse du
forfait et hausse des produits de l’aide médicale aux étrangers en situation irrégulière) et
+ 382 592 € sur le titre 3 (traduisant une augmentation des réémissions de titres sur
exercices antérieurs).
En 2011, les recettes diminuent de 2 129 574 €, dont 2 804 922 € pour la dotation annuelle
de financement (en moins) consécutive au transfert sur l’hôpital Barthélémy-Durand des
crédits afférents aux activités de l’Essonne (3 145 150 €). En revanche, les recettes du titre 3
augmentent de 848 420 € à la suite d’une cession d’éléments d’actifs pour 1 056 000 €.
En 2012, les recettes diminuent de 359 627 € grâce aux produits du titre 3 qui baissent de
1 140 889 € à la suite de cessions d’éléments d’actifs en 2011 non renouvelés en 2012. La
dotation annuelle de financement progresse de 532 724 € (financement du CIAPA).
En 2013, l’augmentation des redevances perçues auprès des partenaires hébergés sur le
site du Perray n’a pas suffi à compenser les pertes de recettes observées sur le titre 1
(maison d’accueil spécialisée).
6.
PERFORMANCE DE L’ÉTABLISSEMENT
6.1.
Comparaison nationale
L’établissement a participé jusqu’à 2010 inclus à la base d’Angers. En 2011, la démission de
son contrôleur de gestion a conduit l’établissement à repousser à une date ultérieure sa
participation à la base nationale. Sa participation a repris en 2013, mais pour une partie
seulement de son activité.
Ce qui caractérise l’établissement, c’est le caractère élevé des dépenses de personnel non
médical. Les coûts d’unité d’oeuvre dus à la fonction personnel (hors personnel médical) sont
partout plus élevés que la moyenne de la base d’Angers. Cette caractéristique du centre
hospitalier contribue à dégrader ses résultats en termes de performance comparée.
Ainsi la blanchisserie a-t-elle, en 2013, des coûts d’unité d’oeuvre en dépenses de personnel
non médical trois fois supérieure à la moyenne nationale (1,783 contre 0,634).
De même, les services administratifs (finances, comptabilité, direction, personnel) ont des
coûts d’unité d’oeuvre de 50 % à deux fois supérieurs à la moyenne nationale :
16/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Tableau n° 8 : Performance comparée (GACAH) avec les établissements de santé
nationaux
Fonction
Coût de l’UO Personnel non médical
Coût UO totale
Perray-Vaucluse
Moyenne
nationale
Perray-Vaucluse
Moyenne nationale
Blanchisserie
1,783
0,634
2,471
1,557
Finances-Comptabilité
(nombre de mandats)
20,609
11,356
29,727
19,972
Gestion économique
73,585
65,598
114,176
104,211
Restauration
hors
biberonnerie
3,121
2,553
8,060
5,695
Services administratifs liés
au
personnel
(etp
rémunérés)
2 836,208
2 143,392
2 605,839
1 782,044
Jardins
0,505
1,505
0,511
1,842
Maintenance
7,759
12,181
49,027
28,375
Source
: Groupe pour l’amélioration de la comptabilité analytique hospitalière (GACAH).
Une autre source, en provenance de la direction des finances de l’établissement, fait état de
chiffres légèrement différents, mais le diagnostic est le même : les coûts analytiques de
l’établissement sont très nettement supérieurs à ceux de l’échantillon.
Dans le domaine des soins, le foyer post-cure et l’hospitalisation à temps plein (notamment
pour les enfants et adolescents) révèlent des coûts d’unités d’oeuvre nettement supérieurs à
la moyenne nationale.
Il est à noter la bonne performance des jardins et, à un degré moindre, de l’entretien et de la
maintenance. Néanmoins, si cette dernière fonction connaît une performance supérieure à la
moyenne nationale en termes d’unité d’oeuvre de personnel non médical (7,759 contre
12,181), elle demeure, à Perray-Vaucluse, fortement handicapée par l’ampleur des
réparations sur immobilisations constatée et qui se seraient élevées, en 2013, à 1 433 839 €.
Il convient de préciser que le personnel médical n’est pas inclus dans ces ratios.
6.2.
Comparaison sectorielle
Les comparaisons par catégorie d’établissements montrent que le GPSPV subit un coût
d’unité d’oeuvre supérieur à la moyenne des établissements de même catégorie, notamment
pour la blanchisserie.
Toutefois, la chambre relève la bonne performance de l’établissement dans les fonctions
entretien des jardins et entretien et de maintenance (hors jardins) avec un coût d’unité
d’oeuvre pour le personnel non médical nettement inférieur à la moyenne nationale, et, pour
les seuls jardins, un coût d’unité d’oeuvre global de trois fois inférieur à la moyenne
nationale. Comme précédemment, le personnel médical n’est pas compris dans la
détermination de ces ratios.
17/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Tableau n° 9 : Performance comparée (GACAH) avec les établissements de même
catégorie
Fonction
Coût de l’UO Personnel non médical
Coût UO totale
Perray-Vaucluse
Moyenne
nationale
Perray-Vaucluse
Moyenne nationale
Blanchisserie
1,783
0,968
2,471
1,946
Finances-Comptabilité
(nombre de mandats)
20,609
16,013
29,727
23,023
Gestion économique
73,585
80,641
114,176
112,090
Restauration
hors
biberonnerie
3,121
2,383
8,060
5,815
Services administratifs liés
au
personnel
(etp
rémunérés)
2 836,208
2,547,815
2 605,839
2 137,381
Jardins
0,505
1,222
0,511
1,455
Maintenance
7,759
18,470
49,027
37,479
Source
: Groupe pour l’amélioration de la comptabilité analytique hospitalière
7.
RESSOURCES HUMAINES
L’ampleur des remplacements observés s’explique principalement par le régime du temps de
travail, très favorable aux personnels, en vigueur dans l’établissement.
La situation observée (32 jours de RTT par an) est la conséquence d’un protocole d’accord
avalisé par le CTE le 21 octobre 2008 sur la base d’un document de synthèse, en date du
7 juillet 2003, signé par le directeur (par intérim) en poste à l’époque.
Certaines stipulations de ce protocole ne paraissent pas conformes à la réglementation en
vigueur.
7.1.
La situation au GPSPV
La durée hebdomadaire moyenne de travail est comprise entre 35 et 36 heures. Les agents
bénéficient donc d’heures ou de jours de repos supplémentaires au titre de la réduction du
temps de travail dans la limite légale autorisée.
Cependant, ils bénéficient également de jours de repos compensateurs supplémentaires qui
s’avèrent irréguliers.
D'une part, en effet, la durée de travail a été calculée sur la base de 8 heures par jour. C’est
pour cette raison que le nombre de jours de repos compensateurs est, au GPSPV, de 21
jours.
D'autre part, des jours supplémentaires ont été accordés. Parmi ces jours, la chambre juge
irréguliers le jour dit « fête des mères », accordé à tous les agents féminins, même non
chargés de familles ainsi que le jour dit « de don du sang », accordé aux personnes ayant
donné leur sang. Selon le directeur, «
le coût de ces jours supplémentaires dérogatoires du
droit commun est estimé pour l’ensemble des agents du GPSPV à 1 211 000 euros (4 jours
GPSPV) et 212 167 euros (1 jour fête des mères
» », soit 1 423 167 euros.
Les difficultés que l’établissement pourrait éprouver en matière de recrutement ne seraient
pas de nature à justifier le maintien de mesures illégales.
18/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
7.2.
Les surcoûts générés par le dispositif local
Les surcoûts générés par cet aménagement du temps de travail dérogatoire du droit
commun sont loin d’être négligeables. En effet, en y incluant les jours supplémentaires vus
précédemment (point 7.1.), le surcoût peut être chiffré à plus de 2,4 M€ par an
8
. Cet octroi
de jours de congés supplémentaires a indubitablement des conséquences en termes de
recours accru aux heures supplémentaires, dont les dépenses ont été, en 2014, évaluées à
820 000 €, et à l’intérim, dont les dépenses ont été, en 2014, supérieures à 2 M€.
Pour sa part, se projetant dans une perspective de retour à une durée non dérogatoire du
temps de travail, l’ordonnateur estime «
qu’un scénario de retour à 17 RTT (7h36/jour)
permettrait ainsi pour les 722 agents du GPSPV en 8h une économie de 1 810 734 € […]
».
La chambre prend acte de la décision de l’établissement de se mettre en conformité avec la
réglementation.
7.3.
Avancement de grade et d’échelon
Aux surcoûts dus à la réduction du temps de travail, s’ajoutent d’autres coûts dus aux
avancements d’échelon et de grade, particulièrement généreux.
7.3.1.
L’avancement d’échelon et de grade des agents travaillant au GPSPV
Au GPSPV, le calcul des taux de promotion pour l’avancement de grade s’avère diverger
sensiblement des dispositions du décret du 3 août 2007 relatif à l'avancement de grade dans
certains corps de la fonction publique hospitalière puisque, en 2014, le nombre d’agents
appelés à bénéficier d’un avancement de grade était de 43,19 ETP alors que l’application
stricte de la réglementation aurait dû en fixer le montant à 18,96 ETP.
Environ trois agents sur dix bénéficient de l’avancement à la durée minimum. Le solde des
effectifs – soit les deux autres tiers – bénéficie d’une bonification qui prend la forme d’un
avancement à la durée intermédiaire. Cette bonification est accordée à tous les agents dont
la note est supérieure à 15 (c’est-à-dire, en réalité, à tous les agents de l’établissement) et
qui ne peuvent bénéficier d’une promotion à la durée minimum. Il en résulte que la totalité
des agents en poste de l’établissement bénéficient d’une durée d’avancée intermédiaire ou
minimum, contribuant à une inflation de la masse salariale.
De plus, les durées d’avancement à la durée intermédiaire s’avèrent très proches de la
durée minimum
puisque,
selon
les
critères
d’avancement
présentés
au
Comité
d’établissement du 3 avril 2007 :
- Lorsque la durée moyenne est de 4 ans et la durée minimum de 3 ans, la durée
intermédiaire est de 3 ans et 1 mois ;
- Lorsque la durée moyenne est de 3 ans et la durée minimum de 2 ans (en catégorie C) et
de 2 ans et 3 mois (en catégorie B), la durée intermédiaire est, respectivement, de 2 ans et 1
mois, et de 2 ans et 4 mois ;
8
Le calcul est le suivant : 722 agents ETP x 13 jours irréguliers (8 de repos compensateur + 4 jours GPSPV +1
« fête des mères »)/ 193 jours annuels de travail = 48,6 agents ETP, soit 48 440 € (coût annuel moyen d’un
agent) x 48,6 = 2 354 140 €.
19/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
- Lorsque la durée moyenne est de 2 ans et la durée minimum de 1 an et 6 mois, la durée
intermédiaire est de 1 an et 7 mois.
Cet avancement systématique à la durée intermédiaire, qui ne s’appuie sur aucune base
réglementaire, a un surcoût qui est loin d’être négligeable du fait du glissement vieillesse
technicité.
7.3.2.
L’avancement d’échelon des agents ne travaillant pas au GPSPV
En revanche, en violation de l’article 51 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant
dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, en vertu duquel
«
le
détachement est la position du fonctionnaire placé hors de son corps d'origine ou, dans le
cas prévu au deuxième alinéa de l'article 4, de son emploi d'origine, mais continuant à
bénéficier, dans ce corps ou cet emploi, de ses droits à l'avancement et à la retraite
», les
agents détachés ne bénéficient pas des conditions d’avancement de leur grade. Même si
cette pratique a récemment cessé, la chambre rappelle son caractère irrégulier pour les
exercices passés.
7.3.3.
Le coût pour les finances de l’établissement
9
Le coût annuel de la politique d’avancement d’échelon en vigueur a été évalué par la
direction des ressources humaines de l’établissement
10
. Il est, pour 2015, de 260 970 €,
charges sociales (égales à 97 864 €) incluses. Sur cette somme, un peu moins de la moitié
concerne l’avancement à la durée minimum (123 280 € charges comprises pour 2015).
Les effectifs non-médicaux de l’établissement s’avérant stables d’une année sur l’autre, ce
surcoût se renouvelle à chaque exercice.
La suppression de cette mesure d’avancement à la durée intermédiaire et l’instauration de
l’avancement à la durée minimum comme seul système permettant à l’agent concerné
d’obtenir une bonification indiciaire engendrerait des économies non négligeables, évaluées
à 0,5 % de la masse salariale totale de l’établissement.
Lors de sa dernière réunion du 9 décembre 2014, le comité technique d’établissement a été
informé que les règles applicables en matière de calcul du taux de promotion pour
l’avancement de grade seraient dorénavant conformes aux dispositions du décret du 3 août
2007 précité.
7.4.
Prime de service
L’octroi de la prime de service, qui sert à rémunérer les sujétions particulières subies par
certaines catégories de personnel, est fixé par l’arrêté interministériel du 24 mars 1967
relatif
aux conditions d'attribution de primes de service aux personnels des établissements
énumérés à l'article 2 de la loi du 9 janvier 1986 dans la limite d’un taux plafond égal à 7,5 %
9
La cour des comptes avait observé, dans son rapport Sécurité sociale 2014, l’abus de l’utilisation, par les
hôpitaux, de l’avancement intermédiaire appliquée bien souvent à plus de la moitié des agents avec des surcoûts
estimés entre 100 000 et 200 000 € par établissement.
10
Note du 25 février 2015.
20/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
des dépenses de personnel
11
. Le taux de la prime ne peut excéder 17 % du traitement brut
de l’agent au 31 décembre de l’année au titre de laquelle la prime a été attribuée.
Les personnels bénéficiaires sont les agents titulaires et stagiaires auxquels a été attribuée
une note supérieure ou égale à 12,5 (sur 25), à l’exception du personnel d’encadrement et
de direction. Les techniciens hospitaliers, techniciens supérieurs hospitaliers et les
ingénieurs, qui perçoivent une prime de technicité et indemnité forfaitaire technique, ne
perçoivent pas la prime de service.
Le chef de service ou d’établissement fixe par ailleurs un barème dont les montants sont
fonction des notes obtenues par chaque agent. Ce barème est établi en comité technique
paritaire et doit être porté à la connaissance du personnel par voie d’affichage sur les lieux
de travail.
La prime représente 7,5 % des crédits effectivement utilisés au cours de l’exercice annuel
pour la liquidation des traitements bruts des personnels en fonction pouvant y prétendre.
La prime est payée aux personnels titulaires, stagiaires, titulaires-stagiaires ayant au moins
trois mois de présence (sauf mutation, détachement et départs à la retraite).
Les rémunérations des directeurs, des techniciens hospitaliers, des techniciens supérieurs
hospitaliers et des ingénieurs sont prises en compte pour le calcul de la prime de service.
Cet artifice augmente le montant de la masse à répartir de 76 450,89 € (+ 4.46 %)
12
.
Selon la direction, cette irrégularité a cessé le 1
er
janvier 2015 pour le versement de la prime
de service 2014 (versée en janvier 2015).
7.5.
Le paiement
a priori
des jours de grève
Le principe de retenue de traitement en cas de grève, qui découle des dispositions
combinées du statut général de la fonction publique
13
et de la jurisprudence du conseil
constitutionnel
14
, ont été en partie perdues de vue par la direction de l’établissement. Les
retenues pour fait de grève n’ont en effet été appliquées qu’à hauteur de 50 % de leur
montant, l’autre moitié étant prélevé sur les jours de repos compensateurs.
D’après la direction, cette situation a pris fin le 1
er
janvier 2015 après que les syndicats et le
comité technique d’établissement en ont été informés
15
.
7.6.
Indemnité compensatrice de jeunes enfants
Sans doute dans le souci de faire bénéficier aux agents du centre hospitalier des mêmes
avantages sociaux que les agents de l’hôpital Marmottan, qui venait de lui être rattaché et
qui possédait une crèche hospitalière, l’établissement a créé, sans base légale, une
indemnité compensatrice pour frais de garde de jeunes enfants
16
par une délibération du
conseil d'administration n° 79-15/09 de 1979.
11
Crédits effectivement utilisés pour la liquidation des traitements budgétaires bruts des personnels en fonctions.
12
DRH,
Note d’étape
, p. 9.
13
Article 20.
14
Décision du 28 juillet 1987.
15
Cf. PV du CTE du 9 décembre 2014
16
C'est-à-dire les enfants âgés de moins de trois ans.
21/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Son montant était fixé, en fonction du quotient familial de l’agent concerné, d’après les frais
réels de la garde par une nourrice agréée ou par une assistante maternelle diplômée,
déduction faite du tarif qu’il aurait payé si son enfant avait été accueilli à la crèche du
GPSPV et des prestations versées par la caisse d’allocation familiale dans le cadre de la
prestation d’accueil du jeune enfant.
Cette indemnité était payée mensuellement et figurait sur la feuille de paye des personnes
bénéficiaires. Comme elle n’y apparaissait pas de façon individualisée, mais seulement
comme élément indiscernable du traitement indemnitaire, elle était cumulable avec la
prestation, versée par le comité des oeuvres sociales du personnel, de « garde d’enfants
crèche et assistante maternelle agréée ». Elle se cumulait également avec le complément
familial de traitement.
Le principe du versement de cette prime était réaffirmé par le projet social 2006-2010.
Le montant global supporté par l’établissement au titre de l’indemnité compensatrice pour la
garde de jeunes enfants a été évaluée par la direction des ressources humaines à environ
125 000 € par an.
La chambre note que, selon les informations livrées par le directeur, que cette prime a été
abrogée à l’horizon de 2017 par l’inclusion, dans le nouveau dispositif, légal, des agents
nouvellement concernés.
7.7.
Paiement d’heures supplémentaires
L’article 1
er
du décret n°2002-598 du 25 avril 2002 relatif aux indemnités horaires pour
travaux supplémentaires
dispose que les personnels hospitaliers peuvent percevoir, dès lors
qu'ils exercent des fonctions ou appartiennent à des corps, grades ou emplois dont les
missions impliquent la réalisation effective d'heures supplémentaires, des indemnités
horaires pour travaux supplémentaires, et ce, dans les conditions fixés par ce même décret.
L’arrêté du 25 avril 2002 fixant la liste des corps, grades ou emplois éligibles aux indemnités
horaires pour travaux supplémentaires dresse par dérogation une liste de grades –
comprenant notamment certains cadres de catégorie A – pouvant percevoir des indemnités
horaires pour travaux supplémentaires.
Seul le directeur est habilité à décider quels agents, et à quel moment, pourront effectuer
des heures supplémentaires. Ces heures supplémentaires sont soumises à plafond annuel.
Or,
il
apparaît
que
le
plafond
précédemment
évoqué
serait
dépassé
à
Perray-Vaucluse pour plusieurs agents tandis que c’est le plus souvent de leur propre
initiative, et non à la demande du directeur de l’établissement, qu’ils effectuent ces heures
supplémentaires. De plus, le caractère tardif des relevés d’heures supplémentaires (rendus
avec plus d’un an de retard) interdit tout contrôle sérieux, pourtant rendu indispensable par
l’ampleur des dépenses en la matière
17
.
Selon la direction, le comité technique d’établissement du 9 décembre 2014 a été informé
que, à compter du 1
er
janvier 2015, les heures supplémentaires seraient octroyées dans le
respect des règles qui viennent d’être rappelées. En particulier, les heures supplémentaires
sont désormais attribuées par le chef d’établissement ou par son représentant tandis que le
17
Le total des heures supplémentaires a été, pour le seul compte principal, de 1 071 444 € en 2013 et de
1 031 536 € en 2014.
22/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
versement des indemnités horaires pour travaux supplémentaires est subordonné à la mise
en oeuvre de moyens de contrôle automatisé permettant de comptabiliser de façon exacte
les heures accomplies.
7.8.
Synthèse de l’observation
7.8.1.
Récapitulation du coût global des indemnités irrégulières versées au personnel
Le coût global annuel pour les finances de l’établissement des dépenses irrégulières peut
être évalué à près de 2,9 M€, hors prise en compte des heures supplémentaires irrégulières,
selon une méthode de calcul différente de celle de l’établissement mais non contestée au
fond par lui, qu’il estime à près de 3,7 M€ :
Tableau n° 10 : Bilan des dépenses de fonctionnement irrégulières
Mesure
Coût annuel (en €)
selon l’établissement
Coût annuel (en €) selon la
chambre régionale des comptes
d'Île-de-France
Réduction du temps de travail
3 233 901
(1)
2 400 000
Avancement d’échelon et de
grade
260 970
260 000
Prime de service
76 451
75 000
Jeunes enfants
125 000
125 000
Total
3 696 322
2 860 000
(1) Le chiffre communiqué par l’établissement est calculé sur la base d’un retour à 17 jours de la réduction du
temps de travail pour l’ensemble des agents (soit 1 810 734 €) auxquels sont ajoutés 1 885 588 € au titre des 4
jours dérogatoires « GPSPV » (1 211 000 €) et du jour « fête des mères » (212 167 €).
Source
: Chambre régionale des comptes d'Île-de-France et GPSPV
Ces chiffres n’incluent pas les dépenses d’astreintes, d’heures supplémentaires et de
d’intérim induites par l’excès, par rapport à la réglementation, de jours de repos
compensateurs en vigueur pendant les exercices contrôlés.
7.8.2.
Les autres économies envisageables
L’établissement, du fait de ces dépenses de personnel excessives, souffre, par rapport aux
autres établissements équivalents, de coûts d’unité d’oeuvre supérieurs à la moyenne,
notamment en matière de frais de personnel. La plupart des secteurs d’activité sont
concernés et le plus touché est incontestablement la blanchisserie pour laquelle l’unité
d’oeuvre est, au GPSPV, trois fois supérieure à celle de la moyenne des établissements
nationaux.
Selon la direction, la fermeture du service blanchisserie et l’externalisation de cette
prestation selon les modalités retenues par le Centre hospitalier Sainte Anne et l’hôpital
Maison Blanche devrait permettre, pour cette fonction, des gains de productivité non
négligeables, de l’ordre de 360 000 €.
23/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
La deuxième source d’économies possible est le rapatriement de la cuisine (en régie) sur le
territoire parisien qui générerait une économie annuelle de 500 000 € environ.
Ces économies supplémentaires porteraient le total des économies de dépenses de
fonctionnement à plus de 3,7 M€ par an, pour la chambre.
Tableau n° 11 : Ensemble des économies possibles en dépenses de fonctionnement
Economies
Economie annuelle (en €) selon
l’établissement
Economie annuelle (en €)
selon la chambre régionale
des comptes d'Île-de-France
Dépenses de personnel
3 696 322
2 860 000
Blanchisserie
360 000
360 000
Rapatriement des
cuisines sur Paris
500 000
500 000
TOTAL GENERAL
4 556 322
(2)
3 720 000
Source
: Chambre régionale des comptes d'Île-de-France et GPSPV.
7.8.3.
Les conséquences pour l’équilibre financier de l’établissement
La réintégration, en exploitation, de 3,7 M€ annuels
18
dans le compte de résultat, c'est-à-
dire, pour la plus grande partie, en reprises de charges de personnel et de coûts
d’exploitation tels les frais d’essence, conduirait à améliorer la capacité d'autofinancement et
le résultat net global de l’établissement.
Ainsi, le résultat d'exploitation et le résultat net global de l’exercice 2013 auraient approché
les 3,5 M€ (contre 4,4 M€ en 2012, 6,0 M€ en 2011, 7,6 M€ en 2010 et 6,5 M€ en 2009).
Cela aurait naturellement impacté la capacité d'autofinancement, qui aurait été comprise,
selon les années, entre 7,75 M€ (en 2013) et 11,2 M€ (en 2010) :
Tableau n° 12 : Capacité d'autofinancement retraitée
Formation de la capacité
d\'autofinancement
2009
2010
2011
2012
2013
Excédent brut d'exploitation
9 824
10 349
7 888
7 020
7 090
+ Transferts de charges d'exploitation
0
0
0
0
0
+ Autres produits d'exploitation
943
1 045
1 379
855
1 112
-
Autres charges d'exploitation
299
394
101
261
210
+ Produits financiers (sauf reprises)
0
0
0
0
0
- Charges financières (sauf dotations)
0
0
0
76
210
+ Produits exceptionnels (sauf reprises et
opérations en capital)
623
949
432
444
740
- Charges exceptionnelles (sauf dotations
et opérations en capital)
604
744
483
487
763
CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT
10 487
11 206
9 115
7 495
7 759
Source
: Rapport du comptable 2013 - Tableaux Idaho retraités
18
On suppose ici que les économies annuellement réalisables sont pérennes et constantes.
24/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
Les autres ratios faisant intervenir les dépenses de personnel ou les soldes intermédiaires
de gestion auraient été pareillement modifiés.
______________
25/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
GLOSSAIRE DES SIGLES UTILISÉS
AME
Aide médicale de l’Etat
ARS
Agence régionale de santé
CET
Compte épargne temps
CHT
Communauté hospitalière de territoire
CIAPA
Centre inter hospitalier d’accueil pour adolescents
CLACT
Contrats locaux d’amélioration des conditions de travail
CNSA
Chambre nationale des services d'ambulances
C.O.C
Comité opérationnel de coordination
CPAM
Caisse primaire d’assurance maladie
CSAPA
Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en
addictologie
DAF
Dotation annuelle de fonctionnement
EHPAD
Etablissement
d’hébergement
pour
personnes
âgées
dépendantes
ETP
Equivalent temps plein
FMESPP
Fonds de Modernisation des Etablissement de Santé Publics et
Privés
GACAH
Groupe pour l'amélioration de la comptabilité analytique
hospitalière
GPS
Groupe public de santé
GPSPV
Groupement public de santé Perray-Vaucluse
GVT
Glissement vieillissement technicité
IDAHO (logiciel)
Instrument d’analyse hospitalière
IFSI
Institut de formation en soins infirmiers
MAS
Maison d’accueil spécialisée
MEAH
Mission nationale d’expertise et d’audit hospitalier
PPI
Plan pluriannuel d'Investissement
RESAH
Réseau des acheteurs hospitaliers
26/27
Groupe public de santé Perray-Vaucluse – Exercices 2008 et suivants – Observations définitives
RIMPSY
Recueil d’informations médicalisées en psychiatrie
SAPPEJ
Service d'activités psychopédagogiques et éducatives de jour
SROS
Schéma régional d'organisation sanitaire
T2A
Tarification à l’activité
UF
unités fonctionnelles
VAP
Valorisation de l'activité en
p
sychiatrie
27/27
REPONSE
du Directeur
du Groupe Public de Santé
Perray-Vaucluse
à Paris (*)
(*)
Cette
réponse
jointe
au
rapport
engage
la
seule
responsabilité
de son auteur, conformément aux dispositions de l'article L. 243-5 du Code
des juridictions financières.
Chambre régionale des comptes d’Île-de-France
6, Cours des Roches
BP 187 NOISIEL
77315 MARNE-LA-VALLÉE CEDEX 2
Tél. : 01 64 80 88 88
www.ccomptes.fr/ile-de-france
« La société a le droit de demander compte
à tout agent public de son administration »
Article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen
L’intégralité de ce rapport d’observations définitives
est disponible sur le site internet
de la chambre régionale des comptes d’Île-de-France :
www.ccomptes.fr/ile-de-france