Sort by
ROD.06
R
SUIVI
14, rue du Mar
611
RAPPO
I, LE CAS
rché au Filé – 6
ORT D’
– O
ECHEAN
62012 - Arras c
’OBSE
Office publ
(Départem
T, DE LA R
edex – Télépho
ERVAT
lic de l’ha
ment du Pa
REPONSE
one : 03.21.50.7
TIONS
abitat de C
as-de-Calai
E DES ORD
75.00 – Télécop
Date d’envoi
Date
S DEFI
Calais –
is)
DONNATE
pie : 03.59.62.0
i à fin de notifica
e de communicab
INITIV
EURS SUCC
5.38
tion : 13/06/2014
ilité : 24/06/2014
VES
CESSIFS
4
4
- 2/47 -
SOMMAIRE
SYNTHESE
.............................................................................................................................................................
4
I. PROCEDURE
................................................................................................................................................................
6
L
ES SUITES DONNEES AUX PRECEDENTES OBSERVATIONS DE LA CHAMBRE
....................................................
6
II. OBSERVATIONS DEFINITIVES
.............................................................................................................................
7
I -
LES DIFFICULTES DE LA GOUVERNANCE
..........................................................................................
7
A
-
U
N ENVIRONNEMENT DIFFICILE ET EXIGEANT
......................................................................................
7
B
-
L
A SUCCESSION DES ORDONNATEURS A PERTURBE LA REMISE EN ORDRE DE L
OFFICE
........................
7
1 -
L’alternance à la direction de l’office
........................................................................................
7
2 -
La succession des ordonnateurs
.................................................................................................
8
C
-
L’
OFFICE SOUFFRE DE CARENCES ORGANISATIONNELLES
....................................................................
8
1 -
L’insuffisance du système informatique entrave le fonctionnement de l’office
........................
8
2 -
Le retard de la mise en place d’un véritable contrôle interne
....................................................
9
3 -
Le diagnostic de la Miilos
.........................................................................................................
9
D
-
L’
OFFICE EST NEANMOINS PARVENU A RATIONALISER LA PROCEDURE DE LA COMMANDE
PUBLIQUE
...........................................................................................................................................
10
1 -
La rationalisation et la centralisation de la procédure d’achat
.................................................
10
2 -
La formalisation tardive des procédures de marché public
.....................................................
10
E
-
L
ES DIFFICULTES DU PARTENARIAT AVEC LA TRESORERIE
.................................................................
10
II -
L’INSUFFISANCE DES REPONSES DE L’OFFICE AUX BESOINS DE LA POPULATION
..............
11
A
-
V
IEILLISSANT ET DEGRADE
,
LE PARC EST LARGEMENT INADAPTE A LA DEMANDE
.............................
11
1 -
Un parc hétérogène et dégradé
................................................................................................
11
2 -
La persistance des retards de maintenance
..............................................................................
12
B
-
U
NE POLITIQUE LOCATIVE EN AMELIORATION MAIS ENCORE PERFECTIBLE
........................................
14
1 -
L’office doit gérer un volume considérable de demandes
.......................................................
14
2 -
Les logements réservés : un dispositif confus et inutilisé
........................................................
15
3 -
La procédure d’instruction des demandes de logement
...........................................................
16
C
-
L
E POIDS DE LA VACANCE
,
CONSEQUENCE DE LA DEGRADATION DU PARC
.........................................
17
D
-
L
A POLITIQUE DES LOYERS
.................................................................................................................
18
1 -
La politique prudente de fixation des loyers
............................................................................
18
2 -
Le supplément de loyer de solidarité et la mixité sociale
........................................................
18
3 -
La prévention et la gestion des loyers impayés
.......................................................................
18
III -
LA SITUATION BILANCIELLE ET D’EXPLOITATION DE L’OFFICE
..............................................
20
A
-
L
A STRUCTURE DU BILAN
...................................................................................................................
20
1 -
Le fonds de roulement
.............................................................................................................
20
2 -
Le besoin en fonds de roulement (BFR)
..................................................................................
20
3 -
La trésorerie
.............................................................................................................................
20
4 -
Le potentiel financier
...............................................................................................................
21
5 -
L’opération ANRU au Beau-Marais concentre l’essentiel des capacités de l’office
...............
21
B
-
U
NE SITUATION FINANCIERE CARACTERISEE PAR LA FAIBLESSE DE L
EXPLOITATION
COURANTE
..........................................................................................................................................
22
1 -
L’office
supporte
un
niveau
important
de
charges
de
fonctionnement
particulièrement rigides
...........................................................................................................
22
2 -
Un autofinancement d’exploitation devenu négatif
.................................................................
26
3 -
Les recettes et les dépenses d’investissement
..........................................................................
27
4 -
L’état de la dette
......................................................................................................................
27
C
-
U
NE POLITIQUE PATRIMONIALE FORTEMENT CONTRAINTE
.................................................................
28
1 -
Une accumulation de contraintes conjuguée à des ressources limitées
...................................
28
2 -
La politique de cessions, source de financement
.....................................................................
28
3 -
L’outil de l’équilibre des amortissements techniques et des amortissements
financiers
.................................................................................................................................
29
4 -
La nécessité de financements extérieurs pour préserver le parc
..............................................
29
IV -
LES ANOMALIES DE GESTION
.............................................................................................................
29
A
-
L
A TENUE DES COMPTES
.....................................................................................................................
29
1 -
Les immobilisations
................................................................................................................
30
2 -
Les provisions pour créances douteuses
..................................................................................
30
B
-
L
ES FRAIS DE MISSION ET DE RECEPTION
............................................................................................
30
1 -
Les frais de mission - compte 6256
.........................................................................................
30
- 3/47 -
2 -
Les frais de réception - compte 6257
.......................................................................................
30
C
-
L
ES RESSOURCES HUMAINES
..............................................................................................................
31
1 -
Un régime indemnitaire contestable
........................................................................................
31
2 -
La prime de vacances
..............................................................................................................
32
3 -
Le maintien de la rémunération des anciens directeurs généraux
............................................
33
4 -
La gestion générale des ressources humaines
..........................................................................
34
D
-
L
A COMMANDE PUBLIQUE
..................................................................................................................
42
1 -
Le marché n° 2640 « Construction de 23 logements collectifs au 66 rue du
Vauxhall » (2008-2009) pour 2 239 000 €
..............................................................................
42
2 -
Le marché de travaux GE/GR sur divers sites de l’OPH de Calais en cinq lots – lot
n° 5 peintures – montant estimé à 488 000 € HT (2008)
.........................................................
43
3 -
Le marché n° 2794 « Entretien étendu des ascenseurs et des portes automatiques de
garage de l’ensemble du parc et des portes automatiques du siège de l’OPH »
(octobre 2009 au 31 mars 2010) 80 000 €
...............................................................................
43
E
-
L
ES ACHATS EFFECTUES HORS MARCHE
.............................................................................................
44
1 -
La publication d’espaces publicitaires
.....................................................................................
44
2 -
Les diagnostics sécurité-incendie effectués en 2008
...............................................................
44
3 -
Les prestations de l’association Proxical
.................................................................................
45
4 -
Les travaux réalisés dans le cadre du projet de régie de l’office rue des 4-Coins à
Calais
.......................................................................................................................................
45
5 -
La convention de 2008 de recherche d’économies de charges patronales
...............................
46
- 4/47 -
Synthèse
Le contrôle de l’office public de l’habitat de Calais a porté notamment, pour les
exercices 2007 et suivants, sur la fiabilité des comptes, la situation financière, la gestion des
ressources humaines et la commande publique.
Cet établissement de taille moyenne, créé en 1923, exerce sa compétence sur le Calaisis.
Il s’est transformé en office public de l’habitat le 23 juillet 2008.
La succession des ordonnateurs a retardé l’application des mesures de redressement
indispensables mentionnées précédemment par la chambre et la mission interministérielle
d’inspection du logement social (Miilos).
L’office a d’importantes charges de structure, principalement salariales, qui résultent des
sureffectifs et des nombreux avantages accordés au personnel.
La gestion des ressources humaines est largement perfectible. Malgré des améliorations
récentes, nombre de situations demeurent irrégulières, au regard du régime indemnitaire.
Les modalités de recrutement de plusieurs agents en 2008-2010 demeurent contestables.
Les situations de mise à disposition d’agents à la trésorerie et des conditions de détachement
interne doivent être mises en conformité.
Il en est de même pour les gardiens d’immeubles et d’autres agents qui bénéficient de
logements dont les modalités d’attribution sont dérogatoires au droit applicable.
Malgré une trésorerie importante résultant du sous-investissement chronique de l’office,
ce dernier a des capacités financières limitées qui sont absorbées par l’opération ANRU du
Beau-Marais. Sa situation financière est désormais critique. La remise à niveau du parc requiert
pourtant un volume de financements que l’office ne peut assumer, ni par ses fonds propres, ni
par sa capacité d’emprunt réduite, ni par sa politique de loyer, elle-même contenue par la vétusté
du parc et les ressources modestes de ses locataires.
La composition et l’état dégradé du parc empêchent l’office de satisfaire correctement les
demandes de la population.
Dans ces conditions, l’office déploie une politique de cession de certains de ses biens,
essentiellement des maisons individuelles, qui ne peut cependant constituer qu’un appoint
financier. L’office doit engager une réflexion afin de remettre le parc à niveau. Dans cette
optique, d’autres solutions doivent être recherchées pour assurer l’avenir, telles que des
financements extérieurs ou un rapprochement avec d’autres structures.
L’office doit surmonter des carences organisationnelles anciennes et qui perdurent. Les
dérives constatées en matière de commande publique, en 2008-2009, ont suscité une mise à
niveau, tardive, des procédures relatives aux achats et aux marchés publics.
Toutefois, des irrégularités persistent : plusieurs marchés soulèvent des observations en
ce qui concerne leurs conditions d’attribution ou leur exécution.
- 5/47 -
D’autres achats importants ont été effectués en dehors des règles de la commande
publique.
Enfin, l’office souffre d’un système informatique obsolète et de l’absence d’un véritable
contrôle interne.
- 6/47 -
I. PROCEDURE
Le contrôle de l’office public de l’habitat (OPH) de Calais a porté sur les exercices 2007
et suivants.
Les entretiens préalables, prévus par l’article L. 243-1 du code des juridictions
financières, se sont tenus avec :
-
M. Jacky Hénin, le 26 juin 2013 ;
-
Mme Michèle Courmont, en présence de Maître Deguînes, le 24 juin 2013 ;
-
M. Patrick Haulot, le 25 juin 2013 ;
-
M. Régis Biousse, le 24 juin 2013 ;
-
M. Hans Ryckeboer, actuel ordonnateur et directeur général, en présence de
M. Gérard Clais, président de l’OPH, le 19 juin 2013.
Les suites données aux précédentes observations de la chambre
Le précédent contrôle de la chambre, qui portait sur la période 1987-1996, avait donné
lieu, le 9 novembre 2000, aux observations principales suivantes :
-
une situation financière caractérisée par une évolution faible de l’actif immobilisé,
symptôme du vieillissement du parc ;
-
une trésorerie importante, de près d’une année de quittancement, en raison
d’investissements faibles ;
-
des résultats d’exploitation insuffisants, du fait de coûts de gestion élevés, notamment
en personnel ;
-
un fonctionnement irrégulier de la commission d’attribution des logements, dont la
compétence est accaparée de fait par les services gestionnaires ;
-
des irrégularités dans la rémunération des agents, particulièrement celle du directeur de
l’office ;
-
de fortes déficiences dans l’activité de maîtrise d’ouvrage : absence de comptabilité
analytique, délégation excessive par le conseil d’administration au directeur pour les
acquisitions d’immeubles ; passations non conformes des marchés de maîtrise d’oeuvre,
mauvaise organisation de la programmation des travaux, un dispositif d’assurance du
patrimoine insuffisant.
Les observations correspondantes n’ont pas donné lieu à des mesures de régularisation.
Ce n’est qu’à la suite de manquements aux règles de la commande publique découverts
en 2008, que l’office a entrepris de se mettre en conformité dans ce domaine. Cette démarche
s’est poursuivie par des régularisations dans les autres services dont les premières mesures datent
de 2011.
________________
- 7/47 -
Lors de sa séance du 16 juillet 2013, la chambre a formulé des observations provisoires,
dont des extraits ont été adressés aux anciens ordonnateurs et aux personnes physiques et
morales concernées.
Après examen des réponses, la chambre a, lors de sa séance du 23 janvier 2014, formulé
les observations définitives qui suivent :
II. OBSERVATIONS DEFINITIVES
I -
LES DIFFICULTES DE LA GOUVERNANCE
A -
Un environnement difficile et exigeant
L’office public d’HLM de Calais, créé en 1923, a été transformé en office public de
l’habitat en application de l’ordonnance n° 2007-137 du 1
er
février 2007 relative aux offices
publics de l’habitat (OPH). Cette transformation est devenue effective le 23 juillet 2008.
Conformément aux dispositions des articles L. 421-1 et L. 421-6 du code de la
construction de l’habitation, l’OPH est un établissement public et commercial rattaché à la
commune de Calais. Les comptes relèvent des règles de la comptabilité publique.
Alors que la moyenne nationale de la part de logements sociaux est de 14 % dans les
communes, ces derniers représentent 28 % de l’habitat
1
à Calais.
L’OPH de Calais, de taille moyenne, possède fin 2011 un parc de 6 856 logements
(78,4 % de logements collectifs et 21,6 % de maisons individuelles), 30 locaux commerciaux et
2 071 garages et parkings. Il possède aussi 10 foyers, qui représentent 359 équivalents
logements.
Le contexte local est particulièrement défavorable pour l’OPH puisque la commune de
Calais perd des habitants, dont une partie se reloge en périphérie ; la population de
l’agglomération se paupérise et l’offre de logements intermédiaires est relativement abondante.
Le territoire est aussi caractérisé par sa situation de quasi-monopole en tant que bailleur
dans le quartier du Beau-Marais, qui héberge le quart de la population calaisienne et concentre
les populations défavorisées.
B -
La succession des ordonnateurs a perturbé la remise en ordre de l’office
1 -
L’alternance à la direction de l’office
La présidence du conseil d’administration a été assurée jusqu’au 14 mai 2008 par
M. Jacky Hénin, maire de Calais, puis par Mme Michèle Courmont à compter du 15 mai 2008, et
depuis le 14 décembre 2011 par M. Gérard Clais.
1
21 % pour la région Nord–Pas-de-Calais.
- 8/47 -
Un nouveau conseil d’administration a ainsi été nommé le 15 mai 2008, avec, comme
présidente, Mme Courmont. La transformation en OPH a vu le conseil d’administration
augmenter jusqu’à 23 membres, la représentation de la commune et des milieux professionnels
étant renforcée. Sa composition est conforme à la réglementation.
Consécutivement à la transformation en OPH, le directeur général, M. Scy, a été déchargé
de la totalité de ses fonctions lors du conseil d’administration (CA) du 23 juillet 2008, en
application de l’article 8 de l’ordonnance n° 2007-137 du 1
er
février 2007 relative aux offices
publics de l’habitat
2
. Il est cependant resté en poste jusqu’au 30 novembre 2008.
Le conseil d’administration a attribué, le 23 juillet 2008, les compétences du directeur
général au président nouvellement nommé, Mme Michèle Courmont, dans l’attente de la
désignation du nouveau directeur général.
2 -
La succession des ordonnateurs
M. Jacky Hénin a exercé les fonctions d’ordonnateur de l’OPHLM jusqu’au 14 mai 2008.
Les ordonnateurs successifs de l’OPH ont été Mme Courmont du 15 mai 2008 au
25 novembre 2008, puis M. Patrick Haulot du 26 novembre 2008 jusqu’au 30 septembre 2010 et
M. Régis Biousse jusqu’au 23 janvier 2011.
L’intervention de la présidente dans le fonctionnement de certains services, les
recrutements, la gestion des gardiens d’immeuble et les attributions de logement, notamment, ont
accru les difficultés. En raison de la dégradation rapide des relations avec la présidente, les deux
directeurs généraux successifs n’ont pas pu mener à bien la nécessaire réorganisation de l’office
et ont quitté leurs fonctions avant le terme de leur contrat.
Le directeur général actuel, M. Hans Ryckeboer, qui a pris ses fonctions le
24 janvier 2011, entretient des relations apaisées avec le nouveau président de l’office,
M. Gérard Clais, nommé en octobre de la même année.
C -
L’office souffre de carences organisationnelles
1 -
L’insuffisance du système informatique entrave le fonctionnement de l’office
Son système informatique est obsolète.
Une société a établi, en 2013, un diagnostic qui souligne principalement le retard des
moyens informatiques de l’office par rapport aux standards actuels qui risque d’entraver le bon
fonctionnement des services.
Les zones de fragilité sont, entre autres, la constitution des tableaux et des statistiques de
pilotage des services et des projets, les fiches « impayés », le suivi du niveau de la
consommation financière, la gestion prévisionnelle de l’entretien et la comptabilité analytique
qui sont des fonctions essentielles au bon fonctionnement de l’office.
2
I de l’article 8 : «
Le président du conseil d’administration de l’office public d’habitations à loyer modéré,
assisté du directeur de l’office, exerce les attributions du directeur général de l’office public de l’habitat jusqu’à
la nomination de ce dernier, laquelle devra intervenir au plus tard dans un délai de six mois à compter de la
date de la première réunion du nouveau conseil d’administration de l’office public de l’habitat.
»
- 9/47 -
Le rattrapage technique en matière informatique constitue un chantier prioritaire qui
devrait être achevé, selon l’office, le 1
er
janvier 2015.
2 -
Le retard de la mise en place d’un véritable contrôle interne
En raison de ses difficultés de fonctionnement, la direction de l’office ne dispose pas
d’une visibilité suffisante sur les activités des différents services.
L’office avait pourtant annoncé la mise en place au cours de l’exercice 2011 d’un service
de contrôle interne, pour veiller « à la bonne conformité des lois et règlements, à l’application
des instructions et orientations fixées par la direction générale et le conseil d’administration ».
La présidente de l’office avait alors précisé que « le service de contrôle interne peut être
perçu comme un élément fondamental de la bonne marche de l’OPH de Calais »
3
.
L’office n’a toujours pas de service de contrôle interne.
Chaque service effectue néanmoins, en son sein, des contrôles pour fiabiliser les
pratiques, tel que le circuit des bons de commande, le suivi de l’exécution des prestations, la
situation des stocks en fin d’année, les procédures de contentieux et de traitement des demandes
de logement, le traitement des réclamations, les appels d’offres, les situations de travaux.
A défaut d’un système informatique performant, l’office dispose de quelques outils de
pilotage, élaborés au sein de chaque direction avec ses propres moyens
4
.
Ces pratiques ne permettent pas à l’office de fonctionner de manière efficiente.
Les réticences du personnel et des services, attachés à une certaine autonomie, semblent
constituer un frein à la rationalisation des procédures et des activités.
L’office envisage, dans la suite de la mise en place du nouveau système informatique, la
création d’un poste de contrôleur interne.
3 -
Le diagnostic de la Miilos
Lors de son contrôle précédent, en 2008, la mission interministérielle d’inspection du
logement social (Miilos) avait constaté des situations anormales. Dans son rapport n° 2010-140
de novembre 2011, la Miilos a relevé notamment des dysfonctionnements dans les relations entre
le conseil d’administration et la direction générale, l’organisation, la procédure d’attribution de
logements, les conditions de gardiennage et de recrutement. Il en résultait que l’office ne
disposait pas des compétences nécessaires pour fonctionner normalement et mener à bien sa
mission d’intérêt général.
3
Brochure « OPH Infos » de janvier 2011 page 4.
4
Le contrôleur de gestion de l’office produit un tableau de bord électronique mensuel, destiné à la direction
générale. D’autres tableaux de bord complètent ce dispositif artisanal (suivi de l’investissement, ratios, suivi des
impayés, suivi de la vacance, mesures des incivilités, etc…). Le service financier produit aussi des analyses
prévisionnelles, adressées à la direction de l’habitat, à la Caisse des dépôts et à la Miilos. Le processus de
production des immeubles (recherche qualité + délais + prix) est désormais formalisé (procédures « livraisons de
logements » et « montage d’opérations »).
- 10/47 -
D -
L’office est néanmoins parvenu à rationaliser la procédure de la commande publique
1 -
La rationalisation et la centralisation de la procédure d’achat
En 2009, la découverte fortuite d’irrégularités dans la commande publique, par le
responsable des services techniques, a mis un terme à la déconcentration des bons de commande
et à l’absence de contrôle au moment de la mise en paiement.
L’office a modifié les modalités de passation des commandes.
Pour le traitement des bons de commande des marchés d’entretien, l’office a mis en
place, à compter de février 2012
5
, une nouvelle procédure qui remplace le contrôle hebdomadaire
effectué par une commission spécifique. Les services bénéficiaires des prestations adressent
chaque jour la liste des bons de commande à faire valider au directeur général ou son
représentant (directeur financier ou directeur technique).
Ces nouvelles dispositions ont donné lieu à une centralisation des factures par le directeur
général avant transmission aux services bénéficiaires, puis au service financier. La rationalisation
de la procédure s’est traduite par une concentration des pouvoirs de contrôle.
2 -
La formalisation tardive des procédures de marché public
Dans le cadre des nouvelles dispositions de l’article L. 421-26 du code de la construction
et de l’habitat, l’office a veillé à donner un caractère public à ses contrats de prestations.
La nouvelle gouvernance de l’office a tardé à s’assurer du bon fonctionnement et de la
pertinence de l’organisation de la commande publique. Le service de la commande publique,
jusqu’alors rattaché à la direction générale, a été intégré au nouveau « pôle juridique et
commande publique » créé le 2 février 2010.
Le premier guide des procédures des marchés publics date du 21 novembre 2011.
Désormais, le service juridique rédige le CCAP, procède à l’appel d’offres, vérifie la
situation administrative des candidats et veille au bon déroulement de la procédure.
E -
Les difficultés du partenariat avec la trésorerie
En février 2012, un engagement partenarial a été signé entre l’office de Calais, le centre
des finances de Calais municipale et l’administrateur des finances publiques en charge de la
recette des finances de Boulogne-sur-Mer. Il vise à développer la dématérialisation des échanges,
améliorer l’efficacité des procédures, maîtriser les délais de paiement et améliorer la qualité
comptable.
La mise en oeuvre de ce partenariat a été entravée par :
-
les difficultés de compatibilité des réseaux informatiques, notamment pour la paye ;
-
la fusion des postes comptables qui a engendré une surcharge de travail dans la prise en
charge des mandats, allongeant les délais de paiements, actuellement supérieur à 30
jours. Le traitement des salaires a fait l’objet d’écritures rectificatives.
5
Note de service 2012-19 du 7 février 2012.
- 11/47 -
En décembre 2011, 53 agents avaient déjà été concernés par un rappel de salaire, pour un
montant total de 96 508,64 €, sans aucune explication.
La chambre recommande de poursuivre ce partenariat, en vue de faciliter la mise en place
du contrôle interne comptable de l’office.
II -
L’INSUFFISANCE DES REPONSES DE L’OFFICE AUX BESOINS DE LA
POPULATION
A -
Vieillissant et dégradé, le parc est largement inadapté à la demande
1 -
Un parc hétérogène et dégradé
a -
Un parc composite
Le parc est constitué à 79 % d’immeubles collectifs (moyenne nationale : 85 %) eux-
mêmes composés à 65 % d’appartements types F3 et F4.
Le patrimoine de l’office comporte un volume très important de réserves foncières
6
, dont
certaines semblent peu adaptées aux objectifs spécifiques du logement social en raison de leur
nature, de leur localisation et des coûts d’aménagement correspondants.
Ces acquisitions de biens atypiques ont été menées sans objectif précis. Il semble qu’une
large partie visait à réaliser des opérations ponctuelles de logement social ou des échanges avec
des promoteurs, afin d’accéder ainsi à des zones où l’office ne parvient pas à s’implanter
(exemple : les terrains de l’ancienne pépinière Galler à l’est de Calais).
Un état des lieux exhaustif des réserves foncières n’a pu être réalisé que récemment, dans
le cadre de la convention d’utilité sociale.
Selon l’office, la mise en vente de ces biens devrait participer à l’amélioration de sa
situation financière.
b -
Un parc vieillissant et dégradé
Le parc de l’office est relativement ancien, avec une moyenne d’âge, fin 2011, de 33 ans
par logement. Il a diminué en volume de 1,1 % durant la période, en raison des opérations
ANRU de démolition-construction en cours au Beau-Marais.
6
Ces réserves sont constituées de 43 maisons (dont 7 louées et 8 en attente de démolition), 1 atelier, 13 terrains,
7 immeubles (dont 3 loués), 3 friches industrielles, 3 usines, un local industriel, 4 entrepôts ou hangars et
14 terrains.
- 12/47 -
Evolution du parc
2007
2008
2009
2010
2011
Nombre de logements
6 980
6 619
6 788
6 808
6 856
Surface totale m²
776 351
736 571
756 394
757 943
761 425
Nombre de foyers équivalent logements
317
317
317
359
359
Total logements avec foyers
7 297
6 936
7 105
7 167
7 215
Démolitions
28
354
0
147
112
Cessions
12
7
12
20
28
Acquisitions
0
0
0
25
0
Mises en service
221
0
181
162
195
Source :
OPH de Calais.
Si près des deux tiers du parc ont fait l’objet d’au moins une réhabilitation depuis 1980,
5 % des logements mis en service avant 1980 n’ont jamais été rénovés. Depuis 2007, la part du
parc la plus ancienne (plus de 31 ans) a augmenté de 34 % et la part la plus récente (moins de
6 ans) de 56 %. Cette situation reflète l’insuffisance d’opérations de construction ou de
rénovation depuis au moins 20 ans.
La totalité du parc a fait l’objet des diagnostics de performance énergétique. Une grande
partie de logements en zone urbaine sensible
7
a été rénovée.
Ancienneté du parc
2007
2011
Part du parc âgée de plus de 31 ans
53,4 %
71,5 %
Ancienneté moyenne en années)
32
33
Part du parc âgée de moins de 6 ans
8,2 %
12,8 %
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
71 % du parc locatif sont antérieurs à 1980 et 34 % aux années 1970.
2 -
La persistance des retards de maintenance
Déjà insuffisant, l’effort global de maintenance a fléchi de 9,3 % durant la période de
contrôle. Surtout, l’entretien courant a fortement diminué depuis 2007 (- 43 %). Fin 2011, la
dépense en entretien courant par surface de logement est très inférieure à la médiane nationale
8
:
1,7 €/m² pour l’office contre 2,3 €/m² pour la médiane. Le gros entretien a connu une
augmentation ponctuelle en 2008 avant de se contracter (- 4,6 % de 2007 à 2011).
L’OPH justifie la baisse des dépenses d’entretien en 2009 et 2010 par la mise en place
des nouvelles procédures d’achats, désormais déconcentrées en pôles, et par la réorganisation du
service d’entretien, ainsi que par la défaillance de plusieurs entreprises prestataires.
En 2011, les dépenses d’entretien n’ont augmenté que de 12,9 % alors qu’une
augmentation de plus de 83 % avait été envisagée. Cet écart tient aux difficultés d’organisation,
notamment en termes de programmation des travaux.
7
Convention d’utilité sociale (CUS) : tableaux C.III et C.IV.
8
Données du dossier individuel de situation établi par la fédération nationale de l’habitat.
- 13/47 -
Dépenses de maintenance (hors régie)
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
Entretien courant (k€)
2 238
1 879
1 465
1 565
1 269
- 43,3 %
Gros entretien (k€)
2 585
3 488
2 860
2 182
2 465
- 4,6 %
Total maintenance (k€)
4 117
5 367
4 325
3 747
3 734
- 9,3 %
Maintenance par logement Calais
680
774
609
523
518
- 23,8 %
Maintenance par logement médiane
540
551
975
556
569
+ 5,3 %
Entretien courant /loyers
9,8 %
7,6 %
5,8 %
6,1 %
4,8 %
- 51,0 %
Entretien courant / m² (€)
3,1
2,6
1,9
2,1
1,7
- 45,1 %
Gros entretien / loyers
10,7 %
141,1 %
11,3 %
8,5 %
9,4 %
- 12,9 %
Gros entretien / m² (€)
3,3
4,7
3,8
2,9
3,2
- 3,0 %
Source :
données dossiers individuels de situation (DIS). Données indisponibles pour 2012 et 2013.
Le diagnostic de patrimoine opéré en 2013 par un consultant extérieur constatait un « fort
retard de travaux d’entretien ». La situation technique du parc est considérée comme peu
satisfaisante. 20 % du patrimoine de l’office peuvent être considérés comme déqualifiés.
Dépenses de maintenance et de gros entretien sur le parc (€ par logement)
(en €)
2006
2007
2008
2009
2010
2011
OPH de Calais
574
680
774
609
523
518
Médiane
571
606
618
557
556
578
Rapport Calais/médiane
+ 0,5 %
+ 12,2 %
+ 25,2 %
+ 9,3 %
- 5,9 %
- 10,4 %
Source :
CUS et dossiers individuels de situation. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
La baisse de dépenses de maintenance par logement s’est ralentie en 2010-2011.
Depuis 2002, chaque organisme de logement social doit établir un plan stratégique de
patrimoine (PSP)
9
portant sur une démarche en termes de vision patrimoniale et stratégique.
Le premier plan de 2008, adopté en vue de renouveler l’offre dans les quartiers en
difficultés, d’améliorer le service rendu, de réhabiliter les logements, d’envisager des cessions et
d’optimiser la valeur patrimoniale du parc, n’a pas atteint ses objectifs ambitieux
10
.
Il est apparu, à cette occasion, que ce plan n’avait pas pris en compte la présence
d’amiante.
Le second plan de 2011 a été élaboré en coordination avec la convention d’utilité sociale
(CUS), tardivement adoptée en juillet 2011, et le programme local de l’habitat.
Il vise principalement à attirer à Calais les populations moins défavorisées qui ont
tendance à s’installer en banlieue, par une offre nouvelle (accession à la propriété, prestations
adaptées, nouveau cadre de vie), et à restaurer l’attractivité du centre-ville.
L’étude préalable indique que 3 276 logements devraient faire l’objet d’une démolition
ou d’une réhabilitation-renouvellement, soit près de la moitié du parc.
La transformation de quartiers d’habitat social doit ainsi être poursuivie, avec le
déploiement du projet ANRU, la remise à niveau des logements, dont le diagnostic est facilité
par la CUS, le quart du parc étant considéré comme de mauvaise qualité.
9
Circulaire n° 2002-37/UHC/IUH2/14 du 3 mai 2002.
10
36,6 M€ de réhabilitations-améliorations de 2007 à 2015 dont 19,8 M€ en fonds propres, avec une moyenne
annuelle de 7,7 M€ investis dans les différents programmes de 2007 à 2012.
- 14/47 -
L’office vise ainsi à encourager la vente de ses logements aux locataires tout en
diversifiant son offre pour attirer des publics plus variés.
Le manque d’attractivité d’un logement freine sa location ; 41 % du parc se trouvent dans
cette situation.
L’office annonce engager une réorganisation des services techniques et fixer des objectifs
de programmation en vue d’augmenter l’effort de maintenance et de gros entretien, sans fournir
pour autant des données chiffrées.
B -
Une politique locative en amélioration mais encore perfectible
1 -
L’office doit gérer un volume considérable de demandes
a -
Un niveau d’insatisfaction élevé
Alors que le marché calaisien est détendu depuis quelques années, l’office doit faire face
à une demande soutenue de logements peu chers en raison de la précarisation de la population :
fin 2010, l’office comptait 2 426 demandes en instance (demandes externes et internes).
L’essentiel de la demande se porte sur les logements les moins chers.
L’office reçoit un nombre très élevé de demandes, en progression de près de 73 % de
2007 à 2011.
La progression des demandes de logement
2007
2008
2009
2010
2011
Demandes reçues
1 867
2 023
2 241
2 904
3 226
Sources : CUS et OPH.
Demandes de logement 2010
Ancienneté de la demande
Demandes exprimées
Demandes satisfaites
0à 6 mois
1 382
511
37 %
6 mois à 1 an
1 143
206
18 %
1 à 2 ans
499
134
27 %
2 à 3 ans
195
37
19 %
3 à 4 ans
103
18
18 %
Plus de 4 ans
218
52
24 %
total
3 540
959
27 %
Source :
CUS données 2010.
L’écart des données en 2010, dans le tableau ci-dessus, s’expliquerait, selon l’OPH, par la
mise à jour imparfaite du répertoire de demandes anciennes, une grande partie des demandes
satisfaites n’étant pas radiée.
En 2010, sur 3 540 demandes comptabilisées au cours de l’année, 27 % ont été satisfaites.
Les demandes supérieures à un an représentent 71,3 % du total des demandes en cours.
D’un exercice à l’autre, les demandes extérieures (provenant de personnes qui ne sont pas
déjà locataires de l’office) représentent un peu plus de la moitié des demandes. L’autre partie est
constituée de demandes d’échange au sein du parc.
Il est difficile de satisfaire les demandes de logements aux loyers les moins chers. Ces
sollicitations sont les plus nombreuses, en raison de l’état dégradé du parc.
- 15/47 -
b -
Les moyens limités de la population locative
Chaque organisme de logement social doit se doter d’une convention d’utilité sociale
(CUS), cadre contractuel entre l’office et l’Etat, fixant pour six ans les engagements de l’office
en matière sociale
11
.
En 2009
12
, l’office comptait 32,8 % de locataires dont les revenus mensuels étaient
inférieurs à 400 € (18,7 % pour la région)
13
. 76,6 % des locataires bénéficiaient d’une aide au
logement (62,4 % pour la région). L’office vise donc à établir une « charte de peuplement »,
pour passer d’une logique d’occupation subie à une logique d’occupation maîtrisée.
L’enquête d’occupation sociale 2012 révélait la faiblesse des ressources de la population
logée.
Situation en ressources des locataires
Calais
Logements en ZUS
Ensemble du parc
Ressources inférieures à 20 % du plafond
33,2 %
28,6 %
Bénéficiaires d’une aide au logement
57,2 %
55,0 %
Bénéficiaires de minima sociaux (hors aide au logement)
48,2 %
nd
Familles monoparentales
19,9 %
19,2 %
Source :
enquête d’occupation sociale.
Les loyers annuels s’élevaient, en moyenne, à 3 825 € fin 2011, au-dessus de la médiane
de 3 733 €.
2 -
Les logements réservés : un dispositif confus et inutilisé
L’office n’a établi aucune convention concernant les quotas réservés de logements
sociaux. En conséquence, il ne connaît pas la part précise correspondante : selon la convention
d’utilité sociale (CUS), prévue selon les dispositions de l’article L. 445-1 du code de la
construction et de l’habitation, « une identification des parts de logements réservés dans le cadre
des droits acquis par le préfet et du conventionnement des collectivités territoriales » est en
cours.
Les réservataires de la préfecture semblent identifiés dans les conventions APL pour tous
les logements mis en service après 2009. A la demande du préfet au cours de l’année 2011,
l’office a identifié 30 % de son parc (1 191 logements). Pour autant, aucune convention avec le
représentant de l’Etat n’a été établie.
La ville de Calais disposerait d’un quota de 65 logements, qui n’est pas non plus
identifié
14
.
La municipalité manifesterait son souhait de pouvoir utiliser son quota. Il y aurait aussi
un quota « fonctionnaires » de 45 logements et un quota « employeurs » de 219 logements, sans
davantage de précisions.
L’office met aussi « par usage » des logements, dont le nombre n’est pas défini, à
disposition des communes de Blériot-Plage, Guînes et Peuplingues.
11
Loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 portant mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion.
12
Données convention d’utilité sociale.
13
Au total, 46,8 % avec un revenu mensuels en dessous de 800 €.
14
Réponse du directeur général du 12 juin 2013.
- 16/47 -
Ainsi, plus de 2 240 logements seraient réservés, en l’absence de toute convention.
La chambre recommande de faire un inventaire précis de la situation des logements
réservés et d’établir les conventions correspondantes. L’office s’engage à les établir en 2014.
3 -
La procédure d’instruction des demandes de logement
En 2007-2008, la commission chargée des attributions examinait des dossiers limités, le
plus souvent, à une proposition de locataire par logement. Elle fonctionnait alors comme une
commission d’enregistrement des préconisations des services instructeurs.
La procédure a été refondue en 2008
15
et a intégré les critères de la loi du 5 mars 2007 sur
le droit au logement opposable (DALO).
Fixée par le nouveau règlement intérieur, l’attribution consistait alors en une phase
d’agrément et une phase d’attribution nominative, avec une proposition présentant le choix entre
trois locataires par logement, conformément à la réglementation
16
.
Composée de 6 membres avec voix délibérative, tous issus du conseil d’administration, la
commission prend connaissance des dossiers de demande, rend son avis (agrément) et le
transmet au service des attributions pour instruction. Celle-ci donne ensuite lieu à une
proposition nominative présentée devant la commission.
La Miilos ayant observé que nombre d’attributions étaient de fait décidées par le conseil
d’administration, la procédure a été réformée depuis 2011. Désormais, si le conseil
d’administration fixe les orientations de la politique d’attribution, c’est bien la commission qui
est l’instance décisionnaire. Les conditions d’information des candidats et la reconnaissance d’un
droit de priorité des candidats issu de la loi « DALO » sont également explicitées.
La commission a ainsi gagné en autonomie.
Le
service
attribution
a
été
réorganisé
en
trois
secteurs :
secteur
AB
(agence Beau-Marais), secteur C (agence Calais-Ouest) et secteur D (agence Centre-ville).
La politique d’attribution vise à mettre en oeuvre la mixité sociale, en recherchant en
priorité les demandeurs externes, les parcours résidentiels en cas d’échange et, pour les
programmes neufs, l’optimisation de la durée de location. Les entretiens avec les demandeurs ne
doivent pas être présentés comme des attributions. Une rotation annuelle des conseillers
instructeurs des demandes est organisée sur chaque secteur.
La mise en transparence de la procédure d’instruction des demandes de logement a été
ainsi particulièrement longue.
En 2010, les mutations internes (275) ont représenté 28,4 % des attributions.
15
Délibérations des 6 mars et 30 septembre 2008, cette dernière donnant une voix consultative à un représentant
d’associations d’insertion et de logement de personnes défavorisées.
16
Décret n° 2007-1677 du 28 novembre 2007 ; articles L. 441-2 et 3 du CCH.
- 17/47 -
Evolution des demandes de logement
2007
2008
2009
2010
2011
Demandes reçues
1 867
2 023
2 241
2 904
3 226
Dossiers instruits
1 418
1 730
1 742
2 486
3 787
Dossiers ajournés
580
513
498
418
285
Dossiers refusés*
13
3
1
83
338
Logements attribués
825
587
756
719
720
Nombre de commissions d’attribution
30
39
48
49
49
* Pour dépassement des plafonds.
C -
Le poids de la vacance, conséquence de la dégradation du parc
La situation des logements vacants est préoccupante. Le taux de vacance de 10,2 % fin
2011 est supérieur à la valeur médiane de 4,6 %.
La poursuite de la dégradation de la vacance, qui est ancienne
17
, tient à la mise en place
des programmes de démolition, principalement dans le cadre de l’opération ANRU du
Beau-Marais, mais aussi à l’accumulation des retards dans l’entretien des logements, comme
l’indique
le
premier
tableau
ci-dessous.
Les
chiffres
disponibles
n’indiquent
pas
d’infléchissement de la tendance.
L’augmentation de la vacance non-technique, passée de 1,8 % en 2007 à 4,1 % en 2011,
trouve son origine dans le manque d’organisation des services de l’office et dans la configuration
peu attractive du Beau-Marais. Le coût des vacances est élevé : 783 000 € en 2010.
Evolution de la vacance
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2011/2007
Logements vacants
418
620
399
539
617
699
+ 12,9 %
Vacances techniques
353
488
339
451
480
497
+ 40,8 %
Part des logements vacants
6,1 %
8,9 %
6,0 %
7,9 %
9,1 %
10,2 %
+ 167,2 %
Part de la vacance non technique
0,5 %
1,8 %
0,8 %
1,2 %
1,9 %
4,1 %
+ 720 %
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
La vacance en 2010
Type de vacance 2010
Logements
Temps de vacances
Pertes de loyers
Vacances pour travaux et sinistres
10
326 mois
223 k€
Vacances de longue durée (1an)
148
1 454 mois
544 k€
Vacances courtes
33
40 mois
16 k€
Le coût de la vacance
2006
2007
2008
2009
2010
2011
% des loyers
6,5
9,7
3,6
5,6
10,5
10,4
Médiane offices %
3,3
3,7
3,8
4,1
4,6
4,9
Taux de mise en service %
1,4
3,3
0,0
2,7
2,4
2,7
Médiane offices %
1,3
0,8
0,9
1,1
0,8
1,0
Rotation du patrimoine sans mutations
internes %
9,3
6,6
6,7
6,7
7,8
7,0
Médiane offices %
7,9
8,1
8,1
8,3
8,1
8,3
Sources : DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
17
Vacance
2002
2003
2004
2005
2006
3,8 %
3,9 %
4,0 %
4,7 %
6,1 %
- 18/47 -
D -
La politique des loyers
1 -
La politique prudente de fixation des loyers
Le loyer-plafond est indexé sur l’indice de référence des loyers (IRL), qui encadre ainsi
les hausses de loyers. En vigueur depuis 2006, il a été modifié le 1
er
février 2008 et suit
désormais l’évolution des prix à la consommation.
Les loyers sont révisés chaque année pour tenir compte de l’évolution de l’indice de
référence des loyers dans les conditions prévues à l’article L. 442-1 du code de la construction et
de l’habitat
18
.
L’office a pour politique de suivre strictement les recommandations ministérielles tout en
s’efforçant de remettre en ordre les loyers pour assurer une cohérence avec le service rendu.
2 -
Le supplément de loyer de solidarité et la mixité sociale
Le supplément de loyer de solidarité (SLS)
19
doit être appliqué aux locataires dont les
ressources dépassent d’au moins 20 % les plafonds de ressources pour l’attribution d’une HLM,
à l’exception des logements situés en zone urbaine sensible
20
.
Pour remplacer le régime dérogatoire antérieur au 1
er
juillet 2011
21
, l’OPH applique un
barème modulé à la baisse, prévu dans le cahier des charges de la convention d’utilité sociale du
30 juin 2011
22
, qu’il associe à un dispositif d’accompagnement personnalisé et à la possibilité
d’un parcours résidentiel, afin de limiter au maximum l’impact du nouveau régime sur les
locataires pouvant être concernés et ainsi préserver la mixité sociale.
Le nombre des locataires en surloyer est ainsi passé de 7 en 2010 à 63 en 2011 puis 76 en
2012, soit de l’ordre de 1 % des locataires du parc. En 2012, le surloyer d’un montant total de
6 543,48 € varie entre 4,82 € et 546,47 € chaque mois.
3 -
La prévention et la gestion des loyers impayés
a -
Le dispositif mis en place par l’office
De 1995 à 2008, la question des loyers impayés était gérée par la commission « sociale et
impayés », constituée de deux représentants de la commune, deux administrateurs nommés par le
préfet, un administrateur représentant les locataires et un représentant de la caisse d’allocations
familiales (CAF).
En 2009, cette commission a été scindée en une commission sociale, en charge de la
prévention sociale des impayés, et une commission des impayés, en charge de la procédure
contentieuse. Chaque commission est composée de sept membres et tient au moins une réunion
mensuelle. La composition de ces deux commissions est identique. Ses membres doublent ainsi
leurs indemnités.
18
La totalité des loyers de l’OPH de Calais est conventionnée.
19
Article L. 441-3 du CCH.
20
Ainsi qu’aux bénéficiaires de l’Aide Personnalisée au Logement.
21
Circulaire de l’Union Sociale pour l’Habitat n° 2011-03 du 12 janvier 2011 relative au supplément de loyer
solidarité pour 2011.
22
En application de l’article R. 441-21-1 du CCH.
- 19/47 -
L’office, qui dispose d’un schéma particulièrement détaillé du processus précontentieux,
avec rythme chronologique, et du processus contentieux
23
, établit chaque année un rapport sur la
gestion des impayés.
L’audit mené en mars 2011 par un cabinet extérieur soulignait que la phase amiable du
recouvrement était encore insuffisante, l’intervention étant trop tardive, la procédure peu
automatisée, le cadencement des actions trop lent et les relances souvent mal adaptées à la
situation des débiteurs. Depuis 2012, l’office tient pour chaque dossier de demande instruite une
fiche fixant la procédure et reprenant l’intégralité des actions entreprises.
La CUS prévoit la refonte du processus amiable, pour une intervention de l’office le plus
en amont possible. L’accent serait davantage mis sur la prévention.
Par ailleurs, si l’office est particulièrement vigilant pour la prévention et la gestion des
impayés des locataires particuliers, il semble malhabile pour ce qui concerne les locataires
commerciaux. Ainsi, pour la gestion des impayés accumulés par des entreprises locataires en
plusieurs années, l’office a suivi une stratégie confuse et peu efficace, au vu de la durée et de la
complexité des procédures ainsi que du montant des impayés résiduels.
Les deux commissions devraient, selon l’office, n’en faire plus qu’une.
b -
Une légère amélioration du recouvrement
Les résultats en recouvrement de l’OPH sont toutefois corrects, en raison notamment de
la perception directe des aides au logement des locataires : après un dérapage en 2008-2009,
l’office a amélioré son taux de recouvrement en 2011, porté à 97,2 %.
Taux de recouvrement des loyers
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Total des impayés (cumul)
2 297
2 368
2 529
2 219
2 041
Taux d’impayés cumulés sur loyers et charges
7,50 %
7,40 %
7,90 %
6,90 %
6,30 %
Total des loyers perçus dans l’année
24 179
24 718
25 373
25 783
26 177
Impayés sur loyers et charges de l’année
931
969
1 120
913
747
Taux d’impayés de l’année
3,7 %
3,7 %
4,2 %
3,4 %
2,8 %
Taux de recouvrement
96,3 %
96,3 %
95,8 %
96,6 %
97,2 %
Source :
comptes de gestion.
Le tableau ci-dessous présente la différence entre la dotation aux provisions pour
créances locataires avec les pertes sur créances irrécouvrables, et la reprise de provisions pour
créances locataires afin de chiffrer le coût des impayés locataires :
Le coût des impayés
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Pertes créances irrécouvrables
296
141
243
344
182
Dotations provisions créances locataires
0
143
380
38
37
Reprise de provisions
- 278
- 141
- 241
- 344
- 182
Coût des impayés
18
144
382
38
37
Coût des impayés / loyers office
0,1 %
0,6 %
0,7 %
0,1 %
0,1 %
Coût des impayés / loyers médiane
0,8 %
0,6 %
1,2 %
1,0 %
0,9 %
Source :
dossiers individuels de situation. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
23
Pour les impayés de plus de trois mois.
- 20/47 -
Fin 2012, 465 ménages se trouvaient en situation d’impayés de plus de trois mois, pour
un total de 634 000 €. Les dossiers précontentieux étaient au nombre de 462 (446 en 2011).
Données relatives aux impayés
2007
2008
2009
2010
2011
2012
Locataires convoqués
nd
nd
nd
1 065
609
688
Ménages en situation d’impayés de
plus de 3 mois
587
600
691
555
449
465
Loyers impayés k€
1 041
910
1 033
828
619
634
Taux de recouvrement
94,2 %
94,3 %
93,9 %
94,7 %
95,4 %
95,2 %
Source :
OPH.
III -
LA SITUATION BILANCIELLE ET D’EXPLOITATION DE L’OFFICE
A -
La structure du bilan
1 -
Le fonds de roulement
Le fonds de roulement se situe à un niveau correct : sa diminution en 2010 provient de la
déduction d’importantes subventions à recevoir (20,6 M€).
Les fonds propres (capitaux propres et dettes financières nettes) se renforcent
régulièrement durant la période.
Le fonds de roulement au 31 décembre
2007
2008
2009
2010
2011
Fonds de roulement (M€)
12,6
12,8
13,8
8,5
17,3
% des ressources permanentes
8,0 %
7,4 %
6,8 %
3,8 %
7,3 %
Par logement (€)
1 734
1 855
1 943
1 187
2 401
Source :
DIS avec déduction des subventions d’investissement. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
Les dettes financières constituent l’essentiel des ressources de l’office : plus de 60 % en
2011 et moins de 49 % en 2008, ce qui témoigne d’un recul des ressources d’exploitation.
2 -
Le besoin en fonds de roulement (BFR)
L’OPH de Calais a eu, avant 2010, un besoin en fonds de roulement positif.
Le besoin en fonds de roulement
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Actif circulant
20 012
31 784
33 695
26 333
29 169
Dettes court terme
11 819
10 069
10 308
30 591
34 732
Besoin en fonds de roulement
+ 8 193
+ 21 714
+ 23 387
- 4 258
- 5 564
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
3 -
La trésorerie
Le niveau de la trésorerie de l’office s’est renforcé depuis 2009, avec le versement des
subventions ANRU et l’accroissement du recours à l’emprunt.
- 21/47 -
La trésorerie, en 2011, représente près d’une année de quittancement (87 %), ce qui est
dans la norme.
Le besoin en fonds de roulement à terminaison
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Fonds de roulement
12 653
12 868
13 806
8 508
17 323
Besoin en fonds de roulement DIS
+ 6 341
+ 8 072
+ 3 912
- 4 258
- 5 564
Besoin en fonds de roulement DIS rectifié*
+ 4 489
- 5 571
- 15 562
- 4 258
- 5 564
Trésorerie (FR – BFR)
+ 6 341
+ 10 367
+ 29 369
+ 12 766
+ 22 887
Source :
DIS*Incorporation des subventions d’investissement à recevoir en 2007-2009. Données indisponibles pour 2012 et
2013.
4 -
Le potentiel financier
Le potentiel financier exprime la part des fonds propres et des ressources qui peut être
réellement affectée au financement des immobilisations.
Constitution du potentiel financier
(en €)
2007
2008
2009
2010
2011
Fonds de roulement
12 653
12 868
13 806
8 508
17 323
Dépôts de garantie
1 356
1 360
1 428
1 461
1 505
Provisions (autres que gros entretien)
0
0
0
555
182
Potentiel financier avec PGE*
11 297
11 508
4 060
4 251
4 418
Provision pour gros entretien
3 995
3 952
4 060
4 251
4 418
Potentiel financier 31 décembre
7 301
7 556
8 318
2 241
11 217
Source :
DIS*PGE : provision pour gros entretien. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
En raison des subventions liées à l’opération ANRU, notamment, l’office bénéficie
mécaniquement d’un potentiel financier à terminaison supérieur à la médiane. Toutefois, cette,
marge de manoeuvre ne sert qu’à la rénovation du parc dans le seul cadre de l’ANRU.
Le potentiel financier au 31 décembre et à terminaison
(en €)
2007
2008
2009
2010
2011
Médiane
Potentiel financier au 31 décembre
7 301
7 556
8 318
2 241
11 217
-
En € par logement
1 001
1 089
1 171
313
1 555
638
Potentiel financier à terminaison
11 482
8 217
9 546
16 037
13 146
-
En € par logement
1 574
1 185
1 344
2 238
1 822
1 128
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
5 -
L’opération ANRU au Beau-Marais concentre l’essentiel des capacités de
l’office
L’office a engagé en 2003 une politique de renouvellement urbain ambitieuse, concentrée
sur les deux zones urbaines sensibles du Fort-Nieulay (site Constantine) et du Beau-Marais.
Le quartier du Beau-Marais fait l’objet d’une convention PRU (projet de renouvellement
urbain). La convention du 9 janvier 2007 avec l’ANRU
24
concentre son action sur deux secteurs
du Beau-Marais : Gauguin-Matisse et Marinot, qui représentent le tiers de la population du
quartier.
24
Convention financière pour la rénovation urbaine du quartier du Beau-Marais (secteur Gauguin-Matisse et
Marinot).
- 22/47 -
Le montant de dépenses prévues est élevé : 126 M€ HT. Il porte sur la démolition de
655 logements, soit le tiers du parc social, 657 reconstructions, 180 réhabilitations,
593 résidentialisations, ainsi que sur la construction de 165 logements AFL (association foncière
du logement social) en accession.
La part ANRU dans le financement est de 26 %, celles de la région de 11 % et de la ville
de 5 %. L’office assure, compte tenu des emprunts (51 % du financement), 57 % du financement
global.
En avril 2013, les engagements ANRU émis s’élevaient à 25,6 M€, dont 20,7 M€ déjà
versés.
6 avenants, le dernier en date du 7 mars 2013, ont complété la convention de départ, dont
l’un porte sur la démolition et la reconstruction d’un ensemble supplémentaire de 56 logements
25
.
L’office consacre à ce programme une part importante de ses capacités. Ses possibilités
financières ne lui permettent pas de soutenir un rythme important de construction et limite à un
volant annuel de 50 logements son activité de construction et de réhabilitation, indépendamment
des opérations ANRU.
B -
Une situation financière caractérisée par la faiblesse de l’exploitation courante
1 -
L’office supporte un niveau important de charges de fonctionnement
particulièrement rigides
a -
L’accroissement important des charges d’exploitation
Les charges d’exploitation ont augmenté de 2007 à 2011 de 16,0 %. Elles devraient
continuer d’augmenter.
Les charges d’exploitation
En k€
2007
2008
2009
2010
2011
Charges d’exploitation *
20 950
22 009
22 746
25 015
24 297
Services extérieurs
5 644
6 156
5 095
4 593
4 786
Impôts et taxes
2 437
2 523
2 782
3 131
3 160
Charges de personnel
4 382
4 517
4 875
5 604
6 348
Dotations aux amortissements
6 518
6 816
7 153
7 636
8 989
Pertes créances irrécouvrables
296
141
243
344
182
Provisions gros entretien
1 035
1 054
1 029
1 112
1 069
Charges financières
4 126
5 104
5 090
3 915
4 777
Charges exceptionnelles
1 993
1 274
3 190
2 647
5 634
Total des charges
27 221
28 387
31 278
32 009
34 705
Source : comptes annuels annexe XI * non prise en compte des charges récupérables.
De 2007 à 2011, l’office bénéficie d’une augmentation progressive des loyers (+ 8,7 %),
Les ressources d’exploitation augmentent néanmoins deux fois moins vite (+ 7,6 %) que les
charges d’exploitation.
25
La « barre Lenoir ».
- 23/47 -
Les ressources
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Produits d’exploitation*
26 438
26 731
28 470
29 256
28 461
Ventes d’immeubles
774
Loyers
24 179
24 718
25 373
25 800
26 296
Prestations de service
33
35
39
35
36
Produits activités annexes
112
88
78
31
108
Production stockée
1 429
- 587
Production immobilisée
113
242
756
352
73
Subventions d’exploitation
527
340
427
183
190
Reprise provisions gros entretien
1 108
1 098
921
920
901
Autres reprises
87
140
241
344
182
Transferts de charges
Autres produits
87
68
31
159
112
Produits financiers
346
150
117
57
277
Produits exceptionnels
2 953
3 346
5 413
4 635
8 474
Total des produits
29 737
30 228
34 001
33 948
37 213
Total des produits : sans la récupération des charges locatives.
Source :
comptes annuels annexe XI*Hors récupération des charges locatives.
b -
L’augmentation des produits exceptionnels, reflet de la politique de
cessions immobilières
De 2007 à 2011, les produits exceptionnels sont en forte progression : ils représentent
29,5 % des produits d’exploitation en 2011, au lieu de 11,1 % en 2007. Ils sont constitués des
ventes immobilières et aussi, en 2011, du retraitement des subventions ANRU.
Les produits exceptionnels 2007-2011
Détail des produits exceptionnels (en k€)
2007
2008
2009
2010
2011
Pénalités
45
13
8
59
15
Régularisation compte 408
572
667
641
725
604
Indemnités d’assurances
193
449
133
232
107
Produits exceptionnels divers
103
209
143
168
45
Ventes d’immeubles
572
447
1 003
1 496
2 526
Ventes de terrains
140
1 505
155
1 289
Autres ventes
7
0
4
0
14
Quote-part de subventions
1 319
1 150
1 095
1 084
1 201
Reprises sur dépréciations exceptionnelles
409
Recouvrement après admissions en non-valeurs
33
54
39
Indemnité d’occupation
89
Remboursements abattement Fillon
348
253
Annulation de mandats
133
83
191
Régularisations de charges récupérables
276
Retraitements de subventions ANRU
217
2 440
Récupération abandon de projet
108
Total
2 953
3 346
5 413
4 635
8 474
Source : comptes OPH.
- 24/47 -
Les loyers s’élèvent en moyenne à 3 825 € fin 2011, au-dessus de la médiane (3 733 €),
ce qui est élevé comme l’a souligné la mission interministérielle pour le logement.
Loyer par logement
2007
2008
2009
2010
2011
Loyer par logement
3 474
3 558
3 608
3 801
3 825
Source : comptes OPH.
c -
L’inertie de frais de structure importants
Les frais de structure
26
de l’office sont particulièrement élevés. Ils ont augmenté
irrésistiblement durant la période de 37,5 %. Par rapport au parc, cette évolution est plus
marquée : + 39,2 % par logement. Leur part dans les loyers est en hausse : + 26,2 %. Par rapport
à la médiane (880 € par logement et 23,9 % des loyers en 2011), l’office a ainsi des coûts
nettement plus élevés, de l’ordre d’un tiers.
Les frais de structure
2007
2008
2009
2010
2011
Evolution
Frais de structure (k€)
6 086
6 307
6 675
7 362
8 373
+ 37,5 %
Frais de structure par logement (€)
834
909
939
1 027
1 161
+ 39,2 %
Part des loyers
25,2 %
25,5 %
26,3 %
28,5 %
31,8 %
+ 26,2 %
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
d -
La dérive des frais de personnel
L’essentiel de l’accroissement des charges de structure relève des dépenses de personnel
qui ont cru de 44,8 % durant la période ; cette tendance s’est même accélérée en 2011
(+ 13,3 %).
Les charges de personnel représentent une part importante des charges d’exploitation :
20,9 % en 2007 et 26,1 % en 2011.
Alors que les charges salariales ont baissé en 2009 de 11,2 %, en raison de la mise en
oeuvre de droits à réduction de charges sur les bas salaires, les salaires ont poursuivi leur
progression de 14,3 %. Les dépenses de personnel ont ainsi augmenté de 6,7 %.
Cette situation relève d’abord de l’augmentation du nombre d’agents de droit privé,
surtout de ceux en contrat à durée indéterminée
27
qui représentent 42,5 % de l’effectif (1,6 % en
2007), alors que les moyens humains sont relativement stables.
Evolution des effectifs
2007
2008
2009
2010
2011
Fonctionnaires
137
122
118
110
102
CDI
3
46
62
70
80
CDD
22
9
4
10
5
Contrats aidés
23
9
13
16
1
Total
185
186
197
206
188
Source :
bilans d’activité.
26
Frais de structure : frais de personnel non récupérables hors régie + autres dépenses d’exploitation.
27
L’ordonnance n° 2007-137 du 1
er
février 2007 a engagé la transformation des OPHLM en OPH, effective au jour
de la première réunion du conseil d’administration suivant le décret d’application. Le personnel en fonction a dû
alors opter entre conserver son statut de droit public et passer sous statut de droit privé. Aucun agent
fonctionnaire de l’office de Calais n’a demandé de modification définitive de sa situation.
- 25/47 -
L’OPH de Calais a un effectif très supérieur à celui des offices de taille comparable,
+ 55 % en 2008
28
.
En outre, les agents de droit privé bénéficient, au même titre que les agents publics, de la
prime d’été et du treizième mois.
La hausse des coûts de personnel en 2010 (+ 14,9 %) a résulté directement d’une
accumulation de décisions : les recrutements imprévus ou directement en contrat à durée
indéterminée, le bénéfice de nouveaux avantages au-delà des minimums réglementaires (frais de
mutuelle et de prévoyance pris en charge par l’employeur à hauteur de 67 %
29
, tickets restaurant
et logements attribués) et la mise en place de la classification des emplois dans les nouvelles
grilles applicables aux agents de droit privé.
De surcroît, en plus des jours de congés réglementaires, les agents ont un régime de
congés exceptionnel et coûteux au regard du régime du temps de travail : le personnel se voit
attribuer, selon les situations, un nombre de jours de congés différents (27 jours annuels + 2 jours
hors période ; 24,5 jours annuels + 2 jours hors période ; 22 jours annuels + 2 jours hors
période).
Les jours fériés ou exceptionnels qui coïncident avec les journées d’aménagement du
temps de travail peuvent être récupérés.
S’ajoutent également 1 à 3 jours d’ancienneté et des jours supplémentaires en plus des
jours fériés (14 en 2013). Ces jours supplémentaires correspondent à un évènement particulier
(exemple : mardi-gras) mais peuvent être pris de façon décalée (exemple : pour mardi-gras, les
agents bénéficient d’un jour de congés à prendre entre le 12 février et le 11 mars).
Les agents de l’office jouissent ainsi, en 2013, de près de 3 mois et demi de congés.
Cette situation atypique a conduit la fédération nationale des offices publics de l’habitat à
émettre en mars 2013 une note d’alerte sur l’évolution des frais de personnel de l’office.
L’office qui partage les constatations de la chambre, souhaite maîtriser les coûts de
personnel, notamment en matière de jours de congés. La chambre prend acte de son intention.
e -
La régularisation des indemnités aux administrateurs
Sur la base de l’arrêté du 31 juillet 1985 accordant une indemnité de transport aux
administrateurs, l’office de Calais a décidé en 1986 d’accorder une indemnité en cas de perte de
salaire ainsi que le remboursement des frais.
Le conseil d’administration du 3 juin 2008 a fixé son montant à 90,50 € en référence au
taux maximal versé pour la prise en charge des frais de déplacement des agents de l’office.
Le rapport de la Miilos n° 2010-140 de 2011 relève que le montant de l’indemnité de
l’office, dépassait le plafond fixé par arrêté ministériel
30
, soit 68,61 €.
Par délibération du 1
er
juin 2011, l’office de Calais a réduit l’indemnité de déplacement à
68,61 € en application des dispositions précitées.
28
Convention d’utilité sociale – page 69.
29
L’office a évalué la charge financière supplémentaire induite par la mise en place des régimes de prévoyance et
de mutuelle à partir de 2011 respectivement à près de 180 000 € et 155 000 € par an.
30
Article R. 421-56 du CCH.
- 26/47 -
Alors que le nombre d’administrateurs a évolué de 15 à 23, les frais par administrateur
ont été triplés, variant de 1 093 à 3 399 € entre 2007 et 2010. Ces dépenses sont passées de
16 396 € à 78 192 €.
2 -
Un autofinancement d’exploitation devenu négatif
L’autofinancement
31
représente la capacité de l’OPH à contribuer en propre au
financement de ses opérations d’investissement. Il est en forte diminution durant la période, et
même négatif à partir de 2011.
Les produits exceptionnels
32
issus des opérations ANRU ont permis d’aboutir à un
résultat net positif (2 011 000 €) en 2011. Ils ne sauraient toutefois masquer la grande fragilité de
l’exploitation qui s’est aggravée au cours des exercices suivants. A moins d’une réelle maîtrise
des coûts et d’une forte diminution des charges de personnel, la faiblesse de l’autofinancement
d’exploitation a conduit l’office à se trouver en situation déficitaire, depuis 2012, avec une
tendance à l’aggravation, comme l’indiquent les comptes de gestion.
La poursuite de l’accroissement des charges courantes, supérieur à celui des ressources
courantes, conjuguée à une relative stabilisation du résultat exceptionnel, a conduit à une nette
dégradation tant de l’autofinancement d’exploitation courante, déjà négatif à partir de 2011, que
de l’autofinancement net, qui est devenu négatif depuis 2012.
Cette faiblesse de l’autofinancement d’exploitation est d’autant plus préoccupante qu’elle
est structurelle et que le parc de l’office souffre d’un important retard d’entretien
33
, accumulé
depuis de nombreuses années. L’office, qui a peu de capacité, est donc amené à effectuer à très
court terme des choix stratégiques dans les différents chantiers de remise à niveau de son parc et
dans la gestion de l’ensemble de ses coûts.
L’évolution des résultats
M€
2007
2008
2009
2010
2011
Résultat d’exploitation (autofinancement exploitation
courante)
2 044
590
2 387
1 460
- 625
Autofinancement net
2 079
913
3 686
2 433
2 025
Résultat de l’exercice
2 156
1 385
2 723
1 940
2 011
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
31
La capacité d’autofinancement est le solde des produits et charges courants ayant une contrepartie en trésorerie.
Elle diffère du résultat courant à hauteur des charges et produits calculés, tels que les dotations aux
amortissements et provisions. En retranchant le remboursement en capital des emprunts pour investissements
locatifs, on aboutit à l’autofinancement courant. Enfin, la prise en compte des éléments exceptionnels et du
remboursement des emprunts locatifs fournit l’autofinancement net.
Le résultat de l’exercice est obtenu en intégrant le solde des reprises et dotations de provision pour gros
entretien, l’excédent annuel d’amortissements techniques, les autres dotations et reprises et les plus-values sur
ventes à des personnes physiques.
Dans le cadre de son activité immobilière, l’office affecte son autofinancement au patrimoine existant
(amortissement ou constitution de provisions dédiées) et, à travers l’accroissement de ses fonds propres, au
financement d’opérations nouvelles.
32
Ils correspondent au transfert des subventions liées à l’opération ANRU, particulièrement les primes de
démolition.
33
Rapport de diagnostic du cabinet Kurt Salmon 8 mars 2013.
- 27/47 -
k€
2007
2008
2009
2010
2011
Recettes courantes
25 398
25 571
26 642
26 595
26 974
Dont loyers logement*
24 179
24 718
25 372
25 783
26 178
Charges courantes**
17 824
19 215
18 999
18 130
20 191
Amortissement du capital
5 620
5 765
5 256
7 005
7 408
Autofinancement exploitation courante
2 044
590
2 387
1 460
- 625
Produits exceptionnels (sauf c775 et 777)
313
686
1 540
1 318
2 833
Charges exceptionnelles (sauf c675)
278
141
241
344
182
Autofinancement net
2 079
913
3 686
2 433
2 025
Autofinancement net / loyers
8,6 %
3,7 %
14,5 %
9,4 %
7,7 %
Médiane
10,9 %
11,1 %
12,7 %
13,2 %
10,4 %
*
loyers + surloyers + autres loyers.
** annuités en intérêts + TFPB + coût de la maintenance locative + autres dépenses.
Autofinancement de l’exploitation courante
2007
2008
2009
2010
2011
Autofinancement (k€)
2 044
590
2 387
1 460
- 625
Part des loyers
8,5 %
2,4 %
9,4 %
5,7 %
- 2,4 %
Par logement (€)
280
85
336
204
- 87
Source :
DIS. Données indisponibles pour 2012 et 2013.
3 -
Les recettes et les dépenses d’investissement
Les dépenses d’investissement représentent une moyenne annuelle de 25,8 M€, selon le
tableau ci-dessous :
Les dépenses d’investissement
2007
2008
2009
2010
2011
11/07
Dépenses d’investissement
28 172
23 795
30 530
26 356
20 310
- 27,9 %
Dont constructions
25 812
20 509
30 530
23 444
14 217
- 44,9 %
Fonds propres prévisionnels sur
opérations soldées lancées dans
l’exercice
3 839
1 261
2 933
778
1 523
- 60,3 %
Sources : DIS.
4 -
L’état de la dette
Fin 2011, l’encours de la dette est de 178,3 M€. Il représente 60 % du total du bilan et a
fortement augmenté (+ 57,1 %). La dette est, pour la moitié, indexée sur le Livret A.
En 2009
34
, l’office a entrepris le réaménagement de l’ensemble de sa dette (109 contrats
en cours), tous garantis par la commune de Calais, totalisant un encours de 83,4 M€
35
.
34
Conseil d’administration du 23 janvier 2009.
35
Les différents taux fixes sur 20 emprunts ont été remplacés par le taux fixe de 3,10 % l’an ; la marge sur index
Livret A pour 75 emprunts est révisable à la baisse avec un plancher de 1,20 % (remise de 10 points de base
lorsque le taux dépasse 1,20 %).
- 28/47 -
L’office a souscrit auprès du Crédit Agricole Nord de France en 2006 un emprunt
structuré de 3,8 M€ pour l’aménagement du nouveau siège. Si la formule de calcul du taux
d’intérêt peut présenter un risque
36
, le contrat prévoit un plafonnement du taux à 7,25 %.
En 2009, cet emprunt a été réaménagé : jusqu’au 30 juin 2012, le taux fixe de 4,20 %
était en vigueur.
Cet emprunt structuré ne représente cependant que moins de 1 % de l’encours de la dette.
La charge annuelle du remboursement de la dette (capital et intérêts) est de 1 685 € par
logement (1 439 pour la médiane 2011). Le total des annuités par rapport aux loyers est très
lourd, 46,2 % fin 2011 (39,8 % pour la médiane), et a augmenté (40,3 % en 2007).
C -
Une politique patrimoniale fortement contrainte
1 -
Une accumulation de contraintes conjuguée à des ressources limitées
A l’insuffisance de l’exploitation courante, s’ajoutent les contraintes induites par la
situation tant du parc que de la population.
L’état du patrimoine offre très peu de possibilités d’augmentation des ressources.
Une partie importante de la population, particulièrement modeste, ne peut suivre les
éventuelles augmentations de loyers, ce qui est problématique dans le cas de rénovations, comme
en témoignent les difficultés de relogement à la suite de l’opération ANRU.
Les besoins de rénovation-construction sont considérables. Le diagnostic de patrimoine
de 2013 évalue les besoins de maintenance à plus de 300 M€ sur 2013-2022, avec une
concentration des besoins de travaux au cours de cette année.
L’effort annuel théorique de 30 M€ correspond à un coût de 4 550 € par logement, niveau
très supérieur aux normes du secteur (de 800 à 1 000 € par logement). Certains ensembles du
parc ont des besoins plus conséquents (supérieurs à 15 000 € par logement et par an).
2 -
La politique de cessions, source de financement
Devant la fragilité de sa situation financière, l’office est amené à intensifier sa recherche
de financements. Déployer une politique de cession en conformité avec les objectifs sociaux de
la politique locative demeure une alternative indispensable.
La composition du parc, qui comprend une part importante de maisons individuelles,
permet d’y répondre en partie.
L’office procède chaque année à la cession de 16 logements locatifs individuels en
moyenne, dans le cadre notamment de la politique d’encouragement au parcours résidentiel.
De 2007 à 2011, l’OPH a vendu 89 logements pour un prix de vente moyen de 70 000 €.
Ces ressources permettent de procéder à des opérations de réhabilitation.
36
Du 30 juin 2008 au 30 juin 2012 : taux fixe 4,20 % ; du 30 juin 2012 au 30 juin 2018 : 3,78 % + (3,47 % - 5
[CMS10 – CMS2]) plafonné à 7,25 % ; du 30 juin 2018 au 30 juin 2026 : taux fixe 3,78 % ; du 30 juin 2026 au
30 juin 2037 : taux fixe 3,50 %.
- 29/47 -
Si le plan de cession du PSP prévoit la vente de 20 maisons par an, la CUS vise
désormais un objectif bien supérieur, avec la mise en place d’un service commercial spécifique
37
.
L’office a identifié une offre de 216 logements. Leur prix de vente correspond à
l’estimation du service des domaines. Il pourrait intéresser des acheteurs dont les locataires
prioritairement concernés.
3 -
L’outil de l’équilibre des amortissements techniques et des amortissements
financiers
Conformément à cette règle dite de « l’équilibre des amortissements techniques et
financiers », les amortissements globaux cumulés des immobilisations locatives doivent être au
moins égaux au montant cumulé des remboursements de la totalité des emprunts contractés pour
le financement de ces opérations
38
.
A Calais, l’office n’a jamais eu besoin de renforcer ses amortissements financiers par les
amortissements techniques, ces derniers restant supérieurs (cumuls).
L’office semble en mesure de tirer parti de cette règle pour améliorer le financement de
ses projets de rénovation-construction par un recours plus appuyé à l’emprunt.
4 -
La nécessité de financements extérieurs pour préserver le parc
Une politique de cessions plus dynamique et un plus grand recours à l’emprunt ne
peuvent que constituer des sources de financement accessoires.
L’office n’est pas en mesure de financer par lui-même ses importants besoins, lesquels ne
peuvent qu’augmenter progressivement si la tendance à la dégradation du parc n’est pas
rapidement inversée.
L’OPH doit donc trouver rapidement des moyens pérennes pour faire face aux impératifs
de rénovation-construction, notamment en recherchant des financements extérieurs (collectivités,
Etat) et un rapprochement avec d’autres organismes de logement social.
IV -
LES ANOMALIES DE GESTION
A -
La tenue des comptes
Les comptes de l’office de Calais relèvent des règles de la comptabilité publique.
37
Les sites visés sont principalement Renoir et, à partir de 2015, accessoirement Marinot.
38
Une contrainte spécifique existe pour les organismes de logement social en matière d’amortissement des
immobilisations locatives. Dans la mesure où les immeubles de rapport construits (ou acquis et améliorés) par
ces organismes ont été financés dans de très fortes proportions par des emprunts, en application des
articles R. 423-22 et R. 423-42 du CCH, les amortissements doivent permettre au minimum de compenser le
remboursement en capital de la totalité des emprunts ayant financé ces opérations.
- 30/47 -
1 -
Les immobilisations
a -
Des reliquats d’opérations anciennes à réintégrer
Les immobilisations en cours au compte 23 laissent apparaître des opérations anciennes,
pour un total, concernant les acquisitions antérieures à 2008 hors ANRU, de 298 353,80 €.
La chambre recommande l’intégration de ces reliquats d’opérations dans les comptes 21
ainsi que leur amortissement ; l’office souhaite y procéder rapidement.
2 -
Les provisions pour créances douteuses
Les sommes dues à titre de loyers, charges et accessoires par les locataires ayant quitté
leur logement et par les locataires dont la dette a une origine antérieure à un an font l’objet, pour
leur montant total, de dépréciations pour créances douteuses
39
.
Des écarts entre le montant des provisions figurant au compte financier et dans les
dossiers individuels de situation sont à souligner.
Cette situation est le reflet d’un contrôle interne lacunaire ; elle altère la fiabilité des
informations délivrées par l’office pour l’élaboration de son dossier individuel de situation
(DIS).
La chambre invite l’office à améliorer la qualité des informations au regard de leur
impact sur les données statistiques et sur les comptes. Elle prend acte de l’engagement de
l’office.
B -
Les frais de mission et de réception
1 -
Les frais de mission - compte 6256
Par des délibérations de 1981 et 2007, le conseil d’administration a décidé de prendre en
charge les droits d’inscription, le coût des cours ainsi que les frais de transport pour les agents se
présentant à un concours organisé par les offices d’HLM.
Or, l’article 47 du CCH précise que le seul cas admis de remboursement est la
présentation à l’admission d’un concours et non pas l’admissibilité, ni la simple préparation de
ce concours. La chambre rappelle donc cette réglementation à l’OPH qui s’engage à s’y
conformer.
2 -
Les frais de réception - compte 6257
Les mandats pour frais de restaurant totalisent 8 950,45 € en 2011. Les frais de réception
ne mentionnent pas les personnes participantes.
La bonne gestion requiert que leur objet ainsi que la mention des participants soient
fournis.
39
- si le locataire a quitté son logement ou si la dette a une origine supérieure à un an : provision à 100 %
(art R. 423-23 et R. 423-44 du CCH) ;
- si la dette a une origine comprise entre 6 mois et un an : provision à au moins 50 % ;
- si la dette a une origine comprise entre 3 et 6mois : provision à au moins 25 %.
- 31/47 -
L’office a apporté les réponses suivantes concernant ces mandats :
-
10 ont des invités non justifiés et, selon la direction actuelle, seraient imputables à
l’ancienne présidente
40
, ce que celle-ci conteste ;
-
18 correspondent à des repas avec des sociétés partenaires de l’OPH ;
-
15 correspondent à des repas entre le directeur, des chefs de service, des
administrateurs et/ou des responsables d’organismes bancaires pour discuter de la
situation de l’OPH ;
-
4 sont des repas réunissant le directeur général et des maires de communes proches
dont 2 avec le directeur de cabinet du maire de Calais et/ou madame le maire.
Des dépenses ont été directement remboursées au directeur général.
L’article R. 421-20-1 du CCH précise limitativement les avantages accordés au directeur
général, parmi lesquels un véhicule de fonction et le remboursement sur justificatifs « des frais
exposés par lui dans le cadre de ses déplacements et activités liés à ses fonctions. »
Concernant les frais remboursés au directeur général, la chambre observe que, dès son
recrutement, ce dernier a établi un ordre de mission permanent le concernant : l’ensemble de ses
frais sont signés pour validation par lui-même.
La présidente, le directeur général et la secrétaire de la présidente se sont rendus les 26,
27, 28 et 29 septembre 2010 au congrès annuel des OPH se déroulant à Strasbourg. Ils ont logé
dans un établissement situé à 40 km, dont le prix de 2 838,50 € peut sembler élevé, compte tenu
des moyens contraints de l’office.
C -
Les ressources humaines
1 -
Un régime indemnitaire contestable
Le personnel de l’office relève de deux statuts : celui de la fonction publique territoriale
et celui se référant au droit privé et au code du travail. En matière de rémunérations, l’office s’est
engagé à ce que les personnels aient les mêmes droits.
a -
Les catégories de personnel relevant de la fonction publique territoriale
Chaque agent se voit verser mensuellement, s’agissant des rémunérations accessoires, un
acompte avec un solde de régularisation en décembre. Ces acomptes ne correspondent pas à un
pourcentage déterminé des primes de l’année précédente et ne sont donc pas identiques en
proportion d’un agent à l’autre.
L’office n’est pas en mesure de justifier des conditions d’attribution des indemnités
correspondantes.
1)
Le fondement formel du régime indemnitaire
La délibération globale spécifiant les différentes primes, leur coefficient et les catégories
concernées n’a pu être produite durant l’instruction, symptôme de la mauvaise organisation de
l’office.
40
N° 2760, 724, 1356, 1891, 2281, 2287, 2427, 2497, 2629, 2898.
- 32/47 -
2)
Les modalités d’attribution
Les notes de service du 14 novembre 2007, pour l’année 2008, et du 16 octobre 2008,
pour 2009, sont inopérantes : elles font référence à une autre note de service du 23 février 2007
qui ne distingue pas la situation des agents privés et publics. Celle-ci se limite à décrire les
critères utilisés pour fixer le montant de la prime annuelle.
Devant cette situation anormale, la refondation du régime indemnitaire des fonctionnaires
de l’office a été entreprise, sans connaissance du document d’origine établissant ces modalités.
La chambre invite l’office à se rapprocher du comptable pour recueillir le document
nécessaire à la connaissance du régime indemnitaire des agents.
b -
L’extension du 13
ème
mois au personnel relevant du droit privé
L’OPH a alloué une « prime de fin d’année 2009 exceptionnelle pour les agents de droit
privé » par instruction d’une simple note de la présidente en date du 4 novembre 2009.
Elle représentait une enveloppe globale de 192 112 €, destinée au personnel non
fonctionnaire, y compris ceux en contrat d’avenir, ceux en contrat d’accompagnement dans
l’emploi, ceux en contrat d’insertion, de qualification et ceux à durée déterminée.
La délibération correspondante ne précise toutefois pas les modalités de calculs
individuels. Les mandats de paye étaient accompagnés en guise de justificatif d’un courrier
adressé à chaque agent, lui précisant le versement d’un certain niveau de prime exceptionnelle
brute variant de 750 à 7 000 €.
En 2010, une prime dite de 13
ème
mois a été également instituée pour les agents de droit
privé. Elle a été entérinée par l’accord collectif du 30 novembre 2011.
c -
Les rémunérations « complémentaires » de quelques agents de droit
privé
Au vu de ce qui précède, quatre agents de droit privé continuent de percevoir la prime
exceptionnelle prévue à leur contrat (de 2008), ainsi que celle dite de 13
ème
mois. Pour
l’année 2011, la prime de ces agents a donné lieu à une dépense de 7 360 €.
2 -
La prime de vacances
La prime de vacances, héritée du comité des oeuvres sociales, a été fixée en 1990 en
référence à l’indice majoré 202 de la fonction publique. Cette prime se trouve donc revalorisée à
chaque évolution du point d’indice
41
.
Toutefois, le principe d’une revalorisation annuelle de ce type de prime n’est autorisé que
s’il était mis en oeuvre avant 1984 (Conseil d’Etat n° 95698 du 25 juin 1993).
Or, l’office n’a pu produire de document antérieur à l’année précitée.
La revalorisation décidée par la délibération de 1990 ne peut donc être considérée comme
régulière. L’office s’engage à régulariser le calcul du montant de cette prime. De 2007 à 2011,
les versements indus totalisent au moins 865 000 €.
41
Le 1
er
juin 2011, le conseil d’administration a décidé de reconduire chaque année cette prime, calculée sur
l’indice brut 180 en tenant compte des revalorisations de traitements de la fonction publique.
- 33/47 -
3 -
Le maintien de la rémunération des anciens directeurs généraux
Le départ des directeurs généraux a eu des conséquences financières fâcheuses pour
l’office.
a -
La rémunération de M. Philippe Scy
Par arrêté du 30 septembre 2008, l’office a mis fin au détachement, engagé le
1
er
janvier 2004, de M. Philippe Scy sur l’emploi fonctionnel de directeur de l’office.
M. Scy a été réintégré dans le cadre d’emploi des attachés territoriaux pour une durée
d’un an. L’office escomptait qu’ensuite il serait pris en charge par le centre national de la
fonction publique territoriale (CNFPT) comme directeur territorial titulaire de la fonction
publique territoriale. Dans cette optique, l’office l’a donc radié des cadres au 1
er
décembre 2009.
L’office n’avait pas mesuré toutes les implications juridiques et financières de cette
situation. En effet, M. Scy étant désormais en congé spécial, l’office lui verse depuis le
5 mars 2010 pour une durée maximale de 5 ans et au plus tôt jusqu’à prise d’effet de sa retraite,
un montant brut de 3 694,98 € mensuels et 36,95 € au titre de l’indemnité de résidence
(indemnité rattachée au traitement et non au régime indemnitaire).
Le coût total, hors charges patronales, s’élève pour l’office à une dépense brute de plus de
200 000 €.
b -
La rémunération de M. Patrick Haulot
Successeur de M. Scy, M. Patrick Haulot est devenu directeur général de l’office le
1
er
décembre 2008.
Par délibération du 23 septembre 2010, la présidente de l’office a fait part du projet de
licenciement du directeur général. La publication « OPH infos » de janvier 2011 justifiait son
départ par les propos suivants : «
freiner divers dossiers et de ne pas appliquer certaines
décisions »
42
.
Sa collectivité d’origine n’étant pas en mesure de le réintégrer, M. Haulot continue d’être
rémunéré par l’office, jusqu’à la fin théorique de son détachement le 1
er
décembre 2013
(article 67 de la loi du 26 janvier 1984, 4
ème
alinéa)
43
. Il perçoit une rémunération mensuelle
correspondant à la part fixe de son salaire de directeur général.
Dans l’attente du règlement du contentieux entre les parties, le licenciement de M. Haulot
aura coûté à l’office, en ne tenant compte que des salaires et des condamnations du tribunal, la
somme de 265 775 € brut, somme à laquelle pourrait s’ajouter une indemnité de licenciement.
c -
La rémunération de M. Régis Biousse
M. Biousse, engagé le 2 janvier 2009 en qualité de coordonnateur du patrimoine
technique, a exercé à partir du 1
er
novembre 2010 les attributions de directeur général dans
l’attente du recrutement d’un nouveau directeur général.
42
M. Haulot indique avoir à plusieurs reprises marqué son opposition ou refusé de signer des décisions contraires à
la règlementation, notamment dans le domaine indemnitaire.
43
Arrêté du 17 mars 2011 effectif au 22 janvier 2011.
- 34/47 -
Le 30 janvier 2012, M. Biousse a demandé une rupture conventionnelle de son contrat de
travail.
L’office lui a accordé, en retour, «
le nombre de congés nécessaires entre le
1
er
février 2012 jusqu’à votre départ de l’office
». Pourtant, lors du calcul par l’office de son
indemnité de départ, M. Biousse bénéficie également du paiement de 33 jours de congés,
pourtant déjà pris.
L’indemnité prend aussi en compte le paiement du solde d’heures supplémentaires pour
un total de 3 mois et 1 semaine ainsi qu’une indemnité de remplacement de M. Haulot dans les
fonctions de directeur général pendant 3 mois.
La proposition de l’office, acceptée par M. Biousse, a été de 34 000 € bruts.
Le départ, à la demande de la présidence, des deux directeurs généraux entre 2008 et
2010, ainsi que celui du directeur « par intérim », aura engendré à ce jour un coût de 503 000 €.
4 -
La gestion générale des ressources humaines
a -
La persistance d’un absentéisme élevé malgré un régime social
favorable
1)
Des temps de travail inégaux
Le personnel de l’office bénéficie du protocole des 35 heures hebdomadaires. Le temps
de travail effectif est suivi par un dispositif automatisé
44
.
Le régime des 35 heures, appliqué par le protocole du 18 octobre 2001, est complexe. Le
personnel peut ainsi choisir sa durée de travail selon plusieurs variantes : 35 heures en 5 jours,
4,5 jours ou 4 jours, ou encore 70 heures en 9 jours.
Tout dépassement au-delà de 7 heures supplémentaires mensuelles est écrêté dès que ces
heures supplémentaires n’ont pas été effectuées à la demande du chef de service
45
. Un relevé des
décomptes sur six mois, entre octobre 2012 et mars 2013, permet d’établir un écrêtement total
de 2 045,57 heures supplémentaires. A titre d’exemple, les quatre directeurs de service
46
en
représentent 28,5 %. Cette situation est symptomatique de la mauvaise organisation interne de la
direction de l’office.
2)
L’absentéisme
L’absentéisme ordinaire est en augmentation régulière depuis 2009, tant en nombre de
jours (+ 43 %) qu’en nombre de personnes concernées (+ 44 %).
Aucune explication n’est donnée dans les rapports d’activités de l’office. La direction
actuelle a entrepris de multiplier les contrôles par des visites médicales.
44
Sauf pour les gardiens.
45
Accords sur le temps de travail de l’office du 20 décembre 2001.
46
Ressources humaines et marchés publics, finances, gestion locative et direction technique.
- 35/47 -
b -
Les évaluations et les notations
Le plus souvent absentes des dossiers des personnels, elles semblent avoir repris à
compter de 2011. Elles sont pourtant indispensables pour fixer les objectifs et adapter l’évolution
des primes aux résultats.
c -
Les tickets-restaurant
L’office a mis en place, à compter du 1
er
juin 2010, un dispositif de tickets-restaurant. Le
nombre de tickets par agent est limité au nombre de jours ouvrés, déduction faite des jours
d’absence.
L’office n’a pas instauré de procédure visant à éviter le cumul du bénéfice d’un ticket-
restaurant et du remboursement du repas lors d’un déplacement professionnel. Il indique qu’il va
mettre en place une procédure évitant ce cumul.
d -
L’utilisation des véhicules
La délibération de janvier 2006 prévoit l’attribution d’un véhicule de fonction au
directeur général de l’office, en tant qu’avantage en nature accordé aux emplois fonctionnels.
De 2006 à 2009, les véhicules ont été répartis entre les services sur décision du directeur
général. Il n’existait aucune procédure formalisée.
L’article R. 421-10 du CCH, tel qu’il a été modifié en 2008
47
, ne permet pas aux
administrateurs de bénéficier d’avantages en nature, leur mandat devant être exercé à titre
gratuit. Tout au plus peuvent-ils bénéficier d’une indemnité forfaitaire destinée à compenser la
diminution de leur revenu.
Mme Courmont a néanmoins bénéficié d’un véhicule de fonction jusqu’au début du mois
d’avril 2011 ; cette situation a été également relevée par la Miilos.
La chambre relève qu’un grand nombre de notes de service rappelle les conditions
d’utilisation des véhicules. Aucune sanction disciplinaire ne semble avoir été prise en cas
d’abus ; les fréquents rappels auraient suffi, selon la direction des ressources humaines, à réduire
peu à peu les manquements.
Conformément à la réglementation, chaque véhicule est doté d’un carnet de bord qui
permet de retracer les déplacements du véhicule, avec les pleins de carburant et les dates
d’entretien mécanique, afin d’apporter toutes justifications en cas de nécessité. Seul l’actuel
directeur général ne remplit pas le carnet de bord du véhicule qu’il utilise
48
.
e -
La situation particulière de plusieurs agents
La majorité des recrutements, entre 2008 et 2010, a été effectuée en dehors de toute
procédure formalisée. Les contrats, tous à durée indéterminée, ont été décidés par la direction.
L’office a recruté 9 nouveaux agents au premier trimestre 2008 et 21 le reste de l’année.
En 2010, la présidente a fait procéder à 27 recrutements non prévus qui ont représenté
8,8 % du budget existant des charges de personnel, soit un montant de 493 000 €.
47
Décret n° 2008-566 du 18 juin 2006.
48
L’article R. 421-20 du CCH précise qu’un directeur d’OPH peut bénéficier en avantage annexe d’un véhicule de
fonction dès lors que l’office gère plus de 5 000 logements locatifs.
- 36/47 -
La chambre a relevé notamment les situations suivantes :
-
un agent a été recruté le 9 avril 2010 dans le cadre d’un contrat d’accompagnement
dans l’emploi-passerelle, pour une durée déterminée d’un an à compter du 19 avril de
la même année. Sans attendre la fin du contrat-passerelle, l’office a recruté cet agent le
26 juillet 2010 en contrat à durée indéterminée à compter du 1
er
aout 2010 ;
-
un agent a été embauché en contrat à durée indéterminée à compter du
1
er
novembre 2009 en qualité de gardien d’immeuble. Il a bénéficié, dès décembre de la
même année, d’une prime exceptionnelle d’un montant de 1 500 € non prévue au
contrat. Par avenant du 2 mars 2010, son salaire brut mensuel a été rapidement
augmenté de façon importante (+ 23 %) variant de 1 337,70 € à 1 647,13 €. Par la suite,
il a fait l’objet d’un avertissement disciplinaire
49
puis a été convoqué pour un entretien
préalable à son licenciement. Après intervention écrite de la vice-présidente en août
2012,
l’entretien
préalable
au
licenciement
s’est
transformé
en
un
simple
avertissement ;
-
un agent a été embauché en CDI le 9 septembre 2009 en qualité d’assistant responsable
d’agence. En décembre, il a bénéficié d’une prime exceptionnelle de 900 €, non prévue
dans son contrat de travail. Un an et demi plus tard, en 2011, l’office lui a notifié son
licenciement « pour causes réelles et sérieuses ». Contestant ce licenciement, l’agent a
porté l’affaire devant le conseil des prud’hommes. Au vu des erreurs de procédure et de
l’impossibilité d’établir la preuve des faits reprochés, l’office a transigé avec l’agent et
lui a versé 6 300 € en octobre 2012 ;
-
un agent était en situation de disponibilité à compter du 1
er
novembre 2009 pour une
durée d’un an pour convenances personnelles. Il a été recruté en tant que gardien
d’immeuble. Un contrat à durée indéterminée lui a été consenti. En décembre, soit six
semaines après, il a bénéficié d’une prime exceptionnelle d’un montant de 1 500 €. En
disponibilité, pour une durée d’un an renouvelable chaque année, dans la limite de dix
années, un contrat à durée déterminée aurait été plus approprié ;
-
embauché le 2 janvier 2009 pour conduire les travaux de mise en place de la future
régie rue des 4-Coins, un agent a souhaité, le 19 mai 2010, mettre un terme à son
contrat de travail par rupture conventionnelle assorti d’une indemnité de 45 000 €. Sa
demande était motivée par des pressions de la part de la direction. Il a été convoqué en
septembre 2010 en vue de lui notifier une sanction pour absence irrégulière.
L’intervention du CHSCT et du médecin du travail, ainsi que l’avis de l’inspection du
travail lui ont permis d’obtenir gain de cause. Cet agent a obtenu l’indemnisation
souhaitée de 45 000 €.
Ces exemples témoignent d’une gestion lacunaire des ressources humaines.
1)
Les agents « ex-Proxical »
Créée en 2001, Proxical était une association dont l’objet était d’assurer une présence
dissuasive dans les quartiers dégradés. Comme suite à sa cessation d’activité, la commune de
Calais a repris 4 des agents de l’association, à charge pour l’office de recruter les 6 autres. Sans
attendre la fin de leur contrat avec Proxical, l’office leur a proposé, le 2 août 2010, d’être
embauchés.
49
Courrier du 22 mai 2012 du directeur général.
- 37/47 -
2)
Les agents de l’office à disposition de la trésorerie
Deux agents de l’office, un fonctionnaire et un agent de droit privé, sont mis à disposition
de la trésorerie depuis de nombreuses années, sans convention.
Pour un fonctionnaire, la mise à disposition doit être prévue par une convention conclue
entre l’administration d’origine et l’organisme d’accueil. Elle fait l’objet d’une information
préalable de l’assemblée délibérante de la collectivité territoriale ou de l’établissement public
administratif gestionnaire (art 61 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 et art 1.l du
décret n° 2008-580 du 18 juin 2008)
50
.
La convention donne lieu à remboursement de la rémunération du fonctionnaire ainsi que
des cotisations et contributions y afférent (art. 62 de la loi 84-83 et art 2. II et 6.III du
décret 2008-580).
La mise à disposition est fixée pour une durée maximale de 3 ans et peut être renouvelée
par périodes n’excédant pas cette durée (art. 3 décret 2008-850).
En poste depuis plus de 3 ans, l’agent concerné ne devrait plus être mis à disposition.
Pour un agent de droit privé, la mise à disposition peut intervenir auprès des collectivités
territoriales et des établissements publics administratifs mentionnés aux 1°, 2° et 3° de
l’article 136 de la loi du 26 janvier 1984 susvisée
51
.
L’agent concerné ne pouvait donc pas être en poste au sein des services de la trésorerie.
Le directeur de l’office, M. Haulot, souhaitait régulariser cette situation par la signature
d’une convention rétroactive, que les services de l’Etat ont refusée.
Cette situation a coûté pour l’office la somme de 48 139,01 € en 2011.
L’office s’engage à ce que leur situation soit régularisée.
3)
Trois agents en détachement irrégulier
Quatre fonctionnaires de l’office sont placés en position de détachement pour une durée
de deux ans à l’office et au même poste. Ils ont opté pour le statut privé, avec un contrat à durée
indéterminée.
Leur détachement étant limité à deux ans, un contrat à durée déterminée aurait été plus
approprié.
Un agent ne peut être détaché dans le même établissement public que pour occuper un
emploi fonctionnel administratif ou technique de direction
52
. Un seul des quatre agents répond à
cette condition
53
. L’office, en réponse à la chambre, indique que leur situation sera régularisée.
50
Source : CDG 59 – mise à jour 7 mars 2012.
51
La durée de sa mise à disposition ne peut excéder trois ans. Elle peut être renouvelée dans la même limite, sans
que sa durée totale ne puisse excéder six ans. (art. 35-1 du décret n° 88-145 du 15 février 1988 pris pour
application de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale
et relatif aux agents non-titulaires de la fonction publique territoriale).
52
Article 4 du décret n° 87-1101 du 30 décembre 1987, portant dispositions statutaires particulières à certains
emplois administratifs de direction des collectivités territoriales et des établissements publics locaux assimilés.
53
Les emplois des trois autres agents ne sont pas de direction (2 techniciens – niveau II.1 et un agent de maîtrise
niveau II.2).
- 38/47 -
Les exemples précités témoignent d’une gestion hasardeuse des ressources humaines et
d’une méconnaissance des textes qui régissent les agents de droit public et privé. La situation des
gardiens d’immeubles illustre également cette situation par les irrégularités qui sont développées
ci-après.
f -
La situation des gardiens d’immeuble
Les avantages attachés à cette fonction, comme le logement d’utilité de service ou de
nécessité absolue, sont parfois maintenus à tort.
1)
Des logements attribués par nécessité absolue de service à des
agents qui ont cessé d’être gardien
En 2006, l’office avait 5 gardiens. La faiblesse de cet effectif s’explique par le fait que les
gardiens en fonction avaient exprimé leurs difficultés à résider sur leur lieu de travail en raison
des rapports sociaux difficiles avec le voisinage. L’office avait alors déployé une politique de
retrait des gardiens d’immeuble, remplacés par des agents d’entretien. Tous les postes ainsi
libérés étaient restés vacants.
En 2008, la nouvelle direction, sous l’impulsion de la présidente, a souhaité rétablir les
gardiens d’immeubles. Entre 2008 et 2012, 8 gardiens ont repris leurs fonctions ; des mutations
internes ont été opérées ; d’autres ont été embauchés.
En 2009, outre 6 logements clairement attribués à des gardiens, 12 autres étaient reconnus
comme « nécessité absolue de service » pour des catégories de personnel autres que celle des
gardiens : 1 agent technique, 6 agents d’entretien, 2 agents d’ambiance, 1 contrôleur de terrain et
2 responsables d’équipe d’entretien. 8 de ces agents étaient d’anciens gardiens qui ont conservé
leur logement. La chambre rappelle qu’un logement ne peut être accordé pour nécessité absolue
de service en dehors des conditions réglementaires. Cette situation nécessite d’être régularisée.
En 2012, l’office comptait 30 gardiens et 1 agent, tous logés par nécessité absolue de
service.
La Miilos a demandé, le 6 novembre 2009, la mise en place de gardiens au Beau-Marais
afin que soient respectées les dispositions des articles L. 127-1 et R. 127-1 du code de la
construction et de l’habitation
54
.
2)
Des gardiens qui ne logent pas sur leur lieu de travail
Anciens et nouveaux gardiens ont été recrutés sur le principe de résider ailleurs que sur le
lieu de travail.
Les gardiens étaient logés en 2009 par utilité de service ; la délibération de février 2010
transforme ces logements en nécessité absolue de service. Il y est rappelé qu’ «
il y a nécessité
absolue de service lorsque le titulaire de l’emploi ne peut accomplir normalement son service
sans être logé par la collectivité et que cet avantage constitue pour l’intéressé le seul moyen
d’assurer la continuité du service ou de répondre aux besoins d’urgence liés à l’exercice de ses
fonctions.
54
Article abrogé du CCH par l’ordonnance n° 2012-351 du 12 mars 2012 et transposé à l’identique dans le code de
la sécurité intérieure (article L. 271-1) :
« Les propriétaires, exploitants ou affectataires, selon le cas,
d'immeubles à usage d'habitation et de locaux administratifs, professionnels ou commerciaux doivent, lorsque
l'importance de ces immeubles ou de ces locaux ou leur situation le justifient, assurer le gardiennage ou la
surveillance de ceux-ci et prendre les mesures permettant d'éviter les risques manifestes pour la sécurité et la
tranquillité des locaux. »
- 39/47 -
Les agents occupant ces fonctions font 9h00 de permanence téléphonique tous les jours
de la semaine, à raison de 16h00 à 17h00 et le samedi matin de 8h00 à 12h00. Ils seront logés à
proximité de leur lieu de travail ».
La plupart des gardiens ne résidant pas sur place, la continuité du service est assurée par
des astreintes téléphoniques. Une bonne gestion aurait retenu au contraire que les gardiens logent
à proximité immédiate de leur lieu de travail.
Le décret du 9 mai 2012 n° 2012-752 portant réforme du régime des concessions de
logement rappelle qu’il y a nécessité de service «
lorsque l’agent ne peut accomplir
normalement son service, notamment pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de responsabilité
sans être logé sur son lieu de travail ou à proximité immédiate
»
55
.
Selon son article 9, les agents conservent le bénéfice de leur logement jusqu’à l’entrée en
vigueur des arrêtés prévus aux articles R. 2124-65 et R. 2124-68 et au plus tard le
1
er
septembre 2013, à moins d’un report de cette échéance.
L’office lui-même, par son conseil d’administration du 8 avril 2013, reconnaît « que la
notion de proximité immédiate peut être contestable quand plusieurs kilomètres séparent les
lieux de travail et de domicile ».
De fait, la plupart des gardiens ne logent pas à proximité immédiate de leur lieu de
travail. Sur les 30 logements, 16 se situent à plus d’un kilomètre du lieu de travail et 8 à plus de
2 km. La condition de loger à proximité immédiate de son lieu de travail n’est donc pas remplie.
Le conseil d’administration du 8 avril 2013 relève lui-même que la notion de proximité
immédiate n’est pas appliquée pour une partie des logements de gardien.
3)
Une mise à jour laborieuse de la liste des logements attribués
par nécessité absolue de service
L’office suit avec difficultés la situation des logements de fonction. Par de nombreuses
délibérations, il procède à des ajouts et des retraits de logements correspondant en majorité à des
déménagements
56
, sans lien avec les listes établies d’une délibération à l’autre
57
, les
organigrammes
58
et les personnes les occupant
59
.
En novembre 2010, le conseil d’administration a établi une nouvelle liste de
30 logements attribués pour nécessité absolue de service, qui omet par exemple le logement d’un
contrôleur de terrain.
Les agents auxquels il a été accordé une concession de logement antérieurement au
décret n° 2012-752 peuvent en conserver le bénéfice, en l’absence de changement dans la
situation ayant justifié l’attribution du logement, au plus tard jusqu’au 1
er
septembre 2013.
55
Art. R. 2124-65. - Une concession de logement peut être accordée par nécessité absolue de service lorsque
l'agent ne peut accomplir normalement son service, notamment pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de
responsabilité, sans être logé sur son lieu de travail ou à proximité immédiate.
56
Délibérations des 29 avril, 28 mai, 24 juin et 29 juillet 2010, 28 janvier et 1
er
juin 2011, 23 janvier et
25 juin 2012.
57
La délibération du 24 juin 2010 précise le retrait de 3 logements pour nécessité absolue ; or ces 3 logements ne
figurent pas dans la liste annexée à la délibération du 23 janvier 2009.
58
La délibération du 4 novembre 2010 présente comme gardiens trois agents que les organigrammes présentent
comme « gestionnaires nettoyage patrimoine », catégorie d’emploi bien distincte de celle des gardiens.
59
Délibération du 4 novembre 2010.
- 40/47 -
Le 8 avril 2013, le conseil d’administration a validé une nouvelle liste des logements
attribués aux gardiens d’immeubles. Dans cette liste, l’ensemble du personnel bénéficiant des
logements a été requalifié « en gardien d’immeubles »
60
.
La situation des logements par nécessité absolue de service n’est plus méconnue de la
part de l’OPH.
4)
Le versement à certains gardiens d’une indemnité pour non-
attribution de logement mal calculée
Parmi les nouveaux gardiens, trois étaient propriétaires de leur logement. L’office, par
une délibération du 24 juin 2010, a accordé une indemnité de logement pour les gardiens de droit
privé propriétaires, fixée à 62,60 € par pièce selon le barème de l’URSSAF en vigueur.
Le montant du niveau de compensation tient compte de la rémunération de l’intéressé.
Ainsi, en 2010, les trois gardiens concernés ne pouvaient percevoir qu’une indemnisation
maximale de 33,40 €. La compensation a donc été mal calculée par l’office.
Le trop versé par l’office de janvier 2010 au 31 mai 2013, compte tenu de l’évolution des
salaires et du barème URSSAF, s’est élevé à 9 065,60 €.
5)
La prise en charge des fluides par l’office
Les gardiens bénéficient actuellement de la gratuité totale du loyer et des fluides (eau,
gaz, électricité), dont la charge est assurée par l’office.
Le décret n° 2102-752 du 9 mai 2012, portant réforme du régime des concessions de
logement, réorganise le régime applicable. Désormais, la gratuité indépendamment de celle du
loyer ne peut être accordée que pour l’eau
61
.
Le conseil d’administration du 8 avril 2013 reconnaît que « le décret supprime la
possibilité de gratuité des avantages accessoires ». Il conclut toutefois qu’ « en ce qui concerne
les contrats de travail contractualisant les mêmes avantages en nature, leur modification ou leur
suppression est subordonnée à l’accord clair et non équivoque du salarié au travers de la
signature d’un contrat d’avenant ».
Selon l’article 9 du décret, les agents pouvaient conserver le bénéfice de leur situation
antérieure jusqu’à l’entrée en vigueur des arrêtés prévus aux articles R. 2124-65 et R. 2124-68,
soit au plus tard le 1
er
septembre 2013.
La chambre relève que l’office a mis plus d’un an pour se conformer à la réglementation.
6)
Des logements souvent non conformes à la taille du ménage
occupant
La taille du logement de fonctions doit être en phase avec les dimensions du ménage qui
l’occupe.
60
Y compris les agents techniques, d’ambiance et les responsables d’équipe.
61
Décret du 9 mai 2012 n° 2012-752 portant réforme du régime des concessions de logement et
article D. 2124-75-1 : « La gratuité du logement accordé en application de l'article D. 2124-75 s'étend à la
fourniture de l'eau, à l'exclusion de toutes autres fournitures ».
- 41/47 -
Le décret n° 2012-752 évoque la composition familiale en son article R. 2124-72 : « un
arrêté du ministre chargé du domaine précise les modalités selon lesquelles le nombre de pièces
du logement auquel peut prétendre l’agent est déterminé en fonction de sa situation familiale. »
L’arrêté ministériel du 22 janvier 2013
62
fixant la correspondance entre la taille du
ménage occupant et celle de son logement est en vigueur depuis le 30 janvier 2013.
A composition de famille égale, les gardiens ne bénéficient pas du même type de
logement : sur 29 logements, 20 ne respectent pas les termes des préconisations précités.
12 logements sont surdimensionnés, 8 sont sous-dimensionnés et 9 sont conformes. Cette
situation devrait également être régularisée.
Face aux constats de la chambre, l’office a exprimé son engagement à régulariser la
situation des logements de gardien et le niveau de l’indemnité de non-attribution de logement.
g -
Les logements attribués aux directeurs généraux
Le statut du directeur général, fixé par le code de la construction et de l’habitat, précise
de façon exhaustive ses avantages, parmi lesquels un véhicule de fonction et le remboursement
de ses frais de restaurant sur justificatifs (article R. 420-20-1). L’article R. 421.20 du code de la
construction et de l’habitat prévoit que
« la rémunération annuelle brute du directeur général
comporte une part forfaitaire et une part variable. Cette rémunération est exclusive de tous
avantages annexes en espèces ou en nature autres que ceux mentionnés à l’article R. 421-20-1 ».
En aucun cas, le directeur général ne peut bénéficier d’un logement de fonction ou de la
prise en charge, partielle ou non, du coût de son logement.
Or les directeurs généraux ont bénéficié d’un logement pour utilité de service.
1)
L’absence de bail pour le logement de M. Scy
Par délibération du 13 septembre 1985, l’OPHLM avait décidé « d’attribuer un logement
de fonction pour utilité de service aux attachés de 1
ère
et 2
ème
classe ayant des fonctions
d’encadrement et de coordination de services, ce rôle étant dévolu actuellement au directeur
adjoint sous l’autorité du directeur. »
Depuis 1985, M. Scy a bénéficié d’un logement de fonction pour utilité de service.
A la fin de son détachement, le 30 septembre 2008, le loyer s’élevait à 166,45 €. M. Scy
aurait dû quitter son logement le 1
er
décembre 2009, en application de la convention provisoire
de décembre 2008 qui l’autorisait à y demeurer pour un an, non renouvelable, pour un loyer non
subventionné. Le montant du loyer a été réévalué, M. Scy ne bénéficiant plus de l’utilité de
service pour ce logement qu’il a conservé. Aucune convention n’est venue régulariser cette
situation même si les loyers, réévalués au prix du marché, sont régulièrement payés.
62
Arrêté ministériel du 22 janvier 2013 relatif aux concessions de logement accordées par nécessité absolue de
service et aux conventions d’occupation précaire avec astreinte pris pour l’application des articles R. 2124-72 et
R. 4121-3-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
NOMBRE DE PERSONNES OCCUPANTES
NOMBRE DE PIÈCES
1 ou 2
3
3 ou 4
4
4 ou 5
5
6 ou 7
6
au-delà de 7
6+une pièce supplémentaire par personne à charge
- 42/47 -
La chambre qui recommande de régulariser cette situation par l’établissement d’une
convention de bail, prend acte de l’engagement de l’office.
2)
L’attribution d’un logement à un ancien directeur général
Par avenant à son contrat de travail, un ancien directeur général a bénéficié d’un
logement par utilité de service avec une prise en charge du loyer à hauteur de 46 %. Il n’occupe
plus ce logement.
3)
L’attribution d’un logement au directeur général
Le directeur général a bénéficié d’un logement à compter du 15 février 2011,
conformément à la délibération du 6 décembre 2010, avec une prise en charge par l’office de
46 % du loyer.
A la demande du comptable
63
, qui soulignait l’irrégularité de cette situation, le conseil
d’administration a décidé, le 25 juin 2012, de retirer le logement du directeur de la liste des
logements accordés par utilité de service.
Le bénéfice d’un logement accordé à deux directeurs généraux a représenté de
février 2009 à juin 2012 un versement indu par l’office s’élevant à 12 696 €.
Participation de l’office aux loyers des directeurs généraux
(en €)
Février 2009 à septembre 2010
Février 2011 à juin 2012
Ancien directeur général
4 876
Directeur général
7 820
D -
La commande publique
L’office n’a pas répondu aux observations formulées par la chambre concernant la
commande publique.
1 -
Le marché n° 2640 « Construction de 23 logements collectifs au 66 rue du
Vauxhall » (2008-2009) pour 2 239 000 €
Le montant de ce marché était estimé à 2 209 000 €.
Ce marché de construction, pour lequel tous les corps de métier sont concernés, est
présenté en un lot unique. Cette configuration ne permettait pas aux entreprises spécialisées de se
porter candidates. L’allotissement aurait permis une meilleure mise en concurrence.
Malgré l’attrait de ce chantier, une seule offre a été reçue. Comme celle-ci, 2 389 000 €,
était proche de l’estimation, elle a été retenue. Le marché a été lancé par l’ordre de
service n° 3409 du 30 mai 2008.
63
La prise en charge du logement «
n’est pas prévue dans le code de la construction et de l’habitat en son
article R. 421.20 qui stipule que : « la rémunération annuelle brute du directeur général comporte une part
forfaitaire et une part variable. Cette rémunération est exclusive de tous avantages annexes en espèces ou en
nature autres que ceux mentionnés à l’article R. 421-20-1 ». Cet article énumère limitativement les avantages
annexes pouvant être octroyés au directeur général. Le bénéfice d’un logement de fonction pour utilité de
service ne figure pas dans cette liste. »
Le comptable de conclure :
« le contrôle de légalité n’a pas relevé en son
temps le caractère illégal de la délibération du 1
er
juin 2011. La chambre régionale des comptes le relèvera tôt
ou tard, à l’occasion de ses contrôles. »-
pour information du collège
.
- 43/47 -
Un avenant a été passé pour prolonger le délai d’exécution du 4 août 2009 au
27 octobre 2009. Au vu des documents de l’office, ce report pourrait s’expliquer par :
-
40 jours d’intempéries (jours ouvrables) de juin 2008 à juin 2009 (déclaration
d’intempéries du 26 juin 2009) ;
-
un arrêt du chantier
64
, du 4 juillet au 4 août 2008 inclus, dû à la braderie du quartier les
3 et 4 août (samedi et dimanche) et à la dépose le jeudi 24 juillet de branchements du
gaz sur les bâtiments à démolir
65
. Il s’agit pourtant d’événements prévisibles, cette
braderie se tenant chaque année à la même époque, et les déposes de canalisation de
fluides ayant lieu à chaque démolition d’immeuble et devant faire partie du calendrier
des travaux. Ces événements correspondent donc à 3 jours dont deux non ouvrés.
Le report de la fin de chantier du 4 août au 27 octobre 2009 correspond à 60 jours ouvrés
supplémentaires (20 en août, 22 en septembre et 18 en octobre). Les jours d’interruption
effective totalisent 41 journées. La différence injustifiée entre jours d’interruption effective et
jours de report est donc de l’ordre de 19 jours
66
.
Les logements ont été livrés le 26 octobre 2009 au lieu du 4 août 2009 : une partie du
report s’apparente ainsi à un retard de livraison.
Le CCAP précise que « tout retard dans la livraison des logements sera sévèrement
sanctionné par une pénalité », de 500 € TTC par mois de retard et par logement. Tout mois
commencé est compté pour un mois entier (article 4.3).
L’office aurait dû exiger les pénalités de retard prévues au CCAP et estimées à 12 500 €.
2 -
Le marché de travaux GE/GR sur divers sites de l’OPH de Calais en cinq lots
– lot n° 5 peintures – montant estimé à 488 000 € HT (2008)
Sur les 4 offres reçues, 3 ont été jugées non conformes par la commission de sélection. La
seule offre restante, aussi la plus élevée, a été retenue.
En cours de marché, le prestataire a présenté un devis de 36 328,56 € HT pour des
peintures supplémentaires, dont une partie pourtant déjà prévue au contrat. Ce devis a été
rectifié
67
pour un montant différent de celui négocié
68
.
3 -
Le marché n° 2794 « Entretien étendu des ascenseurs et des portes
automatiques de garage de l’ensemble du parc et des portes automatiques du
siège de l’OPH » (octobre 2009 au 31 mars 2010) 80 000 €
Deux
offres
ont
été
présentées.
L’une
était
jugée
meilleure
techniquement,
quoique présentant des prestations presque similaires, et d’un niveau anormalement élevé
(156 000 € HT), puisque du double de la seconde (80 000 € HT) ; cette dernière offre a ainsi été
retenue. Pour ce qui concerne l’exécution du marché, des travaux ont été effectués en avril 2010,
après l’expiration du marché le 31 mars.
64
Ordre de service n° 3443 du 18 juillet 2008.
65
Suspension d’un mois des travaux du 4 juillet au 4 août 2008.
66
L’avenant est daté du 17 septembre 2009, soit bien après la date initiale de fin du marché.
67
Pour le montant de 23 733,56 € HT (+ 4,99 %).
68
21 351,96 € HT (avenant du 16 février 2009).
- 44/47 -
E -
Les achats effectués hors marché
1 -
La publication d’espaces publicitaires
L’office a fait l’acquisition d’espaces publicitaires dans les publications à diffusion
restreinte « contact, bulletin de l’association des anciens combattants des services de
renseignement de France et des pays alliés, ex- invisible » et « l’essor de la gendarmerie
nationale ».
Pour la première, la prestation publicitaire a été effectuée via une première société, sur la
base d’un engagement de l’office du 31 décembre 2012 pour trois insertions à 80 000 € HT
chacune. Deux insertions ont été faites pour un montant de 191 000 € TTC. La troisième n’a pas
été effectuée.
Pour les publications dans la revue de la gendarmerie, l’office a recouru à une autre
entreprise intermédiaire, sur la base d’un engagement du 6 septembre 2011, pour six
publications
69
pour un total de 124 000 € TTC, effectivement payées par l’office.
Le préfet du Pas-de-Calais a demandé qu’il soit mis fin à ces publications
70
.
Le directeur général justifie ces insertions par l’objectif de toucher des publics
complémentaires intéressés par l’achat de logements neufs dans le Calaisis. Or, cet objectif de
vente de logements n’est pas explicite dans les insertions. Les encarts dans la publication Contact
se limitent à une présentation succincte en une page des activités générales de l’office, alors que
ceux dans la revue de la gendarmerie exposent en double page le fait que l’office permet de
devenir propriétaire, sans adaptation du message au public particulier qu’est la gendarmerie.
Ces publications ont été décidées unilatéralement par le directeur général sans respecter
les règles de la commande publique. Elles ont coûté 315 000 € TTC.
L’office a engagé un contentieux pour cette dépense inconsidérée.
2 -
Les diagnostics sécurité-incendie effectués en 2008
Les 7 diagnostics sécurité-incendie effectués en 2008 dans différents bâtiments de l’office
ont été effectués sans mise en concurrence et sans marché public ; le montant total de la
prestation est de 81 208,40 € TTC.
L’office partage l’analyse de la chambre en indiquant « qu’aucune consultation sur devis
n’a été réalisée par le service maintenance et aucun lancement de marché n’a été sollicité auprès
du service marchés ». Les factures ont été mises en paiement après approbation du « service
fait » par le service maintenance.
69
Mandat 4046 pour la facture 43397 publication de décembre 2011 ; mandat 156 pour la facture 43397-2
publication de février 2012 ; mandat 725 pour la facture 43397-3 publication de mars 2012 ; mandat 1379 pour
la facture 43397-4 publication de mai 2012 ; mandat 2027 pour la facture 43397-5 publication de juin 2012 ;
mandat 2514 pour la facture 43397-6 publication août-septembre 2012.
70
Notes du préfet du Pas-de-Calais au président de l’office des 24 février et 8 mars 2012.
- 45/47 -
N° de facture
Date de facture
Montant TTC €
Mandat de paiement
150080604
10 décembre 2008
7 606,56
N° 83 (bordereau n° 10 émis le
26 février 2009)
150080605
8 898,24
150080631
3 946,80
150080630
13 096,20
150080606
16 803,80
150080628
13 096,20
150080629
17 760,60
Total TTC
81 208,40
3 -
Les prestations de l’association Proxical
L’association Proxical a été constituée à l’initiative de la ville en 2001 dans le cadre du
contrat local de sécurité ; elle devait fournir des services visant à « renforcer la qualité de la vie
résidentielle au bénéfice des habitants ». L’ « accord collectif multi-patrimoine sur la mise en
place d’un service de correspondants de nuit à Calais » du 31 janvier 2001 précise que ces
services sont destinés « aux habitants souffrant en particulier la nuit de situations perturbantes,
d’un environnement agressif ou de troubles liés à la solitude ».
Son financement devait être assuré par la ville de Calais (20 %), l’office de Calais,
Habitat 62/59 et Logis 62 (20 %), les partenaires institutionnels (40 %) et les habitants (20 %).
Les agents de Proxical ont ainsi assuré une présence d’ordre dissuasif de 21h à 3h du matin dans
certaines zones
71
.
Ces prestations se sont élevées pour la période du 18 mars 2008 au 15 avril 2010 à
367 000 €, alors que l’office les avaient estimées à 180 000 €.
L’office avait passé commande de ces prestations sans avoir eu recours à l’établissement
d’un marché. Par un protocole transactionnel du 30 avril 2010, l’office s’est acquitté d’une
« indemnité pour service fait » de 187 000 €.
4 -
Les travaux réalisés dans le cadre du projet de régie de l’office rue des 4-Coins
à Calais
En 2006, l’office a fait l’acquisition d’un immeuble
72
pour 438 000 €
73
, afin d’y installer
en 2009 la régie interne. Des études et des travaux d’aménagement ont été lancés.
L’office a engagé des travaux d’aménagement pour un total de 82 000 € avec ses propres
moyens techniques.
Le reste des travaux a été effectué par des sociétés prestataires de marchés pour l’office,
pour un total de 111 k€ (111 292,32 €) en 2009 et 2010. Ce montant de travaux (de 90 000 € HT
à 206 000 € HT) devait faire l’objet d’une publicité (BOAMP, JAL et dans la presse spécialisée)
ainsi que d’une mise en concurrence adaptée.
Ces travaux ont été effectués en 2009-2010 en dehors de toute mise en concurrence par
des entreprises déjà titulaires de marchés d’entretien.
71
« Convention de partenariat de lutte contre le sentiment d’insécurité et d’amélioration de la qualité de vie
résidentielle » du 12 avril 2001.
72
120-122, rue des Quatre-Coins à Calais.
73
Acquisition : 400 000 € ; frais d’agence : 20 000 € et frais notariaux : 18 000 €.
- 46/47 -
M. Haulot a précisé en cours d’instruction que les différents bons de commande auraient
été examinés par la commission des bons de commande sur la base de trois devis, selon les
bordereaux de prix des marchés équivalents.
Les opérations concernées sont :
-
marché n° 2595 invoqué dans les factures de 6 056,29 € et 5 342,30 € du 16 mars 2009
et de 7 134,42 € du 24 mars 2010 ;
-
marché n° 2609 invoqué pour la facture de 1 975,36 € du 29 janvier 2010 et aucun
marché invoqué pour les factures de 12 799,84 € du 16 juin 2009 et facture de
23 917,60 € du 24 février 2010 ;
-
facture de 6 181,40 € du 5 février 2010, aucun marché invoqué ;
-
factures de 1 674,40 € et de 2 309,78 € du 3 février 2010, aucun marché invoqué ;
-
indication « hors marché » sur les factures de 353,11 € du 6 juillet 2009 et de
13 430,63 € du 22 décembre 2009 ;
-
facture de 187,68 € du 30 novembre 2011, aucun marché invoqué ;
-
marché n° 2596 invoqué pour la facture de 5 533,86 € du 1er décembre 2009 ;
-
aucun marché invoqué, factures de 5 415,37 € du 23 septembre 2009 et de 16 996,12 €
du 5 décembre 2009 ;
-
aucun marché invoqué, facture de 1 984,16 € du 30 septembre 2009.
L’examen des 16 factures correspondant à ces travaux révèle qu’il s’agit de
prestations hors marché ou « artificiellement rattachées » à des marchés étrangers au projet de
régie, et relatifs à l’entretien des immeubles des quartiers Calais-Ouest et Beau-Marais (la rue
des 4-Coins est située à Calais-Centre).
5 -
La convention de 2008 de recherche d’économies de charges patronales
En vue de bénéficier du dispositif de réduction générale des cotisations patronales de
sécurité sociale sur les salaires inférieurs à 1,6 fois le Smic, l’office a établi le 29 avril 2008 un
contrat avec une société prestataire.
Le 4 juin 2008, la société a rendu son rapport d’audit qui présentait une économie de
819 000 €. La société demandait aussi le règlement de sa rémunération, établie, conformément
au contrat (article 7), à hauteur de 35 % des économies réalisées, soit 319 000 € TTC.
La prestation de la société a été réalisée en dehors du cadre des marchés publics.
L’office n’a pas suivi la préconisation de la société, considérant que sa rémunération
dépassait le seuil des marchés publics. Cette position a été exprimée
74
à la société par son
directeur général d’alors. Par la suite, reconnaissant la mise en oeuvre des économies
préconisées, l’office, le directeur a engagé une négociation
75
. Celle-ci s’est conclue par le
versement à la société de 45 000 € TTC
76
.
74
Courrier de M. Haulot du 28 janvier 2009.
75
Courrier de M. Biousse du 1
er
décembre 2010.
76
Autorisations du conseil d’administration des 31 mars 2011 et 30 juin 2011.
- 47/47 -
La chambre constate que les conditions d’attribution ou d’exécution de plusieurs marchés
entre 2008 et 2010 ne respectent pas les principes généraux de la commande publique. Ces
pratiques concernent des commandes de marchés publics pour un montant total de prestations de
2 807 000 €.
Elle relève aussi que, de 2008 à 2012, plusieurs achats ont été effectués en dehors des
règles, pour un montant global, de l’ordre de 739 000 €. Ainsi, des opérations pour plus de
3 500 000 € ont été menées dans des conditions critiquables.
*
*
*
ROD.06
RE
Ordonn
- M. Jac
- Mme M
- M. Pat
- M. Ré
- M. Ha
« Les de
chambre
précité, c
(article 4
14, rue du Mar
611
EPON
nateurs en fo
cky Hénin :
Michèle Co
trick Haulot
égis Biousse
ans Ryckebo
estinataires d
e régionale d
ces réponses
42 de la loi 2
rché au Filé – 6
NSES A
– O
onction pour
ourmont :
t :
e :
oer :
du rapport d’o
des comptes
s sont jointes
2001-1248 du
62012 - Arras c
AU RAP
DEF
Office publ
(Départem
r la période
pas de
répons
pas de
pas de
répons
observations
s une répons
s au rapport.
u 21 décembr
edex – Télépho
PPORT
FINIT
lic de l’ha
ment du Pa
e examinée :
e réponse.
se de 2 pag
e réponse.
e réponse.
se de 3 pag
s disposent d
se écrite. Dè
.
Elles enga
re 2001).
one : 03.21.50.7
T D’OB
IVES
abitat de C
as-de-Calai
:
es.
es.
d’un délai d’u
ès lors qu’el
gent la seul
75.00 – Télécop
BSERV
Calais –
is)
un mois pour
lles ont été
e responsab
pie : 03.59.62.0
VATIO
r adresser au
adressées d
bilité de leur
5.38
ONS
u greffe de la
dans le délai
rs auteurs
»
a
i
»