Sort by
La Présidente
N°___________
Lyon, le 2 septembre 2013
Recommandée avec A.R.
REF :
ma lettre n° D131687du 11 juillet 2013
P.J. :
1
Monsieur le Président,
Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d’observations
définitives de la chambre régionale des comptes concernant la gestion du service
départemental d’incendie et de secours de la Drôme au cours des exerci
ces 2006 à 2011.
A l’issue du délai d’un mois fixé par l’article L.
243-5 du code des juridictions
financières, je vous notifie à nouveau ce rapport, accompagné de votre réponse écrite.
En application du même article, vous avez l’obligation de
communiquer le rapport
d’observations de la chambre, auquel doit être jointe votre réponse écrite, à votre assemblée
délibérante, dès sa plus proche réunion. Il doit faire l’objet d’une inscription à l’ordre du jour
de celle-ci, être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres et donner lieu à
un débat.
Ce rapport devenant communicable dès cette réunion à toute personne qui en ferait la
demande, conformément aux dispositions de l’article R.
241-18 du code des juridictions
financières, je vous s
erais obligée de bien vouloir m’indiquer à quelle date ladite réunion
aura eu lieu.
En application de l’article R.
241-23 du code des juridictions financières, une copie du
rapport d’observations est, en outre, communiquée au préfet et au directeur
départemental
des finances publiques de la Drôme.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération la plus
distinguée.
Catherine de Kersauson
Monsieur Pascal PERTUSA
Président du conseil d’administration du service
départemen
tal d’incendie et de secours de la Drôme
235 route de Montélier
26000 VALENCE
papier recyclé
2/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES
SERVICE DEPARTEMENTAL D’INCENDIE ET DE SECOURS DE
LA DROME
(Département de la Drôme)
Exercices 2006 à 2011
3/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
SOMMAIRE
1-
PROCEDURE
................................................................................................................
7
2-
PRESENTATION DU SDIS
............................................................................................
7
3-
LE FONCTIONNEMENT INSTITUTIONNEL
..................................................................
8
3.1-
Le conseil d’administration du SDIS (CASDIS) et son bureau
.........................
8
3.2-
Les indemnités versées aux élus
.......................................................................
8
4-
L’ORGANISATION TERRI
TORIALE ET OPERATIONNELLE
......................................
9
4.1-
L’organisation du corps départemental
............................................................
9
4.2-
Les groupements
................................................................................................
9
4.3-
Les centres d’incendie et de secours
..............................................................
10
4.3.1-
Le classement administratif
...............................................................................
10
4.3.2-
L’évolution du réseau
........................................................................................
10
4.3.3-
L’activité
............................................................................................................
12
4.3.4-
La couverture opérationnelle
.............................................................................
13
4.3.5-
La disponibilité opérationnelle des sapeurs-pompiers
.......................................
13
4.4-
L’organisation de la garde et des départs en intervention
.............................
14
4.4.1-
Les évolutions du dispositif de la garde
.............................................................
14
4.4.2-
La pratique des départs en intervention
............................................................
15
4.5-
La mutualisation des équipes spécialisées
.....................................................
16
4.6-
La coordination du secours avec les autres acteurs du secours sanitaire .. 16
4.6.1-
L’articulation avec le schéma régional d’organisation sanitaire (SROS)
............
16
4.6.2-
Les relations avec le SAMU
..............................................................................
16
5-
LES OUTILS
DE PILOTAGE ET DE PLANIFICATION
...............................................
17
5.1-
Le pilotage de l’activité
.....................................................................................
17
5.2-
Les documents relatifs à la planification
.........................................................
18
5.2.1-
Le schéma d’analyse et de couverture des risques (SDACR)
...........................
18
5.2.2-
Les autres outils internes de planification
..........................................................
18
5.2.3-
La convention pluriannuelle entre le SDIS et le département
............................
19
6-
LA FIABILITE DES COMPTES ET LA QUALITE D
E L’INFORMATION FINA
NCIERE19
6.1-
La fiabilité des comptes
....................................................................................
19
6.1.1-
La comptabilité patrimoniale
.............................................................................
19
6.1.2-
Les régies
.........................................................................................................
20
6.2-
La qualité de l’information financière
..............................................................
20
6.2.1-
Les annexes aux documents budgétaires
.........................................................
20
6.2.2-
La prospective financière
..................................................................................
21
7-
LA SITUATION FINANCIERE
......................................................................................
22
7.1-
La section de fonctionnement
..........................................................................
22
7.1.1-
Les charges
......................................................................................................
22
7.1.2-
Les produits
......................................................................................................
23
7.2-
L’a
utofinancement
............................................................................................
25
7.3-
La section d’investissement
.............................................................................
26
7.3.1-
Les dépenses
...................................................................................................
26
7.3.2-
Le financement des investissements
................................................................
27
4/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
7.4-
La dette financière
............................................................................................
27
7.4.1-
L’évolution de l’encours et de la capacité de désendettement
...........................
27
7.4.2-
Le profil de la dette
...........................................................................................
28
7.4.3-
Les délégations du conseil d’administration au Prés
ident
.................................
28
7.5-
Conclusion sur la situation financière
.............................................................
28
8-
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
.........................................................
29
8.1-
La gestion du temps de travail
.........................................................................
29
8.1.1-
La durée annuelle du temps de travail
..............................................................
29
8.1.2-
Le contexte de la réorganisation du temps de travail
........................................
29
8.1.3-
Les gardes effectuées
.......................................................................................
29
8.1.4-
Les heures supplémentaires et le système de récupération des formations
......
30
8.2-
L’avancement
....................................................................................................
31
8.3-
Le régime indemnitaire des sapeurs-pompiers
..............................................
31
8.3.1-
Les caractéristiques et évolutions principales
...................................................
31
8.3.2-
Le respect des règles de non cumul
.................................................................
33
8.3.3-
La NBI (nouvelle bonification indiciaire)
............................................................
33
8.3.4-
La prime de fin d’année
....................................................................................
33
8.4-
Le contrôle interne des vacations
....................................................................
34
8.5-
Les moyens de service
.....................................................................................
34
8.5.1-
Les logements de service
.................................................................................
34
8.5.2-
Les véhicules de service
...................................................................................
36
8.6-
Les accidents de service
..................................................................................
36
9-
LA COMMANDE PUBLIQUE
.......................................................................................
37
9.1-
La mutualisation
................................................................................................
37
9.2-
L
’organisation interne
.......................................................................................
37
9.2.1-
La définition des besoins
...................................................................................
37
9.2.2-
Les règles internes de passation des marchés
.................................................
37
9.3-
La mise en œuvre des procédures
..................................................................
39
9.3.1-
Les marchés divers
...........................................................................................
39
9.3.2-
Les opérations d’infrastructure
..........................................................................
40
5/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
SYNTHESE
L’examen de la gestion du SDIS de la Drôme
de 2006 à 2011 a porté sur la fiabilité des
comptes et la situation financière, l’organisation territoriale et opérationnelle, la gestion des
ressources humaines et la commande publique.
La situation financière d
u SDIS n’inspire pas d’inquiétudes
, au regard de sa capacité
de désendettement. Au surplus, sa dette financière est saine, en l’absence de recours à des
produits à risque.
Le SDIS devra tenir compte toutefois de la révision, intervenue en cours de période
sous revue, de la contribution départementale à son fonctionnement. A cet égard, les
engagements financiers de la convention pluriannuelle entre le département et le SDIS
doivent être actualisés.
Au plan stratégique, le SDIS a commencé à préparer, même s
i une décision n’a pas
été officiellement prise, la révision du schéma d’analyse et de couverture des risques
,
(SDACR) de 2006. En dépit des objectifs assignés par ce
document, le réseau des centres
d’incendie et de secours
dans la vallée du Rhône
n’a été
que partiellement remanié.
Au plan opérationnel, le SDIS expérimente, depuis 2012
, dans le cadre d’un protocole
d’accord
avec les syndicats, un nouveau régime de la garde au sein de ses centres de
secours principaux, qui introduit une part de gardes en ré
gime de 12 heures (au lieu d’un
régime de gardes exclusivement en 24 heures). Le nouveau dispositif est plus adapté à
l’évolution de l’activité en période nocturne. Le SDIS s’est également doté d’un nouveau
système d’information opérationnelle et a mis fin
, dans la quasi-totalité des centres
d’incendie et de secours concernés
,
à la procédure de l’alerte généralisée
,
au profit d’un
système organisé d’astreintes.
Ces évolutions correspondent aux recommandations
formulées par la Cour des comptes, dans son rapport public thématique (RTP) de décembre
2011.
La gestion des ressources humaines se caractérise par un net ralentissement de la
progression des dépenses de personnel en fin de période. Parallèlement à la mise en place
d’un nouveau régime de la garde des centres de secours principaux,
le SDIS a remis à plat
la gestion du temps de travail, et a mis, notamment, fin à un système forfaitaire avantageux
de récupération des formations. Des
plafonds d’effecti
fs de gardes, qui faisaien
t jusqu’alors
défaut, ont été définis au sein des centres de secours principaux. Les anomalies relevées,
qu’il s’agisse du régime indemnitaire ou des logements de service, sont d’ampleur limitée
.
Dans le domaine de la commande pu
blique, les diligences effectuées n’ont pas mis en
évidence d’anomalies significatives.
6/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
RECOMMANDATIONS
1.
Pilotage, planification :
Procéder avec le département de la Drôme
à l’actualisation des engagements
financiers de la convention pluriannuelle financière et budgétaire.
Mesurer l’impact financier du prochain SDACR, adapter le nombre d’orientations
à la périodicité souhaitable de révision de ce document.
Se doter d’éléments de comptabilité analytique (connaissance des coûts par
centre d’incendie e
t de secours notamment).
2.
Gestion financière :
Donner une vision prospective au débat d’orientations budgétaires
.
Se doter d’un plan pluriannuel d’investissement
global.
3.
Gestion opérationnelle :
Mettre en place le
dispositif d’évaluation prévu par la convention de coordination
avec le SAMU.
7/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
1-
PROCEDURE
La chambre régionale des comptes d
’Auvergne,
Rhône-Alpes a procédé, dans le cadre
de son programme de travail, au contrôle des comptes et à l’examen de la gestion
du SDIS
de la Drôme (SDIS 26) pour les exercices 2006 à 2011.
Le contrôle a été engagé par lettre en date du 11 avril 2012, adressée à M. PERTUSA,
président du conseil d’administration du SDIS et unique ordonnateur pendant la période sous
revue.
Les investigations ont porté plus particulièrement sur les thèmes suivants :
la fiabilité des comptes et la situation financière ;
l’organisatio
n territoriale et opérationnelle ;
la gestion des ressources humaines ;
la commande publique.
L’entretien préalable avec l’ordonnateur, prévu par l’article L.
243-1 du code des
juridictions financières, a eu lieu le 10 octobre 2012, en présence du directeur départemental
du SDIS.
Lors de sa séance du 19 décembre 2013, la chambre a formulé des observations
provisoires qui ont été adressées, le 4 mars 2013, à M. PERTUSA et aux personnes
explicitement citées ou mises en cause.
Après avoir examiné les réponses écrites, la chambre, lors de sa séance du 19 juin
2013, a arrêté les observations définitives reproduites ci-après.
2-
PRESENTATION DU SDIS
Classé
jusqu’en 2007 en troisième catégorie, le SDIS de la
Drôme se situe désormais
en deuxième catégorie sur les cinq prévues par ordre décroissant d
’importance, suivant des
critères de population couverte, d’effectif de sapeurs
-pompiers et de contribution financière
reçue.
En 2011, le SDIS a effectué 30.221 interventions, soit près de 83 interventions par jour.
Les SDIS de deuxième catégorie réalisent en moyenne 104 interventions par jour, ceux de
troisième catégorie, 69 interventions
1
.
Au nombre d’interventions réalisées, le SDIS de la
Drôme se situe donc entre la deuxième et la troisième catégorie.
Le
schéma d’analyse et de couverture des risques du département de la Drôme met en
évidence les risques variés et potentiellement conséquents auxquels le SDIS 26 doit pouvoir
répondre. Le département est, en effet,
exposé aux risques naturels d’évènements
mét
éorologiques paroxystiques sous forme d’orages ou d’inondations
, aux feux de forêt, au
risque transports (le département est traversé par
l’autoroute A7
et le Rhône), au risque
technologique (présence en 2012 de seize établissements SEVESO dont dix seuils hauts et
de douze installations nucléaires de base
dont notamment la centrale nucléaire
d’EDF
et
les installations du groupe Areva du Tricastin
auxquelles s’ajoute la
proximité de la centrale
de Cruas-Mey
sse dans l’Ardèche
).
1
Source
: statistiques des services d’incendie et de secours.
8/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
L
’effectif du SDI
S comportait, en 2011, 313 sapeurs-pompiers professionnels et 77
personnels administratifs et techniques
2
. Le nombre de sapeurs-pompiers volontaires a
fluctué entre 2.300 et 2.500 pendant la période sous revue.
Le SDIS met en œuvre un parc de plus de plus
de 600 engins motorisés, tous engins
confondus
3
.
Il s’appuie, en 2012, sur 82 centres d’incendie
et de secours.
Au plan financier, les dépenses réelles réalisées en 2011 par le SDIS ont été de
31,3
M€ en fonctionnement et de 9,6 M€ en investissement
4
.
3-
LE FONCTIONNEMENT INSTITUTIONNEL
3.1-
L
e conseil d’administration
du SDIS et son bureau
Aux termes de l’article L.
1424-28 du code général des collectivités territoriales
(CGCT), le conseil d'administration du SDIS (CASDIS) se réunit à l'initiative de son président
au moins une fois par semestre. Ces dispositions ont été respectées, sur la période
examinée. Le taux de présence des administrateurs aux CASDIS est de 61 % en 2006, 56 %
en 2007, 68 % en 2008, 67 % en 2009, 59 % en 2010 et 65 % en 2011.
Le bureau du CASDIS
s’est réuni, en moyenne, plus de di
x fois par an, à partir de
2007. Il
dispose d’assez larges attributions. Aux termes de la délibération n°
28/2011 du 11
mai 2011, il est notamment habilité à autoriser la signature des marchés publics à l’is
sue de
procédures formalisées et à passer les avenants susceptibles d’intervenir pendant leur
exécution, à transformer des postes dans les limites budgétaires autorisées, à recruter du
personnel en contrat à durée indéterminée, à déterminer le régime indemnitaire du personnel
et à attribuer les logements par nécessité absolue de service et par utilité de service.
3.2-
Les indemnités versées aux élus
Par délibération n° 32/2011 du 11 mai 2011, les indemnités de fonction du président et
des trois vice-présidents du CASDIS, membres du bureau, ont été reconduites au taux de
50
% de l’indemnité de base pour le président, 17,5
% pour les vice-présidents
5
.
L’article L.
1424-30 du CGCT dispose que le président du CASDIS «
peut déléguer,
par arrêté, sous sa
surveillance et sa responsabilité, l’exercice d’une partie de ses fonctions
aux membres du bureau du conseil d’administration
». Comme le mentionne aussi l’article
L. 1424-27 du CGCT, les vice-présidents perçoivent des indemnités de fonction «
pour
l’exerc
ice effectif de leur fonction
».
Ces dispositions n’ont pas été respectées, en l’absence de délégations de fonction aux
vice-présidents.
2
Source : compte administratif 2011.
3
Source : bilan opérationnel 2011 du SDIS présenté le 9 février 2012.
4
Source : compte administratif 2011.
5
L’article L.
1424-
27 dispose que les indemnités maximales votées par le conseil d’administration du SDIS pour
l’exercice effectif des fonctions de président et vice
-président sont déterminées par référence au barème prévu,
en fonction de la population du département pour les indemnités de conseillers généraux par l’article L.
3123-16
dans la limite de 50% pour le président et de 25% pour chacun des vice-présidents.
9/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
En effet
, l’exercice effectif des fonctions se justifie par l’attribution d’une délégation de
fonction. Selon la jurisprudence du C
onseil d’Etat (arrêt
Botta du 5 mars 1980), le paiement
d’indemnités de fonction suppose l’exercice effectif de fonctions caractérisé par l’existence
d’une délégation de fonction.
Le président du CASDIS considère que
« les SDIS ne peuvent être assimilés à des
conseils généraux ou des communes
» et que dès lors «
aucun élément de droit directement
applicable aux SDIS ne met en évidence de lien indispensable entre délégation de fonction
et exercice effectif des fonctions
qui, en l’espèce, relève de l’organisation même du
service
».
La chambre rappelle toutefois que les SDIS ne bénéficient
d’aucune dispos
ition
dérogatoire à cet égard. Du reste, le président du CA
SDIS a décidé d’accorder
désormais
des délégations de fonction aux vice-présidents.
4-
L’ORGANISATION TERRI
TORIALE ET OPERATIONNELLE
4.1-
L’organisation du corps départemental
En application de l’article L.
1424-
6 du CGCT, l’organisation du
corps départemental a
été adoptée par arrêté conjoint du 20 décembre 2007 du préfet et du président du CASDIS.
Cet arrêté fait suite à un rapport des inspecteurs de la défense et de la sécurité civile de
mars 2007.
4.2-
Les groupements
Au plan fo
nctionnel, le SDIS s’organise
autour d’un état
-major à Valence qui comporte
un centre de traitement de
l’alerte
(CTA) et un
centre opérationnel départemental d’incendie
et de secours (CODIS).
L’état
-major comprend par ailleurs sept groupements fonctionnels : 1. affaires
administratives et financières, 2. ressources-humaines, emplois et carrières, 3. formation-
sport, 4. santé et secours médical, 5. services opérationnels (incluant le CTA-CODIS), 6.
services techniques, 7. études et prospectives.
Trois groupements territoriaux (groupement Nord basé à Romans, Centre à Saint-
Marcel-lès-Valence, Sud à Montélimar) sont chargés de coordonner à leur niveau les
orientations départementales. Ce nombre de groupements se situe dans la moyenne des
SDIS de deuxième catégorie
6
.
Le SDIS a conduit avec un cabinet spécialisé une réflexion visant à améliorer son
organisation et son fonctionnement. Celle-ci a débouché, fin 2011, sur un rapport de
prospective qui s’est
traduit, dans un premier temps, par une réorganisation du régime de
gardes et du temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels.
En revanche, les orientations du rapport
recommandant d’établir une cartographie des
tâches entre groupements fonctionnels et territ
oriaux, afin d’établir entre eux une plus grande
synergie, de supprimer leurs doublons et d’homogénéiser le fonctionnement des
groupements territoriaux, demeurent à exploiter.
6
D’après les données à fin 2010 sur 96 SDIS de l’enqu
ête présentée le 17 janvier 2012 à
l’assemblée des
départements de France, le nombre moyen de groupement territoriaux est de 3,3 pour la deuxième catégorie.
10/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
4.3-
Les centres d’incendie et de secours
4.3.1-
Le classement administratif
Le classement par catégorie des
centres d’incendie et de secours
renvoie à une
capacité d’intervention simultanée définie par l’article R.
1424-39 du CGCT, selon lequel :
les centres de secours principaux (CSP) assurent simultanément au moins un
départ en intervention pour une mission de lutte contre l’incendie, deux départs en
intervention pour une mission de secours d’urgence aux personnes
et un autre
départ en intervention, soit au minimum quatre départs simultanés ;
les centres de secours (CS) assurent simultanément au moins un départ en
intervention pour une mission de lutte contre l’incendie ou un départ en intervention
pour une missio
n de secours d’urgence aux personnes et un autre départ en
intervention, soit au minimum deux départs simultanés ;
les centres de première intervention (CPI) assurent au moins un départ en
intervention.
Les 82 centres d’incendie et de secours que compte l
e SDIS en 2012 se répartissent
en 4 CSP (Valence, Saint-Marcel-lès-Valence, Romans, Montélimar), 17 CS et 61 CPI
intégrés.
S’il n’a pas été pris par le représentant de l’Etat dans le département
d’arrêté
s de
classement
des centres d’incendie et de secours
distincts
du schéma d’analyse et de
couverture des risques et du règlement opérationnel
7
, l’annexe de ce dernier document
fait
l’objet d’arrêtés préfectoraux tenant compte
des regroupements de centres d’incendie et de
secours intervenus pendant la période sous revue
8
.
4.3.2-
L’évolution du réseau
Le SDIS de la Drôme
s’appuie sur un nombre
total de centres d’incendies et de
secours supérieur à la moyenne des SDIS de deuxième catégorie
9
. Fin 2010, il disposait de
85 centres d’incendie et de secours contre 70
pour la catégorie 2. Le nombre de CSP du
SDIS était alors
équivalent à celui de la catégorie 2, soit 4. Celui des CS était inférieur à la
moyenne : 17 CS contre 34 pour la catégorie 2.
C’est donc le nombre de CPI du SDIS de la
Drôme supérieur à la moyenne de la catégorie 2 qui expliquait
l’écart global constaté
: 64
CPI contre 32 pour la catégorie 2.
L
es services d’incendie et de secours de la Drôme présentent la particularité d’être
entièrement départementalisés,
avec l’intégration en 2007 du dernier CPI communal
(Malissard) alors qu’il demeurait
, en moyenne, fin 2010, encore 26 CPI communaux non
intégrés au sein de la catégorie 2. Compte tenu
de cet écart d’intégration des CPI
communaux, le nombre de CPI du SDIS se situerait dans la norme.
Cependant, les implantations sont inégalement réparties (cf. carte en annexe 1). Le
réseau est dense dans la vallée du Rhône,
facile d’accès
; il l’est beaucoup moins
en zone
de montagne.
7
L’article L.
1424-39 du CGCT dispose que les arrêtés de classement sont adoptés «
en fonction du schéma
d’analyse et de couverture des risques et du règlement opérationnel
». Il opère
un distinguo entre l’arrêté
préfectoral qui effectue le classement et les documents qui servent à préparer le classement.
8
Dernière mise à jour : arrêté préfectoral n° 2012 031-
0010 portant modification des centres d’incendie et de
secours.
9
Données à fin 2010 sur 96 SDIS de l’enquête présentée le 17 janvier 2012 à
l’assemblée des départeme
nts de
France.
11/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Le
schéma d’analyse et de couverture
des risques (SDACR) de 2006, toujours en
vigueur, fixait pour objectif la mutualisation des moyens humains et matériels des centres
proches les uns des autres.
L
a mise en œuvre du précédent SDACR avait conduit à
trois regroupements de deux
centres d’incendie et de secours et une fermeture franche à l’issue d’un processus amorcé
en 2004. Sur les quatorze regroupements prévus dans le SDACR de 2006, trois opérations
de regroupement seulement ont été effectuées :
deux en 2008
: regroupement des CPI d’Albon et d’Adancette sur le CPI de Bancel,
ainsi que des CPI de Montmeyran et d’Upie sur celui de La Raye
;
une en 2012 : regroupement des CPI de Lens-Lestang, Manthes, Moras-en Valloire,
Saint-Sorlin-en-Valloire sur le CPI de La Valloire.
Quatre autres sont en cours ou décidées : Châteauneuf-sur-Isère/Beaumont-Monteux,
Crest/Aouste-sur-Sye, Montségur/Chamaret-sur-Lauzon et plus récemment Donzère/Les
Granges Gontardes (délibération du 20 décembre 2012).
En définitive, sept regroupements sur quatorze
envisagés au SDACR n’ont pas
encore
été suivis d’effet
:
Saint-Uze/Saint-Barthélemy de-Vals ;
Alixan/Besayes/ Chatuzange-le-Goubet ;
Livron/Loriol/Saulce-sur-Rhône ;
Malissard/Chabeuil/Montélier ;
Suze-la-Rousse/Bouchet ;
centres du site du Tricastin ;
Charols/Pont-de-Baret ;
Le non regroupement de centres autour du Tricastin s’inscrit
dans une problématique
spécifique de sécurité nucléaire. Par ailleurs,
selon l’ordonnateur,
le regroupement des
centres de Livron, Loriol et Saulce-sur-Rhône est conditionné à une évolution de
l’infrastructure routière
susceptible de décongestionner le trafic dans le secteur.
Le
nombre de centres d’incendie et de secours
a évolué de 85 à 82 entre 2006 et
2012.
Celui des
CSP a évolué de trois à quatre après la création, en 2007, du CSP de Saint-
Marcel-lès-Valence (en application du précédent SDACR). Celui des CS est resté stable
(17). Du fait des regroupements effectués, le nombre de CPI a évolué de 65 à 61.
Dans le cadre des orientations du prochain SDACR, le bureau du CASDIS a confirmé
la volonté du SDIS de poursuivre le p
rocessus de regroupement des centres d’incendie et de
secours, à niveau égal de couverture des risques.
Des éléments de comptabilité analytique sur les coûts complets
des centres d’incendie
et de secours apporteraient, dans cette perspective, une aide utile à la décision.
Dans un contexte budgétaire plus tendu, le SDIS envisage de privilégier les futurs
regroupements sur les casernes existantes, alors qu’il avait jusqu’à présent favorisé la
construction de nouvelles casernes.
12/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
A l’issue de l’intégration en 2007 du dernier CPI communal, les services d’incendie et
de secours sont entièrement départementalisés dans la Drôme. Le SDIS poursuit une
politique de rationalisation du réseau
de ses centres d’incendie et secours
, en procédant aux
regroupements des centres proches les uns et des autres dans la vallée du Rhône. Du fait
des réticences locales ou de contraintes budgétaires, le nombre de regroupements effectués
pendant la période sous revue s
’avère toutefois
en retrait par rapport à l’ambition du SDACR.
4.3.3-
L’activité
4.3.3.1-
L’évolution globale
L’activité du SDIS est en progres
sion de 11,7 % entre 2006 et 2011. Les interventions
dans le cadre de secours à personnes (SAP), qui représentent plus de 60 % des
interventions du SDIS, augmentent de 15,8 % sur la période, ce qui est conforme à
l’évolution constatée au plan national
10
. Le n
ombre d’interventions du SDIS
au titre des
accide
nts de la route n’augmente plus
depuis 2009.
Tableau 1 - évolution des interventions
Nature/ nombre
d'interventions
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
2006/2011
Incendies
3 324
3 590
2 922
3 401
3 439
3 917
17,8%
Secours à personnes
16 586
16 471
17 485
18 611
18 222
19 208
15,8%
Accidents de la route
2 378
2 322
2 282
2 437
2 409
2 494
4,9%
Protection et opérations
diverses
4 777
4 078
6 272
4 698
4 988
4 602
-3,7%
Total
27 065
26 461
28 961
29 147
29 058
30 221
11,7%
Source : SDIS
Par ailleurs, le nombre
d’interventions à la suite de carences ambulancières
(interventions ne nécessitant pas la prise en charge d’un médecin, pour lesquell
es le centre
15 n’a pu mobiliser
un transporteur privé) a évolué comme suit, selon les statistiques
communiquées par le SDIS :
année 2006 : 601 interventions ;
année 2007 : 583 interventions ;
année 2008 : 827 interventions ;
année 2009 : 725 interventions ;
année 2010 : 571 interventions ;
année 2011 : 739 interventions.
10
Le nombre d’intervention pour SAP a évolué, en milliers d’int
ervention, de 2133 à 2491 en 2006 et 2010, soit
une augmentation de 16,8 %. (Rapport public thématique de la Cour des comptes de novembre 2011 sur les
SDIS).
13/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
La diminution constatée entre 2009 et 2010 tiendrait, selon le SDIS, à la mise en
œuvre
d’une meilleure régulation
SDIS/SAMU, suite au nouveau référentiel de secours à
per
sonnes et d’
aide médicale urgente. Le rebond de 2011 serait lié en partie à une grève
locale des ambulanciers privés,
à l’origin
e de 50 interventions supplémentaires. Par ailleurs,
le contexte national d’augmentation du secours à
la
personne n’est pas de nature à expliquer
les variations constatées.
4.3.3.2-
L’activité par centre
Les CSP
effectuent de l’ordre de 4000 à 4500 interventions
annuelles. Ils concentrent
près de la moitié des interventions du SDIS (45,6 % en 2011). Du fait de la prépondérance
des CPI, sur 85 centres (en 2011), 64
n’effectuent pas plus d’une intervention par jour dans
l’année.
Trois CS (Dieulefit, Etoile-du-Rhône, Saint-Jean-en-Royans) sont également dans ce
cas, ce qui représente une activité faible pour des centres de cette catégorie. Vingt CPI
effectuent moins de cent
interventions dans l’année
(annexe 1 bis), ce qui représente un
niveau d’activité peu compatible avec le maintien en condition opérationnelle des sapeurs
-
pompiers des centres concernés. Cependant,
un tiers d’entre eux
environ se situe en zone
de montagne, moins dense en implantations de centres d
’incendie et de secours
.
Près du quart des centres d’incendie et de secours du département de la Drôme
est en
situation de sous-
activité. Toutefois, la dizaine d’implantation
s en zone de montagne apparait
justifiée par la nécessité d’une couverture minim
ale de ces territoires.
4.3.4-
La couverture opérationnelle
La couverture opérationnelle du risque courant est globalement satisfaisante : 95 % de
la population est couverte en moins de 20 minutes, avec un délai d’intervention moyen
constaté entre 12 et 13 minutes entre juillet 2010 et juillet 2011, même si la couverture
opérationnelle est rendue plus difficile en zone montagne ; 35 % du territoire est couvert par
deux centres d’incendie et de secours
en moins de 20 minutes, principalement en vallée du
Rhône.
4.3.5-
La disponibilité opérationnelle des sapeurs-pompiers
L’effectif mobilisable des sape
urs-pompiers des CS et CPI a été examiné pour le mois
de décembre 2011, sur la base des tableaux de bord par centre élaborés par le SDIS. Ces
centres sont dotés de sapeurs-pompiers volontaires (SPV),
à l’exception des
quelques CS
pour lesquels une garde diurne de sapeurs-pompiers professionnels (SPP) a été mise en
place.
L’effectif moyen mobilisable
des CPI est supérieur à sept, alors que le règlement
opérationnel fixe à quatre
l’effectif d’astreinte minimale.
Celui des CS est proche de onze,
alors que l’effectif requis e
st de six au règlement opérationnel.
Au-delà de ces moyennes, la disponibilité des SPV ne peut être appréciée que par
tranche horaire.
Par tranche horaire, une dizaine de centres présente des effectifs mobilisables
inférieurs en journée, sur la tranche 7-17 h
eures, à l’effectif requis au règlement
opérationnel. Ce constat peut être effectué pour certains CS tels que ceux de Buis-Les-
Baronnies (effectif mobilisable de quatre au mieux), à un degré moindre de Die, Dieulefit,
14/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Saint-Donat-sur-
l’Herbasse (effe
ctif mobilisable souvent inférieur à cinq), voire Livron-sur
Drôme (effectif mobilisable entre cinq et six). Le constat est plus marqué pour certains CPI.
En particulier, ceux de
Saillans
(effectif mobilisable d’un), Rémuzat, Luc
-en-Diois, Le Grand-
Serre (effectif mobilisable de deux) présentent des effectifs mobilisables insuffisants.
La pratique du conventionnement entre le SDIS et les employeurs des sapeurs-
pompiers volontaires est de nature à améliorer la disponibilité des sapeurs-pompiers
volontaire
s. Partant du constat qu’un peu moins de 10
% des SPV sont conventionnés, le
SDACR en cours pointait la nécessité d’améliorer la disponibilité des SPV
, en augmentant le
nombre de conventions avec leurs employeurs. En 2012, le taux de conventionnement est
sensiblement du même ordre (12 %). Le président du SDIS
estime qu’un taux de
co
nventionnement de l’ordre de 25
% pourrait constituer un objectif réaliste
, même s’il note
aussi une absence de corrélation directe
«
entre bassins d’emploi et les secteurs où l
e SDIS
peut rencontrer des problèmes en terme de disponibilité ».
Le SDIS a maintenu pendant la période sous revue son effectif de SPV en compensant
les départs (de l’ordre de 200 par an)
. Il a réalisé une étude intéressante «
être sapeur-
pompier volontaire dans la Drôme en 2010
», parue en mars 2011. Sur 906 questionnaires
exploités, il apparaît que 60 % des SPV interrogés pourraient rompre leur engagement, 81 %
d’entre eux aimeraient partir plus souvent en intervention mais
, en même temps, seuls 4 %
pourraient rompre leur engagement pour cette raison ; 41 % se disent limités par leur vie
privée pour répondre aux sollicitations opérationnelles et 51 % ne peuvent pas quitter leur
entreprise pour partir en intervention.
La disponibilité opérationnelle au
sein des centres d’incendie et de secours
, armés
pour l’essentiel de SPV,
est globalement satisfaisante. Une dizaine de centres, plus
particulièrement des CPI, paraît toutefois rencontrer des difficultés. Le SDIS a pu stabiliser
pendant la période sous revue son effectif de SPV, en compensant les départs. Toutefois, le
taux de conventionnement avec les employeurs a peu évolué.
4.4-
L’organisation de la garde et des départs en intervention
4.4.1-
Les évolutions du dispositif de la garde
Alors que la garde des
CS ne s’appuyait que sur des SPV
, le SDIS a renforcé la garde
de CS effectuant plus de deux interventions par jour en les dotant de SPP. Le SDIS disposait
ainsi de 11 SPP en 2011 répartis sur les CS de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Nyons, et Tain
l’Hermitage
.
Par ailleurs, le SDIS a rationalisé
ses procédures de gestion de l’alerte. Sauf exception
dans quelques centres où la pratique de
l’appel généralisé perdure, il y
a été mis fin, avec la
mise en place, en juillet 2011, du nouveau système d’information o
pérationnelle (SIO). Dans
le système de gestion opérationnelle actuel, seuls les SPV déclarés disponibles sont
susceptibles d’intervenir et d’être rémunérés à l’occasion de leurs interventions
11
.
Enfin, une nouvelle organisation du régime de gardes au sein des CSP a été
expérimentée à partir du 1
er
mars 2012,
en application d’un protocole d’accord signé le
21 décembre 2011 entre le SDIS et les syndicats concernés.
11
Au-delà de 400 interventions annuelles pour un centre
donné (cas des centres d’incendie et de se
cours de
Tains, Nyons, Die), le SDIS demande aux SPV d’effectuer leurs gardes au centre durant la journée en fin de
semaine et les jours fériés. Des astreintes sont rémunérées les dimanches et jours fériés pour les centres
d’incendie et de secours
effectuant plus de 200 sorties. Pour le reste, le régime commun est que les astreintes
ne sont pas rémunérées.
15/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Le SDIS a introduit une part de gardes de 12 heures (G12) dans un régime de garde
précédemment entièrement organisé en gardes de 24 heures (G24).
Avec la nouvelle organisation, l’effectif type de gardes d’un CSP est de 9 SPP en G24,
3 en G12. L
’effectif de gardes est
donc de 13 le jour et 10 la nuit
12
.
En jours ouvrés, un SPV vient renforcer les SPP, tant en période diurne que nocturne.
En fin de semaine et jours fériés, les gardes en G12 sont toutes assurées par des SPV.
L’effectif par CSP, avec le passage à la nouvelle organisation, a év
olué de 51 à 48
sapeurs-pompiers professionnels non officiers.
Le nouveau dispositif est mieux adapté à la diminution de l’activité en période
nocturne, par la modulation des effectifs qu’il permet.
Une évaluation conjointe, SDIS - syndicats, du nouveau régime de gardes est prévue
par le protocole d’accord précité.
Le SDIS
a développé un contrôle de gestion sur la mise en œuvre des gardes
.
Au
terme de l’instruction
de la chambre, fin 2012, il restait à engager la mesure de
l’efficience
13
du nouveau régime de gardes (indicateur sur les gardes blanches ou gardes sans
intervention à mettre en place notamment).
Si, dans sa réponse, le président du CASDIS indique que «
le SDIS évalue très
précisément le nouveau régime de travail,
notamment par l’intermédiaire d’indicateurs établis
conjointement avec les représentants du personnels
», il confirme aussi que «
ces données
n’étaient pas consolidées
faute
d’un
e
année complète d’éléments
» et que le SDIS
s’
était
engagé «
sur des données
individualisées faute de définition nationale d’indicateurs tels que
celui de la garde blanche par exemple ».
Il précise également que «
grâce à ce nouveau
dispositif de gardes et de collecte de données associées, le SDIS a été en mesure, par
exemple, dès début 2013,
d’établir précisément l’utilisation de la ressource SPP
et SPV de
ses centres de secours principaux sur toute l’année 2012
». Enfin, il conclut que «
la
nouvelle organisation sera reconduite en 2013,
afin de disposer pleinement d’un retour
d’expérience élargi avant l’introduction prochaine
de ces mesures dans le prochain
règlement intérieur du SDIS
».
Le dispositif de gardes et de traitement de l’alerte a été modern
isé en 2012.
L’introduction d’une part de gardes de 12 heures au sein des CSP permet de mieux tenir
compte de la chute de l’activité en période nocturne. Si l’efficience du nou
veau dispositif de
gardes restait à évaluer fin 2012, la chambre prend note de c
e que la démarche d’évaluation
devrait être plus approfondie en 2013.
4.4.2-
La pratique des départs en intervention
L’article R.
1424-39 du CGCT dispose que les personnels de garde sont susceptibles
de partir immédiatement en intervention et que les personnel
s d’astreintes sont susceptibles
de partir en intervention dans un délai fixé par le règlement opérationnel.
12
Chaque CSP doit également détacher en jours ouvrable un SPP supplémentaire pour assurer les gardes au
sein des centres de Die et Nyons, portant ainsi à 14 SPP la ressource à mobiliser en jours ouvrables.
13
Ou le caractère économe des moyens déployés par rapport aux résultats obtenus.
16/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Or, si le délai de rappel paramétré dans le SIO du personnel en astreinte est de 7
minutes, le règlement opérationnel du SDIS ne fixe aucun délai.
En outre, le SDIS peut être, en pratique, amené à autoriser des départs en sous-
effectifs dans ses véhicules d’intervention par rapport aux prescriptions de l’article
R. 1424-42 du CGCT
14
, sous réserve toutefois, sur le lieu
d’intervention,
de renforts en
personnels disponibles
d’autres centres. Le centre
de traitement de l’alerte
s’assure que
l’effectif requis est au moins assuré sur le lieu d’intervention
,
avant d’autoriser
son
déclenchement.
L’
article R. 1424-42 permet au règlement opérationnel des SDIS de déroger aux
prescriptions en vigueur
en matière d’armement en personnel des véhicules d’intervention.
Afin de sécuriser juridiquement ses interventions, le règlement opérationnel du SDIS de la
Drôme pourrait faire état de la possibilité de déroger (ponctuellement) à ces prescriptions.
4.5-
La mutualisation des équipes spécialisées
Le SDACR recommandait un regroupement des équipes du risque NRBC
15
afin de
créer une synergie. Sans fusion proprement dite des unités concernées, du fait selon le
SDIS,
d’un
contexte réglementaire inchangé, une équipe départementale « risque
technologique » a été mise en place, avec une composante chimique et radiologique. Les
véhicules d’intervention
ont été mis en commun (par
le biais d’
un règlement de mise en
œuvre opérationnelle des véhicules d’intervention face aux risques technologiques).
A ce jour,
s’il participe à
l’unité zonale d’i
ntervention technologique et aux modules
zonaux de décontamination,
le SDIS n’est pas partie prenante d’une
autre équipe
interdépartementale spécialisée (comme pourrait l’être l’équipe de plongée par exemple).
Une réflexion stratégique pour la zone de défense Sud-Est,
visant à développer l’emploi
de
moyens spécialisés mutualisés, a été engagée en 2012
16
.
4.6-
La coordination du secours avec les autres acteurs du secours sanitaire
4.6.1-
L’articulation avec le schéma régional d’organisation sanitaire (SROS)
La mise en cohérence SDACR/SROS a été opérée et présentée au comité
départemental de l’aide médicale urgente, de l
a permanence des soins et des transports
sanitaires (CODAMUPS-TS) le 27 juin 2008, conformément à circulaire n° NOR
INT/E/07/00129/C du 31 décembre 2007 relative à la nécessité d’une mise en cohérence
des SDACR et SROS.
4.6.2-
Les relations avec le SAMU
La Cour des comptes relevait, dans son rapport de décembre 2011, que des
conventions locales n’avaient pas été signées
dans tous les départements depuis la parution
du référentiel commun sur l’organisation du secours à personne et de l’aide médicale
urgente publi
é par arrêtés du 24 avril 2009, l’un sur les relations SDIS/SAMU, l’autre sur les
relations SDIS/ transporteurs privés.
14
Les missions de lutte contre l’incendie nécessitent au moins un engin pompe
-tonne et six à huit sapeurs-
pompiers, les mi
ssions de secours d’urgence aux personnes nécessitent au moins un véhicule de secours aux
asphyxiés et blessés et trois ou quatre sapeurs-
pompiers. Pour les autres moyens prévus à l’article L.
1424-2,
les moyens doivent être mis en œuvre par au moins deux
sapeurs-pompiers.
15
Nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique.
16
Courrier en ce sens du 21 mai 2012 du chef d’état
-major interministériel de la zone de défense et de sécurité
du Sud-Est.
17/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Le SDIS de la Drôme a signé une convention locale le 17 décembre 2009 avec le
SAMU.
L’article 21 de cette convention prévoit une évalua
tion régulière par un comité de
suivi de l’organisation et des procédures relatives à la réalisation de la mission de secours et
de soins d’urgence mise en œuvre par les deux parties. Des indicateurs doivent être mis en
œuvre
, afin de permettre un suivi de la qualité des prises en charge.
Le comité de suivi ne s’est réuni qu’une fois en 2010 et il n’a pas été mis en place
d’indicateurs
. Le SDIS est
dans l’attente d’indicateurs
nationaux portant, notamment, sur le
service rendu (annexe VII du référentiel SAP/AMU).
SDIS et SAMU se réunissent en pratique mensuellement, sans que leurs réunions ne
donnent lieu formellement à un compte rendu.
Le SDIS ne fait pas état de difficulté particulière de coordination avec le SAMU, si ce
n’est de divergences dans la
comptabilisation des interventions effectuées dans les cas de
carences ambulancières.
5-
LES OUTILS DE PILOTAGE ET DE PLANIFICATION
5.1-
Le pilotage de l’activité
Le dernier rapport des inspecteurs de la sécurité civile et de la défense du 9 mars 2007
notait
que le SDIS disposait d’une «
feuille de route
» bien élaborée.
Le SDIS s’attache
, en effet,
à formaliser des orientations stratégiques qu’il décline en
plans d’actions dont il suit précisément la réalisation. Deux plans d’orientations stratégiques
concernent la période sous revue : après un premier plan portant sur la période 2004-2008,
un deuxième plan est en cours d’achèvement
. Le SDIS devrait se doter ensuite
d’un projet
d’établissement
qu’
il envisage de finaliser en 2014.
Le contrôle de gestion, qui
constitue également un instrument de pilotage de l’activité
,
a été mis en place. Le SDIS dispose de tableaux de bord dans ses différents domaines
d’activités,
y compris au plan de la gestion opérationnelle, par le biais de son nouveau
système d’informatio
n opérationnelle.
La gestion du parc des véhicule
s d’intervention
n’entre toutefois pas dans le périmètre
du contrôle de gestion. Par ailleurs, une démarche complète de contrôle de gestion implique
une analyse des coûts. Or, comme nombre de ses homologues, le SDIS ne dispose pas
d’éléments de comptabilité analytique
. En particulier, la connaissance du coût de ses centres
d’incendie et de secours se limite aux dépenses de vacations des SPV.
Le SDIS développe d’une façon générale des outils de p
ilotage de son activité. Des
éléments de comptabilité analytique restent à mettre en place. Dans sa réponse, le président
du SDIS fait part de son i
ntention d’étendre notamment le
dispositif de contrôle de gestion
aux coûts des véhicules et bâtiments.
18/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
5.2-
Les documents de planification
5.2.1-
Le schéma d’analyse et de couverture des risques (SDACR)
Le SDACR
est un document de pilotage stratégique prévu par l’article L.
1424-7 du
CGCT qui dresse l’inventaire des risques mettant en cause la sécurité des personnel
s et des
biens auxquels le SDIS peut être confronté et détermine, par conséquent, les objectifs de
couverture de ces risques.
Le SDACR actuellement en vigueur a été approuvé par arrêté préfectoral du 19 avril
2006, après délibération du CASDIS en date du 15 mars 2006.
Le SDIS effectue périodiquement le bilan de s
a mise en œuvre.
Le schéma comprenait
63 préconisations. En juin 2011, 56 %
d’entre elles
étaient réalisées, 35 % en cours de
réalisation, 9 % non engagées. Le SDIS devrait veiller, pour le prochain SDACR, à bien
calibrer le nombre d’objectifs proposés, compte tenu de la périodicité souhaitable
de révision
du schéma.
En effet, le rapport public thématique de la Cour des comptes de décembre 2011 juge
raisonnable une révision des SDACR tous les cinq ans, pour tenir compte des mouvements
de population et de l’évolution des risques.
La révision du schéma, qui,
s’effectue à l’initiative du Préfet ou du CASDIS
,
n’est p
as
encore officiellement lancée. Le SDIS a toutefois commencé à la préparer, avec une
perspective
d’adoption
du nouveau SDACR fin 2014,
à l’issue de la phase de concertation
sur les hypothèses de couverture des risques.
D’ores et déjà, le SDIS
peut
s’appuyer sur
une année complète de statistiques opérationnelles, à la suite du déploiement de son
nouveau système d’information.
Conformément aux
circulaires d’application, le prochain SDACR devra présenter une
évaluation du rapport efficacité-coût de ses hypothèses de couverture.
En effet, le SDACR actuel
n’évalue pas l’impact financier de ses orientations. Leurs
conséquences ne sont pas non plus récapitulées physiquement en termes
d’équipements et
d’effectifs (alors que
, notamment, des orientations telles que le renforcement de la garde des
CSP ou la mise en place de SPP dans les centres de secours les plus actifs ne sont pas
neutres
). Dans l’avis très favorable du 14 février 2006 qu’il portait sur le pro
jet de SDACR, le
conseil général de la Drôme relevait pour autant que «
le SDACR ne contient aucune
planification financière et temporelle des mesures préconisées
».
Dans sa réponse, le président du SDIS indique avoir pris note de la nécessité de
présenter une évaluation «
efficacité/coût de ses hypothèses de couverture
».
5.2.2-
Les autres outils internes de planification
Le règlement opérationnel du SDIS, prévu par
l’article L.
1424-4 du CGCT et défini à
l’
article R. 1424-42, est entré en vigueur peu après le SDACR, par arrêté n° 2007/2012 du
12 décembre 2007 du Préfet de la Drôme, après délibération n° 89/2006 du 20 décembre
2006 du CASDIS.
19/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Aux termes de l’article L.
1424-
12 du CGCT, les SDIS ont l’obligation d’établir
un plan
d’équipement. Le SDIS
a voté deux plans d’équipement pendant la période sous revue. Le
premier, qui porte sur la période 2006-2010, a été adopté par délibération du CASDIS du
5 octobre 2005, le second, voté par le CASDIS le 16 décembre 2009, porte sur la période
2010-2014.
5.2.3-
La convention pluriannuelle entre le SDIS et le département
Le rapport thématique de la Cour des comptes sur les SDIS observait,
qu’en dépit de
son caractère obligatoire, une convention budgétaire et financière pluriannuelle
n’avait été
conclue que dans 48 départements.
Deux conventions ont été signées entre le SDIS et le département pendant la période
sous revue : la première, le 28 août 2006, soit deux ans après la parution de la loi n° 2004-
811 du 13 août 2004
17
; la seconde, signée le 29 juin 2009, porte sur la période 2009-2014.
A partir de 2010, le département a, de fait, révisé sa contribution au budget de
fonctionnement du SDIS,
en l’absence d’avenant à la convention
. Alors que la convention en
cours envisageait une r
evalorisation annuelle de l’ordre de
1,5 % de la contribution
départementale (soit +
1M€
à partir de 2009), la revalorisation consentie a été moindre que
prévue à partir de 2010 (+
500 K€ en 2010 puis 2011)
et aucune revalorisation n’a été
opérée en 2012.
Le président du conseil général indique que la révision de la contribution
départementale
s’
est opérée dans un contexte marqué par une conjoncture économique
difficile et la révision du dispositif de fiscalité locale. Il tient à préciser également que la
convention permet de réviser les montants de la contribution départementale dans
l’hypothèse
, notamment,
d’une modi
fication de la nature des recettes départementales.
La chambre considère, nonobstant, que la révision de la contribution départementale
aurait dû faire l’objet d’un avenant. En effet,
les conventions budgétaires et financières ont
notamment été instituées dans le but de donner aux SDIS une visibilité pluriannuelle sur
leurs ressources.
Les engagements financiers de la convention pluriannuelle doivent donc être
actualisés avec une perspective pluriannuelle
.
Cette actualisation pourrait intervenir
parallèlement à la révision du SDACR, de telle sorte que les deux documents soient
cohérents entre eux.
6-
LA FIABILITE DES COMPTES ET LA QUALITE D
E L’INFORMATION FINA
NCIERE
6.1-
La fiabilité des comptes
D’une façon générale, les diligences effectuées dans le domaine
de la fiabilité des
comptes suscitent peu de remarques.
6.1.1-
La comptabilité patrimoniale
A la demande de la paierie départementale, le SDIS a, par délibération du 5 mars
2008, intégré dans ses comptes 68 centres d’incendies et de secours qui avaient été mis à
sa disposition dans le cadre des transferts de compétences de la départementalisation, en
17
Codifiée au 2
ème
alinéa de l’article L.
1424-35 du CGCT.
20/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
application de l’article L.
1424-17 du CGCT.
En l’absence semble
-t-il des informations nécessaires à cette opération de
régularisation, le SDIS a forfaitairement comptabilisé ces centres pour un euro
(qu’il a
amorti) alors que leur comptabilisation aurait dû, en principe,
s’effectuer sur la base de la
valeur nette comptable des infrastructures.
La valorisation symbolique effectuée par le SDIS ne contribue pas à une juste
évaluation de son patrimoine, même
s’
il est probable que
les centres d’incendie et de
secours dont il s’agit étaient déjà largement amorti
s au moment de leur intégration dans les
comptes.
L’opération
de régularisation effectuée par le SDIS est sans incidence budgétaire par
rapport aux prescriptions de la compt
abilité M61. L’ensemble des opérations liées à la
réception des biens dans le cadre d’une mise à disposition relève d’opérations d’ordre non
budgétaire de la section d’investissemen
t. Par ailleurs, les biens mis à disposition dans le
cadre des transferts de compétences
de l’article L.
1424-17 du CGCT
ne s’amortissent pas.
6.1.2-
Les régies
Le SDIS de la Drôme a mis en place cinq régies d’avances (à l’effet de payer des
menues dépenses des serv
ices opérationnels et administratifs de l’état
-major et de chacun
des
trois groupements opérationnels), ainsi qu’une
régie de recettes, pour les interventions
non obligatoires (destruction de nids d’hyménoptères, déblocages de portes et d’ascenseurs
réalisées par la compagnie de Die).
Les dépenses payées dans le cadre des régies
(dont deux au niveau de l’état
-major)
sont d’un mont
ant très faible, quand elles ne sont pas nulles
pour certaines régies d’avance
s
(régies du groupement de Valence entre 2008 et 2010 et de Montélimar pour 2010).
L’absence de fonctionnement de cer
taines régies ou leur faible activité pourrait inciter
le SDIS à réduire leur nombre.
Dans sa réponse,
l’ordonnateur
fait état d’
une étude en cours «
susceptible de
répondre en tout ou partie »
au constat effectué par la chambre.
6.2-
La qualité de
l’information financière
6.2.1-
Les annexes aux documents budgétaires
Les informations relatives à un crédit revolving souscrit le 16 novembre 2006 auprès
d’un établissement bancaire
sont incomplètes dans les annexes des documents budgétaires
du SDIS.
L
’ann
exe du compte administratif 2011, qui retrace
18
la répartition de l’encours par
typologie (structures et indices sous-j
acents) d’emprunts et selon le degré de risque
formalisé par la charte Gissler puis la circulaire du 25 juin 2010 relative aux produits
financiers offerts aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics
19
, ne
comptabilise pas ce crédit revolving. Ce constat est effectué alors que
l’annexe de
l’
état de la
dette mentionne, à juste titre, une dette budgétairement consolidée en cap
ital de 3,78 M€
pour le crédit revolving. Une information complète, crédits révolvings compris, sur le niveau
18
Page 45.
19
Circulaire complétée par le Guide pratique de l’annexe «
Etat de la dette-
répartition de l’encours
- typologie »
élaboré par la DGCL et la DGFIP et paru en mars 2012, lequel rappelle que
«
l’annexe sur l’état de la dette par
typologie recense tous les emprunts composant la dette de la collectivité
».
21/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
de risque
pris par l’établissement public est
obligatoire depuis la parution des annexes de
l’arrêté du 16
décembre 2010 relatif à la comptabilité M61. Ces annexes ont été ensuite
modifiées par l’arrêté du 28 décembre 2011 applicables aux comptes administratifs 2012.
Jusqu’en
2011,
l’annexe de l’état de la dette ne précisait
pas la durée (23 ans), le
montant d
e l’annuité en capital, la nature de l’index retenu (tirage Eonia), la marge appliquée
à l’index retenu, le taux actuariel du crédit revolving.
Or, le profil d’amortissement,
consolidé
après trois années de franchise, est mentionné
au tableau d’amortisseme
nt mis en annexe
du contrat de prêt
. Il s’élève à 108 K€ en 2010, 115 K€ en 2011, 122 K€ en 2012
.
A l’appui de sa réponse, l’ordonnateur
communique un extrait de l’état de la dette du
compte administratif 2012 qui précise le montant du remboursement en capital d
e l’annuité
de la dette du crédit revolving.
Les annexes ne fournissent aucune indication pendant la période sous revue sur les
tirages de trésorerie effectués : 4 000 000
en 2009, 3 891 261
€ en 2010 et
3 775
999 €
en
2011. Une information des opérations de trésorerie est pourtant prévue par la circulaire
n° NOR/INT/B/89/00071/C du 22/2/1989 dans la maquette de présentation de la comptabilité
M61
20
.
6.2.2-
La prospective financière
Conformément aux dispositions combinées des articles L. 3241-1 et L. 3312-1 du
CGCT, les débats d’orientations budgétaires (DOB) ont lieu dans un délai de deux mois
précédant le vote du budget.
L’information dél
ivrée aux élus dans le cadre du débat
d’orientations budgétaires
porte
sur le seul exercice à venir.
L’ordonnateur
a indiqué, en cours d
’instruction
, que «
dans le
contexte particulièrement perturbé du moment, la pluri annualité ne saurait être considérée
comme pertinente
».
Si aucune précision n’est donnée par les textes
sur le contenu à donner au DOB,
l
’article L.
3312-1 du CGCT dispose néanmoins que le débat porte sur «
les engagements
pluriannuels envisagés
». Les documents préparés en vue des DOB de la période sous
revue ne sont pas conformes à cette disposition.
Afin de s’y conformer
, des hypothèses
d’évolution
d
es
principaux
agrégats
financiers
(masse
salariale,
autofinancement,
investissement, capacité de désendettement) pourraient être présentées.
Une valeur ajoutée supérieure pourrait être donnée également au rapport sur
l
’évolution d
es ressources prévu
à l’article L.
1424-35 du CGCT et qui sert de base à la
détermination de la contribution départementale, en lui conférant une perspective
pluriannuelle.
Enfin, si le SDIS ouvre des autorisations de programme pour ses seules opérations
d’infrastructure
et si
son plan d’équipement cible principalement les matériels
, il
n’établit
pas
pour autant
de plan pluriannuel d’investissement (PPI)
global
regroupant l’ensemble des
investissements. Un document de cette nature lui permettrait
d’avoir
une vision consolidée,
équipements et casernements, de ses engagements pour les prochaines années.
20
Page 28 de la maquette.
22/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
7-
LA SITUATION FINANCIERE
Les comparaisons avec les valeurs médianes de la catégorie de référence du SDIS
(catégorie 3 jusqu’en 2007 puis catégorie 2)
ont été effectuées sur la base des dernières
valeurs disponibles lors de l’instruction.
7.1-
La section de fonctionnement
7.1.1-
Les charges
Comparaison avec la médiane des SDIS de même
catégorie
Les dépenses réelles par habitant du SDIS, ainsi que ses charges de personnel, se
situent au-dessus des valeurs médianes de la catégorie du SDIS.
Tableau 2 : comparaison des dépenses réelles avec les SDIS de même catégorie
En euro par habitant
2006
2007
2008
2009
2010
Dépenses réelles de fonctionnement SDIS 26
60,75
62,3
59,97
63,14
64,12
Valeur médiane de la catégorie du SDIS (1)
55,14
57
58,67
59,63
60,42
Charges de personnel SDIS 26
48,90
50,2
48,21
50,55
52,01
Valeur médiane de la catégorie du SDIS
(
1)
43,61
44,53
45,58
47,13
48,55
Source : statistiques financières des SDIS.
(
1)
:
catégorie 3
jusqu’
en 2007, puis catégorie 2
Evolution des dépenses réelles de fonctionnement
Les dépenses réelles de fonctionnement du SDIS ont progressé de 17,6 %, entre 2006
et 2011.
L’augmentation de
s dépenses de personnel est de 18,7 % pendant la période. Elle
est
plus soutenue que celle de l’effectif
des agents titulaires (+10,8 %). Toutefois, les
dépenses de personnel ont été stables en 2011.
Tableau 3 : évolution des dépenses réelles de fonctionnement
Dépenses réelles de
fonctionnement (en milliers
d'euros)
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
2006/2011
charges à caractère général
4 958
5 129
5 465
5 809
5 538
5 506
11,1%
charges brutes de personnel
21 408
22 195
23 529
24 689
25 407
25 401
18,7%
variation relative annuelle des
charges brutes de personnel
-
3,7%
6,0%
4,9%
2,9%
0%
autres charges de gestion
courante
60
65
64
68
72
68
13,3%
charges financières
170
137
148
200
242
307
80,6%
charges à caractère exceptionnel
-
1
2
2
3
NA
Total
26 596
27 527
29 208
30 768
31 259
31 285
17,6%
Source : comptes administratifs. NA : non apprécié
L’augmentation du nombre de SPP
s’est effectuée essentiellement en 2007. La
dernière séquence significative de recrutements résulte
de la mise en œuvre d
u nouveau
CSP de Saint-Marcel-lès-Valence.
L’effectif global du SDIS est
stable depuis 2009.
23/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
L’évolution des effectifs des SPP
, par catégorie, a contribué à la progression de la
masse salariale, compte tenu de la part croissante des officiers et des sous-officiers.
Tableau 4 : évolution des effectifs
Source : comptes administratifs
Tableau 5 : évolution par catégorie de sapeurs-pompiers professionnels
Effectifs de la
filière sapeurs-
pompiers
professionnels
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
officiers
62
63
60
66
67
67
+
8,1%
sous-officiers
118
128
135
134
152
168
+42,4%
sapeurs
103
115
109
105
86
71
-31,1%
Total
283
306
304
305
305
306
+8,1%
Source : SDIS
Les indemnités versées ont augmenté de près de la moitié (+1,81
M€
), entre 2006 et
2011. Selon
l’ordonnateur
, cette progression
s’explique
à hauteur de 45 %
par l’indemnité de
feu, l’indemnité de responsabilité et la prime de fin d’année (13
%
d’augmentation
sont
imputables à l’évolution des effectifs, le reste s’expliquant par l’effet mécanique du
glissement vieillesse technicité). Par ailleurs, les
indemnités d’administration et de technicité
(IAT) et indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires (IFTS)
seraient à l’origine de
46
% de l’augmentation des indemni
tés constatée sur la période,
du fait de l’évolution du
régime indemnitaire à partir de 2008.
7.1.2-
Les produits
Comparaison avec la médiane des SDIS de même catégorie
Les contributions reçues des collectivités et EPCI sont inférieures à la valeur médiane
de la catégorie du SDIS. Les contributions reçues du département sont, en revanche,
nettement supérieures à cette valeur médiane. Le SDIS a reçu, en 2010, une contribution
par habitant du département de la Drôme supérieure de près de 25 % à la valeur médiane
de sa catégorie.
Le président du CASDIS explique cette situation notamment par la multiplicité des
risques à couvrir.
Budgété
Pourvu
Budgété
Pourvu
Budgété
Pourvu
Budgété
Pourvu
Budgété
Pourvu
Budgété
Pourvu
SPP
286
283
308
306
310
304
310
305
310
305
310
306
SSM
6
6
7
7
7
7
7
7
7
7
7
7
Filière
administrative
45
42
47
47
47
47
49
49
49
49
49
49
Filière technique
22
21
23
23
27
27
30
30
30
30
30
28
Animation
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Total
360
353
386
384
392
386
397
392
397
392
397
391
Effectif
2011
2006
2007
2008
2009
2010
24/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Tableau 6 : comparaison des contributions reçues avec les SDIS de même catégorie
Contributions en € / par habitant
2006
2007
2008
2009
2010
Contribution départementale au SDIS 26
43,70
45,7
44,90
46,97
47,01
Valeur médiane de la catégorie du SDIS (1)
33,55
34,43
30,67
34,88
37,80
Contribution des collectivités et groupement de collectivités
au SDIS 26
26,48
26,9
24,82
25,56
26,86
Valeur médiane de la catégorie
du SDIS (1)
26,89
28,38
30,14
31,10
30,33
Source : statistiques financières des SDIS
. (1) :
catégorie 3 jusqu’en 2007 puis catégorie
2
Au bilan, le SDIS de la Drôme est plutôt bien doté en contributions publiques.
Evolution des recettes réelles de fonctionnement
Les contributions et participations publiques constituent la quasi-totalité des recettes.
Tableau 7 : évolution des recettes réelles de fonctionnement
Recettes réelles en milliers
d'euros
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
2006/2011
Produits des services et du
domaine
518
504
577
735
540
637
23,0%
Contributions et participations
29 540
30 592
32 561
33 849
35 063
35 756
21,0%
Autres produits de gestion
courante
-
4
-
14
-
-
NA
Atténuations de charges
170
234
236
266
282
329
93,5%
Produits financiers
-
-
-
-
-
-
NA
Produits exceptionnels (avec
cessions immobilières)
13
5
109
67
89
196
NA
TOTAL
30 241
31 339
33 483
34 931
35 974
36 918
22,1%
Source : comptes administratifs. NA : non apprécié
La participation du département de la Drôme, qui représente 60,8 % des recettes
réelles du SDIS
en 2011, s’est accrue significativement, soit 25,5 % sur la période
, en dépit
de sa révision. Le SDIS augmente les contributions communales chaque année selon
l’inflation.
Tableau 8 : participations et contributions
Participations et contributions (en
K€)
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
Montant total
29 540
30 592
32 561
33 849
35 063
35 756
21,0%
dont contribution Etat
145
49
100
40
76
50
-65,5%
dont région
-
-
4
4
-
-
NA
dont département de la Drôme
17 870
18 730
20 430
21 430
21 930
22 430
25,5%
dont communes
11 521
11 746
11 964
12 321
12 978
13 242
14,9%
dont participation sécurité sociale et
autres
4
67
64
54
79
34
NA
Source : comptes administratifs. NA : non apprécié
25/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Le produit des interventions non obligatoires (au sein de la rubrique « produit des
services et du domaine », tableau 8) est marginal. Il représentait 100
000 € en 2011.
En application d’une
délibération du CASDIS du 20 décembre 2006, le SDIS facture
les interventions non obligatoires (destruction de nids d’hyménoptères, dégagements de
personnes bloquées dans les ascenseurs notamment) à partir
d’un coût horaire forfaitaire
incluant les coûts de personnels et
les frais d’utilisation et d’immobilisation des véhicules, sur
la base du dispositif de l’arrêté du 7 juillet 2004 relatif au remboursement des frais engagés
par les SDIS pour les interventions sur les réseaux routiers et autoroutiers concédés. Les
barèmes du SDIS sont réévalués annuellement
en fonction de la variation de l’indice des prix
à la consommation (à titre d’exemple, la destruction d’un nid de guêpes est de 135 € depuis
le 1
er
juillet 2010).
La facturation des interventions non obligatoires n’est
toutefois pas exhaustive. Le
SDIS ne facture pas la
destruction de nids d’hyménoptères répondant à un danger imminent
ou effectuée sur la voie publique. En 2011, plus d’une opération sur
deux (58,2 %, soit 324
interventions sur 557) considérée comme entrant dans cette catégorie,
n’a pas donné lieu à
facturation. L
es opérations de sauvetage d’animaux (358 opérations en 2011) ne donnent
lieu également à aucune facturation.
Le paramétrage du
système d’information opérationnelle
devrait être modifié de
manière à pouvoir identifier dans la rubrique «
assistance à personnes isolées
» (459
opérations en 2011), les opérations susceptibles d’être
facturées, comme les opérations de
déblocage d’ascen
seurs, ce qui permettrait de
s’assurer de l’exhaustivité des facturations.
Pour 2011, le SDIS n’a rec
ensé que 31 opérations de déblocage
d’ascenseurs ayant fait
l’objet d’un titre de recettes
.
Dans sa réponse, le président du SDIS indique que la réflexion se poursuit pour
améliorer le dispositif. Il précise aussi qu
’une délibération
adoptée en décembre 2012
réévalue la facturation des interventions non obligatoires
à 143 €
.
7.2-
L’autofinancement
L
’autofinancement brut a progressé
, entre 2006 et 2011, de près de 50 %. En 2011, il a
connu sa progression la plus importante, du fait de la stabilisation des dépenses de
fonctionnement. Son évolution est toutefois étroitement liée au niveau de la contribution
départementale.
Tableau 9 :
évolution de l’autofinancement
Source : à partir du compte administratif. * : hors éléments exceptionnels
En millier d'euros
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
2006/2011
Dépenses rélles de
fonctionnement*
26 597
27 526
29 206
30 766
31 260
31 282
17,6%
Recettes réelles de
fonctionnement*
30 228
31 334
33 483
34 864
35 885
36 722
21,5%
Autofinancement
brut
3 631
3 808
4 277
4 098
4 625
5 440
49,8%
Remboursement en
capital de la dette Dt
1641 + 16441
336
351
367
533
765
908
170,2%
Autofinancement net
3 295
3 457
3 910
3 565
3 860
4 532
37,5%
26/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
7.3-
La section d’investissement
7.3.1-
Les dépenses
Les dépenses réelles d’investissement, remboursement de l’annuité en capital de la
dette compris, ont été, sur la période 2006-2010,
d’environ 30 % supérieures aux dépenses
réalisées par les SDIS de même catégorie (respectivement
de 20 €/hab
. et
de 15 €
/hab.).
Tableau 10 : comparaison des dépenses réelles avec les SDIS de même catégorie
Dépenses réelles d'investissement
(équipement + remb. en capital de la dette
1641) en euro par habitant
2006
2007
2008
2009
2010
SDIS 26
21,56
16,9
22,75
22,08
17,09
Valeur médiane de la catégorie du SDIS (1)
16,22
14,05
15,05
14,78
15,4
Source : statistiques financières des SDIS.
(1)
:
catégorie 3 jusqu’en 2007 puis catégorie 2
En 2010, le SDIS affichait un taux de vétusté
21
de ses matériels d’équipement (hors
casernes) de 52 %. Ce ratio est très proche de la valeur médiane des SDIS de la
catégorie 2.
Evolution des dépenses d’équipement
Avec un pic de dépenses de plus de 10 M€ en 2009 et 2010, les dép
enses
d’équipement ont été
, en moyenne annuelle, de 8,8
M€
entre 2006 et 2011.
Tableau 11 :
évolution des dépenses d’équipement
En milliers d'euros
2006
2007
2008
2009
2010
2011
immobilisations incorporelles (1)
188
151
98
214
120
119
immobilisations corporelles (2)
8 914
6 876
10 516
9 944
7 375
8 572
dont matériels mobiles
1 580
1 655
5 417
2 857
2 602
3 526
dont matériels non mobiles
1 118
552
335
1 170
736
596
dont bâtiments
5 692
3 553
3 810
2 465
2 538
4 008
TOTAL des dépenses
d'équipement (1) + (2)
9 102
7 027
10 614
10 158
7 495
8 691
Source : à partir des comptes administratifs. Travaux en cours compris dans la ligne « bâtiments » et dans les
immobilisations corporelles. Hors subventions d’équipement non significatives
Le budget primitif 2012 traduit une réduction nette d
e l’effort d’équipement du SDIS, les
dépenses prévisionnelles s’élevant à 5,55 M€.
21
Ratio valeurs amortissements/valeurs brutes.
27/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Réalisation du budget
Le taux de réalisation des d
épenses réelles d’équipement
est globalement convenable.
Tableau 12 : taux de réalisation de
s dépenses d’équipement
Dépenses d'équipement réelles
en milliers d'euros
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Dépenses d'équipement
budgétées
13 538
12 231
13 304
12 772
13 544
12 043
Dépenses consommées
9 102
7 027
10 614
10 158
7 495
8 691
Taux de consommation
67,2%
57,4%
79,8%
79,5%
55,3%
72,2%
Source : comptes administratifs.
Hors subventions d’équipement non significatives
7.3.2-
Le financement des investissements
Un tableau de financement des investissements est présenté en annexe 2.
Les recettes
d’investissement hors emprunt couvrent
, en moyenne, près du tiers des
dépenses
d’équipement
du
SDIS.
Après
avoir
été
d’environ
35
%
lorsque
les
investissements ont été les plus importants (2008 et 2009), l’autofinancement
net représente
en 2010 et 2011, plus de 50 %
des dépenses d’équipement.
Dans
le
contexte
d’une
c
ontribution
départementale
stabilisée,
le
taux
d’autofinancement des investissements devrai
t être préservé, voire amélioré,
au prix d’une
contrac
tion des dépenses d’équipement.
7.4-
La dette financière
7.4.1-
L’évolution de l’encours et de la capacité de désendettement
Le SDIS n’a pas repris de dette communale dans le cadre de la départementalisation
des services d’incendie et de secours.
L’endettement
a plus que doublé pendant la période sous revue. Toutefois, après une
progression marquée sur la période 2007-2009,
sous l’effet de l’effort d’investissement du
SDIS, l’endettement
a augmenté ensuite modérément.
Il était de plus de 15 M€, fin 2011.
Sous réserve des réalisa
tions, le SDIS n’
avait
pas prévu d’emprunter
, en 2012.
Tableau 13 : évolution de la dette financière
Dette en milliers d'euros
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Variation
2006/2011
7 022
7 671
10 304
13 272
14 506
15 097
115,0%
Source : comptes administratifs
L’amélioration de l’autofinancement a limité l’effet de
l’accroissement de l’encours de
dette
sur l’évolution de la capacité de désendettement.
Celle-ci est favorable,
puisqu’e
n 2010
elle était de 3,3 ans, la valeur médiane
de la catégorie 2 étant de 4 ans. Le ratio s’est encore
amélioré, en 2011 (2,8 ans).
28/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Tableau 14 : évolution de la capacité de désendettement
Capacité de désendettement en années
2006
2007
2008
2009
2010
2011
SDIS 26
1,93
2,0
2,4
3,5
3,3
2,8
Valeur médiane de la catégorie du SDIS
(1)
3,52
2,44
3,14
4,0
4,0
Source : comptes administratifs, statistiques financières.
(1) :
catégorie 3 jusqu’en 2007 puis catégorie 2
7.4.2-
Le profil de la dette
La composition de la dette financière (annexe 2) du SDIS est saine. Fin 2011, la part
structurée de sa dette
n’
était que de 600
000 €
, sur une
dette globale de l’ordre de 15
M€
.
Au surplus, elle se limite à un tirage avec barrière sur Euribor,
dans le cadre d’une
convention de long terme multi index conclue en 2003, au risque faible (classement 1B de la
matrice des emprunts structurés).
L’encours de
la dette comportait, fin 2011, une part prépondérante de taux variable :
54,3 % de taux variable contre 41,7 % de taux fixe (et 4 % de taux structuré).
L’un des prêteurs
détenait, fin 2011, 43 %
de l’encours
.
7.4.3-
Les délégations du conseil d’administration au Président
Le président du SDIS bénéficie de délégations de la part du CASDIS lui permettant de
souscrire des emprunts. Les délégations effectuées pendant la période sous revue ne fixent
aucune limite, ni ne précisent la nature des opérations pouvant être effectuées. La
délibération du 11 mai 2011 accorde une délégation au président du SDIS pour «
les
décisions de réalisation des emprunts destinés au financement des investissements décidés
par le budget et passation des actes nécessaires établis à cet effet
». Il convient de rappeler
que des délégations trop larges, qui ne fixent pas de limite au champ des pouvoirs délégués,
peuvent être sanctionnées par le juge administratif.
Ces délégations doivent être précisées dans le sens préconisé par la circulaire
interministérielle du 25 juin 2010 relative aux produits financiers offerts aux collectivités
territoriales et à leurs établissements publics.
Lors du compte-rendu de ses délégations, le président du CASDIS se limite à une
présentation de la composition de la dette, sans
mention de perspectives d’évolution
, ce qui
n’est pas conforme à la
circulaire précitée, qui recommande la présentation
à l’assemblée
délibérante
d’un rapport sur l’état et l’évolution de la dette, incluant un volet prospectif.
Dans sa réponse, le président du SDIS prend note de la nécessité de préciser le
champ d’intervention des délégations en matière de souscription d’emprunts et de présenter
un rapport sur
l’état et
l’évolution de la dette
.
7.5-
Conclusion sur la situation financière
Les principaux agrégats financiers du SDIS le situent dans la moyenne de sa
catégorie. Sa capacité de désendettement est favorable et sa dette financière est saine.
Pour l’avenir, le SDIS devra tenir compte de la révision de
la contribution départementale.
29/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
8-
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
8.1-
La gestion du temps de travail
8.1.1-
La durée annuelle du temps de travail
La durée annuelle du temps de travail des SPP
, comme de l’ensemble du personnel du
SDIS,
à l’exception du personnel du CTA
-CODIS (1512 heures pour les opérateurs et chefs
de salles du CTA-CODIS), qui est de 1583 heures, déroge à la durée annuelle du temps de
travail, fixée à 1600 heures par le décret n° 2000-815 du 25 août 2000 (portée ensuite à
1607 heures).
La possibilité de déroger à la durée annuelle du temps de travail, prévue par les
dispositions de l’article 2 du décret
n° 2001-623, doit viser précisément les catégories de
personnels auxquelles elle s’applique. En visant l’ensemble des agents dont le personnel
administratif et technique, qui n’est a priori pas assujetti à des contraintes particulières, le
SDIS
n’a pas re
specté les dispositions réglementaires.
8.1.2-
Le contexte de la réorganisation du temps de travail
Une réorganisation de la gestion du temps de travail est en cours dans le cadre du
protocole d’accord signé avec les syndicats
,
à l’issue de la grève
de fin 2011.
Le SDIS ne disposait pas
d’un décompte fiable des éléments constitutifs de la gestion
du temps de travail des SPP,
jusqu’alors laissée aux soins des différents centres d’incendie
et de secours. La
réorganisation en cours consiste à affirmer l’obligation
de réalisation d’un
temps de travail annuel, à en préciser les modalités de décompte et à se doter d’un outil de
décompte consultable par les agents (protocole d’accord).
Les principes de la réforme de la gestion du temps de travail, qui a fait l’objet d’un avis
favorable du comité technique paritaire le 30 novembre 2011, ont été approuvés par la
délibération du bureau du CASDIS n°91-2011 du 14 décembre 2011, avec la mise en place
d’un guide de la gestion du temps de travail.
Cette nouvelle gestion est expérimentée à
compter du 1
er
janvier 2012. A l’issue de cette évaluation, le règlement intérieur du SDIS a
vocation à être refondu.
8.1.3-
Les gardes effectuées
Les SPP effectuant des services de garde en G24 sont tenus à 95 gardes de 24
heures. Depuis l’introdu
ction du régime G12, les SPP qui relèvent de ce régime doivent 132
gardes. Les agents logés ont une majoration du temps de travail de 10,5 %, ce qui peut se
traduire par 10 gardes supplémentaires de 24 heures.
Le rapport de prospective précité a établi, sur la base des feuilles de gardes 2010, que
77,3 % des G24 théoriques ont été effectuées dans les CSP, ce qui correspond à moins de
75 gardes annuelles hors formation, au lieu des 95 gardes exigibles par le règlement
intérieur depuis le 1
er
janvier 2005.
30/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
8.1.4-
Les heures supplémentaires et le système de récupération des formations
Le bilan social de 2009 relève un nombre total d’heures supplémentaires effectuées
par les agents (titulaires, stagiaires et non titulaires sur emploi permanent) de 7 157 :
dont 71 heures pour la filière administrative ;
124 heures pour la filière technique ;
et 6 962 heures pour la filière incendie et secours : 1 281 pour les lieutenants et
majors, 5 681 pour les non officiers.
Le bilan social de 2011 (les bilans sociaux sont produits tous les deux ans) fait état de
3 792,50 heures supplémentaires, dont 50 heures pour la filière administrative, 205,50
heures pour la filière technique, et 3 537 heures pour les sapeurs-pompiers professionnels,
tous non officiers.
Les heures supplémentaires effectuées donnent lieu à récupération ou rémunération.
Le coût total des heures supplémentaires rémunérées aux SPP s’él
evait
à 55 206 € en
2011 (73
670 € en 2010
).
L’absence de plafond d’effectifs pour les gardes constitue un premier fa
cteur
d’explication du volume d’heures effectuées par les SPP.
Le second, qui est manifestement
le principal, réside dans les récupérations des formations effectuées.
A titre d’exemple, en
2009, un SPP a effectué 249,5 d’heures supplémentaires rémunérées,
dont 132 heures de
récupération
de
stages,
21
heures
de formations,
et
99,5
d’heures
de gardes
supplémentaires. Un autre a effectué 278 heures supplémentaires, dont 241 heures de
récupération de stages et 37 heures d’encadrement.
S’agissant des SPP, le rè
glement intérieur (§ 9.2 page 26) prévoit que «
les volumes
horaires consacrés à la formation provoquant un éventuel dépassement pratique réellement
constaté de la durée annuelle sont récupérés pour les stagiaires sous la forme de repos
compensateur
». Pou
r les modalités d’application, il renvoie à la note de service interne
n°12-97 du 26 février 1997. Aux termes de celle-ci, «
les récupérations lors des stages de
formation de toutes natures, sont définies en fonction de la durée du stage, de son
éloignement et de son insertion dans le cycle de travail de l’agent
» ; des annexes sous
forme de schémas précisent les différents cas de récupération à prendre dans les 15 jours.
Le système de récupération forfaitaire est avantageux :
à titre d’exemple
, une formation de
trois
jours permet une récupération systématique de l’ordre d’une journée.
Il a été mis fin à ce régime forfaitaire dans le cadre de la nouvelle organisation du
temps de travail. Dorénavant, le guide de sa gestion annuelle précise que les stages suivis
par les agents sont décomptés forfaitairement : 8 heures pour une journée, 4 heures pour
une demi-journée, périodes qui englobent les temps de trajet entre le lieu de travail habituel
et le lieu de formation.
Il est prévu une refonte de l’o
rganisation des stages sur la base de 7 heures effectives
par journée. Pour les stages nécessitant des périodes de préparation et de remise en état
des matériels supérieures ou des déplacements plus importants, une période d’activité
fonctionnelle de 10 heures par jour est décomptée.
Enfin, il a été mis en place, en fin de période sous revue,
des plafonds d’effectifs de
garde au sein des CSP.
31/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
La refonte en cours de la gestion du temps de travail met fin, pour les sapeurs-
pompiers professionnels, à un régime forfaitaire avantageux de récupération des stages
effectués. L’instauration de plafond d’effectifs de garde au sein des CSP est
, par ailleurs, de
nature à rationaliser la gestion du temps de travail.
8.2-
L’avancement
Le règlement intérieur du SDIS
mentionne que l’avancement d’échelon est «
acquis au
minimum sauf proposition contraire du directeur, au vu de la manière de servir de
l’intéressé
». En pratique, comme beaucoup de ses homologues, le SDIS
met en œuvre
l’avancement d’échelon à la durée mini
mum.
La chambre rappelle que l’avancement d’échelon à une durée minimale
doit être
réservé aux fonctionnaires dont la valeur professionnelle le justifie (article 78 de la loi du 16
janvier 1984).
Les taux de promotions (ratio entre promus et promouvables) au grade supérieur sont
de 100
%. En l’état des documents communiqués lors de l’instruction, le SDIS n’aurait
délibéré, en ce sens, que pour les grades des filières administratives et techniques
(délibération du 5 décembre 2007) et pour les lieutenants des SPP (délibération du 16
septembre 2009). Or, la loi n° 2007/209 du 19 février 2007 prévoit que
22
, l’assemblée
délibérante fixe, après avis du comité technique, les taux de promotion (ou quotas) pour
chaque cadre d’emploi.
L’imp
act financier de la
politique d’avancement dans l’échelon et dans le grade
reste à
évaluer, alors que le seul effet du glissement vieillissement technicité est, selon le SDIS, de
l’ordre de 500 K€.
Les pratiques avantageuses du SDIS
en matière d’avancement dans
l’échelon et
dans
le grade constituent des facteurs de renchérissement des charges de personnel, dont il
conviendrait de mesurer les effets dans le cadre du pilotage de la masse salariale.
8.3-
Le régime indemnitaire des sapeurs-pompiers
8.3.1-
Les caractéristiques et évolutions principales
Le CASDIS a notamment déterminé le régime indemnitaire des sapeurs-pompiers
professionnels par délibérations en date du 14 décembre 2005 et du 9 juillet 2008. Cette
dernière visait, dans un souci de transparence, à rassembler dans un document unique les
dispositions relatives au régime indemnitaire.
Le régime indemnitaire adopté en 2008 attribue l’indemnité d’administration et de
technicité (IAT) aux sapeurs-pompiers professionnels non officiers
et l’IFTS aux
sapeurs-
pompiers professionnels officiers.
A la suite des modifications intervenues en 2008, les SPP bénéficient de
l’intégralité du
régime indemnitaire, qui comprend
aujourd’hui les indemnités de feu, de logement, de
responsabilité, de spécialité, pour travaux supplémentaires, d’astre
inte, et la NBI.
22
Article 49 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée.
32/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Les indemnités de spécialité
23
, de responsabilité
24
sauf exception, de feu, et
l’indemnité
de logement sont fixées au taux maxima prévus par la réglementation.
Le régime des vacations des sapeurs-pompiers volontaires est défini par la délibération
n°8-2010 du 20 janvier 2010. Celle-ci prévoit des indemnités de gardes, des indemnités
d’astreintes, des indemnités pour les missions à caractère opérationnel (au taux de la
vacation horaire de base), des indemnités de stages. Le CASDIS a retenu (pour la quasi-
totalité de ces indemnités) le taux maximum autorisé par la règlementation.
Par délibération du 10 juillet 2008, le bureau du CASDIS a mis en place des critères de
modulation identiques de l’IAT et de l’IFTS
:
un taux minimum attribué aux personnels titulaires, aux stagiaires ayant validé leur
formation initiale, taux correspondant à 90 % du taux de référence de l’indemnité
concernée ;
un taux complémentaire fixe, ciblé sur trois paliers de 5 % du taux de référence,
permettant une modu
lation liée à l’emploi tenu (soit 95
%, 100 %, 105 % du taux de
référence) ;
un taux supplémentaire, limité à 5 % du taux de référence et lié à une manière de
servir particulièrement remarquée de l’agent ; peu d’agents ont
de fait bénéficié de
cette dernière mesure (seuls quatre agents ont bénéficié en 2011 de cette part
variable liée à leur évaluation au titre de l’année 2010).
En vertu de la réglementation, le montant moyen annuel de l’IFTS est calculé par
application, à un montant de référence annuel f
ixé par catégorie, d’un coefficient
multiplicateur d’ajustement compris entre 1 et 8. Il en est de même de l’IAT.
La délibération précitée a fixé le coefficient multiplicateur d’ajustement (appliqué au
montant de référence exposé précédemment) concernant les IAT et IFTS des SPP à 1,5 à
compter du 1
er
juillet 2008. Par la suite, ce coefficient a été augmenté chaque année,
passant ainsi de 2,3 en 2009, à 4 à compter du 1
er
janvier 2011.
Les IAT et IFTS des SPP demeurent en deçà des plafonds autorisés par le décret du
14 janvier 2002, tout en connaissant une progression notable depuis 2008.
Le système de modulation en vigueur prend en compte les responsabilités confiées, la
nature et la complexité des tâches mais en revanche, il intègre peu la manière de servir.
La chambre invite le SDIS à se conformer à
l’esprit
des décrets n° 2002-60, 2002-61 et
2002-62 du 14 janvier 2002, en intégrant davantage la manière de servir dans la modulation
des indemnités.
23
En vertu du décret n°90-
850 modifié, les SPP, à l’exception de ceux qui occupent des emplois de chef de
groupement, de directeur adjoint ou de directeur, peuvent bénéficier d’une indemnité de spécialité, s’ils sont
titulaires des diplômes et des niveaux d
e formation définis par arrêté du ministre de l’intérieur et s’ils exercent
les spécialités correspondantes. Le nombre de spécialités prises en compte pour le calcul de cette indemnité est
limité à deux par agent.
24
Concernant l’indemnité de responsabilit
é, les taux maxima ont été retenus pour la quasi-totalité des SPP, à
l’exception
:
- des commandants exerçant les fonctions de chef de centre (dont le taux retenu est de 32 %), le taux maximum
autorisé variant de 30 à 35
% pour les chefs de CSP selon l’im
portance du département ;
- des sergents et adjudants exerçant les fonctions de chef de centre (pour lesquels le taux retenu est de 16 % (cf.
délibération n°36/2006 du 19 avril 2006), le taux maximum étant de 18 % ; toutefois, la liste des bénéficiaires
p
ercevant l’indemnité de responsabilité ne comprend aucun sergent ou adjudant occupant un emploi de chef de
centre.
33/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
8.3.2-
Le respect des règles de non cumul
Les règles de non cumul (IAT/IFTS, IFTS/logement par nécessité absolue de service et
indemnité de logements/
bénéfice d’un logement) sont respectées.
8.3.3-
La NBI (nouvelle bonification indiciaire)
Le directeur départemental et le directeur départemental adjoint du SDIS perçoivent
respectivement une NBI de 45 et de 30 points majorés (le département étant classé en 2
ème
catégorie), conformément au décret n° 2001-685 du 30 juillet 2001.
Une très grande majorité d’adjudants
-chefs du SDIS perçoit la NBI (44 sur 50 en
2010).
Pour treize d’entre eux (dont deux sont depuis partis à la retraite), les arrêtés du
président du CASDIS ne mentionnent que le seul grade des intéressés, sans faire état de
leur fonction. Or, dans son rapport thématique de décembre 2011, la Cour des comptes
rappelle que le décret n°91-
711 du 24 juillet 1991, illégal car prévoyant l’attribution de la
bonification indiciaires aux agents ayant le grade d’adjudants
-chefs sans référence aux
fonctions exercées, a été abrogé par le décret n°2006-779 du 3 juillet 2006, qui vise
désormais les «
chefs d’agrès exerçant des fonctions de commandement de véhicules
d’intervention comprenant au moins deux équipes et d’une particulière technicité supposant
une expérience de sept ans au moins ou emploi équivalent supposant la même expérience
et nécessitant l’encadrement de proximité d’au moins cinq sapeurs
-pompiers
».
Le président du CASDIS indique que les intéressés détiennent des emplois (chef
d’agrès deux
équipes) éligibles à la NBI. Il précise également que le SDIS cesse de la verser
aux agents qui ne peuvent plus détenir les emplois requis
, y compris pour raison d’inaptitude
médicale.
En
l’absence de mention systématique de la fonction exercée sur les arrêtés
d’attribution
, la chambre recommande
d’appliquer avec une plus grande rigueur les
conditions d’attribution de la
NBI, ce dont le président du SDIS a pris note.
8.3.4-
La prime de fin d’année
Les personnels transférés de certains corps communaux bénéficient historiquement
d’un treizième mois, en ap
plication des conventions de transferts signées par le SDIS avec
les collectivités concernées. Cette prime était versée, en 2012, à 74 SPP. Cinquante d
’entre
eux
auront quitté le SDIS d’ici
2019.
Une
prime de fin d’année est également attribuée à l’ensemb
le des personnels
titulaires et stagiaires,
ainsi qu’aux agents non titulaires sous contrat de droit public.
Elle
semble trouver son origine dans le dispositif du département : la délibération du CASDIS
n°30-99 du 20 mai 1999 portant régime indemnitaire indique, en effet, que «
seuls les
personnels transférés d’un corps communal bénéficient d’un treizième mois, les autres
personnels bénéficient de l’ancienne prime du conseil général
». Par délibération n° 35-99 du
9 juillet 1999, le CASDIS «
décide de maintenir le bénéfice de la prime annuelle existante
dont le montant est revalorisé chaque année
». Par délibération n° 62-99 du 9 décembre
1999, le CASDIS fixait
le montant de la prime de fin d’année (pour 2000)
à 1 577,39
€ (ou
10 347 F) pour les cadres de catégorie A, 1 392,01
€ (ou 9
131 F) pour les agents de
catégorie B, et à 1 303,90
€ (ou 8
553 F) pour ceux de catégorie C.
34/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Le SDIS présente cette prime comme un avantage collectivement acquis au titre de
l’alinéa 3 de l’article 111 de la loi n°
84-53 du 26 janvier 1984. Les délibérations produites
étant postérieures à la parution de la loi précitée, son attention est appelée sur la fragilité du
dispositif en vigueur.
8.4-
Le contrôle interne des vacations
Pour les vacations rémunérées suite à intervention, les comptes-rendus de sorties de
secours (CRSS) sont validés par les chefs de centre, après saisie dans le SIO, par les chefs
d’agrès
, des données relatives aux interventions. Des contrôles de cohérence sont ensuite
effectués par le SDIS. Avant paiement, des états de vacations, par agent et par centre, sont
édités aux fins de contrôle par le bureau des vacations du groupement des ressources
humaines (RH),
qui s’assure
, en particulier, de la cohérence des dates et durées des
interventions (attention portée principalement sur les durées anormalement importantes). Le
chef de service volontariat ou le chef du groupement RH valide les états (contrôle plus
particulièrement des montants élevés). Le directeur ou le directeur adjoint du SDIS valide les
bordereaux de mandat et opère également des contrôles aléatoires.
Toutefois
aucune directive de contrôle interne n’organise les contrô
les effectués. Le
SDIS n’exploite pas, par ailleurs, les données automatisées du SIO relatives aux
informations,
avant saisie du chef d’agrès, pour vérifier l’exactitude des déclarations relatives
aux interventions (durée d’intervention, effectif concerné
par les interventions), faute de
traçabilité, semble-t-il.
La chambre recommande au SDIS de formaliser le contrôle interne des vacations et
d’examiner dans quelle mesure il pourrait s’appuyer davantage sur les données initiales du
SIO.
8.5-
Les moyens de service
8.5.1-
Les logements de service
Le SDIS
dispose d’un nombre limité de logements de service, que ce soit par nécessité
absolue de service (NAS) ou par utilité de service (US).
Le bureau du CASDIS a arrêté une liste de
SPP bénéficiant d’un logement concédé
par NAS :
le directeur départemental,
le directeur départemental adjoint,
le médecin chef,
les SPP logés en caserne depuis la départementalisation
25
.
Le bureau du CASDIS a décidé, par délibération n° 76-2005 du 30 novembre 2005,
que les chefs de groupement et les chefs de CSP (compte tenu des contraintes importantes
liées à leurs fonctions), peuvent bénéficier d’un logement par US. Seuls trois SPP ont été
, à
titre principal,
bénéficiaires d’un logement par US
, durant la période de 2006 à 2011 (le chef
du groupement centre, le chef du groupement études et prospectives, le chef de centre de
25
Lors de la phase d’intégration au corps départemental, les logements en caserne des CSP de Valence et de
Montélimar ont été transférés au SDIS ; au fur et à mesure des départs des personnels logés, ces logements
ont été transformés notamment en chambre de garde pour les équipes ; en 2012, il ne restait que deux SPP
logés en caserne.
35/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Tain l’Hermitage)
26
. Le nombre des agents logés par US a diminué, passant de sept à deux
en 2011. Le montant total des loyers était de 23 346
€ en 2011 (dont 5
088
€ sont reversés
par les agents au SDIS).
Le régime applicable aux logements qualifiés de logements par US dans la délibération
adoptée en 2005 trouve son origine dans une ancienne décision de la commission
administrative du 30 octobre 1990, qui qualifiait les logements en cause de logements par
NAS. La décision de la commission administrative vise notamment le décret n° 90-850 du
25 septembre 1990
27
. Aux termes de la décision du 30 novembre 1990, pour les logements
qu’il a
attribués par US, le SDIS prenait en charge la dépense correspondant au coût du
loyer
, à hauteur d’un forfait
. Les montants supérieurs à ce forfait étaient remboursés par les
agents au SDIS. Le SDIS ne prenait pas officiellement
en charge d’avantages acces
soires
(tels que fourniture d’eau, d’
électricité, de gaz), comme cela est le cas dans le régime par
NAS, mais ces avantages semblaient, en pratique, faire partie du forfait adopté en 1990.
La délibération du 30 novembre 2005, qui requalifie les logements en logements par
US, semble traduire une volonté de mise en conformité avec la réglementation. Cependant,
le régime
actuellement en vigueur n’est pas conforme
aux dispositions de la loi n° 90-1067
du 28 novembre 1990 modifiée
28
, qui prévoient le versement
d’une redevance
.
En outre, le mécanisme de prise en charge,
par l’agent
, du montant excédant un forfait
supporté par le SDIS s’avère plus avantageux pour les intéressés que la stricte application
du régime par US. Le montant des loyers arrêté en application des dispositions du code du
domaine de l’Etat (article
R100) se réfère à une valeur locative
29
, qui est éventuellement
diminuée d’abattements tenant compte des sujétions liées à l’occupation du logement.
L’article A92 du code du domaine de l’Eta
t mentionne les abattements possibles :
abattement égal à 5
% de la valeur locative, lié à l’obligation de loger dans les
locaux concédés (abattement pouvant être porté jusqu’à
13 % dans certaines
conditions) ;
abattement égal à 15 % de la valeur locative, lié
à la précarité de l’occupation
;
abattement compris entre 0 et 18 % de la valeur locative, en cas de charges
anormales que la concession de logement ferait supporter à son bénéficiaire eu
égard à sa situation personnelle.
Le montant de la redevance ne peut donc être inférieur à 54 % de la valeur locative du
logement, les abattements prévus pa
r le code du domaine de l’Etat
constituant des plafonds
pour les collectivités et établissements publics locaux. En application du principe de parité, la
redevance ne peut être réduite à un montant symbolique (
Conseil d’Etat
n°153679 du
30 octobre 1996, commune de Muret). Une comparaison des loyers nets effectivement à la
charge des intéressés et de
la redevance qu’ils auraient à verser après l’abattement
maximum possible (46 %) montre que les loyers à la charge des intéressés seraient
inférieurs à la redevance (tableau en annexe 3). Du fait du système du forfait pris en charge
par le SDIS, quel
que soit le type de logement, le gain d’opportu
nité pour les agents
26
D’autres
SPP ont pu bénéficier également de cet avantage (pour des durées plus courtes, allant de quelques
mois à 3 ans et demi) ; tel était le cas du chef de centre de Montélimar, de 2006 au 30 septembre 2009.
27
Aux termes
de l’article 5 du décret n°90
-850 du 25 septembre 1990 portant dispositions communes à
l’ensemble des SPP
: «
Les SPP ont droit au logement en caserne dans la limite des locaux disponibles. Les
SPP peuvent également être logés à l’extérieur des casernements par nécessité absolue de service
».
28
La délibération n°76-2005 du 30 novembre 2005 ne fixe aucune modalité de calcul de la redevance (ni de son
montant). Elle ne comporte aucune mention sur la situation géographique ni sur la consistance des locaux. Les
modalités de prise en charge des logements par US ne sont donc pas conformes aux règles de ce type de
logement.
29
La valeur locative est établie par comparaison avec le prix du marché des biens comparables (cf. CE, 11 février
2002, M. Manfroi, requête n° 222 453).
36/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
concernés est d’autant plus important que le loyer de l’agent considéré est réduit. Ainsi, un
agent s’est trouvé exonéré de loyer. Si on déduit
, par ailleurs du montant total du loyer, le
montant de l’indemnité de logement que l’agent percevrait s’il n’était pas logé par US, la
somme en résultant est encore bien supérieure à une redevance calculée sur la
base d’un
abattement de 46
%
sur la valeur locative (et donc au régime en vigueur pour les intéressés).
Le SDIS fait un usage très limité des logements de service. Marginalement, quelques
SPP ont pu bénéficier ou bénéficient encore de logements à des conditions avantageuses
suivant un régime
adopté en 1990, qui ne relève d’aucune des dispositions réglementaires
existantes (utilité de service ou nécessité absolue de service). Le SDIS peut, à présent,
utilement s’appuyer sur le décret du 9 mai 2012 portant réforme du régime des concessions
de logements (ce
texte visant les personnels de l’Etat mais aussi, au titre de la comparabilité,
les personnels territoriaux).
8.5.2-
Les véhicules de service
Par délibération du 11 juillet 2007 (que devait remplacer un projet de délibération vu en
comité directeur du 17 septembre 2012), le bureau du CASDIS a déterminé une liste
d’emplois susceptibles de bénéficier de l’affectation individuelle d’un véhicule de service
:
le directeur départemental et son adjoint ;
les officiers de SPP assurant les fonctions de chef de site, de chef de colonne ou de
chef de compagnie ;
le médecin chef et les médecins de SPP de groupement assurant les fonctions de
directeur des secours médicaux.
Selon la note de service n° 2007/35 du 20 juillet 2007, 37 agents peuvent bénéficier
dans ce cadre d’un véhicule de service, avec autorisation de remisage à domicile.
Bien que prévu
par la délibération précitée, il a été constaté, à l’occasion d’une visite
sur place, qu’aucun carnet de bord n’était utilisé pour l
es véhicules attribués.
Dans la mesure où le SDIS autorise la pratique du remisage à domicile prévue par la
circulaire n° 97-
4 du 5 mai 1997, l’usage du carnet de bord rappelé aussi par ce même texte
,
devrait s’imposer.
8.6-
Les accidents de service
A
titre comparatif, pour 2011, l’indice de fréquence d’accidents (mesuré par le nombre
d’accidents pour 1
000 agents) du SDIS de la Drôme est plutôt inférieur à la moyenne
nationale :
110,8 pour les SPP pour un indice de fréquence national de 113,8 ;
12,4 pour les SPV pour un indice de fréquence national de 13,5.
Le SDIS développe depuis 2009 une politique de prévention qui est évaluée en comité
d’hygiène et de sécurité.
Durant la période de 2009 à 2011, près d’un tiers du nombre d’accidents est li
é à
l’activité physique
et sportive (cf. annexe 3)
. Près de la moitié du nombre de jours d’arrêts de
travail est également liée à l’activité physique et sportive. D’après les statistiques
communiquées par le SDIS, une baisse sensible du nombre d’accidents
de sport (de 47 en
2009 à 30 en 2011) est constatée, avec toutefois un nombre de
jours d’arrêts de travail qui
est en moindre diminution (904 en 2011 après 1008 en 2009), ce qui conduit à penser que la
37/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
gravité des accidents est plus importante.
9-
LA COMMANDE PUBLIQUE
9.1-
La mutualisation
Le SDIS dispose d’une convention de partenariat avec l’UGAP signée le 15 novembre
2010. Aux termes de cette convention, l’UGAP effectue notamment des commandes
relatives aux véhicules roulants, des équipements techniques ou individuels (équipements
de protection individuels, uniformes, les pièces de jonction, tuyaux, accessoires,
hydrauliques), des fournitures de carburant en vrac. En 2011, le montant des achats confiés
à l’UGAP représent
ait
2,1 M€, dont 1,83 M€ d’achats de m
atériels roulants. La part des
achats de matériels roulants achetés par le SDIS
à l’UGAP est de 52
%
(sur un total d’achats
de 3,52 M€)
.
La convention en cours avec le département prévoit des champs de coopération
possible, dont des procédures communes en matière de marchés publics, dès lors que les
périmètres seraient communs. Le SDIS a signé le 9 septembre 2009 (dans le cadre de
l’article 8 du code des marchés publics
) avec le département de la Drôme une convention
constituant un groupement de commandes,
pour l’acquisition de fournitures de bureau, de
papier et de consommables informatiques. La mutualisation des achats avec le département
est encore modeste : le SDIS a effectué en 2011 près de 45
000 € de commandes auprès du
groupement.
Le SDIS n’exclut
pas un rapprochement avec le département, qui dispose de centres
d’exploitation, pour l’entretien de sa flotte de véhicules.
Ce type de partenariat est prévu par
l’article L.
1424-35-1 du CGCT, lequel dispose que «
dans le respect des règles de mise en
concurrence prévues par le code des marchés public, le département peut effectuer, pour le
compte et à la demande (du SDIS), l’entretien de l’ensemble de ses moyens matériels
».
Cette faculté, introduite par la loi n° 2009-1291 du 26 octobre 2009 portant transfert aux
départements des parcs et ateliers de l’équipement, vise à optimiser le fonctionnement de
ces parcs et ateliers au profit du SDIS, qui dispose, comme le département, de nombreux
véhicules utilisés sur l’ensemble du territoire départemental.
9.2-
L’or
ganisation interne
9.2.1-
La définition des besoins
Le SDIS met en œuvre une nomenclature des achats
, dont une première version a été
établie en 2006. Elle a ensuite été modifiée en 2008 puis revue fin 2011.
Chaque service définit, sous l’autorité du chef de
groupement concerné, ses besoins
pour l’exercice suivant, lors de la préparation budgétaire. Le service des marchés globalise
les demandes de l’ensemble des services et détermine
, pour chaque famille, les procédures
de marché à respecter (en identifiant les acquisitions uniques et en regroupant les achats
récurrents).
9.2.2-
Les règles internes de passation des marchés
Le SDIS a approuvé, par délibération du 25 janvier 2012, un guide de la commande
publique regroupant les procédures d’achat définies par notes d
e service internes et par
délibérations du bureau ou du CASDIS (portant notamment sur la classification des achats,
la création d’un fichier unique des marchés, les modalités de publicité et de mise en
38/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
concurrence pour les marchés à procédure adaptée).
La publicité
Pour les achats inférieurs au seuil de dispense de procédure, le guide dispose que le
service acheteur «
doit être à même de pouvoir justifier les motifs de son choix, d’assurer, en
toute transparence, la traçabilité des procédures employées selon la nature et le montant de
la prestation, en produisant les devis sollicités, les référentiels de prix, les catalogues
utilisés
». Il renvoie à une fiche PA0-V1-12, qui prévoit une note de traçabilité des achats.
Ces dispositions traduisent un souci de traçabilité, sous le seuil de dispense de procédure,
conforme à la fiche explicative du décret n°2011-1853.
Par délibération du 20 novembre 2006, le SDIS avait édicté des règles de publicité
pour les marchés à procédure adaptée, avec parution de l’avis d’appel à la concurrence au
BOAMP ou au JAL dès 15 000
: «
Un avis d’appel public à la concurrence doit être publié
au Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics (BOAMP) ou dans un Journal habilité
à recevoir des Annonces Légales (JAL) et, le cas échéant, compte tenu de la nature de
l’achat, dans un journal spécialisé correspondant au secteur économique concerné
; les
candidats invités à soumissionner disposent d’un délai minimum de 21 jours calendaires (à
compter de la date d’envoi de la publicit
é) pour adresser leur offre par écrit ; le pouvoir
adjudicateur doit constituer un dossier de consultation simplifié des entreprises ; un rapport
d’analyse des offres doit être établi par le gestionnaire
». En revanche, les délibérations
suivantes (17 décembre 2008, 25 mars 2009, 16 décembre 2009) ont été moins précises, se
limitant à indiquer que «
les modalités de publicité sont adaptées aux caractéristiques du
marché
».
En l’état, le guide approuvé par délibération du 25 janvier 2012 renvoie à des
fiches de procédures (fiches PA2 V1 2012 et PA3 V1 2012) devant préciser les modalités de
publicité sous le seuil de 90 000
€, qui n’étaient pas finalisées lors de l’instruction.
Les contrats écrits sous le seuil de dispense de procédure
Le SDIS n’impose pas d
e contrat écrit sous le seuil de dispense de procédure. Ce
choix est
conforme à l’article 11 du code des marchés publics
.
Cependant, pour l’achat de
certaines prestations, notamment les prestations intellectuelles,
la rédaction d’un contrat
écrit, même succinct, constitue un instrument de bonne gestion des relations contractuelles.
Le SDIS pourrait donc envisager d’élaborer des documents types comportant les clauses
indispensables constitutives d’un socle commun des relations contractuelles
, de façon à
sécuriser les commandes et contrats conclus sous ce seuil.
Le seuil des marchés formalisés des travaux
Par délibération du 20 décembre 2006, le CASDIS avait retenu un seuil de
210 000
HT au-delà duquel les marchés (aussi bien de fournitures que de travaux)
devaient être passés en procédure formalisée. Par délibération du 25 mars 2009, le seuil des
marchés de travaux passés en procédure formalisée a été relevé pour correspondre à celui
du code des marchés publics, soit 4 845 000
€ HT au momen
t de cette délibération
30
. Si ce
relèvement est régulier, il traduit la possibilité d’une
exigence moindre du SDIS dans ses
procédures.
30
Cette délibération a été adoptée près d’un an après le décret n°2007
-1850 du 26 décembre 2007 qui a fixé (à
partir du 1er janvier 2008) les seuils à partir desquels les marchés doivent être passés selon une procédure
formalisée à 206 000
€ HT pour les fournitures ou les services (concernant les collectivités territoriales) et
à
5 150 000
€ HT pour les travaux.
39/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
Les autres règles internes
L’élaboration d’un rapport d’analyse des offres est prévue pour les marchés d’un
montant supérieur à 20 000
€ HT. Le SDIS s’est doté d’une commission consultative des
marchés donnant un avis lorsque le montant du marché est supérieur à 90 000
€ HT (sous le
seuil des marchés formalisés).
Ces dispositions sont de nature à sécuriser les procédures de passation des marchés.
L’attention du SDIS est toutefois appelée sur le caractère consultatif de la commission
précitée (dont les appellations sont diverses).
Le guide indique que pour les achats d’un montant global supérieur à 90
000
€ HT et
inférieur aux seuils de procédure forma
lisée prévus à l’article 26 du code des marchés
publics, le marché est attribué par la «
commission des marchés
» (en l’espèce la
commission d’appel d’offre
ou «
commission consultative des marchés
»). Cette même
mention figurait précédemment dans la délibération n° 29-2011 du 11 mai 2011 : «
il a été
décidé de confier à la commission d’appel d’offres, conformément à nos procédures internes,
le soin de désigner les attributaires des marchés à procédure adaptée dès le montant de
90 000
€ H
T
». Or, la circulaire du 14 février 2012 relative au guide de bonnes pratiques en
matière de marchés publics rappelle que si la constitution de la commission d’appel d’offres
(CAO) n’est pas obligatoire en procédure adaptée, il peut être o
pportun de consulter la CAO
en deçà du seuil de procédure formalisée («
compte tenu du rôle particulier joué par cette
commission et de l’importance du montant de certains de ces marchés
»). La circulaire
précise toutefois : «
En revanche, si la convocatio
n d’une formation collégiale dotée d’un
pouvoir d’avis est toujours possible, lorsqu’elle n’est pas exigée par les textes, les règles de
compétence, qui sont d’ordre public, interdisent de lui confier des attributions relevant
d’autres autorités. Ainsi, un
e CAO pourra donner un avis mais ne pourra attribuer un
marché, lorsqu’il est passé selon une procédure adaptée. Cette compétence appartient au
pouvoir adjudicateur ou à son représentant
».
La chambre recommande de réviser le guide sur ce point, afin de lever toute ambiguïté
sur le rôle de la commission. Dans sa réponse, le président du CASDIS indique que le guide
sera révisé en ce sens.
9.3-
La mise en œuvre des procédures
9.3.1-
Les marchés divers
La passation d’un
échantillon de marchés divers (matériels informatiques, petits
matériels de lutte contre l’incendie, mise à disposition d’un hélicoptère pour la surveillance
des feux de forêt, véhicules de lutte contre l’incendie) a été examinée
et n’appelle pas de
remarque.
Concernant le marché de location d’un héli
coptère destiné à la surveillance aérienne
des feux de forêt, passé en procédure adaptée, il avait été
constaté qu’aucun document ne
semblait motiver la déclaration de non-
conformité de l’un des deux candidats. Le SDIS a
toutefois justifié ce choix par le
fait que l’offre de la société écartée n’était pas conforme
au
cahier des charges (appareil à deux places proposé alors que le SDIS exigeait un appareil
d’au moins quatre places).
Les seuils de procédures adaptées (tels que définis dans les délibérations du CASDIS)
et de procédure formalisée
(relevant de l’article 26 du code des marchés publics
) ont été
respectés.
40/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
La publicité effectuée apparaît suffisante et les délais de publicité relatifs à la mise en
concurrence (tels que définis dans les délibérations du CASDIS pour les marchés à
procédure adaptée et au code des marchés publics
pour les appels d’offres ouverts), à
l’information des candidats non retenus, à l’attribution des entreprises titulaires des marchés
ont été également respectés. Les lettres informant les candidats non retenus indiquent le(s)
motif(s) du rejet, le nom de l’attributaire et les motifs qui ont conduit au choix de son offre,
ainsi que les voies de recours. Les critères d’attribution n’appellent pas de remarque, les
offres étant examinées selon les critères et leurs pondérations indiquées au règlement de
consultation.
Le choix des titulaires a été motivé dans un rapport d’analyse des offres.
9.3.2-
Les opérations d’infrastructure
Durant la période sous revue, le SDIS a réalisé trois
opérations d’infrastructure
majeures
: les constructions des centres d’incendi
e et de secours de Saint-Marcel-lès
Valence et de Nyons et
la restructuration des locaux de l’état
-major.
La
passation et l’exécution des marchés du centre d’incendie et de secours
de Nyons
ont été examinées. Les opérations de Saint-Marcel-lès-Valence et de restructuration des
locaux de l’état
-
major ont été examinées principalement sous l’angle de leur exécution
par
rapport aux marchés notifiés.
Il n’a pas été relevé d’anomalie significative
pour les marchés conclus pour la
réalisation de ces opérations. Toutefois, l
’attention du SDIS est
appelée sur les conditions de
recours aux marchés complémentaires, bien, q
u’au cas d’espèce, ceux
-ci portent sur des
montants peu élevés.
Ces marchés c
oncernent les lots 9 et 12 de l’opération de restructuration de l’état
-
major.
Pour le marché du lot 9 (plafond suspendu), qui est de 40 000
€ HT, le directeur
départemental a autorisé deux commandes supplémentaires, en septembre 2010 pour
5 787,32
€ HT
, en janvier 2011 pour 6 667,61
€ HT.
La première commande a consisté à
remplacer des faux-plafonds en partie endommagés ; initialement, il était prévu de conserver
une partie des faux-plafonds existants, dans le cadre des trava
ux d’aménagement du
bâtiment du groupement soutien technique (GST) ; toutefois, lors de la réalisation des
réseaux électriques et courants faibles, ces parties ont été déposées, et compte tenu de leur
ancienne
té, ont été partiellement endommagées. Pour la deuxième commande, il s’agissait
de remplacer le faux-plafond existant «
par un faux-plafond ayant des performances
acoustiques accrues
», afin d’améliorer les conditions de travail de personnel du
CTA/CODIS.
Le montant du marché du lot 12 (VRD) est de 58 047,73
€ HT. Le président du SDIS a
validé une commande supplémentaire, le 4 octobre 2011 pour un montant global de
8 570
HT. Cette commande supplémentaire concerne des travaux de voirie : fourniture et
pose de bordure T1 (420
€ HT) et T3 (370
€ HT), travaux sur le parking de l’état
-major
(solution VL) pour 7 780
€ HT.
Le code des marchés publics (à l’article 35
-II-5°) permet la passation de marchés
complémentaires (sans publicité ni mise en concurrence préalables) sous réserve que ceux-
ci portent sur des prestations qui ne figurent pas dans le marché initial mais qui sont
devenues nécessaires à la suite d’une «
circonstance imprévue
». Une fiche de la direction
des affaires juridiques
du ministère de l’éco
nomie et des finances du 14 décembre 2010,
rappelle que «
le marché complémentaire ne doit pas être la réponse à une mauvaise
évaluation préalable des besoins à satisfaire par le pouvoir adjudicateur ; de même, une
41/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
évolution prévisible, ou encore un fait i
mputable à l’administration, ne peut justifier le recours
à cette procédure. Est imprévue, la circonstance qui ne pouvait pas entrer raisonnablement
dans les prévisions des parties, lors de la conclusion initiale du contrat
».
Pour le lot 9, la première commande pourrait remplir le critère de circonstance
imprévue (il était peut-être difficile de prévoir que les faux-plafonds allaient être
endommagés). La deuxième commande paraît moins justifiée, sauf à démontrer que, depuis
la conclusion du marché initia
l, les technologies concernant l’acoustique aient connu des
progrès importants.
Pour le lot 12, les éléments recueillis ne permettent pas de mettre en évidence une
circonstance imprévue.
Dans sa réponse, le président du CASDIS
indique qu’il veillera à mettre en œuvre les
marchés complémentaires dans les seuls cas de circonstance imprévue.
42/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
ANNEXE 1 : complément sur l’organisation territoriale et opérationnelle
Carte
: implantations des centres d’incendie et de secours
43/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
ANNEXE 1bis :
complément sur l’organisation territoriale et opérationnelle
Tableau 15 : centres effectuant moins de cent interventions par an (en 2011)
Catégorie de centre
Centre concernés
Nombre
d'interventions en
2011
CPI
SAINT- NAZAIRE- LE-DESERT
18
CPI
CHANOS-CURSON
38
CPI
SAINT- PANTALEON-LES
VIGNES
38
CPI
ERÖME
39
CPI
CHAROLS
41
CPI
PONT- DE-BARRET
47
CPI
SAINT- MAURICE- SUR-
EYGUES
50
CPI
SAOU
63
CPI
CHAMARET
64
CPI
ROCHEGUDE
68
CPI
REMUZAT
74
CPI
LES-GRANGES-GONTARDES
81
CPI
MONTVENDRE
82
CPI
BEAUMONT MONTEUX
83
CPI
LUS- LA-CROIX-HAUTE
84
CPI
SAINTE-JALLE
84
CPI
LA GARDE-ADHEMAR
85
CPI
CLERIEUX
90
CPI
LE GRAND-SERRE
90
CPI
LA MOTTE-CHALANCON
100
Source : SDIS de la Drôme
44/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
ANNEXE 2 : complément sur la situation financière
Tableau 16 : financement des investissements
(en milliers d'euros)
2006
2007
2008
2009
2010
2011
BP 2012
CAF Nette
3 295
3 461
3 907
3 567
3 863
4 548
3 243
Ressources propres externes (10221, 10222)
797
1 003
1 409
2 714
1 567
1 160
1 250
Subventions d'équipement reçues
1 736
1 420
1 332
1 440
1 021
780
750
Autre recettes d'investissements (Ct 21, 23)
37
43
17
0
Produit de
cessions (775)
12
-
-
63
87
176
0
Dépenses directes d'équipement
9 103
7 026
10 614
10 157
7 495
8 690
5 555
Subventions d'équipement versées (204)
8
Dépenses totales d'équipement
9 103
7 026
10 622
10 157
7 495
8 690
5 555
Financement disponible
14 943
12 910
17 270
17 978
14 076
15 371
10 798
Besoin de financement
-
3 263
-
1 142
-
3 966
-
2 373
-
957
-
2 026
-
312
Emprunts de l'exercice
4 000
1 000
3 000
3 500
2 000
1 500
-
CAF nette / dépenses totales d'équipement
36,2%
49,3%
36,8%
35,1%
51,5%
52,3%
58,4%
Source : à partir des comptes administratifs
Tableau 17 : profil de la dette financière
n° de contrat
Compte
d’imputation
Date de
signature
Banque
Type contrat
Taux souscrit
Durée
souscrite
Montant
Capital
restant dû
Présence de
formules
structurées
1641
24/06/1998
Dexia CLF
Classique
Tag 3M+0,25
20,5 ans
1 098
522
Non
16441
16/11/2006
SG
CLTR avec
option de tirage à
taux fixes et
structurés
Variable
23 ans
4 000
3776
Options de
tirage
structurées
1641
10/12/2003
CE
Convention de
crédit long terme
multi index
Taux fixe 2,67%
(tirage n°1)
1 000
600
Options de
tirage
structurées
Taux fixe à
barrière 5,5% sur
Euribor 12 M
(tirage n°2)
1 000
600
1641
06/12/2007
Dexia CLF
Classique
Taux fixe à 4,6%
1 000
800
Non
A191017Q000
1641
30/07/2010
CE
Classique. Refin.
Euribor 1M+0,58
15 ans
3 000 ?
2 399
Non
1641
02/12/2009
SG
Contrat de prêt à
taux indexé
évolutions à taux
fixe et structurés
Taux fixe à 3,05%
(tirage n°1)
15 ans
1 500
1 300
Options de
tirages
structurées en
phase de
consolidation
1641
02/12/2009
SG
Taux fixe à 3,75%
(tirage n°2)
15 ans
2 000
1 733
A19101AD000
11/10/2010
CE
Convention de
prêt consolidable
avec période de
mobilisation non
reconstituable
Taux fixe 2,67%
15 ans
2 000
1 866
Non
16641
16/12/2011
CA
Convention de
crédit long terme
multi index
Euribor 3M+0,95
15 ans
1 500
1 500
Options de
tirages avec
formules
structurées
Source : à partir des comptes administratifs
45/45
Rapport d’observations définitives –
Service départemental
d’incendie et de secours de la Drôme (SDIS 26)
ANNEXE 3 : complément sur les ressources humaines
Tableau 18 :
éléments de comparaison entre le régime en vigueur au SDIS et l’hypothèse la
plus favorable du régime par US (abattement de 46 %).
Agent concerné
M.W (du 1er janvier au
31 décembre 2011)
M. X
(du 1er janvier
au 31 décembre 2011)
M.Y (du 1er janvier au
30 avril 2011)
M. Z
(du 1er janvier au
30 septembre 2009)
Montant du loyer annuel (en €) (1 )
10 887,98
9 494,74
2 963,48
5 193
Montant du loyer annuel
(en €) dépassant le
forfait versé par l’agent, à charge de l’intéressé
(2)
3 062,98
1 669,74
355,15
Pas de dépassement
Redevance (en €)
annuelle après abattement de
46% sur la valeur locative (3)
5.879,51
5127,16
1 600,28
2 804,22
Montant annuel
de l’indemnité de logement si
l’agent n’était pas logé par US en 2010 ou 2011
(4)
3 264
3 264
1 031,64
Ecart entre le montant du loyer (1) et l’indemnité
de logement (4)
7 624
6 231
1 931,84
Source : Réponse questionnaire
CRC, bulletins de paye de 2010 (pour le calcul de l’indemnité de logement si l’agent ne bénéficiait pas d’un logement de
fonction)
Tableau 19 :
évolution de l’accidentologie
SDIS Drôme
2009
2009
2010
2010
2011
2011
Accidents de
service
Nb
accidents
de
service
EEn %
Nb de
jours
d’arrêt de
travail
En %
Nb
accidents
de service
En %
Nb de
jours
d’arrêt
de travail
En %
Nb accidents
de service
En %
Nb de jours
d’arrêt de
travail
En %
Activité
physique
47
32
1 008
49,5
43
37
978
43
30
28
904
42
Intervention
46
31
370
18
27
23
138
6
35
33
444
21
Transport
11
7,5
78
4%
3
2,5
170
7
5
5
5
0,2
Formation,
manœuvre
27
18
348
17
24
20,5
620
27
14
13
535
25
Bureau,
casernement
16
11
30
11
20
17
383
17
22
21
253
11,8
Total
147
99,5
2 034
99,5
117
100
2 289
100
106
100
2 141
100
Source : à partir des comptes administratifs et éléments de réponse aux questionnaires