Sort by *

Actualités

Actualités

L’enseignement en arts plastiques sous le regard de la Cour des comptes et de la CRC Pays de la Loire

CRC PAYS DE LA LOIRE

A la demande de la commission des finances du Sénat, la Cour des comptes, s’appuyant sur les travaux de certaines chambres régionales, a enquêté sur l'enseignement supérieur en arts plastiques et plus particulièrement le positionnement des écoles d'art par rapport aux autres filières de formation dans ce domaine. Son rapport vient d’être publié.

Si les 10 écoles nationales supérieures d'art et les 34 écoles territoriales – dont 2 deux en Pays de la Loire -  gardent une place centrale en France, elles sont de plus en plus concurrencées par les universités, les établissements privés ou même les formations à l'étranger, et leur modèle économique est de plus en plus difficile à soutenir. Ces écoles font face à de lourds défis, notamment l'ouverture à une plus grande diversité de profils, l'attractivité internationale et l'insertion professionnelle de leurs élèves, très en-deçà des établissements privés.

Il apparaît urgent pour les écoles d'art françaises, à la réputation d'excellence et à l'histoire prestigieuse, de construire une stratégie nationale dans une démarche partagée avec l'ensemble des acteurs. La Cour formule à cet effet 10 recommandations visant à refonder le modèle de l'enseignement en arts plastiques.

La contribution de la chambre régionale des comptes des Pays-de-la-Loire repose sur le contrôle de l’Ecole des Beaux-Arts Nantes-Saint-Nazaire (EBANSN) et de l’Ecole supérieure d’Art et de design Tours-Angers-Le Mans (ESAD-TALM). Ces travaux mettent notamment en évidence des modèles financiers différents avec un soutien des financeurs publics plus important pour l’école de Nantes-Saint-Nazaire alors que les coûts de scolarité pour les élèves y sont plus élevés. Cette importance relative du financement public de l’EBANSN résulte en particulier du coût élevé du déménagement récent de l’école. L’insertion de ces écoles territoriales dans une dynamique partenarial locale, nationale et internationale participe de la performance des enseignements dispensés, dans un contexte toutefois marqué par une pression concurrentielle croissante, par exemple dans le domaine du design pour l’ESAD-TALM. Par ailleurs, des difficultés communes aux deux écoles ont pu être observées, résultant notamment du statut des enseignants.