Sort by

NANTEUIL de la NORVILLE Marie Georges Emile POISALOLLE de

Né le 14 novembre 1826 à Paris (3ème ancien), décédé le 23/1/1893 à Versailles (Yvelines)

Fils d’Edme Jean Baptiste Amand Denis, baron Poisallole de Nanteuil de la Norville (1/11/1792-2/7/1842), administrateur général des messageries, et de Caroline Françoise Barillon (Port-Louis, Ile Maurice, 10 messidor an X, 30/9/1801-29/6/1870 Versailles), mariés avant 1826.

Petit-fils de Denys Germain Poisallolle de Nanteuil de la Norville (Paris 19/5/1754-2/5/1834 Paris 2ème ancien), maire de Rosny (Yvelines), administrateur des messageries royales, chevalier de la Légion d’honneur en janvier 1815, créé baron par lettres patentes du 24 mai 1821, et d’Emilie Henriette Barbereux (Paris 4/7/1768-5/12/1820 Paris 3ème ancien), mariés en 1791. Petite-fille de Claude Georges Barillon (Nyons, Drôme ? -ap. 1827 Paris ?), négociant et banquier, cofondateur en 1818 avec Benjamin Delessert et autres de la Caisse d’épargne et de prévoyance, et de Françoise Jeanne Quétel, mariés le 10 nivôse an IX, 31 décembre 1800 à Flacq (Ile Maurice).

Arrière-petit-fils de Germain Edme Poisallole de Nanteuil (Paris 15/10/1710 -28/3/1791 Paris), intéressé dans les affaires du roi, fermier des messageries de Toulouse, et de Victoire Thérèse Doniol (? -2/1/1787 Paris, paroisse Saint-Séverin), mariés vers 1745. Arrière-petit-fils de Claude Henri Barbereux (1741 ? -8/12/1829 Paris 6ème ancien), intéressé dans les messageries de Champagne, fermier des messageries, coches et carosses, et de Louise Catherine Darlu (Paris 12/4/1745-12/2/1816 Paris 6ème ancien), mariés le 9 juin 1766 à Paris. Arrière-petit-fils de François Barillon et de Claudine Gausse. Arrière-petit-fils de Jean Louis Quétel (Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, 1740 ? -ap. 1800 ?), employé dans les magasins du roi, maire de Flacq, et de Françoise Anne Bauzec (?), mariés le 8 novembre 1768 ou 69 à Port-Louis.

Frère de Marie François Edmond (Paris 14/8/1823-ap. 1894), propriétaire, marié le 30 septembre 1858 à Paris à Marie Labretoigne de Lavalette (Paris 14/1/1835- ?), d’Armand (1824 ?- 1881 ?), et de Marie Geneviève Caroline (Paris 26/3/1831-28/6/1894 Saint-Germain-en-Laye, Yvelines), mariée le 4 mai 1857 à Paris à Henry Georges Achille Charles de Vanssay (Rouen 1823-1894 Versailles), propriétaire, fils de Charles Achille, baron de Vanssay (1779-1875), préfet, conseiller d’Etat, commandeur de la Légion d’honneur en 1825.

Neveu de Bonne Emilie Poisallolle de Nanteuil (1795-30/3/1869 Paris), arrière-grand-mère d’Emmanuel Chalandon (1907-1952), conseiller référendaire (voir notice).

Epouse Claire Julie Pascalis (Paris 27/10/1834-18/6/1897 Paris 7ème), écrivain pour les enfants, fille de Jacques Joseph Pascalis (Barcelonnette, Alpes de Haute-Provence 30/11/1793-23/3/1872 Bougival, Yvelines), député orléaniste du Var de 1837 à 1848, avocat général puis conseiller à la Cour de cassation, commandeur de la Légion d’honneur en 1863, et de Caroline Eléonore de Laporte (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, 6 floréal an IX, 21/4/1801-30/12/1871 Bougival), mariés avant 1834.

Petite-fille de Joseph Pascalis (Barcelonnette 24/7/1739-16 thermidor an XIII, 4/8/1805, Barcelonnette), avocat, juge au tribunal de Barcelonnette, et d’Anne Spitalier (1761 ? -18/3/1821 Barcelonnette), mariés avant 1793. Petite-fille de François Delaporte-Descoupres (Felletin, Creuse, 1745 ? -9/2/1817 Aix-en-Provence), négociant, et de Madeleine Eléonore Delaporte (? -ap. 1817 ?), mariés avant 1801.

Arrière-petite-fille de Mathieu Pascalis (? -av. 1776 Barcelonnette), docteur médecin, et de Magdeleine Couttolenc (Barcelonnette ? -ap. 1776), mariés avant 1741 à Barcelonnette. Arrière-petite-fille de François Delaporte des Farges, bourgeois de Felletin, et de Magdelaine Colson, mariés avant 1745.

Beau-frère d’Henri Charles Pascalis, conseiller d’Etat, officier de la Légion d’honneur en 1867, et de Marie Eléonore Julie Pascalis (Aix-en-Provence 1823-1910 Paris) mariée en 1841 à Paris à Hyppolite Fortoul (Digne, Alpes-de-Haute-Provence 1811-1856 Ems, Allemagne), professeur, ministre de l’instruction publique de Napoléon III, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Grand Officier de la Légion d’honneur en 1855.

Père d’Henry Joseph Marie Jules Poisalolle de Nanteuil de la Norville (Cherbourg, Manche, 12/5/1876-26/6/1941 Pont-Sainte-Maxence, Oise, acte transcrit le 1/7/ à Paris 7ème), polytechnicien (1894), ingénieur des mines, président de sociétés sidérurgiques, membre du Comité des forges, croix de guerre, officier de la Légion d’honneur, marié le 2 juin 1900 à Paris (7ème) à Julie Marie Louise Dard (Paris 9/11/1879-31/12/1951 Gennevilliers, Seine-Saint-Denis, acte transcrit le 16/1/1952 à Paris 7ème), infirmière de la Croix-Rouge, présidente des œuvres des Grésillons, chevalier de la Légion d’honneur.

*

Licencié en droit.

Chef du cabinet et du secrétariat du ministre de l’instruction publique Hyppolite Fortoul, puis chef de division.

Conseiller référendaire de 2ème classe en juin 1853. Membre du comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, section archéologie, le 17 juin 1853, membre honoraire du comité des travaux historiques et des sociétés savantes en 1858. Démissionne en 1861. Receveur particulier des finances.

Pas d’éloge.

Domiciles : 110, puis 123, rue de Grenelle-Saint-Germain (7ème), 6, avenue Matignon (8ème), 82, rue de Varenne (7ème).