Sort by *
RAPPORT D’OBSERVAT
IONS DEFINITIVES
LA CAISSE DE COMPENSATION DES
PRESTATIONS FAMILIALES, DES ACCIDENTS DU
TRAVAIL ET DE LA PRÉVOYANCE DES
TRAVAILLEURS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE
(CAFAT)
Exercices 2020 et suivants
Observations délibérées par la chambre le 30 juin 2022
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020
et suivants. Rapport d’observations définitives
1/1
TABLE DES MATIÈRES
SYNTHESE
...............................................................................................................................
3
RECOMMANDATIONS
.........................................................................................................
7
PROCEDURE
...........................................................................................................................
8
OBSERVATIONS
....................................................................................................................
9
1
LES COMPETENCES ET LA GOUVERNANCE
........................................................
9
Des compétences qui se sont progressivement élargies
....................................................
9
Les gestions en responsabilité
........................................................................................
9
Les gestions pour le compte de tiers
.............................................................................
11
Les opérations de recouvrement réalisées pour le compte de tiers
..............................
12
La gouvernance
...............................................................................................................
12
Une gouvernance fondée sur le paritarisme
.................................................................
12
Les responsabilités partagées entre la CAFAT et la Nouvelle-Calédonie
...................
14
2
LA FIABILITE COMPTABLE ET LA SITUATION FINANCIERE
......................
17
La fiabilité comptable
.....................................................................................................
17
Les normes comptables applicables
.............................................................................
17
Des comptes certifiés sans réserve jusqu’en 2019
.......................................................
17
Un changement de méthode comptable affectant les produits à recevoir
....................
18
Les provisions pour risques et charges des régimes à fiabiliser
...................................
18
Un résultat systématiquement déficitaire
........................................................................
19
Les cotisations sociales
.................................................................................................
20
Les autres produits
........................................................................................................
23
La répartition des produits par régimes
........................................................................
25
Les charges
.....................................................................................................................
26
Les incidences de la lutte contre la pandémie de Covid-19
............................................
27
Les pertes de produits de cotisations
............................................................................
28
Les allocations et dépenses supplémentaires
................................................................
30
Les économies générées dans le cadre de la crise sanitaire
..........................................
32
Impact financier de la crise sanitaire sur les régimes de sécurité sociale
.....................
32
Le bilan fonctionnel
........................................................................................................
34
Des réserves dont la disponibilité fait défaut
...............................................................
34
La diminution de la trésorerie
.......................................................................................
35
3
LE REGIME UNIFIE D’A
SSURANCE MALADIE-MATERNITE
.........................
39
Un
déséquilibre durable
.................................................................................................
39
Un régime en déficit permanent
...................................................................................
39
Une progression des produits tirée par les dotations de la Nouvelle-Calédonie
..........
40
Des dépenses en baisse depuis la crise sanitaire
..........................................................
42
Les facteurs
d’augmentation des dépenses
...................................................................
44
La dette du régime
........................................................................................................
51
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
2/102
Garantir la pérennité du régime
......................................................................................
52
Un bilan décevant des plans de redressements antérieurs
............................................
53
Les réalisations à accomplir
.........................................................................................
55
La trajectoire pluriannuelle de retour à l’équilibre
.......................................................
58
4
L’ASSURANCE VIEILLES
SE
......................................................................................
61
Les conditions d’ouverture des d
roits
.............................................................................
61
Des modalités d’accès peu restrictives
.........................................................................
61
Un système de retraite par points
.................................................................................
62
Un plafond de cotisation peu élevé
..............................................................................
63
Des difficultés financières grandissantes
........................................................................
64
Un déficit qui s’aggrave depuis 2018
...........................................................................
64
Des perspectives de dégradation qui appellent des mesures de redressement
.............
65
Les conditions de la pérennité du régime
.....................................................................
67
5
LES AUTRES REGIMES
..............................................................................................
70
Les accidents du travail et maladies professionnelles
.....................................................
70
Un déséquilibre permanent, des réserves qui se réduisent
...........................................
70
Les voies du retour à l’équilibre
...................................................................................
72
L’assurance chômage
......................................................................................................
73
Les conditions d’ouverture des droits
...........................................................................
73
Un déséquilibre financier permanent
............................................................................
74
Les réformes à conduire pour équilibrer le régime
......................................................
75
Les prestations familiales
................................................................................................
76
6
UN FONCTIONNEMENT COURANT MAITRISE, UNE GESTION QUI PEUT
ENCORE PROGRESSER
..............................................................................................
79
Des charges de fonctionnement maîtrisées
.....................................................................
79
Les systèmes d’information
............................................................................................
82
Les conditions opérationnelles
.....................................................................................
82
Des réalisations liées aux évolutions règlementaires
...................................................
82
Les limites des systèmes d’information, en particulier pour le recouvrement
.............
83
Le recouvrement des prélèvements sociaux
...................................................................
84
Une proactivité insuffisante pour le recouvrement immédiat
......................................
85
Des progrès à renforcer en matière de recouvrement forcé
..........................................
87
Une couverture insatisfaisante des actions de contrôle
...................................................
88
Le contrôle médical
........................................................................................................
90
Des réalisations à documenter et à formaliser davantage
.............................................
90
Permettre la mise en œuvre de sa
nctions financières
...................................................
93
ANNEXES
...............................................................................................................................
95
REPONSE
.............................................................................................................................
108
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
3/102
SYNTHESE
La chambre territoriale des comptes de la Nouvelle-Calédonie a inscrit le contrôle des comptes et
de la gestion de la caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et
de la prévoyance des travailleurs de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT) à son programme 2021 à
compter d
e l’exercice 2020.
Une caisse de sécurité sociale aux compétences larges
Les compétences de la CAFAT ont été progressivement élargies depuis sa création en 1958. Elle
gère l’ensemble de la
sécurité sociale obligatoire de base des salariés et une partie de celle des
fonctionnaires et des travailleurs indépendants et elle procède à des opérations pour le compte de
tiers. La CAFAT ne détermine pas ses ressources et ne fixe que partiellement ses dépenses. La
responsabilité de l’équilibre financier des régimes
de sécurité sociale relevant des missions propres
de la CAFAT est partagée avec la Nouvelle-Calédonie.
Dans le cadre de la tutelle qu’elle exerce
sur la CAFAT, la Nouvelle-
Calédonie doit conclure une convention d’objectifs et de gestion avec la
caisse. Après une première convention adoptée pour la période 2008-2011, aucune autre
n’a
ensuite été conclue pour les années suivantes. Dans ce contexte,
Le gouvernement s’est fixé
comme objectif d’adopter une convention d’objectifs et de gestion pour la période 202
3-
2026 d’ici
à la fin de l’année 2022.
Une structure de financement déficitaire qui nécessite un accompagnement constant de la
Nouvelle-Calédonie
Conformément à la règlementation applicable à la CAFAT, les résultats des régimes ne sont pas
fongibles et doivent être analysés de manière distincte. Cependant, globalement, entre 2015
et
2020, la CAFAT a enregistré un déficit systématique. Celui de 2021 s’élève à 4,85 MdF CFP.
Depuis 2015 en moyenne 80 % des charges sont consacrées aux dépenses de prestations des
régimes de sécurité
sociale, dont plus de la moitié sont imputables au régime d’assurance maladie
-
maternité et plus du quart au régime d’assurance vieillesse.
Les produits perçus par la CAFAT sont, depuis 2015, constitués à plus de 70 % par des cotisations
sociales salariales et patronales, auxquels s’ajoutent le financement compensatoire des mesures
d’allègement et d’exonérations de cotisations sociales, pour lequel la CAFAT d
étient une créance
de près de 11 MdF CFP sur la Nouvelle-Calédonie. Les produits de la caisse sont complétés par
des dotations de la Nouvelle-
Calédonie dont l’essentiel résulte de la volonté de réduire le déficit du
régime d’assurance maladie qui a ainsi perçu une contribution de 1
1,66 MdF CFP en 2021 à
laquelle s’ajoute une contribution de l’agence sanitaire et sociale de 0,78 MdF CFP
.
Un partenariat efficace avec le gouvernement pendant la crise sanitaire
Globalement, le manque à gagner qui résulte du ralentissement économique lié à la crise sanitaire,
en termes de produits de cotisations sociales, et qui résulte des reports et exonérations de
cotisations sociales et des allègements de charges liés au dispositif de chômage partiel
s’établit à
4,25 MdF CFP pour 2020 et 2021 pour les régimes de protection sociale.
Les actions destinées à réduire la diffusion du virus telles que la limitation des liaisons aériennes
ou la quarantaine pour les voyageurs à l’arrivée sur le territoire, ont eu des incidences sur les
dépenses du régime d’assurance maladie. De plus, un dispositif de majoration
des allocations
familiales a été mis en place pour compenser la perte de salaire des parents d’un enfant de moins
de 16 ans faisant l’objet d’une mesure de maintien à domicile. Les charges supplémentaires pour
les régimes de protection sociales qui résulte
nt de l’application de l’ensemble des mesures prises
par la Nouvelle-Calédonie, nettes des économies réalisées du fait de la limitation des évacuations
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
4/102
et des soins hors du territoire, représentent une économie de 0,54 MdF CFP au titre des
années 2020 et 2021.
Tenant compte des dépenses financées par ailleurs par le régime d’assurance maladie et le régime
des prestations familiales, la crise sanitaire a eu un impact cumulé de 3,70 MdF CFP sur les
régimes de protection sociale en 2020 et 2021.
Des indicateurs financiers qui se détériorent sur la durée, des régimes en crise
Dans le contexte d’une économie dont la croissance s’est tassée
(-
2,5 % d’évolution en volume
du PIB entre 2015 et 2020)
, l’emploi salarié
a reculé (- 2,1 %) et dont la population vieillit (croissance
démographique de + 0,2 % par an et augmentation de la part des plus de 60 ans de deux points
entre 2014 et 2019),
la situation financière de la CAFAT s’est dégradée depuis 2015.
Sous l’effet des déficits annuels de la plupart des régimes, le
montant total des réserves des
régimes a diminué depuis 2015 pour atteindre 698 MF CFP fin 2021 soit moins de deux jours de
prestations.
Fin 2021,
les
réserves
du
régime
de
retraite
s’établissent
à 32 MdF CFP (- 17,4 MdF CFP par rapport à 2015) alors que l
e régime d’assurance maladie
présente des réserves négatives de 37,4 MdF CFP. Depuis le passage à la comptabilité en droits
constatés en
2010, la règlementation applicable aux réserves mérite d’être révisée
et la chambre
invite la CAFAT à proposer une réforme en ce sens à la Nouvelle-Calédonie.
De surcroît,
l’endettement de la CAFAT a progressé
de 55,5 MdF CFP en 2015 à 80,4 MdF CFP
en 2021. Les retards de paiement du régime d’assurance maladie s’élèvent
à plus
de 36,4 MdF CFP en 2021 et concernent essentiellement les établissements publics de santé et
les provinces.
Un régime d'assurance maladie-maternité pour lequel la caisse propose un plan de
redressement pertinent mais à compléter
Le vieillissement de la population calédonienne, l’évolution de l’offre d
e soins et le niveau élevé de
la prise en charge publique des dépenses de santé favorisent la dynamique des dépenses de
prestation du régime d’assurance maladie dont la progression
est de plus de 11 %,
soit 7,1 MdF CFP entre 2015 et 2021. Ces dépenses (71 MdF CFP en 2021) sont constituées
à 37,5 % (26,6
MdF CFP) de dépenses d’hospitalisation publique, 33
,4 % (23,7 MdF CFP) des
dépenses de ville (pharmacies et professionnels de santé libéraux), et à 12,8 % (9,1 MdF CFP) de
dépenses pour l’hospitalisation pri
vée.
Le régime
d’assurance maladie
-maternité a cumulé les résultats négatifs depuis 2015 et le montant
du déficit de l’année 2020 s’élevait à 9 MdF CFP
mais a été réduit à 0,31 MdF CFP en 2021. Les
charges, composées à plus de 80 % des prestations,
s’étab
lissent à 87,79 MdF CFP, en hausse
de 14 % depuis 2015, tandis que les produits, qui
s’élèvent
à 87,48 MdF CFP, progressent de 24 %.
Ce résultat masque cependant un montant élevé de dotations de la Nouvelle-Calédonie et de
l’agence sanitaire et sociale
sys
tématiquement versées depuis 2015. En l’absence de ces
versements, le déficit structurel du régime est estimé chaque année à 14 MdF CFP depuis 2019.
Depuis le mois d’avril
2022, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a mis en place un comité
stratégique des comptes sociaux destiné à suivre la situation des régimes de sécurité sociale. Il a,
de plus, adopté un nouveau plan de redressement du régime d’assurance maladie, dont l’objectif
est d’apurer de manière échelonnée les retards de paiements et à éviter
les ruptures de trésorerie.
La loi du pays n°2022-2 du 21 janvier 2022 a supprimé le plafond de la seconde tranche de
cotisation mais le régime reste favorable aux rémunérations les plus élevées pour lesquelles le
taux reste inférieur à celui appliqué sur la première tranche de revenu ainsi
qu’
au taux de cotisation
fixé en métropole.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
5/102
De plus, le congrès a voté en juin 2022 une hausse du taux de base de la contribution calédonienne
de solidarité à 4 %. Ces mesures restent insuffisantes pour ramener le régim
e à l’équilibre.
La
chambre recommande de porter la hausse du taux de base de la contribution calédonienne de
solidarité à 5 % au lieu de 4 % et de prévoir
l’affectation de ressources fiscales supplémentaires
afin de réduire à moins de 6 MdF CFP la contribution que devrait verser la Nouvelle-Calédonie pour
équilibrer ce régime et permettre la suppression de cette contribution dès 2023.
La CAFAT doit également engager une réduction de ses charges de fonctionnement à hauteur
de 200 MF CFP en 2023 et améliorer les actions du contrôle médical, en matière de contrôle des
prescriptions médicales en ville et dans les établissements de santé, afin de réaliser un montant
de 500 MF CFP d’économies sur les dépenses de santé en
2022 et 800 MF CFP en 2023.
Des autres régimes de sécurité sociale pour lesquels la caisse a proposé des mesures de
rééquilibrages
Le régime vieillesse présente un déséquilibre financier croissant depuis 2018, qui conduit à un
déficit de 5,1 MdF CFP en 2021 (- 4,2 MdF CFP en 2020). Les déficits cumulés entament les
réserves du régime dont le montant a diminué de 49,45 MdF CFP en 2015 à 32 MdF CFP en 2021.
En 2021, le taux de cotisation au régime vieillesse est fixé à 14 % dans la limite d’un plafond
mensuel de 363 700 F CFP. Par comparaison, le ta
ux de cotisation métropolitain s’élève à 15,45
%
jusqu’à un plafond de 408
095 F CFP mensuels, et à 1,94 % pour les revenus supérieurs à ce
plafond. La CAFAT a documenté plusieurs hypothèses de redressement dont les facteurs portent
sur l
e recul de l’
âge de départ et les modalités de cotisation et de liquidation des pensions et a
adressé un projet de réforme au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, pour assurer la pérennité
du régime jusqu’en 2031.
Cette réforme, reculant le départ à la retraite à 62 ans et augmentant le
plafond de cotisation, a été adoptée par le congrès le 24 février 2022. A
fin de reculer l’horizon de
viabilité du régime jusqu’en
2034, les partenaires sociaux proposent en juin 2022 de compléter la
réforme par une hausse du plafond de coti
sation au régime vieillesse jusqu’au niveau du plafond
de cotisation du régime d’assurance maladie
, mais toujours à un niveau inférieur et avec des taux
de cotisation plus faibles qu’en métropole.
La pérennité du régime des prestations familiales apparaît
en l’état garantie, son résultat étant
excédentaire depuis 2018.
Le régime
des accidents du travail et des maladies professionnelles et le régime d’assurance
chômage sont en déséquilibre depuis 2016. La CAFAT doit proposer au gouvernement de la
Nouvelle-Calédonie des projets de textes destinés à modifier les taux de cotisation des employeurs
au régime des accidents du travail et des maladies professionnelles pour tenir compte de la
sinistralité effective des entreprises
afin d’équilibrer les produits et les
charges. Conformément aux
propositions émises par la caisse, une réforme des taux de cotisations à l’assurance chômage a
été adoptée par le congrès le 24 février 2022. La CAFAT doit désormais étudier les conditions
d’ouverture des droits et d’indemnisatio
n du chômage afin de permettre de couvrir une proportion
plus importante de la population privée d’emploi dans le respect de l’équilibre financier du régime
.
Une gestion maîtrisée mais qui présente encore des marges de progression
Depuis 2015, les charges de gestion courante de la CAFAT ont progressé de moins de 2 % pour
s’établir à près de 7 MdF CFP en 2020 et 2021. Le fonctionnement courant de la caisse représente
en moyenne moins de 5 % du total des charges chaque année depuis 2015.
Le recouvrement des cotisations sociales, première source de produits de la caisse,
(106,5 MdF CFP en 2021, soit 70 % des produits de la caisse), notamment sur le secteur
économique privé, constitue un point
d’amélioration potentielle
, pour des raisons qui tiennent à son
environnement socio-économique, mais aussi à des faiblesses internes. Une part croissante des
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
6/102
produits de cotisations de la CAFAT ne se traduit pas par un encaissement effectif. Le
recouvrement amiable est insuffisamment développé, même si des améliorations sont notables
depuis 2020.
L’amélioration du recouvrement des cotisations sociales appelle la mise en œuvre
d’une relance rapide de l’ensemble des cotisants qui ne respectent pas l’échéance, une
accélération de l’enchaînement des différentes phases du recouv
rement amiable et forcé et une
hausse du taux de contrôle du fichier des cotisants dans le cadre d’orientations annuelles
précisément définies et chiffrées.
L
a CAFAT doit poursuivre la mise à niveau de son système d’information et de ses procédures
internes.
En parallèle de la conclusion d’une convention d’objectifs et de gestion avec la Nouvelle
-
Calédonie, elle
devra adopter un schéma directeur de ses systèmes d’information.
Enfin, le contrôle opéré par la caisse sur les prescriptions des médecins et des professionnels de
santé doit être renforcé
à l’aide d’un
programme annuel de travail à adopter pour 2023. Celui-ci doit
comporter des objectifs chiffrés, des indicateurs de suivi, ainsi que des engagements relatifs à la
maîtrise des dépenses consécutives aux prescriptions réalisées en ville et dans les établissements
de santé. Le renforcement des prises en charge hospitalières en ambulatoire doit, de surcroît,
constituer un axe de ce programme.
L’efficacité du contrôle médical d
oit également être renforcée
par l’attribution à la CAFAT de pouvoirs de sanction
s financières
à l’encontre de médecins dont le
profil de prescription présente un caractère nettement atypique, comparativement à la pratique de
leurs confrères.
En ce sens, le gouvernement prévoit d’adap
ter rapidement la règlementation
applicable au contrôle médical pour
permettre à la CAFAT d’adresser des sanctions administratives
et pécuniaires aux professionnels de santé dont les prescriptions présentent des atypies.
L’ensemble de ces observations a co
nduit la chambre à émettre neuf recommandations visant à
l’amélioration de la performance de la CAFAT.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
7/102
RECOMMANDATIONS
Recommandation performance 1 :
Solliciter à nouveau en 2022 la Nouvelle-Calédonie pour
la conclusion d’une convention d’objectifs et de gestion.
...............
16
Recommandation performance 2 :
Adresser en 2023 à la Nouvelle-Calédonie une proposition
d’évolution de la règ
lementation applicable aux réserves de la caisse.
35
Recommandation performance 3 :
Dans le cadre du plan de redressement du régime
d’assurance maladie
-maternité, engager dès 2022, des mesures
d’économies sur les charges de gestion du régime à hauteur de
100 MF CFP en 2022 et 200 MF CFP en 2023 et renforcer, par
ailleurs, les actions du contrôle médical afin de réaliser des économies
sur les dépenses de santé de 500 MF CFP en 2022 et 800 MF CFP en
2023.
60
Recommandation performance 4 :
Proposer dès 2022 à la Nouvelle-
Calédonie d’aligner le
plafond de cotisation du régime de retraite sur celui de la première
tranche du régime d’assurance maladie afin d’assurer la pérennité du
régime retraite au moins jusqu’en 2034 contre 2031 à la suite à la
réforme du régime vieillesse qui résulte de la délibération n°59/CP du
24 février 2022.
................................................................................
69
Recommandation performance 5 :
Proposer à la Nouvelle-Calédonie les projets de textes
réglementaires destinés à modifier les modalités de cotisation au
régime des accidents du travail et des maladies professionnelles. ... 73
Recommandation performance 6 :
Proposer à la Nouvelle-
Calédonie d’ici à 2023 une réforme
des conditions d’ouverture des droits et des modalités d’indemnisation
du chômage total compatible avec l’équilibre du régime d’ass
urance
chômage et permettant de couvrir une proportion plus importante des
personnes privées d’emploi.
.............................................................
76
Recommandation performance 7 :
Adopter en 2023 un schéma directeur des systèmes
d’infor
mation 2023-2025 élaboré en fonction des orientations de la
prochaine convention d’objectifs et de gestion.
...............................
84
Recommandation performance 8 :
Mettre en œuvre dès 2023, un dispositif de relance
rapide
de l’ensemble des cotisants qui ne respectent pas les échéances
déclaratives et de paiement, accélérer l’enchaînement des phases du
recouvrement amiable et forcé et améliorer le contrôle du fichier des
cotisants par la formalisation d’un plan annuel
de contrôle basé sur
une analyse des risques et des orientations chiffrées.
......................
90
Recommandation performance 9 :
Adopter en 2023, un programme annuel de travail du
contrôle médical sur la base d’objectifs chiffrés et d’indicateurs de
suivi pour la maîtrise des dépenses de ville et hospitalières, y compris
lorsque celles-ci sont exécutées en ville et le renforcement des prises
en charge hospitalières en ambulatoire.
...........................................
93
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
8/102
PROCEDURE
La chambre territoriale des comptes de la Nouvelle-Calédonie a procédé au contrôle des
comptes et de la gestion de la caisse de compensation des prestations familiales, des
accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), en
application de
l’arrêté du Premier président de la Cour des comptes n°20
-278 du 1
er
décembre 2020 par lequel la Cour des comptes a délégué à la chambre territoriale des
comptes de la Nouvelle-Calédonie le contrôle des comptes et de la gestion de la CAFAT. Le
contrôle a été inscrit au programme
2021 de la chambre territoriale des comptes. L’examen
des comptes couvre
l’exercice comptable 2020
et l’examen de sa gestion porte jusqu’à la
période la plus récente.
Les différentes étapes de la procédure sont présentées en annexe n° 1. Le contrôle des
comptes et de la gestion, défini à l’article L. 262
-6 du code des juridictions financières, consiste
à vérifier, sur pièces et sur place, la régularité des recettes et des dépenses et l’emplo
i régulier
des crédits, fonds et valeurs et à examiner la régularité des actes de gestion, l’économie des
moyens mis en œuvre et l’évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par
l’organe délibérant.
Le contrôle a été mené selon les dispositions prévues par le code des juridictions financières,
précisées par le recueil des normes professionnelles applicables aux chambres régionales et
territoriales des comptes. Trois principes fondamentaux gouvernent l’exécution des travaux de
la chambre
: l’indépendance, la contradiction et la collégialité. L’
indépendance
institutionnelle
de la chambre et l’indépendance statutaire de ses magistrats garantissent que les contrôles
effectués et les conclusions tirées le sont en toute liberté d’appréciatio
n. La
contradiction
implique que toutes les observations faites et recommandations formulées sont
systématiquement soumises aux personnes ou responsables des organismes concernés et
qu’elles ne sont rendues définitives qu’après prise en compte des réponses
reçues et, s’il y a
lieu, audition. Si la chambre en a reçu, les réponses obtenues au rapport d’observations
définitives sont présentées en annexe du document publié. La
collégialité
intervient pour
conclure les principales étapes de la procédure et les observations sont examinées et
délibérées de façon collégiale par une formation comprenant au moins trois magistrats.
La chambre territoriale de la Nouvelle-Calédonie, après en avoir délibéré, a adopté le présent
rapp
ort d’observations
définitives le 30 juin 2022.
Ce rapport fait suite au rapport d’observations définitives
adressé en novembre 2020 par la
Cour des comptes à la CAFAT
et dont l’objet portant sur le contrôle des comptes et de la
gestion des exercices 2015 à 2019 et dont le suivi des recommandations figure en annexe
n° 2.
Le présent rapport analyse les compétences et la gouvernance de la CAFAT (I), la fiabilité de
sa comptabilité (II), sa situation financière (III), la situation du
régime d’assurance mal
adie
maladie-maternité (III), du régim
e d’as
surance vieillesse (IV), d
es régimes d’assurance
chômage, accidents du travail et maladies professionnelles et des prestations familiales (V). Il
analyse enfin les modalités de gestion de la caisse, en particulier le cycle du recouvrement
des cotisations s
ociales, le pilotage de ses systèmes d’informations ainsi que les forces et les
faiblesses du contrôle médical réalisé sur les prescriptions des médecins et des professionnels
de santé.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
9/102
OBSERVATIONS
1
LES COMPETENCES ET LA GOUVERNANCE
Des compétences qui se sont progressivement élargies
Les compétences de la CAFAT se sont progressivement élargies. Au-delà des
missions réalisées en propre, la CAFAT assure des missions de gestion ainsi que des
missions de recouvrement pour le compte de tiers.
Compétences de la CAFAT
Source : chambre territoriale des comptes et CAFAT pour la finalisation graphique
Les gestions en responsabilité
Depuis sa création en 1958, les compétences de la CAFAT ont été progressivement
élargies. La loi du pays
n° 2001-016 du 11 janvier 2002 relative à la sécurité sociale
en Nouvelle-Calédonie
1
détermine en son article 1
er
le régime général de sécurité
1
Loi du pays n° 2001-016 du 11 janvier 2002 relative à la sécurité sociale en Nouvelle-Calédonie.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
10/102
sociale organisée autour de cinq régimes financés par des cotisations sociales et des
contributions de la Nouvelle-Calédonie
2
:
accidents du travail et maladies professionnelles ;
maladie, maternité
3
;
vieillesse et veuvage ;
chômage ;
famille.
Outre ces régimes, dont les produits et les charges sont comptabilisés dans un compte
de résultat dédié à chacun d’entre eux
, la caisse gère depuis 2005
4
le régime les
prestations familiales de solidarité au bénéfice des familles à revenus modestes, dont
le financement est assuré intégralement par une dotation de la Nouvelle-
Calédonie (3,1 MdF CFP en 2020 et 2,5 MdF CFP en 2021).
La caisse dispose par
ailleurs d’un centre médico
-social à Nouméa, comptabilisé dans
un budget annexe, dont le financement est principalement assuré par une subvention
d’équilibre
du
régime
maladie
(
529,9
MF
CFP
en 2021).
Les
autres
produits (231,79 MF CFP
en
2021)
sont,
pour
l’essentiel,
constitués
de
remboursements des provinces pour les patients
bénéficiaires de l’aide médicale.
La CAFAT assure également la gestion du service du contrôle médical, comptabilisé
dans un budget annexe, dont le financement est constitué d’une do
tation de la
Nouvelle-Calédonie annuelle de 110 MF CFP depuis 2015 et de dotations des régimes
dont les principaux contrib
uteurs sont l’assurance maladie
(569,17 MF CFP en 2021)
et le régime des accidents du travail (79,1 MF CFP en 2021). Ces dotations ont
vocation à équilibrer le compte de résultat de cette activité.
La caisse réalise par ailleurs des actions sociales en faveur de personnes en situation
précaire par l’intermédiaire du fonds d’action sanitaire social et familial
dont elle assure
la gestion. En 2021, les charge
s de ce fonds s’établissaient à
1,24 MdF CFP et les
produits
étaient
constituées
d’une
dotation
de
72,9 MF
CFP
de
l’assurance
maladie, 278,3 MF CFP du régime famille, 147 MF CFP du régime des accidents du
travail, 782,1 MF CFP du régime retraite et 1,7 MF CFP du régime chômage. Ces
contributions, qui permettent l’équilibre comptable du fonds
correspondent aux
prestations extra-légales versées à des bénéficiaires qui ne remplissaient pas les
conditions pour percevoir des prestations de ces régimes.
En application d’une convention du 19 juillet 1994, le directeur de la CAFAT est
également directeur de la médecine du travail. La délibération n°50 /Cp du 10
mai 1989 prévoit que le service de la médecine du travail, dont la comptabilité est
indépendante de celle de la CAFAT, perçoit une dotation maximale de 20 % des
produits de cotisations encaissés par le régime des accidents du travail et des
maladies professionnelles, soit 576,9 MF CFP en 2021 (sur un total 3,78 MdF CFP de
cotisations). En contrepartie des opérations de gestion réalisées par la CAFAT, celle-
2
Les contributions de la Nouvelle-Calédonie sont versées
directement ou par l’intermédiaire de son agence sanitaire et sociale,
principalement en fonction des disponibilités de trésorerie respectives.
3
Ce régime
bénéficie aux salariés, aux travailleurs indépendants et aux fonctionnaires en Nouvelle−Calédonie, et non plus aux
seuls salariés, comme c'était le cas avant 2002.
4
Loi du pays n° 2005-4 du 29 mars 2005 portant création des allocations familiales de solidarité. Ce régime est financé par une
contribution de la Nouvelle-
Calédonie qui compense le montant des charges de l’année.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
11/102
ci
perçoit une contribution du service de la médecine du travail, qui s’élevait
à 37,1 MF CFP en 2021.
Les gestions pour le compte de tiers
La CAFAT réalise par ailleurs des opérations de gestion administratives et financières
pour le compte de plusieurs dispositifs de solidarité de la Nouvelle-Calédonie :
le complément de retraite de solidarité créé en 2006
5
pour les
personnes de plus de 60 ans aux revenus modestes ;
le régime de solidarité pour le h
andicap et la perte d’autonomie, mis
en place en 2009
6
;
le fonds d’insertion professionnelle des personnes en situation de
handicap, mis en place en 2009
7
;
le fonds autonome de compensation des transports sanitaires et des
urgences ambulancières
8
;
le fonds autonome de compensation de santé publique
9
.
Ces fonds disposent d’une comptabilité propre et
sont gérés en comptes distincts par
la CAFAT sans incidence directe sur le résultat de la caisse. Ces entités versent une
contribution annuelle pour le remboursement des frais de gestion liés aux missions
réalisées par la CAFAT qui s’établissaient en 202
1 à :
77,07 MF CFP pour les retraites de solidarité ;
182,67
MF CFP pour le régime handicap et perte d’autonomie
;
2,29
MF CFP pour le fonds d’ins
ertion professionnel des personnes
en situation de handicap ;
28,5 MF CFP pour le fonds autonome de compensation des
transports sanitaires et des urgences ambulancières ;
13,3 MF CFP pour le fonds autonome de compensation de santé
publique.
5
Loi du pays n° 2006-13 du 26 décembre 2006 portant création du complément retraite de solidarité de la Nouvelle-Calédonie.
6
Loi du pays n° 2009-
2 du 07 janvier 2009 portant création d’un régime d’aides en faveur des personnes en situation de handicap
et des personnes en perte d’autonomie.
7
Article 475-2 de la loi du pays n° 2009-2 du 07
janvier 2009 portant création d’un régime d’aides en faveur des personnes en
situation de handicap et des personnes en perte d’autonomie.
8
Délibération n°459 du 27 janvier 1994 relative au fonds autonome de compensation des transports sanitaires et des urgences
ambulancières. Il assure la fonction de tiers payant dans le cadre de la prise en charge des frais de transports sanitaires effectués
au titre des évacuations sanitaires et des urgences régulées par le service d’aide médicale urgente du centre hosp
italier territorial.
9
Délibération n°10 du 8 septembre 2004 relative à la création du fonds autonome de compensation de santé publique
dont l’objet
est d’assurer la prise en charge des examens de dépistage de la tuberculose, du cancer du sein, et du VIH a
insi que de la
contraception d’urgence, du sevrage tabagique et des examens de consultation et de biologie médicale en cas de crise sanitair
e
grave. Ces missions ont été actualisées en 2020 pour confier au fonds la prise en charge des mesures liées à la crise sanitaire
(dépistage, vaccination, hospitels et mesures d’isolement).
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
12/102
Les opérations de recouvrement réalisées pour le compte de tiers
La caisse assure ainsi depuis 2015, pour le compte de la Nouvelle-Calédonie, le
recouvrement de la contribution calédonienne de solidarité sur les revenus d’activité
de remplacement et de solidarité. La con
tribution encaissée est reversée à l’agence
sanitaire et sociale chaque trimestre. En contrepartie de cette mission de
recouvrement, la CAFAT prélève des frais de gestion qui se sont élevés à 74 MF CFP
en 2020 et à 52,26 MF CFP en 2021.
La CAFAT recouvre également les contributions dues par les employeurs au titre du
fonds
interprofessionnel
d’assurance
formation.
Après
les
opérations
de
recouvrement, ces cotisations sont reversées au fonds. En 2021, la CAFAT a prélevé
un montant de 6,73 MdF CFP de frais de gestion sur le recouvrement dont la somme
s’établissait à
386,5 MF CFP. La caisse réalise en outre le recouvrement des
contributions
patronales
pour
le
financement
de
l’association
paritaire
interprofessionnelle de concours au financement des permanents syndicaux.
La CAFAT a prélevé 3,64 MF CFP de frais de gestion sur un montant recouvré
de 129,8 MF CFP en 2021.
La caisse recouvre, de surcroît, les cotisations sociales pour le compte du fonds social
de l’habitat pour un montant de
2,1 MdF CFP en 2020 et 2,14 MdF CFP en 2021 ainsi
que
celles
destinées
à
la
caisse
de
retraite
des
français
de
l’étranger
pour 267,9 MdF CFP en 2020 et 303,4 MdF FP en 2021. La CAFAT recouvre
également
les
cotisations
pour
le
compte
de
la
formation professionnelle (497,7 MF CFP en 2021).
En outre, les produits tirés de la cotisation maladie de 1,5 % sur les retraites
précomptées par les organismes de retraite des régimes spéciaux et complémentaires
sur les prestations qu’ils versent à leurs
assurés (1,03 MdF CFP en 2021), sont
reversés à la CAFAT.
Les conventions relatives aux gestions pour le compte de tiers prévoient
systématiquement que la rémunération versée à la CAFAT, par les organismes
bénéficiaires, pour les prestations qu’elle réalise,
est automatiquement revalorisée en
fonction des volumes traités.
La gouvernance
Une gouvernance fondée sur le paritarisme
Pour gérer les cinq branches de sécurité sociale, le recouvrement, ainsi que les
régimes de solidarité pour le compte du gouvernement,
l’article Lp.104
de la loi du
pays du
11 janvier 2002 a conféré à la CAFAT un cadre juridique qui s’inspire de celui
des sociétés de secours mutuel de 1898, qui a lui-même inspiré celui des caisses de
sécurité sociale avant la réforme de la sécurité sociale de 1967
10
, c’est
-à-dire celui
10
S’agissant de la création des établissements publics nationaux de l’
Etat caisse nationale des allocations familiales (CNAF),
caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) et caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salariés (CNAVTS).
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
13/102
d'un
organisme privé chargé d’une mission de service public
11
. Cette qualification a
été confirmée tant par le tribunal administratif de Nouméa (jugement n° 0082 à 0085
du 20 juillet 2000) que par le Conseil d’État –
section du contentieux (arrêt «
section
local
e du Pacifique Sud de l’ordre des médecins
», du 18 février 1998).
La CAFAT est dotée d’un conseil d’administration paritaire entre représentants des
employeurs et des travailleurs indépendants d’une part et représentants des salariés
d’autre part de 22 me
mbres nommés pour trois ans.
Selon les termes de l’article
Lp.
106 de la loi du pays du 11 janvier 2002, les 11 membres du collège “employeurs
et travailleurs indépendants” se répartissent comme suit
:
« six membres représentant les employeurs du secteur privé désignés par les
organisations professionnelles ;
deux membres représentant les employeurs publics de la Nouvelle-Calédonie
désignés par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ;
un membre représentant l’État désigné par le délégué du gouvernement de
la
République ;
deux membres représentant les travailleurs indépendants désignés par les
organisations professionnelles ».
La
répartition
des
sièges
des
organisations
syndicales
et
professionnelles s’effectue en fonction de leur représentativité. Siège
nt
également avec voix consultative, au titre de l’aide médicale, un
représentant de chaque province, désigné par l’assemblée de province
compétente
(…). Le trésorier
-payeur général ou son délégué peut
assister de plein droit, avec voix consultative, aux séances du conseil
d’administration ».
Suivant ces mêmes dispositions, la Nouvelle-Calédonie est représentée aux réunions
du conseil d’administration. Le directeur et l’agent comptable assistent avec voix
consultative aux réunions du conseil d’administration.
En application de l’article 52
de la délibération n° 280 du 19 décembre 2001 du conseil
d’administration de la CAFAT, la présidence et la vice
-présidence de la caisse sont
assurées alternativement par période d’un an
par des représentants des syndicats de
salariés et les syndicats des employeurs et travailleurs indépendants. L’actuel
président, M. Jean-Remi Buraglio élu le 7 octobre 2021 est représentant des
employeurs.
Concernant la direction de la caisse, l
’article Lp. 114 de la loi d
u pays du 11
janvier 2002 prévoit que
« les services de la caisse sont placés sous l’autorité d’un
directeur
»
. En outre, l’article 57 de la délibération n° 280 du 19 décembre 2001
précitée dispose que
« le directeur est nommé par arrêté du gouvernement de la
Nouvelle-Calédoni
e, après avis du conseil d’administration
».
11
Article Lp.104 «
La caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie fonctionne selon le cadre défini par la loi du 1
er
avril 1898 sur les sociétés de secours mutuels et
conformément aux dispositions régissant son organisation et son fonctionnement.
Elle jouit de la personnalité morale et est dotée
de l'autonomie financière
».
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
14/102
Les responsabilités partagées entre la CAFAT et la Nouvelle-Calédonie
La responsabilité de l’équilibre financier des régimes de sécurité sociale relevant des
missions propres de la CAFAT est partagée avec la Nouvelle-
Calédonie. L’article Lp.1
de la loi du pays du 11 janvier 2002 dispose en effet «
la Nouvelle-Calédonie,
directement ou par l’intermédiaire de son agence sanitaire et sociale
12
et la CAFAT
assurent chacune dans son domaine de compétence l’équilibre fi
nancier des
différentes branches du régime général
». Cette disposition législative fonde
l’attribution par le gouvernement de contributions publiques à la CAFAT.
La CAFAT ne détermine pas ses ressources et ne fixe que partiellement ses dépenses.
Selon les
termes d’une note de la
direction des affaires sanitaires et sociales de la
Nouvelle-Calédonie du 31 mars 2016
13
, «
le pouvoir règlementaire crée les cotisations
et les prestations, il fixe les catégories d’assujettis, l’assiette et les taux de cotisations
,
les catégories de bénéficiaires, la nature et les conditions d’attribution des prestations.
La caisse intervient dans le montant des prestations et la tarification des soins
(…) le
conseil d’administration de la caisse a le pouvoir de proposer au gouvern
ement des
évolutions de la législation et de la réglementation
».
La direction des affaires sanitaires et sociales assure le contrôle administratif des
décisions du conseil d’administration ainsi que le contrôle des comptes annuels de la
caisse. Le contrôle de gestion est plus limité puisque les textes prévoient uniquement
la suspension d’une décision qui compromettrait l’équilibre financier d’un risque géré
par la caisse
14
. En pratique, cette direction exerce un contrôle systématique des
décisions du consei
l d’administration et émet régulièrement des observations.
Depuis
2015, elle n’a annulé aucune délibération du conseil d’administration.
L’article Lp. 125 de la loi du pays
n° 2001-016 du 11 janvier 2002 relative à la sécurité
sociale en Nouvelle-Calédonie
prévoit la conclusion de conventions d’objectifs et de
gestion entre la Nouvelle-Calédonie et la CAFAT comportant des engagements
réciproques, dans le respect des orientations fixées par le congrès de la Nouvelle-
Calédonie. Ces conventions ont pour objet de fixer les objectifs pluriannuels de gestion
et les moyens de fonctionnement, sous la forme de plafonds d’emplois et de dépenses
administratives, dont est dotée la caisse pour les atteindre. Ces conventions sont
conclues pour une période comprise entre trois et cinq ans.
Ce dispositif essentiel n’est plus mis en œuvre
: après une première convention
d’objectifs et
de gestion entre la Nouvelle-Calédonie, le c
onseil d’administrat
ion et le
directeur de la CAFAT, pour la période 2008-2011, aucune convention n
’a été conclue
pour les années suivantes.
En mai 2018, un mois après sa prise de fonction et dans la suite des travaux
préparatoires conduits en 2017 au cours de sa période de direction par intérim, le
directeur général a présenté les axes d’une nouvelle s
tratégie intitulée «
Nouveau
souffle
». Ce projet pluriannuel, qui aurait pu servir de base à une convention, est
construit autour de cinq axes :
12
Établissement public administratif créé par une délibération du Congrès du 23 novembre 2001 et placée sous la tutelle du
Gouvernement pour «
faciliter la garantie du droit à la santé pour tous au travers d’un niveau adapté de protection sociale
» (art
2 des statuts de l’agence sanitaire et sociale). Concrètement, l’agence sanitaire et sociale participe au financement de
l’investissement hospitalier et au financement d’actions de prévention.
13
Direction des affaires sanitaires et sociales de Nouvelle-
Calédonie, « Note à l’attentio
n du Président du Gouvernement », 31
mars 2016.
14
Article Lp. 129 de la loi de 2002.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
15/102
maîtriser les coûts ;
optimiser le recouvrement des cotisations ;
garantir la qualité de service aux assurés et aux cotisants ;
miser sur le capital humain ;
mettre les expertises de la caisse au service des acteurs de la sécurité
sociale.
La CAFAT a créé une direction client en décembre 2019 en réorganisant les directions
existantes et en redéployant certains moyens. Cette direction est chargée
principalement de la gestion de l’accueil clients (accueils physiques et téléphoniques,
réseau des correspondants sur l’ensemble du territoire), de la gestion de la relation
sociale et de la médiation, du développement de l
’offre de services dématérialisée, et
d’une offre de soins (par le biais du centre médical de Rivière Salée).
L’amélioration du service rendu à la clientèle
La gestion des accueils physiques a été entièrement repensée avec la création de
guichets au sein du Médipôle et du nouveau centre médical de la CAFAT à Rivière
Salée, la réimplantation de tous les accueils existants au centre-ville et en rez-de-
chaussée,
la réorganisation et la simplification des filières d’accueil pour que les
clients n’aient affaire qu’à un seul interlocuteur pour traiter l’ensemble de leurs
problématique et l’extension des horaires d’ouverture.
En outre, la caisse a créé en 2019 une cellule composée de deux médiateurs
spécialistes des réglementations de prestations pour traiter l’ens
emble des
situations complexes et transverses, qui est intervenue à 1 200 reprises en 2020.
Par ailleurs, l’accueil dédié aux publics les plus fragiles a été renforcé en octobre
2020 avec la présence d’un référent social. Celui
-ci intervient de façon transverse
en lien avec les partenaires institutionnels et associatifs pour accompagner les
publics en difficulté dans leurs démarches administratives.
En 2019 la CAFAT a ouvert son premier portail de services sur internet destiné
aux assurés permettant le suivi des prestations versées et la mise à disposition de
documents tels que les relevés de carrières ainsi que la mise à jour des
coordonnées des clients. Ces évolutions, accompagnées du développement de
l’offre digitale
, ont permis la baisse constante des visites physiques (120 884 en
2021 contre 147 000 en 2019) et la hausse des appels téléphoniques (246 000 en
2021 soit +
20 % par rapport à 2020), ainsi que la réduction du temps d’attente aux
guichets dont la durée moyenne est
d’un quart
d’heure en 2021.
Le
rapport d’activité annuel de la caisse est organisé autour de
la mise en
œuvre
des
cinq axes du projet stratégique. La chambre invite la direction à présenter
annuellement au conseil d’administration un état des lieux précis des réalisations du
plan «
nouveau souffle
» construit sur des indicateurs de suivis comparables dans le
temps.
Le projet stratégique porte
sur des enjeux essentiels pour améliorer l’efficacité et
l’efficience de la caisse dans l’exercice de ses missions, en matière notamment de
recouvrement des prélèvements sociaux et de service rendu aux assurés. Cependant,
ces enjeux
n’ont pas été discutés par la tutelle de la caisse. Lors du conseil
d’administration
du 14 mai 2018, le directeur général a indiqué que
« pour répondre
aux souhaits du conseil, les informations de la direction générale seront désormais
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
16/102
structurées selon les cinq axes stratégiques poursuivis par la direction générale de la
CAFAT en attendant la signature d’une nouvelle convention d’objectifs et de gestion
par le conseil d
’administration et le gouvernement de la Nouvelle Calédonie
».
Ainsi, malgré les demandes réitérées de la caisse et faute de convention, celle-ci a
adopté des objectifs pluriannuels en toute autonomie. De ce fait, l’article Lp. 132 de la
loi de 2002, qui dispose que «
le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie exerce sur
la caisse un contrôle destiné à évaluer l'efficacité de son action et à mesurer ses
résultats au regard des objectifs fixés.
», est rendu pour l’essentiel inopérant.
La chambre invite la caisse à continuer à solliciter la Nouvelle-Calédonie pour la
signature
d’une
convention d’objectifs et de gestion.
Le président du gouvernement
a confirmé qu’une convention d’objectifs et de gestion pour la
période 2023-2026
sera finalisée d’ici à
la fin de l’année
2022
sur la base d’objectifs destiné
s
notamment à améliorer le recouvrement des cotisations sociales et à renforcer la maîtrise des
dépenses de santé.
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Depuis sa création en 1958, les compétences de la CAFAT, personne morale de droit privé
chargée d’une mission de service public, ont été progressivement élargies, au
fur et à mesure
de l’extension du champ de la couverture obligatoire des risques sociaux en Nouvelle
-
Calédonie. Elle gère l’ensemble de la
sécurité obligatoire de base des salariés et une partie
de celle des fonctionnaires et des travailleurs indépendants et elle procède à des opérations
pour le compte de tiers. La CAFAT est dotée d’un conseil d’administration de 22 membres, qui
comprend un nombre égal de représentants des salariés d’une part et de représentants des
employeurs et des travailleurs indépendan
ts d’autre part. Elle est dirigée par un directeur,
nommé par arrêté du g
ouvernement, après avis du conseil d’administration.
La CAFAT ne détermine pas ses ressources et ne fixe que partiellement ses dépenses et la
responsabilité de l’équilibre financier
des régimes de sécurité sociale relevant des missions
propres de la CAFAT est partagée avec la Nouvelle-Calédonie. Dans le cadre de la tutelle
qu’elle exerce sur la CAFAT, la Nouvelle
-
Calédonie doit conclure une convention d’objectifs
et de gestion avec la caisse. A
près une première convention d’objectifs et de
gestion pour la
période 2008-2011,
aucune convention n’a été conclue pour les années suivantes.
Dans ce
contexte, le gouvernement s’est fixé comme objectif d’en adopter une pour la période 2023
-
2026
d’ici à la fin de l’année 2022.
Faute de convention, la caisse a adopté des objectifs pluriannuels en toute autonomie. Un axe
de ce projet stratégique porte sur la garantie de la qualité de service aux assurés et aux
cotisants. À ce titre, la caisse a mise en place en décembre 2019 une direction de la clientèle
dont les objectifs sont d’apporter un service plus rapide et plus efficace aux assurés sociaux,
aux employeurs et aux partenaires de la caisse. Les premiers résultats sont encourageants et
se traduisent par une progression des échanges dématérialisés, un accueil client plus rapide
et des circuits d’échanges spécifiques par catégorie de prestations sociale (maladie, chômage,
retraite) et pour les employeurs.
La chambre invite la direction à présenter annuellement les réalisations du projet stratégique
au conseil d’administration, sur la base d’indicateurs précis.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
17/102
2
LA FIABILITE COMPTABLE ET LA SITUATION FINANCIERE
La fiabilité comptable
Les normes comptables applicables
La délibération modifiée n°280 du 19 décembre 2001 relative à la sécurité sociale en
Nouvelle-Calédonie et en particulier son article 59-53 prévoit que
« le plan comptable
de la caisse constitue un plan particulier du plan comptable général ; il est établi par le
gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
». Le plan comptable a été déterminé par
l’arrêté n°2011
-387/GNC du 15 février 2011. En application de celui-ci, les principes
généraux d’image fidèle, de comparabilité, de régularité, de sincérité, d’importante
relative et de prudence s’
imposent à la CAFAT. Ils se traduisent par la nécessité de
respecter le principe d’indépendance des exercices, de permanence des méthodes
comptables et de continuité d’exploitation.
En application de l’article 59
-1 de la délibération du 19 décembre 2001, modifiée par
la délibération n°21/Cp du 6 mai 2010, la comptabilité de la CAFAT est tenue en droits
constatés. Selon l’article 59
-57 de la délibération du 19 décembre 2001, les comptes
annuels de la CAFAT sont constitués du bilan, du compte de résultat et de
l’annexe.
Les comptes annuels de la CAFAT sont établis toutes gestions confondues, cependant
pour améliorer l’information comptable, les comptes de résultat de chacun des régimes
sont présentés dans les comptes annuels.
Par ailleurs, la CAFAT réalise des opérations pour le compte de tiers, dans des
comptes distincts, qui n’affectent pas son résultat.
Des comptes certifiés sans réserve jusqu’en 2019
La CAFAT dispose d’un commissaire aux comptes qui réalise un audit annuel des
comptes et formalise une opinion sur ceux-ci. La synthèse
de l’audit réalisé et l’opinion
du commissaire aux comptes sont systématiquement présentés en conseil
d’administration lors de l’approbation des comptes annuels.
Les comptes des exercices 2016 à 2019 ont été certifiés sans réserve. En 2021, le
commissaire aux comptes, au regard de la dégradation des résultats des régimes et
de l’absence de mesures de redressement structurelles destinées à rétablir l’équilibre
des comptes du régime d’assurance maladie
-maternité, a certifié les comptes de
l’exercice 2020 en les accompagnant d’une réserve liée à l’incertitude qui pèse «
sur
la continu
ité d’exploitation
de la caisse
» en raison «
de plans d’actions (…) qui ne sont
pas suffisants pour mettre fin à cette incertitude
». Nonobstant cette réserve, le
commissaire aux comptes certifie que les comptes annuels sont, au regard des règles
et principes comptables prévus par le plan comptable de la caisse, «
réguliers et
sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice ai
nsi que
de la situation financière et du patrimoine de la CAFAT à la fin de cet exercice
».
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
18/102
Un changement de méthode comptable affectant les produits à recevoir
Les cotisations qui se rattachent à un exercice mais dont les justificatifs n’ont pas été
produits au cours de celui-ci sont comptabilisées à la clôture en produits à recevoir.
Leur valeur comptable correspond à leur montant probable de recouvrement à la date
de clôture. L’évaluation des produits à recevoir
est réalisée selon une méthode
d’examen des opérations au cas par cas ou par application d’une méthode estimative
plus globale.
À l’ouverture de l’exercice suivant, les écritures relatives aux produits à
recevoir sont contre-passées.
A la CAFAT, l’évaluation de ces produits est effectuée selon une
méthode statistique.
Depuis 2016, les créances des cotisants sont évaluées chaque année en fonction
d’une estimation des encaissements directs intervenus jusqu’au 28 février de
l’exercice
suivant
au titre de l’exercice
précédent et des cinq exercices antérieurs.
En 2019, les modalités d’évaluation des produits à recevoir au titre des pénalités ont
été modifiées et basés sur les années de références de N-3 à N-7. Le commissaire
aux comptes a relevé que ce changement de méthode statistique a généré une
surévaluation de 35,9 % de ces produits
et qu’il
s
n’étai
ent pas assez documentés.
Cette méthode a donc été corrigée pour l’exercice
2020 avec un impact négatif
de 0,7 MF
CFP sur le résultat de l’exercice
et la CAFAT est revenue à la méthode
d’estimation qu’ell
e adoptait depuis 2016 basée sur les six dernières années.
Les provisions pour risques et charges des régimes à fiabiliser
Le montant des provisions pour risques et charges des régimes s’apprécie en fonction
des évènements intervenus au cours de l’exercice
ou d’un exercice antérieur et est
évalué par une méthode statistique sur la base de données historiques sur les trois
exercices antérieurs. U
ne estimation des charges à décaisser au cours de l’année
suivante est ainsi réalisée chaque année.
En 2020, ces charges
s’élèvent à
13,98 MdF CFP dont 6,34 MdF CFP pour le régime
d’assurance maladie
-maternité. Sur cet exercice, le commissaire aux comptes a relevé
qu’une erreur a
vait été réalisée dans la définition du ratio appliqué au montant des
prestations du régi
me d’assurance maladie versées au cours de l’année. Après
retraitement, l’impact de cette erreur représente une surestimation
de la provision
de 900 MF CFP. Cependant, compte tenu de la complexité des procédures à mettre
en œuvre pour appliquer le ratio corrigé au regard de l’enjeu financier (
soit 1 % des
charges du régime), le commissaire aux comptes a indiqué que cette modification
devra
faire l’objet d’un plan d’action pour la clôture des
comptes 2021.
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les comptes des exercices 2016 à 2019 ont été certifiés sans réserve. En 2021, le
commissaire aux comptes, au regard de la dégradation des résultats des régimes et de
l’absence de mesures de redressement structurelles destinées à rétablir l’équilibre des
comptes du régime d’assurance maladie
-
maternité, a certifié les comptes de l’exercice 2020
en les accompagnant d’une réserve liée à l’incertitude qui pèse « sur la continuité d’exploitation
de la caisse » en raison « de plans d’actions (…) qui ne sont pas suffisants pour mettre fin à
cette incertitude ».
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
19/102
La fiabilité des comptes présente quelques pistes, mineures, de progression relative à la
stabilité des méthodes d’évaluation des
produits à recevoir et des provisions pour risques et
charges.
Un résultat systématiquement déficitaire
Depuis l’exercice 2010, en application de l’article 59
-1 de la délibération n°280 du 19
décembre 2011, modifiée par la délibérationn°21/CP du 6 mai 2010, la CAFAT tient sa
comptabilité en droits constatés. S
elon l’article 59
-57 de la délibération modifiée n°280,
les comptes annuels de la CAFAT sont constitués du bilan, du compte de résultat et
de l’annexe
15
.
La construction du résultat de la caisse
Le compte de résultat annuel de la CAFAT agrège la situation c
omptable de l’ensemble des
régimes. En sus du compte de résultat globalisé, la caisse produit un compte de résultat
retraité des opérations comptabilisées en double dans le compte de résultat de la caisse. Ces
retraitements concernent notamment les produits du recouvrement (soit 105 MdF CFP en
2021) qui sont affectés à la branche recouvrement puis, dans un second temps, distribués par
cette branche aux différents régimes.
En application de l’article Lp. 122 de la loi de 2002, «
chaque branche est gérée en compte
distinct et financée notamment par les cotisations qui lui sont dues
». Les résultats des régimes
ne sont pas donc fongibles entre eux et doivent être analysés de manière autonome, sans
compensation directe possible entre les résultats excédentaires et déficitaires.
La CAFAT a dégagé un résultat déficitaire pour chacun des exercices 2015 à 2021.
Ce déficit s’est dégradé
de près de 5 MdF CFP en 2019 puis de près de 4,5 MdF CFP
supplémentaires en 2020
pour s’établir à
-13,7 MdF CFP. Le résultat 2021 présente
une amélioration de plus de 8,84 MdF CFP mais reste cependant déficitaire
de 4,85 MdF CFP.
Le déficit du régime d’assurance maladie fluctue d’une année sur l’autre et s’établissait
à 7 MdF CFP en 2019 puis 9 MdF CFP en 2020 et a été réduit à 311 MF CFP en 2021.
D’excédentaire, le résultat du régime d’assurance vieillesse est quant à lui
devenu
déficitaire en 2018
et l’est resté jusqu’en 2021
, année où le déficit
s’élève
à 5,1 MdF CFP. Le régime des accidents de travail est continûment déficitaire ; le
régime de l’assurance
chômage
est à l’équilibre en 2021 pour la première fois
depuis 2016. Le régime des prestations familiales présente un résultat excédentaire
depuis 2018
qui s’élève à
1,28 MdF CFP en 2021.
Résultats annuels
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2 019
2020
2021
Accidents du travail et maladies
professionnelles
- 114,0
- 778,3
- 1 097,2
- 975,1
- 92,9
- 417,0
- 262,9
15
L’organisation comptable de la CAFAT est fixée par l’arrêté n°2011
-387 du 15 février 2011 relatif au plan comptable de la caisse
de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de prévoyance des travailleurs de la Nouvelle-Calédonie.
Le commissaire aux comptes était le cabinet KPMG pour la période 2014-2019. Ce cabinet a de nouveau été sélectionné pour
les exercices 2020 à 2025, après une procédure
d’appel d’offres conduite en août 2020 (décision du conseil d’administration
du 11 septembre 2020).
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
20/102
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2 019
2020
2021
Chômage
106,6
- 824,6
-780,4
- 449,4
- 192,5
- 355,3
65,0
Prestations familiales
- 2 376,1
- 304,9
-1 112,7
425,9
708,6
932,6
1 276,7
Prestations familiales solidarité
265,5
- 1 575,9
- 34,7
39,4
- 85,1
94,9
- 504,3
Maladie maternité
- 6 259,6
- 7 180,6
- 345,9
- 669,8
- 7 064,2
- 9 020,8
- 311,5
Vieillesse
4 321,6
247,5
794,4
- 2 540,2
- 2 375,8
- 4 233,5
- 5 104,0
Trésorerie et fonds communs
16
- 18,6
554,1
- 63,2
- 46,5
- 77,9
- 690,3
- 6,7
Résultat net de l'exercice
- 4 074,6
- 9 862,8
- 2 639,7
- 4 215,8
- 9 179,9
- 13 689,4
- 4 847,7
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les comptes publiés
Les cotisations sociales
L’origine des produits de cotisation
En application de l’article 9 de la
loi de pays n° 2001-016 du 11 janvier 2002, «
les
cotisations salariales et patronales sont assises, dans la limite des plafonds
applicables, sur l'ensemble des rémunérations ou gains perçus par les travailleurs
compte tenu des avantages en nature et indemnités diverses
».
Les cinq principaux régimes de sécurité sociale gérés par la CAFAT comportent
plusieurs catégories de cotisants. Les salariés sont obligatoirement affiliés à
l’ensemble des régimes. Les fonctionnaires et travailleurs indépendants sont
obligatoirement couverts uniquement pour la maladie et la maternité. Les travailleurs
indépendants peuvent opter pour les régimes d’accidents du travail et de retraite
,
gérés par la CAFAT.
En 2021, les cotisations des salariés représentent en moyenne 83 % des produits du
recouvrement, celles de fonctionnaires 12 % et les cotisations des indépendants 5 %.
Catégories de cotisants aux régimes
Salariés
Fonctionnaires
17
Travailleurs
indépendants
Accidents du travail et maladies professionnelles
X
Option
Chômage
X
Prestations familiales
X
Maladie
X
X
X
Vieillesse
X
Option
Source : chambre territoriale des comptes
16
Conformément au plan comptable de la CAFAT, sont comptabilisés dans le compte de résultat « T » :
la trésorerie de
l'organisme, les placements effectués, y compris les opérations relatives à l'acquisition et à la construction d'immeubles
administratifs, les opérations d'ordres enregistrées dans le compte 47 "Comptes transitoires ou d'attente" qui ne peuvent être
régularisées en l'absence d'information suffisante sur l'origine de l'opération et d'une façon générale, toute opération qui, par
application de la réglementation, ne relève pas d'une gestion spécialisée. Le montant de 690 MF CFP en 2020 correspond
principalement à l’addition d’une dépréciation de
créance de 470,4 MF CFP de la province Nord et de 124,17 MF CFP de la
province des iles pour des évacuations sanitaires.
17
Les fonctionnaires d’État qui exercent en Nouvelle
-
Calédonie cotisent au régime d’assurance maladie et sont affiliés à ce
régime.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
21/102
Le nombre de comptes cotisants à la CAFAT (cf. annexe n°5) a augmenté de 12 %
entre
2015 et 2021 sans qu’il ne soit observé de fortes différences d’évolution entres
les catégories de cotisants. Le nombre d’employeurs privés de salariés a progressé
de 12,6 % et celui des travailleurs indépendants de 11,8 %.
Depuis 2015, le nombre d’actifs cotisants n’a que très peu
augmenté et s’établit
à 118 142 individus fin 2021, soit un taux de croissance moyen annuel de 0,3%
18
.
Entre 2015 et 2021, la part des salariés dans le total des effectifs cotisants a diminué
de 56 % à 53 %. La part du secteur public est restée stable à 24 % et celles des
indépendants a progressé de 20 % en 2015 à 22 % en 2021.
Sur les 91 553 effectifs salariés et fonctionnaires cotisants, la répartition par secteur
d’activité en 202
1, fait apparaître une proportion de 30,9 % de cotisants fonctionnaires
et salariés des services publics. Les commerçants représentent 16 % des cotisants,
les employés de bureaux 13,7 %, le bâtiment 9,6 % et les autres secteurs
industriels 9,7 % des cotisants. Ces proportions ont peu évolué depuis 2015.
Répartition des cotisants par secteur d’activité en 202
1
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les infor
mations transmises par la CAFAT
La faible progression des produits de cotisation
Entre 2015 et 2021, les produits de la CAFAT ont progressé de 19,3 MdF CFP
(soit + 14,06 %) pour atteindre 156,6 MdF CFP. En sus des reprises de provisions et
d’amortissements
, des produits financiers et des produits exceptionnels, les produits
des régimes sont de trois natures : les cotisations sociales, les compensations
d’allègements
ou d’exonération
de cotisations sociales et les contributions publiques.
Nature des produits
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Produits
137 261,0
144 214,9
148 598,4
150 280,3
148 836,9
146 160,0
156 560,5
dont cotisations sociales
102 653,0
105 797,6
105 513,6
106 710,0
109 364,8
105 775,2
106 534,4
dont compensations de cotisations
11 220,6
11 687,9
11 879,2
12 443,3
10 294,1
10 397,0
12 262,6
dont contributions publiques
6 833,6
10 663,2
14 305,6
14 066,0
12 017,9
13 739,6
21 894,6
dont produits financiers
1 250,8
1 156,4
758,5
743,5
585,3
403,8
286,5
18
P
roche du taux de croissance moyen annuel de l’ensemble de la population entre 2014 et 2019 relevé par l’ISEE (source
:
ISEE Première n°1823, octobre 2020)
3,0%
9,6%
9,7%
3,6%
5,0%
16,0%
13,7%
3,3%
30,9%
5,3%
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
Agriculture - Pêche
Industries et annexes du
bâtiment
Autres industries
Mines
Transports
Commerce
Bureaux
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
22/102
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
dont produits exceptionnels
182,3
139,9
307,1
467,1
701,7
580,2
465,7
Autres (dont reprises sur prov. et
amort.)
15 120,7
14 769,8
15 834,3
15 850,4
15 873,1
15 264,1
15 117,1
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après
comptes publiés
Les cotisations sociales
voient leur poids diminuer dans l’ensemble des produits des
régimes de sécurité sociale. Elles représentaient 74 % produits des régimes de
sécurité sociale en 2017 (soit 102,6 MdF CFP sur 137,2 MdF CFP), 72,4 % en 2020
et seulement 68 % en 2021 (soit 106,5 MdF CFP sur 156,6 MdF CFP).
Dispersion des produits en 2021
Source : chambre territoriale des comptes
, d’ap
rès les comptes publiés
Les produits des cotisations sociales ont progressé de 3,78 %, soit 3,9 MdF CFP
entre 2015 et 2021.
Produits des cotisations sociales par régime de sécurité sociale
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Accidents du travail et
maladies
professionnelles
4 206,4
4 138,4
4 131,9
4 037,2
4 300,2
4 011,0
4 103,0
Chômage
3 812,7
3 730,3
3 851,8
3 857,4
3 939,0
3 771,4
3 801,2
Famille
12 413,9
11 914,5
11 702,0
11 690,7
11 972,0
11 472,9
11 577,3
Maladie maternité
53 360,3
57 790,5
56 626,1
57 870,8
59 285,9
57 872,4
58 220,9
Vieillesse
28 859,7
28 224,0
29 201,8
29 253,9
29 867,6
28 647,6
28 832,0
Total
102 653,0
105 797,6
105 513,6
106 710,0
109 364,8
105 775,2
106 534,4
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après
les comptes publiés
Cependant, cette progression résulte d’une hausse des produits de cotisation
de 4,86 MdF CFP pour le régime maladie tandis que les autres régimes connaissent
une baisse de ces produits dont les montants sont estimés à 836 MF CFP pour le
régime des prestations familiales, 103 MF CFP pour les accidents du travail et les
maladies professionnelles,27,7 MF CFP pour le régime des retraites et 11,5 MF CFP
pour le régime d’assurance chômage.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
23/102
Les autres produits
Les compensations d’allègements et d’exonérations de charges sociales
En sus de ces produits, la CAFAT perçoit des dotations pour compenser les pertes de
cotisations sociales qui résultent des mesures d’allègement ou d’exonérations
décidées par la Nouvelle-Calédonie. Les principales mesures qui existent consistent
en des réductions des cotisations des employeurs sur les bas salaires (inférieurs ou
égaux à 1,3 salaire minimum)
19
, des abattements sur les cotisations de secteurs
aidés
20
et un taux réduit de cotisation au régime d’assurance mala
die pour les
travailleurs indépendants.
Des compensations ont été versées à la fois par l’agence
sanitaire et sociale, pour le régime maladie maternité et par la Nouvelle-Calédonie
entre 2015 et 2018. Depuis 2019, les compensations sont versées, à la CAFAT par
l’intermédiaire de l’agence sanitaire
21
et
s’établissent à
10,39 MdF CFP en 2020 et
12,26 MdF CFP en 2021.
Origine des produits de compensations d’allègement et d’exonérations de
charges sociales par régimes de sécurité sociale
En MF CFP
Agence sanitaire et sociale
Nouvelle-Calédonie*
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2015
2016
2017
2018
Accidents du
travail et
maladies pro.
324,5
327,6
450,2
391,5
350,4
321,6
400,1
Chômage
278,5
282,8
368,3
287,8
264,9
275,3
281,5
Famille
920,3
930,3
1 250,3
65,7
982,7
916,8
1 081,4
Maladie
maternité
8 315,0
8 099,1
8 297,4
8 565,8
6 678,2
6 731,7
7 516,5
Vieillesse
2 092,6
2 124,6
2 677,2
2 160,6 1 990,7 2 068,1 2 114,6
Total
8 315,0
8 099,1
8 297,4
8 565,8
10 294,1 10 397,0 12 262,6 2 905,6 3 588,7 3 581,8 3 877,5
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
* dont un total de 12 MdF sur les 13,9 MdF qui constituent une créance détenue par la caisse sur la NC
Avant 2019, la compensation des allègements de cotisations reposait sur une
convention du 17 août 2010 conclue entre la Nouvelle-
Calédonie, l’
agence sanitaire et
sociale et la CAFAT. Elle prévoyait
l’
attribution des compensations à la CAFAT sur la
base de justificatifs comptables fourni
s par cette dernière. En pratique, l’agence
sanitaire et sociale compensait intégralement les pertes de cotisations du régime
d’assurance maladie
-maternité, dont la situation était la plus dégradée, mais
seulement une part variable, fluctuante selon les années, de celles des autres régimes.
Le retard de versement des compensations par la Nouvelle-
Calédonie s’élevait
à 12 MdF CFP en 2019.
19
La réduction est dégressive jusqu’à 1,3 du montant du salaire minimum garanti (156
568 F en 2021) j
usqu’à un taux maximal
de 60 % qui est porté à 75 % pour les entreprises de moins de 10 salariés ayant leur siège social et exerçant principalement leur
activité en Nouvelle-Calédonie hors des communes de Nouméa, Dumbéa, Mont-Dore et Païta.
20
Les entreprises hôtelières situées hors de la commune de Nouméa ou sur les îles et îlots compris dans les limites territoriales
de cette commune, les entreprises agricoles et assimilées, les employeurs de personnel de maison peuvent bénéficier sous
certaines conditions, d'un abattement de 75 % sur les cotisations (parts patronale et salariale). De plus, les établissements
d'accueil de la petite enfance et périscolaire agréés qui emploient du personnel sont exonérés des cotisations sociales
jusqu'au 31 décembre 2021. Le
texte prévoit également qu’à l’expiration de ce délai butoir la période d’exonération prendra fin et
que ces établissements bénéficieron
t alors d’un abattement de 75
%
, s’alignant ainsi sur le taux dont bénéficient les autres
secteurs aidés
21
En application de la loi du pays n° 2019-6 du 7 février 2019. Le régime maladie bénéficiait déjà d
’une dotation de compensation
versée
par l’agence sanitaire et sociale.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
24/102
Une convention tripartite a été signée le 2 avril 2019, entre la Nouvelle-Calédonie,
l’agence sanitaire et sociale
et la CAFAT pour solder les sommes non effectivement
compensées entre 2015 et 2018. Ainsi, la créance du régime vieillesse (7,1 MdF CFP)
est remboursée par la Nouvelle-
Calédonie, via l’agence sanitaire et sociale,
pendant
sept ans à compter de l’exercice budgéta
ire 2020. En contrepartie, les créances des
régimes
accident
du
travail,
chômage
et
famille
(soit
respectivement 1,26 MdF CFP, 947 MF CFP et 2,8 MdF CFP) seront abandonnées
par la CAFAT en
2026, sous réserve de l’encaissement de la totalité de la somme
relative au régime vieillesse.
La convention n’a p
as eu
d’impact sur le résultat de
l’exercice
2019, les créances ayant été dépréciées dans les comptes des exercices
antérieurs. Tenant compte de ce protocole,
la créance s’élève à près de 11 MdF CFP
en 2021.
L
es produits fiscaux et contributions d’équilibre
Enfin, en application de la loi du pays n°2010-3 du 21 janvier 2010 portant diverses
mesures fiscales, les produits fiscaux, qui étaient auparavant affectés directement à la
CAFAT, sont versés à
l’agence sa
nitaire et sociale. Celle-ci verse à la CAFAT les
financements pour le fonctionnement du régime des prestations familiales de solidarité
(3,12 MdF CFP en 2020 et 2,5 MdF CFP en 2021) ainsi que pour le versement des
prestations du «
minima vieillesse
» (1,15 MdF CFP en 2021).
Par ailleurs, excepté en 2020,
l’agence sanitaire et sociale a versé
une contribution
annuelle au régime d’assurance maladie
-maternité afin de réduire les difficultés de
trésorerie de ce régime.
L’agence sanitaire et sociale
a ainsi versé une dotation
exceptionnelle au régime d’assurance maladie maternité dont le montant a varié
de
2,36 MdF CFP en 2015 à 10,29 MdF CFP en 2017. Ce versement s’établissait
à 7,76 MdF CFP en 2019. Un versement de 0,78 MdF CFP a été également opéré par
l’agenc
e sanitaire au régime maladie en 2021.
Avec
le
même
objectif,
la
Nouvelle-Calédonie
a
versé
une
contribution
de 5,3 MdF CFP en 2020 et de 13,38 MdF CFP en 2021
au régime d’assurance
maladie-maternité, dont
11,66 MdF CFP au titre du soutien au régime d’assu
rance
maladie et 1,720 MdF
CFP au titre de l’affectation à la CAFAT d’une part de la
contribution calédonienne de solidarité pour rembourser l’annualité du prêt des
régimes familles et vieillesse au régime d’assurance maladie
effectué en 2020
22
.
Contributi
ons publiques, hors compensations d’allègement et d’exonération de
charges sociales, versées aux régimes de sécurité sociale
En MF CFP
Agence sanitaire et sociale
Nouvelle-Calédonie
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2015 à
2019
2020
2021
Accidents du
travail et
maladies
professionnelles
Chômage
3 987,6
3 973,1
Famille
22
Un prêt inter-
régimes de 5 MdF CFP au régime d’assurance maladie, a été réalisé en mai 2020 à part
ir des fonds disponibles
sur les réserves des régimes vieillesse (3,5 MdF CFP) et famille (1,5 MdF CFP). Ce prêt est remboursable sur trois ans à un taux
de 1,5 % par annuité constante. La première échéance de remboursement est intervenue en février 2021. Le financement
nécessaire au remboursement de ce prêt est réalisé par l’intermédiaire d’une recette de 1,720 MdF CFP chaque année de 2021
à 2023, tirée de l’affectation
par la Nouvelle-Calédonie à la CAFAT (régime maladie)
d’une part du produit annuel de l
a contribution
calédonienne de solidarité.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
25/102
En MF CFP
Agence sanitaire et sociale
Nouvelle-Calédonie
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
2015 à
2019
2020
2021
Prestations
familiales de
solidarité
2 936,0
2 838,0
2 800,0
2 956,0
2 883,0 3 119,0 2 507,2
Maladie maternité
2 362,5
6 800,0 10 296,0
9 700,0
7 764,0
0,0
780,0
5 300,0
13 377,7
Minima vieillesse
1 425,0
1 430,0
1 413,0
1 339,0
1 272,0 1 223,0 1 146,6
Contrôle médical
110,0
110,1
110,0
Total
6 723,5 11 068,0 14 509,0 13 995,0 11 919,0 4 342,0 4 433,8
110,1
9 397,6
17 460,8
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
La répartition des produits par régimes
Le cumul des différentes catégories de produits par régime fait apparaître qu’en 2020,
le régime maladie maternité a concentré 57 % (79,5 MdF CFP) des produits (hors
dotations et reprises, revenus financiers et revenus exceptionnels), le régime
vieillesse 23,2 % et le régime famille 9,1 %.
Montant des produits de cotisations, compensations et contributions publiques
de l’ex
ercice 2021 par régimes de sécurité sociale
En MF CFP
Cotisations
Compensations
Contributions
Total
Part des régimes
Accidents du travail et
maladies professionnelles
4 011,0
450,2
4 461,2
3,2 %
Chômage
3 771,4
368,3
3 973,1
8 112,9
5,8 %
Famille
11 472,9
1 250,3
0,0
12 723,1
9,1 %
Prestations familiales de
solidarité
2 507,2
2 507,2
1,8 %
Maladie maternité
57 872,4
7 516,5
14 157,7
79 546,6
56,9 %
Vieillesse et minima
vieillesse
28 647,6
2 677,2
1 146,6
32 471,4
23,2 %
Total
105 775,2
12 262,6
21 784,6
139 822,4
100,0 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les comptes publiés de la
CAFAT
En outre, l’analyse du poids de chaque régime dans les différentes catégories de
produits permet d’identifier que le régime des prestations fam
iliales de solidarité a,
en 2020, bénéficié de 11,5 % des contributions publiques (qui représentaient la totalité
de son financement) et que le régime maladie maternité percevait 54,71 % des
produits de cotisations, 61,3 % des mesures de compensations de charges et 64,9 %
des contributions publiques.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
26/102
Part des par régimes de sécurité sociale dans les produits de cotisations,
compensations et contributions publiques de l’exercice 202
1
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les comptes publiés
de la CAFAT
Note de lecture : en 2021, le régime vieillesse a perçu 27,1 % des cotisations sociales recouvrées, 21,8 % des
mesures de compensations et 5,3 % des contributions publiques (au titre du minima vieillesse)
En métropole, les cotisations sociales nettes représentent dorénavant moins de la
moitié des recettes des régimes de base de sécurité sociale (48% en 2020, soit 2
points de moins qu’en 2019).
Les périmètres de régimes de protection sociale sont
toutefois différents, notamment pour ce qui concerne les bénéficiaires de prestations
de solidarité non cotisants.
Les charges
Entre 2015 et 2021, les charges de la caisse ont progressé de 20,01 MdF CFP
(soit + 14,1 %)
et s’établi
ssent à 161,4 MdF CFP en 2021. En sus des dotations aux
provisions et amortissements et des charges financières et exceptionnelles, les
charges des régimes sont constituées des dépenses de fonctionnement interne et des
dépenses de prestations, qui constituent la raison d’être de la caisse.
Les charges de
prestations s’élèvent à
130,8 MdF CFP en 2021.
Entre 2015 et 2020, selon les comptes publiés et certifiés, les charges de prestation
ont progressé de 13 % (14,7 MdF CFP) et celles de la gestion courante de moins
de 2 % (0,12 MdF CFP). La CAFAT a consacré plus de 85 % de ses dépenses
supplémentaires entre 2015 et 2021, soit 15,9 MdF CFP sur un total de 20,1 MdF CFP,
aux prestations versées par les régimes.
Nature des charges
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Charges
141 399,7
154 077,6
151 238,1
154 496,1
158 016,7
159 639,3
161 408,2
dont prestations
113 351,6
117 525,8
119 984,9
123 779,5
127 471,5
130 236,7
130 833,1
dont fonctionnement interne
6 938,9
6 951,6
6 654,4
6 759,8
6 853,5
6 906,5
6 945,3
dont charges financières
0,5
0,5
9,4
3,0
5,9
47,9
64,4
dont charges exceptionnelles
91,6
69,1
114,6
23,7
161,7
64,2
93,6
3,8%
3,6%
10,8%
0,0%
54,7%
27,1%
3,7%
3,0%
10,2%
0,0%
61,3%
21,8%
0,0%
18,2%
0,0%
11,5%
65,0%
5,3%
0%
10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
Accidents du travail et maladies professionnelles
Chômage
Famille
Prestations familiales de solidarité
Maladie maternité
Minima vieillesse
Cotisations
Compensations
Contributions
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
27/102
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Autres (dont amortissements
et provisions)
17 222,5
28 107,8
23 332,5
22 689,1
20 750,3
20 213,8
22 505,5
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
En 2015, le régime maladie maternité représentait 56,4 % des dépenses de
prestations de la caisse, soit 64 MdF CFP sur 113,3 MdF CFP. Cette part a diminué
à 54,3 % en 2020 (71MdF CFP sur 130 MdF CFP) et à 54,5 % en 2021. Le régime en
charge
de
l’assurance
retraite
représenta
it
25,8 %
des
charges
en 2015 (29,2 MdF CFP sur 113,3 MdF CFP) et 28,59 % en 2021 (37,4 MdF CFP
sur 130,8 MdF CFP).
Depuis 2015, les régimes d’assurance chômage, des
accidents de travail et maladies
professionnelles et des prestations familiales de solidarité représentent en moyenne
moins de 10 % des charges annuelles.
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les produits et les charges consolidés
s’établissent
, après élimination des opérations
réciproques, respectivement à 156,56 MdF CFP et 161,41 MdF CFP en 2021. Ils ont augmenté
chacun de 14 % entre 2015 et 2021. Entre 2015 et 2020, la CAFAT a enregistré un déficit
systématique. Celui de 2021
s’élève à 4,85 MdF
CFP, tout en représentant une diminution
de 8,84 MdF CFP par rapport à 2020, mais une progression de 0,77 MdF CFP avec le résultat
de 2015.
Conformément à la règlementation applicable à la CAFAT, les résultats des régimes ne sont
pas fongibles et doivent être analysées de manière distincte.
Alors qu’il était à l’équi
libre
jusqu’en 2017, le régime vieillesse voit son déficit s’aggraver jusqu’à
5,1 MdF CFP en 2021.
Le déficit
du régime d’assurance maladie fluctue d’une année sur l’autre et s’établissait
à 7 MdF CFP en 2019, 9 MdF CFP en 2020 mais est réduit à 0,31 MdF CFP en 2021. Le
régime du chômage présente un excédent de 65 MF CFP en 2021 après avoir connu des
déficits successifs de 2016 à 2020. Le régime des prestations familiales est excédentaire
depuis 2018
et son résultat s’élève à
1,28 MdF CFP en 2021.
Les produits perçus par la CAFAT sont, depuis 2015, constitués à plus de 70 % des cotisations
sociales salariales et patronales mais comportent une part importante de compensations des
mesures d’allègements ou d’exonérations de charges sociales fixées
par la Nouvelle-
Calédonie
pour
certains
secteurs
ou
acteurs
économiques
dont
les
contreparties (12,26 MdF CFP en 2021) sont versées à la CAFAT par la Nouvelle-Calédonie,
via
l’
agence sanitaire et sociale. Les produits de la caisse sont, de plus, complétés par des
dotations de la Nouvelle-Calédonie pour la prise en charges de prestations spécifiques telles
que les allocations familiales de solidarités (2,51 MdF CFP en 2021) ou le minima
vieillesse (1,15 MdF CFP en 2021) pour les ménages à revenus modestes ou pour réduire le
déficit du régime d’assurance maladie (
11,66 MdF CFP en 2021).
Depuis 2015, en moyenne 80 % des charges sont consacrées aux dépenses de prestations
des régimes de sécurité sociale
, dont plus de la moitié sont imputables au régime d’assurance
maladie-m
aternité et plus du quart au régime d’assurance vieillesse.
Les incidences de la lutte contre la pandémie de Covid-19
Pour faire face à la crise sanitaire, la Nouvelle-Calédonie a mis en place un «
plan de
sauvegarde de l’activité économique et des compt
es publics et sociaux
». Pour ce qui
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
28/102
concerne les comptes sociaux, ce plan prévoit un dispositif de chômage partiel et de
report des cotisations sociales.
Par ailleurs, la crise sanitaire a conduit la Nouvelle-Calédonie à mettre en place un
ensemble de mesures de soutien aux secteurs économiques particulièrement touchés
et d’adaptation de son système sanitaire dans un contexte de
contraintes des vols.
Les pertes de produits de cotisations
Les pertes de cotisations sur le régime chômage
La mise en
place d’un
dispositif de chômage partiel spécifique à la crise sanitaire a été
réalisée par la délibération n° 26/CP du 11 avril 2020. Cette mesure a ensuite été
ciblée sur les entreprises durablement touchées par la crise et dénommée «
allocation
de soutien Covid-19
» par la délibération n° 40/CP du 29 juin 2020.
Ce dispositif a engendré un impact défavorable sur le produit des cotisations, estimé
pour l’exercice 2020 à 1,35
1 MdF CFP et à 1,180 MdF CFP en 2021.La compensation
opérée par la Nouvelle-Calédonie a limité les pertes de produits pour la caisse
à 0,4 MdF CFP en 2020 et à 0,36 MdF CFP en 2021.
Les effets des mesures de reports des échéances
Les délibérations n°26 et n°40 adoptées en 2020 par le congrès prévoyaient
notamment des reports d’échéances de cotis
a
tions sociales jusqu’en octobre
2020.
Afin de couvrir les besoins en trésorerie liés à ces reports d’échéance, une avance
pouvant s’élever jusqu’à 5,5
MdF CFP a été accordée à la CAFAT
au travers d’une
convention signée le 25 août 2020 avec l’agence sanit
aire et sociale. Celle-ci prévoit
que les avances de trésorerie sont versées «
sur demande de la CAFAT accompagnée
d’un état présentant les demandes de report de cotisation
s
». Les versements opérés
en 2020 par l’agence sanitaire et sociale
à la demande de la CAFAT
s’élèvent
à 1,36 MdF CFP.
À la fin de l’exercice 2020, ces avances auraient dû faire l’objet d’un reversement
par
la CAFAT
à l’agence sanitaire et sociale
à moins qu’elles ne soient transformées en
subventions. Cette proposition a été présentée a
u conseil d’administration de l’agence
sanitaire et sociale
qui ne l’a pas adoptée
. Un montant de 1,36 MdF CFP est donc
inscrit dans les dettes de la CAFAT à fin 2020 vis-à-
vis de l’agence sanitaire et sociale
.
Pour 2021, dans le cadre de la délibération n°177 du 21 octobre 2021 instituant des
mesures exceptionnelles relatives à l’épidémie de Covid
-19, les dispositions suivantes,
relatives aux cotisations sociales, ont été prévues :
les délais de paiement accordés par la CAFAT aux employeurs,
jusqu’au
31 janvier 2022, au titre des cotisations du 3
ème
trimestre
2021 ou du 4
ème
trimestre 2021, ne génèrent l’application d’aucune
pénalité ou majoration de retard ;
les délais de paiement accordés par la CAFAT aux travailleurs
indépendants, jusqu’au 31 décembre
2021, au titre des cotisations du
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
29/102
1
er
trimestre 2022, ne génèrent l’application d’aucune pénalité ou
majoration de retard.
Fin 2021, un peu plus de 500 demandes d’échéanciers de paiement ont été accordées
par la CAFAT pour un montant de 1,76 MdF CFP.
L’imp
act en trésorerie sur
l’exercice
2021
s’élève
à 0,3 MdF CFP.
Les conséquences des exonérations de cotisations sociales
Le recouvrement des cotisations sociales de l’exercice 2021 a été impacté par la mise
en place de mesures d’exonérations totales ou forf
aitaires de cotisations pour,
respectivement, les employeurs et les travailleurs indépendants durablement touchés
par la crise. Ces mesures ont été prises par la loi du pays n°2021-5 du 4 juin 2021 qui
prévoit deux types d’exonérations :
pour les entreprises des secteurs durablement touchés par la crise,
une exonération de cotisations patronales pour les trois derniers
trimestres 2021 ;
pour les travailleurs indépendants également impactés par la crise
sanitaire, une exonération forfaitaire au titre des deux derniers
trimestres 2021.
Fin 2021, les pertes de cotisations liées à ces mesures s’élèvent à
2,12 MdF CFP. Une
compensation versée par la Nouvelle-Calédonie de 1,81 MdF CFP a diminué cette
incidence à 0,31 MdF CFP.
Les pertes liées au ralentissement économique
La délibération n° 26/CP du 11 avril 2020 fixant des mesures exceptionnelles relatives
à l’épidémie de covid
-19 et la délibération n° 40/CP du 29 juin 2020 relative aux
mesures de soutien aux secteurs durablement touchés par les conséquences
économiques liées à la crise de la covid-19 a permis la prise en charges des pertes de
cotisations dues à la crise.
Par ailleurs, nonobstant les mesures de soutien mises en place par le gouvernement
de la Nouvelle-Calédonie, le ralentissement économique qui résulte de la crise
sanitaire, a entrainé une perte de produits de cotisations de 0,3 MdF CFP en 2020 et
de 1,2 MdF CFP en 2021.
Pertes de cotisations sociales liées au programme de lutte contre les effets du
Covid-19
En MF CFP
2020
2021
Total
Chômage partiel
0,40
0,36
0,76
Report des échéances
1,36
0,30
1,66
Exonérations
0,00
0,31
0,31
Ralentissement économique lié à la crise sanitaire
0,30
1,22
1,52
Total
2,06
2,12
4,25
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les inf
ormations obtenues de la CAFAT
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
30/102
Les allocations et dépenses supplémentaires
Le dispositif du chômage partiel
Une des mesures importantes de soutien aux entreprises décidée par le
gouvernement de Nouvelle-Calédonie pour faire face aux impacts économiques de la
crise sanitaire, a été
la mise en place d’une allocation de chômage partiel dénommée
«
allocation Covid-19
» par la délibération n° 26/CP du 11 avril 2020. Cette mesure a
ensuite été ciblée sur les entreprises durablement touchées par la crise et dénommée
«
allocation de soutien Covid-19
» par la délibération n° 40/CP du 29 juin 2020. Cette
allocation représente 100 % du salaire net pour les salariés au salaire minimum garanti
et 70 % du salaire brut pour les salariés dont le salaire est compris entre ce salaire
minimum et 4,5 fois sa valeur.
La mise en œuvre des allocations de chômage partiel spécifique à la crise sanitaire au
profit des entreprises et leurs salariés a été intégralement compensée à la CAFAT
en 2020 et 2021 par deux dotations spécifiques de la Nouvelle-Calédonie qui
s’établissaient à 3,98 MdF CFP pour 2020 et à
3,97 MdF CFP en 2021.
Le régime chômage de droit commun n’a
donc pas été impacté par les effets de la
crise sanitaire.
Les prestations spécifiques du régime des prestations familiales
D’une manière générale, la crise sanitaire n’a pas eu d’impact sur les niveaux
d’allocations familiales versées.
La délibération n° 26/CP du 11 avril 2020 instituant des mesures exceptionnelles
relatives à l’épidémie prévoit, par son article 10, un dispositif de maj
oration des
allocations familiales, pour compenser la perte de salaire des parents d’un enfant de
moins de 16 ans faisant l’objet d’une mesure de maintien à domicile.
Le dispositif a cependant été peu
mobilisé et les dépenses s’élèvent à
6,5 MF CFP.
En 20
21, les mesures exceptionnelles mises en œuvre en mars 2020 ont été
reconduites par la délibération n° 177 du 21 octobre 2021. Le coût de ces mesures
s’établit à 1,
47 MF CFP pour le régime des prestations familiales en 2021.
Les dépenses de prévention, de dépistage et de prise en charge de la Covid
Le fonds autonome de compensation en santé publique, créé par la délibération n°10
du 8 septembre 2004, a été désigné comme l’outil de traitement des dépenses de
soins liées à l’épidémie de Covid
-19
23
. Ce fond est financé à 75 %
par l’assurance
23
Les missions du fond autonome de compensation en santé publique sont d’assurer la prise en charge des coûts liés à la mise
en place du dépistage du VIH, de la tuberculose, de la contraception d’urgence, du sevra
ge tabagique, au dépistage du cancer
du sein, à la rémunération des professionnels de santé réalisant les actes de biologie médicale en cas de menace sanitaire grave,
aux dons des éléments et produits du corps humain et au dépistage du cancer du col de l’u
térus. La gestion administrative et
financière du fonds autonome de compensation en santé publique est assurée par la CAFAT. Le fonds est géré en compte distinct
par la CAFAT.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
31/102
maladie, le solde étant à la charge de la Nouvelle-Calédonie (5 %) et des
provinces (20 %).
Lors du premier confinement en avril 2020 le fonds a pris en charge les indemnités
des personnes placées en isolement sans possibilité de recourir au travail à distance,
les consultations téléphoniques des médecins qui ont orienté les patients auprès des
centres de dépistage ainsi que l’ensemble des frais de santé, y compris les frais
hospitaliers et les prix de journée des patients affecté par la Covid- 19, pour un budget
initial de 0,451 MF CFP. Conformément à la clé de répartition classique,
l’assurance
maladie a donc été appelé à abonder le fonds à hauteur de 338 MF CFP
24
au titre des
dépenses de la crise sanitaire de l’année
2020.
Pour 2021, le comité de gestion du fonds autonome, réuni le 3 décembre 2021, a
estimé les mesures liées à la crise sanitaire à 1,982 MdF CFP.
Estimation des mesures imputées sur le fonds de compensation en 2021
Mesure
MF CFP
Allocations d'isolement (patients asymptomatiques ou cas contact à risques)
862
Vaccination (centres de vaccination et vaccination en secteur libéral)
559
Hospitels
225
Dépistages
102
Hospitalisation privée intervenue en soutien des hôpitaux
169
Frais divers (suivi des patients à domicile, frais kilométriques, paramédicaux)
64
Total
1 981
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les éléments obtenus au cours de la l’instruction
Par délibération n°177 du 21 octobre 2021, la Nouvelle-Calédonie a fixé la répartition
des indemnités de confinement à 25 % pour la Nouvelle-Calédonie et à 75 % pour le
régime d’assurance maladie maternité. Les autres postes de dépenses sont
prévues
pour être financés à 45 % par la Nouvelle-Calédonie, 25 % par les mutuelles et 30 %
par le régime
d’assurance maladie.
Fin 2021, les mutuelles ont déposé un recours
contre cette délibération et celles-
ci n’ont pas versé leur contribution.
Les charges imputables au
régime d’assurance maladie s’élèvent à
983 MF CFP
en 2021.
Répartition du financement des mesures de gestion de la crise sanitaire
imputées sur le fonds de compensation en santé publique
MF CFP
Assurance maladie
Nouvelle-Calédonie
Mutuelles
Total
Isolement
647
215
0
862
Autres dépenses
336
280
504
1 120
Total
983
495
504
1 982
Source : ch
ambre territoriale des comptes, d’après les éléments obtenus au cours de la l’instruction
24
Cependant, la Nouvelle-
Calédonie s’est substituée aux
provinces pour abonder la totalité du solde.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
32/102
Sollicitée pour des missions complémentaires par la Nouvelle-Calédonie pour
participer à la gestion de la crise sanitaire, les personnels se sont mobilisés pour
assurer leurs fonctions habituelles de service public et pour participer à la mise en
œuvre d’actions spécifiques
financées par le fond de compensation en santé publique.
La CAFAT et son personnel ont ainsi géré, sur le site du «
Receiving
» un centre de
vaccination, une plate-forme téléphonique de prise de rendez-vous pour la vaccination
entre les mois de mars et novembre 2021 et un guichet de délivrance de pass
sanitaires. Au centre médico-social de Rivière Salée, qui a ouvert ses portes dans un
bâtiment neuf
en décembre 2020, par transfert de l’équipe exerçant au «
Receiving
»,
la CAFAT et son personnel ont géré un centre de dépistage, une unité de prise en
charge et d’orientation des patients «
Covid +
» en coopération avec le centre
hospitalier territorial et la médecine de ville et une activité annexe de vaccination.
Les services mis en place par la CAFAT ont conduit à l’administration de
37 117
vaccins en 2021, 13 723 tests de dépistages et 4 484 consultations pour les patients
ayant contracté la maladie.
Les économies générées dans le cadre de la crise sanitaire
Les périodes de confinement ont également eu des incidences budgétaires sur les
dépenses de santé courantes. En 2020 une diminution de 383 MF CFP a été
constatée sur les honoraires versés aux professionnels libéraux (dont la charge totale
pour le régime s’élève à
8,541 MdF
CFP en 2020). Pour 2021, cette économie ne s’est
pas reproduite en raison des nouveaux protocoles mis en œuvre par les professionnels
de santé libéraux afin de poursuivre autant que possible leur activité, y compris
pendant les périodes de confinement.
Par ailleurs, en conséquence de la fermeture des frontières australiennes
25
et de la
diminution du nombre de rotations aéronautiques entre Nouméa et Paris, la crise
sanitaire a entrai
né une diminution de 26,7 % du volume d’évacuations sanitaires et
des soins hors territoire, ce qui a représenté une économie de 1,49 MdF CFP dans les
charges du
régime d’assurance maladie
-maternité
en 2020. Cette économie n’a pas
été renouvelée en 2021 en
raison des accords passés avec l’Australie pour maintenir
les opérations d’évacuations, y compris pendant les périodes de confinement.
Impact financier de la crise sanitaire sur les régimes de sécurité sociale
Le coût de la crise sanitaire sur les régimes de sécurité sociale a représenté une
charge cumulée de 3,70 MdF CFP au titre des années 2020 et 2021,
dont 531,5 MF CFP en 2020 et 3,17 MdF CFP en 2021.
Incidences financières de la crise sanitaire sur les régimes de sécurité sociale
En MF CFP
2020
2021
Total
Pertes sur les produits de cotisations
2 060
2 190
4 250,0
Dont chômage partiel
400
360
760
25
Excepté pour les urgences vitales.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
33/102
En MF CFP
2020
2021
Total
Dont report des échéances
1 360
300
1 660
Dont exonérations
0
310
310
Dont ralentissement économique
300
1 220
1 520
Coûts pour les régimes
- 1 528,5
2 449
- 544,0
Dont RUAMM : dépenses de santé (dépistages,
vaccination,)
338
983
1 321
Dont RUAMM : économies sur les dépenses de santé
- 383
0
- 383
Dont RUAMM : économies sur les évacuations sanitaires et
soins hors territoire
- 1 490
0
- 1 490
Dont régime des prestations familiales
6,5
1,5
8,0
Total
531,5
3 174,5
3 706,0
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les éléments obtenus au cours de la l’instruction
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Les actions destinées à réduire la diffusion du virus telles que la limitation des liaisons
aériennes ou la quarantaine pour les voyageurs à l’arrivée sur le territoire, ont eu des
incidences sur les dépenses du régime d’assurance maladie. De plus, un disposit
if de
majoration des allocations familiales a été mis en place pour compenser la perte de
salaire des parents d’un enfant de moins de 16 ans faisant l’objet d’une mesure de
maintien à domicile. Les charges supplémentaires pour les régimes de protection
soc
iales qui résultent de l’application de l’ensemble des mesures prises par la
Nouvelle-Calédonie, nettes des économies réalisées du fait de la limitation des
évacuations
et
des
soins
hors
du
territoire,
représentent
une
économie
de 0,54 MdF CFP au titre des années 2020 et 2021.
La crise sanitaire a aussi conduit la Nouvelle-Calédonie à mettre en place un dispositif
de chômage partiel et de reports et d’exonérations exceptionnelles de charges
sociales pour soutenir l’économie du territoire. Le dispositif de c
hômage partiel
spécifique a été financé à hauteur de 7,9 MdF CFP au titre de 2020 et 2021 par la
Nouvelle-Calédonie et a eu un impact limité à 0,76 MdF CFP sur les régimes de
protection sociale.
Globalement, le manque à gagner qui résulte du ralentissement économique lié à la
crise sanitaire, en termes de produits de cotisations sociales, ainsi que des reports et
exonérations de cotisations sociales s’établit à
4,25 MdF CFP pour 2020 et 2021 pour
les régimes de protection sociale.
Tenant compte, de plus, d
es dépenses prises en charges par le régime d’assurance
maladie et le régime des prestations familiales ; la crise sanitaire a eu un impact
cumulé de 3,70 MdF CFP sur les régimes de protection sociale en 2020 et 2021.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
34/102
Le bilan fonctionnel
Des réserves dont la disponibilité fait défaut
Les réserves
s’établiss
ent à 15,1 MF CFP en 2021, ce qui représente une diminution
de 44,5 MdF CFP (- 74,6 %) depuis 2015 (59,6 MdF CFP).
En 2021, l’essentiel des
réserves de la caisse est constitué par le régime vieillesse à hauteur
de 32,04 MdF
CFP. Le fonds de réserve du régime d’assurance maladie
-maternité est
déficitaire de 37,42 MdF CFP.
Réserves de la caisse
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2 019
2020
2021
Accidents du travail et maladies pro.
2 932
2 843
1 713
709
699
536
691
Chômage
3 289
2 469
1 677
1 213
999
646
813
Prestations familiales
5 365
5 059
3 914
4 313
4 972
3 981
4 639
Prestations familiales solidarité
2 009
433
398
437
352
447
- 57
Maladie-maternité
- 11 044
- 18 522
- 19 416
- 20 300
- 27 573
- 36 905
- 37 425
Vieillesse
49 450
50 063
49 768
47 169
44 163
35 546
32 037
Solde des réserves des régimes
52 698
42 345
38 054
33 541
23 612
4 251
698
Réserves immobilisées
6 920
7 405
9 046
9 335
10 070
15 712
14 409
Total
59 618
49 750
47 100
42 876
33 682
19 963
15 107
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
La caisse dispose de réserves immobilisées qu
i s’élevent à 1
4,41 MdF CFP en 2021.
Ces réserves correspondent à la valeur résiduelle des immobilisations, c’est
-à-dire à
leur valeur nette après amortissements, inscrites au passif du bilan. Ces montants ne
correspondent pas à des sommes directement mobilisables. Le détail de ces réserves
figure en annexe n°6.
L
’article Lp.122
de la loi de 2002 précise les conditions dans lesquelles le résultat peut
être affecté aux réserves propres à chaque branche et les mécanismes de
compensation entre les r
égimes. En premier lieu, si les produits d’un régime excédent
le montant de ses charges, le résultat est affecté à un fonds de réserve propre à ce
régime.
À contrario
, si le résultat est déficitaire, un prélèvement sur le fonds de réserve
propre au régime doit être effectué. En cas d’insuffisance des réserves propres à
chaque régime, la loi prévoit que «
l’équilibre financier de la bra
nche considérée doit
être maintenu ou rétabli (…) soit par une modification des taux des prestations, soit
par une augmentation de ses ressources, soit par une combinaison de ces mesures
».
Des montants minimum et maximum de réserves ont été progressivement fixés
entre 1984 et 2009 par la voie réglementaire pour chacun des régimes de sécurité
sociale.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
35/102
Encadrement règlementaire des réserves et montants effectifs des réserves
des régimes
Régime
Minimum des fonds de
réserves en fin d’exercice
Maximum des fonds de
réserves en fin d’exercice
Montant
31/12/2015 en MF
CFP
Montant
31/12/2021 en MF
CFP
Accidents du
travail et maladie
pro.
8/12 des dépenses du dernier
exercice
-
3 058
(soit 7/12)
691
(soit 1,6/12)
Chômage
2/12 des dépenses du dernier
exercice
8/12 des dépenses du
dernier exercice
3 312
(soit 10/12)
813
(soit 1,2/12)
Prestations
familiales
2/12 des dépenses du dernier
exercice
8/12 des dépenses du
dernier exercice
9 042
(soit 7/12)
4 639
(soit 9,7/12)
Maladie-
maternité
4/12 des prestations services
du dernier exercice
8/12 des prestations
servies du dernier exercice
- 11 044
(soit 1,9/12)
- 37 425
(soit - 5,1/12)
Vieillesse
100 % des dépenses du dernier
exercice
-
50 964
(soit 16/12)
32 037
(soit 9,8/12)
Source : chambre territori
ale des comptes, d’après les comptes publiés
Lorsque les fonds de réserve des branches accidents du travail et maladies
professionnelles, famille et chômage atteignent le montant maximum fixé par la
réglementation,
l’excédent de ces fonds
peut alimenter un fonds général de
compensation inter-régimes
26
. Le fonds de réserve de l’assurance maladie ne peut ni
abonder, ni recevoir de fonds du fonds de compensation inter-régimes. Le fonds de
réserve du régime vieillesse ne peut pas abonder ce fonds de compensation, mais
peut être abondé par ce dernier lorsque ses propres réserves sont inférieures au
montant minimum requis.
Lors du conseil d’administration du 4 juin 2021, le commissaire aux comptes s’est
exprimé sur ce point en indiquant que «
la réglementation relative aux fonds de
réserves n’est plus adaptée depuis la mise en place de la comptabilité en droits
constatés puisque le résultat net des régimes qui en découle ne suit pas le solde de
trésorerie disponible en fin d’exercice
».
La chambre partage cette analyse et invite la caisse à proposer à la Nouvelle-
Calédonie une évolution des textes qui fixent les seuils des réserves des régimes.
La diminution de la trésorerie
La hausse du besoin en fonds de roulement de 7,7 MdF CFP entre 2015 et 2020 et la
baisse de la trésorerie nette (- 30 %), induisent une dégradation continue de la
situation financière de la CAFAT. Cet
te tendance s’est p
oursuivie en 2021, année où
la trésorerie nette s’élève à 37,
6
MdF CFP alors qu’elle atteignait de près
de 43 MdF
CFP l’année précédente et plus de 60 MdF CFP en 2015 et 2016.
26
Article 41 de la délibération n°458 du 8 janvier 2009 et article 11 de la loi du pays n°2009-3 du 7 janvier 2009 relatives au fonds
de réserve général de compensation inter-régimes.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
36/102
Construction de la trésorerie nette (MF CFP)
Source : chambre territoriale de
s comptes, d’après les
comptes publiés
La trésorerie consolidée traduit des situations très différentes entre les régimes. Les
situations de trésorerie des régimes ne sont pas fongibles et doivent être analysées
de manière distincte.
Trésorerie des régimes
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Trésorerie nette
61 870
60 892
56 890
52 518
46 248
42 923
37 603
Dont accidents du travail
et maladies professionnelles
2 136
2 317
1 578
671
494
577
604
Dont chômage
2 476
1 764
1 233
730
193
1 718
203
Dont famille
3 157
3 983
3 395
3 144
2 831
3 126
3 020
Dont prestations familiales de solidarité
1 385
813
779
839
518
872
250
Dont maladie maternité
272
317
1 460
2 538
1 681
1 756
501
Dont vieillesse
46 991
47 409
43 393
39 162
35 691
29 667
25 470
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
Afin de prévenir de possibles difficultés de trésorerie, la CAFAT a mis
en œuvre
progressivement depuis 2018 un suivi journalier et prévisionnel de la trésorerie de
chacun des régimes.
Des créances en hausse
L’actif immobilisé de la CAFAT retraité des opérations réciproques
27
, a augmenté de
plus de 108 % entre 2015 et 2021 pour atteindre 10,43 MdF CFP fin
2020, alors qu’il
était de 5 MdF CFP fin 2015. Cette hausse est principalement attribuable à un prêt
de 5 MdF CFP des régimes vieillesse (3,5 MdF CFP) et familles (1,5 MdF CFP) sur
leurs réserves, au profit du régime maladie-
maternité en 2020 afin d’éviter une rupture
de trésorerie.
27
En 2020, un prêt exceptionnel des régimes familles (1,5 MdF CFP) et vieillesse (3,5 MdF CFP) a été réalisé au profit du
RUAMM. L’actif immobilisé inscrit au bilan (7,05 MdF CFP), et en particulier le poste «
autres créances immobilisées
», retraité
de ce montant dédu
it de la première annuité de remboursement (1,72 MdF CFP) s’établit donc à 10,44 MdF CFP.
72 161
72 502
75 175
77 065
72 152
60 974
58 558
10 291
11 610
18 285
24 547
25 904
18 051
20 955
61 870
60 892
56 890
52 518
46 248
42 923
37 603
0
10 000
20 000
30 000
40 000
50 000
60 000
70 000
80 000
90 000
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Fonds de roulement
Besoin en fonds de roulement
Tresorerie nette
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
37/102
Les locaux de la CAFAT sont gérés par l’intermédiaire
de sociétés civiles
immobilières
28
pour un montant immobilisé de 3,7 MdF CFP en 2020 comptabilisé à
l’actif du bilan.
L’actif circulant a diminué de
23,15 MdF CFP entre 2015 et 2021
pour s’établir
à 98,75 MdF CFP, soit une baisse de 20 %.
Cette évolution reflète une diminution du montant des produits à recevoir inscrits au
bilan le 31 décembre 2016, imputable à un changement de méthode prédictive
permettant de les calculer (voir ci-dessus)
. L’actif circulant a alors mécaniquement
baissé de 16,4 MdF CFP sur la seule année 2016.
En revanche, le montant des créances brutes sur les cotisants est passé
de 34,3 MdF CFP fin 2015 à 58,11 MdF CFP fin 2021. Les créances ont ainsi
augmenté vingt fois plus vite (+ 69,4 %) que le produit des cotisations (+ 3,8 %), ce qui
traduit le fait qu’une part croissante des produits de cotisations ne donne pas lieu à un
encaissement effectif.
En outre, les créances brutes sur les collectivités publiques sont passées
de 7,7 MdF CFP fin 2015 à 17,02 MdF CFP en 2021. La progression constatée
depuis
2015 traduit des retards de versement à la CAFAT, par l’agence sanitaire et
sociale, des compensations gouvernementales aux mesures d’allègement des
cotisations sociales pour 12,26 MdF CFP en 2021 (10,4 MdF CFP en 2020).
Des retards de paiements des régimes croissants
L’endettement
29
de la CAFAT a progressé de 55,5 MdF CFP en 2015 à 80,4 MdF CFP
en 2021. Ces montants comportaient en 2021 une somme de 29,1 MdF CFP de dettes
internes, dont l’essentiel (2
2,6 MdF CFP) était relatif à des cotisations perçues mais
restant à affecter entre les régimes de la caisse.
En 2021, plus de 75 % des dettes externes (soit 38,9 MdF CFP sur 51,28 MdF CFP)
étaient constitués de prestations sociales restant à verser à des bénéficiaires. Sur ce
montant, 36,46 MdF CFP étaient imputables
à la gestion du régime d’assurance
maladie-maternité. En effet, en raison des difficultés de trésorerie rencontrées par ce
régime, la CAFAT retarde le versement des dotations aux établissements publics de
santé et le remboursement a
ux provinces de la part de l’aide médicale prise en charge
par le régime maladie
(s’agissant des assurés pour lesquels l’aide médicale prend
uniquement en charge le ticket modérateur). Compte tenu de ces retards de paiement,
les dettes de la CAFAT envers les établissements publics de santé et les provinces
atteignaient respectivement 25,8 MdF CFP et 5,6 MdF CFP fin 2021, contre
6 MdF CFP et 4 MdF CFP fin 2015.
Endettement et retards de paiements
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Avance du régime famille au RUAMM
3 072
3 072
3 072
3 072
3 072
3 072
3 072
28
Aucun tiers ne prends part à ces sociétés.
29
La caisse ne dispose pas de la capacité juridique à contracter des emprunts, l’endettement est constitué de retards de
paiements ou de créances.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
38/102
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Prêt des régimes famille et vieillesse au
RUAMM
0
0
0
5 047
3 390
Cotisations sociales restant à affecter aux
régimes
25 350
16 056
18 724
17 822
19 673
20 648
22 652
Cautionnements
2
2
2
2
2
1
1
Total des dettes internes
28 424
19 130
21 798
20 896
22 747
28 768
29 115
Avance reçue de la Nouvelle-Calédonie pour
le RUAMM
2 400
1 050
1 050
1 050
1 050
1 050
1 050
Avance reçue de la Nouvelle-Calédonie au
titre de la crise sanitaire
0
0
0
1 360
1 360
Avances reçues des provinces au titre des
évacuations sanitaires
39
39
39
39
39
39
39
Fournisseurs
358
346
385
376
256
431
416
Prestataires (assurés et tiers)
15 399
18 355
20 166
26 612
33 869
36 224
38 860
Organismes sociaux
1 032
898
887
910
934
964
977
Entités publiques
4 631
3 962
3 871
4 632
5 174
6 615
4 162
Créditeurs divers
2 239
2 393
2 171
2 421
3 033
2 936
3 101
Dettes diverses
981
807
614
972
778
1 320
1 317
Total des dettes externes
27 079
27 850
29 183
37 012
45 133
50 939
51 282
Total
55 503
46 980
50 981
57 908
67 880
79 707
80 397
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
La CAFAT a constitué des réserves à partir des résultats excédentaires des régimes au
premier rang desquels figure celui de retraite.
Sous l’effet des déficits annuels de la plupart
des régimes, le montant total des réserves de la CAFAT a diminué de 59,6 MdF CFP fin 2015
à 14,41 MdF CFP en 2021. Fin 2021, les réserves du régime de retraite
s’élèvent
à 32 MdF CFP, soit une diminution de 35 % par rapport à 2015 alors que le régime
d’assurance maladie présente des réserves négatives
de plus de 37 MdF CFP.
La règlementation relative aux réserves est devenue obsolète depuis que la comptabilité de la
caisse est organisée en droit constatés. La CAFAT doit proposer en 2023 à la Nouvelle-
Calédonie une évolution de la règlementation relative à la constitution de ses réserves.
La trésorerie consolidée (62 MdF CFP en 2015 et 37 MdF CFP en 2021) traduit des situations
très différentes entre les régimes. Le régime vieillesse bénéficiait ainsi
d’une trésorerie
de 25,4
MdF CFP, celui des prestations familiales d’un montant de 3
MdF CFP alors que la
trésorerie des a
utres régimes était pour chacune d’entre elles inférieure à 1
MdF CFP.
De surcroît, l’endettement
de la CAFAT a progressé de 55,5 MdF CFP en 2015
à 80,4 MdF CFP en 2021.
Les retards de paiement du régime d’assurance maladie
qui
s’établissaient à
36,4 MdF CFP en 2021 concernent essentiellement les établissements
publics de santé et les provinces et représentent
plus de 90 % de l’endettement
des régimes
de sécurité sociale depuis 2015.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
39/102
3
LE REGIME UNIFIE
D’ASSURANCE MALADIE
-MATERNITE
Créé en 2002, le régime
unifié d’assurance maladie et maternité p
rend en charge les
soins de près de 263 200 bénéficiaires en 2021
30
. Le niveau des prises en charge des
frais de santé varie en fonction de la nature des soins reçus. Les soins courants, y
compris en optique et dentaire, sont remboursés en moyenne à hauteur de 40 %. Ce
taux est porté à 100 % en cas de maternité, de soins spécifiques tels que les vaccins
ou d’interruption volontaire de grossesse. En cas d’hospitalisation, les douze premier
s
jours sont remboursés à 70 % et les jours suivants à 100 %. Le patient conserve à sa
charge un forfait journalier de 1 800 F CFP. Les actes de chirurgie les plus courants
sont remboursés à 60 %.
Un
déséquilibre durable
Un régime en déficit permanent
Déficitaire de 0,6 MdF CFP dès sa
création en 2002, le régime unifié d’assurance
maladie maternité a cumulé 1,2 MdF CFP de résultats négatifs entre 2002 et 2014.
En 2014, il a enregistré un important déficit, qui a augmenté en 2015 et à nouveau
en 2016. Si le
régime d’assurance maladie
-maternité
n’a pas enregistré des déficits
plus élevés en 2017 et 2018, c’est en raison des dotations versées depuis 2010 par la
Nouvelle-Calédonie.
Résultat annuel du régime maladie maternité
MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Variation
Produits
70 464,9
80 250,2
82 940,7
84 394,3
82 047,9
77 747,6
87 478,6
24,1 %
Charges
76 724,5
87 430,9
83 286,6
85 064,2
89 112,0
86 768,8
87 790,1
14,4 %
Résultat
- 6 259,6
- 7 180,6
- 345,9
- 669,8
- 7 064,2
- 9 020,8
- 311,5
- 95,0 %
Déficit rapporté aux produits
- 8,9 %
- 9,0 %
- 0,4 %
- 0,8 %
-8 ,6 %
- 11,6 %
- 0,4 %
-
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les comptes publiés
En 2019, le déficit s’est fortement aggravé, atteignant 7,1
MdF CFP, malgré une
dotation proche de 7,8 MdF CFP. Cette
tendance s’est accentuée en
2020, avec un
déficit de 9 MdF
CFP alors qu’une dotation de 5,3
MdF CFP a été versée par la
Nouvelle-Calédonie. En 2021, le déficit est réduit à 0,31 MdF CFP en raison du
versement par la Nouvelle-Calédonie
d’
une contribution de 13,38 MdF CFP,
dont 11,66
MdF
CFP
au
titre
du
soutien
au
régime
d’assurance
maladie
et 1,720 MdF
CFP au titre de l’affectation à la CAFAT d’une part de la contribution
calédonienne de solidarité pour rembourser l’annualité du prêt des régimes familles et
vieillesse au régime d’assurance maladie effectué en 2020. Le régime d’assurance
maladie a par ailleurs perçu une dotation
de l’agence sanitaire et sociale
de 0,78 MdF CFP
31
au titre du soutien spécifique à la crise sanitaire.
30
Un régime d’assurance maladie et invalidité avait été institué en 1969 pour les seuls travailleurs salariés. En 1982, possibi
lité
avait été donnée aux autres habitants de s’assurer de manière volontaire. Depuis 2002, ce régime est qualifié d’unifié puisque
les salariés et les fonctionnaires y sont affiliés et que les travailleurs indépendants sont tenus de s’y affilier.
31
En outre le RUAMM a bénéficié d’un versement de l’agence sanitaire et sociale pour des retards sur les compen
sations de
charges des années antérieures pour 0,598 MdF CFP
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
40/102
Entre 2015 et 2021, les produits du régime ont augmenté de 24,1 % (17 MdF CFP),
pour atteindre 87,5 MdF CFP. Parallèlement, les charges ont progressé de 14,4 %
(17
MdF CFP) pour s’élever à 87,
8 MdF CFP en 2021.
Une progression des produits tirée par les dotations de la Nouvelle-Calédonie
En 2021, les produits du régime d’assurance maladie
-maternité représentent 55,6 %
des produits des régimes de sécurité
sociale de la CAFAT, c’est
-à-dire 87,5 MdF CFP
sur 157,5 MdF CFP. Cette proportion a augmenté par rapport à 2015 (51,2 %).
Produits du régime maladie maternité
MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Variation
Produits
70 464,9
80 250,2
82 940,7
84 394,3
82 047,9
77 747,6
87 478,6
24,1 %
dont cotisations sociales
53 360,3
57 790,5
56 626,1
57 870,8
59 285,8
57 872,4
58 220,9
9,1 %
dont compensations
8 315,0
8 099,1
8 297,4
8 565,8
6 678,2
6 731,7
7 516,5
- 9,6 %
dont contributions
publiques
2 362,5
6 800,0
10 050,0
9 700,0
7 764,9
5 300,0
14 155,8
499,2 %
Source : chambre
territoriale des comptes, d’après les comptes publiés
Les produits tirés des cotisations au régime
Hors compensations pour allègements de cotisations, les cotisations affectées au
régime d’assurance maladie
-maternité (58,2 MdF CFP) représentent en 2021 plus de
la moitié (54,63
%) de l’ensemble des cotisations
sociales perçues par les
régimes (106,3 MdF CFP). Le régime vieillesse reçoit 27,1 % des cotisations et le
régime des prestations familiales 10,9 %. Ces proportions sont identiques
depuis 2015.
Entre 2015 et 2021, la progression des produits de cotisations sociales, qui constituent
le mode de financement de droit commun du régime, représente 29 % de
l’augmentation
des
produ
its
du
régime
d’assurance
maladie
-maternité
soit 4,9 MF CFP, sur 17,01 MdF CFP. Par comparaison, la part de la progression des
subventio
ns de la Nouvelle Calédonie et de l’agence sanitaire et sociale, hors
compensations de charges, s’établit à
69,3 % au cours de cette même période.
En 2020, dans un contexte de ralentissement de l’économie calédonienne résultant de
la crise sanitaire, les cotisations sociales diminuent de 1,4 MdF CFP. Elles progressent
ensuite de 0,34 MdF FCP en 2021 pour atteindre 58,2 MdF CFP mais sans retrouver
leur ni
veau d’avant la crise sanitaire
(59,3 MdF CFP en 2019).
Les produits du
régime d’assurance maladie
-maternité tirés des cotisations des actifs
proviennent à 83 % des employeurs, salariés et fonctionnaires et à 17 % des
indépendants
32
. Un prélèvement de 1,5 % est par ailleurs appliqué sur les pensions
versées aux retraités au bénéfice du
régime d’assurance malad
ie-maternité
33
.
32
Les indépendants peuvent bénéficier, en fonction de leur choix, d’une couverture plus ou moins
complète. Les assiettes et les
taux diffèrent pour chaque type de couverture.
33
Les pensions de retraite sont, par ailleurs, assujetties à la contribution calédonienne de solidarité.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
41/102
Il existe deux tranches et deux taux distincts de cotisation au
régime d’assurance
maladie-maternité pour les salariés, les contractuels de la fonction publique et les
fonctionnaires :
la première, sur les revenus mensuels de 1 à 510 500 F CFP avec un
taux de 15,52 % pour les salariés et les contractuels de la fonction
publique, dont 11,67 % pour la part patronale
34
, un taux de 14 % pour
les fonctionnaires, dont 10,15 % pour la part employeur et un taux de
5 % à 9 % pour les indépendants ;
la seconde, sur les revenus mensuels supérieurs à 510 501 F CFP
avec un taux de 5 % pour les salariés, les fonctionnaires et les
indépendants, dont 3,75 % pour la part patronale.
Taux de cotisations sociales au
régime d’assurance maladie
-maternité
Secteurs
Taux de la première
tranche
Taux de la seconde
tranche
Part de la première
tranche dans les
produits de
cotisations du
secteur
Part de la seconde
tranche dans les
produits de
cotisations du
secteur
Privé
14,4 %
5 %
96 %
4 %
Contractuels de la
fonction publique
14,8 %
5 %
95 %
5 %
Fonctionnaires
14 %
5 %
94 %
6 %
Indépendants
7,1 %
5 %
81 %
19 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après le
s données fournies par la CAFAT
Selon une étude réalisée par la CAFAT et relative aux produits de cotisations perçus
en 2020, la valeur du point de cotisation de la première tranche était alors
de 3,3 MdF CFP et celle du point de la seconde tranche de 448 MF CFP.
Jusqu’à l’entrée en vigueur de la loi du pays n°2022
-2 du 21 janvier 2022, la seconde
tranche de cotisation était plafonnée à 5 279 700 F mensuels. Malgré la suppression
du plafond de la seconde tranche par la loi du pays du 21 janvier 2022, ce régime reste
particulièrement favorable aux rémunérations les plus élevées. Par comparaison, en
métropole, un taux de 7
% s’applique jusqu’à 2,5 SMIC
35
puis un taux de 13 %
s’applique au
-delà de ce montant, sans plafond.
Des dotations qui réduisent le déficit du régime
Le produit des cotisations n’est pas suffisamment dynamique pour couvrir
l’augmentation des cha
rges du régime. Dans ces conditions, la Nouvelle-Calédonie
directement, ou par l’intermédiaire de son agence sanitaire et sociale, intervient
systématiquement dans son financement. En 2021, les dotations versées pour le
rééquilibrage
du
régime
au
titre
de
l’année,
s’élèvent
à
12,43 MF
CFP,
34
Avant 2016, le taux de cotisation était fixé à 11,30 %. Son relèvement de 0,37 point en 2016 a été compensé pour les
employeurs par une baisse de la part patronale des cotisations au régime des prestations familiales de 0,41 point. Cette opération
visait à doter le RUAMM de 800 M FCFP de recettes complémentaires.
35
Soit 3 848
€ ou 459
188 F CFP à la date de rédaction de ce rapport.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
42/102
dont 11,66 MF CFP de la Nouvelle-Calédonie
36
et 0,78 MF CFP
par l’agence sanitaire
et sociale.
Entre 2015 et 2021, le montant cumulé des dotations versées au
régime d’assurance
maladie-maternité a atteint plus de 54,1 MdF CFP.
Financement attribué au régime maladie-maternité par la Nouvelle-Calédonie
37
MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Cumul
Dotations
2 362,5
6 800,0
10 050,0
9 700,0
7 764,9
5 300,0
12 435,5
54 413,2
Dont
agence
sanitaire et
sociale
2 362,5
6 800,0
10 050,0
9 700,0
7 764,9
0
0,8
36 672,2
Part dans
les produits
3,35 %
8,47 %
12,12 %
11,49 %
9,46 %
6,82 %
14,22 %
-
Source :
chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
Ces versements n’ont pas été suffisants pour couvrir le besoi
n de financement du
régime dont les déficits ont été récurrents entre 2015 et 2021. Cette situation souligne
l’inadaptation du
modèle de financement du régime maladie-maternité : en leur
absence, le résultat annuel du régime d’assurance maladie aurait été
en moyenne
déficitaire de 13,96 MF CFP chaque année depuis 2019. Ce montant correspond donc
au besoin de financement structurel du régime
Incidence des dotations sur le résultat annuel (en MF CFP)
Source :
chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
Des dépenses en baisse depuis la crise sanitaire
Les charges du
régime d’assurance maladie
ont augmenté de 16,1 % (12,4 MdF CFP)
entre 2015 et 2019,
année où elles s’établissaient à
89,1 MdF CFP. Elles ont ensuite
diminué de 2,35 MdF CFP en 2020 et remontent à 87,8 MdF CFP en 2021.
36
En sus de ce montant la Nouvelle-Calédonie a versé un montant de 1,72 MdF CFP au régime au titre de la contribution
calédonienne de solidarité afin de financer la tranche 2021 du remboursement du prêt de 5MdF CFP des régimes familles et
vieillesse en application de la loi du Pays n°2020-6 du 15 mai 2020.
37
S’agissant des années précédentes, les montants de subventions étaient moins élevés, mais tout aussi instables
: 1,5 MdF
CFP en 2010, 4,6 Md en 2011, 2,3 Md en 2012, 2,7 Md en 2013, aucune en 2014.
-6 259,6
-7 180,6
- 345,9
- 669,8
-7 064,2
-9 020,8
- 311,5
-8 622,1
-13 980,6
-10 395,9
-10 369,8
-14 829,1
-14 320,8
-12 747,3
-16 000
-14 000
-12 000
-10 000
-8 000
-6 000
-4 000
-2 000
0
2 000
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Résultat
Résultat hors dotation
Linéaire (Résultat hors dotation)
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
43/102
Les charges du régime représentent en moyenne 55 % des charges des régimes de
sécurité sociale entre 2015 et 2021, année où cette proportion est de 54,4 %.
En 2021, les charges qui résultent des prestations de santé
s’établissent
à 71,1 MdF CFP
contre 72,3 MdF CFP
en
2019.
Ces
charges
représentent 26,7 MdF CFP pour le secteur public hospitalier, 9,2 MdF CFP pour les
cliniques, 23,7 MdF CFP pour les soins de ville et 4,4 MdF CFP pour les prestations
en espèces (inde
mnités journalières, pensions d’invalidité et capitaux décès). De plus,
un montant de 4 MdF CFP a été dépensé pour les soins hors territoire (la suspension
des liaisons aériennes avec l’Australi
e induit en 2021, une baisse de 1,36 MdF CFP
sur le poste de dépense des évacuations sanitaires entre 2020 et 2021).
La
diminution
du
montant
des
charges
de
prestations
constatée
en 2020 (- 2,3 MdF CFP par rapport à 2019) est essentiellement la conséquence de
la crise sanitaire dont les confinements ont réduit l’acc
ès aux soins et en particulier
aux consultations en secteur libéral. En 2021, les charges de prestations progressent
de 365,6 Md F CFP, tout en étant inférieure de 1,3 MdF CFP au montant de 2019 en
raison également des confinements de la population liés à la gestion de la crise
sanitaire.
Les prescriptions d’évacuations sanitaires réalisées
par des médecins généralistes ou
spécialistes, libéraux ou hospitaliers
38
, sont instruites par un médecin conseil et
approuvés par une commission médicale du contrôle médical qui se réunit chaque
semaine
39
. Le taux de refus s’établit en moyenne à près de 6 % des demandes
depuis 2018.
En 2015, le
régime d’assurance maladie
-maternité a pris en charge 1 508 évacuations
contre 1 332 en 2019 et 733 en 2020. Les dépenses liées aux évacuations sanitaires
ont diminué de 15,5 % entre 2015 et 2018, pour atteindre 5,4 MdF CFP puis de 5 %
en 2019 et de 27 % en 2020 et sont restées stables en 2021. En sus des effets de la
crise sanitaire, cette diminution tendancielle s’explique notamment, par l’élargissement
de l’offre de soins sur le territoire et une coopération accrue avec des équipes de
métropole qui se déplacent en Nouvelle-Calédonie pour effectuer des interventions
programmées.
Charges du régime maladie-maternité
MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Variation
Charges
76 724,5
87 430,9
83 286,6
85 064,2
89 112,0
86 768,8
87 790,1
14,4 %
dont prestations
63 956,8
66 609,2
68 090,7
70 338,0
72 364,0
70 696,0
71 061,6
11,1%
dont prestations
en espèces
3 972,9
4 196,0
4 149,8
4 359,2
4 456,0
4 423,9
4 537,3
14,2 %
dont soins de ville
21 686,0
22 576,5
22 681,8
23 150,4
23 699,7
23 644,5
23 737,1
9,5 %
dont hospitalisation
publique
22 582,0
23 687,1
25 259,2
26 594,0
27 664,6
26 741,9
26 637,6
18,0 %
dont hospitalisation
privée
6 673,8
7 345,0
7 839,2
7 957,1
8 594,6
9 247,4
9 119,2
36,6 %
dont soins
hors territoire
6 936,2
6 399,1
5 453,0
5 864,0
5 562,7
4 074,7
4 079,4
- 41 %
dont dotations
aux provisions
4 507,0
6 678,0
7 171,6
6 865,1
6 357,5
6 339,2
5 901,1
30,9 %
38
Les médecins des établissements de santé sont à l’origine de près de 70 % de prescriptions d’évacuations sanitaires chaque
année. En moyenne depuis 2018, près de 45 % des évacuations sont pr
ononcées pour des soins d’oncologie.
39
Les statistiques complètes relatives aux évacuations sanitaires sont centralisées par le service du contrôle médical.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
44/102
MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Variation
dont charges de gestion
courantes
3 499,1
3 544,5
3 258,7
3 262,8
3 351,9
3 351,9
3 295,3
- 5,8 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les
comptes publiés
Entre 2015 et 2021, la structure des charges a évolué dans un sens favorable au
secteur hospitalier : la part des charges de prestations correspondantes est passée
de 35,3 % à 37,5 % pour le secteur hospitalier public et de 10,4 % à 12,8 % pour le
secteur sanitaire privé. Dans le même temps, elle a baissé de 33,9 % à 33,4 % pour
les soins de ville et de 10,8 % à 5,7 % pour les soins hors territoire et est par ailleurs
restée stable pour les prestations en espèces, à 6,3 %.
Répartition des charges du
régime d’assurance maladie
-maternité, 2021 (%)
Source : chambre territoriale des co
mptes, d’après les
comptes publiés
Les facteurs d’augmentation des dépenses
Une croissance des actes ralentie par la crise sanitaire
Le régime d’assurance maladie verse des prestations en espèces et prend en charge
les soins hospitaliers, les soins hors territoire et une partie des soins de ville. Les
prestations en espèces sont constituées par des indemnités journalières d’arrêt de
travail et maternité, des pensions d’invalidité et des capitaux décès. Les soins
hospitaliers sont délivrés par trois établissements de santé publics (dont un centre
spécialisé en psychiatrie) et par une clinique privée à but lucratif, un centre de
radiothérapie privé à but lucratif et un centre de soins de suite à but lucratif. Les soins
médicaux hors territoire sont principalem
ent constitués d’évacuations sanitaires vers
l’Australie (pour 71 % des évacuations en 2020) ou vers la France (29 % des
évacuations en 2020).
L’activité du régime, mesurée en nombre d’actes
remboursés, hors établissements
publics (dont l’activité est déco
mptée en entrées et non en actes), est majoritairement
concentrée sur le secteur de ville qui représente en moyenne 92 % des actes
remboursés par le régime maladie entre 2015 (92 %) et 2021 (91 %).
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
45/102
Répartition de l’activité remboursée par le régime d’assur
ance maladie-
maternité
En volume d'actes
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Prestations en espèces
4,7 %
4,6 %
4,5 %
4,5 %
4,6 %
5,0 %
5,3 %
Actes en ville
92,0 %
92,1 %
92,2 %
92,2 %
92,0 %
91,3 %
90,9 %
Hospitalisation privée
1,6 %
1,6 %
1,6 %
1,5 %
1,6 %
1,9 %
1,9 %
Soins hors territoire
0,9 %
0,7 %
0,6 %
0,6 %
0,6 %
0,5 %
0,6 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les données de la CAFAT
Cette activité a progressé de 12,7 % entre 2015 et 2019. Le
nombre d’
actes a en effet
été porté de près de 18,1 millions en 2015 à près de 20,4 millions en 2019. Cependant,
avec les effets de la crise sanitaire, le volume des actes du régime a diminué en 2020
pour s’établir à 18,7 millions puis en 2021 avec un total de17,7 millions. L’évolution du
volume des actes remboursés par le
régime d’assurance maladie
-maternité
entre
2015 et 2021 s’établit donc à –
2,8 %. Entre 2019 et 2021, le volume des actes
a diminué de 13,5
%, ce qui représente un volume d’acte en baisse de 2,75 millions
depuis le début de la crise sanitaire.
L
’activité des établissements priv
és de santé a progressé de 16,5 % entre 2015
et 2021 et le volume des actes réalisés en 2020 et 2021 dans ces établissements est
supérieur à celui qui précédait la
crise sanitaire. L’impossible comparai
son avec
l’activité des établissements publics de santé
40
, ne permet pas d’objectiver cette
observation.
La chambre invite la caisse à se rapprocher de la direction des affaires sanitaires et
sociales pour disposer de données comparables de l’activité des
établissements
publics et privé de santé.
L’amélioration de la connaissance de l’activité des
établissements de santé peut, par exemple, permettre de mesurer le niveau de
développement de la chirurgie ambulatoire qui constitue un axe de réduction des
dépenses hospitalières.
Activité du régime maladie-maternité (hors établissements publics)
En volume
2015
2019
2020
2021
Variation
Actes totaux
18 161 610
20 394 543
18 692 972
17 648 916
- 512 694
- 2,8 %
dont actes en ville
16 709 732
18 765 819
17 063 564
16 037 827
- 671 905
- 4,0 %
dont hospitalisation privée
288 741
322 558
348 466
336 252
47 511
16,5 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les données de la CAFAT
Selon les dernières données disponibles auprès de la CAFAT, 668 médecins étaient
en activité au 31 décembre 2021, dont 253 exerçaient dans le secteur libéral et 404
exclusivement en tant que salariés. On dénombrait aussi 1 763 infirmiers (dont 222
libéraux),
66
officines
pharmaceutiques, 200
masseurs
kinésithérapeutes
(dont 126 libéraux), 140 sages-femmes (dont 33 libérales) et 126 chirurgiens-dentistes
(dont 84 libéraux). Plus de 85 % de ces professionnels étaient recensés dans la
province sud. La densité médicale est de 236,7 pour 10 000 habitants et la densité
40
L’activité des établissements publics de santé est mesurée en entrées et en journées alors que ce
lle des établissements privés
est comptabilisée en actes.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
46/102
infirmière de 624,7 pour 10 000 habitants. La démographie des professionnels
libéraux de santé est relativement stable
41
.
Avec 6,7
millions d’actes en 2019 et 5,8 millions d’actes en 2021, les infirmiers libéraux
sont les premiers producteurs de soins de ville. Entre 2015 et 2021, leur activité a
représenté en moyenne 36 % des actes réalisés en ville.
Répartition des volumes d’actes réalisés en ville
En %
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Pharmacies
7,8 %
7,5 %
7,6 %
9,1 %
9,1 %
9,4 %
10,1 %
Médecins libéraux
9,7%
9,6 %
9,2 %
8,6 %
8,7 %
8,7 %
9,2 %
Infirmiers
37,8 %
36,0 %
35,9 %
35,5%
35,8 %
35,8 %
36,5 %
Analyse de biologie médicale
2,0 %
1,9 %
1,8 %
1,7 %
1,7 %
1,9 %
2,0 %
Dialyse
0,3 %
0,3 %
0,3 %
0,3 %
0,3 %
0,4 %
0,4 %
Transports
31,8 %
34,3 %
33,9 %
33,9 %
34,2 %
33,1 %
30,2 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les données de la CAFAT
Les transports sanitaires ont représenté en moyenne 33 % des actes réalisés en ville
entre 2015 et 2021. La baisse de l’activité en 2021 a réduit la part des tran
sports
à 30
% de l’activité réalisée en ville cette année (soit 4,8 millions d’actes).
L’incidence des maladies chroniques et du vieillissement de la population
Les dépenses dites de «
longues maladies
» sont intégralement prises en charge,
sans ticket mo
dérateur ou reste à charge pour l’assuré, suivant des modalités
comparables aux affections de longue durée en métropole
42
.
En 2020, les dépenses liées à une longue maladie représentaient 60 % des dépenses
du régime et concernaient 47 521 assurés, soit 19 % du total des assurés. Entre 2015
et 2020, le nombre d’assurés pour lesquels est reconnu l’existence d’une longue
maladie a progressé de 5 %. Selon les projections réalisées par la CAFAT, en 2025,
ces assurés pourraient représenter 21
% du nombre total d’as
surés. En 2020, quatre
affections représentaient plus de 54
% du nombre total d’assurés pour lesquels avait
été reconnu l’existence d’une longue maladie
: le diabète (20 %), des tumeurs
malignes
(13
%),
l’hypertension
artérielle
(12
%),
et
des
insuffisances
cardiaques (9 %).
Selon les projections démographiques disponibles, 62 400 personnes, soit un habitant
sur cinq, aura 60 ans ou plus en 2030 ; 16 500 personnes auront 75 ans ou plus, soit
près d’un habitant sur vingt.
La commune de Nouméa verrait sa population âgée
de 60 ans ou
plus doubler d’ici 2034
.
Ces perspectives démographiques laissent présager une forte croissance des
pathologies liées au vieillissement, en particulier les maladies chroniques, qui
appellent des soins continus dans le temps et donc coûteux. La chambre invite la
41
En 2015 on dénombrait 645 médecins (dont 274 médecins libéraux et 371 médecins exclusivement salariés), 1 529 infirmiers
(206 libéraux), 255 pharmaciens, 157 masseurs kinésithérapeutes (121 libéraux), 142 sages-femmes et 127 chirurgiens-dentistes
(75 libéraux).
42
L’assuré ne supporte aucune participation aux frais médicaux et de transport lorsque ceux
-
ci sont liés à l’une des affections
visées à l’article Lp 78 de la loi relative à la sécurité soci
ale en Nouvelle-Calédonie.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
47/102
CAFAT à se rapprocher de la Nouvelle-Calédonie et de
l’
agence sanitaire et sociale
pour favoriser les actions de prévention susceptibles de limiter le développement de
ces affections.
Les dépenses de ville
Deuxième poste dans les charges de prestations du
régime d’assurance maladie
-
maternité en 2015 (21,7 MdF CFP, soit 33,9 % des charges) et 2021 (23,7 MdF CFP
soit, 33,6 % des charges), les dépenses de ville remboursées par le régime ont
progressé de 9,5 % entre 2015 et 2021.
Dépenses de ville remboursées par le
régime d’assurance maladie
-maternité
2015
2021
Variation
MF CFP
Part
MF CFP
Part
MF CFP
Croissance
Dépenses de ville
21 685,98
100 %
23 737,13
100 %
2 051,15
9,5 %
dont pharmacies
6 992,38
32,2 %
7 832,94
36,1 %
840,56
12,0 %
dont médecins
3 657,50
16,9 %
3 388,18
15,6 %
- 269,32
- 7,4 %
dont infirmiers
2 524,72
11,6 %
2 745,66
12,7 %
220,94
8,8 %
dont laboratoires
1 444,21
6,7 %
1 478,72
6,8 %
34,51
2,4 %
dont dialyse
2 316,05
10,7 %
3 257,53
13,7 %
941,48
40,6 %
dont transport
1 139,98
5,3 %
1 189,80
5,5 %
49,82
4,4 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après données de la CAFAT
Le montant du remboursement des produits délivrés en pharmacie
43
constitue le
premier poste des charges de ville du régime. Cette dépense a progressé de 12 %
depuis
2015 pour s’établir à 7,83
MdF CFP en 2021.
En raison d’une diminution de 9 % de leur volume d’actes, les charges liées aux
honoraires remboursés des médecins de ville ont diminué de 7,4 % depuis 2015,
(3,4 MdF CFP en 2021). Depuis le 30 mai 2013, les rapports entre les médecins et les
organismes de sécurité
sociale (CAFAT et provinces pour l’aide médicale) sont régis
par une convention type fixée par arrêté du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
En conséquence, les modifications relatives aux tarifs et aux règles applicables entre
la profession et ces organismes ne relèvent plus du dispositif conventionnel. Celles-ci
sont fixées par arrêté du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
À contrario
, depuis 2015, les charges liées aux honoraires infirmiers ont augmenté
de 8,8 % (2,74 MdF CFP en 2021) alors que le volume de leurs actes a diminué
de 7,4 %. Cette évolution résulte de la revalorisation des tarifs des honoraires des
infirmiers libéraux opérée en 2017. La charge liée au remboursement des honoraires
des infirmiers n’a
ensuite progressé que de 1,9 % depuis 2017, année où elle
s’établissait à
2, 69 MdF CFP, contre 2 ,74 MdF CFP en 2021.
Excepté pour les infirmiers, les tarifs conventionnels des professionnels de santé ont
très peu évolué au cours de ces dernières années.
43
Le prix des médicaments est fixé par arrêté du gouvernement de la Nouvelle-
Calédonie sans que la CAFAT n’ait à intervenir
sur ces décisions.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
48/102
En outre, depuis 2019, diverses mesures ont été progressivement mises en place pour
limiter la progression des dépenses de villes remboursées par le
régime d’assurance
maladie :
le gouvernem
ent a demandé au début de l’année 2020 à la CAFAT
44
de mettre fin au sursis à exécution, opéré depuis la fin de l’année 2007
par la CAFAT à la demande du gouvernement,
de la mise en œuvre
d
e l’article Lp. 79 de la loi du
11 janvier 2002 relative à la sécurité
sociale qui prévoit l’application d’un ticket modérateur de 10 % sur les
consultations médicales remboursées au titre d’une longue maladie.
La réactivation de ce ticket modérateur a engendré une économie de
36,5 MF CFP en 2020 et de
65 MF CFP d’économie
s en 2021 ;
par deux arrêtés du 11 février 2020
45
portant participation des
médecins à la maîtrise des dépenses du
régime d’assurance maladie
-
maternité, la majoration de fonction de médecin référent a été limitée
à un volume de 150 patients par an, pour une économie
de 59,2 MF CFP en 2020 ;
un acte de radiologie (Z5) a été supprimé pour une économie de
18,8 MF CFP en 2020.
Les dépenses d’hospitalisation privée
Les activités de soins de établissements privés financées par le
régime d’assurance
maladie résultent de tarifs conventionnels entre la clinique et la Nouvelle-Calédonie,
payés
chaque mois par l’assurance maladie en fonction de l’activité réalisée.
En 2018,
à
l’occasion de la réunificatio
n des trois cliniques privées (clinique Magnin, clinique de
la baie des citrons et p
olyclinique de l’anse
-vata) sur le site de Nouville, le
gouvernement et la clinique ont conclu
un protocole d’accord, dont la CAFAT n’est pas
signataire, qui prévoit de retenir le tarif le plus élevé des trois sites à compter de
l’ouvert
ure du nouvel établissement
ainsi qu’
une augmentation tarifaire de + 1,2 %
au 1
er
janvier 2019.
Depuis 2015, la progression des trois tarifs de court séjour, s’établit ainsi à près
de 18
% pour la médecine et la chirurgie et à près de 32 % pour l’obstétriq
ue.
Tarifs de l’hospitalisation privée en court séjour
Prix de
journée en
F CFP
2015
2016
2018
Depuis 2019
Variation avec le
tarif le plus élevé
en 2015
Clinique
Magnin
Baie
des
Citrons
Polyclinique
Anse Vata
Clinique
Magnin
Baie
des
Citrons
Anse
Vata
Kuindo
Magnin
Kuindo
Magnin
Médecine
23 649
23 649
21 077
28 379
28 379 25 292
28 379
28 720
5 071 17,87 %
Chirurgie
28 325
28 325
25 261
33 990
33 990 30 313
33 990
34 398
6 073 17,87 %
Obstétrique
41 434
-
29 742
59 671
- 40 747
59 671
60 387
18 953 31,76 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les informations transmises par la CAFAT
44
Courrier du président du gouvernement au président de la CAFAT du 24 février 2020.
45
Arrêtés n°2020-207/GNC et n°2020-205/GNC du 11 février 2020.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
49/102
Les charges liées à l’hospitalisation privé
e ont progressé de 36,6 % entre 2015
et 2021. Le montant versé par le
régime d’assurance ma
ladie-maternité aux cliniques
a progressé de 9,1 % en 2019 (5,1 MdF CFP) puis de 13,7 % en 2020 (5,8 MdF CFP)
sous l’effet de l’augmentation du volume des actes de 3,5 % en 2019 et de 12,3 %
en 2020.
Les honoraires des médecins libéraux qui exercent dans les établissements privés ont
diminué de près de 19,5 % depuis 2015, pour atteindre 1,14 MdF CFP en 2021, sous
l’effet d’une diminution du nombre d’actes de 17 % depuis 2015.
Charges de l’hos
pitalisation privée sur le
régime d’assurance maladie
-maternité
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Variation
Hospitalisation privée
6 673,8
7 345,0
7 839,2
7 957,1
8 594,6
9 247,4
9 119,2
2 445,4
36,6 %
Dont cliniques
4 625,5
4 552,3
4 629,4
4 653,9
5 080,6
5 818,6
5 874,7
1 249,3
27,0 %
Dont honoraires médicaux
1 413,7
1 400,4
1 401,9
1 334,2
1 310,9
1 386,6
1 137,4
-
276,3 - 19,5 %
Centre de soins de suite
486,7
1 044,1
1 030,5
1 147,6
1 322,8
1 216,9
1 320,9
834,2 171,4 %
Centre de radiothérapie
0,0
209,1
629,8
664,2
679,0
594,6
569,0
359,9 172,1 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après
données de la CAFAT
L’augmentation des
autres
charges d’hospitalisation privée résulte de l’ouverture du
centre de soins de suite et de réadaptation privé en mars 2015 et de celle du centre
de radiothérapie en octobre 2016, dont les charges pour le
régime d’assurance
maladie représentent respectivement 1,32 MdF CFP et 0,57 MF CFP en 2021.
Les tarifs du centre de radiothérapie privé
En novembre 2019, la CAFAT a sollicité auprès du gouvernement une révision des tarifs
applicables au centre de radiothérapie privé. Les tarifs, fixés par un arrêté du 15 décembre
2015, comportaient :
- un forfait de 2,460 MF CFP par patient, dans la limite de 300 patients par an ;
- un forfait de 1,230 MF CFP par patient, à partir du 381
ème
patient et aucune tarification pour
les patients 301 à 380.
Or, l’analyse des comptes de l’établissement réalisée par la CAFAT pour les exercices 2017
et 2018 faisait apparaître une marge nette de 25,9 % en 2017 et 24,9 % en 2018 et des
avances sur dividendes de 100 MF CFP pour chacun des deux associés. La CAFAT proposait
donc d’adopter un tarif unique de 1,350
MF CFP pour chacun des 400 patients (tenant compte
de l’activité constatée). Ce tarif
devait permettre au centre de réaliser encore un résultat net
de 32 MF CFP et une marge annuelle de 6 %.
L’arrêté
n° 2020-209 du 11 février 2020 (publié au JO-NC du 13 février 2020) a modifié les
tarifs du centre de radiothérapie et fixé un tarif de 1,35 MF CFP par patient et par séance, quel
que soit le nombre de patients.
La régulation récente des dépenses d’hospitalisation publique
Le financement des établissements publics de santé relève de la compétence de la
Nouvelle-Calédonie. Le gouvernement propose chaque année au congrès le montant
des dépenses hospitalières composées de la dotation annuelle de financement et des
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
50/102
tarifs des prestations externes (médicaments coûteux, produits sanguins, prothèses,
dispositifs médicaux, consultations externes…).
Le congrès fixe ensuite le taux
d’évolution annuel des
dépenses hospitalières.
La progression de la dotation annuelle de financement des établissements publics de
santé financée par le régime d’assurance maladie s’est élevée à
3,68 MdF CFP
entre 2015 et 2021 (soit 14,5 %). Après avoir progressé de 3,75 MdF CFP (soit 19%)
entre 2015 et 2018, cette charge a progressé de 0,84 % en 2019 puis a diminué
de 265 MF CFP (soit 1,16 %) entre 2019 et 2021.
Dotations aux établissements publics de santé financée par le régime
d’assurance maladie
-maternité
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
Variation
Dotation annuelle (part RUAMM)
18 956,65
20 334,46
21 985,20
22 710,12
3 753,48
19,8 %
dont centre hospitalier territorial
14 427,70
15 698,75
17 190,83
17 308,49
2 880,79
20,0 %
dont centre hospitalier spécialisé
3 004,00
3 090,79
3 223,56
3 262,64
258,64
8,6 %
dont centre hospitalier du Nord
1 524,95
1 544,92
1 570,81
2 139,00
614,05
40,3 %
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les comptes publiés.
En 2020, dans un objectif de régulation des dépenses de santé, par délibération
n°8/CP du 4 mars 2020, le congrès a fixé le taux directeur des dépenses hospitalières
à
3 % pour les trois établissements publics de santé. Cette décision a entrainé une
diminution de 684,4 MF CFP de la part de la dotation annuelle des établissements
publics de santé financée par le
régime d’assurance maladie
-maternité, soit un
montant de 22,21 MdF CFP en 2020 contre 22,90 MdF CFP en 2019.
Par délibération n°144 du 4 mai 2021, le taux directeur des dépenses hospitalières qui
s’élève à 33,21
5 MdF CFP a été fixé à + 0,3 % pour 2021, soit 33,315 MdF CFP. Dans
cet ensemble, la part des dotations
annuelles financée par le régime d’assurance
maladie a progressé de 1,9 % soit 421 MF CFP dont 138 MF CFP pour le centre
hospitalier territorial, 172 MF CFP pour le centre hospitalier du Nord et 106 MF CFP
pour le centre hospitalier spécialisé.
Dotations aux établissements publics de santé financées
par l’assurance
maladie
En MF CFP
2019
2020
2021
Dotation annuelle
(part RUAMM)
22 903,49
193,37
0,8 %
22 217,09
- 686
-3,1 %
22 637,57
420,42
1,9 %
dont centre hospitalier
territorial
17 256,00
-52,49
- 0,3 %
16 679,91
- 576
-3,5 %
16 818,67
138,7
0,8 %
dont centre hospitalier
spécialisé
3 294,00
31,36
1,0 %
3 078,44
- 216
-7,0 %
3 184,59
106,15
3,5 %
dont centre hospitalier
du Nord
2 353,00
214,00
9,1 %
2 458,74
106
4,3 %
2 634,31
175,57
7,1 %
Source : chambre territoriale des compt
es, d’après les
comptes publiés
Outre la dotation annuelle versée aux établissements publics de santé, le régime
rembourse également les consultations et soins externes des patients. Le montant de
ce remboursement effectivement payé par
le régime s’établissait à
3,62 MdF CFP
en 2015 et à 4 Md F CFP pour 2021.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
51/102
La dette du régime
La dette du régime, constituée comptablement de retards de paiements, porte
majoritairement sur les établissements publics de santé au titre de la dotation globale
et des soins et consultations externes. Elle
s’établissait à
13,6 MdF CFP en 2015, et
à 36,4 MdF CFP en 2021, ce qui représente une progression de 22,8 MdF CFP. Les
retards de paiement résultent
des difficultés de trésorerie du régime qui n’est pas en
mesure de régler l’intégralité des prestations qui sont dues. Afin de ne pas pénaliser
les particuliers et les professionnels de santé, la caisse a fait le choix de faire peser
ces
retards
de
paiement
sur
les
institutionnels
et
en
particulier
les
hôpitaux (25,8 MdF CFP) et les provinces (5,6 Md F CFP).
Retards de paiements du régime par catégorie de créanciers
En MF CFP
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Hôpitaux publics
6 077
7 923
8 780
14 897
21 841
23 577
25 841
dont centre hospitalier territorial
5 298
6 465
7 498
12 108
17 705
19 046
21 209
dont centre hospitalier du Nord
529
766
892
1 519
2 113
2 416
2 290
dont centre hospitalier spécialisé
249
691
390
1 270
2 023
2 115
2 342
Clinique
735
404
415
581
761
397
571
Provinces
4 013
5 018
6 081
5 643
5 795
5 999
5 640
Autres
2 807
3 231
3 094
3 590
3 663
4 162
4 414
Total
13 631
16 575
18 370
24 711
32 061
34 136
36 466
Source : chambre territoriale des compt
es, d’après les
comptes publiés
Afin de supprimer cette dette, la Nouvelle-Calédonie et la CAFAT avaient prévu
fin 2020, de négocier des abandons de créances pour un montant de 10 MdF CFP sur
la dette de 2019, en contrepartie d’un remboursement du solde (22
MdF CFP) en une
seule échéance grâce à la mobilisation d’un emprunt bancaire au cours de
l’année
2020.
Dans ces conditions, les établissements publics de santé s’étaient enga
gés à réaliser
un effacement de 30 % de la créance qu’ils détenaient sur le régime maladie. Pour le
centre hospitalier territorial, cet effacement devait prendre la forme d’une remise
gracieuse de 6 MdF CFP (sur un montant total de 17,7 MdF CFP). Ce montant était
de 500 MF CFP (sur un montant total de 2 MdF CFP) pour le centre hospitalier
spécialisé. Le montant de la remise gracieuse du centre hospitalier territorial,
initialement estimé à 6 MdF CFP en 2019 a été abaissé à 5 MdF CFP en 2020, de
manière à év
iter que l’établissement ne se retrouve dans une situation de tension de
trésorerie.
Le plan d’apurement de la dette prévoyait en outre des abandons de créances
supplémentaires constitués
d’une
créance du régime famille de 3,072 MdF CFP et
d’une
avance de
trésorerie qui restait à rembourser à l’agence sanitaire et sociale
pour 1,050 MdF CFP.
Le gouvernement avait aussi prévu de mettre en place un établissement de
cantonnement de dette du
régime d’assurance maladie
-maternité. Dans les motifs du
projet de délibération adressé le 1
er
décembre 2020 au congrès visant à créer cet
établissement, il est précisé que «
le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie envisage
de négocier un emprunt sur le long terme en sollicitant la garantie de l’
État destiné à
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
52/102
solder les dettes cumulées du
régime d’assurance maladie
-maternité à fin 2019
». Lors
de sa séance du 30 décembre 2020,
le congrès n’a pas adopté
cette délibération, le
prêt n’a donc pas pu être contracté
et la structure de cantonnement n’a pas été mise
en place. L
’en
semble des abandons de créance et eff
acements n’ont pas été réalisés,
la mise en paiement des créances reste donc à résoudre.
________________________CONCLUSION INTERMÉDIAIRE ______________________
Le régime d’assurance maladie
-maternité a cumulé les résultats négatifs depuis 2015 et le
montant du déficit de l’année 2020 s’élevait à 9 MdF CFP. Celui de 2021
est réduit
à 311 MF CFP. Les charges, composées à plus de 80 % des prestations,
s’établissent
à 87,8 MdF CFP (soit une hausse de 14 % depuis 2015), tandis que les produits
qui s’élèvent
à 87,5 MdF CFP, progressent de 24 % (soit 17 Md F CFP).
Ce résultat masque cependant un montant élevé de dotations de la Nouvelle-Calédonie et de
l’agence
sanitaire
et
sociale
systématiquement versées depuis 2015 et qui ont
représenté 12,44 MdF CFP en 2021 afin de limiter les difficultés de trésorerie du régime. En
l’absence de ces versements, le déficit structurel du régime est estimé chaque année
à 14 MdF CFP depuis 2019.
Leur part dans l’
ensemble des produits du régime a progressé de
plus de
10 points pour s’élever à 1
4,2 % en 2021 alors que celle des cotisations sociales, qui
constitue le mode de financement de droit commun de ce régime, a diminué de neuf points
depuis 2015 pour s’établir
à 66,5 % en 2021.
Le vieilliss
ement de la population calédonienne, l’évolution de l’offre de soins et le niveau élevé
de la prise en charge publique des dépenses de santé favorisent la dynamique des dépenses
de prestation du
régime d’assurance maladie
dont la progression s’établissait
à plus de 11 %,
soit 7,1 MdF CFP entre 2015 et 202
1 pour s’élever à
71,06 MdF CFP en 2021 et étaient
constituées
à
37,5
%
(26,7
MdF
CFP
)
de
dépenses
d’hospitalisation
publique, 33,4 % (23,7 MdF CFP) des dépenses de ville (pharmacies et professionnels de
santé libéraux), et à 12,8 % (9,1 MdF CFP
) de dépenses pour l’hospitalisation privée.
L’instabilité de son mode de financement et les difficultés de tr
ésorerie que rencontre le régime
d’assurance maladie
, conduit la CAFAT à accumuler les retards de paiement (36,4 MdF CFP
en 2021), notamment, mais non exclusivement, à destination de hôpitaux et des provinces.
Garantir la pérennité du régime
La chambre
a procédé au bilan de la mise en œuvre des
mesures prévues par la
CAFAT et la Nouvelle-Calédonie pour redress
er la situation du régime d’assurance
maladie et propose, en complément, une trajectoire pluriannuelle
de retour à l’équilibre
de ce régime.
Cette trajectoire intervient d
ans le contexte d’une économie dont la croissance s’est
tassée (-
2,5 % d’évolution
en volume du PIB entre 2015 et 2020
46
), l’emploi salarié a
reculé (- 2,1 % entre 2015 et 2020
47
) et dont la population vieillit (croissance
démographique de + 0,2 % par an et augmentation de la part des plus de 60 ans de
deux points entre 2014 et 2019
48
).
46
Source : Les comptes économiques rapides de la Nouvelle-Calédonie en 2020, CEROM, mars 2022
47
Source
: Synthèse annuelle de l’emploi salarié, ISEE, juin 2022
48
Source : Recensement de la population 2019, Synthèse n°45, ISEE, octobre 2020
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
53/102
Un bilan décevant des plans de redressements antérieurs
Après plusieurs plans de redressement pour rétablir
l’équilibre des comptes du
régime
d’assurance maladie
-maternité proposés par la direction des affaires sanitaires et
sociales
49
et la CAFAT depuis 2011
50
, la CAFAT
51
et la Nouvelle-Calédonie
52
ont
formalisé
un ensemble d’actions à la fin de l’année
2019. Ce plan était conçu sur la
base de trois volets
: assainir la dette du régime, garantir l’équilibre du régime et
moderniser le pilotage du système de santé tout en complétant le plan de santé
calédonien «
do kamo
» adopté en décembre 2018.
Des mesures complémentaires ont été
prévues dans le cadre d’un emprunt
contractualisé entre la Nouvelle-
Calédonie et l’agence française de développement en
mai 2020 pour un montant de 28,6 MdF CFP. Le plan de redressement ainsi complété
prévoyait
l’affectation de nouvelles recettes fiscales devant rapporter
11,6 MdF CFP
au régime d’assurance maladie maternité en année pleine. Ces recettes devaient
comporter «
la création de taxes de type CRDS
53
de 1,2 MdF CFP en année pleine
»
et «
un rendement de taxes à créer pour assurer l’équilibre f
inancier du régime à
hauteur de 10 MdF CFP
». En outre, le plan prévoyait
l’affectation d’une recette
de 5 MdF CFP en 2021 à travers un prêt réalisé par les régimes vieillesse et famille.
En termes de
dépenses, le plan prévoyait la mise en place de mesures d’économies
pour 1,4 MdF CFP en 2020 puis 1,8 MdF FCP les années suivantes à travers
notamment, une diminution de 3 % du taux directeur des dépenses hospitalières à
partir
de 2020,
un
renforcement
du
contrôle
médical,
une
plus
grande
responsabilisation des acteurs et une plus grande maîtrise des dépenses de santé et
des coûts de fonctionnement du régime d’assurance maladie maternité.
La partie
du plan relative à l’assainissement de la dette du régime reposait sur
l’obtention d’un prêt
spécifiquement consacré à la restructuration de la dette en 2020
auprès de l’agence française de développement. Ce prêt n’ayant pas été
autorisé par
le congrès, le traitement de la dette du régime reste à engager (voir ci-dessus).
L’objectif fixé était de parvenir à l’équilibre des comptes du régime d’assurance
maladie-maternité en décembre 2022. Le montant des mesures de redressement du
RUAMM était fixé à 18,5 MdF CFP en 2020 et 15 MdF CFP en 2021, principalement
sous l’effet de l’assainissement de la dette
prévu en 2020 et des produits de la fiscalité
complémentaire estimés en 2021 mais non réalisées.
Mesures de redressement du
régime d’assurance maladie
-maternité prévues en
2019 et 2020
En MdF CFP
Impact financier 2020
Impact financier 2021
Assainissement de la dette du RUAMM
10,6
0
Économies urgentes
1,4
1,8
Réorganisation du système de santé (économie)
0
2
49
À la suite des élections provinciales de mai 2019, la direction des affaires sanitaires et sociales a communiqué au nouveau
Gouvernement une proposition de plan de redressement du RUAMM.
50
Le c
onseil d’admin
istration de la CAFAT a adopté deux plans de redressement du RUAMM sous forme de propositions au
gouvernement en octobre 2011 et en juin 2016.
51
Conseil d’administration de la CAFAT du 2 octobre 2019.
52
Présentation du plan de redressement du RUAMM par sei
zième gouvernement au conseil d’administration de la CAFAT du 29
novembre 2019.
53
Pa référence à la « contribution pour le rendement de la dette sociale » qui existe en métropole.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
54/102
En MdF CFP
Impact financier 2020
Impact financier 2021
Prêt inter-régime
5
0
Fiscalité complémentaire
1,5
11,2
Total
18,5
15
Source : chambre territoriale des comptes
L’incidence
des
mesures d’économies
réellement mise en place, dont le montant
cumulé sur
2020 et 2021 s’établit à
680 MF
CFP à la fin de l’année 2021
, reste très
éloigné de l’objectif initial q
ui était fixé à 3,2 MdF CFP pour la période 2020-2021. Le
temps écoulé entre la fin du seizième gouvernement de la Nouvelle-Calédonie
intervenue le 2 février 2021 et la mise en place du dix-septième gouvernement le 16
juillet 2021 a retardé la mise en place des mesures de redressement prévues.
Économies réalisées sur les charges d’assurance maladie
Mesures
Date de mise en œuvre
2020
2021
Cumul
Baisse de 3 % du budget de fonctionnement
des hôpitaux publics
Délibération n°8/CP du
4/3/2020
- 686,4
+ 420,48
- 265,92
Levée du moratoire relatif à l'application du
ticket modérateur sur les honoraires de
consultation médicale au titre du risque
longue maladie
Depuis le 1
er
juillet 2020
- 34,23
- 31,37
- 65,6
Déremboursement des médicaments à
faible service médical rendu
Arrêté n°2020-207/GNC du
11/2/2020
- 9,96
- 10,13
- 20,09
Plafonnement de l'indemnité spécifique
« majoration médecin référent" dans le
cadre de la longue maladie
Arrêté n°2020-203/GNC du
11/2/2020
- 48,79
- 10,31
- 59,1
Participation des radiologues et des
chirurgiens-dentistes à la maîtrise des
dépenses de santé : fin de la sur-cotation
du forfait de numérisation
Arrêté n°2020-205/G NC
du 11/2/2020
- 20,18
- 6,23
- 26,41
Révision des tarifs du centre de
radiothérapie privé
Arrêté n°2020-209/GNC du
11/2/2020
- 126,93
- 115,86
- 242,79
Total
- 926,49
+ 246,59
- 679,91
Source
: chambre territoriale des comptes, d’après les informations obtenues au cours de l’instruction
Par ailleurs, l
e versement d’un
prêt inter-régimes de 5 MdF CFP au régime
d’
assurance maladie, a été réalisé en mai 2020 à partir des fonds disponibles sur les
réserves des régimes vieillesse (3,5 MdF CFP) et famille (1,5 MdF CFP). Ce prêt est
remboursable sur trois ans à un taux de 1,5 % par annuité constante. La première
échéance de remboursement est intervenue en février 2021. Le financement
nécessaire au remboursement de ce prêt est réalisé par l’intermédiaire d’une recette
de 1,720 MdF CFP chaque année de 2021 à 2023,
tirée de l’affectation d’une part du
produit annuel de la contribution calédonienne de solidarité, dont le taux a été relevé
de 0,6 point en octobre 2021.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
55/102
Les réalisations à accomplir
Les mesures préconisées par la caisse
Le conseil d’administration de la CAFAT qui s’est tenu le
23 septembre
2021, s’est
prononcé
en faveur d’un ensemble de propositions, résultant de propositions
négociées entre les représentants de salariés et les représentants des employeurs,
visant à restaurer l’équilibre entre les dépenses et les recettes du régime d’assurance
maladie maternité.
L’addition des propositions d’économies sur les dépenses du
régime et des propositions de recettes supplémentaires s’élève à plus de 10
MdF CFP
sur l’année
2022.
Synthèse des mesures de redressement proposées par la CAFAT pour 2022
Mesures d'économies (MF CFP)
1 613
Participation des professionnels et des établissements de santé
693
Déremboursement des médicaments dont le taux de prise en charges est
inférieur à 40 % en métropole
150
Baisse de 3 % des tarifs de la dialyse
95
Baisse de 3 % des tarifs de l'hospitalisation privée
230
Suppression des protocoles de soins initiaux avant le protocole définitif dans
le processus de reconnaissance des "longues maladies"
18
Baisse des recettes des établissements publics de santé
200
Participation des assurés sociaux
920
Suppression de l'indemnisation du premier jour de carence
120
Diminution du taux de prise en charge des soins et prestations pris en charge
à moins de 50% (généralement 40%) : optique, radiologie, consultation
médicale, kinésithérapie, produits pharmaceutiques, dentaire, honoraires
sages-femmes, transports non urgents, En accompagnement :
suppression
du ticket modérateur
800
Recettes complémentaires (MF CFP)
8 700
Modification du taux de cotisation des travailleurs indépendants et des
salariés sur la base de différentes tranches de revenus
1 500
Affectation au régime d’assurance maladie d'une part du produit de la
contribution calédonienne de solidarité
7 200
Effet total des mesures (MF CFP)
10 313
Source : chambre territoriale des compte
s, d’après les actes du conseil d’administration du 23 septembre 2021
Ces propositions ont été transmises au gouvernement le 8 novembre 2021. Le
chiffrage des mesures envisagée sur l’année 2022 est conditionné à la mise en place
des mesures dès le premier
trimestre de l’exercice.
La chambre reconnait le bien fondé des mesures proposées par le conseil
d’administration de la CAFAT, en particulier pour ce qui concerne la
baisse de 3 % des
tarifs de l’
hospitalisation privée et de la dialyse qui ont respectivement progressé
de 25,6 % et de 12,4 % entre 2017 et 2020
, année où les dépenses de l’hospitalisation
privée représentaient 5,8 MdF CFP (hors honoraires médicaux) et celles de la
dialyse 3,14 MdF CFP, sur un total de dépenses de prestations de 70,6 MdF CFP.
L
a chambre estime cependant peu probable que l’ensemble des mesures d’économies
fassent l’objet d’une mise en œuvre concomitante dès le premier trimestre 2022,
certaines d’entre elles nécessitant, par exemple, la conduite de négociations
conventionnelles. L
e potentiel d’économies tirées de ces mesures est donc ramené
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
56/102
par la chambre à 0,8 MdF CFP pour 2022 (au lieu de 1,6 MdF CFP estimé par la
CAFAT dès 2022) puis à 1,3 MdF CFP en 2023.
Pour ce qui concerne les recettes complémentaires, le taux de la contribution
calédonienne de solidarité a effectivement été porté à 4 % par un vote du congrès le
28 juin 2022. La chambre propose cependant de porter le taux de base de cette
contribution à 5 %. En portant le taux de base de la contribution calédonienne de
solidarité à 5 % en 2022, le produit supplémentaire annuel par rapport à 2020, net du
prélèvement opéré par la CAFAT pour rembourser le prêt inter-régime, serait
de 9,0 MdF CFP sur douze mois, soit 6,8 MdF CFP sur neuf mois.
Si cette mesure était prise au cours du premier semestre 2022, le produit
supplémentaire qui en résulterait permettrait dès 2022, outre le remboursement du
prêt inter-régime, un versement à hauteur de 3 MdF CFP au RUAMM.
Les mesures complémentaires à adopter
La modification des modalités de cotisations au régime
La loi du pays n°2022-2 du 21 janvier 2022 a supprimé le plafond de cotisation mensuel
au régime d’assurance maladie
-maternité qui était jusque-là fixé à 5 279 700 F CFP et
intègre, de plus, les revenus des capitaux mobiliers dans l’as
siette de cotisations à ce
régime. Cette mesure devrait produire un revenu supplémentaire pour le régime
d’assurance maladie de
0,5 MdF CFP en année pleine.
Le conseil d’administration de la CAFAT du 23 septembre 2021 a, par ailleurs, proposé
à la Nouvelle-Calédonie de modifier les modalités de cotisation sociale des travailleurs
indépendants et des salariés par le passage pour les travailleurs indépendants, dont
les revenus sont supérieurs ou égaux à la somme de 39 salaires minimum garanti, à
un taux de cotisations de 15,15
% jusqu’au plafond de la première tranche et par
l’alignement du taux de cotisation de la deuxième tranche des salariés sur celui des
travailleurs indépendants, soit une progression de 5 % à 5,5 %. La CAFAT estime que
cette réforme pourrait rapporter 1,5 Md CFP de produits de cotisation supplémentaire
en année pleine.
Dans une optique différente, la chambre propose de faire progresser de quatre points
le taux de cotisation de la seconde tranche afin de préserver les charges sur les
salaires les plus bas et de faire contribuer davantage les salaires les plus élevés.
Chaque point d’augmentation du taux de cotisation de la deuxième tranche
procure 500 MF CFP de recettes supplémentaires au régime. Les recettes potentielles
tirées de l’application d’un taux de
9 % (soit une hausse de quatre points) sur la partie
des
salaires
dépassant 510 501 F
CFP
mensuels
s’élèveraient
au
moins à 2 MdF CFP de ressources supplémentaires en année pleine
54
.
Tenant compte du temps nécessaire à l’adoption d’une mes
ure destinée à faire évoluer
les modalités de cotisations au régime d’assurance maladie, la chambre estime que
seul un produit de 1 MdF CFP (0,5 MdF CFP au titre de la suppression du plafond de
54
Soit l’équivalent ou presque des mesures d’économies prévues par la convention de prêt avec l’agence française de
développement pour 2021 (1,8 MdF CFP).
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
57/102
cotisations et 0,5 MdF CFP au titre de de la hausse des cotisations de 4 points sur la
seconde tranche
) peut être retenu pour l’année
2022.
La nécessité de créer de nouvelles ressources dès 2022
Si l’addition des propositions d’économies sur les dépenses du régime et des
propositions de recettes supplémentaires formu
lées par le conseil d’administration de
la CAFAT s’élève à près de 10
MdF
CFP sur l’année 2022, ce montant ne représente
que 70 % du déséquilibre structurel du régime (14 MdF CFP). Elles ne permettent
donc pas à elles seules d’atteindre l’équilibre du régi
me.
En application des engagements contractualisés avec l’État et l’agence française de
développement en mai 2020, et tenant compte des prévisions de la direction des
services fiscaux, la mise en place d’une taxe sur les produits sucrés pourrait engendrer
un produit complémentaire de 1 MdF CFP par an.
L’équilibre du régime nécessite par ailleurs, d’affecter à la CAFAT une part des
produits tirés d’une hausse de la fiscalité sur le tabac déjà votée par le gouvernement
en 2021 pour un montant de 1 MdF CFP en 2022.
Le procès-
verbal du conseil d’administration du
23 septembre 2021 indique que la
CAFAT prévoit, en sus des mesures listées ci-dessus, le renforcement des contrôles
et de la lutte contre les fraudes, en particulier par l’intermédiaire de son contrôle
médical.
La CAFAT appelle également de ses vœux la mise en place de l’objectif
calédonien annuel des dépenses d’assurance maladie dès 2022 ainsi que l’entrée en
vigueur, à partir de 2023, de la classification commune des actes médicaux
55
et la
renégociation
des
modalités
de
conventionnement
des
médecins
et
des
professionnels de santé pour les actes donnant lieu à remboursement par le régime
d’assurance maladie. La CAFAT souligne la nécessité de réformer la gouvernance du
système de santé afin d’en améliorer
la performance.
La chambre a cherché à chiffrer les résultats attendus du renforcement du contrôle
médical souhaité par le conseil d’administration. Le programme de travail du contrôle
médical adopté par la CAFAT prévoit des résultats estimés à 1 MdF CFP pour
l’année
2022. Dans un objectif de prudence, la chambre réduit ce montant
à 0,5 MdF CFP pour 2022 et estime cette économie à 0,8 MdF CFP en 2023 et 2024
puis à 1 MdF CFP en 2025.
Par ailleurs, la chambre estime qu’une réduction des charges de fonctionn
ement de la
CAFAT à hauteur de 0,1 MF CFP sur le RUAMM est possible dès 2022.
Une contribution de 5,5 MdF CFP de la Nouvelle-Calédonie est nécessaire en
2022
Afin de parvenir à l’équilibre des comptes du régime d’assurance maladie maternité
dont le déficit
structurel s’établit à 14
MdF CFP depuis 2019, une contribution de la
Nouvelle-
Calédonie doit être versée au régime d’assurance maladie
-maternité à
hauteur de 5,5 MdF
CFP pour l’exercice 2022.
55
Nomenclature de la sécurité sociale relative au codage des actes des professionnels de santé.
Caisse de compensation des prestations familiales, des accidents du travail et de la prévoyance des travailleurs
de la Nouvelle-Calédonie (CAFAT), exercices 2020 et suivant.
Rapport d’observations définitives
58/102
La projection du résultat du régime maladie-
maternité s’établ
it ainsi à un déficit
de 1
MdF CFP en 2022. Ce déficit maintenu en 2022 aggravera encore l’endettement
du RUAMM vis-à-vis des tiers.
La trajectoire pluriannuelle de retour à l’équilibre
Le plan de retour à l’équilibre durable du régime d’assurance maladie
maternité
proposé par la chambre
est construit en l’absence de contribution annuelle spécifique
de la Nouvelle-Calédonie. Il tient compte des réalisations de années passées et est
construit autour de plusieurs hypothèses de croissance des produits et des charges.
Un taux de croissance annuel moyen du produit des cotisations sociales de 0,31 % a
été retenu entre 2022
et 2025. Ce taux résulte d’un principe de prudence étant donné
que le taux de croissance annuel moyen de ce produit s’établit à 0,75 % entre 20
17
(56,626 MdF CFP) et 2021 (58,348 MdF CFP).
Un taux de croissance annuel moyen des charges de prestation du régime de 0,63 %
a aussi été retenu entre 2022 et 2025 en raison du vieillissement de la population et
de la prévalence de maladies chroniques. La comparaison avec le taux de croissance
annuel moyen entre 2017 et 2021 (1,5 %) doit tenir compte des effets liés à la livraison
du Médipôle, du pôle sanitaire de Koné et du regroupement des établissements de
santé privés et atténuée par le renforcement des actions de promotion de la santé, de
dépistages et de prévention.
Enfin, la trajectoire d’équilibre du régime d’assurance maladie
-maternité intègre un
taux de compensation par la Nouvelle-
Calédonie des mesures d’allègement et
d’exonération de charges ide
ntique à celui de l
’année 2021
(hors mesures Covid),
soit 11,5
% alors que ce taux s’établissait en moyenne à
13,7 % entre 2015 et 2020.
À compter de l’année 2023, la Nouvelle
-Calédonie et la CAFAT devront compléter les
mesures recommandées ci-dessus par la chambre pour 2022 pour :
accentuer la réduction des dépenses de prestations
engagée en 2022 à hauteur de 0,8 MdF CFP en 2022 sur la base des
propositions émises par le conseil d’administration de la CAFAT le 23
septembre 2021, pour les porter à 1,5 MdF CFP en 2023 ;
améliorer la performance du recouvrement des cotisations
sociales par une modernisation du système d’information consacré à
cette fonction et dont les effets pourront engendrer un produit
supplémentaire de 0,4 MdF CFP en 2023 puis de 0,1 MdF CFP
supplémentaires en 2024 et 0,15 MdF CFP de plus en 2025.
En complément de ces mesures, la CAFAT doit poursuivre la réduction des coûts de
gestion du régime (0,1 MdF CFP en 2022 puis 0,2 MdF CFP en 2023) et renforcer les
actions du contrôle médical (0,8 MdF CFP en 2023).
Afin de permettre aux établissement publics de santé (qui détiennent près de 71 %
des créances du RUAMM, soit 25,8 MdF CFP en 2021) et aux provinces (qui
détiennent 5,6 MdF CFP de créances sur le régime) de bénéficier du paiement des
somm
es qui leur sont dues par le régime d’assurance maladie, la chambre intègre à
partir de 2023, une charge annuelle, sous forme de dotation, correspondant à un