Sort by *
Le Président
lettre recommandée avec A.R.
500, avenue des États du Languedoc
CS 70755
34064 MONTPELLIER CEDEX 2
T +33 4 67 20 73 00
lrmp@crtc.ccomptes.fr
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
CONFIDENTIEL
Le 09 août 2016
Réf. :
GR / 16 / 1381
Monsieur le Maire,
Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives
arrêtées par la chambre régionale des comptes sur la gestion de
la commune de Laudun l’Ardoise
pour les exercices 2011 et suivants.
Je tiens à vous informer q
u’à l’expiration du délai d’un mois prévu par l’article L.
243-5 du code des
juridictions financières, la chambre n’a reçu aucune réponse écrite destinée à être jointe au
rapport.
Ce rapport a un caractère confidentiel qu’il vous appartient de protéger jusqu’à sa communication
à l’assemblée délibérante.
Il vous revient de communiquer ce rapport à votre assemblée délibérante. Conformément à la loi, il
doit :
-
faire l’objet d’une inscription à l’ordre du jour de la plus proche réunion de l’assemblée
;
- être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres ;
- donner lieu à débat.
En application des dispositions de l’article R.
241-18 du code précité, ce document peut être publié
et communiqué aux tiers dès la tenue de la première réunion de l'assemblée délibérante suivant
sa réception. À cet effet, je vous demande de me faire connaitre la date de la plus proche réunion
de votre assemblée délibérante en transmettant au greffe l’ordre du jour à l’adresse de courriel
suivante : crcgreffe@lr.ccomptes.fr.
Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, e
n l’assurance
de ma considération distinguée.
Pour le Président empêché,
le Vice-Président,
Stéphane LUCIEN-BRUN
Monsieur Philippe PECOUT
Maire de Laudun l’Ardoise
HÔTEL DE VILLE
144 Place du 6 juin 1944
30290 LAUDUN L’ARDOISE
1/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Rapport d’observations
définitives
n° GR/16/1381 du 09/08/2016
COMMUNE DE LAUDUN L’ARDOISE
Exercices 2011 et suivants
S O M M A I R E
1.
Observations préliminaires
...................................................................................................
6
1.1.
La compétence de la chambre
........................................................................................
6
2.
Présentation de la commune de Laudun-
l’Ardoise
..............................................................
6
2.1.
Une commune dans la continuité de son environnement
.................................................
6
2.2.
L’appartenance à une intercommunalité à l’intégration très progressive
..........................
7
3.
La
fiabilité des
comptes et L’analyse financière
.................................................................
8
3.1.
La qualité de l’information budgétaire
..............................................................................
9
3.1.1.
Le débat d’orientation budgétaire (DOB)
..............................................................
9
3.1.2.
Les annexes aux documents budgétaires
............................................................
9
3.2.
La fiabilité des comptes
...................................................................................................
9
3.2.1.
Les budgets annexes
...........................................................................................
9
3.2.2.
Les amortissements
.............................................................................................
9
3.2.3.
Les provisions
....................................................................................................
10
3.2.4.
Le rattachement des charges à l’exercice
..........................................................
11
3.2.5.
L’intégration des immobilisations corporelles en cours
.......................................
11
3.2.6.
Le niveau de réalisation des prévisions budgétaires
..........................................
12
3.2.7.
Les restes à réaliser
...........................................................................................
13
3.2.8.
La complétude et l’actualisation de l’inventaire
...................................................
13
3.3.
L’analyse financière rétrospective
..................................................................................
14
3.3.1.
Le périmètre de l’analyse
...................................................................................
14
3.3.2.
L’évolution des grandes masses financières depuis 2011
..................................
14
3.3.3.
La section de fonctionnement
............................................................................
15
3.3.4.
L’évolution de la capacité d’autofinancement
.....................................................
22
3.3.5.
La politique d’investissement
.............................................................................
23
3.3.6.
L'endettement
....................................................................................................
24
3.3.7.
Le fonds de roulement et la trésorerie
................................................................
26
3.4.
Les perspectives
...........................................................................................................
27
4.
La gestion des ressources humaines
.................................................................................
27
4.1.
Le rapport sur l’état de la collectivité et les bilans sociaux
.............................................
27
4.2.
Les effectifs communaux
...............................................................................................
28
4.2.1.
L’évolution des effectifs depuis 2011
..................................................................
28
2/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
4.2.2.
La politique de recrutement
................................................................................
29
4.2.3.
Le remplacement des départs à la retraite et des transferts
...............................
29
4.3.
L’évolution de la masse salariale
...................................................................................
30
4.3.1.
La gestion des carrières -
l’avancement
.............................................................
31
4.3.2.
Un temps de travail réduit
..................................................................................
31
4.3.3.
Les heures supplémentaires
..............................................................................
33
4.3.4.
Les absences
.....................................................................................................
34
4.3.5.
Le régime indemnitaire
.......................................................................................
34
4.3.6.
Les dépenses d’action sociale
...........................................................................
35
4.3.7.
La réforme des rythmes scolaires
......................................................................
35
5.
Le parc d’activité économique
............................................................................................
36
5.1.
Une répartition incertaine des responsabilités au démarrage du projet
..........................
36
5.1.1.
La création de la ZAC par la commune
..............................................................
36
5.1.2.
Un transfert à l’intercommunalité marqué par des incertitudes
...........................
36
5.1.3.
Une première tentative inaboutie de création d’un syndicat mixte
......................
37
5.1.4.
Les
travaux d’évacuation des eaux pluviales
......................................................
37
5.1.5.
Le bilan des charges fixé par le procès-verbal du 6 décembre 2012
..................
38
5.2.
Une créance communale en suspend
...........................................................................
39
5.2.1.
Une compétence finalement assumée par le syndicat mixte du Parc régional
d’activité économique
.........................................................................................
39
5.2.2.
Le règlement final des travaux réalisés par la commune
....................................
39
6.
La piscine de Lascours
........................................................................................................
40
6.1.
La présentation générale du complexe de Lascours
......................................................
40
6.2.
Les résultats atteints suite à la réalisation de l’équipement
............................................
41
6.2.1.
L’ouverture des équipements
.............................................................................
41
6.2.2.
La fréquentation des équipements
.....................................................................
41
6.2.3.
Un poids important pour les finances de la collectivité
.......................................
42
6.3.
Les contraintes à venir
..................................................................................................
44
6.4.
L’existence de plusieurs ri
sques
....................................................................................
44
6.4.1.
Un risque juridique et sanitaire qui doit être mieux maîtrisé
................................
44
6.4.2.
Un risque financier
.............................................................................................
45
6.4.3.
Un risque d’inadaptation aux évolutions de la demande
.....................................
45
7.
L’assainissement et l’adduction d’eau potable
..................................................................
45
7.1.
Des compétences partagées entre la commun
e et la Maison de l’eau
...........................
46
7.2.
L’organisation des services
...........................................................................................
46
7.3.
Le prix de l’eau (synthèse des contrats communaux et intercommunaux)
.....................
46
7.4.
Le suivi des contrats relevant de la compétence intercommunale
.................................
47
7.4.1.
Le co
ntrat d’affermage du service public d’assainissement non collectif
............
47
7.4.2.
Le contrat d’affermage de distribution d’eau potable
..........................................
47
7.5.
La compétence communale sur l’assainissement collectif
.............................................
52
7.5.1.
L’information perfectible de l’assemblée délibérante
..........................................
53
7.5.2.
L’absence de bilan de l’ancien contrat d’affermage d’assainissement
................
54
7.5.3.
La procédure de mise en affermage
...................................................................
55
7.5.4.
Les comptes de la délégation
.............................................................................
56
7.5.5.
Les charges pour garantie de renouvellement et d’investissement
.....................
58
7.5.6.
Les clauses financière du contrat
.......................................................................
59
3/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
7.5.7.
La performance et la qualité du service
..............................................................
61
7.5.8.
La gestion du service par la commune - le budget annexe assainissement
.......
61
7.5.9.
Conclusions sur l’exercice de la compétence communale en matière
d’assainissement collectif
...................................................................................
64
4/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
SYNTHÈSE
La chambre régionale des comptes a examiné la gestion de la commune de Laudun-
l’Ardoise
au cours de la période de 2011 à 2015. Ses investigations ont porté sur la situation
financière, les ressources humaines, la zone d’activité économique
« Lavoisier », la piscine de
Lascours ainsi que sur l
’exercice des
compétences
en matière d’eau potable et d’assainissement
.
La situation financière tend progressivement à se dégrader
. Sous l’effet conjugué de
l’érosion
des produits de gestion et de la progression des charges, l
’autofinancement s’est
contracté au point de ne plus couvrir le remboursement de
l’annuité de la dette
en 2013 et en
2014. Le financement des
dépenses d’équipement dont le montant cumulé s’
est élevé
à 6,8 M€
a
fortement mobilisé le fonds de roulement qui a diminué de moitié.
Fin 2014, l’endettement atteint
8,68
M€
, soit 1 449
€ par habitant
contre une moyenne de 881 € par habitant pour les
communes
de la même strate démographique. La commune ne pourra durablement maintenir ses équilibres
financiers,
au cours des prochaines années, sans accomplir d’efforts
structurels de gestion, sans
recourir, même de façon limitée, à la fiscalité et sans déterminer de priorités pour ses
investissements.
En matière de ressources humaines, les dépenses pourraient être mieux maitrisées.
Les avancements
de grade et d’échelon sont accordés dans des conditions
avantageuses, le
temps de travail annuel des agents permanents est inférieur de 83 heures en moyenne à la durée
légale de 1 607 heures et le coût de l
’absentéisme
est
important (610 k€ en 2014).
La chambre
appelle la collectivité à veiller au respect de la réglementation et à revenir sur certains avantages
octroyés sans fondement légal ou règlementaire.
En 2006, la commune a décidé de créer une
zone d’
aménagement concertée en vue,
notamment, d’y réaliser une zone d’activité
économique. Les transferts successifs de cet
équipement, en 2008 puis en 2012,
à l’intercommunalité puis à un syndicat mixte
, sont marqués
par des incertitudes juridiques que la commune est appelée à lever pour obtenir le remboursement
de
travaux qu’
elle a engagés avant 2010. A cet égard, un titre de recettes
d’un montant de
339
600 € émis
par la commune en 2010 a été annulé en 2014. E
n l’absence d’accord
entre la
commune, le syndicat mixte et la communauté d’agglomération
du Gard Rhodanien sur la
répartition de la prise en charge des dépenses
relatives à cet équipement, ce titre n’est toujours
pas réémis.
La commune
dispose d’une pi
scine publique couverte
dont l’aire d’influence excède
manifestement le territoire communal. Malgré une ouverture
de l’équipement tout au long de
l’année et une fréquentation moyenne constante qui c
onfirme son attractivité, la gestion de cet
équipement est déficitaire, ce qui pèse sur les finances communales. La chambre invite la
commune à engager
une réflexion, en relation avec l’intercommunalité, sur l’avenir de cet
équipement.
L’
exécution des contrats de délégation de service public conclus en matière
d
’assainisseme
nt collectif présente plusieurs anomalies. La commune est invitée à y mettre fin en
structurant son pilotage et en renforçant son contrôle sur le délégataire.
5/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
RECOMMANDATIONS
1.
Respecter la durée légale du temps de travail, fixée à 1 607 heures.
2.
Procéder au règlement final des opérations de transferts du Parc d’activités
« Lavoisier ».
3.
Formaliser une réflexion, en relation avec l’intercommunalité, sur l’avenir de
la
piscine de Lascours.
4.
Structurer le pilotage et le contrôle de la délégation de service public de
l’assainissement
conformément aux droits et obligations du délégant.
6/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Aux termes de l’article L. 211
-8 du code des juridictions financières
« l'examen de la
gestion porte sur la régularité des actes de gestion, sur l'économie des moyens mis en œuvre et
sur l'évaluation des résultats atteints par rapport aux objectifs fixés par l'assemblée délibérante ou
par l'organe délibérant. L'opportunité de ces objectifs ne peut faire l'objet d'observations ».
1.
OBSERVATIONS PRELIMINAIRES
1.1.
La compétence de la chambre
La chambre régionale des comptes a examiné la gestion de la commune de Laudun-
l’Ardoise
pour les exercices 2011 et suivants.
M. Philippe PECOUT, ordonnateur en fonctions, de même que M. Patrice PRAT, son
prédécesseur, ont été informés
de l’ouverture du
contrôle par courrier daté du 12 juin 2015.
Les entretiens prévus par les articles L. 243-1 et R. 241-8 du code des juridictions
financières, avec M. Philippe PECOUT et M. Patrice PRAT, se sont tenus le 27 novembre 2015.
Par lettre en date du 21 décembre 2015, la chambre a porté à leur connaissance ses observations
provisoires sur la gestion de la commune au cours des exercices 2011 et suivants.
Après avoir examiné les réponses reçues, entendu, à leur demande, M. Philippe
PECOUT et M. Patrice PRAT le 27 avril 2016 et enregistré les délibérations transmises à cette
occasion
par l’actuel ordonnateur
, la chambre, dans sa séance du 27 avril 2016, a arrêté les
observations définitives présentées ci-après.
2.
PRESENTATION DE LA COMMUNE DE LAUDUN-
L’ARDOISE
2.1.
Une commune dans la continuité de son environnement
La commune de Laudun-
l’Ardoise, qui fait partie du canton de Roquemaure dans le
Gard, compte 6 117 habitants
1
. Sa population a progressé de 486 habitants (+8,6%) depuis 2011.
Située sur un territoire étendu (34 km²) au confluent de la Cèze et du Rhône, elle surplombe la
vallée de la Tave et une partie du domaine viticole des Côtes du Rhône.
La commune est constituée de deux bourgs historiques distants de quatre kilomètres :
Laudun, adossé au plateau de Lacau, est depuis les années 50 un bassin industriel
; l’Ardoise, en
bordure du Rhône, est composé principalement de terres, vignes et bois.
Elle
fait partie du bassin d’emploi de Bagnols
-sur-Cèze dont le taux de chômage en
2014 est de 12,3 %
2
. Les capacités contributives des habitants de Laudun-
l’Ardoise sont
légèrement plus élevées que la moyenne départementale.
La commune n’a toutefois pas
suffisamment construit de logements sociaux au titre de la loi solidarité et renouvellement urbain
3
,
et elle doit payer des pénalités. Par délibération du 12 mai 2015, la commune a lancé une
procédure de révision génér
ale du plan local d’urbanisme. D
ans sa réponse,
l’ordonnateur précise
que ce document prévoira un pourcentage (10%) de logements sociaux dans les projets de grands
ensembles ; il ajoute
qu’une aire d’accueil des gens du voyage est en projet pour 2016.
1
Source Anafi annexe 11
en 2015 Laudun-
l’Ardoise est démographiquement la 1ère ville du canton de
Roquemaure.
2
Au 4
e
trimestre 2014 - source Pôle Emploi.
3
Selon l’article 55 de la loi SRU du 13 décembre 2000 modifiée.
7/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
2.2.
L’appartenance à une intercommunalité à l’intégration très progressive
Laudun-
l’Ardoise a appartenu à la communauté de communes du Rhône
-Cèze-
Languedoc
4
jusqu’en 2012. D
epuis le 1
er
janvier 2013, elle est membre de la communauté
d’agglomération du Gard Rho
danien, EPCI à fiscalité propre issu de la fusion de cinq
communautés de communes, regroupant 42 communes.
L’adhésion à la
communauté de communes Rhône-Cèze-Languedoc (CC RCL)
s’est
traduite par un transfert de compétences, et de charges, notamment de personnel. Ainsi, en 2009
un service intercommunal des structures d’accueil de la petite enfance a été
créé ; au 1
er
janvier
2010, la compétence «
enlèvement des déchets ménagers et assimilés
» lui a été transférée
5
.
Au 1
er
janvier 2013, la création de la communauté d’agglomération
(CA) du Gard
Rhodanien a entraîné de nouveaux transferts de compétences évalués à 186
k€
6
et accompagnés
d’un
transfert d’eff
ectifs
pour l’accueil de loisirs sans hébergements et
pour le point « info
tourisme » (5,9 équivalents temps-plein).
Document 1
: Tableau des transferts à l’intercommunalité depuis 2011
Pour autant, les écritures concernant le point info et le centre de loisirs
n’ont pas été
passées.
Entre 2009 et 2012, la CC RCL était une communauté peu intégrée fiscalement. Son
coefficient d’intégration fiscale (CIF) s’élevait à 0,23 en 2012 contre 0,33 en moyenne pour les
EPCI
de sa catégorie
. L’amélioration
de ce coefficient n’est intervenue que depuis 2014, après
une année de fonctionnement de la nouvelle communauté d’agglomération
7
.
Durant la période sous contrôle, les mutualisations
des personnels à l’échelle
intercommunale sont restées limitées aux
domaines des activités périscolaires et de l’accueil de
loisirs sans hébergement dans le cadre de la convention signée le 19 novembre 2014.
Le pacte de mutualisation présenté par la CA du Gard Rhodanien en février 2015
évoque d’autres mutualisation non choisies par la commune, mais pourtant déjà mises en œuvre
sur le territoire de l’agglomération sur la base du volontariat (matériels, postes de direction,
instruction du droit des sols, services techniques communaux, régies de spectacles, informatique).
4
Créée par arrêté préfectoral n° 2002-345-7 du 11 décembre 2002.
5
Toutefois la CC n’a pu financer le service d’élimination des déchets par l’instauration d’une TEOM qu’à compter
de 2011.
6
Source
: Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- VII.4 - rapport CLECT.
7
L’intégralité des compétences obligatoires, opt
ionnelles et facultatives des CC a été transférée au nouvel EPCI à
compter du 1
er
janvier 2013 selon l’article 6 de l’arrêté préfectoral du 16 juillet 2012.
année
compétence transférée
nombre de postes
transférés (en ETP)
2013
Acceuil de loisirs dans
hébérgement
3,9
2013
point info tourisme
2
Total
5,9
source : commune
8/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 2
: Les mutualisations de personnel à l’échelle intercommunale en 2014
La communauté d’agglomération conserve
près de 46 % de la fiscalité levée par le
groupement en 2014
(plus de 11,5 M€).
Laudun-
l’Ardoise bénéficie d’une attribution de
compensation en légère progression sur la période (+ 140
k€) qui s’élève à
3,7
M€
en 2014. Elle
bénéficie du fonds de péréquation intercommunal et du fonds national de garantie individuelle des
ressources. Au final, bien que
la communauté d’agglomération ne verse quasiment plus de
dotation de solidarité communautaire (DSC) la fiscalité reversée à la commune progresse
globalement de 230
k€
sur la période
8
:
Document 3 : Les reversements de fiscalité aux communes-membres
de la CA du Gard Rhodanien en 2014
La
commune a également bénéficié d’un
fonds de concours communautaire sur des
opérations spécifiques pour un montant de 101
k€
en 2011, de 6
k€
en 2013 et de 70
k€
en 2014.
3.
LA
FIABILITE DES COMPTES ET
L’ANALYSE FINANCIERE
Les comptes de la commune comprennent, outre le budget principal, un budget
annexe assainissement. Dans les développements qui suivent, les données utilisées proviennent
des comptes de gestion, exploitées au moyen du logiciel ANAFI, et des comptes administratifs.
L’approche porte
essentiellement sur le budget principal dans la mesure où les masses financières
du budget annexe ne sont pas significatives. Les transferts à l’intercommunalité ont impacté la
situation financière de la collectivité, compte-
tenu du nombre d’ETP transférés et des
reversements de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Enfin, le périmètre des services
concédés a peu évolué sur la période sous revue.
8
Source
: Logiciel ANAFI, d’après les comptes de gestion
- annexe 2.
en €
2014
Dépenses refacturées par les communes au groupement de rattachement
Dépenses groupement
6217 - Personnel affecté par la commune au GFP
-303 101
Dépenses refacturées par le groupement de rattachement
Dépenses Communes membres
6216 - Personnel affecté par le GFP de rattachement
-82 900
source : logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
en €
2014
Fiscalité levée par les communes
31 753 969
Fiscalité levée par le groupement
25 139 205
Total communes et groupement
56 893 174
Fiscalité conservée par le groupement
11 535 602
- Part fiscalité du bloc conservée par le groupement
20,28%
- Part fiscalité du groupement conservée par le groupement
45,89%
Source : Logiciel ANAFI - Comptes de gestion
9/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.1.
La qualité de l’information budgéta
ire
3.1.1.
Le débat d’orientation budgétaire
(DOB)
Le débat d’orientation représente la première étape du cycle budgétaire des
collectivités (article L. 2312-1 du CGCT) et participe à
« l'information du public sur les affaires
locales et permet aux élus d'exprimer leurs vues sur une politique budgétaire d'ensemble. Il permet
également au maire de faire connaître les choix budgétaires prioritaires et les modifications à
envisager par rapport au budget antérieur
» (instruction M14, tome 2, titre 1, chapitre 2).
Dans le cas présent, une note synthétique présente les éléments de contexte du débat
d’orientation budgétaire avant de fournir les orientations budgétaires.
Ces documents comportent
un cadrage prospectif global chiffré relatif aux investissements pour l’en
semble des exercices,
sans toutefois ventiler ceux-
ci dans le détail, et fait un point succinct sur l’évolution de
l’endettement, et en 2015
sur celle
des dotations d’Ét
at. La note ne développe
pas d’approche
pluriannuelle.
3.1.2.
Les annexes aux documents budgétaires
Les états annexes sont destinés à compléter l’information contenue dans les
documents budgétaires, en informant le plus précisément possible les élus et les contribuables sur
les éléments essentiels du budget. L’instruction comptable M14 précise
les annexes devant y
figurer ainsi que leur contenu
9
.
La présentation des annexes des comptes administratifs, généralement de bonne
qualité, reste perfectible :
l’état des provisions est absent, la liste des budgets annexes n’est pas
fournie, la liste des délégations de service public est manquante
, l’état du personnel est incomplet,
notamment sur les personnels non-titulaires et
l’état des sorties des biens d’immobilisations des
comptes administratifs des années 2011 et 2013, a révélé que ces annexes contiennent des
informations reprises de manière incomplète dans les comptes de gestion.
Dans sa réponse écrite,
l’ordonnateur s’
est engagé à développer, lors du DOB 2016,
les points portant sur les engagements pluriannuels et sur la dette, et à présenter des annexes
complètes.
3.2.
La fiabilité des comptes
3.2.1.
Les budgets annexes
En 2011, la structure budgétaire de la collectivité était composée, outre son budget
principal, de deux budgets annexes (BA) : assainissement (créé en SPIC) et ordures ménagères
(créé en SPIC en 1999)
10
. Depuis le 1
er
janvier 2012 ne subsiste que le BA assainissement.
3.2.2.
Les amortissements
L’article
L. 2321-2 27° du code général des collectivités territoriales (CGCT) précise
que les dotations aux amortissements des immobilisations constituent des dépenses obligatoires
9
Articles L. 2313-1 et L. 2313-1-1.
10
Source : Annexe C3 des CA non fournie.
10/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
pour les communes et leurs établissements publics dont la population est égale ou supérieure à
3 500 habitants.
Sur les exercices 2011 à 2014, le compte administratif présente des écarts significatifs
entre les inscriptions en fonctionnement du compte 6811 et celles en investissement du compte 28
« Amortissement des immobilisations » ainsi
qu’au sein de la section investissement avec le
compte de gestion. Les inscriptions pour opérations d’ordre entre sections ne sont ainsi pas
concordantes
11
.
Par ailleurs, l
es durées d’amortissement se réfèrent intégraleme
nt à une délibération
de 1997. Dans sa réponse écrite
, l’ordonnateur précise que cette délibération a été actualisée
par
de nouvelles délibérations de septembre et décembre 2015 qui intègrent les biens n’ayant pas fait
précédemment d’amortissement et adaptent la durée des amortissements au
regard de leur
nature.
La chambre observe toutefois que certaines durées d’amortissement apparaissent
particulièrement longues par rapport au barème indicatif de référence : 60 ans pour les immeubles
de rapport, les bâtiments d’exploitation et le matériel
spécifique d’exploitation du service
d’assainissement
. Elle relève que les immeubles de rapport, pourtant producteurs de revenus
(257
k€
en 2014), n’ont pas fait l’objet d’un amortissement sur la période (c/2132). Le comptable
confirme cet oubli et indiqu
e qu’un rattrapage pour partie des amortissements au compte 28132 a
été effectué le 26 février 2015 pour 178
450,84 €
12
.
L
es subventions d’équipement versées aux personnes de droit privé n’ont
, à tort,
jamais été amorties
13
.
3.2.3.
Les provisions
La constatation de provisions est une obligation qui résulte du principe comptable de
prudence. Elle est régie par l’article
R. 2321-2 du CGCT
14
.
Aucune provision budgétaire ou semi-
budgétaire n’a été inscrite
15
sur l’ensemble de la
période. Or, plusieurs litiges ou contentieux sont en cours
dans le domaine de l’urbanisme, des
baux commerciaux, ou de la construction :
- le contentieux « Benhamza
», relatif à la liquidation d’une astreinte, avec inscription
d’hypothèque judiciaire prise le 12 septembre 2013 pour la somme prin
cipale de 365
k€
;
- un second contentieux « Benhamza
», relatif à la destruction d’un mur rue Charcot,
en attente du pourvoi en cassation ;
- le contentieux « Cluzel
», relatif à la résiliation d’un bail commercial. La procédure a
pourtant déjà coûté 57
k€ pour recours à cabinet d’avocat (hors coûts huissier et avocat
cassation
16
) ;
- le contentieux « Rouméas TP » pour lequel, par décision du 3 juillet 2014, le tribunal
administratif de Nîmes a condamné la commune à verser 92
k€. La commune n’a pas fait appel.
- le contentieux « SA Sotem » pour lequel une requête a été déposé le 20 mai 2014 à
l’encontre d’un marché en procédure adapté
e relatif aux travaux du carrefour entre le chemin de
Rossignac et la RN 580.
11
Sources : CA et CG sur la période, logiciel ANAFI - annexe 12.
12
Réponse du comptable au questionnaire - II.6.
13
Le c/2042 présente au 31 décembre 2014 un solde débiteur de 18
353 €, inchangé depuis au
moins 2011.
14
Dispositions précisées par l’instruction M14 (tome 1, titre 1, chapitre 2).
15
Annexes du CA 2013 p. 47 et logiciel ANAFI - annexe 12.
16
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- I.6, p. 4/9.
11/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Dans sa réponse écrite
, ainsi qu’au cours de son
audition,
l’ordonnateur s’
est engagé à
effectuer le provisionnement pour contentieux dès 2016 et précisé
que l’enveloppe budgétaire, en
cours d’estimation, est de l’ordre de 30 k€.
La chambre observe que ce montant est sensiblement
inférieur à celui qui ré
sulte de l’application des dispositions de l’instruction M14.
De plus, la collectivité a mis en place un compte épargne temps (CET) au bénéfice de
ses agents depuis 2004. Il représente
17
75 jours au 31 décembre 2013 (ce qui demeure
néanmoins limité). En application du principe de prudence au titre duquel il convient de constituer
une provision dès qu’apparaît un risque susceptible de conduire la collectivité à verser une somme
d’argent significative, la chambre
invite la commune à constituer une provision à ce titre.
3.2.4.
Le rattachement des charges à l’exercice
Le rattachement des charges et des produit
s à l’exercice
au cours duquel ils sont
constatés est indispensable à une correcte séparation des exercices budgétaires. Ce mécanisme
comptable permet d’intégrer dans le résultat d’un
exercice la totalité des charges et des produits
qui s’y rapportent (cf.
instruction M14, tome 2, titre 1, chapitre 4).
En 2014, le montant des charges rattachées est significatif (616
k€
) et représente
jusqu’à 7,6
% des charges de gestion ; il résulte
pour partie d’un problème du
logiciel de la
comptabilité d’engagement.
Parallèlement,
aucun produit n’a été rattaché sur l’ensemble de la période, hormis en
2014 où ils s’élèvent à 400
k€
(vente de terrains).
La chambre invite la collectivité à conserver chaque année une procédure identique de
rattachement des charges et des produits, lorsque ceux-ci ont une influence significative sur le
résultat.
3.2.5.
L’intégration des immobilisations corporel
les en cours
L’instruction M14 (tome 1, chapitre 2) énonce que
«
le compte 23 « Immobilisations en
cours » enregistre, à son débit, les dépenses afférentes aux immobilisations non terminées à la fin
de chaque exercice. Lorsque l’immobilisation est achevée
, les dépenses portées aux comptes 231
et 232 sont virées au compte 21 par opération d’ordre non budgétaire
. »
Le solde débiteur du compte 231 « Immobilisations corporelles en cours » connaît un
niveau élevé sur la période sous revue. En 2014, ce compte totalise 2,2
M€. L’ordonnateur indique
que ce niveau est dû, en grande partie,
aux travaux de la route d’Orsan qui se sont achevés fin
juillet 2015 et qui seront intégrés au chapitre 21
18
.
Document 4 : Évolution des immobilisations en cours
17
Source : bilan social 2013, tableau 2.2.1.
18
ponse de l’ordonnateur au questionnaire
- IV.3.
Immobilisations en cours
2011
2012
2013
2014
Immobilisations corporelles en cours - Solde c/231
1 794 090
1 709 292
2 941 421
2 214 826
Immobilisations corporelles en cours - Flux
1 377 650
636 113
1 666 466
349 371
source : logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
12/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Par ailleurs, le co
mpte 2313 reste à apurer en ce qui concerne l’avance mandatée de
13 901,92
€ au profit
SIVU du Massif Bagnolais dans le cadre de travaux pour compte de tiers
19
.
Concernant le budget principal, des sommes versé
es sur des comptes en attente n’ont
pas encore été transférées aux
fiches d’immobilisations concernées.
Concernant le budget annexe
Assainissement, des régularisations doivent être effectuée
s d’ici la fin de l’année 2015
20
.
La chambre invite la commune à poursuivre, en liaison avec le comptable public, le
bilan des immobilisations en cours. Cette analyse permettra d’intégrer, s
i nécessaire, les
immobilisations corporelles terminées et de comptabiliser les amortissements correspondants.
3.2.6.
Le niveau de réalisation des prévisions budgétaires
L’analyse des taux d’exécution de la section de fonctionnement met en évidence la
bonne capacité de la commune à évaluer de façon prudente ses dépenses et ses recettes
prévisionnelles de fonctionnement. Le budget principal présente (restes à réaliser n-1 inclus) des
taux de réalisation compris entre 50,1 % et 83 %
pour les recettes d’investissement, et entre
79,7 % et 88,5 %
pour les dépenses d’investissement, ce qui traduit le caractère
encore perfectible
de la qualité de la prévision budgétaire sur
les recettes d’
investissement :
Document 5 : Les taux de réalisation des prévisions de dépenses
19
Réponse du comptable au questionnaire - II.3.
20
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- IV.9.
Fct.
10 172 105
8 480 275
83,4%
Inv.
4 114 898
3 617 080
87,9%
Fct.
11 143 312
9 489 007
85,2%
Inv.
4 326 972
3 810 973
88,1%
Fct.
10 566 336
9 102 761
86,1%
Inv.
4 665 018
4 128 064
88,5%
Fct.
10 350 591
10 096 978
97,5%
Inv.
3 286 784
2 620 641
79,7%
source : CA (BP + DM + RAR n-1)
en €
Crédits
ouverts
Dépenses
nettes
Taux de
réalisation
2011
2012
2013
2014
13/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 6 : Les taux de réalisation des prévisions de recettes
3.2.7.
Les restes à réaliser
Conformément à l’article
L. 2342-2 du CGCT, le maire est chargé de la tenue de la
comptabilité des dépenses engagées.
A la clôture de l’exercice, le vote du compte administratif et du compte de gestion
constitue l’arrêté des comptes de la
collectivité. Cet arrêté permet de dégager le résultat
proprement dit (section de fonctionnement), le solde d’exécution de la section d’investissement et
les restes à réaliser des deux sections
21
. Les comptes administratifs font apparaître les restes à
réaliser suivants :
Document 7
: L’évolution des restes à réaliser depuis 2011
Le montant des restes à réaliser est en diminution sur les derniers exercices pour
s’élever
à 380 k
€ en 2014
au budget principal.
3.2.8.
La complétude et
l’actualisation de l’inventaire
Un état de l
’inventaire a été réalisé en
octobre 2015. Le suivi et la mise à jour de ce
document sont perfectibles.
À titre d’exemple, l
a collectivité a inscrit en 2014 une recette de 400
k€
au c/7788 «
Produits exceptionnels divers
» concernant des te
rrains, objet d’une
procédure
d’expropriation pour les travaux d’aménagement à 2
x2 voies de la liaison Pont-Saint-Esprit -
Bagnols-sur-Cèze - Roquemaure, non
identifiés dans l’inventaire.
Un bien ne figurant pas à
l’
inventaire ne peut
donner lieu à l’inscription d’éventuelles différences sur réalisations aux
comptes 67, 77 et 19).
21
Instruction M14, titre 3, chapitre 5.
Fct.
8 770 150
10 008 211
114,1%
Inv.
3 461 637
1 735 755
50,1%
Fct.
9 435 962
10 168 391
107,8%
Inv.
5 045 826
3 435 446
68,1%
Fct.
9 273 983
9 104 866
98,2%
Inv.
4 468 690
3 537 045
79,2%
Fct.
9 450 826
9 720 762
102,9%
Inv.
2 993 168
2 484 490
83,0%
source : CA (BP + DM + RAR n-1)
en €
Crédits
ouverts
Taux de
réalisation
2011
2012
2013
2014
recettes
nettes
en €
2011
2012
2013
2014
Investissement
509 209
1 290 710
628 307
380 092
Fonctionnement
0
0
0
0
Investissement
3 058
0
0
0
Fonctionnement
0
0
0
0
source : CA et commune
Dépenses
Recettes
14/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.3.
L’analyse financière rétrospective
3.3.1.
Le périmètre de l’analyse
L’analyse porte
principalement sur les données du budget principal, sauf exceptions
mentionnées. Les références aux moyennes de la strate ont pour simple objectif de situer la
collectivité, sans visée normative.
3.3.2.
L’évolution des grandes masses financières depuis 2011
Le
budget de la collectivité s’élève en fonctionnement à environ 8,78
M€
en 2014.
Depuis 2011, les grandes masses financières et leurs variations sont les suivantes :
Document 8 : Les grandes masses financières depuis 2011
Plusieurs caractéristiques peuvent être mises en évidence :
- la dynamique relative des charges et des produits
22
révèle une érosion importante
des produits et une progression des charges de gestion qui génère un tassement du ratio EBF/
produits de gestion, lequel devient inférieur à 8 % en 2014 contre 21,8 % en 2011 ;
- l
a capacité d’autofinance
ment est en fort recul, la CAF brute ne représentant que
5,4 % des produits de gestion en 2014. Incluant des cession
s d’actifs, cet autofinancement ne
permet pas de couvrir
l’annuité de la dette
en 2013 et en 2014;
- l
a soutenabilité de la politique d’investissement n’est pas démontrée. Les
dépenses
d’équipement sont
conséquentes, avec toutefois un effort de limitation en 2014. Elles génèrent un
besoin de financement important qui oblige la commune à recourir
à l’emprunt et
à fortement
mobiliser son fonds de roulement ;
- l
a dégradation de l’autofinancement combinée à la progression de l’annuité de la
dette impacte la capacité de désendettement de la collectivité et menace sa solvabilité ;
22
Source : note méthodologie CRC ARA
02-2015, p. 6/10.
15/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
- le niveau actuellement modéré de la fiscalité directe locale permet néanmoins à la
commune de disposer de
marges de manœuvre
financière.
3.3.3.
La section de fonctionnement
3.3.3.1.
Les produits de gestion
En 2014, les produits de gestion de la commune
s’élèvent à 8,78
M€
, soit 1 465
€ par
habitant, contre 1 167
€ par habitant pour les communes de la même strate
23
.
3.3.3.1.1.
Des produits globalement en recul
Les produits de gestion reculent de 700
k€
, à un rythme de 2,5 % en moyenne
annuelle.
Document 9
: L’évolution des produits de gestion depuis 2011
La commune a bénéficié de transferts liés à la péréquation en 2011 ; elle a perçu sur
ce seul exercice le fonds départemental de la péréquation de la taxe professionnelle à hauteur de
1 066
k€
(supprimé en 2012 suite à la mise en place de la contribution économique territoriale). La
contraction des ressources institutionnelles après 2011, de 1
M€, contribue pour l’essentiel à cette
baisse des produits de gestion, compensée pour partie par une faible hausse des ressources
fiscales propres (dont les droits de mutation) et par la progression de la fiscalité reversée par
l’intercommunalité (attribution de compensation).
Les ressources d’exploitation, d’un niveau moyen de 780
k€
sur la période, sont en
recul de 2,3 %, du fait essentiellement de la baisse des produits sur les travaux, études et
prestations de services.
La capacité contributive des habitants est légèrement supérieure à la moyenne
respectivement connue au niveau départemental et régional : en 2014, 56,8 % des foyers sont
imposables
24
(contre 54,7 % pour la moyenne départementale, et 50,2 % pour la moyenne
régionale), et le revenu fiscal moyen par foyer est de 21,5
k€
environ (contre 20
k€
pour la
moyenne départementale et 22
k€
pour la moyenne régionale)
25
.
23
Sources : Anafi + Fiche Bercy Colloc 2013.
24
Source : résumé statistique INSEE.
25
Source : dossier complet INSEE.
16/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Le montant 2014 des produits de gestion (et donc son recul sur la période) peut être
nuancé par le décalage dans la réémission d’un titre de recettes de 339
k€
pour le remboursement
de travaux confiés à la commun
e dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage déléguée sur le parc
régional d’activité économique Lavoisier (Cf.
infra
)
26
.
3.3.3.1.2.
La fiscalité
Les taux de fiscalité locale sont restés stables
. Le taux de la taxe d’habitation est
inférieur de près de huit points à celui de la moyenne de la strate, celui sur le foncier bâti est
supérieur de 0,2 point et celui sur le foncier non bâti (dont les bases sont essentiellement
constituées par des vignes) supérieur de presque six points.
Document 10 : Les taux de fiscalité locale depuis 2011
Pour autant,
la commune dispose d’une certaine marge de manœuvre sur les taux,
notamment de la taxe d’habitation (taux inférieur de
huit points à la moyenne de la strate et
abattement général à la base de 15 %
27
), le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal, qui
mesure la pression fiscale, étant à un niveau relativement bas (79,22 % en 2013).
Dans sa réponse écrite,
l’ordonnateur indique
que la délibération adoptée par le
conseil municipal le 31 mars 2016 prévoit une augmentation des recettes fiscales en 2016, de plus
de 400 k€ par rapport à 2015.
Les bases fiscales sont proches de la moyenne nationale de la strate (2 375
€ par
habitant
28
, contre 2 487
€ pour la mo
yenne nationale de la strate).
L’étude sur
la fiscalité réalisée
pour le compte de la commune en 2013 relève par ailleurs les possibilités d’un recensement plus
26
Réponse du comptable - analyse financière 2015.
27
Réponse du comptable - analyse financière 2015.
28
Logiciel ANAFI, d’après les comptes de gestion
- fiche fiscalité.
Taux des taxes en %
2011
2012
2013
2014
2015
Taux de la taxe
d'habitation
6,10%
6,10%
6,10%
6,10%
6,10%
Moy. nationale de la
strate
14,33%
14,38%
14,41%
Taux de la taxe sur le
foncier bâti
21,00%
21,00%
21,00%
21,00%
21,00%
Moy. nationale de la
strate
20,88%
20,82%
20,80%
Taux de la taxe sur le
foncier non bâti
63,54%
63,54%
63,54%
63,54%
63,54%
Moy. nationale de la
strate
58,01%
57,94%
57,75%
Taux moyen global de
la fiscalité directe
14,77%
14,50%
14,50%
19,80%
19,80%
Coefficient
mobilisation du
potentiel fiscal
80,10%
79,18%
79,22%
Sources : Bercy Colloc et logiciel ANAFI-CRC
17/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
exhau
stif de la matière imposable, d’un
reclassemen
t catégoriel des habitations, d’ue
révision de la
valeur locative des locaux commerciaux, représentant potentiellement près de 100
k€
de produits
de fiscalité
29
. La commune n’a cependant pas fait aboutir de travail d’optimisation des bases ni
réviser sa politique d’abattement.
3.3.3.1.3.
Une dépendance relative aux dotations
La commune est relativement dépendante des dotations qui lui sont versées et
l’attrition de certaines d’entre
-elles peut contribuer à accroître la faiblesse de ses équilibres
financiers.
Elle bénéficie, depuis 2012, du fonds de péréquation communale et intercommunale
(FPIC) ; le montant de cette dotation a cependant baissé sur les derniers exercices. La dotation
globale de fonctionnement recule de 8,8 % en 2014, ce qui marque là aussi une rupture par
rapport à un certain dynamisme de cette dotation sur la période.
Si la commune ne reçoit pas de dotation de solidarité communautaire (DSC), elle
bénéficie d
’un
fonds de concours communautaire sur certaines opérations d’investissement.
3.3.3.1.4.
Un bilan de cessions des immeubles et une politique immobilière qui restent à formaliser
L’article
L. 2241-1 du code général des collectivités territoriales indique que toute
cession d’immeubles ou de droits réels immobiliers par une commune de plus de 2
000 habitants
donne lieu à délibération motivée du conseil municipal portant sur les conditions de la vente et ses
caractéristiques essentielles (référence cadastrale, description physique et juridique
situation
locative
du bien, prix, droits et obligations respectifs du cédant et du cessionnaire).
L’élaboration d’un récapitulatif des opérations de cessions d’immobilisations
sur la
période permet
de dégager un solde de 382
746 € en 2012
; de 115
000 € en 2013, de
54
262 €
en 2014 et de 304
944 € en 2015.
En incluant les cessions de terrains enregistrées au c/7788,
pour 101 550
en 2011, 272 800
€ en 2012 et 506
376
€ en 2014, le bilan global des cessions à
inclure dans la politique immobilière de la collectivité s’établirait à 1
737 678
€ sur la période.
29
Source
: étude sur la fiscalité, réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.8, p. 41.
18/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 11 : Le bilan des cessions immobilières depuis 2011
Par ailleurs, l’évolution à la baisse de l’estimation par France Domaine de la valeur
vénale des biens est relevée, ainsi :
- la maison Vincent, évaluée à 130
k€
en juillet 2008, a été réévaluée 100
k€
en janvier
2010 ;
- la maison du patrimoine, évaluée dans une fourchette se situant entre 360 et 440
k€
en octobre 2007, a été réévaluée 290
k€
en février 2010 ;
- la bibliothèque, évaluée 317
k€
en janvier 2010, a été réévaluée 245
k€
en
septembre 2012 ;
- la maison Alcade, évaluée à 50
k€
en 2013, a été réévaluée 46
k€
quelques mois
plus tard ;
- la maison Pascale, évaluée à 365
k€
en 2008, a été réévaluée à 300
k€
en 2010.
Les biens mentionnés ont tous fait l’objet d’une dépréciation de leur valeur vénale en
quelques années, et n’ont ai
nsi pu être cédés à leur meilleur prix.
en €
estimation
délibération du
1er juillet 2010
estimation France
Domaine et prix
effectif de vente
délibération
d'information de la
vente
total prévisionnel délibération 1er juillet 2010
1 040 500
1 007 000
Maison Vincent - rue Montesquieu
101 500
100 000
25/10/2010
Maison du Patrimoine - rue Joliot Curie
270 000
290 000
25/10/2010
Maison Pascale - rue Montesquieu
352 000
300 000
13/10/2011
Bibliothèque (Maison non vendue)
317 000
317 000
total bilan délibération 1er juillet 2010
723 500
690 000
estimation autres
délibérations
estimation France
Domaine et prix
effectif de vente
délibération
d'information de la
vente
Villa Moyen - rue Paul Langevin
115 000
95 000
13/10/2011
parcelles XX*
205 694
205 694
nc
Maison Alcade
46 000
46 000
09/12/2013
Parcelle BL 94
29 975
29 975
07/10/2013
parcelles
2*2 voies
400 000
400 000
25/04/2014
Parcelle BZ 152
67 140
67 140
19/06/2014
Parcelle BT 42
1 000
1 000
18/12/2014
bande de terrain "le village"
2 700
3 000
18/12/2014
parcelles BA 42, 45 et 47 et BB 46,47, 49
n.c
93 874
30/06/2015
parcelles ZB 176 et 264
n.c
115
22/09/2015
parcelle CA 46
n.c
5 400
22/09/2015
chemins ruraux déclassés PRAE
n.c
205 555
22/09/2015
total hors cahier des charges
867 509
1 152 753
total global
1 591 009
1 842 753
source : commune
*réponse du comptable au questionnaire, c/7788
19/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
La commune indique ne pas avoir formalisé de politique immobilière, même si elle a
adopté en juillet 2010 un cahier des charges pour la cession des biens communaux. La chambre
observe que plusieurs opérations de ce
ssions n’ont pas été soumises à ce
cahier des charges.
L’ordonnateur a indiqué dans sa réponse écrite avoir engagé depuis septembre 2015
un travail de réflexion sur sa politique immobilière et de recensement et d’estimation des biens. Il
s’engage à propo
ser prochainement au conseil municipal un cahier des charges applicables aux
futures cessions. Dans cette attente, ledit conseil a décidé de plusieurs cessions de bien lors de la
séance du 9 mars 2016. P
rès d’une trentaine de logements, un camping ainsi que des terrains
restent inscrits à
l’
inventaire. La
chambre souligne que, s’ils faisaient l’objet d’une politique de
cession
30
, la ressource alors collectée par la collectivité serait non-pérenne.
3.3.3.2.
Les charges de gestion
Les charges de gestion ont progressé de 2,9 % en moyenne de 2011 à 2014
31
. Cette
évolution provient en partie de la hausse des charges à caractère général de 200
k€
en 2014. Les
charges de gestion s’élèvent
en 2014 à 8,07
M€
, soit 1 347
par habitant, niveau bien supérieur à
la moyenne de la strate
(1 035 € par habitant)
.
Document 12 : Les charges de gestion depuis 2011
La structure des dépenses de la collectivité est marquée par la prépondérance des
charges de personnel, qui représentent 55 % des charges de gestion. Les charges de personnels
sont dynamiques, notamment en 2012 (+ 257 k
€), et ce malgré les transferts à l’intercommunalité
de 2013 (5,9 ETP). Les charges à caractère général
évoluent sous l’effet
de la hausse importante
des dépenses d’eau, d’assainissement
et de location immobilière
32
.
Cette évolution a eu pour conséquence de rigidifier les charges de la commune. Le
ratio de rigidité des charges structurelles
33
est passé de 52,7 % en 2011 à 59 % en 2014
34
.
3.3.3.3.
Les baux emphytéotiques administratifs
3.3.3.3.1.
Les contrats
L’article
L. 1311-2 du code général des collectivités territoriales définit le bail
emphytéotique administratif (BEA) comme un contrat permettant à une collectivité
propriétaire d’un
30
732 k€ au c/2132 «
Immeubles de rapport
», 226 k€ au c/2111 «
Terrains nus » et 1,5
M€ au c/2115 «
Terrains
bâtis » au compte de gestion 2014.
31
L
ogiciel ANAFI, d’après les comptes de gestion.
32
Réponse du comptable - analyse financière 2015.
33
Ratio de rigidité des charges structurelles = ((charges de personnel + charges financières + contingents+ loyers
BEA) / produits de fonctionnement) x 100.
34
Source Logiciel ANAFI -
d’après les comptes de gestion.
en €
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Charges à caractère général
2 405 427
2 560 117
2 538 675
2 739 236
4,4%
+ Charges de personnel
4 177 645
4 434 356
4 274 264
4 466 116
2,3%
+ Subventions de fonctionnement
419 286
509 561
485 885
431 191
0,9%
+ Autres charges de gestion
406 607
427 945
418 026
435 818
2,3%
= Charges de gestion
7 408 965
7 931 979
7 716 849
8 072 361
2,9%
Sources : Bercy Colloc et logiciel ANAFI-CRC
20/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
terrain de
le mettre à la disposition d’un tiers, lequel s’engage à
y construire un ouvrage
qu’il loue
ensuite à ladite collectivité. La commune a conclu, antérieurement à la période sous contrôle, deux
baux :
Document 13 : Les baux emphytéotiques administratifs conclus
Ces deux contrats ont, pour la commune, un coût estimatif global sur l’ensemble de
leur durée de 9 745 246
HT, soit un coût annuel des loyers trimestriels de 335 388
HT.
- Le premier bail a été conclu le 5 avril 2005 avec la société Auxifip pour la réalisation
d’une
gendarmerie
35
, sur le domaine privé de la commune. Aux termes de ce bail, la société
Auxifip, sous sa maîtrise d’ouvrage exclusive, a réalisé l’équipement en conc
luant un contrat de
promotion immobilière avec un promoteur. La commune devrait devenir propriétaire des locaux
en 2033. Dès l’achèvement des travaux les locaux ont été mis à disposition de la commune contre
le paiement de 112 loyers trimestriels. Le bud
get de l’opérati
on a été arrêté à hauteur de
2,405
M€
HT. À titre indicatif, les loyers trimestriels ont été calculés
sur la base d’une assiette de
financement prévisionnelle de 2 959 935
TTC, soit 39 557,56
HT chacun. Soit un coût estimatif
global de 4 430 446,72
HT sur la durée.
Les loyers sont composés c
ontractuellement de l’amortissement financier et des
intérêts décomptés sur l’encours de capital, de la redevance due au titre du BEA (1
HT/an) pour
la mise à disposition du terrain, mais pas de la TVA.
- Le second bail a été conclu le 9 octobre 2007 avec la société Auxifip pour la
réalisation d’un bâtiment communal comprenant
une médiathèque, un centre de loisirs sans
hébergement et une maison de l’archéologie
36
par la réhabilitation d’un bâtiment
appartenant au
domaine privé de la commune sur une surface hors œuvre totale de 1
062 m². La commune
devrait devenir propriétaire des locaux en 2037
. Le budget de l’opération a été arrêté à hauteur de
2,635
M€
HT. À titre indicatif, les 120 loyers trimestriels ont été calculés
sur la base d’une assiette
de financement prévisionnelle de 2 735 924
HT, soit 44 290
HT chacun. Soit un coût estimatif
global de
5 314 800
HT sur la durée.
L
’assiette de financement est composée contractuellement des montants
HT décaissés
par la société, des pré-
loyers afférents au préfinancement, des frais de montage et d’exercice de la
maîtrise d’ouvrage, des frais de portage de la TVA. Les loyers comprennent le loyer financier, la
redevance due au titre du BEA (1
HT/an) pour la mise à disposition des biens, la taxe foncière et
les autres frais et impôts et taxes.
Ces opérations ne comportent pas de loyers de maintenance ou d’exploitation
complémentaires.
35
Délibération CM du 31 mars 2005.
36
Délibération CM du 1
er
octobre 2007.
équipement
co-contractant
budget de l'opération
(en M€ H.T)
année de
conclusion du
contrat
durée du bail (années
et nombre de loyers
trimestriels)
montant prévisionnel
du loyer trimestriel
(en € HT)
coût estimatif
global sur la durée
(en M€ HT)
Gendarmerie
Auxifip
2,405
2005
28 ans/ 112
39 558
4,430
Médiathèque, CLSH
et maison de
l'archéologie
Auxifip
2,635
2007
30/120
44 290
5,315
source : contrats
21/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.3.3.3.2.
L’exécution des contrats
Les baux emphytéotiques prévoient la mise à disposition par la collectivité des biens
nécessaires à l’activité du titulaire
37
.
La gendarmerie a été mise en service le 1
er
décembre 2006, soit 20 mois après la
signature du contrat. Le contrat précise que les biens devaient être achevés et mis à disposition
dans un délai de 10 mois à compter de la date de prise d’effet du bail ou de la mise à disposition
du terrain
38
. Pour autant, la diminution de la rémunération de l’emphytéote en cas de non
-respect
des critères de performance définis contractuellement
39
n’a pas été mise en œuvre.
Suite à la
réception de l’ouvrage, un bail de location a été consenti par la commune au bénéfice du ministère
de l’intérieur pour l’installation d’une caserne de gendarmerie. Les loyers perçus par la commune
sont soumis à des révisions triennales de prix, et
s’élèvent
depuis le 1
er
décembre 2012 de
39 000
€ / trimestre. Du fait d’une indexation contractuelle fondée sur l’
Euribor 3 mois, les loyers
versés par la commune à Auxifip ont varié de 25,3 à 59
k€
(+ 136 %) de 2007 à 2013. Le bilan
financier fait apparaitre au 1
er
janvier 2015, pour la commune des recettes à hauteur de
1 231
k€
et des dépenses à hauteur de 1 193
k€
, soit un solde positif de 38
k€
.
L’opération
apparaît
, en l’état, financièrement équilibrée pour la
commune. Le transfert des risques de maîtrise
d’ouvrage à l’emphytéote (essentiellement de dérives financières puisque la redevance est fixe
une fois le projet conclu et lancé) apparait, sous réserve des fluctuations des loyers, comme un
élément positif, q
ui doit être nuancé au vu des retards de livraison de l’équipement.
La médiathèque a été mise en service le 17 février 2010, soit 28 mois après la
signature du contrat
40
. Le contrat précise que les biens devaient être achevés et mis à disposition
dans un d
élai de 10 mois à compter de la date de prise d’effet du bail
41
. Pour autant, le procès-
verbal de mise à disposition de l’équipement relève que les réserves de la commune sont
mineures et ont été levées dans les délais contractuels. La diminution de la rémunération de
l’emphytéote en cas de non
-respect des critères de performance définis contractuellement
(indemnité journalière forfaita
ire) n’a pas été mise en œuvre.
Le montant définitif des travaux
s’établit à 2
928 576
HT (soit + 11 % par rapport au prév
isionnel). Du fait d’une indexation
contractuelle fondée sur l’
Euribor 3 mois, les loyers versés par la commune à Auxifip ont varié de
33,9
k€
à 45,6
k€
(soit + 34 %
). Le tableau d’amortissement prévisionnel établi par Auxifip
, le 19
mars 2010, lors de la
mise à disposition de l’équipement
, fait apparaître un loyer trimestriel
réévalué à 31 487
, soit un montant prévisionnel global de 3 778 440
€ pour 120 loyers. Le
contrat prévoit toutefois la possibilité d’une modification en faveur d’un taux fixe.
Le bilan financier
fait apparaitre pour la commune jusqu’au 1
er
janvier 2015 des dépenses à hauteur de 678
k€
(19
loyers trimestriels versés), soit une moyenne de 35,6
k€
, inférieure au loyer prévisionnel. Par
contrat, la commune a à sa charge pendant toute sa
durée la maintenance ainsi que l’entretien
courant, le gros entretien ainsi que les grosses réparations au sens de l’article 606 du code civil.
La chambre relève qu’aucun bilan financier formel n’a été formalisé par l’ordonnateur
42
à l’issue de
ces deux opérations.
Elle l’invite à suivre régulièrement l’évolution de l
eur équilibre
financier afin d’anticiper, si nécessaire, une adaptation contractuelle.
37
Bail_emphyteotique.pdf
38
Contrat de bail, article II.4.
39
Cf. indemnité compensatrice.
40
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.10.
41
Contrat de bail, article - II.4.
42
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.10.
22/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.3.3.3.3.
L’absence d’impact sur le niveau d’endettement
Dans un souci de fiabilité des comptes, les biens et les amortissements constatés dans
le cadre des BEA doivent faire l’objet d’écritures de mise
s
à disposition. Il s’agit d’opérations
d’ordre non budgétaire
.
Ces écritures n’ont pas été passées par la collectivité.
Le recours au bail emphytéotique administratif a permis à la commune de ne pas
accroître formellement sa dette de près de 9,7
M€
HT. Les loyers du bail sont, en effet, des
charges de gestion. D
’une manière purement faciale, les ratios d’endettement tels qu’analysés ne
sont pas affectés par cette pratique. Pourtant ces loyers, qui ne comportent ni maintenance ni
exploitation, correspondent
de facto
à un endettement à long terme.
L’avis n
° 2011-11 du 8 décembre 2011 du conseil de normalisation des comptes
publics relatif au traitement dans les comptes des entités publiques des contrats concourant à la
réalisation d’un service pub
lic, permet
d’inclure le BEA parmi les contrats entraînant la
comptabilisation d’une dette longue sous certaines conditions.
Compte-tenu de sa situation financière, la commune pourrait engager une réflexion sur
la comptabilisation de ses deux
BEA en tant qu’endettement de long terme.
3.3.3.4.
Les moyens mis en œuvre pour maîtriser l’évolution des charges
La note de présentation du débat d’orientation budgétaire 2015 relève les contraintes
pesant sur l’évolution des produits. Elle mentionne ainsi la diminution de l’enveloppe normée
des
dotations de l’État
pour la deuxième année consécutive. La dotation globale de fonctionnement de
2015 a de nouveau baissé (- 134
k€
) par rapport à 2014, après une baisse de 50
k€
en 2014.
L
’ordonnateur a indiqué son intention de revoir à la baisse les dépenses réelles de
fonctionnement ainsi que
les dépenses d’investissement
. E
n l’état, la commune
a mis en place une
centrale d’ac
hat. Le 19 novembre 2014, elle a signé avec la CA du Gard Rhodanien une
convention prévoyant la mutualisation de moyens humains pour
l’accueil de l’ALSH (cantine et
entretien des locaux) et pour les nouvelles activités périscolaires
confiées aux agents de l’ALSH.
Dans le cadre du schéma de mutualisation à adopter par cet EPCI au cours du 1
er
trimestre 2016,
la commune pourrait étendre ce partenariat de mutualisation à d’autres
domaines : plateforme
juridique, comptable par exemple. Dans sa réponse écrite l
’ordonnateur indique avoir engag
é une
réflexion à cet égard.
3.3.4.
L’évolution de la capacité d’autofinancement
La capacité d’autofinancement brute
43
donne une mesure de la capacité d’une
collectivité à dégager de son activité, hors éléments financiers et exceptionnels, des ressources
internes pour financer ses investissements. La progression sensible des charges de gestion
depuis 2011, conjuguée à l’é
rosion des recettes, a mécaniquement entraîné une chute de
l’autofinancement
brut qui a été divisé par quatre depuis 2011 et qui ne permet plus de couvrir
l’annuité en capital de la dette depuis 2013.
43
Excédent brut de fonctionnement déduit des charges et produits financiers et exceptionnels.
23/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 14
: L’évolution
d
e l’autofinancement depuis 2011
L’excédent brut de fonctionnement (EBF) permet de mesurer la marge de manœuvre
générée par le cycle d’exploitation, soit, pour une commune, la différence entre les charges et les
produits de gestion, indépendamment des choix de financement (charges et produits financiers) et
des événements exceptionnels (charges et produits exceptionnels).
L’EBF
s’est fortement réduit
depuis 2011 ; en 2014, il atteint 118
€/hab., soit un niveau près de deux fois inférieur à celui
des
communes de la même strate (210
€/hab.)
44
.
La capacité d’autofinancement (CAF) brute permet quant à elle de déterminer
l’excédent qui reste à la disposition de la commune pour financer ses investissements une fois
encaissés les produits et réglées les charges de fonctionnement, notamment les intérêts de la
dette. En 2014, la CAF brute
s’élève
à 78
€/habitant, ce qui est plus de deux fois inférieur à
la
moyenne de la strate (181
€/hab.)
45
.
La prise en compte, enfin, du remboursement du capital des annuités de la dette
permet de calculer la capacité d’autofinancement nette. En 2014, la CAF nette s’établit à environ
- 433
k€ (la CAF nette moyenne des communes de la même strate est de 102
€/hab.).
La dégradation de son autofinancement doit inciter la collectivité à mettre en place un
plan d’économies de ses dépenses et à recourir, même de façon modérée, à la fiscalité locale
afin
de retrouver
des marges de manœuvre.
3.3.5.
La politique d’investissement
Les dépenses d’équipement portées par le seul budget principal ont fortement
progressé en 2013, pour baisser ensuite à environ 830
k€
en 2014. Cependant tous les exercices
depuis 2011 sont marqués par un niveau de
dépenses d’
équipement largement supérieur à celui
du
financement propre disponible. Sur l’ensemble de la période contrôlée, les dépenses
cumulées
d’équipement excèdent
l’autofinancement propre disponible
de 3,27
M€
.
44
Source MINEFI - Fiche Bercy Colloc.
45
Source MINEFI - Fiche Bercy Colloc.
24/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 15
: L’investissement depuis 2011
Au
regard du montant total cumulé de 6,8 M€, le montant annuel moyen des
dépenses
d’équipement s’élève à
1,70
M€,
soit environ 284
€ par habitant, bien
en-deçà de la moyenne des
communes de la même strate (385
€/hab.).
Sur l’ensemble de la période, les ressources d’investissement de la collectivité sont
pour moitié des ressources propres. Toutefois, sur les deux derniers exercices, ces ressources
propres ont très sensiblement baissé, et constituent désormais une part minoritaire des ressources
d’investissement. Le ratio financement propre/dépenses d’équipement
en moyenne sur les deux
derniers exercices est de 21,7 %.
Les importantes cessions d’actifs sur la période (1,45
M€
, retraité des éléments non-
inscrits au c/ 775) n’ont pas permis de dégager un f
inancement propre disponible suffisant par
rap
port aux dépenses d’équipement.
La collectivité a eu
recours à l’emprunt, pour
un montant total
de 2
M€
, sur la période 2011-2013
. Aucun nouvel emprunt n’a été contracté en 2014
, ni en 2015
46
.
En 2015, le montant d
es dépenses d’équipement s’élève à
1 003
k€
, ce qui confirme le
ralentissement de ces dépenses engagé en 2014
47
.
Sur la période contrôlée, les dépenses d’équipement ont été régulièrement supérieures
au financement disponible (emprunt compris), ce qui a conduit la collectivité à mobiliser fortement
son fonds de roulement net global. Ainsi, les ressources totales mobilisées s’appuient pour près du
quart sur une mobilisation du fonds de roulement.
3.3.6.
L'endettement
46
D’après les comptes de gestion 2015.
47
Idem.
en €
2011
2012
2013
2014
Cumul sur les
années
CAF nette ou disponible
1 255 661
472 310
-211 365
-433 843
1 082 763
Taxes locales d'équipement et d'urbanisme
55 457
57 117
19 267
2 240
134 081
+ Fonds de compensation de la TVA (FCTVA)
117 367
164 698
0
519 501
801 566
+ Subventions d'investissement reçues
192 224
123 715
155 501
365 894
837 335
+ Produits de cession
0
382 746
115 000
46 135
543 881
+ Autres recettes
0
0
0
140 162
140 162
= Recettes d'inv. hors emprunt
365 048
728 277
289 768
1 073 932
2 457 025
= Financement propre disponible
1 620 709
1 200 587
78 403
640 089
3 539 787
- Dépenses d'équipement (y compris travaux en régie )
1 930 261
1 579 940
2 471 307
830 897
6 812 405
- Subventions d'équipement (y compris subventions en
nature)
12 788
4 149
487
13 785
31 209
+/- Dons, subventions et prises de participation en
nature, reçus ou donnés
0
0
0
1 087
1 087
+/- Variation autres dettes et cautionnements
-277
-5
-8 401
4 359
-4 324
+/- Solde des opérations pour compte de tiers
0
0
0
-316 928
-316 928
= Besoin (-) ou capacité (+) de financement
-322 063
-383 497
-2 384 990
-526 967
-3 617 518
Nouveaux emprunts de l'année (y compris pénalités de
réaménagement)
0
750 000
1 330 000
0
2 080 000
Mobilisation (-) ou reconstitution (+) du fonds de
roulement net global
-322 063
366 503
-1 054 990
-526 967
-1 537 518
Source : Logiciel ANAFI, d'après les comptes de gestion
25/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Les constats
sur l’endettement
sont à nuancer compte-tenu de la politique immobilière
menée sur les derniers exercices et de la non-comptabilisation de la charge des baux
emphytéotiques administratifs en emprunt.
Document 16
: L’évolution de l’endettement depuis 2011
Malgré les investissements réalisés pendant la période contrôlée, l’encours de
la dette
de la collectivité a diminué d’environ 5,2
%
entre 2011 et 2014. Pour autant, l’annuité en capital de
la dette a progressé de près de 200
k€
(+ 28 %) du fait de la maturation de la dette.
Au 31 décembre 2014, la collectivité détient 9 emprunts, classés en catégorie A, qui ne
présentent pas de risque structurel.
Le niveau de l’encours est globalement en diminution depuis plusieurs années,
traduisant un effort de
désendettement de la collectivité. Au 31 décembre 2014, l’encours, tous
budgets confondus, s’élève à 8,68
M€
, soit 1 449
€ par habitant. Pour 2014, cet endettement est
plus élevé que l’endettement moyen des communes de la même strate (881
€/hab. en moyenne
)
48
.
La
solvabilité
est
généralement
appréciée
au
regard
de
la
capacité
de
désendettement
49
. Bien que théorique, ce calcul permet d’évaluer la situation de la commune au
regard des seuils d’alerte u
suellement fixés à 9 et 12 ans. La capacité de désendettement
consolidée passe de 4,7 années en 2011 à 21 années en 2014 et se situe ainsi désormais au-delà
des seuils d’alerte. La rapidité de cette dégradation
est la conséquence de la forte baisse de la
CAF brute consolidée.
Le profil d’amortissement de la dette existante, s’il permet de prévoir dans les
prochains exercices, en l’absence d’emprunts nouveaux, une diminution du montant des intérêts
d’emprunts (qui passeraient de 317
k€
en 2015 à 161
k€
en 2019), amène toutefois à constater
une charge globale constante à près de 1,2
M€
sur la durée, du fait de la progression du
remboursement de la dette en capital (qui passerait de 940
k€
en 2015 à 1 056
k€
en 2018 avant
de redescendre à 968
k€
en 2019, soit + 7 % par rapport à 2014).
La charge de la dette n’est d
onc pas amenée, à court terme, à diminuer. La commune
prévoit de mener prochainement une étude sur l’éventualité d’une renégociation de
ces
emprunts
50
.
48
Et 958 €/hab. en moyenne pour les communes de la strate immédiatement supérie
ure.
49
Capacité de désendettement = dette / CAF brute. Ce ratio correspond, de façon théorique, à la durée nécessaire
à la collectivité pour rembourser sa dette si elle y consacrait l’ensemble de sa CAF brute.
50
Source
: réponse de l’ordonnateur au questio
nnaire - V.11.
26/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.3.7.
Le fonds de roulement et la trésorerie
La mesure de l’équilibre financier de la commune peut s’effectue
r à travers trois
indicateurs : le fonds de roulement net global, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie.
Document 17
: L’évolution du fonds de roulement depuis 2011
Le fonds de roulement mesure la couverture des investissements par les financements
stables (fonds propres et emprunts).
En complément d’un recours à l’emprunt, la collectivité a
mobilisé son fonds de roulement net global
51
, à l’exception de 2012
. Elle a puisé dans ses
réserves pour
financer ses dépenses d’équipement
. Le fonds de roulement net global se situe
désormais à 167
€ par habitant, soit à un niveau moindre que la moyenne de la strate.
Le besoin en fonds de roulement mesure le décalage entre les opérations budgétaires
(émissions de mandats et de titres) et les flux monétaires (encaissement de recettes et
décaissement de dépenses).
Il n’appelle pas d’observations particulières
.
Document 18
: L’évolution de la trésorerie de
puis 2011
La collectivité, qui disposait en début de période d’un niveau de trésorerie
particulièrement élevé, a largement puisé dans celle-ci sur les deux derniers exercices. Le niveau
de trésorerie en 2014 n’appelle toutefois pas de remarque particulière. L’évolution de la trésorerie
en cours d’exercice (étiage bas à 700
k€
, pour un niveau moyen de près de 1
M€
) ne présente pas
de risque significatif, ainsi que le confirme le comptable
52
. La commune ne dispose pas de ligne de
trésorerie
53
.
51
Le fonds de roulement est égal à la différence entre les financements disponibles à plus d'un an (les dotations et
réserves, les subventions, les emprunts) et les immobilisations (les investissements réalisés et en cours de réalisation).
52
Réponse du comptable au questionnaire - II.11.
53
Source
: valorisation du compte de gestion 2014 et réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.14.
27/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
3.4.
Les perspectives
Le débat d’orientation budgétaire s’est tenu le 11 avril 2015. La note de synthèse de
préparation du budget 2015 en expose les orientations principales.
En recettes, il a été prévu le
maintien des taux de la fiscalité locale directe, une bai
sse des dotations d’État, l
e bénéfice du
report d’un excédent de fonctionnement
ainsi que d’un excédent d’investissement
, des recettes de
subventions et
l’absence de recours à l’emprunt.
En dépenses, ont été envisagés une baisse de
8 % de la charge de la dette
et un effort
d’équipement limité
à 1
M€
;
Une analyse prospective de la situation financière au cours des exercices 2016 à 2019
a été réalisée par la chambre, sur la base de plusieurs hypothèses
d’évolution
communiquées par
l’ordonnateur
54
en mati
ère de recours à l’emprunt, de
charges de gestion (+ 1,8 %/an), de
d
épenses d’équipement (
340
k€
/an en moyenne), de taux de la fiscalité et de cessions
immobilières.
Scénario n° 1 établi sur la base des orientations affichées par la collectivité :
Pour la commune, le seul jeu des économies des dépenses de fonctionnement ne
permet pas de dégager une possibilité de désendettement. Une combinaison de leviers incluant la
hausse des taux des impôts (permettant une augmentation des recettes fiscales de 400 k€
par
rapport à 2015) et une maîtrise de la dépense (limitant à + 1 % par an la croissance des charges
de gestion) ne permettrait le désendettement qu’en contraignant très fortement l’investissement.
Du fait de la seule croissance des charges, la collectivité verrait son EBF et sa CAF brute, après
une première période d’amélioration, régresser à compter de 2017
. La CAF nette demeurerait
négative
sur toute la période du fait de l’alourdissement du remboursement de la de
tte liée aux
nouveaux emprunts. Les ress
ources liées aux cessions immobilières ne permettraient d’alléger
que ponctuellement (sur un ou deux exercices, en fonction du rythme des cessions) les besoins de
financement.
Scénario n° 2 établi
sur la base d’un désendettement par des réformes plus prof
ondes.
Afin de conserver un rythme d’investissement annuel acceptable, tout en respectant
une trajectoire soutenable de ses finances publiques, la commune doit, en plus des éléments
précédemment mentionnés, réaliser des économies de gestion complémentaires (transfert de
charges de centralité à l’intercommunalité),
prévoir des recettes supplémentaires (fin des
dégrèvements et exonérations), et intégrer le caractère non renouvelable des prélèvements sur le
fonds de roulement et des recettes de cessions immobilières.
4.
LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
Le service des ressources humaines est composé de 4 agents, sous la responsabilité
d’une chef de service.
4.1.
Le rapport sur l’état de la collectivité et les bilans sociaux
La loi n° 94-1134 du 27 décembre 1994 retient que «
L’autorité territoriale présente au
moins tous les deux ans au comité technique paritaire un rapport sur l’état de la collectivité, de
54
Pour la période 2016-2019
28/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
l’établissement ou du service auprès duquel il a été créé. Ce rapport indique l
es moyens
budgétaires et en personnel dont dispose cette collectivité, cet établissement ou ce service. Il
dresse notamment le bilan des recrutements et des avancements, des actions de formation et des
demandes de travail à temps partiel. La présentation de ce rapport donne lieu à un débat
». Le
décret n° 97-443 du 25 avril 1997 modifié dresse la liste des informations devant figurer dans ce
rapport ainsi que les indicateurs détaillés dans l’annexe au décret
: emplois, rémunérations et
charges, conditions d
’hygiène et de sécurité, conditions de travail, formations, relations
professionnelle, autres conditions de vie relevant de la collectivité. Le r
apport sur l’
état de la
collectivité (REC) 2013 doit être établi à partir du « questionnaire bilan social » rempli par chaque
collectivité, l’arrêté du 24 juillet 2013 fixant la liste des indicateurs contenus.
Sur la période, les rapports sur l’
état de la collectivité ont été produits
55
. Ils présentent
toutefois des discordances entre eux. La chambre invite la commune à mettre en cohérence
l’ensemble des documents prévus par la loi et les textes réglementaires.
Dans sa réponse écrite, l’ordonnateur s’engage à améliorer la qualité des informations
lors de l’élaboration des prochains bilans sociaux
, il a par ailleurs produit les comptes rendus de
réunions du comité technique de décembre 2015 et de
mars 2016 ainsi qu’une délibération du 16
mars 2016 prévoyant la modification du tableau des effectifs ainsi que la révision du régime
indemnitaire.
4.2.
Les effectifs communaux
4.2.1.
L’évolution des effectifs depuis 2011
L’effectif est composé,
au 31 décembre 2014, de 112 agents titulaires ou stagiaires et
de 26 agents non titulaires (dont 23 non permanents), soit 138 postes pourvus (pour 171 postes
budgétaires)
56
. L’écart important,
de 33 postes, entre les postes budgétaires créés et les postes
pourvus au 31
décembre 2014, correspond, selon l’ordonnateur, à 10 postes d’agents stagiaires et
titulaires et à
23 postes d’agents non titulaires (agents non permanents)
57
. Sur la base du coût
moyen d’un agent,
en 2014
58
, il en résulte une « sur budgétisation » de près de 1,48
M€
.
Les bilans sociaux présentent des différences avec ces éléments. Selon le bilan social
2011, il y avait 113 emplois permanents au 1
er
janvier 2011
59
. Durant cet exercice, la collectivité a
bénéficié de 4 arrivées et enregistré 8 départs, pour un effectif de 109 emplois permanents au 31
décembre 2011. Un décalage de 2 agents non permanents avec le tableau fourni par la collectivité
est
constaté. De même, d’après le bilan
social 2013, au 31 décembre il y aurait 134 agents dont
109 permanents dont 107 titulaires (tableau 1.1.1) et 2 non titulaires (tableau 1.2.1) et 25 non
permane
nts (tableau 1.3.1). Ce document présente un écart d’un agent permanent non titulaire et
de deux agents non permanents avec le tableau présenté par la collectivité. Le bilan social 2013
présente enfin des incohérences internes (le tableau 1.7.1 fait état de 110 permanents).
55
Et transmis sous le nom de « bilans sociaux ».
56
Toutefois, le compte administratif 2014 fait état de 122 emplois permanents titulaires et 112 pourvus (alors que
115 selon tableau ci-dessus mais moins les 3 contractuels).
57
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire VII.4.1
- doc RH.
58
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire VII
.27, soit 44
807 € par agent.
59
Bilan social 2011 et 2013, onglet 2 - restitutions mouvements et tableau 1.5.0.
29/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 19
: L’évolution des effectifs depuis 2
011
La commune doit fiabiliser les documents de suivi des effectifs et revoir le nombre de
postes budgétaires créés
pour qu’il corresponde aux
postes effectivement pourvus.
4.2.2.
La politique de recrutement
Sur la période, cinq postes ont disparu des effectifs suite à un transfert de
compétences en 2013
: il s’agit de
trois postes « accueil de loisirs sans hébergement » et de deux
postes pour le point « info tourisme »
60
. Par ailleurs, 18 postes budgétaires ont été supprimés en
2012, et quatre en 2013, puis 21 postes budgétaires ont été créés en 2014. En termes de postes
pourvus, et compte tenu des sorties d’effectifs liés au transfert de compétence
s, une augmentation
de douze postes est constatée entre 2010 et 2014. Les effectifs réels ont été orientés à la hausse,
par le recrutement d’agents titulaires et contractuels.
L’ordonnateur justifie
cette évolution
en relevant qu’en 2010, la commune a créé une
médiathèque et a procédé au recrutement de sept agents (dont un agent d’entretien)
. Elle a
également mis en place le temps méridien. La commune a créé plusieurs autres services
61
:
- en 2013, le guichet unique « Espace Famille Loisirs ». La commune a alors recruté
deux agents à temps plein (par mutation interne) ;
- en 2014, la mise en place du
temps d’accueil périscolaire lié à la réforme des rythmes
scolaires.
La chambre invite la collectivité à maîtriser ses effectifs de façon rigoureuse.
4.2.3.
Le remplacement des départs à la retraite et des transferts
D’après
les bilans sociaux, les départs à la retraite sont au nombre de cinq (sur 18
départs). Cinq transferts ont également été recensés en 2013. Le taux de remplacement des
départs à la retraite, très aléatoire sur la période, ne permet pas de caractériser une politique. Les
mouvements sont gérés individuellement.
60
Bilans sociaux 2011 et 2013, pour 5,9 ETP.
61
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire VII.5
- note création de services.
au 31 décembre
réel
%
ETP
%
réel
%
ETP
%
réel
%
ETP
%
réel
%
ETP
%
réel
%
ETP
%
postes créés
162
162
172
172
154
154
150
150
171
170,1
postes pourvus
131
123,7
133
123,5
139
128,3
133
125,57
138
130,27
Agents titulaires
111
85%
106,4
86%
107 80% 101,9 83%
117 84%
111 87%
108 81%
102,4 82%
112 81%
106,7 82%
Catégorie A
1
1
2
1,7
2
1,8
3
2,7
3
2,7
Catégorie B
9
8,4
8
8
8
8
9
9
9
9
Catégorie C
101
97
97
92,2
107
101,2
96
90,7
100
95
Filières
administrative
29
26,6
27
24,5
33
30,2
29
26,4
30
27,2
technique
65
62,8
63
61
65
62,8
60
57,6
63
61,1
culturelle
sportive
6
6
5
5
5
5
5
5
5
5
animation
2
2
2
2
3
2,6
4
3,6
4
3,6
médico-sociale
4
4
5
4,4
6
5,4
5
4,8
5
4,8
sécurité
5
5
5
5
5
5
5
5
5
5
Agents non titulaires
20
15%
17,31
14%
26 20%
21,6 17%
22 16%
17,3 13%
25 19%
23,17 18%
26 19%
23,57 18%
Contractuels permanents
2
100
2
3
100
3
3
100
3
3
100
2,5
3
100
2,5
Agents non permanents
18
15,31
23
18,6
19
14,3
22
20,67
23
21,07
Agents handicapés
10
8,57
9
7,47
10
8,21
12
9,28
13
10,28
Source
: collectivité
2010
2011
2012
2013
2014
30/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
La chambre invite la collectivité
à formaliser une réflexion sur l’évolution des emplois
liée au remplacement des départs à la retraite.
Dans sa réponse écrite l’ordonnateur indique avoir
engagé un travail sur la maîtrise globale des effectifs par :
-
Le non-renouvellement des contrats de travail de droit public ou privé,
-
La limitation des remplacements de personnel absent pour cause de maladie ou de
congés,
-
Le non-
remplacement des départs à la retraite, sauf dans le cadre d’obligations
légales ou sécuritaires d’encadrement ou de continuité du service public,
-
La limitation du recours à des emplois saisonniers à la piscine municipale et la
réduction des plages horaires de son ouverture.
4.3.
L’évolution de la masse salariale
L’évolution de l
a masse salariale progresse (+ 289
k€
) en dépit du transfert de cinq
agents à l’intercommunalité.
Document 20
: L’évolution des charges de personnel depuis 2011
Les charges de personnel s’élèvent à près de 4,5
M€ en
2014, comme en 2015. Elles
ont augmenté d’environ 7
% sur la période 2011-2015 et représentent 52,7 % des charges
courantes en 2014.
Document 21
: L’évolution de la rémunération du personnel depuis 2011
en €
2011
2012
2013
2014
Charges de personnel
4 177 645
4 434 356
4 274 264
4 466 116
Charges courantes
7 779 282
8 300 558
8 060 260
8 469 004
Charges de personnel / charges courantes
53,7%
53,4%
53,0%
52,7%
Source
: Logiciel ANAFI, d'après comptes de gestion
en €
2011
2012
2013
2014
Var. annuelle
moyenne
Rémunération principale
1 974 510
2 125 968
2 035 574
2 140 670
2,7%
Régime indemnitaire voté par l'assemblée
358 727
376 951
370 605
365 495
0,6%
Autres indemnités
61 491
59 900
57 239
55 509
-3,4%
Rémunérations du personnel titulaire
2 394 728
2 562 819
2 463 419
2 561 675
2,3%
en % des rémunérations du personnel*
1
1
1
1
Rémunération principale
484 649
486 946
428 209
437 360
-3,4%
Régime indemnitaire voté par l'assemblée
0
0
0
0
N.C.
Autres indemnités
0
0
0
0
N.C.
Rémunérations du personnel non titulaire
484 649
486 946
428 209
437 360
-3,4%
en % des rémunérations du personnel*
0
0
0
0
Autres rémunérations
35 655
26 876
82 610
143 003
58,9%
Rémunérations du personnel hors
atténuations de charges
2 915 032
3 076 641
2 974 238
3 142 037
2,5%
Atténuations de charges
75 901
57 362
109 042
185 301
34,7%
Rémunérations du personnel
2 839 131
3 019 279
2 865 195
2 956 737
1,4%
Source
: Logiciel ANAFI, d'après comptes de gestion
31/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Ce sont essentiellement les rémunérations principales qui
sont à l’origine de
la hausse
de la rémunération du personnel titulaire.
4.3.1.
La gestion des carrières -
l’avancement
4.3.1.1.
Un avancement de grade à 100 %
La collectivité a fixé les ratios à 100 % pour tous les avancements de grades et les
échelons spéciaux
62
, ce qui apparaît peu conforme au principe de sélectivité. Dans sa réponse
écrite l’ordonnateur mentionne qu’un audit interne ainsi qu’une sensibilisation des personnels
évaluateurs ont été réal
isés et qu’à l’issue de ce travail les ratios d’avancements de grades seront
amenés à être modifiés.
4.3.1.2.
Un avancement d’échelon quasi
-exclusivement à la durée minimale
En application des dispositions statutaires, si l’avancement d’échelon à l’ancienneté
ma
ximale est accordé de plein droit, l’avancement d’échelon à l’ancienneté minimale n’est accordé
qu’à un agent dont la valeur professionnelle le justifie
63
. En l’espèce, comme l’illustre le tableau ci
-
après, l’avancement d’échelon s’effectue quasi
-exclusivement à la durée minimale. En 2014,
100 %
des agents éligibles ont bénéficié d’un avancement d’échelon au rythme le plus rapide.
Le
coût d’une telle pratique est élevé
: 56
k€
par an.
La gestion des promotions est donc peu satisfaisante, alors qu’elle devra
it constituer
un réel outil de management. Elle aggrave les répercussions du GVT (glissement vieillesse-
technicité) sur les charges de personnel. La loi n°2015-1785 du 29 décembre 2015 supprime
toutefois l’avancement d’échelon à l’ancienneté minimale et pr
évoit un cadencement unique
d’avancement d’échelon. La collectivité sera chargée de sa mise en œuvre suite à la parution des
décrets d’application.
Document 22
: Les avancements d’échelon depuis 2011
4.3.2.
Un temps de travail réduit
Le décompte du temps de travail doit être réalisé sur la base d’une durée annuelle de
travail effectif de 1 607 heures. Hors le cas de sujétions particulières liées à la nature des missions
et à la définition des cycles de travail qui en résultent
, le maintien d’une durée annuelle inférieure à
62
Réponse de
l’ordonnateur au questionnaire 7.19, par ailleurs, le bilan social 2013 fait état de 17 avancements de
grade au tableau 1.5.5. Le même bilan présente toutefois des incohérences puisqu’il indique 19 avancements de grade au tablea
u
1.5.6.
63
L’article 78 de l
a loi n° 84-53 du 26 janvier 1984.
année
effectif réel
de la
commune
effectif ayant
bénéficié
d'un
avancement
d'échelon
2011
107
46
45
98%
0
0%
1
1%
2012
117
54
50
93%
0
0%
4
7%
2013
108
50
50
100%
0
0%
0
0%
2014
112
47
47
100%
0
0%
0
0%
Source
: collectivité
avancement d'échelon de 2011 à 2014
avancement à la durée
minimale
avancement à la durée
intermédiaire
avancement à la durée
maximale
32/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
ce décompte ne peut résulter que de la validation de situations acquises à la date de publication
de la loi du 26 janvier 1984.
En 2014, le temps de travail des agent
s permanents s’élève à 1
512 h. Pour
l’ensemble des agents permanents, le déficit d’heures travaillées entre 2011 et 2014 correspond à
une moyenne annuelle de 83 h, et jusqu’à 95 h en 2014
,
soit l’équivalent de six équivalent temps
-
plein (environ 118
k€
)
64
.
Après avis favorable du comité technique du 26 juin 2015, la collectivité a adopté, par
délibération du 30 juin 2015, un règlement intérieur entré en vigueur le 1
er
juillet. Ce règlement
mentionne la loi du 26 janvier 1984 mais ne fait pas mention du décret du 12 juillet 2001 sur
l’amén
agement et la réduction du temps de travail.
Dans sa réponse écrite, la collectivité indique avoir engagé une concertation sur
l’augmentation du temps de travail, ainsi qu’en attestent les comptes rendus de
s réunions du
comité technique de décembre 2015
et de mars 2016 remis par l’ordonnateur lors de son audition
par la chambre.
Document 23 : La durée du travail
Recommandation
1.
Respecter la durée légale du temps de travail, fixée à 1 607 heures.
64
Calculé sur le coût moyen d’un ETP de la commune en 2014.
au 31 décembre
2010
2011
2012
2013
2014
Durée réglementaire annuelle du travail (en h)
1607
1607
1607
1607
1607
Nombre de jours année civile
365
365
366
365
365
Jours hebdomadaires de repos
104
104
104
104
104
jours fériés
6
6
7
9
9
congés annuels
25
25
25
25
25
Nombre de jours de travail réglementaire
230
230
230
227
227
jours exceptionnels du maire
11
11
11
10,5
11
jours ARTT
Nombre de jours de travail effectif
219
219
219
216,5
216
soit en nombre de semaines
43,8
43,8
43,8
43,3
43,2
durée hebdomadaire de travail
35
35
35
35
35
durée annuelle du travail effectuée
1533
1533
1533
1515,5
1512
Durée de annuelle de travail payée mais
non
effectuée (en h)
74
74
74
91,5
95
Nombre d'agents concernés (en ETP)
101,4
96,9
106
97,4
101,7
Total heures payées et non travaillées
7503,6
7170,6
7844
8912,1
9661,5
équivalent ETP
4,7
4,5
4,9
5,5
6,0
Source
: collectivité, temps de travail pour les titulaires et stagiaires
33/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
4.3.3.
Les heures supplémentaires
Les heures supplémentaires effectuées en dépassement des horaires du cycle de
travail et sur demande du chef de service, sont régies par le décret n° 2002-60 du 14 janvier 2002
modifié. Leur paiement est subordonné à la mise en œuvre de
moyens de contrôle automatisé,
permettant la comptabilisation exacte des heures accomplies. Le nombre des heures
supplémentaires accomplies ne peut dépasser un contingent mensuel de 25 heures, hormis des
cas exceptionnels sur des périodes limitées (art. 6). Le cumul des heures supplémentaires avec
certaines primes est également proscrit.
Le bilan social 2011 fait état de 1 604 heures supplémentaires réalisées et payées. Le
bilan social 2013 fait état de 1 016 heures supplémentaires réalisées et payées. Les éléments
transmis par la collectivité retiennent
un nombre d’heures payées présentant un écart, faible, avec
les données issues des bilans sociaux.
Sur la période, les heures supplémentaires payées sont effectuées par un nombre
d’agents
compris entre 17 et 39 agents en fonction des années, soit autour du quart des effectifs
des agents titulaires pouvant en bénéficier. En 2014, 5 agents ont bénéficié du paiement de plus
de 100 heures par an et la chambre relève que depuis 2011, trois d’entre eux bénéficien
t ainsi du
paiement de plus de 100 heures par an. Un agent a même, sur un exercice, bénéficié du paiement
de 300 heures supplémentaires, soit un dépassement sur une longue durée du contingent
mensuel de 25 heures par mois.
Document 24 : Les heures supplémentaires payées depuis 2011
Le coût annuel moyen des heures supplémentaires payées est de 28
k€
entre 2011 et
2014. Aucun dispositif de
contrôle automatisé n’a
été mis en place. La collectivité a toutefois
indiqué avoir le pro
jet de l’installer.
Par ailleurs, le volume annuel d’heures supplémentaires
récupérées, par un nombre d’agents qui varie entre 94 et 101, se situe à un niveau moyen de
4 284 heures.
Constatant
l’octroi d’heures supplémentaires payées ou récupérées alors
même que la
durée légale du temps de travail n’est pas respectée,
la chambre invite la commune à mettre en
place un dispositif autorisant une meilleure maitrise du cycle de travail.
L’ordonnateur a indiqué, dans sa réponse écrite, avoir diminué en 2016 l
es enveloppes
budgétaires consacrées aux heures supplémentaires et astreintes de la police municipale.
ANNEE
nbr agents titulaires
pouvant bénéficier des
IHTS
Heures
supplémentaires
nbr agents
concernés
HS >100
Coût (en €)
2011
107
1 654
39
1 554
32 379
2012
117
1 644
34
1 544
33 485
2013
108
1 023
17
923
22 877
2014
112
1 166
22
1 066
26 120
Source
: collectivité
34/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
4.3.4.
Les absences
Le bilan social 2013 fait état de 2 517 journées perdues, en progression de 16 % par
rapport à 2011
65
, soit 360 journées. Cette hausse provient pour moitié des congés pour maladie
ordinaire et pour moitié des accidents de travail et maladies professionnelles.
L’absentéisme moyen par agent
66
est de 23 jours par an, tous motifs confondus, et de
18 jours par an pour la seule maladie ordinaire.
De fortes disparités apparaissent au regard du statut des agents. L’absentéisme des
agents non-titulaires est ainsi quasi nul, selon les données de la collectivité.
Avec un coût moyen par agent de 44 807
€ en 2014,
le coût annuel de l’absentéisme
peut être chiffré à près de 497
k€
67
; i
l convient d’
y ajouter le coût moyen annuel des
remplacements, estimé à 113
k€
, soit un total de 610
k€
.
Dans sa réponse écrite la collectivité souligne le lien e
ntre l’absentéisme et
une
moyenne d’âge
des agents élevée ainsi que des départs à la retraite retardés. Elle indique
diligenter des contre-visites médicales et avoir le projet de mettre en place une «
prime de
présentéisme
».
La chambre invite la collectivité à consolider son diagnostic sur les raisons de
l’absentéisme et à arrêter un plan
global (prévention des risques, adaptation des postes de
travail...) de lutte contre l’absentéisme.
4.3.5.
Le régime indemnitaire
Les délibérations du 11 avril 2011 et du 14 décembre 2011 actualisent le régime
indemnitaire applicable aux agents communaux. Il est composé de treize indemnités ou primes :
- l
es montants moyens annuels de référence pour l’ensemble des filières sur
l’
i
ndemnité d’
administration et de technicité ;
- l
’indemnité horaire
pour travaux supplémentaire ;
- l
’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires
;
- une i
ndemnité d’
e
xercice de missions, cumulable avec l’IAT et l’IFTS
;
- l
a prime de fonction et de résultats et l’indemnité de performance et de fonctions
;
- la prime de responsabilité pour les emplois fonctionnels de direction ;
- une prime annuelle pour la filière technique et la police ;
- une prime de service et de rendement ;
- une indemnité spécifique de service pour la filière technique ;
- une prime de service pour la filière sanitaire et sociale ;
- une indemnité de sujétion spéciale pour la filière sanitaire et sociale ;
- une indemnité spéciale mensuelle de fonction pour la filière police ;
65
Le bilan social 2011 fait état de 2 157 journées perdues.
66
Sur la base d’un effectifs permanents 109 en 2013.
67
2 517 journées correspondent à 11,08 ETP (pour 227 jours de travail réglementaire/an).
35/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
- d
es indemnités d’astreinte.
L’ensemble du régime indemnitaire voté par le conseil municipal s’élève en moyenne
sur la période à 367
k€
. Il représente 17 % du montant global de la rémunération principale. Sur la
période, il a progressé moins rapidement que la rémunération principale.
Document 25
: L’évolution
du régime indemnitaire depuis 2011
Par ailleurs, en dépit
d’une diminution du nombre d’agents la percevant,
la nouvelle
bonification indiciaire (NBI) a progressé plus rapidement que la rémunération principale.
4.3.6.
Les dépenses d’action sociale
L’article
9 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires,
modifié par la loi du 2 février 2007, dessine les conto
urs de l’action sociale locale.
Les prestations
d’action sociale, collectives ou individuelles sont attribuées indépendamment du grade, de l’emploi
ou de la manière de servir.
Document 26
: L’évolution des dépenses d’action sociale depuis 2011
Les dépenses d’action sociale ont augmenté de 15
%. Elles passent de 85 632
68
, en
2011, à 99 103
, en 2014, soit de 574 à 776
€ par agent
(40 agents retraités bénéficiant
également du comité n
ational d’action sociale
). Dans sa réponse écrite
, l’ordonnateur indique avoir
mis fin, en 2016,
à l’octroi des prestations d’action sociale au profit de
41 agents retraités.
4.3.7.
La réforme des rythmes scolaires
Au second semestre 2015, la commune a réalisé un bilan de la réforme des rythmes
scolaires.
Ce bilan met en avant une participation aux temps d’activité périsc
olaires comprise entre
68
Le compte administratif 2011, ne fait état que des 57 656
€ de subventions aux œuvres sociales à destination du
personnel, sans relever l’adhésion au CNAS.
en €
2011
2012
2013
2014
évolution
2011 / 2014
rémunération principale c/64111
1 974 510
2 125 968
2 035 574
2 140 670
8%
RI voté par l'assemblée c/64118
358 727
376 951
370 605
365 495
2%
autres primes et indemnités c/64112
61 491
59 900
57 239
55 509
-10%
Dont NBI
24 167
25 182
26 620
27 153
12%
Nbr agents NBI
40
38
41
39
-3%
sources : Logiciel ANAFI, d'après comptes de gestion ; NBI : source collectivité
Montant
par agent
Montant
par agent
Montant
par agent*
Montant
par agent*
subventions aux "œuvres sociales" à destination
du personnel
57 565
523
64 503
538
69 307
624
66 044
574
adhésion au CNAS
28 067
nc
29 583
nc
33 059
204
33 059
202
protection sociale complémentaire
0
0
nc
nc
0
nc
nc
nc
chèque déjeuner
0
0
nc
nc
0
nc
nc
TOTAL ACTION SOCIALE
85 632
523
94 086
538
102 366
828
99 103
776
* les agents retraités peuvent également bénéficier du CNAS
source : comptes administratifs et collectivité - bilans sociaux
dépenses d'action sociale (en K€) et montant
moyen par agent (en €)
2011
2012
2013
2014
36/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
55 et 75 % des enfants scolarisés dans les écoles Lapierre (306 élèves), Rollo (277 enfants),
Kergomard (328 enfants) et Carpantier (278 enfants), selon les cycles.
Pour la période allant de septembre à décembre 2014
, ce bilan fait état d’un équilibre
entre les charges et les recettes, avec une participation communale à hauteur de 39
k€.
5.
LE PARC D’ACTIVITE
ECONOMIQUE
5.1.
Une répartition incertaine des responsabilités au démarrage du projet
5.1.1.
La création de la ZAC par la commune
Par délibération du 28 septembre 2006
69
, le conseil municipal a décidé du principe de
la création d’une zone d’aménagement concertée (ZAC) comprenant une zone d’activité. Le
dossier de création de cette ZAC de 106 ha (dont 23 ha de vignes) a été approuvé par délibération
du conseil municipal du 5 juillet 2007. En octobre 2007, le conseil municipal a approuvé le dossier
de réalisation de la phase 1 de la ZAC portant sur 40 ha. Un plan prévisionnel de financement du
projet
70
faisait état, dès juin 200
6, d’un coût de réalisation
de cette phase de 6,2
M€
(hors
acquisitions foncières) :
- commune :
650
k€
;
- région :
4 270
k€
;
- État :
700
k€
(FNADT) ;
- Union Européenne :
500
k€
(FEDER) ;
Attribuée à la commune en décembre 2006, puis à la communauté de communes
Rhône Cèze Languedoc (CC RCL), la subvention
de l’État
de 700
k€
a été déclarée définitivement
caduque le 19 décembre 2011, du fa
it d’une absence de réalisation,
dans les délais, des
opérations prévues. Le bilan financier de réalisation de cette phase reste encore à établir.
La commune a créé
la ZAC et réalisé une première série d’études e
t de travaux à
hauteur de 409
k€
71
. Une première vente de lots a été effectuée au bénéfice du groupe FM
Logistics en janvier 2008. Compte-
tenu de l’envergure de l’opération d’aménagement envisagée,
la
commune a souhaité s’assurer du
concours d’autres collectivités
72
.
5.1.2.
Un transfert à l’intercommunalité marqué par des incertitudes
La zone d’activités économiques (ZAE) a été déclarée d’intérêt communautaire par
délibération de la CC RCL du 3 juillet 2008
73
.
Par arrêté du préfet du Gard du 18 novembre 2008, les statuts de la communauté de
communes Rhône-Cèze-Languedoc ont été modifiés afin de lui permettre de créer cette ZAE
d’intérêt communautaire. Par l’effet du transfert de compétence, l’ensemble des actes, contrats et
engagements de la commune ont été transféré
s à l’intercommunalité
74
. Toutefois, un procès-verbal
signé en décembre 2012 entre la commune et la CC RCL mentionne que cet arrêté préfectoral
69
Source : conseils syndicaux p. 67/96.
70
Note de la Direction des actions interministérielles du 8 novembre 2006.
71
PV p. 9/13.
72
P. Prat, maire de Laudun-
l’Ardoise, a été président de la CC RCL de 2008 au 27 juillet 2012.
73
D’après l’attestation RCL du 25 mai 2009.
74
Délibération communautaire du 13 avril 2010.
37/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
n’aurait
pas été mis en œuvre pour défaut de notification
75
et fixe conventionnellement au 1
er
janvier 2012 la prise de compétence de la CC RCL (cf.
infra
).
Selon l’ordonnateur et l’ancien ordonnateur, qui ont produit une réponse écrite
commune sur ce sujet, complétée par leur audition, la décision préfectorale de modification des
statuts de la communauté de communes Rhône Cèze Languedoc
n’est jamais entrée en vigueur,
fau
te d’avoir été dûment notifiée aux parties concernées. Ils considèrent, par conséquent, que
cette
communauté de communes n’était, dès lors, pas régulièrement compétente pour apporter ce
projet au syndicat mixte.
La chambre relève toutefois que, de novembre 2008 à janvier 2012, la CC RCL a
délibéré à plusieurs reprises au titre de sa compétence sur la ZAE « Lavoisier » et que la
commune a bien
délibéré sur l’adhésion de la CC RCL à un syndicat mixt
e au titre de cette
compétence. Elle estime en revanche
que la fixation d’une date de transfert d’une compétence par
simple procès-verbal établi entre collectivités est irrégulière.
5.1.3.
Une première tentative de création d’un syndicat mixte
Par délibérations concordantes, le conseil régional Languedoc-Roussillon (26 juin
2008), et le conseil de la communauté de communes Rhône-Cèze-Languedoc (18 novembre
2008) ont décidé de constituer le
syndicat mixte du parc d’activité économique Antoine Laurent
Lavoisier et approuvé ses statuts. Par délibération du conseil municipal du 23 décembre 2008, la
commune a donné son acc
ord à l’adhésion de la CC RCL à ce
syndicat mixte (SMIX).
Le SMIX n’a
cependant pas fait l’objet d’un arrêté préfectoral de création.
5.1.4.
Les travaux d’évacuation des eaux pluviales
5.1.4.1.
La répartition des charges
Suite à
l’implantation de l’
entreprise précitée
, l’installation un système d’évacuation des
eaux pluviales a été rendue nécessaire. Cet équipement a été réalisé par interconnexion avec le
système
d’évacuation
du bourg de Laudun initialement lors de la deuxième tranche du projet. Un
redimensionnement de ce réseau
a dû être opéré pour permettre l’
évacuation de
l’ensemble des
eaux collectées. Ce nouveau réseau comprenait trois tronçons :
- l
e premier, d’in
térêt exclusivement communal, pour la desserte des quartiers du
bourg de l’Ardoise
;
- l
e second, d’intérêt
exclusivement communautaire, pour la desserte de la ZAE ;
-
le troisième réunissant et prolongeant les deux premiers pour évacuer l’ensemble des
eaux.
75
PV de transfert p. 2/9.
38/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
5.1.4.2.
La convention de maîtrise d’ouvrage déléguée
5.1.4.2.1.
L’accord conventionnel
Les travaux concernant la ZAE ont été confiés par la communauté de communes RCL
à la commune, par délibération du conseil communautaire en date du 25 septembre 2009, à
charge pour la commune de faire les avances et de se faire ensuite rembourser par la CC RCL
76
.
Le président de la CC RCL, M. Patrice Prat, a été autorisé par délibération du conseil
communautaire du 17 décembre 2009, à conclure la convention avec la commune de Laudun
L’Ardoise
. Le maire de Laudun-
l’Ardoise,
également M. Patrice Prat, a été autorisé par délibération
du conseil municipal du 18 décembre 2009, à conclure cette même convention avec la CC RCL.
Les deux collectivités étaient donc représentées par la même personne pour conclure cette
convention. La chambre relève que cette manière de faire ne permet pas de garantir la défense
des intérêts des collectivités parties à la convention.
L’ancien ordonnateur
, M. Patrice Prat, fait observer que chacune de ces deux
délibérations «
n’
était pas exécutoire
lors de la signature de la convention, datée du même
jour,
faute d’avoir été
, antérieurement à cette signature, publiée ou affichée et transmise au préfet
du Gard.
».
Il considère qu’ainsi cette convention est réputée n’avoir jamais existé.
5.1.4.2.2.
Le coût prévisionnel des travaux
Le coût prévisionnel des travaux a été estimé dans la convention à 1 524
630 € HT
dont 69
269 € HT
pour le tronçon communautaire, 433
031 € HT pour
le tronçon communal et
1 022 330
HT pour le tronçon commun. La répartition des coûts de ce tronçon commun étant
prévue à parts égales entre la commune et la CC RCL, soit 511
165 € HT.
Le coût global à la
charge de la CC RCL est établi par convention à 580 434
HT.
5.1.4.2.3.
Les dépenses réalisées
Le conseil de la CC RCL, par délibération du 13 avril 2010, a arrêté le montant des
remboursements à la commune à hauteur de 429 039,95
€, l
a commune ayant en effet procédé à
des dépenses pour un montant de 434 227,50
€ duquel a été déduit le montant de l’
acompte perçu
sur la subvention attribuée au titre du FNADT (5 235,55
).
5.1.5.
Le bilan des charges : le procès-verbal du 6 décembre 2012
5.1.5.1.
Le contexte d’une perspective de création de la CA du Gard Rhodanien
L’arrêté préfectoral n
° 2012-198-004 du 16 juillet 2012 a porté création de la CA du
Gard Rhodanien au 1
er
janvier 2013. La chambre relève que la perspective et le calendrier des
fusions de plusieurs CC dans la nouvelle CA du Gard Rhodanien donnent un relief particulier au
bilan des travaux réalisés sur la ZAE avant le 1
er
janvier 2013.
5.1.5.2.
Le procès-verbal du 6 décembre 2012
Le procès-verbal du 6 décembre 2012, signé par la commune
77
et par la CC RCL, (cf.
supra
) dresse un bilan des charges à assumer par ces deux collectivités. Constatant une absence
76
Réponse du comptable au questionnaire - VII.1.
77
La commune est représentée par Jean Paul RUTY, par délégation spéciale du conseil municipal du 9 juin 2011, la
CC RCL est représentée par son président, Jean-Christian REY.
39/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
de notification de l’arrêté
préfectoral de transfert en date du 18 novembre 2008, les deux
collectivités ont fixé
conventionnellement l’entrée en vigueur du transfert
de la compétence
«
création d’une ZAE
» de la commune à la CC RCL, au 1
er
janvier 2012, reportant ainsi la date du
transfert de cette compétence fixée au 18 novembre 2008 par arrêté préfectoral. La chambre
observe que ce procès-verbal apparaît en contradiction avec la délibération communautaire en
date du 25 septembre 2009 par laquelle la CC RCL a confié
la maîtrise d’ouvrage déléguée des
travaux à la commune.
Ce procès-verbal prévoit notamment que la commune a mis à la disposition « à titre
gratuit » de la communauté de communes Rhône-Cèze-Languedoc les biens, équipements, droits
et engagements nécessaires à l’exercice de la compétence «
z
ones d’
activités économiques »
pour la ZAC Antoine Lavoisier et que la communauté est redevable de 429
k€
à la commune en
contrepartie des divers éléments transférés. La chambre relève le caractère atypique de ce
procès-verbal et tient à souligner son incohérence par rapport aux délibérations antérieurement
adoptées par les collectivités concernées.
5.2.
Une créance communale en suspend
5.2.1.
Une compétence finalement assumée par le syndicat mixte du P
arc régional d’activité
économique
L’arrêté préfectoral du 13 décembre
2012 a autorisé la création du syndicat mixte du
p
arc régional d’activité économique
(SMIX du PRAE). Son conseil a été installé le 15 mai 2013. Ce
syndicat mixte regroupe le conseil régional Languedoc-Roussillon et la CC RCL. Ses statuts
78
prévoient qu’il
est compétent pour initier et
mettre en œuvre l’opération d’aménagement,
réaliser
l’opération d’aménagement du parc d’ac
tivité en direct ou en recourant à un aménageur. Le
syndicat mixte assure
la maîtrise d’ouvrage directe des équipements à
réaliser.
Au 31 décembre 2012, la CC RCL a
été dissoute et la communauté d’agglomération
du Gard Rhodanien s’y est substituée en tant que membre du SMIX à compter du 1
er
janvier 2013.
5.2.2.
Le règlement final des travaux
Dans une note interne du 24 septembre 2013, les services de la commune font état
d’une créance d’environ un million
d’eur
os de la commune sur la CC RCL. Un courrier du 30
décembre 2013 du SMIX
indique que le montant de l’
ensemble des études et travaux
préalablement réalisés par la commune sur le périmètre de la future ZA s’élève à 939
823
€. Ce
montant est composé de deux parties : les études et travaux divers réalisés avant 2011 (429
k€
) et
les études et travaux réalisés sur le réseau pluvial (510
k€
).Le SMIX relève que la vente de
terrains à FM Logistic doit être intégrée en recettes
à l’opération
et être déduite du prix global du
rachat des études et travaux.
La commune
qui avait émis, en 2010, un titre de recettes d’un montant de 339
600 € à
l’encontre de la CC RCL l’a annulé en 2014 en vue de
le réémettre à l’encontre du syndicat m
ixte
régional. Cependant, en l’état
,
ce titre n’a toujours pas été réémis en l’absence d’accord
entre la
commune, le SMIX, et la CA du Gard Rhodanien sur la répartition de la prise en charge des
dépenses
79
. U
n risque d’insincérité pèse
dans ces conditions sur la réalité du reste à réaliser en
recettes d’investissement
du budget communal.
78
Mo
difiés par l’arrêté préfectoral du 20 avril 2015.
79
Par délibération du 10 décembre 2013 le SMIX a modifié ses statuts pour : « prévoir que la CA du Gard
Rhodanien s’engage, dès la commercialisation du parc, à verser au SMIX un montant de participation cor
respondant à 80 % de produit
de la CET générée sur le périmètre de la ZAE afin que le SMIX puisse rembourser avances et participations consenties par la Région
pour l’aménagement de la zone, l’entretien et la gestion du parc
».
40/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Le 9 février 2015, le conseil syndical du SMIX a approuvé le budget primitif 2015 dans
lequel une inscription de 356
k€
figure en
dépenses d’investissement pour le r
achat des études et
travaux engagés par la commune de Laudun-
l’Ardoise
80
.
Dans la réponse commune qu’ils ont adressée à la chambre et confirmée lors de leur
audition
, l’ordonnateur
en fonctions et son prédécesseur considèrent que le SMIX reste redevable
à la commune du montant des études réalisées, études dont elle est propriétaire en application
des dispositions légales et règlementaires relatives à la propriété intellectuelle. S’agissant des
travaux réalisés, l’ordonnateur en fonctions et son prédécesseur font
valoir que leur coût et leur
répartition ne sont pas contestés.
La chambre relève que ce dossier qui a connu de nombreuses vicissitudes est marqué
par plusieurs incertitudes relatives à la régularité et à la date du transfert de compétences ainsi
qu’
à la répartition des travaux réalisés. Afin de procéder au règlement final de ces travaux
entrepris depuis plusieurs années, la chambre recommande à la commune de les lever.
Recommandation
2.
Procéder au règlement final des opérations de transferts du Parc
d’activités
« Lavoisier ».
6.
LA PISCINE DE LASCOURS
6.1.
La présentation du complexe de Lascours
Construite en 1987, cette piscine situe au sein du complexe dit « de Lascours »
comprenant des espaces verts et un forum dédié à la vie associative, aux spectacles, et aux
évènements privés
, d’une superficie de 6 ha environ.
Le bâtiment du pôle aquatique est inscrit à
l’inventaire
de la commune pour un montant total de 6,6
M€
81
comprenant un bassin sportif couvert
de 5 couloirs, des bassins extérieurs, divers bâtiments (accueil, vestiaires, administration, secours,
espace technique, espace « forme »), une cafétéria et des espaces verts arborés (7 500 m²).
Document 27 : La piscine de Laudun-
l’Ardoise
Source : audit MC Conseil
80
Source : conseils syndicaux, p. 53/96.
81
N° immo : 2009, inscrit en août 2010.
41/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Un audit externe de cet équipement a été réalisé en décembre 2010 pour le compte de
la commune
82
. Cet audit relève
l’absence d’équipement public ou privé
couvert dans une zone de
chalandise relativement large
83
. Un audit
interne portant sur l’ensemble du complexe spo
rtif
84
a été
effectué en mars 2013.
Cet équipement a été réalisé en maîtrise
d’ouvrage directe, et sa gestion
du budget
général. Cela implique d’un point de vue méthodologique
,
soit de s’appuyer sur une présentation
fonctionnelle des comptes, soit sur une comptabilité analytique créée de toute pièce.
Document 28
: Une représentation schématique de l’implantation des bassins
Source : audit MC Conseil
6.2.
Les résultats
La construction, l’aménagement, l’entretien et la gestion d’é
quipements culturels et
sportifs fait partie des compétences optionnelles de la CA du Gard Rhodanien
85
. À ce jour, aucun
partenariat approfondi et structuré n’a été formalisé avec l’intercommunalité
pour cet équipement.
6.2.1.
L’ouverture des équipements
Sur la
période sous contrôle, la piscine n’a fermé que pour des raisons techni
ques
(vidange), de congés du personnel ou d’organisation d’évènement
s. Aucune fermeture pour cause
de grève du personnel ou de travaux lourds de remise en état n’a été constatée
86
. En 2014,
l’équipement a ainsi été ouvert près de 294 jours.
6.2.2.
La fréquentation des équipements
L’équipement est ouvert tous les jours de la semaine hors samedi. Il est utilisé à des
fins d’apprentissage et de pratique de la natation, mais également pour d’autres
activités telles que
l’
aquatonic,
l’
aquagym, la
lutte contre l’aquaphobie.
82
Audit MC Conseil -
réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.6.
83
Ce que confirme également la DDCS - mèl du 27/07/15.
84
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- V.6.
85
Arrêté n° 2012-198-004 du 16 juillet 2012 portant fusion des cinq communautés de communes en communauté
d’agglomération.
86
Source
: réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- X.7 et arrêtés de fermetures.
42/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
La fréquentation moyenne en 2014
est de 66 personnes/jour d’ouverture. La
fréque
ntation moyenne à l’année est d’environ 21
000 entrées, pour une recette moyenne de
47,9
k€
,
soit 2,27 € par entrée.
Document 29
: L’évolution de la fréquentation depuis 2011
Concernant la typologie des publics, la piscine est fréquentée à 61 % par un public de
particuliers, à 29 % par des clubs et associations, et à 10 % par des scolaires.
L’origine géographique de
ces différents types de publics dépasse le cadre communal.
S’agissant d
es clubs et associations, le public communal ne représente que 12 % ; pour les
scolaires, il ne représente que 27 %. Pour la plupa
rt d’entre eux, les usagers de cet équipement
habitent sur le territoire de la communauté de communes RCL, voire de territoires plus lointains.
A
ucun autre équipement disposant d’un bassin intérieur n’
existe dans une zone isochrone de 30
minutes. En revanche, plusieurs bassins extérieurs sont disponibles, notamment à proximité
comme à Bagnols-sur-Cèze.
Dès lors, cet équipement constitue pour la commune une charge de centralité. Les
instruments de péréquation communautaire ne prenant pas en compte les charges de centralité,
son coût est à la charge de Laudun-
l’Ardoise.
L’audit
externe précité invitait la collectivité
à «
élargir le champ de la réflexion à l’agglomération pour répondre de manière plus pertinente aux
besoins des différents utilisateurs (public, scolaires, associations)
»
87
.
6.2.3.
Un poids important pour les finances de la collectivité
6.2.3.1.
L’évolution des produits
La gestion des centres aquatiques est une compétence facultative des collectivités
territoriales. Ce service public fait partie de ceux qui peuvent alternativement être caractérisés de
service public administratif ou de service public industriel et commercial (activités lucratives).
Les produits de gestion se sont élevés à 186
k€ par an
en moyenne sur la période
88
, ils
sont essentiellement constitués de
recettes d’entrée, évaluée
s à près de 161
k€
en moyenne
89
, de
recettes liées à la cafétéria pour 21
k€
et de recettes diverses (distributeur) pour 3,8
k€
. La
tarification a évolué sur la période :
87
Source : Audit MC Conseil, p. 8/48.
88
Source
: Réponse de l’ordonnateur au questionnaire, l’audit interne évaluait à 173
k€ les recettes d’entrée
moyenne, et à 10,7
k€ les recettes de la cafeteria sur trois exercices.
89
Tableau 31
année
entrée public
entrée centre
total
recettes
2011
19 109
2 263
21 372
48 109,50 €
2012
23 823
1 645
25 468
48 459,43 €
2013
18 336
1 432
19 768
52 940,80 €
2014
15 934
1 860
17 794
42 538,90 €
2015
19 521
nc
nc
47 713,60 €
source : commune
43/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 30 :
L’évolution de la tarification depuis 2011
Deux cartes offre
nt la gratuité d’accès à la piscine
: la carte « aquapass » pour les
enfants de 4 à 11 ans habitant la commune (soit environ 80 % des enfants scolarisés à Laudun-
l’Ardoise) et le
«
pass »
sport loisirs pour les jeunes de 11 à 17 ans (52 pass en 2014)
90
. Pour les
agents communaux, une carte d’accès gratuit est délivrée sur demande (dix cartes environ par
an).
La chambre relève que l’évolut
ion de la tarification, qui offre une large part à la gratuité
pour certains publics, combinée à l’évolution de la fréquentation et au vieillissement de
l’équipement ne garantit pas à la collectivité
une progression des produits de gestion.
6.2.3.2.
L’évolution des charges
Les charges de gestion sont évaluées, en moyenne, à 742
k€
/an
91
. 24 agents sont
affectés à la piscine, dont seulement cinq relèvent de la filière sportive. Les services techniques
sont amenés à intervenir régulièrement
. Selon l’audit précité, l
e coût des dépenses de personnel
est estimé à près de 395
k€
/an.
L’équipement peut être
utilisé par le personnel de service pour y exercer une activité à
titre privé. Avant 2012,
la collectivité n’avait pas conclu
de convention autorisant les maîtres-
nageurs sauveteurs à enseigner la natation, à titre privé et de manière accessoire. Par délibération
du 25 juin 2012, le conseil municipal a approuvé un modèle de convention prévoyant le versement
d’une participation mensuelle de 25 € par les maîtres
-nageurs au titre de la mise à disposition des
bassins municipaux. La collec
tivité n’a
pas établi de bilan de la mise en œuvre effective de cette
convention.
En 2014
92
, la consommation d’eau du
complexe sportif de Lascours (24 243 m
3
)
représente 80 % de la consommation de la commune (30 225 m
3
). Cette dernière ne bénéficie
pas de la fourniture gratuite de services de la part de la M
aison de l’eau.
90
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
-
X.15, il y a plus d’un millier d’enfants scolarisés
à Laudun-
l’Ardoise.
91
695 k€ selon l’audit de gestion réalisé en interne.
92
Source : facture 2014.
en €
2011-2012
2013
2014
entrée simple 0-4 ans
gratuit
entrée simple enfant résident/ non résident
1,80/2,00
abonnement 10 entrées enfant résident/ non résident
15,00/17,00
entrée simple adulte résident/non résident
2,50/3,00
abonnement 10 entrées adulte résident/non résident
20,00/24,00
ticket dernière heure résident/non résident
1,00/1,60
sauna entrée simple
8
7
abonnement sauna 10 entrées
49
52
carte Aqua 1 résident/non résident (au trimestre)
34,00/40,00
carte Aqua 2 résident/non résident (au trimestre)
64,00/72,00
location court tennis
8,5 supprimé
location ligne d'eau
88
tarif groupe scolaire et centre de loisir/ enfant
1,5
1,6
2
source : commune
44/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
6.2.3.3.
Le solde de gestion
D’après les éléments transmis par l’ordonnateur, la piscine présente un solde de
gestion déficitaire de 556
k€
par an en moyenne
93
sur la période :
Document 31
: L’estimation du solde de gestion depuis 2011
Les recettes d’entrée couvrent 21
% en moyenne des charges de gestion. Les
principales pistes d’économies envisagées
portent sur la diminution des produits
d’entretien,
la
limitation de la consommation d’eau et
la mutualisation du matériel pédagogique
94
. La chambre
relève que ce solde de gestion déficitaire grève
lourdement la capacité d’
autofinancement de la
commune.
6.3.
Les contraintes à venir
L’audit externe
a estimé à 2,6
M€
le coût des travaux de mise à niveau technique de
l’équipement (réfection des bassins, toiture, traitement de l’air,
production de chaleur,
aménagement des vestiaires notamment). Il relève aussi que des charges financières, estimées
globalement à 3
M€
, sont à prévoir pour répondre à l
’obligation de mise en conformité sur
l’accessibilité (estimé à 136
k€
)
95
et pour réaliser des travaux sur le bassin intérieur (1,319
M€
), le
bassin extérieur (1,017
M€
) et diverses mises en sécurité (111
k€
).
La chambre observe que cet
audit n’établit
, ni hiérarchisation des priorités, ni
calendrier prévisionnel. Il n’évalue pas non plus les économies générées par les
dits travaux et leur
impact potentiel sur le solde de gestion de l’équipement.
6.4.
L’existe
nce de plusieurs risques
6.4.1.
Un risque juridique et sanitaire
Les risques liés à la sécurité physique des personnes ou à la sécurité sanitaire sont
relativement peu abordés par c
es audits. L’équipement n’a pas connu de crise sanitaire ou
physique.
93
Coût de gardiennage du complexe non inclus.
94
Réponse de l’ordonnateur au questionnaire
- X.16.
95
Le fonds national de développement du sport (ex-CNDS) a financé il y a plus de cinq ans des travaux de
rénovation dans le cadre de « crédits-accessibilité » favorisant la pratique sportive des personnes handicapées (se trouve sur ce site
une section sportive handisport dynamique) - Mel DDCS du 27/07/15.
en €
2011
2012
2013
2014
2015 (BP)
moyenne
Produits de gestion
235 963
186 162
174 128
158 788
177 000
186 408
recettes d'entrée
213 979
156 036
151 656
132 862
152 000
161 307
recettes caféteria
18 058
26 466
18 130
22 790
21 000
21 289
recettes diverses
3 926
3 660
4 342
3 136
4 000
3 813
Charges de gestion
648 350
806 077
702 500
818 271
736 675
742 375
Personnel
395 000
395 000
395 000
395 000
395 000
395 000
energies
68 968
156 140
154 551
149 395
136 800
133 171
eau et produits de traitement de l'eau
129 333
156 559
38 976
172 385
109 153
121 281
travaux et maintenance
46 379
67 414
78 128
66 534
62 785
64 248
autres
8 670
30 964
35 845
34 957
32 937
28 675
solde de gestion
-412 387
-619 915
-528 372
-659 483
-559 675
-555 966
source : commune - dont audit interne
45/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Les contrôles sanitaires relèvent toutefois, de manière ponctuelle, pour le grand bassin
extérieur, une eau de qualité insuffisante (7 juillet 2015) ou ne présentant pas de conformité
physico-chimique (23 juin 2015). Sur le grand bassin intérieur, sur les six contrôles effectués entre
janvier et juin 2015, un relève l’absence de conformité bactériologique et deux autres l’absence de
conformité physico-chimique
96
. A
ucun contrôle de la commission de sécurité n’a été réalisé durant
la période sous revue. H
ormis l’achat
d’un déchloraminateur, aucun
e mise aux normes, ni de
maintenance lourde,
n’
a été entreprise durant la période sous revue.
La chambre estime que les risques physiques et sanitaires pourraient mieux être pris
en compte dans la gestion de l’équipement.
6.4.2.
Un risque financier
Alors que le déficit de fonctionne
ment de l’équipement atteint près de 560
k€
/an, la
commune
n’a pas mis en œuvre de plan visant à améliorer
la gestion de cet équipement, dont le
coût d’exploitation reste diff
icile à apprécier en
l’absence d’
une présentation fonctionnelle des
comptes ou
d’
une comptabilité analytique.
La chambre relève que l
’absence d’opération de maintenance sur un équipement
vieillissant ne permet pas d’éviter
son obsolescence
. A regard de l’importance des travau
x à
réaliser (cf. supra), elle invite la collectivité à établir un plan
de gestion de l’équipement.
6.4.3.
Un risque d’inadaptation aux évolutions de la demande
En 2015, la collectivité a produit un guide des activités pour la jeunesse incluant les
prestations proposées à la piscine.
L’audit précité présentait plusieurs pistes
pour optimiser l’utilisation et la gestion de
cette piscine: une mise à niveau technique (2,8
M€
), une réhabilitation et une extension des
installations ou encore la réalisat
ion d’un nouvel équi
pement aqua ludique. L
a commune n’a pas
formalisé de réponse à ces propositions.
Recommandation
3.
Formaliser une réflexion
, en relation avec l’intercommunalité, sur l’avenir de
la piscine de Lascours.
7.
L’ASSAINISSEMENT ET L’ADDUCTION D’EAU POTABLE
Dans son rapport de 2011, la Cour des comptes soulignait que «
la transparence et la
maîtrise du prix de l’eau sont, pour l’ensemble des usagers, des enjeux fondamentaux, qui
dépendent très largement de la qualité de la gestion par les collectivités territoriales des services
publics d’eau et d’assainissement. Cette gestion peut, au choix de la collectivité, être assurée
directement par celle-
ci, sous la forme d’une régie, ou être confiée, par délégation, à une
entreprise privée
»
.
96
Relevé ARS du 16 juillet 2015.
46/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
7.1.
Des
compétences partagées entre la commune et la Maison de l’eau
Les communes sont compétentes en matière de d
istribution d’eau potable
; elles
peuvent également en assurer la production, le transport et le stockage (art. L. 2224-7-1 du
CGCT
97
). En matière d’a
ssainissement, elles doivent assurer la collecte, le transport et le
traitement des eaux usées (art. 2224-8).
La commune a
confié l’exploitation de
l
’assainissement collectif à la Saur dans le cadre
d’une convention d’affermage. Elle a transfér
é au syndicat intercommunal de
la Maison de l’eau
sa
compétence en matière d’adduction d’eau potable ainsi que le service public de l’assainissement
non collectif. La Maison de l’eau a
, à son tour,
délégué à la Saur l’exploitation de ces services
dans le cadre
de conventions d’affermage distinctes.
Membre de la Maison de l’Eau
, la commune est un acteur majeur ;
c’est à ce ti
tre que
des observations sont formulées ci-après.
Le syndicat de la Maison de l’eau, (ex syndicat des eaux de la Basse Tave) a été créé
en 1961 par trois communes
98
dont Laudun
99
, et regroupe actuellement :
- p
our le service d’adduction d’eau potable
: sept communes dont Laudun-
l’Ardoise
;
- p
our le service d’assainissement non collectif
: dix communes dont Laudun-
l’Ardoise
;
- p
our le service d’assainissement collectif
: six communes (sauf Laudun-
l’Ardoise).
Il couvre
aujourd’hui une superficie de 11
000 hectares pour 176 km de réseau.
Aucune réflexion formalisée quant à un éventuel transfert de ces compétences à la
communauté
d’agglomération, n’a
été engagée. La chambre rappelle que
l’adduction d’eau et
l’assainissement sont les archétypes des services en réseau dont l’organisation, pour des raisons
techniques, ne peut être contenue dans les frontières communales.
7.2.
L’organisat
ion des services
La commune
n’a pas constitué
un service spécifiquement dédié aux missions relevant
des compétences « eau » ou « assainissement ». Les charges de personnel refacturées sur le
budget annexe de l’assainissement
au profit du budget principal concernent 1,7 ETP, en 2015
comme en 2011.
Au niveau intercommunal, quatre postes budgétaires ont été créés au bénéfice de la
Maison de l’eau et trois ont été pourvus
100
. Aucun personnel de Laudun-
l’Ardoise n’a été transféré.
7.3.
Le prix de l’eau (synthèse
des contrats communaux et intercommunaux)
Le prix global
de l’eau, adduction intercommunale d’eau potable et assainissement
communal collectif compris, acquitté par les habitants de Laudun-
l’Ardoise (3,16 €/m
3
) était, en
2014, supérieur au prix moyen de l
’eau
payé
dans le département du Gard (2,84 €/m
3
)
101
. La
qualité de l’eau distribuée est bonne.
97
L
a loi du 7 décembre 2006 reconnaît aux communes une compétence obligatoire s’agissant de la distribution
d’eau potable, et une compétence facultative s’agissant de la production d’eau, de son transport et de son stockage
.
98
Connaux, Saint Paul Les Fonts, et Laudun. Puis Tresques, le Pin, Gaujac et Saint Victor la Coste.
99
RPQS 2013.
100
Rapport d’activité de la Maison de l’eau
- 2014.
101
Observatoire national des services d’eau et d’assainissement
47/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 32
: L’évolution du prix de l’eau
L’évolution globale du prix TTC de l’eau pour une consommation annuelle de 120
m
3
,
assainissement collectif communal inclus, est de 4,6 % sur la période.
7.4.
Le suivi des contrats relevant de la compétence intercommunale
7.4.1.
Le contrat d’affermage du service public d’assainissement non collectif
La Maison de l’eau a affermé son service d’assa
inissement non collectif pour les
installations existantes à la Saur le 1
er
janvier 2008, pour une durée de 9 ans, à échéance le
31 décembre 2016
102
.
Les indicateurs disponibles dans le rapport annuel du délégataire traduisent une baisse
d
’activité
significative : 75 contrôles ont été effectués en 2011 contre 18 en 2014. Le compte rendu
annuel du
résultat d’exploitation (CARE) confirme la baisse sensi
ble des charges et des produits :
d
es résultats négatifs sont globalement constatés sur l’ensemble de
la période. Depuis 2012, le
résultat cumulé présente un déficit de 6,8
k€
:
Document 33
: L’évolution du résultat d’exploitation du service
d’assainissement non
collectif
D
ans la perspective de la fin de l’affermage au 31
décembre 2016, la chambre invite la
collectivité, en tant que membre du syndicat intercommunal de la
Maison de l’eau, à suivre
l’application de la convention de délégation, notamment sur les conditions de réalisation de
l’équilibre global d’exploitation
.
7.4.2.
Le contrat d’affermage de distribution d’eau potable
La Maison de l’eau a affermé son service d’eau potable auprès de
la Saur, le 1
er
janvier
2005, pour une durée de 12 ans. Ce contrat
qui n’a pas été modifié
porte sur 176 km linéaires de
conduites
d’eau
103
.
7.4.2.1.
Un résultat d’exploitation en apparence déficitaire
102
Rapport annuel du délégataire - 2014.
103
Rapport annuel du délégataire 2014 - p. 7/133.
en € TTC
2011
2012
2013
2014
évolution
2011-2014
prix TTC en €/m3 pour 120 m3
3,02
3,14
3,10
3,16
4,6%
source : rapports annuels du délégataire - Maison de l'eau et commune
en €
2011
2012
2013
2014
cumul sur les
années 2012-2014
produits
nc
1 768
4 209
1 102
7 079
charges
nc
7 178
3 289
3 135
13 602
résultat avant impôt
nc
-5 410
920
-2 033
-6 523
impôt sur les sociétés
nc
0
340
0
340
résultat
nc
-5 410
580
-2 033
-6 863
Source : rapports annuels du délégataire
48/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Les rapports du délégataire, transmis par le syndicat intercommunal de la Maison de
l’eau ont été, pour les exercices sous contrôle, pr
ésentés en conseil municipal. Ainsi, le rapport
2014 sur
l’adduction d’eau potable a été présenté en con
seil municipal, le 22 septembre 2015.
Document 34
: L’évolution du nombre d’abonnés depuis 2011
Le nombre d’abonnés a évolué positivement depuis 2011 (+
7,5 %), y compris sur
Laudun-
l’Ardoise.
Document 35
: L’évolution du prix de l’eau potable depuis 2011 (pour une consommation
de 120 m
3
)
Le prix de l’eau potable a augmenté de 9,3
%
entre 2011 et 2014 pour s’établir à
2,00
€/m
3
sur la base d’une consommation annuelle de 120 m
3
. Cette augmentation est liée pour
un tiers à l’augmentation de la rétribution du délégataire et pour près de deux tiers à
l’augmentation des taxes d’
É
tat. En 2015, le prix s’établit à 2,08 €/m
3
.
Les comptes annuels du
résultat de l’exploitation (CARE), qui forment une partie du
rapport annuel du délégataire, font apparaître
qu’en dépit d’
une relative dynamique des produits
(+ 10 %), la forte croissance des charges (+ 16 %) engendre des résultats négatifs récurrents
représentant une perte cumulée de 510
k€
pour les exercices 2011 à 2014 :
2011
2012
2013
2014
nb total d'abonnés
5 781
5 876
6 072
6 213
dont Laudun l'Ardoise
nc
2 304
2 384
2 454
Source
: Service de l'eau potable- Rapport annuel du délégataire 2014
en €
2011
2012
2013
2014
évolution
2011-2014
rétribution du délégataire
99,54
103,44
105,44
106,4
5,4%
dont abonnement annuel
33,18
34,48
35,14
35,47
6,9%
dont consommation
66,36
68,96
70,3
70,93
6,9%
surtaxe Maison de l'eau
74,03
75,52
77,02
77,02
4,0%
taxes préservation de ressources en eau
9,6
9,6
10,8
10,8
12,5%
taxes lutte contre la pollution
25,2
26,4
33,6
33,6
33,3%
TVA
11,46
11,82
12,48
12,53
9,3%
total
219,83
226,78
239,34
240,35
9,3%
prix TTC du service d'eau potable pour 120
m3 au 1er janvier (en €/m3)
1,82
1,89
1,98
2,00
source : rapports annuels du délégataire
49/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 36
: L’évolution du résultat d’exploitation de l’adduction d’eau potable depuis 2011
D
ans la perspective de la fin de l’affermage
prévue au 31 décembre 2016, la chambre
invite la collectivité, en tant que membre du syndicat intercommunal de la Maison de l’eau, à
participer à la fiabilisation des informations transmises par le délégataire et à la formalisation d’une
réflexion permettan
t le retour à l’équilibre de cette activité.
7.4.2.2.
La gestion patrimoniale de l’adduction d’eau potable
7.4.2.2.1.
Des installations vieillissantes et vulnérables
100 %
de l’eau brute destinée à être distribuée comme eau potable est d’origine
souterraine. Le site de production pour l’ensemble du territoire est situé à Laudun même. Ainsi,
quatre pompages d’un total de 440 m
3
/h sont disponibles sur la commune. Toutefois, l
’expertise
hydrologique, issue du schéma directeur de 2009, met en évidence la fragilité de l’aquifère vis
-à-
vis des pesticides et sa vulnérabilité due à un captage situé en zone inondable
104
.
Les installations de production datent de 1969 (reprise Clavelet), tout comme les plus
anciens ouvrages de prélèvement
d’eau brute (pompage Clavelet)
. Les annexes du rapport annuel
du délégataire sur le patrimoine valorisé font état de nombreuses installations dont la durée de vie
prévisionnelle a été dépassée. Ce patrimoine vieillissant a amené le délégataire à effectuer 87
opérations d’entretien en 2014, dont 81 à titre curatif et
six à titre préventif
105
.
7.4.2.2.2.
Les charges relatives au renouvellement
Le «
fonds de renouvellement
» est alimenté tous les ans par un prélèvement sur les
produits du service dont le montant est contractuellement fixé. La liste des équipements ainsi que
les opérations de renouvellement les concernant sont déterminées dans le contrat
d’affermage
.
Une dotation annuelle est établie à
partir d’un planning prévisi
onnel détaillé des opérations. De
son côté, la «
garantie pour continuité de service
», à la charge du délégataire, est destiné
à des
dépenses d’entretien, de réparation ou de renouvellement des équipements, nécessaires à la
continuité du service.
Au total, les charges relatives au renouvellement s’élèvent, d’après les
CARE, à 742
k€
pour la période 2011-2014, soit 185
k€
en moyenne par an :
104
Rapport 2010 du délégataire - p. 66/116.
105
Rapport 2014 du délégataire - p. 66/133.
en K€
2011
2012
2013
2014
cumul sur
les années
2011-2014
produits
1 477
1 525
1 757
1 623
6 382
charges
1 574
1 637
1 849
1 832
6 892
résultat avant impôt
-97
-112
-92
-209
-510
impôt sur les sociétés
0
0
0
0
0
résultat
-97
-112
-92
-209
-510
Source : rapports annuels du délégataire - CARE
50/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 37
: L’évolution des charges relatives au renouvell
ement des réseaux
d’adduction d’eau potable depuis 2011
Toutefois, ce chiffrage n’apparaît pas cohérent avec les autres informations présentées
dans les rapports
du délégataire qui font état d’une consommation de cette dotation qu’à hauteur
de 222
k
106
.
L’écart, entre les données mentionnées dans les CARE
(523
k€)
et celles précisées,
au titre de l’utilisation du fonds contractuel
,
dans le rapport du délégataire s’élèvent ainsi à 301
k€
pour la période 2011-2014. Dans ces conditions
, les résultats d’exp
loitation cumulés seraient à
corriger de cet écart
, ce qui amoindrirait d’autant les déficits constatés.
Par ailleurs,
s’agissant d
es
biens de reprise
107
qui datent de 2003-2007,
leur valeur n’est pas évaluée
108
. Cette absence
d’évaluation
sera une contrainte forte pour le délégataire lors de
l’échéance du contrat.
La chambre invite la commune, membre du syndicat intercommunal de la Maison de
l’eau, à
participer au
suivi de l’exécution du contrat de délégation, notamment des c
harges
relatives au renouvellement
et à l’investissement, à
solliciter la complétude de
l’information
disponible sur l’état du patrimoine délégué et sur la charge p
otentielle des biens de reprise.
7.4.2.3.
L
a performance du service de distribution d’eau potable
L’activité des services d’eau et d’assainissement s’inscrit d
ans un cadre juridique
visant à mesurer leurs performances
au travers d’indicateurs règlementaires. Les annexes V et VI
du code général des collectivités territoriales comportent une liste de 29 indicateurs techniques et
financiers devant obligatoirement figurer dans le rapport annuel
sur le prix et la qualité de l’eau et
de l’assainissement
prévu à l'article L. 2224-5 du code général des collectivités territoriales. Ce
dispositif règlementaire est complété par le renseignement d’u
ne base de données nationale,
librement consultable en ligne, qui donne lieu à la publication de rapports de synthèse par l’Office
national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema).
Les valeurs des indicateurs règlementaires pour Laudun-
l’Ardoise font a
pparaître un
renseignement imparfait, certaines données n’ayant pas été saisies ou l’ayant été de façon
erronée :
106
Rapport 2014 du délégataire - p. 78/111.
107
Rapport 2010 du délégataire - p. 58/116.
108
Idem.
en €
2011
2012
2013
2014
cumul sur
les années
2011-2014
pour garantie de continuité de service
28 216
45 446
48 006
97 731
219 399
Fonds/ programme contractuel de renouvellement
124 572
129 896
132 726
136 318
523 512
total
152 788
175 342
180 732
234 049
742 911
dotation fonds contractuel
57 830
59 091
231 475
consommation fonds contractuel
33 930
20 960
222 423
Source : rapports annuels du délégataire - CARE
51/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
Document 38
: L’évolution de certains des indicateurs de performance depuis 2011
7.4.2.3.1.
La qualité de l’eau
Entre 17 et 38 prélèvements sont réalisés chaque année à des fins de contrôle
sanitaire. Quasiment tous les échantillons ont révélé des caractéristiques microbiologiques et
physico-chimiques conformes aux exigences fixées par le code de la santé publique.
7.4.2.3.2.
La gestion patrimoniale
Les indices règlementaires de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux
d'eau potable et d’as
sainissement mesurent la précision des informations relatives aux
caractéristiques
physiques
des
réseaux,
aux
interventions
d’entretie
n réalisées et aux
investissements à
programmer en conséquence. Pour Laudun l’Ardoise, ils
s’établissaient à 50 sur
une échelle de 100, quand les valeurs moyennes nationales s’élevaient à 61 en 2011, dernières
données disponibles. À compter de 2013, ces va
leurs s’établissaient, selon l’ordonnateur, à 99
pour l’eau potable.
Les communes devaient établir, avant le 31 décembre 2013, des schémas de
distribution d'eau potable (CGCT, art. L. 2224-7.1
) et d’assainissement collectif (id., art.
L. 2224-8).
S’agissant de l’eau potable, le sc
héma attendu devait comprendre un descriptif détaillé des
ouvrages de transport et de distribution. La chambre constate que ce descriptif reste à établir.
La performance des réseaux d’eau est mesurée, en premier lieu, par leur r
endement.
Le taux de rendement correspond à la proportion des volumes d’eau achetés effectivement
consommés par les usagers (domestiques et industriels) ou pour les besoins du service (purge du
réseau, service incendie). Il indique,
a contrario
, les volumes perdus en ligne pour diverses raisons
(fuite ou captage clandestins). Alors que la
valeur moyenne nationale s’établissait à 79,8
% en
2011
109
, les indicateurs de rendement sont, pour la commune, constamment inférieurs à cette
valeur moyenne nationale de 2011 à 2014.
L’appréciation de la performance du réseau de
distribution d’eau doit être complétée par l’analyse de l’indice linéaire de p
ertes en réseau, qui
rapporte les pertes en eau à la longueur du réseau. Le réseau de Laudun-
l’Ardoise affichait une
perte quotidienne de 8,90 m
3
/km/j en 2014, soit plus de deux fois plus que la moyenne nationale
109
Source : Onéma.
indicateurs
2011
2012
2013
2014
taux de conformité - microbiologie (en%)
100
100
100
100
taux de conformité - paramètres physico chimiques
(en %)
100
100
100
97,3
indice de connaissance et de gestion patrimoniale
des réseaux
nc
50
99
99
rendement du réseau de distribution (en %)
69,2
70
69,9
61,55
indice linéaire des pertes en réseau (en m3/km/j)
6,59
6,5
6,16
8,9
longueur cumulée du linéaire de canalisations du
réseau de desserte renouvelé au cours des 4
dernières années (en km)
nc
11,09
10,4
9,2
Source
: Service de l'eau potable- Rapports annuels du délégataire et RPQS 2011-2014
52/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
(3,35 m
3
/km/j). L’indice linéaire de pertes en réseau est ainsi passé bien au
-delà de la limite des
6,50 imposés contractuellement.
Ces faibles rendements pénalisent le service, et par répercussion ses usagers : une
redevance sur les déperditions d’eau est collectée par l’agence de l’eau auprès de la Maison de
l’eau. Cette
redevance pourrait augmenter en 2016 avec
l’entrée en vigueur des dispositions de
l’a
rticle D. 213-48-14-
1 du code de l’environnement
110
qui prévoit un doublement en 2016 ou 2017,
si le rendement ou les pertes en ligne s’avèrent inférieurs à des seuils fixés par décret.
Le rythme
de renouvellement des réseaux est correct : 10 km/an. Si bien que la durée théorique de
remplacement
de l’intégralit
é du réseau délégué (176 km) est de 17 ans environ, ce qui peut
favoriser à l’avenir un meilleur rendement des ouvrages.
Le décret 2012-97 du 27 janvier 2012 qui définit les obligations des autorités
organisatrices concernant la mise en œuvre de la loi dite Grenelle 2 (article 161) invite les
collectivités à une gestion patrimoniale des réseaux, en vue notamment de limiter les pertes d’eau
dans les réseaux de distribution. À cet effet, il oblige à établir un descriptif détaillé des réseaux.
Lorsque les pertes d’eau dans les réseaux de distribution dépassent les seuils fixés (65
%), un
plan d’actions e
t de travaux doit être engagé.
La chambre constate que l’ordonnateur n’a pas
transmis c
e plan d’actions
.
Le rapport du délégataire mentionne
111
qu’un descriptif détaillé du réseau eau devait
être réalisé pour le 31 décembre 2013, conformément au décret du 27 janvier 2012 susmentionné.
Pour autant, il précise : «
la réalisation de ce descriptif étant déclarative, aucun document
particulier ne sera transmis : toutes les informations du descriptif sont présentes dans nos bases
de données et seront transmises aux administrations (agences de l’eau) sur demande spécifique
dans le cadre d’un contrôle
». La chambre
invite l’ordonnateur, en tant que membre du syndicat
intercommunal d
e la Maison de l’eau, à s’assurer de l’existence
de l’ensemble des documents de
gestion patrimoniale prévue par les textes.
D
ans la perspective de la fin de l’affermage au 31 décembre 2016, la chambre invite la
collectivité, en tant que membre du syndicat intercommunal de la Maison de l’eau, à participer
au
renforcement du suivi de la délégation de service public, notamment par un travail de fiabilisation
des informations transmises par le délégataire et la formalisation d’une réflexion
permettant une
meilleure performance du service.
Constatant les importantes pertes d’eau du réseau ainsi qu’un déficit d’exploitation
élevé et récurent, éléments confirmés dans la réponse écrite du Syndicat Intercommunal de la
Maison de l’eau, ce travail pourra
it prioritairement porter sur
la mise en œuvre d’
un
plan d’actions
et de travaux, ainsi que sur les modalités de
retour à l’équilibre de l’activité
.
Dans sa réponse écrite,
l’ordonnateur indiqu
e que les rapports annuels pour le service
de l’eau potable et de l’assainissement non collectif ainsi que le rapport d’activités de la Maison de
l’eau ont été
présentés en Conseil municipal.
7.5.
La compétence communale sur l’assainissement collectif
La commune
dispose de deux stations d’épuration
(STEP) respectivement construites
en 2006 pour celle de
l’Ardoise
et en 1988 pour celle de Laudun. Le réseau possède une longueur
110
Issu du décret n°2012-
97 du 27 janvier 2012 relatif à la définition d’un descriptif détaillé des réseaux des services
publics de l’eau et de l’assainissement et d’un plan d’actions pour la réduction des pertes d’eau du réseau de distribution d’eau potable.
111
Rapport 2013 p. 44/133.
53/66
Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées
Rapport d’observations définitives
: Commune de Laudun l
’Ardoise
(30)
ROD2 -
Commune de Laudun l’Ardoise
de 39 km et comporte trois postes de relèvement. La commune a créé un budget annexe
« assainissement » et a affermé ce service en 1993. Le contrat est arrivé à échéance le 31
décembre 2012.
Le nombre d’abonnés a augmenté de 7,5
% de 2011 à 2014 :
Document 39
: L’évolution du nombre d’abonnés au service d’assainissement collectif
depuis 2011
Dans son rapport annuel de 2011, le délégataire relève que quelques problèmes
perdurent sur la station de Laudun en raison
du nombre croissant de raccordés, de l’ancienneté
des installations et du sous dimensionnement de certains ouvrages. Il relève que la commune a le
projet de remplacement de cette STEP dans un délai de trois ans.
Sur la période 2011-
2014 l’évolution du prix de l’assainissement est ainsi marquée par
un décrochage au 1
er
janvier 2013, consécutif au renouvellement de la DSP sur de nouvelles
bases contractuelles. Sur cette période, le prix de l’assainissement a ainsi baissé de 3,6
% entre
2011 et 2014 pour s’établir à 1,16 €/m
3
sur la base d’une consommation annuelle de 120
m
3
. Cette
diminution est liée pour l’essentiel au recul de 10,7
% de la rétribution du délégataire, en partie
compensée par l’augmentation de la TVA (passée de 5,5
% à 7 % puis à 10 %). En 2015, le prix
s’établit à 1,17
€/m
3
.
Document 40
: L’évolution du prix de l’assainissement par m
3
TTC pour une
consommation annuelle de 120 m
3
La surtaxe communale relative à l’assainissement représente 16,4
% du prix au
1
er
janvier 2014 (contre 15,8 % en 2011). A titre comparatif, le coût au m
3
est inférieur à celui
pratiqué dans le cadre de la DSP assainissement de la
Maison de l’eau (1,32 €/m
3
en 2011).
7.5.1.
L
’information
perfectible
de l’assemblée délibérante
L’article
L. 2313-1 du CGCT prévoit que, dans les communes de 3 500 habitants et
plus, les documents budgétaires sont assortis en annexe de la liste des délégataires de service
public. Cette liste ne figure pas dans les documents budgétaires de la commune.
2011
2012
2013
2014
nb d'abonnés
2 195
2 247
2 298
2 361
source : rapports annuels du délégataire
en € TTC
2011
2012
2013
2014
évolution
2011-2014
rétribution du délégataire
95,53
99,44
85,20
85,30
-10,7%
dont abonnement annuel
39,83
41,46
24,00
24,03
-39,7%
dont consommation
55,70
57,98
61,20
61,27
10,0%
surtaxe communale
22,80
22,80
22,80
22,80
0,0%
taxes sur la modernisation des réseaux
18,00
18,00
18,00
18,00
0,0%
TVA
7,49
9,81
8,81
12,61
68,4%
total
143,82
150,05
134,81
138,71
-3,6%
prix TTC du service assainissement pour 120
m3 au 1er janvier (en €/m3)
1,20
1,25
1,12
1,16
-3,6%
source : rapports annuels délégataire